Partagez | 
 

 Amphi de Genjutsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Amphi de Genjutsu   Lun 24 Mar - 21:25



Le grand amphithéâtre de Genjutsu était déjà bondé, bien, très bien même, seul ceux désirant apprendre auraient, au final, les capacités nécessaire pour être de véritables ninjas. Cependant, ce cour serait plus aisé si les professeurs chargés de le faire n'étaient pas si... Flippant.

Asagiri était en train de lire ses notes pour le cour à venir, il ne prêtait ni attention aux bavardages ni à ses collègues. Il faut dire qu'il ne prêtait attention à pas grand chose, cependant, dès que le cour commencerait, c'est à dire dans exactement six minutes et trente deux secondes, tous devraient faire le silence, si un murmure venait à s'échapper alors celui qui aurait provoqué le murmure serait exclu du cour, c'était aussi simple que ça.
Toukotsu de son coté était en train d'essayer de rendre les étudiants plus réceptif à ses crânes, ce qui était peine perdu, dès qu'il s'approchait d'un étudiant, se dernier semblait devenir plus blanc que blanc et perdait toute faculté pour parler correctement, pourtant ils étaient propres ses crânes... Décidément, ils ne savent pas ce qui est amusant.
Et le dernier des profs, Noutan, semblait ne pas savoir quoi faire, il/elle errait de tables en tables, effleurant délicatement les personnes qui se trouvaient sur son chemin, prenant un siège quelconque avant de se relever et de continuer sa marche, il/elle était toujours ainsi.

Plus que deux minutes et ving-huit secondes.

¤Asagiri¤
"Que penserait tu de venir t'asseoir à nos cotés, Noutan ?"

La question pouvait paraître importante mais elle ne l'était pas, pas tant que ça. Asagiri aimait quand tout était en place et avoir un professeur qui errait dans la salle en fichant la trouille aux pauvres étudiants n'était vraiment pas ce qui était le mieux.

¤Noutan¤
"Aaaah..."

C'était tout, Noutan savait s'exprimer, bien sur, cependant, il gardait ce "privilège" pour quand cela était réellement nécessaire.

¤Toukotsu¤
"Allez Noutan-chan (kun ?), viens t'asseoir et je te laisserais discuter avec crâne-kun."

¤Asagiri¤
"Suffit, le cour commence. Noutan, assit, Toukotsu, range moi ce crâne, et quant à vous autres, silence."

Il avait presque murmuré sa phrase mais tous l'avait entendu, on n'ignore pas quelqu'un capable de vous faire vivre le pire jour de votre vie encore et encore.

¤Asagiri¤
"Bien, je ne vous dirais pas "bonjour" car, croyez moi, cela ne sera pas un bon jour pour vous. Toutefois, comme les règles académique me l'ordonnent je vais me présenter, ainsi que mes collègues. Sachez que je m'appel Asagiri Sakkaku, vous pouvez m'appellez Asagiri-senseï, ou Sakkaku-senseï, voir juste Asagiri, cependant n'ayez pas l'audace de me tutoyez. Je suis aussi celui en charge de toute la partie "Genjutsu" de votre programme, considérez moi donc comme étant votre professeur principal."

Il n'avait pas de micro, pas la peine, ceux qui n'écouteraient pas seraient ceux qui échoueront, c'était aussi simple que ça...

¤Asagiri¤
"A mes cotés se trouvent Toukotsu Kusari et Noutan Shuujin, qui se répartiront les élèves avec moi afin de vous enseignez le Genjutsu."

Le tour d'horizon des professeurs étaient fait, Toukotsu s'était levé et avait présenté son crâne tandis que Noutant s'était juste levé avant d'aller s'asseoir à coté d'un élève nouvellement arrivé qui ne savait plus exactement où se mettre.

¤Asagiri¤
"Ceci dis, Noutan, Toukotsu, si vous voulez bien prendre avec vous vos élèves nous allons tout de suite commencer."

Il y eut quelques murmures inquiet, d'habitude les professeurs avaient la gentillesse d'accorder le premier jour libre aux étudiants, mai slui, lui il semblait que seul son programme l'intéresse.
Noutan semblait ne pas avoir entendu mais il/elle se leva avant de sortir de la salle, suivit par un petit cortège d'élèves qui étaient plus que inquiet.
Toukotsu n'était pas mieux, il du ramasser une fillette qui s'était évanouis à la vue de son crâne, mais ça ne semblait pas le déranger outre mesure.
Une fois les deux autres professeurs partit, Asagiri se tourna vers ses élèves avant de se diriger vers le tableau.

¤Asagir¤
"Commençons ce cour. Le Genjutsu est..."
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Jeu 25 Juin - 20:22


=========================
L'art du Genjusu
Chapitre 1
Le premier cours de Toukotsu.
==========================



Je fus sélectionné pour faire parties des élèves du professeur dénommé Toukotsu Kusari. J'avais déjà entendu parler de lui. Un expert en torture et en interrogatoire. On disait aussi qu'il avait une macabre obsession pour les crânes, ce qui en dérangea plus qu'un. Évidemment, en raison de ma condition, je ne pus les voir, mais même si je pouvais, cela ne me dérangera sans doute pas. Pourquoi? Parce que ce n'est pas l'impression qui importe, mais les connaissances qui peuvent nous apporter.

