Partagez | 
 

 Sources Chaudes de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Jiraiya
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Sources Chaudes de Konoha   Lun 26 Sep - 15:42

Rappel du premier message :

Les sources chaudes de Konoha


Bienvenue dans les sources chaudes de Konoha,
Les sources chaudes de Konoha sont réputées pour leurs bienfaits sur le corps. Il y a plusieurs bains dans lesquels vous pourrez vous revivifier. Certains de ceux-ci sont réservés aux hommes, d'autres aux femmes... vous ne pouvez pas vous tromper, il y a un panneau indicateur.

En été comme en hiver, l'eau des bains est à soixante degrés, c'est pour cela qu'il vous faudra prendre le temps de vous préparer avant d'aller vous baigner. Nous vous recommandons de ne pas rester plus de deux heures immergé dans un bain. Nous vous proposons toute une série de service dont vous pourrez bénéficier entre deux baignades. Par exemple, le massage à l'huile par les plus grands spécialistes du Pays du feu. Vous aurez aussi la possibilité d'acheter des boissons du thé au sake. La nourriture n'étant pas autorisée à l'intérieur des bains nous avons mis à la disposition de nos client un espace repas qui reste ouvert jusqu'à la fermeture des bains.
Nous vous prêtons nos serviettes de bains lavées après chaque utilisation. Nous avons récemment ajouté des casiers individuels dans la partie masculine des bains, et les casiers individuels présents dans la partie féminine des bains ont été restaurés.

Les bains sont ouverts de sept heures le matin à vingt-trois heures le soir, toutefois vous pourrez quand même vous rendre aux bains en dehors de ces horaires si vous le souhaitez. Cependant, cela sera à vos risques et périls, puisque les bains ne seront plus surveillés.
Pour des raison d'hygiène, les animaux sont interdits dans les bains, et il est également prohibé de se baigner habillé. Seuls les femmes sont acceptées dans la partie féminine des bains, et réciproquement pour les hommes.



Dernière édition par le Lun 26 Sep - 22:17, édité 8 fois

AuteurMessage
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Mer 7 Avr - 1:05

Tout cela devenait de plus en plus... grotesque. Il y à encore cinq minutes; les deux humains commençaient l'acte le plus sensuel et le plus profond qu'ils puissent entreprendre. Et à présent, l'homme en premier repoussait le corps enivrant de la jeune femme. Des larmes chaudes venaient se mêler à l'eau bouillonnante telle une goute se mêlant à l'océan. De faible mot furent prononcés et le jeune homme comprit rapidement la situation. L'alcool et l'euphorique du lieu les avaient fait perdre la tête. Nara avait oublié Kenji et Hakai, Taka. Chacun avait une personne chère à leur cœur et pourtant ils avaient failli briser tout cela.

Une dernière fois, une toute dernière fois, Hakai avait pu observer le corps féminin. Il n'y avait rien à dire, la femme était la plus belle création de la nature. Le tissu du peignoir recouvra la peau délicate. Elle passa quelque seconde à se frotter avant de rejoindre l'Uchiha toujours confortablement installé dans l'eau chaude. Étrangement, il n'était pas plus infecté que cela. Il aimait Taka, c'était une certitude mais alors pourquoi... L'effet de l'alcool probablement. Il regardait la femme s'approcher et se poser à ses côtés.

Il la regardait, son regard blanc était plongé dans le vide, plongé dans ses pensées. Ce n'était pas que l'alcool, mais également la pression exercé sur les épaules des shinobi. Chacun avait ces petits soucis. Hakai ignorait ceux de la jeune femme mais les siens étaient bien présent.

Nara- Cela fait quoi d’avoir un clan?

Un clan? Un regroupement d'individu portant le même nom. Un boost pour certain, une gêne pour d'autre. Par moment tout ce passait bien au sein de la communauté mais par moment... tout pouvait déraper et le clan devenait un enfer. Mais malgré tout, il aimait le clan et fait tout ce qui est en son pouvoir pour l'aider et le voir prospérer. Ne voulant pas discuter d'un sujet qui fâche, l'homme évita de répondre et ce contenter d'observer les murs de la pièce. Il n'y avait pas grand chose à dire. Tout ici était fait pour plaire au client et l'emmener dans un monde qui n'était pas sans danger. L'homme était loin d'imaginer que des yeux les observaient.

Nara- Le jours où nous nous sommes rencontrés sous la pluie, dans le parc, tu m’avais demandé ce que cela m’avait fait de voir mourir celui que je détestais le plus au monde devant mes yeux. Cela ne m’avait rien fait. Je n’avais ressentit qu’un immense vide, comme si le seul but que je m’étais fixé venait de s’écroulé tel un pétale arracher par une bourrasque de vent. Je ne sais pas te dire si cela ma fait du bien ou du tord mais par contre, je regrette de ne pas l’avoir tuer moi-même. Mais je comprends pourquoi Takame a voulu le faire, après tout, en assassinant mon père, cet homme l’avait rendu veuve. Mais ce que je déplore le plus, c’est que Takame c’est toujours efforcer de me garder éloigné du clan. Elle devait craindre le fait que mon jeune esprit ce laisse endoctriné par l’esprit du clan. Après tout, a cette époque je n’étais encore qu’une enfant… C’est maintenant que je me rends compte de l’importance que revêtais le clan pour Takame. Elle aurait donné sa vie pour chaque membres de ce dernier mais on l'a banni. Prétextant qu’elle était trop rebelle pour pouvoir s’occuper de moi. Après tout, j’étais a la base destiné a prendre la tête du clan. Mais, tout a basculé. Mon père c’est fait assassiner, brisant le seul lien qui m’unissait au clan.

Une histoire tragique en est t'elle. Chacun avait ces plaisirs, ces peurs, ces envies et ces angoisses. Hakai ne se souvenait plus très bien les conneries qu'il avait pû sortir ce jour la. Sous la pluie... Il était en état de choc, venant d'apprendre la mort de l'homme qui avait été comme son père. Peut être pouvait il la comprendre, peut être pouvait il savoir le sentiment qu'avait ressenti la kunoichi en voyant cette homme mis à mort. Ou peut être pas... Chaque shinobi était différent et même si Hakai était prêt à tuer, il n'aimait cela. Bien sûr, il voulait briser la nuque de l'enfoiré mais il n'en prenait nullement du plaisir. Seul un sentiment de dégout l'envahirait. Dégouté d'avoir dû tuer une énergumène pareille.

Mais il écoutait. Nara était sa coéquipière et il se sentait supérieur à elle. Chose qui ne devrait être possible au sein d'une équipe. Il voulait l'aider à progresser, à devenir plus puissante pour ces convictions. Si Iki ne le fait, Hakai le fera. La progression passait déjà par un bon mental et si se confier à lui pouvait aider la jeune femme alors soit.

Perdu dans ses pensées, il n'avait entendu que le mot « Byakugan » de la phrase de Nara. Il fut surprit de la voir se lever et encore plus de voir justement ce don apparaître. D'étrange chose était dites sur ses yeux si vide mais si vivant à la fois. Probablement que la moitié des commentaires étaient faux mais pouvoir observer de plus prêt ces yeux serait probablement bénéfique pour l'Uchiha. L'homme activa instinctivement ses pupilles. Les trois virgules vinrent baigner dans un lac de sang qui ne cessait d'accroitre de jour en jour. Rien, il ne pouvait rien voir contre cette oeil. Bien sur il pouvait prévoir ce que ferait la jeune en la voyant s'approcher ainsi du mur si bien qu'il pourrait s'interposer et ainsi éviter des soucis à cette greluche mais il n'en faisait rien trop concentré sur cette œil mort.

Sans trop d'émotion, il regarda une femme en défigurer une aurtre. Combat inégal... Nara semblait plus être le genre de femme à agir avant de réfléchir. Hakai semblait se voir dans un miroir mais avec quelque années en moins. Elle avait encore pas mal de chose à comprendre tout comme Hakai l'avait fait.

Nara- Maintenant que nous sommes seuls, je peux t’expliqué le byakugan. Son principe d’activation est fort simple et surement très semblable à celui de ton sharingan. Nous concentrons notre chakra au niveau de nos yeux, brisant ainsi la barrière mentale que notre cerveau érige automatiquement, libérant ainsi le pouvoir du byakugan. En ce qui concerne ce dernier, puisque je n’ais pas eux de contact réel avec le clan, je ne pourrai te dire que les maigres observations que j’ai pu moi-même faire. Lorsque je relâche mon byakugan, comme je l’es fait tout à l’heure, je perçois le réseau de chakra qui parcourent chaque être vivant sur 360°. Au début, cela peut paraître étrange, surtout pour quelques qui comme toi ne peut pas voir par mes yeux, mais ont s’habitue rapidement et lorsque l’ont doit combattre ou faire une mission de reconnaissance ou encore uniquement faire de la surveillance, ce don est extrêmement utile. Tout a l’heure, lorsque j’ai activé mon byakugan, j’ai immédiatement su que quelqu’un ce situais de l’autre côté du mur car contrairement aux yeux ordinaires, le byakugan se fiche éperdument des surfaces qu’elles soient solide ou non car temps que les ondes qu’émettent le chakra peuvent passer, je n’ais aucun problème à le détecter et ce même si c’est une minuscule particule de chakra. De plus, le byakugan, permet a son utilisateur d’amélioré sa vision périphérique, son sens de l’analyse ainsi que certain autre atout plus ou moins important mais qui peuvent faire une bonne différence. Prenons par exemple le simple reflet de la lumière de cette pièce sur la cornée de la femme qui nous observait. Tu n'as rien vu de tout cela mais moi je l’es perçu car le byakugan, à force de l’utilisé, permet de développer cette analyse… Impressionnant non?

Un simple mouvement de cil. C'est tout ce qu'Hakai laissa transparaitre après cette petite leçon. Il était enchanté et à la fois outragé qu'elle lui avait tout laché ainsi. Son clan ne protégé pas leur secret ou quoi? Il n'en revenait pas. Etait il en danger à présent? Les Uchiha étaient si protecteur avec leurs secrets qu'un meurtre était probablement envisageable pour les tenir secret. Devait il en vouloir à sa jeune coéquipière? Il ne savait pas trop comment réagir.

Nara- Mais, dit moi, pourrais-tu m’en dire davantage sur le sharingan? Tout ce que j’en sais c’est ce que j’ai bien pus remarqué lorsque j’ai combattu contre Kenji il y a déjà quelques temps et cela est très certainement qu’une parcelle des pouvoirs que possède ses yeux.

[Hakai] « Non. »

Une réponse aussi sèche que brève. Peut être la prendrait elle mal mais il en était mieux ainsi.

[Hakai] « Il vaut mieux que tu en saches le moins possible sur le sharingan. Il en vaut pour toi. Je ne sais pas comment réagi ton clan mais le miens... Nous protégeons nos secret. Il en va de ta sécurité. Cependant... Je te remercie pour tes renseignements. »

Il regarda le corps inerte de la femme. Son nez était probablement cassé et un tour à l'hopital s'envisagerait. Nara venait de s'attirer des problèmes.

[Hakai] « Tu sembles immature Nara... » Il pouffa légèrement «Je sais que les secrets ne peuvent être entendu par n'importe qui mais... Tu aurais mieux fait de me demander de sortir. Tu viens de t'attirer une emmerde qui va te rester sur le dos un long moment. Jamais tu ne progresseras avec pareille comportement. Tu dois être plus souple. Réfléchir avant d'agir lorsque tu en à le temps. Nous ne sommes pas que des machines à tuer. »

Il se leva, s'en foutant complétement de paraître nue devant la jeune femme. Il sorti tranquillement du bain sachant que cette discutions ne durerait plus très longtemps. Ces mots paraissaient dur mais ils reflétaient la vérité. Nara devait comprendre cela. Il n'était pas seulement de puissance pour être un bon shinobi. Il enfila son peignoir et entreprit à son tour un séchage intensif.

[Hakai] « Je suis désolé également. Mais il faut que tu comprennes. Kenji dirait la même chose... »
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Jeu 8 Avr - 1:18

Hakai : +14 XP
Nara : +13 XP
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Mer 16 Juin - 0:56

-Venant de: La fille aux fleurs

Le soleil offrait une touche de bonheur au habitant de ce village caché. Toujours présent, il n'avait que rarement manqué à l'appelle ou, dans ces cas là, c'était madame la pluie qui avait prit la relève. Aujourd'hui était un jour comme on les aimait. Du soleil, une température tiède, assez pour ce balader en marcel, un léger vent qui venait caresser le visages.

Un brin de vent souffla ce qui provoqua chez la jeune femme un hurlement qui fit frémir l'Uchiha. D'instinct, il pivota le couvre chef pour voir de quoi il était question. Son visage prit alors une teinte rougeâtres. Pendant une, non, deux secondes, l'Uchiha avait pu observer la poitrine découverte de la jeune blonde. D'un calme légendaire, le genin revint à sa position d'origine. Après tout il n'allait pas s'extasier sur des seins pendant des heures. Il en avait déjà vu, oui c'était bien rare, mais il connaissait les courbes de cette touche féminine qui représentait bien des fantasmes pour des hommes. Ces fantasmes? Qu'elles étaient ils? Une femme, ca c'était certain. L'homme n'avait pas de goût particulier. Le principal était qu'elle soit douce, attachante, rigolote... La beauté était une affaire de bon fond. Soyate n'était pas forcement la plus belle femme du monde et pourtant le genin c'était surprit à avoir des sentiments pour elle. A présent elle c'était effacé de sa vie, partie à tout jamais. Bien des femmes s'étaient alors hissées au rang de challenger numéro un. Mina par exemple... Mais l'Uchiha possédait un passé beaucoup trop lourd pour que cela aboutisse sur une relation de confiance. Qui avait il eu d'autre? Nara? Hum... Pouvait on réellement mettre Nara dans le cœur du jeune homme? Non... Nara ne représentait rien a ce niveau pour l'homme, juste une erreur qui failli aboutir. Et puis bien sur il y avait Taka. Mais l'homme en avait marre de ce répéter sur son compte... Il n'y avait rien à y ajouter depuis prêt d'un an alors passons pour cette fois.

Son teint reprit sa couleur normal. Il se prélassait sur la pierre, le fessier sur le bord, laissant ainsi la place à ses bras de venir se poser sur la pierre. Ses jambes étaient tendu de tout leur longueur prenant ainsi une place importante. Ses oreilles entendirent un bruit de fermeture éclair avant de voir venir la jeune femme devant lui.

L'homme la regardait s'approcher, les seins encore bien en découvert, si cela continuait, il pourrait les reconnaître aisément... Il jeta un regard à la jeune femme, ne sachant d'abord si oui ou non elle l'avait fait volontairement, il préféra tout de même lui montrer un rapide coup d'œil. La gêne qui s'empara d'elle montrait bien que celle ci n'y avait prêté attention. L'Uchiha laissa alors un léger rire s'échapper.

Et puis tout s'enchaina. La jeune femme tourna le dos à l'homme, laissa glisser le veston sur les bras du jeune homme et montrant cette fois ci volontairement son dos dénudé au jeune homme. S'il écoutait ses pulsions, il se jetterait sur elle, la faisant frémir de carrasse, de baiser... Lui faisant simplement les préliminaires... Mais il restait là, sur sa pierre à regarder la scène comme si on regardait un film. Son visage ne montrait aucune réaction particulière mais à l'intérieur, c'était un vrai chantier. C'est pas tout cela, mais le bonhomme était comme qui dirait en manque... Et cette petite continué inlassablement de le chauffer... Ses yeux étaient presque vide, comme scotché devant cette vision que l'on pourrait qualifié de féérique. Le dos de cette charmante jeune femme était parfait, une longue et fine courbe venait séparer les deux moitié. Un fin grain de beauté venait décorer ce désert blanc sur le côté droit. Et puis elle se pencha, son fessier presque dans le visage de l'Uchiha... Mais s'en était trop pour une première fois... Il détourna le regard, préférant se réserver devant tant de... liberté.

Voilà qui était mieux. La jeune femme était à nouveau habillé de son corset. Elle pivota et fit face à présent à l'homme qui n'avait pas sourcillé. Elle semblait bien par tout cela. Était ce la première fois qu'elle faisait du rentre dedans ainsi? Toutes ces questions agaçaient l'Uchiha. Autant prendre les choses comme elle venait. Si Séji voulait du sex c'était son problème. Un jeu était un jeu, reste à savoir ou était les limites.

[Séji] "Et bien, euh, merci de… Merci de m’avoir déshabillée."

Déshabillé? Non tu n'y était pas la ma grande. Si Hakai aurait voulu te voir nue, tu le serais déjà depuis une paire de minute. Non, s'il avait fait cela c'était uniquement pour éviter de plonger sa main entre ses seins. Même si cette action devait être fort agréable, il valait mieux éviter ce genre de geste, surtout pour une première rencontre... Cependant l'homme eut un sourire gêné. Il se frotta le cuir chevelu à l'aide de sa main, geste qu'il effectué lorsqu'il n'était pas dans la meilleure des situations.

[Séji] "Je dois te remercier de m’avoir épargné une méchante brûlure tout de même. Même si c’est peu, je te suis redevable, et j’insiste pour te rendre la pareille. C’est une question d’honneur."

