Partagez | 
 

 [Equipe 3] Rencontre au Sommet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mar 14 Avr - 18:58

Ishiki en avait rêvé ; et maintenant son rêve devenait réalité. Toutefois cette manifestation de particulièrement attendu. A vrai dire elle arrivait trop tôt à son goût. Quatorze printemps ne sont guère suffisants pour enseigner à qui en possèdent déjà bien davantage. Kojiro Hayatori, 15 ans, genin. Nokodai Yuchiro, 18 ans, genin. Kyomu Daiky, 19 ans, chuunin. Un gouffre les séparé mais non dans le sens habituel pourtant à priori le meilleur. Les autorités avaient fait un étonnant paris en confiant cette équipe à l’un ses plus jeunes jounins. Surtout en considérant que le plus âgé était déjà chuunin. Ishiki s’interrogeait sur les raisons d’une telle attribution ; qu’avait-il de si particulier lui qui avait passé toute sa courte carrière dans la diplomatie et la recherche ? Que pouvait-il bien motiver un tel choix ? Un manque de professeur en cette époque troublée ? Peut-être, les Cetana bénéficiait depuis toujours d’une réputation d’enseignant hors pair qui ne se démentait pas : mais cela ne suffisait pas à expliquer la composition étrange de l’équipe : deux spécialistes en taïjutsu et aucun en médecine. Mais nous sommes à Kumo que diable ! Ce n’est pas les esei-nin qui manque au Village Caché des Nuages. Alors pourquoi ?

Le jeune jounin conclut qu’il était là dans une impasse. A l’évidence il manquait de données pour se lancer dans la moindre projection. Cela ne le dérangeait pas, de toute façon, il devrait bien les tester ses nouveaux élèves. Peut-être obtiendrait-il par la même occasion une clef manquante ? Toujours est-il qu’Ishiki était bien décidé à être à la hauteur de sa famille ; et même sans cela la perspective d’avoir des jeunes esprits à modeler, à faire grandir, mûrir, suffisant à l’emplir d’une ferme détermination. Balayant d’une pichenette mentale les quelques rares doutes qui effleuraient son esprit quant à son manque d’expérience, à son jeune âge, il entrepris l’écriture d’un mot à l’intention de l’Académie qui délivrerait ce message lapidaire à ses élèves :

Citation :

« Rendez-vous au point culminant du parc Yumekuteka, demain à l’aube. Préparez-vous mentalement et moralement.

Votre senseï. »

Un soleil d'or au beau milieu d'un ciel azur couvert de légers nuages blancs. Il n’en fallait pas plus pour faire sourire Ishiki. Il nota mentalement que le lendemain en question allait être une journée ensoleillée ; et se demanda quelque part où en étaient les recherches sur le contrôle du climat. Ils avaient obtenu un certain succès avec le Kawaru Tenki, mais le jeune jounin doutait fort qu’ils en étaient restés à se reposer sur leurs lauriers. Le contrôle du climat… encore un pas vers l’affranchissement du peuple de la notion de dieux qu’il s’était imposé. L’humanité mûrissait des mythes tombait. Enthousiasmé à cette idée, le Cetana projeta de se procurer cette amulette exceptionnelle et peut-être même de la recommander à ces élèves.

Le lendemain, il était là à les attendre, silhouette attentive perchée dans un arbre, masquée aux regards. A observer.

De son point d’observation il avait une vue panoramique sur l’ensemble de la partie Nord-Ouest de parc, la plus vallonnée ; d’ici il pourrait voir en détail la progression de ses élèves. Ah ils allaient sans doute avoir une sacrée surprise s’il s’attendait à un lieu de rendez-vous bien clair, bien net qui se verrait de loin ! Ishiki réprima un sourire, comme toujours, la réalité était bien plus complexe : une multitude de dunes attendait les genins et le chuunin, recouverte d’une foultitude d’arbres et de rochers le tout auréolé d’une végétation luxuriante, très lumineuse qui tout en donnant un air paradisiaque au lieu, compliquait infiniment la tâche. Décidément cette partie du parc Yumekuteka, était une multitude de forme et des couleurs qui dans son imposante complexité ne se pliait pas aisément à toute tentative de mesure stricte et précise. Ils allaient devoir faire preuve de rigueur et d’intelligence ; le point de rencontre n’était pas accessible au premier avare d’effort venu.

Au demeurant, l’intitulé de son message n’était pas bien clair, quel point culminant allaient-ils considérer ? La plus haute cime des arbres ? L’évaluation était fort complexe. Le rocher le plus haut ? Légèrement plus simple. La terre ferme avec le niveau NGF ? Hum, Ishiki lui-même ce n’était pas risqué à une telle évaluation, contenu de l’abondance des dunes de l’abondance de la végétation, ce n’était toutefois pas impossible et il attendait les tentatives des ses élèves en ce sens. Il restait toujours la solution de simplicité, quoique non visible du premier coup d’œil : le banc situé le plus en hauteur. Mais au-delà de toute notion de difficulté, le choix était révélateur au niveau psychologique. Une chose était certaine : face à l’inattendue complexité de la tâche, les élèves comprendraient sans doute très vite que c’était là un test. Un parmi tant d’autres. Ils allaient devoir redoubler d’efforts pour réussir. Ce faisant il en allait en sortir grandis ; ils allaient progresser ; évoluer.

La couleur était annoncée.


Dernière édition par Ishiki Cetana le Mar 28 Avr - 13:00, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mer 15 Avr - 17:56

ACTE I: Le commencement.

Scène 2


La vie du Genin reprenait enfin son court normal, après quelques semaines de flottement. Il avait reprit les missions, et il avait reçu la veille une missive de l'académie qui concernait son assignation à une nouvelle équipe. En tout cas, c'est ce que sa mère lui avait dit. "Nouvelle équipe" signifiait qu'il en avait eu une avant. Ce qui lui était arrivée, il ne s'en souvenait plus; tous les événements antérieurs à son admission à l'hôpital constituaient une case vide dans sa mémoire. Il avait beau essayer de les combler, mais rien n'y faisait. Sa génitrice lui avait tendu finalement le papier, sur lequel était griffonné.
Citation :
« Rendez-vous au point culminant du parc Yumekuteka, demain à l’aube. Préparez-vous mentalement et moralement.

Votre senseï. »

Super. Encore fallait-il se rappeler où se trouvait un parc à ce nom; "Yumekuteka". Kojiro ne voulait pas trahir son amnésie. Il fallait recourir à quelque ruse pour se renseigner sans éveiller les soupçons. Pour obtenir l'information dont il avait besoin, il s'était risqué:


"Mais maman, il nous à donné rendez vous à l'aube au parc Yume...kuteka (C'est bien ça?) ... A cette heure là, on verra rien!

"Mais non, j'y ai déjà fait du camping avec ton père... je peux te dire que le soleil chauffe la tente de bonne heure!

Bingo! Le parc se trouvait donc à l'Est. Kojiro mit son réveil à quatres heures du matin. Le lendemain, un bruit conçu pour tirer les gens du lit fit son office dans la chambre du Genin. Le poing de l'adolescent s'abattit mécaniquement sur le réveil en laiton, qui se tut immédiatement. Il s'habilla rapidement, attacha son bandeau fièrement, attrapa une boulette du riz et fila dans les ténèbres décadents.

Il n'eut pas de mal à trouver le parc. En effet, il suffisait de prendre la direction de l'Est, sortir du village, et ensuite, tout était indiqué. Après quelques minutes de marche, Kojiro se trouvait dans une immense prairie vallonnée, qui descendait jusqu'à une petite clairière. Au Sud-Est se trouvait une rivière qui s'écoulait vers une colline au Nord. Quelques rochers, des dunes et des arbres centenaires surplombaient le paysage, mais Kojiro n'avait pas la moindre idée sur le point culminant du parc. Il leva la tête dans un soupir d'exaspération, et fut surprit de la couleur des nuages, rosés par l'aube grandissante. Il espéra seulement que ces grandes masses laiteuses ne renversent leurs substances sur sa pauvre tête. Le Genin s'élança alors dans la vallée, comme un gosse l'aurait fait. Il couru à travers la plaine en criant, comme si il avait voulu réveiller Dame Nature qui semblait encore somnoler. La pente l'entraînait de plus en plus vite, si bien que rapidement, il ne pouvait plus s'arrêter. Il fonça ainsi jusqu'à la clairière, et il dût grimper à un arbre pour ne pas se prendre le tronc en plein dans le nez. Arrivé en haut, il regarda autour de lui. Il y avait un sacré paquet de hauteurs, toutes plus culminantes que les autres! Arbres, mais aussi dunes derrière la forêt; il y avait même une falaise un peu plus au Nord. Le Genin sauta alors d'arbres en arbres, avec une agilité de singe. A chaque fois qu'il croyait avoir atteint LE point culminant, il en apercevait encore plus qu'avant. Au bout d'une heure, il s'arrêta, ruisselant de sueur, au bord de la falaise. Il n'avait rien trouvé, sinon une multitude d'échelon à gravir pour.... Sa pensée s'arrêta net. Il venait de comprendre quelque chose. Il était si fier de lui qu'il le hurla de toutes ses forces:



"ON PEUT TOUJOURS MONTER PLUS HAUT! LES POSSIBILITES N'ONT PAS DE LIMITES!!"

Kojiro était sur un petit nuage; leur sensei devait sûrement vouloir leur apprendre ce genre de maximes...


Dernière édition par Kojiro Hayatori le Jeu 30 Avr - 21:04, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Jeu 16 Avr - 3:41

[Vient De: [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]

Une chance que Nokodai s'était levé de bonne heure, le parc était situé à l'autre extrémité d'où il venait! Et, pour rajouter encore un petit peu plus à son sentiment de retard, il s'était perdu à quelques reprises dans les petites ruelles. Le jeune shinobi se dit intérieurement que s'était en se perdant que l'on apprenait à distinguer les petits détail de la ville... Puis, après beaucoup de passage à travers les rues, il décida de passer par les toits, au moins il pourrait toujours continuer dans la bonne direction! Et l'homme à l'armurerie lui avait dit d'aller vers l'est... Il regarda donc d'où venait cette faible lueur qui commençait à éclairer le ciel et se dirigea vers celle-ci. Moyennant quelques précieuses minutes, Nokodai fini par arriver au parc en question, il ouvra donc la petite note qu'il avait prit soin d'apporter pour relire une dernière fois les instructions très flou du lieu de rencontre.

Petit bout de papier a écrit:

« Rendez-vous au point culminant du parc Yumekuteka, demain à l’aube. Préparez-vous mentalement et moralement.

