Partagez | 
 

 L'étang caché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

MessageSujet: L'étang caché   Sam 29 Nov - 1:11

Rappel du premier message :

Kenji se leva durement se matin, son dos craqua ainsi que ses poignés. Il bougea un peu dans ses draps avant de se jeter par-dessus son lit. L’air frais de la fenêtre ouverte vint lui chatouiller le corps. La sensation de naître en même temps que le soleil qui s’élevait le matin lui faisait du bien. Il avait l’impression de naître chaque matin. Les gestes de Kenji suivirent la courbe du soleil, il s’assit sur son lit et fit quelque rond avec sa tête, se massa légèrement la nuque et s’étira une dernière fois.

Durant la nuit il avait rêvé de son combat contre Sabi, qui avait plus tourné à la farce qu’au véritable affrontement. Il était un Uchiha et il avait prit une décision importante. Trop de question tournait au tour de son passé, et il n’y avait que trop peu de personne capable d’y répondre. Il avait alors décidé de mettre son passé de côté pour le moment. Cette histoire n’avait pas de fin, il valait mieux se concentrer sur les faits présents et faire avec ce qu’il possédait. Il possédait une nouvelle arme, ses yeux, son sharingan. Il avait apprit depuis peu la présence d’un personne du clan au sein de l’académie. Sayuri de son nom, elle pourrait surement aider Kenji à maîtriser ses yeux, en avoir la pleine maîtrise. Mais pour le moment la secrétaire de l’académie lui avait dit qu’elle n’était pas disponible. Kenji devait prendre son mal en patience.

Dans cette optique Kenji avait envoyé une lettre à Oni. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas vu et encore moins entrainé ensemble. L’étudiant voulait remédier à cela et très vite. Il avait lu à la bibliothèque deux trois techniques intéressantes qu’il voulait apprendre.

Citation :
Oni,

J’ai quelque chose qui pourrai t’intéresser. Tu seras… Surpris…
On pourrait s’entrainer, mais plus durement que d’habitude si ça te dis. Je te propose de partir quelques jours au cœur de la forêt de Konoha, j’y ais trouvé un endroit qui sera parfait.
Si tu viens je t’attendrais, à la lisière de la forêt, demain vers 13h.

Kenji.

C’était une lettre assez simple, dans laquelle Kenji avait mit un peu de suspense. Il se demandait comment allait réagir Oni quand il verrait le don divin de l’étudiant. Cela serait juste une confirmation de son talent, du fait qu’il est un géni de son temps.

Kenji se leva doucement de son lit, et s’habilla rapidement. Il se retroussa les manches et alla sortir de son étui son Fuuma Shuriken. Il se rassit sur son lit et le sortit délicatement de sa protection. Les lames scintillèrent à la lueur du soleil. Kenji le déplia légèrement et sortit un chiffon du fin fond de l’étui. Il commença alors des vas et vient le long des lames tranchantes, au bout d’une dizaine de minute elles scintillèrent de lumière.

Kenji : Parfait.

Il rangea l’étui et poussa la plus part des objets se trouvant au centre de la pièce. Il s’installa sur le dos, les jambes légèrement plié et commença des séries d’abdos. Les séries étaient liées à d’autres séries de pompes. Kenji était un maître ninjutsu, mais il se devait d’entretenir son corps, pour lui, pour le combat et pour Yumi. De petit goûtes de sueur se dessinaient sur le front de l’étudiant, il s’arrêta alors et prit un vieux t-shirt trainant prêt de son lit. Il s’essuya et souffla un peu, puis se leva et commença à s’étirer. Le sport du matin m’était Kenji en jambe pour une bonne journée.

Il se passa alors une main dans les cheveux et recommença le même scénario jusqu’à 11h du matin. Kenji, un peu essoufflé, à la se rafraichir le corps et les organes avec un peu d’eau. La chaleur de se liquide transparent lui détendit les muscles. Il sentait son corps se relâcher peu à peu, la pression retombait et la fatigue disparaissait.

Il s’essuya les cheveux et mangea les restes de son repas de la veille. Deux, trois boulette de viandes qui trainé accompagné d’un peu de riz qui craquait sous ses dents. Il remballa en vitesse sa chambre, elle n’était pas ranger, mais pas non plus en désordre. C’était un juste un milieu pour ne pas vivre dans la saleté, mais qui montrait une certaine lassitude à ranger. Il passa son Fuuma sur ses épaules et accrocha ses shuriken à sa ceinture. Il se posta devant son miroir et sortit ses lunettes de soleil de la poche de sa veste. Il les déplia lentement et les posa avec délicatesse sur son nez. Il releva le menton et souriait, il était fière de ce qu’il voyait.
Kenji sortit et descendit tranquillement les marches de son petit immeuble. Il était alors 12h45, il avait une quinzaine de minutes pour aller à la lisière de la forêt. Il marcha alors tranquillement le long de la grande rue commerçante, il passa devant le magasin de la mère de Yumi, mais il ne si arrêta pas il n’en avait tout simplement pas envie, il voulait s’entrainer. Il voulait devenir plus fort, chaque jour devenir plus fort que le jour précédent.

La forêt se dessinait peu à peu face à lui, le ciel bleu livrait une sorte de dual face à l’étendu vert. Les oiseaux arbitrent de se combat désignaient le vainqueur par un envole de courte durée. Les feuilles se dressaient en nombre face à la crème nuageuse, les conditions étaient parfaites et le silence régnait en maître.

Kenji marchait tranquillement les mains dans les poches et arriva enfin à la lisière de la forêt interne du village de Konoha. Il se passa une main dans les cheveux, Oni n’était pas encore présent. L’étudiant avait quelques minutes d’avance, il alla alors se poser contre un arbre, son dos épousant le tronc de ce dernier.

L’esprit de l’étudiant divagua alors durant quelques minutes, il repensait à tout ce qu’il avait accomplit depuis son arrivée au village. Il avait l’impression qu’il y avait accomplit beaucoup et très peu à la fois, ce sentiment de faire du surplace dans une vie quand la routine s’installe. Ce séjour avec Oni allait lui faire du bien, il allait évoluer et surement, il espérait du plus profond de lui, franchir un palier. Il allait développer trois techniques durant cet entrainement, mais seul il en était incapable, malgré l’acquisition de ses nouvelles pupilles.

Il vit au loin une ombre se dessinait, il en était sur c’était Oni, il le savait qu’il allait venir. Le guénin n’aurait pu refuser un entrainement, surtout de ce type.

Kenji fit un bref récapitulatif de se qu’il avait dans son sac pour être sur de n’avoir rien oublié.

*Boulette de riz, bouteille d’eau, arme et ma volonté !*

Il bomba le torse et se redressa à l’arrivée de son compagnon. Il se passa la main dans les cheveux et fit quelques pas à sa rencontre, cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas vu. Ils n’étaient pourtant pas vraiment amis, mais juste deux personnes qui avait un idéal commun et qui se comprennaient. Mais grâce à cela un lien c’était construit entre eux, un lien que personne d’autre ne pouvait comprendre, ressentir. La preuve en était avec les différentes rencontres qu’avait fait Kenji avec les ninjas de Konoha, Sabi qui l’avait méprisé, son sensei qui le prenait pour un gamin ou encore Riku qui ne l’avait plus jamais rencontré. Mais avec Oni tout était différent, c’était simple et compliqué à la fois.

Kenji : Oni. J’étais sur que tu viendrais, ça faisait longtemps n’est ce pas…

Kenji lui tandis une main et continua à parler.

J’ai découvert un endroit où l’on sera tranquille pour éveiller nos sens. Tu vas voir on va ressortir… Hum… Changé.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 13:45, édité 2 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: L'étang caché   Jeu 9 Avr - 0:05

Shiba raidit les membres de son corps et se tint aussi droit que s’il s’était trouvé sur une chaise. Un aspect un peu salutaire lui terni le visage et la concentration qui se lisait sur ses traits le rendait moche. On voyait qu’il n’était plus de la première jeunesse. Des rides se formèrent au coin de ses yeux tandis qu’une cicatrice que Kenji n’avait encore jamais vu naquit dans les profondeurs de son cou. Le sensei d’un jour croisa fièrement les bras et ferma doucement ses paupières.

Les degrés de l’air ambiant augmentèrent sensiblement. Le soleil n’était plus la cause de tant de pression mais quelque chose de nouveau apparaissait de nulle part. Comme la création de l’imagination à partir de rien. Mais pourtant cette forme, cet objet si irréaliste, devenait de plus en plus visible. L’oxygène qui entourait Shiba devint plus flou et se mouvait plus difficilement. On arrivait à la discerner à l’œil nue sans grande difficulté.
Une concentration toujours aussi intense se lit sur le visage du maître. Alors, il ouvrit les yeux. Son regard était déterminé et volontaire. Il plongea ses yeux dans ce de son élève sans pour autant pénétrer dans son être. Le lien était fort et flou à la fois. Un paradoxe de pensée et d’action s’extasiait. La technique, le jutsu, seul ça comptait pour le moment.

Des flammes prirent la place de l’air et se mirent à danser devant Kenji et tout autour de Shiba. Mais jamais aucune brûlure ne vint dégrader sa peau. Tout était millimétré, calculé pour que les flammes soient le plus proche possible de son utilisateur sans pour autant le blesser. La chaleur était, par contre, très difficilement contrôlable et Kenji aperçut des gouttes de sueur sur le front de son sensei.

Puis, comme lors d’un tour de magie, Shiba tapa dans ses mains. Les flammes disparurent, ne laissant qu’une température élevé entre eux. Il sortir ainsi son étudiant de la torpeur qu’avait créé le jutsu et ses accotés. L’expression de Kenji affichait un mélange entre admiration et perplexité mais il cacha très rapidement ce surplus d’émotion qui n’aurait en rien servit sa cause. Il devait se concentrer sur son entrainement et ne pas montrer un quelconque intérêt pour quelqu’un d’autre mise à part lui-même. C’était ce que Takeshi lui apprenait jour après jour et il le ferait pour toujours.

[Shiba] – Tu es sur que ça va Kenji ?

Un regard foudroyant puis le retour au calme.

[Kenji] – Bien sûr.

Pendant un bref instant Shiba parut embarrassé, comme prit au dépourvu. Il connaissait pourtant Kenji et son caractère. Mais la doctrine des Uchiha le surprenait souvent. Finalement, il en aurait presque rit mais il se retint car il se serait surtout attiré les foudres de son étudiant dès les premiers jours de sa séance d’entrainement.

Pour que tout se passe bien il valait mieux ne pas trop contrarier le jeune garçon. Susceptible et impulsif il l’aurait très mal prit et aurait été capable de quitter ce lieu pour retourner s’exercer seul, coupé du reste du monde.

[Shiba] – D’accord… Qu’as-tu remarqué lors de l’exécution de la technique ?

[Kenji] – Tu n’as utilisé aucun signe.

Shiba eu un regard malicieux, même si la réponse était simple il était fier que son enseignement fonctionne.

[Shiba] – Exactement ! Alors maintenant tu vas faire la même chose. Tu te concentres et ressent l’air ambiant.Tu vas mélanger ton chakra à celui-ci et l’enflammer ! Mais il faut que tu contrôles le feu car il pourrait te piéger.

Kenji hocha la tête dans un signe de compréhension. Il inspira profondément et ferma les yeux. Ses mais se claquèrent l’une contre l’autre et il partit en quête de l’assimilation de cette nouvelle technique. Mais juste avant de partir, comme un oubli, Shiba lui tint de dernier. Ils n’étaient pas plus forts que des murmures mais frappaient fort dans l’esprit du jeune garçon.

[Shiba] – Ce jutsu est facile… Je serais très étonné si tu ne réussissais pas du premier coup, enfant prodige…

Pas d’ironie et encore moins de mépris. Il énonçait une simple vérité que Kenji allait mettre en œuvre. Tel un diamant brut il fallait le tailler et en faire un splendide bijou pour servir les causes justes et embellir le clan.

Kenji secoua la tête et revint au fondement de son être. Tout d’abord le chakra, qui circulait par ses méridiens. Il le sentait affluer dans son corps, nourrir chaque organe. Cette énergie bleue qui faisait sa force et lui permettait de devenir un grand shinobi. Cette source de volonté qui tendait tous ses possesseurs à faire de grande chose pour eux mêmes ou pour la communauté.

Après il y avait cet air qui l’entourait. Oxygène source de vie. Les deux notions étaient très liées. L’une faisait vivre le shinobi physiquement, tandis que l’autre le faisait survivre. Un ninja sans chakra n’était rien tout comme un humain sans oxygène. Ce pont trouvé entre les deux entités tout paru plus facile à Kenji qui commença alors à crisper légèrement le visage. Il rougit quelque peu et contracta les muscles de son dos. Il sentit enfin l’atmosphère se chauffer. Son souffle s’accéléra car il brûlait chaque particule d’oxygène pour tenter de créer du feu. Tel un homme préhistorique à la recherche de nouvelle technologie il luttait pour survivre.

Il força encore plus, brûlant tout atome l’entourant ne faisant plus cas de rien d’autre que le feu. Et enfin, enfin les flammes apparurent. Les yeux toujours fermé et le visage tendu, Kenji senti un léger frottement amical lui annonçant qu’elles étaient là, présente pour le protéger. Il eu du mal pour commencer à faire en sorte qu’elles soient proche de lui sans pour autant le brûler puis il trouva la bonne distance. Après le principal objectif fut de contrôler cet amas de braise virevoltant à souhait dans des directions inconnue. Mais après de longue minutes il réussît à créer un cercle parfait tout au tour de lui, une véritable aura de flamme.

Alors qu’il allait tranquillement ouvrir les yeux pour apprécier sa réussite, la voix de Shiba l’obligea à garder sa concentration à son paroxysme.

[Shiba] – Restes concentré ! Maintenant j’en veux plus ! Plus de flamme ! Plus de feu ! Kenji brûles !

Les mains plaqué l’une contre l’autre de Kenji alors qu’il était en tailleur ne formèrent plus qu’un seul poing. La sueur dégringolait de son visage comme une falaise. Son esprit partit alors à l’abordage de plus de puissance. Il rendit visite à chacun de ses muscles, les suppliants de donner toujours plus. Mais il voyait qu’ils étaient à leur limite et que l’aura ne serait pas plus forte.

La voix de Shiba raisonnait dans son esprit sans cesse. Plus puissant, plus vite, plus fort. Il lui fallait extraire une force nouvelle. Son esprit vagabond alla alors à la rencontre du dernier et du plus puissant des muscles. Chef de toute une meute le cœur le faisait vivre, les faisait vivre. Une certaine nostalgie s’empara de lui alors qu’il ressentait le Doton. Famille, lien, gentillesse, rêve, espoir… Tout cela fut contre balancé par le picotement du Raiton. Tout proche il semblait si instable, si incertain. Mais pourtant beaucoup de puissant semblait en émaner… Mais ces deux partis n’étaient rien face à celle qui était toute proche. Incandescente, bouillonnante, il s’aperçut qu’elle occupait une grande place en cet être de chair et de sang.

Les trois partis ne semblaient pas se mélanger. Bien distinct chacun éprouvait ses sensations et ne voulaient rien partager de leur puissance. L’Uchiha flotta alors prés du Katon, cœur de feu, cœur ardent… Dans un supplice, il lui demanda sa puissance. Le cœur, la raison tant de chose différente mais pourtant si proche. Il accepta car il n’était autre que le refuge de l’âme et servait donc la cause de son porteur. Il ne venait autre que de se parler à lui-même, de se demander quelque chose qu’il possédait déjà…

[Shiba] – Kenji ! Maintenant !

Kenji ouvrit violement les yeux et dans un murmure presque imperceptible, il découvrit la puissance nouvelle du Katon.

[Kenji] - Netsuretsu Shinzou…

Les flammes grandirent et l’aura devint un véritable dôme. La fournaise était dès plus difficile à supporter. Mais Kenji était fier, il sentait ses forces le quitter, sa tête tournait dans tous les sens. Il découvrait le véritable pouvoir du feu. Eclatant, resplendissant, mais surtout brulant tout n‘était que chaleur ultime. Le feu dansait tout autour de lui, son esprit s’embrumait mais il ne comprenait pas pourquoi. Tout n ‘était plus que confusion.

Aussi soudainement que les flammes étaient apparues, elles disparurent dans une petite tornade de Chakra. La spirale bleue éblouït l'Uchiha quelques instant et le perdit encore plus profondément dans sa confusion mentale. Il souleva une mèche de cheveux moite de sueur et expira une grosse bouffée d’air avant de se tasser sur lui-même, visiblement fatigué. Shiba devant lui arborait un grand sourire et venait de stopper l’effet de la technique de Kenji.

[Shiba] – Tu vois maintenant la puissance ultime du feu Konoharien. C’est parfait.

[Kenji] –

[Shiba] – La matinée est passée et tu à l’aire exténué. Il est vrai que trouver son affinité principale n’est pas chose facile.

[Kenji] – Que...l mo...ment…

[Shiba] – Reposes-toi jusqu’à ce soir. Ce n’est que le début, tu ressortiras beaucoup plus fort de cette forêt, je te le promets.

[Kenji] – Qu’al…lons, … Nous… Fair…e Main..tenant…

[Shiba] – Ne t’occupes pas l’esprit pour ça je gère la partie théorique.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Jeu 9 Avr - 20:41

Kenji ne mangea presque pas alors que Shiba lui avait préparé un bon repas. Le feu faisait encore tressaillir ses entrailles et il n’arrivait pas à se défaire de cette sensation étrangère. Il s’était finalement installé à l’ombre, contre le dur tronc d’un arbre pour se reposer. Son après-midi fut calme et reposant. Il passa le plus clair de son temps à récupérer de ses efforts en somnolant et en s’habituant à la sensation du feu qui brûlait dans son cœur. C’était la première fois qu’il ressentait quelque chose d’aussi important pour une nouvelle affinité. Celle en raccord avec la terre était naturelle chez lui et faisait partie intégrante de son être. Il ne s’apercevait même pas de cette force ancestrale.

Pour le Raiton se fut aussi douloureux, mais plus vif. Un coup d’électricité dans l’épaule qui lui parcouru les membres lui permit de s’habituer à cet étrange élément. Si capricieuse mais si fort. Il n’en avait besoin que lorsqu’il utilisait les milles oiseaux, ce n’était pas son affinité majeure.

Enfin, le Katon, élément principal des Uchiha. Une affinité naturelle qu’il avait du éveiller. C’était pour ça qu’il en ressentait de telle conséquence. Moins important que les Senjago, les Uchiha possédaient tout de même de grandes capacités dans ce domaine. La boule de feu suprême signe de maturité dans le clan lors de sa maîtrise n’était autre qu’un jutsu de feu à base d’un Katon surpuissant.

La journée passa tranquillement. Les oiseaux volaient en direction du Sud pour échapper à la fraicheur de la nuit. Le soleil commençait à donner des signes de faiblesse tandis qu’au contraire Kenji se sentait revitalisé. Il se redressa sur ses jambes et fit quelques moulinets avec ses bras pour se remettre de cet après-midi farniente.

Il approcha d’un pas de félin de Shiba. Ce dernier avait préparé un petit feu de camp qui commençait à éclairer d’une faible lueur le lieu. L’étang gagnait en mystère au fur et à mesure que la nuit fondait sur lui. Le jeune garçon s’assit au côté de son maître en silence, les jambes en tailleur il regardait le feu l’air rêveur.

[Shiba] – Tu es remit sur pied ?

[Kenji] – Oui.

[Shiba] – C’est étrange que la découverte du feu t’ai prit autant d’énergie…

[Kenji] – J’ai réfléchis à la question. Je pense que les Uchiha sont naturellement associés au feu, donc cette étincelle avait toujours vécu en moins. Mais vu que je ne suis pas né dans le quartier du clan et que je ne viens pas de Konoha je pense que mon affinité majeur avait sombré. L’éveiller n’était pas chose aisée…

[Shiba] – Très bonne analyse. J’en parlerais avec Takeshi-sama une autre fois, mais je pense que tu as raison.

Le juunin ouvrit son sac à dos et en ressortit un petit paquet noir. Il en défit le nœud blanc qui l’ornait et laissa s’échapper des petits biscuits sablés. Ils n’avaient pas de forme particulière et permettait à l’esprit de vagabondait tranquillement.

Kenji l’accepta avec plaisir car son ventre commençait à lui crier ses douleurs. Une bouchée et il se sentait déjà mieux. Il inspira longuement et se laissa aller quelque peu en détendant ses muscles noués. La chaleur du feu commençait à naître et lui faisait du bien. Le bois crépitait doucement sans agresser l’oreille et les flammes ne piquaient pas les yeux. Tout était calme.

[Shiba] – Il faut te dire que ce que tu as vécu ce matin était une petite introduction de ce que nous allons faire dans les jours qui viennent.

Kenji resta silencieux en regardant le feu. Le biscuit diminuant peu à peu à force d’aller et venir sur ses lèvres.

[Shiba] – Le prochain chapitre qui s’ouvre et qui est donc le premier ne concernera plus le feu. Mais la maîtrise du chakra pur. Nous commençons dès ce soir, retournons là où nous étions ce matin.

Les deux protagonistes se levèrent et partirent en direction des deux petites mottes de terre sur lesquels ils trônaient. La chaleur du feu les quitta assez violement laissa place à une douce fraîcheur nocturne. Le ciel devenait pâle mais on y voyait encore assez bien. Ils s’assirent finalement en tailleur, l’un en face de l’autre.
Kenji écoutait attentivement Shiba.

[Shiba] – Le chakra, l’énergie bleue, mais au final, qu’est ce que le Chakra ?

Kenji essaya de se remémorait ses cours à l’académie. Différent professeur traversèrent son esprit mais ils étaient assez lointains et sa mémoire lui fit défaut. Il était intelligent et possédait une assez bonne capacité d’analyse mais il jetait ses notes après chaque cours croyant, par confiance en soi, qu’il n’en aurait plus jamais besoin… Il improvisa avec le semblant de connaissance qui lui restait sur l’énergie de shinobi, cette force si soudaine et si puissante.

[Kenji] – C’est la source de la force des ninjas. Un shinobi sans chakra n’est pas vraiment fort et ne vit généralement pas très vieux. Il traverse notre corps au moyen de méridien et nous permet de créer de nombreux jutsu. On le mélange en faisant des séries de taos.

