Partagez | 
 

 Amphithéâtre Ninjutsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

MessageSujet: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 16 Mar - 12:44

Rappel du premier message :

Note : La dénomination NINJUTSU comprend : NINJUTSU ÉLÉMENTAIRE, NINJUTSU NON ÉLÉMENTAIRE et NINJUTSU DE COMBAT.

***


Les élèves ne cessaient d'affluer dans la vaste salle. C'était l'une des quatre plus grandes salles de l'Académie, terminée récemment, et qui sentait encore le neuf. Les bancs se remplissaient rapidement, et petit à petit les quelques vides visibles se comblaient.

Tsubaki jouait avec une petite ficelle bleue, et n'en détachait pas son attention. Elle ne s'intéressait pas aux nombreux étudiants qui cherchaient à capter son regard. Elle ne s'intéressait pas plus à Daiki, qui serrait convulsivement son poing puissant. Son corbeau était accroché à son épaule et Tsubaki ne put s'empêcher de soupirer.

[Daiki] - T'as dis quequ'chose ?

Pour la première fois, Tsubaki releva les yeux.

[Tsubaki] - J'ai dis : ton bestiaux me crache sur la jupe ou le chemisier, je le fais cuire à point pour en déguster chaque os à midi.

Daiki se redressa si soudainement que sa chaise vola en arrière.

[Daiki] - Petite... !

[Reiko] - Daiki, on s'assoit.

Elle murmura plus bas.

[Reiko] - Et on ne menace pas ses collègues !

Elle suivit son propre ordre en s'asseyant derrière le large bureau prévu pour les professeurs en charge du cours.

[Reiko] - Bonjour à tous pour ce cours sur le Ninjutsu ! Par Ninjutsu, j'entends certes le contrôle du feu, mais également le combat par armes blanches et le Ninjutsu plus classique.

Elle sourit, et rapprocha le micro de ses lèvres.

[Reiko] - Nous serons vos professeurs pour cette matière délicate, et nous vous enseignerons de notre mieux la façon de la maîtriser.

Tsubaki laissait son regard dériver parmi les rangs étudiants et, de temps à autre, elle répondait à un sourire par un autre. Daiki, lui, regardait obstinément le fond de la salle. Reiko poursuivait son bref exposé.

[Reiko] - Je me présente : Reiko Kairi, en charge du corps enseignant dans son ensemble et professeur de Ninjutsu.

Elle se tourna légèrement et désigna d'un ample geste du bras Tsubaki.

[Reiko] - Voici Tsubaki Hasuno, qui tentera de vous faire passer sa formidable puissance.

Tsubaki répondit d'un petit signe de la main et d'un nouveau sourire. Elle pourrait bientôt partir, ha ! C'était Reiko qui s'occuperait de ce cours. Elle jugea préférable d'ajouter un petit mot, pour montrer qu'elle s'intéressait à ce qu'elle faisait - ce qui était un mensonge relatif.

[Tsubaki] - À plus tard, je vous attends nombreux !

[Reiko] - Et voici Daiki Senjago, qui maîtrise mieux que quiconque l'élément du feu.

[Daiki] - Vous aurez intérêt à devenir rapidement meilleur, c'est moi qui vous le dis. Je n'aime pas ceux qui lambinent dans les petites sections.

Reiko continua son tour d'horizon sans tenir compte du ton incisif de son collègue.

[Reiko] - Voici Hiryuu Gesshoku, qui devrait vous apprendre à vous hisser parmi les meilleurs.

Hiryuu eut un sourire étrange sur les lèvres.

[Hiryuu] - Ça, ça ne dépend que de vous. Moi, je sais ce que je vaux.

[Reiko] - Et enfin, voici Uchiki Matsuda, avec qui vous devrez rapidement bien vous entendre.

Matsuda se leva, tirant nerveusement sur ses gants. Elle sourit légèrement.

[Matsuda] - Je l'espère oui...

Reiko se tourna de nouveau vers l'assemblée d'étudiants. Dans les jours à venir, ils auraient certainement fait le tour de l'ensemble des professeurs du Ninjutsu.
Tssubaki fut la première à se lever, elle salua les personnes présentes et descendit de la tribune pour s'engouffrer dans l'une des sorties de secours. Daiki la suivit, lui laissant juste suffisamment d'avance pour être sûr de ne pas devoir se la coltiner pendant tout le trajet.

[Reiko] - Bien, commençons le cours...

AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 15 Mar - 16:38

Taka : +13 XP - Technique validée

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Lun 16 Mar - 21:52

[Suite du Domaine du Tigre]

Dehors, le soleil avait entamé sa course, plongeant Konoha dans les premiers rayons tièdes de la journée. Taka, simplement vêtue et sans même un sac ou un livre à la main, arpentait les rues en direction de l’académie. Il y avait du travail encore aujourd’hui même s’il s’annonçait peu intensif et qu’il n’allait pas prendre beaucoup de temps. L’air frais venait emplir les poumons de la Uchiha qui avançait insouciante, sans même prêter attention à ce qui se passait autour d’elle, on la salua même sans qu’elle ne s’en rende compte, préoccupée par certaines choses, certains doutes, certaines questions.

Elle franchit le portail de l’académie puis se dirigea directement vers l’amphithéâtre douze dont la porte était déjà ouverte. Uchiki semblait arrivée plus tôt que prévu et elle attendait déjà en bas, sur l’estrade devant le tableau. Taka passa le seuil de la salle puis descendit jusqu’au premier rang. Elle salua son homologue qui s’approcha pour engager la conversation visiblement de bonne humeur.

[Uchiki] – Moins gênée aujourd’hui ?

[Taka] – Il n’y a personne pour l’instant, ca risque d’être autre chose d’ici quelques minutes.

A peine la phrase terminée, on entendait déjà des voix d’enfants dans le couloir. Taka soupira sous le rire sympathique du professeur qui s’en alla inviter les élèves à rentrer. Pendant une seconde, Taka eut envie de se transformer en un étudiant comme tous les autres, elle hésita d’ailleurs à se mettre à exécution mais quelque chose la retenait, elle ne savait pas bien quoi. Finalement l’amphithéâtre se remplit pendant qu’elle allait s’excentrer à un bout de la salle. Tous les élèves présents, le cours allait pouvoir débuter.

[Uchiki] – Bien ! D’abord bonjour à tous. Installez vous correctement, nous allons commencer.

Les derniers arrivants s’assirent et sortirent des cahiers et des crayons prêts à noter tout et n’importe quoi, pourvu que ce soit des paroles débitées par l’enseignant. Quelque part, Taka était contente de ne pas avoir suivi ce genre de protocole d’apprentissage. Les travaux pratiques l’intéressaient beaucoup plus. Elle se rendit compte qu’il s’agissait d’un privilège de pouvoir être entraînée par une seule personne qui se dévouait totalement, avec ou sans bonne volonté, à votre progression. A cette pensée, son esprit se tourna vers Kenji. Mais elle dut revenir rapidement au cours car Uchiki avait déjà commencé à parler.

[Uchiki] – Aujourd’hui nous allons aborder une nouvelle technique qui nécessite que vous sachiez déjà créer une fausse apparence de vous même car le procédé est un peu le même quelque part.

Les stylos grattaient le papier, un peu à la surprise de Taka car il n’y avait rien à écrire. Elle dévisagea Uchiki sans comprendre et cette dernière lui sourit apparemment habituée à ce furieux besoin de se rassurer en notant.

[Uchiki] – Le Bunshin no Jutsu est une technique visant à créer un double de vous ou de n’importe quoi d’autre que vous souhaitez. Utile pour servir de leurre et pour se sortir de situations complexes en créant des quiproquos, il est aussi fréquemment employé pour gagner du temps pendant des combats. Cependant, rappelez vous qu’il est rapidement couteux en chakra si on se repose dessus pour une stratégie, et qu’il n’est qu’un voile de chakra dont la résistance est inexistante.

Le signe à utiliser est le même que celui du Henge. Pour le protocole, malaxez votre chakra dans les même proportions que précédemment puis extériorisez le sous forme d’une feuille plus ou moins épaisse. Enfin, modulez cette feuille dans les trois dimensions pour en faire un volume. Il peut être creux ou plein, peu importe ça ne reste que de l’énergie en suspension. Il ne vous reste plus qu’à condenser un peu la couche externe pour lui donner un semblant de réelle consistance et le tour est joué.


Au fur et à mesure des explications, elle illustrait ses propos avec une masse de chakra visible de tout l’amphithéâtre. La forme se gonfla un tout petit peu puis dans un panache de fumée apparut une deuxième Uchiki.

Les enfants s’empressèrent de finir de tout noter afin de procéder à la deuxième partie du cours où les premières questions pouvaient être posées. Ce jour là, pas de travaux pratiques, pas d’extérieur, pas de groupes de travail commandés par la Chuunin, pourtant il semblait qu’elle aurait bien pris le temps de le faire. La séance interrogatoire se terminant, tous le monde se leva puis quitta la salle pressé d’arriver à maîtriser ce nouveau tour de passe-passe. Taka aussi quitta sa chaise, elle salua de loin l’enseignante puis laissa la salle derrière elle, se dirigeant vers la salle commune indiquée par les panneaux accrochés un peu partout dans les couloirs.

[Suite à la salle commune]



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 18 Mar - 16:28

Taka : +8 XP
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Lun 25 Mai - 0:00

Deuxième étape dans mon apprentissage des bases. Cet après-midi je me rend à l'académie pour un cours de ninjutsu sur le henge. Le henge est un jutsu des plus basique qui consiste à prendre l'apparence d'un objet ou d'une personne. L'utilité de ce jutsu est surtout pour les missions d'espionnage, mais il peut également aider dans un combat où il y a beaucoup d'agitation et bien sûr avec plusieurs ennemis. C'était nouveau pour moi. D'habitude cours, rime souvent par coup de pied au cul avec moi. De plus les cours se déroulaient en plein air pendant une répétition ou une pause. Alors que là, des personnes sont payées pour cela. Drôle d'idée pensais-je. J'arrivais devant le dome. Il y en avait plusieurs du même style mais seul un m'intéressait aujourd'hui. Certainement un jour reviendrais-je pour l'amphi de taijutsu mais seul l'amphi de ninjutsu m'intéressait pour l'instant. Je pénétrais à l'intérieur en suivant une bande de jeune ninja, tous semble t-il encore à l'académie. J'avais l'impression d'être un géant à côté de ces gosses. Déjà que je suis plus grand qu'à la normal au prêt des gens de mon âge, mais alors là... Je me plaçais au fond de l'estrade pour essayer de passer inaperçu, mais aucune chance. Déjà certain se mettait à se demander pourquoi un genin de mon âge vient dans ce cours aussi simplet. Tandis que d'autre était en train de se moquer en disant que j'étais tellement nul que je devais venir ici apprendre le henge.

*Ils mettent mes nerfs à vif ces enfoirés...*

Soudain une porte s'ouvra et une femme, la vingtaine, entra. Elle avait un cahier de note dans une main et un rouleaux dans l'autre. Elle posa le tout sur le bureau et jeta un rapide coup d'oeil dans l'amphi.

[Reiko]"Bonjour. Je suis le professeur Reiko Kairi. Professeur de ninjutsu alors ce qui se sont trompés veillait sortir."

Elle reprit lorsqu'une paire d'élève venait de franchir la porte de sortie.

[Raiko]"Bien le cour d'aujourd'hui est le henge comme vous le savez. Je pratiquerais d'abord un cours théorique puis nous passerons à la pratique."

Elle commença à dérouler son rouleau puis elle le regarda rapidement jetant en même temps des regards sur les élèves devant elle.

[Raiko]"Bien commençons. Tout d'abord, le henge malgré être un jutsu basique est très utile. Il peut notamment vous sauver la vie, ne l'oubliez jamais. La première chose à faire pour pratiquer le henge et de penser à l'apparence que vous voulez prendre, mais ne croyait pas que vous arriverez à le copier entièrement de la tête au pied. Seul les meilleurs shinobis y arrivent. Non contentez vous de copier les éléments évident. Par exemple pour le géant dans le fond de classe."

*Pourquoi moi?*

[Raiko]"Pensait surtout à copier sa taille et certain trait de son visage. Copiais uniquement le principal. N'essayait jamais de copier entièrement une personne en mission ou en combat car cela donnera des résultats inatendu mais dangereux pour votre crédibilité. Par exemple..."

Elle exécuta le signe du henge puis un nuage de fumée l'enveloppa. La douce est ravissante Raiko avait disparu pour laisser apparaitre... moi, mais semble-t-il défiguré par une énorme grimasse. Elle reprit sa forme après que tout le monde eu le temps d'observer.

[Raiko]"C'est le résultat typique d'un beau raté."

Elle recommença, mais fut remplacé par ma copie conforme.

[Raiko]"Voici le résultat que vous obtiendrez après une maitrise parfaite du henge. Très bien maintenant nous allons commencer la pratique. Et pour commencer j'appelle notre géant."

*Evidemment.*

Je me levais alors pour me diriger vers le centre de l'amphi. Je me trouvais alors au centre d'une spirale de murmure. Pourquoi étais-je si important que cela.

*Ignorait moi.*

[Raiko]"Waouh! Tu es encore plus grand de près. Dit tu mesures combien?"

[Hakai]"Euh... Je fais 1m 85 madame."

[Raiko]"1m 85?! Waouh! Et tu es dans la fleur de l'âge tu vas encore grandir. J'ai hâte de voir ce que tu vaux. Vas-y et n'oublie pas qu'on te regarde."

*Merci les encouragements...*

Je fis comme elle l'avais expliqué avant. Je pensais qu'à une personne malheureusement la personne à qui je pensais à chaque instant depuis quelque temps était... Kenji. Je réapparus derrière le rideau de fumée. L'air de Raiko était des plus sérieux.

[Raiko]"Sa ressemble bien à un humain mais... est-il aussi hautain que ce que tu représente?"

[Hakai]"Et bien plus."

[Raiko]"Bon est bien c'est une réussite alors, mais un petit conseil pour la prochaine fois... pense un peu plus à son corps parce que la le bide qui dépasse du t-shirt... Enfin je ne pense pas qu'il ressemble réellement à cela."

Elle poussa un petit rire pour me récompenser avant d'appeler le suivant.

*Etape deux fini.*

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 2 Juin - 0:37

Hakai : +9 XP

Je ne sais pas si une kunoichi pourrait être impressionnée par un mètre quatre-vingt konoha

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Jeu 2 Juil - 1:46

Les couvertures à moitié repoussées, le ventre à l’air, l’étudiant de Konoha dormait à poings fermés. Syara l’observait, les bras croisés. Etudiante sérieuse, au rythme de vie bien réglé, elle était vivement agacée par l’attitude de Kehydan. Il trainait une bonne partie de la journée en ville, se laissait voler son argent et ne s’occupait de rien. Elle se secoua et ouvrit la fenêtre afin de laisser un peu d’air frais pénétrer la petite pièce. Le garçon poussa un vague grognement et se retourna, s’enfouissant sous sa couette avant de soupirer d’aise. Elle se contenta de ramasser son sac avant de sortir sans la moindre discrétion, ce qui ne réveilla pas pour autant le futur shinobi au sommeil si profond.

La jeune fille ne le montrait pas, mais elle se sentait quelque peu ébranlée dans ses convictions. Et si, finalement, tout ça ne servait à rien ? Et puis, elle doutait des capacités de son complice, malgré ce qu’elle avait dit. Un peu plus d’une semaine s’était écoulée depuis leur arrivée à Konoha, et Kehydan se laissait aller… Les premiers jours furent riches en expérience, les suivants beaucoup moins. Il regardait la télé jusque tard, dormait toute la matinée, se lever à midi, aller faire quelques entrainements afin d’augmenter ses capacités physiques avec Valiran, et tout recommencer.

Elle avait la sensation que leurs projets faisaient du surplace, ce qui l’avait poussée à l’engueuler un petit coup la veille au soir. Elle espérait le remotiver et le mettre sur le bon chemin. Syara s’était rendue compte qu’il manquait encore de maturité pour pouvoir se gérer seul et bouger son derrière.

Lorsque l’étudiant s’éveilla, il avait déjà tout oublié de cette histoire. Lorsque ses yeux s’entrouvrirent, ils restèrent plongés dans le noir intense de son bandeau. Il se redressa et fit un rapide tour de la pièce de son Œil Interne qui se posa sur l’horloge qui lui indiqua midi moins vingt. Il se leva et s’accouda à la fenêtre que Syara avait ouverte plus tôt dans la journée. Plus bas, dans la rue, des gens s’interpelaient et discutaient tranquillement. Bientôt chacun rentrera chez soi, manger avec sa famille, à moins qu’ils ne déjeunent avec des collègues dans un restaurant.

Kehydan aurait aimé partager ces instants avec son équipe. Kyuza était sympathique, et il aurait prit plaisir à travailler encore avec lui. Mais il n’avait plus eu de nouvelles, sans doute à cause de l’examen chuunin qui approchait à grand pas. Il s’étira longuement. Il avait suffisamment mis de côté son entraînement, le Bunshin. Valiran lui avait conseillé d’aller travailler le Henge, avant de s’y remettre. Tant pis, il ira seul.