Hum... L'homme avait déjà tout en tête. Cependant, le fait de l'avoir déshabillé, plus d'une femme l'aurait traité de pervers avant de prendre la route... Mais jamais elle ne devrait lui être redevable. Il souriait en réponse de ce clin d'œil qu'elle venait de lui faire.

Ses jambes se plièrent avant de porter ce corps qui se levait. Il était très proche de la jeune femme, tellement proche que la poitrine de celle ci touchait légèrement le veston de l'homme. Il leva délicatement ses bras qu'il les porta jusqu'au épaule de la jeune femme. Tout doucement, d'un geste qui se voulait rassurant et peu être un peu tendre, il caressait les bras de la jeune femme.

[Hakai] « J'ai envie d'un bon bain chaud. Mais nous devons encore parler de l'académie. Alors pourquoi ne pas aller au source chaude ensemble? »

Elle accepta d'un geste de la tête. L'homme sourit. Il lui proposa son bras qu'elle s'en empara immédiatement. Il la sortait de cette forêt mais elle pensa tout de même à récupérer son panier de fleur. Sur la route, elle indiqua au jeune homme de passer par une route pour pouvoir déposer son panier au passage. Acceptant avec joie, il l'accompagna jusqu'à une petite boutique de fleur. Après plusieurs minutes à l'attendre, elle revint vers lui et ils reprirent la route vers les quartiers populaire.

L'Uchiha, tout en répondant poliment au parole de la jeune femme qui parlait de tout et de rien, pensait au lieu ou ils se rendaient. Après la petite altercation entre Nara et une gérante, pas la peine de retourner dans cette petite sources chaude. Dommage, le contexte aurait plus à Séji, cela ne faisait aucun doute.

Il s'arrêta alors devant une bicoque. La battisse était bien petite et une seul source thermal devait s'y trouver. Avec un peu de chance elle était libre. L'homme entraina avec lui cette petite à l'intérieur. Une vieille dame, la peau ridé, de fine lunette sur le bout du nez, des cheveux qui était dressé en l'air dans une boucle maintenu par une pince. Après un rapide échange, Hakai eut la bonne surprise d'apprendre que la source était libre. A cette heure, rien d'exceptionnel en faite. L'Uchiha paya donc et cette femme les guida jusqu'au vestiaire. L'un pour les hommes, l'autre pour les femmes. Il fit glisser la prote sur le plancher avant de pénétrer dans cette petite pièce. Au centre, un banc. Celui ci était entouré de petit casier ou serviette propre y étaient posé. L'homme se déshabilla rapidement, laissant ses affaire dans un panier. Il se recouvra de sa serviette avant de se diriger vers la seconde porte, à l'opposé parfaite de la première. A son ouverture, une vague de buée pénétra dans la pièce, fauchant à son passage l'Uchiha d'air brulant. Il regarda quelque seconde, il était le premier. Il s'approcha alors du bassin. Laissant tomber sa serviette au sol, il pénétra doucement dans cette eau qui fit changer instantanément son teint. Si l'eau se voulait repoussante les premières secondes, c'était un vrai paradis par la suite.

L'homme nagea jusque l'autre bout et eu la surprise de trouver un petit encas. Une tablette avec toute sorte d'alcool y était posé. Voilà pourquoi le prix été si chère... Ne sachant ce que buvait sa compagne, il commença le service par un alcool assez léger. Surtout il ne devait pas commettre la même erreur qu'avec Nara... Mieux valait rester sur ce type d'alcool.


Dernière édition par Uchiha Hakai le Jeu 15 Juil - 22:44, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Jeu 17 Juin - 16:06

[Hakai] "J'ai envie d'un bon bain chaud. Mais nous devons encore parler de l'académie. Alors pourquoi ne pas aller au source chaude ensemble?"

Ohoo ! Quelle proposition ! Séji ne pouvait qu’accepter. En même temps, elle remarqua un léger changement dans le comportement du grand brun. D’abord assez renfermé au premier abord, il lui proposait à présent de se retrouver nue dans un bain avec lui. Peut être le petit aperçu de nudité lui avait-il donné des idées. Qui sait.
En plus il lui tendait son bras. C’est vraiment adorable. C’est donc bras-dessus bras-dessous qu’elle se dirigea vers l’endroit convenu avec son nouveau camarade. Le chemin dans la forêt ne présenta aucune difficulté particulière, et les deux jeunes gens rentrèrent assez vite au centre du village.
Elle quittait les grands arbres et leur étouffante végétation, mais n’en oublia pas sa principale mission : ses fleurs. Quand vint le moment pour Séji d’aller chercher sa paye chez sa mère, elle fit patienter le genin près de la boutique.


_~*~_ Boutique _~*~_

Lorsqu’elle entra dans la boutique de sa mère, cette dernière était occupée à servir un client. Séji attendit patiemment qu’elle eut terminé pour lui sauter dessus avec son petit panier.

[Megumi] "Il est très tard, tu as pris ton temps. Tu les as toutes ?"

[Séji] "Waip, c’est bon !"

Un petit clin d’œil en direction de sa génitrice, et la jeune femme déposa le panier sur la table. Elle reçut un échange une petite somme d’argent. Elle prit rapidement son du, et le déposa dans son porte monnaie. Sans échanger plus de mots, les deux femmes se quittèrent.

_~*~_ Boutique _~*~_


Voila, c’est fait, Séji est déjà de bonne humeur. Elle reprit possession du bras de son partenaire, même si être affichée a la vue de tous avec un homme l’embarrassait quelque peu, et ils marchèrent ensemble vers les sources chaudes.
La jeune fille n’était pas spécialement douée pour les paroles, mais elle se surprit à parler de tout et de rien avec Hakai. De rien surtout. Lui, lui répondait poliment, affichant un petit sourire fort agréable. Pendant leur périple jusqu’aux sources, la petite blonde croisa plusieurs hommes qu’elle avait rencontré en écumant les bars. Ils la dévisageaient fixement, surprit de la voir ainsi au côté d’un Uchiha. Gênée, elle détournait discrètement les yeux, espérant qu’Hakai ne se rende pas compte des regards jaloux et accusateurs des passants.

Les voila enfin, les sources chaudes. C’était un petit bâtiment fait de bois. Séji en conclu que le bain était libre. Tant mieux. Elle ne voulait en aucun cas être séparée de son compagnon par une barrière de bambous.
En bon gentlemen, le grand Uchiha paya donc les deux entrés, et une vielle femme ridée, comme celles que Séji ne pouvait plus supporter, conduits les deux jeunes gens dans leur vestiaire respectif.
Séji pénétra calmement dans la pièce.
Un banc. Parfait. Séji s’affala sur ce banc qui trônait, seul, au milieu de la pièce. Elle pouvait enfin se relâcher un peu. Aujourd’hui n’était pas une journée ordinaire en même temps …
Lentement, elle délassa son corset, ôta ses protections et se défit du reste de ses habits. Elle ramassa rapidement ses cheveux a l’aide d’une pince, laissant quelques mèches sa balader librement sur son dos et le long de son visage. La jeune femme s’enveloppa d’une serviette blanche, puis sorti.
Le grand brun se trouvait déjà dans l’eau, sa silhouette était floutée par la vapeur. Arrivée devant le bain, elle fut comme retenue par une force invisible. Pour dire vrai, elle s’était déjà déshabillée devant plusieurs hommes, mais ces histoires n’étaient que des broutilles. Cette fois, c’était différent. Elle respectait Hakai, c’était un homme bien. Alors quelque chose l’empêchait de se dévoiler au grand jour sous ses yeux. Nan, elle ne le pouvait pas. Heureusement, le genin avait eu l’esprit de ne pas la fixer. Ou peut-être était-il tout simplement discret... En disséminant le plus possible son corps sous sa serviette, Séji pénétra dans l’eau du bain. Elle déposa cette même serviette pliée sur le bord du bassin, puis nagea gracieusement jusqu'à son partenaire à l’autre bout du bassin.
La petite blonde pouvait désormais voir le corps de l’Uchiha. Il était vraiment très beau. Musclé, et bronzé, orné de tatouage. Il était envoutant. La jeune femme ne se gênait pas pour regarder ce spectacle. En revanche, pudeur oblige, elle tenait un bras croisé sur sa poitrine. Elle continuait d’avancer vers l’homme en face d’elle, la surface de l’eau ondulant a chacun de ses mouvements.
Là se trouvait petite tablette. Le grand brun avait préparé deux verres d’alcool, et lui présenta a son arrivée. Quelle délicate attention. Séji, agréablement surprise, comblée, ne pu s’empêcher de sourire. Un grand sourire franc et sincère. Elle était réellement touchée par le comportement de son compagnon. En fin de compte, la présence d’un homme qui prenne soin d’elle lui manquait terriblement.
Brisant le mur invisible de sa timidité, elle se jeta sans prévenir dans les bras du jeune homme, entourant son coup de ses deux petits bras, avec un "merci" doucement chuchoté. Les deux corps, étaient collés l’un à l’autre dans une position sensuelle. Séji se senti d’abord rougir, puis une agréable sensation de chaleur vint envelopper son organisme, déjà réchauffé par l’eau du bain.

Et puis… Stop. L’enlaçade n’avait pas durée plus de cinq secondes. Les yeux grands ouverts, comme interloquée par son propre comportement, la jeune femme tenta de repousser le corps d’Hakai, mais ce fut comme pousser un mur de pierre. C’est donc elle qui s’écarta, avec un petit "désolé".
Les yeux dans le vide, fixés sur la surface de l’eau, le visage à moitié immergé, elle faisait de petites bulles dans l’eau, jusqu'à ce que ses yeux rencontrent le regard insistant du bel Uchiha. Son cœur battant la chamade, elle se redressa, sans se soucier d’exhiber ses atouts de femme.





On nait courageux comme on nait peureux. On peut s’améliorer, faire des efforts, mais tout ce travail est vain, la nature d’un homme l’emportera toujours de sa raison.
Encore faut-il pouvoir discerner le courage de la folie...



* Pensées *
" Paroles "
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Jeu 17 Juin - 23:07

L'eau bouillante créait une quantité importante de vapeur. En fait il était presque impossible de correctement observer une personne sortant des vestiaires. La distance entre les deux devait avoir été calculé exprès pour ce genre de situation... C'est dans le flou que l'homme observait cette petite blonde arrivait. Tout d'abord, elle sembla hésitante. L'homme eut un petit rictus invisible pour celle en observant la scène discrètement. Elle qui lui avait paru si direct... Il était étonné et presque déçu. Mais cela prouvait qu'elle savait également faire preuve de gêne par moment. Même si en quelque heure, l'Uchiha l'aurait déjà vu trois fois nue, un record pour le genin.

Et la voici qui se délestait de cette large serviette blanche, assez grande pour couvrir entièrement les parties de son anatomie. L'homme termina de son côté à verser l'alcool dans les petits récipient. S'il voulait en apprendre plus sur cette femme, autant le faire dans de bonne condition. Il referma le bouchon, évitant ainsi tout renversement. Ce n'est qu'après tout cela qu'il pivota, faisant à présent face à la belle blonde qui nageait droit vers lui. Pudique, la jeune femme cacha sa poitrine à l'aide de son bras. Sur le coup, l'homme ne comprenait vraiment pas son comportement. En dehors, elle s'était montré direct, même presque vulgaire et à présent qu'ils étaient tous les deux nues, c'était elle la plus gênée. L'Uchiha de son côté ne faisait guère attention à cela. Il y avait moins de choses à cacher et l'eau trouble les masquait probablement, dans le cas contraire... Il n'avait pas vraiment grand-chose à faire dans ce lieu. On ne venait pas dans les sources chaudes pour rester habiller.

Ils se regardèrent un moment, les deux se souriaient comme pour remercier l'un l'autre d'être présent dans cette eau bouillante. Et puis vint une réaction à laquelle il s'était attendu, mais qui faisait toujours son effet. Pris par un élan de bonheur, la jeune femme s'était jeté sur lui et, corps contre corps, le serrait dans ses bras. Le visage de l'Uchiha pris une teinte rosâtre. Il pouvait sentir la paire de sein de la jeune femme se frotter contre son torse ce qui, manifestement, plus au petit soldat... Mais ce contact ne devait pas durer et elle le comprit. D'un geste du poignet, elle essaya de repousser l'homme dans son coin ce qu'il refusa de faire. C'était donc elle qui reculait, gêné par cet élan que le genin avait lui-même temps de mal à contenir. S'il les écoutait... Il ne donnait pas longtemps à cette pauvre fille...

L'homme souriait... Lui qui s'attendait à devoir d'ambler, repousser les avances de la blonde, voici qu'elle était plus pudique que lui. Tout cela n'était qu'une question de mental. Probablement ne reverra-il jamais cette fille... Alors, à quoi bon être gêné... L'homme tout en fixant sa compagne, s'empara de son verre et pris la première gorgée. Le léger goût fruité du cocktail ravi l'Uchiha qui exécuta une petite moue de la tête. Il était rare que celui boive de l'alcool mais c'était tout de même un petit plaisir qu'il se refusait rarement lorsque l'occasion se présentait.

Un étrange silence régnait dans ce bassin ou l'on pouvait écouter les petites vagues s'écraser contre leurs corps. C'était étrange comme sensation, comme si quelque chose était occupé de se dérouler dans leurs imaginations... Et pourtant, ils ne faisaient que se regarder. L'homme parfaitement droit, l'eau lui arrivant un peu au-dessus de la ceinture et elle, le corps plongé dans l'eau et le visage partiellement couvert. Il ne savait trop ce que cela signifiait. En fait, son expérience des femmes étaient limitées. N'ayant jamais véritablement sorti avec une représentante du sexe opposé, il ne savait en rien ce que cela faisait de faire l'amour... Chose que l'Uchiha aurait pu expérimenter à plusieurs reprises mais qu'il s'était toujours refusé par pur principe. Comment faire l'amour à une femme sans éprouver le moindre sentiment? C'était contre nature pour lui.

Comme ci la pression était trop forte, la jeune femme cassa la barrière de toute pudicité. Elle se leva, a la grande surprise de l'Uchiha. Son corps était parfaitement visible, ses courbes parfaites sautaient aux yeux de l'Uchiha qui, sur le coup, n'avait pas d'autre choix que d'observer le spectacle. C'était le moment ou elle allait sauter sur lui? Réclamant ainsi ce qu'elle avait probablement réclamé à d'autre? Et bien... pas cette fois. Le genin ne faisait pas partie de ceux la. Aucun sentiment ne le reliait à cette femme bien qu'elle soit splendide. Aujourd'hui était leur première rencontre et pourtant il en avait vu plus avec elle qu'en un an avec Taka... Cela montrait la différence entre les deux femmes. Hakai était réservé à Taka jusqu'à ce que son cœur soit brisé ou bien volé...

[Hakai] « Tu es magnifique, mais tu n'es pas forcé de te découvrir. »

L'homme prit les deux verres et tend celui de la jeune femme vers sa propriétaire.

[Hakai] « Je n'attends rien de toi de ce côté la » Il fit un léger mouvement de tête vers l'avant désignant ainsi les seins de la jeune femme, principal atout de celle-ci. « Je veux surtout t'aider pour l'académie... Tu hésites? Pourquoi? Kunoichi n'est pas ton rêve? Ton obligation? C'est sûr qu'il y a mieux comme boulot, mais tu aurais au moins la satisfaction de servir ton pays. Tout dépend de tes motivations. »

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Ven 18 Juin - 17:35

Hakai Uchiha était un homme, a n’en pas douter.

[Hakai] "Tu es magnifique, mais tu n'es pas forcé de te découvrir. "

Tu m’étonnes, lui aussi était gêné. Même s’il s’était bien comporté, un certain élément de son anatomie s’était manifesté. Alors oui, ils pouvaient bien être gênés. D’autant plus qu’ils ne se connaissaient que très peu, pour ne pas dire pas du tout. M’enfin, c’était toujours un compliment. Mais bon, Séji ne changea pas pour autant de position. Ses bras peu être, ils se resserrèrent inconsciemment, faisait d’autant plus ressortir la poitrine de la petite blonde. En revanche, elle lâcha ses cheveux, et en ramena une partie sur ses seins.

[Hakai] "Je n'attends rien de toi de ce côté la.
Je veux surtout t'aider pour l'académie... Tu hésites? Pourquoi? Kunoichi n'est pas ton rêve? Ton obligation? C'est sûr qu'il y a mieux comme boulot, mais tu aurais au moins la satisfaction de servir ton pays. Tout dépend de tes motivations. "


Oui, Hakai était un homme, et comme tous les représentants de son sexe, il manquait cruellement de tact. Mais au moins, c’était un homme poli. Même après ce qui venait de se passer, il remit poliment son verre à la jeune femme, et chercha à reprendre une conversation normale. Celle-ci bu son verre sans modération, cul sec. Alors que l’alcool se déversait en elle, la petite blonde rejeta sa tête en arrière, cambrant tout son buste, ses cheveux se plaquèrent contre son dos, la bouche ouverte formant un sourire. Encore un. Elle déboucha la bouteille avec empressement avant de se verser un nouveau verre et de le boire aussi rapidement que le précédent. Séji s’apprêtait à se servir un troisième verre quand elle croisa le regard du grand Uchiha. Celui-ci la stoppa net. Le jeune homme la regardait, dubitatif, et étonné. Mais elle n’avait pas fini de le surprendre. Elle était aussi imprévisible qu’elle était belle. Et oui, elle était un brin alcoolo, et alors ?
Honteuse, elle referma la bouteille, mais pas sans avoir rempli son verre.
C’est a ce moment là qu’elle aurait du parler, histoire de précipiter son petit accident dans l’oubli. Mais elle ne fit rien. En réalité, c’est son corps qui parla à sa place. Alors que ses yeux lançaient des éclairs dans toutes les directions, chaque muscle de son corps se raidit, et sa si jolie bouche forma un rictus terrifiant. Comme pour montrer qu’elle réfléchissait, elle émit un petit grognement.

