Partagez | 
 

 L'arrivée de la Foudre à Kiri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   Mer 27 Juin - 0:46

Hum, l'argument du vampire ne manquait pas d'intérêt, toutefois il restait des incohérences, des détails gênants et surtout un manque flagrant de preuves pour continuer plus avant cette conversation sur le nombre éventuel d'adversaires qu'ils auraient à affronter. Le détail relevé par Alucard au sujet de la possibilité que, au moins, un des possibles ninjas qui avaient invoqué la créature marine soit un maître en genjutsu fit réfléchir Rakurai sur de tels possibilités. Le jounin, ou sanin ? Peu importe. Le vampire se trompait sur un point d'après l'avis de Rakurai. Même seul, si le spécialiste en genjutsu était bien préparé, il n'avait rien à craindre, surtout si il pouvait invoqué une créature marine géante. Ses illusions serviraient plus alors à créer une situation favorisant pleinement l'apparition du monstre marin dans un déluge apocalyptique, très recherché et permettant une mise en scène dramatique des plus réussit. Après tout, un ennemi qui a refusé de se battre est un ennemi vaincu. Et créer une situation permettant de brimer la volonté d'un adversaire, c'était bien le travail d'un spécialiste en genjutsu. Ni en avant au contact comme les médecins ou les professionnels du corps à corps que sont les taijutseurs, ni tout à fait derrière avec les spécialiste en ninjutsu capable de déverser feu, tempête, glace, et chaos par l'entremise de leurs capacités. Non, le rôle d'un pro-gen, était de faciliter le combat du groupe auquel il appartenait, voir de servir de bouclier pour un éventuel spécialiste en ninjutsu se trouvant avec lui, le camouflant dans ses illusions afin de laisser la toute puissance du ninjutsu se déverser sans crainte de représailles ou alors d'être interrompus.

¤Rakurai¤
"Votre réponse pourrais être logique, toutefois deux points noir me font penser le contraire. Le premier détail est déjà l'élément sur lequel nous nous trouvons : l'eau. Kiri ou Ame cela reviens au même, ces ninjas sont sur leurs éléments, et plus encore si ils invoquent un kuchiyose du même élément. Dès lors, agir seul n'est plus une contrainte, cela deviens même un plaisir. Laissez moi vous schématisez un exemple d'attaque en reprenant votre exemple de pro-gen, exemple que je renie pas, pensant comme vous. Le ninja invoque son kuchiyose, peu importe ce que c'est. Si il s'agit d'un pro-gen, il créera une illusion permettant a son animal d'agir plus efficacement, un brouillard, ou plus vraisemblablement, rien du tout." Cela méritait une explication. "Laissez moi m'expliquer. Créer un brouillard es tune bonne chose, cela perturbe l'esprit de l'adversaire et le fait paniquer, le laissant dès lors supposer qu'il peut être attaqué par partout à la fois mais aussi par nul part. Cependant, cela n'est pas assez "percutant" si vous me pardonnez l'expression. Certes, pour un spécialiste en destruction d'inhibition personnel cela est parfait, mais maintenant, imaginez qu'il plonge le navire dans une illusion permanente, tellement vraie que ses occupants ne pourraient voir l'illusion se créer au profit de la vérité. Et maintenant, imaginez que devant ce "rien", des attaques puissantes, des raz de marrée et autres venaient à vous toucher ? Certes, la légende de la créature marine ne se propagerait pas, mais c'est ainsi que je ferrait, car dès lors, l'on ignorait tout du "quoi" attaquant les bateaux, permettant aux marins superstitieux d'inventé les légendes et conte horrifique qu'ils désirent, et j'aurais accomplis mon objectif, c'est à dire semez la peur chez mon adversaire."

Cette explication pouvait paraître simpliste mais elle contenait tout ce qui fallait pour pouvoir analyser une situation, associé aux rares témoignages cela permettait de savoir que l'adversaire en face n'était pas forcément un pro-gen, ou alors novice. Et si c'était le cas, si c'était un novice, il était dangereux par son inexpérience. Toutefois, il se pouvait aussi qu'il veuille qu'on parle de lui, qu'on entende ses exploits, une sorte de gratification personnelle.

¤Rakurai¤
"Concernant le second point, je dirais que votre exemple est très concluant avec la fumée est permet une fuite idéal du sujet kuchiyose, voir de son propriétaire mais n'explique pas tout. Après tout, les attaques se firent toujours avec la plus grande discrétion et voir, avec la créature, une silhouette humaine masqué par la fumée me permet de supposer que notre adversaire puisse aussi être un spécialiste en ninjutsu. Pourquoi ? Et bien parce qu'il existe autre chose que les clones qui peuvent créer beaucoup de fumée. Celle ci est la glace. La glace, à une certaine température, proche du carbone, s'évaporent au contact de l'eau, surtout salée, créant dès lors de la fumée en abondance, une véritable purée de pois. Toutefois cela impliquerait dès lors que notre adversaire, supposons qu'il soit unique pour le moment, maîtrise la glace, élément rare si il en est, car devant obligatoirement maîtriser deux élément, le suiton, et le futon, si le suiton se retrouve souvent chez les habitants de Kiri ou d'Ame, cela est très différent du futon, élément rare si il en est." C'était la faille dans son argumentation, une faille énorme soit dit en passant. "Enfin, nous verrons cela en temps et en heures je suppose, inutile d'ergoter d'avantages à nous créer des complications et acceptons le fait que nous manquons de l'un des éléments important du ninja, à savoir l'information."

