Partagez | 
 

 Rouge comme les rubis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Rouge comme les rubis.   Sam 20 Sep - 20:39

Six mois depuis qu’il est Genin. Il n’a même pas encore vu son Sensei. Cela l’importe peu. Depuis tout ce temps, il était en phase de découverte. Il faisait plusieurs recherches sur Kiri, sur le Chakra, sur l’histoire des Ninjas, sur leur Art. En fait, lui et son frère s’entraînaient d’arrache-pied pour atteindre le niveau des autres Genins. Ils savaient, tout deux, qu’ils étaient loin derrière. De plus, depuis l’incident dans l’arène, Stoyaah avait changé. Déjà qu’il ne parlait pas beaucoup, vu son problème, maintenant, il se tenait à l’écart.

Les frères Yononaka avaient élu domicile plus loin du village caché. Cette motion avait été adoptée par quelques hauts placés. C’était que, pour le moment, Kiri faisait face à une scission; une guerre civile. Ce n’était pas le meilleur des moments pour s’installer dans le village de la brume. Enfin, ce sont là des choses que les blondinets ne savaient pas et qui ne les intéressaient pas, pour l’instant.

Alors, depuis les six mois passés, Diuko et Stoyaah Yononaka tentaient de maîtriser les bases enseignés à l’Académie. Ils éprouvaient une grande difficulté. C’est un peu comme quand l’on essaie d’apprendre une langue qu'on ne connaît pas : c’est beaucoup plus simple en bas âge qu’adulte. C’est exactement ce qui est arrivé à eux deux : ils sont arrivés dans le monde des Shinobis beaucoup trop tard pour que ça soit simple pour eux d’apprendre. Néanmoins, ils sont motivés. C’est justement la raison de leur absence de plusieurs mois, ils veulent, par-dessus tout, ne pas être laisser en détriment. Ils cherchent encore un moyen de parfaire leurs connaissances. Ils ont pensé qu’en s’entraînant intensivement seuls, ils pourraient, enfin, égaler leurs semblables.

C’est dans ce contexte que Stoyaah se rend à l’académie. Il comprend de mieux en mieux les secrets de l’utilisation du Chakra. Avec l’aide de plusieurs bouquins et parchemins, il a réussi à maîtriser l’Art du Taijutsu. Maîtrise, c’est un grand mot; il a plutôt comprit les bases, c’est-à-dire, à esquiver et à frapper avec l’aide de son Chakra. Il est maintenant décidé d’apprendre sa première technique. Il a lu, dans un livre, que les Shinobis de Kiri pouvaient donner un grand coup de pied qui gèle l’adversaire et ceci l’intéresse au plus au point. Geler un ennemi, voilà un énorme avantage dans un combat.

Ainsi, parmi les gouttes et le brouillard qui se dissipe lentement pour faire place à la pluie, Stoyaah avance avec motivation vers le Centre-ville. Il joue avec un Senbon. Il le fait tourbillonner entre ses doigts, dans sa main droite. Son autre main est dans sa poche. Il se pose plusieurs questions et marche sans vraiment observer ce qui se passe autour de lui. Les gens défilent, mais il ne les remarque pas.

La pluie éclate, ce qui sort Sto de ses pensés. Il ne s’en préoccupe pas, d’être mouillé ne l’importune pas. Il vaut mieux s’en accoutumer, il vit à Kiri. Il avance vers l’académie, les cheveux humides lui tombant sur le visage. De cette façon, il a la même tête que son cadet. Une touffe complètement ridicule. La vraie malédiction des hommes descendant de Kyaho, des cheveux affreusement blond et ridiculement pas masculin. Toutefois, son look n’est pas une priorité pour Stoyaah. Ainsi, il renvoie sa touffe vers l’arrière et continu son chemin. Au loin, il voit l’énorme bâtisse où se réunissent les jeunes et les moins jeunes pour parfaire leurs techniques, leur apprentissage et, qui sait, faire de nouvelles connaissances.

Quelque chose attire l’attention du Shinobi. Dans l’eau, lentement remuant près de lui, il y a une teinte rouge. Une sorte de filament rosé passe entre ses pieds. La nature de cette couleur peu habituelle dans les circonstances reste inconnue, mais il en connaît, du moins, la source. Il suit du regard la coulisse et remarque qu’elle vient d’un peu plus loin sur la rue, à gauche, dans une ruelle. Confiant en lui, et surtout curieux, il se rend à l’embouchure de la cette dernière. Une forte odeur lui monte à la tête durant son cheminement et un vague souvenir, de lorsqu’il avait cinq ans, lentement, prend possession de son esprit.


