Partagez | 
 

 [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

MessageSujet: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Mer 4 Mar - 20:15

Rappel du premier message :

Tristesse et larmes : La mort d'un ami.


Des pas retentirent dans le couloir. La pièce était sombre, l’air un peu lourd. On sentait que l’endroit était fermé depuis plus d’une journée. Dehors, le soleil n’arrivait pas à percer l’épaisse couche de nuages, laissant une fraîcheur, atypique pour la saison, s’installer dans l’atmosphère. Un climat à l’opposé de l’étouffante masse qui imprégnait la chambre. Les pas s’arrêtèrent, puis dans un bruit de doux frottement, un filet de lumière vint briser l’homogénéité de l’espace.

[Suzu] – Onee-sama ?

La voix cristalline rebondit entre tous les murs sans trouver de réponse. Dans l’entrouverture, un œil scrutait sans oser aller trop loin. Dans la pièce, l’inertie était à la plus haute intensité. Dans ce gris profond se découpaient néanmoins la chevelure noire et les habits virés au pourpre de Taka. Assise face à la fenêtre, elle aurait plus fait spectre hantant les lieux qu’une réelle personne.

[Suzu] – Onee-sama ?

La porte coulissa un peu plus pour que la lumière vienne agresser la peau et la tenue de l’adolescente. Elle ne répondait toujours pas, semblant totalement ailleurs, la tête baissée et les mains sur les cuisses. Derrière elle, la petite avança un pied avec prudence, comme si elle risquait sa vie, pour s’approcher un peu plus, toujours un peu plus. Elle s’arrêta après deux mouvements sans cesser de fixer sa grande sœur.

[Suzu] – On…

[Taka] Qu’y a t-il Suzu ?

L’enfant passa les main dans son dos, baissant à son tour la tête pour regarder ses pied tout en croisant une jambe derrière l’autre. Elle ne se lança pas immédiatement, chose qui s’avérait rare. D’ailleurs, elle était loin de déborder d’entrain comme à son habitude. Au lieu de ça, elle exécutait même les moindres actions précautionneusement, dans ne jamais remuer tout son environnement.

[Suzu] – Ca fait trois jours que tu restes dans ta chambre… D’habitude, même s’il pleut tu t’occupes, tu lis et tu joues avec moi. S’il y a…

[Taka] – Oui. Il y a… Il y a que depuis trois jours j’ai un mauvais pressentiment.

[Suzu] – Père et mère le savent ?

[Taka] – Ils doivent s’en douter… Comme tu dois le ressentir aussi.

L’enfant s’approcha encore un peu plus. Puis vint s’asseoir à côté de son aînée. C’est à ce moment là qu’elle remarqua que Taka n’avait pas simplement les main sur les cuisses, mais tenait en fait une photo où deux personnes se tenait l’une à côté de l’autre. Sur la droite de l’image, une jeune fille, l’air mi-sérieux mi-songeur, habillée légèrement avec un livre à la main et un bandeau rouge dans une chevelure courte et sombre. Sur son épaule droite était posé un coude appartenant à un jeune homme à l’air plaisantin dont le regard bleu pâle, très pâle, aussi clair que la peau de sa camarade, laissait naître une impression de joie.

Semblant opposés en tout point, elle petite lui grand, une brune et un blond, ces deux là avait la mine fort fraîche. Il avait le pouce en l’air et elle les yeux vers le bas. Et aujourd’hui encore, ses yeux noires regardaient vers le sol.

[Suzu] – Oroken-san…

[Taka] – Il n’est toujours pas sorti de l’hôpital. Je me demande ce qui…

Dehors, le son des cloches retentit pour venir faire vibrer les carreaux de la fenêtre. Taka leva les yeux pour les plonger dans cette mer grise de nuages menaçants. Une seconde passa avant que ses yeux ne s’écarquillent malgré elle. Sans vraiment s’en rendre compte, elle jeta le petit cadre et fonça à travers tout la maison. Elle déboula dans l’entrée où ses chaussures joignirent des pieds à une vitesse folle puis sortit dans le quartier. A peine le pied dehors elle bouscula vigoureusement la personne qui se trouvait devant l’entrée.

[Nobuo] – Taka !

Mais elle s’éloigna sans répondre…

A cet instant et pendant cette course follement désespérée, la seule goutte qui toucha le sol fut une larme dont le poids avait dépassé celui d'une perle au coin de l'oeil.

[Suite au Cimetière]



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Mer 8 Avr - 21:33, édité 2 fois

AuteurMessage
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Lun 7 Juin - 18:44

L'ambiance était bonne enfant, les convives mangeaient à leur rythme tout en discutant de tout et de rien. Le petit échange entre Taka et Hakai c'était terminé sur une impasse. Pour l'heure, la seul option qu'ils avaient été d'attendre le rétablissement de l'Uchiha. Ce qu'il ne devrait pas trop trainer... Il l'espérait de tout son être. Cela faisait des mois qu'il attendait de partir en mission avec son amie. Il lui avait promit tant de chose qu'il n'était plus sur lui même de s'en souvenir. Mais qu'importe, faire découvrir le pays du feu comme jamais était son choix et il s'appliquerait à sa tache.

Le dessert arriva rapidement, peu être même trop vite. Cela faisait pas mal de temps qu'Hakai n'avait passé un moment si conviviale autour d'une table. A la demeure de Sakechi, tout devait se passer vite pour retourner à l'entrainement. Seul l'objectif de faire parti de l'élite contait et rien ne devait venir ce mettre ne travers. L'homme supportait les petits moment de détente d'Hakai mais sa tolérance avait des limites. Un jour ou l'autre, le genin savait que le bien vaillant Sakechi deviendrait un maitre de la manipulation et qu'il utiliserait ses troupes pour ses propres besoin. Il s'efforçait de faire découvrir tout ce don l'Uchiha avait besoin comme s'il voulait de mouler à sa guise. Mais l'homme n'était pas une marionnette qu'on guidait à sa guise. Il n'était pas comme Kenji, le sang du renard coulait dans ses veines tout autant que celui des Uchiha. Jamais il ne se ferait contrôler par autrui. Voici l'une des raisons pour la quelle il s'émancipait du cygne. Uchiha libre, il pouvait à présent travailler aussi bien pour le Tigre que pour tout autre domaine. Mais avant tout il travaillerait pour lui même et dans un coin de sa tête, pour Taka.

Avant même de pouvoir remuer le petit orteil, la table était débarrassé en un rien de temps par les deux filles. La maitresse de maison fit comprendre à Hakai qu'il n'aurait jamais rien à faire ici... Chose qu'il se refusait... Il n'était pas ici pour se faire bercer. S'il devait occupé un espace autant que cela soit utile pour la maison. Regardant tout ce petit manège d'un œil admiratif, l'Uchiha se garda tout commentaire même si un petit « Vous êtes incroyable les filles » voulait sortir. A son age, l'homme arrivait encore à être étonné par des petits moment simple de la vie commune.

Une nouvelle fois, il assista à une discutions entre sœur dont maintenant, il était le centre de la discution. Jouer en soit ne lui posait pas vraiment de problème, Hakai trouva sur le coup Taka u n peu trop ferme. Mais il savait pertinemment qu'elle faisait cela pour son bien. Et puis s'il elle avait un entrainement tôt demain... Il valait mieux en rester la pour aujourd'hui. Cette journée avait tout de même était riche en événement. L'homme s'engueulant avec Sakchi, se faisant attaquer et maintenant qui vivait chez Taka... Il ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise journée en faite. Une chose était sur, quelque chose allait changer dans sa vie à partir d'aujourd'hui.

Suzu, probablement déçu se dirigea vers sa chambre. Hakai regarda Taka quelque instant avant de décidé qu'il était également l'heure de retourner au lit. Il vit le balai de la jeune femme, les bras chargé de vêtement se diriger vers la salle de bain. Il pouvait ensuite entendre le bruit de l'eau couler sur la paroi métallique de la baignoire. Il referma la porte et se retrouva une nouvelle fois dans la pénombre.

Il n'y avait pas grand chose à dire. Le genin avait déjà dormit de longue heure, le sommeil ne venait tout simplement pas. Il s'était surprit à rire lorsque le combat d'à côté c'était déclenché pour une raison qu'il ignorait. Des bruits sourds, signe d'un remplissage, venaient indiquer le type d'arme qu'était utilisé. Et puis... Quelque minute plus tard, le silence était revenu dans la chambre. Hakai quand à lui n'avait toujours pas bougé. Sur le dos, les bras en dessous de la tête, il fixait inlassablement le plafond.

Le temps de dormir était venu. L'homme se pencha sur son côté droit d'un coup de bassin. Voyant à présent la petite table de chevet, son regard se baladait d'un objet à un autre. Passant sur un rocher ou le signe de la feuille y était parfaitement sculté. Venait ensuite un collier qu'Hakai n'avait jamais vu autour du coup de la jeune femme. Vint au centre de tout cela l'Azalée. Cette fleur de bois qu'Hakai avait mit tout son cœur pour la finir. Et pour finir une photo qui à première vu n'avait choqué l'homme. Mais à présent que son regard pouvait rester figée un peu plus que trois secondes , il reconnaissait facilement l'une des deux personnes. Un homme et une femme, Taka et... Oroken probablement. L'Uchiha n'avait vu aucune autre photo que celle ci. Probablement la gardait telle en mémoire de son ami mort au combat. Une mort honorable. Mais si cette personne était encore vivante, tout serait différent à l'heure d'aujourd'hui. Cet amour que lui avait porté, ou lui portait Taka était interdit... Si les morts existaient bel et bien, Hakai prierait ce soir pour que cet Oroken aide Taka à passer tout simplement la page.

Tout cela ne faisait que tourmenter un peu plus le genin. D'un pas léger, il ouvrit la porte et se dirigea dans les ténèbres vers la cuisine. Ne connaissant pas encore suffisamment la demeure, il se cogna contre quelque meuble et mur. Mais finalement il arriva devant l'évier de la cuisine. Il tourna le robinet et l'eau s'écoula dans un petit vacarme. Il but une ou deux gorgée et se rinça le visage. La nuit allait être dure.

