Partagez | 
 

 Appartement de Naoki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Appartement de Naoki   Dim 2 Mar - 19:54

Rappel du premier message :

Il y a environ un an, alors que Naoki venait juste de devenir étudiant:

Naoki ouvrit la porte lentement, puis il entra timidement dans cet endroit inconnu. L’appartement qui était désormais le sien, n’était pas très accueillant. Le jeune garçon posa ses affaires sur son lit et alla faire un petit tour du propriétaire. La pièce principale était simplement meublée d’un lit, d’une armoire d’une table avec une chaise et d’un coin cuisine équipée d’un réfrigérateur. L’autre pièce faisait office de toilette et salle de bain, le tout n’étant pas vraiment décoré. Une grande glace permettait de s’observer pour une raison ou une autre et une plante verte apportait un peu de vie à la pièce. Les murs étaient sobrement peints en beige, couleur pastel qui plaît à tout le monde et favorise le sommeil.

Il entendit du bruit à la fenêtre et lorsqu’il tira les rideaux, il vit un chat se frotter contre la vitre. Le matou se mit alors à gratter à la vitre et Naoki n’eut pas d’autre choix que de le laisser rentrer. Le chat se déplaça sans un bruit sur ses pattes de velours vers le réfrigérateur puis il se frotta contre.

[Naoki]« Tu as faim ? Laisses moi regarder ce qu’il y a là dedans. »

Naoki écarta le chat aux poils roux de l’appareil et ouvrit la porte pour découvrir plusieurs briques de lait et quelques ramen en boîte à faire réchauffer. Il prit donc une boîte de chaque et alla chercher une assiette dans un placard. Ils mangèrent tout les deux silencieusement, l’un sur la table, l’autre au pied de la chaise. Il était déjà tard et Naoki décida d’aller se coucher. Lorsqu’il éteignit la lampe, le chat vint se rouler en boule contre lui. Il allait dormir à coté du garçon, comme s’il avait senti que celui-ci cherchait du réconfort.

Le matin, Le garçon sentit des caresses velues sur sa joue mais il n’avait pas envie de se réveiller alors il ne réagit pas. Grave erreur car à la place des caresses, venaient les coups de griffes. Le chat n’eut pas à en donner plus de deux pour que Naoki bondisse de son lit. Il regarda l’heure et comprit alors pourquoi le chat insistait tant : il était en retard et devrait déjà être partit à l’académie pour son premier jour d’enseignement.

Naoki se dépêcha de se lever et se changea rapidement. En quelques minutes, il était prêt à partir, l’étudiant ouvrit la porte et le chat se faufila entre ses jambes ce qui le fit trébucher. Heureusement pour le garçon, il réussit à se rattraper et ne se fit pas mal. Le chat continuait de se frotter contre lui jusqu’à ce qu’il fut debout. Ensuite, l’étrange félin le précédait sur sa route. Il se dirigeait en trottinant sur ses quatre pattes vers une petite fille qui d’après son apparence, devait avoir environ sept ans selon Naoki.

[Shirohime] « Akasan ! Te revoilà enfin petit fripon. Où à tu encore passé la nuit, j’étais inquiète. Oh c’est toi qui as gardé mon chat cette nuit ? »
[Naoki] « Oui, il était chez moi cette nuit… »
[Shirohime] « Merci beaucoup de m’avoir ramené Akasan. Je m’appelle Shirohime et toi ? »
[Naoki] « Moi je m’appelle Naoki et je suis étudiant à l’académie de ninja de Konoha. »
[Shirohime] « Tu entends ça, A-kun, tu es génial d’avoir trouvé un ninja, je le savais que tu ne me laisserais pas tomber toi. »
[Naoki] « Tu as un problème ? »
[Shirohime] « Oui, A-kun et moi on cherches nos deux autres amis : Kuroichi et Aoni. Ku-san est le plus vieux, c’est un chat noir qui aime se battre. Aoni est une petite chatte blanche avec pleins de taches noires et rousses, elle a les yeux verts et porte un joli ruban bleu à son collier, elle aime se promener dans la forêt et les coins paisibles. Tu peux m’aider, s’il te plaît ? »
[Naoki] « Désolé, je ne peux pas, j’ai plein de cours importants à suivre si je veux vite devenir un vrai ninja et avoir mon bandeau de Konoha. »

Des larmes commençaient à apparaître aux coins des yeux de la petite fille qui tenait le chat aux poils roux maladroitement. Naoki ne voulait pas faire pleurer la petite fille mais il ne pouvait vraiment pas aller à la recherche de deux chats. Il jugea avisé de faire un compromis.

