Partagez | 
 

 Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

MessageSujet: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Ven 24 Avr - 23:47

Apprentissage Pratique : Suimen - l’Art de Marcher sur l’Eau

¤~~~~~~~~~~~~~~~~~~¤

12:00. Site n°9, Lac Karas


Dans l’art de se donner des conditions « très » favorables, j’aimerais Zhao Hakai, Genin de Kumo Gakure no Sato. Certes pour le moment, vous ne l’aviez connu que joueur, légèrement sombre derrière son sourire, et un peu enfant gâté, mais si vous pensiez qu’il n’était que comme ça, vous aviez tort. Si le hasard truqué est sa vie, il n’en reste pas moins un Ninja, qui a réussi sa vie d’étudiant même si elle n’est pas encore terminé, et qui est donc capable d’assez d’intelligence et de rigueur physique pour prétendre au grade de Genin. De ce fait malgré les apparences, Zhao a déjà réussi deux missions pour Kumo, même s’il ne s’agissait que de rang D. Notez que ce genre de mission vise à aider la population, et que Zhao n’était pas réticent à le faire… Sa nonchalance était une apparence comme une autre qu’il prenait, car ce qu’il préférait par-dessus tout c’était les imprévus, les changements de dernière minute, les retournements de situation ! Et ce genre de chose, ça n’arrivait que dans les situations un peu extrême, ou désespéré. Un peu comme maintenant, dans le genre extrême…

Il était midi, midi pile, et l’Hakai, en plein soleil et les yeux fermés, luttait contre la chaleur, pour malaxer son Chakra. Il était près du Lac Karas, portant ce nom car la légende racontait qu’il était autrefois survolé par de nombreux corbeaux… Mais le jeune homme n’en avait pas vu l’ombre d’un seul. Ce lieu d’entrainement était propice aux entrainements sur le contrôle du Chakra principalement. Il se souvenait très bien y être souvent venu de ses années d’étudiants, pour y apprendre à marcher sur les arbres… C’était ici qu’il avait apprit ses plus grandes leçons pratique sur le Chakra, son fonctionnement, la façon de le malaxer et de s’en servir, par un exercice simple qu’il s’apprêtait à effectuer : marcher sur les arbres ! Oui, marcher, pas courir ou grimper mais bel et bien marcher, tranquillement, en prenant son temps… Le jeune homme concentra son Chakra dans la plante de ses pieds, malgré la chaleur et la douloureuse brulure du soleil sur son dos… Il se mit à marcher vers l’arbre, passant enfin sous sa coupe, et dans son ombre rafraichissante. On n’était pas en été mais à cette altitude on ressentait beaucoup plus l’effet du « midi ». Il tendit sa jambe droite vers l’arbre, et son pied droit à la verticale… Lorsqu’il le posa sur l’arbre, l’écorce de ce dernier n’en subit aucune variation : tout était stable malgré les conditions, sa dose de Chakra comme sa concentration. Zhao avait réussi la première étape… Prenant appui sur l’arbre lui-même, il tendit sa jambe gauche, et réitéra le prodige… Voilà, il tenait à l’horizontal, sans en ressentir trop intensément les effets de la gravité… Merci qui ? Merci Sani Sajuu ! Avec un sourire, le Genin fit le tour du tronc, puis monta encore plus haut, jusqu’à atteindre la cime des arbres… Zhao écarta les branches et les feuillages : d’ici, on voyait toute la vallée de Kumo, et ses nombreux lacs… Là-bas le lac Yamata, là-bas le Musée… Et le village tout entier. Pensez donc, à cette hauteur, que la montée n’avait vraiment pas été facile : si Zhao pestait en montant jusqu’au site n°5, il était limite en train de pleurer en arrivant au n°9. Pas que ce soit foncièrement dur, mais il se plaignait toujours des exercices physiques, même s’il ne rechignait pas à les faire… Finalement, malgré la vue, le jeune homme redescendit, de la même façon qu’il était monté, tout en continuant de maintenir l’apport de Chakra dans la plante de ses pieds. C’était un exercice ardu, mais qu’il avait apprit à maîtriser avec le temps, et qui était nécessaire à d’autres techniques qu’il maîtrisait aujourd’hui : la base du Ninjutsu de Kumo, le Raiton, et son utilité spécial, la Surcharge.

Mais il n’était pas là pour travailler ces deux techniques, il venait en développer, ou redévelopper, une nouvelle : Suimen, l’Art de Marcher sur l’Eau. Il s’agissait de l’évolution de la technique du Kinobori, l’Art de Marcher sur les Arbres, qui n’était pas au sens propre une technique, mais seulement l’application concrète de la concentration du Chakra. Quand au Suimen, ma foi, il avait bien déjà fait des tentatives plusieurs mois auparavant en compagnie de son professeur et des autres élèves, mais sans grand succès… Ca lui paraissait déjà si loin… Maintenant de nouveau sur la terre forme, le Genin, vêtu simplement d’un short gris, et en sueur, attrapa une pièce dans la poche de sa veste blanche, posté en tas avec le reste de ses vêtements sur une pierre à l’ombre du vieux chêne qu’il venait d’escalader. Décidant finalement de s’assoir, Zhao, fit glisser la pièce entre ses doigts agiles. Oui, il se souvenait de ce jour où ils avaient tentés, par l’initiative de leur professeur, et un peu pour rire, d’apprendre à Marcher sur l’Eau… Le Parieur lança sa pièce dans les airs, et suivi sa course sphérique à travers le décor pittoresque de Kumo, son lac, ses montagnes, son ciel bleu et éclatant par ce midi ensoleillé, qui céderait peut à peu aux nuages de l’après-midi, et à la foudre du soir…


¤~~~~~~~~~~~~~~~~~~¤


Take a Chair and Listen... The Wind...


Dernière édition par Zhao Hakai le Dim 17 Mai - 17:23, édité 3 fois

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Sam 25 Avr - 0:03

¤~~~~~~~~~~~~~~~~~~¤

FLASHBACK
9:05. Site n°9, Lac Karas [6 Mois Auparavant]


[Sani] « Zhao combien de fois je vais devoir te demander d’arrêter de jouer avec cette pièce ?! »

Une main rapide et entrainé se superposa à la sienne, et rattrapa sa pièce fétiche avant lui. Rah ce qu’il l’énervait à lui confisquer sa pièce ! Certes Zhao n’aurait pas du désobéir une énième fois et la sortir pour la lancer un peu en l’air et se détendre, mais justement après une si longue montée, c’était sa seule façon d’être détendu. Si cet imbécile de professeur ne pouvait pas comprendre ça hein… Lui aussi, il passait son temps à se détendre avec son anti-stresse favoris : un Senbon, qu’il mâchouillait sans cesse. Au début de l’année, cela l’avait fait rire, comme ses camarades, car cela lui donnait un drôle d’accent et une drôle de façon de parler. Par la suite ils avaient appris à l’écouter attentivement, sous peine de se voir punir de façon implacable. Ah ça, ils en avaient passés des après-midi à nettoyer les couloirs de l’école Ninja, à faire le ménage dans la salle d’entrainement, à passer le balais dans la grande cour… Et une personne en particulier, parce qu’elle avait elle aussi un tic bien singulier, se voyait souvent punir de ces corvées : Zhao Hakai. En même temps, c’était pas compliqué à comprendre qu’il fallait qu’il arrête de jouer avec cette pièce ! Mais rien n’y faisait, il tenait un jour, deux jours, parfois trois, et il finissait par la ressortir, et par se refaire punir. Plus personne n’en riait, c’était devenu une habitude. Et cette fois, comme tant d’autres, Zhao avait désobéi aux ordres, il allait donc avoir droit à une sanction. Parfois il trouvait dans le regard un peu vague du Chunin une certaine trace d’affection : il appréciait Zhao, qu’il trouvait intéressant dans sa façon de faire, même s’il cachait de cette façon la profonde plaie qui marquait en lui l’absence de représentation paternel dans sa vie. Depuis qu’il était devenu Etudiant, ce jeune homme avait mit de l’ambiance, parfois malsaine, parfois amusante, dans la vie de ses camarades : ses paris et ses jeux de hasard développaient le sens du risque des gens, même s’il arrivait très souvent à les flouer tous, par des procédés qui restaient encore difficilement compréhensible au Ninja formateur. L’Hakai avait un « truc » indéfinissable, lorsqu’il jouait avec ses dés…

[Sani] « Zhao, rappel nous ce que j’étais en train d’expliquer, pendant que je choisis quelle corvée tu vas faire cette après-midi. »

[Zhao] « … Et bien… Le jeune homme poussa un soupire résigné, et reprit les brides du cours qu’il avait entendu. Euh, vous étiez en train de nous parler du contrôle du Chakra Sani-sensei, et d’un exercice… »

[Sani] « Et de quel exercice ais-je parlé Zhao ? »

Le jeune homme ne put répondre, il n’avait pas écouté cette partie de là de la conversation, car il en avait parlé au moment où il prenait sa pièce, après s’être installé sur une pierre près du lac, en compagnie des autres élèves, pour ce cours pratique sur le contrôle du Chakra. Et lorsque l’étudiant prenait sa pièce, il n’écoutait que d’une oreille distraite, plus concentré sur le tournoiement de la pièce que sur le monde extérieur. Son professeur l’avait remarqué, et bien qu’il ne comprenne pas d’où lui venait cette étrange concentration qu’il mettait à faire tourner cette foutu pièce, qu’il lui avait donc de nouveau confisqué, il préférait le détourné d’elle, lorsque la pression qu’il voyait dans le visage du jeune homme semblait atteindre son paroxysme. Voyant que Zhao ne répondait pas à la question, une de ses camarades, une certaine Shana Yoki, leva la main. Sani Sajuu, Chunin instructeur de Kumo, secoua la tête et leva une main vers la jeune fille, pour lui faire signe d’attendre une minute.

[Sani] « Ta punition pour cette après-midi Zhao : ramasser les feuilles mortes dans les jardins de l’école. On peut reprendre… Shana je t’écoute. »

[Shana] « Et bien, vous étiez en train de parler de l’Art de Marcher sur les Arbres, le Kinobori, pour apprendre à contrôler son Chakra, en le répartissant de façon équilibré sur la plante de ses pieds, et ainsi arriver à marcher sur les arbres… Et vous alliez ajouter qu’il existait un autre exercice… »

[Sani] « Très bien Shana, tu peux te rassoir. En effet j’allais vous parler d’un autre exercice que celui de marcher sur les arbres, que nous allons apprendre juste après… Il s’agit de ceci ! »

Le Chunin s’avança vers les jeunes gens puis les dépassa pour se diriger vers le lac dont l’eau devait être très froide à cette heure-ci. Qu’allait-il faire ? Trempette ? Toute l’assistance retint son souffle, alors qu’il faisait un pas vers l’eau : nous nous attendions tous à le voir couler à pic ! Et bien non ! Aussi incroyable que cela puisse paraitre, leur professeur marchait sur l’eau… Tous les élèves, Zhao comprit, se levèrent pour voir ça : en effet, aucun doute possible, il marchait bel et bien sur l’eau. Totalement incroyable… Vraiment le Ninjutsu pouvait faire des choses incroyables. Après quelques pas de plus, le Chunin se retourna vers eux : il tenait à la main la pièce de Zhao.

[Sani] « Hakai, si tu veux récupérer ta pièce, essaye de faire comme moi, monsieur je n’écoute pas en cours ! »

Les yeux comme des soucoupes, l’étudiant s’approcha du bord de l’eau, pour voir de plus près les pieds du Chunin. Il ne comprenait pas vraiment comment il avait fait ce prodige : il n’y avait eu aucun signe auparavant ! Il avait marché et hop, il était sur l’eau comme si de rien n’était ! Ce qu’il faisait était en rapport avec le contrôle du Chakra, comme il venait de l’entendre - vu qu’il n’était plus déconcentré par sa pièce - Zhao devait malaxer son Chakra comme ils avaient appris à le faire, et le transférer dans les Tenketsu de ses pieds, pour ainsi adhérer à une surface dur mais vertical, et ainsi lutter contre la gravité, ou comme le faisait le Chunin en face de lui, adhérer à une surface aqueuse, même pas solide, et lutter contre la gravité et la nature par le Chakra… Zhao prit la pose pour malaxer son Chakra, et tout le monde recula de quelques pas, pour lui laisser de l’air et le temps de se concentrer. Joignant ses mains, le jeune homme se concentra, non pas sur le Chakra, mais sur sa pièce : il devait la récupérer, en réussissant cette exercice ! Peu à peu il sentit le Chakra se diffuser dans ses pieds. Lorsqu’il sentit que c’était bon, le Parieur fit un pas en avant. Difficilement, mais bon gré malgré, son pied se posa sur la surface aqueuse… Bon sang, il évaporait une sacrée quantité de Chakra en faisant ça ! Il devait y aller plus vite ! Mais s’il se dépêchait trop, il finirait par relâcher sa concentration, et l’eau froide l’attendait dans ce cas là… Il décolla de la terre ferme, et posa son pied gauche sur l’eau. Sa bougeait un peu, comme si le « sol » n’était pas stable. En même temps c’était de l’eau quoi ! L’Hakai fit un nouveau pas en avant : il n’y arriverait pas il le sentait. Son Chakra partait de plus en plus vite, maintenant qu’il avait les deux pieds dedans, comme on dit… Finalement, au cinquième pas, son pied droit commença à s’enfoncer dans l’eau, puis, voulant se presser, touchant presque au but, son pied gauche suivi le même chemin. Comme si l’eau avait été une racine placé sur sa route pour le faire trébucher, Zhao perdit l’équilibre et plongea tête la première vers l’eau, son Chakra en grande partie épuisé. Aussitôt il ressentit les effets du froid, contre lesquels il lutta. Mais l’exercice l’avait épuisé, et malgré son envie de remonter, il commença inexorablement à descendre vers le fond du lac Karas…

Une main puissante l’attrapa par le col, et son professeur le souleva sans difficulté pour le sortir de l’eau, et le faire respirer : heureusement il n’avait pas encore perdu connaissance, par contre il la sentait mal l’après-midi. Allez ramasser les feuilles mortes alors qu’il avait failli s’évanouir dans l’eau du lac… Bref. Sajuu le ramena à la berge, continuant lui de marcher en toute tranquillité sur l’eau. Et oui il n’était pas un professeur pour rien. Zhao se retrouva contre un arbre, sur lequel il s’entraina souvent les jours qui suivirent… Son professeur ne dit rien, mais le jeune voyait dans son regard qu’il c’était inquiété malgré les apparences calme de sa condition. Avec un petit sourire en coin, il lui glissa sa pièce dans sa main : il avait bien travaillé. Après quoi il c’était relevé, et avait demandé à tous les élèves de tenter le même exercice : au final personne n’était arrivé aussi loin que Zhao, il se demanda d’ailleurs souvent pourquoi, par la suite. Peut être qu’il contrôlait juste mieux son Chakra que les autres, tout simplement… Le reste de la mâtiné se passa normalement, et le Parieur s’amusa beaucoup à voir les mines déconfites de ses camarades transis de froid… Il lança sa pièce, qui passa sur leurs visages, dans leurs yeux, au-dessus de son professeur, pour aller se perdre dans les cieux…


¤~~~~~~~~~~~~~~~~~~¤

12:47. Site n°9, Lac Karas


La pièce retomba dans sa paume : personne n’était là pour l’arrêter cette fois, ni le déranger. Il c’était perdu dans ses pensées, et n’avait pas vu le temps passer. Il était temps de s’y remettre, et de réussir cet exercice cette fois ! Sani Sajuu n’était pas là pour le voir aujourd’hui, mais ça ne faisait rien : il ne travaillait pas et ne s’entrainait pas pour obtenir la reconnaissance des autres. Il le faisait, car c’était le seul moyen qu’il aurait de rester en vie, lorsque la mort se présenterait à lui, comme elle c’était présenté à tous les hommes de sa famille. Il devait continuer de s’entrainer sur la route qu’il avait décidé, par le plus grand des hasards, de continuer de suivre…

Faisant rouler ses épaules, Haseo se releva, et se concentra immédiatement. Son Chakra réagit à sa concentration et se remit à tourner dans son organisme, puis à se concentrer là où il le voulait : avec le temps il n’avait même plus eu besoin de faire de signe pour concentrer son Chakra dans ses pieds. Pour beaucoup de Ninja, comme il avait pu le voir à l’époque, cette technique ne nécessitait pas autant de Chakra qu’il n’y paraissait, il devait juste trouver le bon dosage. Après quoi, au fil du temps, son usage devenait naturel. Suimen, l’Art de marcher sur l’eau… C’était l’heure de vérité, l’heure de savoir si ses six derniers mois lui avaient vraiment profités. Avec un petit rire, malgré une certaine anxiété, l’Hakai marmonna quelques mots…

[Zhao] « Quand faut y aller… »

Au moins cette fois il faisait bien meilleur qu’en automne, il n’avait rien à craindre de l’eau. Mais il se mettait la chaleur comme barrière à franchir, car il allait marcher en plein soleil, et en subir la hausse de température, qui pourrait perturber son flux de Chakra. S’il réussissait cette épreuve qu’il s’auto-imposait, alors il pourrait dire fièrement à son ancien sensei la prochaine fois qu’il le croiserait : « Je maîtrise Suimen ». Doucement, le Parieur s’approcha du bord de l’eau du lac. Le soleil se reflétait pleinement sur lui, et Haseo avait vraiment l’impression d’être dans un four, malgré le petit vent léger qui se levait à l’est. Ce n’était pas le premier pas qui était le plus dur, mais le second. Respirant à fond, il se concentra sur l’image passé de son sensei, tenant sa pièce fétiche qu’il serrait en ce moment même dans sa main. D’un pas décidé, le jeune homme avança son pied droit, et le posa sur l’eau, sans que cela ne provoque autre chose qu’une rapide série d’onde aquatique. Et maintenant, y mettre les deux pieds. Le Genin prit une inspiration, et ramena sa jambe gauche à côté de sa sœur. Une fois côte à côté, il sentit son Chakra diminuer, mais pas de façon significative comme la première fois : il avait le contrôle ! Mais il n’était pas encore à son objectif… Il fit un nouveau pas, puis un suivant. Il arriva enfin à son cinquième pas… Mais il ne ressentait aucune fatigue ! Son dosage semblait être parfait… Cependant, soumit à la pression de son souvenir passé, il relâcha sa concentration de Chakra et s’enfonça d’un centimètre dans l’eau. Rien d’alarmant, mais assez pour lui faire immédiatement joindre la main pour se concentrer de nouveau. Il ne devait rien mettre en lui et son objectif, ni ses sentiments, ni son passé : il devait l’atteindre, un point c’est tout ! Et oui, Zhao était aussi quelqu’un de très déterminé, quand il le voulait…

Revenant totalement à la surface de l’eau, le jeune homme pieds nus, fit un nouveau pas, le sixième à présent. Il ne lui restait que quatre pas à faire, et il aurait atteint son but. Un pas de plus… Le soleil tapait fort, mais il n’avait presque plus l’impression d’en ressentir sa morsure : il surchauffait tellement qu’il avait passé le stade du simple désagrément. Cette morsure faisait presque physiquement mal, mais tout mal physique pouvait en théorie être ignoré, ce qu’il faisait actuellement, alors qu’il venait d’effectuer un deuxième pas. Un mirage, face à lui, tenait sa pièce, celle qu’il serrait dans son poing actuellement. Plus que deux pas… Moins un. Quelque chose, surement un autre mirage, attira son attention à l’extrémité de son champ de vision. S’immobilisant, le jeune homme essaya de voir de quoi il s’agissait, mais il n’y avait déjà plus rien, et puis la chaleur l’empêchait de bien distinguer les alentours. Contrairement à sa petite faiblesse quelques instants plus tôt, cette fois Zhao n’avait pas faibli, et il avançait, pour amorcer son dernier pas.

