Partagez | 
 

 Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

MessageSujet: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Mer 26 Juil - 9:43

[Dès que votre perso est au courant (post à la mairie) il peut se rendre sur le lieu de rendez-vous pour la mission
Plus d'info sur le personnage que l'on doti récupérer [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien], 1er jour, début du second jour (faut remonter un peu pour avoir le début)]

Une lumière aveuglante, je me retournais dans les draps et enfouissait ma tête sous l'oreillée, inutile de se questionner sur la nature de ce dérangement aussi désagréable que matinale : premier jour de mission.
Préparation supervisée par grand mère, cela commencait bien... Après quelques secondes j'eu trop chaud et j'étais mal dans cette position. Mon lit me rejetait, je résistais jusqu'à vraiment avoir mal... Vain effort, lui ne se fatiguait pas, moi si, je me levais, vaincu, terassée dès le matin.
Je laissais ma couche en désordre : un champ de bataille, il n'y avait pas d'autres mots pour décrire le Chaos que c'était. Je me retournais, j'étais au moins victorieuse sur ce point.
Le monde semblait brumeux ce matin, même mes jambes refusaient plus ou moins de m'obéir... Je ne parle pas de mes mains. Je mis bien 20 bonne minutes à triompher de ma tunique qui avait catégoriquement refusée de se mettre à l'endroit...
Bref une de ces journée ou il aurait mieux valut rester couchée, c'est ce que dirais tout le monde... mais allez donc expliquer que même votre lit vous rejette... Une journée ou il aurait mieux valut ne pas exister, voilà la vérité!

Je descendais les marches tant bien que mal, surtout mal en fait... Arrivée en bas je trouvais tout de prêt, petit déjeuné, plusieurs sachets contenant divers repas pour le voyage... Au moins 1 semaine de victuaille. C'était inutile.
Je m'effondrais sur une chaise, ma grand mère s'activait et me bombardait de questions auquel elle répondait toute seule, cela me donnait mal au crane. Je ne savais même plus ce que j'avais fait hier soir...
Ha si! hier soir c'était ce matin, j'avais voué un culte à la lune une bonne partie de la nuit... Ce qui consistait à avoir trainé toute la nuit dans les ruelles le nez en l'air... Je raconterais cela une autre fois...
La lune était ingrate par ailleur, je n'avais récolté qu'un sévère mal de cou et un épais brouillard m'entourait. J'avalais mon petit déjeuné à base de riz, poissons et autres, je me demandais bien ou grand mère trouvait ce poisson... Surtout que la moitié ne finit non pas dans ma bouche mais à côté, ce qui menait directement sur le sol en passant par ma tunique, mon pantalon et mes bottes...
Carpette se regala (le chat), au moins je faisais un heureux ce matin.
Sortir de ma chaise fut aussi une lutte acharnée, elle me retenait, je ne sais pourquoi elle ne voulait pas me voir partir, mais je du la repousser fermement... Je roulais sur le côté et m'écrasais sur le sol: replis stratégique...

Je sortais de la maison, assomée par les conseils de ma grand mère, je crois avoir dit 5 fois « merci, je reviens bientôt ne t'inquiètes pas » sans réussir à faire plus d'un pas... La sixième fut la bonne et je ne gardais en mémoire que cette victoire mémorable, le reste c'est juste de la petite histoire...
Le brouillard se levait enfin, ma lourdeur s'envola avec... Le monde m'apparut plus clair : du bruit, des phrases lancées de si bon matin avec beaucoup d'entrain mais qui, pour la plupart, aurait mieux fait de ne jamais voir le jour tant elles étaient idiotes... Bref, ce petit monde vivant que je traversais comme une ombre en en retenant que des bribes...

Enfin, ma destination était atteinte, personne aux environs, je fus prise d'un doute... On imagine pas ce qu'est un doute : c'est vraiment horrible, tout ce qu'il peut y avoir de plus sale en ce monde... Et là, j'en avais un gros...
Je levais la tête, toujours sous l'emprise de cette horreur, et me renseignais sur l'heure en regardant le soleil.
Le doute me quitta, il se transforma en réalité, horrible elle aussi... Bravo!!! 9h environs, trois plombes d'avance! Une fois de plus je maudissais l'astre du jour, cette fois il avait décidé de trainer... Je récapitulais toutes les insultes qui me passaient par la tête... Comme pour me rappeler à l'ordre le mal de crane, dut à mon regard un peu trop insistant envers le soleil la veille, ressurgit... Je rangeais ma rancoeur, vaincut une fois de plus...

Je balayais l'endoirt ou je me trouvais du regard, en quête d'une chose à faire. Les recommandations de ma grand mère me revenaient en tête, j'avais répondut oui à tout et me souvenait à peine de la moitié de ce qu'elle m'avait conseillé.
Je n'étais pas anxieuse à l'idée d'effectuer cette mission, je reflechissais déjà au moyen de bouger Himaro de sa cabane... Pour cela j'avais deux partenaires, et même à trois ça n'allait pas être un mince affaire.

Je vis apparaître Ino sur le chemin, cela me sortit de ma reflexion, inutile au possible car rien ne se passe jamais comme on le prévoit... Elle souriait, apparement la discution de la veille ne l'affectait plus, tant mieux. Elle arborait la tenue de Jounin du village, je la regardais avancer d'un oeil indifférent. Elle me fit signe.
Que pouvait elle faire ici à cette heure ci? J'avisais l'objet qu'elle tenait en main et reconnu l'etui de mon violon. J'ouvrais la bouche puis la refermais avant de dire quoique ce soit... Pourquoi fallait il toujours qu'il se passe des choses imprévus?
Et cet imprévus était de taille : venir m'apporter mon violon alors que je l'avais laisser exprès, ça allait juste être encombrant c'est tout. Bravo la jounin, tout faux...
Je lui jettais un regard noir, c'était la moindre des choses...


[Ino] Je suis venue te souhaiter bonne chance. Et... Tiens

Elle me tendit mon instrument, qu'allais je en faire maintenant? Je ne le touchais pas, je fis la moue, elle vit tout de suite mon peu de reconaissance quant à sa gentillesse... Sa bêtise devrais je dire. Voici une autre raison pour moi de hair le soleil : ma cousine avait toujours vécut le jour et cela avait entamé son cerveau, c'était évident... J'étais satisfaite de ce nouveau raisonnement qui mettait une pierre de plus sur les bases que je me construisais et confortais mes idées. Mais cela ne réglait pas mon problème de violon...

[Ino] Ne t'inquiètes pas pour ton violon, je le ramène dès que tu pars, mais ça va te destresser de pouvoir en jouer en attendant.

Je la dévisageais, voilà qu'on s'inquiétait encore pour moi... Que l'on me prêtait des sentiments. Une seconde j'aimerais que l'on me laisse tranquille! Je fuyais ce monde, laissais échapper mon esprit, adieu les vivants, bonjour les morts.
J'etouffais un cri, je me fis asaillir en quelques secondes, des monceaux de souffrances, souvenirs des batailles livrées à cet endroit même... Je regardais la porte sous un autre jour, il y avait eu du sang versé ici, beaucoup...
Je fermais illico mon esprit, j'avais palit d'un coup... Je m'appuyais contre un pillier de la grande arche pour reprendre mon souffle. Ca avait été une très... mauvaise idée... Je jurais intérieurement, fallait il vraiment que je sois perdu entre ces deux mondes barbares?
Les vivants s'inquiétaient de moi, les morts me balancaient toutes leurs souffrances. Un jour il faudrait que je les mette en relation... Ils se completent.

Je me rend compte que je n'ai pas décrit l'endroit: Les maisons de la rue principale continuaient jusqu'à l'enceinte, les dernières habitations étaient quasiment collées à l'épaisse muraille qui ceinturait le village. Il existait tout de même un petit passage qui permettait de faire le tour par l'intérieur.
L'arche faisait plusieurs mètres de haut et la porte pouvait simplement laisser passer tout un bataillon d'armée en ordre de bataille... C'était demesuré.
Je me tenais prêt d'un pillier de l'arche, ou plutôt contre, dans l'état actuel des choses. La forêt aussi léchait la muraille, de grand arbres se trouvaient à peine à quelques mètres du mur, les arbustes et herbes folles poussaient directement contre la paroi.

Le nombre de gens morts sous ces murailles? Je ne saurais le dire exactement mais il y en avait c'était certain. Je n'avais pas saisit pour quelles raisons il y eut bataille, et je m'en fichais eperdument dans l'instant.
Mon lit, ou est il? Ce matin tout semble se liguer contre moi...


En y pensant le violon qui m'était offert (Ino n'avait pas bougé) pourrait peut être m'aider à rendre cette journée plus supportable... Je me saisis de l'etui et sortais soigneusement l'instrument. J'effleurais les cordes avec l'archer, tout disparu, plus d'esprits souffrants, plus d'Ino, plus rien...
Je faisais glisser l'archer sur les cordes selon mes envies, Ino s'était assise, elle aimait me voir jouer, elle ne me dérangeait pas.
La musique s'élancait dans l'air, tourbillonait, transportant avec elles de multiples emotions, sur ce terrain je gagnais, ni le soleil, ni rien ne pouvait plus m'atteindre. Mon rêve avait vaincut toutes ces choses désagréables d'un coup, les faisant disparaître...
Le temps passa, 9h00, 9h15, 9h45, je n'y prenais plus garde...

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Mer 26 Juil - 12:39

Boudeur, je m'avançais. Boudeur ? C'est quoi ce mot ? Non, morose, récalcitrant, mais pas boudeur. Allons, j'ai pas cinq ans et demi. Je m'arrête en chemin tout de même, de façon à acheter de la nourriture. Il ne manquerai plus que j'ai faim, et le voyage est complet. Une main dans la poche, j'avançais de nouveau. On me jetais parfois un coup d'oeil curieux. Ouais, il n'y a pas de quoi fanfaronner hein. Aller s'emmerder en forêt, vous aussi vous pouvez le faire.

Je m'approche du lieu de rendez-vous, il est bientôt l'heure. Enfin, il n'est que neuf heure et demi. Enfin, je crois. J'entends des notes insistantes. Je doute qu'un oiseau aussi gros soit il posséde un coffre pareil.
Et en effet, ma logique admirable ne me fit pas défaut.

Il y avait deux filles. La première, assise, n'était autre qu'Auroe. Oh, je la reconnus de suite, même si elle a vaguement changé. C'est elle qui joue du violon. Elle est absorbé dans son oeuvre. Bien, bien. Tu vas l'ammener avec nous ton jouet ? Non, mais au cas où le type soit mélomane, tu pourras l'appâter hein. Si non ? Et bien, tu porteras ton instrument pendant deux jours. Sympa, non ?

Enfin, tu fais bien ce que tu veux ma grande, du moment que tu te d'emmerde seule. L'autre. L'autre est plus vieille. Ce n'est pas Kitana, me souffla ma logique. Non, ce n'est pas elle. Je ne la connais pas, cette situation me convient tout à fait. Après tout, elle aussi écoute la musique, alors restons ainsi. Je m'assis plus loin, sous le regard de la plus âgée.
Cette attitude peut paraître asociale.
Et bien elle l'est.

Plus qu'une petite demi-heure. Et quatre huit autres complètes. Voyons le côté positif. Euh... C'est cool, c'est ma première mission. Ouais. Sympa.

En fait, je m'interroge. Ce type, là, il est dans la forêt, il me semble. Et nous on doit aller le chercher. Alors soit il ne veut pas nous faire l'honneur de se déplacer seul, soit il ne veut pas se déplacer tout court. Dans un cas, mais surtout dans l'autre, ça va être lourd.
Je m'imagine bien à porter un gros machin sur plusieurs bornes. Un gros machin qui crache, qui est jamais content, chiant comme la pluie. Je comprends pourquoi cette mission est de rang D.

Allons, non. Il faut avoir l'oeil et l'esprit positif. C'est fondamental. Le type voudra bien nous suivre. Il est juste arachnophobe, et en forêt, il y a plein d'araignées. Je suis sûr que c'est ça. Le type est une entité sympathique, profondément drôle, qui s'aura soulager le voyage de ses traits d'humour. Ouais.
Les côtés positifs ? Et bien, je voyage un peu, ça me fait visiter les alentours de Konoha, je pourrais mieux connaître si l'envie nous prend Auroe, et Kitana. Et... Et... C'est tout.


[Mashiro]"Salut."

[Akogare]"Oh, mon violon à moi."

[Mashiro]"La Jounin te dévisage à l'instant. Huhu."

Je me tourne. Je les avais oublié. En effet, la plus âgée me dévisage avec surprise. Alors... Va t'elle croire que je me foutais de la gueule d'Auroe ? C'est une possibilité. Je lui souris, le genre de sourire que Mashiro m'apprend. J'incline légèrement la tête, de façon à provoquer la chute d'une mèche que je redresse avec nonchalance. Elle me rend mon sourire.

Bien. Je suis le dérangé mental au sourire ravageur désormais. C'est mieux, aucun doute.


[Mashiro]"Alors, c'est l'euphorie ? Ah, oui, tu peux pas répondre. Pourquoi je suis là ? Ben, quand un amoureux s'emmerde, il prend son téléphone est appelle sa tendre moitié. Malin, non ? Je t'assure c'est pratique. Tu es là, tu t'ennui, paf, ni une ni deux tu décroches le téléphone. Et on est partit pour deux heures de conversation stérile, peuplée de 'tu sais que je t'aime', 'oh non, j'avais oublié !' et autre sucrerie adolescente. Alors, as tu une sucrerie à déclarer ?"

Je le dévisageais.

[Akogare]"Je crois que mes activités hormonales sont en pleine expansion."

Cette fois, je fus le premier à sentir le regard de la Jounin. Un mélodieux "Merde" s'envola dans mon esprit, riant et joyeux.

[Akogare]"Et je vais en vitesse manger quelque chose, pour combler ce.. euh... manque."

[Mashiro]"Héhé, il n'y a pas d'hormones pour manger."

Ouais, ben moi j'en ai. La Jounin ne bougeait pas d'un pouce. Roh, elle va pas me gonfler. Elle doit avoir un lien familliale avec Auroe. Bah, je vais pas vous la violer hein, vous en faites pas.

[Mashiro]"Allez, rattrape le coup. En plus, je vais pas répéter ça à San quand même. C'est pas une sucrerie. Enfin, si, mais pas assez métaphorique quoi."

Je me tourne vers la Jounin.

[Akogare]"J'avais euh.. très faim. Alors, un petit pain, et plus d'hormones, dingue, non ?"

Elle hoche avec une lenteur perplexe la tête. Mashiro est déjà reparti. Bah, il reviendra sans difficultés. Il n'en manque plus qu'une. La Jounin s'est reconcentré sur Auroe, même si de temps à autre je sens son regard sur ma peau.
Si on a même plus le droit de protester contre ses hormones, où va le monde ?

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Jeu 27 Juil - 22:02

[Avec bien du retard... Scusez-moi...]

** Bon, voyons, on respire un bon coup et on continue à courir... Après tout, je n'ai que ... La vache, déjà onze heure !! **
Cela faisait plus d'un quart d'heure qu'elle traversait la ville en direction de la sortie ou de l'entrée (tout dépend du point de vue) de Konoha.

Elle s'arrêta, le souffle court. Les murs limitant le territoire de la ville s'imposaient devant elle. Il lui restait quelques centaines de mètres à faire, mais son ventre se mit à groger bruyamment...
** Je suis en retard, je n'ai pas mangé, je suis déjà épuisée... J'espère qu'ils ne se fâcheront pas... **
Ca y est, le stresse s'emparait d'elle... Elle accéléra le pas. Elle avait un point de côté qui lui coupait le souffle.

Elle voyait trois personnes devant l'entrée de la ville. Elle reconnaissait les cheveux bleus d'Akogare, le miraculé, ainsi que la longue chevelure blonde de la jeune Auroe. La troisième personne lui était inconnue. Elle fit un signe de la main aux adolescents.
Auroe ne réagit pas, elle jouait du violon, et semblait concentrée sur la mélodie que Kitana n'entendait pas, trop loin et trop essouflée...

Elle pressa encore un peu le pas, au bord de l'apoplexie et arriva enfin à la hauteur des trois personnes. Le violon cessa son chant.


[Kitana] - Je suis en retard... Je devais être là à dix heure, mais on m'a prévenu seulement aujourd'hui et, je n'ai même pas eu le temps de me préparer convenablement...

Elle bafouilla...

[Kitana] - Je... Aujourd'hui... J'ai rendez-vous avec... Enfin, une mission... Les... Ils sont partis ?

Elle respirait avec difficulté. Son point de côté lui faisait mal, et ses poumons étaient en feu. Elle s'assit à même le sol pour reprendre son souffle, avant de remonter ses lunettes qui étaient de travers, sur son nez...

[Kitana] - Je dois sauver quelqu'un qui est retenu prisonnier dans une forêt, et des ninjas féroces m'accompagnent. La mairie m'a désignée personnellement pour mes compétences en médecine...
Enfin... Je crois... Je ne sais pas qui se trouve dans la forêt, et qui sont les gens qui m'accompagnent... Vous les avez vu ?


Elle se tourna vers Akogare et lui fit un grand sourire, auquel il ne répondit pas...

[Kitana] - Au fait, Akogare, tu te sens bien ? Tu n'as pas eu de trou de mémoire ou de flashs terribles relatant les traumatismes de ton enfance ? Tu as essayer d'écrire longtemps ? Quelque fois, les personnes sortant du coma deviennent dislexiques...

[J'ai pas réussi à faire plus long, je suis morte de fatigue... fichue canicule...et fichu boulot...]


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Jeu 27 Juil - 23:01

[On n'est pas pressé ^^]

[Akogare]"Ouais, c'est nous les ninja féroces."

Akogare avait patiemment passé l'heure à... observer les gens. C'est intéressant. Mais long. Je me redresse, m'étire longuement, et dévisage Kitana qui vient tout juste de s'asseoir par terre. Tant qu'à être en retard, autant être classe, ou s'excuser au pire, enfin, je m'en fous moi. Le type n'avait qu'à pas se paumer dans la forêt, je suis pas guide forestier.

J'écoute Kitana débiter un flot de parole. Elle se tourne vers moi. Je me rembrunis quand elle parle de mon coma. Je crois, je dis bien je crois, que mon visage était tout sauf avenant pendant quelques longues secondes.


[Akogare]"Mon coma n'est pas encore affaire publique. Aussi, j'aimerai qu'il reste privé."

Je sais pas. Il n'est pas privé, tout le personnel médecin est au courant. Oui, mais je ne veut pas qu'Auroe m'en parle.
J'adoucis mon ton, enfin je crois, pour ajouter.


