Partagez | 
 

 Mairie de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

MessageSujet: Mairie de Konoha   Lun 16 Mai - 19:21

Rappel du premier message :

"C'est ici que vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires en ce qui concerne Konoha."

Il s'agissait de l'un des plus vieux batiments de Konoha, en bois ancestral et depuis renforcé par des poutrelles de métal, agencées de façon à ne rien gâcher de son esthétisme naturel. Son rez-de-chaussée était une surface assez large et ne comptait qu'une seule pièce, destinée à l'accueil et à l'information. Des comptoirs accolés aux murs et placés aux extrémités des pièces étaient chacun dédiés à une fonction différente, cependant ils centralisaient tous au moins plusieurs aspects d'une même fonction administrative, afin de simplifier la tâche des employés et officiels...malgré tout, l'administration reste l'administration, et même si cette pièce ouverte évitait le dédale labyrinthique, elle était pour le reste en tout point semblable à un batiment administratif, du moins au niveau de cet étage.
Ensuite, les étages se réduisaient à chaque fois légèrement en surface, bien qu'ils restent longtemps d'une superficie assez importante. Il y en avait une bonne dizaine, et le toit était bien assez large pour qu'une trentaine de personnes s'y tiennent assises en tailleur. Qui plus est, elle offrait une magnifique vue sur la falaise, comme pour rappeler l'autorité des Kage sur le village.

Le Conseil des Jounins siégeait au deuxième étage. L'escalier qui menait au premier et au troisième ne faisait que s'aplanir le temps d'un palier pour permettre de se placer devant une porte bien souvent close et gardée, comme s'il n'y avait rien d'intéressant pour le public en ce lieu.
Des tentures rouges masquaient partiellement les fenêtres blindées, auxquelles aucun shinobi ne tournait jamais le dos, ni ne faisait face. Nul siège pour prendre place, la seule consigne était que jamais le doyen ni le guide ne devaient être visible immédiatement par quelqu'un ouvrant la porte. Tout était fait pour éviter lecture sur les lèvres, assassinat à la volée ou attaque surprise. Les teintes de la pièce lui donnaient une connotation assez sombre, toutefois atténuée par la lueur qui venait du dehors.


Dernière édition par le Mer 1 Juin - 12:08, édité 1 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Lun 14 Déc - 13:31


Il s'appelle... Tahinoka?
Je m'en rappelle, maintenant. Si j'avais pu ne pas en arriver là, je l'aurais sûrement fait. Mais le « destin » nous réserve parfois des choses que l'on doit apprendre à surmonter si l'on veut avancer. C'est plutôt comique que je dise ça, puisque je ne crois pas au destin. Peut-être y en a t-il un? Sans doute sommes nous ce que nous construisons au fil des années...

C'est marrant comme... comme j'ai l'impression d'avoir déjà réfléchi à tout ça. Enfin non, ce n'est pas ça qui m'intéresse, mais quand je regarde cet endroit, j'ai l'impression d'avoir pensé à tout ça alors que j'étais ici. Il faut que j'en aie le cœur net sinon, me connaissant, ça me torturera pendant des jours.

Je ne vais pas m'arrêter encore, quand même? A ce rythme je ne serai jamais rentrée. Bof... de toute façon, personne ne m'attend à la maison. Chacun a sa petite vie et ça fait quoi? Un mois? Bientôt un mois que je ne suis pas passé par là-bas. C'est bon, ils ont du s'y faire.

C'est étrange comme l'on s'adapte, vraiment très étrange. C'est sûrement grâce à ça que notre espèce trouve la force de grouiller un peu partout dans ce bas monde. J'espère juste que j'aurai cette force pour continuer d'avancer. Je crois... je crois que des gens comptent sur moi. Ça aussi, c'est étrange. Je n'ai jamais compris pourquoi tant de remue ménage autour de moi. Mais bon... Il faut bien une tête de turc par génération. Non! Je suis méchante, ce n'est pas comme si j'étais le souffre douleur de quelqu'un.

Et là... Ce n'est pas comme si j'arrivais à me rappeler de cet endroit. Je suis pourtant sûre d'y être passée. Quand? En fait ça n'a pas bien d'importance. Je dois juste rentrer à la maison. Je marche seule, sans témoin avec pour seul route celle qui mène à... Au pays de l'herbe? Qu'est-ce que j'ai à faire dans cet endroit?

