Partagez | 
 

 Les Ruines Enflammées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

MessageSujet: Les Ruines Enflammées   Jeu 22 Jan - 1:16

Le soleil scintillant d’une belle journée éclairait peu à peu la pièce à couchée de jeune Uchiha. Il dormait encore perdu dans les bras de Morphée. Les songes, seul lieu où toute douleur devenait aussi importante que la futilité sévère de certaine action. La lueur du soleil prit place sur son doux visage. Kenji cligna alors des yeux et s’éveillait pour une nouvelle journée. Il s’étira longuement puis se redressas lentement. Il avait encore quelques courbatures de son entrainement physique avec Taki la veille. Il avait passé trois longues heures à enchainer des pompes, suivit d’abdominaux et de sprint pour garder la forme. Ses muscles étaient devenu si lourd qu’il avait mit un temps fou à rentrer dans la villa se situant seulement à quelques pas.
Mais ce matin une nouvelle journée commençait et Kenji se leva avec une volonté de fer. Il se passa une main dans les cheveux et alla s’habilla en toute tranquillité. L’éventail du clan ornant son dos était visible à deux lieux à la ronde. Il enfila sa tenue de ninja et bomba alors fièrement le torse. Il était prêt à attaquer une nouvelle journée plein d’aventure. Mais avant cela il rangea d’une façon assez particulière sa chambre. Pleine de lumière elle inspirait une gaité étrangère au jeune Uchiha. Elle contrastait vraiment avec son attitude et sa perception des choses qui faisaient la vie.
Kenji sortit dans le grand corridor et aperçu Takeshi se dirigea vers la sortie de la maison. Ce dernier le regarda sans grande conviction, mais avec des yeux sévères, comme à son habitude. Kenji baissa la tête et le salua.


[Kenji] « Takeshi-Sama. »

Le patriarche du clan, un homme puissant et respecté, ouvrit la porte et sortit sans un mot. Kenji partit alors vers la cuisine l’esprit encore troublé par cette rencontre. Takeshi n’était pas un homme facile et le génnin était souvent perdu avec lui. Il n’y avait que durant les entrainements ou les combats contre Taki qu’il comprenait réellement ce que souhaitait le vieil homme. Mais le quotidien était tout autre. Les interrogations s’enchainaient sans jamais donner de réponse. Cela faisait partie de son caractère et il fallait faire avec. Il n’était pas devenu un des membres les plus influents au sein du clan sans inspirer un certain respect.
Kenji se passa une main dans les cheveux et pénétra dans la vaste cuisine où Shiori préparait le déjeuné. Il vint s’assoir sur la table basse et elle lui déposa un bol devant lui. Sa voix matinal fut douce et tira le jeune homme d’une certaine torpeur.


[Shiori] « Comment vas-tu ce matin ? »
[Kenji] « Bien merci. »
[Shiori] « Prends des forces, tu en auras besoin. »
[Kenji] « Takeshi-Sama a prévu un entrainement pour moi ? »
[Shiori] « Non. Mais j’ai reçu un courrier de l’académie disant qu’un professeur allait venir te rencontrer. »

Kenji ouvrit grand les yeux et reposa son bol.

[Kenji] « Quand doit-il arriver ? »
[Shiori] « Sous peu. »

Le jeune Uchiha se leva sans un mot et retourna dans sa chambre. Il s’assit à son bureau et commença à réfléchir très vite. Il ne comprenait pas pourquoi un membre du corps enseignant décidait de venir le voir. De plus à domicile dans le quartier des Uchiha, le quartier divin. Deux options se dessinaient alors. Il avait peut être fait quelque chose de vraiment mauvais. Mais il ne savait pas quoi. Il passait ses journées à s’exercer dur pour devenir fort. Il ne sortait quasiment jamais et était heureux ainsi. Peut être lui reprochait-on d’avoir des affinités avec Oni. Un membre jugé comme dangereux par la plus part des habitants de Konoha. L’esprit du génnin s’embrouillait d’un épais brouillard sans lumière.
Il pensa alors au côté positif de la venue du professeur. Avait-il enfin comprit que le jeune Uchiha était un génie. Un de ce qui comprenait tout plus vite que les autres. Un grand potentiel et des ambitions extraordinaire faisant du lui le prétendant le plus certain pour devenir un grand shinobi.
Cette pensée le fit sourire et il se leva de sa chaise pour aller regarder les cygnes sur le lac. Comme à leur habitude ils dansaient majestueusement pour offrir à leur spectateur le plus beau des spectacles. La voix de Shiori retentit alors depuis la cuisine.


[Shiori] « Kenji viens. »

Kenji inspira profondément et se rendit dans la cuisine. Tout juste à côté de Shiori se dressait une femme belle et envoutante. De longs cheveux bleu pâle entouraient un visage fin. Ses mèches cachaient des petits yeux ronds innocents. C’était une fille.
Shiori prit la parole et présenta la jeune femme.


[Shiori] « Voici Reiko Kairi, directrice de l’académie de Konoha. Elle a à te parler. »

L’Uchiha acquiesça d’un signe de tête et se rapprocha de Reiko. Il était très intrigué par ce qui allait se passer. Il avait hâte qu’elle prenne la parole et lui avoue enfin sa venue dans le Domaine du Cygne. Il était rare que les professeurs se déplacent en dehors de l’école. La plus part allaient dans la forêt du village pour des cours extérieurs mais jamais rien de plus.
Kenji avait le regard perçant et était très impatient. Il se passa une main dans les cheveux les yeux fixé sur son interlocutrice. Mais avant cela il prit la parole. Il avait apprit depuis qu’il fréquentait l’académie qu’il valait mieux respecter les professeurs et quelques fois chanteur leur louange. C’était eux qui délivraient le savoir et il ne fallait pas les offusquer.


[Kenji] « Je suis Kenji Uchiha. Que voulez-vous ? »

Son ton était neutre et se voulait direct. Il ne fallait pas perdre de temps. La matinée commençait tout juste et une longue journée d’entrainement l’attendait.

[Tu peux faire parler Shiori si tu souhaites. Elle est très gentille et sociable. Une mère en gros. Cheveux brun, corps fin mais a toujours des gestes souples et emplit d’affection Very Happy]


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 20:10, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Ven 23 Jan - 1:02

Un ciel bleu pour toile de fond et un soleil brillant de mille feux, l'annonce d'une journée ensoleillée à souhait ; que demander de plus quand vous possédiez déjà tout le reste ? Le respect et la reconnaissance d'autrui, la joie de vivre et le bonheur, l'amour et l'amitié, tout cela Reiko Kairi le possédait depuis déjà bien longtemps. Elle était ce genre de femme épanouie qu'il était plaisant de regarder aussi bien pour son sourire toujours sincère que pour sa beauté naturelle. Elle vivait en toute harmonie et savait la communiquer à ses élèves et à ses proches mieux que quiconque au sein du village. Appréciée de tous, elle servait honorablement les intérêts de son pays par ses multiples actions, mais aussi par son sens aigu du dialogue et de la diplomatie. Ce qui lui avait sans doute valu le poste qu’elle tenait présentement au sein de l’académie. Excellente professeur de son état - un peu malgré elle - elle s’efforçait depuis toujours d’inculquer les meilleurs directives à ses élèves. Ceci afin que les générations futures soient prêtes à affronter n’importe quelle sorte de situation allant de la reconstruction jusqu’au temps de guerre.

Aujourd’hui, était un jour un peu particulier puisqu’elle avait décidé d’offrir un cours exceptionnel à l’un des élèves de son académie. L’heureux élu avait été choisi parmi la liste de genins engagés dans le Tournoi Chuunin qui allait débuté d’ici quelques jours. Son choix s’était arrêté sur un membre du clan Uchiwa. Un certain Kenji. Sa mémoire n’étant pas de celle qui oubliait à peu près tout et n’importe quoi, Reiko avait tout de suite collé un visage à ce nom. De ce qu’elle savait - via les dossiers conservés dans un lieu gardé secret de l’académie - ce Kenji était un spécialiste en Ninjutsu, plus précisément encore, dans les techniques liées au village. A part cela, elle ne savait rien d’autre de ce garçon. Dans le fond, ça n’avait pas grande importance car elle savait qu’elle viendrait à le cerner très rapidement en le rencontrant.

Ses pas la conduisirent donc, selon son souhait, vers le quartier du clan Uchiwa. Sans doute le clan le plus mythique qui pouvait exister à Konoha. Avant d’y pénétrer, elle rencontra quelques connaissances sur son chemin ( difficile de passer inaperçue lorsqu’on était une femme reconnue et incroyablement belle de surcroît ). A chaque personne qui la saluait, Reiko trouvait toujours une réponse adaptée à chacune d’entre elles. Sa sincérité et sa gentillesse se révélaient toujours en ces brefs instants. Là, où bon nombre de gens aurait simplement saluer son voisin comme n’importe qui d’autre, elle, pensait à un petit message unique pour chaque personne qu’elle venait à rencontrer car après tout, n’étaient-elles pas toutes uniques à leur manière ? Cette petite particularité lui valait en tout cas la sympathie d’un grand nombre.

Rapidement, les toitures du Domaine du Cygnes se dessinèrent dans l’horizon, signe pour Reiko qu’elle s’apprêtait à entrer dans le quartier réservé aux membres du clan Uchiwa et à leur famille. Bien qu’on aurait put penser l’endroit désert, la réalité était toute autre. Ici et là, le long du lac comme le long des bâtisses, quelques personnes seuls, parfois en couple, ou encore en petit groupe, se déplaçaient à leur guise d’un bout à l’autre du Domaine et lui donnait tout ce dynamisme charmeur et attirant. Bien évidemment, il y était très rare d’y voir d’autres personnes extérieures au clan, quoi que cela ne fût pas interdit pour autant. Le tout contribuait en tout cas à cette impression de plénitude profonde et de calme lattant qui ravissait les beaux yeux mauves de Reiko. Ici aussi, son passage était de temps à autres salué par une connaissance ou deux. Salutation à laquelle elle s’empressait de répondre par un geste respectueux et des paroles qui suivaient le même principe de vie.

Quand enfin la demeure de son élève se refléta dans ses pupilles, Reiko glissa une main délicate dans ses cheveux d’un azur très clair pour en dégager les mèches qui venaient obstruer la finesse de ses traits. Elle tira ensuite sur un pan de son haut bleu marine pour se faire la plus présentable possible, épousseta une poussière ou deux sur son short assortie, et donna ensuite trois coups à la porte d’entrée. Plongée dans un silence relatif, elle attendit qu’on lui ouvre.

Quelques secondes à peine, et la porte s’ouvrit sur la silhouette fine et élancée de Shiori qu’elle connaissait très bien. Un sourire heureux se dessina sur son visage lorsqu’elle croisa le regard de cette femme si appréciable. Respectueuse, elle se courba poliment en joignant ses mains à hauteur de sa taille.

[Reiko] Quel bonheur de vous revoir Shiori-san.

[Shiori] C’est un bonheur partagé Reiko. Entre je te prie.

Comme demandé, Reiko entra à l’intérieur de cette grande demeure qu’était celle de cette famille. Son sourire toujours aussi tenace, elle jeta un coup d’oeil bref à la décoration avant de pivoter brusquement sur ses talons pour se retourner vers la mère de Kenji.

[Reiko] Vous êtes toujours aussi rayonnante Shiori-san, cela faisait déjà longtemps que nous ne nous étions plus croisées, pourtant vous n’avez rien perdu de votre beauté.

Shiori eut un petit rire gêné qu’elle remplaça très vite par un sourire radieux.

[Shiori] Merci, mais cela ne saurait être comparable à la tienne. Tu es magnifique Reiko !

Reiko accueillit le compliment avec une légère révérence. Malgré tous les compliments qui pouvaient désormais imprégner l’air ambiant, et malgré toute la joie qu’elle pouvait ressentir en parlant à cette femme qu’elle appréciait tant, une mission importante l’attendait. Aussi excellente pouvait être la compagnie de Shiori, le temps lui était compté si elle voulait atteindre son objectif dans des délais raisonnables sans que son absence ne se fasse ressentir à l’académie. C’est donc d’une voix toujours aussi douce et délicate qu’elle exprima son intention.

[Reiko] Vous devez vous douter que je ne suis pas là pour une visite de courtoisie malheureusement. J’aimerai vivement m’entretenir avec votre fils, avez-vous reçu ma lettre à ce propos ?

[Shiori] Oui je l’ai reçu. Si tu veux bien m’attendre, je vais le chercher.

Un simple hochement de tête en signe d’accord et Reiko regarda Shiori disparaître au bout de la pièce. Le temps de son absence, elle jeta quelques regards à droite et à gauche, souriant à la propreté de sa cuisine, à la finesse de son rangement, et à la beauté des divers touches personnelles qu’elle avait ajouté au lieu. Des pas résonnèrent rapidement dans sa direction et son hôtesse ne tarda pas à réapparaître en compagnie du garçon qu’elle était venue chercher. Kenji Uchiwa, son visage n’avait pas grandement changé depuis la dernière fois qu’elle l’avait vu dans un des couloirs de l’académie. Son regard était peut-être un peu plus affirmé et perçant qu’auparavant, mais ce n’était là qu’une vague impression.

[Kenji] Je suis Kenji Uchiha. Que voulez-vous ?

[Reiko] Je sais qui tu es, ne t'en fait pas.

Répondit-il elle avec un sourire assez délicat pour assagir n’importe quelle brute humaine.

[Reiko] Tu n'es pas sans savoir qu'un tournoi se tiendra bientôt au sein du village n'est-ce pas ? Et bien sache que je suis venu pour te former en vu de cet évènement. C'est plutôt sympa non ?

Le ton employé était celui d‘un professeur proche de ses élèves, comme une sorte d‘amie ou de confidente. Rapidement, elle dévia son regard vers Shiori et lui adressa un sourire plus prononcé encore avant de reporter toute son attention sur Kenji.

[Reiko] Bien, si tu n'y vois pas d'inconvénients, nous allons nous mettre en marche.

Se sentant toutefois quelque peu frustrée de ne pas pouvoir discuter davantage avec Shiori, bien qu’elle l’aurait grandement aimé, Reiko se courba poliment devant elle et lui adresse ses plus humbles remerciements pour l’avoir accueillit si gentiment dans sa demeure.

[Reiko] Merci infiniment pour votre accueil. Puissions-nous, nous revoir très bientôt.

Après quoi, elle se dirigea tranquillement vers la sortie, talonnée de près par son élève du jour.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Sam 24 Jan - 17:05

[Reiko] Je sais qui tu es, ne t'en fait pas.

La jeune directrice de l’académie de Konoha ne lui apporta pas entière satisfaction. Elle était beaucoup trop familière avec lui alors qu’ils ne se connaissaient pas. Kenji n’avait prit aucun cours avec elle et ne savait même qu’elle existait avant ce jour. Le jeune garçon préféré les hommes forts emplis d’un respect légitime pour lui enseigner de nouvelles techniques. C’était une logique assez brute et qui ne trouvait aucune source. Mais pour un Uchiha c’était tout à fait normal. Il ne disait pas non à un cours donné par une personnalité féminine si elle imposait un certain respect et montrait une puissance sans égal. Au final seul l’aveu de force faisait vivre le garçon. C’était une fatalité malheureuse mais inévitable pour un Uchiha.
Alors que la directrice lui lançait un beau sourire, Kenji se passa une main dans les cheveux.


[Reiko] Tu n'es pas sans savoir qu'un tournoi se tiendra bientôt au sein du village n'est-ce pas ? Et bien sache que je suis venu pour te former en vu de cet évènement. C'est plutôt sympa non ?

L’examen Chunnin. Kenji allait y participer dans les jours avenirs. Un grand moment dans la vie d’un Shinobi. Il était attendu de tous et allait permettre à chaque ninja de prouver sa valeur, pour son village et ainsi montrer la puissance de son village. Les génies se faisaient connaitre durant ces tests qui étaient toujours très spécial. Le jeune Uchiha avait hâte d’y participer mais techniquement il n’était pas encore prêt. Takeshi lui avait enseigné les bases des arcanes du clan avec la boule de feu suprême. Mais ce n’était rien de plus qu’une étape dans la hiérarchie du clan à passer. En combat ce n’était pas un jutsu très puissant et dévastateur. C’est pour ça que durant cette journée Kenji avait prévu un entrainement intensif.
Le fait qu’un professeur vienne directement chez lui, lui proposer ses services était inouïe. Il allait progresser beaucoup plus vite et l’enseignante serait à même de trouver la technique parfaite qui ferait de lui un sérieux concurrent durant le tournoi.
Kenji adressa une rapide regarde à Shiori. Elle semblait à l’aise et bien connaître la directrice. Cela devait être une personne de qualité. Kenji acquiesça alors d’un mouvement de la tête et se passa une main dans les cheveux. S’entrainer avec un mentor était toujours plus efficace que seul.


[Kenji] S’entrainer accompagné et toujours mieux que seul…

Reiko remercia Shiori et convia Kenji à sortir de la villa. La lueur du soleil fit rayonnait leurs visages. Les éclaires de chaleur glissaient sur la chevelure de la jeune femme tandis que l’Uchiha marchait à ses côtés d’un pas fier et arrogant.
Le quartier du clan était très peuplé à ce moment de la journée. Non loin de la grande maison Kenji aperçu Taki et Shiba discutant tranquillement sur un banc. Ils avaient l’air serein et ne semblait pas remarquer la présence de leur jeune voisin. Le génnin en fut plutôt soulagé, il n’avait pas envie de parler avec eux pour le moment. Il avait une envie débordante de s’exercer durement. Il n’avait pas de temps à perdre, Reiko marchait assez vite devant lui.
C’était la première fois depuis son arrivée au Domaine du Cygne qu’il regardait réellement l’environnement dans lequel il vivait. Il vit ainsi que la villa de Takeshi était la plus grande et la plus imposante. Elle se situait en plein centre d’une fin de ruelle et dominée les autres. Mais un peu plus loin on pouvait apercevoir d’autre maison de ce genre. Le patriarche avait du pouvoir mais jusque dans une certaine limite. La plus part des magasins portaient l’éventail du clan et essayait par toutes les manières possibles et imaginables de lui donner un aspect d’immanquable. Ici ressortait toute la fierté et l’orgueil de la famille. Elle pouvait se le permettre et cela se voyait.
Le duo marcha longuement dans le village jusqu’à retrouver les grandes portes du village. Rouge et dominante elle inspirait une notion forte de conviction. Ils les passèrent tout deux sans un mot. Kenji gardait le silence et son enseignante faisait de même. Il ne savait pas où ils allaient mais il n’en avait que faire. Le plus important était de gagner en puissance le lieu importait que très peu.
Ils se mirent à courir alors à travers la forêt entourant le village de la feuille. Le pas régulier et sûr, ils cheminaient de branche en branche dans une direction toujours inconnue. Malgré un physique plutôt fin Reiko avançait assez vite et Kenji la talonnait de prés. Ils ne disaient rien. Cela arrangeait le génnin qui préférait garder une part de mystère dans leurs parcours.
Ils prirent des chemins qu’il ne connaissait pas. Les arbres avaient l’air plus vieux et très ancien. Leurs écorces devenaient légèrement grisâtres tandis que les feuilles se faisaient plus rares. Kenji sentait le craquement des branches à chaque fois qu’il posait son pied sur celle-ci. Il avait beau essayait d’avoir la souplesse d’un félin le bruit persistait. C’était étrange et envoutant à la fois. L’inconnu attisait sa curiosité et lui fit accélérer le pas pour avancer de front juste à côté de son professeur.
Les arbres se firent de plus en plus rare et le duo du continuer à pied. Le pas calme, ils avancèrent toujours dans un silence amical. L’ambiance n’était hostile loin de là.
Kenji aperçu devant lui d’étrange forme. Des milliers de questions fusèrent dans son esprit. Il avait face à ses yeux des ruines.
Il était temps de rompre le silence. La petite balade avait assez durée et Kenji avait et devait avoir plus d’information sur la suite des événements. L’inconnu était intéressant mais possédait ses limites. Il se passa alors une main dans les cheveux et sa voix s’éleva pour briser ce silence devenu instable.


