Partagez | 
 

 Etudes d'Oroken

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Etudes d'Oroken   Mar 31 Oct - 16:50

[Ce premier cours est à suivre en parallèle avec celui de Daisuke. C'est aussi la suite de Konomura No Uchi]

Le chemin vers l’école était d’ores et déjà profondément ancré dans la tête de l’étudiant qui allait à travers les rues sans même regarder autour de lui. En effet, son esprit était centré sur ce premier cours qu’il allait avoir. Comme il ne savait pas vraiment de quoi il s’agissait, il s’était muni d’un sac qui renfermait un crayon et un cahier, susceptibles de prouver leur utilité une fois en classe.

Qu’est-ce que pouvait bien contenir ce cours obligatoire qui lui avait été mentionné à l’accueil avant qu’il ne quitte l’Académie en milieu de matinée ? En tout cas s’il était obligatoire, il y avait bien une raison.

Oroken allait donc à travers les allées peu chargées en raison de l’heure proche du repas. Petit à petit se dessinait au bout du chemin le bâtiment dans lequel il allait faire son instruction pendant plusieurs années. Il arriva au portail, le passa une seconde fois pour se rendre dans les locaux. Il pénétra dans le même vestibule, poussa la même porte et s’approcha des bureaux de l’accueil. Ce n’était non pas pour un renseignement, mais simplement car il y avait là un plan du complexe.

L’étudiant se pencha dessus afin d’analyser la disposition des lieux quand un employé l’aborda. Oroken releva la tête pour poser son regard froid sur l’homme.


[Employé] – Bonjour jeune homme, je peux faire quelque chose pour toi ?

[Oroken] – Je ne fais que chercher la salle 104.

[Employé] – Ah ! Tu es l’un des nouveaux inscrits alors. Je croyais que tu étais venu justement dans le but de te faire marquer sur les registres. Sinon c’est très simple, le cours que tu cherches a lieu à l’étage. Prends ce couloir sur ta droite là bas, et en face de la salle 60 tu verras un escalier. Emprunte le et tu tomberas directement sur les salles 100-120. Tu n’as qu’à parcourir le côté des chiffres pairs. Je te souhaite une bonne heure de cours.

[Oroken] – Merci.

Konomura s’exécuta sans tarder, il était mal vu de se présenter en retard lors du premier cours, ou même lors d’un cours tout court. Il emprunta les directions indiquées pour arriver jusqu’à l’escalier, qu’il prit naturellement. Il gravit les marches pour atteindre le premier étage et à sa grande surprise, il vit que les couloirs étaient remplis de monde. Il ne se serait jamais douté que l’Académie puisse renfermer autant d’âmes à la foi, elle qui semblait si souvent déserte.

*Ca explique pourquoi il y a tant de salles…*

Tranquillement, Oroken s’avança vers la classe dans laquelle aurait lieu le cours sur le chakra. Il y avait déjà pas mal de monde qui attendait de pouvoir rentrer. Le garçon se posta devant la porte et n’eut pas longtemps à patienter car l’instructeur en charge invita les étudiants à rentrer rapidement.

Le jeune Konomura s’orienta vers une place sur la gauche de la salle (face au tableau), non loin de la fenêtre. Elle offrait une belle vue de Konoha, et de plus, la porte n’était pas loin. Ca éviterait d’avoir à se battre pour quitter les lieux à la fin du cours.

Il ne fallut pas longtemps avant que la place à son côté soit occupée à son tour. L’étudiant qui s’installait semblait de loin plus vieux que la moyenne d’âge. Il était assez grand, avait lui aussi des yeux bleus mais bien moins pâles que ceux d’Oroken. Le teint de sa peau était assez clair, et ses cheveux châtains mi-longs retombaient sur son front. Il avait l’air normal, en tout cas pas aussi peu sociable qu’Oroken.

Après avoir passé un peu de temps sur son voisin de table, ce dernier passa la classe en revue. Il était étrange de voir une classe aussi peu homogène. Des enfants ne dépassant pas la dizaine d’année se mêlaient à des personnes de l’âge de notre protagoniste, mais aussi à des personnes bien plus âgées comme l’illustrait l’étudiant assis à la droite de celui-ci.

On n’eut pas le temps de beaucoup parler avant le début du cours. L’instructeur s’avança directement vers le tableau et y inscrivit son nom. Il salua brièvement l’assemblée et commença la leçon par une brève introduction qui indiquait les différentes raisons de la présence des élèves.

Après cela il exécuta une technique de clonage. Un double de lui apparut alors à son côté. Certains élèves avaient eu une réaction d’émerveillement, parmi eux se trouvait le voisin d’Oroken. Ce dernier ne fut pas surpris car il avait déjà croisé ce genre de chose, bien qu’il ne su pas du tout comment fonctionnait le chakra. Il prit alors conscience du fait qu’il n’avait pas sorti ses affaires. Il s’empressa de le faire et se tint prêt à prendre des notes.

Le Chuunin afficha un dessin au tableau qui fut illico presto recopié dans le cahier de l’apprenti. Quelques précisions et une légende accompagnèrent le schéma. Plus le temps passait et plus les explications se faisaient riches et complexes. L’avantage était que chaque parole de Jujuko pouvait être assignée à un document qui se voyait toujours reproduit.

Dans toutes la salle, on grattait, griffonnait, raturait corrigeait. Il ne fallait en aucun cas manquer un élément car il s’agissait de la base de tout.

Oroken ne parlait pas, ne posait pas de questions. Il se contentait d’avaler tout ce que l’instructeur disait car il savait qu’il aurait le temps de tout trier par la suite et de comprendre la plupart des choses par lui-même.

