Partagez | 
 

 Grand Parc "Seibutsu"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

MessageSujet: Grand Parc "Seibutsu"   Lun 10 Juil - 15:53

Rappel du premier message :

[Venant de la bibliothèque Hiromida]

Le soleil tapait fort en ce début d'après midi, les trois étudiants Kitana, Yosuke et Auroe se dirigeait vers le parc. La bas ils trouveraient un peu d'ombre prêt du lac et ils pourraient s'entrainer tranquillement. Les rues étaient plutôt calme à cette heure ci, les différent parfum de repas sortant des cuisines se mêlaient dans l'air chaud.
Auroe ouvrait la marche sans se presser, elle ne parlait pas non plus, elle avait oublié toutes anxiétés et profitaient simplement du temps qui passe... Bientôt elle aurait droit à un entrainement plutôt dérangeant pour elle... Bientôt les grands arbres du parc apparurent au bout de la rue, certains devaient avoir plusieurs centaines d'années... C'était tout de même une idée étrange de mettre un parc au milieu d'un village entouré de forêt et contenant lui même une forêt interne... Elle haussa les épaules, parfois les choses sont faites ainsi... Elle poussa les grilles du parc.


[Auroe] Nous y voilà, il y a un lac au centre, nous serons bien là bas.

Elle ne s'était pastrompé quand à la fraicheur qu'apportait l'ombre des arbres et l'eau du lac. Elle s'assit dans l'herbe et regarda un instant le lac parfaitement tranquille puis elle se tourna vers les deux autres étudiants.

[Auroe] Par qui je commence? Ce n'est peut pas bon de le dire mais si vous avez quelque chose qe vous ne voulez vraiment pas que j'apprene le mieux est de ne pas y penser...

Ce qu'elle venait de faire était le meilleur moyen pour qu'ils ne pensent qu'à ça... Mais elle preferait prévenir plutôt que de tomber par hasard sur quelque chose de gênant... Elle soupira puis continua.

[Auroe] C'est tout simple, le genjutsu ça consiste à créer des illusions et à vous bloquer dedans... Il suffit de s'accrocher à la réalité ou de se persuader qu'on a le controle total de ce qu'il se passe... Elle repris sa respiration Bref, garder les pieds sur terre, lorsque vous savez que c'est une illusion vous avez déjà fait la moitié du chemin.

Kitana était la plus proche d'elle, la filette ferma les yeux et créa un lien entre leurs esprits. Elle rejeta toutes les pensées de l'étudiante, elle ne voulait pas que ce soit efficace, juste un exemple... Elle decela les informations nessecaire pour recréer l'environnement exact de Kitana de son point de vue.

Auroe sans un mot de plus se précipita sur Kitana et la poussa dans l'eau, L'étudiante tenta de se rattraper mais une racine la fit trébucher, directement dans le lac... Mais elle ne toucha pas l'eau...

Inutile d'aller plus loin, Auroe relacha tout controle sur Kitana. Personne n'avait bougé, la petite Yamanaka souriait. Elle n'aurait de toute façon pas put aller beaucoup plus loin, rien que de maintenir un controle de quelques fraction de secondes pour créer une telle illusion était éprouvant... Elle n'avait pas vraiment le niveau pour ce genre de chose. Il lui aurait fallut figer l'esprit de son adversaire pour un bon bout de temps pour créer cette réalité... Ce n'était que parce que Kitana n'avait jamais fait l'expérience d'un genjutsu et qu'elle l'avait pris par surprise qu'elle avait réussit ça.

[Auroe] Voilà par exemple, ce sera moins fort au prochain essai, mais plus long...


Dernière édition par le Lun 10 Juil - 18:45, édité 1 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Jeu 12 Mar - 23:19

[Retour au [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Lun 16 Mar - 13:58

Sayuri (Ako) : +32 XP
Tenson : +15 XP
Kyuza : +20 XP
Oni : +4 XP
Kenji : +11 XP
Taka : +16 XP
Hakai : +9 XP

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Dim 13 Sep - 3:01

Petite rosée matinal. Le soleil vient de se lever, il s’étire, se contracte pour finalement exploser de toute sa hauteur au dessus des têtes de habitants de Konoha. Ils menacent ceux qui auraient la vile intention de se lever tard par ses puissants rayons. Il règne en maître dans les cieux où seuls quelques nuages téméraires tentent de se rebeller sous sa gouvernance absolue. Le ciel est bleu, il est pur. Quelques oiseaux s’éveillent au gré du vent avec parfois un peu de nourriture dans leur bec. Pauvre ver de terre qui ne demandait qu’à vivre la nuit. Il finira dans un noir total mais pas l’obscurité nocturne. Les arbres secouent leurs feuillages laissant choir sur le sol les plus faibles pour qui le temps étaient venus de s’envoler vers la terre. Les animaux partent chasser et tout le cycle de la vie se met en place. La loi du plus fort avec ses inconvénients et ses côtés positifs fait rage. Que restera-t-il ce soir de tout cela ?

Kenji sentait l’eau chaude d’une douche caresser ses douces épaules. Elle tombait comme une cascade sur sa nuque s’écoulant jusque dans le bas de son dos. Ses cheveux noirs cachaient son front et une partie de son regard tandis qu’il se tenait légèrement cambré contre le tuyau la tête regardant ses pieds. Il toussota et cracha un peu de sang sur le carrelage bleu azur. Il ne s’était toujours pas remit autant qu’il aurait voulu de l’entrainement avec Shiba. Il avait été éreintant et dès plus difficiles. Des douleurs au niveau de ses abdominaux le lançaient encore de temps à autres. Le pire était sa mâchoire qu’il avait cru cassé un instant. Mais ce n’était rien et la douleur passerait avec le temps.

Il fit craquer son cou tout en se le massant et laissa son autre main partir à l’aventure pour chercher une serviette. Il s’essuya rapidement et enfila son bermuda. Torse nu devant le miroir de la salle d’eau il s’arrêta quelques instants. Il trouvait étrange comment son corps avait évolué depuis ces dernières années. Un visage plus fermé et des cheveux d’une couleur noir jet plus prononcée. Il avait grandit et sa silhouette c’était affinée. Il observa ses yeux sombres ne voyant rien à part du vide absolu. Secouant la tête il continua à s’habiller.

***


Aujourd’hui Nara lui avait donné rendez-vous dans le parc. Il n’avait rien d’autre de spécial à faire et se laissa charmer par cette nouvelle. Ils étaient devenus plus que des amis mais pour Kenji tout restait encore flou. Il ne savait pas vraiment s’il aimait. La seul chose dont il était sûr c’était que lorsqu’il se trouvait prés d’elle il se sentait bien. Tout ce qu’il portait sans cesse sur les épaules s’envolait et il n’y avait plus qu’eux. Perdu dans les songes infinis de leur relation il ne pensait à rien et il savait que cela lui faisait du bien.

C’est pour cela qu’il partit en direction du parc de Konoha.

La rosée matinale c’était évaporée depuis un long moment. Les commerces étaient déjà bien remplis tandis que les enfants revenaient de l’académie pour le déjeuner. Kenji défilait dans le centre-ville au milieu de tout ces gens dans leur routine quotidienne. Ils passaient sans même s’apercevoir de lui et il leur en était reconnaissant. De toute manière, du temps qu’ils n’avaient pas besoin de lui, ils n’avaient que faire de l’Uchiha. Il se passa doucement une main dans les cheveux et continua son chemin pour arriver devant la petite arche annonçant le parc de Konoha.

Kenji y pénétra doucement et sentit soudainement les ondes apaisantes d’une petite parcelle de forêt l’envahir. Comme si les arbres, gardiens de ce lieu sacré, aspiraient toute l’énergie négative que pouvait contenir l’Homme. Défenseurs des bonnes choses ils faisaient profiter de leur don les autres sans rien n’en retour. Cela devenait si rare de nos jours.

Il prit un chemin de terre qui longeait un petit lac. Le soleil se reflétait majestueusement dessus. Tel un miroir de beauté il ne cessait d’impressionner. L’eau était lice mais quelques canards vinrent remédier à cela. Ils s’y baignèrent dedans avec force éclaboussant les jeunes enfants avec leur parent qui les regardaient au bord de l’eau. Certains leurs donnaient un peu de pain que les oiseaux s’empressaient de manger. Comme en pleine famine ils s’y jetèrent dessus et en réclamèrent encore. Il fallait force et courage pour oser se jeter le premier sur le bout de pain. Un seul morceau sept concurrents, les batailles étaient rudes. Il n’y en avait pas pour tout le monde et cela faisait sourire le jeune aspirant d’un éclat angélique sur son visage de bambin. Les parents se resserraient entre eux vivant un moment de bonheur tout simplement.

Kenji détourna le regard et continua à marcher durant quelques minutes sur le petit chemin de terre. Il visa un arbre non loin dont le tronc était assez imposant pour qu’il puisse s’y assoir agréablement. Il s’y dirigea et se posa confortablement les jambes étendues devant lui. Il mit sa main droite dans sa poche cherchant quelque chose qu’il ne trouva pas. Sa petite pierre qu’il avait fabriqué lorsqu’il avait apprit sa première technique ninja à Konoha. Il l’avait donné à Taka. Il n’avait pas revu cette dernière depuis très longtemps et ne savait pas ce qu’elle était devenue. Injoignable chez les Tigres, il devait attendre en silence qu’elle fasse le premier pas.

