Partagez | 
 

 Entraînement de Zen Azechi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

MessageSujet: Entraînement de Zen Azechi   Dim 20 Nov - 15:08

Rappel du premier message :

Une fois mes taches administratives accomplies, je me rendis sur la zone d'entraînement des Etudiants. Il fallait que je m'occupe du nouveau, Zen. Il semblait très prometteur et je voulais voir ce qu'il valait et vers quelle voie il allait se tourner.

Je l'attendais, adossé à un arbre à l'endroit que nous avions convenu hier.

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 18 Déc - 21:43

[arf, +6exp, c'est pas moi qui vais m'en plaindre ^^]

Apres être sorti l'hopital, pratiquement jeté dehors par son père, Zen erra quelques heures au hasard des ruelles de Kiri no kuni. Choqué par l'hospitalisation récente de sa mère, il s'efforçait de rassembler les bribes de conversation qu'il avait pu saisir dans le but de comprendre ce qui avait réellement pu se passer. Cependant, incapable même de deviner une esquisse crédible de cette histoire, il finit par se résigner à aller se changer les idées au champ d'entrainement.
Une fois arrivé, il décida de n'effectuer qu'un entrainement purement physique, jugeant qu'il était trop distrait pour travailler le genjutsu...

Ainsi, il commença à courire. Mais son cerveau continuait de travailler aussi vite que ses jambes.


*Qu'est ce qui s'est passé ? Papa a dit qu'elle allait bien, mais est-ce que ces dommages au réseau de chakra ne présentent pas de risque pour elle ?*

La sueur commençait à perler à son front. Pourtant il n'avait pas couru pendant très longtemps. Ceci montrait bien l'aversion qu'il avait habituellement pour le travail purement physique.

*Comment cicatrisent de telles blessures ? Cicatrisent elles jamais ? Est-ce qu'elle pourra continuer de combattre ? Est ce qu'elle risque une rechute, une complication ? Eh MERDE !*

Il joignit ses deux mains et accomplit les sceaux du clonage non-consistant. Deux copies de lui même apparurent et tentèrent de s'enfuir. L'une des deux était très imparfaite, nettement plus petite que l'originale, mais Zen ne s'en formalisa pas. Il freina brusquement, s'empara des deux fuma shuriken qu'il possédait, et les lança successivement sur chacunes des cibles en mouvements qui furent proprement fauchées.

*Papa ne veut pas croire qu'il s'agissait d'une attaque... Elle n'a pas d'ennemi à ma connaissance dans le village et je doute que Suna s'en prenne exclusivement à elle. Elle semblait bien entretenir une certaine rivalité avec ce type là, je ne me souviens plus de son nom. J'avais entendu parler de sa récente promotion au rang de jounin...*

Il sprinta et ramassa un de ses projectiles dans l'herbe en accomplissant une roulade. Une pierre saillante lui écorcha le dos mais il n'y accorda pas d'importance.

*Peut être qu'ils se sont battus simplement pour se mesurer l'un à l'autre et que ça a mal tourné.*

Il arriva à l'arbre dans lequel s'était fiché le second projectile

*Il faut que je sache ce qui l'a blessée... Je dispose de peu de renseignement, si ce n'est que son réseau de chakra s'est dilaté anormallement. Si une technique provoquant ces effets existe, elle sera répertoriée à la bibliothèque.*

Ainsi, il s'éloigna du port, haletant mais maintenant sa course soutenue

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 18 Déc - 22:40

[Zen : +2 EXP RP]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mar 27 Déc - 12:57

[Kiri est bien calme ces temps-ci. On dirait bien que tout le monde est en vacances ^^]

Ca faisait déjà un bon moment que Zen n'était pas revenu à son champ d'entrainement. Il s'était autorisé deux jours de repos pendant les fêtes du solstice d'hiver, même si celles ci ne semblaient pas avoir énormément de succès dans un village ninja tel que Kiri no kuni.
Le temps était très froid, une fine pellicule de neige recouvrait le sol là ou il y avait des rochers ou de la terre. Cependant, bien que la température soit tombée bien en dessous de zéro, la rivière dont le débit était habituellement tres élevé n'avait pas gelé, sauf en de rares petites lagunes sur les rives.
Zen avait ramené une structure en bois de taille moyenne qu'il avait bricolé durant son repos. La menuiserie n'était pas vraiment son domaine de prédiléction, mais il s'en tirait plutôt bien lorsqu'il s'y essayait. La structure était une sorte de moulin planté dans le sol à l'aide d'une tige de bois de près d'1m70. Au sommet de la tige, deux petites roues parallèles, équipées chacune d'une dizaine de rayons longs d'une trentaine de centimètres. Au bout de chaque rayon se trouve une sorte de "pastille" metallique d'un quinzaine de centimètres de diametre, bleue, sauf une seule qui est rouge.
Zen fit tourner manuellement les deux roues, dans un sens différent chacune. L'axe de rotation avait été bien huilé, et les roues continuèrent de tourner à bonne allure.


*hey, je suis plutot content de moi. On dirait que je me débrouille toujours bien avec une scie. Mais voyons ce que je vaux vraiment au kunai !*

Il se recula alors d'une vingtaine de mètres.

*certains se moqueraient de me voir travailler mon lancer avec une cible aussi proche, mais la difficulté n'est pas tant dans la distance que dans le timing et la précision*

En effet, il s'était arrangé pour avoir le moulin bien en face de lui. La pastille rouge, située sur la roue cachée par l'autre, n'apparaissait pendant sa folle rotation que lorsqu'elle n'était pas occultée par l'une des pastilles bleues de la roue anterieur. Le but de l'entrainement était évidemment d'atteindre la rouge, sans toucher de bleue.

*et en plus, je ne peux pas lancer mon kunai trop fort, sous peine de risquer d'arracher une pastille de son rayon en bois. De la même façon, hors de question de rater un tir et de toucher ces rayons. Ca les briserait net ! Heureusement, j'ai construit ce machin de telle façon que les rayons soient facilement remplaçables*
*Comme je n'ai qu'un seul kunai, je vais avoir pas mal d'aller retours à faire. On va voir si ma précision baisse en fonction de ma fatigue. Evidemment, hors de question d'utiliser un Fuma, ça réduirait ma petite création en rondelles !*


Il se concentra alors sur la petite tache rouge qui apparaissait et disparaissait au gré des déplacements de toutes les bleues. Il s'agissait d'anticiper le mouvement de la pastille et de bien calculer la trajectoire et la vitesse du projectile. L'exercice était éminement délicat, et Zen eut bien du mal à le réussir. Pendant toute la matinée, c'est à dire près de 4 heures, ses tentatives se soldèrent systématiquement par des echecs (sauf une, mais cela tenait plus d'un coup de chance que d'une réelle maitrise). De plus, étant donné qu'il se forçait à courir pendant ces allers retours, il commençait à fatiguer et sa concentration n'en devenait que plus laborieuse.
Au cours de cet entrainement, Zen brisa 3 rayons, faute à un lancer trop peu précis ou trop puissant, ceci probablement dû au froid qui engourdissait sévèrement ses mains.
A la fin, déçu mais toujours persuadé que cet entrainement lui était bénéfique, il décida de rentrer chez lui pour manger quelque chose avant de revenir, pour un entrainement cette fois ci plus intellectuel et moins fatiguant physiquement !

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mar 27 Déc - 13:04

[Zen : +3 EXP Entraînement]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mer 28 Déc - 17:42

Après être passé chez lui pour avaler un casse croute, Zen revint à son champ d'entrainement. Il avait ramené avec lui trois des tiges préfabriquées dans le but de remplacer celles qui auraient été brisées pendant un entrainement.
Arrivé au champ, il posa les bouts de bois et invoqua un clone consistant. Il se dirigea alors vers le moulin et commença à le réparer. Le clone frissona


"- Tu veux t'entrainer au genjutsu ? alors quel besoin as tu de sortir par ce temps !"

"- Hehe, c'est juste pour corser un peu le jeu... Je veux juste m'assurer que je ne perds pas en concentration à cause de la météo, rien de plus

"- Mouais, si tu le dis... Bref, que vais-je subir cette fois ci ?

"- Oh, t'inquiète, ça fera pas mal, répondit Zen avec un petit sourire inquiétant

*La technique de rage. Probablement la plus difficile des trois techniques de genjutsu que je connais. Quoique, il existe bien des personnes plus colérique que les autres...
*Zabuza m'a expliqué que ce genre de technique venait clore un temps de provocations et de mise en condition de l'ennemi. Il doit pourtant être possible de le réussir simplement comme ça, sans perdre trop de temps*


Zen se retourna vers son clone et initia la technique. Pour ce premier essai, il prit bien garde de précisément cibler son assaut psychique. Mais malgré sa cncentration, le résultat fut mitigé. Le clone dit simplement d'un ton qui semblait particulièrement excédé

"- C'est tout ? C'est juste pour ça que tu m'as appellé ? Là tu me déçois, je pensais que....

*Qu'est ce que je suis bavard quand je m'enerve moi... Tais toi*

L'étudiant s'appliqua à envoyer une nouvele fois la technique.
Et en effet, le visage du clone prit une couleur rouge assez inquiétante.


"- La technique d'enragé hein ? completement inutile ! Franchement, tu as une paire de jutsu destructeurs et tu perds ton temps sur un truc aussi futile, et dangereux en plus !

*C'est vrai, si un ennemi perd son calme et se mets à m'attaquer de front de toute sa force, il pourrait bien réussir à percer ma garde. C'est pourquoi je ne dois utiliser cette technique que dans certaines conditions...*

Au troisième essai, le clone commença à beguayer des insultes, puis il finit par se taire et tenta de se calmer comme le ferait n'importe qui. Il s'occupa les mains en jonglant avec un kunai

Au quatrième, il ne se passa strictement rien. Le clone restait prostré, son regard était particulièrement noir et ses mains tremblaient. Après avoir fait tomber son kunai trois fois de suite, il avait renoncé à jongler avec

Ce fut au cinquième essai que la technique aboutit vraiment. Le clone hurla quelque chose d'incompréhensible en se jetant sur l'original, qui esquiva un coup et se débarassa de son aggresseur.

Zen s'assit par terre, épuisé


*Si je dois lancer 5 fois la même technique poiur qu'elle aboutisse, je vais pas m'en sortir... Reflechissons un peu, qu'est ce que j'ai raté ?*

Il resta ainsi pendant un certain temps, puis il se leva et commença à faire les cents pas pour ne pas trop s'engourdir...

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mer 28 Déc - 23:39

[Zen : +2 EXP Entraînement]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Ven 30 Déc - 15:36

*comment faire pour améliorer l'efficacité immédiate de la technique ? qu'est ce que j'oublie ?*

Zen était toujours en train de tourner en rond. Le soleil n'allait passer sous l'horizon que dans une demi heure, et pourtant le froid se faisait déjà de plus en plus mordant.

*Manipuler les sentiments de quelqu'un n'est pas si simple... Comment est ce que les sentiments fonctionnent ? pourquoi se met on en colère ?*

L'étudiant se remémora alors ses sempiternelles disputes avec sa mère, datant déjà d'avant qu'il ne lui parle de son choix de devenir shinobi...

*Certains de ces accrchages tenaient vraiment du surréaliste : une furie hurlante qui se heurte à un mur de silence ou de sarcasme... et évidemment, je savais bien que ce comportement l'enervaient encore davantage. Mais pourquoi est ce que MOI, je ne me mettais pas en colère. Ca aurait été légitime certaines fois, et j'en avais envie. Pourquoi est ce que je me retenais ? *

Il s'arreta de marcher, dégaina un kunai et se mit à jongler distraitement avec .

*Quelqu'un se met en colère générallement pour choquer quelqu'un d'autre, pour faire passer un message que le calme ne permet pas : un message de frustration, de volonté d'arreter, parfois de volonté d'être tranquile ou libéré des préoccupations de la personne qui gêne...
Moi même, j'aurais apprécié être débarassé des inquiétudes éternelles de ma chère mère, pourtant par mon sarcasme je ne faisais que la convaincre de continuer à me harceler...


"-mmmh

*Je crois que je me leure moi même. Avec elle, c'était ça ou rien. Elle partait souvent en mission, ne partageait pas les mêmes centres d'interet. Si elle n'avait rien eu à me repprocher, elle m'aurait adressé la parole bien plus rarement... C'était peut être juste une façon de continuer la conversation.. enfin, à défaut de conversation, au moins un contact verbal*

Zen frissona.

*Bon, ça suffit ! c'est pas le sujet ! Revenons au jutsu d'enragé. J'ai peut être une idée pour augmenter son éfficacité. Jusqu'à maintenant, je me suis toujours éfforcé d'attiser la haine et la colère chez mes clones. Mais apparement, ils méprisent toute démonstration de rage .... exactement comme moi avec ma mère en fait.... Ce qui veut dire qu'ils inhibent leur colère. Si je ne me trompe pas dans la théorie et si je réussis dans la pratique à diminuer la tendance de ma cible à inhiber ses émotions fortes, en plus bien sur de lui suggérer de telles émotions, je devrais parvenir à un résultat probant !*

L'étudiant accomplit les signes du clonage consistant, puis se concentra. Devant le regard ahuri et interrogatif du clone, Zen restait immobile, le premier des signes du jutsu d'enragé déjà prêt. Après quelques secondes de reflexion, il décida de se lancer et s'appliqua à envoyer une décharge de chakra tres précise, ciblant non seulement les émotions du clone mais aussi leur inhibition.
Le résultat fut à la hauteur de ses espérances. Le clone devint rouge de colère. Il n'attaqua pas Zen, mais on voyait bien que ses tentatives pour se calmer étaient complêtement vaines.


*Ce qui l'enerve encore plus !*

A la fin, n'y tenant plus, il dégaina une arme et la lança violement, mais sans précision, vers l'original qui, pris au dépourvu, n'eut que le temps de se décaler pour éviter le tir et riposter à son tour.

