Partagez | 
 

 [TEAM 2] Le début des Festivités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [TEAM 2] Le début des Festivités   Jeu 19 Fév - 16:24

¤,.°o°O Chapitre 7 : Croître et Grandir O°o°.,¤
« La Team 2 »
-1-

Un soleil d'or au beau milieu d'un ciel bleu couvert de nuages blancs. Voila ce qui caractérisait le mieux la magnifique journée qui était entrain de se dessiner pour le village caché des Nuages. Une grande majorité des villageois étaient de sortie aujourd'hui. Les rues n'en étaient que plus bondées et l'agitation générale plus intense que jamais.

Les rumeurs concernant les sombres évènements de Konoha nourrissaient à peu près 70% des conversations actuelles. Personne, hormis les shinobis partis sur place, ne savait ce qu'il en était vraiment. Pour le moment, toutes les informations étaient en quelque sorte cloisonnées dans la mémoire de ceux qui avaient assistés au discourt de l'Intendant sur le sol Konohéen. Deux ou trois jours tout au plus, c'est tout ce qu'il faudrait pour que la totalité du village sache enfin ce qui s'était réellement produit à Konoha.

Sho Nagoshi n'était pas de ceux qui révéleraient ces informations ; non pas parce qu'il ne le voulait pas mais parce qu'il ne connaissait aucune personne qui ne fut déjà mis au courant. De plus, il avait bon nombre d'autres choses en tête depuis son retour. Notamment tout ce qui pouvait se rapporter à l'équipe dont il avait désormais la charge. En quelques jours, il avait dû tout préparer, tout mettre en place afin que son équipe soit la plus active possible. Tout ceci était bien évidemment passé par des recherches approfondies aussi bien à la bibliothèque de l'académie qu'au centre de missions où il avait réussit à faire valoir les intérêts de son équipe pour une mission de rang C, sans qu'elle n'ait encore fait ses preuves. Un rendez-vous avait été fixé à l'ensemble du groupe dans le parc Yumekuteka ce jour même. L'information avait été transmise à l'académie, il n'y avait désormais plus qu'à attendre. Attendre l'arrivée de ces trois inconnus.

Sho était assit sur un muret en pierre, tout juste au carrefour des quatre chemins de gravier qui partaient aux quatre coins du parc. Comme à son habitude, il rivalisait d'excentricité de la couleur de son manteau à celle de ses cheveux en passant par les étranges inscriptions qui trônaient le long de son cou. Bien que certains regards se tournaient dans sa direction au passage de quelques promeneurs devant lui, Sho n'y attachait pas la moindre importance. Toutes ses pensées étaient fixées sur le livre qu'il tenait entre ses mains .. État du corps et de l'esprit de Keiko Ogawa.

... si les facultés du corps sont à même de se bonifier avec le temps et l'entraînement, et les cellules de se régénérer et de se renforcer, l'organisme n'en reste pas moins affaiblit par cette succession de bouleversements métaboliques et chimiques ...

Dire que quelques mois plutôt, c'était lui qui avait intégré une équipe sous la tutelle de Reisui Shouka. Il s'en souvenait comme si c'était hier. La première réunion de l'équipe s'était produite dans le cimetière du village – un bien drôle d'endroit s'il en était. En tout cas, au premier abord car il s'était avéré que le choix n'était pas si fantasque qu'il n'y paressait. Lui, Asuna et Deishui, ses deux coéquipiers de l'époque, avaient en effet prit conscience que chaque jour ils étaient sujets à finir dans cet endroit pour une raison ou pour une autre. La mort était l'objet avec lequel tous les shinobis jouaient au jour le jour. La seule chose qu'un shinobi pouvait contrôler, c'était le chemin qui pouvait conduire jusqu'à elle.

... il est donc nécessaire de recourir à des méthodes préventives pour soulager le corps et ainsi mieux le préparer aux chocs provoqués par ces changements majeurs ...

Le temps des leçons était bien loin à présent. Reisui avait presque disparut de l'horizon, probablement engagé dans une mission loin des frontières du village. Deishui aussi avait disparu après l'échange qu'ils avaient pu avoir à l'hôpital. Asuna était encore là, elle. Sho regrettait d'ailleurs qu'elle ne soit passée Chuunin elle aussi – même s'il savait pertinemment qu'elle ne tarderait guère à le devenir si elle poursuivait ses efforts.

Oui ... Kumo avait changé.

Deux équipes, c'est tout sur quoi elle comptait. L'une de ces deux équipes, Sho en avait la charge et bien que la responsabilité pouvait paraître importante il était persuadé que le futur du village y résiderait. L'objectif était de réaliser un maximum de missions pour redresser l'intérêt du village aux yeux des investisseurs et surtout faire progresser les shinobis qui composaient les différentes équipes. La réussite de cette entreprise était vitale pour tous. Le village caché des Nuages devait trouver un second souffle !

... un procédé médical récemment découvert contrecarrerait ces changements : le ...

Les yeux perçant du chuunin dévièrent légèrement du texte pour se glisser par dessus le livre. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres dès lors qu'il identifia les silhouettes en approche. Toute son attention se reporta ensuite sur sa lecture du moment.

D'ici quelques secondes, la team 2 se retrouverait pour la première fois..

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Jeu 19 Fév - 18:40

Ayu ouvrit les yeux. Ses deux grands yeux délicieux au parfum d’encens, les pupilles largement teintes par un violet digne des grands tableaux que les nuages qui recouvrent le village et le pays sont capable de produire, lorsque la foudre est traversée par les quelques rayons de soleil qui transpercent la chapelure de coton. Oh oui ! Elle l’aimait cet orage, dansant à moitié dénudée sur le toit du grand immeuble. Elle jonglait avec les éclairs.

Comme elle jonglait avec la vie.

Ayu - Diiiiis, Sijiiiiii, tu m’apprends quelque choseuuuh !

Le ton enfantin de sa voix retentit entre les battements sévères de l’orage qui s’annonçait sur Kumo. L’homme plus âgé mais toujours ancré dans une jeunesse dont il pouvait profiter, sourit à peine, et se permit de reculer d’un pas.

Chose à ne pas faire. A ne jamais faire.

Ayu - Meuh allez quoi, tu pars je ne sais combien de temps - ça m’a paru deux siècles ! - et tu me dis rien en revenant ? T’es méchant Siji-chan…

Elle s’arrêta, sur une jambe. C’était une grue, qui attendait l’amour à chaque coin de rue. Ou qui le cherchait. Ayu n’était pas du genre à voir ce que la vie lui réserve. C’est tant jouissif d’inverser la rôle.

Qu’est-ce que la vie allait-elle subir aujourd’hui ? Cette question, elle se la posait touts les matins, en se levant de son petit lit douillet qu’elle préférerait ne jamais quitter. Cette couette est épaisse, si lourde, et… si chaude. Dommage que cela ne soit qu’une couette.

L’électricité apparut dans la paume de sa main, et la genin de seize ans se mit à jongler avec le courant entre ses petits doigts fins et souples.

Siji - Tu sais très bien que je ne *peux* rien te dire.

Ayu - Mais t’es vilain - non, t’es beau, mais c’est une façon de parler, hu ! Moi je suis restée assise sur ma rockinchair fashion, comme une bonne petite femme… et j’ai même pas le droit à un petit quelque chose ?

Elle fronça doucement les sourcils, toujours en équilibre sur sa seule jambe. Siji bougonna quelque chose d’incompréhensible, mais n’ajouta rien de plus. Ayu se tourna et lui montra son magnifique dos blanc caché par un misérable maillot de bain, une simple ficelle en fait. Le juunin soupira. Elle rétorqua par un rigide doigt dont le bout pointait vers le ciel, de l’air de dire « attention mon chéri, tu vas attirer la foudre ». Siji sourit : « je la maîtrise bien mieux que toi, petite… »

Ayu - T’es vilain… Tant pis, tu dormiras sur le canapé ce soir.

Siji - Je dors *déjà* sur le canapé…

Ayu - Ah oui… c’était pourquoi déjà ?

Siji haussa un sourcil et soupira, une deuxième fois. Un second doigt vint se coller au premier et Ayu sourit.