[Toukotsu]- Bonjours, alors étant donné qu’Asagiri voulait commencer son cours au plus vite, il a mis court à la présentation. Mais moi je préfère connaitre mes élèves, et que mes élèves me connaissent. Bien, alors je vais commencer par moi-même et Crâne-kun ensuite ça sera votre tour... Bon, Crâne-kun est originaire de la crypte de [...]

J'écoutai du mieux que je pus, mais disons que les présentations des autres élèves, ainsi que d’un objet inanimé ne me passionnaient guère. J'avais hâte qu'il commence à enseigner la vraie matière. Donc après 15 minutes à avoir présenté l'histoire de son crâne, 5 minutes à parler de lui, et 25 autres minutes pour tous les autres élèves réunis, le véritable cours commencera. Enfin! Après 45 minutes de discussion sans intérêt, Toukotsu-Sensei allait bientôt commencer son véritable cours.

[Toukotsu]- Bien, maintenant que nous nous connaissions, je vais commencer par le début. Comme vous le savez sans doute, le Genjustu est l'art de l'illusion, de manipuler les sens de notre cible, pour ainsi briser sa volonté, et lui faire dire ce qu’on veut savoir [...]


*Hum, quelle... approche différente de la manière dont je vois les choses. Évidemment, chacun doit surement avoir sa définition du sujet. Mais je comprends maintenant pourquoi on dit que c'est un spécialiste des interrogatoires. Pour lui, le genjustu EST un outil de torture et d'interrogatoire.*

[Toukotsu]- [...] Donc, il existe différentes manières d'atteindre l'esprit de sa victime. D'une façon ou d'une autre, il faut que le chakra atteigne le corps de la cible, pour atteindre son cerveau. Évidemment, la manière la plus simple, mais pas la plus pratique, est d'injecter le chakra avec un contact physique sur son adversaire. Comme un coup de poing, où simplement lui maintenir le bras. Par contre, cela implique que vous devez être au corps à corps avec votre ennemi, donc il peut être difficile de se concentrer assez sur son genjustu et le combat en même temps, voir impossible si votre adversaire est un spécialiste en taijutsu.


*Cela est logique, mais je sais déjà la majorité de cela...*

[Toukotsu] Donc la meilleure solution reste encore d'injecter votre chakra à distance. Ce qui peut s’avérer très efficace, mais aussi très complexe pour les nouveaux venus comme vous. Ne vous inquiétez pas, je vous enseignerais en profondeur les différentes manières de relier l'esprit de votre ennemi à votre chakra. Donc, pour revenir au sujet, la principale méthode pour affecter votre cible est d'expédier le chakra dans des ondes sonar, ou bien de l'injecter dans l'air ambiant, j’ai aussi eux vent, que certain réussirais à affecter sont adversaire uniquement en se fessant voir par celle-ci, mais cela est hors de mes capacités. Donc c'est deux manières sont toutes les deux aussi compliquées a utilisé. La première a l'avantage d'être très rapide, se rend presque instantanément aux cerveaux, par contre elle implique que vous parlez, exemple en citant le nom de la technique de genjustu que vous voulez impliquer. La deuxième est plus lente, car elle doit imprégner l'aire et se faire respirer par l'adversaire et passer par ses poumons avant d'atteindre son cerveau. Mais même si elle est plus lente, cela se traduit en seconde et milliseconde, ce qui peut paraitre peut, mais contre des shinobis expérimenter cela peut faire toute une différence.

*Hum, je n'avais jamais pensée a intégré mon chakra a l’aire, par contre pour le son, je connaissais déjà. Il a raison sur ce propos, cela ma pris des semaines pour réussies a synchroniser parfaitement mon chakra avec les ondes sonores, ce qui n'est pas une mince affaire.*

[Toukotsu] - Maintenant, c'est bien beau de savoir comment lancer des genjustus, mais il faut savoir savoir y résister, sinon on peut facilement sombrer a l'ennemi et mourir dans le meilleur des cas, et transmettre des informations a l'ennemi dans le pire des ça. Donc je veux vous montrer à quel point un genjustu peut affaiblir votre volonté et votre corps. Des volontaires?


Jentendis des murmures d'inquiétude dans toute la classe. Tout le monde connaissait la réputation de ce professeur, et tous s’avait quoi s’attendre avec lui.

[Toukotsu]- Personne?

Plusieurs ravala leur salive péniblement. On dit que quand il n’a aucun volontaire, ce qui arrive la majorité du temps, il choisit un élève au hasard, et évidemment aucun de ces trouillards ne veut être choisi. Je levai ma main et je dis:

[Heiki] Moi, Toukostu-Seisei.