Les dessins défilèrent, les paroles et les minutes aussi. Arriva le moment où le cours toucha à sa fin. Tout le monde se leva en même temps et chacun se dirigea vers la sortie sauf le vieil étudiant qui alla à la rencontre du professeur. Oroken jeta un œil, mais ne put entendre ce qui se disait à cause du boucan que faisaient les pas des autres et les conversations qui s’élevaient. Il sortit donc de la salle et s’adossa au mur à l’entrée pour souffler un coup, profitant de l’air frais du couloir pour se revigorer un peu.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 1 Nov - 1:20

Oroken inspira un bon coup, profitant pour se rafraîchir tout l’intérieur du corps. De plus il manquait de passion lorsqu’il s’agissait d’emprunter des couloirs bondés de monde où tout le monde parlait, où ça pouvait parfois crier. Bien sûr il n’était pas à l’abri en restant là à côté de la porte de la salle, mais au moins s’il attendait un peu que tout se vide, il n’aurait pas à se prendre la tête avec des mioches, ou même avec des plus âgés que lui.

Il n’était pas particulièrement agressif ou combattant donc quand il le pouvait il évitait les embrouilles. Une fois que ce fut calmé dans les locaux il se décida à partir. Il décolla son dos du mur pour se mettre uniquement sur ses deux jambes et se préparait à avancer mais quelqu’un sortit de la salle juste devant lui. Il reconnut l’étudiant qui avait partagé la même table que lui. Ce dernier se tourna vers Oroken et lui sourit. Et entama la conversation.

Comme d’habitude Oroken arbora sa neutralité et sa froideur naturelles transmises par les yeux et la voix. Il jaugea de haut en bas Daisuke.


[Daisuke] – Plutôt intéressant pour une premier cours non ?

[Oroken] – Il vaut mieux… C’est un premier cours.

[Daisuke] – Je m’appelle Daisuke, je viens d’arriver à Konoha.

[Oroken] – D’arriver ? Comment tu connais l’Académie ?

[Daisuke] – Oui j’habitais chez mes parents, en dehors de Konoha et c’est mon premier jour ici. Pour ce qui est de l’académie, un ninja de Knoha m’en a parlé et m’a conseillé d’y aller.

[Oroken] – T’es pas jeune…

[Oroken] – Mon nom est Oroken.

Konomura avait oublié de se présenter. Ca lui était venu comme ça d’un coup comme un cheveux sur a soupe. Mais ça lui était égal. Il l’avait fait par politesse plus qu’autre chose car Daisuke n’avait pas hésité lui. D’ailleurs, cette obligation de se présenter se ressentit quelque peu dans la voix de l’étudiant.

[Daisuke] – Enchanté ! Oui la recruteuse m’a déjà fait la remarque concernant mon âge, c’est vrai que je suis loin d’être le plus jeune.

Sur ces mots, l’étudiant de dix-neuf ans perdit son sourire et baissa les yeux au sol. Oroken regarda plus attentivement et à ce moment là quelque chose le frappa chez son interlocuteur. Il ne comprit pas trop ce que c’était, mais il y avait quelque chose chez ce type. Peut-être cet air qu’il venait de prendre, synonyme d’entrée à l’académie pour autre chose que soi même. C’était l’impression qu’il laissait à Oroken.

Peut-être qu’il se faisait des idées, que son cerveau allait trop vite. Mais il établissait un lien logique entre l’âge avancé, son hypothèse et cette expression sur le visage de la personne qui lui faisait face.

Quoi qu’il en fut, il sentit qu’il avait touché quelque chose de mal. Il lança des petits mots pour réconforter, cependant, il ne disposait vraiment pas du ton et de la sympathie qui devaient accompagner ce genre de choses.


[Oroken] – De toutes façons tu t’en fous… L’âge ne rend pas plu mauvais.

Le visage de Daisuke retourna soudain à son expression première, le sourire affiché aux lèvres. Ce qu’Oroken avait fait était bien étrange. Il avait réconforté quelqu’un. En même temps, il s’agissait là un des seuls contacts sociaux qu’il avait eu dans sa vie. Mis à part sa grand-mère et Akane.

[Daisuke] – Tu vas t’entraîner maintenant ? Moi j’aimerais bien mais je n’ai pas de kunai.

[Oroken] - … Ah le kunai… J’improviserai. Hum, oui je vais m’entraîner.

[Daisuke] – Par hasard, tu n’en aurais pas un à me prêter ?

[Oroken] – Non.

[Daisuke] – *Déception affichée sur le visage* Bon, et bien je vais devoir aller en acheter un. C’est pas donné en plus…

[Oroken] – Juste cinquante ryos.

[Daisuke] – Oui comme tu dis. Bon, je vais y aller, je dois passer à l’amurie. On se reverra sûrement plus tard.

En réponse à cet au revoir, Oroken ne fit qu’un léger signe de tête. Daisuke s’éloignait dans le couloir et le jeune Konomura se remit en position pour partir quand une nouvelle personne sortit de la salle. Cette fois-ci s’était Jujuko qui eut un petit sourire en coin en voyant les deux étudiant se séparer. Oroke s’en aperçût mais n’en tint pas compte. Il commença à marcher et au vit un peu plus loin Daisuke qui se retourna et lui fit un signe de la main.

[Daisuke] – Allez ! Bonne chance pour ton entraînement !

Il disparut ensuite dans l’escalier. L’autre apprenti shinobi quant à lui, s’arrêta devant un plan pour savoir comment rejoindre la salle d’entraînement commun. Il ne voulait pas perdre de temps et se mettre à travailler immédiatement.

[Suite à la salle d'entrainement commun]

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 1 Nov - 1:27

Oroken : +8 XP RP.

N'oublie pas d'attacher ta signature à la fin de tes postes, dans ton profil.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 8 Nov - 0:53

[Suite du déjeuner/entraînement avec Akane.

Avant toute chose, je tiens à m'excuser si j'ai mal fait parler Jujuko, enfin si j'ai pas la même façon de le faire parler que la personne qui le joue d'habitude.]