Votre senseï. »

Nokodai - *Et comment on est sensé trouver le point culminant de cette place? Je comprends rien à ce charabia, je vais trouver une place situé en hauteur où une rencontre pourrait être probable... En plus, je suis essoufflé de ce parcours de toit en toit pour arriver ici à temps! Si ça ce trouve, le senseï n'est pas encore arrivé...*

Sur ces pensées, le genin commença sa recherche, ne sachant pas vraiment ce qu'il cherchait. Toutes les dunes se ressemblaient dans un certain sens et les arbres lui empêchait de voir de l'autre bord de la forêt... Est-ce que le parc se continuait encore de l'autre coté de celle-ci? Le ninja ne le savait pas , il décida alors de ne pas s'y aventurer... Puis, tournant son regard vers une autre colline encore plus haute que celle sur laquelle il se tentait, un soupir très sonore sortit de sa bouche...

Nokodai - *Non, c'est impossible... Encore une colline plus haute... Quand est-ce que je vais arrivé à ce point de rencontre! S'il y a une chose que je déteste, c'est bien chercher quelque chose. Encore plus si je ne sais pas ce que je cherche... Vraiment, ce senseï est un être sans scrupule qui nous déteste...*

Une fois rendu au sommet de cette colline, il regarda autour de lui et vu... un banc! Enfin, il avait trouvé le point de rencontre! Mais il était le premier arrivé. Il semblerait bien que les autres n'avait pas eu sa chance et était encore en cherche du point culminant... Puis, un léger écho venait de lui parvenir

???: "ON PEUT TOUJOURS MONTER PLUS HAUT! LES POSSIBILITÉS N'ONT PAS DE LIMITES!!"

Nokodai plongea sa tête entre ses jambes. Il espérait du plus profond de son être que cette personne qui venait de crier n'était pas un shinobi qui allait faire parti de son équipe. Quelqu'un d'aussi bruyant ne méritait pas le titre de ninja, mais ce n'était pas à ce dernier de juger de la qualité des combattants de Kumo. Après avoir attendu quelque instant, le jeune homme se coucha sur le banc et décida de se préparer mentalement et physiquement à rencontrer son futur senseï. Ce par quoi il entendait une sieste... Après s'être couché de tout son long sur le banc avec son bandeau de Kumo bien à la vue, il ferma les yeux et eux un sommeil léger en attendant l'arrivée de son futur "professeur".


Dernière édition par Nokodai Yuchiro le Jeu 2 Juil - 18:28, édité 3 fois

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Ven 17 Avr - 17:18

Comme à son habitude le chuunin se levait aux premières lueurs du soleil, à la différence que cette fois il n’allait pas courir mais il se rendait à un rendez-vous. Un rendez-vous pour quoi ?
La veille il avait reçut un petit bout de papier sur lequel y était inscrit le lieu et le moment de le réunion.
Il devait se rendre au point culminant du parc Yumekuteka à l’aube. Le seul soucis c’est qu’il ne s’y était jamais redut et que là il devait s’y rendre en un temps record.

Quelques jours avant, le Kaguya avait reçut un lettre lui indiquant qu’il allait être assigné à un équipe. Cette dernière était composée d’un jounin, se nommant Ishiki Cetana et deux genin dont il ne savait le nom, ni le grade. Le fait d’être assigné à une équipe lui plaisait, même si il n’en avait pas vraiment l’utilité. Ce n’était pas ça qui allait lui permettre de trouver celui qui faisait du tords à son clan, mais ça avait l’air divertissant.
Une chose le gênait un peu, à son avis il pensait que les membres allaient devoir faire connaissance et pour ça ils allaient divulguer des informations sur eux. Hors le problème était qu’il ne pouvait et ne devait pas dire qui il était en vrai.
Il devait mentir à son équipe avant même de les connaître, il n’aimait pas trop ça, mais avait-il le choix ? Soit il faisait confiance à ses équipiers qu’il ne connaissait pas, avec le risque qu’ils dévoilent leur secret, soit il restait fidèle à sa famille et il se taisait.
De toute façon le choix était déjà fait, il n’allait pas faire foiré son intégration au sein du clan pour trois personnes.

Le parc ne fut pas trop difficile à trouver, on pouvait le voir depuis le haut des maisons du village. De loin on pouvait distinguer plusieurs dunes, la végétation y était assez dense. De là où il était il ne pouvais distinguer le point culminant.


* Hummm, évidemment ça ne pouvait pas être simple … *

Cette difficulté ne le fit pas trépasser, au contraire il trouvait ça amusant, ça aurait été trop simple et sans intérêt qu’ils se rencontrent tranquillement.
Sautant de maison en maison le chuunin se rendit au parc, une fois dedans ça ne ressemblait plus du tout à ce qu’il avait vu de loin. De loin il avait trouvé un point pus haut que les autres, mais une fois dedans il ne savait plus du tout où il était.
Kyomu monta en haut d’un arbre pour pouvoir se retrouver, ce qui fut réussit, il retrouva le point qu’il avait repérer.

Pendant un moment le shinobi regretta un instant de ne pas avoir de capacité pour traquer les personnes, ou ressentir leur aura un truc comme ça. La seule chose qu’il savait faire c’était combattre, pas rechercher. Il n’avait pas le choix il devait faire sans, juste avec son oeil.

??? - ON PEUT TOUJOURS MONTER PLUS HAUT! LES POSSIBILITES N'ONT PAS DE LIMITES!!

Il se retourna vers la voie qui était en train de se déchirer les cordes vocales et se demanda quel était le sens de cette phrase. Etait-il perdue ? Ou tout simplement il avait pété un câble ? Il ne savait pas vraiment…
Le ninja de Kumo s’arrêta sur la cime d’un arbre et regarda le soleil. Il était déjà trop haut, il n’avait pas le temps de voir ce qu’il se passait avec ce jeune homme. Dommage pour lui …

Au bout d’un certain temps il se rendit compte qu’en fait le jeux allait être plus intéressant que prévu. Il ne suffisait pas de regarder au loin et regarder le point le plus haut, car les dunes n’étant pas à la même distance il y avait un genre d’effet d’optique, qui faisait que l’on croyait que le point le plus haut est devant nous mais en fait non.
Il ne fallait pas foncer dans le tas, la réflexion était le meilleurs choix. En haut de son arbre, ces cheveux de la couleurs des blés ondulaient, emportés par le vent qui était plus fort en hauteur.

Son regard se porta sur le panorama qui s’offrait à lui, il faisait des tours sur lui même pour avoir un vison de trois-cents soixante degrés. Au bout de quelques minutes de réflexions il trouva la colline qui lui paraissait le plus haut.
Ce ne fut qu’une question de temps avant qu’il y arrive.

Quasiment arrivé en haut de la colline le chuunin s’alluma une cigarette, le soleil commençait tout juste à chauffer, il ne pouvait s’en empêcher.
Une personne était assise sur le banc.

C’était sûrement un coéquipier et si ce n’était pas le cas ça voulait dire qu’il c’était gouré d’endroit.
La personne avait les cheveux blanc comme neige, la peau un peux foncée. Son corps était assez filiforme et des tatouages étaient sur son bras, une personne qui avait de l’allure au premier abord si on oubliait qu’il était allongé sur un banc.
Il se positionna à sa hauteur et regardait les collines environnantes tout en tirant une bouffée de tabac.


Kyomu – Quel beau temps n’est-ce pas ?

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mar 21 Avr - 7:13

Nokodai fût tiré de sa torpeur lorsqu'un étranger arriva en haut de la colline... Le jeune shinobi resta couché et regarda le nouvel arrivant d'un œil entrouvert. Celui-ci le regarda de haut en bas en peu de temps et s'alluma une cigarette. L'odeur désagréable vint chatouiller les narines de l'homme nouvellement réveillé. L'homme se mit ensuite à regarder la collines environnantes. Peut-être qu'il, comme Nokodai, cherchait ce fameux point de rencontre. Il serait alors son futur coéquipier... Pas mal comme partenaire. Il avait l'air robuste, sûr de lui, mais, plus important, plus puissant que Nokodai. Ce dernier n'aimait peut-être pas la compagnie d'autre guerriers avec lui, mais s'ils étaient plus puissant que lui, cela lui donnerait une bonne raison de faire de son mieux et devenir plus fort. Après tout, n'est-ce pas en ce confrontant à des personnes plus puissantes que soit que l'on peut progresser? Soudain, l'étranger ouvrit la bouche et commença à parler, comme s'il savait que le jeune shinobi ne dormait pas vraiment...

???: "Quel beau temps n’est-ce pas?"

Nokodai: "En effet. Une journée parfaite pour atteindre un point culminant. N'est-ce pas?"

Le jeune shinobi prit le même ton de voix que l'étranger pour demander exactement la même chose. Il y avait, dans cette dernière phrase, un soupçon désintéressement mélanger avec une pointe de provocation. Puis, d'un bond nonchalant, Nokodai se releva du banc où il venait de faire sa sieste. En faisant ce même mouvement, il vu un morceau de papier tomber. Croyant que s'était celui qui indiquait non-précisément la location de la rencontre, il l'attrapa au vol. À son simple contact, le kuméen remarqua que la forme était différente de celle qu'il pensait avoir rattrapé. Regardant plus attentivement le papier, il remarqua qu'il avait la forme d'un kunai... De plus, sur celui-ci était marqué du caractère signifiant "mort".

Nokodai - *Ce doit-être une plaisanterie... Comment aie-je pu recevoir ce papier sans même m'en rendre compte? Le simple fait que l'étranger soit arrivé m'a réveillé, alors comment le bruit de cet origami traversant l'air aurait pu passer ma vigilance? Il est presqu'impossible que cela soit une plaisanterie, ce doit être un test... Si tel est le cas, le sensei ne doit pas être très loin, vu qu'il est à distance de lancé de kunai en papier...*

Nokodai: "Vient, il n'est pas loin"

Sur cette simple phrase, Nokodai sauta vers l'arbre le plus proche et commença sa recherche entre les branches pour trouver l'homme qu'ils étaient supposés rencontrer... Après tout, c'était bien ce qui était marqué sur le papier: "le point culminant". Alors pourquoi avait-il pensé le trouver sur une colline? Il devait trouver ce fameux point de rencontre... Seulement, il était dans la forêt.

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mar 28 Avr - 17:07

D’après ce qu’avait dit le jeune homme, le chuunin devina qu’il était le type avec qui il devait faire équipe. Il n’avait pas l’air d’être un de ces jeune garçon inconscient qui étaient si fréquents à l’académie, même si il était entrain de dormir lors de son arrivé… encore une feignasse pensa-t-il.
Au premier abord il n’avait pas l’air de faire dans le social, le ton avec lequel il lui répondit n’était pas très chaland. En remarque, ce n’était pas ce que recherchait le Kaguya, il était venue pour la seule raison qu’on lui avait demandé. Il s’en moquait un peu de s’entendre bien ou pas avec se collègues, même si ça aurais été plus agréable.

Lorsqu’il se releva son nouveau coéquipier saisissa un bout de papier au vol. A première vue ce n’était pas un simple bout de papier. C’était de l’origami, la personne qui avait fait ça lui avait donnée la forme d’un kunai. Un signe était marqué dessus mais le shinobi n’eu pas le temps de le lire.

