Partagez | 
 

 CK004 - Saezu, Partie du Feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

MessageSujet: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mer 30 Juil - 17:32

CK004 : SAEZU - Team 1


C'était parti ! Ginko était de bonne humeur. Elle avait oublié qu'elle était supposée s'ennuyait pendant cette mission, et elle était heureuse de retrouver ses étudiants. Même si ce n'était pas tant leur statut d'étudiants qui l'intéressait, mais seulement le fait que ce soit eux. Elle aurait été bien en peine d'expliquer le processus, pour la bonne raison qu'elle-même ne s'y intéressant pas du tout.

Elle marchait d'un pas vif et dépassa les portes du village, s'arrêta et s'étira longuement, avant d'entreprendre une petite série d'assouplissements. Sans même la regarder, Ginko lança.

[Ginko] - C'est quoi ton nom ?

Saezu eut une bouffée rageuse.

[Saezu] - C'est moi qui ait contribué à créer les appartements de l'Hokage. Mon argent (et c'est moi qui te permet de te teindre les cheveux !).

Ginko poursuivit ses assouplissement.

[Ginko] - Ok. C'est un nom vachement long.

La Jounin jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule.

[Ginko] - Moi c'est Ginko. Le nain brun c'est Sabi, le nain blanc c'est Kikoshin.

Saezu connaissait Ginko. Elle aurait dû mettre son veto à se faire conduire par elle. Elle remplissait ses missions, et avec un certain brio devait-elle admettre, mais elle était insupportable. Trop joyeuse, trop insouciante, et surtout très bête. Elle était intellectuellement limitée, c'était certain, une espèce de crustacé décédé, mais avec la réactivité d'une pile électrique.

[Saezu] - Il m'a dit s'appeler Riku...

[Ginko] - Oh ! Le petit mythomane. Il se trompe tout le temps.

Le regard de Saezu passa de la Sensei à l'élève, perplexe, et essayait de démêler qui disait la vérité. A supposer que l'un d'eux dise la vérité, ce qui n'était pas gagner.

[Ginko] - Booooon, les jeunes et les moins jeunes, on y va.

Elle repartit d'un bon pas, comme si elle ne s'était jamais arrêtée.

[Ginko] - On sera au village demain dans l'après-midi. C'est cool, non, de prendre l'air ? Hein ? On dormira à la belle étoile et tout, j'ai ramené mon duuuuuuuvet préféré, il est rose, et jaune, et bleu, et je crois que c'est tout. Je l'ai payé avec ma paye, vous savez, et j'avais aussi acheté des paquets de bonbons mais je les ai tous fini depuis le temps, ça doit faire quoi, au moins six mois, alors j'ai tout mangé. Moi je crois qu'on va bien s'amuser, et puis si je me fais chier, je retourne à Konoha et pis voilà, au pire. J'espère que je ne me perdrais pas. Une fois je me suis perdue, c'était ouf, j'étais dans un village tout pourri du Pays du Feu, Kiri ça s'appelait, trop POURRI ! Il y avait des gars TROP moches qui me regardaient bizarrement, et ils se la jouaient shinobi avec leurs bandeaux pourris. Allez, quatre vaguelettes sur un bandeau, moi aussi je peux les graver hein. J'ai cassé la gueule à l'un d'entre eux, je sais plus pourquoi, j'ai cru qu'il essayait de m'insulter. Il me disait : "Je suis Jounin, je suis Jounin" et moi j'ai fait : "Moi aussi !", et pouf, je lui ai balancé un bon gros Raiton dans la bouche.

Elle continua ainsi un moment, puis le flot fini par se tarir. Elle s'arrêta à nouveau.

[Ginko] - Pfiouu, je suis crevée ! On fait une pause ?

Elle se tourna vers Saezu et ses étudiants.

...

[Ginko] - J'rigole, bouh, vous êtes si sérieux ! Hey, des missions comme ça j'en ai fait plus de cent, vous en faites pas hein, c'est pas comme s'il fallait se faire du souci et tout, vous avez qu'à kiffer et on sera tous content. Vous êtes contents d'être ici dites ? Toi aussi... j'ai oublié ton nom... je vais t'appeler Jijobu, parce que c'est mignon et que tu as des joues de Jijobuuuuu ♥

Saezu la dévisagea un long moment, avant de comprendre que oui, c'était elle Jijobu désormais.

[Saezu] - Non. Je ne suis pas satisfaite du tout. J'aurais aimé arriver demain matink, pas "dans l'après-midi". Si vous vous étiez levée...

Ginko leva la main, d'une manière insouciante et pourtant terriblement menaçante. Elle souriait toujours mais son attention se portait désormais vers ses étudiants.

[Ginko] - Vous ?

[P.S. : vous pouvez interagir avec Saezu, la faire parler, agir, etc...]

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mer 30 Juil - 18:10

Le combo Ginko-Saezu semblait avoir mis les cartes au milieu de la table. D'un côté comme de l'autre, les deux genins passaient presque inaperçues, et c'était tant mieux. Sabi préférait déléguer le problème sur Ginko, qui se chargerait de remettre celui à sa place, dans un sourire et une insouciance que l'Uchiha n'aurait même pas pu imaginer avoir. Alors que faire d'autre ? Siffloter dans les bois en espérant qu'un bandit de grand chemin n'ait pas l'envie soudaine de violer deux demoiselles dans un duvet multicolor payé avec transpiration et ardeur ? Humm, le luxe. Personnellement, il laisserait faire.

Non, pire que tout : les frasques féminines des deux 'moiselles s'annonçaient fort amusante et au grès du temps, c'était la concentration de Sabi qui commençait à s'envoler, au profit de son sens de l'humour. Alors oui, si jamais un quelconque village voulait s'accaparer les richesses cachées sous le sous-tif de Saezu, ou quitte à tout prendre, éliminer deux menaces directes, qui les en empêcherait ? Oui, deux menaces. Riku et Sabi quoi. Qui voudrait s'en prendre à Ginko ? Elle n'a, dans son casier judiciaire qu'un vol scrupuleux à sourire confiant de friandises et de duvets en tout genre. Elle ne représentait finalement pas un danger. Sauf pour ses coéquipiers peut-être.

Comme si tous ces évènements ne prenaient qu'une seule et ultime place dans son esprit, Sabi en avait presque oublié la question que lui avait posé Riku. Il fronça alors les sourcils, reprenant un air... naturel, et se tourna vers lui, quelques secondes après qu'il l'est vraiment intégré. Son visage crispé se transforma alors soudainement en un sourire ravageur, presque grotesque.

« C'est secret ça... »

Il pouffa de rire. Son accent machiavélique sonnait tellement faux qu'il emmenait le nain blanc avec lui. Oui, c'était secret, même entre deux pseudos amis. Mais un jour, il en était sûr, tous deux se mettraient d'accord sur leur niveau, défoulant dans une même batailles leur plus beaux atouts. Et à y repenser, l'Uchiha aurait préféré être à sa place. Lui n'avait pas grand chose à lui montrer. Il repensa alors finalement à son bras, caché d'une longue manche de linge blanc. Il y avait tout de même celle-là.

Les deux jeunes femmes continuaient de se disputer quelques mètres en avant. Enfin disputer n'était pas vraiment le terme, pour cela il fallait être deux, et Ginko était seule à pouvoir rivaliser... avec elle-même. Sabi sourit à cette simple idée. Saezu luttait déjà pour arriver à placer quelques mots par-ci et par-là. Son nom venait de changer, tout comme celui de Riku, mais ce n'était pas vraiment une nouveauté. Un joli nom d'ailleurs, une beauté, une merveille pour l'oreille, toute droit sortie des frasques imaginatives de Ginko.


[Saezu] - Non. Je ne suis pas satisfaite du tout. J'aurais aimé arriver demain matink, pas "dans l'après-midi". Si vous vous étiez levée...

D'un même concert, les deux genin sourièrent. Oui.. Elle avait été un peu en retard effectivement. Mais en quoi cela était-il grave ? Maint ou après-midi, cela ne changeait pas grand chose, finalement. Cependant, l'Uchiha ne voyait rien à relever de spécial, dans son étude continue de la jeune femme, ce genre de propos étaient naturels et son mécontentement presque habituelles.

Cependant la main droite et froid de Ginko, qui venait de briser l'air simpathique du chemin sur lequel ils marchaient d'un bon train sonnait le glas d'une réplique sanglante. Qu'est-ce qu'il se passait ? Ils s'arrêtèrent tous. Le « vous » qu'elle venait de lancer ne changeait rien à la complexité de la situation. Que signifiait-il ? Qu'est-ce qui n'allait pas ? Il fallait répondre. Mais quoi ? Faire un lien. Nous ? Quoi nous ? Un déclic. Peut-être... pas sûr. Mais il devait dire quelque chose.


« Nous n'avons pas de friandises, et on n'en a pas pris avant de partir. On a fait l'inventaire avant de partir, on na pas violé Saezu-baka tout à l'heure. Personne ne nous suit, nous faisons attention à bien regarder derrière et sur les ailes.... »

Il avait enchaîné tout cela d'une même traite en espérant que Ginko l'arrête. Même Saezu, qui ne comprenait rien à la situation avait oulibé de réagir au diminutif de Baka dont elle venait de faire l'objet. Mais non, toujours rien.


« Ahhh c'est pour ça ? Nan mais pour l'odeur c'est pas moi ! C'est Riku ! Il en lâché un tout à l'heu... »

Cela ne semblait pas la choquer, apparemment même elle était encore plus en colère qu'il n'est pas dit son nom. Quel honneur d'être reconnue pour un pet d'une grandiose consonnance et d'une petite touche aphrodisiaque pour le nez... Il réfléchissait bon train, ne sachant quoi répondre. Elle semblait touchée par quelque chose que les deux genins auraient commis, mais son sourire voulait simplement dire que cela n'avait rien de grave. Enfin pour eux. Parce que pour elle, tout chose marrante semble propice à être remarqué.
Il repensa alors rapidement à la phrase que Saezu-baka lui avait lancée juste avant qu'elle ne pointe sa main sale sur eux. Si vous vous êtiez levé plus tôt...

« Nan mais... Elle parlait de vous... vous ! Elle vous vous vouvoie quoi ! Nous on était là ! »

Cette énergie qu'il avait à répondre à la jeune femme signifiait simplement qu'il n'avait pas envie de porter un bonnet d'âne pour son incapacité à être quelque peu sérieuse et responsable. Une grosse goutte coulait le long de sa nuque. D'un maladroit coup d'oeil, il épiait les mouvements psychique de Riku. Sabi restait calme, il ne voulait pas pour autant rentrer dans le jeu de sa senseï, mais cette situation était affligeante pour les nerfs... Ils n'avaient fait que quelques dizaines de mêtres...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Jeu 31 Juil - 0:17

Marchant derrière avec Sabi, Riku suivait le rythme de Ginko qui tenait la tête suivie de près par Saezu. Il fit un léger signe de tête à son équipier et chacun s’écarta légèrement pour mieux couvrir Saezu. C’était certes un peu exagéré mais bon ils n’adoptaient pas non plus une formation strictement en règle, juste un peu plus efficace.

Pendant ce temps la jounin aux cheveux roses faisait rager la cliente, au plus grand plaisir des genin satisfait de ne plus avoir à s’occuper de la furie aux bijoux. Ginko faisait des assouplissements comme pour se mettre dans le bain. Elle présenta ses élèves en prenant soin d’inventer un nouveau nom au nain blanc comme elle l’appelait.

Saezu décontenancée chercha la vérité d’un regard, le genin fit un simple geste de la main disant de laisser tomber. Qu’elle croit l’un ou l’autre n’avait strictement aucune importance, il ferait ce qu’il faut faire en portant n’importe quel nom.

La senseï ordonna la remise en route en marchant toujours avec ce petit tortillement des fesses sexy, et ses cheveux roses enivrant. Riku s’ennuyait ferme pour s’attarder ainsi sur sa senseï mais bon le fait était que malgré son caractère étrange elle était jolie. Ginko repris son baratin incessant avec sa gaîté habituelle.

Apparemment ils seraient arrivés le lendemain dans l’après midi, pas trop long comme voyage, tant mieux cela laisserait moins de temps aux éventuels voleurs qui se laisseraient tenter par l’argent. Riku était prêt a se battre mais s’il pouvait l’éviter il préferait.

Sac de couchage multicolore, bonbons décimés rien d’important. En revanche l’anecdote de la perte dans Kiri… Vraiment elle ne se rendait compte de rien celle là. Kiri un village du pays du Feu ! Et une attaque sur un jounin ! Elle aurait pu déclencher une guerre à elle seule, quelle catastrophe ambulante.

La fameuse jounin proposa une pose, à cette annonce le genin tira une tronche d’étonnement. Il s’était fait avoir, avant même qu’elle le dise il avait compris sa plaisanterie, il commençait à la connaître. La suite le confirma, enfin elle était de bonne humeur et pas du tout ronchon, elle trouva même un nouveau nom à la cliente.

*Mais c’est quoi un Jijobu…*

Sabi parla soudain à Riku qui ne percuta pas immédiatement de quoi il parlait. Il comprit enfin grâce au sourire un peu trop poussé de son ami. Un jour ils se mesureraient à nouveau, et ils recommenceraient plus tard inlassablement tel deux rivaux, amis et frère d’armes.

Saezu râla encore une fois mais elle fut coupée par leur senseï, le geste était d’une puissance cachée. Elle s’adressait à ses étudiants, et non à leur cliente c’était clair. Un regard et un sourire au souvenir du mauvais quart d’heure, enfin un peu plus, qu’ils avaient passés.

Le Uchiha commença à répondre à la hate à Ginko, apparemment il n’avait pas compris le sens de la question de leur senseï. Il parla de tout et de rien, un peu comme si Ginko avait déteint sur lui. Mauvais. Riku ne put s’empêcher de rire lorsqu’il l’accusa de s’être soulagé en route. Puis il crut que leur senseï parlait de la cliente.

*Bon il n’a pas compris…*

Riku sentit le regard de Sabi et répondit.

[Riku] – Moi j’suis super content d’être la Ginko senseï ! Si on a le temps j’espère que vous nous apprendrez une nouvelle technique pour pas qu’on s’ennuie trop. Ce serait dommage que vous rentriez à Konoha…

Ils n’avaient pas parcouru beaucoup de chemin mais bon l’animation était là et Riku aimait beaucoup. Il regarda Saezu qui semblait réfléchir et ne pas saisir toute la conversation, il était vrai qu’elle partait dans tous les sens cette discussion.

[Saezu] – Bien sûr ! Vous allez vous entraîner pour être bien fatigués et ne pas me protéger ! Vous n’êtes que des amateurs…(Inutiles, des déchêts).

Riku la regarda, il aurait bien aimé lui faire fermer sa bouche, peut être pourrait il le faire avant la fin. Cependant il désespérait de la faire changer d’attitude, c’était une cause perdue mais aussi leur gagne pain malheureusement.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Sam 2 Aoû - 13:01

[Ginko] - Jijobu ! Ton esprit négatif empiète sur ma joie de vivre et crois-moi, je vais pas te laisser faire ! P'tite tête. P'tit tout, d'ailleurs.

Elle croisa ses bras sur la poitrine et redressa le buste, sans même se soucier de la futilité de ses insultes. Ce n'était pas quelque chose qui intéressait Ginko, ça. Il n'y avait, au final, qu'une chose à comprendre de Ginko : le concept du regard de l'autre, elle ne savait même pas ce qu'il signifiait.

Elle se contentait d'établir sa propre logique, ses propres règles qu'on suivait ou... pas.

[Ginko] - Toi par contre...

Elle se tourna vers lui et pointa un doigt accusateur sur lui.

[Ginko] - Tu avais vraiment envie de la violer ?

Elle était toute déçue. Puis, se tournant vers Saezu - outrée, comme on peut se l'imaginer.

[Ginko] - J'ai des élèves lamentables, ils veulent violer des cageots...