Citation de Yononaka Shynrio :
"Le sang, c'est rouge,
comme des rubis.
Et, et, le rouge,
et le rouge c'est ma couleur préférée."
Il avait cinq ans...

MessageSujet: Re: Rouge comme les rubis.   Lun 22 Sep - 22:59

Liori se trouvait dans une ruelle de Kiri. Cela n’avait rien de bien étrange, si ce n’est que ce n’était pas un chemin qu’il empruntait habituellement, et il n’était pas non plus en mission.
Cela entrainait donc deux questions ; Pourquoi et Comment ?

Pourquoi :
Une belle journée.
Liori avait trouvé que c’était une belle journée pour parfaire son éducation de ninja. De ce fait, il s’était rendu à l’académie. Comme d’habitude, il trainait sa carcasse jusqu’à l’amphithéâtre de médecine, afin de subir un cours magistrale donné par le médecin tenant du colosse mythologie ; Durga Achyuta.
Ca avait était une agréable surprise pour le Genin. Il était venu dans la salle sans savoir ce qu’ils allaient étudier. D’habitude, il prenait connaissance de ce détail majeur, afin d’être sure de pas y venir pour rien. Là il ne l’avait pas fait et il ne le regrettait pas. « Briser le corps de votre adversaire ». C’était ce que ce cours devait avoir appris à plusieurs dizaines de jeunes Shinobi.
Le professeur avait distribué des schémas du corps humains. Muscles, os, nerfs, tout leurs points sensibles avait était révélé au grand jour. Liori n’avait pas perdu une miette de ce qui avait était dit.

Cependant, le cours s’était rapidement terminé. La fin du cours n’avait pas était atteinte, et seule une partie des connaissances avaient était dévoilé par le professeur, qui avait quitté la salle comme un voleur. Visiblement, on avait besoin de lui d’une façon plus qu’urgente, et cela dégouta Liori comme la plupart des élèves. Achyuta, contrairement à ses habitudes n’allait pas faire de démonstration de son art.
A bien y réfléchir, ce soupir collectif que le Satsubatsu avait entendu était peut être lié au soulagement…

Liori était ressortit de la salle déçu. Il aurait voulu en apprendre plus, mais comme le professeur s’était enfui…
Le problème n’était toute fois pas insoluble.

Liori avait une nouvelle fois poussé les portes d’une salle de l’académie, et il s’était rendu à l’intérieur d’un amphithéâtre. Celui de Taijutsu. Il allait pouvoir essayer de mettre en pratique ce qu’il avait apprit.

Ce n’est qu’une trentaine de minute plus tard qu’il était ressorti de la salle et de l’académie pour rentrer chez lui. Le résultat de son entrainement n’importe pas actuellement. Seule la conséquence compte.
Et cette conséquence est qu’il souffrait.

Comment :
Liori marchait dans Kiri en revenant de l’académie Ninja. Son bras, son torse, son genou, son corps le lançait. Le brûlait. Se déchirait. Bref, le faisait souffrir.
Il avait avalé une de ses drogues, mais cela ne servait à rien. De plus, la pluie qui s’était mise à tomber n’arrangeait rien. Encore loin de chez lui, et en proie à une crise, il ne put que se jeter à l’entrée d’une ruelle de Kiri afin de laisser libre court à la manifestation de sa maladie.
Ses bandages explosèrent, répandant un liquide rouge tout autour du Genin. Puis des flots de sang tombèrent encore et encore de son bras. Inondant le sol et ses pieds, avant de couler lentement vers la rue principale.

C’est lorsque Liori arrêta de serrer les dents pour se rendre compte de l’ampleur de dégâts sur sa tenue qu’une troisième question pouvait être posé. En fait, c’est plus exactement quand Yononaka Stoyaah le percuta en hurlant de rage que cette question pu se poser.

[Liori] – Quoi ?!

Le Genin qu’il ne connaissait pas venait de le plaquer et de le jeter violement au sol. Le choc était si inattendu que Liori ne pus réagir avant de voir son adversaire se dresser au dessus de lui, prêt à encore frapper. Contrairement à ce qu’il avait pensé l’espace d’un instant, ce n’était pas ce boulet d’Osa qui essayait de l’attaquer en traitre. Non, c’était bien pire. Un parfait inconnu. Blond en plus !

Liori, bien qu’à terre, fouetta l’air de ses jambes pour atteindre les genoux de son agresseur et le faire chuter -ou du moins chanceler-, et pour ainsi gagner suffisamment de temps pour se relever, ce qu’il fit.