Il se passa doucement une main dans les cheveux et ramena sa jambe droite vers lui pour y déposer soigneusement sa tête. Ses yeux sombres scrutaient la surface du lac tendit qu’il patientait en silence. Elle allait arriver dans peu de temps. Il le savait, elle n’était jamais en retard. Il ne s’était pas caché exprès restant sur un des axes principales du parc et attendant.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Mer 30 Sep - 4:58

Nara se réveilla avec le soleil, la douce chaleur de l'astre lumineux réchauffant son visage par la fenêtre de sa petite chambre. La Kunoichi s'étira, faisant craquer ses articulations engourdis par le long repos. Enfin, la genin s'arracha au doux confort des couvertures pour enfiler son habituel équipement ninja. C'est le sourire aux lèvres que Nara pénétra a l'intérieur de la cuisine où Takame était déjà attablé, un bol vide devant elle.

Takame- Tu est bien matinal Nara.

Nara répondit par un sourire avant de regarder précipitamment l'heure qu'affichait l'horloge. L'aiguille n'avais pas encore fait la moitié de son parcours. Elle s'était levé bien plus tôt qu'à l'habitude mais cela était facilement explicable. Elle avait donné rendez-vous à Kenji a midi dans le parc seibutsu. Ce grand parc qui se trouvait au milieu du village de Konoha. Ce même parc où elle avait fait la rencontre de Sakray, Hakai et où elle avait revu Youso. Un endroit qui l'emplissait d'une certaine nostalgie a chaque fois qu'elle s'y retrouvait. Soudain, une petite boule de poil grimpa sur la jambe de Nara, la faisant sursauter. La Kunoichi reconnu le petit écureuil qu'elle avait décidé de rapporter avec elle du parc, en voyant que ce dernier ne voulait plus la quitter.

Takame- Je vois que tu as un nouvel ami. Comment s'appelle-t'il?

Nara regarda le petit mammifère se blottir dans le creux de son épaule avant de reporter son attention sur sa vieille amie. Cherchant une réponse à la question de cette dernière. A vrai dire, elle n’avait pas eu le temps de le nommer, elle se demandait même si elle voulais tout simplement lui en donner un.

Nara- Je ne sais pas, à vrai dire je n'y est même pas pensé.

La Anbu sourit délicatement avant de se concentrer de nouveau sur son bol vide, perdu dans ses pensées. Nara décida de ne pas la dérangé plus longtemps et elle attrapa son manteau, qui traînait sur l'une des chaises de la cuisine, avant de sortir par la porte de la demeure. La Kunoichi laissa le soleil levant caresser son visage l'espace de quelques instants, avant de prendre la direction du petit restaurant qui se trouvait à quelques maisons seulement.

Arrivé au petit restaurant, Nara se faufila a travers les clients et s'assit nonchalamment à la première table libre qu'elle trouva et y attendit patiemment. Enfin, un serveur hors d'haleine arriva a sa table pour lui demander se qu'elle allait prendre.

Nara- Je vais vous prendre un bol de riz.

Le serveur la regarda quelques instants avant d'acquiescer et de repartir par où il était arrivé pour revenir avec un bol de riz fumant qu'il déposa devant la Genin. Cette dernière détacha ses baguettes et commença a avalé son bol de riz. Repassant à l'intérieur de sa tête les dernières journées qu'elle avait vécu tout en caressant le pelage orangé de son petit compagnon à quatre patte qui était blottit a l'intérieur de la poche de son manteau.

--------------------------------------------------------------

Enfin, les douze coups de midi sonnèrent et Nara pénétra à l'intérieur du parc Seibutsu. Le calme que créait se lieu emplit Nara. Cette dernière se promenant a travers le parc vit aisément le genin qui se trouvais au pied d'un arbre, le dos contre le tronc rugueux de se dernier et la jambe droite replié vers le torse. Des cheveux noirs, un regard noir, une impression de puissance. Aucun doute, c'était bien lui, Kenji. Il était la à quelques pas d'elle. Si beau, le cœur de Nara fit un bond et elle se remit en marche. Cette fois a un rythme incertain. Enfin, elle se retrouva à la hauteur de l'Uchiha et se posa au côté de ce dernier qui ne sembla pas surpris. Elle coucha doucement sa tête sur l'épaule de Kenji et ferma les yeux. Son petit compagnon a quatre pattes quand a lui était toujours blottit a l'intérieur du manteau de Nara. Puis, la Kunoichi déposa un baiser sur les douces lèvres de Kenji. S'abreuvant a ces dernières tel un assoiffé dans un désert. Une émotion intense emplissant tout son être. Puis, elle reposa doucement sa tête sur l'épaule du genin, fermant les yeux et attendant que ce dernier ne prennent la parole. Elle était s'y bien...

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Mer 7 Oct - 2:11

Il ne patienta que peu de temps.

La chaleur de son corps contre lui était agréable. Il sentait le souffle de la jeune fille dans le creux de son épaule, il venait chatouiller son cou dans une danse chaleureuse et bouillante d’amour. L’osmose de deux être unis dans un corps d’émotion si singulier et personnel. Le soleil radieux venait éclairer ce tableau magique et le parfait de sentiment encore plus fort. Il se reflétait dans leur yeux, dans ces regards si différent et pourtant indissociable.

L’arbre derrière eux créait le creux parfait pour leur corps qui s’emboitait l’un dans l’autre. Les branches retombaient légèrement devant eux pour ne laisser qu’une courte vu de l’horizon. Les feuilles d’un vert revigorant et scintillant ressemblaient à des milliers d’étoiles leur faisant l’honneur de les bénir. Il ne manquait plus que ces doux violons créant cette atmosphère mélancolique et romantique si particulière. Mais cette musique vivait, elle était dans leur tête. Kenji l’avait ressentit dès l’approche de Nara.

Il s’était passé doucement une main dans les cheveux voyant son ombre se dessiner devant le soleil. Ses courbes élancées et subtils à la fois firent endurer une étrange sensation au cœur de l’Uchiha. Il respirait calmement et attendit qu’elle vienne le rejoindre pour goûter à la douceur de ses lèvres durant de courtes secondes. Sentir le souffle de son être voguer au travers de son âme dans un ballet inoubliable.

Il ouvrit doucement son bras pour le passer autour des épaules de la jeune fille et laissa son regard sombre vagabonder de long instant sur ses courbes. Il ouvrit son torse de fier combattant pour qu’elle puisse y poser délicatement sa tête et il la caressa avec tendresse le long des hanches remontant jusqu’aux épaules. Avec son autre main il poussa hors du visage angélique de la jeune fille une mèche de cheveux avec souplesse. Sa chevelure noire aurait rendu jalouse les plus belles pousses du quartier Uchiha et sa gaité de vivre contrastait parfaitement avec ce qu’était Kenji.

Jeune, solitaire et condescendant pour certains, ouvert et mûr pour d’autre. Mais au final, il n’avait que faire de ce que pensaient réellement les individus extérieurs à sa vie de ninja. Pourtant, comme tout jeune genin il se posait des questions. La principale était sur ses objectifs futurs. Il ne savait pas quoi faire. Il aimait son clan, le chérissait plus que tout au monde mais ce n’était pas une fin en soi. La manipulation n’était pas dans ses veines comme ce sang qui coulait chez Takeshi. Il deviendrait un grand et talentueux shinobi, c’était son destin.

Il inspira doucement laissant ses poumons se remplir d’une aire pure et ses narines s’enivrer du doux parfum de Nara. Il prit la parole, c’était rare si n’était pas unique. Jamais, jamais il ne faisait le premier pas. Il préférait rester en recul et ne pas s’ouvrir aux autres. Son cœur de pierre et la froideur de son esprit était l’une de ses armes principales. Mais cet après-midi il était avec Nara et il se sentait bien. Sa gorge se déliait et il savait qu’elle comprendrait tous ses maux. Elle ne les résoudrait surement pas mais à travers cela elle verrait qu’il lui faisait confiance. C’était Nara.

[Kenji] – Nara…

Il leva les yeux vers l’horizon ne laissant aucune chance à la jeune fille de voir ce que ses yeux pouvaient exprimer pour une fois. C’était un moment personnel qu’aucun individu ne verrait. Il était seul avec son âme. Son cœur accéléra tandis qu’un millier de questions explosaient dans sa tête. Il jura intérieurement avant de se passer doucement une main dans les cheveux. Il souffla alors quelques mots qui vinrent se perdre dans les oreilles de Nara comme une mélodie sans fin.

[Kenji] – Connais-tu les Cygnes du domaine où je vis ?

Il laissa quelques secondes de silence n’attendant aucune réponse. Même si elle ne les connaissait pas l’important n’était pas là. Elle comprendrait au fur et à mesure qu’il parlerait.