Sur le visage de son compatriote on pouvait voir qu’il n’était pas à lui et que ce n’était pas lui non plus qui l’avait fait. Mais qui alors ? Le sensei ? Ça devait être un sacré tordue pour leur faire faire ça. D’abord ils devaient trouver un lieu de rencontre as facile à trouver, même difficile, vu qu’il manquait une personne et ensuite il leur aurait mis un Kunai en papier sur le torse de Nokodai pendant qu’il dormait. Ça promettait …


Nokodai - Vint, il n'est pas loin.

D’un bon le genin se retrouva en haut d’un arbre. Il cherchait quelque chose, mais quoi ? La seule chose qu’i lavait dit à Kyomu était une phrase de cinq mots. Donc pas facile pour lui de savoir exactement ce qu’il se passait. Le « il » devait désigner le sensei … Cela voulais dire qu’il était dans les parages ?
Il se rapprocha de l’arbre les main dans les poches puis en sortit une pour se cacher des rayons de soleil lorsqu’il levait la tête.


Kyomu – Hé ! Il se passe quoi ? C’est quoi se bout de papier ? En plus tu ne m’a même pas dit ton nom, si ça se trouve je ne suis pas la personne que tu crois et vice versa.

Le chuunin tira une bouffée de fumé puis après l’avoir recrachée il reprit la parole.

Kyomu : Moi c’est Kyomu Daiky, après t'en fais ce que tu veux.

Lui qui avait peur de devoir trop raconter sa fausse vie, avec lui ce danger était écarté, il n’avait même pas demandé son nom.

Ne sachant quoi faire il retourna au bout de la colline d’où il y avait une percée entre les arbres, d’ici il pouvait voir un grande partie du parc. Le soleil commençait à être haut dans le ciel, la température avait augmentée, c’était plus agréable que de « parler » avec l’autre.

Le fait que le sensei soit peut-être dans les parages lui brouillait les pensées, il retira sur sa cigarette.


*C’est quoi ce chef d’équipe …*

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mer 29 Avr - 22:57

[Kojiro] - "Hahahahahahahaha!!"

Il riait de bon coeur, encore et encore, sans pouvoir s'arrêter. Voilà une demi-heure maintenant qu'il avait échoué sur cet arbre. Et vingt minutes qu'il avait vu passer deux shinobis du villa, à deux minutes d'intervalle. Personne d'autre. Le Genin, coincé comme un chat idiot, ne pouvait rien faire d'autre que de rire de son propre ridicule: il avait peur de descendre. Alors, pour passer le temps, il sorti sa convocation de sa poche intérieure et commença un origami, la grue, emblème des Hayatori.

Quand il eu fini, il la posa sur son épaule. Il avait l'air un peu pathétique, tel un enfant triste. Ses yeux dans le vide trahissaient sa mélancolie, qu'il ressentait dès lors qu'il était seul; l'amnésie provoquait un vide énorme, qu'il était incapable de combler. Il ne connaissait plus la nostalgie des souvenirs, ils étaient tous oubliés à jamais! Un coup de vent fit tomber sa création. Il essaya de la récupérer, mais trop tard, elle était déjà partie en se pliant aux caprices du vent. A nouveau seul, il lui fallait trouver un nouveau passe temps. Il s'amusa à créer des arcs électriques entre ses doigts. Le problème, c'est qu'il se faisait mal. Manque de maîtrise sûrement. Le Genin essayait de rester le plus longtemps possible, mes ses doigts le brûlaient de plus en plus. Dompter la foudre, c'était aussi se l'attirer. Il fallait être préparé à encaisser les coups. Dans un délire un peu masochiste, il s'efforça à former le plus gros arc qu'il pouvait, entre ses deux index. La douleur, de plus en plus insupportable, le fit serrer les dents; enfin, lorsqu'elle devint intenable, il relâcha la tension et le courant se dispersa dans l'air. Il regarda les bouts de ses doigts couverts de cloques. Il sorti un Kunai de son étui, et les perça avec une précision de chirurgien, car ces petites poches blanches de pus l'insupportaient. Un liquide blanc en sorti, avant de se teinter de rouge.


*C'est un peu dégueulasse...*

Il mit ses index dans sa bouche, jusqu'à ce que la mini hémorragie s'arrête. Une hirondelle passa à côté de lui. Il eu une nouvelle idée de passe temps. La chasse! Une deuxième hirondelle fila à toute vitesse, Kojiro essaya de lui balancer un Raiton, mais il manqua sa cible. Les hirondelles étaient bien trop rapides pour lui. Il leva la tête pour s'apercevoir qu'une colombe volait en cercle au dessus de lui. Il lança un premier éclair; raté; un deuxième; pas plus concluant; et attendit avant d'en lancer un troisième sur le volatile affolé. Alors qu'elle tentait de s'enfuir. Le Genin anticipa sa trajectoire, chose aisée vu qu'elle fuyait en ligne droite, et électrocuta le gibier en visant un peu devant lui. C'était une réussite totale, l'oiseau fut littéralement grillé et s'écrasa quelque part dans la forêt. Le problème, c'est qu'il ne pouvait pas aller la chercher... Peu importe. Cela l'entraînerait. C'est ainsi qu'il s'amusa à tirer des éclairs sur tout ce qui volait, abandonné de tous, en espérant quelque part qu'on le repérerait rapidement, car son chakra n'était pas infini...

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Dim 3 Mai - 0:14

Ishiki observait attentivement la progression de ces protégés, essayant de décrypter à travers leurs faits et gestes, leur pensées et leurs émotions. Il était toujours étonné de constater à quel point les positions, les mouvements du corps pouvait être une mine riche et variée d’informations de tout genre sur la personnalité et les préoccupations de tel ou tel individu. De fait l’attitude d’une personne en dit long sur ce qu’elle pense, sur ce qu’elle est. De petits gestes peuvent être plus révélateurs qu’un long flot de parole. De part l’éducation que nous recevons nous prêtons plus attention à nos paroles qu’à notre posture ; et le manque de maîtrise quant aux corps nous amène régulièrement à nous trahir aux yeux de qui sait regarder. En fait c’est le manque de maîtrise tout court qui mène droit à la trahison de soi-même. La maîtrise de soi est une vertu maîtresse indispensable à qui ne veut pas être un livre ouvert –tant à la lecture qu’à l’écriture du reste –. Tout homme digne de ce nom se doit de se maîtriser ; Ishiki se souvenait encore des propos véhéments de son ancien senseï à propos de l’importance fondamentale de la maîtrise de soi :

[Meisatsu Teshi] – « Cela paraît compliqué à première vue, mais quoi de plus normal que de se maîtriser ? Quoi de plus normal que de ne pas éventrer celui ou celle qui vous est antipathique, de ne pas cracher à la figure de celui ou celle qui vous refuse un service, de ne pas sauter sur la première jolie fille que vous croisez dans la rue pour la violer devant tout le monde parce qu'elle vous fait envie ? Nous savons tous plus ou moins ni maîtriser extérieurement parce qu'on nous l'a appris, parce que ça fait partie de notre éducation. Malheureusement pour nous qui vivons dans un univers en ruine en voie d'autodestruction prononcée et de barbarie tant physique que morale (et que nous ne percevons peut-être pas comme tel parce que nous manquons du recule nécessaire pour cela), se maîtriser soi-même intérieurement ne fait pas partie de notre éducation, de nos habitudes. La majorité des individus sont lâchés comme des chiens sauvages dans la nature et pour lesquels les seules lois qui prévalent sont "rien à foutre de rien ni personne" et "moi je" ! »

Ishiki songea avec amertume que la tirade de son ancien senseï était hélas toujours aussi brûlante d’actualité. Pendant ce temps il observait le comportement des membres de son équipe. Mauvais. Ils ne semblaient pas prendre ce test au sérieux. A négliger les enjeux on stagnait. Les deux plus âgés avançait avec un flegme certain tandis que le plus jeune tombait dans l’excès inverse ne savant canaliser son enthousiasme. Soudain ce dernier, peut-être dans un éclair de lucidité s’écria de toutes ces forces :

[Kojiro Hayatori] – « ON PEUT TOUJOURS MONTER PLUS HAUT! LES POSSIBILITES N'ONT PAS DE LIMITES ! »

[Ishiki] *Oui en effet. Puisque tu ne recherches pas le sommet de manière ordonnée, ainsi doit être ta vision des choses. Bonne interprétation d’une éventuelle morale à cette épreuve si elle eût été impossible. Hélas en l’occurrence, il risque de fort d’abandonner purement et simplement ces recherches…*

Las, le jeune jounin poursuivit son observation, les deux autres membres de la nouvelle équipe ne semblait pas briller par leur professionnalisme en dépit de leur âge plus avancé. Toute leur attitude transpirait un manque certain de sérieux quant à cette épreuve. L’un d’eux allant même jusqu’à faire la sieste sur le premier banc venu. L’ironie de sort voulu que ce banc soit tout proche de l’arbre où Ishiki était caché, de sorte que ce dernier ce senti obligé d’intervenir. Discrètement, il fit un origami d’un kunaï, peignit le symbole « mort » dessus et l’envoya sur l’effronté. Cela n’eu toutefois pas l’effet escompté, nul ressaisissement, nul électrochoc, il prit cela de le même flegme qu’auparavant que le chuunin qui vint à sa rencontre semblait partager. Il projeta par la suite vaguement de partir à sa recherche mais sans s’en donner réellement les moyens.

Ce fut le moment que choisit le plus jeune des trois pour envoyer un jet électrique gaspillant par-là même son chakra. Cela en était trop.

[Ishiki] – *J’ai beaucoup à leur enseigner. Je vais tout leur apprendre depuis les bases.*

Mettant fin à ce test avant qu’il ne tourne complètement à la mascarade, il bondit d’arbres en arbres à travers l’abondante et luxuriante végétation jusqu’au point culminant terrestre si peu recherché. De là il se tint bien droit, leva le bras droit et employa un arcane électrique bien connue dont la fameuse sonorité alerterait à coup sûr les membres de sa nouvelle équipe leur montrant le point de ralliement aussi sûrement que le son d’un cor.

[Ishiki] – « Les milles oiseaux. »

Les genins et le chuunin finir par y arriver à ce point culminant. De là Ishiki les regarda chacun droit dans les yeux. Il abattit sa main parcourue d’une multitude d’arc électrique sur la cigarette de Daiki.


