Partagez | 
 

 Appartement de Taiki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Appartement de Taiki   Mer 10 Sep - 2:50

Après une nouvelle et dure journée d'entrainement, Taiki rentrait chez lui. Il était assez tard, la soirée était déjà bien entamée, et il était à bout de force. Véritablement lessivé, ses pieds trainaient sur le sol, laissant un petit nuage de poussière derrière lui. Pourtant, il était satisfait : il progressait petit à petit, comprenait de mieux en mieux le fonctionnement de ce qu'il voyait. Et surtout, il comprenait de plus en plus l'utilité des Shinobis de Kumo.
Il continua à avancer, dépassant plusieurs maisons, regardant vaguement dans leur direction. La sienne n'était plus très proche. Il sourit. Oh, un petit sourire, oui, la fatigue lui pompait toute forme d'énergie. Mais néanmoins, un vague et léger sourire. Il allait devoir parler avec ses parents. De choses ... sérieuses.

Enfin, il arriva devant sa porte. Il avait fait son choix :

[Taiki] - *J'entre en trombe, je me met devant eux, et je ne les laisse pas placer un mot, quitte à hurler. Ce soir, je leur dis ce qu'il faut leur dire... Tiens, c'est marrant, la ... Hummphh.... la porte est sacrément lourde ce soir ... Hhuuurrggh...*

Et, après avoir péniblement peiné pour ouvrir la petite porte, il s'avança dans l'entrée - lentement, comme si tout était plus loin... bizarre, ce soir ... - et, en prenant une grande inspiration, prononça ce qu'il avait à dire :

[Taiki] - Je .... naze ... dodo ......

Et il avança pour rejoindre la petite pièce qui lui servait de chambre.[/color]

[Taiki] - *Ouais, ben demain, les grandes déclarations, je suis mort ...*

On pourrait parler pendant des heures de l'enthousiasme qu'il avait à entré dans son chez lui, des longues heures qu'il passa à s'entrainer le sourire au lèvres, de l'énergie qu'il mit pour maîtriser, et améliorer le peu qu'il avait déjà apprit ... Mais ce serait mentir : Taiki entra dans sa chambre, avança péniblement jusqu'à son futon, et s'effondra dessus en ronflant presque immédiatement... On dit que la nuit porte conseil ... cette fois-ci, elle n'apporta rien d'autre que du repos bien mérité : le jeune novice était tellement fatiguée qu'il ne se réveilla pas avant très tard le lendemain. C'est la douce odeur qui émanait de la cuisine qui lui fît ouvrir les yeux.

[Taiki] - Huuummmpph ... Faim ...
[Mère] - Oui, et bien tu avant attendre, espèce de fils fainéant ! Ton père s'est levé tôt ce matin, pour aller travailler sur les quais, et il espérait que tu vienne avec lui !

Isako, sa mère. Une femme forte, dans tout les sens du terme : elle avait un physique imposant, et un caractère de même.

[Taiki] - Mmmmoouaaah, maman ... Pas dès le matin, tu veux ?
[Isako] - Le matin ? On va manger dans une heure ! Quand ton père sera là, on va discuter, et tu ira l'aider cet après midi !
[Taiki] - Aaaah, mais arrête, j'ai d'autre chose à faire ...
[Isako] - Oh, arrête avec tes rêves idiots de Ninja ! TU sais très bien ce que moi et ton père en pensons ! Si encore tu avait quelques talents, mais tu sais très bien que tu n'en à aucun, alors écoute nous et va travailler avec ton père !
[Taiki] - Bon, stop, ça suffit, je vais faire un tour. Je reviendrais pour manger ...
[Isako] - Reviens là, imbécile de fils ! Reviens, tu veux ?! Taiki ! Reviens immédiatement !!
[Taiki] - Ouais, ouais, moi aussi je t'aime. A tout à l'heure ...

Taiki ouvrit la porte, et commença à s'engager dans le centre de Kumo. Il n'aurait pas le temps de s'entrainer correctement avant d'aller manger, ni même de faire ce qu'il avait prévu pour aujourd'hui. Alors il choisi juste d'aller se promener, histoire de se réveiller.