J'aurais voulu y réfléchir plus longtemps, mais ce petit bonhomme est arrivé en plein milieu. Le mignon a laissé tomber son gland... et voilà qu'il n'a pas peur de moi, qu'il vient presque jusqu'à mon gant pour le ramasser. J'aurais voulu retenir ce soupire, mais il a semblé plus fort que moi. Ce garnement d'écureuil... il a de la chance... Il n'a aucun souci à part manger boire et dormir. Ah et sans doute assurer la pérennité de son espèce quand vient la saison des amours. Mon dieu! J'ai failli éclater de rire en imaginant ceci. Il est temps que je rentre.

Le pays de l'herbe hein? Non, impossible. Ce n'est pas là bas que je vais. En fait, je rentre à Konoha. Mais visiblement, ce n'est pas pour tout de suite. Un autre bruit me parvient. Le bonhomme s'enfuit pendant que je me redresse pour voir de quoi il s'agit. Qu'il approche... je vais le brûler.

Oulà... Qu'est-ce que c'est? On dirait un clochard. Un clochard recouvert de sang. Quel teint immonde, il a des cheveux verts en plus. Que sont ces... Il est habillé d'un costume outrageusement dégueulasse, le pire étant de se dire que ce n'est pas à cause de son mauvais état ou du sang qui le recouvre. Non, en fait, c'est bien ce violet criard et de mauvais goût qui rend l'habit tout à fait... immonde? Hors de question que mon fils porte quelque chose comme ça un jour. Même pour un spectacle ou une pièce... ou tout autre activité parfaitement saine.

J'ai la pression. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je sens des picotements dans mes membres. Je suis à peu près sûre d'avoir libéré du chakra mais la sensation ne vient pas de là. Peu m'importe, je crois que j'ai eu raison de me méfier puisqu'il vient de découper la tête d'un type. Comment je le sais? En fait, je crois qu'il me l'a dit plus tard.

Pourquoi sais-je ça? Pourquoi savais-je que je ne serai pas seule? Je connais cet endroit. J'ai déjà vu cette situation. Tout ça... Oui tout ça m'appartient déjà. Finalement, j'en suis convaincue. Chaque détail est le même sauf peut-être... C'est bizarre, je ne voyais pas le clown aussi grand. Et surtout, je ne le voyais pas grandir à chacun de mes battements de cils.
Quel rire insupportable!


Il grandit... encore et encore! Il faut que je m'échappe, vite! Putin d'arbre! J'avais oublié qu'il était derrière moi. Alors je vais mourir ici? Pfff! Rêve. Je ne te suivrai pas, mon cochon. En fait, t'es trop fou dans ta tête... Et je ne suis pas la tueuse que j'ai dit être. Enfin... Tant que tu m'emmerdes pas. Mais tu sembles pas avoir compris hein?

De chaque côté, deux mains aussi pâles que son visage se ferment sur moi. Tant pis pour lui... Il va mourir. Je dégaine la seule arme que j'ai et... et ça a suffi pour le calmer? J'entends encore son rire ignoble.

Soudain, tout disparaît et...

Elle était assise, seule, dans le noir. Son visage s'éleva vers le ciel, visible derrière la vitre. Le bougre commençait à s'illuminer. Elle regarda en face d'elle, là où son bureau trônait depuis des années déjà, une goutte de sueur en profitant pour glisser depuis le haut de sa tempe jusqu'à son menton. Sa respiration était encore saccadée et son cœur battait légèrement plus vite que d'habitude. Elle ne comprenait pas pourquoi. Après tout, Reishou n'avait pas été une menace. En fait, elle avait sûrement eu le dessus, au moins physiquement. Pourtant, quelque chose continuait de la gêner. Quelque chose qui la fit se lever pour gagner son bureau. Elle s'approcha doucement, et dans l'obscurité fuyante, elle posa les yeux sur un petit bout de carton qui demeurait là depuis trois jours, ou peut-être un peu plus.