Il alluma le four et fit glisser une pizza surgelée à l’intérieur. Alluma la télévision en attendant que ce soit prêt. On ne peut pas dire que son alimentation était équilibrée depuis qu’il vivait ici. Mais il s’en foutait un peu. Son repas avalé, il prit le chemin de l’Académie ninja de Konoha qui, la veille, lui avait indiqué qu’un cours sur le Henge se tenait à quatorze heures dans l’amphithéâtre de Ninjutsu.

Fait exceptionnel, il arriva à l’heure. Pas en avance, certes. Mais dans les temps et c’était déjà une bonne chose. En fait, ce fut un heureux hasard, car sitôt tous les étudiants réunis devant la professeure, elle jeta un œil à la fenêtre et décréta qu’il devait faire vraiment très bon dehors. Ce qui était effectivement le cas, mais sa remarque paraissait vraiment appuyée. La vingtaine d’étudiants échangeaient tous des regards, et Kehydan se sentit un peu à l’écart. Il profita de ces instants pour les observer, et déduisit que la plupart sinon tous débutaient. Normal pour une technique de base, a priori.


[Uchiki] Bon, je suis Uchiki Matsuda, et nous allons profiter du beau temps pour étudier le Henge dehors. Allons-y, suivez-moi.

Ils n’allèrent pas bien loin, s’installant sur une pelouse bien entretenue, peut-être un peu trop pour les amoureux des herbes folles comme le jeune Lyushan, mais il n’allait pas se plaindre. Il échappait au moins aux amphithéâtres pour cette fois. Plus qu’à éviter de faire la sieste sous le soleil. La jeune enseignante entra directement dans le vif du sujet après avoir posé sur le sol une caisse en carton.

[Uchiki] Le Henge consiste à modifier son apparence physique pour prendre celle d’une autre personne, d’un animal ou même d’un objet. Il s’agit d’une technique de base, mais elle est très utilisée même à haut niveau. En combat, elle permettra de semer la confusion parmi vos adversaires, de les troubler et de les tromper. Et dans le cadre de missions, vous préserverez, grâce à sa maîtrise, votre identité. C’est très important si vous devez vous infiltrer quelque part.

Après cette introduction théorique, la plupart des étudiants commençaient à jouer avec les brins d’herbe ou à fixer le ciel, le regard absent. Certains murmuraient entre eux, et Kehydan se demanda s’il aurait l’occasion de se faire des amis dans un amphi comme celui-ci. Il avait plutôt l’impression que les autres l’évitaient, sans doute dérangés par son bandeau sur les yeux. Uchiki frappa dans ses mains et un léger vent sembla les réveiller tous.

[Uchiki] Maintenant que vous connaissez les principales utilisations de cette technique, passons aux choses sérieuses !

Un sourire engageant éclaira son visage aux traits fins. Elle avait à nouveau capté l’attention de tous.

[Uchiki] Pour exécuter cette technique, vous devez malaxer votre chakra. À force de tentatives vous trouverez la bonne dose qui garantira la réussite de votre Henge. La deuxième étape cruciale sera de reconstituer dans votre esprit ce à quoi vous voulez ressembler dans le moindre de ses détails. Il serait bête, en mission d’infiltration, de se faire attraper parce qu’on a oublié un simple petit grain de beauté. Il vous faudra donc faire preuve d’observation. Vous relâcherez votre technique en effectuant ce signe, ajouta-t-elle en le montrant.Dans un premier temps, je vous conseille d’essayer de métamorphoser seulement quelques éléments de votre apparence. La couleur, la forme et la coupe de vos cheveux par exemple. Ensuite, vous pourrez tenter d’aller plus loin en imitant quelqu’un, puis en modifiant toute votre architecture pour devenir un animal, un adorable petit lapin par exemple ! Bon, je ne vais pas vous assommer d’explications plus longtemps. Vous allez essayer, et je vais passer parmi vous afin de voir si tout se passe bien. Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! Vous avez des miroirs à votre disposition dans cette boîte.

Les voix des étudiants s’élevèrent d’un seul coup bruyamment en même temps qu’ils se mettaient tous debout. Un peu seul, Kehydan suivit le mouvement, et se demanda ce qu’il pouvait bien faire. Se métamorphoser, ok, mais comment vérifier ? Il ne voyait rien d’autre qu’une vitre avec une couche d’aluminium… Les reflets n’existent pas dans son monde. Il commençait à tirailler sur sa mèche préférée lorsqu’il s’aperçut que l’enseignante se frayait un chemin jusqu’à lui.

[Uchiki] Besoin d’un coup de pouce ?
[Kehydan] Heuu… Un ptit peu, c’est que je peux pas vraiment voir le résultat…

Il se sentait un peu embêtait de devoir autant requérir l’aide de l’enseignante, mais il n’avait pas vraiment le choix. Seul, il fonçait droit dans le mur. Elle lui fit signe d’essayer sans la moindre pointe d’agacement a priori.

[Kehydan] Bon, disons que je vais essayer de me faire des cheveux noirs, cette pensée lui arracha une grimace intérieure, lisses et longs jusqu’aux épaules.

Il malaxa son chakra sans cesser de penser à la drôle de tête que porter de tels cheveux lui ferait. Il relâcha alors son énergie en effectuant le signe qu’elle avait montré un peu avant. Il avait l’impression d’avoir pas trop mal réussi, cette technique lui faisait penser au bunshin en plus facile, puisqu’il n’avait pas besoin de créer un corps extérieur. Il fut ainsi quelque peu déconcerté quand l’instructrice pouffa de rire. Il haussa alors un sourire interrogateur.

[Uchiki] Tu as fait poussé un peu trop tes cheveux…Tu as l’air… très belle !

Il rougit légèrement dans la nuque. Il n’avait jamais été vraiment gêné par ses traits efféminés, après tout, cela ne le faisait que ressembler à ses sœurs préférées. Mais là… Tout naturellement, il fit disparaître la technique et retrouva sa crinière ébouriffée. Uchiki en avait profité pour reprendre son sérieux.

[Uchiki] En tout cas, c’est plutôt pas mal pour une première. Essaye de libérer moins de chakra. Tu as très vite compris le système. Réessaie.

Intérieurement, il pensa qu’il était normal qu’il ait vite compris, puisqu’il avait déjà passé du temps sur un entraînement similaire, mais il se tut. Hé quoi, on ne va pas non plus cracher sur les quelques compliments qu’il reçoit. Parce qu’il risque de ne pas en avoir beaucoup… Il se concentra une nouvelle fois en veillant à diminuer la dose de chakra, et ce fut une réussite.

[Uchiki] Bien, essaye des transformations plus importantes, en des éléments que tu connais.

Elle partit alors aider d’autres élèves, laissant derrière elle un Kehydan réjouit. Il essaya diverses métamorphoses, en des membres de sa famille, et s’amusa à se balader parmi les élèves. Parfois, il surprenait un regard fixé sur une main. Il l’observait alors avec attention et s’apercevait qu’il n’avait que trois doigts. À la fin de la séance, il était parvenu à des résultats plutôt satisfaisants. Il restait quelques problèmes du point de vue de l’imitation, mais ce n’était pas un souci de technique, plutôt de vue.

Alors que tous les élèves et leur professeur quittaient la pelouse avec plus ou moins de précipitation, le jeune Lyushan resta, se remémorant les conseils de Kyuza. Maintenant qu’il savait se servir du Henge, peut-être… Il se sentait fatigué, ses réserves d’énergie dangereusement diminuées, mais ses précédentes réussites l’avaient rendu confiant. Il décida de tenter et visualisa dans son esprit une image de lui-même. Inspira. Malaxa son chakra et effectua les signes nécessaires. Il se sentit alors vidé de toute énergie et tomba à genoux, les jambes tremblantes. Son clone s’approcha de lui et lui tendit la main pour l’aider à se relever. Il la saisit et se remit debout tant bien que mal, détaillant son autre lui. Oui, il avait réussit.


*Trop cool ! Quand je montrerai ça à Syara, elle sera épatée !*

Il fit disparaître son clone et s’appuya contre un arbre, le front couvert de sueur. Il vit alors venir Uchiki.

[Uchiki] Tu n’aurais pas dû tenter. Tu ne sais donc pas que si on utilise tout le chakra à notre disposition, on meurt ? Sois plus prudent, à l’avenir. Sur ce, bon courage pour rentrer.

La chuunin s’éloigna. Elle avait sûrement fini ses cours pour la journée. En tout cas, elle avait réussi à faire flipper Kehydan. Valiran avait oublier de préciser cela… Il frissonna en pensant qu’il n’était pas passé loin de la mort par ignorance et intrépidité. Puis se résigna à retourner à l’appartement en se trainant le long du chemin…

*C’est pas ce soir que je ferai une démonstration à Syara…*

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Jeu 2 Juil - 2:17

Lyu : + 10 XP

Techniques validées ^^

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 19 Aoû - 18:11

L’arrivée à Konoha


Le jeune Mike Natoli était désormais partit de la maison, enfin si on peut appeler sa cabane une maison. Le village où il habitait n’était pas si loin de Konoha, bon il fallait faire une bonne heure de marche, mais si on connaissait la route c’était un jeu d’enfant. Malheureusement pour le fils de Yamuro la route lui était complètement inconnu, mais même sans forcement la connaitre celui-ci partit en direction de Konoha en espérant de trouver le bon chemin afin d’arriver aux portes du village.

Mike traversa la frontière de son village en direction de la forêt, il était encore très tôt et les rues étaient encore déserte. C’est pour cela que le prétendant ninja pu sortir aussi des frontières, désormais plus personne ne pouvait le voir, il venait de pénétrer dans la sombre et humide forêt, qui menait à Konoha.

Alors que le soleil commençait à envoyer quelques rayons sur la forêt le jeune Natoli continuait sa marche, heureusement un sentier était présent dans la forêt pour mener justement les personnes du village en direction de Konoha. La journée s’annonçait belle, car les nuages étaient absents dans le ciel, le vent était présent, mais il n’était pas très fort, juste ce qu’il fallait.

Mike continuait sa marche avec un rythme bien soutenu, il était très enthousiaste à l’idée d’aller s’inscrire à l’académie d’un des plus grands villages du continent, pour lui c’était le meilleur village. La route fut assez tranquille, à un certain moment le gamin se trouva à croisement, une route partait à gauche, une au milieu et une au centre, on pouvait remarquer la présence d’un panneau, mais malheureusement celui-ci était coupé. Il leva le bras, l’appuya sur le derrière de son crâne et se gratta, il était dans une situation assez délicate, il ne pouvait se tromper sinon il allait finir autre part que Konoha.

Il devait mettre en marche son cerveau et analyser la situation pour en tirer le maximum d’information pour réussir à prendre le bon chemin. Il contempla les trois chemins, mais pour lui ils étaient tous égaux, c’est alors qu’il sentit une présence à ces côtés.

[Inconnu] : Tu t’es perdu ?

Mike sursauta, il n’avait pas entendu la personne arriver celui-ci, il leva le regard et pu constater que la personne portait un bandeau avec une espèce de flèche dessiné dessus, il portait également un blouson verdâtre, c’était sans aucun doute un ninja de Konoha, mais le jeune Natoli ne pouvait pas le savoir à cause de son manque de connaissance dans le monde shinobi.

[Mike] : Oui effectivement je ne sais pas quel chemin prendre…

[Inconnu] : A gauche c’est pour aller à Oto, au centre c’est Konoha et si tu prends à droite tu vas en direction de Kawa. Bon je te laisse je dois rendre mon rapport à l’Hokage, fait gaffe sur la route !

Le garçon n’eu même pas le temps d’ouvrir la bouche pour remercier le ninja que celui-ci partit en sautant de branche en branche en direction de Konoha, Mike fut émerveillé par la classe du ninja, il comprit sans trop de problème que c’était un ninja de Konoha, par contre le gamin n’avait pas compris qui pouvait être ce soit disant Hokage, mais bon on allait lui apprendre tout cela à l’académie. Mike repris la route pour Konoha, donc il partit sur le sentier du milieu.

La route jusqu’aux portes fut tranquille, il n’eut pas de problème, arrivée la devant il eu à faire aux deux ninja qui se tenaient devant l’entrée du village, le prétendant ninja expliqua sa situation aux gardes et heureusement ceux-ci comprirent sa situation, il fut conduit sans tarder dans le dortoir de l’académie pour se repos, après s’être reposer il du remplir des papiers et ensuite il pu s’inscrire à l’académie de Konoha, où là il commença finalement son aventure de ninja.

3ème année d’académie !


La troisième et dernière année d’académie venait de débuter pour Mike, celui-ci était à présent en connaissance du monde des ninja, il a aussi déjà deux technique dans son répertoire, le Kai, technique qui sert à se libérer des Genjutsu et le Bunshin, qui sert à créer des clones inconsistant. Le jour de la rentrée arriva enfin pour l’aspirant ninja de Konoha, il habitait à l’académie, dans les dortoirs fait exprès pour les gens comme lui, en gros ceux qui étaient orphelin.

Il se leva de bonne heure pour reprendre les cours au plus vite, il était impatient de voir qui serait son nouveau Sensei pour cette année, il mit son complet habituel avec ces fameuses lunettes d’aviation, il adorait être hors du commun. Il arriva donc devant la porte, celle-ci était déjà ouverte, il jeta un coup d’œil à l’intérieur et pu constater la présence d’un ninja, Mike entra et se présenta.

[Mike] : Bonjour je suis Mike Natoli, futur Hokage de Konoha, je suis ici pour ma troisième année d’académie.

Et oui le jeune Natoli avait un Nindo bien précis, devenir Hokage, après avoir écouté attentivement en classe, les cours sur le monde shinobi il voulait à tout prix devenir Kage de Konoha, chose très difficile, mais bon il n’avait que 13 ans. L’étudiant avait un caractère assez particulier, car il ne cache jamais se qu’il a à dire, chose qui ne l’avantage pas forcement. Soudainement il remarqua l’étrange tatouage du prof.

[Mike] : C’est quoi ce tatouage ?

[Hiryuu] : "Ce dragon ? Dis-moi, est-ce que je demande pourquoi tu portes des lunettes ? Non alors arrêtons avec les questions et mettons nous tout de suite au boulot, le cours d'aujourd’hui se basera sur la technique du Henge, en autre terme la technique qui permet de prendre l’apparence de quelqu’un ou de quelque chose, cependant d’après ton niveau tu ne pourras modifier deux choses, modification de la voix, modification du sexe et, ou de l'odeur, modification de l’âge, modification du poids, modification de la taille , modification de la gestuelle et, ou des vêtements ,inclus l'équipement, prendre la forme d'un objet inanimé, prendre la forme d'un objet animé, chaque modification a un gros le même principe, il faut bien avoir dans la tête l’apparence que tu doit prendre si c’est pour le poids ou la taille, la tonalité que tu dois prendre si c’est pour la voix, ainsi de suite, je te laisse faire un essai"

Mike écouta les indications avec beaucoup d’attention, il n’était pas du genre à rester planter trois semaines sur la même technique, certes il savait s’amuser, mais il savait aussi rester sérieux quand le moment le demandait. Il se concentra en faisant le signe de la chèvre pour atteindre une concentration maximale, la concentration est très importante pour l’appréhension d’une technique, il faut toujours bien se concentrer sur la technique et oublier tous ce qu’il se passe autour chose pas très évidente.

Par la suite récolta une certaine quantité de Chakra et la concentra pour la malaxer, il avait décidé d’avoir la même voix que son Sensei, il devait bien analyser la tonalité de sa voix, il devait ensuite envoyer le chakra malaxé dans ces cordes vocales pour lui faire prendre la tonalité désiré, le première essai servirait surement pour se régler et pour ensuite essayer de réussir dès la deuxième fois. Le moment de vérité arriva enfin, il prit une bonne inspiration et ouvrit la bouche.

[Mike] : Bonjour je m’appelle Hiryuu Gesshoku, je suis enseignant à l’académie de Konoha.

Sa voix avait prit une autre tonalité que d’habitude, sa voix était très grave, bien trop grave pour qu’elle ressemble à celle de son Sensei, Mike se retourna subitement vers son professeur, en pensant que celui-ci fut content que l’aspirant ninja aye réussit à changer la tonalité de sa voix, mais semblablement ce dernier n’en était pas très fier, son visage resta comme figé, le Sensei resta la planté en attendant que le jeune Natoli recommence, mais avant cela il lui donna un conseil, ou plutôt il critiqua le boulot du jeune.

[Hiryuu] : Ce n’est pas aussi simple que ça, tu pensais qu’il suffisait faire une voix plus grave, mais tu te trompe il faut examiner la chose avec beaucoup d’attention, écoute bien quand je te parle, écoute cette tonalité, lors de ton prochaine essai essaye de faire résonner cette voix, cette tonalité dans ta tête pour avoir quelque chose de mieux.