Enfin, il y était ! La chaleur était insoutenable, mais il serra les dents pour la supporter encore quelques secondes, savourant la réussite à cette épreuve qu’il c’était fixé, et qu’il venait de réussir, dans des conditions vraiment difficiles. D’un coup, il relâcha la pression, et du même coup le contrôle de son Chakra, et se laissa tomber dans l’eau, comme un bloc de pierre… Mais il battit tout de même des pieds, pour rester très légèrement sous la surface. Le brusque changement chaud froid allait surement le rendre malade en sortant, mais tant pis, il était heureux d’avoir enfin réussi à parfaitement maîtriser la répartition de son Chakra dans son corps ! Alors qu’il fermait les yeux, il aperçu une masse noir, qui passa au-dessus de l’eau. Battant des pieds, l’Hakai sortit de l’eau et balaya le tour du lac, finissant par localiser la masse noir volante… Il s’agissait d’un corbeau. Et sur un arbre mort, sur la rive montagneuse du lac Karas, se trouvait avec lui d’autres corbeaux, beaucoup d’autres…

Ainsi, la légende sur ce lac était vrai… Le jeune homme, qui n’avait pas lâché sa pièce, prit le risque de la faire voltiger, sa main à l’air libre. Dans sa course elle traversa l’eau, les corbeaux aux plumes noirs, l’arbre mort, les montagnes, avant de se perdre dans les nuages gris qui arrivaient de l’est…

[Zhao] « AtchoOum ! »

Après quoi il tomba malade… Ahlala…

¤~~~~~~~~~~~~~~~~~~¤


Take a Chair and Listen... The Wind...

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 26 Avr - 11:59

Petite remarque Zhao ça serait bien que tu ne fasses par 40 sites d'entrainement Wink si tu regardes un peu la section, très souvent chaque personnage à son site d'entrainement qu'il réutilise à l'occasion. C'est plus clair comme ça.

Zhao : +12 XP - Technique validée

Edit by Iki : et on dit "avoir TORT" pas "avoir TORD". Merci ! x'D

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 17 Mai - 17:32

/)_ Apprentissage : Chakra no Saifon _(\
.1.

Ah le bonheur des retrouvailles entre amies, le plaisir des discussions animées, la luminosité des propos abordés… Vraiment, les discussions entre filles avaient un côté pompant si vous voyez ce que je veux dire. Seika avait beau essayer de s’y habituer, ça faisait au moins dix ans qu’elle essayait, rien à faire : plus elle écoutait les filles parler, moins elle avait envie de participer à leur discussion. Elle était assise à la terrasse d’un restaurant du centre du village de Kumo, en compagnie de Sakura et de deux de ses amies dont elle avait déjà oublié les noms, alors que c’était au moins la cinquième fois qu’elle déjeunait avec elles. Les personnes qui ne requéraient pas d’intérêt, n’en obtenaient pas de sa part, ça c’était bien clair. Il s’agissait d’un déjeuner post-mission, où chacune parlaient de sa dernière mission, mais aussi de sa dernière rencontre, du dernier garçon sur lequel elles avaient flashés, des derniers vêtements à la mode… Le genre de bavardages fatiguant auxquels elle était bien obligé de participer, pour ne pas trop donner l’impression d’être renfermée sur elle-même. La jeune femme savait, sur le fond, que c’était justement pour éviter de la laisser sombrer dans la solitude dans laquelle elle s’enfermait seule que Sakura l’invitait ainsi à partager ce genre de déjeuner entre Ninjas. Et elle lui en était reconnaissante… Sauf qu’elle choisissait vraiment mal les personnes avec qui elle déjeunait, enfin, vis-à-vis de Shijima en tout cas. Heureusement le repas était terminé, et elle pouvait s’éclipser à présent.

[Seika] « Excusez moi mesdames, l’entrainement m’appel. »

[???] « Je t’en prie Shijima, au plaisir d’un prochain déjeuner ensemble ? »

[???] « Fait attention à toi Shijima, et parle-nous plus de ton Sensei la prochaine fois ! »

Les deux femmes se mirent à rire ensemble, de leur propre niaiserie. Mon dieu que c’était fatiguant ! Mais heureusement elle ne la retenait pas. Alors qu’elle se levait, replaçant sur son dos son débardeur de cuir marron, Sakura se leva aussi et l’aida à se rhabiller. Passant près de son oreille, elle lui murmura quelques mots.

[Sakura] « Tu as tenue jusqu’au bout Seika, je suis fière de toi… »

La Fleur se contenta d’hocher la tête avec un sourire un peu forcé. En effet elle avait réussie à tenir tout le repas sans se prendre la tête dans les mains pour se boucher les oreilles, ce qui lui était déjà arrivé par le passé. Ce genre d’entrainement mental, elle s’en serrait bien passé, même s’il ne s’agissait pas tellement d’entrainement à proprement parler. Lorsqu’elle le visualisait, ça lui donnait surtout l’impression de repousser à chaque fois ses limites de tolérance par rapport aux gens… Le but était peut être là qui sait ?

Saluant une dernière fois les trois femmes, Shijima prit la direction de l’est du village, pour emprunter une petite route sinueuse qui l’emmènerait près du lac Karas, où elle aimait bien aller s’entrainer de temps en temps. Traversant la ville, dans sa robe blanche, la jeune femme se sentait bien : il faisait bon, les gens souriaient et elle leurs souriait en retour. Une après-midi d’entrainement, non-pas physique mais mental encore une fois. En effet, pas question de sauter partout alors qu’elle était juste en robe non mais oh ! Secouant la tête, elle arriva au début de la petite route, lorsque des bruits de courses dans son dos la firent se retourner. Haussant les sourcils, elle observa Sakura arriver en courant. Peut être Seika avait-elle oublié quelque chose au restaurant ? Essoufflée, Sakura eut du mal à articuler ses mots.

[Sakura] « Tu… Tu vas t’entrainer… non ? »

[Seika] « Euh oui pourquoi ? »

[Sakura] « Je… Peux venir… Avec toi ? »

[Seika] « Oui bien sur, mais reprend ton souffle avant ! »

Laissant échapper un petit rire étouffé, Sakura se pencha en avant et se calma pour reprendre son souffle, et calmer son rythme cardiaque. Ca étonnait un peu la jeune femme qu’Hide veuille l’accompagner, mais après tout pourquoi pas ? S’il s’agissait de s’entrainer il n’y avait aucun problème. Oui parce que Sakura d’habitude avait la fâcheuse tendance de papoter plutôt que de s’entrainer du coup… Malgré tout souriante, Seika attendit que son amie ait reprise son souffle. Sakura se redressa, et s’avança sur le chemin pour se porter à la hauteur de la Fleur Sauvage, l’invitant à poursuivre sa route à présent. Shijima fût assez surprise que son amie ne parle pas plus, elle semblait juste avoir envie de marcher en sa compagnie aujourd’hui, quelque chose de rare donc, que Seika savourait pleinement, les futilités du repas vite oubliées. Il y avait à peu près quinze minutes de routes entre le village et le lac Karas, qui passèrent somme toutes assez rapidement : si certains faisaient passer le temps en discutant, Seika faisait passer le temps en silence, et c’était ça pour elle qui lui permettait de se sentir bien. La douce caresse de la brise sur son village et dans ses cheveux, le chant des oiseaux de la montagne, les bruits d’eau en contrebas… Voilà où était son bonheur actuel, dans la nature. Et pour une fois, sa pipelette de Sakura ne disait mot, se contentant de marcher à ses côtés, sans la déranger, comme si elle se rendaient toutes les deux au même endroit mais sans se connaitre, sans rien n’avoir à s’échanger par la parole…

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 17 Mai - 17:41

/)_ Apprentissage : Chakra no Saifon _(\
.2.

Elles arrivèrent toutes les deux finalement au lac Karas, portant son nom à cause des corbeaux qui s’y rassemblaient souvent. Ce chemin, peu emprunté pour se rendre au lac, était en pente douce, contrairement au chemin principale qui était tout en montée. Malgré tout légèrement en sueur, Seika se dirigea vers un tas de rochers, près du lac, pour s’y installer et s’y reposer. Hide la suivie du regard, et lui emboîta le pas, pour en faire de même. Sakura brisa malgré tout le silence.

[Sakura] « Au faite Seika, tu comptais t’entrainer à quoi ici ? »

Avec un soupire, Seika détacha son regard du lac et se retourna pour faire face à la jeune femme médecin, qui avait aujourd’hui décidée de l’accompagner.

[Seika] « Et bien j’aimerais faire un peu d’entrainement de concentration, sur mon Chakra, pour apprendre une technique de Ninjutsu. »

[Sakura] « Laquelle ? Peut être que je peux t’aider ! »

[Seika] « Il s’agit d’une technique de concentration appelé le Siphon de Chakra, Chakra no Saifon. »

[Sakura] « Oui ! Je vois très bien ce que c’est ! Et tu sais déjà comment t’y prendre pour l’acquérir ? »

[Seika] « J’ai lu le parchemin à l’académie qui parlait de cette technique oui, il faut que je malaxe mon Chakra comme pour lancer une technique de Ninjutsu, puis que je concentre l’énergie rassemblée pour l’attaque de façon tellement condensé que lorsque l’attaque touchera l’adversaire, le Chakra explosera profondément en lui, et perturbera ses Tenketsu, ce qui lui fera perdre du Chakra en conséquence. »

[Sakura] « Une technique redoutable en effet. Bon et bien on peut commencer si tu veux ? »

La jeune femme hocha la tête en signe de consentement, et s’installa en tailleur sur son rocher, le plus haut perché du tas. Elle se tourna de nouveau vers le lac, et commença par faire le vide dans sa tête, pour ne plus voir rien d’autre que les reflets sur l’eau. Malaxer le Chakra n’était plus pour elle une action difficile à pratiquer, mais le condenser, c’était une tout autre affaire voyez-vous. Doucement, calmement, Seika ferma les yeux en visualisant son Chakra, tourbillonnant lentement en elle, à mesure qu’elle entrainait ses forces psychiques et physiques dans la danse. Mais malaxer n’était pas suffisant en l’occurrence. Ce qu’elle avait lu à l’académie décrivait certes les sensations que l’on devait ressentir lors de l’apprentissage de cette technique, mais pour le moment rien n’était en vu : aucun picotement au niveau de la zone de concentration du Chakra, aucune impression d’avoir comme un courant de Chakra…

En même temps, il faisait se servir de la technique avec une technique de Ninjutsu. Mais elle se voyait mal faire une Siphon de Chakra sur une Permutation : elle n’avait pas encore réapprise toutes les techniques offensives du répertoire de Kumo. C’était une chose qu’elle ferait très bientôt, l’histoire de ne pas jouer seulement sur le registre défensif via ses techniques. Bien sur elle aurait pu avec ça se battre avec des armes, mais… Elle n’était pas douée avec de l’acier entre les mains. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était Surcharger encore son Chakra et le courant électrique de son corps. Cette technique, la Surcharge, était la première étape vers la maîtrise des techniques de Ninjutsu du répertoire Raiton de Kumo. Peut être qu’en l’utilisant, elle pourrait faire la Siphon… Sur elle-même ? Une idée fort étrange, mais n’ayant pas de technique offensive à proposer à Sakura pour tester la technique, elle ne voyait que cette méthode pour voir si elle arrivait à maîtriser la condensation de Chakra.

Son Chakra tournait de plus en vite, et à mesure qu’il tournait, elle le laissa se diffuser dans le courant électrique de son propre corps. Tous les êtres vivants sont parcourus d’électricité, mais sentir, et capturer ce courant, était une spécificité des Ninjas de Kumo. Avec ça, ils pouvaient créer des forts courants électriques dans leurs corps, mais aussi dans le corps de leurs adversaires, au corps à corps ou à distance. Shijima n’était pas la plus douée du monde à ça, mais elle maîtrisait déjà assez bien la Surcharge. Ne resterait qu’à l’allier à une véritable attaque plus tard… L’intensité électrique augmenta brusquement dans son corps. La condensation se fit enfin sentir, et le courant de Chakra faillit presque exploser par son manque de vigilance. Rouvrant les yeux, elle croisa le regard un peu effrayé de Sakura, mais remarqua aussi que le ciel c’était couvert, que l’atmosphère était lourde à présent. Vu la position des lumières, cela devait bien faire une ou deux heures qu’elle se concentrait : on y perdait vraiment la notion du temps…

Sakura semblait regarder Seika, mais aussi ce qui l’entourait… Alors la jeune femme en fit de même et tourna les yeux à droite et à gauche, pour voir ce qui pouvait bien créer cet air ahuri sur le visage de son amie. Des cailloux semblaient flotter… En l’air ? La Chunin comprit ce qui était en train de se passer : la condensation du courant électrique dans son corps venait de perturber le flux magnétique qui l’entourait. Et comme le ciel était lui aussi chargé d’électricité statique, un courant c’était créé entre les Dieux et elle. Elle devait vite relâcher le Siphon de Chakra, sous peine d’y perdre vraiment tout son Chakra, mais aussi d’être foudroyé. Sakura comprit trop tard ce qu’allait faire la jeune femme à la robe blanche…

Trou noir.

Un bruissement de feuille, un rayon de soleil semblait refléter une ombre. Pourquoi était-elle à Kumo au juste ? Elle c’était pourtant si souvent posée la question… Pourquoi n’avait-elle jamais eu de réponse ? Un nouveau bruissement… Une goutte d’eau. Cette ombre gigantesque l’englobait. Une ombre faite d’ombre, destructrice et pourtant seule, incapable de rejoindre la lumière, chassée par elle quoiqu’il arrive. Un murmure. Allait-elle finir broyer par cette ombre immense ? Elle n’en avait pas envie, mais n’avait pas le choix non-plus. Être maîtresse de son propre destin, un luxe qui lui était refusée, ou dont on l’avait privé. Mais qui, et pourquoi ? Une voix l’appelait, de part les ombres, de part le colosse qui menaçait de l’écraser.

Seika reprit conscience.

Clignant des yeux, elle vit une masse penchée sur elle. Sakura…

[Seika] « Sakura… »

La jeune femme médecin se redressa d’un bond, une larme au coin de l’œil. Au-dessus d’elles, le ciel semblait pleurer. Qu’est ce qui c’était passé ? Elle était en train de s’entrainer pour apprendre le Siphon de Chakra, puis plus rien… Visiblement soulagée, mais professionnelle, la Chunin Médecin l’examinant en riant de bonheur. Visiblement elle c’était beaucoup inquiétée. Le soleil était encore plus bas : combien de temps était-elle restée inconsciente ?

[Seika] « Qu’est ce qui c’est passé ?... »

[Sakura] « Ce serait à moi de demander ça ! Qu’est ce que tu as fais ?! »

[Seika] « Je… Je m’entrainais à condenser mon Chakra… »

[Sakura] « Tu as dit qu’il fallait utiliser cette technique avec une autre, avec quoi l’as-tu utilisée ? »

[Seika] « La… Surcharge je crois. »

[Sakura] « Mais, mais… Mais ça va pas !!! »

Seika fût surprise par le ton et la réaction de la jeune femme et amie qui avait prise sa tête sur ses genoux, pour continuer de l’examiner et commencer à utiliser une technique médicale sur elle. Quelque chose avait mal tourné lorsqu’elle avait utilisé la Surcharge, ça venait de là… Mais quoi ?...

[Sakura] « Tu as utilisé le Siphon de Chakra sur toi-même, mais en l’associant à la Surcharge qui perturbe ton flux électrique. Lorsque j’ai vu ton regard, j’ai su que tu allais lancer la technique sur toi-même, mais il était déjà trop tard… Le Siphon a perturbé tes Tenketsu, mais la Surcharge a eu un effet inverse et à fait disparaitre le flux électrique de ton corps pendant plusieurs minutes, assez pour que tu tombes dans le coma ! J’étais morte d’inquiétude, ne refait jamais ça ! »

[Seika] « Pardon… Je ne pouvais pas me douter… »

[Sakura] « Tu as un cerveau fait-le fonctionner bon sang ! »

[Seika] « »

[Sakura] « Pardon de m’être énervée… L’important c’est que tu ailles bien… »

Seika hocha la tête et ferma les yeux, appréciant chaque goûte de pluie qui tombaient sur son visage fin et un peu souriant en cette fin de journée. Bon elle avait failli se tuer toute seule avec cette technique, mais elle était en vie, et c’était là sa source de bonheur. Tant qu’elle était en vie, tout restait possible… Et c’était l’essentiel pour continuer d’avancer. Sakura soupira encore de soulagement, et se racla la gorge, visiblement gênée de quelque chose… Shijima suivit son regard et remarqua que sa robe blanche était devenue quasi-transparente avec la pluie, révélant ses sous-vêtements, eux-aussi blancs, et qui allaient finir par être tout aussi transparents. La Chunin se mit à rire, et essaya de se relever, mais ses bras lui firent défauts, et elle se retrouva de nouveau allongée.

[Sakura] « Arrête ne bouge pas ! Tu as fait disparaitre une grande quantité de Chakra en toi là, tu n’es pas en état de te déplacer. Je vais te ramener chez moi pour que tu te reposes. Je veux t’avoir à l’œil pour vérifier que ton état retourne bien à la normal. »

La Fleur hocha la tête, elle n’était pas en état de refuser la prévenance de son amie de toute façon. Sa prévenance et sa gentillesse, car elle proposait bien de l’amener chez elle, et non chez Seika, où personne ne devait jamais entrer à part elle. La voie de l’Eisei avait développée chez Sakura une certaine force physique, aussi n’eut-elle aucun mal à soulever sa frêle amie, et à la porter tout en se mettant à courir pour la ramener chez-elle…

Seika resta le visage contre son épaule, fermant à nouveau les yeux : elle était épuisée. Avant qu’elle ait le temps de dire « Ouf », elle dormait déjà…

[Hrp : Je reprends ce topic pour faire mes entrainements, je l'ai renommée à mon nom en conséquence ^_^]

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Sam 23 Mai - 23:03

Seika : +23 XP - Technique validée

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 14 Juin - 14:52

/)_ Apprentissage : Raiton Daishino _(\
.1.

Après la joyeuse gaffe qu’elle avait faite la dernière fois, soit quelques jours plus tôt, Seika avait des doutes quand à l’envie de réitérer un entrainement sur l’utilisation du Siphon de Chakra sans l’ajout préalable d’une technique de Ninjutsu offensive. Heureusement que son amie avait été là pendant qu’elle s’y entrainait, sinon elle ne serait peut être plus de ce monde : et surtout elle n’avait jamais entendu parlé d’un Ninja qui se serait tué tout seul pendant l’apprentissage d’une technique aussi basique, ce qui lui aurait fait honte même dans la mort d’être la première à mourir de façon aussi stupide dans l’histoire des Shinobis ! Cependant, elle se doutait que l’apprentissage de l’Art de Marcher sur l’Eau pouvait aussi être dangereux, pour peu que l’instructeur soit du genre à vous demander de taper un marathon en pleine mer pour vérifier si vous saviez effectivement marcher sur l’eau. Mais bon, elle n’avait jamais eu affaire à des tels instructeurs, et au vu de son niveau de toute façon, elle préférait s’entrainer seule. Fréquenter les amphithéâtres à son âge et son grade, - Chunin tout de même -, frôlait un peut le ridicule. Même si cela ne l’intéressait pas, elle devait laisser transparaître une image de force et de discipline, pour donner l’exemple aux jeunes gens et aux Genin, ce qui ne l’intéressait donc pas, bien qu’elle comprenne parfaitement le but de la manœuvre. Et pour faire montre de sureté, de puissance, et donner l’exemple, il fallait donc être : sûr de soi-même, puissante, et avoir l’envie de donner l’exemple. Sûr d’elle-même, ça dépendait des moments. Puissante, pas vraiment il fallait regarder la vérité en face. Et l’envie de donner l’exemple ? Pouah, elle n’avait pas vraiment la tête de l’emploie, avec sa propension à la solitude et aux remarques désobligeantes, surtout lorsqu’elle était stressée.