*Voilà pourquoi je trouve que ce jutsu est dangereux !*

[au départ, j'avais juste prévu de m'entrainer bêtement à l"enragé", histoire de gagner les 2 exp qui me manquent pr mon niveau... mais cette drole d'histoire de famille s'est greffée dessus. Je me demande ce que ça vaut ^^]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Ven 30 Déc - 16:17

[Ca donne :

Zen : +4 EXP Entraînement/RP]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 19 Mar - 1:22

[bon, je mets ça là faute de mieux. Notez que mon perso n'apparait pas dans ce rp ^^]
[la fin est assez violente et pas tres morale mais bon, ça doit être supportable. Enfin vous serez prévenus :p]
[par commodité, le personnage d'Asuka parlera en rouge, vu que mon perso prncipale n'est pas là]

Le temps avait beau se radoucir en cette période de dégèl, la brume matinale provenant des marécages était toujours d'un froid aussi perçant qu'un poignard. Dans les rues de Kiri, seule la lumière jaunatre des reverbères traversant le voile diaphane du brouillard permettait de distinguer un tant soit peu les parois cernant la chaussée. Le soleil ne traversait pas encore la couche et à vrai dire, il n'était surement pas encore levé. Les horloges ne devaient guère afficher beaucoup plus de trois heures, ou trois heures et demie.
Mais Asuka ne s'en souciait guère. Elle avait pris l'habitude depuis longtemps à commencer sa journée bien avant les autres, et à la terminer bien plus tard que la plupart. Elle ne pretait aucune attention aux cadrans : entrainée à ne s'accorder qu'un minimum de sommeil, elle quittait la maison familiale dès le reveil et ne la regagnait qu'après une extenuante journée d'entrainement. Aucun loisir ne la tentait : même la bibliothèque de son mari, pourtant exceptionnelle dans un tel village, ne lui avait jamais donné le gout de la lecture. Elle n'avait pas non plus cherché à lier d'amitié avec qui que ce soit parmis son entourage militaire : même lorsqu'elle n'était encore que genin, elle n'avait considéré ses camarades que comme ses concurrent, qu'elle devait dépasser à tout prix afin de se laisser les meilleures chances pour le futur. Une fois promue chuunin, ses concurrents étaient peu à peu devenus ses adversaires, qu'elle devait battre pour se prouver qu'elle était la meilleure. On pourrait lui prêter une mentalité guerrière, vindicative, un amour de la violence, une certaine arrogance aussi, mais la vérité est bien plus simple : il s'agit d'une sorte de perfectionnisme exacerbé, susceptible de tourner en une angoisse de ne pas voir ses efforts porter leurs fruits.
Les rues étaient vides et parfaitement silencieuses. Même une fois arrivée à la périphérie du village, près des remparts protecteurs, la présence des sentinelles en poste restait indetectable. Asuka courait. Elle se déplaçait le plus rapidement qu'elle pouvait, privilégiant la vitesse à la discrétion, sans toutefois la négliger. C'était en quelque sorte son échauffement du matin, une mise en jambe assez violente en fait : il n'était pas rare qu'elle arrive à son aire d'entrainement épuisée et essoufflée.
Il y avait tout de même quelque chose qui la motivait pour se depecher d'atteindre son aire. En effet, celle ci était située plus à l'ouest du village, au contraire de celles des étudiants en genins, et surtout plus en hauteur. Ainsi, il arrivait souvent qu'elle perce la nappe de brouillard et qu'elle puisse contempler ciel. Il était la plupart du temps voilé par une épaisse couche nuageuse, mais quelques jours dans l'année, il se révélait parfaitement dégagé. Asuka appréciait réellement de s'entrainer sous la clarté blafarde de la lune. L'ambiance qui la charmait était assez particulière : une certaine solitude, mais pas parce que les brumes et nuages limitaient le champ de vision à quelques dizaines de mêtres. Cette solitude là était maussade, et par l'atmosphère de confinement qu'elle produisait, elle forçait chacun à se tourner vers soi même... Elle préférait se sentir perdue sous le plafond immense du ciel noir, invisible dans le paysage lugubre à peine éclairé par l'astre lunaire, car elle ne se sentait plus enfermée avec elle même. Dans cette immensité inerte, elle ne comptait plus, n'avait plus d'importance...
Oh, elle savait bien que ces considérations, qu'elles n'hésitait pas elle même à qualifier de "sensiblerie futile", n'étaient que le produit de son immagination. Mais elle ne pouvait nier l'effet relaxant que cette atmosphère avait sur elle.

Elle se présenta au poste de surveillance près de l'une des portes secondaires de Kiri. Le garde la reconnut rapidement et la laissa passer sans difficulté, accordant peu (trop peu ?) d'importance au mot de passe qu'elle avait donné. Evidemment, ce ne serait pas la même histoire lorsqu'elle chercherait à rentrer à nouveau dans le village : la situation politique tendue avait entrainé un renforcement des mesures de sécurité vis à vis des intrus.

Le chemin qui menait à la petite coline sur laquelle elle avait l'habitude de s'entrainer était assez long. Il était necessaire de contourner certains marais et la piste solide était sinueuse. Evidemment, elle pourrait passer directement par les marécages et elle l'avait déjà fait. C'était un bon entrainement au déplacement en milieu difficile, mais pas particulièrement interessant (en plus d'être terriblement salissant ! Et personne n'aime démarrer une journée de travail couvert de boue, même pas Asuka ^^).
Cependant, il restait une dernière difficulté, et elle était de taille : dans la brume et si tôt le matin, il était absolument impossible de faire confiance à ses yeux pour se diriger. Asuka ne pouvait voir qu'une sorte de pâte noire, parfaitement hermetique à la lumière. Ainsi elle se fiait plutôt à ses autres sens, surtout à son ouïe, et à sa mémoire pour s'orienter dans un pays qu'elle connaissait bien.
Après avoir franchi les deux ou trois kilomètres qui séparaient Kiri de la base de la petite coline où elle s'entrainait, elle entama la montée et franchit enfin la nappe brumeuse. C'était prévisible en cette saison, mais elle fut un peu déçue de ne pouvoir contempler que la semi opacité de nuages au travers de laquelle perçait à peine la lumière blanche de la Lune. Ainsi s'annonçait une journée banale, faite d'entrainements douloureux et obstinés, entrecoupés de pauses méritée mais qu'elle ne prenait pas systématiquement...

Dans l'obscurité la plus totale, il était hors de question d'entamer un entrainement basé sur du déplacement ou qui impliquerait une grande dexterité. Il valait mieux commencer par un echauffement plus pointu. Pourtant, elle manquait de motivation ce jour là. Elle finit par se décider à réviser certains mouvements particuliers de son style de combat.
Elle s'était parfois demandée pourquoi elle était aussi obstinée dans son travail, ou plutôt, ON le lui avait parfois demandé. Elle ne savait jamais trop quoi répondre et se contentait souvent de faire allusion à une "discipline stricte visant à l'efficacité". Efficacité ? Oui, sans doute, mais était il réellement necessaire de consacrer la quasi-totalité de son temps à son entrainement alors qu'elle aurait pu se livrer à tant d'autres activités ? Elle avait une famille, et pourtant elle connaissait bien peu son fils unique et ne le comprenait guère. Il était loin d'accorder le même soin que sa mère à son entrainement et avait toujours semblé privilégier l'utilisation de l'esprit à celle du corps.
Bêtise ! Savoir comment se sortir d'une situation dangereuse sans en avoir la possibilité physique est futile ! Asuka s'était jusqu'à présent totalement reposée sur son corps, sur sa force, sa vitesse, son intuition et ses instincts avec un certain succès. L'intellect n'est utile qu'au stratège, pas à ses soldats. Et Zen refusait de comprendre ça, refusait de cesser d'arpenter la voie dangereuse du shinobi. Bien peu sont les jeunes intellectuels qui parviennent à un age suffisament avancé pour prétendre à la sécurité d'un rôle de commandement éloigné du véritable champ de bataille. Asuka n'était pas certaine qu'elle voulait prendre le risque de le voir échouer...

Un vent frais se leva, sensation désagréable mais annonciatrice d'un possible eclaircissement des nuages.

Mais en fin de compte, si elle poussait son raisonnement, son analyse de soi même, elle parvenait à une réponse plus satisfaisante à la question "Pourquoi tant d'effort ?". La vérité, c'est qu'à un moment elle n'avait plus supporté ce monde. Concurrence, rivalité, adversité et danger ne peuvent pas et ne doivent pas former l'essentiel d'une vie. Dans une société qui reconnait la force et les faits d'armes et dans un contexte où la mort peut frapper à n'importe quelle sortie du village protecteur (et même à l'interieur si l'on prend en compte le risque d'invasion !), l'esprit ne peut trouver le repos. La peur constante de mourir ou de voir un proche disparaitre rend l'existence stressante et ôte tout aspect agréable. Alors elle avait décidé de se tracer un chemin certain au milieu des risques : la voie d'un entrainement obstiné qui répondrait à deux objectifs, à savoir celui de devenir assez forte pour ne plus ressentir ce risque qui frappe les plus faibles, et celui d'occuper suffisament l'esprit pour ne plus pouvoir penser aux imperfections insupportables de ce monde. C'est ce dernier objectif qui l'avait le plus guidé ces derniers temps. Ce monde la dégoutait de plus en plus. Elle ne pouvait admettre que les Hommes s'imposent d'eux même une cruauté aussi dure. La frustration qu'elle ressentait lui donnait la force de soutenir un entrainement aussi draconien, mais elle était aussi responsable de sa tendance à ne pas aller vers les autres.
Elle était devenue misanthrope, voilà tout...

Elle s'aperçut alors qu'elle pouvait enfin distinguer le paysage autour d'elle. Les rayons du soleil, tout juste levé, marquaient les contours des quelques arbres qui s'élevaient sur la coline et se reflechissait sur la nappe brumeuse en contrebas, lui donnant un aspect un peu filandreux. Un craquement se fit entendre.
Asuka s'immobilisa, alerte. Le bruit avait été trop fort pour avoir été produit par un animal assez petit pour qu'elle ne le remarque pas. Un choc sourd retentit derrière elle.


"-Bonjour !".

La voix était gaie, ni très grave, ni tres aigue, et manifestement masculine. Elle se demanda qui pouvait venir perturber son entrainement ainsi et surtout, pour quelle raison valable. Elle se retourna sans se presser et, voyant le visage du nouvel arrivant, se rappela de la raison de sa présence.
Il s'agissait simplement d'un chuunin de Kiri qu'elle avait eccepté d'entrainer pendant une journée. S'occuper de telles tâches n'était pourtant ni de sa responsabilité ni dans ses habitudes. Elle ne savait donc pas trop pourquoi elle avait décidé d'acceder à la demande de ce chuunin précis... Peut être parce qu'il étaut assez séduisant ? Ses cheveux noirs, délicatement bouclés et son tein pur lui donnaient une apparence juvénile tres agréable. Et il ne devait pas avoir beaucoup plus de la moitié de son age. Il fallait croire aussi qu'il avait su trouver le bon moment pour formuler sa demande, car dans la mesure où elle ne s'en était pas souvenu, elle n'avait pas du être tres attentive alors..


"-Vous vous souvenez de moi j'espère ?".

Un sourire charmeur, une effronterie calculée... Asuka commençait à regreter son choix. Si ce jeune n'était qu'un beau parleur, il lui ferait perdre plus de temps qu'autre chose.
Ceci dit, autant voir le bon coté des choses. Le taijutsu était certainement la matière pour laquelle l'entrainement à plusieurs était le plus judicieux. Connaitre les mouvements à la perfection et battre ses clones sans difficulté ne peuvent se comparer à un duel entre deux combattants experimentés, à condition que cet homme fut un combattant digne de porter cette dénomination...


"-Rappele moi ton nom."
"-Saito, vous pouvez m'appeler Sai ^^

Ainsi il s'agissait vraiment d'un petit effronté. Soit, certains s'immaginent qu'ils peuvent parvenir à troubler leur adversaire en adoptant de telles attitudes. Asuka n'était pas vraiment partisante de cette methode, mais elle allait essayer de la tolerer pendant les heures qui suivraient. Elle avait cependant sa propre façon de se faire respecter.

"-Contente toi de "jounin". Bien, nous ne sommes pas là pour bavarder, exact ? Montre moi donc où tu en es.
Elle se mit elle même en position de combat et apprecia la surprise qui marqua le visage du chuunin. Celui ci ne s'était certainement pas attendu à démarrer sa journée de façon aussi abrupte.


"-N'est il pas préférable que nous commencions par des étirements et echauffements ? Il serait dommage que l'un de nous se claque un muscle..."
"-Je suis echauffée. Je suis aussi déçue que tu ne le sois pas. Tu m'as demandée de t'entrainer pendant une journée que tu ne montre malgré tout pas de volonté de rentabiliser... (elle soupira) Peu importe, je passerai sur ces détails et j'accepte de ne pas te faire perdre ton temps. Considère que ton échauffement sera ce qui va suivre. J'essaierai de ne pas y aller trop fort."

L'expression de surprise du jeune homme persista quelques secondes, puis fut remplacée par un sourire malicieux. Celui là avait certainement besoin d'être remis à sa place, pensa t'elle. De plus, elle n'allait surement pas rater cette occasion de mettre en pratique ses plus récentes techniques. Attention toutefois de ne pas casser trop vite son jouet !
Elle passa en position de garde et lui laissa implicitement le loisir de porter la première attaque. Lorsqu'il comprit ce qu'elle attendait de lui, il inspira profondément puis s'élancer à la rencontre de son adversaire sans prendre le temps de se mettre en position d'attaque.