[Kenji] – Ils sont magnifiques, leur blancheur éclatante au matin sous un soleil radieux. Ils s’éveillent dans une fausse lenteur pour se préparer à danser durant toute une journée. Ils n’ont d’autres objectifs que de faire un spectacle chaque jour…

Sa chevelure noire scintilla sous un rayon de soleil tandis que son visage vide semblait se perdre dans ses pensées. Il se sentait bien prés d’elle et pourtant il doutait encore des paroles qu’il allait sortir. Non pas qu’il ne ressentait pas la confiance de Nara mais c’était cette barrière naturelle qu’il s’était forgée au fils des années qui avait du mal à céder. Ce mur de pierre qu’il jugeait indestructible qui avait résisté à toutes les épreuves que la vie lui avait fait endurer.

Il soupira. Pouvait-il créer quelque chose avec quelqu’un ? N’allait-il pas le regretter dans peu de temps ? Etrangement c’était encore avec une fille qu’il se confiait, il se souvint de Taka à qu’il avait dit pas mal de choses importantes qu’elle avait su garder secrète. Nara ferait de même.

[Kenji] – Je ne sais pas quoi faire.

Il ne parlait pas d’aujourd’hui, de cet instant magique qu’il partageait avec cette jolie fille dans le creux de son torse. Il ne parlait pas de demain mais d’un futur bien plus grand, bien plus loin. Il savait qu’une route dorée lui était toute tracée mais il se demandait juste pourquoi l’emprunter. Il voulait que quelqu’un lui donne une raison assez forte pour qu’il ait envie de se battre et de tout donner. Quelque chose qui le transcende et qui arrête de faire de lui ce robot. Mais il savait aussi que ce lien qui ferait de lui un redoutable ninja serait aussi son plus grand point faible. Une contre partie bien trop importante qu’il devait soupeser avec intelligence pour ne pas faire un choix qu’il regretterait plus tard.

Il baissa finalement son regard sombre sur la jeune fille et plongea à bras ouvert dans l’étendu blanc de ses pupilles invisibles. Il continuait de la caresser affectueusement dans un geste mécanique dont il ne se rendait plus compte. Il inspira doucement avant de relever le regard vers le lac. Sa surface lisse le calmait tandis que Nara l’apaisait.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Sam 10 Oct - 15:56

Kenji : +12 XP
Nara : +5 XP
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Jeu 15 Oct - 1:24

La main de Kenji vint délicatement caresser ses hanches avant de remonter doucement vers sa poitrine. La chaleur qui se dégageait de la douce main de Kenji fit monter en elle un tourbillon d'émotion différente mais pourtant si semblable. Nara se replia encore un peu plus sous les bras protecteurs de Kenji. Elle ferma ses yeux une brève seconde, goûtant a la douceur du moment, puis son regard blanc immaculé vint a la rencontre de son antagoniste noir, l'émotion pouvait se ressentir partout dans le corps de la jeune femme tandis que les deux regards s'unifiait l'espace d'un instant, puis le regard de Kenji se sépara pour monter vers le ciel. Laissant le soin à Nara d'admirer le visage si doux et si dur a la fois de l'Uchiha.

De nouveau les yeux de la Hyuuga se fermèrent tandis que la douce voix de Kenji résonnait enfin dans les oreilles de Nara. Une voix si détaché pour qui ne savait pas l'écouter mais qui devenait si douce a qui savais l'interprété.

Kenji- Nara… Connais-tu les Cygnes du domaine où je vis ? Ils sont magnifiques, leur blancheur éclatante au matin sous un soleil radieux. Ils s’éveillent dans une fausse lenteur pour se préparer à danser durant toute une journée. Ils n’ont d’autres objectifs que de faire un spectacle chaque jour… Je ne sais pas quoi faire.

Le regard de Kenji enlaça celui de Nara, emportant cette dernière dans un ballet d'émotion qui n'avait rien de désagréable. Tout au contraire, Nara avait envie de se jeté a corps perdu dans le regard sombre de l'Uchiha, elle avait envie de s'y perdre, de ce laissé guidé par ce sentiment si fort qui l'habitait depuis qu'elle avait rencontré Kenji. Nara replia encore un peu plus ses genoux et approcha tranquillement ses lèvres de l'Uchiha, déposant un long baiser sur les lèvres de ce dernier. S'abreuvant un peu plus au torrent qu'était l'amour. Puis, elle recula légèrement la tête et replongea son regard blanc dans son opposant noir.

Nara- J’ai toujours été seule depuis la mort de mon père… Il ne me reste plus qu’un seul souvenir de lui… Mon byakugan.

Nara soupira, laissant quelques secondes à Kenji pour assimiler l’ampleur de ce qu’elle lui révélait. Tandis que le regard de cette dernière montait vers le feuillage verdoyant de l’arbre qui les recouvrait.

Nara- Mon père fut un membre respecté du clan Hyuuga… Jusqu’ à ce jour fatidique. Où il fut lâchement assassiné…

Nara sourit à Kenji avant de goûter de nouveau à la douceur des lèvres de l’Uchiha.

Nara- Mais cela est terminé car maintenant je t’ais toi. Kenji Uchiha.

La kunoichi marqua une petite pause, pesant chaque mots de façon à y mettre toutes les émotions que ces derniers représentaient pour elle. Ils exprimaient une sincérité irréfutable et un amour qui ne cessait de grandir au plus profond de son cœur. Ce dernier battait à tout rompre dans une chamade mélodieuse. La douceur des membres de son compagnon la réconfortaient et la mettaient en confiance.

Nara- Et toi, tu m’as moi.

Pour appuyer ses dires, la Kunoichi alla déposer un baiser dans le coup de Kenji tandis que la main de cette dernière alla se posé sur la cuisse de Kenji.

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Mar 20 Oct - 4:59

Chapitre 1 à [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] Arrow

Tome 1

Chapitre 2
Une nouvelle fleur est cueillie.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image][Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Sakura & Hiro

Il serait peut-être temps de vous racontez la fois où Azumi, un petite fille âgée de neuf ans, c'est embarquer dans une amitié qui jamais n'aurais dériver si « Ça » ne se serait jamais produit. Le début de cette histoire commence l'après-midi même de son apprentissage au clonage. Azumi était fière d'avoir maîtriser une technique de rang D aussi facilement. Plus les jours passaient, plus elle se disait que sa carrière de Shinobi allait être un vrai jeu d'enfant. Sa maîtrise du Chakra était parfaite pour une petite fille de son âge et elle n'avait pas encore démontrer tout ce dont elle était capable. Car oui, ces petits entraînements n'étaient qu'un apéritif que l'on savourait lentement. Il restait le plat principale dont la cuisson était presque parfaite. Azumi allait bientôt dévoiler sa vrai force.

Ou pas.

Sérieusement, elle ne savait pas ce qui l'attendait. Elle croyait que tout allait lui tomber dans les mains et que les efforts qu'elle aurait à faire seraient minime, mais elle avait tort. Il est vrai que sa force dépassait légèrement celle des enfant de neuf ans, mais il lui faudra beaucoup de persévérance pour arriver là où elle désirait aller. Mayo, son nouveau grand-père, le savait pertinemment. Le vieillard trouvait cela insupportable de constater à quel point Azumi semblait sûre de elle. Il savait que, bientôt, la petite fille demanderait plus et que les techniques qu'elle désirera apprendre seront très difficile, mais il fallait qu'elle comprenne que l'échec existait bel et bien.

La fillette plaça ses livres dans son sac et salua Uchiki qui semblait, encore une fois, en train d'écrire quelque chose sur une petite feuille de papier. Le maître en Genjutsu la salua d'un signe de main. Heureuse, Azumi sortit de l'académie, le sourire encrer sur ses lèvres. D'un regard indiscret, elle regarda la montre d'un élève pour savoir exactement quelle heure il était. Après quelques secondes de réflexion et de calcule mental, elle en vint à la conclusion qu'il arrivait bientôt midi. Le temps s'était écoulé à une vitesse folle. Heureusement, Azumi avait réussit à maîtriser la technique du clonage.

La fillette décida de profiter des quelques billets qu'Haruna lui avait confier pour s'arrêter manger dans un petit restaurant. La jeune fille ne connaissait pas vraiment Konoha même si elle avait vagabonder deux mois dans ses rues étroites. Elle décida donc d'arrêter au restaurant qu'elle affectionner depuis longtemps. C'était celui où les poubelles étaient pleines de bonnes choses et où elle trouvait toujours de délicieux restes. Mais maintenant c'était terminé ! Azumi pouvait maintenant manger à une table avec les autres habitants.

Une fois arrivé, elle saliva devant la vitrine un moment. Les plats chaud sortant de la cuisine et les petits pots de beurre posés sur toutes la tables lui donnèrent faim. L'ouverture des portes su restaurant fit résonner une petite clochette dans l'établissement. Azumi, souriante, entra d'un pas décider à l'intérieur. Elle s'assit à une table et ouvrit le petit menu. La jeune fille n'avait jamais remarquer à quel point cet endroit était charmant. Sur chaque table était poser un vase contenant une marguerite fraîchement cueillie. Les chaises étaient de bois de chêne et un petit coussin en tissu rouge avait été déposer sur chacune d'entre elles. La beauté de la salle à manger la fit sourire de plus belle.

Serveuse - Bonjour, désirez-vous un apéritif ?

Une jeune femme s'était avancer vers elle. Cette dernière était grande et portait des vêtements qui semblaient être son uniforme de travail. La fillette comprit très vite que c'était la serveuse qui était sensée la servir durant qu'elle mangeait. Impressionner devant la simplicité de cette femme splendide, Azumi lui répondit :

Azumi - C'est quoi un apétitif ?

