Partagez | 
 

 Amphithéâtre Médecine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Amphithéâtre Médecine   Ven 21 Mar - 0:23

Les étudiants en médecine rentraient sans se presser, sereins quant à ce cours d'introduction. Ils s'installaient à leurs tables sans s'arrêter de discuter, de s'appeler ou de se saluer. L'agencement était légèrement différent de celui des autres amphithéâtre, les tables étaient légèrement plus larges et doté d'un revêtement luisant. Deux longues allées descendaient jusqu'à la tribune où les professeurs patientaient. Derrière eux, un grand tableau blanc et des étagères chargées de volumes.

Sasaku, les mains jointes sous son menton, demeurait parfaitement immobile. Il était le seul homme professeur, mais c'était davantage sa carrure impressionnante et sa peau mâte qui attiraient les regards curieux. Il était célèbre parmi les siens pour la quantité de missions qu'il avait accompli.

[Sasaku] - Bien. Nous allons commencer.

Sa voix étonnamment profonde étouffa le bruit comme par enchantement. Les élèves s'installèrent rapidement, les yeux fixés sur la tribune.

[Sasaku] - Nous allons vous apprendre l'art de la médecine. C'est sans aucun doute la voie qui vous demandera le plus d'attention, de patience et de persévérance. Il est extrêmement difficile de devenir même médiocre. Hélas, nous ne pouvons accepter la médiocrité : vous serez excellents, ou vous ne serez pas.

Il posa ses bras puissants sur le bureau, et indiqua d'un léger mouvement la personne assise directement à sa droite. C'était une belle jeune femme aux cheveux mauves, qui se tenait nonchalamment le menton de la paume de la main. Elle observer, visiblement peu intéressée, ses futurs étudiants.

[Sasaku] - Je vous présente Saya Nabara. Elle sera très exigeante, mais elle ne vous laissera jamais tomber. Accrochez-vous à elle, vous en sortirez plus fort.

Saya changea de position et se radossa à son siège, en esquissant un très léger sourire.

[Saya] - Vous devrez travailler dur et sans relâche, mais n'hésitez pas à passer me voir en cas de doute, ou de problème. Si c'est pour de la médecine, bien entendu : je ne répond pas aux invitations galantes, merci.

Elle ouvrit son paquet de cigarettes et le referma aussitôt, comme un automatisme. Elle avait soif de cigarette là, maintenant, dès huit heures du matin. Elle ne pouvait pas songer à arrêter : pourquoi faire ? L'espérance de vie d'un shinobi est déjà suffisamment limitée comme ça, autant tourner cela à son avantage.

[Sasaku] - À côté de Saya, Yoko Omoshiroi. Elle est toute jeune et n'a pas encore l'habitude de gérer une aussi grande masse d'étudiants, mais nul doute qu'elle s'en sortira très bien. Écoutez bien ses conseils, soyez curieux.

Yoko se leva et sourit de toutes ses dents.

[Yoko] - Bonjour à tous ! Eh bien, j'espère que vous serez nombreux et qu'on apprendra plein de choses ensemble. Si vous avez des questions, pareil, n'hésitez pas et, euh, voilà.

Elle se rassit, sans se départir de son sourire, et tourna la tête vers Sasaku. Ce dernier reprit la parole, désignant cette fois-ci la jeune femme alerte à sa gauche.

[Sasaku] - Koi Masamune, certains d'entres vous doivent la connaître. Vous ne pouvez que vous améliorer à son contact ; observez, analysez, demandez.

Koi rajusta sa blouse et ajoute.

[Koi] - J'essayerais de vous transmettre ce que je sais. Si vous travaillez bien, vous devriez voir les résultats bientôt. Si ce n'est pas le cas, poursuivez vos efforts. Si vous vous sentez un peu découragé, je serai vraiment heureuse de vous aider.

Elle sourit. Sasaku hocha la tête.

[Sasaku] - Et moi, je suis Sasaku Hiroida. Je vous apprendrais à devenir plus fort, à concentrer votre force et à viser les points les plus sensibles. Je serai votre professeur pour ce cours-ci.

Ses collègues se levèrent et sortirent de la salle, alors que Sasaku débutait son cours.

[Sasaku] - Bien...
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Dim 16 Jan - 15:24

.°,o:O¦ Trouver sa voie ¦O:o,°.
"La médecine, les professeurs et moi"


L'hiver battait son plein à Konoha, et pourtant comme d'habitude on se serait cru en été. Le mercure affichait quelques vingt degrés et déjà le soleil se tenait haut dans le ciel. Une journée qui commence comme une autre en somme.

Le rythme de vie que je m'étais imposé depuis quelques jours m'avais donné la bonne habitude de me lever dès les premières lueurs, peut-être pour ne pas manquer les douces matinées du pays du feu. Le village était encore bien calme et, hormis quelques oiseaux de nuit, les rues étaient désertes. Ceci offrait un spectacle rare que seul les habitants de Konoha étaient apte à apprécier à sa juste valeur. Déjà six heures, il est temps de prendre un bon repas. Comme d'habitude ma mère est encore une fois déjà levée. Quand je me couchais elle était éveillée, et de même quand je me réveillais. Elle ne devait pas dormir, c'était la seule explication plausible à tout ceci.

Un repas correct et une séance par la salle de bain plus tard. J'étais prêt à partir pour l'académie. Même si les premiers jours ne m'enchantaient pas vraiment, il y avait désormais un certain plaisir à aller chaque matin en cours. Était-ce le plaisir de retrouver ceux qui au fil des jours étaient devenus mes amis? Le plaisir de me rapprocher du statut d'Akikaze? Le plaisir de savoir qu'à chaque jour qui passait, c'était un jour de moins avant de retrouver mon frère... Dans le fond, peu importait la raison, les faits étaient là, c'est tout.

Je suis arrivé plutôt tôt à l'académie, à dire vrai j'étais l'un des premiers en classe. Un évènement suffisamment rare pour être souligné. L'attente ne fut d'ailleurs pas très longue avant que la masse d'élèves arrive pour les cours du matin. Comme d'habitude on discernait des groupes à l'intérieur de la masse : les casse-cou, les bosseurs, les branleurs... La classe n'était en fait qu'une réplique miniature de la société qui nous attendait à l'extérieur des murs de l'académie.


    [Tôki] - Yosh! Akito, Yûki!

    [Akito] - Yo.


C'était eux. C'était mes amis. Ceux avec qui j'allais passer la matinée en cours, ceux avec qui j'allais manger, ceux avec qui j'allais m'entraîner. Si Tôki était un grand flemmard au rire facile, Yûki était un garçon bien plus sérieux qui passait énormément de temps à réviser. C'était surement dû à l'excellence que lui imposait son nom. Uchiha. Lui-même n'en parle que peu, et ni Tôki ni moi ne le questionnons à ce sujet. S'il voulait nous en parler, il n'avait qu'à le faire.

Rapidement un professeur prit place dans l'amphithéâtre pour les premiers cours de la journée. Aujourd'hui, comme tous les lundis matins, c'était ninjutsu...

***


    [Reiko] - N'oubliez pas que cet après-midi vous devrez vous rendre dans les amphithéâtres de vos spécialités. Bon appétit!


C'est vrai, c'était aujourd'hui le premier cours d'Eisei... J'étais le seul de ma classe à avoir choisi cette spécialité, j'allais donc certainement être le seul à suivre ce cours. Dans le petit groupe de premières années, rare étaient ceux qui étaient prêts à s'investir énormément en dehors de l'académie. De plus, la médecine n'attirait que peu de monde. Beaucoup la voyait comme une section à part du monde ninja, une section où l'on est bon qu'à réparer les erreurs des autres, et ils ne voulaient pas être catégorisés comme de simples recolleurs de morceaux.

Dans le fond ils n'avaient pas tout à fait tord, mais peu importait. S'il fallait des gens pour tuer, il en fallait pour sauver. Après tout, quel genre d'homme laisserait ses amis mourir au combat, ses mains n'ayant jamais été utilisées pour autre chose que tuer? Je ne voulais pas être ce genre de personne, je ne voulais pas de ce sentiment d'impuissance face à la mort...