"Servir mon pays, je m’en fous, mais tu n’imagines pas a quel point. Il ne fait pas grand-chose pour moi en même temps, alors je ne sais pas ce que je dois vraiment lui devoir. Ce sont mes intérêts personnels que je voudrais d’abord servir. En temps que membre du clan Uchiha, tu ne dois surement pas adhérer, mais c’est ma vision des choses. Si nos intérêts son communs, alors tant mieux, et dans le cas contraire, et bien tant mis, je fais ce qui me chante. Et pour répondre à ta question, non, devenir Kunoichi n’a jamais été mon rêve. Enfin, disons qu’il ne l’est plus.
Je t’explique. Comme toute gamine normale, j’ai été élevée avec mes deux parents, et mon grand frère. Ce grand frère, je l’aimais terriblement. Il était à l’Académie, et il était très doué. Il me donnait envie de suivre sa voie en tant que shinobi de Konoha. En plus, j’ai toujours aimé me battre. C’était très excitant. Evidement, je ne voulais d’autre sensei que mon grand frère, mais il m’apprit quelques petites choses. Seulement ce grand frère parfait n’était en réalité pas de ma famille. C’était mon frère adoptif en somme. Et un jour, sans explication valable, il disparut avec mon père. Pour s’entraîner et devenir puissant, voila ce qu’il a écrit. Je ne les ai jamais revus. Il m’a laissé une lettre, en m’expliquant qu’il ne voulait pas que cet incident me détourne de ma voix de combattante au service du village. Seulement voila, ma vision des choses quelque peu changé depuis son départ.
Alors voila, d’un côté j’ai besoin d’argent, mais encore, ce n’est pas le plus important. Je voudrais surtout les retrouver… Voila ce qui me pousserait à devenir une Kunoichi. Mais il y a encore un petit détail, c’est que je… Enfin, j’… euh, ‘fin, je… J’ai peur de mourir …"


Sa dernière phrase était à peine audible. Elle avait fortement prit sur elle pour prononcer ces quelques mots.
Hakai écoutait attentivement la jeune femme dont les poings serrés avaient un aspect effrayant, il était adorable. Il avait quelque chose de supérieur, de… D’extrêmement sexy. D’épais bras aux muscles saillants, de grandes épaules musclées, un cou massif, des cheveux noirs sensuellement plaqués contre son visage… Miam. La jeune femme était envoutée. Mais elle ne pouvait décemment pas lui sauter dessus et assouvir ses désirs. D’autant plus qu’elle avait des gouts assez spéciaux. Elle aimait la violence autant que la soumission elle-même. D’ordinaire, les filles demandaient beaucoup de respect, mais elle, elle était plutôt du genre masochiste, son plus grand fantasme étant de se faire violer par un beau jeune homme submergé par le désir. Mais parfois, ce genre de gouts effraie un peu. D’ailleurs elle était déjà entrain de s’imaginer le puisant corps d’Hakai sur le sien, et… C’était trop dur, le jeune homme lui inspirait trop de désir... Que faire alors ? Comment résister ?

La jeune femme introduit un doigt dans sa bouche, et referma doucement ses lèvres. Un mince filet de sang d’écoula le long de son index jusqu'à son poignet délicat, puis vint rejoindre l’eau bouillante par petites gouttes. Visiblement, Séji ne se rendait pas compte de la torture physique qu’elle s’infligeait, car ses yeux étaient entièrement perdus dans le vide.
Doucement, sa main libre remonta jusqu'au niveau de sa gorge, et se posa sur un tatouage en forme de fleur. Ses doigts se refermèrent sur ce qui représentait le symbole de son clan, ses ongles faisant par endroit couler un peu d’un liquide rouge foncé au gout de fer. La petite respirait comme après un effort physique très intense. Ses yeux emplis de larmes salées semblaient implorer quelque chose, mais sa requête serait-elle entendue ? Son sang gicla tout d’un coup de l’intérieur de sa bouche. Elle avait mordu l’intégralité de sa main, laissant des taches rougeâtres un peu partout, et elle mordait a présent son poignet. Cette douce violence avait en soit quelque chose de très séduisant. Quelques petites larmes s’écoulaient doucement des yeux de la jeune femme, avant de se glisser le long de son corps et de se perdre dans le bain.
Un chuchotement tout juste perceptible s’échappa de sa bouche.

« Putain! Salop! »





On nait courageux comme on nait peureux. On peut s’améliorer, faire des efforts, mais tout ce travail est vain, la nature d’un homme l’emportera toujours de sa raison.
Encore faut-il pouvoir discerner le courage de la folie...



* Pensées *
" Paroles "
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Mer 23 Juin - 0:20

L'homme ne se mettait pas en avantage, c'était certain. Mais la nature reprenait ses droits dans ce lieu naturiste. Il ne pouvait rien y faire et n'allez certainement pas se cacher. En fait, il s'amusait à ce petit jeu qu'il n'avait jamais eu l'occasion d'exercer. Mina était du genre... étrange et Taka... Sujet sensible. Il voulait oublier ce désastre qu'avait subi son coeur avec la jeune femme. En pensant à ceci, l'homme avala une gorgée de l'alcool. Son verre était à présent vide et lorsqu'il alla pour s'en resservir un second, il fut surpris de retrouver le récipient dans les mains de la jeune blonde. Son regard d'ébène observait la scène, son visage était neutre même si cela l'intéressait. La jeune femme goba littéralement le contenu du récipient avant, gêné du regard de l'Uchiha, se verser un troisième verre.

L'Uchiha ne savait pas si c'était une dépendance ou un moyen de luter contre le stress. En fait, il comprenait les deux. Il aimait lui-même l'alcool et en avait probablement abusé dans ses jeunes années. Ce n'est pas qu'il était vieux, mais il y a des passages de sa vie qui n'était bien rose. Une goutte d'alcool était souvent vital dans des moments pareils. Alors, comme pour suivre le moment, il s'empara de la bouteille que la jeune femme avait prit soin de refermer et se serra à son tour un second verre. D'un geste du poignet, il fit tomber le tout dans sa gorge avant de pouffer, un air satisfait sur le visage.

Il avait écouté attentivement le discours qu'avait entretenu un peu plus tôt la petite blonde. Il est vrai que le pays du feu ou même Konoha ne s'occupait guère de ses étudiants ou même de ses genin. Mais il avait des soucis bien plus important. L'Asahi par exemple, il fallait reconstruire et traquer ses monstres. L'Uchiha ne connaissait rien en détail, mais il savait bien que les autorités du village avaient autre chose à foutre que de s'occuper d'une bande de mioche. Le clan Uchiha n'était guère différent du reste. C'était une organisation militaire propre au village. Il y avait le conseille et ses membres. Un vrai petit village au sein même de Konoha.

C'était ensuite un discours poignant qui était certes triste, mais loin de l'être suffisamment pour émouvoir l'Uchiha. Il représentait la poisse en personne et rare était les personnes sur cette planète à plaindre plus que lui. Ces rares moment comme celui-ci était extrêmement rare dans sa vie. Mais le meilleur était qu'aujourd'hui, il n'avait plus personne pour le retenir. Rien ne l'empêchait d'assouvir les désirs de la jeune femme si tel était son souhait. Taka... Au diable. C'était sa « confidente »...

La peur? Tout le monde avait peur, Hakai le premier. La mort faisait partie de la vie d'un shinobi. On embrassait la mort pour s'échapper de ses griffes velus. Il y a deux solutions, fuir ou devenir puissant. Être le meilleur nous garantissait une durée de vie supérieure à la moyenne dans ce boulot. Mais la petite blonde avait encore du chemin à faire avant de se poser ce genre de question. S'inscrire à l'académie était une banalité qui lui faudrait accomplir. Son frère en valait la peine. L'Uchiha n'était pas encore arrivé au stade de lui proposer son aide mais l'idée germait déjà dans sa tête.

Les bras croisés, l'homme regardait la jeune femme, réfléchissant par la même occasion à son cas. Il ne faisait nullement attention au regard empli de désir qu'avait la jeune femme à son encontre. Toutes ses pensées allaient dans un même sens, l'académie. Cela faisait partie de la vie de chaque shinobi. Les plus doués y restaient quelque mois, d'autre y restaient des années. Tout dépendait du potentiel et du courage de l'apprenti. En avait-elle? Aucune idée, Hakai commençait à connaître les moindres détails de son corps, mais son esprit comme ses qualités restaient un mystère total.

C'était presque comme un rêve qui virait au cauchemar. Devant lui, la jeune femme s'infligeait des sévices que son corps n'avait pas besoin. Pensant tout d'abord que c'était un nouveau jeu de séduction, l'homme ne faisait rien. Il la laissait se mordre le doigt qui eut tôt fait de faire couler un petit filet de sang. Sa seconde main se porta alors à sa gorge et serra. Son visage, déjà rouge à cause de la lourde chaleur environnante prenait une tout autre couleur pourpre, cette fois-ci bien plus prononcé que la précédente. Des larmes commençaient à apparaître dans les yeux de celle-ci. L'homme était en quelque sorte pétrifié, la regardant se faire souffrir. Était-elle cinglé?

Sa respiration se voulait rapide. Son souffle venait s'écraser sur le torse du genin qui avait presque pitié en observant cette petite s'infliger tout cela. Mais pourquoi? C'était un jeu? Une façon de séduire l'homme? Ou autre chose? Aucune idée. L'Uchiha ne voyait qu'une expression de chien battu dans les yeux de la future kunoichi. Voilà maintenant qu'elle s'attaquait à sa main puis à son poignet. Cette fois-ci, le sang se faisait un peu plus abondant et venait polluer l'eau.

Ce mauvais traitement avait que trop duré. D'une main puissante, le genin s'empara du bras de la jeune femme. L'étreinte ne se voulait pas blessante, elle était cependant suffisante pour manier la jeune femme comme bon lui semblait. Il la ramena donc prêt de lui. Les corps étaient collés l'un en face de l'autre. Les visages droits. Les yeux dans les yeux. Les deux protagonistes ne s'occupaient à présent plus des sévices. Seul le moment présent comptait. Hakai pouvait sentir son coeur battre, mais également celui de la jeune femme que sa poitrine était collée contre le torse de l'homme. D'une voix calme et rassurante il lâcha ses quelques mots.

[Hakai] « Arrête, tu te fais du mal. »

C'était à cet instant qu'il réalisait toute l'influence qu'il possédait sur cette jeune femme. Ses yeux étaient une nouvelle fois emplie d'un désir qu'Hakai partageait. Ses sévices... Il était possible qu'elle se les infligeait pour stopper son état... C'était à la fois romantique et... gore. Mais il n'était pas une de ces personnes à hésiter pour des raisons aussi débiles. Le corps de la jeune femme n'avait présenté aucun stigmate de mauvais traitements. Elle n'était pas cinglée, simplement envieuse.

Las de toutes ces histoires de coeur, d'essayer de tout faire pour que cela aille pour le mieux et qu'au final, se retrouver en déprime. Hakai se délaissait de toute morale. Il était célibataire et un coeur à prendre. Centimètre par centimètre, son visage s'approchait de celui de la jeune femme. Son haleine n'avait aucun mal à atteindre la jeune femme dans une petite buée. Seul deux ou trois centimètres les séparaient à présent. Il s'était arrêté un moment, fixant au plus prêt les yeux fermé de la jeune femme. Et enfin le contact. Ses lèvres furent humectées par celle de la jeune femme. Il y eut d'abord un léger goût de métaux, mais qui fut très rapidement effacé. Ce baiser était tendre et le contact ne dura que quelques secondes, mais se fut les premières qu'ils passèrent véritablement ensemble. Très légèrement, la nuque du jeune homme se redressa. Il observait le visage de la jeune femme. C'est vrai qu'elle était magnifique...

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Sam 26 Juin - 9:18

La beauté de l’instant, est malheureusement trop éphémère pour être pleinement partagée.

Tout se passa très vite. Séji, comme dans un état second, ne comprit pas vraiment la situation. Son esprit étant encore occupé à ruminer de sombres pensées.
D’un geste puissant, le grand Uchiha saisit le bras de la jeune fille dans l’espoir de lui faire cesser le mauvais traitement qu’elle s’infligeait. D’un même mouvement, il ramena ce petit corps aux formes généreuses contre le sien.
Les deux personnages étaient alors accolés l’un a l’autre. La petite blonde, surprise, rougit fortement.

[Hakai] "Arrêtes, tu te fais mal."

Si ce n’était que ça…Car non seulement elle se faisait du mal, mais en plus elle aimait cela. C’était une bien étrange sensation. Comme si toutes ses peines s’échappaient au niveau de ses plaies, au même rythme que son sang écarlate.
Mais en ce moment, alors qu’elle respirait de plus en plus fort, le grand brun s’approcha un peu plus d’elle. Puis ce fut le contact de leurs bouches, l’accomplissement de leurs désirs partagés. Un baiser aussi tendre qu’éphémère.
Cet événement eut pour effet de ramener Séji dans le monde réel. Et tout d’un coup, son esprit soigneusement tordu reprit le dessus.
Instinctivement, elle repoussa Hakai, qui se laissa tristement faire. Etait-il déçu ? En tout cas, beaucoup d’hommes auraient payés pour être à sa place. Certains se hasardaient à proposer, mais se retrouvaient rapidement expédiés, leurs égaux bien détruits, meurtris. Et quelle belle manifestation de sadisme c’était, quand Séji s’acharnait verbalement sur un homme ! Sans grossièreté, car c’est indigne d’une dame, elle les rabaissait plus bas que terre, prenant évidemment beaucoup de plaisir a cela.
Mais Hakai Uchiha ne méritait pas un tel traitement, lui qui était si gentil. Juste qu’il était un peu trop rapide. Séji avait beau être une fille ouverte aux mœurs légères, elle restait tout de même une fille. Alors peu importe qu’elle soit plutôt étrange et presque aux antipodes de ses camarades féminines, elle était une fille. Et comme toute fille raisonnable, elle était très compliquée du point de vue sentimental. Il y avait des hommes qui ne duraient qu’une nuit, c’était prévu d’avance, et d’autres qui pouvaient espérer plus. Les premiers pouvaient souhaiter assouvir leurs désirs assez tôt, alors que les seconds devaient patienter. Mais tout se mérite, et pas question de se donner rapidement. Elle n’acceptait même pas ce genre de pratiques pour de l’argent. Après ce petit bout de raisonnement, il était convenu que le grand Uchiha était fait pour durer. Maintenant, encore fallait-il qu’il soit assez habile pour saisir cette opportunité.
La séduction n’est qu’un jeu. Il fallait donc qu’elle soit imprévisible pour pimenter les choses. C’est tellement plus jouissif de parvenir a son objectif après avoir livré un rude combat…

Finalement, devant la mine de son compagnon, Séji se résout à avancer dans sa direction. Mais son intimidation semblait former une barrière invisible entre les deux personnages.
Bien résolue à franchir cette barrière imaginaire, la jeune femme inspira un bon coup, puis avança vers le grand genin.
Leurs corps étaient à nouveau très proches, à tel point que le bout des seins de la petite blonde effilerait la peau dorée de l’Uchiha. Puis ce fut un nouveau contact. Mais plus bas cette fois.
Le regard fermement encré dans celui, plus brun, de son interlocuteur, elle s’inclina légèrement vers l’avant. Deux bustes musclés se retrouvèrent une nouvelle fois l’un contre l’autre. La jeune femme saisit doucement la main de L’Uchiha, en silence, préférant le regard à la parole. Leurs doigts s’entrelacèrent lentement. Puis Séji tenta une nouvelle approche.
Elle fit brusquement demi-tour, ramenant un bras musclé vers le bas de son ventre. Il couvrait tout son haut du corps à la manière d’une ceinture. Elle posa ensuite son dos contre le corps du jeune homme. Elle déposa sa petite tête dans le creux de l’épaule de celui qui lui avait volé un baiser, puis ferma les yeux. Lentement, elle fit descendre leurs deux mains enlacées sous l’eau, et déposa celle de l’Uchiha contre sa cuisse.
Par la suite, elle chuchota d’une voix savoureuse quelques mots, à peine audibles.