[Ishiki] – « Le saviez-vous ? Rien ne peut s’obtenir sans effort. Le secret des génies repose entièrement le sens de l’effort. S’ils sont meilleurs que les autres c’est uniquement du à leur capacité à ne pas ménager leurs efforts. Si ce n’est pas toujours apparent c’est que la difficulté réside en l’habitude. Ce qui est ardu c’est de faire davantage d’effort que d’habitude. Ma tâche consistera principalement à amener celle-ci à un niveau tel que vous serez des êtres libres, aptes à obtenir ce qu’ils veulent. Aussi prenez à cœur la moindre tâche. Ne vous négligez pas. Que chaque objectif jusqu’au plus petit soit pour vous l’occasion de progresser ! Ne ménagez pas vos efforts et tâchez de vous surpasser à chaque occasion. Tâchez d’être Grands jusqu’aux occurrences les plus banales de la vie ordinaire. C’est en étant Grand en permanence en toutes conjectures, que vous serez Grand aux événements majeurs. Aspirez sans cesse à la perfection jusqu’aux contingences les plus mineures. Aspirez sans cesse à dépasser vos propres limitations, à vous affranchir de toute mollesse. Soyez forts, résolus, déterminés, hardis et volontaires. »

Le jeune jounin marqua une pause.

[Ishiki] – « Quelques petits détails pratico-pratique : Premièrement la prudence est une vertu maîtresse, ne soyez pas négligent ; un shinobi ne cesse pas d’être shinobi en dehors des missions, le jour arrivera probablement où d’aucuns préféreront que vous ne soyez plus de ce monde… autant s’y préparer.

Deuxièmement, fumer n’apporte rien de positif, que du négatif : une accoutumance et une dégradation de la santé, aussi bien pour soi que pour ses proches. Puissiez-vous trouver en vous la volonté d’arrêter, considérer cela comme une épreuve visant à affermir votre volonté. Où que vous en soyez dans votre combat contre l’accoutumance, le tabac n’est pas tolérer au sein de l’équipe 3 du Village Caché des Nuages. Ceci est un ordre qui ne souffre d’aucune objection.

Troisièmement, il n’est jamais bon de gaspiller de son chakra avant une réunion d’équipe. Il se peut que celle-ci débouche sur une mission voire une épreuve. Il est vital d’y être au maximum de ses capacités.
»

Le Cetana marqua de nouveau une courte pause.

[Ishiki] – « Bien, ces détails étant réglés, passons au traditionnel tour des présentations. Présentation personnelle mais aussi technique. Si vous êtes amener à collaborer avec d’autre shinobi, il est essentiel que vous puissiez leur indiquer vos capacités, vos points forts, vos points faibles, l’ensemble des justus que vous maîtrisez, etc. …

Bien, allez-y.
»

Le jeune jounin scruta ses élèves, ils allaient écouter attentivement leurs présentations : La présentation en elle-même et la manière avec laquelle celle-ci est exposée.

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Lun 4 Mai - 18:16

Cela faisait déjà quelques minutes que le chuunin sillonnait de son regard la vaste étendue de collines et de forêt. A vrais dire il ne se passait pas grand chose, quelques oiseaux volaient dans des sens complètement opposés, les arbres bougeaient au grès du vent, rein de bien voilent…

Un genre de petit flash attira cependant son attention. Il se demandait bien ce que ça pouvait bien être. Ca pouvait être que son imagination pour lui, car il ne faisait pas un temps à ce qu’il y ait des éclaires. Ou alors le soleil qui aurait réfléchit sur quelque chose, mais bon là c’était un peux tiré par les cheveux.
La lumière réapparut, mais cette fois il y eux deux petits éclaires et à bien y regarder ils allaient sur le pauvre oiseau qui c’était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.
Du coup le Kaguya devina que c’était un shinobi qui faisait ça.

Mais au bout d’un cour instant ce fut un éclaire bien plus gros et bruyant qui apparût non loin de là. Cette fois l’attention de Kyomu fut plus intense sur ce qui venait de ce passer.
N’aillant que ça à faire le ninja voulut vérifier par lui-même. De tout façon qu’avait-il à perdre ? Du temps au pire, chose qui pour lui perdait déjà en ce moment même.

Sans prévenir son compagnon il sauta de la colline pour de rattraper sur la cime d’un arbre un peux plus bas. De là il se dirigea vers le point tout en sautant d’arbre en arbre. Une fois arrivé sur place il vit une personne. Un jeune garçon ? Qui était-il ? Lancer un shidori à cet âge était quelque chose, d’ailleurs ce ne devait pas être un simple étudiant, un genin ? Balèze le genin…
Tout comme les éclaires qu’ils venait de voir, il réalisa que c’était sûrement celui qu’ils cherchaient. Mais pourquoi un enfant …
Les réponses arrivent rarement toutes seules, il faut poser la question.

Cigarette à la bouche le Kaguya s’approcha de la personne en marchant, puis le va la main avec un petit sourire.


Kyomu – Salut ! Je me présente : Kyomu Daiky. Di-moi tu n’aurais pas vu un juunin dans le coin par hasard ?

Au bout de quelques échanges de paroles et des excuse de sa part pour sa familiarité il était sûr d’être tombé sur la bonne personne.

A première vu il n’avait pas l’air d’être très commode, mais bon il s’en moquait un peux, du moment qu’il ne le faisait pas chier.

Un éclaire sauta en un fragment de seconde sur sa cigarette.

* Hein ?! *

C’était le juunin qui avait fait ça, décidément faire partit d’une équipe allait être beaucoup moins amusant qu’il ne le pensait. Sur le coup il fut assez étonné mais retrouva vite un visage serein, il avait des choses plus surprenantes que ça, il arrivait donc à retrouver son calme rapidement.

Le chef d’équipe ne tarda pas à prendre la parole et ce une fois fait il ne s’arrêtait plus.

Mais Kyomu devait avouer que ce qu’il disait n’était pas dénoué de sens, bien au contraire, il était dans le vrai.
Tout de suite il voulu ignorer ces paroles, passer à côté, il se disait : De toutes façon je n’ai pas besoin de ses conseil pour évoluer de mon propre chef. Mais après mûre réflexion rein ne l’empêchait de faire ce qu’il disait. Au contraire il devait en profiter, de toute façon il devait y rester dans cette équipe alors autant que ce soit profitable pour lui.
Après la première tirade le chuunin baissa légèrement la tête pour lui indiquer qu’il était d’accord avec lui et qu’il allait faire ce qu’il disait. Même si il se donnait déjà pas mal dans son entraînement, il était vrai qu’il pouvait faire encore plus et ainsi il deviendrait plus fort obligatoirement.

Si le village le reconnaissait en tant que personne à part et douée il se pouvait qu’il se retrouve à une place beaucoup plus intéressante et ainsi il aurait accès à des informations utiles.

Ishiki - Quelques petits détails pratico-pratique : Premièrement la prudence est une vertu maîtresse, ne soyez pas négligent ; un shinobi ne cesse pas d’être shinobi en dehors des missions, le jour arrivera probablement où d’aucuns préféreront que vous ne soyez plus de ce monde… autant s’y préparer.

Deuxièmement, fumer n’apporte rien de positif, que du négatif : une accoutumance et une dégradation de la santé, aussi bien pour soi que pour ses proches. Puissiez-vous trouver en vous la volonté d’arrêter, considérer cela comme une épreuve visant à affermir votre volonté. Où que vous en soyez dans votre combat contre l’accoutumance, le tabac n’est pas tolérer au sein de l’équipe 3 du Village Caché des Nuages. Ceci est un ordre qui ne souffre d’aucune objection.

Troisièmement, il n’est jamais bon de gaspiller de son chakra avant une réunion d’équipe. Il se peut que celle-ci débouche sur une mission voire une épreuve. Il est vital d’y être au maximum de ses capacités.

En revanche les détails qu’il apporta étaient pour lui moins enrichissant, surtout le deuxième, qui lui fit mal au cœur. Etant une personne sachant où s’arrêtait sa liberté il ne fit rien à cette remarque, son interlocuteur était plus haut gradé, c’était donc à lui qu’appartenait le dernier mot. Mais il était clair dans sa tête qu’il n’allait pas s’arrêter de fumer en dehors.

Venait enfin ce moment tant redouté : Les présentations.

Kyomu étant à l’extrémité droite se désigna pour commencer, bien qu’il n’aimait guère devoir le faire avant les autres.


Kyomu – Bon et bien je vais me lancer …

Il y avait réfléchit préalablement mais n’avait pas mit tout ça en forme, un très court instant précéda le début de sa phrase.

Kyomu – Je me nomme Kyomu Daiky, je suis un chuunin de Kumo et ma spécialité est le taijutsu.
J’ai été promue à ce titre il y à peux, mon précédent sensei m’avait bien préparé au tournois chuunin et grâce à son entraînement j’ai eu le plaisir et l’honneur d’accéder à ce rang. Mon taijutsu est assez basique, c’est à dire que je n’ai pas encore de techniques très spéciales, mais il ne possède pas beaucoup de failles, ayant une bonne souplesse, mes mouvements sont assez fluides et précis.
Pourquoi je suis devenue chuunin ? Pour une raison simple mais qui à de l’importance à mes yeux : Servire du mieux que je peux mon village.


Voilà c’était fait, il avait fait exprès d’inventer une histoire sans vagues, aussi plate que le tranchant d’un kunai. De cette façon pas de questions qui aurait pue le mettre en difficulté.
C’était le tours de ses nouveau compagnons et peut-être ensuite celui de leur sensei.

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Sam 20 Juin - 0:15

================
° Des drôles de gens °
================

La nuit, cette si douce et mélancolique merveille. La nuit de par sa beauté me regardaient moi assis sur le bord de la fenêtre de ma chambre. La nuit parcelle de vérité baignait dans la beauté rayonnante de l'astre lunaire. Elle nous regardait. Elle me regardait. Comme à chaque soir, et ce, depuis plusieurs saisons, je m'installai confortablement sur ma fenêtre, sur une branche d'arbre, sur le gazon après une averse, sur le toit de l'académie, sur une pierre dans la rivière ou même sous un pont et tout ce que je faisais pendant l'heure qui suis, c'était créé des sons. Des œuvres d'art auditif. La plus merveilleuse et éphémère beauté qui existait. La musique, l'art et la beauté ne sont que pléonasme lorsque j'avais mon violon dans une main, l'archet dans l'autre. Je jouai doucement une berceuse. Une berceuse noire et mélancolique. Je ne voulais pas réveiller les souris qui dorment dans cette nuit noire. J'étais dans mon monde. Je ne voyais plus rien, je ne faisais qu'entendre. Soudain, j'entendis des pas près de ma chambre. Je cessais de jouer lorsqu'une personne s'arrêta devant ma porte. Une lettre glissait sous la fente. Ma curiosité me fit lâcher mon violon. J'ouvris la lettre aussitôt.


Citation :
« Rendez-vous au point culminant du parc Yumekuteka, demain à l’aube. Préparez-vous mentalement et moralement.

