Partagez | 
 

 "Fond d'Kale"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: "Fond d'Kale"   Jeu 23 Avr - 21:02

Ce matin, Kira ne prit pas la peine de se réveiller. A midi il sorti de sa chambre et se dirigea vers le Grand parc pour son footing matinale. Après un bref échauffement, il commença à partir en direction du parc, ses foulées étaient légères et rapides, sentir les muscles de ses cuisses et de ses jambes travailler lui procurait le sentiment de revivre. Il parcouru la distance qui le séparait d’un coin d’ombre près d’un arbre. C’était parfait seulement quelques personnes s’y trouvaient, arrivé au lieu choisit il se posa en tailleur sous un grand arbre, surement un pin au vu de ses branches recouvert d’épines. Il ferma les yeux pour méditer et faire le vide d’en son esprit. Quand son esprit ne fit plus qu’un avec la nature environnante il le laissa sortir de son corps. Qu’elle agréable sensation, rien de mieux pour l’aiguiser. Il resta comme ca pendant plusieurs heures, deux pour être précis. Une fois revigorer il prit la direction de l’Allée marchande, il pourrait la bas trouver un bar ou se désaltérer. Après être sorti du parc il se retrouva d’un coup encerclé par les passants qui émergeait de l’allée. Se faufilant au travers de ce flot il trouva au coin d’un pâté de maison un petit bar du nom de « Fond d’Kale ». N’y une n’y deux il y entra espérant pouvoir se ressourcer. A peine rentré il fut agressé par les bruits de conversation, les odeurs de saké et tout autre chose insolite. Il remarqua une table de libre au fond de la salle, qu’il rejoignit sans se faire prier. Une fois assis il remarqua que pratiquement toutes les personnes de la pièce le fixaient ou pour être plus précis regardaient avec appréhension et curiosité son bras recouvert de bandage.

- Bon vous n’avez rien de mieux à faire bandes de débile !!!

La gueulante de l’aubergiste eu l’effet escompté tous le mondes retourna a ses affaires. Après avoir essuyé et rangé le verre dans sa main il s’approcha de Kira.

-Bonjour messire le ninja ! Vous prendrez quoi ?

Kira ne répondit pas tous de suite se contentant de le fixer, ses yeux balayèrent la salle puis revinrent sur l’aubergiste. Il finit par répondre d’un ton poli.

-Un saké s’il vous plait !

Le tavernier s’inclina et retourna derrière son bar pour lui préparer sa boisson. Pendant ce temps Kira balaya à nouveau la salle de son regard, s’arrêtant sur chaque détail. Une personne au fond de la salle sur sa droite attira son regard. Il remarqua qu’il portait autour du coup le bandeau frontal de Kiri. Finalement il n’était pas le seul ninja à venir ici, se qui le rassura un peu. Le tavernier revint avec un pichet de saké qu’il déposa devant lui.

-Voila messire !

Kira s’inclina.

-Merci.

Il prit son pichet avant de se lever et prendre la direction de la table ou se trouvait l’autre ninja. Au passage un vieil alcoolo lui attrapa le bras pour l’arrêter.

-Hey monsieur ! C’est quoi ce bandage ?

D’un revers de main Kira le repoussa.

-Ne me touchez pas ! Répondit-il les yeux remplit de dégout.

Kira repris sa route ignorant les regards qui était de nouveau fixé sur lui. Arrivé devant la table du ninja il s’apprêta à lui demander s’il pouvait si assoir mais fut interrompu par le même homme qui bondissait sur lui. Il s’effaça de devant lui le laissant s’écrouler sur la table reversant son saké sur la table. Kira se retourna vivement attrapa l’alcoolo par le col et l’envoya boulet vers sa chaise avant de s’incliner devant le ninja.

- Excuse-moi ! Je t’en repaye un si tu veux ?

MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Ven 8 Mai - 19:51

Sokka s’était levé tôt comme à son habitude depuis quelque temps. Mais, aujourd’hui, il ne pouvait pas y réchapper, pour pouvoir échapper à Mitsu. La mission approchait, elle commençait à devenir de plus en plus assez, chiante ? Elle le harcelait de questions, des questions qu’il ne voulait pas y répondre et même d’autres où il ne pouvait, car lui-même ne savait pas. Plus la mission approchait, plus elle continuait. Le jeune homme, lui, voulait se reposer, au calme, pour pouvoire prétendre être en pleine forme pour la suite.

Il s’était réfugié dans un café, pour pouvoir y déjeuner, tranquillement, manger ses croissants tranquillement, l’aidant à passer la matinée sans que son estomac réclame. Cependant, il crut apercevoir sa bien aimée dans le coin de la pièce à boire un thé, il sentait ses yeux bleus, pétillant posés sur lui. A le fixer, pour intervenir au moment venu. Il fallait qu’il l’évite aujourd’hui, tant pis si une course poursuite allait s’engager.

Il se leva tranquillement laissant quelques billets sur la table, pour payer la note. D’un pas nonchalant il franchit la pière et posa sa main sur la poignée de la porte d’entrée afin de l’ouvrir. A ce moment, il sentit un souffle court sur la nuque.

Mitsu – Sokka-kun… Tu as des choses à me dire…

Son intuition l’avait bien alertée, c’était bien elle. Le Chuunin ouvrit la porte sans lâcher un mot. Il fallait la fuir. Elle le suivait, comme si elle devenait son ombre. Une ombre à se débarrasser. Tant pis s’il devait arrête le soleil, celui de leur amour, le mettre entre parenthèses pour un bref moment. Ainsi l’ombre s’effacerait peu à peu, et il pourrait se reposer. Le seul problème, c’était la difficulté de l’acte.

Il était déjà dehors quand Mitsu fit un geste pour attraper son bras. Trop tard, il avait déjà sauté, à l’aide de son chakra pour se retrouver sur le balcon en face du bâtiment qui précédemment les avait abrité. Elle n’avait pu qu’effleuré sa main. Lui était déjà sur le toit d’une maison, il s’était retournait pour jeter un regard vers son aimée. Le jeune homme commençait à avoir des remords, mais il ne pouvait pas.

* Désolé Mitsu, mais pas aujourd’hui… Laisse moi respirer. S’il te plaît attends que je revienne voir toi, avant de me harceler de questions… *

Il reprit sa route sans se retourner. Comme il le pensait il fut suivi, toujours par la même personne. Elle ne voulait pas le laisser partir ainsi, sans explication. C’était ce qu’il pensait. La poursuite s’engagea donc. Cela ne sera pas facile de la semer, surtout depuis qu’elle a fait une sorte de stage dans une école de Taijutsu. La seule information qu’il put en tirer, c’était un dojo qui se trouvait dans le Pays des Vagues, et ont un panel de technique se basant principalement sur la vitesse. Donc elle devenait un peu la Reine de la course par rapport à lui. Cependant lui aussi avait un avantage, il connaissait mieux Kiri que sa compagne.

L’Eisei-Nin accéléra d’un coup, avant de se glisser entre deux maisons. Il atterit assez durement sur le sol. Il n’y croyait pas trop, mais en voyant Mitsu passer au dessus de lui, il comprit que son plan avait fonctionné. Il avait réussi à la semer, mais cela allait rester temporaire, il le sentait. Il sortit la ruelle et tomba sur une des quartiers de Kiri, qu’il visitait que très rarement, à cause de l’atmosphère et autre chose. C’était le quartier des malfamés, la racaille de Kiri, comme il disait.

Il mit sa capuche de sa veste ample. Elle avait servi. Il la prenait pour s’entraîner quand la pluie était programme. Elle était usée et quelques trous s’étaient logés dessus. Un camouflage parfait dans un endroit où les rues était jonché de débris en tout genre. Bien que la réputation n’était plus à faire, il restait tout de même des commerçant, tout aussi étrange et bizarre que ceux qui y habitaient.

Le temps passait, le Soleil commençait à décroître, l’après midi avait débuté. Les nuages s’engageait rapidement dans le ciel il allait pleuvoir, comme si le temps voulait aider Sokka à se cacher en baissant la luminosité qui n’était déjà pas exceptionnelle dans ces allées. Il fallait désormais d’habiter, la pluie allait sûrement débarquer et allait rester comme à son habitude à Kiri, assez longtemps pour mouiller jusqu’à l’os la plupart des villageois.