[Séji, chuchote] "Tu vas trop vite Hakai … C’est très excitant…"

Elle tourna son visage vers son homme avant de lui faire un clin d’œil complice. Puis sa bouche se rapprocha doucement de celle du genin. Ses lèvres dessinaient un sourire avant qu’elles ne se collent de nouveau aux siennes. Cette fois ci, le baiser fut plus long, plus sensuel encore que le précédant. Les langues des jeunes gens jouaient à se caresser tendrement, leurs mains resserrèrent leurs éteintes, et les deux corps dénudés prolongeaient le contact.
Puis le contact cessa, les deux bouches se séparèrent, la jeune femme baissa les yeux pour ne plus croiser l’intense regard de son bel ami.
Et doucement, elle laissa glisser ses doigts sur le corps d’Hakai, dessinant avec précision ses muscles puissants, déposant dans leurs sillages une fine trainé de sang. Elle était bien, dans un bain bouillant, nue, avec un bel Uchiha. Et tout d’un coup, elle tressailli. Un léger vent effleura sa peau, et son contact glacé eut pour effet de la faire frissonner. Séji resserra alors le grand bras qu’elle tenait contre son buste dans l’espoir de se réchauffer un peu.
Et sans explication, la jeune femme se défit du bras qu’elle avait réquisitionné. Elle le lâcha, le jeta presque, une petite pointe de violence apparut dans son geste. Elle se glissa souplement sous l’eau, et parcouru une petite distance immergée avant de remonter a la surface. Toujours de dos au grand Uchiha, les cheveux plaqués contre son corps, Séji attendait, un sourire malicieux sur les lèvres.
Tout ceci n’est que l’impitoyable jeu de la séduction.





On nait courageux comme on nait peureux. On peut s’améliorer, faire des efforts, mais tout ce travail est vain, la nature d’un homme l’emportera toujours de sa raison.
Encore faut-il pouvoir discerner le courage de la folie...



* Pensées *
" Paroles "
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Sam 26 Juin - 20:44

Ce baiser... C'était peut-être une chose dont il avait besoin de ressentir. Un geste qui paraissait anodin pour certain et énorme pour d'autre. Sa langue s'entremêlât avec celle de cette jolie femme dans une union presque parfaite, comme s'il en avait l'habitude, comme s'il était un expert. Tout cela était nouveau pour lui. Les femmes avec lesquelles il avait partagé un tel moment était rare. Certes il avait déjà embrassé Taka, mais jamais avec un tel comportement et jamais avec la langue d'ailleurs... Non la seule personne avec qui sa passion avait atteint un tel paroxysme était Nara. A l'époque, l'Uchiha avait jugé cela comme une erreur. Aujourd'hui, comme une envie, un besoin de se prouver quelque chose. Faisait-il réellement de l'effet au femme? Ou bien Taka était la seul à ne pouvoir rien ressentir? Il ne savait que trop... En fait, il n'y pensait même pas. Son esprit était vide, le calme plein, profitant de ce contact chaud et humide qui le fit rougir.

Une chose est sûre, la jeune femme était excitée, l'homme aussi d'ailleurs... La séparation se fit, un léger regret pour l'homme qui serait volontiers resté encore quelque instant bouche contre bouche, lèvre contre lèvre, langue contre langue. Il craignait de l'avoir frustré, insulté voir même blessée. Il ne savait pas comment réagir face aux femmes, n'ayant aucune expérience avec la gentes féminine. Mais ce qu'elle commençait de faire fit disparaître tout soupçon chez l'homme. Ses mains quant à elle était toujours sur les cuisses de la jeune femme, caressant par moment celle-ci. Le fin doigt de la petite blonde venait caresser le corps de l'homme, suivant les traits distinctifs des épais muscle de l'homme. Il frémissait de plaisir devant les avances de la jeune femme. Cela allait trop vite? Alors que pouvait bien leur réserver la suite?

Un léger courant d'air et l'homme put sentir sa femme se resserrer dans ses bras. Il entreprit le geste, faisant du mieux qu'il le pû, cependant le résultat n'avait dû plaire à la jeune femme qui « jeta » son bras avant de plonger, telle une sirène dans l'eau bouillante. L'homme resta figé sur place, observant la scène, le visage rougeâtres. Que devait il faire? Demander pardon ou s'enfuir? Son ignorance vis-à-vis des femmes le rendait fou.

Son corps fendit l'eau quelque mètre plus loin. Ses cheveux totalement humides à présent venaient se coller à son dos. A ce niveau, admirer les courbes du dos de la jeune femme, son fessier et ses seins ne relevait vraiment plus de l'obscène, mais plus de la passion, de l'envie et le regard empli de désire que lui lancer la jeune femme ne fit que confirmer les pensées du jeune homme. Très doucement, comme voulant faire durer le plaisir plus longtemps, l'homme se baissa dans l'eau, seul ses yeux étaient visibles. Et le voici, nageant tel un homme grenouille vers sa proie. Il regardait ce brin de femme qui l'attirait avec des sourires des regards. Comment résister à cela?

Il s'approchait de sa proie, doucement, tel un fauve chassant la gazelle. Il était à présent derrière elle, prêt à bondir. Et elle qui le regardait faire, sourire au coin. Tout cela était qu'un jeu, mais jeu pour adulte qui provoquait probablement le plus grand des désirs. Prévisible, ses puissantes jambes le levèrent, faisant presque exploser l'eau sous son passage. Ses mains vinrent l'enrouler, ses bras la serrèrent contre lui, sa bouche venait baiser son coup délicat. Tout cela fait avec passion. Jamais l'homme ne s'était ainsi lâché. Seji recevait le trop plein d'amour que l'homme avait gardé en lui pendant ses longues années. Son coup était littéralement couvert de baiser et peu à peu, les mains du jeune homme descendait, arrivant peu à peu sur la poitrine de la femme. Toutes ses caresses, ses embrassades... L'homme en avait envie, en avait presque besoin.

Et puis, il l'obligea à lui refaire face. Ses lèvres revinrent se coller contre celle de la jeune dans un flot d'amour passionnant. Ses mains n'étaient plus sur les cuisses comme les avait précédemment placé la jeune femme, mais sur les fesses. Cela devenait de plus en plus pressant... Il rompit une nouvelle fois le contact si doux et son regard lumineux se posa sur cette jeune femme avec qui il passait ce moment unique dans sans vie. Cela aurait été certainement le moment de lui dire « je t'aime », mais il en était incapable, pas aujourd'hui, ni demain. Il avait assez donné pour se jeter tête perdue dans la bataille. Une bataille ou l'adversaire était inconnue...

Une de ses mains vinrent se glisser au bas du dos, et c'est dans un effort qui n'était pas forcément colossale, que l'homme porta la jeune femme, l'embrassant encore et toujours. Ses pas fut rendu difficile par l'eau, mais il parvint à l'amener jusqu'au rebord ou il la déposa. C'était maintenant ou jamais. C'est baiser ne firent que s'intensifier, signifiant les besoins que l'homme s'apprêtait à assouvir, pour elle comme pour lui. Ses baisers cessèrent et il fixa Seji, le regard pétillant, comme pour demander un accord.

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Lun 28 Juin - 13:23

L’alcool pouvait-il être la cause de tout ceci ?

Placée sur le rebord du bain, Séji se posait une question importante. Après des baisers langoureux et des caresses sensuelles, il était enfin temps de réfléchir un peu. D’un côté, la situation était déjà trop avancée pour faire demi-tour, mais en même temps, elle se devait de jouer son rôle de séductrice. De plus, une bonne fille doit parfaitement savoir faire patienter son prétendant, de peur de se faire vite jeter par celui ci. Car les hommes qui ne durent qu’une nuit son aussi nombreux qu’inutiles.
Ou alors elle pouvait une nouvelle fois s’abandonner a ses désirs, sans craindre de lendemain. Ainsi le papillon vient se poser sur la fleur, hein !… Mais cela impliquait aussi un certain nombre d’inconvénients. Avec un peu de chance, elle aurait même du mal à marcher après toute cette agitation…
Mais bon, une situation comme celle-ci est assez délicate à contrôler.
Comment échapper à cela alors ? Peut être qu’un soudain mal de tête pourrait l’aider à se tirer de cette situation de doutes. Ou peut-être pas…
Pourrait-elle repousser cette montagne de muscle ? Peut être le grand brun la violenterait-il pour assouvir ses désirs. Mmm. Miam ! Voila bien une perspective bien excitante pour la petite blonde. Un sourire assez effrayant se dessina sur ses lèvres. Quand elle était comme cela, elle pouvait paraître plutôt inquiétante.
Elle leva donc une longue jambe musclée et repoussa l’Uchiha à l’aide de son pied. Puis elle rigola doucement et sortit entièrement son corps de l’eau. Les gouttelettes coulant sur sa peau, épousant les courbes de son corps, étincelaient sous ce soleil rougissant.
Elle avait quelque chose d’animal à se tenir ainsi à quatre pattes, le dos cambré et la croupe en hauteur. Le regard d’Hakai en disait long sur ses intentions, mais alors, quand allait-il prendre la direction des événements ?
Un clin d’œil pour envenimer encore plus les choses. Et voila, la machine est lancée. C’est très lentement que Séji souleva sa main gauche et la déposa contre sa poitrine. Elle caressa alors sa peau, et ses doigts se rapprochèrent lentement de son bas ventre avant de se poser un peu sur ses cuisses. Et lentement, elle dessina de petits vas et viens en direction de son intimité, comme pour lui montrer qu’elle pouvait aussi très bien jouer toute seule. Ou peut-être était-ce une invitation ? Autrement dit, elle décidait de tout. Elle avait le pouvoir. A moins d’être contrainte bien entendu.
Devant le visage de son nouveau camarade de jeu, elle ne put réprimer son rire. Un joli rire de jeune femme sadique et satisfaite de la torture qu’elle infligeait a Hakai, en le laissant se noyer seul dans ses doutes.
Il était visiblement un peu perdu. En pleine hésitation sûrement. Dans un sens, il est vrai qu’une jeune femme comme Séji peut aussi bien passionner qu’effrayer.
Mais finalement, il parut se décider, et avança doucement dans l’eau, en direction de la petite blonde. Lui aussi sorti de l’eau, son corps était alors entièrement recouvert par de minces filets de petites gouttes, perles luisant sous le soleil. Il vint se placer derrière la jeune femme, qui le surveillait par dessus son épaule. Elle fit mine de le repousser pendant un moment, mais lorsque le contact entre les deux corps fut plus intense, elle finit par abandonner ses résistances. Dans un ample mouvement, elle envoya une jambe au dessus le la tête du grand Uchiha, le ramenant ainsi entre ses cuisses. Puis elle s’allongea posément sur les rochers qui entouraient le bassin, saisissant au passage une main du beau brun, l’obligeant par la même occasion à s’allonger sur son corps.

S’en suivit alors un long concert de gémissements et d’halètements, de baisers passionnés qui ne prirent fin que tard dans la nuit. Séji, plus primale que jamais, laissait libre court a son imagination, assouviçant ainsi ses désirs les plus bestiales. Quand a Hakai, il savait combler les attentes de la jeune femme, puissant et généreux. De plus il semblait porter sur son dos tout les malheurs du monde. Il pouvait enfin se défouler, évacuer toute cette violence.
[Censure oblige, je m’arrête ici pour les descriptions ^^]


Encore essoufflée, Séji reposait sur le corps de son bel Uchiha, le sourire sur les lèvres, elle serrait fermement sa main. Finalement, elle avait bien fait de se lâcher ce soir.
Mais assez vite, les doutes firent leurs apparitions, pour tourmenter encore un peu plus l’esprit de la jeune femme. Hakai prenait-il cette histoire au sérieux ? N’était-ce pas qu’un bon "coup d’un soir" ?
Mais plus important encore, pourquoi la petite blonde se posait-elle autant de questions ? D’ordinaire elle laissait aller les choses, et ne se souciait que très peu de ce qu’elle représentait pour les hommes avec qui elle passait la nuit.
Finalement un peu effrayée par ce qu’elle ressentait en ce moment, des petites larmes montèrent à ses yeux, mais ne se risquèrent point à couler le long de sa joue. Séji serra d’autant plus fort la main du genin dans la sienne, espérant qu’il ne se rende compte de rien. Elle devait se ressaisir. Après un petit effort, elle laissa l’indifférence s’emparer de son esprit. Après tout, il n’y avait pas lieu de s’inquiéter.
Elle l’embrassa tendrement dans le coup avant de remonter en direction de ses lèvres et de sa langue. Elle posa ensuite sa petite tête dans le creux d’une épaule musclée et ferma les yeux.





On nait courageux comme on nait peureux. On peut s’améliorer, faire des efforts, mais tout ce travail est vain, la nature d’un homme l’emportera toujours de sa raison.
Encore faut-il pouvoir discerner le courage de la folie...



* Pensées *
" Paroles "
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Lun 28 Juin - 16:36

Cette fine jambe le repoussait, l'éclaboussant par la même occasion. Il était surpris, ce petit jeu de séduction ne faisait que continuer, lui qui ne connaissait rien aux femmes, il ne pouvait se permettre d'entrer dans cet amusement. Il ne possédait pas les informations adéquat, se serait partir à la guerre en terrain inconnu. Il était ironique de la part de l'Uchiha de comparer la guerre avec la conquête du coeur d'une femme. L'un était un geste ignoble et qui anéantissait des centaines de vie. Tandis que l'autre était un geste d'affection, d'amour qui pouvait au contraire créer la vie dans une union magnifique. Ce que l'homme pensait, était que les deux étaient un combat et que l'on ne gagnait rien sans rien.

L'Uchiha était comme un spectateur insistant au show de cette jolie femme. Omnibulé par ce corps parfait, un visage harmonieux, des courbes parfaites, une poitrine naturelle... La femme avait vraiment tout pour elle, tout pour faire tourner la tête aux hommes. Hakai était sans doute tombé dans son piège, mais elle ne fut le seul élément qui permit sa chute... Sa peine, son chagrin l'avait fragilisé, le poussant presque dans les bras de cette femme qu'Hakai savait drogué... Oh non, elle ne se dopait pas à la cocaïne ou toute autre substance. Sa drogue était les hommes... On ne pouvait agir ainsi sans en avoir besoin, en avoir constamment l'envie. Sans compter les verres d'alcool qui circulaient dans son verre. Son corps était mince, il y avait suffisamment d'alcool pour la rendre euphorique... Et malgré tout cela l'homme se laissait aller, probablement ressentait-il le besoin de se bercer dans les bras d'une femme. Il fallut que ce soit Seji...

En tant normal, l'homme aurait jugé la situation actuelle comme délirante, échappant à tout contrôle de la jeune femme qui commence à faire allez sa main de haut en bas à son intimité. Mais l'homme ne réfléchissait pas, son intention était uniquement fixée sur l'objectif qui était à porter de tire. Les attentions de Séji étaient simples, se donner du plaisir. L'homme marchait en sa direction, le regard empli de désir devant cette « déesse ». Ses mains vinrent se poser sur la paroi en pierre et ses bras puissants le soulevèrent. Ce contact bestial, ces caresses, ces baiser, tout cela fait avec passion et envie. Il n'était plus Hakai et Seji, mais un homme et une femme. Plus rien ne comptait, ils étaient dans leur monde, s'entrelaçant, se baisant. Tout cela était beau, une union entre une femme et un homme empli de passion. Les gémissements commençaient à se faire entendre, le reste ne fut qu'un concert de mot tous plus ou moins aigu.
Cela avait duré combien de temps ? Plusieurs minutes ? Heures ? Aucune idée. Tout ce que l'on devait retenir était qu'il faisait nuit à présent. Seji était plaqué contre Hakai, sa tête contre son torse, elle vint enlever un énième baiser à l'Uchiha. Etrangement, il ne ressentait plus la même excitation qu'auparavant, comme si quelque chose l'avait hanté. Oui on pouvait dire cela... Pendant l'action, l'homme eut comme un blocage, qui dut paraître insignifiant à la jeune femme. Ses yeux c'était écarquillé comme choqués de ce qu'ils voyaient. Le visage de sa partenaire avait changé de tout au tout... Les mèches blondes c'était changé en noir, ses yeux verts étaient devenus rouge orné de trois virgulent à leur centre... Depuis, il n'avait plus rien fait, Seji c'était installé au-dessus de lui et avait pris les choses en main... L'homme comme immobilisait... Qu'avait il fait ? Il était devenu bien faible... Se laisser séduire par manque... par envie... C'était indigne de lui, de ce qu'il ressentait encore. Il ne pouvait se détourner de celle qu'il aimait seulement parce qu'elle était incapable de lui prodiguer ce dont Seji c'était appliqué à faire... Il lui fallait du temps, remettre tout ce qui avait été dit en place. Et surtout se remettre de cette claque...

Ses yeux se posaient sur la belle blonde qui semblait peu à peu s'endormir dans ses bras. Il ne dirigeait pas ce qu'il avait fait, mais encore moins ce qu'il allait dire... Cette femme ne méritait pas que l'Uchiha se sert d'elle pour assouvir ses besoins... Il était un con... Deux fois... c'était la deuxième fois... Délicatement, il décala le corps de la jeune femme, pouvant ainsi se lever. Ses jambes eurent d'abord du mal à le tenir debout mais c'est droit, le dos tourné à Seji, qu'il plaça une main sur son visage, essayant de cacher les quelques larmes qu'il sentait arriver. C'était après avoir commis cette ignominie qu'il réalisait son idiotie... Même si Taka ne voulait de lui...