[Akogare]"Enfin, je suis content que tu sois là, on va pouvoir y aller. C'est pas que je trouve le temps long, mais presque. Prend quand même ton temps pour récupérer hein."

Ecrire longtemps. Pff, j'ai même pas essayé d'écrire tout seul. Ah, si. San. Je lui laisse des mots sur la table, quand elle dort jusqu'à midi. C'est marrant. Ca sert à rien, mais c'est marrant, surtout quand elle répond. Enfin. Je vais pas pouvoir m'amuser comme ça aujourd'hui.

Je me tourne vers Auroe. Elle a cessé de jouer, et nous dévisage. Je ne sais pas quoi lui dire.


[Akogare]"Salut..."

Et bien, j'ai vu mieux comme journée. Je sais pas si c'est moi, mais je ressens une sorte de... de gêne, oui. Enfin, me concernant, elle se dissipera bien vite.
Je crois que je suis de mauvaise humeur. En fait, non. J'en suis sûr. Je n'arrête pas de contracter le poing, et j'ai la mâchoire serrée, comme si j'allais au dentiste. Enfin, dans le même style quoi.
Je regarde Kitana. Auroe. J'ai dis quelque chose en trop, ou je deviens aussi parano ?

Mais pourquoi, pourquoi je me suis levé !

Parce que tu as une mission. Et quelle mission ! Aller chercher un plouc dans sa cabane ! Ah, ben, je préfére aller chercher les chats dans les arbres à ce compte là.


[Raunen]"Mais arrête de bougonner va, tu vas effrayer tout le monde. Je t'assure, si tu voyais ta tête tu sursauterais."

Et toi, tu l'as vois ma tête ? Pff... Rapidement, je passe en revue les options pour me rattraper. Allez, on ressort le sourire de Mashiro.

[Akogare]"Euh, tu as peut-être faim ? J'ai pas d'appétit le matin."

Surtout quand on me gonfle soit dit en passant, mais, diplomate, je n'ajoute rien et me contente d'un sourire radieux, comme si de ma vie je n'avais vu plus belle matinée, plus belle vie, plus belle mission. Ah je suis heureux, allègre, joyeux.

Bon, tu la prends cette putain de boulette de riz ?

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Jeu 27 Juil - 23:54

[Allez hop, tout le monde est là c'est partit^^]

première partie: voyage aller

Ino me toucha l'épaule, je levais la tête et vit arriver une Kitana essouflée. Un coup d'oeil sur le côté me permis de voir Akogare, il avait bien changé, normal pour son age, heureusement il restait les cheveux...
Quelle heure était il? Je regardais le soleil et ravalais un juron... Je rangeais rapidement le violon puis tendis l'etui à Ino, j'avais rêvé un peu trop longtemps... Tout en saisissant l'intrument elle se pencha pour me souffler quelque chose à l'oreille.
J'éclatais de rire en entendant ses paroles, ma cousine haussa les épaules. Elle me jetta un regard désolé puis s'approcha d'Akogare et Kitana.
Les voyant en pleine discution elle se ravisa et passa à côté d'eux sans un mot.
Elle remonta la rue principale puis disparut à l'angle, je ne savais pas si son "bonne chance" avait été pour la mission ou pour moi... Les deux surement, en sachant que le conseil ne me faisait aucune confiance et que mes deux coéquipiers étaient probablement là pour me surveiller en plus de faire la mission...
Je mis bien quelques minutes à reprendre mon souffle... Kitana paraissait totalement paniquée, je ne pouvais pas faire ou dire grand chose tant que j'étais pliée en deux...
Je laissais donc le soin à Akogare de lui expliquer que les "feroces ninjas" en questions c'était nous même... Et que l'homme que nous allions cherché n'était aps tout à fait prisonnier... Tout de suite la phrase de l'étudiante perdait tout son côté épique...
Ils avait l'air de bien se connaitre comme elle parlait déjà des problèmes medicaux de l'adolescent. Elle allait bien dans son rôle de médecin ce qui était apparement tout à fait pour déplaire au genin... Et moi qui pensais que cette journée était mal partit... Ma mauvaise humeur venait de s'envoler et je songeais maintenant que l'ennui n'allait plus avoir sa place.
Une fois ma crise passée je m'approchais de mes coéquipiers. Je me tournais tout d'abord vers Akogare et pu vérifier la première remarque d'Ino : il avait bien une tête de jour d'enterrement...


[Akogare] Salut

[Auroe] Et bien Onii chan? Tu n'aimes pas les ballades en forêt?

Je lui décochais un sourire provocateur, pourquoi avais je dit Onii chan? Comme ça, ça m'amusais... L'appelation n'était pas fausse, il était plus vieux que moi. Mais l'expression qui passa dans ses yeux quand il daigna m'accorder un regard me fit jubiler, j'avais trouvé comment l'appeler pour le reste du voyage... Je réprimais à nouveau un rire puis reportais mon attention vers Kitana avant de ne plus pouvoir me controler.
Ce n'était guère mieux, elle semblait débarquer... pas de sac, ses cheveux ressemblant à un champ de bataille et dégoulinante de sueur... D'un côté pour une petite promenade en forêt pas besoin d'être belle.
En y pensant nous étions peut être le groupe de ninja le plus pathétique du village (sans m'oublier)... Peu importe, si la mission était accomplit.


[Auroe] Bonjour Kitana!

Je plongeais la main dans la poche et sortis mon bandeau, en mission j'étais censée le mettre... Je lui jettais un regard noir, non, il n'irait pas sur mon front... Je le nouais à mon poignet dans la seconde qui suivais et ettais à nouveau un regard sur mon ennemi juré, 11h... Il avance quand il veut celui là, je lachais un soupir.

[Auroe] Si on part tout de suite on peut être chez notre cher ermite à la fin de la journée, je connais le chemin.

Je vérifiais mon sac, il y avait bien une couverture, je regardais mes deux compagnons de voyage... Inutile de leur dire ce qui les attendait, il le verrait bien assez tôt et c'était trop tard pour les préparatifs de dernière minute, la minute étant passé...
Et le chemin... C'était théorique, cela faisait un an, et rien ne ressemble plus à un bout de forêt qu'un autre bout de la même forêt... Encore une fois inutile de paniquer tout le monde, surtout pas moi. Advienne que pourras! A Konoha on est censé aimer la forêt, alors si on se perd ce n'est pas grave...
Je jettais un coup d'oeil à Kitana qui mangeait ce que lui avait donné Akogare, je chargeais mon sac sur mes épaules et me tournais vers la forêt.

J'entamais la marche dès que l'étudiante eut finit son repas improvisé. Ce fut à ce moment que je constatais une chose: ma tunique orange jurait extrèmement bien avec le vert de la forêt... Juste au cas ou on ne m'ai pas remarqué...
La première heure se passa sans soucis majeures, insectes mis à part... je n'avais pas pensé à ce détail, le fluo les bêbêtes ça aime bien. J'avais tout gagné, surtout le fait d'être recouverte de bestiole en fait. Enfin, ça évitait ce désagrément aux autres...

Je m'arrêtais, quelque chose n'allait pas, une présence... Je prêtais l'oreille, a part le bourdonnement des moustique rien ne bougeait. Etrange, ce n'était certainement pas un animal son esprit était trop fort... je ne savais pas trop quoi faire, je jettais un coup d'oeil derrière moi. Akogare et Kitana me regardais l'air interrogateur. Effectivement je n'avais rien dit... Je faisais preuve de beaucoup d'esprit d'équipe sur l'instant.


[Auroe] Hum, il y a quelqun... Mais je ne sais pas ou. Je me tournais vers Akogare, repensant à sa démonstration la dernière fois que nus nous étions rencontré. Onii-chan comme tu es en forme aujourd'hui, il me semble que tu sais bien grimper aux arbres non? Je marquais une pause. On... Enfin tu... devrais avoir une meilleure vue là haut...

Les hauteurs ce n'était pas mon fort et je l'avais déjà vu faire il y a un an, je ne pense pas qu'il ai perdut cette aptitude entre temps... C'était donc tout à fait aproprié. Je m'asseyais sur une souche en attendant... Je ne faisais pas attention si j'étais blessante, ou autre chose, j'appliquais ma logique: je sais faire, alors je le fais...

[Auroe] Au fait Kitana tu dois connaitre un peu la forêt comme tu ne viens pas de Konoha?

A vrai dire je guidais mais si je pouvais avoir une aide je ne m'en passerais pas, j'étais rarement sortit du village... Simplement le fait de reconnaitre un sentier emprunté de temps en temps m'aiderait. Ou connaitre les animaux du coin, dont je n'avais aucune idée de la dangerosité...

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Ven 28 Juil - 16:47

[Akogare] - Ouais, c'est nous les ninjas féroces.

Kitana ouvrit grand les yeux. ** Et bien, Konoha baisse dans mon estime, on envoie une jeune médecin qui n'a que deux techniques en poches, ainsi qu'un ex-comateux dans une forêt pour ramener un gars qui ne veut pas revenir... Comme je le comprends ! ** Elle soupira tout en reprenant son souffle.
Lorsqu'elle s'intéressa plus particulièrement à sa santé, Akogare sembla changer de figure, elle l'aurait giflé ou insulté qu'il n'aurait pas eu une expression différente. Kitana insista pour savoir, mais Akogare resta de marbre...

Elle entendit alors Auroe éclater de rire. Cela faisait quelques semaines qu'elles ne s'étaient vues, et ce jour là, la jeune fille ne riait pas autant. Sa joie de vivre redonna le sourire à Kitana.


[Akogare] - Enfin, je suis content que tu sois là, on va pouvoir y aller. C'est pas que je trouve le temps long, mais presque. Prends quand même ton temps pour récupérer hein.

[Auroe] - Salut Kitana.

[Kitana] - Salut Auroe, je m'attendais pas à ce que ce soit vous m'accompagniez en forêt ! La balade risque d'être charmante.

Akogare changea miraculeusement d'expression. ** Il entend peut-être des voix... Je vais le surveiller pendant son sommeil ! **. Le jeune Genin proposa d'une voix très polie :

[Akogare] - Euh, tu as peut-être faim ? J'ai pas d'appétit le matin.

[Kitana] - Je meure de faim oui !

Elle lui arracha la boulette de riz des mains, et l'avala tout rond. Pendant qu'elle mangeait goulûment Auroe taquina Akogare. Puis, elle attendit que la petite brune ait fini son petit déjeuner pour annoncer :

[Auroe] - Si on part tout de suite on peut être chez notre cher ermite à la fin de la journée, je connais le chemin.

Ils partirent rapidement.
Kitana ne se souvenait pas que lors de son arrivée à Kitana il y avait eu autant de moustiques ! Auroe ne cessait d'agiter les bras, de secouer la tête et de jurer à mi-voix contre ces bêtes volantes. C'est sûr que dans la précipitation Kitana avait oublié sa veste d'Aspirante orange vif, et que grâce à cela, les moustiques l'oubliait un peu...
Elle regarda du coin de l'oeil Akogare. Ses cheveux bleux, ses yeux blancs, son visage d'adolescent comateux... Il avait été sûrement amaigri par son "sommeil"... Elle allait le questionner sur son régime alimentaire post coma, mais Auroe s'arrêta brusquement...


[Auroe] - Hum, il y a quelqu'un... Mais je ne sais pas où.

Puis elle ordonna presque à Akogare de monter dans un arbre. Kitana allait protester, argumentant déjà pour préserver la santé de son ami ex-comateux, mais Auroe embraya sur autre chose :

[Auroe] - Au fait Kitana tu dois connaitre un peu la forêt comme tu ne viens pas de Konoha ?

** Alors là ! ** C'était peut-être pour ça qu'ils l'avaient choisi finalement... Elle s'éclaircit la gorge...

[Kitana] - Euh, en fait... Mon village n'est qu'à quelques jours de marche d'ici et euh... Enfin... Bref, j'ai suivi le seul chemin qu'il y avait dans cette forêt... Et puis... Il y avait... des panneaux...

** Ben oui, je ne suis pas scout... ** Devant l'air effaré d'Auroe, elle se reprit :

[Kitana] - Mais, je peux te jurer que je suis passé par ce chemin ! Regarde cet arbre, il a des branches qui tombent très bas, je m'en étais servie pour déjeuner comme d'un banc... Humhum...
Akogare, qu'est-ce que tu vois de là-haut ?


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Ven 28 Juil - 17:48

Oniiiiiiiiii-chan, oniiiiiiiiiiii-chan...

Que je hais ce ton. Au moins, nous sommes partit. Mal, mais partit quand même. La naine est devant. Je suis sûr qu'elle va se paumer. C'est pas possible autrement. Pourquoi ? Parce qu'elle est de la taille des racines des arbres. Je l'ai déjà vu se mettre sur la pointe des pieds ! Ca craint.

Enfin, même si on se perd, du moment que nous ne tombons pas sur un ours en rut, tout va bien.

Tout va bien. Je suis en seconde position, la naine devant, la médecin derrière. Il n'y a pas une once de stratégie dedans. Enfin, je m'en fous, si un ennemi apparaît, je pousse la naine dans les buissons. Héhé. Ca va être marrant. Elle pourra même pas se relever toute seule.

Ca y est. J'en étais sûr, mais ça y est. La naine vient de se perdre. Tu n'aimes pas les ballades en forêt ? Tu veux la boussole de Oniii-chan ? Non ? Tant mieux, parce qu'il n'en a pas. Elle s'arrête, elle hésite.
Ah, bravo demi-portion, je te prête mes échasses ? Elle se tourne.


[Auroe]"Hum, il y a quelqu'un... Mais je ne sais pas où. Onii-chan comme tu es en forme aujourd'hui, il me semble que tu sais bien grimper aux arbres non ? On... Enfin tu... devrais avoir une meilleure vue là haut..."

Je la regarde. Je suis en forme, oui. Très en forme. Que je monte aux arbres ? Mais, pas de problème ma grande. Je suis tellement en forme que je peux te porter, et t'accrocher à une branche, tu vois, tout là haut.
On... Enfin je... vais bien m'amuser, non ?

Allons, pas de pensées négatives. Auroe est ma coéquipière. C'est important. Ce n'est pas juste une naine. Faisons du travail d'équipe.


[Akogare]"Mais, avec plaisir ma grande."

Tenshi se colle à mon esprit, les veines apparaissent autour de mes yeux, le monde devient gris. Je n'ai pas besoin de bouger, mais pour faire genre, je m'avance sur les côtés. Je suis consciencieux pour une fois.
Il n'y a rien. Strictement rien. Pas d'ours, pas d'humains. Il y a bien quelques tâches, mais rien qui ne s'apparente à un être de chair et de sang.

Je reviens vers les deux autres.


[Akogare]"Il n'y a rien."

On me dévisage, peut-être dubitatif quant aux possibilités du Byakugan. Je fronce les sourcils, Auroe est un peu plus loin devant.

[Akogare]"Attendez... Si."

Je m'arrête, reprend ma marche. La tension grimpe, Kitana regarde dans les fourrés, peut-être un peu nerveuse.
Je continue ma lente progression en m'arrêtant au niveau de la petite fille..


[Akogare]"J'ai du mal à bien le voir. C'est minuscule."

Ma main se pose sur la tête d'Auroe. Je soupire, et conclut.

[Akogare]"Ah, non. C'est juste la forêt qui a perdu une naine, heureusement qu'Oniiiiii-chan l'a retrouvé."

Je désactive le Byakugan, et sourit à la petite fille.

[Akogare]"Je n'ai rien vu d'inquiétant. C'est débile de monter sur l'arbre, il y a des feuilles partout autour. A part des piafs, je risque pas de voir grand-chose. J'irais faire le con en haut plus tard hein."

Je me tourne vers Kitana et tapote le haut de ma joue, désignant mes yeux.

[Akogare]"Et ça, c'est pas un truc de comateux."

Bon, on repart ou on attend que la petite grandisse ?

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Ven 28 Juil - 20:02

Kitana répondit à ma question pas tout à fait comme je l'esperais...

[Kitana] - Euh, en fait... Mon village n'est qu'à quelques jours de marche d'ici et euh... Enfin... Bref, j'ai suivi le seul chemin qu'il y avait dans cette forêt... Et puis... Il y avait... des panneaux...

Je jettait un regard étonné à Kitana, des panneaux? Je ne savais pas que Konoha était si bien indiqué... Pour un village caché c'était étrange, je haussais les épaules. Cela n'arrangeait pas mon problème de conaissance forestière... J'étais sur qu'il n'y avait aucun panneau qui nous indiquerait la cabane du vieux... A ce rythme là nous allions nous perdre à coup sur...
j'écoutais à peine les explications de Kitana sur les branches basses des arbres, la science du déjeuner en forêt.


[Akogare]"Mais, avec plaisir ma grande."

Le ton était cynique, bien sur il ne comptait pas plus grimper aux arbres que moi... Mais comment lui en vouloir? Je soupirais et me levais, on est jamais mieux servit que par soit même...
Je m'arrêtais sans avoir fait un pas, Akogare avait autre chose en tête, des veines entouraient ses yeux. Son pouvoir héréditaire pensais je, je ne savais pas du tout ce qu'il pouvait faire avec ça mais il affirma qu'il n'y avait aucune présence.

Ce qui était entièrement faux puisque je la sentais... Je froncais les sourcils, il n'avait aucun raison de mentir et son don était surement aussi sur que le mien, il y avait bien une explication quelque part... La question était de savoir ou.


[Akogare]"Attendez... Si."

Je poussais un soupir, peut être que ses pouvoirs étaient un peu juste en fin de compte... Je le vis avancer vers moi, je fis demi tour pour voir si il y avait quelque chose derrière, dans les buissons peut être?
Il posa sa main sur ma tête en placant la chute de sa plaisanterie...


[Akogare]"Ah, non. C'est juste la forêt qui a perdu une naine, heureusement qu'Oniiiiii-chan l'a retrouvé."

Comme ça nous étions bien avancé... Je fit une moue dubitative, peut être qu'en d'autres circonstance j'aurais rit... Je me forcais à sourire. Ce ne devait pas être très convaincant mais cela donnait bien le contraste avec le regard noir que je lui envoyais... Juste vengeance pensais je, mais il ne perdait rien pour attendre.

[Auroe] Bon, et bien on continue alors... je me trompe peut être.

Je ne pensais bien sur pas un mot de tout cela, surtout que cette chose nous suivait... C'était étrange, son esprit était assez fort pour m'empêcher de detecter sa position et de communiquer avec lui. Je n'aimais pas ça, d'ailleur cela devait se ressentir dans ma marche, j'hésitais souvent.

