Partagez | 
 

 Mairie de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

MessageSujet: Mairie de Konoha   Lun 16 Mai - 19:21

Rappel du premier message :

"C'est ici que vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires en ce qui concerne Konoha."

Il s'agissait de l'un des plus vieux batiments de Konoha, en bois ancestral et depuis renforcé par des poutrelles de métal, agencées de façon à ne rien gâcher de son esthétisme naturel. Son rez-de-chaussée était une surface assez large et ne comptait qu'une seule pièce, destinée à l'accueil et à l'information. Des comptoirs accolés aux murs et placés aux extrémités des pièces étaient chacun dédiés à une fonction différente, cependant ils centralisaient tous au moins plusieurs aspects d'une même fonction administrative, afin de simplifier la tâche des employés et officiels...malgré tout, l'administration reste l'administration, et même si cette pièce ouverte évitait le dédale labyrinthique, elle était pour le reste en tout point semblable à un batiment administratif, du moins au niveau de cet étage.
Ensuite, les étages se réduisaient à chaque fois légèrement en surface, bien qu'ils restent longtemps d'une superficie assez importante. Il y en avait une bonne dizaine, et le toit était bien assez large pour qu'une trentaine de personnes s'y tiennent assises en tailleur. Qui plus est, elle offrait une magnifique vue sur la falaise, comme pour rappeler l'autorité des Kage sur le village.

Le Conseil des Jounins siégeait au deuxième étage. L'escalier qui menait au premier et au troisième ne faisait que s'aplanir le temps d'un palier pour permettre de se placer devant une porte bien souvent close et gardée, comme s'il n'y avait rien d'intéressant pour le public en ce lieu.
Des tentures rouges masquaient partiellement les fenêtres blindées, auxquelles aucun shinobi ne tournait jamais le dos, ni ne faisait face. Nul siège pour prendre place, la seule consigne était que jamais le doyen ni le guide ne devaient être visible immédiatement par quelqu'un ouvrant la porte. Tout était fait pour éviter lecture sur les lèvres, assassinat à la volée ou attaque surprise. Les teintes de la pièce lui donnaient une connotation assez sombre, toutefois atténuée par la lueur qui venait du dehors.


Dernière édition par le Mer 1 Juin - 12:08, édité 1 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Lun 19 Mai - 0:41

[Suite de l'académie]

Ce furent quelques minutes de marche en silence qui séparèrent l'académie des bureaux de mission. Oroken se rappelait sa première venue ici. Il était tombé sur un binoclard complètement con et avait failli lui virer son poing dans la fraise. Ceci dit, ça serait sans doute mal passé et il se serait surement retrouvé dégradé. Il n'imaginait même pas retomber Genin. Bref, c'était quelque chose qui n'était pas arrivé et tant mieux. Il n'aurait même pas pu accompagner Doufi et Yosuke sur le front, si on pouvait dire ça comme ça.

Les deux Chuunin arrivèrent devant les bâtiments administratifs. Sans attendre le jeune Konomura poussa les portes qui le séparaient des comptoirs accollés les uns aux autres et parcouraient presque rapidement les couloirs qui le mèneraient jusqu'à ces fonctionnaires presque trop payés pour ce qu'ils faisaient - presque car il fallait avouer que parfois, le traitement de la masse des informations qui passait là était quelque chose de presque plus dur qu'un intense travail sur la maîtrise du chakra.

Le Chuunin s'approcha du bureau. Cette fois-ci, une charmante jeune fille attendait. En fait non, elle pianotait presque avec folie sur son clavier, d'ailleurs elle semblait passablement énervée. Oroken grimaça légèrement puis s'approcha avec une sorte de précaution qu'on prenait quand on risquait de se faire tabasser à tout moment.

- Je dérange peut-être?

Elle vira une mandale monumentale à son écran avant de se tourner vers Oroken, un air presque angélique sur le visage. Elle sourit puis annonça un simple bonjour avant d'affirmer que la présence du Chuunin ne génait pas.

- Vous m'avez plutôt l'air en galère...

- Et bien... Cette machine me fait quelques misères mais rien de bien méchant.

Pendant un instant, elle avait eu une mine assassine puis avait soudainement retrouvé cette expression si douce et sympathique. Oroken masqua une grimace et une sueur froide, se disant que cette fille là lui faisait carrément peur. Heureusement que ce n'était pas une shinobi, il aurait eu de quoi se cacher toute la journée pour l'éviter.

- Besoin d'aide sans doute?

- Non, non... Il va mieux d'un coup. Par contre, que puis-je?

Oroken lui sourit, rassuré de ne pas avoir à apporter de soutien informatique car il n'y connaissait rien. En fait il était plus du genre bagarre et jutsus. Quelque fois il jouait aux cartes ou aux échecs, mais rien de surprenant. Il lisait aussi. Bref, une vie normale quoi.

- Nous venons récupérer un ordre de mission. Un transport de paquet pour Kiri.

- Je cherche ça.

Le petit cliquetis du clavier résonna parmi tant d'autres. Oroken semblait plus sérieux que jamais et affichait toujours ce soupçon d'inquiétude qui le taraudait. Il attendit quelque secondes puis entendit la chaise à roulette se déplacer. La jeune femme se leva, tira un dossier d'un casier puis lui remit pour qu'il l'ouvre sur le comptoir.

- Inscrivez les participants je vous prie ainsi que la référence de l'équipe. Il nous faut aussi la signature du chef d'équipe pour attester que tout a bien été pris en compte.

Sans ne rien dire, le Chuunin s'exécuta. Il signa au nom de l'équipe 3 et rendit le papier. On lui tendit un justificatif de mission avant d'ajouter quelque chose sur la feuille précédemment remplie. Oroken y lut deux noms supplémentaires.

- Qu'est-ce que...

- Mission spéciale... Veuillez passer dans la salle d'à côté je vous prie, un autre membre des forces vous y rejoindra.

Oroken imprima rapidement ce quatrième nom dans sa mémoire avant de s'exécuter. Il n'en était pas sûr mais un de ses supérieurs allait se pointer. Qu'est-ce qui les attendait encore? Le Chuunin franchit la porte d'une salle annexe et y entra. Il attendit que son équipier le rejoigne.

*Yumemi Riku et... Un Uchiwa... Personne de connu. Encore des ajouts qui vont foutre la merde. On doit transporter discrètement bordel! A quoi joue Konoha?*

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mar 10 Juin - 13:23

Objectivement, trouver la mairie n'avait normalement rien de difficile. Je dois bien l'admettre. Surtout pour quelqu'un de mon rang. Normalement, ce devrait être comme une seconde maison, ou je ne sais quoi de ce genre. Pourtant, aujourd'hui, trouver la mairie était au moins une mission de rang A. J'ai pas mis les pieds à Konoha depuis trois bons mois, et voilà le résultat ! Incapable de me repérer dans cet espèce d'amas de rues tortueuses et, hélas, toutes pareilles.

J'étais en mission ! Au Pays de la Foudre. Trop bien. Il y avait des montagnes, et des gens, et des montagnes ! Vraiment génial. Il n'y avait pas ces espèces de forêts ennuyantes, partout, à perte de vue comme si l'homme n'avait jamais rien fait de mieux.

Mais quand même, oublier l'emplacement de la mairie... Ce n'est pas très sérieux, mademoiselle Yagi. Vous aurez une heure de retenue, mademoiselle Yagi. Et une autre pour ce sourire insolent. Comment ça, vous répondez ? Très bien, quatre heures de retenue mademoiselle Yagi, maintenant déguerpissez. Les temps bénis de l'Académie, où il suffisait de croiser les jambes sur une table, baisser sa casquette, et dormir jusqu'à recevoir un projectile non identifié censé nous réveiller. Mais j'avais compris l'astuce, du coup je ne me réveillais plus. Jusqu'à me faire secouer par une gentille brute, bien sûr.

Pourquoi ne pas avoir donné le rendez-vous à l'Académie ? Ça, tout le monde connait. L'un des plus gros bâtiments, dans lequel on a tous plus ou moins coulé des jours heureux (pour les plus doués, autrement...). Alors que la mairie... J'ai dû m'y rendre deux fois, en tout et pour tout.

[Ginko] - Hey, petit homme, dis-moi, tu sais où est la mairie ?

Pas d'autres solutions, il faut demander au petit vieux.

[Vieil Homme] - Quoi, il y a une mairie à Konoha ?

Ah ! j'ai choisi le seul vieux qui avait fait une hibernation prolongée de plusieurs années.

[Ginko] - N'essaye pas de me mentir, petit gars ! Je suis sûr que tu étais là avant même qu'on pose la première pierre de ce bâtiment administratif, et bien avant que je naisse. Alors tu es naturellement le mieux placé pour me répondre. C'est juste logique.

Très clairement, ce n'était pas ce que pensait le vieil homme. Néanmoins, les mots "bâtiment administratif" semblaient avoir réveillé des souvenirs lointains.

[Vieil Homme] - Mais vous parlez de la mairie là ? Pourquoi ne pas être plus claire ? C'est deux rues plus haut, vous pouvez pas la manquer, ou alors rabaissez vos lunettes sur votre nez, ou alors changez de boulot.

[Ginko] - Ok, merci petit vieux. Sache que moi je tuerai pour avoir ton job : poser mes fesses sur un banc, au soleil, et répondre aux questions des beaux mecs qui passent. Je te laisse les rides, les rhumatismes et ta canne.

Avant qu'il ne réponde, j'étais déjà sur les toits. Deux rues, facile. Mais plus haut à partir d'où ? Ah ! Mais ils ne servent à rien les vieux ! Entièrement grâce à moi, et à mon sens inouï de l'orientation, je trouvai la mairie. C'était facile. Heureusement que j'ai une bonne mémoire, tiens, sinon comment j'aurais fait ?

Juste avant de passer la porte, je me tournai pour essayer de mémoriser les lieux. Alors... il y avait une boutique de bouffe, hu, des sortes de ramen sans doute, puis il y avait un grand bâtiment d'habitation et... comme partout quoi. Pourquoi n'y avait-il pas quelque chose d'un peu distinctif ? Du genre, je sais pas, une roue de fête foraine, par exemple ? Qu'on ferait de tout le pays. Incompréhensible l'organisation de ce village.

Je poussai la porte et courais à l'intérieur, en chantonnant... tiens, je ne sais plus le nom, ni même les paroles d'ailleurs, ni même où je l'ai apprise, si je l'ai jamais apprise.

