Partagez | 
 

 Présentation Sokka Kawaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Présentation Sokka Kawaki   Jeu 28 Aoû - 20:36

Présentation


Nom: Kawaki
Prénom: Sokka
Taille: 160 cm
Poids: 45 kg
Âge: 14 ans

Citation :
Rang Demandé: Genin
Voie Principale: Ensei Offensif (6pts offensif 2pts défensif)
Voies secondaires: Ninjutsu Non Elémentaire, Ninjutsu De Combat
Techniques Demandés:
- Hien – l'Hirondelle Volant
- Chakra no Mesu – Scalpel de Chakra
- Saisei – Régénération

Description: Sokka a le teint mat, un des traits de la famille, les cheveux bruns qu'il tient de son père quant à ses yeux vert émeurades il les a eus de sa mère. Il parait assez élancé, le visage fin. Il porte habituellement une tenue bleue marine composé d'une veste ouverte, accompagné d'un T-shirt noir, ou un manteau, un pantalon et des mitaines de combat.Il est déterminé -pratiquement têtu dira-t-on-. Il peut passer des nuits a s'entrainer si il n'a pas réussi une mission ou autre par manque d'expérience de combat. Il a une étrange fascination pour les armes en particulier les katana. Il se trouve très imaginatif mais les autres penses plutôt qu'il soit désaxé sur les bords et que ses instants de folie sont assez réguliers. Sa principale qualité de combat est qu'il réfléchit toujours un plan avant de se lancer.

Introduction


* Ca y est, enfin terminé. Quel soulagement. *

Sokka Kawaki sort de l'examen de genin avec un bandeau. Il sourit. Il a un bandeau lui aussi comme son père. Il le noue au niveau du cou. Âgé de 14ans, c'est un enfant parmi d'autres au teint mat, cheveux mi long bruns et les yeux verts. Il porte un pantalon et un manteau bleu marine car il pleuvait comme assez souvent pour ne pas dire toujours à Kiri. Avec ceci, il avait des sortes de mitaine de combat minues de plaques métalliques pour protéger le dos de la main. Puis dans la foule des reçus, il remarque un autre enfant, sa chevelure aussi blanche que son teint avec de petites lunettes noir et un costume sombre bordé de rouge. Il se souvient ce que disait sa mère.

Fait attention ! J'ai vu qu'un Satsubatsu était dans l'académie avec toi. Je tiens à ce que tu l’évites le plus longtemps possible. Tu le reconnaîtras à ses cheveux blancs.

Mais Sokka ne voyait pas pourquoi sa mère lui disait cela. Hormis sa blancheur il semble être un enfant normal. Il veut même lui parler pour savoir tout de lui. En effet Sokka est d'une curiosité qu'il disait naturel. Il s'abrite de la pluie qui commençait à devenir gênante pour repenser à comment aller t'il faire pour aborder cette personne.

* Salut toi aussi tu es devenu genin? Quelle question... idiote. Salut, moi c'est Sokka Kawaki et tu es? Décidément les présentations ce n'est pas mon point fort...*

Une main se pose sur son épaule et le tire de ses pensées. Il prend peur et se retourne. C'est sa mère Saori qui venait le cherchait. Pour une fois, c'est l'inverse. Ce n'est pas lui qui mettait la frayeur à ses parents. Elle voulait savoir si il avait réussi mais elle n'eût pas besoin de demandait quand elle a vu le bandeau brillait a son cou. Sur la route Sokka raconte toute sa journée qu'il disait exceptionnel. Le soir après avoir fêté sa nomination, Sokka s'en va dans sa chambre en repensant encore au garçon pâle. Puis arrivé, il voit une photo de lui, bébé avec ses parents. Maintenant, c'est les histoires que racontaient ses parents de lui plus jeune qui avait dans ses pensées. Il y passa toute la nuit là dessus.


Chapitre 1: L'épée


12ans Auparavant

Un soir, tout semblait calme dans la demeure des Kawaki. Saori venait de coucher son enfant. Elle retourna au salon. Elle s'inquiétait, son mari était parti en mission et devait revenir au plus tard demain à l'aube. Mais à peine quelques minutes plus tard, la porte s'ouvrit. C’était bien lui, son mari, Uryu. Il semblait a peine tenir sur ses jambes et s'accrochait sur la poignée de la porte pour essayer de rester debout. Saori demanda comment la mission s'était passée. Uryu s'excusa de rentrer si tard. C'était bizarre. Il marquait une pause entre chaque mot comme si il avait du mal à les trouver. Il essaya de rassurer sa femme mais Uryu s'effondra. Saori fonça sur lui et se baissa pour voir ce qui lui était arrivé. Elle prit son visage dans ses mains.

[Saori] (reculant) Pouah! Tu pues l'alcool. (Elle se redressa.) Tu as encore traîné dans les bars.

