Partagez | 
 

 Amphithéâtre Ninjutsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

MessageSujet: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 16 Mar - 12:44

Rappel du premier message :

Note : La dénomination NINJUTSU comprend : NINJUTSU ÉLÉMENTAIRE, NINJUTSU NON ÉLÉMENTAIRE et NINJUTSU DE COMBAT.

***


Les élèves ne cessaient d'affluer dans la vaste salle. C'était l'une des quatre plus grandes salles de l'Académie, terminée récemment, et qui sentait encore le neuf. Les bancs se remplissaient rapidement, et petit à petit les quelques vides visibles se comblaient.

Tsubaki jouait avec une petite ficelle bleue, et n'en détachait pas son attention. Elle ne s'intéressait pas aux nombreux étudiants qui cherchaient à capter son regard. Elle ne s'intéressait pas plus à Daiki, qui serrait convulsivement son poing puissant. Son corbeau était accroché à son épaule et Tsubaki ne put s'empêcher de soupirer.

[Daiki] - T'as dis quequ'chose ?

Pour la première fois, Tsubaki releva les yeux.

[Tsubaki] - J'ai dis : ton bestiaux me crache sur la jupe ou le chemisier, je le fais cuire à point pour en déguster chaque os à midi.

Daiki se redressa si soudainement que sa chaise vola en arrière.

[Daiki] - Petite... !

[Reiko] - Daiki, on s'assoit.

Elle murmura plus bas.

[Reiko] - Et on ne menace pas ses collègues !

Elle suivit son propre ordre en s'asseyant derrière le large bureau prévu pour les professeurs en charge du cours.

[Reiko] - Bonjour à tous pour ce cours sur le Ninjutsu ! Par Ninjutsu, j'entends certes le contrôle du feu, mais également le combat par armes blanches et le Ninjutsu plus classique.

Elle sourit, et rapprocha le micro de ses lèvres.

[Reiko] - Nous serons vos professeurs pour cette matière délicate, et nous vous enseignerons de notre mieux la façon de la maîtriser.

Tsubaki laissait son regard dériver parmi les rangs étudiants et, de temps à autre, elle répondait à un sourire par un autre. Daiki, lui, regardait obstinément le fond de la salle. Reiko poursuivait son bref exposé.

[Reiko] - Je me présente : Reiko Kairi, en charge du corps enseignant dans son ensemble et professeur de Ninjutsu.

Elle se tourna légèrement et désigna d'un ample geste du bras Tsubaki.

[Reiko] - Voici Tsubaki Hasuno, qui tentera de vous faire passer sa formidable puissance.

Tsubaki répondit d'un petit signe de la main et d'un nouveau sourire. Elle pourrait bientôt partir, ha ! C'était Reiko qui s'occuperait de ce cours. Elle jugea préférable d'ajouter un petit mot, pour montrer qu'elle s'intéressait à ce qu'elle faisait - ce qui était un mensonge relatif.

[Tsubaki] - À plus tard, je vous attends nombreux !

[Reiko] - Et voici Daiki Senjago, qui maîtrise mieux que quiconque l'élément du feu.

[Daiki] - Vous aurez intérêt à devenir rapidement meilleur, c'est moi qui vous le dis. Je n'aime pas ceux qui lambinent dans les petites sections.

Reiko continua son tour d'horizon sans tenir compte du ton incisif de son collègue.

[Reiko] - Voici Hiryuu Gesshoku, qui devrait vous apprendre à vous hisser parmi les meilleurs.

Hiryuu eut un sourire étrange sur les lèvres.

[Hiryuu] - Ça, ça ne dépend que de vous. Moi, je sais ce que je vaux.

[Reiko] - Et enfin, voici Uchiki Matsuda, avec qui vous devrez rapidement bien vous entendre.

Matsuda se leva, tirant nerveusement sur ses gants. Elle sourit légèrement.

[Matsuda] - Je l'espère oui...

Reiko se tourna de nouveau vers l'assemblée d'étudiants. Dans les jours à venir, ils auraient certainement fait le tour de l'ensemble des professeurs du Ninjutsu.
Tssubaki fut la première à se lever, elle salua les personnes présentes et descendit de la tribune pour s'engouffrer dans l'une des sorties de secours. Daiki la suivit, lui laissant juste suffisamment d'avance pour être sûr de ne pas devoir se la coltiner pendant tout le trajet.

[Reiko] - Bien, commençons le cours...

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 4 Mai - 14:03

Riku : +26XP RP

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 4 Mai - 20:42

L’après midi de la veille avait été une période de repos et la nuit avait permis à Riku de finir de récupérer son chakra. Le cours de Tsubaki-sensei avait épuisé presque toutes ses réserves de chakra, mais maintenant il arrivait presque parfaitement à protéger cette énergie.

Aujourd’hui encore Tsubaki leur enseignerait une technique et en profiterait pour vérifier leurs acquis de la veille. Riku se dirigea vers une salle plus petite que le grand amphi de ninjutsu, il entra et vit qu’il était le premier arrivé.

*Décidément, ses cours me motivent réellement et me font arriver plus tôt que d’habitude.*

Peu de temps après d’autres élèves arrivèrent, Riku retrouva ainsi ses camarades de la veille. Les huits qui avaient réussi du premier coup à résister aux insectes de Myojô Aburame, lui compris. Le garçon qui avait réussi à la seconde tentative et cinq autres ninjas. En tout quatorze shinobis. Riku s’étonna qu’ils soient si peu, puis s’étonna de voir que les cinq autres ninjas étaient déjà genins, au moins. Affichant leurs bandeaux frontaux fièrement, ils ne devaient pas être d’une ancienne promotion d’étudiants.

Tsubaki attendit quelques instants puis ferma la porte, elle se dirigea vers le tableau et écrivit :
Ninjutsu générique : Maîtrise du chakra
Protection du chakra
Siphon de chakra
Réserves de chakra
Dégâts de zone

Elle barra les deux premiers et entoura le troisième, puis elle se tourna vers les étudiants avec son habituel sourire charmeur.

[Tsubaki] – Vous qui êtes ici, avez choisit de suivre la voie du ninjutsu. Vous êtes les plus avancés de la nouvelle génération, mais vous êtes encore quatorze. Vous avez tous suivi mon cours sur la protection du chakkra donc vous savez ce que l’on va travailler aujourd’hui.
Elle balaya les étudiants d’un regard entendu.
Le ninjutsu générique est essentiel pour quiconque veut devenir un maître dans cette voie, agrandissant les capacités de vos jutsus. Je vous apprendrai ces techniques au fur et à mesure que vous progresserez. J’attends beaucoup de vous… bon commençons.

Après ce petit récapitulatif et encouragement, Riku était d’autant plus attentif bien que ses yeux se perdaient parfois sur les formes généreuses de la prof. *Une mauvaise habitude à perdre, enfin ça ne la gène apparemment pas car elle le sait que tout les garçons la regardent.*

Tsubaki leur expliqua comment on pouvait occasionner la perte de chakra en lançant un jutsu offensif. Riku retint bien que c’est le chakra utilisé donnant la puissance du ninjutsu qui perturbait les tenketsu de l’ennemi. Cela engendrait des pertes de chakra irréversible pour quelqu’un qui ne protégerait pas son chakra. Une fois la théorie bien en place dans les esprits des étudiants et des genins, Tsubaki leur proposa de passer à la pratique.

Pratique qui serait limitée dans la salle et à approfondir lors d’un entraînement dans la forêt précisa t’elle. La prof forma sept groupes de deux et annonça que chacun des opposants attaquerait et défendrait deux fois. Ceci permettrait de voir si tout le monde avait bien compris et était apte à s’entraîner par la suite.
Riku tomba avec un genin dont l’attitude laissait à désirer, il semblait assez agressif.

[Tsubaki] – Bon vous deux allez commencer.

Dit elle en désignant deux garçons qui prirent place au milieu de la salle. A son top, l’assaillant effectua les signes et lança un Katon puissant, l’autre esquiva au mieux en restant concentré pour ne pas perdre son chakra. Puis les rôles s’inversèrent, le garçon qui avait subit lança à son tour un Katon puissant, l’autre esquiva en tentant de protéger son chakra.

[Tsubaki] – Bon vu que vous y prenez goût on va quand même finir ça dans la cour à côté sinon vous allez me brûler toute la pièce.

Les étudiants et les genins sortirent alors dans la cour, suivi de la prof. Le second groupe effectua le même entraînement et c’est à ce mon que Riku percuta ce qu’il n’avait pas encore vu. *Ils font tous des Katons, mais moi je ne sais pas faire. Tsubaki a dit que ça marchait avec les jutsus offensifs donc pourquoi pas avec le Doton ? D’ailleurs heureusement qu’on est sortis sinon j’aurais rien pu faire…*

Puis arriva le tour de Riku et de son camarade. C’était au genin de commencer, il lança un Katon à pleine puissance que Riku dut esquiver, il avait réussi à garder tout son chakra mais avait quand même subit des dégâts. Tsubaki regarda avec un peu plus d’intérêt mais n’intervint pas, c’était au tour de Riku et il allait en surprendre plus d’un.

Il enchaîna une série de signe que tout le monde regardait étrangement, surtout son opposant et Tsubaki-sensei.

[Riku] – Doton !

La terre s’éleva et s’écrasa sur le genin, qui totalement abasourdit reçut l’attaque de plein fouet. Tous le regardaient effarés, Tsubaki-sensei changea rapidement de l’étonnement à son petit sourire. Riku demanda au genin s’il allait bien et celui-ci s’énerva, il n’attendit pas plus longtemps avant de lancer un nouveau Katon sur Riku, qui malgré le peu de temps pour réagir réussi à conserver son énergie et prendre un minimum de dégâts.

Le genin se rua sur Riku et frappa avec son pied, l’étudiant esquiva le coup et la suite de l’enchaînement du genin, puis il riposta par quelques coups. Tous les autres regardaient ce combat dénué de sens. Tsubaki-sensei n’intervenait pas, elle attendait le dénouement avec un œil attentif. Lorsque le genin sortit un Kunaï, Riku lança un Doton qui fit mouche. Le genin ayant reçut suffisamment de dégâts abandonna le combat. Tsubaki s’avança devant un Riku qui pensait y avoir été un peu fort.

[Tsubaki] – Toi là bas, tu ne mérites pas vraiment ton bandeau frontal, tu t’énerves pour rien et en plus tu te bats mal… Je veux te voir après le cours, ok ? Quand à toi, ne lui en veut pas, il à juste été surpris par ta technique pas très habituelle ici.

[Riku] – Euh oui désolé mais je ne sais pas faire de Katon…

Quelques murmures se répandirent parmi les étudiants. Le cours continua et tous passèrent une seconde fois, Riku changea de partenaire et tomba sur une genin assez douée. Quand tout fut fini, Tsubaki les encouragea à aller s’entraîner dans la forêt pour mieux maîtriser ces deux techniques de ninjutsu générique. Elle ajouta que le prochain cours n’aurait pas lieu tout de suite mais qu’elle les attendrait avec plaisir, la nouvelle génération de ninja suivant la voie du Ninjutsu.

Riku s’approcha de la fille avec laquelle il s’était entraîné en cours et lui proposa de se retrouver dans l’après midi pour aller s’entraîner en forêt. Celle-ci accepta avec joie avant de rejoindre ses copines qui gloussaient. Riku exaspéré par tant de puérilité se dirigea vers chez lui. *Un bon repas puis j’irais m’entraîner.*

[Vers l’entraînement de Riku]

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 11 Mai - 13:33

Riku : +13XP RP
Harrada : +12XP RP

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Lun 12 Mai - 0:48

Ce matin, Riku regardait le temps maussade depuis la fenêtre de son appartement. Les nuages cachaient le soleil mais au moins il ne pleuvait pas. Le moral n’était pas au meilleur mais après tout ça n’empêche pas la vie de continuer.

Il finit son petit déjeuner et attrapa ses affaires, il descendit les escaliers et prit la direction de l’académie. *Je commence à en avoir marre de voir tous ces gamins à l’académie, enfin au moins ceux avec qui je suis sont plutôt de mon âge…*

Ça faisait un petit bout de temps maintenant que Riku avait rejoint le village caché de Konoha, après la perte de sa mère. Cependant il avait déjà rencontré pas mal de gens et s’était même fait des amis.

Tandis qu’il marchait il songeait à tout ce qu’il avait appris. *Hum j’ai pas mal progressé en ninjutsu mais je me demande si dans un combat au corps à corps je serais vraiment à la hauteur.* Riku savait se battre plus ou moins bien, il savait manier son Kunaï et frapper des pieds et des poings avec une certaine agilité mais face à un maître du Taijutsu que pouvait-il faire réellement.

[Riku] – Hum qu’est ce que je pourrais bien apprendre pour le corps à corps ? Peut être me servir d’une arme ? Mais à part un Kunaï je n’ai jamais rien manié…

C’est aspect du combat le tracassait pas mal, après tout s’il était dans une équipe il aurait sans doute un équipier qui serait fort en combat rapproché et il pourrait le soutenir avec ses ninjutsu voire même sa dextérité à lancer. Mais si il était seul face à un ennemi, il ne pourrait pas compter uniquement sur ses techniques Doton. *Il me faut quelque chose en plus…*

Riku arriva enfin à l’académie, toujours avec de l’avance, et il regarda quel cours il pourrait bien suivre. Sinon ben il irait s’entraîner dans la forêt. Il remarqua des cours auxquels il avait déjà assisté, mais à nouveau dispensé pour les nouveaux étudiants ou les plus jeunes. Sur la seconde partie de l’affichage il repéra un cours de ninjutsu de combat. Il avait bien sûr entendu parler de ce type de ninjutsu qui se basait sur le combat proprement dit mais n’avait encore jamais songé à en apprendre des techniques car il était trop obnubilé par le ninjutsu élémentaire.

Riku se dirigea vers la salle cent trois, il s’agissait en fait d’un dojo, muni d’un tableau sur le côté. Une manière ingénieuse de donner un cours théorique dont on pouvait immédiatement passer à la pratique. Riku referma le panneau derrière lui.

Il observa la salle et son regards s’arrêta sur les armes rangées le long du mur, il y en avait pour tous les goûts Katana, Chaînes, Griffes, et toues sortes de lances, d’épées, de hache, de masses d’armes. Enfin des armes de jet tels des Kunai des shurikens de toutes tailles et de toutes formes, des aiguilles aussi.

Quelqu’un entra dans la salle d’un pas léger, Riku tourna la tête et vu la prof qui donnerait le cours. Une jeune fille pas très grande qui semblait assez discrète voire timide, vu le petit signe de tête en guise de salut.

Les étudiants n’étaient pas encore arrivés alors la prof en profita pour écrire son nom au tableau, Uchiki Matsuda. Riku s’était assis ou plutôt agenouillé de manière respectueuse, les autres arrivèrent enfin. Seulement ils n’étaient que quatre au final, deux étudiants et deux genin. Uchiki ne semblait pas étonnée, elle semblait même plutôt contente. Elle les regarda un par un comme pour les juger puis prit la parole.

[Uchiki] – Bonjour à tous, vu qu’on est super nombreux on va pouvoir bien travailler. Au moins en petit groupe je me sens plus à l’aise.

En effet, Riku remarqua que le stress initial de la prof, quand elle ne savait pas encore qui serait là, était dissipé. La prof commença alors à expliquer comment il fallait s’y prendre pour réussir à effectuer la technique nommée tempête de lame.

Il s’agissait de concentrer son chakra en visualisant l’image de son arme de corps à corps, pour ainsi créer d’autres lames et frapper plusieurs fois l’adversaire. Riku nota que l’on pouvait frapper des adversaires différents aussi, chose très utile.

La théorie du cours était facile, bien expliquée et vu le nombre qu’ils étaient ils pouvaient poser toutes les questions voulues. Uchiki répondait et rigolait avec ses élèves, elle était très naturelle et joviale. Une fois le cours terminé, la prof proposa de passer à l’exercice.

[Uchiki] – D’abord dites moi quelle est votre arme ?

Riku sentit une boule se former dans son estomac, tandis que les autres se ruaient sur leur sac pour attraper leurs armes, lui n’avait jamais réfléchit à quelle arme il aimerait manier. L’étudiant et les deux genin revinrent s’asseoir tous à sa droite. Uchiki commença par l’autre bout de la ligne, le premier genin montra fièrement ses Griffes de métal qu’il enfila, la prof approuva d’un signe de tête. La seconde genin à son tour montra ses Poings Kunai avant de les passer. L’étudiant lui sortit son arme un bâton ninja, qui pouvait se subdiviser en trois parties reliées entre elles. Lorsque la prof se tourna vers Riku, elle remarqua qu’il n’avait rien préparé.

[Uchiki] – Oh tu ne sais pas quelle arme choisir ? Ne t’inquiète pas, vous autres faites lui une petite démonstration de vos armes Ok ?

Le ton doux de la prof détendit Riku, elle ne lui en voulait pas du tout. Chacun à son tour fit une petite démonstration de l’efficacité de son arme, Riku apprécia beaucoup ce moment comme si chacun d’eux essayaient de le convaincre de la supériorité de son arme. A la fin Riku observa la prof qui à son tour fit une petite démonstration de la chaîne ninja, elle en profita pour effectuer une démonstration de la tempête de lame. *Non moi c'est ça que je veux...* pensa t-il en se remémorant le katana qu'il avait vu dans l'armurerie.

[Riku] – Merci à vous tous mais… je crois que je vais choisir le katana…

La prof sourit et attrapa un Bokken sur un présentoir, elle le lança à Riku qui l’attrapa au vol.

[Uchiki] – Utilise ça pour t’entraîner, en attendant que tu puisses te payer un Katana…

Riku nota la familiarité dans le ton de cette chuunin, après tout elle n’était pas beaucoup plus vieille qu’eux. Tous armés, ils se mirent en ligne laissant suffisamment d’espace entre eux. Les deux genin et l’autre étudiant commencèrent à s’entraîner à la technique, tandis que la prof venait voir Riku pour lui montrer comment se servir d’un Katana.