Siji - J’avais oublié le cadeau de ta mère pour son anniversaire…

Ayu - Ah oui ! Bien fait ! Tu prendras la baignoire.

Un soupçon de ras-le-bol parcourut le visage du grand Juunin, alors que la pluie commençait à s’abattre sur le village, caressant les tuiles rosées de sa liqueur froide. La pluie, elle l’adorait. Sa balader en sous-vêtements dans les vides ruelles de Kumo relevait du passe-temps, glissant sur les trottoirs englués par la boue, visqueux d’humidités. Elle revenait à la maison toute sale, faisait un gros câlin à Siji histoire qu’il partage son plaisir, et se jetait dans un bain chaud aux effluves inconnus, le suppliant d’une voix mielleuse de la rejoindre.

Parfois, elle oubliait qu’elle avait seize ans, et luis dix-neuf. Pourtant Siji savait parfaitement qu’elle en avait fait craquer des bien plus vieux. Et des biens plus cons, aussi.

Siji - Tu n’as pas de mère, excuse-moi d’avoir oublié de me l’imaginer.

Ayu - Eho ! Tu vas pas recommencer encore… Pourquoi tu me fais toujours si mal, Siji ? T’es méchant - mais qu’est-ce que t’es beauuuu, c’pas humain ça.

Elle leva un troisième doigt. Il ouvrit la bouche pour rétorquer qu’il ne s’était pas encore exaspéré, mais elle en rajusta un quatrième. Il lâcha l’affaire…

Siji - T’as un nouveau prof, il t’attend, quelque part dans Kumo. Dépêche-toi… et pas dans cette tenue, hein.

Oui oui oui, maître, je suis votre esclave et j’obéirais à touts vos ordres… Alors pourquoi vous n’en profitez pas plus ? Paradoxal, le bonhomme avec qui elle passait la majeure partie de son temps, depuis treize ans déjà. Savoir pourquoi l’orphelinat était le plus grand partenaire de l’Académie ninja du village - et du monde ! - était une bonne question.

Qu’Ayu ne se posait pas. Ses parents, elle ne les avait jamais perdus, ils sont juste quelque part… entre une tuile ou deux… sous un rocher… dans sa tête.


***



Elle prit rapidement une serviette, enfila une chemise blanche dont elle oublie très vite de boutonner le col laissant apercevoir un décolleté alléchant de relief, et claqua la porte de l’appartement après avoir laissé un bisous mouillé sur la joue froide de Siji, affalé dans le canapé. Les derniers évènements de Konoha l’avaient épuisé, et leur retour c’était fait très rapidement, comme si une peur chronique s’était empressée de se répandre entre tous les ninja et les villages. Alors on avait accéléré le mouvement, tant de choses à faire à Kumo. Mais Ayu se fichait bien de tout ça ; elle avait déjà en tête une série de superbes lionnes indomptables - toutes comme elle - qui aurait pu, en ni une ni deux, épuisé les farouches ardeurs d’un reconnu shinobi de la foudre…

Quoi qu’il en était, cette nouvelle l’intéressait. Enfin une nouvelle équipe, de nouvelles bouilles et peut-être… Héhéhé. Cela faisait quelques semaines qu’elle était laissée seule - sûrement pour l’examen chuunin dont elle n’avait pas pris part - ne comprenant pourquoi le village s’était ainsi vidé. « On fête quelque chose ? Et sans moi ?! ». Elle pénétra dans le parc alors que la pluie venait d’arrêter de se déverser sur le village, mais que d’autres dangers de la nature apparaissaient toujours, les uns derrières les autres.

Elle trouvait ça amusant.

Ayu pénétra dans le parc. Elle rajusta son bandeau autour de sa fine taille, comme une ceinture d’honneur. Un jour, elle avait essayé de le mettre contre sa poitrine, comme un sous-tif original. Les gens aiment chercher les bandeaux des gens, afin d’avoir une preuve de leur ninjatitude, alors ils seraient bien obligés de regarder ses deux seins. Et ils se sentiraient gênés. Et ils seraient adoraaaables avec leurs petites joues rosées ! Ayu adorait la timidité des gens, leur malaise devant le sexe opposé. C’était plus fort qu’elle. Sauf que le bandeau ne tint pas et tomba à ses pieds, devant le grand miroir de sa salle de bains, où de multiples traces de lèvres goulument posées se dessinaient sans mal.

Elle passa ses doigts légèrement écartés à la base de ses longues mèches blanches et descendit jusqu’à leurs pointes. La genin trouva enfin son bonheur au milieu du parc, bien triste aujourd’hui à vrai dire. Au carrefour des quatre perpendiculaires chemins, un jeune homme aux couleurs excentriques s’adonnait à une lecture aux apparences studieuses et sérieuses. Elle accéléra le pas et se pointa juste devant le jeune homme. Vous savez, cette présence étrange qui nous empêche de lire, un regard qui vous pointe, qui vous fusille. Et là, vous vous demandez comment vous ne vous en êtes pas aperçu plus tôt, alors qu’elle est là, depuis déjà deux heures.

Ayu avait patienté douze secondes, et déjà elle se sentait trahie. Inadmissible…

Ayu - Vous avez l’air très intelligent…

Elle réfléchit une demi-seconde - de trop - et continua.

Ayu - J’ai souvent préféré les sots, sûrement parce qu’ils sont… sots ? Mais vous êtes trooop booooo ! Vous sortez avec moi ce soir ? J’connais plein de petits coins sympas.

Elle s’assit à côté de lui, et remonta le col qui s’était replié sur lui-même et soupira.

Ayu - J’adore ce temps. Courir toute nue sous la pluie, on se sent libre. Mais si je pouvais, je resterais - toute nue - sous ma couette. Il y fait tellement bon. C’mon petit chez moi. Vous voulez venir chez moi ?

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Ven 20 Fév - 19:20

Le réveil de Kotaro avait sonné depuis déjà une dizaine de minutes, mais il rechignait à quitter son lit. Voila qui était inhabituel, lui qui état d'habitude prêt avant tous les autres. Il se leva avec un effort, et jeta un oeil autour de lui. Sa chambre était dans le même état qu'hier: les livres rangées sur l'étagère, quelques rouleaux traînant par terre, et une pile de vêtements qu'il avait jeté sur le sol sans se soucier de l'ordre de son appartement la veille. Il fallait dire qu'il était crevé.

*J'ai un peu trop forcé sur l'entraînement hier. Enfin, faut dire que ça fait un moment que j'ai pas eu de missions valables...*

Comme pour répondre à ses pensées, un oiseau frappa à la fenêtre. Facile de les reconnaître, sur ses ailes étaient peint le symbole du village. Kotaro ouvrit sa fenêtre, et détacha le bout de papier attaché a unne des pattes de l'animal. Il se contenta de lui donner quelques graines en guise de remerciement, puis referma sa fenêtre. Le message était clair et concis:

Parc Yumekuteka, carrefour des quatres chemins.

Peut-être même un peu trop. Il n'avait reçu que le point de rendez-vous, pas d'ordre de mission. Rien sur le niveau de la mission non plus. Et plus gênant: rien sur l'heure d'arrivée. Tant pis. Il irait le plus vite possible au parc, voir ce qui se passait.

Il ramassa les vêtements qui traînaient, prit une rapide douche, un repas léger, et sortit directement. Pas la peine de perdre du temps surtout que le point de rendez-vous sous-entendait un travail d'équipe. Sinon, il aurait été envoyé chez le client. Or, ce parc n'avait aucun résident fixe, du moins aucun qui puisse payer une mission pour un ninja. Il avait enfilé une veste assez chaude, même si la journée s'annonçait agréable. Quant à son bandeau, il l'avait accroché à son bras. Non pas qu'il se souciait de son esthétique, mais sur le front, ça ne lui allait vraiment pas.

Les rues étaient bien plus peuplées que d'habitude. Kotaro n'eut cependant aucun mal à se frayer un chemin dans la foule. L'entraînement au taijutsu lui avait servi au moins à ça. D'autant plus qu'en cas de vrai problème, il pouvait toujours sauter de toit en toit...

