Partagez | 
 

 Histoire de Kumo no Sato

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:39

Village Caché des Nuages – Kumo no Sato


Construit afin de se prémunir des attaques pirates nombreuses à l’époque, Kumo s’est depuis imposé comme une force majeure de son temps. Sakae Samura fut envoyée par les daimyo du Pays de la Foudre dans un petit village qui prit le nom de Kumo. Ce fut elle qui développa la première l’enseignement ninja et qui participa à l’orientation du village vers la création et l’utilisation de la foudre comme élément. Les recherches des amis Kanashi et Ashioto s’avèrent décisives pour l’avenir du village.

Hitoshi Torega, son successeur, se sépara nettement de l’influence du daimyo afin de partager les pouvoirs ; d’un côté l’économie et la gestion du pays, de l’autre la force militaire d’intervention – Kumo. L’attaque combinée de Kiri et de Konoha affaiblit le Village Caché des Nuages, qui en sort néanmoins vainqueur et doté d’une renommée nouvelle. Hitoshi tue notamment le Hokage de Konoha. La paix avec Konoha est trouvée peu de temps après, néanmoins la rancune de Kiri est tenace et suite à ce qui apparut comme un piège de Shinobu Aisu, alors Mizukage, Hitoshi perdit la vie.

On lui trouva un remplaçant étonnant, Shagen Hyuuga, qui symbolisait la volonté de paix de Konoha. Ce n’était qu’un émissaire diplomatique à l’origine, mais qui avait acquis un certain poids politique et la sympathie de beaucoup. Le Conclave, force politique majeure de Kumo, est instauré en tant que soutien et conseil du Raikage. Il ne compte alors que deux membres. Le village se remit des pertes passées et s’implanta davantage dans le présent, en multipliant les missions et on acquérant toujours plus d’importance. Suite aux propositions alléchantes de Kiri, Kumo réalisa un raid meurtrier, frappant à plusieurs endroits stratégiques sans rencontrer de réelles résistances. Leurs avancées furent stoppées lors de la bataille du fleuve Rouge. Par suite Shagen jugea sage de ne pas s'empêtrer dans un conflit et de se désengager. Son règne fut toutefois bref, attaqué à Konoha par un homme nommé Noya Fujissuke, qui s’avéra être l’un des Généraux de l’organisation Asahi.

Ce fut sous Kimimaro Kaguya qu’il se passa le plus d’événements. Le monde semblait alors en ébullition et la puissance de Kumo n’était pas niée. Heihachi, alors Haut Sénateur est important personnage politique, déserte subitement. Sa perte est douloureuse pour le village, mais moins que son attaque quelques mois plus tard, sous le nom de Karan, alors affilié à Asahi. Karan vole la relique de Kumo, une pierre ronde qui avait jusqu’à présent été un puissant symbole. Un inconnu du nom de Zakeru attaque alors à son tour le village, et tue un étudiant. Il semblait être lui aussi à la recherche de la relique. Kumo se distingue par l’excellence de les maîtres Eisei du village, Haita Neko, futur chef de l’unité des Immortels, fait parler de lui. Kimimaro s’absentait régulièrement, mais un jour il ne réapparut pas. Une équipe composée de trois Juunin fit son enquête, mais alors qu’ils sont sur le point de le retrouver Karan les interrompt à nouveau et fait s’écrouler le bâtiment sur Kimimaro. La mission est un échec.

Kumo est fragile, un combat oppose Alucard Hyuuga, parent de Shagen, et Kempachi Hemono, qui avaient tous deux participé à la mission qui devait retrouver Kimimaro. Kempachi l’emporte et devient ainsi Godaime Raikage. Le Tournoi Chuunin doit se passer dans son village, il invite les principaux villages à s’y retrouver. Toutefois, lorsque vint l’heure de l’ouverture officielle, Kempachi est introuvable.

Un homme le remplace, Shigeo Koyama, alors chef du Conclave. Le Tournoi Chuunin se conclut sereinement, malgré la fébrilité des Villages Ninja. Le Conclave sait que Kempachi a disparu, mais il ignore le procédé. Il convoque une troupe de devins, affiliés depuis plusieurs années au service du Raikage, et cherche l’explication. Kempachi a été approché par une organisation qui était inconnue, Kakumei, afin de lui vendre Kumo. Après son refus, il a été attaqué dans ses appartements. Même s’il parvient à repousser la première agression, Kempachi se fait surprendre par Karan qui le met à mal. Karan est à son tour interrompu par l’arrivée inattendue d’une nouvelle venue, ancienne juunin de Kumo, Misa Deita. La belle jeune femme tue avec une relative facilité Karan, puis l’emporte dans un lieu encore inconnu des forces spéciales… Depuis lors, l’équipe légendaire des Immortels est associée à la protection personnelle de Shigeo Koyama.


Dernière édition par Akogare Hyuuga le Mar 2 Juin - 16:08, édité 3 fois

MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:40

Shodaime Raikage - Sakae Samura

Les pirates sont une plaie pour un pays comme celui de la Foudre. Quelque peu isolé, entouré par les flots, toute la surface exposée est un flanc propice au moindre pillage. Les côtes riches de petits villages ou de villes fraichement établies sont autant de proies faciles. La situation ne s’arrangeait guère avec le temps. D’ordinaire, les attaques pirates s’atténuent au fil des saisons ; nombreuses du printemps jusqu’à la fin des nuits d’été, puis très espacées pendant l’automne et presque absentes en hiver. Mais la facilité évidente avec laquelle les pirates venus du Pays de la Brume saccageaient les rivages les poussaient à la témérité.