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 19 Mar - 1:30

Sans en prendre le temps ? ça n'était pas tout à fait exact. Ce jeune chuunin avait tout de même réussi à développer la capacité de prendre correctement ses apuis dans une course qui n'était pas précédée d'un temps de concentration. De plus, il atteignait une vitesse tout à fait honorable, tout en mettant rapidement ses bras dans une configuration offensive efficace. Avec un peu de recul, Asuka se dit que ce garçon pourrait tout de même présenter un certain interêt.
Elle bloqua le premier assaut sans difficulté. L'attaque avait été sans surprise un coup simple, assez précis mais qui n'avait pas fait l'objet d'un renforcement au chakra. Asuka avait simplement paré avec son bras gauche, sans ciller. Saito ne perdit aucunement son équilibre et enchaina avec un second coup, plus sournois et plus précis que le premier, dirigé vers la cuisse de son adversaire. La junin n'eut qu'à accomplir un écart pour esquiver, mais elle admira tout de même la feinte. Il s'écarta prestement et adopta une position d'attaque plus serieuse...
Cette petite altercation avait permis à Asuka d'apprendre un certain nombre de choses sur le jeune homme. Premièrement, il n'était pas dénué d'intelligence et savait utiliser efficacement son charisme. Il mettait à profit les ouvertures de son adversaire pour assener des frappes extremement précises (Elle ne doutait pas qu'il aurait été bien plus dangereux s'il avait été echauffé) Enfin, il tentait d'immobiliser sa cible grace à des attaques fourbes et fulgurantes, visant plutôt les membres que le tronc ou la tête, habituellement protégés avec plus d'attention. Mais sa faiblesse semblait évidente : il manquait de punch. Même s'il n'avait pas pris la peine de préparer soigneusement cet assaut, il était anormal qu'elle eut put simplement bloquer sa première frappe sans bouger et sans ressentir un choc important.

Alors qu'elle reflechissait à tout cela, il s'élança à nouveau vers elle. La manoeuvre était effectivement plus rapide et précise que la première, mais le constat restait le même. Asuka, bien plus expérimentée et plus vive que lui, ne se laissa pas surprendre par ses sournoiseries. A partir de là, bloquer ses frappes sans force devenait un jeu d'enfant.


"-Tu es précis, mais tu as une drôle de conception du taijutsu. A quoi t'es tu entrainé jusqu'à maintenant ? Voilà ce qu'est une vraie frappe !

Elle n'eut pas à prendre d'élan, son adversaire étant toujours à portée, et envoya sa jambe directement dans la garde latérale de Saito Celui ci avait anticipé l'attaque et parvint presque à l'esquiver ... presque. Propulsé sur le côté, il retrouva péniblement son équilibre. La douleur qui crsipa un instant son visage fut bien vite remplacé par le même sourire moqueur qu'il semblait affectionner. Cette attitude irritait tout de même la jounin.

"-Alors ? Comment explique tu la différence de force de frappe manifeste entre nos deux attaques ?
"-Héhé, effectivement, vous avez un sacré coup de pied ! Mais bon, j'avoue que j'e n'ai pas accordé autant de soin à l'amélioration de ma condition physique et de ma musculature que beaucoup d'autres maitres Taijutsu l'on fait...
"-Maitre Taijutsu ? Ne sois pas si arrogant !" et elle relança une attaque dans la foulée, tentant de le prendre de court.

Elle fut cependant agréablement surprise lorsqu'elle vit que Saito n'avait pas relaché son attention. Il parvint cette fois ci à parfaitement esquiver le danger et se permit même le luxe de contre attaquer en retour. Avec une précision presque chirurgicale, il parvint à toucher le dos de la main de la jounin avec la pointe de son pied et enchaina avec une balayette horizontale qui malheureusement échoua.
Asuka ne s'était pas attendue à une telle feinte. Elle avait senti quelque chose craquer et la douleur qui émanait de sa main lui laissait penser qu'un ou deux metacarpes avaient été brisés. Pas bien grave, elle n'avait pas un mari médecin pour rien...

Saito relacha sa garde, passa son bras droit dans son dos et montra sa main gauche ouverte, paume vers le ciel. Il gagnait indubitablement une certaine classe dans cette attitude sûre de soi, maitrisée. Son sourire n'avait pas perdu de sa candeur et ses yeux pétillaient d'un interêt qui restait incompréhensible pour Asuka.
La jounin ne perdit pas une seconde : elle souleva sa jambe et porta un violent coup à la main qui lui était tendue. Elle était consciente de la force qu'elle avait employé et pensait avoir au moins réussi à lui déboiter le poignet. La douleur manifeste que montrait son expression le lui confirma. Il accomplit prestement un bond en arrière et se tint le poignet avec sa main valide. Toutefois, fait impressionnant, il ne s'était pas départi de son sourire, à aucun moment.


"-Imbécile, quelle idée de relacher sa garde devant un adversaire !"
"-A vrai dire, vous n'étiez pas supposée être mon adversaire, au sens le plus strict du terme.

Quel ton faussement ingénu ! Quelle candeur insupportable ! Lui reservait il un traitement spécial ou agirait il ainsi avec n'importe quel ennemi ? Ce jeunot avait décidément un grand besoin d'une remise des pendules à l'heure !

"-Qui étais-je supposée être ? dis moi ! Quelle prétention as tu de me connaitre assez pour savoir comment je vais réagir ? A l'évidence, tu t'es trompé. Et j'ose esperer que la douleur que tu ressens te servira de leçon ! Ne relache jamais ta garde, JAMAIS ! La moindre erreur, à n'importe quel moment et dans n'importe quelle situation, peut te valoir une mort inéluctable.

Et c'était certainement vrai. Ce monde était terriblement dangereux, et il état d'autant plus oppressant que le danger pouvait revêtir toute sorte de forme, y compris les plus innocentes, lui conferant ainsi un caractère presque aléatoire. Elle detestait l'admettre. Elle ne supportait plus cette réalité. Mais il fallait se rendre compte que pour avoir une chance de survivre longtemps, il fallait afficher la plus grande prudence. Une prudence extreme, poussée peut être jusqu'à la paranoïa ! Et c'était précisement la necessité d'en arriver à un tel extreme, ce qui était considéré par beaucoup comme une maladie de l'esprit, qui la dégoutait au plus haut point. Il fallait ceder à la necessité d'un entrainement complet, car la moindre lacune pouvait, UN jour, en UNE certaine occasion malheureuse, causer un drame. En cela, l'attitude nonchalente de Saito envers le développement de sa force, au profit d'une spécialisation dans la précision et la vitesse, la révoltait. Preuve en était ce qui s'était passé à l'instant ! Le chuunin, echouant dans sa tentative d'attaque suprise avait même été incapable de porter préjudice à l'équilibre d'Asuka pour l'empecher de contre attaquer. Elle n'aurait éprouvé aucune difficulté à déclecher un assaut surpuissant qui l'aurait suffisament blessé pour l'empecher de parer une seconde attaque, cette fois ci mortelle.
Il s'agissait là de simples considération stratégiques "de base". Elle lui en fit la remarque sur un ton méprisant.


"-Mmmh, vous avez une vision bien défaitiste de l'avenir. Je vois la chose un peu différement, vous savez. Je ne veux pas m'embarasser l'esprit d'une angoisse liée à "ce qui pourrait arriver si". Ca ne servirait à rien d'autre qu'à me faire perdre une partie de mon esprit d'initiative, à savoir précisement la caractéristique sur laquelle je compte le plus ! Moi, je préfère me dire "que dois-je faire pour qu'il n'arrive rien ? comment puis-je en terminer vite ?". Je limite les possibilités d'accidents en les attaquants, pas en parant à toute éventuallité...
Ne croyez vous pas que c'est une bonne vision des choses, jounin ?

Voyant que son discours n'avait pas produit le moindre effet sur l'expression de son interlocutrtice, il reprit, sur un ton plus enjoué.
"-Et puis, vous avez un peu plus d'experience que moi si je ne me trompe ^^.

"-Et alors ? Tu t'immagines que tu ne seras opposé qu'à des ennemis de ton niveau dans l'avenir ? réplica t'elle sechement
"-Surement pas, n'allez pas me prendre pour un optimiste imbécile. Mais d'un autre côté, même si je m'étais accordé un entrainement plus complet, je ne pense pas que j'aurais pu percer votre défense de toute façon.( Vous avez une certaine réputation parmis les ninjas de grade inferieur vous savez ?)
"-Pourquoi pas ?
"-Allons, nous savons bien que votre entrainement est d'une difficulté largement superieure à celui de la majorité des maitres Taijutsu de ce village. Oh, je ne critique pas votre mode de vie, mais passer tout mon temps loin du village dans la sueur est le sang n'est pas le genre d'existence que je pourrais mener.
"-Ta vie en dépend, imbécile" Elle lutait pour garder son calme et ne pas tenter un troisième assaut. D'autre part, elle s'était bien rendue compte que Saitos'était mis dans une position qui lui permettrait d'anticiper un acte violent de sa part. Ce gamin savait ce qu'il faisait en lui parlant ainsi.
"-Ma vie ne serait pas une vie si je la gachais comme ça. Evidemment, je ne dis pas que vous gachez votre vie ... (il marqua une pause, et son sourire se fit un tantinet plus moqueur lorsqu'il perçut la crispation d'Asuka). Un humain ne gache sa vie que lorsqu'il se rend compte qu'il la passée de la mauvaise manière. Je préfère prendre le risque d'échouer une tentative d'attaque rapide contre un adversaire bien plus puissant que moi plutôt que ne pas me spécialiser et ne pas être capable de bloquer une attaque aussi sournoise que les miennes. Vous voyez où je veux en venir ? Si vous rester générale dans votre entrainement, vous ne pouvez pas atteindre le même niveau dans une matière particulière que quelqu'un qui se serait spécialisé. Et ça a à peu près autant de chance de vous perdre qu'autre chose.
"-Mh, tu mets le doigt sur un point interessant. Mais je crois que je connais déjà la réponse à ce problème. Un entrainement acharné ! Tel qu'aucun autre ne serait capable d'en soutenir !!

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 19 Mar - 1:35

Alors qu'elle haussait le ton sur ces derniers mots, elle s'élança brusquement vers Saito Celui ci s'était manifestement attendu à un tel geste et se prépara à esquiver avec un sang-froid impressionant, mais ça ne suffirait pas cette fois ci ! Dans sa course, elle forma successivement deux signes avec ses mains, et un nuage aqueux entoura son corps, lui conférant une célérité accrue. Le chunin en face d'elle avait manifestement reconnue le "bal aquatique de Kiri" et s'efforça de réagir en conséquence. Il se déporta sur le côté, tout en sachant que cela ne suffirait pas contre la vitesse d'Asuka. D'un geste habile, il leva sa main valide, heureusement la droite, et activa un bouclier de chakra, une technique qu'il maitrisait exceptionnellement bien.
La jounin ne s'embarassa pas de ce détail et frappa en plein centre du bouclier bleuté formé. Celui ci fut proprement détruit et l'attaque parvint jusqu'à la poitrine de ????, qui fut propulsé en arrière. Sans hésiter, elle décida d'en terminer avec cet insupportable gamin, et se jeta en avant en armant son bras droit.

La scène se déroula extremement rapidement. Elle remarqua immédiatement que son adversaire n'esquiverait pas. Au lieu de ça, il avait porté ses deux mains à hauteur de son visage. La douleur devait être insupportable, pourtant, à l'aide de sa main valide, il aida son autre main à former un sceau particulier. Dans la breveté de cet assaut violent, Asuka se dit que s'il avait commis l'erreur de penser qu'il pourrait annuler son assaut par le sien, alors il méritait vraiment ce qu allait lui arriver. Une fois à portée, elle remonta son bras droit et le détendit de toute sa force en direction du visage crispé qui lui faisait face.

Le craquement sonore qui suivit fut terrible.

Asuka ne distinguait plus rien de sa cible, perdue dans une brume aquatique dense au travers de laquelle volaient quelques fragments...

L'un d'eux vint lui frapper la joue...

Une incroyable satisfaction l'emplit, mélée à la frustration d'avoir échoué contre quelqu'un qu'elle avait sous estimé !

C'était du bois ...

La souche fut facilement brisée en deux. Des éclats de bois volèrent dans toutes les directions alors que la jounin accomplissait un bond de côté fébrile.
C'avait été une permutation parfaitement executée.
Et n'importe qui réussissant à esquiver une attaque aussi puissante en sortant du champ de vision de son ennemi profiterait forcément de l'occasion.
Tout ses sens étaient en alerte. Elle guettait le son d'un traitre kunai. Elle balayait du regard le terrain devant elle, en quête d'un indice sur ce qui allait se passer. Elle gardait son attention fixée sur les mouvements d'air dans son dos, prévoyant un assaut aussi efficace que deshonorable. Et ceci même alors que ses pieds ne touchaient plus le sol.

Rien...

Elle ratterit lourdement et accomplit un rapide demi tour.
Il était là, debout juste devant elle. Il n'avait pas bougé du tout après son Kawarimi. Il n'avait strictement tenté aucune espèce d'attaque. Il se contentait de la regarder, une expression si satisfaite, si moqueuse sur le visage qu'elle en devenait insolente.


"-Vous voyez ? J'ai de la ressource"
Cette phrase ramena certains souvenirs à la mémoire de la jounin
"-Une simple technique d'étudiant... "
"-Oui, mais si je n'avais pas été si prompt à l'executer, c'est mon visage que serait dans cet état (montrant la souche d'arbre fracassée au sol). Il suffit de se montrer ingénieux !"
Aaaah, elle se souvenait maintenant. Cette mission, il y avait quelques années

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Elle était chuunin à cette époque. Shinji avait il enfin réussi à passer l'examen chuunin ? Probablement, mais pas depuis longtemps. Elle ne se souvenait pas de tous les détails de la mission mais elle était certaine qu'il s'agissait d'une véritable chasse à l'homme. Il était question de retrouver et démanteler un groupe de pillards qui sévissaient loin à l'Est de Kiri. Les dirigeants du village avaient jugé bon d'envoyer une équipe de deux ninjas relativement jeunes, mais qui possédaient toutefois déjà une experience de l'élimination. Il semblait qu'ils ne croyaient pas que la mission puisse présenter un danger extrème. Toutefois, des informations indiquaient que le chef de cette bande aurait pu avoir été formé aux arts élementaires du shinobi.
Ainsi Asuka avait elle été selectionnée pour son abilité déjà reconnue à cette époque à ne jamais hésiter devant un danger. Son coéquipier était un ninja agé d'un peu moins de la trentaine, chunin et spécialisé dans le genjutsu.

