Partagez | 
 

 La Cascade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: La Cascade   Mer 31 Aoû - 22:24

La Cascade :

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Le fleuve traversant le village de Kumo étant constamment alimenté par les pluies diluviennes, un système fut mis en place afin de contourner le risque d’une éventuelle crue dévastatrice. Une cascade naturelle jouxtait le parc du centre ville.
L’eau pure se jetait d’une dizaine de mètres dans un lagon creusé quant à lui par la main de l’homme. Son but initial était d’élargir la contenance du fleuve afin de réduire son niveau d’eau.
Les années aidant, une végétation dense et une faune abondante se sont progressivement greffées autour du lagon offrant un biotope varié, et attirant par là même de nombreux visiteurs en ces lieux.

MessageSujet: Re: La Cascade   Jeu 17 Aoû - 13:43

La nouvelle du retour de Yoruichi me donna des ailes. Je courus aussi vite que possible en direction de la cascade. Nous avions l’habitude d’y faire nos entraînements et autres promenades qui finissaient en entraînement. Je passa par le parc afin de couper au plus vite. Il y avait que quelques personnes en cette fin d’après midi, et le soleil se reflétait admirablement sur le lac. J’arriva enfin sur le bord de la cascade où, par autrefois, j’y m’entraînais avec Shisui. Je regarda de droite à gauche sans voir âme qui vive. Une panoplie de questions m’envahissait. Peut-être est-elle repartie aussitôt, peut-être m’a t’elle oublié, peut-être…

¤ Yoruichi ¤
« Kempachi ! »

Je me retourna et la vis enfin. Nous nous embrassâmes fougueusement dans une étreinte des plus chaleureuse. Je me sentis tout de suite mieux, réconforter et plus aucune questions venaient me perturber. Elle avait les yeux tirés et un visage brisé. Je compris presque aussitôt la raison.

« Tu sembles exténué… Viens… »

Je l’amena sur le banc juste devant la cascade et la regarda profondément. Ses yeux semblaient préoccupés. C’était bien la première fois que je la voyais aussi perturbé et cela me choquait beaucoup. Elle, qui avait l’habitude de jouer avec ses adversaires et de toujours être souriante.

« Que se passe t’il ? »

¤ Yoruichi ¤
« Tu ne peux pas imaginer les horreurs qui se passent à Kiri actuellement. Un grand danger règne sur le monde. Un être maléfique, au nom de Tsukimaru, a pris contrôle du Kazekage. Ses pouvoirs sont terrifiants. Si Kiri tombe, le monde s’écroulera sous la puissance de ce démon… »

Elle me prit par le coup et me serra fort contre elle. Je pouvais sentir son cœur battre et je pris toute la considération de la chose. Ne connaissant pas grand chose en politique, je dis naïvement :

« Pourquoi Kumo n’entre pas en guerre contre ce démon ? »

¤ Yoruichi ¤
« Oh non… C’est impossible… Il nous détruirait en quelques secondes. Un seul homme peut le battre. Et il est actuellement en plein combat contre lui… »

Un long silence se fit, traduisant l'angoisse que nous ressentions. Puis, elle m’annonça d’une voix frêle et tremblante :

¤ Yoruichi ¤
« Kimimaro Sama m’a demandé de retourner là-bas et de continuer ma mission… Si Kiri perd, nous serons tous en sursis… »

La situation m’échappait complètement. Je ne voulais pas la perdre et la désertion me vint presque en tête. Dans ses bras, je compris que mon rôle était ici, à Kumo, à défendre mes proches.

« Fais attention à toi… C’est compris ! Ne tente rien d’imprudent ! »

Le silence fut sa seule réponse. La maigre nouvelle que j’allais lui dire , me semblait bien ridicule maintenant.

« Je pars demain matin, pour une mission de rang D… Moi et quelques autres devons aller à Kawaga, retrouver un Katana très ancien. »

Elle souria enfin, tandis que des larmes, couleurs diamants, glissaient doucement sur son visage doré. Nous passâmes la nuit ensemble, à essayer d’oublier la guerre, la douleur et autres tourments.

MessageSujet: Re: La Cascade   Ven 18 Aoû - 15:08

[ Kempachi: +2EXP Role Play ]

MessageSujet: Re: La Cascade   Mer 20 Sep - 23:10

La pluie tombait des plus belles sur Kumo, donnant une impression de voile sur tout le village. L’été était bel et bien terminé, et l’automne s’approchait à grand pas. J’étais posé sur une sorte de crevasse incrustée sur la paroi de la falaise juxtaposée à la cascade. J’étais bien à l’abri et pouvait sentir cette chaleur évacuée par la fraîcheur de la pluie, tant commun au temps de pluie durant de forte chaleur. Un vrai temps d’orange en outre. Un méli-mélo de sons m’indiquait que la cascade était proche, mais aussi la fureur de la pluie battante. Des milliers de gouttes tapotaient sans cesse sur cette paroi où je m’étais mis à l’abri, donnant une impression de grondement perpétuel. Le vent monta également d’un cran. Parfois, il rabattait vers moi le crachin de l’eau environnante. De mon point de vue, je voyais le parc, le lac mais aussi la foudre s’abattre sur les sommets des montagnes nous entourant. Le parc semblait balayé par de forte rafales emportant à chaque fois les feuilles tombantes des arbres.

Mes yeux fixaient l’horizon, mon regard ne traduisait rien si ce n’est la sérénité que j’appréciais tant en ces moments. Je contemplais juste le panorama, perdu dans mes pensées dirait certain. Mais à ce moment de quiétude, mon esprit était plus impressionné par ce temps et la beauté du paysage, que par le tracas. Bercé par cette saison si drastique, mes yeux se fermèrent doucement. Pendant un court laps de temps, je m’endormis. Ni rêve, ni songe ne vinrent me perturber. Une douce chaleur m’envahissait, et semblait m’emporter. Quel bonheur d’être là, tranquillement installé dans cette fissure, en train de dormir. Je me sentais bien, trop bien même. Ce fut pour cette raison que mes yeux s’ouvrirent, laissant apparaître le doux visage de Yoruichi.


« Qu’il est bon de rêver de toi ma tendre et cher… Le temps me semble bien long ici à Kumo. Je n’attends que ces moments de songe, pour avoir une chance de rêver de toi. Et quand elle se produit, je n’ai plus envi de me réveiller… »

¤ Yoruichi ¤
« Alors endors-toi mon amour. Je suis là… »

J’avais ma tête posée sur ces genoux et elle passa sa main dans mes cheveux. Je pouvais sentir son parfum si enivrant qu’elle avait l’habitude de mettre. Sa paume me frôla l’oreille et me fit frissonner. Je pouvais sentir sa chaleur corporelle, au contact de nos peaux. Mes yeux s’ouvrirent d’eux même. Son regard me berçait tendrement, laissant paraître ce que la femme à de plus cher à donner. J’entendais toujours l’eau et le vent, claquant soufflant sans cesse sur la paroi. A mon tour, je glissai ma main dans sa chevelure qui me parut dans un premier temps mouillé.

« Tes cheveux sont trempés ! Tu dois avoir froid ? »

¤ Yoruichi ¤
« J’ai eu de la chance… La pluie s’est abattue sur Kumo alors que je venais juste d’arriver. Cela aurait pu être pire… »

Réalisant contre toute attente ce qu’elle venait de dire, je compris que je ne rêvais pas et qu’elle était belle et bien là. Enfin, parfois le rêve nous trompe. On se croit si bien que, d’un claquement de doigt, tout s’envole. Comment savoir…


« Tu… Tu es revenue ? Je ne rêve pas là ? »


Elle sourit se montrant encore plus charmante et approcha ses lèvres des miennes. La plus douce des caresses, mélange de passion et de tendresse, embrasa mon cœur. Puis contre toute attente, elle me mordit légèrement les lèvres et en se redressant me dit :

¤ Yoruichi ¤
« Alors ? Est-ce un rêve ? »

« Je ne sais pas, mais si c’est un rêve, il vaut la peine que j’en redemande… »

Evidemment je ne rêvais pas, évidemment elle était revenue et évidemment cela ne voulait dire qu’une chose. La guerre était finie. A ce moment, j’étais l’homme le plus heureux du monde. Elle m’expliqua le fin mot de l’histoire et nous rentrâmes paisiblement chez moi, une fois la tempête et nos ardeurs calmées.