[Yoshikumi] Bonjour

Je fis un bond en arrière et percutais Akogare qui se trouvait derrière moi. J'étais bien trop nerveuse, je jettais un coup d'oeil alentour pour voir d'ou venait cette voix... C'était une enfant, ça j'en étais sur, sauf que je ne la voyais toujours pas...
Je lachais un juron à mi voix, lorsque je disais que jamais rien ne se passe sans problème? Je détaillais les fourrées, rien de rien...

Elle sortit enfin de derrière un arbre, j'aurais pourtant juré qu'elle n'y était pas il y quelques instants... c'était bien elle l'esprit que je detectais, mais pourquoi Akogare ne l'avait il pas vu? Et pourquoi est ce que sa présence était toujours aussi diffuse alors qu'elle semblait belle et bien être une entité matériel?
Elle portait de drôle de vêtements, blanc dans une matière que je n'avais jamais vu, une espece de fourrure très épaisse... Elle avait 5 ans tout au plus. Mais qu'est ce qu'elle faisait en forêt celle là? Je la regardais attentivement, ne pouvant me départir de l'idée que quelque chose clochait.

Quant à elle, elle nous déviseagait tout trois... D'abord Akogare, elle se détourna vite de lui, pas étonnant avec la tête qu'il tirait depuis ce matin il devait lui faire peur... Elle passa sur moi avec la même indifférence, tant mieux, il restait Kitana puis peut être qu'elle nous laisserait tranquille...
Mon espoir s'écroula lorsque je vis son visage s'éclairer alors qu'elle fixait l'étudiante... Elle s'approcha d'elle, le sourire au lèvre.


[Yoshikumi] Tu veux jouer avec moi? Je m'ennuie.

Si je ne m''étais pas attendue à tout j'aurais fait un autre bond... Je réitérais ma question à mi voix cette fois.

[Auroe] Mais qu'est ce qu'elle fiche ici?

Je ne trouvais que des inconvénients à sa présence : elle était bizarre, elle nous ralentissait et... c'est tout mais c'est déjà bien assez.. J'avisais la tête d'Akogare qui se trouvait juste derrière moi, il n'en pensait pas moins apparement...
Je m'approchais de mes coéquipiers tant que la fillette n'était pas à portée et fit part de mes craintes.


[Auroe] Elle n'est pas humaine... Nous ferions bien de nous en debarasser... J'hésitais puis ajoutais, vite.

Je n'avais aucun état d'âme quant au fait que c'était une fillette trop jeune pour survivre seule en pleine forêt... De un elle n'avait rien à faire ici, et de deux ce n'était pas notre problème. Si elle finissait pas mourir dans un buisson j'irais la voir un jour et puis ce serait classé...
Je me tournais vers elle et parlais d'un ton froid, sans aucune émotion:


[Auroe] Tu ferais bien d'aller retrouver tes parents...

Elle m'ignora superbement, jamais je n'avais fait mieux dans l'indifférence face à quelqun... Pas un regard, pas un tresaillement. Bref, je n'existais pas... et ma phrase avait eu le même effet que si je l'avait adressé à un arbre... Quoique il aurait peut être même réagit plus que ça.
J'avais donc des leçons à prendre sur ce point, je notais. Elle passa devant moi et devant Akogare sans nous prêter la moindre attention puis se planta devant Kitana.
Je remarquais ses yeux au passage, ils auraient fait fondre n'importe quel coeur... J'espérais que celui de Kitana soit assez solide, ou froid selon le point de vue. Bref, qu'elle n'ait aucun instinct maternel... Mais ça j'en doutais fortement...

Je fermais les yeux résumant tout les jurons que je conaissais pour exprimer une telle situation, et je n'en trouvais pas d'assez fort.

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Ven 28 Juil - 20:36

[Akogare]"Bordel."

Je m'adosse à l'arbre. J'invoque une nouvelle fois mon Byakugan. Elle n'apparaît pas. C'est une forme floue, sans substance que je vois. Je désactive. En effet, elle n'est pas humaine. Une sorte d'esprit ? Autant, elle a été tuée par un ours en rut, et son esprit vengeur souhaite... s'amuser.

Non, non, non et non. On n’a pas le temps. On n’a pas le temps du tout de jouer à la poupée.
Elle regardait Kitana comme si elle avait vu son idole, l'étoile qui illumine ses nuits moroses.

Ouais, ben ma nuit à moi j'ai pas envie de la passer ici. On va avancer, on va trouver un coin tranquille, et on va dormir. On aura peut-être même trouvé le gars avant ça. Alors, on remballe la petite, et on y va.
Même notre naine est d'accord.
En fait, je suis chanceux. Oui, regardez. Elle aurait pu me demander à moi de jouer avec elle. Vous imaginez ?
Mais oui ma petite... Je t'accroche à l'arbre, ok ? C'est excellent !

Nous sommes mal. J'aurais préféré un ours en rut pour le coup. Ce que j'ai avec les ours en rut ? Rien. Je me dis juste qu'il ne doit pas être charmant avec la gent masculine.

Kitana hésite encore. Elle sent peut-être que je suis en train de la fusiller, de l'atomiser, de la pulvériser rien qu'avec mes yeux.
Allez, essaye, dégage cette gamine. Elle ne m'inspire aucune confiance. Les enfants paumés en forêt, ça craint. Quand en plus mon Byakugan ne les détecte pas, ça craint encore plus.

Ne pas être rationnel avec les gosses. Regardez avec Auroe : je suis pas rationnel. Héhé.


[Akogare]"Il faut que tu partes. On a pas envie de jouer. En fait, on a surtout pas le temps."

Elle s'en fout. Elle n'aime que Kitana. J'abandonne. Non pas que j'ai épuisé tous mes arguments - quand je l'aurais accroché à l'arbre, ce sera mon dernier argument - mais je laisse la subtilité de Kitana prendre le pas. A tout hasard, je lance à Auroe, pas trop fort mais suffisamment pour que Kitana entende.
.
[Akogare]"C'est étrange. Elle a les mêmes yeux que moi, quand je suis sorti du coma. Dans ces cas là, il fallait absolument qu'on me laisse seul sinon je... je perdais la raison, oui tout à fait."

C'est maigre. Mais bordel, j'ai pas envie que Kitana nous foire tout.

[Akogare]"Ah, j'ai plein de choses à raconter sur mon coma ce soir ! Vite, avançons que je m'épanche de ce besoin !"

Allez, je me coupe les veines, je me crucifie comme un grand. Tout. J'accepte - presque - tout, mais dégageons.

Auroe me dévisage, sceptique. Je le suis tout autant, mais je hausse les épaules. Peut-être que la curiosité l'emportera sur... sur l'envie de poupouiller une gamine ?

Pendant ces quelques instants, la gamine n'a pas quitté Kitana du regard.

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Sam 29 Juil - 12:51

[Yoshikumi] - Tu veux jouer avec moi ? Je m'ennuie.

Auroe ne cilla pas, Akogare fit la moue et Kitana s'exclama, ravie :

[Kitana] - Comme elle est mignonne !

Mais ce ne fut pas la même réaction pour tout le monde.

[Akogare] - Bordel.
[Auroe] - Mais qu'est ce qu'elle fiche ici?
[Akogare] - Il faut que tu partes. On a pas envie de jouer. En fait, on a surtout pas le temps.

Kitana secoua négativement la tête avant de croiser ses bras sur sa poitrine.

[Kitana] - On ne va pas laisser cette enfant seule dans la forêt ! Il pourrait y avoir des ours en rut, vous vous en rendez-compte ?
[Auroe] - Elle n'est pas humaine... Nous ferions bien de nous en débarrasser... vite...
[Kitana] - Humaine, ou pas humaine, elle n'en reste pas moins une enfant !

Elle vit Akogare lever les yeux au ciel, et se lancer dans une tentative désespérée qui la fit sourire...

[Akogare] - C'est étrange. Elle a les mêmes yeux que moi, quand je suis sorti du coma. Dans ces cas là, il fallait absolument qu'on me laisse seul sinon je... je perdais la raison, oui tout à fait.
Ah, j'ai plein de choses à raconter sur mon coma ce soir ! Vite, avançons que je m'épanche de ce besoin !


Akogare et Auroe attende la réponse de Kitana avec une impatience grandissante, c'en est presque palpable...

[Kitana] - Bon, Akogare, ça te dérange pas, si je fais ta psycothérapie une fois que j'en saurais plus sur cette enfant ?
Alors, où vis-tu ? Qui sont tes parents ? Tu connais quelqu'un qui s'appelle Himaro ?


La fillette cligna des yeux plusieurs fois :

[Yoshikumi] - Tu veux jouer avec moi ?
[Kitana] - Euh... Oui, plus tard, quand tu m'auras dit qui tu es...

Cette gamine de cinq ans tout au plus était étrange. Peut-être qu'elle n'était pas humaine comme le prétendait Auroe. Kitana doutait que cette enfant soit le mal réincarné, certes, ses vêtements étaient étranges, mais ses yeux avaient la pureté de l'eau. L'enfant cligna encore des yeux... ** Elle est très jolie, mais elle est très bizarre... **
Ses coéquipiers, plus expérimentés qu'elle malgré leurs âges, se méfiaient visiblement de la fillette. Akogare faisait encore son truc avec les yeux, Byuaka-machin-chose, il semblait ne pas croire ce qu'il voyait. Auroe avait une moue dubitative, elle craignait peut-être cette enfant... De toutes façons, les hommes ont une tendance naturelle à craindre ce qu'ils ne connaissent pas.
Kitana se souvint des légendes de son enfance, lorsque sa mère parlait de fées, d'elfes, et de ces créatures enchanteresses qui habitaient les forêts qu'elles protégeaient...

Kitana répéta sa question :


[Kitana] - Dis-moi, petite fille, qui es-tu, et où habites-tu ?


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Sam 29 Juil - 17:18

[Kitana, les pnjs qui aparaissent dans cette mission tu peux les utiliser comme tu l'entends^^. Je répond pour ce coup ci mais faites vous aussi avancer l'histoire, ce ne sera que plus interessant Smile]

Kitana venait de réagir de la mauvaise façon... Je ne dis rien, j'observais, peut être avais je tort d'un côté, autant laisser sa chance à la fillette maintenant qu'on était coincé... Je choisis un arbre et m'appuyais contre lui non sans jetter un coup d'oeil à Ako, il n'avait pas l'air très réjouit non plus.

[Kitana]Alors, où vis-tu ? Qui sont tes parents ? Tu connais quelqu'un qui s'appelle Himaro ?

La fillette regardait Kitana, elle avait l'air un peu déçu, elle n'attendait pas des questions, c'était évident... Elle se rembrumit et répéta son souhait, à croire qu'elle ne savait dire que ça... Pourquoi perdre son temps?

[Yoshikumi] Tu veux jouer avec moi?

Non, non, je pensais ce mot assez fort en espérant que Kitana l'entendrait... Je résistais d'ailleur à l'envie de prendre le controle de son corps pour répondre à sa place. Enfin, je n'avais pas à disposer de mes coéquipiers ainsi, ni d'influencer leur jugement, je m'abstins donc de faire quoique ce soit.

[Kitana] - Euh... Oui, plus tard, quand tu m'auras dit qui tu es...

Je levais les yeux au ciel et reprimais un soupir, jusqu'ou allait elle continuer ce petit jeu?
La fillette fronca les sourcils, je me préparais à tout, vraiment elle ne m'inspirait pas confiance... Et il ne fallait peut être pas la contrarier.


[Yoshikumi] Je m'appelle Yoshikumi... J'habitais loin d'ici, il faisait beaucoup plus froid et il y avait moins d'arbres... Maintenant je suis là avec lovoün et je m'ennuie.

Et bien, nous voilà avancée, elle était probablement aussi paumé que nous, enfin, techniquement comme nous n'étions pas perdu c'était la seule dans l'histoire à ne pas être à sa place...
Autre point obscur : qui était ce Lovoün? Surement pas quelqu'un du coin vu son nom... Qu'elle aille le retrouver d'ailleur, ce serait bien.
Enfin... cela ne servait à rien de parler, elle n'écoutait que Kitana. C'est à nouveau à elle qu'elle s'adressa:


[Yoshikumi] Chez moi il y avait toujours des gens pour jouer avec moi... Tu viens?

Et elle remettait ça, je décollais mon dos de l'arbre et m'apprêtais à tenter quelque chose, n'importe quoi, mais quelque chose qui la fasse bouger... Peut être que chez elle s'était une princesse mais ici c'est la forêt et il n'y a personne pour jouer.
Je m'arrêtais dans mon mouvement, un cintillement apparut entre les mains de la fillette, un objet blanc et rond prit forme dans sa main.
Mauvais... très mauvais même... Je reculais d'un pas ne sachant plus trop quoi faire. Reflechir, qu'est ce que ce pouvait être?
Genjutsu? Je secouais la tête, je l'aurais sentit... Je m'approchais d'Akogare. La fillette se tourna vers nous, premier regard qu'elle daignait nous accorder... Elle s'arrêta sur mes yeux.


[Yoshikumi] C'est de la neige... Tu n'es pas drôle toi.

Je compris vite ce qu'était la neige : blanc, froid et mouillé... L'objet blanc venait de s'écraser sur ma figure. Je crois n'avoir jamais eu plus grande frayeur que lorsqu'elle détendit son bras pour lancer son projectile...
Inoffensif, à mon grand soulagement... Mais elle était arrivé à créer ça donc elle pouvait créer d'autre choses, peut être moins amusantes... J'essuyais ma figure et constatais rapidement que plusieurs tas de boules venaient d'apparaitre alentour. Je ne comprenais pas trop ou la fillette voulait en venir.
Inutile de chercher à concevoir ce qu'elle était pour le moment, je continuais de glisser vers Akogare, Yoshikumi avait retourné son attention vers Kitana... Elle avait une seconde boule à la main.


[Yoshikumi] Ce n'est pas drole si vous ne bougez pas...

Elle lanca son projectile sur l'étudiante.
Je reflechissais rapidement à la situation : pour moi il était hors de question de la combattre, son esprit était bien trop puissant... Et de plus si elle pouvait créer n'importe quoi nous n'irions pas bien loin...
J'étais assez prêt d'Akogare maintenant, j'attirais son attention en prenant garde à ce que la fillette n'entende pas.


[Auroe] Onii-chan?

[Kitana tu peux répondre, Ako je t'envois par mp ce que j'ai en tête. Comme Kit n'est pas censé entendre non plus]

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Dim 30 Juil - 14:09

Kitana fut surprise de voir une chose blanche et magnifique apparaître dans les mains de la jeune enfant, une enfant prodige...

[Yoshikumi] - C'est de la neige... Tu n'es pas drôle toi.

L'enfant venait de s'adresser à Auroe qui reçut illico une "boule de neige" en plaine figure. Kitana savait pertinement que cette enfant innoncente ne pouvait leur faire de mal, aussi ria-t-elle discrètement de l'expression d'Auroe.
Kitana alla aux pieds de l'enfant et ramassa une boule. C'était froid et doux, dur et en même temps fragile... Elle se releva et reçut une boule en pleine figure. Surprise du choc, elle se mit bientôt à rire doucement, pour ne pas vexer Auroe et Akogare...


[Yoshikumi] - Ce n'est pas drole si vous ne bougez pas...

Kitana lança la boule aux pieds de l'enfant.

[Yoshikumi] - Mais non, le principe, c'est de tirer sur les gens. C'est drôle la neige !

[Kitana] - Oui, tu as raison, c'est drôle la neige. Chez moi, il n'y a pas de neige, il fait trop chaud.

En effet, la nouvelle boule que Kitana tenait dans ses mains se transformait peu à peu en eau, elle la lança rapidement sur l'enfant. Cette dernière se mit à rire gaiement. Auroe se rapprocha d'Akogare. Kitana continuait à lancer des boules, mais la petite fille était rapide, elle courrait, et courrait pour les éviter.
Yoshikumi leva une main, et une petite butte de neige apparut, elle se cacha derrière.
Kitana rit :


[Kitana] - Eh ! Tu triches !

Une sculture de neige apparut. Kitana fut surprise, c'était fait en neige, deux énormes boules étaient collées l'une sur l'autre. Celle du dessus était plus petite, et il y avait une carotte plantée dans la neige et deux petits cailloux noirs au dessus...

[Yoshikumi] - Tu n'as qu'à te cacher derrière le bonhomme de neige ! C'est nul ici, il y a même pas de neige ! Vous faites quoi pendant l'hiver alors ?

[Kitana] - Dans mon village d'origine, il n'y a jamais eu de neige. L'hiver, il fait plus froid, et il pleut souvent. Et donc au printemps, les rivières sont hautes, et on joue avec des petits canots dedans. L'été, il fait bien chaud, et on se rafraîchit dans les rivières, on pêche du poisson également. Pendant l'automne, les feuilles des arbres changent de couleur et tombent comme des pluies de toutes les couleurs.

La fillette s'était assise et regardait Kitana avec de grands yeux, et on pouvait lire un "ouah" sur sa bouche grande ouverte.

[Kitana] - L'automne, c'est une saison magique. Dans mon village, on raconte que des fées sortent des arbres et qu'elles sèment des noisettes pour les écureuils...

[Yoshikumi] - Chez moi, il neige tout le temps. Je vis dans une maison faite en neige, et on mange du poisson qui se cache sous la glace... Tu peux me raconter l'histoire des fées ? S'il te plaît !!

Kitana sourit. ** Alalala, j'ai toujours du succès avec les mômes ! **

[Kitana] - Figure-toi que selon la loi du roi des fées, les fées doivent rester cachées dans leurs arbres jusqu'à l'arrivée de l'automne, mais une toute petite fée n'en avait aucune envie. Elle voulait découvrir le monde des hommes, et se faire des amis...

Kitana poursuivit l'histoire des fées devant les yeux grands ouverts de la petite fille. La neige autour d'eux avait totalement fondu, il ne restait que des flaques d'eau qui se mélangeaient avec la terre de la forêt des alentours de Konoha...


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤


Dernière édition par le Dim 30 Juil - 21:36, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Dim 30 Juil - 17:04

Et moi, moi une fée va venir me réveiller.

Je réprime un sourire quand je vois Auroe se dépêtrer de la neige qui macule bien importunément son visage.

Je le réprime, car ce n'est pas drôle du tout. Mais alors, on s'approche même du dramatique.

Cette gamine, si même mon pouvoir est inutile, c'est que ça craint. Je prends ça comme base : si mon pouvoir ne marche pas, il y a danger. C'est, oui, assez plat comme raisonnement, mais là, je suis presque inquiet.