C’est donc avec le projet de combler l’un de ces trois manques que Seika arpentait, seule cette fois, le chemin la menant au site n°9, appellation technique et géographique qui en terme commun, était bien-nommé, le Lac Karas, ou Lac aux Corbeaux. Sakura ne pouvait donc pas l’accompagner aujourd’hui, étant elle-même en formation, et la jeune femme ne connaissait pas d’autres personnes avec qui s’entrainer… Des personnes qu’elle aurait pu supporter si l’on peut dire. Ce genre de personne était assez rare à Kumo, et pour les dégoter il aurait fallu que la Fleur Sauvage décide de sortir un peu plus de chez elle et d’aller plus souvent vers les gens, pour discuter, prendre de leurs nouvelles, et qui sait peut être les inviter à boire un verre. Boire un verre, sauf, s’il s’agissait de garçon parce que dans ces cas là, les mâles se faisaient toujours des idées. Non vraiment il n’y avait pas grand-chose à tirer de la population de Kumo, et de ses Ninjas. La Chunin ne s’incluait pas dedans, car elle n’était pas originaire de Kumo, même si elle avait oublié, et qu’on refusait de lui dire, d’où elle était arrivée, et pourquoi surtout était-elle venue dans ces montagnes. Tant de questions sur son passé, sans réponse. Shijima savait que certaines de ces réponses feraient surface le jour où elle aurait atteint un niveau suffisant pour détecter cette ombre qui la suivait, dans les arbres, depuis qu’elle était petite et toute fraichement arrivée dans le village. Mais ces derniers temps, elle avait l’impression que la présence n’était plus là : si jamais on l’avait surveillé jusque là, on ne la surveillait plus. Peut être avec son passage au rang de Ninja classe moyenne, avait-on jugé dans les hautes instances qu’elle était digne de confiance ?

Mais qu’est-ce qu’elle racontait… Il n’y avait pas d’ombre, pas de surveillance ! Elle avait juste un fon paranoïaque développé à cause de cette foutue solitude dans laquelle elle s’enfermait trop souvent. Personne ne la surveillait, et si elle n’avait pas de réponse sur son passé, c’était surement que le village n’en avait pas à lui donner. Elle devait apprendre à faire un peu plus confiance à Kumo. Mais c’était difficile, vraiment. Perdue dans ses pensées, la Chunin ne vit même pas qu’elle était déjà en vue du Lac Karas, et ne remarqua se détail inintéressant qu’au moment où elle faillit faire un pas de trop pour aller faire trempette. Et oui quand on ne fait pas attention, ça peut arriver. Heureusement elle s’en aperçue assez vite et concentra rapidement son Chakra sous la plante de son pied droit, pied qui avait de justesse évité d’être noyé dans les eaux froides du lac, ce qui aurait entrainé la chute du reste de son corps. Reprenant son équilibre en soufflant, passée à deux doigts de la baignade forcée, Seika se secoua mentalement : elle n’était pas là pour rêvasser ! Ce qu’elle faisait déjà assez souvent sans se permettre de le faire les jours où elle devait s’entrainer. Personne ne lui avait dit de s’entrainer attention, - parce qu’elle n’était pas du genre à suivre tous les conseils qu’on lui donnait -, mais il fallait qu’elle s’oblige à faire ces choses là, sinon elle ne progresserait jamais. Et puis honnêtement, on avait la classe avec des belles techniques de Ninjutsu ! Rien à voir avec ces pratiquants du Genjutsu, dont on en voyait les talents qu’en se prenant leurs techniques, ou ces pratiquants du Taijutsu, dont on ne voyait rien du tout tant ils se déplaçaient vite. On pouvait cependant observer les talents des Ninja-médecins, mais ça n’avait d’impressionnant que le fait de soigner les gens, pour ce qu’elle en avait vue. Certaines personnes étaient capables de se battre avec certaines techniques dérivées des Jutsus de Soin… Si c’était effectivement possible, il fallait s’attendre à de gros dégâts internes…

Mais ne pensons plus à de telles choses négatives. Seika fit un petit tour d’horizon des berges du lac, déserte bien entendu à cette heure tardive. Il était presque dix-neuf heures. Pourquoi attendre si tard pour s’entrainer ? Tout simplement parce que le temps se réchauffait à grand pas, et que dans les montagnes de la foudre ça chauffait vite passé midi. Et comme elle n’avait pas voulue se lever aux aurores pour s’entrainer… Elle le faisait le soir, au soleil couchant, lorsque le beau temps laissait place aux nuits étoilées, et à un peu d’air frais. En effet, à cette altitude et au vu de soleil caché par les montagnes, le temps se rafraichissait effectivement. S’accroupissant, la jeune femme passa sa main sur l’eau du lac, fraîche sans être gelé finalement : elle aurait très bien pu y faire un brin de trempette. Peut être après son entrainement qui sait. Du moment qu’il n’y avait pas de voyeur pour venir reluquer une jeune femme en train de barboter nue dans les eaux du lac… Ici en même temps, au site n°9, il n’y avait pas beaucoup de passage et elle risquait très peu d’être dérangée.

Comme dit précédemment, la Chunin était là, non pas pour gagner en confiance en soi ni pour améliorer son envie de donner l’exemple, mais pour gagner en puissance. Et la puissance d’un Ninja et d’un pratiquant du Ninjutsu se résumait à trois critères assez communs : la réserve de Chakra du Ninja, son panel de technique, et la maîtrise qu’il en faisait. Du Chakra elle en avait une petite réserve, par manque d’entrainement, et elle n’avait aucune technique offensive. C’était pour combler ce manque qu’elle était venue sur les berges du lac aujourd’hui. Le répertoire de Kumo en terme de Ninjutsu n’était vraiment pas vide de techniques offensives, le tout était de savoir faire le tri. Les deux techniques qui lui semblaient les plus accessibles se trouvaient être la technique de base de Kumo, le Raiton, et son évolution, le Raiton Daishino. Bien que sensiblement identiques les deux techniques n’avaient pas les même effets d’après les parchemins de l’académie : le Raiton créait un courant électrique capable de perturber le corps de sa cible, et de ralentir ses mouvements ou ses perceptions. Le Raiton Daishino quand à lui créait un rayon chargé de Chakra Raiton, qui paralysait carrément la cible. L’usage du Raiton était rapide, celui de son évolution prenait quelques signes de plus. Mais le point qui l’avait décidé, c’était que le Raiton déchargeait une attaque de foudre beaucoup moins importante grâce au Choumanin que le Raiton Daishino. La Surcharge, ou Choumanin, permettait de concentrer son Chakra pendant la préparation d’une technique, ou avant, dans la perspective de lancer une attaque de type Raiton bien plus puissante que ce qu’elle aurait du initialement être. En gros, elle avait choisi de délaisser la technique de base au profit de son évolution.

Heureusement pour elle, l’Eclair Fendu, le Raiton Daishino, ne nécessitait pas la connaissance du Raiton de base : les deux techniques n’étaient pas liées. De plus, à ce qu’elle en avait lu, la technique qu’elle prévoyait d’apprendre durant cette fin de soirée portait son nom en raison de la possibilité pour le lanceur de l’éclair, de le « fendre » pour diviser l’attaque et atteindre plusieurs cibles. Rien de mieux pour se débarrasser des clones ça. Et oui elle devait commencer à résonner comme une combattante, une guerrière, même si ça ne l’enchantait pas des masses. S’il fallait ça pour savoir un jour d’où elle venait, qui elle était, elle irait jusqu’au bout ! Et même s’il fallait feindre de l’intéressement pour ce village morbide qui lui avait fait tant de mal durant son enfance, elle le ferait aussi ! Un éclat de résolution brillant dans ses yeux marron-rouges, donnant l’impression qu’une flemme de volonté venait de s’y allumer, la jeune femme se dirigea vers les rochers au bord du lac sur lesquels elle avait prise l’habitude de s’installer pour se concentrer, malaxer son Chakra, et s’entrainer à la maîtrise de diverses techniques. Et il était temps d’avoir autre chose que des techniques défensives !

D’un pas décidé, la jeune femme marcha vers les rochers, qui semblaient avoir été posés là par un quelconque géant. Sa robe blanche virevoltait sous les petites bourrasques de vent, et sa longue chevelure n’avait pas le temps de battre son dos. Vu sa petite inattention en arrivant, elle avait déjà commencé à malaxer son Chakra, qui bouillonnait doucement en elle, traversant ses Tenketsu, se rependant dans son organisme. D’un bond, elle grimpa sur le premier rocher, et sauta sur le second, pour enfin finir sur le troisième et dernier rocher, élevé de trois mètres par rapport au sol, et de 127 mètres par rapport au niveau de la mer, -indication inutile mais forte intéressante n’est-ce pas ?-. Le temps avait été très chaud durant la journée, et les nuages, comme à leurs habitudes, couvraient le ciel gris, aux reflets orange. Le plafond nuageux absorbait les reflets naturels des montagnes et du village, ce qui donnait réellement l’impression d’avoir un plafond au-dessus de soi. Restant quelques minutes là à observer cette magnificence de la nature, pour laquelle elle était toujours prêtre à stopper ses activités, Seika s’interrogea sur la possibilité de revivre une situation similaire à celle vécue quelques jours plus tôt : de façon un peu stupide il faut l’avouer, Seika avait testé le Siphon de Chakra sur elle-même, en le combinant à la seule technique de Ninjutsu qu’elle possédait, et qui était nécessaire à l’utilisation du Siphon : la Surcharge. Manque de bol, le temps était très orageux et la concentration d’électricité statique qu’elle avait créée autour d’elle en usant de la technique avait créé un contre-courant de Chakra, qui avait d’une part, désintégré sa réserve d’énergie sur le moment, et d’autre part causé un arrêt cardiaque. Heureusement Sakura était alors avec elle, et l’avait soigné, même si elle prétendait l’avoir rien pu faire d’autre que pleurer en espérant qu’elle revienne vite à elle.

Pour l’utilisation de l’Eclair Fendu, elle devait prendre garde à ne pas attirer la foudre des nuages : il n’était aucune question cette fois de se prendre pour cible de sa propre technique ! Mais peut être de l’utiliser sur le lac, ou sur d’autres choses… La jeune femme observa le vol de deux corbeaux au-dessus du lac. Voilà qui pouvait être une cible intéressante. Mais avant de s’essayer au tir au pigeon, il était préférable qu’elle soit tout d’abord capable de « créer » le trait électrique concentré du Raiton Daishino. La Fleur s’installa donc sur son rocher, continuant de malaxer son Chakra. Se connaissant bien elle-même, elle savait qu’elle ne pourrait pas s’essayer aux techniques offensives sans un minimum de préparation mentale et physique, que l’utilisation du Suimen n’offrait nullement. Fermant les yeux, Shijima se représenta ce tourbillon intérieur de ses énergies mentales et physiques, s’emmêlant jusqu’à ne former qu’une seule et même entité : le Chakra.

Le Chakra était à la base de quasiment tout dans la vie d’un Shinobi, il ne fallait donc pas en manquer, et savoir le gérer : trop de dépense pouvait entrainer l’inconscience, comme ce qu’elle avait vécu lors de son précédent entrainement. Dans certains cas, la suppression de toute la réserve de Chakra pouvait entrainer le décès de la personne. Il était donc évident qu’il fallait s’en servir avec parcimonie. Au bout d’une dizaine de minutes de concentration, la jeune femme se releva et rouvrit les yeux : le ciel était déjà plus sombre, mais il ne ferait pas nuit avant vingt-deux heures. Elle sentait parfaitement le flux de Chakra dans son corps, et était prêtre à le matérialiser. Répétant les signes qu’elle avait apprise à l’académie la veille, en s’y rendant pour trouver une technique offensive à apprendre, Seika sentit son énergie s’écouler dans ses mains, à chaque signe qu’elle faisait, et s’envoler dans les airs autour d’elle pour revenir à ses mains et enfin se diriger vers le ciel. Lorsqu’elle fit le dernier signe, un signe d’activation et de matérialisation, la Fleur eut peur, pendant une seconde, que le ciel ne s’en mêle. Mais aucun éclair ne se déclencha de manière inattendue et le Raiton Daishino fit son apparition. Comme décrit dans le parchemin, un trait lumineux de taille modeste se matérialisa dans les airs et s’abattit avec violence sur le sol, avant de rebondir et d’aller échouer contre un arbre sur lequel il détruisit l’écorce à l’endroit de l’impact. Intéressant.

Sa dépense en Chakra n’avait pas été optimal, et elle devait recommencer la technique un certain nombre de fois à présent, avant de pouvoir réellement la maîtriser.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 14 Juin - 14:54

/)_ Apprentissage : Raiton Daishino _(\
.2.

Sa première difficulté fût de choisir le premier point d’impact de l’éclair, lorsqu’il se matérialisait dans les airs. Pour ça elle devait guider son Chakra lorsqu’il se dissipait sous ses signes : un exercice ardu, qui n’était pas inné, et qu’il fallait appliquer pour l’apprentissage de toutes les techniques matérialisant ainsi des attaques à distance, comme c’était le cas ici. Par deux fois elle créa l’éclair blanc trop loin, et par trois fois elle créa l’éclair blanc au-dessus d’un arbre, qui allait finir totalement carbonisé avant la nuit. Seika prit finalement le coup de main et comprit que la lieu d’apparition de l’éclair était déterminé lors du second signe, pendant que le Chakra se dissipait et tournait autour d’elle. Il lui suffisait de projeter une infime trace de Chakra dans l’air, et le reste suivait tout seul. Shijima réitéra donc sa technique trois nouvelles fois, pour être sur de bien maîtriser la façon de le faire apparaitre. Bien entendu inutile de préciser qu’elle ne créait un éclair que de faible puissance pour éviter de gaspiller son Chakra.

Sa deuxième difficulté se présenta lors de sa dernière tentative, lorsque le rebond de l’éclair faillit la toucher, et passa assez près pour faire hérisser ses cheveux sur la droite de son visage. Là par contre, c’était plus difficile de choisir la cible du rebond du Raiton Daishino, pour la simple et bonne raison que lorsqu’il rebondissait, la technique était terminée. Elle reprit donc pour cible cette arbre qu’elle avait frappé la première fois, et donc l’écorce défoncé formait comme une cible pour ses essaies…

[Seika] « … J’y crois pas… »

Pendant plus d’une heure après ça, la Chunin s’entraina au rebond du trait de lumière. Elle avait commencé en arrivant à lancer à la suite deux éclairs totalement perpendiculaire à leurs trajectoires initiales : le coup de l’arbre avait été un sacré coup de chance en fait. Le premier partit à droite, l’autre à gauche, sur la barre des 180°. Pendant les minutes qui suivirent la jeune femme chercha donc à réduire l’écart, en tentant de se rapprocher de plus en plus de la ligne de cible qu’elle c’était fixé. Et autant être clair : elle ramait là. Elle n’arrivait pas à comprendre comment choisir la direction du trait lumineux lors de son rebond, surtout que par elle ne savait quel miracle, plus aucun éclair ne dépassait cette barre imaginaire des 180° perpendiculaire à l’arbre. Enervée de ne pas comprendre le mécanisme, Shijima venait de s’assoir en tailleur pour faire une pause. Le temps c’était rafraichit mais l’effort de concentration de l’apprentissage de cette technique la maintenant éveiller. Ce n’était vraiment pas la technique la plus compliquée qu’on puisse trouver à Kumo ! Elle n’était que de rang D ! Et il galérait comme le plus ignare des Genin ! Ce qui soit dit en passant n’était pas vrai car elle savait que les Genin arrivaient à maîtriser cette technique. Ca venait d’elle dans ce cas ? Quelque chose devait bloquer le mécanisme. En même temps, elle aurait mieux fait de réellement suivre un cours à l’académie plutôt que de se lancer seule dans l’apprentissage de la technique. Mais il en allait de son orgueil, qui était une des rares choses assez développé chez elle pour être importante à ses yeux, d’apprendre cette technique seule, et de montrer qu’elle était capable de se débrouiller sans l’aide de Kumo, du moins pour la partie pratique. Parce que pour le théorique elle ignorait totalement où elle aurait pu trouver des parchemins sur les techniques de Ninjutsu de type Raiton ailleurs que dans le village des nuages.

Après avoir soufflé quelques minutes, elle se releva et reprit sa position de combat, les mains formant le premier signe de la technique. C’est alors qu’un petit événement inattendu arriva. Il en fallait bien un de toute façon… Alors qu’elle venait d’effectuer le troisième signe du Raiton Daishino, un corbeau passa au-dessus d’elle en croassant. Ces piaillements l’énervèrent de plus belle, car elle avait l’impression que le corbeau se moquait d’elle, alors qu’il venait de juste de dire dans son langage : « T’es pas chez toi ici va dormir ! ». L’éclair venait d’apparaitre dans les cieux, et Seika concentra cette fois son attention sur le volatile en train de continuer son chemin droit devant elle. Elle fit alors sans s’en rendre compte quelque chose qu’elle n’avait pas fait jusque là : elle garda tout simplement ses mains jointes, alors que l’éclair s’abattait sur le sol. En effet ce n’était pas précisé dans le parchemin parce que personne ne quittait jamais la posture de combat du Ninjutsu, les mains jointes, lors d’un affrontement, ou quasiment jamais. L’éclair rebondit donc sur la roche de la montagne et partit plus vite qu’il n’en faut pour dire « ouf » vers le corbeau qui reçu l’attaque de plein fouet. Le piaf n’eut même pas le temps de pousser un cri, qu’il était mort, et en train de tomber comme une pierre dans un lac, à la verticale. Des animaux sauvages auraient raisons de lui une fois écrasé en bas. Se désintéressant totalement du corbeau qui n’avait aucune importance à ses yeux, Seika agrandit ses yeux en comprenant enfin comment faire pour diriger la technique.

Le résultat de la soirée fût des plus… Etrange. Six corbeaux abattus. Maîtrisant finalement cette technique, Shijima remarqua qu’il faisait noir à présent : vingt-deux heures était passé. Mais elle n’avait pas encore pu tester cette fameuse division de l’éclair, qui s’opérait au rebond de l’attaque électrique. C’était une dimension de la technique sur laquelle elle devrait s’entrainer plus tard. Sa réserve de Chakra était au plus bas, mais elle tenta malgré tout l’expérience, en dirigeant sa concentration vers deux cibles, et non pas une seule. L’éclair se divisa donc et frappa parfaitement la cible sur laquelle elle c’était sans s’en rendre compte concentrer, ratant la seconde. Elle avait encore des progrès à faire, mais elle n’aurait pas à rougir à présent dès qu’on lui parlerait de combat : elle possédait sa première technique offensive depuis des années, et n’hésiterait pas à l’utiliser lorsque le besoin s’en ferait ressentir ! Souriante, la jeune femme s’étira et entendit ses articulations craquer : il était temps de rentrer et de manger un morceau, le meilleur remède pour se remettre d’une bonne soirée d’entrainement. Jusqu’à la prochaine en tout cas…

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 14 Juin - 16:20

Seika : +24 XP - Technique validée

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mar 6 Oct - 11:39

-| Apprentissage : Henge & Bunshin |-
.1.