[Liori] – Mais, tu es qui toi encore ?!

Question inutile à n’en pas douter, mais il n’était pas à l’abris d’une surprise monumentale. «Je suis le frère caché d’Osa» par exemple.

Liori se mit en garde, bras droit en avant et gauche replié le long du corps, et les jambes solidement appuyés au sol. Il aurait volontiers dégainé son sabre, mais l’espace était restreint, de plus son bras gauche était encore bien plus douloureux que d’habitude, et l’utiliser maintenant ne lui semblait guère plaisant.
Pour le moment, il restait là à atteindre un nouvel assaut qui ne tarderait certainement pas.

MessageSujet: Re: Rouge comme les rubis.   Mer 24 Sep - 2:15

Des veinures rouges se glissent vers la pupille des yeux du blondinet. Ceux-ci s’écarquillent à mesure que les paupières s’ouvrir pour que l’image soit analysée complètement et correctement.
Un mince filet de bave se faufile entre les dents serrées et les lèvres étirées. Il force tellement sur sa mâchoire qu’un peu d’hémoglobine se mêle à la salive. Cette dernière devient épaisse comme lorsqu’on pense à manger quelque chose de délicieux. Une sorte prévision du goût.
Ses mains forment des poings très compacts. De surcroît, ses ongles pénètrent sa chair et laissent couler quelques gouttes qui passent inaperçus dans la marre de sang. Il tremble de rage; une furie inadéquate et incompréhensible dans les circonstances.
Ses sourcils sont si froncés qu’ils se rejoignent entre les yeux formant ainsi plusieurs plis qui le dévisagent. Il n’a plus l’air humain. On dirait un animal. Une sorte de bête affamée désirant attaquer pour survivre.
Tuer. Tuer. Tuer.

(flash)
« Père. Pourquoi l’homme ne bouge plus. »
-Il a perdu beaucoup trop de sang. Vraiment, je n’ai jamais vu ça. C’est immonde. Ne regarde pas.
« Pourtant c’est beau le rouge. C’est même la couleur de notre famille, non ? »
-Fils, tuer son prochain n’est pas une bonne chose. Ici, ce sont des Shinobis. Ils sont des armes. Ils se battent entre eux pour prouver leur puissance. Pour nous, les civils, c’est différent.
« J’aime le rouge. »
(fin flash)

« RaaaaaAAAAAH »

Stoyaah percute l’Homme de plein fouet. Il l’a poussé avec toute sa force. Un bon coup brutal asséné avec l’épaule. La victime tombe bruyamment au sol et, désorienté, Stoyaah glisse. Il cogne le mur de l’établissement voisin et se propulse.

Que se passe-t-il ?
Le sang est un stimulus dérangeant pour lui. Il ne peut accepter d’en voir autant. Ça le rend dingue. Une fois qu’il en voit, il ne peut s’arrêter; il doit en voir plus, toujours plus. Il adore ce liquide vital. Il a beaucoup de difficulté à se contrôler, à redevenir serein, dans ce type de situation.

L’image du meurtre du jeune lors de l’examen lui vient en tête : l’odeur du sang, la vue du sang aussi, fait remonter ses souvenirs. Il ne pense qu’à ça. Le jeune académicien avait la gueule renfoncée. Son œil droit était plutôt boursouflé tandis que le gauche était carrément sorti. Son nez était plié sur le côté. Son cou était cassé et son menton avait passé par-dessus son épaule pour finir en arrière. Sa langue était en dehors de sa bouche. Ses bras n’avaient que quelques lacérations. Toutefois, il y avait d’enfoncé, dans sa poitrine, plusieurs aiguilles que Stoyaah utilise pour augmenter sa puissance de frappe. Il les place entre ses doigts avec le bout inférieur de sa manche sur sa paume pour que les Senbons ne lui rentrent pas dans la main. Il avait transpercé à plusieurs reprises le haut de son tronc, son cou et son visage. L’enfant était couvert d’hémoglobine. Il n’avait plus l’air d’un humain; il semblait déjà en état avancé de décomposition. Cette image est la plus importante de la mémoire de Stoyaah. Il ne peut l’effacer. Il veut, continuellement, ressentir la même exaltation que lorsqu’il avait tué ce gamin. Il veut se sentir fort, supérieur, invincible.