Tout était dis, continuer à en parler ne ferrait que compliquer d'avantage leurs frêles positions vis à vis du manque flagrant d'informations dont ils disposaient. D'ailleurs, manquait d'informations sur la situation présente n'était pas la seule chose qui leurs manquaient, il leurs manquaient aussi des informations sur la situation actuelle de Kiri, savoir si un nouveau Mizukage avait été nommé avant de partir aurait été une bonne chose, savoir quels étaient les sentiments des kiréens vis à vis des kuméens aussi soit dit en passant. EN fait, Rakurai abordait une situation tout à fait étrangère à lui, il se jeter dans une mission, deux en comptant la promesse d'éradiquer le monstre marin, sans avoir de réels information. En tant que ninja c'était déjà dur, mais en tant qu'assassin c'était inacceptable pour lui. Son sang d'assassin bouillonnait, non pas de désir d'avoir une proie, les vraies assassins ne tuaient pas par plaisir, mais plutôt par la colère de manquer de ressources face à deux situation aussi dangereuses l'une que l'autre. De même, les rumeurs sur le tournoi Chuunin ne cessait d'alimenter son esprit, le forçant à admettre que la vie d'un ninja n'était pas forcément emplie de recherche d'informations, choses pourtant essentielles.

Mais cette conclusion venait d'une vie passé à analyser les moindres faits et gestes d'une cible pendant des mois, si le besoin s'en faisait sentir, respirer comme elle, manger comme elle, vivre à son rythme, pour pouvoir l'assassiner dans un déluge de silence et d'ombres. Quelque fois, ses actions nécessitaient des frappes plus rapide, plus "simples" dira t-on, mais pourtant, ces frappes, si rapides et expéditives fussent elles, 'étaient jamais faites à l'aveuglette. Toujours il disposait de ressources et d'informations fiable, vérifiables si le besoin s'en faisait sentir et surtout, complète.

Mais, il n'y pouvait rien. Alors il préférait se rendre utile. Il ne connaissait pas le kaî comme Alucard, toutefois, il pouvait concentrer son esprit sur un point donner, cela nécessité toutes ses ressources et l'empêchait de bougé un orteil, mais après les deux premières heures de navigation sans voir ne serait ce que l'écaille d'un monstre marin, il commençais à se demander si sa première idée n'était pas la bonne et il préférait tenter de résister à l'illusion grâce à son esprit clair et à sa concentration. Bien que cela ne risquait pas de changer grand chose si son adversaire s'était spécialisé dans la manipulation du monde physique, mais c'était un autre problème.

Finalement, ils accostèrent au port de Kiri sans problèmes, étrange et déboussolant pour Rakurai, surtout que le monstre ne semblait pas frapper à des horaires particuliers.


¤Pat¤
"Et une traversé pour rien, je suis toujours en vie et cette saloperie aussi, tu m'aurait menti gamin ?"

¤Rakurai¤
"Non, simple sursis on va dire. Nous avons des choses importantes à régler à Kiri, alors cette créature nous à gentiment laisser le temps de régler nos affaires. Mais nous ferrons honneurs à notre promesse au retour, les ninja de Kumo n'en on qu'une, vieillard."

Le ton n'était ni agressif, ni strict, mais plutôt, amical, comme le ton que l'on emploi pour parler à quelqu'un que l'on connais depuis longtemps. Cette tirade fut saluer par un reniflement fort disgracieux venant de Pat, suivis d'un sourire, montrant quelques dents en moins, sûrement dû à la chique.
Cependant, cela dura peu, en fait, cela dura le temps qu'il fallut pour qu'Alucard prenne la parole avec une information de dernière minute des plus... Déplaisante. Dès lors Rakurai comprenait pourquoi n l'avait charger de négocier avec les autorités kiréennes, mais quand même, une telle information, ça s'annonce en avance, pas quand on arrive. Prenant le plan, Rakurai garda les yeux fermé maudissant silencieusement l'étourderie, ou le "je m'en foutisme" de son actuel senseï. C'était terrifiant de voir à quel point l'on pouvait oublier des "détails" tel qu'une condamnation à mort. Cela ne faciliterait sûrement pas les négociations mais tans pis.
Prenant le plan et évitant de répondre à Alucard, Rakurai se dirigea vers la ville de Kiri. Il était indiqué qu'une petite station balnéaire se trouvait sur le chemin, de quoi obtenir des informations fraîche, sauf si le visage d'Alucard était placardé partout, cela allait de soi.

MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   Jeu 5 Juil - 14:29

Rakurai semblait bien silencieux lorsqu'il attrapa la carte et entreprit une marche vers le centre de l'île. Alucard n'était pas dupe, il connaissait son élève et savait ce qui l'avait mis dans cet état. Le jeune Yugen était une sorte d'intellectuel, les informations étaient primordiales pour lui, et lui avoir caché cette condamnation ne devait pas lui plaire du tout. Un sourire amusé naquit sur le visage du médecin tandis que celui-ci observa la direction prise par son apprenti.
Rattrapant l'élève, et marchant à présent à ses côtés, il débuta un semblant de discussion, à condition que Rakurai veuille bien la continuer.


