Partagez | 
 

 Les Source Chaudes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

MessageSujet: Les Source Chaudes   Mar 27 Juin - 1:31

Rappel du premier message :



Après une courte marche dans Kiri, Sana-Khan arriva devant l'établissement de bains du village, qui ne manquait pas d'allure. Elle s'arrêta un instant devant le panneau de bois à l'extérieur du bâtiment comportant les horaires et les tarifs -plus que raisonnables- pratiqués, puis se dirigea vers la porte d'accès destinée aux femmes. Mais au moment où elle s’apprêtait à passer sous le dais d’entrée, un homme de forte carrure la retint par le bras.

"Hep !! jeune homme, où te crois-tu ?!! Ce sont les bains réservés aux femmes ici, les hommes, c’est de l’autre côté ! C’est pas ton air endormi qui va donner le change, les jeunes pervers je les…"

Une voix enfantine l’interrompit.

"C’est pas un jeune homme, c’est onee-san !"

L’irascible tenancier cessa aussitôt de secouer Sana-khan comme un prunier pour se tourner vers le garçon qui venait d’apparaître derrière lui. C’était le petit Kentarô, toujours armé de son seau rempli d’eau mousseuse et d’une brosse qu’il agitait sous le nez du bonhomme avec un air de reproche. Cela ne sembla pas beaucoup l'impressionner, et il se mit à tonner en le dominant de toute sa stature :

" File, garnement, au lieu de traîner tes galoches dehors !! Il me semble que tu as du travail !! "

Le garçon ne se le fit pas dire deux fois et battit en retraite vers le fond de l’établissement, laissant Sana-khan seule avec le propriétaire des lieux. Quand celui-ci se retourna, malgré sa voix bourrue, le ton avait considérablement changé.

" Veuillez excuser ma méprise, mademoiselle. Nous avons déjà connu des petits farceurs ici et je suis un peu nerveux. Entrez, entrez. "

L’établissement était accueillant et rempli de vapeur qui se condensait sur les murs. Sana-khan paya son dû à l’aimable jeune femme postée à l’entrée et se dirigea vers les casiers où elle laissa ses affaires et mit sa tenue à sécher avant de se diriger vers les bains chauds avec une pile de serviettes fraîches et propres. Là, elle put enfin se glisser avec bonheur dans l’eau brûlante, après s’être lavée à l'aide du savon et des cuvettes disposées à cet effet le long des murs.

L’heure avait tourné, et des groupes de clientes du village discutaient ça et là, une serviette sur la tête, de leur journée de travail passée. Sana-khan, seule dans son coin, attendit patiemment que l’une d’entre elles se décide à franchir le pas pour l’aborder. Elle savait pertinemment que la curiosité les y pousserait, et en effet, elle n’eut pas à attendre longtemps pour se voir invitée à prendre part à la discussion animée du groupe le plus proche d’elle et subir une rafale de questions sur ses origines et son arrivée à Kiri. Mais les conversations s’auto-alimentaient, et elle n’eut pas besoin d’en révéler beaucoup avant de pouvoir suivre la suite des débats en se contentant de hocher la tête sans prononcer un seul mot supplémentaire.
Une demie-heure plus tard, elle connaissait dans les grandes lignes la vie de la moitié des habitants de Kiri, et était mieux renseignée sur le village que par n’importe quel syndicat d’initiatives. Toujours entourée d'un babillage continu, elle songea avec un sourire amusé, tout en contemplant le décor du plafond, que sa journée avait vraiment été riche en enseignements de toutes sortes. C'était l'un des grands avantages de la vie en communauté : déployer des ruses de sioux pour collecter des renseignements basiques n'était pas indispensable, il suffisait de savoir tendre l'oreille et d'attendre patiemment que les sources viennent à soi.

Quand elle se décida enfin à sortir du bassin, la plupart des clientes étaient déjà reparties et le calme était retombé dans la salle. Les vapeurs relaxantes et la fatigue aidant, elle avait par deux fois manqué de s’endormir et de boire la tasse dans l’eau opaque, mais la chaleur donnait une merveilleuse impression de bien-être et c’est avec regret qu’elle s’en arracha pour retourner s’habiller et rentrer chez elle à travers les rues fraîches et humides.

En sortant de l'établissement qui s'apprêtait à fermer, elle croisa une nouvelle fois le jeune Kentarô, pieds nus et à quatre pattes, les manches de sa tunique nouées en arrière avec un cordon, occupé à frotter énergiquement le plancher de l'entrée. Quand il l'aperçut, il baissa immédiatement la tête et se concentra sur son ouvrage avec encore plus d'ardeur, mais une fois parvenue dans la rue, elle aurait pu mettre sa main à couper que le garçon avait tout laissé en plan pour passer la tête par la porte et la suivre du regard. Sa tentative enfantine d'être aussi discret que possible était assez maladroite et prêtait à sourire, mais Sana-khan évita soigneusement de se retourner et partit en direction de chez elle en feignant de n'avoir rien remarqué. Il était évident que l'enfant n'allait pas s'en tenir là, mais elle préférait le laisser agir comme bon lui semblait et venir à elle de lui-même.

La nuit commençait à tomber et, désireuse de se retrouver à nouveau seule et au calme entre quatre murs, elle accéléra le pas.



[suite : maison de Sana-khan]


Dernière édition par le Mer 28 Juin - 14:06, édité 1 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Sam 17 Jan - 20:08

Je me retrouvais devant un miroir, torse nu dans ma salle de bain. Je fixais longuement mon torse. Deux cicatrices, formant une croix, était présentes désormais à cet emplacement. Elles étaient à peine visibles, mais moi, un seul coup d’œil me suffisait pour les remarquer. Ces marques d’un passé idiot. Cependant normalement, il ne devait y avoir qu’une : celle faite par Ryo. Malheureusement, j’avais eu la malchance de rencontrer ce quelque chose ou quelqu’un quelque jour après ce combat. Je m’en souvenais comme si c’était la veille.

***


Quelle merveilleuse nuit. C’était une des premières où j’avais pu dormir sans être dérangé par ces insomnies, qui m’affaiblissaient depuis quelques jours. Etant en forme, je bondis de mon lit.

* Aïe ! *

Je l’avais oubliée celle-là. Ma blessure à la poitrine n’était pas tout à fait guérie. Et vu comme il t’a entaillé, quelques millimètre de plus, et il te perforait le poumon ! Ca te laisserait une belle cicatrice, pour sûr. Ces remarques faites par sa mère, je le savais, puisque la cible de ce coup était bel et bien cet organe. En tout cas, cette dernière avait ordonné que je me repose aujourd’hui. Ce n’était pas mon genre à sacrifier ma journée à la maison, enfin surtout l’après midi. Je devais sortir, à tout prix.

C’est donc, ainsi, que je me retrouvai dehors à flâner dans les rues de Kiri. Bien que la matinée soit bien avancée, la fraîcheur de l’atmosphère était présente. Les nuages, eux, étaient fortement présents, sombres, indiquant qu’il allait sûrement pleuvoir dans la journée...

Encore, un temps mitigeux, dans le doute, un peu comme moi. Depuis mon dernier combat, je ne fais que douter. Sur quoi ? Sur cette fameuse nature humaine… Capable de tout surtout du pire. L’homme fait pour sa survie même si cela engendre la mort des autres. Heureusement, il ne fallait pas voir que le pessimisme, chacun a du bon, il suffit juste de certaines conditions pour qu’elle se montre puissante, régnante, imparable… Sacré Ryo… Je m’étais dit de l’oublier et c’est à ce moment qu’inconsciemment, il revenait hanter mon esprit…

Il était à l’hôpital certainement. C’était vrai que je l’avais laissé dans un pittoresque état. Agonisant sur le sol froid d’une ruelle de Kiri, devant chez lui, la porte étant ouverte. Le Genin l’avait bien cherché après tout. C’était lui, qu’il voulait qu’il se batte pratiquement en combat mortel. Malheureusement pour lui, il n’était pas le plus fort.

En arpentant les rues du centre ville, je me trouvais en train de lire une affiche. Elle parlait des sources thermales de Kiri. Je n’avais jamais fait attention mais c’était vrai qu’il y en avait une, je savais même où elle se trouvait. Mais, pas le temps pour la visiter, pour y aller. Maintenant, si. Je pris mon temps sur la route à regarder les gens autour de moi. L’observation était bien une chose intéressante et amusante. C’est ainsi qu’on remarque des choses que l’on n’aurait jamais imaginés, pensés. Puis, les scènes ironiques ne manquaient pas avec toute l’agitation qui se trouvait dans le cœur de ce village. De simples gamelles aux situations comiques complexes, tout cela me faisait rire, me donnait du baume au cœur. La bonne humeur était enfin là, j’allais passer une bonne journée à me relaxer, à paresser.

Enfin, j’arrivais devant les sources chaudes de Kiri. On pouvait sentir la chaleur des eaux qui se filtraient à travers les immenses portes. J’ouvris l’une d’elle. Il faisait de plus en plus chaud. Ca devenait vraiment agréable. C’est vrai que ici, vu la température habituelle, toute chaleur était appréciable.

La salle servant d’accueil paraissait plus petite que je me l’imaginais. Devant, moi un bureau trône au milieu de la pièce. J’apercevais deux ouvertures derrière. Au dessus de l’une était noté «homme» et donc sur l’autre c’était «femme». Entre deux, un homme se trouvait assis à lire son journal. Il mit du temps, avant de constater qu’une personne était rentrée. Une fois remarqué, il rangea le plus vite, son journal avant de m’aborder.

