Partagez | 
 

 Sur les marches de l'Académie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Sur les marches de l'Académie   Mer 24 Sep - 11:41

¤,.°o°O Chapitre 2 : Premier Contact O°o°.,¤
« Aux pieds de l'Académie »


Le ciel était voilé, étonnamment voilé pour cette époque de l'année. Le disque doré du soleil ne se distinguait qu'à peine, caché qu'il était derrière un épais amas nuageux. A sa position dans le ciel, on pouvait cependant présager que la mi-journée venait tout juste d'être atteinte. Et si les artères de Kumo vibraient par les allées et venus incessantes de ses habitants, son académie, elle, se distinguait par son calme proverbiale. Quelques shinobis, seul ou en groupe, étaient pourtant assit ici et là dans la cour centrale mais rien ne pouvait y changer quoi que ce soit, le silence était de mise. Assit sur la dernière marche de l'escalier qui conduisait aux portes de l'académie, Sho contemplait le vide qui s'étendait sous ses yeux sans vraiment se préoccuper de ce qui pouvait l'entourer en l'instant présent. De sa longue tunique rouge feu, ils ne se distinguaient que ses deux avant-bras couverts de bandelettes blanches jusqu'à la paume de ses mains. Son visage, finement sculpté, n'exprimait rien de ce qu'il pouvait ressentir sous ses longues mèches de cheveux assorties aux couleurs de sa tunique.

· Setsuko · Pourquoi cela ne me surprend-il plus de te voir seul ?

Demanda une jeune fille blonde aux yeux d'un bleu glacé, tout juste derrière lui. Sho n'eut besoin de tourner son visage vers son interlocutrice qu'il sut qui elle était au simple timbre de sa voix. Setsuko Oïshi, c'est ainsi qu'elle s'appelait. Il l'avait rencontré lors son premier cours à amphithéâtre de médecine et depuis, elle le suivait plus ou moins partout où il allait. Bien évidemment, elle n'était pas ce genre de fille un peu pot de colle mais plutôt quelqu'un qui se préoccupait des gens dont le mystère qui pesait autour d'eux était tout à défaire. Ce qui était assurément le cas de Sho.

· Sho · Probablement parce que tu a réussi à déchiffrer mes habitudes ?


· Setsuko · Oui, sans doute, mais ne t'en fais pas je ne vais pas te forcer à les changer pour moi, je tenais juste à te souhaiter une bonne journée avant de partir m'entraîner dans les montagnes.

Sans rien attendre de plus, la jeune fille descendit les marches de l'académie, passant à quelques centimètres de Sho, puis s'avança au milieu de la cour centrale en prenant la direction de la sortie. Intérieurement, l'étudiant en médecine se sentit embarrassé non pas par sa réponse mais davantage par la manière qu'il avait eut de se comporter avec cette fille depuis qu'elle était gentiment venue lui parler au premier cours de médecine de son existence. En cet instant, cette carapace mystérieuse qu'il s'était forgé autour de lui était tournée au ridicule par sa propre conscience. Au fond de lui, il pouvait entendre une petite voix lui murmurer qu'elle serait une amie idéale pour lui et qu'il était de son devoir de la rattraper avant qu'il ne la perde définitivement à jouer les introvertis. Poussé par ce sentiment profond et humain, Sho plaqua ses mains de part et d'autres de sa bouche pour porter sa voix le plus loin possible et s'écria à l'intention de sa camarade.

· Sho · C'est dommage on aurait put rester un petit moment à bavarder ensemble !


En entendant ces mots, Setsuko s'arrêta net. Il lui fallut même quelques dizaines de secondes pour se demander si elle n'avait pas rêvé. Lentement mais sûrement, elle pivota sur ses talons et lui lança un regard interrogateur. Regard auquel Sho répondit par un sourire sincère dessiné comme une sorte de trophée sur son visage d'ange. S'armant de courage, la belle blonde revint sur ses pas et s'arrêta tout juste devant son interlocuteur. Alors ses yeux d'un bleu envoûtant se logèrent dans l'obscurité de ceux de son camarade, comme si elle cherchait à comprendre ce qui avait bien put changer dans son comportement pour qu'il ait prononcé une phrase pareille. Sho resta immobile. Ses yeux fixaient ceux de sa camarade, son sourire demeurait vivace, mais rien d'autre ne venait altérer ce moment quelque peu unique. Au fond de lui, il avait réalisé depuis longtemps que Setsuko était quelqu'un de bien. Une personne juste et chaleureuse, comme il en existait beaucoup dans ce merveilleux village. Désireux de le lui faire savoir, autant que de rompre le silence quelque peu gênant qui s'était abattu entre eux, Sho se leva et lui dit :

· Sho · Je m'excuse de m'être montré si dur avec toi depuis que nous nous sommes rencontrés, tu ne le méritais pas. On colporte dans les rues qu'un tournoi chuunin serait peut-être en préparation, si jamais je devais y allez, je voudrais au moins pouvoir compter sur une bonne amie dans ce village.