Asphyxié, le Pays de la Foudre peinait à établir de réelles routes commerciales, le sentiment d’insécurité poussaient les marchands à l’éviter et à ne pas l’inclure dans leur itinéraire. Les daimyos décidèrent alors qu’il était temps de pourvoir le pays d’une force militaire suffisamment puissante pour dissuader les pillards, et installer le pays comme l’un des grands de ce monde. Ils avaient bien vu les résultats que cela avait donnés pour le Pays de l’Eau. Un petit village au sud du pays fut renommé Kumo et fut décidé pour devenir le fleuron armée du pays. Les damiyos y envoyèrent l’un de leur plus probant espoir politique, une jeune femme dynamique du nom de Sakae Samura. Cette dernière était partie étudier à Kiri ces dernières années, elle disposait d’un savoir évident dans les arts ninja. Lorsqu’elle arriva toutefois, tout était à faire. Le village était avare en ressource, la population venait principalement des montagnes environnantes et rien ne semblait les destiner à un avenir de combats et de sang. Mais la jeune femme ne se laissa pas démonter ; elle ordonna la construction de divers bâtiments publics qui manquaient alors, et installa ses quartiers près du centre du petit village.

A l’origine, les daimyos pensaient populariser l’apprentissage du Suiton afin de leur donner un contrôle des mers, notamment vis-à-vis des pirates. Sakae trouvait toutefois que cette pensée était limitée sur le court terme. De même, elle était mal à l’aise à l’idée de partager le savoir propre à Kiri. Les daimyos étaient ignorants du secret qui entourait chaque technique ninja, mais Sakae l’avait appris tout au long de son séjour au Pays de l’Eau. Il n’était toutefois pas encore l’heure de s’en préoccuper. Le village, trop pauvre pour subvenir à ses propres besoins, devait croitre en importance et en force avant d’espérer quoi que ce soit. Le nombre d’habitant augmenta doucement, et Sakae eut la sagesse d’ignorer l’impatience des daimyos. Quand l’heure lui sembla opportune, elle ordonna la construction de l’Académie ninja, prenant modèle sur Kiri. Elle demanda également qu’un grand Temple soit construit, pour lui servir de quartiers, à elle et à sa jeune administration. Ce lieu est resté la demeure du Raikage depuis. Sakae fut très naturellement intronisée Shodaime, en tant que première pierre fondatrice de Kumo. Le village augmentait en force chaque jour, et dès la cinquième année d’influence de l’Académie, les pirates avaient déserté les côtes pour se rabattre sur des cibles moins coriaces. Sakae n’enseigna jamais le Suiton, dit-on, mais elle trouva une solution pour démarquer Kumo des différentes forces qui s’opposaient dans le monde. Elle entendit parler des découvertes de deux amis, à peine plus jeunes qu’elle. Ils s’appelaient Kanashi et Ashioto. Ensemble, ils avaient mis au point un procédé à base de chakra afin de recréer la foudre qui depuis toujours s’abattait sur les hautes montagnes du pays. Très intéressée, Sakae suivit discrètement l’évolution de leurs recherches. Elle leur proposa de racheter ces études, et c’est là que les avis des deux amis divergèrent. Ashioto prétexta qu’il était encore trop tôt pour donner à qui que ce soit leur projet, qu’ils pouvaient aller plus loin. Kanashi, las, lui répondit qu’ils ne pouvaient plus aller plus loin et que ce serait folie de passer à côté de la somme rondelette proposée par Sakae. En habile politicienne, la Raikage utilisa la division à son avantage pour s’approprier les recherches et faire baisser les prix de départ. Sakae installa les registres sur lesquels les jeunes hommes avaient travaillé dans une salle d’archive, sous le Temple. L’accès était très limité. On raconte que la jeune femme passa des nuits entières à s’abîmer les yeux sur ce merveilleux potentiel qui s’offrait à elle.

Cela devint le programme de l’Académie. Les ninjas qui ressortaient n’avaient rien à envier à ceux des autres villages, plus anciens. Toutefois, Sakae restait peu portée sur le combat et la conquête. Les rares attaques pirates étaient réglées promptement, aucune menace ne pesait, aussi préféra-t-elle consolider le village. On l’accusa à mi-voix d’être un peu trop tiède, mais elle répondait toujours calmement que viendrait bien assez vite le temps de la guerre. En tant que jeune village ninja, Kumo n’avait effectivement pas énormément d’expérience de terrain. Malgré cette volonté, la Raikage était illustre pour avoir parfaitement réussi à maîtriser le Raiton et l’avoir couplé au Suiton afin de créer quelques effets destructeurs. Hélas, peu de traces de ces techniques sont restées. Sakae s’intéressa également au commerce, désormais possible, et le village prospéra rapidement. La protection des montagnes assurait un risque minime d’attaque ennemie en limitant les accès possibles et pas conséquent les stratégies.

A l’approche de la cinquantaine, Sakae Samura, Shodaime Raikage, décida qu’il était temps de laisser la main. Elle choisit pour la remplacer un jeune homme d’une bonne famille, Hitoshi Tarega, qui avait l’appui des politiques. L’attachement de Sakae aux daimyo était encore très fort ainsi se laissa-t-elle plus ou moins imposer ce choix sans y trouver à redire.

MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:40

Nidaime Raikage - Hitoshi Tarega

Cet appui politique, Hitoshi Tarega en fit un usage bien particulier. Au lieu de garder contact avec les daimyos, comme l’avait fait Shodaime, il affirma sa volonté de séparer clairement les pouvoirs. D’un côté l’économie, la finance, la politique ; de l’autre, Kumo et la force militaire. Certains dirent qu’il s’agissait d’une habile manœuvre pour s’attacher la fidélité des shinobi, pressés de voir leur indépendance et leur liberté d’action reconnue. D’autres dirent que c’était simplement un moyen d’asseoir son pouvoir et s’approprier réellement Kumo. Quoiqu’il en soit, les effets ne se firent pas attendre. L’emprise des daimyos faiblissant, ils n’avaient plus tant leur mot à dire, tandis que l’Académie témoignait d’un nouvel essor. Le savoir se transmettait plus aisément, la maîtrise du chakra s’affinant suivant les générations successives.

De son côté, Kumo se développait clairement. Les missions proposées et réussies rapportaient suffisamment d’argent pour acheter un équipement de qualité. Des infrastructures neuves poussaient dans l’enceinte des murs et d’ambitieuses recherches étaient largement financées par l’administration. Hitoshi mit l’accent sur l’étude de l’Eisei, bien qu’il ne la pratiquât pas lui-même. Il disait que l’avenir appartenait à ceux qui parviendraient à immuniser de la mort les habitants du village. De gros moyens furent débloqués à cette fin, car si la voie de la médecine est laborieuse, elle est également terriblement coûteuse. Cela marqua dès lors l’inclinaison de Kumo pour l’Eisei, inclinaison qui ne se démentit pas bien des années plus tard. La progression du village était rapide et il avait partiellement rattrapé son retard sur les principales forces qui se partageaient le monde.

Ce fut à ce moment que les mouvements des forces conjuguées de Kiri et de Konoha frappèrent.

Des rumeurs venues de l’est l’affirmaient depuis plusieurs semaines, néanmoins l’attaque pris le Pays de la Foudre par surprise. Les avant-postes furent promptement balayés ; la force ennemie s’immisçait plus profond dans les terres chaque jour. Hitoshi ne tarda pas à répliquer. Ses hommes étaient moins nombreux que l’adversaire, mais ils connaissaient parfaitement le terrain et les montagnes environnantes. Plutôt qu’une guerre frontale qui aurait rapidement tourné au massacre, il engagea ses troupes dans des tactiques de guérillas qui portèrent leurs fruits seulement au bout d’une semaine. Les forces de Kiri se retrouvèrent empêtrées dans les montagnes et circoncises dans une certaine zone. Kumo se concentre alors sur Konoha, pilant leurs défenses, saignant les commandants, jusqu’à ce qu’ils finissent par ordonner l’arrêt de leur folle avancée. Les kuméens se replièrent dans leur village, blessés, cruellement affaiblis et menacés comme jamais dans leur histoire. Lors d’une nuit de garde comme les autres, une tour explosa bruyamment. L’alarme n’eut pas le temps de sonner que déjà le petit groupe ennemi se faufilait jusqu’au Temple. Hitoshi les attendait patiemment, debout, sa longue faux sur l’épaule. Ses gardes engagèrent les protecteurs adverses, tandis que se dressait face au Raikage, Makoto Buniko, Hokage de Konoha.

Hitoshi ne croyait pas réellement à sa victoire, et il en fut peut-être lui-même étonné. Mais lorsque sa longue lame transperça le foie de son adversaire, il sut que c’était fini. Makoto tomba à terre, la bouche en sang. Hitoshi lui donna une mort digne mais sans la moindre hésitation. Les gardes de Konoha baissèrent les armes, ils furent rendus à Konoha en échange d’une somme extraordinaire, de même que le corps froid de leur Hokage. L’humiliation était lourde pour les deux Villages Cachés, et se fut un épisode à la fois héroïque et tragique de l’histoire de Kumo. En effet, les morts se comptaient par vingtaine, les blessés étaient trop nombreux pour les services de l’hôpital. Les Eisei firent toutefois des miracles, même si le village se releva douloureusement, comme un vieil homme rattrapé par de violentes courbatures.

Kumo continuera à grandir et à prospérer sous l’œil attentif de Hitoshi. Il s’occupe notamment de l’aspect diplomatique en négociant la paix avec Konoha, et la plupart des pays environnants dépourvus de Village Ninja qui souhaitaient un protectorat. Cela profite également aux affaires, puisque Kumo devient un client privilégié de la plupart d’entre eux.

Kiri, toutefois, garde une rancune réelle envers Kumo. Bien que des trois villages ce soit lui qui ait le moins souffert, il digère difficilement le fait que Konoha se soit retiré de la bataille. Un jour, le Mizukage Shinobu Aisu demanda une réunion pour évoquer ces soucis commerciaux avec l’ensemble des Kage. Les représentants du Sable, de la Feuille, et des Nuages se présentèrent. Hitoshi était suspicieux, mais il s’y rendit néanmoins. Peut-être que l’âge avait émoussé son instinct, nul ne le sait.