MessageSujet: Re: La Cascade   Mer 27 Sep - 19:35

[ Kempachi: +3EXP Role Play ]

MessageSujet: Re: La Cascade   Ven 6 Oct - 19:30

[Suite de l’entraînement avec Itori.]

Auron marchait sans but dans la forêt qui bordait la cascade quand son regard se porta sur un arbre qu’il ne connaissait pas. Intrigué par la chose, il s’arrêta pour l’examiner. Il mesurait facilement 20m de haut et ses branches étaient couvertes de 9 à 20 feuilles. Son écorce était épaisse, d’une couleur gris-brun et profondément crevassée. Bien qu’il porte beaucoup de feuilles, certains rameaux ne florissaient pas et donnaient de grandes épines.

Quand ses pensées se dirigèrent vers la bibliothèque, où il pensait trouver le nom de cet arbre, il se souvint qu’aucun livre ne donnait d’indication sur l’environnement de Kumo. Il décida donc de monter son propre dossier sur les différentes plantes qui constituait la flore du village. Il préleva donc une petite branche de feuilles qu’il rangea dans son herbier et poursuit son chemin.

Il rencontra divers plantes qu’il connaissait déjà tel que les absinthes ou les épurges et quand il ne la connaissait pas, il prélevait quelques feuilles de la plantes pour pouvoir se renseigner plus tard auprès des habitants du village. Il continuait son chemin, allant de plantes en arbres quand il aperçu une silhouette à quelques dizaines de mètres devant lui.

Il s’avéra qu’il connaissait déjà la personne qui se trouvait dos à lui : c’était l’herboriste qui aurait tant aimé le torturer q’il avait pas appartenu au village de Kumo. Ce rendant compte de la personne qui se trouvait devant lui, ses yeux s’arrondir de stupeur et surtout de crainte. Néanmoins, il réussi à retenir le cris d’horreur qui sortait de sa gorge et commença à faire demi-tour.

Il avait presque réussi à se glisser derrière un arbre quand elle se retourna et l’aperçu. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, elle l’attrapa par le bras et le tordit de sorte qu’il fût agenouillé à ses pieds. Puis sans autres formes de politesse, elle se planta devant lui et commença à le questionner.


« Alors gamin, qu’est-ce que tu faisais ici ? Tu m’espionnais ? J’espère pour toi que tu as une bonne excuse ! »

Auron, qui se tordait de douleur par terre à cause de son bras, réussit à s’asseoir tant bien que mal. Il regarda la vendeuse sans la voir, aveuglé par la douleur. Il pris néanmoins sur lui pour répondre à la question de sa tortionnaire pour éviter d’autres supplices.

« Mais pourquoi je tombe toujours sur vous ? En fait, je suis juste venu faire des recherches sur la flore de Kumo. Je n’ais jamais voulu vous espionn … »

Le rire cristallin de la vendeuse l’interrompit alors qu’il essayait de donner les explications requises. Elle semblait amusé qu’il pu être intéressé par les plantes de Kumo. Néanmoins, son étreinte se relâcha et il pu libérer son bras. Elle le regardait d’un air plus amusé qu’intrigué.

« Tu dois bien être le seul ninja de ce village à t’intéresser aux plantes qui le borde. Allez, lève-toi que j’enrichisse ta culture florale. Mais avant, tu dois me dire pourquoi tu as besoin de ce savoir. »

Auron, qui ne revenait pas du changement d’attitude de la vendeuse, restait méfiant. Elle pouvait très bien avoir besoin d’un nouveau cobaye ou autre chose de ce genre. Pourtant, il n’avait pas le choix et avait besoin des connaissances de l’herboriste. Il se décida donc à dire la vérité, autant par prudence que par soulagement mentale.

« A vrai dire, je suis un assassin spécialisé dans l’empoisonnement et, comme je viens juste d’arriver, je recherche le maximum d’information sur l’environnement de ce village. »

Tandis qu’il parlait, le regard de la vendeuse c’était légèrement modifié. Il n’aurait pas su dire comment mais c’était une impression tellement fugace qu’il n’était pas sur de ne pas avoir rêver. Néanmoins, quand elle répondit, ce fut par le même ton qu’auparavant.

« Allez, lève toi assassin en herbe, car c’est le cas de le dire, aujourd’hui je vais t’apprendre les différentes plantes qui constitue cette flore que tu veux tant connaître. »

[ je posterais sûrement une suite … ]

MessageSujet: Re: La Cascade   Mer 11 Oct - 0:30

Itori était maintenant passé dans une phase de techniquofagie accélérée, ce qui entraînait, de la part de sa tête, une activité diurne énorme. En effet, il passait son temps à imaginé comment additionner plusieurs technique, ou bien comment telle technique « devrait » s’apprendre. Cette fois-ci, il voulait simplement parfaire son taijutsu. Il approcha donc de la cascade, et commença à songer à quel entraînement il pourrait faire pour mettre à profit son « art ».

Il commença à tranquillement marcher sur l’eau le long de la cascade, une main sous celle-ci, tout en songeant. D’un coup, une idée lui vînt quand il vit les récif sur lesquels l’eau venait se heurter. Il allait concentrer son chakra, pour le rendre aussi dur que les récifs, et que l’eau se heurte, mais n’entre pas en contact avec ses mains. Ceci allait probablement l’aider lors de la parade de projectiles, ou de divers objet tranchant. Cependant, pour optimiser son entraînement, il se plaça à l’endroit ou le courant se faisait le plus fort, juste sous la cascade. Il sentait l’eau lui fouetter le visage, alors qu’il levait les deux mains vers le ciel.

Il se concentra sur les rocher, tout son esprit étant focaliser sur leur solidité, alors qu’un chakra marron, sans doute venus de la durée durant laquelle il avait vécu à iwa, entourait ses point pour réellement prendre la forme de gros caillou. Cependant, son chakra semblait quelque peu poreux, et très vite, il eu l’impression d’avoir des poids de 50 kilos à chaque bras tant l’eau s’était infiltré. Il resta ainsi encore un moment, tentant de maîtriser malgré tout le flux de chakra et d’extraire l’eau, mais il n’y parvint pas. Dépité, il revint vers la rive et se mit à scruter l’eau, puis songea à un nouvelle entraînement. Puisque la difficulté se trouvait dans sa capacité à extraire l’eau de son chakra quasi solide, il mit les deux mains jointes dans l’eau, et en prit une petite quantité.

Il sortit alors ses mains de l’eau et concentra son chakra. Une fois cette opération effectué, il sentait toujours l’eau qui se baladait à l’intérieur, et pouvait même la voir, masse humide qui le narguait. Il tenta alors de l’extraire, tout bêtement. Ceci ne lui prit que peu de temps, et en deux ou trois essais, il maîtrisa cette « technique ». Ensuite, étape suivante, il mit les deux mains dans l’eau, puis tenta de former son chakra, telle une barrière pour écarter les eaux. Ceci lui prit beaucoup de mal, car il ne pouvait que très difficilement donner une forme acceptable à son chakra. Finalement, il fut satisfait une fois qu’il put crée une forme à peu près ronde au bout de ses deux mains, dans laquelle ne se trouvait aucune molécule d’eau.

Il revint donc à la cascade et se remit sous la chute, les deux poings au ciel. Il se concentra de toute ses forces, et une masse non pas marron, mais noir commença à entourer ses point et à gagner une ampleur énorme. Le chakra prit alors la forme d’un parapluie, et Itori regarda terrifier la marque de son bras qui rougeoyait, tandis qu’il ne pouvait plus contrôler son corps. Le chakra s’étendit encore un peu avant de retomber mollement dans l’eau, se dissipant aussitôt. Itori, ayant consumer de grande quantité de chakra, tomba dans l’eau et partit à la dérive un moment. Une fois qu’il eu regagner la rive, il regarda sa marque, mais celle ci était redevenu noir. Une voie d’outre tombe semblant venir de derrière lui l’interpella.


Hum… Ta maîtrise est vraiment mauvaise. A ce rythme la, je ne vais pas tarder à me réveiller, si tu n’arrive pas à mieux te contrôler. Tu sais, ca sert à rien que t’apprenne des technique hyper balaise si tu ne sais même pas me contrôler. Par contre, si tu apprend à vivre avec moi, tu progressera bien plus vite.

Itori se retourna à la hâte, puis tomba à la renverse, effrayer par ce qu’il vit. Tout d’abord, il se retrouvait une fois de plus dans le désert de sa conscience, et un énorme tigre noir a moitié difforme se trouvait la.