[Femme] - Yagi ?

[Ginko] - Yo chérie ! C'est dingue ça, tu te souviens de mon nom, et moi même pas de ta jolie frimousse.

La femme écarquilla les yeux et demeura un moment sans rien dire, suffisant pour que je la prenne dans mes bras et entreprenne de visiter les lieux avec elle.

[Ginko] - Ok donc là, ce sont tes bureaux, c'est ça ? Et ce plafond, dis-moi, c'est quel style d'architecture ? A vue de nez, je dirais style moche, mais je suis pas sûre.

[Femme] - Vous devez attendre ici deux étudiants et...

[Ginko] - Hey chérie, moi je sais ce que j'ai à faire. Là, je suis juste en train de m'occuper.

[Femme] - J'espère qu'ils viendront vite alors.

Je ris.

[Ginko] - Moi aussi tiens ! Ça me gonflerait de perdre ma journée pour deux glands ! C'est quoi leurs noms ?

La femme grimaça.

[Femme] - Yumemi Riku et Uchiha Sabi.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mar 10 Juin - 18:51

Le réveil sonna anonçant une nouvelle journée pour l’étudiant aux cheveux blanc qui peinait à se lever. Il mit un peu de musique pour l’aider à éclaircir son esprit, il attrapa du jus d’orange et de quoi calmer sa faim. Il prit ensuite une douche pour réveiller le reste de son corps. Une fois habillé il rangea rapidement ce qu’il avait laissé sur la table.

Il attrapa son kunaï qu’il rangea dans sa sacoche accrochée à la taille et saisit Sadame, il l’attacha dans son dos sans le tissu blanc pour le protéger. Aujourd’hui c’était sa première sortie en ville. Riku bien préparé sortit de son appartement faisant attention de bien refermer la porte derrière lui.

Il descendit les escaliers pour enfin se retrouver dehors. Dans sa main il tenait la convocation à la mairie de konoha où il devait rencontrer Ginko Yagi, une Jounin dont il ne savait rien. Riku était sceptique quand à cette rencontre, mais il s’y rendit quand même car on ne fait pas attendre une jounin, on ne sait jamais quel réaction cela peut entraîner. Tracassé par la raion de cette convocation, Riku continua son chemin.

Une fois sur la rue qui l’emmènerait jusqu'à la mairie, Riku essayait de se rappeler quand il devrait tourner à gauche. Bon on va essayer celle là, il entra dans une petite rue presque déserte. Seul un vieil homme maugréant s’y trouvait. Riku remarqua qu’il s’était trompé et fit demi tour, au passage il entendit le vieux râler à propos de jeunes…ninja…respect…ancien.

*Bref un truc de vieux quoi…*

Riku repris sa route, il savait qu’il devait tourner à gauche soit à la suivante soit à celle d’après. N’étant pas en retard, même un peu en avance il continuait à marcher lentement en repensant à sa soirée de la veille. Il faisait tous les efforts possibles pour se rassurer mais bon sans grand succès.

Il tourna alors à gauche une nouvelle fois, il entama la rue avant de faire à nouveau demi tour. Aujourd’hui la chance n’était pas avec lui. Au moins plus la moindre chance de se tomper, la prochaine serait la bonne. L’étudiant remarqua quelques regards de passant qui se posaient sur son katana.

*Bah…ils le regarderont autrement quand j’aurais mon bandeau frontal…*

Il continua sa route jusqu'à enfin arriver devant la mairie, dont il passa les portes. Il entra dans la pièce où beaucoup de gens étaient assis derrière des ordinateurs. Il s’approcha d’une jeune femme, il aurait préféré trouver quelqu’un de moins occupé mais apparemment c’était une folle idée ici.

[Riku] – Excusez moi, j’ai une convocation… je dois rencontrer une certaine Ginko Yagi.

La jeune femme le regarda moins d’un quart de seconde avant de replonger dans son ordinateur et de répondre.

[Jeune femme] – Je suis débordée, je ne peut pas vous aider. Essayez à côté.

Riku quelque peu énervé de s’être fait jeté ainsi s’approcha d’un autre bureau. A cet instant, dans le fouillis des claviers et des conversation il entendit son nom prononcé suivit d’un deuxième nom qu’il ne connaissait pas. Enfin il connaissait la réputation des Uchiha mais la personne en elle même ne lui disait rien.

Il se dirigea alors vers l’endroit d’où provenait cette voix, il aperçut une femme avec une casquette et des lunettes par dessus ses cheveux roses. C’était une jounin et elle semblait souriante. En revanche la femme face à elle tirait une tronche de merlan. Riku décida de tenter sa chance, qui l’avait un peu abandonné depuis la veille.

[Riku] – Excusez moi, je cherche Ginko Yagi…

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mar 10 Juin - 19:50

[Ginko Yagi] - Et ton nom à toi c'est quoi ? Ça commence par "Sh" hein ?

[Femme] - Euh, oui. C'est Shitsune. Comment vous savez ?

J'éclatai de rire, et enlaçai la jeune femme dans mes bras.

[Ginko Yagi] - T'es adorable ! Tu me rappelles je sais plus qui !

Visiblement, elle ne savait pas si c'était un compliment. C'en était un ! C'est juste que je ne me souviens plus de son nom. Il était sculpté comme un dieu, mais un peu trop petit. Il m'arrive aux épaules. Je devais me baisser pour l'embrasser. La galère !

[Riku] – Excusez moi, je cherche Ginko Yagi…

[Ginko Yagi] - Je t'assure, t'es charmante. Mais pourquoi t'es gênée ?

[Femme] - Et bein, je travaille ici, et, euh, mon salaire dépend de ce que je fais, et, euh, vous accaparez un peu mon temps.

Je ne pu empêcher un nouvel éclat de rire. Je plongeais la main dans l'une de mes poches et sortit une pleine poignée de ryos.

[Ginko Yagi] - Tiens chérie ! T'es toute belle quand tu es gênée !

Shitsune écarquilla les yeux de stupéfaction. Elle se saisit de l'argent, mais sans refermer le poing. Je la poussais gentiment et l'embrassai sur la tempe, puis sans plus m'en soucier davantage je me tournais vers le petit nain qui m'avait interrompu. Je le dévisageais, me déplaçais autour de lui, lui touchais les bras, les cheveux, sans rien dire, puis je ris et reculai d'un pas.

[Ginko Yagi] - Ok ! Je crois que je connais une Ginko Yagi, mais elle aime trop pas les enfants ! Tu veux quand même la voir ?

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mar 10 Juin - 21:29

Riku après avoir posé sa question regarda les deux personnes qui continuaient à parler, la jounin aux cheveux roses semblait excentrique, et l’autre pas du tout à l’aise. L’étudiant trouvait amusant le caractère de la jounin, un peu folle et qui aime être remarquée.

*un peu gênant pour un ninja mais au moins ça met de bonne humeur.*

Ensuite, la femme à la casquette sortit une poignée pleine de ryos. Riku hallucinait, il y avait là beaucoup pour lui mais apparemment cela ne dérangeait nullement cette étrange femme. Puis la jounin expédia la secrétaire avec un bisou et sans plus de cérémonie.

*Waouh…Vraiment très étrange.*

Son attention se tourna alors sur Riku, qui pour ne pas être impoli la laissa faire tout son petit manège. Elle le scruta de toute parts et le toucha. L’étudiant avait l’impression d’être ausculté par un médecin. Lorsqu’elle se recula enfin d’un pas, il dégagea une mèche quelle avait fait tombé devant son visage.

Alors comme ça elle connaissait une Ginko Yagi, qui apparemment n’aimait pas les enfants. Et s’il voulait quand même la voir, bien sûr il était là pour ça. Dans un premier temps, Riku ne percuta pas pourquoi elle lui annonçait que la jounin n’aimait pas les enfants, puis après deux seconde il comprit qu’a quinze ans on peut être considéré comme un enfant par quelqu’un de plus âgé.

Ensuite, Riku trouva la feinte amusante, il n’y avait qu’une seule jounin présente ici : elle. Cela ne pouvait pas être une coïncidence, et vu comment elle agissait avec les gens l’étudiant se doutait qu’elle se jouait de lui. Il n’avait beau qu’être un aspirant ninja il n’était pas idiot.

Maintenant comment répondre… Là était la vraie question, il ne pouvait pas ruiner le petit jeu de la Jounin sans courir le risque qu’elle se vexe. Il décida de rentrer dans son jeu à moitié seulement, montrant qu’il se doutait que c’était elle.

[Riku] – C’est dommage qu’elle déteste les enfants mais je dois la voir quand même. Tant qu’elle est d’une bonne humeur telle que la votre cela m’ira et j’essayerai de ne pas trop la déranger.

Riku laissa un peu de temps pour que sa phrase fasse effet, il n’avait mit aucune ironie ni humour, simplement de la sincérité. Maintenant restait à savoir comment Yagi le percevrait. Puis il se murmura à soi même quelques mots, mais suffisamment fort pour qu’elle etende.

[Riku] – Je me demande bien la raison de cette convocation…

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mer 11 Juin - 13:22

Ginko s'amusait comme une petite folle. Bien sûr, elle savait que son petit jeu avait été percé à jour. Mais qu'importe ? Du moment qu'elle s'amuse, la Terre entière pouvait être au courant... ! Elle riait et s'applaudissait. Il était si jeune ! Combien ? Seize ? Quelque chose comme ça, oui. Raisonnablement musclé, pas bien grand - un nain ! - mais avec de beaux cheveux blancs.

[Ginko] - Pourquoi Ginko n'aime pas les enfants ? Hmm... Ce doit être parce qu'ils sont petits. Ginko n'aime pas les choses petites.

Et là-dessus, elle gratifia le jeune homme d'un clin d'œil tout à fait grivois qui finit d'atterrer la salle entière. Elle saisit Riku par le bras et déclara, joyeuse.

[Ginko] - Mais puisque tu le désires, je te conduis à elle ! Bureau 154 !

Personne n'osa lui dire qu'il n'y avait pas de bureau 154 dans ce bâtiment. Elle tenait Riku par le coude, et marchait d'un pas à la fois fort peu militaire, et très rapide. Elle courait presque à la recherche dudit bureau, traînant le jeune homme derrière elle. De temps à autre, elle poussait un soupir puis éclatait de rire, de plus en plus convaincue que la salle qu'elle cherchait avait été cachée par l'administration, pour jouer.