Oroken arriva à l’académie. Pensant qu’il était en retard il entra en trombe dans la cours puis dans le bâtiment, faisant claquer les portes sans vraiment s’en rendre compte. A peine à l’accueil, il fut stoppé net dans sa progression.

[Femme] Hé ho ! Doucement jeune homme ! Tu tiens vraiment à détériorer les lieux ?

[Oroken] Au revoir.

[Femme] Comment ça au revoir ? Reste ici mon petit ! Tu pourrais au moins t’excuser ! Tu fais du bruit et il y a des gens qui travaillent ici. T’es pas chez tes parents là…

[Oroken] *Regard froid* J’ai un cours, au revoir.

[Femme] Il faut vraiment que tu apprennes la po…

La femme n’avait pas fini sa phrase qu’Oroken était déjà parti en direction de la salle dans laquelle il apprendrait le nouveau Jutsu du jour. Il jeta un œil à l’emploi du temps ensuite à un des nombreux plans disposés dans les couloirs et reprit sa course de plus belle. Il traversa un long couloir, gravit un escalier et arriva jusqu’à une salle fermée. Peu sûr de lui il regarda à nouveau la salle dans laquelle se donnait le cours sur le Henge.

Il n’eut même pas le temps de pousser un soupir qu’il redescendait déjà pour aller à l’opposé du lieu où il s’était rendu. Il repassa devant l’accueil et entendit la femme qu’il avait croisée quelques secondes auparavant pester depuis son bureau.

Une fois encore, il parcourut un couloir et prit un escalier. Il arriva finalement devant la pièce de la connaissance du jour pour remarquer qu’on commençait à peine à rentrer et que le professeur n’était pas là. Il entra avec un bref non de la tête et alla s’installer dans les rangées du milieu et une fois du plus, près de la fenêtre.

Ce n’est qu’une fois tous les élèves installés depuis quelques secondes que Jujuko, le Chuunin instructeur arriva dans la classe. Il salua brièvement les élèves et entama directement l’enseignement par l’exécution d’une technique, celle convoitée par les shinobis présents. Un nuage de fumée entoura Jujuko, et après dissipation, laissa apparaître l’Hokage du village que Oroken n’avait jamais vu. Pour dire vrai, il ne connaissait même pas son nom. Jujuko revint à son état normal après avoir laissé nombre d’élèves écarquiller les yeux.

Il prononça les mots ‘signes incantatoires’ avant d’afficher au tableau une grande feuille sur laquelle douze schémas de mains étaient dessinés. Chaque dessin représentait un signe différent possédant tous des noms d’animaux variés. Certains étaient simples à retenir du fait de leur caractérisation assez ressemblante à l’être qu’ils traduisaient, d’autres étaient beaucoup moins évidents à assimiler et surtout à exécuter.

Jujuko laissa du temps à tous les élèves qui, selon leur propre méthode, avaient déjà commencé à les apprendre. Certains notaient, d’autres redessinaient, les derniers se contentaient de fixer le tableau attentivement en se servant de leur mémoire et de leurs membres pour les reproduire directement et les associer à leur nom. Oroken avait opté pour de petits schémas accompagnés d’annotations dans les cas où c’était trop dur à bien crayonner.


[Oroken] Que se passe t-il si l’on exécute mal un signe incantatoire lors d’une série ?

[Jujuko] Bonne question ! Pour ceux qui trouvent la méthode floue voilà une réponse qui vous aidera peut-être, ça vous fera en plus un peu de culture. Les signes incantatoires ont été mis au point par les premiers ninjas qui grâce à leur grand talent avaient découvert que l’utilisation des mains aidait, dans un certain sens, le shinobi à malaxer son chakra et par la suite à l’extraire de façon adéquat pour réaliser la technique souhaitée.

Pour chaque jutsu qu’ils maîtrisaient, ils ont établi les séries de signes en arrivant à ressentir l’effet de chaque position de doigt dans le déploiement du chakra, chose qui chez nous est totalement inconsciente. Donc si l’on exécute mal un signe, on a toutes les chances de mal extraire le chakra et de se trouver face à un résultat médiocre voir plus dans l’état final du jutsu.


Les élèves avaient écouté attentivement et savaient donc ce qui les attendait s’ils venaient à ne pas maîtriser ces douze signes. Il valait mieux pour ceux là ne pas espérer être shinobi plus longtemps.

Jujuko passa ensuite au seul et unique signe qui permettait la réalisation du Henge. Il annonça aussi directement que le travail comportait deux grandes parties. La première étant de réussir le jutsu, la deuxième étant de le maintenir. Il marqua au tableau, comme lors du premier cours, les différents paliers d’exécution avant de prévenir qu’il fallait qu’une telle technique soit parfaite. Il permit ensuite aux élèves de sortir afin d’aller s’exercer.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Jeu 9 Nov - 21:53

Oroken : +2 XP RP.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Sam 11 Nov - 12:22

[Suite directe]

Oroken sortit parmi les derniers. A la fin du cours, tous les couloirs étaient bondés de monde comme il s’y attendait. Tous les âges se mélangeaient et sa classe était une bonne représentation de l’image générale de l’académie. Il se demandait comment, dans toute cette foule, les enfants de six ans pouvaient bien avancer sans se faire écraser. Un peu distrait il percuta l’un d’eux.

[Enfant] Pardon, j’ai pas fait exprès.

[Oroken] Ne t’excuse pas, t’y es pour rien.

[Enfant] Tu es dans ma classe toi non ? Ca fait deux fois qu’on assiste aux cours ensemble…

[Oroken] Alors ta question est une affirmation.

[Enfant] Tu vas t’entraîner ?

[Oroken] Sûrement pourquoi ?

[Enfant] Je peux venir avec toi ? J’voudrais bien voir comment les grands s’entraînent.

