Partagez | 
 

 Porte Sud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Porte Sud   Jeu 20 Juil - 4:12

[Je te laisse un peu RP avant de lancer ta mission.]

MessageSujet: Re: Porte Sud   Sam 22 Juil - 21:00

[Toyotomi]
"Nous y voilà enfin..."

Annonça le Jounin à son équipe.
Toyotomi avait le visage clair et plutot inoffensif, pourtant il n'en était rien.
Véritable fanatique à la cause du village du Sable, Toyotomi se montrait parfois cruel et sans pitié mais la venue de Satsushiki aux commandes du village lui fit revoir sa politique.


[Toyotomi]
"Bon, le signal a été donné. Je vais vous demander de fonctionner indépendamment. L'objectif, attirer et retenir un maximum de troupes, le plus longtemps possible."

Les trois Ninja approuvèrent sans discuter.

[Toyotomi]
"Zanryuu, tu iras sur le flanc Est. Kogame, le flanc Ouest. Nagamaru, tu iras avec moi, tu es le plus jeune et le moins expérimenté, nous prendrons le Centre."
"L'équipe Rédemption est déjà en activité. Les combats ont commencé sur les bords du port, tout à l'air de marcher, pour le moment."
"Lancer une attaque maintenant divisera leur force... Frappons fort! Frappons juste."


[Zanryuu] [Kogame] [Nagamaru]
"Gloire à Suna!"

Zanryuu et Kogame partirent dans des directions opposées selon les directives de leur Jounin et supérieur, Toyotomi.
Pendant ce temps, Nagamaru se préparait et Toyotomi commençait à concentrer du Chakra.


[Toyotomi]
"Ton baptême du feu Nagamaru."
"J'espère que tout ce que je t'ai enseigné te servira. Ne t'éloigne pas de moi et ne prend aucun risque inconsidéré."


[Nagamaru]
"Bien Toyotomi sama!"

Les deux personnages s'enfoncèrent dans les ruelles portuaires de Kiri alors que sur le port même, le combat faisait rage.

MessageSujet: Re: Porte Sud   Lun 24 Juil - 18:59

Le chunin se déplaçait dans les ruelles aussi vite qu'il en était capable. La nouvelle venait de tomber : l'attaque était imminente. Il avait été envoyé à la porte sud avec pour mission de bloquer l'avancée sunéenne, et s'y rendait à présent, la gorge nouée et le sang battant à ses tempes. La situation, totalement nouvelle pour lui, ne provoquait aucune panique chez lui, mais il ressentait tout de même une forte appréhension à l'idée de ce qui allait arriver. Il se sentait prêt à affronter la mort, la sienne ou celle de ses alliés, mais il n'était pas certain de pouvoir la provoquer sans hésiter...

*on verra*

Et que pouvait il faire d'autre que se dire ça ? Il était trop tard pour renoncer, trop tard pour se préparer, il allait devoir jouer les cartes qu'il avait en main. Et comme il aimait se le répéter, il ne sert plus a rien de stresser après que les cartes ont été distribuées.

Un bruit retentit sur sa gauche, deux silhouettes l'interrompirent dans sa course et se plantèrent devant lui. La première était un jeune homme au visage calme et, autant qu'il pouvait en juger, assez séduisant. Il était grand, les cheveux sombres, plutôt athlétique et équipé dans le plus pur style minimaliste des spécialistes du Taijutsu. La seconde s’avéra être une femme d’âge un peu plus mur, probablement la trentaine, au moins aussi musclée mais nettement mieux armée que l'homme.


[Jeune homme] "Chunin Zen Azechi ?"
"Ouais...et vous ?"
[Jeune homme] "Appelle moi Saito, et voilà Akane. On a aussi été déployés au niveau de la porte sud. On nous a dit de te retrouver et de faire équipe avec toi. Une quatrième personne nous attend déjà là bas.
"Et vous, quel grade ?
[Akane] "Chunin. Ne perdons pas plus de temps.

Les trois se remirent en route sur le champ et prirent la direction du sud. Zen remarqua tristement que ses deux nouveaux compagnons allaient nettement plus vite que lui ... peut être avait il un peu trop négligé son entraînement physique en fin de compte. Il trouva néanmoins le souffle nécessaire à engager une discussion pendant leur course.

"- Qu'est ce que vous savez d'autre sur la défense de la porte ?
"- Pas grand chose. On sera cinq dans un premier temps, puis les renforts arriveront. La plupart des jounins sont occupés sur la porte principale à cause de la concentration des forces ennemies.
"- Ouais, mais si c'est qu'une diversion et qu'ils passent par le sud, qu'est ce qu'ils veulent qu'on fasse à 5 ?
"- Ce n'est pas une diversion. Le Kazekage est là bas.

La jeune femme s'était exprimée avec une certaine angoisse, comme si elle avait redouté la personne dont elle prononçait le grade. Accordait elle une si grande importance au rumeur qui circulaient sur lui, ou avait elle pu voir quelque chose par delà les murs de Kiri no kuni ? La question n'était pas pertinente, l'essentiel étant que si le chef sunéen se dirigeait vers l'entrée principale, il les laisserait tranquilles au sud.

"- Vaut mieux faire les présentations maintenant, non ? J'ai le grade de chunin depuis quelques années. Je suis spécialiste du combat à main nu, préférant les duels aux mêlées. Je suis plutôt rapide et précis, mais ne me demandez pas de tirer des projectiles...
"- Ok, moi j'ai été promu chunin la semaine dernière. (il sourit en admirant les visages plus ou moins confiants des deux autres) Spécialiste genjutsu, pas très mobile mais débrouillard. J'ai une bonne endurance au niveau du chakra et je vise plutôt bien.
Il se retourna vers Saito, et lui lança d'un air espiègle : "Par contre je vaux pas tripette au corps à corps...
"- On dirait que je suis la plus expérimentée ici. Je suis spécialiste du déplacement sur tout type de terrain, et j'ai reçu un entraînement poussé en matière d'armement. J'ai aussi des bases solides de ninjutsu élémentaire...

Des schémas de placements se traçaient déjà dans la tête du jeune chunin, qui ne doutait pas de la vérité de toutes ces affirmations. Ses deux compagnons n'avaient aucun intérêt à fanfaronner sur leurs capacités véritables. En fait, il ne lui manquait qu'une carte de la zone à défendre et un peu plus de temps ... ainsi que d'une certaine autorité : il n’imaginait pas comment imposer ses idées devant deux autres chunin de niveau probablement supérieur.

Ils arrivèrent en vue de la porte et de la zone portuaire environnante.


"-Là bas.
Elle pointait une silhouette assez frêle, cachée par quelques buissons et à l'abri d'une attaque provenant du sud, dans l'encadrement d'une porte d'entrée. "- Je pense que c'est la quatrième"
La jeune fille sursauta en voyant Zen et Saito l'aborder par surprise (Akane étant restée en observation sur un toit). Saito la fit taire d'un geste rapide de la main, et lui demanda d'un ton sévère ce qu'elle savait de la situation. De son côté, Zen s'inquiéta de constater que la jeune fille ne devait pas avoir plus de treize ou quatorze ans, autrement dit qu'elle ne dépassait surement pas le grade de genin.
Quelques questions suffirent à confirmer ses doutes. Hitomi était effectivement un genin spécialisé dans la médecine...

Apparemment, la porte avait déjà été forcée. L'un des chunins de garde était porté disparu, tandis que l'autre avait déjà rejoint une autre équipe de défense dans un endroit plus "chaud", ce qui laissait toute la zone sous la responsabilité de trois chunins et un genin, plus ou moins expérimentés, plus ou moins adaptés à ce genre de situation.


"- Ils sont déjà dans la ville, mais probablement pas trop nombreux. Tu crois qu'ils cherchent à faire une diversion ?
"- Une diversion qui viendrait après l'attaque principale ? Improbable. Mais disperser quelques rats pour occuper un maximum de chats, c'est plus envisageable. Ou bien ils ont un autre objectif dans le coin...
"- Tu penses qu'ils sont forts ?
"- Des bébés rats n'amuseraient pas longtemps un chat efficace... J'ai peur qu'ils ne soient difficiles à trouver, et au moins autant à tuer.

Ce dernier mot laissa un goût amère dans sa bouche.
* Kiri est elle toujours si faible qu'elle ne puisse pas défendre efficacement tout son territoire ? Je veux bien croire que le Kazekage soit fort, mais il ne faudrait pas négliger le reste des troupes...*

"- Hitomi, tu connais sûrement mieux la zone que nous, tu peux nous faire une rapide description ?
La jeune fille s'efforça de se maîtriser, puis s'exprima à toute vitesse... elle était apparement terriblement nerveuse.

Ainsi, ils apprirent que l'ensemble des constructions qui entouraient la porte sud étaient des entrepots affiliés au port, qui se situait un peu plus à l'Est. La plupart n'étaient pas fermé ou gardés, et constituaient autant de cachettes possibles pour des intrus indélicats. Quelques centaines de mêtres avant la porte se trouvaient plusieurs silos destinés à entreposer les denrées périssables importées telles que des céréales. En cette période de l'année, ils devaient être pratiquement vides, attendant les premières livraisons de l'été. Enfin, l'un des phares qui guidaient les bâteaux lors de leur entrée dans le port se trouvait en contrebas et dominait la zone. Celui ci non plus ne devait pas être extremement bien gardé...