*Ce serait le meilleur moyen d'attirer l'attention, vaut mieux éviter.*

Le parc était bien moins bondé que la rue. En fait, il était presque désert, si on faisait abnégation des quelques promeneurs et couples qui traversaient rapidement les chemins ou s'asseyaient sur un banc. Kotaro prit le chemin est, et traversa rapidement le parc jusqu'au carrefour. Il dévisagea chacune des personnes présentes. Quelques passants, mais surtout un homme à la tenue plus qu'excentrique assis sur un muret, un livre entre les mains, et une jeune fille plutôt mignonne, mais dont l'attitude générale poussait Kotaro à la ranger dans la catégorie des personnes à éviter.

*Quoique, vu la façon dont elle essaie d'allumer ce type, elle pourrait peut-être faire un tour dans mon appart. Pour une nuit ou deux.*

Après avoir étudié leur physique en profondeur, il s'aperçut qu'il s'agissait en fait de deux ninjas. Comme quoi, il ne fallait pas forcément un bilan psychiatrique pour avoir son bandeau, seulement les capacités. Encore heureux, sinon il aurait été recalé pour "attitude déprimante".

Je suppose que c'est à l'un de vous deux que je dois mon ordre de mission? Kotaro Fuuma.


Il n'employa pas les politesses d'usage, puisqu'apparemment ses futurs coéquipiers semblaient sortir des critères de comportement standards. Il agirait en fonction de leur paroles.

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Lun 23 Fév - 23:36

¤,.°o°O Chapitre 7 : Croître et Grandir O°o°.,¤
« La Team 2 »
-2-

Sho pouvait désormais entendre distinctement des bruits de pas se diriger dans sa direction. Son sourire était tenace mais léger comme s'il s'agissait là d'une chose tout à fait normal chez lui. Ses yeux avaient beau fixer les lignes du livre qu'il tenait entre ses mains, il ne les lisait plus. Ce n'était plus qu'un apparat, une mise en scène parmi tant d'autres. Les bruits de pas venaient de s'évanouir à quelques centimètres devant lui. Un coup d'oeil rapide vers le sol lui permit de remarquer l'ombre projetée par deux jambes parfaitement fuselées.

Ayu – Vous avez l’air très intelligent…

Approche directe, sans concessions, les signes d'une jeune femme sûr d'elle.

Ayu – J’ai souvent préféré les sots, sûrement parce qu’ils sont… sots ? Mais vous êtes trooop booooo ! Vous sortez avec moi ce soir ? J’connais plein de petits coins sympas.

Directe n'était décidemment pas le mot convenable. Provocante faisait déjà un peu mieux l'affaire.

Ayu – J’adore ce temps. Courir toute nue sous la pluie, on se sent libre. Mais si je pouvais, je resterais - toute nue - sous ma couette. Il y fait tellement bon. C’mon petit chez moi. Vous voulez venir chez moi ?

La jeune femme s'était assise sur le même muret, tout juste à sa gauche. Sho fixait inlassablement les lignes de son livre. Il n'y avait qu'une seule représentante de la gente féminine dans son équipe : une certaine Ayu Chikaze. Il était stipulé dans son dossier qu'elle était une fille très extravertie, enjouée, dont les compétences n'étaient pas à sous-estimer. Une recrue tout à fait singulière qui saurait apportée un brin de folie revigorant à l'équipe.

Clap !

D'une simple impulsion de la main droite, Sho referma son livre et tourna son regard vers le visage de la belle kunoichi. Beaucoup aurait profité de l'occasion pour se rincer l'oeil et la scruter des pieds à la tête – en s'arrêtant quelques secondes sur sa poitrine – mais Sho, lui, garda ses yeux bien fixés sur son visage. Rien ne le poussait à descendre plus bas. Ses lèvres se courbèrent un peu plus encore pour dessiner ce qui ressemblait à un sourire bienveillant. Pendant une vingtaine de secondes il la fixa ainsi sans rien dire comme si seul le reflet mauve de ses yeux l'intéressait. Pour être d'une teinte tout à fait particulière, ils l'étaient ! Mais ça n'avait pas de quoi l'époustouflé, tout juste l'intrigué.

Sho – Il est rare d'être abordé de cette manière de nos jours. C'est ... très original de ta part, Ayu. Pour ce qui est de tes propositions, nous en rediscuterons un peu plus tard si tu le veux bien, un autre membre approche.

Sho l'avait très clairement entendu et ne s'était pas trompé sur l'identité du principal intéressé. A nouveau, il pivota légèrement sa tête pour fixer le nouveau venu. Kotaro Fuuma, il le reconnaissait clairement. Un spécialiste en Genjutsu de ce qu'il avait lu le concernant. Un garçon qui était installé à Kumo depuis cinq ans, mystérieux au premier abord, mais qui dans le font n'aspirait qu'à forgé son propre univers ; le seul endroit où il puisse se sentir libre de faire ce que bon lui semble. Un élément assurément déterminé et doué. Un bon élément dans lequel il se reconnaissait un petit peu.

Fuuma – Je suppose que c'est à l'un de vous deux que je dois mon ordre de mission ? Kotaro Fuuma.

Un ordre de mission ? Voila qui était tout à fait fâcheux. Certainement un message de l'académie ambiguë comme celui qu'il avait lui même reçut le jour où il avait intégré une équipe de shinobis. Il pensait venir pour une mission mais il était bien loin du compte. Il allait à présent faire la connaissance de sa future équipe. Celle dont il ferait partie intégrante et celle avec laquelle il devrait atteindre les sommets. C'était en soit une mission ardue. Une mission qui tablerait sur de très longs mois, voir années. C'est ainsi que le souhaitait l'Intendant, ainsi que les choses se dérouleraient à l'avenir pour lui comme pour Ayu et le dernier membre de l'équipe, Mitsunari Daidoji, dont la silhouette venait tout juste d'apparaître dans le champ de vision de Sho.

Ce dernier était un spécialiste en Taijutsu. Ce qui venait parfaitement compléter les autres spécialités exercées dans l'équipe. Une spécialiste en Ninjutsu, un autre en Genjutsu, puis un autre en Taijutsu, et Sho, l'eisei-nin de la troupe. L'équipe idéal vu sous cet angle. Mais seul l'avenir serait à même de confirmer ou non son potentiel.

Sho y croyait en tout cas. Cela lui suffisait amplement pour poursuivre son entreprise.

Sho – Si tu considères ton intégration à une équipe comme une mission dont tu te sens capable de relever les défis alors soit le bienvenu parmi nous Fuuma.

Le ton que Sho venait d'employer n'était nullement ironique. Au contraire, il avait ce quelque chose d'amusant qui tournait la phrase en une réplique réconfortante. Une manière de dire qu'il avait beau se tromper sur la raison de sa présence, cela ne changeait rien à la forme, il était bien un membre à part entière de la Team 2.

Sho – Il en va de même pour toi Mitsunari, soit le bienvenu.

Un regard à l'intention du destinataire de ces mots, un battement de cil, puis Sho se redressa avant de glisser son livre dans la poche intérieure de son long manteau rouge brique. Il indiqua ensuite aux deux arrivants le muret sur lequel leur coéquipière les attendait patiemment. Il voulait qu'ils s'assoyent à leur tour pour qu'il puisse les avoir tous les trois face à lui tandis qu'il se tiendrait debout.

Quand ils se furent tous confortablement installés, Sho glissa ses mains au fond de ses poches et débuta son discourt sur un ton détaché.

Sho – Si vous êtes réunis devant moi aujourd'hui, c'est que vous avez été choisi pour former la deuxième équipe de notre village. C'est un privilège et un honneur. Aussi j'espère que vous saurez vous en montrer digne. Je m'appelle Sho Nagoshi et serais votre chef d'équipe aussi longtemps qu'il le faudra. Sachez que j'ai déjà lu presque tout ce qu'il faut savoir sur vos vies respectives mais cela ne m'intéresse pas le moins du monde. Vous allez devoir apprendre à compter les uns sur les autres si vous voulez devenir des shinobis aguerris dans vos disciplines. Je me tiendrai à votre disposition à cet effet.

Sho parlait en fixant à tour de rôle les trois genins qui se trouvaient désormais sous sa tutelle.