¤Alucard¤
"Tu sais, pour la condamnation, cela fait deux ans et il s'avère que j'ai quelque peu changer. J'avoue qu'il était très amusant de te réveler tout ceci à peine arriver sur la terre devenue donc Hostile à tes yeux, mais tu n'as pas à t'inquiéter, vraiment. Alu a vécu comme je l'ai dit il y a deux ans ici, et son apparence n'était pas la même, c'était bien avant que ma mémoire ne s'immisce dans son esprit. Il était plus petit, ses yeux et ses cheveux étaient d'un blanc dérangeant, et regarde 'le' aujourd'hui: la tignasse sombre et des yeux verrons... Comment veux-tu qu'ils fassent le rapprochement là bas ? Même si des tas de portraits sont placardés en ville, ils ne pourront me reconnaître."
"Reste juste le détail de mon prénom... Nous sommes les seuls à le porter j'ai l'impression, ce n'est pas très courant. Cependant, tant que je suis là, tu ne crains rien, de plus nous sommes venus en 'paix', annoncer une invitation. Ils n'ont aucune raison de nous sauter dessus."


Le Juunin se retourna face à son élève et le regarda droit dans les yeux.

"Je serais là pour toi. Je n'ai pas été un bon père pour Alu, je n'ai pas pu le protéger et voilà dans quel état il se retrouve. Je me dois donc de protéger ceux qui lui étaient chers, d'autant plus que tu as accepté de m'aider à le retrouver. Je crois que moi-même je commence à m'attacher à toi."

Il regarda soudainement sa main droite, recouverte d'une peau claire et fragile. D'un geste vif il retira sa manche et laissa son membre sous la lumière du Soleil d'été. Une effervescence se créa à la surface de sa peau, lui arrachant des grognements de douleur. Au bout d'un instant, il cacha de nouveau sa main. Une marque, sous la fumée volatile, était née.

"Considère ceci comme une marque de ce que je viens de te dire... Je ne l'effacerais par aucun moyen que ce soit..."
"Ne passons pas par cette petite ville. Attaquons directement le coeur de l'ïle, nous sommes en retard. Nous serons aux portes demain matin, à conditions de courir."


Prenant les devant, Alucard bondit et disparut presque du champ de vision de son élève...

MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   Mar 10 Juil - 20:58

Rakurai leva un sourcil de surprise quand Alucard tenta de s'expliquer pour son "oubli". Ses arguments se valaient, mais malheureusement, il n'avait pas en face de lui qu'un simple ninja pour qui le manque d'informations peut s'avérer dangereux, non, il avait en plus, version cadeau bonus, un assassin dont l'information était le fer de lance de chacun de ses actions, tout devait être millimétré à la perfection grâce aux informations obtenus, possédé et acquises grâce à divers moyens. Si jamais une information venait à être erroné, incomplète voir omise, volontairement ou pas, cela faussait tout ce qui avait été prévus, risquant, de surcroît, la vie des membres de l'unité d'assassinat. Bien entendu, là il n'allait pas exécuter une cible férocement gardé, non, sa mission était "sans risque" après tout. Il devait juste aller dans un village nourrissant de sérieux grief envers Kumo, pour cause, les ninjas de Kumo ayant tué de nombreux ninjas durant la guerre Kiri-Kumo. Il devait, en plus, rencontrer l'éventuel Mizukage du village de Kiri, tant est qu'il y en ait un, sans connaître son nom, ou son "numéro". Et, cerise sur le gâteau, empoisonné, il se baladait avec un ancien déserteur de Kiri dont la tête était mise à mort et qui était sujet à de graves problèmes de personnalité. Heureusement, la mission n'était classée que "difficile" qu'est ce que cela était dans les rangs supérieurs ?

Enfin bref, l'argumentation du jounin médecin/vampire, une race très rare, ça te tue tout en te sauvant la vie, je vous raconte pas le bordel, mais je m'égare. Bref, l'unique défaut dans l'argumentation de jounin était qu'un déserteur, même si il changeait au court du temps restait forcément le "même", et surtout, l'on n'oublie pas un déserteur, surtout d'un village aussi strict que Kiri, et ce n'état pas la capuche du jounin qui allait faire quelque chose. Il faudrait réfléchir comment remédier à ce problème et il pensait bien avoir trouvé comme "camoufler" le jounin, mais cela avait le temps, après tout, ils étaient encore loin du village de Kiri et ils auraient largement le temps durant leurs temps mort dans les deux village sur le chemin menant à Kiri, enfin, c'était ce qu'il croyait.

