Partagez | 
 

 Appartement d'Hakai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Appartement d'Hakai   Ven 6 Mar - 16:51

Rappel du premier message :

Le jour même ou mes papiers avaient été validé par l'académie, on m'avait confié un appartement. Au début, cela m'avait étonné, mais par la suite cela me parut évident. Comment le village pourrait laisser son armée dormir dans la rue. On m'indiqua gentiment le quartier et m'invita à mit rendre. Je repartais sur mes pas. Je marchais dans la rue admirant le paysage urbain. Tout semblait paisible. Aucun problème en vue. Mais la chose qui me choqua le plus était qu'aucune personne ne faisait la manche, aucun pauvre. Cela pouvait il vraiment être réel ? Des passants, des enfants et des ninjas. Voilà ce qui se trouvait dans la rue. Mais ou sont donc passé les pauvres ? Une ville ne peut pas vivre sans pauvre, ou sinon c'est le paradis.

J'arrivais rapidement dans un quartier remplit de petits lotissements. D'après la secrétaire, mon appartement devrait se trouver parmi eux. Mon appartement portait le numéro treize. Je continuais à avancer jusqu'à à y arriver. Je me trouvais entre deux maisons, l’une d’elle semblait habitée par des petits vieux. La première chose qu’ils firent en me voyant rentrer dans mon nouveau logis était de faire les commères auprès de tout le voisinage.

[Hakai] « Je sens que je vais me plaire ici… »

L’appartement était un deux pièces. Il y avait bien sur les toilettes salle de bain, la chambre salle à manger et une salle vierge, destiné au choix du propriétaire. Il était clair que bientôt cette pièce serait une salle d’entrainement. Il se faisait tard mais je devais tout de même sortir faire les courses. Le frigo était vide. Les étalages étaient à présent quasi vides. Je réussis tout de même à trouver quelque légume et un morceau de viande. Juste assez pour le repas du soir. Sur le chemin du retour, je pouvais voir les habitants mettre leurs objets sur la route. Du bois massif.

*En bricolant tout ça, je pourrais commencer à me faire une bonne salle d'entrainement.*

Je pris les quelques planches qu'il y avait sur mon dos. Arrivé chez moi, je mis de côté le repas pour m'activer sur la construction d'une barre. Vu le peu de matériaux à ma disposition, je ne pouvais faire que cela. Mais qu'importe, je pourrais ainsi développer mes biceps et cela, sans avoir dépensé le moindre sous. Je mis une petite heure pour fixer la barre. Je fis ensuite une série de cent tractions avant d'aller me coucher, exténué.

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Lun 5 Juil - 1:43

- Premier Intermède -

Partie 1 - 4
Orage.

Elle fut rassurée. C'est vrai, le visage impassible d'Hakai lui enleva un poids énorme. Les yeux qui la regardaient, aussi voir plus attentionnés que la première fois qu'ils s'étaient rencontré, lui faisaient comprendre que son geste n'était pas si grave que cela. Elle avait enlevé la vie à un homme et brûlé par le fait même la maison de ceux qui l'avaient hébergés ; Elle avait foutue en l'air toutes les économies de cette famille déjà pauvre, réduit en miette ce qu'ils avaient bâtis pendant toute une vie, une génération, voir deux générations ; Elle avait profité de leur bonté et était partie avec plus que ce qu'ils voulaient lui donner. Rien de très grave, en somme.

Sa petite tête était toujours appuyé contre la table en bois. Elle sanglotait en silence, honteuse. Lorsqu'elle releva la tête, le visage déformé par les remords et la tristesse, elle put voir Hakai, agenouillé près d'elle. Il camouflait la pitié qu'il ressentait à son égard par une expression rassurante. Cela ne faisait aucun doute, il comprenait ce qu'elle éprouvait et ne pouvait que la soulager de sa douleur, celle-ci étant bien trop grande pour être amplifiée. Elle le regarda, les yeux brillants. Une larme glissa sur sa joue et vint pendouiller sur son menton quelques secondes avant de s'écraser sur le sol de l'appartement. Le bruit qu'elle fit à son contacte sembla être la seule chose qu'on entendit avant l'arrêt complet du monde que la fillette avait connu jusqu'à ce jour.

L'Uchiha s'embarqua dans un discours rassurant, qui lui ouvrit les yeux sur certaines choses de la vie. Nul doute, cet homme fort et musclé ne pouvait que l'aider dans sa vie futur. Il pouvait lui apprendre à devenir plus sage, pouvait l'aider à devenir plus forte ou même l'aider à développer ses capacités à son paroxysme.

Il était seul, elle aussi. C'est sans doute pour cela qu'ils se regardaient comme s'ils pouvaient lire entre eux comme dans un livre ouvert. L'homme lui tenait les épaules, puis détourna le regard lorsqu'il vit que la fillette le regardait avec tant de fascination. Jamais elle n'aurait cru qu'un jour elle intimiderait un Uchiha avec comme seule aide ses iris reluisants et une larmes sur la joue. Mais ce qu'il ne savait pas, c'était qu'elle était bien plus mal à l'aise qu'il ne l'était en ce moment. Et aussi que son simple toucher faisait battre son cœur à un rythme rocambolesque. Ce n'était pas de l'amour. Non. C'était bien plus que ça. Un sentiment étrange qu'elle n'avait pas ressentit lorsqu'elle rencontra Haruna. Un sentiment indescriptible qui n'avait pas de nom.

Hakai - Si tu n'as plus d'autre endroit... Tu peux rester ici.

La fillette détacha l'emprise qu'avait l'Uchiha sur ses épaules et tint ses mains aussi fort qu'elle le pouvait. Elle baissa les yeux, ses cheveux cachant ses yeux tristes et sécha ses larmes en silence. Puis, un sourire forcer se dessina sur ses lèvres. C'était la deuxième fois qu'on l'invitait à loger chez quelqu'un qu'elle connaissait à peine alors qu'il y avait des dizaines d'enfant sans logis, qui mourraient de faim et manquaient d'amour. Pourquoi avait-elle tant de chose alors qu'elle n'avait rien fait pour les mériter ? Pourquoi avait-elle tant d'attention ? Pourquoi Hakai était si gentil avec elle ? Pourquoi elle n'arrêtait pas de pleurer, pas de tristesse, mais de soulagement ? Pourquoi ?

Elle se laissa tomber dans les bras de son sauveur et l'enlaça longuement en retenant ses larmes.

Une seule rencontre suffit pour changer toute une vie.

***

Pourtant, je n'étais qu'une fleur parmi tant d'autre,
mais je suis celle qui a été cueillit.


Quatre ans plus tard.