Tenancier – Bonjour jeune homme, puis-je vous être utile ?

Sokka – Oui, je voudrais aller me reposer, c’est combien ici ?

Tenancier – Hum, c’est 20 ryos… (Il fixa mon cou où se trouvais mon bandeau de Genin, avant de reprendre.) Mais pour toi, ça sera moitié prix !

Sokka – Merci bien.

Je lui tendis la monnaie avant de m’avancer vers les sources. La vapeur était de plus en plus présente, mais elle n’avait rien de suffocante, elle était même plutôt apaisante. Apparemment c’était l’endroit idéal pour se reposer. Dans les vestiaires, il n’y avait pratiquement personne. Je pris un casier au hasard avant de m’affubler d’une serviette nouée à la taille.

Je rentrais tranquillement dans l’eau. En fait c’était assez simple ici. Simplement un bassin entouré de pierre au sol puis, une barrière en bambou trônait au milieu, séparant ainsi les deux sexes opposés, pour éviter tout vice. Nombreux devait être les personnes essayant de regarder entre les deux morceaux de bambou. A croire qu’ils ne savaient pas profiter simplement le calme que dégageait cet endroit.

Ma poitrine me picotait. Encore cette blessure qui faisait des siennes. Mais, au moins, elle guérissait dans cette eau bouillante. J’avais tout écouté ma mère pour que la future cicatrice soit la moins visible possible.

Tout ceci me faisait encore rappeler mon combat avec Ryo. Jamais, avant, je n’aurais pensé arriver à ce stade. Celui, auquel on était confronté devant un combat qui ne s’arrêterais qu’a l’inconscience de l’un des adversaires. Pourtant je devais m’efforcer à ce que ça devienne comme une sorte d’habitude, si je tenais à gravir des échelons, si je tenais vraiment à devenir Chuunin… Je ne voulais pas réellement a devenir un être sans cœur, une machine à tuer, je vais juste m’efforcer à cacher mes sentiments, qu’ils ne se retrouvent pas dans chacun de mes gestes. Pourtant, je ne pouvais pas m’empêcher de regretter mes gestes envers Ryo. Certes, il l’avait mérité. Mais, n’étais-je pas pire que lui en entrant dans son jeu ? En le battant comme il aurait voulu me battre ?

Ma bonne humeur commençait à disparaître. Je devais oublier tout ceci. Je m’encombrais la tête pour rien. J’étais ici, pour me reposer pas pour m’embrouiller, me perdre dans mon esprit. J’aurais bien aimé entamer la discussion avec quelqu’un d’autre. Mais, j’étais seul, ici, pour le moment. Je me mis donc à fredonner quelques chansons pour faire taire ces pensées pessimistes.

I'm gonna fight them off… A seven nation army couldn't hold me back… They're gonna rip it off… Taking their time right behind my back… And I'm talking to myself at night… Because I can't forget… Back and forth through my mind… Behind a cigarette…

??? –Hé ho! Faut pas s’endormir!

J’ouvris un oeil, pour voir qui m’interpellait. C’était un jeune homme un peu plus âgé que moi, qui profitait lui aussi de ce lieu. Il venait d’arriver apparemment. Mais pourquoi m’avait-il dérangé ainsi ?

Sokka – C’est bon. Je ne dormais pas… Ca te dérange si c’était le cas ? Et puis, pourrais-je savoir ton nom ?

Je refermais les yeux, mes coudes accrochés sur le bord du bassin attendant une réponse, sereinement. Heureux d’avoir une personne avec qui parler du beau temps, bien qu’ici, c’était assez rare le beau temps.

[A suivre...]




Dernière édition par Sokka Kawaki le Jeu 30 Juil - 19:43, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Dim 18 Jan - 2:43

Il s’approchait doucement de moi. Je le sentais avec le mouvement qu’il faisait faire à l’eau. Il était de plus en plus proche. Pourquoi n’avait-il pas encore parlé ? J’ouvris de nouveau les yeux. Le jeune homme était juste à coté de moi à présent. Je tournai ma tête vers la droite, lançant un regard interrogateur.

??? – Je m’appelle Kino. Et toi ?

Sokka – Sokka…

Kino – Enchanté de te rencontrer Sokka. Il n’y a pas mieux comme lieu de repos hein ?

Sokka – Oui c’est vrai… Il n’y a pas mieux…

Je ne faisais que répéter d’un ton calme, de réaffirmer ce qu’il disait. C’était rare, mais je ne savais pas de quoi parler. Moi qui suis bavard, ce n’était que plus que rare… Quel était ce blocage qui m’empêchait de m’exprimer aussi librement que d’habitude ? Je baissai ma tête la réponse était claire. Bon, il fallait que je réponde, laisser trop en suspend une discussion n’était pas très bien vu.

Sokka – Désolé, d’être indiscret mais tu es un ninja?

Il sourit. La réponse était donc affirmative ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien préparer ? Tant de question déferlait en moi. Tant de questions qui allaient rester sans réponse. C’était bon signe, je redevenais moi-même…

Kino –Oui, je suis Chuunin. Si tu pose la question tu dois en être un aussi. Et Je pense que tu es du même grade que le mien. Je me trompe ?

Sokka –Exact. A part que je ne suis encore Genin. Sinon, je suis spécialisé dans la voie difficile qu’est la médecine.

Je ricanais bêtement. Cependant je fus stoppé, la douleur au torse s’exitait de nouveau. Je lançai un regard furtif sur les alentours. Je ne voyais pas grand-chose avec ce nuage de vapeur qui prenait de plus en plus d’ampleur. A la rencontre des parois, elle devenait des gouttelettes ruisselant le long du mur séparant le bassin. Puis ces gouttes ruisselaient tranquillement avec de retomber dans l’immense étendue d’eau bouillante. Ainsi, était le cycle de l’eau. Un cercle d’événement infini effectué inlassablement.

Enfin mes yeux se posèrent sur mon interlocuteur. Il avait remarqué la «marque». Il brûlait d’envie de me poser cette question, cela se voyait à ses lèvres tremblantes. Il avait juste peur de sortir la question qui fâche. Pour le rassurer, je sortis un sourire, montrant qu’il pouvait se lancer sans problème.

*Allez, vas-y pose ta question… Je vais pas te manger non plus… *

Kino – A mon tour d’être trop curieux… Je peux te demander ce qu’il t’est arrivé à ta… ?

Sokka –Poitrine ? Drôle d’histoire assez longue… Un rival que je n’ai pas voulu… Un combat que je n’ai pas voulu… Une blessure que j’ai voulue…

Kino – Une blessure voulue ?

Sokka – J’aurais pu éviter facilement la lame de ce rival. Pourtant je ne l’ai pas fait… Je ne sais pas encore pourquoi… mais je ne l’ai pas évité… Par remords je pense…

Kino – Un sujet encore sensible, on dirait…

Oui, plus que sensible, en fait. Mais j’avais besoin d’en parler, de plus à un inconnu. Ca me libérait peu à peu d’un poids que je trouvais de plus en plus insupportable. C’était presque une bénédiction qu’il soit là ce Kino. Néanmoins le remercier maintenant, ne ferait que le rendre encore plus confus. Il fallait tout simplement changer de sujet. Cependant, je ne voulais pas. Cela faisait tant de bien d’en discuter. Quel égoïste je faisais ! Mais à être trop altruiste, on finirait par exploser. La preuve, moi-même j’étais déjà sous pression. Cette histoire anodine pour certains, me rongeait à l’intérieur. S’il te plaît écoute moi…

Sokka – Ce n’est pas grave. De toute façon un sujet tabou le restera tant qu’on n’en parlera pas… Je suis assez content de t’en parler en fait… Je sais bien qu’on se connaît à peine, mais c’est justement là, l’avantage. Tu ne sais pas grand-chose de moi. Et donc, il n’y aurait aucune répercussion directe. M’enfin passons…

Je sentais qu’il se sentait de plus en plus gêné. D’être l’anonyme à qui je racontais une souffrance encore vive, encore fraîche. Le shinobi sortit un sourire figé, essayant de détendre l’atmosphère. Je fis de même.

Sokka – Sinon toi, tu es spécialisé dans quelle voie ?

Kino – Je suis dans la même voie que toi, dans la version offensive. (Son ton était beacoup plus posé de moins en moins hésitant. Il allait sûrement dire quelque chose de grave.) Sinon pour ton histoire, sache que j’ai connu quelqu’un de similaire, et lui ne l’a carrément pas supporté et a donné fin à ses jours. Je sais c’est triste, mais il faut que tu l’oublie ton gars. Il l’a sûrement mérité d’après ce que tu dis. Je ne vois pas pourquoi tu es assailli de compassion. Il faut juste que tu sois fort, que tu gardes ta vision des choses en tête. Quand tu seras plus haut gradé, si tu t’attardes sur chaque cas, tu n’en verras jamais le bout. Oublie-le.

Sokka – Plus facile à dire qu’à faire…

J’avais sorti ceci, car je partageai son opinion Mais cela m’était tout bonnement impossible. A chaque fois que je me regardais dans un miroir, à chaque fois je fixais la même chose, cette blessure…

Kino – Bon je commence a vraiment avoir trop chaud… ça te dit de sortir d’ici et de discuter encore un peu avec moi ?