[Shiba] – Exactement. Le Chakra est naturelle, sa source nous aie encore inconnue, mais il est aussi important que notre âme et notre corps. Tu as du le remarquer, lorsqu’un spécialiste en taijutsu allait trop loin dans le domaine de la force pur grâce au chakra en ouvrant les portes par exemple, son corps en encaissait fortement les conséquences. Et vis vers ça pour d’autre technique.

Kenj hocha la tête en signe d’écoute et d’approbation.

[Shiba] – Mais en contre partie cela permet de dégager des attaques dévastatrices ou de réussir à se régénérer. L’équilibre entre nos trois grandes caractéristiques, c'est-à-dire notre corps, notre âme et notre chakra est très fragile. Une fois trouvée peu s’aventure à le changer. On le trouve, en général, naturellement en apprenant les bases du ninjutsu, taijutsu ou genjutsu. Il faut que tu apprennes à maîtriser ce point d’équilibre.

[Kenji] – Qu’est que cela va m’apporter ?

[Shiba] – Une fois ton point d’entente trouvé tu pourras le balançait comme tu le souhaites. De nouvelles possibilités s’ouvriront à toi. Par exemple lorsque ton corps bougera, tu pourras balancer une partie de ton équilibre naturel vers le chakra pour te régénérer. Mais tout cela a un coût. En contre partie le mouvement de ton corps sera altéré car tu mettras plus de pression dans une autre partie de ton être.

[Kenji] – Je comprends. C’est une technique qui peut être utile pour les longs combats. De l’endurance en fait ?

Shiba hocha la tête en signe de confirmation et souri à Kenji. Il était fier de son élève qui buvait ses paroles et n’avait pas besoin de se faire répéter plusieurs fois la même chose pour comprendre un enchainement logique de fait. Mais il n’en attendait pas moins d’un de ses compères Uchiha.

[Shiba] – Durant l’heure qui suit, je veux que tu te détendes et laisses la nature imprégner ton corps. Trouve le point d’équilibre qui est en toi. C’est un repli sur soi certes difficile mais tu y parviendras. Si jamais tu as des questions je serais prés du feu.

Kenji inspira profondément et reprit sa position de méditation qu’il avait utilisée le matin même. Les jambes en tailleurs, les mains plaquées l’une contre l’autre et les yeux clos il extirpa sa conscience de son corps.

Il se retrouva à nouveau à voguer dans son être. Son lui intérieur. Il se demandait s’il était au bon endroit et surtout ce qu’il devait chercher. Un lieu, un lien, où tout était réunit et séparé en même temps. Un paradoxe de fiction et de réalité. Là où l’imagination dépassait la réalité pour que la réalité ne devienne qu’un rêve. C’est ainsi qu’il erra durant un long moment, examinant ses méridiens, regardant son cœur battre, écoutant ses poumons respirer, le tout dans une certaine harmonie.

Il était perdu entre ce qui l’entourait et ce qu’il devait faire. Comme attiré par tous ces mécanismes incongrus qui était dès plus intéressant. Il n’arrivait plus à détacher ses yeux de son cœur. Il voyait les cavités se remplir doucement de sang jusqu’à éclater pour fuser d’un seul battement dans de petits tuyaux qui se gonflaient sous la pression si soudaine. Et tout cela se répétait à jamais.

Il tourna la tête et vit un long tunnel se tortillant sur lui-même. Malgré sa taille impressionnante il n’arrêtait pas de se mouvoir. Kenji aurait voulu le toucher mais il ne pouvait pas, une force invisible l’en empêchait. Une sorte de barrière se dressait entre lui et son esprit.

Un doux son le sortit finalement de cette contemplation. Il lutta quelques instants ne souhaitant pas perdre une miette du spectacle qui s’offrait à lui. Mais le bruit devenait de plus en plus fort et il en devenait attirant.

[Shiba] – Kenji. Tu t’es perdu ?

Le jeune garçon ouvrit lentement les yeux et regarda Shiba comme si c’était la première fois qu’il venait de se rencontrer. Il ne comprenait pas où il se trouvait, qui il était et ce qu’il faisait. Il cligna plusieurs fois des yeux avant de se passer une main dans les cheveux pour tout remettre en ordre.

[Shiba] – Je m’en doutais. Trouver notre équilibre spirituel et difficile. Tu finiras ta recherche demain je t’ais déjà laissé deux heures aujourd’hui. Même si ton corps n’est pas fatigué il faut que tu reposes ton esprit.

Kenji acquiesça d’un regard et se releva pour partir prés du feu de camp. L’expérience qu’il venait de vivre avait été dès plus intense. Une bonne nuit de sommeil n’était pas de refus après cette journée d’entrainement riche en connaissance nouvelle.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Ven 10 Avr - 1:16

La fatigue s’empara rapidement de lui et il passa une longue nuit prés du feu. Alors qu’il somnolait encore, les paupières mi-close il voyait Shiba, toujours souriant, vaillant pour lui durant l’obscurité. C’était quelqu’un de bien, une personne sur qui Takeshi pouvait compter à tout moment et qui était prêt à donner sa vie pour le clan mais surtout pour le patriarche. Un dévouement rare chez les ninjas mais qui faisait figure de pâle routine chez les Uchiha.

Kenji s’aperçut qu’il n’avait jamais vraiment parlé avec Shiba, que la plus part du temps il le voyait en coup de vent. Mais depuis la veille il vit qu’il faisait erreur en essayant d’être lointain avec ce personnage si fraternel. Sous certain très il rappelait Shiori, attentif, joyeux, attentionné. Mais il possédait la hargne et la fierté du clan. On pouvait lire cela à travers certaines phrases bien placées ou tout simplement à travers son regard.

La nuit passa sans encombre, Kenji s’éveilla dans les lueurs du soleil matinal avec une toute nouvelle motivation. Même si son entrainement ne demandait pas de bouger, il était déterminé à progresser rapidement et avait hâte de savoir ce que lui réservait Shiba.

La rosée du matin avait légèrement mouillée ses vêtements et en se redressant il sentit dans l’air, l’odeur d’un feu acre éteint. Le juunin était déjà debout et faisait quelques étirements. Le genin imita son supérieur sans trop savoir pourquoi. Le regard malin, Shiba se retourna vers Kenji voyant que ce dernier était debout.

[Shiba] – Tu as passé une bonne nuit ?

[Kenji] – Ca peut aller.

[Shiba] – Alors ne perdons pas une minute de cette magnifique journée !

Ils se levèrent tous les deux assez rapidement. Alors que Kenji retournait sur sa motte de terre il vit que Shiba ne le suivait pas. Il l’interrogea d’un regard.

[Shiba] – Je ne peux plus rien pour toi. Tu dois trouver la réponse seul Kenji.

Kenji souleva alors une de ses mèches de cheveux qui lui couvrait le front et s’assit en tailleur légèrement surélevé par la motte de terre. On aurait pu croire qu’il flottait dans les airs. Il s’étira longuement et l’on pu entendre une paire d’os dans son dos craquer. Sa tête fit quelques ronds sur elle-même et une fois confortablement installé il ferma les yeux à nouveau pour sombrer dans une nouvelle nuit.

Ses mains se joignirent l’une à l’autre et le silence se fit. Une communion avec la nature devait s’établir, mais surtout une harmonie au plus profond de son être devait être trouvée. Il se devait de réussir. Il chercherait jusqu’à l’épuisement mais il trouverait son point d’équilibre et deviendrait fort.

*Cette fois-ci je ne me perdrais pas !*

C’était parti. Son esprit s’éleva et repartit à l’intérieur de son corps à la recherche de son point de contrôle. Doucement mais toujours attentif il passa par le cœur, les poumons et même les intestins. Ne sachant trop quoi chercher il revint vers le cœur.

Il revit encore et toujours ses trois affinités personnelle se battre pour avoir une plus grande place dans son cœur, mais rien n’y faisait, le Katon dominait les autres. Seul le Doton réussissait à peine à créer un semblant de résistance mais tout était vint. Le Raiton était seul, perdu dans une infime partie de son être.

*Non ! Non ! Je me perds !*

Il secoua ce qui lui servait de tête et son regard se posa sur des terminaisons nerveuses. Si petite, si fragile, elles permettaient aux muscles de fonctionner. Si un esprit de renégat l’avait envahit il aurait pu les détruire dans la paume de sa main. Mais il se serait suicidé lui-même. Etrange fin pour un Uchiha…

*Où vas-tu Kenji !*

Il continua à arpenter son corps ainsi durant une longue avant que le déclic se fasse en lui. Il se posta au dessus de son cerveau. Masse informe, gélatineuse ne demandant qu’à être explosée. Les terminaisons nerveuses arrivaient ici, formant un schéma compliqué de câblage. Tel un réseau électrique qui permettait au corps de Kenji de bouger.

* ! *

Ses yeux s’ouvrirent d’un coup, avec rapidité il sauta sur place et bomba le torse. Il avait comprit. Il courra à grand enjambé vers Shiba qui attendait patiemment sur la plage. Sa chevelure d’or brillait sous un soleil de feu.

La matinée était bien plus avancée que ce que Kenji avait pensé. Il s’arrêta devant le juunin et dit d’une voix qui ne cachait en rien toute sa fierté.

[Kenji] – j’ai réussis ! J’ai compris !

[Shiba] – Bien. Assis-toi et expliques moi.

Kenji s’exécuta et attendu quelques secondes pour retrouver son souffle. Dans la folie du moment il en avait oublié une certaine fatigue d’avoir vogué en son être intérieur durant des heures.

[Kenji] – Notre corps, fonctionne grâce à nos muscles qui sont relié entre eux par nos terminaisons nerveuses et dirigé par notre cerveau. Notre âme est notre cœur, elle nous permet de vivre et penser. Il diffuse notre vie à travers nos veines et artères. Et pour finir le Chakra… Le Chakra se déplace dans notre corps par les méridiens, il nous permet de réaliser nos techniques et s’utilise en le malaxant. Tout un réseau se créer en nous, artères, veines, nerfs, méridiens, tous s’entrelacent pour ne former qu’un. La balance corporelle, spirituelle et vivifiante.

Shiba observa son élève avec un sourire dans le coin du visage. Il l’écoutait parler avec enthousiasme et ressentait de plus en plus de fierté de l’entrainer. Quelle joie de voir un élève s’épanouir en obtenant une nouvelle technique. Et c’était la première fois qu’il voyait Kenji sourire autant et si libérait. Comme s’il avait un effet salvateur sur le jeune garçon. Il lui apprenait la patience et le respect du corps par rapport à l’esprit. Tout était parfait, une symbiose réciproque qui permettait de pousser les exercices au paroxysme de leur efficacité.

[Shiba] – Tu as parfaitement comprit le principe du Taijuukei, l’art de la balance intérieure. Maintenant que tu arrives à bien différencier les différentes sources d’énergie, tu vas pouvoir mieux maîtriser ton Chakra.

Il se releva et aida Kenji à faire de même.

[Shiba] – Midi approche, nous allons manger un peu. La prochaine technique que je vais t’apprendre nécessite la mise en pratique du Taijuukei. On verra ainsi si ta maîtrise et parfaite.

[Kenji] – Qu’allons nous vois maintenant ?

[Shiba] - Chakra no Shuchu. Tu vas apprendre à négliger les autres flux pour te concentrer sur ton propre Chakra. Voilà pourquoi la balance interne t’était nécessaire.

[Kenji] – Tout est bon alors.

Ils partirent tout deux en direction du feu éteint et s’assirent tranquillement pour prendre un petit repas avant de continuer un entrainement qui se trouvait être de plus en plus passionnant. Même si la fatigue commençait à tirer les muscles de Kenji il faisait preuve d’abnégation de lui tant par curiosité que par volonté. Il voulait à tout prix apprendre un maximum de technique et Shiba ne serait pas toujours libre.

Ses enseignements étaient précieux et le jeune garçon le savait. Il savourait chaque instant passé dans la forêt avec la Juunin priant pour qu’il ne s’arrête jamais. Progresser, devenir fort, ne jamais tomber et toujours avancer.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Dim 12 Avr - 0:30

Après un bref repas qui fut raccourcit par la grande excitation qui terrassait le ventre du Genin. Il ne mangea presque rien, trop illuminé par tout ce qui se passait autour de lui. Apprendre, encore et toujours, c’était la source d’une jouissance extrême. Il ne pensait qu’à cela et ne voulait pas prendre du temps pour des tâches qu’il pensait corvée. Pourtant, se nourrir était l’un des principaux facteurs pour un bon entrainement. Son corps avait besoin de reprendre des forces et son esprit devait se trouver dans un corps en bonne santé pour pouvoir continuer à garder une certaine lucidité. Shiba le força donc à manger avant de reprendre l’entrainement.

[Shiba] – Ce n’est pas en faisant l’impasse sur les repas que tu deviendras plus fort.

[Kenji] – Je sais, je sais… Mais…

[Shiba] – Je comprends, on va continuer. Suis-moi.

Ainsi après un frugal repas, ils partirent en direction de la lisière bordant ce petit coin de paradis. Les troncs étaient assez espacés mais gagnaient en densité un peu plus loin. Mais cela n’intéressaient pas les deux protagonistes. Ils se postèrent devant un arbre des plus banals qui n’aurait jamais attiré l’œil d’un ninja. Perdu au milieu de ses semblables il ne possédait pas une once d’originalité et était voué à mourir dans cet inconnu si navrant. Il était aspiré par la masse difforme de la routine et ne penchait en rien à devenir quelque chose d’autre.

Shiba se retourna vers son élève et stoppa leur avancée à quelques pieds de ce gardien de la forêt. Il avait un regard sérieux et plus soucieux que jusqu’à présent. Comme si tout ce qu’ils avaient accomplit avant n’avait été que futilité et facilité. Il souleva une mèche de sa chevelure blonde et prit la parole d’un ton qui montrait l’importance de l’étape à venir dans l’enseignement du jeune garçon.

[Shiba] – Avant de commencer je vais t’expliquer les fondements du Chakra no Shuchu…

Kenji hocha la tête en signe de compréhension. Il avait comprit que le moment était important et qu’il fallait qu’il soit à l’écoute de la moindre remarque, le moindre petit mot lui permettant d’accélérer son entrainement et de passer à l’étape suivante.

[Shiba] – Tu dois maintenant être capable de concentrer ton chakra dans certaines zones de ton corps, surtout grâce au jutsu de balance interne. Cela va te permettre d’augmenter ta force physique ou encore tes temps de réaction.

[Kenji] – Mais le Sharingan améliore déjà mes temps de réaction…

[Shiba] – Je sais, je sais. Mais tu n’es pas un professionnel en taijutsu, certes tu exerces régulièrement ton corps mais tu ne toucheras jamais un spécialiste en corps à corps. Il faut aussi penser à autre chose que le ninjutsu. Une sorte de porte de sortie.

[Kenji] – Je comprends.

[Shiba] – En concentrant ton chakra dans ton poing par exemple, ta force en sera décuplée et tu auras plus de chance de « faire mal ». Puis en sommes tu as besoin de cette technique pour apprendre la prochaine que je compte t’enseigner.

Kenji opina d’un geste de la tête.

[Kenji] – Comment procéder ?

Shiba sourit à Kenji, il était content que le jeune garçon est comprit la porté de son nouveau jutsu. Il avait eu des craintes concernant l’intérêt de cette technique sachant que le clan possédait déjà les pupilles rouges. Mais Kenji avait bien cerné la porté de ces quelques jours dans la forêt avec Shiba et ne le contrarié en rien.

[Shiba] – Bien. Tu vas utiliser la technique du Taijuukei et te concentrer uniquement sur ton Chakra. Une fois ton point d’équilibre interne trouvé, tu fais en sorte d’orienter le tout sur ton poing droit par exemple. Oui… Oui. On va commencer par ça. Tu essaye de mettre un maximum de Chakra dans ton poing droit et regarde l’effet.

Sans une once de concentration avec un petit air de facilité Shiba plia le bras derrière ses hanches, tout en détendant droit devant lui son bras gauche. Il inspira profondément et expira violement en relâchant son poing droit. Sa main vint percuter le tronc avec force et conviction, il y eu tout d’abord un petit tremblement, puis une fissure. Et dans un craquement de plus en plus profond et intense l’arbre se déchira en deux. Aussi banal qu’il était par le passé il avait eu une mort dès plus inhabituelle.

Kenji, qui était entrain de se stabiliser sur ses jambes une fois la secousse terminée, se passa une main dans les cheveux tout en regardant d’un air étonné son sensei. Shiba revint vers lui le pas conquérant. Il lui souriait encore et prit la parole d’un ton enjoué.

[Shiba] – Ne crois pas que tu vas réussir un tel exploit dès le début. Mais avec l’âge tu parviendras à parfaire la technique. A toi de jouer.

[Kenji] – Pas de problème !

Kenji inspira un grand coup et se positionna face à l’arbre. Il ferma les yeux et laissa la douce agonie de l’esprit flottant le prendre. Son souffle devint lent et plus concentré. Son corps mollissait mais pas assez pour tomber. Il n’était plus là psychiquement, mais physiquement.

Cette fois-ci il ne perdit pas de temps à flotter où l’envie-lui donné d’aller. Il aira directement jusqu’à sa colonne vertébrale où le réseau de nerf, artère, veine et méridien se rejoignait. La couleur bleu du Chakra voguait à travers celle du rouge du sang et du blanc des nerfs. Arrivé à cet endroit Kenji ne savait plus quoi faire. Il observait les choses ainsi, ne sachant s’il devait bouger, penser, lacérer ces longs tubes ronds.

*Je ne peux pas les couper sinon je risque de me tuer…*

Il effleura du bout des doigts les fils de couleurs et ressentit une étrange décharge d’énergie. Il s’était vidé et requinqué en même temps. On lui avait ôté sa vie pour la lui redonner dans un même laps de seconde. Quelque peu étourdit il n’osait plus retenter cette étrange expérience.

Puis courageusement, il tandis la main avec conviction et resserra son étreinte sur un ensemble de méridien. Une décharge de flux d’énergie envahie tout son être. Il cru en vomir tellement le choque fut brutal. L’afflux de Chakra le ramena à la réalité et le força à ouvrir les yeux.

Il observa Shiba d’un regard flou. Ce dernier avait aussi une expression étrange sur le visage.
Puis dans un éclair de folie il plia son coude droit et déchargea toute l’énergie qu’il avait en lui contre le tronc. Son poing allait heurter la surface marron de l’arbre quand un cri perçant lui défonça les tympans.

[Shiba] – Bakuyatachi !

L’arbre explosa sur place et Kenji fut projeter avec force cinq mètres en arrière. Sa tête percuta le sol mais il ne ressentit rien de spécial. Il se releva en remettant ses cheveux en place et en regardant bizarrement Shiba qui semblait un peu vexé. Ses traits étaient tirés et il approchait à grand pas. D’une main un peu tendu il aida Kenji à se releva et prit une voix alarmante.

[Shiba] – Je t’ais dis de concentrer ton Chakra dans ton poing droit ! Pas dans tout ton corps ! Si je n’étais pas intervenu tu te serais brisé la main contre le tronc !

[Kenji] -

[Shiba] – Bon recommence.

Kenji et Shiba repartirent devant un autre arbre. Les bras croisés le Juunin s’accouda sur un autre conifère et regarda fixement son élève.

[Shiba] – Réussis.

Kenji hocha la tête et referma les yeux. Durant sa méditation mentale il comprit l’erreur qu’il avait commise. La colonne vertebrale était le centre de commandement du corps en entier. En pressant un méridien sur cette partie il exercé un effet de balance sur tout le corps en même temps.

Il ne fit pas la même erreur deux fois. Il se dirigea directement vers son poigné droit. L’espace était beaucoup plus restreint. Un battement régulier se faisait entendre. Les artères et veines étaient très étroites, comme les autres tuyaux, et la pression se faisait plus forte. En cet endroit il avait envie d’exploser, ou plutôt d’imploser, comme si l’esprit n’était pas à sa place et qu’il devait changer.

Il chercha durant quelques minutes l’endroit où il pourrait attraper le plus de méridien. Il avisa le début de la main et attrapa énergiquement la poignée. Cette fois-ci le choque fut moins fort, moins prenant. Kenji canalisait son énergie dans sa seule main droite et non plus dans tout son corps. Il du alors repartir du lui-même dans le monde physique pour ressortir de sa méditation.

Ses pupilles s’ouvrirent à la lumière du jour où le soleil inondait la petite aire d’entrainement. Shiba non loin était un peu tendu mais afficha un sourire crispé pour réconforter Kenji. Ce dernier inspira profondément et dans un cri démoniaque déversa son membre plein de puissance contre l’arbre. Son poing s’entoura durant quelques secondes d’un halo bleuté qui disparu au contact avec le bois.

Enfin, le tronc craquela, des feuilles tombèrent et quelques branches suivirent le mouvement. L’Uchiha avait enfoncé son poing de trois centimètres dans l’arbre. Il le retira doucement et l’observa. Aucune trace de sang ou d’écorchure, il était « normal ». Le Chakra en plus de lui donner une force plus conséquente assurait une certaine protection pour attaquer sereinement.

Shiba s’approcha lentement du jeune garçon et lui prit son poigné pour l’observer de lui-même. Il se détendit d’un seul tenant et relâcha le membre de Kenji.

[Shiba] – Tu as réussis. Je suis fier de toi, vraiment. Tu avance à une allure folle, chaque jour de plus que nous restons dans la forêt me prouve et m’explique pourquoi Takeshi dis de toi que tu seras le plus fier représentant des Uchiha.

Kenji bomba le torse et eu un petit sourire ironique.

[Kenji] – Évidement.

[Shiba] – Il commence à se faire tard, tu vas te reposer une petite heure et tu recommenceras une dernière fois. Après nous passerons à l’une des étapes les plus importantes de notre entrainement.

Ils partirent tous les deux en direction du feu de camps encore éteint. Le sol sous leur derrière était dur et sec mais c’était ça le confort d’une séance d’exercice intensif. Le soleil de Konoha leur brouillait quelque peu la vue mais ils s’y habituaient très vite en tant qu’habitant du pays du feu. L’étang, sans une ride, ressemblait à un miroir magique qui ne demandait qu’à révéler ses secrets. Une sorte de supplice, un désir de s’approcher en connaissant toute les causes d’un danger certain.

