Partagez | 
 

 Devant Juutai-sama

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Devant Juutai-sama   Ven 21 Nov - 20:59

¤,.°o°O Chapitre 5 : Renforcement O°o°.,¤
« Devant Juutai-sama II »

Le ciel était bleu, sans la moindre trace de nuage jusqu'à l'horizon ; la température, idéale, proche des trente degrés. Sho était allongé sur une plage de sable fin, le vent du large lui chatouillait le dos et le son des vagues se couchant sur le rivage lui caressait les oreilles. A ses côtés, un grand cocktail de fruits trônait près de sa serviette ainsi que quelques uns de ses mets favoris, réunis dans des plats en porcelaine de différents diamètres et de différentes couleurs. Un véritable paradis qui disparut brusquement derrière un épais voile ténébreux avant de se changer en une toile blanche légèrement ternie par l'ombre ... ou n'était-ce là qu'un plafond ?

Le réveil fut brutal. La sensation de chaleur s'évanouit au profit d'un petit vent frais pour le moins désagréable dont Sho cibla tout de suite la provenance en levant ses yeux vers la fenêtre entrouverte qui se trouvait au-dessus de sa table de chevet. Dehors, la nuit était encore vivace et criblée d'étoiles brillantes. La pendule qui était accrochée contre le mur mitoyen indiquait 3h06 tout juste.

Toc Toc Toc !


Alors qu'il tendait un bras vers la fenêtre pour la refermer, Sho se figea et dévia brusquement son regard vers la porte de son appartement. Qui pouvait bien venir le réveiller si tôt ? L'air renfrogné, il dégagea sa couverture et s'assit un instant sur le bord de son lit en se prenant la tête dans les mains. De nouveaux coups retentirent à la porte. A constater l'insistance avec laquelle l'inconnu frappait à ça porte, l'affaire semblait urgente.

Un soupire s'échappa de ses lèvres en même temps qu'il portait sa main droite contre sa nuque pour se gratter machinalement puis, sans la moindre volonté, il se leva et se dirigea d'un pas lancinant jusqu'à la porte. De nouveaux coups retentirent alors que sa main abaissait tout juste la poignée. Un bref grincement plus tard et Sho découvrit un visage ovale, aux traits fins, encadré par deux longs rideaux de cheveux noirs. Sa peau était pâle, presque aussi blanche qu'un clair de lune ; son regard aussi perçant que celui d'un félin, ses lèvres recouvertes d'un maquillage noir assortie à ses cheveux, et sa tenue quelque peu légère à en constater les maigres parcelles de tissu qui recouvraient son corps mince. Le bandeau de Kumo accroché à son front le lui confirma, il se trouvait bien là devant Akai Juutai, le professeur dont il suivait habituellement les cours de médecine à l'Académie.

· Sho · Professeur ? Qu'est ce que vous faîtes ici si t ...

· Akai Juutai · Si tôt ? Estime-toi heureux d'avoir trouver le sommeil cette nuit car tu n'auras pas l'occasion de te reposer durant ces trois prochains jours.

Bien que son esprit dormait encore paisiblement sur une fine couche de coton, Sho parut médusé par la réponse qui venait de lui être donné. L'analyse complète de la situation n'eut peut-être pas le temps de se dérouler normalement dans sa tête mais il venait néanmoins de comprendre que la belle Juunin n'était pas venu pour un traitement de faveur.

· Sho · Je ne comprends pas ...

Pour la première fois, l'eisei-nin aux cheveux rouge brique découvrit un sourire sur le visage de son interlocutrice. Un fait plutôt rare pour être remarqué. Sans même demander la permission de rentrer, celle-ci poussa un peu plus la porte et se fraya un chemin à l'intérieur de sa chambre. Elle s'avança ainsi jusqu'au centre de la pièce et jeta un regard désinvolte sur un peu près tout ce qui pouvait décorer les lieux. A en juger l'indifférence avec laquelle elle le regarda ensuite, Sho se demanda s'il était tout à fait présentable de se trouver habiller comme il l'était ; soit avec un pantalon de pyjama bleu nuit et les seules bandelettes blanches qui recouvraient toute la surface de son torse et de ses bras.

· Akai Juutai ·
J'ai reçu l'ordre de t'entraîner et de te former à de nouvelles techniques de soins. Prépare-toi rapidement car nous n'avons pas de temps à perdre. Ce que j'ai à t'apprendre te demandera beaucoup d'efforts et beaucoup de concentration. Plus vite tu seras prêt, plus vite nous avancerons.


Les questions se multipliaient dans son esprit mais Sho évita de les poser de peur que son instructrice le lui en fasse voir de toutes les couleurs. Aussi claqua-t-il la porte et se dirigea vers sa commode d'où il sortit un pantacourt gris foncé. Il jeta au passage un bref coup d'oeil en direction d'Akai pour vérifier qu'elle ne regardait pas dans sa direction - ce qui était bien le cas - puis il l'enfila avant de s'assoire sur le bord de son lit pour chausser ses bottes aux semelles noires et au montant blanc. Ceci fait, il se redressa et voulut se saisir du long manteau qu'il avait pour habitude de porter quand Akai fit volte-face.

· Akai Juutai · Laisse-le ici, tu n'en auras pas besoin là où nous nous rendons.

Sans rien ajouter de plus, elle se dirigea vers la sortie et le laissa empoigner son katana en acquiesçant simplement d'un hochement de tête lorsqu'il se tourna vers elle, lui faisant ainsi comprendre qu'il avait l'autorisation de l'amener avec lui.

Tracassé aussi bien par le mystère qui tournait autour de cet " ordre " que par l'attitude de cette shinobi, Sho se dépêcha d'attacher son katana dans son dos et de sortir de la chambre pour la fermer à double tour. Akai lui adressa un autre de ces sourires qu'il ne réussissait à déchiffrer. Était-ce un moyen de lui dire que tout allait bien se passer ou bien une manière pour elle de se moquer en sachant ce qui l'attendait ? Sho se contenta d'y répondre par un sourire un peu forcé puis il la suivit dans les escaliers et jusqu'à la sortie du bâtiment.

· Akai Juutai · Le village dort encore, faisons-nous discrets.

Suggestion ou véritable consigne, il n'eut le temps de le savoir qu'il dût s'élancer à toute vitesse derrière la mystérieuse Juunin dont la course était d'une rapidité et d'un feutré à couper le souffle. Heureusement pour lui ses récents entraînements lui avaient permis d'améliorer sa condition physique et d'augmenter sa vitesse. Pour ce qui était de la discrétion, il se débrouillait plutôt bien quoi qu'il n'atteignait absolument pas le niveau d'Akai.