Tu vois, c’est à cause de toi que je suis comme ca. A force de me gaver de chakra, j’engraisse à vu d’œil. En plus, ton chakra à un goût amer. Si au moins je pouvait goûter le chakra de cette personne…

Au moment ou le lion dit cela, kimimaro apparut à côté de lui, semi transparent comme dans un rêve.

A moins que je ne test celui-ci…

A ce moment, kimimaro disparut en poussière pour laisser place à kempachi, tout droit comme à son habitude.

Enfin, je suppose que je pourrait me faire les deux une fois sortit…

Non, démon, tu ne touchera à aucun d’entre eux. Ce sont mes amis, et en aucun cas je ne te laisserais les approcher. Si il y a au moins un danger dont je peu les prémunir, c’est bien toi, alors fait moi confiance pour profiter de cette aubaine.

Un vent fraie à l’odeur de souffre s’était levé, tandis qu’Itori se tenait fièrement devant le monstre.

Et bien dans ce cas, fait ce que je t’ais dit. Passons un marché, et en échange, je me disciplinerais, et essaierais même de t’aider dans la mesure du possible. Mais en échange, je veux que tu passe me voir régulièrement, et que tu me parle de tout ce que tu a fait. C’est vrais quoi, d’ici, je n’ai qu’une vue d’ensemble de ta vie, et je m’ennuis pas mal, il faut dire qu’il y a pas grand monde aussi.

Itori resta concerné par la demande du tigre. Lui qui pensait que le combat était inévitable et qui partait déjà dans l’optique de sacrifier sa vie pour sauver ses amis, cette réflexion brisa quelque peu ses pensée.

Et bien… Ca ne m’a pas l’air trop contraignant, alors c’est d’accord. Mais tu doit respecter le pacte, et ne plus essayer de me possédé, sauf si je te le demande. Au fait, juste une petite vérification. Tu es bien le même que le petit tigre en peluche du début ?

Oui, pourquoi ?

Hum… Nan rien, je me disait bien qu’il y avait un très léger air de famille… Surtout au niveau du caractère.

Au fait, tu ne te demande même pas pourquoi toi et moi sommes comme ca ?

Non, je le sais déjà. Quand les ninja on tenté de me tuer avec une dague magique, tu a fusionné avec le chakra de la dague, de façon à l’empêcher de me tuer, mais c’est ce qui provoque mes trouble actuel. N’est ce pas ?

Le tigre resta sous le choc…

Hum… Il est plutôt bon. Il a comprit tout de suite. Peut être que finalement il n’est pas si idiot.

Alors, ce pacte, ca vient ?

Hum… Ce n’est pas si simple. Il faut que je fasse un tas de préparation. Mais ne t’inquiète pas, le temps n’a pas la même valeur ici, et tu es le seul maître de son déroulement. Il suffit que tu pense que j’ai finit pour que ce soit le cas.

Et si je pense que tu meure dans d’atroce souffrance ?

Hum… Alors je devrais m’extraire de ton corps par la force, te provoquant une énorme douleur qui entraînera ta mort. D’autre questions stupide ?

Alors c’est lui qui est en position de force…

Bon, on le scelle ou quoi ce pacte ? ? ?

Le tigre se tenait debout, devant Itori et avait grandement perdu en taille pour reprendre la forme d’un humanoïde de taille moyenne. Voyant que le félin avait tendu sa mains, Itori tendit lui aussi la sienne, et au moment ou elle se serrèrent, la marque du bras d’Itori lui fit atrocement mal un instant, avant de disparaître.

Mais… Ou est elle ?

A, ca, ne t’inquiète pas, elle réapparaîtra dès que tu aura besoin de moi. Au fait, je t’avait dit que je t’aiderais un peu, mais sache que je ne le ferais que pour aider ton entraînement. En combat, tu devra compter sans moi. Je suis quelqu’un de loyal, et je préfère laisser toute ses chance à ton adversaire. C’st beaucoup plus amusant à regarder, kukuku.

Hum… Ca me paraît honnête. Bon, reprenons l’entraînements.

Itori avait commencé à comprendre comment fonctionnait la « téléportation spirituelle » et il réapparut donc au milieu de l’endroit ou il avait coupé. Il monta en haut de la cascade, apparemment sure de lui. Une fois arrivé en haut, il avança quelque peu pour scruter la chute, recula de quelque pas puis se lança brusquement, tête en avant.

Bon sang, mais qu’est ce que tu fou ? ? ?

On va voir si tu es si compétent…

Itori mit les points en avant et commença à concentrer le plus de chakra possible. Ceci eu pour effet d’amortir sa chute, mais il avançait malgré tout à une vitesse amplement suffisante pour qu’il se fracassa la tête à l’atterrissage.

Kukuku, je vois, tu me test. Monsieur est joueur pas vrais. Et bien, d’accord, j’honore mon contrat.

Un demi cercle de chakra apparut au bout des mains d’Itori, tendis que sa chute ralentissait peu à peu. Cependant, le sol se rapprochait irréductiblement, et Itori commença à ressentir une pointe de peur. Au moment ou son chakra heurta le sol, il se stoppa presque immédiatement. Il regagna la rive, le cœur battant la chamade.

Alors, pas mal non ? Enfin, évite de recommencer trop souvent ce genre de petit jeu. Je suis certes un démon, mais ma puissance est bien inférieure à celle des autres.

Itori se laissa glisser sur le côté et resta allonger un bon moment sur l’herbe. Il était entrain de calculer en quoi ce nouvel élément pouvait participer à son entraînement. Il s’assoupit un moment, puit une fois réveiller se redressa. Il partit alors, plutôt satisfait de sa séance.


HP:138/138-Mp:72/72 Niveau 7
For:14-Agi:15-Vit:18-Dex:1-Int:1-Sag:1
Tai:15-Gen:1-Nin:1-Med:16
EXP:43/70-Pts de Stats:0
Armes:rien
Argent:100£

MessageSujet: Re: La Cascade   Ven 27 Oct - 23:02

[Itori: +8EXP RP]

MessageSujet: Re: La Cascade   Jeu 18 Jan - 1:26

Rakurai sortait à peine de l'académie en se frottant le yeux après avoir ôté ses lunettes. Il avait passé plus de temps que prévus à lire ces livres et il en avait mal aux yeux maintenant, mais au moins avait il obtenus de nouvelles informations assez utiles et intéressante sur une troisième "voie" de combat qu'il pourrait choisir, bien qu'il ne comprenait pas encore tout dedans.

Enfin bref, il était en dehors de l'académie, et il s'était arrêté le temps de remettre ses lunettes sur son nez, qui était bien plus qu'un simple objet d'apparat, il en avait besoin pour voir les choses, m'enfin. Il ne savait pas exactement quoi faire, il n'allait pas déranger Kempachi maintenant, surtout si ce qu'il avait lu dans l'annonce se trouvant à l'accueil était vrai, il n'avait pas vraiment besoin d'avoir un étudiant derrière lui pour continuer son apprentissage. Il pourrait demander à Yoruichi, mais bon, vu son statut, il y avait pas mal de chance pour qu'elle soit elle aussi très occupé. même chose pour Zenko-san, et Alucard, et bien, même chose que Kempachi.

Marchant dans les rues de Kumo, regardant à quel point elles étaient vide, cela était dû à l'événement du combat Kempachi - Alucard afin de désigner le nouveau Raikage. Rien que cette histoire était surprenant déjà, pour les personnes comme lui, c'est à dire les simples étudiants, les genins et les habitants, ne savaient absolument rien sur la mort du Raikage, certains disaient que cela était du à une maladie, d'autres à une attaque d'ANBU venant d'autres villages, mais personnes, hormis les jounins, ne savaient réellement passé. Rakurai n'avait rencontré qu'une fois le Raikage, à ce moment là il avait été assez impressionner par l'impression de force qui se dégageait de lui, mais il n'avait pas ressentit qu'ilé tait malade ou inquiet à ce moment là.
Cependant, et c'était assez terrible d'oser dire cela, Rakurai ne ressentait pas grand chose suite à la perte du Raikage. Cela entraînerait quelques bouleversement politique, économique, sans comptez que l'influence du village diminueras sûrement à cause de cela, mais...C'était tout. Le prochain Raikage ferrait en sorte de faire revenir à son niveau au moment de la mort de l'ancien Raikage, puis il continuerais à le faire grandir. Et ainsi de suite jusqu'à la fin des temps. La perte d'un Raikage, aussi fort et bon soit il, n'était pas déterminant dans la destruction du village, ce n'était qu'un homme. Ayant une âme de chef certes, et unissant le village, mais il n'était pas indispensable.