J’hochais la tête verticalement ; Ce n’était pas une proposition qu’on pouvait refuser dans la situation où j’étais. Nous sortîmes donc hâtivement de l’eau nous dirigeant vers les vestiaires.

Kino et moi se retrouvâmes donc devant les immenses portes des sources chaudes. L’air fraid frappait doucement à nouveau mon visage. Pour une fois c’était agréable. Maintenant je comprenais pourquoi c’était si bien de venir en cet endroit. On se sentait bien en y entrant et en y sortant.

Kino – Bon ne cherche que le bon sens sur ce qui va suivre. Dis-toi que je fais ça pour ton bien

Je ne comprenais plus rien. De quoi est-ce qu’il parlait ? Avant même de pouvoir poser cette intérrogation. L’esei-nin avait sorti un kunai de son sac, serra le poing avec ? visant… ma plaie.

Sokka – Qu’est-ce que tu fais ?

Kino – Je l’ai fait pour ton bien. Car apparemment tu n’arrives pas à l’oublier ce gars là. Je n’ai fait qu’un feu qui brûle pour éteindre l’autre. Ainsi, la douleur est amoindrie par la vivacité d'une autre douleur. Je veux que à chaque fois que tu vois cette cicatrice, que tu me vois moi, étant celui qui chassera tes idées noires. Je fais ça car je t’aime bien, tu m’as l’air sympa. Ca serait dommage que tu souffres. Je veux donc que tu oublie ce gars grâce à moi. J’espère qu’on se reverra… Sokka…

Sur ces paroles, il disparut dans un nuage de fumée. Moi, je retais bouge. Mon T-shirt étant a nouveau imbibé de sang comme l’autre jour. Il avait osé me blesser, mais contrairement à Ryo, c’était pour mon bien.

***


J’observais donc à nouveau cette double cicatrice et toutes pensées qu’elle provoquait. Un large sourire se dessinait sur mes lèvres. Merci Kino…

[Fin. x) ]



MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Dim 18 Jan - 2:53

Sokka: + 24 XP (bonus genin inclus)

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Jeu 19 Fév - 4:31

viens de là

Pour qui savait les voir ou les ressentir, Kiri était un lieu empli de charme, de tentation et de mystère. Areku faisait parti de ceux la, ils connaissait les endroits que les jeunes gens de son âge aimaient fréquenter, il savait quel était le meilleur endroit pour déguster des ramen ou bien pour savourer un poisson griller, tout comme il savait reconnaître les charmes et la beauté des femmes du village. Sauf que tout cela n'était pour lui qu'information à enregistrer et à retenir pour d'éventuelles objectifs futures. Jamais il n'utiliserait ce savoir pour des intentions personnel, pour le plaisir...

Pour lui les shinobis étaient des êtres à part, qui devaient sacrifier leurs bonheur pour permettre aux autres d'en profiter, c'est comme cela qu'on l'avait éduqué et il était entièrement convaincu de la justesse de cette façon de voir les choses. Rien ne devait entraver sa concentration, son devoir... Il avait fait don de sa vie à Kiri il y a bien longtemps et cela ne changerait jamais, quoi qu'il advienne, il en était convaincu.

Areku * Les ninjas ont héritaient d'un pouvoir immense, en contre partie ils ont renoncés à tous plaisir...Si cela devait changer à Kiri, alors je m'efforcerait de rétablir cet état de fait. *

Ainsi alors qu'il marchait dans les ruelles du centre ville, ce n'était en aucune façon pour se promener, jamais, mais uniquement dans un but précis, se rendre aux sources d'eau chaudes. Et il y avait deux raisons à cela: premièrement, sa journée avait été longue et la transpiration et la crasse qui le recouvrait rendaient l'idée d'un bain assez judicieuse. Deuxièmement cet endroit était l'endroit parfait afin de poursuivre l'entraînement qu'il avait commencé ce jours là, parvenir à marcher sur l'eau.

Areku * Je dois terminer cet entraînement ce soir, j'ai tellement d'autres choses à faire...*

Il arriva à destination, l'endroit était très fréquenté, des gens de tout âge si pressaient pour diverses raisons, certains venaient pour se laver évidemment, d'autres uniquement pour le plaisir de prendre un bon bain chaud, pour se détendre, et enfin pour pas mal de jeunes hommes et jeunes filles, c'était un lieu de rencontre idéal ou chacun pouvait montrer son physique, qu'il soit avantageux ou non... Mais comme dit plus haut ce n'était pas le cas d'Arekusando.

Une fois que l'hotesse d'accueil lui est remis la clef d'une consigne pour ranger ses vêtements, il se déshabilla, mit une serviette au tour de sa taille et partit à la recherche du bassin le moins fréquenté de l'établissement, le mieux aurait été d'en trouver un de libre, mais à cette heure de plutôt grande influence, il ne fallait pas compter dessus. Cela n'était pas un problème pour lui, certains aurait sûrement rechigné à pratiquer leur entraînement devant d'autre pour diverses raisons mais ce n'était pas son cas.
La honte, la timidité et ce genre de sentiment lui était totalement étranger, il se voyait au dessus de tout cela.

Et donc après avoir fait le tour du lieu, passant quasiment nu devant de nombreuse jeunes filles qu'il ne laissé ; d'après les gloussements et les rougissements de certaines ; pas indifférentes à ses charmes physiques mais au quelles il ne prêtait pas la moindre attention, il finit par trouver ce qu'il chercher, un bassin vide de monde, enfin presque, cachée dans un coin par la vapeur une jeune femme se prélassait dans la chaleur du lieu, apparemment peu intéressée par l'exhibition masculine des autres bassins. Elle devait certainement rechercher la solitude ou simplement la tranquillité, elle ne vit ni n'entendit le Karorane marcher sur les bords de la source. Sa chevelure d'un noir de geai et sa peau blanche et délicate ne pouvait tromper sur la beauté de la belle. Areku savait reconnaître la beauté des femmes mais il ne s'y intéressait pas, ou du moins il se forçait à ne pas s'y intéresser, son corps et son instinct de male n'étant pas toujours en adéquation avec ses convictions...

Areku * Essayons de la déranger le moins possible, c'est la moindre des choses...*

A présent qu'il avait trouvé l'endroit adéquate, il fallait passer aux choses sérieures, l'entrainement. Comme lorsqu'il avait réussit à marcher sur le tronc d'arbre un peu plus tot, il joignit ses mains et fit circuler son chakra à travers son corps, la douce chaleur du lieu rendait l'opération encore plus agréable que d'habitude, il ressentait comme une sorte d'effluve chaude traverser son corps de part en part, il aurait pu rester ainsi des heures durant...

Lorsqu'il se sentit parfaitement en condition, il passa à la seconde étape et fit ressortir son chakra par la plante de ses pieds, mais c'était la que s'arretaient les similitude avec l'entraînement sur le tronc d'arbre. A présent son chakra ne devait pas etre adhésif comme pour accrocher une surface solide mais souple, léger, il devait en faire un nuage qui lui permettrait de flotter sur l'eau.

Areku * ça ne doit pas etre plus compliqué que la première partie de l'entraînement...*

Mais ce n'était pas aussi simple que cela, à peine son pied eut il touché la surface de l'eau que...

PLOUF!!!

Instentanément la jeune femme se retourna en entendant le plongeon d'Areku.

Belle – Oh! Je ne vous avez pas entendu entrer...

Leurs regards se croisèrent brièvement, le Karorane détournant immédiatement les yeux, et sans dire un mot comme ignorant la présence de la baigneuse sortit de l'eau et se remit en position sur le bord du bassin pour recommencer l'exercice.

Areku * Bravo... Pour une première tentative c'est réussi...*

Impossible de s'arreter sur cet echec, il recommença en tentant de s'appliquer d'avantage encore sur la concentration du chakra, mais cette fois sous le regard de la jeune femme qui l'observait à présent, comme intriguait par cet étrange garçon qui tentait de marcher sur l'eau. Et la deuxième tentative fut un echec aussi cuisant que la première...

Areku * C'est pas possible!!! Pourquoi je n'y arrive pas??? *

Tentant toujours de ne pas faire attention à la présence féminine, il se remit immédiatement en position. La belle sortit alors de l'eau et vint se tenir à coté de lui.

Belle – Votre technique est bonne mais vous devez insuffler la meme dose de chakra sur chaque centimètre carré de la plante de vos pieds. Comme ça...

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, elle posa délicatement son pied sur la surface du bassin, puis le deuxieme et se retourna vers Areku qui tenter de conserver son calme et surtout son regard qui avait tendance à scruter les formes de la nymphe plutôt que sur ses pieds...

Belle – Avec de la pratique, vous y arriverez, j'en suis sure...

Elle lui lança alors un sourire qui illumina son visage et faillit faire perdre tout ses moyens à Arekusando qui ne lacha toujours aucune parole.

Areku * Je... dois faire comme elle a dit... après tout elle a l'air bien plus douée que moi. *

Tentant de l'imiter le Genin insuffla son chakra de la meme manière que précédemment mais cette fois en répartissant beaucoup plus équitablement le chakra sous la surface de son pied... Et cette fois il arriva à trouver un équilibre ; bien que précaire ; à la surface de l'eau.

Belle – Voila, c'est comme ça, vous avez reussi...