Tous deux se glissèrent ainsi de rue en rue et même de toit en toit jusqu'à la sortie du village où Akai adressa une brève salutation aux deux shinobis postés sur les lieux, à croire que même leur sortie avait été prévue et autorisée depuis quelques temps. Sho gardait le silence bien que l'envie ne lui manquait pas d'interpeller l'instructrice de l'académie. Quelque chose au fond de lui le poussait à croire qu'il finirait par comprendre mais que pour l'heure il devait se contenter de poursuivre cette course effrénée vers l'épaisse forêt qui bordait la chaîne de montagnes sur sa droite et se poursuivait jusqu'en face de leurs yeux. Sur plus d'un kilomètre en direction du nord, ils suivirent la route principale du village puis finalement la quittèrent pour suivre un chemin qu'ils tracèrent eux-mêmes dans la plaine.

Deux autres kilomètres plus loin et ils arrivèrent enfin à la lisière de l'épaisse forêt qui avait ponctué leur panorama depuis leur départ de Kumo. Sans marquer le moindre arrêt, Akai bondit parmi la multitude de branchages qui recouvraient la couche inférieure à la canopée. Sho la suivit en faisant influer une faible quantité de chakra dans ses pieds pour se propulser plus haut et plus vite que ne le permettait ses aptitudes personnelles. Sur un bon kilomètre encore, les deux shinobis passèrent de branches en branches et finirent par rejoindre un sentier battu qui les conduisit au pied de la montagne.

· Akai Juutai · Nous voila arrivé.

En prononçant ces mots, Akai s'arrêta et jeta son regard sur une cavité dont l'entrée était obstruée à moitié par un gigantesque rocher. Quelques petites secondes plus tard et Sho s'arrêta à son tour, tout juste à côté d'elle, avant de l'imiter et de s'étonner devant la grandeur et la largeur du trou qui siégeait à quelques mètres devant eux.
¤,.°o°O ... O°o°.,¤


Dernière édition par Sho Nagoshi le Mer 28 Juil - 23:46, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Devant Juutai-sama   Mar 25 Nov - 3:18

¤,.°o°O .2. O°o°.,¤

Sho n'avait jamais vu cet endroit auparavant et n'en avait jamais entendu parlé. Il avait quelque chose d'austère et d'inquiétant à la manière dont il était coupé du monde et dont les ténèbres recouvraient son entrée. En revanche, il collait tout à fait à l'image que renvoyait Akai Juutai. Ce qui n'était pas forcément sans le rassurer.

Rassurant ou pas, cela n'avait de toute façon pas grande importance dans l'état actuel des choses. Cette caverne allait vraisemblablement servir de lieu d'entraînement pour les jours à venir et bien que son apparence extérieure rebutait totalement, il devait en faire l'impasse et se concentrer dès à présent sur la seule raison de sa présence ici. De nombreux points restaient peut-être à éclaircir mais Sho savait pertinemment qu'il avait beaucoup à apprendre de son instructrice. De ce qu'il avait entendu au détour de quelques conversations, cette dernière était une spécialiste des poisons et des antidotes. Un art à la pointe de la médecine qui l'attirait particulièrement bien qu'il ne possédait encore les capacités nécessaires à l'apprentissage de ses subtilités. Mais le jour viendrait où il les posséderait, il en était convaincu. Ce jour là, comme aujourd'hui, il lui faudrait se tourner vers cette Juunin pour apprendre ce qu'il avait toujours voulu apprendre.

· Akai Juutai · Tu sais, je m'attendais à ce que tu me poses davantage de questions sur toute cette histoire. Ton silence me surprend. Aurais-tu peur de moi ?


Sho logea ses pupilles dans le coin de ses yeux pour fixer un court instant le visage d'Akai avant de les reporter vers l'entrée de la caverne. Ses lèvres s'entrouvrirent très légèrement et avec une assurance encore plus étonnante que ne l'avait été son mutisme jusqu'ici, il répondit en quelques mots seulement.

· Sho · Non ... je fais simplement ce que je dois faire.

La belle Juunin afficha un sourire satisfait tout en tournant momentanément son regard vers Sho. Elle le fixa ainsi quelques secondes sans prononcer le moindre mot. Lui sentait toute l'insistance de ce regard peser sur ses épaules comme un lourd fardeau. Malgré cette sensation pour le moins désagréable, il gardait ses yeux fixement tournés vers l'entrée de la grotte. Il n'aurait sût dire pourquoi mais plus il la fixait plus le désir d'y entrer se faisait insistant. Était-il sous l'effet d'un poison dont Juutai-sama avait le secret ? Non ... enfin il n'en savait rien. Peut-être bien qu'elle le testait déjà ou peut-être bien qu'il était tout juste un peu plus curieux que d'habitude.

Avant qu'il n'ait l'occasion de se perdre dans ce genre de raisonnement sans fin, Sho vit son instructrice sortir de son immobilisme pour se diriger lentement vers l'entrée de la caverne. Le pas tout aussi traînant, il la suivit et s'engouffra dans l'épais voile de ténèbres qui recouvrait l'entrée de l'édifice naturel. L'intérieur de l'antre était habité d'une telle obscurité que Sho dû se fier au bruit de pas d'Akai pour trouver son chemin. A bien y réfléchir, elle devait très bien le connaître pour s'aventurer de cette manière dans pareil endroit, sans le moindre point de repères ni même la moindre lumière. Plus ils avançaient et plus l'eisei-nin respirait cet air chargé d'humidité. Pour que l'odeur en fût si flagrante, il devait forcément y avoir une source d'eau dans les environs mais comment pouvait-il la localiser, il était à peine capable de distinguer correctement ses jambes et ne parlons pas de ses pieds.

Au bout d'un moment, l'air se fit plus frais, plus agréable à humer. Le regard de Sho remarqua soudainement une tache de couleur encre se détacher de l'obscurité et devenir de plus en plus grosse à mesure qu'ils avançaient vers elle. Finalement, il retrouva la vue au moment où la silhouette d'Akai se glissa à l'intérieur de l'étrange halo bleuté devenu presque aussi grand et large que deux fois sa hauteur.