Puis il regarda son élève attentivement, afin de voir les erreurs qu’il fait lors de la réalisation de la technique, dans cette académie, Hiryuu était le Sensei qui obtenait les résultats les plus rapidement, il avait une façon d’expliquer les choses, de conseiller, d’aider ses élèves vraiment phénoménal. Mike écouta donc attentivement le son qui sortait de la bouche du prof, il ne le laissa plus sortir de sa tête, il n’arrêter pas d’y penser, il devait l’entendre constamment pour ne pas oublier ce ton.

Il recommença donc la technique pour la seconde fois, il joignit ces mains et réalisa le signe de la chèvre pour la concentration, il oublia tous ce qu’il y avait autour de lui, mais il n’oublia pas le son de la voix de son Sensei, on pouvait voir qu’il était en train de peinait grâce à l’expression de son visage. A présent il devait passer à la partit où il concentre son Chakra et le malaxe, il fit tous cela en se gardant la plus haute concentration, les choses venaient de plus en plus dur, il y avait trop de chose à faire en même temps, mais ce n’est pas pour cela qu’il allait abandonner, d’ailleurs le mot abandonner n’existe même pas dans le langage de Mike.

Maintenant c’était la dernière étape, il envoya son Chakra dans les cordes vocales et se concentra sur la tonalité de la voix d’Hiryuu, heureusement il avait réussit à la retenir dans la tête tout au long de l’exécution de la technique. Une fois la technique apprise il n’aurait plus à faire toute cette procédure, enfin il devra la faire mais à force il prendra l’habitude et sa viendra tout seul, mais pour le moment il n’en était pas encore à la, il n’avait même pas réussit à la faire comme il le faut.

e moment de vérité arriva à nouveau, Hiryuu était plus attentif que jamais il sentait qu’il avait bien réalisé toutes les étapes, mais on ne c’est jamais pour une simple erreur la technique peut complètement foirer. La bouche de l’aspirant s’ouvrit et laissa partir le Chakra contenant la tonalité qu’il avait mis.

[Mike] : Bonjour je m’appelle Hiryuu Gesshoku, je suis enseignant à l’académie de Konoha.

[Premier RP donc je ne sais pas du tout si cela est suffisant pour validée la technique]

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Lun 21 Sep - 16:52

Mike : +9 XP - Technique validée

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 18 Oct - 3:50

Tome 1

Chapitre 1
Il était une fois, Azumi...

Après un long et doux prologue, nous voilà maintenant au coeur de l'histoire. Nous voilà maintenant au moment où Azumi, une petite fille âgée de neuf ans, réveiller par le terrible ronflement de son nouveau grand-père, ouvrit les yeux en pleine nuit. Cela faisait environ une semaine qu'elle avait envoyé sa demande d'acceptation à l'académie ninja du village cacher de Konoha. Et c'était hier après-midi qu'elle reçut les félicitations. La jeune fille venait d'être acceptée en tant qu'apprenti Shinobi. Haruna, la femme qui l'avait gentiment invité à vivre chez elle, l'avait enlacer tendrement avant de lui donner un doux baiser sur le front. Azumi était restée surprise devant ce geste d'affection. Elle n'était pas habituée aux baiser et ne le sera sans doute jamais. Mayo l'avait aussi félicité, mais avait très vite reprit sa sieste. La fillette croyait qu'il était fâché parce qu'elle avait surmonté le défi qu'il lui avait proposé. Ce défi consistait à maîtriser la métamorphose en trois jours et d'être accepté à l'académie. C'était le prix à payer pour avoir un foyer et la fillette avait très vite crié victoire. C'était sans doute l'orgueil de Mayo qui le rendait aussi frustrer. Oyate, l'époux d'Haruna, lui avait serré la main sans un mot. Il avait toujours autant de difficultés à exprimer ses sentiments. C'est pour cela qu'Azumi ne lui parlait pas beaucoup. Elle croyait qu'il ne voulait pas lui adresser la parole, donc elle n'osait pas engager une conversation.

La fillette tenta de se rendormir pendant encore quelques minutes, mais voyant que Mayo ne semblait pas vouloir cesser de ronfler, elle se mit rapidement sur ses deux pieds et donna une petite tape sur le vieil homme pour qu'il cesse le vacarme. Le calme revint très rapidement et avec soulagement, Azumi se remit dans ses couvertures et esquissa un sourire de satisfaction. Alors qu'elle était à deux doigts de rejoindre ses songes, le vieillard recommença à ronfler. Elle força un long soupire dans l'espoir que ce vieux fou puisse entendre son mécontentement, mais il ne réagit pas. Frustré, elle se leva d'un bond et donna une autre tape sur son bras. Mayo ravala son ronflement et tourna la tête de manière à ce que personne ne puise la voir. Azumi savait que ce n'était qu'une question de temps avant que ce vieux se remette à ronfler comme un lion. C'est pour cela qu'elle prit sa couverture et son oreiller pour aller les placer sur le carrelage frais de la cuisine. Elle plia sa doudou de façon à ce que son dos ne touche pas le plancher et que son ventre puise profiter de la chaleur de la couverture. Après de longue minute, elle constata que la fatigue avait complètement disparu. C'est pour cela qu'elle marcha vers le salon et inspecta une seconde fois chaque recoin de la pièce.

En silence, elle se dirigea vers la bibliothèque. La fillette ne voulait pas réveiller le vieil homme. Elle regarda chaque livre avec attention à la recherche d'un document qui parlerait des ninja. Azumi allait bientôt faire carrière dans ce domaine et elle savait que pour y arriver, elle devait s'instruire. Quelques semaines plus tôt, elle avait appris que la réussite d'un jutsu se basait uniquement sur la qualité de maîtrise du chakra d'un Shinobi. Si un Ninja ne maîtrisait pas bien sa substance bleue, la technique qu'il tenterait d'utiliser pourrait être réalisée à faible puissance ou pourrait tout simplement échouer. Dans le dernier cas, l'utilisateur aurait gaspillé son énergie absolument pour rien et réduirait le temps du combat. C'est pour cela qu'un maître devait bien contrôler son chakra.

Après une brève inspection, elle trouva sur la dernière ranger des livres parlant de ninja. Elle s'empara du premier exemplaire qu'elle vit et tenta de lire le titre. Elle le lut en murmurant :

Azumi - « Les voies du Shinobi »... Héhé, ça m'a l'air amusant.

À petits pas de souris, elle se rendit une deuxième fois dans la cuisine où elle s'installa confortablement sur une chaise. La page couverture du livre représentait quelques signes étrange. Elle remarqua une sorte de lame triangulaire, une main, une flamme incolore, une flamme rouge, une fiole et un oeil. Sans trop se poser de question, elle ouvrit la page couverture et tomba sur le titre du livre. Sur la deuxième page il était marqué :

Citation :
Prologue

En ce monde, il existe des êtres puissants que l'on nomme Shinobi. Se servant de la substance vitale qu'est le Chakra, ils peuvent réaliser de nombreux jutsus très puissants. Il existe trois catégories de jutsu : Le Ninjutsu, le Taijutsu et le Genjutsu. Le Ninjutsu est un style de combat qui nécessite une grande force et une très bonne maîtrise du Chakra. On dit souvent que c'est l'art qui utilise à pleine puissance les arcanes. Le Taijutsu est avant tout un style de combat axés sur le corps à corps. Un maître pratiquant cet art utilisera le plus souvent ses poings. Le Genjutsu permet aux combattants d'utiliser leurs yeux pour blesser un ennemi ou pour le rendre hors combat. En résumer, l'utilisateur maîtrise l'illusion à la perfection. Cet art exige un grand savoir et une sagesse hors du commun.

D'autre Shinobi se tourne vers l'art de la médecine. Cette voie n'est pas considérée comme étant l'une des principales. Les docteurs des villages cacher sont souvent des anciens Shinobis ou des personnes ayant déjà réalisé certains jutsus médicaux. Les médecins sont souvent très utiles au combat pour soutenir leurs coéquipiers, mais ils possèdent aussi une force incroyable qui font d'eux des ninja très redoutés.

Dans ce livre, vous trouverez tous les détails nécessaires pour choisir la voie qui vous convient le mieux. Nous vous souhaitons une bonne lecture.

Elle jeta un regard à l'horloge suspendue au-dessus de la porte. Elle compta en bond de cinq pour savoir quelle était l'heure exacte. Lorsqu'elle fût certaine de ne pas s'être trompée, elle constata qu'il était bientôt six heures du matin. Haruna lui avait rapidement montré comment lire l'heure sur une horloge. Azumi n'avait saisi les explications qu'une fois qu'elle les pratiqua

La fillette regarda par la fenêtre et constata avec regret que les premiers rayons du soleil n'étaient même pas encore apparues. C'est pour cela qu'elle n'aimait pas l'hiver. L'astre lumineux mettait un temps fou à se lever et se couchait beaucoup trop tôt. Azumi ne pouvait pas profiter des journées comme elle le voudrait. En boudant, elle reprit la lecture. Une heure s'écoula lorsqu'elle termina le chapitre du Ninjutsu. C'était une voie qui lui plaisait bien puisqu'elle exigeait une bonne maîtrise du chakra et que les dommages occasionnés par les arcanes étaient très élevés. La fillette avait remarqué que les écrivains de ce livre proposaient aux gens désirant poursuivre dans cette voie de se contenter, pour commencer, des techniques de bases. Ils citaient souvent la métamorphose qu'Azumi avait déjà appris, le clonage, l'art de marcher sur l'eau et rupture. C'était des techniques de bas niveau que tous Shinobi pouvaient apprendre.

Elle dût arrêter sa lecture lorsque Haruna pénétra dans la pièce. La jeune femme fût étonnée de voir que l'enfant s'était éveillé avant elle. Les yeux encore rougis par le sommeille, elle s'avança vers Azumi. Elle sursauta légèrement en constata la fraîcheur désagréable du carrelage de la cuisine. C'est pourquoi elle s'assit sur une chaise à l'autre extrémité de la table.

Haruna - Tu es déjà réveillé ? Il est plutôt rare que tu te lèves avant moi.

Azumi rigola et répondit en souriant.

Azumi - En fait c'est Mayo qui m'a réveillé avec son ronflement. Mais ce n'est pas grave !

S'empressa-t-elle d'ajouter.

Azumi - Je n'étais plus fatigué de toute manière.

Haruna - Tu es certaine que tu ne veux pas venir dormir dans notre chambre ?

Sachant qu'elle les dérangerait si elle y allait, elle répondit qu'elle était très bien dans le salon. Azumi ajouta même qu'elle s'habituerait très vite au vacarme du vieillard et que ce n'était plus qu'une question de temps. La fillette savait très bien ce que le couple faisait tard le soir, lorsqu'ils croyaient qu'elle et Mayo dormaient.

Haruna haussa les épaules et se mit à préparer le petit-déjeune. Elle mit sur la poêle deux oeufs qu'elle retourna habilement. La fillette inspecta chaque faits et gestes de la dame avec attention. Elle savait qu'un jour ce serait son tour de préparer à manger et elle ne désirait pas manquer son coup. Une fois l'assiette pleine et les hommes levés, ils mangèrent en silence jusqu'à ce qu'Azumi ajoute.

Azumi - Aujourd'hui je vais à l'académie ! Puisque j'ai rechu l'acceptation hier, je n'ai pas pût poursuivre mon apprentissage... Aujourd'hui je vais me rattraper.

Mayo - Je vois, alors tu sembles très intéressé à devenir Shinobi. Je ne m'attendais pas à cela, gamine. Je dois t'avouer que j'ai cru pendant longtemps que tu serais incapable de le devenir. Mais maintenant, c'est à toi de nous montrer ce dont tu es capable en persévérant et en faisant de ton mieux.

Haruna - Je crois que si Azumi désire devenir Shinobi sans trop donner d'efforts, elle en a le droit.

Mayo - Haruna... Ma chère fille. Tu sais bien que pour être un vrai Shinobi, on doit se plonger dans cette voie à fond et ne jamais cesser de s'entraîner. Maintenant, Azumi, ta vie de pacha est terminée. Tu vas enfin connaître ce qu'est la misère et tu regretteras les moments passer dans la rue.

Azumi jugea inutile de répondre au vieillard. Sans perdre son sourire heureux, elle se tourna vers Haruna pour soulager ses craintes.

Azumi - Ne t'inquiète pas Haruna, les moments passés dans les rues étaient beaucoup plus pires que ce qui m'attend. Je ne chais pas exactement ce qu'implique la vie d'un Shinobi, mais je chais que j'en suis capable. Tout ce dont j'ai besoin, c'est votre confiance.

Lorsque son assiette fut terminée et qu'elle avait enfilé sa magnifique cravate verte, Azumi prit une veste et un petit sac où elle inséra le livre qu'elle avait commencé et sortit de la maison. Il lui fallut quelques secondes pour retrouver le chemin de l'académie. Une fois arrivé à destination, elle constata avec étonnement qu'il n'y avait pas autant de gens que la dernière fois. Ils devaient tous être en cours... Azumi pénétra dans le bâtiment et s'approcha du bureau de la secrétaire. Elle dût se mettre sur la pointe des pieds pour atteindre une hauteur suffisante.

Azumi - J'aimerais avoir un cours sur le ninjutsu non-élémentaire.

La secrétaire reconnue la petite fille qui lui avait demandé une feuille d'inscription quelques jours plus tôt. Elle fut très surprise de voir qu'elle était acceptée. La dame demanda le nom de la fillette pour vérifier si elle était bel et bien sûr la liste des nouveaux étudiants de la semaine. Elle constata que oui.

Secrétaire - Le prochain cours a lieu dans quelques minutes dans l'amphithéâtre Ninjutsu. Tu peux t'y rendre en empruntant ce couloir.

La femme lui indiqua le couloir de gauche. Après l'avoir remercié, Azumi se rendit dans la salle indiquée par la secrétaire. Elle poussa les lourdes portes de l'amphithéâtre et pénétra dans une vaste salle. Quelques étudiants étaient assis sur les petites chaises de cet endroit. Le professeur se tenait en bas des estrades et semblait occuper à marquer quelque chose sur un papier. Exciter, elle se rendit au premier rang. Elle ne voulait pas manquer une seule goûte des explications et voulait paraître comme étant une élève modèle.

Le professeur était une femme âgé d'une vingtaine d'année. Elle semblait douce et gentille, mais portait un habit assez sexy. Une mèche de cheveux cachait son oeil gauche et le bandeau de Konoha ornait son front. Azumi admirait cette femme qui avait réussi à devenir un Shinobi et qui pouvait porter fièrement son bandeau. C'était un privilège donné aux meilleurs étudiants et la fillette comptait en faire partie un jour.

Deux personnes vinrent s'asseoir à coter d'elle. Il semblerait qu'elle ne soit pas la seule à vouloir être au premier rang, puisque la moitié de la classe était assise devant le prof. Les joues d'Azumi tournèrent légèrement au rouge, mais se ressaisit rapidement. Elle n'allait tout de même pas être intimidé par deux apprentis !

Le professeur se leva et regarda chaque élève dans les yeux. D'un pas timide, elle s'avança vers l'assembler et dit :

Uchiki - Je m'appelle Uchiki Matsuda et je serais votre professeur de Ninjutsu pour aujourd'hui. Le thème du cours de ce matin sera le clonage. Ceux qui m'ont déjà eu comme professeur ne seront pas surpris si je vous disais que mon cours se passera à l'extérieur. Le soleil est splendide, profitons-en !

Azumi hocha vivement la tête. Tendis que tous les élèves se levèrent pour se diriger vers la grande cours de l'académie, la fillette prit le temps de ranger les livres qu'elle avait déjà sorti. Elle était certaine que le cours serait basé uniquement sur de la théorie, mais au contraire. Si tous les élèves allaient à l'extérieur, ce n'était pas pour rien. Uchiki allait sûrement mettre leurs talents en pratique et cela ne la déplaisait pas. Azumi avait toujours eu beaucoup de difficultés à retenir ce qu'on lui disait. Elle apprenait en pratiquant et c'était sans doute le meilleur moyen d'arriver à ses fins.

La jeune fille suivie les autres d'un pas rapide, mais discret. Elle voulait parler aux autres, mais ne savait pas comment engager une conversation. C'est pour cela qu'elle prit son air timide et renfermer et tenta de se mettre à l'écart des étudiants. La vaste cours était composée de nombreux matériels d'entraînement. Azumi ne prit pas le temps de les inspecter puisque Matsuda reprit la parole.

Uchiki - Pour réaliser un Bushin, c'est facile. Il suffit de se rappeler la technique de métamorphose puisque les clones sont entièrement basés sur elle. Vous devez malaxer votre chakra dans chaque partie de votre corps, et au moment de l'expulser, vous le diviser en deux pour obtenir une réplique identique à votre personne. Je vais vous faire une démonstration.

Elle fit un signe avec ses mains et à peine deux secondes plus tard, un nuage de fumer s'éleva dans l'assembler. Lorsqu'il se dissipa, les étudiants purent constater qu'il y avait maintenant deux Uchika. La réplique était identique. On ne pouvait voir aucun défauts. Un soupire d'admiration se fit entendre au sein du groupe. Azumi, totalement émerveillée, voulait essayer. Mais elle attendit que le prof l'invite. La fillette ne désirait pas désobéir dès le premier. Ce serait une honte. Matsuda annula son clone et, un sourire timide aux lèvres, elle ajouta :

Uchiki - Géniale n'est-ce pas ? Mettez-vous tous en ligne droite et essayer de réaliser un Bushin. Si vous n'y arrivez pas, j'essaierais de vous donner des astuces.