[Naoki] « Bon d’accord, je t’aiderai quand j’aurai le temps, après les cours. »
[Shirohime] « Génial ! Tu entends ça A-kun ? Enfin quelqu’un qui accepte de nous aider ! Naoki, si tu réussis, je te donnerais une récompense. »
[Naoki] *Alors c’est ma première mission !*


***



Naoki se rappelait de sa première rencontre avec Shirohime. Ils étaient devenus amis tout les deux en se fréquentant toute une année, le jeune genin aurait voulut lui dire qu’il avait enfin retrouvé ses deux autres chats, lui dire aussi qu’il était devenu genin mais ça faisait déjà plusieurs mois qu’elle avait disparu dans la nature. Le vent s’engouffra dans l’appartement en soulevant le rideau de la fenêtre entrouverte désormais en permanence. Aoni fut dévoilée et la petite chatte entra, elle se dirigea vers le réfrigérateur en évitant soigneusement les quelques cousins éventrés par les griffes de Kuroichi. Cette fois le rafistolage ne semblait pas permettre une résurrection des objets maltraités. Un seul coussin restait à jamais intacts des attaques du chat noir : c’était celui que Akasan c’était lui-même attitré.

Les trois chats étaient réunis avec lui et il ne manquait que la petite fille d’ d’environ sept ans. Naoki s’empressa de les nourrir avant de recevoir des coups de griffes, puis il ressortit : il ne s’était jamais attendu à être devenu genin si vite et la recherche des chats dans Konoha lui avait fait perdre un précieux temps selon lui. Le jeune ninja pensait avoir un retard certain au niveau des techniques qu’il connaissait. Il voulait aller s’entraîner pour maîtriser deux nouvelles techniques. Il allait fermer la porte mais un éclair orangé s’enfuit avant qu’il eut le temps de la clore complètement ce qui lui arracha un sourire triste.

[Naoki] « Je ne vais pas chercher Shiroimi, tu sais. »

Akasan miaula comme s'il avait comprit, qu’il le savait mais qu’il s’en fichait. Le chat adressa un second miaulement réprobateur : comme ça maîtresse il ne supportait pas le surnom, Shiroimi, que Naoki utilisait très souvent pour désigner la petite fille aux chats. Le garçon savait qu’elle n’aimait pas ça mais en le disant il espérait la voir débouler de nulle part pour le frapper.

Naoki se dirigea vers le seul endroit où il pouvait étudier les techniques qu’il souhaitait acquérir sans risquer de tomber sous le regard moqueur de son sensei Botan : la bibliothèque de Konoha. Le chat roux était sur ses talons, comme à chacune de ses sorties après les cours depuis une année, le matou le suivait quelques temps avant de disparaître sans prévenir pour retourner dormir sur son coussin fétiche.


[ Arrow Bibliothèque de Konoha]


Dernière édition par Heionkemono Naoki le Mar 10 Juin - 15:51, édité 2 fois

AuteurMessage
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   Ven 13 Juin - 20:30

[L'action se passe au parc, mais comme la place est déjà prise je poste ici.]

[Venant des portes de Konoha]

Du grabuge disait-il ? Pourtant, le parc lui paraissait aussi calme que d’habitude. Si le garde disait vrai, l’agitation s’était tu, ou alors avait changé d’endroit… Il scruta les allées du parc dans un angle de vue assez large, quelques secondes lui suffirent pour soupirer. Il se gratta bientôt la base de la nuque.

[Yosuke] « Pas si simple on dirait. »

Le ninja restait perplexe. Pourquoi un chat viendrait-il au parc ? Pour se balader, gambader dans les arbres, oui sûrement. Le problème, c’est que des arbres il y en avait des tas et que ça allait lui prendre un temps fou. Il soupira encore. Oui, il regrettait d’avoir dit oui à Naoki. Il aurait préféré regarder Naoki suer sang et eau pendant que lui se reposerait au pied d’un arbre. C’était le bon plan. Courir dans les arbres après un chat, c’était fatiguant et…chiant.

Il soupira une dernière fois. Naoki comptait sur lui. Qu’importe le temps que ça allait prendre, les autres se chargeait de visiter les autres lieux, il le savait. Il regarda une dernière fois les allées. Pas de chat en vue, il le savait. Il sauta rapidement dans un arbre et commença la fouille.

***


Le parc était si paisible et tranquille. Pas un enfant pour l’embetter, elle pouvait enfin profiter d’une journée de liberté, car oui, elle avait posé congé !

Depuis cet accident à la banque, elle avait été mise à l’épreuve, et après plusieurs semaines d’investigations poussées, son patron venait de lui annoncer qu’elle n’avait rien à se reprocher. Comme-ci elle ne le savait pas ça ! Enfin si les gens savaient… Bref, elle avait eu le droit à une journée de congé.

[Séraphine] « Freedom ! »

Elle se sentait libre dans cet espace verdoyant, libre comme l’air, libre comme Patrick qui gambadait et qui était enfin guéri, libre car pas en prison ! C’était génial. Elle fit une pirouette dans l’herbe fraîche et s’imaginait nue dans la neige en train de dessiner un ange avec ses bras et ses jambes. Quelle sensation !