C’est ce Stoyaah là qui surgit. Une bête blonde se couvrant de sang tel les anciennes tribus. Un lion rouge, c’est comme ça qu’il voit ce sombre côté de sa personnalité, car il est bien conscient de ses actes. Après cette rage meurtrière, lorsque sa personnalité principale reprend le dessus, il se sent très mal. Il se déteste longtemps. Il n’est pas heureux d’avoir mit fin aux jours du jeune. Le Lion Rouge surgit sans avertir et rugit sans le consentement de Stoyaah Yononaka.

Donc, c’est la première impression que l’Homme De Sang a de Stoyaah. En effet, il voit un homme-bête qui lance sont poing vers lui, en direction de son cou. Il lui assène un coup au genou. Stoyaah perd équilibre devant la réaction précipitée de son adversaire et se fracasse contre le sol, car la jambe droite, celle qui a été poussée, était le centre de la balance pour ce type d’attaque. Le talon de son pied gauche était surélevé pour augmenter la légère rotation du bassin qui produit la rotation des épaules qui, finalement, accroit la force et la vitesse de frappe du combattant. En définitive, Stoyaah s’écroule et son épaule gauche prend le dégât.

Cependant, il ne reste pas ahuri devant cet affront. Il fait tournoyer une jambe qui est suivit de l’autre au-dessus de sa tête. Il se pousse avec ses mains et ses abdominaux et finit par s’élancer vers l’arrière pour retomber en position de combat. Durant ce lapse de temps, l’autre a eu le temps de prendre une position plus confortable pour un affrontement. Stoyaah est penché vers l’avant, fixant son ennemi tel un redoutable animal, les bras de chaque côté de son corps, un peu vers l’arrière, avec les mains ouvertes comme des griffes. Son pied gauche est en angle de quarante-cinq degrés avec le droit qui point vers l’avant. Son poids est bien répartit entre les deux piliers. Son dos est courbé et ses genoux pliés.

-Mais, tu es qui toi encore ?!

« Grrr….Rrrah…Charr…Stoyaah…Grrr…Rrrrah. »


La respiration du Genin est forte et produit des grognements. Il ne perd pas, pour une simple fraction de seconde, la cible de vue. Son corps au complet est crispé et prêt pour un assaut. Quelques gouttes de sang glissent hors de sa bouche. Ses cheveux sont pêle-mêle, mais ne gâchent en rien sa perception visuelle.

Au loin, il y a des éclairs. Les deux adversaires se fixent. La pluie tombe abondamment. Soudain, un éclat au loin : du tonnerre. Comme si c’était son signal de départ, sa cloche au début d’un combat arbitré, Stoyaah fonce vers son adversaire et saute en direction du mur. L’autre sait pertinemment qu’il va l’utiliser pour se propulser vers lui et l’attaquer brutalement.


Citation de Yononaka Shynrio :
"Le sang, c'est rouge,
comme des rubis.
Et, et, le rouge,
et le rouge c'est ma couleur préférée."
Il avait cinq ans...

MessageSujet: Re: Rouge comme les rubis.   Jeu 25 Sep - 21:12

[Stoyaah] – Grrr….Rrrah…Charr…Stoyaah…Grrr…Rrrrah.

Son adversaire lui avait répondu. Et qu’elle réponse. De vrai grognement de sale bête. D’ailleurs, Stoyaah avait vraiment l’aspect d’une bête sauvage, ivre de fureur, et malheureusement, Liori avait était là pour servir de déversoir.
Il se tenait là, comme un animal féroce sur le point de frapper, le visage défiguré par une expression haineuse, une soif de sang sans pareil.
Et finalement, il attaqua à nouveau, lorsque le tonnerre gronde.

Il chargea, puis se jeta sur le côté pour prendre appuie contre un mur. Liori eut le temps de voir venir le coup et esquiva tout simplement la féroce –quoique basique- attaque de la sorte d’animal qui lui sert d’opposant. Un simple pas en arrière et un léger pivot lui suffit pour éviter le coup, et contre attaquer aussitôt. Il lui asséna une terrible droite en pleins visage, donnant tout son poids au coup. Il sentit la chair se fendre sous l’impact, et regarda le corps de Stoyaah voler sur quelques mètres, avant de terminer sa course par une glissade dans la boue que l’orage avait déjà formée.