Le shinobi s’était arrêtait devant un café, une brasserie, enfin il ne savait pas trop, mais un abri restait un abri. Il rentra en ouvrant grandement la porte. La plupart des client présents était des marins mal rasé, gardant des séquelles de quelconques aventures. Ils fixèrent le nouvel arrivant d’un mauvais œil, et celui-ci devint encore plus mauvais quand ils ont remarqué le bandeau que Sokka portait au niveau du cou.

??? – Les ninjas sont très mal accueillis ici ! Tu as intérêt a déguerpir et vite et vite.

Le Chunnin balaya du regard la salle pour repérer l’auteur de cette phrase. C’est un de ces cons qui pensent avoir le droit de dire tout haut, ce qui vienne à leur esprit, avant de vider d’un trait le verre d’alcool qu’il s’était servi. L’Eisei-nin l’ignora tout simplement. Il prit place sur une table au fond de la salle. A cet endroit se trouvait une banquette, enfin une chose avec un tissu qui semblait être confortable. Il eut a peine le temps de s’asseoir que quelqu’un l’interpella de nouveau.

Tavernier – Alors, qu’est-ce que je vous sers à boire ?

Sokka – Juste un verre de saké s’il vous plait.

Choix inhabituel pour situation inhabituel. Bien que l’alcool n’avait jamais fait du bien au jeune homme, il n’avait pas pu s’empêcher d’en commander pourtant. Il s’était mis dans une situation complexe, maintenant, il fallait réfléchir à comment la résoudre. Le tavernier revint peu de temps après avec le verre. Sokka hésitait encore à entamer la boisson ou non. Il prit le verre dans ses mains, puis le reposa de suite, puis joua un peu avec sur la table. Il était bizarre, cependant c’était un peu sa façon de réfléchir. Après un bon moment, il posa son verre au milieu de la table et s’engouffra plus profondément dans la sorte de coussin dans laquelle, il s’était assis. Mauvaise journée.

Puis la porte s’ouvrit, un garçon moins agé que Sokka avait pénétré dans l’échoppe. On dirait qu’il s’était perdu, ou trompé d’endroit. Cependant, l’eisei-nin remarqua ces cheveux blancs, et une sorte de tatouages montrant qu’il avait le même mal que Liori, mais moins avancé, une sorte de chance pour lui ? Bref, c’était un Satsubatsu du moins c’est ce qu’il pensait. Il ne fut pas le seul à le remarquer, il y avait aussi les marins qui sirotaient leur saké qui commençait à la charrier, avec les marques du «don» et ses bandages.

D’habitude, il l’aurait observé longuement, mais aujourd’hui il avait autre chose à méditer, son future avec sa belle. Il n’eut pas le temps de replonger dans ses songes, qu’un marin s’écrasa sur sa table projetant en l’air le verre de saké du ninja. Il s’écrasa violemment par terre, après une chute qu’il n’avait pas voulu. La table était aspergé du précieux liquide qu’il contenait. Sokka leva la tête et vit le Satsubatsu lui faire face. Apparemment, il avait évité une attaque d’un ivrogne.

??? – Excuse-moi ! Je t’en repaye un si tu veux ?

Il voulait discuter avec l’un de ses pairs, Sokka avait remarqué le bandeau de ninja qu’il portait lui aussi. Ce qui était normal, vu l’endroit où il se trouvait.

Sokka – Ce n’est pas grave. J’hésitais à le boire… Tu peux t’asseoir si tu veux.

J’attendis une réponse de sa part et qu’il prenne part à ma table avant de continuer la discussion.

Sokka – Je me présente Sokka Kawaki, Chuunin de Kiri. Et toi?

A son tour, le shinobi répondit, donnant la conformation qu’il appartenait bien au clan des Satsubatsu. Le Chuunin avait de la chance, ses intuitions devenaient de plus en plus exactes. Puis après, une brève pause, il reprit la conversation.

Sokka – Tu ne connaîtrais pas Liori du même clan que toi ? C’est un de mes coéquipiers.

Le tavernier était venu nettoyer la table avant de donner un nouveau verre, et repartit aussitôt. Il n’avait rien dit. C’était étrange. Sûrement que c’était habituel pour lui. Sokka, lui, attendait de nouveau que son interlocuteur fasse fonctionner sa mâchoire pour lui donner une réponse réfléchie. Finalement, la journée pourrait se révéler intéressante.



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Sam 30 Mai - 14:03

Comme son verre c’était aussi cassé il se retourna puis se dirigea vers le bar. Arrivée devant il interpella le tavernier, d’abord en s’excusant du remue ménage causé et en demandant un autre saké. Une fois la commande passée il reparti vers la table de l’inconnu, qui était en train le suivre du regard. Arrivé devant lui, ils se fixèrent sans bouger pendant quelques minutes. Finalement l’inconnu décida de rompre le silence.

Sokka – Ce n’est pas grave. J’hésitais à le boire… Tu peux t’asseoir si tu veux.

Après avoir acquiescé de la tête il s’assit en face de lui. Il balaya la salle de son regard et remarqua que les alcoolos continuaient de les fixer. Il vit le tavernier s’approchait pour ramasser l’ivrogne toujours par terre. Il jeta un regard noir au tavernier, qui d’ailleurs, frémit en voyant son regard aussi froid que la glace. Car il était en train de ronchonner dans sa barbe et d’insulter les ninjas, disant qu’ils étaient trop brute. Il se retourna vers son comparse ninja.


[Kira]- Merci de m’accepter a ta table.

Il le vit incliner la tête, geste qui voulait dire que ce n’était pas grave. Il poursuivit l’échange en se présentant.


Sokka – Je me présente Sokka Kawaki, Chuunin de Kiri. Et toi?

Un Chuunin de Kiri ! Kira resta quelque seconde surpris, en dehors de son sensei c’était le premier Chuunin qu’il rencontrait. Quel imbécile il n’avait montré aucun respect pour son ainé. Il inclina sa tête puis se présenta à son tour.


[Kira]- Enchanté de vous connaitre Kawaki senpai ! Moi je m’appelle Kira Satsubatsu, Genin de Kiri.

Une brève pose suivit sa présentation qu’il mit a profit pour observer le dénommé Sokka. Puis finalement il reprit la conversation.

Sokka – Tu ne connaîtrais pas Liori du même clan que toi ? C’est un de mes coéquipiers.

En entendant le nom de son sensei il ne put s’empêcher de frémir. « Donc c’est un coéquipier à Liori sensei », se dit-il.

[Kira]- Oui je le connais, c’est mon sensei. OU devrais-je dire l’instructeur de l’équipe Genin numéro 2 de Kiri. Je suis encore plus honoré de conn…

Il ne termina pas sa phrase car l’aubergiste s’approchait avec deux bières et il ne voulait pas qu’il les entend. Ne tournant pas sa tête à son approche le tavernier le prit mal. Mécontent de les voir l’ignorer il lança violement les deux chopes sur la table avant de beugler.



[Tavernier]- Mais pour qui vous prenez vous les Ninjas !?Hein!? Aucun respect, mais pourquoi venez ici, si c'est pour nous rabaissés ?!Vous m'abimez une table et un client, et vous n'êtes même pas capables de m'adresser un MERCI !

Il leva sa main pour essayer de frapper la Kira, une chose complètement idiote. « Il n’a pas l’air de connaitre les ninjas » se dit-il. Il bloqua directe la main du tavernier avant de la serrer fort, le faisant grimacer de douleurs. Dans le même temps il effectua une torsion au poignet, le forçant à s’agenouiller devant lui.



[Kira] -Reste à ta place, Vieil Homme. Et ne t'avise plus jamais de lever la main sur un Ninja, ils ne seront pas tous aussi clément que moi.

Kira le poussa au loin, le laissant retourner à son comptoir rouge de honte. Il se releva tous d’un coup sérieux, avant de se diriger vers le bar. Toutes les personnes reculèrent a son approche.