[Kenji] Reiko sensei, où m’avez-vous emmené ? Et surtout qu’allons nous faire ?

Le regard pétillant du jeune homme fixait hardiment la directrice. Ses questions étaient légitimes et il en attendait les réponses avec impatience.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 20:10, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Dim 25 Jan - 16:52

Son entrevue terminée, Reiko prit la direction de la sortie sans trop se soucier de la suite des évènements. La journée s’annonçait rayonnante. Une donnée qui apportait un certain plaisir à la passer dehors aujourd’hui. Elle qui était tant habituée au confinement et aux grandes fenêtres de son bureau sans pouvoir goûter à l’air pur du dehors. Elle qui passait bien 80% de son temps à l’académie. Il fallait donc avouer que l’occasion qui se présentait à elle, était une véritable aubaine.

Le pas décidé, la belle se fraya un chemin parmi les ruelles du quartier sans éprouver la moindre difficulté à s’y repérer. Le Domaine du Cygne avait beau être ce qu’il était, cela ne l’empêchait en rien de connaître son village sur le bout des doigts. Par moment, elle jetait un regard par-dessus son épaule pour s’assurer que Kenji restait à portée. A d’autres, elle se tournait vers un membre du clan qui croisait sa route et le saluait d’un petit mouvement de la main. Aussi introvertie soit l’esprit de ce clan, les membres qui la connaissaient la saluaient toujours avec le plus grand respect qui soit. Elle était pourtant encore relativement jeune, mais avait toujours sût capter le respect des gens. Le poste qu’elle tenait aujourd’hui n’aurait pas été le sien si elle n’avait pas ce don inné pour la communication et la diplomatie. Elle ne s’en ventait pas, mais était fière de l’image rassurante qu’elle pouvait renvoyer à la population.

Rapidement le duo quitta le Domaine du Cygne dans un silence absolu. Reiko savait se montrer bavarde quand il le fallait, mais elle savait que dans cette situation il valait mieux se faire la plus silencieuse possible avant d’arriver au lieu d’entraînement qu’elle avait choisi. Ce garçon n’était, au prime abord, qu’un archétype du clan Uchiha. Il était donc évident qu’une franche discussion avec une inconnue n’était pas d’une simplicité folle à aborder. Consciente de cela, Reiko poursuivit sa route, cette fois-ci hors du domaine du clan légendaire. Ils passèrent ainsi par le centre-ville - où une foule compacte était déjà partagée à ses diverses occupations - puis par les quartiers résidentiels les plus anciens du village avant d’arriver devant les grandes portes qui délimitaient le mur d’enceinte de Konoha. A son passage, elle adressa une brève salutation aux deux chuunins en charge de la garde et poursuivit sa route. Ces derniers étant prévenus de cette sortie depuis bien deux jours.

A présent, il n’était plus question de ruelles ou de façades mais bien de troncs et de branchages. L’oeil bienveillant, Reiko jeta un regard sur son élève et lui adressa un hochement de tête pour lui faire comprendre que les choses sérieuses commençaient dès maintenant. La jeune femme ne laissa pas le moindre répit à son poursuivant et s’élança dans la forêt. Sa silhouette fine et élancée se glissa sans aucune difficulté parmi les plus épais branchages. Telle une féline, elle bondissait de branches en branches en gardant son regard fixement devant elle. Par moment, sa course l’amenait à redescendre sur la terre ferme lorsque les branches se faisaient trop fragiles pour supporter son poids. Dès qu’elles redevenaient plus épaisses, elle bondissait d’une seule impulsion comme si elle était aussi légère qu’une plume. L’agilité et la dextérité avec laquelle elle se déplaçait ne devaient pas laisser indifférent l’oeil du Uchiha même si ce n’était nullement le but recherché. Les mètres carrés de forêt défilèrent ainsi à une vitesse folle.

Les arbres se firent de plus en plus fragiles et de plus en plus rares à mesure que le duo avançait. Finalement, de vagues formes se dessinèrent au loin jusqu’au moment où ils se retrouvèrent à la lisière de la forêt ou tout du moins de ce qu’il en restait.

[Kenji] Reiko sensei, où m’avez-vous emmené ? Et surtout qu’allons nous faire ?

Les questions du jeune genin dessinèrent un sourire radieux sur le visage de la jeune femme. Devant eux, s’étendaient une multitude de murets éclatés de toutes parts, d’arches détruites, d’allées encombrées de gravas. La vision était somme toute assez chaotique et l’endroit tout à fait insolite. Ces ruines, Reiko les connaissait bien pour s’y être entraîner plus d’une fois ; d’ailleurs plus d’une fois en compagnie de membres du clan Uchiha. Ils avaient laissés leur marque à regarder la noirceur de certaines pierres et l’état des arbres les plus proches des ruines. Leur écorce était craquelée et légèrement grisâtre comme si d’antiques flammes les avaient ravagés.

[Reiko] Bienvenue aux ruines maudites de la lisière est. Ces ruines étaient en fait l’antique demeure d’un puissant seigneur de guerre de la région. On raconte qu’une guerre aurait été stoppée ici même afin qu’elle ne puisse menacer les murs du village. Aujourd’hui, il ne reste que ces vestiges du passé. Dans ma jeunesse, nous nous en servions comme terrain d’entraînement moi et mes amis. Comme tu peux le constater, même les membres de ton clan ont laissés leur petite empreinte.

En prononçant ces mots, Reiko désigna les murs les plus noircis. Elle s’avança ensuite parmi les gravas de roc et de poussière. Par moment, elle laissait ses mains glisser le long des murets et s’arrêtait pour mieux observer le tout. Les souvenirs se mélangeaient dans sa tête comme autant de flashs successifs. Elle se revoyait encore jeune fille au beau milieu de cet endroit à essayer des techniques diverses et variées. Une bonne partie de ce qu’elle connaissait en matière de Ninjutsu elle l’avait appris dans cet endroit. Les professeurs s’étaient succédés, le temps s’était inlassablement écoulé, il ne restait plus grand chose de cette époque si ce n’était ces quelques souvenirs. Les ruines n’étaient plus utilisées depuis ces temps perdus. On les disait maudites bien qu‘il n‘en était rien.

Le sourire aux lèvres, la belle chuunin se tourna vers son élève et l’appela à s’avancer lui aussi.

[Reiko] C’est un lieu tout désigné pour t’apprendre le Souffle Enflammé.

Le but de sa venue dans ce lieu étant donné, Reiko enchaîna une série de signes si rapidement qu’il fut délicat de tous les distinguer. Seul le dernier resta en suspend : celui du tigre. Elle gonfla vivement ses poumons et relâcha un souffle puissant au dessus de ses doigts joints. Ce qui eut pour effet de créer un gigantesque nuage de feu et de flammes dans la direction qu’elle avait choisi. La température aux alentours augmenta sensiblement de quelques degrés. Grâce à la quantité de chakra expulsé, Reiko réussit à tenir la technique pendant quelques secondes. Lorsque le signe du tigre fut brisé, les flammes disparurent et la température environnante retomba.

[Reiko] Voila la technique en question. Si tu connais le Katon, tu ne devrais pas éprouver de grandes difficultés à utiliser l’Endan. Le seul point technique étant ta capacité à expulser la quantité de chakra nécessaire hors de ton organisme via ton souffle. Pour y arriver, tu dois imbiber tes poumons de ce chakra. En prenant une vive inspiration, ton souffle se chargera automatiquement de cette énergie.

Reiko marqua une petite pause dont elle profita pour s’assoire sur un muret haut d’un peu moins d’un mètre.

[Reiko] Une fois expulsé, ton souffle s’embrasera.

Pour corser le challenge proposé par cette technique, Reiko désigna un mur situé à peut-être six ou sept mètres de là, tout juste en face d’elle. L’index pointé vers le mur déjà fortement noirci - elle se souvenait d’ailleurs très bien pourquoi - elle ajouta :

[Reiko] Tourne-toi vers ce mur, enchaîne les signes Sanglier - Singe - Tigre puis relâche ton chakra pour qu’il s’enflamme. Ton but suprême étant d’atteindre ce mur à l’aide des flammes que tu engendreras.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Mar 27 Jan - 0:45

[Reiko] Bienvenue aux ruines maudites de la lisière est. Ces ruines étaient en fait l’antique demeure d’un puissant seigneur de guerre de la région. On raconte qu’une guerre aurait été stoppée ici même afin qu’elle ne puisse menacer les murs du village. Aujourd’hui, il ne reste que ces vestiges du passé. Dans ma jeunesse, nous nous en servions comme terrain d’entraînement moi et mes amis. Comme tu peux le constater, même les membres de ton clan ont laissés leur petite empreinte.

Reiko lui montra alors des pans entiers de mur complètements noircies par de vives brulures. Kenji n’en croyait pas ses yeux. Il ne se doutait pas que le feu pouvait mettre dans un tel état d’anciennes demeures. C’était magnifique et étrange à la fois. Magnifique du fait qu’il allait avoir un entrainement des plus dantesques avec un professeur toujours proche de ses élèves. Mais assez étrange car les ruines avaient un aspect mystique. Comment pouvait-on avoir envie de s’exercer dans un domaine sentant encore les vestiges d’un lourd passé. Kenji était tout de même en admiration devant ce lieu. Il passa ses doigts sur un mur proche de lui et le sentit encore chaud. En observant ses doigts il vit qu’ils étaient devenue gris… Gris de cendre… C’était un bel endroit pour un Uchiha.
Par ailleurs Reiko lui fit part que justement les membres de son clan s’était entrainé en ce lieu par le passé. Le fait de venir s’exercer dans un endroit où ses racines avaient vécu lui fit plaisir. Mais il n’en montra pas un trait de sentiment à son professeur. Le jeune garçon était un Uchiha et comme Takeshi le lui avait dit. Il fallait se montrer arrogant et méprisant pour toutes personnes extérieures à la famille. Car ils n’étaient pas de simple ninja mais l’élite du village.
Reiko le tira de son observation et semblait s’activer.


[Reiko] C’est un lieu tout désigné pour t’apprendre le Souffle Enflammé.

Elle enchaina rapidement une série de signe que Kenji n’eu le temps d’apprécier. Elle s’appuya néanmoins sur celui du tigre pour finir son jutsu. Le torse bombé elle libera un puissant allô de flamme qui alla s’écraser contre un mur. L’Uchiha qui se tenait alors tous prés sentit la chaleur grimper rapidement. Les flammes léchaient le mur comme une glace. Une odeur acre se fit ressentir dans l’air et Kenji du faire un pas en arrière pour supporter autant qu’il le pouvait l’ardeur de ce feu surhumain.
Le souffle perdit alors peu à peu de sa puissance jusqu’à finalement s’éteindre et ne laisser qu’une trace noir plus récente que les autres sur le mur en face. Kenji s’approcha du mur et essaya d’y apposer sa main. Mais la chaleur était encore très présente et il ne put entrer en contact avec la surface de brique.
Il se tourna vers la jeune directrice et l’interrogea du regard.


[Reiko] Voila la technique en question. Si tu connais le Katon, tu ne devrais pas éprouver de grandes difficultés à utiliser l’Endan. Le seul point technique étant ta capacité à expulser la quantité de chakra nécessaire hors de ton organisme via ton souffle. Pour y arriver, tu dois imbiber tes poumons de ce chakra. En prenant une vive inspiration, ton souffle se chargera automatiquement de cette énergie.

*L’Endan…*

Cette technique était magnifique. Toute la puissance du feu Konoharien était présente dans ce jutsu dévastateur. Kenji se passa une main dans les cheveux et fit quelques pas pour ne pas blesser la directrice dans sa tentative.
Le Katon exigeait de concentrer du chakra dans ses poumons et de l’enflammer avec fougue. Justement ce même souffle était la clé pour réaliser un Endan parfait. Il se concentra longuement et se dit que les longues journées passé dans la forêt avec Oni allaient lui être très utile. En effet il avait apprit à maitriser la zone de dégât qui demandait à peu prés les mêmes notions pratiques.
Il évalua la distance qu’il y avait entre lui et le mur le plus proche puis se dit qu’il faudrait un souffle aussi fort qu’un Katon normal. Ceci était assez surprenant pour un jutsu si puissant.
Il se tourna vers Reiko pour lui poser ses questions. Mais cette dernière était assise sur un petit muret et semblait vouloir continuer l’exécution de son cours.


[Reiko] Une fois expulsé, ton souffle s’embrasera.

*Mais c’est d’une facilité déconcertante…*

Mais elle ne sembla pas pour autant sans considération devant le regard du jeune garçon. Elle pointa du doigt un mur se situant beaucoup plus loin que celui qu’avait pensé utiliser l’Uchiha. Il se passa une main dans les cheveux et bomba le torse. Il aimait les défis et n’accepterait pas l’échec.

[Reiko] Tourne-toi vers ce mur, enchaîne les signes Sanglier - Singe - Tigre puis relâche ton chakra pour qu’il s’enflamme. Ton but suprême étant d’atteindre ce mur à l’aide des flammes que tu engendreras.

*Mon but suprême…*

Ces derniers mots raisonnèrent dans l’esprit de Kenji. Il était emplit d’une motivation nouvelle. Reiko avait su trouver les mots justes pour faire ressortir la volonté de fer du génnin. Une légère pointe d’excitation dans le regard et se braqua face à son nouvel ennemi.
Il allait lui falloir cracher la moindre particule d’air de ses poumons pour réussir à atteindre son objectif. Mais il réussirait car il était un Uchiha, un élu des dieux. Grâce au sharingan il pouvait s’élever vers les cieux et toucher des doigts la puissance divine. Il réussirait.
Il se passa une main dans les cheveux et sans que son regard ne scie une seul fois il enchaina les taos que venait de lui apprendre Reiko. Une dextérité hors-paire montrait qu’il était véritablement un spécialiste en ninjutsu.
Il porta le signe du tigre à sa bouche tout en gonflant ses poumons. Il ferma les yeux et sentit en lui des tonnes de chakra circuler. Il ne pouvait plus respirer elles lui obstruaient les bronches. La température de son corps monta, la sueur perlait sur son front et lorsqu’il ouvrit les yeux son sharingan était présent. Deux petites sphères rouges, entouré de deux larmes l’aidait à mieux canaliser son énergie.
Il cracha alors un jet de flamme d’une ampleur considérable. Il donnait corps et âme dans cette technique et cela se ressentait. La chaleur monta de quelques degrés et le feu se dirigeait doucement vers le mur qui paraissait être loin, beaucoup trop loin.
Les pupilles du jeune Uchiha se plissèrent il expulsa alors les derniers retranchements d’air qui parcouraient ses poumons. Les flammes vinrent alors lécher le mur avec conviction. Alors, dans un dernier acte de bravoure et dépassant ses limites, Kenji poussa encore plus sur ses poumons. Son visage devint rouge et ses lèvres commençaient à le brûler.
Le feu s’éteignit en même temps qu’il tombait à genoux. Les mains en appui sur le sol il toussa plusieurs fois. Le souffle lent il se releva et regarda le mur devant lui. Il était légèrement noircie même si comparait à celui de Reiko il restait propre.
Vidé d’une partie de son énergie ses yeux se dilatèrent et l’Uchiha laissa place au Geneki. Il se tourna vers la directrice et avança le torse bombé vers elle. Il n’était que peu fier de ce qu’il venait de réaliser. Avec un seul exemple il avait réussit à reproduire une technique de haut niveau.
Il se passa une main dans les cheveux et parla à son interlocutrice.


[Kenji] J’ai l’impression que mon souffle n’était pas assez puissant pour atteindre le mur. Si en combat je dois donner autant rien que pour effleurer mon adversaire la technique ne m’est d’aucune utilité.

Il inspira profondément et retrouva son souffle. La prochaine phrase qu’il allait dire lui coûtait cher mais il était obligé de poser la question. La réussite du jutsu en dépendait. Mais il n’aimait guère recevoir de conseil ou tout simplement être aidé. Il réussissait toujours tout et sans jamais l’intervention d’une tierce personne.

[Kenji] Comment faire pour être moins essoufflé…

Il se passa une main dans les cheveux et fixa du regard Reiko. S’il apercevait ne serait-ce qu’une once de moquerie ou de mépris. Il n’hésiterait pas à lui faire comprendre, comme Takeshi lui avait souvent dit, qu’il n’était pas une Uchiha pour rien. On ne se moquait pas impunément de la grande famille fondatrice du village de la feuille.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 20:12, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Jeu 29 Jan - 13:57

L'oeil attentif, Reiko se tînt en parfaite observatrice tout le long de l'exercice. Un sourire maternel aux coins des lèvres, l'allure noble et détendue, la jeune femme savait qu'il fallait toujours agir avec des pincettes lorsqu'il s'agissait de s'adresser à un Uchiha. Celui-ci plus que quiconque. Fort heureusement, elle avait rapidement trouvé le filon qui lui avait permis de stimuler son intérêt pour cet exercice. Il ne restait donc plus qu'à constater le degré d'implication qu'il porterait à l'épreuve.

Comme prévu, Kenji releva le défi et s'exécuta le plus rapidement possible, mais dès ces prémisses Reiko remarqua les perles de sueur qui dégoulinaient sur son front. Visiblement, la technique ne lui semblait plus aussi facile vue sous cette angle. L'Uchiha déclencha même le sharingan. A cette observation, elle se demanda si l'exercice n'était peut-être pas trop compliqué pour un garçon de son niveau. Mais la suite des évènements la retînt assise sur son petit muret. Kenji déclencha des torrents de flammes qui s'échappèrent de sa bouche pour tenter d'atteindre le mur cible. Une nouvelle fois, la température ambiante augmenta sensiblement allant même jusqu'à troubler l'air d'une multitude de mirages lancinants. Le mur désigné comme objectif restait pourtant bien loin de l'antre de feu, trop loin. L'Uchiha faiblissait à vu d'oeil et son objectif s'éloignait à mesure que le temps s'écoulait jusqu'à ce que, finalement, il se glissa dans ses derniers retranchements et réussit à lécher le mur avant de s'écrouler à genoux.

Quoi qu'il pouvait en être dit de la forme il avait atteint le font au péril d'une grande dose d'énergie et de courage. Il avait compris les méandres de l'Endan, mais n'avait pas réussit à le manipuler dans les règles de l'art. Uchiha ou non, il n'était en cet instant qu'un simple garçon dont les limites avaient été dépassés.

Reiko était néanmoins fière de lui. Il avait prouvé sa valeur et sa détermination. C'était en soit déjà une bonne chose. Elle devait désormais lui apprendre à se contrôler lui autant qu'il devait apprendre à gérer ses réserves d'énergie. La main légère couplée d'un mouvement délicat, Reiko glissa ses doigts écartés en fin de mèches comme pour les brosser. Ses yeux d'une merveilleuse couleur violacée se braquèrent sur son élève alors que celui-ci se relevait enfin pour s'approcher d'elle. Torse bombé - amusante caricature de l'homme assuré de ses capacités - il s'arrêta à quelques mètres du muret où elle se tenait assise et toujours souriante. Sa voix beaucoup trop rude pour son âge résonna alors parmi les ruines.

[Kenji] J’ai l’impression que mon souffle n’était pas assez puissant pour atteindre le mur. Si en combat je dois donner autant rien que pour effleurer mon adversaire la technique ne m’est d’aucune utilité.

La fierté de tout un clan se résumait bien là dans ces quelques mots. Faute d'avoir réussit au premier coup sans se ruiner les poumons, il croyait que la technique n'était que trop obsolète pour une utilisation en combat rapproché ou éloigné. A aucun moment, il n'était question de lui, de ses forces et de ses limites, mais bien des limites de la technique. C'était à croire qu'elle était la seule fautive de son échec. Consternant, c'est sans doute ce qu'aurait pensé une grande majorité du commun des mortels en entendant pareille remarque, mais Reiko n'y porta que peu d'attention et se contenta d'accentuer son sourire bienveillant. Ce garçon était visiblement perdu. Cela, elle était peut-être la seule à le comprendre et surtout à le voir derrière le masque bourré d'ego qu'il portait constamment. Il était en difficulté et quoi qu'il puisse en dire ou en penser, il savait qu'il avait besoin de son aide pour accomplir sa tâche. Ce qui expliquait pourquoi le discourt semblait si rude ; parce que les Uchiha n'étaient pas de ceux qui demandaient de l'aide mais plutôt de ceux qui considéraient cela comme une marque évidente de faiblesses.