Perdue dans ses pensés, et se disant de plus en plus qu'il devrait aller voir le combat d'Alucard contre Kempachi, Rakurai atterrit devant les cascades de Kumo. L'endroit était...Magnifique, impossible de décrire la féerie qui se profilait devant ses yeux, une étendus d'eau calme, contrastant avec la violence de la chute d'eau qui, à sa grande surprise, ne faisait pas tant de bruit que cela. L'endroit avait, pendant quelques secondes, réussit à tirer Rakurai hors de ses pensées, ce qui était quelque chose d'assez reposant après tout.
S'asseyant près du bord de l'eau, Rakurai s'allongea carrément sur l'herbe et il se perdit entre la fatigue et le bruit reposant de l'eau, le conduisant jusqu'au portes du sommeil.

Lorsqu'il se réveilla, ce fut dans un lieu familier, bien que n'étant pas celui de la cascade, mais plutôt dans la chambre de Tsuyosa. D'ailleurs ce dernier se trouvait proche de la cheminé, occupé à lire un ouvrage à la couverture assez vieille et de couleur bordeaux.


¤Tsuyosa¤
"Ah, tu t'es réveillé. Tu à dormis prêt de seize heures il faut dire. Rassure toi, ici le temps s'écoule différemment, une heure ou deux on du s'écouler depuis ton sommeil. Il avait rajouté ça suite au regard stupéfait de Rakurai dans sa direction. Cela tombe bien que tu soit passer, je devais te parler."

Rakurai tentas de s'extirper du mieux qu'il pouvait du fauteuil en velours (rouge bordeaux lui aussi) mais fut dans l'incapacité de faire autre chose que de s'enfoncer d'avantage dans le moelleux du dis fauteuil. Et, décidé à finalement ne pas bougé de sa place, qu'il parlas à Tsuyosa d'une vois très pâteuse.

¤Rakurai¤
"Ah ? Bien la première fois qu'un Oni doit être content de voir l'humain qu'il parasite. Mais pourquoi je suis venue ici moi ?"

Tsuyosa sourit faiblement, et son sourire avait quelque chose d'inquiétant avec les ombres des flammes dansant devant lui.

¤Tsuyosa¤
"Tu n'a pas tout à fait tort mon jeune garçon, mais cela n'enlève rien au fait que je soit quand même content de te voir. Concernant ta présence ici, c'est peut être justement parce que le temps ne va pas à la même vitesse ici que "dehors", enfin peu importe la raison de ta présence ici, hormis le fait que cela m'arrange. Ton corps pourris plus vite que je ne l'avais cru de prime abord. En fait, il dépérit à chaque utilisation que tu fait de ton chakra, j'ignore si c'est à cause du fait que je soit éveillé ou pas, mais une chose est sure, si cela continue comme ça, tu ne seras bientôt plus en mesure de te déplacer....Jusqu'à ce que tu meurs, évidement."

Restant un instant interdis devant cette froide affirmation, Rakurai préféras ne rien dire pour le moment, en fait...Il le savait déjà. Il le savait juste après son premier entraînement au chakra. Il avait souffert dans son corps, mais il n'en disait rien. Pourquoi ? Car il ne voulais pas admettre qu'ilé tait mourrant, ou bien peut être parce qu'il ne voulais pas le croire. Mais maintenant qu'il était en face de la froide vérité, il n'avait pas d'autre choix que de l'affronter.

¤Rakurai¤
"Et donc je doit éveiller les deux Onis restant si je ne veux pas mourir, c'est ça ? Plus facile à dire qu'à faire, je n'ai pas la moindre idée de leurs noms, et je sais bien que toi aussi tu ne me les donneras pas, j'ai tort ?"

¤Tsuyosa¤
"Oui, tu à tort, le fait est que je veux te les donner, mais je ne le peux. En outre, un seul Oni suffiras pour te sauver la vie, ou tout du moins ralentir de manière visible la destruction de ton corps. Je peux t'aider à trouver ce nom, mais le fait est que cela sera dangereux. Tu devras parcourir le palais des âmes, et crois moi, rares sont ceux à y survive, tant physiquement que moralement. Alors ?"

Rakurai observas d'un oeil morne l'Oni sans dire un seul mort. De son point de vue, les Onis étaient des parasites à éliminer par tout les moyens, mais c'était aussi des lâches, car vu les tentatives que Tsuyosa faisait pour que Rakurai trouve le nom de l'Oni susceptible de lui sauver la vie, cela signifiait sûrement que ce dernier avait une trouille d'enfer face à la mort.

¤Rakurai¤
"Que dois je faire ?"

Le ton de Rakurai était sans appel, il n'avait ni l'envie, ni le besoin de mourir comme cela, si il devait mourir un jour prochain, il voulais qu'au moins ce soit en tentant de lutter contre la mort, après tout, comme son frère Hiro aimer à la lui rappeler "La mort est une maladie comme une autre, il suffit juste de trouver le moyen de la combattre."Et, jusqu'à ce que son frère parvienne à trouver ce moyen, Rakurai allait se battre, et ce de toutes ses forces, il n'avait pas pour habitude d'abandonné aussi facilement.

MessageSujet: Re: La Cascade   Ven 19 Jan - 22:03

Satisfait, et un peu surpris aussi, Tsuyosa posa son livre sur le rebord de la cheminée. Jamais il n'aurait cru rencontrer quelqu'un aussi déterminer à survivre, et pour aucune autre raison que vivre d'ailleurs, car, il n'avait rien à l'extérieur, pas d'ami, pas de personne attaché à lui d'une quelconque manière, et sa famille ne comptait pas. Car lorsque l'on souhaite vivre aussi ardemment, l'on ne vis pas comme un assassin, l'on s'émancipe de cette "voie" de ce destin. Mais alors, pourquoi cet humain vivait il ? Pour tuer ? Pour rien ? Ou bien existait il vraiment quelque chose qui pouvait rattacher Rakurai à ce monde ? Il n'en savait rien, et cela dépassait son entendement d'Oni. Lui même n'avait rien à dire d'ailleurs, il avait affronté les siècles, parasitant des milliers d'humains, certes sous des formes différentes, mais sa personnalité était la même. C'était d'ailleurs l'une des chose qui avait terrifié le plus les humains qui avaient réussit à le rencontrer, le fait qu'il puisse être "vivant", qu'il ai son propre mode de pensée, ses propres valeurs, ses propres désirs et aspiration. Après tout, les humains craignent et haissent ce qu'ils ne peuvent et veulent pas comprendre, et quand l'objet qu'ils craignent atteint un niveau de raisonnement égale aux leurs, et bien ils sont décontenancés.

Rakurai s'étirait pour la dernière fois, il ignorait complètement ou il allait et ce qu'il devait y faire, mais cela lui demanderait beaucoup d'énergie de sa part, bien plus qu'il n'en avait sûrement, mais ça, il ne le saurait qu'une fois sa "tache" (quelle quel soit) accomplie. Finissant de s'étirer, il observait d'un oeil assez amusé l'Oni se préparé. Il ignorait toujours si c'était la peur qu'il l'avait fait agir comme cela, et il s'en moquait pour être franc, ce démon ne lui servirait à rien d'autre qu'à vivre pour le moment, et quand Rakurai serait prêt, il disposeras de lui comme bon lui semble, facile n'est ce pas ? Et pourtant il y avait un malaise. Il ne saurait l'expliquer, ni même dire d'o* il venait, mais c'était le genre de sensation qui vous prend aux tripes jusqu'à ne plus vous lâcher. Il avait déjà ressentit cette sensation, il l'avait classé dans ses sensation "instinctives", mais c'était plus que de l'instinct, c'était carrément de l'esprit de conservation, voir de la lâcheté même, mai sil ne serait pas vivant à ce jour si il n'était pas un peu lâche sur les bords. Le courage est bien, mais sans prudence ce n'est que de la folie (certes, Rakurai à plus de prudence de que de courage, mais ce n'est qu'un détail ça...). Une chose était sur, cette sensation aux niveau de ses tripes n'allaient pas le lâché, tout du moins, pas tant qu'il ne se retrouverait pas face à ce qui provoquait chez lui un tel émoi.