[Ginko] - Ils sont malins, hein. Ils savent que ça fait trooooooooooooois mois que je ne suis pas à Konoha, alors ils veulent voir si j'ai gardé la forme. Mais j'étais pas en vacances ! J'étais en miiiiiiiiiission. Un truc de ouf ! Avec des combats, des batailles, des amours, des nuits dehors sous la pluie.

Elle répéta, plus bas, les yeux toujours occupés à chercher la porte.

[Ginko] - Un truc de ouf...

Elle soupira, puis s'étira longuement après s'être assise par terre. Elle ouvrit un œil, sourit à Riku et tapota à côté d'elle, pour l'inviter à la rejoindre.

[Ginko] - Bien, on va imaginer que nous sommes dans le bureau 154. Ok ? Imagine que je sois Ginko Yagi. Qu'est-ce que tu me dirais ?

Elle souriait à peine, les yeux beaucoup plus tranchants qu'ils ne l'étaient l'instant d'avant. Et pourtant, en la regardant, on avait l'impression qu'elle pouvait éclater de rire d'un moment à l'autre...

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mer 11 Juin - 15:59

Apparemment la jounin s’amusait réellement, Riku était amusé par un tel comportement mais il craignait que cela devienne ennuyant à la fin. Mais d’un autre côté cela changeait radicalement des ninjas en général soit imbu d’eux-mêmes, soit niais et bien d’autres encore. D’ailleurs l’étudiant se disait que si il devait se passer quelque chose, une mission par exemple sinon pourquoi une telle convocation, avec un Uchiha un peu de gaieté ne serait pas de trop.

*Enfin je vais pas juger ce Sabi avant de l’avoir rencontré, si sa ce trouve il n’est pas froid et distant comme la plupart des membres de son clan.*

[Riku] – Bah avec le temps tout fini par grandir donc Ginko-senseï aimera voir les enfants grandir et devenir ce qu'elle aime…

Après un clin d’œil qui ne le surprit pas, il se vit traîné comme un sec à main. Il ne rechigna pas et suivi le jeu, il pensait que de toute façon il n’obtiendrai pas de réponses tant qu’elle ne voudrait pas les donner.

[Riku] – Merci, c’est gentil reste plus qu’à trouver le bureau.

Riku souriait surtout en voyant les gens alentours qui les regardaient atterrés. Il devait suivre le rythme de la jounin qui courrait presque dans tous les sens. Son rire était sonore, et tout le monde dans le bâtiment avait dût l’entendre maintenant qu’ils en avaient fait le tour complet.

L’étudiant fut stupéfait lorsque Ginko accusa l’administration d’avoir caché le bureau, il ne pensait pas qu’elle irait jusque là mais bon il fallait faire avec. Il nota ensuite la durée de son absence, trois mois c’est assez long quand même. La raison l’intrigua un peu plus, une mission de trois mois ne devait pas être une mission banale.

*Après tout elle doit être bien plus forte et intelligente qu’elle ne le montre, elle cache son jeu.*

Puis soudain, la jounin s’assit par terre et s’étira de tout son long, après l’avoir regardé d’un œil elle lui fit signe de s’asseoir à ses côtés, en plein milieu d’une salle bondé. Elle voulait qu’il imagine être dans le fameux bureau 154, est qu’elle soit qui elle était. Trop heureux de pouvoir faire une chose qu’il n’aurait jamais pu faire seul, le rang jounin obligeant les gens à la respecter, il s’assit et continua à jouer avec elle.

Riku s’assit tandis qu’elle finissait sa phrase, et son expression changea subitement. Elle semblait sérieuse, mais il était très dur de savoir si c’était encore un jeu ou pas. L’étudiant hésita soudain, bien qu’elle semblait se retenir d’éclater de rire.

[Riku] – Et bien d’abord je vous saluerai puis je vous demanderai la raison de ma convocation, mais aussi quel genre de mission peut retenir un jounin trois moi hors de konoha.

Riku préférait décrire ses paroles plutôt que de les dires spontanément, ce qui laissait une marge de sécurité par rapport à l’implication personnelle dans ce jeu. De plus il détournait légèrement la question, il pourrait ainsi obtenir sa réponse tout en canalisant l'exagération caractérielle vers la mission qui avait été 'un truc de ouf'.

*Pourvu que Sabi arrive vite, à deux ce sera plus facile à gérer comme situation.*

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mer 11 Juin - 17:26

C'était un bon joueur. Très agréable de jouer avec lui. Un peu prévisible, mais ce n'était qu'un enfant. Il aurait le temps de faire fructifier son jeu, et peut-être même de réserver une ou deux surprises à ses opposants. Qui sait ?

Ginko en profita pour observer là où ils s'étaient arrêtés. Une salle de cours, selon toute vraisemblance, et c'était... Tsubaki ! La prof, c'était Tsubaki ! Ginko bondit sur ses deux jambes et courut dans les bras de la professeur qui, passée sa surprise, s'avéra un extraordinaire trésor de tendresse.

[Tsubaki] - Contente de te revoir Ginko.

Ginko gloussa, la tête dans les cheveux de la jeune femme. Elles se connaissaient depuis des lustres. Elles avaient précisément le même âge, et étaient entrées en même temps à l'Académie. Ginko était toutefois passée Jounin, contrairement à Tsubaki qui avait préférée rester Chuunin. Même potentiel, quoique le comportement était légèrement... différent.

[Tsubaki] - Par contre... qu'est-ce que tu fais dans ma salle de cours ?

[Ginko] - J'ai un étudiant ! Le petit là-bas. Mignon hein ?

Tsubaki leva les yeux et avisa Riku. Elle se souvenait de lui. Il participait à ses cours. Elle lui sourit et, profitant que Ginko ne puisse la voir, haussa les sourcils de manière à manifester son soutien devant cette dure épreuve.

[Ginko] - C'est pas très gentil ça, Tsuuuuuuuby !

Tsubaki grimaça. Ginko avait la formidable aptitude de faire fondre l'autorité de n'importe qui.

[Tsubaki] - Hu, désolée. Mais tu devrais retourner auprès de ton étudiant, histoire de t'occuper de lui. Tu peux rester dans... eh bien, dans ma salle. On ira chez moi tout à l'heure.

Et Ginko revint près de Riku, totalement indifférente aux regards étonnés ou aux mines sidérées qui l'environnaient. Elle se rassit par terre, et reprit le jeu comme si de rien n'était, même si désormais il était totalement impossible que Riku ait la moindre hésitation sur qui elle était vraiment, s'il en avait jamais eues.

[Ginko] - Je te dirai alors que c'est pour quelque chose de super ! Et que la mission était vraiment, mais vraiment délire !

Elle bondit de nouveau sur ses pieds, et entreprit de mimer sa mission. Tsubaki réussit rapidement à éviter que ses élèves observent l'étrange scène qui se déroulaient dans leur dos. Décidément, le lien qui unissait les deux femmes devait être exceptionnel pour qu'elle puisse supporter ça, avec le sourire et sans même paraître gênée le moins du monde.

[Ginko] - T'as déjà fait des missions de rang A ? Moi ouais. C'est cool ! Il fallait tuer deux frères, dans le Pays de la Foudre. Ils faisaient partis de l'élite d'une vieiiiiiiille famille de shinobi, maître de la foudre. J'étais avec mon chéééri ! Kensei Uchiha. Tu connais ? Non, pas grave, c'est juste le plus grand spécialiste en Genjutsu du village.

Ginko ne prenait même plus la peine de dissimuler son identité, ou plutôt ne semblait pas se rendre compte qu'elle avait décrété que le jeu avait assez duré. Elle parlait avec de grands éclats de voix, beaucoup d'exclamations enjouées.

[Ginko] - On a dû s'infiltrer dans leur dojo, et là je peux te dire que je leur en ai mis plein la vue ! Parce que je maîtrise la foudre, aussi, top délire comme élément, trop bon pour faire des blagounettes. Mais Kensei il m'a dit : "on est sérieux, on fait notre boulot, et on rentre". Alors moi j'ai dit "Ok Kensei d'amoooour !", et pis j'ai fait ce qu'il m'a dit. Pendant deux mois, j'ai étudié mes adversaires, on faisait des duels avec les autres membres presque tous les jours, trop crevant !

Elle gardait quelques belles brûlures de ses séances d'entraînements qui, plus d'une fois, l'avaient mise sur le bord extrême de sa limite. Mais pourtant, elle en gardait un excellent souvenir. L'ambiance, les nuits passées avec cette petite brume délicieuse, vraiment un excellent souvenir. Et les combats... Ginko adorait ça.

[Ginko] - Mais on devait avoir un maximum d'informations avant de passer à l'attaque. Les deux frères étaient simplement excellents. Des vrais maîtres de la foudre. Un jour, pendant le deuxième mois, l'un d'eux m'a défié. C'était un grand honneur, pour quelqu'un du clan. Il m'a mise à genoux après un peu plus de sept minutes. C'était énorme, pour eux. Il m'a félicité et tout. Puis quinze jours plus tard, on le tuait. Tu veux savoir comment ou je t'ennuie avec mes histoires ?

Tsubaki eut un sourire en coin. Ginko, qui se soucie de l'ennui qu'elle peut provoquer ? Soit elle avait mûri, soit elle aimait bien Riku.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mer 11 Juin - 18:30

Avant qu’elle ne réponde à sa question, la jounin d’était déjà relevée et courrait vers quelqu’un. Riku se leva aussi mais ne la suivit pas, il put observer toute la scène de la où il était. Tsubaki-senseï serait dans ses bras Ginko-senseï, l’étudiant comprit alors que ces deux là devaient se connaître.

Autre chose aussi, Riku constata que ce comportement était son comportement naturel envers tout le monde. *Au moins ce n’était pas juste un test…* Ces pensées furent confirmées lorsque Tsubaki lui sourit et souleva les sourcil en signe de compassion.

Riku qui n’entendait pas la conversation, remarqua à son tour qu’ils étaient dans la salle de cours de Tsubaki, d’ailleurs les étudiants devaient halluciner de voir une excité comme elle câliner Tsubaki.