"-Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Cet endroit est un cauchemar à garder ! Bon, au moins, on aura pas trop de civiles dans les pattes avec cette alerte de guerre... Bon, on se sépare ? Zen, on va couvrir les entrepôts. Akane et la gamine, vous allez à l'est. Vérifiez le phare.
"- On va se faire bouffer si on agit comme ça. En plus, Hitomi n'est pas capable de suivre Akane, et elle n'est pas formée au combat de rue. *moi non plus d'ailleurs* Il vaut mieux se trouver une base, y laisser le médecin en secours et en observation et forcer les ennemis à se montrer. On est sûrement en infériorité numérique, et on est obligé de jouer le même jeu qu'eux si on veut s'en sortir.

Zen se doutait que ce problème surviendrait. Il était encore trop jeune pour exercer la moindre autorité sur d'autres chunins plus âgés. Il était sur le point de se résigner à adopter la tactique dangereuse de Saito lorsqu'il entendit, non sans surprise; celui ci s'accorder avec lui.

"-Ok, on va faire comme tu dis, mais quelques clones ne seront pas de trop pour ce genre de technique. Le premier silo, là bas, est le point central de la zone à couvrir. Akane, tu t'embusques et tu nous couvres. rejoins nous quand on est arrivés là bas. Vous deux, pas trop fatigués j'espère, parce que vous allez devoir piquer le sprint le plus rapide de votre vie ! GO !

Ils s'élancèrent vers la forme arrondie du silo.
Pendant leur course, le jeune chunin eut la désagréable sensation d'être observé...

MessageSujet: Re: Porte Sud   Mar 25 Juil - 14:30

[Toyotomi]
"Equipe Chaos au rapport."
"Nous avons prit position dans le port de Kiri mais pour le moment, rien ne semble s'agiter... J'ai un mauvais pressentiment."
"Nous sommes en terrain inconnu, ils connaissent le port par coeur... Restez sur vos garde."
"Qu'en est il de votrre côté équipe Rédemption?"


Un bourdonnement prit place suite à la question du Jounin.
Personne ne répondait sur le coup. Quelques secondes furent nécessaire pour enfin en entendre une.


[Equipe Rédemption]
"Le combat a déjà commencé... *pshhhhhhhhhhhhhhhht*."
"Nous *pshhhhhhhhhhhhhht* tenons bon pour le moment..."


[Toyotomi]
"Continuez comme ça! Nous allons nous enfoncer plus profondemment dans le port pour y dénicher nos adversaires."
"Il s'agit d'inverser les rôles... Nous allons nous amuser un peu."


Dit il en se retournant vers Nagamaru, surpris par ce changement de comportement chez son professeur.

[Toyotomi]
"Suis moi Nagamaru et fais bien attention."

[Nagamaru]
"Bien Toyotomi sama."

Les deux Ninja accélérèrent le pas, jusqu'arriver dans les docks, là, la configuration ne permettait pas un déploiement de puissance nécessaire à la réalisation de quelconque justu élémentaire.
Là, il pourrait faire parler son potentiel en Taijutsu.


[Toyotomi]
*Exploiter l'environnement à son avantage, voilà la première leçon.*
"Nagamaru, réalise des Kage Bunshin et sert en d'appat pour mener nos adversaires dans cette zone."

Nagamaru s'executa un Kage Bunshin à qui il ordonna de s'enfoncer dans les ruelles portuaires de Kiri et d'y dénicher des adversaires.
Il fallait absolument feindre le combat, simuler des esquives pour attirer lentement son adversaire dans la zone désirée
.

[Toyotomi]
*Nagamaru. Je t'ai spécialement formé pour cela.*
*Tu disposes de toute les qualités pour tenir bon et soutenir tes camarades, tu es un pilier de mon stratégie. Tu ne le sais pas et je ne souhaite pas te le dire au risque d'influencer ensuite tes pensées.*
*Reste le même.*


Toyotomi serra les poings en vigueur, faisant craquer ses poings.
Le Jounin n'arborait aucune arme de corps, seulement une série impressionnate de Kunai, déposés dans ses sacoches, et en bandouillère.


[Toyotomi]
"Attend Nagamaru!"
"Moi aussi je vais créer du Kage Bunshin, ainsi, nous pourrons attirer plus d'adversaires."


S'exécutant, Toyotomi créa 2 Kage Bunshin qui allèrent suppléer celui de Nagamaru qui avait déjà commencé à s'éloigner.

Le Jounin regarda son élève et lui adressa quelques dernières paroles...


[Toyotomi]
"Va te nicher sur les hauteurs des batiments."
"De mon côté, je me cacherais plus bas pour prendre à revers nos cibles... De ton côté, tu abattras tes Genjutsu sur les fuyards et tout ce qui entrera dans ta capacité de verrouillage."
"Bonne chance."


Il lui tendit la main, serrant le poing, Nagamaru fit de même, frappant le poing de son Jounin vers le bas. Toyotomi faisant immédiatement de même après.
Les deux Ninja se séparèrent tandis que pendant ce temps...


[Zanryuu]
*Pas le moindre bruit. Ce n'est pas normal... C'est un silence de mort.*

Concentré, Zanryuu avançait lentement, persuadé que quelqu'un l'observait puis tout à coup, l'espace d'un instant, la pluie cessa de tomber, les particules d'eau en lévitation s'amassèrent en un énorme tas qui prit une forme de dragon, fonçant droit dans sa direction.

[???]
"Suiton! Suiryudan!!"

D'un agile pas de côté, Zanryuu évita le gros de l'attaque qui l'avait frolé, déchiré une bonne partie de sa tenue de combat.
Il releva immédiatement la tête pour localiser la personne responsable de cela, et celle ci se tenait devant elle, sans bouger.


[Zanryuu]
"Alors c'est toi qui veut t'amuser avec moi."
"Montre moi donc ce dont tu es capable mon petit."


[???]
"Tu parles trop Sunéen! Agis!"

[Zanryuu]
"Parfait!"

A peine eut il fini que des vents d'un rare violence se levèrent autour de lui, repoussant toute la pluie qui lui était adressé.
Tel un duel élémentaire, le Kiréen fit de même s'entourant de masse aqueuse en quantité... Puis le Sunéen disparut, enfin se déplaça à une vitesse telle qu'il était difficile de voir le déplacement.
Apparaissant devant le Ninja de Kiri qui venait de finir son Jutsu, entouré d'eau, tel un bouclier, le Sunéen frappa lourdement la surface de cette protection, traversant à la grande surprise du Ninja de Kiri, ce bouclier aqueux.
Il vola à quelques mètres de là mais l'assaut n'était pas terminé. Le Sunéen était déjà sur lui prêt à frapper de ses poings car tel était son art, le Taijutsu mais cette fois ci, son poing enfonça littéralement sa cible qui disparut sous un épais nuage de fumée.


[???]
"C'est ici que ça se passe Sunéen."

[Zanryuu]
"Je sens que je vais m'amuser!"

Le Chunin de Suna remarqua néanmoins le filet de sang s'écoulant de la bouche du représentant de Kiri. Il avait frappé juste lors de sa tempête de Suna... Il avait réduit à néant une copie mais ce n'était pas pour autant fini.

Empoignant un Fuma Shuriken, il le lança avec une force incroyable, enouré d'une enveloppe de Chakra, il fusa en direction du Kiréen qui s'écroula en une forme aqueuse pour ne devenir qu'eau ensuite.
Le Fuma Shuriken s'enfonça profondemment dans le bois, à tel point, que la moitié y était figé.


[???]
*Ce ne sera pas une partie de plaisir.*
*Il est fort et malin... Je ne vais pas tenir longtemps s'il continue comme ça. J'espère que ses réserves de Chakra sont limitées.*


Quant à Kogame, il avançait toujours, plus profondemment dans le port de Suna.

MessageSujet: Re: Porte Sud   Mar 25 Juil - 15:11

[Satsushiki (Toyotomi), Zen : +6 EXP RP]

MessageSujet: Re: Porte Sud   Mar 25 Juil - 23:40

Comme prévu, le silo était presque vide. Il mesurait une douzaine de mètres de hauteur, pour un diamètre de six ou sept, et un escalier exterieur assez fin permettait d'acceder à son sommet. Une chelle metallique reliait l'ouverture en hauteur au sol à l'interieur. C'est là que se trouvaient la jeune Hitomi et Zen, épuisés après leur course soutenue.

"- On est d'accord, tu restes cachée ici tant qu'il n'y a pas de danger. Tu peux monter à l'echelle pour vérifier les environs mais tu ne sors pas, OK ? Si quelqu'un est blessé, il viendra directement ici. Je te conseille d'embusquer un de tes clones dans le bâtiment en face pour couvrir l'entrée du silo...

La voix excédée de Saito leur parvint : "- Azechi, grouille toi ! On a pas que ça à faire !"

"- Surtout tu ne paniques pas. A plus tard !

La jeune fille n'avait jamais protesté lorsqu'il lui avait présenté son plan de la laisser en arrière, ce qui avait permis au chunin de déduire qu'elle ne se sentait pas à l'aise en situation de danger. D'autre part, l'agitation continuelle de la genin l'inquietait et il craignait qu'une guerrilla urbaine représente un trop gros poids pour ses nerfs.

Voilà tout ce qu'il pouvait faire pour elle, maintenant venait le temps d'entrer pour de bon dans le conflit. Il se retourna vers l'echelle et eut un violent mouvement de recul lorsqu'il s'aperçut qu'ils n'étaient plus seuls à l'interieur !
L'homme qui se tenait devant eux n'avait rien de vraiment impressionant. Il était fin, un peu plus petit que Zen, et il était vêtu d'une cape particulièrement ample qui couvrait la totalité de son corps. Sous la capuche, ses yeux étaient grossis d'une façon presque ridicule par des lunettes d'un diamètre impressionant. Pour ce qui en était visible, son visage n'exprimait aucune émotion particulière, on aurait presque dit un masque de cire inerte...
Dernier détail, pour le moins étrange : il ne portait aucun bandeau apparent.