[Kenji] Comment faire pour être moins essoufflé…

La pédagogue se leva et s'avança jusqu'à son élève.

[Reiko] Laisse-moi te montrer.

Arrivée à ses côtés, elle déchaîna une fois de plus la rapidité de ses sceaux, gonfla ses poumons, et expulsa son chakra via son souffle. De grandes flammes se détachèrent alors comme un brasier ardent suspendu dans l'air et dans le temps. La gigantesque langue de feu crût encore et encore jusqu'à frapper le mur de plein fouet dans une grosse explosion. Le souffle de l'explosion balaya la chevelure des deux protagonistes, signe incontestable de la puissance qui venait d'être déchaîné. Pourtant, comme-ci rien ne s'était produit, Reiko retrouva une posture tout à fait banale sans même être essoufflée. Son sourire tenace dessiné sur son visage d'ange, elle se tourna vers son élève et lui expliqua les fondements même de la réussite.

[Reiko] Tu vois, ce n'est pas une question d'endurance mais bien de puissance. C'est au début que tu donnes l'impulsion aux flammes et non après. Tu dois forcer sur ton souffle dès la fin des signes. C'est là et à aucun autre moment que tu pourras créer un jet de flammes assez puissant pour toucher ton adversaire ou en l'occurrence ce mur.

La jeune chuunin reporta son regard vers le mur carbonisé et poursuivit sur un ton toujours aussi doux et prenant.

[Reiko] Un homme quel qu'il soit ne peut pas donner plus d'ampleur à son souffle une fois ses poumons vidés. Inspire au maximum avant l'attaque et relâche violemment le tout lorsque tu expulses ton chakra. Tu verras que cette fois-ci tu y arriveras.

Reiko adressa un clin d'oeil à Kenji comme pour lui dire " aller courage, réessaye maintenant ". Elle se dirigea ensuite vers son petit muret où elle se réinstalla tranquillement. Elle savait qu'il venait de faire 50% du chemin demandé pour cette technique grâce aux explications qu'elle lui avait données. Il ne lui restait plus que l'autre moitié à parcourir. Pour y arriver, il devrait refaire preuve de courage et d'abnégation. La clé se trouvait là, sous son nez, il n'appartenait qu'à lui de s'en emparer et d'atteindre son objectif. Reiko était persuadée qu'il y arriverait. Quoi qu'un peu fougueux, il y avait un certain potentiel chez ce garçon. Un potentiel qu'il devait à tout prix mettre à profit pour réussir. S'il voulait être un Uchiha à part entière, cela passait forcément par cette idée de surpassement de soi.

En attendant, la jeune femme croisa ses jambes l'une sur l'autre puis ses bras sur sa poitrine. L'oeil aussi affûté qu'au début de l'exercice, elle fixa la silhouette du Uchiha et plus loin le mur qu'il devait toucher. La conclusion de cet instant approchait à grands pas tandis qu'une bourrasque de vent d'ouest se glissa au milieu de la scène avant de disparaître au loin. Les flammes du destin pouvaient renaître à nouveau.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Jeu 29 Jan - 23:51

Reiko se leva avec souplesse et prit la parole.

[Reiko] Laisse-moi te montrer.

La rapidité de son enchainement de taos était exceptionnelle. Kenji en fût déconcerté. Il n’arrivait pas à distinguer le sanglier ou n’importe quels autres signes. Le seul qu’il vit était celui du tigre sur lequel elle s’arrêta pour exécuter la technique. Le lance flamme improvisé apparu et la température gagna quelques degrés. L’Uchiha plissa les yeux et garda fixement le regard posé sur son enseignante.
Ses poumons avaient libéré l’air d’un seul coup assez sec. Mais cette fois-ci le souffle paru beaucoup plus puissant. Kenji sentit ses cheveux se lever comme si une bourrasque de vent tentait de le déstabiliser. Il se passa une main dans les cheveux tout en essayant de se protéger le visage.
Puis, soudainement, la chaleur retomba. Le silence se fit de nouveau et le paysage ne laissa plus rien paraitre de ce qui venait de se passer. Aucune mémoire de ce moment ne s’était faite. Ils étaient à nouveau debout aux milieux des ruines d’un ancien village bordant le pays du feu. Elle se tourna à nouveau vers lui une lueur de bienveillance dans les yeux et un sourire de mère rassurant.


[Reiko] Tu vois, ce n'est pas une question d'endurance mais bien de puissance. C'est au début que tu donnes l'impulsion aux flammes et non après. Tu dois forcer sur ton souffle dès la fin des signes. C'est là et à aucun autre moment que tu pourras créé un jet de flammes assez puissant pour toucher ton adversaire ou en l'occurrence ce mur.

Le secret était donc de tout donner dès le début. Kenji qui avait eu un soubresaut de détermination à la fin de son souffle prenait le jutsu dans le mauvais sens. Il devait relâcher complètement la pression dans la fin de son enchainement de taos. C’était ça la clé du succès pour maîtriser réellement cette technique.
Elle se tourna alors vers le mur situé un peu plus loin où ils s’étaient exercé il y avait tout juste quelques minutes.


[Reiko] Un homme quel qu'il soit ne peut pas donner plus d'ampleur à son souffle une fois ses poumons vidés. Inspire au maximum avant l'attaque et relâche violemment le tout lorsque tu expulses ton chakra. Tu verras que cette fois-ci tu y arriveras.

*Bien sûr…*

Kenji avait déjà partiellement réussit la technique personne ne pouvait douter de sa réussite future. Il était un Uchiha. Takeshi croyait en lui, les espoirs du clan reposaient sur ses épaules. Taki en tant que maitre en taijutsu avait un temps portait l’espoir de la famille. Mais la dure réalité le rattrapa, son dojutsu n’était pas compatible avec la voix qu’il avait choisit. Shiba quand à lui n’avait jamais vraiment percé. Il était resté un ninja moyen quoi que légèrement plus fort que les shinobi de son âge. Les Uchiha comptaient sur Kenji. Il était un spécialiste en ninjutsu et était toujours à l’écoute de ses pères. C’était une qualité appréciait chez les vieux assez gâtés par le temps qui aimaient raconter de longue histoire lassante. Mais à côté de cela il s’entrainait dur et avait fait de réels progrès ces derniers jours. La maîtrise de la boule de feu avait fait de lui un des grands noms du clan. Il était Kenji Uchiha et allait prouver sa valeur à l’une des personnes la plus influente du système éducatif de Konoha.
Il fit un signe de tête à Reiko qui était repartit s’assoir sur le petit muret. L’Uchiha inspira profondément plusieurs fois.
Puis en un éclair de seconde il enchaina la série de signe lui permettant de réaliser la technique. Il s’arrêta sur le signe du tigre. Le temps paru se suspendre et la scène prit en photographie. Kenji était là, majestueux dans sa tenue d’Uchiha le torse bombé, remplit d’air prêt à s’enflammer. Reiko tout prêt derrière le regardait avec l’espoir qu’il réussisse même s’il n’y avait que très peu de doute sur l’issue du jutsu.
Le temps reprit ses droits et Kenji sentit ses poumons se brûler. Sa salive devenait de la braise à l’état pure. Il essaya de retenir le plus longtemps son souffle. Il détendit ses mains en les crispants légèrement devant lui. Le moment fatidique allait arriver.
Il relâcha le tous dans un souffle surpuissant. Les flammes partirent à une vitesse folle en direction du mur. Les cendres sur le sol s’était mit à voler tout autour du halo de flamme. La scène était mythique et montrait toute la splendeur d’un Uchiha maîtrisant le feu. Le lance flamme percuta avec force les briques qui se noircirent presque instantanément. La puissance était telle que quelques flammes partirent un peu plus loin au dessus du mur. Kenji dans son souffle était impressionné par cette nouvelle technique.
Puis le feu commença à faiblir. La température chuta peu à peu avant de retomber à la normal. Le jeune garçon se passa une main dans les cheveux et regarda en face de lui.
Une belle tâche noire ornait maintenant le mur. Lui aussi avait laissé sa trace en tant qu’Uchiha. Il se tourna vers la directrice tout en se passant une main dans les cheveux d’un air satisfait. Il avança doucement le pas sûr et emplit d’une fierté commune à son clan. Sa voix ferme et douce à la fois avec une pointe de mépris s’éleva.


[Kenji] Parfait.
[Reiko] Oui je suis contente de toi. Quoi de plus normal pour un Uchiha ?

Elle sourit à Kenji pour lui montrer le petit jeu auquel elle jouait.

[Reiko] Maintenant je dois retourner à l’académie. On se reverra surement.

Kenji lui fit un signe de tête mais ne la suivit pas dans la forêt. Il préféra rester seul quelque temps. Il avançait entre les différentes ruines de maison essayant de trouver les traces ancienne d’une vie passée. Mais il n’y avait rien appart de la noirceur et de la désolation.
Le génnin entra dans ce qui fut autre fois une chambre d’un jeune ninja. Le lit était carbonisé et l’on pouvait encore sentir une forte odeur de cendre. Il tapa un peu le sol du pied et la fumée vola dans la pièce de fortune. Il n’y avait vraiment rien à retirer de cet endroit.
Il partit alors en direction de la forêt d’un pas lent et fatigué. Après de longue minute il sentait le poids de l’excitation retomber et ses muscles s’alourdir. Il allait rentre au Domaine du Cygne et trouverait un certain réconfort à s’allonger dans sa couche. La journée était vite passée et le soleil tombait de haut à l’horizon. Kenji plia légèrement les genoux et sauta dans les airs. Puis il sprinta à travers les arbres de branche en branche d’un pas de félin.


[Session Terminée.]


Dernière édition par Kenji Uchiha le Lun 16 Fév - 20:13, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Lun 9 Fév - 14:24

Kenji : + 34 XP (bonus genin inclus) - Technique validée
Reiko (as Sho) : + 36 XP (bonus MJ inclus)

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Dim 14 Juin - 0:48

Un soleil de feu. Habituelle rengaine sur le village caché de la feuille. Les jours passent et se ressemblent d’une manière affolante. La vie suit un cours qui lui est propre mais pourtant si commun aux mortels quotidien. Ils passent et trépassent en quelques secondes. Et ce soleil, chaud, dur, âpres continuait à exister sans cesse dans un même souffle enflammé sans cœur. Pas un brin de vent pour le contrarier, seul roi sur ces terres, il règne en maître absolu. Les habitations se suivent comme de vulgaire bâtissent construite par un homme bien heureux du chef d’œuvre accomplit. Ils leur en faillaient très peu pour être heureux et cela leur suffisait.

Tout était si différent de la splendeur des Uchiha et de leur quartier. Il respirait le luxe et vivait avec les ornements les plus précieux. Des demeures en bois traditionnel contrastaient avec des maisons plus modern. Une frontière si bien dessinait se créait alors qui en plus du mental construisait une limite physique.

Kenji la franchit d’un pas normal. Il était sans arrogance et s’aventurait en dehors du quartier de sa famille pour une énième fois. Les rayons du soleil se reflétaient par-dessus sa chevelure sombre aux grés de ses mouvements. Une main vint flirter avec eux pour les remettre en place dans un geste presque devenue habituelle. Puis il rangea ses deux mains dans les poches de ses vêtements presque aussi obscurs que ses yeux. Un petit air suffisant et de confiance en soi ornait tout de même son visage sans forcément qu’il s’en rende compte. C’était un attrait héréditaire aux Uchiha et surtout au domaine du Cygne qui rendait ses habitants si détestable.

Mais la plus part des gens étaient jaloux. Jaloux de l’incroyable don que possédait le clan. Les yeux rouges des Uchiha étaient secrètement enviés pour leur pouvoir divin sans égal. Leurs possesseurs avaient alors une puissance qui ne connaissait de limite qu’à travers la volonté de leurs utilisateurs. Cela pouvait aller très loin, bien trop loin…

Ses pas le menèrent aux portes de Konoha. L’édifice s’offrait à lui avec toute sa splendeur infinie. Le rouge couleur feu, le rouge couleur soleil, inondait ces chefs d’œuvre de puissance et de sécurité. Portes imperméables aux attaques extérieurs elles étaient source de confiance pour les habitants.

Kenji s’avança jusqu’à l’accueil où quelques gardes s’assuraient des autorisations de sorties et d’entrées dans le village. Il vit non loin la personne qu’il cherchait. Shiba, garde du corps de Takeshi, attendait l’enfant prodige une étrange enveloppe entre les mains et un sourire de complaisance sur le visage. Une main levée fit comprendre au jeune garçon qu’il devait s’avancer. Et il avança.

Quelques gardes observaient d’un regard plutôt forçait Kenji. Mais il ne faisait pas cas de ces figures inconnues qu’il oublierait dans les heures à venir. Elles semblaient voir pour la première fois un Uchiha, à moins qu’elles jugent si tous les préjugés fondé sur ce clan étaient réels. Tant de sottise et de pitrerie pour si peu.

[Shiba] – Kenji !

Shiba vint serrer la main de l’individu dont il avait participé à la formation. Il est vrai que Kenji était avant tout l’élève de Takeshi et que c’était le patriarche qui tirait tous les honneurs des exploits du jeune garçon. Mais Shiba était fier de contribuer de temps à autres, à sa manière, à l’éducation de Kenji. Même si ce dernier avait déjà bien grandit, le relâchement était interdit.

[Kenji] – Shiba.

Une voix neutre sans aucune émotion. Il n’avait rien de spécial à faire passer et il attendait que son interlocuteur prenne les devants. Car il y avait un programme.

Leur rencontre n’était pas du au hasard. Plutôt, durant la matinée, Takeshi était venue voir Kenji pour lui expliquer qu’il partirait pour les ruines enflammées tout l’après midi avec Shiba. Il devait ainsi développer de nouvelles capacités avec son sharingan et après, si son corps réagissait encore, apprendre une technique. Mais cette dernière proposition était des plus incertaines car le contrôle des pupilles de feu demandait une débauche d’énergie importante et non négligente.

Shiba avait l’air d’observer avec insistance Kenji. Non, il regardait plus précisément le Bô que le jeune garçon arborait dans son dos à la manière d’une épée. Une arme qui n’était pas faite pour tuer, chose rare chez un jeune garçon que l’on formait pour un avenir bien sombre, mais plus pour déstabiliser.

[Shiba] – Es-tu sur qu’une telle arme est utile pour une journée d’entrainement ?

Kenji prit un ton affligeant de neutralité pour répondre à un individu qui lui était supérieur mais sa rhétorique était si concrète que même Shiba comprit que sa question était d’une futilité absolue.

[Kenji] – Tu sors souvent sans ton chakra ? …

Shiba parut l’air embarrassé quelques secondes car leur conversation était suivie de tous. Les gardes ne semblaient pas emplit d’une politesse très importante pour se permettre de telle chose. Les deux Uchiha ne pouvaient supporter un tel spectacle et voyant Shiba sur la défensive Kenji prit les devant permettant d’oublier cette impasse.

[Kenji] – Ne devrions-nous pas partir ?

[Shiba] – Tu as raison, allons-y.

Le jeune garde du corps s’approcha de l’accueille et y transmit l’enveloppe. Un ninja d’âge moyen prit l’objet et en retira un bout de parchemin des plus classiques. Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’un « c’est bon » sorte de ses lèvres. Il permit aux deux protagonistes de s’en aller au de là du village pour l’après midi.

Kenji se demandait bien ce que pouvait contenir cette lettre. Il se promit de poser la question durant la suite de la journée à Shiba mais pour le moment ils devaient avancer à travers les arbres de la forêt externe de Konoha. Long fut le périple mais sans embuche. Ils firent le chemin en silence car aucun des deux acteurs n’avaient matière à cogiter. Puis alors qu’ils voguaient à travers les branches d’arbre il était difficile de communiquer.

Ils y arrivèrent enfin. Les ruines enflammées. Tout d’abord l’odeur acre du lieu se fit sentir. Les narines se sentirent agressé mais s’habituèrent à respirer cette sensation de feu. C’était un lieu de d’entrainement intensif ou les plus puissants shinobi venaient s’exercer. Il était aussi aisé de reconnaître la trace de certain Uchiha. Les marques noirs étaient plus imposantes….

Kenji vit les restes d’un ancien village, surement, se dessiner. L’odeur fut alors associée à la vue dans un silence divin. Chaque élément était à sa place comme il se devait. Une harmonie dans la destruction qui donnait tout son charme au lieu. Des petits murs tenaient encore fermement debout tandis qu’il ne restait qu’une poutre de certaine bâtisse. C’était une osmose, un sentiment de bien être que pouvait assimiler à son maximum un Uchiha dont le sang était proche du feu.

Les deux garçons s’arrêtèrent en silence avant de pénétrer d’un pas solennel dans la demeure ultime. La voix de Shiba grisa l’atmosphère d’une façon inutile trouva Kenji.

[Shiba] – Les ruines enflammées… Tu es déjà venue ici avec la directrice de l’académie si je ne m’abuse ?

Le jeune garçon ne prit pas la peine de répondre. Shiba connaissait parfaitement la réponse et il ne voulait pas s’égosiller pour rien. Les remarques futiles de ce genre le lassaient à force et il n’y prenait plus garde. Fier Uchiha, il préférait aller à l’essentiel.

Il se baissa et ramassa une poignée de cendre. Elle s’estompa au fur et à mesure qu’il relâchait son emprise. Des vies avaient été perdue en ces lieux cela en devenait presque mystique. Son regard était vide et ses pensées emplis d’une sagesse nouvelle qu’il ne possédait pas auparavant. Ce petit air de manipulation qu’avait acquis Takeshi se reflétait maintenant en Kenji et lui donnait de faux air peu enviable.

Shiba prit la parole et cette fois-ci annonça enfin des choses concrètes.

[Shiba] – Sais-tu pourquoi nous avons souhaité continuer ta formation ici ?

Kenji, qui ne regardait toujours pas son maître de l’après midi, répondit d’une voix normal.

[Kenji] – L’atmosphère surement…

Shiba semblait sourire, tout du moins c’était ce que le son de sa voix laissait transparaître alors que le jeune garçon l’écoutait.

[Shiba] – Exactement ! Tu vas voir, tu vas sentir, la puissance des Uchiha est fortement liée au feu et il faut que cela devienne ton élément naturel principal. Takeshi trouve que tu es trop lié à la terre pour un membre du clan.

Kenji se releva doucement de la petite position accroupie qu’il occupait jusqu’à présent. Ses traits étaient toujours neutres et on ne pouvait lire sur son visage ce qu’il ressentait à cet instant. La terre était l’élément pour lequel il était né mais il avait été élevé par le feu. On lui demandait une concession dès plus importante.

Il se tourna alors vers Shiba est lui souffla.

[Kenji] – Cela peut être un avantage aussi.

Shiba prit un ton convaincant et absolument motivé pour répondre à son disciple de la journée. Il le savait, si sa réponse n’était pas à la hauteur des attentes de l’enfant prodige, ce dernier partirait tout simplement des ruines. Il retournerait au village comme s’il ne s’était rien passé car cela ne l’intéressait pas. Il fallait attiser sa curiosité et Shiba savait déjà comment il allait s’y prendre.

[Shiba] – Comme tu le sais déjà, les membres du clan sont fortement attachés à une affinité naturelle de feu. Si tu laisses la terre remplir ton cœur sans limite alors tu ne tireras jamais toutes la puissance de l’Uchiha qui est en toi.

Une concession importante devait être faite. Kenji observait Shiba essayant de déceler le moindre tour de passe-passe de son interlocuteur mais tout semblait si vrai. Il devait alors repousser ses origines pour devenir l’Uchiha type, l’idéal type du clan. Il avait déjà pourtant montré à de nombreuses reprises qu’il était l’élément le plus prometteur du Domaine du Cygne. Mais plus les choses changent, plus elles restent les mêmes…

Ses yeux sombres plongèrent alors dans ceux de Shiba. Leur couleur changea peu à peu, le rouge apparue suivi des trois petites virgules signifiant que Kenji était un ninja de haut niveau dans la hiérarchie des Uchiha. Le final fut grandiose mais ne fit aucun effet sur le garde du corps qui avait vu cela à mainte reprise dans sa vie de shinobi.