Kenji prit alors la parole. Son ton était las, on pouvait ressentir la fatigue à travers chaque mot mais il faisait tout pour la cacher. Il voulait vraiment continuer à être source de fierté, pour Shiba et pour le clan.

[Kenji] – Le toucher explosif de tout à l’heure était impressionnant.

Shiba eu un regard amusé.

[Shiba] – Si tu avais tapé l’arbre ton poigné se serait cassé et nous aurions eu un retard monstrueux dans ton enseignement. Sur le coup cela m’a paru une bonne idée mais dans le feu de l’action je n’ais pas jaugé ma force.

[Kenji] – Quand je suis tombé sur le sol… Je n’ais pas sentit de douleur.

[Shiba] – C’est tout à fait normal, tu avais concentré ton Chakra sur chaque partie de corps. Cela a élevé une sorte de bouclier. Heureusement car tu es très mal retombé.

[Kenji] – C’est aussi grâce à ça que mon poing ne garde aucune séquelle de sa rencontre avec l’arbre...

Shiba s’allongea tranquillement sur le sol tout en disant.

[Shiba] – Exactement petit génie.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Lun 13 Avr - 1:11

Tard durant la soirée Kenji réussît cette fois-ci à donner un impressionnant coup de pied dans l’arbre qui avait auparavant subit l’assaut de ses poings. L’attaque fût telle que l’arbre se brisa en deux. La protection bleue de Chakra avait cette fois-ci recouvert tout son tibia. Sans peur, sans crainte, il avait défoncé toute la membrane marron protégeant elle-même le tronc. Puis dans un instant de folie ou de simple envie de tout donner il décida de prolonger son coup pour connaître ses limites. Ainsi il vît qu’en faisant preuve d’une abnégation sans faille il pouvait franchir des frontières encore inconnue de l’homme. Mais il n’en ressortit pas indemne, un bel hématome recouvrait son tibia.

Shiba disait que cela venait du fait qu’il n’avait soit pas assez concentré de Chakra dans sa jambe, soit qu’il avait voulu aller encore plus loin que ce que son physique le lui permettait. La seconde pensée semblait être la plus juste, mais le jeune garçon la cachait à Shiba par gêne.

La nuit passa, un peu fraîche mais très reposante. Le ciel obscur permettait de se ressourcer tout en se délestant du poids d’une journée fatigante mentalement. La lune voguait à travers les astres durant de longues heures sans faiblir, voyageant d’étoile en étoile pour leur permettre de scintiller encore plus. Lumière éternelle de la nuit, telle la flamme de la destinée faisant rayonner les visages les plus mornes. Les minutes, les heures passaient doucement, revigorante…

Le soleil pointait le bout de son nez. La nuit laissait place au jour, tandis que la lune passait les clefs de son territoire au nouveau chef de la journée. Shiba réveilla Kenji en douceur. Ce dernier sentit l‘odeur enivrante du feu de la veille. Il ouvrit les paupières lentement et laissa les rayons de soleil le réveiller. Après tout un rituel matinal et quelques étirements ils mangèrent sans faim, impatient plus que jamais de continuer l’entrainement.

Ils partirent alors tous les deux en directions de leur lieu d’entrainement habituel. Les deux petites mottes de terre les attendaient patiemment. Kenji prit position et inspira profondément, prêt à une nouvelle journée d’exercice. Il vit encore une fois que Shiba ne prenait pas position à ses côtés. Le jeune garçon allait encore une fois devoir travailler seul, trouver seul les solutions à ses problèmes et dépasser ses limites seul. Tout cela devenait lassant même si l’objectif final était attirant, il en était que plus difficile. Kenji déglutit une dernière phrase.

[Kenji] – Tu ne peux toujours pas m’aider, c’est ça ?

[Shiba] – Si si ! Mais il faut que je reste debout. Tu vas comprendre.

Kenji acquiesça d’un signe de tête. Toutes ses craintes étaient infondées, Shiba ne le laisserait pas tomber c’était un Uchiha lui aussi. L’honneur, et l’honneur du sang plus que tout lui tenait à cœur. Sachant l’avenir qui était réservé au genin il devait prendre son entrainement au sérieux.

[Shiba] – Bien, hier nous avons vu le Chakra no Shuchu. Maintenant tu es capable de concentrer ton Chakra dans une partie de ton corps pour lui donner de nouvelle propriété encore plus importante. L’étape suivant est dans la lignée de celle-ci, nous allons voir la Kyuu no Roken.

[Kenji] – La sphère de détection…

[Shiba] – Exactement. Cette fois-ci le principe sera différent tu vas devoir concentrer ton Chakra dans chacune des parties de ton corps.

[Kenji] – Comme lors de mon premier essai pour la concentration de Chakra ?

Shiba prit le temps de la réflexion. Il souleva une mèche de sa chevelure d’or et se rapprocha de Kenji. Le junnin avait comprit que son étudiant maîtriserait rapidement cette technique. Il en avait vu les prémices alors qu’il ne lui avait rien dit.

[Shiba] – Oui mais cela ne sera que la première étape. Comme son nom l’indique cette technique insiste pour que le shinobi crée un véritable dôme de Chakra. Tu pourras ainsi sentir chaque intrusion à l’intérieur de ce dernier.

[Kenji] – Un dôme de sécurité ?

[Shiba] – Oui, et ainsi tu pourras paraît les attaques avec un temps d’avance. Bon commençons. Tout d’abord concentre du Chakra dans toutes les parties de ton corps.

Kenji inspira un grand coup et ferma les yeux. Son esprit maintenant affuté rejoignit comme par habitude son lui intérieur. Il maîtrisa à la perfection son Chakra et tous ses tenant et aboutissant. Il sut dès le début qu’il devait se diriger vers sa colonne vertébrale, le lieu même où il avait hier sentit une décharge de Chakra brute dans tous ses membres.

Ils étaient là, tous ces petits tuyau si pression à un ninja, à un humain. Il commença à ressentir cette petite montée d’adrénaline car il savait ce qui allait se passer et était tout exciter. Tant de puissance, de force en soi redonnait une envie de vivre énorme. Vouloir tout donner jusqu’à la dernière goutte de son être.

Une question fleureta dans son esprit. Que se passerait-il le jour où il serrerait ses nerfs ou ses artères ? La mort ? Une renaissance ? Un petit sourire envieux et noir se dessina sur son visage. Il ne manquerait pas de poser la question à Shiba dès son retour.

Mais pour le moment l’heure était à l’exercice. Il pressa avec force un ensemble de méridien et sentit au plus profond de lui une monté d’énergie époustouflante. Elle le força à reprendre ses esprit qu’il l’ait souhaité ou non. Il était toujours assit en tailleur face à Shiba. Une petite aura bleuté l’entourait, il dégageait du Chakra à l’état pur sans avoir était mélangé avant d’être utilisé. C’étais impressionnant et déroutant à la fois.

Shiba était devant Kenji, le regard sérieux et les bras croisés. Il prit un ton qui était sans équivoque et ne permettait aucune erreur. Il savait le moment décisif, car son élève avait franchit la première étape et il ne devait pas se déconcentrer pour réussir la seconde étape et ainsi la technique.

[Shiba] – Maintenant restes concentré. Il faut que tu expulses se surplus de Chakra mais en gardant le contrôle du flux. Comme quand tu as appris à marcher sur l’eau. Vas-y !

[Kenji] – Bien Shiba-sensei.

Kenji repartit dans un regard vide et sans point d’attache. Toute la concentration d’un exercice dès plus difficile se lisait sur son visage. Il peinait à essuyer les gouttes de sueurs qui commençaient à perler sur son front. Il sentait affluer le Chakra dans tout son corps, puis dans un cri rauque il relâcha le tout. L’aura bleu autour de lui s’agrandit comme une rafale et explosa sur une dizaine de mètre, projetant Shiba dans les airs.

Le juunin retomba avec souplesse sur ses jambes et revnt vers son élève. Son visage était un peu tendu.

[Shiba] – Fais attention Kenji. Je te demande de contrôler la source d’énergie, non pas de la relâcher brutalement. Recommence.

Kenji hocha la tête.

Il reprit l’exercice encore deux fois avant d’arriver au même résultat. Mais une certaine différence se faisait sentir tout de même, surtout sur le dernier essai. L’aura bleu avait grandit de quelques pieds et c’était stabilisé durant deux longues secondes avec que Kenji relâche son emprise.

Shiba avait l’air de plus en plus impatient, il était déçu des résultats et en voulait plus, plus vite. Il ne perdait pas ses nerfs, mais la limite de la rupture était proche. Il se reprochait se défaut mais le sang des Uchiha coulait en lui et le fait de vouloir être le meilleur assez rapidement était plus qu’une habitude.

[Shiba] – Kenji appliques toi !

Le jeune Uchiha se massa les tempes et reprit son entrainement. Assis depuis de longues heures maintenant, il avait du mal à créer le dôme en lui-même. Projeter son énergie était simple mais la contenir à une certaine distance devenait bien plus dur que ce qu’il avait tout d’abord pensé.

Il repartit, mais cette fois-ci tout serait différent, il se le promit. Le Chakra se répartit alors dans tout son corps, il l’expulsa et se redressa sur lui-même en même temps. Cette fois-ci, il expulsa le Chakra en continue, les bras tendu il essayait par tous les moyens de contenir le flux. Il transpirait à grosse goutte et commençait à fatiguer sévèrement.

Soudainement, il sentit un corps étranger traverser la petite barrière bleu qu’il avait mise en place. Il le voyait se mouvoir sans pour autant le regarder. Il s’approchait doucement avant de s’arrêter à une distance assez importante. Le corps étranger se divisa en trois, la plus grosse forme resta inerte sans bouger tandis que deux autres s’avançaient vers lui à une vitesse folle, perçant ses barrières énergétiques les unes après les autres.
Kenji ouvrit les yeux et baissa la tête pour esquiver au dernier moment ces étranges objets. Son regard se posa alors sur Shiba qui tenait encore dans sa main droite un petit Shuriken de métal. Un éclair de soleil le fit scintiller avant qu’il ne le range dans sa sacoche de ninja.

[Kenji] – T’es fou ?!

[Shiba] – J’ai accéléré ton entrainement sinon on y serait encore.

[Kenji] –

[Shiba] – On fera une dernière séance cet après-midi, maintenant reposes toi je veux que tu réussisses du premier coup la prochaine fois.

Kenji repartit en direction de leur campement la tête basse. Il avait du décevoir Shiba de ne pas réussir à maîtriser ce jutsu du premier coup. Le premier revers d’une longue carrière de Shinobi. La défaite était toujours difficile à supporter. Ici, elle était encore plus forte du fait que cela c’était produit devant un membre du clan. Durant l’après-midi, Shiba allait être encore plus dure avec ses entrainements surement. Kenji s’en voulait et ferait tout pour y remédier au plus vite.

Il se passa une main dans les cheveux et soupira tout en s’allongeant dans l’herbe sèche.

*Kenji…*

MessageSujet: Re: L'étang caché   Lun 13 Avr - 23:57

Kenji encore fatigué par ces entrainements incessants se redressa avec difficulté sur ses jambes pour se diriger vers Shiba qui l’attendait devant les fameuses mottes de terre. Le Juunin espérait beaucoup de cet après-midi, il voulait que Kenji réussisse et qu’ils finissent leur entrainement en beauté. Mais le destin en avait décidé autrement. Plantant son épée dans la volonté du jeune garçon elle l’épuisait peu à peu. Utiliser durant tant de temps son Chakra, l’expulser, puis le concentrer, le concentrer puis l’expulser… Un travail incessant et exténuant qui le vidait de son énergie chaque fois un peu plus.

Ses jambes se mirent à trembler alors qu’il n’avait fait que quelques pas. Le tremblement s’intensifia et fit glisser le genin sur le sol. Shiba accouru vers lui et l’aida à se tenir debout. Le visage un peu alarmé et soucieux il ramena Kenji prés de leur campement.

[Shiba] – Je crois que je t’en ais demandé trop en peu de temps…

[Kenji] – Laisse-moi juste deux minutes le temps que je retrouve un peu de force et on continuera…

[Shiba] – Non.

Kenji le regarda, presque implorant et gêné d’être à la charge de son maître. Il se laissa tomber sur le sol et ferma son visage à toute expression. Il était nerveux et triste à la fois. Son âme se déchirait avec la raison dans une lutte éternelle qu’il croyait insurmontable.

[Shiba] – Tu vas te reposer cet après-midi et toute la matinée de demain. Nous continuerons seulement demain après manger.

[Kenji] – Mais pourquoi ?

[Shiba] – Car non seulement tu es trop fatigué pour tenir sur tes jambes mais qui plus est tu arriveras mieux à assimiler ce nouveau jutsu en étant complètement apte à t’entrainer.

[Kenji] – Je te déçois ?

[Shiba] – Non loin de là, bien au contraire, tu es allé très vite dans ton enseignement. Il faut juste faire un « entracte ».

Kenji s’allongea alors tranquillement dans l’herbe et laissa la douceur de l’après-midi l’emporter. Son esprit s’échappa de son corps pour voguait dans des rêves emplit de repos et de bien-être. Il se posa étrangement dans le jardin secret que Taka lui avait montré il y a peu. Les fleures se pavanait sous un soleil de feu qui ne faisait pourtant pas de mal à la peau douce du shinobi. Les écureuils volaient d’arbre en arbre à la recherche de nourriture. Tout était bien.

Shiba le réveilla durant la soirée, alors que la lune prenait son tour de garde, pour manger un peu avant de retomber dans un profond sommeil. L’obscurité devint de plus en plus claire, chaque étoile disparaissaient peu à peu dans l’immense nappe noire de la nuit. Les couvert serviteur de cette table de la destiné se retiraient pour laisser place à un nouvel ordre.

Kenji se réveilla dans la matinée, le corps engourdit par toutes ces longues heures de sommeil où il avait réussit à refaire toutes ses dépenses en énergie. L’aube du cinquième jour se levait sur les deux shinobi. Cette journée serait mémorable et permettrait l’avènement d’un tout nouveau ninja pour le clan. L’arme, le Kenji se construisait peu à peu, modelé suivant le modèle diffusé par Takeshi.

Une main flotta sur sa chevelure sombre. Il se redressa et fit quelques étirements pour se réchauffer le corps. Puis s’approchant d’un pas souple vers Shiba, il s’aperçut que ce dernier était pensif. Assit devant le l’étang il semblait le regarder d’un air songeur.

[Kenji] – Shiba.

Ce dernier se retourna d’un geste vif vers son élève la mine joyeuse.

[Shiba] – Tu as bien récupéré ?

[Kenji] – Je crois que oui.

[Shiba] – Je dois m’excuser… J’y ai bien réfléchis, je suis allé trop vite. J’avais tant d’idée en tête et de projet pour toi que je ne voyais pas que le temps nous manquerait.

[Kenji] – Ce n’est pas grave.

[Shiba] – Mais tu as eu un courage extraordinaire et tu as aussi démontré de belle ressource d’énergie. Nous allons clore cette technique dans la journée et ce soir nous rentrerons dans le Domaine.

[Kenji] – Je vais bien, pourquoi ne pas continuer ?

[Shiba] – A partir d’un moment tu ne seras plus à cent pour cent de tes capacités et l’entrainement sera vain. Puis Shiori va s’inquiéter à force.

Il fit un regard taquin à Kenji.

[Kenji] – Oui c’est ça… Shiori va s’inquiéter…

Ils passèrent la matinée à parler de chose qui devenait de plus en plus futile. Rien ne les retenait ici mise à part le dernier jutsu que Kenji devait maîtriser. La sphère de détection… Où l’art de créer un dôme de protection, un périmètre de sécurité qui alerterait le shinobi d’une quelconque intrusion en quelques secondes.

L’après-midi commença avec lui arrivait l’heure fatidique où Kenji allait montrer tout son génie à Shiba. Le talent des Uchiha découlait aussi d’un savoir faire générationnelle qu’il devait faire perdurer.

Bien installé, Kenji tendit ses bras les paumes ouvertes. Shiba lui prodiguât de dernier conseil.

[Shiba] – Ce n’est pas la quantité de Chakra qui compte, mais le contrôle que tu auras dessus. Concentres toi et ressens l’harmonie des forces.

Kenji commença alors à répartir du Chakra dans chaque partie de son corps. Les méridiens grossirent à vue d’œil tandis que son visage se crispait pour tenter de contrôler le flux de cette énergie dans son corps. Une petite aura bleue lui recouvrit les membres comme une fine membrane de protection.

[Shiba] – Bien Kenji, maintenant doucement accélères le flux.

Kenji sentit son cœur battre à tout rompre mais prit part au conseil de Shiba. Demandant sans cesse plus d’énergie à son corps il dégageait peu à peu de plus en plus de Chakra. L’aura bleue grandit pour former une petite bulle autour du jeune garçon. Il sentait le déferlement de Chakra traverser sa peau pour aller se perdre dans la nature. Avec la seule force de ses doigts et une aspiration continue il maintenait la technique en place et permettait au dôme de garder une forme dès plus convenable.

[Shiba] – Encore un petit effort.

Avec un léger cri rauque Kenji écarta avec splendeur ses doigts et se leva. Il sentit le champ de force s’agrandir tout autour de lui. Ses forces le quittait mais il n’en avait que faire, il était tout simplement heureux de maîtriser ce nouveau jutsu. La transpiration commençait à lui brouiller la vue.

Ne pouvant plus maintenir la sphère en place il la fit éclater d’une volée et se laissa choir sur le sol dur de la petite aire d’entrainement. Shiba s’avança doucement vers lui un sourire au lèvre.

[Kenji] – J’ai… J’ai réussis…

[Shiba] – Je suis fier de toi Kenji-kun !

Le juunin prit son élève sur ses épaules le voyant au bord du gouffre tellement la fatigue le tenait de toute part. Il attrapa avec une autre main leur différent sac et prit la direction qui les faisait sortir de cet enfer qu’avait été l’entrainement intensif de Shiba Uchiha.

[Shiba] – Reposes-toi petit enfant prodige…

Volant à travers les feuilles ils sortirent de la forêt interne de Konoha alors que le soleil commençait à se coucher à l’horizon. Shiba venait de faire de Kenji un garçon plus fort non pas par des techniques surpuissante, mais par une maîtrise du Chakra à part entière. Il lui offrait le savoir, la connaissance de soi et surtout la connaissance de ses limites. Le corps ne battra jamais l’esprit.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'étang caché   Ven 17 Avr - 12:37

Kenji : +82 XP - Technique validées

Petit génie... ce qu'il faut pas entendre =P

MessageSujet: Re: L'étang caché   Mer 12 Aoû - 15:35

Cela faisait deux heures que Kenji était sortit de la bibliothèque, lieu où de biens étranges actions c'étaient produites. Il ne savait pas vraiment ce qu'il lui prenait, il avait la mauvaise impression de n'être que le spectateur de son corps. Il intervenait durant de bref instant mais tout était dicté par autre chose. Un organe qui gérait tous ses sentiments sans la moindre hésitation et qui semblait bien mieux le comprendre que lui-même. Son cœur se battait à chaque instant contre son esprit. Une rage infernal sans but et sans destin car elle était vouée à un échec. Tout du moins c'était ce qu'il pensait.

Son comportement avait changé depuis ces dernières années. Sans le vouloir il avait grandit et pas seulement physiquement... Son esprit assagit était plus serein mais aussi plus sévère. Tout était noir ou blanc autour de lui, il n'acceptait pas le gris et ses désirs incertains. Et pourtant, pourtant... Il venait de trahir tout son mode de pensée avec Nara.

Son esprit était encore chamboulé par tout ce qu'il venait de vivre, c'était trop confus.

La grisaille semblait persistait sur Konoha. Des nuages sombres se profilaient à l'horizon et quelques gouttes de pluies se risquaient à tomber durant de court instant. On ne reconnaissait plus le village caché de la feuille lorsque le temps n'était plus celui du soleil habituel inondant les rues et le visages de ses habitants.

Ses pas le menèrent sans vraiment le vouloir devant le cimetière de Konoha. Une petite arche grise avait été installée pour pénétrer en ce lieu saint d'un pas solennel. L'atmosphère changeait alors du tout au tout et plus rien ne semblait avoir d'importance si ce n'est ces corps enfouis au plus profond de la terre. Les larmes venaient alors décorer le visage des individus qui y trouvaient étrangement un certain réconfort.

Kenji y pénétra en silence. Sur sa droite une jeune fille, le regard perdu, semblait prier un être qui devait lui être cher. Vêtu de noir, elle portait le deuil d'un mari défait en mission. Le jeune garçon tourna rapidement la tête pour la laisser seul avec elle-même et commençait la plus grande peine d'une veuve...

Il se retrouva rapidement devant la tombe de la seul personne qu'il connaissait dans ce cimetière. Une pierre grise recouverte de quelques feuilles mortes. De l'herbe pas encore assez entretenue à certains endroits et une aura si particulière qui ressortait de cet espace. Kenji posa un genoux à terre et ferma les yeux. Son esprit partit dans des pensées toutes aussi noirs et confuses les unes que les autres. Il ouvrit alors doucement ses pupilles sombres sur la pierre grise et y laissa flirter avec délicatesse une main pourtant d'habitude emplit de confiance.

[Kenji] – Je comprends maintenant... Excuse moi...

Il se redressa avec lenteur et fixa lui aussi durant quelques secondes les environs d'un regard vide. Il rebroussa chemin et partit en direction de la sortie de cimetière. La jeune fille était encore perdue dans ses pensées et ne semblait pas prête à dire adieu à celui qui se trouvait sous terre. Pourtant, il lui faudrait se résoudre à le faire. A moins qu'elle ne fasse une bêtise qui serait alors regrettable pour ses proches. La vie était si facilement reprise qu'il en devenait cornélien de la garder.

Kenji passa l'arche de pierre tout en se passant doucement une main dans les cheveux. Il se haït intérieurement en se rappelant ce qu'il avait vécu en ces lieux avec Riku. Ils s'étaient battu avec une force inconnue, déchainant les foudres des cieux devant un cimetière. Tout cela n'était pas digne de véritables shinobis, se battre devant des ninjas qui souhaitaient un repos emplit de paix. Ils avaient tous les deux eu la réaction d'un enfant ce jour là et plus jamais l'Uchiha ne referait cette erreur.