Le repas fut rapide et sommaire, Tôki et moi-même sommes allés nous restaurer chez son père - il m'a fait grâce d'un bol de ramen au bœuf - puis nous sommes allé attendre Yûki devant l'académie avant le début des cours. Ce dernier arriva rapidement, puis s'éclipsa tout aussi vite pour se présenter à l'amphithéâtre de Ninjutsu. Tôki jugea le moment opportun pour aller suivre son propre cours, me laissant seul me diriger vers l'amphithéâtre de médecine.

La salle n'était pas bien grande, mais en plutôt bon état. Comme je m'y attendais, j'étais seul. L'attente ne fut pas longue avant qu'une sonnerie retentisse et annonce le début du cours. C'est à ce moment que la porte s'ouvrit pour laisser entrer un homme.

Le cours allait commencer...


Dernière édition par Hokufû Akito le Mer 9 Mar - 19:55, édité 5 fois
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Dim 16 Jan - 15:24

"La médecine, les professeurs et moi - 2"


... À peine la sonnerie eut-elle retenti, que la porte s'ouvrir pour laisser place à celui qui semblait tout désigné comme étant mon professeur. Il était immense, au moins trois bonnes têtes de plus que moi, et tout en muscle. On aurait dit un colosse, un de ceux qui gardent les portes d'entrées des temples. Un homme qui inspirait la crainte, mais aussi le respect à première vue. Un homme que l'on sait droit avant même d'avoir eu le moindre échange de paroles avec lui.

Immédiatement après être entré dans la salle, le titan s'est retourné pour porter son retard sur l'amphithéâtre presque vide. Il ne fallait pas être un savant pour deviner sa déception à la vue du peu d'élèves intéresse à la médecine.


[???] - Tu es le seul première année? Comment tu t'appelle?

[Akito] - Euh... Il semblerait que je sois le seul, en effet. J'm'appelle Hokufû Akito.

[???] - Bien. Je suis Sasaku, le professeur principal en charge de la section médecine.


Sasaku... Hiroida Sasaku... J'en avais entendu parlé de la bouche de certain élèves dont les frères et sœurs étaient partis en médecine. Tous le décrivent comme un bon professeur, à l'écoute de ses élèves et de ses collègues. Visiblement, j'avais tiré la perle rare pour un premier cours.

Le titan s'installa derrière le bureau qui trônait au centre de l'amphithéâtre, puis fouilla quelques tiroirs comme s'il cherchait quelque chose.


[Sasaku] - Bon, et bien dis-moi... Qu'est-ce que la médecine?

[Akito] - Euh... C'est un peu vague comme question. Je dirais que c'est un domaine du ninjutsu visant à soigner les gens.

[Sasaku] - Mais dans ce cas que sont les recherches et les traitements qui ne demandent pas de chakra? Ils ne font pas partis de la médecine?


Un petit silence pesant s'installa entre l'adulte et l'enfant. Qu'était-ce donc que ces questions? Un test, une mise à l'épreuve? Il n'était pas aisé d'y répondre. Après tout, mis-à-part la courte présentation qui avait été faite quelques semaines plus tôt, je n'avais jamais réellement abordé le sujet de l'Eisei avec élèves et professeurs. Ma plus grande expérience dans le domaine devait être la fois où je m'étais cassé le poignet en tombant d'un muret relativement haut.


[Sasaku] - Alors?

[Akito] - On... Dans ce cas, je pense que... que la médecine regroupe toutes les branches qui ont pour but final de soigner.

[Sasaku] - Même l'élaboration de poisons?

[Akito] - Et bien... Ne faut-il pas savoir comment créer une bombe pour savoir la désamorcer?


Le colosse - décidément ce nom lui va bien - trouva finalement ce qu'il cherchait dans le bureau, un simple dossier.


[Sasaku] - ... Ça se tient. Tu as la caboche plutôt bien formée... Suis moi.


Sans perdre plus de temps, il se leva et prit la direction de la porte. Je ne sais pas si c'était dû à ses grandes enjambées où à son rythme soutenu, mais Sasaku marchait suffisamment rapidement pour m'essouffler. Il m'indiqua d'une main les différents lieux où professeurs de médecines pratiquaient les exercices pratiques divers comme élaboration de poisons ou chirurgie basique, tout en m'expliquant les choix qui allaient s'offrir à moi durant les prochaines semaines. À l'écouter, la médecine pouvait prendre tellement de forme différente qu'il n'y avait pas deux étudiants avec le même horaire de cours.

Enfin Sasaku freina sa marche, ce qui pour le coup me soulagea grandement, et indiqua d'un geste un panneau à notre droite. Nous entrions dans la bibliothèque, un lieu que je n'étais pas pressé de connaitre. Il m'expliqua rapidement que c'était ici que se trouvait la plus grande source de donnée pour notre travail de médecin et que si je voulais effectivement faire carrière, j'allais devoir parcourir une grande partie des allées qui se présentaient alors devant moi.


[Sasaku] - Je reviens, attends ici.


En un instant le colosse disparut à travers les méandres de la bibliothèques avant de reparaitre portant avec lui quelques livres énorme à première vue. Il les présenta comme étant les bases de la médecine, les livres qu'il me faudra lire et connaitre, car ils représentaient une bonne base dans les différentes facettes que pouvait revêtir la médecine. Il ajouta d'ailleurs que certain professeur ne juraient que par ces ouvrages et qu'il serait bon pour la suite de bien les comprendre.

Après une courte discutions sur l'ouvrage à aborder en premier, "Le corps humain" d'Ue Tanaka, Sasaku mit terme à ce court cours (notez le jeu de mot...) de médecine, jugeant que la petite demi-heure qui lui restait ne serait pas suffisante pour commencer à attaquer le programme. C'est ainsi qu'il me donna rendez-vous le lendemain matin à 9h pour commencer l'apprentissage. La journée était déjà finie. J'étais encore sous le coup de ma rencontre avec Sasaku, ce titan de muscles au regard si calme mais déterminé, comme s'il avait connu toute les guerres.

C'était donc ça, un médecin?


Dernière édition par Hokufû Akito le Sam 5 Mar - 18:14, édité 1 fois
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Dim 16 Jan - 15:25

.°,o:O¦ Trouver sa voie ¦O:o,°.
"Faire carrière"


Les cours étaient finis. Sans attendre Tôki ou Yûki je suis rentré chez moi. Je ne saurais trop dire si c'était l'envie de bien faire ou simplement une inspiration soudaine pour la lecture, mais je voulais commencer rapidement les ouvrages que m'avait confié Sasaku. Malheureusement, la détermination ne faisait pas tout et, alors que j'y mettais tout mon cœur, je ne comprenais pas un traitre mot à ces bouquins. La soirée s'est donc résumée à passer d'un livre incompréhensible à un dictionnaire incomplet. Il ne me restait qu'à espérer que la suite de mes lectures serait moins laborieuse.

Laissant mes soucis d'ordre littéraires de côté, j'ai retrouvé Yûki le lendemain matin une bonne heure avant le début des cours. Il m'expliqua brièvement ce qui s'était passé durant son propre classe. Visiblement il avait eu pour professeur une gamine à peine plus grande que lui, qui ne jurait que par la pratique et la sensation de vécu plutôt que la théorie. Certains élèves auraient même peur de retourner en classe, ne voulant pas se re-retrouver dans une illusion pendant les deux heures de cours. Lui n'avait visiblement pas eu de problèmes particulier face à cette méthode d'apprentissage, il la décrivait comme "un moyen comme un autre d'apprendre efficacement". Je n'arriverais décidément jamais à cerner son caractère.

Alors que les cours allaient commencer d'ici une bonne dizaine de minutes, Tôki arriva enfin au pas de course, haletant et suant comme jamais nous ne l'avions vu.


[Tôki] - Entrainement... *Kof*... Taijutsu... En retard!

[Yûki] - Bah t'as intérêt à avoir encore de la réserve, les cours commencent dans une minute et l'amphi' de Taijutsu est de l'autre côté de l'académie.