Les doigt de la jeune fille glissèrent jusqu'à l'objet qu'elle saisit fermement. Elle éleva la carte devant ses yeux et la fixa du regard, comme si elle s'adonnait à un duel avec l'excentrique clown qui y était dessiné. Elle n'aimait pas ça, mais elle avait aussi peur d'être une grande folle paranoïaque. Ses yeux gagnèrent le plafond dans un instant de réflexion profonde. Que faire? Après tout, trop de précautions valaient mieux que pas assez. En un mot, cette carte ressemblait tout bêtement à une carte, et bien qu'elle n'ait senti de chakra ou d'anomalie, elle n'était pas experte. Non... il valait mieux consulter pour plus de sûreté.

Son index et son majeur se saisirent de la carte et la firent voleter jusqu'à la table. Elle se retourna et gagna de nouveau son lit. Elle aurait tout le temps de commencer la journée, mais pour ce faire, il lui fallait encore une petite heure de repos.

Elle avait eu raison de prendre cette petite heure de plus. Déjà, elle arpentait les rues du village en direction de la falaise. Les yeux encore piquants, elle n'avait pu retenir le bâillement qui venait de la gagner d'une façon fort peu distinguée. Une chance que personne ne se fût intéressé à ses activités. Taka avançait le long des allées, sans se soucier de ce qu'il se passait autour d'elle. Elle avait l'esprit léger, tout autant que sa démarche. Étrangement, elle n'exprimait aucune appréhension, aucune inquiétude. En fait, elle savait qu'elle avait fait le bon choix.

Ses pieds la menèrent finalement jusqu'à l'a mairie. Elle n'y était pas allée souvent, généralement pour demander des informations en tout genre. Mais elle s'avouait voir été aidé à chaque fois qu'elle avait eu besoin de renseignement, s'évitant donc le détour par l'administration. Haussant les épaules, elle décida de franchir le pas de la porte. A l'intérieur il n'y avait qu'une grande et unique salle où étaient disposés différents comptoirs à la fonction particulière, même si d'une façon, on avait l'impression que tous faisaient un peu la même chose. La jeune fille s'avança vers celui qui concernait les affaires militaires. Une petite moue sur le visage, elle se présenta à l'homme qui travaillait là.

Taka – Bonjour, je viens chercher un renseignement sur un shinobi du village. Elle en profita pour sortir ses papiers afin de les présenter et de légitimer sa requête. Un chuunin ou Jounin du nom de... Tahinoka... quelque chose comme ça.

L'homme baissa ses yeux sur son écran après avoir attrapé la carte d'identité de la jeune femme. Il pianota quelque chose qu'il avait lu dessus – surement le matricule de la kunoichi – puis parcourut la liste des information après avoir vérifié l'identité de Taka. Le bruit des touches du clavier remplit le petit espace confiné de son comptoir, auquel quelque clics vinrent s'ajouter. Il leva finalement les yeux et désigna une plaque en verre sur le comptoir en dessous de laquelle un écran était disponible pour le demandeur.

Employé – Cette femme là? Mademoiselle Tahinoka Harue.

Elle leva la tête en grimaçant.

Taka – Non, non, Il s'agit d'un homme... Un certain Syo.

A nouveau l'homme se mis à pianoter. Les informations défilaient sous les yeux de Taka qui suivait désormais le cheminement de la recherche. Soudain, elle vit passer quelque chose qui correspondait. Elle fit signe à l'homme d'arrêter là où il se trouvait puis elle tapota du doigt sur la vitre. Ainsi, il s'appelait Syo Tainoka. Elle n'avait donc pas un assez bon souvenir de ce qu'on lui avait dit. Elle esquissa un léger sourire avant de lever les yeux sur l'homme.

Taka – Faites lui parvenir un message de ma part. S'il peut me retrouver dans le centre du village, à cette adresse. Elle attrapa un stylo et un bloc qui étaient disponibles, comme sur chaque comptoir. Dites lui que c'est une probable question de sécurité.

Employé – Soit, je fais partir le message immédiatement.

Elle remercia l'homme pour sa qualité professionnelle et s'en retourna dans le centre en ayant veillé à récupérer ses effets personnels.
[Suite au Centre Ville]



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Mer 16 Déc - 15:32, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Lun 14 Déc - 23:19

Taka : + 12 XP (bonus chuunin inclus)

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mar 22 Déc - 20:28

Ils étaient rentrés au village.