Un rayon de soleil vint lécher son visage encore endormi. Un visage légèrement plus mûr que celui qu'elle avait étant fillette. Un visage marqué par ses souvenirs d'antan. Seulement, la tristesse qu'elle avait ressentit tant d'années plus tôt s'était totalement dissipée pour laisser place à une jeune fille téméraire encore plus forte qu'elle ne l'était avant. Ses lourdes paupières s'ouvrirent difficilement, laissant apparaître des yeux noirs pleins de vie. Azumi se redressa. Assise sur un matelas qui lui appartenait, elle s'étira et bâilla longuement avait de pousser d'un geste lasse sa couverture brune qu'on lui avait offert. Ses pieds nues rencontrèrent la fraîcheur du sol qu'avait laisser la nuit avant de donner place à l'aurore. Une douce lumière pénétrait dans la pièce malgré les rideaux fermés, annonçant par le fait même un journée radieuse. La jeune fille laissa pénétrer la chaleur en écartant les deux bouts de tissus. Une lueur aveuglante pénétra dans sa chambre, ce qui la força à fermer le yeux. Étourdie, elle tituba jusqu'à son miroir et se regarda, les yeux plissés.

Azumi - Olah ! Ma vieille, t'as passé une mauvaise nuit.

Elle passa une main habile dans ses cheveux tout en se massant le cuire chevelu, puis, elle repoussa le tout à l'arrière afin de passer ses doigts entre chaque mèche. Maintenant âgée de treize ans, la fillette qu'elle était avant avait grandi. Sa poitrine, bien que légère, avait déjà commencer à grossir, lui arrachant quelques grognements de douleur à chaque fois qu'on l'accrochait. Ses traits définitifs se dessinaient peu à peu. Elle deviendrait une bien jolie jeune femme, une fois l'adolescence passé.

Azumi s'attacha les cheveux en queue de cheval à l'aide d'un élastique rose et s'habilla rapidement. Elle s'arma d'un blouson blanc et d'une jupe rougeâtre, puis enfila de longs bas blancs qui lui montaient jusqu'en dessous des genoux. La Genin attacha son blouson et sortit de la chambre magnifiquement en désordre et aboutit dans le couloir de la demeure. Elle parcourue quelques mètres en dansant et entra dans la cuisine, ouvrit le réfrigérateur, se pris un Splash-Delly, (sa boison préféré) puis se tourna vers Hakai, un sourire sur les lèvres. Il était assis à la table, dos à elle, ne disant aucun mot. Elle s'approcha et, les bras croisés, elle s'appuya sur sa tête. Ses avant-bras entrèrent en contacte avec sa chevelure noire et douce. Elle ferma les yeux.

Azumi - Bonjour...

Elle fit un pause et continua d'un ton plus joyeux cette fois.

Azumi - Papa...

...


Dernière édition par Azumi le Lun 15 Aoû - 0:54, édité 2 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Lun 5 Juil - 4:02

Le temps passait vite… Trop vite probablement. Les années défilaient, certains muscles du visage se durcissaient tandis que d’autre se ramollissait. Mais en générale l’homme avait gardé sa stature d’homme balèze. Après tout il était encore dans la fleur de l’âge. En fait… on ne pouvait même pas parler de vieillissement. A ce stade c’était surtout de la maturité. Et l’arrivé de la petite Azu dans sa vie y était pour quelque chose. L’homme avait des responsabilités à présent vis-à-vis de sa petite fleur comme il aimait l’appeler. En fait sa vie avait changé le jour de son arrivé. L’apocalypse avait laissé un cadeau à la porte de l’Uchiha. Son âme sœur comme l’appelait alors la petite à cette époque. Oui… ils l’étaient en quelque sorte. Mais pas en tant que mari et femme.

Hakai se réveilla grâce à un champ mélodieux qu’un rouge gorge interprétait magnifiquement. Le soleil montait encore dans le ciel, il n’était pas bien tard. L’heure idéale pour ne pas avoir le sentiment d’une matinée perdu. L’homme passa la main sur son visage encore mal réveillé. Les cernes étaient encore présents, mais très vite elles disparaîtront pour laisser place à un visage radieux que l’on connaît de l’homme. Une jambe après l’autre, l’homme prit le soin de ne faire aucun bruit tout en fixant une porte. Derrière celle-ci se trouvait son petit ange, celle pour qui il avait aménagé une pièce. Ils vivaient à présent à deux dans ce petit pavillon. L’homme s’absentait par moment, laissant le soin à Azumi de surveiller le domicile, il la savait calme et courageuse, jamais une seconde erreur ne se reproduirait. Il avait pleinement confiance en elle. Pour préparer aux mieux sa pupille, l’homme l’avait éduquer, un peu comme l’aurait fait le clan mais sans se bourrage de crâne. De une car cela n’aurait fait que la perturber et de deux car elle ne possédait le don héréditaire du clan, lui raconter la gloire passer du clan, nos possibilité et notre rapprochement des dieux ne lui aurait strictement servi à rien. L’Uchiha avait ainsi pu voir le comportement de sa fille changer. Chaque jour son corps se transformait pour devenir une magnifique jeune femme et son esprit suivait le même chemin.

A pas feutré, l’homme se dirigea vers la salle de bain ou il se fit couler un bon bain chaud. Il regarda la pendule installé au dessus de l’entrée, neuf heures trente. Il souriait. Habituellement, il réveillait la petite à cette heure, mais la nuit précédente avait été un peu… perturbée. Ils avaient passé la nuit à regarder un film à la télé. Un film d’action, starshipp troopers pour être exact. Ce film n’avait rien de méchant, mais suffisamment pour faire frissonner une jeune adolescente guère habituée à cela. Attendez un alien qui plante son dard dans le crâne d’un homme… Horrible tout de même. Et puis ces giclés de sang, ces membres arrachés… Bref une vraie boucherie. Alors vous dire que c’était les soldats du futur qui se faisait ainsi charcuter… Mais cela faisait partie de la vie, Azu en verrait des biens pires.

L’eau du bain s’engouffrant dans les canalisations provoquait pas mal de bruit que les deux portes et les quelques centimètres de béton ne devraient avoir de mal à contenir. Après une rapide toilette, l’homme sortit de la douche, les cheveux encore humides, les dents propres et le parfum enivrant la pièce. Il regardait la pendule une nouvelle fois et dans un souffle amusé, il renonça à réveiller la belle au bois dormant, après tout elle avait aussi le droit de faire la grâce mate. L’homme s’attela alors à préparer le petit déjeuner en espérant que Azu se réveillerait tout de même avant midi. Il prépara des toasts à la confiture de fraise et au nutella. Toutes ses saveurs, Azu les avait découverte chez l’Uchiha et ne pouvait plus s’en passer. De son côté, Hakai se prépara une longue tasse de café noir. Ni sucre ni lait, c’était corset qu’il l’aimait.