***

Le petit matin et pourtant l'Uchiha était déjà debout. N'ayant pas réussit à s'endormit, il s'était abandonné à la lecture. Ayant commence le premier volume d'une longue série de roman d'amour, l'homme s'y était laissé tombé. Il ne dormit que quelque heure mais cela était amplement suffisant pour afficher une mine radieuse. Debout avant tout le monde, il avait prit son temps pour se laver au lavabo. Son bandage n'aurait supporté l'eau d'un bain et il ne tenait pas spécialement à en refaire un. Il prépara ensuite tant bien que mal à petit déjeuner. Ne sachant pas vraiment ce que manger cette famille, il tartina quelque tartine de beurre et nutella. Il versa un verre de jus de fruit par personne et prépara un peu de café. Tout cela étant fait, il sorti de la demeure, direction cette arbre. Le temps étant clément, il voulait continuer à lire la suite de cette romance tranquilement perché, c'est que le choix entre Kim et Laïla était important!!! Kim était une fille assez sage avec laquel on pouvait facilement prévoir l'avenir d'un couple tandis que Laïla était un tout autre style de femme. D'une plastique parfaite, elle n'hésitait pas à allez voir ailleurs quand bon lui semblait mais elle représentait le premier amour de Noya.

L'homme, perchait en haut d'une branche, à l'abri du soleil qui pointait peu à peu son nez, n'hésitait pas à commenter tout au l'histoire.

[Hakai] « Mais quel imbécile ce type! Choisi Kim, elle est adorable et tu pourras former une famille avec elle. L'autre n'est qu'une pimbêche... »

Les yeux de l'homme était brillant. Absorbé par ce roman qui était généralement réservé au femme, il s'était laissé séduire par le mystère, le romantisme et l'action par moment qui avait lieu dans l'histoire. Une sorte de Ken et Barbie en plus extra et un peu plus hard aussi... C'est que ce bouquin était réservé à un publique de quatorze ans minimum contrairement à la Barbie destiné au petite fille . Tournant les pages rapidement, l'Uchiha se rendit compte qu'il n'était arrivé qu'à la moitié du live qui comptait trois cent cinquante et une page exactement. Enfin... lire la moitié d'un bouquin pareille en une nuit... fallait le faire tout de même.

Il fallait dire que la lecture, ça connaissait le genin. Cela était la seul distraction qu'il avait dans les roulottes pendant les trajets de la compagnie des renards. C'était également à ce moment qu'il avait apprit à lire. Toute son éducation avait été faite avec la compagnie, c'était sans doute pourquoi il paraissait simpliste par moment. Finalement, il se décida. D'un mouvement sec de la main, il referma le livre et le glissa dans la large poche de son manteau. Il sauta de cette épaisse branche d'arbre et atterri sur le sol. L'homme tapota son autre poche comme pour vérifier si l'objet se trouvait bien à sa place.

[Hakai] « C'est pas tout ça, mais j'ai du lèche vitrine à faire moi. »

Posant une main sur la barricade, il s'en servit pour se propulser et valdinguer par dessus le long mur de bois. Les mains dans les poches, il sifflotait dans les rues, profitant de sa seul présence. Les magasins n'était même pas encore ouvert aujourd'hui, il était fort possible qu'il devrait attendre l'heure d'ouverture mais qu'importe, le principal était qu'il arrive avant que Taka ne se fasse du soucis. Lui qui avait dit la veille d'éviter de quitter le domaine, le voici déjà à l'extérieur. Curieusement calme, l'homme savait que le jeu de cette Paï ne reprendrait pas avant quelque jour si ce n'est quelque mois. Il lui avait mit une sacré frousse en achevant son dernier chien chien devant ses yeux alors que celle ci le supplié de relâcher prise. Sur le coup, il avait presque ressentit du plaisir de ce savoir maitre d'une vie. Dans sa posture, il aurait été facile de briser la nuque de Kemono. L'aurait il fait dans d'autre circonstance? Seul, en dehors du village, peu être bien. Cela aurait mit fin à une traque insensé. Mais l'Uchiha allait y remédier. Pour l'heure, il venait de quitter le domaine du cygne, il n'aurait aucun mal à obtenir le courage nécessaire d'aller chercher Kemono dans son domaine si celui ci persistait.

Et le voici dans la voie principal du quartier commercial. Les vendeurs commençaient tout doucement à mettre les marchandises en rayon tout en aillant laissé les grilles en métal fermé. L'homme regardait tout cela d'un peu prêt attirant l'attention de certain vendeur au passage. Peu être était il prit pour un voleur? S'ils connaissaient le passé d'Hakai... Ils le chasseraient illico presto. Heureusement il avait son badge à présent, ce précieux bandeaux qui trônait fièrement à sa ceinture. Ne trouvant rien à son gouts dans les premières boutique, il continua son chemin avant de tomber sur un magasin.

« Y a tout chez Rumba! »

L'homme eu un fou rire en voyant cette enseigne plus qu'ignoble. Mais au moins, le commerçant avait le mérite d'être déjà ouvert à cette heure. Pour passer le temps l'Uchiha décida de rapidement y jeter un coup d'œil.

La petite clochette résonna lorsque la porte s'ouvrit. Contrairement à ce que s'attendait l'Uchiha, le magasin ne ressemblait en rien à un vric à vrac ou tous les déchets jetaient par la populace était mis en vente. Il y avait de tout, couteau de combat, pilule de santé (probablement détourné de l'hôpital), et au fond une superbe veste. L'homme alla à sa rencontre tel un motard qui retrouvé sa bécane après un hiver rude. Examinant attentivement cette veste, il toucha tout d'abord la manche, remarquant que sous la première couche de cuir et la seconde de tissu se trouvait une plaque de métal. Cette veste était donc destiné au shinobi. Dans son dos, sans même que l'Uchiha s'en aperçoive, le vendeur était déjà présent, attendant son moment pour rentrer sur scène.

[Vendeur] « Besoin d'une armure solide? »

[Hakai] « Pas vraiment... »

[Vendeur] « Alors c'est pour la pratique de sport extréme? »

[Hakai] «Non plus. »

Le vendeur fut surprit de la réponde du jeune homme. Il voyait bien que celui ci était empli du désir de s'acquérir cette veste de combat mais pourtant, tous les emploies pour lesquelles elle avait été conçu ne l'interresse.

[Vendeur] « Excusez moi jeune homme... Mais vous voulez vraiment cette veste? »

[Hakai] « Oui, je la veux. Combien? »

[Vendeur] « Seulement cent piécette. »

Affaire conclu. L'homme partait donc sachet à la main avec sa nouvelle veste. Ce n'est pas que son long manteau lui déplaisait, mais le temps n'était pas vraiment à ce couvrir de sorte et de plus, cette veste permettrait de dissimuler ses blessures, un point faible de moins.

Alors que l'homme s'appétait à quitter le quartier commercial pour retourner à la demeure Uchiha, il vit une vitrine de parie de lunette de soleil. Il fallait dire qu'à Konoha, c'était logiquement l'objet dont tout le monde avait besoin. Il flasha littéralement sur une paire.

[Hakai] « La classe... »

En deux trois mouvements, il ressortait du magasin, les lunettes verni noir sur le bout du nez. Il se prit très mal au sérieux les premières minutes mais plus il se rapprochait de la demeure et plus son ardeur se calmait. Finalement, les lunettes était retourné dans sa boite.

Pénétrant dans la demeure, il marchait vite, très vite. Les trois femmes étaient à table. L'homme leur fit bonjour au passage sans trop regarder ce qu'il se passait. Posant le pied dans la salle de bain, il ferma la porte derrière lui. Il s'était déjà lavé, alors il s'empressa de se déshabillé. Trente secondes... c'est le temps qu'il mit pour se retrouver en caleçon chaussette. Il regardait d'un œil attentif la couleur de ses vêtements qu'il avait regroupé par tri devant lui. Le bas resterait noir quoi qu'il arrive pour suivre avec la veste. Mais il hésitait surtout sur la couleur du maillot. Il enfila tout d'abord le noir. Trop sombre, il manquait un peu de couleur à tout cela. Son dévolu se tourna donc vers le rouge qui siérait à merveille avec son sharingan. La petite touche final, sortant de son sac l'ustensile, l'homme rasa le petit bouc qu'il avait laissé pousser. Il lava la salle de bain de fond en comble pour ne laisser aucune trace de son passage pour les filles qui allaient y passer derrière lui. Il ouvrit la prote et se dirigea vers sa chambre pour remettre ses affaires en place.

Une fois la chambre remit au neuf, il sorit vers la salle a manger ou le petit déjeuner suivait son court. Il s'assit à sa place de la veille prêt de Taka et s'empara d'une tartine. Il arracha le premier bout de pain et déglutit le tout.

[Hakai] « C'est une belle journée qui commence. En plus j'ai découvert se bouqin... Bon c'est pas ce que je lis d'habitude mais c'est pas mal. »

Il posa le roman d'amour sur la table, les prochaines pages n'attendaient que d'être lu.

MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Mar 8 Juin - 13:28

[Bon c'est vide hein... rien à dire quoi.]

C'était l'aurore. Le ciel bleu nuit tacheté d'étoiles entamait son doux et progressif rosissement. Dans l'air, les premiers rayons de tiédeur venaient caresser la peau et réveiller le chant des oiseaux. C'est de cette façon que Taka ouvrit les yeux; trop brusquement pour le lambinant cours du temps. Elle se retourna pour pointer son regard encore endormi et pourtant grand ouvert vers la fenêtre, semblant soudain rassurée de voir que le jour ne s'était pas encore levé. Elle s'apprêtait à refermer les yeux lorsqu'elle se rappela que tout le monde n'aurait pas la chance de pouvoir en faire autant. Sa main rampa alors sous les draps pour s'en aller toucher le bas du dos de sa sœur. Un grommellement s'éleva de la petite qui écarta d'un geste convaincu les doigts de son aînée insistante.

Taka –
Oh... C'est l'heure. Lève toi.

Râleuse, la petite tourna sur elle même pour, à son tour, regarder au travers de la vitre espérant que Taka avait tort. Pourtant... non. Avec deception, elle dut de résigner à quitter leur couche chaude pour se diriger vers son armoire puis gagner la salle de bain. Lorsqu'elle arriva dans la pièce en question, elle effectua un bref arrêt devant le miroir, décollant une bonne fois ses yeux puis elle se retourna pour accéder à la baignoire. Son mouvement se stoppa net... le temps qu'elle détaille un peu les lieux. Cet endroit avait été fraîchement nettoyé, mais pas selon les méthodes de la maison. La question n'était pas le résultat, mais le pourquoi. Elle quitta la salle de bain pour prendre la direction de la chambre de Hakai. Doucement, l'adolescente ouvrit la porte et jeta un oeil. Personne... Ni une ni deux, la gamine se rendit dans sa chambre.