*Quoi que certains doivent fantasmer…Normal.*

Après avoir peu parlé, Riku retrouva Ginko toute souriante, ce qui ne changeait pas, qui se rassit par terre comme si elle revenait dans le bureau 154. Elle entama alors un discours en guise de réponse à Riku. Elle ne donna pas d’information sur sa convocation mais décrivit sa mission avec enthousiasme. Riku écouta attentivement, il pouvait apprendre beaucoup de choses sur elle.

Faisant un bruit sûrement gênant pour le cours adjacent, la jounin mimait les actions avec humour et une certaine prestance. *En voilà une qui doit animer une fête…* Riku ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle lui demanda s’il avait déjà fait une mission de rang A mais il ne releva pas. De toute façon il ne put qu’écouter, pas le temps d’en placer une et ce n’était pas un problème pour l’instant.

*Après tout, en attendant Sabi…*

L’étudiant aux cheveux blancs apprit que la jounin était partie pour Kumo, tuer deux ninjas surpuissants. Aidée d’un Uchiha, du nom de Kensei. *Au moins elle saura comment faire avec le Uchiha convoqué, quoique…*

Continuant son discours toujours amusée, elle raconta l’infiltration et les problèmes rencontrés. Apparemment elle maîtrisait la foudre aussi, cela pouvait être un grand avantage, elle devait en savoir pas mal sur les ninjas de Kumo. Bon à savoir. Riku nota aussi qu’elle respectait l’autorité du Uchiha, ce qui signifiait qu’elle savait faire la part des choses quand il le fallait.

Lorsqu’elle stoppa son récit, Riku fut presque contrarié. Elle avait le don d’embarquer les gens dans ses histoires théâtrales, ce n’était pas très pédagogique mais si on savait en tirer des enseignements cela pouvait être intéressant.

[Riku] – Oh j’aimerais bien savoir comment vous avez réussi à le tuer, mais aussi quelle est cette super chose de ma convocation.

N'osant pas parler plus pour le moment il s'en tin là. Il jeta un oeil à la classe de Tsubaki qui se déroulait tant bien que mal. Il regarda alors Ginko, sa casquette et ses lunettes trop grandes pour son visage si fin.

Riku appréciait finalement cette femme, il suffisait de la recentrer de temps en temps et de jouer avec elle pour animer un peu la journée. Elle semblait pleine d’expérience et de récit d’aventure, l’étudiant aurait beaucoup à apprendre d’elle. Se doutant un peu de la raison de la convocation mais désirant l’entendre avant d’y croire il n’osait pas trop se faire des films.

*Si c’est elle mon senseï ça va être cool, mais je me demande bien comment va être Sabi, et comment il va réagir.*

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mer 11 Juin - 18:58

[Ginko] - Ok, je continue !

Elle ne dit rien de plus sur la raison de leur présence. En vérité, elle attendait l'autre. Qui ne risquait pas de les trouver ici, dans une salle au hasard - même Ginko n'en connaissait pas le numéro. Mais il serait temps de s'en occuper tout à l'heure.

Plus tard.

[Ginko] - Les deux frères avaient des habitudes un peu spéciales. Si tu veux savoir, ils comptaient se marier et ils faisaient défiler les postulantes. C'était assez malsain. Ça durait jusqu'à tard dans la nuit.

Elle ne précisa pas que l'un des deux frères, jumeaux, lui avait proposé la place. Kensei avait été si outragé que, même s'il le cachait parfaitement, leur mission avait manqué échoué à cet instant.

[Ginko] - Un soir, il y a quoi, une semaine à peu près, ils sortaient de leur demeure. Ils venaient juste de terminer leurs... petites affaires, et rentraient chez eux. Je suis apparue devant eux, avec mon looong katana sur l'épaule. Ils se sont arrêtés. Kensei était derrière eux. Ils nous ont fait face. Moi j'étais devant le plus sec des deux, un vrai colosse, il devait faire deux fois ta taille, au moins !

Elle se souvenait encore de la moindre des sensations éprouvée. L'excitation d'affronter deux géants, la peur de finalement mourir, ou de voir Kensei mourir... Elle se souvenait des feuilles qui bruissaient, de la pluie fine et des gros nuages gris, transpercés par les rayons de la lune. Une très belle soirée d'été.

[Ginko] - Ils nous ont reconnu tout de suite. Il m'a demandé qui m'envoyait, j'ai répondu Konoha. Il a sourit, et il a dit que j'étais trop faible pour lui. Kensei avait déjà engagé le combat, alors j'en ai fait autant.

Elle eut un étrange sourire, bien que ses yeux continuent de briller. Elle avait une étrange mémoire, très sélective. Les informations inintéressantes (comme les noms, les lieux ou plein d'autres choses de ce genre) étaient impitoyablement effacées de son esprit. Mais les sensations s'imprimaient et se gravaient à jamais, tissant les fils de son expérience et augmentant sa puissance.

[Ginko] - On a fait un superbe combat. Avec de la foudre, et tout ! Je n'en avais jamais utilisé à un tel niveau, j'ai fini mon combat sur les genoux. J'avais mon arme de planter dans sa gorge, il avait tout le côté droit de brûlé. Son frère était mort presque en même temps. Après on est allé dans une auberge, et avec Kensei-d'amour on est resté l'un contre l'autre à se soigner nos blessures et à dormir et ça, c'était cool ! T'as une chérie ? J'suis sûre que oui !

Elle rit et s'applaudit de son intelligence, lorsqu'elle fit cette étrange proposition.

[Ginko] - Tu réponds et je réponds à ta question. Tu sais, pourquoi t'es là, tout ça. Si tu veux poser une question un peu plus intéressante, n'hésite pas, j'suis obligée de répondre !

Elle rouvrit les yeux et replaça sa casquette sur son front. Très bonne journée décidément. Elle avait revu Tsuby, et elle s'amusait bien, là, avec le type aux cheveux blancs - elle se souvenait plus de son nom, mais certaines personnes trouvaient cela vexant, alors elle ne dit rien.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Mer 11 Juin - 19:30

C’était raté, enfin à moitié, Ginko continua son récit toujours aussi palpitant. D’ailleurs le combat était si bien décrit que Riku s’y crut réellement. Il releva une fois encore des informations intéressantes, notamment qu’elle se battait avec un long katana.

*Elle pourra peut être m’apprendre des techniques…*

Elle devait être vraiment forte pour oser s’attaquer à deux colosses électriques et pour les vaincre. Le passage sur l’auberge et la nuit avec Kensei, Riku s’en serait bien passé mais bon il n’allait pas l’arrêter pour si peu.

En revanche, lorsqu’elle demanda s’il avait une chérie, il fut prit de court. Pour être honnête, l’étudiant ne savait pas si oui ou non il avait une chérie. Les relations étaient tendues entre lui et Kaori depuis la veille enfin il ne l’avait pas revue mais vu comment elle était partie.

Ginko rit aux éclats et s’applaudit toute seule. Elle proposait un échange d’information, un donné pour un rendu. S’il répondait elle répondait aussi, un nouveau jeu en quelque sorte. Riku décida de jouer lui aussi, il avait un petit plan en tête. Vu qu’elle évitait de répondre à sa première question, elle devait avoir une raison.

*De toute façon quand Sabi sera là elle devra me le dire… donc.*

[Riku] – D’accord, mais soit vous me dites pourquoi je suis là sois vous me promettez de m’apprendre des techniques au katana. A ces mots il montra son katana qu’il portait sur son dos. En fait je ne sais pas vraiment, c’est compliqué, je crois qu’elle m’aime, et moi je crois que je l’aime aussi mais depuis qu’on s’est embrassé hier elle fait la tête. Bon faut dire que la situation était gênante quand quelqu’un est venu apporter la convocation et que la porte n’était pas fermée…

Se doutant que la jounin, qui replaçait sa casquette, aimerait les histoires d’amour compliquées il en avait rajouté un peu mais rien de faux. Ainsi elle avait le choix mais dans les deux cas cela avantageait l’étudiant qui replaça une nouvelle fois une mèche qui tombait devant ses yeux, montrant un peu que ça l’agaçait de les remettre.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Ven 13 Juin - 23:50

Les propositions étaient sympathiques. Mais entraîner ce garçon serait peut-être d'un ennui mortel ? S'il ne savait pas se servir de son arme, quel drame ! Tout recommencer à zéro, comme un enfant qui apprend à marcher. Le regard de Ginko s'attarda sur la garde de l'arme qui dépassait. Elle l'avait remarqué, en voyant le garçon, mais même elle aurait trouvé très impoli de toucher l'arme sans l'accord du propriétaire.

Elle avait juste horreur qu'on touche aux siens.

[Ginko] - Katana, hé ?

Ginko croisa une jambe pensive sur son genou, tranquillement adossée au mur. Le regard de plusieurs élèves fut instantanément attiré par cette pose qu'ils n'hésitèrent pas à qualifier de carrément canon, mais Tsubaki les rappela à l'ordre sans même que Ginko ne le remarque.

Les regards, c'était pour Tsubaki, Ginko elle s'en foutait.

[Ginko] - Mais je ne peux pas te promettre ça. Je peux te dire : ok, je vais essayer de t'apprendre à manier ta lame, mais ce que tu en tireras dépend de toi, pas de moi. Donc, je ne serai peut-être pas capable de respecter ma part du marché, si t'es pas foutu de lever ton arme.

Ginko avait brusquement l'air tout à fait sérieuse, sur ce sujet, quoique son éternel sourire ne quittait pas ses lèvres, tour à tour moqueur et presque tendre.

[Ginko] - Donc, du coup, je suis un peu piégée, tu ne crois pas ? ... Alors on va faire un truc : je te dis pourquoi t'es là, et je te promet d'essayer de t'enseigner à manier ta lame.

Elle indiqua du menton la garde qui dépassait.

[Ginko] - Montre moi la lame, juste la lame.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Sam 14 Juin - 0:13

Lorsque Ginko adopta sa posture un peu osée, Riku eut un regard déplacé qu'il racvisa immédiatement. Heureusement il n'avait pas été le seul donc cela avait dû passer inaperçut.

*Et moi qui vient de lui parler de Kaori...la honte.*

Apparemment, Ginko était d'accord pour essayer de lui apprendre quelques ficelles, s'il en était capable. Riku fut un peu frustré qu’elle ne le prenne pas au sérieux, il décida alors qu’il lui montrerait déjà qu’il maîtrisait tempête de lame. Et son entraînement avec le maître du katana n’avait pas put être si insignifiant il avait dû progresser.