Il ne revint jamais de cette réunion. Comme les Kage de Konoha et de Suna, il mourut dans des circonstances troubles, sans que la responsabilité ne puisse être imputée à personne.


Dernière édition par Akogare Hyuuga le Mer 1 Avr - 19:07, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:40

Sandaime Raikage – Shagen Hyuuga

La question de la succession survint brutalement. Même si Hitoshi n’était plus de prime jeunesse, il n’avait jamais abordé l’hypothèse de sa mort prématurée. Les amis du Raikage trépassés n’allaient pas tarder à se prétendre le droit d’espérer le poste, si rien n’était fait. Deux hommes prirent alors une initiative salutaire, quoique décriée à l’époque. Ils s’appelaient Haruki Kobayashi et Takashi Yoshida. Le premier était un éminent spécialiste du corps à corps, le second un maîtres des esprits. Malgré la différence de leurs voies respectives, ils s’entendaient très bien et avaient longtemps fait équipe.

Ils décidèrent la création d’une organisation appelée Conclave, qui prendrait le pouvoir lorsqu’aucun candidat sérieux ne peut se présenter. Cela provoqua un tollé général dans les rangs de ceux qui pensaient pouvoir prétendre devenir Raikage. Néanmoins, personne ne put empêcher les deux amis d’opérer. Ils élurent, et c’était un avis partagé de certains des proches de Hitoshi, l’un de ses amis de la réconciliation avec Konoha, un homme appelé Shagen Hyuuga. L’accession de l’une des familles nobles de Konoha au poste de Raikage fit grincer de nombreuses dents, à Kumo mais également à Konoha.

Shagen représentait l’un des signes de bonne volonté de Konoha, à l’origine. C’était un émissaire diplomatique envoyé par Ryushi Aburame, Hokage du Village de la Feuille, qui s’était implanté à Kumo. La nouvelle est moyennement appréciée de la population et d’une partie des ninjas, qui voient en cela, sinon une provocation, au moins une maladresse. Shagen est néanmoins installé dans les quartiers du Temple et devint Sandaime Raikage par la volonté de deux hommes.

Le village s’est relevé des blessures du passé, Shagen se montra désireux d’améliorer les conditions de vie de chacun. Il travailla notamment à l’agrandissement du village, ordonna la construction de davantage de maisons et de commerces. Les palissades de défense furent également l’un de ses projets de rénovation ; elles doublèrent de volume, imposantes et épaisses, afin de prévenir tout dégât direct. Toutefois, Shagen ne semblait pas avoir tiré de grandes leçons du passé et de la mort de son ami. Il ne prit pas la peine de s’entourer d’une garde de confiance, malgré les conseils du Conclave. Il prétendait distraitement que les forces de Kumo étaient encore trop fragiles pour qu’il puisse se permettre de retirer les meilleurs éléments et les mettre à son service personnel. Si cela partait d’une bonne intention, on voyait surtout là une part d’inconscience mal placée. Un peuple soudé peut pardonner à ses chefs une erreur, mais difficilement la multiplication de celles-ci.

Son statut de Hyuuga a toutefois eu une grande importance pour le village, notamment sur le plan diplomatique. Une alliance de fait avec Konoha semblait avoir était décidée, et une certaine entente commence à naître entre les deux nations. Bien que les deux forces ne menèrent aucun grand projet de concert, elles travaillèrent ensemble afin de sécuriser les routes commerciales qui subissaient de fréquentes attaques. Les soupçons se portèrent sur Kiri qui aurait très bien pu exciter l’avidité de simples bandits, mais là encore les preuves manquèrent.

Par ailleurs, les intrigues de Kiri rattrapèrent Shagen au moment où il s'y attendait le moins. Il se fit proposer un choix étonnant, et ses conseillers pensèrent à un piège grossier. Un homme, qui n'avait d'apparence rien d'un guerrier, vint pour marchander son village. Il proposait à Kumo quelque chose de très simple : se venger de Kiri et accéder de surcroît à des cartes maritimes pour le commerce, ainsi que des voies entières. Une fois les comptes fait, le cadeau s'avérait extrêmement profitable, et les cartes sont des objets que les capitaines rechignent à dévoiler, même aux leurs. De plus, attaquer Kiri augmenterait considérablement le prestige de Shagen auprès de certains shinobi encore mal à l'aise à l'idée d'être dirigé par un étranger. L'affaire fut entendue, une force Kuméenne se dirigea vers Kiri. Des personnes leur donnait des informations, qui s'avéraient très exactes, même si la méfiance restait de mise. Ils pouvaient attaquer des points stratégiques mal défendus,au meilleur moment. Leurs avancées sur les terres de Kiri semblaient inarrêtables et les shinobi de la brume, désorganisés se faisaient décimés. Une partie des troupes arriva près d'un fort. Sans pitié, les troupes Kuméennes l'infiltrèrent silencieusement et massacrèrent ses occupants, des shinobi de tout grade qui étaient chargés de garder les lieux. La faible défense établie par les ennemis les plus hauts placés fut balayés. Kumo poussa son avantage, car en remontant la rivière ils arriveraient au cœur même de Kiri, comme le leur avait indiqué leurs indicateurs. Toutefois, la force Kuméenne fut arrêtée nette par une troupe ennemie, menée par Hyô Geirou. L'attaque de Kumo s'arrêta là, le fort fut renommé Fort de la Rivière Rouge en souvenir du sang des trop nombreux morts. Bien que rien ne fut prouvé ou du moins ne fut porté à l'attention de Kumo, il semblerait que les indicateurs aient aiguillé Kumo afin de purger les occupants du Fort, et qu'ils n'avaient aucune intention de leur abandonner Kiri. Shagen, qui n'arrivait plus à expliquer la pertinence de l'attaque et refusait que les troupes kuméennes se trouvent engluer dans un conflit à l'issue peu certaine, renonça à acculer les autorités de Kiri et l'épisode cessa là.