Amusé, la jeune dame répliqua.

Serveuse - C'est une boisson que l'on boit avant de manger son repas principale. On prononce ce mot : apéritif. Et non « apétitif ».

Azumi - Apéti... Apéritif.

Répéta Azumi..

Serveuse - C'est cela... Vous en désirez un ?

Azumi lui dit qu'elle n'avait pas envie de boire, mais qu'elle avait très faim. En se lichant les babines, elle regarda avec attention le petit menu du jour. Il faut avouer qu'elle était plus impressionner par les images que ce qu'il y était écrit. Des longues pâtes garnis de légumes frits ou une grosse poitrine de poulet cuite à la perfection était affiche sur la feuille légèrement rosé. Après quelques minutes, elle fit signe à la jeune dame de tout à l'heure pour lui montrer qu'elle était prête à commander. Azumi choisit le spécial du jour qui était en fait des boulettes de steak haché à la sauce tomate. La serveuse lui donna gentiment un verre d'eau que la fillette pût siroter avec une paille. Elle fouilla dans son sac pour en sortir le livre qu'elle avait prit à la maison des Itô. L'étudiante tourna les nombreuses pages qu'elle avait lut ce matin et se rendit très vite au chapitre du Taijutsu.

La jeune fille ne savait pas quelle voie elle allait choisir entre le Ninjutsu, le Taijutsu, le Genjutsu ou la médecine. Pour l'instant, elle avait seulement toucher au Ninjutsu et cette voie lui plaisait bien. Elle savait que le combat à main nue n'allait pas être ce qu'elle choisirait, mais elle comptait tout de même lire le chapitre pour être certaine de ce qu'était le Taijutsu. Azumi voulait être certaine qu'elle aimerait la voie qu'elle choisirait, puisqu'elle avait lu quelques pages plus loin qu'il était très difficile de se spécialiser dans plusieurs de ces domaines. La fillette avait aussi apprit qu'il existait deux voies de soutien tel que le Ninjutsu non-élémentaire et le Ninjutsu de combat. Elle était déjà bien attacher au non-élémentaire puisque l'étudiante avait déjà apprit deux techniques. C'est à dire : La métamorphose et le clonage.

Peu de temps plus tard, la serveuse lui apporta ses boulettes qu'elle savoura tout en gardant un œil sur les phrases du livre. Il était très intéressant, ce livre. Il lui apprenait beaucoup de chose sur les ninja qu'elle ne connaissait pas et qu'elle désirait plus que tout apprendre. Jamais elle n'aurait crue que le métier des Shinobi allait autant la passionner un jour. Mayo l'avait vraiment aider pour connaître le but de la petite. Tout indiquait qu'elle était fait pour cela.

Une fois l'assiette lécher et le verre d'eau vider. Elle donna à la serveuse les Ryos qu'Haruna lui avait donner et lui laissa un pourboire généreux. Elle était entrer avec le sourire et ressortit avec le même. Azumi désirait maintenant visiter un peu Konoha. Elle décida que le parc était un bon commencement. La petite fille avait longtemps observer le parc Seibutsu dans la noirceur et couchait souvent sur un banc avant d'être recueillie pas cette magnifique famille et elle croyait qu'il était maintenant temps de faire son deuil de ce temps passé. Il était temps d'arrêter de songer à ce passage de son existence qu'elle avait tant détesté. C'est pour cela qu'elle se rendait là-bas. Elle voulait mettre une croix sur son passer une bonne fois pour toute et axée ses pensés sur le futur. Bientôt, elle serait grande et forte. Personne ne pourrait la combattre sans sortir perdant du combat. C'était ça son rêve.

Arrivé devant les grandes portes de ce magnifique et immense parc, un frisson d'anxiété se fit sentir dans tout son être. Elle pénétra d'un pas rapide et pût enfin admirer ce paysage sans peur. La place était bonder de monde et il y avait une dizaine d'enfants qui jouaient au chat et à la sourit. L'envie d'aller les rejoindre l'envahit, mais elle se retint. Azumi n'était plus une enfant maintenant. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Elle voulait aussi que les gens la traite de la sorte. C'était une Kunoichi mature et ses neuf ans ne devaient pas paraître. Aujourd'hui était le meilleur moment pour se faire quelques amis. C'est pourquoi elle s'approcha d'une jeune fille aux cheveux longs et blancs. Elle semblait avoir le même âge qu'elle. Ses yeux étaient légèrement rouges et ses traits était très calme même si ses yeux voulaient sans doute dire le contraire. En s'approchant, Azumi pût entendre la discution que la petite fille avait.

Sakura - Non Hiro, tu n'as pas le droit de faire mal à ces fleurs. Tu sais, si je le dis à maman elle serait sans doute très fâchée contre toi.

Azumi aperçu un garçon derrière l'autre fillette. Il était grand et semblait plus âgé de quelques années que sa sœur. Il avait, comme elle, des cheveux blancs mais courts et les yeux légèrement rouge. Il était accompagner de deux autres garçons qui ricanait de la méchanceté de leur ami.

Hiro - Sakura, ces fleurs étaient sur mon chemin. Et tu te rappelle ce que je réserve à ceux qui ose se mettre sur mon chemin ?

Son pied survola lentement une petite marguerite et le membre finit par écrabouiller la pauvre fleur sans défense.

Hiro - Je les écrase !

Un sourire se dessina sur ses lèvre. Ses copains eurent tôt fait de ricaner avec lui. Ils partirent en reprenant leur sérieux, laissant la fillette aux cheveux blancs derrière eux. Sur le visage de cette dernière, aucune colère ne pouvait la trahir. Il était simplement remplit de tristesse. Azumi, ne sachant pas trop comment engager une conversation, s'avança vers la jeune fille et lui dit :

Azumi - Cha va ?

D'un regard discret, Sakura tourna le regard vers son interlocutrice. Elle la fixa ainsi pendant un long moment, ses traits ne changèrent pas.

Sakura - Ça va... Mon frère est toujours comme cela, ce n'est pas nouveau.

Azumi - Je suis Azumi.

Sakura - Moi c'est Sakura.

Elle se coucha de tout son long sur l'herbe et regarda la pelouse du parc. Sans changer son attitude et sur le même ton, elle continua.

Sakura - Il est rare de voir des marguerites à ce temps-ci de l'année. Elles sont très rare. Cette marguerite était exceptionnel. J'aurais bien aimer la contempler quelques instants.

D'un pas timide, l'étudiante s'avança vers Sakura et se pencha pour cueillir la marguerite écraser. Elle la regarda pendant un long moment.

Azumi - Elle était splendide.

Sakura - Elle était exceptionnelle. Tu viens de mettre fin à ses souffrances.

Azumi tendis la petite fleur à sa nouvelle amie et lui répondit :

Azumi - Je suis certaine qu'elle serait mille fois mieux si tu la gardais. Une fleur reste exceptionnelle même cueillie. Elle aura servit à égayer la vie de quelqu'un pour quelques secondes, ça c'est exceptionnel. Ne t'en fait pas. Les fleurs repoussent au printemps.

Sakura - Tu as sans doute raison. Le sol est froid, elle n'aurait pas vécu longtemps.

D'un geste délicat, Sakura prit la petite fleur dans ses mains. Elle respira son doux parfum et la glissa derrière son oreille.

Azumi - Tu as quel âge ?

Sakura - Je viens tout juste d'avoir neuf ans. Et toi ?

Azumi - J'ai neuf ans également ! De plus, je viens de m'inscrire à l'académie.

En gardant la même expression, elle se leva et marcha quelques instants. La jeune fille était habiller d'une petite veste rose splendide et d'un pantalon. Elle semblait très riche. Tout en continuant de tourner en rond, elle pensa tout haut.

Sakura - L'académie ninja de Konoha ? Hum... Tu aimes le sang, Azumi ?

Azumi - Le sang ?!

Répondit-elle surprise.

Azumi - Bien sûr que non.

Sakura - Je vois... Tu veux jouer à un jeu ?

Azumi - D'accord.

Sakura - Ça se nomme : La cachette. Tu dois te cacher, et je dois compter. Si je te trouve, c'est à ton tour de compter. As-tu compris les règles Azumi ?

La fillette connaissait bien ce jeu. C'est avec un grand sourire qu'elle accepta et qu'elle partit se cacher derrière un arbre. Il jouèrent quelques minutes jusqu'à ce que Sakura lui dise :

Sakura - Je dois partir, ma mère sera inquiète sinon. Tu ne m'as pas dit ton nom de famille.

Azumi - Je me nomme Azumi Itô...

Sans lui dire le siens, elle sautilla jusqu'à la sortie. Là, un homme l'attendait.

Homme - Vous vous êtes fait une nouvelle amie mademoiselle ?

Tout à coup, Sakura sourit et mit une main dans ses poches et en sortit un paquet d'argent.

Sakura - Je vous donne tout cela si vous ne dites aucun mot au sujet d'Azumi à ma famille.

Homme - D'ac... D'accord mademoiselle. Je suis là pour servir... Vous et votre noble famille.