Votre senseï. »

J'ai un senseï? Depuis quand? Aujourd'hui? Qui est-il? Je n'ai même pas son nom. Est-ce que cette lettre m'est bel et bien adressée? Je n'ai même pas demandé à avoir. Enfin, je vais tout de même allez voir le lendemain. La curiosité est un vilain défaut. Sur ce, je décidai de terminer mon heure de musique avant d'aller dans les bras de Morphée. Ne disposant pas de moyen concret pour me réveiller, je décidai de boire énormément de verre d'eau. Ce qui, normalement, devrait me réveiller tôt le matin. Je pourrais ainsi allez voir ce qui ce passe. Comme prévu, une atroce envie d'uriner me réveilla vers 3 heures du matin. J'avais peur de me rendormir. Si je passais tout droit? Après tous, ce ne serait pas la première fois. Je partis donc en direction du parc vers le point culminant. Pendant le chemin, je décidai de décortiquer le message au mot pour mot. Rendez-vous... je devais donc me rendre par moi-même à une place. Au point culminant... Culminant... Place la plus haute. Du parc Yumekuteka... Nom d'un parc de Kumo. Demain à l'aube... Je crois que je suis correct pour ce point là. Préparez-vous... J'ai mes Senbons, mon Bô et mon violon, je suis prêt. Mentalement... Tout est en ordre, je ne suis pas spécialement affecté. Moralement... Je ne suis pas déprimer, donc tout est beau. Il me faut donc trouver le point le plus haut du parc. Je venais tout juste d'arriver au parc. Il n'y avait personne en vu. Je devais donc trouver le point le plus haut. Si je regarde les environs, je vois des bancs, des arbres et des collines. Une colline semble plus haute que les autres. Je peux toujours aller voir. Sur cette colline, il y avait un arbre... Mon arbre. Dieu seul sait tout ce que j'ai vécu avec cet arbre. Logiquement, si je prends le mot au pied de la lettre, je devrais monter dans l'arbre. C'est la chose la plus logique. J'étais donc confortablement installé. D'ici j'avais une très belle vu. Je tenais mon violon très fort. Il ne falais pas que je le laisse tomber. Quelques heures plus tard, un jeunot criard arrive.


[Kojiro] ON PEUT TOUJOURS MONTER PLUS HAUT! LES POSSIBILITES N'ONT PAS DE LIMITES!!"

Il m'énerve déjà. Il a quand même raison, il faut le lui admettre, mais il ne s'y prend pas de la bonne façon. Enfin bon, je ne suis pas ici pour le juger non plus. Un peu plus tard, je pouvais apercevoir un homme aux cheveux blancs. Il vint s'asseoir sur le banc juste sous mon arbre. Il ne m'avait pas remarqué. Il... c'est... endormie... Quel crétin, il faut toujours être sur ses gardes. Encore plus tard, quelqu'un d'autre arriva... Il fumait. Quelques minutes plus tard, le jeunot attaqua des oiseaux en vol avec des éclairs. C'est justement à ce moment-là que je réalisai un truc. Nous sommes combien? Quatre? Normalement, mon senseï devrait se trouver parmi eux. Il est portant aisé de constater l'incompétence de ses gens. L'un dort, l'autre gaspille son Chakra et l'autre fume. Quelle belle équipe. Au moment, où je me dit : « Quelle belle équipe. » Un homme éclata la cigarette du fumeur avec un éclair digne des maîtres.


[Ishiki] – «
Le saviez-vous ? Rien ne peut s’obtenir sans effort. Le secret des génies repose entièrement le sens de l’effort. S’ils sont meilleurs que les autres c’est uniquement du à leur capacité à ne pas ménager leurs efforts. Si ce n’est pas toujours apparent c’est que la difficulté réside en l’habitude. Ce qui est ardu c’est de faire davantage d’effort que d’habitude. Ma tâche consistera principalement à amener celle-ci à un niveau tel que vous serez des êtres libres, aptes à obtenir ce qu’ils veulent. Aussi prenez à cœur la moindre tâche. Ne vous négligez pas. Que chaque objectif jusqu’au plus petit soit pour vous l’occasion de progresser ! Ne ménagez pas vos efforts et tâchez de vous surpasser à chaque occasion. Tâchez d’être Grands jusqu’aux occurrences les plus banales de la vie ordinaire. C’est en étant Grand en permanence en toutes conjectures, que vous serez Grand aux événements majeurs. Aspirez sans cesse à la perfection jusqu’aux contingences les plus mineures. Aspirez sans cesse à dépasser vos propres limitations, à vous affranchir de toute mollesse. Soyez forts, résolus, déterminés, hardis et volontaires. »

Il faut dire, bien qu'il est jeune en âge, il ne ménage pas ses mots. Je suis comme lui persuadé que l'effort est le cadeau des génies. Est-ce que les membres de mon équipes sont des génies? Je sais pertinemment que j'en suis un, apprendre la médecine sans effort? Il ne faut tout de même pas rêver. Si jamais je vois une seule personne qui ne met pas d'effort en médecine et qui est meilleur que moi, je vais me pendre, je le jure. C'est tout simplement improbable. Pas impossible, mais improbable. J'arrive à admettre ma défaite, seulement si elle est valable. Bref, l'effort est la clé de tous. Tous... tous... tous


[Ishiki] - Premièrement la prudence est une vertu maîtresse, ne soyez pas négligent ; un shinobi ne cesse pas d’être shinobi en dehors des missions, le jour arrivera probablement où d’aucuns préféreront que vous ne soyez plus de ce monde… autant s’y préparer.

Deuxièmement, fumer n’apporte rien de positif, que du négatif : une accoutumance et une dégradation de la santé, aussi bien pour soi que pour ses proches. Puissiez-vous trouver en vous la volonté d’arrêter, considérer cela comme une épreuve visant à affermir votre volonté. Où que vous en soyez dans votre combat contre l’accoutumance, le tabac n’est pas tolérer au sein de l’équipe 3 du Village Caché des Nuages. Ceci est un ordre qui ne souffre d’aucune objection.

Troisièmement, il n’est jamais bon de gaspiller de son chakra avant une réunion d’équipe. Il se peut que celle-ci débouche sur une mission voire une épreuve. Il est vital d’y être au maximum de ses capacités.


Je l'aime déjà. J'étais sur le point de descendre de mon arbre quand il dit quelque chose d'encore plus intéressent.


[Ishiki] Bien, ces détails étant réglés, passons au traditionnel tour des présentations. Présentation personnelle mais aussi technique. Si vous êtes amener à collaborer avec d’autre shinobi, il est essentiel que vous puissiez leur indiquer vos capacités, vos points forts, vos points faibles, l’ensemble des justus que vous maîtrisez

Après la présentation du fumeur, je décidai de faire valoir ma présence aux membres de ma nouvelle équipe.


[Kallo] – Je m'appelle Kallo Hone. Je suis un Chuunin indispensable. Pourquoi? Je suis un médecin. J'ai reçu un mot hier lorsque je jouai du violon, est-ce vous qui me l'avez apporté? Présentation technique... Je suis un médecin qui soigne les gens... Logique non? Sinon. Bha comme lui je suis un Chuunin, j'ai été promu pour mes fait d'arme et non par le tournoi.


Dernière édition par Kallo Hone le Mar 14 Juil - 16:26, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mer 1 Juil - 2:51

Une fois dans les arbres, Nokodai ouvrit grand les yeux et scruta les alentour... Toujours aucun signe du senseï. Il décida alors de travailler en instaurant une zone de recherche. Le principe était fort simple: Toujours faire un arc de cercle avec le point d'entrée dans la forêt comme point central et, après chaque arc de cercle infructueux de résultat, il allait étendre le dit arc de cercle. Il se retourna pour expliquer son concept à son nouvel allié, mais remarqua rapidement que celui-ci ne l'avait pas suivi... Il décida donc de mettre son plan à l'œuvre lui-même, après tout, on n'est jamais mieux servi que par sois même! Suite à quelques tentatives, le jeune shinobi entendit un bruit assourdissant... Bien qu'il ne connaissait pas beaucoup le ninjutsu, il n'était pas stupide au point de ne pas reconnaître un “Chidori”! Reconnaissant donc là un appel ou, encore pire, un combat, Nokodai se dépêcha pour arriver sur les lieux le plus rapidement possible.

Une fois sur les lieux, il vu un homme et l'autre homme qui était supposé le suivre pour trouver le senseï... Mais dans quel pétrin s'était-il fourré?! Soudain, le bras chargé d'une puissance inouïe se dirigea vers la figure de son futur camarade. Le ninja tenta en vain de dévier le coup, celui-ci était beaucoup trop rapide et Nokodai était trop loin pour l'atteindre à temps... Mais à la grande surprise de ce dernier, la seule chose que le “Chidori” explosa fût la cigarette. Le jeune shinobi fût grandement impressionné par cette démonstration de contrôle de la technique et de la précision de celle-ci. Puis l'homme au “Chidori” commença à parler:

Ishiki: "Le saviez-vous ? Rien ne peut s’obtenir sans effort. Le secret des génies repose entièrement le sens de l’effort. S’ils sont meilleurs que les autres c’est uniquement du à leur capacité à ne pas ménager leurs efforts. Si ce n’est pas toujours apparent c’est que la difficulté réside en l’habitude. Ce qui est ardu c’est de faire davantage d’effort que d’habitude. Ma tâche consistera principalement à amener celle-ci à un niveau tel que vous serez des êtres libres, aptes à obtenir ce qu’ils veulent. Aussi prenez à cœur la moindre tâche. Ne vous négligez pas. Que chaque objectif jusqu’au plus petit soit pour vous l’occasion de progresser ! Ne ménagez pas vos efforts et tâchez de vous surpasser à chaque occasion. Tâchez d’être Grands jusqu’aux occurrences les plus banales de la vie ordinaire. C’est en étant Grand en permanence en toutes conjectures, que vous serez Grand aux évènements majeurs. Aspirez sans cesse à la perfection jusqu’aux contingences les plus mineures. Aspirez sans cesse à dépasser vos propres limitations, à vous affranchir de toute mollesse. Soyez forts, résolus, déterminés, hardis et volontaires."

Nokodai*C'est donc lui notre futur senseï... Techniquement, il est déjà notre senseï... Je suis content d'enfin tomber sur quelqu'un d'une si grande force et intelligence. Je dois dire qu'il vient de me montrer à quel point j'ai pu avoir l'air lâche dans cet exercice... Si seulement j'avais su que cela était un exercice, j'aurais été beaucoup plus alerte et méthodique...*

Ishiki: "Quelques petits détails pratico-pratique : Premièrement la prudence est une vertu maîtresse, ne soyez pas négligent ; un shinobi ne cesse pas d’être shinobi en dehors des missions, le jour arrivera probablement où d’aucuns préféreront que vous ne soyez plus de ce monde… autant s’y préparer.

Deuxièmement, fumer n’apporte rien de positif, que du négatif : une accoutumance et une dégradation de la santé, aussi bien pour soi que pour ses proches. Puissiez-vous trouver en vous la volonté d’arrêter, considérer cela comme une épreuve visant à affermir votre volonté. Où que vous en soyez dans votre combat contre l’accoutumance, le tabac n’est pas tolérer au sein de l’équipe 3 du Village Caché des Nuages. Ceci est un ordre qui ne souffre d’aucune objection.