Liori était fier de son coup, qu’il pensait avoir réussit. Cependant, il se rendit bien vite compte que ça ne suffisait pas. L’homme bête gigotait toujours, et il semblait en redemander. Le Satsubatsu l’observa quelques secondes, le temps que ce dernier se relève en réalité. Leurs regards se croisèrent, et il comprit qu’il n’abandonnerait pas, c’était toujours des yeux de fou furieux. Liori sourit intérieurement, il était frustré depuis quelques temps. S’il s’efforçait de progresser dans la médecine, c’était parce qu’il voulait ramener ses parents à la vie, et pourtant il n’avait pas l’air de progresser. Il n’arrivait pas à mieux maitriser son don qu’actuellement, il n’arrivait plus à trouver de nouveaux renseignements concernant ces soit disant technique de résurrection, il souffrait encore de sa crise. Il stagnait.
Et cela le frustrait !

Pourtant, Stoyaah qui pouvait aussi faire parti de ces sources de frustration, ( *Super, maintenant je suis la cible d’un psychopathe qui se prend pour un ours*) lui permettait aussi de se détendre. Frapper sur un parfait inconnu… Qu’est ce c’était bon.

A nouveau, l’autre genin attaqua. Encore une charge féroce et brutale, qui n’avait d’autre but que de détruire son adversaire. Dommage que la différence de niveau soit si évidente.
Liori bloqua la main droite de son adversaire en levant le poignet gauche, et il enchaina aussitôt sur un uppercut du droit, en pleins dans le menton de Stoyaah, ce qui le coupa tout simplement dans sa tentative d’attaque de la main gauche.
Liori lui, ne se priva pas de continuer à frapper. Il saisit le col de son adversaire de la main droite, et enchaina coup de poing après coup de poing sur le visage de Stoyaah. Finalement, dans un excès de violence qu’il ne contrôla pas, il lui projeta violement la tête contre l’un des murs formant la ruelle, et il le laissa glisser lentement sur le sol.

C’est à ce moment là, que Liori subit une véritable douche froide, et qui n’avait aucun rapport avec l’abondante et agaçante pluie…
Il venait de remarquer l’éclat métallique caractéristique des bandeaux ninjas. Stoyaah était un Genin de Kiri, et il ne bougeait absolument plus…
Liori eut une absence… Le genre d’absence qui a lieu quand on imagine le pire.


Citation :

-COUPABLE DE MEURTRE !-

Bannis du village pour avoir tué un équipier !
Condamnation à mort pour un Satsubatsu !
En fait, il aimait les chats ! confit un de ses plus proches amis !
Il jette le deshonneur sur son clan !
Il n’aura pas le droit de rejoindre ses parents !



[Liori] – Raaaaah putain ! Qu’est ce que je vais faire !

Il s’imaginait déjà les pires scénarios et était pour l’instant accroupis aux côtés du « cadavre » de son compatriote. En soit, le meurtre n’était pas aussi dérangeant –il l’avait bien cherché et son éducation lui avait appris à accepter la mort d’un adversaire-, mais c’était les conséquences qui en découlaient qui l’inquiétait.
Lorsqu’il arriva à la conclusion que sa seule chance d’étouffer l’affaire était de planquer le corps dans la chambre d’Osa, sa mère réussit enfin à le tirer de son délire en lui indiquant qu’il n’avait commit aucun meurtre.

Effectivement, Liori fit un geste élémentaire que tout médecin se devait d’avoir –même avec un temps de retard-. Il prit le pouls de Stoyaah et se rendit compte qu’il en trouvait un, ce qui était rare chez les cadavres. (Enfin, il avait entendu dire ça quelque part).
En revanche, il aurait sans doute de méchant bleu et une grosse bosse.

Liori soupira en repensant à son comportement. Cet instant de panique avait vraiment était honteux…

Il observa encore le genin évanouit, et décida de le prendre avec lui, ne serais-ce que pour l’abriter de cette foutu pluie. Il l’installa sur son dos, et se rendit compte au passage qu’il devait avoir quelques années de plus que lui. Enfin, heureusement que c’était uniquement quelques années et pas des centaines de kilos.
Il reparti sous la pluie et les éclairs toujours plus féroce, et se dirigea vers la demeure Satsubatsu.

[Je vais faire un post à la demeure Satsubatsu pour continuer ce RP (mais ça sera sans doute demain).]

MessageSujet: Re: Rouge comme les rubis.   Ven 26 Sep - 13:37

Liori: +18 XP (bonus genin inclus)
Stoyaah: +18 XP (bonus genin inclus)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rouge comme les rubis.   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rouge comme les rubis.
» Rouge comme tes fesses après la fessée que les E vont te mettre [PV CLASSE E]
» LE RUBIS
» [À LOCK][DON] Code démo pokemon rubis oméga saphir alpha
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Coeur du Village-