Non sans un certain étonnement, il découvrit une gigantesque alcôve plongée dans la pénombre. Au centre gisait une grande source d'eau luminescente aux reflets bleu turquoise. Sur la gauche, plusieurs mètres carrés de stalagmites dressées comme des fourches menaçantes, mêlées à la poussière et aux gravas. Sur la droite, une très grande étendue vide semblait avoir été creusée par la main de l'homme. Elle était si grande que Sho pensa étrangement qu'elle avait probablement dû accueillir de très nombreux groupes de shinobis au même moment sans que personne ne puisse se plaindre d'un manque de place. Il y avait quelque chose de mystique dans cet endroit, comme si de grandes légendes y avaient vus le jour. Et puis cette eau ... il n'en avait jamais vu de pareil dans aucun autre endroit du monde. Elle était la source de lumière de l'alcôve autant que son ornementation la plus somptueuse. Un régal pour les rétines; un réconfort pour les esprits en proie au doute.

· Akai Juutai · Ça fait plusieurs années que je n'ai plus mis un pieds dans cet endroit. Nous l'appelions autrefois la caverne bleue avant qu'elle ne soit totalement abandonnée par les dirigeants du village et oubliée des nouvelles générations. Presque tous les plus haut gradés, moi y compris, avons passés des jours, des semaines, voir des mois à nous entraîner et à suivre les leçons de nos instructeurs sur ce sol poussiéreux. Tout ce que je sais, je l'ai apprit ici.

En parlant, Akai s'était approché de l'étendue d'eau pour s'y accroupir un moment. Sa main droite entra en contact avec l'eau cristalline qu'elle ramena ensuite contre ses lèvres pour en boire une gorgée. Là où il était, Sho ne voyait que le dos de son professeur. Il se doutait néanmoins que ce lieu devait avoir une certaine valeur sentimentale pour elle à la manière avec laquelle son timbre de voix faisait virevolter un brin de nostalgie sur ses paroles.

· Akai Juutai · Si tu veux devenir un grand shinobi pour notre village, alors tu dois apprendre à apprivoiser cet endroit comme je l'ai moi-même fait en mon temps. Une partie de l'âme du village dort encore paisiblement sous ce sol, derrière ces parois et sous la surface de ce bassin. Cela peut paraître aberrant pour le moment mais tu ressentiras rapidement la force et la connaissance qui habitent ces lieux. Un eisei-nin doit puiser ses ressources dans la terre car elle seule est en mesure de lui offrir la stabilité de son statut au sein d'une équipe ou d'un groupe plus grand de shinobis.


Sho était immobile, silencieux. Son regard parcourait les parois rocheuses avec une lueur éteinte au fond de ses pupilles. Les dernières paroles d'Akai résonnaient dans sa tête tandis qu'il essayait d'analyser le message qu'elle avait voulu lui transmettre avec sincérité. Kumo ... tant de choses qui tournaient autour d'un seul village. Des hommes et des femmes, parfois de toutes horizons, réunis en un seul lieu, sous une même bannière pour défendre des intérêts communautaires plus grands qu'aucun d'eux ne le serait jamais. Pourtant, tous accomplissaient leur devoir sans rechigner pour un bien commun : la paix. Des batailles pouvaient être menés aux quatre coins du monde, des guerres pouvaient frappées aux portes du pays de la foudre, il existait une paix durable au sein même du village caché des nuages que chaque habitant, chaque shinobi qu'il soit simple étudiant ou légendaire sannin, s'efforçait de protéger parfois au péril de sa propre vie.

Cet intérêt était le sien depuis qu'il était entré à l'académie. Plus encore depuis qu'il avait fait la rencontre de gens tous plus particuliers les uns que les autres, parfois même exceptionnelles. Ils étaient devenus des amis à ses yeux ; des gens sur qui il pouvait compter si le besoin s'en faisait ressentir. Faire partie de ce village c'était aussi ça : se battre auprès d'amis, se battre pour eux et pour ceux qui n'avaient pas ou plus les moyens de le faire à leur place. La paix pouvait être un intérêt commun, les combats étaient eux aussi menés par le village tout entier. Il n'y avait qu'à se remémorer ce regroupement mémorable sur la grande place. Des dizaines et des dizaines d'étudiants, de genins, et même de professeurs réunis dans l'optique d'un même combat, certes différant des affrontements conventionnels, mais combat tout de même : le Tournoi Chuunin.

Un claquement de doigts et Sho sortit brusquement de ses pensées. Face à lui, Akai le dévisageait d'un air sérieux comme si elle cherchait à lire dans ses yeux, en vain. Sho n'était pas de ceux dont le regard exprimait souvent plus que ne pouvait en révéler leur mot. Il semblait impassible, presque froid et distant. Ce qui n'était pas sans être inintéressant pour son instructrice. D'ailleurs, celle-ci s'approcha lentement de lui et laissa glisser sa main jusqu'à la garde de son katana qu'elle extirpa très lentement de son fourreau en gardant son regard de félin plongé dans le sien. Pas un bruit, pas même un seul bruit de respiration. Les deux shinobis semblaient liés dans un rituel ponctué d'indifférence et de provocation.

Akai recula ensuite, la lame entre ses mains, sur cinq bons mètres avant de la planter dans le sol.

· Akai Juutai · Ton katana restera ici pour le moment. Il ne te servira à rien dans les jours à venir. Ton chakra sera ta seule arme ... ou ta faiblesse, tout dépendra de ton degré d'implication. Je sais que tu possèdes un certain nombre de prédispositions en matière de médecine. Régénération des cellules, guérison des plaies, ou encore résistance à certains états physiques, bref, un nécessaire indispensable pour la première technique que je vais maintenant t'apprendre.

Ses longs cheveux noirs tombant en cascade dans son dos, la juunin les réunis en une queue de cheval qu'elle noua d'un simple élastique de manière à pouvoir se déplacer sans être déranger par leur balancement.

· Akai Juutai · Un médecin passe sa vie à améliorer ses facultés de soin que ce soit par de nouvelles techniques ou de nouveaux remèdes. Cette quête perpétuelle est commune à tous les nôtres. Aucun shinobi ne peut prétendre être un bon médecin, s'il n'est pas capable de remettre en cause ses propres méthodes pour en concevoir d'autres bien plus avancées. La médecine est une science évolutive. Tu seras donc forcément obliger de t'adapter aux innovations et aux changements diverses qui s'imposeront naturellement à toi. Pour ce qui est de ton corps, il est une manière simple de le rendre plus réceptif aux techniques de soins que tu pourras t'appliquer : pousser la régénération de tes cellules au maximum en accélérant les réactions chimiques de ton métabolisme et donc la production de protéines de ton organisme. Commençons par la technique de régénération basique ... montre-moi.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: Devant Juutai-sama   Jeu 27 Nov - 15:55

¤,.°o°O .3. O°o°.,¤

Le maître et l'élève se regardaient fixement. L'un déversait son savoir sans limites tandis que l'autre buvait ses paroles. Tous deux faisaient partit d'un tout, plus grand, plus silencieux aussi. Chacun de leur geste, chacun de leur mot, restait cloisonné sous la montagne, loin, très loin des oreilles indiscrètes. Dehors, le jour faisait peu à peu son apparition sous un soleil orangé tandis que le ciel s'exprimait dans un nuancier de bleu.