En effet Uryu était complètement ivre. Pourtant ce n'était pas son habitude. Lui et Saori faisaient un couple sans problème, et s'entendaient à merveille mais ces derniers temps avec l'humeur changeant, Saori ne savait plus comment il fonctionnait. Elle avait décidé d'y remédier en douceur. Saori lui donna quelques claques pour qu'il revienne à la raison. A peine a t'il eu le temps de reprendre ses esprits qu'il demanda:

[Uryu] Et le bébé, il est où? Déjà au lit?

[Saori] Oui mais je pense pas que tu devrais aller le voir dans cet état.

Elle avait a peine eu le temps de finir sa phrase qu'il était déjà dans la chambre de son enfant, mais arrivé au lit qu'il s'effondra a coté de l'enfant. Saori ne s’inquiéta pas longtemps car elle entendit un ronflement survenir.

[Saori] Et voila... (Elle ferma la porte.) Laissons-les.

Saori s'en alla se coucher aussi. Pourtant tout le monde ne dormait pas. Le petit de 2 ans ouvrit les yeux et fixa au niveau de la nuque. Son père avait oublié de retirer son katana. Il était fasciné par cet objet. Il ne détourna jamais des yeux jusqu'a qu'il s'endorme de fatigue. C'est de là qu'est né sa passion, les armes. Quelques années plus tard. Sokka qui avait maintenant 6ans, se trouvait dans le jardin un bâton à la main. Il s'entraînait à sa manière contre un arbre.

[Sokka] (Il courra vers l'arbre) YA! Prends ça ! Et ça! Et tiens le coup fatal.

Mais le coup fatal est que son bâton se brisa.

[Sokka] Encore... Rien ne vaut un katana. (Il rentra à l'intérieur de la maison.) Dis Maman quand est-ce que j'en aurais une arme comme Papa ?

[Saori] Quand tu seras plus grand et puis il ne sera pas la même que ton père.

[Sokka] Et pourquoi?

[Saori] Son katana est spécial. Tu lui demanderas ce soir.

Le soir même, Sokka posa donc la question. Son père lui répondit qu'elle est fait d'un métal inconnu. Apparemment un métal solide car l'épée datait de plusieurs génération et elle avait toujours l'air intacte. Il ne savait plus comment elle avait été forgé mais l'histoire était écrite quelque part dans un coffre enterré dans le village par le premier propriétaire de l'épée: Choko Kawaki, un grand maître d'armes. Il avait aussi gravé sur un coté du manche " 平和" (Heiwa voulant dire Paix) et de l'autre coté "戦争" (Sensou voulant dire Guerre). Uryu rajouta que ces deux mots plus tard ont donné le nom de cette épée: L' "Heiwasensou". Il n'en savait pas plus sur l'histoire. Pour finir avec son explication et calmer son fils surexcité de cette histoire, il dégaina son katana enfin de la montrer à son fils. Il avait bien été fait d'un drôle de métal, d'un métal noir brillant. Comme avait dit Uryu il paraissait neuf tout juste forgé. Puis il montra le manche afin que son fils puisse lire les inscriptions. Ce qui était étonnant est qu'il n'y avait pas de La passion de Sokka pour les armes, en particulier les katana, s'est accrue en voyant ceci. Il comptait avoir lui aussi comme ses aïeux, cette arme.

[Sokka](Enthousiaste) Papa, moi aussi j'aurais cette arme? Et c'est bientôt?

[Uryu] Un jour... tu l'auras, mon fils.


A suivre...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Sokka Kawaki le Mar 2 Sep - 15:53, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Présentation Sokka Kawaki   Dim 31 Aoû - 0:10

Chapitre 2: L'entrainement


Depuis qu'il sut qu'il allait avoir l'épée de son père, Sokka avait décidé de véritablement s'entraîner. Mais n'ayant pas les bases, cet entraînement était assez anarchique et servait plutôt à s'auto valoriser moralement qu'à améliorer sa maîtrise d'une arme quelconque. Sa méthode consistait à prendre une épée en bois qu'avait fabriquait son père et se servait d'arbres comme mannequins. Même avec le temps, rien n'avançait il était toujours à la case départ. De plus, à force de faire ces exercices inutiles, il se blessait inutilement. Un soir, Uryu rentra à la maison plus tôt et entendit du bruit dans le jardin. Il suivit le bruit et découvrit son fils tapant contre un arbre. Il était couvert de bleus et ses égratignures. Il alla le voir et lui demanda pourquoi il était ainsi.

[Sokka] (haletant) Je m'entraîne autant que je peux. (Il s'arrêta pour reprendre son souffle.) Je veux mériter ton katana, Papa.

[Uryu] (Il prit un air assez moqueur.) Mais on dirait que tu t'y prends vraiment mal. (Son ton devint plus sérieux.) Le but d'un entraînement aux armes n'est pas de se blesser et continuer jusqu'à on en puisse plus par fatigue ou autre. Si tu tiens vraiment à t'entraîner au katana, je t'aiderais. Mais je n'aurais qu'une seule condition.