Sans même la sentir arriver, une masse se posa sur l’homme qui eut comme unique réaction un sourire. Cette petite était son seul rayon du soleil pour le moment, elle illuminait ses journées et il prenait toujours le même plaisir de lui dire bonjour ou d’aller lui jeter un dernier coup d’œil avant de s’endormir. Hakai était un père poule ? Un peu… Il écouta sa fille lui dire bonjour avant de se retourner et de lui offrir un sourire radieux.

[Hakai] « Bonjour toi. »

Il la serra avant de l’inviter à table. Elle se précipita sur ses toasts fraîchement préparés. Hakai regardait sa petite manger tout cela avec un appétit d’ogre tout en buvant une gorgée de son café.

[Hakai] « Tu comptes faire quoi aujourd’hui ? »

MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Mar 6 Juil - 23:18

- Premier Intermède -

Partie 1 - 5
Orage.

De son perchoir elle observa la nourriture placée face à une chaise où personne n'était assis. Ses petits mains se baladèrent sur la chevelure obscure de l'Uchiha jusqu'à ce qu'il se retourne et la serre dans ses bras. Azumi se laissa prendre et enfonça sa tête dans ce nid qu'on lui offrait. Elle sourit et s'écarta, sa boisson Splash-Delly dans la main droite, puis alla s'asseoir à face de son père. La jeune fille se laissa réchauffé par un rayon de soleil qui pénétrait pas la fenêtre de la salle-à-manger pour ensuite commencer à grignoter sa toast à la confiture, une substance délicieuse qu'elle avait appris à découvrir au sein de cette demeure. Habituée à l'éternelle confiture aux fraises de la famille Itô, Hakai lui offrait là un étrange mais savoureux Nutella qu'elle avait finalement arrivé à prononcer. Bien que le mélange semblait ragoûtant au premier coup d'œil, lorsqu'on mélanger ces deux pâtes à tartiner, les papilles gustative se mettait à frissonner d'envie et d'impatience.

Les années avaient passées à une vitesse affolante. Azumi était toujours Genin, bien malgré elle. La jeune fille avait aussi le regret d'avoir fait une petite pause dans son apprentissage, se concentrant plutôt sur des missions de bas niveaux. Elle se mettait peu à peu de ces années sabbatique et fréquentait l'académie et s'y était fait de nombreux amis. Le temps où elle était celle qui se faisait martyriser était définitivement. La Konoichi avait réussi à se créer un place ancré au sein de cet établissement et était connue de nombreux professeurs. Ce qu'elle préférait par dessus tout, c'était de compter des histoires abracadabrantes qu'elle avait soit disant vécu aux petits étudiants qui venaient tout juste de débarquer dans le monde de ninja. C'était marrant parce qu'ils vous regardaient avec l'un de ces regards qui venait vous faire frissonner de plaisir. Ces débutants prenaient ce que vous disiez avec sérieux seulement parce que vous étiez plus haut dans l'immense hiérarchie du village caché de la feuille.

Après avoir rigoler une bonne partie de la journée, elle revenait à la maison et Hakai l'accueillait, un sourire rassurant et chaleureux sur les lèvres. Elle l'aimait cet Uchiha et pas comme elle le prétendait étant fillette. Azumi le considérait réellement comme son père et avait complètement oublié l'idée de se marier avec lui et d'avoir une maison près de la mer tout comme le fait de l'embrasser sous un coucher de soleil – bien que cela la dégoûtait, à cette âge. Elle se disait qu'elle y était obliger si elle voulait un jour unir sa vie à son éternel héros. Ils passaient la majeur partie de leurs journées ensemble malgré les fréquentes absence de son paternel adoptif, qui était souvent demander auprès du village. Mais elle comprenait tout cela : son papa devenait peu à peu un homme important et elle devait respecter le travail qu'il faisait, même si cela l'engageait à quitter la maison quelques heures ; voir même quelques jours.

D'ailleurs, ils avaient écouter un film de science-fiction hier soir. C'était également la raison de son réveil tardif. Azumi ne se rappelait plus dû tout de son nom, mais elle se souvenait très bien de l'ignoble alien arrachant un membre plutôt facile à détacher d'un combattant de l'espace. Tout ce concept vieux d'un millénaire lui donna quelques idées à raconter aux étudiants de l'académie. Elle se surprit à trembler d'excitation juste en y pensant.

Lorsqu'elle eut terminé sa toast, elle s'attaque à son Splash-Delly qu'elle vida à trois secondes. Elle déposa la petite canette sur la table, ce qui émit un petit bruit sec et vide. Puis, elle se pencha vers l'arrière et soupira, repue.

Hakai - Tu comptes faire quoi aujourd’hui ?

La jeune fille leva ses yeux vers celui qu'elle considère comme son père. Son doigt vint toucher son menton : elle réfléchissait. Que pourrait-elle bien faire en cette journée ensoleillé. Elle écarta l'idée d'aller à l'académie, cela faisait plusieurs jours de suite qu'elle s'y rendait et n'y faisait rien de très concluant. Puis, s'il y aurait un ampoule au dessous de son crâne, elle se serait allumée. Azumi se redressa et sourit. Un sourire craquant qui aurait tôt fait de toucher l'Uchiha.

Azumi - En fait, je pensais inviter une copine à la maison. S'il-te-plait, s'il-te-plait, s'il-te-plait ! Je te jure qu'on ne fera pas de conneries !

Elle n'entendit pas qu'il termine sa phrase et vint déposer ses lèvres sur sa joue.

Azumi - Merci !

...


Dernière édition par Azumi le Lun 15 Aoû - 0:55, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Ven 9 Juil - 17:13

Vidant d’une traite son café, l’Uchiha vint poser à son tour la tasse sur la table tout comme sa fille venait de le faire avec sa canette. Un fin sourire sur les lèvres l’homme attendait la réponse de sa petite pupille, sa petite fleur comme il aimait le dire. Etrangement, il prenait son rôle de père très au sérieux, lui qui avait été si rebelle, si con même… Vous lui aurez dit il y a de cela quelques années qu’il serait l’élu, qu’il accueillerait cette charmante fille, il vous aurait lâché quelque commentaire désobligeant avant de tout simplement se casser. La vie était emplie de surprise. Il était père à présent… Non pas que cette petite lui était directement liée, mais ils avaient vécu tellement de chose similaire que cela était curieux. Leur complicité était touchante et n’importe qui ne pourrait voir qu’Azumi était une enfant adoptée.