*C'est un lieu de repos...*

Il partit en direction de la forêt interne du village de Konoha. Lieu de rendez-vous pour la plupart des ninjas souhaitant s'entrainer en toute tranquillité. Personne ne connaissait les airs d'entrainements des autres shinobis et d'ailleurs il n'était jamais venu à l'idée d'un ninja de la rechercher. Le respect de l'autre était très important dans un village uni et soudé. Les seuls rencontres dans la forêt étaient sois organisées, soie involontaires.

Kenji se dirigeait vers un lieu cachait parmi les autres, mis à part que celui-ci lui appartenait. Les arbres de la forêt laissaient place à un grand étendu de terre, une sorte de petite plage avec quelques cailloux. Puis un lac, un petit bac d'eau dans l'empire du feu. Un bras de terre s'y enfonçait de quelques mètres avant de s'évanouir dans les abîmes sans fond.

Il fit quelques pas sur le sol sablonneux avant d'y déposer un sac à dos bien remplit. Il s'assit en tailleur laissant ses pieds se reposer d'une petite marche et son esprit assimiler les lieux. Alors qu'il avait été à la bibliothèque avec Nara, il n'avait pas prit qu'un livre portant sur l'évolution du souffle enflammée. Il souhaitait apprendre ce dernier dans les ruines mais pour cela il fallait sortir du village et donc être accompagné par un Chuunin car il n'était encore qu'un Gennin.

Il inspira profondément laissant, quelques secondes, la déception s'emparer de lui. Il avait alors prit le livre pour le ranger soigneusement espérant s'en servir prochainement. Il lui fallait alors autre chose pour passer son après-midi.

Il ouvrit le sac et y fouilla dedans à la recherche du Graal tant espéré. Quelques vêtements et bento se perdirent sur le sol avant qu'il ne les rangent à nouveau. Il trouva enfin ce qu'il voulait. Un livre avec une couverture d'un bleu azur. A première vue, on n'aurait pu croire que c'était un ouvrage qui portait sur des techniques de type Suiton, un livre de Kiri. Mais c'était une toute autre histoire. Cette couleur était représentative du chakra, l'énergie bleue. Une petite boule d'un bleu un peu plus clair trônait au centre de la couverture, tout autour on pouvait y apercevoir les différents éléments de la vie représentés. Le feu des flammes, la pluie de l'eau, les roches de la terre et une tornade de vent.

Le titre était fait en lettres blanches et apparentes. Il était à la fois annonciateur de ce qu'allait contenir le livre mais aussi de ce qui allait se passer durant cet après-midi Konoharien.

*Toutes les facettes de l'Orbe Tourbillonnante...*

Kenji se passa doucement une main dans les cheveux et leva le regard vers les cieux. Il allait apprendre pour la première fois une technique en autodidacte. C'était un moment particulier, une sorte de rite de passage qui montrait qu'il s'émancipait. Plus besoin d'autrui pour grandir et devenir fort. Il prenait sa revanche futur sur Shiba à qui il devrait demander de l'accompagner pour sortir du village et aller dans les ruines pour améliorer l'Endan.

Il maudissait ce jour prochain mais bénissait cet après-midi.

Doucement alors il reposa son regard sur le livre, il était prêt à se lancer dans le savoir d'un jutsu qui demandait beaucoup de force, de courage et surtout d'abnégation. Il fallait bien plus de qualité mental que de qualité physique, et aujourd'hui peut être que son sharingan lui serait inutile. En l'honneur d'un passé oublié. Il inspira profondément et se jeta à corps perdu dans la lecture de l'ouvrage aux couleurs de la pluie, aux couleurs de l'espoir.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Jeu 13 Aoû - 12:39

Sa main fit un court voyage. Caressant comme un petit animal le dos de l'ouvrage, le jeune garçon espérait beaucoup de cette technique. Pour lui c'était une révolution qui s'ouvrait entre ses mains. Les milles oiseaux et toutes ses déclinaisons, les différents justsu de type feu tout cela avait été créé dans le but de tuer. Brûler un adversaire jusqu'à ce que la peau ne soit plus qu'un vague souvenir, un rêve pour un fou voyant la lumière au bout du tunnel. Transpercer avec le bruit des complaintes les plus profondes derrières soi et ne plus y penser. Un seul combat, dévaster, tuer, éradiquer. On donne tout lors de l'apprentissage contre un arbre ou même un animal sans vraiment se rendre compte de l'ampleur de la technique que l'on assimile. Sans se rendre compte que l'on peut tenir la mort dans le creux d'une main. La vie ne devient alors plus qu'un vague cirque où chaque être devient dangereux de part sa puissance et sa volonté.

Ce n'est pas pour cela que l'on interdit les jutsu, bien au contraire... Plus dévastateur et plus destructeur encore, on cherche une perfection ultime jamais rassasiée. En vouloir toujours plus sans s'apercevoir de ce que l'on créait vraiment. On donne au ninja la possibilité de s'auto-détruire mais le plus important c'est le rayonnement du village dans lequel il vit...

Pour Kenji, l'évolution avec l'orbe tourbillonnante était telle qu'il avait longuement hésité à l'apprendre. En effet, pour lui, c'était l'une des rares techniques qui n'était pas faite pour tuer. Bien sûr qu'on pouvait le faire avec, ôter la vie et une action si facilement réalisable. Mais le rasengan présentait de nombreuses facettes qui lui permettaient d'être une arme à part entière et complètement maîtrisée par son utilisateur. Contrairement au chidori qui était une arme d'assassin l'orbe était celle du justicier.

A cette pensée un petit sourire ironique apparut sur le visage du jeune Uchiha. Un justicier, certaines personnes pensaient pouvoir faire le bien. Mais dans quel but... Ils disent qu'ils ne souhaitent rien en échange, mais la renommée est un bien beau cadeau. Ils sont au final assez proche des criminels. Recherchés car ils ont commis des actes pour leur intérêt mais qui n'étaient pas en règle avec la société. Un justicier ne voit-il pas son intérêt à vouloir reconnaissance et fortune. Les Hommes sont au final si semblable qu'ils s'en perdent dans une originalité pleine de confusion.

Le bien, le mal... Deux notions qu'on demande aux jeunes shinobi de bien distinguer. Mais pour Kenji, elles sont très proches. Si proche qu'il n'y a qu'un pas à faire pour passer de l'une à l'autre. La vengeance en est un pur exemple. Certains diront que c'est un acte magnifique que de souhaiter honorer ses proches dans un acte digne des plus grandes bassesse. Mais pourtant cela reste une vengeance qui contamine le cœur et l'infecte petit à petit pour noircir l'âme dans un corps qui devient tout simplement un jouet. Les gens ne se soucient guère de tout cela, ils ne voient que la surface et cette petit coquille qui fait illusion. Du temps que tout cela ne les touchent pas ils n'en ont que faire.

Au final, Kenji allait juste apprendre une nouvelle technique qui agrandirait un panel déjà bien fournit. Il ne sauvera personne, ne fera pas de mal et ne changera pas le monde sur cette simple action. A la fin de l''entrainement il repartira comme il est venu et il sera toujours le même. Une banal continuité que des individus tentent de briser avec des arguments sans grande valeur.

*...*

Kenji ouvrit le livre dans une conviction particulière. Sur la première page, en gras, le nom de la technique ressortait donnant puissance et confiance au lecteur. Mais pour l'Uchiha ce n'était qu'une suite de lettre annonciatrice d'un contenu déjà comprit. Il se passa doucement une main dans les cheveux et tourna la page pour commencer à lire le prologue.

***


Le Rasengan ou l'Orbe Tourbillonnante est une technique de rang A. L'assimiler ne sera pas facile et vous devrez faire preuve de patience. Une faculté essentielle qui en plus d'être utile pour apprendre cette technique vous permettra d'acquérir la sagesse qu'il vous faudra pour l'utiliser. Car malgré ses aspects simplistes, cette attaque en reste tout de moins redoutable. Forcez-vous à continuer lorsqu'un obstacle se dressera sur votre chemin, ne renoncez jamais sinon refermez ce livre. Il vous faudra faire preuve d'intelligence et de recul sur chaque étape. L'entrainement sera long et laborieux, il vous faudra comprendre les tenants et aboutissant du moindre détail pour pouvoir prétendre à réaliser une véritable Orbe Tourbillonnante.

Mais ce n'est pas tout, dans cette ouvrage vous apprendrez aussi qu'il existe bien des formes à donner à cette boule d'énergie pure. Cela vous sera bénéfique en puissance mais à quel prix. Ne soyez pas présomptueux et respectez vos limites si vous souhaitez vous en sortir sans trop de dommage. Car, je le répète, on peut croire en sa facilité d'exécution mais ne faites pas l'erreur de sous-estimer le Rasengan.


***


L'individu qui avait écrit ce livre voulait vraiment mettre en valeur son jutsu et en faire quelque chose d'exceptionnel. Dans ce prologue, mis à part des avertissements il ne disait rien de bien nouveau qu'un jeune étudiant ne savait déjà. Il faudrait faire comme pour chaque technique, avancer, tout donner et ne pas reculer.

Kenji tourna rapidement le livre pour voir qui en était l'auteur. Il vit en bas à droite sur la quatrième de couverte une petite photographie d'un individu. Il avait l'aspect de ces hommes qui ne sortent que très peu de chez eux et qui passent plus leur temps à observer plus qu'à réellement faire bouger les choses. Il avait du assister à l'entrainement d'un ninja désirant acquérir le rasengan et avait décidé d'en faire un livre pour tout le monde, une intention louable.

L'Uchiha revint au prologue et observa durant quelques secondes l'image d'une orbe parfaite. Cette petite boule bleue semblait pouvoir faire de lourd dégât, sur le moment il resta septique et vu qu'il n'avait que ça sous la main. Il n'avait rien à y perdre et puis d'après la couverture le livre pouvait receler des secret des plus intéressants. Même si on ne juge jamais un livre à sa couverture.

Les premiers rayons de soleil de l'après-midi venaient de faire leur apparition sur le petit étang. Ils ricochaient sans pouvoir le pénétrer, une sorte de barrière invisible et infranchissable. Et pourtant, si le jeune garçon l'avait souhaité, il aurait pu se jeter dedans à corps perdu et finir dans les eaux noirs. La barrière n'aurait alors été qu'un vague souvenir inintéressant et sans valeur.

Mère nature se jouait d'étrange tour.

Kenji vit un petit papillon sortir du bois en face de lui. Ses ailes d'un rose transparent le faisaient planer à travers l'air et le temps comme un petit oiseau. Il surfait sur les vagues d'air et décida de finalement s'arrêter sur l'eau. Il réussit à s'y poser sans briser la barrière et bu quelques gorgées puis repartit le ventre un peu plus lourds.

Il arriva en direction de Kenji et tourna autour de lui. Le jeune garçon vit ce petit corps noir sans réussir en en différencier les parties. Il ne bougea pas et le papillon accepta la décision, il s'en alla à travers les bois pour passer le temps d'une vie éphémère. Il n'allait vivre que trois jours, cela serait court et intense. C'était les principes que devrait appliquer Kenji pour maîtriser l'orbe tourbillonnante, une concentration d'énergie phénoménal dans un petit espace.

Petit et intense.

Sa main traversa ses cheveux d'un geste souple et il décida d'attaquer le premier chapitre de ce livre.

L'entrainement commençait.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Dim 16 Aoû - 13:35

Sa main dansait doucement avec le vieux papier de l'ouvrage. Malgré son aspect qui se voulait moderne, son savoir était ancien et sa composition presque ancestrale. Il fallait y prendre attention et le traitait avec tout le soin qui en convenait. On ne s'amuse pas à déchirer, même par inadvertance, un document d'une telle ampleur. C'est tout le long labeur d'un individu que l'on possède entre nos mains et c'est avec respect qu'il faut l'utiliser. Seul des fous sans préoccupations de ce qui les entourent se permettent de telles impolitesses.

Kenji entama alors le premier chapitre d'une longue lignée. Même s'il ne verrait pas tous les points de ce livre les jours prochains il fallait bien débuter. En général, l'initiation était ennuyeuse et sans grande intérêt. La maîtriser ne demandait que peu de temps et semblait si futile au ninja essayant d'acquérir un pouvoir bien plus grand. Et pourtant... C'était l'une des phases la plus importante car elle posait les bases d'une fondation qui serait bancale si elle n'était pas bien assimilé. Il suffisait alors d'un peu de réflexion pour comprendre que rien n'était vint et que la rigueur lors d'un entrainement est la plus belle capacité que pouvait posséder un shinobi.

Étrangement, le livre n'avait pas été imprimé mais écrit à la main. Une belle calligraphie soigneusement illustrée de quelques images à l'encres. L'intérêt de l'ouvrage pour le jeune Uchiha en était décru car cela insinuait qu'il devait être rare et n'avoir été reproduit que peu de fois. Il sourit à cette idée car pour lui l'orbe restait un jutsu basique.

Il commença alors la lecture des premières lignes avec une certaine appréhension tant à l'intérêt de la technique. Plus une crainte de perdre son temps que de voir réellement une grande faiblesse.

***


Le cours sur le Rasengan se découpe en trois étapes essentielles. Il est impératif que vous les suiviez dans l'ordre indiqué et que vous ne passiez à l'autre qu'une fois la précédente complètement acquise. Tout d'abord la concentration de chakra dans la paume de votre main. Puis, une fois l'énergie bleu au creux de celle-ci il vous faudra lui donner de la puissance, la faire jaillir de toute part. Le final n'est que la combinaison des deux premières étapes où vous devrez concentrer une énergie folle dans un petit espace. N'oubliez pas qu'il ne faut jamais baisser les bras même face à un problème qui semble sans solution.


***


Kenji dégagea un petit air sceptique sur son visage avant de se passer une main dans les cheveux. Tout semblait si théâtral que cela le fit presque sourire. L'auteur était un passionnait et cela se ressentait dans l'écriture de ses textes. Il vantait les mérites de la puissance qu'il avait découverte et essayait de motiver les jeunes shinobi en leur disant qu'ils réussiraient à affronter des gros problèmes.

Il continua la lecture avec toujours ce petit air d'amusement sur le visage. Mais il fallait qu'il se ressaisisse, car cela serait surement une grosse erreur que de sous-estimer une technique même si celle-là le faisait sourire.

***


I/ Concentration de Chakra.

La première étape de votre entrainement sera surement l'une des plus simples. Elle réunit les deux techniques basiques utilisées par les shinobi du monde entier. Concentrer et un contrôler un flux de Chakra dans une partie précise de votre corps. C'est le même procédé que lorsque vous dégagez de l'énergie pour marcher sur l'eau, ou encore pour donner plus de puissance dans un coup. Mais là, il vous faudra rendre apparente cette source d'énergie et bien la contrôler pour ne pas qu'elle parte dans tous les sens.

Tout d'abord ouvrez votre main vers le soleil. Concentrez vous et extériorisez votre Chakra. La quantité doit être importante alors n'ayez pas peur des doubles mesures ! Mais le premier problème qui se dressera face à vous est que l'énergie devra être concentrée dans votre paume de main.

Si vous n'arrivez pas à compléter cette première étape n'essayez pas les suivantes.


***


Une image sur la page opposée montrait un ninja sans visage dans un tourbillon d'encre noir. La base de cette tempête n'était autre que ça main, et malgré le fait qu'il n'y ait aucun détail on pouvait tout de même ressentir l'intensité de concentration qui en ressortait.

Kenji ferma alors doucement le livre et le posa à côté de lui. Il s'allongea mollement sur le sol sablonneux et reprit chaque étape de l'enseignement qu'il allait parcourir pour bien l'assimiler. Mais il y avait toujours, au fond de son cœur, cette petite émotion de ridicule qui concernait ce jutsu. Il respectait pourtant son créateur et ses facultés. Mais pour lui, elle était faible et ne méritait pas forcément toutes ces éloges.

Il allait dans l'erreur, le petit Uchiha jugeait bien trop tôt le rasengan. Héritage d'un lourd entrainement il lui permettrait surement de se sortir des situations les plus périlleuses. Il secoua la tête fortement, il ne voulait pas être ce genre d'individu trop imbu de lui-même et dénigrant à tout va sans avoir vu auparavant. Il était peut être un Uchiha, une vitrine du clan attachée à ses valeurs, mais il n'était pas idiot. Il était si facile de se mettre des gens à dos par l'orgueil, la prétention ou le mépris, des personnes dont on pourrait avoir besoin.

Ne jamais sous-estimer un individu et réussir à prendre du recul sur n'importe quelle situation.

Telle était sa philosophie. Il ne s'attachait pas aux autres, il n'y arrivait pas et n'y voyait pas trop d'intérêt. Il faisait preuve d'une neutralité énervante pour certain mais cela lui permettait souvent de faire les bons choix et de ne pas se perdre dans de périlleux conflits d'intérêts.

Et pourtant, au plus profond de son cœur, il y avait trois personnes à qu'il tenait particulièrement. Il ne savait pas pourquoi mais ces dernières avaient réussi à le convaincre de leur bonne attitude. Tout d'abord, il y avait Taki, premier membre Uchiha qu'il avait rencontré. Le parfait opposé de Kenji, joyeux, sincère et heureux de vivre, une gaité à toute épreuve qui faisait que les deux rivaux s'entendaient biens. Un certain respect c'était installé entre eux qui montraient qu'ils formaient une belle paire.

Il y avait aussi Taka, une autre Uchiha mais qui faisait partie du Domaine du Tigre. Son amie, sa confidente, elle savait des choses qui pourraient faire exécuter Kenji à tout moment. Mais sans comprendre pourquoi, il avait confiance. Il savait que jamais rien ne sortirait de ces douces lèvres, jamais rien.

Puis il restait Nara la jeune Hyûuga... A cet instant, Kenji eu un petit pincement au cœur. Il ne savait pas vraiment s'il jouait avec elle ou s'il tenait réellement à être avec elle. C'était un solitaire et son cœur de pierre, comme dirait certain, n'était ouvert à personne. Il se détestait d'un acte aussi ignoble que la manipulation mais il ne savait pas, il ne saurait peut être jamais... L'avenir le dira mais pour le moment tout restait très flou et cet après-midi de solitude lui ferait du bien.

Dans tout ce beau monde il y avait Takeshi... Takeshi sama, son maître, son mentor... Il ne pouvait l'admirer car après avoir vécu de longues années dans sa demeure il connaissait bien des facettes de ce personnage. Mais il y avait quelque chose de beau et d'imposant en cette homme, ce petit truc qui faisait que Kenji lui était dévoué. Après tout, c'était lui qui l'avait recueillit, élevé et emmené à ce qu'il était aujourd'hui. Le jeune Uchiha était fier de ce qu'il était devenu et il le devait bien à quelqu'un.

Shiori et Takeshi auront toujours une place particulière dans son esprit, et c'est à cause de cela qu'il acceptait d'être ce qu'il était. Un respect bien étrange.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Jeu 20 Aoû - 14:26

Un ballet de nuage gris traversait en toute lenteur le soleil qui se laissait prendre au jeu. Il se cachait et réapparaissait comme un père faisant des grimaces à son enfant. Il l’observait d’une façon intense et joueuse durant un court instant mais qui était d’une intensité sans précédent. Tout cela faisait qu’une chaleur presque quotidienne restait présente dans l’environnement du pays du feu. Le soleil, hauteur de toutes choses, régnait en maître sur ses terres. On aurait pu croire qu’une fine pluie viendrait mettre fin à ce spectacle si étrange mais rien ne se décider à tomber sur le village caché de la feuille. Seul ces nuages gris, fausses protections des rayons du soleil, se dressaient immenses et menaçants sur les habitants.

Un petit vent c’était levé, les feuilles les plus fragiles tremblaient sur les branches des arbres. La forêt en elle-même parlait d’un langage inconnu et inquiétant pour les plus peureux. Un chant que seuls les plus sages parvenait à en comprendre le sens. Pour de simples individus ce n’était que le bruit incessant d’un courant d’air problématique. Ils ne comprenaient pas les sentiments que pouvait ressentir toute cette forêt, ces émotions les plus profondes et enfouies dans le cœur même de la terre qui l’a fit naitre. Personnes n’écoutaient vraiment, les gens ne s’entendaient même plus parler alors leur demander d’assimiler le silence était aussi facile que de leur demander de prêter de l’argent contre une simple parole d’honneur.

Kenji laissa les sensations de la terre qui l’entourait, de l’air qui chatouiller ses narines et des sons savoureusement silencieux de l’étang où il s’entrainait, l’imprégner. Il fermait les yeux et se délecta de ces émotions suaves sans pour autant en dégager une certaine agréabilité sur son visage. Son ventre se gonflait et se dégonflait au rythme du petit vent émergent et surfant sur le lac à sa rencontre. Ses poumons s’emplissaient d’une aire pure et ressourçant.

Il arrivait à ressentir la moindre présence prés de lui sans utiliser de chakra juste par l’accord de la nature avec son être. Le livre qu’il venait de poser à ses côtés pesait sur quelques cailloux, un petit oiseau sur un branche s’apprêtait à s’envoler vers des cieux plus calme que la forêt de Konoha ou les petites fissures que créait le vent sur la surface du petit étang.

Une faible lueur du soleil vint finalement éclairer son visage alors qu’il entrouvrait ses deux petits diamants sombres sur le monde réel. Kenji se redressa doucement et se passa une main dans les cheveux pour remettre ces derniers en places dans un geste devenu presque quotidien. Ses jambes se plièrent doucement dans un léger craquement pour lui permettre de se tenir debout. Toutes les nouvelles de la journée lui donnaient un petit mal de tête tandis qu’il se sentait las de ce qu’il accomplissait au quotidien. Une petite routine que certains pouvaient apprécier mais pas lui. Il vivait d’action, même s’il était quelqu’un de plutôt neutre il ne disait pas non à une mission que le village lui donnait. Mais s’entrainer faisait partie de la vie du shinobi et c’était une étape essentielle dans son apprentissage, il ne fallait rien négliger.

Il mit alors de côté tout ces problèmes d’esprit et les enferma dans son cœur de pierre là où ils ne ressurgiraient surement jamais. Il s’avança de quelques pas dans le sol sablonneux et tendit sa main droite devant lui, la paume en direction des cieux.