Ginko se grattait la tête, ses yeux passant de l'un à l'autre de ses élèves, avant qu'elle ne se demande pourquoi elle les regardait de la sorte, et pourquoi eux la regardaient en retour. Elle avait un truc sur la joue ?

[Saezu] - Je n'ai jamais été si odieusement traitée. Yagi, sachez ceci, je peux briser votre petite carrière de starlette criarde et joyeuse en parlant à une, deux tout au plus, personnes. Traitez-moi avec le respect que je mérite, je ne suis pas votre "copine", mais Saezu la marchande la plus riche du Pays du Feu, la...

[Ginko] - Tais-toi.

...

Elle n'avait pas particulièrement élevé la voix, elle lui tournait toujours le dos et était même toujours occupée à dévisager ses étudiants. Pire encore, elle essayait toujours de comprendre pourquoi ils la regardaient. Mais avant qu'elle ne puisse mener à bien son enquête, elle se tourna et mis une main en visière - précaution inutile, elle avait sa casquette. Saezu sursauta, mais Ginko ne la regardait.

[Ginko] - Bande de nuls ! Vous avez mal regardé, on est suivi.

Bientôt, tous regardèrent dans la direction de Ginko. Il aurait pu ne rien y avoir, et tout ceci n'être qu'un jeu stupide de plus, puisque rien n'apparaissait dans leur ligne d'horizon. Pourtant, le début d'une silhouette se dessina et Ginko commença à sauter, façon pile électrique.

[Ginko] - Ooooh ! C'est Sayuriiiiii ! Elle est bonne Sayuri.

Saezu la regarda, parfaitement consternée, alors que la silhouette se précisait rapidement.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Sam 2 Aoû - 19:39

[Sayuri] – Allez, avance ! Je te rappelle que c’est ta faute s’ils ont pris autant d’avance ! Si seulement tu n’avais pas fait qu’à ta tête en t’entraînant jusqu’aux petites heures du matin à cette putain de technique de permutation ! Allez, bouge tes fesses !

Mais Tenson allait déjà à sa vitesse maximum. Voilà maintenant dix minutes qu’ils sprintaient à travers les branches. En fait, Sayuri devait plutôt ralentir pour suivre le rythme du Saishi, qui tentait tant bien que mal de la suivre. De grosses cernes étaient visibles sous ses paupières lourdes et il n’avait rien avalé de la matinée. Sans cette délicieuse odeur de croissant tout chaud et tout moelleux presque fondant dans la bouche, il serait probablement retourné se coucher. Il espérait qu’il en resterait pour lui…

Au loin, il pouvait apercevoir le quatuor qu’il était sensé rejoindre. Une traînée de cheveux roses éclatants virevoltait à chaque rebond. Ça devait être la capitaine de la Team 1 dont Sayuri lui avait parlé. Avec elle se trouvait deux garçons un peu plus vieux que lui (il commençait à s’y habituer…) l’un aux cheveux blancs, l’autre aux cheveux noirs. Il ignorait encore leurs noms, mais il viendrait à les apprendre en chemin. Avec eux se trouvait une toute petite dame, sûrement celle qu’ils devaient escorter.

Il n’en savait pas plus que ça, s’étant fait réveiller au beau milieu d’un sommeil profond par sa senseï qui l’avait presque traîné jusqu’à la porte, il n’avait pas vraiment écouté ses explications. Son ventre gargouillait encore. Même pas le temps d’avaler une bouchée ! Et ce parfum exquis qui flottait dans l’air… Par trois fois il faillit perdre pied et se cogner la tête contre une branche. Il soupira puis donna un dernier petit effort pour rejoindre l’équipe. Celle-ci semblait les avoir aperçu arriver car ils s’étaient retournés et avaient cessé d’avancer. Un sourire apparu sur la demoiselle aux cheveux roses.

[Sayuri] – Bon, on y est presque. Tiens-toi bien devant Saezu, elle est une marchande réputée dans le pays du feu.

Tenson lui répondit d’un bâillement. Non pas qu’il fut désintéressé, mais bien qu’il n’avait pas la force de répondre autre chose. Un fois arrivés, Ginko les accueillit et Tenson, manquant d’originalité, lui offrit la même réponse, une vue en contre-plongée sur sa luette. Sayuri le fit réagir avec un coup de coude dans les côtes qu’il n’était pas prêt d’oublier. Trop tard, la petite explosait.

[Saezu] - Mais c’est quoi encore ces manières ! Vous avez de bien drôles de ninjas à Konoha ! (et beaucoup trop jeunes aussi !)

Tenson ne sut quoi répondre. À sa grande surprise, les autres ne semblèrent pas le moins du monde gênés par la remarque de la dame. Il afficha un air d’incompréhension qui se mariait très bien à ses traits de garçon qui aurait dû rester couché.

[Sayuri] – Bonjour Ginko ! Voici Tenson Saishi. Ne t’inquiète pas ce n’est pas son teint habituel, il a seulement un peu exagéré sur l’entraînement cette nuit…

En effet, il était pâle et faisait presque peur. Heureusement, le tout parvenait à s’estomper sous son visage d’enfant.

[Sayuri] – Je te le confie, c’est sa première mission alors n’en exige pas trop de lui pour l’instant. Mais quand il va s’être réveillé un peu plus, je suis certaine qu’il prendra sa place dans cette équipe. Je dois y aller j’ai un… rendez-vous. Bye, et bonne chance.

Elle s’éloigna dans la direction dont ils étaient arrivés. Il faut dire que son sprint à elle était incomparable à celui d’un jeune Saishi dans les vapes…

Tenson reporta son regard sur les gens autour de lui. Ils avaient l’air de l’observer tous les trois, en des regards légèrement différents. Ses joues s’empourprèrent et il s’empressa de les saluer correctement.

[Tenson] – Euh… Bonjour, je suis Tenson Saishi.

*Ah ! Non mais de quoi j’ai l’air…*

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Lun 4 Aoû - 23:20

Tandis que Ginko continuait à s'occuper de la cliente en lui tenant tête, Riku et Sabi étaient un peu plus tranquilles. Le genin aux cheveux blanc était satisfait et ne cessait de rire doucement aux piques que sa senseï balançait avec désinvolture.

*Elle est quand même super balèze, le pire c'est qu'elle tient Jijobu en respect... *

Soudain, elle se retourna vivement en pointant un doigt, qui soi disant aurait pu être une arme pour elle, vers ses étudiants. Riku fut rapidement soulagé de remarquer qu'il désignait le Uchiha en particulier. Ce qui lui permit de souffler et de sourire à la question puis de rire ouvertement à la remarque suivante.

Toujours les larmes aux yeux, le genin ne put s'empêcher de se sortir du lot. Après tout Sabi ne s'était pas gêné tout à l'heure pour l'accuser de se soulager sur la route. Il parla cependant au bon moment, attendant que Saezu soit suffisamment en colère et réponde assez fort pour ne pas l'écouter.

[Riku] – J'avoue que tu dois avoir super faim pour vouloir un truc comme çà...

Une fois encore, l'autorité de l'argent vit sa fin par un seul geste et deux mots. Au moins Riku était fier que la jounin ne se laisse pas impressionner par ce genre d'intimidation.

*Soit elle est bien au dessus, soit elle ne se rend vraiment pas compte... Ouais, choix numéro deux. *

Ginko les fixait puis son regard se détacha, elle annonça qu'ils étaient suivis. Le genin pensa que c'était impossible, ils avaient réellement pris soin de surveiller leurs arrières durant le début du voyage. Seule solution possible elle jouait, ou alors elle avait un byakugan.

*Ou juste l'intuition féminine ? *

Tous regardèrent dans la direction et attendirent quelques instants avan qu'enfin une silhouette se dessine. Normal que les genin ne l'ait pas perçut la personne était encore hors du champ de surveillance, Ginko-senseï était vraiment terrible.

Riku imaginait mille façon d'engager ce combat qui arrivait bien tôt quand la jounin annonça de qui il s'agissait. Apparemment rien de grave, juste une fille bonne. Riku chuchota à Sabi avec un sourire en coin.

[Riku] – Ca en fera deux comme ça...

Rapidement le genin repéra un deuxième arrivant qui était plus petit et plus jeune. Lorsqu'ils furent à quelques mètres, il put voir un garçon qui devait être étudiant car il n'avait pas de bandeau. Serais-ce lui le troisième ?

*En tout cas il a l'air crevé... *

Riku écouta la conversation et compris la fatigue de Tenson, au moins c'était pour s'entraîner. C'était sa première mission de rang C comme eux en fait, il avait l'air plutôt cool. Et un de plus dans l'équipe c'était toujours agréable.

Sayuri disparut ensuite assez rapidement laissant le garçon seul avec les autres. Il semblait gêné et se présenta à nouveau, en fait il semblait très gêné, Riku décida de le mettre à l'aise et de briser la glace.

[Riku] – Salut Tenson ! Moi c'est Riku, bienvenu dans l'équipe !

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mar 5 Aoû - 13:03

Ah ! Sayuri était si pro et si... jolie ! Belle, même, Ginko n'avait pas peur d'utiliser le mot. Élancée, elle se tenait avec beaucoup d'élégance sur ses deux jambes, solide. Ses yeux étaient posés sur la Jounin qui, en retour, la dévorait littéralement avec une gourmandise clairement revendiquée. Sayuri n'était pas gênée par cette attitude. Oh ! Bien sûr, la première fois, ça l'avait un peu choquée quand Ginko lui avait sauté dans les bras en l'embrassant dans le cou puis lorsqu'elle s'est mise à crier dans la salle des profs puis, par extension, dans tous les couloirs de l'Académie : "J'ai roulé un patin à Sayuriiiiii !"

Ce qui était faux, de surcroît.

Mais Sayuri ne lui en tenait pas rigueur. Elle avait compris - notamment après quelques conversations avec Tsubaki - que Ginko était ainsi, et c'était un état que l'Uchiha acceptait posément.

Ginko n'avait cessé de sourire depuis le début de son interaction avec sa collègue, un grand sourire lumineux, et elle trépignait visiblement à l'idée de la serrer une nouvelle fois dans ses bras pâles. Mais, par miracle, elle se retint - l'observateur avisé aura toutefois remarqué qu'aucun miracle n'est intervenu, c'est simplement que Ginko savourait tellement le moment où elle allait refermer ses bras sur Sayuri qu'elle en oublia de le faire.

La Jounin repartit bien rapidement à Konoha. Elle ne devait s'être levée que pour son étudiant. Quoique, c'était peu probable. Sayuri travaillait vraiment... !

Une idole.

Ginko resta un moment à observer sa collègue repartir, le même sourire bête aux lèvres, alors que Riku tentait une approche sympathique, puis elle finit par poser son regard sur le nouvel arrivant. Elle écarquilla les yeux.

[Ginko] - Mais il est.... TROP mignon !

Elle lui bondit littéralement dessus, et colla sa joue à la sienne, ses bras autour de lui.

[Ginko] - Regardez comme on est beau ensemble ! Prenez une photo vite vite !

Elle se redressa et gloussa.

[Ginko] - Toi je t'épouse dans quelques années.

Elle s'éloigna de quelques pas et s'étira de tout son long, pendant que les autres faisaient connaissances. Saezu les observait un à un, l'oeil luisant d'une colère certaine. Un autre nain pour Ginko. Elle allait ouvrir une collection dans son jardin. Elle partagea sa plaisanterie - qui n'en était pas totalement une dans son esprit - avec Saezu, qui la goûta fort mal et qui promis une nouvelle fois mille morts.

Ce qui fit quand même bien rigoler Ginko.

Elle finit par se tourner vers ses étudiants et adressa un clin d'œil taquin à Tenson avant de leur envoyer une carte.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


[Ginko] - C'est notre trajet mes petits boyz scout ! On s'arrête aux alentours de deux heures dans une auberge - pour boire et danser et tout et tout - Regard furibond de Saezu. Puis à la nuit tombée on dort près de NOS frontières. Normalement, notre équipe est si petite de taille qu'on devrait se faufiler tranquillement même au travers des lignes ennemies.

Elle gloussa puis reprit un air extrêmement sérieux.

[Ginko] - Promis, je marcherai à genoux. Et je baisserai la tête. Je devrais avoir la taille de Shishitoka comme ça.

Elle adressa un sourire radieux à Riku et, oui, presque innocent, puis repartit d'un bon pas dans une direction. Il aurait été imprudent, mais légitime, de lui demander si elle était sûre que c'était la bonne direction.

[Vous pouvez faire du RP de connaissance ou de ce que vous voulez jusqu'à ce qu'on arrive à la taverne, à deux heures de l'après-midi. Il ne se passe rien de transcendant pendant cette première partie du voyage. Si vous avez des questions à poser à Ginko, envoyez-les moi et je vous écrirais les réponses. Si vous avez des questions à me poser, faites le sur le compte d'Akogare Very Happy]

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mer 6 Aoû - 17:56

De plus près, la dénommée Ginko dégageait une aura de bonheur son sourire était encore plus beau que celui de Mlle Reiko ! Ses longs cheveux roses semblaient briller avec les reflets des rayons du soleil qui parvenaient à franchir le feuillage au-dessus de leurs têtes. Pour compléter le portrait, une douce brise chaude les faisait vaguer à un rythme régulier. Alors qu’elle était complètement absorbée par les paroles de Sayuri, un des garçons s’approcha de lui et lui souhaita la bienvenue dans l’équipe. Son teint était semblable à ses cheveux, cachant encore un peu ses signes de fatigue. Il sourit et se gratta le derrière de la tête, une sorte de tic nerveux. Sans crier gare, Ginko se lança sur lui, avant qu’il n’ait pu répondre quoi que ce soit. Il fut d’abord très surpris ! Il faut dire que cette senseï était du style impulsif dans ses élans de joie. Mais elle avait la joue froide et si douce !

[Ginko] - Regardez comme on est beau ensemble ! Prenez une photo vite vite !

Tenson aurait vraiment aimé avoir une photo de ce moment-là… Il sentait qu’il allait passer une excellente mission à ses côtés.

[Ginko] - Toi je t'épouse dans quelques années.

D’abord, il ouvrit grands les yeux, puis émit un petit rire. Mais bon, il ne pouvait pas rougir davantage, ses yeux étaient déjà difficiles à repérer à travers ses joues… Même le blanc était rougit, faute de sommeil. Elle s’éloigna envers Saezu. Il ne la quitta du regard jusqu’à ce qu’un toussotement se fasse entendre dans son dos. Il se retourna brusquement, dans un autre de ces rictus où il avait l’air plus ridicule que timide. Il s’en rendit compte et décida que c’en était assez.

*Bon, cette fois c’est la bonne ! Je vais leur prouver que je suis un humain capable d’autre chose que d’imiter la tomate !*


Il s’adressa alors à Riku d’une voix plus normale que la première fois, sans bégaiement.

[Tenson] – Je suis très content de pouvoir faire partie de cette équipe ! Ensemble, on va faire de notre mieux et on va remplir cette mission ! N’est-ce pas ?

Il avait parlé d’une voix forte et courageuse. C’est là que Ginko revint vers eux, une carte en mains et…

*Est-ce que j’ai bien vu ? Non je dois avoir rêvé… Fini les entraînements comme celui-là…*


Il cligna des yeux à maintes reprises pour s’assurer d’être bel et bien réveillé, ce qui ne l’empêcha pas de reprendre la même couleur que celle du Pays du Feu sur la carte… Avec un peu de chance, ils croiraient tous qu’il avait un coup de soleil au visage. Et voilà qu’elle se lançait dans les explications détaillées du déroulement de la mission. Tenson crépitait d’excitation quand il entendait les mots « lignes ennemies ». Mais il ravisa son expression en même temps que Ginko. Le danger était toujours présent, et ils devaient tous prendre cette mission au sérieux. Mais ils avaient encore le temps de plaisanter, surtout Ginko.