Dès que la nouvelle était parvenue à ses oreilles, Tago les avait fait convoquer. Ils étaient revenus vivants de Taki et certainement avec les informations souhaitées. Il était fort probable qu'Asahi ne les ait pas attaqué. Il n'avait eut aucun retour là-dessus. Qui plus est l'organisation avait tendance à ne pas faire dans la dentelle, comme elle l'avait si bien montré lors du dernier tournoi chuunin. Il était fort probable qu'une intervention de leur part aurait laissé des "traces". Ses "infiltrés" rentraient donc au bercail.

Yosuke Hiromida et Naoki Heionkemono.

Il espérait qu'ils avaient de bonnes nouvelles à lui transmettre. Avec un peu de chance, ces dernières se révèleraient capitale dans la lutte contre l'organisation. Tago pourrait alors se faire valoir et essayer d'attirer des mérites illégitimes. Les bonnes places du Haut Conseil ne lui seraient alors plus inaccessibles. Quoiqu'on en dise, Keira ne pourrait durer éternellement. S'il arrivait à rentrer dans ses petits papiers et si Konoha ne trouvait pas de kage prochainement, il pourrait sans aucun doute être le nouveau leader du village. Oui, il fallait avancer avec précaution et prendre son temps, sans dévoiler son jeu, mais il pourrait ... oui, il pourrait réaliser des rêves.

Son ambition avait cru de jour en jour. Petit à petit, son passé de flamboyant shinobi et ses principes s'étaient morcelés face à l'attrait du pouvoir. Il lui en fallait toujours plus. Pas de la puissance physique, pas des techniques, non, une autre forme de pouvoir, de contrôle, plus abouti, plus absolu. Il avait eut vent d'une mission menée par le célèbre Akogare Hyuuga pour retrouver Benkei, un prétendant au titre d'Hokage.

Tago pestait intérieurement.

Il ne fallait pas qu'il le retrouve, si tant est qu'il soit toujours vivant. Si quelqu'un prenait la tête de Konoha maintenant, le juunin savait parfaitement que le rôle du conseil serait fortement diminué. Les sages ne serviraient alors plus que de conseils occasionnels et lui, Tago, serait mis "au placard". Il ne supportait pas cette idée. S'il le pouvait, il mettrait des bâtons dans les roues du trop prestigieux capitaine des anbu.

Un simple coureur de jupons aux yeux blancs.

Non, il lui fallait les informations de Yosuke et Naoki, il fallait que se soit exploitable. Il lui fallait un succès. Un succès retentissant. Quelque chose qui efface cette "fameuse" victoire contre Kanda. Quel tissu d'ineptie, Akogare n'avait pas plus gagné contre le terrible bretteur que Tago ne pouvait prétendre à être la mère du terrifiant Kikuria.

Depuis le tournoi chuunin, l'homme n'avait pas chômé. Il avait établi des contacts plus importants dans la sphère politique et diplomatique de Konoha. Son nom commençait à se faire connaître. Il commençait à savoir des choses cachées, il entendait beaucoup plus que les simples bruits de couloirs. Il grandissait. Son regard avait perdu cette flamme qui brûle dans les yeux des combattants téméraires, une autre l'avait remplacée, avide, inextinguible, plus terne mais pas moins fournie. Il savait qu'il avait les capacités pour faire de grandes choses,il se sentait capable d'aider son village, de le tirer encore plus haut qu'il n'était déjà. C'était une certitude qui s'était inscrite dans son esprit et son cœur.

Il était né pour faire de grandes choses. Pas uniquement pour fracasser des ennemis avec ces poings.

Dans son bureau, enfoncé dans son fauteuil au cuir crissant, Tago attendait, rongé constamment par son ambition démesurée, par son envie de pouvoir, de contrôle. Ils arrivaient, il le savait, tout comme son futur règne.