[Tôki] - Ça va le faire!


Je n'avais pas encore ouvert ma bouche que déjà Tôki était déjà partit en courant vers son lieu de cours. Ça n'était pas très sympa de le laisser se tuer à la tâche ainsi, mais c'était de bonne guerre. Disons que ça compensera les boules puantes, le tapage nocturne et les nombreuses copies pendant les examens.

Même s'il nous restait pas mal de temps devant nous, Yûki et moi avons préféré nous séparer pour aller chacun à son propre amphithéâtre sans se presser. Le chemin n'était pas très long, et j'ai pu profiter de quelques minutes supplémentaire au calme pour essayer de relire une énième fois le préface du "Corps humain", le livre que m'avait conseillé Sasaku. Ce dernier ne tarda pas à arriver, un sac à la main.


[Sasaku] - Déjà en train de lire? Tu es appliqué, c'est bien. La lecture avance?

[Akito] - Bonjour, euh... Je ne dirais pas vraiment qu'elle avance... Disons qu'elle rampe péniblement, mais à force de lire le préface je devrais bien commencer à comprendre quelque chose!

[Sasaku] - Ça n'est jamais facile de commencer à lire ce genre de bouquin, mais ça rentrera. Si tu ne comprends pas immédiatement, relis attentivement, et si tu bloque encore continue sans t'en soucier. Tu comprendra bien à ta seconde lecture du livre.

[Akito] - Seconde?

[Sasaku] - Ce livre concentre la moitié de ce que tu dois savoir pour passer ton examen de fin de cycle. Tu le consultera tellement souvent durant son apprentissage que tu auras plus vite fait que le lire une deuxième fois pour connaitre tout ce qu'il y a à connaitre à l'intérieur.


Rah... On dit que le plaisir de lire vient en lisant. J'espère que c'est vrai, parce que, pour le moment, le programme qui m'attend ne me réjouit pas le moins du monde. La discussion continua pendant quelques minutes, traitant principalement de l'horaire de cours que je devrais suivre à partir de maintenant, ainsi que du matériel supplémentaire que je devais acheter. Après cela Sasaku me dirigea vers une petite salle en marge de l'amphithéâtre, il la désigna comme la salle où nous allions, lui et moi, passer un bon nombre de matinées.

En effet, mon calendrier était réglé comme du papier à musique. Tous les matins commençaient par deux bonnes heures de cours avec Sasaku, qui m'expliqua qu'il avait la charge de la section "offensive" de la médecine. Puis du lundi au mercredi, mes après-midi étaient partagés entre les sections dites de recherches - comprenez par là l'étude des virus, poisons et l'élaboration de pilules - et les sections d'anatomies, comprenant les soins d'hôpitaux et la médecine dite "défensive". Un programme bien chargé en sommes.

[Sasaku] - Avant de commencer, dis-moi : Pour toi quel est la caractéristique primordiale que doit avoir un médecin, plus particulièrement un shinobi spécialisé dans l'Eisei?

[Akito] - Et bien... Je pense que le sang froid est primordial dans notre job, non?

[Sasaku] - C'est une caractéristique importante, mais pas la plus importante. Non, la plus importante, c'est la survie! Tu es en charge de toute ton équipe, tu es celui qui doit les soigner après une bataille, celui qui empêche une simple coupure de devenir une septicémie. Alors à ce titre, tu es la personne primordiale qui doit survivre dans une équipe de shinobi. Tu dois survivre car tu es le seul capable de sauver ceux qui sont encore sauvables après un combat. Voici ce pourquoi la médecine offensive est née. Les prochaines semaines, les prochains mois seront mis à profit pour travailler ton Taijutsu. Oublis tout ce que tu as appris en cours, tu es un médecin, tu va apprendre à combattre comme tel. Cela va prendre du temps, mais tu deviendras aussi solide qu'un roc, aussi fort qu'une montagne et aussi précis qu'une abeille.


Le colosse me lança alors une petite boule de tissu. C'était des vêtements légers d'entrainement. Une attention particulière pour pas que j'aie à racheter des vêtements toute les semaines, à cause des déchirures formées par l'entrainement.

[Sasaku] - Mets ces vêtements, on va commencer.


***

La matinée aura été pour le moins éprouvante. Sasaku avait voulu voir mes capacités avant d'orienter la session dans une telle ou une autre direction, et pour cela il n'y a rien de plus efficace qu'un petit combat. Enfin, si ça avait le droit d'être appelé combat. J'avais beau frapper, il était comme un mur de fer que rien ne pouvait ébranler. A la fin de la session d'entrainement je me demande même s'il y a quelque chose de bon qu'il va pouvoir tirer de cette mascarade.

M'enfin, il n'était plus temps de se lamenter sur ses piètres performances, les cours n'attendaient pas. J'avais de nouveau rendez-vous dans l'amphithéâtre de médecine, à croire que je ne pourrais plus passer une journée sans y aller. Mon plan de cours indiquait une introduction à la médecine et l'anatomie. En sommes un apprentissage du job de médecin "banal". Après tout ça pourrait bien être reposant après l'entraînement avec Sasaku.

J'étais légèrement en avance dans l'amphithéâtre - le titan m'avait lâché quelques minutes plus tôt pour que j'ai le temps de me changer avant d'aller au cours. Encore une fois j'étais terriblement seul dans cette grande salle. La médecine était le genre de spécialité choisie relativement tard dans le curriculum vitae d'un shinobi. D'ailleurs il n'était pas rare de croiser des genins de 15 ou 16 ans qui venaient de choisir leur orientation et qui avaient le privilège d'un apprentissage particulier. D'un autre côté, je n'ai pas vraiment à me plaindre. Etant le seul première année en médecine, j'avais les professeurs pour moi tout seul, c'était un luxe plutôt agréable. A bien y repenser, c'était la deuxième fois en deux jours que j'allais vivre cette situation. Je me demandais bien qui j'allais rencontrer cette fois-ci.

La porte ne tarda pas à l'ouvrir pour me présenter une jeune fille de quelques printemps de plus que moi. Je n'étais donc pas le seul première année en médecine?


Dernière édition par Hokufû Akito le Jeu 17 Mar - 18:13, édité 2 fois
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Lun 7 Mar - 17:37

"Faire carrière - 2"



Un bon mètre soixante, des cheveux mi-long vert, des grands yeux d'une teinte ambrée; cette fille, qui qu'elle soit, avait tout pour plaire. Je m'imaginais déjà tous les gorilles en rut du cours du Taijutsu qui auraient voulu s'empresser de faire les fiers devant elle pour capter son regard. Elle jeta un coup d'œil dans la salle, sourit quand ses rétines vinrent croiser les miennes, puis s'installa sur le bureau réservé au professeur. Timide comme j'étais, à peine avait-elle croisé mon regard que je sentais mes joues rougir. Nul doute qu'avec une perruque verte, on m'aurait confondu avec une tomate.


[Akito] - Je... euh... C'est le bureau du prof' ça... J'sais pas si...

[Yoko] - Je suis bien au bon endroit! Mon nom est Yoko Omoshiroi, je suis professeur en charge de la section anatomie et d'une partie de la section médecine défensive.


... Rien que ça? Elle avait peut-être trois ou quatre ans de plus que moi, et déjà elle prenait en charge des étudiant en médecine? Soit, Shinjin avait aussi fait office de professeur pendant que Reiko n'était pas là, mais il y avait un gouffre entre un professeur remplaçant et un professeur titulaire, qui plus est en médecine. Je me sentais comme rabaissé au plus petit échelon de la création divine, comme une biche dans un monde peuplé de lion.


[Yoko] - Je suppose que tu es Akito, juste? Toi et moi on a pas mal de pain sur la planche. Sasaku m'a dit qu'il allait te mettre à niveau physiquement parlant. Résultat : toi et moi on va bosser deux fois plus pour rattraper tout le programme que tu aurait du voir avec lui!


D'un geste elle s'empara d'un crayon qui trônait dans une tasse sur la table, puis sortit de sa poche un petit carnet où elle écrit quelques annotations avant de reprendre son discours.