Le jounin lui parla d'une voix étonnamment sérieuse contrastant sauvagement avec son ton "je m'en foutiste" habituel qui n'irritait pas Rakurai mais qu'il trouvait surprenant chez quelqu'un de son rang. L'unique autre personne à Kumo parlant ainsi était Shosuki, le Chien Fou de Kumo, mais bon, comme il ne l'avait jamais réellement croisé il se disait qu'il ne s'agissait que d'un genre qu'il se donnait et rien d'autre enfin, cela importait peu. Ce que dis le jounin surprit Rakurai car, d'entre eux deux, celui qui devait être le plus protégé n'était pas forcément celui que l'on pensait. Certes, du haut de son statut de génin fraîchement promu entre vie et mort Rakurai n'avait pas grand espoir de sauver la vie du jounin, mais l'on pouvait aider par bien des moyens autres que la protection de la vie de quelqu'un. Si Rakurai devait mourir, et bien il en serait ainsi, sa vie n'était déjà qu'on long échelonnage de cadavres et cela n'allait pas s'arrêter en si bon chemin, si il continuait à vivre les morts continueront à augmenter, jusqu'à ce que quelqu'un de plus fort, ou tout simplement plus efficace, parvienne à la tuer, cela n'était ni une pensée effrayante ni même dérangeant. Quand on côtoie la mort aussi souvent, l'on se rend compte que finalement, elle ne nous fait plus peur et on l'attend même avec impatience, curiosité, sans pourtant devenir suicidaire.

Ces sur ces pensées que Rakurai laissa le jounin partir devant en courant esquivant la ville qui se dessinait devant eux, tans pis pour l'idée de Rakurai mais il faudrait quand même la mettre en pratique au moment ou ils arriveraient devant la grande porte de Kiri, c'était vital et ne souffrait d'aucune contrainte, viendrait elle de lui même.
Enfin bref, remettant sur ses épaules son sac afin qu'il ne le dérange pas pendant la course Rakurai s'élança à la suite de son senseï actuel. Ne cherchant pas trop à accélérer le mouvement. Après tout, c'était lui qui avait la carte et d'après Alucard, ce dernier n'avait jamais mis les pieds dans le pays de la brume. Et donc, il ne pouvait connaître le chemin avec précision, ce qui le forçais à attendre son élève. Élève qui prenait un malin plaisir à y aller à son rythme mais ce pour une très bonne raison. Il lui fallait réfléchir, réfléchir sur plusieurs choses et il devait faire cela avant d'arriver à Kiri, ce n'était pas forcément vital, c'était surtout nécessaire mais pas obligatoire, enfin…

Le trajet en lui même ne fut pas d'un intérêt faramineux, outre les pauses que s'accorda Rakurai, pause qui lui permit de changer ses pansements, devenus inutile après tant de temps, elles lui permettaient aussi de ménager son corps, fatigué et blessé. Mais en réalité, cela lui donnait un temps supplémentaire pour réfléchir. Mais à quoi donc réfléchissait il ? En tout premier lieu, au moyen de camoufler Alucard, mais ceci fut vite régler, un simple regard vers son sac pour voir combien de réserve de bandage il avait lui permit de s'assurer tranquillement du camouflage du jounin. Ensuite venait à savoir comment se présenter devant les portes, cela risquait fort d'être mortel si il se présentait devant les portes avec son bandeau de Kumo, bandeau qu'il avait soigneusement rangé dans son sac, moins on saurait que des Kuméens se baladaient dans le pays des vagues, plus ils seraient en sécurité quand ils arriveraient. Mais cela était encore que de la supposition, nul doute que certains risquaient fort de quand même reconnaître, voir "sentir" qu'il s'agissait d'un ancien traître, et dans ces cas là et bien il faudrait improviser.

Enfin, le trajet se déroula sans incident majeur, Rakurai était toujours perdu dans ses pensées, mais il savait que trop se concentrer dessus risquait fort de l'empêcher de mener à bien sa mission, ce qui pourrait s'avérer assez dangereux pour Alucard et lui-même. Mais normalement, Kiri n'avait aucune réelle raison de refuser de se joindre aux autres villages pour participer à l'examen Chuunin enfin, pas à la connaissance de Rakurai. Car, de ce qu'il savait de cet examen, cela permettait aux villages ninja de montrer leurs forces autres villages, ce qui pouvait donner lieu à d'importantes démonstration de force venant de village particulièrement confiant dans ses éléments, choses que Kiri devrait faire si le village voulais montrer que ses habitants et ses ninjas avaient parfaitement récupérer de la guerre qu'ils venaient de mené contre Suna, mais ceci était un autre problème.
Enfin les portes de Kiri étaient en vue, ce qui arrangeait Rakurai qui stoppa sa course alors qu'ils étaient encore loin des portes.


¤Rakurai¤
"Un instant Alucard-sensei, vu que nous approchons du village de Kiri, je pense qu'il serait bon de camoufler votre visage, ne serait ce que pour assurer définitivement qu'aucun chasseur de déserteur ne nous tombe dessus pendant le temps que nous serons à Kiri. Pour ce faire, veuillez camoufler une partie de votre visage et de votre corps avec ces bandages. Étant donné que moi-même je ressemble plus à une momie qu'à un homme, cela ne surprendra pas forcément les ninjas de Kiri de voir deux ninjas recouverts de bandages."

Rakurai tendait les bandages devant lui et il attendit que Alucard les prennent avant d'aller se mettre dans un coin à l'ombre afin de lui laisser le temps de recouvrir son corps, et surtout son visage, avec les derniers rouleaux de bandages qu'avait Rakurai. Ce qui lui interdirait de changer ses propres pansements dans les jours à venir et risquer fort de favoriser l'afflux soudain de microbes et autres virus. Mais il préférait tomber malade que mourir en défendant Alucard contre un chasseur de Nuke-nin.
Ceci fait, Rakurai se dirigea vers les portes de Kiri, en marchant, lentement, s'approchant des deux gardes présents devant les portes.