La consigne du moment était simple : utiliser la régénération. Sho se plia donc à l'exercice sans rechigner. Ses mains se figèrent successivement dans cinq positions, ou symboles, distincts : serpent - cheval - coq - chien et enfin buffle. Il libéra en même temps une faible quantité de chakra dans son corps pour panser les blessures qui marquaient sa chair depuis tant d'années. Figé dans une parfaite concentration, il n'éprouva aucune difficulté à réaliser cette technique. Ce que son instructrice remarqua avec un certain amusement. La régénération était la première technique qu'elle lui avait appris alors qu'il suivait là son tout premier cours à l'amphithéâtre de médecine. Il aurait été tout à fait étonnant qu'il ne la réussisse pas avec un certain brio, surtout au vu de ce qui lui avait été murmurer à son sujet ..

· Akai Juutai · Bien, très bien. A présent, tu vas continuer à expulser une partie de ton chakra toutes les cinq minutes environ pour nourrir ta technique de régénération sur le long terme.

Son regard en partie dissimulé derrière un épais voile de cheveux rouge brique, Sho fixa un moment son instructrice avant de quitter la finesse de ses traits pour le sol poussiéreux. Dans un silence absolu, il exécuta ses prérogatives en immortalisant ses mains sous le signe du buffle. La notion de temps était peut-être un peu délicate à saisir dans cet endroit mais il réussit à tenir un petit compte à rebours dans sa tête pour se repérer. Comme demandé, il expulsa une infime part de chakra dans son corps, à peu près toutes les cinq minutes. Il ressentit au bout d'un certain temps comme un étrange sentiment de plénitude. Il avait beau connaître cette technique depuis longtemps, c'était bien la première fois qu'il arrivait à percevoir une telle sensation.

Observatrice, Akai remarqua aussitôt le léger changement d'expression sur le visage de son élève.

· Akai Juutai · La régénération accélère la production de protéines de ton organisme, comme tu le sais déjà. Un médecin doit pouvoir soutenir cette production à la normale, sans avoir recours à l'utilisation d'une technique quelconque. Nous appelons ça le Juuno Taisha Kino, ou adaptation métabolique. Tu dois absolument réussir à habituer ton corps à cette exercice continue pour qu'il soit à même de produire davantage de protéines que la normale en toute circonstance. Cela rendra d'autant plus efficace les techniques de soin que tu pourras ensuite t'appliquer à toi-même.

Sans rien ajouter de plus, la belle pivota sur ses talons et s'en alla vers le fond de l'alcôve pour disparaître dans les ombres. Sho aurait put la retenir ou en tout cas lui demander où elle comptait aller, mais il n'en fit rien. L'entraînement avait commencé et il n'avait pas l'esprit à poser des tonnes de questions sans véritable intérêt. Sa concentration devait être maximum aussi bien que son implication. Akai ne s'envolerait de toute manière pas.

Pour se mettre plus à son aise, Sho opta pour une position assise à même le sol au lieu de rester droit comme un piquet. Il ferma ses yeux et abandonna progressivement toutes ses pensées à l'objectif qui lui avait été demandé d'atteindre. Ce degré de maîtrise allait sans doute être long et laborieux à obtenir mais il avait espoir que cette technique - qui à proprement parlé n'en était pas vraiment une - lui serait d'une aide précieuse pour la suite de son apprentissage. Il fit donc le vide en lui avant de s'imprégner de l'atmosphère qui pouvait régner dans cet endroit. Dans ce silence apaisant voir reposant, il commença par percevoir le doux bruissement de l'eau venant caresser la roche puis la brise légère soufflant dans le long tunnel par lequel ils étaient arrivés, lui et son professeur, jusqu'ici. Il avait l'agréable sensation de se trouver au beau milieu d'un temple sacré où les énergies positives semblaient toutes convergés vers lui et lui seul.

Pendant près d'une dizaine d'heures, Sho réussit à faire affluer son chakra sans trop de difficultés, les doses expulsées restant tout à fait raisonnables pour son niveau. La onzième heure se montra, elle, beaucoup plus délicate qu'il n'aurait put l'imaginer. La réalité voulait que ses réserves de chakra soient tout de même réduites au vu de son expérience. Ce qui ne manqua pas de se faire ressentir dès lors que ses réserves commencèrent à se vider dangereusement. La fatigue, le souffle court, le manque de concentration, n'étaient que les premiers symptômes d'une longue série qui se terminerait très certainement par un épuisement total. De plus, Akai Juutai n'était toujours pas réapparue. Ce qui n'apportait rien de bien rassurant à la délicatesse du moment.

Des gouttes de sueur commencèrent à se condenser sur son front et à ruisseler au bout d'une demi-heure de temps. Son rythme cardiaque augmenta de manière considérable, respirer convenablement devenant très rapidement un problème de taille. Pourtant, Sho gardait tout son sang-froid. Il ne voulait pas briser sa concentration autant qu'il ne souhaitait pas abandonner si tôt. Déterminé à réussir et à donner le meilleur de lui-même, il prit une profonde inspiration et résista tant bien que mal aux affres que pouvaient engendrer cette perte décadente de forces.

· Akai Juutai · Tu te montres plus résistant que prévu. En temps normal, un étudiant lambda ramperait déjà sur le sol à la recherche de ses poumons.

Akai était réapparut aussi soudainement qu'elle avait disparu. Sho la dévisagea un court instant d'un regard affaiblit mais toujours aussi perçant. Il ne s'attarda pourtant guère longtemps à la regarder, de peur de rompre sa concentration. Inévitablement, la question qu'il n'avait pas posée quelques heures plus tôt revint hanter son esprit. Où était-elle passée pendant tout ce temps ? Bien évidemment, cette interrogation ne trouva aucun écho de réponse. Cette absence lui semblait sincèrement étrange, à moins qu'elle ait été orchestrée pour son bien. Allez savoir avec une telle instructrice.