De plus, celui d'Auroe ne doit pas fonctionner non plus. Rentrons nous dans un psychodrame ? Trois beaux et fiers ninja, abattus par... une gamine de cinq ans, à grands coups de boules de neige.

Oui, mais imaginons que ce petit bout de chair puisse nous créer un pic à glace, et nous empaler joyeusement sur l'écore rugueuse d'un arbre. Elle rira peut-être, mais pas nous.

Je crois qu'elle sent quand on est inquiet. Elle me dévisage à mon tour.
Allez, sourire de Mashiro.
Elle se désintéresse. Je suis le seul à ne pas avoir reçu ma boule de neige. De toute façon, je l'éviterai ce n'est pas le problème. Mais avec le bol que j'ai, j'aurais droit au blizzard, avec chute de pics et une avalanche en prime, des fois qu'il reste un os hérétique encore debout.

Ca sent mauvais.

Une petite enfant innocente ? Créer de la neige, ce n'est pas innocent du tout. Il faudra que nous en discutions avec Kitana, si elle nous met dans une situation dangereuse sans s'en rendre compte, cela risque d'être fâcheux.


[Auroe]"Onii-chan ?"

J’avais plus ou moins vu qu’Auroe cherchait à se rapprocher de moi, mais afin de ne pas éveiller l’intérêt de Yoshikumi, qui pourrait se révéler plus dangereux que ne le croit l’étudiante, je n’avais rien tenté de mon côté. Je me penche élégamment, afin de ne pas trop souligner le fait qu’elle m’arrive péniblement à la poitrine. Cette position, quoique efficace, manque de discrétion. Heureusement, Kitana prend s’en le vouloir les choses en main, sympathisant avec Yoshikumi.

[Auroe]"On va partir Onii-chan."

[Akogare]"Et Kitana ?"

Elle a ce petit regard que j’ai déjà vu plusieurs fois chez San et qui dit, en gros, ta gueule c’est moi qui cause et si tu m’interromps je te pourris. Je prends sur moi.

[Auroe]"Je vais rentrer dans Kitana."

C’est en effet notre meilleure stratégie. Ne vous inquiétez pas, si quelqu’un d’autre m’avait dit une phrase similaire, je me serai inquiété. Mais là, c’est Auroe, c’est pas pareil. Je trouve ça touchant qu’elle me demande mon accord. En fait, elle veut juste que je m’occupe de son corps pendant la possession, mais je suis libre d’interpréter comme je veux, non ?

[Akogare]"D’accord, tu peux tenir longtemps la technique ? La petite ne va pas nous laisser partir."

Elle me dévisage, un sourire taquin voletant sur ses lèvres. Elle va me sortir une énormité, je le sens. Elle se pend à mon bras, incline la tête et prend une petite voix de personne persécutée.

[Auroe]"Tu pourras me porter sans trop fatiguer ton dos, Oniiiiiii-chan ?"

Souverain, je me redresse, et réponds d’un sourire un brin crispé. Akogare, ne la lâches pas dans la rivière ! Ce serait très mauvais. Et ne l’accroches pas à un arbre non plus ! Coquinou va.

Kitana est en train de jouer avec la gamine. Nous n'existons tout simplement plus pour ces deux personnes. Si ce n'était pas dangereux, ce serait au moins vexant. Kitana a sans conteste une faiblesse pour les enfants. Je sais que voir une gamine dépenaillée dans la forêt peut faire vaciller les cœurs. De fait, si j’étais juste de passage, je me serais réellement arrêté. Mais là, même si on passe sur le fait que l’on a une mission – ce qui n’est pas possible – voir que la gamine en question peut créer des boules de neige, à défaut d’exciter ma fibre marchande, ça me foutrais les jetons. Je me demande qui de moi, ou d’Auroe sera le plus en colère contre Kitana. C’est indéniable qu’elle nous met dans la galère, mais elle est encore très jeune. Oui, ce n’est pas une gamine de dix ans et un ado de quatorze qui vont lui donner des leçons, mais elle est encore très innocente. Oui, innocente. Et l’innocence, même si elle est dangereuse, n’est pas forcément condamnable.
Enfin, j’ai les boules quand même de devoir porter la naine, je le dis haut et fort dans ma tête.
Auroe s'agite, je lui pose une main sur le bras. Pas encore. Kitana parle de son village, des saisons.
Je lève la voix.


[Akogare]"Kitana, on y va."

Elle ne fait pas attention à moi. Elle continue son monologue, passionnée et tout à fait imprudente. Je regardes alentour, attentif à tout mouvement suspect. Rien.
Plus fort, le ton plus tranchant je reprends. Ca a du bon d’avoir été élevé chez les Hyuuga.


[Akogare]"Kitana !"

Elle me gonfle, je lâche le bras d'Auroe. Elle hoche la tête, se met en position. Kitana de son côté raconte je ne sais quoi, un truc avec des machins bizarres, et la gamine est tout simplement exaltée. Je grimace. Je vais être seul avec elle pendant un petit moment. Et pour couronner le tout, je serais cruellement handicapé.

[Auroe]"Shintenshin No Jutsu !"

Elle s'écroule aussitôt, je la rattrapes et la place contre moi. Je me redresse. Kitana se tourne vers nous, la gamine hésite. Elle sent que quelque chose ne va pas. Je saute en arrière, rejoignant le sentier, et cours. Kitana me suit, je m'en assure.
Je la laisse me dépasser.
La gamine est rapide. Un contact froid dans mon dos. Putain, je vais la lui faire bouffer sans cornet sa glace.

Tenshi se réveille, se colle à moi. Bien, je ne perds pas de vue Kitana qui court droit devant, commandée par Auroe. Je m'éloigne.
Les bras occupés, je suis contraint de subir l'assaut des branches. La gamine n'a pas ce désagrément, je sens sa frustration grimper, et je suis incapable de la distancer. Tenshi me préviens mais je ne prends pas la peine d'éviter les boules de neige car même si Auroe est très légère, elle m'entrave méchamment et au final, je serai ralenti.

Pourtant, l'alerte de Tenshi se fait plus pressante, et je consens à me jeter sur le côté, retombant sur l'épaule pour préserver au mieux la petite Yamanaka. Une lance de glace se plante dans l'arbre en face de moi. Bien, bien. Kitana, tu es charmante, une bien belle enfant que tu nous as amené là. Je me relève. Je devrais invoquer un clone, pour tenter de tromper l'enfant, mais mes mains sont immobilisées.

Pourquoi la gamine me suit, moi ? J'y suis pour rien. Elle sait peut-être qu'Auroe a expulsé Kitana de son esprit, et elle lui en tient rigueur ? J'en sais rien, et ce n'est pas le plus pressant.
Le corps de Kitana s'est arrêté, plus loin, près de ce qui pourrait être un ruisseau. Elle reprend sa route, je m’engage de mon côté dans un sentier parallèle, mais moins large. La petite ne se fatigue pas, et par moment, du verglas se forme sous mes pas. Instinctivement, j’évite le ruisseau. J’aurais l’air malin, les jambes dans la glace à sourire à une gamine furieuse.

Et puis, je ne sais pas comment, elle se retrouve en face de moi, une grosse boule blanche dans la main. Je serre un peu plus Auroe, et j’avoue avoir peur pour elle. Merde, je vais pas mourir avec elle quand même ?


[Tenshi]"Huhu, redoutable adversaire non, une gamine ?"

[Akogare]"Elle est vachement douée."

[Tenshi]"Elle ne te suivra pas dans les arbres, sème la. Pour le moment, tu dois mettre en sûreté tes compagnons, le reste, vous avisez ensemble."

Tenshi se recule légèrement. Mon monde est gris, elle me désigne un arbre à ma droite. Je le gravis à la verticale, maniant au mieux la Yamanaka pour ne pas qu’elle glisse, ou que sa cheville s’égard dans un endroit malheureux qui pourrait causer une chute douloureuse et incontrôlée. Je cours sur une branche qui va en s’amincissant, et je saute.
Deuxième arbre. Je ne perds pas de vue Kitana, qui court toujours, quoique légèrement moins vite. C’est peut-être la hauteur qui fausse mon interprétation, je ne sais pas.

La petite est invisible et se n’est pas pour me rassurer. Mais après moins d’une dizaine de minutes de voltige, je me rabats vers Kitana. En vérité, il vaut mieux qu’Auroe ne voie rien de ce que je fais en ce moment, sinon nul doute qu’elle ferait la gueule pendant tout le voyage.

Kitana est pliée en deux, vaguement essoufflée. Je retombe lourdement à côté d’elle.


[Akogare]"Je sais pas si elle est distancé, j’ai pris les voies aériennes."

Une partie de mon esprit me dit que la suite du voyage ne se fera pas dans une humeur des plus joviale. Mais au moins, nos petits corps ne souffrent d'aucun trou sanglant.

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Dim 30 Juil - 19:17

Akogare était daccord, Kitana semblait absorbée par Yoshikumi et vice versa. Inutile de lui parler, mon coéquipier venait d'essayer d'ailleur...
je me calmais, ce n'était pas le moment de paniquer ou faire autre chose d'idiot du même genre. L'étudiante avait eu du mal lors de notre entrainement au kai... J'esperais qu'elle n'arriverait pas à me sortir trop rapidement de son corps.
Je pris une grande inspiration et banissais toutes pensées futiles de mon esprit ; ma cible et seulement elle restait : Kitana.


[Auroe] Shintenshin no jutsu

Je chuchotais le nom de la technique pour qu'Akogare se tienne prêt.
Mon esprit emprunta la voie que je venais de créer vers celui de Kitana, dès que je fus sur place j'imposais mes idées à la jeune femme, elle ne pouvait que me suivre... j'ai déjà décrit cette sensation de controle, on a l'impression d'être maitre de soi et de faire des actions librements, mais en réalité c'est l'autre qui tire les ficelles. C'était ce que devait ressentir Kitana, du moins jusqu'au moment ou elle s'en rendrait compte et là, la bataille s'engagerait...

Akogare courait avec mon corps sur le dos, je me détournais de Yoshikumi sans un mot et entamais ma fuite. C'était étrange de se mouvoir dans un corps qui n'était pas le sien, et cette poitrine... Voilà ce qui m'attendrait un jour, le plus tard possible j'esperais, c'était tellement encombrant...
Mis à part ce détail rien de très dérangeant, on voit de plus haut et on court plus vite. Kitana était en autre forme physique que moi, je serais probablement déjà essouflée dans mon corps...
J'étais devant maintenant, Akogare savait sans doute ce qu'il faisait j me contentais de courir, nul doute que Yoshikumi nous suive. Je n'était pas en état de combattre dans un corps qui n'était pas le mien... Ou du moins je ne voulais pas m'y essayer.

Je m'arrête, je me sens tirée en arrière, la sensation disparait... Nul doute que ce soit Akogare qui ai des problèmes avec moi...
Onii-chan, fait attention à mon corps je t'en prie, si ça lache maintenant il n'y aura plus grand chose à faire...
Je respire de façon saccadée, malgré tout je suis arrivée à essoufler le corps de Kitana. Akogare arrive derrière moi, je reprend ma course, il bifurque, il doit être suivit...

Je ne peux plus tenir, je m'arrête, Kitana a comprit ce qui lui arrivait, mes mouvements son désordonnées, elle me bloque sans cesse...
J'aimerais lui dire de se calmer mais elle occupe toutes mes forces. Je lève la tête totalement paniquée, ou est Akogare?


[Akogare]"Je sais pas si elle est distancé, j’ai pris les voies aériennes."

Je me retourne, tout semble bien aller, je lache mon emprise sur le corps de Kitana.
On est beaucoup mieux chez soi, après quelques seconde j'avais repris mes esprits... J'avais mal partout, je ne fis aucune remarque, mon coéquipier avait dut faire ce qu'il pouvait...
Je jettais un regard à Kitana qui se redressait elle aussi, elle allait être furieuse. Mais je ne lui avais pas laissé beaucoup d'energie, elle venait quand même de faire une belle course, ça me laissait le temps de me préparer. C'était plutôt à moi d'être en colère d'ailleur, ce n'était pas moi qui avait faillit nous faire tuer!
Mais je n'étais pas faite pour piquer une colère, l'attitude de l'étudiante était même explicable... Je lachais un soupir. Pas de casse, c'était le principal.
Quelque chose de frois tomba sur mon nez, je levais les yeux, de la neige... Je me tournais vers Akogare.


[Auroe] Je ne crois pas que ça suffira...

La neige recouvrait déjà l'humus de la forêt, les arbres étaient légèrement blanc sous le gel. Elle était quelque part, ici, je fis un tour sur moi même. Akogare et Kitana reprenaient leur souffle, autant dire que j'étais seule pour quelques instants... Je scrutais la forêt, attentive au moindre mouvement.
Une forme blanche en haut d'une colline attira mon regard, c'était plutôt gros... instinctivement je mis la main à ma ceinture, là ou se trouvait mon fuma. Il était clair qu'il était maintenant exclu de fuir...


[Yoshikumi] Vous auriez put prévenir que vous changiez de jeu...

La fillette apparut prêt de la forme blanche, je me placais entre elle et mes coéquipiers.
Attitude d'héroïque? Non, je ne la laisserais pas approcher de toute façon... La grosse chose blanche bougea : un animal... Plus exactement un ours, mais tout blanc, je n'en avais jamais vu des comme ça...
j'etouffais un juron, un animal de son pays bien sur... je ne savais pas du tout de quoi était capable un ours "normal" alors le même venant du pays de yoshikumi je m'attendais au pire...
La fillette soupira et s'etira.


[Yoshikumi] Vous m'avez fait courir, je suis fatiguée... Je vous laisse Lovoün.

C'était donc ça Lovoün, je grimacais, voila ce qui s'appel un gros problème, avec des griffes et des dents...
Elle s'approcha en marchant, l'ours, lui, il courait... Je fis un écart alors qu'il allait me rentrer dedans, pas de coup de patte ni de grognement... Etrange.
Je ne tentais rien, l'animal ne semblait pas être aggressif, je ne ressentais aucun sentiment de haine ici...
De plus Yoshikumi aurait put nous tuer depuis longtemps si elle l'avait voulut. Quelque chose ne tournait pas rond... Je lachais mon fuma, ne le detachant pas de ma ceinture et marchais vers Yoshikumi.

Je ne pris pas garde à Lovoün qui venait de se retourner, déçu d'avoir manqué sa cible, et qui me fonçait dessus à nouveau.
Mes pieds quittèrent le sol, je roulais sur le dos de l'animal trop surprise pour réagir et me trouvais le nez dans la neige. Je venais de faire n'importe quoi... Je poussais sur mes bras pour me redresser, j'étais clouée au sol, l'animal avait posé une de ses pattes sur mon dos. Je glissais ma main vers mon fuma, plus à hésiter maintenant, avant qu'il ne mette du poid sur cette patte il fallait que j'agisse...
Il vint coller son museau contre ma joue, haleine désagréable, je pu me dégager et me remettre sur pied... Il ne bougeait plus, il me fixait en bavant... Je reculais de quelques pas, il avait beau être gentil de prime abord, il était tout de même énorme et pourrait me broyer "sans faire exprès"...


[Yoshikumi] Vous voyez, quand vous ne voulez pas jouer ça fait faire des bêtises!

Je fis volte face, Yoshikumi se tenait juste derrière moi me fixant avec un regard emplie de reproche...
A nouveau je fis un bond en arrière et me cognais contre l'ours... Une langue énorme s'étala sur mon visage... Horreur, je supportais ce supplice en ne pouvant m'empêcher de penser à la texture du morceau de chair et de la trainée de bave qu'il laissait sur mon visage...


[Yoshikumi] Viens Lovoün, elle ne veut jamais jouer celle là...

Ma machoire inférieur tomba, je ne pouvais pas y croire...
Mais si, j'adore jouer avec les animaux de une tonne, tout le monde aimerait risquer de se faire broyer en quelque seconde...
L'ours vint vers sa maitresse sans broncher, je restais sans bouger, la bouche ouverte. Ca en faisait un peu trop...
Je me laissais tomber dans la neige et chuchotais pour moi même:


[Auroe] S'il vous plait j'aimerais me réveiller...

J'imaginais le regard de meurtrière que devais me lancer Kitana à ce moment là... Oui je m'étais planter sur toute la ligne, et j'avais faillit nous faire tuer avec mon idée de fuite...
Oui, Yoshikumi n'était pas méchante... Ni son ours d'ailleur. Mais...
Je m'arrêtais, laissant passer les secondes, j'entendais vaguement parler les autres.
Lorsque je sortis de ma torpeur je finis ma pensée à haute voie:


[Auroe] Mais... On a pas le temps de jouer!

Yoshikumi se pencha sur moi en entendant mes paroles, elle me détailla de la tête au pied, je restais dans la neige, qu'allait elle inventer encore? Elle me fit un grand sourire.
Moi je preferais fermer les yeux, je n'avais plus rien envie de voir... Ni neige, c'était très froid d'ailleur et je commencais à le ressentir ; ni ours, ni rien...


[Yoshikumi] C'est pas grave je n'ai plus envie de jouer de toute façon.

J'ouvrais les yeux, qu'est ce que cela voulait dire? Je lançais un regard paniqué vers Akogare, puis Kitana et je revins sur Yoshikumi qui souriait toujours...
Elle n'allait quand même pas nous accompagner?

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Mer 2 Aoû - 15:43

Kitana s'était sentie sous l'emprise d'une autre personne, elle ne parvint plus à terminer son histoire, elle se mit à courir... ** Pourquoi je cours ? Où est la fillette ? ** Les images qu'elle voyait derrière un écran flou lui montraient des feuilles, des arbres qui défilaient à une vitesse rapide...
Mais c'était trop rapide pour Kitana, son corps s'essoufla vite...


** Où suis-je ? Qu'est-ce que je fais... Arrête-toi ! **

Le corps de Kitana se stoppa dans une position bizarre, une jambe en l'air, le poids du corps en arrière, et un bras tendu vers l'avant. La jeune étudiante se rappela qu'elle avait connu une situation presque similaire... La rage la fit exploser : ** AUROE ! SORS DE MA TETE !!!!!! **

[Akogare] - Je sais pas si elle est distancé, j’ai pris les voies aériennes.

Kitana se sentit beaucoup plus libre, elle secoua la tête, en proie à la colère et à l'humiliation... Elle allait sortir une de ses phrases sarcastiques et cassantes qui ont généralement pour effet de provoquer "le passage d'un ange", mais elle fut interrompue par un regard d'Auroe. Peur, fatigue ? Elle n'en avait aucune idée, mais Auroe n'était pas dans son assiette. Kitana se promit mentalement d'avoir avec la petite blonde une discussion sur le Genjutsu...