[Sokka]* Une condition? Il ne pourrait pas accepter comme ça juste parce que je suis son fils...* Laquelle?

[Uryu] En entraînement, je ne serais plus ton père mais une sorte de maître. Tu devras me respecter en tant que tel. C’est à dire bien sûr tu devras m'écouter attentivement et accepter tout ce que je te demande.

[Sokka]* Comment ça, plus mon père? Quelle condition ignoble. Mais bon, je veux ce katana. * D'accord.

[Uryu] Très bien. (Il attrapa la main de son fils et avança avec lui vers la maison.) Normalement, on commencera l'entraînement dans 3, 4 jours le temps que tu te remettes de ces coups.

Comme prévu quelques jours plus tard, Uryu commença à enseigner à son fils. Il lui disait qu'il fallait d'abord acquérir un certain état d'esprit. Pour lui un bon épéiste est quelqu'un de serein et de réfléchi, qui ne cède ni à la colère ni à la haine. Sinon celui-ci utilisera la force brute et rien d'autre, alors que le mental est primordial. Sokka ne comprenait pas, il pensait que seuls les compétences physiques comptaient. Uryu répondit que quand deux personnes ayant le même niveau physique, ils auraient beau se surpasser et compter sur leur force, ils ne seraient jamais sûrs de gagner. Et c'était là que la réflexion rentrait en action, et qui permettait de faire la grande différence. Le père continua qu'il y avait d'autres raisons mais ne les expliqua pas. Mais si il jugerait utile d'en parler il le ferait. Pour Sokka, tout allait mal, il ne comprenait absolument pas ce que son père racontait depuis le début.

[Uryu](perplexe) Ah oui c'est vrai... Tu es jeune, tu ne comprends pas encore toute ces choses. Ne sois pas déçu. Bon je ne dis pas que j'abandonne ton entraînement mais je le remets à plus tard. En attendant, essaie de ne pas oublier ce que je viens de te dire.

Pour Sokka c'était un peu une honte. C'était son père qui ne le jugea pas apte à l'entraînement par incompréhension. Une injustice criait-il au fond de lui. Toute la journée il resta déprimé. Même au repas de soir lui qui avait un bon appétit, demanda de sortir de table pour aller se coucher sans toucher son assiette. Uryu sentit qu'il avait fait peut être une gaffe. Le lendemain, Uryu alla voir son fils tôt, pour lui dire que un autre entraînement pourrait lui apprendre cet état d'esprit mais que cela prendrait sûrement du temps. Sokka n'en croyait pas ses oreilles. Le père rajouta que pour l'entraîner a réfléchir, il allait lui apprendre à jouer a un jeu qui permettrait de renforcer sa réflexion: Le Shogi. Sokka en avait entendu parler vaguement. Il ne voyait pas le rapport entre s'améliorer au combat et ce jeu. Mais bon, si son père avait dit que ça l'entraînerait, il ne devait pas avoir tord. Après moult explications sur le Shogi, Uryu rajouta que l’entraînement sur ce jeu sera de une partie par soir. Au début, Sokka se faisait battre aisément. Son père ne disait que cela n'avait pas d'importance puisque ce n'est pas la victoire qui compte mais la leçon qu'on peut en tirer. Au bout de quelques semaines, Sokka avait peu à peu cerné comment fonctionnait ce jeu et commença littéralement à s'améliorer. Mais son père était un remarquable joueur et n'était pas du tout facile à battre. Mais au bout de quelques années, le jour où Sokka eut ses 9 ans il réussit à battre son père. Uryu le félicita et compléta en disant qu'il ne faut jamais se reposer d'une victoire et qu'il fallait qu'il s'entraîne continuellement. Puis il disait que peut être maintenant qu'il un peu plus vieux il comprendrait ce qu'il a essayait de lui enseigner avant. Pour cela, il demanda à son fils si il se souvenait de son explication sur le mental dans le combat. Sokka répondit que comme demandé il avait tout retenu. Alors il l'interrogea pour savoir si il commençait à comprendre les paroles de ce jour-là. Et là, Sokka comprenait pourquoi son père lui a appris a jouer au shogi. Il répondit à son père que un combat de ninja est un peu comme une partie de shogi. Uryu acquiesça et rajouta que l'entraînement pouvait donc reprendre. Sokka était tellement heureux. Son entraînement au katana reprenait. Il l'attendait depuis le jour où ce dernier s'est arrêté. Le lendemain, vu que l'état d'esprit était acquis, le père avait jugé un nouveau sport, le Kendo. Pour cela, il partit chercher deux shinai mais pas d'armure de protection. Sokka savant ce que c'était ce sport demanda pourquoi il n'y avait que les sabres. Uryu répondit que certes il allait faire du Kendo mais à sa manière. Tout d'abord, la première cible devait être fixe pour apprendre à bien frapper avec de bonnes positions. Rapidement au bout d'une semaine, Sokka appliqua à la lettre ce que lui disait son père qui jugea bon de passer a une cible mouvante.

