Partagez | 
 

 Une Partie de Plaisir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

MessageSujet: Une Partie de Plaisir   Sam 6 Déc - 17:10

Rappel du premier message :

[Suite de ce [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]

Haya était amusée pour deux raisons. L’attitude de Findecano à son égard était bien étrange, comme si après presque une année de mutisme forcé, Haya n’avait pas appris à communiquer ou, du moins, à se faire comprendre, sans l’intermédiaire des autres. Mais elle ne lui en voulait pas, au contraire, elle trouvait cela à la fois sympathique de sa part et ambigu. Il ne semblait pas avoir pitié d’elle, ou alors il était suffisamment poli pour le cacher avec talent. D’un autre côté, se demanda-t-elle, comment ne pas avoir pitié d’une muette. Et la seconde source d’amusement, un amusement un peu amer celui-là, c’était Habaki. Elle ne voulait pas voir comment il se débrouillait avec une lame entre les mains, de peur qu’il ne la blesse sans le faire exprès. Oh, elle n’avait rien contre les blessures d’entraînement. Mais Habaki était aujourd’hui d’humeur à perforer un point vital, et à prétendre que ce n’était qu’une égratignure.

Elle lança un regard désespéré à Durga. Peut-être qu’elle pouvait se faire passer pour un médecin et…

Haya hocha la tête à l’attention d’Habaki, pour lui faire comprendre qu’elle serait sous sa tutelle. Il ne lui était pas antipathique, en fait. Bien que parfois un peu agacée par ses grands airs qui sonnaient terriblement faux (et Haya disait cela en connaissance de cause, elle avait assisté à plusieurs cours qui s'étaient mal passés avec lui), il avait un air qui la touchait. Peut-être qu'un jour, il se révélerait à lui-même. Et aux autres, par la même occasion.

Findecano avait signalé être étudiant, avec un peu de chance, Haya en connaissait plus que lui. Mais leur groupe n’était pas très au point, comme la plupart des groupes qui se formaient autour d’eux, visiblement. Elle n’en savait pas beaucoup sur son coéquipier du jour.

Tranquillement, Haya saisit un carnet et griffonna quelques mots dessus. En fait, un seul, qu’elle tendit en direction d’Habaki.

Haya – Hydrolyse ?

Elle accompagna cela d’un sourire, pour éviter qu’Habaki ne se sente insulté par son absence de parole. Après ce que lui avait dit Satoshi, il n’aurait pas été étonnant qu’il veuille récupérer un peu de son autorité. Mais pour avoir suivi quelques cours avec lui, elle savait qu’il était meilleur que la légende ne le voulait. Son plus gros problème, c’était qu’il était prompt à douter de lui, et que certains esprits malavisés jubilaient à l’idée de le piéger. Mais ce n’était pas l’intention d’Haya et, de ce qu’elle avait pu glaner sur lui, ce n’était pas dans la façon de faire de Findecano.

Ils n’eurent pas à se déplacer, contrairement à ce que pensait Haya. La seule présence de Durga leur garantissait une zone de travail conséquente, en forme de cercle. Malgré leur deux professeurs, ils étaient vraisemblablement un groupe uni, dans le sens où elle entendait leur conversation. Haya était excitée ; c’était la première fois qu’elle allait voir des actes de médecine ninja. Enfin, non, pas vraiment. Elle avait suffisamment fréquenté les hôpitaux pour ne plus être étonnée de ce qu’on pouvait faire, ou de la forme que cela revêtait. Mais c’était la première fois qu’elle allait voir un usage qui n’est pas dédiée à apaiser ses douleurs à elle. Et cela, c’était plutôt positif.

Elle consulta du regard Habaki, pour savoir s’il comptait accepter sa proposition. Mais peut-être avait-il déjà lui-même pensé à apprendre d’autres choses ? Il avait mis en avait ses compétences au katana. Si elles n’étaient pas inventés (et on ne pouvait jamais en être totalement sûr avec lui, tant qu’on ne l’avait pas vu faire), ce pourrait être intéressant. Mais Haya n’avait acheté aucune arme, et ce n’étaient pas des capacités qui l’intriguaient outre mesure. Non, mieux valait s’en tenir pour le moment au ninjutsu, peut-être que Findecano voudra explorer d’autres sphères par la suite.