Ses yeux onyx faisaient inlassablement ce bout chou. Les années l’avaient rendu très belle, elle entrait à présent dans l’adolescence, l’âge bête comme le disent certains. Mais Hakai ne se faisait aucun souci pour cela, Azumi était une fille calme et sérieuse. Bien sûr, il arrivait à Hakai de devoir lever la voix par moment, mais rien de plus. La jeune fille s’était très bien adaptée à la vie de famille, tout comme l’Uchiha d’ailleurs. Ces deux la avaient tellement eu l’habitude d’être seul que se retrouver ainsi ensemble tous les jours relevaient du miracle. Sans doute était ce le besoin d’un paternel pour Azumi et le besoin d’une famille pour Hakai… Il ne restait plus qu’à offrir une mère à cette petite, car qui dit adolescence dit problème féminin… Et l’homme se voyait mal rassurer sa fille… De tout façon, il était tellement dégourdi avec les femmes que la probabilité d’élever seul Azu était plus que possible.

Semblant réfléchir quelque seconde, l’homme souriait encore et toujours, s’attendant à une réponse des plus… explosif ? Inattendu ? Et probablement délirante aussi… Bref, son visage s’illumina.

Azumi - En fait, je pensais inviter une copine à la maison. S'il-te-plait, s'il-te-plait, s'il-te-plait ! Je te jure qu'on ne fera pas de conneries !

Euh… Il est un peu tôt non ? Ce sourire… Comment l’homme pouvait il refuser ? Il fallait avouer que la jeune fille avait le don d’acquérir ce don elle souhaitait, surtout avec Hakai. Elle vint déposer une bise sur la joue de l’homme ce qui mit rapidement fin au dialogue… Cela ne valait plus la peine de parler, la jeune fille s’était déjà échappé par la porte, parti chercher son amie probablement. L’Uchiha se retrouvait seul à présent, mais pour combien de temps ? Une chose était sûre, Azumi ne traînerait pas en route. Lorsqu’elle avait cette détermination, cette envie dans les yeux, rien ne pouvait la ralentir.

L’homme se serva une seconde tasse de café, profitant de ce soudain silence qui régnait dans le petit pavillon. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était retrouvé seul ici. Cela le manquait il ? Un peu… Il avait perdu de son indépendance, mais il avait gagné une fille et cela n’avait pas de prix.

Après plusieurs minutes ou l’homme était resté assis sur sa chaise, se laissant réchauffé par les rayons du soleil qui venaient s’engouffrer dans la maison via la large baie vitré. Son regard c’était perdu dans la ruelle ou il avait regardé longuement les passants. S’arrêtant par moment sur certaines personnes, certaines femmes. Mais tout cela avait assez duré. Il se leva et s’empara de sa tasse, les cuillères, couteau et tout autres ustensiles indisponibles pour un petit déjeuner. Il jeta ensuite la canette de la petite à la poubelle pendant que l’eau chaude se déversait dans l’évier. Un petit coup de liquide vaisselle et le voici, main dans l’eau chaude entrain d’essuyer ce peu de vaisselle.

MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Lun 12 Juil - 21:26

Azumi - 62 XP
Hakai - 70 XP
Hideki - 12 XP

MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Sam 17 Juil - 4:11

- Premier Intermède -

Partie 1 - 6
Orage.

Azumi savait qu’avec ce sourire, Hakai accepterait. De plus, comment pourrait-il refuser à une si jolie gamine d’avoir des relations sociales ? D’autant plus qu’à son âge, avoir une amie à qui se confier était l’une des choses les plus importantes. Tout d’abord elle considérait Ying comme sa meilleure copine. Elle était sa coéquipière. Elles avaient vécu beaucoup de choses ensemble. La petite Niwa était presqu’à égalité avec Sakura, une jeune fille qu’Azumi avait rencontré au parc Seibutsu lors de ses neuf ans. Elles avaient ensuite été victime d’escroquerie. Un homme lui avait vendu un sac qui appartenait à l’origine à la famille Itô à un prix exorbitant. Heureusement, la Konoichi, anciennement connue sous le nom de cette famille qui l’avait jeté, s’en était rendu compte et avait donné une jolie raclé à ce voleur.

Sans même laisser le temps à Hakai de répondre, la jeune fille prit son sac et sortit de l’appartement. Elle descendit les escaliers d’un pas rapide et entreprit une longue marche vers l’académie. Ses pieds semblaient danser au rythme du village. Une flaque d’eau se dresser sur son chemin ? Hop ! Elle passait par-dessus en tournoyant. Un homme hideux osait se mettre devant elle ? Hop ! Elle le poussait dans la boue (Ceci est un mensonge…). Enfin, elle arriva au pied de cet établissement. La fillette avait passé tant de temps dans ce bâtiment qu’elle éprouvait aujourd’hui un certain sentiment de soulagement à la vue de ce dernier. Azumi n’y allait pas seulement pour s’entraîner afin de devenir plus forte. Elle adorait traîner dans le coin. Tous ses amis y étaient rassemblés. C’est également ici qu’elle exerçait un pouvoir étrange sur les étudiants. D’ailleurs, il y avait une petite fille aux cheveux roses immondes qui s’avançait vers elle, ses mains serrant un petit sac appuyé sur son torse. Cette gamine affichait un air timide et on ne pouvait que la trouver belle, même si sa couleur de cheveux était franchement bizarre.

Fille - Bonjour, comment vas-tu Azumi ?

Elle ne la connaissait pas. Mais, elle, visiblement, connaissait son nom. Azumi leva un sourcil et regardait de haut la petite qui affichait une moue abattu.

Azumi - Je vais bien. Enfin, hier j’ai combattu des aliens. Y’en a un qui m’a cracher du venin au visage. Mon père est venu me secourir en me lançant un Katon à la figure pour le dissoudre. On a dû me frotter avec du savon pendant une heure pour enlever les cendres qui s’étaient collés sur mon corps. La routine quoi…

L’inconnue afficha un air surprit. Elle avait les yeux ronds comme des olives et sa mâchoire pendouilla quelques secondes avant de se refermer dans un claquement sinistre.

Fille - Aie, je me suis mordu la langue.

Azumi - Il te suffit d’écrabouiller quelques feuilles d’herbe à poux, aussi appelé Ambrosia trifida, de la saupoudrer dans de la soupe aux gingembres et d’en étendre sur tes yeux. La douleur devrait s’être dissipée d’ici là.

Elle avait dit ces mots aussi subitement que rapidement. La jeune fille avait lu dans un livre que l’herbe à poux était une plante très allergène. Ainsi, en racontant cette recette de grand-mère qu’elle venait tout juste d’inventer, elle pouvait montrer aux gamins que son savoir était infini.

Sakura - Azumi…

Cette douce voix la surprise.