[Auroe] - Je ne crois pas que ça suffira...

La forêt autour d'eux se couvrit de givre, de glace et de neige. Yoshikumi réapparut, elle ne semblait pas essouflée, juste passablement énervée...

[Yoshikumi] - Vous auriez pu prévenir que vous changiez de jeu...
Vous m'avez fait courir, je suis fatiguée... Je vous laisse Lovoün.


Kitana ouvrit grand la bouche et les yeux en voyant l'ours blanc, massif, grognant et gromellant... Il s'élança en direction du groupe, Kitana effrayée poussa un petit gémissement avant de se diriger péniblement avec les maigres forces qui lui restaient vers un arbre... L'ours se jeta sur Auroe et lui renifla la joue avant de la lécher avec une joie évidente de sa langue bleue.
Auroe resta interdite...


[Yoshikumi] - Viens Lovoün, elle ne veut jamais jouer celle là...

[Auroe] - Mais... On n'a pas le temps de jouer !

[Yoshikumi] - C'est pas grave je n'ai plus envie de jouer de toute façon.

Kitana s'avança vers Yoshikumi devant le regard paniqué d'Auroe et Akogare... Utiliser la ruse c'était le meilleur moyen...


[Kitana] - Tu as réussi à dresser cet ours seule ? A Konoha, comme dans mon village, les ours sont réputés dangereux et féroces, et presque impossibles à dresser.

[Yoshikumi] - Lovoün est mon ami, c'est pas une bête ! Je le connais depuis toujours. Maman m'a dit qu'il a le même âge que moi, et que c'est pour ça qu'on doit rester toujours ensemble. Elle a dit aussi qu'il me protègerait toujours. Il aurait du protéger maman...

La fillette baissa le menton, puis releva le visage souriante :

[Yoshikumi] - C'est grâce à lui qu'il y a toute cette neige !!
Oh fait ! Vous allez où ? Je m'ennuie ici, je peux venir avec vous ?


Kitana haussa un sourcil, et tourna la tête vers Auroe qui formulait avec ses lèvres un "non" muet... Kitana sourit ** Vengeance !! ** Elle prit un ton tout à fait naturel et doux en s'adressant à la petite fille :

[Kitana] - Mais bien sûr que tu peux venir ! Nous allons à la recherche d'un vieil ami d'Auroe, elle est si pressée de le revoir qu'elle laisserait une enfant adorable comme toi seule et sans défense dans la forêt...
Et puis, un ours nous sera très utile !


[Yoshikumi] - Oh, oui ! Lovoün adore se rendre utile ! N'est-ce pas Lovoün ? Et puis, il pourra toujours faire peur aux méchants !

Kitana sourit triomphalement vers Auroe. ** Tu me demanderas la prochaine fois que tu voudras utiliser mes compétences pour t'enfuir ! ** Akogare avait la mâchoire tombante de quelqu'un qui vient de recevoir un choc... ** Le pauvre, il sort du coma et Auroe le fait courir dans les arbres ! **


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Mer 2 Aoû - 18:29

Bien, la fillette, ça passe.

L'ours, désolé mais non. Auroe a subit ses assauts très, euh, physiques. Elle a l'air de s'en remettre, oui. Plus ou moins. Mais ce n'est pas une raison pour nous lâcher ce machin dessus, gentil ou pas. Il fait le poids d'un... d'un... d'un gros truc quoi ! C'est un odieux moyen de pression ! Non mais, moi aussi je pourrais élever un ours et pourrir la gueule à ceux qui veulent pas jouer. Je le fais pas, mais rien ne m'en empêche !

Et voilà que Kitana s'avance vers Yoshikumi. Je n'ai pas la force de les écouter. Deux heures qu'on est parti, et on est dedans jusqu'au cou. Tous les Genin sont aussi nazes, ou on est l'exception ?
Allez, faisons un effort d'écoute.

[Kitana]"Mais bien sûr que tu peux venir ! Nous allons à la recherche d'un vieil ami d'Auroe, elle est si pressée de le revoir qu'elle laisserait une enfant adorable comme toi seule et sans défense dans la forêt...
Et puis, un ours nous sera très utile !"

Décidemment, on est tous nazes.
J'ai toujours eu un certain calme, une certaine maîtrise. Assez étonnamment, aujourd'hui aussi. Je m'approche des deux filles, tranquillement, presque avec nonchalance. Et puis, je ne me l'explique pas, je saisis le menton de Kitana et la tourne - avec brusquerie, je l'avoue - vers moi.


[Akogare]"Tu es étudiante. Les décisions, ce n'est pas toi."

Le ton est cassant, glacial. Mais on a pas été promus parce qu'on avait de jolies frimousses, ou alors on me cache des choses.

[Yoshikumi]"Parle pas comme ça !"

Kitana cherche à se dégager, je la repousse en arrière et me tourne vers la gamine.

[Akogare]"Toi."

L'ours grogne. Je l'ignore. C'est pas un nounours de la montagne qui va me gonfler hein. La petite fille me dévisage avec une insupportable pointe de fierté. Je ne suis pas prêt à risquer ma dignité en la frappant pour trois raisons : déjà elle fait la moitié de ma taille, c'est insultant. C'est une gamine de cinq ans, ça ne se fait pas. Et puis... Et puis j'ai peur que mes coups soient inefficaces ce qui serait grave la honte.

[Akogare]"Toi et le nounours vous voulez venir."

Je hoche la tête plusieurs fois. Je fais des efforts, mais je ne comprends pas. Je suis pas totalement débile pourtant, mais pourquoi ce petit machin voudrait nous suivre. Vous me direz que je crains si je commence à flipper devant une enfant de cinq ans, mais ce n'est pas vous qui avez failli finir embroché à un arbre, alors on se tait.

[Tenshi]"Akogare, imagine que cette petite fille soit une sorte de vague, qu'est-ce que tu ferais ?"

[Akogare]"Ben, je surfe si j'ai une planche...

Elle se gratte la tête, et poursuit.

[Tenshi]"Euh, oui... Bon, ça marche aussi remarque. Tu surfe, donc tu vas au devant d'elle."

[Akogare]"Ben ouais, sinon je me casse la gueule."

[Tenshi]"Exactement. La gamine est comme une vague, elle va vous poursuivre, sans que vous puissiez la distancer. Donc, que tu acceptes ou pas, ce sera pareil. Juste que si tu dis oui, ce sera plus agréable pour vous tous."

Akogare hoche à nouveau la tête, puis pensif, demande.

[Akogare]"Et pour le surfe, tu crois que je pourrais lui demander ?"

Mais Tenshi était déjà partie, non sans un soupir.

Et moi, j'étais toujours dans cette forêt pourrie avec devant moi une gamine qui me dévisage. Je me redresse et déclare le plus naturellement du monde.


[Akogare]"Bah, moi ça me gêne pas."

Et paf, tout le monde niqué sur ce coup. Auroe est peut-être la plus surprise de ma réaction, quoique les yeux noirs de Kitana sont assez sympa aussi. J'adresse un mince, très mince clin d'oeil à Auroe pour bien lui confirmer que non, je ne suis pas fou, et que oui, je sais ce que je fais.

Bien sûr, cette déclaration est entièrement fausse, mais personne n'est obligé de le savoir.

Ah, Kitana, Kitana... Vas tu me gifler, ou aura tu pitié du pauvre ex-comateux que je suis ? Héhé. Fais gaffe hein, je suis un futur patient possible. Dis toi que je suis euh... lunatique ? Oui, je suis lunatique. Allez, je m'excuserai ce soir. Quoique, je suis quand même plus balèze que toi, je vais pas te cirer les pompes.

Et c'est avec ce genre de pensées importantes, voir capitales, que je m’adossai aux côtés d'Auroe, dévisageant l'ours. En rut, j'en suis sûr, au vu de son attitude avec la pauvre naine. Tu la touches pas hein, gros macho. Sinon, je te pourris la gueule.

Enfin, de loin.

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Mer 2 Aoû - 22:31

Kitana me donna le coup de grace, je m'étais redressé en entendant la question de Yochikumi... L'étudiante semblait la seule à avoir assez de pouvoir sur elle pour qu'on puisse s'en debarasser. Je la suppliais du regard.

[Kitana] - Mais bien sûr que tu peux venir ! Nous allons à la recherche d'un vieil ami d'Auroe, elle est si pressée de le revoir qu'elle laisserait une enfant adorable comme toi seule et sans défense dans la forêt...
Et puis, un ours nous sera très utile !


Je m'écroulais à nouveau dans la neige, cette fois je serais morte si je ne l'avais pas déjà été, c'est du moins le sentiment que j'avais...
Akogare tenta quelque chose, faisant jouer son autorité... Il n'aurait rien fait ça aurait été pareil. Je daignais ouvrir un oeil pour voir son expression, lequel de nous deux était le plus abattut? Je n'aurais sur le dire...


[Akogare]"Bah, moi ça me gêne pas."

Là je me redressais et m'appuyais contre un arbre pour ne pas retomber de suite. J'ouvrait la bouche pour dire quelque chose, je ne savais pas quoi... C'est la raison pour laquelle aucun son ne passa mes lèvres.
Je me contentais de regarder Akogare avec des yeux ronds, la bouche entreouverte. Je cru voir un clin d'oeil, je ne comprenais plus rien... j'arrêtais très vite d'essayer de comprendre la moindre petite chose qui s'était passé depuis la rencontre avec Yoshikumi. Seulement Kitana nous avait donné une leçon dont j'avais du mal à me remettre et nous allions avoir droit à un ours pour la suite du voyage...
Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.


[Auroe] Hem... Allons y alors... Comme tout le monde est daccord.

Je commencais à marcher, je crois qu'Akogare m'emboita le pas mais la petite ne bougea pas et Kitana l'attendait bien entendut, elle n'allait aps laisser échapper sa victoire ni l'enfant... Yoshikumi ça ne me dérangeait pas qu'elle reste sur place ; mais l'étudiante c'était plutôt gênant... Je m'arrêtais donc pour voir ce qu'il se passait. Voyant que je m'interessais à son cas la fillette parla.

[Yoshikumi] Vous allez marcher?

La question me surpris, c'était surtout le regard étonné de la fillette qui m'interpella... Elle était sérieuse... Ca voulait dire quoi ça encore? Elle preferait ramper ou y aller sur les mains? Je fronçais les sourcils. Je m'attendais à tout.

[Yoshikumi] Il y a assez de place sur Lovoün, c'est idiot de marcher.

Voici donc le fond de sa pensée... Et bien non, jamais je ne monterais sur ce truc qui avait faillit me broyer et dont j'avais encore l'odeur de l'haleine collé à ma joue (ainsi que de la bave)... Je fis demi tour en affirmant bien haut et fort :

[Auroe] Je suis idiote et je marche!

J'eu droit à un haussement d'épaule tandis que Yoshikumi montait et invitait Kitana et Akogare à faire de même. Je ne sais pas qui accepta, je m'en fichais éperdument. Tout ce que je savais était que l'ours me suivait de prêt, que son souffle était désagréable et que de temps en temps sa truffe venait fouiller dans mes cheveux...
Non et non je ne me retournerais pas, je donnais de grandes claques lorsqu'il devenait trop insistant mais il n'aurait rien d'autre de moi. Je marchais droit, tentant de me souvenir du chemin... Même si je paraissais sur de moi je n'en menais pas large. Je frissonnais à chaque pas et la neige persistait à nous suivre, ce qui n'avait rien d'etonnant.
La voix de Yochikumi retentit.


[Yoshikumi] Vous cherchez le vieux?

Je sursautais et me retournais pour tomber sur le museau de l'ours... Bien, charmant... Je levais les yeux vers les "cavaliers" et vers la fillette. Oui, j'étais peut être perdu, mais j'aurais préféré me perdre totalement plutôt que de devoir m'en remettre à cette gamine... Conaissait elle le chemin? Il va sans dire que le seul "vieux" à des kilomètres à la ronde ne pouvait être qu'Himaro...

[Yoshikumi] C'est pas par là...

Me cacher... Quelque part, loin... très loin... Mais qu'est ce que je raconte? Tout ces petits remords c'est pas pour moi.
Je passais derrière l'ours sans dire un mot, haussant les épaules en réponse des regards de mes partenaires... Et je suivis... Il était normal de laisser la tache à quelqun de plus qualifié, mes sautes d'humeur n'étaient pas très appreciables...
Nous changeâme rapidement de direction, comme l'avait laissé sous entendre Yoshikumi, et la forêt me parut plus familière, force m'est d'avouer qu'elle avait raison... Comme le fait que si elle n'avait pas été là nous serions probablement quelque part en forêt... mais certainement pas là ou nous voulions.
Tout de même, combien de temps cela faisait il qu'elle était en forêt pour trouver si facilement son chemin?

Je n'eu pas ma réponse car je ne posais pas la question, Kitana racontait la suite de l'histoire des fées à la fillette. Je tendais l'oreille, les histoires j'aime ça, et je n'avais aucune raison de ne pas l'écouter. Je marchais sans un mot, me contentant d'écouter, nous n'avons pas eu de problèmes. L'ours était un bon épouvantail, même les animaux n'osaient approcher, je n'en vis pas un seul durant tout le voyage. Et aucun esprit ne vint me perturber, petit moment de répit à écouter des histoires et marcher tranquillement en forêt. La vie est ainsi faite que ces moments ne peuvent durer longtemps.

Au crépuscule nous vîmes la cabane d'Himaro apparaitre entre les arbres:
Une vieille bicoque croulante, adossé à un arbre ui avait bien du mal à retenir tout ce poid... Car si elle était mal en point elle n'était pas petite et les matériaux utilisés étaient de bonnes tailles eux aussi...
Yoshikumi sauta à terre et m'adressa un sourire, je hochais la tête... Incapable d'en faire plus ; même si c'était moi qui avait trouvé le chemin je n'aurais pas réagit ainsi, elle en était capable, elle n'avait surmonté aucune de ses faiblesse... Aucun mérite...

Je m'approchais de la cabane, les choses sérieuses allaient commencer, je briefais tout de même mes coéquipiers avant d'entrer.


[Auroe] Je penses qu'il vaudrait mieux éviter le sujet du rapatriement pour le moment... Nous aurons... J'hésitais et toussotais un peu ...d'autres problèmes dans l'immédiat...

C'était vague, j'en étais consciente, mais ils allaient bientôt voir qui était notre homme... Le meilleur choix était d'avancer et de voir... Je n'étais, moi même, pas certaine de la tournure des choses.

Trêve de commentaires... J'avancais et frappais à la porte. Un vacarme retentit dans la cahute, je reculais d'un pas, de peur qu'elle s'écroule... Mais elle ne bougea pas, vraiment résistante sous ses apparences délabrés, car, croyez moi, c'était bien l'équivalent d'une tempête qui était survenu à l'intérieur... Nous eûmes droit à une bordée de jurons plus ou moins délicats puis la porte s'entrouvit laissant apparaitre le géant à la barbe hirsute et, c'est peu de le dire, très sale...
Il posa les yeux sur Akogare, Kitana et Yoshikumi avant de me voir, l'ours et étaient resté un peu en retrait.
Il s'adressa à moi, m'envoyant son haleine dans la figure... Je me pris à aimer l'ours, quoique, ces deux là devrait bien s'entendre, la différence était peu prononcée.


[Himaro] T'es déjà venu l'année dernière toi?

Je hochais la tête... L'année dernière... Shikaro c'était battu pour que j'ai une place pour dormir à l'intérieur et à l'aube nous avions été jetté dehors après avoir supporter les histoires ennuyeuses et les ronflements de notre "hôte"... Que de souvenirs!
Le géant eut un sourire et m'attrapa, je quittais le sol comme si j'avais été une plume et me retrouvais collé à la barbe de l'homme, ce qui valait, je le répète, aussi bien que d'être collé à l'ours...


[Himaro] Content de te revoir... Il s'arrêta et leva les yeux. Mais tu m'apporte quoi là? Tu sais que je ne suis pas une auberge, ce n'est pas dans mes principes...

Le "quoi" en question était mon équipe, au moins se souvenait il de moi et il avait l'air de me faire bon accueil... J'entamais les présentations:

[Auroe] Voici Akogare, Kitana et... Yoshikumi qui est là par accident...

Le géant deviseaga chacune des personnes présentes. Ce fut Kitana qui arrêta son regard... Il me lacha, je tombais sur mes jambes et tentais de garder mon équilibre entre les racines et les feuilles mortes formant un sol meuble.

[Himaro] Si vous comptez dormir ici sachez que je n'accepte pas les femmes, c'est une question de principe...

Voici le soucis majeur: les principes du géant... Déjà il allait falloir defendre sa couche, moi ça ne me dérangeais pas de dormir dehors si ce n'était le fait que Yoshikumi refroidissait sérieusement l'atmosphère là ou elle se trouvait... Donc ça me dérangeait.
L'ours entra en scène, nous l'avions mis de côté d'un commun accord mais il ne voulait pas quitter sa maitresse plus de cinq minutes apparement... Quelle plaie!


[Yoshikumi] Lovoün!

Elle sauta sur l'animal comme il arrivait. Je tournais instinctivement les yeux vers Himaro, il n'avait pas bougé. Il fixait l'ours puis il attrapa Akogare par le col et le tira vers lui. Il se pencha et posa son poid sur l'épaule du genin...

[Himaro] Toi qui m'a l'air d'un homme, tu dois être le chef... C'est quoi cette chose? Il s'arrêta, bien sur il savait ce qu'était un ours mais son idée était autre, il reprit, tu me dégages ça de suite sinon tes copines iront dormir ailleur...

Tandis qu'ils discutaient je prenais Yoshikumi à part, assurement Himaro n'allait pas vouloir d'un ours dans sa cabane...

[Auroe] Il va falloir te séparer de ton Lovoün pour la nuit...

[Yoshikumi] Non!

Je baissais la tête, voici une chose de faite... Une mauvaise je veux dire. Et le géant n'avait pas encore demandé pourquoi nous étions ici. Merveilleux!
Bon, c'était réglé, Kitana était "une femme" vu qu'elle en avait tout les apparats... Il allait falloir defendre sa place. Yochikumi allait dormir dehors c'était déjà certain. Quant à moi... Après lui avoir ramener tout ce monde je vois mal comment il me laisserait entrer...
Je m'assis sur un rocher couvert de gel, résignée à dormir ici...