[Toukotsu] Ahhh, bien! je croyais devoir ENCORE choisir ma victime..Heu, je veux dire mon élève. Heiki, c'est bien cela?

[Heiki]- Oui, Toukotsu-Seisei.

[Toukotsu]- Très bien, viens ici.


Donc à sa demande je me levai et descendis les escaliers pour me rendre au niveau du professeur et ainsi pouvoir lui servir de..Hum je crois que le mot le plus approprié sera cobaye, non? Peu importe, avant même d'arriver devant le professeur et de me mettre en place, j’entendis de nombreux élèves se dire que j'étais un imbécile qui ne savait pas ce qui m'attendait. Évidement, ils ignoraient tous, que dans cette classe, exceptions du professeur évidemment, j’étais celui qui SAVAIT le plus a quoi m'attendre.

[Toukotsu]- Eh bien, je vais commencer Heiki, sois prêt!


[Heiki] Aye!

[Toukotsu] Kajino Reikon!


*Le Kajino Reikon? Mais c'est la technique que j'u...ARG!*


je fus surpris par la vitesse de son genjustu, à peine ais-je eux le temps d'en prendre connaissance, que j’étais déjà sous son effet et la douleur m’envahis. Mais, utiliser le Kajino Reikon contre moi était une mauvaise pioche. Effectiement, cela fait des années que je maitrise cette technique alors, je réussis a la contrer a imposant a mon esprit que cette douleur n'existait pas. Malheureusement, mon esprit étais pas assez puissant pour l'annuler complètement, par contre se réussis a la réduire au point que la douleur étais très suportable.

[Toukotsu] Ohhhhh? Tu m'impression Heiki! tu dois bien être le premier étudiant que je vois capable de résisté aussi bien à ce genjustu à ce niveau. Mais... tu restes néanmoins un étudiant...Kajino Reikon!

Encors? Non, cette fois, ce n'est plus du tout la même chose, avant il me ménageait en l'utilisant à un faible niveau parce que j’étais un élève et non un ennemi. Maintenant... il y va pour vrai! La douleur fut immense. Jamais je ne sentis une douleur aussi intense. Elle était bien aux dessus de tout ce que je pouvais faire. Mes jambes dévirent molle sous la douleur, je luttai désespérément pour garder conscience. Je reteins difficilement le hurlement qui voulait sortir tel un éclaire de mes lèvres, et je tombai à genoux

[Toukotsu]- Allez, si tu veux que j’arrête dit : Je vous en supplie Toukotsu-Sama, arrêtez, je ne suis pas digne de recevoir vos enseignement.

[Heiki] J-Jamais!

[Toukotsu]Oh? Tu veux résister? T'a du cran! Vous voyez les élèves? Lui fera un bon shinobi plus tard! il n’a pas eu peur, et il est même prêt a souffrir plus pour sont honneur! Mais, je vais vous montrer aussi...que le genjustu, peux briser toutes les volontés!


la douleur qui étais très difficilement supportable, doubla, même tripla! elle devient totalement insupportable et incontrôlable! Cette fois je ne pus retenir mon hurlement de douleur. Un hurlement si intense, que j’appris plus tard, que nombreux élève avais été traumatiser par cette scène, et même qu’on m'avait entendu dans toute l'académie. La douleur fut si intense, que mon esprit se déconnecta de mon corps, au point que j’en oubliai à même la douleur. Mon corps continua ses spasmes, la gorge continua à hurler, mais j’en avais plus conscience. Tous a l’entour de moi disparut, je sombrai dans l’inconscience.

je repris connaissance, quelques heures plus tard dans l'infirmerie de l’académie. Alors je l’achat un gémissement à cause de la douleur qui n’avait pas tout a fait disparut.

[Toukotsu]- Désoler...

je reconnus cette voix, ce fut celle du sensei Toukotsu, celui même qui m'avait terrassé devant les autres étudiants, pour le " bien-fait" de son cours. Je dois dire que j'avais gravement sous-estimé le potentiel de cette technique. Grâce à Toukotsu-Sensei je sais maintenant à quel point cette technique peut être terrible.

[Toukotsu]... Je crois que j'y ais été un peut fort, eheh. Normalement je les fais supplier avec le plus faible niveau de la technique... moi toi qui as sus si bien résisté, je tais attaquer comme si tu étais un véritable shinobi...Désolé encor. Tien pour me faire pardonner je vais te laisser crane-kun avec toi, il te tiendra compagnis.

[Heiki] Ah, ahahahah.

[Toukotsu]Hum? Quoi? Qu'est-ce que qui a de drôle?

[Heiki] Oh rien, ce n'est pas crane-kun qui va me garder bonnes compagnies...il est un peut comment dire...peu locasse.


[Toukotsu] Oui c'est vrais, mais c'est parce qu’il te connaît pas. En tout cas, je suis content de voir que tu te portes mieux. J’espère pouvoir te ravoir dans mes cours dans quelques jours. Je vais appeler quelque un collègue pour te ramener chez toi.