Bien qu’il n’en ait jamais tenu dans ses mains, elles se positionnèrent correctement sur le Bokken. Uchiki lui montra les bases du maniement du Katana en avouant qu’elle n’en connaissait elle-même que très peu. Riku se familiarisa assez rapidement avec l’arme et put se mettre à s’exercer à la technique, il jeta un coup d’œil aux autres, le genin y arrivait presque parfaitement, les autres ne se débrouillaient pas trop mal.

Riku se concentra sur la lame, imagina une seconde lame, il malaxa le chakra et frappa. Une émission de chakra informe servit de seconde lame, il avait raté mais devait rattraper le retard qu’il avait pris. Pendant ce temps, Uchiki passait d’élève en élève pour voir comment ils se débrouillaient, s’attardant plus sur ceux qui avaient du mal. Riku tenta deux fois encore sans grand succès, à chaque fois son chakra était sans forme donc inoffensif.

La chuunin s’approcha de lui et lui expliqua qu’il devait mieux sentir son arme, comme le chakra elle devait faire partie de lui. Ainsi Riku se concentra, il respira lentement, sentant le poids de l’arme, intégrant l’arme. Elle devenait le prolongement de son corps, il malaxa le chakra et frappa, cette fois une seconde lame se forma. Uchiki lui sourit et reparti voir les autres.

La prof interrompit l’entrainement.

[Uchiki] – Bon je veux que vous vous reposiez bien, mangiez bien et récupériez votre énergie. Je vous donne rendez vous cet après midi à l’entrée de la forêt pour la suite de notre entraînement.

Les élèves saluèrent la chuunin et partirent, Riku s’approcha pour rendre le Bokken mais Uchiki refusa en lui disant qu’il pourrait lui rendre ce soir ou plus tard. Il devait s’entraîner pour mieux maîtriser cette arme. Riku rentra chez lui, le Boken attaché dans son dos. Il devait avant tout se reposer pour l’entraînement de l’après midi.

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Ven 16 Mai - 22:20

Riku : +7 XP RP.

Encore l'éternelle quête du katana, courage :p

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 20 Mai - 14:28

Le pourquoi du comment ? Le comment de quoi ? Le comment du pourquoi de l'emplacement de la saucisse sur le bureau du p'tit homme qui siégeait à la deuxième rangée, emplacement G. En fait la question semblait stupide, les trois autres tas imberbes qui pourtant s'amusaient à rire d'un gras presque gonflant répondait aux multiples questions que se posait l'Amphi. Reiko n'était pas encore là, et pourtant une activité démesurée sonnait le glas d'une nouvelle journée qui répondrait à toutes les attentes. La saucisse, elle, n'avait sûrement rien demandé, et serti de son pain qui devait, un jour, l'entourer, ne valait guère mieux que le jouet d'une bande de boulets inconscients et encore plus jeune que leur bouille ne voulait le laisser croire. Quand on se prend pour un grand...

« Haha ! Regardez sa tête ! Et microbe ! T'as perdu la frite ? »

Les autres pouffèrent du même rire débile. Décidément, Konoha était aussi empli de joueurs de conneries des plus inutiles qui soit. Et dire que ces machins-là voulaient devenir genin. Parfois Sabi se demandait si tout cela valait vraiment la peine qu'il s'y intéresse et préféra se retourner vers un bouquin au semblant épais.

« Dis, le new ! Tu glandes quoi ? »

Le monstre brun s'était retourné vers lui, emportant avec lui, l'approbation visuelle de tous ses petits camarades... Tous dans le même sac finalement. L'Uchiha déposa sur lui un regard plein de mépris, celui qu'il savait si bien faire, dans tout l'orgueil que sa famille avait toujours porté. Mais il ne broncha pas, et sa tête retomba rapidement pour se plonger entre les lignes tracées à la main, dans un mépris le plus total de son interlocuteur. Mépris simplement complété par le je-m'en-foutisme du garçon. L'autre le prit très mal, mais c'était bien ce que voulait Sabi. Il aimait avant-tout provoquer pour qu'il n'est pas à engager le combat. Le mettre au tapis serait ensuite presque légitime. Il l'entendit grimper les marches qui séparaient les deux étages, passant entre les rangs sans s'excuse outre mesure, grimpant sur les chevilles de ses petits camarades. Puis il choppa Sabi par l'encolure et le souleva violemment. L'Uchiha afficha un sourire amère.

« Et ? Alors ? Vazy, fous-moi une bonne calotte qu'on en finisse. C'est toi le boss nan ? T'as une réputation à tenir merde ! »

L'autre rougit de colère. D'un coup d'oeil il vérifia que la jeune femme n'était pas encore rentrée.

« Courageux mais pas téméraire hein... »

Son bras se tendit, son poing se densifia et le coup partit, sans laisser aucune chance à son adversaire. Sabi s'écroula contre le mur, quelques mètres plus loin, touchant avec douceur sa mâchoire qui venait de prendre un sérieux coup de semonce. Enfin ! Il attendait ce moment depuis quelques minutes. Il retira son grand manteau noir, encore sous le choc des courses passées, et se releva facilement. L'autre ne tarda pas à amplifier son action et d'une droite bien placée enfonça sa main dans le ventre de Sabi. Il cracha sur le sol, dégonflant rapidement ses poumons, et accentua encore un peu son sourire.

« C'est tout ? »

Son rictus se serra et un ricanement sournois se mit à envahir la salle alors que maintenant, tous étaient tournés vers the boss qui infligeait une correction jusqu'alors méritée à ce petit insolent. Tant qu'il gagnait, personne ne disait rien. En fait, le gros ne semblait jamais avoir eu affaire à la défaite. Coulissant sur son poignet, l'Uchiha le balaya violemment et pourtant, le bonhomme se raidit et s'effondra sur le sol de bois. Les regards et les avis s'usèrent alors, et une inquiétude grandissante montait dans le pièce. Les deux gamins se retrouvaient l'un en face de l'autre et le combat à la loyal pouvait démarrer. Le gros l'avait cependant étonné par la force qu'il déployait. Il ne pensait qu'un imbécile comme lui pouvait encore taper si fort. Il répéta le même mouvement, visant avec fébrilité on son nez, mais tout cela était trop prévisible. L'agilité de l'Uchiha ne pardonna pas, et se baissant rapidement, il s'envola d'un coups de pieds large et imposant, déployant toute sa jambe dans la longueur. L'autre sonné, restait à terre. Sabi s'avança vers lui et le souleva comme il l'avait fait avec lui quelques secondes avant que la classe entière ne change d'opinion au sujet de leur chef bienveillant et indiscutable.
Reiko pénétra en trombe dans la salle, l'air affolée.


« Je suis désolé du re... »

Elle arrêta de parler quand elle se rendit compte que personne ne l'écoutait, mais que pourtant une espèce d'attente semblait clore l'ambiance déjà tendue de l'Amphi. C'était pas le bon moment pour arriver. Sabi s'en rendit compte, mais tout arrêter maintenant relevait une lâcheté sans précédent. Il maintenut son gros tas d'adversaire dans les airs, tout en se tournant vers la chuunin qui n'en croyait peut-être pas ses yeux. Sabi le lacha violemment sur le sol et revint à sa place, rangeant les affaires que cet imbécile avait osé mettre à sac. Tout rentrait dans l'ordre, mais la senseï n'avait rien perdu des deux visages qu'elle aurait à tourmenter à la sortie du cours...

« Cours Théorique sur le Bunshin. Vos connaissances. »

Elle semblait furieuse et son ton ne pardonnait pas. Ce matin ne serait donc pas l'agréable enseignement que tous avaient imaginés.

[Etudiant] « Ce sont des clones qui n'ont aucune matière ! Reiko-senseï ! Euuuh.. ils nous ressemblent, et ils peuvent très utile pour faire euuuuh.. des diversions ! »

Il semblait chercher ses mots, mais Sabi savait déjà qu'il avait répondu juste, du moins en parti.

« C'est ça oui. Le Bunshin est une pâle copie de vous-même. Ils n'ont aucune consistance parce qu'ils sont produits exclusivement de votre chakra, qui en forme la couche superficielle externe. Ainsi, au moindre dommage, ils s'évaporent et vous laisse dans une merde inimaginable, si vous voyez ce que je veux dire. Aussi vaut-il mieux éviter de former une stratégie complète autour d'eux. Ils ne peuvent ni défendre, ni attaquer, ils sont faibles et ne sont finalement qu'une expression de vous-même en chakra. »

Elle réfléchit quelques secondes, laissant le temps aux étudiants de mémoriser toutes les données chacun à leur manière, puis se retourna.

«Toi, tu descends et tu viens nous montrer un peu ce que c'est. »

L'Uchiha ne fut pas étonné que se soit lui qu'elle pointait du nez, et devinant avec un soupir d'amertume les résultats de ce cours qui passait au vinaigre. Il descendit lentement les marches de l'Amphi alors que tous se tournaient vers lui.

« Tu penses faire comment ? »

Sabi réfléchit maintenant toujours son air hautain, puis conclut.

« J'essayerais de me modéliser virtuellement puis d'appliquer le chakra sur cette couverture. »

Elle ne dit rien, et le laissa faire. Il composa le signe de la chèvre, un des huit Taos de l'enseignement Ninja qui lui permettait de mieux contrôler son chakra et ferme brièvement les yeux. Evidement il n'y arriverait pas du premier coup, mais là où il en était il n'avait guère le choix. Il se voyait dans un espèce de monde tout noir, puis des affluents amenaient le chakra comme si c'était de l'eau qui se confrontait à l'océan. Il le malaxa se concentra, et en appliqua une fine couche sur toute l'enveloppe virtuelle qu'il avait formé. Rouvrant les yeux, il regarda avec désespoir sa création. Celle-ci ne ressemblait à pas grand chose de connu et laissa à la classe le privilège de rire un bon coup. C'était mérité. Il avait offensé le chef d'une bande qui dirigeait l'ensemble des étudiants. Reiko décrocha un léger sourire.

« Toi, tu viens aussi nous montrer ton talent. »

Le Big Boss rigolait finalement moins quand il vit l'index majestueusement bien constitué de la jeune femme pointé sur lui. Avec un rictus sévère de reproche, il rejoignit son compatriote et s'essaya à l'art du Ninjutsu non-élémentaire. Le résultat ne fut pas plus convaincant, presque pire même : il avait crée un espèce de yaourt flasque qui dégoulinait dans la salle avant d'exploser dans un nuage de fumée...

« J'adore ton imitation de Shubaka.. Retournez à votre place. »

La classe explosa de rire et Sabi eut un sourire réconforté. Le cours continuait, mais il ne doutait pas qu'un moment où à un autre, son tour arriverait...


Dernière édition par Sabi le Mar 13 Jan - 23:08, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 20 Mai - 16:44

Sabi: +12 XP RP

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 21 Mai - 15:27

Les questions fusaient, et les étudiants essayaient d'y répondre comme ils pouvaient. Certains semblaient très doué, d'autres n'avait vraiment rien à faire ici. Alors pourquoi ? Personne n'en savait rien, mise à part peut-être les parents qui les envoyaient comme des petits chiots dans une immense gueule de loup. Mais posséder du chakra est quelque chose de rare et d'exceptionnel finalement, Konoha ne pouvait pas se permettre de laisser voguer ces jeunes talents qui se réveilleraient peut-être un jour, si ce n'est pas aujourd'hui. Un devoir de protéger le village et ses habitants, simplement parce que les autres ne le pouvaient pas.

"Comme vous le voyez sur ce tableau-ci, le chakra fait partie entière de vous. Il influe sur vos mouvements, sur vos jutsus, sur votre vision du combat. Sans chakra, vous ne pouvez pas vivre..."

La classe remua amèrement sur cette annonce qui ne voulait satisfaire personne. Pas de chakra pas de vie ? Comment était-ce possible.

[Etudiant]"Mais, Reiko-senseï, les autres n'en ont pas, du chakra ! Pourquoi nous devons dépendre de ce machin-là ?"

Reiko se demandait pourquoi elle n'avait pas encore fait ce cours plus tôt, au lieu de commencer par une entrée en matière peut-être trop expéditive. Mais la question coulait de sens, et chaque année c'était pareil, les jeun's ne comprenaient pas pourquoi eux en était dépendant et pas les civils.

"Très bonne question ! Alors regardez ça maintenant."

Elle tira sur le mur un grand dépliant, qui représentait un corps mixte d'homme. Un large buste sans aucun critère qui différencierait le sexe possible. C'était juste pour délimiter le corps physique, pour que les mômes comprennent vite. Bref, pédagogie pédagogie only ! Sur le le schéma distinguait de manière critique plusieurs traits de la composition organique du corps. Un cœur et un estomac, dessiné au trait épais étaient nettement visibles. Deux grosses artères semblaient également avoir été repassées maintes et maintes fois. Enfin, la peau avait été grossie en un endroit, affichant une loupe amusante.

"Le chakra est confiné dans des canaux spécifiques. Ceux-ci sont reliés à votre épiderme, votre peau si vous préférez, notamment par les pores de celle-ci. Ce sont de petits trous qui permettent de respirer les cellules, ou encore de transpirer. Vous pouvez disperser votre chakra une fois malaxée alors par n'importe où sur votre corps, mais cela demande une légère maîtrise. Elle sourit amicalement. Mais ces canaux sont reliés à votre circulation sanguine. C'est un premier élément de notre 'dépendance'. Bien plus fin, ce sont de véritables fibres capillaires dans lequel le chakra se mélange au sang. Enfin, ils entourent les organes : ici vous voyez l'estomac, ou le cœur, c'est simplement pour vous rappeler la condition nécessaire. Mais ils sont présents et se déversent dans chaque cellule que se soit, épidermique, musculaire, dans les vaisseaux, les organes, bref partout. Si vous utilisez trop de chakra, vous bloquerez immanquablement la respiration, le battement du cœur et tout ce qui s'en suivra jusqu'à la mort..."

Un soupir d'effrois atteint toute la classe, qui cherchait désespérément un sourire sur le visage de la jeune chuunin. Mais non, il n'y avait rien.

[Etudiant]"Elle bluffe, c'est obligéééé ! De toute manière, moi j'ai du chakra à l'infini !"
[Etudiant]"Imbécile ! C'est pas possible. Mon papa il m'a dit qu'on a pas beaucoup de chakra, et qu'il faut savoir l'économiser. Sinon on peut plus rien faire, et en mission, c'est très difficile après..."

Sabi écoutait attentivement les réactions de ses camarades comme celles de la professeur. Tout cela l'amusait beaucoup à vrai dire, et il ne perdait aucune miette de ce que disait Reiko.

[Etudiant]"Mais Madame, c'est quoi le chakra en fait ?"

Elle expira violemment. Enfin ! Une personne douée de raison lui permettait d'enchaîner sur la suite du programme.

"Le chakra est le mélange symbolique et physique de votre énergie spirituelle et de votre énergie corporelle. C'est pour cela que l'on parle de malaxage du chakra : il faut mélanger les deux énergies pour former ce qu'on appelle alors le chakra. Cette réaction vous permet, avec certaines connaissances de lui donner une texture différente. Pour l'utiliser, vous devez jouer de vos Tenketsus. Ce sont des sortes de... barrage qui sont situés partout sur votre corps, des terminaux que vous ouvrez ou fermez pour utiliser le chakra. Ce sont des résèrves et à la fois des communicateur.
Pour amplifier l'action de votre chakra, les techniques demandent souvent à ce qu'on utilise les huit Tao du Shinobi. Celui que vous apprendrez le plus tôt est celui de la Chèvre. Chaque signe a une signification particulière, mais vous pouvez en décider selon vos souhaits, dans sa représentation. Le Tao est un catalyseur de la réaction, et vous permettra d'accélérer le chakra et la réalisation de la technique."


Elle marqua une pause méritée, alors qu'un à un les étudiants relevaient la tête alors qu'ils posaient leur stylo. Sabi n'avait pris aucune note mais n'avait rien oublié des paroles de Reiko. Il avait gravé chaque mot dans son esprit et espérait de ne pas avoir à les oublier. Il ne se voyait pas trop prendre un train de retard. Ce ne serait pas bon pour lui, notamment face à l'autre grosse brute. Il lui avait bien rosser le nez, qui le faisait encore souffrir mais ne bouleversait en rien sa concentration. Et puis il y avait des quantités de livre dans la demeure Uchiha...

"Pas de questions ? Bien, alors nous allons enchaîner sur une nouvelle technique : le Kawarimi ou la Permutation. C'est un jutsu dont aucun shinobi ne peut se passer, c'est sûrement pour cela que nous vous l'enseignons à l'Académie... C'est une parade à de nombreuses attaques, notamment de type Ninjutsu qui sont particulièrement difficiles à esquiver. Au corps à corps, vous pourrez toujours utilisez votre accélération pour parer à un éventuel problème, face à des boules de feu qui se dirigent sur vous avec une vitesse hallucinante, non. Le but est de changer votre place avec un autre objet de votre corpulence : une chaise par exemple, une grosse branche. En vous liant à lui par une forte ligne de chakra, vous prenez sa place et lui la votre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Cependant, le Kawarimi est une technique exigeante concernant la maîtrise du chakra : vous n'avez pas le droit à l'erreur, parce qu'elle la plupart du temps utilisée en secours. Vous ne réussissez pas, vous chuttez...Pour la réaliser, je me répète donc, vous regardez avec insistance votre cible, pour créer d'abord un lien physique. C'est ensuite au chakra d'amplifier ce lien."

La classe grogna d'envie en entendant ce nouvel attribut à leur palmarès. Ils avaient déjà le Bunshin, le Henge, aujourd'hui c'était le Kawarimi. Cependant, peu avaient encore réussi à réaliser ne serait-ce qu'un seul de ces trois jutsu dits de bases, et les compétitions commençaient à devenir intéressante. Reiko rangeait déjà ses papiers que les chaises grinçaient sur le parquet dans un brouhaha assourdissant. Elle n'avait pas dit mots, mais tous avaient compris. A la sortie, comme chaque jour, elle jeta à moi et à mon camarade de baston un regard noir, qui lui faisait encore plus peur que son Bunshin quelques heures plus tôt. C'était pour dire...