Troisièmement, il n’est jamais bon de gaspiller de son chakra avant une réunion d’équipe. Il se peut que celle-ci débouche sur une mission voire une épreuve. Il est vital d’y être au maximum de ses capacités."


Nokodai écoutait attentivement toutes les paroles de l'homme et les grava dans sa tête. Malgré qu'il ne voulait pas l'admettre, le shinobi devait avouer qu'il n'avait pas démontré beaucoup de professionnalisme tant qu'à cette mission... Il se jura donc de faire mieux dans son quotidien à partir de maintenant. Nokodai fit un hochement de tête en direction de son senseï pour lui montrer qu'il avait bien comprit les règles de l'équipe trois de Kumo. Puis, l'homme continua son discours:

Ishiki: "Bien, ces détails étant réglés, passons au traditionnel tour des présentations. Présentation personnelle mais aussi technique. Si vous êtes amener à collaborer avec d’autre shinobi, il est essentiel que vous puissiez leur indiquer vos capacités, vos points forts, vos points faibles, l’ensemble des justus que vous maitrisez, etc. …

Bien, allez-y."


Tous les ninjas présents se regardaient entre eux... Personne ne semblait vouloir prendre la parole. Nokodai se dit donc qu'il allait commencer et, qu'ainsi, la corver serait terminé. Au même instant où il ouvrit la bouche, l'homme a sa gauche commença sa présentation:

Kyomu: "Bon et bien je vais me lancer …

Je me nomme Kyomu Daiky, je suis un chuunin de Kumo et ma spécialité est le taijutsu.
J’ai été promue à ce titre il y à peux, mon précédent sensei m’avait bien préparé au tournois chuunin et grâce à son entraînement j’ai eu le plaisir et l’honneur d’accéder à ce rang. Mon taijutsu est assez basique, c’est à dire que je n’ai pas encore de techniques très spéciales, mais il ne possède pas beaucoup de failles, ayant une bonne souplesse, mes mouvements sont assez fluides et précis.
Pourquoi je suis devenue chuunin ? Pour une raison simple mais qui à de l’importance à mes yeux : Servire du mieux que je peux mon village."


Donc cet homme se spécialisait dans le même art que Nokodai... Cela était fort interessant! De plus, il évoqua qu'il ne connaissait pas un éventail extraordianire de technique, mais qu'il maîtrisait chacune de qu'il avait apprit... Tout à fait comme Nokodai! Voyant qu'il était le prochain dans la ligne, il ouvrit la bouche pour faire sa présentation a son tour, mais il fut, encore une fois, intrerropu:

Kallo: "Je m'appelle Kallo Hone. Je suis un Chuunin indispensable. Pourquoi? Je suis un médecin. J'ai reçu un mot hier lorsque je jouai du violon, est-ce vous qui me l'avez apporté? Présentation technique... Je suis un médecin qui soigne les gens... Logique non? Sinon. Bha comme lui je suis un Chuunin, j'ai été promu pour mes fait d'arme et non par le tournoi."

Nokodai*Deux chuunins?! Est-ce possible que je sois le plus faible de l'équipe?! Non, ils n'ont toujours rien prouvé de ce qu'ils avancent... Le rang ne veut pas dire grand chose, je suis sûr que dans le cas où je serait aller, moi aussi, au tournois chuunin, je serais un chuunin... Mais ce Kallo Hone... Quelque chose ne me revient pas chez cet homme. Il est, comment dire... Beaucoup trop plein de son égo pour son propre bien... Personne n'est indispensable, je serais très bien capable de combattre contre une multitude d'adversaire sans avoir le support d'un de ces medecins! Comment pourrais-je bien me décrire... Ah, ça sortira comme ça viendra!*

Nokodai: “Nokodai Yuchiro, 18 ans. Genin depuis trois jours et spécialiste de taijustsu. Je connais peu de techniques, mais je maîtrise celles que j'ai acquis à perfection. En résumé, je suis un combatant qui n'a pas besoin de l'aide des autres pour arrivé à mon but, mais je ne refuse pas l'aide des autres s'ils connaissent leur place et ne se mettent pas à travers mon chemin. Mon ambition est de devenir le meilleur ninja en taijustsu que Kumo ait connu et ce, peu importe les moyens utilisés.”

[Suite: [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]]


Dernière édition par Nokodai Yuchiro le Mar 17 Juil - 23:59, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mar 14 Juil - 14:53

En ce jour, le soleil offrait paresseusement ses rayons au village caché de Kumo. Paresseusement, oui, parce que la lumière arrive le plus souvent de façon progressive, faisant languir les habitants avides de chaleur. M'enfin, s'ils se levaient plus tard, aussi...

Etsuko, elle, était debout bien avant le lever du soleil. Elle avait en effet reçu pendant la nuit un message lui indiquant que son senseï l'attendait en un lieu... Bon, elle réglerait ce léger détail plus tard. C'était une bonne nouvelle de savoir qu'on avait enfin réussi à l'intégrer à une équipe, il faut dire qu'elle n'avait pas toujours eu de très bonnes relations avec ses anciens professeurs. Allez savoir pourquoi... D'une manière générale, la demoiselle n'avait eu que rarement des contacts amicaux avec ses congénères shinobi. Pourquoi donc ? Probablement parce qu'elle ne parvenait pas à s'identifier à eux. Après tout, n'étaient-ils pas majoritairement obnubilés par leurs montées en grade, leur prestige, leur puissance ? Il semblait que la plupart d'entre eux étaient affairées à se demander de quelle manière ils allaient démontrer à leurs camarades qu'ils détenaient le plus grand savoir, la puissance la plus étendue, l'influence la plus efficace... Futile. Tout ceci était tellement ennuyeux à côté des mystères de la nature et du cerveau !

Enfin, il est probablement inutile de s'appesantir sur de telles pensées. Etsuko se devait, malgré tout, d'arriver à l'heure au point de rendez-vous. Quel était-il, d'ailleurs ? Le point culminant du parc Yumekuteka. Une énigme ? Elle verrait. La jeune fille connaissait plus ou moins l'emplacement du parc en question, et décida de se mettre en route au plus tôt, afin d'être certaine d'avoir le temps d'explorer un peu le lieu et de pouvoir trouver sans trop de difficultés l'endroit.

En chemin, elle regretta l'absence des kuméens dans les rues. C'était fort dommage, elle qui était de fort bonne humeur aurait pu leur quémander de l'aide sur la foule d'interrogations qui lui avait traversé la tête ces dernières minutes. Tant pis, elle n'allait pas tarder à retrouver d'autres humains, et eux allaient surement pouvoir l'aiguiller. Oh, elle regrettait quand même qu'ils soient shinobi, mais sait-on jamais, c'est souvent une bien mauvaise idée que celle de généraliser, surtout lorsque l'on parle des humains, elle dénicherait peut être la personne qui l'aiderait à résoudre ses problèmes aujourd'hui ?

Le trajet fut donc relativement court, à peine ralenti par l'observation d'un papillon qui passait récolter du pollen sur un bosquet de fleurs à peine ouvertes. Lorsque la demoiselle fut arrivée, elle repensa au reste du message. Préparez vous physiquement... Oui, bon, elle avait dormi la nuit dernière, mangé ce matin, n'était-ce pas satisfaisant ? Probablement. Mentalement. Mais elle était toujours préparée mentalement, voyons ! N'était-elle pas toujours en alerte, prête à observer ses congénères, à étudier leurs mouvements, à leur poser les questions importantes ? Ces points-là étaient donc résolus. Restait à trouver le point culminant.

Qu'est-ce qui peut bien culminer dans un parc arboré ? Non, pas seulement les arbres, car il semblait à Etsuko que la faune était supérieur à la flore. Du moins, c'est ce qu'elle avait toujours pensé. Après tout, la faune est capable de se mouvoir dans son lieu d'habitation, alors que la flore s'installe pour toute une vie... Mais après tout, pourquoi se mouvoir serait-il une preuve de supériorité ? Non, décidément, elle ne savait pas. Ah, comme elle était heureuse de pouvoir penser tous les jours, elle ne cessait de remettre en question ses propres idées... Avec un sourire, la demoiselle se mit en route. Le parc était constitué de nombreuses collines, il paraissait donc naturel de les escalader jusqu'à trouver la plus haute.

Mais peut être n'était-ce pas le but ? Oui, c'était bien trop terre à terre comme idée d'aller jusqu'en haut au sens littéral... Le point culminant ? Quel était-il, pour elle ?

Après une courte réflexion, la demoiselle pensa à ce magnifique bosquet de fleurs multicolores... Cet endroit éloigné de l'œil des visiteurs semblait être le quartier général des papillons. De plus, à quelques dizaines de mètres se trouvait une véritable réserve à myrtilles, ode aux plaisir par excellence. Oui, cela devait être là ! Quoique... Non, bien sûr, elle était sensée se mettre dans la tête de celui qui avait rédigé le message, message qui devait pouvoir être compris par tous. Or, il se trouve que le commun des mortels n'avaient pas sa fascination pour ces merveilleux insectes ailés, ni son goût pour les fruits rouges. Bon, cela ne lui coutait rien d'exécuter le détour quand même...

Une dizaine de minutes plus tard, l'esprit presque engourdi par la plénitude qu'elle ressentait, Etsuko montait pour de bon les collines du parc. Elle avait conscience d'être un peu en retard, mais cela ce la choquait pas. En chemin, elle s'arrêta pour discuter avec le jardinier et lui poser quelques questions sur le ressenti des marguerites quand on les arrose, puis elle accéléra le pas, malgré la fatigue qui la gagnait doucement. Il faut dire que sa condition physique n'était pas au mieux, elle qui passait bien plus de temps à penser, à s'entraîner aux illusions et à discuter avec les gens qu'à courir dans les arbres...

Soufflant plus fort qu'un cheval fatigué, grommelant contre cet parc qui semblait se faire un plaisir de ne pas être tout plat, la jeune femme finit par arriver en haut. Elle repéra un peu avant un petit attroupement. Quatre personnes, des jeunes hommes, apparemment, se tenant droits. Hum, probablement des shinobi, donc son senseï et... Son équipe. D'ailleurs, un son particulièrement fort venait de se faire entendre l'un d'eux. Oh, ils avaient déjà commencé les réjouissances ? Cachant son enthousiasme quant au fait de rencontrer de nouvelles personnes, elle les rejoignit le plus rapidement possible, commençant à les observer.