[Kira]-Tu pourrais nous ramener deux autres bières, s’il te plait ? Car les deux autres se sont vidés sur la table. EST DOUCEMENT…

Il prononça ses deux derniers mots avec une froideur inhumaine, faisant frissonner de terreur le tavernier. Même lui était surpris du timbre de sa voix. Une fois la commande passée (encore une fois) il retourna s’assoir a la table. Une fois posé il se massa le front essayant de se rappeler ou ils s’étaient arrêtés.

[Kira]-Ah oui ! J’étais parti pour vous dire que j’étais très honoré de connaitre le coéquipier à mon sensei. Et vous proposer de m’entrainer. J’aimerai progresser et montrer a Liori sensei que je suis un digne membre du clan et nom quelqu’un qui porte seulement le nom.


Il s’inclina respectueusement devant lui.

[Kira]- S’il vous plait !



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Sam 6 Juin - 19:10

Lentement, un bruit sourd se faisait entendre, le son de la fin d’une chute, de l’écrasement contre une paroi. Des milliers de gouttes s’abattaient sur le sol des rues de Kiri, la lumière du Soleil ne pénétrait presque plus les nuages, tout devenait sombre. A l’intérieur de l’échoppe, seul la lueur de quelques lampes, essayaient d’empêche l’obscurité de franchir le seuil de la porte. Sokka jeta son regard vers la fenêtre du bar. Il pleuvait, une chose habituelle, mais à chaque fois c’était nuancé, cette fois les nuages offraient un véritable assaut d’eau mouillant tout à son passage. Quelques personnes de passages rentrèrent dans la bâtisse, laissant l’attaque atteindre l’intérieur de la pièce. Ces gens-là espéraient trouver refuge, le temps que l’offensive aquatique arriverait à terme. Mais vu l’intensité du combat, le liquide n’allait pas s’arrêter de s’affaler sur les pavés des ruelles avant de former d’immenses flaques. De petits étangs que les jeunes enfants aimaient y sauter à pieds joint.

Le Chuunin reporta ses yeux vers son interlocuteur, celui qui s’était poliment présenté, après le sien. Il avait raconté qu’il connaissait Liori, et que c’était même l’instructeur de l’équipe dans lequel il se trouvait. Ainsi, le Chuunin avait trouvé un des élèves de son compagnon. Mais il put à peine l’observer de nouveau, que le Genin se trouva de nouveau en train d’affronter une personne. Cette fois, c’était le tavernier qui subissait les menaces sans fondement du jeune Satsubatsu. Puis, il passa à l’acte, d’une clé de bras, il mit le barman à genoux, juste parce qu’il était un peu rustre et surtout curieux. Tout ce que le Kawaki pouvait penser de lui, était qu’il avait l’air d’un garnement qui voulait qu’on le respecte à tout prix. C’était étrange, mais c’était aussi le voeu de Sokka, autrefois. Cela l’avait poussé, lui avait permit de grandir. Cependant, les manières étaient différentes. Le jeune homme au teint mat était beaucoup plus pacifiste, et avait compris que pour que ce rêve se réaliserait un jour. Il fallait montrer sa valeur et respecter aussi les autres, qui le méritaient. Ce groupe comprenait tout le monde vivant sur la même planète que nous, en excluant ceux qui ne le méritaient absolument pas.

Enfin, après avoir commandé de nouveau des boissons, Kira s’assit sur la chaise bancale en face de l’eisei-nin. Cette dernière fit un grincement, montrant qu’elle était vieille, et qu’elle en avoir de supporter le poids des autres, le long de ces journées humides. Sokka fixa son interlocuteur qui reprit aussitôt la conversation, comme s’il avait oublié ce qu’il s’était passé.

Kira – Ah oui ! J’étais parti pour vous dire que j’étais très honoré de connaître le coéquipier à mon sensei. Et vous proposer de m’entraîner. J’aimerais progresser et montrer à Liori-sensei que je suis un digne membre du clan et non quelqu’un qui porte seulement le nom.

Le Chuunin n’eut pas le temps de répondre à cette demande, que le personnage se trouvant devant lui, s’était redressé de sa chaise, qui poussa un cri de soulagement. Puis, il entama une longue descente du torse pour pouvoir essayer de montrer le respect qu’il pouvait dégager envers un sempai. Mais c’était déjà trop tard, ce dernier s’était déjà forgé un avis sur lui, qui n’allait pas être changé par des paroles. Enfin, le ninja libéra quelques autres mots allant toujours dans ce même sens.

Kira – S’il vous plait !

Sokka fut d’abord étonné qu’une personne lui supplie ceci. Il avait un sentiment si étrange. Il avait l’impression d’avoir déjà vécu cette scène mais de l’autre côté. Il connaissait donc les peines que cela en tirait. Il n’allait pas pour autant accepter à cause de cette raison, c’était trop simple.

Sokka – Je ne suis pas sûr d’accepter ta demande. D’un part, on vient à peine de se rencontrer...

Le Satsubatsu était surpris et balbutia quelques mots incompréhensibles. Ils étaient à peine audibles, vu que l’attaque de la pluie reprenait de plus belle, en assourdissant par le choc dur contre la vitre de l’abri. Cette fois, elle n’était pas seule, elle avait trouvé un compagnon, le vent. Les deux éléments unis augmentèrent leur chance de s’introduire dans le refuge, qui abritait les personnes, au sec. Puis une autre arme apparut. Cette arme fit disparaître pendant un bref moment, les ténèbres qui envahissaient la salle. Elle portait le nom d’éclair. Le bourdonnement de sa charge se fit entendre, tout en obligeant les fenêtres de trembler. L’orage s’était invité lui aussi. Cela n’allait guère avancer la discussion, si aucun n’oserait forcer le ton de sa voix. Sokka prit cette initiative, ses cordes vocales combattant le sobre bruit de la tempête qui s’annonçait.

Sokka – Ecoute. En temps normal, j’aurais été ravi d’accepter ta requête. Cependant, sache que je ne sais rien de toi. Comment veut-tu que j’aide un inconnu à être plus fort? Si tu veux réellement que je t’entraîne, un seul choix s’offre à toi. Convaincs-moi en me permettant d’apprendre un peu plus sur toi.

Le Kawaki espéra qu’il n’était pas trop dur, en dévoilant tout ceci. Mais c’était vrai, il ne connaissait de ce shinobi rien qui pouvait s’apparaître au combat. Il ne savait pas dans quelle voie, il s’était engagé, ni même ce qu’il sait déjà ou non. Un bon professeur particulier devait découvrir les lacunes de son élève, pour permettre d’établir un stratégie pour les combler. Il n’y avait pas réellement de plan défini pour un entraînement, tout était à prévoir, tout dépendait à la fois du professeur que de l’élève.

Le tavernier osa enfin revenir à leur table, déposer les verres qu’ils avaient commandés. De peur qu’une nouvelle altercation se produise, il se dépêcha de retourner vers son bar. Cependant Sokka lui empêcha ceci en l’attrapant par son bras, tout en se levant. Le commerçant se retourna lentement inquiet de ce qu’il allait lui arriver. Il ne vit pourtant qu’un homme laissant fendre ses lèvres d’un sourire, tendant un billet.

Sokka – Voilà pour vous, et excusez-le… Par contre, vous devez savoir que c’était son droit de ne pas vouloir que vous nous entendiez. Donc la prochaine fois que vous voulez nous épier, j’espère que vous sauriez retenir cette tentation…

Il avait prononcé ces paroles de sorte que seul le marchand puisse l’entendre. Ce dernier ne mit pas longtemps à saisir qu’il ne rigolait pas. Non parce que le visage du Chuunin avait changé, laissant toujours afficher un sourire niais, mais de la façon dont il l’empoignait. Il avait juste serré plus fort, assez pour qu’il comprenne. Puis, lentement l’eisei-nin relâcha la pression sur le membre de son interlocuteur.

Sokka – Hé bien… Je pense que je t’ai assez laissé réfléchir pour que tu puisses me répondre. Alors qu’as-tu à me dire ?

En attente de la réponse du Genin, Sokka s’installa sur la banquette de tissu rouge, pour pouvoir commencer enfin à boire. La bière était assez faible en teneur d’alcool, il pouvait donc se désaltérer, sans que celle-ci lui montre à la tête. Il en but donc une longue gorgée, toujours en écoutant ce qu’on allait lui narrer dans les instants qui allaient suivre.