[Taiki] - *Gnnn... elle à réussi à me filer un de ces mal de crâne ... Bon, direction le centre même, histoire de voir un peu ce qui pourrait être sympa ...*

Et, tout en se réveillant, trainant de moins en moins les pieds, il commença à regarder les diverses maisons, proches des commerces ou pas, les petits appartements qui auraient pu l'intéresser. Et surtout pour lesquels il avait le budget ... Il se sentait bien, en imaginant tout ça. Bientôt, il pourrait vivre par ici, par lui-même, sans rien demandé à quiconque.
Rapidement, il choisit de faire demi-tour afin de rejoindre la maison de ses parents ... L'heure passait vite, et il avait un peu de chemin à faire. Les vraies recherches commenceront tout à l'heure.

[Taiki] - C'est marrant de dire "maison de mes parents" et plus "ma maison" ... Ca va faire tout drôle, quand même ... Enfin, ça va aussi me faire du bien.

Il était presque arrivé quand il s'arrêta. De loin, elle lui rappelait tellement de souvenirs ... Le toit, qu'il fallait régulièrement réparer, sur lequel lui et ses amis avait fait quantité inimaginable de bêtises ... La porte, que son père avait défoncée un soir, alors qu'il était rentré ivre mort ... d'ailleurs, la claque qu'il avait prise, après ça, aurait sans doute pu être marquée dans les annales des plus belle baffe jamais données ...
Il sourit, en avançant lentement. Sa mère râlait déjà sur son père, toujours couvert de boue en rentrant. Masao, de son prénom. Au contraire de sa femme, il était mince, et laissait faire sa moitié pour tout ce qui concernait des décision à prendre.

[Masao] - Mais ecoute, le lac est forcement sale, y'aura toujours de la boue ...
[Isako] - Débrouille toi, imbécile, bon sang ! C'est moi qui lave, jusqu'à preuve du contraire ?!
[Masao] - Oui, mais tu comprends -
[Isako] - Non, je ne comprends pas ! On à déjà un inutile, alors pas besoin de deux...
[Taiki] - Inutile, hein ? ...
[Masao] - Taiki ? ...

Tout le monde se figea. Silencieusement, son père s'esquiva afin de se changer, tandis que sa mère retournait afin de terminer le repas. L'air était lourd, tout d'un coup, et bizarrement, tout cela ne lui semblait plus si heureux. Inutile, hein ? C'est donc comme ça qu'on le voyait ...
Sans rien dire, il alla s'assoir à table, et attendit, toujours sans bruit. Ses parents le rejoignirent, et s'installèrent. Le repas passa, sans que personne ne dise rien. La gêne était presque palpable, chacun mangeait dans son coin, sans rien dire, sans regarder les autres. C'est lorsque la chef de famille commença à débarrasser la table qu'ils se mirent à parler.

[Isako] - Taiki, cet après-midi -
[Taiki] - Je vais quitter la maison.
[Isako] - Padon ?
[Masao] - Evite de faire peur à ta mère, tu veux ? Ce n'est -
[Taiki] - J'ai été faire un petit tour ce matin, et cet après-midi je vais me trouver un petit appartement, dans le centre.
[Isako] - Taiki, bon sang - elle soupira -Je te demande juste d'aller aider ton père cet après midi, et de travailler un peu. Personne ne te chasse.
[Taiki] - Non, je pars de moi-même. J'y pense déjà depuis quelques jours, et à mon avis, il est temps que je prenne un peu d'indépendance.
[Isako] - Mais qu'est ce que tu as été foutre dans cette académie stupide ? Depuis que tu vas là-bas, tu à changé ! Essayes de prendre un peu de plomb dans le crâne !
[Masao] - Ta mère a raison, Taiki. C'était bien d'essayer, mais maintenant que tu as vu que tu n'avais rien à y faire, arrête tes bêtises, et viens travailler avec moi.
[Taiki] - Rien à y faire ? ...