Azumi - « Um ? » La fillette se tourna vers son interlocutrice, puis un sourire se dessina sur ses lèvres. « Oh, tu es là. M’attends-tu depuis longtemps ? »

Sakura - Suffisamment pour entendre les bêtises que tu as débitées à cette pauvre étudiante. Tu viens, les autres nous attendent ?

Azumi - « Je m’en fiche, aujourd’hui je sèche les cours ! Excuse-moi, » dit-elle à la fillette qui se frottait la mâchoire, comme pour soulager le mal, « Pourrais-tu nous laisser ? Merci. Je disais donc qu’aujourd’hui je vais chez moi et j’y reste toute la journée. »

Sa vieille amie leva de petits yeux qui ne démontraient aucun sentiment précis sur Azumi. Malgré sa surprise, son regard rougeâtre ne trahissait que très rarement la barrière psychologique qu’elle s’était bâtit. Elle répondit avec un ton plus ou moins réprobateur.

Sakura - Tu dis cela comme si tu étais obligé d’aller à l’académie Ninja. Tu sais bien que tu dois prendre tes responsabilités si un jour tu veux avancer dans la vie. Ma mère me dit toujours que…

Azumi - Allons, allons, la coupa-t-elle. C’est plutôt toi qui devrais apprendre à profiter de la vie et arrêter de suivre les indications de ta maman ! D’ailleurs, tu viens avec moi.

La Konoichi attrapa le bras de son ami et l’entraîna dans une ruelle boueuse malgré ses plaintes. Sakura se débattit furieusement, mais la pression qu’exerçait Azumi sur son poignet était suffisamment forte pour ne pas la laisser s’enfuir. Sa jeune amie avait toujours été une adolescente responsable. Elle obéissait à sa mère aux doigts et à l’œil, comme si c’était un dieu. Jamais Azumi n’avait rencontré sa famille, mais elle se doutait bien que les membres qui la composaient étaient très stricts et que la défaite n’était que très rarement pardonnée. Aujourd’hui, elle incitait l’une de ses meilleures amies à prendre congé des études, afin de lui faire voir de nouveaux horizons. Pour la première fois, la konoichi l’inviter chez elle et pourrait lui présenter son papa adoré.

Sakura gestucula quelques secondes avant de se calmer. Puis, elle dit d’une voix douce et mélodieuse.

Sakura - Pourquoi souhaites-tu tant à ce que je manque les cours. Mon frère s’en rendra compte et ira tout rapporter à ma mère.

Azumi - Bah ouais, et tu crois qu’Hiro ne manque pas les cours que ta famille lui oblige de suivre ? Je veux t’emmener chez moi, Sakura. Je veux te présenter mon père.

La petite fleur, c’est comme cela qu’on appelait Sakura, se calma afin. Elle sembla retrouve le sourire.

Sakura - Je suis timide, il est gentil ?

Azumi - Mais oui, il est le plus gentil homme du monde.

Sakura - Tu crois qu’il pourra me raconter comment il a combattu l’immense serpent de la forêt interne ?

Azumi baissa les yeux. Elle avait complètement oublié ce mensonge. En effet, la fillette avait raconté à ses amis une histoire de serpent géant qui rôdait dans la forêt et que son père partait à sa recherche bientôt. Quelques jours plus tard, elle revint avec les péripéties imaginaires de l’Uchiha. Elle leur dit qu’Hakai avait mit K.O le serpent en 2 minutes seulement.

Sans répondre à sa question, elles poursuivirent leur chemin jusqu’à la maisonné. Sans toquer, Azumi entra et demanda à sa jeune amie, qui semblait anxieuse, de retirer ses chaussures.

Azumi - Papa ! J’ai quelqu’un à te présenter.

Quelques secondes s’écoulèrent et elle put remarquer le teint pourpre que prenait les joues de sa jeune amie. Elle sourit à cette constatation.

Azumi - Je te présente Sakura, dit-elle à son père. Je la connais depuis longtemps.

La petite fleur s’inclina poliment.

Sakura - Bonjour monsieur, désolé de vous déranger.

...


Dernière édition par Azumi le Lun 15 Aoû - 0:55, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Sam 24 Juil - 4:58

Cette misérable vaisselle ne lui avait pas prit plus de cinq minutes. L’avantage d’une petite famille, mais il est vrai qu’avant l’arriver de la petite, Hakai pouvait se permettre de laisser l’appartement à l’abandon pendant quelque jour avant d’y revenir comme bon lui semblait. A présent cette liberté lui était interdite. Il avait des responsabilités auprès de cette petite qu’il s’était lui-même imposé. Car oui après tout, il aurait très bien pu mettre la petite à la porte et lui dire un adieu. Mais c’était un homme à grand cœur et devait il vraiment regretter cela à présent ? Il offrait à Azu ce que lui-même n’avait eut, il sauvait en quelque sorte cette petite de tous les malheurs qu’il vivait à cause de son passé et pourtant il avançait encore et toujours. Par le passé, il avait annoncé qu’il tenait uniquement grâce à l’amour qu’il nourrissait pour Taka. Aujourd’hui, la situation était tout autre. Il recevait de l’amour, il avait des obligations et une raison de vivre plus longtemps. Voir grandir et évoluer cette jeune fille chaque jours était un bonheur que le jeune père adorer observer. Par moment, il se disait qu’elle ferait une shinobi remarquable et une épouse intentionnée, mais surtout il pensait la préserver du monde si rude. Chose purement paternel, mais qui ne servait à rien dans ce monde et surtout dans ce métier.

L’homme souffla légèrement à cette pensée. Pour le moment, ils vivaient heureux sans soucis, mais bientôt la jeune fille deviendra une adolescente. Hakai craignait ce moment, il gardait un mauvais souvenir de son « âge bête ». Insolence, liberté, connerie… bref la totale. Si tout cela devait se produire avec Azu, l’homme craignait de n’être suffisant. Elever une fille seule était une épreuve digne des plus grands. Le besoin d’une présence féminine se faisait par moment sentir. Et l’adolescence chez les femmes se traduisait toujours par des petits soucis dont Hakai serait incapable de répondre. Il lui faudrait de l’aide, mais qui serait apte à l’aider ? Le mieux aurait été que l’homme soit assez débrouillard pour se trouver une compagne, mais tout cela semblait bien loin à présent. Toutes ses histoires avec Mina, Séji ou même Nara… La seule véritable présence que l’homme sentait dans son cœur était Taka. Mais la situation changerait elle un jour ? L’homme s’y tenait fermement, comme une bouée de sauvetage peut être… Non le mieux serait que sa famille l’aide. Il avait apprit l’existence d’Azu lors d’un repas de famille ou Nora avait demandé des comptes pour ses absences prolongées. Hakai ne souhaitant vivre dans le mensonge avait simplement annoncé qu’il hébergeait une petite fille. D’abord contre, la famille n’eut d’autre choix d’accepter la bonté d’âme du jeune homme et de demander de rencontrer un jour cette dénommée Azumi. Ce jour approché… Mais pas encore aujourd’hui.