[Heiki]- Toukotsu-Sensei...

[Toukotsu]- Oui?

[Heiki]- Quand j'aurais récupéré, pourriez-vous m'enseigner comment me protéger contre les assauts mentaux?
[Toukotsu]- Heu...et bien normalement j’enseigne pas ces techniques aux étudiants parce que...

[Heiki] S'il-vous-plais.

[Toukotsu]- bien, je vais y réfléchir, quand tu iras mieux, viens me voir, et je te donnerai ma réponse.


[Heiki]- Merci...


je l’entendis quitter la pièce et fermer la porte. Je finis par m’endormir. Je me réveillai le lendemain chez moi dans ma chambre. Décidément quelque m'avais amené ici durant que je dormais.

MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Mar 30 Juin - 11:52

Pense à passer ton texte sous correcteur orthographique car il y subsiste encore de nombreuses fautes flagrantes.

Heiki : +8 XP

MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Dim 16 Aoû - 14:44

Premier cours pour Oda


Oda était le premier à être arrivé à l'académie. Il était assis la et avait attendu que tous le monde arrive. Maintenant que tous le monde était arrivé, la grande salle de l'amphithéâtre était complète. Plus une seule place était libre. Les professeurs qui devaient lui donner cours étaient ... bizarres. L'un portait une sorte de crane et quant au deuxième, Takatori n'aurais pas sut dire si c'était un garçon ou une fille. Le troisième professeur avait l'air un peu plus normal. Après une brève présentation des professeurs, nous fûmes répartit en trois groupes. Chaque groupe avait un sensei qui lui était attribué. J’étais dans le groupe de Asagiri-sensei. Heureusement pour moi, j’étais tombé sur quelqu’un de plus ou moins normal.

Notre sensei nous demanda de le suivre. Chose que l’on fit sans hésiter. Cet endroit m’impressionnait vraiment. Après dix minutes de marche dans un long couloir, nous arrivâmes dans une salle beaucoup plus petite, à l’abri des regards indiscrets. Quelques fauteuils étaient disposé autour d’une simple chaise. Asagiri se dirigea vers celle-ci et nous invita à prendre place sur les sofas. Il nous observa tous attentivement, puis il prit enfin la parole.

« Bon, maintenant que vous êtes mes élèves, je vais devoir vous prévenir que je n’irais pas par quatre chemins, nous irons droit au but. Ceux qui ont peur, qui n’ont pas envie d’apprendre et de participer peuvent déjà sortir ! »

Ses paroles fit de l’effet à certains d’entre nous. Deux filles ,qui tremblaient depuis le début, sortirent directement sans même regarder le professeur. Elles furent suivi par d’autre trouillards en tous genres. A présent, nous n’étions plus que 17 dans la salle. Il ne restait que ceux qui voulait apprendre cet art qu’est le Genjutsu.

« Bien ! Maintenant, on va pouvoir commencer. Pour les plus doués d’entre vous, vous devez savoir que le Genjutsu ne fonctionne que si votre chakra n’atteint le cerveau de l’adversaire. Il y a plusieurs façons de procéder. Qui en connais une ? »

Oda n’eu même le temps de répondre qu’un autre élève, plutôt doué, prit la parole avant lui. Heureusement pour Takatori Oda, il ne savait pas beaucoup de choses sur la propagation du chakra.

« Moi Sensei ! J’ai entendu dire qu’il fallait avoir un contact physique avec l’ennemi. Un simple coup de poing suffirait. »
« Bonne réponse, mais qui n’est pas excellente. »

Oda esquissa un léger sourire puis leva la main. Avant même qu’il fut interrogé, il prit la parole.

« C’est vrai qu’il faut avoir un contact physique, mais c’est pour les débutants. J’ai appris qu’on pouvait aussi injecter notre chakra dans l’air ambiant pour que notre ennemi le respire. Ce serait une méthode assez efficaces si je ne m’abuse. »
« Voila quelqu’un d’un peu plus doué en la matière. Quel est ton nom ? »
« Je m’appelle Takatori Oda, Sensei ! »
« Bien, pour notre premier cours nous allons commencer par cette méthode, mais sachez qu’il en existe d’autre. Je vais vous apprendre à injecter votre chakra dans l’air pour que le ninja en face de vous puisse le respirer. D’abord, vous devez concentrer votre chakra. Vous devez essayer de le faire sortir de votre corps et de l’injecter dans l’air. Je vous dit déjà que ce n’est pas une chose facile. Vous aurez droit à deux cours pour le maîtriser, à vous de vous entraîner à l’extérieur. Allez j’appelle deux élèves qui vont inaugurer cette session d’entrainement. Toi là-bas tout au fond et le fameux Oda, venez ici »

Oda se leva d’un bond et rejoint son instructeur. L’autre élève mit un peu de temps à arriver. Il avait visiblement la peur de sa vie. Tous son corps tremblait depuis qu’il avait était appelé. Oda était détendu car son adversaire n’avait pas l’air de si connaitre tant que sa. Oda se plaça devant son opposant et ferma les yeux. Il se concentra sur son chakra pour réussir à l’assimiler à l’air. Il essayèrent plusieurs fois chacun à lancer leur Genjutsu à distance. Aucun d’entre eux n’y arrivait. Décidemment, ce n’était pas une méthode si facile que sa en avait l’air. Leur sensei avait l’air déçu de leur prestation. Il se leva de sa chaise et les rejoignit.