On finit par lui annoncer la venue des deux ninja. Le shinobi, devenu politique, demanda alors à ce que l'on les introduise dans son bureau. Se fut fait prestement. L'homme se retourna vers les deux chuunin. Il les accueillit chaleureusement, un sourire convivial sur un visage serein. Il leur demanda alors de s'asseoir et de prendre leurs aises. Il fit de même, puis un léger silence s'installa durant lequel, Tago les dévisagea. Ils ne semblaient pas marqué par une quelconque affliction, il faudrait quand même veiller à ce qu'ils passent des tests psychologiques. Mais cela pouvait attendre.

Tago - Messieurs, je suis content de vous revoir parmi nous. J'espère que Taki no Kuni n'a pas été une terre trop hostile.

Il laissa un nouveau silence plané, puis prit un air grave, empli d'un sérieux de "supérieur hiérarchique".

Tago - Je suis conscient que vous devez être éprouvé par votre voyage et les péripéties que vous avez traversé, toutefois, je vous demanderai un dernier effort,avant de vous accorder une permission bien méritée. Faites moi un rapport complet sur vos recherches à Taki no Sato.

[Si vous avez des questions à poser à Tago, envoyez les à Iba par MP, je vous donnerai les réponses. De même si vous voulez certaines réactions =)]
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Lun 7 Juin - 19:18

Konoha, enfin, ils étaient arrivés. Yosuke leva les yeux. Les hauts murs, la grande porte, tout ceci paraissait si… accueillant. Depuis combien de temps étaient-ils partis ?

[Yosuke] * Peu importe. *

Il fronça les sourcils, le regard devint plus dur, plus déterminé. Le temps n’était plus au réconfort, plus jamais avant longtemps.

Du haut de ce bâtiment, il observait les toits du village. Chacun d’entre eux, un à un, prenait cette teinte rouge flamboyant qui caractérisait le lever du Soleil. Ces rayons bas rebondissaient presque lentement sur les façades avant d’être capturés par l’œil du shinobi. L’étincelle animait ses yeux. Et bientôt, elle animerait son âme.

Le village se couvrait d’or et de feu, un feu protecteur. La chaleur était le bouclier qui devait intimider l’ennemi et le persuader de ne pas attaquer. L’explosion devait être l’arme qui terrasserait les ennemis qui oseraient braver la paix du pays du feu.

Cependant, l’espace d’un instant Yosuke s’imaginait une scène. La lumière révélait les destructions, les gravas et les ruines. Le village se présentait à lui, en flamme, il aurait pu même sentir l’odeur des cendres, il aurait pu entendre les cris des civils, sentir la tension des combats alentours.

[Yosuke] * Que s’est-il passé ?*

Ces yeux se baladèrent un peu plus. Il retrouvait chacun des quartiers balafrés, aucune once de terrain ne paraissait être épargné.

[Yosuke] * Il s’est passé quelque chose mais quoi ? *

Il serra le poing. Il avait fallu qu’il parte pour être à l’écart des événements, lui qui était parti pour mieux servir son village. Il aurait été peut-être plus utile en restant ici. Mais ça ne servait à rien d’y réfléchir maintenant. Il savait exactement où trouvait ses réponses. Il s’élança de bâtiment en bâtiment. Un jour, il serrait la source de cette flamme protectrice.

***

Il retrouva Naoki devant le bâtiment de la mairie, ils venaient à peine de se quitter quelques heures. Peut-être Naoki était-il rentré chez lui entre temps, Yosuke n’avait fait que flâner sur les toits jusqu’à recevoir l’ordre de faire son rapport.

Pas besoin de paroles ici, un simple regard suffit à communiquer. Il était temps de recevoir la sentence ou la récompense selon la valeur des informations qu’ils ramenaient, en somme une dernière épreuve jusqu’à la prochaine.

On les fit attendre quelques instants pour les annoncer aux autorités. Puis, très vite, ils furent reçus tout deux dans une petite salle, un bureau pour être plus précis, quasi identique à celui qu’ils avaient quitté à leur précédente visite. Très peu de décorations ou d’ornements, la salle restait tout de même raffinée avec des matières nobles et des couleurs chaleureuses. Le marron sous toutes ses teintes dominées, la politique était à l’œuvre.

Yosuke prit conscience de ce qu’on lui demandera bientôt : un rapport aussi concis, complet et clair que possible. La gorge devint plus sèche. Comment devait-il s’y prendre ? En tout cas, il se tenait aussi raide que possible devant Tago, représentant du conseil et missionnaire des deux shinobis.