D’accord, elle était rentrée de mission. D’accord, elle avait diné avec l’étrange Sho Nagoshi. D’accord elle n’avait pas pu lui en parler plus tôt parce qu’elle était en entrainement avec son équipe. Mais tout de même ! Etait-ce une raison pour lui faire la tête comme ça ? Sakura la boudait, et refusait de venir la voir. Pourtant elle venait voir Ina, un étage plus bas, mais toujours pendant les moments où elle n’était pas là. A croire que son amie avait un sixième sens pour savoir quand la jeune femme n’était pas chez elle, ou bien elle l’épiait tout simplement. Mais comment, ça Seika l’ignorait. Cela faisait maintenant deux jours qu’elle était rentrée de sa mission, et elle avait prit le temps de se reposer le corps et l’esprit après toutes ses émotions, abordant actuellement une très bonne forme, qui la poussait à se préparer à l’apprentissage de nouvelles techniques à ajouter à son répertoire. Après tout Shijima était un petit génie de l’apprentissage, et ses capacités intellectuelles n’étaient plus à prouver. Cela lui permettait d’apprendre énormément, mais encore fallait-il se donner le temps d’apprendre. Ce qu’elle désirait faire aujourd’hui. Mais avant ça, et parce que sinon ça continuerait de lui trotter dans la tête, la jeune femme voulait régler cette histoire avec Hide : Seika ne supportait pas que son amie lui en veuille et lui fasse la tête pour de telles futilités, alors qu’elle savait très bien que son amie n’avait aucune vue particulière sur l’homme aux cheveux rouges ! Mais qu’est ce que vous voulez, Sakura était une sacrée tête de mule lorsqu’elle le voulait, et il était quasi impossible d’avoir une conversation allant contre ce dont elle arrivait à se convaincre. Et actuellement, était c’était convaincue que Seika avait des vues sur Sho Nagoshi, ce qui était totalement faux. Bien sur la jeune femme aux cheveux noirs ne pouvait pas cacher qu’elle s’intéressait à lui, parce qu’il était son Sensei d’une part, mais aussi un Chunin comme elle d’autre part. Mais de là à transformer ça en ce que son amie qualifiait de « drague ». Non, c’était exagérer énormément la situation.

Descendant l’escalier de l’étage, elle alla voir la vieille propriétaire malicieuse Ina Watanabi, pour lui demander si elle savait où trouver Sakura. Malheureusement, elle n’en savait rien. Elle ajouta cependant quelque chose à Seika, alors que celle-ci tournait les talons en grommelant pour partir à la recherche de son amie.

[Watanabi Ina] « Tu sais comment est Sakura Seika. Elle a une vision bien différente de la proximité inter-sexe que toi, et recherche toujours ce dont tu sembles avoir abandonné la recherche. »

Seika allait répondre à la vieille dame, lorsque celle-ci ferma brusquement ses volets. Pour qu’elle agisse ainsi, c’était parce qu’elle considérait qu’elle n’avait plus rien à dire pour l’aider à comprendre Sakura, et qu’elle devrait faire cet effort toute seule. La Kunoichi voulait bien faire l’effort, mais elle ignorait de quoi parlait Ina en disant que son amie cherchait quelque chose qu’elle-même ne cherchait plus, soit dit en passant que cela voulait dire qu’il s’agissait d’une chose qu’elle avait déjà cherché par le passé. Qu’avait-elle cherché par le passé, qu’elle ne cherchait plus aujourd’hui ? C’est bizarre comme certains souvenirs ne veulent pas revenir au moment opportun, vous laissant dans la mélasse de l’incompréhension. C’était à Seika de trouver Hide, de lui parler, et de lui faire comprendre qu’elle se trompait sur son compte, ce qui n’était pas une mince à faire. De leur passé commun, Shijima n’avait en tête que deux exemples de moments où elle avait réussi à résonner son amie, et réussie à lui faire changer d’avis. Ca ne marchait qu’avec les idées préconçues, sans fondement, et ça n’avait fonctionné que pour deux cas où elle n’était pas impliquée. Comment faire pour faire changer d’avis son amie alors que cette fois, c’était Seika elle-même qui était visée par l’emportement de la Kunoichi Médicale ?

Autant dire que c’était mal partie, et qu’elle aurait peut être mieux fait d’aller s’entrainer comme elle l’avait prévu plutôt que de se lancer à sa recherche. Des personnes qu’elle côtoyait, Sakura était une des personnes qu’elle considérait réellement comme une véritable amie : pas question de laisser cette amitié se détériorer pour une histoire de « mec » ! D’un pas décidé, Seika traversait le village, se dirigeant vers l’appartement de son amie, appartement qu’elle possédait dans le quartier ouest du village, près des remparts. Seika elle, vivait dans le quartier nord-est, avec vue sur les remparts à l’est, et les montagnes au nord. Le temps c’était amélioré la veille, et le soleil avait reprit le dessus sur la grisaille, réchauffant la terre de Kumo et redonnant une consistance plus résistance au sol. Et qui disait sol sec, disait aussi pour Seika pas de risque de salir ses vêtements blancs avec de la boue ! La jeune femme avait donc revêtu ses vêtements habituels pour les déplacements extérieur suivit d’entrainements ou d’apprentissages : robe blanche, chaussures à semelles compensées, ceinture de cuir, débardeur de cuir, et gants de lin blanc renforcés de métal. Contrairement à certains, la jeune femme ne portait son bandeau de Ninja que lorsqu’elle devait représenter le village quelque part, pour le travail, où lorsqu’elle devait se rendre dans une infrastructure Shinobi, pour qu’on ne la confonde pas avec une civile qui ce serait paumé et qui entrerait dans le centre de mission pour commander une baguette par exemple -et c’était déjà arrivé-. Seika traversa la grande rue en balayant les façades des maisons de droite à gauche. Elle remarqua d’un Ninja, en tenue complète, et adossé à quelques mètres d’elle, semblait la fixer derrière le verre de ses lunettes de soleil. Qu’est ce qu’il avait lui à la fixer ? Il n’avait jamais vu une femme de sa vie ? Mais elle ne pouvait pas jurer qu’il la fixait, aussi détourna-t-elle son regard et fila-t-elle derrière un bâtiment pour s’engager dans un nouveau dédale de ruelles.

Alors qu’elle marchait à vive allure en direction de l’immeuble de deux étages où résidait son amie, Seika surprit l’ombre de quelqu’un sur un mur face à elle. Se retournant dans un sursaut de peur, elle ne découvrit qu’un grand « rien » et secoua la tête : elle ne c’était peut être pas assez reposé, ou bien il s’agissait du vol d’un oiseau, durant quelques secondes, dont le corps avec le soleil c’était retrouvé reflété en deux à trois plus grand, et, superposé à l’ombre de la Kunoichi, lui avait semblé plus grande et presque humaine. Oui, ce devait être ça. Mais alors qu’elle se remettait en route, une nouvelle ombre glissa sur sa droite. Shijima tourna immédiatement la tête à gauche, mais il n’y avait rien ni personne. Pourtant, là oui, il lui semblait avoir entendue des bruits de pas rapides, comme quelqu’un courant mais de façon discrète. Comme pouvait-on courir de façon discrète ? En allongeant le pas et en répartissant son poids de manière à faire le moins de bruit possible à chaque pas. Quelqu’un était en train de l’épier, de manière très discrète, et faisant surement exprès de révéler sa présence à la jeune femme. Cette fois-ci rien à voir avec la paranoïa de l’espionnage qu’elle ressentait souvent : là elle avait affaire à un cas concret, et du coup, elle n’en ressentait pas les mêmes effets que ses crises.

A la troisième reprise de ce passage d’ombre, qui semblait être celle de la même personne à chaque fois, Seika la prit en chasse, et fonça à travers les rues du village, dépeuplés de si bon matin. Elle n’avait pas l’agilité nécessaire pour effectuer une course silencieuse comme la personne devant elle. Elle savait qu’il y avait quelqu’un, elle entendait ses pas étouffés, sa respiration hachée. Mais que diable se passait-il ici ?! Ses pas la ramenèrent sans le vouloir vers la rue principale du village. Elle s’arrêta de courir, cherchant le signe du passage de quelqu’un. Mais apparemment il n’y avait plus personne. Seika leva les yeux au ciel, frôla du regard les toits des maisons, espérant voir apparaitre un visage dissimulé en train de l’épier discrètement. Mais rien de tout ça, et de toute façon un espionnage fait par un Ninja professionnel était très difficilement détectable. Un mouvement attira son attention sur sa droite. Elle se retourna d’un bond, les poings levés comme prête à se battre. En retour elle eut un petit mouvement de côté de la tête de l’homme aux lunettes de soleil, adossé à une maison, et qui l’observait en se marrant semblait-il. En colère contre elle-même, et ne sachant pas ce qui se passait, Seika reprit la direction de l’appartement d’Hide. Au même endroit, une ombre apparue, mais cette fois la jeune femme décida de l’ignorer. L’ombre disparue, pour réapparaitre au second endroit où elle était apparue : une nouvelle fois Shijima l’ignora. Elle alors qu’elle marchait, pour passer à proximité du troisième endroit où l’ombre était apparue, Seika bifurqua brusquement et prit une ruelle annexe passant derrière la rue, et qui coupait la voie de retraire de l’ombre, une fois découverte. Son sang battait le tempo de ses pas, et son énergie circulait librement en elle : flots mental et physique se mêlaient, se mélangeait, circulant au travers de ses Tenketsu pour former ce la réserve d’énergie nécessaire à la réalisation des Arcanes du Ninjutsu, le Chakra. Et alors qu’elle remontait la rue où était apparue l’ombre fuyante, la jeune femme se mit à composer de ses mains, tout en marchant, plusieurs signes rapides pour former un courant d’énergie vers le ciel au-dessus d’elle. Là ! Quelqu’un qui semblait aux aguets, comme s’il se préparait à fuir ! Il n’avait pas entendu Seika arriver, aussi bénéficia t’elle totalement de l’effet de surprise.

[Seika] « Raiton Daishino ! »

Un trait de lumière aveuglant se matérialisa entre l’ombre et elle, tandis que cette dernière se retournait après avoir entendu le son de la voix de la jeune femme. La personne voulue fuir, mais elle ne pouvait pas battre un éclair à la course ! L’éclair s’abattit sur le sol, craquelant légèrement la pierre de la ruelle au passage, avant de rebondir et de foncer droit vers sa cible, à sa voir la mystérieuse personne qui s’amusait à la faire tournée en bourrique. Ce dernier, c’était déjà retourné et avait tenté de courir pour fuir l’éclair. Peine perdue bien sur, l’éclair fendu la frappe de plein fouet en plein milieu du dos, et diffusa dans tout son corps des courants électriques créés à partir de l’air ambiant et de son propre Chakra. Son niveau de puissance augmentait jour après jour, et le coup devait avoir été puissant. Propulsé comme un poids invisible à terre, la personne tout de noir vêtue fût parcourue de tremblement. Apparemment l’Arcane avait effectivement perturbé ses fonctions motrices, et elle n’arrivait plus à se déplacer. D’une voix froide, et sure de son pouvoir à présent, la Chunin de Kumo interpela le droit d’animal qui se tortillait à ses pieds.

[Seika] « On se stop ! Ou je recommence avec la même technique ? La personne, allongée sur le ventre, se stabilisa, malgré qu’elle soit encore parcourue de tremblement. Dans deux minutes tu vas me dire qui tu es et ce que tu me veux à me suivre depuis tout à l’heure. Et j’attends des réponses sinon tu vas redécouvrir le mot « rancunière » avec moi je peux te le garantir. »

Les deux minutes se passèrent dans le calme. Shijima avait reculé de quelques pas, et était prête à composer de nouveaux signes au moindre geste brusque. Son prisonnier au visage dans la poussière portait une tenue qu’elle avait déjà vue dernièrement. Mais oui ! Il s’agissait de l’homme aux lunettes de soleil ! Ah, elle avait bien dit qu’il était louche hein ? Finalement, l’homme secoua sa tête cagoulée en prenant appui sur ses mains pour se mettre à genoux. Il resta ainsi, face à Seika, avant de laisser échapper un petit rire, et de se retrouver en une seconde entourée d’un petit nuage blanc. Une technique de permutation ?! Ou bien autre chose qu’elle ne connaissait pas ? Le nuage se dissipa en quelques secondes, laissant une personne que la Kunoichi ne s’attendait pas à voir.

[Seika] « Toi ? Mais qu’est ce que tu… ? »

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mar 6 Oct - 11:54

-| Apprentissage : Henge & Bunshin |-
.2.

Installées sur un canapé, dans un appartement où les couleurs prédominantes étaient le blanc et le bleu, deux femmes se faisaient face. La première, assise à l’extrême gauche du canapé de cuir blanc, avait le visage fermé, le regard dur, et sa chevelure noir tombait sur son épaule droite, avant de venir se perdre entre ses seins. La seconde, assise à l’extrême droite du même canapé de cuir blanc, avait les yeux rieurs, bien qu’elle ait été électrocutée quelques minutes auparavant par une technique de Ninjutsu lancée par la femme en face d’elle. Oui, car la personne qui c’était amusé à suivre Seika et à la faire tourner en bourrique : c’était bien Sakura Hide. Elles avaient eu le temps de s’expliquer, et finalement, le plus dur était réglé, un partout la balle au centre. Shijima, partit à la base pour aller s’entrainer, préférait rester avec son amie, et discuter avec elle, pour être sur que tout allait bien. Comportement qui faisait rire Sakura qui, loin de se moquer, trouvait toujours les inquiétudes de son amie adorables.

[Seika] « En tout cas ta technique de métamorphose était vraiment très réussie Sakura. »

[Sakura] « Disons que je connais cette technique depuis tellement longtemps que j’ai eu le loisir de m’entrainer à son maniement. Quand à toi, ta technique de Raiton était très réussie ! »

[Seika] « Pardon… Dit-elle en baissa les yeux et enfonçant sa tête entre les épaules. »

[Sakura] « Mais arrête de t’excuse ! Ce n’était nullement ironique vraiment, et je ne m’attendais vraiment pas à ce que tu l’utilises : j’ai manqué de vigilance voilà tout. »

[Seika] « Quelle idée de petite vengeance mesquine aussi… Mais bon maintenant c’est réglé hein ? Sakura se redressa et vint tout près de son amie, dont le regard trahissait toute l’angoisse qui l’habitait en cet instant, et l’enlaça. »

[Sakura] « Oui ne t’en t’inquiètes plus, c’était une petite plaisanterie qui a mal tournée, tout va bien maintenant d’accord ? »

Seika laissa reposer sa tête au creux du cou de cette jeune femme à la chevelure châtain, donc la coupe en queue de cheval était bien plus belle lorsqu’elle se coiffait de façon à créer une frange naturelle. Vêtu d’un pantacourt noir, serrée à la taille sans ceinture, et d’un haut de lin blanc sans manche sous lequel reposait sa poitrine légèrement plus imposante que celle de son amie -Bonnet D contre C-, Hide caressait tendrement les cheveux noir d’ébène de la personne qui, au fil du temps, et malgré leur traumatisme commun, était devenue sa meilleure amie. Sakura portait aussi une veste à manche longues bleu, où le symbole de Kumo était imprimé dans le dos en noir, mais l’avait retiré pour être plus à l’aise chez elle. Ses propres seins plaqués contre ceux de son amie, Seika sentait les battements de son cœur se répercutait dans sa poitrine, puis dans la sienne, et se laissait aller à leur calme pour se rassurer. Au bout d’une dizaine de minute dans cette position, Sakura s’écarta et plongea son regard dans celui de son amie sn souriant. Tien, elle avait encore ce sourire étrange, qu’elle abordait de temps en temps avec elle ces derniers temps. Un sourire nouveau, dont Shijima n’arrivait pas à percer la signification. Et vu qu’elle n’était pas d’un naturel curieux, elle laissait sa question dans sa tête, n’osant l’exprimer à voix haute. Sakura rapprocha son visage du sien, et appuya son front contre le sien, l’arrête de leurs nez se rejoignant délicatement. La jeune femme, un peu trop naïve pour ces choses là, ne se doutait nullement de ce que ce genre de situation signifiaient sur le plan relationnel, choses dont refusait plus ou moins de lui parler Ina, prétextant que ce serait à elle de découvrir la signification des gestes de son amie en temps voulue, et si elle-même désirait les lui faire comprendre. Seika s’éclaircit la gorge, et Sakura recula, avant de retirer ses bras de ses épaules pour rester, souriante, assise à côté d’elle.

[Seika] « Bon, je vais peut être y aller, je voulais aller m’entrainer moi. »

[Sakura] « D’accord… Hide leva les yeux au plafond en tout en réfléchissant à un moyen de garder son amie auprès d’elle, moyen qu’elle trouvait après un clignement des yeux. Mais au fait j’y pense… Fait une technique de métamorphose pour voir ? »

[Seika] « Euh… Je ne peux pas… Je n’ai jamais prie le temps d’apprendre cette technique, et puis de toute façon je ne l’aime pas. »

[Sakura] « Tien donc ! Sakura eu un grand sourire et sauta du canapé pour se mettre debout face à elle, tout en joignant les mains. Bunshin ! »

Une nouvelle fois, la jeune femme à la queue de cheval disparue dans un nuage blanc, pour réapparaitre en double. Oui, il s’agissait d’une technique de clonage, Seika savait de quoi il s’agissait, mais comme pour le Henge, elle ne maîtrisait pas la technique, et n’avait jamais éprouvé l’envie de la maîtriser, et ce, tout en sachant très bien qu’il s’agissait de techniques de bases pour la plupart des étudiants. Alors elle, Chunin, qui ne maîtrisait pas ces deux techniques… Mais quel était le rapport entre elle ? Lisant l’interrogation dans son regard, Sakura étouffa un petit rire en plissant les yeux et lui expliqua ce qu’elle voulait lui montrer.

[Sakura] « En fait, le Henge est un pré-requis à l’apprentissage du Bunshin, car il requiert une concentration de Chakra à peu près égale et suivant le même procédé pour les deux techniques : tu dois projeter ton Chakra vers les pores extérieur de ta peau, ou des éléments de ton physiques que tu veux changer, tout en effectuant les signes d’incantation de la métamorphose. Il en va de même avec le Bunshin sauf que là la technique va plus loin, car après avoir projeté son Chakra en soi, il faut le projeter à l’extérieur de soi, pour former une copie de l’image enregistrée par le Chakra de son corps. Certes ces deux techniques ne sont pas si évidentes que ça, mais pour une Chunin, cela va de soi que tu dois les maîtriser, sans parler de leurs utilités en mission et en combat ! Un Bunshin peut te donner le répit nécessaire, ou la diversion attendue, pour pouvoir frapper avec tes Ninjutsu ! En tout cas c’est ce que font les autres pratiquants du Raiton à l’académie. »

Seika s’assit normalement sur le canapé, ses pieds nus sur le tapis du salon, réfléchissant sérieusement à la question. Elle avait bien compris que son amie voulait rester avec elle, tout en voulant allier l’utile à l’agréable. Elle finit par pousser un long soupire, puis par relever la tête avec un sourire gentil.

[Seika] « D’accord tu as gagné, allons au lac pour qu’on puisse travailler en plein air tant qu’il fait beau ! »

Sakura poussa un cri de joie tout en sautant en l’air, ce qui eu pour effet de provoquer un concert de tremblement mammaire. Seika se demandait des fois si son amie ne se trouvait pas indécente avec une poitrine aussi opulente. Imaginez un peu les réactions de Shijima dans ce cas face aux bonnets E ou F : pour elle, c’était impensable d’oser sortir de chez soi avec une poitrine aussi grosse, et qu’elle considérait elle, comme quelque chose de difforme avec des tailles pareil. Elle se redressa et alla remettre ses chaussettes et ses chaussures, tandis que Sakura enfilait sa veste bleue, et prenait ses sandales à semelles compensées, qu’elle rattachait à la spartiate à ses chevilles.