De loin déjà, elle pouvait entendre le discours de l'un d'eux. Il parlait d'une voix sûre et posée, exactement celle de ceux qui sont pleinement convaincus par leurs paroles. Pas après pas, elle tendit l'oreille et écouta avec attention ses phrases... Apparemment un éloge de la détermination et de l'effort. Elle prêta attention à chacun de ses mots, cherchant par là à en apprendre sur leur auteur. Quelqu'un qui semblait accorder beaucoup d'importance à chaque détail de sa vie, en tout cas, puisqu'il recommandait à ses interlocuteurs de donner le plus d'eux même en chaque circonstance. Elle sourit. Il n'avait pas tord, mais et alors, quand se reposait-on ? Et surtout, pourquoi ? C'était certes gratifiant de progresser, mais en quel but ? Rester en vie ? Sauver les vies des autres, peut être ? Cela ne lui suffisait pas. Trop évident. Etsuko nota intérieurement qu'il faudrait qu'elle lui pose la question.

Le discours continuait, celui qui le prononçait laissant à peine le temps à ceux qui l'écoutait de l'interpréter pleinement. Aspirer à la perfection ? Pourquoi cela ? Qu'est-ce que cela pouvait bien apporter de plus ? Après tout, peut être était-ce l'objectif de sa vie à lui, atteindre la perfection en chaque action entreprise. Pourquoi pas.

Commençant à haleter sous l'effort produit pour arriver jusqu'en haut (pourquoi les passages les plus difficiles à passer se trouvent-ils toujours tout au sommet ? Pour ne permettre qu'aux plus méritants d'y accéder ? Probablement...), gardant toujours une oreille plus ou moins attentive sur les paroles à sa portée. La prudence. Oui, ça lui convenait, elle avait l'impression d'avoir été toujours prudente, puisqu'elle était encore là en ce jour... Non ?

Les mètres suivants consistaient en une série de rochers particulièrement glissants et il fallu que la demoiselle concentre toute son attention sur ses pieds, sa façon de se mouvoir et celle de répartir le poids de son corps, aussi fut-elle nettement moins attentive. Mais, bien vite, elle arriva en vue proche du groupe et de ses futurs acolytes...

Le premier, qui était en train de parler, était plus grand qu'elle, bien plus musclé aussi, et avait des cheveux blancs. Tiens, pourquoi blancs ? Il faudrait qu'elle lui demande, à l'occasion. Le second était une personne qu'elle avait déjà rencontré, en ville, elle se souvenait avoir débattu avec lui de l'essence des poires. Esquissant un sourire, repensa à la conversation : ce jeune homme valait la peine d'être observé. Quant au troisième... Il était plus petit que les autres, plus jeune aussi, apparemment. A sa façon de regarder les autres, il n'y avait aucun doute : d'une façon ou d'une autre, il se savait au dessus d'eux. Bon. Le fameux senseï, probablement ? Elle supposa que c'était son discours qu'elle avait écouté, quelques minutes auparavant. Oui, la façon de se tenir concordait avec le ton et les mots, même s'il lui paraissait encore très jeune. Malheureusement, il semblait bien trop immobile et impassible pour qu'elle pu en tirer d'autres conclusions de manière immédiate. Tant pis, ça viendrait... Le dernier, enfin. L'air passablement blasé. Et... Plus elle s'en rapprochait, mieux elle comprenait les paroles du dernier. Du moins la fin... Apparemment, il n'était guère différent de ce paquet de shinobi qui se battaient pour être le meilleur. Dommage. Il ne devait probablement jamais réfléchir aux questions importantes... Tant pis, elle lui apprendrait, si elle en avait l'occasion.

Mais voilà qu'elle arrivait à leur hauteur. Se forçant à sourire (au cours de ses nombreuses observations, la demoiselle avait compris que lorsque quelqu'un souhaite bien s'intégrer dans un groupe, en général, il commence par étirer sa bouche de façon à insuffler à son visage l'expression la plus enthousiaste possible), Etsuko s'immisça dans l'équipe. Quatre regards tournés vers elle, apparemment en attente de quelque chose. Oh, ils devaient probablement attendre qu'elle se présente, elle aussi ? C'est qu'elle n'avait pas l'habitude de parler d'elle... Prenant sa respiration, la jeune fille débita de façon presque mécanique :

« Bonjour. C'est ici, le point culminant du parc ? Bon, alors j'espère que je suis au bon endroit. Je suis Etsuko Kaori. J'aime les myrtilles, les papillons, les chèvres, les rochers, les humains, et les illusions. Vous saviez, vous, avant de venir ici, que les marguerites sont comme en apnée avant le lever du soleil, et que si on les arrose trop, elles se ferment littéralement avant d'éviter d'être noyées ? »

Un silence. Elle avait du oublier quelque chose. En général, quand les gens se taisent, c'est qu'ils sont encore en attente.

« Ah oui, et je suis chuunin, sinon. »

Un détail. Ce n'était qu'un détail futile et sans importance. Qu'est-ce qu'on pouvait bien en avoir à faire d'un bout de papier qu'on lui avait délivré un jour de pluie ?

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mer 5 Aoû - 19:37

Ishiki écoutait attentivement les présentations de ses élèves. Il les contemplait en silence, immobile, à l’affût du moindre détail, passant au crible, leur propos, leurs tons, leurs gestes, et leur regard, tâchant de discerner, de comprendre en profondeur leurs personnalités. Il tenait là les graines qu’il devait cultiver jusqu’à obtenir de beaux fruits. A les entendre la route serait longue, mais le Cetana n’éprouvait aucun souci de rentabilité, il voulait juste faire ce qui devait être fait. Il y aurait eu bien des réponses à formuler à l’égard de leur présentation, mais elles étaient trop personnelles pour pouvoir s’appliquer à un groupe aussi hétérogène que son équipe. Entre Nokodai et Etsuko par exemple, le gouffre était flagrant. Le jeune jounin se fit la réflexion qu’un être issu de l’union des membres de son équipe serait exceptionnel mais la voie médiane n’étant pas issue de la somme des opposés, il leur faudrait déployer des efforts considérables sur soi pour se transmuter. Des entretiens individuels s’imposaient. Pour l’heure il se contenterait de quelques tests et de concepts généraux.

[Ishiki] – « Ainsi vous avez un aperçu de l’équipe 3 de Kumo à ses débuts. A l’avenir lorsque vous serez amené à des rétrospectives, vous mesurerez alors l’ampleur du chemin parcouru. Puissez-vous trouvez ce jour-là dans cette considération l’énergie nécessaire pour aller encore de l’avant, toujours plus haut sur les sinueux sentiers de vos propres sommets intérieurs.

C’est en tout cas dans cette direction que je m’engage moi, Ishiki Cetana, jounin du village caché de Kumo, senseï de l’équipe trois du dit-village et être humain sur cette Terre, à vous conduire. Mon rôle consistera faire de vous des individus libres, glorieux, menant une vie qui vaut la peine d’être vécue et conséquemment capable de changer le monde.
»

*Bien plus qu’il ne le pense mais différemment*

[Ishiki] – « Vous parcourez la voie du shinobi. Une voie longue et semée d’embûche mais qui débouche sur une force formidable. Si vous vous y investissez suffisamment vous serez capable de grandes choses, d’exploits ; vos actes pourront marquer l’Histoire.

La démocratisation de la maîtrise du chakra est sans doute l’une des plus grande avancée de l’humanité. A présent tout un chacun peut, s’il veut vraiment, acquérir la puissance tant convoitée, le pouvoir tant désiré. Il existe désormais une voie toute tracée pour être pleinement acteur dans le grand jeu de la vie. Tout le monde dispose désormais de la possibilité de se sortir de leur réalité actuelle et d’en forger une qui resplendisse de toute la joie qu’il connaîtra à la vivre !

Cette possibilité, cette voie, elle vous est apportée sur un plateau d’argent. A vous d’en saisir pleinement tout ce qu’elle peut avoir à vous offrire. Entrez en permanence dans la dynamique du combat bienveillant pour votre transformation, votre évolution, votre métamorphose intérieure. La puissance ? Elle est là juste à votre portée. Déployez toute votre énergie, votre enthousiasme dans l’entraînement du corps et de l’esprit ainsi que de l’acquisition de techniques employant cette énergie extraordinaire qu’est le chakra. Ainsi vous allez acquérir un grand potentiel, plus grand que vous ne pouvez l’imaginer actuellement.

Cependant le potentiel seul est vain. Nombreux sont ceux qui peuvent paraître puissant mais qui sont en réalité esclaves de leurs pulsions ou de la volonté d’autrui ou encore qui ne savent tout simplement pas comment vivre, saisir les opportunités et dont la puissance si grande soit-elle est vaine car inemployée. C’est bien beau d’avoir de multiples possibilités ouvertes par un entraînement rigoureux de shinobi ; il faut aussi savoir les utiliser.

Choisir.

Etre libre ce n’est pas inné. Tout homme naît avec la liberté en potentiel, mais le potentiel n’est rien sans le travail. D’où l’impérieuse nécessité de l’effort, du travail sur soi. Tentez avec application et discernement de développer votre capacité de choix. Sans cela vous ne serez que des jouets. Quand bien même les shinobis seraient des armes, la perfection réside dans les armes intelligentes. C’est en tout cas mon choix et c’est ce point que nous allons travailler ensemble.
»

Ishiki marqua une pause pour laisser le temps à ses élèves d’assimiler son discours. Il parcourut l’assemblée du regard et poursuivit en les mettant à l’épreuve :

[Ishiki] – « Imaginez-vous au sommet de votre art, disposant de toutes les techniques que vous pouvez espérer obtenir un jour. Au retour d’une mission, vous tombez soudainement sur un homme richement habillé poursuivi par une foule en colère. Comment agir pour le mieux ? »

Les yeux vifs d’Ishiki évoluaient de l’un à l’autre de ses élèves. Curieux de voir où ils en étaient sur la quête de la liberté et comment ils avaient retenu ses propos sur la notion de l’effort.

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Dim 16 Aoû - 18:34

[justify][Kallo] – Selon moi, plusieurs facteurs entrent en jeu. Chaque facteur détermine une façon différente d'agir. Il faut d'abord évaluer plusieurs points. Premièrement, est-ce que l'homme est blessé? Deuxièmement, est-ce que les paysans sont armés? Troisièmement, pourquoi est-ce que la foule est en colère? Quatrièmement, quels sont les lieux? Et finalement, dans quels états suis-je au retour de mission? Suis-je fatigué? Suis-je blessé?

C'était là, les cinq éléments qui pourraient influer sur ma décision. Peut-être que les membres de mon équipe ne pensaient pas comme cela, mais d'un point de vue... Médical? C'est le mieux à faire.

[Kallo] – Tout d'abord, le point trois ne peut être évalué dans un court lapsus de temps. Suite à cela, il reste 4 points, donc plusieurs façons d'agir. Si je suis blessé ou trop fatigué suite à la mission, je ne fais rien, je les laisse passer, il vaut mieux un homme blessé que deux. Ensuite il faut évaluer en premier lieu, l'endroit ou nous sommes. Sommes-nous sur une plaine? Dans les montagnes? Dans la foret? Dans le désert? Pourquoi, parce que si l'homme est blessé ou si les poursuivants sont armés, il faut le cacher. Bien évidemment, c'est plus facile se cacher dans la forêt que dans une dune de sable. Une fois qu'il serait caché, je lui demanderai pourquoi est-ce qu'ils leurs courts après? S'il est blessé, je lui proposerai de le soigné en échange de cette information, s'il n'est pas meurtri, j'essaie de le convaincre de me dire pourquoi la foule lui court après. S'il ne veut pas, je pars et je le laisse là. S'il me le dit, j'évalue à ce moment-là, si je dois continuer de l'aider ou pas.