· Setsuko · Alors tu pourras me considérer comme telle, Sho-san.

· Sho · Sho suffira amplement.

· Setsuko · Tu recommences à t'enfermer Sho-san, laisse donc les gens venir à toi, tel que ça leur plait de le faire. Ils auraient alors beaucoup à gagner si tu devenais leur ami. Je considère en tout cas que j'ai beaucoup de chance de t'avoir .. quoi qu'il en soit, je dois vraiment m'entraîner, il n'y a pas que toi que cette rumeur de tournoi a affecté.

Armé de son plus beau sourire, Setsuko adressa un clin d'oeil à son camarade puis s'en retourna vers la sortie de l'académie. Sho, lui, la regarda s'éloigner avec un certain amusement palpable. La rumeur de l'organisation prochaine d'un tournoi chuunin semblait avoir réveillé la totalité des shinobis du pays ; et s'il ne se sentait pas encore prêt à y participer pour l'heure, Sho savait qu'un long entraînement l'y mènerait très certainement avec un peu de chance. Cette idée faisant le tour de son esprit, il se rassit sur la marche du temple et replongea son regard dans le vide en réfléchissant à la manière dont il pouvait s'y prendre pour arriver à ses fins. Mais sa réflexion prit rapidement fin sous le joug des mouvements de pas qui se firent entendre une nouvelle fois dans son dos. Quelqu'un approchait ...


¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   Dim 28 Sep - 16:50

Le ciel était couvert. Encore un orage ? Il ne semblait pas. Pourtant, la disparition du soleil entrainait la mort de l'académie. Au fur et à mesure que le soleil était occulté par les nuages, l'académie se vidait, libérant une flopée d'étudiants, tous enthousiastes et pressés de montrer leurs progrès à leurs familles. Tous manipulés. Tous entrainé vers une mort inéluctable. Une mort violente. Une mort sans compassion. Non, Mad' ne pouvait croire cela. Il ne pouvait se résoudre à céder au raisonnement qui s'imposait malgré lui dans son esprit. Pourtant, si cela était vrai ? Les conséquences en serait considérables. Et le soleil ne revenait pas dans le ciel de Kumo.

Mad' sortait de l'académie. Il venait de rencontrer Souryo, qui lui avait donné rendez-vous le lendemain. Il avait peut-être enfin eut une occasion de pouvoir vraiment apprendre. C'était un besoin crucial maintenant que la maladie le dévorait un peu plus chaque jour. Il avait besoin de s'imaginer pouvoir trouver un moyen de lutter pour sa survie. Alors qu'il franchissait les portes de l'académie, il aperçut un jeune homme, assis sur les marches. Il semblait en pleine réflexion. N'ayant que peu de chose à faire de sa journée, Mad' décida d'aller le voir, histoire de renouer quelques liens avec d'autres étudiants. Il y avait bien longtemps qu'il n'était revenu à l'académie et il n'y connaissait plus personne. Il s'assit à coté du jeune homme. Et resta silencieux quelques minutes.

Aucun des deux ne semblaient vouloir prendre la parole. Mad' n'avait plus cette jeune insouciance qui pousse a aller discuter avec le plus de monde possible. Sa maladie l'avait enfermé dans un carcant de méfiance et de solitude. Il ne pouvait se résoudre à faire confiance à quelqu'un, ni même à aller au devant des gens. Ce n'était pas de la crainte. Mais de la méfiance. Il ne pouvait prendre le risque d'être enfermé une fois de plus. La liberté avait un prix qu'il avait du payer. Trouvant la situation un peu stupide, Mad' décida d'engager la discussion.

[Mad' Taimu] – Salut, je m'appelle Mad'.

Il fit une petite pause. Il y avait une sorte de blocage qui l'empêchait de continuer. Peut-être qu'au fond de lui, il ne souhaitait pas rencontrer de nouvelles personnes, pour que les tragédies du passé ne soient pas celles du futur. Pour toujours esclave de son passé. Pour toujours prisonnier de ses souvenirs. Le sang l'avait marqué aussi profondément qu'une âme puisse l'être. Il était maintenant son instrument, son outils. Précieux, dangereux. Rapidement, une sorte de migraine pris Mad'. Il mis quelques secondes à reprendre ses esprits. Il espérait que son voisin n'ai pas remarqué la légère absence dont il lui semblait qu'il venait de faire l'objet. Pour faire bonne mesure, il tenta de continuer sa présentation.

[Mad' Taimu] – Je suis apprentis en médecine. Et toi ?