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Dim 7 Juin - 13:45

Il voyait bien que sa demande le surprenait, ce n’était pas bon, il pouvait lire dans ses yeux que cette situation lui était déjà arrivé. Il attendit la réponse qui m’était du temps à venir.

Sokka – Je ne suis pas sûr d’accepter ta demande. D’un part, on vient à peine de se rencontrer...

Malgré qu’il sans douté, sa réponse lui fit l’effet d’un coup de poing, il refusait de l’aider, de l’entrainer. Pourquoi il ne voulait pas, sa ne l’intéressait pas ? Il avait autre chose à faire que d’entrainer un pauvre Genin ? Beaucoup de question se bousculèrent dans sa tête. Toutes ses questions voulurent sortir en même temps, se qui le fit balbutier dans un langage incompréhensible. Avec l’orage qui arrivé, même dans l’état normal des choses on n’aurait rien comprit a ses paroles. Le tonnerre, les éclairs et la pluie qui frappe fort contre les vitres de l’auberge, tout ça mélangé avec son bégayement bizarre donné une drôle de mélodie aux oreilles de Kira et même de Sokka. Pour réussir à se faire entendre il le vit se préparer à hausser le ton, ainsi quand il parla sa voix forte put traverser le bruit de l’orage.

Sokka – Ecoute. En temps normal, j’aurais été ravi d’accepter ta requête. Cependant, sache que je ne sais rien de toi. Comment veut-tu que j’aide un inconnu à être plus fort? Si tu veux réellement que je t’entraîne, un seul choix s’offre à toi. Convaincs-moi en me permettant d’apprendre un peu plus sur toi.

Les raisons lui fit l’effet d’une douche froide, sa le calma instantanément. On fond de lui il savait qu’il avait raison mais il pouvait parler de lui a la première personne venu. Surtout qu’il était quelqu’un de très renfermé, solitaire. D’ailleurs sa demande l’avait également fortement surpris, car ce n’était pas dans ses habitudes. Il était très indépendant et aimait réussir ses objectifs tous seul, les surpasser sans l’aide de personne. Mais aujourd’hui une partie de lui c’était manifesté, une partie triste, une partie qui en pouvait plus de cette solitude, qui voulait être aidé et soutenu. Son esprit avait du mal a choisir entre les deux, ne pas lâcher l’affaire et s’ouvrir a lui ou ne pas changer et terminer cette discussion maintenant. Il ferma un moment les yeux, essayant de faire le vide et de comprendre lequel des deux choix lui venait naturellement.

Au même moment le tavernier revint a leur table, pour y déposer leurs boissons, qu’il déposa en douceur cette fois ci, avant de se dépêcher de retourner a son comptoir. Mais Sokka l’en empêcha en attrapant son bras. Kira le vit se lever avec un grand sourire niais sur les lèvres. Le tavernier lui fit face, avec de la peur dans les yeux. « Le pauvre » pensa Kira. Mais il resta interloqué, Sokka lui parlait trop bas, il ne pouvait pas entendre ses paroles, mais il vit le billet qu’il donna au tavernier. Il lui relâcha le bras et le laissa partir, avant de se retourner vers lui tout d’un coup sérieux.

Sokka – Hé bien… Je pense que je t’ai assez laissé réfléchir pour que tu puisses me répondre. Alors qu’as-tu à me dire ?

Kira baissa les yeux deux secondes, laissant son esprit vagabonder, il savait maintenant se qu’il voulait vraiment. Sa décision était prise, il lui dirait tous.

[Kira]- Par contre avant de commencer sachez que je parle jamais de moi comme ça, donc désolé d’avance si j’ai du mal par moment.

Il ferma ses yeux et se replongea dans ses souvenirs, il allait parlait de lui à quelqu’un pour la première fois de sa vie. Il releva ses yeux maintenant déterminé mais avec une lueur de tristesse.

[Kira]- Déjà vous devez connaitre notre malédiction, celle qui pèse sur tous les membres de mon clan. A cause de ça on a toujours était prit pour des démons, j’exagère un peux mais c’est le cas. Moi à l’académie tout le monde me fuyait. Sa a joué beaucoup sur le fait que je me sois renfermé sur moi-même.

Il ferma les yeux quelque instant, cherchant ses mots. Il les rouvrit pour fixer Sokka qui lui était en train de boire sa bière.

[Kira]- A la base si je suis devenue Ninja c’est pour faire honneur à mon clan, au Satsubatu. J’ai envie de montrer au reste du monde que nous ne sommes pas des démons… Moi personnellement je veux montrer ma valeur déjà au Satsubatsu et secondairement au reste du monde. Je veux absolument devenir fort pour montrer à Liori sensei que je ne suis pas un indigne membre du clan. Pour ce faire je veux suivre la voie du Ninjutsu dans toutes ses formes, que se soit Elementaire ou non.

Il baissa les yeux à nouveau car il se sentait rougir. Il prit sa bière pour en boire un peu espérant que sa passe inaperçu. Il releva à nouveau ses yeux pour fixer Sokka, essayant de discerner quelque chose dans ses yeux.

[Kira]- Je suis prêt a tous pour être plus fort… Si sa vous suffit pas je peux en dire plus….

Une fois dit il attendit que Sokka prenne la parole.




Dernière édition par Kira Satsubatsu le Lun 15 Juin - 20:13, édité 1 fois

MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Ven 12 Juin - 15:09

Sokka : +21 XP
Kira : +16 X

MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Mar 30 Juin - 21:41

Kira semblait être gêné de devoir passer à l’acte. Il allait devoir parler de lui, et cette idée ne lui plaisait guère. Sokka comprit ceci, car à la fin de la phrase, le Genin avait baissé les yeux, comme avec Genichi. Ce dernier lui avait avoué implicitement que c’était un tic de cette gêne. Elle se retrouvait une nouvelle fois avec un nouvel interlocuteur. On avait beau dire, que les journées se suivent mais ne se ressemblent pas, il y avait quand un air de ressemblance. Qui n’avait pas déjà éprouvé cette sensation de déjà-vu ? Rare sont ceux-là. Sokka ressentait ceci, une nouvelle fois, une parmi d’autres, ce n’était ni la première, ni la dernière. Enfin, son interlocuteur se lança.

Kira – Par contre avant de commencer sachez que je parle jamais de moi comme ça, donc désolé d’avance si j’ai du mal par moment.

Ce n’était encore qu’une introduction. Rien de nouveau n’était annonçait, cela confirmait juste les hypothèses qu’avait pensées le Chuunin. Encore, une fois, se dit-il, elles se trouvaient exactes. Décidément, il avait du flair, ou simplement parce que il y a quelques années il réagissait de la même façon, tout simplement. C’était étrange de se retrouver dans une autre personne. Pourtant l’expérience du shinobi n’était pas grande, mais toutes ses attitudes, qu’il faisait, étaient effectuées par d’autres. Il ne pouvait pas s’empêcher d’esquisser un sourire à l’idée, que chaque personne était un petit morceau de chaque personne de son entourage. Le Kawaki repris ses esprits car la bouche de Kira s’ouvrait, montrant ainsi qu’il allait de nouveau s’exprimer.

Kira – Déjà vous devez connaître notre malédiction, celle qui pèse sur tous les membres de mon clan. A cause de ça on a toujours était prit pour des démons, j’exagère un peux mais c’est le cas. Moi à l’académie tout le monde me fuyait. Ca a joué beaucoup sur le fait que je me sois renfermé sur moi-même.

Le shinobi n’aimait pas trop parler de ce «don» comme une malédiction, il ne savait pas le définir, mais cet aspect si négatif ne le réjouissait guère. A vrai dire, il ne savait pas grand-chose sur le clan, juste le principal disaient-on. Les Satsubatsu ont un rapport particulier avec leur sang. Sokka n’avait pas trop demandé des explications à Liori, mais cela engendrait certains avantages, mais aussi des inconvénients. Mais ce n’était pas là, le sujet, Sokka voulait connaître une personne pas le clan tout entier. Il fallait seulement que Kira se décoince, il devrait se sentir à l’aise, même si l’endroit n’allait guère dans ce sens. D’ailleurs, la pièce fut éclairée de nouveau par un éclair. Il n’était pas tombé bien loin, car un vacarme le suivait rapidement, et fit trembler toute l’échoppe par son passage. A ce moment, le Satsubatsu semblait trop pensif, pour avoir remarqué ce bruit assourdissant. Le Chuunin porta sa bière sur le bout de ses lèvres, le temps que Kira se retire de ses pensées qu’il rassemblait pour pouvoir enfin parler.