De toute façon, Shagen n’eut pas le temps de faire grand-chose. Lors de l’un de ses voyages de retour à Konoha, il tombe sur Noya Fujissuke, membre de l’organisation Asahi. Ce dernier s’amusait avec de jeunes promus de Konoha, des Genin et un Juunin. Accompagné de deux gardes de trop faibles niveau, Shagen intervint avant qu’il ne tue l’un des Genin. Le combat qui s’engagea ne tourna pas en faveur du Raikage. Surclassé en maîtrise du katana, ses attributs héréditaires ne firent pas la différence. Ses gardes furent balayés, les étudiants mouraient un par un et rien ni personne ne semblait pouvoir mettre un terme au carnage. Finalement, Noya tua froidement Shagen sans qu’il n’y puisse rien faire.

La nouvelle arrive à Kumo, stupéfait. Le village accuse Konoha d’avoir fait preuve de négligence, que l’incident s’est passé juste sous leurs yeux et qu’ils n’avaient rien fait. On ressortit l’histoire de Hitoshi, mort lui aussi à l’étranger. Toutefois, par un habile jeu diplomatique, l’alliance qui unissait les villages ne fut pas rompue ; juste affaiblie. Le Conclave proposa le poste à Heihachi, un homme puissant et influent qui avait depuis longtemps fait montre de ses envies de devenir Raikage, dès la mort de Hitoshi.

Curieusement, il refusa.


Dernière édition par Akogare Hyuuga le Mer 1 Avr - 19:14, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:41

Yondaime Raikage – Kimimaro Kaguya

La nécessite d’un Raikage pesait chaque jour davantage. Le monde amorçait l’un de ces tournants qu’il faut savoir négocier, et la mort des deux Kage précédents n’était pas de bon augure pour le village.

Kumo se tourna une nouvelle fois vers le Conclave, afin de voir ce qu’il sortirait de leurs discussions. Leur choix se porta vers Kimimaro Kaguya, un jeune homme puissant originaire de Kiri, comme ceux de son clan. La décision fit moins débat que pour Shagen, et le Conclave sembla opérer un nouveau choix diplomatique. Les tensions avec Kiri étaient toujours présentes malgré les années et ce n’était pas un temps à se faire des ennemis, avec cette mystérieuse organisation Asahi qui semblait rôder sur la surface de la terre. Shinobu Aisu disparut, Kumo pouvait espérer une amélioration.

Kimimaro s’installa donc dans le Temple et devint Yondaime Raikage. Il s’entoura de deux Juunin de confiance, Kuroro et Shosuki, avec lesquelles il s’absentait fréquemment, que ce soit en missions, en retour à Kiri ou en autres causes inexpliquées. Néanmoins, il était souvent présent dans le village et s’en occupait intelligemment.

Le premier événement marquant qui se déroula fut la disparition du Haut Sénateur Heihachi, qui avait refusé le poste de Raikage quelques mois plus tôt. Personne ne semblait s’y attendre, et des rumeurs de désertions couraient dans les ruelles du village. Le Conclave garda l’information confidentielle, mais le fait était avéré : Heihachi avait trahi son village, sans qu’on en sache alors beaucoup plus.

Alors que l’entraînement à l’Académie s’intensifiait, en durée et en qualité, Kimimaro s’intéressa à son administration afin de maximiser son efficacité. L’unité décisionnaire du village, le Conclave se fit agrandi de deux membres, Ryuken Sarukagi et Manji Kasanage. Ryuken était un homme de presque trente ans, rude et sec, mais tactiquement et techniquement un excellent élément du village, qui disposait de conseils avisés. Manji quant à lui était plus jeune, vingt-cinq ans exactement mais recelait une rare sagacité qui rendait ses avis percutants. Ainsi, l’organisation politique de Kumo s’étoffait réellement.

Toutefois, un an après sa disparition, Heihachi se présente aux portes du village. Il pénètre discrètement dans Kumo afin de se diriger en direction de la bibliothèque du village. Là, il récupère la relique du village, un symbole aux yeux des Kuméens, mais un enjeu bien plus important pour Heihachi. En effet, celui-ci est rattrapé aux portes par un groupe de disparate composé de Chihiro et d’Alucard Hyuuga, ainsi que de quelques autres. Il se présente en tant que Karan, qui s’avéra être l’un des Généraux de Kikuria, chef incontesté d’Asahi. Après avoir sectionné le bras d’Alucard afin de se créer un passage, Karan s’éloigne par une route mineure. Il tombe face à Kizaro Kaguya, un grand Sannin du village. Il s’agissait du mentor de Kimimaro, venu avec lui à Kumo de façon à ne pas le couper de son clan affaibli. Kizaro annonce qu’il avait toujours eu des doutes sur la fidélité du « Haut Sénateur ». Les deux hommes s’affrontent mais le combat ne dure pas longtemps ; Kizaro est proprement déchiré de haut en bas par la lourde arme de Karan. Celui-ci s’enfuit.