L'humain se levait enfin, il ne semblait pas être plus sérieux que cela, mais après tout, si il avait réussi à "dominer" Tsuyosa, ce n'était pas par accident, et donc, la première impression ne devait pas être la bonne. Cependant, cet humain semblait surveiller partout à la fois comme nul part, c'était assez déroutant, bien qu'inutile. Tant qu'ils étaient dans sa chambre, ils ne risquaient rien, mais une fois dehors et surtout "la bas", et bien, ils risqueraient quelques problèmes, mais une chose à la fois, tout d'abord il devait l'emmener, et rien que ça poserait problème, vu que ni lui, ni l'humain n'avait le droit d'aller la bas.


¤Tsuyosa¤
"Suis moi."

Le ton était propice à la situation, froid, méprisant, hautain, limite insultant même. La nature de l'Oni refaisait doucement surface, être obliger d'aider cet humain dans son monde, s'en était risible, mais bon, il n'avait pas le choix. Tout ce qu'il espérait, c'est que tout les sacrifices qu'il allait faire, valent vraiment quelque chose, et pas seulement une simple tape sur l'épaule pour dire "merci, c'est sympa", il méritait plus, il désirait plus, et il aurait plus, bon gré, mal gré.

L'humain et l'Oni sortirent finalement de la chambre de ce dernier, aussitôt Rakurai ressentit la sensation d'être observé, épié de toute part, c'était la première fois que cela arrivait dans la salle au trois lampions (selon ses propres termes). mais il y avait plus que les deux autres lampions qui l'observaient (qui se trouvaient toujours, de manière imperturbable, au centre de la pièce sombre), en fait, Rakurai sentait ces regards venir des ténèbres même, comme si le noir lui même avait décidé de l'épier.
Pour Tsuyosa, il savait qui, et pourquoi, on l'épiait, et bien qu'il n'appréciait pas ça il s'abstint de tout commentaire, inutile de commencer à faire réfléchir l'humain, cela ne lui causerait que des soucis, et parallèlement, pourrait faire échouer ce qu'ils allaient faire. Il jeta un rapide coup d'oeil en direction de ********* et de *****, ces derniers, toujours sous formes de simple lueur pour le regard faible de l'humain, mais dans leurs vraies formes pour Tsuyosa, fit un signe de tête dans leurs direction afin de leurs faire comprendre ce qu'il allait faire. Ils répondirent tout les deux du même signe de tête, et bien que cela ne plaisait pas beaucoup à Tsuyosa, il continuas son chemin, tentant d'ignorer celui qui les observait.

Rakurai ne disait rien, depuis le moment ou il s'était levé et que Tsuyosa lui avait demandé de le suivre, il était resté stoïque, bien qu'il perdis de son impassibilité lorsqu'il se sentit observé. Pour une raison qu'il ignorait il sentait bien qu'il n'était pas le seul à être observer et que Tsuyosa aussi était observer, mais les questions qui se posaient alors étaient : Qui ? Et Pourquoi ? La première question resterait sans réponse, cela était sur et certain, par contre la seconde, et bien Rakurai pouvait avoir une ébauche d'idée. Son corps était sur le point de mourir, pas tout de suite, mais un jour prochain, Tsuyosa, fort de ce renseignement, et craignant pour sa vie décide d'aider Rakurai afin d'éviter qu'il ne meure et que donc lui aussi ne meure en même temps. Problème, un Oni ne doit, normalement, pas interférer avec l'humain qu'il parasite, sauf lorsque l'humain en question réussit à découvrir l'Oni en question. Donc, d'après Rakurai, Tsuyosa à rompus une "loi" Oni et est donc surveiller en conséquence, après, il faudrait voir si quelque chose serait intenté contre eux, mais si Tsuyosa ne faisait que lui indiqué le chemin, et bien, il ne devrait rien lui arrivait.

Jetant un dernier regard alentour et reniflant dédaigneusement, Tsuyosa se mit en marche, suivis de prêt par Rakurai. La marche en elle même ne fut pas très longue, ils passèrent devant les deux chambres des deux autres Onis et les noms étaient effacé, ainsi que leurs phrases de présentation. Au début Rakurai pensait qe Tsuyosa allait l'emmener dans la chambre de l'Oni capable de le sauver et que pendant que ce dernier occuperait l'Oni, il pourrait chercher tranquillement son nom afin de le dominer lui même, mais au lieu de ça Tsuyosa semblait plus vouloir l'emmener au fin fond des ténèbres, car il s'enfonçait de plus en plus dans le noir, mais cela n'était pas vide pour autant.
En effet, au loin Rakurai pouvait apercevoir une gigantesque porte en marbre gris, dégageant un chakra considérable, et à peine Rakurai avait il porté son regard sur cette porte, que sa sensation le prenant aux tripes s'accentuas pour ne finalement laisser qu'elle dans les sensations de ce dernier. Quoique renfermé cette porte, c'était dangereux, puissant et incroyablement malsain, surtout pour une simple porte. Mais ne nous leurrons pas, c'était surtout ce qu'il y avait derrière cette porte qui faisait naître ces sensations. Bien que l'énergie dégagé était terrible, et que la sensation des tripes devenait de plus en plus insupportable, Rakurai refusait de flancher, son pas avait certes ralentit mais il continuait d'avancer. En fait, même Tsuyosa semblait inquiet de ce qui se trouvait derrière cette porte.


¤Tsuyosa¤
"C'est ici."

Une simple phrase et pourtant Rakurai se sentait mal, très mal même, mais il savait aussi qu'il n'avait pas d'autres choix pour le moment, et un moyen détourné lui prendrait beaucoup trop de temps. Faisant un rapide signe de tête à l'encontre de Tsuyosa, ce dernier lui répondit de même avant de prendre les deux poignés de l'immense porte et de tirer dessus de toute ses forces, permettant ainsi de voir ce qui se trouver derrière...

MessageSujet: Re: La Cascade   Mer 24 Jan - 4:34

Ce qui se trouvait derrière l'immense porte fut...Le Néant. Pendant un instant, un très court instant, la nature lâche de Rakurai avait pris le dessus et l'avait fait mettre en position de défense, cherchant ses armes qui ne se trouvait pas là, il avait craint d'être attaquer aussitôt la porte ouverte et avait pleinement accepter le fait qu'il doivent se défendre même si rien ne sortait; C'était ainsi, comme déjà dis, l'on ne survivait pas longtemps en tant qu'assassin sans une certaine dose de lâcheté, les autres pouvait le méprisait pour cela, il n'empêchait pas que lui restait vivant.

Mais revenons en à notre porte, Rakurai s'était attendus à tout, sauf au néant le plus profond, il n'y avait rien, ni sol, ni mur, ni chambre, ni lumière, rien d'autre que les ténèbres les plus profonde, sauf qu'il ne s'agissait pas des ténèbres, les ténèbres étaient insidieuse, et l'on pouvait sentir leurs cotés malsain, mais là, il n'y avait rien, absolument rien, aucun sensation de malaise ne prenait Rakurai, seul cette peur venant des tripes persistait encore, mais ça, c'était normal, tant qu'il ne serait pas en parfaite sécurité elle subsisterait.


¤Rakurai¤
"Tsuyosa. Qu'est ce donc comme endroit ? l'on dirait que la vie elle même à déserté cet endroit, les ténèbres n'osent l'approcher, et même nous nous semblons hésité à poursuivre, alors ?"

Quel humain agaçant. Tsuyosa avait hésité, une fraction de seconde, avant d'ouvrir cette maudite porte, il savait ce qu'elle contenait, il savait aussi qu'on ne dérangeais pas "ça" impunément, mais là il n'avait pas le choix, c'était vitale. Il faudrait maintenant qu'ils trouvent un moyen pour que l'humain trouve le nom de ********* avant que "ça" ne les trouvent, sinon, et bien, ce serait la fin, pour eux deux. Et pourtant, malgré cette hésitation visible, malgré cette peur, malgré tout ça, ce stupide être humain trouvait encore le moyen de poser une question ?