[Hakai] « Seji… Tu ne mérites pas ce que je viens de t’infliger… »

Il passa un coup sur son visage avant de pivoter le buste, pouvant observer la petite blonde qui le regardait.

[Hakai] « J’ai… agi par pure besoin… Bien sur tu es attirante, mais… ce que nous avons fait… Cela n’aurait jamais du arriver… On ma jeté et j’étais faible… Je suis désolé… »

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Jeu 1 Juil - 18:36

[Hakai] « Seji… Tu ne mérites pas ce que je viens de t’infliger… »

Et la jeune femme releva la tête. Pardon ? Nan mais on est où là ? D’accord, Hakai avait été assez brutal, mais franchement, pas la peine de s’excuser pour cela !

[Hakai] « J’ai… agi par pure besoin… Bien sur tu es attirante, mais… ce que nous avons fait… Cela n’aurait jamais du arriver… On ma jeté et j’étais faible… Je suis désolé… »

Et tout s’éclaire.
Encore un… Un abruti de plus en manque de sensations fortes. Mais visiblement il était encore plus stupide que les autres. Ou peut être était ce de la naïveté, tout simplement. Toujours est-il que Séji n’appréciais pas ce genre de déclarations. Elle en était réduite au rang d’objet. Un objet de plaisir que l’on utilise quand on en a besoin, et qu’on se permet de jeter en suivant. Tout cela avait quelque chose de très dégradant.
Son petit minois apaisé se durcit, ses sourcils clairs se froncèrent dans un unique mouvement, et ses petites mains se contractèrent pour former deux petits poings rageurs. Cet abruti d’Uchiha avait le culot de lui dire, en face, qu’elle n’était qu’un coup d’un soir, qu’une sous merde en somme. Et en plus il s’excusait, preuve qu’il considérait vraiment cette soirée comme une énorme erreur. Preuve aussi qu’il possédait une naïveté a toute épreuve.
Alors la mâchoire de la jeune fille se crispa. Une profonde haine pour le genre masculin embrasait son regard, et sa respiration s’accéléra brutalement.
Sa main parti rapidement frapper le visage du grand brun. Lui ne fit aucun mouvement pour éviter le coup et l’encaissa. Ses yeux fixés sur le sol, il avait vraiment l’air mal. Le pauvre, il en était presque à inspirer de la pitié.
En plus il était soumis. Séji n’aimait pas les hommes soumis. Une expression de profond dégout s’installa sur son visage quand elle étudia l’Uchiha. Alors c’était ca un homme ? Ce grand brun qui avait l’air si sur de lui, ce tas de muscles était-il en réalité si faible ?
De toute façon, tous les hommes sont plus faibles les uns que les autres…

[Séji] « Evidemment que tu as agi par pur besoin ! Sinon tu aurais voulu me connaitre avant, je le sais tout ca. Tu crois quoi, je ne suis pas naïve, hein.
Et puis bon, de toute façon, c’est pas comme si tu étais le premier a me prendre pour me jeter… »


Aussi abrupt que cela semblait être, c’était pourtant la stricte vérité. Elle trouvait ce petit jeu de séduction bien amusant, mais elle n’en comprenait visiblement pas les enjeux réels.
Mais la petite Saama n’avait pas l’intention de s’arrêter là. Après tout, elle était comme le reste de son clan, d’une agressivité maladive.

Comment décrire la rage qui montait en cet instant dans le corps de Séji et l’enveloppait d’un voile de malveillance ? Une analyse des sentiments de la jeune femme aurait pu nous amener à comprendre la raison d’un tel comportement, mais nous nous arrêterons seulement aux faits. La petite blonde se jeta en avant, dans la direction de l’Uchiha. Ses gestes étaient violents, elle était agressive. Pareil à de petits lacs, mes yeux clairs de Séji se remplirent, ne demandant qu’à déborder. La petite blonde renversa son amant incrédule au sol, il était visiblement aussi dérouté qu’elle. Mais ses yeux… Ils étaient terribles. Ils témoignaient d’une certaine folie, d’un mal plus sombre encore que la nuit impénétrable qui baignait les deux jeunes gens dans une atmosphère angoissante. Un sourire. Un sourire de fou. Un rire sinistre s’éleva de la gorge de la jeune fille, tandis qu’elle maintenait les épaules d’Hakai contre le sol glacé. Ce n’était plus vraiment Séji qui agissait, mais une Chose ravagée par le désespoir et la colère, par la douleur et le chagrin. Son étreinte puissante était brutale, et se voulait aussi incontestable que son méprit envers les représentants du sexe masculin. La femme ressemblait à présent plus a une chimère, à un démon venu d’un autre monde, elle n’avait plus son apparence de séductrice. La folie gagnait peu à peu du terrain, et l’emportait sur sa raison, et elle n’avit qu’une seule idée en tête : punir l’Uchiha pour l’avoir méprisée. Alors, dans un mouvement désespéré, Séji se saisit de la bouteille de sake presque vide qui trainait près d’elle, et la fracassa contre un rocher. Elle se servirait de cette bouteille comme d’une arme, une arme fatale qui devait ôter la vie à un homme. En suite, dans un mouvement tragique, elle retournerait l’arme contre elle afin d’échapper à la souffrance et l’humiliation.
C’est alors que Séji se surprit à repenser à sa rencontre avec Hakai. Tous les deux dans la forêt, une atmosphère bonne enfant, deux êtres aussi charmants que souriants. Mais encore une fois encore, le désir charnel ne pouvait que rapprocher corps si jeunes et si beau dans une union unique.
En vue de ce dénouement magnifique, superbe, les larmes coulèrent de ses yeux. Elle était émue. Emue par la perspective d’une Fin si théâtrale, si dramatique. Cette fin lui convenait, et même plus encore, elle la passionnait, la transportait au-delà du monde réel, dans un état jouissif et pourtant si néfaste.
Et lentement, elle soulevait sa bouteille meurtrière, prête à accomplir la tragédie, à offrir à cette pièce une Fin parfaite, ses yeux inondés rependant leurs larmes salées sur les corps liés des jeunes gens.





On nait courageux comme on nait peureux. On peut s’améliorer, faire des efforts, mais tout ce travail est vain, la nature d’un homme l’emportera toujours de sa raison.
Encore faut-il pouvoir discerner le courage de la folie...



* Pensées *
" Paroles "
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Jeu 1 Juil - 21:07

Son regard était inlassablement tourné vers le sol, incapable de venir fixer la jeune femme. La honte était sur ses épaules. Il était faible et sans motivation. Sa vie allait de galère en galère depuis sa naissance à un tel point que le goût de vivre était amer. Les moments de bonheur de l'Uchiha se comptaient sur les doigts de la main tandis que toutes ses choses horribles qu'il avait subies, qu'il avait enduré et encaissé... On pourrait dire que s'en était qu'une de plus... Oui bien sûr, on pourrait dire cela à chaque fois, mais le moral d'un homme avait ses limites. Bien que patient et courageux, Hakai en avait également... Il était sur le point de rupture... Ses propres sentiments étaient sa connerie. Jamais il n'aurait dû s'attacher à cette idée de folle de courir après Taka... Quand c'est non, c'est non... Et pourtant il s'obstinait encore et toujours, même à cet instant précis iln'était sur de vouloir lâcher ses sentiments. Et pourtant il le devrait... Pour le bien de tous...

Cette vision le dégoûtait... Pourquoi avoir couché avec Seji alors que la personne de tous ses désirs était quelque part dans cette ville qui, à cette heure, devait probablement aider sa mère à préparer le dîner... Il avait utilisé Seji comme on utilisait un briquet pour allumer une clope, un urinoir pour uriner, une pute pour... C'était indigne de lui, indigne du nom qu'il portait. Son père, l'homme qu'il détestait temps même dans la mort venait agresser son esprit... Ce type avait fait exactement la même chose qu'Hakai... Voici comment il était né... Le point positif c'est que Seji avait pris ses précautions... Mais tout de même... Le visage de Taka était apparut pendant qu'il la... Pourquoi n'avait-il dit stop ? Pourquoi avait il continué tout en fixant Seji... Quelque chose ne tournait pas rond dans sa tête.

Sorti de nulle part, comme pour le refaire descendre sur terre, une main le gifla, laissant la marque après son passage. La tête légèrement penchait, qui avait suivi le mouvement lancé de cette terrible frappe. Les yeux toujours vers le bas qui étaient partiellement cachés en dessous de quelques mèches rebelle. L'homme ne réagissait pas, ni violent, ni surpris. Il restait tout simplement sur place. Cette réaction... Il l'avait deviné. Cela ne plaisait à personne d'assouvir une requête pour ensuite se faire jeter comme une vieille merde... Hakaipouvait comprendre ce qu'elle ressentait même si les circonstances n'étaient les mêmes. Il ne pouvait qu'encaisser la rancune de cette furie.

Elle claquait contre le sol, ses mains, d'une violence imperceptible, le fixaient au sol, l'obligeant à fixer cette jeune demoiselle. Ses yeux exprimaient la rancune, le meurtre, la haine. Il pouvait comprendre tout cela, certaine famille n'hésitait pas à tuer pour pareil préjudice. La mort... serait un délivrent pour l'Uchiha. Enfin il pourrait aller la défier face à face, demander des comptes. Tout simplement demander « Pourquoi moi ? ». Devait-il lui demander ? Devait-elle le faire ? Mettre un terme à ses jours ? Elle semblait bien partie... D'un geste toujours aussi violent, elle agrippa la bouteille de sake avant de la fracasser contre la roche. La pointedu verre coupait comme du rasoir, suffisent pour sectionner une jugulaire. Le regard sombre, sans vie, s'amuser presque à regarder ce cadavre qui pourrait bien lui ôter la vie. Mais... sa vie ne s'arrêtera pas des mains de la jeune femme.

[Hakai] « Je ne suis qu’un salo qui a profité de toi pour assouvir mes besoins. Mon cœur ressemble plus à une coquille vide qu’à un organe permettant la vie. Cependant… Si la mort doit me prendre, ce n’est pas à toi de me la donner. Ta vie… Tu es jeune, ne te limite pas à cette nuit, à mes mots. Si tu dois retenir quelque chose… alors retient se moment ou nous n’avons formé qu’un mais… oublie moi… Je ne suis source que de désolation. Ne gâche pas ta vie pour moi… »

Son visage était grave et l’événement également. Seji tenait haut et ferme cette « arme ». L’homme pourrait se débarrasser de la jeune femme qui était sur lui, toujours nue… mais il n’en faisait rien. Il lui faisait confiance ? Non… il regardait ce qu’elle allait décider, si oui ou non elle savait prendre des décisions ou si elle agissait uniquement sous les impulsions. Personne ne mourra aujourd’hui…

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Dim 4 Juil - 18:52

Même l’épaisse vapeur du bain ne parvenait pas à masquer les larmes de la jeune femme.

Assise contre le corps du genin, elle sanglotait doucement. Un filet de gouttelettes salées s’écoulait le long de ses joues, et semblait transporter en son cœur toute la douleur du genre humain. Ce petit ruisseau d’amertume s’écrasait finalement sur la peau d’Hakai, le frappant avec toute la force qui lui était donnée.
Séji s’interrogeait à présent sur la nature de ses sentiments. Pourquoi avait-elle réagit ainsi ? Même pour une personne dont l’esprit était assez tourmenté, ce comportement était excessif. Mais il est concevable qu’après avoir subi bon nombre d’humiliation de ce genre, on commence à craquer. Il fallut que ce soit en compagnie de l’Uchiha.
La petite Saama brandissait encore le tesson de bouteille, qu’elle pensait utiliser comme arme pour mettre un terme à ses souffrances. Mais une force invisible semblait l’empêcher d’abaisser son bras et de frapper le beau brun. Elle ne le pouvait pas, tout simplement. Après tout, le jeune homme n’avait fait qu’être honnête. Il l’avait souillée, comme tant d’autres, mais s’en était excusé. Il n’y avait eu aucun amour entre les deux personnages, seulement une petite complicité qui les avait menés à unir leurs corps dans un acte passionné. Alors dans un sens, à quoi bon le tuer ?
Mais laisser ce jeune homme en vie était une alternative difficilement supportable pour la jeune fille. Elle n’était plus animée de chagrin, mais de colère à présent. Elle émit alors un rire petit aigu, un rire triste et timide qui résonna dans la nuit comme une plainte désespérée.
Son rire se brisa comme un éclat de verre. Le tesson de bouteille était venu se fracasser contre les rochers a quelques mètres des jeunes gens, et des dizaines de petits morceaux de cette roche imparfaite se rependaient sur le sol en gerbes étincelantes.
Séji avait donc renoncé à sa Fin théâtrale, et optait a présent pour l’improvisation la plus totale. En n’ayant pas accomplit ce a quoi elle s’était préparée, elle espérait dans un sens sauver la situation et retrouver un comportement normal.
Elle s’assit plus confortablement sur le corps d’Hakai toujours cloué sur le sol, mais ses ne parvenaient pas à établir le contact avec ceux, plus sombres, de l’Uchiha.
Pendant un instant il n’y eut aucun dialogue, seulement le souffle de deux jeunes gens désorientés et incertains.
C’est lentement que Séji décida de s’allonger sur le corps du genin. Ce dernier, comme une statue de pierre froide et prétentieuse, ne bougea point. Alors ne découvrant aucune réaction, la petite blonde se roula en boule, collant sa tête sur le torse du garçon. Elle pouvait sentir les battements de son cœur dont le rythme était redevenu normal, les muscles de son buste se contracter a chacun de ses plus insignifiants mouvements.
Malgré le fait que l’Uchiha ait commit une erreur irréparable, il gardait toujours sa beauté naturelle. En ne réagissant plus à rien, il adoptait une attitude de statue de marbre, fière et arrogante. Voila donc ce qui plaisait à Séji. Dans un sens, elle se sentait coupable. N’était ce pas de son devoir de faire patienter ses nombreux prétendants afin de choisir le plus méritant ? Au contraire, elle ne se privait jamais d’assouvir ses pulsions et ses désirs corporels, quels qu’ils furent. Il semblait évident qu’elle aimait les hommes à en mourir et ne pouvait s’en passer. Peut-être était-elle malade. Peut-être tout ceci n’était lié qu’à son jeune âge et son envie de découvrir le monde sous tous ses aspects. Quoi qu’il en soit, elle commettait souvent des erreurs, et n’avait nullement envie de les réparer. Elle aimait s’amuser voila tout.
Le visage serein posé contre le torse du garçon, la jeune femme souriait à présent, bien loin de se douter du mal qui croupissait dans l’esprit de son compagnon. Une véritable souffrance, une douleur indescriptible, et pourtant il semblait vivre au jour le jour, sans s’attarder dans son passer ou vivre dans son avenir.
Mais la jeune femme se posa alors une question. Quelle était la raison du comportement de l’Uchiha ? Pourquoi son cœur était-il si vide ?
Cet être à l’aspect si imposant et au mental si dur ne pouvait qu’inspirer l’intérêt, et peut-être même une forme d’admiration aussi. Voila pourquoi Séji ne l’avait pas lacéré à coup de tesson de bouteille d’alcool. Elle voulait en apprendre un peu plus sur cet étrange personnage. Et après ce qu’ils venaient de traverser, elle trouverait peut-être en Hakai quelqu’un en qui se confier.

[Séji] « Pardonnes moi …
Mais je voudrais que tu me parles, que tu me racontes ce qui s’est passé, pourquoi tu es si triste. Si tu le veux bien sur. »


Dans sa voix, plus aucune trace d’agressivité ou de rancœur, seulement un profond besoin de parler à quelqu’un, sans que cela ne les mène à une nuit endiablée.





On nait courageux comme on nait peureux. On peut s’améliorer, faire des efforts, mais tout ce travail est vain, la nature d’un homme l’emportera toujours de sa raison.
Encore faut-il pouvoir discerner le courage de la folie...



* Pensées *
" Paroles "
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Dim 4 Juil - 21:14

Le regard sombre de l'Uchiha était inlassablement fixé dans les émeraudes de la belle blonde. La beauté de la jeune faisait naître un sentiment d'amertume chez l'Uchiha, s'en voulant toujours et encore d'avoir assouvi ses désirs. La menace pesait toujours au-dessus de sa tête, mais il en était sûr, Seji ne ferait rien. D'ailleurs sa réaction était... excessive ? L'homme l'avait senti, elle avait joué la séduction jusqu'au bout avec lui, ne cherchant nullement à mieux le connaître. Seul le sexe l'avait intéressé. Alors, pourquoi pareille réaction lorsque l'inévitable arrivé ? Exprimait elle d'autre chose ? Des sentiments ? Le coup de foudre ? Tout cela, Hakai n'y croyait pas. On pouvait trouver une fille aguichante, s'imaginer faire des « choses » avec, mais nullement en tomber follement amoureux au point de faire une connerie pareille... Cependant, cette vision des choses changeaitselon l'individu. Cela pouvait changer selon le sexe également. Hakai avait pris l'habitude des refus de Taka, prétextant de ne pouvoir s'imaginer autre chose... Bref, il n'en savait rien et hésitait à se lancer sur ce chemin joncher d'obstacle. Il avait essayé avec Taka, sans succès... Un deuxième échec serait dur à supporter.