"- OH ! Tu remontes oui !

Zen ignora l'agacement de son coéquipier pour se concentrer sur le nouveau venu qui, s'il n'avait rien d'un allié potentiel, ne semblait pas non plus hostile. Il n'ignorait pas non plus qu'il ne disposait pas de beaucoup de temps. Il se hasarda à demander :

"- Renfort ?
"- Si on veut...

Son ton était aussi neutre que son visage, si bien qu'il inspirait un certain malaise aux deux jeunes ninjas.

"- On m'a demandé de vous aider, dans une certaine mesure.
"- Vous avez quel grade ?

L'homme marqua une pause, un silence qui sembait confirmer les soupçons de Zen quand à son absence de bandeau. Mais son regard restait parfaitement indechiffrable.

"- Niveau de jounin.
*Il a dit "niveau", pas "grade". Ce type n'est pas, ou plus, de Kiri... qu'est ce qu'il fiche ici ?*

La question était surement complexe et demanderait de nombreuses explications, mais il savait qu'il n'avaient pas le temps pour ça. De toute façon, s'il avait vraiment le niveau d'un jounin, il aurait pu l'abattre sur le champ s'il avait été dangereux. Les circonstances faisaient qu'il avait plutôt interêt à lui faire confiance.
Alors qu'il se jetat sur l'echelle et en aggripait fermement les barreaux, il se décida à poser une dernière question.


"- Qui vous a demandé de nous aider ?
"- Shinji...

Le chunin s'arreta brutalement. Le souvenir de son père lui parlant de son ancien coéquipier, du temps où il était encore un jounin. Le plus jeune des trois, reservé, timide et parfois timoré, toujours dans leur ombre. Un jeune garçon dont les énormes lunettes laissaient apparaitre un regard des plus serieux. Un apprenti genjutsu au potentiel encore inexploité à l'époque.

"- Eneshi ?
"- Plus tard... Concentre toi sur la situation présente.

Zen sentit un courant d'air alors qu'une ombre le dépassait et volait vers la sortie à une vitesse impressionante. Il monta les derniers echelons rapidement.
En haut, il trouva Saito en pleine discussion avec Eneshi. Ce denier lui expliquait que les ennemis s'étaient dors et déjà déployés dans les docks. Il pouvait repérer la présence d'une dizaine de personne, mais pensait à une utilisation de clones. C'était prévisible, les clones consistants représentaient un support idéal pour tendre des embuscades dans ce genre de situation.
Lorsque l'homme à l'ample cape se retourna, Zen remarqua un bandeau de Kiri noué autour de son cou. Il décida de ne pas faire remarquer ce détail à haute voix.


"- Vous pouvez pas nous dire combien sont des clones ?
"- Pas à cette distance. En revanche, je viens de percevoir les echos d'une bataille.
"- On est pas censés être les seuls sur les lieux pour le moment ?
"- Hitomi a parlé d'un chunin disparu. S'il a pu se cacher pendant l'attaque, pas étonnant qu'il cherche à les prendre à revers maintenant. On devrait aller l'aider.
"- Il est trop loin pour le moment. Vous devrez traverser les docks avant d'arriver au lieu du combat. Montrez vous prudents, car le lieu est un vrai nid de guêpes.
"- Zen ?

Le chunin s'accorda un instant de reflexion.
"- Où est Akane ?
Saito désigna un point précis en contrebas, et Zen put remarquer une silhouette ebusquée à l'envers sous le bord d'un toit
"- Cette fille va vraiment partout. Elle a déjà créé plusieurs clones et couvre la zone.
"- Bon, on devrait creer chacun un clone. On va prendre les deux rues principales et avancer. Mon clone va avec toi, et le tien avec moi, comme ça, en cas d'attaque, c'est le clone qui encaisse et l'autre peut operer un repli ou profiter de son avantage selon la situation. Akane nous couvre tous les deux à partir des toits. Ca te va ?
"- Moui, mais tu vas nous ralentir.
"- Vaut mieux être trois lent que deux rapide et un à la traine. En plus, on ne sait pas où ils sont, alors à quoi bon se presser ? Le chunin va devoir attendre un peu...
"- Voyons ce qu'en pense notre ami ...

Eneshi s'était évaporé. Le silence s'établit pendant un moment. Puis Saito haussa les épaules et invoqué un clone, il fut bientôt imité par son coéquipier.

"-Allons y. Je te laisse prévenir Akane de la formation à adopter.
"- Je suis sûr qu'elle sera ravie de pouvoir gambader sous les toits à sa guise...

Ils se jetèrent du haut du silo et se rattrapèrent prestement en bas, puis les deux groupes se séparèrent dans deux rues différentes.

"- Mais te fais pas de bile, je l'ai vue s'entrainer, et elle vise vraiment bien. Même si tu la vois pas près de toi, souviens toi qu'elle utilise aussi des armes de longue portée. C'est assez exotique mais son espèce de branche courbe et flexible à laquelle elle a noué un fil elastique fonctionne vraiment bien, même à plus de trente mêtres !
"- Je connais pas beaucoup de ninjas qui tirent à l'arc. Un peu trop encombrant.
"- Un arc hein ? Encombrant mais redoutable...

Ils coururent un moment, puis leur première cible apparut à l'un des deux groupes. Au détour d'un croisement, ils aperçurent un sunéen à un peu plus de soixante-dix mêtres devant eux. Celui ci avançait dans leur direction et les repéra sur le champ, le conflit frontal était inévitable.

*Akane ne se montrera pas tout de suite. La zone est complêtement dégagée, si embuscade il y a, on devrait pouvoir s'en sortir*

Saito s'arreta un bref instant pour composer les signes du clonage inconsistant, puis il s'élança et dépassa prestement son collègue. Zen, pour sa part, dégaina ses plus petits projectiles et continua d'avancer jusqu'à se trouver à portée. Il ne comptait pas blesser son adversaire, mais plutôt le forcer à esquiver et à se retrouver dans le champ d'action du maitre Taijutsu.

*ça va vraiment vite. Mais tant que je garde mon calme, tout ira bien.*

De son côté, Eneshi se trouvait sur l'un des plus hauts toits des entrepots. Il observait la scène, son regard semblant percer chacune des parois metalliques. Il n'avait pas vraiment l'intention de prendre part au combat, mais on lui avait demandé une faveur, et il n'avait eu aucune raison de la refuser. La plupart des ninjas dispersés par Suna semblaient être à égalité avec le petit groupe détaché par Kiri, mais il devait tout de même prendre garde au jounin. C'était probablement le plus dangereux, et le seul qui requerrait sa présence, du moins pour un temps...


Dernière édition par le Mer 26 Juil - 13:33, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Porte Sud   Mer 26 Juil - 10:14

Elle était exaspérée. La kunoichi était forcée de progresser avec lenteur, car elle ne devait pas se faire repérer. Allié ou ennemi, elle n’était de toute façon pas la seule à utiliser la voie des toits. Depuis plusieurs minutes, elle se posait une question : est-ce que certains shinobi avaient la possibilité de sentir si quelqu’un utilisait son chakra ? Elle n’avait pas de réponse à cette question, mais par crainte évitait de s’en servir.

[Chihiro] * C’est certainement stupide… Enfin, je ne suis plus très loin de la porte sud à présent, c’est ce qui compte… *

Elle en avait vu, des ninja venant de Suna, qui avançaient dans les ruelles labyrinthiques de Kiri. La pluie battante était d’une aide précieuse. Bien que sa marche soit silencieuse, Chihiro était certaine de ne pas être entendue, couverte par le bruit des gouttes d’eau qui rebondissaient sur les toits. Cependant, ce qui était valable pour elle était aussi valable pour les autres. Ainsi, la jeune fille était constamment sur ses gardes, prête à bondir pour se cacher à la moindre alerte. La brume s’était levée, et la chunin se doutait que ce serait un obstacle supplémentaire qui ralentirait et gênerait l’envahisseur. Les Kiréens avaient l’habitude de se déplacer avec un champ de vision aussi réduit, c’était un avantage certain.
La kunoichi s’interrogeait sur l’avenir de la fillette masquée. Qu’avait-elle choisi ? Qu’était-elle devenue ? Et surtout, qu’est-ce que son maître avait derrière la tête ? Que voulait-il faire pour l’avoir renvoyée ? Ce qui était certain, c’est que la kunoichi lui demanderait des comptes… Plus tard. Quand la guerre sera terminée et le village à l’abri. Il ne pouvait en être autrement, la jeune fille n’arrivait même pas à envisager une défaite : Kiri serait défendu vaillamment par tous les shinobi qu’il accueillait.
Toute à sa réflexion, elle aperçut tardivement une ombre qui se dirigeait vers sa direction. Elle retint son souffle, se maudissant de ne pas avoir été plus attentive. Les extrémités du toit étaient trop éloignées d’elle pour qu’elle ait le temps de les atteindre. Elle entendit un halètement : apparemment la personne qui courrait ne prenait pas garde à ne pas se faire remarquer. La chunin s’arma d’un kunai et s’approcha en direction de l’inconnu, pour se retrouver nez à nez avec… un étudiant ! Celui-ci la regarda comme si elle était le Kazekage en personne, et Chihiro eut un sourire.