Kenji prit à nouveau une voix avec une neutralité déconcertante pour répondre à Shiba.

[Kenji] – Commençons.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Lun 15 Juin - 0:20

L’atmosphère était pesante, un sentiment d’oppression. Une suppression de la liberté qu’éprouvait auparavant l’esprit. C’était si grisant et déplaisant. La sensation de ne pas être à sa place, que notre corps est une limite trop infime par rapport au monde qui nous entour. Un refus absolu de toutes les réalités environnements. Tout était du à cette odeur acra de feu qui envoutait l’atmosphère comme de l’opium que l’on jetait au feu. Les idées ne devenaient que plus sombres et l’esprit divaguait à travers une brume sinueuse.

Le cœur était à nu.

Kenji était maintenant assit dans une posture assez agréable sur un petit muret. A ses côtés se tenait Shiba qui ne semblait pas ressentir ces effets si dérangeant sur l’esprit. Ses yeux pétillaient alors que son sharingan, que Kenji voyait pour la première fois, balayait les ruines. Il semblait attendre quelque chose, comme s’il ne pouvait commencer à parler avant un signe lui autorisant. Kenji l’observait de temps à autre l’esprit envouté.

Le genin permit à sa main de traverser ses cheveux sombres par signe d’impatience. Il est vrai que l’attente devenait dérangeante surtout depuis que les deux protagonistes s’étaient assis. Alors, d’une voix qu’il essaya de détacher d’intérêt au maximum, Kenji s’adressa à Shiba.

[Kenji] - Qu’attendons-nous ?

Shiba tourna alors ses pupilles rouges vers son élève. Il plongea ses yeux dans ceux de Kenji qui ressentit immédiatement un sentiment d’insécurité grandissant. Sans défense, à la merci de la moindre attaque, son cœur s’accéléra.

* ! *

Non ! Il était l’enfant prodige, il devait se reprendre et n’avait pas le droit de se laisser impressionner aussi facilement. Ses pupilles se rétractèrent alors qu’il soutenait le regard de son maître. Il n’allait pas laisser tomber si facilement.

Shiba sembla satisfait car il retourna la tête vers les ruines avec un petit sourire sur le visage. Il se passa lui aussi une main dans les cheveux avant de prendre la parole avec une pointe d’amusement.

[Shiba] – Tu as vu la puissance du sharingan lorsque son utilisateur en a la pleine maîtrise. Ce sentiment d’oppression je l’avais ressentit moi aussi quand mon sensei m’enseignait le contrôle de mes pupilles. Tu as réussi à me résister d’une belle manière mais cela n’était pas ce que j’attendais. J’ai plus vu de la détermination dans ton regard et j’aurais préféré voir de la confiance, la confiance que tu portes en ton sharingan pour percer les mystères de ton opposant.

Kenji parut soudainement bien plus intéressé quand début de partie. Tout ce que disait Shiba était vrai, le jeune garçon avait juste fait appelle à sa volonté pour défier le junin. C’était bien burlesque comme situation car en y repensant, il se rappelait que Youso ne cessait de répéter qu’il n’était qu’un petit prétentieux trop confiant. Et à cet instant même, Shiba disait qu’il n’avait pas assez de confiance en ses pupilles. Si ironique comme situation.

[Kenji] – Je suis ici, mais j’ai envie d’être ailleurs… Partout à la fois… Mon corps ressemble à une prison… Cette odeur âcre me tourmente l’esprit et je n’arrive plus à penser clairement… Une sensation de mal être…

[Shiba] – Et elle continuera. Nous sommes dans un lieu où de nombreuses flammes ont vue le jour. Et c’est ici aussi que d’autre se sont éteinte. Accepte le Kenji, tu es un Uchiha et tu dois faire du feu ta meilleure arme.

Kenji paru ailleurs durant de longues secondes. Son esprit vaguait sur d’autre rive à la recherche des tenants et aboutissants à cette affaire sans forcément bien comprendre ce qu’il cherchait vraiment.

Partir à l’aventure dans une forêt sans boussole. On se perd. Non pas vraiment car on sait que l’on est dans la forêt. Les sens en alerte on peut toujours bouger et chercher. Il est impossible de se perdre dans l’infinie inconscient de notre existence. Surtout lorsque l’on ne cherche rien, ou rien de bien concret. Alors, avant même de pénétré les gardiens sacrées de la verte forêt on est déjà à la dérive… Perdu…

On s’égare plus qu’on ne le croit vraiment.

[Kenji] – Je suis un Uchiha. Non, je suis Uchiha. Je suis né de la terre mais j’ai vécu par le feu.

[Shiba] – Es-tu prêt à te défaire de ta naissance ? Une renaissance s’offre à toi, tu toucheras enfin le but ultime pour lequel tu t’entraines tant. Kenji… Oublis.

Kenji s’enferma en lui. C’était si dur et si facile à la fois. On lui tendait une main qu’il était de toute façon obligé de saisir. S’il refusait cela serait mal vu, et Takeshi ne le prendrait alors plus comme élève. Et puis, qui disait qu’il avait envie de refuser ? Le pouvoir ultime, d’une extrême rareté concentré dans ses yeux. Le respect absolu lui serait accordé associé à une force qu’il souhaitait embrasser.

[Kenji] – Je suis… Kenji Uchiha.

[Shiba] – Bien. Dis-moi de quelle couleur est le feu ?

[Kenji] – Rouge.

[Shiba] – Et notre sharingan ?

[Kenji] – Rouge… La source du pouvoir divin de nos yeux n’est autre que celle qui fait figure d’emblème à Konoha ?

[Shiba] - Des deux fondateurs du village caché de la feuille, l’un faisait parti du clan.

Le silence retomba comme sous l’effet d’une chute magistrale. Kenji savait pertinemment tout cela, l’histoire de Konoha n’avait pas de secret pour lui. Il connaissait le passé de ce village et en avait assimilé les principaux personnages. Mais ce qui le chagrinait le plus est que malgré l’air d’abondance qui était née sous l’impulsion du premier Hokage du village caché de la feuille tout aurait pu être différent si un Uchiha avait été nommé à sa tête des le début. Et qui sait peut être que toute l’histoire des Domaines n’aurait pas été créé. Car la division du clan était quelque chose que le jeune garçon chagrinait le plus. Elle affaiblissait les membres plus qu’autre chose. Il fallait un homme nouveau avec des idéaux justes pour les regrouper. Faire du clan un véritable ensemble commun qui serait l’avènement nouveau des Uchiha.

L’idéal type… L’enfant prodige…

Kenji reprit la parole car quelques questions lui trottaient en tête et il devait avoir le cœur net sur certaine position.

[Kenji] – Il y a quelque temps, nous étions allés dans la forêt interne pour ma formation et tu m’avais aidé à trouver le feu qui sommeillait en moi. Tu avais parlé de la volonté de feu de Konoha à travers le cœur ardent de ses combattants. En quoi est-ce différent ici ?

Shiba parut l’air intéressé, la question était pertinente. Il était vrai que durant leur séjour dans la forêt interne du village caché de la feuille le jeune junnin avait apprit à Kenji ce qu’était le vrai feu Konoharien. Et il lui demandait aujourd’hui de ressortir à nouveau cette capacité déjà assimilé. C’était assez paradoxal.

Le jeune adulte se redressa alors du petit muret et ramassa deux petites poignées de cendre. Une dans chaque main avant de positionner devant Kenji toujours avec ce sourire ineffaçable sur le visage.

[Shiba] – Un feu ne brûle jamais de la même manière. Beaucoup de facteur entre en compte pour qu’il puisse vivre et grandir, le vent, la température ambiante, qu’il soit naturel ou volontaire et encore bien d’autre chose. Il faut que tu saches qu’il existe une différence énorme entre…

Il libera la cendre de sa main droit qui s’échappa dans une pluie d’étincelle. Elles restèrent en apesanteur au niveau du torse de Shiba durant quelques secondes avant de retomber avec souplesse vers le sol.

[Shiba] – Le feu Konoharien et….

Cette fois ci il libera les cendres contenu dans sa main gauche. Elles partirent vers les cieux en un quart de second dans un nuage de poussière noir bien soudé. Une fois au dessus de la tête du junnin tout explosa dans une pétarade digne d’un grand feu d’artifice.

[Shiba] – Le feu des Uchiha.

Kenji regarda l’action sous ses yeux le visage impassible. Tout était si confus, il allait devoir trouver les réponses à des questions bien étranges. Sa main traversa alors ses cheveux l’air songeur tandis que le nuage de feu Uchiharien s’estompait peu à peu vers les cieux. Shiba vint se rassoir prêt de lui avec souplesse laissant le temps d’assimilation à son jeune élève.

Ce n’était pas une simple technique qu’il devait apprendre et répété jusqu’à en connaître tous les tenants et aboutissants mais un travail sur lui-même des plus profonds. Pour l’aider dans sa quête du feu identitaire Shiba lui souffla quelques mots qui avaient valeur de signe incantatoire. Si fort et si vrai.

[Shiba] – Tu es un Uchiha avant d’être un habitant de Konoha, ne l’oubli pas. Le clan sera toujours là pour toi.

Kenji posa alors ses yeux rouges sur ses mains. Il regardait sans forcément voir, aveugle d’une cécité absolue.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Lun 15 Juin - 23:48

Un jeune garçon se lève, souriant à la vie. Sa naissance ne fut que beauté et joie pour ses parents. Ses grands parents le chérissent au de là de toute espérance et s’en suit une vie fait de bonheur et de surprise. Il nage à travers les âges, grandissant en étant encadré par ses parents. Ils sont là, toujours là, pour le meilleur et pour le pire. Ils ne laissent jamais les soucis de la vie éloigner leur petit, car pour toute une vie il restera leur petit. Les erreurs forgent son caractère, les choix se font suivant une logique qui lui est propre. Mais jamais ils ne lui en voudront car c’est leur petit. Ils le protègeront toute leur vie car il l’aime, car c’est leur fils. Il sait pertinemment que ses parents seront toujours là, car plus encore de les aimer, il sait que c’est sa famille.

Rien n’est plus important que la famille.

La vie lui offre des possibilités. Il les saisit, se construit peu à peu et devenant l’homme qu’il voulait être. Mais un jour tout peu basculer, une simple écharde peu faire s’effondrer le plus fort des colosses. Ses pieds se transforment en argile et il a l’impression que tout s’écroule. Il ne devient plus rien, ses amis et amies partent comme le pollen quitte une fleure une fois qu’il est assez rassasié. On le laisse seul face aux difficultés, des responsabilités dont il ne voulait pas. On lui a apprit à faire face mais quelque fois c’est trop gros, trop fort pour réussir à surmonter cette montagne.

Alors… Alors il tourne la tête cherchant du réconfort. Il voit des dos se tourner, des têtes se baisser et l’ombre engouffrer tout ce qu’il croyait proche. Mais soudain la lumière ce fait sur une chose qu’il a de plus cher et qu’il a pourtant trop laissé de côté. Celle qui à fait de lui l’homme qui l’est aujourd’hui. Celle qui la fait vivre.

Il tourne la tête et voit sa famille.



Kenji les yeux dans le vide savait tout cela. Même s’il ne connaissait pas ses parents, Takeshi avait été bon et avait fait de lui le ninja dont il était fier d’arborer la force aujourd’hui. Cet homme pouvait être froid et manipulateur il n’en était pas moins celui qui avait ouvert son foyer à un jeune garçon sans histoire. Sa femme l’avait soigné et gentiment proposé le gîte et le couvert. On lui avait offert des liens, certes la sociabilité n’était pas son fort mais il connaissait des gens. Il n’était plus le même, plus ce petite garçon vivant seul dans un appartement et ne pensant qu’à lui et ses soucis de puissance.

Maintenant il avait un but, maintenant il avait une famille.

Il aurait pu hurler son amour pour les Uchiha, pour le clan mais ce n’était pas dans son caractère. C’était une action extravagante réservée au gens les plus extravertis. Il préféra se passer doucement une main dans les cheveux et tourner son regard rouge vers Shiba, une autre personne qui l’avait aidé, qui l’avait construit.

[Kenji] – Je sais qui je suis et je sais à qui je suis redevable. Je suis prêt Shiba-sensei.

Le junnin acquiesça de la tête et se redressa. Il invita le jeune garçon à faire de même. Ils firent quelques pas en avant pour laissait un certain espace autour d’eux. La poussière de cendre vola autour de leur pied avant de se calma lorsqu’ils stoppèrent leur avancée.

[Shiba] – Gardes les bras le long du corps et ouvres tes sens à ce qui t’entoures.

Kenji fit un signe de la tête pour lui faire comprendre qu’il avait assimilé ce que lui demandait son maître. Il inspira profondément et laissa ses bras choir le long de son corps. Ses yeux étaient fixés sur ceux de Shiba qui semblait concentré. Mais l’odeur toujours aussi forte de cette atmosphère envoutante le dérangeait.

Shiba commença alors à faire de grand geste, puis entama une série de signe. Malgré son sharingan Kenji y voyait de plus en plus flou. La poussière s’élevait du sol et tournoyait autour de lui, les degrés montaient dans un tourbillon de chaleur. Quelques fois, elle venait toucher sa peau en sueur et lui brûlait l’épiderme. Il se demandait ce que faisait son sensei mais il avait confiance, c’était le but de l’exercice, il devait avoir confiance. Le junnin était un Uchiha, il ne pouvait lui faire de mal. Kenji était l’espoir du Cygne on ne pouvait lui faire du mal en interne.

[Shiba] – Ouvres tes sens Kenji !

Sa voix paru lointaine et sans consistance. Mais le message était clair, on lui demandait de laisser tomber toutes ses défense psychique. Une ouverture bien difficile et qui exigeait une sureté de soi inébranlable. Durant de longues minutes le genin hésita, mais les choix était inévitable, il devait le faire pour évoluer, pour continuer à grandir et à devenir fort.

Et il fit confiance à sa famille.

Shiba put grâce à son sharingan entrer dans les pensées les plus intimes du jeune garçon. Mais il se garda d’y faire attention car il le respectait. Kenji sentait que son corps ne lui appartenait plus, dans ce tourbillon de cendre et avec cette chaleur délirante il s’élevait. Tout au dessus de cette enveloppe charnelle il s’élevait à une hauteur incroyable. Non ce n’était plus lui le maître de son corps, il laissait place à son sensei. Il savait que ce dernier ne ferait pas de folie.

Shiba pénétra dans un sombre esprit. Le jeune garçon semblait tourmenté. Toute la fatalité de la vie s’imposait à lui comme une force inévitable. Il était évident qu’il se posait trop de question. Une brume de question l’empêchait d’avancer convenablement et il préféra ne pas trop s’attarder à l’intérieur de l’esprit du jeune garçon. Il aurait pu voir des choses privé qu’il serait regrettable d’apprendre. Même s’il ne savait pas comment le jeune Kenji pouvait avoir une vie privée au vu de son caractère si solitaire.

Il partit vers son cœur, où il vit d’étrange chose. Le Doton luttait contre le Katon avec acharnement dans un combat qui semblait perdu d’avance et pourtant il résistait. L’emprise n’était pas complète. Il vit le contraire, le Raiton était complètement soumis au feu de l’Uchiha preuve qu’il pourrait faire de même avec la terre. Le tout dans une cacophonie de battement de cœur.

Il se concentra et sembla exécuter une série de signe sans forcément le faire. Son sharingan lui permettait les pires folies à l’intérieur d’un individu. Il donna alors l’impulsion au feu de Kenji qui lui manquait pour écraser la terre et la voir se soumettre. Son chakra se mélangea durant quelques instants avec celui du genin et le cœur ne constitua alors plus qu’une grosse fournaise où la terre rougit. Tel un volcan en éruption elle se fissura et laissa place à la lave gagnante des Uchiha.

Kenji toujours élevé, partait en direction des yeux. Il les entendait, les divins l’appelaient. Comme lorsque son sharingan fut arrivé à son paroxysme et qu’il les avait rencontré. Cette petite voix trottait dans sa tête, dieu et déesse était si proche. Il sentit son cœur le tirailler, se déchirer en deux. Une douleur aussi forte que le feu d’un dragon et il crut que sa poitrine allait exploser. Son sharingan rayonna de milles feux et il poussa un petit cri de délivrance. Levant un bras dans les airs il les appelait mentalement, il les voulait. Etre immortel sans nom et sans vie. Seul les élus pouvaient les approcher de si prés.

Shiba se retira et laissa retomber la pression. Kenji pouvait à nouveau s’approprier son corps tandis que les cendres qui tourbillonnaient autour d’eux tombaient peu à peu sous l’effet de la gravité. Un petit air de fatigue se dessina sur le visage du junnin tandis qu’il voyait d’un regard assez inquiet son élève tomber à genoux. Un nuage de fumée l’entoura alors qu’il semblait perdu.

Kenji ne comprenait plus où il était et ce qui lui arrivait. Une petite voix trottait sans arrêt dans sa tête mais il ne ressentait pourtant plus les effets de cette atmosphère si pesante tout autour de lui. L’air était devenu respirable et aussi clair qu’une eau pure. La chaleur ne le dérangeait plus et les battements de son cœur étaient réguliers. Seule cette petite voix persistante faisait de la résistance dans son esprit.

Kenji releva alors doucement la tête vers son sensei. Ses yeux rouges étaient froids et chaud en même temps. La chaleur de la détermination alliée à la froideur de l’orgueil. Il plia un genou et s’appuya dessus pour se relever en douceur. Il ne lâcha pas une seule seconde du regard Shiba. Ce dernier semblait apprécier.

[Shiba] – C’est ce que je voulais voir Kenji.

[Kenji] – Que m’as-tu fais ?

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Mar 16 Juin - 23:50

La tension montait malgré la compréhension. Entre eux une symbiose c’était créé et Kenji n’avait jamais prévu cela. Lui si solitaire venait de s’ouvrir, Shiba avait pu gouter à ses pensées les plus intimes, les plus cachées… Mais quelque chose avait changé en lui, ses yeux lui prenait moins de force à être activé, il n’avait plus la même peur d’être confronté aux pupilles rouge de Shiba. Il se savait fort, le feu dominait.

Mais il était inquiet. Si le junnin prenait connaissance de l’existence de Taka toute son éducation serait remise en cause. Car Taka était un membre du Tigre, un clan sans histoire et sans passion. Takeshi voudrait surement que son prodige s’accouple avec quelqu’un du même sang et du même Domaine. Terrible calomnie qui se cachait, se terrait au plus profond du cœur du jeune garçon.

Mais au vue de l’expression de Shiba, ce dernier ne semblait pas avoir prit connaissance de cela. Bien au contraire il affichait un sourire joyeux qui donnait une belle impression de ce qu’il venait d’accomplir. Il était arrivé là où il le souhaitait laissant le genin se soucier de chose futile.

Shiba partit alors en direction du petit muret. Il fit signe à Kenji de le suivre et ne répondit pas sur le moment à ses interrogations. Le junin laissa avec malice le silence s’installer entre eux. Il ne bougea pas tandis que Kenji respectait cela avec un gros travail sur soi.

[Shiba] – La patience est une belle qualité Kenji.

Kenji ne répondit pas, il ne devait pas répondre et il ne pouvait pas répondre. Il resta alors silencieusement assit les yeux se baladant dans les ruines qui lui faisaient face. Son esprit avait gagné en clarté et il savait ce qu’il devait faire à chaque instant avec une conviction nouvelle.

[Shiba] – Saches que maintenant, les pouvoirs qui t’accompagnaient et qui venait de la terre ne sont plus. Tu es un véritable Uchiha, tes racines sont implantées dans un volcan de feu en constante éruption.

[Kenji] – Qu’ais-je gagné ?