[Yoko] - Bon, dis moi, quels manuels de médecines tu as lu jusque là?

[Akito] - Le professeur Sasaku m'a donné une liste de livre à lire, je les ai entamé hier. J'ai commencé par "Le corps humain" d'Ue Tanaka, c'était l'idéal d'après les conseils de Sasaku. J'ai lus plusieurs fois la préface, mais je n'arrive toujours pas à voir clair dans tous les termes scientifiques employés... Celui ci mis à part, j'ai reçus un livre sur les poisons et antidotes, un autre sur le chakra dans la médecine, un troisième appelé "Maladies et diagnostiques courants". Il y en a encore deux, mais leurs sujets m'échappent...


Au fur et à mesure de ma réponse, elle notait méticuleusement chaque ouvrage sur son carnet. Sans être un expert en carnet ni en écriture manuscrite, on pouvait bien voir qu'il avait servit à mainte reprise, et que la quasi totalité des pages avaient été utilisées. Yoko devait certainement trainer ce carnet depuis quelques années, transformant ce simple amas de feuille en véritable mine de savoir. Après avoir terminé de mettre sur papier mes dires, la jeune fille tourna à nouveau son regard ambré sur moi.


[Yoko] - Sasaku a fait un bon choix concernant les livres, comme toujours! Il va falloir que tu essaye de lire rapidement et efficacement ces livres. Si tu ne comprends pas certain termes, je t'aiguillerais, mais tout deviendra plus clair au fil des cours. Nous diviserons le cours en deux modules. Le premier t'apportera des connaissances théorique sur le corps humain, les maladies, etc. Le second se basera sur l'utilisation du chakra en attendant que Sasaku puisse faire cours normalement avec toi... Mais avant, j'aimerais savoir une chose.

[Akito] - Oui?

[Yoko] - Pourquoi t'être lancé dans la médecine? Nous ne recevons que peu de candidat chaque année, encore moins de shinobis, alors qu'est-ce qui te pousse à te lancer dans cette spécialité dont on dit qu'elle est très difficile?


C'était une bonne question. Il y a quelques semaines, je ne savais pas ce que j'allais faire de ma vie de shinobi. Il y a quelques jours encore je n'arrivais même pas à savoir ce qui serait le mieux pour moi, et me voici aujourd'hui sur les bancs de l'amphithéâtre de médecine. Une rencontre a du en engendrer une autre, et de fil en aiguille j'ai dus me retrouver à faire ce choix plutôt qu'un autre. Comme le disent les chanteurs des bars de Konoha, "c'est le cycle de la vie".


[Akito] - Je n'ai pas vraiment de bonne raison ni de motivation. J'avais un choix qui s'est offert à moi, et j'ai choisis la médecine parce qu'elle semblait être une branche intéressante. Je ne me suis pas vraiment pris la tête en fait.

[Yoko] - Pourtant, dans la médecine comme dans tout le reste, si tu veux atteindre excellence, il te faudra une détermination à toute épreuve, une motivation qui ne t'abandonnera jamais. C'est ce qui fera de toi un bon médecin ou un simple boucher.

[Akito] - Mais pourquoi est-ce que j'aurais du être aussi déterminé avant même de faire un choix? Il est difficile d'être déterminé en avançant dans le noir.

[Yoko] - Si je te suis bien, c'est donc à nous autre tes aînés de t'amener à trouver la motivation?.. Ça n'est pas dans mes habitudes, mais soit! Aujourd'hui c'est classe verte, on va à l'hôpital!


Sans attendre la moindre réaction de ma part, la jeune professeur ré-enfourna son carnet dans sa poche, puis prit la direction de la porte d'un air nonchalante, comme si la vie n'était qu'un long fleuve tranquille. Il était bien difficile de suivre une gamine qui avait des paroles et une gestuelle autant à l'opposé les unes des autres. D'un discours très sérieux et mature, elle finit par marcher tout sourire vers l'hôpital, comme si elle ne rêvait que de mettre les pieds hors de l'académie... Une bien étrange matinée m'attendait.
Kuroko Hokufû
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Jeu 17 Mar - 18:42


"Faire carrière - 2"


C'était dans les quartiers Nord de Konoha que se trouvait l'hôpital. Je n'avais vu ce grand bâtiment blanc que deux fois dans ma vie, quand je m'étais cassé le poignet et quand Kagure avait fait de même deux semaines plus tard. En dix ans presque rien n'avait changé. Les murs avaient toujours des couleurs d'un goût douteux, il y avait toujours des brancards qui trainaient dans les couloirs sans bonne raison; même l'infirmière d'accueil arborait le même visage souriant que dans le passé. Ce visage qui veut nous rassurer, mais qui au final nous fait seulement prendre conscience du lieu où l'on se trouve. Après tout, plus personne ne souriait de manière aussi compatissante de nos jours.

Yoko guida mes pas à travers les méandres des couloirs, désirant me montrer les principales sections qui composent l'hôpital. Le premier qu'elle me présenta fut la section de recherche et développement. Nous sommes d'abord passé par le service des diagnostique avant de se diriger vers le service des poisons, antidotes et autre repère à rat de laboratoire. C'est ici que nous avons marqué notre premier arrêt pour saluer une des chimistes présente sur place. Yoko la présenta comme l'une des professeurs de médecine de l'académie, Masamune Koi. De ma petite taille j'arrivais à peine à discerner son visage entre les tubes et les appareils de mesures qui jonchaient son bureau.


[Koi] - Tu ne devrais pas être en train de faire cours là?

[Yoko] - Justement, je fais cours! Voici Akito, le seul première année que nous avons récupéré!

La jeune femme se leva se son siège pour pouvoir mieux me voir, et m'adressa un sourire sincère avant de se présenter d'elle-même.

[Koi] - Je m'appelle Koi, je supervise des cours comme la Chimie et l'élaboration de poisons et antidotes. J'espère que l'on fera du bon travail. Si tu as la moindre question, n'hésite pas, je suis là pour ça.

[Yoko] - Ouai ouai, il sait tout ça. Bon, si je me presse pas, j'aurais pas le temps de lui faire voir tout l'hôpital d'ici la fin de la journée! A plus tard!


La jeune fille attrapa à nouveau mon poignet pour m'entrainer dans le couloir et continuer la visite avant même que j'ai le temps de répondre au professeur Koi. Un inconnu qui passait par là aurait pu croire que j'étais en train d'être enlevé tellement les gestes de Yoko étaient rudes. Elle semblait excitée de vouloir faire le tour de l'hôpital, comme si c'était son élément. Comme si elle s'y sentait plus à l'aise qu'à l'académie. C'est ainsi que nous avons continué notre tour de l'hôpital en passant par les archives. Yoko voulait me présenter un autre professeur sur place, mais elle ne le trouva pas. Partie remise sans doute.

Enfin, et après s'être assurée d'avoir bien fait tous les autres services de l'hôpital, nous sommes arrivés au service de Chirurgie, le service dont elle me louait les vertus depuis quelques dizaines de minutes. Elle voulait "garder le meilleurs pour la fin". Je pense avoir visité toutes les chambres et tous les couloirs. Yoko voulait absolument que je voie tout ce qu'il y ai à voir dans son petit coin de paradis. A dire vrai, j'étais assez gêné vis-à-vis des médecins et des patients de l'hôpital que nous dérangions à force de déambuler dans les couloirs. J'ai même eu le privilège rare de pouvoir entrer dans les salles d'observations des bloc deux et trois, un privilège qui était même refusé aux familles des patients. Alors qu'il nous avait fallu une bonne heure pour visiter le reste de l'hôpital, nous sommes rester presque deux heures dans ce service. À croire qu'elle faisait de la propagande.

Quand la visite fut terminée, on reprit enfin le chemin de l'académie en passant par le plus de chemin de traverse que possible : Yoko ne voulait pas qu'on la trouve en dehors de l'académie à cette heure, et je ne voulais pas croiser ma mère et avoir le droit à un blâme.

[Yoko] - Bon, je suppose que tu as compris pourquoi je t'ai fais visiter tout ces services.