[Oroken] Je ne suis pas si grand que ça. Et pour l’entraînement, il est le même pour chaque shinobi.

[Enfant] Allez ! S’il te plaît !

[Oroken] Pourquoi tu me demandes ça à moi ?

[Enfant] Parce que c’est à toi que j’ai envie de le demander !

*Et il ne me lâchera pas tant que je n’aurais pas dit oui.*

[Oroken] Je ne suis pas seul cet après midi.

[Enfant] Ah bon ? Y’aura d’autres shinobis ?!

[Oroken] Pas vraiment…

[Enfant] Alors raison de plus pour t’entraîner avec quelqu’un !

[Oroken] Ecoute gamin… Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de shinobi que je ne peux pas m’entraîner avec quelqu’un. Grandit un peu et tu comprendras que tu peux te faire aider par des personnes qui n’ont aucun attrait pour le nindo. Sur ce…

Konomura parcourut les couloirs qui le menaient à la sortie, presque agacé de s’être fait aborder par ce gamin. Il passa le portail derrière lequel Akane était déjà la à attendre.

[Akane] Alors c’était comment ?

[Oroken] Très instructif et chargé en travail personnel.

[Akane] Pourquoi tu voulais que je vienne ?

[Oroken] Pour que tu sois avec moi et que tu participes à mon entraînement.

[Akane] Ah ? Et comment je pourrais participer puisque je ne suis pas élève moi-même ?

[Oroken] Tss, tu penses comme un gamin de six ans…

[Akane] Hein ?

[Oroken] Laisse tomber. Suis moi je t’emmène faire une balade.

Les deux adolescents se mirent en marche vers la forêt du village car Oroken avait ouï dire que c’était un bon endroit pour s’entraîner. C’était au calme, à l’air frais et surtout au milieu de la nature qui entourait le village, raison de plus pour se familiariser avec le lieu.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Sam 11 Nov - 15:26

Oroken : +2 XP RP.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Jeu 4 Jan - 5:02

Les vrais débuts dans le Taijutsu


Comme chaque jour, Oroken s’était réveillé et levé tôt. Comme chaque jour, il avait suivi son petit rituel depuis le départ du lit jusqu’à la sortie de la maison.

Propre, frais et décontracté, il arpenta les rues qui le guideraient jusqu’à l’académie, où pour la première fois de sa vie il prendrait un cours dans la spécialité qu’il avait choisie. Il se doutait que cette première leçon n’aurait rien d’exceptionnelle puis qu’il s’agirait des bases, mais il fallait commencer par là. L’étudiant passa le portail, la porte d’entrée et se dirigea directement vers le premier étage de l’académie.

Il prit l’escalier et marcha une dizaine de mètres pour atteindre la salle de classe qui était déjà ouverte et bien moins remplis d’élève qu’à l’accoutumée. Très calmement, il entra et s’installa dans les rangs du milieu, là où la place se présentait.

Oroken regardait autour de lui. Certains élèves ne payaient pas de mine. On pouvait penser qu’ils n’avaient rien à faire là. D’autres étaient très remontés à l’idée de suivre ce cours. Les restant, malgré un enthousiasme qui devait brûler en eux, était encore en train de se réveiller. D’une vue d’ensemble, la classe était en forme, le brouhaha des conversations résonnait dans toute la pièce.

Tout s’arrêta lorsque, dans l’encadrement de la porte, apparut la silhouette d’un professeur. Il passa l’entrée et referma derrière lui. Comme tous les autres, notre étudiant tourna la tête pour voir qui enseignait le Taijutsu à Konoha.


*Alors c’est lui ? Encore le même que la dernière fois.*

Le chuunin se dirigea vers le tableau sans dire un mot. Il n’avait pas de parchemin ce jour là. Plutôt étrange lui qui avait toujours eu des schémas pour faciliter ses explication aux élèves. Ce détail là excita la curiosité d’Oroken qui redoubla d’attention.

Il n’y avait aucun bruit dans la salle et même si les élèves s’étaient tus, le professeur n’avait pas encore daigné prendre la parole. Au lieu de ça, il jaugeait la classe sûrement en train de détailler chaque élève afin d’en faire un premier profil.


[Jujuko] Votre travail devra être, régulier et acharné. Jamais vous ne pourrez évoluer si vous ne cherchez pas constamment à repousser les limites de votre corps. Vous prendrez des coups, vous aurez des douleurs, votre coeur vous fera mal à en pleurer... que ceux qui ne souhaitent pas subir ceci sortent de cette salle et aillent suivre d'autres cours.

Dans le silence qui s’imposait, la phrase était tombée comme un couperet. L’instant d’après, on put croire que l’on rendait hommage à un mort. Pendant quelque seconde on put sentir le doute s’installer dans les esprits des étudiants. Après quoi, certains esquissèrent une grimace et d’autres se levèrent pour quitter la salle, qui, déjà bien vide par rapport à l’habitude, sonnait désormais l’apparence d’une salle de retenue.

Jujuko reprit son discours, expliquant que la rigueur était de mise si un shinobi décidait de suivre la voie du Taijutsu. Il indiqua quelques manières de travailler le corps, et même si elles étaient simples il fallait aller le plus loin possible. Visiblement le Taijutsu était une discipline qui visait à tout le temps repousser les limites physiques du ninja mais aussi à durcir son mental.

Après cette ébauche sur la spécialisation, le chuunin retourna à son bureau et entama une nouvelle explication très rapide. Celle-ci touchait l’anatomie humaine. Pour pouvoir faire des dégâts, il était nécessaire de savoir où frapper. Ce fut un point sur lequel insista Jujuko.

Une fois que les élèves finirent d’assimiler les paroles, on fit signe de sortir de la classe pour rejoindre la cours.