Ces quelques paroles lui firent lever les yeux vers elle et sa beauté lui apparut encore plus éclatante que précédemment, lui faisant perdre tous ses moyens et le faisant une nouvelle fois se retrouver la tete sous l'eau.
Cela eu le mérite au moins de faire retentir un petit rire charmant de la bouche de celle qui devait surrement etre une kunoichi.

Eilla – Je m'appelle Eilla et vous ?

Areku ne lui répondit toujours rien, peut etre pour ne pas etre plus troublé qu'il ne l'était déjà. Apparemment déçut la belle quitta les sources, il ne la revit plus jamais... Bien plus tard qu'il n'aurait fallu deux mots retentirent:

Areku – Arekusando... Merci...

va ici

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Lun 2 Mar - 2:13

Arekusando Karorane : +11 XP (bonus genin inclus)

[Sympathique, mais attention aux terminaisons.]

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Dim 5 Avr - 13:25

Le soleil se levait sur Kiri, l'air était frais. Le contraste était beau. Une légère luminosité à l'Est et une once d'ombre dans le ciel à l'ouest. Cela allait durer quelques minutes tout au plus. Genichi marchait d'un pas léger. Les rues de Kiri étaient encore sombres, les échoppes étaient fermées. Il avait décidé de prendre l'air ce matin.

Un matin qui s'annonçait radieux, il ne savait pas vraiment où aller. Il avait ressentit le besoin de sortir dehors de si bonne heure. Heure à laquelle personnes n'étaient dans les rues. Heures donc qu'affectionnait particulièrement l'antipathie chronique de Genichi. De toute manière, il ne dormait plus beaucoup ces temps si. Il rêvait souvent, très souvent de cette voix qui le hantait. Réalité ou problème psychique? Quelle soit vraie ou fausse, elle lui parlait dans ces rêves. Elle avait des projets.. Elle connaissait parfaitement le passé de Genichi. Passé qu'elle était près à lui révéler en échange de sa servitude. L'amnésie de Genichi le troublait aux plus profond de son être. Personnage froid et distant, il n'était pas comme ça de nature. S'il parlait peu, c'était seulement pour cacher le secret de son amnésie. Il attendait avec une certaine impatience le prochain entretient avec la voix. Cette elle qui décidait où et quand. Entretient toujours bref, mais trè marquant.
Ce qui le troublait c'est qu'il reconnaissait cette voix, il savait que ce n'était pas la sienne. Celle d'un proche? D'un parent? Il voulait absolument connaitre son passé, le seul moyen était donc d'attendre cette prochaine entrevue avec la voix. Il l'avait surnommé ainsi, par ironie sans doute. Genichi était à cran, il se sentait à vif, comme une peau écorchés jusqu'au sang. Il se sentait vide, vide de tout souvenir. En bref, Genichi était près à exploser. Pourtant, il se connaissait une certaine force de caractère. Il voulait gagner la bataille engager avec la voix. Elle plaçait ces pions, lui les siens. Une partie de cache cache était lancée. Il ne renoncerait pas, il ne rentrerait pas là ou la voix avait besoin de lui.Il connaissait une partie de ces projets.. Il en avait rêvé, savait que la voix lui avait parlé lors de son sommeil.Elle voulait faire de Genichi une machine à tuer, un être répondant à la volonté de la voix. Qu'il devienne quelqu'un de dangereusement connut, craint et acclamé. La voix avait soif de pouvoir..


Genichi souffla brièvement. Il ne rentrerait pas dans son jeu. Il se demanda où aller. Des personnes commençaient à sortir dans les rues. Les quelques personnes qui sortaient se dirigeaient vers les allées marchandes. Il vit devant lui un bâtiment. Au loin des vapeurs d'eau filtrait à travers les murs.

" Les sources? "


Genichi voulut tenter l'expérience, il avait besoin de repos et de calme. Il entra dans ce qui était visiblement le réfectoire. Une dame tenait un guichet et des casiers avec des cabines composaient un grand couloir avant l'entrée des bains. Genichi prit un ticket et partit ce changer. Il y avait deux sortes de bains d'après ce qu'avait saisi Genichi. L'un était pour les femmes et l'autre pour les hommes. En ce changeant et en disposant une serviette de bain autour de sa taille, Genichi s'aperçut que ces cicatrices n'avaient toujours pas disparut. Une balafre de 30 cm partait de sa clavicule droite pour descendre en direction du ventre. Et une autre, plus affreuse encore lui ornait le flanc gauche et repartait vers le nombril. Et une dernière dans son dos. Il ne savait pas comment les personnes allaient réagir en le voyant défilé avec autant de marques. Ce qui était triste, c'est qu'il n'avait plus mémoire de l'origine de ces cicatrices. Il se contempla en silence et sortit un peu gêné. Il se dirigea vers le bain principal. Des bancs en pierre étaient disposés tout autour de la source fumante. Un endroit dérrière le bassin était merveilleusement aménagé. Des colonnes de pierres l'entouraient, un autre petit bassin était creusé à l'intérieur. Des marches d'une splendeur inégalable permettait d'y accéder. Des barrières en bambou marquaient une séparation entre les deux bassins. Il s'installa sur l'un des bancs, ce mit volontairement à part toute l'agitation. Il ne voulait pas être vu, ne pas être jugé. Il se sentait mal à l'aise quand il ne connaissait personnes.

La vapeur commençait à l'entourer. Une vapeur apaisante et reposante. Cet endroit devenait plaisant. L'eau était agréablement douce. Il se leva et descendit un escalier de pierre le menant au fond d'un petit bassin.

Une douleur lui monta à la tête. Un flash sortit du néant de sa mémoire.

Une lame, une femme. Genichi se battait pour la protéger. Un homme, puis plus rien.

Il décida de s'allonger sur le rebord, écoutant le bruit de l'eau. Ce flash l'avait bouleversé. Il savait pertinemment que cet événement était lié à l'endroit où il s'était réveillé. Lui l'amnésique, le pitoyable amnésique. Il plongea sa tête dans l'eau. Cela lui faisait du bien, la douleur au crâne était présente, mais moins importante. Il immergea entièrement son corps dans le bassin.
Il détestait avoir des bribes de mémoires aussi troubles. Qui était cet homme? Il portait la lame, qui était la femme qui Genichi cherchait à protéger?

Soudain il ferma les yeux et réprimas un hoquet. Une douleur fulgurante le terrassa. Il gémit quand une autre convulsion lui frappa l'arrière du crâne. Sa tête était un véritable champ de bataille. Une ruine, une coquille vide, un néant.
La douleur continuait, s'arrêtant et recommençant de plus belle. Pendant son agonie d'autres flash lui revinrent en mémoires.

Un clan, son clan. Sa mère le prenait dans ses bras. Un champ de blé, une magnifique femme le tenait par la main. Une pierre, son premier combat..

La douleur ce stoppa net. Les flash par la même occasions. Genichi transpirait énormément. Il avait encore mal, tout allait mieux même si une légère douleur parcourait sa tête. Il reprit ces esprits.

Il entendit un " flop" un jeune homme s'installa dans le basin. Il devait avoir un ou deux ans de plus que lui. Il avait les yeux verts. Des cheveux mi-long et des traits fins. Une certaine aisance émanait de sa personne. Il tenta de faire comme si tout allait bien. Le jeune homme s'en aperçut et demanda d'une voix avenante.

" Vous allez bien? Vous m'avez l'air en sale état.. "


"Celui qui ne connait pas son passé et condamné à le revivre... " Mémoire d'un schizophrène

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Dim 5 Avr - 19:27

Encore une fois, je m’étais levé en pleine nuit. Encore une fois, j’étais monté sur le toit. Encore une fois je me suis endormi à la belle étoile. Le soleil se levait à peine, que j’étais déjà accroupi toujours au même endroit. C’était bizarre tout de même que j’arrivais à dormi correctement en plein air. Je descendis de mon perchoir d’un saut, avant d’atterrir lourdement dans l’herbe. Mes parents devaient sûrement encore dormir, et donc sans un bruit je partit de la maison. Le petit déjeuner allait se passer à l’extérieur.

Le soleil essayait de percer les nuages ce matin comme toujours et encore. Mais cette fois-ci, il semblait qu’il allait prendre l’avantage. Une prédiction qui allait annoncer sûrement une merveilleuse journée. Je me baladais tranquillement à chercher une échoppe, un restaurant ouvert, ce qui restait rare à cette heure de la journée. Enfin, je me retrouvais devant une sorte de roulotte qui vendait des beignets. Je cherchais dans ma poche quelques billets avant de lâcher d’un ton neutre.

Sokka – Bonjour. Je voudrais une dizaine beignets au chocolat.

D’un geste vif, le cuisinier-vendeur se retourna avant de m’adresser lui aussi un «Bonjour», et de mettre ce que j’avais commandé dans un sac en papier, tout en ajoutant que j’étais fort matinal même pour un ninja. Je lui répondis d’un sourire. La discussion continua le temps que je puisse engloutir mon petit déjeuner. Puis des saluts se suivirent et je continuais mon chemin.