¤Rakurai¤
"Salutation. Nous sommes des ninjas venant de Kumo et nous devons parler à votre Mizukage."

C'est parti.

MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   Mar 10 Juil - 22:25

[Rakurai]
"Salutations. Nous sommes des ninja venant de Kumo et nous devons parler à votre Mizukage."

Les deux Chuunin chargés de garder les portes de Kiri échangèrent un regard étonné puis se concertèrent, sans pour autant lâcher les deux étrangers du regard. Le premier kiréen hocha la tête et descendit de sa tour de guet, s'enfonçant dans les ruelles du village de la Brume, tandis que l'autre restait à son poste

[Garde 1]
"Veuillez déclarer le motif de votre visite !"

[Alucard]
"Nous portons un message de la part du Raikage pour le Mizukage, nous ne pouvons vous en dire plus..."

[Garde 1]
"Dans ce cas, vous attendrez l'arrivée de mon supérieur devant la porte du village et nous verrons ce que lui en pense !"

Alucard et Rakurai reculèrent de quelques mètres et entamèrent une discussion afin de tuer le temps. Le Genin n'avait guère apprécié le comportement du kiréen, et son sensei lui rappela que Kumo et Kiri avaient été en guerre dix ans auparavant et que la prise de pouvoir du héros de guerre d'antan, Zabuza Momochi, au poste de Mizukage n'avaient certainement pas aidé à calmer les esprits. Il conlut en lui confiant que le nouveau chef du village de la Brume était connu comme un homme de paix,, et n'alla pas jusqu'au bout de sa phrase, interrompu par le bruit de la porte centrale qui venait de s'ouvrir.

Un homme de taille moyenne, portant la tenue reglementaire des Jounin approchait vers eux en boitant, suivi de quatre Chuunin. Son visage ne trahissait aucune hostilité, et Alucard le reconnut immédiatement : Nimuro le Médecin, autrefois en charge de l'orphelinat de Kiri.


[Chuunin 1]
"Chef, ce sont les deux prétendus kuméens ! Qu'en faisons-nous ?"

"Tout d'abord, vous allez baisser vos armes. Je vous rappelle que nous sommes en paix avec Kumo et que si ces hommes sont des émissaires du Raikage, nous devons les traiter avec les égards qu'ils méritent."

[Chuunin 2]
"Mais, Nimuro-sama ! Oubliez-vous ce qu'ils nous on fait ? Zabuza-sama n'aurait jamais permis que..."

"Ce n'est pas à nous de juger de cela, mais à notre Mizukage. Les temps et les hommes ont changés, nous ne pouvons pas condamner ces hommes pour les actes de leurs parents et nous n'en avons pas le droit, compris ?"

Le silence revenu dans les troupes kiréennes, le dénommé Nimuro se retourna vers les deux émissaires du pays de la Foudre et les examina du regard avant de se présenter.

"Je suis Nimuro, Jounin de Kiri ; le Mizukage Shinji Azechi m'envoie pour vous accueillir et vous escorter jusqu'à son office. J'imagine que votre voyage a été long et non dénué d'encombres si j'en juge aux bandages et blessures que vous portez."

MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   Mer 11 Juil - 1:09

¤Garde 1¤
"Veuillez déclarer le motif de votre visite !"

¤Alucard¤
"Nous portons un message de la part du Raikage pour le Mizukage, nous ne pouvons vous en dire plus..."

¤Garde 1¤
"Dans ce cas, vous attendrez l'arrivée de mon supérieur devant la porte du village et nous verrons ce que lui en pense !"

C'était clair, net, précis et ne souffrait d'aucune contrariété. Certes, Rakurai s'était attendu à une telle réaction, mais la subir comme cela, sans préparation ni même autres tentatives de plaider sa cause, c'était... Dérangeant, oui, c'était le terme adapté. Rakurai n'éprouvait toutefois pas réellement de la colère, plutôt de l'exaspération, combien de temps avait il passé depuis la fin de la guerre entre Kiri et Kumo ? Des années ? Des dizaines d'années ? Et pourtant les hommes ne changeaient pas, stupide espèce.
Forcé par Alucard à s'éloigner de un peu de devant les gardes, Rakurai expira longuement une fois qu'ils furent hors de portée de voix du garde. Non, décidément ce froid accueil ne lui plaisait pas.


¤Rakurai¤
"Décidément, je ne comprendrais jamais les Hommes, des années se sont écoulés et nous sommes traités avec défiance et presque comme des ennemis. Je parierais l'oeil qu'il me reste que si il le pouvait, ce garde nous enfermerait dans une geôle à titre préventif. Tsss."

Son ton était peut être inadapté, mais pour quelqu'un ayant l'habitude de ne pas demander la permission pour rencontrer un haut dignitaire, souvent chargé de l'exécution de ce dignitaire, mais cela était un autre problème. Donc, pour quelqu'un habitué à aller directement voir la personne qu'il devait rencontrer, ce glacial accueil n'était pas du tout à son goût, non, loin s'en fallait.
Enfin, il eut un semblant d'explication par Alucard. Après tout,t out esprit qu'il soit, il pouvait toujours "voir" par les yeux d'Alucard-san, ce qui n'étonnait pas beaucoup Rakurai de l'entendre donner autant de précision sur la situation du village de Kiri, sur son ancien Mizukage et sur les informations, encore obtenus à la dernière minutes, sur la philosophie pacifique du nouveau Mizukage. Cela allait simplifier de beaucoup la tache que Raikage-sama leurs avaient confiés. Enfin, si ils survivaient au trajet jusqu'au bureau du kage de Kiri.