Un mois plus tard, la garde trouve le corps décomposé de Kizaro. Kimimaro ne peut que constater le décès de son ami.

Les temps n’étaient toutefois pas que sombres. Un jeune génie s’épanouit lors de sa treizième année. Il s’appelait Haita Neko, et il était amené à devenir le chef de l’équipe des Immortels de par sa maîtrise parfaite de l’Eisei. L’apprentissage de cette voie est encore une fois mise en évidence par l’administration, et installe encore davantage Kumo comme le village par excellence de l’Eisei. Les Immortels naissent lentement, mais ils sont préposés aux missions risquées plutôt qu’à la sécurité personnelle du Raikage. Il leur faudra attendre encore une dizaine d’années avant d’atteindre l’efficacité extraordinaire qu’ils possèdent aujourd’hui.

Pendant l’une des absences de Kimimaro, le village est attaqué par un homme appelé Zakeru. Ce dernier massacre un Genin et bat facilement l’un des meilleurs Juunin du village, le fils de Shagen en personne, Shisui Hyuuga. Il semblait à la recherche de la relique de Kumo, mais ignorait que Karan l’avait devancé. Les enquêtes ont depuis prouvées que Zakeru était un membre d’Asahi, un ancien proche de leur chef Kikuria.

Le Village Caché des Nuages continue toutefois à remplir avec succès un certain nombre de mission. Son influence s’étend progressivement, comme un oiseau majestueux joue avec ses ailes. Toutefois, un différend éclata avec Kiri à ce propos. Les deux villages, proches géographiquement, se disputaient les contrats des pays limitrophes. Kimimaro souhaite calmer le jeu le plus rapidement possible, afin de ne pas aliéner la totalité des travaux diplomatiques entrepris depuis sa prise de pouvoir. Il proposa que cela se règle par un duel entre un champion de chaque village. Kumo choisit Dahita Goemon, Kiri choisit Kasan Sasao. L’affrontement est depuis entré dans la légende, comme la manifestation dans toute sa beauté et dans tout son éclat de la pureté du Taijutsu. Cependant, même si le champion de Kumo l’emporta, les effets furent moins éblouissants qu’ils ne l’auraient dû. Le village ne fut pas porté vers les cimes comme il l’avait espéré ; une certaine stagnation commençait à s’installer, un état qui ne s’arrangea pas les mois puis les ans qui suivirent…

Un beau jour, Kimimaro disparut. Le Conclave pense tout d’abord à l’une de ses absences, mais il avoue ne pas avoir été mis au courant. Les jours passent sans que la situation ne change. Shosuki, vieil ami du Raikage, décide qu’une mission doit être lancée afin de le retrouver. Il part en compagnie de Kempachi Hemono et Alucard Hyuuga. Ils finissent par trouver Kimimaro, mais tombent une nouvelle fois sur Karan, Général de la Foudre. L’apparition constante de Karan dans l’histoire de Kumo s’explique par ce titre ; Kikuria, chef d’Asahi, avait découpé ses membres en différents Généraux en charge d’un pays à la fois. Cela afin d’augmenter leurs chances de retrouver ces fameuses reliques, mais cela Kumo n’en savait pas grand-chose encore. Un combat s’engage entre les forces de Kumo et Karan. L’homme d’Asahi garde le contrôle du combat, jusqu’à l’intervention d’un inconnu, un voyageur du nom de Kokujin. Ce dernier trancha le bras armé de Karan, et l’accula afin de récupérer un petit carnet mystérieux. Toutefois, Karan ne se laissa pas démonter et tomber une prodigieuse foudre sur le maigre toit pierreux qui leur servait d’abri. L’équipe de Kumo, blessée et meurtrie, réussie à s’enfuir, Karan et Kokujin également. Pas Kimimaro.

Ainsi mourut Yondaime Raikage. Shosuki, désemparé, ordonna à son équipe le retour à Kumo. Il était trop tard pour sauver qui que ce soit, il fallait apporter de funestes nouvelles à Kumo. Karan s’enfuit à nouveau, ainsi que Kokujin, qui semblait avoir conservé le carnet de note du Général de la Foudre.

Le Village Caché des Nuages avait décidément un temps ombrageux.

MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:41

Godaime Raikage – Kempachi Hemono

De nouveaux visages s’ajoutent au Conclave, Shigeo Koyama et Masaki Asano tout d’abord. Si Shigeo avait été remarqué pour son intelligence, sa diplomatie et son remarquable travail d’archiviste, Masaki était reconnue pour sa force et sa puissance brute. On dit qu’elle maîtrise pas moins de trois éléments, et plusieurs missions lui avaient valu le grade honorifique de Sannin du village. Lors du même mois, Haita Neko alors âgé de dix-sept ans rejoignit cette force politique. Il s’était rapidement imposé comme l’élément le plus puissant du village et son équipe, qui comptait pour le moment deux membres, remplissait avec succès chaque mission proposée.