[Uryu] Bon, maintenant j'augmente le niveau. Tu ne t’attaqueras plus à ce malheureux arbre mais sur moi. Pour l'instant je ne ferais que esquiver ou me protéger.

[Sokka] D'accord. Je suis prêt.

Là c'était plus dur. Largement plus dur. Surtout que Uryu s'était hissé au rang de Juunin. Cependant, il n'allait pas utiliser tout son potentiel sinon ce ne serait pas de l'entraînement mais du désespoir. Il en aura fallu des mois d'efforts pour réussir enfin à le toucher. Néanmoins, il aura fallu le toucher une fois, pour que Sokka commençait à comprendre le manège de son père.

* Maintenant faut trouver une stratégie pour essayer de le bloquer pour pouvoir le frapper. *

Mais, en vain. Cependant Uryu sentit les coups de son fils se rapprocher et tira comme conclusion que son fils s'était amélioré. Il décida d'arrêter pour commencer la prochaine étape. Il expliqua qu'attaquer c'est bien mais faut aussi savoir se défendre et donc maintenant il inverserait les rôles. Sauf que Sokka pouvais garder son arme. Uryu débuta par des coups assez lents puis progressivement de plus en plus rapide. Malheureusement, Sokka n'arrivait pas à esquiver et se retrouva plusieurs fois blessé. Néanmoins, ceci n'affectait pas son moral voulant toujours recommencer. Au fur et a mesure que les semaines passaient, Sokka parvenait à contrer ou esquiver presque une fois sur deux. Uryu pensa qu'il avait assez d'esquive et qu'ils pouvaient passer à la suite.

[Uryu] (il paraissait assez fier de son élève.) Voila maintenant on peut dire que tu as acquis les bases pour te battre avec un katana. Pour finir sache que l'entraînement avec moi n'est pas fini. J'attendrai ta rentrée dans l'académie pour la continuer.

* Enfin ! Je maîtrise correctement un katana ! Trop génial ! *

Le lendemain matin, Sokka pouvait dormi tranquillement. Mais un bruit le réveilla, le bruit d'une porte. Il regarda par la fenêtre. Il voyait son père partir. Encore pour des missions sans doute se disait-il. En effet, Uryu eut aussitôt fini l'entraînement qu'il partait pour une mission qui allait sûrement durer plusieurs jours.

* Allez Papa ! Reviens-nous vite *

A suivre...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Sokka Kawaki le Mer 3 Sep - 21:05, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Présentation Sokka Kawaki   Mer 3 Sep - 21:05

Chapitre 3: Devenir Ninja Médecin


Sokka se sentit triste par le départ de son père. Ce la faisait longtemps qu'il était parti pour une mission d'assez longue durée. Il repensa à la phrase que Uryu avait dit la veille:"L'entraînement avec moi n'est pas fini". Cela l'intriguait. Il se demandait qu’aller être la suite. Il essaya de l'imaginer puis il songea que peut être une personne pouvait savoir. Cette personne ne pouvait être que Saori. Il alla donc chercher sa mère et lui posa la question. Elle répondit que, selon elle, cela pouvait être du ninjutsu de combat nécessitant une arme. Elle rajouta que tout d'abord il fallait savoir ce que c'était le chakra et de bien l'utiliser. Pour Sokka, le chakra lui évoqua vaguement quelque chose, le ninjutsu de combat, il ne savait rien là dessus. Pour satisfaire sa curiosité, il demanda des explications. Malheureusement, Saori était fort occupé ce jour-là mais promit à son fils de lui en parler le lendemain. Une promesse. Sokka espéra que sa mère n'allait pas oublier. Cependant, Saori ne négligea pas son serment. Donc après avoir déjeuné, Saori commença sa leçon.

[Saori] Alors, écoute-moi bien. (Elle fronça les sourcils et reprit d'un ton sérieux) En nous, nous avons de l'énergie qui circule dans notre corps qui s'appelle l'énergie vitale, composée d'énergie physique et spirituelle. Nous utilisions cette énergie pour les techniques. Directement, pour le taijutsu. Pour le ninjutsu et le genjutsu, il faut malaxer le chakra. C’est à dire, mélanger l'énergie spirituelle et physique. Ainsi nous créons du chakra que nous allons entamer avec le plus souvent des signes d'invocations pour faire donc du ninjutsu ou genjutsu.