Vu l'attitude revêche du garçon, il ne s'attendait pas à une réponse. Mad' s'était arrêter un peu au hasard, poussé par la curiosité d'une rencontre. Au fond, il n'avait peut-être pas tant changé que ça. Il avait besoin d'une compagnie humaine. Il avait besoin de personnes à qui parler, comme tout être humain. Il ne pouvait tolérer une vie où il serait replié sur lui-même. Pourtant, une partie de son esprit lui soufflait qu'il pourrait finir comme ça. C'était donc aussi pour se prouver le contraire qu'il avait choisi d'engager la discussion. Peut-être quelque chose de positif allait-il en ressortir. Au fond de lui, il l'espérait.





MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   Lun 29 Sep - 20:09

¤,.°O°o ... o°O°.,¤

Pendant un long instant, Sho resta figé dans son air méditatif. Quelques élèves avaient beau dégringoler l'escalier tout près de lui pour se ruer à toute vitesse vers la sortie, ses pensées et ses perceptions étaient ailleurs pour le moment. Son regard était vide, cruellement vide. Son visage, inexpressif, ne relatait absolument rien de ce qui pouvait se tramer au fond de son âme. Quant au restant de son corps, aussi immobile qu'une statue de pierre, c'est ce qui le caractérisait le mieux à cette heure. Il avait beau ressentit un moment de sursaut, son esprit tout entier s'était replongé dans des méandres sans fin. Beaucoup de choses le préoccupaient. Cela faisait déjà quelques mois qu'il était arrivé dans le village Caché des Nuages et depuis tout ce temps, il n'avait reçu aucune nouvelle de sa vallée natale. Sa famille semblait plus lointaine que jamais, presque oublié dans un coin de sa mémoire. Son père, sa mère, son oncle et son épouse, leur demeure de fortune au pied des montagnes, tout lui manquait. Sa destiné était pourtant ici désormais et bien qu'il aimait la Vallée Verte, rien ne valait davantage que Kumo aujourd'hui. Il était né dans le Pays de la Foudre et comptait bien le servir jusqu'à la fin de ses jours, même si pour cela, le prix à payer était de ne plus jamais revoir les siens.

· Mad' Taimu · Salut, je m'appelle Mad'.

Sho se rendit soudainement compte que quelqu'un s'était assit tout juste à côté de lui et s'était même adressé à lui. Légèrement déboussolé par le changement brutal de situation, il demeura un long instant à fixer ce nouveau visage sans rien dire. Aucun mot ne lui venait en bouche, ils étaient comme bloqués quelque part entre son cerveau et ses lèvres. Mais à en juger par la situation, son voisin était dans le même état que lui mais très probablement pour une raison différente à la sienne. Il ne pouvait toutefois en rester là ! Ce garçon était venu à lui et s'était présenté amicalement, il devait absolument répondre ne serait-ce que pour une raison de politesse. Pour se sortir de cet état, Sho inspira profondément en abaissant son regard sur la marche où il était installé en compagnie de sa nouvelle rencontre du jour. Quand le tout se dénoua au fond de son estomac, le jeune shinobi aux cheveux rouge flamme reporta son regard dans celui de son interlocuteur et lui tendit amicalement sa main pour serrer la sienne.

· Sho · Et bien enchanté Mad', je m'appelle Sho, Sho Nagoshi.

Voila qui était dit. Certes la présentation n'était pas grandiose ou particulièrement spectaculaire mais tout juste ce qu'il fallait entre deux jeunes gens sur le point de sympathiser. Car c'était bien l'intention de Sho que de se faire des amis sur qui il pourrait toujours compter, des amis comme Setsuko qui l'acceptait tel qu'il était et qui ne cherchait pas à le changer pour X ou Y raisons. Mad' avait quelque chose de mélancolique dans l'expression de son visage, un peu comme lui mais sans doute dans un registre différent. Son regard était également aussi sombre que le sien. A vrai dire la seule chose qui les différenciait c'était la couleur et la longueur de leurs cheveux. Là où Sho possédait de longues mèches aux reflets rougeâtres, Mad' en avait des courtes à la teinte sombre tendant sous certaine lumière à un bleu encre assez particulier. A bien le regarder, Sho n'arrivait pas à se remémorer son visage ; à croire qu'il ne l'avait jamais vu jusqu'ici. Probable ? Peut-être ... en fait non, il n'en avait aucune idée, mais qu'importe puisque le moment semblait propice aux découvertes et à la connaissance d'autrui.

· Mad' Taimu · Je suis apprenti en médecine. Et toi ?