Kira – A la base si je suis devenue Ninja c’est pour faire honneur à mon clan, au Satsubatsu. J’ai envie de montrer au reste du monde que nous ne sommes pas des démons… Moi personnellement, je veux montrer ma valeur déjà au Satsubatsu et secondairement au reste du monde. Je veux absolument devenir fort pour montrer à Liori-sensei que je ne suis pas un indigne membre du clan. Pour ce faire je veux suivre la voie du Ninjutsu dans toutes ses formes, que se soit Elémentaire ou non.

Honneur et Dignité. Voilà ce que recherchait apparemment, le Genin. Il semblait toujours aussi embarrassé, mais au moins il parlait. C’était déjà, ça. Sokka aurait voulut lui répondre, mais il sentait que ce n’était pas le bon moment. Sur le coup, les paroles pouvaient être blessantes. Il aurait voulu lui exprimer que c’était une bonne voie, mais qui n’apportait pas l’harmonie intérieur, et on était rarement heureux, à cause de multiples déceptions. Le jeune homme au teint mat avait lui aussi essayé de s’engager dans cette voie, ce chemin hasardeux, mais est vite reparti, vers un autre chemin, plus philosophique. Cependant le Ninja qui se trouvait devant lui, recherchait par la puissance, par la force, le respect de son clan. Le Kawaki ne connaissait et ne connaîtrait jamais ceci, mais il respectait cette position.

Enfin, ce dernier apprit enfin la spécialisation de son interlocuteur. Ainsi, il pratiquait le Ninjutsu. Une voie que le shinobi, à la peau hâlé, n’avait que survoler, vu qu’il prenait surtout de l’importance à la médecine, voie qu’il prenait à cœur. Il avait ses raisons lui aussi. Chacun avait sa propre idée du monde, et par ce fait, il existait autant de mondes que de personnes, certains se ressemblent, d’autres sont complètement différents. Et donc chaque monde avait ses propres difficultés, les maux que mettait en avant, la personne qui voyait ce monde.

Kira releva enfin sa tête qui s’était automatiquement abaissé après cette confession. Il fixa le Chuunin, voulant montrer certainement une détermination ou autre. Cette fois, il se sentait prêt à changer, à tout faire pour réussir son but, à gravir cette montagne qu’était la vie, et que la récompense ne se trouvait qu’en haut. Une vue imprenable, qui était rassurante. Peu de gens y arrivent, mais la quête n’était pas impossible, tout dépendait de la montagne, elle pouvait être minuscule comme immensément grande. La satisfaction en était proportionnelle. Tout était question de point de vue finalement. Quel était donc celui de Kira ? Une question que Sokka n’aurait jamais la réponse, mais en aurait des indices.

Kira – Je suis prêt à tout pour être plus fort… Si ça ne vous suffit pas, je ne peux en dire plus…

Sokka – Ne t’inquiète pas. Cela me suffit amplement. Je voulais juste savoir certaines choses, certaines de tes capacités, notamment celle de t’ouvrir à un autre.

Les mots étaient posés sur du velours, et réfléchi. L’Eisei-nin faisait attention de ne pas heurter le jeune homme. Cependant, il fallait remédier à ce problème de timidité, en le surprenant peut-être, en l’obligeant à être spontané, pour l’entraîner rien que sur la parole. C’était la première chose que voyait une personne à la rencontre d’un autre, après le physique bien entendu. Oui, c’était ce que devait faire Sokka. La question qui subsistait était la manière de le faire. Le Chuunin se dit que maintenant il avait toutes les informations requise pour un début d’entraînement, il devait le tester, pour voir réellement de ce qu’était capable le Genin, et peut-être réussir a savoir s’il avait du potentiel ou non. De ce fait, cet exercice serait aussi pour le Kawaki. Oui, cela faisait un moment, qu’il hésitait à demander le poste d’instructeur, comme il le disait avec Genichi. Mais, il ne connaissait tout simplement pas ces compétences à ce sujet. S’il savait enseigner, s’il savait être réellement à l’écoute de l’autre, si finalement, il serait utile aux autres, les jeunes pousses Kiréennes. L’occasion se présentait. Il allait l’aider ce garçon. Il se le devait. Et puis, Liori remarquera peut-être qu’il n’est pas le seul à pouvoir avoir une équipe. Cela valait le coût.

Sokka – Ecoute. On va dire que tu m’as convaincu. J’accepte de t’entraîner, mais…

Il y avait toujours un mais, une petite chose subtile qui pouvait tout gâcher. Mais non, ce n’était pas ce genre de mais. Sokka tenait juste à mettre au clair, poser simplement ses conditions. A l’idée de les dire, Sokka posa délicatement son verre qui s’était retrouvé. Ses lèvres se fendirent en un sourire assez narquois. Il allait mettre du piment, pour s’amuser. Il allait jouer un rôle. Lequel ? Tout était mystère. Le Chuunin se hissa de sa banquette et leva sa jambe avant de la rabaisser violemment sur l’assise où il se tenait. Son dos se courba, pour la tête puisse être de nouveau en face de celle de son interlocuteur. Il prit une voix grave et prit une certaine assurance.

Sokka – On va faire à ma manière. Vas falloir que tu me prouves ce que tu veux. Allez, on va combattre, maintenant, sous la pluie. J’ai envie de bouger. Rien à savoir, qu’on sera trempé ou je ne sais quelle excuse, sache qu’un ninja doit se battre en toutes situations, même les plus catastrophiques. Tu veux que je t’entraîne, je te propose maintenant, toi qui est désireux, impatient d’en apprendre plus. Alors, qu’en dis-tu ?

Le discours se termina par un nouveau vrombissement, et tremblement provoqué par l’orage qui se déchaînait dehors. Le sourire grandissait de plus en plus, montrant ainsi la dentition soignée du jeune homme. Ca allait être marrent, il le sentait. Extérieurement, il présentait une certaine confiance, calme et posé. A l’intérieur de lui, il bouillonnait, par l’impatience, mais aussi par une certaine inquiétude qui naquit en lui. Allait-il réussir ? C’était un coup de «poker», qu’il fallait prendre. Mais avant, que le Satsubatsu puisse répondre. La porte d’entrée du bar s’ouvrit avec fracas, montrant ainsi que de futurs clients étaient arrivés, pour se protéger de la tempête qui régnait à l’extérieur.

Ce fut une, deux personnes trempées, qui essayaient de se sécher le mieux possible, avant de pénétrer plus loin dans la pièce. Enfin, Sokka remarqua à quoi ils ressemblait. La première personne était un homme, quant à la deuxième, elle se dissimulait derrière lui. La chevelure et le visage de celui qu’on pouvait percevoir d’ici ressemblait étrangement à une personne de l’entourage de Sokka. C’était bizarre. Dans ce bar plutôt isolé, où il pensait rester seul, serait un point de rencontre non voulu ? Il fallut à peine quelques secondes, pour que la certitude s’empare de l’Eisei-nin, sur l’identité de l’arrivant. C’était plus que drôle, à ce point. Il en avait vu, puis voilà un deuxième qui se ramenait. Allait-il voir tout le clan, aujourd’hui? Rien n’en était moins sûr.



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Mer 1 Juil - 11:06

Voila il venait de faire quelque chose d’invraisemblable, pour lui. Se dévoiler comme ça à quelqu’un qu’il ne connaissait pas, c’était un moment dans sa vie, que Kira aurait jamais voulu connaître ou vivre. Cependant malgré son caractère de renfermé et de solitaire il avait du le faire, simplement pour ne pas trahir sa fierté de Satsubatsu. Maintenant le Chuunin connaissait sa voies, celle de puissance, devenir plus puissant pour faire honneur a son clan et leurs prouvaient sa force. Surtout que pendant son bref récit il avait bien vu dans les yeux de Sokka qu’il le comprenait, même si il ne l’avait pas connu il comprenait Kira. Rien que ça rendait notre cher Genin moins tendu, sa lui permettait de se détendre. Finalement le Chuunn lui répondit.