[Akito] - Vous aviez aucunement l'envie de bosser?

J'avais visiblement touché une corde sensible, parce que c'était la première fois qu'elle avait trouvé bon de me frapper. La première d'une longue série.

[Yoko] - Hey! C'est pas du tout ça! Un peu de respect envers des professeurs!

[Akito] - J'y penserais la prochaine fois.

[Yoko] - Pense-y dès maintenant!.. Je disais donc, si je t'ai fais visiter l'hôpital c'était pour que tu vois l'étendue des possibilités qui s'ouvrent à toi. Tu disais ne pas avoir de motivation, pas de but particulier à atteindre. Je viens de t'en donner un!

[Akito] - ... Mais encore?

[Yoko] - Il faut vraiment tout t'expliquer, bad boy? Tu entreras dans ta seconde année d'ici un mois, et presque tous tes cours seront transformés en heures libre pour l'entrainement. Vue que je suis une philanthrope avertie, je vais t'inscrire dans chaque service de l'hôpital pour que tu fasse tes externats dès l'année prochaine. Tu auras l'occasion de voir ce que tu veux faire de...

[Akito] - Mais moi j'sais ce que je veux faire, j'veux être chirurgien! Le labo, c'est pas fait pour moi. Je supporte pas les gosses et les viocs, la psychologie me sort par les oreille et je veux surtout pas être généraliste. M'occuper de 38 cas de grippe par jour, non merci...

Un sourire radieux vint illuminer le visage de Yoko. Elle m'avoua plus tard qu'elle était contente de m'avoir transmise la fibre de chirurgien.

[Yoko] - T'as bien raison!... Mais tu vas quand même faire tous ces externats. Ça t'apportera des bases, t'auras un pied dans le métier et tu savourera encore plus tes heures aux bloc! En plus tu te découvrira peut-être une passion. Et puis j'ai déjà rendus les dates de tes stages, j'peux plus revenir un arrière.

[Akito] - Et ils osent vous confier des patients?

Encore une fois j'ai été pris pour cible d'un coup vicieux de la part de la jeune professeur, un coup que j'évitais sans trop de mal. La prochains mois allaient promettre de bien belles surprises...

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Sam 19 Mar - 13:42

    Akito ( Niveau 3 )
    : +0% Bonus Inclus
    : +34 XP

    : Tu voulais un avis, en voilà un ^^ je trouve que c'est une bonne session pour l'inauguration de cet amphithéâtre. Je te félicite =) c'est important de pouvoir se lâcher dans des sessions solo comme celle-ci et développer les contacts de son personnage avec les PNJs officiels de l'académie. Je trouve que tu as très bien cerné leur personnalité et sut tirer parti des informations notifiées dans leur fiche. Bref, la session est plaisante à lire et ton humour bien à toi peut faire sourire par moment. Si j'avais un petit bémol à mettre en avant, je dirais que ta manière de constituer la médecine est peut-être trop, comment dire, conventionnel. En te lisant, j'ai plus l'impression que tu te diriges vers de la médecine IRL si tu préfères. Celle que nous connaissons tous. Je n'ai pas ressenti l'empreinte ninja dans ton approche, mais tu me donneras sans doute tort dans une prochaine session Wink continue comme ça.

MessageSujet: re: amphitéâtre médecine   Jeu 19 Avr - 18:28

Première rencontre avec un titan
Heure du réveil; Maison d'Ashiriki.

N'ayant pas pour habitude de me lever tard, je me suis réveillé une fois de plus dix bonnes minutes avant le réveil. Mon premier jour à l'académie m' ayant porté conseil, je sais désormais à quoi m' attendre et je me prépare sereinement en suivant mon petit planning personnel. Refermant les deux boutons supérieurs de mon pyjama qui ont pour maudite coutume de se défaire durant mon sommeil; je me lève d'un pas lourd car même si je ne dors pas beaucoup, le réveil est toujours difficile. A peine ai-je le temps de me sortir de mon état euphorique que déjà je me dirige vers l'escalier sans même m'en rendre compte. J'aborde à peine la première marche que maman sors de sa chambre:

[Maman] "Bah alors mon poussin, déjà réveillé?" dit-elle d'une voix qui dénonce son état d'avantage endormi que le mien

[Ashiriki] "Ha salut m'man... ouais je vais prendre le temps d' me préparer comme ...(bâillement)... ça... "

[Maman]" Ok bon bah je retourne me ...(bâillement) coucher... bisous mon cœur passe une bonne journée..."

Sur ces paroles, je reprend mon chemin direction la cuisine. J'entame le petit déjeuner "des champions" préparé par maman hier soir et fini de me préparer, puis viens enfin l'heure d'aller à l'académie. La journée s'annonce longue mais bon, hier le sensei nous à dit qu'on irait dans nos classes spécialisées cet après-midi, donc ça peut être amusant.

Vingt minutes avant le début des cours; Académie de Konoha.

Comme c'est mon deuxième jour, je me suis pas encore fait d'amis. Les autres avec qui je traine sont plus jeunes que moi, alors ils entreront à l'académie l'année prochaine. Par chance, je me suis trouvé un petit coin tranquille, au pied de l'arbre la bas. Quand je vois tous les élèves regroupés, soudés les un aux autres, je me maudit d'être aussi timide... mais bon il y en à bien un ou deux qui voudront bien faire connaissance pendant les cours...
A cet instant, Ashiriki sort de sa besace un manga et le feuillette tranquillement en attendant la sonnerie des cours. Mais à peine à t' il le temps de le sortir que trois petites brutes se dirigent vers lui, le premier prenant son livre, le deuxième le tenant fermement et le troisième le menaçant de le taper et l'insultant.

[Petite brute]"Bah alors bouboule, on entre dans l'académie des grands? C'est quoi ton bouquin là? Un manga? Haha, c'est pour les bébés!!! "

C' est à cet instant qu'un professeur est venu me sauver, je sais pas qui c'est je l'ai pas encore vu mais vù sa carrure et sa taille, il doit être professeur de Taijutsu.

[???]"Mais vous allez le laisser tranquille oui? Je ne tolèrerais pas ce genre de comportements jeunes gens. Compris? "

Les trois petites brutes acquiescèrent avant de partir rejoindre les autres élèves sous le préau.

[???]"Tiens gamin, voila ton bouquin. Ca va, ils ne t' on rien fait?"

[Ashiriki] "Non ça va... j'ai l'habitude d'être brutalisé alors... merci Monsieur."

[???]"Si l'envie leur reprend de te tabasser, reviens vers moi immédiatement. Compris?"

[Ashiriki] "Oui M'sieur"

Je sais pas qui c'est lui, mais il les à bien remis en place! Il est super musclé en plus, alors si je les menace de l'appeler la prochaine fois, je pense qu'ils me laisseront tranquille!

A cet instant, la sonnerie retentit. Les cours du matin commencent!

Heure des cours; classe des matières générales.

Heureusement, aucune des brutes n'est dans ma classe... bon, euh, où elle est ma place déjà? Ha oui, au fond de la salle.
Ashiriki se dirige tranquillement vers son bureau, pose sa besace à côté de sa chaise et pose soigneusement chacune de ses fournitures sur le bureau. Il n à aucune notion de l'image de soi mais néanmoins ne tolère pas le désordre. Une fois prêt, il pose son coude gauche sur le pupitre, tiens fermement son menton dans la paume de sa main ainsi tendue, puis commence à écouter le professeur qui se tiens désormais prêt à commencer son cours.

[Sensei] "Bonjour à tous ! bon, vous êtes bien reposés depuis hier? Aujourd'hui, comme vous le savez, vous allez découvrir les amphithéâtres auxquels vous serez affiliés tout au long de votre parcours scolaire. Je vous conseille de bien écouter ce que vos senseis auront à vous dire, et ce dès le début car certaines disciplines demandent une implication totale, je pense notamment à la médecine. Tiens d'ailleurs, qui ici tiens à suivre son parcours dans le domaine de l'Eisei? "

Hum... trois mains qui se lèvent sur les vingt-quatre élèves présents, dont la mienne, ça ne fait pas grand monde! Il parait que c'est vraiment très difficile...