Sokka comprenait qu'à moitié et faisait ressentir son incompréhension. Saori se demandait comment elle allait faire pour qu'il arriverait à déchiffrer ses dires. Puis, elle se remémora l'entraînement fait par son mari et se souvint que la démonstration primait sur les paroles. Ce qu'elle fit. Elle montra comment malaxer son chakra, l'utiliser dans une technique de ninjutsu. Sokka commençait à assimiler le cours de sa mère. Enfin venait l'instant pratique. Tout d'abord, il fallait ressentir cette énergie qui influer a l'intérieur du corps. Sokka avait un peu compris que cela ressemblait à de la méditation. Il ferma les yeux pour se concentrer mais il n'y arrivait pas. Sa mère essaya de lui donner quelques conseils, comme visualiser son corps parcouru d'une énergie qui serait son chakra. A force quelques heures plus tard, il ressentit le flux de son énergie. La seconde étape était d'essayer de malaxer du chakra. Il n’eut aucun mal à mélanger ces deux énergies. Saori était stupéfait que son jeune fils arrivait à le faire si facilement. Enfin, elle montra quelques signes incantatoires. Sokka essaya sans relâche et montra une assez bonne dextérité a enchaîner ces signes. C'est donc au bout de quelques jours avec étonnement que Saori apprit que son fils avait des facilités à maîtriser son chakra. Elle le congratula. Sokka la remercia pour cet entraînement. Il demanda ensuite pourquoi pour elle, le dosage de chakra était si important. Elle répondit qu’en tant que ninja médecin, la maîtrise du chakra ne devait pas être optionnelle. Plus elle est excellente plus le médecin pourra sauver des vies. Sokka était enchanté, il pourrait montrer à son père qu'il a su continuer son apprentissage.

La nuit, Sokka n'arrivait pas à dormir. Son père rentrerait demain. Il était impatient de le revoir. Puis il entendit un claquement de porte.

* Il serait déjà revenu? Comment c'est possible. Un seul moyen de le savoir.*

Il se leva, sortit de sa chambre, passa le couloir et entrouvrit la porte qui donnait sur le hall. Il y avait ses deux parents. Il était rentré. Sokka était prêt à ouvrir complètement la porte et sauter dans les bras de son père. Mais juste avant il remarqua une chose, son visage montrait de la tristesse. Il ne l'avait jamais vu comme ça. Il les espionna donc pour savoir pourquoi.


[Saori](Hébété) Mais c'est impossible.

[Uryu] (S’empêchant de pleurer) On a rien pu faire c'était une embuscade fait par des ninja de kumo... Et il s'est proposé pour faire une diversion, pour qu'on puisse sans sortir... Pauvre Benjiro... Il a réussi mais en y laissant sa vie... On aurait pu le sauver si seulement l'équipe avait un médecin... Mais il y en a trop peu pour en avoir un par équipe...

Sokka avait déjà entendu ce nom. D'après ses souvenirs, c'était le meilleur ami de son père et qu'il partait souvent en mission avec lui. Uryu était dans un état de choc, et Saori essayait de le réconforter en vain. Il rajouta qu'il était parvenu a récupérer quelques objets le concernant, son bandeau et son wakizashi. Il demanda à sa femme de retourner se recoucher. Sokka pensa qu'il devait faire de même Il allait faire un tour et la soulagea en promettant de ne traîner dans les bars. Uryu avait besoin de réfléchir. Il passa par chez les parents de son camarade. Il avait décidé que ce serait lui qui devait annoncer cette terrible nouvelle et leur donnait son bandeau. Pour le wakizashi, il avait décidé de le garder pour venger son ami en l'utilisant dans les prochaines missions. Les parents de Benjiro n'y croyaient pas, la mère pleurant et le père disant que sa mort est triste mais une réalité dans le monde des ninja. Puis il passa le reste de la nuit en haut d'un immeuble, à regarder la pluie. Le lendemain, Sokka qui pensait la veille pouvoir reprendre un entraînement avec son père grâce à sa maîtrise de chakra acquis avec sa mère, dut s'y résigner. De toute façon, il n'aurait pas repris se disait-il, quand il s'est souvenu que son père lui avait dit qu'il n'y aurait plus d'entraînement avant son entrée a l'académie. Il décida de rester dans sa chambre. Cependant son père alla le chercher. Il lui raconta que sa mère lui avait tout dit sur l'entraînement pendant son absence. Il ajouta qu'il était temps, qu'il méritait l' "Heiwasensou". Sokka n'avait qu'une réaction, il pensa que son père faisait ça par rapport a ce qui c'est passé. Il refusa donc le katana disant qu'il ne sentait pas prêt. Uryu insista en disant que c'était le maître qui savait quand son élève était préparé ou non. Néanmoins, il termina sa phrase en incluant une condition. Sokka devait laisser le katana dans la chambre, à part pour les futurs entraînements. Il demanda pourquoi son père lui donnait ceci maintenant et qu'il lui pas très utile comparé aux missions effectué par le Juunin. Uryu rétorqua que ce n'était pas grave, qu'il avait une autre arme. L'arme de Benjiro se disait le garçon. Plus tard dans la journée Sokka pensa donc a cette nuit agité en particulier sur une phrase. "On aurait pu le sauver si seulement l'équipe avait un médecin". Sokka eut une révélation. Il voulait devenir ninja médecin pour sauver le plus de monde qu'il pouvait. Encore une fois, il savait qui pouvait l'aider, un médecin, sa mère. Il raconta donc à Saori, sa vocation.