Suzu –
Il est pas dans la maison...

Taka se retourna brusquement devant cette entrée, puis elle réfléchit une seconde. Partie pour râler à son tour, elle décida de se lever calmement. La jeune femme attrapa ce kimono qu'elle utilisait lorsqu'elle passait du temps à la maison dès son réveil. L'habit était satiné, de couleur noire aux bords blancs et fait dans une étoffe de tissu dont la qualité était indiscutable même à première vue. Une fois les épaules couvertes, la jeune femme quitta la chambre à son tour tandis que la plus jeune retournait se laver. Taka s'approcha de la porte d'entrée qu'elle fit coulisser silencieusement tout en détaillant un instant la table mise, puis elle posa son pied nu sur le porche de bois. Elle ferma les yeux un instant, appréciant la bise d'un matin sur le village, chose simple dont elle avait oublié de profiter ces derniers temps. Toujours les paupières closes, elle fit un ou deux pas en humant les senteurs d'une tiède matinée pour finalement poser descendre de la marche de bois pour poser les pieds dans le gazon humide. Au dessus d'elle, le ciel continuait de s'embraser inéluctablement. La jeune femme leva les yeux – car elle les avait posés au même endroit que ses pieds – et entama une fouille minutieuse du terrain.

Ses pupilles firent le tour du jardin qui s'éveillait, sans pour autant tomber sur la silhouette du jeune homme. Haussant les épaules, elle décida de rentrer, se faisant une raison. Finalement, elle ne s'en étonnait guère. Elle savait Hakai trop indépendant pour pouvoir résister à une sortie; elle savait que si elle se montrait parfois inflexible, c'était uniquement pour qu'il n'ait pas de problèmes supplémentaires. Cependant, elle savait aussi qu'elle ne pouvait rien contre la nature des gens, aussi passerait-elle d'avance sur la plupart des agissements du garçon tant qu'ils n'étaient pas déraisonnables. Elle passa l'accès à la maison puis examina de plus près cette table. Il y avait là de quoi satisfaire d'un bon petit déjeuner. Sans attendre, elle se dirigea vers la cuisine pour mettre de l'eau à chauffer. Derrière elle, elle entendit une porte s'ouvrir, sûrement sa mère qui se levait à son tour. La dame gagna elle aussi la cuisine, étudiant tout comme ça fille cette table dressée. Elle passa derrière Taka commençant par la saluer.

Hatsue –
C'est Hakai-kun qui a mis la table? Dit-elle en souriant.

Taka –
Je pense... Il a du aller faire une balade matinale. Ca me surprend pas plus que ça

Hatsue – Je vois ça. Elle attrapa du sucre et se dirigea vers la table, une impression étrange impression l'occupant qu'elle partageait avec sa fille sans même le savoir.

Quelques instants plus tard, Taka joignait aussi la table, talonnée par Suzu qui quittait la salle de bain. Les trois femmes s'installèrent comme à l'accoutumée, dégustant les petites préparations faites par le Genin. Les discussions commençaient déjà autour de la table. On sembla échanger ses impressions sur cette première nuit qui s'était notablement bien déroulée. Pour dire vrai, peut-être était-ce une question de nombre d'habitant, il semblait à la maîtresse de maison et sa fille aînée que tout s'était toujours déroulé ainsi. Suzu, elle, se contentait d'engloutir son repas sans se poser de question. Cependant elle fut coupée par une entrée vive dans la maison. Les trois têtes se tournèrent pour regarder passer une ogive. Elles n'avaient eu le temps que de le voir entrer puis passer dans la salle de bain. Un peu étonnées, elles se regardèrent ensuite pendant une seconde avant que chacune ne prenne une gorgée de son bol. Les hypothèses d'une aussi brève apparition mirent peu de temps à fuser dans tous les sens tandis qu'on riait d'éventuels problèmes gastriques. Finalement, après quelques dizaines de secondes, il ressortit de la salle de bain direction la chambre tout aussi rapidement. Malgré ce, Taka avait eu le temps de voir un ou deux petits changements, tout d'abord d'ordre vestimentaires.

Une seconde de silence presque total s'écoula durant laquelle on entendit trifouiller dans ses affaires puis Hakai déboula dans le séjour. Il vint s'installer auprès de Taka, comme lors de la veille, puis attrapa une tartine à pleine main avant de commencer à la dévorer.

Hakai –
C'est une belle journée qui commence.

Taka – Au moins je me dis que tu as passé une bonne nuit. Tout le monde sourit devant un tel enthousiasme.

Hakai – En plus j'ai découvert ce bouquin... Bon c'est pas ce que je lis d'habitude, mais c'est pas mal.

Taka – Elle rit légèrement avant de prendre la parole. Ah! Cette série? Je l'ai lue deux fois. D'ailleurs, c'est celle là que je lisais le jour où on s'est connu. Elle fit un petit aller-retour sur sa tenue. T'es allé faire des courses apparemment. On dirait un Jounin avec cette veste.

Suzu ne put s'empêcher de pouffer de rire. Elle termina son bol et sa tartine puis se leva pour aller laver les affaires qu'elle avait utilisées. Elle revint vers la cuisine quelques instant plus tard.

Suzu –
D'ailleurs, en parlant de Jounin, je pense que Keitaro-sensei doit déjà attendre. Je file, bonne journée! Sur ces mots, elle quitta la demeure, l'air enjouée et prête à en découdre avec l'entrainement. Taka quant à elle, termina son petit déjeuner mais ne bougea pas de sa place.



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun


Dernière édition par Uchiha Taka le Jeu 10 Juin - 14:26, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Mer 9 Juin - 3:30

La tartine se réduisait à vue d'œil après chaque bouché de l'homme. Il regardait d'un air angélique la table, savoir ce don la famille avait raffolé et au contraire, la chose qu'il ne devrait plus jamais proposer. Tout en machant son pain qui était à présent plus une boullit qu'autre chose, il regardait la pochette de ce livre fraichement posé sur la table, essayant de se remémorer les derniers chapitres.

Ou en était il? A oui, au moment ou enfin Noya disait «je t'aime » à Kim mais ou, le soir même, Laïla lui faisait un streep tease avant de passer au chose sérieuse qui n'était bien évidemment pas décrit dans le live. Mais une rumeur disait qu'un livre pégi dix huit était sorti en librairie. Passons...

Le tout fut poussé par un objet non identifié et c'était à présent la chute libre dans se tunnel chaud, humide et sombre. Sans même qu'il s'en rendait compte, tous les regards étaient tourné en sa direction. Il est vrai que la différence avec la veille était frappante. L'homme faisait plus... sérieux, plus sage à présent même si... même si les lunettes venaient toujours mettre un grain de glamour, de liberté voir même de rebelle. Mais cela, c'était la petite touche personnelle d'Hakai qu'il n'avait encore sorti de sa poche. En faite cette veste comprenait de nombreuse poche, idéal pour un chuunin voir même un juunin qui devait sans cesse garder des papiers important sur soit.

La chuunin remarqua la bonne humeur de l'homme et ne manqua pas de le faire remarquer. Mais... Il n'était pas plus heureux que cela. C'était surtout le bouquin qui l'avait aidé à faire le vide dans sa tête. Sans celui ci, il était probable que l'homme soit encore dans le lit à se tourmenter à propose de cette foutu photo et du reste.

Et vint ensuite un bruit que l'homme adorait. En faite c'était plutôt un son. Oui une mélodie si douce que ses oreilles réagissaient à se phénomène. Taka riait... Son regard se posa sur elle et un long sourire éclairait son visage. A cet instant il ne savait pas encore la raison de cette bonne entente mais cela lui remplissait le cœur de joie.

Taka – Ah! Cette série? Je l'ai lue deux fois. D'ailleurs, c'est celle là que je lisais le jour où on s'est connu.

Le premier jour? L'Uchiha s'en souvenait parfaitement. Cependant cela remonté à bien des années déjà. Taka ressemblait un peu plus à Suzu et Hakai... n'était qu'une gosse à peine sorti des jupons de sa mère. Bon ici, ça mère était la rue mais cela revenait un peu. Il découvrait alors un nouveau monde, une nouvelle vie. Il avait eu la chance de tomber sur cette jeune demoiselle à l'époque. Enfin, c'était surtout ses beignets qui étaient tombé au sol...

[Hakai] « Je crois ne plus jamais avoir mangé de beignet depuis... »

Et puis le regard de la kunoichi contemplait ce grand gaillard de haut en bas. Ce n'était pas pour l'inspecter, mais belle et bien pour remarquer les changements.

Taka - T'es allé faire des courses apparemment. On dirait un Jounin avec cette veste.

Suzu pouffa de rire et le genin se regarda. Aucun pli ne semblait s'être dessinait. La jeune fille rigolait simplement par envie. Ce que l'homme ne lui reprochait pas. Il pouvait retrouver un peu de plaisir chez cette fille lorsque sa soeur en manquait un peu. Finalement, Suzu s'en alla prétextant un entrainement. Tous la regardaient partir avant de vaquer une nouvelle fois à leurs occupation. Taka finissait tranquillement de déjeuner tandis que le jeune homme la regardait finir. La tête posé sur la main, il observait tout ce qu'il se passait. Taka qui posait son bol apres en avoir absorbe le contenu, Hatsue qui mangeait tranquillement une tartine. Bref une belle vie donc.

Taka semblait avoir terminé et resta à table comme pour digérer.

[Hakai] « Tu aimes bien? »

Comme si l'homme ressortait du placard se discourt, elle le regarda comme pour vérifier. Puis son visage s'illumina d'une lueur doré. Ce matin était le siens. Taka souriait de bon cœur et tout semblait bien se passer. L'idée de Suzu n'était pas si foireuse finalement...

Taka – Ça te change.

Les sourcils se levérent. Faisait il si différent que cela? Lui il se reconnaissait parfaitement... mais comme on dit, c'est l'avis des gens qui compte. Il répondit par un sourire avant de se saisir du roman. Il se pencha en arrière jusqu'à ce que son dot touche le sol. Il venait déjà de tourner une page mais il n'avait lu aucun caractère.