De nouveau, le silence. Tout le monde resta assit, à regarder les autres. On sentait à la fois de l'énervement, de la gêne, un mélange particulier d'émotions... Taiki finit par se lever, sans regarder personne. Il leva la main en souriant lorsque sa mère fit mine de prendre la parole. Non, pas maintenant. Il voulait leur montrer ce qu'il savait faire, avant qu'ils ne reprennent la parole.
Lentement, il s'approcha de l'endroit où sa mère avait fait à manger, et observa, cherchant ce dont il allait avoir besoin. Une simple table, où étaient entreposés les différents ustensiles : quelques couteaux, des baguettes, un grand nombre de marmites et de plats rangés les uns dans les autres pour prendre le minimum de place. Tout était fonctionnel ici : sa mère avait vraiment toujours eu horreur du désordre.
Taiki prit ce dont il avait besoin, puis se retourna, et leur sourit.

[Taiki] - Contrairement à ce que vous pensez, je sais faire quelques petites choses. Rien d'exceptionnel, bien sur, mais je débute.
[Masao] - Taiki, écoutes -
[Taiki] - Chuuut ... Regardez, s'il vous plait, d'accord ?

Taiki brandit le couteau devant ses parents. Il savait que ce qu'il allait faire risquait de les marquer, mais il ne voyait pas d'autre moyen de les convaincre. Lentement, il tendit son bras devant lui, et approcha le couteau, toujours sans rien dire. Le couple regardait leur fils, sans oser comprendre ce qu'il allait faire. Pourtant, il finit par poser la lame sur sa peau, et l'enfonça doucement. Le sang se mit à couler le long de son bras, comme un petit ruisseau. Il continua, sans broncher, les yeux fermés, à s'entailler sur toute la longueur. Et soudain, elle réagit.

[Isako] - Taiki, arrête, tu es malade ?! Tu n'as pas besoin de faire ça, ne soit pas idiot !
[Masao] - ...
[Taiki] - Chuut, regardez, plutôt que de vous effrayer pour un rien.

Et en souriant, il termina son geste, et reposa le couteau sur la petite table avec les autres ustensiles. Il était satisfait d'avoir bien compris la technique que lui avait enseigné Akai Juutai : il ne ressentait aucune douleur, pas la moindre gêne, juste la sensation du couteau qui glissait et ouvrait sa peau. Il ne put s'empêcher de trouver la sensation surprenante, intéressante.
Puis, en se retournant lentement vers ses parents, et en souriant toujours, il approcha sa main libre de son bras blessé.

[Taiki] - Vous savez, dans un sens, vous avez raison : je n'ai pas énormément de talent, et je ne sais pour le moment pas faire grand chose. Mais je progresse vite, à ce qu'il paraît. J'ai choisi de devenir médecin : je comprends bien les techniques, et je pense que j'apprécierai ce rôle. C'est un poste important, et je devrais passer beaucoup de temps à m'entrainer. J'ai appris deux techniques, jusque là. Vous venez de voir la première.

Taiki cessa de parler, et posa sa main sur la plaie, en se concentrant. Il fit circuler doucement son Chakkra dans la blessure, cherchant les zones abimées, les soignant doucement, retapant les cellules, refermant la coupure. Sa main passait sur l'intégralité de son bras, tandis que le sang arrêtait de couler. Enfin, il retira sa main, et ouvrit les yeux.

[Taiki] - Voila la seconde. Je ne sais encore que faire ça, mais je viens de commencer. J'apprendrais plus de techniques petit à petit, qui me serviront à soigner ou parfois à me protéger. Et j'en apprendrais d'autres qui serviront à tuer. C'est le rôle d'un Ninja : obéir à ses supérieurs, que ce soit pour soigner, protéger, ou tuer. Mais le but des Shinobis, ce n'est pas ce que vous pensiez : nous souhaitons tous nous battre pour ce village. Pour ses habitants. Pour vous. .. Est-ce que vous comprenez maintenant ?