Elle s'était mise en route seule, son coéquipier étant déjà sur place. C'était sa première mission aussi loin de son village natal, mais elle n'avait curieusement ressenti aucune appréhension particulière. Chercher et trouver certaines choses étaient des taches que n'importe quel ninja savait accomplir avec efficacité. Quant à l'élimination ... et bien elle avait déjà fait l'experience du meurtre au cours de son propre exament chuunin et en plusieurs occasions ulterieure. Elle se sentait parfaitement prête à assumer et executer les ordres qu'elle avait reçu.

Quelques heures après son départ, elle finit par atteindre le point de rendez vous : un minuscule bourg perdu au milieu d'une forêt humide et relié au monde exterieur uniquement par le sentier qu'Asuka avait suivi pour y arriver. Là, elle fut abordée par un homme assez frêle et petit, portant de grosses lunettes, épaisses et rondes. A aucun moment elle n'aurait pu se douter qu'il s'agissait là d'un fier ninja experimenté de Kiri ... du moins jusqu'à ce qu'il le lui annonce froidement.

Elle ne parvint pas à dissimuler un hoquet de surprise, ce qui n'eut d'autre impacte sur l'expression de son équipier qu'un leger rictus. Son ton resta parfaitement neutre, ne montrant aucun signe de la vexation à laquelle s'attendait Asuka. Il s'était rapidement présenté, "Enishi, chuunin de Kiri, spécialiste Genjutsu".
Il n'avait pas dit "maitre", mais bien "spécialiste", et effectivement, on pouvait aisément percevoir un professionnalisme appliqué lorsqu'il commença à exposer les détails de la situation à la nouvelle arrivante. Il parlait assez vite, pourtant son ton neutre lui donnait une prestance calme et serieuse, une attitude presque blasée en fait.

Premièrement, les objectifs de mission avaient changé. La rumeur selon laquelle le chef des brigands avait été formé par un ninja avait été confirmée et il était dès lors question de le capturer vivant, dans la mesure du possible. Par contre, il ne fallait montrer aucune pitié pour ses collaborateurs. Il semblait que le groupe se terrait dans une sorte de chalet de bois pres de la rivière qui coulait plus au sud. Le rapport de mission faisait état de 9 hommes, plus le chef.
Une fois son petit exposé monocorde terminé, Enishi annonça qu'il avait un plan et qu'il l'exposerait une fois qu'ils seraient parvenus à ce chalet.

Les deux ninjas se mirent en route. Depuis le début Asuka avait éprouvé de l'antipathie pour son équipier. Il lui avait semblé trop professionnel, trop sûr de lui, un peu arrogant même. Lorsqu'il avait terminé son monologue et annoncé qu'il fallait partir, il l'avait fait sur un ton passablement méprisant, comme si ç'avait été un ordre. La chuunin en venait à se demander s'il n'avait pas certains à prioris sur les maitres Taijutsu...
D'autre part, elle restait dubitative quant à la phorce physique d'Eneshi. Même si le Genjutsu est sans doute la matière qui demande le moins de capacité, il y avait toujours un minimum raisonnable à posséder en tant que ninja. Et lorsqu'elle regardait la maigreur manifeste de ses bras, elle se demandait s'il allait tenir l'allure qu'elle lui imposerait pendant le trajet...
Et effectivement, il ne tint pas. Au bout d'une heure de trajet, il finit par demander à ce qu'elle ralentisse. Elle se rendait bien compte de la réticence avec laquelle il avait finalement formulé une demande aussi honteuse et en éprouvait une pitié amusée. Elle se rendait aussi compte qu'il était réellement essoufflé et, commme il aurait été idiot qu'il arrive sur le lieu de la mission trop épuisé pour l'accomplir, céda à sa demande.
Ils franchirent une longue distance de cette façon. Aucun d'eux ne prononçait un mot. Asuka ruminait sa frustration d'être ralentie par un shinobi aussi minable, tandis que lui économisait simplement son souffle. L'atmosphère restait tendue entre ces deux récents coéquipiers
Mais au bout d'un long moment, elle se lassa de ce silence et tenta une sorte de réconcilliation en engageant une discussion. Elle savait qu'elle lui jouait un mauvais tour dans la mesure où il avait suffisament de mal à soutenir le rythme de la course sans avoir à discuter en même temps, mais elle fut agréablement surprise de l'entendre répondre sans animosité apparente.

"-Alors, on a plus d'infos sur nos cibles ?
"-Mmh ? Bah, pas tant que ça. Ca fait un peu moins d'une semaine que je les suis. Ce sont des bandits conventionnels comme on en trouve tant dans cette partie du pays. L'ordre peine à se maintenir dans la mesure où il n'y a pas de véritable autorité sur l'ensemble de cette campagne criblée de petits villages comme celui dont on vient. Alors de nombreux groupes de brigants font surfaces ça et là. Certains sont juste formés de paysans qui suivent cette voie faute de mieux, leurs récoltes n'étant pas suffisante pour les nourrire eux et leur famille. (il s'arreta un instant pour reprendre son souffle) D'autres sont composés de gens véritablement mal intentionnés qui profitent des failles et de la faiblesse des villages pour mener une vie aisée grace au vol...
"-Et à quelle catégorie appartient le groupe que nous allons frapper maintenant ?
"-Probablement à la deuxième, quoique les motivations de leur chef soient assez obscures. J'ai moi même eu la preuve visuelle qu'il connaissait des techniques ninja, ce qui tend à prouver qu'il a été formé dans un village caché. Mais qu'est ce qui l'aurait poussé à deserter ?

En fin de compte, il aimait parler, même si le ton de sa voix restait toujours aussi neutre.

"-J'ai vu le résultat des pillages auxquels ils se sont livrés. Les habitations étaient saccagées, certaines brulées. Des voleurs conventionnels se contentent générallement de prendre ce qu'ils veulent sans faire trop de dégats, de façon à ce que le village puisse se remettre vite d'aplomb et qu'ils puissent le voler à nouveau plus tard. Mais ces pillards là sont beaucoup plus violents. (une nouvelle pause) Ils ont commis de nombreux meurtres sans mobile crédible apparent. J'ai entendu des rumeurs faisant état de viols aussi, mais les villageois sont un peu moins bavards à ce sujet... ce qui est aisément compréhensible.
"-De simples racailles...
"-Pardon ?
"-De simples racailles qui tirent parti de leur puissance relative. Savent ils qu'avec un tel comportement, ils s'attirent les foudres de gens plus forts qu'eux ? Je n'ai pas d'état d'âme à avoir, leur style de vie ne pouvait les mener qu'à cette fin violente !


Dernière édition par le Dim 19 Mar - 11:04, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 19 Mar - 1:45

Eneshi perçut manifestement la rancoeur de son équipière. Il lui rappela sans détour que le chef devait être pris vivant, dans la mesure du possible. Pas question de commetre un carnage aveugle, donc. Asuka siffla entre ses dents, geste qui indiquait qu'il était inutile de la prendre pour une idiote, et réorienta la conversation.

"-Tu dis que des groupes comme celui ci fourmillent dans la région. Alors comment se fait il que Kiri n'ait envoyé une mission que contre un seul d'entre eux ?
"-Et bien, le fait que leur chef ait des origines ninja doit entrer en ligne de compte. De plus, Kiri ne fait que ce pour quoi il est payé. Il se trouve qu'une petite ville à l'Est d'ici s'est inquiété des méfaits s'aggravant de ces pillards et disposait des fonds necessaires pour louer nos services. Ils cherchent juste à proteger leur population. Ils n'ont pas à se charger des pauvres hameaux alentours.

L'allure était trop soutenue et il avait trop parlé. Asuka le laissa tranquille jusqu'à ce qu'ils arrivent à destination.

Le "chalet" ressemblait plutôt à une grosse cabane mal entretenue. Les deux ninjas se postèrent en observation dans les fourrés, à deux cents mêtres.

"-Nous y sommes. De la fumée sort de la cheminée, ils doivent tous être là.
"-Comment en être sûr ?
"-Laisse moi un instant.

Il joignit ses deux mains et forma une demi-douzaine de sceaux consécutifs. Fermant ses yeux, il adopta une attitude de profonde concentration.
"-1, 2, 3 ...... 4, 5 ...........6........7, 8.............9............"
"-Ils sont dix, tous présents. Nous pouvons débuter le plan. Laisse moi t'expliquer, nous allons...

Asuka le coupa : "comment savoir si ils n'ont pas pris d'otage ? La présence d'une tierce personne fausserait le resultat de ton jutsu.
"-Non, ils ne font pas rentrer leurs prisonniers" répondit il d'une voix grave, montrant du doigt une forme en contrebas.

Lorsqu'elle vit de quoi il s'agissait, la chunin eut un haut-le-coeur. Le corps manifestement mort d'un paysan (ou était-ce une femme ?) était attachée à une barrière de bois avec des lanières. Le decès remontait surement à plusieurs jours, mais ses causes en restaient obscures.
De toute façon, Asuka ne voulait pas les connaitre. Elle était révoltée et écoutait à peine les projets d'infiltration de son coéquipier. D'une oreille distraite, elle l'entendit dire qu'il leurrerait plusieurs d'entre eux grace à son genjutsu pendant qu'elle ferait le reste du travail dans la cabane, mais son attention restait rivée sur le cadavre lié.
Pourquoi une telle barbarie s'était elle produite ? Cette personne un peu plus bas n'avait sans aucun doute rien voulu de tout ça. Elle avait peut être prononcé un mot de trop, accompli un geste mal conidéré. En tout cas, elle s'était trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment, emportée par la cruauté insensée d'un groupes d'ordures imbus de leur puissance et abusant volontier de leur superiorité physique ! Et un ninja était à leur tête ?! Etait-ce un monde acceptable ? Un monde où tout pouvait un jour s'écrouler pour quelqu'un, même si on n'avait jamais rien connu d'autre que la quiétude sécurisante d'un petit village isolé ! Les forts profitent de la faiblesse des autres pour imposer leur loi, mais ignorent ils vraiment qu'il y aura toujours plus fort qu'eux ?

Pourquoi la menace d'un plus puissant que soi n'était elle jamais suffisante pour prévenir les abus ?
Les choses devraient pourtant être ainsi équilibrées. Mais la nature de l'homme et ses plus vils instincts l'éloigneront toujours de la raison, raison qui ne peut manquer de dicter la crainte de la punition, de la représaille d'un plus fort...
Ces déchets humains méritaient ce qui allait leur arriver. Peut être comprendraient ils, à la fin, la stupidité de leur acte, mais il serait de toute façon trop tard.

Eneshi avait cessé de parler et s'était raidit en s'apercevant de l'état d'Asuka. Il lui demanda de se calmer une fois, deux fois. Doutant qu'elle l'entendait toujours, il décida de la prendre par les épaules et de la secouer pour lui faire définitivement reprendre ses esprits.
Mais il ne s'y prit pas à temps : la chunin s'était élancée vers la cabane avec toute la force et la vitesse que lui avaient procurée son entrainement . Elle ne perçut même pas l'exclamation inhabituellement forte d'Eneshi :
"Non ! Pauvre conne !"

Elle se faufilla entre les fourrés, profitant de la couverture jusqu'à ce qu'elle parviennent à la clairière. Là, elle n'hésita pas une seconde à s'engager à découvert. Elle jeta un bref coup d'oeil au travers des fenêtres de la cabane : personne ne semblait l'avoir vue, mais ils pourraient reperer Eneshi, qui s'était lui aussi élancé mais qui se déplaçait bien moins vite. Tant pis.

Elle arriva devant la porte principale, qu'elle enfonça brutalement d'un coup de pied exceptionnellement puissant. Un homme se trouvait derrière et faillit être jeté au sol par les fragments de bois qui volèrent dans la pièce. L'expression incrédule et innocente qu'il affichait n'arreta pas la chunin dans son geste : elle passa prestement derrière lui, lui faucha les jambes d'un coup rapide, le faisant tomber en arrière, et le receptionna sur son genoux, en prenant soin de frapper précisément la nuque. L'homme avait toujours la même expression ingénue sur le visage lorsque son corps inerte tomba lourdement sur le sol, son cou formant un angle anormallement aigu...

Asuka releva la tête et aperçut deux autres hommes qui, cette fois ci, réagirent à l'aggression. L'un d'eux dégaina un long couteau cranté et s'approcha de son adversaire, menaçant, tandis que l'autre restait legerement en retrait. La chunin réagit immédiatement. Elle se jeta en avant, esquiva prestement le couteau et aggripa la main de l'homme qui le maniait. Elle passa derrière lui, toujours en lui tenant fermement la main et en le forçant à effectuer un large arc de cercle en direction de son camarade. La lame entailla profondément la gorge de celui ci et il tomba en arrière, aspergeant le mur de son sang. Asuka poursuivit son mouvement circulaire jusqu'à ce que l'épaule de l'homme se disloque, provocant un terrible cri de douleur, puis l'acheva en lui plantant sa propre arme dans la poitrine.

Elle profita de ce petit moment de répit pour respirer. Le brigand à la gorge tranchée s'agitait toujours par terre, poussant un horrible râle continu. Elle s'approcha de lui, leva sa jambe au dessus de sa tête et l'abatit férocement. Le choc lui brisa le crâne contre le sol, et il ne bougea plus...

Elle entendit Eneshi se faufiler dans la maison à son tour et emprunter une porte différente. "Alors il m'a suivie" pensa t'elle, et elle éprouva un peu moins de mépris à son égard. Elle ouvrit la porte en face d'elle à la volée, la sortant presque de ses gonds. Un seul homme se trouvait dans cette pièce : il était assez agé, peut être la cinquantaine, et était en train de se lever d'une sorte de fauteuil. La chunin le prit par le col, le fit pivoter d'un demi tour, puis le ceintura. Elle arqua alors son corps et souleva le pauvre homme, dont la tete alla bientöt heurter le parquet dans un craquement sourd. [german suplex en gros ^^]

Des bruits anormaux raisonnaient dans la pièce adjacente, celle où devait se trouver Enishi. Asuka s'y rendit aussi vite qu'elle put en empruntant deux autres portes. Elle arriva derrière deux brigants qui avaient réussi à bloquer le spécialiste genjutsu dans un coin. Celui ci semblait paniqué et agitait farouchement ce qui ressemblait à un couteau de cuisine devant son visage. Au moment où les deux hommes attaquèrent, elle se propulsa en avant et en abatit un d'un coup de pied précis à la tempe. En s'effondrant, le cadavre fit perdre l'équilibre au deuxième assaillant. Avant qu'il puisse se relever, Enishi se trouvait juste au dessus de lui et l'achevait d'un coup de couteau bien placé. Son expression n'avait plus du tout l'air paniquée. Au contraire, il affichait le même professionalisme un peu prétentieux qu'à son habitude.