C'était ma façon de voir les choses, ce n'était surement pas très noble, mais avec ça, j'étais certain de vivre un peu plus longtemps. J'avais une raison assez simple à ce raisonnement. Avant de continuer mon élocution, j'avançai une de mes mains et je la plaçai en diagonale avec le sol, comme si je tendis la main à quelqu'un.

[Kallo] – Mon raisonnement peut s'expliquer avec facilité, je ne suis pas la personne la plus apte au combat ici, si par malheur, la foule veut s'en prendre à moi. Je ne suis qu'un médecin, pas un monstre assoiffé de sang qui connaît mille et une façons d'arracher une tête. De plus, je suis physiquement incapable d'avoir une grande force, peut-être qu'avec de l'entraînement physique, mais mes priorités sont plus dans la médecine que dans la force physique brute.

Je faisais quelque pas en rond, quand j'étais debout, c'était ma façon de réfléchir.


[Kallo] – Par contre, s'il m'avoue que c'est parce qu'il à été amer envers la foule...Comment est-ce que je réagirai?


Il m'était fréquent de me posais à moi même des questions pour faire suite a mon développement. Avec un sourire, je fermai les yeux. Levant la main, je claquai des doigts avec mon pouce et mon majeur. Tout en gardant l'index vers le haut, j'ouvris la bouche.

[Kallo] – C'est simple, s'il a été méchant avec la foule, je vais simplement leur redonner leur proie

En temps normal, j'étais de nature calme et non-violente, mais voilà quelques instants, cette action me trônait dans la tête. Ce n'est certes pas bien gentil, mais s'il ne l'avait pas été avec eux, pourquoi devrais-je l'être avec lui? Par la suite, je mis mes deux mains en arrière de ma tête, c'était une position plutôt détendue. Il était aisé de constater que je n'étais pas quelqu'un de bien construit physiquement, j'étais plus du style intellectuelle. Je me retournai donc vers mes coéquipiers attendant leur réponse

[Kallo] * C'est effectivement une bonne question, j'ai bien hâte de connaître leurs réponses*

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Mer 26 Aoû - 0:48

Celui qui semblait le plus jeune était bien leur chef d'équipe. Étrange, mais pourquoi pas. La jeune fille l'observa un instant, détectant à peine une sérénité et un calme qui aurait pu impressionner nombre d'autres shinobi plus âgés...

Pendant qu'elle admirait la vue splendide des hauteurs de Kumo, il se présenta. Ishiki, leur désormais senseï. Etsuko écouta avec une attention croissante ses paroles, s'efforçant de retenir les détails qui l'intéressaient. Il semblait que le jounin ai beaucoup de choses à dire... Peut être ne s'exprimait-il pas suffisamment dans son milieu habituel ? Les gens qu'on n'empêche de parler se mettent souvent à faire d'immenses discours dans le principal but d'être enfin écoutés, il fallait donc qu'eux l'écoutent avec attention. Et puis, tout simplement, le sujet en lui-même l'intéressait...

Quoique. Elle perdit le fil après avoir entendu deux ou trois phrases qui lui parurent difficiles à lier entre elles. La chuunin sentit ses yeux rouler dans ses orbites juste après avoir pris conscience du fait qu'elle ne parvenait pas à se raccrocher. Tant pis. Elle se contenta d'observer avec attention celui qui parlait, puis ses partenaires, notant intérieurement leurs réactions. Kallo Hone clignait toujours des yeux, il n'avait pas du beaucoup pleurer depuis leur dernière rencontre.

Le discours continuait, sans s'arrêter, dans un rythme constant. Ishiki s'arrêtait aux bons endroits, sa bouche débitait les mots un peu plus vite quand c'était nécessaire, le tout était d'une belle harmonie, agréable à écouter. Tellement qu'elle ne chercha pas à reprendre le fil, trop occupée qu'elle était à observer d'abord ceux qui l'entouraient, puis les quelques rares promeneurs visibles de la colline. Il était encore tôt, mais certains sortaient déjà, souvent des shinobi qui souhaitaient courir avant de commencer leurs missions. L'illusionniste n'avait jamais compris pourquoi les gens aiment courir, c'était si fatigant et si peu gratifiant... En courant, on manquait souvent des détails, des faits importants. Marcher était moins fatigant, plus payant.

Le rythme changea, appelant l'oreille de la demoiselle. Le jounin prononça un mot, fit une pause plus longue que précédemment, elle tenta de se concentrer sur les phrases qui s'écoulaient dans ses oreilles. Choisir. Liberté. Autant de mots aux consonances agréables parce qu' harmonieuses et porteuses d'espoir, mais elle avait toujours du mal à comprendre le véritable sens du second mot.

La fin de son discours, car le ton employé indiquait clairement qu'on arrivait sur la fin, portait sur le fait qu'ils allaient travailler sur leur liberté. Améliorer leur capacité à faire des choix, à prendre des décisions, en somme... Réjouissant. Etsuko ne s'était jamais vraiment demandé pourquoi elle faisait ou pensait une chose ou une autre. Elle choisissait comme son instinct, comme ses pensées le lui indiquaient, voilà tout.

Ishiki leur proposa ensuite ce qu'elle considéra comme une évaluation. Du moins, le subtil changement dans l'inflexion de la voix, le regard soudain plus perçant, lui laissa croire qu'il s'agissait d'un test. Ou elle se trompait, mais après tout, l'important pouvait être de répondre à la question.

Etsuko n'avait que faire d'avoir un nombre incroyable de techniques. Progresser dans son art, atteindre la perfection, la beauté la plus pure, voilà ce vers quoi elle tendait, et multiplier le nombre de façon d'utiliser les illusions risquaient, du moins pour l'instant, de l'égarer et de lui faire bâcler son travail. Bon, elle se devait de réfléchir un minimum à la problématique posée par le jounin...

Retour de mission, foule de paysans en colère. Des paysans ? Comment ça ? Des agriculteurs ou des éleveurs ? Pour elle, le détail avait son importance. Un agriculteur ne raisonnait pas du tout de la même façon qu'un homme qui comptait ses bêtes jour après jour, les surveillait une par une, les caressait avec une tendresse surtout due à l'appât du gain. Mais pas toujours... L'agriculteur, lui, éprouve généralement de l'affection pour l'ensemble de son champ, et non pour chaque graine, chaque épi.

Si des paysans poursuivaient un homme, c'est qu'ils devaient avoir une raison. On ne court pas derrière un homme pour s'amuser, d'autant plus lorsque l'on a l'air en colère. L'homme était richement habillé. Pourquoi donc ? Pas de réponse. Pourquoi était-il poursuivi ? Probablement parce qu'il était la cause de la colère de la foule. Oui, ça paraissait logique. De manière générale, les gens usaient de leur réflexion pour agir, et ne s'attaquaient pas à n'importe qui quand ils étaient en colère. Hors, une foule partageait un sentiment, et celui-ci était du à ce pauvre homme. Hum.

Elle s'apprêtait à demander quelque chose, lorsque l'amateur de poires rondes prit la parole et exposa son point de vue. Attentive, la jeune fille écouta point après point son argumentation et les possibilités qu'il envisageait. Comme la dernière fois, il faisait preuve d'une certaine rationalité, et surement s'était-il posé les bonnes questions. Pensive, elle lui demanda :

« S'il était blessé gravement, il ne pourrait pas courir, donc la foule ne pourrait pas le poursuivre. Je n'ai jamais vu personne poursuivre quelqu'un d'autre en marchant tranquillement, sauf quand il ne voulait pas être vu... Là, ces paysans ne paraissent pas très discrets. »

Elle le fixa quelques instants, cherchant ce qui la dérangeait dans son raisonnement. Puis, lorsqu'elle trouva, elle ajouta :

« Ils ne veulent peut être pas lui faire du mal... Peut être qu'ils veulent juste l'écraser et passer à autre chose ensuite. Ah, et puis en retour de mission, on est souvent fatigué, on en a assez. Moi, quand j'ai du nettoyer toutes les toilettes de l'académie, je sentais mauvais et j'avais surtout envie d'aller prendre une douche et de dormir. Tu n'es normalement pas dans ton meilleur état, sauf si ta mission consistait à compter le nombre de myosotis sur la route. Et encore, tu aurais pu attraper une insolation ou un coup de soleil. »

Sa voix restait sérieuse, ses yeux également. Elle réfléchissait. D'ailleurs, combien y avait-il de myosotis autour de Kumo ? Aucune idée. Pas énormément. Elle pensa à la fin des paroles de Kallo. Lui non plus n'était pas celui qui se battait dans son équipe, et elle, sans être dans la situation, avait du mal à se la représenter. Elle ferma les yeux un instant, puisant dans son imagination, puis les rouvrit et fixa Ishiki.

« Est-ce que cet homme veut qu'on l'aide ? »

Est-ce que cet homme méritait d'être aidé ? Était-il juste de laisser un groupe de paysans imposer leur loi ? Était-il équitable de laisser cet homme entre leurs mains ? Tous les hommes, ou les groupes d'hommes, était-ils aptes à faire justice ? Ce problème la dérangeait. Pour elle, aucun humain ne nuirait aux autres par plaisir, mais certains se laissaient parfois emporter par leurs émotions. La chuunin finit par lancer calmement, mais sans être vraiment sûre qu'elle agirait ainsi :

« Je crois que, dans l'optique que j'aurais réussi à la rattraper et à suivre son rythme, je demanderais à un des paysans, si possible à plusieurs, en quoi poursuivre ce bonhomme est nécessaire. Et je chercherais aussi à savoir auprès de l'intéressé s'il considère qu'il a quelque chose à se reprocher par rapport à ces gens. »

Voilà, sa réponse lui paraissait sensée. Mais il manquait un détail, un nuance de taille.

« Ces paysans sont-ils agriculteurs ou éleveurs ? »


L'expression a des frontières, la pensée n'en a pas. (V. Hugo)

MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   Ven 28 Aoû - 13:50

Petite interlude XP pour vous les amis.

---------------------

Ishiki : +30 XP
Nokodai : +12 XP
Kyomu : +20 XP
Kallo : +15 XP
Etsuko : +22 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Equipe 3] Rencontre au Sommet   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 5 e sommet des Amériques
» Le premier ministre Alexis est au Sommet...
» [FB] L'ivrogne et le médecin - Duel au sommet [PV Arthy]
» Equipe de Bloodbowl
» Equipe 4 : Yosuke, Kenji, Youso, Nara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-