Alucard allait donner le nom de l'actuel kage de Kiri quand la porte du village s'ouvrit sans bruit, presque avec délicatesse, mais les pas qui suivirent l'ouverture de cette porte ne laissa aucun doute quand à l'importance de la personne qui allait les accueillir.
Heureusement que Rakurai n'observait pas Alucard quand vint se présenter le nouveau venu, sinon il aurait fait une syncope devant tant d'informations de dernières minutes laisser au hasard. Non, en fait, il observait le nouveau venu. Sa manière de marcher, de bouger, son regard, ses mains, l'attitude qu'avaient les deux gardes avec lui, tout, Rakurai observait tout, car l'information, c'était le pouvoir. La première information que l'on trouvait chez ce nouvel arrivé, c'était le fait qu'il boitait, ce qui laissait supposer deux choses, soit il s'était blessé pendant la guerre ou tout autres missions, soit il avait cela depuis toujours, mais, cela ne concordait pas réellement avec son bandeau de Kiri fièrement mis. Car un ninja doit savoir se déplacer avec rapidité et, malgré toute la force que pouvait posséder cet homme, si il ne pouvait se déplacer, il devenait dès lors inutile dans l'accomplissement de mission, mais pas forcément inutile au village. Second point, l'attitude qu'avait les gardes vis à vis de lui. Ces derniers lui parlaient avec un mélange de respect et de crainte ? Rakurai ne pouvait le dire avec précision, toutefois le respect qui se dégageait des gardes était presque palpable ce qui signifiait que soit le nouveau venu était d'un rang important, soit il avait fait des choses importantes pour le village, voir les deux.

Enfin, les deux derniers détails, c'était l'absence totale d'hostilité sur le visage de "patte folle", soit cela caractérisait un véritable manque de haine envers Kumo, soit, en bon ninja qu'il devait être, ses sentiments étaient profondément enfouis sous une carapace d'acier et d'insensibilité. Mais j'ai dis deux détails, le deuxième était sa "garde rapproché, quatre ninja, probablement chuunin, ce qui laissait supposer, ou qu'il était lui-même un chuunin, ou qu'il était jounin, ce qui expliquerait alors la raison pour laquelle il prit lui la parole et aussi pourquoi les gardes avaient tant de respect pour lui, mais cela restait du domaine de la supposition.

Quand le jounin, ou chuunin, pris la parole, les gardes semblèrent être en désaccord avec ce qu'il dit.


¤Rakurai ¤
"Dissension interne ?"

Rakurai avait presque murmuré cela, mais il n'en était pas sur et comme personne ne regardé clairement dans sa direction, et bien il ne pouvait savoir si oui ou non on l'avait entendu. Mais il avait dis cela bien malgré lui, en fait, cela l'inquiétait. Si deux gardes se permettaient de remettre en cause les dires de quelqu'un d'un grade bien supérieur aux leurs, que pouvait il donc arriver entre ces portes ? Tentative de meurtres ? Agression publique ? Guerre civile ? Rakurai l'ignorais mais cela devenait compliqué comme affaire. Peut être que ces quatre chuunins n'étaient pas la pour assurer la protection du jounin après tout et si tel était le cas, cela ne rassurait pas vraiment le ninja assassin...
Mais il ne put prolonger longtemps ces pensées que déjà le jounin, Nimuro d'après les gardes, se tourna vers eux avant de prendre la parole d'une voix calme et maîtrisé, ce qui emplit Rakurai de panique. Il ne pouvait pas réellement laisser Alucard prendre la parole, pour l'instant personne ne semblait avoir reconnu son visage, ce qui était un plus, mais sa voix ? Surtout si l'homme en face d'eux était un jounin. Et surtout si lui, un genin, venait à prendre la parole, cela pourrait être pris comme un manque flagrant de respect, mais il préférait cela qu'une mise à mort pure et simple, c'était toujours ça de gagner.


¤Rakurai¤
"En effet Nimuro-san. Le voyage fut long, quand à nos blessures, rassurez vous, ces dernières sont bien moins grave qu'elles ne le laissent supposer."

Bon, c'était un mensonge éhonté, les blessures de Rakurai le lançaient tous les jours, son corps mourrait, et celles d'Alucard étaient fictives, mais on ne dis pas qu'on souffre le martyr devant un jounin, surtout si l'on souhaite faire bonne impression; heureusement, ce rapide interlude permis à Rakurai d'avoir le nom du Mizukage, ce qui n'était pas un mal, bien au contraire.

¤Rakurai¤
"Nous remercions par ailleurs Azechi-sama de bien vouloir nous recevoir, notre voyage fut plus long que prévus et le message venant de Raikage-sama est, si ce n'est important, urgent tout du moins. Pouvez nous conduire directement à son office ?"