[Allez, lui il est pire que Yoshikumi, bonne chance :p]

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Jeu 3 Aoû - 1:14

[Huhu, j'ai supprimé le post juste avant de le finir. Suis-je maudit ? :p]

Quel merveilleux voyage ! J'en suis encore tout émoustillé.

Alors, nous sommes partis. Yoshilumi voulait qu'on monte sur son truc grotesque là, plein de poil et qui dégage une odeur digne d'un... enfin bon, qui pue quoi. Au début, je place ma fierté avant tout. Moi, sur ton machin ? Mais tu divagues ma chère petite !
Auroe suivait le même principe.

Puis... J'avoue que 'avais les jambes lourdes. Et puis, l'ours avait l'air quand même grave confortable, avec sa couche de graisse et ses poils longs comme mes bras. Alors, je me suis invité sur les hauteurs. Yoshikumi était absorbée par l'histoire de Kitana, aussi ne fit elle pas attention à mes activités. De toutes façons, elle n'en avait rien à carrer, disons le franchement.

Quant à Kitana... Et bien, elle n'était peut-être pas ravie que je sois derrière elle, et je suspecte son coude d'avoir plusieurs fois tenté de me faire tomber. Et de rester dans mes côtés bien trop longtemps.

Elle prit une pause dans son histoire - qui était tout de même assez intéressante - et j'en profitais pour lui glisser un rapide.


[Akogare]"Je peux dormir contre ton dos ?"

Sans attendre de réponse, je m'installais confortablement. Et je m'endormi. Faire la gueule, ça me fatigue.

Mais, on est arrivé. Auroe désignait une bâtisse croulante, vieille comme le monde et tout aussi usée. En fait, elle ne l'aurait pas pointé du doigt, je suis pas sûr que je l'aurais remarqué. Enfin, nous y sommes, et c'est déjà bien.

Je descend de mon ours, propose galamment ma main aux deux nanas. La petite s'en foutait, soit dit en passant, mais on a l'habitude.


[Auroe]"Je penses qu'il vaudrait mieux éviter le sujet du rapatriement pour le moment... Nous aurons... d'autres problèmes dans l'immédiat..."

Ouah, ça craint.

Enfin, au cas où, on l'assomme et on y va à dos d'ours hein. C'est Auroe qui frappe à la porte. Logique, il parait qu'elle connaît le gars. Au début rien, tellement que je croyais que l'occupant avait fini par clamsé dans sa cahute. Mais non, il démontra sa présence à grand renfort de bruit. On aurait lâché l'ours en rut dans la maison avec une donzelle dehors, ça aurait fait le même effet.

Je reprends une attitude plus digne - en gros, je ferme la bouche, j'arrête d'écarquiller les yeux, et je révise mon maintien ensommeillé.

Le type sort. L'ours, mais sous forme plus ou moins humanoïde. Ouais, on aura du mal à l'assommer lui. Et puis, on va buter l'ours si on le pose dessus, héhé.
Je plains Auroe quand l'homme la soulève. Décidemment, elle aime les grosses choses elle.


[Tenshi]"Ako..."

Désolé. Mais avouons quel n'a pas de bol. C'est ça ma petite que de m'appeler Onii-chan. Les courbes céleste te le font payer au prix fort, et tu t'e,n veux toute ta vie.

[Tenshi]"Ako..."

Ahem, oui.

[Himaro]"Toi qui m'a l'air d'un homme."

J'ai vérifié il n'y a pas longtemps, et je peux répondre oui à cette première interrogation.

[Himaro]"Tu dois être le chef..."

Euh... C'est-à-dire que... Oula, ça craint.

[HImaro]"C'est quoi cette chose ? Tu me dégages ça de suite sinon tes copines iront dormir ailleurs..."

Hé, comment que tu me causes !

[Tenshi]"Si tu avais écouté au lieu de laisser libre cours à tes délires nocturnes, tu saurais que tu vas être seul à dormir avec lui. Il n'aime pas les femmes et refuse qu'elles dorment chez lui."

Je blêmis. Je préfère Lovoün ! J'utilise mon joker !

[Tenshi]"Héhé, répond lui, sinon tes pauvres copines dormiront dehors, et tu seras touuuuuuut seul avec le Monsieur Misogyne."

Et si je lui dis que j'ai une jeune femme superbe dans ma tête, il me laisse dormir dehors ?
Allez, je cherche ma salive et répond bravement.


[Akogare]"On va faire ce qu'on peut."

[Himaro]"Y'a intérêt."

Il me pose son gros doigt sur le torse et appui tellement que j'ai l'impression que ma cage thoracique va imploser.

[Himaro]"Sinon, pas de copines pour passer la nuit."

Rire gras, je me révèle incapable de sourire.

Grave dilemme. Kitana va me gonfler si elle dort dedans. J'imagine déjà le truc : "Espèce de sale macho puant misogyne à tendance sexiste et ségrégationniste, revient par là que je te mette la tête dans les chiottes pour t'apprendre à respecter la gente féminine et sa sensibilité !"

Ouais, mais je préfère l'avoir à l'intérieur quand même. Même si rien que pour me gonfler elle va décréter vouloir dormir dehors. Vais pas pouvoir dormir, surtout en sachant qu'il y a un mastodonte à côté. Roh...

Enfin, je me tourne vers notre groupe et repère Yushikumi. Elle discutait avec Auroe, amis celle-ci repartit s'asseoir, abattue.


[Akogare]"Yushikumi !"

Je prends un ton sucré. Elle se tourne vers moi, furieuse, encore sous le coup de la question d'Auroe. Avisant que c'est moi ses yeux se plissent.

[Akogare]"J'ai envie de jouer avec toi !"

Je souris de toutes mes dents, radieux. Elle se méfie. Elle a cinq ans, mais elle est moins blaireau qu'une adolescente.

[Akogare]"Mais on doit dormir avant. Demain, on jouera à ce que tu veux. Même, euh… cache-cache, ou euh... Enfin, ce que tu veux !"

[Yushikumi]"Je veux pas jouer avec toi."

C'est réciproque !

[Akogare]"Ah, désolé. Je suis encore un peu trop fort pour toi. Désolé, ce matin j'ai vraiment fais des efforts pour courir moins vite, j'ai même pris la naine avec moi pour m'alourdir, mais tu ne suis pas. Désolé."

Elle me regarde, furieuse et je me surprend à penser que j'aurais bientôt les tripes à l'air, un pic à glace dans le bide.

[Yushikumi]"Tu étais tout essoufflé !"

Je hausse les épaules.

[Akogare]"Bah, c'était pour pas que tu ais la honte devant Louvoün, qui est bien meilleur sportif."

[Yushikumi]"Je te montre !"

Je vais répondre, mais une importante quantité de neige vient se coller à mon visage. Je reste ainsi, l'index tendu vers le ciel, dans une position toute professorale. Je toussote, m'époussette élégamment - enfin, autant que faire se peut - et reprend très naturellement.

[Akogare]"Demain matin, donc."

Deuxième boule de neige. Ahem.

[Akogare]"Et en échange, tu dors dehors avec ton ours, le magnifique Louvoün."

Troisième boule de neige. Je ne vois plus rien, mais la neige goutte dans mes vêtements, ce qui est désagréable au possible. Ce soir, obligé que je tombe malade. J'enlève la neige, peine à sourire.

[Akogare]"Ok ?"

Et oui, encore une boule. La petite tourne le dos et retourne vers l'ours. Je me sens fatigué. Vraiment. Je m’assois par terre. Pourquoi la réussite de notre mission repose t'elle sur une gamine ?

Je crois que nous allons tous dormir dehors. Cohésion de groupe, ce genre de truc. Je ne peux décemment pas laisser mes "copines" dehors, seules dans la nuit et le froid. Ce serait profondément cruel ! Non ? ... Allez quoi, me laissez pas. S'vous plaît les filles...

Et moi qui me plaignais de leur pesante compagnie. Si je savais que pour alourdir la balance m'attendait un ours et un colosse démesuré, et puis j'aurais fermé ma gueule.


[Akogare]"Kitana, tu voudrais bien essayer de parler à la petite ? Il semblerait qu'elle n'apprécie pas ma proposition."

Je lui souris bravement.

[Tenshi]"Allez, un effort Ako."

[Akogare]"Il faut dire que tu es vraiment très douée avec les enfants, et ton instinct, euh..."

[Tenshi]"Maternel."

[Akogare]"... Maternel nous serait, euh, salvateur, en fait. "

[Tenshi]"Huhu; tu vas te la prendre ta gifle. Reste à savoir laquelle des trois te la donnera."

[Akogare]"Merci..."

J'ai prononcé cette phrase à voix haute aussi. Remarquez, ça va bien avec le contexte général.

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Jeu 3 Aoû - 16:10

Bon, c'était décidé, Yoshikumi rejoignait le groupe. Cette petite était fascinante, à l'âge de cinq ans, elle vivait en parfaite harmonie avec un ours, semait la neige sur son passage et maîtrisait deux Genins sans avec recours au Genjutsu ! Mais le plus important : elle possédait un moyen de transport. Certes Lovoün ne sentait la rose, son odeur était un mélange de sueur, de chaires mortes, et de... Oui, c'est ça, de croquettes pour chiens ! Néanmoins, l'Etudiante s'en contenta. Kitana sourit lorsque Lovoün s'accroupit pour l'aider à monter sur son dos. Yushikumi, quant à elle, sauta lestement en selle.
Akogare semblait bouilloner intérieurement, allait-il monter, continuerait-il à pied ? Il choisit l'option "ours", après une très mûre réflexion. Auroe continuait à bouder. Kitana lui lança un petit clin d'oeil, heureuse de sa victoire qu'elle savourait...
Elle poursuivit son histoire de fées :


[Kitana] - Et donc, la petite fée était revenue au royaume de son père. Ce dernier était furieux, " je t'avais interdit d'aller de l'autre côté des bégonias !". La petite fée se mit à pleurer, elle avait eu si peur chez les hommes... Mais elle lui raconta sa rencontre avec le jeune garçon, celui qui avait une petite tâche sur le nez, celui qui l'avait aidée et...

[Akogare] - Je peux dormir contre ton dos ?

[Kitana] - N...

[Yushikumi] - Mais laisse-la finir !

Trop tard ! Akogare avait installé confortablement sa tête entre les omoplates de la jeune fille. Celle-ci soupira tout en remontant ses lunettes sur son nez... Elle poursuivit son histoire... Yushikumi absorbait toutes ces bonnes paroles la bouche grande ouverte. Vers la fin de l'histoire, elle s'endormit. Kitana s'adressa alors à Auroe :

[Kitana] - Tu aurais dû me faire confiance. J'ai un instinct, moi aussi, et cette petite me paraissait tout à fait innocente ! Le coup du Genjutsu n'a servi à rien d'autre qu'à nous épuiser... Si on avait joué avec elle, peut-être qu'elle n'aurait pas demander à nous accompagner. Cette quête peut être dangereuse...

Auroe avait baissé la tête. Kitana soupira, puis sourit :

[Kitana] - Allez, on oublie ! Mais si tu en avais marre de marcher, tu pourrais monter sur Lovoün...

Auroe secoua la tête avec violence, une marque de bave traînait encore sur sa joue... Kitana aurait pu lui dire, mais... non !

La fillette se réveilla, s'étira. Elle regarda la forêt alentour, avant de se frapper doucement le front, et s'exclama :

[Yushikumi] - Vous cherchez le vieux ? C'est par là !

Changement de direction, une cahute était en approche. Kitana distingua une porte massive, clouée contre une planche massive, soutenant un pan de mur massif appuyé sur un arbre chétif... L'arbre se tordait d'ailleurs, quelques racines émergeaient de la terre. ** Nous y sommes... Allons sauver ce malheureux ! **
Auroe avait frappé à la porte, s'en suivit un boucan du diable. Quelques oiseaux et écureuils s'enfuirent de leurs cachettes... Un grand barbu tout en muscle et en puanteur s'adressa à Auroe, en lui crachant quelques postillons :

[Himaro] - T'es déjà venue l'année dernière toi ?

Elle acquieça, il l'a souleva de terre et la colla à lui. Kitana pensa sarcastique ** Comme c'est mignon, Tarzan retrouve Jane... **
Puis, Auroe fit les présentations. Il dévisagea Kitana d'un oeil mauvais. Il déclara alors que les femmes ne pouvaient dormir sous son toit ! Ca c'était une première ! Puis il s'en pris à l'ours... ** Trop c'est trop ! ** Elle allait lancer une réplique cinglante lorsque Himaro s'adressa à Akogare sur un ton de reproche :

[Himaro] - Toi qui m'a l'air d'un homme, tu dois être le chef ! Tu me dégages ça de suite, sinon tes copines iront dormir ailleurs !

** Depuis quand c'est lui le chef, c'est moi la plus âgée, je suis la voix de la raison, et ce sale bonhomme va l'apprendre à ses dépens ! ** Akogare s'éloigna pour parler avec Yushikumi, Auroe avait déjà dit deux ou trois trucs à la petite, et celle-ci était d'une humeur de chien ! Kitana profita d'être "seule" avec le macho pour lui balancer ses quatre vérités :

[Kitana] - Je peux savoir pour qui vous vous prenez ? Vous êtes chez vous, certes... Enfin si on peut appeler ça une maison... Bref, vous êtes chez vous, mais la bienséance vous oblige à nous proposer quelque chose à manger, et un endroit où passer la nuit. Si ce n'est chez vous, dans votre domicile, vous êtes tenu, toujours par la bienséance, de nous fournir de quoi passer une bonne nuit : draps, oreiller, couvertures...
Nous passerons sur votre impolitesse... Mais ce que je ne puis supporter c'est votre sexisme !! Pourquoi interdisez-vous l'accès à votre demeure aux femmes ? Vous avez sûrment dû vivre un chagrin d'amour qui vous a rendu aigri, et vous avez peur de retomber dans le même bâteau ! Rassurez-vous, il n'y a aucune chance que quoique ce soit se passe entre nous ! Vous êtes bien trop... enfin... Et moi je suis... enfin ... bref, tout un monde nous sépare !
Vous voyez cette enfant ? Elle n'a que cinq ans, vous l'imaginez dormir dehors ? Je la vois déjà grelottante, se serrant contre son ours en espérant un peu de chaleur... Ah, triste tableau qui se déroulera juste sous vos fenêtres...


Elle haussa les épaules :

[Kitana] - De toutes façons, je sais très bien me passer d'un lit pour dormir, puisque vous êtes trop égoïste pour nous le proposer...

Akogare lui tapota légèrement sur l'épaule, elle se retourna. Il avait la figure couverte de neige, et un sourire simplet sur le visage...

[Akogare] - Kitana, tu voudrais bien essayer de parler à la petite ? Il semblerait qu'elle n'apprécie pas ma proposition. Il faut dire que tu es vraiment très douée avec les enfants, et ton instinct, euh... Maternel nous serait, euh, salvateur, en fait. Merci...

Elle haussa un sourcil et soupira ** Heureusement que c'est lui le chef, il n'arrive même pas à s'en sortir avec une gamine de cinq ans ! ** De plus, Kitana ignorait totalement de quelle proposition il pouvait bien s'agir. Comme d'habitude, elle improviserait... Elle alla avec un grand sourire parler à l'enfant.

[Kitana] - Ce vilain vieux ne laisse pas les filles dormir dans sa maison. Il ne les aime pas, il n'aime pas les ours non plus, d'ailleurs. En fait, il n'aime personne, à mon avis. C'est pour cela que l'on va soigneusement l'éviter, et donc cette nuit, on dormira à la belle étoile. C'est cool, non ?
Demain, on s'arrangera pour qu'il parte de cette cabane dans les bois, même Crusoé n'en voudrait pas !


[Yushikumi] - C'est qui Crusoé ?

[Kitana] - Tu ne connais pas Robinson Crusoé ? En fait cette histoire s'est passée très loin d'ici, un homme nommé Robinson Crusoé était sur un navire dont il était le capitaine. Les marins se rebellèrent contre lui et ils le jetèrent dans une barque à la mer... La petite barque dériva longtemps, portée par les courants marins jusqu'à ce qu'elle s'échoue sur une île où...

Et c'est repartit !


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Jeu 3 Aoû - 19:06

J'écoutais Kitana faire son discours. Bon, une personne de plus dehors, ça c'était fait...
Le géant ne réagit pas mal, il la regarda avec indifférence et haussa les épaules en ajoutant:


[Himaro] C'est votre problème, ce n'est pas dans mes principes d'aider les gens. Pourquoi je suis ici d'après toi? Rembarques ton ours et ta gamine et fous moi le camp.

Kitana ne sembla pas réagir, Akogare lui demanda de persuader la gamine de l'écouter, ce qu'elle fit et elle commenca un nouveau récit.
Je me pris la tête entre les mains... Un cauchemar, je vivais dans un cauchemar, c'était ça, il n'y avait pas d'autre explication. Là, tout de suite, j'allais me réveiller...
Maintenant je ferme les yeux et quand je les rouvre... Nous sommes devant une cabane pourrie avec une gamine de 5 ans à qui on raconte une histoire... Qu'avais je fais pour mériter ça? Oui je sais, parfois à des instants donnés il est possible qu'il se passe quelque chose et ces choses surviennent... Elles auraient put s'abstenir sur ce coup, ça aurait été bien... Je regrettais presque d'avoir fuit la mort.


[Auroe] STOOOOP!!!!

Tous les regards étaient tournés vers moi, le calme, même plus, le silence: même les oiseaux c'étaient tuent... Kitana avait cessé son histoire. Je soufflais longuement avant de me lever et me diriger vers la jeune femme.

[Auroe] Tu embarques la gamine et le truc qui bave plus loin, je vous rejoins.

Le ton était sans réplique, je jettais un regard noire à l'étudiante lui signifiant qu'il ne valait mieux pas répondre. Là je n'hésiterais pas à tous les forcer à s'en aller, genjutsu comptant dans les methodes...

[Yoshikumi] Parl...

[Auroe] LA FERME!

Etrangement elle se tut et se renfrogna, je venais probablement de gagner une nuit à me les geler car elle allait me le faire payer, c'était pas possible autrement... Je ne montrais pas que j'étais la première étonnée devant son attitude.
Je regardais s'eloigner tout ce beau monde, sachant que dans cinq minutes j'allais les retrouver, je déprimais déjà...
Je me tournais maintenant vers Akogare et Himaro, second acte:


Le géant me regardait sans dire mot, je tirais Akogare vers moi et le fit se pencher pour lui parler de façon à ce que notre cible n'entende rien.

[Auroe] Onii-chan, tu dors avec lui et demain je veux qu'il soit prêt à venir avec nous... Je vais gérer kitana et le zoo ambulant.