Les larmes chaudes de la femme s'écroulaient sur le buste du jeune homme. Son coeur se serra un peu plus, désolé d'avoir provoqué autant de peine... S'il aurait su... Le mensonge est parfois nécessaire pour préserver les gens. Taka y avait recours par moment pour sa soeur et cela ne l'étonnerait pas si elle mentait sur son dos également... Peut être que... profiter de l'instant avec cette beauté ne pouvait faire de mal. Peut être n'aurait il dû dire ce qu'il ressentait et se laisser bercer par l'odeur de la jeune femme ? Non cela ne lui ressemblait pas, tout comme coucher avec une inconnue... Seji... Savait elle qu'elle fut la première ?

Et puis le fracas du verre. L’homme avait observé la scène, son regard légèrement plus détendu à présent essayer de se baigner dans celui de la jeune femme, mais elle l’évitait. Pourquoi ? N’avait il méritait pareil remontrance ? N’avait il pas mérité des insultes, des coups ? Séji n’y était pour rien. L’Uchiha s’était laissé séduire, tombant dans le piège de la séduction. Il n’y était habitué, il ne connaissait rien au petit secret, au petite mimique que les femmes pouvaient avoir court pour exprimer leurs envies, leurs besoins ou même leur désintéressement. Que l’on aime ou non, Hakai était du genre à dire ce qu’il ressentait. Cette journée avec Taka… Il avait bien joué un peu, mais très vite, il l’avait mis au courant. Il était attiré par Séji, probablement le fait d’avoir couché avec elle, mais Taka était encore trop présent dans son cœur pour envisager une relation avec une autre.

L'homme resta de marbre lorsqu'il put sentir le corps de la jeune femme se collait un peu plus au siens, se pliant sur le torse du jeune homme qui rougissait une nouvelle fois. La façon avec laquelle elle se collait à lui, on pouvait croire que rien ne s'était passé, que rien ne s'était dit. Et pourtant l'homme en gardait un goût amer. Mais comme pour confirmer cette nouvelle « relation » qui semblait naître, son bras vint se poser sur la jeune femme, l'enlaçant autour de sa taille avant de remonter à son épaule. Cette femme... Une chose était sûre, elle ne manquait pas de donner de l'affection. Cependant, Hakai ne devait pas être le seul à recevoir ce traitement. Encore un problème qui faisait que cette jeune femme ne pouvait représenter plus que ce qu'elle était déjà.

[Séji] « Pardonnes moi …
Mais je voudrais que tu me parles, que tu me racontes ce qui s’est passé, pourquoi tu es si triste. Si tu le veux bien sur. »


L'homme fronça les sourcils, quelque peu surprit de cette demande. Sans doute méritait elle de savoir. Mais le fait d'apprendre qu'il avait couché avec elle simplement, car il avait été rejeté par une autre pouvait très bien causer un autre tord. L'homme resta silencieux quelque instant, son bras c'était un peu resserait sur la jeune femme sans qu'il ne le sache. La tension peut être... Mais finalement, il jouerait franc jeux.

[Hakai] « L’amour… J’aime une femme à un tel point que je me sens vide à présent, après son refus… Nous sommes très proche… Et pourtant cela, elle ne s’imagine sortir, pour elle je suis son plus proche ami, son confident… J’ai l’impression d’avoir perdu un an de ma vie… »

Sans même comprendre pourquoi, les larmes remplissaient le récipient que formait son œil, avant de déborder sur chaque côté de son visage.

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Dim 22 Aoû - 15:11

[Hakai] "L’amour… J’aime une femme à un tel point que je me sens vide à présent, après son refus… Nous sommes très proche… Et pourtant cela, elle ne s’imagine sortir, pour elle je suis son plus proche ami, son confident… J’ai l’impression d’avoir perdu un an de ma vie…"

Un frisson parcouru le corps de la jeune Saama, et pourtant elle ne paraissait nullement émue par les mots de l’Uchiha. La faiblesse de cet homme pouvait se lire clairement dans ses yeux sombres, desquels s’écoulaient à présent les larmes de l’amertume.
Et voila donc un comportement que Séji ne pouvait supporter. A vrai dire, voir un grand costaud chialer ainsi lui donnait presque envie de rire. C’était un sentiment de sadisme à l’état pur, mais finalement, avait-elle vraiment tort ? Un Homme, quelque soit ses échecs, doit savoir se tourner vers l’avenir, surmonter ses sombres pensées et aller de l’avant. Evidement, la jeune femme ne pouvait pas réellement comprendre son interlocuteur, étant donné qu’elle n’avait ressenti de l’amour que pour son frère, mais tout de même, la faiblesse d’Hakai l’agaçait. Elle décida de lui parler franchement.
Mais avant d’ouvrir la bouche, elle se pencha en avant, s’arrachant de l’étreinte du grand brun, et étendit son corps de tout son long, afin d’attraper sa serviette blanche pour dissimuler son corps.

[Séji] "Je vais te rendre un service Hakai.
L’Amour… C’est quoi l’Amour ? Rien ! L’Amour n’est qu’un sentiment d’attirance sexuelle et d’affection. Alors que tu ressentes de la déception après le refus de la fille, je veux bien, c’est tout naturel. Mais franchement, de là à te sentir « vide », tu exagères un peu la chose ! Tu n’es pas vide, tu es juste attristé, mais la douleur disparait avec le temps. Quand a avoir perdu un an de ta vie à courtiser la même fille, tu es bien sot. On voit immédiatement si une fille est intéressée, elle le montre suffisamment. Si elle ne l’est pas, alors pourquoi s’entêter ? Pourquoi t’es tu entêté ? Paske tu es con, c’est tout.
Allez, j’en ai assez dis. Rejoins-moi dehors."


En voila un discours agréable… Hakai paraissait sous le choc, il ne bougeait pas, ne parlait pas. Réfléchissait-il au moins ?
Sans en avoir la certitude, la jeune femme se releva lentement, le regard tourné vers les vestiaires. Elle s’y dirigea sans bruit, sa serviette glissa jusqu’au creux de ses reins, dévoilant à nouveau un dos musclé et encore humide. Séji laissa donc celui dont l’être aimé ne partageait pas les sentiments amoureux allongé sur le sol, non sans lui adresser un sourire timide avant de fermer la porte derrière elle.


Une fois à l’abri des regards, Séji se laissa tomber sur les genoux, lâchant sa serviette qui vint se déposer en cercle autour de son corps nu. Comment une si belle rencontre pouvait-elle se terminer ainsi ? Dans un sens, tout ceci n’était pas terminé, mais tout de même, la tournure des événements n’était pas des plus réjouissantes. Elle essuya sans bruit les goulettes qui perlaient sur sa peau halée, laissant son esprit délirer alors qu’elle passait à présent son corset. Ce corset… Il faisait parti de ses préférés. Son histoire n’était certes pas des plus communes, et la jeune femme ne pouvait s’empêcher d’y repenser à chaque fois qu’elle l’enfilait. Un léger sourire éclaira le visage de la jeune fille qui finissait de s’habiller et s’apprêtait à sortir. Mais à l’extérieur, elle devait trouver Hakai. Du moins, si celui-ci n’avait pas choisit de déserter.
En réalité, elle fut assez surprise de trouver l’Uchiha en sortant des sources. Le grand brun était nonchalamment appuyé contre un arbre qui prenait place en face des sources. Il n’avait pas encore remarqué la jeune femme, et son regard se perdait distraitement dans le vide. A quoi pensait-il exactement ? Se pourrait-il que ce soit aux paroles de Séji ? Impossible pour elle de le savoir. Et quand elle fit un pas dans la direction du genin, il pointa les yeux dans sa direction.
D’une démarche hésitante, la jeune femme rejoignit Hakai, fixant intensément ses yeux, comme dans l’attente de la réponse à une question muette. Mais aucun des deux n’avait l’aire décidé à prononcer le premier mot. Au bout d’un moment, les jeunes gens fixaient inlassablement le sol, comme s’ils lui trouvaient le moindre intérêt. Et le temps passait, d’une monotonie déconcertante. Et enfin, courageusement, Séji entreprit d’engager le dialogue. D’une part, elle se sentait responsable de l’état d’Hakai. Le pauvre jeune homme n’avait pas la vie facile avec les femmes. Elle voulait à présent raviver la flamme de sa bonne humeur.

[Séji] " Alors, euh, qu’est ce qu’on fait, on bouge ? Tu as envie d’aller quelque part en particulier ?"

[Hakai] " Je peux te faire visiter une partie du domaine du cygne si tu veux, c’est plutôt joli."

[Séji] " Aaah ! C’est génial, j’adorerais!"

Le sourire dessiné sur les lèvres de la jeune femme était radieux. La jolie blonde était toute excitée à l’idée de pouvoir visiter le domaine des Uchiha avec Hakai. Elle fit donc un bond dans sa direction, et s’empara de son bras gauche. Ils se dirigèrent ainsi en direction du domaine.





On nait courageux comme on nait peureux. On peut s’améliorer, faire des efforts, mais tout ce travail est vain, la nature d’un homme l’emportera toujours de sa raison.
Encore faut-il pouvoir discerner le courage de la folie...



* Pensées *
" Paroles "
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Dim 22 Aoû - 22:05

Je… Je ne savais quoi penser. Livrer mes sentiments, mon cœur ainsi à une personne que je ne connais en fait pratiquement rien d’elle ne me ressemblait pas. Je venais de lui confier ce que j’estimais comme LE bijou de ma vie.

Rien ne m’avait été épargné. Depuis ma naissance, j’allais de galère en galère passant de la rue au clan égocentrique et où les conflits internes pourraient bien conduire à une révolte.

Ensuite vint la découverte de mes origines et le lourd fardeau qu’un imbécile m’avait légué. Une maladie que je pouvais ou non porter, les médecins n’étaient sûr de rien… Rien de bien réjouissant.

Mon seul bonheur jusqu'à présent avait été Taka. Et pourtant me voici dans les bras d'une autre femme. Que devais-je faire ? Je suis un imbécile, ce n'est plus la peine de le cacher à présent. J'ai préféré dire la vérité et ainsi encore plus irriter cette belle blonde et sans parler du peu de crédibilité qu'il me restait...

On pouvait très bien le lire sur son visage, je l'emmerdais. Nous nous sommes sans doutes emballé, les caresses avaient sans doutes étaient beaucoup trop passionné et voici où nous en étions arrivés. J'avouais en aimer une autre et ainsi je mettais fin à tout ce petit jeu que nous avions pourtant suivi à la lettre pendant toute la journée.

N'aurais-je pu tout simplement pas la fermer et continuer à jouer ainsi toute la nuit et ensuite retourner à mes occupations... Après tout, cette femme n'était rien d'autre qu'une civile. Rien n'indique que je la reverrais un jour ou l'autre et d'ici quelque mois son nom et son visage ne m'auraient rien rappelé...

Et c'est à ce moment que l'on voit que je me connais... Bien sûr que je me rappellerais toujours de cette petite blonde à bouclette qui m'avait interpellé, accroupi derrière cet arbuste... Un goût amer aurait alors fait son apparition et je n'aurais rien pu faire pour cacher mon état d'agacement. Cela valait mieux ainsi... La vérité valait mieux qu'un mensonge même si celle-ci était douloureuse.

Et la voici que son corps réagissait enfin. Elle se détacha de la moindre étreinte, plus aucun contact ne se faisait entre nous. Son dos était parfaitement droit et son regard fixait inlassablement le mien. Même un aveugle pouvait voir qu’elle était en colère et je le méritais… C’est donc dans le silence que j’encaisserais.

[Séji] "Je vais te rendre un service Hakai.
L’Amour… C’est quoi l’Amour ? Rien ! L’Amour n’est qu’un sentiment d’attirance sexuelle et d’affection. Alors que tu ressentes de la déception après le refus de la fille, je veux bien, c’est tout naturel. Mais franchement, de là à te sentir « vide », tu exagères un peu la chose ! Tu n’es pas vide, tu es juste attristé, mais la douleur disparait avec le temps. Quand a avoir perdu un an de ta vie à courtiser la même fille, tu es bien sot. On voit immédiatement si une fille est intéressée, elle le montre suffisamment. Si elle ne l’est pas, alors pourquoi s’entêter ? Pourquoi t’es tu entêté ? Paske tu es con, c’est tout.
Allez, j’en ai assez dis. Rejoins-moi dehors."


Je me mordillais la lèvre inférieure. Un tel dialogue était dur à encaisser pour moi et bien sûr je ne pouvais l'accepter. Il y avait du vrai dans ce qu'elle disait, mais son idée de l'amour était si noire... ou tout simplement inexistante.

Probablement n'avait-elle jamais connu l'amour ? Ou peut être l'avait-elle perdu ? Ceci expliquerait sans doute pourquoi avais-je eu tant de facilité ce soir... Mais malgré tout, je ne considérais pas cette fille comme une traînée ou autre. Elle aimait faire ce bon lui plaisait tout simplement. J'avais été ainsi un jour...

Mais être shinobi vous changes, vous rends plus craintif, plus raisonnable peut être. En tout cas l'envie de vous faire remarquer vous passes tout simplement. Vous aimez votre petite tranquillité à la maison lors des repos.

Les amis comptent également beaucoup, mais encore une fois, le boulot ne nous aidait guère de ce côté la. Un ami du jour peut très bien devenir l'ennemi du lendemain ou tout simplement le défunt. Les solitaires n'avaient pas ce problème bien sûr. J'étais solitaire... J'étais un renard... Mais la solitude ma délaissait et je ne m'en pleins guère.

Je regardais la jeune femme se diriger vers son vestiaire. Etait-elle seule ? S'offrir à un homme lui permettait elle d'avoir un contact humain ? Etait-ce sa façon de communiquer avec autrui ? Mais qu'est-ce que je raconte moi ? Il s'agit de moi ici... Elle n'avait rien à se reprocher, elle était ce qu'elle voulait être contrairement à moi. Que voulais-je être ? Etre prof ? C'était un bien beau rêve, mais était il réalisable ? Ne devrais-je pas plutôt me concentrer sur le présent à la place de courir après des mythes ?

Étrangement, un sourire se dessina sur mes lèvres et d'un geste des bras, je me levais. Des gouttelettes d'eau ruisselaient encore sur mon corps. Je me saisis de ma serviette d'un blanc maculé avant de pénétrer à mon tour dans mon vestiaire. Il ne me fallut guère plus de cinq minutes pour me sécher et encore cinq pour m'habiller. J'en profitais pour me coiffer tant bien que mal à l'aide de la glace mit à disposition.

La brise caressait une nouvelle fois mon visage. La luminosité du soleil avait quitté le ciel pour laisser place à la noirceur de sa jeune sœur. La nuit était si paisible, il n’y avait aucun bruit dans les rues du village. Tout était si calme qu’on aurait pu se croire à la campagne et pourtant la population de Konoha croissait chaque année.

Mon regard se baladait entre ciel et terre. Tantôt je pensais à ce qu’avait dit ma jeune amie, tantôt je pensais à autre chose… En fait je ne voulais en aucun cas trop réfléchir, surtout pas aujourd’hui. Tous les jours, un nouveau problème qui amenait son lot de question. Il fallait que cela cesse. Sur ce point, peut être que Seji avait raison…

Et la voici qui arrivait. J'avais envie de sourire, mais mon corps ne réagissait pas. Au lieu de cela, nous nous contentions de fixer le sol, ironique non ? Il y a de cela une heure nous étions occupés de... bref... et nous voilà timide tout d'un coup. Preuve que les choses avaient sans doute été trop vite.

Les relations homme femme sont beaucoup trop compliquées. Certain couple se forme sur des coups de tête de ce genre et d'autre tarde beaucoup trop. Dire qu'un couple cassé, car ils n'avaient pris le temps de réfléchir serait faux... On était fait pour allez ensemble ou non. Mais c'était compliqué... Il y avait aussi certaine personne qui ne voulait de relation, que ce soit avec ou non la bonne personne.

Mais cela n’avait plus aucune importance pour aujourd’hui. Je devais au moins me rattraper pour cette bêtise… Il y avait un lieu parfait pour cela. La jeune femme était une amoureuse de la nature tout comme moi, elle ne pourrait qu’adorer cet endroit.

C'est après un rapide échange verbal que la jeune femme m'attira vers l'avant. Nous étions en route pour le domaine du cygne. L'ambiance était certes moins... enflammée que précédemment, mais la jeune femme se donnait toutes les peines du monde pour essayer de rattraper le tir.

Je ne pouvais que l'encourager par de petits sourires, même par moment des rires qui pouvaient la faire sourire. L'ambiance se décompressé petit à petit jusqu'au moment où ils arrivèrent devant les gardes du domaine. Il ne faisait aucun doute pour eux que la jeune femme ne faisait pas partie du clan. Elle n'avait donc aucun droit de passage. C'était à moi de faire en sorte qu'elle soit acceptée. C'est donc d'un pas léger que je m'approchais du garde tout en faisant signe à la jeune femme de patienter quelques instants.