¤Tsuyosa¤
"Je pourrais te répondre, humain. Ou je pourrais t'ignorer. Dans un cas comme dans l'autre je préfère éviter de nommer cet endroit, mais je peux au moins te donner sa "fonction". Tu n'a pas tort quand tu dis que la vie à déserté cet endroit, il faut dire que son existence même est une menace pour la vie, quelle quel soit. Cet endroit naît de la vie, il absorbe les vies des personnes mourante, des soldats morts à la guerre, des hommes mauvais, des êtres désireux de faire du mal etc, etc, cela se nourrit du malheur, de la vie et enfin du désespoir pour survivre. Une fois toute cette énergie échappé dans la nature, elles se regroupent afin de crée de la "non vie". L'accumulation des désirs, de la haine, de la mort et autres altèrent le sens premier de la vie afin de la pervertir, de la corrompre en quelque chose d'incroyablement malsain, vicieux, et pourtant nécessaire à nous Onis, bien qu'elle n'hésiterait pas à prendre nos vies pour faire perdurer la sienne. Tsuyosa s'arrêtas un moment de parler, pour le moment il ne faisait qu'observer cet endroit qui lui rappelais de bien mauvais souvenirs ainsi qu'une haine farouche en cet endroit. Si cet endroit est si important pour les Onis et bien, c'est parce que là qu'ils naissent. Les Onis sont une forme concentré de cette non vie, mais comme la forme volage se trouvant devant nous, nous avons besoin de la vie pour exister, nous parasitons la vie pour faire prospérer la notre; mais comment se nourrir dans un lieu mort ? C'est impossible et pour éviter que cette énergie que nous sommes ne se consument d'elle même...Nous sommes expulsé de cet endroit afin d'aller parasiter les hommes selon leurs forces. Le soucis avec cette expulsion, c'est que nous ne la supportons pas, de ce fait nous somme sonné quand nous sortons, c'est pour cette raison que nous "dormons" dans le corps de nos "hôtes" et nous ne pouvons nous réveiller qu'une fois que notre hôte nous trouve."

Il avait trop parlé, il en avais trop dis aussi. Cet endroit, "ça", son expulsion il y à cela des siècles, son retour dans cet endroit une fois son hôte mort et de nouveau son expulsion, tout cela était traumatisant, malsain, terrifiant en fait. C'était la première fois qu'il devait retourner de son propre chef la bas, c'était la première fois et peut être la dernière, jusqu'ou son utilité allait elle ? Jusqu'ou l'énergie qu'il arrivé à déborder avant de lui être arraché au profit de ce lieu allait suffire à "ça" ? Il n'en savait rien, ne voulais pas le savoir.

Rakurai réfléchissait à ce que venait de dire Tsuyosa, ainsi quand ce dernier lui avait montré le livre sur les Onis il lui avait mentit ? Non, il n'avait fait que lui donner les premiers indices sur ce qu'il était, et là il venait de découvrir d'ou il venait, et si il détruisait cet endroit et bien...Qui sait ce qui se passerait.

¤Rakurai¤
"Je vois. Mais comment allons nous pénétrer ce lieu sans voir notre vie arraché de nos corps et offerte à ce lieu ? A moins que cela ne soit ton désir, Tsuyosa. Mais surtout, répond à cette question, tu dis avoir été expulsé ? mais par quoi ? Que cache cette zone étant une insulte à la vie ?!"

Les humains étaient si...Stupide ! Il savait qu'il y avait quelque chose de terrible la dedans et il trouvais le moyen de demander quoi ?! Décidément, cette espèce ne méritaient pas sa place prédominante de la Terre, elles étaient imparfaite, incomplète et terriblement bête pour cela, mais bon, Tsuyosa ni pouvait rien, c'était ainsi et cela ne changerait pas.

¤Tsuyosa¤
"Je ne peux le nommer et tu ne veux pas le savoir de toute façon. Simplement, il est rare, non, impossible que quelqu'un pénètre ce lieu de son plein gré, donc notre présence devrait, normalement, passé inaperçus, si c'est le cas, et bien notre tache seras de retrouver le nom des deux autres Onis présents en toi. Vu qu'ils on été créer ici, tout comme moi, leurs noms leurs à été donné ici aussi, ce sera à toi de les trouver, mais je te rassure, seul les éléments ayant un rapport avec toi seras visible, et seul ces informations là tu pourras lire, mais cela, tu le comprendras une fois que nous aurons plonger, est tu prêt ?"

Les explications de Tsuyosa ne convenait pas à Rakurai, simplement il avait dit vrai, il ne voulait pas le savoir, déjà que son trouillomètre frisait la surchauffe, il n'allait pas risquer de faire péter le compteur avec une description détaillé de ce qu'il y avait dedans. Alors après un rapide signe de tête en direction de Tsuyosa, ces derniers s'avancèrent ensemble avant de pénétrer dans le néant.

MessageSujet: Re: La Cascade   Sam 27 Jan - 1:51

Le passage vers le néant, vers la "non vie" était plus rapide que Rakurai l'aurait cru et surtout, totalement indolore, chose qu'il n'aurais jamais cru possible. Il aurait cru voir sa vie se faire absorber sauvagement, retirer avec violence de son corps et en fait non, il ne ressentait aucun changement, il était tout à fait normal, tout à fait vivant. Cependant, son trouillomètre venait d'exploser, et tout ça juste à cause de l'endroit. Il savait que ses pieds ne reposait sous rien, mais pourtant il ne se sentait pas tomber, ni même flotter, c'était comme si il était statique mais en train de bouger. Sensation très désagréable et qui rendait la réalité de cet endroit distordus, irréelle mais en même temps oppressante. Pour preuve, depuis dix minutes qu'ils étaient entrée, qu'il était en train de "flotter", donc il pensait s'être déplacé entre temps, en tout cas, il en avait eu la sensation. Et pourtant, la porte de sortie était aussi proche de lui qu'il y à dix minutes, ni plus ni moins.

Un grognement, ce fut tout ce que fit Tsuyosa lorsqu'il pénétras dans la "non vie", l'humain était trop faible et stupide pour s'en rendre compte, mais ils étaient en train de crever, et lentement. La non vie à besoin de vie pour être satisfaite, mais pas de vie arracher brutalement à son possesseur pour que ce dernier ne se rende compte de ce qu'il venait de lui arriver, non, il fallait que celui qui perdait sa vie en soit conscient, le ressente qu'à l'ultime moment et que cela crée en lui une véritable déferlante de désir de vivre qui restait vain, une fois pénétrer ici, seul la mort pouvait offrir quelque chose, et son Gardien ne laisserais pas les vivants quitter ce lieu. Enfin, il ne faudrait se soucier de lui que si jamais ils venaient à traîner, ce dont Tsuyosa n'espérait pas, que dis je ? Ne voulais pas. Il regardais, mi consterné, mi amusé, l'humain s'amusais à balancer ses jambes dans le vide afin de tenter de se déplacer. Effort inutile. Dans ce "monde", le corps physique ne sert à rien, seul la non vie peut "exister", mais pas au sens physique du terme, plus au sens spectral, et eus deux, qui possède non seulement une enveloppe charnel, mais aussi des besoins charnel, sont impuissant dans ce monde uniquement régis par l'immatériel. Sans sa vie courant en lui, Tsuyosa pourrait agir "physiquement" dans ce monde, il pourrait même voir ses coutures, ses reliefs, son sol, mais dans son état d'Oni, qu'il préférait à celui de spectre, c'était impossible, malgré son pouvoir, malgré sa force, il n'était rien de plus qu'une puce aux yeux de cet univers.


¤Tsuyosa¤
"Tu perd ton temps l'humain, ici tu peut bouger autant que tu veux tu resteras ici, seul l'esprit fonctionne pour pouvoir avancer, ou autre chose. Mais ne te leurre pas, même combiner, nos esprits ne sont pas assez fort pour vaincre ce qui s'y trouve, alors il faudra être très prudent, surtout que notre arrivé n'a pas du passer inaperçus."

Rakurai observas un moment Tsuyosa, il semblait être inquiet, non, plus que cela. Il avait peur lui aussi, il faisait dans son froc comme on dis (bien qu'il n'ai pas de "froc" à proprement parler). Cependant lui ne gesticulait pas et réussissais à avancer calmement dans ces ténèbres sans âmes. Se concentrant un peu sur l'image d'avancé, il réussit, tant bien que mal, à se déplacer, agitants de ce fait ses bras dans tout les sens, craignant de tomber alors qu'il savait qu'il ne pouvait pas tomber.

¤Rakurai¤
"C'est un moyen de locomotion appréciable, au moins l'on ne se fatigue pas. Le ton se voulais léger, mais la peur était bien lisible dans le son de sa voix et sur son visage. Bon, c'est pas que l'endroit ne me plait pas, et je suis pas contre faire un peu de tourisme, mais j'ai laissé la fenétre de chez moi ouverte et j'ai peur qu'on ne rentre chez moi pour me voler."