Tenson était maintenant plus réveillé, sa fougue de jeunesse et la senseï magnifique l’ayant aidé à se mettre comme il faut sur pieds. Il sourit en voyant l’expression de Riku face à la plaisanterie. Le Saishi ne comprenait pas vraiment pourquoi elle l’avait appelé Shishitoka, mais peu importe, elle avait regardé dans sa direction en prononçant le nom. Tenson en avait déduit qu’il s’agissait sûrement d’un surnom.

*Moi aussi je veux que Ginko-senseï me donne un surnom !*


Soudain, une question traversa l’esprit de Tenson. Ça concernait Saezu. Il savait qu’elle était une marchande du Pays du Feu, mais pourquoi se rendait-elle dans un autre pays pour commercer ? Et surtout qu’est-ce qu’elle trimbalait dans son sac ? Il s’approcha de Riku et s’assura que la dame qu’ils escortaient ne pouvait pas les entendre. Il ouvrit finalement la bouche dans un murmure discret.

[Tenson] – Hey, qu’est-ce qu’on sait sur Saezu en détails ? Tout ce que je sais c’est qu’elle est une marchande… Il faut dire que je n’ai pas vraiment écouté Sayuri ce matin quand elle m’a tiré du lit…

Pendant ce temps, le garçon aux cheveux noirs s’était rapproché, il avait sûrement remarqué qu’ils discutaient. Peut-être pourrait-il le renseigner, lui aussi. Tenson le salua et l’invita à venir les rejoindre de plus près.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mer 6 Aoû - 18:06

[Saezu] « Viol ? Non mais… Non mais ça va pas oui ! (en plus qu’est-ce qu’ils sont laids et jeunes !) »

Sabi regarda avec interrogation sa jeune sensei. Un sourire s’affichait doucement sur sa bouille de môme. Violer Saezu, quelle idée. Il avait juste sorti ça… comme cela lui était venu. A réfléchir, c’était plutôt étrange. Pourquoi avait-il dit ça ? Il ne s’en souvenait même plus. Saezu ne représentait pas pour lui une femme. C’était une démon. Physique ? Peut-être, il n’y avait jamais fait attention. Son discours si antipathique avait éteint en lui toute envie autre que celle de finir cette mission au plus vite et avec succès. Sur la route de Konoha, tout semblait calme, et il n’y avait pas lieu de s’affoler.

L’Uchiha se rapprocha doucement de la jeune marchande et lui tira doucement la manche.

« Vous savez, à Konoha, le viol est une technique courante de respect envers la femme. Finalement… elle n’est qu’un instrument de l’homme. »

Les yeux injectés de sang de la marchande aux richesses si bien exaltées au monde extérieure se rondirent subitement. Elle regarda l’Uchiha avec une surprise toute naturelle au vu de ses propos. Une espèce de peur mélangé à du dégoût se mêlait alors à un rictus déjà tailladé par l’orgueil. Elle chercha du regard Ginko pour savoir de quoi il s’agissait.

« Non mais elle ne dira rien. Elle est aussi dans le coup. »

« Mais c’est une femme (enfin une femme…) tu ne l’as tout de même pas… »

Son honneur s’effaçait peu à peu face à la douleur d’un voyage qui tournait au vinaigre.

« Ah non, elle ce n’est pas une femme, c’est un travesti. Ce sont les chefs. A Konoha, ils sont tous ainsi. Mais vous ne risquez rien, tant que vous ne nous attaquer nous ne vous ferons rien. Vous êtes quand même l’objectif de notre mission. Vous êtes le paquet cadeau qu’on doit livrer. Mais ils ont pas préciser dans quel état… D’ailleurs j’espère que vous êtes sous garanti, Riku a une fâcheuse tendance à ne jamais écouter les recommandations lors des missions. J’en ai déjà vu marcher en canard hein… Et puis Ginko… j’vous fais pas dire… »

Malgré tous les bijoux qu’elle portait sur elle, Sabi pouvait parier qu’elle faisait le cent mètres plus vite que lui. Aucune de ses chaînes d’or et de bracelets d’argent ne la retiendrait. La richesse n’avait aucune valeur devant la vraie nature de l’homme et il s’en contentait. Bien sûr, tout cela n’était que cirque et rixes.

« Et puis il y a les brigands du pays du Feu qui sont totalement imprégnés de cette culture. »

Gloire, honneur, fierté, pour tomber si bas. Comment avait-elle pu ne pas savoir toutes ces choses-là. Elle voulait justement se protéger de ces maugréants de grand chemins mais elle tombait dans un bled encore pire que les voleurs à deux yens qui circulaient un peu partout entre les villages cachés.

« Je te jure que si tu me touches, petite larve cannibale (et visqueuse) je cri ! »

« A mon avis vous ne devriez pas menacer si fort. »

Son air interrogateur aurait pu faire plier Sabi, mais il devait se retenir. Ce n’était pas dans son habitude de tant parler mais il fallait qu’il calme ses nerfs, et un bon fou rire ne pouvait que raviver la sérénité de l’Uchiha.

« Qui aime bien châtie bien on dit chez nous… Alors si vous châtiez... Vous aimez !»

Son visage masqué par une couche de maquillages commença à transpira. Dégoulinant de produits tous plus chimiques les uns que les autres, elle était encore plus laide qu’avant. Ses atouts de richesses n’avaient plus aucune signification, et cela lui plaisait bien. L’Uchiha peu à peu, dénaturalisait Saezu de sa propre culture de l’argent. Devant la nature humaine, qu’elle bonne ou mauvaise, elle ne valait rien. Elle pouvait toujours payé autant qu’elle le voudrait, le monde arriverait toujours à lui refiler une équipe d’énergumènes tous plus exaspérants les uns que les autres. Et Sabi était sûrement l’élément le moins distrayants dans un voyage.
Elle se baissa pour coller sa tête affreusement sal de produit qui l’avaient rendues propres quelques heures auparavant et chuchotta doucement à son oreilles quelques mots, jetant des regards incertain dans la direction de Riku et Ginko.

« Tu ne feras rien, toi, gentil petit garçon (qui commence à me faire réellement ….) ? »

Le sourire se dessinait machinalement sur le visage de l’Uchiha mais il l’effaça rapidement. Son plaisir était comble.

« Moi ? Non. Je suis un Uchiha, je ne touche pas à n’importe quoi. Mais eux… »

Il laissa un petit temps latent, afin de bien faire monter la pression dans sa petite caboche de marchande pourrie.

« Bien sûr ils nieront tout. Prendre par surprise c’est plus drôle. A mon avis, vous feriez mieux de les ignorer. Si vous continuez à vous la jouer, ils vont pas vous louper. Parfois ça peut faire très mal… »

Elle se releva subitement, alors que Ginko commençait à geindre quelques paroles moribondes comme elle savait si bien le faire. Ils s’arrêtèrent tous et se retournèrent, alors que Sabi rejoignait Riku discrètement. Le genin s’était évidemment aperçu de la courte absence de son ami et il avait bien vu avec quel plaisir malsain il s’attachait peu à peu aux lèvres de l’objet de leur mission. Mais pour le moment quelque chose de plus important avait pris l’attention de Ginko.

« Ca va encore être de notre faute tu vas voir… C’est quoi d’après-toi ? Un lapin ? Un cerf ? Au pire un ours… »

Ils se tournèrent vers la jounin au grand chapeau de clown.

[Ginko] - Bande de nuls ! Vous avez mal regardé, on est suivi.

Sabi leva les sourcils, désespéré, mais se satisfaisait de la situation dans laquelle ils se trouvaient. Finalement, le voyage était loin d’être monotone. Ginko aurait une formidable bête de foire, malheureusement pour pas mal de monde dans Konoha et dans le monde shinobi, elle était ninja, jounin et balèze de surcroît. Il n’y avait rien à dire à cela, et Saezu pouvait ouvrir son clapet, cela ne changerait rien. Autant qu’elle le ferme, alors. Et Sabi s’attachait avec joie à cette tâche qui lui convenait parfaitement. Il avait déjà fait un grand pas dans l’expérimentation du plan Saezu Shoot Up. Le SSU. Quelle bonne idée il avait eu là.

Les deux ombres qui arrivaient à toute allure n’avaient rien du lapin, du cerf, ou même de l’ours. C’est avec surprise qu’il découvrit Sayuri. Il l’avait très peu côtoyé au clan la jeune Uchiha experte en illusion. Le jeune homme qui l’accompagnait et qui semblait avoir leur âge n’avait pas l’air d’être en très bonne forme. Mais Takeshi lui avait longuement parlé de la jeune femme. Il devait être entre de bonnes mains. Enfin il l’espérait. Il ne voulait pas voir arriver un nouveau maillon. Faible en plus de tout. Les relations dans une équipe étaient déjà une chose difficile à gérer, et par bonheur, le tempérament de Ginko, de Riku et du sien donnait une alchimie fort intéressante. Il n’y avait plus qu’à croiser les doigts pour que ce nouvel arrivant, si arrivant il était, ne vienne pas perturber cette sérénité ambiante, mais justement la renforcer. D’ailleurs il ne savait pas vraiment si les deux énergumènes, un petit en retrait et un grand en avant qui semblait presser l’autre, s’arrêteraient ou non.

Le cri déchirant de Ginko lui confirmant qu’ils n’étaient pas des inconnus.

*Elle est bonne ? Elle veut dire quoi là ? Elle m’énerve avec ces adjectifs à double-sens, j’vais me trouver une personnalité de pervers…*

Le soleil montait haut dans le ciel. La matinée avançait bien vite. La mission moins. Effectivement, entre les ardeurs de Ginko, les mauvaises pressions de Saezu, et le désespoir des deux jeunes genins et l’arrivée d’un troisième, Sabi se demandait s’il pouvait encore voir les portes de Konoha qui montaient elles aussi très haut. Mais non, heureusement. Presque soulagé, il se tourna vers le nouvel arrivant. Il n’osa jeter un regard vers l’Uchiha qui amenait Tenson, mais n’en pensait pas moins. Il devait rester intègre de son équipe. Pourtant, au seul moment où il tourna la tête vers elle, elle lui lança un petit sourire. Normalement, il signifiait quelque chose. Mais Sabi ne trouvait pas quoi… La télépathie ne semblait marcher qu’avec Riku.

Il s’installa à côté de Tenson, Riku prisant la droite. Il n’avait pas l’air bien dans son assiette, et l’Uchiha commençait à se demander si leur présence ne l’étouffait pas un peu.

« Oha, moi c’est Sabi. »

Mais le regard qu’il lui lança, et malgré sa fatigue apparente, ne lui annonçait rien de bon. Décrivant une courbe qui passait par la case DMD de Ginko et par la case SSU de Saezu, il avait devant ses yeux un petit bilan de la situation actuelle. Le sourire grand, Ginko semblait un peu fofolle à première vue. Le maquillage goûtant sur ses vêtements, Saezu n’avait besoin que d’un shuriken pour se taillader les veines. Malgré l’étonnement de son coéquipier et de sa senseï, un petit sourire amusé les réconforta sur la situation de la jeune femme. Il se tourna vers ses deux camarades.

« J’vous raconterais plus tard. »

Il tirait la langue à la grande perche d’argent qui essayait tant bien que mal de ne rien faire paraître. Mais plus elle s’essuyait plus cela devenait horrible. Il espérait que finalement la situation précaire de la jeune femme, et l’esprit ouvert des deux genins redonneraient un peu de plaisir à Tenson qui ne semblait pas dans son assiette. Sabi ne voulait pas vraiment savoir ce qui l’avait mis dans cet état-là.

« Avant de penser à après, faudrait peut-être qu’on y aille, Ginko-senseï ? »

Le soleil devenait presque plombant. La chaleur ne lui faisait pas peur, mais il préférait arriver le plus vite possible à cette taverne où ils pourraient prendre quelques secondes au calme… Peut-être même Ginko les laisseraient-ils seuls le temps de réaliser son Doucher Manger Dormir, ce qui ferait le plus grand bien à la senseï, à leur estomacs et à leur nez, aussi…
Dans des élucubrations dont l'Uchiha ne préférait pas avoir en détail, ils se remirent en route. Finalement, la personnalité plutôt attrayante de Ginko avait redonné un semblait de sourire à Tenson, et Sabi s'en contentait. Il préférait ne pas avoir à faire équipe avec un véritable légume aussi insociable que lui-même...Il espérait simplement qu'il ne l'idôlatre, sinon il tomberait encore dans des situations plutôt... délicates. La venue d'un nouvel équipier sembla effrayé quelque peu Saezu mais elle voulait rester à l'écart, ne se sentant plus vraiment en sécurité avec eux. A croire qu'elle s'y sentait avant. Ils passaient tous, et grâce ou à cause de Sabi, de shinobis incompétens à pervers et violeurs en séries. Le bon point, c'est qu'elle n'utilisait plus son ton macabre et insolent envers eux. Mais pour combien de temps ?

"Saezu, c'est une marchande... plutôt riche. On doit la ramener à Ame no Kuni, elle a un petit paquet à porter là-bas. J'en sais pas plus."


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Ven 8 Aoû - 20:33

A peine Riku eut fini de souhaiter la bienvenue à son nouveau coéquipier, Ginko lui sauta dessus. Après qu'elle eut dévoré des yeux Sayuri, le genin se demandait si elle allait réellement manger le jeune Tenson. Apparemment elle craquait pour lui, c'est vrai que son visage un peu plus enfantin et endormi aurait put en attendrir plus d'un. Le genin aux cheveux blanc, lui, préférait savoir comment pensait Tenson pour le juger.

*En tout cas c'est pas un fainéant sinon il ne serait pas dans cet état après un entraînement c'est un bon point ça ! *

Une fois les divagations classiques de la jounin farfelue passées, et un Tenson qui faisait tout pour se retenir de rougir. Chose qu'il réussit plus ou moins bien. Ginko s'écarta pour parler avec Saezu tendis que Sabi se présentait au nouveau venu. Quelques instants plus tard leur Senseï sortit une carte qu'elle lança à son chouchou. Ils purent admirer le programme, l'excitation montait avec les commentaires délurés de la Jounin.

Encore un nouveau nom pour Riku et un sourire toujours aussi mystérieux. Jamais il ne saurait si elle faisait exprès ou si elle ne se souviendrai jamais de son nom. Aucune importance, pour l'instant le genin se concentrait sur la mission. Il savait que Ginko était trop tranquille avec les règles avant qu'elles ne soient vraiment utiles mais Riku aurait préféré mettre les choses au point avec ses équipiers.

*Mieux on est préparés, mieux on réagira en cas de crise... *

Tenson glissa une question au sujet du colis qu'ils devaient emmener, Riku ne pouvait pas y répondre et Sabi donna les maigres informations dont il disposait.

[Riku] – Après tout le plus important c'est de l'emmener à bon port, moi je me demnde plutôt quelle formation on devais adopter... Je vous fais part de mon idée, en cas d'attaque, le mieux est que nous protégions Saezu et que Ginko s'occupe des assaillants. Si par un de ses caprices ou un coup du destin elle ne pourrait pas s'en occuper je propose que Sabi parte en première ligne et moi en soutient.

Le genin se tourna vers Tenson avec un regard sérieux.

[Riku] – Toi tu devras protéger Saezu du mieux possible, ce n'est pas que je te crois incapable de te battre, mais seulement Sabi et moi nous connaissons assez bien donc il serait plus facile de nous battre ensemble. Cependant tu devra assurer seul la protection de notre cliente chose délicate, au pire tu fuis avec elle et tu la caches...

Le genin se gratta derrière la tête en riant de bon coeur, ses cheveux blancs lui tombèrent devant les yeux, il les chassa et ajouta.

[Riku] – Je sais pas pourquoi je me fais tant de films mais c'est juste au cas où normalement on vas passer comme une lettre à la poste !