Comme je l’avais dit il y a peu de temps, ce n’est pas une méthode facile. Néanmoins je vais vous aider. Je vais lancer dans cette salle une pupille de peur à distance en injectant mon chakra dans l’air que vous respirez en cet instant même. Ne paniquez surtout pas ce n’est qu’un illusion. Essayez tout de même de résister ! Allez c’est partit…

Oda n’eu même pas le temps d’entendre les derniers mots de Asagiri qu’il fut plongé dans son Genjutsu. La vision du monde qu’il avait maintenant était une réelle vision d’horreur. Les cadavres jonchait le sol. Les autres élèves aurait dut bien flipper sur ce coup là. Oda resta calme et s’avança dans le nouveau monde qui l’entourait. Comme il l’avait déjà fait lors d’entrainement précédent, il n’avait cas trouver une faille qui le liait au monde réel et de s’infliger une douleur. Il trouva cette faille dans son genjutsu, certainement laissée volontairement car il n’y avait pas moyen de la rater. Il se rappela de son entrainement de la veille au cours duquel sa poitrine l’avait fait crier de mal. Il serra les dents de toutes des forces et s’infligea un terrible coup sur son torse. Apparemment, sa n’avait pas marché. Takatori Oda marchait toujours sur des cadavres en putréfactions. Il voyait même une rivière, mais pas une rivière ordinaire. Celle-ci arborait une couleur pourpre. C’était une rivière de sang. Ce fut la dernière chose qu’il vit de ce monde parallèle car deux secondes après, Asagiri-sensei avait levé la pupille de peur. Toute la classe était redevenue normale. Des élèves pleuraient, d’autre étaient évanouis. Seul lui et quelques autres élèves se portaient bien. Leur instructeur pris dès lors la parole.

Je crois que vous avez compris les effets du Genjutsu. Cet art est difficile à appliquer. Un élève parmi vous à essayé de sortir de cette pupille, il est vraiment courageux mais ne contrôle pas encore la technique. Il devrait un peu plus s’entraîner. Pour les autres, vous avez jusqu’au prochain cours pour me montrer de quoi vous êtes capable. Le cours est terminé.

Les trois quarts de la classe s’enfuirent en courant de la salle de classe. L’autre quart sortit en marchant, mais étant vachement apeuré. Oda resta dans la salle de classe et attendit qu’elle se vide. Il s’approcha de Asagiri-Sensei et lui demanda une faveur.

« Sensei ! Vous devez savoir que je ne maîtrise que le Genjutsu. Alors j’aimerez vraiment que vous m’en appreniez d’avantage sur la propagation du chakra. J’arrive à le faire sortir de mon corps mais pas à le faire respirer à mon adversaire. »
« Je vois. Il est vrai que tu es doué en la matière. Je serai ravi d’en t’en apprendre plus. Mais à une condition. Tu devra t’entraîner en dehors de cours pour pouvoir y arriver. Cette salle est en grande partie pour vous apprendre la théorie. Vien me voir après le cours suivant et on en reparlera. »
” Merci beaucoup Sensei ! “

Oda sortit de la salle pour rejoindre son appartement pour y faire une sieste. Il en avait bien besoin, et puis sa poitrine lui faisait toujours aussi mal.

MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Ven 28 Aoû - 15:23

Oda : +8 XP

MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Lun 8 Mar - 21:55

hantant les couloirs de l'académie tel un fantôme, Ranmaru se promenait d'un pas lent. Elle aimait faire raisonner ses pas dans les couloirs apparemment vides de l'école. Depuis son accession au rang de genin, elle s'adonnait à un de ses loisirs préféré: Observer les étudiants, arborant un sourire malsain de circonstance. Guettant l'inter-classe, la jeune femme se campa prêt de la sortie de l'amphi de genjutsu. Là, accoudée au mur, regardant le plafond d'un air pensif.

*Je crois que chacun devrait avoir un étudiant à traumatiser: Ça rendrait pas mal de gens moins niait. C'est étrange comment l'on se sent moins ignare face à un gamin sur-excité. *

Le flot d'élève s'extirpa de la salle de court, tel une rivière forçant une digue mal conçue. La porte s'ouvrit avec fracas, laissant un désordre bruyant se répandre dans les couloirs. D'un œil analytique, Ranamaru chercha la brebis galeuse, le "faible" au sein de groupe d'élèves. D'un air absent elle se mit subitement sur le passage de cet infortuné shinobi en devenir et se laissa bousculer... Exagérant l'impact


Hey Oh! Son bandeau ninja bien en évidence. Fais attention, petit. Alors? C'est comme ça que l'on salut un ainé?