Son chien venait la taquiner quand elle était allongé. Pensant qu’elle dormait, il lui léchait le visage. Qu’est-ce qu’il était mignon et adorable…

Fini de rêvasser, elle se leva. Elle était venue ici pour marcher non ? Faire courir son chien pour qu’enfin il la laisse dormir la nuit, et puis elle avait grossi à forcer d’engloutir tout ce chocolat. Il fallait qu’elle perde tout ce vilain gras de ses si jolies fesses.

Un papi… sur un banc.

[Séraphine] * Tu regardes mes fesses je suis sûre, vieux dégoûtant. C’est pour les gens comme toi que j’ai fait ce que j‘ai fait. *

Il pouffa un rire qu’elle voulait le moins sonore possible, les deux mains devant la bouche, ses yeux disaient tout. Elle avait réussi son coup, qu’est-ce qu’elle était heureuse !

[Séraphine] « Direction les magasins, je n’ai plus de chocolat ! »

[Patrick] « Wouaf ! »

***


Il bondit en dehors de l’amas d’arbres. Cette ceinture boisée n’abritait pas ce chat. Il avait même oublié comment il s’appelait d’ailleurs. Il l’avait bien vu mais son allergie l’avait empêché de s’y intéresser plus que ça…

[Yosuke] « Pas là on dirait… »

Les deux bras en arrière, il ralentit le rythme de ses pas le long des allées propres du parc. Cette maudite touffe de poils à moustache était repartie alors. En tout cas, elle n’était pas à découvert.

Il sifflota. Qu’est-ce que cette mission l’agaçait ! Partir à la poursuite d’un chat, il ne l’avait même pas fait étant étudiant. Quelle galère…

Un vieux… sur un banc.

Il s’arrêta exactement devant lui. Il essaye d’être un peu plus formel.

[Yosuke] « Bonjour Monsieur. Ninja de konoha, est-ce que vous ‘avez pas vu un chat passer par là ? Je suis en mission. »

Il paraissait ne pas bouger, restant là sans ciller. Après une minute où Yosuke se demandait si il était encore en vie, il tourna la tête et enleva la pipe qu’il avait à la bouche.

[Vieil homme] « Un chat ? Comment ? »

Yosuke paraissait gêné, c’est vrai qu’il ne se souvenait plus vraiment de lui. Il se contenta de répéter ce que Naoki lui avait dit. Le visage du vieillard changea et bientôt il pointa un buisson à à peine quelques mètres.

[Viel homme] « Il vient ici très souvent. Il se cache dans ce buisson là-bas. Il atteint qu’un oiseau s’y risque pour picorer les graines que je laisse, un vrai chasseur celui-là. »

[Yosuke] * Je rêve ?*

C’est quand un oiseau s’approcha trop prêt, qu’en effet, il vit le felin surgir très rapidement pour se jeter dessus. Heureusement pour l’oiseau, il réussit à s’échapper. Le chat se glissa de suite à nouveau dans le buisson, attendant la future proie.

[Yosuke] « Merci monsieur. »

Il était plus songeur que d’habitude. Comment allait-il attraper ce chat qui paraissait très sauvage ? Peut-être devait-il utiliser un appât pour le faire sortir ?

Il utilisa le Henge, qu’il maîtrisait désormais très bien, et se transforma en oisea. Il prit bien sûr la forme mais aussi l’odeur du même oiseau qui s’était sauvé.

Dans cette forme si petite et inconfortable, Yosuke ne savait pas comment voler. C’est donc en sautillant qu’il s’approcha comme si de rien n’était du buisson.

[Yosuke] * Petit petit petit… allez saute bon sang.*

Il était content que Naoki ne soit pas là, ses manières avec les chats ne lui auraient pas plus. En plus c’était la honte totale. Le vieillard le regardait bouche bée.

[Yosuke] * Le tout c’est de ne pas se faire manger maintenant. *

Le chat bondit encore plus rapidement que tout à l’heure. Un frisson le parcoura et c’est instinctivement qu’il stoppa la technique. Le chat, appeuré, ne comprit pas et Yosuke l’avait déjà attacjé à l’aide de fil ninja avant que celui-ci ne se rende compte de quelque chose. Oui, il l’avait enfin attrapé.

[Yosuke] « Atchoum ! » *Grrr, je n’aime pas les chats.*

[Veil homme] « Bien joué fiston. »

Il le salua rapidement et partit, enfin, dans la direction de chez Naoki, le chat en laisse. Il avait la mauvaise sensation de paraître ridicule comme ça. Promener un chat en laisse comme le fond les vieille dame… Il rougissait. Des filles le croisèrent et pouffèrent de rire.