Le village avait bien besoin d’une décision. Suite à la mort brutale de Kimimaro, Kumo doit faire un choix. Un nouveau Raikage doit être choisit avant que le village ne s'enfonce davantage dans la crise. Les débats s’animent autour de cette question, car aucun nom ne tire son épingle. On parle de Ryuken – qui refuse – ou de Haruki – qui avoue être trop âgé pour cette tâche. Finalement, la solution vint du Juunin Shosuki, qui proposa un combat entre deux noms parmi d’autres, Alucard Hyuuga et Kempachi Hemono. Tous deux avaient participé à la mission échouée qui consistait à récupérer Kimimaro, et tous deux avaient conscience de l’enjeu.

Kempachi l’emporte aisément ; il devint naturellement Godaime Hokage. Kumo s’enfonçait dans la crise, les années d’éclats étaient loin. Peu de nouveaux shinobi étaient formés, le village commençait à se recroqueviller comme un insecte vaincu. La mort violente de trois Raikage pesait sur les esprits, même si on passa sous silence la mort de Kimimaro et qu’on la maquilla en départ arrangé.

Le nouveau Raikage demeura toutefois peu de temps en poste, à peine deux années. Il insista sur l’importance de remplir des missions, même si parfois les effectifs manquaient et qu’il fallait sacrifier partiellement la sécurité du village. Ce dernier parvint à survivre, à vivoter tant bien que mal au gré des rentrées d’argent. Kempachi se voit approché par une organisation inconnue de beaucoup, sauf peut-être de Shigeo Koyama qui avait mené quelques lectures à ce propos, qui se faisait appeler Kakumei. Ces derniers lui parlent en termes simples, comme des marchands qui savent qu’ils n’y a plus besoin de renchérir ; ils lui proposèrent purement et simplement de racheter Kumo. La population n’aurait pas à quitter les lieux et le village poursuivrait son activité. Mieux, il retrouverait une certaine place dans le paysage militaire actuel et rattraperait le retard accumulé. La somme d’argent, colossale, était également un argument qui se suffisait à lui-même. Le Conclave ignorait tout de cette entrevue, mais il ne put qu’applaudir Kempachi lorsqu’il apprit que ce dernier avait fermement repoussé l’offre. Vendre un village ninja serait peut-être l’acte le plus avilissant pour celui-ci, et personne ne souhaite voir son nom attaché à cette trahison des idéaux du pays.

Mais les ennuis s’accumulent ; le Tournoi Chuunin doit se dérouler à Kumo.

Kempachi s’occupe personnellement d’annoncer la nouvelle à Konoha. Au terme d’un bref voyage, il obtient un entretien avec Baiko, membre du Conseil de Konoha. Les intentions de Kempachi étaient louables. Il exposa la faiblesse du monde ninja face à Asahi, et proposa d’accueillir les villages ninja à Kumo afin de préparer une grande alliance. Kempachi vit de la faiblesse dans la nuance qu’apportait Baiko au discours plein d’enthousiasme et de naïveté que lui avait débité le Raikage. Les deux villages se quittèrent en froid. Le Conclave regretta la jeunesse de leur chef, et des hommes comme Ryuken Sarukagi grincent des dents en critiquant ouvertement cet agissement. Mais Kempachi était borné et son entraînement physique semblait avoir durcit également sa réflexion.

Peu avant que le Tournoi ne se déroule, Kempachi est attaqué dans ses appartements par des Nuke-Nin affiliés à Kakumei. Le Raikage parvint à s’en tirer, mais ses gardiens reposaient morts au sol. Il remonta dans ses appartements, pour se faire agresser par Karan. Trop faible pour résister, il s’écroula sur son lit, vaincu. Karan était comme fou. Il cherchait celui qui l’avait estropié, celui qui lui avait volé son carnet ; Kokujin. Abasourdi, Kempachi ne dit rien face aux menaces du Général de la Foudre. Avant que Karan ne puisse le tuer, une belle jeune femme apparait. Il s’agissait de Misa Deita, une juunin de Kumo qui avait déserté pour des raisons troubles. Elle détruisit le toit du Temple à l’aide d’un puissant Kirin et acheva Karan. Par la suite, elle disparut avec les deux corps afin de les moyenner contre son entrée dans Asahi.

Cela, le Conclave ne l’apprit pas sur le coup, mais grâce à l’intervention de Sanae et de sa troupe de devins.

Il est toutefois étonnant de voir, au regard des derniers événements, la coïncidence qui aurait voulu que les Nuke-Nin de Kakumei attaquent le même jour que Karan le Raikage. Tout laisse à penser que Karan a en réalité passé un marché avec Kakumei. Bien que ce ne soit que spéculation, il est possible qu’en l’échange de la mort de Kempachi, Kakumei laisserait le Général de la Foudre retrouver Kokujin, ou du moins essayer. L’organisation n’avait pas grand-chose à perdre à passer ce marché. L’ironie étant qu’à ce moment précis, Kokujin travaillait pour eux et que Karan n’était qu’un pion vain et borné. Un de plus.

A l’heure actuelle, impossible de savoir si Kempachi est définitivement mort ou encore vivant, quelque part.

MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:41

Intendant – Shigeo Koyama

Quoiqu’il en soit, la nouvelle n’a pas été rapportée aux habitants, civils ou ninja. On prétexta une maladie de Kempachi, qui l’empêcha d’assister au Tournoi Chuunin.