La remarque du vendeur sur le fait que j’étais un shinobi me fit penser que cela faisait bien 3-4ans que j’étais devenu Chuunin. Je n’étais plus ce gringalet penseur, mais un jeune homme à la musculature taillée –je faisais tout de même pâle figure face au colosse qu’était Achyuta. Oui, je m’approchais bientôt de la vingtaine, désormais. Le temps avait bien changé. Par exemple Liori était devenu Sensei. Cela me faisait tout drôle depuis que je l’avais appris, et aussi je plaignais ses futurs élèves. Sur cette pensée, j’éclatai de rire. C’est vrai qu’il m’en avait fait bavé, moi son équipier, alors ses élèves… Puis Mitsu, elle aussi, était devenu Chuunin, et face au progrès qu’elle faisait, elle pouvait prétendre au poste de Juunin. Seulement, elle avait un projet bien plus important en tête.

***


Mitsu – Sokka-chan, viens habiter avec moi, dans mon appartement! Je pense que notre relation est suffisamment…

Sokka – Et enlever ta liberté ? Je n’oserais pas…

Mitsu – Sokka !


***


Effectivement, je n’osais pas franchir ce pas, je ne me sentais pas prêt. Et j’aimais être libre, chose que je n’aurais certainement plus en vivant avec elle. Toute cette balade m’avait emmené dans un coin chaud, humide du village. Je ne me trouvais certainement pas loin des sources.

Quelques pas plus tard, la vue du bâtiment avec ses immenses portes où se filtrait la vapeur me donna raison. Je n’hésitai pas à pénétrer dans le bâtiment pour retrouver celui qui s’occupait de ceci. Il était bel et bien là accompagné d’une femme qui s’occupait à distribuer les tickets pour ceux qui voulait paresser dans l’eau chaude.

Tenancier – Ah mais voilà Sokka-sama ! C’est que vous êtes un habitué ici.

Sokka – C’est vrai que j’aime bien me reposer ici, Chika-kun.

Je m’approchait de lui, rendit son salut avant de prendre un ticket. En me dirigeant vers les casiers, j’entendis un « Bonne Baignade» du tenancier. Je me changeai avec vitesse mettant en boules mes habits pour qu’il puisse rentrer rapidement dans le casier prévu à cet effet. Je me conduisis les yeux fermés vers le bassin pour les hommes. Toute la vapeur présente en ce lieu caressait directement ma peau comme si une main douce et consolante me câlinait, c’était si plaisant.

Puis, encore des souvenirs me parvinrent à l’esprit, ma première visite et immédiatement, par réflexe, ma main droite se posa sur mon torse avant de toucher aux reliefs, les reliefs qu’avait été causé par les cicatrices. Une venait de la part d’un ennemi, l’autre par quelqu’un qui voulait mon bien. Il portait le nom de Kino, et depuis cette aventure je ne l’avais jamais revu. Il se prétendait ninja, mais il pouvait simplement m’avoir menti. Pourtant de ma mémoire, je pouvais encore ces paroles qui se voulaient être rassurantes. Enfin, je me dirigeai vers l’escalier de pierre lisse, agréable et si douce au contacte de mes pieds. Pendant ce petit rituel, j’entendis quelqu’un émergeant rapidement de l’eau. Sa respiration était forte. Il était troublé par quelque chose, cela se sentait. Vraisemblablement, aujourd’hui cela allait être mon tour de rassurer quelqu’un d’apaiser ses esprits brouillés. Me rapprochant vers lui, il me remarqua et fit comme si de rien n’était. Mais cela ne pouvait pas me tromper. Il fallait que j’engage la conversation, d’une voix accueillante.

Sokka – Vous allez bien? Vous m'avez l'air en sale état…

Je me mis à le regarder plus précisément pour découvrir son visage qui restait flou par ce brouillard. J’aperçu enfin les détails. Un jeune homme qui devrait être en pleine force de son âge mais cela ne semblait pas le cas. Son visage crispé allait en ce sens. Je repris d’une voix plus que rassurante. Pour ceci, j’allais le tutoyer, pour montrer une certaine intimité, pour essayer de gagner peut-être sa confiance.

Sokka – Quel est ton nom ? Moi c’est Sokka Kawaki.

Je fis une pause, en attendant sa réponse avant de reprendre la parole.

Sokka – Hé bien, ravi de te rencontrer.



MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Dim 5 Avr - 23:36

L'homme lui parlait, il ne s'en aperçut pas tout de suite.. Il était plus petit que Genichi mais plus âgé.


Sokka - Quel est ton nom ? Moi c'est Sokka Kawaki.


Sokka lui parlait avec une réelle aisance. Aisance qui détendit Genichi. Malheureusement, son ton avenant ne faisait rien contre sont mal de crâne. Une goutte de sang perla le long de son nez et tomba dans l'eau. La douleur continuait à le narguer. S'arrêtait redémarrait. Un vrai cauchemar, sa n'aidait vraiment pas Genichi à réfléchir. Il dévisagea Sokka encore une fois. Il devait surement avoir déjà combattu vu sa musculature et sa forme. La voix de Sokka le sortit de sa contemplation.


Sokka - Hé bien, ravi de te rencontrer.


Genichi réprima un hoquet de surprise. Pour la première fois depuis deux semaines, quelqu'un mis à part par sens de la politesse s'adressait à lui. Il avait tout fait jusque la pour ne pas se faire remarquer. Il décida de répondre d'un ton qu'il voulut sympathique.


Genichi - Genichi.. Genichi Hida. Je vous remercie, une douleur à la tête. Oui juste une douleur à la tête.

Sokka - Je t'ai entendu respirer fort et ton visage était tout tout.. Enfin cela ne fait rien! Tu peux me tutoyer tu sais.


Sokka sourit. Il arrivait petit à petit à mettre Genichi en confiance. Sokka voyait bien que Genichi était confus, et pourtant rien ne changeait dans le ton de sa voix. Il fixa Genichi comme s'il l'examinait. Quelques gouttes de sang continuaient à couler le long de son nez.


Sokka - ça t'arrive souvent ce genre de crises? Car tu saignes du nez, ce n'est pas vraiment annonciateur de quelque chose de bon..

Genichi - Rarement, sa ne dure jamais plus de quelques minutes. J'avoue avoir un mal de chien, cela passera comme toujours, j'espère..

Genichi sourit en espérant prouver à Sokka que tout allait mieux. Drôle d'endroit pour rencontrer une personne de cette façon. La plupart des gens auraient demandé poliment si tout allait bien et seraient parties. Lui faisait exception à la règle. Pour cette raison, Genichi avait décidé de ne pas être froid avec lui. Il n'en était pas sur mais il devait être un shinobi de Kiri. Une personne d'une certaine importance vue l'impression de puissance qui émanait de lui vis-à-vis de celle de Genichi. La vapeur autour de Sokka se dissipait petit à petit. Son visage était désormais plus distinct. Il arborait des traits fins et détendus. Une vivacité d'esprit se lisait dans ses yeux. Il n'était pas un de ses rustres qui croyaient que seul les muscles comptait. Donc le genre de personne que Genichi ne détestait pas. L'antipathie de Genichi ne touchait apparemment pas Sokka. En même temps, le personnage était plutôt impressionnant comparé à lui. Il se voyait mal le remercier et tourner les talons. En revanche, il voulut à son tour donner le change, il tendit sa main en direction de Sokka.


Genichi - En tous les cas Sokka, je te remercie.


Sokka ouvrit de grand yeux, il parut surpris du soudain changement d'attitude de Genichi. Effectivement il était passé d'un ton défensif peu sur de lui à une mine joviale et souriante en l'espace de quelques secondes. Sokka lui serra la main. Il continua.


Genichi - Excuse moi si je t'ai paru froid. Après cette foutue migraine j'avoue avoir du mal à réfléchir et il me faut un certain temps d'adaptation.

Il baissa les yeux et essuya le sang qui coulait. Sa tête lui faisait moins mal. Il était désormais détendue et moins sur le qui vive. Genichi appréciait les sources car elles procuraient un effet relaxant sur lui et son Chakra. En effet il sentait sa source de Chakra déborder et son esprit était reposé.
Il renoua fermement la serviette autour de sa taille.
Genichi aperçut les quelques cicatrices qui décoraient le corps de Sokka. Pour cela aussi, Genichi n'éprouvait plus une réel gène. Lui qui avait peur d'effrayer des personnes avec ces horribles marques.
Sokka le fixa droit dans les yeux, puis s'apprêta à lui poser une question.


"Celui qui ne connait pas son passé et condamné à le revivre... " Mémoire d'un schizophrène

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Mar 7 Avr - 19:25

Un bruit se fit entendre, un bruit qui venait de la gorge de mon interlocuteur. Il ne cacha pas sa surprise. Sa surprise de quoi ? Que je lui parle probablement. J’esquissai un sourire face à cette pensée. Une gêne que quelqu’un lui parle, il était si pourri, si individualiste le monde dans lequel je vivais ? J’observai le jeune homme qui me faisait face, j’attendais une réponse et je sais savais qu’il allait me la fournir pour essayer de montrer lui aussi de la gentillesse.

Genichi – Genichi… Genichi Hida. Je vous remercie, une douleur à la tête. Oui juste une douleur à la tête.

Une simple migraine comme le prétendait Genichi, ne ferais pas tant de mal surtout à un jeune homme qui semblait être en bonne conditions physiques. Il y avait bien plus derrière, mais son choix n’était pas de dévoiler ce secret, qu’il tentait de garder, sûrement depuis longtemps. Chacun a ses soucis, moi-même je n’en suis pas épargné. J’allais quand même essayer de me rassurer de son état. Après tout, je suis un peu médecin.