Sho – Je crois qu'il n'existe rien de mieux qu'une présentation en bonne due et forme pour se faire connaître de ses coéquipiers. Je vous laisse donc la parole – l'important étant qu'on puisse en apprendre assez sur vous, savoir qui vous êtes, après cette présentation.


Le silence retomba sur la scène. Les projecteurs étaient dorénavant tournés vers les trois genins.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Jeu 26 Fév - 22:13

Ayu chercha d’un vif coup d’œil un bras, ou une jambe qui traînerait par là et qui l’aiderait grandement dans sa compréhension du mot « membre ». Mais face à elle, il y avait tout un paquet de membres, plein de petits trucs, des pièces que l’on avait assemblé avec plus ou moins de justesse - plus que moins en l’occurrence - pour former un tout. La Chikaze imaginait un entrepôt où de pauvres petits ouvriers très bien exploités mais très mal rémunérés prendraient des bras à la chaîne et les souderaient au buste de base. Et puis on mettrait aussi des jambes ! Et puis une tête ! Des pieds, des mains, et tout un tas d’autres machins inutiles ! Et le contact du fer ferait plein d’étincelles, et ça serait joli ! Et ça ferait comme un feu d’artifice ! Comme une géante cérémonie !

Qu’est-ce qu’on fêteuuuh ?

Et puis, et puis, et puis, enfin, enfin, enfin, on mettrait les organes reproducteurs. Ba, ils sont moches. Oh non, pas le petit riquiqui de l’animal en construction, ce mot. Reproducteurs. Ca lui faisait penser à un entrepôt, avec tout plein de membres, et des ouvriers très bien exploités et très mal payés… Ayu adorait la reproduction ! Ca l’avait toujours époustouflé. Mettre des noms scientifiques sur des parties de gens, c’était tout bonnement incroyable. Mais voila, la science était ainsi faite qu’elle ne comprenait ce que signifiait le plaisir. Ra, quand est-ce qu’ils jouissent les grands hommes dans leurs immenses bouses blanches ? Peut-être, sûrement même, que ceux-là seraient d’une espèce différente, et que leur seul organe reproducteur, ça serait leur cerveau… Beurk, faire l’amour avec un cerveau, c’est dégueulasse !

Le genin avait déjà oublié la remarque du bonhomme à qui il ne manquait que les lunettes pour jouer le bon petit papa qu’elle n’avait jamais eu sinon dans ses fantasmes les plus cruels où elle ramenait des garçons très musclés à la maison, et que lui il serait furieux, parce qu’il ne serait pas d’accord, mais que maman Chikaze calmerait son mari, et que papa Chikaze écouterait les bruits sauvages de leurs jeux dantesques, glissant des préservatifs sous la porte. Parce qu’un papa est toujours super protecteur, et que son enfant, c’est tout ce qu’il a au monde. Ayu comprenait alors pourquoi la naissance d’un bébé annonçait la mort du couple. Et Ayu prenait les préservatifs, et elle ferait des ballons avec. Et elle continuerait de jouer au domino avec ses amis de classe. Wahou ! Son père avait encore plus d’imagination qu’elle !

Ayu - Comment vous connaissez mon … non ? Pas vous ! Ce n’est pas possible !

Elle s’arrêta, un temps, comme dégoutée.

Ayu - Mon ours en peluche aussi est devin ! Je l’aimais bien jusqu’à ce qu’il découvre avant moi que je n’aimais pas chips ! Un jour j’ai voulu manger des chips, et il est tombé dans mon assiette. Je l’ai fâché, et puis j’ai mangé, et j’ai pas aimé duuu toouuut ! C’est pas bon les chips. On dirait des petits nenfants qu’on croque et qui se cassent touts seuls, à peine touché. J’aime pas les enfants, ils ne m’aiment pas.

Dans la superbe vie rosée d’Ayu, il y avait le Bien. Et il y avait le Bien qu’elle n’aimait pas. Le rose bonbon qui fond dans la bouche, et le rose bonbon qui donne des caries. Et pour toutes ses raisons à la fois accompagnées d’autres dont elle ne se souvient plus mais qu’un jour elle a énuméré lors d’une intense partie argumentative qui s’était transformée en monologue puritain avec Siji, pour toutes ces raisons, elle ne mange ni de chips, ni de carambar. Et inéluctablement, parce que la Chikaze a souvent - toujours, il vaut mieux ne pas la contredire là-dessus - raison, c’est parce que ni chips, ni carambar ne l’apprécient, qu’elle leur vaut ce retour de force.

Elle interrompit violemment son raisonnement, pour le bien de la communauté de ceux qui arrivaient encore à l’écouter, et haussa un sourcil malicieux.

Ayu - On est dans une équipe ? Je suis dans une équipe ? Ca tombe bien, je n’en ai plus depuis des semaines ! Qu’est-ce qu’on fait ? Bowling ? Cuisine ? Jeu de cartes ? J’aime pas les jeux de cartes…

Toujours assise contre le mur la jeune femme dévisageait les nuages. Ils sont bougons aujourd’hui, c’est étrange. En tout cas ce n’était pas un signe très bon, Ayu pensait rentrer seule ce soir. Soit. Elle s’éclaterait avant. Comme toujours… La genin posa son regard sur les deux nouveaux venus et remarqua à quel point ils étaient sérieux. Les gens sont moches quand ils sont concentrés. Et Ayu n’aime pas les moches. Parce que les moches ne le lui rendent pas bien. Parce que les moches ne tentent jamais rien, pourtant est-il prouvé que les moches embrassent moins bien que les beaux ? Parce que les moches sont jaloux, parce que les moches ont plein de raisons de détester une fille comme Ayu. Et parce qu’Ayu ne les aimait pas aussi, sûrement… Oui, cela devait être pour ça, mais non, elle ne le leur avouerait pas ! A eux de faire les choses ! Les moches sont majoritaires, ils font ce qu’ils veulent de ce monde, alors pourquoi s’y intéresser ? Il serait tellement facile d’en draguer un que cela deviendrait inutile. Les défis composent la vie, les moches ne sont jamais bien compétitifs.

Trouver la perle rare, voila un challenge digne de ce nom, digne de son nom. Trouver la perle rare, et la jeter le lendemain. Oui, sinon ce ne serait pas fair-play pour les autres. Si Ayu avait enfermé tous les beaux garçons, le monde serait vidé de sa substance. Un sourire carnassier se dessina sur son visage. Elle s’imagina une voix profonde, une voix grave et sensuelle. Elle se tournerait vers Sho, et plissant les yeux sur un bond fond jazz, quelques bougies parfumées peignant l’ambiance d’une salle de bar sombre et chaleureuse, et lui dirait : « Ca te dit de visiter mon placard joli personnage ? » Et il rentrerait, et elle l’enfermerait ! D’un rire sadique elle montrerait à tous sa supériorité féminine, et un jour, enfin, elle les libèrerait tous, et on les compterait ! Comme des petits moutons échappés du troupeau. Un petit cul pour la femme, un gros riquiqui pour le reste du monde !

Ayu avait définitivement trop d’imagination. Si encore elle se sentait coupable de fantasmer ainsi sur tout et n’importe quoi, mais non… C’était trop jouissif pour qu’elle puisse, maintenant, s’en passer. Sho venait de terminer sa phrase, et elle avait manqué son discours qu’elle savait superbe. Tout ce qui vient d’un joli garçon est réussi.

Ayu - Moi, je m’appelle Ayu Chikaze. C’est Ayu pour les choux, c’est Mademoiselle Chikaze pour les autres. Je suis jolie et j’aime les peluches. Je n’aime pas les chips, les jeux de cartes, les devins, et les moches. Je ne t’aime pas toi - elle montra Kotaro du doigt - ni toi - puis le décala vers Mitsunari. Mais je vais quand même m’efforcer de vous supporter. Mes parents sont dans un lieu, loin, loin, très loin, dont je ne me souviens plus le nom - Siji dit que cela s’appelle Cimetière, mais j’aime pas trop ce nom-là, c’est redondant et sinistre. Je joue au bowling et avec les garçons, et les filles aussi, mais moins souvent, mais un peu quand même aussi. Quand il pleut, je sors courir pour attraper la pluie, et quand il y a de l’orage, je danse sur les toits. Je pense que ça pourrait m’aider à mieux maîtriser les éclairs, Siji trouve cela stupide, mais Siji est stupide, il ne faut pas l’écouter.