[Chihiro] « Calme-toi ! Je suis la chunin Chihiro Sanada. J’ai besoin d’informations. Que t’arrive-t-il ? » demanda-t-elle d’une voix douce, espérant apaiser les frayeurs du garçon.
[Etudiant] « J’ai vu… J’ai vu des choses horribles ! Shinzo-sensei est mort ! Un médecin borgne l’a tué ! Je… Je ne veux pas mourir ! »
[Chihiro] « Es-tu sûr de ce que tu affirmes ? » insista la jeune fille, interloquée. « Shinzo-san est mort ? »
[Etudiant] « O.. Oui ! Je l’ai vu ! »
[Chihiro] « Et sais-tu ce qui se passe vers la porte sud ? Es-tu passé par là ? As-tu vu d’autres ennemis ? »
[Etudiant] « Non… Je sais juste que le chunin Zen Azechi y a été affecté. Que dois-je faire maintenant ? »
[Chihiro] « Bien… » Elle continua après un instant de réflexion. « Pour ta part, tu dois continuer la mission qui t’a été donné, et te battre en véritable shinobi. J’ai peur, moi aussi, très peur, mais je n’hésiterai pas à me donner corps et âme pour la sauvegarde de Kiri. Tu ne dois pas te laisser guider par tes craintes. Que t’a-t-on enseigné à l’académie ?! »
[Etudiant] « Et bien… ce que vous venez de dire, Chihiro-san. » commença le gamin piteusement. « On m’a dit de rejoindre l’équipe médicale, car je me suis spécialisé dans la médecine et je suis apte à prodiguer les premiers soins aux blessés. Je ne sais plus où je suis… L’équipe est censée se trouver non loin de la porte principale, là où le plus gros de l’attaque est porté. »
[Chihiro] « Ce n’est pas difficile, alors. La porte principale se trouve là-bas » indiqua la kunoichi en pointant son doigt vers la bonne direction. « Avance avec prudence, et cache-toi en cas de danger. Fuis le combat, tu n’es pas encore de taille. Mais toute aide est bonne à prendre, ne t’avise pas d’échapper à ton devoir. »

Le jeune garçon hocha la tête, l’air plus assuré, et souhaita bonne chance à la kunoichi, après l’avoir remerciée. Celle-ci reprit son périple, néanmoins elle cheminait avec plus de vitesse. Au bout d’une dizaine de minutes qui lui parurent désespérément longues, elle atteignit enfin la porte sud, cernée d’entrepôts qui offraient une multitude de cachettes. Elle s’allongea sur le bord d’un toit, ses yeux s’étrécissant tandis qu’elle cherchait à apercevoir son compagnon, Zen. Elle ne le connaissait pas bien, moins que Darok, mais le jeune homme lui avait tout de suite inspiré confiance, devinant son esprit vif et critique camouflé par sa nonchalance. Levant les yeux, elle aperçut un homme presque en face d’elle, sur un toit plus élevé. Elle ne le connaissait pas, et n’arrivait pas à distinguer un quelconque bandeau. Dans tous les cas, s’il restait à portée de vue, c’est qu’il devait être assez puissant pour affronter les ennuis que pouvait lui apporter le fait d’être vu. Moins qu’il soit inconscient, toutefois ça n’avait pas l’air d’être le cas. La kunoichi garda un œil sur lui, sachant qu’il pouvait lui aussi la voir, et s’efforça de trouver son compagnon d’arme sans succès jusqu’à présent.

[Chihiro] * Et encore, le plus dur ne va pas être de le déceler, mais de le rejoindre…*


[Si quelque chose ne va pas, envoyez-moi un MP, je changerai ! Je ne savais pas trop comment débarquer... ^^]


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: Porte Sud   Ven 28 Juil - 23:26

Toujours face au Kiréen, Zanryuu laissait parler sa puissance, plongeant une nouvelle fois sur sa cible qui ne parvenait pas à inverser la tendance, subissant les assauts incessants du maitre Taijutsu de Suna.
Chacun des frappes enfonçèrent peu à peu le clou jusqu'à sentir une grosse baisse de régime chez le Kiréen.


[Zanryuu]
"Alors, on fatigue?"

[???]
"Ferme là et combat jusqu'à la fin! Ce n'est pas terminé!"

[Zanryuu]
"Pas terminé...? Voyons voir ça!"

Le maitre Taijutsu concentra alors une énorme quantité de Chakra en son poing pour finalement l'abattre sur sa cible qui s'effondra à nouveau en une flaque d'eau.

[Zanryuu]
*Il commence à m'énerver à vouloir cloner sans cesse.*

Quand tout à coup.

[???]
"Suiton! Daibaku no Jutsu!"

Surprit, Zanryuu ne put esquiver l'attaque mais seulement croiser les bras en les plaquant contre le torse, espérant encaisser au mieux la vague aqueuse qui s'abattait sur lui.
Emportant par le courant, il s'écrasa lourdement contre une poutrelle, crachant abondamment du sang par la bouche.


[Zanryuu]
"Tu vas me le payer! Je vais te faire la peau!"

Il enchaina soudainement des signes incantatoires pour y faire apparaitre deux copies de lui même puis refit de même, faisant apparaitre cette fois ci, quatre autres copies. Tous se séparèrent dans des directions opposées, s'occupant de chacun des Ninja de Kiri qui avaient prit position autour de lui.

[???]
*La situation se corse mais j'ai réussi à lui faire subir de lourds dommages... Est ce que ce sera suffisant?*
*Quoiqu'il en soit, je me dois de combattre jusqu'au bout, les renforts me viendront surement en aide alors autant l'affaiblir au maximum.*


Chacun des clones du Kiréen disparurent après de brefs échanges, révélant la position de l'original qui fut la cible peu après, des attaques successives de chacun des clones du Sunéen, le submergeant sous le nombre.

[???]
*Le Chakra joue en ma défaveur! Je ne vais guère tenir plus longtemps.*

Il se défenda avec la force du désespoir mais ce ne fut pas suffisant pour s'en tirer, expirant sous les coups successifs de chacun des Sunéens.
Tombant lourdemen au sol, sur le point de sombrer dans l'inconscience, le Sunéen s'exprima mais ce lui fut difficilement audible.
Le peu qu'il comprit...


[Zanryuu]
"Tu... bien battu..."
"Repose... paix..."
"Je... tuerais pas..."


Puis il ferma les yeux, cédant à l'inconscience alors que Zanryuu scrutait rapidement la zone du regard, espérant ne pas avoir attirer d'autres éléments de Kiri et engager d'autres combats qui lui seraient fatals.

De son côté, Kogame progressait toujours dans les petites ruelles portuaires de Kiri, espérant tomber sur quelquechose à se mettre sous la dent... Il se demandait ce qu'il pouvait bien se passer avec Zanryuu, Nagamaru et Toyotomi mais ces pensées furent rapidement dissipée lorsque quelqu'un s'interposa, empéchant son avancée.

L'inconnu arborait un bandeau frontal de Kiri et croisait les bras.


[???]
"On n'avance plus!"
"Sunéen, ton chemin s'arrête ici. Rends toi si tu ne veux pas subir la colère de Kiri."


[Kogame]
"La colère de Kiri? J'aimerais bien voir ça."

MessageSujet: Re: Porte Sud   Lun 31 Juil - 23:28

[pardonnez le temps de réponse ^^]

La silhouette du sunéen trembla un instant avant de s'effondrer en une gerbe de fumée pâle.
Ainsi, l'ennemi avait déployé des clones inconsistants ? Ceux ci éveillèrent la méfiance de Zen. L'utilisation de tels artifices était généralement réservée, soit à une escarmouche directe, soit dans une tactique de diversion. Or, l'attaque s'était arrêtée là, ce qui semblait vouloir dire que l'adversaire s'était engagé dans une stratégie plutôt défensive, basée sur le leurre.
Le jeune chunin se demanda s'il pouvait raisonnablement en déduire que l'ennemi était en sous-nombre. En effet, quel intérêt auraient ils eu à envoyer des clones illusoires s'ils avaient été assez nombreux pour déclencher une attaque rapide. Vu le peu de défense accordée à cette zone, cette tactique aurait sans doute été efficace.


"- On devrait peut être arrêter de courir comme ça. Qu'est ce qu'on fait s'ils nous attendent vraiment ?

Saito (tout du moins son clone, l'original étant dans une rue parallèle à la leur), haletant, ne répondit pas immédiatement. Il se tourna vers les docks, puis :
"- Tu vois ce qu'il y a là bas. Et bien, on a plus aucune nouvelle de cette zone. La porte sud, qu'on est supposés protéger, est un peu à gauche de cet endroit, mais les ennemis qui infeste vraisemblablement les docks ont bien dû la franchir pour arriver là. Or, notre mission, c'est de défendre la porte et d’empêcher que quiconque la passe.
Se tournant à nouveau vers son coéquipier, il ajouta : "- Est-ce que ça ne veut pas dire précisément qu'on doive d'abord nettoyer ceux qui ont commencé la partie avant qu'on soit prêts ?

"- Tu considères ça comme un jeu...
"- Pourquoi pas ? C'est pas si différent d'une jeu de piste, à ceci prêt que les conditions de victoire sont un peu plus ... strictes.
"- C'est pas un jeu. On risque nos vies sur le coup.
"- C'est ce dont je parlais. Les conditions de victoire... Mais si, par hasard, on venait à mourir, on n'aurait plus à se préoccuper de tout ça. On n'aurait plus rien à craindre. C'est pour ça qu'il ne faut pas avoir peur de mourir. Et puis cette façon de voir les choses n'a que des avantages : moins anxieux, tu commets moins d'erreurs. L'ennemi, sur un champ de bataille, c'est pas celui qui est en face, c'est la petite voix qui te dis que perdre la partie est quelque chose de grave. Supprime la source de la peur, et tu supprimes avec elle la première source d'erreur.