Sokka – Je t'ai entendu respirer fort et ton visage était tout tout…

J’accompagnais mes paroles de mimiques comiques, en gonflant mes joues, pour que mon visage se teinte en rouge tout en posant mes mains dessus. Et je fis semblant que j’allais exploser comme dans l’histoire de la grenouille qui voulait devenir aussi gros qu’un bœuf. Il fallait bien détendre cette atmosphère avant qu’elle ne pèse à nouveau. J’allais éclater de rire, mais je me retins, pensant que ça pouvait le mettre mal à l’aise. Enfin, je me repris et continua la discussion.

Sokka – Enfin cela ne fait rien! Tu peux me tutoyer tu sais.

Encore un sourire s’afficha sur mon visage, je voulais me montrer le plus confiant possible et la rassurer, pour qu’il puisse, s’il le voulait, me parler de la véritable raison de ce petit incident. D’ailleurs l’incident n’était pas fini quelques larmes de sang perlaient encore s’écoulant jusqu’à son menton avant de tomber inoxérablement dans une chute programmée par la pesanteur. Décidément pas bavard, j’allais de nouveau entamer une phrase pour m’assurer si rien de grave ne s’était réalisé.

Sokka – Ca t'arrive souvent ce genre de crise? (Puis, d’un ton un peu plus grave.) Car tu saignes du nez, ce n'est pas vraiment annonciateur de quelque chose de bon...

Genichi cherchant un peu ses mots, déliant sa langue pour m’offrir une réponse qu’il espérait satisfaisante et apaisante sur sa situation.

Genichi – Rarement, ça ne dure jamais plus de quelques minutes. J'avoue avoir un mal de chien, cela passera comme toujours, j'espère…

Il exprima sa volonté de prouver que le mal était passé par un simple sourire, pourtant même rarement, le saignement pouvait être dangereux. Enfin, il prenait confiance, ses muscles paraissaient moins tendus. Enfin, il allait se découvrir de ce masque froid et statique qu’il abordait peu avant notre rencontre. J’ai du le toucher en m’intéressant à lui apparemment. Et tous ces efforts que j’avais effectués n’allaient pas être vain. Le jeune homme tendit sa main avant d’ajouter.

Genichi – En tous les cas Sokka, je te remercie.

Je ne m’attendais pas à ça, le sourire m’aurait suffi mais je n’allais tout de même pas rejeter ses paroles. Mais par étonnement, je ne pus empêcher mes yeux de s’écarquiller. Il avait tout simplement changé de visage, celui de quelqu’un qui semblait heureux. Le précédent s’était cassé comme la glace, dont leur froideur était similaire. C’était à mon tour de continuer les politesses.

Sokka – C’est tout à fait normal.

Avec ces paroles, je levais mon bras pour lui serrer la main, d’une poigne ferme, peut-être trop, je ne savais pas. On pouvait dire par ce geste, officiellement, ils se sont rencontrés et ont discuté. Et cette discussion n’était pas encore close. Genichi le prouva en reprenant la parole.

Genichi – Excuse moi si je t'ai paru froid. Après cette foutue migraine, j'avoue avoir du mal à réfléchir et il me faut un certain temps d'adaptation.

Cela se sentait dans le ton, qu’il était sincère. Puis, personnellement moi aussi j’aurais été désagréable après un mal de tête qui avait eu l’air atroce. D’ailleurs, je percevais aussi que cette migraine était passée avec ce visage moins crispé. Les dernières gouttes de sang qui osait s’accrocher à cette face, furent dégager d’un geste de la main du propriétaire de la figure.

Les vapeurs des sources commençaient à se dissiper, montrant que cela faisait déjà un temps que j’étais ici. Je pus enfin, apercevoir correctement l’effigie de mon interlocuteur. Des cicatrices s’était logés dans ce corps qui semblait meurtris par elles.Son visage montré qu’il était une personne fatigué, dérangé durant son sommeil.

* Lui aussi… Il a du mal avec lit… *

Le gaz étant dispersé, je pouvais regarder Genichi droit dans les yeux. Maintenant que les présentations et les politesses étaient faites, il était temps de se connaître mieux. La première question qui me venait à l’esprit avait sûrement pour cause du village où on se trouvait. Un village de ninja. A savoir si il en faisait partie. Et c’est donc d’un air faussement désintéressé que mon interrogation brisa le silence.

Sokka – Sinon, tu es un ninja ?

Genichi – On peut dire ça. Je vais à l’académie pour apprendre les bases. Et toi ?

Sokka Je suis au rang de Chuunin. C’est à partir de là, que tu commence a voir ce qu’est vraiment un shinobi… Pour certains, ils en sont heureux et pour d’autres…

Je terminai ma phrase par un soupir. Non pas que j’appartenais à une partie, mais que je trouvais inutiles qu’elles existent. La première, tu leur disais «Tant mieux pour toi, si tu aimes entre autre faire le malheur aux autres…». Oui, c’était fini les missions où il fallait retrouver le chien de untel, là c’était plus dangereux autant qu’aux autres qu’à nous. Et la deuxième, tu penses qu’ils se sont jetés tout seul là dedans, dans cette merde qu’ils détestaient. La bonne attitude que je pensais bonne, c’était simplement qu’ils fallaient dire que c’était une autre vie. Une vie où les combats et les sentiments sont présents à tout moments et indissociables. La haine était reine de ce monde. Il fallait l’accepter et non pas y aller contre ou pire, être pour. Voilà ce que j’en pensais. J’esquissai un sourire, pour re-détendre cette atmosphère qui j’avais alourdi contre mon gré.

Sokka – Bref, sinon autre chose à dire sur toi ?

Genichi – Euh, non…

Il se sentait assez gêné, face à ceci. Encore une erreur que j’avais faite. Tant pis, il ne fallait pas tout de même faire comme si je marchais sur des œufs. Enfin je crois.

Sokka – Dis-moi tu n’est pas fait en œufs ?

Genichi – Hein ?

Face au visage qu’il exprima, j’éclatais de rire. Le pauvre, l’incompréhension était totale pour lui.

Sokka – Non, non rien. Juste que je suis assez blagueur. Même si elles sont assez spéciales… Bref, vu que tu ne veux pas parler de toi. Ce n’est pas grave. On va parler d’un sujet qui te convient. A toi de choisir, donc.

Sur ces mots, je sentais que mon corps avait assez assimilé de chaleur, que désormais j’avais trop chaud. Donc, d’un geste assez souple, je montai sur le rebord du bassin afin de m’asseoir dessus -mes jambes ne quittant pas l’eau relaxante. Désormais, j’attendais que le jeune homme fasse son choix, assez impatiemment.



MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Jeu 9 Avr - 15:36

Sokka - Non, non rien. Juste que je suis assez blagueur. Même si elles sont assez spéciales... Bref, vu que tu ne veux pas parler de toi. Ce n'est pas grave. On va parler d'un sujet qui te convient. A toi de choisir, donc.


Cette phrase surprit Genichi. Sokka était vraiment étonnant. Enfaite c'était plutôt le personnage dans sont ensemble qui le surprenait. Quelqu'un d'étrange pensait Genichi. Tantôt sérieux, tantôt rieur. Il avait du mal à le cerner. Voulait t'il juste le connaitre ou attendait t'il quelques choses de lui. Les jambes de Sokka se balançaient sur le rebord du bassin. Il fixait de nouveau Genichi. Il était donc sérieux, il voulait que Genichi trouve un sujet. Rien de dérangeant mais espiègle comme méthode de discussion. Après tout c'était bien Sokka qui était venu lui parler.

Genichi - Tu es spécialisé dans quelle voix alors?


Sokka - J'espère être un bon Eisei-nin, dans sa version offensive. Oui, je l'espère...


La réponse avait été proférée du tac au tac. Sokka souriait face à l'incertitude de sa réponse. Il était donc un de ces médecins qui grâce à leurs savoir sur le corps humain provoquait des dégâts physiologiques immenses. Intéressants.. Genichi avait visé juste, il n'était pas dépourvus d'esprit. Au contraire, Genichi avait entendue plusieurs propos au sujet de l'Eisei. Les pratiques étant complexes, un certain niveau de savoir global et d'apprentissage. Les personnes qui se lançaient dans ces études étaient loin d'être le genre d'abruti que détestait Genichi. Curieux, il voulut en savoir plus. Genichi avait entendu parler des Genjutsu, Ninjutsu et Taïjutsu. Mais l'Esei était encore un domaine peu connue pour Genichi. Le destin faisait bien les choses parfois.


Genichi - Donc beaucoup d'études pour pas mal de dégâts..


Sokka - Si on veut.. ça va à des techniques sommaires comme à des choses surprenantes. Par exemple d'une simple pression du pouce à des endroits particuliers, je peux t'infliger des spasmes musculaires. Dans le but de faiblir tes mouvements.


Genichi - Impressionnant..


Sokka - Tu montres enfin des signes d'intérêt pour quelque chose, je commençais à désespérer.

Sokka avait prononcé ses mots avec une ironie dans la voix. Ses yeux étaient plissés, il avait l'air satisfait de lui. Genichi pour sa part ria suite à ça. Un rire sec, ce transformant en rigolade sincère. Il devait l'avoué il commençait à apprécier Sokka. Personnage avenant et assez sympathique. Il avait du mal avec certaines de ces blagues voir pitreries mais il l'appréciait. Sokka reprit la parole après le rire de Genichi.