*Concentrer mon chakra au creux de ma main, le faire apparaître et le faire rester à un endroit précis.*

Kenji se répéta cette phrase plusieurs fois en tête et ferma les yeux. L’air ambiant devint un peu plus pesant et lourd. Une chaleur humide enivrait les sens et ralentissait les capacités du jeune garçon mais il ne tint pas compte de cela. Il se concentra dans le seul but pour lequel il venait passer l’après-midi ici…

Sa main se chargea alors doucement de chakra. Il sentit le flux de ses méridiens parcourant son corps s’excitait d’un commun accord et venir intensifier le courant le long de son bras. Au lieu que les vaisseaux s’agrandissent pour laisser passer plus de chakra ils se rétrécissaient et accéléraient le flux d’énergie. C’était un système bien connu et dont l’organisme humain n’avait de cesse de l’utiliser. Il rugissait à l’intérieur de son corps souhaitant sortir mais Kenji le retenait. Sa main commençait à s’échauffer lentement, les degrés montaient et quelques engourdissements lui titillaient le bout des doigts. Comme si des fourmis, un peu trop intrépides, s’invitaient à la nouvelle aventure du jeune Uchiha.

Il ne fit pas cas de tous ces problèmes qui étaient pour lui que de simples vis qui rentreraient dans le moule par la suite. Il continua ainsi à amasser du chakra dans le creux de sa main, sans bouger, durant une longue minute. Une goutte de sueur vint même tenter de défier l’autorité de ses cheveux sur son front mais elle se perdit très vite à travers cette masse broussailleuse.

Et quand le moment fut il ouvrit les yeux. Ses pupilles sombres observaient intensément une main tout à fait normal mais qui respirait pourtant le chakra. Les ongles étaient toujours en place et le nombre de phalange restait inchangé. C’était juste la main d’un shinobi.

Un regard emplit de conviction permit de lâcher la bête dans l’arène.

Le bleu du chakra recouvra son membre dans une apparition soudaine. Tel des flammes incontrôlables, il s’émancipait et gagnait en puissance. Kenji souffla un grand coup et fit en sorte que ce surplus d’énergie reste dans la paume de sa main. Puis il commença à la bouger un peu pour voir si tout suivait bien son cour et mis à part une petite trainée bleue derrière chaque mouvement, tout se passait pour le mieux.

Il stoppa l’explosion d’énergie et se passa la main dans les cheveux. Il était déçu. Les mérites du jutsu avait tant été vanté qu’il s’imaginait cravacher durant un long moment pour ne maîtriser ne serait-ce qu’une étape de l’apprentissage de l’orbe. Mais au lieu de tout ça, rien. La première étape ne demandait qu’à utiliser les bases de toutes ces techniques en général et était d’une facilité déconcertante. Il souffla et repartit en direction du livre qui l’attendait non loin sur le sol.

Il fit quelques pas pour le rejoindre et se rassit en tailleur. Il leva la tête vers les nuages gris une pointe songeuse dans son regard noir. Il se demandait vraiment si cela en valait la peine de continuer une tâche qui semblait aussi futile. Il jeta un rapide coup d’œil à l’ouvrage et se redonna un peu de courage dans une motivation personnelle qu’il essayait d’être convaincant.

*Ce n’est que le début…*

MessageSujet: Re: L'étang caché   Lun 24 Aoû - 3:26

Il se passa doucement une main dans les cheveux, un petit air déçu sur le visage. Un trop plein d’émotion qui s’intensifiait peu à peu. Il maudissait ce talent humain d’une pensée trop facile à corrompre. Il aurait aimé être libre dans sa tête et ne pas être enchainé à son esprit ainsi qu’au tourment qu’il vit. Mais il était un oiseau en cage qui ne rêvait que de voler sachant pertinemment que c’était impossible. Des larmes qui ne couleraient jamais, le courage de les utiliser étant bien loin tout comme la possibilité qu’elles existent vraiment.

Kenji secoua la tête et ouvrit le livre violemment. Il faillit déchirer quelques pages mais ce ne fut pas le cas. Il trouva le second chapitre énonçant la deuxième étape de son apprentissage. Cela avait intérêt d’être à la hauteur de ce qu’il attendait car pour le moment sa patience était mise à rude épreuve. Mais cela faisait peut être partie de l’entrainement, le mérite, savoir attendre pour mieux savourer ce que l’on reçoit au final. L’hypothèse était un peu illusoire mais le jeune garçon s’y accrocha tout de même pour calmer son énervant grandissant.

Il entama alors de nouveau la lecture avec cette fois si plein d’espoir. Pour vu qu’il ne soit pas vint.

II/ La force du chakra.

Vous avez réussis à concentrer votre Chakra au creux de votre main. L’énergie bleue a maintenant un aspect concret et vous possédez ainsi les prémices de l’Orbe Tourbillonnante. Il vous faut donner de la force à ce Chakra, mais vous ne pouvez le rendre consistant pour lui donner cette puissance alors il va vous falloir trouver une autre stratégie. La solution est en fait assez simple, tout est dans le titre. Il faut accélérer le flux de Chakra, la vitesse donne la force.

Si vous contrôlez déjà assez bien votre Chakra et son flux dans votre organisme vous devriez réussir à faire en sorte qu’il devienne plus rapide et puissant.


**

Kenji referma le livre avec force et le jeta sur son sac. Il partit d’un pas sûr et motivé en direction de l’étang. Les petits cailloux ne faisaient pas le poids face à tant d’envie et de colère. Il posa alors un pied sur l’eau comme s’il continuait simplement son chemin et partit au centre du lac en marchant dessus. Il s’assit en tailleur sur les flots et ferma les yeux.

Son cœur prit alors la fréquence de celle des eaux qui l’entouraient. Doucement il se calma ne laissant plus aucune interférence entre son esprit et son organe vitale. Il n’y avait que lui et la nature. Seul au centre d’un étendu où il ne serait pas dérangé.

Il tendit la paume de sa main droite vers les cieux et recommença le même manège qu’il avait accomplit il y a cela quelques minutes. Le chakra commença à affluer dans sa main tout en prenant la forme d’une petite tornade bleue. L’étang commença à s’agitait un peu, la surface n’était plus aussi lice mais rien n’inquiétait Kenji qui gardait toujours les yeux fermés. Une minute passa, où il ne cessait de réunir de l’énergie dans sa main dans un circuit fermé, cela traversait son corps et ressortait dans sa paume. Il prit un rythme régulier comme le tempo d’une musique. Tout se déroulait pour le mieux et sa concentration n’était plus troublée par d’autres émotions.

*Plus de rythme…*

Il inspira doucement et intensifia la course au chakra qui se déroulait dans son organisme. Tous ses sens étaient en exaltations. Il ne pensait plus à rien si ce n’est à cette forte chaleur qui grandissait au creux de sa main. Cette puissance sans limite qu’il créait peu à peu sans s’en rendre compte. Mais il continuait, toujours les yeux fermaient, il donnait tout. Tout ce que son corps, son esprit avait refoulé jusqu’à présent, il laissait libre à ses expériences de sortir de son être pour faire grandir cette source.

Il ouvrit enfin ses yeux sombres sur ce qui l’entourait. La surprise fut grande. Sa concentration était telle que tout autour de lui l’eau s’élevait pour former une bulle en mouvement, elle ne cessait de tournoyer au rythme de son chakra. Il ne fit pas de geste brusque et commença à se redresser sur ses deux jambes tout en gardant sa main ouverte devant lui. Son souffle s’harmonisait avec le flux constant dans le creux de sa main jusqu’à ne faire plus qu’un.

Le plus impressionnant était tout de même ailleurs. En n’y regardant de plus prés il vit que la tornade d’eau qui s’élevait tout autour de lui provenait de sa main. Son chakra tourbillonnait si vite qu’il s’était mélangé à la masse aqueuse et la faisait tourbillonner avec lui. C’était un spectacle magnifique qu’il ne se lassait pas de voir. L’eau se troublait peu à peu, ne laissant place qu’à une masse informe d’un liquide frais. D’ailleurs, il commençait à sentir de l’eau caressait ses chevilles, puis ses mollets. Tout devenait de plus en plus flou jusqu’à ne devenir qu'un paysage de tâche blanche et transparente dans lequel son regard se perdait.

La fraicheur de l’eau vint alors saisir sa nuque, il ne flottait plus. Peu à peu, il coulait sans réagir. Son visage apparaissait de justesse au dessus des eaux. Quelques secondes encore… Voilà.

Le silence.

Les abysses lui tendaient les bras comme Morphée embrasse chaque nuit ses victimes. La douceur des paroles sourdes lui faisait du bien. Il était seul avec lui-même, perdu dans les méandres du temps et de l’espace. Il se laissait aspirer dans les profondeurs de son esprit comme un astre luttant sans courage face à un trou noir. Personne pour le retenir, aucune main tendue pour le sortir de cette brume. Définitivement seul.

Il tomba.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Mer 26 Aoû - 3:29

Il coulait.

Seul. Entouré de solitude.

Il tombait.

Aucun geste ne trahissait encore un soupçon de vie qui aurait pu passer à travers ses veines. Sa peau devenait de plus en plus blanche dans la fraîcheur abyssal de l’étang qui recouvrait son corps et bientôt son nom. On ne pouvait savoir si cette noyade était dû à de la fatigue ou à un esprit incompris. Lui d’habitude si renfermé et insoumis, il se perdait dans un néant de vide qui était bien trop imposant pour être comprit.

Ses cheveux sombres ondulaient autour de son visage de mort. Peu à peu ils se confondirent avec l’obscurité de la masse d’eau qui l’entourait. Ses yeux étaient sans vie, toute chaleur quittait petit à petit son corps remplacé par la froideur du vide qui encombrait son cœur continuellement.

Il ferma les yeux.

Le noir absolu. Rien ne venait le troubler dans l’antre qu’il venait de se créer. Il y avait juste lui, le calme et le silence. Ses meilleurs amis, ses seuls amis. Personne ne le comprenait même lui ne savait pas très bien ce qu’il était. Des parents absents pour faire son éducation, des tuteurs qui ne pensaient qu’à l’utiliser. Au final, il se levait chaque matin dans le même silence, les paroles muettes d’un passé oublié, ou d’un passé inexistant…

Une lueur blanche se mit à scintiller dans cette noirceur sans limite. Les contours n’étaient pas définissables mais son éclatante beauté faisait renaître peu à peu la chaleur dans le corps de l’Uchiha. Une lutte entre le Ying et le Yang d’un esprit confus. Mais la lueur semblait si lointaine et si faible que le mal ne pouvait être défié. Et pourtant, dans les derniers retranchements de l’espoir humain, cette volonté de ne pas abandonné, celle qui fait que malgré tout on souhaite rester en vie, brille. Sa blancheur ne cessera jamais d’exploser à l’œil de ceux n’ayant plus d’intérêt à rester sur terre.

Il rêve…

Ses mains semblent tirées devant son visage par des fils invisibles. Son corps se détend comme un accordéon, une étincelle de vie dans ses yeux montre qu’il est encore vivant. Il vogue dans une eau invisible et arrive à poser le pied sur le néant absolu. Son corps se mouve avec difficulté, et sans comprendre pourquoi il ne s’arrête pas. Il s’en va tête baissé, fonçant vers un unique but qu’il ne comprend pas.

Son corps reprend peu à peu une chaleur si importante à la vie. Il ressert les poings et crispe son visage comme si le vent était là pour bloquer son chemin. Ses cheveux noirs sont bloqués dans un temps qui fige aussi le mouvement des ses vêtements. Il ne respirait pas, il ne vivait pas… Tout du moins, pas vraiment.

La lueur blanche grossit, ses contours s’affinèrent et laissèrent places peu à peu à des courbes soyeuses emplis de beautés. Tel un ange descendu des cieux pour tendre une main salvatrice à un de ses enfants qui en avaient besoin. Une peau claire se révéla sous un étrange soleil qui se dessinait derrière ces formes.

*!*

Sa gorge se remplit d’eau, des torsions, un corps en ébullition. Il se tordait dans tous les sens essayant en vint de respirer un peu d’air mais seul la masse aqueuse l’entourait. Ses yeux s’ouvrirent avec violence et partirent dans une lutte acharnée entre le rouge et le noir. Ils étaient pourtant d’une inutilité flagrante dans cette situation.

*!*

Non ! Non, il ne pouvait et ne devait se comporter comme cela. Il était Kenji, Kenji Uchiha. Un ninja réfléchit qui n’avait jamais de geste inutile. Il fallait juste qu’il reste concentré, encore quelques secondes. Juste le temps de nager dans un air plus pur et respirable. Mais l’effort semblait titanesque et digne des plus grands dieux.

Mais la lueur devant ses yeux rayonna de plus belle. Alors même que tout espoir semblait perdu, que rien ne se déroulait comme prévu, elle, elle était toujours là. Après tout ce qu’ils avaient vécu ensemble, le pire comme le meilleur. Elle, elle ne lui faisait jamais défaut. Elle venait le soutenir là où tout le monde le noyait. Lisait en lui quand on préférait s’attarder sur la surface lisse d'un l’étang. C’était elle, ou ce n’était rien.

Les dieux prirent possessions de son corps. Il partit dans une lutte effrénée pour remonter à la surface. Ses bras, ses jambes, son corps allait dans rythme brouillon qui gagnait en cohérence petit à petit. Puis il nagea enfin, il ressentait cette froideur du lac qui l’aurait fait greloter s’il ne s’était pas retrouvé sous l’eau. Chaque mouvement semblait pouvoir déplacer des montagnes et il continuait toujours sur le même rythme jusqu’à surgir. Des milliers de gouttelettes d’eau l’entourèrent alors que sa tête sortait de l’eau dans un grand bruit d’air aspirait.

Il respirait enfin.

Il se traina difficilement sur le rebord de la berge glissant à de nombreuse reprise sur des cailloux qui lui éclatèrent les mains. Ses pieds trempaient encore dans l’eau mais il se laissa tomber de fatigue physique et moral. Son corps et son esprit était totalement déchirés. Il ne pouvait plus dire un mot ou aligner un semblant de réflexion.

Les bras en croix, il ferma les yeux et partit pour un rendez-vous de longue date. Dans son long manteau blanc on ne pouvait le voir réellement. Concret ou pas chaque être lui faisait une confiance absolue. Il se laissait guider pour l’enlacer sans vraiment comprendre pourquoi. Peut être que certaine question ne mérite pas de réponse… Il le vit et partit avec lui, Morphée l’endormait.

La solitude humaine est un bien grand maux. On ne peut s’en libérer seul car le paradoxe veut que l’individu embrasse cette situation dans laquelle il vit. Les autres sont là pour l’aider, mais rares sont ceux qui regardent réellement au de là des apparences. Un homme dur sera rejeté, détesté, malgré ses qualités. Un autre un peu trop enjoué et sympathique sera considéré comme normal et personne ne cherchera à savoir s’il existe un problème.

Alors, il reste seul.

*Na…*

MessageSujet: Re: L'étang caché   Ven 28 Aoû - 4:03

Les jours, les nuits, le temps. Tous ces instants avançaient alors que Kenji restait inconscient… Noyé dans son subconscient il ne prenait plus connaissance de ce qui l’entourait. Seul le noir absolue de son cœur, de son esprit le définissaient à cet instant. Son corps perdu sur une berge sans eau était inerte. Il ne respirait que par la force de l’habitude, juste car il savait qu’il le fallait. Mais on ne pouvait dire s’il vivait vraiment, il ne savait pas pourquoi il était sur cette terre et le plus dur était de ne pas savoir quoi y faire.

Il devait vivre, la mort n’était pas une solution alors que tant de gens mourraient en souhaitant vivre, il était égoïste de se laisser aller comme cela.

Trois jours étaient passés, il bougea enfin. Ses doigts se replièrent sur les cailloux de la petite plage. Son ventre prit plus d’ampleur sous le phénomène de sa respiration et ses yeux sombres s’ouvrirent dans un éclat de noir sous une lune naissante. Il pencha la tête à droite et cracha de l’eau durant une longue minute. Parfois, du sang vint se mélanger au liquide aqueux. Il n’y fit pas attention et entama de se relever doucement. Une fois assit, il essuya d’un revers de manche la sueur mélangée à la saleté de son front. Il prit quelques secondes pour reprendre ses esprits et surtout des forces qui lui manquaient désespérément.

Il se redressa enfin sur ses deux jambes. Un peu groggy il mit du temps avant de pouvoir se dire qu’il pouvait marcher. Une fois la technique à nouveau assimilée il partit d’un pas lent et mal assuré vers son sac. Il se laissa choir à côté comme une loque sans force. Mais il prit sur lui de faire un dernier effort pour ouvrir un bento. Il lui fallait de la nourriture, des ressources car il ne tiendrait plus longtemps à ce rythme. Cette nouvelle technique l’avait épuisé d’une façon insoupçonnable. Ou peut être était ce son esprit qui lui avait joué de vilain tour…

Il mangea des petites bouchées qui avaient l’effet de lui redonner plus de force à chaque instant. Alors il continua jusqu’à ne plus pouvoir en avaler un grain. Le riz remplissait son petit estomac et il s’allongea de nouveau pour partir dans un sommeil reposant et sans rêve.

La déesse de la nuit monta son cheval d’argent et partit faire le tour de la planète en laissant derrière elle une volée de poussière d’étoile. Scintillantes durant de longues heures jusqu’à ce qu’elles trépassent et naissent à nouveau le lendemain, quand la déesse repartirait dans son périple infini.

Kenji ouvrit ses petits yeux avec le début de la course du soleil. Timide, ce dernier se cachait encore derrière les grandes forêts à l’Est. Son corps était encore un peu engourdi de ses aventures des derniers jours mais globalement il allait mieux. Son esprit respirait et son corps vivait. Il s’assit en tailleur et se passa mollement une main dans les cheveux. Il tira son sac à dos prés de lui et ouvrit un nouveau bento. Son organisme criait famine, il fallait répondre à cet appel. Il mangea alors durant un long moment un repas de guerre mais qui était tout de même assez copieux. Une fois finit il rangea le tout et ressortit le livre sur la technique qu’il tentait de maîtriser.

Il ouvrit doucement l’ouvrage et fit passer les pages rapidement pour en arriver à l’étape trois. C’était la dernière de son entrainement et rien qu’à l’image de définition il comprit ce qu’il allait devoir accomplir. L’orbe était toute petite, mais on pouvait ressentir son intensité à travers l’image elle-même. Le bleu et le blanc de l’énergie du ninja s’accéléraient à une vitesse phénoménale. Il ferma le livre sans même prendre le temps de lire les consignes, tout était déjà bien clair.

Il se releva et partit en direction de la lisière de son terrain d’entrainement. Il s’arrêta devant un arbre déjà noirci en son centre. C’était ici qu’il s’était entrainé au touché explosif. Il s’excusa mentalement au prés de cet être qu’il allait devoir souiller à nouveau. Il tendit la main en avant et commença à nouveau les mêmes étapes que précédemment. Beaucoup de chakra qui tourbillonne à une vitesse folle dans un espace confiné. L’orbe prit une teinte blanchâtre dans le creux de sa main mais il n’y prêta pas attention. Il replia le coude et d’un coup sans grande force posa la technique contre le tronc. Un bruit étrange se fit entendre et une fumée blanche apparut. Kenji retira sa main et observa l’arbre. Ce dernier ne possédait pas de grand dommage, juste la gravure d’une petite spirale qui aurait amusé les enfants.

**

L’Uchiha plongea son regard son d’un air accusateur sur sa main avec de se la passer dans les cheveux. Il savait que ce n’était pas comme cela que la technique s’utilisait, il s’était trompé à un endroit et devait continuer. Alors il recommença durant toute la journée, s’arrêtant de temps à autre pour se ressourcer car le rasengan était gourmand en chakra. Les jours passèrent et il continuait encore à fouetter cet arbre d’un orbe qui devenait de plus en plus bleu et dont la spirale rétrécissait. Il progressait à chaque tentative un peu plus jusqu’à l’aube de son sixième jours d’entrainement.

La fatigue commençait à se lire sur son visage. Mais il tenait bon. Il exécuta une dernière fois ce pourquoi il était venu. L’orbe devint d’une couleur bleu azur et le tronc lui fut explosé. Il regarda avec un petit air perplexe le trou ornant le conifère. Il y passa son bras comme s’il n’était pas réel, avant de comprendre qu’il venait enfin d’assimiler cette nouvelle technique. Il s’étira alors longuement laissant tous les soucis qui le traversaient le quitter et souffla un bon coup. Il se sentait vidé d’une énergie négative, il se trouvait bien mieux qu’à son arrivée, comme s’il était plus léger. Une sensation si rare qu’il espérait garder un long moment.

Il ramassa à la volée ses affaires et partit en direction du quartier Uchiha. Il allait y retrouver son chez lui et pouvoir se reposer tranquillement dans une demeure stupéfiante. Il espérait vraiment ne rencontrer personne sur la route. Fatigué, il voulait être seul comme d’habitude. Il n’eut pas cette chance…

Les gardiens du quartier le regardèrent d’un air intrigués. L’un d’entre eux se permit même de faire un pas vers le jeune garçon. Il le connaissait, de nombreuses personnes connaissaient Kenji, et le voir si fatigué était rare. Lors des entrainements plus classiques il se confondait dans un certain confort à assimiler rapidement. L’inquiétude se lisait alors sur le visage du garde.

[???] – Tu as besoin d’aide Kenji ?

Kenji leva son regard noir sur le garde et tourna la tête en direction du Domaine du Cygne.

[Kenji] -

Il marchait lentement, peut être un peu trop. Mais il arriva enfin dans la villa vide du chef du clan. Il n’avait rencontré plus aucun habitant du quartier, il en avait esquivé la plus part. Il se passa doucement une main dans les cheveux et monta les quelques marches du perron ne souhaitant au fond de lui-même que retrouver sa couchette.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'étang caché   Lun 7 Sep - 11:33

Kenji : + 60 XP - Technique validée

MessageSujet: Re: L'étang caché   Mer 21 Oct - 2:37

Kenji sentit la jeune fille se resserrer contre lui. Doucement et chaleureusement il l’enveloppa d’un voile protecteur de par son charisme et sa force tranquille. Ses bras faisaient offices d’une barrière naturelle infranchissable que personne n’aurait pu fissurer. Il était un homme, un ninja de talent qui pouvait se permettre de penser qu’il était bon. Avec le sang des Uchiha qui coulait en lui cette émotion prenait des proportions toujours plus importantes. Mais le pire était la jalousie et la haine que cela suscité. Sans le vouloir il prônait la doctrine de son clan à tous ceux qui l’approchaient. Inconsciemment chacun de ses gestes étaient comme manipulés par des fils invisible. Le marionnettiste s’amusait à modeler un shinobi à son image, créant ainsi l’idole qu’il souhaitait. Le jouet ne pouvait réagir.