[Hakai] « Il faut bien que je mûrisse un peu. N'est ce pas? »

Son regard fixait à présent la jeune femme qui était bien au dessus de lui, légèrement décalé. De si bas, il pouvait voir certain détail au quel on ne prêtait pas forcement attention. Il souriait encore et toujours. Il était difficile pour lui d'être dans un autre état que le bonheur. Il se sentait libre de tout mouvement, enfin, depuis pas mal de temps. Bien sur il retournerait annoncer sa décision à cette famille qui l'avait recueilli et traité comme un fils. Mais c'était une autre voie que voulait ce fils. Ne pas être une marionnette obéissant aveuglement à des décision par moment discutable. Ne plus être qu'une machine de guerre mais belle est bien un homme sur lequel on pourrait compter.

Haussant les épaules, la jeune femme semblait avoir son idée personnel sur la chose.

Taka - C'est pas forcément une question d'apparence...

Laissant un arc de cercle au coin de son visage, l'homme retourna à sa lecture, terminant cette discutions. Il n'avait pas grand chose à ajouter. En discuter pendant des heures ne prouverait en rien que l'homme avait belle et bien mûri. Cela pourrait même prouver le contraire... Non seul ses actions prochaines pourraient prouver ça.

Les pages défilaient une à une. Les caractères défilaient dans la tête du jeune homme. Quelque mot était échangé entre mère et fille mais rien qui ne fit sortir l'homme de sa lecture. Mais à présent plus un mot. Les regards divergèrent tous vers la même direction et un bruit sourd du bois étant battu résonna. L'homme se pencha en avant pour s'asseoir et voir l'homme qui se tenait devant lui. Un Uchiha... Leurs regards se croisèrent.

MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Jeu 10 Juin - 16:05

Depuis la veille, c'était la première fois qu'elle trouvait l'instant étrange. Sans doute réalisait-elle vraiment, là, depuis moins d'une seconde où elle avait terminé de manger et où ses mains s'était rangées sur ses genoux tandis que Hakai terminait à côté d'elle. Elle ne disait rien, ne faisait rien, son regard était vide, perdu à la fois dans un bien lointain endroit et dans le vide juste sous son nez. La jeune femme était muette, elle n'avait rien à ajouter. Elle sortit soudain de son état second, réveillée par la main de sa mère qui commençait à débarrasser. Taka allait se mettre en mouvement afin de donner un coup de main mais elle fut arrêtée par Hatsue d'un simple signe de la tête. Elle se contenta donc de rester à sa place, tournant la tête vers Hakai qui prenait alors la parole.

Hakai – Tu aimes bien?

Pendant une seconde, elle ne sut pas de quoi il parlait. Lorsqu'elle percuta enfin, elle se mit à cligner des yeux un instant puis examina une dernière fois le Genin comme pour se rafraîchir la mémoire. Elle sourit pour répondre avec une neutralité impressionnante.

Taka – Ca te change.

Il sembla surpris d'entendre ces mots là. Pour dire vrai, les shinobis avaient souvent le même attirail qu'ils trimballaient partout, alors lorsqu'ils changeaient de style, c'était d'autant plus marquant que s'il avait s'agit d'une banale personne. C'était là tout ce qu'elle voulait dire, bien qu'avec cet aspect là Hakai eut un peu plus... la « classe ». Il sourit tout en saisissant le roman et se laissant tomber au sol.

Hakai – Il faut bien que je mûrisse un peu, n'est-ce pas?

Et bim... Particulièrement la phrase à ne pas prononcer si jamais il voulait conserver un peu de crédibilité. La jeune fille détourna le regard en réprimant un soupir. Mûrir était quelque chose qui se faisait avec le temps, en voyant de nouvelles situations, en éliminant certains termes de son langage en en découvrant d'autres... et bien d'autres expériences. Si tel était le cas pour Hakai, Taka ne comprenait toujours pas pourquoi après autant de temps ces mots là se trouvaient encore dans sa bouche. Ses épaules s'affaissèrent un peu, malgré elle et, alors quelle ne le regardait pas, elle prit la parole, résumant tout ceci à une simple phrase.

Taka – C'est pas forcément une question d'apparence...

Tout était dit, et comme d'un accord tacite et silencieux, chacun se garda d'en ajouter plus. Tandis que le Genin reprenait sa lecture, la jeune femme attrapa les derniers objets sur la table pour les donner à sa mère, subtilisant au passage de quoi nettoyer la table. On discuta de ce qui était prévu ce jour là, pendant quelques secondes. Le programme n'était pas bien chargé. En fait, il n'y avait surement rien à faire. La blessure de Hakai était trop fraîche, un entrainement de remise en forme aurait été trop précoce. Taka avait bien envie de se tourner vers l'académie, mettre en marche un plan de remontée fulgurante et étincelante... mais elle savait que ses désirs étaient sans doute simplement des rêves. Aussi, elle prenait le temps de peser le pour et le contre et de mûrir ses décisions. C'était l'esprit perdu dans ces choses là qu'elle s'affairait à faire de la maison un endroit propre et vivable. Cependant, elle ne put aller plus loin, interrompue, comme chacun, par des pas qui venaient de fouler la marche extérieure. Une seconde après, on sonna la clochette à l'entrée de la maison. Taka posa tout ce qu'elle tenait et s'en alla vers l'entrée afin de voir qui pouvait se présenter à une heure si matinale. La porte coulissa et ce fut un visage souriant et familier qui se dessina lorsqu'il remarqua qui se tenait devant lui.

Hisashi – Bonjour Taka.

Taka – Hisashi-san?

Hisashi – Riant légèrement, l'homme poursuivit. Tu m'appelles encore comme ça... Bref... Excuse moi de te déranger, je peux?

Réajustant son Kimono, la jeune femme ouvrit un peu plus et fit poliment signe d'entrer, indiquant l'intérieur de la maison. Elle se tourna vers Hakai qui s'était redressé pour voir de qui il s'agissait.

Taka – Installez vous... Vous voulez boire quelque chose?

Hisashi – Il fit signe de la main, déclinant la proposition. Néanmoins, l'homme s'installa tout en saluant le Genin, ce après avoir adressé un chaleureux sourire à Hatsue. Je ne suis pas là pour longtemps. Je viens juste pour parler un peu de... choses importantes.

Sans vraiment savoir de quoi il pouvait s'agir, Taka referma et alla se mettre autour de la table avec les autres. Elle s'installa confortablement elle aussi puis tendit une oreille attentive.

Hisashi – Kuzako-sama m'a demandé de venir te trouver sur l'instant pour te dire qu'elle voulait te voir dans son bureau. Les yeux de l'homme délaissèrent la Chuunin et leur douce expression pour le visage de Hakai et une mimique beaucoup plus dure. Je crois que nous ne nous connaissons pas... Je m'appelle Uchiha Hisashi. Il lui fit un bref signe de tête avant de poursuivre. Je ne sais pas pourquoi, mais elle demande aussi à te voir par la même occasion.

La surprise semblait générale. Taka, tout particulièrement, semblait très interpellée par cette affirmation tandis que c'était un regard ignorant que lui jetait Hisashi. Que tramait la chef du Tigre? Personne ne le savait, mais cela n'aurait su tarder. Sans faire plus un pli, Hisashi reprit la parole.

Hisashi – Voilà tout. Tu connais le chemin, on se retrouve là-bas.

La jeune femme affirma du chef, sans dire un seul mot. Elle se leva en même temps que son invité et le raccompagna jusqu'à la porte. Pendant quelques secondes, il s'isolèrent derrière puis elle entra à nouveau, la mine grave. Jetant un regard à Hakai, elle reprit sa marche en direction de la chambre de sa sœur où ses vêtements étaient disposés. Moins de deux minutes après, elle avait quitté son kimono pour sa tenue de kunoichi et elle se dirigeait vers la salle de bain pour y blanchir son sourire. Elle ressortit prête de la salle de bain, coiffée à la perfection – même si ses cheveux raides ne demandaient pas énormément d'attention – et sur le départ. Quand tous les concernés furent opérationnels, elle donna le ton en quittant la demeure la première, ne parlant pas des masses, plus prise dans un flots d'hypothèses incontrôlable.

[…]

La grande bâtisse ne changeait pas. Toujours les mêmes jardins, toujours les même visages... bien qu'il n'y eut pas des masses de monde à cette heure là de la matinée. Rapidement, les deux shinobis passèrent les grilles et atteignirent l'entrée qui débouchait sur une sorte de grand couloir. Un carrefour en croix était dessiné au sol où il prirent à droite bien que, face à eux, la deuxième cours ne demandait qu'à être visitée. La destination? La porte au fond du couloir, la seule entrouverte où un filet de lumière venait trancher le corridor. Comme si elle avait été chez elle, Taka ouvrit silencieusement la porte pour pénétrer dans le bureau où trois personnes se tenaient déjà debout. Directement sur la gauche, adosser au mur de la porte, il y avait un homme d'environ trente cinq ans, l'air sévère et les traits très prononcés. Il regarda Taka avec une mine sérieuse qu'il ne se retirait généralement pas. La plupart du temps, lui et Taka se rentrait dedans. Kiyouji était l'homme qui avait entraîné Taka au nom de Kuzako, lorsque la jeune fille n'était encore qu'une fraîche adolescente. Plusieurs fois cela avait tourné à l'affrontement, mais au fond et avec le temps, ces deux là s'appréciaient. Elle le salua avec un signe de tête avant de s'avancer vers le bureau.

Au fond de la pièce, Hisashi, l'homme qui était intervenu quelques minutes auparavant au domicile de Taka, était assis sur un siège, un livre à la main. Il patientait calmement que les choses se lancent. Pour finir, devant la fenêtre, sur le mur de gauche, une jeune femme un peu plus âgée que l'a Chuunin regardait au loin dans la cours. Elle ne se retourna pas, prise dans ses pensées, bien qu'elle sût que ses conviés fussent entrés. Un petit silence servit d'introduction durant lequel Taka fit signe à Hakai de s'approcher d'elle qui se tenait au centre de la pièce.