[Saori] Et bien, alors comme ça tu veux devenir comme moi, ninja médecin. Mais ce n'est de loin la voie la plus facile. Enfin il n'y a pas de spécialisation simple. (Elle cherchait des arguments pour son fils.) Pour la médecine, comme je t'ai dit c'est très poussé au niveau de la maîtrise du chakra. Puis il n'y a pas que des techniques. Il faut connaître l'anatomie du corps précisément. Tu es sûr de ne pas vouloir changer?

[Sokka](d'un ton déterminé) Non, Maman. (Il s'arrêta puis dit en hésitant) Ne le dit pas à Papa, mais j'ai écouté votre conversation, le soir où il rentrait de sa grande mission. Et je veux changer ça. Pouvoir sauver des personnes grâce à des soins. S'il te plaît, aide-moi à ce que cela devienne réalité.

[Saori] D'accord. (Elle ne cherchait pas à punir son enfant de cette indiscrétion.) Puis c'est vrai, tu maîtrises assez bien le chakra, et avec de l'entraînement, tu pourrais y parvenir. Mais tout d'abord je dois te préciser quelques détails sur cette spécialité. (Elle prit une pause pour réfléchir.) Il y a deux types de médecins. D'une part, ceux qui sont dit "défensif" comme moi. Ils ont des sorts de soin puissants mais ont peu de chance de pouvoir se battre correctement seul. D'autre part, le style offensif. On peut dire que c'est l'inverse. Ces personnes ont une force surhumaine et avec leurs connaissances, peuvent facilement mettre en déroute le corps de leur adversaire. Mais niveau sort de soin, ils sont assez médiocres mais cela reste correct.

Sokka réfléchissait que s’il prenait le style défensif, ça voulait dire pour lui qu'il laissait combattre les autres et les soignait. Cela ne lui plaisait pas. Il ne voulait pas voir des personnes souffrir. Il pensa donc au style offensif. Il pourrait éclater ses adversaires à coup de poing avant qu'ils ne touchent quelqu'un, et au pire il soignerait quelques blessures. Sokka n'avait plus de doute. Il avait fait son choix. Il le dit à sa mère qui se contenta de sourire, heureuse de voir un futur autre médecin de la famille.

A suivre...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: Présentation Sokka Kawaki   Ven 12 Sep - 22:41

Chapitre 4: Le carnet


Sokka avait maintenant 13 ans. Cela faisait quelques mois qu'il était entré à l'académie de Kiri. Là-bas, il avait déjà commencé à prendre des cours de ninjutsu médical lui apprenant les bases. Il voyait de moins en moins son père à cause des missions de guerre. Sa mère aussi avait repris le chemin du combat. Il se retrouvait souvent seul chez lui. Il avait appris à faire des nouilles, son principal plat de la journée. Uryu avait aussi autorisé que son fils puisse prendre son katana où qu'il aille pour se protéger maintenant qu'il sortait plus souvent et était en solitaire la plupart du temps. Sokka le portait dans le bas de son dos maintenu grâce à une corde entourant sa taille et accroché au fourreau. Il aimait l'avoir tout près de lui, il se sentait assez en confiance. Un jour, il décida de savoir l'origine de cette arme. Il pensa de se rendre à la bibliothèque pour connaître un peu plus son créateur Choko Kawaki. Il alla donc là-bas et entreprit ses recherches. Il commença par les livres de la généalogie mais il n'y avait pas son nom. Puis il se dit qu'avec de la chance son aïeul serait dans des livres d'histoire. Il arriva à ce rayon. Il était immense. Sokka espérait ne pas devoir tout regarder pour trouver. Il passa la journée à l'intérieur et ne voyait plus la fin. Voyant le soir qui arrivait, il se résigna à continuer mais en rangeant son dernier livre, il découvrit un parchemin assez usagé. Il y était raconté l'histoire de Kiri, le fondateur de la ville. En parcourant le texte il repéra le nom qu'il voulait. Il était noté que c'était un apprenti forgeron du Mizukage. Mais que ceci ne dura pas longtemps du fait que Kiri partit en guerre avec ses six disciples. Le texte continuait mais ne parlait plus de son ancêtre à part sa forge qui serait juste à coté de sa demeure construite toutes deux de ses mains. Sokka sourit. Il savait ce qu'il restait à faire. D'après les indications du manuscrit, Sokka devinait où était la maison.