L’homme se servit un autre café et s’installa sur une chaise au coin d’une fenêtre. Le soleil venait caresser sa peau et dans un petit frissonnement de plaisir, il sourit. Il profitait des petits plaisirs de la vie, des choses simples que chacun pouvaient profiter, même les plus pauvres avaient ce droit. Mais trêve de rêverie, deux petites têtes venaient de passer sous la fenêtre et Hakai cru reconnaître l’une d’elle. C’est donc sans surprise que l’homme vit débarquer deux jeunes filles. Un visage souriant, l’homme accueillit la nouvelle arrivante.

Sakura - Bonjour monsieur, désolé de vous déranger.

[Hakai] « Mais tu ne me déranges pas du tout. Soit la bienvenue Sakura. »

Hakai restait sur sa chaise, le visage angélique. Il se tourna alors vers Azu.

[Hakai] « Vous pouvez faire ce que vous souhaitez, j’apporterais le repas dans ta chambre, je suppose que vous avez beaucoup de chose à vous dire. »

L’homme laissa donc les deux jeunes filles vaquer à leur activité. Il confia alors une petite heure la maison à Azu pour aller chercher le dîner. Il n’était pas question d’aller manger à l’auberge aujourd’hui, mais le réfrigérateur était vide, un remplissage était obligatoire.

L’homme rentra comme prévu une heure plus tard. Il pouvait entendre les rires s’échapper de la chambre de la jeune fille. Pendant que certaine prenaient du bon temps, lui s’activait au fourneau. Bien sur les installations étaient sommaires. Micro-onde et plaque chauffante, pas de gaz ou de four et cela valait mieux ainsi lorsqu’on connaissait le passé d’Azu. Il fallait donc remuer tout cela avec une énergie déconcertante pour que rien ne coller au fond de la casserole. Heureusement pour la jeune fille, Hakai aimait cuisiner et savait se servir de ses ustensiles. Tout cela il l’avait appris ici même, vivre seul amenait certaine obligation, mais il ne s’en plaignait pas. Le plat mijotait, Hakai pouvait à présent mettre la table. Aujourd’hui ils avaient une invitée même si celle-ci ne semblait être au courant de l’initiative du jeune homme. Chose faite, Hakai déposa le boc de riz cantonné sur la table, suivit d’un second empli de légume en tout genre et bien sur le bouquet final, le blanc de dinde marié à une sauce blanche et des champignons. De quoi s’en mettre plein la pense et faire une bonne sieste après. L’homme sourit quelque seconde avant de se diriger vers la petite porte. Ses doigts vinrent percuter le bois avant que sa voix ne se fasse entendre.

[Hakai] « A table les filles. »

MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Lun 26 Juil - 7:40

- Premier Intermède -

Partie 1 - 7
Orage.

Après avoir enlevée ses chaussures, Azumi avança dans la maison d'un pas dansant et s'arrêta devant son père. À tour de rôle elle présenta à sa jeune amie toutes les pièces de la maison et elle s'attarda particulièrement à la cuisine où elle ressentit soudain un étrange sentiment de mélancolie. Et si elle n'avait pas oublié les courges gratinées dans le fourneau ? Et si elle ne s'était pas endormie devant le portique le jour où l'orage avait secoué le village ? Sans doute n'aurait-elle pas vécu aussi paisiblement durant un aussi long moment. En effet, bien trop ébranlée par l'incendie qu'elle avait déclenché et par le rejet désespérant d'Haruna, la fillette fut forcée de laisser de côté son apprentissage ninja le temps qu'elle se remette de tout cela. Elle se souvint que cet incident n'avait pas eu de répercussion sur son état les premiers jours qu'Hakai l'avait accueillit. Mais une fois revenue de mission, la jeune fille se rendit enfin compte de la gravité de la situation. Elle avait mis fin à la vie de toute une famille et elle se permettait encore de sourire ? C'en était trop ! Elle resta à la maison, sortant de temps en temps et profita de ces moments pour apprendre à connaître Hakai. Puis, au bout de plusieurs semaines, elle se décida enfin à mettre un pied à l'extérieur. Azumi visita cette fois tous ses amis en commençant par Ying, qu'elle rencontra au parc Seibutsu ainsi que Sakura qu'elle rencontra au même endroit. Elles en profitèrent pour se remémorer la fois où elles avaient capturé un voleur. C'était d'ailleurs la première mission de rang D que la jeune fille avait accompli. Elles se promirent également de garder contacte, afin de ne plus jamais se perdre de vue.

S'ensuivit alors une pelletée de péripéties toutes plus rocambolesques les unes que les autres jusqu'au jour où elle devint enfin respectée à l'académie. Azumi était une Genin et elle fréquentait cet établissement depuis bien plus longtemps que quiconque n'arpentait les couloirs énergiques du bâtiment. Les étudiants, bien que parfois bien plus vieux qu'elle, avaient appris à l'admirer. Même si, pour en arriver à une popularité aussi élevée elle dû dire de nombreux mensonges et inventer des histoires afin de les faire tous trembler d'admiration et parfois même de compassion tellement ses histoires étaient tristes, bien que complètement fausses.

Elle poursuivit son apprentissage lentement. Améliorant par le fait même ses connaissances en maîtrise de chakra. Azumi s'amusa aussi à aider les autres non seulement pour leur montrer que sa force était bien plus élevée que la leur, mais aussi pour les faire progresser. Elle les aimait bien, ces étudiants, même si parfois elle pouvait se montrer indépendante. Malheureusement, Hakai n'avait jamais voulu l'entraîner. En fait, c'était plus la discussion que la jeune fille n'avait jamais osé engager. C'était comme si au plus profond d'elle, Azumi se doutait très bien que sa réponse ne tournerait pas en sa faveur.

Hakai était un Uchiha. Elle voulait apprendre l'enseignement des Uchihas. Elle les avait toujours admiré. Pourquoi lui refusait-il un aussi grand honneur, alors que cela faisait presque quatre ans qu'ils sommeillaient sous le même toit ? Sans doute savait-il pertinemment quelle était la manière d'enseignement de son clan. La fillette le savait aussi puisque son ancien sensei était l'un de leur membre. Ou peut-être était-ce autre chose ? Quelque chose que seuls les adultes pouvaient comprendre... Azumi étant bien trop obstinée pour avouer que les Uchiha avaient bien d'autres choses à faire que de s'occuper d'une fillette, une pauvre orpheline qui avait trouvé abris chez un homme qui avait pitié d'elle. Tel était leur raisonnement. Ridicule, certes. Mais c'était comme cela.