Fin du chapitre

Chapitre 3 aux [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] Arrow


Dernière édition par Azumi Itô le Dim 25 Avr - 18:01, édité 5 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Mer 28 Oct - 13:08

Nara : +5 XP
Youso : +11 XP
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Sam 10 Avr - 1:48

Second jour et toujours le même temps. Mais malgré tout Hakai s’emmerdait. Il avait, comme la veille, continué son entraînement. Mais cette fois ci, son chemin ne fut pas perturbé par la jeune femme. La ou c’était dressé le marché, il n’y avait plus rien. Une simple rue comme toute les autres. Il ne savait vraiment pas quoi faire, il alla donc à la rencontre d’une personne avec qui jamais il ne pourrait s’emmerder.

Cette fois ci il se la joua discret. Il n’avait franchement pas le cœur à se présenter devant le domaine. Il sauta d’un bond sur le toit, il savait à peu prêt ou était la chambre de la jeune femme. En faite, elle était très simple à repérer étant donné qu’un balcon y donnait entré. Il sauta donc sur le bois dur de la balustrade. Une large baie vitrée séparait les deux mondes, par chance celle-ci était ouverte. Cela n’étonna point Hakai. Il savait la petite Mina rêveuse, il l’imaginait très bien venir sur son balcon est regarder le monde pendant de longue heure.

Il s’engouffra dans la pièce tel un cambrioleur. C’était la première fois qu’il rentrait dans la demeure. Les murs teint en mauve donnait une atmosphère qui se voulait sombre probablement une dédicace au domaine. Un lit baldaquin occupait la gauche de la pièce. Hakai hallucina en voyant ce lit, il ne pouvait en être autrement pour une fille aimant autant la luxure. Mais le pire n’était pas encore arrivé. D’un rapide coup d’œil vers sa droite, il pu remarquer la présence de la jeune femme. Celle-ci ne semblait pas l’avoir senti et continuait de travailler un parchemin sur un bureau en bois sombre et massif. Hakai continua son tour du propriétaire. S’avançant vers le lit, il remarqua l’immense commode qui se dressait fièrement au coin de la pièce. Tout était présent, robe, tenu d’entraînement, sous vêtement… Mais le pire c’est que tout cela était de la haute couture. Et il y en avait des dizaines.

Par maladresse, l’homme n’avait remarqué la présence d’une culotte sous son pied. A vrai dire, il n’aurait imaginé trouver les sous vêtements de Mina au sol. Il s’empara du sous vêtement et le lança délicatement sur la tête de la jeune femme. La surprise de recevoir ses sous vêtement subitement sur la tête était tout bonnement hilarant.

[Hakai] « Il faudrait penser à ranger vos sous vêtement jeune femme. »

Action, réaction.L'Uchiha agissait avant de réfléchir, il fallait croire. Hakai dû faire preuve d’une agilité et d’une ruse impériale pour éviter les projectiles.

[Mina] « Pervers ! Pervers ! Pervers !!! »

Mina semblait vouloir lancer tout ce qui lui tombait sous la main. Plume, encre, stylo, parchemin, chaise, kunai… tout fut lancé contre le jeune homme qui esquivait tant bien que mal. Heureusement pour lui, ce n’était que le pot à encre qu’il encaissa en plein front. Il se cachait misérablement derrière les branches du lit. Mais cela n’était pas suffisant pour la chaise. En court de projectile, la jeune femme s’apprêtait à lancer le bureau. A bout de souffle l’homme la supplia. Les genoux à terre, il leva les bras vers la jeune femme.

[Hakai] « Mina non !! C’est moi Hakai ! »

Le visage de la destruction changea illico presto. C’était à nouveau le petit ange habituel.

[Mina] « Ah mais c'est toi ! Tu sais pas la dernière ? Un pervers est rentré par la fenêtre ! »

A bout de souffle, les bras du jeune s’abattirent prestement sur le sol. Sa respiration était rapide, trop rapide. La jeune femme l’avait prit de court. La prochaine fois, il se présentera à la porte…

[Hakai] « Oui j’ai vu ça… Mais… Il c’est enfui le bougre. »

La jeune femme, déesse soit elle loué, vint aider son camarade à se relever. La chambre ressemblait plus à un champ de bataille qu’a… une chambre en faite. Par je ne sais quel miracle, le lit se tenait droit au milieu de débris.

[Mina] « C'est parce que je suis trop forte, il a eu peur de moi, divine déesse divinement divine. »

[Hakai] « Oue bah… calme la caféine. Tu as vu l’état de ta chambre maintenant ? Moi qui comptais t’inviter à faire une balade. Me voila coincer ici… Dans TA chambre… a faire le ménage. »

Un sourire sur les lèvres, l’homme commença à ramasser quelques débris qui gênaient l’ouverture de l’armoire. Maladroit qu’il était. La chaise avait massacré l’une des portes qui tombaient à présent sur le sol emportant avec un tas de vêtement.

[Mina] « C'est la faute au pervers, nah. »

Le découragement gagnait peu à peu Hakai mais heureusement la petite Mina était la pour lui donner le sourire. Ils nettoyèrent donc la pièce, Mina rangea c’est vêtement et Hakai rassembla les débris pour faciliter le nettoyage. Une grosse heure passa. L’homme ressentait la fatigue et n’attendit pas la permission pour s’allonger sur le lit.

[Mina] « Fait comme chez toi ! »

[Hakai] « Oups… Désolé je t’avais oublié. »

D’un mouvement délicat, il s’empara du poignet de la jeune femme afin de la ramener à son tour sur le lit confortable. Hakai s’y sentait bien. Après tout, il devait coûter extrêmement chère. La jeune femme se laissa faire et vint se blottir contre la poitrine du jeune homme. Cela lui avait un peu manqué sans toute fois être un désir absolu. Ils restèrent ainsi pendant quelque heure, le sommeil les ayants submergés.

Son regard se perdait dans la pièce. Il était dommage qu’elle fut peinte de cette couleur. Une couleur vive et colorée aurait donné un bon contraste avec la lumière du jour qui devait baigner cette pièce à midi. Dommage et pourtant, la femme qu’il avait dans ses bras ne représentait pas cela. Enfin plus… Car il l’avait presque oubliée, elle avait changé. Peu être devrait il lui proposer de changer la couleur ? L’homme se noyait dans le visage de la jeune femme, la regardant s’animer de vie peu à peu. Ses yeux avaient d’abord du mal à se rouvrir mais finalement ils y arrivèrent.

[Hakai] « Bonjour déesse. Alors on la fait cette promenade où tu préfères rester ici ? »

[Mina] « Oui oui oui ! »

A peine réveiller que la jeune femme débordait de vie. C’est elle qui tira plus ou moins le jeune homme du lit pour l’emmener dehors. Ils quittèrent tous deux la demeure par la sortie la plus discrète, le balcon. Il n’était pas très sur de faire disparaître ainsi Miana sachant qu’elle était suivie mais peu importe. Ils étaient jeune et pouvaient s’amuser. Main dans la main ils se baladaient dans le parc admirant la végétation et les beautés du lieu.


Dernière édition par Uchiha Hakai le Mer 9 Juin - 16:12, édité 1 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Lun 3 Mai - 6:43

Nara se leva doucement, laissant planer quelques moment son regard sur le mobilier sobre dont était meublé sa chambre, une bibliothèque, une armoire ainsi que quelques crochets sur lequel pendait le matériel ninja de la kunoichi. Ses mains se portèrent doucement à ses yeux sans pupilles, venant les frotter doucement. Puis, la jeune femme se leva, une longue journée l’attendait elle devait se préparer a son retour prochain au sein du clan Hyuuga. Elle devait trouver une bonne raison a son retour car Nara n’oubliait pas qu’elle avait renier se dernier quelques années plutôt et la kunoichi se doutait que le simple fait qu’à cette époque elle buvait les paroles de Takame comme la pure vérité, n’était pas suffisant et n’excusait en rien le fait qu’elle est renier ce dernier. Nara se devait dès maintenant de suivre le trajet que son père lui avait tracé car malgré le fait que durant la dernière décennie elle se soit bien éloigner de sa voie, aujourd’hui la jeune femme se sentait enfin la force de recommencer à arpenter la dure voie du clan et de faire tout ce qu’elle pouvait pour se voir accepter par la communauté de se dernier.

La jeune femme se rendit mécaniquement dans la cuisine, se servait sans même sans rendre compte un verre d’eau qu’elle sirota un peu avant de s’asseoir a son bureau de travail sur lequel trônait une quantité incroyable de parchemins. D’une main habile, la kunoichi serra les précieux parchemins dans les tiroirs du meuble avant d’attraper un papyrus vierge. Ses doigts se resserrèrent sur son encrier tendit que la pointe de sa plume se trempais dans le l’ancre, s’abreuvant du liquide noirâtre pour mieux laisser allez le merveilleux pouvoir qu’était l’écriture. Rapidement, le papier légèrement brunâtre se remplis de symbole noirâtre, suivant le fil des pensée de Nara. C’était rare qu’elle se laissait ainsi aller dans l’écriture mais la jeune femme avait besoin d’éclaircir ses pensées avant de ce présenté au porte du domaine qu’elle avait quitté il y avait presque une décennie déjà. Elle avait besoin d’écrire son histoire, une ultime épreuve, un dernier pas qu’elle se devait de franchir afin de mettre une bonne fois pour toute son passé derrière elle.