Kuzako – Bonjour à vous, je vous attendais. Ca va, Taka? La jeune femme affirma du chef tandis que son maître se retournait pour les regarder. Bien... Loin de moi l'idée de m'imiscer dans ta vie privée cependant... je ne tournerai pas cent cinquante ans autour du pot. Son regard se tourna vers Hakai qui semblait être le centre de toute la discussion à venir. Si tu es là avec Taka, c'est que ton visage m'est étrangement familier...



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Jeu 10 Juin - 20:55

Une connaissance de Taka probablement. Celle ci l'avait invité à entrer dans la demeure. Il venait à présent s'asseoir prêt du genin qui regarder la scène silencieuse. Il se sentait une nouvelle fois de trop dans cette pièce. Il était loin de ce douter que la personne recherché n'était autre que lui même.
Saluant poliment l'Uchiha qui lui faisait face, le genin était sur le point de reprendre sa lecture, s'effaçant ainsi de ce petit monde qui n'était le siens. Mais tous les regards étaient tourné en sa direction. Impossible de lire ainsi... Il n'eut d'autre choix que de regarder cet étranger qui faisait irruption dans la demeure.

Kuzako? La Kuzako? Ce serait bien la première fois qu'un dirigeant d'un domaine s'intéresse au genin. Ses sourcils se levèrent comme ceux de la jeune femme. Tous deux étaient surprit par cette déclaration. Bien évidemment, ils n'allaient faire attendre cette personne importante au clan. L'Uchiha ne savait de quoi il était question, aucune chance cependant que cela avait avoir avec son départ du cygne étant donné qu'il était à l'heure actuel le seul à savoir. Sa guérison primait sur tout.

L'homme n'avait ouvert la bouche une seul fois de tout l'échange verbal, bien qu'il fut court. Après tout ce type n'était qu'un simple envoyé n'étant probablement pas au courant lui même de l'affaire. On se retrouverait donc... et très vite. Taka alla le raccompagner jusqu'à la sortie. A son retour, les deux amis se regardèrent. Les visages étaient sérieux comme ci quelque chose d'important allez se passer. Les choses se déroulèrent très vite. Le genin rangea le bouquin dans a bibliothèque en prenant bien soin de le ranger dans le bonne ordre chronologique. Pendant ce temps, Taka allait se changer. Bien que présentable, son kimono n'était pas forcement approprié pour la réunion qui se dressait. Elle fit un rapide saut dans la salle de bain ou l'homme pu entendre le bruit si caractéristique d'un brossage de dent. Lui, pendant ce temps, attendait calmement devant l'entrée.

Ils franchirent enfin le petit portail en bois. Il y avait un silence tendu entre les deux. Pour être franc, l'homme pensait que loger chez Taka avait pu déplaire à sa sensei. Aucune idée... Tant de question fusé dans sa tête, et la moitié paraissait totalement délirante. S'il continuait ainsi, il finirait la journée avec un mal de crâne fulgurant. Il se calma donc, pensant que le seul moyen de savoir vraiment était d'y aller le plus rapidement possible.

L'immense demeure se dessiner au loin et le cœur d'Hakai s'accélérer peu à peu. Il était peu être un peu inquiet. Pas pour lui même mais pour son amie qui pourrait être pénalisé par sa faute. D'une main assuré, la jeune femme ouvrit une porte. Plus en retrait, le jeune homme ne voyait encore tout ceux qui se trouvait à l'intérieur. Taka dut faire signe au genin pour que celui ci pénètre dans cette pièce traditionnelle. Un bureau se trouvait un peu plus loin au centre de la pièce mais aucune personne n'y était assis. C'était prêt de la fenêtre qu'Hakai put observer la grande Kuzako. A première vu pas si impressionnante, il la savait redoutable mais également être la dirigeante la plus humble. Parmi tous, c'était bien elle qu'Hakai respectait le plus, même si c'était la première fois qu'il la rencontrait. Probablement était ce grâce au peu de discours qu'il avait entendu sur la personne. Quoi qu'il en soit, l'Uchhia se trouvait à présent au centre de la pièce et se pencha respectueusement lorsque le regard de la maitre du domaine vint se poser sur lui.

Son regard... Il n'était pas froid comme certain Uchiha. Certes il y avait cette noirceur que l'on connaissait de tous mais ici c'était différent. Elle savait penser de elle même sans suivre « le code Uchiha » à la lettre. Tout cela Hakai ne le savait pas, mais pouvait le deviner. Taka devait tinter son caractère un peu de cette femme.

Kuzako – Bonjour à vous, je vous attendais. Ca va, Taka?

Hakai resta silencieu. Pour le moment, il s'agissait uniquement d'un salu amical entre maître et éléve. Il ne savait pas vraiment pourquoi il était ici. Son départ du cygne n'était connu, les sentiments qu'il éprouvait pour Taka ne devait être connu par la femme et n'avait franchement rien à faire ici... A part c'est deux choses, l'homme ne voyait vraiment pas les liaisons qu'il avait avec le Tigre.

Kuzako - Bien... Loin de moi l'idée de m'immiscer dans ta vie privée cependant... je ne tournerai pas cent cinquante ans autour du pot.

L'homme sentit tout son corps être analysé par la femme. Un scanner qu'il n'apréciait pas forcement mais uqi était, au contraire des autres, assez simple. Elle se limitait au visage, comme si... elle le connaissait.

Kuzako - Si tu es là avec Taka, c'est que ton visage m'est étrangement familier...

La surprise pouvait se lire sur le visage de l'homme. S'il avait rencontrait Kuzako, il s'en souviendrait. Une personne avec une tel prestance, un tel aura ne pouvait être ignoré et oublié. Il devait y avoir erreur. Hakai n'était qu'un Uchiha qui s'était rarement aventure dans le domaine du Tigre. Et avant... Il voyait mal Kuzako dans ce miteux village ou l'argent et la corruption avait prit le départ.

[Hakai] «Je suis désolé Kuzako-sama mais... Vous devez faire erreur. »

[Kuzako] « Ton père... Était un ami. »

Ce n'était plus de la surprise mais de la stupeur. C'était donc son père l'Uchiha, le géniteur ultime. Mais... pourquoi maintenant? Cela faisait des années qu'Hakai était à Konoha. Deux ans qu'il avait révélait son don héréditaire. Pourquoi maintenant?

[Hakai] « Mon père? Non... Mon géniteur... Personne ne m'a élevé, je n'ai aucun parent. Ma seul famille sont mes amis. »

Il ne faisait plus attention à Taka qui se dressait à côté de lui. Il n'y avait plus que Kuzako et lui. Son regard ne baissait nullement de celui de la matriarche mais aucune agressivité n'y régnait. Il voulait simplement mettre les points sur les i. Toute sa vie, l'homme avait été seul. Aucun parent pour le féliciter, pour le gronder. Il avait du faire les poubelles, les poches et tout autre geste de survie qu'aucun enfant dans ce village n'avait du entreprendre n'y même penser. Et la... on lui sortait cela... Comment voulez vous qu'il accepte?

[Kuzako] « Unkei Uchiha... C'est éteint il y à de cela trois mois. Et il m'a tout raconter. Comment un enfant est née suite à une erreur de jeunesse. Cette prostitué abandonna l'enfant dans une ruelle... »

Un silence régna dans la salle. L'homme restait étrangement calme. Aucune émotion n'était lisible sur son visage, il se contentait uniquement de regarder Kuzako expliquant sa naissance. Tout cela n'étonnait guère l'Uchiha... Il n'avait jamais eu de gloire ou de reconnaissance, ce n'était pas maintenant que cela allez commencer. Et pourtant... Elle ne semblait pas en avoir terminé. Parfaitement droit, l'homme encaissait les coups, mais encore combien de mauvaise surprise allait il devoir affronter.

[Kuzako] « Cependant... Il y a encore une chose que je dois te dire. Unkei n'est pas mort d'une mort naturel. Il avait une maladie incurable. Je peux juste te dire de te rendre à l'hôpital et de faire des tests. »

Que pouvait il dire? Le sang... Dans son cas il était une source de pouvoir mais également de mort. Un père transmettant le plus puissant don mais qui donnait en échange la mort. Comment ne pouvait il pas haïr cet homme faible qui avait cédé face à ses envies? Pourquoi ne s'était il pas battu contre cette maladie, rechercher un remède? Hakai était déjà emplie de combativité. Même s'il devait déserter pour trouver un remède...

[Kuzako] « Ton père faisait partie du Tigre et donc par conséquent tu as le droit d'y appartenir. Je sais que ce n'est qu'un faible réconfort mais... »

[Hakai] « Je fais partie d'un clan et non d'un domaine. Je serais heureux de vous aider mais je ne me limiterais pas qu'à cela. »

Il était temps de partir. Tout était terminé. Elle avait dit ce qu'elle avait à dire. Inutile d'en rajouter. Le Tigre? Un bon logis certes mais cela ferait de l'ombre à Taka. L'homme avait des ambitions. Kenji lui avait bloqué les portes, il en ferait pas la même chose a Taka. S'inclinant poliment devant celle qui venait de gacher sa journée, l'homme s'en alla en silence. Ne daignant jeter un regard à Taka, il sortit par la même porte. Laissant tout ce petit monde entre eux. Il n'irait pas loin, seul la demeure de la Tigresse pouvait le satisfaire à présent.

Il referma la porte derrière lui. Son regard était au loin, scrutant un objet qui n'existait pas. En faite, sa vision était comme troublée. Deux larmes, puis plusieurs venaient s'écraser sur le sol. Stupéfiait de ressentir de la tristesse devant la mort d'un père qu'il n'avait jamais connu, l'homme resta sur place, regardant ses perles s'écraser sur le sol. Sa vie? Il ne la croyait pas réellement en danger. Pour l'heure, aucun symptôme suspect n'avait pointé le bout de son nez. De plus il était en super forme hormis sa blessure... Il devait oublier cela.

[Hakai] « Un malade et une pute... Une sacrée brochette de parent... »

Il donna un coup de manche et s'en alla rejoindre cette demeure ou probablement il allait passer le reste de la journée sur son lit.