"-Ne me prenez pas pour un incapable s'il vous plait. (relevant ses lunettes grace à son index) Je peux me débrouiller seul, vous savez...
"-Il suffit de se montrer ingenieux

Et il découvrit, caché dans sa manche, une fine lame particulièrement aiguisée et marquée de strilles contenant tres probablement une forme de poison à effet immédiat. Cette fois ci, Asuka avait été sotte : les deux hommes avaient sans doute été sous l'emprise d'un genjutsu les forçant à attaquer leur ennemi, qui avait fait expres d'adopter une attitude effrayée afin de mieux les pieger. Sans importance : inutile de perdre son élan pour une petite bêtise qui n'avait pas entrainé de conséquence. Deux autres pillards apparurent dans l'encadrement de la porte derrière Enishi. Puisqu'il savait se débrouiller, la chunin ne jugea pas necessaire de l'aider davantage et repartit en arrière en quête du fameux chef.
Elle entendit le hoquet de surprise de son coéquipier qui s'était aperçu qu'elle le laisserait seul, mais n'y réagit pas. Au lieu de ça, elle défonça la dernière porte de ce "chalet", et tomba nez à nez avec sa cible.

Dieux ! Il était si jeune ! Elle ne lui donnait guère plus de seize ans. En le voyant ainsi, grimaçant d'une haine aggressive dirigée contre elle, Asuka réalisa ce qui avait du se passer. Ce gamin n'avait probablement jamais été promu genin. Il était parvenu à deserter son village par un coup de chance, frustré par ses echecs, et avait décidé de se rendre dans un endroit où sa force serait reconnue . Un endroit isolé ou il pourrait assouvir son désir d'être respecté et surtout craint pour ce qu'il croyait être : un ninja.
Elle remarqua aussi la présence du dernier des bandits, et s'alarma de voir se former sur son visage une expression de satisfaction sauvage et barbare.

Elle bloqua entre deux doigts le kunai que lui avait lancée le gamin, à quelque centimètres de son visage, puis le renvoya aussitôt sur cet homme qui avait triomphé trop vite. L'arme lui traversa le crâne par l'oeil gauche et alla se ficher dans le mur, derrière, projetant une fine éclaboussure de sang.

L'enfant paniqua. Il accomplit une succession de sceaux maladroits et echoua sa technique. Asuka le laissait faire. Elle était debout devant lui, immobile, et ne l'attaquait pas. Elle ne pouvait se résoudre à croire que ce dechet humain avait pu être formé par un ninja. Pourquoi n'avait on pas pris la peine de lui inculquer les principes élémentaires de l'honneur ? Elle ne croyait plus en l'honneur, mais elle pensait que c'était une valeur importante pour les plus jeunes, pour les aider au début à faire la distinction entre le bien et le mal.
Finalement, deux clones apparurent devant elle et masquèrent le visage réjoui de son adversaire. Elle les balaya rapidement d'un coup de pied circulaire.
Le gamin ne comprit pas tout de suite la signification de la fumée blanche qui se dispersait devant lui, mais il poussa un cri aigu de terreur lorsque la chuunin écarta le voile brumeux d'un revers de main. Elle s'avança lentement, menaçante, et attendit que le "chef" l'attaque en premier. Il tenta effectivement de la frapper du poing, mais son geste était si lent, si maladroit qu'elle n'eut aucun mal à le parer. Elle le saisit brusquement par le col et le projeta contre le mur derrière lui. Cependant, il ne parvint pas à se receptionner convenablement et s'affala sur le sol.

Il se recroquevilla, terrifié, face au mur pour ne plus voir le danger imminent qui le menaçait.
Asuka fint un pas, puis un autre. Elle s'était rassurée, cet enfant n'avait rien à voir avec un ninja. Il n'avait assurément pas de nindo.
Elle posa son pied sur la tête du gamin tremblant, et attendit quelques secondes.
Il commença à sanglotter...
Elle n'éprouvait pas de pitié pour lui...


"-Quel est ton nom ?
Elle avait prononcé ces mots sur un ton dur, tranchant, et il sanglotta de plus belle. Elle appuya un peu plus fort.
"-Réponds
Il balbutia un nom quelconque...
"-D'où as tu fuis ? Tu vivais dans un village caché, exact ?
"-Ta... Taki no ... kuni
"-Tu viens de loin dis donc. Qui était ton instructeur ? Réponds !!
Il marmonna un second nom, que la chunin prit soin de mémoriser. A ce moment, Eneshi entra dans la pièce, essouflé et une légère entaille lui parcourant le bras gauche.
"-Qu'est ce que tu fais ?! Il faut le prendre vivant !"

L'enfant sembla reprendre espoir. Les yeux embués de larmes, la voix mal assurée, il bafoua un incompréhensible "s'Il VoUs PlaiT ..."
"Il vient de me donner ses nom, village d'origine et nom de l'instructeur... ça devrait suffir, non ?"

Eneshi resta un instant dans l'encadrement de la porte, puis il haussa les épaules, accomplit quelques pas en arrière et s'en alla.

"ça n'est pas un enfant que je vois là. C'est une brute. Juste un animal qui n'a pas su apprendre à devenir homme. Il est venu ici après avoir echoué. Il est venu ici alors qu'il cherchait plus faible que lui car il refusait d'admettre qu'il était lui même faible. C'est dommage, car les faibles ont la possibilité de ne pas s'impliquer dans un combat. Ils peuvent choisir de rester faible, assumer leur condition et ne jamais se battre. Au lieu de ça, il a choisi la voie de la violence. Toute personne qui emprunte ce chemin s'expose un jour au risque de rencontrer plus fort que soi, et ce jour là il ne lui reste plus qu'à compter sur sa clémence.
Je ne sais pas si c'est toi ou tes chiens de compères qui ont accompli toutes ces horreurs. Mais tu y a été impliqué par ta seule volonté. Tu auras dû connaitre les risques."
Voilà à peu près ce qu'elle pensa, juste avant de lever sa jambe au dessus de la tête du "chef des brigands", la cible de sa mission...


---------------------------------------------------------------------------


Dernière édition par le Sam 3 Juin - 16:41, édité 4 fois

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 19 Mar - 1:46

Saito se tenait toujours devant elle. Elle ne savait pas vraiment combien de temps il avait attendu qu'elle sorte de sa rêverie. C'était un garçon bien étrange en vérité. Elle l'avait par deux fois attaqué et frappé par surprise mais lui refusait d'en faire de même. A croire qu'il l'étudiait, elle, au lieu d'étudier son style de combat.

"-Ou en étions nous ?" demanda t'elle d'un ton faussement décontracté.
"-Je venais de parer votre assaut grace à une "minable technique d'étudiant""

La jounin inspira profondément.
Les années avaient passé, et tout était devenu un peu plus clair. Elle savait, maintenant, pourquoi elle s'entrainait tant, pourquoi elle tenait à toujours être au maximum de ses capacités, pourquoi elle voulait être la meilleure. Elle ne voulait pas seulement prévenir les risques de trouver plus fort qu'elle, elle voulait aussi battre les moins forts. Ce monde la répugnait, elle haissait ce déséquilibre qui faisait que les hommes se battaient entre eux, et que les forts tuaient les faibles. Mais paradoxalement, elle ne parvenait à se liberer de cette frustration que quand elle battait elle même un plus faible qu'elle. Comme si elle lui jetait en pleine figure un "je te l'avais dit !" moqueur. Oh, elle savait qu'une telle conception n'avait rien de tres moral, mais il fallait bien qu'elle tienne, qu'elle supporte la pression et l'angoisse.
En fin de compte, la vie du guerrier est une sorte de jeu. Il faut profiter le plus longtemps possible de la partie avant qu'on la perde ... car on finit toujours par la perdre...


"-Va t'en"
Saito, surpris par la véhémence du propos, ne réagit pas tout de suite.

Asuka s'élança en avant, surprenant le chunin qui resta immobile. Elle le chargea et le frappa de toutes ses forces, sentant quelques côtes se briser sous son poing.
Il roula sur plusieurs mêtres et finit sa course au pied d'un arbre, assomé par le choc.
La jounin se jeta à sa suite et frappa de plein fouet l'arbre, juste au dessus de la tête de Saito.
Les derniers mots qu'il entendit avant de s'évanouir furent les suivants :


"- Je n'ai rien à t'apprendre. Je ne veux pas aider à ta formation militaire. Je refuse de prendre la moindre responsabilité dans ce qui finira par arriver, tôt ou tard"

Il ne comprit pas tout tout de suite...


[Suite à l'hosto, mais je l'ai pas encore écrite ^^]
Shinobu
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 19 Mar - 12:09

[On va se satisfaire de ça. C'est un joli travail]
[Zen +28XP RP]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mer 26 Avr - 15:55

Zen avança calmement au milieu de son terrain d'entrainement. Le paysage était terne et vide sous la lumière fade du soleil matinal filtré par une large couche nuageuse. L'arrivée du printemps avait certe provoqué une forte augmentation des températures, mais elle s'accompagnait aussi habituellement des matins les plus pourris que le village pouvait connaitre au cours de l'année. En fait, le genin était même heureux de ne pas avoir à s'entrainer sous cette pluie fine, une espèce de bruine particulièrement désagréable, qui était tombée ces derniers jours.

*enfin bref, on est pas venu ici pour s'extasier devant la météo ^^*

Il s'étira quelques instants, s'efforçant de se remémorer des consignes qu'il avait lues dans plusieurs ouvrages à la bibliothèque la veille, puis se résout enfin à se mettre au travail. Ce qui n'était pas si évident dans la mesure où il avait l'impression de ne rien avoir fichu depuis une semaine...
Etait-ce vraiment le cas ? pas vraiment : il été revenu de mission l'avant veille (saleté de chat), puis s'était effondré dans son lit douillet pour y passer les treize heures qui avaient suivi. Il avait passé le reste de sa journée à flanner en ville puis, éprouvant sans doute quelques remords bienvenus après s'être accordé cette journée de congé non-officielle, il était allé se renseigner à la bibliothèque sur une technique qui l'intriguait depuis un moment. Donc, s'il faisait le compte, il n'avait été inactif que pendant un peu plus de 24 heures...
Mais revenons à nos moutons.
Cette fameuse technique portait le doux nom de "transfert de chakra" et consistait tout simplement à creer, non pas un kage bunshin traditionnel, mais un kage bunshin doté d'un réseau de chakra parfaitement fonctionnel et en état d'être utilisé pour attaquer. Plus facile à dire qu'à faire...

Zen avait déjà mémorisé sans difficulté l'enchainement des signes necessaires. Il était quasiment identique à celui du kage bunshin, à l'exception de deux sceaux que le genin n'avait encore jamais rencontré.
Il ne se posa pas davantage de question et tenta un premier essai. Bizarrement, la sensation produite par l'alignement des signes successif n'était pas différente de celle que lui aurait inspiré la création d'un clone classique. D'autre part, la replique conforme de sa personne qui se tenait devant lui ne semblait rien avoir de plus que les autres clones...


"-Hum, bonjour moi
"-Bonjour à moi aussi. Est-ce que je peux m'être utile à quelque chose ? Peut être pourrais-je m'aider à pratiquer mon genjutsu ?
"-Mmmh, pas cette fois ci. Je veux juste que tu ... que je ... bref ! Utilise une technique au hasard !
*Ce genre de dialogue avec mes clones est toujours un peu étrange. Je ne suis plus trop certain de savoir qui je suis O_o*

Le clone, pas vraiment sûr de lui, joignit ses mains et se concentra. De longues minutes passèrent sans qu'aucun fait notoire se produise. Seule une aura bleutée autour des mains du bunshin, particulièrement discrète, trahissait les efforts qu'il accomplissait pour malaxer son chakra. Au bout d'un moment, Zen l'interrompit :
"-Qu'est ce que tu essaie de faire là ? inutile de t'acharner sur une technique complexe. Fait juste un truc simple, une metamorphose ferait bien l'affaire...
"-Je suis désolé, je ne peux pas malaxer du chakra. Je ne suis même pas sûr d'en avoir. Tu as vraiment tout fait correctement ?
"-Ne sois pas ridicule, tu as forcément du chakra, ne serait-ce que celui que j'ai utilisé pour t'invoquer. Et OUI, j'ai tout fait correctement. Pas d'erreur dans les signes, et je t'ai doté d'un réseau de chakra fonctionnel ... normalement.
"-Je sais, celui là je le sens. Et je dois dire qu'il est assez douloureux, surtout à ce niveau..

Le clone découvrit les paumes de ses mains, qui se révélèrent completement blanches ! Elles n'étaient pas seulement pâles, elles étaient vraiment d'un blanc laiteux et leur texture semblait légèrement filandreuse.

*Qu'est ce que c'est que ça ? On dirait qu'il se désagrège, comme s'il avait reçu une blessure. Sauf que le processus est beaucoup plus lent et localisé.*
"-mmmmh, recommence s'il te plait. Je voudrais vérifier quelque chose. Et cette fois ci ne lésine pas : essaie vraiment de iberer un maximum d'énergie !
"-Pfff, tu traites vraiment tes clones comme des rats de laboratoire...