Ils reprirent la route en directions des lignes ennemie, la route était longue mais rien ne pouvait leur permettre de s'ennuyer. Leurs blagues entre eux, l'attitude gamine de Ginko-senseï, les sautes d'humeur de la cliente bref que du bonheur. Riku tout en prêtant attention à leur sécurité se laisser emporter par le flot de ses pensées. Il pensait de plus en plus aux filles depuis l'événement avec Kaoru, il pensait aussi aux prochains jutsus qu'il voulait apprendre, au jour où il visiterait son village natal, aux rumeurs sur le prochain chuunin exam bref tous les tracas de shinobi en herbe lui passait par la tête.

Riku tira Sadame hors de son fourreau et trancha dans le vide, coupant toutes ces pensées qui occupaient son esprit à autre chose que la mission. Une fois son katana en main, il ne pensait à rien. Il effectua quelques frappes dans le vide pour s'échauffer et rengaina Sadame, l'esprit léger.

Ils n'étaient pas encore arrivés à la fameuse auberge mais déjà Riku voyait Ginko lui enseigner des techniques. Son estomac lui fit mal.

[Riku] – Raaaaaaaaaaaahhhhh j'ai faim...

La bonne humeur était dans l'air et la mission, sa première de rang C se passait bien, que demander de plus à part un bon bol de ramen...

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Ven 8 Aoû - 22:32

Leurs pieds fouettaient le sol avec une vigueur surprenante. Effectivement, il faisait bon vivre dans une équipe quelque peu remanié pour l'occasion. Tenson était apparu, accompagné de Sayuri, qui avait disparu quelques secondes plus tard, au plus grand dame de Ginko, qui avait reporté toute son affection et son intérêt sur le jeune homme aux cheveux blancs. Il n'y avait pas à comprendre le petit bout de femme, elle faisait toujours ainsi : Riku changeait trois fois de noms par heure, Sabi restait un genin dans l'ignorance, et Tenson un beau gosse en puissance, un marié de la première lune, un fiancé de la seconde. Oui, Ginko fait toujours tout à l'envers, après elle remet à l'endroit. Du moins on l'aidait.

Il pensait à tous ses amis, à sa famille. Avait-elle une famille ? Sûrement, quelle question stupide. Son copain ? Sabi sourit à cette idée saugrenue. Malgrès le physique non-négligeable de la jounin, il fallait être suicidaire. Ou ne pas tenir compte de la vie. Mouaip. En gros devait suffir d'être dans le même trip qu'elle. Et pour Sabi, cela semblait inimaginable.

*Il ne peut exister qu'une seule et unique personne ainsi en ce monde !*

D'un côté il l'espérait. De l'autre, Ginko était finalement une formidable senseî, chez qui le monotone n'existait pas. La joie de vivre éternelle, elle transformerait un homme. Alors ils continuaient de marcher le sourire aux lèvre, la joie au coeur, et leur respiration confiante. Quelques pensées passaient par-ci, d'autres par-là, mais il était clair que jusqu'à la frontière du pays du feu, ils ne risquaient pas grand chose. De toute manière, Saezu n'avait pas une grande importance pour eux. Mais il devait se rappeller à l'ordre régulièrement. Peut-être que la personne était totalement inintéressante. Mais c'était leur mission et ils devaient la mener à bout.

Dans un éclair de lucidité, Riku faisait un point important de la situation dans laquelle ils étaient. Ce qu'il faisait avec des paroles, Sabi essayait de se l'imaginer. Comment réagiraient-ils en cas d'attaque ? De front ? Trop facile ? Les flanx étaient sûrement les points les plus fragiles. Mais finalement l'arrière restait une possibilité tout aussi probable puisque impensable. Sayuri et Tenson n'étaient-ils pas arrivé de ce côté-ci, sans que ni Riku ni Sabi ne s'en aperçoive ? Il fallait qu'il mette ça au clair. Ginko était un atout majeur. Mais dans son esprit il devait l'oublier. Faire sans. Non pas parce que c'est ainsi que cela se passerait. Simplement pour apprendre à voir les choses dans leur pire évolution.

*Ginko... prise de passion pour un rouge-gorge en ruth s'en va voler dans les bois... Que fait-on ?*

Il dessinait dans son esprit Saezu, au centre. Un chemin tracé, évidemment, ils ne pouvaient se permettre de passer en forêt. Elle meuglerait, encore. Ensuite, ils étaient trois à se répartir. Sabi, Riku, et Tenson. Ce dernier, de par son état physique actuel et son avancement dans l'entraînement semblait le plus fragile des trois. Même si Sabi restait évidemment une épinde dans le pied de l'équipe. Riku était donc le leader sans conteste de l'équipe, en terme de niveau. Et s'il n'était pas un adepte du corps à corps pur, Sabi savait qu'il avait toutes les cartes en main pour réussir soit à chasser son adversaire du corps à corps afin qu'un autre prenne position, soit à contre carrément. Il le savait, simplement parce qu'il en avait fait les frais. Il aurait donc mis Riku en pointe. Mais cela signifiait que Sabi devait être au milieu afin de pouvoir se pointer au contact très vite. Le problème résidait que Tenson, en temps que pièce maîtresse, devait le plus sûrement rester au centre. Le schéma semblait complexe.

"C'est sûrement mieux ainsi oui."

Il sortait à peine de ses pensées, réveillant quelque sa propre attention. Riku avait amené le sujet, il allait donc leur exposer ce qu'il en pensait.

"Tenson resterait toujours avec Saezu. C'est certainement pas un cadeau... mais c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Moi en pointe, et Riku en fin de colonne. Etant donné que nous sommes quatre et non trois, on pourrait former un triangle avec Ginko et toi sur les côtés en retrait, moi en pointe. Tenson et Saezu se situeraient au centre. Dans tous les cas, il faut qu'on arrive au schéma le plus avantageux pour nous, c'est à dire moi au contact et Riku en soutient de distance ou mi-distance."

Il réfléchit, levant les yeux vers le ciel, décrivant d'un bref passage les quelques nuages tirés par le vent. Le chemin était droit mais engouffré dans une épaisse forêt. Regardant la position du soleil, il en conclut qu'ils ne devaient plus être très loin de l'auberge. Saezu commençait à s'exciter un peu, ne voyant pas le temps passer, et sa destination si lointaine encore.

[Saezu] "C'est pas possible c'est des limaces, ils peuvent pas aller plus vite ! Je vais être en retard moi (et cela va faire depuis ce matin que je ne me suis pas lavé les mains j'ai hoooooorreur de ça bouh !)"

Cependant la jeune marchande parlait dans sa barbe et n'osait plus provoquer de front. De toute manière elle n'avait plus trop le choix. Ils étaient bien trop loin de Konoha et ils n'allaient pas aussi lentement qu'elle voulait bien le faire croire. Seulement elle n'y connaissait rien. Peut-être n'avait-elle pas l'habitude de marcher...

"A mon avis, si on a des soucis, le mieux est de s'éparpiller dans la forêt. Mais il faut toujours qu'il y est quelqu'un avec Saezu, Tenson à ce moment-là. Et puis on se retrouvera toujours, il suffirait de laisser des indices, des p'tits trucs du genre."

Ils continuèrent leur marche alors que le soleil dorait un peu plus leur peau. Ginko continuait de faire ses frasques, jouant de sa personnalité pour espionner les trois genin dans leur complot contre on ne sait quel projet. Jouer la comédie était quelque chose que la jounin semblait apprécier faire et avec un sérieux sans pareil. La difficulté restait de savoir à quel moment elle la jouait, ou non. Mais elle ne cessait de tourner autour d'eux, chahutant de temps en temps Saezu, pour lui rappeller qu'elle était toujours présente. Sabi réfléchissait, comme ses deux camarades.

"Dis Tenson-kun, dans quel style de combat t'es accès en fait ?"


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Dim 10 Aoû - 20:30

La discussion sur le sujet de la défense et de la tactique semblait avoir intéressé l’équipe. Il y eut un petit débat, où chacun écoutait le point de vue des autres et qui fut assez constructeur. Les liens se formaient et chacun trouvait sa place au sein de l’équipe, les shinobi étaient en mission et tenaient leur place.

La route continua toujours de la même manière, chacun remplissant son rôle en fonction de son caractère. Ginko virevoltant de ci de là à l’affût du moindre petit amusement, Saezu faisant des reproches toujours aussi méchant mais on pouvait noter qu’elle ne les adressait plus directement aux concernés. En effet elle les laissait tomber comme des parchemins explosifs, mais les shinobi avaient appris à ne pas réagir et laisser la jounin déjantée la remettre à sa place. Sabi scrutait et pensait, Tenson baillait et marchait.

Rien d’anormal, un beau soleil haut dans le ciel une petite brise fraîche et agréable, la mission de rêve. En plus ils arriveraient bientôt, il le savait car il était bientôt l’heure que Ginko avait annoncée. Tout s’était déroulé comme prévu pour l’instant, sans aucunes embûches.

* Je vais pouvoir commencer à la travailler dès maintenant si je veux réussir à obtenir quelque chose, bon on y va… *

Riku rattrapa sa senseï en quelques instants et commença à lui parler de tout et de rien. Dans un premier temps il parla de la mission, qu’il était content que tout se déroule bien malgré le caractère de Saezu enfin Jijobu. Il entama ensuite le sujet du programme de l’après midi, durant laquelle ils risquaient de s’ennuyer s’ils ne faisaient rien.

[Riku] – Voilà Senseï, je me demandais si vous pourriez nous apprendre des nouvelles techniques pendant l’après midi histoire que l’on s’amuse un peu. Bien sûr on gardera un œil sur Saezu car on n’oublie pas l’objectif de la mission pour autant.

[Ginko] - Oh, bof, Tekkakashika... Moi j'ai envie de danser, de manger, de dormir, de chanter, de crier, de dormir, de danser, de manger, de... J'suis sûre qu'on va danser ensemble Tekka !

[Riku] – D’accord, de toute façon on aura beaucoup de temps donc on pourra manger et danser ensemble.

Riku fit un sourire complice à sa senseï en souvenir de l’apprentissage de Mikazuki no Mai, durant lequel ils avaient dansé ensemble. Il essayerait de faire mieux cette fois.

Le genin aux cheveux blanc ne savait pas ce qu’en dirais la Jounin mais bon de toute façon il la harcèlerait jusqu'à satisfaction. Il comptait bien rentrer à Konoha en maîtrisant soit une nouvelle technique au katana, soit en parvenant à se téléporter comme les ninjas de haut rang ou en parvenant à puiser dans ses réserves de chakra avec le maximum d’efficacité.

* Au pire ça je pourrais le travailler tout seul elle le faisait aussi avec Tsubaki… les crocs des flots c’était ça leur surnom ? Ouais un truc dans le genre… J’aimerais bien que nous aussi on ait un surnom pour l’équipe… *

La route les amena enfin à l’auberge, tous semblèrent soulagés sauf Saezu qui boudait et ronchonnait sur la nécessité de continuer et gagner du temps, car le temps c’est de l’argent. Riku la pris en pitié car elle ne comprenait l’importance du plan de Ginko, en effet la jounin bien qu’étant quelque peu folle savait utiliser les atouts du timing. Il paraissait évident pour le ninja que passer les lignes ennemies en plein après midi était risqué, il s’expliqua auprès de Saezu.

[Riku] – Vous savez, si on passe les frontières en plein après midi on tombera plus facilement sur un contrôle que demain matin… Vous comprenez ? Je pense que vous ne voudriez pas que tous les brigands non plus soient informés du passage d’un paquet sous escorte… en gros restons discret au mieux.

Le ton était franc et sans agressivité mais le genin préféra s’éloigner avant qu’elle trouve quelque chose à redire. De toute façon, juste après l’objectif de la mission il y avait l’objectif personnel qui lui trottait dans sa tête, manger… et aussi apprendre une technique mais ça après manger.

[Riku] – Tenson ! Sabi ! Vous en pensez quoi vous d’apprendre des techniques ce serait marrant et ça nous occuperait non ?

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Lun 11 Aoû - 16:22

Le soleil tapait sec. Sur leur fins visages, quelques rougeurs apparaissaient avec facilité. Sabi commençait à se rendre compte que cela faisait plusieurs heures qu'ils étaient sortis de Konoha et commençait à réaliser qu'ils étaient vraiment partis. C'était leur première mission de Rang C. Du moins à Riku et à lui. Se retrouver si loin du village si loin, de toutes leurs habitudes, de l'académie, de tous leurs professeurs, et finalement le grand air du large lui allait si bien. Il respirait à plein poumon ce plaisir pourtant dangereux, de sortir, d'être lâcher dans une nature sauvage mais su magnifique. Marcher le coeur libre, l'esprit léger.

Mais il ne devait pas oublier pourquoi ils étaient sur cette route. Et quelques instants après il se replongeait dans une concentration sereine et dans une attitude de sérieux irréprochable. Il ne pouvait éviter un incident, il voulait juste puovoir le prévoir le plus à l'avance possible.

L'équipe était finalement étrangement calme. Et malgrés lessautes d'humeur maintenant discrètes de Jigobu, et le caractère si particulier de Ginko, tous s'étaient plongé dans cette mission à fond.

*Jigobu... C'est mignon, ça fait grosses joues bien rondes.*

Il sourit à cette pensée étrange. Riku continuait d'entretenir de proches relations avec leur senseï, relations que Sabi n'avait pas encore avec sa senseï. C'était sûrement de sa faute, elle n'était fermé à personne, bien au contraire. Mais il s'en contentait. Il ne voulait pas plus que ça rentrer dans un quelconque délire avec elle, bien que cela lui remontait parfois le coeur. Riku quant à lui semblait très complice, malgrés l'oubli régulier de son nom. Il paraissait même avoir déjà acquis certaines techniques avec la jounin.

*Chouchou !*

Il les regarda blablater tranquillement et l'entente qu'ils affichaient sortaient l'équipe du lot. Un esprit d'équipe finalement à toute épreuve. Puis il suivit du regard Riku mettre en garde Saezu de toute perversion vocale de sa part. Sabi avait déjà fait sa part de buolot sur la peur qu'ils devaient entretenir quant à la riche marchange. Puis ils se retrouvèrent enfin tous les trois. Ils avaient déblatérer des stratégies possibles, mais étant encore dans le pays du feu il n'en adoptait encore aucune. En fait, ils ne risquaient pas grand chose ici, il fallait être fou pour s'aventurer si près du village de Konoha. Mais une fois passé la frontière...

[Sabi] "Apprendre des techniques ? J'croyais qu'on devait rester discret ? Si on reste une heure ou deux à l'auberge je compte bien m'entraîner un peu. L'exercice me manque !"

Effectivement, son dernier entraînement remontait à la veille du départ. Et il se rendait compte qu'il consistuait un rite important du programme de sa journée.


Une heure passa et ils arrivèrent enfin en vue de l'auberge susnommé par Ginko. Celle-ci était toute joyeuse de trouver un endroit où elle pourrait enfin dormir un peu, manger, puis se doucher, danser, enfin faire tout ce qu'elle voudrait. Elle avait tant à faire... Ils passèrent les portes de la grande demeure qui délimitait le Pays du feu de celui d'Ame No Kuni. Ils trouvèrent un joli ammeublement en bois, où ils purent s'installer. Sabi ne se sentait pas fatiguer du tout. Il posa son sac et ressortit, regardant avec plaisir le ciel bleu qui se targuait d'oppulence. Il respira à fond et se détendit. Puis, il ferma les yeux et se mit en position de combat. Les jambes l'une à côté de l'autre, les bras tendus et légèrement levé il enchaîna quelques action,s dans une fluidité qu'il voulait des plus parfaite possible. Son style de combat n'était pas accès sur la force brute mais bien sur l'agilité et la vitesse. Il ne savait pas si cela payerait mais il en était ainsi, il jouissait d'une dextérité innée dont il aimait utiliser toute sa vertu. Puis, au bout d'une heure d'entraînement, il rejoignit l'intérieur où il se rafraichissa à l'eau pure. Le barman semblait être quelqu'un de toute confiance et ses joues rosées montraient un personnage fort simpatique. Ils se réapprovisionnèrent puis se préparèrent à repartir. Ginko avait bien dit qu'ils se rapprocheraient le plus possible de la frontière pour dormir. Cependant, il commençait à désespérer de la voir s'être assoupi légèrement avant le bivouac prévu... Les lits de l'auberge semblaient si confortables...