· Akai Juutai · Ça suffira pour le moment, tu peux t'arrêter. Tu as atteint le premier stade, tu as une heure pour te reposer. Après quoi, nous passerons au second stade.

Avec un certain soulagement, Sho brisa le sceau du buffle et laissa ses bras pendre le long de son corps au même moment que son corps tout entier se décontractait. Une seule petite heure ? Cela lui paressait vraiment court pour reprendre des forces au semblant nécessaire pour la suite. Aussi délicat que cela puisse paraître, il n'avait de toute façon d'autres choix à sa disponibilité. Akai Juutai était une femme plutôt exigeante et intransigeante de ce qu'il avait compris en la côtoyant. Il était donc difficile de l'imaginer se rétracter sur une décision qu'elle avait été seule à prendre. Sho bascula légèrement vers l'arrière en prenant appuis sur ses avant-bras pour ne pas se retrouver dos au sol. Ses longues mèches de cheveux traînaient sur son visage, légèrement humidifiées par la sueur qui perlait sur son front, ses lèvres émincées étaient entrouvertes pour laisser filer l'air entre l'intérieur et l'extérieur de son corps. Quelque chose l'avait encore plus intrigué dans le discourt d'Akai ... cette histoire de stade.

· Sho · Le second stade ?

· Akai Juutai · Oui, ton métabolisme ne s'est pas encore tout à fait adapté à cette technique. Tu vas devoir passer au rythme supérieur d'ici une heure. Tes réserves de chakra sont au plus bas, ton corps devra forcément puiser dans ses ressources pour guérir. En cela, ton métabolisme atteindra un palier supérieur dont tu pourras apprécier les bienfaits dès demain.

Décidément, elle avait un certain don pour les énigmes et les mystères. Elle était venu le trouver pour lui apprendre de nouvelles techniques ; combien exactement ? Il n'en savait rien. Mais si celle-ci était la première de ce bien étrange entraînement improvisé, alors il y avait fort à croire qu'il en apprendrait encore une autre dès le lendemain. A bien y réfléchir, peut-être même que le Juuno Taisha Kino était une étape obligatoire avant de pouvoir lui apprendre une technique un peu plus poussée.

Les hypothèses de ce genre ne l'aidant en rien à se reposer, Sho préféra les abandonner pendant l'heure qui lui était accordée. Dans un silence significatif, il relâcha la tension accumulée dans ses avant-bras et s'allongea sur le sol. Chacune de ses inspirations et expirations entraînaient un soulèvement ou un affaissement de son ventre. La fatigue lui tenaillait la colonne vertébrale, la nuque, et les paupières. Rapidement, et sans qu'il ne puisse un seul instant y résister, l'eisei-nin s'assoupit, s'enfonçant dans l'obscurité de ses rêves le plus enfouis.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: Devant Juutai-sama   Ven 28 Nov - 13:24

¤,.°o°O .4. O°o°.,¤

Le réveil fut brutal. En effet, alors que le néant s'était installé dans son esprit et que les bienfaits du sommeil commençaient tout juste à le gagner, Sho se réveilla brusquement au son d'une voix insistante. Ses yeux clignèrent un long instant, comme au premier jour de sa naissance, la lumière - aussi faible fut-elle - l'agressait et l'obligeait presque à garder ses paupières doucement fermées. Mais la voix qui résonnait dans sa tête était trop forte, trop tranchante, pour qu'il ne vienne à réagir. Quelques dizaine de secondes à peine et il ouvrit enfin ses yeux d'une magnifique couleur ambre, s'apercevant immédiatement que Juutai-sama était légèrement penchée sur lui. Son visage était aussi froid que lorsqu'elle était arrivée dans sa chambre quelques heures plus tôt. A croire qu'aucune émotion, aucune expression, ne l'envahissait jamais. Son regard sombre et pénétrant le fixait avec une telle insistance que Sho dû le fuir précipitamment. Plus que tout, il le gênait, car il avait la désagréable sensation d'être épié ou comme ci elle retournait chacune de ses pensées rien qu'en le regardant de cette manière.

Elle lui offrit pourtant sa main pour se relever. Un geste étrange et paradoxale quand on réalisait la froideur avec laquelle elle avait l'habitude de paraître et d'agir. La chose était en soit si surprenante que Sho mit quelques secondes à se décider, se demandant si ce n'était pas là un piège quelconque pour lui donner une bonne leçon de vie. Mais en réalité, rien, juste un geste de soutient comme un autre que n'importe quel être humain aurait offert à un autre dans le besoin. Sho abandonna sa main dans celle qui lui était tendue. Au contact de leur doigts, il ressentit un frisson le parcourir. Sa peau était presque aussi blanche que la neige et elle en possédait également la fraîcheur vivifiante. Douce et étourdissante sensation que celle-ci. Une perception bien au-delà de ce que la belle Juunin pouvait laissée transparaître.

Une dois debout, il la relâcha délicatement en plongeant son regard dans celui de son professeur. Un silence religieux régnait à l'intérieur de l'alcôve. Le bruissement de l'eau était à présent aussi perceptible que les respirations respectives des deux protagonistes. Sho n'était pas encore tout à fait remis de ce réveil forcé. Le bas de son dos semblait encore engourdis au même titre que ses jambes ou sa nuque. Néanmoins, il avait au moins récupérer quelques forces non négligeables pour le restant de la nuit. Car oui, la nuit avait étendue son ombre au dehors de la caverne. Le ciel, limpide, laissait désormais entrevoir une multitude d'étoiles et de constellations ici et là sur son fond de couleur encre bien que cela ne se reflétait nullement sous la montagne. A vrai dire, rien n'y avait changé quoi que ce soit bien que le jour se soit couché. Cette même lueur d'un bleu cristallin continuait de miroiter sur les parois comme si l'eau de cet endroit était capable de produire sa propre lumière.

Akai Juutai recula de quelques pas seulement en tournant le dos à son élève. Ses longs cheveux d'un noir de jais attachés en une parfaite queue de cheval se balançaient de gauche à droite sous le poids de sa marche. En cet instant, elle respirait la pureté et la délicatesse. Mais tout pouvait s'avérer éphémère. Elle ne le prouva que trop en se retournant brusquement pour lui lancer deux petits shirukens presque aussi légers que des plumes. Les deux projectiles fendirent l'air avec une telle rapidité que Sho n'eut le temps de réagir. En un instant, ils quittèrent les mains de la Juunin puis terminèrent leur course plantés dans chacun des avant-bras de Sho. Celui ci ressentit une vive douleur lui parcourir le bras pour disparaître dans son cou. Le sang commença à couler et la douleur se fit plus déchirante encore. L'eisei-nin aux cheveux rouge brique pensa dès lors que les shurikens devaient très certainement être enduis d'un poison nocif. Un poison que seule Akai pouvait dissiper.