Une fois en extérieur, ils furent rangés et on leur présenta une démonstration des mouvements de base. Après deux où trois passage, ce fut à leur tour de les reproduire. La plupart rencontraient des problèmes de souffles. Parmi eux figurait Oroken. Il s’arrêta un instant et regarda faire ceux qui se trouvaient dans la même situation puis se tourna vers Jujuko qui remontrait le mouvement.

Alors que chacun reprenait l’imitation du professeur, Oroken continuait de regarder sans agir.


[Jujuko] Alors, on tire aux flancs ? Ce n’est pas la bonne discipline que tu as choisie.

[Oroken] Non, on regarde. Il n’y a pas que la condition physique qui joue dans l’essoufflement exact ?

[Jujuko] Où veux-tu en venir ?

[Oroken] Vous pouvez me remontrer le mouvement ?

En acquiescant, Jujuko se mit en position et frappa un coup sec dans l’air durant lequel ses habits claquèrent. Il revint ensuite en position normale.

[Oroken] Je sais pourquoi nous sommes essoufflés.

[Jujuko] Bien fais moi voir.

Sans parler plus longtemps, Oroken se positionna. Contrairement à tous ses camarades, il baissa les épaules et écrasa son centre de gravité, ce qui eut pour effet immédiat de déplacer son centre respiratoire. Par la même occasion, il remarqua que le coup de poing qu’il donna fut plus puissant et son bras plus solide à l’impact.

[Jujuko] Observateur… Continue.

Satisfait de lui, Oroken poursuivit les mouvements, cherchant à chaque fois comment mettre au mieux la relation entre sa respiration et la position de ses membres. Ce travail basé sur la rapport entre la dépense d’énergie et la recherche du mouvement juste lui valut un épuisement moins grand que certains qui disposaient de la même condition que lui.

Après quelques séries, Jujuko annonça la fin du cours. Nombre d’élèves repartirent mais quelques uns furent gardé par le professeur qui désirait pousser un peu plus leur entraînement du jour. Oroken se joignit à eux sans l’avis de personne. De toutes façons, le volontariat ne pouvait pas être sanctionné.


[Jujuko] Vous êtes très peu nombreux, nous allons pouvoir poursuivre avec les mannequins. Portez vos coups dans les sacs pour vous exercer à réaliser les mouvements que nous avons effectués dans le vide tout à l'heure. Ne dépensez pas trop d'énergie, essayez juste de reproduire les mouvements.

Les huit élèves qui étaient restés se mirent chacun devant un sac et reprirent. Dans les premières séries, Jujuko avait demandé à ce que l’exécution soit souple. Certainement pour prendre des repères et surtout parce que frapper trop fort dès le départ les aurait blessés.

Au fur et à mesure que le temps passait, la fatigue s’installait et se faisait plus grande. On oubliait souvent d’expirer au moment de la frappe ce qui amenait des points de côté où autres désagréments dus à l’utilisation anormale du corps.

Peu à peu, et ce malgré la fatigue, Jujuko demandait de frapper plus fort. C’est là que les élèves se rendirent compte que taper dans un sac était douloureux. Tellement au bout de deux ou trois série que tout le monde avait arrêté pour se reposer.


[Jujuko] Ceci n'est qu'un avant goût de ce qui vous attend plus tard si vous poursuivez dans cette discipline. Je suis ravi que vous ayez pu tenir aussi longtemps. Entraînez vous suffisamment pour gagner en force en faisant des pompes et des tractions. Courrez régulièrement et faites travailler vos cuisses pour devenir plus agile. N'oubliez pas de toujours vous étirer à la fin de vos entraînements, pour assouplir vous articulations. Un corps bien entretenu est un élément essentiel pour devenir un excellent spécialiste du corps à corps.

Sur ces dernières paroles, le professeur salua les élèves et ramassa le matériel. Un élève l’interpella avant qu’il ne s’en aille.

[Elève] Sensei ! Où peut-on trouver des sacs identiques ou des mannequins pour nous entraîner.

[Jujuko] Une salle d’entraînement a été aménagée. Vous pouvez vous y rendre quand vous le désirez.

Sans plus de cérémonie, il se retira.

[Elève] Hey les gars. J’ai une idée. Si après manger nous allions tous les huit à la salle. On pourrait continuer le cours. Et puis avec de la chance on aura plus d’équipement que prévu.

Tout le monde fut d’accord. Oroken se contenta d’acquiescer à cette idée et se retira à son tour pour aller manger.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Jeu 4 Jan - 14:35

Oroken : +6 XP RP.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 14 Fév - 16:39

[Suite de l'arène avec Ookami]

Oroken venait de faire la connaissance d'une personne vraiment étrange. Non pas que ce n'était pas satisfaisant mais il ne savait trop comment s'y prendre avec cet étudiant fraîchement rencontré, aux cheveux blancs et aux réactions inapropriées.

Il était encore tôt quand il délaissa l'individu à l'hôpital, afin que ce dernier se remette des quelques coups qu'il avait pris. Il faisait encore nuit et la montre du jeune garçon indiquait une heure plus que matinale. Seuls les insomniaques pouvaient être debout à un tel moment du jour. Même s'il s'agissait de quelque chose de peu commun, Oroken se plaisait à essayer des choses pareilles. Ce lui changeait de l'activité diurne du village qui semblait si calme si paisible sous le clair de lune qu'on en venait à en tomber amoureux.

Sachant qu'il avait du temps devant lui, le jeune garçon s'autorisa à poursuivre son entraînement nocturne en enchaînant par une course d'endurance dans tout le village. L'air frais frappait toute partie du corps découverte et empêchait, par son action sur un visage qui virait petit à petit au rouge, de se laisser porter par la fatigue. Oroken s'efforçait de maintenir un rythme constant en respirant régulièrement. Son sac lui tenait chaud et devenait encombrant, ses mains s'étaient glacées, ses yeux pleuraient par intermitence et ses poumons le brûlaient, trop peu capables de supporter la température de l'air qui les pénétrait.