Les élèves exécutèrent les ordres d'Uchiki et se mirent en ligne droite. Lorsqu'Azumi constata que la plupart des étudiants présents semblaient malaxer leur chakra, elle fit de même. La fillette voulait être l'une des premières à réaliser cette technique et elle allait tout faire pour que son désir soit exaucé. Elle ferma les yeux et tenta de se concentrer profondément. Elle refit le même exercice que lorsqu'elle avait appris la métamorphose et sépara en part égale son chakra dans tout son corps. Une fois cela fait, elle visualisa sa propre image dans son esprit.

*Je dois y arriver, je dois y arriver, je vais y arriver. Je suis capable d'y arriver*

En même temps d'expulser son chakra, Azumi tenta de le séparer en deux de manière à ce qu'un clone identique apparaisse. Plusieurs nuages de fumer apparurent sur le vaste terrain. Lorsqu'ils se dissipèrent tous, le double des élèves étaient maintenant présent. Bien entendu, certain clone était très faible et agonisait par terre, d'autre explosèrent après quelques secondes et certains avaient quelques défauts physique. Celui d'Azumi était l'un d'eux. La cravata du clone était rouge brique et les cheveux d'Azumi aussi.

Uchiki - Mais c'est génial ce que vous venez de faire là ! Vous y êtes presque. Essayer une deuxième fois en vous assurant de bien concentrer votre chakra dans chaque partie de votre corps. Ensuite, vous devez diviser la quantité de Chakra nécessaire en part égale pour réaliser un clone parfait. Bien entendu, l'image que vous vous faites dans votre tête doit être identique à vos caractéristiques. Vous vous débrouillez bien ! Continuez.

Ils annulèrent tous leur clone et se mirent en état de concentration. Azumi ferma les yeux comme elle le faisait lorsqu'elle malaxait son chakra et refit le même exercice que tout à l'heure jusqu'à ce que le moment de diviser son chakra en deux arriva. La fillette expulsa son chakra d'un coup sec et un nuage de fumer se forma autour d'elle. Lorsqu'il se dissipa, un clone parfait vint égailler les yeux de Uchika. Elle s'avança vers la jeune fille et lui dit :

Uchiki - Mais c'est génial ce que tu viens de faire là ! Ton clone semble parfait. Il n'y a pas de défauts. Je vois que tu maîtrises bien la technique de métamorphose pour réaliser un clone pareil. Qui est ton professeur ?

Azumi répondit en balbutiant :

Azumi - Je... Mon professeur est mon amie.

Uchiki - Ton amie a-t-elle un nom ?

Azumi - Elle s'appelle Haruna Itô.

Matsuda répéta plusieurs fois le nom mentionné par Azumi, puis finalement, elle haussa les épaules.

Uchiki - Jamais entendu parler... Enfin, tant mieux si c'est un bon professeur. Tu peux continuer de te pratiquer pendant que je vais voir les autres pour leur donner quelques conseils.

La jeune femme alla aider les autres élèves en difficulté et féliciter ceux qui avaient réussi. Azumi répéta plusieurs fois la même technique et arrivait toujours au même résultat. Un clone parfait apparaissait devant ses yeux. On pouvait donc dire qu'elle maîtrisait très bien cette nouvelle technique. Satisfaite de sa performance, elle se coucha sur le sol et attendit qu'Uchika prenne la parole.

C'est ce qu'elle fit quelques minutes plus tard.

Uchiki - Bien. Vous vous débrouillez de mieux en mieux. Ceux qui ont plus de difficultés peuvent venir me voir à la fin du cours pour un entraînement prolongé. Les autres, vous pouvez disposer.

Il était une fois, Azumi. Une petite fille âgé de neuf ans qui, bientôt, impressionnera bien des gens.

Fin du chapitre.

Chapitre 2 au Grand Parc Seibutsu Arrow


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 17:52, édité 4 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 28 Oct - 12:36

Azumi : +17 XP - Technique Validée

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 17 Nov - 4:14

Apprentissage Métamorphose : Intro

Shinji venait de quitter l’appartement familial et courrait à toute allure en direction de l’Académie. C’était son tout premier jour en tant qu’Aspirant ninja. Le garçon était visiblement euphorique et très impatient. Comme d’habitude, il ne faisait peu voire pas du tout attention à son environnement. C’était rare que Shinji puisse se concentrer sur plusieurs choses en même temps… En l’occurrence, l’Académie occupait toutes ses pensées.

La rue principale du village était bondée à cette heure de la journée, le soleil étant à son zénith en cette magnifique journée printanière. Le jeune adolescent fonçait pourtant à travers la foule comme si de rien était, prenant juste la peine d’éviter les passants. Enfin la majeure partie… Shinji était connu dans son quartier et ses voisins avaient apprit à se méfier de lui et sa propension au chaos. Le reste du village allait bientôt s’en rendre compte. Au détour d’une ruelle, une jeune femme marchait lentement, une énorme urne sur l’épaule. Manque de pot, Shinji accourait dans sa direction. Accident… Le garçon vit l’obstacle à la dernière seconde et tenta d’esquiver en effectuant une pirouette gracieuse. Malheureusement l’échec fut retentissant. Alors qu’il contorsionnait son corps à quelques centimètres de la jeune femme, totalement inconsciente du danger, son coude heurta la lourde jarre qui fut projetée dans les airs. La scène était comme figée. Tout le monde regardait dans leur direction, curieux de l’avenir de l’urne, suspendus à sa course funeste. De fines gouttelettes d’eau s’échappaient du récipient alors qu’il tournoyait rapidement. « Splash ! » Il finit sa course sur la belle jeune femme qui se retrouva trempée de la tête aux pieds. Shinji s’approcha d’elle, la mine faussement désolée et s’excusa rapidement :


[Shinji] « Désolééééééééé ! Je suis sincèrement désolé. »

[Jeune femme en colère qui se maîtrise] « Ce n’est rien mon garçon. Ca peut arriver à tout le monde. » fit-elle, compréhensive.

[Shinji] « Merci madame ! Pour une vieille t’es sympa ! »

Une énorme veine saillante apparut sur le front de la jeune femme qui ne devait pas avoir la trentaine. Son corps se raidit et quelques instants après elle explosa :

[Jeune femme en rogne] « Vieille ! Comment ça je suis vieille ! Sale garnement tu vas voir ! »

Elle s’avança d’un pas décidé vers la garçon qui recula sous la pression. Alors qu’un attroupement se formait, Shinji décida de feindre la mauvaise blague :

[Shinji] « C’est pas ce que je voulais dire… Comment dire… Par rapport à moi ! » commença-t-il avant d’observer son interlocutrice qui paraissait réceptive à son excuse. Il enchaîna :

[Shinji] « Mais c’est vrai que toute mouillée et sans maquillage tu ressembles à une grand mère ! »

[Jeune femme ridée] « Raaaaaaa ! Viens là que je te mettes une raclée ! »

Elle tenta de se jeter sur lui mais trébucha et s’étala de tout son long sur le sol. Profitant de l’hilarité générale, Shinji s’esquiva et reprit sa route vers l’Académie. Ce genre d’incidents arrivaient tellement souvent que le garçon oublia cet incident presque immédiatement. Et puis il fallait qu’il se dépêche. Après tout il était pressé. Heureusement pour les citoyens de Konoha, aucun incident ne se reproduisit sur le chemin de l’Académie. Dans une glissade peu orthodoxe, Shinji s’arrêta finalement devant l’imposant bâtiment. Les mains sur les hanches et la respiration haletante, il resta là quelques minutes, le temps de reprendre son souffle. Il prit ensuite une grande inspiration et vida ses poumons d’un trait, sous les regards curieux des passants, comme pour relâcher le stress qui l’envahissait tout à coup :

[Shinji] « Attention !!! Shinji débarqueeeeeeeee ! »

Il arbora une large sourire satisfait et pénétra dans le bâtiment, départ de sa nouvelle vie qu’il espérait trépidante. A peine entré, une femme brune à lunettes l’interpella, visiblement agacée :


[Femme à lunettes] « Toi là. C’est toi qui fais tout ce boucan ? Et puis qu’est ce que tu fiches ici ? C’est pas un endroit pour les gamins comme toi. Allez file et tâche de la mettre en sourdine. Pour ta propre santé. »

Décidément ce n’était pas son jour avec les femmes d’âge mûr… Shinji se composa une moue déconfite, imitant un chien battu à la perfection et répondit au bord des larmes :

[Shinji] « Je suis désolééééééé… Je le ferais pluuuuus. Je suis à peine arrivé que je me fais déjà grondé… Sniff. Sniff… (faux reniflements). »

Visiblement la femme qui s’avérait être une secrétaire, ou une hôtesse d’accueil, passa derrière son bureau et ouvrit un registre.

[Secrétaire] « Quel est ton nom, petit ? » fit-elle le regard inquisiteur.

[Shinji] « Shinji Akodo. Sniff. Sniff… (faux reniflements version 2). J’ai été accepté aujourd’hui même. »

Après une brève recherche, l’employée vérifia ses dires et revint vers lui, s’agenouillant pour être à sa hauteur et lui ébouriffer les cheveux :

[Secrétaire qui est tombée dans le panneau] « Bienvenue à l’Académie Shinji. Allez ne pleure plus. Je suis navrée. »

[Shinji] « Merci madame. Je peux visiter ? »

[Secrétaire] « Tu es ici chez toi. Par contre n’embête pas tes petits camarades. Allez va. »

[Shinji] « Yeahhhhhhhhhhh ! » s’écria-t-il, son apparence joviale retrouvée.

La secrétaire s’aperçut de la supercherie. Trop tard. Le garçon avait filé à toute vitesse, empruntant le premier couloir qui s’était présenté à lui.

[Secrétaire vexée] « Je l’aurais un jour. Je l’aurais ! »

Shinji arpenta le couloir quelques temps, essayant d’ouvrir toutes les portes. Après quelques minutes, il actionna une poignée et se retrouva dans ce qui semblait une énorme salle de cours. Tout content il entra sans vergogne. Il tourna légèrement la tête et une dizaine d’enfants posaient à présent leur regard sur lui.

[Shinji] *Une salle de cours, assurément.*
pensa-t-il en regardant autour de lui cherchant un professeur du regard, pas intimidé pour si peu.

Il ne vit aucun adulte. Devant le tableau gribouillé se tenait un simple bureau. Shinji s’approcha en toute confiance. A quelques mètres du bureau, son pied heurta quelques chose dans un léger bruit métallique. Le garçon baissa les yeux et vit un petit shuriken posé à même le sol. Il haussa les épaules et le ramassa se demandant qui avait pu laisser ça par terre. Il tourna la tête vers les enfants qui éclatèrent de rire. Dans un grande gerbe de fumée, le shuriken qu’il tenait à la main se transforma en femme. Ebahi, Shinji ne put contenir son admiration.

[Shinji] « Woaaaaaaaa. C’est super balèze ! Comment vous faites ça ?! »

[Professeur] « Rien de plus facile. C’est une technique de base. Maintenant dis moi ce que tu fiches ici et pourquoi tu as interrompu mon cours. »

[Shinji] « Je m’appelle Shinji et je suis nouveau. La dame à l’entrée elle m’a dit que je pouvais visiter. »

[Professeur] « Ohhhh je vois. Va t’asseoir avec tes petits camarades. Je viens de commencer mon cours sur la métamorphose. Je suis Uchiki Matsuda, professeur de Ninjutsu. A l’avenir tâche d’être à l’heure aux cours et de ne pas les interrompre."

[Shinji] « Oui madammmmmmmme ! » fit-il en prenant place là où il le pouvait.

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mer 18 Nov - 19:04

Apprentissage Métamorphose suite et fin :

Shinji était plutôt surpris d’apprendre que les ninjas utilisaient souvent cette technique. Il connaissait les bases du Taijutsu que lui avait enseigné son grand père mais avait plus de mal avec tout ce qui touchait au Chakra. Il avait apprit à le ressentir en lui et commençait à peine à le malaxer. En bref, il avait tout juste le niveau pour apprendre les techniques de Ninjutsu basique. Pourtant le jeune Shinji travaillait dur. Depuis sa prise de conscience et la matérialisation de ses rêves d’aventure, il s’exerçait tous les jours. La méditation et le contrôle du Chakra s’étaient avérés extrêmement difficile et inintéressant pour le turbulent garçon. Le Taijustsu, au contraire, lui plaisait beaucoup plus. Il pouvait se défouler au moins. Rien de pire pour Shinji que l’inactivité. Bizarrement, le fait de savoir que la Métamorphose, une technique basique du Ninjutsu, était fondamentale l’intrigua beaucoup. Il se fit plus attentif mais pas de là à prendre des notes.

[Uchiki] « Je vais ai déjà montré à quoi cette technique pouvait vous servir en me transformant en shuriken. Sachez néanmoins que ce n’est pas votre but dans l’immédiat. Vous vous contenterez de changer quelques aspects de votre apparence. Pour se faire, il y a deux pré requis importants. Premièrement vous devez malaxer votre Chakra dans la partie du corps que vous voulez transformer. Ensuite vous penserez très fort à l’apparence que vous souhaiteriez lui donner. Par exemple, si je veux me changer de couleur de cheveux, je malaxe mon chakra et je pense à une couleur précise. Comme ceci. »

La Kunoichi forma le signe de la métamorphose et prononça « Henge ». Une épaisse colonne de fumée s’échappa et quelques instants plus tard, elle avait changé de couleur de cheveux. Shinji en fut tout retourné mais se sentit bien seul. Ses camarades n’avaient pas l’air franchement ébahis devant ce spectacle pourtant saisissant !

[Uchiki] « Voilà pour la théorie. Maintenant mettez vous par deux et passez à la pratique. N’oubliez pas, modifiez un seul trait à la fois. Ne brûlez pas les étapes. Le résultat n’en serait que mauvais. »

Impatient, Shinji se tourna tout d’abord vers son voisin rêveur qui n’avait prêté aucune attention à ce qui se disait. Jugeant qu’il n’arriverait à rien avec ce dernier il se tourna vers son voisin studieux. Le jeune garçon était encore en train de prendre des notes, visiblement peu pressé de passer à la pratique. Shinji prit sur lui de l’interrompre dans son griffonnage continu :

[Shinji] « Salut, je m’appelle Shinji. Tu veux t’entraîner avec moi ? »

[Garçon] « … »


[Shinji] « Alleeeeez, s’te plait. C’est super important la pratique. Me dis pas que t’es du genre à bosser en solo dans ton coin ! »

[Garçon] « C’est pas ça. Je suis pas très… doué. »

[Shinji] « Je m’en fiche ! Je suis pas doué non plus et j’ai pourtant presque le double de ton âge ! Comment tu t’appelles ? »

[Garçon] « Taro. Mais… Comment ça se fait que t’es pas doué ? Tes parents te grondent pas ? »

[Shinji] « Si mon grand père m’en fait voir de toutes les couleurs ! Mais je fais de mon mieux alors il fait avec. L’important c’est de travailler dur ! »

[Taro] « Tu as de la chance. Mes parents… »

Shinji interrompit son camarade brusquement :

[Shinji] « On est pas là pour parler chiffon ! Allez on se met au boulot. Tu vas voir on va tous les épater ! »

Les yeux de Taro passèrent de l’étonnement à la détermination. Ce dernier acquiesça de la tête et les deux compères se mirent à distance respectable.
Shinji commencerait le premier, cela ne faisait aucun doute. Le garçon ferma la yeux pour se concentrer. Maintenant il fallait choisir un trait caractéristique à modifier. L’image qui revenait sans cesse à son esprit était son grand père. Il le connaissait par cœur pour l’avoir côtoyer toutes ces années. Mais ce qui lui vint spontanément à l’esprit était sa voix grave, caverneuse, pleine de sagesse. Shinji entreprit de malaxer son Chakra dans ses cordes vocales. Celui lui prit une éternité, n’étant pas très doué dans ce domaine. Quand il se jugea prêt, il se concentra sur la voix si familière de son grand père. Alors qu’il faisait le signe de la métamorphose, ses pensées se focalisèrent sur cette dernière et il s’écria : « Henge ». Une fois le nuage de fumée dissipé, Taro ne vit aucun changement visible. Il voulut s’enquérir de ce fait à Shinji mais ce dernier l’en empêcha de la main, un sourire plein de malice sur le visage. Il se racla la gorge et s’exprima comme l’aurait fait son grand père :


[Shinji] « Fils indigne ! Tu va te réveiller bon sang ! Le jour est levé depuis plusieurs heures ! »

Le jeune adolescent était satisfait. Sa voix était grave, même si la tonalité n’était pas exactement la même. Les bases étaient là. Fier de lui, il mit ses mains sur ses hanches et rigola à haute voix, imitant là encore son grand père. Il sentit une personne dans son dos. A peine eut-il le temps de se retourner qu’un coup de poing vint le frapper sur le haut du crâne.