Sokka - Et toi alors.. Toi qui apprend les bases. D'en quoi veux tu ou t'es tu déjà spécialisé?


Genichi - Essentiellement du Taïjutsu et du Ninjutsu non-élémentaire.. Je m'essaye à être complémentaire.


Il ne voulut pas lui révéler l'existence de son dons spécifique. Il le jugeait pour le moment dérisoire et n'en connaissait même pas l'étendue. Et après tout un vrai ninja dévoile ces cartes maîtresse au moment opportun. Sokka ne parut pas remarquer ce coup si que Genichi évitait une fois de plus un sujet épineux. Sokka avait arrêté le balancement de ses jambes. Il resserra la serviette autour de sa taille, passa l'une de ses mains dans ses cheveux. Il ajouta.


Sokka - Intéressant... Lié l'art du corps avec des techniques de l'esprit, pour équilibrer tes capacités. Cela demande un corps et un mental qui doivent être en parfaite santé mais qui se fatiguent aussi... Cela semble être ton cas, non?



Genichi - Effectivement je ne dors plus beaucoup en ce moment. Insomnies, étranges cauchemars, je ne sais pas vraiment à quoi lié ça.


Genichi baissa la tête, décidément il n'aimait pas trop parler de lui ouvertement. Peur d'en dire trop, ou bien de ne pas en dire assez. Il s'assit contre le mur, immergea son corps tout entier ne laissant dépasser que le visage. Il voulait continuer la discussion mais ne savait que dire. L'eau chaude lui faisait du bien, la douleur qu'il ressentait au cotes quelques semaines au par avant ne le lançait quasiment plus. Sa tête d'ailleurs ne lui faisait plus mal. Il ferma les yeux et décontracta complètement l'ensemble de ces muscles. Genichi voulut inverser la situation, savoir de quoi avait envie de parler Sokka.


Genichi - Et toi Sokka, qu'as-tu à me dire?


Il ouvrit subitement les yeux et regarda Sokka. Il était content à son tour de l'effet produit par la question. Il attendit fixement que Sokka trouve ces mots. Apparament renversé le jeu allait être amusant et riche en enseignement. Derrière le masque d'incertitude qu'affichait Genichi, il écoutait attentivement chaque bribe de discussions. Analysant, réfléchissant et essayer de cerner Sokka. Un trait de personnalité propre à Genichi l'obligeait tout de même à rester en alerte.


"Celui qui ne connait pas son passé et condamné à le revivre... " Mémoire d'un schizophrène

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Lun 13 Avr - 0:38

Je fixais Genichi en l’attente d’une réponse. On n’allait pas devenir d’un coup muet, ça serait vraiment louche. Vu que je n’osais pas choisir un sujet de peur qu’il se referme a nouveau et perde la confiance que j’avais réussi à installée, je le laissais tout simplement choisir. C’était à moi de m’adapter tout simplement. Enfin, le jeune homme brisa le silence qui s’était installé depuis peu.

Genichi - Tu es spécialisé dans quelle voie alors?

Question classique, et logique après celle que j’avais posé. Il me demandé la chose dans laquelle un ninja se spécialise en espérant devenir un expert en la matière. Non pas, que c’était rare, mais la difficulté était au rendez-vous, devenant l’ombre de la personne s’entraînant, dans ce but.

Sokka - J'espère être un bon Eisei-nin, dans sa version offensive. Oui, je l'espère...

Moi aussi, je visais ce but, en quelque sorte, mais sans jamais en faire la priorité absolue. Je faisais juste le nécessaire, pour y parvenir, bien que ce que je conçois de nécessaire pour moi, était dispensable pour d’autres. Puis, il y avait bien d’autres choses plus importantes, comme l’amitié, qu’en ce moment même, je tente d’étendre sa toile, en tissant un fil vers Genichi. Je souhaitais que ce lien ne se casserait pas, juste se tordre quand la tempête viendrait. Enfin l’étudiant lâcha une remarque pour me répondre.

Genichi - Donc beaucoup d'études pour pas mal de dégâts…

Il avait raison. Je ne comptais plus désormais les nombres d’heures que je passais à la bibliothèque ou autre à lire des livres sur l’anatomie et la médecine. Mais pas pour soigner, pour faire le plus mal possible. L’extermination de la menace avant qu’elle te blesse en quelques mots. Mais si jamais, les égratignures étaient présentes, je pouvais les soigner. Oui, c’était une façon de voir les choses…

Sokka - Si on veut… Ca va à des techniques sommaires comme à des choses surprenantes. Par exemple d'une simple pression du pouce à des endroits particuliers, je peux t'infliger des spasmes musculaires. Dans le but de faiblir tes mouvements.

C’était l’exemple qui impressionnait toujours, les spasmes… Personne n’aimerait en avoir. Si incontrôlable…

Genichi - Impressionnant…

Ma phrase eut l’effet voulu. Mais le ton qu’avait pris l’apprenti ninja montra qu’il y apportait une réelle attention dans ce que je venais de raconter. Comme tout néophyte désireux d’apprendre en somme. Il n’était pas si différent. Cela pouvait me rassurer, mais là, je ne recherchais pas les similitudes qu’avaient les hommes. Je visais à découvrir ce qui le différencier des autres. Mais au moins, il montrait qu’il s’intéressait à quelque chose.

Sokka - Tu montres enfin des signes d'intérêt pour quelque chose, je commençais à désespérer.

Je croisais mes bras sur ma poitrine froissant mes paupières pour montrer satisfaction. Satisfaction d’une enquête qui avançait. Mais, elle avançait quand l’enquêteur ne travaillait pas dessus. L’ironie était là. Genichi l’avait sans doute perçu et c’était sans doute la cause de son rire. Tire qui s’rrêta au bout de quelques minutes.

Sokka - Et toi alors… Toi qui apprends les bases. Dans quoi veux tu ou t'es tu déjà spécialisé?

Chacun son tour. Il m’avait posé une question, et j’ai répondu. Le moment était venu que j’inverse les rôles. Et le shinobi qu’il était, suivait le jeu.

Genichi - Essentiellement du Taïjutsu et du Ninjutsu non-élémentaire.. Je m'essaye à être complémentaire.

Il eut besoin de préciser autre matière que sa spécialité, le Taijutsu. Le Ninjutsu Non Elémentaire était un peu la base d’un Ninja. Tout le monde n’apprenait pas cette art, mais voilà. Peut-être l’avait-il précisé, pour montrer qu’il n’était pas un de ses fous du Taijutsu sans cervelle ? C’était sûrement pour ça. Je ne voyais pas d’autres explications. Oui, ça devenait intéressant.

Je remettais ma serviette qui voulait retourner d’elle-même dans l’eau. Elle s’asséchait et n’aimait guère ceci. Je tournai la tête vers mon interlocuteur, mais je ne voyais que l’arrière de la nuque, étant donné que j’étais plus reculé de lui. Puis je passais ma main dans les cheveux. Chose que je faisais rarement, mais ils commençaient a être long ceux-là. Non pas que j’aimais pas, mais il gênait ma vision.

Sokka - Intéressant... Lié l'art du corps avec des techniques de l'esprit, pour équilibrer tes capacités. Cela demande un corps et un mental qui doivent être en parfaite santé mais qui se fatiguent aussi... Cela semble être ton cas, non?

Genichi - Effectivement je ne dors plus beaucoup en ce moment. Insomnies, étranges cauchemars, je ne sais pas vraiment à quoi lié ça.

Le ton avait changé, il avait perdu en assurance. La question le troublait. Il en bassa la tête. Pendant un moment, je crus qu’il allait pleurer. J’aurais été dans une drôle d’affaire. Mais il ne semblait pas être quelqu’un de ce genre, enfin je ne l’espérais pas plutôt. Il s’était quasiment immergé, laissant le strict nécessaire pour pouvoir respirer et entendre et le plus important parler.

Genichi - Et toi Sokka, qu'as-tu à me dire?

Sur ses mots, il se retourna me fixant droit dans les yeux. Lui aussi voulait jouer au jeu de découvrir la personnalité de l’autre. Il n’était plus du tout le jeune homme froid que je venais voir pour savoir s’il n’était pas en train de se mourir. Il avait l’œil pétillant, le même qu’un enfant devant quelque chose qui l’émerveille. Il ne le fallait pas le cacher, mais j’étais assez fier de moi. Fier de pouvoir approcher n’importe quel type de personne, et discuter avec lui du moment qu’il mettait du sien. Ce que Genichi faisait. J’affichais un grand sourire pour répondre à son regard.

* Tu veux que je parle de moi et ce qui m’interresse et bien c’est parti…*

Sokka – Je peux pratiquement tout te dire, du moment que tu le demande… M’enfin bon, tu veux sans doute savoir un peu plus sur moi. Et bien si tu y tiens, je vais te révéler tout ça. Moi aussi, je dors mal en ce moment, du sûrement à d’autres raisons que toi. En ce moment, je m’entraîne sur des techniques du répertoire de l’Eisei. J’approfondis mes connaissances. Le problème de la médecine est qu’elle est toujours en mouvement. Ce qui était vraie ou important aujourd’hui peut se retrouver faussé ou futile demain. Voilà, ce que je peux dire pour le moment.

Genichi – Eh bien… Je serais trop indiscret à te demander tes projets réalisables dans un futur proche ?