Dernière édition par Uchiha Hakai le Ven 13 Mai - 1:25, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Ven 11 Juin - 1:24

« Familier » avait-elle dit? Tout... Taka avait pensé à tout pendant le trajet. Une fois devant Kuzako et ses premiers mots, elle pensait plus au fait que l'information ait pu filtrer. Comment? Elle l'ignorait, mais les faits étaient bel et bien là. Tous deux devant la chef du Tigre, à attendre comme une sentence, comme un jugement; le jugement de leurs actes dont ils devaient répondre... Mais quels actes? Deux personnes ne pouvaient-elle plus dormir sous le même toit sans appartenir à la même maison? C'était absurde... C'était pour ça que la Chuunin savait pertinemment qu'elle s'égarait sur des routes totalement erronées. Une chance que Kuzako fût une femme directe, car elle coupa court à tout ceci. Hakai avait prononcé quelques mots afin d'induire l'idée d'une possible erreur. Pourtant la kunoichi ne connaissait que trop bien son maître. Et si l'erreur était humaine, elle était certaine que sur ce coup, Kuzako n'était pas du tout à côté de la plaque et que ses convictions étaient clairement avérées. Le coup de fouet tomba...
Kuzako – Ton père était un ami...
Le corps de la jeune fille sembla se raidir alors qu'elle éprouvait pourtant un éclat de joie pour son ami. A vrai dire, son esprit s'était immédiatement scindé. A cet instant précis, à cette seconde où Kuzako avait prononcé ces mots, elle se rendit compte qu'elle n'avait jamais entendu parler des vrais parents d'Hakai, ni même de son passé à part une fois... autour d'un bon repas où les quelques bribes de l'histoire du jeune homme s'étaient étendues à la simple compagnie du Renard et des voyages qu'il avait entrepris; ces voyages qui lui avaient permis de connaître le pays... l'une des sources de leur départ en mission. Les yeux de la Chuunin pivotèrent tandis que sa tête effectuait une rotation. Tout ceci dans le seul et unique but de pouvoir regarder Hakai. Ce dernier... était pris d'une effrayante stupeur. Comme si l'on venait de lui jeter une suprême insulte au visage, ce genre d'insulte qui ne nous énerve pas immédiatement mais nous touche au plus profond, avant de nous laisser devenir maître de notre corps à nouveau.
Elle n'osait pas parler, cette conversation n'était pas la sienne. C'est alors que la voix du Genin résonna, emplie de mépris au début, de quelque chose qu'elle ne définissait pas à son terme. Elle venait de comprendre quelque chose. Elle venait d'ajouter une pièce de plus au puzzle « Hakai ». Pour elle, rien ne devait venir entamer la petite vie qu'elle connaissait avec sa famille. Rien ne devait venir bafouer ces terres chères à son coeur qui manqueraient comme la pupille à un aveugle si elles disparaissaient. Pour rien au monde elle n'aurait mis sa famille en jeu... Elle comprenait maintenant, se considérant d'office comme l'amie du Genin, le pourquoi de son attention et de son comportement. Sans doute devait-elle mûrir... Sans doute n'était-elle pas si brillante que ça. Sans doute ne voyait-elle pas le monde autour d'elle. Une moralisatrice sans aucune leçon à donner, qui se targuait de savoir des choses. C'était comme ça qu'elle se sentait sur cet instant précis. Mais l'heure n'était pas au drame personnel... des choses plus importantes se jouaient, juste à côté d'elle.
Hakai était dans un monde qui ne communiquait que partiellement avec la réalité. Il était dans sa brève et intense discussion avec Kuzako qui, elle aussi, semblait avoir fait abstraction de la pièce les entourant tous les cinq et qui fut, malgré tout, le témoin d'une nouvelle capable de retourner les tripes des plus forts, des plus vaillants. N'en faisant pas partie, il était évident que Taka s'en retrouverait affectée. L'histoire du Genin était sombre, plus sombre que leurs yeux. Jamais la Chuunin n'aurait imaginé un pareil passé, jamais elle n'aurait imaginé que l'on puisse vivre avec tout ceci sur le cœur, sur la conscience et dans l'esprit. Et comme si ça n'avait pas suffit...Ce... géniteur, comme le disait Hakai, était tout autant le porteur des pupilles divines – selon les termes Uchiha – que d'une aberration génétique lui ayant valu la vie. Y avait-il un risque de transmission? Évidemment... C'était plus que probable si la chef Tigresse annonçait ceci comme cela. La mention de l'hôpital n'était donc pas du superflue. C'était un terrible manque de chance, lui à qui la fortune n'avait pas souri durant toute sa vie. Lui avec qui l'on s'était montré si dur, si inflexible... Lui que le Cygne avait recueilli pour le jeter dans l'ombre d'un autre.
Kuzako – Ton père faisait partie du Tigre et donc par conséquent tu as le droit d'y appartenir. Je sais que c'est un faible réconfort, mais... Ce n'était pas le moment. Il fallait que ce soit dit, mais ce n'était pas du tout le moment pour ce genre d'affirmation. Taka leva les yeux vers Kuzako qui avait visiblement employé ces mots à contre coeur. La jeune femme manqua de soupirer, ce qu'elle ne fit pas par respect pour les autres. Elle fut de toute façon coupée par la réponse du jeune homme dont l'audace était certain mais étrangement le bienvenu.
Hakai – Je fais partie d'un clan et non d'un domaine. Je serai heureux de vous aider mais je ne me limiterai qu'à cela.
Un silence s'installa. Le silence d'une fin de conversation où tout avait été dit. Chacun l'avait compris mais ce fut Hakai le premier à agir. Il s'inclina respectueusement et poliement, dans les bonnes formes de façon à ce que rien n'eût pu lui être reproché. Ses pieds pivotèrent sans qu'il ne dise un mot, sans qu'il ne jette un seul regard à Taka qui le regardait s'en aller impuissante. Elle n'avait rien à dire ou faire, elle n'avait aucune idée pour lutter face à cette sournoise attaque du sort et possiblement la tristesse ou la frustration que cela pouvait provoquer. Elle tendit la main devant elle, comme si elle avait exprimé l'envie de l'attraper, le garder près d'elle... ou rester près de lui. Mais son cerveau lui interdit d'aller plus loin. Un filet de voix que ses lèvres articulèrent s'extirpa de son corps pour pallier à cette barrière imaginaire.
Taka – Hakai...
Elle ne sut pourquoi mais son regard se tourna vers Kiyouji qui lui indiqua un signe négatif de la tête. Son bras tomba, ses doigts pointèrent au sol, symbole d'une défaite de plus et d'un abandon certain. Ce qu'il vivait, elle l'ignorait, encore plus dès l'instant où il avait disparu derrière la porte. Son regard gagna lui aussi la terre, sa tête s'affaissa un peu. Un silence de mort régnait dans cette pièce, un silence ou seul les frottements des vêtements de la fille et de ses pieds sur le sol résonnèrent alors qu'elle se retournait vers son maître. Les deux femmes se regardèrent dans les yeux laissant encore ce calme emplir les lieux pendant quelques secondes.
Taka – Comment...?
Kuzako – Comment l'ai-je su? Sa disciple affirma timidement du chef. Il ressemble comme deux gouttes d'eau à son... à Unkei. Si je n'étais pas sortie ce matin tôt, je ne l'aurais jamais su. J'ai du le suivre un peu, jusqu'à ce que je me rende compte qu'il allait chez toi...
Taka – Il est chez moi pour se reposer... pour échapper au Lion. Les tensions sont désormais dûes à des raisons personnelles, il subit des attaques...
Kuzako – Taka... J'admire le geste que tu fais en me racontant tout ça maintenant. Mais nous en parlerons plus tard... Je te vois, je te regarde. Je sais ce qu'il se passe dans ta tête. Je sens ce qu'il se passe dans ton corps et... ton coeur. Les yeux de la Chuunin se mirent à briller. Elle serra la mâchoire et déglutit une unique fois.
Taka – C'est... difficile d'imaginer tout ça... Difficile d'entendre ce que vous lui avez dit. C'est difficile de penser que tout ce temps je n'ai pas été comme j'aurais du l'être avec lui. C'est difficile de se dire... qu'il doit vivre avec ça. Un silence qui était censé être rapidement rompu s'installa, et durablement. Difficile de se dire que je me plains d'un rien quand lui porte ça en lui, sans flancher. Elle était au bord de craquer, mais elle devait tenir le coup non plus pour sa propre pomme, non plus en égoïste, mais pour lui... pour tout ce qu'il représentait. On entendit quelque pas résonner derrière elle et à son côté. Kiyouji s'était approché. Il n'était pas fort pour ces situations là... mais ces deux petits pas voulaient dire beaucoup. De l'autre côté, une main se posa sur son épaule. Elle leva un regard plus qu'humide sur le visage flou d'Hisashi... troublé par ce trop plein d'émotions. Des émotions qu'elle ne cherchait pas à refouler parce qu'elles faisaient partie d'elle et que jamais elle n'abandonnerait pour la guerre. Hakai méritait bien ça.
Kuzako – Je te comprends. Tu devrais te reposer, rentrer chez toi et prendre du temps.
Taka – Si je rentre, ce n'est pas pour moi. Hakai est chez moi ces jours-ci. C'est à cause de ça qu'il a su... Je n'ai plus qu'à souhaiter que ce soit grâce à ça qu'il ira mieux. Elle renifla discrètement, ses larmes tombant dans l'oubli avant de couler sur son visage. Une inspiration longue ponctua son cycle respiratoire, puis elle souffla afin d'éjecter toute cette détresse. Elle fit un signe de la tête à ses aînés, les quittant à son tour, tout aussi respectueusement si ce n'était plus. A son tour, la porte se ferma derrière elle. Lorsqu'elle leva les yeux, il n'y avait personne. Il était déjà parti mais avec un peu de chance, il n'était pas loin. Prenant une dernière bouffé de courage, elle pressa le pas jusqu'à la sortie où le dos du jeune homme se dessinait. Il se rapprocha jusqu'à être à nouveau ce grand bonhomme qu'elle connaissait et à côté de qui elle s'immobilisa. Les yeux de la jeune fille s'envolèrent jusqu'au visage du Genin, plongeant dans ses pupilles. Sans ne rien dire, elle le regarda attentivement, balayant son visage du regard. Finalement, sa main monta doucement pour s'ouvrir non loin de sa joue. Pouce déplié, elle caressa le visage d'Hakai, effaçant des bribes de larmes déjà sèches mais ayant laissé une petite marque de leur passage.
Sa main tomba à nouveau dans une chute contrôlé cette fois ci, puis elle se glissa dans l'anneau que formait le bras du jeune homme. Il avait enfoui ses doigts dans ses poches comme il avait enterré son passé dans le silence. La Chuunin se tourna légèrement en regardant le sol. Elle serra un peu l'avant bras de son ami et sa douce voix pris le dessus sur tout ce qu'il y avait.
Taka – Viens... Je te ramène à la maison.
Quelques petits mots simples... Qu'elle espérait rendre monumentaux.