D'un geste de main douloureux, Sho retira les shurikens de ses avant-bras et les glissa dans la petite pochette qu'il portait à sa ceinture, derrière son dos. Ils lui serviraient certainement plus tard, s'il avait le temps de vivre un " plus tard ". Les plaies étaient visiblement profondes. Le sang coulait à flot ; il lui fallait agir rapidement, quitte à utiliser ses maigres ressources de chakra pour se soigner. Il enchaîna deux symboles - chien et bélier - mais lorsque ses mains virèrent pour former le troisième d'une série de quatre, il reçut un violent coup de pied fouetté qu'il eut à peine le temps de discerner. Sous la puissance de l'impacte, il ne put que reculer et échouer dans sa tentative d'utilisation du Jinsei Noshi. Ses sourcils se froncèrent et son regard se porta vers Akikaze, son katana, planté à trois mètres peut-être derrière son professeur. Avec la rapidité d'action dont pouvait faire preuve cette dernière, Sho savait qu'il lui était presque impossible de s'en emparer. Il devait pourtant vite trouver une solution à ce combat déclaré.

Son temps de réflexion s'en trouva diminuer dès lors qu'il essuya la troisième vague offensive de son instructrice. Coups de pieds, coups de poings, coups de genoux, il encaissa du mieux qu'il put tout en se protégeant un maximum via ses bras. Seulement la vitesse et la dextérité avec laquelle il était mis en échec étaient si rudement maîtrisés qu'il se retrouva, en l'espace d'une minute à peine, couché sur le sol, le corps criblés de bleus et autres blessures superficielles. Akai Juutai était beaucoup trop forte, beaucoup trop expérimenté pour lui. Il avait essuyé ses attaques sans même pouvoir contre-attaquer. Cela ne lui ressemblait pas, il n'était pas du genre à abandonner et surtout à ne pas répliquer. Il devait se relever et tenter quelque chose, peu importe ce qui pourrait arriver. La branche Eisei était celle qu'il avait souhaité suivre alors il devait puiser en elle les ressources qu'il lui manquait en cet instant pour surprendre son adversaire du moment.

D'un seul bond - quoi que cela lui en coûta en douleurs - Sho se redressa sur ses deux jambes en arborant ce regard déterminé et dur à la fois. Plus vite qu'il ne l'avait essayé quelques instants plus tôt, il exécuta la signalétique du Jinsei Noshi pour se soigner et ainsi reprendre les devant du combat. Ses plaies se refermèrent et la douleur se fit moins présente dans son corps. Habité d'une nouvelle vitalité, il s'élança à toute vitesse vers Akai et lui porta quelques coups de poings et pieds qu'elle réussit à parer sans la moindre difficulté. Il augmenta alors la cadence de frappe et l'obligea à reculer sans d'autres choix que de parer. Toute sa rage semblait s'accumuler dans chacune de ses offensives, ses poings devenant aussi dur que la roche et ses pieds plus résistant que le diamant. Durant quelques secondes, il enchaîna encore et encore, faisant toute abstraction de la fatigue ou de la douleur. Il était comme un être insensible, dénué d'émotions et de sentiments, exactement à la manière de son adversaire dont le visage n'exprimait pas le moindre rictus de faiblesse ou de difficulté apparente.

Subitement, le combat prit une toute autre tournure. Sho avait tellement contraint son instructrice à la retraite sur ses arrières qu'elle se retrouva au bout d'un moment dos contre une paroi de l'alcôve. Les coups s'arrêtèrent, comme si la surprise de l'instant avait également envahit Sho. Le souffle court, il la regarda, figé dans sa dernière position offensive, son poing paré par les avant-bras en croix de la belle Juunin. Ses yeux perçant sous sa chevelure rouge la fixaient avec un certain étonnement, comme s'il venait de remarquer quelque chose de tout à fait surprenant. Ce qui était assurément le cas pour deux raisons. La première, c'est qu'il lui avait semblé entrevoir une lueur de stupéfaction dans son regard. Avait-elle été surprise de se voir plaquée contre cette paroi ? La seconde, et de loin la plus saisissante, c'est que ses avant-bras étaient presque totalement guéris alors qu'en temps normal il aurait dû trouver les plaies encore violacées par le sang séché. Hors là, elles étaient dors et déjà refermées et recouvertes d'une fine pellicule de cellules reconstituées. Comment était-ce possible ?

Comme si elle était véritablement à même de lire dans ses pensées, Akai s'exprima :

· Akai Juutai · Je me suis visiblement trompé une nouvelle fois sur ton compte ... ton corps s'est adapté plus rapidement que je ne l'aurait imaginé. Les blessures que je t'ai infligé ont guéris plus rapidement qu'à l'accoutumée à constater l'expression de ton visage. Je crois donc que nous pouvons nous arrêter pour aujourd'hui. Tu as acquis la première chose que je devais t'apprendre. Félicitation.


Sur ces quelques paroles, la belle se dégagea et se dirigea vers le fond de l'alcôve où elle avait disparut pendant quelques heures. D'un simple hochement de tête, elle invita Sho à le suivre. Ce qu'il fit tandis que dans sa tête défilait le résumé de tout ce qui venait de se produire en une seule journée. L'air frisquet du couloir dans lequel ils s'engouffrèrent le ramena rapidement à la réalité. Tout était de nouveau sombre et chaotique autour de lui. Il lui semblait qu'il grimpait une pente et que plus ils avançaient plus le froid devenait paralysant.

Au terme de trois bonnes minutes de marche, Sho vit une lueur rougeâtre se dessiner au bout du tunnel. Ils avançaient à présent le dos courbé et les mains tâtonnant le sol de peur de dégringolé de la terrible pente qui s'offraient à eux. Arrivé au bout, Sho s'émerveilla de découvrir une autre alcôve, plus petite que la première, au milieu de laquelle luisait un grand feu de bois. Akai lui adressa un sourire au demeurant sincère avant de s'installer près des flammes. Sho fit de même et prit place à un mètre d'elle. La chaleur des flammes venait lui caresser le visage et ses bras autour desquelles des bandelettes décharnées pendaient tristement comme s'il était le dernier rescapé d'une grande explosion. Ses yeux brillaient d'une lueur quasiment identique à celle qui habitait les flammes, ce qui ne manqua pas de tordre un peu plus le sourire d'Akai.