Vous ne l’écouterez pas, hein ?


Pour Ayu, la vie est une grande blague. Pas celles que l'on trouve à l'intérieur d'un papier de Carambar, non, celles ne sont pas drôles...

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Ven 27 Fév - 0:22

*Ok, en fait il s'agit d'une réunion d'équipe...*

Le jeune shinobi avait fait plusieurs mission en solo, mais savait pertinemment qu'il allait un jour intégrer une équipe. Il y perdait en liberté de mouvement, mais au moins il avait maintenant du soutien sur le terrain. Et surtout, il pouvait faire plus ample connaissance avec la jeune fille qui se trouvait sur le mur. Cette envie se dissipa pourtant au moment ou elle prit la parole.

D'un coup, le coté "séduisant" de la jeune demoiselle tombait en miette, écrasé par son coté "débile profond". Kotaro écouta ses premiers discours avec un sourire, qui devint un petit rire, qui s'approfondit jusqu'au fou rire complet. Un cas pareil, c'était plutôt rare. En fait, c'était du jamais vu pour le jeune genin qui manquait à présent de s'étouffer devant le délire absolu qu'incarnait sa future coéquipière.

Par pitié, arrête, j'ai du mal à respirer...

Il lui fallut encore quelques minutes pour réussir à se calmer. Cette fille était un mélange de naïveté, de rêverie et de manque de logique qui laissait Kotaro dans un état situé entre l'hilarité, l'exaspération, et, plus surprenant, l'attendrissement. Il regarda la dénommée Ayu droit dans les yeux: pourtant, elle paraissait plus que sérieuse. Le jeune genin se retint de repartir dans un éclat de rire, et écouta la suite de son discours. Encore une fois, il avait droit à un délire complet.

*Ok, donc ses parents sont morts, elle est jolie, elle le sait et elle en profite, elle a gardé un coté enfantin qui la pousse à foncer en toute circonstances. Et accessoirement, elle vient de me dire que je suis moche...*

Il hésitait à se sentir vexé. Venant d'une fille, ça aurait pu être gênant, mais d'une fille qui jugeait tout au premier coup d'oeil et qui n'avait manifestement aucun sens commun, c'était presque un compliment en fait.

*Bon, d'habitude je suis le premier à dire que les humains pensent globalement de la même façon, mais cette fille est l'exemple flagrant du contraire. Je vais avoir du mal à cerner son comportement.*

Elle finit sa présentation en parlant d'un dénommé "Siji". Elle réagissait vraiment comme une enfant. Elle était persuadée que tout le monde connaissait ses compagnons, comme si elle était le centre du monde. La modestie n'était apparemment pas une des vertus cardinales du ninja. Il essuya les quelques larmes qui lui étaient montées aux yeux durant son fou rire, puis prit la parole à son tour.

Bon, à mon tour on dirait. Kotaro Fuuma, je vous l'avait déjà dit, et Mitsunari se souvient peut-être de moi vu qu'on a partagé quelques années à l'académie.


En fait, ils ne lui avait jamais vraiment parlé, mais il l'avait suffisamment vu dormir et avait suffisamment reçu de coups de sa part en Taijutsu pour se rappeler de lui.

Mes loisirs sont assez variés, mais la plupart du temps c'est la lecture. J'ai été plus particulièrement formé au genjutsu, et pour finir, tant que les ordres qu'on me donne sont dans un intérêt purement stratégique, je n'ai pas de problème pour y obéir.


C'était au tour de Mitsunari de répondre. Un hypersomniaque qui parle, c'est rare, mais surtout très long. Il aurait du prévoir un truc à lire...

*Bon, je pourrais toujours voir ce que la demoiselle à contre ses nouveaux coéquipiers...*

Il ne cherchait pas vraiment à la manipuler, mais il aimait particulièrement les défis. Or, réussir à comprendre un phénomène pareil, il avait de quoi s'occuper pendant des mois.

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Sam 28 Fév - 2:12

- Bon, il reste plus que moi *baille*, on dirait.

Mon nom est Mitsunari Daidoji, mais pour ceux qui n'ont pas envie *baille* de tout dire, vous gênez pas pour raccourcir. Mit', ça passe très bien.
Je suis genin depuis maintenant 5 ans, mais *baille* je n'ai été affecté nulle part pour cause de maladie.
Pour faire simple, je suis hypersomniaque. Pour faire encore plus simple, je suis a moitié endormi *baille* la plupart du temps, sauf en de rares moments ou j'arrive a surpasser la fatigue, mais *baille* seulement quand j'ai pas le choix, genre combat, fuite, etc.
Niveau loisir, je vous apprendrai rien en vous disant que j'en ai très peu a cause de ma maladie, a part *baille* coincer la bulle et roupiller. Sinon, j'aime bien cuisiner et aller m'entraîner au Taijutsu. Car c'est mon art dominant.
Me regardez *baille* pas comme ça, je sais que vous devez vous dire que c'est n'importe quoi.

Quand aux ordres, tout ce qui peut permettre de protéger ou aider le village ninja qui n'a pas encore fait de suicide collectif pour avoir accepté le seul ninja endormi 24 heures sur 24 *baille*, je le fais.

Et avant que j'oublie : j'espère qu'on aura l'occasion de passer outre nos éventuels différends et soucis pour bien bosser, même si on pense et vit pas pareil *baille*



La tirade de Mit' était complètement improvisée. Un homme normal aurait pu penser que cet endormi bienheureux aurait rédigé un truc a l'avance au cas ou il s'endormirait pendant sa présentation et perde le fil, mais Mit' était un endormi bienheureux qui pouvait overclocker son cerveau de temps.
Maintenant que tout était dit, on pouvait utiliser la faible capacité cognitive pour comprendre de quoi il en retournait avec les membres.

Ayu Chikaze... Un seul mot vint a l'esprit de Mit' a son sujet : MINDFUCK.
Il y avait des cas dans tout le monde des shinobis, mais elle battait tous les records. Arriver a être en même temps une dragueuse, une rêveuse et une enfant. Un affreux mélange mental de croqueuse d'hommes et de gamin de 6 ans. Heureusement que le cerveau fonctionnait en sous-régime, il aurait sûrement explosé de rire pendant qu'elle avait parlé. Et si le sensei semblait s'en moquer comme de sa première paire de tabi*, Kotaro semblait lui aussi se demander ce que c'était que ce délire en pack de 12. En fait, non, il avait pété de rire depuis un moment ; peu poli, mais face a ce genre de personne, il avait les circonstances atténuantes
Oh, et elle l'aimait pas. Whoopie fuckin'do, il allait pas en dormir de la nuit. Enfin, on pouvait pas lui en vouloir, car même si Mit' était quand même bien bâti et sympa, les filles de Kumo ne voulaient pas forcément d'un petit ami deux de tension. Et c'était pas ça qui allait perturber sa vision de la vie. Pour fêter ça, il en baillait.

Kotaro... Ouais, il était dans son groupe a l'académie. Pas le mec qu'on oubliait a peine il sortait de notre champ de vision, mais pas le centre du monde non plus. Comme tout le monde, Mit' ne lui parlait pas des masses quand ils polissaient les bancs de l'académie. Un peu de bavassage de temps autres entre deux cours et pendant ces derniers (quand il ne dormait pas) et point barre. Ah, et pas mal de lattes en Taijutsu, merci aux entraînements en duo. S'il se souvenait bien, ils avaient failli se casser le pif mutuellement après une fausse manip pendant un entraînement. Ça les avait ni éloignés, ni rapprochés. Tout va très bien, madame la marquise.

Plus qu'un truc a dire et le méga-speech de Mit' était fini.



- Et vous, sensei? Si on doit se connaître entre membres, autant en savoir un peu plus sur tout le monde au cas ou *baille*. Y'a rien de pire qu'un chef qui s'entend pas avec ses subalternes, comme on dit a l'académie.