Les heures passèrent et les parchemins s’empilaient, tous recouvert de la calligraphie habile de la kunoichi. Alors que le soleil commençait son déclin, Nara déposa enfin sa plume et reboucha son encrier vide. La jeune femme attendit que l’encre soit sèche avant de ranger les désormaient précieux parchemins. Après toutes ses heures a ressasser des souvenirs et a les exprimer sur les bouts de papiers, la kunoichi sentait l’appel criant de l’extérieur, un besoin viscérale de ressentir la douce brise de fin de journée sur sa peau, de voir le soleil se coucher pour laisser place au ténèbres et a la noirceur avant de reprendre le dessus le lendemain. C’est pourquoi la jeune femme pris la direction du quartier nord. La dernière fois qu’elle y avait mis les pieds c’était pour régler sa dette envers la bibliothèque. Mais maintenant, la jeune kunoichi qu’elle était arpentait enfin son nindo. Sa voie personnel qu’elle c’était tracer, protéger ceux qu’elle aimait et pour cela, elle allait avoir besoin de s’entraîner dur car pour le moment, la jeune femme n’avait plus que Kenji et ce dernier était bien plus fort qu’elle. Pour le moment elle n’était qu’un simple fardeau mais cela allait changer car avec de la volonté, tout peu changer. Les souvenirs de l’attaque d’Asahi s’imposèrent a elle et avec eux, la déclaration qu’elle avait fait a Higame alors que ce dernier lui ordonnait de ce réfugier avec les autres genins. Ce jour la, la volonté du feu avait coulé dans ses veines, c’était l’une des premières fois qu’elle la ressentait. Ce jour la, elle avait déclaré qu’elle ne fuirait pas devant un danger qui menaçait son village, car elle n’était pas une lâche et qu’elle ne se pardonnerait jamais de n’avoir rien tenté pour protégé l’ensemble du village. Ce jour la, la jeune kunoichi avait faillit mourir. Attaquer par l’un des membres de son propre village. Après cet épisode Nara n’avait plus cru en la volonté du feu et elle ne l’avait pas ressentit depuis.

Au loin, les visages des hokages précédents apparurent, ses grands ninjas qui pour la plupart avait sacrifié leurs vies pour ce village, pour voir la volonté du feu grandir dans la relève. Aujourd’hui, c’était elle la relève, elle et tout les autres genins et aspirant de Konoha. La jeune femme alla s’asseoir sur l’un des multiples carrés d’herbe qui se trouvait devant la falaise, laissant le vent caresser ses rêves et ses espoirs. Elle allait bientôt devoir se présenté au clan et plaidoyer pour revenir au sein de ce dernier mais cela n’était que l’ultime étape qu’elle c’était fixé. Une étape qui n’était pas obligatoire mais que son devoir envers son père l’obligeait a affronter. Ce dernier était mort pour les principes du clan ainsi que pour sauver la vie de sa fille, Nara. Le regard de la kunoichi alla vagabonder quelques instants parmi les nuages, laissant ses derniers lui raconter leurs histoires. Certain lui racontais l’amour, le bonheur ou encore l’amitié qui régnais dans ce monde tandis que d’autre lui racontait la cruauté et l’Injustice de ce même monde. Lesquels fallait-ils écouter? Probablement les deux mais Nara n’avait envie que d’écouter les premiers, ceux qui racontait les bienfaits de ce monde de brutes dans lequel elle vivait. Un monde dans lequel l’amitié et l’amour n’occupait que bien malgré eux des places secondaires tandis que l’assassinat et le meurt occupait les plus grandes places. Un homme dans lequel des hommes devenaient célèbre en tuant d’autre être humain. Pourquoi? La plupart des shinobis n’en avait aucune idée. Certain tuais pour leurs simple plaisir tandis que d’autre tuait pour des buts nobles, l’amitié et l’amour occupait pour ses quelques rares élues des places importantes. Nara faisait partit de cette catégorie et ce même si elle n’avait tué qu’une fois. La voie du ninja était pour elle un moyen d’aider son prochain, de protéger ceux qu’elle aime ainsi que le village qui la vue naître, grandir et mûrir. Jamais elle ne tuerait pour le simple fait de tuer, c’était contre ses principes. Des principes très développé pour la simple genin qu’elle était mais cela n’avait aucune importance car elle avait enfin trouvé son nindo et elle comptait bien s’y tenir coûte que coûte et ne jamais abandonner.

Doucement, la main de Nara vint replacer une mèche rebelle qui venait de tomber devant son regard blanchâtre tandis que la kunoichi se remettait en marche, en direction du cimetière. Elle devait mettre derrière elle son passé et cela ne pouvait se faire sans avoir vu une dernière fois la tombe de son père. La jeune femme n’était même pas allez a l’enterrement de celui-ci et elle le regrettait. Ce jour la, elle avait manqué une chance de dire un dernier adieu a son père mais aujourd’hui, elle allait se rattraper. Bientôt, la kunoichi vagabonda agilement parmi les pierres tombales, ce dirigeant vers cet immense arbre qui jetait son ombre sur une bonne partie du cimetière. Au pied de ce dernier ce trouvait une dizaine de pierre tombale. Tous des héros de konoha et au milieu de ses pierres, ce trouvait celle de son père. Sa pierre tombale blanchâtre sur lequel trônait tout en haut le symbole du feu et un peu plus bas, les armoiries du clan et une simple phrase, ici gît un héro qui n’a pas eu le temps de s’épanouir puisse la volonté de ce dernier se reflété dans les générations futurs, Hiro Hyuuga. La jeune femme se tint droite devant le monument a l’hommage de son père, ses yeux brillants de larmes refoulé. Sa voix quand a elle tremblant d’émotion.

Nara- Père…

La kunoichi prit une profonde inspiration, laissant par le fait même le temps a son esprits de formuler ses émotions.

Nara- Cela m’aura pris presqu’une décennie à le comprendre mais j’ai enfin compris. J’ai enfin compris qu’elle était ta volonté et j’ai fait de cette dernière mienne. De façon a ce que jamais ce meurt ton souvenir ainsi que la volonté du feu qui se fait bien absente en ses temps troubles. Aujourd’hui j’ai pris une grande décision, je vais enfin retourner vers le clan. Takame c’est enfui de Konoha, me laissant seule. Je suis de nouveau orpheline mais aujourd’hui je suis capable de comprendre contrairement a l’époque. Aujourd’hui j’ai aussi pris l’une des décisions les plus dures de ma vie, je vais m’occuper moi-même de ramener Takame au village. Je ne suis pas sotte, je sais que je vais surement devoir la tuer pour la ramener mais je n’ais pas le choix. Je ne pourrais pas supporter de savoir que quelqu’un d’autre s’en est occupé…

La jeune femme tira un kunai de sa poche et grava quelques mots au pied de la pierre tombale. Des mots simples mais qui voulait tout dire, un dernier hommage qu’elle rendait a l’homme qui guidait sa vie même une fois mort.

« Je ne t’oublierai jamais papa. »

Nara- Adieu papa…

Sur ses simples mots, la kunoichi pris la direction du parc qui faisait la fierté des habitants du centre ville. Elle avait besoin d’aller se promener parmi les fleurs et les arbres exotiques qui composaient la flore de ce dernier. Après quelques minutes, les pas de la kunoichi parcoururent le sentier pavée qui traversait le parc Seibutsu. Son regard blanchâtre et remplis de vie retourna flirter quelques peu avec le ciel, admirant le vol des faucons qui transmettait nuit et jours les messages dans tout konoha. Nara admirait ses oiseaux depuis qu’elle était toute petite, enviant leurs libertés. Pour eux la vie était si facile, ils livraient des messages de temps à autre, chassait et dormait. Mais pourtant, un sentiment de pitié l’assaillait lorsqu’elle pensait que malgré l’apparente liberté de ses oiseaux, ses derniers ne connaîtraient jamais la vraie liberté, l’amour. Un sentiment qui donnait des ailes, la liberté des sentiments.

Tandis que le pas feutré de la jeune femme parcourait le sentier de pierre, une silhouette familière attira son attention, interrompant ses pensées. Son coéquipier Hakai avançait dans sa direction, tenant la main d’une fille dans la sienne. Nara sourit légèrement, rougissant même un peu lorsque les souvenirs de leur dernière rencontre lui revinrent en mémoire. D’un signe de main elle attira l’attention de ce dernier avant de bifurquer dans sa direction.

Nara- Je vois que je ne suis pas la seule qui aime se balader dans ce parc.

Le regard de Nara se porta sur la jeune femme qui accompagnait son coéquipier.

Nara- Bonjour, je ne crois pas que l’on est été présenté. Je suis Nara, coéquipière de… Hakai.

Un sourire illumina le visage de la jeune femme lorsqu’elle remarqua l’air gêné qu’arborait Hakai.

Nara- Cela faisait longtemps.

Nara se tourna vers la direction d’où elle revenait, apercevant une nouvelle silhouette familière.

Nara- il semblerait que toutes l’équipe un soit au rendez-vous.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Jeu 17 Juin - 15:48

Nara : +14 XP
Hakai : +8 XP

Dans l'espoir de voir une énième suite.