Un apprenti en médecine, comme lui ? Décidément, le nombre de points communs semblaient augmenter de secondes en secondes entre les deux ninja. Étrange toutefois, puisqu'il lui semblait ne jamais l'avoir vu dans l'amphithéâtre de médecine jusqu'ici. Peut-être venait-il d'arriver ? Quelque chose lui soufflait que ce n'était pas le cas, sans doute la dose de maturité qui se dégageait de ce personnage. Peut-être, alors, assistait-il à d'autres cours que les siens ? Probable s'il s'était engagé sur une autre voie que la sienne. La médecine possédait un assez grand nombre de branches pour que leur chemin ne se soit jamais croisé au beau milieu d'une salle de cours, jusqu'à maintenant. Sho penchait plus vers cette possibilité bien qu'il n'en était pas vraiment convainque mais qu'importe, il allait bientôt le savoir, il ne lui suffisait que de lui demander. Un sourire se tordit aux coins de ses lèvres. Un de ces sourire délicat, ni trop faiblard pour paraître narquois, ni trop accentué pour paraître exagéré, tout juste ce qu'il fallait pour être amical. Avec une certaine légèreté dans le timbre de voix, il se décida donc à répondre en ajoutant quelques questions derrière pour nourrir ce début de conversation.

· Sho · Figure toi que moi aussi. Je me spécialise en médecine défensive et toi ? ... le temps est étrange aujourd'hui, on dirait que les rumeurs de tournoi ont embrumés aussi bien l'esprit des étudiants que notre ciel. Tu en as entendu parler ?

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   Mar 28 Oct - 13:22

· Sho · Et bien enchanté Mad', je m'appelle Sho, Sho Nagoshi.

Dit son voisin en lui tendant la main. Mad' la serra, étrangement content que Sho lui ai répondu. Lié des contacts à l'académie ne s'était pas simplifié depuis le temps où Mad' y avait étudié. Souvent, trop souvent même, certains fils de ninjas renommés profitaient du prestige familial pour se mettre en avant, créant un réseau complexe de rivalités, de tensions et de compétitions au sein des cours. Tout cela était inutile du point de vue de Mad'. Cette « puissance » que beaucoup recherchaient, tous ne l'obtiendraient qu'a force de travail et études, ce que peu voulait admettre. Pourtant, son voisin semblait complètement à part ce système, représentation en miniature du monde. Il ne cherchait pas à s'inclure à tout prix à l'académie. Comme si cela, au fond, lui était égal. Cela l'était aussi à Mad'. Occupé sa journée en rencontrant une nouvelle personne lui était suffisant. Peut-être se révèlerait-il un ami plus tard. Dans quelques heures ou quelques jours.

· Sho · Figure toi que moi aussi. Je me spécialise en médecine défensive et toi ? ... le temps est étrange aujourd'hui, on dirait que les rumeurs de tournoi ont embrumés aussi bien l'esprit des étudiants que notre ciel. Tu en as entendu parler ?

Sho avait un sourire sur les lèvres. Quelque chose de léger, qui n'évoquait pas la constante expression hautaine que certains adoptaient. C'était juste ce qu'il fallait pour exprimer un peu de joie. Sans doute à l'idée d'avoir rencontré quelqu'un sous ce ciel. Oui, le ciel était étrange. Mais à Kumo, en plein milieu des montagnes, bien peu se souciait du temps qu'il faisait. C'était inutile, chacun avait bien plus important à faire. C'était étonnant que Sho soit aussi étudiant en médecine défensive. Mad' avait choisi le même chemin, des années auparavant, même s'il était maintenant moins avancé dans ses études que Sho. Sa maladie l'avait freiné, au point qu'il prenne un retard trop considérable pour être rattrapé. Cela était leur faute, ceux qui n'avait pas su le soigner. Il leur ferait payer. Inconsciemment, Mad' avait serré les poings. Il s'en rendit compte et se décrispa. Il ne se souvenait plus de la cause de son énervement. Sho n'avait sans doute rien remarquer. Il lui répondit.

[Mad' Taimu] – « J'étudie aussi la médecine défensive, en grande partie avec Souryo Hakujou. J'ai entendu parler du tournoi. Cela ne m'intéresse que peu. Ce n'est qu'un événement parmi d'autres. Je préfère me perfectionner dans mon art plutôt que de devenir Chuunin. »

C'était la vérité. Mad' se consacrait à la médecine car sa vie en dépendait. Il n'avait aucune échéance, aucune limite si ce n'était le bon vouloir de son corps. Il devait donc faire le plus vite possible. Si cela lui était possible. Le temps et ses capacités étaient ses pires ennemis. Et voilà que Mad' gâchait déjà le premier en étant assis sur les marches de l'académie, à discuter avec un presque inconnu. Presque parce que Mad' sentait une sorte d'affinité avec ce personnage sombre et mystérieux. Il ne savait rien sur lui, si ce n'était son nom. Il n'aurait pu dire qu'il l'appréciait mais en tout cas, Mad' était intrigué. Le jeune homme à coté de lui dégageait un impression de ... Le mot ne venait pas à l'esprit de Mad', qui aurait voulu cette impression que laisse sur les âmes le vent d'Autan.