Son air sévère masquant sa satisfaction. Plaçant sa main droite sur sa hanche homonyme, elle prit un air dur. Elle faisait claquer chaque mot, rappelant le rythme et le son d'un fouet: Déchirant des lambeaux de chaire à a chaque mot

Je ne sais pas ce qu'on t'apprend à l'académie mais jamais tu n'arrivera au rang supérieur ainsi. Allé, file avant que je décide de reporter cet incident à qui de droit!

Accompagnant ses mots d'un vif geste de la main, elle regarda le tout jeune garçon s'enfuir apeuré. Puis son air dur s'évapora comme neige au soleil. C'est avec un visage doux et un regard avenant qu'elle entra à son tour dans l'amphi.

* Ce fut presque trop facile....*

Entrant dans les lieux, son regard se fit circulaire, scrutant les environs. Puis elle chercha à identifier le professeur. S'avançant vers ce dernier, elle s'inclinera devant ce dernier, accompagnant sa révérence de quelques mots, aussi doux que le miel:

Senseï, auriez vous du temps à m'accorder?


Dernière édition par Ranmaru le Lun 8 Mar - 21:58, édité 1 fois (Raison : Balises incorrectes)

MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Ven 19 Mar - 18:45



    Ranmaru : + 5 XP


MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Mer 31 Mar - 0:52

Premier jour, première impression…


*Hum… J’aurais du me poser la question avant…*

Kaori sortait du secrétariat et tenait négligemment dans sa main un contrat qu’il avait eu à signer et qui faisait définitivement de lui un aspirant genin… Oui, et après ? Cette question, rien ne lui avait permis de s’y préparer jusqu’à présent, qu’il se fût agi de la relative insouciance de la vie d’entraînement de ces deux derniers mois ou de son court périple vers le village caché de Kumo. Ainsi, et c’était chose rare, le garçon était perplexe. Pourquoi était-il venu ici au fond ? Pour faire plaisir à la seule personne qu’il considérait aujourd’hui comme un vrai ami ? Pour remercier son mentor de son entraînement ? Ou bien peut-être était-ce pour lui-même… Histoire de se prouver une fois, rien qu’une fois, qu’il était capable de faire quelque chose ou pour se convaincre que les efforts ne sont pas toujours consentis mais qu’ils peuvent être décidés…

Et puis, il était seul, et à vrai dire, il n’avait jamais connu ça. Il était détesté dans l’arrière-pays, c’est vrai, mais être haï, ce n’est pas être seul : c’est être… différent… Bah, il éloigna la pensée aussi vite qu’elle était venue. Mais celle-ci était insidieuse… Les pensées se bousculaient dans sa tête, et s’il fallait en rendre compte précisément, cela se révélerait complexe. Le garçon paniquait, et son véritable état pouvait en fait se résumer en cette locution. Il était seul ! Il savait qu’il n’aurait pas besoin de se défendre contre qui que ce soit, et il doutait de toute façon en être capable, mais cependant, il ne savait pas, par exemple où loger, et même plus immédiatement, que faire ! Il était un simple gamin, et son âge lui revenait à la figure comme s’il s’était agi d’un élément de sa personnalité qu’il avait enterré toute son enfance. Il avait besoin de quelqu’un… Fort, ou non, qu’importait, mais quelqu’un… A vrai dire, un animal lui aurait suffi…

Mais qu’importait ce qu’il voulait, pour cela, il fallait avancer, et c’est d’ailleurs en arrivant au terme de ce raisonnement que Kaori se dégagea de sa tétanie et put enfin se mouvoir. Il erra un petit moment dans les couloirs, puis, avisant un groupe de gens de son âge s’introduire avec hâte dans une salle, il se dit qu’il aurait été stupide de ne pas au moins jeter un œil à ce qu’ils faisaient. C’est ainsi que le nouveau posa pour la première fois un pied dans un amphithéâtre, qui se révélerait bientôt être celui de Genjutsu.

Vous êtes-vous déjà retrouvé nu devant des centaines d’individu ? Kaori non plus… Cependant, la situation dans laquelle il se trouvait, seul devant un nombre déjà trop grand de paires d’yeux tournées vers lui, le mettait au moins aussi mal à l’aise. En effet, il paraissait évident que le garçon était nouveau, et son faciès affichant son étonnement de voir autant de monde prêt à étudier réuni au même endroit aurait convaincu n’importe quel indécis : un air ahuri comme le sien à ce moment ne pouvait que trahir la candeur du paysan. Si parmi les yeux le dévisageant, la plupart étaient remplis de curiosité, deux en contrebas, en revanche, se voulaient noirs.