Dernière édition par Sabi le Mar 13 Jan - 23:08, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 21 Mai - 18:41

Sabi: +10 XP RP

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Sam 24 Mai - 19:58

Il était tôt. Très tôt déjà. Reïko était, pour une fois, en avance, et toute la classe n'avait pas eu le temps de se mettre en émoi. L'échauffement avait été court, si bien que de nombreux étudiants restaient sur leur faim. Bref, pour ainsi dire, le cour s'annonçait tout de suite intéressant. Les jeunots arriveraient-il à tenir jusqu'à la prochaine pause sans que n'éclate une nouvelle trouvaille de Nishigo, le Boss de l'Amphi. A la vue des derniers évènements, il serait stupide de penser que le chef de bande en resterait là. Notamment avec Sabi. Il avait un honneur à rattraper, le peu de dignité qui faisait de lui encore un homme.

[Reïko]"Bonjour à tous. J'espère que vous avez progressé chacun à votre vitesse. Mais sachez que chaque jour qui passe vous rapproche de l'examen finale, afin de devenir genin. N'oubliez pas que c'est un changement crucial dans votre mode de vie : l'intégration parfaite. C'est pour ça que nous sommes là, pour vous mettre toutes les clés en main afin de réussir dehors."

La classe se rappela de la dévotion qu'elle avait au passage de grade, et le pourquoi du comment chacune des bouilles qui siégeait ici l'étaient pour une cause que certains avaient oublié... Certains stressaient déjà, d'autres travaillaient avec ardeur. Ce sont ceux-là qui feront sûrement les meilleurs ninjas, ceux sur qui l'on pourra copter dans l'avenir, qui exécuteront, proprement et justement. Puis il y avait les autres. Ceux qui avaient leur propre style. Les génies, qui dormaient en cours. Les enfants de grandes familles, qui avaient la chance de pouvoir suivre des cours durant toute la journée. Sabi n'avait pas finalement cette chance là, il était tout de même relativement libre pour un enfant de son âge, et ce malgré la présence intempestive de Takeshi qui trainait dans ses basques. Dans le brouhaha qui venait de se lever, certains réagissaient, voyant la date de la fin de l'année se dessiner plus vite qu'ils ne l'avaient prévu sur leur calendrier.

"Tous des..."

Sabi retint le mot. Nishigo se retourna prestamment, un sourire grand comme une banane.

*Encore lui... il en veut cet imbécile. Soit il est bouché, soit il est aveugle. Dans les deux cas j'vais l'défoncer s'il continuer de jouer à ça avec moi...*

Ses dents jaunes miroitaient de puanteur et l'Uchiha se demandait comment les filles pouvaient se plier à un mec comme lui. Treize, c'était trop jeune pour comprendre la signification du mot amour, treize ans, c'était assez pour savoir qu'un connard est un connard et qu'il mérite qu'on lui casse sa gueule ! Sabi attendait cette situation avec une impertinente impatience.

[Nishigo]"Tous des quoi l'intrus ?"
"Baka..."
"QUUUUuuuuoooooi ?!? Les gars ! Vous avez entendu ! On va le tabasser pour la classe ! On leur doit bien ça !"

Il leva les yeux au ciel. Décidemment, c'était vraiment un imbécile.

"Depuis quand tu représentes la classe gros tas ? Tu crois qu'avec tes chicos payaves t'attires les filles ? Tu crois que tes muscles rabougris retiennent les garçons ? En fait, tu te mets en scène seulement parce que tu as une petite..."

Nishigo rougit de colère. Sabi affichait quant à lui un sourire provocateur. Il ne comprenait pas pourquoi ce gras du bide était revenu là après la raclée de l'autre jour. Peut-être bien suicidaire.

"Shuubaka... Héhéhé."

Son rire narquois le fit exploser. Il se défit des deux autres garçons qui le retenaient afin de le calmer, bousculant sur son passage les tables et les personnes qui s'en servaient. Mais dans le brouhaha collectif personne n'entendait ni ne comprenait rien, mise à part les quelques rangées en contact avec les deux béligérants. Puis tout d'un coup, un visage se leva, et attira l'attention de Reiko qui attendait avec une teinte d'incertitude que le classe se calme d'elle-même.

"Reiko-senseï..."

La chuunin regarda avec interrogation l'enfant.

"Nous aimerions beaucoup savoir ce que ressent un shinobi lorsqu'il part en mission."

Sabi avait sorti son visage d'enfant à qui l'on pourrait confier le monde sans confession. Il avait l'air ouvert, le regard intéressé. Dans ses prunelles luisait une certaine curiosité caractéristiques. Tous étaient braqués sur lui, et la classe attendait sous pression que Reiko sourie et réponde, gentillement. La stratégie avait été très bonne et d'un coup, une courant chaleureux envahit l'esprit de la chuunin qui voyait sa classe autrement. Finalement, cela allait bien plus loin. Ce n'était qu'une couverture. Nishigo était lancé. Il n'avait pas pu paré à une telle réaction de celui qui, deux secondes auparavant venait de le provoquer et de signer son arrêt de mort. Le coup était parti au moment où il s'était levé. Son poign s'était dirigé sur sa joue pendant la longue seconde durant laquelle il attirait tous les regards. Juste avant l'impact, un sourire vicieux se dessina au coin de ses lèvres. Nishigo avait compris. Trop tard.

Le coup fut violent, d'autant que le bonhomme était lancé, et Sabi un cible idéal. Par ce coup net et précis, devant une quarantaine de témoin, Nishigo venait de sombrer. La main déforma la joue de l'Uchiha qui décolla du sol et s'envola vers l'infini et au delà. Tous les visages avaient décrits une epsèce de fine hyperbole couchée. On attendit que l'Uchiha bouge, il s'assit sur le sol et cracha des gerbes de sang. Puis, d'un trait, tous se tournèrent vers Nishigo et ses deux sbires, quelques mètres plus loin, qui n'avaient rien pu faire pour empêcher leur boss de réduire sa situation à néant.


"Nishigo ! Mais... Tu es fou !"

La chuunin monta les marches de l'Amphi quatre à quatre et vint prendre par la manche le jeune étudiant. Ils disparurent dans un couloir. Tous voulaient alors savoir comment aller cet inconnu. Car c'était bien un inconnu. Le terme d'intrus était certes un peu poussé, mais personne ne connaissait ce gamin au grand manteau noir, aux prunelles obscures et au kimono d'un blanc neige. S'il avait voulu ce coup, il avait morflé tout de même. Il se releva en titubant et regagna sa place, un fin plissement des lèvres accentuant l'aspect machiavélique du môme que personne n'osait, ne pouvait, ou ne voulait voir.

Reiko rentra en trombe dans la salle et et chercha le visage de l'Uchiha qu'elle connaissait par coeur, pour l'avoir regardé durant de longues secondes, alors qu'il déclinait encore sur son rictus, une espèce de senteur ombrée et mauvaise... Elle le trouva enfin à sa place, et voyant qu'il tenait encore éveillé, ne dit rien.

"Pour répondre à la question de votre camarade, qui est très bonne, je dirais simplement que la mission fait partie de la vie quotidienne du shinobi. Quels sont ses buts, en fait ? Portéger son village. Et son pays. Mais surtout effectuer les missions que le village reçoit. Mais vous connaissez bien notre système. Une fois genin, on est très vite déçu. Parce qu'il ne faut pas que vous croyez que vous vous éclaterez. Vous serez encadré, et vous continuerez de progresser. Et à mesure qu'on vous fera confiance, on vous leguera des missions plus dangereuses, mais plus piquantes. Genin, c'est voir l'avenir. Mais quand on vous demande de récurer les chiottes de l'administration avec votre équipe, souvent, on ne comprend pas. Il arrive pourtant un jour où on se rend compte qu'à votre âge, on a rien à faire sur un terrain de bataille..."

La classe avait subi un froid. Les paroles de la chuunin sonnaient si justes que chacun en était touché à sa manière. Ils avaient l'impression qu'elle les comprenait tous, et que chaque mot était choisi pour eux. Finalement, ne racontait-elle pas que ce qu'elle avait simplement vécu ? ...

"Mais nous n'y sommes pas encore !"

La classe se réveilla d'un bond, et les cancres se remirent à cancrer, les intello, à intelliger. Les extrêmes reprenaient leurs droits, et le ventre mou sortait ses cahiers pour suivre le cours.

"Aujourd'hui, je voulais aborder avec vous, une partie du registre du genjutsu. Je sais bien que ce n'est ni le lieu ni le moment pour le faire. Cependant, il y a quelque chose qui est de mon ressort et que vous devez tous, absolument connaitre. Le Genjutsu est une application du chakra sur le système interne de l'adversaire, qui influencera ses lésions cérébrales, et donc ses sens. Ainsi, un Genjutsu manipulateur pourra vous plonger dans un monde irréel. Mais vous aurez vraiment l'impression d'y être, parce que votre adversaire contrôle vos sens. Votre cerveau vous dit que ce que vous voyez et ce que vous entendez devant vous est bien cela et non ceci. Mais le Genjutsu est quelque de bien plus compliqué et de bien plus vaste. Non, ce que je veux de vous, c'est la faculté à rompre un Genjutsu. Et c'est parce que celui-ci n'inflige pas de dégâts physiques en soit qu'il est excessivement dur de s'y soustraire."

Les étudiants restaient bouche bée devant le discours qui sonnait comme irréel. Ils découvraient pour la plupart un art qu'ils n'avaient pas appris spécialement à reconnaître ou à connaître. Et même si cela faisait parite des bases du petit shinobi, chacun écoutait avec attention.

"La seule manière de vous ramener à la réalité et de stopper un genjutsu est... de vous faire mal. C'est la seule sensation que le Maître genjutsu ne puisse contrôler. Cette blessure vous redonnera vos esprits. Mais il faut aller plus loin. Il faut surtout que vous bloquiez votre flux de chakra cers les centres nerveux, il faut que vous le réguliez pour éviter que votre adversaire ne puisse en prendre le contrôle. Sans quoi tout cela ne servirait à rien. Je vous demande beaucoup de concentration et de travail. Le Kaï est un jutsu indispensable et que vous ne pouvez négliger."
[Etudiant]"Mais Reiko-senseï, quelle est la probabilité pour que, lors d'une mission, les toilettes de l'Administration nous lance un Genjutsu ?"

La salle éclata de rire et pour une fois, Reiko la laissa se aller. Parfois, il fallait garder un certain contact avec la réalité. En parlant de Genjutsu c'était typiquement cela. Elle pensait que l'évènement de ce matin en avait peut-être choqué plus d'un. Elle ne voulait pas les traumatiser. Elle espérait simplement qu'ils avaient pris la mesure de ses conseils... La cloche sonna et libéra les enfants vers une sortie bien méritée. Comme prévue, elle attrapa Sabi par le collet, et l'incita à demeurer dans la salle avec elle. Elle paraissait étrangement vide, sans âme, sans coeur. Ils n'étaient que deux.

"C'est quoi cette histoire, Sabi-kun. Ce n'est pas la première fois. Et ne me dis pas que tu n'y es pour rien..."
"L'important c'est que eux y croient."
"Eux ?"
"Je me fiche de savoir si les gens m'aiment ou non. Mais lui n'a pas le droit de s'imposer pour eux. Ne vous inquiêtez-pas, Reiko-senseï, aucun de mes camarades ne m'intéressent. Ils sont tous plus minables les uns que les autres."

Elle aurait failli sourire, tellement les intransigeances du clan ressortait de son visage, pourtant bon, en profondeur. De plus, il ferait un très bon genin, elle en était sûr. Elle ne prolongea pas plus la discussion et le libéra avec les autres.


Dernière édition par Sabi le Mar 13 Jan - 23:10, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 25 Mai - 12:53

Sabi: +11 XP RP

Shubaka ^^, sympa l'insulte Razz

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 28 Mai - 15:58

Une nouvelle nuit venait de passer. Finalement, les journées devenaient de plus en plus courtes. Le matin était réservé essentiellement à la poursuite d'étude à l'académie, et l'après-midi à quelques petites missions ou un repos souvent bien mérité. Mais la plupart du temps Takeshi s'occupait de distraire son neveu et le travail devenait de plus en plus difficile. Il justifisait cela par le simple fait que l'apport du bandeau sur son front devenait pressant et qu'il devait absolument avoir le niveau. Le passage genin, selon ses mots, n'était pas en soit une difficulté, il suffisait d'un minimum d'attention et de concentration pour l'obtenir. Mais être un ninja de Konoha n'était pas un loisir, c'était un travail de tous les jours qui demandait acharnement et motivation. Aussi Takeshi Uchiha se projetait dans le temps et comptait faire progresser son élève le plus vite et le mieux possible. A cet emploi du temps déjà chargé s'ajoutait maintenant les cours du midi, avec la jounin Yasu, qui lui enseignait avec deux de ses camarades l'art du Jutaijutsu. Tout cela attirait l'Uchiha, mais il ne voyait pas le bout de sa formation et chaque jour son corps devait subir les frasques de l'intellecte académique ou de la torture Uchiha.

L'entraînement de la veille avait porté ses fruits sur le bunshin. Il n'aimait pas particulièrement ça et ne voyait ou ne voulait pas voir l'utilité d'une telle technique. Mais l'Uchiha lui rappela qu'il était indispensable au passage de l'examen, et finalement Sabi s'y plia. De loin l'une des maîtrises les plus simple, il avait pourtant paru peiner. Comme tout un chacun, travailler quelque chose qu'il répugnait devenait un supplice. Mais c'était avec une assurance certaine qu'il se ramena tôt le matin devant les portes de la Zone Ninjutsu de l'Académie. Une bonne moitié de la classe était déjà présente et bavassait allègrement. Les mains dans les poches, il avança paisiblement, l'esprit tranquille dans le long couloir. Finalement, l'amuse-gueule que représentait Nishigo n'occupait plus une once d'inquiétude chez lui. S'il voulait se battre, il se battrait, et il doutait déjà de la capacité au gros lard à bouger sa masse. Il ne portait aucune distinction entre les hommes. Il savait qu'un corps épais pouvait être tout autant dangereux qu'un autre. Mais celui-là respirait à plein nez d'une graisse malsaine et inutile au combat. Bref, se moquer de lui, c'était presque lui rendre service. Et puis il l'avait cherché.


[Koro]"Salut Sabi-kun..."

Il ne reconnut pas tout de suite la voix qui lui semblait pourtant d'un passé proche. Il se tourna rapidement vers le personnage qui l'avait abordé et qui d'ailleurs, connaissait son nom. Ce n'était pas sans dire la défaillance mémorielle de l'aspirant shinobi... Mais ses fines mèches blondes, son même bermuda brun qui faisait ressortir une jolie veste blance lui rappela que Koromaru avait effectué avec lui et la jeune fille... Mince, qu'elle était son nom...

*Ah... Elle s'appelait. Ino ? Non. Ori ? Non, c'est môche. Miro ? Bollante ? Non, j'aurais trouvé ce jeu de mot foireux bien avant... Iro ! C'est pas possible, j'peux pas oublier des détails comme ça...*

Il soupira intérieurement. Oui, le jeune genin avait effectué son premier cours de Taijutsu avec Yasu ensemble. Il avait même était étonné de trouver un genin ici, pour une première fois. Il ressortait du personnage une joie de vivre presque contagieuse, ce que l'Uchiha commençait à repousser, mais ne pouvait refuser au personnage son caractère attachant bien que pour le moment, totalement inconnu.

[Sabi]"Yo, Koro-kun. Comment vas-tu ?"

Le garçon lui sourit, puis, reflexion faite, fit une moue qui voulaient en dire long.

"Je lutte un peu. Le Taijutsu, c'est nouveau. J'aurais préféré ne pas en faire, mais j'ai absolument besoin d'en connaître les grands principes. Sinon je ne pourrais pas aller loin en mission."
"Tu en as fait beaucoup ?"
"Quelques unes. Pas beaucoup non. Souvent on balance des missions de naze pour les nouveaux bandés comme moi. Mais je travaille dur... Tient..."

Il stoppa presque sa respiration. Son regard se précisa.

"Il a l'air bizarre lui. Tu trouves pas qu'il ressemble à..."

Sabi se tourna et chercha ce sur quoi le genin flancha. Il afficha un large sourire lorsqu'il découvrit la cible de ses propos.

"Oep, Shubaka-sama, le phoque de Konoha."
"J'ai pas vu beaucoup de banquise moi, ici..."

Les deux garçons pouffèrent de rire. Puis, une espèce de force pressante s'entoura autour de la taille de l'Uchiha qui s'écroula contre le mur. Iro l'avait entouré de ses bras, toute rouge.

[Iro]"Sabiiii-kuuuuuun !"

L'étudiant soupira. Il l'aimait bien, mais, comme toutes les filles, elle était "légèrement" collante. Koro explosa de rire et Iro, encore un peu plus rouge se détacha de Sabi. Elle lui sourit gentillement et suivit les pas de Reiko qui venait d'arriver. Les élèves se massèrent alors que d'autres arrivaien encore. Pour une fois, la chuunin était largement en avance.

[Reiko]"Euuuh ! Nishigo, je reviens. Tu es responsable de la classe en mon absence."

Shinigo afficha un large sourire, heureux de ne pas avoir perdu de légitimité auprès de sa professeur principale. Mais lorsqu'il vit Koro et Sabi se lancer un sourire ravageur, il comprit qu'il avait sur les épaules, une mission d'un bon Rang A... Peu à peu les gamins comblèrent les places et les conversations allaient de bon train. Certains avaient des nouvelles de leur progrès, disant avec une certaine fierté qu'ils seraient sûrement pris, ou qu'ils avaient déjà des équipes pour leurs futures missions. Nishigo, assis en bas, contemplait le grand Amphi, avec ses deux bolos.