Ses parents restaient sans voix, interdits... Ils n'en revenaient pas. Les mains de sa mère tremblaient, celles de son père étaient moite, et tout deux avait les yeux grands ouverts, de surprise, de douleur, de peur ... Taiki avança vers eux, mais l'homme fût plus rapide que lui : il se leva, lui sourit, et le prit dans ses bras. Une accolade qui n'était plus celle d'un père à son fils, mais d'homme à homme.

[Masao] - Je comprends, Taiki. Je n'approuve pas, mais si c'est ton choix, alors suis le, d'accord ? Et prends soin de toi.
[Taiki] - Bien sur, Papa. Mais je ne m'en vais pas pour toujours, tu sais, je vais -
[Masao] - Chut, tais-toi un peu, imbécile, et profites ! Ca ne risque pas d'arriver souvent.

Ils s'embrassèrent longtemps, puis se séparèrent en souriant tout les deux. Sa mère avait finit par se lever elle aussi, et s'approchait en pleurant.

[Isako] - Tu es vraiment un fils stupide, tu sais ?
[Taiki] - Oui, Maman, mais - et elle lui donna la plus belle gifle qu'elle ne lui avait jamais donnée.
[Isako] - Ne me refait plus jamais ça. Tu m'entends ? Jamais !
[Taiki] - Pardon, Maman, mais il fallait que vous compreniez.
[Isako] - Je sais. Viens là.

Et c'est cette fois sa mère qui le prit dans ses bras. Ses larmes continuait de couler, le long de ses joues : la peur d'il y à quelques minutes, la rage de voir ce qu'il faisait, et ... la tristesse de savoir qu'il allait quitter la maison familiale. Tout les trois restèrent ainsi un moment, avant de se séparer en souriant.

[Taiki] - Je vais partir cet après-midi. Je vais faire mes affaires, chercher où loger plus près de l'académie, et m'installer. Mais je ne serais pas loin, et je viendrais vous voir.
[Isako] - T'as plutôt intérêt, imbécile de fils, sinon c'est de moi qui faudra qu'on te protège ...

Après le repas, une fois tout remis en ordre, Taiki fila dans sa chambre, tandis que sa mère allait en ville et son père retournait travailler. Il prépara lentement ses affaires, jetant tout en un sac : quelques vêtements, quelques souvenirs ... le jeu d'aiguilles que lui avait remis sa Sensei lors de l'apprentissage de ses deux techniques. Puis, avec un petit pincement au coeur, il quitta sa chambre, passa dans chaque pièce doucement, et quitta la petite maison.
Cet après-midi, il allait chercher un endroit où habiter. Seul, pour la première fois.

MessageSujet: Re: Appartement de Taiki   Mer 10 Sep - 11:34

[J'ose répondre, peut-être n'as-tu pas fini, mais ce n'est pas si grave.]

[C'est mieux Very Happy]

[Taiki : +10xp ]



MessageSujet: Re: Appartement de Taiki   Sam 13 Sep - 1:59

Taiki marchait dans la rue, doucement, en silence. Il souriait, malgré la légère tristesse qu'il ressentait dans son ventre. Après tout, c'était la première fois qu'il quittait véritablement ses parents ... Un oiseau doit apprendre à battre des ailes, et un jour quitter le nid, a dit un jour un grand sage ...

[Taiki] - Ouais, enfin pour ce qui est de battre des ailes, c'est pas encore ça, hein ... Je suis plutôt du genre à sauter dans le vide, et m'écraser 10 mètres plus bas, en pleurant, qu'a m'envoler majestueusement du premier coup ...

Il secoua la tête, et soupira. Ce n'était pas le moment pour penser de façon négative : il allait se trouver un endroit où vivre. Seul. Un endroit qui lui permettrait de travailler, de s'entrainer, de méditer et réfléchir à ce que voulait dire être un "Ninja" !
Enthousiaste, il reprit sa route, en souriant. Déjà, il imaginait grandes pièces, salle d'entrainement privée, belle salle de bain, chambre magnifique ... Que voulez-vous, il faut bien que jeunesse se fasse, non ? ...