[Je vous laisse ici et vous souhaite une bonne continuation dans la mission. Si elle n'est pas terminé d'ici une quinzaine de jours, je reprendrais part à cette formidable aventure. Je vous souhait bonne chance.

S'il y a une problème de cohérence avec mon RP, Ako n'hésite pas à m'en faire part. J'éditerais... ou tu peux même éditer toi-même si jamais j'suis déjà parti =)]


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Lun 11 Aoû - 19:05

SAEZU - L'Auberge


Ginko s'était passionnée pour un papillon. Elle lui avait couru après avec un acharnement certain, alors que cela ne faisait qu'une vingtaine de minutes que les hautes portes de Konoha étaient hors de vue. C'était un Monarche. Elle connaissait le nom, et elle le criait pendant qu'elle s'épuisait à le rattraper. Elle avait fini par refermer ses doigts dessus, sans le blesser, puis gloussant comme une petite fille, le laissa filer. Elle s'essuya le pollen sur le torse de Saezu, puis repartit en tête de colonne.

Enfin, "colone"... Ginko n'avait pas jugé utile de mettre en ordre ses élèves, elle les laissait discuter à ce sujet sans s'en soucier. Après tout, elle était bien placée pour savoir qu'ils ne couraient aucun danger. Le voyage se poursuivit sans heurts, Ginko ne participait pas vraiment à la vie de l'équipe, toute occupée à s'amuser toute seule avec son environnement. Parfois, elle s'arrêtait pendant de longues minutes, prostrée devant une fleur à la forme étrange, ou encore contre un arbre. Pour rire, il lui arrivait de prendre énormément d'avance puis de s'adosser à un arbre et faire semblant de dormir.

Mais la plupart du temps, elle ne faisait même pas semblant.

Ginko écouta avec intérêt Riku. La perspective de devoir ENCORE enseigner une technique à un élève l'épuisait d'avance. Il était bien mignon, mais quand est-ce qu'il allait lui apprendre quelque chose, lui ? Tiens, est-ce qu'il sait chasser les papillons, hein ? Hé non ! C'était Ginko qui avait appris ça toute seule, pendant de longues journées solitaires en compagnie de personne inintéressantes et plates et ternes et pas rigolotes.

Dès que l'auberge fut en vue, Ginko sautilla sur place, la désigna à grands renforts de mouvement du bras, et fila à l'intérieur. Elle se jeta - littéralement - aux bras du tenancier, et l'embrassa goûlement sur les deux joues, avant de s'apercevoir que ce n'était pas la même personne que d'habitude.

[Tenancier] - J'adore les clientes de mon père...

Ginko gloussa. Elle ne savait pas pourquoi, mais ça lui avait l'air drôle. Elle choisit une table, à côté d'une fine tablée d'ivrognes. Il y avait bel et bien un petit groupe qui se produisait, et la Jounin adressait des clins d'œil de plus en plus appuyé au petit guitariste mignon. Elle fit s'asseoir ses étudiants : Tenson à côté d'elle ("Parce que t'es trop chou et que tu vas me faire trop bien digéré et que tu m'as l'air tout fatigué et que je vais te donner un petit remontant"), Riku face à elle, côté mur - ils étaient sur le bord de la table le plus proche des chanteurs - et Sabi de l'autre côté, même si celui-ci ne tarda pas à s'éclipser pour s'entraîner. Ginko fit la moue.

[Ginko] - Pff... Vous pensez qu'à ça.

Le propriétaire - ou plutôt, le fils du propriétaire, comme il l'en avait averti - arriva avec les cartes pour commander.

[Ginko] - Je meeeurs de faim !

Elle lui arracha presque la carte des mains puis il repartit pour les laisser choisir. Ginko balançait les jambes, tout occupée à regarder autour d'elle, avec de grands yeux vert étonnés. Elle finit par s'amuser à taper les jambes de Riku avec ses pieds, et cela la fit glousser pendant deux bonnes minutes.

Le tenancier revint, un petit carnet en main, et Ginko lui adressa un sourire radieux.

[Ginko] - Alors moi je vais prendre des Tempura, des Korokke, des Kushiage, des Teppaaaaaaaanyaki - au moins douze, hein, ça se mange troooop vite - des Yagitori - trois - du riz au cury, du riz au soja, des Onigiri, du Katsudon. Hmm... Et ça aussi, je sais pas le nom, et ça, ça, ça, ça, puis ça. En dessert je prends ça, ça et ça - euh, non, ça j'aime pas, c'est un peu lourd sur mon petit estomac - puis ça aussi ! Trop bon, je vous le conseille. Pour accompagner, je vous prendrais quatre grandes bouteilles d'eau. Une chacuuuuuuuun mes choupinets !

Elle se tut finalement, un terrible sourire aux lèvres, puis demanda tranquillement :

[Ginko] - Et vous vous prenez quoi ?

Ginko fixait les chanteurs avec de plus en plus d'insistance. Sûr, elle allait danser aujourd'hui. Mais il y avait cette table, là, trois hommes, sombres comme la mort - huhu, l'image la fit rire - et qui la fixait. Ou semblait la fixer. Elle leur tira la langue puis reporta son attention sur Riku, et Tenson, qu'elle serra contre elle sans prévenir avant de se mettre à faire un jeu de rythme sur la table avec ses baguettes et son bol.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Lun 11 Aoû - 22:05

Sabi resserra tranquillement son sac. Il aurait pu siffloter tellement il se sentait bien. Serein, le genin s'autorisait une petite pause dans ce qu'on pourrait appeler un entraînement mais qui n'était qu'en fait une simple remise en forme. Il regardait Saezu, incrédule devant le tumulte de l'auberge, qui devait sûrement passer des heures aux maquillages, sans comprendre qu'elle n'était pas belle et que même avec deux centimètres d'épaisseur d'un produit méchamment agressif pour la peau elle ne serait TOUJOURS pas belle. Cette pensée eu pour subite réaction de se dire qu'il était nul, et que même s'il s'entraînait durant des heures... il serait toujours aussi nul.

*Noon, elle, elle est spéciale...*

Il venait de casser lui-même son moment de plaisir. C'était fou comment il arrivait à se descendre lui-même. C'était pas possible, toujours la même chose. Pourtant se moquer de Saezu était une chose souvent rassurante, presque jouissif, et qui redonnait du baume au coeur.

Il regardait rapidement à l'intérieur de l'auberge. L'ambiance était bonne enfant, la chaleur humaine cependant un peu trop élevée. Il savait Ginko danseuse, il n'osait dire bonne. Mais elle y mettait du plaisir à l'ouvrage. Alors si en plus elle devait s'attacher les services d'un garçon, sûrement fort gentil, sûrement tout mignon, ils devraient encore patienter durant des heures. Le pauvre. Elle en serait capable en plus.

*Mais qu'est-ce qu'ils font ?*

Il passa la tête par la porte, et le corps toujours en dehors de la sombre taverne aux coeurs souriants et aux sourires heureux, se pencha en avant pour essayer d'apercevoir ses compagnons sur le qui-vive. Que ne fut pas sa surprise lorsqu'il les découvrit... attablé devant de nombreux plats, Ginko mangeant sans peine trois éléphants et deux lions, sauce barbecue. Sans oublier le dessert. Cette femme, enfin femme... était vraiment... extraordinaire, c'était le terme oui. Se demander comment elle arrivait à soudoyer si magistralement ses propres élèves seraient une interrogations pleine de subtilité. Savoir comment elle arriver à tout digérer si rapidement, sans craindre d’être prise d’une crampe d’estomac relevait d’un tout autre problème. Devant ses yeux exorbité, Sabi regardait avec envie toutes ses saveurs lui passer sous les yeux, les odeurs de piments et d’épices lui remonté jusqu’au cerveau. Cela lui donnait presque envie.

*Merde, j’étais prêt à partir moi…*

Il pénétra finalement dans la grande salle, dévisageant avec une stupide curiosité quant à la qualité des musiciens. Il n'avait pas beaucoup de chemin à faire, il lui suffisait de suivre l'odeur alléchante qui lui dessinait un tracé net et concis de la tablé à laquelle il devait se joindre. En le voyant arrivé, Ginko fit un large sourire, comme soulagée que son élève ne s'entraîne pas plus longtemps. Louche... Il ne connaissait pas l'art culinaire du shinobi, soit, aujourd'hui, pour elle, et pour son estomac criant de faim, il apprendrait sagement. Il s'assit à côté de Riku, à sa place initiale, et, laissant son sac tomber à côté de lui, il s'emprit de la carte. Tous ces noms marqués au feutre gras lui donnait envie, mais que choisir en délectation et grossièreté d'appétit. Ginko avait son choix. A moins qu'un jounin de sa classe ne puisse mêler les deux à la fois. Alors il la respecterait comme son véritable maître.

[Sabi] "Aoutch !"

Son cri de douleur mis un blanc à la table, tous se demandant ce qui lui arrivait pour qu'il cri ainsi, sans aucune raison apparente. Sabi se pencha, regarda l'origine de ce qui venait de lui shouter le tibia, et comprit avec amusement que Ginko continuait à faire du pieds à Riku, qui du haut de ses quinze ans semblait apprécier le jeu. Se rendant compte de l'importance de la révélation, il rougit allègrement et lâcha un léger :

[Sabi] "Pardon..."

Qui voulait tout dire. Ginko elle ne s'en souciait pas.

[Tenancier] "Dites, j'ai beaucoup de monde moi ce soir..."

Sabi se retourna pour épier la salle : elle n'était pas entièrement rempli. Mais il avait compris le message. Le tenancier déjà honoré en mal de se retrouver avec cette équipe burlesque n'avait apparemment pas envie de rester toute sa soirée à servir une seule assiette. Parce que devant la puissance de Ginko, eux comptaient pour du beuure.

*C'est son cuistot qui va être content*

Il réfléchit quelques secondes, essayant de se remémorer ce que la jounin avait pris. Il se rendit vite compte que c'était impossible et chercha par lui-même un plat qui lui plairait. Il s'arrêta machinalement devant son plat favori. C'était tentant. Peut-être même le cuisinaient-il magnifiquement bien. Mais il pourrait au moins goûter autre chose. Il se retourna une nouvelle fois vers le bonhomme, et son regard, mélange de supplice, de nervosité et de colère lui indiquait le chemin à prendre.

[Sabi] "Pour moi des ramens aux oignons frits s'il vous plait. Et les toilettes, c'est par où ?"

Il semblait gonfler, mais il en avait trop envie. Le bonhomme lui indiqua avec une politesse hypocrite la direction du doigt, et continua de prendre la commande. Puis il put enfin être libéré et s'activa à faire parvenir son petit bout de papier mâché à son collègue aux fourneaux. En espérant que ça traîne pas, en passant. Sabi jeta un oeil à son équipe, qui semblait enjoyé d'un tel repas. Saezu, seule, ruminait quelques mots. Elle ne voyait sûrement pas le bout de son voyage. D'ailleurs, Sabi était bien le seul à s'en préoccuper. Comme s'il ne pouvait rien lui arriver. Il laissa la marchande de son côté et se reconcentra sur le travail d'équipe, qui maintenant consistait en un pur travail de communication.

[Sabi] "Dites Ginko-senseï, si vous mangez tout..."

Son large sourire laissait un insupportable suspens. Il en disait long. Il n'avait pas voulu terminer sa phrase, comme pour provoquer la jounin. Ce qu'il faisait admirablement bien. Riant déjà de sa propre connerie, il était naturellement suivi par ses deux coéquipiers qui savaient qu'il s'aventurait sur des terrains périlleux. Mais il avait déjà prévu la porte de sortie. Il se leva, et le sourire toujours aux lèvres, il se dirigea vers les chiottes, du moins là où lui avait indiqué le bonhomme.

[Sabi] "J'reviens."

Il traversa la grande salle au doux son des quelques instruments et slaloma entre les chaises et les tables. Plusieurs fois il croisa le tenancier qui grommelait de voir ce gamin entre ses pattes. Puis il passa devant une table relativement à l'écart, un peu sombre, et qui aurait pu donner la chaire de poule. Si Ginko les avait remarqué sans en prendre attention, Sabi les découvrait avec une certaine appréhension. Ils n'avaient pas l'air commodes, et leur air sérieux dans un lieu aussi ludique était déjà suspect.

*Qu'est-ce qu'ils font là eux ?*

Il avait l'impression pourtant, que malgré leur air bizarre, ils apportaient un étrange attachement au genin. Si terroriser les mecs qui allaient aux chiottes étaient amusant, Sabi se demandait pourquoi il n'y avait pas pensé plus tôt. Leur regard devenait presque insupportable mais s'ils faisaient tout pour qu'on ne s'en aperçoive pas. Leur position dans l'auberge était déjà suspecte, presque flagrante. Mais finalement, les gens font ce qu'ils veulent dans la vie. Sabi avait le sourire, sa mission se déroulait avec, pour le moment, un franc succès, il n'allait pas se prendre la tête pour trois types un peu louches.

Il pénétra dans les chiottes et s'abaissa devant l'évier. Laissant l'eau tourner sans même mettre les mains dessous, il se dévisageait dans le miroir. D'un seul coup, tout son passé revenait, il remontait comme un geyser inarrêtable. Pourquoi tant de souvenirs ? Sa fuite, du Domaine. Son squat chez Riku, qui devint ensuite son voisin. Tous ces bons moments passés ensemble. Zaka baka, le déclic d'une vie meilleure. Et puis ce nom qui s'évaporait de ses pensées. Uchiha. Il n'était plus, Uchiha. Il était simplement Sabi. Il avait pensé à prendre un autre patronyme, mais il ne pouvait renier ses origines. S'il en avait oublié la saveur, la consistance, il avait toujours cet oeil maudit qui lui délivrait une puissance sans nom. Il ne pouvait pas non plus tirer un trait sur Keïko-san, et Sayuri-chan. Parce qu'eux l'avaient compris. Il ne les connaissait pas énormément, mais ils ne s'attardaient pas sur une formation morale, sur des valeurs qui ne lui correspondaient pas. Alors non, il ne pouvait remplacer Uchiha. Il le dissimulait, simplement. Parce qu'il n'en avait ni la culture, ni le ressenti, ni le caractère. Il sourit tranquillement à son propre reflet.

Il repassa en vitesse devant les trois autres guignols qui le dévisagèrent avec la même attention. Il s'assit doucement sur le banc, tirant brièvement la langue à Riku, jetant un oeil compatissant à Tenson. L'ambiance intérieure était telle que dehors on avait l'impression qu'il faisait nuit.

*Où est passée Saezu ? ...*


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Lun 11 Aoû - 22:10

Ils entrèrent enfin dans l'auberge à l'allure chaleureuse, Ginko fit une fois de plus des siennes en allant embrasser le gérant sur les joues. Puis elle choisit une table à côté d'un groupe pas très net et déjà bien imbibé. Plus loin, un petit groupe jouait une musique d'ambiance bien sympathique et voyant la réaction de la jounin envers le guitariste, Riku s'étonna qu'elle n'aille pas chanter et danser directement avec eux.

Riku s'assit le plus proche du mur et des musiciens, c'était le choix de sa senseï il ne savait pas pourquoi mais mieux ne valait pas la contrarier. Sabi partit s'entraîner très peu de temps après, peut être n'avait-il pas faim. Ce qui rappela instantanément à Riku qu'il devait continuer à persécuter sa senseï pour qu'elle lui enseigne une nouvelle technique.

*Bon je sais pas comment je vais m'y prendre pour la faire craquer... *

La jounin ronchonna en voyant Sabi partir ce qui stoppa les intentions du genin aux cheveux blancs. En plus les cartes pour commander arrivaient enfin et Riku avait la dalle. En tout cas pas autant que Ginko, vu comment elle arracha la carte. Elle donnait des petits coups de pieds dans les jambes du genin qui commença à croire qu'elle lui faisait du pied, en plus cela la faisait rire elle était irrécupérable, vraiment.