A contre-coeur, le clone s'executa. La différence avec l'essai précédent n'était pas flagrante : l'aura bleue était toujours aussi discrète et le bunshin ne semblait pas prêt d'effectuer une véritable technique.
Au bout de quelques dizaines de secondes, un son retentit soudainement, comme un bruit de crevaison. Devant l'expresion stupéfaite du clone, ses mains se volatilisèrent complêtement en cette brume qui accompagnait toujours leur disparition. Puis suivirent ses bras, ses épaules, et l'ensemble du bunshin se vaporisa en quelques instants.
Zen se retrouva seul dans le silence de son terrain d'entrainement, interloqué et déboussolé...


*Qu'est ce que ... ? Il s'est "autodétruit" ? Le pseudo-tissu dont sont composé les bunshin est il si fragile que le simple passage du chakra par les mains peut le rompre ? Nan, c'est pas logique, sinon ils seraient proprement incapables de lancer la moindre technique. J'ai forcément dû faire une bêtise...
Que je me souvienne : pas de problème au niveau des signes, ça j'en suis certain. Alors l'erreur provient du réseau de chakra ? J'ai appris pratiquement par coeur les schémas des livres, mais reconstituer un truc aussi complexe n'est sans doute pas quelque chose qu'on peut réussir du premier coup*


Mais le second essai ne fut pas plus concluant. Bien que Zen eut apporté tout le soin dont il était capable à l'élaboration d'un réseau complet, en accordant une attention particulière aux portes du chakra qui faisaient plus ou moins office de pompe, le clone se volatilisa au bout de quelques minutes d'efforts. La seule différenc fut son expression juste avant de disparaitre : au lieu de montrer de la stupefaction, elle était plutôt moqueuse, l'air de dire "encore raté, na ^^"

Irrité, le genin s'assit sur une pierre à peu près sèche. Il n'avait que de vagues idées des facteurs qui pouvaient conduire à la destruction presque spontanée d'un bunshin.

*Reflechissons deux minutes... A mon avis, il n'y a que deux causes possibles : soit le clone a déployé une quantité si importante de chakra qu'il s'est brulé lui même, ce qui semble improbable vu l'aspect minable de l'aura bleue qu'il a réussi à déployer. Soit le transfert de chakra a totalement échoué...
Effectivement, s'il ne disposait pas des reserves energétiques que je croyais lui avoir fournies, il était bien incapable d'utiliser le moindre jutsu. Pire encore : s'il s'acharnait à vouloir malaxer un chakra qu'il n'avait pas, il est possible qu'il finisse par entamer ses propres reserves, c'est à dire l'energie que j'ai déployée en creant un kage bunshin. Du coup, il a probablement fini par consommer le chakra de son propre tissu. Et, comme pour n'importe quel clone, dès lors qu'il y a un trou quelque part, toute la structure s'effondre...
Une petite minute ! Si c'était vraiment ça, alors pourquoi ne s'est il pas évaporé tout de suite au lieu de passer autant de temps à se concentrer ? Je vois qu'une seule explication : la technique du transfert de chakra A fonctionné, mais pas autant que je l'aurais voulu...
Alors comment augmenter le rendement ? Comment faire en sorte de vraiment transferer une quantité conséquente de chakra ?*


Le problème était complexe et Zen passa de longs moments à l'envisager sous tous les points de vue, avant finalement d'avoir une idée interessante.
Il joignit ses mains et forma un sceau. Puis il les sépara et les éloigna l'une de l'autre doucement, sans aucun geste brusque. Un arc bleuté s'était formé et s'étirait au fur et à mesure que le genin écartait les paumes de ses mains.

*Le chakra est une chose bien étrange. On l'utilise souvent comme une energie, pourtant il est tres facile de faire en sorte qu'il ne se disperse pas. Ca voudrait dire qu'il est tres facile de déplacer du chakra d'un point à un autre, à condition que, comme chacune de mes mains, les points de départ et d'arrivée soient composés d'une telle substance.*

Ainsi le genin, tout fier de sa découverte, tenta un nouvel essai. Au fur et à mesure qu'il effectuait les signes, il s'efforçait de se concentrer sur un seul point de l'espace qui correspondait grosso modo au coeur du clone qu'il allait creer. Puis, au moment précis où il eut terminé les signes du kage bunshin, juste avant de commencer les deux sceaux originaux, il injecta une décharge de son chakra qu'il concentra au niveau de se point particulier.
Sa stratégie fonctionna : il n'eut aucun mal, alors qu'il effectuait les derniers signes, à faire circuler un flux dense de chakra jusqu'à ce point et à l'injecter dans le réseau du clone. Il eut même des difficultés à couper le transfert avant d'être littéralement drainé de son energie !
Il tituba un instant et s'assit brusquement dans l'herbe humide. Le paysage avait une tendance désagréable à tanguer devant ses yeux...
Il patienta quelques instants, le temps d'être à nouveau en mesure de se relever, avant de jeter un oeil à son bunshin. Celui ci le regardait en souriant, les mains liées dans un signe classique et entourées d'un puissant halo bleu.


*et bien on dirait que j'ai réussi ! Ne reste plus qu'à apprendre à me controler et à ne pas tomber dans les pommes après chaque utilisation... Tiens, j'ai bien envie d'en refaire un autre là*

Le clone commençait à s'amuser avec ses nouveaux pouvoir alors que le véritable genin s'en éloignait de quelques mêtres pour retenter l'experience. Confiant, il accomplit tres précisément les mêmes gestes qui l'avaient menés à sa première réussite...
*Là, on fait attention, quand le chakra va partir, il va le faire extremement vite. Pret à fermer les valves ? Doucement, douceemeeeeent...*

Un éclair bleu vif traversa le clone qui explosa littéralement sous le choc alors que Zen perdait l'equilibre et s'effondrait lourdement sur le sol.
Il tenta de se relever tant bien que mal, mais le sifflement strident qui lui vrillait les typans, ainsi que les étoiles multicolores qui lui brouillaient la vue, ne lui inspiraient rien de bon.
*Zut... j'ai épuisé mes reserves de chakra ?* pensa t'il juste avant de perdre conscience...

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mer 26 Avr - 16:08

[Zen : +3 EXP Transfert de Chakra appris

+4 EXP RP]
Shinzo
Mort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Sam 15 Juil - 15:40

Shinzo semblait avoir désaoûlé entre le centre ville de Kiri et la Zone des Grands Lacs. Zen se demanda comment le corps d'un homme si vieux pouvait assimiler une telle quantité d'alcool et se défaire des effets néfastes si vite.

*Son corps est composé d'alcool au lieu d'eau ou quoi ?*

Les deux maîtres en Genjutsu s'arrêtèrent sur la zone d'entraînement habituelle de Zen, et l'aîné s'assit en tailleur, par terre, tout en caressant sa barbiche.

"Bon, gamin, j'ai regardé ton dossier avant de venir te chercher. Paraît que t'es un bon élément mais que t'es aussi une grosse flemasse. D'ailleurs ça se voit, tu connais même pas dix jutsu alors que t'es Chuunin, c'te honte...

Je vais pas y aller par quatre chemins : la guerre approche et tu seras parmi ceux qui vont commander les troupes, alors t'as pas intérêt à foirer si tu veux pas crever sous peu. Je vais t'entraîner à la dure moi et tu vas en chier !"


Zen regardait le vieil homme, dubitatif, se demandant si son enseignement serait viable. Restait juste à espérer qu'il ne se mette pas à boire pendant ses explications, sinon ça risquait de devenir difficile à suivre.

"Ouvre bien tes oreilles, je vais pas te répéter les choses deux fois ! Aujourd'hui je vais te montrer un jutsu qui s'appelle : la Morsure de l'Ame. Le concept est bête : il faut que par ton Genjutsu tu déstabilises le système sanguin de ton adversaire, et ce, de façon à créer des hémorragies sans qu'il ne s'en rende compte.

En gros, tu dois le mettre dans une situation d'état physique extrême. Non pas de la fatigue, il faut qu'il se sente en confiance, qu'il soit chaud au point de cramer son énergie comme une andouille.

Allez, fais moi voir comment tu te débrouilles."

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mar 25 Juil - 14:34

*c'est pas le nombre qui compte mais la façon dont on les utilise...*

Sans grande surprise, le vieil homme avait directement débuté son "cours" par une remarque passablement acerbe. Zen l'encaissa simplement, il n'avait pas envie de se battre avec son professeur dès le premier entrainement. Restait à savoir si l'alcool n'avait pas diminué sa capacité à enseigner. Au moins, le chunin savait que Shinzo n'était pas (qu')un fanfaron, vu qu'il avait pu tester la puissance de ses plus faibles attaques quelques temps plus tôt.

*bref, arrêtons de nous cacher derrière des dictons stupides. Quelques techniques suplémentaires ne peuvent pas me faire de mal*

Le vieil homme débuta ses explications sur le même ton de défi que précédement, si bien que Zen finit par conclure qu'il s'adressait à tout le monde de cette façon, et dans toutes les circonstances.

Il comprit rapidement la nature de ce jutsu, la morsure de l'ame, mais les moyens de le réussir lui restaient assez confus. Comment était il possible de provoquer des hémorragies dans le système sanguin d'un adversaire avec un genjutsu, alors qu'il avait toujours été entrainé à prendre pour cible son cerveau ? Le problème méritait manifestement reflexion.

Le chunin se tint coi pendant plusieurs minutes, sous l'oeil narquois du vieil ivrogne. Il se demandait si ce dernier aurait l'amabilité de ne pas interrompre son raisonnement par une nouvelle pique.

Comment endommager le système sanguin à l'aide d'un genjutsu ? La réponse la plus évidente, pour un illusionniste, est de simplement faire croire à son ennemi qu'il s'est blessé. Mais cette manière pose quand même un problème : est il réellement possible d'infliger des dommages physiques à une personne par une suggestion mentale ?

Une autre approche consisterait en une utilisation de la décharge brutale impliquée dans la pupille de peur à une échelle suffisante pour frapper tout le corps de la cible. Zen jugea vite cette idée saugrenue : il y laisserait les yeux bien avant d'avoir réussi à légèrement chauffer les veines de sa victime...


*bon, ben ... faute de mieux, on va tenter la première solution*

Quelques signes incantatoires, et une réplique conforme du chunin apparut devant lui. Le clone se tourna vers Shinzo et lui demanda d'un ton neutre :
"ça vous gêne que je me prenne moi même pour cible ?"
"-Ya qu'toi et moi ici, et ce s'rait un sacré miracle si t'arrivais à m'atteindre avec ça." Dit il en portant sa bouteille à la bouche.
"-Mouais...

Le jeune homme se mit en position, et joignit ses mains.
*frapper les centres de la douleur ? Suggerer une illusion crédible ? Ca peut le choquer mais je vois pas en quoi ça lui ferait vraiment mal...*

Il se concentra un instant, et une aura bleue diaphane entoura ses poings. Lorsqu'il libéra son chakra, le clone se crispa violement et se recroquevilla sur lui même. Avant qu'il ne ferme brutalement ses paupières, Zen put remarquer que ses pupilles s'affolaient. La victime du jutsu se tordit un bref instant, poussant un râle provoqué par une douleur indiscible, puis soupira brusquement.
Il se laissa tomber à terre et commença à stabiliser sa respiration, tandis que l'original le regardait d'un air dubitatif.

*raté...*

Le clone n'avait subi aucun dommage physique. La suggestion ne fonctionnait donc pas, ou en tout cas pas à ce niveau, même si le chunin était un peu surpris de l'efficacité de la douleur qu'il avait réussi à infliger, après seulement quelques minutes d'improvisation.
*si j'arrivais à la maintenir, ça ferait une jolie technique d'interrogatoire, mais vu l'energie que j'ai dépensé sur le coup, je me retrouverais à sec avant dix ou douze secondes, et avec un sacré mal de crâne en plus*

Le clone confirma bientôt ses suppositions, en expliquant que l'illusion était impressionnante, mais qu'il n'avait subi aucun dommage physique. De toute façon, si la technique avait réussi, il aurait dû se décomposer après une déchirure de son tissu au niveau des muscles abdominaux comme l'avait prévu Zen.
Ce dernier se tourna vers son professeur :
"- Un petit conseil ? Ou je dois me débrouiller tout seul ?"

*Je vois pas bien comment provoquer une hémorragie d'envergure suffisante. A la rigueur, je pourrais réussir à faire claquer les capillaires, ainsi que les veines les plus fines...*

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mar 25 Juil - 15:15

[Tu peux poursuivre seul, je suis un peu au four et au moulin en ce moment ^^;

Fais comme d'hab et ce sera parfait Wink]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mer 26 Juil - 14:38

*Ok ok reprenons. Qu'est ce que je peux réellement faire avec un genjutsu ? Je peux provoquer la douleur, perturber les émotions, peut être modifier les sentiments même si c'est pas encore de mon niveau... Je peux persuader, mais pas infliger. Ce qui signifie que ... je peux seulement porter le corps de l'ennemi à se détruire lui même.*
De son côté, le clone semblait lui aussi reflechir au problème, même si trouver la solution signifierait sa propre perte...

Pouvait il envisager de pousser sa cible à s'auto-mutilser ? Ca s'éloignait de la définition donnée par Shinzo, mais après tout pourquoi pas ? En revanche, trouver la juste émotion ainsi que la suggestion qui conduirait un adversaire déterminé et sain d'esprit à se faire du mal semblait extremement difficile. Il y réflechit un instant, et se demanda si il arriverait à obtenir ce résultat sur lui même.
Il était conscient qu'il était difficile de deviner ses propres réactions hors situations, mais il restait tout de même persuadé qu'il était impossible d'obtenir ce résultat sur lui. Du moins, pas en si peu de temps, pas sur une personne stable. Ammener quelqu'un à l'auto-mutilation demandait un conditionnement plus long qu'une simple action de combat.

Alors quoi ?

Shinzo restait concentré sur sa bouteille et attendait simplement que Zen lui "montre comment il se débrouille". Pas vraiment d'aide à espérer de ce côté là.
Le clone se massait les tempes. Vu le soin qu'avait accordé le chunin à sa création, son existence devrait bientôt toucher à sa fin, si bien que le problème n'avait plus vraiment d'importance pour lui. Au contraire de son créateur, qui envisageait les pistes les plus tordues pour comprendre le jutsu, il cherchait plutôt un moyen simple de blesser la victime. Après tout, c'était un jutsu simple qu'apprenaient même les étudiants, pourquoi devait il être si difficile ?
Et c'est à lui que la solution apparut.