Tout ce monde n’était alors qu’illusion.

Il ne voyait pas ce qui l’entourait avec les yeux d’un humain. Il n’était plus cet homme ouvert qui pouvait se distraire en riant. Chaque regard qu’il posait sur le paysage de sa vie soulevait une centaine de question pour de rare réponse. Son esprit n’était alors qu’un brouillard qu’il réussissait à dissiper en se formant de tout ce qui était extérieur. On le prenait alors pour quelqu’un de dédaigneux et d’hautain mais c’était bien plus que cela, c’était bien plus fort. Mais tout le monde tombait sous l’illusion d’un regard et se perdait dans des préjugés si facilement corrompus.

Kenji sentit la douceur des lèvres de Nara venir lui caresser le visage. Elle était si pure et ouverte à ce qui l’entourait que l’Uchiha en devenait complètement désarmé. Il ne bougea pas et se laissa guider pour une des rares fois où il n’était pas ce chef d’orchestre ordonnant chaque mouvement. Une fois terminée il se passa doucement une main dans les cheveux tout en observant le petit lac devant lui. Le soleil se reflétant dedans vint illuminer ses yeux sombres et vides qui prirent une teinte grisé durant un court instant.

Il posa alors ses pupilles sur la jeune fille tout en la serrant un peu plus contre lui. Il écoutait ses paroles dans un silence respectueux. Et ainsi, il en apprit un peu plus sur les origines de la jeune fille.

Elle aussi était seule, sans repère. Son père, une idole d’enfance avec qui l’on souhaite marcher. Un homme pour qui on vit et dont on voudrait le respect absolu. Le patriarche d’une famille qui doit être là pour protéger les siens, faire en sorte que chaque membre se sentent en sécurité. Le rôle du héro. Nara n’avait pas connu cela assez longtemps. Sa voix fine confirmait les pensées de Kenji qui comprenait peu à peu ce que la kunoichi avait en tête.

Elle aussi était désarmée face à la vie. Ils n’étaient pas si différent l’un de l’autre. Mis à part le fait que Kenji embrassait chaque jour le clan qu’il avait vu naître tandis que Nara réfutait le sien avec force. Le noir antagoniste du blanc s’attiraient dans une danse étrange et pourtant si envoutante. En ne faisant plus cas des préjugés et autres mœurs l’alchimie se mettait en place qui permettait les rêves les plus fous.

Kenji relâcha alors un peu son emprise sur la jeune fille et se redressa doucement. Il lui attrapa le poignet avec délicatesse tout en la regardant profondément dans les yeux. Sa voix prit un ton plus humain pour une fois et vint chatouiller les oreilles de son amie dans une douce musique mélancolique.

[Kenji] – Tu as raison Nara. Je t’ais fait une promesse la dernière fois et je la tiendrait, suis moi.

***


Ils marchaient tous les deux d’un pas vif. Kenji devant guidait la jeune fille à travers les branches de la forêt interne de Konoha. Il prenait un sentier qu’il n’avait pas arpenté depuis sa mésaventure lors de son entrainement au rasengan. Mais aujourd’hui, il n’en avait que faire. Il traversait les chemins inconnus des hommes car c’était lui qui avait découvert cet endroit. Le seul moyen de le retrouver aurait été de suivre ses empreintes sur le sol mais peu étaient les shinobi capables d’une telle capacité. Qui plus est, cela ne les intéressaient pas.

Les arbres, gardiens de la forêt, se faisaient de plus en plus rares. Le soleil avec parcimonie pénétrait avec plus d’efficacité la première ligne des défenseurs. Leurs branches, fiers armes de fortune, se faisaient plus secs et moins résistante aux attaques externes. L’assaillant prenait peu à peu le contrôle pour décimer, les uns après les autres, les gardiens sacrés.

Ils apparurent finalement dans le petit bout de paradis que Kenji s’était aménagé pour s’entrainer en dehors du clan. Ils prirent tous les deux un bain de soleil qui forçait le clignement des yeux durant de courtes secondes. L’Uchiha lâcha la main de la jeune fille pour faire quelques pas en avant sur le sol terreux qui entourait le petit étang. Il voyait se dessiner à la surface de ce dernier le bras de terre où il avait passé de longues heures à maîtriser différentes techniques. Cette eau, ces abîmes dans lesquels il avait faillit succomber à plusieurs reprises.

Il se passa doucement une main dans les cheveux avec un regard un peu mélancolique. C’était le seul endroit qu’il possédait réellement en dehors du clan, une sorte de refuge secret que peu de gens connaissaient. Il se retourna vers la jeune fille et reprit la parole sur un ton plus convainquant.

[Kenji] – Je t’ais dit que je te rendrais forte. Le moment est venu, que veux-tu faire ?

Il devait espérer intérieurement qu’elle ne lui demande pas quelque chose dont il ne connaissait encore rien. Mais il avait confiance en lui, il croyait en ses capacités. On ne l’appelait pas l’enfant prodige pour rien, tout du moins, pour une fois il voulait y croire. Il aiderait de son mieux la jeune fille pour qui il avait une étrange affection. Il ne comprenait pas encore très bien ce qui lui arrivait et ne contrôlait pas ce qui se passait. Alors il tentait de subir le moins possible par tous les moyens. L’entrainement était une façon de reprendre le contrôle, sa vie était régit par cette activité et l’enseigner était un peu un aboutissement.

Il inspira doucement et se passa à nouveau une main dans les cheveux remettant en place, autour de son doux visage, quelques mèches sombres souhaitant leur part de lumière. Un rayon de soleil vint éclairer son visage à ce moment là comme une divine providence. Lui qui croyait en des dieux de lumières et d’obscurité, c’était un instant particulier.
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: L'étang caché   Sam 23 Jan - 18:56

Kenji-senseï m'a envoyé un oiseau, méthode assez originale et inutile en soi, puisque nous habitons dans le même village. Avec l'oiseau, une lettre. Pour ce dernier cas, je pense plutôt pour son entrain à me considérer comme une personne normale que pour avoir oublié que je suis aveugle. C'est mieux: il ne se préoccupe pas de mon handicap, considérant que c'est à moi de le résoudre, que je dois y palier. En gros, c'est mon problème, pas le sien. Je ne l'embarrasse pas, c'est déjà ça. J'ai fait lire la lettre au premier Hyuuga que j'ai croisé. Il n'avais pas l'air très heureux que je reçoive les enseignements d'un Uchiha, et maintenant, ça se saura. Mais je ne pourrais pas leur cacher éternellement. De plus, je suis parfaitement au courant que je dois entretenir les dogmes du clan plutôt que ceux de Kenji-senseï, aussi senseï qu'il soit.

La lisière de la forêt. Considérant une forêt, n'importe laquelle, c'est un peu vague. J'ai donc opté pour l'endroit le plus accessible à la fois de la forêt, et du domaine Uchiha, en supposant que Kenji ne s'embêtera pas à faire un détour pour pénétrer dans une forêt. Il va m'entraîner. Je veux bien, j'en ai besoin. De plus, il a parfaitement cerné mon problème, à savoir aucun jutsu offensif, bien que ceux que je maîtrise puissent tout de même me servir à attaquer. Mais je les préfère, car ils sont polyvalents, et donc peuvent servir à pas mal de choses à la fois, tandis qu'un jutsu dit "offensif" sous-entend qu'il ne sert qu'à attaquer. Ce n'est pas polyvalent, je ne pourrais m'en servir que dans des situations bien précises. Ils ont un champs d'action réduit, donc moins pratique, mais utile à ma propre puissance personnelle, que je me dois d'accroître.

Je ne m'attends pas à ce qu'il soit à l'heure. Aussi je ne me suis pas dépêché. J'ai pris mon temps, me positionnant près du domaine, analysant tous les chemins qu'il seraient susceptibles de prendre, puis prenant celui qui est le plus probable: par les toits. Kenji-senseï, je pense, se déplacera le plus rapidement et le empruntera le chemin le plus pratique. Comme moi: les toits. Sauf que dans mon cas, je ne peux pas me permettre de survoler le domaine Uchiha, au risque de m'attirer des ennuis.

Une fois arrivé, je me suis posé sur une branche d'un des arbres de la lisière, en tailleur. Au programme, méditer. Ne rien faire, je ne l'ai pas fait, ces derniers temps, aussi dès que j'ai un moment, j'en profite pour me rééquilibrer l'esprit.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Jeu 28 Jan - 2:25

Le soleil se levait sur le village caché de la feuille. Ses rayons perçaient les dernières masses nuageuses d’une nuit fraîche pour faire monter de quelques degrés l’air ambiant. Le ciel prenait un ton azur doucement pour laisser les pupilles de ses adorateurs s’y habituer et voir ce que le monde leur offrait comme routine à chaque réveil. Tout semblait assez habituel, les arbres bruissaient parfois sous une légère brise tandis que le cri de quelques oiseaux se faisaient entendre par de là des cieux invisibles. La chaleur arrivait comme une fatalité avec laquelle on avait apprit à vivre. On pouvait sentir cette émotion naître en chacun dans ce même quotidien partagé et pourtant si différent. C’était les joies d’un village s’ouvrant à une journée qui pouvait être banale pour certain et un tournant dans la vie d’autres.

Le jeune garçon qui était assis à son bureau savait que la journée qui ferait prendre un virage à sa vie approchait. Mais ce n’était pas aujourd’hui même si pour l’une des rares matinées depuis son enfant il n’avait pas regardé le levé du soleil sur le lac où les cygnes du Domaine du même nom avaient l’habitude de danser. Il avait autre chose à faire, tant de chose et si peu de temps. Il savait qu’à partir que depuis hier après-midi et ce petit tatouage qu’il avait sur le front, plus rien ne serait pareil.

Ce matin, il s’était réveillé encore plus introverti qu’à l’accoutumé. Il n’avait ouvert la bouche que pour un faible bonjour en direction de Shiori et son regard était d’une noirceur accablante. Il passait son temps à penser, réfléchir à ce qui allait arriver, à ce que sa vie allait devenir. Pour le moment il ne voyait que des questions fuser dans son esprit et des images confuses d’un passé qui commençait pourtant à prendre forme. Autre fois il aurait déchiré ces moments de sa mémoire pour les oublier et se concentrer sur le présent. Mais maintenant des nombreuses choses avaient changé et il essayait de comprendre. C’était un pas dans un futur proche qu’il faisait, il en était conscient et il se sentait prés.

Alors qu’une petite odeur de thé flottait dans sa chambre. Kenji mettait un point final à la petite lettre qu’il venait d’écrire. Elle était adressé à l’un de ses élèves, ce n’était pas forcément le plus doué mais il avait un sens stratégique que l’Uchiha appréciait. Puis, il y avait cette volonté de trouver une solution à chaque problème qui se présentait devant lui. Ce Hyûuga aimait les énigmes et c’était tout à son honneur. Cela lui permettait d’ouvrir son esprit et sauverait surement de nombreux shinobi quand il serait en mission. C’était en partie pour ces raisons que Kenji le conviait à un entrainement particulier. Il ne pouvait pas lui apprendre de Taijutsu mais lui ferait connaître du Ninjutsu de base pour ne pas le laisser à l’abandon lorsque certains choix seraient prit…

Qui plus était, le garçon aux cheveux d’ébène devait lui aussi s’entrainer. Il allait pouvoir ainsi montrer le type de mentalité que possédait un cygne lorsqu’il s’exerçait. Certes Shinjin était un Hyûuga, mais c’était avant tout son élève. Il faisait abstraction de tout, que cela soit les origines de l’aspirant ou son handicape. Les ennemies qu’il rencontrerait à l’avenir ne prendront pas le temps pour avoir une once de pitié. Il fallait l’y préparer le plus tôt possible.

Kenji inspira doucement tout en se passant une main dans sa chevelure sombre et relu une dernière fois le bout de parchemin légèrement jauni par le temps.

Citation :
Shinjin,

Je te propose un entrainement tous les deux pour développer quelques techniques offensives. Il me semble que pour le moment tu n'en possèdes que trop peu. Rejoins-moi à la lisière de la forêt interne de Konoha.

Kenji.

***

Quelques heures étaient passées depuis que le grand oiseau noir était parti en direction du quartier des Hyûuga. Kenji espérait inconsciemment que Shinjin n’aurait pas de problème sur le fait que son sensei soit un Uchiha. Puis cette réflexion fut balayé par un envole d’oiseau au dessus de la forêt intérieur du clan. Kenji esquissa un petit sourire tout en secouant la tête. Il n’avait que faire des affaires des individus aux yeux blancs. Le seul qui l’intéressait était Shinjin et l’entrainement de cet après-midi.

Il partit alors en direction de la forêt interne de Konoha. Il marchait tranquillement le torse droit et le regard froid. Quelques individus le saluèrent et il leur répondit par un simple hochement de tête. Toute cette cours autour de la grande villa dominante commençait véritablement à l’agacer. Mais il n’était pas quelqu’un de mal poli alors il faisait l’effort de répondre tout en continuant à avancer. Il restait sur le sol, il trouvait vulgaire de se balader de toit en toit comme un singe. Il n’y avait pas de guerre et aucune raison à ce qu’il agisse d’une telle façon. Il préféra marcher en prenant son temps jusqu’à la lisière de la forêt interne de Konoha.

Rapidement, l’ombre de Shinjin apparut dans son champ de vision. Il avança calmement en direction de son élève qui était perché sur une branche d’arbre. C’était encore un jeune garçon qui devait s’amuser des simplicités de la vie. Kenji ne lui en tenait pas rigueur et laissa son chakra s’extérioriser pour que le Hyûuga assimile la présence de son maître sans qu’il n’y ait eu d’échange de dialogue.

Kenji continua sa route sans un mot et ne répondant pas aux tentatives de prises de paroles de son élève. Il n’avait qu’un seul but en tête et ce n’était pas rien. Il allait emmener Shinjin dans un lieu assez reculé de la forêt mais un terrain très important pour l’Uchiha. C’était ici qu’il avait fait ses plus belles armes, ses plus belles prouesses. Cette terre serrait bientôt celle de l’équipe neuf mais il allait falloir que leur représentant en cette journée ensoleillé s’en montre digne.

Le trajet dura de longues minutes sur un petit sentier que Kenji avait créé lui-même à la force de son chakra quelques années plutôt. Il ressentait encore par endroit me flux d’énergie couler dans la terre. Cette dernière faisait partie de lui tout comme le feu de ce village et l’électricité de son mentor. Etrangement, ses trois affinités représentaient des moments importants de sa vie. La Terre d’un passé qu’il avait tenté d’oublier, la chaleur accueillante d’un nouveau village, et la rage foudroyante avec laquelle il s’était adonné à la doctrine de son clan. Mais aujourd’hui il s’élevait plus haut que ces pensées qu’il trouvait vraiment dérisoires à présent.

Ils débouchèrent enfin dans la petite clairière précédente l’étang. Le sol était sablonneux jusqu’à devenir rocailleux lorsqu’il s’approchait de la surface lisse de l’eau noir de l’étendu d’eau. Un petit bras de terre osait tout de même s’enfoncer dedans sur quelques mètres et permettait la vision d’une belle peinture lors des entrainements. Kenji se souvint de tout ce qu’il avait vécu ici et soupira. Ce n’était pas un souffle de déception ou de véritable nostalgique, mais plutôt de soulagement de se dire que tout cela allait évoluer.

Il se tourna enfin vers son élève avec lequel il n’avait encore échangé aucune parole. Après tout, Kenji n’était pas l’être le plus social que l’on pouvait connaître, mais c’était sa façon d’être. Jin’ devait surement l’avoir comprit et c’est pour cela que Kenji entra directement dans le vif du sujet.

[Kenji] – Aujourd’hui je ne t’enseignerais pas de Taijutsu, les techniques que je connais en ce genre son celle de mon clan et je ne veux pas te les apprendre pour le moment. Mais je sais que tu as quelques capacités en Ninjutsu et nous allons travailler sur ces dernières.

Kenji marqua une pause en ayant un petit air penseur sur le visage comme s’il cherchait ses mots pour ne pas se tromper sur le sens de sa phrase. Il baissa légèrement le ton de sa voix avant de reprendre d’une façon assez profonde.

[Kenji] – Je ne vais pas faire que t’apprendre bêtement des techniques cet après-midi. Tu vas avoir accès à quelque chose de bien plus important. Je vais m’entrainer avec toi et je veux que tu voies la façon dont un ninja doit s’exercer. Je sais que tu as un handicape mais je suis sûr que tu ressentiras ce qui se passe lorsque je m’entrainerais. Mais cela serait trop facile de faire cela en plusieurs étapes. Alors, tu vas apprendre une nouvelle technique et en même temps assimiler le mode d’entrainement que je veux que tu appliques en me regardant. Je suis sûr que tu saura comment faire.

Kenji inspira profondément tout en bombant le torse. Il se passa doucement une main dans sa chevelure sombre et commença à dé zipper sa veste de noir qui l’avait sur le dos.

[Kenji] – Commençons. Que connais-tu sur la puissance du Chakra et son utilisation, de manière offensive bien sûr.
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: L'étang caché   Jeu 28 Jan - 22:35

J'ai bien fait de ne pas me précipiter. Keni-senseï n'est toujours pas arrivé. Cela doit bientôt faire ne heure que je l'attends, sur ma branche, patiemment. J'ai eu le temps de me rééquilibrer, de me consacrer du temps, à moi, et à mon équilibre avec l'environnement. Je ne devrais pas penser ça, mais si cela avait était Ying, ou bien Azumi, je ne pense qu'elles auraient été aussi patientes que moi. Reste à savoir si Kenji-senseï aurait adopté le même comportement, la même ponctualité avec moi qu'avec elles.

Mon regard regardait vers la lisière de la forêt, et une légère brise le caressait, faisant onduler mes cheveux ébouriffés. Mon bandeau ne me permet pas de voir au loin, mais je m'imagine l'infinité des faubourgs de Konoha qui s'offre à moi, enchevêtrement de ruelles et de maisons, d'abords ordonnées, à la périphérie du village, puis se transformant en un mélange de couleurs et de styles aussi hétéroclite les unes que les autres. Un dédale de rue, un labyrinthe de saveurs: Konoha. Peu de gens la voient comme moi, et ne se contente que de son aspect physique, au détriment de son âme, formée de celles des habitants qui la font vivre.

Une manifestation de chakra, trop bien connu, apparaît. C'est le senseï. Il passe sous moi, sans s'arrêter. Il ne peut pas ne pas m'avoir vu, ce serait ironique, pour un Uchiha. Ce qui veut dire, suis moi, et ne parle pas. D'accord. je saute de ma branche, et marche derrière lui. La conversation n'a jamais été mon fort, et pour une fois, je crois que cela va être à mon avantage, il n'a pas trop l'air d'avoir envie de converser de la pluie et du beau temps.

Nous empruntons un sentier. Récent, et qui porte les marques de l'énergie du senseï. Il a du le faire, et m'emmène donc dans un endroit, peut-être connue de lui seul. Quelqu'un de normal se sentirait-il privilégié? Je ne sais pas, je me contente de subir son humeur, de le suivre, sans chercher à me créer des hypothèses illusoires. Quoiqu'il advienne, cela restera pratique. Il a confiance en moi, ou pas. Je ne sais pas, il ne dit rien, et continue d'avancer, et moi de le suivre, sans un mot. Peut-être que si je voyais, j'aurais pu fureter du regard, regarder la végétation, les éventuels animaux, me concentrer sur autre chose que le senseï.

Ce que je peux très bien faire. En me concentrant, j'arrive à déceler de la vie autour de nous. Aussi infime que le petit insecte qu'elle habite, qu'animal, telle le lynx qui dort à quelques dizaines de mètres. Ce n'est pas le lynx, d'ailleurs, qu'on remarque, mais le soin que prennent de plus petits animaux, plus identifiables, à l'éviter, consciemment, ou instinctivement. Ce même instinct qui me fait éviter un projectile, quand je m'entraîne, ou qui m'indique là ou frapper, à quel moment esquiver, ou même pour m'avertir du danger. Je suis plus semblable à ces animaux qu'avec les habitants de Konoha, qui vivent dans l'illusion de leur vue. Ils ont des yeux, mais ils ne voient pas.

C'est tout le sens de porter un bandeau. Non plus par condescendance avec Fen, mais parce que je ne veux pas me bercer dans ce flot de lumière, et qu'il recouvre tout le reste. Il me faut mon Ying et mon Yang. En un sens, ces gens ont trop de lumière, et néglige de cultiver l'obscurité, dans laquelle peut également se trouver la vérité, tandis que moi, je m'efforce de garder cette lumière à distance, pour qu'elle ne recouvre les ténèbres et m'empêchent de les discerner. Quand j'arriverai à vivre en différenciant ces deux tendances, alors, je pourrais me passer du bandeau, et voir le monde de deux façon différentes, perpétuellement.

Nous arrivons dans une clairière. Je le sais, car il y a moins de vie végétale, et animale. L'onde qui se propage, sous une brise imperceptible, à la surface de l'eau,m'indique un plan d'eau morte, sinon je pourrais discerner le bruit de clapotis, ou de l'eau qui s'agite, tandis qu'ici, elle dort, attendant patiemment que quelqu'un l'agite. Un de ceux là. C'est dégagé, et cet endroit a une histoire. Autant que par l'attitude et l'aura qu'entretient le senseï avec cet endroit, aura semblable, que par sa topologie irréelle, presque artificielle. Peut-être même l'est-elle vraiment, artificielle. Kenji se tournant vers moi, m'offrit ses premiers mots.


[Kenji] – Aujourd’hui je ne t’enseignerais pas de Taijutsu, les techniques que je connais en ce genre son celle de mon clan et je ne veux pas te les apprendre pour le moment. Mais je sais que tu as quelques capacités en Ninjutsu et nous allons travailler sur ces dernières.