[Taiki] - Quoi ?! Tant que ça ?! Pour un truc si petit ?!
[Homme] - Hey, gamin, faudrait que tu te réveilles, hein ? Ce que je propose, c'est ce qui se trouve partout, ici !
[Taiki] - Aaaahhh, mais elle est où, ma salle privée ?!
[Homme] - Ta quoi ? Ben ça, j'aurais jamais cru ...
[Taiki] - Mais même ma chambre, chez mes parents, était plus grande !
[Homme] - Ben fallait pas la quitter, alors, qu'es
c'tu crois ?

[Taiki] - Laissez tomber ! Escroc !
[Homme] - C'est ça, dégage, y'en à plein d'autre qui attende que ça, hey ...

Et Taiki repartit, légèrement ... déconfit ... Adieu grandes pièces, salle de bain, et tout le reste, alors ? ... Il continua à marcher doucement dans les rues, à la recherche du moindre panneau parlant d'une chambre à louer, quelque part. Et plus la journée avançait, moins il se sentait enjoué : des pièces petites, moches, sombres, parfois même à la limite de l'insalubrité ... Il avait vu tout cela, et pire même, chez certains pourtant persuadés de lui donner la chance de sa vie ...
Petit à petit, les rues devenait sombre, et la fraicheur de la nuit commençait à pointer son nez. Il continuait cependant à marcher, toujours sans bruits, mais aussi, désormais, presque sans but ... Pourtant, cela ne devait pas être si difficile à trouver, un logement correct, non ?

[Taiki] - Faut croire que si ... Haaaa .... Mince, j'en ai marre ... - il frappa des caisses en bois qui trainaient, et s'assit par terre, en tailleur, la tête dans les mains - Je vais quand même pas retourner chez mes parents, pas après une journée infructueuse ... j'aurais l'air .... Ridicule... enfin, juste une fois de plus au compteur, quoi ...
[???] - Et bah, gamin, depuis quand on tape dans les affaires des autres, comme ça ? C'est sacrément pas sérieux, tu crois pas ?

Taiki releva la tête. Un vieux, sacrément fripé, appuyé sur une cane, se tenait devant lui. L'obscurité cachait son visage, mais il pouvait voir au moins le bas de son corps : il était habillé d'un kimono propre, correctement enfilé, et d'une belle facture, de simples getas aux pieds, mais de très belle qualité, et malgré sa stature courbée, il avait une façon de se tenir ... qui en imposait ...

[Taiki] - * Ouais, la classe, tu arrive à te faire impressionner par un vieux avec une cane, tu progresse, mon Taiki ... *

[Vieil Homme] - Et alors, tu réponds jamais quand on te cause ? On ne t'as jamais appris la politesse, chez toi ?
[Taiki] - Naaaan, mais c'est juste que -
[Vieil Homme] - Commence déjà par redresser ce dans quoi tu as tapé, tu veux bien ? Et plus vite que ça !
[Taiki] - Pardon, je le fais, je le fais ... Voila, ça vous va ?
[Vieil Homme] - Bien ! Maintenant, tu veux bien me dire, ce que tu fais là, à parler tout seul, et en portant sur tes épaules toute la misère du monde ?
[Taiki] - Ben ... c'est juste que je cherchais où dormir, et que j'ai pas trouvé ...
[Vieil Homme] - Tu n'a pas d'endroit où dormir ? Ne dis pas de bêtise, tu n'as pas l'air de venir de si loin !
[Taiki] - Naaan, mais vous ne comprenez pas ... Je suis parti de chez mes parents cet après-midi, et -
[Veil Homme] - Parti ? Mais pourquoi ? Tu es en fuite ?
[Taiki] - Hey, vous voulez bien me laisser finir ?! Je viens d'être accepté à l'académie, et je voulais prendre plus d'indépendance ... Enfin, j'ai passé l'âge de vivre chez papa et maman, non ?
[Vieil Homme] - Il n'y a pas d'âge pour vivre chez ses parents, gamin ... Mais ... à l'académie, tu as dis ?
[Taiki] - Oui ! - Taiki se redressa fièrement, et bomba le torse - Et je vais devenir un Ninja !
[Vieil Homme] - Oooh ... j'en conclu que ce n'est pas encore le cas - et Taiki de laisser tomber la pose fière et le torse bombé, pour vouter ses épaules, d'un air pitoyable...
[Taiki] - Ouais, bon, ça va ... je commence, mais ça viendra ... Je ferais tout pour être un bon Ninja ...
[Vieil Homme] - Hum ... viens par là, tu veux ? ... Allez, suis moi !