Je le repoussais carrément et tournais les talons en faisant un signe de la main à Himaro avant de disparaitre derrière un arbre.
Là je m'arrêtais, un instant de répit dans ce monde de fou... Ce fut Himaro qui rompit le silence en premier:


[Himaro] Ca doit pas être facile mon gars... Je te plains! Faut pas te laisser faire ainsi, allez viens, je vais te dire ce que c'est que d'être un homme... Je t'ai pas raconté l'histoire ou je chassais le sanglier à main nue...

la porte se referma, l'histoire... Il ne conaissait que cella là va, je l'ai déjà entendu il y a un an... Bonne chance Onii-chan, et je le pensais rellement.

Je glissais contre l'arbre et me retrouvais les fesses par terre, je basculais ma tête en arrière. Vidée, j'étais vidée...
Mais pas le temps de s'apitoyer sur mon sort, je n'osais pas imaginer ce que Kitana et Yoshikumi avait put inventer durant ces quelques minutes. Je me levais donc et les rejoignis, nouvelle surprise, elle étaient assise sur un rocher, le silence régnait en maitre et la neige avait cessé de tomber.
L'atmosphère s'était refroidit, et pourtant l'air était plus chaud. C'était plutôt paradoxal... mais pas pour me deplaire.
Je m'asseyais sur un rocher à l'ecart, de façon à avoir: l'ours, Kitana et Yoshikumi dans mon champ de vision. Le silence dura... Je reprenais mon calme, chassant tous les évènements de la journée, un sourire flotta sur mes lèvres. La dure réalité revint, et elle fait mal, elle s'appel Yoshikumi:


[Yoshikumi] Pourquoi t'es méchante?

J'ouvrais un oeil pour voir son visage quasiment collé au mien. Nouvel objectif : me debarasser de la gamine au moins pour la nuit... C'est le pourquoi de ma réponse:

[Auroe] Demande à Kitana...

Elle ne parut pas satisfaite de la réponse, mon rocher devint gelé. J'etouffais un juron mais tenais bon. La petite était vicieuse, elle s'assit en face en me regardant, guettant le moment ou je n'en pourrais plus.
J'abandonnais alors que je commencais à claquer des dents. Je me levais d'un bond et changeais de rocher.


[Auroe] Bien, que les choses soient claires : on est en mission, on avait pas besoin de toi mais tu nous es tombé dessus. Maintenant, je suis fatiguée et demain on va devoir rentrer... Donc je dors et vous me foutez la paix.

Je me retournais et fermais mon esprit à toute chose extérieur, quelques flocons de neiges vinrent effleurer mon visage mais j'annihilais aussitôt la sensation de froid. Hypothermie demain matin? Tant mieux comme ça je n'aurais pas à souffrir de la présence de Yoshikumi...

Pourtant je n'arrivais pas à fermer l'oeil et finit parme retourner et croiser les bras sous ma tête. Je jettais un coup d'oeil sur le côté, la fillette me regardait avec un sourire.
Je vais l'étrangler avant la fin du voyage...

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Ven 4 Aoû - 15:50

Auroe s'en va, de fort méchante humeur. Très bien, tout le monde se barre et me laisse avec le colosse ? Je vous retiens. Entre Kitana et son discours féministe à consonnance éthique, et Auroe avec ses coups de sangs, je suis aidé.
Sans oublier la gamine qui, si je voulais faire un mauvais jeu de mot, est parfaitement givré.


[Himaro]"Ca doit pas être facile mon gars... Je te plains! Faut pas te laisser faire ainsi, allez viens, je vais te dire ce que c'est que d'être un homme... Je t'ai pas raconté l'histoire ou je chassais le sanglier à main nue..."

Et bien, je vous en prie, combler mon manque affolant de culture. Ce faisant, il pose sa main dans mon dos et me pousse - me projete pour être exact - dans la porte ouverte.

L'intérieur est aussi détérioré que l'extérieur. Je sais désormais pourquoi il n'a pas voulu des jeunes filles. C'est sans doute un de ces spectacles traumatisants qui forgent une personnalité. Par exemple, là, je me surprend à me dire que je rangerais la chambre de San tous les jours pour éviter ce résultat catastrophique.
En vérité, on devine que la salle était rangée il n'y a pas longtemps. Mais si dès que quelqu'un frappe à sa porte, il fout le bordel comme tout à l'heure, c'est pas étonnant d'arriver à ce résultat.
Il me désigne vaguement ce qui ressemble à une chaise et, prudent, je m'assoit, ne lâchant pas le bord de la table, des fois que le bois cède même si ça paraît solide.

Himaro s'enfonce dans un canapé, ou plutôt dans les journaux qui habillent le canapé. Je pose mes mains sur les genoux, et observe les lieux. Il fait sombre et pour cause : toutes les fenêtres sont fermées. D'ailleurs, il n'y en a peut-être même pas, enfin, j'en sais rien. Je suis sûr que même avec le Byakugan, je serais incapable de retrouver ma petite soeur ici, si j'en avais une.

Une voix dans ma tête martèle un : "Qu'est-ce que ça craint !" sans pitié aucune, et je ne peux qu'approuver. Himaro me dévisage, je soutiens son regard cherchant à trouver ses yeux parmi et les ténébres, et sa pilosité prononçée. Le silence régna un bon moment, avant que le colosse ne prenne la parole.


[Himaro]"Donc, le sanglier... Au fait, vous foutez quoi avec l'ours ?"

Eh bien, euh, en fait il est pas à nous le nounours, mais comme on avait la flemme de marcher - enfin, moi et l'autre godiche - et bien on l'a prit. Marrant non ? Non ?
C'est pourtant d'une voix calme et sûre que je réponds quelque chose qui n'est ni calme, et encore moins sûr.


[Akogare]"C'est l'animal de la petite. Normalement, nous étions trois pour venir jusqu'ici, mai son a croisé cette personne sur notre route."

Je vais pas lui dire que la petite nous a mis une branlée, sinon il va me décocher une beigne.

[Akogare]"Et comme elle connaissait la route, elle nous a fait gagner du temps. C'est que, Auroe a une petite tête et se souvenir du chemin est difficile pour elle."

On a idée de laisser son équipier seul face à un danger potentiel et surtout gigantesque ? Non, alors les absents ont toujours tort.
Himaro hoche sa pesante tête, une main sur sa barbe hirsute. J'espère qu'il ne va pas me demander ce qu'on fait ici, ce qui est un bien utopique espoir. Si je foire, les deux filles vont me gonfler, et je finirais par en prendre une et taper sur l'autre, ce qui déclenchera l'idre de notre chère petite gamine, qui me congèlera contre un arbre et je passerai mon existence cryogénisé à tenir compagnie aux oiseaux qui me picoreront les yeux.

Pas joyeux.


[Himaro]"C'est pas dans mes principes de fréquenter les animaux de près."

De fréquenter qui que ce soit, j'ai l'impression. Combien de principes à t-il ? Déjà, les nanas occupent une bonne partie. Ensuite, les autres humains. Et le reste ? Bah, aucune importance.

[Himaro]"Enfin, on s'en fout. Le sanglier d'abord."

Il y tient à son sanglier ! Bien, faisons preuve de diplomatie est écoutons cette histoire passionnante.

[Himaro]"Ca remonte à quelques années. J'avais emménagé, mais un sanglier avait son territoire pas très loin, près de la rivière là-bas."

Il désigne un point avec son bras, mais inutile de touner les yeux.

[Himaro]"Dès que je partais, il détruisait ma cabane. Mais un jour, je l'ai devancé."

[Akogare]"Vous avez détruit votre cabane tout seul ?"

Il hausse ses sourcils brousailleux, surpris que je l'interrompes.

[Himaro]"C'est moi qui raconte. Donc, le sanglier. J'étais sur un arbre, et alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez moi, je lui ai sauté dessus."

Tu m'en diras tant. Il s'était levé, et mimait son récit. Putain, ce que j'ai eu peur. Il a soulevé une chaise et me l'a balancé pratiquement dessus pour me faire visualiser la charge du sanglier. Ah ça, il allait vite je confirme. La pauvre table à ma droite fit les frais de cette histoire, mais elle devait être habituée, elle ne se brisa pas. Courage ma grande, l'histoire est bientôt finie. Euh, non désolé je me suis trompé, j'avasi pas prévu qu'il te monterait dessus en sautillant avec un fou. La table grince, mais visiblement ses pieds sont larges.
Il me montre finalement la tête du sanglier, me demande de m'approcher pour la toucher. Et dire que les filles ne se rendent pas compte du travail de sape que je suis en train d'effectuer ! Je donne beaucoup de moi-même, beaucoup.

C'est dans ses moments là qu'on se dit que non, les personnes comme San ne peuvent pas exister.

Le puissant homme s'assoit sur son canapé, exténué comem si le sanglier était revenu d'entre les morts. Je retourne prudemment sur ma chaise, avant que le géant ne la balance. On sait jamais.


[Himaro]"T'as sommeil ?"

[Akogare]"Euh... sauf si vous avez une autre histoire ou quelque chose de mieux à faire..."

Je crois que je vais galérer à dormir de toutes façons.

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Sam 5 Aoû - 15:29

[Yoshikumi] - Pourquoi t'es méchante ?

[Auroe] - Demande à Kitana.

** Aie, le truc qu'il ne fallait pas dire Auroe... **
Le résultat fut immédiat. Auroe sentit ses fesses geler très rapidement. La petite blonde se mit à claquer des dents. Kitana esquissa une grimace. Auroe avait un fort caractère, tout comme Yoshikumi... Les discussions seraient très certainement houleuses. D'ailleurs :

[Auroe] - Bien, que les choses soient claires : on est en mission, on avait pas besoin de toi mais tu nous es tombés dessus. Maintenant, je suis fatiguée et demain on va devoir rentrer... Donc je dors et vous me foutez la paix.

Kitana pris le "vous" pour Yoshikumi et elle... Le soleil déclinait maintenant franchement, et Kitana ressentit aussi les effets du froid de Yoshikumi. D'ailleurs la petite était de mauvaise humeur... Kitana avança vers elle...

[Kitana] - Viens Yoshikumi, laisse-la tranquille maintenant. On va rester toutes les deux...

Elle sortit de son sac une couverture qu'elle avait pensé à prendre avant de partir. Elle mit la couverture bien à plat sur un sol d'herbes et de fougères, Yoshikumi s'installa et se lova en position foetale. Lovoün s'approcha de sa maîtresse et se coucha dans son dos, pour la protéger des courants d'air. Kitana sourit à la vue d'un si touchant spectacle... Néanmoins une pensée lui traversa l'esprit ** La couverture est trop petite pour Yoshikumi, son ours et moi. En plus, l'ours pue ! ** En soupirant, elle s'éloigna du duo unique en son genre. Elle alla voir Auroe, toujours assise sur son rocher.

Elle parla d'une voix douce et calme, provoquée par le sommeil de la petite, par le chant des grillons et par le coucher du soleil.


[Kitana] - Ecoute, Auroe... Je sais que cette petite est étrange, elle a des pouvoirs hors-normes, mais elle n'en reste pas moins une enfant... Elle reste fragile et seule dans cette forêt. Ce serait inhumain de la laisser ici.

Elle respira un grand coup.


[Kitana] - Je sais que tu ne la supportes pas, que tu ne supportes pas le froid non plus, mais je veux la ramener à Konoha... Au moins là-bas, elle aura plus de chance qu'ici. Je pense que ses parents sont morts, ou alors qu'ils l'ont abandonnée ; et puis, depuis son village où il fait si froid, elle a dû beaucoup voyager seule... Nous sommes sa seule chance de retrouver un foyer décent...

Elle sourit :

[Kitana] - Je la vois mal vivre avec Him...

Un bruit venant de la cabane la fit sursauter.

[Himaro, de l'intérieur de la cabane] - Ouahou ! Le sanglier m'a chargé comme ça !

Nouveau bruit de chaise que l'on lance contre un mur... Kitana regarde Auroe, inquiète :

[Kitana] - Tu crois vraiment qu'Akogare est en sécurité avec lui ? Il sort tout juste du coma, ses sens et ses reflexes ne sont plus ce qu'ils étaient... Je pense qu'il faut entrer, tu ne crois pas, tant pis s'il se met à râler... On pourrait peut-être aussi aborder avec lui le sujet délicat du rapatriement, non ?


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Dim 6 Aoû - 0:16

[Dur, dur ce soir, voilà pour Ako^^ Pas trop d'inspiration, j'espère que tu en as^^]

[Akogare]"Euh... sauf si vous avez une autre histoire ou quelque chose de mieux à faire..."

Le géant fronca les sourcils. Avoir sommeil maintenant? Ils recrutaient n'importe quoi à Konoha, des lavettes...
Il poussa un long soupir et se laissa tomber dans le canapé, arrachant au pauvre meuble un craquement semblant être un cri d'agonie, la maison trembla dangereusement... Il leva la tête et soupira à nouveau.


[Himaro] Ouais j'ai mieux, tu vas quand même pas jouer les gosses? Au fond je sais que t'es un homme. Il se lissa la barbe, faisant tomber un tas de débris à chaques passages. Pourquoi t'es venu avec tes deux gonzesses là?

Il tourna le regard, un placard venait de se décrocher du mur lachant son contenu sur le sol, il haussa les épaules. De toute façon vu l'état de la pièce ça ne changeait pas grand chose, il tourna à nouveau son attention sur Akogare qui n'avait encore rien dit.

[Himaro] Te fatigues pas à trouver les mots, je sais que vous êtes venu pour me ramener... Ca allait bien arriver un jour, je suis toujours anbu... Il toussa (bien que cela ressemblait plutôt à un rugissement au fond d'une grotte qu'à une véritable toux) dégageant sa gorge de quelques amas de mucus indésirable avant de reprendre. Mais va falloir me convaincre, je l'ai pas quitté pour rien ce bled! Et c'est pas dans mes principes de revenir en arrière pour rien. Il planta ses yeux dans le regard du genin. C'est ta mission non? Qu'est ce qu'on me veut?

Il se leva dans un effort colossal (il faut dire que le canapé était tellement défoncé qu'il semblait assis par terre) et fit le tour de la table pour venir se planter en face de l'adolescent. Bien sur on en disait le moins possible aux executants... Il n'était pas dupe, le gringalait en face de lui ne devait rien savoir, il voulait juste le tester, s'amuser un peu, voir de quoi étaient fait les nouveaux gaillards de Konoha...
Il avait cependant une objection à poser et elle lui tenait à coeur:


[Himaro] Si c'est une demande de ce fumiste de Cloud je veux que tu réitères ma pensée : Fous lui une grande claque dans sa gueule avec toute la force que t'as dans les bras! Je suis sur que tu peux lui faire très mal Il se redressa, apparement fière de lui: c'est comme ça que j'ai quitté Konoha. Tant qu'il sera hokage on ne me reverra pas là bas...

Il tourna les talons, sans laisser vraiment le temps au genin de répondre, et vint fouiller dans le dernier placard encore en place de la pièce. Ne trouvant apparement pas son bonheur, il le prit à bras le corps et le retourna par terre, il scruta un instant le fatras qu'il venait de lacher sur le sol et se pencha pour ramasser quelque chose. Son invité n'était vraiment pas bavard à son goût, mais il avait quelque chose contre ça:

[Himaro] Tiens mon gârs.

Il écrasa, plutôt que posa, une bouteille sur la table, en élevant un nuage de poussière. La bouteille tint bon mais la cahute trembla de nouveau...
A travers le verre sale on voyait quelques fruits rouges au fond d'un liquide transparent... C'était une liqueur qu'il fabriquait lui même et dont il était fière. Il laissa le jeune hyuga tenter de percer la crasse pour voir l'intérieur puis il prit la bouteille et la debouchonna en annoncant:


[Himaro] Après ça tu va voir, tu auras la langue déliée. J'en sors que pour les occasions.

Il but au goulot, deux ou trois gorgée : un bon quart de la bouteille... Il n'avait pas l'habitude de boire et regretta vite son geste, de plus le liquide était infame, ce qu'on appellerait de l'alcool à bruler, mais il n'avait que ça. Il haussa les épaules en tendant le récipient au jeune genin, il n'allait pas montrer à un petit gars comme lui ses faiblesses tout de même.
Il se laissa ensuite tomber sur le fauteuil.



[Second volet^^]

J'écoutais Kitana d'une oreille. Je ne bougeais pas quand elle m'annonca que Yochikumi était faible et que la forêt était dangereuse.
Nous avions une façon un peu différente de concevoir la faiblesse... Je ravalais mes remarques douteuses et continuais d'écouter. Je faillis répondre que je n'étais pas humaine mais morte... cependant je me ravisais, je gardais aussi cette phrase et l'enfouissais bien profondement. Personne ne le savait et ce n'est pas aujourd'hui que je vendrais ce secret.

Je ne pu réprimer une fremissement lorsqu'elle annonca qu'elle reviendrait avec nous à Konoha... Et bien oui, parfois j'ai des faiblesses, en l'occurence là c'était un peu gros.


[Kitana] Nous sommes sa seule chance de retrouver un foyer décent...
Je m'apprêtais à repliquer lorsqu'un bruit détourna l'attention de l'étudiante, Himaro était dans son histoire, je n'avais pas encore entendut la table casser... Il avait eu de la chance surement.

[Auroe] Non tout va bien, il est en sécurité. Si on entre on ressortira illico mais je ne sais pas trop comment... Il a des principes dit il...

J'étais presque certaine qu'il ne pourrait rien arriver à Akogare. Si il esquivait les coups du sanglier après tout redeviendrait calme...
Je revins sur la conversation, tentant de modérer mes propos, il vallait mieux poser des questions et qu'elle se rende compte elle même de l'impossibilité de son projet :


[Auroe] Mais... Tu as simplement un appartement je crois? Tu veux le mettre ou ton ours?

J'espérais ardemment que le "nous" en question ne soit pas moi... Je n'avais rien à voir dans l'histoire, je ne voulais pas d'ours, pas de Yoshikumi... Elle serait capable de geler le village ou de faire neiger dans la maison.

[Auroe] Et puis, on est pas obligé de la récupérer, elle se debrouille bien toute seule... Elle a juste à geler tous les dangers qu'elle trouve...

Non, c'était n'importe quoi ce que je racontais, je ne continuais pas ma phrase. Je baissais les yeux, ne sachant quoi répondre... De toute façon je ne savais qu'une chose: j'en avais marre, j'étais fatigué et je voulais dormir.
Je relevais la tête et haussais les épaules.