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Une Partie de Plaisir   Sam 21 Fév - 15:43

Haya répondit simplement par un sourire franc. L'étudiant inclina légèrement la tête, puis se fut son corps qui accompagna son geste lorsqu'il vit qu'Haya s'inclina complètement pour dire au revoir à Findecano. Il lacha alors en relevant la tête :

[Findecano] J'espère que nous nous reverrons avant le tournoi. Si non, je te souhaite bon courage, Sasaki-chan.

Celle-ci lui répondit d'un sourire puis fit volte-face avant de s'enfoncer dans la foule attroupée près de la mairie. Le tournoi qui allait bientôt se dérouler sera une grande épreuve pour la Genin, et le jeune Kaisou ne savait pas encore qu'elle sera nommé Chuunin, tout comme Liori et Sokka d'ailleurs. Findecano jeta un regard à Gengoemon-senseï, et fit un léger geste du chef : tout allait surement bien se passer pour elle, elle avait du potentiel, c'était indégniable.
Il se remit alors à son entraînement.
L'étudiant qui continuait de travailler sous le regard de son professeur, s'améliorait de tentatives en tentatives. Le Suiryuudan semblait être plus maîtrisé, malgré le fait qu'il n'était pas encore aussi puissant que celui d'Haya.
Cependant, essais après essais, la fatigue commençait à se faire ressentir dans tous ses muscles. Le chakra qui passait dans ses bras commençait à le picoter, la tête començait à devenir lourde et le monde autour de lui s'effaçait petit à petit, à cause de la réduction de son champ de vision. Sa respiration devenait de plus en plus saccadée, et il devait maintenant prendre de plus grande inspiration, comme s'il avait parcouru plusieurs kilomètres à vive allure. Constatant son état de fatigue et tous les symptômes s'y rapportant, Findecano nota dans un coin de son esprit qu'il devait plus s'entraîner et parfaire son endurance.
Cependant, malgré cet état de faits, il continua à s'entraîner. Mais, cette fois-ci, son objectif changea : il devait réussir à maîtriser l'Hydrolise.

Findecano éxécuta les signes du Suiryuudan, plaqua une paume au sol, tout en maintenant le dernier signe de la technique à l'aide de sa main libre. Il se concentra et les filets d'eau vinrent se recontrer pour former un énième dragon. Cependant, quelque chose différa par rapport à avant. L'eau qui s'aglutinait autour du chakra de l'étudiant semblait être plus dense, plus solide. Le dragon qui voletait autour de son invocateur était maintenant revêtu d'une sorte d'armure plus solide que précédemment. De plus, le reptile acqueux devint plus imposant, et mieux dessinné.
La où Findecano avait posé sa main, l'eau ne semblait plus vraiment être de l'eau. Pour cause, le jeune Kaisou injectait son propre chakra dans la flaque, ce qui avait pour conséquence de la rendre plus compacte, plus dense et plus solide. Il réalisait en ce moment ce qu'il avait accomplit au tout début, avant de s'entraîner à maîtriser le Suiryuudan. Mais, ce n'était plus un ver-de-terre qui se formait. Le chakra du jeune Kaisou remontait directement par les filets acqueux qui formaient le dragon, pour venir le renforcer et ainsi lui doter d'une capacité d'assomoir.
Quelques picotements se firent sentir sous les doigts de la main posée contre le dallage, et ce fut à ce moment précis que Findecano décida de lancer sa technique. Le dragon acqueux renforcé fit alors quelques vrilles stylisées avant de venir s'écraser quelques mètres plus loin, assez proche du point d'impact qu'avait projeté Findecano dans son esprit. Le dallage se fissura légèrement, mais la pierre ne parvint pas à se retourner comme pour la technique de son ancienne partenaire.

Une goutte de sueur vint perler sur le front du jeune homme. Il haletait. Son avant bras et sa main droites lui faisaient mal, et commençait vraiment à le brûler de l'intérieur. La maîtrise de l'Hydrolise était proche.
Rassemblant ses dernières forces et serrant les dents pour résister à la douleur, le jeune Kaisou réexécuta les signes, plaqua une main au sol, et maintaint le dernier mudra de la technique. Ses yeux se clorent pour optimiser sa concentration. Il oublia le monde autour de lui, et visualisa dans son esprit, tout ce qu'il avait appris jusque là. Le flux de chakra, base du Suiryuudan devait s'élever, l'eau s'aglutinerai seule dessus. La forme devait ressembler à un dragon longiforme. Et le chakra créé pour renforcer la bête devait être densifié, compacté, créant ainsi une véritable armure au dragon. En plein effort, le jeune Kaisou s'imagina même doter à son invocation acqueuse des dents tranchantes pour lacérer les chairs...
Et l'eau s'éleva. Et celle-ci prit une forme de dragon assez imposant. Et une couche de chakra vint recouvrir son corps. Et lorsqu'il ouvrit la bouche pour émettre un rugissement torentiel, des dents pointues, tranchantes et donc dangereuse firent leur apparation. Le Suiryuudan de Findecano s'éleva à une bonne demi-douzaine de mètres de hauteur et sembla chercher du regard le dallage déjà fissuré. L'étudiant l'envoya alors droit sur sa cible, et alors que l'eau reptilienne vint s'écraser sur le sol, les pierres dallées explosèrent en morceau.
Résultat plus que satisfaisant, qui n'aurait pu être possible sans l'Hydrolise.