Sa voix était... vraiment bancale. Ce n'était pas la première fois qu'il devait parler devant une personne d'importante, mais généralement, il l'égorgeait après ça, il ne continuait pas à discuter tranquillement. Enfin bref, peu importait, restait surtout à voir la réaction d'Alucard véritable "donnée variable" de toute cette histoire.

MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   Mer 11 Juil - 14:06

[Je rattrape le 'retard', désolé ^^ - Nous arrivons aux portes]

Les portes du village s'annonçaient devant les deux kuméens et visiblement elles n'étaient pas surchargées en surveillance. Un rapide coup d'oeil suffit à remarquer que la tension du village par rapport aux agressions extérieures étaient quelque peu descendue depuis tout ce temps. Deux sentinelles, montées dans leur tour de guet observaient les alentours avec attention. Avant que les ninjas de la foudre de ne s'approchent davantage, Rakurai retînt son maître à l'écart et lui expliqua sa stratégie. Alucard accepta sans condition, bien qu'un tel camouflage ne servira à rien si il venait à dévoiler son nom... Le Juunin se recouvrit l'oeil gauche avec les bandages ainsi que la partie inférieure de son visage. Ainsi on pourrait croire que ses blessures l'empèchent de parler, ce qui pourrait les sauver. Il termina le déguisement par son bras droit, laissant le métal du gauche à l'air libre, personne à Kiri ne connaît cet aspect de son physique. Une fois fait, Rakurai s'approcha des portes et appela les gardes. L'un d'eux repartit au centre du village tandis que l'autre interrogea les deux kuméens.

¤Garde 1¤
"Veuillez déclarer le motif de votre visite !"

¤Alucard¤
"Nous portons un message de la part du Raikage pour le Mizukage, nous ne pouvons vous en dire plus..."

¤Garde 1¤
"Dans ce cas, vous attendrez l'arrivée de mon supérieur devant la porte du village et nous verrons ce que lui en pense !"

Alucard avait préféré parler, annoncer sa présence. Il était finalement trop dangereux de laisser Rakuraï faire tout le boulot. Heureusement que le changement de personnalité avait modifié un minimum la voix, bien que ce soit presque imperceptible... En attendant que le supérieur du Chuunin arrive, Alucard et Rakurai prirent un peu de distance et ce dernier témoigna son mécontentement vis à vis de la réaction des gardes.


¤Rakurai¤
"Décidément, je ne comprendrais jamais les Hommes, des années se sont écoulées et nous sommes traités avec défiance et presque comme des ennemis. Je parierais l'oeil qu'il me reste que si il le pouvait, ce garde nous enfermerait dans une geôle à titre préventif. Tsss."

¤Alucard¤
"Calme-toi Rakurai-kun, Kiri a vécu de nombreuses guerres. On n'oubliera pas celle contre notre village, Kumo, ni celle contre Suna très récemment. Je pense qu'il est donc légitime de leur part d'être aussi méfiant. Les Mizukage n'ont jamais été très présents. Du temps où Alu y a habité, d'après les souvenirs que je pioche dans sa mémoire, le Mizukage Shinobu n'était jamais présent, il l'a rencontré une fois puis plus rien... C'est ensuite que Zabuza-sama est arrivé, un grand homme. Il a transformé Kiri en une nation puissante, quelqu'un de remarquable. Et l'avoir perdu, je pense, a fait du mal à tous ces habitants qui l'aimaient probablement. Aujourd'hui, je ne sais pas vraiment ce qu'il en est vis à vis du Mizukage A..."

Alucard fut coupé par l'ouverture des Grandes Portes de Kiri. Le supérieur des gardes était arrivé, et les deux kuméens s'avancèrent quelque peu à sa rencontre. L'homme était... boiteux, les cheveux verdâtres... ce regard. ~Alucard subît en un instant un afflux inattendu de visions en flash. Des souvenirs de son fils lui harcelèrent l'esprit ce qui lui couta un léger gémissement tandis qu'il prenait sa tête dans sa main gauche. ~ Cet homme en face d'eux était Nimuro, un médecin, Alu l'avait connu visiblement mais il ne put en apprendre plus, ces visions étaient trop floues et son état mental ne lui permit pas de se concentrer dessus. D'après son attitude, le Juunin kiréen n'avait pas reconnu son ancien collègue, ce n'était pas plus mal, le plan de Rakurai fonctionnait pour le moment parfaitement.

Ce dernier d'ailleurs gérait très bien la situation, il préférait visiblement que son maître ne prenne pas la parole mais, c'était fatal, un moment ou un autre il allait devoir le faire. Restait-il à savoir quand. Le Juunin de Kiri était plutôt accueillant et sa présence n'était pas offençante. Alucard pensa que l'homme avait pour mission d'en apprendre un maximum sur les deux étrangers, afin de réveler les informations plus tard à son Mizukage. Qu'il en soit ainsi, pensa-t-il, mais fallait-il qu'il révèle son nom en usant d'honnêteté, ou était-il préférable de dissimuler son identité un maximum ? ... Devant ce difficile choix, le Juunin préféra garder le silence, observer, et utiliser ses bandages faciaux comme une excuse à son mutisme.

MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   Mer 31 Oct - 13:13

Iba marchait d’un pas rapide. Il venait de recevoir un oiseau. Ce dernier l’informait que des voyageurs en provenance de Kumo, plus exactement des shinobi, venaient d’arriver à leur porte. Fallait-il combattre ? Ce n’était pas ce que disait le message, dommage, il aurait souhaité en découdre avec ces derniers. Les dernières révélations au Fort étaient lourdes de sens. Kumo était responsable du massacre de sa famille, et il ne digérait pas du tout cela. Il n’attendait qu’un seule chose, qu’on lui donne la permission d’en découdre avec ses nouveaux ennemis. Il ne les avait encore jamais vu, pourtant il les haïssait déjà. Le genin pouvait sentir leur infection jusqu’ici, ces émissaires venaient pourrir leur village. Iba se jura qu’il ne laisserait pas faire une telle atrocité. La Porte de la ville se rapprochait, elle grossissait à vue d’oeil. Pourtant, le garçon de douze ans serrait les dents, le message venait de Nimuro, il lui disait qu’il lui faudrait rester calme et ne rien laisser paraître de ses sentiments, sinon il pouvait déclencher ni plus ni moins un accrochage sans précédent avec les autorités du village de la foudre. A noter que cela ne dérangeait pas Iba, car si cela ne tenait qu’à lui les envoyés ne retourneraient jamais chez eux. Ou tout du moins pas entier.

Ils avaient brisé sa vie, à son tour, il les briserait jusqu’au dernier…

Néanmoins, il calma sa colère, même s’il ne redoutait pas en cet instant, les foudres d’une armée de kuméens, il ne voulait en aucun prix décevoir son sempaï Nimuro. C’était l’unique raison qui le forçait à se contenir. Il y avait intérêt à ne pas avoir un pet de travers de leur côté, car Iba se jurait de saisir la moindre erreur pour les envoyer six pieds sous terre, goûté à la racine des pissenlits.

Mais pour le moment, patience…

Six années de sa vie avait disparues, volatilisées, mystérieusement, suite à l’attaque du Fort. Il allait sur ces dix-huit ans, pourtant, il avait le physique d’un jeune garçon de douze. Il restait persuadé que là encore c’était la faute des ninja foudroyants. Ils finiraient par payer, il se ferait justice, ils vengeraient les siens, même si se devait être la dernière chose qu’il ferait. Ce qui le mettait le plus hors-de-lui, c’est que non content d’avoir massacré les occupants du Fort, ilsles avaient passé pour des traîtres, des moins que rien, des vendus à la solde de Kumo, qui s’étaient finalement fait tuer par le village de la foudre, une fois leur rôle joué. Il était devenu Réprouvé, comme tant d’autres, alors que les siens ne s’étaient jamais vendu, on l’avait traîné dans la bout sans raison.

Il laverait dans le sang les crimes que l’on avait perpétrer contre sa famille…

Nimuro était là. Les deux autres aussi. Il aurait voulu leur cracher dessus, mais il se retient. Il ne pouvait décevoir Nimuro-sempaï. La gorge nouée, il rejoint son supérieur. Il le salua.


«- Vous m’avez fait demander, Nimuro-sempaï »

[Nimuro] «- Oui, voilà des arrivants de Kumo. Ils souhaitent s’entretenir avec Azechi-sama. »

Son regard se fit insistant. Iba savait pertinemment ce qu’il attendait de lui, pourtant le garçon s’y refusait. Il n’avait pas le choix. Il inclina très légèrement le tête, en marque de salut, sa mâchoire était crispée, ses poings aussi. Il ne dit rien, pas de bienvenue, rien, lui qui d’habitude était si courtois, il ne disait rien. Nimuro ne lui reprocha, satisfait du peu qu’il avait déjà réussit à produire.
Les émissaires étaient bien des shinobi. Des grandes tailles, l’un portait un bandeau sur un œil, et l’autre semblait bizarre, bien que le genin ne suis dire pourquoi.


[Nimuro] «- Je vous présente Iba Hiyori, genin de Kiri. Iba voici, Alucard-sama et Rakurai-sama, respectivement jounin et genin de leur village…
Et maintenant que les présentations sont faites allons-y. »


La quatuor entra dans le village. On voyait clairement qu’il se remettait doucement de la guerre. Le genin était droit comme un piquet, il se demandait si avec l’aide de Nimuro, il arriverait à battre l’autre duo.Il en était sûr. Rien ne l’arrêterait…rien…
Il arrivait à la mairie. Les jounins avaient échanger des banalités. Rien qui puissent retenir l’intérêt. Il y avait deux ninja qui gardaient l’entrée du bâtiment. Nimuro leur expliqua la situation, et qu’il venait voir Azechi-sama. L’un rentra dans le bâtiment, le petit groupe suivi, et durent attendre dans le hall d’entrée. Il y avait un dallage clair et des divans ci et là. L’éclairage était de bonne qualité et plusieurs plantes vertes jonchaient la salle


[Nimuro] «- Tobâ-san est allé prévenir Azechi-sama. Ce ne sera pas long. Asseyez-vous, si vous le souhaiter. »

Iba resta debout. Il n’avait pas besoin de s’asseoir, il n’était fatigué, et cela lui donnait l’impression de dominer ses interlocuteurs, si ces derniers s’asseyaient. C’était puéril, il en convenait…
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'arrivée de la Foudre à Kiri   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kurasa arrive à Kiri !
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Piri piri piri [comme Kiri]
» Cimetière de Kiri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-