Sabi qui était juste revenu trouva moyen de rendre son camarade encore plus gêné mais bon c'était involontaire.

Elle se décida enfin à dévaliser les stocks de nourriture en commandant de tout en grande quantité. Le pauvre serveur devait avoir du mal à noter tout sur son petit bout de papier, en y rajoutant le fait qu'elle parlait à une vitesse folle. Lorsqu'elle eut fini il écrivait encore, Ginko souriait comme si elle savourait d'avance les plats.

*Aaahh... J'ai bien fait d'oublier de l'inviter à manger l'autre jour... *

Riku réfléchissait à ce qu'il pourrait bien commander tout en regardant dans la direction où pointaient les yeux verts de sa senseï. Les trois types louches semblaient la dévisager, portant sur elle un regard insolent. Cependant le genin n'approuva pas du tout la réaction de la jounin, tirer la langue c'était comme les provoquer.

*Après tout c'est pas elle qui risque d'y laisser des dents... *

Tandis que Ginko battait la mesure avec le groupe, Riku commanda des boulettes de boeuf et du riz en quantité suffisante mais risible comparé à tout ce que Ginko avait prit. Il détourna son attention sur l'endroit ou se trouvait Saezu, il n'avait pas oublié sa mission pour autant. Elle se trouvait quelques tables plus loin, seule, en train de déverser la rage accumulée lors du chemin sur un autre pauvre serveur.

*Cette femme est vraiment horrible... *

En se retournant face à la table, Riku fit tomber ses baguettes et s'empressa de les attraper. Cependant lorsqu'il passa la tête sous la table, et tendis le bras, il eut le malheur de détourner le regard de son objectif et vit sous la jupe très courte de Ginko. En même temps quelle femme ne croiserait pas les jambes assise avec une telle jupe, à part elle. Riku remonta, tout rouge, ce n'était pas le moment d'aller danser avec elle comme il l'avait prévu plus tôt. Cependant il faudrait bien l'amadouer pour qu'elle accepte de lui apprendre une technique.

*Rahhh j'arrive plus a m'enlever l'image de sa culotte de la tête ! *

Heureusement Sabi laissa échapper une bonne blague à laquelle il rigolèrent même s'il ne l'avait pas fini. Puéril mais tellement bon. Le Uchiha partit un instant aux toilettes et revint plus tard, il tira un instant la langue puis son regard se figea.

*C'est quoi le problème ?*

Le genin regarda en direction des mecs louches, apparemment rien, puis chercha Saezu du regard, introuvable. Il espéra qu'elle soit juste aux toilettes elle aussi ou alors trop petite et cachée derrière quelqu'un.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mar 12 Aoû - 3:41

Les trois coéquipiers avançaient avec leur senseï et Saezu, leur protégée. Une belle atmosphère se créait déjà entre Tenson et les autres. Riku était probablement le plus facile d’approche. Il était sympathique, un cœur pur. Sabi quant à lui était plus calme, mais tout aussi gentil envers lui. Il semblait se concentrer davantage sur la mission elle-même que sur son côté social.

La formation proposée par Sabi et Riku était intéressante. Le rôle du Saishi était de toujours rester près de Saezu, n’ayant à se battre qu’en dernier recours. Cette position lui convenait parfaitement, il serait mieux placé pour les attaques à distance. Il devrait cependant apprendre à apprivoiser Saezu, ce qui ne serait pas une mince affaire…

Un peu plus tard, Riku proposa d’apprendre des techniques pendant la mission. Un air de surprise s’afficha sur le visage du plus jeune.

*Il faudrait bien que j’apprenne quelque chose, mais dans l’état où je me trouve… *

Il ferait mieux de se reposer, histoire de récupérer le sommeil perdu. Et puis de toute façon, il imaginait mal Ginko-senseï lui enseigner une technique… Mais bon qui sait, peut-être était-elle une excellente professeure ? Il verrait une fois arrivé à l’auberge.

[Tenson] – Je sais pas si mon corps va le supporter…hihi…

Ils arrivèrent enfin à l’auberge, où les attendait un appétissant menu. Tenson copia un peu sur la commande de Ginko, qui était assez impressionnante. Il n’avait rien avalé du tout de la journée, même pas un croissant ! En duo avec Ginko, il se lança dans ses assiettes à une vitesse folle. Comme c’était bon… sucré. Mmm... Épicé… oulà ! Chaud ! CHAUD ! Ahhhhh, de l’eau… Oh ! Cuit à point ! Croustillant, miam…

Il continua ainsi durant de longues minutes. Saezu, à la fois dégoûtée et outrée, s’était déplacée à une autre table, histoire de se plaindre à un serveur qui serait obligé de l’écouter question d’avoir l’air poli. Alors que Tenson ralentissait le rythme de ses déglutitions, il remarqua les musiciens, qui jouaient un air très joli. Il ne les avait pas du tout aperçus lors de son entrée, probablement assourdi par son estomac vide. Captivé par la musique, il eut le temps de perdre Saezu des yeux. Il regarda aux alentours mais elle n’était plus là. Il remarqua cependant la table du fond où trois sombres hommes se tenaient. Suspect. Sabi était revenu des toilettes et semblait faire la même constatation que le Saishi. Sept minutes. Si elle n’était pas revenue dans ce temps, ils allaient devoir partir aussitôt à sa recherche. Finie la rigolade. Tenson ne finit pas son gâteau triple chocolat qui pourtant était d’un tel délice, fondant dans la bouche… Il était sur le qui-vive et regardait alternativement les recoins de l’auberge, sa montre de rubis, et les trois messieurs louches…

[Tenson] – Ginko-senseï ? Où elle est Saezu ?

Il savait qu’il était risqué de poser cette question à son senseï, il avait l’air distrait, mais il avait besoin qu’on le rassure.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mar 12 Aoû - 13:12

Ginko ne se rendait même plus compte que ses pieds continuaient de frotter ceux de son élève. Elle ne se rendait pas compte non plus que cela pouvait être inconvenant, voire franchement déplacé. Mais elle se rendit bien compte du moment où elle donna un petit coup dans la jambe de Sabi. Ginko se contenta de le regarder, la bouche pleine d'un Onigiri.

La table était pleine. Mais vraiment pleine. Le tenancier n'avait pas apporté tous les plats - certains nécessitaient davantage de préparation, ou de la cuisson - et Ginko mangeait avec un tel appétit qu'il avait peur qu'elle n'ait tout fini avant que le deuxième service soit prêt. La Jounin s'enfilait tous ces plats, tous à la fois, à grands coups agiles de ses baguettes.

Ses yeux captaient ce qui se passait autour d'eux. Elle parlait beaucoup moins. Mais elle tapa une fois du poing sur la table, hilare, et s'exclama :

[Ginko] - C'est quand que tu m'invites Ishishibi ? Tu as promis de m'inviter DEUX fois. Huhu. J'aime bien me faire inviter.

Sur quoi elle reprit son festin.

[Sabi] - Dites Ginko-senseï, si vous mangez tout...

Elle lui adressa un large sourire.

[Ginko] - J'ai pas le temps de grossir. Même mes seins ne grossissent pas, c'est ouf. Tsubaki elle a parfois des seins ÉNORMES genre t'es trop trop bien quand tu t'endors dessus, et moi je faisais toujours semblant de m'endormir dessus. Huhu.

Elle n'avait pas le coeur d'épiloguer : il fallait manger. Ginko n'était pas même ballottée, et elle était loin de sa limite. Les premiers plats des Genin n'avaient pas encore été apportés, le personnel essayait de calmer la faim de l'ogre qu'ils avaient invité dans leur tanière. Ginko regardait avec de plus en plus d'attention le chanteur. Le DMD, risquait d'être renommé DMDD voire, DMDBD. Elle aimait les jeux de lettres.

Le mignon petit Tenson l'interrogea sur où était Saezu.

[Ginko] – Ch'sais pas ! Je mangeais.

Quand elle eut fini ses plats, loin de se soucier de Saezu qui avait disparu - elle l'avait remarqué pendant qu'elle dévorait ses boulettes, entre ça et son thé au gingembre confit.

[Ginko] - Bon bon... Moi j'vais daaaaaaaaanser. Regardez la pro...

Elle allait dire : "je vais chauffer le petit mignon jusqu'à ce qu'il foute le feu à l'auberge", mais elle s'arrêta, sans trop savoir pourquoi. Peut-être parce que son auditeur avait entre dix et quinze ans. Elle n'était pas convaincue. Ginko adressa un clin d'œil aux trois types qui la dévisageait, puis bondit sur la scène. Les musiciens furent surpris, mais cela ne les empêcha pas de jouer.

Elle se rapprocha du guitariste - qui ne servait à rien, puisqu'il y en avait un autre dans le groupe, ha ! - et s'approcha lentement de lui. Se faisant, la jeune femme se remémorait les soirées adolescentes, passées avec Tsubaki. Quand elles montaient sur la scène, et que tous les regards de la salle convergeaient vers elles sans que personne n'ose les approcher. Cela les faisait bien rire, entre elles, de se dire que pendant les trois-quart du temps où elles sortaient, elles étaient célibataires.

Tsubaki préférait la nomination : "personne d'officiellement associé".

Ginko dansa, sans quitter sa cible des yeux, qui la dévisageait avec un sourire idiot. Elle se rapprocha avec une lenteur calculée, jouant de ses hanches, du mouvements de ses jambes et de ses bras pour suivre le rythme de la musique. Le chanteur continua, reprenant du poil de la bête devant cette invitée bien étrange - mais pas dérangeante pour un sou.

Elle finit par lui poser les mains autour du cou, et colla son front sur le sien. Il était un peu plus petit. Pas de beaucoup. Son nez dessina le contour de sa tempe, puis elle s'arrêta contre son oreille. Elle respirait calmement. Elle savait qu'il sentait son souffle, qu'il était excité - et qu'il ne savait vraiment pas quoi faire. Elle le força à retirer sa guitare, et d'ailleurs, comme elle le pensait, on n'entendit pas la différence. Ginko se retourna vers son public – des Genin atterrés – et se colla à sa proie. Elle gloussa mentalement, un large sourire aux lèvres, même si elle gardait la tête légèrement baissée. Ses deux mains se posèrent de chaque côté du cou du jeune homme qui hasarda ses mains sur la taille de la jeune femme.

[Proie] – Vous… euh… vous êtes qui ?

Ginko rit – de son rire clair et enjoué.

[Ginko] – Je suis Ginko. Mais je crois que ma pause est terminée.

Elle se tourna vers lui, rapprocha ses lèvres.

[Ginko] – Héhé.

Elle se désintéressa est revint auprès de ses étudiant pour… continuer à manger. De nouveaux plats étaient fraîchement arrivé et NON elle n'allait pas laisser la disparition de son objectif de mission assombrir son appétit. C'était tactique : si elle ne mangeait pas, elle allait être odieuse avec tout le monde. Elle pensait à la vie de l'équipe, qui souffrirait de sa mauvaise humeur. Non, non, il fallait manger. La bouche pleine, Ginko donna ses instructions, ses yeux roulants d'un plat à l'autre.

[Ginko] – Ch'y ch'à vous inquiète, vous n'avez qu'à chuivre mes instruchions.

Elle leva les yeux sur Riku et chourit – euh, sourit. Elle prit néanmoins le temps d'achever sa bouchée avant de reprendre.

[Ginko] – Tenson tu peux aller vérifier dans les toilettes. Sabichou tu peux aller dehors, des fois qu'elle se soit laissée tenté par une aventure solitaire et campagnarde. Et avec Kikuchou on va aller – ON va – vérifier les trois bonhommes qui nous matent depuis tout à l'heure.

Elle se leva, prit son assiette et ses baguettes, et marcha d'un pas convaincu vers la sinistre tablée. Elle s'assit à leur table, et commença à manger. Ginko raisonnait ainsi : ils savaient qu'ils étaient suspects (même si croire que des hommes sombres étaient obligatoirement des voleurs de grognasses était un poncif regrettable – aussi, il était inutile de tenter une approche furtive. Ce serait juste ridicule. Mieux valait rentrer dans le lard. Cette métaphore alimentaire la fit éclater de rire toute seule, entre deux coups de baguettes.

[Ginko] – Je m'appelle Giiiiiiiiinko.

Deux des trois hommes se raidirent.

[Ginko] – Est-ce que vous avez quelque chose à moi ?

Elle continuait de manger avec enthousiasme. On pouvait apercevoir les mentons des trois hommes, mais également les yeux des deux qui étaient directement face à elle. Riku s'était installée à la droite de sa Sensei.

[Homme] – Nous n'avons volé aucune de vos brochettes, petite.

Ginko explosa une nouvelle fois de rire, sans qu'on puisse déterminer si elle goûtait vraiment la plaisanterie, ou bien si elle faisait semblant.

[Ginko] – Ok, cool, j'aurais dû vous tuer sinon.

Elle poursuivit son repas. Elle avait terminé son… interrogatoire.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Mer 13 Aoû - 18:56

Ginko pendant qu'elle mangeait, fit une petite intervention qui terrorisa Riku, elle n'avait pas oublié qu'il lui avait promis de l'inviter à manger ou alors elle avait lut dans ses pensées. Heureusement la jounin ne s'attarda pas sur la question tant son estomac réclamait de voir de près ce qui se trouvait sur la table.

Quand à la petite blague de Sabi, la demoiselle qui était très fine répondit étrangement. Après leur avoir sourit comme à son habitude elle parla des seins de Tsubaki. Les genin ne mangeaient pas et c'était une chance sinon ils se seraient étouffés ou auraient tout craché. L'image parcouru les pensées de chacun, sans aucun doutes. Riku ne pouvait plus se sortir l'image de la tête.

*Rahhh ! Ginko-senseï pourquoi vous dites toujours des trucs embarrassants ! *

Puis vint la question sur Saezu, d'où l'inquiétude du genin aux cheveux blancs. Une réponse de Ginko toujours autant impliquée dans la mission, ce fut seulement après avoir fini son repas qu'elle réagit plus en tant que chef d'équipe...et encore c'était pas gagné.

*C'est pas vrai... elle veut danser ! Je pensais qu'elle allait se mettre à chercher moi ! *

Impuissant, le garçon regarda sa senseï se déhancher, avec grâce et sensualité il fallait l'avouer, avec le guitariste. Un peu de jalousie monta, intérieurement il essaya de se dire que c'était plutôt la colère contre son manque de sérieux. Plus cela allait, plus elle dérapait, elle s'approcha poiur l'embrasser puis se détourna au dernier moment et revint vers ses élèves.

Riku était soulagé, il ne savait pas si c'était dû à son retour ou au fait qu'elle n'ait pas embrasser ce gars. Le genin s'apprêtait à ui parler quand la seconde tournée de plats arriva, il perdit tout espoir en voyant la lueur dans l'oeil vert de Ginko.

*Elle exagère, j'ai pas envie de rater ma première mission de rang C moi ! *

Soudain, en même temps qu'elle mangeait, elle commença à donner des ordres sur ce qu'il fallait faire. Tenson devait verifier les toilettes, Sabi l'extérieur et eux deux se renseigner auprès des mecs louches. La jounin insista sur le fait qu'ils devaient y aller ensemble ce qui permit à Riku d'avoir un pensée positive envers sa senseï.

*Au moins elle prends quand même des précautions... Hey mais elle m'as presque appelé par mon prénom en plus ! *

Ils se dirigèrent vers la table des trois personnes sans que Ginko n'arrête de manger pour si peu. Elle entama la conversation avec sa désinvolture habituelle, ce qui bien sûr ne leur permit pas de tirer une information valable. Voyant que la jounin aux cheveux roses s'était remise à manger, Riku compris qu'il devait faire ce qu'elle ne ferait pas.

Il pris un air assez sérieux et se tourna vers celui qui avait lancé la blague foireuse.