Crétin d'humain. Ils étaient dans une situation inextricable sand oute, et cette abruti de dernière génération trouvait le moyen de plaisanter ? C'était pathétique. Mais malgré le fait qu'il pensait cela, Tsuyosa ne put que de sourire face à l'énormité de la chose, c'était amusant, car cela détendais l'atmosphère, une atmosphère lourde, pesante et malsaine.

¤Tsuyosa¤
"Tiens donc ? C'est maintenant que tu t'en inquiète ? Enfin, je ne peux rien dire, ce n'est pas à moi de te guider, mais à toi. Pense aux Oni, pense à ta première rencontre et ce lieu devrait nous révéler ses secrets, tes secrets, mes secrets."

Ses secrets , Que voualti il dire par là ? Est ce Tsuyosa savait plus de chose qu'il ne voulais bien lui dire ? Ou bien est ce qu'il se faisait des idées ? Enfin, Rakurai n'avait pas le temps de penser à cela, il n'aimait pas cet endroit et il voulais partir d'ici, le plus rapidement serait le mieux. Remettant ses lunettes en place après un rapide coup d 'oeil à Tsuyosa, Rakurai se concentras sur les Onis, sa première rencontre avec eux, sur le chemin menant à Kumo, non, bien avant, quand il n'était qu'un enfant dans le coma, voilà quand il les avaient rencontré, et voilà pourquoi sa famille était au courant de cela, ils l'avaient vu se battre contre eux, mais juste physiquement.
Se concentrant de plus en plus il sentit deux lueur venir de devant lui, deux lueur d'un tel éclat que l'on aurait dis des lances de lumières, et il dus plisser les yeux pour lire les noms : Kurushimi, Osore.
Voilà il les avait, il ne lui faudrait que les combattre et...Qu'était ce que cela ? il venait de sentir une présence, autre que celle de Tsuyosa, mais rien, il en voyait rien, et pourtant, cette envie de tuer qui émanait de partout à la fois et de nul part, qu'était ce ?


¤Tsuyosa¤
"Et merde, le voilà."

MessageSujet: Re: La Cascade   Dim 4 Fév - 22:41

[Je te donne de l'XP maintenant mais j'aimerais bien savoir la suite Rakurai story's addict XD]
[Rakurai: + 17 EXP RP]

MessageSujet: Re: La Cascade   Lun 5 Fév - 19:00

[Vivivi on s'en occupe ^^ juste un petit manque d'inspi.]

Le voilà, ce fut les derniers mots que Rakurai entendis avant de replonger dans la lumière blanche, si pure, si douce, si puissante, si chaleureuse...Cette lumière était bien plus qu'une simple lueur perçant les ténèbres de son rayon bienfaisant, non, c'était une partie de l'âme de Rakurai. Une partie de ses souvenirs, une partie de son être, arraché, voler, corrompus lorsqu'il croisa pour la première fois le chemin des Onis. Et aujourd'hui, de nouveau en face des Onis, il avait retrouvé cette partie viciée par les ténèbres et l'avait épuré de toute sa malveillance avant de s'en approcher de la manière la plus naïve et enfantine qui soit.

Hélas, trois fois hélas, la naïveté d'un être ne comprennent rien dans l'endroit dans lequel il se trouvait, ne pouvait pas lui permettre d'atteindre une telle lumière. A peine sa main effleuré t-elle la frontière entre l'ombre absolue et l'éclat majestueux que cette dernière disparus, se volatilisa happé par les ténèbres, reposant de nouveau en son sein. Il avait beau se concentrer, essayer de rappeler à lui ses souvenirs, rien n'y faisait. Il venait de perdre, de nouveau, une partie de lui même; mais cette fais, au lieu de ne pas en être conscient, il avait vu les ténèbres lui arracher proprement la partie manquante de son être.

Tendant inutilement son bras vers les ténèbres qui venaient d'aspirer, une fois encore, ses pensées, Rakurai ne s'occupait pas du tout de son environnement. Il n'entendait pas les cris de Tsuyosa, il ne sentait pas la présence malsaine et très puissante du Gardien des lieux, il ne sentait même pas sa propre mort venir. Comment aurait il pu ? Il venait de voir une partie de lui se faire sauvagement arracher avant d'être emmener de force dans les ténèbres où elle disparue sans laisser de trace, disparaître sans pouvoir faire quoi que ce soit pour l'aider, pour la récupérer, pour la retrouver. Alors une créature issue des ténèbre pure mais n'en étant que son gardien, protégeant et éliminant facilement les intrus, n'était pas dans les priorités de Rakurai pour le moment.

Fuir, il fallait fuir, il devait fuir, il voulait fuir, il ne pouvait fuir, mais pourquoi ? Car ce stupide humain était béat et pratiquement en larme devant les ténèbres qui venait de dévorer son passé. Il était déjà étonnant qu'elle ait réussi, aussi facilement, à retrouver l'ombre de son passé, alors le récupérer entièrement, il ne fallait pas trop rêver. Mais là n'était pas le problème, au moment ou cette saleté de lueur était apparus, le Gardien avait trouvé ses intrus, et inutile de dire qu'il ne ferait pas dans la dentelle maintenant qu'il avait sous la "main" un Oni et un humain. Le Gardien était présent mais invisible, cependant Tsuyosa n'avait pas besoin de le voir pour craindre pour sa vie et celle de l'humain, après tout la puissance qu'il dégageait était suffisante pour bien comprendre qu'il ne faisait pas le poids contre lui. Cependant il ne pouvait pas mourir ici, pas maintenant, pas comme ça. Ils devaient fuir, et maintenant, cependant dans son esprit d'Oni Tsuyosa savait qu'il serait presque impossible de fuir sans se faire dévorer par l'entité Gardienne des ténèbres et de l'espace de non vie. Tentant de reprendre son calme, Tsuyosa tourna son regard haineux vers Rakurai, cette stupide créature allait les tuer tout les deux si Tsuyosa ne faisait rien pour l'aider à se remettre. C'est donc d'une voix presque calme que Tsuyosa parlas à Rakurai, tentant de calmer la panique qui lui montait à la gorge.


¤Tsuyosa¤
"Rakurai. C'est fini. Il nous faut partir, viens, si nous restons, nous courrons le risque de nous faire nous aussi dévorer par cette endroit. Surtout que cela est déjà à moitié fait, notre énergie est en train de se faire lentement absorber depuis notre entrée, je ne sent presque plus mes jambes et toi tu dois être presque mort, n'est pas l'humain ? Allez viens, inutile de traîner plus longtemps ici."

Tsuyosa tendis son bras pour attraper Rakurai et le secouer pour le forcer à se reprendre et à voler jusqu'à la sortie.
Rakurai avait bien entendus Tsuyosa, sauf que cette fois ci il ne put retenir plus longtemps ses larmes. Il venait de se perdre une nouvelle fois et cette fois ci il savait qu'il n'existait aucun moyen pour récupérer cette partie. Tout ce qui lui restait à faire était de sortir de cet endroit et de s'occuper des deux derniers Onis dont il venait de récupérer : Kurushimi, Osore. Il venait de se perdre pour trouver ces deux noms, ces deux Onis. Se ressaisissant suite aux appels de Tsuyosa, Rakurai essuyas ses yeux avant de se retourner et de ressentir, pour la seconde, fois cette envie de tuer, associé à un très fort désir de protection. IL se sentait pétrifier par cette puissance et cette envie de tuer, mais il savait que cela ne pouvait venir que du Gardien dont Tsuyosa avait brièvement parler avant de pénétrer en ce lieu, d'ailleurs, ce dernier aussi semblait être totalement frappé de terreur tandis qu'il avançais, lentement, en direction de la sortie. Rakurai tentait de réaliser à son tour cet exploit mais quelque chose clochait, comme si malgré tous ses efforts il restait immobile à travers l'espace. Il avait la désagréable impression d'avancer tout en reculant, car plus il tentait de s'approcher de la sortie plus il voyait cette dernière s'éloigner et devenir floue et trouble, mais pourquoi ?