*Alors, la maison a toujours appartenu aux Kawaki. Donc à priori, sa forge a été démolie et serait devenu le jardin?! Dans ce cas, je dois retourner chez moi.*

Il sortit du bâtiment. Il faisait nuit. Ce n'était pas un problème car ses parents était en mission et ne rentrerait que le surlendemain. Il retourna tranquillement chez lui. Pendant qu'il mangeait son bol de ramen, il fixa son jardin. Un jardin assez banal d'ailleurs, pratiquement que de l'herbe a part dans coin où se trouvaient un rocher et un arbre. Cet arbre centenaire sans doute qui avait connu sûrement Choko. Le garçon essaya de se souvenir ce qu'avait racontait son père. A force il se rappela d'une chose sur l'arbre. C'est là que Choko avait enterré son katana ne voulant pas qu'un autre que lui l'utilise. Mais son fils aurait réussi à le récupérer en cachette. Tout de suite, il se demanda si il n'aurait pas caché autre chose. Il alla donc dehors et chercha autour de l'arbre en vain. Loin d'être désespéré il se retourna et pensa que peut être c'était en dessous de la pierre. Après avoir cru qu'il allait casser son dos, Sokka réussit à déplacer le rocher. Effectivement il avait un trou, et à l'intérieur, se trouvait un coffret en bois. Sokka le récupéra. Il se demandait comment allait-il l'ouvrir. Un coup de katana et l'affaire est finie se disait-il. Il essaya mais un vain, la boite n'avait même pas de trace d’un coup quelconque. Puis Sokka s'intéressa à la serrure. Elle était inhabituelle car elle ne s'ouvrait pas avec une clé mais avec un code de quatre kanji. Il regarda quelles étaient les possibilités pour le premier. Et il y en avait un qui lui disait quelque chose. Quelques minutes plus tard, cela lui revenait. Son katana. Il était marqué des mêmes symboles. Pour Sokka, c'était facile, la solution était "平和戦争" (Heiwasensou). Après avoir mis le code, le coffret s'ouvrit. Il contenait un petit livret bleu. Il était marqué sur la couverture "Choko Kawaki". Il aurait bien voulu le lire cependant il tombait de fatigue. Il se coucha donc pour récupérer de sa journée de recherche.

Le lendemain, Sokka prit le carnet pour aller le lire quand il aurait le temps. Encore un jour à l'académie. Cependant, son professeur avait assuré qu'ils allaient enfin commencer les cours pratiques comme à chaque fois. Ce que attendait Sokka depuis le début. L'étudiant arriva dans la salle en avance pour choisir sa place, celle du fond. Le maître entra. Comme d'habitude, il commençait son cours purement théorique et endormait les élèves. Sokka avait prévu le coup. Il sortit le carnet et le lit. L'encre n'a pas tenu les années. En effet, le texte a été pratiquement effacé sauf quelques passages. Il rapprocha le carnet des yeux pour essayer de déchiffrer Mais cela suffisait pour l'étudiant, car pour lui, il arrivait à lire les lettres qu'il recopiait sur une feuille. Un des morceaux parlait du katana. Il fut étonné de savoir pourquoi son métal est noir. Il semblerait que Choko était non loin d'une météorite qui se serait écrasé. Et comme une météorite n'est que de la pierre venu de l'espace, et que le métal n'est que de la pierre raffiné. Choko voulait une épée qui ne ressemble pas aux autres pour impressionner son ancien maître. Il est écrit aussi que le forgeron la raffina pendant des jours voulant qu'elle soit éclatante de blancheur comme toutes les meilleurs armes. Au lieu de ça, à chaque raffinage elle noircissait de plus en plus jusqu'a qu'elle soit d'un noir intense et brillant. Sokka était tellement absorbé par le livret qu'il ne remarqua pas le professeur qui s'était rapproché de lui.

[Prof.] Sokka ! (L'élève sursauta tellement qu'il tomba de sa chaise. L'enseignant tournait autour de lui.) Alors comme ça, on ne prend même pas la peine d'écouter mes cours ?! On pense peut-être que je ne suis pas assez bon pour vous ?! Allez, aujourd'hui je vais être indulgent. Rangez ceci immédiatement. La prochaine fois, vous n’échapperiez pas à ma sanction !

Sokka n'était pas gêné par la remarque. Ce n'était pas vraiment important pour lui. Si il aurait pu il lui aurait répondu mais il tenait au respect. Le reste de la journée, l'élève s'efforça d'écouter son professeur rythmé par le bruit de la pluie qui tapait les fenêtres de la salle.

Le lendemain, Sokka n'avait pas cours. Il décida donc de passer sa journée à explorer ce livre. En passant tout le matin dessus, en déchiffrant lettre par lettre ce qui était noté, Sokka réussit à comprendre un autre passage .D'après la retranscription faite, à l'époque où Choko était apprenti de Kiri, il commençait à être jaloux des pouvoirs assez exceptionnels de son maître. A la fin, lui qui voulait juste apprendre, c'était mis en tête de dépasser Kiri. Et donc quand celui-ci partit en guerre, il pensait que c'était le bon moment pour partir en ermitage afin de se perfectionner seul. Le reste était trop illisible pour que Sokka puisse continuer sa lecture. De toute façon il n'aurait pas pu continuer car la porte s'ouvrit. C'était son père. Il venait de finir une mission assez importante. Sokka se jeta à son cou et l'embrassa. Il était si heureux de le revoir. Il espérait que ces missions étaient finies et que la vie dans la maison pourrait reprendre son cours normal. Mais ce n'était pas le cas, c'était juste que Uryu a été blessé, à la jambe gauche et qu'il avait quelques jours de repos. Mais il enchaîna sur le fait qu'il n'allait pas passé son temps à dormir mais à tenir sa promesse. En effet, Sokka était dans l'académie et donc le Juunin devait lui apprendre une technique.