Taiki prit donc le parti de suivre le vieil homme. Ils avançaient lentement, dans les rues sombres et silencieuses, l'un devant l'autre, sans rien dire. Le jeune homme prit le temps de mieux regarder celui qu'il suivait : sa posture ne laissait aucun doute, c'était quelqu'un de sur de lui. Il marchait, et ce malgré son âge, fièrement et d'un pas assuré, sans se retourner.
Taiki connaissait moins ces rues, et il avait un peu de mal à se situer ... Etaient-ils loin de chez lui ? Et par rapport au reste de la ville ? Il voyait quelques commerces parfois, fermés à cette heure tardive, mais aucun commerce qu'il fréquentait régulièrement. Si le vieil homme n'avait pas eu l'air si sur de lui, en marchant, Taiki aurait pu se croire perdu.

[Vieil Homme] - Allons bon, par où était-ce donc ...
[Taiki] - Hein ?
[Vieil Homme] - C'est idiot, je ne retrouve plus ma route ...
[Taiki] - Quoi ?! - Ah, si, voila chose faite : il se sentait perdu - Vous plaisantez, le vieux ?! Je vous ai suivi jusque là pour que vous me disiez que vous ne savez pas où vous allez ?!
[Vieil Homme] - Silence, gamin - il lui donna un coup de cane sur la tête - Et sois donc un peu poli avec tes aînés, tu veux ? Incroyable, ce manque de politesse, tes parents doivent s'arracher les cheveux à toute heure...
[Taiki] - Oui, bon ça va ... mais on est où, là ?
[Veil Homme] - Ah, tu ne sais pas non plus ? C'est bien dommage, non ? - Taiki baissa la tête et serra les poings, se préparant à laisser échapper un rien de rage et de frustration, quand - Ah ! Ca y est, je me souviens. C'est ici - Et il ouvrit une porte juste à sa gauche - Alors, tu entre ?
[Taiki] - Il va me rendre chèvre, ce vieux ...
[Vieil Homme] - Et sois poli !

Notre futur Ninja en herbe - ou ridicule ami, au choix - soupira en réprimant une grimace - * Sur qu'il à des yeux dans le dos, ce vieux ... *- et suivit le vieil homme.
Ce dernier avait déjà allumé une bougie, et on voyait correctement dans la pièce. Elle était assez grande, à peu près huit tatamis (~ 15 m²), et bien disposé. Une petite table se trouvait dans un coin, un futon était plié au sol, et une armoire près d'une autre porte.