---|-¤-|---

Deux techniques dans la même journée, c’était peut être beaucoup, surtout pour une personne qui inconsciemment, n’arrivait pas à concevoir d’une, qu’elle puisse être différente physiquement que ce qu’elle était, et deux qui ne pouvait pas se voir en double. Sakura en était exaspéré, vraiment. Cela faisait maintenant plus de deux que, après être montées jusqu’au lac Karas, elles travaillaient à l’apprentissage de la métamorphose. Force étant de constater que la Kunoichi aux cheveux noirs n’arrivait vraiment pas à utiliser cette technique, ne provoquant aucun changements physiques lors de son accomplissement, Hide avait aussi essayé de lui faire utiliser le clonage sans passer par la maîtrise de la métamorphose : même topo, même tarif. Et puis il fallait de toute façon maîtriser la première pour utiliser la seconde. Sakura se rassit sur une pierre tout en fixant son amie qui, les mains jointes, malaxait son Chakra et essayait de le projeter vers elle-même. C’était même difficilement compréhensible qu’elle fasse autant de difficultés, alors qu’elle était capable de maîtriser du Ninjutsu offensive ! Ou même de marcher sur l’eau. Mais la concentration de Chakra que l’on mettait sous les pieds par exemple, elle n’arrivait pas à la reproduire dans tout le corps. Etrange non ?

La jeune femme à la queue de cheval châtain soupira en baissant la tête, tandis que Seika sortait d’un nouveau nuage blanc sans aucune trace de changements. Désespérant, vraiment désespérant. Et c’était sa le petit génie quoi ? Mais bon, elle n’avait pas le droit de se moquer d’elle, chacun avait le droit de faire un blocage sur une technique. Elle-même avait des difficultés en Ninjutsu non-élémentaire du coup, elle comprenait que son amie ne puisse y arriver en claquant des doigts, mais elles savaient, toutes les deux, que c’était psychologique cette difficulté. Mais où était le problème ? Shijima baissa les yeux, la tête, et les bras : tout dans sa personne exprimait l’abandon de l’idée d’apprendre ces deux techniques. La jeune femme vint s’installer à côté de son amie, et soupira de concert avec elle, silencieuse. Il aurait fallu l’obliger à utiliser la technique en fait… A côté d’elle, Sakura semblait continuer de réfléchir à une solution. Pour l’aider dans sa réflexion, elle se leva et se mit à marcher de long en large devant elle. C’était mignon, qu’elle se creuse autant la tête pour elle. Surtout qu’elle ne pensait pas le mériter avec ce qui c’était passé plus tôt dans la mâtiné. Mais bon, Sakura était parfois très changeante, et surtout pas du tout rancunière, ce qui facilitait ses relations, contrairement à Seika. Soudain, Sakura se stoppa en poussant un petit cri d’exclamation, puis revint face à son amie en robe blanche. Elle effectua quelques signes, puis utilisa une nouvelle fois le Henge. Sauf que cette fois…

[Seika] « Hey mais c’est… »

[Sakura] « Et oui c’est toi ça ! Tu vois ? ca n’a rien d’affreux de te voir en double. Allez, essaye de te métamorphoser en moi pour voir ! »

Shijima acquiesça et se releva pour face à son double parfait : vêtements, courbes, voix, il s’agissait d’elle. Sauf qu’elle marchait à sa façon, et que Seika avait le pas plus léger, presque danseur, par rapport à son amie. Seika se remit en position et malaxa son Chakra qui depuis tout à l’heure était utilisé de la bonne façon : le problème venait juste de l’absence d’envie de la jeune femme de prendre l’apparence de quelqu’un d’autre. Après quelques signes rapides, Seika disparue une nouvelle fois dans un nuage blanc, pour en ressortir, sans en ressentir de changements. Ce fût le regard, « son » regard, qui lui apprit qu’elle avait réussie. Sakura en face d’elle, poussa un « Ohhh » d’exclamation, avant de déclarer d’un ton admirateur.

[Sakura] « Je devrais porter un corset peut être, ça rehausserait un peu plus mes seins, qu’est-ce que tu en penses ? »

« Sakura » se mit à rougir et couvrit « sa » poitrine de ses mains tout en présentant son dos à son amie. Elle était effectivement dans la peau d’Hide, incroyable. Mais psychologiquement, cela avait quelqu’un de chose de malsain pour la jeune femme de prendre l’apparence de quelqu’un d’autre, aussi mit elle fin à la concentration de Chakra, et reprit-elle son apparence.

[Sakura] « Super ! Maintenant essaye de faire de même avec le Bunshin ! Ferme les yeux et ne pense pas que c’est un autre « toi » qui va apparaitre mais juste un amas de Chakra ! »

Seika s’exécuta et ferma les yeux tout en malaxant son Chakra, puis en le projetant à l’extérieur d’elle-même comme elle l’aurait fait pour un éclair fendu par exemple. Et elle y arrivait très bien ! Mais comme elle l’avait dit, tout ça venait de sa tête. Sakura avait réussi à la débloquer, ce qui était aussi miraculeux que le fait d’avoir réussi à faire changer d’avis la jeune croqueuse d’hommes pour Seika. La Kunoichi ouvrit les yeux lorsqu’Hide se mit à applaudit : elle avait repris sa véritable apparence, et désignait du menton une seconde « Seika ». Ca commençait un peu à trop tourner autour d’elle cette histoire mine de rien. Et puis, c’était un coup à tomber dans la psychose de la division du « moi » intérieur ça, un coup à penser que l’on n’était pas la personne que l’on pensait être, un véritable cauchemar quoi. Seika secoua la tête et mit fin à la technique : à présent, elle maitrisait ces deux techniques de base.

[Seika] « Merci Sakura, de m’avoir aidé à surpasser mon blocage pour ceux deux techniques. »

[Sakura] « Mais de rien, tout le plaisir était pour moi et puis sur le fond, t’avais déjà le théorique en toi, il fallait juste que je trouve comment faire pour te faire comprendre que ce n’étaient que des techniques de Ninjutsu, et qu’il n’y avait rien d’affreux dans le fait de changer de corps, ou de voir plusieurs fois son propre corps, tu sais très bien que dans le monde Ninja tu seras amenés à rencontrer des personnes qui font bien pire alors… »

Oui, c’était vrai. Seika serait forcément amener à rencontrer des personnes capables de bien pire que des simples Henge ou des Bunshin. Après avoir une nouvelle fois remercié Sakura, qui éclata de rire et vint l’enlacer, les deux jeunes femmes se décidèrent à aller voir Ina, pour faire ce fameux diner dont elles avaient le secret, où elles pourraient faire le débriefing de la mission de Shijima, et où elle-même pourrait lui parler de Sho, sujet qui l’intéressait grandement à vrai dire…

.Fin.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mer 7 Oct - 0:15

[ Seika : +24 XP | Techniques validées ]

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Sam 10 Oct - 19:15

-| Apprentissage : Zofuku |-
.1.

Amplifier ses pouvoirs, amplifier ses capacités, rien que la force de notre puissance mental et physique réunit sous l’appellation commune de Chakra. Voilà un doux rêve, rêve que caresse et sont capables de réaliser ceux qui vouent leur apprentissage au Ninjutsu. Bien entendu elle avait ouïe dire que l’amplification des capacités était aussi utilisée en Genjutsu qu’en Taijutsu. Autrement dit, et pour faire un peu le bilan de tout ça : si vous n’étiez pas capable d’amplifier votre puissance, vous ne pouviez pas atteindre la puissance moyenne des autres Ninjas de votre ordre ou des ordres différents. Et ça, Shijima Seika, Chuunin de Kumo, ne pouvait pas se le permettre. Sa position hiérarchique faisait d’elle et des autres Chuunin des piliers moteurs importants pour le village, principalement en termes d’éducations, car les Chuunin pouvaient devenir Instructeurs à l’académie, et ainsi entrainer les générations futures. Mais aussi, et c’était le cas de la jeune femme, être envoyés en mission. Et être envoyés à l’extérieur du village, où les dangers étaient bien plus nombreux qu’en son sein. Seika se devait donc d’être au top de sa forme, et surtout de ses capacités pour affronter le monde extérieur qui avait déjà été si violent avec elle : pour ce qui était de ce qu’elle avait vécue dans le village, à bien y regarder ça n’avait pas été si violent que ça, surtout une longue suite de nuit de solitude mais mise à part ça, et le traumatisme de son arrivée à Kumo de sa jeunesse.

Le lendemain de sa seconde mission de rang D effectuée depuis son passage au grade Chuunin, Seika c’était rendue au centre des missions, pour apprendre que le salaire comprendrait dorénavant les gains des missions, et qu’elle ne serait plus payer au jour le jour de ses missions. De plus, en rentrant chez elle, elle avait trouvée un papier lui annonçant que toutes les équipes étaient à présent dissolus, et qu’elle pourrait se rendre à l’académie Ninja dans trois jours pour intégrer le nouveau système des équipes par mois qui venait d’être mis en place par le bureau de l’Intendant. Dommage, mais en même temps ça ne lui faisait pas grand-chose de devoir se séparer de cette équipe. Elle serait bien resté avec Sho ça c’était clair, mais bon, le diner, la mission… Tout ça avait été très rapide. Et puis il y avait eu cette petite histoire avec Sakura puis sa mission au bar du Repère Bleu. Seika, installée sur une pierre du lac Karas laissa les souvenirs de cette nuit remonter à la surface, vifs et électrisants : comment pouvait-elle être capable de faire ce qu’elle avait faite ? Elle arrivait presque à se rappeler le Piano sur lequel elle avait apprise à jouer toute petite, mais tout restait voilé derrière un brouillard insondable, qu’elle savait inattaquable par ses propres moyens. Tout ça datait de trop longtemps, de bien trop longtemps, et il y avait eu beaucoup d’autres souvenirs depuis. Bref, elle abandonna cette réflexion et reprit, le dos droit, en tailleur, sa concentration.

La jeune femme était ici pour apprendre la maîtrise de ce qui ferait d’elle une Kunoichi redoutable et redoutée : la technique de l’Amplification de puissance, ou Zofuku. Technique presque basique du répertoire Raiton des pratiquants de Ninjutsu du village, elle n’en restait pas moins « la » technique à posséder pour être capable d’allier puissance et précision avec les attaques éclairs de la foudre. Attaque éclair, c’est le cas de le dire. Curieuse de ce message reçu sur la dissolution des équipes, Seika s’était rendue à l’académie prendre une ou deux informations, que l’on n’avait pas pu lui donner car le projet était en cours et ne serait achevé que le surlendemain, un jour avant sa mise en application. De ce fait, Seika n’avait rien à faire de sa journée, et puisqu’elle était à l’académie… La jeune femme était allez s’installer à la bibliothèque, pour trouver une nouvelle technique de Raiton à acquérir. Et voilà, l’après-midi même, elle se trouvait ici, aux abords de l’un de nombreux lacs en altitude des montagnes de Kumo. Les récentes pluies, et orages, avait légèrement fais débordés le lac, et la jeune femme avait donc marché sur l’eau, au sens propre, pour atteindre son rocher de réflexion favori, un peu au milieu de la flotte du coup. Et là, doucement, elle c’était mise à malaxer son Chakra, pour se préparer à cette nouvelle épreuve qu’était l’acquisition de l’Amplification. Certes, l’apprentissage de n’importe quelle technique était une épreuve, étant donné les risques que l’utilisateur encourait parfois à leurs utilisations, mais là encore plus que d’habitude, elle devait y aller doucement. Après tout elle ne se souvenait que trop bien de la catastrophe qui avait failli avoir lieu à cause de son utilisation trop hasardeuse du Siphon de Chakra, sur elle-même par-dessus le marché ! Non, non, non, elle devait y aller plus prudemment cette fois, pour cette technique qui, avec les nuages bris et bas au-dessus de sa tête, pouvait déclarer un nouvel orage en claquant des doigts

L’Amplification, technique du Rang C, permettait de projeter son Chakra autour de soi, et de saturer l’air d’électrons libres, qui attiraient et venaient se greffer aux éclairs et aux autres attaques électriques. Cette technique dépendait entièrement de niveau de puissance de l’utilisateur, et de sa maîtrise de son propre Chakra. Pour Seika actuellement, ce n’était pas la maîtrise mais le niveau de Chakra qui laissait à désirer. Aussi se préparait-elle mentalement à partir en courant si sa première expérimentation de la technique marchait mal. C'est-à-dire aussi, qu’elle devrait lancer une attaque après avoir utilisé l’Amplification pour vérifier que sa puissance était effectivement augmentée. Sa seule attaque actuellement, c’était Raiton Daishino, l’Eclair Fendu, et elle savait pour l’avoir déjà bien expérimenté, que la technique était capable de faire mal. Alors il n’aurait pas fallu que par inadvertance, elle retourne cette attaque contre elle par exemple.

C’était le moment de se lancer, comme on dit, c’est toujours le premier pas le plus dur à faire.

Les yeux fermés, elle effectua de tête les signes de la technique qu’elle avait mémorisée sur le parchemin traitant de l’Amplification à l’académie, et relâcha son Chakra autour d’elle. Elle le sentit immédiatement sur sa peau, et dans l’air autour d’elle : tout semblait avoir été chargé d’électricité tout d’un coup. Heureusement la jeune femme avait prévu le coup cette fois, et ses cheveux, cachés sous sa veste de cuir longue, était retenu à son cou par un petit ras-le-cou en tissu noir, donnant à son crâne une forme très sphérique, presque ovale, et surtout avec une silhouette étrange et presque inhumaine dans un sens. Mais peu importe à quoi elle ressemblait, le plus important était qu’elle ne voit pas ses cheveux se dresser peu à peu sur son crâne pour lui donner l’allure d’un hérisson ! Lorsqu’elle détacha ses mains l’une de l’autre, son annulaire frôla son majeur, ce qui lui envoya une petite décharge électrique. En tout cas, c’était peut être une technique de rang C, mais elle pouvait devenir un atout de puissance sans égale à haut niveau. Seika sourit, rouvrant les yeux, et imaginant les effets de cette technique le jour où sa puissance atteindra celle de ses Sensei par exemple. Il n’en avait jamais vu aucun utiliser cette technique, mais elle était sur que ça devait valoir le coup d’œil. Et puis, si un Shinobi ne réussissait pas dans la carrière Ninja, il pouvait toujours se recycler en forain, et faire des petits tours en montrant des techniques de Ninjutsu, parce que ça valait vraiment le coup d’œil. Mais malheureusement pour eux, et heureusement pour le village, ce genre de personne était bien souvent des déserteurs, et étaient vite rattrapés et éliminés, pour éviter tout diffusion des techniques du village dans la nature et parmi les civiles. Qui n’aurait pas souhaité commander à la foudre après tout ? Car la foudre, plus que le feu, l’eau, le vent ou la terre, c’était l’arme divine, la matérialisation de la colère la plus violente de la nature à l’état brute. Bien entendu un tremblement de terre pouvait faire plus de dégâts, mais l’on pouvait considérer que la Création se servait de ces cataclysmes pour punir les hommes, lorsque ceux-ci restaient sourds aux tempêtes, aux tornades, au débordement des eaux ou encore aux incendies lorsque l’été battait son plein. Et peut être par hasard, la nature avait donné aux Hommes les moyens de se servir d’elle, à des fins souvent meurtrières. La plupart des guerres avaient été rythmés par les utilisations par les puissants des Ninjutsus les plus monstrueux et destructeurs… Et c’était cette voie là que la jeune femme empruntait, et continuait de parcourir : la voie de la puissance, menant au-delà des limites humaines, au-delà de sa propre nature, jusqu’à atteindre le réel pouvoir de contrôler les cieux, et leur puissance destructrice. Bien entendu Seika n’écartait pas la possibilité d’accéder un jour à des Ninjutsus d’autres villages, mais ça c’était une possibilité sur laquelle elle ne devait pas se baser pour la suite de sa carrière, car les villages cachés gardaient soigneusement leurs secrets…

Shijima, après ce petit intermède de réflexions, se leva et joignit de nouveau ses mains, sans recevoir de décharges électriques. Comme à son habitude, le lac Karas était entourés de bon nombre de corbeaux qui faisaient son nom. Et vu qu’une partie du lac avait débordé sur la plage, la jeune femme ne voyait pas d’autres… Ah si ! Il y avait bien ce grand rocher là-bas, au milieu de l’eau. Il s’agissait d’un pic énorme, et l’on aurait pu croire à y regarder, qu’il s’agissait de la pointe tombé là d’une montagne des environs dont le sommet semblait avoir été brisé par la foudre. Sa cible était à dix mètres, mais ça semblait être encore assez prêt à la Kunoichi, pour tester sa technique. La jeune femme effectua une nouvelle série de signe avec dextérité, et un trait blanc se matérialisa au-dessus d’elle. Mais ce faisant, elle sentit toute l’électricité autour d’elle se dissiper. Peut être que la technique venait de l’absorber ? L’éclair tomba sur un rocher en face d’elle, et rebondit vers le pic rocheux du milieu du lac. Lorsqu’il l’atteignit, il y eut un grand « clac » comme si l’on venait de claquer une porte, suivit d’un « plouf ». Apparemment la technique l’avait entamé, en n’arrivant qu’un petit morceau de roche. Seika ne savait pas trop si elle avait réussit à augmenter la puissance de son Raiton, aussi décida-t-elle de lancer la même technique sans avoir utilisé au préalable l’Amplification, qu’elle ne sentait de toute façon plus actif autour d’elle. Le nouveau trait lumineux ainsi créé frappa le pic rocheux à côté du premier, provoqua une blessure dans la roche de même intensité et profondeur que la première. Visiblement, elle n’avait pas réussit à combiner les deux techniques. Elle avait du rater quelque chose.

En fait c’était au moment où elle avait utilisé son Chakra pour lancer la seconde technique, que la première avait disparue. Cela vouait-il dire qu’elle devait réussir à maintenir l’Amplification dans l’air, tout en lançant ensuite une autre technique ? Ca relevait le niveau d’un seul coup. Mais ce n’était pas si différent de l’utilisation du Siphon de Chakra avec une autre technique après tout à bien y regarder. Sauf qu’au lieu de mélanger les deux techniques, il devait lancer la première, la maintenir, puis lancer la seconde. Ce qu’elle s’attela à faire, alors qu’il devait être quinze heures de l’après-midi, et qu’elle n’avait même pas déjeuné. Pas que ça ait une valeur quelconque pour la suite de savoir ça, mais tout de même, elle pourrait faire plus attention à elle quoi…

Après c’être réinstallé en tailleur, la jeune femme qui portait pour l’occasion la même tenue que lors de sa sortie pour la mission de rang C effectuée dernièrement, se remit à malaxer son Chakra. L’énergie tournait et tournait en elle, s’amplifiant d’elle-même. Et sans s’en rendre compte, elle effectua une Surcharge de son Chakra qui, lorsqu’elle le relâcha, fût encore plus puissant, pour la même dépense en Chakra pourtant. Shijima garda dans un coin de son esprit le lien qu’elle devait garder avec la technique, et continua de laisser se diffuser son Chakra autour d’elle, comme un parfum. De petites nuages d’électrons se formaient ça et là, tandis que la Kunoichi se relevait, sentait bien mieux l’électricité battre comme le cœur d’un dieu, autour d’elle. Cette puissance qu’elle déployait, avait quelque chose d’effrayant pour une part d’elle : jamais elle se serait vue, quelques années en arrière, capable d’accumuler autant d’énergie un jour. Et pourtant la réalité était là, elle devait l’accepter, faire avec, et surtout ne pas rester sur cette peur et la dépasser, car Shijima n’était qu’une Chuunin, une Kunoichi de classe moyenne, et cette technique d’une puissance qu’elle-même n’avait jamais atteinte restait « faible » pour bien des Ninjas.