Enfin, Hakai prit la porte en direction du futur dîner qu'il leur servira. Sakura, après l'avoir salué, se tourna vers son amie qui lui lança un clin d'oeil complice. Rapidement, elles entrèrent dans la chambre en désordre de la fillette. Avec prudence, Azumi s'approcha de son bureau et elle ouvrit l'un des nombreux tiroirs. À l'intérieur il n'y avait qu'une suite de sous-vêtements désordonnés et des bas multicolores. Elle écarta délicatement ses vêtements et, sur le bois en chêne massif dont était fait le meuble qu'on lui avait offert, il y avait un trou. Un minuscule trou de forme rectangulaire qu'il était très difficile d'apercevoir si on y jetait un rapide coup d'oeil, d'autant plus qu'il y avait un tas de linge qui le camouflait.


Sakura - Que fais-tu ?

Sur le visage de la fillette se dessina un sourire espiègle, presque malicieux. Elle observa Sakura avec des yeux taquins et elle dit :

Azumi - Je veux te montrer mes petites culottes. Qu’est-ce que tu crois ?

Sakura - Pardon ? Dit-elle à la fois surprise et un peu timide.

Azumi - Bien sûr que non, petite idiote. S’exclama-t-elle en riant doucement. Je veux te montrer quelque chose de top secret ! Tu dois ne le dire à personne ! Compris ?

La petite fleur hocha la tête, puis étira son cou pour mieux voir ce que fabriquait l’orpheline. C’est alors qu’elle remarqua le trou et, intriguée, elle interrogea Azumi sur son utilité.

Azumi - C’est une trappe secrète, répondit-elle. Mon tiroir du dessous ne s’ouvre pas, comme tu peux le constater. Il n’y a pas de poigné et il est « soudé », impossible de l’ouvrir sauf si on le défonce ou si on y fait un trou. Au départ, il était là seulement pour décorer. C’est très, très répandu. J’ai lu à quelque part que c’est la mode, mais toi tu t’y connais plus là-dedans que moi, n’est-ce pas ?

Effectivement, Sakura était issue d’une famille riche. Depuis son plus jeune âge, elle avait été initiée à la couture et ses parents achetaient également de nombreuses boutiques. « La mode, disait-elle, c’est quelque chose de vivant. » Elle changeait, grandissait, se rependait… Parfois même elle se reproduisait. C’était une chose en constante évolution et il fallait se tenir au courant pour connaître toutes les nouveautés. C’était des connaissances essentielles pour la couture, si seulement on voulait vendre nos créations, tout comme c’était indispensable pour bien décorer un nouveau commerce.

Sakura - Oui oui… J’en ai entendu parler, répondit Sakura. C’est comme les fausses fermetures à glissière qu’on utilise pour rendre un vêtement plus attrayant.

Azumi - Ouais… Enfin, je n’y voyais pas d’utilité. Mais aujourd’hui j’ai découvert que c’était une cachette en or ! À l’intérieur de ce faux tiroir, c’est vide. Les créateurs ou je ne sais qu’elle est le nom de leur métier n’ont pas jugé bon de le remplir de bois. J’ai donc bricolé un peu. J’en ai fait mon tiroir secret et le seul accès est le tiroir du dessus. La planche qui sert de fond peut se soulever. Il suffit d’y entrer un morceau métallique que j’ai cueillit dans la rue pour l’ouvrir.

La fillette se leva et ouvrit une petite boîte caché sous son lit. Elle en sortit un objet métallique. Celui-ci ressemblait à une baguette, mais sur le bout avait été ajouté un minuscule prisme en base carré, mesurant environ trois centimètres de longueur. Il était de la même grosseur que le trou du tiroir. Azumi s’avança vers celui-ci, y glissa la clé et tourna afin que le prisme ne puise se retirer. Elle tira dessus et la planchette se leva doucement. Une autre boîte était dissimuler au fond du trou et la jeune fille tendit ses bras pour le soulever. Il ne pesait pas très lourd, même si sa pesanteur ne laissait pas présager une boite vide. Elle la posa sur son lit et l’ouvrit dans un grincement agaçant.

Sakura - Où est-ce que tu as eu ça ?!

Azumi - Je l’ai volé à Cathimarue.

Sakura - Tu l’as volé ? Mais ce n’est pas bien, Azumi ! Tu devrais lui rendre, ce n’est pas très honnête !

Azumi - Oh, c’est bon, ça va ! Elle ne s’en servait même pas et elle en a des vingtaines comme ça. En plus, ce n’est pas sa couleur.

C’est alors que dans ses mains apparut une petite boite d’ombre à paupière. Dans l’autre il y avait un rouge à lèvre d’une couleur éclatante qu’elle affectionnait.

Sakura - Tu veux faire quoi avec ça !?

Azumi - C’est seulement pour s’amuser. Approche. Allez, viens.

Elles s’assirent sur le lit, face à face. Azumi déplaça les longs cheveux blancs de son amie, puis déposa une mèche derrière son oreille. Elle observa les yeux rougeâtre de la petite fleur et pencha légèrement la tête enfin d’examiner les traits de Sakura. Après cela, elle ouvrit le bouchon du rouge à lèvre et déposa la substance graisseuse sur les lèvres de son amie. Doucement, elle parcouru la forme de ses lèvres avec le maquillage voler, faisant resplendir sa bouche. Ensuite, elle entreprit d’embellir les paupières de Sakura en ajouta de la poudre rose autour de ses yeux. Tout en faisant son travail, elle dit :

Azumi - Je ne m’y connais pas vraiment en maquillage, mais disons que cette couleur te va très bien.

Sakura - C’est étonnant que tu n’aie pas lu de livres sur le maquillage…

Elles rigolèrent et entendirent derrière la porte des pas qui se voulait discret. Hakai était revenu des courses. Sakura tressaillit, nerveuse. Elle regarda son amie en lui jetant un regard qui lui demandait qu’est-ce qu’elles devaient faire. Ranger tout cela ou poursuivre leur séance de beauté ?
Pour la rassurer, Azumi dit calmement afin que son papa ne puise entendre :

Azumi - Ne t’inquiète pas. Il n’entrera pas puisqu’il doit faire le dîner. Et même, il me fait confiance donc ça va.

Sakura ne sembla pas soulagée pour autant. Elle renchérit.

Sakura - Ma mère me tuerait si elle me voyait.