[Garde] « Vous savez aussi bien que moi que cette demoiselle n'a pas les autorisations pour entrer. Et vous n'êtes pas en mesure de changer cela. »

[Hakai] « En fait si. Je viens présenter ma future épouse à ma famille. Vous savez donc que très bientôt elle portera le nom d’Uchiha. »

L'homme devant moi eut un petit mouvement de surprise. Il regarda à tour de rôle Seji puis moi et cela pendant plusieurs secondes. Cela pourrait paraître ennuyeux, mais la situation l'exigeait. Seji était loin de savoir tout ce qui se passait en ces lieux.

[Garde] « Je vois. Et bien tous mes vœux de bonheur. »

Sans même prêter la moindre remarque à ce que venait de dire l'homme, je me dirigeais vers la belle blonde. Un timide sourire sur les lèvres, elle ne pouvait s'imaginer le mensonge que je venais de dire pour la faire pénétrer seulement cette nuit dans le domaine. Mais le coup d'oeil en valait le coup.

Nous reprîmes alors notre route. Enfin, nos langues c'étaient déliées pour laisser passer quelques mots. Nous marchions tranquillement dans les rues du domaine. C'était un quartier de bourgeoisie et Seji ne manqua pas de le remarquer. Les Uchiha étaient plus qu'aisé et cela n'était pas un secret.

Nous passâmes devant la demeure de Sakechi et je lui dis que c'était ici chez moi. Mais ce n'était nullement notre destination. Un peu plus loin, à dix minutes de marche environ, se trouver un lac perdu au milieu de nulle part. Il était difficile de penser qu'un tel lac pouvait se trouver en plein centre du domaine du cygne et pourtant... Sa superficie était plus qu'importante, il serait impossible de distinguer les personnes se trouvant sur la rive opposée, car ceux-ci représenteraient que de petits points.

Le sol herbeux ne laissait qu'une impression de douceur et de repos. Nos pieds semblaient s'enfoncer dans un épais tapis moelleux. Des fleurs multicolores se trouvaient un peu partout, par moment en groupe et d'autre solitaire. Des arbres plantaient aléatoirement servait de pilier à ce décor qui donnait un contre rendu des plus magnifiques.

Après mettre acclimaté de cet air si particulier, je me tournais vers Séji lui offrant un sourire des plus radieux.

[Hakai] « Nous voilà arrivé. C'est de cette image que je veux que tu gardes de ce domaine. »

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Mer 22 Sep - 12:45

Hakai : +64 XP
Seiji : +36 XP
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Mer 16 Mar - 19:43

.°,o:O¦ Trouver sa voie ¦O:o,°.
"Après l'effort... L'effort!"


Le samedi était un jour bénis pour nous autre étudiants à l'académie. En effet, c'était le seul jour où nous n'avions cours que jusqu'à midi. Tout les jeunes shinobis attendaient le samedi dès la première heure de cours du lundi. Ce repos dans la semaine, je l'appréciais d'autant plus que mon horaire de cours était particulièrement chargé. J'étais en cours de sept à quinze heure, puis je devais prendre une garde à l'hôpital de seize à dix-neuf heure en tant qu'externe. Des semaines bien chargées en somme... Le samedi matin était aussi réservé aux entrainement avec Sasaku, ce qui constituait certainement les heures qui me demandaient le moins de retenir des terminaisons techniques par dizaines.

Aujourd'hui encore j'avais finis l'entrainement exténué, suant à grosses goutes et les muscles vidés de toute leur énergie. Je n'arrivais pas à tenir la distance face à ce géant des temps moderne. Même en frappant sans m'arrêter ses abdominaux, il n'arrivais pas à le faire reculer d'un millimètre. Enfin, cela ne l'empêchait pas de souligner régulièrement mes progrès. Encore heureux qu'il le fasse, parce qu'il n'y avait bien que lui qui les voyait.

Je suis arrivé chez moi avec la tenue d'entrainement que je portais pour les cours d'Eisei offensif, je n'arrivais même plus à trouver la force pour me changer. C'est en passant la porte de ma chambre, j'ai croisé ma mère en train de faire du rangement - j'avoue que le ménage n'est pas vraiment mon fort.

[Akito] - T'es pas au boulot?

[Aiwa] - J'ai pris les services de soirée jusqu'à la semaine prochaine pour dépanner Kimiko, sa mère est malade.

Ma mère arrêta son rangement pour me regarder de haut en bas. Je n'avais pas l'air fier : le dos courbé, le visage encore suant, trainant péniblement mon sac sur le sol, les bras couverts de bleus et les vêtement dans un sale état. J'avais définitivement l'allure d'un sans abri.

[Aiwa] - Tu devrais peut-être te reposer, tu vas rendre l'âme à cet allure là.

[Akito] - C'est pour ça que je viens profiter d'un lit douiller, à savoir celui qui est derrière toi.

[Aiwa] - Si tu allonge ton corps suant et puant sur ces draps que je viens de laver, tu ne verras plus jamais la lumière du jour. Prends un bain et on pourra en reparler. D'ailleurs va directement au Onsen, tu feras d'une pierre deux coups... Et puis j'pourrais au moins terminer de laver l'appartement avant que tu n'y mette ton bordel...

***

C'est comme ça que je me suis retrouvé dans les vestiaires des bains thermaux de Konoha. Même si en sortant de chez moi j'étais un peu ronchon, je dois avouer que ma mère a eu une particulièrement bonne idée de m'envoyer là-bas. Rien de plus reposant pour le corps comme l'esprit qu'un bon bain dans une eau brulante. Quand je suis arrivé sur place, j'ai trouvé des vestiaires plus vide que les quelques autres fois où j'y étais allé. Une aubaine, j'allais pouvoir profiter du bain seul.

Après un passage obligatoire par le lavage et la bassine pour se rincer, l'eau était d'ailleurs particulièrement froide, j'ai enfin pus profiter d'un bon moment de détente. Afin de ne pas répéter les mêmes erreurs que dans le passé, je suis entré lentement dans le bain pour éviter de pestiférer contre la chaleur de l'eau. Une fois complètement dans l'eau, on s'y sentais parfaitement bien, d'autant qu'elle m'arrivait jusqu'au menton, et qu'il me suffisait de plier les jambes pour me sentir porté. Généralement profiter ainsi du bain et mal vu, mais j'étais seul, autant en profiter.

Assit sur un petit rocher faisant office de siège, j'observais tranquillement le ciel roussit par le soleil qui quittait l'horizon. Durant ma contemplation du ciel que j'ai entendu des bruits venant du vestiaire, de la compagnie allait arriver. Je n'allais plus pouvoir profiter du calme unique qui régnait en ce lieu depuis mon arrivée. L'homme qui se présenta dans les bains eu l'air étonné à ma vue. Les bains n'étaient pas ouverts aux moins de seize ans? Les joues rougies, l'homme s'adressa à moi.

[???] - Dites-moi... Ce bain n'est-il pas réservés aux... Enfin vous voyez...

[Akito] - Hum?

[???] - N'est-il pas réservé aux hommes?
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Sam 26 Mar - 15:52

"Après l'effort... L'effort!" - 2


Il me prend pour quoi ce mec?! Je veux bien que les gamines de mon âges soient relativement plates - et pas que de mon âge d'ailleurs, regardez Yoko - mais tout de même! Sans même avoir eu le temps de prononcer une autre parole, j'étais déjà levé et sortit du bain, démontrant ainsi que j'appartenais bien au "sexe fort". L'insultant personnage avait une allure plutôt chétive, mais un regard plein d'assurance, comme s'il n'avais rien à craindre d'un gamin comme moi. Il était grand, j'étais petit. Il avait des cheveux noirs, les miens étaient blancs. Ses yeux étaient sombres et pleins d'arrogance, les miens étaient bleutés et naïf à souhait.

[Akito] - Hey, espèce de bambou séché, j'suis un homme moi, un vrai!

[???] Ah?... Hum je vois... Son regard quitta alors le mien pour descendre plus bas. Ridicule.

Alors que le visage de l'inconnu était redevenu impassible et froid, mon visage lui s'était empourpré à une vitesse folle. Je n'étais pas particulièrement sujet à des rougissements quand j'étais gêné, mais son regard avait une telle capacité à vous rabaisser, qu'inéluctablement j'avais honte d'avoir même osé hausser le ton face à lui. Sans attendre une minute de plus je me suis réinstallé dans les bains le plus loin possible de cet homme, d'autant que j'aurais pu faire passer mon rougissement pour un coup de chaud.. J'y suis resté une bonne demi-heure avant de me décider à quitter les bains et l'ambiance étrange qu'ils avaient désormais adopté. Moins je voyais son visage, plus agréable était la journée.

***

La période pseudo-hivernale de Konoha était généralement dès plus redondante : Il faisait nuit tellement tôt que l'on avait l'impression que la journée était finie à dix-sept heures au grand maximum. En l’occurrence, il était seize heures. Le soleil commençait déjà à décliner, et je n'aurais pas pus pleinement profiter de mon bain. Une journée gâchée en somme. Les marchants semblaient tout aussi blasés que moi à la vue du ciel rosé. Ils savaient pertinemment qu'une fois la nuit tombée, les clients allaient être moins nombreux. Les étales étaient d'ailleurs bien moins remplis que durant la pleine saison. Personne ne voulait passer ses vacances d'hivers dans un village militaire. Au moins l'été apportait son lot de matsuri...

[???] - Hosh! Bébé panda!

Yoko se tenait devant moi, elle venait de sortir d'une boutique de plantes. Moi qui croyais que ses seuls intérêts étaient les découpages de tripes et le flirt, la voir s’intéresser aux plantes était véritablement étonnant. Sans aucun doute ça devait être une course pour un autre médecin.

[Akito] - Évitez de m'appeler comme ça en public. J'ai un minimum d'amour propre... Vous faisiez quoi là?

[Yoko] - Une course pour le docteur Sien. Il est coinsé aux urgence et a besoin de cette plante pour un patient. Dans le mille. Mais tu tombe bien! Je suis débordée, il y a eu une vague de grippe à l’hôpital et j'me retrouve de garde jusqu'à demain.

[Akito] - Inutile d'essayer, je vous ai déjà percé à jour... Je ne ferais pas vos corvées à l'hôpital!

[Yoko] - Idiot... J'ai une mission pour toi

Sans attendre la moindre consigne de sa part, j'ai continué ma route comme si Yoko n'avait jamais été là.

[Akito] - Pas envie!

Je n'avais en effet aucunement l'envie d’effectuer une mission, aussi bien rémunérée soit-elle. La journée avait été bien suffisamment harassante comme ça. Enfin ça c'était mon avis. La jeune Juunin avait, elle, un point de vue complètement différent. Elle était le professeur, le maître. Si elle ordonnait, je devais obéir. Il était donc inévitable que je me retrouve face à elle une fois sa demande ignorée.

[Yoko] - J'dois te former et c'est pas simple de s'occuper d'une tête de mule comme toi, alors la moindre des politesses de ta part c'est de me rendre un service! Et puis... J'ai un moyen de pression!

En prononçant ses derniers mots, elle agitait un objet de petite taille devant mes yeux. Je l'ai immédiatement reconnu, cet objet étant mien. Un petit anneau monté en collier qui appartenais à mon frère. Je le mettais systématiquement dans ma poche le matin comme pour me rassurer. Me le prendre, c'était comme de m'arracher un doigt, ou plutôt le bras en entier. Ne prêtant plus aucunement attention aux marchants alentours qui s'amusaient à voir notre altercation, je me suis jeté sur l'Eisei. Peine perdue, elle s'est envolée avant que je la touche, rejoignant un lampadaire non-loin. Elle affichait un plaisir certain à m'ennuyer.

[Yoko] - Comme ça j'ai toute ton attention!

[Akito] - Vous êtes détestable... Et puis arrêtez de vous prendre pour un Sangoku à sauter sur les toits pour vous enfuir!

[Yoko] -Ah, mais tu sais je connais très bien Sangoku. J'en ai même tirés des enseignements sur les faiblesses des hommes.

Sur ces lèvres j'ai pus lire qu'elle parlait de la fameuse queue de singe de Sangoku... De sa queue de... Ce sourire diabolique que Yoko affichait, ses yeux plein de vices. Il ne fallait pas que je la contrarie d'avantage si je tenais un jour à avoir une descendance!!

[Akito] - J'accepte!

[Yoko] - Tu deviens vachement raisonnable dis moi! Bon, tu passeras prendre l'ordre de mission D0034 toi-même, moi j'suis en retard. Bonne chance pour la mission et... Gare à toi, si tu la loupe, j'agirais comme un Yamsha pour un Sangoku!

Ma vie est un enfers où les femmes font office de diable...


Dernière édition par Hokufû Akito le Dim 3 Avr - 14:26, édité 1 fois
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Dim 3 Avr - 14:24

"Après l'effort... L'effort!" - 3

Citation :
Ordre de mission D0034 : Déménagement
Commanditaire : Tanaka Ue
Informations complémentaires : Un célèbre chercheur a posé ses valises à Konoha et cherche des bras solides pour l'aider à installer son laboratoire dans ses nouveaux locaux.

[Akito] - Quoi? C'est tout?

[Chuunin] - Et tu t'attendais à quoi?

L'homme n'avait pas tord. A quoi devais-je m'attendre? Après tout, ça n'était qu'une mission de rang D et je n'étais qu'un étudiant. La base de la chaîne alimentaire en terme de shinobi, un têtard. Quittant prestement les lieux pour me diriger vers les portes du village, j'ai voulus relire l'acte de mission. Yoko était clairement allumée, et allumeuse, mais elle n'agissait pas avec autant d'insistance pour quelque chose d'aussi inutile qu'un déménagement. Après avoir relu encore et encore le recto de la feuille, je me suis aperçus d'une inscription au verso. Certainement une note de ma si chère professeur d'Eisei.

Citation :
Aki-kun,
Je suis sur que tu as répondus à ma demande sans même rechigner. Quel dommage, tu es si mignon quand tu t'énerve!
J'espère que tu t'appliqueras bien pour cette première mission.
PS : Si tu pouvais me faire dédicacer un livre, je t'en serais quasi-éternellement reconnaissante!

[Akito] - Évidemment, elle n'avait strictement rien à faire de la mission et de mon congé. Elle ne voulait qu'avoir une saloperie de dédicace. Qu'elle l'oublie tout de suite cette idée! Et puis une dédicace de qui en plus?!

Pestiférant de plus belle contre cette chère professeur, j'arrivais enfin aux portes du village. L'après-midi était déjà bien entamée et mis-à-part quelques gardes et des marchants ambulants, les portes étaient presque désertes. Un évènement suffisamment rare pour être souligné. C'était donc sans mal que j'ai réussis à repérer le commanditaire de la mission. Je ne l'avais pas encore réellement vue, mais le monticule de valises et de caisses qui gisait non loin de la porte m'indiquait clairement la suite du programme.

C'était prévisible au possible : J'allais devoir porter toutes ces caisses particulièrement lourdes et grosses, surtout par rapport à ma petite taille, j'allais en avoir jusqu'à la nuit tombée. Une fois cette tâche redondante terminée, je devrais encore suivre les directives du commanditaire pour installer son matériel. Enfin, j'allais devoir rentrer chez moi une pleine nuit en évitant soigneusement de croiser Yoko sans quoi j'allais certainement passer un mauvais quart-d'heure. Tellement facile à prévoir...

Enfin, pas tant que ça à croire la réaction que j'ai eu quand j'ai pu voir le client du jour. Un bon mètre quatre-vingt, les cheveux noirs de jais, les yeux tout aussi sombres, un regard plein d'assurance et un petit sourire au coin des lèvres. Il n'y avait aucune doute possible, à mon grand regret. Le commanditaire de la mission, et l'homme à qui j'allais devoir obéir toute la soirée, n'était personne d'autre que le détestable vantard que j'avais croisé plus tôt dans les bains.

[Ue] - Hey mais c'est le petit singe de ce matin! Salut petit-singe!

Autant la première fois que je l'avais vu il semblait gêné, surement à cause du malentendu me concernant, autant cette fois-ci il avait abandonné toute gêne. C'était comme si on avait prit un œuf, qu'on en avait vidé le contenu et qu'on en ait remis un autre. J'étais donc à priori débarrassé du pervers hautain de ce matin, mais je n'étais pas bien sur que j'y avais gagné au change. La vantardise avait semble-t-il laissé place à un caractère bien plus taquin. Pas que ce genre de personnage soit vraiment irritant, mais j'avais déjà à en supporter un presque au quotidien. Un second, et c'était la crise de nerf qui m'attendait.

[Akito] - C'vous Ue Tanaka?

[Ue] - En chair et en os!

[Akito] - Ne perdons pas de temps... Plus vite ce sera terminé, moins j'aurais à vous supporter. J'vais prendre quelques paquets; menez la marche jusqu'à vot' fameux logement. J'ferais le reste moi-même...

[Ue] - Oh! Quelle autorité! Soit, en avant!