Après une nouvelle série de signe, elle matérialisa un nouveau trait de lumière dans les airs, d’une taille et d’une luminosité bien plus importante. Les particules électriques en gravitation autour d’elle ne disparurent pas et vinrent se greffer à la technique qui, après avoir rebondit sur le premier rocher pour foncer sur celui planté comme une tour au milieu du lac, vint le pourfendre aussi violement que la première fois qu’elle avait utilisé cette technique, en frappant des rochers qu’elle avait réussie à pulvériser. Là, ce ne fût pas moins que le pic lui-même, qui céda. L’éclair ne l’avait pas pulvérisé bien sur, mais la décharge électrique, adressé cette fois à gauche du premier impact, avait créé une fissure tout autour du bloc de pierre, qui céda sous son propre poids. Seika regarda le résultat, les yeux ronds, tandis que tout autour du lac s’élevaient les croassements d’indignations des corvidés : encore cette femme en train de faire n’importe quoi ! En tout cas, l’utilisation de la technique était une réussite…

Mais à quoi allait bien lui servir cette puissance ? C’était la seule question resté en suspens dans son cœur en cet instant, tandis qu’un sourire naissait sur son visage : elle avait encore envie de voir ça !

.Fin.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Sam 10 Oct - 20:06

[ Seika : +10 XP - Technique validée ]

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Jeu 15 Oct - 10:50

-| Apprentissage : Chakra no Hono & Mukou Sakai |-
.1.

Seika fit tourner le robinet d’eau de sa salle de bain. Ses mains formèrent une coupe, qui recueillit la dite eau, qu’elle porta ensuite brusquement à son visage, s’en aspergeant. L’eau froide de bon matin, rien de mieux pour te réveiller une jeune femme endormie. Certes il n’était encore que sept heures du matin, mais la journée appartenait à ceux qui se levaient tôt. Et ses objectifs du jour, ne consistait en rien d’autre que deux apprentissages. Bien entendu pour tout ce qui était théorique, elle n’avait pas de difficultés particulières. Par contre, quand il s’agissait de mettre en pratique… C’était comme tout, il fallait s’entrainer jusqu’à y arriver. Seika prit une serviette qui pendant à côté du lavabo et se s’essuya le visage avec douceur, avant de rouvrir les yeux et de se regarder dans le miroir : ses iris n’étaient plus dilatés, et le blanc de ses yeux n’était de nouveau de manière immaculée. Elle avait assez pleuré, à présent Shijima devait agir. Deux jours après son anniversaire, et les événements tragiques qui c’étaient déroulés ce jour là, marquant son subconscient pour toujours aussi facilement que le jour de cette mission, la Kunoichi était de nouveau d’attaque, même si sa détermination était bien différente à présent.

Pouvait-elle réellement se fier aux paroles de Xang ? Certes de son point de vu, le village l’avait trahi, mais était-ce le cas de la jeune femme aux cheveux d’ébènes ? Pas vraiment, même s’il était vraisemblable qu’elle ait quelque chose à rapprocher aux autorités : à savoir l’accès à son propre dossier. La veille, elle était allez au Temple pour demander à consulter le dossier la concernant. On lui avait répondu que compte tenu de la situation, et de l’enquête en clôture concernant le meurtre classé involontaire du Genin Xang Quotsuara, elle n’aurait pas accès à ses fichiers. On lui ajoutant aussi d’un air plus personnel et confidentiel qu’elle était dans la ligne de mire du Conclave, et qu’elle devait se tenir à carreau en faisant le moins de vagues possibles. Resté cloitrée toute l’après-midi qui avait suivi dans son appartement, elle avait finalement pris la décision de suivre un nouveau fil conducteur : celui de la puissance. Xang, avait raison, sur un point : Seika ne devait pas faire confiance aux autorités. Mais elle ne devait pas avoir un comportement trop suspect non-plus, aussi avait-elle repris sont idée de se remettre à un apprentissage plus intensif. Son niveau, bien qu’honorable, n’était que celui d’une Chuunin encore fraichement promue. Et les quelques techniques qu’elle avait apprise depuis ne suffisait pas à assurer sa propre sécurité.

Contrairement à ce que l’on aurait pu penser d’elle, Seika était de ceux qui prônent l’attaque comme la meilleure des défenses. Incroyable non ? Pour une femme aussi neutre et peu impliquée qu’elle. Mais rien ne l’empêchait de trouver une technique défensive bien-entendu, et elle avait sa petite idée sur la question. Il existait en effet deux parchemins de Ninjutsu à l’académie traitant de ce que l’on aurait pu grossièrement nommer des « techniques », bien qu’il s’agisse vraiment plus de capacités que de techniques. La première des deux capacités se nommait Chakra no Hono, la Protection de Chakra : cela consistait pour l’utilisateur à créer comme un rideau de Chakra l’entourant, comme une grille, non pas pour s’emprisonner, mais pour se protéger des attaques visant à diminuer son Chakra. Une capacité subtile, qui pourrait lui sauver la vie qui sait, car sans Chakra elle n’était plus rien qu’une femme sans défense. La seconde se nommait Mukou Sakai, Au-delà des Limites : là l’idée de capacité était totalement présente, car il s’agissait pour l’utilisateur d’être capable, malgré une diminution totale de Chakra de son corps, de rester d’une, conscient, de deux de puiser dans sa propre force vitale pour continuer à se battre. Une capacité redoutable, mais qu’elle ne pourrait pas acquérir toute seule : il lui fallait une aide extérieur pour la maîtriser. Et oui parce que se battre contre des rochers, ç allait bien un moment.

La Kunoichi finit de laver son visage avant de retourner dans sa chambre, la pièce principale de son appartement en somme, et de s’y habiller. Vu que l’hiver approchait, il devait encore faire nuit dehors et le froid devait commencer à s’installer. Aussi opta-t-elle pour des vêtements chauds : robe blanche (une nouvelle puisqu’elle avait bien brûlé celle qui avait été couverte de sang comme prévu), mitaines noires, pull à col roulée en coton blanc et collants noirs, avec des sous-vêtements un peu « sexy » que d’habitude -Seika aimait bien porter des belles choses mine de rien-, tout ça complété par des bottes en cuirs noires. Ainsi vêtu et prête à affronter le monde, elle se ravisa, la main sur la poignée, et tourna les talons pour saisir son bandeau Ninja sur son étagère : tout devait paraitre normal. La jeune femme installa le bandeau autour de son cou, et laissa ses cheveux d’ébènes retomber sur ses épaules avec délicatesse. On n’aurait pas cru en la regardant, qu’elle portait en elle les souvenirs des morts de trois personnes à présent. Mais à y réfléchir, le reste du monde se prévalait et se vantait de tellement plus d’atrocités… Elle, avait déjà un poids sur le cœur énorme rien qu’avec trois morts. Peut être était-elle trop sensible pour devenir Kunoichi. Mais paradoxalement, une Kunoichi axée sur les attaques et la puissance des éléments et de la foudre ! Je sais ce n’est pas très clair tout ça, autant pour vous que pour Seika d’ailleurs. Cette dernière soupira et se détourna de la glace près de l’entrée qui lui avait permit d’attacher son bandeau sans trop galérer. La porte claque faiblement derrière-elle, lorsque le cuir de ses chaussures crissa au contact du bois froid de l’étage. Bien que l’affaire ne ce soit pas ébruitée de façon visible, beaucoup de personnes étaient au courant de ce qui c’était passé, et les professeurs du jeune Genin mort avaient surement envie de lui reprocher d’avoir joué le jeu du jeune homme et de l’avoir tué comme il le désirait. Ina était au courant… Et aussi incroyable que ça puisse paraitre, elle lui avait un grand cadeau pour la consoler : elle s’était levée de sa chaise derrière la fenêtre, et était montée la rejoindre, malgré ses grandes difficultés à marcher.

Quand à Sakura, elle était venue elle aussi. Il n’y avait pas eu besoin de mots avec elle, un simple regard et la Kunoichi Médicale avait comprit, que Seika ne désirait pas en parler plus que ce qui avait déjà été dit, et que ceci était une nouvelle croix à porter avec elle. Malgré ceci, Seika évita de descendre et passa par le toit pour se diriger vers le centre du village : elle avait besoin de se plonger dans autre chose que les relations humaines pour tenir le coup. Comme dit précédemment, le but de la journée serait d’apprendre à utiliser deux techniques ou « capacités ». Et ceci ne pouvait pas se faire en solo, aussi la jeune femme avait-elle contacté l’un de ses anciens professeurs de l’académie, qu’elle n’avait pas revue depuis longtemps, pour lui demander de l’entrainer aujourd’hui. La jeune femme arriva donc sur le lieu du rendez-vous, à savoir une ruelle apparemment déserte de si bon matin. Apparemment… Car deux hommes sortirent d’une sorte de magasin aux rideaux à peines ouverts. Le premier des deux, les cheveux un peu en bataille, semblait avoir été tiré du lit, et baillait. Le second, cheveux longs et aussi noirs que ceux de Seika, souriait d’un air jovial et semblait très content. Habillé de noir, de cuir, et de chaînes, c’était cet homme qui, malgré les apparences, avait la trentaine bien passée à présent, devait enseigner à la jeune femme aujourd’hui. Un maquillage noir entourait ses yeux, et il lui fit un grand sourire en la découvrant.

[Seika] « Shinzo-san, vous devriez arrêter de le tirer du lit tous les matins. »

[Shinzo] « Mais voyons Seika-chan, je suis son meilleur client, j’ai bien droit à un traitement de faire non ? Je n’ai pas le temps après les cours, alors je dois trouver un moment pour passer le voir ce cher Tenji ! »

[Tenji] « Oui mais, je peux retourner dormir maintenant ? J’aimerais finir ma nuit encore une heure ou deux… »

[Shinzo] « Oui tout ce que tu veux vieux, allez va donc pioncer ! »

[Seika] « Désolé qu’il t’ait fait lever si tôt Tenji, c’est de ma faute… »

[Tenji] « Ne sois pas désolé Shijima-san, je te pardonne ma toute belle, bonne journée à vous ! »

Tenji, le coiffeur le plus réputé du village, leur adressa un signe de la main en baillant et se retourna vers son magasin qui était en fait un salon de coiffure. Shinzo Magane lui adressa un petit signe de la main en retour et Seika inclina la tête vers lui. Le gars aux cheveux noirs était un Chuunin Instructeur de l’Académie, qui avait voué sa vie à devenir ce qu’il était aujourd’hui : le meilleur professeur de Ninjutsu de Kumo. Lorsque Seika n’était encore qu’étudiante, c’est lui qui l’avait un peu pris sous son aile et l’avait poussé à s’orienter vers le Ninjutsu pour lequel elle avait de bonnes capacités. Il n’était alors qu’un jeune professeur, mais il présentait déjà ses premiers signes d’excentricités qui faisaient de lui… Ce qu’il était aujourd’hui : un homme obnubiler par son apparence, et pour qui la vieillesse serait un mal d’une intensité rare. C’était aussi lui qui avait initié Seika aux soins capillaires, et en fait c’était en se lavant les cheveux l’avant-veille qu’elle avait repensée à lui. Elle savait qu’il était un peu lourd et bizarre en dehors des cours, d’après les échos qu’elle avait entendue de lui, mais malgré ce trait de personnalité étrange, il n’n restait pas moins un très bon professeur, et pour cette raison elle lui pardonnait volontiers ses écarts de conduites. Et puis il avait répondu immédiatement et positivement à sa demande, elle n’allait pas tout de suite se remettre à mal le considérer parce qu’il parlait comme l’adolescent qu’il était resté dans sa tête…

[Seika] « Merci Shinzo-sensei, d’avoir répondu aussi vite et favorablement à ma demande. Dit-elle en s’inclinant. »

[Shinzo] « Allez laisse tomber le protocole Seika-chan, tu es une Chuunin, comme moi, t’as plus besoin de me donner du Sensei à tout va vraiment. Au fait t’as l’air d’avoir bien suivi mes conseils, t’as des cheveux magnifiques, mais ils commencent un peu à fourcher, tu devrais passer voir Tenji dans la semaine. »

[Seika] « Je n’y manquerais pas Shinzo, tu as l’air d’être en forme. »

[Shinzo] « C’est à l’idée d’aider une ancienne étudiante, ça me met dans tous mes états ! Au fait, c’était quoi déjà que tu voulais apprendre ? Il se passa la main dans les cheveux, semblant réfléchir, puis déclara. Quoique non attend, on en parlera sur le terrain d’entrainement. C’est quel endroit déjà où tu vas toi ? »

[Seika] « Le Site n°9, Lac Karas. »

[Shinzo] « Ah oui le repère aux piafs ! Ok. Il effectua quelques signes avant de déclarer. Et bien rejoint-moi là-bas dans ce cas, je pars le premier ! »

Son professeur disparu dans un nuage de fumée blanc : une technique pour se téléporter, pratique pour se déplacer il fallait bien le dire. Sauf qu’elle aurait bien aimée cheminer avec lui sur le chemin. Enfin il était comme : pire qu’un adolescent parfois, et ne s’en rendant même compte. Enfin quoi on n’abandonne pas une femme à sept heures trente minutes du matin comme ça, ça se faisait pas ! Mais elle aurait eu beau le lui crier, ça n’aurait rien changé à son comportement déjà bien trop ancré en lui. Et malgré qu’elle se retrouve du coup à devoir se rendre toute seule jusqu’au lac Karas, Seika ne put s’empêcher de sourire : elle devait bien être une des rares personnes à bien s’entendre avec le professeur, ou du moins à ne pas l’envoyer bouler au bout de deux minutes. La Chuunin se mit en route, traversa les dédales de ruelles pour emprunter des sentiers qu’elle connaissait bien.

Au détour d’un virage, elle se retrouva à l’intersection où elle avait rencontré Xang, et où, sans s’en rendre compte, elle avait été prise dans un Genjutsu lancé par le Genin pour la pousser à se diriger vers un cul-de-sac. Seika secoua la tête se frotta vigoureusement les bras pour se réchauffer : comment il faisait l’autre alors qu’il était limite sans rien sur le dos, pour pas avoir froid hein ? Réponse que bon nombre d’étudiants c’étaient un jour posés, et qui n’avait jamais trouvé de dénouement.

-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-

[Shinzo] « Tu sais Seika, je veux bien t’entrainer moi, mais il faut que tu y mettes du tien où on va pas s’en sortir vraiment ! »

[Seika] « Et je fais quoi depuis tout à l’heure hein ?! »

[Shinzo] « Alors là bonne question… Il se gratta la tête, une main sur la hanche. Tu prends la pause ? »

[Seika] « Rah ! »

Shijima poussa un cri d’exaspération avant de relâcher sa concentration et de s’accroupir pour souffler. Cinq heures ! Cinq ! Qu’ils étaient sur la Protection de Chakra, et rien n’y faisait. Même son professeur trouvait qu’elle le faisait exprès. Alors que ce n’était absolument pas le cas ! Seika l’avait pourtant dit, que la pratique et le théorique étaient deux choses très différentes pour elle, et que l’apprentissage de l’un ne lui permettait pas toujours de maîtriser l’autre. La preuve avec le Bouclier de Foudre qu’elle essayait de maîtriser seule : impossible pour elle de se créer un champ de force corporel, alors qu’elle était capable de projeter des particules d’électrons libres pour une Amplification. A croire qu’elle ne pouvait réellement qu’apprendre des techniques offensives. Mais se limiter à ça aurait été un très mauvais calcule stratégique et elle le savait ! Sans technique défensive, si jamais elle se retrouvait contre des Ninjas offensifs comme elle… Ce serait au plus bourrin des deux, et au plus malin aussi. Tout ce que la jeune femme pouvait espérer faire pour s’en sortir dans ce cas là, c’était de tenir à distance ses adversaires avec la foudre de ses Raiton. Et à ce niveau là aussi, elle manquait de capacités offensives ! Au finale elle manquait de tout, et c’était exaspérant, autant pour elle que pour son frère.

[Shinzo] « Quand je pense à l’élève studieuse que tu étais ! Qu’est ce que tu as foutu pendant dix ans hein ?! Du tricot ? »

[Seika] « … Non. Elle prit une inspiration et se calma. Réexpliquez moi une dernière fois je vais y arriver je vous assure. »

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Jeu 15 Oct - 14:21

-| Apprentissage : Chakra no Hono & Mukou Sakai |-
.2.

[Shinzo] « Bon ok... L’homme aux cheveux noirs soupira. Un utilisateur du Ninjutsu a toujours besoin de son Chakra, en fait il arrive que nous le malaxions nuit et jour inconsciemment. C’est un processus normal que tu vas acquérir rapidement avec l’entrainement. Mais ce Chakra nous avons autant besoin pour nous battre que pour vivre, aussi nous devons en prendre soin. Tu sais comment s’échappe le Chakra du corps pour matérialiser une technique de Ninjutsu non ? Il s’échappa par les pores de la peau et se condense sous ta maîtrise des techniques et des flux d’énergies. La Protection de Chakra, c’est tout simplement l’inverse : au lieu de laisser ton Chakra s’évaporer, tu le retiens en toi en fermant les pores de ta peau, et en n’en laissant que quelques-uns pour continuer de te battre tout de même ! Ainsi lorsque tu reçois je ne sais pas moi, un Siphon de Chakra par exemple, si l’attaque te touche, ok tu vas avoir mal, mais tu ne te feras pas exploser ton Chakra par la même occasion tu comprends ? »

[Seika] « Oui je comprends je ne suis pas idiote… Dit-elle en sachant très bien que la réparti allait tomber. »

[Shinzo] « Je commence à me le demander justement… Bon, t’as réussi à faire la première moitié du travail : fermer les pores de ta peau. Mais tu dois en laisser quelques-uns d’ouvert pour te battre ! Sinon c’est comme si tu t’enfermais toi-même en taule : tu ne pourras plus te battre et tu te feras tuer tout simplement. Si jamais ça arrive tu ne pourras t’en prendre qu’à toi. »

La Kunoichi savait qu’il avait raison, mais il y avait des façons de le dire : ce qu’il pouvait être lourd parfois. En effet depuis les cinq qu’avait débuté l’entrainement, vous imaginez bien que la Chuunin n’avait tout de même pas chaumé ! Le gros de la capacité, elle la maîtrisait, mais dans le détail, comme le disait Shinzo, si elle n’était plus capable de se battre après avoir utilisé cette technique, celle-ci serait comme une action suicide. La jeune femme inclina la tête, résolue, et se remit en position, les mains jointes, concentrant son Chakra en elle.

[Shinzo] « Préviens-moi quand tu veux réessayer. »

Oh mais tais-toi tu vois bien que j’essaye de me concentrer ? Mais elle devait bien se dire que pour réussir, et savoir si elle avait bien refermer les pores de sa peau… Elle devait être attaquée ! Aussi depuis tout à l’heure, se prenait-elle des décharges de Raiton toutes simples accompagnés de Siphons de Chakra. Au début ça allait, mais à force elle commençait vraiment à avoir mal. Finalement elle avait réussi à bloquer l’attaque. Mais lorsqu’il lui avait demandé de créer une technique à présent, comme un Bunshin : impossible de faire sortir son Chakra de son propre corps une fois les pores de la peau fermés ! Et pour cause, ils étaient « tous » fermés ! Shijima sentit son Chakra se remette à tourbillonner en elle rapidement, avec une certaine facilité il fallait bien le dire : à force en effet, elle améliorait encore sa maîtrise du Chakra. Ses Tenketsu baignaient dans le Chakra de Seika, tandis qu’en face d’elle, Shinzo Megane venait de se rassoir sur une pierre, un peigne à la main, s’occupant de ses cheveux tandis qu’elle se concentrait. C’était facile pour lui ! Brusquement, la concentration en Chakra augmenta, comme un rayonnement intérieur de la jeune femme. Un à un, les pores de son corps se fermèrent. Mais cette fois, elle arrêta le processus au niveau de ses mains, laissant les pores ouverts, enfin c’était ce qu’elle pensait. Cela faisait déjà trois essais qu’elle disait qu’elle avait réussie à garder des pores ouverts, et que finalement ils étaient fermés. Mais à quoi cela pouvait-il être du ?