Aussi, l'étudiant se permettait des temps de récupération, nécessaire à la poursuite de l'exercice qui, malgré une demande conséquente d'énergie, ne devait pas exténuer le pratiquant car il aurait à assister à un nouveau cours par la suite.

Le temps passait, les rues défilaient, les pas se succédaient, Oroken se fatiguait et les nuages jusque là rares emplissaient le ciel. Le soleil qui était venu à pointer son nez avait rapidement été masqué par la couche épaisse qui baignait l'atmosphère. Une journée pluvieuse s'annonçait dès le début de matinée.

Le jeune Konomura s'arrêta à un chariot mobile afin de prendre un second petit déjeuner, car la faim engendrée par ses activités devint trop saisissante et trop génante. Il pris son temps pour déguster son seconde repas de la journée avant de se rendre compte qu'il était à deux doigts de se présenter en retard. A huit heures moins le quart, il se leva, paya en vitesse et partit pour l'académie déjà ouverte à cette heure-ci. Il passa le portail et traversa la cours avant de pénétrer dans le bâtiment. Il devait se rendre encore une fois au premier étage, le seul qu'il avait vraiment fréquenté jusque là.

Dans le couloir, les élèves, d'âge divers s'étaient rangés en une belle file à l'entrée des classes. Le jeune Konomura rejoignit sa propre queue et attendit que le professeur se présente. Il n'eut pas longtemps à patienter car la porte s'ouvrit très vite. Jujuko invita les élèves à entrer, pour la plupart très impatients de participer à ce nouveau cours.

Une fois entré, chacun pris une place faisant en sorte de se retrouver proche de ses camarades favoris. Oroken jeta un oeil à gauche et à droite. Il ne vit personne qu'il connaissait et décida donc d'aller se mettre à la même place qu'à son habitude : proche de la fenêtre afin de pouvoir y jeter un oeil lorsque les explications traînaient pour les plus lents. Malheureusement, il put constater rapidement que ce ne serait pas une bonne journée d'observation du village, les nuages plongeant la région dans une teinte grise et foncée.


[Jujuko] Bonjour à tous… Aujourd’hui je vais vous enseigner votre première vraie technique de combat. Pour la maîtriser, il vous faudra procéder de la même manière que pour les exercices que je vous ai donné lors de notre dernier cours. Vous devrez travailler par vous-même et acquérir ce jutsu par votre travail régulier. Commençons.

Chacun tourna sa tête vers le sensei qui n'eut aucun mal à captiver la classe dont il avait la responsabilité. Oroken fit comme tous les autres. Il se munit de son crayon et de son cahier de cours où des schémas et des notes des anciennes séances étaient brièvement griffonés.

[Jujuko] Le Bunshin est une technique de clonage qui peut avoir plusieurs buts : la dissuasion, ou confusion. Si vous êtes face à un adversaire qui n’est pas ninja, vous pourrez facilement l’intimider en faisant plusieurs bunshin. En revanche, face à un adversaire ninja, vous ne pourrez pas utiliser ce subterfuge de la même manière. En fait, face à un ninja qui connaît lui aussi cette technique, vous ne pourrez l’impressionner avec des clones. Vous devrez user de stratégie pour le duper et dissimuler votre présence en créant un ou plusieurs clones.

Pas de crayon qui grattait. L'introduction était claire et s'imprimait facilement dans tous les jeunes esprits présents. Jujuko enchaîna, alors qu'il parcourait les allées les mains dans les poches, par l'exécution de la technique. On put entendre de petite exclamations, assez discrètes, des plus naïfs pendant que d'autres se contentaient de sourire à l'idée de maîtriser une telle technique. Les derniers regardaient simplement, sans ne rien dire ni faire.

[Jujuko] Sauriez vous dire lequel est vraiment moi ? Ce clone a la même odeur, le même physique, les mêmes vêtements que moi.

Personne ne put répondre. S'attendant probablement à cette réaction générale, le Chuunin et sa répliquent dégainèrent une arme et chacun planta l'autre. Le clone explosa et un nuage de fumée apparut à la place.

[Jujuko] La seule différence… est que ce clone n’est qu’une copie imparfaite.

Il poursuivit, voyant qu'aucun élève n'avait de question à formuler. Avec une telle démonstration, tout était clair, et chacun savait qu'il passerait à l'explication de la technique.

[Jujuko] Vous avez appris à malaxer votre chakra pour grimper aux arbres, et voir pour certains, tenir sur l’eau. Ici, le principe est similaire : il vous faudra malaxer votre chakra, et l’expulser par des tenketsu de votre choix. Vous devez garder en tête qu’il vous faudra matérialiser votre chakra pour que le clone que vous allez réaliser prenne la même allure que vous. Le signe que vous faites, vous permet de faire appel à la technique de clonage, mais à lui tout seul, il ne sert à rien.

Votre chakra doit circuler en vous, et vous devez maintenant être en mesure de pouvoir lui faire prendre la forme souhaitée. La concentration et la capacité à projeter son esprit, sont la base de ce jutsu.


Comme à son habitude, Jujuko se dirigea vers le tableau et inscrivit à la craie blanche, sur un tableau noir comme l'ében, le travail qu'il faudrait réaliser pour considérer la technique comme acquise. Les crayons frottaient le papier depuis déjà un petit moment. Personne ne perdait une miette des explications et encore moins de ce qui s'inscrivait devant ses yeux.

[Jujuko] Vous commencerez par faire apparaître des petits objets inanimés dont la structure est simple, par exemple : un kunai, une pierre, une feuille. Lorsque vous maîtriserez ce stade, il vous sera un peu plus simple de réussir à mettre en mouvement votre clone, et le commander. Dans le deuxième exercice, tâchez de faire en sorte que l’objet ou l’animal créé ne soit pas trop volumineux pour qu’il garde une forme homogène. Il faut que le chakra soit bien réparti dans le clone pour qu’il ne soit pas déformé. Pour finir, vous devrez me faire une copie parfaite de vous-même qui puisse rester matérialisée pendant quelques secondes.