[Riku] – Hum, heureusement pour vous Ginko est de bonne humeur aujourd'hui...Cependant... Je ne sais pas si cela va durer. Ce qu'elle voulait savoir c'est si vous aviez fait quelque chose à la petite femme qqui se trouvait là bas.

Il montra du doigt l'emplacement ou se trouvait précédemment Saezu.

[Riku] – Nous ne voudrions pas avoir à nous battre... donc si vous nous la rendiez gentiment on passera pour cette fois. A moins que vous ayez vu ce qui lui est arrivé...puisque vous regardez tout le monde ?

Méchant - Écoute gamin, c'est pas parce qu'on est habillé en noir, qu'on mange des plats épicés, qu'on aime les ombres et qu'on a des capuches qu'on est des méchants.

Méchant 2 - Clair. Je dirais même que non, nous n'avons pas mater la jeune femme ci-présente pendant qu'elle faisait son petit spectacle.

Méchant 3 - D'ailleurs, normalement, les femmes se déshabillent pendant qu'elles font ça. Mais j'ai vu ça qu'une fois dans, enfin, euh...

Ses accolytes se tournèrent vers lui.

Méchant 3 - Quelque part...

Le genin regarda à nouveau les trois et s'énerva.

[Riku] - Quand je vous pose un question on répons pas à côté, je vous parlait d'une autre femme, petite, moche mais pleine de thunes... (à Ginko) Enfin je pense pas que des loosers comme eux aient pu lui faire quoi que ce soit...

Méchant 2 - Des thunes ? ... Hmm... Ta nana semble être une kunoichi. Quel niveau ?

Ginko - Jouiiiii-nin !

Méchant - Euh, Jounin, sans doute.

Ginko acquiesça et repris son repas, elle avait presque fini son assiette.

Méchant - Ok, on oublie le braquage. Si on voit la petite moche, on vous appelle hein. Vous nous entendrez, on sera en droit de la détrousser.

Ginko éclata de rire et fut suivie par Riku qui lorsque ce fut passé repris a parole.

[Riku] – Je crois que vous avez oublié ce qu'elle a dit tout à l'heure, elle serait obligée de vous tuer... Enfin si je ne m'en charge pas avant... Sur ce...

Riku se leva et attendit la réaction de Ginko, même s'il elle ne suivait pas il comptait retourner à la table, trouver cette foutue Saezu et manger !

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Jeu 14 Aoû - 0:01

Ginko avait bien rit. Cela facilitait sa digestion. Elle laissa son assiette sur la table des trois silhouettes et bondit dans le dos de Riku pour le soulever du sol joyeusement. Elle sautilla sur place puis finit par le lâcher par terre, les bras douloureux.

[Ginko] - Désolée mon Shishounou-chou ! C'est Tenson qui va gagner ! Je suis désoooolée.

Elle partit d'un nouvel éclat de rire et poussa gentiment Riku de la main. Ils retournèrent s'installer à leur table, seuls, puisque les deux derniers membres de l'équipe étaient encore en quête de Saezu. Cela ne l'inquiétait pas outre mesure. Elle se souvenait avec émotion de ses premières missions de rang C. Elle l'avait même pas planté ! Non, non ! Tsubaki elle était furieuse parce que Ginko s'était endormie dans une auberge - pas elle, une autre - et qu'elle avait oublié de se lever le matin, et qu'ils avaient eu huit malheureuses heures de retard pour Suna. Huit ! Rien du tout. Ginko s'était tranquillement levée à midi, elle s'était étirée longuement, avant pris une douche - un BAIN, préciserait Tsubaki - puis avait royalement descendu les escaliers. Ils étaient tous là, son Sensei et ses deux coéquipiers (dont une Tsubaki furax).

La légende voulait qu'ils aient tous essayé de défoncer la porte, qu'ils avaient réussis - Ginko avait bien vu un ou deux copeaux par terre - qu'ils l'avaient secouée, giflée - à bien y réfléchir, elle avait trouvé ses joues un peu rouge ce matin - tentée de la noyer - une idée de Tsubaki - mais rien à faire, Ginko dormait.

Elle en gardait un excellent souvenir !

[Ginko] - Bon appétit Shi-chou - ça t'ennuie pas que je raccourcisse ton nom au moins ?

Ginko se répondit d'un gloussement joueur. Elle reprit son gargantuesque repas, enfilant un par un les plats qui se présentaient à elle. Elle piqua même des boulettes à Tenson, en adressant un clin d'œil à Riku - puis lui en mis une dans son assiette, comme pour l'impliquer dans ce vol et le faire taire. Ou juste pour partager, elle ne s'intéressa pas à la question.

[Ginko] - Alors on va s'entraîner après Shi-chou ? Huhu. J'aurais besoin de digérer moi, même si la naine veut partir. Moi j'dis qu'on aurait dû la laisser vomir et pas s'en occuper, tu sais, pour qu'on soit plus tranquille.

Ginko releva la tête, et retira sa casquette.

[Ginko] - Bouh ! Trooooooop chaud. Quand je mange, je transpire ! C'est un procédé physique extraordinaire. Mais quand je m'entraîne je transpire pas.

Elle fronça les sourcils, fâchée par cette pensée.

[Ginko] - C'est parce que je m'entraîne jamais en fait. Tsuby elle me dit : "Tu vas te ramollir Koko !", genre elle essaye de me provoquer. Qu'est-ce que tu dirais si je te disais : "Hey, tu te ramollis Chouchou ?"

Ginko passa son pouce sous le menton, et l'index sur sa joue. Elle réfléchissait toute seule.

[Ginko] - Chouchou j'm'ennuie ! Je m'en-nuie ! On va s'entraîner dis, dis ? T'as finis de manger, dis, dis ? On peut emporter nos assiettes ! Non, mieux ! On s'entraîne ici en attendant les deux autres ! Ooooooh oui !

Elle bondit sur ses jambes et... disparut, derrière Riku, qu'elle souleva sans ménagement de sa chaise.

[Ginko] - C'truc de ouf la téléportation ! C'est ça que tu veux apprendre ?

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Jeu 14 Aoû - 20:17

Ginko entama un de ses rituels familiers, chose que l'on ne pouvait pas nommer et qui était ni agréable ni désagréable. Juste une étrange accolade insolite. Riku habitué savait qu'il ne fallait pas se débattre mais attendre que le jeu se termine. Ensuite ses pieds touchèrent le sol à nouveau et la jounin lui annonçait la victoire de Tenson.

*Elle a encore pris ça pour un jeu... elle savait que Saezu est aux toilettes ! Tout ce qu'elle voulait c'était jouer avec ces gars louches... *

Ils retournèrent à leur table où le genin put enfin manger, tandis que sa senseï s'amusait avec un nouveau nom et son diminutif. Riku hocha de la tête pour dire que cela ne le gênait pas, après tout ce ne serait jamais son nom. De toute façon, elle était déjà replongée dans son assiette, enfin ses assiettes.

Riku mangea de bon coeur, il avait faim et comptait être en pleine forme pour un éventuel entraînement mais surtout pour la suite de la mission. Au moins il ne s'inquiétait plus sachant que Tenson trouverait le colis, il profita donc de cet instant à fond. Il rendit même un sourire complice lorsque Ginko lui donna une boulette de viande provenant de l'assiette voisine.

Ensuite comme par miracle, la jounin lui proposa un entraînement, au dépourvu de Saezu qui ralerait et en guise de digestion mais le principal était là. La senseï retira sa casquette ce qui la rendait un peu plus normale. Elle avait chaud, et elle dilirait, pas du fait de la chaleur bien sûr il faut garder en mémoire que c'est Ginko et que tout prétexte est bon pour délirer.

Elle raconta ses histoires de personnes qui se ramollissent et Riku se mit à rire imaginant une Ginko en train de fondre. Il savait très bien que cette femme ne pouvait pas se ramollir, elle n'est pas comme les autres humains. Il se prêta donc au jeu, pour la mettre de bonne humeur mais aussi pour se marrer un peu.

[Riku] – Ben je sais bien que vous ne pouvez pas être toute molle ! Vous n'avez pas le temps comme pour grossir. Et moi ben je me ramollit pas par ce que je m'entraîne souvent.

Elle ne semblait pas l'avoir réellement écouté mais lorsqu'elle repris, elle se montra très insistante. Mieux ne valait pas la contrarier, le genin aux cheveux blancs avala ce qui restait dans son assiette à la hâte et se leva en même temps que Ginko.

*Elle a disparut... *

Il retomba assit sur sa chaise instantanément mais sentit l'arrivée imminente de la jounin, il commençait à s'habituer mais il était encore trop lent. A nouveau elle le sera dans ses bras à sa façon, mais plus important elle acceptait de lui apprendre la téléportation.

[Riku] – Ouais ce serait trop bien ! Je pourrais faire des blagues aux autres en plus je suppose qu'il faut juste se concentrer puis malaxer son chakra et hop !

Riku se libéra de l'étreinte, enfin Ginko consentit à le lâcher. Le genin fit un signe au hasard et malaxa du chakra, il ferma les yeux et... rien. Il avait visualisé la table, mais rien ne s'était passé et heureusement car lorsqu'il fermait les yeux des images lui revenaient et il ne devait surtout pas se téléporter vers eux.

*Il faudra pourtant que j'y arrive...kuso... *

[Riku] – Haha! Je vais avoir besoin de plus d'explication et de pratique...

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Ven 15 Aoû - 23:13

[Ginko] - Ben ouais sinon je te servirai à rien choupinet !

Ginko hésita. Elle avait pratiquement fini toutes ses assiettes, il ne lui restait que deux desserts, trois brochettes à moitié finies – poulet et bœuf, elle avait toujours du mal avec la volaille, sur la longueur. Sa main reposait toujours sur l'épaule de Riku, tandis qu'elle considérait ses options. Ginko finit par jeter son dévolu sur un grand plat, où elle empila joyeusement les quelques restes qu'elle avait daigné laisser.

Une assiette dans la main, comme une serveuse de bar, elle mit l'autre en porte-voix en direction des toilettes.

[Ginko] – Tensooooooon-chou ? On va s'entraîner derrière l'aubeeeerge ! Mange bien, prend des forces, dors bien, et voilà !

Elle poussa Riku vers la sortie et trottina jusqu'à la sortie. Elle cria à Sabi de rentrer, lui précisa qu'il avait perdu le jeu, que de toute façon elle savait qu'il allait perdre mais qu'il se rattraperait plus tard, parce que… elle perdit le fil de son argumentaire, et continua de pousser du bras Riku. Une fois arrivée sur place, Ginko poussa un soupir de satisfaction. Elle posa son assiette sur le rebord de la fenêtre – la fenêtre de la cuisiiiiiine, comme elle ne tarda pas à le remarquer – et se tourna vers son élève, une main sur la hanche. Elle avait remis sa casquette.

[Ginko] – Regarde comme c'est trop fun !

Ginko commença une courte série de téléportation rapide, réapparaissant à chaque fois à un nouvel endroit. Sur le toit, sur une branche, dans le dos de Riku… Elle épuisa toutes les possibilités, puis se téléporta vers son assiette pour s'enfiler une brochette survivante.

Elle ne semblait pas particulièrement épuisée par l'effort, et poursuivit sur le ton de la conversation :

[Ginko] – T'arriveras pas à en faire autant Shichou ! Plus tard.

Elle se tourna vers lui, ayant fini son en-cas.

[Ginko] – Tu as deux types de téléportations. Un type défensif, et un type offensif. Là, j'ai fait du défensif.

Elle disparut du champ de vision de Riku, et réapparu tout contre lui. Riku sentit immédiatement l'acier froid qui se pressait sur sa gorge, souligné par les grands yeux taquins de Ginko.

[Ginko] – Et ça c'est de l'offensif.

Elle s'écarta et rangea son arme d'un même mouvement.

[Ginko] – Avec le premier, tu peux éviter une technique adverse, ou bien encore quitter un combat. Si un jour on tombait sur des ennemis beaucoup trop fort pour nous - tu le sauras forcément, c'est quand tu me verras à moitié en sang et tout épuisée – ce sera la seule chose intelligente à faire. On l'appelle Nigeashi.

Elle gloussa, comme si ce qu'elle venait de dire n'avait aucune conséquence.

[Ginko] – Avec le second, tu peux rompre la distance avec un adverse, et lui planter ta lame là où il ne pourra pas l'éviter.

Ginko s'était de nouveau rapprochée de son élève, et elle s'appliquait à dessiner sur son corps les zones décrites. Son doigt parcouru la colonne vertébrale du jeune homme et s'arrêta sur un point.

[Ginko] – Ce point marche pour tout le monde. Mais généralement, attaquer de dos ou de côtés suffit largement. Et comme tu l'as vu tout à l'heure, je t'ai attaqué de front mais j'avais ma lame sur ta gorge avant que tu ne réagisses. C'est une question de vitesse. On appelle cette forme Shumpo.

Elle acquiesça à ses propres paroles, puis enchaîna :

[Ginko] – Les deux formes demandent les mêmes qualités : concentration – parce que tu manipules l'espace – et maîtrise entière du chakra – tu t'en serais douté, mais tu dois bouger tout ton corps comme la masse qu'il est, héhé.

Elle s'éloigna d'un bond, sans quitter Riku des yeux.

[Ginko] – Essaye Kikuchou ! Pas de signes, rien du tout, juste de la concentration et de la visualisation. Comme par ce qui est visible, le plus évident pour toi.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Dim 17 Aoû - 16:45

Bon le premier essai fut un échec mais après tout une technique comme celle là devait se travailler et de plus il devait falloir beaucoup la pratiquer pour affiner sa précision. Enfin le genin allait surtout écouter les recommandations de Ginko pour pouvoir mieux cerner cette technique si amusante.

La jounin hesita qulques instant non pas sur le fait mais sur le contenu de ce qu'elle allait emmener puis une fois le choix fait, elle prévint Tenson en élevant la voix, lui donnant quelques conseils débiles. Puis il se dirigèrent dehors où Sabi se vit intimer de rentrer, elle lui dit bien d'autres choses mais il était impossible pour un esprit normal et logique d'en comprendre le sens même en essayant de démêler.

*Ahhhhhh on est vraiment tombé sur la jounin la plus folle... mais bon elle est cool Ginko ! *

Ils arrivèrent derrière l'auberge, sa senseï se mit à ses aises et entama une sorte de démonstration capable de calmer les ardeurs de tout jeune shinobi. Riku se décida à ne pas se laisser démoraliser et lorsqu'elle eut fini, il lui sourit.

[Riku] – C'est vrai que c'est marrant, il me tarde de savoir le faire !

Après qu'elle eut fini d'engloutir le reste de son repas, le genin se demanda s'il elle avait enfin fini mais en voyant son air joyeux plus tôt lorsqu'elle avait compris qu'il s'agissait de la fenêtre de la cuisine il eut de sérieux doutes.

*Ok deux types de téléportations, une offensive l'autre défensive ! *

Puis la jounin disparut soudain ne laissant à son élève que le souvenir de ses yeux vert, rieurs. Elle ne fut cependant pas longue a reparaître elle et son katana, froid et mordant, mais parfaitement maîtrisé, posé sur sa gorge.

Puis, chose qui étonna fortement Riku, Ginko-senseï se lança dans une longue explication. Nigeashi, la méthode défensive qui permettait d'éviter des attaques voire même de s'enfuir. La petite allusion à la mise à l'épreuve de Ginko face un ennemi plus puissant le mettait mal à l'aise, mais il devait faire avec cette idée, Ginko avait raison même s'il ne connaissait pas sa réaction à l'avance.

Shumpo, la méthode offensive servait à percer la défense ennemie et atteindre les points faibles. Qu'elle montra directement sur riku en faisant naître un frisson lorsqu'elle faisait parcourir son doigt sur lui. Bon retenir dans le dos et sur les côtés en particulier, ce serait plus facile pour lui qui n'était pas aussi rapide que Ginko-senseï.