[Sensei] "C'est ce que je pensais, cette discipline n'attire pas beaucoup de monde. Enfin bref, commençons! "

C'est alors que la classe commença ses cours, à savoir une grande partie de la matinée à travailler sur l'histoire de Konoha, suivi de quelques leçons de mathématiques. Au terme de la matinée, le professeur revient alors sur ce détail important:

[Sensei] " Bon et bien voila qui clos notre matinée! On se retrouve donc demain matin, n'oubliez pas de réviser votre histoire! Et travaillez bien vos leçons de mathématiques, je sais que certains trouvent ça ennuyeux mais n'oubliez pas qu'il s'agit des bases fondamentales des ninjas! En sortant, venez chacun votre tour vers moi afin que je vous remette vos copies qui vous indiqueront l'endroit où vous rendre cet après-midi. Vous reprenez dans deux heures exceptionnellement aujourd'hui, alors profitez en pour vous reposer et vous ressasser vos leçons de ce matin! "

Enfin la matinée se termine! Par chance ce midi je ne tombe pas sur les trois brutes de toute à l'heure! J'ai pas non plus revu ce professeur qui m' à défendu. Bon et bien je vais en profiter pour me reposer tranquillement, l'après-midi se présente comme étant passionnante! Du moins; je l'espère...


Dernière édition par Ashiriki Ibizu le Ven 20 Avr - 18:48, édité 3 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Ven 20 Avr - 2:10

Seconde rencontre avec un titan

Heure de pause du midi; Maison d'Ashiriki

Me voila enfin de retour à la maison! Ha je sens d'ici la bonne odeur de la pintade farcie de maman! J'ai hâte d'être à table!
Ashiriki se dirige en premier lieu vers la boite aux lettres comme il à pour coutume de le faire chaque midi
Hum... il n'y à pas de courrier aujourd'hui non plus.

[Ashiriki] " M'man je suis rentré ! Tu nous as préparé de la pintade farcie? Huuum on va se régaler! "
[Maman]" Coucou chaton! Oui je nous ai mijoté une bonne pintade pour te mettre en forme pour ta première après-midi à l'académie de médecine! Si tu savais comme je suis fière de toi... je vois mon bébé devenir grand!"
[Ashiriki]" M'maaan j' t'en prie j'ai treize ans et tu continues à me parler comme si j'étais un bébé! "
[Maman] " Et tu te frustrerais si je te disais que tu est encore mon bébé?"
[Ashiriki] " Bientôt ton bébé sera un grand ninja-médecin! Je suis sûr que j'y arriverais! je me vois déjà sur les champs de bataille, à soigner mes alliés et à les protéger des attaques ennemies et... "
[Maman] " Taratata arrête donc de parler de l'avenir et mange pendant que c'est chaud! "

Début des cours de l'après-midi; Amphithéâtre de médecine.

Deux heures passèrent avant que les cours ne reprennent, Ashiriki pris le soin de suivre à la lettre les instructions fournies par son sensei le matin même. Il arrive alors face à un bâtiment semblable à la façade d'un hôpital; et plus il s'engouffre en son sein; plus l'odeur éthérée lui donne l'impression de s'être rendu réellement à l'hôpital. Il arrive enfin face à une grande salle ou quelques élèves attendent déjà le début des cours, prend place au bureau portant son nom, et attends.

Ça y est, je suis enfin à mon bureau! Ouahou il est grand! Et c'est bien qu'ils aient laissé un certain espace entre chaque bureaux, ça évite les enquiquineurs et les recopiages! C'est quoi tous ces tableaux...? J'y comprend rien... Celui la représente un corps humain... celui la est bourré de chiffres et de formules mathématiques dont la moitié des signes me sont inconnus...
A cet instant, les différents Senseis de médecine entrent en salle.

Ho, mais c'est...

Un homme, grand et bien battis au teint mate, se dresse désormais devant la salle et commence les présentations. Une fois chaque Senseis présentés, il demande à l'assemblée qui se dresse devant lui de noter sur une feuille ce que signifie vraiment la médecine à leurs yeux.


La médecine...? Que signifie la médecine? Et ce Sensei là, le grand... c'est lui qui m'à aidé ce matin ça fait pas le moindre doute... qu'est ce qu'il est balèze... enfin bref, je ne dois pas me laisser distraire! Alors... la médecine... bah... déjà, on peut dire que c'est un moyen de soigner les autres, de les soutenir... quoi d'autre... ça peut tourner une bataille à notre avantage... pff c'est pas facile comme question, la médecine sert à beaucoup de choses! Bon je vais pas m'embêter...

Voici la copie d'Ashiriki:

Personnellement, je pense que la médecine représente le cœur d'un combat de ninjas. Prenons le corps humain: la couche extérieure de notre organisme, soit la peau, les muscles, nous servent d'armes. Le Taijutsu, par exemple, utilise tout notre potentiel corporel. Mais il puise en contrepartie beaucoup dans nos ressources. Si le corps se contentait de se battre en permanence, il finirait par se battre succomber à ses propres blessures, non pas celles infligées par l'ennemi, mais par les diverses tensions qu'il créé en faisant chauffer durement ses muscles, et c'est la que le ninja guérisseur entre en jeu: son rôle sera de préserver ces tensions, d'assister celui qui se bat dans sa démarche pour qu'il exerce le moins de difficultés possibles à se battre. Je pense que beaucoup se laissent influencer par l'idée qu'un ninja guérisseur entre en jeu une fois le combat terminé, qu'il se contente de "recoller les morceaux." Mon opinion c'est que notre rôle à part entière est de protéger avant même de guérir. Pour ce qui est du reste, il y à beaucoup de choses que je ne comprend pas dans le domaine de la médecine, mais j'espère un jour en comprendre suffisamment pour exercer mon métier à bien.

Une fois que tout le monde à pris le soin de poser sa copie dans le coin de son bureau, une jeune professeur que l'on aurait volontiers confondue avec une élève passe en travers des rangs pour les récupérer.

J'espère que ça ira... mais... ho non, si seulement je pouvais me relire! J'espère qu'ils diront rien pour la rature... ça fait vraiment tâche mince j'aurais du refaire une copie au propre... nan mais quel nul je vous jure... heureusement à la fin j'ai bien géré, ça devrait aller...

A cet instant, le Sensei, Sasaku, semble diriger son attention envers la personne d'Ashiriki.

[Sasaku] " Ashiriki, tu peux venir me voir une minute s'il te plait? "

Et voila... il va me disputer pour la rature... mais... et si jamais il trouvait ça bien? C'est vrai si vraiment c'était pour la rature il l'aurait simplement noté sur la feuille! Espérons que ce soit ça...

[Sasaku] " Ashiriki, je t'ai fait venir car je ne veux pas que tout le monde entende, car visiblement tu as déjà pas mal de mal à t'intégrer au vu de ce que j'ai pu constater ce matin. Écoute bien ces mots, c'est très important..."

Pas mal de mal à m'intégrer? Qu'est ce qu'il veux dire? C'est important? J'espère que c'est bien...

[Sasaku] " A l'avenir... évite les ratures, ça ne fait pas du tout professionnel. "

Laissant une expression de surprise totale, lançant un regard vidé de toute émotion, un visage palis par la honte, Ashiriki retourne à sa place, trainant les pieds, les bras tombant comme s'ils allaient lui être arrachés par les dalles blanches qui jonchent le sol de l'amphithéâtre.

Et voila, je le savais... je commence à peine que je me plante déjà...

Sasaku s'exprime désormais à toute la classe:

[Sasaku] " Très bien, nous allons pouvoir commencer. Première leçon: nous allons apprendre à manipuler correctement notre chakra. Pour cela nous irons en plein air, afin d'éviter des dommages collatéraux au sein de la classe."

Une petite voix féminine dont la provenance est quasi-inaudible se fait alors entendre vers le fond de la salle:

[Élève fille] " C'est dangereux Monsieur?"