Le regard de Mad' se perdait dans le vague. Cette discussion lui laissait une impression étrange, pas désagréable mais l'une de celle que l'on ne parvient pas à définir. Cette homme à coté de lui lui semblait si peu commun qu'il n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'il était en train de discuter, sommairement c'est vrai, avec lui. Il était indescriptible, son air un peu mélancolique accentuant l'impression de distance qui s'échappait de Sho en même temps qu'il contrastait avec le léger sourire qu'il abordait. Sho demeurait en quelques sortes une énigme vivante pour laquelle rien ne permettait d'aider à la déchiffrer. Il fallait l'admettre, sans chercher à la comprendre. Mad' en était là quand il se rendit compte que c'était à son tour de relancer la conversation.

[Mad' Taimu] – « Dis-moi, pourquoi as-tu choisi la médecine défensive ? Il existe de nombreuses autres voies, qui offrent bien plus de possibilités. »





MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   Ven 31 Oct - 23:52

¤,.°O°o ... o°O°.,¤

L'instant avait beau être particulier pour être ainsi souligné, les deux jeunes shinobis de Kumo semblaient tous les deux perdues dans leurs pensées respectives. Les mots leurs étaient-ils si délicat à trouver ? La question soulevait quelques réponses mais aucunes d'entre elles ne répondait avec exactitude au problème. Sho contemplait le ciel voilé avec une certaine mélancolie dans le regard. Ses longs cheveux rouge brique tombaient en cascade sur ses épaules, et tapissaient même quelques portions de son visage. Abandonné sur ces marches, il profitait de cet unique moment en compagnie d'un camarade de médecine. Le bon sens aurait voulu qu'ils discutent de leur expérience respective en la matière, mais en rien cela ne semblait les importer pour l'heure. Chacun tissait sa propre toile, creusait son propre chemin, les deux jeunes gens avaient compris le principe et ne portaient aucun intérêt à connaître celui de l'autre. Ce qui tout compte fait n'était pas plus mal. Nombreuses étaient les personnes qui aimaient à perdre un temps fou à analyser les méthodes d'autrui au lieu de se préoccuper de leur propre expérience. Bien heureusement, Mad' ne semblait entrer dans ce moule, autant que Sho, ce qui rassurait ce dernier quant à la " particularité " de son interlocuteur.

Basculant légèrement vers l'arrière en prenant appuis sur ses avant-bras, Sho s'enivra de l'air ambiant. Les paupières closes, il prit une profonde inspiration et se laissa envahir par une multitude de sensations. Cette fraîcheur qui vous glace l'âme, ce parfum qui attendrit votre esprit, cette sensation de douceur indéfinissable qui vous libère face à l'absolu, bref, un paradis. Des émotions éphémères qui disparurent au moment où l'eisei-nin rouvrit ses yeux. Un détail attira alors son attention. Tout juste du coin de l'oeil, il nota le poing serré de son camarade avant de reporter son attention sur le portail de l'Académie. On raconte que certaines choses ne s'expliquent pas .. c'était assurément ce qu'il pouvait ressentir après ce qu'il venait de voir. Pourquoi ? Une question sans écho qui avait le don de susciter sa curiosité. Quelque chose avait du énerver son camarade, enfin, c'est ce qu'il imaginait. Ses mots n'avaient véhiculé aucun message offensant pourtant ; il était donc possible que se fut une question de souvenir ou bien de pensée profonde. Que se fut vraiment l'une ou l'autre de ces sources, Sho ne pouvait absolument rien y faire. Leur rencontre était trop jeune encore et leur passé dissimulé sous plusieurs voiles que seul le temps avait le pouvoir de dégager pour laisser le regard de l'autre s'y aventurer.

· Mad' Taimu · J'étudie aussi la médecine défensive, en grande partie avec Souryo Hakujou. J'ai entendu parler du tournoi. Cela ne m'intéresse que peu. Ce n'est qu'un événement parmi d'autres. Je préfère me perfectionner dans mon art plutôt que de devenir Chuunin.

Les interrogations de Sho se dissipèrent brusquement aux paroles que lui offrit son voisin. Il se mit à réfléchir sur ce qu'il venait de dire, comme si son point de vue méritait toute l'attention du monde. Ainsi, il était en quelque sorte un " disciple " du célèbre Juunin, Souryo Hakujou. Sho n'avait encore eu l'occasion de rencontrer cet homme mais la réputation qui coulait sur son nom avait le don de soulever plus d'un sentiment d'admiration à son égard. On racontait que le nombre de vie qu'il avait sauvé était si conséquent que le chiffre exact avait été perdu jusque dans les archives du village. Impressionnant, de fait. Mad' semblait tout désigné pour suivre ses traces au vu de ses dires. Là où beaucoup cherchait gloire et puissance, lui ne voulait que se perfectionner dans ce qu'il appelait lui-même, un art. Quelle plus grande noblesse que celle de considérer la médecine comme un art à part entière. Un signe qui ne manqua pas d'accentuer, ne serait-ce que très légèrement, le sourire de Sho. Sa nouvelle rencontre avait totalement raison, la médecine était un art ; un art qui demandait toute l'attention et la maîtrise d'un homme au seul service des autres. Celui qui réussissait à comprendre cela pouvait entreprendre les plus grands projets, abattre les plus hauts murs, pour redonner espoir au plus nécessiteux.