· Akai Juutai · Tu es un bon shinobi, il ne fait aucun doute. Tu m'as beaucoup surprise jusqu'ici et je me demande s'il n'en sera pas encore le cas demain. Mais trêve de compliments, je suppose que tu as faim ?


Sho détourna son regard vers elle et lui adressa un très léger sourire en hochant de la tête pour lui répondre positivement. Akai se leva et marcha jusqu'à une paroi sombre de la caverne d'où elle revint les bras chargés d'un grand sac de voyage. Il semblait pourtant bien à Sho qu'elle n'avait porté aucun sac durant leur cheminement jusqu'ici. Il ne s'attarda pas sur la question et jeta son dévolu sur les petits plats de porcelaine qu'elle sortit du sac et qu'elle déposa soigneusement devant elle. Il y avait là une grande variété de plats et de service qui combleraient assurément son pauvre estomac vide. Toujours avec un soin particulier, Akai plaça les plats destinés à son élève près de lui et les siens près de sa place. Quand tous deux furent prêts, ils entamèrent leur repas dans un confort relativement bon à la simple présence réconfortante que pouvait avoir les flammes.

Il avait beau mangé dans un silence relatif, Sho avait désormais bien quelques questions à poser à son instructrice. Il se sentait prit dans une certaine intimité avec elle, une intimité assez grande pour oublier qu'elle était son supérieure et qu'il était son élève. Deux êtres humains devant un feu, voila ce qu'ils étaient en cet instant. Sho souhaitait comprendre pourquoi il était arrivé jusqu'ici, pourquoi il devait suivre cet entraînement, et surtout pour quelle raison Juutai-sama avait reçut l'ordre de l'entraîner. Dans un élan de courage, il prit une courte inspiration au terme d'une bouchée de riz et se tourna donc vers son instructrice.

· Sho · Juutai-sama..

· Akai Juutai · Oui ?

· Sho · Qui vous a donné l'ordre de m'entraîner ?

Comme si elle s'attendait à recevoir cette question depuis un certain temps, la Juunin déposa délicatement son bol de riz au saumon sur le sol et prit une mine sérieuse, son regard tourné vers les flammes.

· Akai Juutai · L'Académie me l'a demandé ... tu dois être au courant de l'organisation d'un Tournoi Chuunin cette année par le pays du Feu, n'est ce pas ? Et bien l'Académie du village souhaite former ses étudiants aux meilleures techniques qui soient pour que leurs performances soient convaincantes au cours de cet évènement. Il en va de notre honneur.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: Devant Juutai-sama   Ven 28 Nov - 17:14

¤,.°o°O .5. O°o°.,¤

La réponse tomba et étrangement Sho n'en parut absolument pas surpris mais plutôt pensif. Il s'était attendu à entendre quelque chose d'approximatif. Le Tournoi Chuunin avait soulevé un certain engouement dans le village. Tous les étudiants et génins souhaitaient obtenir leur place sans même comprendre le véritable enjeu que pouvait représenter un si grand évènement. Lui, l'avait compris. Ce tournoi n'était pas seulement mis en place pour donner l'opportunité aux shinobis des quatre coins du monde de monter en grade, mais il relevait également du jugement des forces de chaque village représenté. Il ne savait et ne pouvait présager la puissance des autres participants mais il savait que Kumo basait de grands espoirs sur cet évènement. Depuis qu'il y était arrivé, le village semblait calme et paisible autant qu'agréable mais l'académie manquait cruellement de shinobis. Faire bonne impression au cours de ce tournoi donnerait peut-être envie à certaines familles d'envoyer leurs enfants à Kumo, permettant ainsi d'agrandir ses rangs de shinobis et par la même occasion d'accroître ses défenses.

Le Raikage avait disparu, c'était en tout cas ce qu'il pensait car jamais il n'avait eu l'honneur de le rencontrer ni même d'en entendre réellement parler. Kumo était placé sous la tutelle d'un Intendant mais était-ce seulement en raison de son absence ou bien pour une toute autre raison ? Si les autres villages étaient en tout cas au courant de cette information alors Kumo devait absolument redoubler d'efforts au cours de ce tournoi, afin de montrer qu'il se portait parfaitement bien malgré la situation. Cela expliquait bien l'acharnement des hautes instances à vouloir préparer leurs shinobis du mieux que possible. Allait-il pour autant faire partie de l'équipe qui représenterait cette volonté tenace ? Il ne pouvait le présager pour le moment.

Le restant de la soirée se déroula dans un calme relatif. Akai chercha à en apprendre davantage sur son élève. Aussi, n'hésita-t-elle pas à lui poser toute sorte de questions comme savoir où il était né, pourquoi il était devenu un shinobi, ou encore pour quelle raison il avait choisi la branche Eisei. Sho y répondit sans la moindre gêne ou sans étendre certaines zones d'ombre sur son récit. Il avait beau être mystérieux, parler de ses motivations et de ses origines lui procurait un indéfinissable sentiment de fierté. Se fut ensuite à son tour de poser des questions, comme elle l'avait gentiment invité à le faire. Il chercha ainsi à connaître une partie de son enfance et lui arracha quelques récits de ce qu'elle avait pu vivre dans cette caverne, le tout dans une ambiance détendue et plutôt amusante. Akai avait beau se montrer très froide le plus clair du temps, il semblait pourtant qu'elle soit à même d'être une personne plutôt sympathique. Ou peut-être était-ce lui qui trouvait ce genre d'individu sympathique malgré leur insensibilité apparente ?

Finalement, et bien qu'elle l'avait réveillé le matin même en prétendant qu'il ne dormirait pas pendant plusieurs jours, Akai lui accorda une pleine nuit de sommeil dont il profita pour recharger ses batteries d'énergie. Elle préféra quant à elle veiller sur leur retraite de fortune, ne sentant pas la fatigue la dévorer au point de s'écrouler raide morte sur le sol.