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Ven 11 Juin - 17:15

Loin de toute cette agitation, de cette tristesse qui c'était emparé du cœur de la jeune fille. Hakai s'en était séparé pour deux raisons. L'une d'elle était le refus de s'apitoyer sur son sort auprès d'elle. Il se savait fragile dans ces moments, enclin à tout et n'importe quoi. Et l'autre... En faite il n'aurait du en avoir d'autre... Jamais la chuunin n'aurait du connaître cela. Elle était trop fragile, peu être plus qu'Hakai. Trop d'être chère était mort prêt d'elle alors que le genin lui, n'avait jamais eut quelqu'un à pleurer. Taka était la seul véritable personne au quelle il s'était attaché et au quelle il livrait son cœur. Pour son bien, il ferait peu être mieux de disparaître... Ne plus jamais la revoir, faire en sorte qu'elle l'oubliait. Cela lui éviterait bien des chagrins au quel elle serait confronté un jour ou l'autre... La poisse et le désespoirs collait à la peau du genin, rien de bon n'arrivait lorsqu'il était dans les parages... Sa carrière était un échec, sa vie été un échec. A quoi bon être née pour connaître tout cela? Il aurait du mourir dans cette ruelle...

A en croire Kuzako, le genin était condamné... Jamais! Jusqu'au bout, l'Uchiha se battrait pour trouver un remède. S'il était belle et bien malade, alors sa vie changerait radicalement. Probablement volerait il un dernier baiser à la chuunin avant de disparaître, pour toujours probablement. Si médicament il y avait, alors il le trouverait et peut être reviendrait il auprès d'elle pour la soutenir comme il l'avait juré. Dans le cas contraire... C'est d'un ami chère et aimant qu'elle devrait se souvenir...

Mais tout cela n'avait plus d'importance quand la dite femme apparu à ses côtés. D'abord fuyant le contact de leurs regards, il en fut forcer. Son cœur se serra encore un peu plus sur lui même comme s'il n'avait pas encore assez subit aujourd'hui. La vision qu'il détestait le plus se trouvait devant lui. Une Taka attristé... Qui avait pleuré... Pour lui? Elle représentait son seul bonheur, son seul espoir de vivre heureux dans ce monde qui faisait tout pour le rejeter. Après une enfance chaotique, voilà qu'il devait lutter contre la nature elle même. Devrait il affronter la mort?

Toutes ses mauvaises pensées disparurent en un geste, en un contact qui fit presque frémir le jeune homme. Au doux contact de la main de la jeune femme sur sa joue, il s'y laissa prendre, fermant les yeux pour profiter au maximum de ce geste de réconfort. Il le savait, Taka serait toujours présente pour lui... La question de mériter cela ou non ne venait plus titiller son esprit. L'amitié ne se méritait pas, tout comme l'amour. Cela venait ou non. Et dans certain cas comme aujourd'hui, cela pouvait être un sentiment tout autre. A la fois proche mais éloigné. Ils ne faisaient partie du même monde et cela depuis leurs naissances. L'une avait tout pour réussir tandis que l'autre aurait du déjà mourir depuis bien longtemps. Mais si ce n'est son histoire qui le terrasse, ce sera le temps.

Les yeux dans les yeux, l'homme se laissait faire par la jeune femme qui s'était collé à lui. Jamais il ne s'était senti si proche d'elle, même lorsque cet imbécile lui volait des baisers. Aujourd'hui, c'était elle qui venait à lui, qui venait le soutenir, lui montrait qu'elle était présente non pas pour elle ou pour le clan mais bien pour lui. Sans doute devait il comprendre qu'il pourrait compter sur elle pour lutter? Et ils marchèrent ainsi tout le long du chemin. Restant silencieux dans son malheur, l'homme resta simplement serré contre Taka. Ils rejoignaient un autre monde qu'ils connaissaient joyeux grâce à ses habitants.

Franchissant le portail de bois, les deux amis, encore attaché l'un à l'autre, terminaient leur périple. D'une main presque tremblante, Hakai ouvrit la porte et laissa entrer en premier sa compagne. La maison semblait à première vu vide. Hakai ignorait ou se trouvait Hatsue, d'ailleurs il s'en foutait... Le regard tourné vers le sol, il enleva ses chaussures marchant droit vers la salle de bain vide. Ne faisant plus attention au monde, l'homme laissa la porte ouverte. Tournant les deux robinets, l'eau s'écrasait sur la paroi métallique du bain. Peu à peu, une buée s'élevait dans la pièce.

Posé sur ses genoux, les bras posé sur le bord de la baignoire, son regard vide scrutait la surface vide de l'eau qui montait petit à petit. Une idée le prit alors, pas franchement la plus brillante. Pénétrant dans le liquide tiède, sa tête s'immergea pendant de longue minute ou seul le bruit de l'eau venant s'écraser dans un tourbillon venait gêner cette tranquillité. Son souffle s'amenuiser. Ses poumons était vide. Il était bien vivant...

Sortant la tête de l'eau dans un souffle puissant. Il coupa l'eau et se dirigea alors vers la chambre de la dénommé Taka qu'il ignorait toujours. Finalement son bureau allez servir. Il se saisit d'un stylo et d'un tas de feuille. Il ne lui restait plus qu'à écrire et profiter de la vie. Il sortit de la chambre et enfin il prêta attention à la chuunin. Comme sortit de nul part, son visage dessina un sourire. Toujours le même... mais qui paraissait pourtant plus vrai, plus sincère et surtout plus reconnaissant.

Derrière la fine couche de plastique qui le séparait du reste de la pièce, l'homme se déshabilla, posant ces vêtements sur le meuble à côté. D'abord une jambe puis la suivante. Le voici confortablement installé dans ce délicieux bain. Il se saisit alors de son crayon et d'un bout de papier et commença à écrire.

MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Lun 14 Juin - 19:38

La grande bâtisse s'éloignait dans leur dos sans qu'aucun ne la regarde. Le regard bas, les épaules totalement affaissées, ils allaient vaincus par le sort, vivant l'un de ces moments que l'on souhaiterait éviter toute sa vie. Un de ces moments fait d'évènements capables de sortir tout le reste de leurs pensées. Elle aurait voulu se réveiller et porter la faute sur son imagination débordante, mais tout ceci représentait une lourde réalité qu'elle n'était pas prête à recevoir; pourtant ce n'était pas elle qui en souffrait le plus. Mais son bien-être avait été, sans doute tout autant que celui du Genin, rendu tout à fait illusoire. Quel début de séjour détestable...

Le chemin allait se faire en silence. Cette prévision n'était pas difficile à faire car de toute façon, elle n'avait pas de mots pour exprimer toute la puissance de la douleur. Elle venait de lire au fond des yeux de Hakai, ce que signifiait le mot malheur. C'était une certitude... Elle n'aurait pas les mots pour consoler l'inconsolable. Trop petite pour poser sa main sur l'épaule de l'homme, elle la jeune fille s'était contentée de la poser sur son bras, prête à attendre que les lendemains eussent joué leur rôle. De toute façon, elle doutait qu'il y eut des phrases miracles pour alléger cette nouvelle, encore moins des formules magiques... Il lui fallait juste attendre.

Ils passèrent le portail et continuèrent jusqu'à l'entrée sans changer de recette. La main de Hakai se posa sur la porte pour l'ouvrir. L'intérieur de la maison était vide, personne pour venir déranger dans un moment où la solitude était sans doute le meilleur réconfort. Taka entra en premier, ôtant ses chaussures. Elle se tourna brièvement vers Hakai, qui ne calculait plus personne, plus rien autour de lui. Il passa devant elle pour se diriger directement vers la salle de bain qu'il laissa ouverte. On entendit l'eau couler... Rien de plus. Elle n'alla pas le voir, pas lui parler. Au lieu de ça, elle prit place sur le canapé, allongée sans prononcer un seul mot. Elle ferma les yeux, laissant son ouïe lui indiquer d'éventuels mouvements dans la maison.

Après quelques dizaines de secondes seulement, Hakai semblait avoir coupé l'eau. Ses pas résonnaient sur le bois, une porte coulissa et... encore une fois, rien. Elle s'était refermé comme lui le faisait à cet instant, si subitement, si brutalement, ne laissant rien ni personne s'approcher. Les minutes passèrent, courts instants lorsque les divertissements étaient là, si courts lorsque rien ne venait nous titiller. Taka s'était quasiment assoupie, d'abord en proie à un nombre incalculable de questions qu'elle avait fini par balayer les unes après les autres, n'en autorisant qu'une seule : comment l'aider au mieux?

Un de ses yeux s'ouvrit, tandis que sa tête posée sur l'accoudoir pivotait vers la porte de la chambre. Hakai se tenait debout dans lumière de la pièce. Elle le regarda un instant, ce qu'il fit lui aussi, comme empli d'une nouvelle énergie dont l'origine était totalement inconnue de la Chuunin. Le jeune homme lui servit un sourire auquel elle ne sut répondre. Il s'en alla vers la salle de bain... où elle le laissa, une fois de plus, seul. Elle n'avait pas plus de réponse à part la certitude de savoir que out ceci s'organiserait avec le temps. Juste avant de s'endormir d'un léger sommeil, elle se surprit à sourire...

Sa main bougea, remontant depuis le siège où elle était tranquillement apposée, proche de son corps, jusque sur son ventre. Alors qu'elle se préparait à la faire basculer de l'autre côté afin de prendre appui et se tourner, le bout de ses doigts heurta quelque chose qui tomba sur le sol. C'était léger, sinon elle l'aurait immédiatement senti. C'était un peu granuleux et, surtout, ça avait fait un bruit de papier. La jeune fille ouvrit les yeux pour découvrir un plein soleil entrant par les fenêtres. Elle jeta un oeil rapide à la la pendule accrochée, il n'était que dix heures et demie. Sa deuxième main vint frotter sa paupière lui confirmant qu'elle ne s'était pas juste assoupie. Son cou bascula sa tête jusqu'à ce qu'elle tombe sur la dite feuille. S'étirant dans son mouvement, elle tendit le bras pour voir de quoi il s'agissait. Ses doigts demeurant au ras du sol déplièrent le rectangle de papier qu'ils tenaient, pour laisser se découvrir quelques mots écrits sous forme de... vers.