Mais un tel résultat entraîna aussi une grande perte de quantité de chakra. Et Findecano posa son autre genou au sol. Les images, qu'il percevait, tournaient dangereusement dans sa tête. Ses muscles du bras droit et de la main du même coté le brûlaient et lorsqu'il monta son membre à hauteur de ses yeux, il put constater que ce dernier était légèrement désséché. Findecano soupira.
En une journée, il avait su maîtriser deux techniques ! Il se releva avec peine sous le regard satisfait de son professeur et se dirigea vers lui, d'un pas traînant. Il était essouflé et visiblement exténué. Il lacha alors après avoir prit une bonne inspiration et avant de s'incliner :

[Findecano] Merci beaucoup pour votre enseignement, Gengoemon-senseï. Je pense savoir maîtriser l'Hydrolise et le Suiryuudan maintenant. Ces techniques me seront très utiles. Maintenant, si vous le permettez, je vais aller me reposer un peu...

Un très léger sourire se dessinna sur les lèvres du jeune homme lorsqu'il releva la tête. Puis, Findecano alla s'assoir sur un banc, pour regagner des forces et aussi pour observer la suite de l'entraînement des deux Eisei-nin genins...


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

MessageSujet: Re: Une Partie de Plaisir   Sam 7 Mar - 3:02

C’était… Rapide.
Rapide, c’était le mot qui était venu à l’esprit de Liori lorsqu’il avait vu son maître d’un jour venir dans sa direction. Ensuite, il lui était venu à l’esprit qu’il devrait essayer d’appliquer son plan de départ. Son bras gauche entama un lent mouvement, mais Achyuta se trouvait déjà dans sa garde. Liori fit alors deux choses. Il entama un saut sur la gauche et serra les dents. Le poing le percuta en pleine joue. L’explosion de chakra, qui semblait sur le moment à une enclume heurtant son visage, l’envoya voler sur quelques mètres, et le fit trainer au sol sur une distance égale. C’était sans doute à cause du choc pour Liori et du travail qu’accomplissait actuellement le professeur, mais il semblait que sur le moment, personne n’avait réalisé qu’ils venaient peut être d’inventer un nouveau sport. Le lancé de ninja.

Achyuta parlait à nouveau, approfondissant sans doute les explications déjà fournis. Liori n’écoutait qu’à moitié. Il avait une oreille qui semblait vouloir se détacher du reste de sa tête, et son attention était tournée vers ce qu’il avait dans la bouche. Du sang, c’était sur, mais aussi quelques chose de plus dur. Restait à deviner s’il s’agissait de dents ou de gravier. L’idéal pour voir cela aurait était de cracher. Mais là, il aurait fallut se lever, et aussi rouvrir les yeux. Qu’est ce qui l’en empêchait ? Rien. Par contre ce qui ne lui facilitait pas la tâche était le gong brûlant qui résonnait dans sa tête, se cognant à un rythme trop régulier et rapide, au goût du Satsubatsu, contre les parois osseuses de son crâne.

[Achyuta] - […]pas de réussir à franchir cette étape tout de suite car je sais, moi-même, qu’il faut un temps certain pour y arriver. Entraînez-vous aussi régulièrement que possible et le temps fera lui même ses oeuvres. L’important restant que vous connaissiez cette technique pour le tournoi à venir.

Liori s’était relevé et cracha au sol. Du sang, de la salive, et des graviers. La prochaine fois il s’assurerait de mieux serrer les mâchoires. Il s’essuya le bouche du revers de la main gauche, laissant une jolie trainé rouge et gluante au milieu de l’océan rouge et spongieux de ses bandages. Le choc avait été rude, mais il ne s’était pas relâché, et il put gouter au chakra. Cependant, ayant la bouche pleine du gout du sang, il ne put jamais dire quel goût avait ce combustible pour ninja, et il ne lui vint jamais à l’esprit de retenter l’expérience.