[Auroe] Fais comme tu veux... Mais ça ne me plait pas.

Nouveau vacarme dans la cahute, je jette un coup d'oeil, pourtant l'histoire du sanglier devait être terminée... Je haussais les épaules à nouveau, tout va bien, je m'en persuade... Tout va bien mais depuis le début de la journée tout va mal.

[Hop, une petite ellipse, le temps que l'alcool fasse son effet sur Hiroma^^ Tu feras comme moi pour ta réponse Kit ou tu pourras compléter ce blanc si tu en a envie]


J'avais partager ma couverture et mon rocher avec Kitana, et pour cause l'ours et yoshikumi avaient pris la sienne. Au moins cela faisait quelque chose de chaud à côté de moi et ce n'était pas pour me déplaire... Ca ne me genait pas non plus de la coller pour profiter de cette chaleur.
J'allais m'endormir lorsqu'un bruit énorme me fit bondir. Instinctivement je regardais vers la cabane d'Himaro...
Adieu ma nuit au chaud...

Je plissais les yeux pour percer l'obscurité, quelque chose bougeait... L'ours de Yoshikumi? Je regardais à droite, non il était là, reveillé d'ailleur et il allait voir ce qu'il se passait.


[Himaro] Dégages boule de poil!

(Suivit d'une bordée de jurons dont je vous ferais grace).
Je courrais vers le lieu de la catastrophe, le géant se relevait, enfin... Il jurait surtout et marchait à quatre patte, visiblement ivre. La porte était ouverte, je ne voyais pas Akogare.
En fait ce n'était peut être pas une si bonne idée d'avoir laisser mon coéquipier seul la dedans... Je me demandais vraiment dans quel état nous allions le retrouver. Si Himaro avait but il devait en avoir proposé. Aïe, aïe, aïe...
Je me risquais à appeller, ne le voyant pas, assez fort pour passer par dessus le bruit que faisait Himaro, lachant toujours ses jurons.


[Auroe] Onii-chan?

Pas de réponse, j'espérais simplement qu'il n'était pas sous les débris...
Je venais de trouver une nouvelle utilisation à la phrase de Kitana en observant la cahute : Nous sommes sa seule chance de retrouver un foyer décent? Et je ne savais pas ce qu'avait négocié Akogare... Si il avait negocié...
Himaro rendait son repas et son alcool contre un arbre, qu'est ce qui lui avait prit de boire? Lovoün et Yoshikumi observaient la scène. Lorsque le géant eut fini il attrapa l'ours et s'ecroula à côté de lui, comme si c'était une grosse peluche.


[Yoshikumi] Il fait quoi?

Devais je répondre? J'avais dit qu'ils finiraient par bien s'entendre, ils se ressemblaient tellement... Il valait mieux les laisser dormir là tout les deux... D'ailleur Himaro commencait à ronfler. Je ne savais pas ce que pensait Lovoün mais ça n'avait pas l'air de le déranger tant que sa maitresse était à côté...

[Auroe] Laisses les, ils sont bien comme ça.

Je reprimais un rire en prononcant cette phrase, pas le moment de perdre le controle...

[Yoshikumi] Mais je veux dormir avec Lovoün!

[Auroe] Heu... T'as juste à dormir avec eux, ce doit être confortable.

Elle ne nota pas le ton faussement gentil de la phrase. Kitana si, bien entendu... Regard noir assuré, je tournais les yeux pour l'éviter avant de le voir.
Il n'empêche que la petite y allait, enfin debarassé des 3 gros problèmes de la journée pour la nuit. Je me félicitais, mais ce n'était pas tout:
Je ne voyais toujours pas Akogare. J'esquissais un pas à l'intérieur de la cabane, Kitana était probablement sur mes talons à moins qu'elle ne fasse échouer mon stratagème de "regroupement des problèmes pour la nuit"... Je ne me retournais pas pour vérifier, un bordel monstrueux regnait dans la petite pièce... Je remarquais la bouteille, désormais quasiment vide, sur la table... J'esperais qu'il n'y avait pas touché. Je n'avais personnellement jamais but mais pour avoir vu des gens accro à la bouteille ce n'était pas très brillant. Peut être allait il falloir le caser avec l'ours et Himaro pour la nuit?


[Auroe] Ca va Onii chan?

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Dim 6 Aoû - 18:31

J'ouvre la bouche, mais Himaro me devance à chaque fois. De toutes façons, je n'ai rien à dire. Je ne sais pas du tout qui est ce gros type écroulé, je ne sais pas pourquoi je suis assis dans sa cabane, et je ne sais pas pourquoi est-ce que Konoha veut le ramener. En gros, je ne sais rien.

Il me parle de Cloud. Bon, c'est un nom que je connais ça au moins. Enfin, je le connais, mais ça ne veut pas dire que je sache grand-chose à son sujet. J'ai du mal à m'intéresser aux vestiges du passé.
N'empêche, ce gros machin est Anbu. Il pourrait me dérouiller avec un seul doigt. Balèze.

Finalement, je prends le partie de ne pas parler. C'est sans aucune doute stupide, mais je ne suis pas ici pour tout faire foirer. Et impulsif comme il est, il pourrait prendre mon avis pour la vérité absolue. Ce dont je n'ai pas la prétention de me réclamer.

Himaro s'était levé, et avec force avait empoigné un placard. Au moins, j'admire le sens des choses de l'homme. C'est une bonne méthode quand on veut quelque chose. On prend le machin, on le secoue jusqu'à ce que ça gémisse, et on le balance par terre en ramassant les restes.

Oui, mais là, les restes sont nocifs. Il me pose avec une grâce relative une bouteille poussièreuse. Il la débouche, et boit avec rage son contenu. Finis la. Finis la. Allez quoi, fais pas le con et finis la.
Et bien non. Il me la tend. Je la saisit en souriant faussement, dévisageant les fruits rouges qui flottent courageusement.


[Himaro]"Après ça tu va voir, tu auras la langue déliée. J'en sors que pour les occasions."

[Akogare]"Content d'être une grande occasion."

Il la sent prudemment, l'odeur me donne une vague nausée. Himaro abat sa main gigantesque dans mon pauvre dos. Soit je me la prenais dans le nez, et je le brisais net. Soit je glissais le goulot dans ma bouche. Ce fut, hélas, la seconde option que mon corps choisit. L'instinct de survie n'a pas la vue longue. Le liquide immonde me glisse dans la bouche, je m'étouffe à moitié et recrache une partie, m'écartant rapidement de la table.

Comme la chance est avec moi souvent prudente, la bouteille ne se brise pas lorsqu'elle touche le sol, et pire, son liquide ne s'écoule même pas. Himaro me dévisage, et lâche un :


[Himaro]"Rapide, gars."

Mais, il avance vaillamment vers la bouteille, et me la tend derechef.

[Himaro]"Gaffe à pas la casser, ça me prend du temps à faire."

Je le suspecte d'être légèrement ivre. Alors, je sais c'est lâche, je fais semblant de boire. Dans l'obscurité, il ne voit rien. J'ai tout de même le goût qui agresse ma langue, et quelques gouttes coulent le long de ma gorge. Je me demande ce qu'il a mis dans sa bouteille. Ce ne sont pas des ingrédients humains. Je tousse à nouveau, plié en deux à frapper mon oesophage avec force.

Je lui donne la bouteille.


[Himaro]"Eh mon gars, faut pas te mettre dans des états comme ça."

Il arrache la bouteille en riant, et bois de nouvelles et viriles gorgées. Viriles, certes, mais il manque de me tomber dessus. La bouteille possède encore environ le tier de son diabolique contenu. Et c'est à mon tour de boire.
Mais pourquoi, pourquoi est-ce que je suis seul ici ? Je n'aurais pas cette bouteille moite dans les mains, et je ne devrais pas la mettre dans ma bouche. Himaro est tellement près que je sens son haleine chargée d'alcool contre mon visage.
Je bois une gorgée, et fais semblant pour le reste. Il ne doit même pas être capable de me différencier du mur alors voir si je bois vraiment doit être d'autant plus délicat.

Je ne vais pas vraiment bien. Je n'ai pas dû boire la totalité d'un verre, et pourtant, je me sens vaseux. Je lui donne la bouteille, et m'éloigne. Heureusement, Himaro se charge de la finir seul. Je crache ce qu'il me reste dans la bouche sur un amas de papiers que je prends pour la poubelle. Ma vue est étonnamment accrue. Vacillante, certes, mais accrue, comme si j'avais de petites jumelles. Mais, je suis encore lucide.

Himaro bouge dangereusement. Il hurle soudainement.


[Himaro]"Le sanglier !"

Je murmure tout bas :

[Akogare]"Oh, ta gueule."

Puis je me retourne. Il me fixe. Ou plutôt, il fixe un point un peu plus haut. Je lève les yeux. Et merde. La tête du sanglier mort.

[Himaro]"Il est revenu d'entre les morts !"

[Akogare]"Mais non, mais non, laisse moi donc gerber en paix."

[Himaro]"Petit, fais gaffe !"

La dessus, il se projette en ma direction. Oh. C'est mauvais.

[Tenshi]"Bouge de là Ako."

Un éclair de lucidité parfaite. Je suppose que c'est ce que l'on ressent lorsque l'on vole dans un ciel nuageux, et que soudainement on s'élève au dessus des nuages pour voir un ciel clair.

Je saute dans le mur de la vieille cabane chancelante, et me rattrape contre un arbre. Pour être strictement exact, je m'écrase contre ledit arbre. Mais, comme il n'existe aucun témoin, je me suis héroïquement accroché à la branche, et dans un effort surhumain j'ai glissé au sol, non sans élégance.

Himaro semble surprit. Je ne le vois heureusement plus. Je crois entendre la porte s'ouvrir, ou se briser, mais dans cette maison c'est du pareil au même. Je regrette que Yoshikumi ne soit pas là. Je devrais noter cette phrase, je ne risque pas de la redire une seconde fois. Un peu de neige sur la tronche et j'irai peut-être mieux. Je secoue ma tête lourde plusieurs fois. Je n'ai pas bus beaucoup. Je me concentre réellement pour ne pas glisser dans l'ébriété la plus complète et la plus humiliante. Merde, Kitana va me gonfler si elle me voit complètement défoncé.


[Raunen]"T'inquiètes, on gère. Tu devrais juste vomir un coup, et dormir quelques heures et tu iras nettement mieux."

N'empêche, je suis sûr que beaucoup reverrai d'avoir des agents immunitaire et anti-bactériens aussi puissant que Raunen. Kitana et sa mère en baveraient de jalousie. Je pourrais me bourrer la gueule tous les soirs alors...

[Raunen]"Euh, non. Là ça va parce que tu n'as pas beaucoup bu, mais plus j'aurais laissé ton corps agir seul."

[Tenshi]"Et puis San t'aurait tué, huhu."

Ah, ma petite San. Qui n'est pas si petite que ça, d'ailleurs. Allez, reprenons un air digne, un petit pli condescendant en coin de la bouche et avançons. Ma remontée est de courte durée, puisque mon corps expulse sans autre forme de procès une quantité non négligeable de liquide que je ne prendrais pas la peine de détailler, vous êtes peut-être en train de manger et je m'en voudrais de couper votre appétit.

Ceci fait, je continue, me soutenant mine de rien à la cabane chancelante.


[Auroe]"Ca va Onii-chan ?"

Je sens comme une pointe d'inquiétude. Je savais que j'étais important dans ta vie, petite. Héhé.
Je gravis les marches, jette un oeil à l'intérieur.


[Akogare]"Je vais bien, brave naine, je vais bien. Juste dû sauter par la fenêtre pour éviter une charge douteuse de notre ami, après avoir livré un combat contre les brumes de l'alcool."

J'ai juste envie de dormir.

[Akogare]"On peut aller dormir maintenant ? Le gros ne m'a rien dit, si ce n'est qu'il ne rentrerait pas tant que Cloud serait Hokage. Comme il n'y a plus d'Hokage, ça fait un soucis en moins. Et, on en a pas mal."

Je souris et ajoute en me tournant.

[Akogare]"Imprudent de laisser seule Kitana. Elle va nous sortir un autre boulet de derrière les fagots et nous l'attacher aux pieds."

Je m'éloigne alors. Je n'ai strictement aucune envie de dormir dans la cabane. Surtout que même de là où j'étais je percevais la fragrance détestable de l'alccol. Alors, oublions ce mauvais souvenir, et allons nous reposer bravement.

Je m'arrête, un instant choqué de l'amas de chair devant moi. L'ours, mon gros, et un petit bras de Yushikumi qui dépasse tant bien que mal. Hors de question que je rejoigne cette bacchanale triplement mixte ! Je préfère la solitude de la forêt. Je ne fais pas attention à ce qui est devant moi, j'entends ce qui pourrait être un cri étouffé, ou simplement mon imagination. A tout hasard je lance un charmant :


[Akogare]"Salut Kitana, bien dormi ?"

Puis je m'enfonce dans la terre. Je pourrais incliner mon bras et récupérer ma couverture, mais on va éviter ce geste inutile. Je veux juste dormir.

Tiens, au fait. Je n'ai pas de cuisse entre les jambes cetet fois. Mon repos est de suite plus calme. Ni de cuisses baladeuse, ni de main mal placée, ni de poitrine gonflant contre moi, ni de...
Ouais bon, pas la peine d'y penser non plus.

MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   Lun 7 Aoû - 13:25

[Auroe] - Mais... Tu as simplement un appartement je crois ? Tu veux le mettre où ton ours ? Et puis, on est pas obligé de la récupérer, elle se debrouille bien toute seule... Elle a juste à geler tous les dangers qu'elle trouve...

Kitana secoua la tête, en soupirant. Cela se voyait qu'Auroe était encore jeune. Kitana ne se prétendait pas adulte non plus, mais elle n'imaginait pas cette pauvre enfant dormir sur la mousse, elevée par un ours des neiges, en plein milieu de la forêt...

[Kitana] - Tu racontes n'importe quoi ! Contre des ninjas armés jusqu'au dent, pratiquant je ne sais quel Jutsu, tu penses qu'elle a une chance ? Cette après-midi, vous vous êtes débrouillés comme des manches, c'est tout !

Auroe allait dire quelque chose, mais finalement ferma la bouche. Il était vrai qu'elle avait mal jugé Yoshikumi, elle avait pris possession du corps de sa coéquipière, et fait cavaler un ex-comateux dans les arbres, pour échapper à une fillette de cinq ans - ce qui s'avéra être un vrai fiasco. Bref, Auroe avait eu tout faux sur Yoshikumi...

[Kitana] - J'ai un petit appartement c'est vrai, mais je peux l'aménager, et Armo Aburame pourrait m'en fournir un autre... Quant à l'ours, je m'arrangerai ! Et puis, le courant semble bien passer entre nous, c'est ce qui compte non ?

La petite bonde haussa les épaules :

[Auroe] - Fais comme tu veux... Mais ça ne me plait pas.

Kitana allait de nouveau émettre une objection, mais un nouveau bruit d'une porte qu'on arrache, d'une armoire qu'on défonse, d'une porte qu'on désintègre fit se retourner les deux jeunes filles. Mais Auroe haussa de nouveau les épaules et s'installa contre son rocher, dans sa couverture.
Kitana demanda à Auroe si dormir avec elle ne la gênait pas, vu qu'elle n'avait plus ni le rocher, ni la couverture pour dormir. Auroe accepta, et toutes les deux commencèrent à s'endormir...


Mais, (car il fallait bien un "mais") une nouvelle secousse de la cabane les fit sursauter, Himaro courrait tête la première sur Lovoün tandis que Kitana vit Akogare accroché à une branche. Himaro finit par serrer fort l'ours dans ses bras, et se mit à ronfler bruyamment. Auroe "s'occupa" de Yoshikumi. Kitana soupira laissant voir son mécontentement. Néanmoins, il y avait quelque chose d'autre à faire avant de dessaoûler Himaro. ** Où est passé Akogare ? **
Elle le retrouva quelques mètres plus loin discutant avec Auroe. Kitana remarqua de suite que ses yeux blancs étaient plus blancs encore qu'avant, et il avait un sourire stupide sur le visage. Lui aussi avait bu, peut-être pas jusqu'à s'en rendre malade, mais assez pour être franchement éméché.

[Akogare] - Je vais bien, brave naine, je vais bien. Juste dû sauter par la fenêtre pour éviter une charge douteuse de notre ami, après avoir livré un combat contre les brumes de l'alcool.
On peut aller dormir maintenant ? Le gros ne m'a rien dit, si ce n'est qu'il ne rentrerait pas tant que Cloud serait Hokage. Comme il n'y a plus d'Hokage, ça fait un soucis en moins. Et, on en a pas mal.
Imprudent de laisser seule Kitana. Elle va nous sortir un autre boulet de derrière les fagots et nous l'attacher aux pieds.


Puis, il s'éloigne en titubant un peu. Il passe devant Kitana sans même remarquer son air offusqué, et tape du pied contre un arbre. La jeune fille remonte ses lunettes sur son nez en étouffant un juron.

[Akogare] - Salut Kitana, Bien dormi ?

Kitana soupira encore.

[Kitana] - Tu t'adresses à un platane, Onii-chan ! Je suis derrière toi, et par ta faute, je n'ai toujours pas dormi !

Elle regarda sa montre.

[Kitana] - Il est maintenant bientôt trois heures du matin, et là je suis fatiguée, fatiguée, FATIGUEE !!! Alors, tu vas aller te rouler dans ta couverture et la fermer !

Elle aurait pu prévenir sa gueule de bois d'un simple mouvement de l'index, mais non... Le comateux aurait ce qu'il méritait le lendemain matin ! D'ailleurs, il venait de tomber à ses pieds, quasi inerte, en ronflant bruyamment. Kitana voulut retourner à la couverture d'Auroe, mais elle ne la trouva pas... Akogare bavait dessus...
Etouffant un juron, elle alla s'allonger dans l'herbe courte, la tête collée à un rocher, des petits cailloux s'enfonçant dans son dos.


[Kitana] - Je crois Auroe, que nous n'aurons pas mieux cette nuit...

[Voilà, mon dernier message, avant mes vacances. Auroe, Akogare, faites sortir mon perso comme bon vous semble Wink J'ai une totale confiance en vous !
Bonne continuation à tous Smile ]


HP : 118/118 MP : 68/68
FOR : 9 AGI : 6 VIT : 17 DEX : 7 INT : 8 SAG : 4
TAI : 8 MED : 14 NIN : 8 GEN : 6
Pts de stats restants : 1
¤¤Leaf Commando¤¤
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Mission Rang D: Rapatriement d'Himaro
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo]
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-