Etrangement, Ginko était sérieuse à chaque fois que le sujet le devenait lui aussi. Riku fut vraiment rassuré quand à cette jounin qui, il espérait aller lui annoncer être son chef d’équipe. Ses expressions changeaient tout le temps, ce côté imprévisible lui donnait un charme d’adolescente hystérique.

[Riku] – Je me suis déjà pas mal entraîné…

C’est vrai, Riku l’avait piégée et il était content d’avoir réussi. Mieux encore il allait obtenir deux choses pour le prix d’une. *Cette fois, je crois que j’ai compris comment elle est. On ne va pas s’ennuyer !*

Elle lui demanda alors de lui montrer la lame de son katana. Riku s’attendait à recevoir une critique comme quoi elle n’avait jamais servie, mais qu’y pouvait il. Il en avait tellement bavé pour l’obtenir. Il se releva, et tira Sadame par-dessus son épaule.

[Riku] – Ginko-senseï, je vais vous prévenir que je ne l’ai acheté que hier, j’ai du travailler dur pour pouvoir l’obtenir. Donc il n’a pas encore vraiment servit. Maintenant je vais vous montrer la lame mais avant…

Riku recula d’un pas vif et effectua la technique tempête de lame, espérant montrer ainsi qu’il n’était pas si en retard dans son apprentissage. Les étudiants se retournèrent un instant et Riku s'excusa d'un regard auprès de Tsubaki-senseï. Une fois fait, il se remit à genoux et présenta son arme tendant cérémonieusement le katana les deux bras en avant.

[Riku] – Voici Sadame…

Il la laissa faire son inspection, petit à petit il adoptait une attitude de maître à élève car plus il passait du temps avec elle plus il sentait qu’il s’attachait.

*Cette femme n’est pas ordinaire… c’est une kunoïchi d’exception et peut être me rendra-t-elle fort.*

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Sam 14 Juin - 0:33

Ginko observa la technique Riku. Sereine, sans même esquisser le moindre mouvement. Elle avait senti dans le ton de l'adolescent qu'il avait été piqué par sa remarque sur sa possible incompétence. Elle fronça légèrement les sourcils, et secoua doucement la tête.

[Ginko] - Ta technique est encore trop faible. Arashi peut être bien plus meurtrière. Je te montrerai.

Elle gloussa.

[Ginko] - C'est déjà bien que tu la connaisses, remarque.

Quand Riku se rassit et lui présenta sa lame, elle refusa du dos de la main.

[Ginko] - Hmm, c'est ta lame, pas la mienne. Ne laisse pas des gens que tu ne connais pas toucher ta lame. C'est comme si tu me touchais la cuisse : tu trouverais ça un peu louche non ? Si tu réponds non, je mettrais des pantalons à l'avenir.

Elle rit toute seule de sa plaisanterie. Elle n'avait besoin de personne pour trouver ce qu'elle disait irrésistiblement drôle. Elle laissa Riku exposer la lame de son arme. Ginko se pencha légèrement, les yeux concentrés sur le fil. Elle passa un doigt au dessus, sans jamais l'effleurer.

[Ginko] - Une vraie arme de guerrier, n'est-ce pas ? Pas assez aiguisée toutefois. Je n'ai pas la mienne sur moi, je te montrerai aussi. C'est au moins aussi important que la force de ton bras.

Elle releva la tête sans se reculer, regardant Riku d'en bas, un large sourire en travers du visage.

[Ginko] - Mais j'imagine que t'es fauché, huhu. Tu auras le temps de t'en servir et tu as raison de ne pas en faire un usage inconsidéré : attend de savoir la manier, ne serait-ce que par respect pour elle.

La Jounin se souvenait des heures passées, des journées entières consacrées à l'amélioration de ses compétences martiales. Chaque geste, répété des centaines puis des milliers de fois, jusqu'à devenir naturel. Chaque pensée, tournée à rendre le la lame comme un bras plus grand, plus ample et plus tranchant. De bons souvenirs. Douloureux, aussi, mais bons.

[Ginko] - Autrement, j'adore les histoires de sexes qui ratent !

A nouveau, quelques regards discrets accueillirent cette déclaration enthousiaste. A nouveau, Ginko évitait de parler du sujet qui intéressait maintenant Riku, comme une habile marionnettiste qui, quand elle cédait du terrain, reprenait le double par derrière. Les bras derrière la tête, elle se recula contre le mur, et son ton se fit plus enjoué que jamais.

[Ginko] - J'suis sûre que ton amie a envie de passer à la vitesse supérieure. Elle sait juste pas comment te le montrer. Si t'es pas trop maladroit, tu vas pouvoir te la...

Tsubaki toussota poliment. Ginko se tut l'espace d'une seconde, puis repartit sur totalement autre chose.

[Ginko] - En même temps, à onze ans tu as autre chose à penser !

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Sam 14 Juin - 1:20

Ginko, se montra assez rude envers l’étudiant mais Riku s’attendait à ce manque de tact qui accompagnait sa franchise excessive. Il ne fut donc pas vexé par une telle remarque. *Après tout son but sera de me faire grandir…*

Lorsqu’elle expliqua que cette technique pouvait être bien plus meurtrière, Riku se rappela la démonstration de la chuunin qui lui avait enseignée. Sans doute l’avait elle poussée encore plus loin que cette femme. *Après tout elle est jounin…*

Après un de ses fameux rires de gamine qui amusait bien Riku, elle lui fit quand même un compliment, enfin ça n’en avait pas l’air comme ça mais venant d’elle il le prit comme tel. Puis après qu’il ait tendu la lame, elle fit un signe de refus.

Riku ne compris pas avant qu’elle s’explique, bien sûr il n’avait pas envisagé de la laisser la prendre en main et jamais il ne l’aurais sortie pour un inconnu, sauf pour qu’il la voie de près dans le pire des cas. Il n’en dit rien, après tout la façon qu’il avait eue de la tendre pouvait prêter à confusion et il ne voulait pas infirmer le jugement de la jounin.

Quoi qu’il en soit cette femme attirait la sympathie de ceux qui comprenaient son caractère et Riku n’y échappait pas. Lorsqu’elle lui parla de sa cuisse, l’étudiant fut pris entre deux envie, le rire et la gêne. Il fit oui de la tête.

*J’ai pas envie de prendre une mandale et en plus ce serait dommage si elle mettait des pantalons…*

Après un bon rire, elle examina enfin la lame. Le garçon aux cheveux blancs attendit la critique. En effet Riku trouvait que c’était l’arme du guerrier par excellence, de la beauté à la puissance de cette arme, tout évoquait l’art.

Le petit commentaire sur la qualité de l’arme fut aussi accepté sans mauvais esprit. Riku était cependant impatient de voir cette arme qui était chère à son senseï. *Au moins aussi important que la force de mon bras… Je m’en souviendrai.*

Elle le regarda par-dessous la lame en souriant, position étrange qui mettait un peu mal à l’aise l’étudiant. Elle continua sur l’état des finances de Riku et le bienfait de ne pas utiliser l’arme comme un vulgaire objet. Il nota cependant la dernière phrase avec attention, Ginko-senseï avait elle aussi le sentiment qu’il faut apporter plus d’importance à son katana qu’a une vulgaire arme quelconque.

La phrase suivante ramena Riku à la réalité, le laissant à nouveau perplexe. *Mais pourquoi s’acharne t-elle à éviter le sujet ?* Au fond de lui il se doutait qu’elle attendait l’autre étudiant pour parler mais Riku n’en pouvait plus. Tant pis il apprendrait à être patient, surtout avec elle pensa t’il.

L’étudiant entendit quelques têtes se tourner à ces mots, et il se sentit un peu mal. Ginko quand à elle semblait apprécier ce thème et après s’être mis plus à l’aise renchérit sur un ton plus persistant.

A chacun des mots qu’elle ajoutait Riku sentait son cœur battre plus fort, et à la fin de sa phrase Tsubaki le sauva d’une mort certaine. Riku la regarda, à moitié gêné et à moitié soulagé. Il était vraiment redevable. Ginko finit enfin en parlant de son âge, onze ans ! Et puis quoi encore. Il était temps de contre attaquer un peu.

[Riku] – Je n’ai pas onze ans, j’en ai quinze… Et j’y pense aussi ! bien que pour l’instant ce que je me demande vraiment c’est ce que je fais là ? Vous aviez promis de me répondre mais bon, vous avez sans doute oublié ! Je suis même sûr que vous avez oublié mon nom et que dans votre tête je suis le petit garçon aux cheveux blancs, faux ?

Il souriait de manière à montrer qu’il n’était pas en colère mais qu’il aimerait bien en finir avec la question de sa présence.

[Riku] – Si vous me dites pourquoi je suis là on pourra peut être faire des choses plus marrantes que rester ici ? Et même peut être vous montrerai-je la fille en question quand on aura trouvé Sabi.

L’étudiant jouait sur la curiosité de Ginko, il savait qu’elle ne pourrait pas résister à cet appât si tentant. Il n’en avait pas vraiment assez de discuter ainsi mais cette convocation le dérangeait. Une fois fixé il jouerai avec elle autant qu’elle le désirerait. Sachant que tout ce qu’il allait entreprendre aux côtés de cette femme se transformerait en jeu, les entraînements et les missions lui tardaient réelement. Bien plus excitant que des chats perdus ou du baby-sitting c’était certain.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Sam 14 Juin - 2:00

[Ginko] - Hé, tu penses à quoi ? Tu m'as l'air particulièrement obsédé pour ton âge. Moi à onze ans, je jouais encore à la poupée ! Prends-en de la graine !

Elle prit une mine songeuse. A vrai dire, elle avait vraiment écouté ce que disait Riku. Vraiment. Avec ses deux oreilles et tout son cerveau. Mais rien à faire, Riku avait onze ans.

[Ginko] - Et bien sûr que je me souviens de ton nom Taki ! Allons ! J'ai une excellente mémoire. Je n'ai eu que trois à l'examen, mais c'est parce que j'avais pas pu réviser, Tsuby et moi on avait fait la fête toute la nuit avec des gars troooooop sympas.

Personne, pas même Tsubaki, ne lui demanda comment on pouvait réviser un examen sur la mémoire. Personne, non plus, ne lui rappela qu'il était de notoriété publique que la Jounin ne se souvenait de rien, et que bien des fois elle avait oublié un objectif de mission, voire carrément la mission elle-même.

Ginko tapa sur ses cuisses, joyeuse.