[ Achyuta ] - Je me demande ce que vous seriez capable de faire contre ces deux là.

Liori comprit rapidement de qui il parlait. Plus exactement, il fut rapide à comprendre ça au point qu’on ne se rende pas compte qu’il avait oublié la présence des autres personnes présentes ici. En fait, cela n’indiquait pas grand-chose, étant donné que personne ne l’avait regardé à ce moment là, concentrés qu’ils étaient sur le professeur ou l’autre groupe en pleins entrainement. Et cela, suffisamment longtemps pour rendre l’indication de temps précédente, totalement caduque.
Passé ces considérations temporelle, touchant presque, voir pas du tout, au calcul métaphysique, la question était intéressante. C’était une idée plaisante, essayer un combat en deux contre deux, contre des utilisateurs maniant un art totalement différent du leur. En fait, l’idée simple du combat lui plaisait. Sans doute son éducation qui lui insufflait cette idée.

Mais avant de penser à frapper d’autre genin, il fallait d’abord s’attaquer à un plus gros morceau.

[Achyuta] – Mais l’heure n’est pas à cela. En place ! Je veux voir ce que vous êtes capable de déchaîner en utilisant le Gouwan.

Liori espéra capter l’attention de Sokka. Mettre au point un rapide plan d’attaque ferais sans doute plaisir à leur professeur. Même s’il n’y avait pas de réelle utilité à faire ça ici, car évidement, le colosse aller se contenter de croiser les bras et de colosser en paix en attendant des coups à peine à même de l’ébranler. Après tout, si des attaques que des Genin apprenaient à peine pouvaient l’affecter, il ne mériterait pas son juste titre de… Médecin le plus baraqué de l’académie.

L’index pointé vers le sol, il capta le regard de Sokka qui sembla acquiescer mais se détourna avant que les doigts du Satsubatsu puissent en dire plus. Il ne restait plus qu’à espérer qu’il est bien comprit ce que souhaitait Liori. Mettre à terre le géant.
Mais le temps passa, et personne ne bougea. Il est vrai qu’un simple signe du doigt n’était pas très précis quand à la façon d’attaquer, que ce soit de concert, l’un après l’autre ou en payant un individu tiers, spécialiste dans les attaques longues distances. Durant un temps, le genin aux cheveux blanc se demanda si son compagnon n’avait pas mal interprété son signe, et pensait que la proposition était quelque chose du genre : « prenons racine ».
Il est vrai que le geste pouvait prêter à confusion.

A cause de ces réflexions douteuses, il loupa le démarrage de son coéquipier.
«A cause » pas forcément quelque chose de mauvais, cela convint parfaitement au Satsubatsu, qui s’élança à son tour, contournant le professeur. Nul doute qu’en combat réel, leur petite stratégie aurait été éventé contre un adversaire de la trempe de l’instructeur médecin. Mais au lieu d’un combat réel, il ne s’agissait ici que d’un entrainement, ou l’individu le plus doué se contentait de rester statique, à observer le fou furieux qui lui sautait droit, et même haut, dessus. Liori en profita donc pour se venger du vilain coup qu’il avait eut à encaisse.
Il arriva dans ni sur la gauche, ni dans le dos de sa cible, mais entre les deux. Il courrait, ventre à terre pour ainsi dire, le bras gauche reprenant la même position que le bras droit qui l’avait frappé quelques minutes plus tôt. Il donna un violent coup devant lui, visant l’arrière du genou. Relâchant une dose de chakra qui commençait à lui brûler les sangs, depuis qu’il avait fermé la main.
Le coup porta son fruit. Un peu moins gros et parfumé qu’on ne l’aurait escompté, mais suffisant. La masse bougea et sembla être emporté par son propre poids.

D’où il se tenait maintenant, Liori pouvait observer un spectacle étrange. Au frontière de l’admirable et de l’abominable. Une magnificence rare et pleine de beauté. Un Sokka qui se tordait dans tout les sens, sans contact aucun avec le sol.
Ce qui suivit, les gesticulations du Genin pour réussir à placer un coup, furent tellement irréaliste, qu’il ne pouvait en aucun cas être décrit par des termes humains. Mais plutôt… En termes de Langouste.