Shiba prit le temps de la réflexion durant de longues secondes avant de répondre d’une voix sérieuse et convaincante.

[Shiba] – C’est pourtant simple. La puissance des Uchiha est tienne à cent pour cent ! Tes techniques de feu seront plus puissantes et tu dois déjà ne plus ressentir cette atmosphère étouffante de ces ruines.

Kenji acquiesça de la tête. Il était vrai que la situation avait bien évolué depuis le début de l’après midi. Il ne ressentait plus une chaleur étouffante qui lui tourmentait l’esprit. Il était tranquillement installé et ne se posait plus de question sur ce qui l’entourait. Shiba avait fait en sorte que le feu devienne son élément naturel principal et grâce à cela il était le parfait Uchiha. Takeshi serait surement heureux de l’apprendre, enfin avec lui la notion de joie était très relative…

Le jeune garçon se passa une main dans les cheveux et prit une voix encore neutre et défait de toutes émotions, car il avait l’esprit libre maintenant.

[Kenji] – Comment as-tu fait ?

Shiba posa ses yeux sur le jeune garçon qu’il avait en face de lui. L’explication serait surement ardue à comprendre mais il avait confiance en l’enfant prodige. Après tout s’il ne comprenait pas il ne mériterait pas ce titre si honorifique. Il toussota légèrement et commença.

[Shiba] – Lorsque l’on a un contrôle élevé du Sharingan on peut réussir à pénétrer l’esprit d’un individu. Cela peut être pacifique dans le cas de mission et permettre une transmission d’information bien plus rapide. Mais dans le cas d’un duel on peut complètement chambouler et voir détruire l’esprit de l’adversaire, et pour les meilleurs du clan, voir l’opposant se soumettre à eux. Dans ton cas, je suis rentré dans ton esprit et j’ai aidé ton cœur qui est en constante bataille entre la terre et le feu. Juste un peu de mon chakra a suffit à faire en sorte que le Katon domine le Doton comme il le faisait jusqu’à maintenant avec le Raiton. Il te manquait ce petit plus pour réussir, mais il fallait surtout avant que tu sois prêt. J’aurais pu pénétrer de force ton esprit et changer le cours de cette bataille mais j’ai préféré que tu fasses le choix toi-même, que tu t’ouvres à moi pour gagner en confiance. La confiance en soi que possède chaque Uchiha.

Shiba marqua une pose comme s’il réfléchissait à ce qu’il allait dire par la suite. Il reprit d’un ton encore plus sérieux et en plongeant son regard devenu sombre dans celui de son élève. Ses paroles étaient emplit de vérité.

[Shiba] – Je ne pénètrerais jamais de force dans l’esprit d’un membre du Cygne.

Il relâcha la pression et se détendit sur le petit muret laissant le temps à Kenji d’assimiler tout ce qu’il venait d’entendre. Car il en avait apprit beaucoup. Les capacités du sharingan l’étonné chaque jour un peu plus. Ces yeux… Cette arme… Elle était vraiment divine.

[Kenji] – On dit souvent que nos pupilles sont les yeux à travers lesquels les dieux voient le monde… Est-ce vrai ?

Shiba prit un ton songeur, lui aussi avait longuement travaillé la question et en avait conclu que chacun se faisait sa propre opinion suivant son vécu. Il ne devait pas intervenir sur l’avis de son jeune élève et répondre avec délicatesse.

[Shiba] – Certain d'entre nous sont capable de perdre pourtant. Pourquoi les dieux laisseraient leur enveloppe charnelle sans gloire ? Je me suis longtemps posé la question. Mais cela reste un avis personnel que tu dois garder pour toi.

Kenji se leva et positionna aux côté de Shiba. Il leva les yeux vers les cieux et prit un ton rêveur. Tout avait été fait avec délicatesse, il avait d’abord quitté le muret sans précipitation et ses traits arboraient une intense réflexion.

[Kenji] – Je les ais vu.

Shiba ouvrit grand les yeux et se leva à son tour. Il se rapprocha de l’enfant prodige sans le toucher. Très proche et très loin à la fois mais on pouvait tout de même ressentir l’excitation qui semblait emballer son esprit. Il se demandait si son élève ne devenait pas fou. Les cendres, la chaleur des lieux avait du lui monter à la tête. Comment annoncer sinon de telles calomnies.

[Shiba] – Kenji !

Kenji baissa ses yeux dans le regard de Shiba. Ce dernier voulait indéniablement en savoir plus sur ce que le jeune garçon venait de dire. Il était son maître de substitution après Takeshi et méritait tout autant de savoir cela.

[Kenji] – La première fois fut lors de mon éveil à la troisième virgule du sharigan. Une déesse ? Un dieu ? Je ne sais pas. Leur corps son remplit de lumière et tout semble si irréaliste… Aujourd’hui, grâce à toi peut être, je les ais revu. Si prés, j’aurais pu les toucher. On ressent un confort absolu. On ne voudrait jamais quitter cet état…

Shiba rassembla tout son courage pour calmer son excitation et paraître plus mature face au jeune garçon de dix-sept ans. Il leva lui aussi les yeux vers le ciel et remarqua la position bien basse du soleil. Il se passa doucement une main dans ses cheveux couleurs d’or avant de reprendre son attention vers Kenji.

[Shiba] – Je vais prévenir Takeshi... Mais il faut que tu saches que cette information peu faire croire au gens que tu as des problèmes de santé mental. Ta notoriété n’est plus à prouver dans le Domaine du Cygne. Mais le Lion sera surement jaloux et voudra démonter tous les espoirs de Takeshi en te provoquant. Tu seras l’homme à abattre.

Kenji fit un signe de la tête pour faire comprendre à Shiba qu’il savait ce qu’il l’attendait. Il inspira profondément et prit la parole.

[Kenji] – Je suis prêt à affronter ce qui m’attend mais je ne veux pas non plus déclencher une guerre dans le clan.

Shiba posa une main amicale sur l’épaule de Kenji et le regarda droit dans les yeux. On pouvait déceler un soupçon de pitié, mais il le cacha avec soin. Le junnin savait ce qui attendrait son élève. Des temps durs s’élevaient face à lui. Il le soutiendrait du mieux qu’il le pourrait comme tout le Cygne, mais au de là des ninjas de Konoha, il existait des malheurs bien plus important et bien plus proche.

[Shiba] – Il faudra que tu fasses des choix Kenji…

[Session terminée. Bon je ne sais pas trop ce que j’ai fait. J’ai commencé à écrire dans un climat spécial ne sachant pas trop où aller. La qualité n’est pas super mais j’ai aimé écrire cela. Kenji avoue enfin ses visions divines et il s’ouvre à quelqu’un. Il est moins hautain et orgueilleux et cela fait suite à la transformation dans le centre-ville avec la petite ellipse.]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Jeu 18 Juin - 15:18

Kenji : +47 XP

Attention à la crédibilité du discours, à la cohérence des faits et au respect du BG, n'est-il pas :p

(Moi aussi je vois les Dieux parfois, mais euh... je suis pas dans le même état Very Happy)

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Mer 28 Oct - 22:16

Un soleil brûlant sur le paysage du pays du feu se levait doucement. Il rayonnait sur ses terres comme un roi triomphant sur le champ de bataille. Il avançait à travers le ciel couleur azur dans une marche solennelle et pourtant si quotidienne. Dégageant de l’énergie pure et réconfortante, la boule de feu éclairait de toute son aura le village qu’elle avait devant elle. C’était une course qu’elle faisait chaque matin sans se lasser et qu’elle continuait jusqu’à la fin de la journée qu’elle décidait d’elle-même.

A côté de cela, la nature s’éveillait, les arbres grandissaient et les oiseaux s’envolaient. Tous suivaient le cycle imposé avec brio par la déesse de la lumière. Sans un mot, dans un silence encore nocturne, la vie naissait. L’humidité s’en allait pour laisser place à la sécheresse d’une journée chaude et aride.

Kenji était assit à son bureau, la chaise de bois naturelle le soutenait tandis que ses mains prenaient appui sur un lieu de travail fait lui aussi de bois. En face de son visage trônait son katana que lui avait offert le maître des lieux quelques semaines plutôt. Dans un étui au couleur de la nuit, il y était gravé des petits filaments de rouge, couleur du clan. Il savait que s’il prenait l’arme et la retirait de son fourreau, il tomberait sur une lame fait d’un des aciers les plus résistants. Le soleil se confondrait durant de courtes secondes avec cette dernière pour finalement ne laissait qu’une émotion d’étonnement dans le regard de l’Uchiha.

Mais ce matin là, il n’y prit pas attention. Sa main droite tenait une plume de Cygne, l’animal souverain en ces lieux. Le long de cette toison d’une blancheur éclatante, un petit filet noir s’écoulait sur un papier légèrement jauni par le temps. Lorsqu’un doigt hasardeux passa par-dessus, Kenji ressentit l’effet rugueux du document. Il continua à écrire dans ce silence matinal. Quelque mot, ce n’était pas un discours mais juste une demande dont il espérait avoir un retour positif.

Citation :
Reiko Sama,

Vous m’aviez aidé par le passé pour mon entrainement en vue de l’examen de sélection des chuunin. J’aimerais à nouveau recevoir votre aide, cet après-midi, aux ruines.

Kenji.

Kenji posa délicatement le plus prés de l’encrier avant de s’étendre le long de sa chaise tout en se passant une main dans les cheveux. Il plia avec soin le morceau de parchemin avant de se lever et de l’emmener avec lui. Il passa le seuil de la baie vitrée de sa chambre ouverte depuis l’apparition du soleil sur les montagnes au loin.

Sur la rambarde de bois qui délimitait le balcon de bois entourant la demeure il y vit l’oiseau messager. Ce dernier patientait, le dos droit et fier, le regard vif et perçant, il regardait le jeune garçon sans sourciller. Son pelage n’était pas de la blancheur qu’appréciait l’Uchiha, ni de cette couleur nuit qu’il arborait la plus part du temps. Et encore moins de ce noir qu’il maîtrisait à la perfection pour s’envoler. L’oiseau portait les couleurs d’une nature automnale, seul son bec assez clair cassait cet aspect boisé. En forêt, il aurait été très difficile de l’apercevoir tant ses plumes marrons se confondait avec la couleur des troncs d’arbres.

Kenji avança doucement sans effrayer l’oiseau qui lui tendit, presque par habitude, sa patte droite. Il y attacha sans trop serrer le message et passa sa main sur le crâne du volatile pour lui faire comprendre qu’il avait terminé. D’un battement d’aile, l’oiseau s’envola vers des cieux lointains pour le jeune garçon mais si naturelle pour cette bête. Cette couleur bleu était sa maison, sa véritable demeure loin des contraintes du sol et de la vie terrestre. C’était la liberté de voler là où bon lui semblait.

Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure sombre avant de s’accouder à la rambarde de bois. Son regard sombre tomba sur les oiseaux du lac du Domaine. Ces derniers, bien plus majestueux et imposant, venaient de se réveiller et entamer leur toilette. Il vit un des plus jeunes se faire mordre par sa mère pour une bêtise qu’il ne comprit pas.

Qu’il était bon de s’éveiller dans le Domaine du Cygne.

***


Le soleil avait dépassé de peu son zénith dans le ciel. Sa puissance était toujours à son paroxysme et cela allait durer encore de longues heures. Il n’y avait pas un seul nuage pour le contrarier et même les oiseaux avaient déclaré l’armistice dans ce combat perdu d’avance. Les rayons se reflétaient sur les murs blancs qui entouraient le village.

Kenji était adossé à un des pans à quelques pas de la grande porte de Konoha. Les bras croisés son regard flirtait avec l’horizon. Il voyait les commerçants se lancer dans leur activité habituelle, dans la routine quotidienne. Les gardes prendre leur tour de travail en se saluant et se souhaitant une bonne journée.

Il souffla lentement et patienta, encore genin il ne pouvait sortir seul du village pour se rendre dans les ruines. Ces ruines qu’il aimait d’une étrange façon. L’odeur acre de la fumée aussi vieille que le village lui-même, cette sensation de solitude permettant une concentration absolue. C’était un plaisir égoïste qu’il était pourtant obligé de partager avec un autre à chaque fois qu’il voulait s’y rendre. Mais bientôt les choses changeraient, il monterait en grade et pourrait alors passer de longues journées dans ces demeures détruites pour y devenir plus fort, plus puissant.

Le véritable Uchiha naitra de ces cendres.

Mais pour le moment, il patientait. Sa main chevaucha avec habitude ses cheveux sombres tandis qu’il inspira doucement. Une forme se dégageait au loin, même si cela faisait de nombreux mois qu’il ne l’avait pas vu, il l’a reconnu sans problème. Elle approchait doucement et il attendit qu’elle vienne à sa rencontre.

Reiko Kairi.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Ven 30 Oct - 1:28

-Fin du cours, chers élèves, je vous dis à demain pour de nouveaux enseignements.

Douce voix qui résonne, alors que les jeunes étudiants et genins commencent à ranger leurs affaires, que leurs chuchotements enjoués et amusés résonnent, profitant de mon annonce afin de profiter du moment présent, de partager des discussions et rires avec leurs condisciples.
Je m'attarde sur le tableau, prenant grand soin à le nettoyer, après tout, d'autres professeurs me succéderaient dans l'après-midi, ce n'est que par respect envers mes compagnons que je dois le faire, après tout, ils font de même avec moi, c'est naturel.
Et voilà que le dernier élève vient de descendre les marches de l'amphithéâtre, pas précipités, afin de jouir de la liberté que lui accorde les couloirs de l'Académie ...
Et me voici cette fois-ci seule, dans cette salle de cours, contemplant d'un air bienveillant les places laissées vide.
Qu'il est bon d'enseigner ...

Retour à la maison, voilà que je rencontre plusieurs familiers et voisins, doux sourire qui s'étire sur mes lèvres, alors que je m'arrête pour engager la conversation avec chacun. Vous savez, lorsque l'on a tout ce que l'on souhaite dans la vie, bonheur, joie, amour, il est si aisé de la partager avec son entourage, si facile de trouver ce qui plaît, ce qui rend heureux, si facile de trouver les mots qu'il faut pour tout et chacun.
Après tout, ce serait si égoïste de garder toute ma joie que pour moi et moi-même ... Il était tellement plus agréable de la partager, ne serait-ce qu'une fraction ... Une fraction si infime, mais que l'on remercie tant.
Ciel d'un bleu limpide, exempt de tout nuage, bleu azur si pur, si beau, si magnifique ...
Encore une chose belle, dans une vie qui l'est bien trop déjà.
Sourire radieux, alors que mes pas me dirigent paisiblement vers le seuil de ma maison.

Belles tulipes, nobles lys, éclatantes jonquilles.
Plantes desquelles je m'occupe avec une attention particulière, à la fragrance si envoutante, entraînante, resplendissantes à la lumière du soleil ascendant, astre incandescent qui parcoure le ciel limpide, parcours qu'il a suivi à l'aube des temps, et qu'il suivra jusqu'à la fin de celui-ci.
Après tout, il avait vu la naissance de ce monde, il est destiné à en voir sa fin.
Mais, qu'importe, ceci est si lointain, et c'est de mes belles fleurs, que je dois m'occuper, pour l'instant ...
Magnifiques, tout simplement magnifiques.
Ma main s'attarda dans ma chevelure, doigts jouant distraitement avec mes boucles, s'enroulant autour de celles-ci, avant de s'attaquer à une nouvelle, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'enfin ma main se pose sur un arrosoir, poigne ferme mais douce, avant de retourner à mes plans, et verser cette eau si rafraîchissante, vivifiante, vitale, sur les pétales, feuilles, tiges et racines de mes petites protégées ...
Regard qui se perd dans l'infinité du ciel, pureté similaire à celle d'une gemme, d'un saphir. Rayon de lumière, pur concentré de ce qu'il y a de plus beau en ce monde, tout ce pour quoi nous nous battons et croyons ...
Volée de plumes, bruissement d'ailes, couleur mordorée à l'imagé de l'automne qui nous guette.
Voici oiseau qui vient se poser à la bordure de la fenêtre, profitant du court instant de surprise afin de s'y installer.
Tête penchée sur le coté, j'observe avec curiosité tel oiseau, magnifique je dois le dire, fascinée par son plumage aux couleurs des feuilles mortes, tombantes, tourbillonnant au gré du vent, avant qu'enfin, je surprenne le message accroché à sa patte, parchemin légèrement jauni par le temps.
Je m'approche de l'animal, qui à mon approche ne fait aucun mouvement de fuit, ne semble pas repoussé par ma présence, avant que d'un geste simple de la main, habile et rapide, je décroche la missive.
Et voilà que tel oiseau, dépliant ses ailes, reprend son envol pour rejoindre l'endroit d'où il est venu, mission accompli avec efficacité et brio ...
Je secoue la tête, doucement. Qui donc peut-il bien me contacter de telle façon ?
Parchemin déplié, regard rapide sur le contenu.
Le jeune Uchiha ... Concis dans ses paroles, on pouvait voir la suffisance rien qu'à son écriture.
Petit sourire qui s'étire sur mes lèvres. Je vois bien qu'il s'efforce, à quémander mon aide.
Il connait ses limites, et, c'est une preuve de force.
Cet enfant ira loin si tant soit peu que son orgueil et manque de discernement, dû à son jeune âge, ne l'emporte avant qu'il murisse ...
Mais, tout cela ne sont que des suppositions, des suppositions qui pourraient se confirmer que plusieurs années après, tant d'années après ...
Mon regard se perdit dans l'infinité du ciel, limpide, exempt de tout nuage, clarté de saphir de si grande pureté.
Une journée parfaite, pour s'entraîner.

Le Quartier Uchiha, tel que je m'en souviens lors de ma dernière venue.
Toujours cette activité intense qui le rend bouillonnant, que se soit sur les terrains d'entraînements, les échoppes, ou les maisons, que se soit dans le combat, l'artisanat ou l'art.
Ce quartier me plaît bien, en somme. Il est vivant.
Mais, esprit éclairé verra aussi que de biens sombres intrigues si déroulent, dans l'ombre la plus totale ...
Il faut rester avisé à tout moment, et surtout ici. Un mot déplace, un geste non-convenu, et voilà que la vanité légendaire des Uchihas se dévoilait en une colère dévastatrice.
Pour l'honneur, ils disent qu'ils le font. Une bien drôle conception, que l'honneur.
Mais, qu'importe, suis-je en droit de les juger ? Non, trois fois non.
Après tout, ce sont de biens charmantes personnes, une fois qu'on comprend comment leur parler.
Sourire qui s'étire sur mes lèvres.
J'aime beaucoup ce quartier, malgré tout ce qu'il cache.
Quartier du Cygne, maintenant, qui se dessine à moi, caractérisé par ses lacs peuplés de l'animal du nom de leur domaine, animaux impérieux et nobles, pelages immaculés ou de jais, paradant fièrement dans les eaux peu profondes, afin de s'imposer en seigneurs.
Je m'arrête un moment, près d'une rive, afin de profiter de tel spectacle, si rare en dehors de ce quartier. Tant d'animaux réunis, en un seul et unique endroit, tant de beauté ...
Hélas, je ne peux m'attarder, le jeune Uchiha m'attend, et de par son nom, pourrait se sentir blessé dans son orgueil, que j'arrive en retard ... Il serait si dommage, que nous commencions tel entraînement en mauvais termes.
La résidence de Seigneur Takeshi, enfin.
Et, découpée dans le lointain, au portail du manoir, silhouette se profile, droite comme une lame.
La silhouette d'Uchiha Kenji.
Démarche paisible, alors que je me dirige vers lui, sans me presser, après tout, nous avions tout notre temps.
Enfin, me voilà devant lui, petit sourire éclairant mon visage.
Il n'a pas changé, depuis la dernière fois que nous nous sommes vu ...
Enfin, c'est irrationnel, nous nous sommes déjà croisés à l'Académie, avant, mais c'est comme si nous ne nous connaissions pas. Comme si nous étions de parfaits inconnus l'un pour l'autre.
Et voilà que nous nous retrouvions face à face, pour un entraînement spécial, qui se déroulerait une fois encore dans les Ruines Enflammées.