Vous qui m'avez accueilli
Vous qu'avais-je trahi
Vous qu'un simple baiser
Vous qu'avais-je volé

Vous qu'en cette journée
Vous qui m'avez montré
L'étendu de votre bonté
Sur ce visage émoussé.

Je ne saurais trouver les mots
Peur de passer pour un plot
Mais en observant se visage féérique
Je ne peux dire que : Merci

Elle s'arrêta un instant, regardant attentivement l'écriture. Elle ne l'avait jamais vue, mais les mots ne trompaient pas, Hakai était auteur de ces quelques paroles non signées. Ses lèvres s'apprêtaient à s'étirer dans un sourire lorsqu'elle se figèrent inexplicablement dans une étrange moue. Inspirant profondément, elle se mit sur pieds et gagna la marche de bois avant d'atteindre la porte de sa chambre. Doucement, elle ouvrit afin de voir s'il était encore dans la maison, craignant quelque part qu'il ne soit parti. Visiblement, ce n'était pas le cas. La nouvelle l'avait suffisamment retourné pour qu'il eût décidé de se reposer dans la matinée. Elle sourit comme si elle avait regardé un enfant dormir paisiblement, puis elle se retira tout aussi discrètement que lors de son entrée. La maison était vide en dehors de ces deux là; Hatsue était sûrement partie travailler, Suzu devait encore être avec son équipe. Hakai dormait et elle... elle avait envie de sortir. Mais laisser le Genin se réveiller ainsi dans cette maison n'était sans doute pas la meilleure chose à faire. Elle attendrait donc, s'occupant de quelques tâches que l'on n'évitait pas dans un foyer.

Chantonnant une vieille berceuse qu'elle tenait de sa mère, elle s'en alla ramasser les quelques affaires utilisées de chacun et se dirigea vers le lavoir.



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Mar 15 Juin - 3:00

Le crayon laissait son emprunte grisâtre derrière lui. Par moment des mots se griffonnaient remplacé par d'autre. L'eau chaude purifiait son corps tandis que cette petite poésie qu'il s'était donné à écrire lui vidait l'esprit. Il essayait de transmettre les derniers événements dans un poème, chose qui s'annonçait en faite plus dure que prévu. Le premier vers fut enfin teinté sur la copie. Celui-ci montrait la reconnaissance que l'homme éprouvait pour cette femme qui l'avait recueillit alors qu'il en avait besoin. Elle avait su prouver qu'il tenait pour elle et ceux malgré les conneries qu'il avait bien pu commettre.

Les conneries... C'était bien la le sujet que l'homme entamait. Comme pour se repentir, il avouait ses fautes dans ses mots. Bien sur, la jeune femme devait déjà l'avoir pardonné mais cela mettait ainsi fin à une période peu glorieuse de leur amitié que l'homme voulait voir s'intensifier pour se transformer à quelque chose de beaucoup plus beau, de beaucoup plus fort. Ce mal qui pouvait ronger son corps... Peu être que cela lui permettrait de faire avancer les choses, cela lui donnerait enfin les moyens de forger sa vie. Taka avait tout son temps, l'homme était en péril. Même si rien ne lui était encore diagnostiqué, il voulait appréhender cela, passer par dessus et savoir accueillir le mal par un autre mal tout autant capable d'éradiquer le précédent.

Cette partie était la plus délicate à écrire. Savoir trouver les mots qui ne blesserait la chuunin et qui ne ferait surtout pas passer le genin pour un immature. Lui qui essayait de montrer une nouvelle fois ses sentiments dans ce texte. C'était sa première expérience poétique, il ne savait franchement pas quoi écrire. C'était uniquement son cœur et le peu d'élément qu'il connaissait sur la poésie qui guidait son crayon. Cela donnait rapidement un premier paragraphe qui se voulait franc et direct, ou il expiait c'est pêché commit.

La température du bain commencé peu à peu à baisser mais l'Uchiha n'y prêtait attention trop prit dans sa lecture. Il ne savait même pas ce que faisait son amie, préférant lui faire cette petite surprise qu'il espérait être agréable. Cependant Taka avait un caractère assez... spéciale. Contrairement au fille normaux, elle hésitait beaucoup trop, ne voulant s'engager, préférant se tenir à l'écart de certaine chose qu'elle jugeait peu être trop prenante sur sa vie de kunoichi. Hakai n'en savait que trop peu. La femme cachait énormément ses sentiments ce qui n'arrangeait en rien l'agacement et l'impatience de l'Uchiha. De plus en plus de question trottait dans sa tête: Que faire? Que devrait il lui dire? Le problème, c'est qu'il avait déjà fait et dit tout ce qu'il pouvait. Continuer sur cette voie ne ferait qu'envenimer leur relation.

Sans même s'en rendre compte, son crayon écrivait des mots qui n'avait rien à faire sur ce poème. A moins d'être un roman d'amour décrivant la pathétique vie sentimental du jeune homme. D'un geste de la main, il froissa le papier et le jeta au sol. Une nouvelle feuille suivit ou les vers déjà mémorisé venait s'écrire rapidement.

Enfin il avait fini. Il lisait une nouvelle fois son poème, essayant de savoir si oui ou non cela paraissait débile. Il n'en savait trop rien, on l'avait exercé au champ, à la danse mais pas au poème. Tout semblait bon... S'appuyant sur ses bras, l'homme s'extirpa du bassin, il enleva le bouchon et l'eau s'engouffra dans les canalisations dans un bruit d'enfer. Passant la serviette sur son corps, l'homme se regardait dans la glasse, ses yeux scrutant cette blessure partant de haut en bas. Elle avait vraiment mauvaise allure et il était sans doute mieux que l'homme reste tranquillement au domaine du Tigre.

Curieusement, cette histoire de géniteur malade ne heurtait plus la conscience de l'Uchiha. Trop concentré à s'habille, il était à l'affut de chaque bruit suspect dans le salon pouvant indiqué la venu de Taka, ou la rentré d'une autre femme. Mais tout restait parfaitement silencieux comme si... il était seul. Préocupé par cela, l'homme sorta, papier en main, de la salle de bain. Son regard balaya la piéce et fut surprit de voir Taka allongé sur le canapé.

Un sourire sur les lèvres, il se rapprocha sur la pointe des pieds vers se fauteuil ou la jeune fille était posé. Devant elle il déposa délicatement le morceaux de papier entre les doigt de la jeune femme. Restant comme ceci pendant quelque minute, l'homme était pensif, réfléchissant à tout ce qu'il faisait endurer à cette femme... Peu être valait il mieux qu'Hakai abandonne l'idée de conquérir son cœur...

[Hakai] « Je suis désolé pour tout... »

D'un geste simple, il remit une mèche de cheveux rebelle à sa place et embrassa délicatement le front de celle ci. Il était tant pour lui de s'endormir... Se dirigeant vers la chambre, il prit soin de ne faire grincer le bois lors de ce mouvement circulaire. Il s'écoula sur le lit, partant pour une bonne sieste.

Des secondes, des minutes, des heures plus tard, les yeux du genin réapparurent, agressait tout d'abord par les éclats du soleil, c'est dans un long bâillement que l'homme se réveilla véritablement. Il se frotta quelque instant les yeux et le voici debout prêt à l'attaque. On visage était marqué par la fatigue mais étrangement, il ne montrait aucun autre aspect de ce qu'une pareille nouvelle pourrait infliger.

Personne ne semblait être dans la maison, un peu inquiet, l'homme chercha dans toutes les pièces et c'est par une fenêtre qu'il pu enfin observer la femme de son cœur qui étendait le linge sur un fil. Il put même reconnaître quelque caleçon qui lui appartenait. Laissant sur le coup paraître un large sourire, il repensait à ce qu'avait dit Suzu qu'elle jours auparavant.

Se rapprochant habillement de la jeune femme, ses pied flottaient sur l'herbe. Ses poumons respiraient longuement cet air pure. Son souffle vint chatouiller le coup de son amie mais avant toute chose, il place ses mains sur les yeux de la jeune femme. Un sourire immense, comme s'il était revenu en enfance, vint éclaircir son visage.

[Hakai] « Qui c'est? »

Taka – Une chose est sûr... ce n'est pas mon père. »

Il laissa alors cette personne se retourner. Son visage était... magnifique. Un sourire venait embellir ses traits fin qu'elle avait hérédité de sa mère. Étrangement, Hakai la retrouvait ici plus vivante que jamais. Avait elle découvert quelque chose aujourd'hui? L'histoire d'Hakai avait il eut un impact quelconque sur la jeune femme? Aucune idée.

Taka – Tu vas mieux?

[Hakai] « Oui et... c'est grâce à toi. »

Un regard, un sourire. C'était ce petit échange qui faisait battre le cœur du jeune homme. Il laissa alors la perfectionniste finir ce don elle avait débuté. Lui, plus loin, regardait cela avec un œil aguerrit. Bien sur, il aurait volontiers donné un coup de main, mais le panier était à présent vide...

Taka – Je voudrais te montrer un endroit... Bon certes, il n'a plus été entretenu depuis longtemps mais ça devrait aller. »

L'homme eut comme simple réponse un sourire et de proposer son bras à la jeune femme ce qu'elle accepta. Hakai avait remarqué... Elle avait vraiment changé... Cette nuit de pleine lune ou il l'avait fait pleurer... Cette demande de la voir sourire...Et voici enfin qu'elle l'a réalise.

MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Jeu 17 Juin - 1:32

[Suite en forêt]



Age: 20ans | Taille: 1m67 | Poids: 60,2kg | Résidence: Konoha | Grade: Chuunin | Matricule: 000Z135R38T | Statut: Célibataire

~ Registre des missions ~
D:0/0 | C:2/0 | B:0/1 | A:0/0

~ Assassinats ~
Aucun

MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   Lun 5 Juil - 14:12

Taka : +90 XP
Hakai : +70 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre   

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre
» [Quartier Uchiha] Domaine du Cygne
» Quartier Uchiha - Théâtre "L'Eventail"
» [Quartier Uchiha] L'Antre des Secrets
» Quartier Uchiha - Temple du Savoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-