Idiot d'assassin. Son énergie avait été trop rapidement dévoré, désormais tout ses sens était contradictoire, pour avancer il reculais, et vice versa et cela était du au fait qu'il n'avait plus l'énergie nécessaire au contrôle complet de ses nerfs. Désormais tout ses sens seraient contradictoires et si cela continuait il allait s'évanouir et se faire doucement dévorer par ce lieu. Tsuyosa comprenait mieux désormais pourquoi le Gardien n'avait pas attaqué sitôt la présence de Rakurai et la sienne repéré. Il avait sentit que l'assassin était en train de se faire aspirer rapidement par la non vie contenue dans cet univers. Après tout le môme était favorable à cette perte d'énergie quand on connaissait le statut de son corps, de son coeur et de son âme, rien d'étonnant à ce que son énergie filtre aussi rapidement. Et maintenant que cet univers avait goûté à la vie de Rakurai, il ferrait tout pour l'absorber jusqu'à la fin, mais ça, Tsuyosa ne pouvait pas le laisser faire, pas pour le moment tout du moins.
S'arrêtant et concentrant son énergie, Tsuyosa se promit que plus jamais il n'entrerais ici tant que le môme serait vivant, et il allait vivre, longtemps, suffisamment pour voir ses désirs se réaliser tout du moins, il le fallait. Créant un souffle de feu noir légèrement différent que celui qui lui avait servis à attaquer le gamin lors de leurs premières rencontres, il la projeta sur ce dernier. Ces flammes étaient spéciales, en plus de brûler sa cible, elle l'empêchait de bouger en l'enchaînant d'elle même pour continuer à le brûler. Cependant, là Tsuyosa n'avait été qu'au minimum de sa puissance pour éviter que l'assassin ne meure prématurément, bien entendus cela ne l'empêcherait pas de sentir la souffrance d'être brûlé, mais cela n'était qu'un détail.

A l'extérieur prés de la cascade, l'après midi avait cédé sa place au début de soirée, le temps se rafraîchissait rapidement et le vent souffler, projetant de l'eau de la cascade un peu partout, même sur un corps inconscient se trouvant non loin de l'eau. Ce dernier était vêtu normalement, et avec assez de vêtement pour les température de l'après midi mais certainement pas pour celle du soir, surtout qu'il était mouillé à cause du vent. Alors pourquoi ce dernier semblait mourir de chaud ? Il transpirait, haletait, souffrait de brûlure à divers endroit de sa peau et se tortillait dans tout les sens.

Il avait mal, il souffrait, voilà ce que Rakurai ressentait. Il était enveloppé dans ce que nous pourrions nommer une couverture chauffante toutes options dont celle de torturer. Toutes les partis de son corps en contact avec cette couverture semblait chauffer, avant de brûler et de griller, et à point s'il vous plait. Cependant il se sentait tirer vers la sortie, il ne comprenait pas comment, ni pourquoi mais à travers sa vision trouble il voyait la sortie se rapprochait de plus en plus jusqu'à finalement l'atteindre et sombrer.


Tsuyosa avait réussit, il avait sentit le "regard" du Gardien posé sur lui tandis qu'il sauvais Rakurai mais même ce dernier ne ferrait rien contre Tsuyosa à ce moment, en tout cas, pas tant que l'univers de non vie n'ai totalement absorbé l'énergie de Rakurai, et maintenant qu'il y avait goûté, il ne laisserais plus ce dernier en paix. Les jours qui allaient suivre risquaient d'être fatale pour le môme si ce dernier ne se dépêchait de soumettre Kurushimi et Osore. Finalement quand ils atteignirent tout deux la sortie et que la porte se refermait doucement, Rakurai disparus, il avait du très certainement réintégré son corps, tant mieux, cela permettait à Tsuyosa de décompresser un peu. D'ailleurs ce dernier se leva avant de se diriger vers les deux autres Onis.

¤Kurushimi¤
"Ah, te voilà de retour Tsuyosa, alors ?"

¤Tsuyosa¤
"Alors rien, il à réussit à retrouver vos noms. Cependant je crains que désormais il n'ai aussi attiré l'attention de "ça"."

A ces mots, les deux autres Onis se raidirent, finalement il allait falloir qu'eux aussi acceptent de donner leurs forces à cet assassin médiocre. Cependant cela était l'une des obligations sine qua none à leurs objectif final, il ne fallait pas qu'ils l'oublient.

¤Osore¤
"Je vois, cela n'est pas une bonne nouvelle. Nous allons donc devoir compter uniquement sur ce gamin pour atteindre nos objectifs. Il n'est pas le plus adapté mais il est le seul."

Les deux autres acquiescèrent, ils n'avaient pas le choix et ils le savaient. Leur plan n'était pas encore fichu mais de nombreuses difficultés venait se mettre en travers de leurs chemins.
Pendant ce temps la carcasse mourrant de chaud alors qu'il faisait moins trente degré s'éveillas doucement, des traces de brûlure un peu partout sur les bras, mains, visage et corps. Étrangement ses vêtement étaient intact, mais cela était du que les vêtements qu'il possédait dans l'univers Oni était différent de ceux qu'il portait quand il était sur "Terre". Il se leva difficilement titubant de fatigue, de douleur et de faim. Il ne savait pas combien de temps il s'était écoulé mais il était vivant, c'est tout ce qui était important pour le moment. Grimaçant à chaque pas qu'il faisait il entreprit de se diriger chez lui, repassant en boucle tel un aliéné le nom des deux Onis.

MessageSujet: Re: La Cascade   Ven 2 Nov - 23:13

Rakurai : +6 XP RP.

MessageSujet: Re: La Cascade   Ven 11 Avr - 0:46

Ca y est, on venait de lui assigner la garderie, il allait falloir faire preuve de patience, chose qu’elle n’avait qu’en quantité limitée… Alors comme ça, la demoiselle allait avoir pour charge auprès du village, deux étudiants à surveiller ? Quel excès de joie pouvait-elle bien avoir ! Excès de joie qu’elle extériorisa en martelant le ciel de ses malédictions. La kunoichi errait dans les avenues avant de voir ce papier, ridicule morceau d’un ancien arbre, où se trouvait à jamais gravé son nom et celui de ceux qu’elle allait devoir dresser… Elle l’avait vu, et dès lors, l’envie de presque leur faire regretter d’avoir voulu être ninja lui vint en tête… Son collègue, inconnu jeune homme, avait amené son équipe au cimetière, il devait être aussi barge qu’elle… Minako, néanmoins, décida de les frotter aussitôt avec la douleur du travail… Aussi avait-elle laissé, sans se fouler le poignet, un minimum de mots, à eux de comprendre…

Equipe 1 : Cacade, 6 heures, aucun retard

C’était clair et concis, à eux de suivre les indications, afin de découvrir celle qu’ils haïront bientôt. Du moins, elle avait tout préparé pour ça. Elle passerait la nuit à la cascade pour les attendre, et non sans surprise pour eux… Elle plaça, bien face à la cascade deux étuis, vide, enfin presque. Dans chacun d’entre eux il y avait un papier, et sur chacun d’eux, le nom de son possesseur futur… Chacune des indications étaient assez bien rangées pour que de l’extérieur on ne puisse les lire. Elle s’amusait d’avance de ce qu’elle préparait… Elle s’était cachée, derrière la cascade, et gardait à portée d’elle, deux kunai, ciblant convenablement chacune des deux cibles… Il ne manquait plus qu’eux, elle les attendrait, toute la nuit ici…

« A Oto, il n’était pas tendre avec moi, et j’ai bien tourné, ce sera de même pour eux, nous verrons si ils sont solides… »

Là où elle se trouvait, il faisait particulièrement sombre, et dans l’ombre du matin, il serait impossible de l’apercevoir. De plus, l’eau qui s’écoulait n’était qu’un infime voile, et non pas la chute d’eau qu’il y avait un mètre plus sur sa droite… Les kunai pouvaient donc percer cette couche sans grand mal. La jeune femme s’était installée d’une façon qu’elle trouvait confortable. Les étuis, étranges cibles avec un but bien particulier, étaient solidement fixé au sol, il faudrait les sortir avant que le shuriken ne tombe, sinon, le projectile endommagerait le porte message, et le message serait inexploitable tellement il serait finement décomposé. Et sans ce message, Minako ne les considèrerait pas de son équipe, et même, elle les verrait comme des ennemis à balayer. Ainsi, elle n’aurait plus qu’à se débarrasser d’eux. Ici, il n’y avait pas de place pour les idiots et les sans talents, il allait falloir réfléchir, ou montrer de par la ruse de quoi on était capable… Pour cela, la jounin ne les lâcherait pas…

[N'ayez pas peur on va commencer molo =D]

MessageSujet: Re: La Cascade   Lun 29 Sep - 19:26

Kuro (?) : +6 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Cascade   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tempête Argentée et Nuage de Cascade (suite)
» Près d'une cascade dans la forêt... ~Entraînement Michiyo~
» [Antre] - La Cascade de Méduse
» bug cascade, siphon
» CS Cascade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-