[Uchiki] « Ca va pas ! Tu veux pas crier encore plus fort ? Je crois que les gardes en faction à l’entrée de la ville ne t’ont pas entendu. » fit-elle en soupirant. « En tout cas, félicitations c’était très réussi. » conclut-elle esquissant un bref sourire avant d’aller voir un autre binôme.

[Taro] « Woooaaa. C’était super ! Je croyais que t’étais nul !

[Shinji] « Moi aussi. C’était sûrement un coup de chance. Allez maintenant à toi !

Le cours se poursuivit ainsi une bonne heure. Shinji et Taro s’en sortirent avec les honneurs même si leurs succès étaient relatifs. Ils venaient seulement d’apprendre les bases. Le professeur conclut la séance :

[Uchiki] « Félicitations les enfants. Vous arrivez tous avec plus ou moins de réussite à utiliser la Métamorphose. Mais n’oubliez pas. Si vous ne pratiquez pas en dehors des cours, vous ne progresserez pas. Vous pouvez disposer. »

Shinji salua Taro, son nouvel ami et fonça dehors avec une joie non dissimulée. Il prit la direction de son quartier, impatient de montrer les fruits de son premier cours à Jun son meilleur ami.

Suite par là

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Sam 27 Fév - 1:07

Kenji avait confiance en Reiko comme il l’avait confiance en Taka. C’est pour cela que lorsqu’elle lui demanda d’exécuter une des techniques les plus basiques de son répertoire il ne se posa que peu de question. Il savait que chaque action qu’il entreprendrait aurait un sens pour la directrice de l’académie, que chaque geste qu’il ferait ne serait pas inutile et contribuerait à son apprentissage. Alors comme il l’avait fait pour améliorer sa boule d’énergie il y a de ça quelques semaines, il ferma les yeux et se laissa imprégner de cette atmosphère de facilité qu’arrivait à créer Reiko. Quand il était avec elle pour s’entrainer, il n’était plus un Uchiha, ni même un élève avec son professeur, il était tout simplement Kenji. Il se retrouvait lui-même. Il arrivait à ressentir des émotions qu’il croyait perdues à jamais, c’était comme si une nouvelle force s’emparait de lui. Pourtant, il s’entrainait avec la même ardeur que dans le Domaine du Cygne, mais ici ce n’était pas une froideur exaspérante qui le féliciterait ; c’était bien plus.

Au centre de l’estrade, entre le bureau encore en état au c’était installé Reiko et les premiers rangs complètements fracassés. Kenji enchaina une série de signe et dans un petit nuage de fumée il fit apparaître une réplique exacte de lui-même à ses côtés. C’était toujours étrange de pouvoir se regarder autrement que par un miroir. Il n’arrivait pas à discerner en lui si c’était quelque chose de désagréable ou le contraire, mais il savait que ce n’était pas quelque chose pour laquelle mère nature avait préparé le genre humain.

Il observa durant une longue seconde son profil sombre d’Uchiha. Ce regard vide, presque froid. Cette chevelure d’ébène entourant à moitié un visage fermé. Malgré ses dix-sept ans il mesurait un mètre soixante quinze et risquait encore de grandir un peu. Son corps était d’une stature normal mais il dégageait ce sentiment de force froide que peu appréciait. Kenji ne pouvait ressentir le chakra qui coulait en lui par habitude car ce n’était qu’un pauvre clone inconsistant. Il détourna alors les yeux pour les poser sur son professeur tout en restant silencieux.

[Reiko] – Les particularités du Bushin ?

Kenji resta silencieux, perçant d’un regard profond celui de son opposante. Il avait l’impression de ne pas être prit au sérieux sur cette question. Il croisa les bras tout en restant muet.

[Reiko] – J’exagère peut-être un peu… Mais c’est surtout pour que tu comprennes l’ampleur de cette technique. Réponds s’il te plait Kenji.

[Kenji] – Aucune consistance physique car il ne contient pas de Chakra. C’est une ombre, rien de plus.

L’Uchiha ne laissa rien transparaître mais il espérait intérieurement que Reiko allait passer la vitesse supérieure. Depuis jeune on l’avait habitué à bien plus dur dans des délais très courts. Ce n’était pas aujourd’hui qu’il allait déroger à une de ses règles essentielles d’entrainements. Reiko s’étira malicieusement tout dessinant un sourire angélique sur son visage. Elle sauta sur ses jambes pour se remettre debout et s’approcha d’un pas souple en direction du clone de Kenji.

[Reiko] – On dit aussi que cette technique est la défense du pauvre.

Elle exécuta un magnifique revers de main dans la tête du clone qui se s’estompa dans un nuage de fumée blanche. Il ne fallut que quelques secondes pour que le nuage disparaisse à son tour laissant de nouveau seul Reiko et Kenji.

[Reiko] – Une défense car il n’a pas de chakra, donc tu ne peux véritablement le contrôler. Il est présent seulement pour faire diversion. Alors dis moi Kenji, que se passerait-il si tu lui donnais un peu de consistance ?

Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure noire tout en regardant dans le vide où se trouvait précédemment son clone.

[Kenji] – Si je lui donne du chakra, je le contrôle.

[Reiko] – En effet, le chakra est le sang de ton clone. Tu lui donnes vie et ainsi tu pourras attaquer avec lui pour deux fois plus de dégâts !

Kenji ferma les yeux, il était déjà parti dans l’assimilation de cette nouvelle technique. Reiko l’avait bien comprit et recula de quelques pas. La technique qu’elle enseignait aujourd’hui n’était pas bien difficile, il suffisait d’insuffler une grande dose de chakra dans le clone que l’on créait pour réussir à lui donner une certaine consistance et à le contrôler. La difficulté était ailleurs. Il fallait que Kenji apprenne qu’il ne pourrait s’en servir qu’avec parcimonie au risque d’affaiblir ses réserves de chakra bien trop rapidement. Reiko esquissa un large sourire sur son visage en observant Kenji. Il allait bien s’en apercevoir par lui-même.

L’Uchiha avait déjà fait un exercice sur le contrôle du chakra avec Takeshi pour appréhender sa couleur prédominante dans l’art des Fuiin. Depuis tout petit on lui apprenait à maîtriser son énergie spirituelle, et aujourd’hui, comme à son habitude, il allait la dompter. Il enchaina une série de signe très proche de celle précédente et finit par claquer ses mains l’une contre l’autre. Il ouvrit les yeux dans un jet noir et le chakra commença à couler depuis ses doigts sur toute la surface de son corps. Les muscles de son cou et de ses épaules se raidir légèrement alors qu’il déversait de grande dose de chakra sur lui-même pour le recouvrir. Une fois l’aura bleue l’ayant complètement recouverte il exécuta le dernier tao de cette nouvelle technique.

Le chakra prit une consistance bien plus dense. Les flammes bleues dansèrent tout autour de lui pour s’arracher à sa peau comme la mue d’un serpent. Le visage de Kenji ne laissait rien transparaître si ce n’était une concentration absolue. Il continua ainsi durant une longue minute tandis que le chakra prenait forme à côté de lui. Il sentait ses forces le quitter peu à peu sans pour autant les perdre. Comme s’il était entrain de créer une réserve de chakra qu’il allait pouvoir utiliser à tout moment.

Le halo bleu quitta définitivement son corps pour finir de donner vie à sa moitié. Kenji se décrispa lentement, observant d’un œil avisé l’autre lui à ses côtés. Il n’y avait rien de changé par rapport au clone précédent, tout du moins au niveau physique. Mais l’essoufflement qu’il éprouvait et cette étrange connexion qu’il ressentait lui faisait comprendre qu’il y avait de grande chance qu’il soit parvenu à ses fins.

Reiko avança rapidement en direction du clone de Kenji et leva à nouveau le dos de la main. Le geste partit comme une répétition d’un acte déjà accomplit, mais cette fois-ci cela ne passa pas. Le clone attrapa le bras de la directrice de l’académie et esquissa un petit sourire tout en plongeant son regard noir dans celui d’ambre de Reiko.

[Kenji] – Pas cette fois.

Reiko sourit relâche son geste tout en applaudissant.

[Reiko] – Et bien Kenji, je vois que le début de réputation que tu t’es fait n’est pas à remettre en cause. Mais je vais malheureusement devoir mettre fin à ce petit sourire sur tes lèvres. Cette technique est très dangereuse et pas seulement pour ton adversaire. Tu dois le sentir au plus profond de toi, tu as perdu énormément de chakra en une seule technique. Si ta stratégie échouait maintenant, tu pourrais surement continuer à combattre mais tu aurais un sérieux désavantage. Alors imagine si tu utilises cette technique en fin de combat, alors que tes réserves sont déjà au plus bas ? Les clones de ce type ne doivent être utilisés que dans des cas bien précis.

Il était vrai que Kenji ne se sentait pas véritablement au meilleur de sa forme. Il acquiesça d’une moue de la tête tout en sachant pertinemment qu’il avait bien d’autre atout à utiliser en combat avant de faire appel à une technique interdite. Il soupira, légèrement fatigué, et jeta un dernier regard sur son clone avant de le faire disparaître.

[Reiko] – Attends ! On continue et tu auras besoin du clone.

Elle fit un clin d’œil à Kenji tout en lui adressant un large sourire. L’Uchiha inspira profondément tout en posa doucement sa main sur sa nuque. Il n’aurait jamais cru en début de séance vivre un tel entrainement dans une salle de l’académie. Il n’avait rien fait de spécial si ce n’était créer un clone un peu différent de l’accoutumée et pourtant il se sentait vide. Il jura intérieurement pour ne rien laisser transparaître si ce n’est sa motivation de chaque instant. Son clone ne semblait pas subir la fatigue de Kenji, bien au contraire. Il était frais et disposé à tout type d’entrainement.

C’était une technique bien étrange.

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Jeu 4 Mar - 2:16

[Reiko] – Comme je te l’ais dis on apprend pas que des techniques basiques. Après le Kage Bushin, dont je suis sûr que tu réfléchiras à deux fois avant de t’en servir, tu vas voir un jutsu que tu te dois de maîtriser. Presque tous les shinobi le connaisse et s’en serve tous les jours !

Elle marqua une pause sur un ton théâtrale et sourit à Kenji en levant les bras.

[Reiko] – Tu vas apprendre à te téléporter Kenji !

Le jeune garçon état encore sous le coup d’une légère fatigue de la technique précédente et regarda son enseignante d’un œil habituel. Il n’était pas surpris car il avait déjà vu cette technique à de nombreuses reprises chez des ninjas plus gradés que lui. La maîtriser n’était alors pas qu’avoir une nouvelle arme dans son arsenal de technique, assimiler la téléportation c’était franchir un palier dans sa vie de shinobi. Il grandissait et s’émancipait de toutes ces murailles qui l’entouraient, de ce cocon dans lequel on le modelait. Ce n’était pas une simple technique, c’était la liberté.

Il esquissa un petit sourire et en jetant un bref coup d’œil à son clone il vit que ce dernier pensait exactement la même chose. Ce visage vide et sombre qui ne se laissait trahir que par de rare vague d’émotion forte. Il pouvait maintenant le voir en direct et ce n’était pas déplaisant. Il suffisait de passer les quelques premières minutes pour s’habituer à se voir puis cela en devenait un jeu. Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure sombre tout en inspirant profondément. Il tourna son regard d’ébène sur Reiko qui s’approchait vers lui.

[Reiko] – J’ai entendu que lorsque tu entrainais ton équipe tu pratiquais des méthodes plutôt extrêmes.

[Kenji] – Je leur enseigne la rigueur.

Le ton de sa voix était légèrement tranchant, il n’aimait pas trop qu’on lui fasse des reproches sur sa façon de donner ses cours à ses élèves. Surtout qu’Azumi, Ying et Shinjin ne s’en plaignaient pas. Mais Reiko n’avait pas dit cela pour blesser son jeune apprenti. Elle vit la réaction qu’elle suscitait chez lui et se rattrapa par une mine confuse associé à un timbre de voix désolé.

[Reiko] – Ce n’était pas un reproche Kenji. Je disais cela pour introduire le fait que nous allions faire pareil.

[Kenji] –

Reiko soupira d’un air ironique et amusée. Elle recula de plusieurs pas pour retourner s’assoir sur le bureau de la salle d’entrainement pour finir face aux deux Kenji les bras croisés. Tour à tour, elle posa son regard ambré sur son élève cloné avant de prendre la parole d’une voix plus solennelle.

[Reiko] – Tout comme le clonage de consistance était proche de celui inconsistant, la téléportation est l’évolution à un rang plus élevé de la permutation. Ton clone va t’attaquer avec sa lame et je t’interdis de contre-attaquer. Tu n’a pas le droit d’utiliser de technique ici, mise à part si tu veux payer les réparations ?

Reiko sourit tandis que Kenji jetait un regard sceptique dans la salle délabrée où ils se trouvaient.

[Reiko] – Tu n’as le droit d’utiliser que la permutation pour esquiver et tu détruira ton clone seulement une fois la téléportation assimilée. Je veux que tu permutes tellement souvent que te tracer devienne impossible. Disparaît Kenji !

Comme si Reiko contrôlait le clone de Kenji ce dernier sorti son katana du fourreau à une vitesse telle que le véritable Kenji prit une seconde de trop à réagir. La lame vint lui lacérer l’épaule dans un jet de sang presque somptueux. L’Uchiha fit un bond en arrière pour se retrouver sur un pupitre du premier rang de l’amphithéâtre, son clone le défiait d’un regard rouge qu’il ne connaissait que trop bien. Une dernière fois la voix de Reiko se fit entendre dans une étrange mélodie mielleuse qui cassait avec l’action présente.

[Reiko] – Je te vois.

Le clone de l’Uchiha s’élança tandis que Kenji fermait les yeux. Une demi-seconde plus tard ces derniers s’ouvrirent pour laisser place aux rubis tant convoité. Ses mains se confondirent rapidement alors que la lame venait transpercer une chaise qui avait prit sa place. Kenji souffla il avait atterri trois rangées plus hauts accroupis dans l’escalier central.

[Kenji] – Maintenant on commence !

C’était parti.

Durant de longues minutes, le clone de Kenji et ce dernier se donnèrent à un festival de coup d’épée et de permutation. Le véritable Uchiha se sentait l’âme d’un simple sac de frappe face à un boxeur. Mais comme l’avait dit Reiko, il aimait donner des entrainements assez extrêmes à ses élèves, il devait lui aussi être capable de les subir. Alors il continua. Permutation après permutation, son corps se décomposait pour être remplacé par un élément de l’amphithéâtre, il sentait ses organes partir dans l’espace temps pour revenir légèrement troublés dans la réalité.

Au début, il avait du mal à garder l’esprit alerte après une permutation. Il reçut comme cadeau de son clone plusieurs coups de katana à cause de cela. Mais peu à peu, il se déplaçait de plus en plus n’ayant plus qu’à réaliser les signes principaux de la technique. Il sentait son corps fuser à travers l’espace et le temps comme si tout s’arrêtait pour reprendre quelques instants plus tard. Il n’avait plus aucune notion de l’heure, ni même de l’endroit où il trouvait, il ne voyait que cette lame grise et ce regard rouge qui se jetait sur lui à chaque instant. Il n’entendait que le râle de son souffle et ne sentait que le sang qui coulait maintenant le long de sa joue droite.

La lame fendit une énième fois l’air sous un rayon de soleil étincelant. Mais elle ne vint cette fois-ci que couper un grand vide qui laissa un regard ébahit sur le clone de Kenji. Le chuunin apparût dans le dos de son agresseur, katana en main, et d’un mouvement souple lui trancha la tête. Le sang fut remplacé par un nuage de fumé blanc qui s’évapora en quelques secondes. L’ombre de Kenji se dessinait doucement au travers de la fumée qui mourrait peu à peu. Il se tenait droit, le torse légèrement bombé mais malgré cette stature fière on pouvait, pour l’une des rares fois de sa vie, lire sur son visage la fatigue. Il s’était retrouvé au centre de l’amphithéâtre comme si l’entrainement n’avait servit qu’à former une boucle pour revenir au point de départ. Il rangea son arme dans son fourreau et observa Reiko d’un regard vide et sombre.

[Reiko] – Kenji ?!

La voix de la directrice de l’académie était en alerte. Elle se précipita vers son élève qui chancelait dangereusement. Kenji avait la tête qui tournait et ses jambes tremblaient sévèrement. Il se passa doucement une main dans ses cheveux et sentit l’humidité de la transpiration sur son front. Il cligna plusieurs fois des yeux comme s’il était déphasé par rapport au monde qui l’entourait. Reiko se jeta sur lui pour le faire s’assoir sur le bureau où elle trônait depuis le début de l’entrainement.

[Reiko] – Les effets sont normaaux, avec toutes ces techniques de déplacement dans le temps et l’espace que tu viens d’effectuer.

Kenji ouvrit la bouche, mais aucun son ne réussit à sortir. Son regard était toujours aussi éteint tandis que Reiko sortait une petite fiole de sa poche. Elle profita que le chuunin ait les lèvres ouvertes pour lui en verser le contenu. L’Uchiha toussa plusieurs fois avant de prendre de grande bouffée d’aire. Son regard gagna rapidement en contenance et se figea dans celui de la directrice.