Pas de civilité, aucune formule de politesse. C'est à moi de les faire, dans l'ordre des choses. S'il passe outre, très bien, ça m'autorise à faire de même pour ne pas être déplaisant. Il va m'entraîner. En privé. Les raisons les plus valables pour m'avoir autant écarter de la ville sont qu'il risque d'y avoir du bruit, et des dégâts. En ninjutsu, plusieurs attaques sont capables d'en faire. Le chidori: il le connait. C'est la technique qu'il a utilisé lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois. Mais mon affinité aqueuse posera quelques problème, pour une technique électrique... Sinon, il y a le rasengan, et puis bien d'autres. La prochaine, normalement, serait une technique d'attaque à distance, que mon oncle a légèrement mentionnée. Lame d'énergie. Si c'est elle qu'il veut me faire apprendre, alors je ne la savais pas aussi dangereuse.


[Kenji] – Je ne vais pas faire que t’apprendre bêtement des techniques cet après-midi. Tu vas avoir accès à quelque chose de bien plus important. Je vais m’entrainer avec toi et je veux que tu voies la façon dont un ninja doit s’exercer. Je sais que tu as un handicape mais je suis sûr que tu ressentiras ce qui se passe lorsque je m’entrainerais. Mais cela serait trop facile de faire cela en plusieurs étapes. Alors, tu vas apprendre une nouvelle technique et en même temps assimiler le mode d’entrainement que je veux que tu appliques en me regardant. Je suis sûr que tu saura comment faire.

Ce qui sous entend un combat, ou un entraînement très dur. Ce dernier serait plus intelligent. L'apprentissage d'une technique passant souvent par une grosse concentration de ckakra, un combat m'obligerait à en utiliser beaucoup. Je ne peux officiellement et techniquement pas me battre contre quelqu'un du niveau du senseï en économisant mon chakra, c'est infaisable, impraticable, inenvisageable. Mais l'idée d'un entraînement dur, à la Uchiha, et à la senseï, et surtout, le fait qu'il me prévienne, alors que précipitamment, il mettait tant d'espoir de confiance en nos talents, n'augure rien de bon. Je vais me méfier, et ça commence tout de suite, en mettant mes sens en alerte.

Pour ce qui est du fond, il veut tout de même me faire griller les étapes. Assimiler un entraînement, et en plus de ça, apprendre une technique. Si ce n'est pas de l'orgueil, mais un sens de la réalité, alors il a oublié que je n'ai que 13 ans, et que peut-être mon corps, encore en train de grandir, ne supporterait pas les contraintes qu'un corps entrainé et fini comme le sien peut endurer. Quoi qu'il en soit, partir en courant serait impoli, et inutile. Ça va être une journée fatigante...


[Kenji] – Commençons. Que connais-tu sur la puissance du Chakra et son utilisation, de manière offensive bien sûr.

C'est une question un peu trop étendue, la réponse va prendre une éternité. Il veut un exposé complet sur mes connaissances, ou est-ce juste un moyen d'introduire le sujet? Peut-être un test. Mais je n'en vois ni l'utilité, ni le moyen de le relever. Alors je vais lui faire un condenser de savoir, quelque chose de court, mais de précis. Je ne suis pas encore un expert en la matière, mais je ne peux pas rester la bouche béante devant une question, ce n'est pas mon habitude.

[Jin'] - Le chakra.... j'en sais pas mal de choses, bien que les scientifiques, les théologiens et les philosophes se battent sur son origine, els fait sont là: il existe. Et on peut l'utiliser à différentes fin: genjutsu, taijutsu, etc. On observe une caractéristique commune à ces arts: ils ont pour but d'extérioriser le chakra, de le modeler, de lui faire prendre forme, afin de modifier ce qui nous entoure.

Je sais qu'il existe quelques techniques, évoluées, puissantes et très dure à exécuter, qui ne contente cependant pas de lui faire prendre forme, mais de modifier des caractéristiques très importantes de notre environnement, comme le temps et l'espace, pour le décor, ou la perception, la vue, parfois même la vie. Mais ces techniques représentent une minorité, que je ne crois pas utile de citer. Il me le rappellera peut-être. Tant pis, je préfère passer pour un benêt moyen que pour un être arrogant qui croit tout savoir. Et c'est à lui de m'enseigner ces choses, maintenant.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Ven 29 Jan - 2:58

Kenji observait Shinjin avec attention. Ses yeux noirs ne cessant de fixer le bandeau du jeune professionnel en taijutsu. Un instant, l’Uchiha se demanda si son élève était véritablement aveugle ou s’il jouait un jeu. Dans ce dernier cas il trouvait que c’était une farce de très mauvais goût face au véritable aveugle de ce monde. Mais il n’avait pas à juger, avec son don héréditaire sa vision de l’utilité des yeux était faussée. C’était comme demander l’intérêt d’un livre à un écrivain. Alors comme seul réponse à cette interrogation psychologique, Kenji se passa une main dans les cheveux.

Il écouta sérieusement Shinjin expliquer ce qu’était le chakra. Il avait les bases des cours de l’académie ou de son clan. C’était suffisant pour débuter mais pas assez pour tenir tout l’après midi. Ce dernier serait mémorable et le Hyûuga allait en ressortir complètement exténué, il était même probable que Kenji le ramène chez lui à moitié inconscient. Il se ferait traiter de fou dans le domaine des yeux blancs mais il n’en avait que faire. Cet après-midi, il avait autant besoin de Shinjin que ce dernier avait besoin de lui, sauf que l’aspirant ne le savait pas encore.

[Kenji] – Bien, c’était un petit exercice de révision. Il faut que tu saches que tu es né dans un clan noble de Konoha, tu as un rang à tenir et des obligations qui te seront dévolues dans un futur proche. Tu as une stature à avoir, et tu dois devenir encore plus fort que ceux qui le sont déjà. Ton destin est tracé à ta naissance, dès le début tu sais si la vie va te sourire ou non. De part ton don et ton intelligence tu vas et tu te dois d’atteindre la perfection. Mais cette dernière ne s’obtient que par le travail, le sérieux et la volonté.

Kenji marqua une pause et se rapprocha de son élève pour prendre un ton encore plus profond et sérieux. Il inspira doucement et reprit dans une atmosphère presque tendue.

[Kenji] – Les enfants Uchiha naissent dans le quartier mais ce dernier est découpé en différent domaine avec des idéologies différentes. J’étais un enfant du Cygne, et c’est là bas que j’ai appris à faire mes armes. Je suis devenu le disciple du chef du clan non pas car je le voulais mais car mon caractère m’y destinait. Rien n’est impossible si tu le veux vraiment. Jin’, Azumi est jeune et Ying n’a pas encore assez confiance en elle. Lors d’une mission tu t’imposeras comme le leader. Je sais que tu ne parles pas forcément beaucoup mais ce n’est pas ce que je te demande. On ne juge pas un Homme sur les histoires qu’il raconte à longueur de journée, mais sur les actions qu’il accomplit. Prouve que tu aspires à quelque chose de grand et ton avis comptera naturellement pour l’équipe.

[Kenji] – Je ne serais pas toujours là…

Kenji souffla ces derniers mots avant de se redresser devant le jeune garçon. Un petit moment de silence flotta entre eux après la déclaration que venait de donner l’Uchiha. Il était vrai qu’il comptait beaucoup sur Shinjin dans un futur proche. Azumi avait beaucoup de potentielle mais à neuf ans elle ne possédait aucun discernement. Ying était naïve et ne croyait pas en elle, ce qui en faisait une suiveuse. Il restait le jeune Hyûuga qui avait un sens stratégique assez développé pour son âge ainsi qu’une bonne réflexion sur les choses qui l’entouraient. L’équipe reposerait beaucoup sur ses épaules plus tard et il valait mieux qu’il en prenne conscience le plutôt possible.

[Kenji] – Nous allons commencer par la Taitou Suiryoku…

Kenji esquissa un petit sourire c’était la seule et unique technique qu’il avait réussi à copier avec son sharingan. Cette capacité était bien plus difficile qu’il n’en paraissait et il n’était pas peu fier de cet exploit. Taki n’y était par exemple jamais arrivé alors c’était un sorte de victoire. Il allait maintenant l’enseigner à son élève, il lui passait le flambeau et lui donnait les secrets qui avaient fait sa réussite.

[Kenji] – C’est du Ninjutusu non élémentaire de base. Tu enchaines la série de signe rat, tigre, sanglier, tu concentres le chakra dans ton bras et tu fais un geste ample comme pour tout envoyer balader autour de toi. Mais je ne vais pas te laisser t’amuser contre un arbre. Tu vas aller au centre de l’étang, je vais te montrer la puissance du feu de Konoha et tu devras esquiver mes attaques tout en essayant de m’empêcher d’en lancer une autre par la Taitou Suiryoku. Comprit ?

C’était une question rhétorique à laquelle Kenji n’attendait pas de réponse. Il laissa son élève partir se mettre en position au centre du petit bain aquatique tout en se positionnant face à lui sur la terre ferme. Cela faisait peu de temps que Shinjin maîtrisait l’art de marcher sur l’eau mais après cet entrainement il allait acquérir une expérience sans précédent. Il allait devoir contrôler son chakra, esquiver des attaques, contre attaquer et assimiler les tenants et aboutissants d’un nouveau jutsu. Il fallait qu’il fasse preuve d’une volonté sans pareille, d’une concentration de tous les instants et surtout d’un sérieux à toute épreuve. Une minute de défaillance et Kenji n’aurait aucune pitié.

Le maître Uchiha laissa passer quelques secondes pour que l’aspirant se mette en condition et lança officiellement l’entrainement de l’après-midi. Ses mains se confondirent à une série de signe qu’il connaissait bien pour finir sur le tao du tigre qu’il porta à ses lèvres tout en bombant le torse. Ses poumons se gorgèrent d’une aire chaude et violente. Les flammes vinrent lui lécher la gorge ne demandant qu’à être expulsées, qu’à sortir de ce four improvisé.

Elles ne demandaient que leur libération.

[Kenji] – Endan !
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: L'étang caché   Ven 29 Jan - 16:58

[Kenji] – Endan !

De la chaleur, à grande vitesse, vers moi: danger. Le schéma classique. J'évite, en concentrant mon chakra à l'extrémité de mes quatre membres. Je veux pouvoir me rattraper le plus efficacement possible. Je n'ai pas encore finir de me rétablir qu'une autre vague de chaleur se fait ressentir. Esquive, encore. Mais le rythme est soutenu. Il faut que j'arrive à le prendre, et à me calquer sur son rythme, afin d'y adapter mes mouvements, ma consommation de chakra, ma respiration... et mes réactions. Encore, et encore, du feu... il n'attend même plus que j''ai récupéré un quelconque appui, ce qui m'oblige à utiliser plus de force, afin d'augmenter ma vitesse. C'est mauvais, le rythme va croissant. Arrivera un moment où, à force de le subir, je ne tiendrai plus: ma limite.

Accélération. J'y suis, enfin arrivé à être plus rapide que la vitesse d'expulsion du chakra en dehors de son corps, cumulé à la vitesse des flammes, de son souffle. Mais ça craint, je ne tiendrai pas aussi longtemps que voulu. Je continue d'esquiver, la dernière n'est pas passée loi, ou plutôt passée trop près. Lui aussi, commence à anticiper mes mouvements, et à découvrir mon rythme, et à le changer. C'était prévisible. Tout comme je me retrouve dans une situation pour le moins déplaisante. Il me faut un plan, j'ai une vague idée. Si j'ai le temps... il faut que je trouve le temps, mais comment? Mes réserves de chakra son minces, mais c'est tentable.

J'atterris, plus rapidement cette fois? Durant l'esquive, ce sont mes jambes, qui ont pris. Avec les mains, j'enchaîne les taos. À force de les faire je suis plus rapide, espérons que son sharringan ne lui dévoilera pas ma technique. Henge. Je repense à la bassine, plate, haute de seulement quelques centimètres, qui m'a permis d'apprendre à me déplacer sur l'eau. C'est elle qui doit me servir de bouclier.

[Jin'] - Henge!

La bassine apparait. Dans un instant, ce sera le moment critique, les flammes vont venir lécher sa surface, et son jutsu essaiera inévitablement de détruire le mien. J'attends. La distorsion en le temps qui se déroule dans ma tête et celui qui se déroule, au dehors, est irréelle. Une éternité.

Il 'a dit que j'avais des responsabilités, qu'on attendait beaucoup de moi, au niveau du clan. C'est vrai, mais je le savais déjà, et l'ignorait. Comment le sait-il? Est-il aussi facile de lire en moi? ou a-t-il connu la même chose, la même situation? Je ne pourrais pas dire. S'il la connue, alors je dois m'en inspirer comme exemple? Je ne sais pas quoi penser, je ne comprends pas son message. La travail, la volonté le sérieux. Il désire que j'arrive à la perfection. Certes. Il nous réserve de grandes choses. Mais le ton de la phrase n'est plus le même qu'à notre création. Quelque chose a changé. Et j'ai la désagréable impression de m'être fait réprimander. Quelque chose ne tourne pas rond, et mon instinct pense la même chose, ça n'annonce rien de bon.

Les flammes arrivent. Vu que le technique était déjà lancée avant la bassine, je n'ai pas trop de mal à résister, mais la densité de va pas tarder à changer. Elle change, parfait. il augmente, et il n'y va pas de main morte. J'accorde un court laps de temps entre le moment ou je finirai le Henge, et celui où les flammes auront raison de lui. Espérons que ce sera suffisant. Je la lâche, et n'extériorise plus aucun charka, en prenant ma respiration. La gravité accomplit son rôle à la perfection. Je suis dans l'eau. Peut-être que si je voyais, j'aurais pu voir que tout s'assombrissait au fur et à mesure que je me rapproche du fond. Le fonf. Trop tôt. Il n'y a que quatre, voire cinq mètres qui le sépare de la surface. Pour l'instant, l'oxygène ne me fait pas défaut. L'eau est mon affinité, il ne vaut mieux pas que je l'appréhende.

Il s'est ouvert à moi, et m'a raconté une esquisse de son histoire, à lui, au sein du clan Uchiha. Alors qu'il s'était fermé, que nous n'avions pas besoin d'en savoir plus avant, maintenant il se confie, et à moi, pas à Ying ou à Azumi, qui sont plus empathiques. Que recherche-t-il donc? Un leader, moi. Je le savais, j'en avais peur, je le pressentais, mais voulait reculer l'échéance à une situation critique. Je n'ai jamais été leader, et il n'y a pas de cours pour ça. Lui, il me le dit, me l'envoie en pleine face. Plus d'échéance, c'est là. Allons, tu t'emballes, mon pauvre Jin'. Reprends tes esprits. Non, il y a trop de choses qui se contredisent dans son caractère. Ce n'est pas normal. Il veut simplement t'amener au bord de tes limites, te déstabiliser...

Rat, tigre, sanglier. D'accord. Je sais comment marche la technique, c'est un peu le même principe que pour les 64 points du Hage. Il faut juste plus de chakra, et plus de précision. Ce ne va pas être facile. Mais normalement, à cette distance, la précision n'a pas d'importance. J'enchaîne une série de taos, il faut que je bouge vite, mais l'eau entrave mes doigts. Je les rapproche, moins de distance, moins de durée. Bunshin. Il me ressemble, je sens tous les remous qu'il fait dans l'eau sur ma peau, et chaque au bout de chaque onde se trouve une forme qui correspond à mes traits. Très bien. Taos, encore. Après, ne pourrais plus me le permettre, plus assez de mana. La suite des événements ne me ressemblent pas: c'est tout, ou rien.

Henge, encore une fois, avec cette fois, dans ma tête, l'image du kunaï du senseï. Ce même kunaï qui est attaché à ma cuisse. Je sors de l'eau, les flammes m'attendent. Il me voyait donc. J'ai le temps d'envoyer le kunaï, et d'esquiver. Juste à temps, heureusement, les flammes ne m'ont pas touchées. C'eut aurait catastrophique pour la stratégie. Ce qu'il y a de bien avec un kunaï, c'est que ça ne brûle pas, aussi je l'envoie sur la source même de toute cette chaleur. Mais mes mouvements, dans mes habits mouillés, sont plus lents. Il a bougé, mais pas de couleur, je ne sens aucune paine. Je n'ai aps fait mouche. enfin si. C'était à prévoir. Une autre flamme. Plus de force, je ne pourrais pas l'esquivais. S'en ai finit de mon bunshin.

Je n'ai pas beaucoup de temps, avant qu'il comprenne. Il va forcément comprendre. Mais je suis derrière lui, planté dans le sol. C'est une occasion. C'est la seule occasion, même. Henge, technique polyvalente. Deux fois je l'ai utiliser, de deux manière différentes. Fin de la métamorphose. Je suis tout proche, mais lui doit déjà m'avoir cerné. Rat. Tigre. Sanglier. Mon chakra, pas dans mes membres supérieurs, comme il me l'a conseillé, mais dans un de mes membres inférieurs. Je brandis un coup de pied, en retourné, en direction de sa tête. Trop visible, trop prévoyant, trop lent. Mon autre membre est prêt à relâcher le chakra. Je fait un pirouette en avant, essayant de faire faire à ma jambe le mouvement le plus rapide que je puisse, tout en faisant sortir le chakra vers la nouvelle position du senseï. Ca marché, une fissure se crée dans le sol. L'onde de chakra est violente, au point de découper le sol, de le fendre, dans la direction du senseï, qui continue de souffler. Merde. Du feu, encore.

[A voir si t'es d'accord avec tout, sinon je changerai]

MessageSujet: Re: L'étang caché   Sam 30 Jan - 1:46

La chaleur qui hantait le corps de l’Uchiha se déversa comme le souffle d’un dragon rugissant sur la surface de l’étang. Kenji n’était certes pas à son maximum mais il ne négligeait pas pour autant la puissance et l’entrainement de son élève. Il était là pour le faire s’exercer jusqu’au limite les plus inconnues qu’il pouvait rencontrer. C’était pourquoi les flammes firent monter de quelques degrés l’air environnent avant de s’exploser sur une eau qui était encore lisse et stable quelques minutes auparavant. Shinjin esquivait avec souplesse et avait l’air à l’aise sur l’eau. C’était une chose que l’Uchiha appréciait, après tout il aurait été extrêmement déçu que l’Hyûuga se fasse avoir du premier coup par un simple jet de flamme encore trop fin pour véritablement l’inquiéter.

Il recommença alors le même schéma encore une fois. Shinjin esquivé toujours avec la même souplesse mais la fatigue commençait à se lire dans ses mouvements. Il n’avait que treize ans et peut-être que son sensei voyait trop grand, mais Kenji attendait tellement de lui qu’il ne voulait pas reculer. Il bomba le torse et expulsa encore un jet enflammé d’une grande puissance. Les flammes faisaient naître une petite brume à la surface de l’eau de part un contact chimique connu de certains. Si Shinjin s’en était aperçut cela se serait révélé un atout très intéressant. Mais il était aveugle et cela devait faire partie des choses qu’il ne pourrait sans doute jamais assimiler.

Kenji arriva à toucher les jambes de son élève. Il rompit instinctivement le jet laissant les dernières flammes lécher la peau du Hyûuga. Il était peut-être fou dans son entrainement mais il n’était pas sadique. Il n’allait pas s’amuser à le torturer. Il observa avec ses yeux d’ébènes l’aspirant qui se laissa couler dans l’eau fraiche de l’étang. Kenji esquissa un petit sourire tout en se passant une main dans sa chevelure sombre. Il apercevait vaguement la forme de son élève sous l’eau qui s’apprêtait à contre attaquer.

Il ne fallait pas se laisser distraire. Kenji porta le signe du tigre à ses lèvres et attendit patiemment que Shinjin daigne sortir à nouveau de l’eau, et il ne se fit pas tarder. Les flammes soufflèrent avec puissance les formes du Hyûuga, un petit bruit se fit entendre et l’Uchiha vit que ce n’était qu’un clone. Il sentit au fond de lui que ce qu’il pensait de son élève était justifié. C’était de loin le plus futé et stratège de l’équipe. Il se demanda même un instant s’il n’était pas surpassé par l’imagination du jeune garçon. Il balaya cette idée avec toute la confiance orgueilleuse qui vivait en lui.

La surface de l’étang est vide, bien trop vide. L’eau ne bouge quand de rares endroits et Kenji ne discerne plus la forme de son élève qui s’était perdue quelques instants sous la plaque aquatique. Il savait qu’après un clone cela ne signifiait qu’une seul chose. Il posa doucement sa main droite sur son cou et entendit le rugissement de la terre qu’on ébranlait. Tournant à peine le regard il sentait l’aspirant tenter de lui assener un coup de pied au visage. Le chuunin bloqua le tibia du Hyuûga avec sa main gauche tout en saisissant le mollet avec la droite. Il envoya en direction du lac son élève dans un lancé presque olympique.

Ce dernier n’avait pas dit son dernier mot. Dans un élan prodigieux il réussit à faire balancer son bras en direction de son maître libérant ainsi l’attaque souhaité par Kenji. Il voyait la lumière blanche et claire du chakra se diriger vers lui avec une force et une vitesse prodigieuse. L’Uchiha était ravi, voir cette force déchirer le sol et faire vibrer les feuilles lui montrait qu’il ne perdait pas son temps. Il dégaina son katana d’un geste vif et scinda en deux la lame d’énergie que venait de lui envoyer l’aspirant. La force de l’attaque continua tout de même à subsister et fit se soulever sa chevelure noire une demi-seconde tandis que son regard obscur observait son élève tomber au sol.

Tout en inspira doucement un rayon de soleil vint éclairer son visage presque en inadéquation avec la chaleur dégagé par ce dernier. D’un geste souple il planta son arme dans le sol et attendit que Shinjin se redresse pour continuer le cours.

[Kenji] – On continue. Je suis plus fort que toi, mais je suis seul et avec un panel de technique limité pour ne pas dire inexistant. Ce katana est un rouleau de parchemin très important que tu dois sauver. Azumi est présente mais n’a plus de chakra, Ying peut encore lancer quelques Genjutsu mais la peur la paralyse. Que fais-tu Jin’ ?