Agréablement surpris par ce garçon aussi bien que par ces mots, Sho prit une toute autre posture, penché désormais en avant, les coudes et les avant-bras appuyés sur ses cuisses. Le tournoi était une sorte d'objectif à ses yeux. L'opportunité unique de découvrir les autres pays du monde en action. L'idée de devenir Chuunin était obsolète à côté de ce désir. Ce qui semblait être également le cas pour Mad', à ceci près que le tournoi ne semblait absolument rien éveillé en lui. Sa tache lui était donc plus précieuse que cet évènement rare. Pour quelles raisons ? Que cherchait-il profondément à obtenir en travaillant corps et âme sur ses compétences en médecine ? Sho avait beau y réfléchir sur le moment, la réponse n'en fut en rien évidente, bien au contraire. Plongées dans un obscure abîme, les motivations de Mad' lui échappait encore totalement.

· Mad' Taimu ·
Dis-moi, pourquoi as-tu choisi la médecine défensive ? Il existe de nombreuses autres voies, qui offrent bien plus de possibilités.


La question posée souleva un étrange sentiment au fond de son âme. La raison de son choix était clair à ses yeux mais pouvait-il seulement retranscrire un bout de son existence à cet inconnu, aussi sympathique fut-il ? En cela sommeillait le véritable dilemme. Après tout, Sho ne connaissait encore rien de Mad' , et bien qu'il lui inspirait confiance, rien ne le persuadait du bien fondé de sa requête. Indécis et légèrement déboussolé, il se laissa aller à son instinct, comme le lui avait appris Kôsuke Hôndo. Qu'avait-il à perdre en essayant de se révéler un peu ? Il passerait peut-être pour un fou mais rien de bien méchant en somme. Jusqu'ici, il n'avait offert sa confiance qu'à deux individus .. peut-être était-il temps d'en ajouter un troisième au compteur. C'est donc avec un ton dégagé qu'il répondit à son interlocuteur, son regard un brin mélancolique toujours tourné vers le portail grand ouvert de l'Académie.

· Sho ·
Les bandelettes qui recouvrent mes avant-bras et, sous cette tunique, mon torse, dissimulent la raison de ce choix. Nombreux sont les shinobis qui se tournent vers le Ninjutsu pour le combat et la gloire qu'il procure, d'autres vers le Genjutsu pour ses ruses et ses détours. Moi, j'ai choisi la médecine défensive pour me protéger moi et ceux qui en seront dans le besoin. Une maladie m'entaille la peau, j'apprends à chaque instant avec l'espoir qu'un jour je réussirais à m'en soigner définitivement. Voila pourquoi je crois que la branche Eisei relève davantage du devoir que de la gloire. Voila pourquoi je la crois riche d'un plus grand nombre de trésors que les autres disciplines.

Sho s'était exprimé en mettant un peu plus en évidence ses avant-bras entièrement recouvert de fines bandelettes blanches.

· Sho · ... et toi, pour quelle raison l'as-tu choisi ?

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   Dim 2 Nov - 16:39

Seijaku bailla, sa journée semblait mal partie. Après être sortie de l'armurerie (vivant !) il s'était dirigé vers le temple du Raikage afin de prendre ses appointements. Il aurait du savoir, au moment où il reçut son emploi du temps, que cette journée allait être pourrie.
La raison ? oh, très simple, il avait passer toute sa matinée à faire du travail administratif, classant dossiers et documents et servant d'assistant.

¤Seijaku¤
*Je vous jure, les boulots d'admin-nin sont la ban de la carrière de ninjas, encore pire que les missions de rang D...*

Oui, Seijaku détestait dans sa forme la plus pure tout ce qui avait trait au travail administratif... Et avoir du passer la matinée, et avoir du passer la matinée à ne faire que ça avait singulièrement exploser son humeur, il générait une aura indiquant "celui qui s'approche de moi mourra de façon si douloureuse qu'il regrettera de ne pas avoir croiser de monstres".

Et ça n'allait pas aller en s'arrangeant.

Sortant une fois encore la feuille qu'il avait reçut après son déjeuner, il la lut pour la dixième fois, histoire d'être sur qu'il ne s'était pas trompé.