Il ne dit mot. Il les observait. A quoi pouvait-il penser ? Pouvait-il juger de leur réussite au moindre coup d’œil ? Peut-être était-il simplement étonné de les voir revenir en un seul morceau ? Yosuke ne pouvait qu’être d’accord, ils avaient eu de la chance.

Le silence se faisait insistant. La situation n’évoluait guère et Yosuke se demandait toujours s’il devait prendre la parole. Etait-ce la coutume dans ce genre de situation ? Non, ça ne se pouvait pas.

C’est alors que Tago fit un geste inespéré, les invitant à s’asseoir. Toujours aussi déconcerté, Yosuke ne se fit pourtant pas prié.

Tago - Messieurs, je suis content de vous revoir parmi nous. J'espère que Taki no Kuni n'a pas été une terre trop hostile.

Un petit pincement, une veine qui ressort à peine quelques secondes, c’était là une manière bien dégueulasse de minimiser les risques qu’ils avaient encouru pour ses beaux yeux. Mais il ne dit rien, une fois de plus, il était devant la hiérarchie après tout. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de garder un goût amer à ces paroles, aussi petites et insignifiantes pouvaient-elle paraître.

Puis, il se disait qu’il était un peu parano sur les bords. Passons, écoutons et taisons-nous.

Tago - Je suis conscient que vous devez être éprouvé par votre voyage et les péripéties que vous avez traversé, toutefois, je vous demanderai un dernier effort,avant de vous accorder une permission bien méritée. Faites moi un rapport complet sur vos recherches à Taki no Sato.

Yosuke déglutit un peu. L’intonation de la fin de la phrase de Tago indiquait bien que c’était à lui, chuunin de so état, de parler. En temps que responsable de l’expédition, c’était là son dernier devoir avant le repos. C’était bel et bien un travail auquel il n’était pas habitué.

Il se leva fébrillement. Au moins, on aurait pu pensr que c’était la fatigue de la mission qui était en cause. Yosuke se remémorait les missions qu’il avait réalisé. Oui, c’était bien la première fois qu’il parlait devant une autorité compétente.

Il toussa d’abord, déglutit une nouvelle fois puis ouvrit la bouche maladroitement. Par quoi devait-il commencer déjà ?

[Yosuke] « La mission que vous nous avez confié était de nous introduire à l’intérieur du village caché de Taki pour obtenir des informations sur la main de Dieu dans la bibliothèque du village. . »

Il ne savait pas pourquoi il faisait un résumé de cette manière. Tago avait déjà ces informations mais Yosuke laissait son esprit méthodique raconter l’histoire. Tago ne semblait pas être pressé.

[Yosuke] « Lors de notre voyage vers Taki, nous avons été témoin d’un incident dans un village frontalier à l’intérieur du pays du feu. La ville commençait à être mise à sac et, lors de notre arrivée, une explosion emporta une partie de la ville. Ne voulant pas risquer notre couverture, nous ne sommes pas intervenus. Nous avons donc décidé de changer notre identité, devenant maître et élève originaire de ce village, spécialiste de la restauration d’ouvrages anciens et cherchant asile à Taki, village caché le plus proche. »

Il laissa un temps de pause. Il prenait conscience que toutes les décisions qu’il avait prise seraient analysées, décortiquées puis laissées à l’appréciation de Tago. En fait, il passait un entretien pour qu’on juge de ses capacités de meneur.

Yosuke déglutit une nouvelle fois puis continua, le stress dans la voix.

[Yosuke] « L’infiltration au sein du village fût un succès. Nous avons décidé de nous installer à l’hôtel pur ne pas éveillé les soupçons. Notre plan était de nous faire embaucher au sein de la bibliothèque pour nos talents, rester quelques temps avant d’inspecter les lieux. Malheureusement, il y a des choses que nous n’avons pas pu prévoir.»

Il expliqua alors la méfiance des habitants dès qu’ils parlaient de la bibliothèque, des péripéties arrivées pour entrer en contact avec l’un des responsables, de la trame policière et du meurtre auquel ils avaient assisté, sans pour autant détailler les capacités héréditaires de Naoki ou les siennes, et des diverses informations auxquelles ils avaient accès sans plus ni rien comprendre.