Sokka – Ne t’inquiète pas. Cela me suffit amplement. Je voulais juste savoir certaines choses, certaines de tes capacités, notamment celle de t’ouvrir à un autre.

Kira ne comprenait pas vraiment à quoi servirait de savoir ça. Sa capacité a s’ouvrir au autres, rien n’était aussi bas que celle la pour le jeune Genin. Et puis de son pont de vu un vrai ninja n’a pas besoin de ça, ça doit faire montre d’aucune faiblesse. SI tu es solitaire tu pourras agir avec plus de sang froid, ainsi tu n’hésiteras pas a sacrifier tes équipier pour la réussite d’une missions. Oui, la réussite passe avant tout. Mais sa l’intriguait quand même un peu, quand il s’était ouvert a lui, il l’avait senti au fond de lui, se sentiment de partage avec une autre personne. Il devait la connaître, il devait savoir l’utiliser. Mais il avait tous le temps d’y repenser, la il fallait qu’il écoute le Chuunin.

Sokka – Ecoute. On va dire que tu m’as convaincu. J’accepte de t’entraîner, mais…

Ah nous y voila ! Kira sans doutait, y avait rien sans un mais. A quoi le Chuunin voulait jouer. Généralement le mais pouvait servir soit pour poser des conditions bien précise soit pour rendre cette infirmation moins directe,
montrant que sa pouvais changer a tous moment. Dans tous les cas sa inquiétait notre cher Genin, il se demandait se que Sokka attendait de lui. Il s’apprêta a sortir une de ses répliques cinglante dont il a le secret, mais un signe dans le geste du Chuunin l’en dissuada. Il posa son verre sur la table laissant un sourire narquois apparaître sur ses lèvres. Rien de mieux rassurant, se disait Kira, décidément il allait de surprise en surprise. Le jeune Genin savait plus quoi faire car maintenant il le voyait se hisser sur sa banquette pour poser violemment sa jambe sur l’assise a la manière des pirates. Et pour ne pas les imiter il prit une voix grave pleine d’assurance et lui sorti :


Sokka – On va faire à ma manière. Vas falloir que tu me prouves ce que tu veux. Allez, on va combattre, maintenant, sous la pluie. J’ai envie de bouger. Rien à savoir, qu’on sera trempé ou je ne sais quelle excuse, sache qu’un ninja doit se battre en toutes situations, même les plus catastrophiques. Tu veux que je t’entraîne, je te propose maintenant, toi qui est désireux, impatient d’en apprendre plus. Alors, qu’en dis-tu ?

Au début il ne put que être inquiétait, oui… Un nouveau coup de tonnerre venait de vrombir dehors ajoutant des effets à son discours, le rendant plus inquiétant, il ne voyait pas d’autre mots pour le décrire. Mais il ne resta pas longtemps inquiet, car au fond de lui il sentait une vague de détermination et d’impatience monter en lui, il ne pouvait le retenir et le nier, se battre contre le Chuunin ne pouvait être que palpitant. Et pour le jeune Genin y avait rien de mieux pour montrer sa valeur, affronté un ninja confirmé. Un sourire naquis sur ses lèvres également, pleine de froideur, dans son regard briller une nouvelle lueur. Mais au moment ou il allait répondre la porte s’ouvrit d’un coup, laissant entrer les bruits de la tempête. Deux ninjas apparaissaient sur le seuil du bar amenant avec eux tonnerre et éclair.

Ils étaient trempé jusqu’aux os, essayant malgré eux d’enlever le plus d’eau possible. Quand ils s’avancèrent plus loin dans le bar, Kira fut instantanément surpris. Pourquoi ? Fut la première question qu’il se posa, pourquoi était-il-la ? Dans l’entrée se tenaient son sensei et un autre ninja qu’il ne connaissait pas. Ce n’était pas le bon moment, il voulait se battre avec le Chuunin. Mais même ainsi il était sur que Sokka avait remarqué les différents signe sur son visage qui montrer par avance sa détermination à combattre. Maintenant il n’avait plus le choix, il ne lui restait plus qu’à attendre, voir la suite des évènements.



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Dim 5 Juil - 20:42

Parfois, Naïvement, des personnes pensaient qu’aujourd’hui serait une autre magnifique journée dans le monde merveilleux des ninjas bizounours. Là où tout le monde était joyeux, où tout était beau, et où dire à la bonne personne que son nom correspondait à celui d’un héros de roman permettait de faire revenir à la vie des êtres disparu. Heureusement, Liori n’était pas naïf et il ne nourrissait donc pas d’espoir idiot.
Enfin pas de trop gros.

Il s’était levé le matin, en étant bien loin de la vision utopique cité plus haut. Non lui, il voyait seulement la crasse, la saleté et la texture couleur suie qui envahissait chaque recoin des paysages qu’il traversait, aussi bien extérieur qu’intérieur. Son monde était devenu bien noir en trois petites années. Mais il était toujours aussi peu propice à l’ennuie.
Même si l’occupation qui l’avait occupé une majeure partie de la journée l’avait cloué dans une aile de la bibliothèque de l’académie, silencieuse comme le cimetière qu’il allait voir régulièrement. Son grade de Chuunin lui permettait d’enrichir son champ de connaissance, même si cela restait encore limité, il avait maintenant la possibilité de se plonger dans des documents inédits. Qui lui enseignait toujours plus, et lui cernait tout autant les yeux.

Finalement, lorsqu’il jugea qu’il avait passé suffisamment d’heure sans bouger, il sélectionna un précieux volume qu’il prit avec lui en sortant de la bibliothèque. Il avait bien entendu reçu l’autorisation du saint bibliothécaire qui lui avait fait jurer sur sa foi qu’il se ferait arracher le foie si quelque chose arrivait à cette sainte relique qu’était ce livre (qui n’était qu’une copie d’un livre plus ancien, lui-même copié d’un ouvrage plusieurs fois centenaire). Il avait donc prit sous son bras un livre plutôt épais, actuellement entouré dans une toile cirée délavé.
Et c’est prit d’une inspiration soudaine que le Satsubatsu fit un crochet par le bureau des missions. Il n’avait pas de problème financier particulier, mais faire un petit travail pour arrondir encore ses fins de moi ne lui déplaisait pas. D’autant plus que ça lui changerait sans doute les idées.

Il était finalement sorti lorsque le ciel devenait noir.
Instinctivement il sut deux choses. Le reste de la journée serait pourrie et elle pourrirait sans doute le reste de sa journée.

[Mitsu] – Toi !

Lui prit le livre emballé dans sa main droit, fit glisser son bras bandé à l’intérieur de sa veste, et il y remit le livre.

[Mitsu] – La caricature de momie ! Gueule d’amour ! Voleur de fiancé !

Liori se frotta sa nuque, doublement douloureuse, et respira un grand coup l’air lourd et sentant l’humidité.

[Mitsu] – Lépreux ! Blondinet déteint !

Il avait appris des choses intéressantes, mais rien qui ne lui permettait d’avancer concrètement. Ca nécessitait toujours une ressource en bonne condition.

[Mitsu] – Euh… Reprise de personnage de Nobuhiro Watsuki !

Tout cela était ennuyeux. Mais il devrait sans doute passer dans sa chambre pour compléter ses recherches…

[Mitsu] – Oh ? Tu m’écoutes merde ?!

Liori se tourna enfin vers la furie qui commençait à le suivre.

[Liori] – Qu’est-ce que tu me veux ?

*****

Même en prévoyant le temps à venir et en connaissant le caractère horripilant, type trouble hormonale, de la « charmante fiancée » de Sokka, Liori s’était pensé capable de largement supporté le voyage jusqu’à un bar miteux avec elle. Après tout, ce n’était qu’une simple Chuunin, rien en commun avec Osa. Pourtant…

Lorsqu’il poussa la porte, il sentit tout de suite deux choses : L’odeur du mauvais alcool et de ses occupants. Après, il senti une vague de chaleur bienfaisante, qui lui indiquait aussi malheureusement que Mitsu ne se calmerait pas malgré le lieu où il se trouvait maintenant. Elle l’avait chassé. Plus que cherché, c’était le terme qui convenait. Elle se disait qu’elle avait besoin de lui pour trouver sa proie initiale. Un vrai raisonnement de chasseur. Après tout, quand Sokka n’était pas attaché à la jambe de sa copine (ou l’inverse serait peut-être plus vrai ?), il s’agrippait à celle de Liori.
C’était le raisonnement qu’elle avait eut, et qui semblait plutôt exact au Satsubatsu.