-Bonjour, Kenji.

Je ponctuais cette simple phrase par un sourire bienveillant. Le connaissant, il n'apprécierait sûrement pas, que je sois aussi familière avec lui. Qu'importe, après tout, ce ne serait sûrement pas la dernière fois que nous nous verrons, pour des enseignements, et il valait mieux poser des bases solides tout de suite, afin que tout aille pour le mieux.
Je lui fis un signe de la main, l'incitant à me suivre.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Sam 31 Oct - 19:06

Un simple bonjour, Kenji avait connu la directrice de l’académie bien plus bavarde. Il se passa doucement une main dans sa chevelure sombre analysant rapidement la femme qui se trouvait devant lui. Il savait que malgré ses aspects doux et maternelle se cachait une dame avec une poigne de fer exceptionnelle. Elle n’était pas devenue directrice de l’académie du village caché de la feuille pour rien.

Gracieusement elle sourit à Kenji qui ne baissa pas les yeux. Il se redressa du mur contre lequel il était accoudé et inspira doucement avant de plonger son regard sombre dans le regard de son enseignante pour la journée.

[Kenji] – Merci d’être venu Reiko Sama.

Elle lui sourit et l’invita à continuer. Ils partirent ainsi, ensemble, vers un lieu unique et magnifique pour peu que l’on sache apprécier une beauté légèrement différente de celle vue tous les jours.

Arrivant face aux deux grandes portes rouges du village, Kenji vit Reiko faire des signes aux deux gardes surveillants les aller et venus des habitants. Il n’était qu’un genin et c’était grâce à elle qu’il allait pouvoir sortir de ces lieux encore une fois. Ils n’allaient pourtant pas bien loin, mais la logique militaire de Konoha ne voulait et ne pouvait se permettre de laisser sortir et vagabonder une jeune shinobi. Pourtant, ce n’était pas l’expérience qu’il manquait à l’Uchiha mais juste une ligne de plus sur sa fiche ninja, affirmant qu’il était capable de sortir seul.

Une garderie qu’il n’appréciait que de moins en moins chaque jour.

Après un long périple à chevaucher de branche en branche dans un silence total, ils arrivèrent enfin dans l’antre abandonné du démon. Un ancien village complètement dévasté et maintenant rongé par les flammes. Il n’y avait pas de petite étincelle ici, juste des couloirs de feu ressurgissant de l’enfer lui-même. L’apocalypse se vivait alors à chaque instant et chacun pouvait laisser sa trace.

Il y a quelques années, Kenji l’avait fait. Un peu plus loin, derrière les murs noirs d’une ancienne bâtisse se trouvait le pan de mur que l’Uchiha avait roussit. Il avait laissé sa trace en ces lieux pour toujours comme de nombreux membres de son clan par le passé. Il faisait parti du paysage et en ressentait une certaine fierté. Même s’il aimait toujours ce qu’il faisait, ici, c’était différent. Comme si grâce au feu il avait marqué dans la chaire de Konoha qui il était. Il lui rapellait qu’il existait et qu’il continuerait à la harceler jusqu’à ce qu’elle réponde à ses attente. Cette mère feuillage, si douce en apparence mais si brutal à l’intérieur.

Kenji reprit alors son attention sur la directrice de l’académie. Il fit quelques pas en sa direction avant se passer doucement une main dans les cheveux. Beaucoup prenait cela pour de la prétention avec un petit air hautain sur le visage. Mais ce n’était pas cela, ses yeux n’exprimait aucune émotion tout comme les traits de son visage. Il ne ressentait que très peu de chose, le bien, le mal, tout cela pour lui était des notions dépassées et sans définitions précises. Il préférait se faire sa propre opinion sur ce qui l’entourait plutôt que de se laisser pervertir par les préjugés.

Sa voix était neutre, sans être agressive. Il se tenait droit, la fierté des Uchiha resurgissant sur lui en ces lieux. Ce n’était pas forcément volontaire, mais le sang de l’orgueil coulait dans ses veines.

[Kenji] – Il y a peu j’ai appris l’Orbe Tourbillonnante…

Cela faisait quelques semaines que Kenji était parti en forêt avec pour seul ami un livre traitant des tenants et aboutissants de l’Orbe Tourbillonnante, l’apprentissage c’était déroulé sans problème, l’enfant prodige avait fait parler son talent naturel et il avait été déçu. Le résultat final avait été très loin de ses attentes du début. On lui avait tant parlé de cette technique en positif qu’il avait trouvé d’une futilité affligeante les dégâts qu’elle avait engendré contre Hakai lors de sa première utilisation.

Cela avait été une rencontre amicale, il avait donc usé de technique encore inconnue en combat pour se perfectionner. Et malgré la puissance de l’impact et le fait que son adversaire ait volé sur quelques mètres, il n’avait pas été très charmé. Il se passa doucement une main dans les cheveux.

[Kenji] – Mais je trouve ce jutsu encore trop basique, n’y-a-t-il pas moyen de l’améliorer ?

Il vint s’assoir sur le petit muret juste à côté de la directrice. Au vue de sa position dans la hiérarchie de l’académie elle devait surement avoir les réponses que le jeune garçon attendait. Il allait perfectionner une technique qu’il maîtrisait à la perfection. C’était l’un des seuls jutsu qui ne servait pas à tuer et qu’il avait assimilé. Contrairement aux milles oiseaux, il n’avait personne à transpercer ou égorger avec un peu de chakra. C’était une modeste compensation au mal qu’il créerait plus tard.

Il inspira doucement tout en levant son regard sombre sur des cieux dégagés. Une fois on l’avait traité d’assassin à cause de son panel de technique un peu trop détestable. Mais qui pouvait dire la nature d’un individu aux travers des jutsu qu’il maîtrise.

Kenji esquissa un sourire.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Mar 3 Nov - 4:44

Ciel, si beau ciel ...
Je ne cesse de m'extasier, devant la beauté de ciel si limpide ...
Après tout, pourquoi n'en profiterai-je pas ? Ce ciel mérite d'être contemplé, encore et encore, chose belle dans un monde qui l'est bien trop déjà.
Je ne m'en cache pas, mes regards se perdent à l'horizon, alors que mon élève, Uchiha Kenji, et moi-même, nous dirigions vers les portes du village, démarche lente et détendue, comme si nous étions en promenade, tout simplement, rien ne laissant présager nos véritables intentions, qui étaient celles de quitter le village pour un entraînement spécial.
D'ailleurs, une interrogation persistante s'imposa enfin à mon esprit, question aillant germée au moment même où j'avais reçue sa lettre, question reléguée à un second plan, dans les abysses de mon psyché, et qui ressurgissait maintenant, alors que la destination se profilait.
La dernière fois, nous étions venus ici pour apprendre et pratiquer le Endan ... Les Ruines Enflammées, un lien d'entraînement spécial, un lieu où moi et mes amis pratiquions nos jutsus les plus puissants, à l'abri de tous.
Aurait-il enfin atteint un niveau qui lui permettrait d'apprendre des techniques ... intéressantes ?
Sourire amusé qui s'étire sur mes lèvres.
J'avais raison, à son sujet. Il arrivera loin, si on lui laisse le temps de dévoiler son plein potentiel.
Enfin arrivés aux portes, petit sourire et geste de la main aux gardes en faction, réponse de leur part enthousiaste, je serais bien restée, j'aurais bien engagée la conversation, ce sont des gens de bien, mais, aujourd'hui je ne le pourrais, notre destination nous imposait de ne perdre de temps, ici.
Il y aurait tout le temps pour revenir, prendre des nouvelles.
Mon regard se pose sur le jeune Kenji, à l'expression impénétrable.
J'imagine à quel point cela doit être frustrant, de ne pouvoir se déplacer à souhait, d'être dépendant de quelqu'un, pour juste sortir à la lisière du village ...

Nous nous avançons, dans la forêt, avec la même allure qu'auparavant, regard se perdant dans la contemplation des bois, vagabondant ici et là, plantes sauvages, animaux peureux montrant parfois le bout de leur museau, traces de pas humaines ou non, en fait, profiter des plaisirs de la nature, en somme.
Je sens mon jeune élève s'impatienter, et, à regret je dois l'avouer, je me retire de mes contemplations, et chuchoter d'une voix douce.


-Courons, je te prie, Kenji.

Le reste du parcours se fit dans le silence le plus total, peut être car nous n'avions rien à nous dire, peut être car nous étions concentrés sur le parcours, sautant de branches en branches, à travers la canopée, jusqu'à qu'enfin, nous nous retrouvions au lieu choisi.
Comment définir ces lieux, si ce n'est comme l'enfer sur terre, la preuve qu'il faut du mal pour qu'il y ait du bien, du mauvais pour qu'il y ait du bon ? Terres brûlées, maisons brûlées, ciel lui-même qui semble embrasé. Décor digne d'un cauchemar, bien trop réel, malheureusement. Ce lieu appartient aux morts, mais, pourtant, nous osions y pénétrer. Par pur défi, diraient certains. La vérité est tout autre, cette Terre est imprégnée du Katon, tous ceux aillant l'affinité sent le flux d'énergie, parcourant le sol, imprégnant l'air.
Une énergie vivifiante, et qui permet de mieux assimiler sa nature.
Mon regard se posa sur les murs teintés de noir, traces d'entraînements récents et moins récents, avant que finalement, mon regard se fixe sur un lieu en particulier. De nombreux Uchiha, s'étaient entraînés en ces lieux. Et le Endan du jeune Kenji trônait désormais ici, parmi les Katon de bien de ses ancêtres.
Dos appuyé au mur, regard qui balaye de nouveau le paysage dévasté, me plongeant dans mes souvenirs d'étudiante, à l'époque où nous testions nos tout premiers Katon ... Dire que de cette époque, nous ne sommes plus que trois, à être encore là.
Il faut profiter de chaque instant de la vie, aussi magnifique soit-elle, elle est si facile à prendre, à étouffer ...

Le jeune Kenji s'avance vers moi, je m'arrache à mes souvenirs.
Je lève la tête, pose mon regard sur lui, avant qu'un sourire éclaire de nouveau mon visage, devant son geste, qu'il répétait bien souvent : passer sa main dans les cheveux une habitude que beaucoup prendraient comme arrogante. Je ne la voyais pas ainsi, moi. Par contre, cela me dérangeait, par pure pragmatisme.


-Kenji, navrée si cela te dérange, mais essayes de contrôler cette habitude, que tu as de passer ta main dans tes cheveux ... Si lorsque tu remplaces quelqu'un, ce tic apparaît malgré toi, tu pourrais compromettre la mission que tu mènes.

Je lui souriais, pour amoindrir le reproche, avant d'écouter ce qu'il avait à me dire.
Il avait assimilé le Rasengan, une technique de rang A ... Impressionnant, il fallait le dire. Mais toute parole à un but. La logique s'imposa à mon esprit, si il était venu quémander mon aide, c'était pour apprendre un Jutsu de Rang Supérieur ... A savoir lequel, maintenant, même si la suite semblait logique, et elle apparut à moi comme je l'espérais.
Une version améliorée du Rasengan ... Oui, il y en avait, pas qu'une de plus. Ce serait un entraînement long par contre, mais je ne doutais pas de Kenji. Il avait la patience et la motivation suffisante pour l'endurer.
Souvenirs qui refont surface, souvenirs du jour où j'ai pratiqué son entraînement, ici même.
Petit sourire imperceptible.
Le Rasengan n'est pourtant pas un jutsu de base, comme il le dit, de sa voix posée. Quel usage ferait-il d'une arcane plus puissante que celle-ci ? L'utilisera-t-il en bien ou en mal ? Si ces notions ont un temps soit peu de sens à ses yeux, bien sûr. Je le jauge du regard, un moment.
Il deviendra fort, et ce sera passionnant, de le voir avancer.


-Le Rasengan est une arcane puissante, oui ... Mais comme tu le dis, elle est basique.

Je lui adressais un sourire maternel, avant de m'avancer vers une esplanade, puis reprendre cette fois-ci sur un ton plus sérieux.

-Ce jutsu se décline sous plusieurs formes, le Rasengan étant la plus faible d'entre elle.

Pour appuyer mes paroles, je concentrais le chakkra dans ma paume, dessinant la forme d'une sphère. Une sphère tourbillonnante, que je maintenais moyennant peu d'efforts. Mon regard se perdit dans celle-ci, avant que la sphère prenne en ampleur, devant plus large, requérant une attention plus importante, afin de ne pas perdre son contrôle. L'air autour de ma main se sature d'énergie, alors que la technique se maintient de longues secondes durant, pompant mes forces.

-Oodama Rasengan, sa déclinaison suivante. Une technique létale, même si la base du jutsu reste la même ... Juste infuser plus de chakkra à la sphère de base, afin de lui donner des dimensions suffisantes, qui permettent de par sa simple concentration, des dégâts que l'on pourra qualifier de "majeurs", et, à sa libération, d'un effet repoussant ... Ne dépendant pas de la force de son utilisateur.

J'attendais ses réactions, sourire bienveillant aux lèvres.
Je devais lui montrer la troisième déclinaison très vite, si je ne souhaitais manquer de ressources ...


-Il existe une version améliorée du Oodama Rasengan, mais nous ne nous attarderons dessus, pour l'instant. Je préfère plutôt porter ton attention sur le Rasengan auquel on couple un élément. Eau, terre, feu, foudre, air, qu'importe, le Rasengan à ceci de particulier qu'il s'allie avec une facilité déconcertante avec n'importe lequel d'entre eux. Bien entendu, facilité déconcertante est à prendre avec distance. Former le Rasengan est déjà une tâche difficile, en soit, atteindre une maîtrise suffisante de son affinité pour changer sa nature, l'est d'autant plus.

L'orbe prit une belle couleur orangée, avant de prendre l'intensité de l'écarlate, que la température devienne brûlante, accablante, dans un environnement où la température était tout sauf basse, avant qu'enfin, dans un dernier effort, je dissipe l'énergie concentrée.
Je halete, éreintée par l'effort, dos appuyé contre le muret.
En combat, les deux techniques que je lui ai montré ne sont si exigeantes en énergie, c'est le simple fait de les avoir gardées, activées, un si long moment, alors que leur utilisation ne le conçoit pas.
Je reprend mon souffle, avant d'enfin reprendre la parole, regard espiègle.


-Voilà, tu connais les deux déclinaisons du Rasengan. Nous étudierons la première, la deuxiéme demandant une autorisation spéciale afin de pouvoir être enseignée ... Commençons par observer ton Rasengan, afin de voir si son façonnement peut être amélioré d'une quelconque façon, pour ensuite étudier à proprement parler du façonnement de l'Oodama Rasengan.
Après tout, rappelle toi bien de ceci : Les quantités d'énergie que tu vas manipuler ne sont plus du même ordre, une seule erreur dans le dosage, dans la confection, et tu risqueras de perdre le contrôle ... Pour un résultat désastreux.


Je lui souriais, doucement, comme pour le mettre au défi.
J'étais impatiente de voir, comment il allait le relever.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Mar 3 Nov - 21:15

Une odeur de souffre mélangée à celle du brûlée venait caresser les narines des deux protagonistes. Cette sensation de vivre l’enfer sur terre au travers du massacre qu’avait vécu ce village était dérangeant. Tout du moins pour des individus normal qui n’avaient pas à affronter la mort chaque jour dans un cycle infernal dont on ne pouvait se sortir. Les combattants du village caché de la feuille ne voyaient que des ruines mélangés à de la sueur, et pouvaient ainsi venir s’entrainer sans créer de problème avec leur conscience. Une sorte de bouclier protecteur s’élever autour de leur esprit ne laissant plus de place au doute et leur permettant de vivre libre dans un monde qu’ils s’étaient créés entre eux. Les règles n’étaient pas fixes et pourtant, tous suivaient le même chemin. Les barrières qui se dressaient sur les bords de la route étaient facilement surmontable mais personne ne voulait faire le bond qui leur ouvrirait les yeux sur ce qui les entourait vraiment.

Le ciel était bleu, seul étendard du peu de nature en ces lieux. Les arbres n’avaient pas osé s’aventurer dans cette espèce pourtant autrefois ouvert sur le monde. Les nuages ne voulaient pas déranger le maître céleste dans sa tyrannie et les oiseaux n’avaient même pas l’idée de venir planer sur ces ruines, spectacle de désolation.

Le regard sombre du jeune garçon sondait l’esprit de son enseignante. Il n’exprimait rien mais essayer de comprendre ce que pouvait croire la directrice de l’académie lorsqu’il lui avait dit qu’il trouvait cette technique basique, presque faible. C’était pourtant un jutsu puissant, d’une catégorie supérieur à ses autres techniques et pourtant, le doute subsistait toujours dans son esprit. Peut-être était-il trop perfectionniste et en demandait trop ? Ou tout simplement car le défi tant attendu n’avait pas était présent. De la déception ou de l’arrogance, il ne savait pas très bien ce qui le motivait. Il n’avait aucun but à atteindre, alors pourquoi faire tout cela…

Reiko, lui expliqua qu’il existait de nombreuse forme de l’Orbe Tourbillonnante. Elle commença alors à tendre sa main en avant et à concentrer son énergie bleue dans le creux de sa main. Aucune tension ne se lisait véritablement sur son visage, pour un ninja de son rang réaliser un tel exercice devait être devenu quelque chose de futile.

La sphère bleue apparue accompagné d’un petit son agréable et envoutant. Kenji perdit ses yeux dans le globe durant de courtes secondes qui parurent durer une éternité. Le mélange du bleu et du blanc sans pour autant se marier complètement. Une harmonie entre les deux forces opposées qui façonnaient cette force si puissante, si grisante. Elles se complétaient dans une danse irrésistible qui les faisait tourner toujours plus vite dans un rythme singulier et soutenu.

La valse d’une Orbe Tourbillonnante.

Mais au de là de toute cette beauté, l’enseignante fit une remarque des plus désobligeante envers le jeune garçon. Ses cheveux, sa chevelure d’ombre qu’il remettait bien souvent en place dans un geste presque devenu habituel. Elle venait de critiquer ce mouvement comme si cela n’était rien. Kenji tourna alors les yeux vers le ciel ne sachant pertinemment qu’il n’avait pas le droit de tuer un professeur de Konoha. Mais il n’était pas non plus un enfant et comprenait les motivations de la directrice qui l’avaient poussé à rendre cette remarque vivante. Il baissa alors son regard noir dans les yeux de son opposante, sans un mot, sans un geste.

Elle continua la démonstration.

Son visage se plissa légèrement laissant apparaître quelques rides autours des yeux. Son regard se fit plus perçant dans le creux de sa main là où l’Orbe grandissait. Plus son sourire s’effaçait de son visage, plus la technique gagnait en taille et donc en puissance. Kenji ne perdit pas un seul instant ce qui se passait sous ses pupilles noirs. Le spectacle de toute une vie pour certains, une étape parmi tants d’autres pour des individus plus talentueux.

Ce que lui prouva Reiko. Après lui avoir expliqué les atouts et les défauts du Rasengan, elle continua à maintenir la technique qui prit un tout autre aspect. Feu, puissance guerrière et démon de ces ruines. Elle ajouta son affinité principale à la création de l’Orbe et ce n’est point sans étonnement que Kenji vit la couleur du jutsu virer au rouge clair. Légèrement orangé sur les bords, il possédait les caractéristiques d’un petit soleil. Puissant et rayonnant, il inspirait la crainte et le respect, c’était une boule d’énergie pure et infinie. Mais il était aussi dangereux et vils, ce que Kenji vit aussitôt. Son enseignante ne tenait plus debout seul et sans appui. Son dos avait prit position contre le petit muret qui les opposait et quelques perles de sueurs vint lui décorer le front.

Mais son enseignante préférait attirer son attention sur la première forme de l’Orbe qu’elle lui avait présenté. L’autre requérant des demandes spéciales pour être assimilées, elle ne pouvait lui apprendre aujourd’hui. Il ne dit rien, le regard perdu dans les songes de son avenir. Comme dicté par un dieu qu’il ne voyait pas, il ne savait pas pourquoi il entamait cette course poursuite au pouvoir qui faisait de lui cette machine. Il en aurait presque soupiré, mais il n’était pas comme cela.