¤Seijaku¤
"Par la présente, nous informons Seijaku Tokei que, blablabla, dois se rendre à l'académie entre 14 et 18 heures afin d'assister les chuunins à surveiller les étudiants en détention et aider les instructeurs avec toutes les demandes qu'ils feront... Pourquoi moi Kami ?"

Génial ! Tout ce dont avait besoin Seijaku, de s'occuper de gamins difficile pendant des heures, les forçant à faire des devoirs qu'ils n'avaient pas envie de faire et devoir les chasser à travers l'académie... Pourquoi lui, en effet.

Cependant il n'avait pas le choix, cela faisait partie des devoirs d'un chuunin. Aujourd'hui, il en était sur, si jamais il entendait un génin ou étudiant dire à quel point "être chuunin est coooool, on fait des missions plus dures et on a trop la classe !" il le tuait sur place, sans sommation, et ensuite il brûlerait le corps.

Soupirant à cause des stupidités de ses pensées, Seijaku vit enfin apparaître l'académie au loin, cependant, en s'approchant, il vit déjà deux personnes sur les marches menant à l'académie. Levant un sourcil interrogateur à cet étrange signe, il décida de s'approcher du duo.
Après tout, il était possible qu'un combat se prépare ou qu'une dispute ait lieu.

¤Seijaku¤
"Tout va bien par ici ?"

Et le bonjour alors ?!

MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   Mar 13 Jan - 13:28

¤,.°o°O .4. O°o°.,¤

Avec autant d'attention qu'il put en porter, Sho écouta la réponse de son interlocuteur et étira un peu plus son sourire lorsqu'il réalisa que ses choix étaient nourris par les mêmes motivations que les siennes. Il y avait toujours du bon à voir que nous n'étions jamais seul très longtemps. Il y avait toujours du bon à savoir que d'autres personnes, étrangères en soit, étaient capable de nous comprendre nous et de comprendre notre point de vu. C'était une assurance de plus dans une vie qui ne laissait que peu de place à ce genre de choses. Une assurance de toujours trouver une oreille attentive, quelle que soit la situation en cours. Conscient de cela, l'eisei-nin aux cheveux rouge brique inclina légèrement la nuque pour saluer les paroles de son camarade, avant de relâcher les longues manches de son manteau sur ses avant-bras criblés de bandelettes. Désormais, seule une moitié de ses mains jaillissaient du tissu assorti à la chevelure du shinobi des nuages. Du poignet jusqu'aux premières phalanges, le bandage se poursuivait et se torsadait pour former comme un gant de velours. L'oeil vif, Sho figea son regard sur l'extrémité de ses mains en se rappelant toutes les souffrances qu'il avait pu endurer avant de trouver sa voie à Kumo. Ses journées n'étaient alors que douleurs et crispations. Chaque matin se faisait dans la souffrance ; chaque soir dans les cris étouffés. Sa peau se déchirait, saignait, puis finissait toujours par cicatriser quand d'autres déchirements apparaissaient aussitôt et saignaient à nouveau. Le processus était sans fin et la douleur plus grande de jour en jour.

Aujourd'hui, tout cela n'était plus qu'un vieux souvenir dont il valait mieux enterrer les fondements. La médecine lui avait permis d'effacer la douleur ou tout du moins de l'atténuer considérablement. Bientôt, il trouverait un moyen de faire front délibérément contre ces réactions étranges et étrangères. Pour l'heure en tout cas, les évènements étaient à d'autres pensées plus nobles et plus paisibles. L'air désormais détaché, Sho attrapa une de ses mèches de cheveux - la plus longue qui tombait sur son visage - qu'il coinça ensuite entre ses lèvres pour l'humidifier légèrement. Aller comprendre pourquoi il faisait cela. C'était une sorte de tic récurrent lorsqu'il ressentait un certain vide dans son esprit.

Rapidement pourtant, son regard ambré dénota l'allure d'un individu jusque là inconnu dans la cour principale de l'académie ; cour qui s'ouvrait idéalement devant ses yeux. A bien le regarder, Sho jugea qu'il ne l'avait jamais vu traîner dans les parages, un peu comme il l'avait pensé de Mad' la première fois qu'il l'avait vu. Peut-être se trompait-il, mais il y avait une sorte d'assurance chez cet individu qui le laissait songeur. Une assurance qui n'avait cependant aucun lien de rapprochement avec une fierté profonde. Bien au contraire, elle semblait un brin forcé pour des raisons qui échappaient totalement à son regard ou à sa pensée. Le pas nonchalant, l'individu décrivit une parfaite ligne droite au milieu de la cour dans leur direction. Venait-il pour les informer de quelque chose ? Sho le pensa dans un premier temps, en remarquant que le jeune homme en question ne se souciait aucunement des autres élèves qui pouvaient alors se trouver au sein de cette cour extérieure. Maintenant qu'il y réfléchissait, peut-être était-ce un envoyé du palais du Raikage ? Cela expliquait pourquoi il n'avait jamais entrevu son visage ni ici ni dans les ruelles du village. Confirmer son idée demeurait toutefois impossible car il n'était sûrement pas homme à poser une question aussi directe à une personne qu'il ne connaissait pour ainsi pas du tout.