Contrairement à l'idée reçut, la Langouste se nourrit exclusivement de fruits de mer... Ce qui ne l'empêche pas, de rester très humaine.

Finalement, lorsque cette étrange, dérangeante et envahissante image quitta le champ de vision du Genin, Sokka venait d’accomplir son office. Son poing libérait son chakra, et Achyuta…

MessageSujet: Re: Une Partie de Plaisir   Mar 31 Mar - 12:11


La consigne était très simple. Utiliser le Gouwan était en revanche plus délicat qu'il n'y paressait au premier abord. Pour autant, Achyuta avait une pleine confiance en ses genins. Jusqu'à maintenant, ils avaient tous deux fait preuve d'une maturité à toute épreuve. Ils avaient encaissés ses coups sans broncher, tentés de riposter – même si cela ne leur avait pas permis de le déstabiliser – mais avaient, par dessus tout, écoutés avec une grande intention la moindre remarque qu'il avait pu leur faire durant ce cours improvisé. Aujourd'hui, ils avaient appris à vivre comme de véritables eisei-nin. L'entraînement physique n'était qu'une façade de ce mode de vie. Libres ils étaient désormais de s'éveiller aux autres façades qui se dissimulaient tout autour de cet art. L'expérience engendrée par le temps qui s'écoule aurait un rôle à tenir dans tout cela. Achyuta espérait secrètement qu'il vivrait encore assez longtemps pour voir ces deux là s'épanouir et qui sait, peut-être devenir de plus grands shinobis qu'il en était un lui-même à cette heure.

Sa gloire avait fait son bout de chemin. Il n'avait plus rien à prouver. Ce qui n'était pas le cas de cette nouvelle génération. Eux n'étaient encore qu'aux premiers mètres d'une très longue route. Chacun d'eux avait désormais le choix d'emprunter cette route et de se rendre le plus loin possible ou de l'abandonner et se reclure quelque part dans l'attente de jours meilleurs. Pour ce qui était du Kawaki et du Satsubatsu, l'imposant jounin était intimement persuadé qu'ils seraient de ceux qui arpenteraient cette route jusqu'aux confins de la connaissance.

L'heure n'était néanmoins pas à la résolution de leur avenir mais plutôt à celle de leur perspicacité.

Le membre du clan Satsubatsu avait craché un peu de sang suite au coup qu'il lui avait porté. Fallait-il y voir un signe de faiblesse ? Achyuta n'aurait su le dire. Le rapport que pouvait avoir les Satsubatsu au sang était si particulier qu'il était – même pour un homme éclairé comme lui – délicat de connaître toutes les réactions que cet échange permanent pouvait engendrer. Néanmoins, si ce garçon était encore capable de tenir debout et de soutenir son regard alors il y avait fort à croire qu'il était encore capable de bien des choses. Mais quoi ? Là était toute la question. Allait-il riposter seul comme ils l'avaient tous les deux décidés durant les exercices du Keiren Kinniku ? Ou allait-il combiner ses efforts à ceux de son camarade ?

Le colosse n'eut qu'une fraction de seconde pour le découvrir. La réponse ne vint pas directement du Satsubatsu mais de Sokka. Plus précisément encore, de son regard. Achyuta l'observa très nettement détourner ses pupilles vers quelque chose qu'il ne pouvait voir de sa position mais qui semblait se trouver quelque part auprès de Liori. Un signe ? Son expérience lui dicta que cette solution était parmi les plus probables. Toutefois la subtilité du message lui échappait totalement. Quel genre de stratégie pouvait-on établir sans se concerter au préalable ? Achyuta y réfléchit tout en gardant ses yeux fixement tournés vers les deux genins au cas où ils sortiraient brusquement de leur immobilisme. Il ne lui fallut que quelques secondes à peine pour faire la lumière sur ce petit mystère. Quelques secondes pour présager ce qui allait se produire. Le Satsubatsu avait donné une information somme toute très basique à son camarade. Quelque chose qu'on pouvait aisément comprendre en un seul regard. Un signe comme ceux qu'on pouvait échanger sous l'eau pour se faire entendre des autres. Ingénieux, pensa-t-il.

Bien moins ingénieux que ce qui suivi.