[Ginko] - Mais un point pour toi Taki, j'attends Tako pour continuer. Il ne m'a pas l'air trop ponctuel.

Elle fronça les sourcils, brusquement préoccupée par une considération qu'elle seule pouvait comprendre, sans doute. Tsubaki profita de la démonstration d'un élève et des travaux pratiques du reste de sa classe pour se rapprocher et souffler un discret :

[Tsubaki] - Peut-être qu'il erre dans les couloirs à la recherche du bureau 153 ?

Les yeux de Ginko se mirent à briller et, avant que Tsubaki ne puisse l'en empêcher, elle enlaça son amie.

[Ginko] - Malin ! Carrément génial ! Tako est perdu ! Sauvons Tako !

Tsubaki lui rendit comme elle put son étreinte. Son cours tournait au désastre, mais aucune importance. Ses élèves seraient toujours les meilleurs. C'était comme ça. Elle chuchota, trop bas pour que quiconque entende.

[Tsubaki] - Dis lui d'abord pourquoi il est là. C'est cruel de le faire attendre.

Elle souriait en disant cela, et rien ne lui indiqua que Ginko avait pris note de sa demande. Elle embrassa sauvagement Tsubaki sur la joue, attrapa Riku le bras comme s'il était une valise, et repartit en trombe dans les couloirs.

Avant que les élèves puissent en être vraiment sûr, Ginko et Riku, leurs invités forcés, étaient partis vers de nouvelles aventures... ou pas.

La Jounin s'arrêta au beau milieu d'un escalier. Il n'y avait pratiquement personne dans les environs, juste un petit vieux cacochyme qui tentait l'ascension.

[Ginko] - Tu sais quoi ? J'me demande pourquoi ils m'en choisi pour avoir une équipe. Moi en dessous de treize ans, j'ai du mal avec les gosses. Alors quand en plus ils sont pervers et tout, j'arrive pas à gérer. Et puis bon, entre nous, je suis pas une fine pédagogue.

Toute heureuse de ce qu'elle considérait comme une confession, elle en oublia la cause de cet arrêt. Elle sourit de toutes ses dents et sortit un objet de sous sa veste, qu'elle présenta triomphalement devant les yeux de Riku.

[Ginko] - Tadaaaaaaam ! Félicitations Taki ! Tu es Geeeeenin ! Allez le vieux, on lâche la rambarde et on applaudit le gamin précoce !

Ginko lâcha le bandeau frontal dans les mains de Riku et se mit à sautiller sur place, en applaudissant à tout rompre et en criant à tue-tête - mais en rythme :

[Ginko] - Taki, Taki ! Et c'est qui le champion ? Takiiiiiii ! Et c'est qui le boss ? Takiiiiii ! Et c'est qui sa Sensei ? Giiiiiiiiinko Yagiiiiiii, Jouniiiiiiiin de Konohaaaaaaaaaaa ! Hourraaaaaaa ! Vive nous ! Vive toi !

Là dessus, elle serra fort contre elle le tout nouveau Genin.

A cette annonce, plusieurs professeurs des salles environnantes laissèrent tomber leur tasse de café ou tout objet qu'ils tenaient dans leurs mains. Deux mauvaises nouvelles d'un seul coup.

Ginko avait une équipe.

Et pire que tout...

... Ginko était de retour.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Sam 14 Juin - 13:27

C’était inutile, Ginko ne cèderait pas, elle ne changerait sans doute pas non plus avec le temps. Pour elle Riku avait onze ans, il était petit et faible. La seule façon pour lui qu’elle le reconnaisse un peu serait de grandir et de s’améliorer. Lorsqu’il serait plus fort elle ferait plus attention.

*Et maintenant je suis Taki… elle est incorrigible…*

Et une chuunin qui fait la fête avant de passer une épreuve d’examen jounin, d’ailleurs il regarda Tsubaki. Elle n’était pas jounin mais selon la rumeur Tsubaki avait refusé de prendre du grade.

*J’ai quand même du mal à l’imaginer faire la fête quoique vu comment elle est bien foutue à elles deux elles devaient faire des malheurs.*

Le claquement des mains sur les cuisses de la jounin ramena Riku à la réalité. Et Ginko continua à s’enfoncer, voilà que Sabi se nommait Tako. Par contre l’étudiant s’amusa intérieurement, si Ginko ne le trouvait pas ponctuel c’était peut être de sa faute aussi car ayant décidé d’abandonner le lieu de rendez vous Sabi aurait bien du mal à les retrouver.

Tsubaki en profita pour dire à Ginko ce que Riku pensait tout bas. Lui n’aurait jamais osé le lui dire franchement, il avait bien essayé de lui souffler mais sans succès. Et là, c’était reparti pour un tour. Sa senseï embrassa à nouveau Tsubaki toujours avec autant d’exubérance et se décida de sauver Tako.

*Si on cherche un Tako on risque pas de trouver…*

Tsubaki conseilla alors à la jounin d’annoncer la raison de cette convocation à Riku. Celui-ci était toujours reconnaissant envers la chuunin qui avait été un soutient durant cette rencontre entre lui et son senseï, mais là elle allait peut être lui ôter cette sensation d’attente interminable.

Puis Riku se fit attraper par le bras et trimbalé comme un simple chiffon. Il passèrent dans les couloirs quittant la salle de classe sans doute au bonheur de Tsubaki. Soudain, Ginko s’arrêta. Ils étaient en plein milieu des escaliers lorsqu’elle le regarda et se mit à lui parler.

Riku fut surpris qu’elle parle de ça dans un endroit comme celui-ci, après lui avoir tenu une bonne demi heure de causette. Alors comme ça elle était en charge d’une équipe, elle reparla alors de l’âge et de ses affinités, puis du comportement pervers. Là l’étudiant était sûr qu’il s’agissait de lui.

*Et t’en fait pas un peu trop là ? En plus le plus pervers de nous je crois pas que ce soit moi…*

La petite confession sur sa pédagogie n’en fut pas réellement une pour Riku, il l’avait vu dès le début. Après un sourire étrange, Riku se demanda si ce n’était pas un trouble obsessionnel compulsif, elle sortit un truc brillant de sa veste. Elle le tendit comme un tromphée devant son visage.

Riku comprit, il s’en doutait mais ne voulait se l’avouer, maintenant il était genin. Les félicitation pour le moins bruyantes et éloquentes de sa senseï, maintenant ça aussi c’était sûr, lui firent chaud au cœur. Même si il aurait préféré qu’elle le félicite lui et pas Taki…

Elle lui laissa le bandeau pour entamer une sorte de danse joyeuse accompagnée d’un chant tout aussi improvisé. Riku avait quand même une sensation étrange, maintenant il entamait la vraie vie de ninja. Il allait devoir se donner à fond pour atteindre ses objectifs.

Ginko le serra dans ses bras, une chose est sûre toute l’académie devait être au courant que Ginko était là et qu’un certain Taki était devenu genin. Riku ayant finalement un peu de remords pour Sabi, décida de ne pas mettre son bandeau tout de suite. Il ne voulait pas lui gâcher la surprise et en plus il ne savait pas où le mettre.

[Riku] – Je suis heureux que vous soyez mon Senseï, mais je pense que nous devrions trouver Sabi avant que je mette mon bandeau. Ce serait une aventure amusante non ?

Riku se sentait coupable du retard de Sabi, étant arrivé en avance Ginko n’avait pas attendu avant de jouer et de partir du lieu de rendez vous. Donc même s’il avait été à l’heure il n’aurait pas pût les trouver.

*Je me demande quand même comment il sera, et quand lui aussi aura son bandeau je pourrai mettre le mien.*

Au moins ça lui tiendrait les cheveux hors de son chant de vision.

[Riku] – Aller, trouvons Sabi !

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Jeu 3 Juil - 14:10

Akogare (Ginko): +71 XP RP
Riku : +49 XP RP

En attendant le retour de Sabi Smile

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Ven 11 Juil - 11:03

Le froissement du papier, le douce calligraphie… Quelques lettres, des points de ponctuations, et… badaboum ! Convocation. Il aurait sûrement du en être fier, honoré, mais alors il n’avait pas du tout envie de partir dans de lointaines contrées. Enfin, si lointaines contrées il y avait. Mais il s’imaginait difficilement Konoha s’enquérir de convocation pour le gardiennage de chat, ou d’enfant. Bref, une lueur d’espoir peut-être. Mais au fond de lui-même, l’Uchiha avait presque peur. Il ne se sentait pas prêt. Mais… Avait-il vraiment le choix ? Héhé, non !
Il pris quelques affaires, rassembla seulement le nécessaire, et referma doucement son petit sac. La figure de marbre, les yeux toujours sombre, il s’enfonça dans son kimono noir. Il n’avait pas d’arme, et c’était sûrement une mauvaise chose. Mais il avait toujours appris à se battre avec ses mains et ses pieds, il s’occuperait de cet enseignement plus tard. Il déboula dans les jardins du Domaine du Cygne, et s’enfonça dans les ruelles de Konoha.

Quelques minutes plus tard, il pouvait enfin voir la toiture haute de la mairie du village .C’était le lieu indiqué par le paquet. Il pénétra dans le grand bâtiment, et devant lui, un ramassis de secrétaires.

*Ksoooooooo….*

Il était maudit. C’était ça l’astuce ? Autant qu’il le sache maintenant, un jour où l’autre il le découvrirait par lui-même. Il détestait cette ambiance : pourquoi toujours avoir affaire à des personnes, qui ne sont que des entre-deux. Les secrétaires sont là pour soulager le travail d’accueil des autres, mais à chaque fois qu’on leur pose une question, elles assurent qu’elles ne sont pas qualifié dans ce domaine. Sabi détestait ces intermédiaires. Pourtant il n’avait pas le choix.

Il s’avança vers une jeune femme, et lui tendit sans dire mot le papier qu’il avait reçu quelques heures auparavant. Elle le dévisagea automatiquement et posa enfin son regard sur le papier couleur colombe. Elle leva les yeux au ciel, signe d’un minimum d’intelligence qui lui permettrait de « réfléchir » et se mordit le bout de la lèvre, comme toute sotte qui se respecte.


« Vous êtes en retard euuuh…. Uchiha Saki. »

Un point. Elle prend la balle, tire… et marque ! Tout rouge, le bonhomme en face…

« Sabi…. »

Un grand sourire blanc se dessina dans son esprit.