[Vieil Homme] - Alors, tu en pense quoi ?
[Taiki] - C'est chez vous ? C'est un peu petit, pour quelqu'un de vôtre âge, non ?
[Vieil Homme] - Je t'ai déjà dis d'être poli ! - coup de canne - Et c'est à moi, mais pas chez moi.
[Taiki] - ...Je ne comprends pas vraiment, là ...
[Vieil Homme] - Tu recherche un endroit où dormir, non ? Moi, je cherche à louer cet endroit. Tu commence à comprendre ?
[Taiki] - Hein ? Euh ... non, pas vraiment ...
[Veil Homme] - ... Ils arrivent à faire des Ninja avec des jeunes aussi bêtes ? ... Tu cherchait un endroit où habiter, non ? Et bien, si cela te convient, je te fournis ça, imbécile.
[Taiki] - Hein ? Mais pourquoi ?!
[Veil Homme] - Va savoir ... Dis toi que c'est d'ami à ami ... Tu as bien de l'argent, non ? Ce ne sera pas gratuit.
[Taiki] - Bennn ... J'ai ça, mais d'après ce que j'ai entendu aujourd'hui, ça ne suffirait pas pour trouver un placard vide ... - Il ouvrit sa bourse, et la fit voir à l'ancien
[Vieil Homme] - Hum ... en effet, ce n'est pas lourd, mais ... si tu es régulier dans le paiement de ce que tu me dois, je m'en accommoderai.
[Taiki] - Pardon ?
[Vieil Homme] - Ca ira, bougre d'âne !
[Taiki] - Hein ? ...
[Vieil Homme] - Non mais tu le fait exprès ? Ce n'est pas humain d'être aussi bête ...
[Taiki] - Non, mais ... Je veux dire ... C'est vrai ?! Vous êtes sur ? Mais pourquoi ?
[Vieil Homme] - Hum ... Ton but. D'être Ninja. Ca me plait. N'en demande pas plus, tu veux ? Mais je trouve que c'est une belle chose, non ?
[Taiki] - Beeen ... oui, mais ... Y'a plein d'autre jeunes qui veulent le devenir ...
[Vieil Homme] - De ton âge ? Je n'en connais pas. En général, ceux là sont en mission tellement souvent qu'une simple chambre leur suffit. Et ils ont assez d'argent pour s'en offrir de bien plus belle que ça ...
[Taiki] - Euh ... et bien ... Je ne sais pas quoi dire ...
[Vieil Homme] - Merci, c'est déjà bien. Je te laisse t'installer. Je te préviens, je veux mon paiement chaque semaine, sans faute.

Et le vieil homme sortit de la petite pèce, doucement, de son pas lent, mais sur. Taiki se demendait encore si il rêvait ou pas, quand il suivit son ... son sauveur, en quelque sorte.

[Taiki] - Hey ! Merci le vieux. Merci beaucoup !
[Vieil Homme] - Sois poli ! Et c'est Fuyuhira !
[Taiki] - Alors merci, Fuyuhira-san !

Le vieil homme fit un signe de la main, et sur son visage apparut un léger sourire. Il semblait heureux de ce qu'il venait de faire. Heureux d'avoir aider, et d'avoir rendu heureux.
Taiki, de son côté, observait plus attentivement la pièce. Comme il l'avait vu, elle était assez grande, suffisamment pour ce qu'il souhaitait, et bien plus que tout ce qu'il avait vu cet après-midi. Elle avait été aérée il y à peu, l'air n'était pas malsain, les murs semblaient propres, le futon confortable... Il déplia celui-ci, et y vida son sac. Puis il commença à ranger tranquillement ses affaires. Ce fut fait rapidement, mais il eu un léger sourire en plaçant le jeux d'aiguilles sur la petite table.

Enfin, il s'allongea, et commença à réfléchir tranquillement. Il se sentait bien, et voyait son avenir se tracer petit à petit. Un nouveau logement, des cours de Ninja, une voie qui s'ouvrait à lui ... En quelques jours, toute sa vie avait été totalement bouleversée, mais cela lui plaisait. Il aimait ce qu'il entrevoyait au loin, sur le chemin.
Demain, il irait voir où trouver l'académie, et comment rejoindre la maison de ses parents, pour ne pas les inquiéter. Mais ce soir, il allait dormir.

Et, doucement, il sombra dans le sommeil, un sourire aux lèvres ...

MessageSujet: Re: Appartement de Taiki   Ven 19 Sep - 23:06

[Héhé, scousy pour le retard Smile]

[Taiki : +6xp RP]

[je me demande ce que ce vieux te prépare Very Happy car, il te prépare quelque chose huhu ^^]


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Appartement de Taiki   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Taiki Nakamura
» Appartement de Hayabusa Toyome
» Appartement de Naoki
» L'appartement de la tortionnaire [PV Clyde Waldan] [RP CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre-Ville de Kumo-