Elle parle de risque majeur, de dégât important. Ceux sont là des termes qui feraient sauter de joie n’importe quel shinobi un peu très naïf, mais Kenji n’était ce pas de ce ressort. Il savait que ces techniques étaient créées dans un seul but, faire plus de mal que la précédente. C’était la dure loi à laquelle se pliaient tous les ninjas sans pour autant pouvoir s’y opposer. Il esquissa un sourire, c’était vraiment un monde pourri qui faisait l’illusion de servir celui qui se prostituait le mieux. Ce vendre pour la gloire ou du pouvoir c’était comme donner son corps à la science en espérant recevoir de l’argent, alors qu’on est déjà mort. Cette reconnaissance est si versatile, des qu’elle n’a plus l’argent qui l’entretient elle vous tourne le dos comme la profiteuse qu’elle est et sera à jamais.

Kenji se redressa devant Reiko. Il ne la toisait pas mais sa posture montrait qu’il était prêt et sûr de lui. Il tendit sa main droite devant lui soutenue par sa main gauche au niveau du poignet. Il inspira alors doucement et tout en expirant une petite spirale bleue commença à se former dans le creux de sa main. Il continua la concentration d’énergie pure jusqu’à ce que l’Orbe prenne forme et garde cette aspect si respecté. Elle était de la même facture que celle de son enseignante, un bleu infini se mariant avec une luminosité de tous les instants.

Il se retourna alors dans un geste vif et plaqua sa main contre le petit muret derrière eux. Une voix roque sortie de sa gorge alors qu’une explosion de faisait entendre.

[Kenji] – Rasengan !

La fumée entoura son membre droit durant de courtes secondes. Elle s’estompa peu à peu lança place à sa main dans un trou béant. Le muret n’avait pas résisté à la puissance de l’Uchiha. Ce dernier, satisfait de ce qu’il venait de produire, se redressa doucement et lorsqu’il se teint droit, le petit mur s’effondra sur lui-même. Un bruit de brique et de bois s’entrechoquant se fit entendre tandis que la poussière de cendre qui les entourait s’éleva de quelques centimètres au dessus de leurs chevilles. Il se retourna alors doucement vers son enseignante. Et prit la parole d’une voix neutre et pourtant sincère.

[Kenji] – J’aimerais savoir quelque chose avant, Reiko Sama. Croyez-vous qu’il faut vraiment avoir un objectif à atteindre pour devenir fort ? Tout ce qui tourne autour de la puissance, du potentiel semble si lié à la notion de destinée.

Un rayon de soleil vint éclaire cette douce scène. Kenji n’avait parlé de son manque d’objectif qu’à une seule personne. Nara. Elle n’avait pas comprit ce qu’il lui avait dit et il s’était lassé de lui expliquer réellement ce qu’il pensait. Il espérait que Reiko ne lui réponde pas le spectacle habituelle sur son clan, son maître ou encore Konoha. Il était le fils de personne, il n’était pas né dans ce village et pourtant on plaçait des espoirs en lui. Bien sûr qu’il voulait voir le clan rayonner, qu’il voulait que Konoha devienne une grande puissance. Mais ce n’était pas les objectifs personnels d’un individu mais de tout un collectif. Il était seul, et il s’ennuyait.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Mer 4 Nov - 17:43

L'Orbe Tourbillonnant, qu'il façonnait ... Aucune faille visible, formé avec précision et rapidité, agréable couleur bleutée, apaisante, contrastant dans ce paysage à la couleur bien trop rouge ... Bleu apaisant, tel le ciel limpide trônant au-dessus de nous, au point même où j'oublierai à quel point cette sphère était létale ...
La beauté cache des choses bien terribles, parfois.
Mais, pour l'instant, profitons-en, oublions ne serai-ce qu'une seconde à quels desseins cette arme est destinée.
Instant qui s'écoule trop rapidement, à mon goût. La puissance n'était plus à démontrer, il maîtrisait parfaitement l'arcane, vu le trou béant qui trônait au milieu du muret, d'une part, et du fin nuage de poussière qui enveloppe nos pieds, d'autre part.
Tout semble parfait, à priori.
Pourquoi ai-je l'impression, pourtant, que quelque chose ne semble pas aller ? Alors qu'il se retourne vers moi, légère impression que quelque chose dans son visage à changer ...
Je fronce les sourcils, surprise.
Une telle question de sa part ... Moi qui avait pensé, qu'il avait choisi une voie toute tracée par son clan, son domaine. Il arrivera loin, très loin.
Ma voix s'éleva sombre, sibylline, alors que je m'appuyais contre le muret, yeux fermés.[/i]


- Une question très profonde ... Tu le sais sûrement, mais bien des philosophes ont débattus sur le sujet, sans jamais être d'accord, avoir posé une quelconque base ... Ce que je vais te répondre, ne concerne que mon point de vue.


Je le toisais un long moment durant, me perdant dans son regard ébène, qui ne dévoilait aucun sentiment, mais où se lisait pourtant un profond malaise. Le malaise de ne savoir pourquoi on vit.
Un sourire maternel vint éclairer mon visage, alors que je commençais, d'une voix douce.


- L'homme dit se battre pour ses amis, sa famille, son être aimé, son pays, son honneur, par vengeance ... Et je ne fais que citer ceux qui reviennent le plus souvent. L'homme dit se battre pour bien des choses, car ils les considèrent comme son moteur, son impulsion, sa raison de vivre. Mais, si il advient que leur raison d'être disparait ... Ils restent inertes, sans vie ni motivation. Et ils cessent d'exister en tant que tels. Ainsi, si tu ne veux cesser d'exister en tant que tel, et si tu veux pouvoir combattre pour ce que tu crois bon et juste, il faut avant tout que tu combattes pour toi même. Combattre pour toi même, pour ensuite combattre pour les autres.

- Pourquoi devons nous combattre pour les autres ?


Un nouveau sourire éclaira mon visage.
Il comprenait vite, et il se posait les bonnes questions.


-Si nous existions que pour nous même, tu imagines que nous ne vivrions pas dans un monde où il y a des milliers de nos semblables ... *petit rire* Et, plus sérieusement. Aussi bien les autres peuvent te faire défaut, que toi aussi tu peux te faire défaut. A l'instar du général qui n'est rien sans son armée, nous ne sommes rien sans personne qui veille sur nous, et sur lesquelles nous veillons.


Je me relevais, le contemplant un long silence, longue secondes de silence en un lieu qui ne connaissait que cela, depuis bien des années ...
Je tendais la main devant moi, paume vers le ciel, yeux clos.
L'énergie flua dans mon corps, se concentra dans ma main ... Plus et plus de chakkra se concentra, jusqu'à ce que l'Orbe Tourbillonnant prenne des dimensions respectables, seconde déclinaison du Rasengan.


-Montre moi quel est ton pouvoir, Uchiha Kenji.

Un sourire mordant éclaira mon visage.
Il aura tout le temps de penser à ça plus tard, maintenant, l'important, était l'entraînement.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Ven 6 Nov - 2:10

La directrice rayonnait sous le soleil de feu qui les recouvrait. Elle vint se positionner prés de l’Uchiha le dos droit mais l’esprit léger. Elle l’observa hardiment rendant au jeune garçon cette intensité qu’il possédait dans ses pupilles sombres. Il ne sourcilla point et maîtrisa la réaction de ses émotions sans que rien ne vienne le trahir. Il respecta le silence qui s’imposait doucement entre eux avant qu’elle ne prenne enfin la parole répondant à sa question. Il cherchait depuis toujours une réponse et se demandait si un jour il l’a trouverait, tout n’était qu’illusion autour de lui et son esprit s’empêtrait dans un tourbillon de confusion.

Sa tirade était parfaite, envoutante et en symbiose avec ce qu’attendait Kenji. Il savait déjà tout cela. Mais l’entendre d’une voix extérieure rassurait toujours. Il savait que de nombreuses personnes se battaient pour des valeurs, des principes irréels mais dans lesquels ils croyaient les yeux fermés. Ce n’était pourtant que des illusions sans base et sans raison, mais pour tous ces gens, cela avait le goût d’une ambition saine dans laquelle il était prêt à mordre avec délectation.

D’autres se battaient pour des objectifs plus réels. Un sourire sur le visage d’un ami qui continue à subsister et bien d’autre chose encore. Mais Kenji avait du mal à cerner cela. Pour lui, les autres étaient un monde à part. Il ne comprenait pas le concept de devenir fort pour aider les autres. Cela revenait alors à se battre pour ces commerçants fourbes qui osent prendre encore plus que ce qu’ils ne devraient avoir. Il faut tout donner pour ces dirigeants sans cœur qui prétendent voir le bien du village aux travers de leurs actions. Tous ces individus asservis par leur intérêt personnel au dépend, et ce bien trop souvent, de celui des autres.

Alors, la réplique au petit discours de Reiko vint tout naturellement dans l’esprit de l’Uchiha. Il était rare qu’il soutienne une conversation, mais ces questions ne l’avaient que trop rongées.

[Kenji] – Pourquoi devons-nous combattre pour les autres ?

L’enseignante semblait avoir comprit. Elle sourit à son élève tout en reprenant un ton tout aussi mielleux et joyeux.

Mais finalement, la fin du discours de Reiko déçu Kenji. Elle prétendait qu’il fallait des individus qui veillent sur nous même pour réussir à ne pas se perdre sur le sentier de la vie. Des sortes de boussoles utilisables à souhait. Le bas blessait tout autant.

Kenji n’était rien.

Personne ne veillait sur lui, tout de moins pas comme l’entendait Reiko. Takeshi, son maître, le manipulait, il le savait. Il passait son temps à faire de lui une poupée pour l’avenir du clan. Et l’ennui de Kenji faisait qu’il se laissait faire. Shiba, garde du corps de son maître un peu plus social, prônait lui aussi les valeurs du Cygne. Il n’avait jamais connu ses parents, il ne connaissait pas son passé et restait seul. Comment pouvait-on alors lui reprocher son attitude ?

Il baissa légèrement la tête, une mèche de cheveux vint se perdre sur son front cachant une partie de son visage. Il leva légèrement la main pour la remettre en place mais arrêta son geste avant de le faire. Il venait de comprendre. Reiko veillait sûr lui, comme sur tous ses élèves. Elle était pourtant étrangère au clan et au domaine. Il ne la voyait pas autant qu’il aurait pu et pourtant…

Il secoua la tête et se redressa du muret le cœur vaillant. Les dernières paroles de l’enseignante ne firent qu’attiser la flamme qui brûlait déjà en lui. Il n’était pas perdu et même s’il était seul, il acceptait cette solitude. Le destin voulait faire de lui son jouet, il n’irait pas à l’encontre de ce dernier mais il deviendrait le meilleur des jouets.

Quelques pas en avant et il se retrouva devant un mur bien plus grand que les autres. L’un des vestiges les plus résistants de ces ruines. Il esquissa un petit sourire. Sa main droite le long du corps était déjà entrain d’engranger du chakra sans qu’il ne bouge. Il effleura du bout des doigts, avec sa main libre, la suie sur le mur avant d’observer ses membres le regard perdu.

Il savait ce qu’il avait à faire. L’amélioration du Rasengan tenait dans le chakra et son contrôle. Il fallait plus d’énergie et donc plus de concentration. Il n’y avait pas de grande subtilité dans cette technique et pourtant elle réclamait beaucoup de calme et de confiance.

La première étape de l’Orbe était prête.

Il releva alors sa main droite devant lui observant le Rasengan à son état le plus faible. Il fallait le faire grandir. Il inspira doucement tout en fermant les yeux. Sa main gauche vint recouvrir l’Orbe laissant la boule d’énergie croitre entre ses deux mains. Il sentait l’afflux de chakra partirent entres ses mains pour pénétrer dans la spirale infernale qu’il créait peu à peu. Elle grossissait à vue d’œil mais lui ne pouvait le voir ses pupilles étant voilées.

Il recroquevilla légèrement son coude vers sa hanche et plia les genoux. Il ouvrit les yeux dans une expiration profonde et tapa avec les deux mains le mur en face de lui. Un cri rageur sortit de sa gorge alors que la poussière se faisait de nouveau reine à ses pieds.

Un bruit sourd se fit entendre alors que ses percutaient le mur. Le souffle lent, les muscles tétanisés, il ne bougeait plus. Le résultat n’était pas à la hauteur de ses attentes. Un trou avait belle et bien était fait mais des spirales l’ornaient de part et d’autre prouvant qu’il ne concentrait pas assez son chakra.

Il ne regarda pas derrière lui, il savait pertinemment que Reiko avait vu la scène. Il n’aimait pas ne pas maîtriser une technique du premier coup, c’était un signe de faiblesse. Il assimilait la théorie puis il n’avait plus qu’à mettre les gestes en pratiques et bien souvent cela réussissait. Il jura intérieurement et recommença.

Ses deux mains se joignirent à nouveau et la sphère bleue apparue entre elles. Elle prit de l’ampleur rapidement et vint s’écraser, dans un sempiternel cycle, contre le mur. Les spirales tout autour étaient encore là. Il se mordit doucement la lèvre n’acceptant pas qu’une technique lui fasse de la résistance. Il était Kenji, persévérance faisait parti de sa vie. Il était Kenji Uchiha, travail, rigueur et détermination était sa vie.

La sueur perlait sur son front tandis qu’il sentait ses forces le quitter à chacune de ses tentatives. L’attaque consommait beaucoup de chakra et Reiko n’avait surement pas plus de temps à perdre. Il porta alors sa main droite sur son col et le déboutonna légèrement laissant son haut volé au gré de la petite bise naissante. Il vit que son membre commençait à être noirci par les brûlures de chakra, mais il n’en avait que faire. Il réussirait au prix de beaucoup de chose.

[Kenji] – Cette fois-ci je réussirais.

Sa voix n’était plus neutre et son regard sombre avait perdu ce vide céleste. La notion d’ennuie avait disparu de son esprit. Son ton était confiant et assuré, ses pupilles exprimaient toutes sa détermination.

Il recula de quelques pas et concentra une quantité énorme de chakra dans la paume de sa main. Il n’y avait plus que lui et ce mur. Il n’y avait plus que lui et cette technique qui lui résistait. Mais il ne se laisserait pas faire, il donnerait tout jusqu’au dernier moment. Son regard pouvant briser le mur à lui seul, ses pas faisant renaitre les braises d’un passé enfoui.

Ses genoux se plièrent et il s’élança.

[Kenji] – Oodama Rasengan !

Sa voix ébranla la terre elle-même, ses pas firent monter un nuage de cendre brûlant de détermination et ses mains percutèrent violement et férocement le mur qui n’avait plus d’arme pour résister.

Le bruit du mur qui s’effondrait sur lui-même s’ajoutait à la fumée qui l’entourait. Kenji fit un petit saut en arrière avant de retomber accroupit à côté de Reiko. Son souffle était court et sa main droite le faisait horriblement souffrir. Mais il avait la satisfaction d’avoir réussi. Il avisa la fumée qui s’estompait peu à peu ne laissant place qu’à des ruines enterrées dans un cratère de la profondeur d’un homme. Quelques cailloux continuèrent à s’écrouler tandis que le sol se remettait doucement de ce qu’il venait de vivre.

Kenji se redressa doucement et ferma les yeux quelques instants pour se retrouver. Il venait clairement d’utiliser une attaque des plus puissantes. Il n’en revenait pas et bizarrement ce pouvoir le fit réfléchir. Le pouvoir entrainait la maîtrise des autres, il permettait de contrôler. Le pouvoir exerçait une sorte de pression sur ce qui ne le possédait pas. Le pouvoir rendait fort. Il était fort.

Il posa alors ses yeux noirs dans ceux de son enseignante. Il esquissa un léger sourire.

[Kenji] – Vous aviez raison, il peut y avoir des dégâts « majeurs ».

Il se reprit en inspirant doucement. Sa tension était redescendu et mais sa main le brûlait toujours autant. Mais il ne montrait aucun signe de faiblesse, son torse luisant, quand le vent poussait son haut, sous les rayons du soleil.

[Kenji] – Il est étonnant de se dire que l’on maîtrise autant de puissance…

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Jeu 12 Nov - 17:35

Étrangement, j'ai un sentiment de ... non-accomplissement.
Comme si ce que j'avais dis, n'était pas assez, comme si ce que j'avais dis, ne reflétait pas réellement mon point de vue sur la question.
Regard intense, sur mon jeune élève, alors que des débris et volutes de fumée volent autour de lui, Orbe Tourbillonnant s'écrasant inlassablement, encore et encore, contre le pan de ce mur ...
Comme si il était une barrière qui l'empêchait d'avancer, de s'accomplir, un obstacle à sa route ...
Petit frisson qui longe mon échine.
Est-ce ainsi, qu'il se défait de tout ce qui l'entrave ?
Regard qui se perd dans l'horizon, voilé par l'incandescence des flammes éternelles, recouvrant les vestiges de ce qu'il y a de plus noir et brutal, violent et fou, dans la psyché de l'Homme.
Un ciel bleu, un bleu infini et pur, comme celui qui compose un Rasengan, un bleu d'océan, un bleu dans lequel on pourrait se perdre pour l'éternité, un bleu de rêve et songes, de désirs inavouables pourtant bien avoués ...
Sourire qui se dessine sur mes lèvres, air béat.
Qu'il est bon, de profiter de telle beauté.
Je replonge dans mes pensées, afin d'y mettre de l'ordre, de pouvoir mieux les définir, les exprimer, de faire passer le message que je souhaite, à Kenji ...
Jeune enfant, perdu, solitaire ... Instrument du Domaine du Cygne ...
Mon regard se porte de nouveau sur lui, alors que des fissures commencent à émietté le muret ...
Dos posé contre le mur, je régénère mon chakkra, mis à dure épreuve dans cette démonstration ... Au moins, puis-je avoir la satisfaction qu'elle a été concluante, vu son ardeur à la tâche. Persévérant et rigoureux ... Sourire qui éclaire mon visage, satisfaite de moi-même, satisfaite de lui, surtout.
Jusqu'où arrivera-t-il ? Jusqu'où le laissera-t-on arriver ?
Loin, comme première réponse ... Comme deuxième réponse ... Dés qu'ils auront perdu tout contrôle sur lui, son espérance de vie tombera en chute libre, sans soutien du clan, entouré de brigands et autres personnes intéressées par son Don ...
Je dois le protéger, veiller sur lui, il faut qu'il exprime son plein potentiel, et pour cela ... Il n'a besoin que de temps ...
Et de confiance, dans les autres.
J'ai essayé de lui faire comprendre, avec ma tirade maladroite ... Bien entendu, cela n'a pas dû lui sembler maladroit, mais pour l'image que je m'en fais ...
L'amitié, un concept que je ne saurais décrire avec des mots, un sentiment qui ne peut être exprimé que par émotions, gestes, tonalités de voix ...
Ce sentiment d'être ... protégé, d'être apprécié à sa juste valeur, de pouvoir se confier sans honte, de n'être jugé pour ce que l'on est.
Voilà, ce que j'aurais souhaité lui partager ... Mais il est toujours temps.
Lui qui est égaré, perdu dans une nuit sans étoiles ... Je me fais un devoir, de le mener vers une voix plus lumineuse, vers un avenir avec tout autant d'incertitudes, mais pourtant bien plus plaisantes ...
Qu'il est agréable, de sentir la chaleur du soleil, même si l'on sait que lever le regard vers lui est si douloureux.
Kenji du clan Uchiha, tu deviendras fort pour mener ta vie comme tu le souhaites, afin d'être heureux.
Même si je sais que pour cela, certains sacrifices devront être faits ...
L'on ne se rend compte de la vrai valeur d'une chose, que lorsque l'on sacrifie des choses précieuses, pour celle-ci.
Oh que oui. Je l'ai appris à mes dépends.
Un bien pour un mal, un mal pour un bien, c'est ainsi que la vie fonctionne.
Et c'est ainsi que je profite de celle-ci.
Large sourire qui se dessine sur mes lèvres, le contemplant, dans ses efforts acharnés à se dépasser, afin de devenir pour lui même ... Devenir fort pour soit, avant de le devenir pour les autres.
Chevalier protecteur à la cuirasse d'ombre et d'ébène ...
Ainsi je le vois, là, alors que des brûlures qui se font de plus en plus graves commencent à orner ses bras, là où le chakkra lacérant, mordant, vient se concentrer.
N'importe quel enseignant l'aurait arrêté, n'importe quel enseignant l'aurait forcé à revenir au village, pour guérir ses plaies, pour reprendre plus tard l'entraînement.
Mais je ne suis pas n'importe quelle enseignante. Je suis Reiko Kairi, directrice de l'Académie de Konoha ...
Et je sais que le stopper, maintenant, serait pour lui la plus grand des humiliations, ébranlant son mental, réduisant à néant son impulsion première.
Qu'il réussisse, brisant la résistance de ce mur, ou qu'il échoue, tombant au sol, épuisé, meurtri, n'a aucune importance.
Je sais que de toutes façons, il réussira ... Allez, Kenji.
Mon regard balaya son corps nue, transpiration luisant à la lumière du soleil tombant, tant de temps passé, pour que Ser Soleil laisse place à son épouse et compagne Dame Lune, dans la cérémonie du Crépuscule, pour qu'elle trône dans l'immensité de la voute stellaire, en compagnie de ses sujets les étoiles.
La nuit tombe, et avec elle, sortent les habitants nocturnes de ses vastes forêts, petits et grands, à plumes ou fourrures, symphonie des criquets qui s'élève d'une seule voix vers l'au-delà, les premières étoiles pointant timidement leur fin éclat féérique.
Regard perdu vers le soleil, rouge sang, magnifique et terrible, Lune venant compléter la scène sublime, annonçant à son tendre et doux qu'ils se reverront une fois l'Aube arrivée, que ce moment ne représente que quelques secondes, secondes pourtant si douloureuses ...
Que j'aime, contempler si magnifique coucher de soleil ... Romantisme, quand tu nous tiens.
Petit éclat de rire, qui s'échappe de ma gorge malgré moi, enjouée.