Tout s'enchaîna très rapidement. Un hochement de tête de la part du Kawaki à son camarade et le plan put prendre racine. Achyuta plissa les yeux quand il le vit fondre sur lui à la vitesse de l'éclair. Il ne pouvait se résoudre à l'attaquer frontalement. N'importe qui aurait aisément réalisé que c'était un suicide. Alors que pouvait bien préparer ce garçon ? Trop tard. Les pupilles noirâtres du jounin eurent à peine le temps de se loger dans le coin droit de ses yeux pour voir le Satsubatsu se faufiler sous son nez qu'il sentit son genou droit plier irrésistiblement en réaction au coup qu'il venait de lui porter. Dès lors, Achyuta comprit qu'ils avaient réussis à assimiler aussi bien ce qu'il leur avait appris sur l'esprit d'équipe que la technique en elle-même. Aussi colossal pouvait être l'homme qui se trouvait en face de vous, aussi résistant qu'il pouvait être, l'articulation des genoux pouvait le faire plier comme une feuille. Bien vu. Un sourire se dessina sur le visage du jounin tout juste avant que Sokka n'exécute un fantastique tour d'agilité et qu'il cloue la partie avec une frappe qui augmenta le déséquilibre du géant et augmenta la vitesse de sa chute.

Achyuta sentit son dos frapper lourdement le sol. Des vapeurs de poussières se soulevèrent de part et d'autres de son corps au moment de sa chute. Ils avaient réussis. Il était tombé.

Le géant fut prit d'un fou rire. Un rire qui dura quelques minutes et qui se termina par des applaudissements adressés aux deux genins. Cette bonne humeur soudaine était tout à fait révélatrice de l'état d'esprit du colosse kiréen. Une grande majorité de ses élèves avaient beau le considérer comme un être insensible, calme, et philosophe, Achyuta n'en demeurait pas moins humain. Le bonheur du travail accomplit, la joie de voir la réussite s'incarner sous ses yeux, étaient autant de sentiments qui le saisissaient dès que la situation était propice à leur développement. En cet instant, il était heureux. Heureux d'avoir cette impression si intense que ses élèves venaient irrémédiablement de grandir.

[ Achyuta ] Félicitation !

L'imposante masse du jounin disparut brusquement du champ de vision des deux jeunes shinobis. Sa voix résonna tout près de leurs oreilles sans qu'ils n'eussent le temps de comprendre ce qu'il venait de se produire. Ce n'est que lorsque les mains puissantes du jounin se posèrent sur leurs épaules qu'ils purent se retourner et découvrir Durga Achyuta, debout, dans toute sa grandeur, tout juste derrière eux.

La téléportation pouvait faire de véritables miracles.

[ Achyuta ] Vous avez parfaitement assimilé tout ce que je vous ai appris aujourd'hui. Vous pouvez être fier de vous, vous avez très bien travaillé et votre dernière offensive était très bien pensée.

Un sourire amusé aux coins de ses lèvres, Achyuta jeta un regard en direction d'Habaki et vit que son cours venait également de se terminer. Parfait ! Ils avaient désormais tout le loisir de retourner auprès des autres professeurs ou bien de trouver de nouveaux groupes de genins à qui apprendre les techniques qu'ils avaient aujourd'hui inculqués à ce petit groupe plus que prometteur. Achyuta se fraya un chemin entre Sokka et Liori et s'avança vers son confrère quand il s'arrêta deux trois mètres plus loin pour se retourner une dernière fois vers ses deux élèves du jour.

[ Achyuta ] L'entraînement est terminé. Rentrez chez vous et reposez-vous. Kiri a placé toute sa confiance en vous et la mienne également.

Achyuta leur adressa ce qui sembla être un clin d'oeil peu commun à la réputation qu'il avait sculpté autour de lui, puis il se faufila entre les différentes masses de genins et d'étudiants réunis sur les lieux pour rejoindre Habaki.

MessageSujet: Re: Une Partie de Plaisir   Dim 19 Avr - 22:56

Habaki (as Kenji): + 14 XP (bonus MJ inclus)
Liori : + 13 XP (bonus chuunin inclus)
Haya : + 10 XP (bonus chuunin inclus)
Sokka : + 14 XP (bonus chuunin inclus)
Find' : + 14 XP (bonus genin inclus)
Durga (as Sho): + 15 XP (bonus MJ inclus)

Belle session d'entraînement. Les techniques sont validées, pour vous tous.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une Partie de Plaisir   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Partie de plaisir
» Partie de plaisir entre amis || Ft. Soir Indigo.
» Une Partie de Plaisir
» Ce n'est pas une partie de plaisir [PV Alvin]
» /!\ SAV, pas une partie de plaisir... pour le reste... × Siloë-Jules griffinth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-