[Kenji] – Je présume que c’est aussi une technique à utiliser avec modération ?

Reiko éclata de rire.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Jeu 4 Mar - 13:04

Kenji : + 24 XP - Technique validée

Un peu lège, mais j'ai bien aimé le coup de la défense du pauvre, défense utilisée par les trois quarts de la population Ryoméenne alors, va, deviens riche !
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 14 Mar - 4:10

Il s’était retrouvé une nouvelle fois à l’académie. Il aimait cette endroit même si cela représentait généralement de la faiblesse pour son clan. Qu’importe ces spéculations idiotes. En compagnie d’Asana, ils traversaient tranquillement le couloir les séparant de la salle des professeurs. Il avait mit au courant sa compagne d’amatrice d’art de ses intentions. Aujourd’hui il allait franchir un cap et s’intéresser aux sceaux. Asana lui avait proposé de l’aider mais le type de sceau que recherchait l’Uchiha n’était en rien ce que la femme pouvait lui proposer. Il avait donc gentiment refusant tout en lui décrivant se qu’il recherchait. Elle donna donc un nom.

[Asana] « Tu dois voir Sayuri. »

Ce nom étonna l’Uchiha. Il savait parfaitement qui était Sayuri et surtout avec qui elle traînait. C’était d’après ce qu’il savait une pro du genjutsu et un professeur hors paire en ces temps. Il ne voyait rien qui pourrait le bloquer à la rencontrer hormis… leurs appartenances au même clans. Heureusement, Hakai n’avait nullement la réputation de Kenji. Il se montrait plus comme un homme que comme un Uchiha. Que ça plaise ou non au autre Uchiha c’était ainsi. Sayuri, en devenant professeur à l’académie devait vivre dans le même sens.

[Hakai] « Très bien. Je vais allez la voir. »

Il absorba une bouffée du fumer sur la première cigarette de son nouveau paquet. La professeur lui montra une porte et d’un signe de la main, les deux se dirent au revoir. L’art les avait un peu rapproché. Asana lui avait parlé de sa passion pour la peinture tandis qu’Hakai lui récitait avec une énergie que seul les meilleurs conteur du renard savent faire ses œuvres de bois qu’il avait crée. Notamment l’azalée qu’il avait sculptée et qu’ensuite un ami Uchiha avait embellie grâce à un procédé des plus raffiné. Ils se reverront un jour pour discuter une nouvelle fois de cela.

Pour le moment, il scruta de loin la porte. Il n’avait aucune crainte, il savait juste qu’il devait faire attention à ses paroles, sa gestuel devant cette femme. Etrangement, tout cela le bloquait… Il resta statique devant cette porte. Cela en devenait presque grotesque. Il se frotta le crâne. Après tout, il n’y avait quand paressant soit même que l’on obtenait les meilleurs résultats.

Il prit une dernière bouffée et tapa très légèrement sur le bois. Tellement léger qu’il cru d’abord avoir à recommencer. Mais finalement une voix féminine lui dit d’entrer. Sans trop de hâte, il empoigna la poignée et la fit tourner. Le cliquetis se fit entendre et c’est un jet de lumière qui étreint les yeux du genin. Lorsque sa vue revint à la normal, il pu observer la femme se tenir droite devant la baie qui longeait le mur d’en face. Son regard se voulait loin mais elle avait tout conscience de la présence du jeune homme dans la pièce.

Il referma la porte derrière lui et s’approcha du centre de la pièce. Ses mouvements se voulaient sûr, tout le contraire de qu’il avait pu afficher de l’autre côté de la porte. Il y avait un siége mais il ne prit pas l’assurance de s’asseoir. Cela aurait pu très bien être perçu comme un manque de respect et cela aurait grandement nuit à l’acceptation de sa requête. Il croisa les bras et resta droit, fier comme un Uchiha.

Elle se retourna enfin, sa distraction aillant disparu. Tout en regardant l’homme qui se tenait droit devant elle, elle se laissa tomber sur l’un des sièges. Bien évidemment elle fit signe à son visiteur de faire de même ce qu’il entreprit.

[Sayuri] « Tu es le genin qui a participé à la classe tactique si je ne me trompe ? »

[Hakai] « Appelez moi Hakai. Et oui c’est bien moi. »

[Sayuri] « Je n’étais pas forcément pour ta participation à ce cours mais après tout… Tu n’as pas causé de dégâts et tu as participé. Je ne peux rien dire à tout cela ou du moins de négatif. »

[Hakai] « Pour dire vrai… A ce moment la, seul deux avis comptait pour moi. Celui d’Akogare et celui de Junko. Le reste je m’en foutais. Le plus important était que je participe à ces activités pour en apprendre plus. »

Elle s’installa un peu plus en profondeur dans son fauteuil. Cette discussion prenait un peu plus de profondeur et elle adorait cela. Elle ne savait toujours pas ce que voulait ce garçon mais une chose est sur, il disait ce qu’il pensait.

[Sayuri] « Junko… Tu l’as connaît. Je me trompe ? »

[Hakai] « Je l’ai connu à la compagnie du renard. Elle est comme ma grande sœur étant donné ce qu’elle a fait pour moi. »

[Sayuri] « Je vois… Je vois… Bon, que puis je pour toi ? »

[Hakai] « Les sceaux de préservation. Il m’en faut un. »

Les choses sérieuses commençaient. Cet homme n’était donc pas venu pour rien jusqu'à sa porte. Encore heureux sinon elle se serait posé des questions. Elle se prélassa un peu plus dans se fauteuil moelleux. Hakai quand à lui posa son coude sur l’accoudoir et laissa doucement sa tête tomber jusqu’au contact. Il regardait de son regard noir cette femme. Elle portait le motif du clan sur une de ses manches tout comme le genin.

[Sayuri] « Pourquoi ? »

[Hakai] « Parce que… »

Ce petit jeu n’allait pas longtemps amuser les deux Uchiha. Hakai prit donc le choix de poursuivre son dialogue avant de s’attirer les foudres de son opposante.

[Hakai] « Il y a un tournoi de chuunin interne en ce moment dans le village. J’y participe. »

[Sayuri] « Oui je suis au courant. Et ? »

[Hakai] « Et je ne digère pas la rouste que je viens de prendre contre un spécialiste en genjutsu. Le clan je m’en fou mais la sa devient personnel. Ce type n’a pas dégainé une seule fois. Il s’est contenté de pomper mon chakra. Je veux lui interdire cela au match retour. »

Elle resta neutre mais son regard était vide. Elle savait pertinemment de quel technique le garçon avait besoin, mais avait il seulement le pouvoir nécessaire ? Il ne semblait pas fort doué pour le ninjutsu. Et le genjutsu, seul son sang d’Uchiha lui donnait quelque connaissance. Mais après tout…

[Sayuri] « Je peux t’apprendre ce qu’il te faut. On se rejoint dans l’amphi numéro cinq. »


Dernière édition par Hakai Uchiha le Dim 14 Mar - 16:45, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 14 Mar - 6:00

L’amphi numéro cinq. Hakai s’y était rendu rapidement. Celui-ci était vide et servait de théâtre au élève apprenant des techniques capables d’être enseigné à l’intérieur. L’homme avait tout d’abord fait un tour du propriétaire mais rien de bien intéressant. Un tableau, des rouleurs… le classique donc. Sayuri le rejoignit quelque minute plus tard. Elle se contenta pour le moment de lui expliquer la base des sceaux car comme elle l’avait pensée, Hakai ne connaissait rien à tout cette art. Les premières leçons furent désastreuses, le genin n’était pas habitué à autant de technique dans un cours. Il ressenti plusieurs fois l’envie d’abandonner là et de se casser mais cela serait admettre sa faiblesse devant Sayuri et devant ce lâche. Hors de question. L’Uchiha s’accrocha et dès le lendemain, les progrès était la.

Hakai quittait pour la seconde l’amphi théâtre. Le bourrage de crâne qu’il subissait lui donnait une sacrée migraine. Il maudissait presque le type qui avait décidé l’apprentissage des sceaux si compliqué. Cette fois, Asana le rejoint rapidement. Elle avait également fini sa journée. A vrai dire il était prêt de dix huit heures, il était de finir cette journée…

[Asana] « Je dois acheter des toiles pour la peinture. Voudrais tu m’accompagner ? »

Cette proposition étonna l’Uchiha qui n’y connaissait pas grand-chose en peinture mais la femme souhaitait avant tout sa présence pour discuter un peu. L’homme accepta poliment l’invitation et suivi donc la jeune femme. Le magasin dont la jeune femme était probablement habitué se situé non loin de l’académie. Il fallait une dizaine de minute pour rallier l’une ou l’autre destination ce qui pouvait être un avantage pour cette admiratrice d’art.

Les deux compères entrèrent dans ce lieu qui pouvait très ressembler à la caverne au trésor. Il y avait ici tout ce don un peintre, un sculpteur ou tout autre artiste avait besoin. L’homme regardait la femme faire le tour des rayons. Elle savait parfaitement ou se trouvait chaque ustensile qu’elle avait besoin mais aimait redécouvrir chaque objet, chaque chose qui était entreposé la. C’était pour elle un émerveillement chaque fois. Hakai l’accompagna dans les dernières allées avant que les deux ne rejoignent la caisse.

[Hakai] « Laisse moi payer. »

[Asana] « En quel honneur? »

[Hakai] « Tout d’abord parce que j’ai envie, de une. Et de deux parce que je te suis redevable. »

[Asana] « Et depuis quand tu me tutoie ? »

L’homme profita de cet instant de déconcentration pour passer les billets au gérant. L’homme remit la monnaie et la note aussi rapidement. Les histoires d’argent ne le regardaient guère. Hakai sourit à la jeune femme, fier d’avoir réussit son coup.

[Hakai] « Mais depuis toujours. Ouch… Finalement j’aurais du te laisser payer. »

[Asana] « Maintenant tu assumes. »

Hakai se frotta le crâne un sourire assez gêné. Une semaine de salaire venait de partir dans ce cadeau. Après tout peu importe. Que ferait il avec son argent après tout ? Une nouvelle armure probable… Cet achat pourrait attendre. Sans vraiment ce soucier, il suiva la jeune femme. Si elle se dirigeait chez elle, il aura eu le mérite de l’avoir raccompagner, sinon il se dirigeait droit vers un endroit totalement inconnue. Peu importe, il prenait un peu de bon temps. Cela ne lui était plus arrivé depuis… Trop longtemps. A vrai dire, cela remonte à cette après midi dans les domaines. Depuis ça n’a été qu’une succession de combat, d’engueulade et d’entraînement.

Ils arrivèrent bientôt dans un endroit qu’Hakai n’eut aucun mal à reconnaître. Le parc de Konoha. La jeune devait avoir très envie de peindre pour venir dans cette endroit après le boulot. Généralement, après le taf, on rentre chez nous, on se lamente d’avoir une vie de merde, on mange et hop au dodo. Hakai avait vraiment l’impression que cette femme ne vivait pas vraiment la même vie que la plus part de ces collègues. La jeune femme s’installa sur l’un des banc, elle sorti un fin crayon d’une pochette avant de se tourner vers son compagnon du jour.

[Asana] « Tu ne t’installe pas ? »

[Hakai] « Euh si bien sur. »

Il ne savait pas trop ce qu’il devait faire. Parler, ne pas parler… C’est qu’il ne voulait pas la déranger en plein travail. Personnellement, il préférait être au calme pour exercer son art. Chacun sa méthode mais ne sachant pas la sienne il préférait l’observer en silence.

[Asana] « Et si tu me montrais ton talent de sculpteur ? »

Cela l’étonna tout d’abord. Voila donc la raison de cette promenade. Elle voulait partager cette l’art et non plus seulement en parler. Hakai regarda dans les environs. Il lui fallait tout d’abord du bois et surtout une idée. La dernière fois il savait que les azalées plaisaient à Taka mais cette fois il ne savait rien d’elle. Après tout… il n’avait rien à perdre. Il n’aimait pas personnellement abîmer la nature surtout dans un endroit merveilleux comme celui-ci mais sans bois il n’y avait pas de sculpture. Il arrache une grosse branche d’un chêne poussant au centre du parc. Avec ceci il avait de quoi faire une bonne sculpture.

Les heures passaient et le soleil se couchait au loin. Il faisait pratiquement nuit à présent. Seul une bande rougeâtre osait encore enflammer le ciel. Les œuvres prenaient vie, ils avaient tous deux pratiquement seul la petite touche manquait pour que le travaille soit complet. Il ne fallu guére longtemps pour que les deux artites présentent leurs œuvres. Il était difficile pour Hakai de cacher la sculpture sans paraître débile, il ne daigna donc pas à la remettre à la prof.

[Asana] « Mais c’est… »

[Hakai] « J’ai fait avec ce que j’avais sous la main et… je crois que ton visage était la seul chose ravissante dans le coin à ce moment la. »

L’homme était assez gêné. Il se frotta une nouvelle fois le crâne avant de regarder la toile que lui montrait la femme. Le spectacle était grandiose. La femme avait peint de sa position ce qu’elle avait vu en face. On pouvait voir un coucher de soleil avec des enfants s’amusant sous le chêne. Hakai rie en remarquant que la jeune femme avait conservé la branche aujourd’hui disparue.

[Asana] « C’est quand même incroyable d’être capable de faire cela sans outil. »

[Hakai] «Avec le chakra on fait de grande chose. Mais la peinture c’est autre chose. Il faut vraiment avoir le coup d’œil et de pinceau pour donner un tel résultat. »

[Asana] « Oh… Ce n’est rien. Bon il se fait tard. Je pense qu’on devrait rentrer. Tu dois t’entraîner demain. »

Et oui… le retour à la réalité. Mais Hakai gardera probablement ce moment toute sa vie.

La troisième et dernière journée. Hakai allait retrouver Sayuri en fin de journée dans l’amphi théatre. Bien évidemment, la femme ayant une classe l’après midi, Hakai du logiquement attendre son temps. Il flâna dans les couloirs de l’académie, par moment il rejoignait les amphi théâtre pour regardait toute l’animation qui y régnait. Mais cette occupation ne l’amusait que pendant quelque temps.

Bayant de plus belle, il hésita à chercher après Asana ou Hakuba mais cette idée lui paru trop enfantine. Les professeurs n’étaient pas à sa disposition et après la journée qu’il avait passée hier, retrouver Asana si tôt paraîtrait troublant. Loin de lui l’idée de draguer une prof de l’académie même si son comportement était assez chaud.

Assit sur un banc, il regardait les élèves passer dans les couloirs. Le temps commençait à être long mais heureusement pour lui, l’attroupement d’élèves quittant l’amphi théâtre était le signe que l’Uchiha attendait tant. Avec un empressement excessif, il se rendit au lieu de rendez vous. L’amphi théâtre numéro cinq. Celui-ci était vide mais la femme ne tarderait probablement pas à arriver. C’était elle qui l’avait demandé, il ne manquerait plus qu’elle ne se pointe pas…

Mais tout cela n’arrivera pas. La porte claqua derrière l’arrivé de la femme. Elle avait les mains remplies de parchemin, aujourd’hui allait être le dernier jour d’entraînement.

En cette fin d’après midi, le soleil faiblissait à l’horizon, les enfants profitaient de leurs dernières heures d’amusement, les commerces commençaient à remballer leur marchandise et Hakai s’exerçait devant l’œil attentif de Sayuri au sceau. L’Uchiha ne comprenait que la moitie mais il arrivait notamment à placer le sceau et accumuler sa puissance. Sayuri lui avait expliqué comment placer une dose de chakra à l’intérieur. L’homme était à présent capable de se défendre contre le genjutsu.

[Hakai] « Je vous remercie Sayuri. »

[Sayuri] « J’espère que tu gagneras maintenant. »

L’homme salua son interlocutrice et quitta l’académie. Quelque chose avait changé en lui. Il semblait plus calme grâce à Asana et plus informé grâce à Sayuri. L’académie recelait des pouvoirs étranges mais également extraordinaires.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Ven 19 Mar - 19:44

Hakai : +18 XP - Technique Validée

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Mar 27 Avr - 3:06

"Le travail n'est véritable que lorsque l'envie nous prend de faire autre chose."

L'amphithéâtre. Hideki commençait à se familiariser avec cette salle. Il était presque vide lorsque que l'aspirant y entra. Il toisa rapidement les trois élèves présents sur l'estrade, dont la posture et l'expression faciale laissaient l'adolescent dubitatif.

*Ils malaxent leur chakra ou bien ils sont en train de chier?*

Derrière lui, quelqu'un toussa. Hideki fit volte face. Une jeune femme se présenta à lui, souriante. Elle n'était pas moche et apparemment, c'était leur professeur. Cependant, Hideki gardait sa mine renfrognée malgré la bonne humeur communicative celle en face de lui. Il firent rapidement les présentation. Pour Hideki, tout ceci n'était que perte de temps.

[Jeune femme enjouée] "Tu es un nouvel élève? Je m'appelle Reiko Kairi, professeur de Ninjutsu. Aujourd'hui, la leçon du jour est le Henge, la technique de métamorphose. Les instructions sont au tableau. Si tu as des questions, n'hésite pas."