« - Jeune homme ! Recomposez votre visage ! Prenez place ou quittez la salle. Si vous désirez, comme votre présence ici devrait l’indiquer, vous voir enseigné la théorie du Genjutsu, vous pouvez également rejoindre le cours de mes collègues… »

L’homme qui venait de parler était trop livide pour qu’on puisse le dire maladif : la seule hypothèse envisageable ici était que ce dernier n’ait pas rencontré de lumière naturelle depuis plusieurs semaines, ce qui, au regard du ton sec qu’il venait de déployer, était bien possible. En effet, pour Kaori, ce ton faisait écho à celui de son grand-père qui lorsqu’il étudiait un ouvrage pouvait passer des jours entiers sans quitter sa demeure. Si celui qui avait parlé, non content d’étudier, enseignait également, il n’était pas forcément étonnant que la lumière du soleil lui soit si étrangère. Pourtant, les traits de son visage étaient fins, quoique ses longs cheveux noirs un rien filandreux les cachent en partie. Il était jeune, et Kaori fut surpris de constater qu’un individu qui n’ait rien d’un ainé puisse enseigner. Mais, après tout, le monde des shinobis n’était pas le sien et le garçon se fit la promesse de ne plus se laisser étonner par rien avant que de n’y être plus accoutumé. Mais le professeur n’avait, apparemment, pas fini de le réprimander :

« - Et voilà, le cours aurait du commencer il y a 17 secondes… Monsieur, vous êtes exclus de mon cours jusqu’à nouvel ordre… Par pure bonté, je vais vous indiquer la salle de N… Toukotsu... »

Son air sévère s’était vu estompé d’un sourire narquois à l’évocation de ce second nom, mais, comme on dit, « Chassez le naturel et il revient au galop ». C’est donc affichant une expression sombre que l’adulte acheva ses explications :

« - Sortez de la salle, prenez à droite, et à l’escalier, vous descendez… Jusqu’à ce que vous ne puissiez plus. Vous devriez trouver… Vous m’avez fait perdre assez de temps, sortez ! »


Kaori, un moment stupéfait par la rapidité à laquelle il venait de se faire exclure de son premier cours, s’inclina vite d’un ojigi parfait avant de prendre la porte comme on venait de lui sommer de faire. A peine la porte refermée derrière lui, Kaori se laissa déborder par ses émotions. Loin d’être particulièrement sensible, il venait cependant de se faire exclure d’un cours au terme d’une brimade sévère et ce devant de nombreux autre élèves qu’il serait peut-être amené à recroiser bientôt. Il avait l’impression de prendre un mauvais départ, et rien que pour l’honneur du nom qu’il portait aujourd’hui, il estimait ne pouvoir se le permettre. Qui plus est, on lui avait parlé d’apprendre le Genjutsu, mais le terme ne lui évoquait rien d’autre que des contes pour enfant : la magie n’existait pas, si ? Il voulait bien croire au chakra, et il avait appris à comprendre ce dont il s’agissait et comment, théoriquement, s’en servir. Il faisait également confiance à son mentor lorsque ce dernier parlait de techniques secrètes capables de déchainer les éléments. Il avait même appris qu’il pouvait s’en servir et il l’avait déjà fait… Pour autant, à aucun moment le terme de magie n’était apparu… La sorcellerie était l’attribut des lâches. Mais il fallait bien essayer avant que de ne juger. Ravalant ses sanglots, le nouveau venu suivit le chemin qu’on lui avait indiqué et s’enfonça dans les entrailles de Kumo.

A mesure qu’il descendait, Kaori était assailli d’odeurs de plus en plus nauséabondes. Les miasmes semblaient s’échapper des murs mêmes, et le garçon s’attendait à rencontrer des rats morts à tout moment. Pourtant, alors qu’il atteignait la fin de l’escalier, l’odeur acre céda la place à une odeur beaucoup plus acceptable puisqu’il s’agissait de la seule odeur d’humidité. Entendant des voix, l’aspirant supposa qu’il était arrivé et se dirigea vers la source de bruit. Il pénétra dans ce qui semblait être… une crypte ? Personne ne lui accorda la moindre attention… Personne, sauf un individu étrangement semblable au précédent, à la différence de l’aura plus glauque et paradoxalement plus sympathique qui émanait de lui. Peut-être Kaori reconnaissait il en cet homme un marginal, lui qui avait du lutter et avait souvent été ostracisé, et avait donc un a priori positif sur lui… Quoi qu’il en fût, l’homme le prit à parti :


« - Eh bien, vous êtes en retard mon garçon… Autant je suis plutôt sympathique, autant crâne-kun peut être vraiment vieux jeu des fois… Enfin, assieds-toi par terre, comme les autres. Et tu sais, pouvoir être en retard est le privilège des morts, et être dans une crypte ne suffit pas à faire de toi un mort… »

Le regard du professeur s’égara quelques instants sur l’assistance qui semblait peu encline à sourire et ses yeux semblaient s’interroger sur la santé mentale des élèves qui ne riaient pas à une blague aussi amusante… Kaori profita du moment où il s’assit pour mieux détailler le « crâne-kun » en question. En réalité, du moins, c’est ce qu’il supposait, il s’agissait d’un crâne formant un pendentif que l’enseignant portait autour de son cou. Se posait la question de savoir si ce senseï était fou ou seulement doté par la nature d’un sens de l’humour particulier… Mais Kaori n’eut bientôt plus le temps de répondre puisque le cours reprit aussi vite qu’il l’avait interrompu, et le professeur sembla oublier sa présence.