Après un exercice physique intense, Kenji voulait que Shinjin reprenne ses esprits rapidement pour répondre de manière cohérente à la situation qui se posait face à lui. En mission, on ne lui laisserait aucune minute de repos pour qu’il puisse tranquillement décider quoi faire. C’était la mission, la vie de ses coéquipières, la réputation de Konoha, sa réputation, sa conscience, sa volonté qu’il mettait en jeu. Il n’avait pas le temps de se dire qui ferait quoi à sa place. C’était une situation d’urgence.

[Kenji] – Dépêches toi ou le rouleau ne sera plus !

En effet, Kenji maîtrisé le feu, l’électricité mais aussi la terre. Il donna un coup de pied dans le sol et son katana s’enfonça de quelques centimètres comme perdu dans un sable mouvant. L’Uchiha esquissa un petit sourire et attendait une réponse, rapidement.

[Je te demande pas de prendre le katana de manière physique mais de me donner un plan pour le récupérer avant que je n’enfonce ce dernier jusqu’à la garde dans le sol. Je te laisse juger toi-même du temps. Kenji ne dira rien mais te fixera avec attention durant toute ta réflexion pour te « stresser ».]
Shinjin Isatsu
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: L'étang caché   Lun 1 Fév - 22:40

[Kenji] - On continue. Je suis plus fort que toi, mais je suis seul et avec un panel de technique limité pour ne pas dire inexistant. Ce katana est un rouleau de parchemin très important que tu dois sauver. Azumi est présente mais n’a plus de chakra, Ying peut encore lancer quelques Genjutsu mais la peur la paralyse. Que fais-tu Jin’ ?

C'est un peu brutal comme transition, mais ça a son effet: le temps s'arrête. Tout. Le katana, dont je déduis la position, devant Kenji, et son avancée dans les ténèbres indiquée par le son qu'il produit en s'enfonçant dans le sol. Azumi, Ying. La schéma colle, Azumi aurait suivi son plan jusqu'au bout, même si ça incluait une perte totale de chakra, et devant l'échec, Ying, paralysée devant le risque que la perte d'êtres chers se renouvelle. C'est une situation possible... et dont il faut s'en sortir. Miser sur les capacités instables de Ying, qui sont les seules encore exploitables, où jouer plus sure, entre Azumi et moi? Dans les deux cas, la situation qui en découlera, après la mission, risque d'être des plus déplaisantes, et je tiens à maintenir une bonne ambiance entre Ying et Azumi, ou elles et moi. Choix politique et des plus judicieux, car le risque qu'elles règlent leur conflit durant une situation de ce genre est bel et bien réel.

[Kenji] - Dépêche toi ou le rouleau ne sera plus!

Un plan. Je doute qu'il veuille que je porte la main sur son katana, c'est un plan qu'il veut. Avec aussi peu de données: la position de mes partenaires, la topologie du terrain, ce genre de choses... Je m'imagine la situation. Il n'y a pas trente solutions, et les plus probables, celles qui ont le plus de chance de réussir à quelque chose de démarque du lot. Un plan s'étaie sur elles, mais il subsiste une par d'incertitude. Trop. Pourquoi pas?

Il est loin d'être parfait, mais il présente une bonne alternative. Et comme tout plan imparfait reposant sur de faibles probabilités, il va être long à expliquer, et c'est ce qu'il veut que je fasse. J'ai néanmoins profiter de cette courte pause pour reprendre mon souffle, et mes esprits, par automatisme. Quand on est entraîné, degré ou de force, à manier l'art du dojo, on exploite n'importe quelle opportunité pour se reposer, ou gagner en oxygène, ce que je fais maintenant par automatisme. Il est faut de dire que les enseignements que j'ai recçu ne portent pas leur fruit.

Il faut que je lui expose mon point de vue le plus rapidement possible. Il est là pour me tester, juger de mes capacités. Encore cette phrase: "je ne serais pas toujours là" qui vient s'insinuer dans mon esprit qui se doit d'être rationnel dans ce genre de situation. Même si je suis trop habitué aux intrusions de mon instinct dans ma réflexion, je ne peux pas l'écouter maintenant, ni l'analyser. Plus tard, quand je serais sur que l'évaluation sera finie.

[Jin'] - Je donnes les ordres.

Et dans ce qu'il s'en suit, je place mes partenaires comme de vulgaires pièce de Shogi, sauf qu'ici, je compte jouer sur tous les domaines, et en particulier sur un domaine incertain, que je connais mal, mais dont l'existence est reconnue: la psychologie. Le traumatisme de Ying, le guérir, la sortir de sa tétanie, tout en insinuant le doute dans l'esprit de mon adversaire, voilà ce que je compte faire.

[Jin'] - Azumi fait le tour, pour placer la cible entre nous deux. Je lance un projectile, pour que l'adversaire détourne son attention d'elle, durant son attaque, afin qu'il ne la lui reporte que mieux, et plus radicalement. Henge, je prend l'apparence de Azumi, et j'entre aussi au corps à corps. Deux choses en découlent: il est plus fort que moi, mais deux adversaires sont plus durs à gérer qu'un, d'autant que je guetterai chaque occasion pour me sais du parchemin. Le fait que je prenne l'apparance d'Azumi, en espérant qu'il ne m'est pas vu me métamorphoser, le fera douter: ninjutsu, gentjustsu? et si c'est le cas, ou est-ce que je me trouve? La deuxième: Ying. Elle aussi, se demandera ce qui se passe. Le genjutsu est son domaine, quelque chose de familier pour elle. Elle réagira.

Je guette une réaction: un mouvement, une variation de chakra, d'énergie, n'importe quoi qui puisse me renseigner sur les sentiments, ou les intentions, de Kenji-senseï. Rien, le calme plat, je crois qu'il me fixe, ne prenant à nouveau pas en compte ma cécité. Je ne sais pas ce qu'il faut que je fasse, mon plan n'a pas l'air de l'avoir convaincu. Je vais argumenter, mais c'est un peu comme essayer de vider l'eau d'un bateau qui coule avec une tasse de thé. Je garderai mon argumentation, au risque d'échouer. Peut-être attendait-il une réaction bien précise, un plan bien distinct, que je ne le luis ai pas donné.

Mais le plan me paraît assez judicieux. Dans le pire des cas, pour un ennemi, tenir une position contre deux adversaires, quel que soit leur niveau, n'est pas donné à tout le monde. Si on y rajoute le fait qu'on ne sait pas si on est sous l'emprise d'un genjutsu, où bien que l'un de ses adversaire a exécuté un Kage bunshin, technique de haut niveau, et on commet vite des erreurs. Peut ensuite venir un véritable genjutsu, de la part de Ying.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Sam 13 Fév - 8:30

Que dire, quoi pensée ou même quoi regarder ? Des questions sans fin et sans réponses. Surtout durant un matin aussi désespérant que celui-ci... Une tartine au fromage dans la main droite et un chocolat chaud dans l'autre main. Cette journée s'annonçait monotone pour Ying. Les jours comme ceux-là, qui commence avec une tartine au fromage, ne sont pas très ensoleiller d'habitude. Mais qui sait peut-être qu'aujourd'hui ça sera différent.

Après une bouchée de toaste et une bonne gorgé du chocolat chaud, l'étudiante entendit son père parler à coter. Pour la première fois Loraz essayait de parler gentiment. Mais Ying se dit que c'était sans doute Daiku qui avait utilisé la métamorphose pour lui faire une blague. Ce « salut » était beaucoup trop amical. Alors, elle lui dit :

[Ying] Tu as appris une nouvelle technique ?

Un court silence s'imposa. Le rongeur ne savait pas quoi dire puisqu'il ne savait pas de quoi la jeune fille voulait parler. Il la dévisagea un moment avant de trouver des mots à dire. Ying, elle, attendait qu'il réponde quelque chose. Le silence devenait embarrassant et plus les secondes passaient, plus elle commençait à croire que ce n'était pas Daiku. C'est alors que le petit mammifère se décida de parler.

[Loraz] Quelle technique ?

[Ying] Euh... Loraz ?

Il hésita un moment avant de répondre, un peu indécis :

[Loraz] Bah oui... J'suis le seul rongeur qui parle alors, ce n'est pas compliqué à savoir que c'est moi. À moins que tu aie trouvée ta mère ressuscitée en quelque chose de ressemblant ?

[Ying] Non, non.

Elle lui donna un peu à manger. Tout ça était vraiment intriguant, mais qu'est-ce qu'il voulait exactement. C'est certainement pas une poussé de gentillesse. La seule explication plausible soit que celui-ci est Quelque chose à demander.

Après avoir terminé son petit-déjeuner Ying et Loraz commença une conversation sur la température à Suna. Une discussion vraiment palpitant, culturel, étouffante de mots et voir même jusqu'à intéressante ! Ensuite ils entrèrent dans le sujet des fourmis qui vivent dans les fourmilières et peu à peu sur les fruits du marcher : "Un fruit c'est bon pour toute une vie". Ils auraient pu parler encore des heures sur ces sujets, car les mots à dire sur cela son inépuisable. Malheureusement toute bonne discussion a une fin et cette fin était maintenant. Plus précisément : Lorsqu'un corbeau atterrit près de la fenêtre. Il était d'un noir sombre comme les ruelles de Konoha en pleine nuit, mais le soleil faisait briller ses plumes comme une étoile durant une pleine lune. L'oiseau regardait Ying d'un air sérieux, froid et distant. Cet animal n'était pas comme les autres et cela se voyait.

L'étudiante se dirigea vers la fenêtre d'un pas lent et indécis. Elle ne savait pas s'il était judicieux de faire confiance à un corbeau transportant un parchemin. Quoi qu'il en soit, la jeune fille n'avait pas vraiment le choix. Loraz ne pouvait pas y aller à sa place et il n'y avait personne d'autres dans la maison. Alors, Ying dut y aller. C'est le destin qui en avait décidé ainsi.

Rendu à quelque centimètre de la fenêtre, Ying attendit un moment avant de l'ouvrir. Elle fit signe à l'oiseau d'attendre un instant et demanda au rongeur s'il trouvait, lui, que cette bête avait l'air sympathique. Sans hésitation son père lui répondit que oui. Elle lui fit un bref signe de tête et ouvrit la fenêtre.

L'oiseau noir lui tendit la patte droite et l'aspirante pris le parchemin. L'animal parti tout de suite après. Ying décida d'ouvrir la lettre maintenant pour ne plus faire durer le suspens. Elle l'ouvrit doucement et pu lire :

Citation :
Ying

Réunion de l'équipe neuf en milieu d'après midi aujourd'hui. Viens en tenue d'entrainement à la lisière de la forêt. Tu trouveras un petit sentier sur lequel afflux de grosse marque de chakra. Suis les jusqu'à ce que tu me trouves.

Kenji.


Elle afficha un sourire puis se tourna vers Loraz, qui lui, avait des points d'interrogations dans les yeux. Évidemment il attendait que Ying lui explique le contenu de cette lettre inattendu. Mais la jeune adolescente préférait attendre un moment. Alors, pour faire patienter la petite boule de poile elle lui dit :

[Ying] Tantôt j'vais avoir une surprise pour toi. Attend moi ici, je vais chercher ma veste et je reviens.

Sans attendre sa réponse elle partie chercher sa veste. Elle était bleue pâle et blanche. L'intérieur blanc et le dehors bleu, il avait de poche en avant pour mettre les mains ou des objets et une capuche. Après l'avoir enfilé elle redescendit voir Loraz. Celui-ci n'avait pas bougé il était resté sagement sur la table.

[Ying] Tu aimerais venir à la rencontre d'équipe avec moi ? Mais faudra que tu restes gentil avec eux et que tu agisses comme un vrai rongeur ! Et s'il te plait ne parle pas et reste dans ma capuche. Sinon ils se poseront sans doute des questions à ton sujet et je n'ai pas envie d'avoir à inventer un truc pour camoufler le fait que tu es une sorte de ressusciter...

[Loraz] Et pourquoi ?

Ying ne prit pas le temps de répondre à sa question. Tout ça était si insensé que personne ne croirait la vérité et elle n'avait pas vraiment envie de passer pour une folle. Le seul qui avait su la vérité était son ami Youso qu'elle n'avait pas vue depuis longtemps. De toute façon, tout cela ne les regardait pas pour le moment. En espérant que Loraz saura bien se tenir, même si ce n'est pas dans ses habitudes.

Le rendez-vous était l'après-midi dans environ une heure alors, Ying décida de partir maintenant. Elle ne connaissait pas le chemin et avait l'intention de passer par un chemin plus long pour visiter un peu plus Konoha. Ça fait déjà bien des années que celle-ci réside dans ce village, mais pourtant il y avait beaucoup d'endroit qu'elle ne connaissait pas.

Après avoir ramassé Loraz celle-ci partie de la maison. Le soleil était déjà bien haut dans le ciel et la température était bonne. Il faisait un peu froid, mais la veste ferait très bien l'affaire. C'était une journée idéale pour un entrainement. Elle avança sur quelque rue pendant environ trente minutes avant d'arriver à un endroit remplit d'arbre surement une forêt. Mais ce n'était pas du tout celle de la dernière fois alors, elle rebroussa chemin.

L'endroit était vraiment étrange. Il y avait une grande maison de bois, on aurait dit qu'elle avait déjà passé en feu, elle avait l'air déserte et il y avait plein de petits oiseaux jaune qui disait « Pitt, Pitt » sur un arbre à coter.

À bien y penser Ying cru plus judicieux de continuer dans la forêt. Elle n'avait jamais entendu dire qu'il y avait plusieurs forêts à Konoha donc, logiquement, en continuant dans cette direction elle finirait par trouver les traces de chakra à Kenji. Quelque mètre plus loin il y avait une rivière qu'elle décida de suivre. Mais après vingt minutes de marches la jeune fille commençais à paniquer.

[Loraz] Tu nous as perdu ?

Elle sursauta légèrement avant de lui répondre non avec un ton de voie qui prouvait qu'elle mentait. Les feuilles bougeaient au gré du vent, le silence était lourd et, Ying, pour oublier ce silence insupportable décida d'accélérer le pas. Après environ une minute à peine elle décida de courir.

L'étudiante du courir longtemps avant d'arriver à un endroit qu'il lui disait quelque chose. En fait elle aurait sans doute continué à courir, mais elle était épuisée et son rongeur était sur le point de faire une crise cardiaque. Pour lui, aussi petit, c'était comme un manège pas de sécurité ce qui est assez stressant. Heureusement elle finit par voir des traces de chakra sur le sol. Comme dans la lettre elle les suivie.

Ça ne prit que quelques minutes avant qu'elle puisse enfin apercevoir son sensei et Jin' l'un de ses coéquipiers. Rendu là elle s'assied pour reprendre son souffle. Entre deux souffle d'épuisement elle leur dit :

[Ying] Sa... Salut...

Elle prit quelques minutes pour reprendre son souffle. Elle regarda Kenji et Jin' s'entraîner, mais elle fut sortie de sa bulle lorsqu'elle entendit Loraz dire :

[Loraz] Tu ne me présentes pas ?

Elle l'avait complètement oublié. Elle se leva puis se dirigea près de son sensei et de son coéquipier. Pas trop près puisqu'elle ne voulait pas non plus les déranger et elle dit :

[Ying] Bon alors ça c'est Kenji-sensei et celui avec le bandeau c'est Jin' et, vous deux, je vous présente Loraz mon rat. Bien sûr, c'est un rat donc, il ne sait pas parler.

[Loraz] Non.

Elle lui fit les gros yeux et alla se rasoir un peu plus loin. Azumi allait sans doute bientôt arrivé.

MessageSujet: Re: L'étang caché   Jeu 25 Fév - 3:36

Chapitre 10 à Ferme ta gueule. Arrow

Tome 1

Chapitre 11
Un oiseau à ma fenêtre.


Ce matin se déroula comme tous les autres. On aurait très bien pu le comparer à une comptine qu'un enfant répétait cinquante fois de suite sans se lasser. Heureusement que c'était exactement la même chose pour elle. Les jours que la jeune fille passait au sein de sa nouvelle famille se ressemblaient, certes, elle ne s'ennuyait guère. Cette maison lui plaisait et l'atmosphère qui y régnait lui plaisait également. Azumi avait l'impression de faire partie de la famille Itô et que son départ laisserait une marque de déprime dans cette demeure. Mais ce qu'elle ne savait pas, c'était que la vie des jeunes gens (Et bien entendu du vieux Mayo) avait changé depuis que cette petite orpheline avait accepté d'habiter la maison. Certains conflits s'étaient créés, des froids qui n'auraient été si elle n'aurait pas fait son entrer, des doutes endormis se réveillaient comme par magie. Enfin, cette famille avait son histoire. Une histoire qui lui était propre. Et l'arrivée d'Azumi ne faisait que leur montrer que le répit qu'ils avaient bâti s'apprêtait à s'effondrer au moindre geste qu'ils feraient. Et c'était bien le cas.

Azumi se réveilla sur le plancher du salon. Depuis son arrivée, c'était là qu'elle dormait. Du moins, jusqu'à ce que les rénovations de la maison soient terminées. Elle se frotta les yeux et tenta de s'habituer à la lumière du jour. Elle trouva étrange de constater que le vieux Mayo n'était pas couché sur le fauteuil. Il adorait dormir et ne se réveillait pas avant une heure tardive. Il faut avouer aussi que son handicap l'empêchait de se mouvoir normalement et qu'il était normal pour lui de rester coucher durant de longues heures. Elle ne s'attarda pas sur ce léger détail et alla prendre un petit-déjeuner qu'elle savoura en prenant bien soin de mastiquer ses aliments. Elle avait entendu dire par une personne qui avait entendu dire par l'ami d'un de ses amis que mal mastiquer les aliments augmentait les risques de mourir d'une crise cardiaque. La jeune fille ne prenait aucun risque et faisait très attention.

Un oiseau toqua à la fenêtre. Plutôt étrange. D'habitude, les oiseaux ne cognent jamais aux fenêtres ! Elle l'avait lu dans un livre. C'est sans doute à cause de cette attitude si inhabituelle qu'elle s'avança vers lui pour le laisser entrer. Son plumage sombre et inquiétant la fit hésiter un instant. Mais sachant que le vieux Mayo la regardait et que cela lui donnerait une bonne raison de se moquer d'elle, la fillette décida de faire la brave et de voir ce que cachait cet oiseau. Elle ouvrit la fenêtre et tendit son poignet pour que le volatile monte sur elle. Sa griffe pointue lui fit faire le saut, mais elle s'habitua très rapidement à cette sensation. Derrière lui il laissa tomber un petit bout de parchemin. Azumi le remercia et lui caressa le bec avant de le lancer par la fenêtre pour qu'il reprenne sa danse vertigineuse. Il partit au loin sans se retourner...

La jeune fille se baissa et prit le petit bout de parchemin pour le déplier. À l'intérieur était écrit un message qui lui était destiné. En encre noire il était écrit :

Citation :
Azumi

Réunion de l'équipe neuf en milieu d'après midi aujourd'hui. Viens en tenue d'entrainement à la lisière de la forêt. Tu trouveras un petit sentier sur lequel afflux de grosse marque de chakra. Suis les jusqu'à ce que tu me trouves.

Kenji.


Super ! Une autre réunion. La journée s'annonçait intéressant. L'équipe neuf était tellement sympathique qu'elle ne s'ennuierait pas une seule seconde avec eux ! Azumi allait apprendre de nouveaux jutsu, se faire de nouveaux copains, ça allait être génial. Elle roula le bout de parchemin et le jeta sur la table avant de courir jusqu'à la porte d'entrer. Là-bas, elle enfila sa veste et mit sa capuche. Bien entendu, Azumi prit soin de prendre son équipement ninja. Ils allaient sans doute combattre pour la première fois et elle pourra enfin leur montrer ce qu'elle vaut vraiment. Elle pourra enfin leur montrer qu'une gamine de neuf ans sait très bien se défendre.

Elle dit au revoir à toute la famille et sortit de la demeure. Elle savait exactement où elle allait. La lettre disait de se rendre à la lisière de la forêt et de suivre le sentier sur lequel afflux de grosse marque de chakra. Fastoche ! Elle connaissait le chemin.

Les traces de pas semblaient récentes. Si Ying était passée par là, elle ne devait pas être très loin. Azumi décida donc de suivre ce chemin. Au moins, si elle se perdait, elle ne serait pas seule. Elle écarta une branche, puis une autre et s’engloutit dans le ventre sans fin de la forêt.

Quelques mètres plus loin coulait une rivière. Elle la reconnue immédiatement. C’était à cette rivière qu’elle s’abreuvait chaque matin lorsque son père l’avait abandonné, juste avant que la famille Itô l’invite à rejoindre leur demeure. Ce souvenir semblait si loin, comme si cet événement était arrivé il y a des années. Malheureusement, cela ne faisait que deux mois environ. Inutile de chercher plus longtemps, le chemin qu’elle devait suivre pour arriver au sentier désigner par Kenji était au sud. Elle marcha donc en sifflotant et en tentant de suivre l’accord compliqué des oiseaux. Elle savoura également la douceur du vent caressant son visage.

Elle arrêta sa marche lorsqu’elle constata qu’elle pouvait voir le village. Azumi était donc irrémédiablement près d’une lisière. Elle déposa sa main sur le sol et se concentra. Elle détecta une petite source d’énergie qui semblait s’agrandir vers la gauche. Aucun doute, elle venait de trouver le bon chemin. Le sentier était très beau, comme si plusieurs personnes l’avaient emprunté avant elle et qu’il était souvent arpenté. Elle n’eu donc aucune difficulté à s’y aventurer. Seulement, à un endroit très précis, la source d’énergie semblait légèrement dévier vers la gauche, là où la forêt était plus danse. Azumi ne se posa pas trops de questions et écarta les branches au travers de son chemin. Quelques minutes plus tard, elle trouva l’équipe neuf.

Azumi - Saluuut la compagnie ! Comment allez-vous aujourd’hui, les amis ? Moi ça va très bien, j’ai apporté tout ce qu’on m’a dit d’apporter. Mon équipement de ninja et… Wow ! T’as comme un écureuil dans ton dos, Ying.

...


Dernière édition par Azumi Itô le Mar 15 Juin - 22:17, édité 7 fois
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'étang caché   

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» SPA l'étang bleu
» Photo Cachée
» Image Cachée .25
» Petite échoppe cachée, à l'ombre, dans un coin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Forêt de Konoha-