[Hideki] "Hum... Ok."

Il n'avait pas décliné son identité. A quoi bon? Il n'était qu'un élève parmi tant d'autres. Dans l'heure qui suivait le cours, elle l'aurait déjà oublié. Sa bonne humeur lui paraissait hypocrite. Il n'aurait pas su le prouver, mais il le sentait. Son sourire n'avait pas plus de valeur qu'un vulgaire numéro de Genjutsu. Hideki s'avança vers le tableau. A côté, un élève venait de réussir à se transformer. Visiblement, il avait essayé de se transformer en Reiko, mais la ressemblance se rapprochait plus de celle de l'hippopotame que celle de la kunoichi. Hideki ne pu s'empêcher de rire, d'ailleurs il ne se retint pas le moins du monde, malgré le regard réprobateur du professeur. Après avoir séché ses larmes et massé ses côtes, il revint au tableau noir barbouillé de craie, afin d'en savoir un peu plus sur cette mystérieuse technique de métamorphose.

Citation :
LECON DU JOUR: HENGE NO JUTSU
Introduction: Ce jutsu permet au ninja qui l'utilise de prendre la forme de quelque chose ou de quelqu'un d'autre.
Niveau: Rang D.
Utilité/Applications: Le Henge peut s'utiliser dans toutes sortes de situations. Malgré la simplicité technique de ce jutsu, même les forces spéciales y ont parfois recourt. Le Henge peut même vous sauver la vie et garantir le succès d'une mission dans certains cas.
Taos à composer: Buffle, Chèvre, Tigre, Rat
Aide: Commencez par essayer la technique avec quelqu'un de votre corpulence. Pour vous aider à saisir la subtilité de la technique, servez vous du matériel à gauche du tableau. Il ne me reste plus qu'a vous souhaiter bon courage.

*Mouais.*

La technique lui semblait intéressante. Les explications beaucoup moins. Ca manquait de concret. Ou était l'essentiel: le chakra? Comment fallait-il donc le sculpter, quel chemin fallait-il lui faire emprunter? Il regarda à gauche du tableau, comme lui indiquait l'aide. Un tabouret, une toile, un pinceau et une palette de couleurs reposaient là, bercés par la lumière que laissait passer la baie vitrée.

*Super. On va gribouiller maintenant.*

Il considéra que l'aide que l'on mettait à sa disposition n'en était pas une, et décida de tenter sa chance en suivant sa propre voie. Il composa les quatre Taos, ferma les yeux et s'imagina en train de prendre la forme de Reiko. Cheveux bruns attachés avec une barrette rouge, attributs généreux, tunique bleue, ruban rose à la ceinture. En gros, c'était elle. Il relâcha son chakra, mais rien ne se produisit. Il n'eut pas besoin de miroir pour s'en rendre compte. Pas un déclic ne s'était fait, pas de nuage de fumée caractéristique qu'il avait vu sur l'autre élève. Il s'assit sur l'estrade pour méditer son échec. La seule comparaison qu'il pouvait faire, c'était avec l'autre technique qu'il maîtrisait vraiment, le Kawarimi. Avec ce jutsu, il créait un lien de chakra avec un objet, puis l'énergie bleuté se chargeait "construire une autoroute grande vitesse" entre lui et l'objet en question. Puis il relâchait une décharge de chakra, qui faisait office de starter et d'accélérateur, bref cette décharge produisait le fameux déclic, qui n'avait pas eu lieu à l'instant alors qu'il aurait dût.
Bingo! C'était ça! Une grosse impulsion de chakra d'un coup! Ce qu'il venait de faire il y a quelques secondes, n'était rien d'autre qu'une fuite de chakra qu'il avait laissé couler, sans pression, comme un pet silencieux. Satisfait de sa réflexion, il se releva, et jeta un oeil au tableau afin de voir les Taos à composer.

*Buffle, Chèvre, Tigre, Rat*

Son esprit se représenta une nouvelle fois son professeur. Puis il expulsa son chakra d'un peu partout de son corps, d'un seul coup. Pouf! Il disparu derrière un écran brumeux. Le bruit avait alerté Reiko qui se retourna vers Hideki. Toujours aussi souriante, la jeune femme paraissait sincèrement contente que son élève progresse.

[Reiko] "Bravo! T'as réussi à te métamorphoser! Tu veux un miroir?"

Elle attrappa sur son bureau un miroir portatif qu'elle brandit en direction de l'aspirant. Il eu un choc. Il n'avait même pas forme humaine. Il ressemblait à une guimauve géante oubliée dans un incinérateur. Comment Reiko pouvait paraître un tant soit peu satisfaite de lui? Encore de l'hypocrisie, un sacarsme pour lui faire prendre conscience pleinement de son échec et de la petite humiliation qui en découlait? Il avait envie de la giffler. Hideki rompit le flux de chakra qui lui donnait cet aspect horrible pour reprendre sa vraie apparence.

[Reiko] "Tu sais, tu devrais peut-être suivre l'aide. Elle ne paye pas de mine au premier abord, mais je suis sure que tu maîtrisera la technique plus vite que tu ne l'imagines si tu suis mes conseils!"
[Hideki] "Vous croyez? Ce n'est pas en souriant et en encourageant les médiocres que vous les mènerez quelque part.

Hideki ne parlait pas de lui, mais des autres élèves qui s'acharnaient sur une technique dont la maîtrise semblait leur échapper un peu plus à chaque tentative. Reiko le considéra d'un air grave. Elle semblait attristée pour les autres apprentis courageux que Hideki venait d'offenser. Elle voulut lui répondre, mais elle s'abstint au dernier moment, alors que les mots allaient sortir de sa bouche. Les autres élèves poursuivaient leurs effort comme si rien ne s'était passé; Hideki tourna le dos à son professeur, et se dirigea vers la toile. Il s'assit sur le tabouret, se saisit de la palette et du pinceau, et contempla l'amphithéâtre d'un air las. Tout cet attirail ne lui inspirait rien du tout. Mais bon, au point ou il en était, Hideki n'avait rien à perdre... Il avait quelques notions en dessin, lui qui avait l'habitude de faire des graffitis un peu partout dans Konoha. De sa place, il observa Reiko, occupée à aider un de ses apprentis. Il saisit sa chance: elle était à peu prêt immobile. Il décrivit rapidement les contours pendant qu'elle ne bougeait pas trop; elle pouvait changer de profil à tout instant et tout serait à reprendre. Ensuite, il s'occupa des contours intérieurs, avant de s'attaquer au couleurs. Les détails, quelques nuances pour les ombres... Il n'avait jamais peint, mais semblait pourtant déjà plus doué pour la peinture que pour le Ninjutsu. Il acheva son tableau de ces derniers coups de pinceaux presque superflus, mais tellement indispensables... Son tableau n'était pas un chef-d'oeuvre, mais Hideki n'avait pas à en rougir du tout.

*Et ensuite?*

Une leçon était forcément à tirer de ce qu'il venait de faire. Une moralité, une analogie, ou un truc du genre... un truc de prof. Quelque chose qu'il n'était pas plus compliqué à comprendre par une explication explicite, mais que l'instructeur se donnait un malin plaisir de formuler sous forme d'énigme.

*Voyons voir... Si j'ai foiré la dernière fois... Mais oui! C'est parce que j'ai envoyé la sauce n'importe comment! C'est comme si je venais de gribouiller cette toile! C'est pour ça que j'avais une forme bizarre! C'est comme si... la peinture, c'est le chakra, mon corps, c'est la toile, et le pinceau... c'est mon esprit...*

Hideki posa le matériel de peinture sur le tabouret, et monta sur l'estrade pour frimer, car il était sur que sa technique allait réussir. Il composa les quatre taos nécessaires, ce qui l'aida à malaxer le chakra requis. Puis il ferma les yeux et se concentra sur son professeur. Comme dans sa peinture, il commença par les contours grossiers, pour finir avec les infimes détails, qu'il ne négligea pas. Lorsqu'il eu terminé sa peinture mentale, il relâcha son chakra d'une traite, répartit selon les courbes de Reiko. Tout ce qu'il avait visualisé prit forme en un instant. Il était tellement concentré sur son objectif qu'il ne fit même pas attention au nuage de fumée derrière lequel il venait de disparaître. Il fois le cumulus dissipé, il s'avança fièrement vers son professeur. Il ne savait même pas le résultat, mais il avait le sentiment qu'il venait de réussir à la perfection. La jeune femme se retourna vers lui, laissant échapper un petit cri de surprise et de satisfaction. L'air grave de tantôt avait totalement disparu au profil d'un radieux sourire.

[Reiko] "Bien! Et ben... bravo! Tu peux t'en aller maintenant, reviens demain pour une nouvelle technique!"

Hideki ne se fit pas prier. Il quitta la salle en jetant un regard moqueur aux autres élèves, ces prétendus camarades. Il espérait ne jamais avoir à faire équipe avec de tels énergumènes. Il décida d'aller transpirer un peu, et ce après avoir prit un bon repas.


Si j'attaque de front, c'est parce que tu protèges ton dos...
Nom: Furosawa; Prénom: Hideki; Age: 13; Village: Konoha


Dernière édition par Hideki Furosawa le Lun 31 Mai - 12:52, édité 3 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Jeu 27 Mai - 15:32

"La haine est comme le feu. Elle consume tout, même son détenteur."

Encore un de ces matins à errer dans les couloirs de l'académie. L'étudiant était en retard et l'amphithéâtre était fermé. Il était de mauvaise humeur, car le cours qu'il était sensé suivre l'intéressait. Une note sur la porte indiquait que les travaux pratiques de Ninjutsu était déplacée en salle 17, à cause des travaux. Le problème était à présent de la trouver. Ravalant sa fierté de mâle, il se rendit dans le hall et demanda son chemin à la réceptionniste.

[Réceptionniste] "La salle 17? Traverse la cour puis emprunte le couloir de gauche, c'est la salle au fond. Dépêche toi, tu es en retard!"

Hideki ronchonna. Il était au courant. L'étudiant suivit l'itinéraire indiqué, et, le temps de le dire, se retrouva devant une porte en bois portant le numéro 17. Hideki n'était pas de ceux qui font un infarctus rien qu'a l'idée d'arriver en retard, ou même se faire remarquer, car de l'avis des autres il n'avait que faire. Il partageait son temps, son attention et son énergie entre lui et lui-même, ainsi que ses parents quelques fois. Son chemin s'était séparé de celui des ses amis d'enfance, depuis il était seul.

Ce qui l'avait énervé dans son propre retard était qu'il manquait un cours qu'il considérait comme vital pour son ascension en tant que Ninja. Il savait que le ninjutsu était sa spécialité. De plus, le savoir est une arme, il paraît. C'est sur ces pensées que l'étudiant poussa la porte sans y avoir été invité, sans même avoir frappé. Heureusement pour lui, c'était Reiko qui prennait en charge l'enseignement aujourd'hui. De bonne humeur, comme à son habitude, elle ne prit pas son retard en compte.

[Reiko] "Tiens, Hideki! Tu tombes bien, on à pas encore fini de faire les groupes!"

[Hideki] "Bonjour, euh... de quels groupes parlez-vous?

[Reiko] "Eh bien, des groupes par affinités élémentaires!

A présent, il se souvenait du thème du cours d'aujourd'hui: les affinités. La théorie avait été abordée il y a longtemps, mais aujourd'hui, c'était les travaux pratiques. Ce cours était très attendu par les élèves, il occupait toutes les conversations des étudiants. Mais Hideki ne pouvait pas s'en rendre compte, il n'avait pas le contact facile, sauf si il y voyait un intérêt...

[Reiko] "Prends donc une feuille sur le bureau, et communique lui donc ton chakra."

Il marcha lentement jusqu'au meuble, prennent le temps de dévisager les autres occupants de la salle. Différents groupes, inégalement répartis, s'étaient formés et se tenaient au fond de la salle, tandis que quelques élèves fixaient le morceau de papier qu'ils tenaient fermement dans leur main, concentrés. Il saisit une feuille de papier, et il ne pu tenter aucune action ultérieure avant que Reiko lui fourni quelques informations.

[Reiko] "Ce que tu tiens dans ta main n'es pas du papier ordinaire. C'est un papier spécial qui aurait une réaction spécifique en fonction de la nature de ton chakra. C'est avec ça que je déterminerai à quel groupe tu appartiendras et quel professeur te sera attribué pour la suite de ta formation."

[Hideki] "Ok."

Il ferma les yeux pour mieux se concentrer. A proximité, les autres élèves s'étaient tous répartis dans un groupe, il ne restait plus que lui. Il senti tous les regards se braquer sur lui, mais il ne se laissa pas distraire ni perturber; il puisa un peu d'énergie de son corps et de son esprit, les fit fusionner pour obtenir cette force si chère aux arts ninja: le chakra. Hideki ne fit pas durer le suspense longtemps. Il envoya son chakra au bout de ses doigts, et il ouvrit ses paupières simultanément. La feuille disparu dans une combustion spontanée. Mais Hideki ignorait toujours ce que cela signifiait...

[Reiko] "Tu as un chakra très Katon, vu la manière dont ta feuille s'est consummée. Certains disent que l'affinité Katon est synonyme de fort caractère...

Elle jeta un oeil à son bloc notes, où un tableau était dessiné. Elle demeura pensive quelques instants, puis elle releva la tête, l'air désolé.

[Reiko] "Normalement, c'est moi qui devrait te prendre en charge mais malheureusement, le groupe est déjà complet. Les travaux pratiques sur les affinités sont potentiellement dangereux, et les nouvelles directives nous limitent à dix élèves par adulte pour ce cours là. Mais ne t'inquiète pas, il y a un professeur en salle 13 rendu disponible pour ce matin afin de parer à cette éventualité. Tu seras seul avec lui. Estime toit heureux, tu progresseras plus vite! Le nom de ton enseignant est Daiki Senjago. Sur ce, je te dis bon courage.

Daiki Senjago... Il en avait déjà entendu parler. Ce prof était le pire de l'académie, d'après les dires des élèves. Hideki avait réussi à entendre quelques bribes de conversation. Fidèle à lui-même, il se dit qu'il se forgerait bien sa propre opinion. Reiko s'en retourna à ses élèves, et envoya les groupes autres que Katon dans d'autres salles, apprendre auprès d'autres professeurs. L'étudiant savait où se situait la salle 13, il prit cette direction avec tout de même une légère appréhension.

Hideki poussa la porte à nouveau, et découvrit le personnage. En effet, il ne volait pas sa réputation: cheveux blancs, malgré un air jeune,corbeau juché sur son épaule, il n'avait pas l'air commode. L'étudiant l'analysa rapidement, puis fit un pas dans la salle. L'air empestait le tabac, en dépit des fenêtres ouvertes. L'instructeur, qui jusqu'à présent avait négligé le nouvel arrivant, daigna tourner la tête vers Hideki. Le volatile le regardait également, d'un air mauvais.

[Daiki] "Enfin! T'es le seul ou bien il y a d'autres chiards qui arrivent?"

[Hideki] "Eh bien... je suis le seul, c'est ce que Reiko m'a dit...."

[Daiki] "Tant mieux. Les mômes, moins j'en vois, mieux je me porte!"

Le Juunin sauta du bureau sur lequel il était assis, et jeta son mégot par la fenêtre. Il toisa Hideki. Il ne l'avait jamais vu, et visiblement ce n'était pas un Senjago, ce qui fut un prétexte pour râler.

[Daiki] "T'es pas des "nôtres", et tu veux apprendre à te servir du feu, misérable merde?"

Hideki fut choqué. Jamais il ne pensait qu'un prof ferait preuve d'autant de violence gratuite à son égard. Mais il n'était pas du genre à se laisser intimider. De plus, il savait qu'il avait tord. Son père maîtrisait le Katon à la perfection. Hideki avait entendu parler de la tendance des Senjago à malmener ceux qui ne sont pas du clan. Hideki ne se laisserait pas faire.

[Daiki] "On va commencer tout de suite. Je suis bloqué avec toi toute la matinée, alors putain, tu vas faire ce que je te dis sans broncher, si tu veux pas que je t'incinère!!
On va commencer par la base, vu que t'es ignare sur le feu, petit con. Ouvre bien tes esgourdes, répéter n'est pas dans mes habitudes. Tu concentres ton chakra dans ta main, tu vois, pour l'instant le mien est bleu, il suffit de t'arranger pour qu'il devienne rouge, paf, ça fait du chakra Katon! Maintenant, essaye voir."


En même temps qu'il expliquait sommairement, il illustrait son exemple par une démonstration. Hideki n'avait aucune idée sur la façon de procéder pour changer la nature de son chakra. Daiki lui avait simplement dit "il suffit de t'arranger pour". Hideki connaissait la suite. En fait, ce genre de personne était prévisible. Il s'était arrangé pour que l'étudiant rate, et ensuite, il allait l'abreuver d'insultes. Hideki concentra son chakra dans sa main, qui s'entoura d'un aura bleuté. Mais il ne savait pas quel commande actionner, quel muscle contracter, quel pensée adopter pour qu'il devienne rouge. Il s'efforça à penser au feu, à ce qu'il représentait. Mais cela ne marchait pas. Sa tentative infructueuse fut interrompue par le Juunin.