[Yosuke] « Finalement, nous avons été repéré par le responsable et fait prisonnier alors que nous explorions la bibliothèque en tant que civil. Très vite, nous avons été mis au centre d’un conflit interne au village. »

Ils expliquèrent donc l’organisation de la hiérarchie propre à Taki. Le kage était assisté par deux clans qui se faisaient fronts depuis des années. Pour équilibrer les forces, chacun d’entre eux avait un responsable élevé au rang de responsable de la bibliothèque. Les deux clans se distinguaient par les tatouages sur leurs mains. Ainsi, l’un des responsables vint les retrouver, les força à passer un marché avec eux sous la menace d’une note explosive à retardement et les libéra.

[Yosuke] « Nous étions en mauvaise posture. Découverts par le village, recherchés des autorités sous la menace d’une mort constante et chargés d’une mission d’assassinat sans garantie d’être libérés. »

Et c’était bel et bien le cas. A ce moment précis, tout pouvait tourner très mal et la mission initiale était très loin derrière eux.

[Yosuke] « Nous avons pris en otage le bar du gérant qui nous a mis en contact avec l’autre responsable. Des investigations auprès des assassins du meurtre auquel nous avons assisté nous a permis de comprendre le but de cet assassinat. Il voulait éliminer les preuves compromettantes. Nous avons donc réussi à livrer le responsable au kage avec l’aide de l’autre clan et fit jouer notre dissuasion pour marchander un droit d’accès à la bibliothèque. Nous avons donc résolu un conflit interne en échange d’informations. »

Il s’arrêta, fier du résumé qu’il venait de faire. Mais Tago attendait sans doute autre chose et c’est là qu’il avait choisi de jouer sa meilleure carte.

[Yosuke] « La mission est un succès, nous avons trouvé un texte ancien relatant de la main de Dieu. Il nous est par contre impossible de déchiffrer seul son véritable sens. »

Il tendit le morceau de parchemin soigneusement rangé dans sa veste et se redressa de nouveau. Il lui restait une information moins agréable à transmettre, peut-être même deux. Etait-il possible de soumettre une requête à Tago ? Aurait-il le cran ? Il ne savait pas. En tout cas, il laissa quelques secondes à Tago pour lire le message. Avant de recevoir d’autres instructions, il fallait terminer.

[Yosuke] « Une dernière chose, si… je peux me permettre. Le kage a deviné que nous venions de Konoha, et n’avait pas l’air d’être enchanté de la manière dont nous avons procédé. Cependant, iln’avait pas l’air d’avoir de lien avec l’Asahi. »

Voilà, c’était achevé. Tago avait toutes les clés en main pour évaluer ses capacités et Yosuke ne savait pas du tout s’il devait recevoir des compliments ou un blâme.

Il bouillonnait de l’intérieur. Il aurait espéré pouvoir ajouter que la formation qu’il avait reçu n’aurait jamais pu le préparer à cette mission, qu’il fallait renforcer la protection de Konoha, et surtout, il volait savoir ce qu’il était arrivé pendant leur absence.

Mais il ne dit mot de tout cela pour l’instant. Il attendait simplement les instructions.

Le silence s’installa, les yeux de leur supérieur devinrent plus présents. Tago commençait à se toucher le bout des doigts machinalement comme s’il réfléchissait. Finalement c’est calmement qu’il répondit à la conclusion de cette mission.

[Tago] « Je vais charger l’équipe de cryptologie d’étudier ce parchemin. Je vous remercie. »

Il se leva désormais, leur tournant le dos. Yosuke pensa qu’il devait se poser des questions auxquelles les shinobis n’auraient jamais pu penser. Il sortit de ses pensées et revint ici et maintenant.

[Tago] « Reposez-vous. Vous l’avez bien mérité. Je vous ferez appeler si nous découvrions quelque chose. Alors, si vous n’avez rien à ajouter… »


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   

Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

 Sujets similaires

-
» Mairie de Konoha
» Cimetière de Konoha
» [Mairie] Carcassonne: arrêtés municipaux en application
» 400 employés de la mairie de Pétion ville ont été révoqués
» [Mairie] Mende : arrêtés municipaux en application

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Quartiers Nord-