[Yosuke] * Si seulement je pouvais le faire tourner autour de ma tête, je paraîtrais moins ridicule. * Il désespérait, mais il contacta quand même Naoki. « Je l’ai trouvé Naoki. » * Enfin je crois.* « Rendez-vous chez toi. »

[ Arrow Ici]


Dernière édition par Yosuke le Lun 16 Juin - 19:38, édité 1 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   Sam 14 Juin - 1:20

[Cimetière Arrow]

Naoki et Kimiko avait visité plusieurs lieu mais jamais ils ne trouvèrent un seul chat. Peut-être étaient-ils trop déconcentrés par l’autre qu’il ne mettait pas beaucoup de cœur à l’ouvrage. Ils discutaient peu entre eux mais ils communiquaient beaucoup. Il est des langages qui ne nécessitent aucun mot, c’est un de ceux là qu’ils utilisaient. Naoki ressentait toute l’amertume et le détachement qu’avait la jeune fille alors qu’elle obtenait de l’inquiétude et une certaine détermination de la part du garçon.

Lorsque Yosuke leur avait adressé un message, ils étaient partis tout les deux vers les falaises. Et lorsqu’ils surplombaient la ville, ils profitèrent plus de la vue qu’ils ne cherchèrent Aoni. De toute manière, Naoki était persuadé qu’il le sentirait s’ils étaient proches de la petite chatte. La preuve s’en fit lorsqu’ils entendirent Yosuke leur déclara qu’il avait trouvé Aoni et qu’il l’a rapportait à l’appartement du Genin.

De ce fait, ils se rendirent tous les deux à l’appartement tranquillement mis ils y furent avant le Chunin. Nana et Yoshi les y attendaient, ils gardaient chacun un des deux chats. Akasan semblait résigner mais Kuroichi était une véritable tempête de griffe à lui seul, les mains de Yoshi en firent les frais. Ils virent arriver Yosuke, tenant Aoni en laisse. C’est vrai qu’il était allergique au chat, Naoki avait oublié ce détail. Aoni marchait à ras du sol, comme si elle craignait que Yosuke l’a fasse tourner par-dessus sa tête au bout du fil. Quelle idée stupide, Yosuke n’avait pas accepté d’offrir son aide pour martyriser la pauvre petite chatte. Naoki était persuadé qu’il aimait beaucoup les animaux malgré son allergie.

Yoshi avait toujours son Byakugan d’activer et il était le seul à voir les trois fils de chakra se rejoindre pour un former un nouveau, plus épais. Les trois chats étaient très agités mais ils étaient fermement retenus, c’était trop tard pour eux. Le Chunin ne disait pas un mot, il avait toujours du mal à suivre des yeux le fils de chakra mais il restait concentré, c’était la seule piste qu’ils avaient.

Naoki observait son cousin dans son pistage précis. Il n’avait pas beaucoup fait attention mais la route qu’ils empruntaient était celle qui menait à la forêt interne de la ville. Le gamin espérait vraiment retrouver Shirohime et obtenir quelques explications. Cependant, s’entourer de tout ce monde n’était peut-être pas une bonne chose. Comment discuter tranquillement avec toutes ses paires d’oreilles autour ?

[Arrow Entraînement de Naoki]

MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   Dim 29 Juin - 19:12

Yosuke : +17 XP RP
Naoki: +13 XP RP
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   Mer 23 Juil - 16:20

[Bibliothèque Arrow]

Heionkemono Naoki, 13 ans, Genin de Konoha, rentrait chez lui, alourdit de deux livres empruntés à la bibliothèque. Il les déposa rapidement sur son lit, Akasan était là et se fit remarquer par un petit miaulement plaintif.

Naoki – Shirohime tu pourrais au moins t’occuper de tes chats maintenant que tu es revenue.

Et il savait qu’elle avait entendu, même si elle se trouvait à plusieurs kilomètres. Maintenant qu’il connaissait l’existence d’un lien unique entre la jeune fille et ses chats, il faisait très attention à ce qu’il faisait lorsque l’un d’eux était chez lui. De ce fait, il mit à la porte le pauvre chat aux poils roux. Il avait envie d’intimité, ce qui impliquait de virer toutes les chatméras de son appartement.

Une fois cela fait, il se jeta sur son lit et ouvrit le premier livre qui lui tomba sous la main : « Techniques basiques du Shinobi de base ». Naoki se rendit immédiatement au sommaire et il trouva enfin son bonheur, toute une partie du livre était consacrée aux techniques de défense. Le premier chapitre décrivait l’art de l’esquive, c’était vraiment basique comme bouquin. La suite semblait déjà plus intéressante : « Comment survivre à une attaque armée à coup sûr », « Téléportations, ou passer outre les plus puissantes arcanes », « Défenses contre le Genjutsu », « Petite amorce sur les arcanes de protection élémentaires ». Bien sûr, le genin se rendit au premier chapitre de cette partie.