Zen réfléchit un moment à cette vision de la guerre. Est ce qu'on pouvait vraiment diriger ainsi sa façon de considérer le monde ? En théorie, cette idée était séduisante, mais on ne fait pas taire l'instinct de survie du corps aussi facilement.
Et pourtant, comme Saito l'avait bien compris, on avait plus de chance de survivre si on attachait moins d'importance à la mort. Un paradoxe que, malheureusement, seul l'esprit pouvait comprendre, car Zen était forcé d'admettre qu'il avait peur à l'idée de se rendre en face, là où l'ennemi semblait attendre patiemment qu'un piège mortel se referme.


"- Quand tu perds à un jeu, tu as droit à une revanche...
"- Si ya des jounins en face, j'aime autant pas leur laisser le droit de rejouer quand on les aura bouttés hors de Kiri. Allez ! Akane attend !

A la façon dont il souriait, on aurait vraiment pu croire qu'il ignorait toute peur. Etait-ce ça l’expérience du combat ?
*on verra ça plus tard*
Le jeune chunin s'élança à la suite de son camarade, en direction des docks. Il se demanda un instant si l'autre équipe, composée de son clone ainsi que du véritable Saito, rencontraient des problèmes plus ou moins graves qu'eux, avant de se souvenir que si le clone était détruit, il serait le premier à le savoir.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

"- Il a prit à gauche, puis à droite !

La voix d'Akane, ou d'un de ses clones (car elle en avait déployé plusieurs qui se déplaçaient avec elle comme des ombres sous les toits), résonna dans l'air. Les deux autres chunins suivirent immédiatement ses instructions. La personne qu'ils poursuivaient, qui leur avait paru être un homme de grande taille pendant le bref instant où ils avaient pu le voir, fuyait à une vitesse hallucinante à travers les ruelles.

"- Il nous a fait quitter la grande rue.
"- Tu songes à un leurre ?
"- Il ne nous a pas attaqués une seule fois.
"- Il est seul, et on est trois, plus les clones. Il attend sûrement le bon moment.

Un sifflement, caractéristique de l'utilisation de l'arc d'Akane, se fit entendre. Mais la chunin ne confirma pas l'élimination de sa cible...
Soudain, un éclat argenté passa juste sous les yeux du clone de Zen, qui ne devait son salut qu'à une maladresse de son agresseur. Saito n'hésita pas une seule seconde et braqua du doigt une fenêtre précise de la bâtisse qu'ils longeaient. Lorsque le jeune chunin leva le regard vers l'endroit que montrait son collègue, il vit une rafale de trois shurikens, provenant du toit opposé, traverser la vitre. Juste avant qu'elle ne sorte de son champ de vision, il put apercevoir une discrète volute de fumée blanche qui s'échappait des impacts causés par les lancers.


"- Elle est sacrément précise.
"- Chacun sa spécialité hein ? Mais je me demande pourquoi elle n'a pas encore réussi à aligner l'autre guignol.

Ils entendirent un cri, sans aucun doute poussé par une femme, suivit d'un craquement sourd. Ils purent même sentir la vibration dans le sol sous leur pied.
"- A couvert !
Ils se plaquèrent chacun contre une porte différente, et se dissimulèrent tant bien que mal dans l'encadrement. Ils tendirent l'oreille, aux aguets, inquiets pour leur coéquipière. Soudain, Zen leva les yeux, attiré par le bruit d'un claquement de doigts. Akane se tenait juste sur le toits en face ; elle montrait un poing fermé, pouce levé.
Le chunin sorti de sa cachette, immédiatement imité par Saito, et ils reprirent leur course épuisante, à présent guidés par leur amie.


"- C'était quoi ?
"- Un jounin, il a détruit un de mes clones. Faites attention, il en a sans doute lui aussi créé !

Comme si le destin avait voulu lui donner raison sur le champ, une ombre à forme humaine fondit sur elle à une vitesse démentielle. Alertée par le cri de réflexe de Saito, elle se jeta sur le côté et esquiva de justesse une attaque dévastatrice. Le poing de l'homme s'enfonça dans le sol, défonçant proprement les pavés de pierre et projetant des fragments sur un rayon de cinq mètres.
Avec une agilité surprenante, il esquiva simultanément une flèche tirée d'un toit et un kunai lancé par la jeune femme après son roulé boulé. Il survola la scène pendant un infime instant, puis retomba devant les deux hommes. Zen, épuisé par la course et surpris par la rapidité et la violence de l'assaut, n'eut aucune réaction.
Ainsi, lorsque le sunéen se propulsa à mi hauteur et initia une terrifiante attaque rotative, le chunin fut purement et simplement fauché, propulsé contre le mur et explosa en une volute dense de fumée blanche. Saito, en revanche, esquiva la frappe d'un habile pas en arrière. Ses réflexes ne le trahirent pas et il put immédiatement contre attaquer, adoptant son style familier, plutôt basé sur la précision que sur la force.

Une nouvelle flèche siffla, promptement évité par sa cible, mais l'ouverture qu'elle provoqua permit au kiréen de porter une attaque à la cheville de son adversaire. Celui ci, déstabilisé, manqua de s'effondrer mais parvint à se reprendre et, d'un bond, s'échappa du corps à corps. Akane avait anticipé son mouvement et se tenait derrière lui, prête à le transpercer avec son kunai dès qu'il prendrait appui sur le sol.
Malheureusement pour elle, le jounin fut plus prompt, et lui porta un violent coup de coude à la mâchoire qui la propulsa elle aussi contre un mur. Peut être le sunéen pensait il qu'il l'avait mise hors jeu, ou peut être l'avait il prit pour un autre clone. En tout cas, il reporta son attention sur Saito.

Les deux hommes se jaugèrent pendant un moment. Le chunin, souriant, adoptait une posture peu familière au jounin, ce qui le rendit plus prudent, voire plus hésitant. Bien mal lui en prit, car une bulle d'eau l'entoura brusquement et il se retrouva prisonnier de la prison aquatique initiée par Akane, encore au sol.


"- Perdu ^^

Il avait beau ne pas se vanter d'être doué au lancer, à cette distance et contre une cible immobile, son coup fit mouche. Le kunai traversa la gorge du sunéen pour aller se ficher dans le mur derrière. Pas de chance, il s'agissait seulement d'un clone...

Les deux ninjas se remirent en route.


-----------------------------------------------------------------------------------------------

"- Et merde !
"- Quoi ?
"- Mon clone vient d'être détruit. Les autres ont été attaqués.

Le clone de Saito n'ajouta rien. Il n'était pas très au fait de la théorie de la technique de clonage. Si son créateur avait été battu, est ce qu'il disparaîtrait aussi ? Il osait supposer que non…

Ils continuèrent comme ça sans événement majeur pendant une ou deux minutes. Puis, à l’initiative d’Akane, qui avait jugé que poursuivre l’avancée en deux groupes était un peu trop dangereux, le véritable Saito rejoignit l’équipe de Zen.

L’ensemble des chunins fit une brève pause à l’angle d’une rue.

« - Il est si fort que ça ?
« - Ouais, on a eu de la chance, il nous a sous-estimé. Mais il vaut mieux que ce soit nous les attaquants la prochaine fois, parce que si on se fait encore avoir par surprise, je sais pas comment on va s’en sortir.
« - Vous avez fini, vous deux ? Je viens de voir quelque chose en face. Quelqu’un est entré dans la ruelle à gauche.

La jeune femme essuya le sang qui perlait à la commissure de ses lèvres. Le coup qu’elle avait reçu lui avait probablement fait perdre quelques dents…
« - On y va ?
« - On fait quoi si c’est un piège ?
« - On est encore dans la zone de la porte sud, ce qui signifie que s’il y a un ennemi, on doit y aller. Et puis t’inquiète pas, Akane nous couvrira, comme elle l’a fait jusqu’ici.

Zen n’était pas vraiment convaincu. La course l’avait épuisé et il doutait d’être encore efficace au combat. Pourtant, il devait bien convenir qu’ils n’avaient pas le choix. Ca faisait partie de leur mission.
*en route …*

Akane se propulsa en l’air et repartit sur les toits, tandis que les deux autres avancèrent prudemment vers ladite ruelle.
Celle ci était étroite et assez longue, probablement plus de quarante mètres. Elle était cernée par deux entrepôts massifs et hauts, aux parois métalliques percées de fenêtres, situées à plus de cinq mètres du sol.


« - l’endroit rêvé pour une embuscade. Allez, on fait le tour.
« - Le détour nous prendrait trop longtemps, et puis je t’ai dit qu’Akane était avec nous. Alors allons y.

A contrecœur, le jeune chunin, encadré par Saito et son clone, s’engagea dans la ruelle. Il avança à bonne allure, faisant tant qu’il pouvait abstraction de sa fatigue, car il redoutait un tel endroit. Si l’ennemi avait décidé de les pieger, il manquerait gros à ne pas le faire en cet endroit précis !

Malheureusement, l’ennemi n’était pas stupide.

Une silhouette se détacha dans la lumière au bout de la rue obscure, rapidement suivie par une deuxième. Le première était assez grande, vraisemblablement masculine, alors que la seconde était nettement plus petite et semblait plutôt féminine.

L’homme s’arqua , porta la main à sa bandoulière et en décrocha quatre kunais.


« - Oh zut. Passe devant ! ! cria Saito à son clone. Mais au moment où il disait ça, il s’apercevait qu’une réplique conforme de l’ennemi qui leur faisait face se trouvait à l’autre bout de la ruelle, dans la même position.
« - A terre !