Malheureusement pour il n’était pas en mesure de pleinement apprécié les capacités de Mitsu pour la simple et bonne raison que…

[client] – Les ninjas sont très… très mal accueillis ici ! z’avez intérêt a déguerpir et vite et vite… et vite !

Un ton plein de conviction à peine entamé par un doigt d’alcool, du genre 3 litres dans chaque veine, qui se voulait sans doute sans autre réponse qu’un silence soit gêné, soit méprisant.

[Liori & Mitsu] – TA GUEULE !

Pour la simple et bonne raison que sa compagnie était incroyablement irritante.

Le Satsubatsu sorti son bras bandé de son abri et observa rapidement le bar et ses occupants avant de se tourner vers le bar… Puis de se retourner à nouveau vers la salle et de capter un regard qu’il reconnaissait. Celui de Sokka. Il lui suffit alors de faire un simple geste pour réaliser quelque chose qui lui sembla comme un acte de la providence. Il pointa du doigt vers Sokka, qui laissait alors une palette fort intéressante d’émotion traverser son visage. Incompréhension, Peur, Fuguasse sentiment de Frustration, Douleur anticipé quand Mitsu se mit à marcher dans sa direction, devenue soudainement silencieuse…
Le spectacle promettait d’être intéressant. Et c’est par curiosité sadique que le Chuunin se détourna de son objectif initial pour se rendre à la table occupé par Sokka et une autre personne qu’il ne tarda pas à reconnaitre.

Un demi vrai sourire affiché sur le visage, il se rapprocha du couple soudainement réuni et d’un de ses élèves.

[Liori] – Yo.

MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Lun 6 Juil - 21:02

Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas été ainsi. Lui qui a été toujours de nature calme voire clownesque à certains moments. Mais, ce sentiment, là, il ne l’avait pas reconnu au début, puis il en faut peu pour se rappeler de tout ses cauchemar. Sokka avait tout simplement peur. Peur, depuis qu’il avait reconnu la deuxième personne qui accompagnait Liori. Cela ne pouvait pas être elle. Décidemment, elle ne le laisserait jamais tranquille tant qu’elle ne serait pas satisfaite. Le pire, c’était qu’il se demandait, s’il pouvait encore éviter l’affrontement, alors qu’elle se tenait au niveau de la porte, la seule porte du bâtiment. Il fallait désormais prévoir, le pire comme le meilleur, bien que le premier choix fut être le plus plausible, vu la marche enragée qu’avait entamé la Kunoichi.

Une seule réponse n’arrivait pas à se loger dans sa tête : pourquoi ? Pourquoi elle était là ? Elle suivait Liori sans doute, quand on a perdu la trace de la proie, on prend celle de ses amis, c’était bien connu. Mais encore, une nouvelle inconnue subsistait. Comment Liori avait attiré là ? Encore une question sans réponse. Un parmi tant d’autres qui se bousculait dans la tête de l’Eisei-nin. Sokka s’était déjà rassis quand sa fiancée parvint à la table. Kira allait assister à une scène étrange. L’homme qui se trouvait devant lui, hurlant son cri de guerre d’un regard sans peur, pour l’impressionner, pour l’aider à se surpasser, avait changé du tout au tout. Il ressemblait a présent à un faon blessé regardant un loup affamé, prêt à attaquer.

Non, il devait essayer de retrouver, son calme, cela pouvait encore bien se passer. Le Kawaki se calma, geste qui fut suivi par la Chuunin. Cela l’avait surpris, qu’elle change de visage, elle aussi. Elle ferma les yeux avant d’afficher un sourire malicieux. Ce n’était qu’un masque, un qui préservait rien de bon. La jeune femme n’avait tout simplement pas encore réfléchi à la réaction, qu’elle devrait avoir. Elle se contentait, pour le moment de se placer à côté de son homme, faisant face au Genin – toujours debout. Enfin, Liori, d’un pas désintéressé, s’approcha à son tour de la table, et décida de saluer la troupe.

Liori – Yo.

Sokka – Salut.

Ni plus ni moins. Cela suffisait pour les deux compagnons, pas besoin de bavardage inutiles, c’était habituel. Plus habituel que le silence que Mitsu avait décider de garder. Elle posa juste sa main sur l’épaule de son bien-aimé, avant de l’empoigner fermement. Elle avait une prise, elle ne le lâcherait plus. Pour Sokka, cela lui faisait, un petit pic de douleur, un bref aperçu de ce qu’il l’attendait sans doute. Kira, lui, ne savait plus où se mettre, il ne devait plus comprendre grand-chose. Il venait juste d’être remarqué par la dulcinée de son interlocuteur, celui qui lui avait promis de se battre. Elle arrêta donc son mutisme, par curiosité. Elle tourna la tête vers l’homme au teint mat.

Mitsu – C’est qui lui ?

Sokka – Quelqu’un que j’ai rencontré, par hasard, ici. Son nom est Kira…

Elle ignora celui qui était présenté, celui qui avait lancé un bref «Enchanté». Elle fixait son informateur, comme s’il n’avait pas tout dit, elle attendit simplement qu’il donne plus de renseignement.

Sokka – Comme tu l’auras remarqué – ou non –, il est du même clan, que Lio…

Mitsu – Encore un lépreux voleur de fiancé ! Mais il y en a combien par ici ? Tu sais pas te retenir ?

Elle l’insultait, sans jeter un seul regard à son destinataire. Sokka fit tout de même un signe au Satsubatsu, celui de laisser les choses couler. Il ne devait surtout pas répondre. Les choses allaient empirer, sinon, il allait mettre un doigt dans un engrenage inconnu pour lui.

Finalement la rencontre pouvait être pire, cependant elle n’était qu’à son début. L’interrogatoire de Mitsu allait sûrement reprendre. Les mêmes questions que ce matin, celles auquel il avait décidé d’y échapper. Toutefois, apparemment, il ne pouvait pas l’esquiver, il n’avait que retardé sa sentence. Triste destinée ? Non, il ne pouvait pas penser cela, après tout, il l’aimait. Et pour cet amour il devait faire face aux problèmes qui se présentaient. La difficulté était qu’il ne savait pas encore comment, et surtout la réaction de sa belle et tendre. Cette dernière décida de lâcher son étreinte, tout en faisait signe au Chuunin de se pousser pour qu’elle puisse s’asseoir à côté – tout proche – de lui. Elle ne le tenait plus physiquement, mais pouvait recommencer.

L’Eisei-nin attendit que son coéquipier fasse de même avant de demander au barman de revenir, prendre une nouvelle commande. Cette fois, ils étaient quatre. Quatre Shinobi mal vu, dans ce bar, mais personnes ne se sentaient capable de les défier. Après tout, ils servaient leur village, qu’ils le veuillent ou non. Et s’ils avaient décidés, de les contrarier, ils allaient troubler les autorités de Kiri, et ce bar n’aurait plus du tout, la même tranquillité avec une escouade de Juunin mettant fin au commerce. C’était le « On vous embête pas, car ça vous nous nuire, mais on l’aurai bien fait sinon ».

L’atmosphère était plus que pesante pour le Kawaki.

Tout ceci, était majestueusement, mis en musique, par un orage qui n’avait pas encore décider de partir. Il voulait montrer son jeu de sons et lumières, absolument sublime et incontrôlable. Non, apparemment, le combat ne pouvait pas se dérouler, de suite, le temps qui s’empirait, ne le permettait pas –bien que ça ne gênait pas réellement le Chuunin –, mais venait de se greffer à ceci, une situation complexe, qu’il devait démêler. Kira lui jeta un regard d’incompréhension. Le Chuunin lui répondit, juste exprimant un air désolé.

Sokka – Bien discutons, le temps que la tempête se calme.