La technique décrite était celle de la Permutation. Il y avait tout d’abord une note sur la difficulté de cette technique et une petite explication sur la notation. Il y était écrit : « Note : 1/10 – N’importe quel étudiant de bas étage est capable d’apprendre cette technique. Inutile d’espérer obtenir une promotion si vous n’êtes même pas capable de savoir ça ! ». C’était démotivant, Naoki avait une fois le plus l’impression d’avoir été pistonné Genin, lui qui « n’était même pas capable de savoir ça ». Du coup il n’avait plus la tête à étudier et il referma le livre.

Désormais, il n’avait plus le choix sur sa lecture, il ne restait plus que : « Légendes oubliées du pays du Feu ». Comme la fois précédentes, il se rendit immédiatement à la page du sommaire et y découvrit une liste d’environ une centaine de légendes appartenant à l’histoire de Konoha comme « La recherche de l’esprit de Salamandre », « Sylvain de Vie, qui voulut porter son offrande au soleil », « L’arbre d’Automne éternel », « La malédiction de la fratrie des terriers », « La Rose en train de faner », « La Découverte des magnifiques reflets d’une âme laide. », « Le murmure d’une vallée retirée », « Le Trésor six pieds sous terre » et bien d’autres. Cependant, un seul titre retint l’attention du Genin, c’était presque trop beau pour y croire. Parmi tous ces titres de mythes anciens, il y avait : « Shiori en robe de mariée et les esprits manipulateurs », tout ça ne pouvait pas être qu’une simple coïncidence. Naoki se décida à commencer sa lecture par cette légende là.

***


Shiori en robe de mariée et les esprits manipulateurs


Il y a 300 ans environ, vivait une jeune fille guérisseuse, Shiori. Elle avait acquis toutes ses connaissances d’une vieille femme qui vivait au Nord de ce qui est aujourd’hui le pays du feu. Cette vieille femme dirigeait un orphelinat de fille comme un couvent, aucun homme n’était autorisé à y entrer sauf exception, en échange de quoi elle partageait son savoir avec ses filles adoptives. Shiori était une des élèves les plus douées, et beaucoup la jalousait car la vieille femme avait beaucoup d’estime pour elle. La jeune fille était toujours très assidue et son enseignement était quasiment terminé, elle avait l’âge de quitter l’orphelinat pour suivre sa propre route.

Un jour, le fils d’un ami de la vieille dame, atteint d’une maladie pulmonaire, entra dans l’orphelinat dans l’objectifs d’être guérit. La vieille dame lui administrait ses soins mais rien n’y fit. Un jour, Shiori découvrit ce jeune homme et décida de s’en occuper elle-même. Ses talents étaient puissants et elle concocta une mixture qui fit disparaître tout les problèmes pulmonaires du jeune homme. Cependant c’était aussi un puissant aphrodisiaque, et ce qui devait arriver arriva, mais la vieille dame fut très vite au courant et en tint rancœur à Shiori, elle décida de s’en débarrasser.

Elle prépara deux potions différentes, l’un était un lent poison à la fois, l’autre était un amnésique complexe à réaliser. La vieille dame usa de ruse et de perfidie pour empoisonner ses deux victimes, et dans le même temps, elle leur demanda, avec toute la gentillesse hypocrite dont elle était capable, de quitter l’orphelinat pour aller vivre leur idylle en vrai couple.

Seule la vieille dame connaissait les vrais sentiments du mourant, et Shiori avait oublié tous les enseignements qui aurait put lui permettre de le soigner. Elle était complètement désespérée, se sentant impuissante. Tous les préparatifs du mariage étaient prêts mais le jeune homme était désormais trop mal en point pour que l’évènement se produise. Shiori s’en alla prier sur une colline. Elle demanda de l’aide, elle demanda d’être heureuse, d’être mariée.

Un ange descendit du ciel, et il accepta de l’aider. L’ange Raziel lui proposa un marché, il lui apprendrait comment soigner son fiancé à la condition qu’elle renonce à l’enfant qu’elle allait enfanter en dehors du mariage. Prête à tout pour se marier avec l’homme qu’elle aimait, elle était sur le point d’accepter lorsqu’un démon sortit de terre. La belle Lilith tenta de la séduire, lui conseillant de refuser le marché de l’ange, lui susurrant à l’oreille que son fiancé méritait de mourir, qu’elle ferait mieux de garder cet enfant conçu en dehors des liens du mariage.