* chaussettes japonaises

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Ven 6 Mar - 16:30

¤,.°o°O Chapitre 7 : Croître et Grandir O°o°.,¤
« La Team 2 »
-3-

L'heure était aux découvertes et à l'inconnu. Ce genre d'instant particulier où le décor s'évanouissait le temps de comprendre à qui vous aviez à faire. Sho fixait le regard de ses trois « élèves » dans le seul but d'y lire ce qu’ils ne voudraient pas révéler dans leur présentation respective. Car s'il ne possédait aucune des pupilles légendaires du monde shinobi, il avait un don particulier pour relever et analyser les nuances dans le regard, l’intonation de la voix, ou encore dans les mimiques de celles et ceux qui venaient à croiser son chemin. Lui restait un modèle d’impartialité, de sang-froid et de froideur. Non pas cette froideur désagréable qui vous faisait tout de suite perdre l’envie de discuter mais cette froideur emblématique, mystérieuse, qui apportait tout un côté intriguant à un personnage déjà déroutant par nature. La scène était alors au paroxysme de son silence. Sho arrêta son regard sur Ayu, persuadé que son tempérament un brin fougueux l’amènerait à ouvrir, la première, la séance. La suite lui donna raison.

Comme à son habitude, Ayu joua de son excentricité ou plutôt de sa folie apparente pour mettre en scène une histoire de cause à effet entre chips et ours en peluche. Si cette histoire aurait put endormir n’importe quel nourrisson elle avait au moins le mérite d’amuser la foule - qui se résumait à l’heure actuelle à Fuuma et Mitsunari. De son côté, Sho resta de marbre, se contentant tout juste de regarder Ayu tandis qu’elle poursuivait son interprétation mémorable.

Étrangement, il étouffa la voix de la jeune fille et la relégua dans un coin de son esprit afin de se concentrer exclusivement sur son attitude. Ses yeux, d’un violet éclatant, tournés vers les nuages comme dans un rêve éveillé. Cette lueur particulière semblable à celle d’une enfant s’émerveillant devant son jouet favori. Puis ce regard adressé à ses deux coéquipiers, sérieux, presque froid, trop froid. Difficile de croire qu’elle les aimait. A en juger son regard, ils avaient plutôt le don de la rendre indifférente. Ce qui en soit était une information intéressante sur la personnalité et les motivations qui se cachaient sous cette épaisse carapace gorgée d‘idées frivoles. Ayu n’aimait pas tout ce qui était trop sérieux, peut-être même trop conventionnel. Elle était extravertie et ses deux coéquipiers étaient, eux, aux antipodes de tout ça - Mitsunari moins que Fuuma. Sho soupçonnait une autre raison à ce rejet mais il laissa l’idée dormir dans un autre coin de son esprit. Maintenant qu’il savait sur quelle pente amenée Ayu, il reporta toute son attention sur ses paroles qui évoquaient désormais ce qui lui semblait être les débuts d’une présentation dans les règles.

Comme Sho l’avait plus ou moins soupçonné, Ayu exposa clairement à ses deux camarades ce qu’elle pouvait penser d’eux. Ce qui ne manqua pas de lui arracher un sourire amusé.

Cette fille était un modèle de franchise à n’en pas douter - que cette franchise fut volontaire ou non, ça n'avait pas d'importance. Pour ce qui était du mystérieux « Siji » dont-il-ne-fallait-pas-écouter-les-stupidités, Sho se contenta d'acquiescer d'un hochement de tête avant de dévier son regard en direction de Fuuma qui semblait prisonnier d’un fou rire incontrôlable.

Quasiment tous les spécialistes du genjutsu étaient sujets au même comportement atypique. Leur assurance débordait très souvent en tout instant. Sûr de leur art autant que de leurs compétences, ils se distinguaient très souvent dans l’arène mais rarement en public. Fuuma ne rentrait donc pas tout à fait dans le moule. Sho le voyait davantage comme un électron libre ou quelque chose qui s’en rapprochait fortement. Il y avait dans son regard comme une lueur inquisitrice dirigée vers sa coéquipière. Probablement ne la prenait-il pas au sérieux à cause de cet air enfantin qu’elle se donnait. Même si ce n’était pas ce qui se faisait de plus loyal, cela avait au moins le don d’expliquer la difficulté qu’il éprouvait à contrôler son rire.

Fort heureusement, Fuuma mit rapidement un terme à son petit écart de conduite pour se concentrer sur sa seule présentation qui - comme Sho l’avait plus ou moins présagé - fut la plus courte des trois. De là à dire qu’elle était la moins instructive relevait tout simplement de la folie ou de la naïveté. Non, sa présentation fut des plus intéressantes aux yeux du chuunin. Pourquoi ? Parce qu’il avait volontairement omis de parler de sa vie ou de lui-même comme s’il ne voulait pas qu’on en sache trop à ce propos. Le seul élément qu’il avait bien voulu mentionner était son goût prononcé pour la littérature. Le reste était un mystère. Aucune motivation, aucun but, pas le moindre mot sur ses attentes, Kotaro Fuuma brillait par son silence. Pourtant, Sho resta totalement impassible à tout cela. Un léger sourire, vestige de celui qu’il avait dessiné en entendant les paroles d’Ayu prononcées à l’encontre de ses camarades, le regard neutre, il savait resté à sa place en se contentant de recevoir ce qu’on voulait bien lui donner. Pour ce qui était du reste, il en ferait son affaire.

Mitsunari Daidoji, un phénomène lui aussi, mais pour des raisons différentes que ses prédécesseurs. Il était hypersomniaque - voila qui venait compléter une équipe déjà fort bien étoffé. Bien que son discourt fut continuellement interrompu par d’interminables bâillements, il n’en demeura pas moins intéressant du point de vu de Sho. Mitsunari était à ses yeux le plus censé de ses trois élèves. Sa discipline avait beau contraster avec ce qu’il appelait sa « maladie » il expliqua très clairement qu’il lui arrivait de dépasser cette condition lorsqu’il n’avait plus le choix. Sho voyait donc son hypersomnie comme un état. Un état qu’il devrait lui apprendre à dépasser pour ne pas se mettre délibérément en danger dans des situations délicates comme au cours de missions importantes. Malgré tout, Mit’ étonnait par cette pincée d’optimisme qu’il semblait continuellement trimbalé avec lui. La dernière phrase de sa présentation en fut la preuve la plus flagrante de la journée. Il avait tout à fait raison. Aussi spécial qu’ils étaient tous, ils devraient apprendre à travailler ensemble. Cela ne passait pas forcément par la compréhension de l’autre dans sa totalité mais plutôt dans son acceptation. Chacun d’eux devait accepter les différences de ses compagnons et y trouver la force qui pouvait lui manquer. S’ils arrivaient à ce stade de cohésion alors l’équipe fonctionnerait pour le mieux.

Sho avait bien évidemment quelques idées en tête pour les amener tous les trois sur cette route. L’une de ces idées se trouvait d’ailleurs actuellement dans l’une des deux poches intérieures de son manteau. Mais la question que lui posa Mitsunari le rappela à ses devoirs, aussi Sho abandonna l’idée l’espace d’un instant, le temps pour lui de répondre aux attentes de ses genins.

SHO - Tu es dans le vrai Mit’. Bien, comme je vous l’ai dit un peu plus tôt, je me nomme Sho Nagoshi. Je suis un des trois chuunins instructeurs du village et me spécialise depuis toujours dans le domaine médical. Soigner les blessures, extirper les poisons hors de l’organisme, rendre son corps plus résistant aux agressions extérieures, voila quelques unes des nombreuses possibilités qui me sont offert grâce à la branche eisei. Au jour le jour, je suis quelqu’un de calme et d’assagit, mais cela ne m’empêchera pas de venir vous réveiller en pleine nuit pour un entraînement improvisé, sachez-le.

En prononçant ces mots, Sho accentua un peu plus son sourire.

SHO - Comme toi Fuuma, j’aime lire et comme toi Ayu, j’apprécie le plein air. Pour ce qui est de la cuisine, je serais ravi de prendre quelques cours Mit’ car j’avouerais que ce n’est pas un art dans lequel j’excelle particulièrement.

Jugeant qu’il en avait assez dit pour l’instant, Sho marqua un petit temps d’arrêt durant lequel il en profita pour glisser sa main droite sous un pan de sa veste. Ses doigts s’arrêtèrent autour d’un objet cylindrique dont le toucher rappelait la douceur du satin ou de la soie. La voix toujours aussi claire qu’à l’accoutumer, il changea de sujet pour aborder le point le plus important pour l’équipe. A savoir le programme des prochains jours.