"En un mot: Nul à chier. Tu me refais ça, je me casse. Recommence. T'as intérêt à réussir. Tu me fais perdre mon temps."

Tout ceci n'était que paroles en l'air. Daiki était en charge du TP, qu'il le veuille ou non. Malgré ça, Hideki avait la pression. Daiki n'en n'était pas le seul responsable; il se la mettait tout seul. Il ne voulait pas moisir ici et ne voulait qu'une chose: devenir plus fort. Il réitéra son essaye, sans plus de résultat. L'oiseau du Juunin croassa; il semblait rire des malheurs de l'étudiant. Daiki s'approcha dangereusement de Hideki.

[Daiki] "C'est la BASE, bordel! Tu m'énerves! t'es vraiment trop nul, ou tu le fais exprès? J'aime pas les nuls, et j'ai HORREUR qu'on se moque de moi! Tiens!"

Daiki lui balança un violent front kick dans le thorax, qui souleva littéralement Hideki du sol. Le mur stoppa sa course. Instinctivement, il envoya le chakra résiduel à sa tentative dans ses mains. Hideki s'énerva. On ne lève pas la main sur lui sans conséquences. Il serra les poings pour frapper son professeur, lorsque...

[Daiki] "C'est pas trop tôt! Mais ce n'est que la base! Ah là là, les mioches, ils ne comprennent que par les coups..."

[Hideki] "Hein?"

Il regarda ses mains. Son chakra était à présent rouge, flamboyant. La colère l'avait transformé. Le feu était un élément instable, et chez Hideki il venait de se créer alors qu'il était en état d'instabilité, ici, la colère. Dans un combat, les sentiments primaires s'expriment, comme la peur, la haine... le combat est instable. Alors, lors d'un duel, la puissance du feu était simple à déployer. En théorie.

[Daiki] "On fait une pause. Je reviens dans une vingtaine de minutes. T'as le droit de sortir, mais si t'es en retard, je te calcine. Profite bien de ton répit, tu vas en chier par la suite, je te le garantis..."


Si j'attaque de front, c'est parce que tu protèges ton dos...
Nom: Furosawa; Prénom: Hideki; Age: 13; Village: Konoha


Dernière édition par Hideki Furosawa le Lun 31 Mai - 12:57, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Ven 28 Mai - 14:00

Bonne interprétation de Daiki, j'ai bien aimé Smile

Hideki : + 22 XP

Techniques Validées

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 30 Mai - 3:58

Après une courte pause, pendant laquelle Hideki allait se chercher un snack à la cafétéria, il retourna dans la salle de classe et continua de s'exercer à créer du chakra Katon. Daiki ne revenait pas. L'aspirant eu une envie folle de taguer son nom sur les mur de la classe, mais maintenant qu'il avait connaissance qu'un tel monstre avait droit de séjour dans l'enceinte de l'académie, il se ravisa.

Soudainement, Hideki se figea. Une odeur pestilentielle de tabac froid penetra ses narines de manière saisissante. A cet instant, il sut que son instructeur était à quelques pas de la porte. Il attendait ce moment, mais le redoutait en même temps. Il apprendrait une nouvelle technique, mais à quel prix?

Daiki poussa la porte, et traversa la salle, avant de se placer au centre, prêt du bureau. Son éternelle cigarette se consumait à mesure qu'il tirait dessus dans un léger crépitement, presque inaudible. Obake, son corbeau, semblait toujours autant être de la même famille que son maître. Hideki observait l'horloge au dessus du tableau. Il était en retard.

[Daiki] "T'es à la bourre, sale môme! Tu mériterais que j'écrase mes mégots sur ton dos."

Il se tint devant l'aspirant, qui, malgré tout, ne bougea pas d'un pouce. Les deux shinobis se fusillaient du regard. Hideki, malgré sa faiblesse, avait sa fierté.

[Daiki] "Tu joues les fortes têtes? Fais pas l'malin parce que t'as réussit l'exercice de tout à l'heure. T'as pas à en être fier. C'est normal. On attends pas moins de toi."

[Hideki] "Je n'ai pas la vanité de me pavaner, MOI."

[Daiki] "Tu réponds? Insolent... Qui est la truie qui ta éduqué? Elle n'a pas fait son boulot correctement. Quand on pond un gosse aussi faiblard que celui là, on a au moins le bon sens de lui inculquer le respect, histoire qu'il ne finisse pas dans mon cendrier."

Obake croassa d'excitation. Il prenait toujours plaisir à voir son maître malmener un élève. C'était encore plus drôle quand ils leur opposaient de la résistance. Daiki mit fin à leur bagarre de regard lorsqu'il se décida enfin de commencer son boulot de prof, c'est à dire d'enseigner. Il tourna les talons, fit quelques pas pour s'éloigner du gamin, et démarra.

[Daiki] "Bon. Le principe est le même. Je te montres, tu fais, on passe à autre chose. Katon!"

Daiki prit une légère inspiration avant de cracher une boule de feu parfaitement dimensionnée pour se vouloir surprenante, sans mettre feu au mobilier. Hideki, conquis par cette technique, voulu poser une foule de question, mais il réprima au dernier moment, se souvenant à qui il avait affaire. Il s'esseya à son tour. Evidemment, l'échec fut cuisant. Rien. Même pas une petite flammèche de rien du tout. Naturellement, Daiki ne perdit pas une occasion de l'insulter.

Avant de recommencer, Hideki prit un instant de reflexion. Le chakra devait être transformé en Katon au moment où il sortait de sa bouche, sinon il se brûlerai la langue. Le chakra devait venir de son orifice buccal, évidement. Il était prêt à refaire une démonstration. Ce n'était pas encore ça, mais il avait réussi à créer une petite flamme.

[Daiki] "C'est tout? Mais, c'est naze! On pourrait même pas allumer une clope avec ça!"

Daiki venait de perdre une occasion de se taire. Hideki se souvint d'une des paroles de son père: "Lorsque tu entreprends quelque chose, vas-y à fond, jamais à moitié!"
Là était la clef. Il restait trop parcimonieux sur ses réserves de chakra. Il fallait exploiter son potentiel à fond. Il concentra son chakra dans ses poumons, de toutes ses forces. Et au moment de cracher, il tourna la tête.
Daiki était la cible de la technique. Il eu le temps de se reculer, mais les flammes léchèrent sa cigarette, et eurent raison d'elle. Obake prit peur, et s'envola par la fenêtre ouverte, lâchant des croassements effrayés. Les cendres de la cigarette du Juunin tombèrent à ses pieds. Daiki fulminait de rage.

[Daiki] "Petit fils de pute..."

Il disparu du champ de vision de l'étudiant, et Hideki senti une main se poser sur sa nuque. Mort de trouille, Hideki voulu crier, mais aucun son ne sorti de sa bouche.

[Daiki] "J'ai un geste à faire, et tu es MORT. Compris, petite fiotte? Ta vie ne pend qu'a ma bonne volonté."

Le Senjago ne bluffait pas. Tuer cet avorton lui aurait été facile comme casser un brin de paille, mais les ennuis générés auraient été démesurés, et il le savait. Alors, il se raisonna, et lâcha prise.

[Daiki] "Tu m'gaves... J'ai pas envie de t'en apprendre plus. Par contre si tu me fous la paix, j'ai bien un nom à te donner."

Hideki se retourna lentement. Il tremblait comme une feuille. Se tenant la nuque, il était rassurer d'être encore en vie pour sentir la douleur que lui avait causé la poigne du Juunin.

[Daiki] "T'as qu'à aller voir Taka... Uchiha Taka. Je crois que c'est la seule qui pourra te supporter suffisamment longtemps. 'Parait qu'elle a rien à glander de ses journées... Et qu'elle est à l'arrêt total. Comme ça t'auras quelqu'un à gonfler. Maintenant dégage."

Hideki ne se fit pas prier.


Si j'attaque de front, c'est parce que tu protèges ton dos...
Nom: Furosawa; Prénom: Hideki; Age: 13; Village: Konoha

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Ven 4 Juin - 20:39

Hideki : + 9 XP

Un peu court peut-être, sûrement parce que c'est agréable à lire. Surtout le coup de la cigarette.

Technique validée.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   Dim 5 Sep - 13:23

    [Venant de... De nul part en fait, c'mon premier RP ici x). fallait bien commencer quelque part.]

    C'était un matin comme beaucoup d'autre. Un matin où j'ai préféré me lever en retard plutôt que d'être à l'heure à l'académie. On dit pourtant que les premiers jours sont les plus importants pour donner une bonne impression... Tant pis pour la ponctualité. Quitte arriver une minute ou une heure en retard, autant en profiter au maximum.

    La difficulté que nous impose une rentrée scolaire est toujours sous-évaluée. Il est déjà tellement difficile de se réveiller de manière habituelle, alors devoir se lever plus tôt et pour aller travailler, c'était vraiment trop pour moi... Cherchant à atteindre un t-shirt j'ai croisé du regard une horloge qui indiquait 9h32. Il était peut-être temps de se lever.

    Descendant les escaliers menant au béni frigo, je suis tombé nez-à-nez avec la personne la moins propice à comprendre ma flemmardise, ma mère.


      [Akito] – Salut m’man…

      [Aiwa] – Dis moi, les cours de l’académie commençaient pas aujourd’hui à 8h ?

      [Akito] – Ouai ouai, mais l’appel du coussin a été plus fort que celui du ninjutsu...

      [Aiwa] – … Magne toi d’aller à l’académie si tu ne veux pas que l’appel de ma main m’oblige à te foutre des baffes !

      [Akito] – Moi aussi je t’aime.



    C'était toujours la même chose, étais-je le seul à comprendre la détresse de mon lit quand je le quittais ?

    Comme toujours ça ne servirait à rien de discuter, il allait falloir y aller de toute façon. Enfilant un pantalon qui trainait et emportant une tartine avec moi j’ai quitté la maison familiale. Relativisons, même si j’étais en retard, je n’aurais pas à supporter ma mère aujourd’hui. C’était déjà ça de gagné.

    Traversant les rues de Konoha sans réellement me presser j’ai pris la direction de l’académie. C’était un bâtiment relativement proche de son chez-lui, et les rues de la ville étant plutôt vide le trajet fut court et sans encombres (hormis ce chat noir qui est passé devant moi, mais il n’y a que les imbéciles qui croient en ces choses là !).

    Je n’étais venus ici qu’une fois quand j’attendais que mon frère sorte pour nous annoncer - ou non – la réussite de son examen de passage de grade. Pour tout dire je n’avais pas souvenir d’un bâtiment aussi imposant. Il y avait visiblement plus de salles qu’auparavant et de nombreuses salles et amphithéâtres dédiés à toutes sortes d’enseignements pour shinobis en herbe.


    Ayant tellement de salle à visiter et trop peu de temps pour décider à laquelle j’allais me présenter en premier, j’ai sans réfléchir poussé la porte de la première salle que j’ai trouvé. A l’intérieur se trouvaient quelques élèves et une femme plus âgée qui devait probablement être le professeur.


      [Femme] – Hum ? Tu viens pour le cours de ninjutsu ? Je m’appelle Kairi Reiko, je suis professeur ici. Des instructions sont au tableau, demande aux autres si tu ne comprends pas quelque chose, je passerais vers toi dès que j’ai finis ici.

      [Akito] – Euh… Ok.



    Ma surprise était de taille, je m’attendais à me faire taper sur les doigts et me voilà chaleureusement accueilli dans le cours. Akikaze me répétait pourtant que ses professeurs étaient de véritables monstres et qu’il devait s’appliquer à tout bien faire par peur d’une punition. Depuis le temps tout devait avoir changé, en bon visiblement.

    Quittant des yeux cet étrange professeur, j’ai posé mes yeux sur ce fameux tableau où devaient figurer les instructions du cours. Les instructions semblaient sommaire, elle avait certainement due expliquer oralement toute la marche à suivre et laissé les étudiants prendre note des points important. Les seules informations qui m’étaient données étaient le nom et la description de la technique… Je n’allais pas aller bien loin avec si peu de chose.

    Profitant d'un moment d'inattention d'un autre élève j'ai habilement subtilisé la réponse au problème, le cahier de note de l'élève en question. Feuilletant les pages un peu au hasard que je suis tombé sur un gros titre "Henge". Malheureusement seul le titre était lisible. Sous cet en-tête il n'y avait qu'un fouillis de mots mal écrits ne m'évoquant qu'un casse-tête à déchiffrer. N'ayant ni la patience ni l'envie de devoir lire ce cahier, je me suis simplement résolu à attendre un passage de la fameuse Reiko. Celle-ci ne tarda pas à arriver comme promis.


      [Reiko] – Rebonjour, tu as pris connaissance du sujet du cours ?

      [Akito] – Bah… Si une petite séance de rattrapage était possible, je m’en acquitterais volontiers.

      [Reiko] – Tu as donc compris l’intérêt du Henge et son usage dans la vie du shinobi ? Il ne reste que la pratique à comprendre. Tout est dans ce qui est au tableau, il faut prendre la forme de quelqu’un en sculptant son chakra comme voulu. Essaye de commencer par quelque chose de proche de ton toi habituel. Ne changer que tes cheveux ou ta voix par exemple. Si tu bloque toujours autant appelle moi.

      [Akito] – Euh, bah merci alors. Et à très vite je suppose…


    Elle était bien gentille mais pour moi "sculpter" du chakra ça n’était pas super clair. Il faut utiliser des outils pour réaliser la technique ? Jetant un œil aux autres élèves dans la salle j’ai vite compris qu’ils n’utilisaient que leurs neurones pour faire marcher la technique. Bon et bien ça ne devrait pas être si difficile que ça.

    Il fallait réfléchir – un exploit pour moi – à la méthode qui leurs permettait à tous de se transformer. Il semble assez logique qu’il faille avoir en tête la forme de la personne à imiter. Elle conseillait de commencer petit, un changement de couleur de cheveux alors. Fixant un miroir à l’autre bout de la salle j’essayais d’imaginer mes cheveux blancs devenir des cheveux noirs de jais. En imaginant cette tête aux cheveux noirs j’ai eu l’impression de voir mon frère ainé à l’âge où il entrait à l’époque à l’académie. Une tête pas si difficile à se remémorer.

    Malaxant du chakra comme on nous l’avait appris quelques temps auparavant, j’ai joint mes mains pour former la même mudra que tous les autres élèves dans la salle, puis j’ai tenté d’envoyer mon chakra dans mes cheveux (ce qui me semblait le plus logique à faire vu que je voulais changer la couleur de mes cheveux).

    Une colonne de fumée m’enveloppa à mon grand étonnement – j’étais vraiment trop fort en fait – qui quand elle disparut me laissa contempler ma réussite. Ce noir de jaïs que je voulais obtenir c’était transformer en un gris pâle. L’intention y était mais le résultat était encore à travailler. J’ai donc recommencé plusieurs autres fois pour essayer d’améliorer ma performance, mais globalement le résultat restait le même. Un peu déçut je suis retourné demander de l’aide à Reiko.


      [Reiko] – C’est un bon début, tu as l’air de bien comprendre, il ne te manque pas grand chose. Ce qu’il te faut c’est de la souplesse d’esprit. Tu as du mal à te détacher de ta propre apparence. C’est quelque chose qu’il faudra apprendre. Mais je suis sur que tu es bien parti, continue sur cette voie !



    Ces encouragements sonnaient étrangement à mes oreilles. J’étais bien partis mais je n’avais tout de même pas réussit. Ça restait un échec. Mais je n’allais pas me laisser sombrer dans la morosité, j’étais le grand Hokufû Akito, j’allais forcément réussir. La détermination était mon allié.

    Recommençant encore de nombreuses fois ce mudra – qui allait finir par me hanter – et prenant bonne note des conseils du professeur je commençais à obtenir des résultats plus probants. Il était difficile d’oublier complètement son ancienne apparence le temps d’une technique, mais peu à peu j’y arrivais. Au moment de montrer ce qui me semblait être un exploit et d’avoir enfin les félicitations de Reiko, tous les élèves étaient déjà partis. Ils m’avaient devancé, mais ils partaient avec un train d’avance. La prochaine fois je leurs montrerais tous, j’suis le plus fort !

    J'ai quitté le bâtiment en début d’après-midi après qu’on m’ait donné congé pour préparer le lendemain mais aussi pour m’entrainer de mon propre côté. N’ayant aucune intention de m’entrainer, la journée était finie, ni de rentrer trop tôt, ma mère m’attendait surement un balais à la main, mes pas m’ont guidés vers le parc Seibutsu où j’allais pouvoir profiter de l’herbe pour simplement me reposer. M'entraîner pour maitriser plus sérieusement cette technique? J'aurais le temps plus tard, pour le moment l'appel du sommeil se fait plus fort.

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Amphithéâtre Ninjutsu   

Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Amphithéâtre Ninjutsu
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Amphithéâtre Médecine
» Mudras pour Ninjutsu, Genjutsu et Kekkai Genkai
» Amphi de Ninjutsu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-