Il ota ses mains de ses tempes et regarda Zen, un sourire narquois sur les lèvres.

"- Tu cherches trop compliqué non ? La solution est si simple... Shinzo a parlé d'hémorragie, et nous savons tout deux que tu ne pourras rien briser d'autre que des capillaires. Ca n'a pas l'air impressionant, mais d'après toi, où est ce que ça provoquerait le plus de dégats ?
Disant ça, il se tapotait le front avec l'index.

*Provoquer une stimulation exacerbée de certaines zones de l'encéphale pour entrainer la rupture des vaisseaux sanguins. Faudrait y aller fort pour provoquer des dégats sensibles, mais à partir du moment où le sang s'épanche, ça peut devenir très vite grave. Pas idiot...*

"- J'en connais un qui aurait mieux fait de se taire !

Zen joignit à nouveau ses mains. Il n'avait pas une si grande experience du genjutsu, mais la simplicité de celui ci faisait qu'il se sentait capable de l'improviser. Dans un premier temps, il s'agissait de concentrer une décharge, et de viser le cortex de l'adversaire. Le clone fit une grimace en sentant les effets de la prise de contact.
Puis, le dernier signe, une brusque détente et l'adversaire sentait les effets d'une perturbation totale de sa psyché. Il n'y avait pas vraiment besoin de construire une illusion détaillée, il suffisait de laisser le cerveau de la victime aller à ses divagations passagères (le clone dut d'ailleurs voir de très jolies couleurs pendant un instant). Les véritables dommages étaient physiques.

La technique fut une réussite. Le clone se dispersa en une ample volupte de fumée.


*bon, ça c'était la partie facile... A la limite, j'aurais même dû débuter mon apprentissage par ça plutôt que par la pupille.*

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Mer 26 Juil - 15:06

[Zen : +3 EXP Morsure de l'Ame apprise]

[Zen : +5 EXP RP]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Jeu 15 Fév - 21:25

Chose promise, chose due, et comme Zen se l’était promis : le voilà de retour sur son terrain pour la première fois depuis plus d’un mois. Et un mois, au cours d’un entraînement soutenu, ce n’était pas rien. Le chuunin se sentait passablement rouillé. Même s’il se doutait que sa mobilité était définitivement réduite et qu’il ne pourrait plus aborder un combat de la même façon, il était conscient qu’il ne devait surtout pas commettre l’erreur de ne plus entretenir son corps.

Le terrain lui sembla légèrement différent, peut être un peu plus petit. Il était aussi plus sauvage, plus en friches. Au centre de son aire trônait lamentablement ce qui restait du moulin qu’il avait construit auparavant et sur lequel il s’était entraîné à mieux viser. La plupart des palles étaient en piteux état, la peinture était écaillée et certaines armatures avaient été brisées par les conditions météorologiques.

Zen se demanda si les deux roues pouvaient encore tourner, mais ne tenta pas l’expérience. Cet engin avait fait son temps, et le chuunin ne perdrait pas le sien à le réparer, alors autant en finir ! Il se recula de quelques mètres et sortit de son sac les deux boites rectangulaires qu’il avait acheté quelques jours plus tôt.


* il est temps de voir comment je me débrouille avec ces machins là *

Autant les aiguilles lui avaient paru briller d’un éclat vif et mordant dans la lumière rougeâtre du coucher de soleil, le soir où il les avait achetées, autant elles étaient à présent aussi ternes que les galets qui bordaient la rivière en contrebas. Et c’était tout aussi bien : il était hors de question que ces petits bijoux le fassent repérer au cours d’une mission parce qu’ils étaient trop brillants !

Zen en prit deux en main et commença à jongler avec, les faisant tournoyer et glisser entre ses doigts. C’était la première fois qu’il se servait de ce genre d’armes, et il lui fallait à présent trouver un moyen de les lancer avec précision et puissance. Pas trente six solutions : il était bon pour subir un entraînement tout ce qu’il y avait de plus monotone et ennuyeux.

Il décocha successivement les dix aiguilles en direction du petit moulin. Seules trois se fichèrent dans le bois, et une ricocha, le reste allant se perdre dans l’herbe. Agacé, le chuunin soupira, puis se résigna à se mettre à quatre (trois…) pattes pour les retrouver.

Il passa toute sa matinée à cet exercice : tirer, ramasser, tirer, chercher. Et à force de répéter les mêmes gestes, cherchant la façon la plus efficace de lancer les aiguilles, il parvint finalement à un assez bon résultat. Sur dix lancers successifs, il arrivait à en ficher huit dans le moulin et plus aucune ne ricochait. Il ne doutait pas qu’il finirait par aligner dix lancers réussis avec un peu plus d’entraînement. Mais avant ça, il avait plus que besoin de s’accorder une petite pause.

C’est à ce moment là, isolé dans le froid et l’humidité de son terrain, qu’il apprécia pleinement sa solitude temporaire. Il n’était pas fâché de prendre ce petit temps de repos, qu’il occupait grâce à un entraînement physique utile, loin des problèmes de sa vie quotidienne. Entraîner une étudiante, animer un cours : tout ça était passionnant mais lui demandait de l’énergie et ne lui laissait que peu de temps pour régler ses propres ennuis. Sans oublier son différent avec l’administration de Kiri, qui rechignait toujours à le laisser enseigner, mais qui n’osait toutefois pas le lui dire ouvertement, pour des raisons évidentes.


* merci papa… *

Lui revint en mémoire son entrevue avec ce type – comment s’appelait il ? – ah oui ! Bantaro. Le bougre était loin d’être stupide, mais il était terriblement obtus. « - Vous êtes un rouage défectueux, faites en sorte de ne pas détruire la machine lorsque vous vous briserez » lui avait il lancé froidement. Zen n’avait pas manqué de percevoir les implications de l’emploi du futur, et non d’un conditionnel, dans cette petite phrase assassine. A un moment il avait été tenté d’effectuer un jutsu devant lui pour lui clouer le bec, mais il avait renoncé, de peur d’échouer. Ceci dit, maintenant qu’il avait pu constater grâce à Ine qu’il pouvait utiliser la pupille de peur, peut être qu’il ne se priverait pas de le lui montrer la prochaine fois que ce Bantaro viendrait l’ennuyer…

D’un geste rageur, il envoya deux aiguilles vers deux palles de son moulin, s’imaginant qu’il s’agissait des yeux de l’administratif. L’une d’elles se ficha dans sa cible alors que l’autre ricochait sur un bord de la structure principale.

Après tout pourquoi pas ? Lassé de cet exercice, Zen décida de corser un peu la difficulté : il commença à lancer les aiguilles par deux, puis par trois, en s’efforçant de leur donner à toutes une trajectoire rectiligne et une puissance suffisante pour qu’elles s’encastrent dans le bois.

Ainsi s’écoula le reste de sa journée, la première qu’il passait sans se fourrer le nez dans ses bouquins incompréhensibles depuis longtemps. Après des centaines de tirs plus ou moins réussis, il parvint finalement à trouver une bonne prise sur les aiguilles qui lui permit d’en lancer plusieurs sans perdre trop de précision. Lorsque le soleil commença à se coucher, Zen décida d’effectuer un dernier exercice destiné à confirmer l’efficacité de sa technique : il créa plusieurs bushins qu’il fit s’éloigner de lui de plus de dix mètres et leur ordonna de se déplacer au hasard.
Evidemment, c’était lui qui contrôlait les clones et il lui était impossible d’à la fois les prendre pour cible et leur demander d’esquiver ses tirs, mais c’était le seul moyen qu’il avait de tirer sur des objets mouvants. Et puis ça lui donnait aussi l’occasion d’entraîner sa main gauche à former les signes les plus simples avec une dextérité de plus en plus impressionnante.

Lorsque vint la fin de la journée, le chuunin était épuisé physiquement, mais heureux d’avoir pu s’accorder cette pause mentale indispensable.


[+3 exp RP, +3 exp "tir mutiple"]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Dim 18 Mar - 19:21

Un vent glacial gifla douloureusement le visage du chunin alors qu'il se tenait debout à quelques mètres de la berge d'un des grands lacs qui cernaient Kiri. Il resta immobile un long moment, dos au rivage, fixant les environs avec intensité. Rien ne bougeait dans les arbres au bord de l'eau. L'air était absolument immobile, et pas le moindre bruit ne venait troubler le silence absolu qui régnait ici.

Zen se retourna et reporta son attention sur l'étendue d'eau. La surface, claire, n'était agitée d'aucun remous plus violent que ceux que pourraient produire les minuscules poissons qui vivaient près de la berge.


*pas là*

Alors où était il ?

Zen avait quitté le vieil homme à la terrasse de la fleur polaire depuis près de quatre heures. Il avait erré dans les rues de Kiri sans réel but, en proie à la confusion et cherchant à démêler les propos de cet étrange personnage. Aucun doute : il s'agissait bien d'un maître en genjutsu, et il lui semblait qu'il lui avait proposé son enseignement. Pourtant, la façon de se comporter du vieux, les sous entendus que ses phrases contenaient, et surtout son regard particulier n'inspiraient aucune confiance au chunin. La façon dont son unique œil l'avait fixé trahissaient une vivacité d'esprit sans pareil, une intelligence certaine, doublée d'une arrogance affolante.
Zen ne s'y trompait pas : à l'heure actuelle, le vieux n'avait pas plus d'estime pour lui qu'il n'en accordait au reste de l'humanité, et à en juger par les propos définitivement misanthropes qu'il avait proféré, ça n'était pas peu dire.

Puis, alors qu'il marchait au hasard des ruelles du village, un évènement surprenant était survenu. Lorsqu'il passa devant la devanture d'un des nombreux magasins de la rue marchande, il lui avait semblé apercevoir dans le reflet que lui renvoyait une vitrine une forme humaine vêtue de noir. Il s'était retourné, curieux, mais n'avait rien vu derrière lui. Intrigué, il avait continué sa promenade en se montrant cette fois ci particulièrement attentif aux reflets.

Bien sûr, il s'était demandé si tout ceci n'était pas le simple fruit de son imagination. Après tout, ses nerfs avaient été suffisamment mis à l'épreuve pour qu'il se mette à avoir ce genre d'hallucination. Il s'agissait de ne pas sombrer dans la paranoïa. Pourtant, il ne parvint pas à s'en persuader. L'écho des mots du vieil homme, ainsi que de ses derniers avertissements, résonnait toujours dans son esprit. Après tout, il pouvait très bien avoir un complice qu'il avait envoyé vérifier que le chunin respecte sa promesse de silence.

C'est alors que soudain, au niveau d'un croisement entre plusieurs ruelles, il avait à nouveau repéré la silhouette sombre devant lui. Celle ci se tenait, immobile, dans un renfoncement discret et ombragé. Lorsque Zen s'arrêta brusquement de marcher pour fixer la forme, cette dernière bougea un peu et le visage d'un homme apparut entre les plis d'une capuche aussi noire que le reste de ses vêtements, que le chunin distinguait maintenant clairement.

L'homme avait fixé Zen droit dans les yeux suffisamment longtemps pour qu'il puisse le reconnaître (ou du moins acquérir une idée assez précise de son identité) puis il avait disparu, comme ça, en un instant. Sa silhouette s'était progressivement fondue dans les ténèbres de l'alcôve, et la dernière chose que Zen put en voir fut le sourire malin qui se dessinait sur les lèvres de l'inconnu, ainsi que de son regard impassible en partie masqué par le reflet de ses lunettes exagérément larges.

Puis plus rien.

Zen s'était assuré que le renfoncement était effectivement vide, puis il avait repris sa route. Ainsi débuta un jeu de piste qui dura plusieurs heures et dont le décor fut le village de Kiri tout entier. Tantôt le chunin parvenait il à repérer le manteau noir de son poursuivant, tantôt celui ci apparaissait juste derrière lui, l'effleurait pour lui manifester sa présence, puis s'évanouissait à nouveau dans le décor. Mais la plupart du temps, Zen ne ressentait qu'une vague impression d'être observé et suivi, sans avoir la moindre idée de l'endroit d'où l'homme l'observait.
Et les rares fois où il avait l'occasion de lui adresser la parole, la silhouette se contentait de disparaître sans prononcer le moindre mot.

Epuisé par sa longue marche et agacé par ses échecs, Zen avait fini par décider se sortir du village, espérant que son poursuivant se montrerait plus bavard une fois qu'ils seraient seuls. Il lui était venu à l'idée qu'il serait aussi moins à l'abri d'une agression en l'absence de témoins, mais si ce type lui voulait vraiment du mal, il avait déjà eu mille occasions de passer à l'acte.

Et c'est ainsi qu'il s'était finalement retrouvé là, sur la berge du lac, à observer les alentours avec toute l'attention dont il était capable. Malgré sa perspicacité, il n'avait repéré aucun signe d'une autre présence que la sienne dans les environs, mais cela ne signifiait évidemment pas qu'il était seul. Il ne se faisait aucune illusion sur le niveau de son poursuivant.


*rencontrer deux maîtres dans la même journée, chacun dans sa propre discipline, je devrais me sentir flatté*

Rien ne se passa pendant de longues minutes. Zen continua de scruter chaque parcelle du paysage, sans succès.

Soudain, il remarqua quelque chose. Il crut d'abord à une hallucination due à la fatigue de ses yeux, mais à force d'observer la légère distorsion de l'air qu'il pouvait distinguer à quelques mètres de lui, il finit par acquérir la certitude qu'il ne s'agissait pas d'un tour de son imagination. Une fluctuation discrète agitait l'air devant lui, un peu comme au dessus d'un feu.


"- Restons en là, je suis fatigué de vos tours de passe-passe.

Une paire de lunettes apparut brutalement, flottant à un peu plus d'un mètre soixante du sol. Zen étouffa un hoquet de surprise devant ce phénomène improbable.

"- Vraiment ? Je trouvais ça amusant.