Il devait demander certaines choses, la plupart des questions étaient pour Liori. L’une d’elle était exprimé, implicitement : la raison de la visite du Chuunin, en cet endroit. Il savait que la question lui avait été demandée. Gardais-t-il le silence histoire de passer le temps, vu qu’en cet endroit, Mitsu avait décidé de ne pas agir pour le moment, et que c’était son seul attachement à être retenu ici. Mais après tout, cela ne servirait à rien de faire du grabuge, dans cette sorte de refuge. Mais si l’occasion se présentait, elle ne refuserait pas.

Mitsu – Oui, attendons ce temps pourri finisse.

A la fin de cette phrase, elle enlaça son bras avec celui de Sokka, pour ne pas qu’il oublie, qu’elle était là, prête à agir, à la moindre faille que présentait son petit ami. Elle avait essayé la méthode douce, ça ne marchait pas. La jeune femme usera donc un peu de sa force. Il allait le payer, d’avoir essayer de fuir. Après tout, elle avait le droit de savoir. Plus besoin de poser les questions, il les savait déjà. Le pauvre n’était pas à son aise, elle exerçait tout de même une certaine pression à son membre supérieur, qui n’était guère agréable. La suite, quant à elle, ne demandait qu’à arriver. Qui allait répondre en premier, briser la glace qui vient de s’établir. Qui oserait, fracasser ce mur gelé, à s’en blesser le bras ? Sûrement l’inconnu qui ne sait rien sur les conséquences de cet acte.



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Lun 13 Juil - 13:56

Kira était vraiment surpris de voir son sensei ici, surtout parce qu’il ne le voyait pas comme quelqu’un capable de venir ici. Mais pourtant lui non plus ne l’étais pas et il était donc sa voulait vraiment rien dire. Kira pensée plutôt que sa devait être à cause de la tempête dehors. Il était surement venu pour s’abriter de ce foutu orage. Cependant derrière lui il remarqua que c’était une fille qui l’accompagnait, il se demandait qui sa pouvait être. Surement une amie au deux Chuunin, ou même carrément un membre de leurs équipe. Oui, il se souvenait que Sokka lui avait dit que Lio et lui était dans la même équipe. Il avait hâte d’en apprendre plus sur elle, surtout que si elle faisait vraiment parti de leur équipe elle connaitrait plus de choses sur eux. Sa pourrait lui être utile, rien que pour mieux connaitre ses deux sensei. Et puis Lio l’intriguait beaucoup, en tant que membre de son clan et en tant que tout simple son maitre.

Mais il n’eut pas le temps de réfléchir à une question, qu’elle fonça rageusement vers Sokka. Kira resta interloqué, la regardant s’avancer d’un pas puissant. Se qui le surpris encore plus se fut le changement d’expression chef Sokka et la Chuunin. Quand elle fonçait ver lui, il avait l’impression de voir une guerrière foncer sur son ennemis alors que quand elle arriva à la table son visage c’était radoucit. La même chose pour son « deuxième sensei », quand il l’avait vu foncer vers leur table il c’était crispé sur sa chaise, le visage blême. Puis quand elle c’était tout simplement mit derrière lui, il s’était un peut détendu. Enfin détendu serait pas le bon mot, même si son visage ne montrait plus rien il pouvait sentir qu’il s’inquiétait. Maintenant il remarqua qu’elle affiché un drôle de sourire, qui pour lui passait pour malicieux. Elle commençait à lui faire peur, finalement il avait de moins en moins envie de la connaitre ou de poser des questions. Puis son maitre Lio commença à s’approcher d’un pas désintéressé, puis les salua tous les deux.

Liori – Yo.

Puis Sokka lui rendit son salut par un simple « Salut », tendit que Kira lui inclina la tête doucement. Tandis que la Chuunin posait une main sur l’épaule de Sokka, il sentait le silence s’installer, lourd de sens. Maintenant Kira se sentait un peu seul parmi tous c’est Chuunin, lui un simple Genin ne savait plus ou se mettre. Malgré lui il gigotait dans sans arrêt sur sa chaise, mal à l’aise. Puis il remarqua que la Chuunin venait de le remarquer, se qui accentua sa gène, il n’aimait vraiment pas être le centre d’intention d’un groupe, peut importe lequel. Finalement il la vit se tourner vers le Chuunin pour lui demander qui c’était.

Mitsu – C’est qui lui ?

Sokka – Quelqu’un que j’ai rencontré, par hasard, ici. Son nom est Kira…

Elle ignora « l’enchanté » que lui dit le jeune Kira, fixant toujours Sokka attendant qu’il en dise plus. Il savait pas pourquoi mais notre jeune Genin sentait que sa finirai mal. Finalement Sokka lui révéla se qu’elle attendait.

Sokka – Comme tu l’auras remarqué – ou non –, il est du même clan, que Lio…

Mitsu – Encore un lépreux voleur de fiancé ! Mais il y en a combien par ici ? Tu sais pas te retenir ?

Lépreux voleur de fiancé !! Une veine se mit à palpiter le long de sa tempe, donc pour elle il n’était qu’un « lépreux ». Pour Kira sa voulait tous dire, sa voulait dire, elle l’insultait sans le connaitre comme ça gratuitement. Ses bras le long de ses jambes se mirent a trembler, il ne tiendrait pas fallait qu’il se calme. Mais le regard que lui lança Sokka permit de le calmé, sa voulait dire qu’il ne voulait pas que sa dégénère. Tranquillement il acquiesça de la tête. Finalement il eu rien de plus, la CHuunin demanda a Sokka qu’il se pousse pour qu’elle se mette sur la chaise, de son côté Lio s’assit également. Toutefois après qu’il était prit la commende de 4 nouvelles bière, que le tavernier ramena non sans mauvaise foie. Kira voyait bien que sa ne lui plaisait pas, 4 Ninja dans son bar était quelque chose de mauvais pour son commerce. Enfin c’était surement se qu’il pensait, mais malheureusement pour lui il pouvait rien dire n’y faire. Car sinon son Bar risquait de se retrouvait blindé de Ninja supérieur.

Avec la tempête dehors il sentait que le combat risquait d’être annulé, pour ce faire il jeta un regard au Chuunin. Il comprenait plus rien, pourquoi était il venu eux deux aussi. Sokka lui répondit avec un air désolé.

Sokka – Bien discutons, le temps que la tempête se calme.

Derrière cette phrase Kira comprit ou il voulait en venir. D’un geste de la tête il acquiesça, pour lui montrait qu’il comprenait. En faite il voulait profiter de se moment pour demander a Liori, concernant son apprentissage. Savoir si Liori était d’accord pour qu’il soit son deuxième sensei. Mais il sentait que la question avait déjà était abordé entre eux deux. Sa l’intriguait au plus au point, sa curiosité était à son plus haut point. Finalement avant de pouvoir poser une seul question la Chuunin parla.

Mitsu – Oui, attendons ce temps pourri finisse.

Après avoir dit ça elle alla prendre le bras de Sokka entre le sien. Finalement Kira crois bien qu’il s’était trompé, il était peut être un peu plus intimes qu’il ne le pensait. Finalement sa curiosité repris le dessus, il voulait en savoir plus. Mais pour ça il ne savait pas comment s’y prendre, avant il devait aussi soulager une autre curiosité. Il se tourna tour a tour de Sokka a Lio et ainsi de suite.

Kira - Sokka-sensei ! Vous pouvez m’expliquer comment sa va se passer entre vous et Liori-sensei ?

Il resta assis a gesticulait, n’en tenant plus. Il voulait connaitre la réponse le plus vite possible. Incroyable, jamais il n’avait fait preuve d’autant de curiosité.



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   Lun 10 Aoû - 15:57

Sokka : +21 XP
Liori : +8 XP
Kira : +12 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Fond d'Kale"   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Israël/Palestine" en thème de fond
» "Crie, frappe, détruit ! Fais jaillir la haine qui sommeille au fond de toi." [Anko Ukyo / Juliet Shakespeare]
» Pwoteje Dwa Lengwistik pèp ayisyen ""tèt kale""
» "Banm yon sigarèt"
» Déclaration de la gouverneure générale "Michaëlle Jean"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Allée Marchande-