[Sasaku] " Tant que vous restez concentrés et que vos senseis sont là pour vous surveiller, vous ne courrez pas le moindre risque. Mais avant de partir tête baissée à un entrainement en plein air, nous allons nous concentrer avant tout sur la partie théorique de la chose. On ne contrôle pas son chakra en une journée, ça demande des jours voir des semaines d'entrainement! Lorsque chacun d'entre vous sera en mesure de contrôler son chakra au point de pouvoir le concentrer dans une partie aussi infime que le bout de son doigt, alors nous pourrons nous lancer vers la leçon suivante. Nous n'attendons pas de vous que vous réussissiez le plus rapidement possible, mais avec le plus de sérieux possible. En effet, nous ne pouvons nous risquer à donner le titre de "médecin" à n'importe qui. Prenez vos manuels à la page sept, nous allons lire tous ensemble le premier paragraphe. Tout d'abord, qu'est ce que le chakra. Sachez qu'il existe deux types notables de chakra: le premier dit corporel, que notre corps créé à partir de nos cellules. Ce chakra est déjà en nous dès notre naissance, il détermine notre niveau de départ, si l'on veut. Et le chakra spirituel, qui s'acquière fondamentalement au biais de divers exercices. Les entrainements que nous ferons au travers des prochaines semaines ne viseront donc pas seulement à apprendre à contrôler votre chakra, mais également à le faire grandir. "

Une voix masculine se fait entendre dans l'amphithéâtre:

[Élève garçon] " Monsieur, avec votre carrure vous devez avoir un chakra corporel de malade! Vous devez être trop puissant!"

Avant de reprendre son discours, Sasaku prend le soin d'envoyer à pleine puissance une craie en plein sur le front du jeune garçon qui porte désormais une bien belle bosse, ce qui ne manque pas de faire rire le reste de la classe.


[Sasaku] " Que cela vous serve de leçon. Sachez jeunes gens que j'ai horreur d'être interrompu, et que le prochain qui souhaitera se faire mousser subira le même sort. Bref continuons. Les deux chakras, donc corporel et spirituel, doivent se coordonner afin de créer le jutsu attendu. En d'autres thermes, vous devrez combiner vos chakras en les malaxant. Mais pas d'affolements, il n'y à rien là dedans de bien compliqué, vous devrez juste prendre le temps de comprendre et vous entrainer dur afin d'être capables de manipuler votre chakra à la perfection. Je vous laisse noter ce que je viens de dire et de recopier l'intégral du paragraphe de votre livre, qui reprend essentiellement ce que je viens de dire. Recopiez le trois fois, ça devrait suffire à vous le faire entrer dans la tête. "

Hé ba, ça en fait des choses à apprendre... manipuler son chakra... j'arrive déjà à concentrer mon chakra dans mes bras, enfin... je crois... enfin bref, ne nous déconcentrons pas mon p'tit Ashiriki! T'as du pain sur la planche...!

Ashiriki prend alors note de tout ce que viens de dire le sensei Sasaku, puis le cours continue sur l'apprentissage de la manipulation du chakra. A la fin du cours, le sensei conseille aux élèves de prendre quelques exemplaires sur le sujet à la bibliothèque.




Dernière édition par Ashiriki Ibizu le Ven 20 Avr - 18:50, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Ven 20 Avr - 17:14

Visite guidée

Troisième jour à l'académie, début d'après-midi; Amphithéâtre de médecine.

Alors que l'ensemble des élèves prend place, les enseignants se dirigent vers les fenêtres et abaissent chacun des stores, plongeant l'amphithéâtre dans une quasi-totale obscurité. Une fois cette tâche effectuée, les enseignants se regroupent à leur places et Sasaku se lève afin de prendre la parole.

[Sasaku] "Bonjour à tous. Aujourd'hui, nous allons reprendre la leçon sur la manipulation du chakra. Le but d'avoir fermé les fenêtres était de créer un environnement ou vous devrez apprendre à affiner vos sens, en vous privant d'autres sens. En l' occurrence, aujourd'hui, nous allons accroître votre capacité à vous concentrer sur les divers bruit que nous allons émettre. C'est un travail d'orientation qui vise avant tout à déterminer votre niveau d'attention, alors soyez très précis dans vos mouvements. Le but du jeu est de vous diriger vers le sensei qui émettra un bruit, et ce; et c'est la que ça se corse; sans percuter ni même effleurer un de vos camarades lors de vos déplacements. Y à t-il la moindre question?

Après un silence total de quelques secondes, démontrant la vraisemblable détermination des élèves à commencer, Sasaku reprend:

[Sasaku] "Bon, et bien commençons."

Yoko, l'une des trois enseignantes, se tiens à l'une des extrémités de la salle, et siffle dans un appeau qui est quasi-inaudible. Une maigre poignée d'élèves, dont Ashiriki, se dirigent vers elle. Sur le nombre très peu élevé d'élèves qui se sont déplacés, seul trois ont pu atteindre leur cible. Tous les autres sont disqualifiés pour soit ne pas s'être déplacés du tout, soit pour avoir percuté un camarade. Ashiriki ne fait pas partie des trois qualifiés. A l'instant ou le dernier élève finaliste se tient en place devant yoko, la lumière s'allume, et Sasaku émet les nouvelles conditions:

[Sasaku] "Seulement trois? C'est... très décevant. A ce jour, le pire résultat qu'il m' ait été donné de voir est de cinq élèves. Que tous les élèves disqualifiés retournent à leur places s'il vous plait, les trois finalistes vont continuer la partie. Le but n'est pas de savoir qui est le meilleur, mais jusqu'où s'étendent vos capacités personnelles. "

Les lumières, une fois tous les élèves retournés à leur places respectives, s'éteignent à nouveau, plongeant de ce fait la salle dans les ténèbres. A nouveau, un appeau encore moins audible que le précédent se fait entendre. Les trois élèves se dirigent vers lui, mais aucun des trois n'arrive à destination sans entrer les un dans les autres.

[Sasaku] "Bon et bien... au gré de ces révélations... j'évalue le niveau global de la classe à très médiocre. Êtes vous réellement attentifs aux bruits alentours? De plus, quand ai-je dit que le but de ce travail était seulement de vous fier aux bruits? souvenez vous... c'est un travail d'orientation, évaluer le bruit est chose aisée, mais évaluer les présences et leur nombre autour de nous s'avère beaucoup plus difficile, ça demande une concentration totale! Bon, tout le monde retourne s'asseoir, nous reprendrons cet entrainement aussi souvent que nécessaire. Et je vous préviens il risque de devenir quotidien au vu des piètres résultats d'aujourd'hui. Dites vous que vous représenterez sans nul doute l'élite de konoha un jour, et que si vous ne vous appliquez pas un minimum, vous ne vous en sortirez pas! Retenez cette leçon: aujourd'hui, vous vous êtes contenté de vous focaliser sur les grandes lignes énoncées avant l'exercice: se fier au son et se diriger vers lui. Mais sachez ceci: en mission, on ne vous dit pas comment débusquer l'ennemi et comment le trouver, c'est à vous et à vous seul de vous pencher sur vos capacités sensorielles pour retrouver ses traces et pouvoir engager le combat! Et pour ceux qui s'orientent vers de la médecine défensive, c'est la même chose, cela vous permettra de mettre la main sur vos alliés à terre voir inconscients plus facilement! en ne contant que sur le sens de la vue, trouverez vous un allié inconscient gisant sur le sol? Pourrez vous trouver un allié blessé incapable de se déplacer en pleine forêt grâce à votre seul odorat? j'en doute. Soyez vigilants à l'avenir, l'enjeu est de taille. Maintenant, je vais demander à chacun d'entre vous de ranger ses affaires, nous allons faire une visite de l'établissement cet après-midi, ainsi vous aurez occasion d'interroger les enseignants spécialisés dans chaque domaine et choisir votre orientation avec précision. Prenez note de chaque matières, car vous n'aurez possibilité d'effectuer qu'un seul choix! "

Ha enfin, on va visiter l'établissement! je vais enfin pouvoir choisir ma matière de prédilection! De toute façon, je sais déjà ce que je veux, je serai un grand psychologue! Mais on ne sait jamais, peut-être que je serais attiré par autre chose?
Nous nous dirigeons d'abord vers la classe d'anatomie. Ça doit être plein de crapauds disséqués... j'imagine déjà la scène... bonjour l'horreur...