Après quelques dernières explications, le Chuunin laissa les enfants terminer de prendre leur cours et les libéra. Chacun montrait un plus ou moins grand enthousiasme à l'idée de s'entraîner, mais pour quiconque qui quittait l'académie, la déception envahissait. Alors que l'on avait prévu de s'entraîner en extérieur, on n'avait pas remarqué que la pluie s'était longuement abattue sur le village car le cours avait été trop captivant. La plupart des étudiants décida de rester à l'académie afin de profiter de la salle d'entraînement.

Oroken sortit du bâtiment, parcouru la cours et se dirigea vers le portail où il s'adossa à la grille. Il attendit là un moment.


Dernière édition par le Mer 14 Fév - 18:38, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 14 Fév - 18:23

[Pas d'inspiration XD j'espère que ça va vite me revenir !]

Ookami apparut bientôt au bout de la rue, accompagnée d’une inconnue pour Oroken… Une jeune fille particulièrement charismatique qu’il avait déjà vu dans les couloirs de l’académie sans jamais vraiment avoir à lui parler. Elle était plus discrète d’habitude, mais là semblait plus épanoui et joyeuse que la plupart du temps. De plus elle se trouvait un peu trop prêt d’Ookami pour être simplement une connaissance, c’était une amie à lui de toute évidence…

Kodoku… Il avait bien changé depuis la nuit dernière ! Il était à présent en train de sourire, il semblait plus grand, plus sur de lui, plus imposant aussi. C’était sans doute du au fait qu’il se trouvait à côté d’une jeune fille qui lui arriver au dessous de l’épaule. Quoi qu’il en soit, il avait changé, métamorphosé, il semblait plus apte à exprimer ses sentiments de manière commune à toute être humain. Mais ses cheveux étaient toujours blancs, comme ses vêtements à vrai dire. Il s’était changé, mais apparemment avait toujours le même genre de vêtement, seul le colori changeant réellement.

Le jeune homme n’avait pas vraiment l’air d’être attiré par la jeune fille qui l’accompagnait, en cela qu’il ne lui portait pas un regard, pas une intention ni ne lui parler, cependant il était évident qu’il appréciait sa présence à ses côtés. L’adolescent continua d’avançait paisiblement jusqu’à celui qui l’avait mit au sol en deux coups le matin même et s’inclina brièvement pour le saluer tandis que Lys partait en faisant un dernier petit signe à son ami. Celui-ci y répondit d’un simple regard avant de reporter celui-ci sur Oroken qui se trouvait en face de lui.


"Bonjour… Comment vas-tu ?"

Il eût un petit sourire puis fit un geste rapide de la main, comme pour indiquer que ces formules de politesses étaient vraiment répétitives et inutiles, ce après quoi il fit un petit signe du chef à son interlocuteur pour lui indiquer de le suivre.

"Heureux que tu m’ais attendu, j’attends beaucoup de notre entraînement d’aujourd’hui… A vrai dire."

Ookami lança un petit regard à Konomura.

"J’aurai grand plaisir à m’entraîner quotidiennement en ta compagnie, j’ai encore beaucoup à apprendre et toi aussi, même si tu es bien plus puissant que je ne le suis pour le moment."

L’adolescent, un petit sourire aux lèvres, continuait d’avancer tout en parlant.

"Si on allait s’exerçait dans l’aire d’entraînement de l’Académie ?"

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 14 Fév - 18:53

L'air était humide, le sol détrempé et le sable de la cours collait au pied. Oroken était adossé au grillage de l'académie et regardait ses pieds faute de mieux. De temps à autre il jetait un coup d'oeil à gauche à droite pour voir si la personne qu'il attendait arrivait. Les temps de pluis lui allaient très bien. Ils de mariaient parfaitement avec ce style calme et froid qu'arborait l'étudiant avec un naturel déconcertant.

Alors qu'il entamait la phase où il se préparait à partir, deux silhouettes apparurent au bout de la rue. A première vue, il n'avait pas deviné qu'il s'agissait de celui qu'il attendait et fut, en un sens, surpris de voir un tel changement dans le comportement et l'approche d'Ookami. La lune et la nuit jouaient-elles une influence sur lui? Sans doute, il y paraissait bien plus sombre.

A dire vrai, ce furent les cheveux blancs se balançant qui permirent au jeune Konomura de reconnaître Kodoku, qui remontait le village accompagné d'une demoiselle. Elle semblait proche de lui par son attitude et pourtant il ne lui parlait pas, ne la regardait pas. Lorsqu'ils arrivèrent à hauteur d'Oroken, celle-ci continua sa route alors qu'Ookami s'arrêta. Elle lui fit un bref signe afin de saluer son ami qu'elle quitter auquel il répondit par un regard discret avant de se tourner vers Oroken.


[Ookami] Bonjour… Comment vas-tu ?

[Oroken] Ni bien, ni mal.

[Ookami] Heureux que tu m’ais attendu, j’attends beaucoup de notre entraînement d’aujourd’hui… A vrai dire.

[Oroken] Comme ça devrait être le cas de chacun des entraînement après tout.

[Ookami] J’aurai grand plaisir à m’entraîner quotidiennement en ta compagnie, j’ai encore beaucoup à apprendre et toi aussi, même si tu es bien plus puissant que je ne le suis pour le moment. Si on allait s’exerçait dans l’aire d’entraînement de l’Académie?

Oroken laissa un petit silence s'installer. Il était aussi froid que lors de la première rencontre et n'avait montré aucun signe de joie déception, agacement ou quoi que ce soit d'autre. Il se contentait de répondre quand il estimait que c'était nécessaire, et ce toujours avec une voix assez distante.