Arrivé devant eux, le jeune homme s'exclama :

· ? · Tout va bien par ici ?

Dans un premier temps, Sho ne répondit absolument rien à la question qui leur était, à lui et à Mad, pourtant directement posé. Il se contenta de relever son visage pour mieux plonger son regard dans celui de ce bien étrange personnage. Visiblement, sa remarque, ou en tout cas la première réplique qui lui vint aux lèvres, n'avait rien de bien conventionnelle. Elle ressemblait plutôt aux questions d'un surveillant ou d'un garde du palais ( ce qui avait toujours tendance à confirmer sa première hypothèse le concernant ). Ce qui sautait encore davantage aux yeux, c'est qu'il n'avait dénié se présenter avant de leur poser cette question, comme si ... comme si quelque chose en lui justifiait qu'il n'avait besoin de le faire pour se faire entendre. Ce manque de politesse évident, amenait à penser qu'il était d'un rang supérieur à ceux qu'on croisait habituellement à l'académie. Pourtant, il n'était pas non plus assez vieux pour jouer d'une autorité sans limites. Probablement était-il d'un rang chuunin ou membre des forces spéciales du village. En tout cas, quelque chose qui lui laissait croire qu'il n'avait pas besoin de se présenter pour communiquer avec eux. Intrigante s'il en était, déplacée aussi, son arrivé jeta un silence pesant sur la scène. Sho adressa un bref regard à Mad puis finalement reporta toute son attention sur cet inconnu afin de lui répondre ceci, d'une voix totalement monotone :

· Sho · Oui tout va bien ...


Pas de fioritures, pas d'agressivité, non plus aucune félicité, bref une réponse sobre à une question qui semblait l'être tout autant. A en juger au premier coup d'oeil, Sho lui donnait peut-être entre 17 et 19 ans, pas plus. Ses cheveux gris cours et légèrement ébouriffés auraient sûrement laissé penser davantage mais ce détail lui semblait tout aussi trompeur que ne l'était le reste. Ses yeux tout aussi gris, étaient toutefois légèrement plus en lumière. Ce qui apportait à son regard ce côté perçant et omniprésent qui laissait toujours une vague impression d'être épié jusqu'à la moelle lorsque son attention se posait sur vous. Ce qui était le cas en ce moment. Pourtant, Sho ne se privait pas de soutenir son regard. Taille moyenne, voir légèrement en dessous. Profil plutôt maigre. Vêtements en très bon état et assez chic en somme, mais une vive impression de négligence quand on le regardait sous cet angle. Qui pouvait bien être cet individu dont la complexité certaine faisait totalement opposition à son apparence simpliste ? Sho avait beau le regarder il avait l'intime conviction que tout ce que ce jeune homme avait à leur montrer était totalement faux. A quel jeu jouait-il ? Mais surtout, que leur voulait-il ? Toujours des questions, mais jamais de réponses. Une habitude face à ce genre de personne complexe à déchiffrer.

Pendant ce temps, les minutes continuaient de tourner et le silence ne les rendait que plus ennuyantes à essuyer. Si bien que survint un moment où Sho se leva pour ensuite se tourner vers la plus intéressante rencontre qu'il avait pu avoir jusqu'à maintenant. Un léger sourire aux lèvres, le regard soutenu, le ton sincère, il salua ce nouveau camarade dont il avait apprécié la compagnie.

· Sho · ... je crois qu'il est temps pour moi de m'éclipser. Mad.

Avec délicatesse, il courba légèrement l'échine pour le saluer après quoi il se tourna vers le mystérieux inconnu de cette mi-journée.

· Sho · Monsieur l'inconnu.

Ironique ? Très certainement. Provocateur ? Pas un sou. Avec le même respect, cela malgré le peu qu'il en avait lui-même témoigner à leur égard, Sho s'inclina devant l'individu susnommé puis finalement descendit les marches une à une jusqu'à continuer d'un pas lent la traversée de la cour, direction le centre-ville et ses restaurants, histoire de se rassasier.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

[ FIN ]

MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   Jeu 15 Jan - 16:11

Sho : + 34 XP (bonus genin inclus)
Mad': + 10 XP (bonus genin inclus)
Seijaku: + 6 XP (bonus chuunin inclus)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sur les marches de l'Académie   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Les Mille Marches : Premier Conte "Gangrenâge"
» Les Fondements de l'Académie Sith (ébauche)
» l'Académie de la Rose des Vents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Kumo-