S’ensuivit un effroyable combat entre Raziel et Lilith, le sol tremblait, l’air s’embrasait. Cent fois, Shiori crut que c’était l’heure de l’Apocalypse. Mais finalement l’ange vaincu le démon, et Shiori accepta son marché. Celui-ci la toucha et y insuffla un peu de son aura, son énergie purgea tout l’amnésique de la vieille dame, et lui permit de retrouver tout son savoir. En contrepartie, elle perdit définitivement l’enfant qu’elle portait.

Shiori était satisfaite et Raziel n’avait plus qu’à achever le démon Lilith, mais un autre démon arriva avec la foudre, Perséphone, la reine de tous les démons. Celle-ci fit fuir l’ange en un clin d’œil, puis elle récupéra le futur enfant de Shirori qu’elle avait rejeté avant même sa naissance, et le démon lui dit à peu prés ceci : « Puisque tu as rejeté cet enfant, je le fais mien. Plus qu’un enfant, c’est ta fécondité que tu as échangé contre ta mémoire. Je le ferai venir au monde et l’éduquerai pour qu’il devienne un des nôtres. » Elle prit l’enfant sacrifié et le mit dans son propre ventre de démone, dés l’instant, son âme se faisait corrompre par Perséphone. Shiori était terrifiée par les deux femmes démoniaques, et elle s’enfuit en courant. Avec horreur, elle entendit la dernière phrase de Lilith : « Tu es devenue stérile, aride comme un désert, et en échange de cela, on t’a rendu un fiancé qui ne t’aime pas. »

Essayant de faire abstraction des malédictions de Lilith et Perséphone, Shiori rentra chez elle et prépara à nouveau le remède que seule elle était capable de faire. Le jeune homme fut aussitôt remit et le mariage fut proclamé pour le lendemain. La vieille dame rageait mais plus rien ne semblait pouvoir empêcher Shiori d’être heureuse. Si ce n’est qu’une certaine Lysa vint rencontrer la vieille dame et lui offrit de retrouver la beauté de sa jeunesse. Bien sûr, elle accepta de redevenir belle et en profita pour séduire le futur mari de Shiori et lui susurrer à l’oreille la stérilité de sa promise. Si bien que le jour du mariage, le jeune homme refusa de se lier à une femme qui ne pourrait jamais lui offrir d’enfant.

Shiori en fut effondrée, elle tenta de rentrer dans l’orphelinat à nouveau. C’est là que la vieille dame lui raconta tout ce qu’elle avait fait pour son malheur avant de la jeter dehors et de lui dire : « La passion amoureuse est un puissant poison. En le forçant à t’aimer, j’ai faillit le tuer. Tu es venimeuse et ne mérite pas de rester auprès de mes jeunes filles pures. ». Shiori n’eut pas d’autre choix que de s’enfuir loin de cette mégère. On l’avait couverte de honte.

On dit que Lysa apparut à nouveau dans le village après le départ de Shiori. Elle vint reprendre la jeunesse qu’elle avait offerte à la vieille dame et lui en fit payer le prix en la rendant sénile. Puis, elle alla séduire le jeune homme qui avait brisé bien malgré lui le cœur de Shiori. La chose fut facile pour une femme de sa beauté, et une fois qu’elle eut la preuve de toute la monstruosité de cet homme, elle décida de le tuer. Elle quitta définitivement le village sous sa vraie apparence, celle de Lilith.

Shiori vagabondait désespérément, toujours animée par l’énergie que l’ange lui avait donnée. C’est habillé de sa robe de mariée qu’elle avait quitté le village et c’est habillé de sa robe de marié qu’elle se déplaçait sur les chemins du monde. Elle avait prit conscience de ce qu’elle avait sacrifié et de ce qu’on lui avait donné en échange. Elle n’avait plus qu’un seul objectif, récupérer son enfant. Dans sa quête, elle dut affronter trois bêtes sauvages, mais elle parvint à les domestiquer grâce à l’aura de Raziel qu’elle portait toujours. Parcourant les routes sans arrêt, sa bonté l’obligeait à aider les gens malades qu’elle croisait. C’est ainsi que Raziel revint la voir et lui offrit des ailes. Une fois qu’elle fut devenue un ange à son tour, elle fut capable d’utiliser sa propre aura, et elle devint éternelle.

La légende dit également que Perséphone aurait tenté de transformer la parenté de l’enfant de Shiori qu’elle-même portait. Elle réussit à faire disparaître les héritages du père pour les remplacer par les siens, mais jamais elle ne parvint à supprimer les gènes de la mère d’origine. Bien qu’ayant deux mères, l’enfant s’avéra être un garçon, puissant comme sa mère, prince des démons. Il soutint sa mère en lui apportant son aide dans leur guerre contre les anges.

Bien qu’ange, elle continua de parcourir le monde à la recherche de son enfant. Elle était toujours accompagnée par les trois esprits qui lui étaient fidèle, le combattant, la magnifique et le sage. C’est ainsi qu’on la surnomma Shiori Heionkemono, l’ange en robe de mariée.