Le sifflement de deux volées de kunais se fit entendre. Zen manqua de réflexe et ne se jeta pas sur le sol comme son coéquipier venait de le recommander, ce qui força ce dernier à rester debout et alerte, dans le but de dévier les armes les plus dangereuses.
Le clone tenta de faire de même, mais échoua. Il parvint à dévier un kunai avant d’être touché en pleine poitrine et de s’effondrer. Heureusement, sa nature de clone consistant fit que l’arme qui le détruisit n’alla pas plus loin.
De son côté, l’original parvint à dévier une arme, et en esquiva une seconde, qu’il ne jugea pas dangereuse. En revanche, il rata de quelques millimètres la troisième. Le kunai le frôla, puis entailla profondément l’épaule de Zen, qui cilla sous le choc et gémit de douleur.

La première vague passée, ils cherchèrent un échappatoire. Ils étaient conscients qu’il faudrait encore un peu de temps à Akane pour contourner leur position et prendre l’ennemi par derrière. L’homme et son clone se remirent en position pour une deuxième rafale.

Soudain, Zen décela un changement dans l’atmosphère. Il sentit une tentative assez maladroite de prise de recherche de cible, comme si …

*genjutsu ? *

L’homme était indubitablement spécialisé dans le taijutsu, ce qui ne laissait qu’une seule cible. Le jeune chunin joignit ses mains avec une rapidité qu’il ignorait lui même. Il composa les signes et localisa mentalement sa cible. Il commençait à peine à ressentir le picotement d’une attaque psychique lorsque la jeune fille en face de lui se prit la tête à deux mains et abandonna sa posture offensive.

* la précipitation … j’ai baclé cette attaque, mais au moins elle va nous ficher la paix pendant une seconde*

Un nouveau sifflement. Et l’éclat métallique d’une nouvelle volée mortelle. Etait-ce la fin ?

Saito s’empara de la corde d’un des grappins de son coéquipier et s’en servit pour briser une fenêtre d’un des deux entrepots. Comptait il les hisser tous les deux là dedans ? Il allait devoir être rapide…

MessageSujet: Re: Porte Sud   Mar 1 Aoû - 2:38

[Zen : +10 EXP RP]

[Chihiro, Satsushiki : +5 EXP RP]

MessageSujet: Re: Porte Sud   Sam 5 Aoû - 14:15


Inquiète, elle abandonna toute prudence et se leva totalement. Elle jeta un regard noir à Chihiro, qui scrutait les ruelles, releva subitement la tête. Au loin, elle entendait le bruit d’un combat. Son cœur battit plus vite, après un instant de silence : arrivait-elle trop tard ? Son aide aurait pu être cruciale, elle le savait, même si elle était la première à reconnaître les limites de ses capacités. S’il était arrivé quelque chose à son compagnon d’arme, elle ne s’en remettrait jamais. l’homme en face d’elle, qui la surplombait avec indifférence, et tourna les talons pour rejoindre l’endroit d’où provenait la rumeur. Elle avançait à une allure effrénée, priant pour que le cri féminin qu’elle venait d’entendre ne soit pas celui d’une kunoichi de Kiri.
Tout à coup, une main se posa sur son épaule, stoppant son élan. La jeune fille faillit en perdre l’équilibre. Elle se retourna et demanda, après avoir laissé son souffle reprendre un rythme normal :


[Chihiro] « Qui êtes-vous ? »

Si cet homme était un ennemi, elle se trouvait dans une position fâcheuse. Il lui maintenait fermement l’épaule, et ne lui laisserait certainement pas le temps de s’armer avant de l’attaquer. L’individu eut un sourire amusé en voyant les sourcils froncés de la chunin, et dégagea son cou. Chihiro eut le temps d’apercevoir le bandeau de Kiri avant qu’il ne réajuste sa cape. Soulagée, elle adopta un air plus engageant.

[Chihiro] « Je suis Chihiro Sanada, chunin depuis peu. Je suis à la recherche de Zen Azechi. Il a le même grade que moi, et devait protéger la porte sud. L’avez-vous aperçu ? »
[Eneshi] « Je m’appelle Eneshi. Oui, je l’ai vu, et je peux te conduire à lui. Vu comme tu étais partie, tu aurais foncé tête baissée dans la bataille, sans réfléchir, et cela n’aurait aidé personne. J’attendais que tu réagisses pour te guider. » répondit-il avec un léger hochement de tête.
[Chihiro] « Mais… Vous n’allez pas l’assister ? » s’exclama-t-elle avec surprise.
[Eneshi] « Ce n’est pas mon rôle. Suis-moi. »

Sans attendre, il s’élança sur les toits, de manière silencieuse et discrète, quoi que rapide. Chihiro suivit ses pas avec attention, fortement intriguée par Eneshi.

[Chihiro] « Qui compose le groupe de Zen ? Je suppose qu’il n’est pas seul, ce serait du suicide… Qui affronte-t-il ? »
[Eneshi] « Tu le verras bien assez tôt. » rétorqua l’homme en continuant de progresser.

Chihiro n’insista pas. Vraisemblablement, elle ne pourrait tirer aucune information de la part de ce shinobi. Ils se rapprochaient du lieu de la bataille, et la jeune fille était empressée de voir ce qu’elle pouvait faire pour soutenir les combattants.
Eneshi s’arrêta brutalement, et la kunoichi, toute à sa réflexion, lui rentra dedans. Après avoir bredouillé des excuses, Chihiro s’approcha de l’extrémité du toit où ils se trouvaient et eut un aperçu du combat. Il y avait deux Sunéens, un homme et une jeune femme, reconnaissables à leur bandeau mis en évidence. En face, Zen, un Kiréen qu’elle ne connaissait pas et quelques clones esquivaient des jets de kunai. Chihiro ne départager les originaux des copies, mais peu lui importait : il était indubitable qu’ils étaient en difficulté.
Quand son regard se porta à nouveau sur leurs adversaires, elle remarqua que la kunoichi de Suna subissait un genjutsu. La position qu’elle avait empruntée témoignait de la souffrance qu’elle endurait.
Tout à coup, le fracas d’une vitre brisée lui fit tourner la tête. Zen et son compagnon comptait se réfugier dans un entrepôt ! Mais leurs ennemis préparaient déjà leur prochain assaut, ne souhaitant pas laisser aux shinobi de Kiri une chance de s’enfuir.
La jeune fille leva les yeux vers Eneshi, qui ne réagissait pas. Elle se mordillait une lèvre, passablement énervée. La ruelle n’était pas très large, peut-être que si elle était assez rapide, elle aurait une chance d’atteindre l’autre côté…


[Chihiro] * Je n’ai pas le choix… *

Non sans avoir posé un regard exaspéré sur Eneshi, dont elle n’entendait pas les motivations, Chihiro sauta du toit, et se réceptionna d’une roulade. Mal. La hauteur l’avait toujours intimidée, mais ce n’était pas le moment pour des états d’âme. Elle gémit en se relevant, sa cheville était douloureuse.
Elle mordit violemment son index gauche et plaqua ses mains sur le sol, concentrant son chakra.


[Chihiro] « KUCHIYOSE NO JUTSU !!! »

L’effet ne se fit pas attendre. Le sol se mit à trembler tandis qu’aux côtés de la kunoichi, l’invocation fit son apparition, cernée de brume. L’animal était trois ou quatre fois plus grand que la chunin, bien plus imposant. Un éclair fit étinceler l’ivoire immaculé de ses défenses, d’une longueur inquiétante. Le brouillard se dissipa, laissant enfin la possibilité de découvrir le profil majestueux du redoutable morse de Kiri.

[Morse] « Pourquoi m’as-tu appelé ? »
[Chihiro] « C’est pas le moment pour te plaindre ! Tu vois bien que nous sommes en plein combat ! Je tiendrai ma promesse, mais protège-nous ! »

Apparemment, l’effet de surprise n’avait de beaucoup retardé l’attaque : une salve de kunai volait en direction de l’animal et de la jeune fille. Par chance, le morse avait atterri juste devant Zen et l’autre shinobi. La kunoichi s’empressa de les rejoindre, évitant de justesse un kunai. Sa foulure la faisait affreusement souffrir, mais le temps était compté. Chihiro ne savait pas combien de temps le morse accepterait de servir de bouclier. Glissée derrière lui, elle était à l’abri des salves de kunai. L’épaisse couche de graisse du morse semblait le protéger des armes, au grand soulagement de la jeune fille. Elle atteignit Zen, à qui elle adressa un demi-sourire, pressée par le temps.


[ Je suis désolée, je n'ai pas le temps de faire mieux, ni plus. Je pars pendant deux semaines en vacances, et en ce moment Ryoma me lasse énormément. Espèrons que la passion revienne avec cette pause. Je te souhaite bon courage, et j'ai laissé mon perso aux mains de Zabuza, vous pouvez vous en servir comme vous voulez (sans abuser quand même ^^), je vous fais confiance.]


Je suis une vilaine

MessageSujet: Re: Porte Sud   Dim 10 Sep - 16:38

[ok ok, là aussi j'ai accumulé un leger et insignifiant retard ^^ huhuhuh]

Le grappin traversa sans difficulté les vitres vetustes du large entrepot. Cependant, malgré tous les efforts que pouvait fournir Saito, il semblait inconcevable que les deux chunins puissent echapper à la mort certaine que leur apporterait la salve suivante de kunais. Si bien que Zen perçut une infime hésitation dans le mouvement de son camarade, comme s'il avait été brusquement frappé par la lassitude, comme s'il s'était finalement résigné à perdre la partie.
Le jeune chunin, n'ayant aucune experience de ces moments extrèmes, réagit par une attitude de mimétisme envers Saito. Il regarda presque indifférement le jounin sunéen s'emparer de ses armes et les lancer. Son esprit était confus, partagé entre l'angoisse de la mort commune à chacun et cette volonté passive d'en finir avec la tempête d'évenements et d'émotions puissantes qu'il avait dû gérer jusque là.