SHO - Maintenant que nous nous connaissons un peu mieux j’aimerais vous parler du programme.

Sa main droite désormais visible de tous, les trois genins découvrirent les deux rouleaux contenant les ordres de missions que leur chef d’équipe avait réussi à leur obtenir. Le premier rouleau était d’un vert de jade et frappé de la lettre D. Le second, de même taille, était quant à lui d’un jaune criard et frappé de la lettre C. Deux missions de rang différent. La première, de rang D, était tout à fait à leur portée. La seconde, de rang C, requérait sa propre présence afin de les guider. Pour l’heure en tout cas, ils devraient s’atteler à la mission de rang D. Ce n’est qu’une fois cette mission accomplie qu’ils pourraient envisager celle de rang supérieur. En conséquence, Sho fit disparaître le rouleau jaune sous sa veste puis il adressa un signe de tête à Fuuma avant de lui envoyer le rouleau de couleur vert.

SHO - Voici une mission de rang D basique. Si vous voulez vous lancer dans celle de rang C vous devrez impérativement réussir celle-là et apprendre, entre temps, au moins une technique qui pourrait éventuellement vous servir dans la mission de rang C. Pour information, cette mission sera basée sur une recherche. Recherche qui nous conduira hors du village. Si vous avez la moindre question à me poser sur ces missions ou sur tout autre chose, n’hésitez pas, c’est le moment.

En attendant les éventuelles questions de ses protégés, Sho ramena ses mains dans les poches situées à l’avant de sa longue veste en fixant attentivement les trois genins à tour de rôle.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Dim 8 Mar - 19:32

Apparemment l'homme qui allait être son supérieur n'était pas disposé à se livrer en quelques mots. Ce qui valait mieux en fait. Ceux qui voulaient se présenter en un simple discours avaient la prétention de se connaître eux-même. Ce n'était pas tout à fait le cas de Sho. Kotaro ferma les yeux. De toute façons, il réussirait bien assez tôt à le comprendre. Il rouvrit les yeux quand le chuunin lui lança le rouleau de mission et l'attrapa au vol.

Compris.

Toute autre parole était inutile. Il avait reçu un ordre, il devait l'accomplir. Il savait très bien qu'il n'allait pas pouvoir refuser la mission, et de toute façons il n'en voyait pas l'intérêt. Son idéal avait beau d'être libre dans toutes ses décision, il n'était pas stupide. Il fallait au moins qu'il prenne du galon. Il fit sauter le cachet de cire, et déplia l'ordre de mission. Il le parcourut en silence pendant quelques secondes et leva les yeux vers Mit', qui était à présent son nouveau partenaire.

Bon, pour résumer tes parents on du boulot pour nous Mit. Une livraison à assurer apparemment. On se rend à leur restau, ils nous donneront les détails en temps voulu. Ayu, tu nous suis?


Il partit directement sans attendre la réponse de qui que ce soit. Les rues de Kumo étaient bien moins peuplées à présent. En une dizaine de minutes, toute la population avait atteint sa destination, si ce n'est quelques traînards ou encore quelques amoureux qui avaient tout leur temps, marchant dans les rues l'air absent. Le restaurant était moins éloigné que prévu, il n'eurent à marcher que pendant quelques minutes. Le restaurant était imposant, on pouvait dire que les parents de Mit' n'avaient pas du avoir de problèmes pour élever leur fils hypersomniaque. Kotaro s'arrêta devant la porte de service, et se tourna vers Mit'.

Vaut mieux que tu entres en premier, c'est toi le fiston après tout.

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Mar 10 Mar - 20:42

[HRP : Suite ici pour pas engorger ce topic : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ]

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Jeu 12 Mar - 1:09

Se perdre dans ses pensées. S’emmêler autour des songes, pétrifié par la beauté de l’imaginaire. Et comment avancer ? Le monde réel est si laid, comme une glue boueuse qui vous retient au sol.

Des ailes, voila ce qu’il manquait vraiment à l’homme. Ayu se plongeait dans les aqueuses déliquescences du mirage pour s’envoler.

Du bout de ses doigts la jeune femme bouclait les fourches de ses mèches. Regardant un à un ses trois comparses elle les écouta et pouffa doucement. Dans leur petite tête, ils s’imaginaient déjà combien l’extravagance de sa petite personne pouvait leur nuire. Ou pouvait leur être agréable. Jouer avec son fin visage et ses excitantes jambes était jouissif. A la manière dont les hommes la regardaient, Ayu avait souvent conçu toute sorte de plan plus ou moins machiavéliques qui lui permettait de posséder ce qu’elle désirait plus que tout.

Une fois acquis, elle le jetait pour l’oublier.

Toujours assise contre son petit mur aux côtés du grand bonhomme qui leur faisait un cour magistral, elle écoutait à peine. Les nuages étaient d’une beauté étincelante aujourd’hui, leur gris se façonnaient dans de cotonneuses formes, parfois chats, parfois ours, parfois rien. Mais tout es toujours agencé de telle manière qu’ils sont agréables à regarder. Dodu comme un gars enfant, un nourrisson qu’on a envie de dorloter. Ayu n’aurait jamais d’enfant.

Il lui faudrait rester avec le père.

Parfois Siji s’inquiétait vraiment de sa petite protégée. Ayu était une prodigieuse manipuleuse de la foudre, mais elle restait une jeune fille immature et bercée par toute sorte de croyance, dans un monde cruel et sans scrupules. Sa beauté l’avait toujours aidée, mais un jour, elle se ferait embarquée dans un sal coup, et ce jour-là Siji était presque certains que plus jamais il ne la retrouverait. Il le redoutait comme sa mort. Presque plus même, c’était sûrement pour cela que Siji ne vivait pas.

Ayu était parfaitement conscience que sa seule famille était là-bas, dans un orphelinat un peu glauque, et dans cet appartement. Celui qu’elle prenait toujours pour un petit ami était plus un frère mais jamais elle ne le remercierait assez. Elle était certaine qu’elle l’emmerdait beaucoup, qu’elle lui causait beaucoup de soucis et que Siji lui, ne vivait plus autant qu’il avait vécu avant. Elle ne savait pas vraiment comment avait pu être son enfance, en fait elle ne lui avait jamais posé la question. Mais reconnaître en chacun d’eux une nouvelle source d’imagination, c’était avancer. Siji avait légué sa vie à la jeune femme. Ce n’était pas facile.

Mais elle s’en sortait.

La genin pointa le bout de son nez vers Kotaro et sourit finement, un plissement rempli de malice. Une malice perverse.

[Ayu] - Désolé, moi ça m’intéresse pas mon chou. Je te laisse les frasques menuets Poireau.

L’envie de l’appeler Poireau. Ca sonnait plutôt bien, et ça cachait la vilaine consonance de son Kotaro. Oui, Poireau c’était pas mal.

La jeune fille se releva et s’étira vaguement ne délaissant le plafond nuageux du regard. Au dessus de ces noueux mélanges de vapeur et de tristesse, il y avait un ciel bleu, tout bleu. Et pour la première fois, Ayu s’éprit à espérer le voir un jour. Que le soleil éclate sur sa peau fine peau blanche, qu’il ravisse de ses rayons toute la clarté du monde.

Longtemps Siji s’était demandé si sa lunatique protégée ne souffrait pas d’une bipolarité qui ferait d’elle, une ravissante personne le jour et une désespérante jeune fille le soir. Les cieux tombaient et Ayu reprenaient conscience de ce que vivre sur ce monde signifiait vraiment. A l’intérieur de ses mains elle dévisageait les plis de sa peau, et peu à peu le courant électrique s’y métamorphose comme une petite bulle argentée. C’était si beau. Ayu décrocha ses yeux des hauteurs et vint les posées sur les excentriques couleurs que le Chuunin arborait.

[Ayu] - J’aime beaucoup votre jaune.