[Uryu] (Il s'essaya sur une chaise) Vu que le temps nous manque. Je ne t'apprendrais que les bases de cette technique. D'abord elle s'appelle Hien, l'hirondelle volante. C'est une technique qui consiste à déverser son chakra dans son arme pour agrandir la lame. Ainsi, tu as plus de chance de toucher ton adversaire. (Il mit son bras derrière son dos pour sortir son épée.) Bien, je te montre. (La lame blanche de l'arme n’avait rien de plus). Tu penses peut être que je n’ai rien fait. Pourtant j’utilise cette technique en ce moment. (Il prit une feuille et n’effleura presque pas cette feuille. Elle se retrouva coupé en deux.). Hien augmente de quelques centimètre la lame. Tu me diras peut-être que c’est peu. Mais cela suffit pour faire la différence. Bien, désolé d'avoir que ça était aussi court mais ça suffit pour que tu t’entraînes là-dessus. (Il se leva) Fais comme moi avec cette feuille et n'oublie pas, l'entraînement n'est rien face à la volonté.

Sur ces mots, il alla dans sa chambre. Sokka se mit directement au travail. Il partit dans son jardin. Il répandit donc son chakra dans son arme et essaya de trancher une feuille comme son père. Mais la feuille resta intacte. Donc il répéta l'action tout l'après midi. A la fin il réussit à trancher quelques feuilles mais la coupure n’était pas aussi nette que Uryu. Il était épuisé et n'arrivait pas à s’entraîner longtemps. Il aurait voulu continuer, cependant son père était reparti en mission, donc plus d'informations, et il apprit que l'examen genin allait se dérouler dans quelque mois. L'étudiant réservait donc tout son temps pour la réussite du test. Quelques jours avant ce dernier, sa mère était rentrée de mission. Pour elle, c'était de nouveau fini ces missions. Elle fit tout de suite la remarque à Sokka qu'elle avait vu un Satsubatsu dans l'académie. Tout ce qu'elle demandait, c'était que Sokka devait l'éviter. Sokka aurait voulu savoir pourquoi. Mais sa mère rajouta qu'elle n'avait pas à se justifier et que Sokka le reconnaîtra avec ses cheveux blancs et son teint très pâle. Le garçon était dérouté. Pourtant il pensa que sa mère voulait le protéger de quelque chose et l'écouta. Néanmoins, plus tard sa curiosité l'importa. Le rencontrer était devenu presque une obsession. Puis, l'examen arriva. Le futur genin avait ses pensées ailleurs ce jour-là. Toutefois il entra d'un pas déterminé dans la salle

* Il n'y pas de raison que je ne réussisse pas ! Je dois réussir pour mon nindô. Celui de soigner le plus de monde !*

[Voila j'ai fini.C'est ainsi que nous retournons au début du BG. C'est vrai que certaines parties passent assez rapidement. Mais ceci sera combler par des flashback ]
[J'espère avoir fait tout comme il le fallait. Merci d'avance x) ]


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: Présentation Sokka Kawaki   Ven 12 Sep - 22:57

Bon et bien, tout d'abords, bienvenue parfait inconnu.
Tu me cites dans ta fiche, c'est très bien la lèche, je suis donc obliger de t'accepter directement !
(voila, j'ai fait ta réputation de sale pistonné !).

Bon, plus sérieusement. Alors, j'accepte la fiche, l'histoire, le rang etc.
Faudra développer certains points dans le RP. (apprentissage des techniques, c'était quoi ton exam Genin, 'fin bref, on en a déjà parlé).

Pour le style, j'espère vraiment que ton RP pourra mieux développer les événement que dans ton BG, m'enfin, j'en doute pas non plus ^^.

Donc bref :
Je te souhaite la bienvenue à Kiri (sauf si un admin si oppose), Normalement l'un de ces charmants bonhomme viendra te donner ton exp, ton bandeau et l'accès à l'ensemble du village. Tu pourras créer ton appartement dans le centre-ville, t'entrainer et en bref RP.

MessageSujet: Re: Présentation Sokka Kawaki   Ven 12 Sep - 23:19

[Bienvenue à Kiri.

liori a écrit:
l'un de ces charmants bonhomme


Bon bah la lèche paye bien ces derniers temps Rolling Eyes


Je vais suivre les conseils de Liori. Je te file ton bandeau, et tes techniques. Amuse toi bien sur le site.

J'espère toutefois que tu créera un peu plus de profondeur à ton personnage au fil du temsp Smile Et n'hésite pas, si besoin est, à refaire ou à compléter ton histoire Wink

Sokka : + 25Exp RP]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Présentation Sokka Kawaki   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-