Soudain, un fracas sonore retentit, et une masse imposante apparut près d'eux, bloquant leur champ de vision. Une fumée blanche fut soufflée dans la fine ruelle et bloqua la ligne de tir de leurs adversaires pendant un bref instant.
Saito ne mit pas longtemps avant de réagir. Surpris, il marmona quelque chose, comme s'il avait compris ce qui venait de se passer, puis, arborant un sourire victorieux, plaqua Zen contre le mur juste sous la fenêtre qu'ils venaient de briser.
Ce dernier put apercevoir l'éclat métallique d'un kunai, vraissemblablement lancé au hasard dans le panache de fumée, se planter dans la masse nouvellement apparue juste à l'endroit où il se trouvait l'instant précédent. Puis il n'eut que le temps d'entrapercevoir un visage qui lui sembla familier avant de se sentir brutalement hissé vers l'ouverture. La rapidité avec laquelle il fut projeté dans l'entrepot l'assoma partiellement.

Zen recouvra ses esprits quelques secondes plus tard. Il était assis, adossé à un mur et caché derrière une sorte d'empillement de caisses en bois. En face de lui, à un peu plus de dix mêtres, Chihiro observait l'interieur de l'entrepot, accroupie derrière un empilement semblable. Soudain, celle ci se retourna vers lui et lui adressa un regard interrogateur. Le chunin répondit simplement en tendant le poing, pouce levé, puis il se redressa et porta son regard aux environs.

L'entrepot n'était ni un des plus grand ni un des plus petits de la zone portuaire. Les kiréens s'étaient positionnés dans le coin du fond, opposé aux larges portes du mur en face et à la rangée de fenêtres qu'il avait fallu franchir pour y entrer sur le mur adjacent. Cette partie du bâtiment abritait un grand nombre de caisses, contenant sans doute du materiel quelconque, tandis que le reste de l'espace était nettement moins riche en cachettes. Les piliers qui soutenaient le toit, au nombre de six, étaient tout juste assez larges pour cacher une seule personne. Sur le côté gauche, l'absence d'ouverture rendait la zone relativement sombre. Le centre était totalement dégagé et parfaitement illuminé.


*On pouvait réver mieux comme coin pour tenir un siège*

Zen aperçut alors Saito qui se déplaçait au plafond au dessus de lui, une très discrète aura bleutée au pieds. Celui ci se laissa tomber silencieusement à côté de Chihiro et les deux commencèrent à parler à voix basse.
Leur discution ne dura guère plus de trente ou quarante secondes, pendant lesquelles Zen ne perçut aucun mouvement dans l'entrepôt. Il se demandait aussi ce qui avait pu arriver à Akane, si elle était parvenue à attaquer l'adversaire par derrière ou non.
Il entendit Saito se rapprocher de lui, et Chihiro creer plusieurs clones qui se cachèrent dans l'ombre.


[Saito] "- C'est bon, t'es reveillé ?
Le ton de reproche agacé dans la voix du chunin vexa Zen, qui ne répondit que par un "mmh" contrarié.
[Saito]"- On va les attendre ici. Les clones de la fille vont nous servir de leurre. Toi, tu bouges pas trop, tu essaies d'abattre tous ceux que tu vois avec tes projectiles. Laisse la fille s'occuper du genjutsu, ok ? Je vais moi même faire une ou deux copies et on s'occupera de les attaquer au corps à corps...
"- Je ne suis pas sûr que tu puisse lui tenir tête, il...
[Saito]"- T'occupes pas de ça, je veux juste detecter les clones de l'original. Il suffit de leur infliger une blessure suffisante pour voir la fumée blanche. Toi, même principe, arrose les tous et vois si tu peux identifier le vrai.

Ainsi, Saito prenait les commandes. Le fait qu'il ait demandé l'avis de Zen auparavant mais qu'il ne le fasse plus maintenant en disait long sur ce qu'il pensait de ses capacités. Et il ne pouvait nier qu'il n'avait pas vraiment brillé par sa réactivité. Il se sentait frustré, furieux contre lui même.

"- Et Akane ?
[Saito]"- Dehors. Elle nous rejoint dès qu'elle peut. Allez ! mets toi en place !

Saito disparut brusquement, et Zen se retrouva seul, planqué derrière ses caisses. Il avait beau être un peu jaloux de la vivacité d'esprit de son coéquipier, il ne pouvait qu'être d'accord avec lui sur la marche à suivre. Il étaient tombés dans une embuscade parfaitement organisée, qui se serait inévitablement soldé par leur perte si Chihiro n'était pas intervenue. Cela signifiait que l'ennemi était très intelligent et avait sans doute couvert toute la zone. Difficile de se risquer à mettre le nez dehors dans ses conditions.
D'un autre côté, rester ici et les attendre, sans véritable plan, avec un avantage stratégique mineur, qui ne ferait guère de différence si l'adversaire prenait simplement le temps d'observer les lieux avant de passer à l'attaque, n'était pas une position particulièrement confortable.
Et Akane qui n'était pas réapparue... Comment Saito pouvait il être aussi catégorique sur sa condition ? Peut être qu'elle avait eu le temps d'attaquer, mais le camp adverse comptait deux joueurs, et la chunin se serait retrouvée seule... Il n'était pas du tout évident qu'elle soit toujours en vie à ce moment.

Le silence était pesant. Les yeux du jeune homme s'étaient habitués à la luminosité lugubre du bâtiment, mais il ne percevait tout de même aucun mouvement. Une question lui vint à l'esprit : pourquoi les sunéens se seraient ils attardés ici ? Après tout, eux trois ne représentaient plus un obstacle pour leur offensive, ainsi terrés dans un entrepot vide. Ils devaient bien avoir une mission, un objectif à remplir dans cette guerre. Alors quel interêt auraient ils eu à débuter un siège qui, s'il ne semblait pas trop du à mettre en place, n'était pas dénué de risques non plus.


*Ils ne veulent pas prendre le risque d'être suivis par la suite*

Effectivement, laisser les trois chunins en vie revenait à risquer de les retrouver derrière eux au pire moment, en plein coeur de Kiri. Ils ne pourraient pas progresser efficacement dans le village s'ils ne s'assuraient pas qu'ils sécurisaient correctement chaque zone traversée. Ils ne pouvaient décemment pas prendre le risque de se faire prendre en tenaille, c'est pourquoi Zen acquit la certitude qu'ils allaient tenter quelque chose.

Soudain, comme pour lui donner raison, il distingua une silhouette avancer extrêmement rapidement vers eux. Chihiro et Saito l'avaient vu avant lui, et se dernier se prépara à intercepter l'intru. Zen mit la main à son étui à shurikens et s'en empara d'un, mais lorsqu'il tenta de se redresser pour viser, il eut un violent vertige qui lui fit cometre un faux mouvement. Il ne put mettre en joue le sunéen à temps et Saito se retrouva en mauvaise posture, hésitant à attaquer dans la pénombre ambiante.

Un fracas metallique au dessus suprit les deux combattants, et une flèche fut décochée en direction du sunéen. Malheureusement, la trajectoire du projectile était imprecise et le sunéen qui, par reflexe, s'était décalé, l'esquiva. En revanche, Saito ne manqua pas l'occasion et, prenant son adversaire à contrepied, lui assena un violent coup de pied sous la mâchoire.

C'était un clone, oui, mais ce qui était inquiétant, c'est qu'il s'agissait d'un clone inconsistant !

Akane s'engouffra dans l'ouverture qu'elle avait créé dans le toit et se cacha dans l'ombre.
Tous les kiréens se mirent en alerte. Un bunshin était rarement utilisé dans un autre but que leurrer l'ennemi, ce qui signifiait que, maintenant qu'ils avaient tous révélé leur position, la véritable offensive allait commencer.

Zen tourna la tête à droite et à gauche, il sondait l'entrepot du regard. Les entrées possibles étaient les portes, la rangée de fenêtres, et évidemment le trou qu'Akane venait de creuser. Son vertige ne l'avait pas vraiment quitté, et il se dit qu'il avait dû prendre un mauvais coup sur la tête lors de leur entrée fracassante dans le bâtiment.

Soudain, il comprit ce qui se passait vraiment !


[je finirai sans doute ça le week end prochain]

MessageSujet: Re: Porte Sud   Lun 11 Sep - 9:39

[Zen : +6 EXP RP]

MessageSujet: Re: Porte Sud   Sam 16 Sep - 20:59

[ne me demandez pas pourquoi, mais j'ai toujours parlé de Nagamaru, le jeune sunéen specialisé dans le genjutsu, comme d'une fille. Et je me rends compte avec horreur que Satsu emploie le masculin dans ses posts :/. Je corrige donc l'erreur dans ce post]

Zen leva les yeux vers l'ouverture qui venait d'être créée dans le plafond. Malgré sa vision mal assurée, il acquit rapidement la certitude qu'il y avait quelqu'un de caché là haut ... ce qui lui laissait peu de temps pour réagir.

Il aurait voulu pouvoir se débarasser du genjutsu qui l'incapacitait, mais celui ci ne provoquait qu'une sensation de vertige et de malaise, et non une illusion à proprement parler, et il ne savait pas comment faire. C'était dangereux, mais il se résigna à agir malgré sa gêne.


*et si je me trompais ?*

Akane semblait calme, son regard alternait entre les silhouettes indistinctes de Chihiro et Saito.