[Seika] « C’est bon, tu peux envoyer le jus. »

[Shinzo] « T’es sur ? »

[Seika] « Vas-y je te dis, je veux vérifier quelque chose… »

Shinzo soupira et délaissa sa brosse et ses cheveux pour se relever et venir face à la jeune femme, à quelques mètres en face d’elle. Il se mit en position et effectua rapidement quelques signes pour créer un éclair élémentaire de Raiton, basique et de faible puissance, mais auquel venait s’ajouter un peu plus de son Chakra qui exploserait au contact du corps de la jeune femme, consumant sa propre énergie. L’éclair se refléta dans ses yeux marrons-rouges, et elle sentit son corps se raidir en prévision du choc électrique. C’est alors qu’elle eu un tilt, et qu’au lieu de se raidir, elle attendit l’attaque qui la frappa de plein fouet, la faisant tomber à genoux. Son flux de Chakra n’avait été perturbé que par la décharge physique du Jutsu, mais apparemment elle n’avait pas perdu d’énergie. Tremblante, Seika se remit sur ses jambes, et reprit sa position initiale, les mains jointes, avant de faire quelques signes à son tour. Un trait blanc se matérialisa tellement brusquement dans les airs, que son professeur n’eut pas le temps de l’esquiver. Il fût à son tour frappé de plein fouet par la technique de la jeune femme, et recula sous le choc. Sur son visage, outre la surprise et un peu de douleur, on lisait surtout de la satisfaction.

[Shinzo] « Je vois que tu as trouvé le problème toute seule on dirait. »

[Seika] « Tu savais très bien quel était mon problème hein ? »

[Shinzo] « Bien sur, je connais mes élèves tout de même ! »

[Seika] « Ahlala… La jeune femme se redressa et souffla, un peu fatigué par l’entrainement malgré tout. Oui j’ai compris qu’elle était le problème. Au moment de l’impact, inconsciemment, mon corps se retranchait sur lui-même par peur de la douleur, et du coup la Protection de Chakra recouvrait automatique tout mon corps, ne laissant pas les pores que je désirais ouverts. »

[Shinzo] « Exact, et se faisant tu ne pouvais pas maîtriser cette technique qui repose grandement sur cet inconscient. Pour y arriver tu devais contrôler cette part de toi et tu l’as fais, c’est très bien. Mais il te faut encore progresser dans ce domaine. Mais avant… Il lui fit un sourire gentil, puis se tapota le ventre. J’ai la dalle pas toi ? »

[Seika] « Ahah… La jeune femme laissa un petit rire en secouant la tête, avant de déclarer. Si un peu mine de rien. »

[Shinzo] « Bien, bien, on va aller manger pour reprendre des forces, et ensuite on continuera sur la Protection de Chakra… Par contre… T’es sur et certaine que tu veux maîtriser la seconde technique aujourd’hui ? »

[Seika] « Elles vont très bien ensemble… Apprendre à protéger son Chakra, et apprendre à puiser dans ses réserves une fois celui-ci épuisé. »

[Shinzo] « Je sais tu ne m’apprends rien, mais vu ton état… Enfin celle là je sais que tu y arriveras facilement mais ce n’est pas une raison pour aller t’infliger de telles douleurs alors que tu viens juste de maîtriser la Protection de Chakra ! »

[Seika] « Ne t’en fais pas Shinzo-san, je vais survivre… Son regard se fit plus lointain. Je dois survivre. »

-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-|-

Deux personnes aux cheveux aussi noirs l’une que l’autre étaient installés sur des tabourets devant un petit comptoir. La première, une femme au visage avenant mais au regard froid, et d’une beauté époustouflante, était en train de touiller avec des baguettes ses nouilles contenus dans son bol de Ramens sous son nez. La seconde, un homme au visage toujours agité d’un tic nerveux qui le poussait à essayer de regarder ses cheveux toutes les deux minutes, était lui en train de se servir un verre de saké. Les deux personnes ne parlaient pas, et se contentaient de reprendre des forces. Le marchand et cuisiner, de l’autre côté du comptoir, préparait d’autres plats pour de futurs clients. Il avait bien remarqué les bandeaux des deux personnes : il s’agissait de Ninjas. Et vu leurs âges respectifs, ce n’étaient surement pas des Aspirants ! L’homme avait tout de même l’air bizarre avec ses fringues, rien à voir avec l’ange blanc à côté de lui. Enfin, les Shinobis étaient tous plus ou moins bizarres, il n’y avait rien d’alarmant.

Shinzo prit une gorgée de saké. Seika le surveillait du coin de l’œil : son professeur n’était pas très sortable. Et surtout, si quelqu’un qu’il connaissait s’amusait à lui sortir une remarque sur ses cheveux, il allait prendre la mouche et s’énerver. Et après, d’une il ne resterait plus grand-chose du petit comptoir à Ramens, de deux elle pourrait dire adieu à la seconde partie de son apprentissage du jour : il était très difficile de calmer Megane. Mais ce dernier était de bonne humeur aujourd’hui, et le saké allait arranger les choses, ou les détériorer…

[Shinzo] « Tu sais Seika-chan, je dois t’avouer que j’ai été très surpris de ton message, mais ça me fait bien plaisir de sortir enseigner à l’extérieur pour un cours particulier. »

[Seika] « Tu es le meilleur professeur de Ninjutsu de Kumo, il était normal que je pense à toi. Déjà lorsque j’étais étudiante tu étais le meilleur dans ce domaine. »

[Shinzo] « Eheh oui il parait. Dit-il en toute fausse-modestie. Mais parlons d’autre chose, on dit que tu as eu pas mal de problèmes depuis que tu as quitté ma classe. »

[Seika] « Hum, si on veut oui… Que sais-tu de ces problèmes au juste ? »

[Shinzo] « Ben, pas grand-chose. Faut dire que les autres professeurs n’aiment pas trop taper la causette avec moi autour d’un verre, et mes élèves n’ont pas le droit à la parole pendant mes cours sauf quand je leur pose une question. J’ai entendu dire que ta première équipe avait été presque décimée lors d’une mission en extérieur, et que tu avais été placé en maison de soin. Après plus rien jusqu’à il y a quelques mois où ta prise de ce gang a fait du bruit : certains de ces Genin avaient été mes élèves… Quand je pense qu’ils utilisaient ce que je leur apprenais sur les marchands… Son poing se serra mais il garda son calme. Et puis, un bruit cours depuis quelques jours, comme une rumeur pas très clair, que tu aurais été impliqué dans une bagarre avec un Genin, et que tu l’aurais tué. Je ne le connaissais pas celui-là par contre, je crois qu’il étudiait avec Tasogare, tu sais le roux un peu dragueur sur les bords. »

[Seika] « Je vois de qui tu parles. Et je pense que tu as assez bien résumé ma vie depuis ces dix dernières années… »

Ne sachant pas quoi répondre, et étant aussi peu doué pour réconforter les gens que l’adolescent qu’il était resté en lui, Shinzo se contenta de boire une nouvelle gorgée du breuvage alcoolisé, cherchant quelque chose à dire à la jeune femme. Depuis tout à l’heure il voyait bien qu’elle était perdue dans ses pensées… Mais que pouvait-il y faire ? Il n’avait pas connu ces traumatismes que Seika semblait porter en elle chaque seconde. Et malgré cela, elle restait belle et souriante : c’était une force. Au bout d’une minute, il se versa un nouveau verre, s’éclaircit la gorge, et se tourna vers elle à sa gauche, en levant le dit verre.

[Shinzo] « Je porte un toast, à la plus belle femme de Kumo, et une Kunoichi de talent, qui je le sais, réussira dans ses projets ! »

[Seika] « Eh… Seika pencha la tête de côté, prit son verre d’eau, et le leva aussi. A l’avenir alors. »

[Shinzo] « A l’avenir ! Santé ! »

Tandis que le professeur descendait cul sec son verre de saké, Seika but plus modérément son verre d’eau. Oui, elle espérait pouvoir réussir ses projets, ou plutôt son unique projet : devenir plus forte, bien plus forte. D’une force, capable de briser d’une seule attaque, le sommet d’une montagne. Elle serait l’éclair dans la nuit, la foudre blanche et immaculée, porteuse de destruction. Et l’échos de ses pas se répercuteraient partout, comme une douce rumeur, qui endormirait ses ennemis, et la mettrait à l’abri. Ainsi elle serait assez puissante pour survivre, mais aussi pour aider ceux qui en avaient besoins, ceux qui ne pouvaient pas se défendre. Ainsi elle respecterait sa promesse. Dans un sens, elle ne vivait plus qu’avec cette promesse comme fil directeur de sa vie, mais une petite voie malicieuse lui susurrait alors : « Et après ? ». Et comme toujours elle pensait simplement : « J’aviserais ».

D’une oreille distraite, elle écouta Shinzo se mettre à parler au marchand, en lui disant qu’il devrait passer chez un coiffeur un de ces quatre, parce qu’il avait vraiment les cheveux très gras, ce qu’il mit sur le compte des vapeurs de sa cuisine. La jeune femme à côté de lui mit leva sa main droite jusqu’à son visage et se cacha les yeux, laissant sa tête reposer sur le comptoir sur lequel elle venait de poser son coude : il était vraiment irrécupérable ce type. Comme si elle ne le connaissait pas, la jeune femme continua de manger ses Ramens, pensant à la suite des événements de l’après-midi. Arriver à détourner son énergie vitale pour renforcer l’apport en Chakra, voir pour le remplacer totalement. Elle savait très bien comment fonctionnait le Chakra, et cette pratique, bien que dangereuse pour l’utilisateur, pouvait être utile, ne serait que pour survivre à une perte totale de son énergie spirituelle. Grâce à cette capacité de résistance qu’elle développerait aujourd’hui même, même si son énergie mentale était totalement effacée lors d’un combat, elle pourrait encore puiser dans son énergie corporelle pour fuir, lancer une dernière attaque, ou parer un dernier Jutsu. A côté d’elle, Shinzo semblait avoir fini son repas, et parlait d’une voix forte des vertus des lotions capillaires qu’il utilisait au marchand, qui écoutait poliment, bien que surement lui aussi blasé par le comportement excentrique de cette homme qui dépassait déjà la trentaine depuis un moment… Ils payèrent le restaurateur, et Shinzo lui donna rendez-vous au lac une demi-heure plus tard, le temps qu’il aille justement passer une lotion sur ses cheveux avant l’après-midi…

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Sam 17 Oct - 21:04

-| Apprentissage : Chakra no Hono & Mukou Sakai |-
.3.

Seika plongea en avant et roula sur le sol rocailleux pour se retrouver derrière un rocher du lac Karas. Le lac comptait bon nombre de rochers de grandes tailles polies par les eaux, et ils étaient bien pratiques pour servir de siège, ou alors de protection en l’occurrence. Alors qu’elle se remettait à genoux, elle entendit quelque chose siffler dans l’air, puis le rocher derrière lequel elle était trembla, malgré son poids. Shinzo Megane n’y allait pas avec le dos de la cuillère pour l’épuiser, et lui faire épuiser son Chakra surtout. Il lançait Raiton sur Raiton avec une facilitée déconcertante. Et chacune de ses attaques étaient chargés de Chakra explosif, pour effectuer la technique du Siphon de Chakra, et diminuer jusqu’à sa totalité ou presque son énergie. Car la façon d’après son professeur de réussir à maîtriser le Mukon Sakai en une seule fois, était d’être amené à la limite de l’inconscience pas une diminution peu naturelle du niveau de Chakra. Et, lorsqu’on avait atteint cette limite, y rester, et apprendre là à puiser dans ses réserves physiques. C’était un exercice qui, dans le fond, n’était pas compliqué, et qui se révélait juste dans la pratique dangereux pour l’utilisateur.

Seika fit quelques signes et se redressa pour avoir un contact visuel de sa cible avant de matérialiser un nouvel éclair blanc dans le ciel, qui vint s’abattre sur le sol avant de percuter lui aussi un rocher. Shinzo, lorsqu’il était arrivé au lac Karas après sa petite séance de pouponnage, lui avait proposé de procédé de la manière suivante : ils se tireraient dessus à coup de Raiton jusqu’à ce qu’elle n’ait plus de Chakra. Ce qui impliquait une sorte de petit affrontement entre son professeur et elle, mais le combat était inégal : Shinzo maîtrisait bien mieux son domaine qu’elle. Ce dernier effectua une roulade et sortit à gauche de son rocher. La jeune femme, réagissait au quart de tour et ne s’étant pas de nouveau cachée, renvoya une nouvelle attaque à son professeur, qu’elle atteignit, le faisant éclater dans un petit nuage blanc. Ca par contre ce n’était pas prévu qu’il utilise des Clones ! Avec un petit rire satisfait, Shinzo envoya son Jutsu dans son angle mort et frappa la jeune femme à la hanche, la faisant tomber sur le côté, la moitié du corps parcourus de courants électriques. Malgré la douleur que l’attaque lui procurait, Seika réussit à lancer à l’homme au rire d’adolescent.

[Seika] « Tricheur ! »

[Shinzo] « Qui parle de tricher ? Je n’ai jamais dit qu’on ne pouvait pas utiliser d’autres techniques pour faire diversion Seika-chan, allez relève-toi, il te reste encore du Chakra. »

Shijima se redressa et secoua la tête de droite à gauche pour se remettre les idées en place : elle n’allait pas se laisser faire par cet excentrique ! Mais déjà elle sentait les signes de fatigues dans son corps. Elle ne pourrait pas tenir le rythme bien longtemps, contrairement à Shinzo qui semblait frais comme un pinson. Pourtant là, oui là, le long de le son arcade droite, à moitié caché par ses cheveux… Une unique goute de sueur. Personne n’était insensible à la douleur reçu, aussi souvent, car oui malgré la différence de maîtrise, la Kunoichi était Chuunin, et par la voie des conséquences, capable des mêmes choses que son professeur, lui aussi Chuunin. Bien sur le grade ne voulait rien dire, et servait même de camouflage, de fausse information, pour l’entourage d’un Shinobi. Cela pouvait jouer contre lui, mais cela pouvait aussi lui servir, tout dépendait de la façon d’user des mots et des impressions. Seika effectua une nouvelle série de signes et disparu dans un nuage blanc, tandis qu’un nouvel éclair de Raiton la prenait pour cible. Ce dernier détruisit une nouvelle pierre. La Kunoichi qui venait de se permuter derrière un rocher, continua sur sa lancée et utilisa la même technique que son professeur : Bunshin no Jutsu, ou Technique de Clonage.

Seika sortit de derrière le rocher et courue à travers la zone de combat. Prise pour cible, elle finit par être touché dans le dos par un Shinzo plutôt content de la tournure que prenait les événements. Seika avait grandi, était devenue une femme, mais n’avait pas cessé d’être une Shinobi, et sa maîtrise des Arcanes ne cessait de gagner en puissance. La preuve étant, que la Seika qu’il venait d’atteindre n’était qu’un clone. Un nouveau trait lumineux le frappa à la jambe, le faisant tomber à genoux. L’homme au maquillage noir était capable de sentir les flux de Chakra dans le corps des gens, comme la plupart des Chuunin c’était un art naturel que chacun gagnait avec l’âge et l’expérience. Seika commençait elle aussi à savoir l’utiliser, mais rien de vraiment précis. De son point de vu surement, il ne s’agissait que d’échos lointain des énergies, alors que pour l’expert en Ninjutsu… Il sentait clairement le Chakra courir dans le corps de la jeune femme. Et surtout, il le sentait faiblir, de secondes en secondes : le tout serait d’arrêter cette diminution avant qu’elle ne tombe dans les pommes, parce que dans ce cas il lui serait impossible de lui apprendre à puiser dans ses réserves, aussi doué qu’elle soit.

Le professeur de l’académie de Kumo sentit un petit picotement parcourir sa joue, puis ses mains, et les fins poils noirs de ces dernières se dresser doucement. Seika était en train d’utiliser l’amplification des Raiton : sa prochaine attaque n’allait pas tarder. Et effectivement, bondissant de derrière le rocher qu’elle n’avait pas quittée, la jeune femme, les mains jointes, lançait avec ses yeux des éclairs de rage vers Shinzo. Elle commençait déjà puiser en elle sans s’en rendre compte : ce n’était vraiment pas compliqué. En l’occurrence, et d’après l’analyse rapide de l’expert, la jeune femme à la chevelure d’ébène semblait presque puiser dans ses sentiments, ou son subconscient, la force de continuer à se battre. Cette puissance alimentait son Chakra, et ses Tenketsu continuaient de laisser l’énergie tourbillonner en elle bien plus vite, tout en s’échappant par les pores de sa peau pour ainsi créer la technique d’Amplification. Mais Megane était plus rapide qu’elle, bien plus rapide, et son Raiton ne se fit pas attendre. Cependant Seika n’avait pas défaite ses mains, ni lancé de techniques, et il comprit lorsque l’éclair l’atteignit qu’elle attendait justement d’être prise pour cible, et que son adversaire s’interroge sur son inactivité. La jeune femme disparut dans un nouveau nuage de fumée blanche, et reparu derrière lui. Evidement il était dur de prendre par surprise quelqu’un capable de sentir à l’avance ses adversaires approcher. Malgré l’effet de surprise, Shinzo eut le temps d’effectuer un signe et de disparaitre comme son élève par une Permutation, juste avant que son trait blanc ne l’atteigne, augmenté de surcroit par la puissance de son amplification. Prenant à son tour la jeune femme à revers, il sentit chez elle son Chakra en équilibre, sur un fil mince. Son Raiton suivant le rata pas sa cible, et le Chakra bascula du mauvais côté. Shijima se retrouva presque entièrement vidé de sa réserve en quelques secondes. Shinzo tendit les bras, et la retint, alors qu’elle basculait en arrière. Le Chakra était l’incarnation même de l’énergie des individus retransformés, et sans lui, l’individu était vidé de ses forces.

Mais pas quand on connaissait le moyen d’en recréer à partir de son propre corps. La tête de la jeune femme sur ses genoux, retenus de ses mains sur ses épaules par son professeur aux yeux noirs, Seika n’entendait qu’à moitié ce qui se passait autour d’elle. Le flux sanguin avait ralenti dans son corps en même temps que la diminution du Chakra, et ses yeux voyaient les choses presque avec un temps de retard. Comme si elle était la tête plongée dans l’eau, les mots de son professeur lui arrivaient diminués, flou, diffus…

[Shinzo] « Seika-chan tu… Dois… Chakra… Concentrer… Vitale. »

Je ne comprends rien à ce que tu dis Shinzo, laisse-moi dormir maintenant. C’est ce qu’elle pensa, mais aucun son ne sortit de ses lèvres. Son champ de vision se rétrécissait, devenant noir sur ses extrêmes. Elle n’allait pas tarder à tomber inconsciente. Qu’est ce qu’elle foutait là déjà ? Ah oui, elle s’entrainait avec ce gamin de Shinzo. Gamin oui, malgré qu’il est quoi, trente quatre ou trente cinq ans ? Elle lui avait demandé de lui apprendre un truc, mais quoi déjà. La voie de moins en moins audible de Shinzo retentit encore une fois, et dans ses yeux elle lisait une certaine appréhension de la situation, comme s’il savait que ça allait se passer comme ça.

[Shinzo] « Force… Physique… Puiser… »

Puiser dans ma force physique ? Mais elle n’arrivait plus à bouger. Comment pouvait-elle faire ? C’est alors qu’elle se souvint de ce qu’elle voulait apprendre : Au-delà des Limites. Et bien ses limites, Shijima les avaient atteintes, mais elle doutait fortement de pouvoir les dépasser. Oui elle se souvenait de ce qu’il avait dit : puiser dans sa force physique, dans son « corps » pour remettre du Chakra en circulation en elle. Et c’est ce qu’elle fit : visualisant le flux physique de son organisme, la Chuunin lui fit récupérer la place qu’empruntait le flux spirituel totalement épuisé. Elle sentit son sang se mettre à tourner plus vite, bien plus vite, ce qui provoquait des douleurs un peu partout dans ses muscles. Mais au moins, se fit-elle la réflexion, elle ressentait ces douleurs, ce qui voulait dire qu’elle commençait déjà à remettre du Chakra en circulation dans ses Tenketsu. L’obscurité et le silence qui l’avaient envahie se dissipèrent peu à peu, et les sons lui revinrent. Clignant des paupières, Shijima bougea, tout en sentant les douleurs dans ses muscles. Shinzo l’aida à se relever avant de lui demander l’air de rien.