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Jeu 15 Juil - 4:06

Enfin l'équipe neuf pouvait ressentir la douce brise de Konoha. Le voyage avait été long et ardu, mais ils y étaient arrivés. Ying regardait le ciel, durant que les autres partaient de leur côté. Le soleil était haut et flamboyait comme jamais. Aucun nuage noir à l'horizon que du bleu clair parsemé de tâche blanche. L'adolescente inspira longuement, elle était bien contente d'être de retour. La genin n'arrivait tout simplement pas à croire qu'elle était revenue vivante... Le voyage avait duré environ une semaine, mais cela lui avait donné l'impression d'un mois. Plusieurs choses l'avaient troublés tout au long. La Niwa avait tout fait pour ne plus y penser, mais cela avait été impossible. Celle-ci se demandait si Loraz était toujours en vie. Malgré qu'il avait peu de chance. Un rongeur cherchant les problèmes comme lui, était comme un insecte qui sautait droit dans un incendie. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas ça qui dérangeait le plus ses pensées. Elle avait fait la pire erreur de toute sa vie, juste avant de quitter le village. Ce garçon qu'elle avait rencontré. Ying avait précipité les choses et cela lui aura valu gros et elle le savait.

Elle se tourna. Regarda les deux gardiens de portes. La kuinoichi fixait les deux hommes intensément. Ceux-ci ne s'en préoccupa guère. Ying était comme tombée dans la lune on peut dire... Une image lui apparu dans son esprit. C'était celle d'Hayabusa. Elle avait l'impression de revivre la rencontre de l'autre jour, mais en différent. Tout tournait différemment, mais au sens négatif cette fois. Sauf que cela n'était que son imagination et elle le savait. Ce qui retenait le plus son attention se fut ce fameux bout de papier. Il devait vraiment la prendre pour une folle.

*Qu'est-ce que j'peux être conne parfois...*

Elle fit un long soupir. Pourquoi avait-elle survécu ? Elle se répéta cette question en boucle pendant près d'une minute avant de trouver une conclusion. C'était un signe du destin. Mais qui signifiait quoi ? Qu'elle devait en finir elle-même. Certainement. Ça ne peut pas vouloir dire autre chose.

Après quelques minutes Ying se pencha pour s'asseoir sur le sole puis, plaça ses mains sur ses genoux. Elle afficha une moue pensive toute en continuant de regarder les deux êtres humains sans s'en rendre compte. Ils n'étaient qu'à quelques mètres d'elle alors, ceux-ci devait commencer à la trouver étrange. Mais bon, la Niwa se foutait pas mal de ce que ces ninjas pouvaient penser d'elle. De toute façon, elle ne les reverrait sans doute plus, car son choix était fait ! Elle allait se suicider, aujourd'hui. Deux choix intéressant fessait face : sauter en bas de la falaise ou se faire un Harakiri. Voilà une question qui méritait un bon moment de réflexion. Sauter en bas de la grande falaise de Konoha était celle qui demandait le moins d'effort mentale. Se jeter dans le vide n'était pas très difficile, mais ça ferait surement une grosse tâche de sang. Puis, dieu sait que se liquide rouge est difficile à faire partir. C'est encore pire sur le tissu. Devait-elle prendre le risque de tâcher sa belle jupe bleue poudre ? Non, c'était hors de question. Ah ! Mais s'ouvrir le ventre aussi risquerait de salir ses vêtements. Alors, aucune manière n'était correcte. Peut-être que rentré dans son ancienne maison mettre le feu et rester à l'intérieur serait un bon moyen. Mourir par les flammes seraient sans doute la plus belle mort, mais si elle manquait son coup... Elle serait accusée d'incendie et finirait ses jours en prison. Donc, tout ça était une mauvaise idée.

La genin se releva puis avança de quelques pas vers le comptoir devant les gardiens. Elle accota ses coudes sur le bois et déposa son menton sur les pommes de ses mains. Les deux hommes la regardaient avec un air interrogatif. Depuis le temps qu'elle était arrivée pourquoi celle-ci ne repartait pas tout simplement chez-elle. Après un long silence lourd elle finit par parler.

Ying - Mais pourquoi je n'ai pas été tué durant cette mission ?

Elle tourna son regard vers le côté droit puis vit une pille de feuille avec un crayon noir. Elle retourna son attention presque tout de suite vers les types qui la dévisageaient. L'un d'un ouvrit la bouche s'apprêtant à répondre, mais Ying l'interrompu. Elle laissa lourdement tomber ses mains en poing sur le solide bois du comptoir. Avant de dire sur un ton hérité :

Ying - J'ai pas envie de mourir alors, vous allez arrêter !?

Elle leur fit un air fâché qui se transforma presque aussitôt en un large sourire. Elle venait de remarquer les trois faucons derrière les shinobis. Ils étaient dans trois cages différentes. Deux dormaient et un buvait de l'eau dans sa gamelle. Les trois oiseaux étaient tout simplement adorables et lui fit avoir une idée de génie. Les volatiles n'étaient pas là pour rien... En demandant poliment elle pourrait bien en emprunter un pour envoyer un message au jeune Toyome.

Elle se tourna d'environ trente degré pour regarder par l'immense portière. Elle se gratta la nuque perplexe de ce qu'elle devait faire. Sans s'en rendre compte l'un des juunins lui parlait, il lui demandait qu'est-ce qu'elle avait. Mais celle-ci ne l'écoutait pas le moindre du monde. Le problème était que : même si elle lui envoyait une lettre celui-ci voudrait-il la revoir ? Cela laissait l'adolescente dans le doute. Quoi qu'il en soit, elle avait déjà lu dans un magasine que les personnes qui ne prenaient pas de risque avait moins chance que ceux qui en prenaient.

Ying - Est-ce que je pourrais envoyer un message ? S'il vous plaît.

Elle fit les yeux doux et reçu une réponse positive. Pas parce qu'elle faisait pitié, mais parce que tout le monde pouvait venir donner des missives au faucon de cet endroit. Au moins elle n'eut pas à les convaincre. Elle prit une feuille blanche et emprunta le crayon à ancre noir. Maintenant, il ne restait plus qu'à trouver quoi écrire. Au début elle pensa à un court poème, mais Ying ne savait pas écrire ce genre de choses... Mais d'un autre côté, l'importance n'est pas la qualité, mais bien qu'il soit écrit avec sincérité alors, elle pouvait bien tenter sa chance.

Après avoir passé plus de trente minutes à effacer des mots, chiffonner des feuilles pour tout recommencer, barbouiller des phrases qui semblaient nuls elle finit par avoir un message qu'elle jugea correcte. Elle avait commencé son message par une salutation - rien de plus classique - qui était : " salut, ça va ?". Très étonnant, oui. Ensuite, elle avait inscrit son poème : « pour faire du vert il faut du bleu. Tout comme il faut le lever du jour pour voir le crépuscule du soir. »

Après une relecture... C'était vraiment pourrit. Alors, elle barra d'un trait ce poème -ce qui le rendait toujours lisible- puis écrivit en dessous : « Désolé, je ne sais pas écrire de poème... Mais en gros c'était censé te demander si tu voulais venir me rejoindre au parc seitbutsu ce soir à six heures. Seulement si tu veux bien sûr.» Elle signa son nom en bas puis, le montra à l'un des gardiens.

Ying - Comment tu trouves ?

L'homme regarda le message puis après quelques secondes il lui dit, tout en se grattant l'arrière tête :

?? - Tu veux vraiment savoir ?

Elle acquiesça de la tête.

?? - C'est le truc le plus moche que j'ai jamais vu.

Ying fit un air triste et découragé. Puis après un soupir elle lui dit :

Ying - Bon bah, envoyez le quand-même. J'peux pas faire mieux...

Ils échangèrent encore quelques paroles puis Ying lui dit les informations qu'il devait savoir pour que le faucon atteigne la bonne destination. L'homme agrippa le bout de papier à la patte de l'animal puis lui donna un léger élan. Sur ce, la jeune femme partie en direction du parc. Il lui restait une heure. Le temps avait passé bien trop rapidement. En tout, cela lui avait pris trois heures écrire cette courte lettre médiocre. Elle n'avait pas vue passer le temps...

Le vent était calme faisant bouger légèrement les cheveux de la kunoichi qui marchant. C'était le soir et pourtant, la température était celle d'un après-midi d'été très ensoleiller. Une soirée parfaite, quoi.

En dix minutes seulement elle fut arrivé. Elle alla s'asseoir sur le rebord de la fontaine d'eau. La Niwa espérait de tout cœur que le jeune Hayabusa vienne. Durant ce voyage il lui avait manqué, mais une peur l'habitait. C'est qu'il n'ait plus envie de la voir... En fait, il avait toutes les raisons. Ying n'était tout de même qu'une bizarre qu'il avait rencontré dans une crêperie.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Dernière édition par Ying Niwa le Lun 19 Juil - 21:33, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Jeu 15 Juil - 13:40

Un cri qui résonnait au loin, tandis que l’astre incandescent éprouvait ses derniers soupirs dans le ciel orangé du village caché de la feuille. Un légère brise fraiche qui caressait la végétation locale dans un bruissement ô combien reposant, alors que divers animaux sortaient de leur cachette afin de profiter d’une plus faible température. Oui, les fins de cours étaient agréables pour notre ami aux pupilles de félin, qui avait décidé une fois n’est pas coutume de s’offrir en cette fin d’après-midi une dernière leçon. Armé de son carnet un peu cramoisi par sa mésaventure avec Azami et Nara, Hayabusa se rendait à l’orée des bois de Konoha pour observer une nouvelle fois la flore et la faune. Tellement d’espèces à découvrir au détour d’un tronc d’arbre affaissé, nocturnes ou diurnes, vivant cachées ou sous l’eau…Si notre aspirant-shinobi décidait un jour de les répertorier, toute une vie ne suffirait pas.