Le lendemain, sous les coups de huit heures, Sho se réveilla de lui-même et découvrit avec une certaine surprise que le feu de bois brûlait toujours. Il ne l'avait pas remarqué la veille mais une sorte de cheminée avait été aménagé dans le plafond de l'alcôve sans doute pour acheminer la fumée en dehors de la montagne tout en gardant les lieux bien chauffés. Akai n'était pas dans les parages, en tout cas pas dans son champ de vision. Peut-être était-elle redescendue en bas pour il ne savait quelle raison. En voulant se redresser, il sentit une courbature lui contracté le bas du dos et les omoplates. Son lit lui avait terriblement manqué au cours de la nuit. Tous les matelas du monde valaient plus que ce sol rocailleux et cabossé, son dos l'avait compris.

Aujourd'hui débutait une nouvelle journée d'entraînement et bien que son instructrice n'était pas encore présente sur les lieux, il ne pouvait s'empêcher d'imaginer ce qu'il pourrait encore bien apprendre d'elle. Il avait beau connaître un certain nombre de techniques, il savait que cette connaissance était tout à fait incomparable à celle de Juutai-sama. La veille, il avait apprit une technique - ou ce qui s'accaparait plus à un complément de technique - qui permettait à son corps d'être plus réceptif aux soins qu'il pouvait se procurer à lui-même. Mais alors qu'il tentait de s'imager la suite de son entraînement, la silhouette fine et élancée d'Akai réapparut par la petite pente qui descendait à l'alcôve inférieure.

· Akai Juutai ·
Tu as bien dormi j'espère, car le temps impartit à cet entraînement a diminué durant la nuit.


· Sho · Comment ça ?


· Akai Juutai · J'ai reçu de nouvelles directives de la part de l'Académie et nous devrons être sur le chemin du retour ce soir au grand maximum. Ne me demande pas pourquoi, je n'ai pas à te le dire. Lève-toi et rejoint-moi en bas, nous n'avons pas de temps à perdre.


L'information avait été soudaine, peut-être même un peu trop pour Sho. Akai éteignit le feu puis disparut dans l'entrée sombre qui marquait l'entrée du long couloir menant à la caverne située un peu plus bas. N'ayant ni le temps ni les éléments pour analyser ce qui s'était passé durant la nuit, il se leva et quitta les lieux non sans y jeter un dernier regard pour le moins pensif. Il suivit ensuite le long et chaotique couloir en se cramponnant à la parois jusqu'à finalement retrouver la caverne au milieu de laquelle se trouvait le mystérieux bassin d'eau cristallin. Akai était justement assise tout près de lui et l'invita à en faire de même de l'autre côté.

· Akai Juutai · Je vais désormais t'apprendre une technique de rang B. Elle te demandera un temps d'incantation un peu plus long que la normale mais elle aura, en contrepartie, des effets beaucoup plus importants qu'une technique conventionnelle. Son effet se base sur tes compétences d'analyses aussi bien que sur l'état physique de ton patient. Avec la technique que tu as apprise hier, tu devrais pouvoir récupérer plus facilement de certaines blessures. Bien, soit attentif.

A partir de cet instant, Akai s'enferma dans une concentration absolue. Son visage d'un habituel inexpressif affichait désormais une mine sereine et détendue. Au moment où ses paupières se refermaient, la surface de l'eau se troubla en une succession d'ondes plus ou moins étendues. Intrigué, Sho ne détacha plus son regard de l'eau. Des paroles se mirent à résonner dans sa tête. Des paroles qu'il avait entendu la veille : une partie de l'âme du village dort encore paisiblement sous ce sol, derrière ces parois et sous la surface de ce bassin. Cela peut paraître aberrant pour le moment mais tu ressentiras rapidement la force et la connaissance qui habitent ces lieux. Il lui sembla soudainement qu'il était sur le point d'acquérir cette connaissance rien qu'en regardant la surface de l'eau frémir. Au même moment, la main droite d'Akai s'entoura d'une aura bleutée qu'elle approcha de sa cuisse. Au contact de ce qui semblait être du chakra condensé dans sa main, la chair de sa cuisse s'entailla lentement comme si elle était progressivement tranchée par un scalpel.

Du sang, la chair à vif, cela ne semblait nullement inquiété la jeune femme. Le visage toujours parfaitement détendue, elle rouvrit ses yeux et les plongea dans ceux de son élève. L'aura de chakra autour de sa main droite s'estompa progressivement avant de disparaître totalement. Elle plaça ses mains sous le signe du sanglier, et en enchaîna sept autres assez lentement pour que Sho les retienne tous : singe-lièvre-cheval-boeuf-tigre-coq et enfin chien.

· Akai Juutai · Shosen !

Contrairement à ce qu'il avait pu connaître jusqu'ici, la technique fit son effet au bout de quelques dizaines de secondes. Premièrement, les saignements s'arrêtèrent brusquement pour laisser une fiche couche de nouvelles cellules de l'épiderme se reconstruire. Deuxièmement, la plaie prit une teinte légèrement violacée avant de se refermer totalement. Enfin finalement, une couche supérieure se mit progressivement en place pour ne plus laisser qu'un trait vertical légèrement rosée sur sa cuisse. L'incantation avait peut-être été un eu plus longue que la normale mais l'effet était tout à fait impressionnant, comme elle le lui avait dit. Cette technique était tout à fait désignée pour guérir convenablement ses coéquipiers blessés ou même sa propre personne s'il le fallait.

Le restant de la journée fut donc consacré à la maîtrise de la technique. Sho s'entraîna sur ses propres plaies ouvertes et réussit à la maîtriser totalement qu'au terme du troisième essai. L'eau n'avait cessé de trembler tout le long de l'exercice et avait réveillé des soupçons dans son esprit. Ses yeux couleur ambre se déposèrent tendrement sur sa surface. Maintenant que ses réserves de chakra avaient diminués, il pouvait sentir comme de l'énergie affluer de l'eau et combler le vide qu'il avait établit en s'entraînant à réaliser le Shosen. Mais était-ce seulement qu'une sensation ? Son regard se porta alors vers son instructrice qu'il dévisagea.

· Sho · Juutai-sama, qui a-t-il dans cette eau ?

· Akai Juutai ·
Qui as dis que c'était de l'eau ....

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

[ Voila terminé ^^ je demande la validation des techniques Paume mystique et Adaptation Métabolique ]

MessageSujet: Re: Devant Juutai-sama   Jeu 4 Déc - 0:49

Un style parfait, un récit vraiment attrayant Smile

Sho: + 60 XP

Techniques validées.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Devant Juutai-sama   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ++Entretient avec Shinigami-SAMA!
» René Civil devant le tribunal criminel
» Une arrivée étoilée, desu desu ( PV Onee-sama )
» Devant la Cathédrale
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-