[Koro]"Alors Mister Shubaka, t'as trouvé comment le cours avec Yukenshi ?"

Le garçon, croyant avoir affaire à Sabi se retourna violemment, mais il fut surpris de trouver en face de lui le bandeau de Konoha.

[Nishigo]"Facile de se la péter quand on est genin. Mais moi j'ai pas la honte de revenir à l'académie."
[Koro]"Hé ! Parfois vaux mieux savoir y revenir que savoir y aller. Y'en a certain, je me demande bien ce qu'ils y font d'ailleurs..."

Il tourna ses prunelles dans ses yeux, laissant planer un sous-entendu provocateur. Sabi épiait avec attention le genin qui lui plaisait de plus en plus, délaissant avec férocité le regard envieux d'Iro. Nishigo voulut se jeter sur lui, mais il ne trouva qu'une chaise, alors que le genin se trouvait déjà en haute de la pièce, et piquant celle d'un camarade, le retrouva à terre.

"Ce type est intenable... Il est... Terrible."

Il sourit vaguement à Iro qui confirma. Reiko pénétrait enfin dans la salle et se retournait vers Nishigo. Elle lui demanda avec insistance pourquoi elle avait encore une chaise sur la figure, et bien que celui-ci ne voulait pas répondre, il le renvoya à sa place, une bonne grosse humiliation en prime.

*Il enchaîne...*

Les cris se calmèrent, les ardeurs également. L'arrivée de Reiko calma tout le monde, et à mesure que les journées passaient, Sabi commençait à apprécier ce senseï. Par ses gestes, par ses expressions, elle calmait une classe et rendait le contenu de son apprentissage intéressant au yeux de tous. Elle ne mettait à part personne, sauf si elle considérait que c'était un gander pour la classe. C'était ce qui se passait pour Nishigo et sa bande, en quelque sorte. Ils n'avaient aujourd'hui plus aucune influence sur la classe, et surtout ils ne pouvaient monter celle-ci à dos contre lui. Et pour le moment, cela l'arrangeait pas mal...

[Reiko]"Bonjours à tous. Aujourd'hui, on va essayer de vous perfectionner un peu. Enfin... perfectionner. C'est un bien grand mot. Il ne conviendra que si, et je l'espère, vous avez bosser chez vous, et que vous maîtrisez dans l'ensemble tout ce que l'on a pu voir jusqu'ici. Bref, c'est une évidence, n'est-ce pas ?"

Elle souria alors que certains commençaient à prendre peur, et espérait de tout coeur qu'on ne découvre pas leurs carences. Mais la plupart restaient confiants sur leurs possibilités.

"Tout d'abord, on va débuter par un cours sur le Ninjutsu élémentaire. Je sais bien que vous n'allez pas tous y accorder un temps fou, mais il serait bon à ton ninja qu'il en connaisse la teneur. Notamment pour avoir une attitude intelligente face à un adversaire dont vous ne connaître peut-être rien, et qui manipulera un Ninjutsu qui vous fera sursauter d’horreur et d’étonnement. Bref, il faut que vous sachiez qu’il existe cinq éléments : le Feu ou Katon, le vent ou Fuuton, la foudre ou Raiton, l’eau ou Suiton et la terre, le Doton. Ce sont, comme vous le savez des Ninjutsu, c’est à dire qu’ils découlent d’une très bonne maîtrise de votre chakra. Il résulte de l’implication de celui-ci dans votre élément. Pour de nombreuses techniques, principalement pour le Doton et le Suiton, vous aurez besoin de l’environnement. Cela demande de bien savoir malaxé son chakra, et de le transposer dans l’élément demandé. Vous ne pouvez pas ‘choisir’ votre affinité. C’est quelque chose qui est ancré en vous, ou même parfois héréditaire. Votre senseï vous le dévoilera en temps voulu. A mesure que vous apprendrez à l’utiliser, peut-être que vous pourrez en développer une seconde. Mais c’est très rare. Mais nous n’en sommes pas là. Vous vous rendez bien compte que, par exemple, pour éteindre le feu, vous utilisez de l’eau. Mais pour le rallumer, vous soufflez dessus donc… »

Elle laissa un blanc de suspense dévisageant avec joie le visage de ses élèves qui, attirés par un cours qu’il n’avait pas du tout envisagé, restait bouche bée et attendaient avec impatience qu’elle finisse sa phrase.

« Donc cela s’applique naturellement au combat. Vos techniques restent avant-tout des éléments naturels. On dessine donc un cercle des affinités, qui inscrira le rapport de puissance d’un élément à un autre.
Doton >> Suiton >> Katon >> Fuuton >> Raiton >> Doton… etc etc.
Vous comprenez donc l’astuce. Si l’on vous attaque avec un Doton, il ne faudra pas que vous ayez oublié que le Raiton aurait un effet fort sympathique sur celui-ci. De toute autre manière, si on vous envoie un Katon, évitez de riposter par un Fuuton… Bref, dans une telle situation de toute manière, le ninja doit savoir prendre du recul pour analyser le mieux possible et le plus vite possible la situation souvent difficile dans laquelle il se trouve. »


Les élèves continuaient de prendre des notes, attentivement, retraçant avec une certaine rigueur chaque conseil et anecdote que Reiko dessinait dans son discours. A mesure que les gamins étudiaient avec elle, ils comprenaient comment elle procédait et ils voyaient maintenant très nettement tout ce que ses phrases signifiaient. Elle effaça rapidement ce qu’elle avait écrit au tableau et s’assit enfin sur sa chaise, soufflant quelque peu.

[Etudiants] « Oééé ! C’est cool. J’aimerais bien jouer avec le feu, ça doit être simpa ! »
« Meuh nan. Le doton, c’est vraiment de la balle. Toi t’aimerais quoi ? »
« J’aime pas le ninjutsu élémentaire. »
« Ba… T’es bizarre. Enfin j’sais pas, t’as pas une preference ? T’aimes quoi ? L’eau, la foudre ? La foudre c’est plutôt classe aussi. »
« Naaaan ! Ca fait trop flashi ! »
« Bof… »


A mesure que le silence revenait pliant sous le regard amusement sadique de la chuunin, chacun se taisait et le calme revint finalement entièrement clouant le bruit à la porte d’un enfer que seules nos amis les ondes sont capables de connaître.

« Avant de nous quitter, je vais simplement vous donner les bases d’une nouvelle technique que vous aurez à apprendre chez vous. Demain, interrogations sur l’ensemble de l’année et notamment sur celle-ci. Donc vous avez intérêt à bosser cette après-midi sinon… Sinon c’est corvée de toilette ! »
La classe pouffa de rire mais reprit très vite son sérieux devant l’attraction que représentait ce cinquième jutsu.

« C’est un certain mélange entre la Métamorphose et le Bunshin, le clonage en fait. C’est un ninjutsu qui suit légèrement cette technique utilisant le chakra. Le but est simple : c’est de vous métamorphoser en projectile. Cela peut vous paraître un peu inutile, ou incroyable, mais si vous réfléchissez bien, vous comprendrez qu’en combinaison, c’est quelque chose de très dangereux, et qui échoue rarement. Je comprends que cela n’intéressera peut-être pas tout le monde, et que ce n’est pas demandé au concours de fin d’année. Cependant, j’aimerais que vous ayez toutes les clés pour l’avenir.
Le but est que vous vous intervertissez avec d’autres projectiles. Car ne croyez pas qu’elle dure indéfiniment. Une fois que vous vous serez lancé, ou qu’on vous aura lancé, elle se rompra, mais vous aurez déjà l’initiative sur l’adversaire. Bien sûr, à faible niveau, vous ne pouvez vous transformer qu’en une arme légère. »


Elle commença à ranger ses affaires, suivis par une classe entière. Quarante mômes qui faisaient grincer leur chaise sur le parquet, criaient, jouissaient d’un bonheur certain et n’oubliaient pas de le faire savoir. Jetant un regard provocateur à Nishigo, Sabi sortit rapidement de la salle et s’avança tranquillement vers la Zone Taijutsu, avec Koro et Iro…

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 10 Juin - 13:58

Sabi : +10 XP RP

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Sam 21 Juin - 23:37

Ce matin, Riku s’était levé pour aller à l’académie ninja. Parmi ses missions et son nouveau rôle dans son équipe le nouveau genin ne voulait pas négliger son entraînement et son apprentissage. Certes Ginko-senseï lui avait promis des séances d’entraînement aussi, mais Riku voulait continuer à voir d’autres professeurs plus… pédagogues.

Il se prépara alors comme à sa nouvelle habitude, ce qui consistait à mettre son bandeau frontal pour ne pas que ses cheveux lui tombent dans les yeux et attacher son katana dans son dos. Nouveau rang, nouveau style, nouveaux objectifs. La voie du ninja n’a pas de fin, c’est un chemin qui se dévoile petit à petit, après chaque virage on voit une nouvelle étape à franchir. Sachant que l’on est loin de la fin du voyage.

Il se rendit à l’académie tranquillement, il arrivait toujours en avance c’était dans sa nature. En arrivant à l’avance, il avait l’impression de maîtriser plus la situation. Pouvoir voir et comprendre comment les choses changent et ainsi connaître les options réalisables. Il regarda alors le panneau d’affichage des cours, cherchant celui qui pourrait l’intéresser. Ses yeux défilèrent lentement, taïjutsu, genjutsu, ninjutsu… Cette voie qui restait la sienne.

*Tiens ! Un cours sur des techniques de ninjutsu de combat, Hien… ça peut être sympa.*

Riku se dirigea alors vers l’amphi de ninjutsu, très peu de monde parcourait les couloirs et c’est dans le silence qui s’appuya de l’épaule au mur devant la porte. Il ne se souvenait plus du nom du prof qui donnerait le cours, il ne l’avait pas regardé en fait.

*Il me faut progresser encore, si je veux ne plus avoir à fuir…Si je veux être capable d’atteindre ce but qui m’obsède… Le pouvoir en lui-même ne m’intéresse pas, si ce n’est pour la beauté, l’art…*

Dans un murmure pour lui-même, que certains auraient pu prendre pour une sorte de prière, le genin aux cheveux blanc émettait des mots. Paroles obscures que seuls ceux qui seraient au courant pourraient comprendre.

[Riku] – Né de la terre, je consume ma vie dans le feu des combats. Flamme que je protègerai jusqu'à ma mort, mon retour à la terre. Tel est le destin que je porte sur mon dos…

Cinq minutes plus tard d’autres commencèrent à arriver. D’abord un garçon, seul. Puis deux filles et un garçon. Riku les jaugea du regard. Ils étaient cinq, tous genin. D’ailleurs Riku se souvint que certains d’entre eux avaient suivit le cours sur Arashi no Hasaki. Ils se sourirent un instant et Riku put voir leurs regards se poser sur son Katana.

*…Sadame…*

À peine un instant plus tard, Uchiki Matsuda arriva en souriant. Ses tenues un peu excentriques ne choquèrent pas le moins du monde Riku. Avec Ginko-senseï il pensait avoir atteint le paroxysme de l’excentricité. Mais il le savait, dans un monde de shinobi l’apparence ne signifie rien. Les secrets les plus sombres sont toujours biens gardés à l’abri des regards.

Le genin aux cheveux blancs se souvint que c’était déjà elle qui avait donné le cours sur le ninjutsu de combat. Cette femme maîtrisait aussi l’élément du vent, le total opposé de celui qu’il aspirait à maîtriser, la terre. Cette différence aussi se voyait dans les comportements, Riku aimait à deviner les affinités. Quelqu’un d’impulsif était souvent un combatant spécialiste du Taïjutsu, un autre calme et retiré serait plutôt du genre à utiliser le genjutsu.

*Cependant, une fois de plus il ne faut pas se fier aux apparences…*

Elle fit entrer tout ce petit monde dans l’amphi, et les fit s’asseoir dans le calme. Riku remarqua à nouveau que la chuunin n’était pas si âgée que ça, et elle était déjà au grade au dessus du sien. Il sentait que la différence entre le grade de genin et de chuunin était bien différente de l’écart étudiant à genin.

*D’ailleurs il faudra que je me présente au prochain examen, si je suis assez fort. Ginko-senseï me dira ce qu’elle en pense au moment voulu.*

La salle paraissait bien vide mais cela ne semblait déranger Uchiki-senseï qui commençait à marquer le nom de la technique sur le tableau. Hien. Elle se retourna vers ses quelques élèves un air interrogateur sur le visage.

[Uchiki] – Alors ! Quelqu’un peut il me parler de cette technique ?

Aucun des genin présent dans la pièce ne fit mine de répondre, Uchiki attendit un peu puis continua alors résignée mais pas en colère pour si peu. Elle semblait assez captivée par ce qu’elle racontait, faisant vivre son cours du mieux possible.

[Uchiki] – Alors c’est simple, Hien est une technique…huuummmm…de soutien. En fait elle s’utilise en complément dans vos combats. Contrairement à certaines techniques instantanées, celle-ci est faite pour être utilisée longtemps. Ce qui signifie que l’énergie doit être bien dosée. Le chakra ne doit pas varier c’est pourquoi cette technique est délicate à maîtriser.

Les genin écoutaient avidement les paroles de la prof, chacun devait imaginer leur capacité à doser le chakra le long d’un combat. Chose pas toujours facile, libérer la bonne dose de chakra lors de la réalisation d’un jutsu est délicat mais doser le chakra de manière régulière dans un combat ou l’action et la réflexion s’enchaîne cela est réellement difficile.

*C’est une difficulté à surmonter, de plus je suis déjà entraîné grâce à la peau de pierre…*

[Uchiki] – Hien permet d’allonger la portée de vos armes de corps à corps, réduisant ainsi la capacité d’esquive de votre adversaire. Je suis sûre que vous avez déjà deviné que c’est en matérialisant le chakra que vous pourrez réussir cette technique. Pour cela il vous faudra être en parfaite harmonie avec vos armes.

Riku saisit que l’art était de comprendre son arme au point que celle-ci devienne une extension de son propre corps, dans laquelle le ninja pouvait aussi faire circuler son chakra. L’art du sabre sublimé par l’art du ninja, donnant un résultat plus mortel encore et aussi bien plus beau.

[Uchiki] – Autre avantage de cette technique, votre chakra ne pourra pas être stoppé par une quelconque armure, vous infligerez des blessures imparables. Bon si vous avez compris de quoi il en retourne je vais vous montrer les exercices que vous pourrez pratiquer.

La prof s’éloigna du tableau et s’approcha de son bureau, elle posa dessus une sorte de tige en bois qui tenait verticalement grâce à un système basique. Elle était plantée dans un pot de fleur plein de terre. Uchiki sortit un wakisashi et dégaina.

[Uchiki] – Cet exercice est en fait celui qui vous permettra de vous entraîner efficacement. C’est donc le seul que je vais vous montrer.

Elle frappa une première fois, les yeux de tous étaient rivés sur la tige en bois. Le coup passa juste à côté, la lame n’avait pas touché et il n’y avait aucun résultat. Tous furent surpris, s’attendant a voir la tige coupée. La prof se tourna vers eux avec le sourire.

[Uchiki] – Vous voyez, cette lame est trop courte pour que j’atteigne la tige, deux solutions sont possibles. Soit je m’avance et dans un combat je m’expose à de plus grands risques, soit j’utilise Hien. Regardez.

La prof ne bougea pas, Riku sentit le chakra émaner d’Uchiki, puis elle frappa à nouveau, exactement la même frappe. La lame du wakisashi passa à côté et la tige perdit quelques centimètres de hauteur. Les regards se fixèrent sur le wakisashi, la prof intensifia son chakra et alors tous purent voir l’allonge supplémentaire matérialisée par l’énergie.

[Uchiki] – Bon voilà vous savez tout, je vous aurait bien entraîner cette après midi mais vous devrez le faire seul, j’ai…des choses à faire. Ah oui, j’ai reconnu certain d’entre vous qui avaient participer à mon cours sur Arashi no Hasaki, si vous vous souvenez comment vous êtes parvenus à matérialiser une seconde lame, vous devriez arriver facilement à allonger la lame réelle.

Uchiki regarda ses élèves puis les quitta avec un sourire tout en leur souhaitant bonne chance pour leur pratique. Riku se leva et sortit de l’amphi. Il n’avait pas vraiment envie de parler avec les autres aujourd’hui et encore moins de s’entraîner avec eux.

Tandis que les autres genin discutaient du cours et parlaient de rendez-vous dans la forêt, c’est avec Sadame dans le dos que le genin aux cheveux blancs se dirigea vers lui. Il y arriverait, il le savait, il le devait. Pour atteindre ses buts, poursuivre ses rêves et continuer son chemin sur la voie du ninja avant de passer un nouveau virage.

*Pour l’instant je sais où je vais…*

[Direction Appartement de Riku]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 22 Juin - 13:15

Premier cours : les bases du chakra, compréhension et pratique.

Je sortais enfin de mon appartement avec la possibilité de regarder tout le quartier dans lequel je vivais. Je ressentais moins par odeur et bruit, mais je m’y sentais bien, c’était coloré, enfin comparé à mon sinistre appartement. Soit il fallait changer, soit le décorer. Je pense que la deuxième solution est la meilleure, parce que changer, ça s’annonce dur.

Je connaissais assez bien le chemin pour l’Académie, mais j’avais fait le chemin aveugle, comme la mission avec Riku, il faudrait pouvoir le revoir, il avait été sympa avec moi, aveugle et qui venait d’arriver à Konoha. Aujourd’hui, j’avais retrouvé la vue, et j’en étais tout à fait heureux. Je voulais lui annoncer la bonne nouvelle mais il fallait d’abord que je le trouve, et on m’avait dit de me présenter à l’Académie. Et j’y arrivais.