***

Même au repos mes bras me faisaient mal. Je n'avais jamais eu à porter autant de charge aussi longtemps. A bien y réfléchir, je ne savais pas vraiment ce qui avait été le plus difficile ces dernières heures : porter des colis horriblement lourds sur des distances horriblement longues, ou avoir à supporter les commentaires du commanditaire de la mission à chaque arrêt. "Oh, ça travaille bien! Courage!". Ça n'était pas une question de courage mais bel et bien une question d'endurance. Après tout la bravoure n'a jamais donné de nouveau bras aux méritants... J'aurais rêvé de me reposer tranquillement sur un banc avec une bonne glace à l'eau, mais le travail n'était pas terminé. Il restait tout à installer.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Sam 9 Avr - 13:44

"Après l'effort... L'effort!" - 4

Le dernier paquet dans les bras, j'arrivais enfin dans le nouveau logement d'Ue. Je n'y avais pas particulièrement prêté attention durant mes allers-retours, mais maintenant que je prenais le temps de l'observer, je remarquais l'ampleur de la tache qui m'attendait. L'endroit était immense, certainement deux fois plus grand que l'appartement où je logeais avec ma mère, il était remplis ça et là de bibliothèques vides et autres meubles de rangements qui n'attendaient à être remplis et au milieu de ce grand espace vide, Ue, cigarette au bec, l'air endormis. La suite promettait d'être d'un ennuis des plus total.

[Ue] - Ah! Tu as enfin terminé, mettons-nous au travail alors!

[Akito] - Nous? Vous n'allez encore une fois rien faire...

[Ue] - Si! Je vais donner les directives!

Évidemment, il aurait été bien trop simple d'avoir de l'aide pour ranger ce joyeux foutoir. Au diable la fatigue, plus vite j'aurais terminé, plus vite je pourrais récupérer mon argent et partir d'ici. C'était donc plein d'entrain que j'ai commencé à déballer et installes les premiers objets. A ma grande surprise, les cartons étaient pleins de machines d'études du genre de celles que j'ai vus à l'hôpital quelques jours plus tôt. Il devait sans aucun doute travailler dans le domaine de la médecine, il remontait dans mon estime.

A mesure que les minutes défilaient, les placards et les armoires commençaient à se remplir. Ue me proposa, à mon grand étonnement, de ranger sa collection de livre lui même. Il avoua être un maniaque de l'ordre à ce niveau. Même si c'était plus par méfiance envers moi, je lui étais tout de même reconnaissant de commencer à porter la main à la patte. Ma tâche n'en serait que plus simple ainsi, et elle était encore bien grande. Si les premiers cartons contenaient des appareils plutôt gros et encombrant, la suite s'avéra bien plus délicate. Transporter des fioles pleines au travers d'une pièce remplie de piles de cartons qui m'arrivaient au dessus de la taille, ça n'était pas un jeu d'enfant.

Soudain Ue brisa le silence qui s'était progressivement installé dans l'immense salle.

[Ue] - Ah, quelle ambiance... Dis tu veux pas arrêter de faire la tronche?

[Akito] - ... Mouai...

[Ue] - Allez! Si tu veux je vais faire le premier pas. Alors euh... Je sais, commençons par nous présenter! Comme tu dois le savoir, je m'appelle Ue Tanaka, le célèbre chercheur et auteur de traités de médecines.

Évidemment, Ue Tanaka, l'auteur de deux des nombreux livres d'études que j'ai à lire pour Sasaku et Yôko. Ça expliquait beaucoup de choses, à commencer par son envie d'avoir une édition dédicacée d'un livre. Pour une lectrice assidue comme elle, un exemplaire signé d'un livre de médecine, c'était un véritable trésor.

[Akito] - Hokufû Akito... C'est comme ça que je m'appelle.

[Ue] - Haha! Tu vois, c'est pas compliqué! Alors, tu fais quoi dans la vie? A part faire des petits boulots redondants je veux dire.

C'était un inconnu, il était agassant, mais après tout pourquoi ne pas m'ouvrir? Quitte à devoir travailler toute la nuit, autant travailler dans de bonnes conditions, en commençant par la bonne humeur.

[Akito] - Et bien, je suis un étudiant en médecine à l'académie... Enfin, pour le moment je n'ai pas encore appris grand chose. Je ne connais même pas les bases. Ni Jinsei Noshi, ni Saisei... De toute façon si j'apprenais des techniques offensives, je pense que je me ferais passer un savon par ma prof'!

[Ue] - Non non non! C'est la base de la médecine. Ce qui à petite dose peut guérir, peut à forte dose tuer! Il faut absolument que tu apprenne ces techniques, d'autant qu'elles ne sont pas compliquées! Pose ces flacons! Je fais t'inculquer les bases moi! C'est partit, HOSH!

[Akito] - Vous avez bien trop de zèle. Ne vous inquiétez pas pour mon éducation.

[Ue] - Chut! Tu dois répéter les mouvements du maitre si tu veux apprendre, HOSH!

Cet homme était un phénomène de foire, mais je commençais à l'apprécier. La nuit était longue, mais peut-être allait-elle être plus agréable que ce que j'aurais penser. Les joues rougies, j'ai imité mon professeur du soir, laissant exploser ma fougue.

[Akito] - Ho.. HOSH!

***


Les premières lueurs du soleils commençaient à tacher l'obscurité du lieu où je m'entrainais depuis quelques heures maintenant. Je ne pensais pas qu'apprendre des techniques puisse être aussi simple. Est-ce parce que malgré son attitude désinvolte Ue était un merveilleux professeur? Rien n'était moins sur. Au final, peu importait. Lui comme moi étions épuisé par cette nuit de travaux, les cartons n'étant d'ailleurs toujours pas rangés, et il était enfin temps pour moi de me retirer. Il m'avait donné congé, me laissant enfin profiter du repos auquel j'aspirais la veille. Mais avant de le quitter et de le laisser seul fasse aux quelques dernières minutes de travaux qui lui restais, je me devais de lui demander un dernier service.

[Akito] - Euh... Vous pourriez me dédicacer un de vos livre?

Spoiler:
 

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Lun 11 Avr - 11:29



Mission de rang D : Déménagement - SUCCES

    Akito ( Niveau 4 )
    : +0% Bonus Inclus
    : +24 XP - 25£ - Techniques Validées
    : +1 Réputation

    : Dans le doute, j'ai considéré ça comme une mission de rang D mais à l'avenir j'aimerais que tu les postes dans un sujet bien à part pour qu'on les distingue mieux, peu importe les lieux que tu visites au cours de cette mission =)

    En ce qui concerne le RP en lui même, comme d'habitude je le trouve bon. Malgré tout, si j'avais une remarque à te faire sur ton écriture c'est que parfois on reste un peu sur sa faim dans le sens où tu ne vas pas toujours au bout de ta narration. C'est un style comme un autre, et je respecte ça, mais comme tu demandes des remarques sur ton RP je t'en fais. A mon sens, tu gagnerais à pousser d'avantage les détails de tes scènes, à pousser plus loin l'action en la rendant plus vivante au lieu de nous les faire apparaître comme des passages éclairs. La balle est dans ton camp mais la session était très sympa à lire je tiens à le dire ; )

MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   Jeu 10 Nov - 23:20

Mikina était pas mal gênée. Non. En réalité, elle était morte de honte et son visage avait la teinte proche de celle d'une tomate bien mure.. Elle n'osait pas lâcher sa serviette et elle la maintenait tout contre son corps depuis presque vingt minutes. Elle allait au bain pour la première fois de sa vie. Encore une chose qu'elle faisait après tout le monde ! Mais le problème principal était que Mikina était extrêmement pudique à cet âge là et qu'elle était la seule personne à voir ses formes nues. De plus on racontait que des jeunes pervers s'amusaient à observer les filles dénudées depuis les montagnes qui surplombait la source. Elle jeta craintivement un regard autour d'elle et s'approcha timidement de l'eau. Les bains étaient presque vides aujourd'hui mais il y avait quand même assez de femmes pour rire d'elle. Elle se sentait affreusement visée et savait qu'elle était sans aucun doute très ridicule. Quelle idée stupide que de vouloir venir ici ! Il est vrai que ça lui aurait surement fait du bien, si elle n'était pas autant affolée par la nudité ! Et il est vrai qu'elle en avait assez de voir des livres, des livres, des livres et des... Des quoi ? Ah, oui ! Des LIVRES ! Rien que ce mot la mettait en rogne !

Elle fit encore un tout petit pas en direction de l'eau et des rires fusèrent. Elle avait le regard d'un chien battu à présent ! Enfin.. Elle ferma les yeux et laissa glisser son linge de bain par terre. Cette fois, des dames, apparemment riches, applaudirent en ricanant. Elle voulut directement reprendre sa serviette et partir en courant, loin, très loin. Mais non. Elle entra dans l'eau, écarlate, et prit bien soin de se tenir éloignée de toutes les autres femmes. Ses muscles se décontractèrent presque instantanément pour son grand bonheur. Même nue, elle était très belle. Sa poitrine était assez généreuse pour son âge et sa taille était fine. Elle avait des muscles bien construits et sa peau était d'une couleur pêche. La chaleur de l'eau lui fit un bien immédiat, elle contrastait avec la froideur de l'air. Elle se posa sur une des banquettes et laissa aller son esprit ailleurs.

Une heure après, elle ouvrit un œil, puis l'autre. Et poussa un cri strident. Un jeune garçon, qui ne devait pas avoir plus de dix ans l'observait avidement depuis le rebord de la "piscine". Elle s'empressa de saisir sa serviette, posée près du bassin, et de s'entourer avec, à même l'eau. Le gamin écarquilla ses petits yeux effrayés, sans doute en voyant ses pupilles blanches s'agiter de fureur, et esquissa un mouvement pour s'en aller. Mais ce fut Mikina la plus rapide. Tenant d'une main son linge, elle gifla violemment le garçon du revers de la main. Il ouvrit la bouche pour protester mais aucun son n'en sortit. Il se contenta de se tenir la joue à deux mains. Mikina lui siffla avec rage

( Mikina ) - Espèce d'imbécile ! Que fais tu ici, abruti !

Le jeune petit ne répondit rien mais s'enfuit en courant, les mains toujours maintenues contre sa joue. Mikina eut envie de lui cracher à la figure mais elle se contenta de se retourner du côtés des sources. Toutes les femmes avaient cessés leurs bavardages pour observer la scène, l'air profondément amusées. Dégoutée, Mikina s'éloigna. Plus question de se baigner maintenant... Elle rejoint les petits vestiaires pour enfiler une simple tunique courte en lin et se dirigea vers une des salles de massages. Elle resta devant une des portes, immobile. Elle se sentait blessée dans son amour propre. Elle s'assit par terre, sans entrer.

Plongée dans sa rêverie, elle ne vit pas une des masseuses ouvrir la porte, et comme elle était juste à côté, elle se la prit sur le flan gauche. Elle poussa un cri de surprise et se releva immédiatement. La masseuse trébucha et se confondit en excuses. Elle avait des longs cheveux blonds, des yeux gris cendre, un peu larmoyants.Elle portait un kimono léger dans un tissu au couleurs orangées.. Mikina se passa très rapidement la main dans les cheveux et essaya de la rassurer comme elle le pouvait.

( Mikina ) - Non, je vous assures, ce n'est rien ! Vraiment ! C'est pas grave ! Calmez vous !

La jeune femme lui sourit gentiment, et Mikina sentit alors qu'elle n'était pas tant inquiète de l'avoir poussée mais plutôt préoccupée par autre chose. Elle fronça légèrement les sourcils puis contre toute attente la femme la tira par la manche dans une des petites salles de massage.
Elle murmura précipitamment à Mikina

(Jeune masseuse ) - J'ai besoin d'aide.. J'ai vraiment besoin d'un service ! Et c'est.... Urgent !

Mikina, étonnée, ne sut pas trop comment réagir. Elle se contenta de bagayer une suite de mots sans grands sens.

(Mikina ) - Mais.. Dîtes moi, de quoi s'agit-il ? Je vais vous avouer que je me changerais bien les idées.

Sans prendre en compte la dernière phrase de Mikina, elle lui agrippa les épaules et la secoua doucement.

(Jeune masseuse) - Je dois m'absenter.. Mon fils est malade et ma nourrice vient de me prévenir qu'il avait besoin de sa mère ! Mais, je n'ai pas le droit de quitter cette salle hors de mes heures.. Prenez ma place ! Je suis la seule à travailler ici, personnes ne le saura... Je vous en supplie ! Je ne peux quand même pas déserter mon poste sans trouver quelqu'un pour me remplacer !

Mikina ne comprit pas toutes ses paroles tant elle parlait vite. Elle se contenta de lui répondre

(Mikina) - Bon.. D'accord...

La petite blonde lui sauta presque au cou. Elle ôta son kimono de travail sans aucun gêne et le tendit à Mikina, qui le prit doucement. Elle passa elle aussi sa tunique par dessus la tête et toutes deux échangèrent silencieusement de vêtements. Avant de partir en courant, la maman, presque en larmes, lui glissa

(Jeune masseuse ) - Je vous paierai ! Je reviendrai dès que je peux.. Merci encore et... Bon courage !

Un peu sous le choc suite à cette rencontre étonnante, Mikina ne remarqua pas tout de suite que son nouvel habit était à l'envers. Elle sourit de sa bêtise et rectifia le tir. Elle jeta un coup d'œil à la pièce circulaire. Elle avais des vitres teintées de l'extérieur, des grands miroirs sur les côtés et un imposant tapis sous le sofa de massage. Il n'y avait effectivement la place pour une seule masseuse et un unique client. Et des clients, Mikina espéra vraiment n'en avoir aucun. Elle n'avait jamais massé quelque chose de plus gros qu'une peluche... Et encore, vous avouerez qu'il est anodin de masser un être non vivant.
Une partie de l'après-midi se passa sans problèmes. Personnes ne se manifestaient. Quand vint midi, elle s'éclipsa pour chercher son repas ( Des ramens trop cuites, un morceau de poulet et un fruit exotique ) et le mangea en quatrième vitesse. Mais ce fut dans le début de soirée que les choses devinrent moins évidentes... Un vieux barbu pénétra sans frapper dans la salle, faisant sursauter Mikina qui était restée à méditer depuis onze heures ce matin. Elle se leva immédiatement, sentant son estomac se serrer. Ce bonhomme pouvait être n'importe qui. Mais elle se rassura légèrement, elle l'aurait très vite su si il était son "patron". Elle l'aurait sans doute apprit avec un coup de pied au cul. Non, l'homme était laid, barbu, enveloppé dans des couches de graisses mais son visage était jovial et il n'avait pas l'air capable d'égorger un poulet. Mikina lui sourit poliment et lui indiqua la table de massage, sans rien dire.

Mikina passait une épreuve très délicate de sa vie. Elle n'aurait jamais pensé que la première fois qu'elle toucherait un homme nu serait dans de telles... Circonstances. Elle dut faire preuve d'une immense volonté pour effleurer le corps poilu de ses doigts. Elle plissa les yeux et appuya approximativement sur l'épaule droite. Le vieux messieurs grogna de plaisir, au plus grand effarement de la jeune fille. Elle descendit vers l'omoplate, puis vers les vertèbres lombaires. Elle appuyait au hasard, craignant chaques mouvements. Mais apparemment, il ne s'y connaissait pas plus qu'elle et se laissait prendre à son jeu. Au bout d'un moment, elle commença à se sentir plus sure d'elle. Elle appuyait plus fort. L'homme se mit alors à lui raconter sa vie. Comme ça, il n'était pas marié. Plus jeune, il aurait voulu être un Genin. Devenir un grand maitre Ninja. Mais sa mère lui disait sans cesse qu'il n'était pas fait pour ça. Avis que Mikina partageait. Et d'ailleurs, elle n'avait aucune idée du temps normal d'un massage. Alors, au bout d'une vingtaines de minutes, elle décida que c'était assez et elle le lui annonça.
L'homme, tout sourire, mit ses vêtements, dos tourné. Il lui glissa quelques pièces, un clin d'œil et sortit. Mikina se laissa tomber par terre et se mit à rire de bonheur. Elle avait réussi ! Elle avait réussi ! Yeah ! C'était la meilleure, décidément... Toute remplie de bonheur, elle ne s'étonna même pas de voir la porte de rouvrir et la petite maman blonde apparaitre. Elle avait l'air beaucoup plus sereine.

( Jeune masseuse ) - Une saleté de conjonctivite ! Nous avons étés obligés d'aller à l'hôpital... Je suis vraiment navrée ! Je ne voulais pas vous faire attendre autant ! Il est arrivé quelque chose ?

Mikina se chargea de lui conter les événements de sa journée, peu mouvementée et enleva le kimono orange.

( Jeune masseuse ) - Fort bien ! Vous vous êtes merveilleusement conduite ! Je vous suis redevable ! Tenez...

Elle rendit son vêtement à Mikina ainsi qu'une bourse contenant des billets.

( Jeune masseuse ) - Je ne pourrais jamais assez vous remercier ! Allez... Au revoir ! Revenez quand vous voulez !

Mikana lui sourit, la salua et sortit, toute joyeuse. Elle avait fait quelque chose de bien, aujourd'hui !

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sources Chaudes de Konoha   

Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

 Sujets similaires

-
» Une soirée aux sources chaudes !
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Excursion aux sources chaudes
» Les sources chaudes
» Détente aux sources chaudes ! [ Shiro Spitfire & Akira Genji & Céleste Branford ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Quartier Populaire-