***



Naoki redoutait de comprendre ce que tout cela signifiait, Shirohime… Shiori en robe de mariée, et tout le reste. Tout ceci ne pouvait pas être qu’une coïncidence, il y avait un lien entre ces deux femmes. Et puis Heionkemono, ce nom lui venait de l’un de ces ancêtres, ce pouvait-il que se soit la Shiori qui était décrite dans ce recueil de légende. Le Genin ne pouvait se résoudre à y croire, il décida de dormir un peu pour remettre ses pensées au claire.

[Arrow Ruelles]

MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   Lun 11 Aoû - 17:44

Naoki : +15 XP
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   Ven 25 Déc - 21:35

Naoki était enfin rentré à son appartement, il chercha pendant un bon moment la clé qui s’était perdu dans son sac. Il entra dans sa chambre, la pièce était froide. Son absence avait créé un vide dans l’atmosphère. Le garçon était prêt à réimprimé sa marque dans les murs mais avant cela il voulait dormir. Le lit était dans l’état dans lequel il l’avait laissé, les draps débordés, un tas d’affaire dessus. Le garçon enleva tout ce qui était superflu pour ne laisser qu’une couverture, il se déshabilla et alla se blottir rapidement en dessous. Le Chuunin, trop épuisé pour penser à quoi que ce soit, s’endormit aussitôt.

Les rêves ont toujours été étranges. Cette nuit là, Naoki était seul dans les ténèbres, seul face à sa solitude mais il s’en fichait car en général, on oublie nos rêves dés le réveil. Ses pensées résonnaient comme à travers plusieurs hauts parleurs braqués sur lui. Le noir était absolu et pourtant il se voyait parfaitement, ses mains, ses bras, ses jambes… Dans ce rêve, il faisait un rapport de sa mission à lui-même, s’accusant des pires crimes et s’accordant peu de bonnes actions. Etre à la fois le juge et le jugé n’avait jamais rien apporté de bon, Naoki se morfondait de plus en plus.

Kensei – Oula ! Mais fait bien sombre la dedans. Eh, gamin ! Allume la lumière.

Kensei apparut comme un fantôme. Son corps émettait une lumière violette mais Naoki n’y prêtait guère attention, il aurait préféré rester seul à son jugement.

Kensei – Tu as vu je suis violet ! Et toi normalement tu es blanc alors pourquoi tu reste dans le noir comme ça ? Tu veux que je me casse la gueule et que je me pète le col du fémur ou quoi ?

Naoki – Je sais pas…

Le silence s’installa, Kensei sembla perdre sa jovialité un instant. Il rejoignit le garçon et le réconforta en posant sa main sur son épaule.

Kensei – allez raconte ce que tu as sur le cœur à pépé Kensei.

Naoki – J’ai l’impression d’avoir fait de la merde, rien que ça. Je n’ai toujours fait que de la merde.

Naoki disparut pour réapparaitre loin de Kensei, dans ses rèves c’est lui qui fixait les régles, il pouvait faire ce qu’il voulait et il ne voulait pas être prêt de cet inconnu. Le garçon ne comprenait déjà pas pourquoi il lui avait répondu. Il se recroquevilla sur lui-même pour caler sa tête entre ses genoux et se mit à pleurer. Le vieillard se rapprocha de lui à nouveau.

Kensei – allez gamin, je suis sûre que tu as déjà réussit des missions non ?

Naoki – Oh bien sûr ! Je sais suffisamment me débrouiller pour m’en sortir. J’ai toujours réussit les missions qu’on m’avait confié mais au final, ce ne fut jamais un succès total et personne ne peut être vraiment content de ce que j’ai fait !

Le Chunin parlait avec plein de colère dans sa voix. Le son de sa voix était accompagné par une lumière qui devenait rouge, agressive. Il se remit à pleurer et ses larmes grossissaient en dégringolant de ses joues pour devenir finalement d’énormes boules cyans. Les bulles lévitaient autour des deux personnes et se percutaient, créant une multitude de petites gouttes qui se mettaient à fusionner à nouveaux.

Kensei – Eh ! On dirait que tu commence à comprendre le principe. C’est ton rêve, ton monde, personne ne peut venir t’y embêter, même pas moi. C’est toi le maître et si tu ne veux pas que je sois là, alors je n’y serai pas. Ici, j’ai autant de pouvoir qu’une petite fourmi.

Tout en parlant, Kensei rétrécit à vue d’œil pour finir avec la taille d’un insecte. Il tira sur son nez pour en faire la trompe fine et enroulée d’un papillon, des ailes multicolores sortirent de son dos. Le drôle de papillon voleta entre les gouttes d’eau pendant quelques secondes pour finalement aller se poser sur le nez de Naoki.