C’était la première fois que j’étais devant l’Académie les yeux ouverts. C’était vraiment un bâtiment imposant. Je n’en avais pas peur, mais j’étais impressionné. J’ouvrais la porte et remarqué un panneau, sur lequel il était écrit :
Pour les nouveaux étudiants, merci de vous présentez à l’Amphi n°3 à 10 heures.
10 heures, j’ai une demi-heure d’avance, on aura pu me prévenir que c’était à dix heures, je vais m’ennuyer.

Je me suis dirigé vers l’Amphi n°3. J’ai rencontré un ninja avec un bandeau sur les yeux. J’ai repensé à ce que Riku m’avait dit qu’il y avait un professeur aveugle qui enseignait le Genjutsu, je ne savais pas si je pouvais l’interpeller, et je ne savais pas comment. Enfin, ça ne devait pas être si dur.

[Ehnion] – Excusez-moi, êtes-vous Yamiyo Shimizu ?

Le ninja se retourna.

[Yamiyo] – Oui, pourquoi ?

[Ehnion] – En fait, je viens d’arriver à Konoha, et j’ai rencontré un ninja qui m’a parlé de vous, parce qu’en fait j’ai souffert de cécité quelques jours. Sinon, je compte apprendre le Genjutsu.

[Yamiyo] – C’est très bien, mais je n’ai trop de temps maintenant. Je vais juste te donner un conseil. Tu as du remarquer que tes autres sens s’amélioraient pendant que tu souffrais de cécité. Donc, entraîne tes autres sens, tu devrais avoir une prédisposition pour une amélioration de l’ouïe et de l’odorat.

[Ehnion] – Merci.

Le ninja aveugle parti tandis que je continuais de chercher l’Amphi n°3. Après quelques pas, je trouvais une porte avec dessus écrit Amphi n°3. J’y suis entré.

Il n’y avait personne, excepté un ou deux élèves, déjà arrivés. Je me suis assis dans les derniers rangs de la salle. Je me doutais être l’un des plus grands, logique, selon moi bien sûr... La salle se remplit peu à peu, mais je ne fais qu’entendre les pas des nouveaux élèves, je me suis avachi sur la ‘table’, je ne vois pas comment l’appeler autrement.

Il est dix heures moins cinq, je lève la tête. Il y a deux grands groupes d’élèves, les intellos d’un côté, pas tous avec des lunettes, bien sur, mais propre sur eux, avec leur feuille déjà sorties, les dos bien droits. Un peu stressés et effrayés par leur première journée de cours, ils fixent l’estrade des professeurs en attendant qu’ils rentrent. Ce qu’ils ne devraient pas tarder à faire.

L’autre type d’élève, ce n’est pas le cancre, mais le décontracté, caractère parfait de l’élève insolent qui pose certaines questions gênantes aux professeurs à la moindre bourde. Moins sérieux, le genre à faire le mur.

Je n’appartiens à aucun de ces deux groupes. Comment dire ? L’insolence, ce n’est pas mon truc, mais le sérieux absolu, c’est hors de question. Il est dix heures et c’est maintenant que le cours commence. Un professeur entre. Un tatouage très marquant. C’est quoi ça. Enfin, attendons avant de critiquer ou de montrer du pessimisme.

Le professeur s’installe à l’estrade, seul. N’y a-t-il personne avec lui pour l’assister, enfin, bon, s’il est professeur, il doit être capable de s’auto-assister. Enfin, j’espère. Il se racla rapidement la gorge, ce qui fit doubler l’attention la plupart des élèves et sursauter ceux qui avaient déjà perdu leur attention pour le cours.

[Hiryuu] – Bonjour, bon, je n’ai pas choisi d’être là, mais sinon, c’était Daiki, considérez avoir de la chance.

C'est-à-dire, t’es pas content d’être là, mais on doit considérer qu’on a de la chance, et puis, c’est ce Daiki. Un autre professeur, il n’est pas tyrannique quand même... Le cours doit continuer, on n’a pas besoin de prendre des notes pour ça, non.

[Hiryuu] – Bon, vous êtes ici pour votre premier cours. Heureusement que personne n’est en retard.

Tiens, c’est à ce moment là que la porte de l’amphithéâtre s’ouvre et un jeune homme entre, bafouillant en excuse, et qui fait perdre une minute et quelques secondes au cours. Le professeur a l’air irrité. C’est malin ça.

[Hiryuu] – Bon, passons, j’espère que c’est le dernier à être en retard. D’accord, c’est aussi le premier, un de trop. Mais allons à l’essentiel. Ce premier cours vous parlera du chakra...

Oh non, je sais déjà ce que c’est. Je vais pouvoir dormir pendant tout le cours. Génial, j’aurais du rester chez moi à dormir.

[Hiryuu] – ...mais aussi de sa maîtrise.

Voilà quelque chose de plus intéressant, finalement, j’ai bien fait de me lever tôt ce matin. Allez, explique-nous.

[Hiryuu] – Donc, pour le chakra, la plupart d’entre vous doivent savoir ce que c’est, pour ce qui n’on aucune idée de ce que c’est, vous irez à la bibliothèque de Konoha, qui est dans ce même bâtiment. Pour faire vite, c’est l’énergie qui vous permettra d’utiliser des techniques, Ninjutsu, Taïjutsu, Genjutsu, Eisei, et autres.

Vraiment pour faire vite alors. Mais bon, on n’a pas que ça à faire. Finis vite ce cours qu’on en sorte. En fait, je ne suis pas à l’aise dans cette atmosphère de cours. Je préférerai m’entraîner en plein air.

[Hiryuu] – Ah, j’oubliais, vous êtes ici dans l’Amphi Ninjutsu, c’est ici que vous apprendrez les techniques de Ninjutsu non élémentaire ou de combat, ainsi que pour les spécialistes le Ninjutsu élémentaire.

Ahhhhhh, mais il n’est pas chiant du tout ce professeur. Pourquoi il retarde le plus important, allez, on veut savoir ce que c’est que le contrôle du Chakra.

[Hiryuu] – Donc, votre chakra circule dans votre corps. A la sortie de ce cours, vous fermerez les yeux et essayerez de sentir le chemin que prend le chakra dans votre corps. Il est facilement maîtrisable dans les mains, et très difficilement dans les pieds, c’est pourquoi les exercices que nous allons vous donner seront à faire avec les pieds.

Tiens, personne ne ronfle, ce n’est pas que le cours n’est pas intéressant, au contraire, c’est juste que maintenant, ce cours est chiant. C’est quoi les exercices qu’il va nous donner. Allez, avance dans ton cours. J’avais déjà sorti une feuille et un crayon et noté ‘visualisation du chakra’, ‘mains=facile’ et ‘pieds=dur’. Allez, qu’on reprenne.

[Hiryuu] – Donc, vous allez vous entraîner trois exercices, du plus simple au plus compliqué, les voici : d’abord, vous devrez prendre une branche, assez solide et la faire tenir sous votre plante de pied. Il faudra doser le chakra pour ne pas casser la branche et en même temps la faire tenir sous votre pied, levé, bien sûr.

Bien, enfin le premier exercice, enfin quelque chose d’intéressant, enfin du concret. C’est quoi les deux autres exercices.

[Hiryuu] – Les deux autres exercices sont plus compliqués, pour le deuxième, il faudra monter en haut d’un arbre, juste avec les pieds. Il faudra de nouveau doser le chakra, mais je pense que vous l’aviez compris. Ensuite le troisième est vraiment plus compliqué, la plupart y arrivent en étant Gennin, certains Chunnin ont un peu de mal à réaliser cet exercice. Il faudra marcher sur l’eau, en expulsant le chakra de la plante des pieds.

Ah oui, c’est vrai que ça a l’air plus compliqué, allez, on peut y aller maintenant.

[Hiryuu] – Vous trouverez ce dont vous avez besoin dans la forêt interne de Konoha. C’es exercices ne sont pas obligatoires mais vous aideront beaucoup par la suite pour apprendre des techniques. Bonne chance. Vous pouvez y aller.

J’étais l’un des premiers à y aller, j’étais pressé de tenté ces exercices, mais surtout exercer mes sens, comme me l’avait conseillé le professeur de Genjutsu aveugle que j’avais rencontre plus tôt.


Dernière édition par Ehnion Keid le Jeu 3 Juil - 20:24, édité 1 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 24 Juin - 16:27

Cours sur le Henge, cours sur le Henge. Où est-ce que c’est dans cette Académie ? Dans l’Amphi Ninjutsu, je sais, mais où est-ce qu’il est déjà. Ah, je ne suis pas réveillé. Mais ce n’est pas ma faute, mon voisin a fait un boucan épouvantable hier parce qu’il passé Gennin. Il a fait la fête avec ses potes jusqu’à qu’un Chunnin les rappelle à l’ordre et j’ai enfin pu m’endormir.

Je n’ai donc pas eu ma dose de sommeil ; quatre heures, c’est peu pour un adolescent. De plus, pas le temps d’une bonne douche agréable, ni d’un bon petit-déjeuner. C’est direct à l’Académie. Le cours a été avancé d’une heure. Cette fois j’ai pris un quart d’heure d’avance, si jamais le gars à l’accueil me met encore en retard. Mais cette fois, je suis à l’heure, le gars de l’accueil ne me saoule pas et je peux aller dans l’Amphi tranquille.

Ah, j’ai trouvé l’Amphi, enfin. J’y entre. Il est désert, je suis là avec deux ou trois autres élèves. Chacun a un endroit de l’Amphi, malin. Ah, je les tous trouvés, en fait ils sont quatre. Je m’assoie au fond comme d’habitude, et j’attends que le, la ou les professeur(s) arrivent. J’espère qu’il n’y aura pas d’excitée de quatorze ou de professeur complètement tyrannique.

Il est neuf heures. La porte de l’Amphi s’ouvre. Il n’y a pas eu d’autre étudiant arrivé, et de toute évidence c’est une prof. Enfin, une prof avec les ongles manucurés, qui se déplace en talons aiguilles. Attendons de voir, ne jugeons pas sur l’apparence. Elle s’installe au bureau, et commence à parler.

[Tsubaki] – Bien, bonjour à tous. Rapprochez-vous, il n’y a personne. Allez, tous au premier rang.

Je n’avais pas envie de me lever mais je descends l’Amphi, avec une certaine nonchalance. J’étais habitué à être en haut.

[Tsubaki] – Allez dépêche-toi. Dis-moi, tu n’es pas un peu vieux pour le Henge.

Sans commentaire. Ce n’était pas cool, ça. D’accord, j’étais peut-être le plus vieux et de loin. Mais bon, que répondre ? Je m’assoie au second rang, juste pour l’embêter.

[Ehnion] – Disons que mon passé est assez trouble et que je viens d’arriver, Madame.

[Tsubaki] – Ne m’appelle plus Madame, je ne supporte pas ça.

[Ehnion] – Oui... Madame.

Oups, je l’avais fait exprès, et c’était évident. Par contre, c’était sorti tout seul, bah, c’était un prêté pour un rendu après le coup du ‘trop vieux pour le Henge.’ Sauf qu’elle n’était pas contente.

[Tsubaki] – Bien, tu fais le malin. Tu vas me servir d’assistant pour ce cours. Allez, lève-toi et ramène-toi sur l’estrade. Et ne m’appelle plus madame, sinon...

[Ehnion] – Je vous appelle comment sinon, Ma..?

J’avais fait exprès de couper sur le Ma de Madame, ça pouvait passer pour un réflexe, bien que ce fut juste pour l’agacer un peu plus. Je ne savais si ça avait marché. Je me suis levé, et je suis allé sur l’estrade, d’un pas plus vif que l’autre fois.

[Tsubaki] – Tsubaki, appelle-moi Tsubaki, mais vouvoies-moi.

[Ehnion] – D’accord, Tsubaki, Je vous appellerais de cette manière.

Le ton était un peu ironique, mais montrait aussi une marque de respect, car je savais très bien être plus ironique dans d’autres circonstances. Mais je n’en voyais pas l’intérêt ici. Je ne portais pas ce prof dans mon cœur, ce n’est pas que je ne l’aimais pas, mais je n’aimais pas sa façon d’être. J’ai bien le droit non, tant que je ne le dis pas. Enfin, j’espère.

[Tsubaki] – Bon, je devine que vous êtes tous là pour le Henge.

Mais quel sens de la déduction !

[Tsubaki] – Voilà une démonstration du Henge.

A ces mots, Tsubaki se transforma. Quand le nuage blanc disparu, c’était moi... C’était ça qu’elle entendait par cobaye. J’étais très content, quoi que même pas réveillé, j’avais une bonne gueule et de très beaux yeux bleus. Quoi, de toute façon, je sens que je vais me faire démolir, j’ai bien le droit à peu de plaisir non ?

[Tsubaki] – Voilà, maintenant, je ressemble à votre camarade...Comment tu t’appelles ?

[Ehnion] – Ehnion.

[Tsubaki] – Bon, Ehnion. Voici, le Henge, mais je ne vais pas rester dans cet état-là longtemps, sinon ma réputation va en pâtir.

Ou tes réserves de chakra, mais il valait mieux ne pas se faire de nouveau remarquer.

[Tsubaki] – Bon, Ehnion, retourne à ta place, je voulais juste vous montrer ce que c’était un bon Henge.

J’ai obéi, et je suis allez m’asseoir. Je ne me suis pas fait démolir comme je le pensais, mais Tsubaki m’a donné un petit coup poignard dans le dos avec la remarque sur sa réputation.

[Tsubaki] – Bon, le Henge est une technique de base pour le ninja. Le fait que vous ne soyez pas beaucoup montre que beaucoup la connaissaient avant de devenir étudiant. Bien, ce n’est pas une technique très compliqué à assimiler pour peu que vous sachiez contrôler votre chakra. Vous vous souvenez, votre premier cours ? Si oui, faites les exercices tous les jours.

Merde, je ne les ai pas fais tous les jours. Pas grave. Si on passait au Henge, le vrai plutôt que de se perdre en inutiles remarque inutiles.

[Tsubaki] – Pour le Henge, vous devrez vous concentrez sur la forme de votre chakra, car c’est le chakra qui vous permettra de vous métamorphoser. Faites en sorte que le chakra prenne la forme que vous voulez prendre puis expulsez-le, continuellement le temps que vous voulez garder la métamorphose active. Bon, ça devrait vous suffire, vous avez un exemple et une explication théorique. Si vous avez des questions, je suis à voter écoute, sinon, vous pouvez sortir.

Je me suis levé à ces mots, sans un mot et je suis sorti rapidement, en rajoutant à Tsubaki.

[Ehnion] – A votre avis, dans combien de temps pourrais-je me transformer en vous ?

[Tsubaki] – Toi, dans une semaine, si t’es bon.

[Ehnion] – Pari tenu.

Je suis sorti de l’Amphi, direction la forêt interne. Je voulais vraiment réussir le Henge le plus tôt possible, pour faire comprendre à ‘ne m’appelle pas Madame’ qu’être moi ne fera rien à sa réputation.

Alors que j’étais dans le couloir une voix de fille m’a interpelé. Qui ça peut bien être.

[Yoko Omoshiroi] – Dis-moi toi, tu viens de sortir du cours de Tsubaki, c’était le Henge. T’es pas un peu vieux, toi ?

Elle s’est rapprochée de moi. C’est qui cette fille. Plutôt jolie, dans les quatorze-quinze ans.

[Ehnion] – T’es qui, toi ?

[Yoko] – Je suis Yoko Omoshiroi, professeur de Médecine. Et toi ?

[Ehnion] – Ehnion Keid, je viens de commencer ma carrière de ninja, c’est pour ça que j’apprenais le Henge.

[Yoko] – Dis moi, tu n’es pas intéressé par la Médecine, au cas où ?

[Ehnion] – Non, je suis plus intéressé par le Genjutsu. T’essayais de faire la pub pour ton cours ?

[Yoko] – A vrai dire, oui. Dis-moi, tu me trouves jolie, non ?

Et voilà, une question pas possible. Digne d’une fille, mais elle est prof. Il doit y avoir quelque chose derrière ça.

[Ehnion] – Plutôt, oui.

[Yoko] – Merci.

A ce mot, elle a déposé sur ma joue, un baiser. A ce geste, tous les garçons devant l’Amphi de médecine firent les grands yeux, et de grandes discussions sortirent des rangs. Yoko s’était déjà retournée et était partie vers son Amphi.

[Ehnion] – Yoko, je n’aime pas que l’on se serve de moi.

Je me suis retourné et je suis parti. J’étais à la fois énervé qu’elle se soit servie de moi, mais aussi amusé des réactions de ses élèves. C’est du grand n’importe quoi. J’espère au moins qu’elle fait des bons cours, sinon ses élèves seront très mauvais. Bon, assez de réflexions. Direction la forêt interne.


Dernière édition par Ehnion Keid le Mar 24 Juin - 23:21, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 24 Juin - 18:12

viens de la chambre de Kosuke

Après la réussite de l’apprentissage de la technique de transformation, Kosuke quittait sa chambre plus motivé que jamais ce matin la pour continuer sur sa lancée. Et pour cela une seule destination lui vint à l’esprit : l’académie. Il n’appréciait pas réellement ce lieu, il y avait des tas d’autres étudiants, pour la plupart plus jeune que lui et qui avaient néanmoins plus d’expérience et de connaissances des différentes spécialités…Le simple fait de vouloir les rattraper puis les dépasser aurait pu être une motivation suffisante, mais le jeune Atami s’en moquait. Ses nouveaux camarades d’études n’avaient absolument aucune importance à ses yeux, peu importe leur niveau ou qu’ils soient plus puissant que Kosuke…la seule chose qui comptait était d’être prêt au moment venu, avant cela ne servait à rien, et se stresser inutilement pour des choses aussi futiles que savoir qui est le plus puissant des étudiants ne l’intéressait pas du tout… N’importe lequel des chuunin et juunin qu’il croisait dans la rue aurait pu tous les balayer en un instant, la seule chose qui avait une réelle importance en ce moment pour Kosuke était de maintenir une progression continue afin de pouvoir apprécier ses progrès au jours le jours.