« - Ainsi, comme je le disais, puisque le Kaï ne saurait être utilisé de manière trop préventive, il convient de trouver le parfait timing pour l’employer… Bien entendu, cela suppose que vous n’ayez pas de tendances particulières qui vous feraient aimer la douleur. Bien, nous allons donc essayer de voir qu’un petit Genjutsu peut-être facilement dissipé, mais qu’à mesure que la force de persuasion mentale de votre ennemi, ou simplement adversaire, se fait plus pressante, l’efficacité du Kaï diminue jusqu’à devenir nulle. Bien, voyons voir… Des volontaires pour une petite expérience ? »

Kaori hésita longuement à lever la main. Après tout, il était arrivé en retard, et il se devait en quelque sorte d’être utile à la suite de l’enseignement. Pour autant, la tension qui s’était installée dans la pièce ne l’y incitait pas vraiment. Avant que son dilemme intérieur n’ait pu être mené à terme, Toukotsu, puisque, semblait-il, c’était son nom, prit la parole :


« - Quel silence de mort… Dans une crypte, cela est cocasse, non ? »


Devant l’absence de réaction de son auditoire, il sembla se rassurer en observant son crâne qui, lui, devait sans doute rigoler…

« - Bon, et bien, crâne-kun, je te laisse choisir le volontaire désigné. »

Le doigt du professeur se déplaça un moment puis finit par se figer sur un élève qui se raidit et blêmit dans un même mouvement. Kaori commençait à se demander si être volontaire était vraiment si terrible.

« - Alors, vous savez effectuer la technique ? Bien, Kenboushou ! »


La scène qui se jouait devant les yeux de l’aspirant shinobi lui semblait bien étrange. Rien ne s’était passé, et pourtant, l’élève arborait maintenant un visage hagard, comme s’il avait erré trop longtemps dans cette crypte sans pouvoir en sortir.

« - Pour ceux qui ne s’en rappellent plus, ou qui ne l’ont jamais su, le Kenboushou provoque une amnésie complète, quoique temporaire, et permet notamment d’empêcher son adversaire de lancer une technique, de l’interrompre. Il s’agit ici d’une technique autant offensive que défensive. Bien entendu, comme vous avez pu le constater, la défense de votre camarade était ici insuffisante, même si la technique était, avouons-le, magistralement exécutée. Vous serez un bon utilisateur du Genjutsu, croyez-moi… Maintenant… »

Mais Kaori était déjà loin. Il était parti en courant dès qu’il avait compris. Magie, ça ? Non, c’était de la torture, de la lâcheté avouée… Pénétrer l’esprit de quelqu’un ? Mais qui avait ne serait-ce qu’osé imaginer ça ? Le garçon était catégorique : le Genjutsu ne le concernerait désormais plus. Certes, ses poings n’étaient pas les plus fiables, mais ils étaient les siens, et il voulait en rester sûr. Il savait que s’il pénétrait ce milieu, il ne pourrait plus qu’en sortir sceptique et à la merci du doute ou bien paranoïaque à errer dans les rues du village. La folie ne le tentait pas, mais il comprenait maintenant le caractère des deux individus qu’il avait rencontré et qui se prétendaient enseignants. D’un point de vue moral, l’aspirant ne pouvait tolérer ce qu’il venait de voir. Oh oui, c’était utile défensivement et offensivement ! Mais en quoi celui lui importait-il ? Depuis quand les guerres se réglaient comme des parties d’échec ? Il préférait la mort à la folie, et regrettait déjà les bagarres de rue… Son esprit était le seul endroit où il pouvait se réfugier, et on voulait lui retirer ? Pas sans combattre ! Bien entendu, il n’était pas dupe, et il savait que ces arts seraient répandus, mais en l’honneur du nom de Zenryuu, qui signifiait, après tout, bonté d’âme, il ne pouvait se résoudre à les apprendre.

Alors que la lumière du soleil venait l’éblouir, et que Kaori repensait aux raisons de sa fuite vers l’extérieur, les réalités lui revinrent à l’esprit en la forme de maisons. Maisons ? Oui, c’était bien ça… Où allait-il pouvoir loger ? Bien décidé à trouver quelqu’un de son âge pour évoquer son problème, le jeune homme s’enfonça dans les rues de Kumo…


Chapitre 1.1




Dernière édition par Kaori Zenryuu le Mer 21 Avr - 18:28, édité 3 fois

MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   Ven 2 Avr - 1:08



    Kaori : +9 XP

    J'ai beaucoup aimé =)

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Amphi de Genjutsu   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amphi pour les cours de Genjutsu
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Amphi pour les cours de Médecine
» Mudras pour Ninjutsu, Genjutsu et Kekkai Genkai
» Amphi de Médecine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Kumo-