Kensei – Moi je n’ai le pouvoir de faire que ce que tu veux bien me laisser.

Le garçon ne put s’empêcher de rigoler face au vieux papillon barbu qui était posé sur son nez. Ses rires étaient aussi de magnifiques ondes blanches d’une pureté inégalée qui faisaient éclater les bulles d’eau en les traversant.

Kensei – C’est bien ! Continue, prend possession de ton monde, cesse de t’y cacher !

Le garçon louchait méchamment pour pouvoir regarder nettement le papillon qui se trouvait sur son nez. Il cligna plusieurs fois des yeux et à chaque fois, le bleu de ses lentilles était chassé pour laisser apparaître le blanc de ses pupilles. Une dernière larme emporta avec elle tout le bleu de ses yeux, révéléant ainsi l’héritage de son clan.

Kensei – Eh, je savais que tu étais blanc. J’avais raison ! Lève toi et amuse toi !

Naoki se leva et alla frapper les bulles bleues comme un enfant de six ans l’aurait fait. Les gouttes d’eau se multipliaient à chaque contact et une partie d’entre elles étaient repoussées à l’infini pour s’étaler sur une partie de l’espace qui les entourait. Kensei volait au dessus de lui, évitant les projections que le garçon causait. Ses ailes se détachèrent et s’embrasèrent dans un gigantesque brasier violet englobant ce qu’il restait du vieillard. L’homme sortit alors du feu avec sa taille normale et son nez avait reprit sa forme normale au milieu de son visage.

Ils étaient désormais en lévitation entre un océan infini et un ciel comportant quelques nuages cotonneux. Tout inspirait le calme, autant l’océan dénué de vague que le ciel sans vent. Naoki se tourna vers son visiteur.

Naoki – Mais au fait… Pourquoi tu es là toi ?

Kensei – Je vais te l’expliquer : les rêves son créés par ton esprit qui fait un bilan de ta journée. Donc je suis là parce que je t’ai marqué quand nous nous sommes rencontrés tout à l’heure. Et le vieux fou que je suis est drôlement flatté de savoir qu’il t’a impressionné.

Le vieillard regarda en l’air et montra les quelques dents qui lui restait.

Kensei – Hey ! Allons là haut. Je vais te montrer un beau dessin qu’on peut faire facilement avec tout ce bleu.

Le vieil homme monta au ciel en direction d’un gros nuage tout blanc. Le garçon se mit à sa poursuite aussitôt. Les deux personnes semblaient avoir atteint la limite de cet univers, le ciel et les nuages n’étant qu’une peinture sur un mur. Naoki toucha se magnifique trompe-l’œil bleu et la peinture se déposa sur ses doigts.

Kensei – Regarde.

Kensei prit un peu de peinture bleu sur le ciel pour dessiner quelque chose sur le nuage, un cercle englobant une étoile à six branches, et le même motif reproduit en plus petit à l’intérieur du premier, avec plusieurs symboles à l’intérieur.

Kensei – A toi maintenant !

Naoki trempa un peu plus ses doigts dans le ciel et reproduisit-le même dessin juste à côté. Ils contemplèrent tous les deux leurs œuvres en silence.

Kensei – Le tien est affreux, on sent que tu n’y a pas mit ton âme comme moi.

Naoki – Encore un sceau…

Le Chunin malaxa un peu de son chakra et posa sa main sur son dessin pour y insuffler un peu de chakra.

Kensei – Eh, tu comprends vite gamin. Si un jour tu t’en rappelle dans la réalité, tu le dessineras sur ta main et à l’endroit que tu aimes le plus. Kaerimichi, c’est son nom. Tu pourras retourner à cet endroit en un instant.

Naoki – Ca ne sera pas dur à retenir.

Kensei – Mais les rêves sont traîtres, à peine réveillé et on a déjà tout oublié.

Naoki – dans ce cas je vais le refaire plusieurs fois jusqu’à ce qu’il soit ancré au plus profond de ma mémoire.

Kensei – Non parce que la tu te réveilles. A une prochaine fois.

Tout s’assombrit… Une fente de lumière réapparait, les paupières de Naoki s’entrouvrent.

Naoki - Le matin... Déjà?

Le garçon aurait préféré rester dormir pour récupérer totalement de toute la fatigue qu’il avait accumulé ses derniers mais il n’en avait pas le temps, il devait se rendre à la mairie de Konoha pour faire son rapport avec Yosuke sur leur passage à Taki.

[Demande de validation du sceau bleu: Kaerimichi]


Dernière édition par Heionkemono Naoki le Dim 24 Jan - 12:34, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   Mar 19 Jan - 13:24

Naoki : +11 XP - Technique validée
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Appartement de Naoki   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Appartement de Naoki
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Billy Bat par Naoki Urasawa
» Le départ de Naoki.
» Appartement de Hayabusa Toyome

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-