[Oroken] C'est une idée. Cependant, à cause de la pluie tout le monde s'est rué sur la salle d'entraînement, et je doute que l'on puisse y travailler efficacement avec toute la marmaille qui y traînera.

Si tu n'as pas peur de te salir, nous pouvns aller en forêt. C'est un endroit assez calme et les personnes dérangeantes y sont rares. Sinon, je ne connais pas d'autre endroit et je ne sais pas quel genre d'entraînement tu veux faire. Pour ma part, je dois apprendre la technique du cours de ce matin.


Lorsqu'il termina sa phrase, Oroken cessa de s'appuyer contre la grille et se baissa pour ramasser son sac qu'il posa sur son dos, signe qu'il ne souhaitait pas perdre trop de temps à bavasser et que l'entraînement demandait d'être commencé tôt.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 14 Fév - 19:20

Le jeune homme ne perdit pas son sourire face à l’attitude assez froide de son interlocuteur… Ce sourire, il aurait put être présent la dernière fois que les deux jeunes gens c’étaient rencontrés si le jeune homme avait put exprimer sa bonne humeur. Là il en était capable et à vrai dire, ses lèvres formés son exacte pensée. Il appréciait la compagnie de Konomura qui, bien que ça ne fus pas des plus visibles, correspondait parfaitement au genre de personne qu’il appréciait ! Il ne bavardait pas inutilement, ne se privait pas de donner son avis et restait en toute circonstance neutre et calme. C’était quelque chose de plaisant du point de vue de l’étudiant.

Continuant à marcher paisiblement, Ookami prit la direction de la forêt… La forêt, il en venait, et à vrai dire ça ne lui coûter rien d’y retourner pour s’entraîner. Une technique qui avait fait l’objet du cours de ce matin ? Lui n’avait pas eût à y aller et de se fait ne savait trop de quoi il s’agissait. Il verrait ça un peu plus tard, lorsqu’ils seraient sous la protection des arbres. Le jeune homme n’entreprit pas de discussion inutile. Après tout, il n’avait pas vraiment envie de parler de ses nombreuses mésaventures avec ce jeune homme qui faisait un excellent partenaire à l’entraînement et un bien médiocre interlocuteur.

C’était plaisant. Cet étrange lien qui se tissait peu à peu entre eux et qui n’était pas plus de l’amitié que de l’animosité. Une sorte de complicité du à une envie commune de progresser, bien qu’ils ne soient pas tout à fait du même niveau. L’albinos sourit doucement et passa une main dans ses cheveux trempés, les tirant doucement en arrière, sous sa capuche aussi blanche que sa tunique.


"Tu sais… L’un de mes objectifs est d’arrivé à te surpasser… C’est pour ça que je me suis entraînais durant toute la matinée. Bien sur, je n’égale pas encore ton niveau, loin de là même !"

Souriant toujours avec autant de sincérité, Kodoku poursuivait son chemin sans s’arrêter observant paisiblement les rues qu’ils parcouraient pour bientôt voir apparaître devant eux l’une des entrées de la forêt interne de Konoha. Refuge des apprentis ninjas. Lieux d’apprentissage apprécié de bien des étudiants qui pour le moment avaient préférés les gymnases aux conditions naturelles. Ils avaient choisis la facilité, mais Ookami tout comme celui qui l’accompagner n’étaient pas comme ça. Ils étaient mêmes loin d’être comme ça.

Pas masochistes pour un sou, ils n’avaient pas peur d’aller se jeter au corps à corps contre la difficulté. Ils prenaient le taureau par les cornes, ne s’amusant pas à jouer aux petits soldats, s’entraînant ouvertement pour être plus efficace au combat. Pour être plus capables dans l’art de vaincre et même de tuer. Ils n’avaient pas honte de ce qu’ils allaient devenir : les armes d’un village.

L’adolescent au nom de loup entra dans la zone forestière sans aucune peur ni aucune crainte de ce qui allait lui arriver. C’était un décor effrayant pour nombre d’enfants, certains grands frères s’amusant à dire aux petits qu’on trouvait des monstres terribles dans les bois qu’abritaient la ville et que seul Hokage-sama arrivait à les maintenir prisonnier de la lisière obscure.

C’était totalement faux, et il le savait, les seuls monstres de l’endroit étaient les aspirants ninjas et ninjas qui s’y entraînés pour devenir plus fort. En un sens, si tant est qu’il y ait quelconque abomination dans l’endroit, il en faisait parti et Konomura aussi. C’était d’ailleurs assez drôle comme pensée. Son sourire s’élargit d’ailleurs.

Kodoku mena la marche jusqu’à une zone dépourvue d’arbres sur quelques mètres, au sol des cendres témoignaient de la présence ancienne de végétation à cet endroit… Plusieurs petites fleurs violettes avaient d’ailleurs fait leur apparition suite à la pluie et à la chute de cendres. Trois étaient présentes, dévoilant leur couleur magnifique sur l’étendue noire avec la grâce de jeunes demoiselles dans la force de l’âge au milieu d’un groupe de sumotoris.

Il avança alors jusqu’au centre de l’endroit, puis tranquillement se tourna en direction de son camarade d’entraînement, figeant son regard paisible et heureux sur les yeux de son acolyte. Immobile, il attendit alors d’en apprendre plus quant aux choix d’Oroken sur les débuts de leur entraînement d’aujourd’hui.

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Mer 14 Fév - 19:53

[Suite sur mon aire d'entraînement ^^]

MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   Ven 16 Fév - 18:35

Oroken : +6 XP RP.
Ookami : +4 XP RP.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Etudes d'Oroken   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Etudes d'Oroken
» [ Quatrième année ] Etudes des Moldus. TERMINE
» Team N°3 : Oroken, Yosuke et Doufi
» Commentaires sur Wyclef Jean
» Le Bresil et l'Espagne promettent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-