Quoi qu’il en fût, sous une lumière faiblissant de minutes en minutes, l’adolescent pénétra dans l’immensité verdoyante, en quête d’un sujet d’observation digne de ce nom. Son esprit peinait à oublier celle qui dut partir précipitamment il y a une semaine, jour pour jour, mais force était de constater qu’il parvenait à évacuer toutes ces pensées parasites dès lors qu’il s’adonnait à ces séances de contemplation. Aussi, ne soyez pas trop étonné s’il se retrouvait souvent au cœur de la forêt, même en pleine nuit. Un cri résonnait au loin, donc, alors que notre protagoniste établissait quelques esquisses de diverses fleurs, capuche enlevée. Ce hurlement strident lui rappelait immédiatement celle qui tentait d’oublier tant bien que mal, telle une réminiscence de cette folle journée. Il n’y prêta pas vraiment attention, continuant à dessiner avec une dextérité et une facilité devenues remarquable. Pourtant, ces clameurs animales continuaient en crescendo, au point de troubler la tranquillité de ces lieux. Ses deux rayons de miel abandonnèrent le croquis pour scruter les alentours, afin de détecter la source des glapissements. Il y parvint très rapidement en voyant un faucon agrippé à une haute branche, lui-même dévisageant Hayabusa tout en oscillant la tête de gauche à droite. Par ailleurs, ce qui mit la puce à l’oreille du jeune et séduisant étudiant aux cheveux châtains, c’était le bracelet blanc qu’il portait à la cheville, ou tout du moins ce qui ressemblait à un bracelet. Après quoi, Tout devint clair. Les spéculations allèrent bon train dans l’esprit de notre ami. D’un geste assuré, il tendit un bras vers le ciel afin de créer une piste d’atterrissage au rapace brun. Quelques battements d’ailes plus tard, les griffes de l’oiseau vinrent happer le membre du garçon, qui se dépêchait de retirer le bout de papier enroulé sur la patte du volatile. Il déroula ensuite le papier, puis il le lut (avec un peu de difficulté, le manque de luminosité d’aidant pas).

Le faucon toujours en possession, ses yeux glissaient de gauche à droite le long du message, s’animant au fur et à mesure d’une lueur indescriptible. C’était du bonheur, il n’y avait pas de doute là-dessus. Une joie incommensurable, teinté d’appréhension. Pour combien de temps allait-elle rester auprès de lui, cette fois ? Comment cela se passera, une fois qu’elle partira à nouveau en mission ? Il allait sans dire que son tour n’allait pas tarder, ce n’était qu’une question de temps. Après tout, n’était-il pas l’étudiant le plus doué de Konoha ? Soudain, son cerveau réagit de stupeur, alors que son visage était toujours affublé d’un épais sourire.

*Six heures, six heures…Mais c’est dans même pas vingt minutes !*

L’adolescent caressa la tête du rapace, avant de le libérer de son emprise en lui donnant une impulsion du bras. Puis, aussi vite que ses jambes le pouvait, il courrut en direction du parc. La forêt dans laquelle il se trouvait était à deux pas de la place, ce qui était en soi une chance…encore fallait-il arriver à l’heure ! Quelques minutes plus tard, se trouvant toujours coincé au milieu des bois, alors que notre protagoniste se remémorait de chaque instant passé en présence de Ying, il fit une trouvaille remarquable. Il décida de lui faire une demi-surprise en récupérant un petit quelque chose. Il le lui devait bien, depuis cette maladresse dans les cataractes…Sachez juste qu’il conservait soigneusement sa trouvaille, avant de repartir à toute vitesse vers le point de rendez-vous.

A bien y réfléchir, tout en bondissant et en soufflant en rythme, Hayabusa souriait aux mots utilisés par la kunoichi. Son poème, quoique sortant de l’ordinaire, n’était pas si mauvais que cela. Elle avait du talent, ou en tout cas certainement plus que lui. C’était dommage, et tout cela ne faisait que confirmer un doute : il ressentait chez la délicieuse Niwa un manque de confiance en soi flagrant et implacable. Même ses dernier mots, ’Si tu veux, bien sûr.’, c’était typique. Cela l’amusait affreusement de savoir qu’une demoiselle aussi belle puisse se sentir si mal dans sa peau, ou du moins éprouver un quelconque complexe vis-à-vis de lui. Il y avait des milliers de possibilités à cela, et l’explication la plus plausible était naturellement cette enfance aussi torturée…Mais qu’importe, il voulait faire don de sa personne pour qu’elle puisse croire en elle, et aussi tout simplement pour être avec elle.

Enfin, après de longues minutes de course, il sortit de cet enchevêtrement d’arbres et de végétaux, se trouvant alors à l’entrée du parc Seibatsu. Hayabusa s’arrêta un instant pour soupirer quelques secondes et sentir le vent rafraichir son corps. Après quoi, il se remit en route à toute allure vers la gigantesque place du village caché de la feuille, rallié en à peine trois minutes. Il avait un peu d’avance, mais il aperçut d’ors et déjà la demoiselle. Il rougissait. Elle était aussi…non ! Elle était encore plus belle que dans ses souvenirs. Sa longue chevelure d’ébène, ses grands yeux d’un vert émeraude luminescent, ses longues jambes fuselées, ses formes si féminines, tout en elle faisait frémir l’apprenti-shinobi. Il remit sa capuche en place, avant de faire le tour de la fontaine pour créer un effet de surprise. Le regard de la kunoichi regardait dans le vague, cherchant avec une espérance à peine cachée que son prince charmant apparaisse. Mais finalement, et pile à l’heure, ce dernier apparut derrière elle à sa grande surprise, lui susurrant quelques mots à l’oreille, d’une voix chaude et envoutante.

[Hayabusa] ‘Ainsi donc, la perle de Konoha est revenue de mission…’

Les bras vinrent alors enlacer la demoiselle, dans une étreinte douce et passionnée à la fois qu’il avait tant espérée. Hayabusa posa alors ses lèvres sur le cou de Ying, laquelle pouvait sentir le souffle chaud du garçon. Ce dernier retira lentement sa capuche, avant de se positionner face à elle. Son regard de fauve se fixa alors sur celui de la kunoichi, comme s’il cherchait à s’en enivrer. L’étudiant, tout en continuant de la regarder, posa une main sur celle de son amie, tandis que l’autre fouilla furtivement dans sa poche, récupérant la trouvaille qu’il eut fait quelques instants plus tôt. Il en sortit une fleur d’un pourpre étincellant, qui glissa délicatement au sommet de l’oreille de la genin, entre les longs filaments noirs qu’étaient ses cheveux.

[Hayabusa] ‘Je te devais une fleur, tu te souviens ? Ta fleur, l’hibiscus…Je l’ai trouvée par hasard, sur le chemin. Tu m’as dit que t’aimais pas les fleurs, mais…’. Il recula la tête de quelques centimètres, contemplant la créature qui se dressait devant lui. ‘…celle-ci te va tellement mieux que la marguerite que je t’avais trouvé.’

Son sourire illuminait la place dont la lune dominait alors les cieux. Quelques lampions donnaient une touche de romantisme dans une place où peu de gens circulaient alors, et où la fontaine apportait une touche mystique à l’endroit. Les étoiles les plus brillantes scintillaient déjà, conférant au lieu un je-ne-sais-quoi d’atypique, d’approprié pour des retrouvailles. La bouche de Hayabusa se rapprochait doucement de celles de Ying. Ce moment, il en avait tant rêvé, même s’il ne supportait pas vraiment de vivre sur des pulsions, aussi agréables soient-elles. Mais la vérité, c’était qu’en présence de ce bout de femme, tout paraissait si petit, si peu important. Le contact buccal fut électrisant pour lui, comme si c’était le premier baiser qu’il avait eu. Puis, il se désolidarisa des lèvres de la kunoichi de retour de mission, glissant sensuellement vers la cavité auditive de son ami.

[Hayabusa] ‘Tu m’as tellement…manqué…’, lui chuchota-t-il, souriant et jovial.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Le savoir est la clef du pouvoir.
Le savoir est la clef du salut des Hommes.
Seul le savoir anéantira les ténèbres dans ce monde.


Dernière édition par Hayabusa Toyome le Lun 19 Juil - 1:33, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Lun 19 Juil - 1:32

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   Jeu 12 Aoû - 0:36

Hayabusa - 8 XP

Ying - 6 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Grand Parc "Seibutsu"   

Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Les " pèpè " menacés par la crise
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "est"
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "nord"
» Oswald "Batteur" Wryers
» La haine avec un grand "N" (Épreuve de confort)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-