Enfin la jounin après un léger sourire, à croire qu'elle souriait presque tout le temps, passa à la partie pratique. Riku fut assez déçut par le peu d'information et de conseil qu'elle lui donna. Concentration, maîtrise du chakra et surtout visualisation. Maintenant c'était à lui de jouer.

Riku se concentra, il malaxa son chakra, à dose moyenne pour commencer, et visualisa la branche d'un arbre non loin. Il força de tout son esprit et sentit son corps bouger, comme compressé, la sensation n'était pas très agréable ce qui le perturba.

Le genin disparut en fumée et reparut seulement trois où quatre pas plus loin en direction de l'arbre visé. Il regarda autour de lui en ses sentant bizarre, ses yeux croisèrent le vert pur de ceux de Ginko et il se concentra à nouveau. Il ne voulait pas la décevoir, il ferait tout pour réussir aujourd'hui, les deux formes !

Cette fois, Riku malaxa bien plus de chakra et visualisa la branche, il se concentra et força de son mental. Il se retrouva entouré de feuilles mais ne sentit rien sous ses pieds. Il avait réussit à supporter la sensation étrange, mais était allé un peu trop loin, mauvais dosage de chakra. Il tomba entre les branches, voyant son objectif passer à moins d'un mètre de lui, il s'écrasa au sol.

*Maintenant je sais... *

Riku avait compris le dosage de chakra en fonction de la distance à parcourir, comme il le pensait c'était aussi beaucoup une histoire de sensation. Il se releva et avant que Ginko ait put le taquiner sur ses piètres tentatives, il se téléporta sur le toit de l'auberge. Ginko l'y avait rejoint avant même qu'il l'ai vu disparaître.

Il lui sourit et sauta à bas du toit, elle le suivit avec grâce et agilité, en tout cas plus que lui n'en avait. Elle le regarda avec un sourire mitigé avant de lui lancer que le plus dur était la forme shumpo, car fuir c'est plutôt facile. Elle avait ajouté qu'on ressentait moins la peur que lorsqu'on sait que l'on risque de s'exposer à un retour de flammes ennemi.

Riku la regarda avec un air de défi et un sourire trahissant son envie de jouer comme il aimait bien le faire avec sa senseï.

[Riku] – Très bien, Ginko-senseï préparez vous ! J'arrive !

Le genin tendit l'index et le majeur de sa main droite tel une épée, tous les autres doigts repliés. Un signe classique des shinobi mais tellement classe. Il se concentra plus que jamais, essayant de visualiser le côté droit de la jounin, il voulait effectuer une touche dans le cou à travers les cheveux. Il se concentra, visualisa et...

...
Le discours de Ginko lui revint,
[Ginko] – J'ai pas le temps de grossir. Même es seins ne grossissent pas, c'est ouf...
Il se rappela avoir regardé les seins de ginko et ne pas les avoir trouvé si petits.
...

Il disparut et reparut la tête en plein dans la poitrine de Ginko tandis que celle-ci s'était mise en garde pour parer l'attaque prévue, elle l'avait devinée. Riku se recula et tomba sur le derrière, il marcha à reculons comme une araignée, craignant une quelconque baffe. Ginko se mit à rire et lança.

[Ginko] – Shichou, tu as totalement raté ! J'ai sentit que tu visais ma gorge, si tu es si prévisible tu perds et en plus si tu rate ton shumpo tu risque gros ! Réessaye mais fais attention !

Riku se releva incertain que cet acte reste impuni longtemps, il souffla et se concentra à nouveau. Il devait réussir coûte que coûte, il recommença à malaxer son chakra et visualisa la jambe de Ginko, il allait frapper là. Il ferma les yeux et...

...
des baguettes qui tombent... des pieds...la culotte de Ginko sous sa jupe trop courte...
*Kusooooooooo....! *
...

Et dans un nuage de fumée il disparut, cette fois encore, la jounin avait changé sa garde reculant sa jambe pour éviter la touche. Ainsi bien sur ses appuis tel un karateka les jambes écartée, Riku accroupis en dessous, il leva la tête et rampa le plus rapidement possible loin de là, le coeur battant la chamade et haletant comme après un effort trop intense.

[Ginko] – Shichou tu fais n'importe quoi ! Sauf si... tu me fais des feintes ! Ouiiiiiiii c'est sans doute ça mais alors pour quoi tu ne fait pas de touches ? Si tu le fais pas tu gagnera jamais et je serais obligé de te renvoyer à l'académie par ce que ça voudrais dire que tu est faible !

[Riku] – Dé...désolé... Ginko-senseï, je vais y arriver je vous le promet !

Le genin secoua sa tête faisant remuer ses cheveux blancs et recommença, une dernière fois car il sentait qu'il puisait dans ses réserves et il voulait en garder pour la mission. Il se concentra, visualisa le dos de Ginko, là ou elle ne pourrait pas éviter, il malaxa son chakra et...

...
Ginko approchant ses lèvres du guitariste, vu à la place du guitariste...
*Non pas encore... je dois y arriver ! *
...

Il disparut encore laissant un peu de fumée, et reparut face à Ginko, très proche de son visage car elle avait anticipé l'attaque dans le dos et avancé pour se mettre hors de portée. Au dessus de son oeil vert, un sourcil fin se leva, Riku s'approchait de sa bouche mais il étaient encore séparés par un centimètre.

Il toucha le ventre de Ginko avec ses deux doigts, il avait fait une touche en plein dans le nombril. Techniquement parlant, l'attaque était parfaite et si il avait utilisé Sadamé il l'aurait blessée. Mais son esprit était ailleurs, comme si un genjutsu s'était emparé de lui à travers ces doux yeux verts.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Ven 22 Aoû - 12:13

Riku n'était pas bien doué. Il parvenait à se téléporter, mais il visait avec une maladresse… ! Inqualifiable. D'abord tout contre elle, la tête contre ses seins, puis bien trop bas ! A vrai dire, l'aspect coquin des actions – presque – involontaires de Riku lui échappait totalement. Pour elle, ce n'était jamais que des attaques manquées dues à une mauvaise maîtrise de la technique.

Elle avait sorti sa lame. Pointée sur Riku, comme une longue ligne menaçante, elle l'incitait à venir la défier dans son périmètre. Cela n'avait rien d'un vrai combat, Ginko était plutôt d'un type offensif, voire ultra-offensif, pour reprendre les termes de Tsubaki. Avec une certaine insouciance, elle utilisait ses techniques les plus impressionnantes jusqu'à la destruction totale de son adversaire. Ou alors elle s'amusait avec lui, comme un gros chat qui aurait traqué une sauterelle toute la nuit, et qui profite de quelques minutes pour lui arracher ses grandes pattes.

Ginko se mit en garde. Elle ne compte pas arracher les pattes de Riku, mais il fallait bien avouer qu'il les utilisait comme un manche. Elle se fit rire toute seule.

Riku passa à l'attaque. Il disparut. Un jour Ginko lui expliquerait qu'il pouvait gérer l'effet fumée qui était fort peu pratique en mission – oui, Ginko avait des notions en infiltration. Elle sentit venir l'attaque : sa garde protégeait certains points de son corps, et la jeune femme était parfaitement consciente de ce qu'elle dévoilait aux attaques du Genin. Elle s'avança de deux pas foulés, et modifia très légèrement sa garde pour parer une attaque sur son flanc gauche. Riku était droitier et n'avait pas encore des automatismes très poussés.

Il réapparut trop près pour qu'elle utilise son katana. Oh ! elle aurait pu lui envoyer son genou "là où ça fait mal", mais le travail d'équipe en aurait pâti. Il aurait fait la tête, dis que ce n'était pas fair-play, et il l'aurait fait chier pendant toute la durée du voyage, non non, pas là où ça fait mal.

Même si la distance était parfaite.

Un fin sourire barra son visage pâle. Elle voyait son reflet dans ses prunelles. Hé ! il était plus grand qu'elle ne le croyait. Ginko était une grande fille, un bon mètre quatre vingt. Cela ne l'avait jamais gêné, ni esthétiquement ni en pratique. A vrai dire, elle était tout à fait fière de sa taille, et d'elle en général, sans que cela ne tourne au narcissisme.

Il lui toucha le ventre et appuya doucement dessus pour lui faire comprendre qu'elle était techniquement vaincue. Cela la fit sourire à nouveau. Ses yeux ne quittèrent pas ceux de Riku. Ils ne se fermèrent que lorsqu'elle l'embrassa. Sur le moment, elle n'aurait pas su dire pourquoi elle le faisait. Elle en avait envie, voilà tout. Le baiser ne dura pas longtemps, mais Ginko s'attarda suffisamment pour y prendre un certain plaisir, à mesure que ses lèvres se pressaient sur celles de son élève. La Jounin s'en foutait pas mal, qu'il soit son élève. Il était vieeeeeeeeux, pour un Genin et personne n'irait l'ennuyer.

Et personne ne l'ennuierait lui non plus.

Ce fut elle qui interrompit le baiser, d'un léger recul de la tête. Elle dévisagea Riku, sourit à nouveau comme si de rien n'était, et se recula d'un bond, secouant les deux mains devant elle.

[Ginko] – Et sans les mains ! Héhé.

Elle ne gloussa pas, le dos de sa lame posé sur son épaule.

[Ginko] – Jolie technique, autrement. Mais si j'étais toi, je bougerais moins la langue, et plus les lèvres.

Elle sourit de toutes ses dents, et hocha la tête pour elle-même. Sans prévenir, elle se téléporta un peu plus loin, sous un arbre. Aucun nuage de fumée ne s'échappa de l'endroit qu'elle venait de quitter. Ginko était assise sous la ramure d'un arbre, l'auberge avait la particularité d'être toute proche d'une zone boisée. La Pays du Feu était connu pour ses forêts. Elle tapota à côté d'elle, pour inviter Riku à venir s'installer.

[Ginko] – On ne va pas partir tout de suite. Dans, uuuh, un petit quart d'heure à peu près.

Les deux autres devaient bien s'amuser avec Saezu, oh oui ! Elle était si rigolote. Avec ses petites joues de Jijobu joufflue et mignonne. Un peu impatiente, d'être ce qu'avait remarqué Ginko, mais les autres devaient l'adorer ! Elle avait leur âge en plus. De but en blanc, la jeune femme lança :

[Ginko] – C'était ton premier baiser ?

Elle sourit, mais d'un sourire amical, qui tranchait avec son habituel sourire quasi-scénique. Sa voix semblait également plus rauque, comme si sa voix pleine d'énergie, vive, était également intégrée dans sa panoplie d'actrice. Elle dévisageait Riku.

[Ginko] – Moi j'avais onze ans pour mon premier baiser. Il était nuuuuuuuul, le type, il rougissait, il bafouillait, il bégayait, même, quand il me voyait. L'horreur. Mais il était touchant, un peu.

Depuis, elle en avait vu défiler, des langues. Elle était même tombée amoureuse, et plusieurs fois en plus ! Elle et Tsubaki avaient partagé des moments de peine et de joie si intense qu'aujourd'hui encore cela l'étourdissait rien que d'y repenser.

[Ginko] – Déjà dix ans... J'étais à l'académie à ce moment, tu sais. J'avais envie de voir autre chose. Mais je n'aime pas beaucoup les shinobi. J'arrive pas à avoir le… comment on dit ? Le sens du devoir de certains. Tu as l'air d'avoir le sens du devoir, toi, non ? Ou bien tu vas nous quitter pour rejoindre Iwa, quand tu seras plus fort ?

Quand je t'aurais rendu plus fort, pensa-t-elle, mais elle ne le formula pas. Elle était heureuse, quelque part, de participer aux rêves de ces enfants. Elle ne s'était jamais intéressée au côté humain des relations avec d'autres shinobi. "Comment en es-tu arrivé là" était pourtant une question qui tournait sans cesse dans son esprit, quand elle parlait à l'un de ses collègues. Pourquoi tu ne souris pas ? Tu as vu des amis mourir ? Moi aussi. Tu as tué des êtres chers ? Moi aussi. Tu as trahi, trompé, assassiné ? Moi aussi. Tu as déjà eu envie de mourir, juste pour voir si cela avait une fin ou bien si tu avais signé pour un tour complet ?

Moi aussi, moi aussi.

Son regard se focalisa de nouveau sur Riku. Elle le fixait avec un intérêt non feint.

MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   Jeu 28 Aoû - 15:12

Ginko s'approcha et posa ses lèvres sur celles de Riku, immédiatement naquirent en lui des sentiments contraires. Il ne savait pas quoi faire il se laissa donc porter jusqu'à ce que la jounin s'écarte de lui et reprenne comme si de rien n'était. Enfin c'est ce qu'il crut lorsqu'elle parla de sa technique mais il compris par la suite de quoi il s'agissait vraiment.

Sa senseï sourit avant de se téléporter sous un arbre en retrait de l'auberge. Riku nota la différence sonore et visuelle dans la technique de la jounin, avec le temps il y arriverait aussi. Elle fit signe a son élève de venir la rejoindre, il s'exécuta lentement en marchant. De toute façon il n'avait plus de chakra a gaspiller car il pensait quand même à la suite de la mission, et ce même dans ce contexte.

*Merde... je sais vraiment pas quoi lui dire... *

Il arriva à l'arbre et s'assit à côté de Ginko qui prit la parole sans plus attendre. Partir dans un petit quart d'heure lui convenait aussi mais cela signifiait qu'elle voulait lui parler. Il espéra silencieusement que le sujet ne traîne pas trop autour de l'événement récent. Mais il fallait bien en passer par là et Ginko attaqua direct.

Riku respira et se dit qu'après tout c'était sa senseï, la personne la plus proche de lui, qui le connaissait le mieux, avec ses amis aussi. Alors il décida de ne pas se prendre la tête, il répondrai franchement et prendrait ça comme une leçon, une leçon sur la vie accompagnée d'un petit plaisir. Il se lança dans la discussion de la même manière qu'il se serait lancé dans un combat réel contre sa senseï.

[Riku] – pfff ça se voyait tant que ça ?

Il sourit légèrement, et reçut en retour un sourire de Ginko mais sensiblement différent, il n'arrivait pas à noter en quoi. Il s'agissait de bienveillance, c'est ce qu'il réalisa par la suite. La jounin continua en racontant son premier baiser, elle avait toujours ce style si particulier lorsqu'elle racontait ses histoires.

*Ah... serait elle plus sensible que je ne le croyait ? *

Puis après un léger blanc, sûrement une résurgence de souvenirs lointains, elle continua en posant une question très gênante pour Riku. Il était vrai que le genin avait longuement réfléchit à son futur mais n'avait jamais trouvé de réponse, juste des espoirs, des envies, des craintes et le doute. Il hésitait avant de donner une réponse, essayant en vain de se décider.

[Riku] – Je crois que je l'ai... le sens du devoir. Mais j'ai toujours cette envie d'en apprendre plus sur mes origines, mon style de combat naturel aussi vous savez le doton... Mais j'aime Konoha, je dois ma vie à ce village, j'ai aussi des amis pour qui je ferais tout, et je me sens chez moi. Mais une part de moi même m'attire vers Iwa, je devrais y aller un jour pour comprendre et me décider. Mais ça ne seras pas avant que je ne sois plus fort et ça ce sera grâce à ma senseï !

Riku la regarda avec ferveur, il eut un léger sourire en coin. Le message était passé, oublié le doux baiser, il la mettait au défit de faire de lui un grand shinobi, comme elle voir plus fort encore. Il pouvait compter sur elle et en retour elle pourrait compter sur lui, elle ne serait pas déçue. Le genin se leva et se dirigea vers l'auberge.

*Merci senseï...un jour je vous montrerais *

[Riku] – je crois que Sabi, Tenson et le jijobu nous attendent. Plus vite on aura fini la mission plus vite on pourra continuer à s'entraîner, et manger et dormir et... le reste !
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: CK004 - Saezu, Partie du Feu   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Ame] - CK004 - Saezu, Partie de l'Eau
» CK004 - Saezu, Partie du Feu
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Habs vs Bruins (partie 6)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-