Le Conclave s’était encore étoffé de nouveaux membres. Il s’agissait de la toute dernière des Immortelles, la jeune Kaeko Hirojin et de l’adolescent Matsuga qui compensait sa relative inexpérience par un contrôle du chakra assez inouï. Petit à petit, les différents membres du Conclave commencèrent à pousser Shigeo Koyama à prendre le relai en matière de communication et de se porter Intendant du Village. Ce dernier accepta. Cette fois-ci, on ne lésina pas sur sa sécurité ; les Immortels veillent sur lui la plupart du temps et surveille chacun de ses rares déplacements. Il est hors de question pour les dirigeants de voir un nouveau représentant de l’autorité du village disparaître brusquement, à cause de leur négligence.

Shigeo gère admirablement le premier Tournoi Chuunin. Pendant celui-ci, les Kuméens ne brillent pas mais au moins la sécurité du village fait bonne figure ; la menace d’une attaque planait sur l’événement. Shigeo renforce considérablement les pouvoirs du Conclave qui n’est dès lors plus une simple cellule de consultation, mais une entité de décision et de commandement. Pour lui, le moyen le plus simple de contourner la haute mortalité qui semble peser sur le poste de Raikage est de proposer à leurs ennemis un être polycéphale. Si l’un d’eux meurt, Shigeo étant le plus exposé politiquement, un autre serait parfaitement au fait des affaires en cours et pourrait prendre sa place aussitôt, sans à-coups. C’est principalement une stratégie défensive, mais elle a été adoptée comme une mesure de sécurité.

Shigeo, en tant qu’ancien archiviste et historien, en sait long sur Kumo et ses habitants, actuels ou anciens. Ainsi, il connait tout de Heihachi et de Misa Deita, même si les raisons précises de la désertion de cette dernière demeurent un mystère insoluble. Il se souvient d’une jeune femme brillante et intelligente, qui n’aurait jamais agit sur un coup de tête. Shigeo, en tant qu’Intendant, décide de renforcer l’enseignement ninja, notamment de la médecine, mais le village est plus bas. Peu d’activité, malgré des professeurs compétents et des cadres solides. Par ailleurs, l’influence du village est médiocre et décroit rapidement.

Quand la rumeur d’un Tournoi Chuunin à Konoha lui parvint, Shigeo sait que Kumo aura du mal à être correctement représenter. Quelques recrues ont retenu son attention, ainsi, il les propose. La Tournoi se passe correctement, mais l’événement réellement marquant fut l’attaque de l’organisation Asahi sur le Village Caché de la Feuille. Lors de cette attaque, Masashi Mura, membre des forces spéciales de Kumo et gardien de l’Intendant, intercepta deux ennemis : Misa Deita et Shin Itokasu. Haita Neko ne tarde pas à le rejoindre personnellement ; la terrible technique Antei (Équilibre) est activée. Le combat est interrompu par un vieil homme, Urasa Yûmito, qui s’avère être le maître de Haita. Bien que supérieur, ce dernier n’arrive pas à écraser son adversaire. Kaeko, l’Immortelle, intervint pour sauver un Masashi en difficulté. Prisonnière, Misa est obligée d’utiliser un Kirin de petite envergure qui a la vertu de briser le combat. Épuisés, les Immortels ne poursuivent pas leurs ennemis. L’attaque d’Asahi avait pour but de permettre à leur chef, Kikuria, de tuer un homme censé appartenir à Kakumei, ce qui acheva de convaincre tout un chacun que les deux organisations étaient définitivement en très mauvais termes.

Shigeo convient avec ses collègues de Kiri et de Konoha que le mieux qu’il leur reste à faire est de partager les renseignements glanés sur Asahi et Kakumei, comme une sorte d’alliance ou d’union autour d’un but commun.

Les Villages Cachés ne se rendront pas sans prendre part à ce combat, si titanesque soit-il.


Dernière édition par Akogare Hyuuga le Mer 1 Avr - 14:54, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   Mer 1 Avr - 14:45

Sujets Importants de Kumo

[url=]A Venir[/url] : après sa désertion, récupération de la relique de Kumo par Karan, anciennement appelé Haut Sénateur Heihachi.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] : Zakeru, à la recherche de la relique volée par Karan, tombe sur une équipe de Kumo. Il tue deux Genin, et blesse grièvement un Juunin avant de repartir.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] : mission d’Alucard Hyuuga, de Kempachi Hemono et de Shosuki afin de retrouver leur Raikage, Kimimaro Kaguya. Mort de Kimimaro, combat contre Karan, apparition de Kokujin. Échec de la mission.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] : mise en lumière des événements qui se sont déroulés avant le premier Tournoi Chuunin, c’est-à-dire la disparation de Godaime Raikage, Kempachi. Apparition de Kakumei, trahison de Heihachi – Karan explicitée, présentation complète des membres du Conclave d’aujourd’hui, présentation de la troupe de Sanae. Mort de Karan des mains de Misa Deita, capture de Kempachi, puis décisions sur l’avenir.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] : combat lors du deuxième Tournoi Chuunin, qui oppose Masashi Mura, Haita Neko et Kaeko Hirojin à Misa Deita, Shin Itokasu et Urasa Yûmito.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Histoire de Kumo no Sato   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire de Kumo no Sato
» Histoire d'Iwa no Sato
» Le pire déserteur de l'histoire de Kumo [Oterashi Yanosa]
» Histoire de Konoha no Sato
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-