[Kosuke] * Vivre comme et avec les ninjas de Konoha est le meilleur moyen pour le moment d’acquérir le savoir des shinobis…peut être cela changera t’il un jours, mais pour l’instant c’est une chose qui me convient parfaitement…Et puis la vie est plutôt agréable ici… *

Qu’il le veuille ou non, l’enthousiasme ambiant du village déteignait aussi sur lui et cela était sûrement une bonne chose pour le garçon. Ainsi environ un quart d’heure après avoir quitté son domicile, Kosuke pénétrait dans l’académie bien décidé à apprendre de nouvelles choses aujourd’hui encore… Il s’approcha d’un tableau ou les différents cours de la journée étaient inscrits et son attention se porta sur un se déroulant dans l’amphithéâtre réservé au ninjutsu.
Une des phrases l’intéressa particulièrement : « maitrise de la technique de transformation requise ». C’était exactement le genre de cours qu’il lui fallait.

[Kosuke] * Parfait, je me demande sur quoi va porter le cours ?? *

Apparemment il n’était pas le seul à vouloir se rendre la bas, et il se retrouva coincé au milieu d’une bande d’étudiants se dirigeant vers la même salle de classe que lui :

[Etudiant 1] – Trooop cool !!! C’est Kairi sensei qui fait le cours !!!

[Etudiant 2] – Ouais !! Elle est trop sexy en plus !!! J’ai hatte d’y etre !!!

[Etudiante 1] – Vous pourriez avoir un peu de respect pour la directrice de l’académie vous… en plus j’vois pas ce que vous lui trouvez…

Une conversation amicale et dénuée d’intérêt, Kosuke ne pouvait pas trouver pire, lui pour qui les mots : conversation et amicale n’avaient pas vraiment de sens…

[Kosuke] * Pfff ….c’est chiant…mais il interminable ce couloir…c’est pas possible *

La discussion se prolongea jusqu'à l’encadrement de la porte de l’amphy ou le petit groupe d’étudiant s’engouffra… La salle était presque pleine et les étudiants qui entraient à présent prirent les dernières places de libre. Kosuke s’assit entre deux jeunes filles qui apparemment étaient en train de se faire la tête l’une à l’autre. Pas forcément une place très enviable quand l’on connaît la capacité d’agressivité et de méchanceté de la gente féminine entre elle.

Le brouhaha assez important qui imprégnait la salle s’estompa lorsque la professeur du jours, déjà présent depuis un petit moment apparemment, pris la parole d’une forte et plutôt agréable, d’ailleurs Kosuke remarqua qu’il n’y avait pas que sa voie qui était charmante…

[Reiko Kairi] – Bonjours à tous !! Pour ceux qui ne me connaissent pas, je m’appelle Reiko Kairi… Je suis la directrice de l’académie et c’est moi aujourd’hui qui vous ferait cours car la leçon du jours me parait particulièrement essentiel pour qui veux progresser sur la voie du ninjutsu…Non pas que les autres professeurs ne sont pas à la hauteur, mais j’ai tenu à le faire c’est tout !

Le professeur s’arrêta quelques secondes pour regarder si l’assemblée était attentive…Satisfaite du comportement de ses étudiants elle reprend :

[Reiko Kairi] – Si vous etes ici, c’est que vous maîtrisez tous le henge, cette technique est nécessaire pour pouvoir réaliser celle que je vais tenter de vous enseigner ici : le bunshin no jutsu, la technique de clonage…

Un léger brouhaha de contentement traversa la salle, apparemment les aspirants présents étaient très satisfait de l’objet du cours… La technique du clonage était pour la plupart un mystère, encore plus pour Kosuke qui ignorait jusqu'à son existence mais qui y trouva immédiatement un intérêt certain :

[Kosuke] * bunshin no jutsu ??? Les ninjas sont donc capable de se cloner eux meme… j’aimerais beaucoup voir ça…*

Les étudiantes assises à ses cotés ne semblaient pas avoir le même centre d’intérêt :

[Etudiante 2] – T’es vraiment qu’une garce !! tu savait très bien que ce mec m’intéressait, et à la première occasion j’te surprend en train de faire ta minette devant lui et….

[Garce 1] – Non mais qu’est ce que tu crois !!! Que t’as une chance de rivaliser avec moi !!! Non mais t’as vu tes cheveux et ton…

[Kosuke] * non mais c’est pas possible, dés qu’il y a un truc chiant c’est pour moi…*

La professeur pendant ce temps avait commencé ses explications sur la technique, et exaspérée par l’attitude des deux jeunes filles qui faisait plus de bruit qu’elle les prend à partie :

[Reiko Kairi] –Vous la-bas !! Vous allez pouvoir nous faire une démonstration ?? Venez ici…

Devant la réticence des étudiantes Reiko sensei changea de ton :

[Reiko Kairi] – C’EST PAS UNE DEMANDE !!!! C’EST UN ORDRE !!!DEPECHEZ VOUS OU JE FERAIS EN SORTE QUE VOUS NE DEVENIEZ JAMAIS GENIN !!!!

Avec tous les regards braqués sur elles les deux copines aux teints devenues très rouges descendirent les rangs jusqu'à arriver en face de la prof. L’une d ‘elle apparemment connaissant la théorie de la technique se lança :

[Garce1] – Bunshin No Jutsu !! PLOP!!

Un nuage de fumée apparu à ces coté et un corp sans tête et sans bras en surgit faisant exploser de rire le reste des étudiants, rires rapidement stoppés par un regard menaçant de Reiko sensei. Le clone raté disparu et la prof fit signes aux filles d’allées se rasseoir, ce qu’elles firent rapidement toujours avec leurs visages rougis par la honte. Les voyant se rasseoir à ces cotés, Kosuke ne pu retenir un petit ricanement de satisfaction…

Puis le cours se poursuivit, Reiko reprenant point par point les différentes étapes de la techniques…

[Reiko Kairi] – Premièrement vous devez savoir que meme si les clones que vous créez sont sous votre contrôle, ils n’ont aucune consistance et donc ne peuvent servir qu’a faire des diversions pour une utilisation optimal pour l’offensive… En aucun cas ils pourront encaisser un coup à votre place, vous devez toujours avoir ce détail à l’esprit.
L’exécution de la technique est simple en elle même, il s’agit de concentrer votre chakra pour créer une ou plusieurs représentations ou image si vous préférez de vous même… Le plus difficile consiste à ce que cette image soit parfaitement fidèle à vous même et suffisamment stable pour que votre adversaire ne vous décèle pas par mis vos clones.
Cela peut paraître simple mais avoir une représentation fidèle de soi même demande pas mal de temps et surtout de concentration et d’application…
La fluidité de la circulation de votre chakra vous permettra de créer plus de clone en utilisant moins de chakra.
Après la phase de création du clone, la deuxième partie de votre entraînement consistera au contrôle du clone…un clone statique ne vous servira à rien, vous devez être capable de le faire se mouvoir comme vous le feriez vous même…


Kosuke comme la plupart des étudiants avait pris des notes de toutes les consignes de l’enseignantes et se sentait prêt à présent à passer à la pratique…

va à l'air d'entrainement de Kosuke

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Jeu 26 Juin - 17:57

Riku: +10 XP RP
Kosuke : +10 XP RP
Ehnion: +16 XP RP
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Sam 5 Juil - 18:25

Je m’étais levé de bonne heure ce matin, mais j’avais appris la veille qu’il y avait un cours de Ninjutsu de base très tôt ce matin. Huit heures, mais quel prof irai faire un cours à huit heures du mat’, il faut être complètement masochiste. Le problème c’est que ce cours concernait Suimen Hokouno Waza, l’art de marcher sur l’eau, et je pense qu’il me faut encore quelques conseils pour réussir à marcher sur l’eau. Ensuite, le cours concernerait Kawarimi, la Permutation, technique d’esquive de base. Il fallait que j’aille à ce cours car le prochain approximativement comme celui-là était dans au moins une semaine. Pas le choix, debout à sept heures.

J’avais un peu de temps devant moi, et j’allais en profiter. Une bonne douche et un bon petit-déjeuner. Un rare plaisir que je pouvais m’accorder. J’étais rarement en avance et j’avais du mal, le matin, à me lever. Un coup de chance, ce matin, ou une bizarrerie de l’être humain. Sérieusement, je n’en sais rien et je m’en fous. Il était temps d’aller à l’Académie pour suivre ce cours matinal. Le chemin était bizarrement vide, les commerces commençaient à ouvrir, et on entendait parfois les bruits dans les maisons mal isolées. Au bout d’un petit bout de chemin, j’étais en face du bâtiment imposant qu’était l’Académie. J’y suis entré d’un pas actif.

Il y avait une pancarte indiquant l’Amphi concerné par le cours. Il était huit heures moins cinq à l’horloge de l’Académie, j’avais un peu d’avance, mais il ne valait mieux pas que je me perde. Ce qui n’est pas arrivé. Je suis entré dans l’Amphi, déjà quasiment plein, avec les derniers et premiers rangs désertés. Je n’avais toujours pas compris pourquoi, on entend tout aussi bien en haut qu’en bas de l’Amphi, question d’acoustique. Il n’y a aucune raison de préférer une place à une autre, excepté si on est avec des amis, ce qui, pour moi n’était pas le cas.

Il était huit heures et la prof arriva. Je ne l’avais jamais vue. Je ne pourrais vraiment la décrire, vu qu’elle est rapidement passée à côté de moi, que je ne l’ai donc vue que de dos d’abord, et qu’elle était trop loin, ensuite, pour que je puisse vraiment la décrire. Elle a dit s’appeler Reiko Kairi. Jamais entendu parler, mais aux bruits de satisfaction que faisaient certains élèves à son arrivée, j’en ai déduit que c’était une bonne prof. Enfin, j’espère. Elle a commencé à expliquer son cours.

[Reiko] – Bonjour à tous, vous êtes tous là ce matin pour étudier principalement, en fait, exclusivement deux techniques, Suimen Hokouno Waza et Kawarimi. Nous allons commencer par Suimen Hokouno Waza.

Soupirs de déception. Je pense que beaucoup ne voient pas un grand intérêt à marcher sur l’eau, mais il y a en un, effrayer les passants dans les villages non cachés... Non, je plaisante, en fait, pour moi, l’intérêt et de ne pas avoir de contrainte sur les surfaces où il est possible de marcher. En contrôlant le chakra, on peut marcher presque partout. Le seul problème est que je ne voyais pas quoi ajouter au premier cours sur le contrôle du chakra.

[Reiko] – Pour le Suimen Hokouno Waza, nous allons aller vite. La plupart d’entre vous ont eu un cours dessus, pour les autres, la bibliothèque est ouverte, mais vous pourrez toujours me poser des questions plus tard. D’abord, n’oubliez pas de commencer par maîtriser l’entraînement qui consiste à monter à un arbre juste avec la plante des pieds, sinon, il sera trop dur de maîtriser Suimen Hokouno Waza.

J’ai fermé les yeux, je n’avais pas assez dormi. Si c’était pour réentendre le premier cours, j’aurais pu arriver un peu en retard et dormir quelques minutes de plus. Finalement, rien d’intéressant sur le Suimen Hokouno Waza dans ce cours, si ce n’est un rabattage sans intérêt sur l’expulsion du chakra, et l’importance de faire les exercices dans l’ordre. Maintenant, le Kawarimi.

[Reiko] – Bien, continuons avec le Kawarimi, cette technique est une technique de base des ninjas, car elle permet d’esquiver en surprenant en plus l’adversaire. Si vous esquivez une attaque de projectiles, votre adversaire pourra vous suivre des yeux, mais si vous permutez, en changeant votre corps avec un objet, votre adversaire ne pourra vous suivre des yeux. Bon, une petite démonstration.

Ensuite, Reiko demanda qui avait des armes de jet sur lui et quelques mains se levèrent. Elle choisit une personne pour lui lancer son arme. Cet élève lança son shuriken, mais manqua la cible, et pas de peu. Il y eu plusieurs éclats de rires que calma Reiko rapidement. Elle désigna quelqu’un d’autre qui lui réussi à bien viser. Le corps de Reiko devint celui d’une chaise. Quelques exclamations. La prof était derrière le bureau. Personne n’avait rien vu. La chaise était transpercée par le shuriken.

[Reiko] – Donc, reprenons, l’important est le lien de chakra que vous allez mettre entre l’objet et vous, pour ensuite inverser vos places. Mais ce n’est que la base du Kawarimi, l’important c’est le timing. Je veux dire, si vous permutez trop tard, vous subissez l’attaque, mais si vous permutez trop tôt, l’adversaire ne pourrait plus subir le désavantage de l’effet de surprise. Bon, voici la théorie pure, si vous avez des questions, venez me voir. Je vous conseille de vous entraîner à plusieurs.

Je me suis levé et je suis sorti. Je voulais m’entraîner au Suimen Hokouno Waza et à l’amélioration de mes sens, ça devrait suffire pour ce jour. J’ai continué à marcher en regardant quelques affiches sur les murs de l’Académie. Tsubaki marchait dans le sens inverse à moi. Se souvenait-elle de moi ? Peut-être bien, j’avais été son cobaye dans un cours à comité réduit.

[Tsubaki] – Bonjour... Ehnion. Tu es venu apprendre quoi.

[Ehnion] – Je suis venu apprendre Suimen Hokouno Waza et Kawarimi. Le cours était matinal, c’était avec Reiko Kairi. Ah, au fait, pour le Henge, ça fait combien, trois jours ou quatre.

Sur ces mots, je me suis transformé en elle. Elle paraissait surprise, mais je suis vite redevenu moi-même je n’aimais pas trop les ongles manucurés et les talons. Ma réputation, quoi ?!

[Tsubaki] – Bravo, tu ne veux pas venir assister au cours sur le Bunshin que je vais donner. Ca va te faire un peu rapide, mais tu n’auras pas à revenir à l’Académie avant un petit bout de temps.

[Ehnion] – D’accord.

Je sentais qu’il y avait quelque chose en-dessous mais l’argument de ne plus venir à l’Académie avant plusieurs jours, se lever quand je veux était un argument qui me persuadait très facilement. Nous nous dirigions vers son Amphi, plus loin que celui de Reiko. Nous étions devant la porte.

[Tsubaki] – Suis moi jusqu’à l’estrade, tu seras mon exemple vivant.

J’ai acquiescé, bien que je ne sache pas ce qui allait se passer où si elle allait encore se moquer de moi. Elle n’avait pas remarqué ma nouvelle coupe de cheveux, c’est peut-être parce que c’est devenu une coupe normale à ses yeux, et pas une moche. Je l’ai suivi jusqu’à l’estrade. L’Amphi était à moitié plein. Elle a pris la parole.

[Tsubaki] – Bonjour à tous. Je vous présente Ehnion Keid, il vient d’arriver à Konoha, il est comme vous étudiant, mais il va vous montrer les phases de l’apprentissage du Bunshin, technique qu’il ne connaît pas.

Hein ?! C’est quoi ce truc, qu’est-ce que je vais devoir faire, je n’y comprends rien.

[Tsubaki] – Donc, le Bunshin, ou clonage, est une technique de base telle le Henge ou le Kawarimi. Pour réaliser cette technique il faut que vous fassiez prendre à votre chakra la forme de votre corps, mais à l’extérieur de votre corps. En fait, il vous faudra faire sortir du chakra de votre corps pour lui faire prendre une forme spécifique, celle de votre corps, et renforcer l’apport en chakra.

J’avais à peu près compris bien que ce ne soit pas très clair. Mais je me sentais mal à l’aise, je ne connaissais pas cette technique, et Tsubaki voulait que j’en fasse une démonstration, ce n’est pas trop une méthode pédagogique. Mais je n’avais plus d’autre possibilités que de faire ce qu’elle m’avait demandé, j’avais accepté juste avant.

[Tsubaki] – Donc, il existe plusieurs méthodes pour réaliser le Bunshin, à vous de les découvrir par vous-même. Un peu d’imagination ! Il y a aussi la bibliothèque. Ehnion, tu veux bien essayer.

J’ai hoché la tête, je ne me sentais pas répondre de vive voix. Je n’avais aucune idée sur la manière de faire le Bunshin et j’ai réfléchi pendant un petit moment. Au bout de quelques minutes j’avais trouvé une méthode pour le Bunshin. J’allais mettre un très fine couche de chakra sur mon corps puis transposer cette couche à côté de moi. Ensuite, il suffisait de renforcer l’apport en chakra pour finaliser le Bunshin.

J’ai appliqué cette méthode, j’ai mis une couche d’environ un demi millimètre de chakra autour de mon corps, puis j’ai déplacé cette couche de chakra, à ma droite. Puis j’ai renforcé l’apport en chakra. Mon clone était transparent et flou, enfin, les contours n’étaient pas nets. Il y avait des rires dans les rangs de l’Amphi. Je voudrais bien les voir à essayer cette technique pour la première fois.

[Tsubaki] – Donc, à votre avis, qu’est-ce que a manqué pour ce clone ?

[Elève] – Il manque du chakra.

Tsubaki confirma, frappa mon clone pour le faire disparaître, et me demanda de réessayer, bien que ce ne soit pas mon intention première, je comptais plus m’entraîner seul. Mais j’ai recommencé. Mon premier Bunshin avait aussi échoué à cause de la couche de chakra que j’avais mise autour de mon corps. En effet, elle n’était pas assez fine. Cette fois la couche était plus fine qu’un dixième de millimètre, et après la transposition, j’ai mis plus de chakra. Le clone était un peu mieux.

[Tsubaki] – Bien, ce clone est meilleur, cependant, ce n’est pas suffisant pour dire maîtriser le Bunshin, car il faut s’observer soi-même pour réussir à ce que votre Bunshin se confonde vraiment avec vous-même. Le cours est fini.

Je suis sorti sans un mot, en premier, comme d’habitude. Le programme d’entraînement allait être long, et je soupçonnais que ma réussite au Bunshin soit due au fait que je ne voulais pas de nouveau me ridiculiser et que c’était un coup de chance.