Arrivés à la salle servant de classe d'anatomie, les enfants découvrent une salle bondée d'étagères recelant de nombreux bocaux, contenant des intestins, des cœurs, des boyaux en tout genres... une étagère frigorifiée est pleine de fioles de sang, sur les nombreuses tables d'apprentissage l'on peut dénombrer nombre de scalpels, de seringues, des documents relatant de l'analyse du corps et de ses fonctions, des microscopes ornent également les étagères ne comprenant que du matériel. La salle est assez sombre, éclairée par bon nombre de bougies, et les murs sont tapissés de tableaux relatant de chiffres et de signes que seul les dernières années sont en mesure de comprendre. L'odeur d' œufs n'ajoute au climat qu'une impression de dégout. Une fois la salle parcourue et visitée par tous les élèves, Sasaku ainsi que les trois autres enseignantes reprennent leur chemin, suivis d'une farandole d'élèves déjà le cœur bien serré d'avoir visité cette première salle. Ils se dirigent désormais vers la seconde salle, à savoir le laboratoire de biologie. C'est en cet endroit que les amateurs de poisons en tout genre expérimentent leurs fioles. Des étagères semblables à celles de la première salle à l'exception que celles ci sont protégées par des vitres et des protections magiques, sont remplies de fioles d'un arc-en-ciel de couleurs, donnant un aspect assez coloré à la salle. Bon nombre d'odeurs se mélangent donnant un parfum assez sec, mais sentant plutôt bon cependant. Dans les grandes armoires entreposées dans le fond de la salle, on voit bon nombre de fleurs et d'ingrédients en tout genre, surement préservés à l'usage de la fabrication des potions. Contrairement à l'autre pièce, l'éclairage se fait ici principalement au néons noirs. Les élèves s'amusent à contempler les différentes fioles, jouant à reconnaitre certains poisons peu virulents et très connus. Ashiriki, lui, se contente de suivre et d'observer avec attention les divers décors qui l'entourent. Une fois la visite de cette seconde salle terminée, notre petit groupe se dirige à présent vers l'avant dernière salle, avant d'y pénétrer, Sasaku exige une règle importante:

[Sasaku] "Ici, le silence est obligatoire, abstenez vous de toute remarque. La salle que nous allons maintenant visiter sera certainement la plus difficile à vivre pour les âmes sensibles, aussi demanderai-je à ceux qui ne se sentent pas près à entrer dans la salle d'autopsie de rester dehors en compagnie de Yoko. A tous les autres, je vous prierais de mettre ces masques. Ils empêcheront les odeurs particulièrement nauséabondes d'atteindre vos narines, ainsi que les divers microbes à vous atteindre. Très bien, si tout le monde est prêt, on me suit dans le silence! "

Le groupe pénètre à présent dans la salle d'autopsie. Le climat qui s'installe est tout de suite lugubre, tant par l'odeur qui est forte malgré les masques portés par les élèves, que par la vision des cadavres disséqués partiellement allongés sur les tables d'autopsie. Sasaku fait quelques gestes afin d'invoquer un parchemin suffisamment gros pour être lisible par l'ensemble de la classe: A TOUS CEUX QUI SOUHAITENT SORTIR, FAITES LE SANS LE MOINDRE BRUIT DES A PRÉSENT.
Sur ce geste, quatre élèves quittent la pièce. Ceux ayant trouvé le courage de continuer la visite s'enfoncent à présent dans une pièce qui ressemble à une cave de par la conception rocheuse et sinueuse de ses parois murales , passant en travers de nombre de tables ou se trouvent des cadavres en cours d'autopsie ou prêt à l'être. Sasaku invoque un second parchemin: ICI, COMME VOUS POUVEZ LE VOIR, LES CADAVRES SONT SOIGNEUSEMENT ALLONGES SUR LES TABLES AFIN QUE LES ELEVES PUISSENT TRAVAILLER SUR LEUR CORPS. RASSUREZ VOUS, IL NE S'AGIT QUE DE CRIMINELS OU BIEN DE NINJAS AYANT ACCEPTES DE FAIRE DON DE LEUR CORPS A L’ACADÉMIE. La visite s'acheva assez rapidement afin de ne pas sensibiliser d'avantage les élèves qui sont déjà tous bien retournés.


[Sasaku] "Bien, la visite de cette salle est terminée. Tout le monde est la? "
[Eleve curieux] "Monsieur, pourquoi ne pouvions nous pas parler lors de la visite?"
[Sasaku] "Une question intelligente. Tout simplement pour le fait que quand nous parlons, nous laissons échapper des milliers de microbes qui pourraient compromettre à l'hygiène parfaite des corps. Bien, reprenons vers le dernier endroit."

Le groupe se dirige, pour finir, vers la dernière salle de la visite: la salle de fabrication des pilules alimentaires. Cette salle, parfaite pour finir cette visite plutôt éprouvante, présente bon nombre d'armoires remplies d'aliments différents, quelques potagers se présentent sur une terrasse bien gardée, là encore on retrouve beaucoup de fioles entreposées dans des compartiments frigorifiés. Sur les murs, des tableaux semblables à ceux de la première salle recelant pour leur part de bon nombre d'informations sur les quantités chimiques dans le cadre de la cuisine. L'odeur ici est un mélange de plusieurs épices, donnant une impression d'une odeur très appétissante et très douce mais aussi relativement agressive pour le nez.

[Sasaku] "Très bien, la visite de l'établissement est terminée, j'espère que ça vous à plu! Pour ce qui est de la suite, nous allons retourner en cours, et à la fin de journée je vous remettrait des questionnaires ou vous devrez répondre de la manière la plus personnelle possible, j'entends par la que vous devrez beaucoup argumenter, afin que nous déterminions la discipline qui vous correspondra le mieux. N'oubliez pas cependant d'y inscrire vos souhaits, afin que nous en prenions compte."

La classe repris ainsi son cours, puis, en fin de journée, chaque élève reçu la dite copie à rendre complétée pour le lendemain.


MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   Dim 22 Avr - 3:14

Ashiriki Ibizu :
: +24 XP
: +0% Bonus Inclus

: Vraiment pas mal pour une première session. Tu as réussis à contourner la plupart des clichés que les nouveaux joueurs utilisent lors de leur première visite à l'académie. Tu as utilisé l'environnement à ta façon et j'en suis vraiment étonné dans le bon sens du terme. Par exemple, le fait que l'académie ninja enseigne autre chose que les arts ninja est quelque chose que je n'ai jamais vu sur Ryoma, mais ça tombe sous le sens. Un Ninja doit connaître l'histoire de son village et doit avoir des connaissances en mathématique et en français/japonais ou je ne sais quelle langue qu'ils apprennent Razz. Fait attention, toutefois, j'ai trouver le bout avec la salle d'autopsie un petit peu trop poussé. Je trouve qu'elle n'a pas vraiment sa place dans une académie. Tu montrerais des cadavres à des enfant de 8 à 12 ans ? Razz Je réserverais plutôt cette partie de l'apprentissage d'un médecin à l'hôpital qui est un endroit beaucoup plus approprié.
J'ai vraiment aimé le test du son/concentration/orientation. C'était très original ^^.
Toutefois, dans ton premier poste, je ne comprenais pas pourquoi tu changeais ton narrateur présent en narrateur absent. Ça m'a vraiment étonné, mais au moins, vers la fin, tu t'es contenté d'émettre seulement les pensées de ton personnage et tu ne l'utilisais plus comme narrateur. Tu t'es bien rattrapé sur ce coup Wink.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Amphithéâtre Médecine   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amphithéâtre Médecine
» Prérequis pour la voie de la Médecine
» Amphi pour les cours de Médecine
» les prerequis pour la voie de la médecine
» [Médecine] Les plantes au RR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Konoha-