Elle partait. Les deux mains dans ses poches, elle ne dit rien de plus, rien de moins que ça. Le jaune du poussin qui éclorait, regardant le monde de son œil nouveau. L’air est plus chaud dans sa petite coquille, mais il est trop douillet. Malgré ses grands airs de dures à cuire coucounée, Ayu se posait toujours la même question.

Qu’est-ce que cela fait d’être tranquille ? Quelques minutes seulement, pour ça, elle donnerait beaucoup.

Mais c’était trop dur de ne pas vivre et de se reposer sur la seule protection que pouvait lui offrir quelqu’un ; la stabilité de ses relations était inexistante. Seul Siji survivait dans son cœur, mais il en payait le prix fort.

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Jeu 12 Mar - 16:28

¤,.°o°O Chapitre 7 : Croître et Grandir O°o°.,¤
« La Team 2 »
-4-

Pas la moindre question à l'horizon. L'ordre de mission s'était suffit à lui même pour motiver les genins. Sho nota toutefois soigneusement les réactions de chacun d'eux et en stocka les conclusions dans un coin de son esprit. A voir le tempérament qu'ils traînaient derrière eux, il savait que son rôle de chef d'équipe était mis entre parenthèse en attendant la prochaine réunion qui selon toute vraisemblance servirait de briefing pour la mission de rang C. L'heure était donc venue pour la Team 2 de se séparer. Chacun de ses membres avait une tâche à accomplir et tant qu'il n'en serait pas fait selon les ordres, ils ne se retrouveraient pas. Bien évidemment, Sho avait déjà tout prévu. Ayu, Fuuma et Mitsunari ne resteraient pas sans surveillance durant ce laps de temps. Il les examinerait sans qu'ils le sachent. Il voulait connaître les moindres variations de leur comportement mais surtout voir comment ils pouvaient se débrouiller seul à seul. Après tout, les lancer sur une mission de rang C méritait bien de se donner toute cette peine.

Lorsque les trois s'eurent enfin mis d'accord, Sho leur souhaita bon courage avant de les regarder partir sans un mot. Ayu fut la dernière à s'en aller. Comme à son habitude, elle ne manqua pas d'étonner par ses petites mimiques amusantes et attachantes en soit. Sho la salua également d'un hochement de tête puis il la regarda s'éloigner en se demandant s'il y avait un sens caché derrière la phrase qu'elle avait prononcé avant de partir. Les secondes qui suivirent ne l'aidèrent guère à déchiffrer ce code qui n'en était peut-être tout simplement pas un. A défaut de trouver quoi que ce soit de concret, l'eisei-nin plongea une main sous sa veste et en sortit son exemplaire de l'État du corps et de l'esprit afin de continuer la lecture qu'il avait débuté avant la réunion.

... si les facultés du corps sont à même de se bonifier avec le temps et l'entraînement, et les cellules de se régénérer et de se renforcer, l'organisme n'en reste pas moins affaiblit par cette succession de bouleversements métaboliques et chimiques. Il est donc nécessaire de recourir à des méthodes préventives pour soulager le corps et ainsi mieux le préparer aux chocs provoqués par ces changements majeurs.

Un procédé médical récemment découvert contrecarrerait ces changements : le Wakagaeri ...

Le Wakagaeri ... nul doute, il avait déjà entendu ce nom quelque part. Prit par sa lecture, Sho retourna s'assoire sur le petit muret où se trouvaient encore ses trois genins il y a quelques instants. De nouveau le décor s'effrita autour de lui, ses yeux ne s'intéressant plus qu'aux paragraphes de son livre.

... le Wakagaeri, également appelé rajeunissement par ses pères, lutte efficacement contre le vieillissement accéléré des cellules. Fruit d'une recherche poussée, cette technique fait office d'anti-oxydant extrêmement puissant dans la mécanique de l'organisme humain. L'utiliser demande toutefois quelques connaissances au préalable ...

· ? · Alors, comment s'est déroulée cette première réunion ?

Cette voix. Sho fronça légèrement les sourcils avant d'élever son regard par-dessus son livre. Des yeux perçant d'une couleur bleu glace, des cheveux blonds coupés au carré plongeant, un sourire toujours radieux, cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait plus vu ... Setsuko Oïshi, la fille avec qui il avait partagé le plus grand nombre d'heures en cours de médecine. Celle qu'il avait affrontée dans un combat purement amical et qu'il n'avait plus croisé après cela. Le destin faisait qu'elle était pourtant bien là en cette journée ensoleillée. Un sourire heureux se dessina sur ses lèvres, un sourire presque identique à celui qu'arborait la jeune femme. Il referma ensuite son ouvrage d'un seul claquement puis il se leva pour ne pas paraître impoli.

· SHO · Setsuko, ça fait si longtemps !

La jeune femme laissa échapper un petite rire puis elle se jeta contre lui pour l'enlacer. Pris au dépourvu, Sho resta figé dans une position de surprise évidente le temps que dura ce câlin qui n'empruntait aucun autre trait que celui d'une belle amitié. En se décollant de lui, Setsuko se mit à rire de nouveau en voyant la tête qu'il faisait.

· SETSUKO · Tu ne changera jamais ! Tu es toujours aussi surpris par ce genre de rapprochement.

Sho retrouva une expression tout à fait normale puis il se laissa emporter par le rire de son amie et le partagea à son tour.

· SHO · Je m'y ferai certainement un jour.

Setsuko acquiesça et se rapprocha de nouveau pour enrouler son bras autour du sien. Tous deux s'installèrent sur le muret et la conversation reprit un cours normal.

· SETSUKO · On m'a dit que tu avais fait bonne figure au tournoi chuunin ! Je veux tout savoir, raconte-moi tout ce qui s'est passé là-bas !

· SHO · Et bien, Konoha est un village très intéressant. Les gens y sont plutôt sympathiques même si à l'arrivée il y régnait une ambiance peu commune. J'y ai rencontré des shinobis très intéressants venus des quatre coins du monde, Kiri, Konoha, Suna. Le tournoi a commencé par une première épreuve en équipe durant laquelle nous nous sommes enfoncés dans la forêt interne du village pour y trouver un code en concurrence avec une autre équipe partie plus tôt. L'équipe dans laquelle je me suis retrouvé a gagné cette épreuve ce qui nous a donné un avantage au tirage de la seconde épreuve, celle des duels. Je me suis retrouvé face à une kiréenne spécialiste du genjutsu. Le combat a été difficile mais j'ai réussi à épuiser ses réserves de chakra sans trop abaisser les miennes. Puis, il y a eu l'attaque ...

A la prononciation de cette dernière phrase, le ton de Sho avait légèrement décru et ses yeux s'étaient perdus quelque part entre lui et le sol. Setsuko avait immédiatement réalisé son malaise et s'était empressé de lui caresser le bras en lui murmurant quelques mots.

· SETSUKO · J'ai appris ce qui s'est passé. C'est terrible ...

Un silence gênant s'installa entre les deux amis. Sho ne pouvait s'empêcher de revoir ces images dans sa tête et d'entendre ces cris de terreur. Il revoyait la crainte dans certains regards. Il revoyait les épaisses colonnes de fumée qui s'élevaient au loin. Il revoyait la tombe de Sabi. Un très léger soupire s'échappa de ses fines lèvres. Un soupire qui exprimait bien toute l'impuissance qu'il avait pu ressentir au cours de ce tragique évènement.

· SETSUKO · N'en parlons plus. Il faut tourner le page Sho.

· SHO · Tu as raison.

· SETSUKO · Aller viens, je t'invite au Chien Fou ! On y discutera de cette petite réunion avec l'équipe dont tu as la charge et puis au détour, je t'aiderai à perfectionner ton Wakagaeri, ça fait longtemps que cette technique n'a plus de secret pour moi.

Après quoi, les deux amis se levèrent et quittèrent le parc côte à côte comme au bon vieux temps.

[ FIN ]

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   Jeu 12 Mar - 16:48

Beau boulot tout le monde, c'était sympa thumright

Ayu ( as Iki ) : +36 XP
Kotaro : +15 XP
Mitsunari : +6 XP
Sho : +45 XP - Technique validée
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [TEAM 2] Le début des Festivités   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Prospect & Farm team NYI
» Sortez vos chapeaux de fêtes et vos divers accessoires de festivités.
» Les "Team Trophée" à Neerpelt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-