*Pauvre idiote !*

Elle lui répondit par un même sourire, répandant l’éclat de ses magnifiques dents blanches dans toute la salle d’accueil. Lunette de soleil, paillasse, et surtout crème indice 70, bronzage garantie. Elle n’avait donc que ça à dire « en retard ». Il était au courant oui, lui rappeler n’était pas très finaud, l’Uchiha était déjà sur les nerfs.


« Je… veux juste savoir que ce que ça signifie ! »

« Ca ? Eh bien, c’est une convocation Saki-kun ! »

One shot, deux points. Elle break, et remporte la main. Une immense goutte d’eau qui s’étale sur le front du garçon, en signe de désespoir. Mais il devait garder espoir, son cas n’était peut-être pas encore inéluctable. La connerie, ça se soigne ?

« Je suis au cou… »

« Ba alors, pourquoi vous me le demandez ? »

Vladadam. Plus rien à faire. L’Uchiha tombe raide mort, KO pour le reste de la journée. Il pouvait toujours tenté de voir celle d’à côté, mais l’insultant décolleté en équation avec la jupe rose-mauve qui dévoilait la quasi totalité de ses cuisses l’y repoussa. Il regarda le bonhomme à côté de lui, qui essayait de se démerder avec la séduisante cruche à qui il avait affaire. Tout d’un coup, il retrouva une once d’espoir. Finalement, la situation n’était pas si critique…

« Et j’suis censé aller où, moi, pour ma convocation. »

« Attendez, je vais regarder sur le registre. »

Miséricorde ! Le registre… Elle lui fait le coup parfait, c’était impensable. Elle se baissa et fouilla dans un tiroir de plusieurs mètre, où des dossiers étaient rangés dans des compartiments triés par ordre alphabétique, de sortie que le dossier Kanida, soit rangé dans le compartiment C, et le dossier Shikoku dans le U. Bref, le registre, trop basique comme coup. Il avait plus peur de rien le gosse. Il s’appuya délicatement sur le comptoir et s’amusa à regarder le client à sa droite. Un sourire heureux se dessina sur ses lèvres et continua de le réconforter dans sa position. Sans qu’il ne la regarde, l’autre était partie en guerre contre le système administratif. Il détourna la tête pour ne pas voir le carnage de dossier déchiré, la secrétaire, deux parchemins explosifs dans la bouche. Soudain, une main lui arriva devant les yeux, un papier à la main.

« Je l’ai ! »

Soupir de soulagement, il laissa son compagnon de galère seul quelques instants. Elle posa le dossier sur le bureau l’ouvrit et… blêmit. Vide. Instinctivement, sans se laisser prendre par la colère, il reprit la même attitude et s’empressa de contempler la scène qui se jouait à côté de lui, afin d’éviter d’avoir à supporter le ridicule que le jeune femme lui tournait. Il y avait dans son attitude une sorte de naïveté propre au sexe féminin qui arrivait à convaincre toute personne du sexe opposé, c’est à dire masculin, que chaque événement aussi dramatique soit-il n’était qu’une chose bénigne et qu’elle pourrait régler dans les minutes qui venaient. C’était aussi pour ça que l’Uchiha se méprenait tellement sur le sort des secrétaires. Quand il voyait son voisin, il avait finalement encore un peu d’espoir…

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Ven 11 Juil - 15:44

[Ginko] - Yeaaaah ! Allons trouver Sabiii !

Fait surprenant, Ginko avait retenu le nom de son second élève. Elle dévala les escaliers sans se soucier de Riku, et s'amusa à faire du railing sur les rambardes qui encadraient les marches. Elle poussait des petites exclamations pour chaque mouvement technique qu'elle faisait et, à vrai dire, il y en avait un bon paquet.

Elle se réceptionna à terre avec souplesse et reprit sa course folle dans les couloirs de la Mairie. Des hommes à la mine patibulaire ouvraient les portes puis, voyant à qui ils avaient affaire, rentraient précipitamment en espérant ne pas s'être laissé voir.

Ginko ne tarda pas à atteindre la salle de réception où elle était arrivée la première. Elle rajusta sa casquette et dévisagea les personnes présentes. Il y avait des nouveaux, et un petit qui ressemblait sacrément à celui qu'on lui avait montré hier, sur son dossier.

Elle s'approcha de lui et lui donna une grande tape dans l'épaule.

[Ginko] - Salut Sabi ! Moi c'est Ginko, j'aime bien ta tête, ça te donne un air ridicule !

Le jeune homme se tourna lentement vers elle, comme s'il était l'acteur d'un film d'horreur. Les yeux écarquillés, il rendit son regard à la Jounin.

[???] - Euh, moi c'est Takame.

Ginko haussa les épaules.

[Ginko] - Sabi, Takame, Kikero, je ferai avec. C'est bon, Sabi, je te présente Rigaran, un chouette type ! Vous êtes dans la même équipe, avec moi pour chef, heureux ?

Takame passa de Ginko à Riku, de plus en plus effrayé. Il voulait juste régler une affaire de faux nom, sous lequel il avait été enregistré. Pas se retrouver embarqué par ce qui était très certainement des braqueurs professionnels.

Ginko se dirigea vers la porte de sortie d'un pas décidé.

[Ginko] - Ok, on a tout le monde, je vous revoie plus tard hein ? Amusez-vous bien ! ♥

La porte se rapprochait dangereusement...

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Ven 11 Juil - 16:20

[Désolé pour l'attente et le retard, en passant :/]


Cela n'en finissait pas. La jeune femme fouinait un peu partout comme elle pouvait avec un sentiment d'épouvante. Si, sur la plupart des clients, du moins des personnes qu'elle était censé accueillir, son air confiant et maître d'elle-même rassurait et faisait oublier tout soupçon sur les qualités de la secrétaire, Sabi ne se laissait pas avoir. Mais après tout, qu'avait-il d'autre à faire qu'attendre que l'incompétence de la demoiselle s'envole remplacée par une qualité de maîtrise et d'organisation sans faille.

Rêve.

Cependant, derrière ce masque d'acier qu'elle déployait, il était facilement décelable une forme de panique totale. Elle cherchait dans tous les dossiers, se disant qu'elle l'avait sûrement rangée dans un nom similaire ou dans une autre lettre proche. Mais non, rien. Plus elle cherchait plus elle se perdait, et fouter un chisme relativement puisant dans les autres dossiers qui eux, n'avaient rien demandé. L'Uchiha jetait des coups d'oeils de temps à autre à son camarade de galère à côté de lui, mais avec stupéfaction, celui-ci avait disparu, un autre à la place, la secrétaire en nage, mais le sourire aux lèvres, l'air soulagée.

Voila, il était tout seul maintenant... Croisant les bras pour montrer son impatience, chronique chez les personnes de son rang, il soupirait régulièrement, accentuant peu à peu la cadence. Cette attitude avait pour conséquence d'infliger une pression supplémentaire à la jeune femme, qui recevait parfaitement le message, et qui, se pressant encore un peu plus, perdait son self-contrôle.


"Salut Sabi ! Moi c'est Ginko, j'aime bien ta tête, ça te donne un air ridicule !"

Sabi ? C'était quoi cette histoire. Peut-être n'était-il pas le même à porter ce prénom honnorifique, bien que cela soit d'une rareté flagrante. Cette exception abusive mettait l'étudiant dans une situation encore plus allifgeante. Si plusieurs questions lui venait à l'esprit, il ne se retourna pas et laissa l'affaire là où elle en était, attendant toujours son dossier.

[???] " Euh, moi c'est Takame."

[Ginko] "Sabi, Takame, Kikero, je ferai avec. C'est bon, Sabi, je te présente Rigaran, un chouette type ! Vous êtes dans la même équipe, avec moi pour chef, heureux ?"

L'astuce devenait de plus en plus concrète. Il dédaigna enfin se tourner vers les huluberlus qui osaient s'esclafer d'une connerie aussi monumentale, et dévisagea les béligérants. La jeune femme semblait totalement givrée, et malgré le fait que ça mette un peu de piquant dans une vie sombre et sobre de shinobi, il commençait à espérer de plus en plus que les hypothèses qu'il formait dans sa tête soit véritablement fausses. Pourtant, si déjà leurs propos mettaient un doute affreux dans son esprit, le visage décomposé du bonhomme qui semblait s'appeller et Sabi et Takame ne lui rendait rien de bon. Et puis, le lointain sérieux de la jeune femme au bandeau de shinobi ne pouvait que confirmer le soucis.

Il jeta un rapide coup d'oeil au bonhomme qui était avec elle, et dont elle ne semblait pas se souvenir non plus, mais ne remarqua rien d'exceptionnel. Il se tourna alors pour faire face à sa chieuse de secrétaire -excusez les propos totalement déplacés du narrateur, mais c'est pour vous faire rentrer dans vos petites boîtes craniennes que ce genre de situation est tout sauf agréable ! Rien n'avait évidemment chanhgé, et son impatience atteint enfin la limite de rupture.

Il détala sans même prévenir l'archéologue des temps moderne de l'administration et s'enfuit vers celle qui disait s'appeller Ginko, à considérer qu'elle est retenue au moins son propre prénom, alors que celle-ci filait vers la sortie. Arrivant sans peine à ses côtés, il tira doucement le bout de sa manche et se figea.


"Oha, je m'appelle Uchiha Sabi. On m'a convoqué à la Mairie de Konoha en toute urgence, pourriez-vous m'éclairer sur ma situation ?"

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Ven 11 Juil - 20:00

Apparemment, Ginko était très motivée pour partir à la recherche de l’autre futur genin qui serait sous sa tutelle. Elle partit au quart de tour dans une course folle en criant joyeusement qu’ils allaient trouver Sabi. Riku partit bien après elle pour deux raisons, la première était la différence de vitesse et la seconde son dégoût soudain.

*J’hallucine, elle se souvient de son nom à lui…*

La jounin était déjà à quelques mètres lorsque Riku se lança à sa suite, il se faisait distancer petit à petit. Ginko se servait des rampes pour prendre encore plus d’avance, le genin hésita à l’imiter puis s’abstint, il ne voulais pas se vautrer devant tout le monde simplement pour ne pas la perdre de vue. Il remarqua aussi que pendant qu’elle courait elle ne faisait absolument pas attention au fait que sa jupe se soulevait et laissait apercevoir ce qu’il y avait en dessous.