Et comme pour en témoigner apparut derechef un sourire, juste sous les lunettes ; deux lèvres formant un rictus malsain au milieu de rien. Zen resta stoïque. Cette journée lui avait apporté plus de surprises que de raison, et il s'efforça tant bien que mal de masquer la frustration qui perçait dans son ton.

"- Je sais qui vous êtes, inutile de recourir à ce jutsu ridicule.

L'homme ne releva pas le commentaire et se contenta de répondre sur un ton anodin qui rendit le chunin furieux :

"- Qui ?

"- Qui ? Vous êtes Eneshi, n'essayez pas de le cacher !

"- Qui est-ce ?

"- Vous.

"- Qui est "vous" ?

Le vieux lui avait déjà servi ses délires d'identité incertaine et Zen n'avait aucune envie de se casser la tête à démêler leurs énigmes. D'un geste habile, il forma plusieurs sceaux consécutifs et utilisa la morsure de l'âme à pleine puissance.
*Je suis en train d'attaquer une paire de lunettes, bon sang.*

L'offensive n'eut aucun effet, et l'homme se contenta de ricaner doucement. Un œil apparut derrière l'un des verres, mais celui ci ne trahissait aucun amusement.

"- Ce n'est pas comme ça que tu vas le trouver.

"- Qui ?

"- A nouveau cette question. Est elle si importante ?

Zen explosa :

"- Laissez moi tranquille, bordel ! Je vous ai déjà vu ! Vous êtes apparu de nulle part pendant l'attaque de suna, déblatérant vos conneries, disant que vous deviez nous "aider". Et regardez comment ça a fini !

Il montra son bras droit, protégé par une cape qu'il portait en permanence par dessus son membre blessé.

"- Et voilà que vous réapparaissez de nulle part, en même temps que l'autre cinglé ! Je n'ai pas la plus petite idée de ce que vous me voulez. Le seul truc que je comprends, c'est que vous n'appartenez pas à Kiri, et donc que je n'ai aucune confiance en vous !

"- Oh. Voilà une pensée bien rationnelle pour un esprit si fou que le tien.

"- Je ne suis pas fou.

"- Bien sûr que tu l'es ! Nous le sommes tous un peu, et toi, tu dois bien l'être pour t'adresser à une paire de lunettes !

Alors qu'il disait cela, sa bouche et ses lunettes s'évanouirent lentement, puis une main gantée apparut et braqua Zen d'un index accusateur.

"- Je maintiens que tu ne le trouveras pas comme ça.

Le chunin ne répondit pas. Il ne réagit même pas. Las, il se contenta de hausser les épaules, prêt à abandonner la partie et à rentrer chez lui, oubliant définitivement ces deux fous furieux.

La main fut rejointe par sa jumelle, et le verre gauche de la paire de lunette apparut progressivement à côté de l'œil droit de l'homme, flottant, bien visible, au milieu de nulle part.


"- Oh, je suis déçu. Je pensais que Shinji te l'aurait raconté. C'était une de ses histoires préférées pourtant, et je dois avouer qu'elle m'a beaucoup marqué le jour où il me l'a contée.

Une rangée de dents blanches se matérialisa dans l'air, sourire macabre et dérangeant. C'était la deuxième fois qu'un inconnu mentionnait le nom de son père en sa présence, et Zen commença à se demander si sa nouvelle position au sein du village n'allait pas lui attirer quelques ennuis.

"- Vous êtes fou, définitivement…

"- Oui, bien sûr, mais tu étais censé me demander comment je le sais.

C'est alors que Zen comprit ce à quoi referait l'homme depuis le début de leur dialogue. En effet, il se souvint d'un conte que lui avait raconté son père, quelques années auparavant alors qu'il n'était encore qu'un enfant. L'histoire mentionnait notamment un chat doué de parole un peu dérangé, capable de faire disparaître certaines parties de son corps à volonté. Comment s'appelait il, déjà ?



Ah oui !


"- Si vous vous prenez pour le chat de Cheshire, je dois en déduire que l'autre cinglé est en fait le chapelier fou ?
"- Ce qui ferait de toi le lièvre de mars, puisque tu as pris le thé avec lui il y a quelques heures.

Déboussolé, Zen ne trouva quoi répondre.

"- Mais tu te trompes, le vieil homme n'est pas le chapelier, c'est le lapin blanc.

Eneshi mit brutalement fin à son jutsu de dissimulation et son corps devint entièrement visible. Il était emmitouflé dans une ample cape noire qui cachait la majorité de sa personne, excepté son visage. D'ailleurs, ce qui troubla le plus Zen à propos de ce visage n'était pas tant la lourde paire de lunette qui le masquait en partie que sa jeunesse troublante. Eneshi devait être à peine plus jeune que son père, et pourtant son visage semblait totalement dénué de rides, comme si le temps n'avait eu aucune prise sur lui.

"- Enchanté de faire ta connaissance, Zen Azechi, mon nom est, en effet, Eneshi. Et bien que l'on ne m'ait plus appelé ainsi depuis une éternité, je veux bien que tu emploies ce nom.

Prit de court, le chunin ne parvint à bégayer qu'un discret "enchanté".

"- Alors, est-ce que tu comptes toujours le trouver ? Le lapin blanc, je veux dire.

[ouf, ce sera tout pour ce week end. J'étripe le premier qui me dit que je ne me donne pas de mal pour introduire mes pnjs :p ]

MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   Jeu 12 Avr - 15:52

La dernière question de l'homme en noir ne trouva aucune réponse, Zen se trouvant soudain bien las devant tous ces mystères. Le chunin était complètement indécis quant à la conduite qu'il devait adopter. Renonçant à toute prudence, il relâcha son attention d'Eneshi, baissa le regard et soupira un grand coup.

Mais les questions eurent tôt fait de revenir se bousculer dans sa tête : qui était réellement cet homme ? Quel lien y avait il avec le vieillard qui l'avait abordé à la terrasse de ce restaurant ? Et tout bien considéré, qu'est-ce qui lui assurait qu'il ne s'agissait pas d'un ennemi ? Après tout, il était face à un redoutable maître du déguisement et de l'infiltration, et il ne doutait pas un seul instant que s'il avait été capable de le repérer un peu plus tôt dans les rues, c'était uniquement parce que l'homme en question le voulait bien.


"- Tout va bien ?

Ceci étant, Eneshi ne faisait rien pour rendre la situation plus claire. Son visage juvénile semblait réellement préoccupé, et le ton de sa voix ne trahissait que la sincère inquiétude que lui inspirait le teint blême du chunin.
Ce dernier sourit (tout du moins … crispa un peu les lèvres)


"- Ca … va bien, oui.

Zen se tut, attentant que son interlocuteur en dise un peu plus sur lui même. Mais à mesure que les secondes défilaient, il dut se rendre à l'évidence : cet homme était au moins aussi énigmatique que le vieillard de toute à l'heure, sinon plus encore…

"- Bien … et si vous me disiez ce qui … ce que vous me voulez maintenant ?

Eneshi sembla se décrisper brutalement, comme s'il était soulagé de voir que Zen prenait enfin les devants. Pourtant, quelque chose dans son attitude dérangea le chunin. Il ne réussit pas à déterminer ce dont il s'agissait, mais il acquit la certitude que le comportement de son interlocuteur n'était pas complètement honnête.

"- Huh ? Pas grand chose en fait. A bien y réfléchir, je ne te veux rien. Je me demandais juste ce que tu avais pensé de la proposition de notre lapin blanc.

"- Ce vieillard…

Zen s'interrompit. L'homme devant lui n'avait manifestement aucune intention de l'attaquer, du moins, tant qu'il ne connaissait pas la réponse à sa question.

*j'ai autant me détendre et réfléchir calmement. Je peux peut être tirer quelques informations de ce clown*

"- Il n'aimerait pas qu'on l'appelle comme ça.

"- Alors comment dois-je l'appeler ? Il refuse de me donner son nom.

Eneshi hésita puis lança sur un ton guilleret, tout sourire :

"- Que pense tu de Usagi Shiroi ? Ca sonne plutôt bien, non ?

* Usagi shiroi … lapin blanc … celui ci non plus ne me donnera pas de nom*

"- Enfin … ce n'est pas comme si c'était réellement important, si ? Revenons plutôt au sujet qui nous intéresse. Vas tu, oui on non, accepter ses termes ?

Il était redevenu aussi sérieux qu'aux premiers instants. Zen remarqua alors ce qui le dérangeait depuis le début dans son attitude : le visage d'Eneshi semblait avoir la capacité de passer d'une humeur à l'autre sans la moindre transition, un peu comme s'il ne faisait que répéter un enchaînement prédéterminé d'expressions.

[color=blue] * Il ferait un piteux acteur. Je me demande ce qu'en penserait Ine ?*


"- Vous le connaissez bien. (ce n'était pas une question) Est-ce qu'il est réellement en mesure de m'apporter ce qu'il prétend ?

Comment avait il dit ça ? " l'ascendant sur tes congénères." … drôle de façon de formuler la chose.

"- En un sens oui. Toutefois, les paroles d'Usagi sont souvent énigmatiques, et je doute que tu sois en mesure d'en saisir toute la portée en cet instant, même si je te les expliquais en détail. Ce que je peux te promettre, et je pense que c'est ce qui te tiens le plus à cœur, c'est que cet homme est sans doute le maître genjutsu le plus doué présent dans ce village.

Il marqua une pause, savourant l'effet de ses mots sur le visage surpris du chunin.

"- Ce n'est pas un mauvais professeur non plus, je suppose… peut être un peu spécial dans son approche, je te l'accorde.

A nouveau, il se tut. Zen tenta de déchiffrer l'expression peinte sur son visage, en quête d'une éventuelle crispation qui traduirait un mensonge ou tout du moins une omission, mais celui ci restait désespérément neutre.

"- Soit, admettons que je choisisse de le suivre. Qu'est ce que …

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Eneshi l'interrompit brusquement : "- Très bien ! Admettons ! C'est tout ce que je voulais entendre, à vrai dire. Tu as encore le temps de te forger une opinion.
Puis, sans prévenir, ses mains agiles formèrent une série de sceaux à une vitesse affolante, si bien que Zen, pris au dépourvu, ne put en identifier aucun et n'eut aucune réaction.
Quelques secondes passèrent pendant lesquelles rien ne changea, puis soudain, le sol sembla s'affaisser sous le poids du chunin. Ses pieds commencèrent à s'enfoncer dans la terre, qui était devenue aussi molle que de la vase.


*genjutsu ?*

Il voulut s'adresser à Eneshi, mais il eut bien vite la désagréable surprise de s'apercevoir que l'homme en noir s'était à nouveau évanoui.

C'était la première fois que Zen se trouvait dans cette situation. Les marais aux alentours de Kiri étaient réputés pour le danger que présentaient certaines zones de sables mouvants, si bien que le chunin s'était toujours tenu à l'écart de tels endroits. Les conseils qu'on donnait couramment aux gens lui revinrent en mémoire : ne pas paniquer, ne pas trop bouger.

La vase lui arrivait presque à la taille lorsque la voix d'Eneshi se fit entendre. Mais d'où venait elle ? Curieusement, elle semblait provenir de … partout à la fois.


"- Tu as un certain talent en matière d'illusion, ça ne fait aucun doute. Mais je me suis dit que je devrais peut être t'enseigner une certaine technique qui te serait nécessaire si tu venais à recroiser le chemin d'Usagi. Il est surprenant que tu ne la connaisse pas déjà ceci dit…
"- On appelle ça le "Kai", ou technique de libération. Son unique but est de permettre à la victime d'un genjutsu de recouvrer ses esprits, mais elle a un prix.


*abrège !*

La viscosité du sol était manifestement largement supérieure à celle d'un marais, car Zen s'y enfonçait bien plus rapidement qu'il ne l'aurait pensé.

"- Son principe est simple, il te faut libérer une certaine quantité de chakra dans tes centres nerveux de façon à contrer les effets de la technique adverse. Il n'y a rien de bien mystérieux, en vérité, le kai est un réflexe naturel de ton corps qui lutte normalement contre l'illusion. Il te faut juste apprendre à domestiquer et à amplifier ce réflexe. Il est donc théoriquement inutile de former quelque sceau que ce soit, quoique l'utilisation intelligente d'un signe qui te permettrait de mieux régulariser tes centres de chakra devrait pouvoir t'aider à optimiser la technique.

A ce moment, seul le visage du chunin dépassait encore du sol, et bien qu'il parvenait à rester assez concentré pour comprendre les paroles d'Eneshi, la panique le guettait alors qu'il se sentait étouffé par la masse de terre qui l'entourait.

"- Afin de forcer ton corps à se rebeller contre l'emprise du genjutsu, il peut être nécessaire de le blesser, afin que la douleur le fasse sortir de sa torpeur. Tu devrais essayer … vite.

Sans réfléchir un seul instant, Zen se mordit violemment la lèvre. Un mince filet de sang glissa doucement sur son menton, alors qu'une violente douleur l'empêchait de s'arracher définitivement la peau.
Et soudain, l'espace d'un instant, il se vit lui même, debout sur un sol tout à fait ferme et solide. Cette impression fugitive le déconcerta dans la mesure ou elle entrait évidemment en conflit avec la situation dans laquelle il croyait se trouver, mais elle suffit à lui faire retrouver son calme.

Alors, petit à petit, le sol visqueux sembla perdre sa réalité. La masse qui entravait les mouvements du jeune homme se fit plus lâche, jusqu'à ne plus exister du tout.

Lorsque Zen ouvrit à nouveau les yeux, il se tenait debout, à l'endroit même où il avait été frappé par le genjutsu. Il balaya le paysage du regard, mais Eneshi avait purement et simplement disparu.
Une voix fantomatique brisa le froid silence des abords du lac :


"- Notre lapin blanc a indubitablement plus d'un tour dans son sac, mais rappelle toi surtout qu'en tant qu'habitant de ce monde étrange, il est aussi fou que le chat, le lièvre ou le chapelier…"

[Zen : +6 exp RP, +3 exp "kai"]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Entraînement de Zen Azechi   

Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Terrains d'Entraînement-