Une question, que moi-même, je ne pouvais pas parfaitement, répondre. En ce moment, je me laissais vivre, négligeant un peu mon entraînement précédemment cité. Je commençais à m’en ennuyer, je voulais quelque chose de nouveau, et me reposer. Et comme la vie est bien faite, que c’est en venant dans les sources chaudes, que je trouvais une nouvelle occupation : discuter avec un futur ami ? Oui pourquoi. La proposition n’était pas du tout vilaine, vu que j’appréciais ce Genichi, et cela semblait réciproque.

Sokka – Assez difficile comme question. J’ai une idée assez vague… J’aimerais peut être prendre une équipe à ma charge. Oui, j’aimerais assez être un Sensei…

Genichi – Ah ? Tu peux diriger une équipe au rang de Chuunin ?

Sokka – Oui c’est le rang minimum, pour accomplir cette tâche, la tâche de professeur en quelque sorte…

Une idée qui me trottait dans la tête depuis que j’avais vu Liori le faire. Quand il me l’a appris, cela m’avait surpris et puis une question m’était venue dans la tête, «Pourquoi pas moi ?». Depuis, j’essayais de poser le pour et le contre sans pour autant choisir. Le doute était là. L’incertitude était de savoir si j’allais encore attendre, ou faire le pas maintenant.

Sokka – Et tu pourrais peut-être mon élève qui sait ?

J’explosais de rire suite à cette phrase, et Genichi me rejoint. Pauvres personnes qui venait se reposer comme nous, et se trouvaient à écouter notre rire. Pourtant, j’étais assez sérieux. Il se pouvait qu’il soit mon élève. Il fallait que j’envisage cette situation. Après tout j’avais le grade et lui aussi pour que la situation se réalise.

Sokka – Mais j’appartiens déjà à une équipe, dont je suis un des membres… Mais c’est au niveau supérieur de ce que je suis en train de dire…

Je pris une brève pause avant de me rappeler grâce au Soleil qui s’élevait dans le ciel, que j’avais une demande de la part de Mitsu, mais pas moyen de m’en souvenir.

Sokka – Hum le temps passe. J’avais quelque chose à faire pour ce midi… Faut que je vois c’est quoi… J’ai mis un pense bête dans la poche de ma veste je reviens.

Genichi – D’accord, à tout à l’heure.

Je me levais et cherchais donc la sortie. Elle se trouvait juste en face de moi. Il y avait le bassin qui me séparait des vestiaires. Mais voilà, j’étais pressé car les cloches allaient bientôt sonnés douze fois, je le sentais, vu ma chance. Donc c’est d’un pas léger, vif, et rapide que j’allais traverser le bassin. Une chose banale de marcher sur l’eau pour un ninja. Je franchissais en courant, devant certains yeux ébahis de voir que je foulais l’eau comme si c’était de la terre. Me voilà, à peine à l’autre bout, que j’entrai déjà dans les vestiaires. J’accédais avec rapidement à mon casier, trouvant mon rappel.

J’ouvris le papier soigneusement plié, pour découvrir une écriture agréable, celle de Mitsu

Citation :
N’oublie pas notre rendez-vous au restaurant à 12h30
Bisous, Mitsu.

Il ne fallait pas que je le loupe, sinon je ne donnais pas cher de ma peau. Il va falloir que j’écourte mon entrevue avec Genichi. Peut-être en donnant un rendez-vous pour le lendemain. Oui, j’allais sûrement faire, ainsi.

[Hrp : Genichi, je te laisse conclure, pour info, Sokka va revenir et remarquera que tu es intéressé par le fait qu’il marche sur l’eau. Il s’excusera et donnera un rendez-vous ultérieur pour se revoir. Tu peux dire aussi que ce sera un rendez-vous pour apprendre cette technique, si tu veux. Désolé, si j'ai pas fait beaucoup de paroles, je ne vois absoluement pas ce que tu peux dire. Si tu as des questions, n’hésite pas =)]



MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Sam 18 Avr - 21:19

Sokka - Et tu pourrais peut-être mon élève qui sait ?


Genichi riait suite à l'explosion de rire de Sokka. Il n'avait pas envisagé cela comme ça, mais Sokka avait l'air d'en connaitre un minimum et d'être assez intelligent pour diriger une équipe avec brio. L'idée lui plaisait au final, la rencontre en devenait de plus en plus surprenante. Passé de la simple rencontre à celui d'élève à Sensei. La discussion en était déroutante. Puis Sokka s'arrêta de rire. Prit un air plus sérieux et déclara.


Sokka - Mais j'appartiens déjà à une équipe, dont je suis un des membres... Mais c'est au niveau supérieur de ce que je suis en train de dire...


Genichi en était presque dessus, Sokka l'avait réellement lancé dans l'envie d'apprendre. Il aurait voulu que ce projet soit évoqué plus sérieusement. Le temps viendra bien ou Genichi se retrouverait dans une équipe. La solitude le baignait, l'immergeait. La voix infâme qui sommeillait en lui attendait toujours les moments d'extrêmes solitudes. Depuis son arrivée il n'avait jamais cherché à connaitre quelqu'un. Aneko lui avait tendu la main, mais elle ne lui était pas destinée, Genichi était totalement dérouté face à elle. Il ne pouvait retourner la voir comme si de rien n'était. Son passé le bouffait littéralement de l'intérieur. Il devait se l'avouer.. Sans personne à qui se confier il sombrerait. Deviendrait l'esclave de la voix. Il aurait bien voulu se confier à Sokka, mais il ne pouvait révéler son passé qu'il ne connaissait pour ainsi dire pas. La voix de Sokka bouscula les pensées confuses de Genichi.


Sokka - Hum le temps passe. J'avais quelque chose à faire pour ce midi... Faut que je vois c'est quoi... J'ai mis un pense bête dans la poche de ma veste je reviens.


Genichi - D'accord, à tout à l'heure.


Genichi attendit patiemment que Sokka revienne du vestiaire. Sokka voulut contourner le bassin et se ravisa. Il marcha sur l'eau avec une réelle désinvolture. Chose que ne savait pas faire Genichi. Un souvenir lui revint brièvement en mémoire. Il avait appris à marcher sur l'eau, malheureusement il ne s'en rappelait plus. Comme le reste de sa piètre vie pour ainsi dire. Et pourquoi pas ne pas réapprendre? Après tout s'il avait su le faire, pourquoi n'y arriverait t-il pas désormais.
Sokka revint d'un pas pressé. Il se pencha vers Genichi.


Sokka - Malheureusement Genichi j'ai un rendez-vous.. Je dois y aller j'avais complètement oublié.


Genichi - Oh.. Aucun problème. Peut être pourrions nous revoir? Dans le cadre d'un cours particulier.. J'aimerais apprendre à marcher sur l'eau.


Sokka ria à gorge déployé et répondit avec un entrain non dissimulé.


Sokka - Oui oui. Oui ça ne me déplais pas. Disons demain. Une pâtisserie se trouve sur l'une des routes menant à la zone des Grands lacs. Disons 10H ?


Genichi - Aucun problème.. A demain donc.


Sokka - Salut!


Sokka se précipita vers les vestiaires. Genichi était satisfait de lui. Il arrivait à peu près à parler sans gène à une personne qui ne lui était pas connue. Belle progression car il reuvérait ce Sokka. Genichi s'installa au fond du bassin. L'eau y était toujours très agréable. Une fumée constante enveloppait les lieux. Des rires d'enfants parvenaient à ses oreilles. Des bruits d'éclaboussements suivaient généralement juste après. Les lieux plaisait réellement à Genichi. Un bruit de pas survint dérrière Genichi. Il eut à peine le temps de se retourner qu'un môme sautait les genoux ramené contre lui dans l'eau. Une vague d'eau éclaboussa le visage détendue de Genichi. Le gamin sortit la tête de l'eau et cessa de sourire en apercevant Genichi.


Genichi - Beau plongeant.. Fait tout de même attention il n'y a pas beaucoup de fond.


Le gamin sortit de l'eau en rigolant et partit rejoindre ces amis. Il le regarda longuement puis s'installa confortablement contre le mur du bassin. La fatigue l'envahit, ces muscles se ramollissaient, ses pensées étaient de moins en moins claires. La quasi nuit blanche qu'il avait passé commençait à l'emporter doucement vers le sommeil. Il sortit du bain et sera sa serviette. Il se dirigea vers les casiers. Il marchait tranquillement, longeait le bassin et baillait tout en même temps. C'est donc un Genichi fatigué et de nouveau antipathique qui sortit des sources chaudes de Kiri. Son visage faisait peine à voir.


Il se dirigea vers son lieu d'entrainement, il voulait se reposer et s'endormir dans un endroit qu'il affectionnait particulièrement. De plus il devait être 8 ou 9H. La matinée était loin d'être terminé. Oui il avait réellement envie de se reposer, par la suite de peaufiner son art du Kawarimi. Il marcha d'un pas assuré vers les portes du village. L'après-midi aller être réservé à un dur travail.


"Celui qui ne connait pas son passé et condamné à le revivre... " Mémoire d'un schizophrène

MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   Dim 19 Avr - 18:35

Genichi Hida : +34 XP RP
Sokka : +42 XP RP (bonus chuunin inclus)

Une séance RP sympathique à lire.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Source Chaudes   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» [Code Source] Code Source
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Les cascades chaudes
» une source "valable" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Coeur du Village-