Voix qui résonne, impérieuse, assurée, rage de vaincre qui s'y sent, alors que j'ai à peine le temps, de tourner la tête, juste le temps de voir des volutes de cendres ardents s'élever dans l'air, sur son passage, juste le temps de voir un halo bleu de puissance concentrée se répandre autour du point d'impact, dévastant la surface du mur, désagrégeant les éléments le composant, laissant pour seule et unique trace poussière et débris à moitié-détruits ...
La pouvoir de détruire ... Effrayant.
Mais malheureusement nécessaire, si nous souhaitons que le monde que nous connaissons reste tel qu'il est, pour nous, pour ceux qui viendront après nous, pour ceux qui viendront après eux.
Notre devoir, pour un monde meilleur.
Il est si fort ... Jeune Kenji, se relevant, poussière souillant son corps, brûlures profondes dont il faudra immédiatement s'occuper ...
L'impression d'être revenue à l'époque où j'étais une jeune Genin, quand je regarde la facilité avec laquelle il a assimilé cette technique ...
Il est l'enfant prodige, et ce sobriquet est pourtant loin, si loin de la réalité que je contemple ...


- Vous aviez raison, il peut y avoir des dégâts « majeurs ».

Le calme de sa voix m'arrache un sourire, et même un petit éclat de rire cristallin.
Cet enfant est vraiment spécial ... Je me rappelle avoir enseignée cette technique a des shinobis plus mûrs, plus expérimentés, et pourtant, aucun n'a jamais dis ça, aucun ...
Je le regarde doucement, regard qui se confronte avec le sien, sans pour autant avec animosité.
L'impression qu'on se regarde, comme des égaux se regardent.


- Il est étonnant de se dire que l’on maîtrise autant de puissance …

Un nouveau sourire vint éclairer mon visage.
Maîtriser autant de puissance ... A quoi bon, après tout, si ce n'est que pour engendrer plus de violence, de destruction qu'il y en a ?
Pour sauvegarder ce qui nous est précieux, ce qui a vraiment du sens, pour nous.
Car, l'important, c'est de vivre heureux, même si les objectifs pour l'être sont absurdes.
Mon regard s'attendrit, avant que ma voix commence à susurrer d'un ton doux, sucré.


- Toute puissance demande contrepartie. Tout pouvoir demande responsabilité. Toute force que l'on obtient, demande des sacrifices pour être pleinement maîtrisée. Jusqu'où seras-tu capable d'aller, Uchiha Kenji ?

Puis, je reprenais d'une voix qui se voulait plus sérieuse, même si mon regard pétillant le contredisait.

- Pour ce qui est de l'entraînement, je considère que la technique est comprise et apprise, même si des finitions et des ajustements devront être accomplis ... Mais je n'ai nul doute que tu arriveras à le faire par toi même. Mais, plus immédiat, tes blessures : Direction Konoha tout de suite, et je ne tolérerai aucune discussion.

Je me laissais tomber sur le lit, épuisée.
Ces Orbes Tourbillonants m'avaient épuisées plus que je ne le croyais, plus que je ne souhaitais le montrer ... Couchée sur le dos, encore toute habillée, sandales toujours aux pieds, alors que je contemple le plafond d'un air songeur, yeux se refermant d'eux mêmes, par moment.
Le jeune Kenji avait tenu le trajet sans émettre aucune plainte, trajet silencieux, avant qu'enfin, une fois au villages arrivé, je ne prenne congé de lui aux portes de l'Hôpital, une fois sûre qu'on s'occuperait de lui.
Baîllement, à m'en décrocher la mâchoire, alors que je roule sur le coté, jusqu'à ce que ma tête repose sur un doux coussin, que mes jambes se replie sur mon torse, que mes bras entourent le cousin, et le serre contre ma tête, regard perdu fixant un point du mur, regard dans le vague, qui disparaît qui se voile enfin de ténèbres, alors que mes dernières paroles résonnent dans mon esprit ...


- Passe me voir à l'Académie, une fois que tu seras Chuunin ... Je te promet un cadeau ... particulier.

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Sam 14 Nov - 19:08

[Suite à l'Hôpital]

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Dim 27 Déc - 1:18

Kenji : +42 XP - Technique validée
Reiko (Uzumi) : +35 XP

Hum... Un cadeau particulier hein... J'espère qu'il n'implique pas l'innocence de Reiko ! =D

MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Mer 8 Aoû - 19:00

Le soleil venait de faire ses adieux au village caché de la feuille. La nuit apparaissait peu à peu dans une dernière lueur tacheté d'orange. Quelques étoiles brillaient avant l'heure tandis que les derniers rayons du soleil venaient allonger les ombres des bâtiments de Konoha. C'était une heure parfaite pour se faufiler dans les ruelles sans être vu et commettre un larcin. La chaleur était encore présente, quoique supportable. Peu à peu, les gens rentraient chez eux, et les cheminées s'allumaient prêtes à faire passer une douce soirée à ses spectateurs en les berçant d'une flamme réconfortante. C'était ce qu'aurait normalement du faire Kenji, mais pas ce soir. D'autre projet était en place.

Le jeune garçon était accoudé contre le mur d'une maison qui semblait vide. Les bras croisés, les regards dans le vide, il était habillé pour sortir du village. Un long manteau noir le recouvrait. L'insigne du clan trôné fièrement sur le cœur de sa poitrine dans une couleur bordeaux qui épousait les lueurs nocturnes. A ses pieds, un sac à doc lambda qui en disait un peu plus sur son avenir. Une légèrement brise vint caresser ses cheveux noires tandis que le garçon se redressait pour regarder au loin. Il avait vu apparaître une silhouette qu'il connaissait. Cette dernière était accompagnée. Kenji esquissa une sourire intérieurement en voyant Tsuki. Ce jeune garçon était un teigneux, et l'Uchiha n'en attendait pas moins d'un Senjago. Mais il ne fallait pas confondre audace et irrespect. Surtout face à un Uchiha. Ce que Tsuki ne savait sûrement, ce que Tsuki allait comprendre des cette nuit.

Par raccourci et surtout par son comportement, Kenji comprit rapidement que la jeune femme qui accompagnée Tsuki n'était autre que sa mère. Le jeune garçon se redressa alors totalement et s'approcha d'eux. Il avait le visage sérieux et le regard de quelqu'un de responsable.

[Kenji] - Bonjour, madame. Uchiha Kenji.

Kenji fit alors un signe de la tête aux deux protagonistes qui lui faisait face. Tsuki était armé pour passer la nuit dehors et regardait étrangement Kenji.

[Suki] - Suki Setsuna.

[Kenji] - Nous partons en session nocturne et serons de retour dès l'aube demain matin.

La mère de Tsuki salua en retour l'Uchiha, forçant dans un même temps son fils à faire la même révérence. Elle acquiesca gentiment et timidement, ne voulant discuter aucune des paroles du Chuunin. Puis elle prit soin d'attacher soigneusement le sac à dos de son fils et de vérifier une dernière fois son contenu. Un dernier baiser à Tsuki avant une dernière recommandation.

[Suki] - N’oublie pas ce que je t’ai dit ce matin. Profite de cet entraînement, peu de Senjago ont pu approcher une autre flamme que celle du clan. Profites-en pour devenir spécial.

Et la maman s’éloigna. Tsuki observait Kenji avec des yeux ronds qui changeait du tout à tout par rapport à leur première rencontre. Quelque chose avait du se produire et Kenji ne savait pas encore quoi. L'aspirant avait les jambes quelques peu tremblantes avant de lancer un dernier regard à sa mère qui s'effaçait dans la nuit. Avait-il peur d'être avec Kenji ? Ou était-ce la fracture que le chuunin créait avec sa mère ? L'Uchiha n'avait pas la réponse et ne pouvait pas aider Tsuki. Il avait toujours vécu seul et avait quelque peu du mal à exprimer et comprendre certains émotions et comportements.

[Kenji] - Le chemin a parcourir n'est pas bien long, tu vas découvrir un nouveau visage du pays du feu. Allons-y.

Tsuki regarda d'abord Kenji partir seul, en avant. L'espace d'un instant , il regarda encore une fois en arrière, puis en l'air. Enfin il prit une grande inspiration avant de suivre son professeur, sans un mot. Kenji agrippa sa capuche et la fit prendre position sur sa tête. Il fit un dernier signe à Tsuki pour lui faire comprendre qu'ils allaient presser le pas et tous partir à grande enjambée au cœur de la forêt bordant Konoha.

Le voyage dura une vingtaine de minute durant lesquels aucun des protagonistes ne pris la parole. Kenji ouvrait la voix dictant le rythme à son élève. Ils étaient tous les deux enlacées par la nuit, un noir insondable qui prenait une ampleur considérable dans la forêt. Kenji aimait cela. Le noir était un allié, une force qu'il fallait apprendre à maîtriser, à connaître pour en faire un atout indispensable. Un manteau qu'il fallait accepter de porter pour en assimiler la chaleur et la force. Les étoiles se mirent à illuminer leur chemin, une à une elles apparaissaient dans le ciel comme pour rassurer ce qui devait l'être. Kenji ne savait pas vraiment si Tsuki avait l'âge requis pour encaisser un entraînement intensif et nocturne, et cela ne lui avait pas vraiment traversé l'esprit. Il visait toujours l'excellence pour ses élèves et faisaient tout pour les mener vers les sommets. Comme il l'avait fait par le passé avec Shinjin, malgré le fait qu'il soit un Hyuuga, ou encore Azumi qui avait développé ses dons de Genjutsu de manière très précoce. Ce soir, Kenji allait savoir si Tsuki était de cette trempe. Le cas contraire, leur relation pouvait en devenir difficile et le fait que l'aspirant soit un Senjago n'apporterait alors pas forcément une plus valus assez intéressante.

Kenji s'arrêta, et leva la main. Signe qu'il fallait s'arrêter. Ils étaient arrivés à l'endroit où les arbres disparaissaient, où la vie elle même avait cessé d'exister. Kenji posa son sac à dos contre un arbre et fit signe à Tsuki de faire de même puis de reculer de quelques pas. L'Uchiha se redressa de toute sa grandeur faisant face au Senjago. Son regard d'ébène le fusilla sur le fond étoilé qui éclairait uniquement l'espace entre les deux garçons. Kenji leva les deux bras.

[Kenji] - « Montre moi ta flamme ! » n'est-ce pas tes propres mots ? N'est-ce pas ce que tu souhaitais faire dans le seuil même de l'académie ?

C'était une question rhétorique à laquelle Kenji n'attendait aucune réponse.

[Kenji] - Ecoute-moi bien Tsuki. Je connais l'histoire des Senjago et je connais leur pouvoir, j'en ai déjà côtoyé un, Mais toute la puissance du monde n'est rien si on n'en a pas le contrôle. Et tu sais qui a le meilleur contrôle du feu à Konoha ? Nous. Les Uchiha. Nous avons réussis à aller au de là de l'essence même du feu pour en ressortir une flamme, certes moins puissantes que celle des Senjago, mais redoutable d'efficacité. Et ce qu'il faut que tu comprennes bien, c'est qu'un grand pouvoir comme celui-ci demande en retour de grande responsabilité. Vouloir utiliser sa puissance dans l'enceinte de l'académie et tout sauf une action responsable et réfléchis. De tels actes t'amèneront à te faire exclure de l'école aujourd'hui, mais plus tard, c'est la mort qui t'attend si tu ne combats pas avec ta tête. Sache que le plus fort de tous les shinobi et celui dont on ne connaît pas la puissance car il n'a jamais combattu.

Sur ces mots Kenji se retourna. Il était alors dos à Tsuki.

[Kenji] - Tu sens cette odeur Tsuki ? C'est celle du souffre, c'est celle du feu de Konoha!

Kenji écarta les bras et dans un murmure inaudible fit venir claquer ses mains devant lui. Un bruit assourdissant se fit entendre et jet de flamme partit en avant éclairant par la même les lieux devant lesquels ils s'étaient arrêtés. La flamme fit alors s'embrasser les restes des ruines, car c'était belle et bien des ruines qui leur faisaient face. Un ancien village qui avait été attaqué il y a de ça des siècles et qui fumait encore par endroit. Une odeur de souffre ressortait. Les murs étaient par endroit encore noir de suie et les flammes de Kenji virent se raviver quelques braises de ci et de là. L'Uchiha continua à marmonner des formules et à effectuer des signes avec ses mains. Avant de porter le tigre à sa bouche tout en bombant le torse. Il se mit alors à souffler un jet de flamme flamboyant. Ce dernier parti en spiral et fit alors le tour du village embrasant des foyers qui virent éclairer le village comme des lampadaires. C'était une danse du feu qui se déroulait sous leur yeux, Kenji avait redonné vie aux ruines enflammées. Des maisons, des commerces qui n'étaient plus que des murs et des pierres branlantes, et ce feu continue qui allait être la base de leur entraînement. Une chose était sûr, ils étaient protégés de la fraîcheur de la nuit.

Kenji se tourna alors vers Tsuki.

[Kenji] - Le paradis des Senjago existe

Il esquissa un sourire.

[Kenji] – Demain matin, tu maîtriseras le feu comme personne à ton âge. Si a un seul moment tu te plains ou tu échoues, j'arrête tout. Les questions c'est maintenant, après, je te laisserais me poser une question que si tu as enflammé une partie des ruines en échange. Profite de ces instants et choisis les bonnes questions.

La formation du Senjago avait commencé.
Maître du jeu
Administrateur
Administrateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   Ven 10 Aoû - 0:37

Il faisait nuit noir. Ces deux mots s’accordaient très bien pour décrire l’environnement dans lequel Tsuki était en train d’évoluer. Et s’il y avait une couleur plus noir encore, elle aurait surement décrit ses pensées.

Ce voyage en dehors du village avait été aussi soudain qu’inattendu. Et une chose que Kenji ne devait surtout pas apprendre, c’était que Tsuki n’avait encore jamais voyagé. Les seuls trajets de son enfance avaient été les allers et retours entre Konoha et le Mont Sacré. Et là, il allait vers l’inconnu, un monde dont il ne connaissait rien, la nuit et avec une personne à qui il ne faisait pas confiance. Il aurait tant préféré faire cette expérience avec son père…

Le rythme était soutenu et empêchait l’enfant de la Lune de trop réfléchir. Il n’avait jamais été très endurant et surtout, il n’avait que huit ans… Pourtant il ne disait rien, sa mère le lui avait totalement interdit. C’était une chance qu’elle disait. Mais une chance pour faire quoi ? Ca le dépassait totalement. Et malgré ça, il sentait encore le poids des responsabilités sur ses frêles épaules.

C’est le souffle un peu plus court qu’au départ que Tsuki s’arrêta, suivant les consignes silencieuses de Kenji. Bientôt, les braises, les flammes, l’incendie même, plantèrent un décor peu commun. L’obscurité du ciel combattait la soudaine luminosité jaillissante du paysage. Des pierres et des rochers tapissaient un sol meurtri qui n’avait pas fait pousser un brin d’herbe depuis fort longtemps. Les flammes crachées par le Chuunin donnaient au lieu un côté mystique et apocalyptique. Tsuki en était émerveillé. Les doutes de son cœur venaient de se consumer, il n’y avait plus que de la contemplation. Une voix s’éleva à ses côtés.

[Kenji] - « Montre moi ta flamme ! » n'est-ce pas tes propres mots ? N'est-ce pas ce que tu souhaitais faire dans le seuil même de l'académie ?

Il jeta un œil à Kenji, se demandant comment il avait pu autant se tromper sur lui. Y avait-il des personnes avec une flamme encore plus imposante ? En tout cas, Tsuki avait sa réponse et il était plutôt satisfait. Il observait Kenji sous un autre jour, sa silhouette devant l’incendie pas si lointain ajoutait un plus à cette atmosphère déjà bien étrange.

Peut-être était-ce cela que sa mère voulait lui faire comprendre ? La flamme des Uchiha, devenir spécial…

[Kenji] - Ecoute-moi bien Tsuki. Je connais l'histoire des Senjago et je connais leur pouvoir, j'en ai déjà côtoyé un. Mais toute la puissance du monde n'est rien si on n'en a pas le contrôle. Et tu sais qui a le meilleur contrôle du feu à Konoha ? Nous. Les Uchiha. Nous avons réussi à aller au-delà de l'essence même du feu pour en ressortir une flamme, certes moins puissantes que celle des Senjago, mais redoutable d'efficacité. Et ce qu'il faut que tu comprennes bien, c'est qu'un grand pouvoir comme celui-ci demande en retour de grande responsabilité. Vouloir utiliser sa puissance dans l'enceinte de l'académie et tout sauf une action responsable et réfléchie. De tels actes t'amèneront à te faire exclure de l'école aujourd'hui, mais plus tard, c'est la mort qui t'attend si tu ne combats pas avec ta tête. Sache que le plus fort de tous les shinobi et celui dont on ne connaît pas la puissance car il n'a jamais combattu.

Ses mots n’avaient pas tous du sens pour l’enfant de la Lune. Comment comprendre qu’un shinobi puissant est un shinobi qui ne combat pas ? C’était trop difficile pour Tsuki qui était habitué à voir les gens comparer leurs forces dans un affrontement.
Mais un passage l’avait marqué et un autre, provenant de sa mère, résonnait encore dans ses esprits. Plein de hargne et des étincelles dans les yeux, Tsuki se mit à crier.

[Tsuki] « Donne-moi le contrôle de cette flamme ! Donne-moi le contrôle que je puisse y ajouter de la puissance, donne-moi l’efficacité dont j’ai besoin pour retourner à la maison. »

Car il n’aspirait qu’à une seule chose, rentrer chez lui. Il ne supportait plus Konoha et cette vie misérable. Il voulait une maison, et un père. Ne pensant pas une seconde à laisser couler une larme, son visage se durcit un peu plus et il lâcha son sac à dos violemment.

[Tsuki] « Dis-moi comment faire pour avoir le contrôle, vite ! »
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Ruines Enflammées   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les Ruines Enflammées
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» Cartons plumes et ruines
» Des ruines elfiques en Empire
» Arrivés à Ruines Alpha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-