*Elle n’as qua pas prendre de telles poses sur la rambarde…*

Tandis que sa senseï atterrissait dans les couloirs, lui était encore dans les escaliers et c’est par chance qu’il la vit tourner au bout du couloir. Il continua sa course en regardant les gens qui venaient d’esquiver la première furie, ébahi devant son disciple qui en faisait autant. Les pauvres gens devaient pleurer en réalisant que Ginko allait enseigner son savoir et forcément déteindre un peu sur ‘ses’ protégés.

*Je ne deviendrais jamais aussi folle qu’elle…*

Lorsque le tout nouveau genin débarqua dans la salle de réception, essoufflé, il repéra Ginko qui parlait à un garçon. En tout cas il n’aurait pas aimé être à sa place vu ce qu’elle lui balança naturellement dans la figure. Et dire qu’il s’agissait peut être de son coéquipier, Sabi.

Lorsque le garçon se présenta en tant que Takame, Riku fut soulagé, il était vrai qu’il avait une tête un peu ridicule et en rien la classe pour devenir ninja. Même si on ne doit pas se fier aux apparences. Sachant déjà comment aller réagir sa senseï, le garçon aux cheveux blancs s’approcha derrière elle.

*Elle est vraiment incorrigible…*

Riku essaya de faire un petit signe de la tête à ce fameux Takame pour lui faire comprendre de ne pas s’inquiéter, que tout était normal enfin connaissant Ginko. Et voila que la jounin repartit d’un pas décidé vers la sortie, ils n’avaient même pas trouvé le vrai Sabi.

*Je vais devoir faire quelque chose…*

Tandis qu’elle scandait son départ à la ronde, Riku cherchait du regard un potentiel garçon qui serait son futur coéquipier. Il savait que c’était un Uchiha donc il aurait sans doutes les traits caractéristiques du clan. Il remarqua un garçon qui pourrait bien correspondre mais avant qu’il ne l’interpelle celui-ci s’adressa à Ginko. Le genin se tut alors et écouta, il obtint confirmation de sa pensée et observa.

*Il n’a pas l’air d’être spécial… enfin je suis sûr qu’il est fort sinon il ne serait pas dans mon équipe…*

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Ven 11 Juil - 20:32

Il y avait quelque chose. Un petit désagrément sur la manche, là. Ginko l'écarta d'une tape qui n'avait rien d'amical et poursuivit sa route, avant de s'arrêter net. Et si c'était... quelqu'un qui voulait qu'elle s'arrête ? Elle risqua un coup d'oeil par dessus son épaule. Il y avait bien un jeune homme, et vue la rougeur de sa main, ce n'était pas une mouche.

[Ginko] - "Oha" ? Génial ! C'est comme ça qu'on dit bonjour dans ton pays ?

Elle se tourna vers Riku et lui fit un grand signe de la main.

[Ginko] - Oha ! Oha ! Ooooooohaaaaaaaaa ! Huhu.

Elle n'avait prêté qu'une oreille distraite à la fin de la phrase, totalement fasciné par cette nouvelle formule. Ça tue, Oha. Elle se demandait le registre. Familier ? Pour savoir, elle irait dire Oha à ses supérieurs. Avec un petit signe de main ? Non, mieux, on les tirant par la manche !

[Ginko] - Je crois qu'on a un problème là.

Elle se tourna vers Takame qui n'avait rien demandé à personne et qui observait la scène avec ses gros yeux qu'on pouvait qualifier de globuleux.

Ginko secoua la tête, sincèrement désolée.

[Ginko] - Je suis désolé mon grand, mais je crois que tu ne peux pas faire parti de notre équipe. Tout Sabi que tu sois.

[Takame] - Ben... pas cool ?

Takame était bien soulagé de sa chance. Autrement, il se serait retrouvé embarqué avec... ça. Celle-ci reporta son attention sur le vrai Sabi.

[Ginko] - Ok, t'es grave en retard, moi je m'en vais là, faut que j'aille dormir, et me doucher, et manger, et tout ça quoi !

Elle rajusta sa casquette machinalement, cherchant un moyen de se dépêtrer de ce mauvais pas. Il fallait dégager le Sabi pour espérer prendre une douche. Froide, ces préférées.

[Ginko] - Bon, je reprends alors : je suis Ginko Yagi, Jounin de Konoha, et toi tu es Sabi Uchiha, et tu es dans mon équipe avec Kashin Togama.

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Sam 12 Juil - 17:34

Il avait bien fait de s'arrêter, sinon, il l'aurait juste avant. Et ce n'est pas sa main qui aurait pris le violente gilfe, mais sa joue, et juste pour ça, il remerçiait la chance qu'il aimait à provoquer. La jeune femme se retourna, comprenant alors qu'on l'interpelait, et Sabi continua de la dévisager, elle et sa grande casquette.

[Ginko] - "Oha" ? Génial ! C'est comme ça qu'on dit bonjour dans ton pays ? Oha ! Oha ! Ooooooohaaaaaaaaa ! Huhu.

Une nouvelle fois, la gente féminine marquait un point. Il se sentait... harceler, littéralement, par la bêtise humaine en tout genre, et dont il faisait sûrement parti, mais ce stade avancé de la stupidopharingythe semblait tout de même problématique, et rare. Mais soit. Après tout, il n'avait pas pour but de juger quiconque en ce monde, il n'en avait d'ailleurs pas vraiment envie. Il préférait passer, comem d'habitude. S'il aurait pu simplement et purement craquer un plomb contre l'autre blonde teintée en brune de l'accueil, il ne pouvait pas dans ce cas-là. Jounin ça en pétait...

"C'est juste la diminution de 'Ohayo'..."

Il regardait avec une petite pointe de malchance celui qu'elle avait appelé Sabi, et se dit qu'une nouvelle fois, il aurait mieux fait de fermer sa grande gueule d'Uchiha. Mais finalement, sa vie manquait de piquant, il avait bien besoin d'un tel chantier pour remettre en ordre tout son système interne.


[Ginko] - Ok, t'es grave en retard, moi je m'en vais là, faut que j'aille dormir, et me doucher, et manger, et tout ça quoi !

Deux points. Cette journée devait être attribuée à la femme, impossible qu'il en soit autrement. Il ne pouvait rien faire, bloquer, comme d'habitude. C'était quoi ce cas ambulant qu'il devait respecter et à qui il devait obéir. Cette convocation ne sentait rien de bon, finalement.

[Ginko] - Bon, je reprends alors : je suis Ginko Yagi, Jounin de Konoha, et toi tu es Sabi Uchiha, et tu es dans mon équipe avec Kashin Togama.

Il tourna doucement la tête, dévisageant l'autre garçon qui l'accompagnait depuis son arrivée, et qui avait une nouvelle fois changé de nom. Il lui lança un regard incompréhensif, essayant de chercher une explication sans éveiller tout soupçon chaque la jeune femme.

[Ginko] - Bon, je reprends alors : je suis Ginko Yagi, Jounin de Konoha, et toi tu es Sabi Uchiha, et tu es dans mon équipe avec Kashin Togama.

"Equipe ?"

La question semblait stupide, aussi laissa son compagnon seul et se retourna tout de suite vers leur, apparemment, nouvel senseï.

"J'veux dire... Avec vous ?!?

Voyant la tête de son camarade, il en conclut que oui. La confirmation sonnait le glas de la mort, la fin d'une ère, la chute du monde et de ses repères. Nouveaux regrets, nouveaux soupirs.

"Alors on fait quoi, maintenant ? C'est pas l'heure de la douche, si ?"

Son air surpris était salvateur. Non, ce n'était sûrement pas l'heure de la douche...

MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   Sam 12 Juil - 18:16

Le véritable Sabi avait eut de la chance, une claque de la Jounin l’aurait sans doute bien amoché vu l’état de sa main. Dès que Riku vit Ginko se retourner en prononçant Oha avec un sourire qui touchait ses deux oreilles il sut qu’elle était encore une fois partie dans ses délires.

*Pourquoi…*

Ayant presque honte de sa senseï, le genin oublia vite ce sentiment en se rappelant que l’autre garçon aussi l’aurait comme senseï. Il fut alors pris d’un élan de compréhension lorsqu’il lut le doute dans les yeux de Sabi, il devait être très choqué.

*Comme moi au début…mais tu t’y feras…*

Bien qu’il essaya de se justifier et de clarifier les choses, Ginko n’en avait rien a cirer elle saluait Riku de cette nouvelle façon. Telle une gamine qui a découvert un nouveau jeu elle semblait intarissable. Le troisième garçon put alors se libérer et Riku l’incita à s’enfuir d’un regard avant que Ginko ne reporte son attention sur lui. Puis il revint à sa senseï après tout le sort de Takame lui importait peu.

Retrouvant un semblant de sérieux, la jounin à la jupe presque trop courte s’adressa au second membre de son équipe pour lui annoncer qu’elle devait s’en aller. Il nota aussi la fin de la phrase sachant exactement ce qu’elle cachait de pervers.

*Vu ce qu’elle m’a sortit dans la classe de Tsubaki-senseï…*

Le Uchiha subissait, Ginko parlait encore lui annonçant la raison de sa convocation. Elle inventa encre un nouveau nom pour Riku ce qui n’échappa pas au garçon à la mine sombre. D’un signe de tête il essaya de faire comprendre que c’était normal venant de Ginko et d’un signe des mains qu’il lui donnerait son nom plus tard. Il aurait bien ajouté un bienvenue dans la galère mais bon, la jounin aurait sauté sur l’occasion pour mimer on ne sais quel bateau.

Sabi venait de réaliser, l’équipe, la senseï…la galère. Riku répondit à son regard par une mine blasée on ne peu plus évocatrice. Le nouvel arrivant demanda la suite du programme, Riku n’osa pas lui parler avant que Ginko ait répondu et qu’elle soit un peu éloignée car soit elle rentrerait chez elle comme annoncée, soit elle partirait comme une furie prenant les devant de leur prochaine destination.

*Il va falloir que je lui explique tout… et si ça se trouve je devrais lui annoncer qu’il est genin au cas ou elle oublierait…*
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mairie de Konoha   

Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Mairie de Konoha
» Cimetière de Konoha
» [Mairie] Carcassonne: arrêtés municipaux en application
» 400 employés de la mairie de Pétion ville ont été révoqués
» [Mairie] Mende : arrêtés municipaux en application

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Quartiers Nord-