La fillette poursuivit son art en levant des yeux fatigués sur sa copine. La petite fleur devait sans cesse écouter sa mère sans quoi elle se sentait aussitôt fautive et elle ne s’amusait plus. Lorsqu’elles sentirent l’odeur alléchante qui planait dans la maison, elles rangèrent le maquillage pour éviter qu’Hakai ne les découvre en plein délit. Puis, elles débarbouillèrent le visage de Sakura en prenant soin de ne laisser aucune trace de leur partie de plaisir. Quelques minutes plus tard, l’homme vint toquer à la porte et demanda leur assistance. Azumi couru jusqu’à la table, tendis que son amie préféra s’y rendre calmement en afficha une moue timide. Elle prit place près de sa vieille copine, et observa la dinde déposée dans son assiette. La petite lança un petit regard désespérer à son amie.

Azumi - Um… J’ai oublié de te dire… Sakura est végétarienne.

Sakura - Désolé ! S’écria-t-elle, complètement honteuse. Je suis désolé que je ne puise manger la dinde que vous vous êtes donner tant de mal à préparer. Pardonnez-moi, je mangerai les légumes et le riz, ils ont l’air délicieux.

Le dîner se poursuivit, ils échangèrent plusieurs paroles, Hakai semblant visiblement en apprendre plus sur l’entourage d’Azumi. Puis, lorsqu’enfin la fillette constata qu’il était enfin temps d’en parler, elle dit :

Azumi - D’ailleurs, quand est-ce que je pourrais rencontrer ton clan, mon papa chéri ?

...


Dernière édition par Azumi le Lun 15 Aoû - 0:56, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Mer 1 Sep - 23:50

Il y avait un peu d'agitation derrière cette porte à la suite de ma déclaration. Peu importe ce qu'elles faisaient, cela ne devait pas être trop grave. Du moment qu'elles ne mettaient pas le feu au drap. Je souriais légèrement tout en retournant prêt de la table où je m'aperçus rapidement qu'il manquait le sel et le poivre. Deux petits détails que je corrigeais rapidement pour enfin juger la présentation convenable.

La porte s’ouvrit enfin pour laisser filer deux petites sourit. Tous étaient à présent installés autour de cette table ronde. Les plats étaient disposés au centre avec comme point névralgique, la dinde. On pouvait dire que pour quelqu’un qui ne se servait que rarement de ses fourneaux, j’avais mis le paquet.

Sans trop de raisons, je pouvais voir des petits regards qui s'échangeaient entre les filles. Y avait-il une odeur ? Des mouches ? Avais-je oublié les couverts ? Non rien de tout cela. Alors, quoi ?

Azumi - Um… J’ai oublié de te dire… Sakura est végétarienne.

Sakura - Désolé ! Je suis désolé que je ne puise manger la dinde que vous vous êtes donner tant de mal à préparer. Pardonnez-moi, je mangerai les légumes et le riz, ils ont l’air délicieux.

Si ce n'est que cela... Je souris devant la fillette désemparée. Sa pureté ne pouvait qu'être salué bien que celle-ci ne durera guère dans ce monde. Oh ! Nous n'étions pas dans un mauvais pays loin de la. Konoha était même le cadre idéal pour grandir le sourire aux lèvres. Il ne fallait surtout pas oublier le métier que ces deux petites avaient choisi. Celui-ci demandait des sacrifices, beaucoup de sacrifice de leurs parts. Etre dans l'armée de Konoha avait son lot d'avantage, d'aventure et tout plein d'histoire qui s'en suit. Mais cela ne s'arrête malheureusement pas la. Le sens du devoir avant tout, à chaque mission vous pouvez voir l'un de vos proches s'écrouler sous vos yeux, vous sentir trahit et même être contraint à l'abandon d'une tierce personne, tout cela pour le salut du village. A cet âge on ne pense pas à tout cela. Et bientôt, très bientôt, ils comprendront et c'est alors un sentiment d'amertume, sans doute même de la rage qui s'emparera d'elles tout comme cela c'est emparé de moi. Ce n'est que plus tard, bien plus tard que l'on comprend enfin notre rôle, notre but et que se sent enfin prêt à les réaliser.

Je n'avais guère compris cela au début, sans doute avais-je été égoïste en pensant qu'à moi-même. Aujourd'hui je sais qui était l'avenir, ce que je dois faire pour l'avenir tout comme pour le présent. Tout n'est pas une question de puissance, de gloire et de richesse. Les noms de ces héros anonymes ne tiendraient pas sur le plus grand parchemin du monde.

La vie de chacun dépend de cette personne à côté et ainsi de suite. Sans shinobi, le chaos régnerait, sans paysan, la famine régnerait, sans bourge, la pauvreté régnerait... Tout cela est un cycle qu'il faut respecter. Essayer de tout changer ne servirait à rien, vous vous enfoncerez dans un mur aussi solide que les fondations du monde. Briser ce sceau c'était briser la vie.

Je regardais inlassablement cette pare de dinde qui restait au centre de son plat. Plusieurs fois je me posais cette question avant que d’un geste rapide la pare fut divisé en deux. Une partie vint dans l’assiette d’Azumi et la seconde vers la mienne. Il ne me fallut guère longtemps pour terminer cette viande blanche. Mon visage rayonnait, satisfait d’avoir réussi ce plat. Je m’installais ensuite au fond de ma chaise, me tenant d’un geste subtil la pense.

C'est au milieu d'une conversation qu'Azumi me surprit.

Azumi - D'ailleurs, quand est-ce que je pourrais rencontrer ton clan, mon papa chéri ?

Ce n'était pas la demande elle-même qui me surpris, mais la façon si « délicate » avec laquelle elle s'y prit. Je posais alors mon coude sur la table, ma tête sur ma main pour prendre une pose que je voulais réfléchit. Je pris le temps de laisser la petite avoir un petit doute avant de répondre avec un sourire.

[Hakai] « Disons dans une semaine. J’aimerais tout d’abord maîtriser le rasengan et tu vas m’aider pour cela. »

La réponse avait au moins le mérite d'être clair, ainsi elle pourrait ronger son frein et de toute façon, j'avais la ferme attention de l'occuper pendant cette semaine. Elle n'allait pas rester à rien faire le temps que moi je pratiquais le ninjutsu.

Le repas était à présent terminé. Tous avaient dégusté les repas préparés et même la petite Sakura avait léché ses babines. Bien évidemment, pas question d'arracher Azumi à son amie, c'était tout naturellement que je me levais.

[Hakai] « Tu débarrasseras la table. Je vais débuter mon entraînement de suite. Profite de cette journée pour te reposer, demain commence l'entraînement. »

MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   Mer 22 Sep - 12:52

Azumi : + 25 XP
Hakai : + 12 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Appartement d'Hakai   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Appartement de Hayabusa Toyome
» Appartement de Naoki
» L'appartement de la tortionnaire [PV Clyde Waldan] [RP CLOS]
» Risen no Hakai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-