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 9 Juil - 19:05

Un matin comme un autre, une journée de plus dans la vie d’un homme. Certain peuvent trouver ça banal, on se lève on fait quelques choses par ci par là puis on se couche, et ainsi s’enchaînent les journée qui ajoutées les unes aux autres donnent la vie.

Riku ne voyait pas les choses sous cet angle, le temps est une chose précieuse qui nous est offerte. C’est un cadeau ayant une limite, c’est pourquoi il voit chaque jour comme un événement important. Il y a toujours de nouvelles choses à apprendre, à faire et beaucoup de sentiments à éprouver. La joie, la tristesse, et toutes ces choses qui vous font sentir que vous êtes vivant.

Il est souvent remarqué que les bons moments passent plus vite et les mauvais plus lentement, mais ce n’est qu’une vision de l’esprit. Il faut profiter de toutes les péripéties de la vie car c’est ainsi qu’on grandi et que l’on progresse. Aujourd’hui le genin originaire d’Iwa à décidé de progresser en profitant du temps disponible. Il va se rendre à l’académie pour demander à Tsubaki, professeur hors pair pour enseigner et aussi meilleure amie de sa senseï qui en est l’opposée, de lui apprendre une technique de haut rang.

*Rasengan, technique de rang A… Une des plus forte du ninjutsu… surtout lorsque l’on arrive à se l’approprier entièrement…C’était un truc comme ça qu’il avait dit le jounin…*

La veille alors que Riku marchait tranquillement dans les rues de Konoha il entendit un discours entre un Jounin et un genin qui semblait être son fils. La ressemblance étant frappante telle avait été la conclusion. Le plus jeune demandait à son père de lui enseigner cette fameuse technique surpuissante, de rang A. Le jounin lui demanda s’il voulait parler du Rasengan avant de se le voir confirmer.

Riku avait alors arrêté de marché et s’était approché pour entendre mieux. Il avait réussi à comprendre qu’il s’agissait de ninjutsu, qu’on pouvait le pratique à différent niveau et même la mêler aux éléments selon sa propre affinité. Cela lui avait suffit pour qu’il reprenne son chemin avec, en tête, une idée bien précise : apprendre cette technique.

Il se rendait donc à l’académie ninja pour y trouver Tsubaki et lui demander un cours particulier. Il était assez tôt et les cours n’avaient pas commencés, le genin s’était rendu directement à la salle des profs, il frappa à la porte et attendit.

[Professeur] – Entrez…

Riku poussa la porte et se trouva nez à nez avec Hiryuu, ce professeur qui était un de ces génies qui réussissent tout mais dont la manière d’enseigner était tout à fait performante.

[Riku] – Bonjour, je cherche Tsubaki-senseï est elle ici ?

Hiryuu toisa le gamin qui était presque de la même taille, puis après que ses yeux étrécis aient retrouvé leur taille normale, l’homme au dragon tatoué répondit.

[Hiryuu] – Non. Mais t’es pas un peu vieux pour traîner à l’académie maintenant ?

Le genin qui avait son bandeau frontal comprit l’allusion, mais puisqu’il n’y avait pas d’autre moyen que de répondre pour trouver Tsubaki il se lança.

[Riku] – Si mais j’ai besoin d’un cours particulier pour une technique de ninjutsu non élémentaire…et je sais que c’est la plus douée dans ce domaine.

Hiryuu qui n’était pas moins intelligent compris la petite pique et fronça les sourcils devant tant d’arrogance de la part d’un genin. Il répondit froidement, n’osant pas s’énerver pour un simple gamin.

[Hiryuu] – Elle est déjà en salle cent douze, elle aime être en avance. Dépeche toi de décamper avant que je te réduise en cendre…

Riku qui avait maintenant sa réponse continua à regarder le jounin dans les yeux, il avait appris que la fierté était une arme et une défense. Personne ne peut nous l’enlever, seul nous, pouvons la perdre.

[Riku] – Merci…

Le genin se détourna et partit en direction de la salle citée, dans son dos il crut entendre des paroles mais il ne se retourna pas. Après avoir trouvé la salle, Riku frappa et entra, il ne lui restait que quelques minutes avant que les étudiants et autres genins arrivent pour un cours. Tsubaki le regarda d’un air un peu surpris, il lui répondit par un sourire. La chuunin parla avec un ton complice.

[Tsubaki] – Je pensais que tu maîtrisais déjà la protection du chakra non ?

[Riku] – En fait je viens vous demander un cours particulier pour apprendre une technique de haut rang…

Tsubaki le regarda avec intérêt avant de répondre.

[Tsubaki] – Voyons… Ginko ne t’enseigne pas de techniques ?

Un peu gêné le genin aux cheveux blancs répondit.

[Riku] – Si bien entendu mais…il est assez difficile de la motiver, et elle n’est pas très pédagogue… Cependant c’est une merveilleuse chef d’équipe, elle à beaucoup de qualité et jamais je ne souhaiterais changer… enfin vous voyez…

Tsubaki sourit à ces mots, elle devait bien retrouver cette amie dans les paroles du genin à sa charge.

[Tsubaki] – Bon, je te l’accorde elle est spéciale… C’est pourquoi j’accepte de te donner ce cours mais quelle est cette technique que tu désires ardemment apprendre ?

Les yeux pleins de ferveur, Riku regarda la chuunin aux formes parfaites, elle acceptait et il pourrait alors s’entraîner dur à nouveau comme pour Mikazuki no Mai.

[Riku] – J’aimerais que vous m’enseigniez le rasengan…

Tsubaki eut un instant d’hésitation puis après s’être souvenu des progrès de cet élève durant ses cours elle acquiesça, pensant qu’il n’avait pas dût régresser avec Ginko. Certains élèves commencèrent à entrer en classe et prendre place.

[Tsubaki] – Rendez vous cette après midi devant la forêt Ok ?

Riku fit oui de la tête et afficha un grand sourire, il se dirigea vers la sortie tandis qu’un étudiant murmurait à son copain que ce genin aux cheveux blancs venait d’obtenir un rencard avec Tsubaki. Lequel abasourdi ne put que rêvasser aux formes de Bomba-senseï comme certain l’appelaient.

*C’est bon j’ai obtenu ce cours pour apprendre le rasengan, maintenant j’ai encore un petit truc à faire…*
[Direction l’armurerie]

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Ven 11 Juil - 22:48

Ce matin, Riku décida qu’il était temps d’apprendre une nouvelle technique, bien qu’il en ait déjà appris un certain nombre sa soif de connaissance s’étendait toujours plus. Depuis qu’il avait pratiqué les exercices du rasengan il se sentait paré à tout entraînement, il avait quand même pris une période de repos pour s’en remettre.

Le genin arriva donc à l’académie ne sachant pas vraiment quel cours suivre, la plupart étant des techniques de moins haut rang que celles auxquelles il aspirait. Et ne trouvant personne pour lui enseigner des techniques de ninjutsu élémentaire, en tout cas de l’élément terre, il était un peu perdu. Riku se rendit donc à la salle des professeurs, Ginko étant partie en mission d’après ce qu’il avait pu trouver car ce n’était pas elle qui leur avait dit, il n’avait pas d’autre choix que de trouver un professeur.

Il frappa à la porte en espérant que Tsubaki s’y trouve, c’était la seconde personne qu’il appréciait plus que les autres, après sa senseï. Etant donné qu’elle enseignait très bien et qu’elle connaissait aussi Ginko il trouvait ce choix logique.

[ ???] – Entrez…

Riku hésita à entrer en entendant la voix, il n’avait aucun doute sur son propriétaire, ça ne pouvait être que celle d’Hiryuu. Décidant d’entrer pour ne pas lui manquer de respect, il poussa la porte. Riku n’avait pas revu Tsubaki depuis qu’il avait débuté son dernier entraînement. Et il n’avait pas revu non plus Hiryuu, il se demander comment il allait réagir.

[Riku] – Bonjour Hiryuu-sama…

Le jounin le regarda d’un œil amusé avant de répondre. Il avait un petit sourire en coin qui trahissait une satisfaction ou une arrière pensée.

[Hiryuu] – Encore toi ? J’ai passé ton message à Tsubaki mais elle n’est pas là aujourd’hui non plus, enfin pour l’instant. Tu venais pour quelque chose ?

Riku fut satisfait de l’attitude du jounin, il savait qu’il avait le dessus sur Riku mais n’en abusait pas. Peut être les progrès du genin lui avaient fait changer d’avis à son sujet. Riku répondis donc poliment au garçon au tatouage.

[Riku] – Merci de l’information, en fait j’était venu voir si je ne pouvais pas apprendre un technique mais bon…

Riku commença à se retourner doucement avant de saluer le jounin et de s’en aller. Hiryuu se leva de la chaise où il était assis et se retrouva immédiatement à côté de Riku, qui fut surpris.

[Hiryuu] – J’aimerais voir si tu arriverais à maîtriser une technique… ça t’intéresse ?

Le genin se retourna vers le prof avec un regard légèrement interrogateur, il n’osait pas vraiment y croire mais sa curiosité et son désir de progresser le poussa à répondre.

[Riku] – Bien sur ! Merci beaucoup Hiryuu-sama, où voulez vous aller ?

Hiryuu lui montra la cour à travers la fenêtre, à cette heure ci il n’y avait personne dehors, tous les étudiants étaient en cours et d’ailleurs Riku se demanda pourquoi le jounin ne donnait pas de cours.

[Hiryuu] – Tu dois te demander pourquoi je ne suis pas en train d’enseigner, simplement que tu es tombé sur moi les seuls jours où mes étudiants habituels faisaient des missions… Maintenant on va voir si tu es vraiment doué, suis moi…

Le genin ne se fit pas prier plus et emboîta le pas du jounin, ils se rendirent dans la cour et se mirent face à face. Le professeur commença à enseigner, il donna le nom de la technique dans un premier temps. Chakra no Haretsu. Puis il commença à expliquer la réalisation de la technique.

Riku écoutait attentivement notant les détails les plus importants à la réalisation de la technique. Expluser son chakra sous forme pure avec une certaine violence, cela engendrait une sorte d’explosion qui repoussait les ennemis faibles et leurs infligeait des dégâts imparables.

Le second monologue servait à annoncer les avantages et inconvénients de cette technique, le fait d’expulser le ou les adversaires au corps à corps à distance est utile. Un spécialiste du ninjutsu pourra ainsi profiter de cet instant de répit pour préparer un autre jutsu. En revanche, l’expulsion du chakra infligeait aussi des dégâts au lanceur de l’arcane.

*Cette technique peux être très dangereuse à un certain niveau, mais elle peut être aussi très utile utilisée au bon moment…*

[Hiryuu] – Vu l’expression sur ton visage tu t’es rendu compte de la face cachée de la technique… Si on l’utilise jusqu'à son dernier souffle de chakra on peut en mourir, mais tu n’es pas la pour ça ! Maintenant exercice...

Le genin se trouvait juste à côté du jounin, lequel allait lui faire un exemple. Hiryuu concentra son chakra et Riku sentit la pression monter très rapidement jusqu'à qu’une force le projette quelques mètres plus loin. Après une roulade, le garçon aux cheveux blancs se releva en croisant les bras devant lui pour se protéger.

[Riku] – Wouah… ça c’est de la technique, mais j’ai quand même morflé…

Le jounin se rapprocha de son élève et le regarda comme si de rien n’était, il dégageait encore une aura puissante digne de son rang. Il demanda à Riku de se relever et d’essayer à son tour, le genin se mit en place et se concentra.

*Malaxer le chakra et l’expulser par tous les pores de son corps…*

[Riku] – Chakra no Haretsu !

Le genin essaya mais rien ne se passait, il devenait tout rouge à forcer comme un malade mais aucun résultat. Hiryuu le regarda avec un certain dédain, peut être était-ce pour l’encourager ou alors il le prenait vraiment pour un nul. Ni une ni deux, Riku recommença avec encore plus de hargne et de volonté.

Cette fois-ci, il sentit son énergie sortir de son corps, cela le brûlait de l’intérieur mais il sentait la puissance émaner de lui. Puis plus rien, c’était difficile d’extérioriser son chakra d’un coup pour faire comme une explosion. Pour l’instant, il n’avait réussi qu’a diffuser son chakra hors de son corps épuisant ses réserves inutilement.

[Riku] – Je vais y arriver cette fois ! Chakra no Haretsu !

Cette fois, le chakra sortit d’un coup mais ne fit toujours pas l’effet d’une explosion, sans doute pas assez correctement dosé. Riku regarda le jounin et recommença.

[Hiryuu] – Tu n’es pas aussi doué que je ne le pensait… tu me déçois…

La colère monta en lui, le genin sentit la terre remuer sous ses pieds puis il se calma. Il ferma les yeux et se détendit, il sentait le regard du prof peser sur lui et il avait envie de faire cesser cette pression. Riku cria le nom de la technique et le chakra brûla son corps et hiryuu fut repoussé, bien qu’il garda une certaine classe lorsque ses pieds glissèrent sur le sol.

[Riku] – J’ai réussi…

Le jounin revint à côté du genin et lui sourit à peine, il prit la parole parlant d’un ton distrait.

[Hiryuu] – Bon, t’as plus qu’à t’entraîner seul pour la maîtriser parfaitement… Tu passeras me voir quand tu y arriveras mieux… Tu n’es pas trop mauvais mais pas aussi doué que moi a ton âge…

Riku pris ça comme un compliment venant de la part d’un des plus doué des ninjas de Konoha. Il le remercia et partit en direction de la forêt, il allait perfectionner la technique en pratiquant, mais il ferait attention à ne pas y laisser son dernier souffle.

[Direction entraînement de Sabi]

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Lun 14 Juil - 17:17

Sabi traversait tranquillement les couloirs de l'administration de la zone ninjutsu du grand site académique. En fait, il avait un peu la tête dans le cul, et voyant le soleil si élevé dans le ciel, il commençait à se dire que cette journée tout aussi dure que la précédente. Il devait bien être dix heure, et il avait dormi jusque là, lui le genin ingrat. Oui, vraiment, il s'en voulait. Mais repensait à sa journée d'hier, et au bonheur de trouver, au calme, une couette et un bon oreiller, il s'avouait qualifier cela de "situation honorifique de repos du genin". Bref, un terme pédagogique qui lui évitait la punition martiale.
Il avait cependant le pas léger, et malgré les nombreux bâillements, il ne se lassait pas de marcher comme un sot, ne savant que chercher, regardant la grande cour de l'Académie du village caché de la feuille.

Il découvrit finalement le couloir EB001115225266688585 qu'il avait repéré la veille, juste à l'intersection de l'A0BB12E51 -comme le pastis... 51... - et de l'O25EO78. Alors il délaissa les fenêtres du long couloir qui donnait une vue magnifique sur la fontaine centrale pour reporter son attention sur les noms inscrits sur les nombreuses portes qui faisait du couloir... un couloir, et non un long corridor sans issue.

- Flashback -


Le nouveau genin rentrait chez lui. Découvrant Takeshi étaler sur le sol, dans la salle à manger, il ne posa pas de question, supposant avec vérité qu'il ferait de même dans quelques heures et qu'il n'aimerait pas être emmerdé. Il se pointa juste devant lui, et écouta avec amusement la respiration du vieillard Uchiha - quarante et uns an tout juste... Masquant son visage d'une ombre étrangement fraîche par rapport au soleil agressif de la journée, le jounin se releva sur ses bras, transpirant, dégainant sans peine un kunai. Mais lorsqu'il vit la forme de son neveu, il soupira, maugréant dans sa barbe un quelconque marmont. Pourtant Sabi ne bougeait pas. Il chercha alors la signification de tout ce cirque, et remonta de bas en haut son neveu. Effectivement, dans ses cheveux, quelque chose avait changé.


"Coiffeur ?"

Le pieds gauche de Sabi s'étala sur la joue du parrain, qui s'effondra, définitivement cette fois. Sabi soupira, et retira son bandeau, pour le poser sur la petite table, juste à côté de Takeshi. Il n'en avait plus besoin. Se passant une main dans les cheveux, il se refit une beauté, le bandeau ayant laissé une marque relativement horrible une fois enlevée.

L'Uchiha sortit rapidement du domaine et se plongea dans le coeur de la ville. Il avait une petite idée en tête. Ce soir, Takeshi lui préparerait un petit truc, pour fêter l'évènement, mais c'était le lendemain qui l'intéressait pour le moment, et cette recherche continuelle de progression et de puissance. Il passa les grandes portes de l'académie, souhaitant le bonsoir au bibliothécaire d'un signe de la tête et d'un sourire amical et franc. Après ses premières ébauches dans ce lieu si gigantesque, il se repérait maintenant avec précision, et se dirigea sur le champs dans la zone concernant le ninjutsu. Il passa rapidement la plus large partie qui consistait les techniques élémentaires, les sciences de l'élément, le ninjutsu de combat et l'histoire de l'utilisation du chakra par l'homme, pour finalement tomber sur ce qui l'intéressait : le ninjutsu non-élémentaire. Il tourna les pages, et chercha, regardant à peine le temps qui passait. Le gras bonhomme, généreux et toujouts joyeux vint enfin le trouver, son sourire toujours pendant, et d'une gentillesse extrême. L'Uchiha releva enfin la tête, et remarqua enfin qu'il était seul, dans les rayons plus personne ne lisait, mise à part quelques rares étudiants, futurs talents de la prochaine promotion. Il se rendait alors compte qu'il était finalement très peu aller dans les rangs de la bibliothèque et que son système d'étude n'était peut-être pas au point. Mais ce n'était guère le moment pour penser stratégie technique.

*Taitou Suiryokou...*

Il répondit par un même sourire, et ferma le livre, les yeux brillants. Il avait trouvé cette technique, et n'avait eu le temps que de lire à peine quelques pages. Il savait quoi faire demain, finalement. Il rangea le bouquin et s'enfuit en courant, remerciant de la main le directeur de la grande bibliothèque de Konoha. Une fois rentré chez lui, il se jeta sur l'annuaire académique.