*le vertige m'a justement frappé lorsque j'ai voulu aider Saito*
La jeune femme reporta son attention sur Zen, qui soutint son regard.
*Elle est apparue pile à ce moment pour nous aider*
Son expression changea, presque imperceptiblement. La confiance qu'elle arborait fut teintée d'une nuance d'hésitation.
*Et elle accorde moins d'attention aux portes et fenêtres qu'à nous... *

Akane et Zen réagirent pratiquement au même instant. Chacun s'empara de son arme, l'une équipa son arc, l'autre un fuma shuriken. Heureusement pour le chunin, lancer un projectile prenait moins de temps qu'encocher une flèche, tendre une corde, puis tirer. D'autre part, la jeune femme était assez maladroite avec son arme, et elle fut forcée d'abandonner son idée de riposte et d'esquiver le shuriken.

Les autres kiréens furent alarmés par le bruit metallique et se retournèrent vivement. Le sunéen métamorphosé en Akane s'élança vers le sol, puis dévia promptement vers Chihiro. Celle ci eut un bon réflexe et parvint à éviter un coup mortel. Cependant, elle n'avait aucun moyen d'échapper au corps à corps, et elle ne tiendrait pas longtemps contre un tel maître du taijutsu.
D'ailleurs, le sunéen choisit ce moment précis pour annuler son camouflage, et profita de l'effet de surprise pour lui assener un violent coup de genou alors qu'elle tentait de reculer.
Saito se montra exstremement vif et apparut en un instant juste derrière l'ennemi, qu'il frappa aux articulations avec une précision exceptionnelle.
Le sunéen chancela mais parvint à encaisser. Il s'extirpa du corps à corps un bref moment, le temps de reprendre ses apuis, puis se prépara à gerer à la fois le maître taijutsu Kiréen et la personne qu'il savait capable d'invocation. Heureusement pour Chihiro, il ignorait sa prédilection pour le genjutsu, sans quoi il l'aurait immédiatement prise pour cible prioritaire.

Zen, de son côté, n'était pas en mesure d'accorder son aide à ses compagnons. Le jeune ninja qui restait posté sur le toit le maintenait à présent dans un vertige artificiel plus puissant qu'auparavant, qui l'empêchait d'effectuer des mouvements trop brusques.
Zen trouva impressionante la capacité de son adversaire à conserver l'effet d'une illusion aussi longtemps, à cette distance et sans contact visuel net avec sa cible, mais il n'ignorait pas qu'il était pratiquement impossible de faire durer cet effet indéfiniment.
Et en effet, au bout de quelques secondes – guère plus de quinze – il recouvra partiellement ses facultés.

Le combat faisait rage entre les deux kiréens et leur redoutable adversaire. Bien que Saito fit tout son possible pour monopoliser l'attention du maître taijutsu, ce dernier était extremement rapide et trouvait toujours le moyen de porter une frappe à Chihiro. Même elle parvenait presque à chaque fois à l'esquiver, ces assauts la forçaient systématiquement à interrompre ses séquences de signes, et, harcelée par sa propre cible, elle était incapable de « cerner » suffisament son esprit pour y injecter une hallucination.
Saito, pour sa part, commençait à faiblir. Il avait une façon particulière de combattre, basée sur la précision plutôt que sur la force brute, et pensait que cela suffirait pour destabiliser la plupart de ses adversaires. Effectivement, jusqu'à ce jour, aucun spécialiste du combat au corps à corps de son niveau ne l'avait vaincu. Hélas, le jounin du sable était tellement rapide que la précision du kiréen devenait presque inutile. Il se trouvait devant un adversaire virtuellement intouchable, et physiquement bien plus entrainé que lui. La fatigue se faisait sentir...

Zen aperçu le visage de son agresseur se déssiner dans l'ouverture dans le plafond. Le sunéen s'avançait doucement, les mains toujours jointes dans un signe simple du genjutsu.
Le chunin supposa que son ennemi connaissait ses limites et savait qu'il ne pourrait plus maintenir l'illusion très longtemps. Dès lors, il lui devenait necessaire de se mettre à découvert dans le but d'achever sa victime avant qu'elle ne puisse réagir. Dans l'ombre, Zen approcha doucement sa main de son second fuma.

Tout se passa très vite. Zen savait ne pas avoir droit à l'erreur : il devait lancer son arme au moment précis où ses capacités physiques lui seraient totalement rendues. Il regarda attentivement l'expression du visage de son adversaire, et dès qu'il y vit une contraction, qu'il interprêta comme la marque d'une prise de décision, il referma sa main sur son shuriken.
Le jeune sunéen sépara ses deux mains et brisa le signe, puis il tendit promptement son bras vers l'étui à kunais qu'il portait à la ceinture. Pendant ce temps, le chunin avait déjà amorcé son mouvement, et il fut très satisfait de s'apercevoir que toutes ses forces lui revenaient alors que le fuma qu'il tenait était encore dans sa phase d'accélération.

Lorsque l'arme à l'éclat froid quitta sa main, il se rendit compte de deux choses :
Premièrement, son lancer, appuyé par un long entrainement à la seule discipline purement martiale pour laquelle il était douée, allait être parfait. Son adversaire avait été trop lent.
Secondement, il venait peut être de tuer quelqu'un pour la première fois de sa vie...

Le jeune garçon qui lui faisait face reçut le projectile en pleine poitrine. Les pointes d'aciers s'enfoncèrent profondément dans la chaire, et brisèrent sans doute plusieurs côtes. Il n'eut que le temps de pousser une exclamation de surprise avant d'être projeté en arrière. Malheureusement pour lui, il s'était trop approché du bord de l'ouverture, et il glissa au moment où l'arme le frappa. Il cogna une fois le toit, puis chuta au coeur de l'entrepot. Il retomba sur le ventre. En touchant le sol, il enfonça encore plus profondément le shuriken géant, qui lui traversa l'omoplate et dont la pointe sanglante ressortit dans son dos dans un bruit de craquement écoeurant.

Devant cette scène, Zen sentit son coeur se soulever. Il parvint à retenir la nausée qui le prit bruquement. Mais même s'il gardait un contrôle relatif sur son corps, son esprit était dans un grand trouble.
Il venait d'abattre quelqu'un. De plus, le sunéen qui gisait dans son sang était sans doute plus jeune que lui. Qu'est ce qu'un tel acte faisait de lui ? Un meurtrier ? Un lâche ? L'enfant était plus faible que lui, et il l'avait tué.
Il l'avait fait pour se défendre.
Mais n'y avait il pas d'autre moyen ?
Il aurait pu esquiver le tir, se déporter, et l'immobiliser à l'aide d'un genjutsu.
Ou peut être pas...
C'était ça tuer ?
Est ce qu'il devait se sentir coupable ? Son adversaire connaissait les règles.
C'était ça la guerre, un accord tacite avec m'ennemi : même si on était plus faible, il fallait accepter l'idée qu'un plus fort puisse ne pas montrer de mercie.
C'était juste ça tuer ?

Le jeune sunéen poussa un râle sourd et tenta de bouger un peu. Il n'était manifestement pas mort ... pas encore. Le maitre Taijutsu, voyant son coéquipier tomber, avait marqué une pause que Saito avait mis à profit pour frapper. Cette fois ci, il y mit toute sa force et il sentit l'articulation du coude de son adversaire se déboiter brutalement. Chihiro, à son tour, envoya plusieurs projectiles qui percèrent la chaire du sunéen.

Il poussa un cri, autant de colère que de douleur. D'un mouvement incroyablement preste compte tenu des blessures qu'il avait encaissé, il se dégagea du corps à corps avec Saito et bondit en direction des fenêtres. Là, il hésita un très bref instant. Etait-ce à cause de son camarade agonisant sur le sol ? Ou bien à cause de cet ordre de cesser le feu qu'on venait de lui transmettre et dont les Kiréens n'apprendraient l'existence que quelques temps plus tard ? Impossible de le savoir. Quoi qu'il en soit, il s'enfuit et laissa le jeune garçon mourir seul... ce qui arriva bien vite.

Silence...

Dans l'entrepot, chaque kiréen pouvait entendre le souffle des autres. La tension retombait doucement. Soulagés, un peu incrédules devant leur survie manifeste, ils se demandèrent tous si c'était vraiment fini...

Un signe de tête de chacun pour signifier aux autres qu'il allait bien, puis il sortirent du bâtiment. Dehors, la pluie ne s'était pas arretée. Tous les trois se sentirent raffraichis par cette eau froide, après une épreuve si dangereuse et angoissante.

Ils s'avancèrent prudement dans les étroits passages de la bordure des docks. Le paysage, calme, immobile, leur semblait presque onirique ... peut être un peu lugubre aussi.

Puis ils la virent.

Elle gisait sur le sol, trempée. Il n'y avait aucune trace de sang, hormis quelques égratignures sur son visage. Seul l'angle anormalement aigu que formait son cou avec le reste de son corps attestait de l'implacable et horrible vérité.
La raison pour laquelle Akane n'avait jamais pu venir à leur secour dans l'entrepot...

Elle avait rencontré plus fort qu'elle même.

Lorsqu'ils retrouvèrent, non sans surprise, la jeune Hitomi au détours d'une ruelle. Elle leur annonça la trève qui avait été prononcée entre les deux forces. Elle réagit assez mal à la nouvelle de la mort d'Akane, mais, lorsqu'on lui demanda qui lui avait demandé de venir les prévenir, elle parvint à articuler entre deux sanglots et en montrant Zen du doigt : « Le grand type avec les lunettes et la cape ... il te demande d'aller aider le Mizukage en ville »

Chihiro l'accompagna.


[hum, léger baclage de toute fin que j'espère que vous me pardonnerez, mais ce topic trainait depuis un peu trop longtemps ^^]

MessageSujet: Re: Porte Sud   Dim 17 Sep - 4:20

[Zen : +5 EXP RP]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Porte Sud   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» Une porte...Allez toquer, ne soyez pas timide !
» La porte-parole de la Minustah opine sur Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes du Village-