"Tsubaki !"

"Qu'est-ce que tu dis ?!?"

Takeshi s'était réveillé. Au son de ce nom il venait de rappliquer dans la petite chambre de Sabi, le tablier autour du cou, le couteau de cuisine dans une main, la louche dans l'autre.
Sa mine décomposée commençait à faire peur à l'Uchiha...


"Oui Tsubaki. C'est une chuunin de l'acadé..."

"Je sais crétin ! Mais je t'interdis d'aller là-bas !"

L'Uchiha regarda son oncle avec une certaine surprise. Pourquoi un tel refus ? La jeune femme, de ce qu'il pouvait lire, et voir (...) semblait charmante. Sa réputation était tout à fait bonne, et ses compétences adéquates. C'était d'ailleurs pour cela qu'il l'avait choisie.

"Il y a un problème ?"

"C'est femme est... un démon ! Elle va te corrompre fils !"

"Oui... C'est.. une femme quoi."

Une grosse goutte coula sur le front de Takeshi. Le syllogisme était... parfait. Il baissa la tête, son menton touchant son torse, et ses épaules descendant de quelques centimètres. Résignés, il repartit en direction de la cuisine.

"L'avantage, c'est que j'aurais plus à faire à manger pour deux demain..."

Le quadragénaire ne cessait de ronchonner en s'éloignant. Il le faisait bien rire. Sabi pensait à toutes ses frasques qu'un gribout comme lui aurait pu faire dans sa jeunesse. Pourtant, lorsque l'homme était sérieux, il était plutôt chiant.

***


Dernière édition par Sabi le Mar 13 Jan - 23:14, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Lun 14 Juil - 17:17

Le bout de ses lèvres se levèrent en pensait aux frasques d'hier. Il avait autre chose à faire maintenant. Il marchait encore, nonchalant, dans le long couloir E.... Enfin le même que tout à l'heure en fait. Il s'arrêta, net. Un nom venait de percuter son esprit. Dans un italique tout à fait remarquable, l'agréable nom de 'Tsubaki' était écrit en large sur la porte, de sorte qu'on ne puisse pas le louper. Il frappa deux coups, brefs et succins, et ouvrit la porte. Une jeune femme était assise à son bureau et écrivait longuement et avec grâce sur quelques feuilles de papier. Au bruit du choc avec le bois de la porte, elle détourna son regard et attendit que le géneur ose se pointer.

"Oha, Tsubaki-senseï. Uchiha Sabi, Equipe 1 de Kono..."

Elle fit basculer sa chaise en arrière, un grand sourire sur son visage. Son attitude avait légèrement changer. Sabi prenait d'énormes risques en venant demander un service à ce professeur. Les femmes typées d'un caractère tendant vers le blond mental plus que de couleur énervaient au plus haut point l'Uchiha. Ginko en faisait parti, bien évidemment. Mais il préférait oublier rapidement cette journée-là.

"Team one ? Waouh ! Avec Ginko-chan... La chance... Ah mais... Oui, je me souviens de toi. Enfin de toi... Elle faisait encore tout un raffut dans la mairie parce qu'elle te trouvait pas... Ca fait trois mois qu'elle n'avait pas revu le village, et pourtant elle est toujours la même."

Sabi commençait à désespérer, mais vu l'attitude de Tsubaki concernant le sujet Ginko, le temps faisait son oeuvre, et un jour, peut-être, il pourrait éventuellement s'y faire. Le conditionnel reste de mise.

"D'ailleurs, tu es avec un élève à moi. Riku-kun..."

"Hai."

Un long silence s'imiça entre les deux personnages, un silence de plomb. Si l'Uchiha pouvait supporter cette tension avec un certain plaisir malsain, le jeune femme semblait préférer les humeurs joyeuses et les cours généreux. C'est donc en toute logique, elle qui rompit l'invisible imbécile qui avait bloqué leurs cordes vocales.

"Bon alors, Sabi-kun, qu'est-ce que je peux faire pour toi ?"

Elle le réveillait d'un coup sec, et déjà la chuunin arborait des couleurs bien plus agréables. Il n'avait pas remarquer, mais faire cours en talon à aiguille et décolleté éventail commençait à le mettre mal à l'aise. Tout cela n'était pas bon pour sa concentration et il lutta avec acharnement pour retrouver l'objectif de sa venue.

"Je voulais savoir si vous pourriez m'apprendre une technique. Riku et moi venons d'avoir notre bandeau, mais nous avons encore beaucoup de travail à faire."

La chuunin parut surprise. Elle regardit une nouvelle fois bizarrement le genin qu'elle n'avais jamais vu auparavant.

"Mais... Tu n'étais pas en amphi avec moi pourtant."

"Je..."

Effectivement la naïveté bedaine de Tsubaki le mettait das un embarra flaran. Elle gémissait d'un petit rire mignon mais qui faisait un peu plus rougir encore l'Uchiha.

"Vous êtes la mieux placé, nan ?"

Elle se rapprocha de lui et lui tira les joues avec ses jolis doigts fins.

"Tu as raison !"

Fière, elle se redressa et d'un geste de la main lui propose de s'asseoir. Elle, reprit sa place au tableau, rangeant quelques affaires. Sabi souleva difficilement son sac, commençant à comprendre le pourquoi du comment des menaces de Takeshi. Mais il devait tenir bon. Il s'assit au premier rang du gran amphi, mais n'ouvrit pas son sac.

"Alors, à quoi on s'attaque ?"

"Taitou Suiryoku, la description de la technique et tout ce que j'ai pu en lire hier soir m'ont attiré vers elle."

"Tu as bon goût ! Surtout pour un personnage comme toi. Finalement, cette technique ressemble dans sa manipulation à un Chidori version bébé !"

Il prenait ça pour un compliment et oubliait la fin de la phrase. Ces femmes-là, il préférait les détester parce qu'elle savaient jouer avec ses nerfs avec une facilité déconcertante. Affligeant comme situation.

Sabi savait que la jeune femme était très douée dans la maîtrise du chakra. C’était pour cela qu’elle était institutrice, bien malgré elle. Bien que cela ne soit apparemment pas un calvaire d’une violence extrême. Cette précision dans son dosage, sa connaissance dans l’étude, l’érudit Tsubaki semblait remporter toutes les palmes de sa promotions. C’était ce que l’Uchiha évoquait, quand il parlait de ‘compétences’. Bien évidemment, tous les professeurs avaient des niveaux spectaculaires, mais comme tout shinobi, certains étaient plus attirés par un certain art du combat qu’un autre. Pour former un étudiant, il n’y avait pas besoin de distinction. Finalement, tous avaient les bases. Mais les genin avaient encore besoin de précieux conseils et d’entraînements théoriques poussés.

Elle se mit devant son bureau, posa ses fesses dessus et passa une jambe sur l’autre, le tout de façon très sensuel. Sabi se demandait si elle faisait exprès, si tout ce cinéma était vraiment provocateur. Dans son regard, on aurait dit une certaine forme d’inconscience. Qu’est-ce qui lui plaisir le plus ? Détruire la personne qu’elle avait en face d’elle, ou simplement s’affirmer belle ? Il avait honte de se poser ces questions, mais il n’avait guère le choix : du moins elle ne lui laissait pas. Il sentit comme une vague de chakra, mais il ne put dire de quoi elle était vraiment faite. Il observa avec minutie le bras de la chuunin qui se mit à étinceler sous l’action du chakra. Sa maîtrise lui permettait de créer une forme tout à fait superbe, brillante de mille feux. L’énergie provoquée ne cessait de s’accroître et formait une seconde peau où des éclairs de quelques centimètres semblaient créer un léger champ magnétique. Tsubaki leva légèrement la main, et Sabi comprit qu’il était en danger. Doucement, il se leva, et se mit sur ses appuis. Mais la jeune femme avait déjà terminé de sonder son chakra qui était concentré dans des mesures exceptionnellement précises. Elle allait lancer l’offensive : elle baissa… son index. Une décharge de chakra se répercuta, provoquant une perte d’énergie du système. La vitesse de réaction était impressionnante, la violence de l’énergie énorme, grâce à sa concentration fantastique. Une lame d’énergie compacte mais fine fut projeter vers le genin qui avait heureusement bien senti le coup. Il se décala d’un pas vif sur sa droite et regarda sa place subir un impact.


« Cela, ce n’est rien. Juste un doigt. Mais voilà à quoi ça devrait ressembler. On va revoir tout ça, je ne pense pas que tu es tout compris juste en me regardant. »

Soupirant, mais soufflant de remerciement que la chuunin est retenue sa force surhumaine dans son utilisation du chakra, il acquiesça et se rassit tranquillement.

« Le système, c’est de gérer avec précision la concentration en chakra dans ton bras. Car c’est le mouvement de celui-ci, de bas en haut qui va créer une vague d’énergie. Pour que cette vague puisse existé il faut créer une différence énergétique, entre le milieu extérieur, et le milieu interne : ta main. Cette énergie va correspondre à la différence de l’énergie cinétique, produite lors de ton mouvement, et l’énergie potentielle de pesanteur, qui diminuer à mesure que ton bras se rapprochera du sol. En toute logique, pour effectuer ainsi, ton énergie de pesanteur se transformera en énergie cinétique du à la vitesse que prendra ton bras. Il faudra alors que le mouvement effectuée soit bien plus rapide et bien plus concentré en chakra, de sorte que le chakra compense toute perte abusive, ou toute dis proportionnalité du système. La base, c’est le chakra. Il doit être stable, et en bonne proportion. Ensuite, tout est affaire de réalisation.
Le Taitou Suiryoku demande une grande agilité et une bonne présence physique. Plus tu auras l’avantage sur ce terrain par rapport à ton adversaire, plus ta technique sera meurtrière. Tu dois cependant faire attention à tout mouvement d’esquive, qui pourrait te nuire et renverser la balance. Mais avec une bonne maîtrise, une vitesse de réalisation intéressante et surtout une qualité de chakra, le Taitou est toujours une technique dangereuse et dévastatrice.

Tu peux essayer si tu veux.. Enfin tu ne touches pas mon joli corps ! »


Sabi écoutait attentivement la chuunin qui augmentait sûrement la moyenne d’âge de cette caste. On disait qu’elle avait refusé son grade de jounin. Elle devait avoir ses raisons. Il restait que sa réputation était toujours au beau fixe auprès des élèves, notamment des garçons. Mais.. Elle devait forcément avoir des talents de pédagogue, parce que Sabi ne comprenait pas comment ils pouvaient se concentrer avec une vue si imprenable sur ses cuisses… Il suivit pourtant les instructions de Tsubaki, et, prenant son avant-bras droit dans sa main gauche, il se concentra. Le chakra affluait, ce n’était pas, en soit, un problème. Puis, levant son bras, il accentua la pigmentation de celui-ci, lui donnant une touche fine et piquante. Il baissa rapidement son bras, créant une déflagration d’énergie qui percuta le tableau en plein milieu.

« Wahouuu ! C’est suuper ! T’es trop fort Sabi-kun ! »

Le genin regardait sa main, qui tremblait légèrement d’une telle puissance. Elle se rapprocha de lui et se saisit de son poignet avec vigueur.

« Avec un peu d’entraînement, tu verras ! En attendant, n’hésite pas à repasser ! Sabi-kuuun ! »

La femme enivré de joie, pour une raison ou pour un autre, à vrai dire il lui en fallait peu, courrait un peu partout dans l’amphithéâtre. Sabi soupirait, jouant au grand enfant mature qu’il n’était pas. Non, sûrement pas. Mais finalement, la générosité de la jeune femme lui faisait du bien, et sa matinée commençait bien mieux que la veille. Il n’osa déranger la jeune femme dans son rite matinal et sortit par la petite porte avec discrétion. Il reviendrait, sûrement.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 15 Juil - 12:22

Il était temps de mettre en pratique les conclusions qu’il s’étai lui-même faite de son combat avec Yosuke. Il fallait s’instruire, apprendre de nouvelle technique, et ainsi devenir un Shinobi plus puissant. Il avait rendez-vous avec son camarade Chunin et ensemble, ils étudieraient sûrement deux fois plus vite.

L’académie n’avait pas changé depuis sa dernière visite, les jeunes étudiants se déplaçaient dans les couloirs avec toujours autant d’entrain. Il se demandait comment allait son ancien Sempai, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas vu Botan mais il savait qu’il était partit en mission et qu’il ne le reverrait pas avant que lui-même ait finit sa propre mission avec sa nouvelle équipe.

Nana – Eh, Naoki !!!

Il lui était inutile de se retourner pour reconnaître la personne qui avait cette voix désormais familière. Il fréquentait tellement sa sœur ses jours ci qu’il avait l’impression d’avoir un lien de fraternité depuis toujours avec elle.

Naoki – Salut ! Comment vas-tu depuis le jour où ta sœur nous a attaqués.

Nana – Ca va… Mais laisse-moi te présenter un ami : Shinzaburo.

Et effectivement, un garçon se trouvait à ses côtés, tellement discret que Naoki ne l’avait pas remarqué avant que Nana ne lui présente, un petit garçon aux cheveux noir, et en dessous de la mèche de cheveux qui lui couvrait plus que le front, on pouvait distinguer des yeux noirs qui donnait à son regard, associé à son sourire, lui donnait un air plein de malice infantile et de bonne humeur

Naoki – C’est vrai, ça fait combien de temps que tu es ici ?

Shinzaburo – Vraiment pas longtemps, Je me sens complètement perdu. Houla, il faut que j’y aille. A la prochaine !

Nana – Moi aussi, à plus tard Naoki.

Le rendez-vous de Naoki devait se faire à l’amphi et il n’était plus trop en avance. Le jeune garçon se dépêcha de rejoindre la salle où s’effectuait les cours de Ninjutsu, le professeur était Tsubaki-sensei, il ne l’a connaissait pas très bien. Désormais, il n’avait plus qu’à attendre prêt de l’entrée que son camarade Chunin vienne le rejoindre.
Yosuke Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 15 Juil - 13:14

[Venant de l'Académie]

[Yosuke] " Bon il faut que j'y aille. J'ai un rendez-vous à l'Académie. Equipe 4, à bientôt. "

Voici les derniers mots qu'il avait réservé à son équipe lors de leur première réunion, et il estpérait que ça ne serait pas la dernière. Un sensei qui passait du bureau du maître à l'amphi de l'élève, c'était vraiment peu commun mais c'était son cas. Il n'était que chuunin après tout, il avait encore énormement de choses à apprendre et il ne se revendiquait pas autodidacte. L'académie était encore un lieu où il pouvait apprendre.

Naoki devait certainement l'attendre devant l'entrée d'un amphithéâtre. A vrai dire, en feuilletant dans un livre à la bibliothèque l'autre jour, il avait trouvé une technique alliant ninjutsu et taijutsu. Cette technique parait redoutable et elle avait tot fait d'interesser Naoki. Quant à lui, Yosuke aimait l'idée de pouvoir accroître ses connaissances sur le taijutsu. C'est une discipline qu'il aimait beaucoup et cette technique était, entre autre le fait de gagner en puissance d'attaque, une excuse pour pratiquer ce genre d'entraînement. Après tout, cela faisait quelques semaines qu'ils commençaient à courir et faire de l'exercice pour gagner en muscles. Il était jaloux de ces taijutsuteurs qui n'ont pas besoin d'armes pour tuer, leur corps est leur arme la plus puissante. Il ne reniait en rien sa spécialité, le ninjutsu était sa vie et il était certain d'avoir un peu de talent dans son domaine mais il aimait effleurer d'autres éléments et d'autres spécialités. et aujourd'hui son obscession se tournait vers le taijutsu.

[Yosuke] " Yo !"

Il avait repéré Naoki de loin, de très loin en fait. Il était le seul à traîner dans les couloirs. Peut-être que le cours avait déjà commencé... en même temps il y avait très peu de chance que quelqu'un fasse un cours sur le chidori pour une assemblée d'une centaine de personnes. La technique n'était accesseible qu'à certaines personnes dans certaines conditions.

[Yosuke] " Tu as choisi un prof à aller voir ? "

Naoki lui montra la porte. Yosuke se surprit àvourir d'un cran la porte pour entrapercevoir les gens à l'interieur. Ces talons, cette jupe, ces cheveux soignées et blonds et ce maquillage, aucun doute là-dessus.

[Yosuke] " Tsubaki-sensei hein ? "

Il referma la porte doucement, il ne voulait pas déranger le cours.

[Yosuke] " Je la connais un peu. C'est elle qui m'a prise en main quand tout semblait perdu. C'est un bon prof mais... je suis pas certain qu'elle connaisse le taijutsu, alors le chidori..."

Sans doute que Naoki s'était laissé charmer par le charme de la belle, c'est vrai qu'elle était éllégante dans son style mais Yosuke ne s'était jamais laissé berné. Tsubaki était plus du genre à ne pas vouloir se casser un ongle et à rester le plus loin possible des problèmes, c'est à dire du corps à corps.

[Yosuke] " A moins que tu veuilles à tout prix avoir un cours partiulier avec elle..."

Yosuke avait ces yeux qu'on ne pouvait pas voir sans dire : " lui il pense à un truc pas catholique" mais en fait, c'était fait exprès. Après tout, Naoki avait l'air de traîner avec beaucoup de filles plutôt pas vilaines. Il savait les choisir...

[Yosuke] " Tu veux ajouter son nom dans ton carnet de conquête féminines ? "

Il voulait voir sa réaction, et pourquoi pas le faire rougir jusqu'aux oreilles. Ca le ferrait bien rigoler !




Dernière édition par Yosuke le Jeu 24 Juil - 19:40, édité 4 fois
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   

Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Amphithéâtre Ninjutsu
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Amphithéâtre Médecine
» Mudras pour Ninjutsu, Genjutsu et Kekkai Genkai
» Amphi de Ninjutsu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-