[Shinzo] « Ca va ? Tu tiens le coup ? »

Les mains sur les genoux, Seika sentit sa tête lui tourner, mais elle tint bon et resta sur ses deux cannes, un peu dépassé par l’utilisation de cette capacité propre aux pratiquants du Ninjutsu. Certes, celle-ci était plus simple à maîtriser, car il s’agissait plus d’une affaire de volonté que de réelles capacités. Mais pour une première, ce n’était pas trop mal. Maintenant qu’elle avait les idées plus claires, il était temps de voir si elle était capable de produire une nouvelle technique. Et comme Shinzo n’avait pas été tendre avec elle, la jeune femme fit quelques signes sous son regard surprit, avant de faire apparaitre un dernier trait de lumière depuis le ciel. Ce dernier frappa le sol et atteignit… Un Raiton, effectué par son professeur pour intercepter l’attaque électrique, à plus forte puissance. La décharge créa un flash entre eux, avant qu’un cri de douleur ne fasse se précipiter le Chuunin Instructeur sur le corps de la jeune femme, qui venait de tomber sur le côté. Elle se tenait le bras droit, et semblait souffrir le martyre, ce qui n’avait rien d’étonnant : elle venait d’utiliser l’énergie corporel pour créer du Chakra, le prix à payer n’était pas le même. Le bras totalement crispé, elle finit par retrouver son calme, encore éveillée, ce qui n’était pas rien pour une débutante en la matière. Le professeur laissa même échapper un petit sifflement admiratif. Elle promettait cette petite, elle promettait…

L’homme aux cheveux noirs se mit à rire, heureux des résultats de cet entrainement, tandis qu’il aidait Shijima Seika à se relever.

[Seika] « Qu’est ce qui te fait rire ? »

[Shinzo] « Nous, on est bon pour un nouveau passage ensemble chez Tenji ! »

.Fin.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mar 20 Oct - 13:13


[ Seika : +36 XP | bonus chuunin inclus / techniques validées ]


MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Sam 24 Oct - 22:37

-| Apprentissage : Rasengan |-
.1.

Aujourd’hui, ou plutôt les jours qui allaient suivre cette journée, étaient particulières. D’après Shinzo, la jeune femme était prête à passer à la vitesse supérieur, mais cela ne se ferait pas un claquant des doigts, aussi lui avait-il demandé de préparer un sac avec de quoi se changer, et de quoi dormir, pour le temps que durerait l’entrainement et l’apprentissage auquel il allait la soumettre. Il fallait dire que le Chuunin Instructeur avait été pas mal impressionné par les progrès de la jeune femme en matière de contrôle du Chakra : être capable d’aligner le Raiton Daishino en claquant presque des doigts et en dansant entre les rochers pour éviter ses propres Raiton, ce n’était pas à la portée de tout le monde (Shinzo était réputé d’une précision extrême dans ses attaques). Seika ne savait pas vraiment en quoi consisterait l’entrainement, Shinzo n’avait rien précisé sur le sujet. Cependant la jeune femme fût surprise en ouvrant la porte de son appartement, aux environs de sept heures du matin, prête à rejoindre son Sensei au lac Karas, de découvrir Sakura, armée elle aussi d’un sac à dos.

[Seika] « Sakura ? Mais qu’est ce que tu fais là ? »

[Sakura] « … Bonjour à toi aussi Seika. »

[Seika] « Pardon… Bonjour Sakura… »

Depuis l’épisode du suicide interposé de Xang, Seika avait repoussé les tentatives de son amie de l’approcher, pour lui parler. Ina, avec qui elle continuait de parler, ne comprenait rien au comportement de la Chuunin, et il fallait bien avouer que rien de ses actions n’étaient compréhensibles ces temps-ci : la mort de Xang, sa perte de conscience durant la nuit, sa mèche blanche à la jonction parfaite des hémisphères de son crâne, sa reprise de contact avec Shinzo, ses entrainements forcés, le fait d’éviter Sakura, et même un peu Ina… Le fait d’éviter d’être chez elle tout court en fait. Mais ça lui paraissait bizarre que son amie soit là. Enfin amie, si Sakura la considérait encore comme tel, dans le cas de Seika c’était toujours le cas, elle avait juste eu besoin de solitude ces derniers temps, pour se changer les idées et se replonger dans les études. Sakura, blonde et légèrement bronzée, secoua la tête, faisant voltiger ses cheveux d’ors, tandis qu’elle se détachait de la rambarde sur laquelle elle s’était assise en attendant surement Shijima. Avec un soupire, elle commença à marcher vers l’escalier. Voyant que Seika ne bougeait pas de l’encadrement de sa porte, elle se retourna et sans un sourire, lui dit simplement.

[Sakura] « Je vous accompagne, toi et Megane-kun, pour votre entrainement. »

Reportant son attention sur l’escalier face à elle, Sakura se remit en route. Que Sakura connaisse Shinzo ne l’étonnait pas. Ce qui l’étonnait était bien qu’elle les accompagne oui : en quoi sa présence était-elle nécessaire ? Ou bien était-ce parce que la présence d’un médecin était le bienvenu pour cet entrainement ? Trop de questions sans réponses, auxquels le professeur de Ninjutsu le plus performant de Kumo répondrait surement.

Revêtue pour l’occasion de ses vêtements dit d’entrainement -short noir moulant, chemise blanche à manches longues, débardeur de cuir marron, chaussures de cuirs noirs à semelles compensées et veste longue de cuir marron avec capuche- Seika emboita donc le pas de la Kunoichi Médicale. Elle aurait voulu lui demander tout de suite pourquoi elle était vraiment là, mais lorsqu’elle revint à sa hauteur, voyant que son amie ne lui lançait même pas un regard, la jeune femme se contenta de baisser la tête, perdue dans ses pensées et ses autosuggestions, tandis qu’elles arpentaient toutes les deux les ruelles sombres de Kumo par cette matinée nuageuse, et noire. Les journées raccourcissaient, et le soleil se levait tard, à mesure que les jours passaient. Elles ne croisèrent que quelques Ninjas rentrant chez eux, ou partant en mission. Chacun avait sa place dans le village, et l’administration rodée gérait bien ses troupes. Enfin, presque « bien ». Le visage souriant de Quotsuara s’imposa encore à son esprit : presque bien en effet. Mais rien ne pouvait être parfait, et des tragédies comme celle-là, étaient le lot des villages cachés, mais surement de toutes les communautés en générales. Les humains étaient capables de tellement d’horreurs au final…

Sans s’en rendre compte, Seika vit qu’elles avaient déjà atteint la sortie du village, par le chemin de montagne menant aux lacs de hautes altitudes. Une des routes menaient donc à l’éloigné lac Karas, où elle avait pris l’habitude de s’entrainer, depuis l’académie. Même s’ils étaient macabres, elle aimait bien la compagnie des corbeaux, et la présence des arbres morts tout autour du lac froid comme la mort. On se serait cru avec un pied dans la tombe là-bas. Au bout d’une demi-heure de marche, elles commencèrent enfin leur ascension vers le lac. C’était la partie la plus pénible du chemin, surtout en étant chargé, mais les deux femmes étaient entrainés : on ne filait pas le grade de Chuunin à n’importe qui après-tout. Malgré l’effort, elles arrivèrent donc en haut du chemin, face au lac Karas, sur lequel le soleil commençait à se lever doucement, faisant scintiller l’eau calme du lieu. Il n’y avait pas de vent ce matin, et le temps que le soleil disparaisse derrière le plafond de nuage qui couvrait le pays de la foudre, elles auraient surement le temps d’apprendre ce qui allait se passer ici, et ce qu’elles allaient apprendre. Aussi ne furent-elles pas étonnées… De ne trouver personne au lac Karas à part elles. Les professeurs avaient tous cette manie de ne jamais arriver à l’heure, et Shinzo ne faisait pas exception à la règle. Cependant, elles eurent tous juste le temps de poser leurs sacs contre des rochers éloignés l’un de l’autre de plusieurs mètres pour voir apparaitre non pas un, mais deux nuages blancs. De ces deux nuages blancs émergèrent deux silhouettes bien différentes l’une de l’autre : la première, de taille moyenne, élancé, aux longs cheveux noirs et au maquillage noir, aux vêtements noirs bardés de chaînes ; le second, grand et enrobé, enroulé dans un drap orange à la manière des moines dont il faisait parti, un grand bâton de marche à la main, chauve et souriant. Shinzo et Souryo ! Mais qu’est-ce qu’ils fichaient là tous les deux ? En même temps, les deux jeunes femmes déclarèrent avec un petit cri de stupeur.

[Seika] « Shinzo-sama ! »

[Sakura] « Souryo-sama ! »

Puis elles se jetèrent un regard noir en biais. Seika autant que son amie parce qu’elle avait tout simplement marre d’être ignorée par elle. Et avant que quelque chose de ne se passe de travers, les deux Shinobis s’interposèrent entre elles : Shinzo joignit les mains et fit apparaitre depuis son bras une longue chaîne de métal qui vint s’enrouler autour de son corps, lui faisant perdre l’équilibre et tomber à genoux sur la roche dur, ce qui lui écorcha le mollet droit au passage. De son côté Souryo venait de maîtriser Sakura avec la facilité déconcertante du parent réprimandant son enfant : sur de sa puissance et indétrônable. Sakura était à présent à terre, ls poignets joints et immobilisés par le bâton du gros moine, lui-même debout sur le dit bâton, en parfait équilibre. Son amie, comme Shijima, ne se débâtit pas : elles étaient trop abasourdies pour réagir. Souriant tous les deux, leurs professeurs ne se firent pas attendre pour donner des explications quand à tout ceci… Shinzo s’était assis sur un rocher près de Seika, tandis que le Jounin lui restait perché sur son bâton -comment faisait-il pour tenir, le bâton ?-.

[Shinzo] « Bien je pense qu’on va pouvoir démarrer l’entrainement plus vite que prévu tout compte fait ! On avait peur que vous n’ayez pas l’esprit à vous affronter, mais il y avait plus d’électricité entre vous quand on est arrivé que dans le ciel pourtant orageux ! »

[Souryo] « D’ailleurs, avant de commencer, j’aimerais bien savoir pourquoi vous avez l’air de vous faire la tête toutes les deux ? »

Sakura réussit à tourner la tête vers Seika, incapable de bouger tout comme elle. Son regard ne laissait rien transparaitre de ses émotions, mais Shijima avait apprit à lire en elle : son amie doutait de sa réponse. Pourtant son regard se renforça et elle finit par déclarer.

[Sakura] « Seika n’a plus besoin de moi dans sa vie, elle ne fait que rejeter la main que je lui tends. »

[Souryo] « Oh Sakura-chan, je t’ai pourtant apprit que parfois, ceux qui en avaient le plus besoin refusaient d’être aidés, ce n’est pas pour autant qu’on doit arrêter de tendre la main à ces personnes. Je sais que ça fait mal de voir son aide refuser, mais cela ne justifie en rien qu’à présent, plutôt que de l’aider, tu ais des envies violentes à son égard ! »

[Shinzo] « Pourtant c’est assez compréhensible en fait Souryo-san : Sakura et Seika sont amie depuis qu’elles ont intégrés la même équipe Ninja, il y a bientôt une dizaine d’années de cela, et cette amitié n’a jamais disparu, malgré tout ce qu’elles ont vécus toutes les deux. Mais aujourd’hui, Seika rejette son aide, et Sakura ne peut pas faire autre chose que mal le prendre : après s’être soutenues aussi longtemps, que Seika-chan ait un comportement aussi peu sympathique m’étonne un peu mais, c’est compréhensible vis-à-vis de ce qu’elle a subie dernièrement… »

[Souryo] « Tu as raison, tu connais plus Kusari que moi. Nous savons Seika, que l’interrogatoire que tu as subis de sa part a été musclé. Sakura, tu ne dois pas en vouloir à ton amie, tu sais qu’elle est encore plus sensible que toi, depuis toujours. »

[Sakura] « … Je le sais oui, et c’est pour ça que ça m’a fait aussi mal qu’elle me rejette… »

[Seika] « Je ne t’ai pas rejeté. »

La petite voix de la jeune femme fit hausser un sourcil à Sakura, tandis que les deux professeurs tournaient leurs regards sur elle.

[Seika] « J’avais juste besoin d’être un peu seule, de me changer les idées. Je sais que j’aurais du te le dire clairement, que tu ne te fasses pas d’idées : bien sur que son soutien me fait du bien Sakura, mais cette fois-ci, était différente. Je vais mieux à présent… Pardonne-moi… »

[Sakura] « … Je te pardonne. »

Les deux femmes furent libérés, et Sakura vint enlacer tendrement une Seika qui ne pouvait retenir ses larmes de joies de retrouver son amie, à la veille de cet entrainement qui allait nécessiter la présence de deux Shinobis, et qui promettait surement d’être, unique…

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 25 Oct - 21:10

-| Apprentissage : Rasengan |-
.2.

Une fois les retrouvailles passées, les deux jeunes femmes reprirent des positions plus décentes. Debout, face aux deux Shinobis, elles attendirent donc la suite des événements. Seika, les bras croisés sur sa poitrine, avait retrouvé son calme habituel, et écouta avec son amie, et avec une légère pointe d’étonnement, pourquoi elles étaient là toutes les deux, en compagnie de deux professeurs et non d’un seul.

[Shinzo] « Bon, maintenant qu’on est tous en bon terme, enfin j’espère, on va pouvoir entrer dans le vif du sujet ! Si vous êtes là toutes les deux, c’est parce que je voudrais vous apprendre une technique très particulière, et que vous êtes les deux seules personnes que je connaisse qui, actuellement, peuvent l’apprendre. »

[Sakura] « De quelle technique s’agit-il ? »

[Shinzo] « Une technique de Ninjutsu de type non-élémentaire, qui requiert de la part de l’utilisateur une capacité à concentrer son Chakra de façon exemplaire. Mais bien plus qu’une simple concentration, il s’agit de concentrer à l’extérieur de soit, une très grande quantité de Chakra, pour la relâcher par la suite sur votre adversaire. C’est une technique de Rang A : le Rasengan ! En prononçant ces mots, une petite étincelle de fierté naquit dans ses yeux. Mais je pense qu’une démonstration vous fera plus facilement découvrir en quoi consiste la technique. »

S’écartant du petit groupe, le Chuunin à l’allure d’adolescent fit quelques pas jusqu’à atteindre un rocher lui arrivant jusqu’au ventre. Il le désigna pour bien faire comprendre à l’assistance, s’il eut été besoin de faire comprendre l’idée, que c’était ce rocher qu’il allait viser avec sa technique. Le Rasengan. Seika n’en avait jamais entendu parler. Il fallait dire aussi qu’elle ne parcourait pour le moment que les parchemins d’apprentissage des niveaux inférieurs, à savoir les techniques de rang D, C et B, considérant qu’une technique de niveau A était d’un niveau trop avancé pour elle. Apparemment Shinzo ne le pensait pas, et jugeait Seika et Sakura capable d’apprendre à réaliser ce qu’il s’apprêtait à faire.

L’homme tendit sa main droite, paume vers le ciel, et se concentra. Souryu et Sakura, étant des médecins, devaient surement ressentir plus facilement qu’elle ce que le Chuunin était en train de faire. Finalement, en se concentrant, elle sentit elle aussi l’énergie se dégager du corps du professeur, et se concentrer dans sa main. En quelques secondes, l’énergie accumulée devint visible à l’œil nu, formant une sphère parfaite de Chakra condensé. Une sphère d’une beauté inégalable… L’énergie arrêta de se diriger vers la sphère, qui tenait dans la main de Megane comme une simple balle aux reflets virevoltants. Avec un sourire à l’adresse de son public, le Shinobi décrivit un tour sur lui-même, et dans un mouvement plongeant, frappa de la sphère le rocher. La décharge fit voler dans tous les sens des morceaux de pierres. Une ombre rapide passa devant eux, tandis que le Jounin Médecin faisait tournoyer son bâton pour arrêter les projections dangereuses. Lorsque le cataclysme localisé s’arrêta… Les deux jeunes femmes purent admirer un trou parfaitement lisse dans le rocher. Impressionnant, surtout que la décharge semblait avoir été faite en pénétrant la structure de la roche. Incroyable, vraiment incroyable. Qu’il les juge capable de réaliser une telle prouesse, ça dépassait presque son entendement. Tout souriant, le Chuunin revint vers le groupe et continua son exposé.

[Shinzo] « Ce que vous venez de voir, constitue l’application la plus simple du Rasengan. Il existe plusieurs versions de la technique, des versions plus grosses encore de la sphère de Chakra, et des versions plus spécifiques, dépendant du type de Chakra injecté dans la sphère. Pour ces dernières techniques, malheureusement… Sa voix baissa un peu, et son regard ce fit plus lointain. Personnes dans le village n’a jamais réussi à maîtriser l’une des cinq sphères élémentaires du Rasengan, en tout cas pas depuis longtemps. »

[Souryo] « Ce qui ne veut pas dire que c’est impossible. Mais comme vous le jugerez vite en apprenant cette technique, l’entrainement requit n’est pas des moindres pour apprendre le Rasengan. C’est parce que Shinzo vous pense capable de l’apprendre, et parce qu’il mise surtout sur vos capacités de concentrations assez exceptionnelles à toutes les deux, que vous êtes là. »

[Sakura] « Et pourquoi êtes-vous là Sensei ? »

[Shinzo] « C’est moi qui lui ait demandé de venir. Comme il vous en a fait la démonstration, Souryo est là pour vous protéger, et vous soigner des possibles dommages que vous infligeraient le Rasengan. Cette technique est puissante, très puissante, et peut être dangereuse pour l’organisme si mal utilisé. Le temps que vous appreniez à concentrer votre Chakra hors de vous de façon prolongée, il se peut que votre organisme gère mal la surconsommation de Chakra requise par le Rasengan. Pour éviter qu’il ne vous arrive malheur, j’ai donc demandé à Souryo de se libérer pour quelques jours, et de se tenir prêt à vous soigner. »

[Seika] « Est-ce que vous maîtrisez cette technique Souryo-sama ? »

[Souryo] « Non, je ne m’y suis jamais essayez. Le Jounin se passa la main sur son menton grassouillet et imberbe. Je suis moine, avant d’être médecin, et d’être un Ninja, ma philosophie n’a jamais été la violence, même si je sais me battre et me défendre. Pour moi, l’apprentissage des techniques offensives n’a jamais fait parti de mes idées. »

[Shinzo] « Bon, je vais maintenant vous expliquer comment va se dérouler cet entrainement. Les deux jeunes femmes adoptèrent une position plus militaire, les bras croisés dans leurs dos, écoutant avec attention. Pour apprendre le Rasengan, vous allez devoir passez par trois étapes. Oubliez tout ce que vous savez sur la concentration du Chakra, ne laissez pas vos acquis perturbés votre apprentissage : ce que je vais vous apprendre est unique en la matière comprit ? »

[Seika] « C’est tout à fait clair. »

[Sakura] « Aucun problème. »

Shinzo hocha pensivement la tête. Son sourire avait disparu, remplacé par son sérieux de professeur. D’un petit mouvement de la main, il invita ses consœurs et élèves pour les jours à venir à la suivre au bord du lac. Le professeur sortit de sa poche quelque chose d’incongrus chez lui : des ballons gonflables de couleurs.

[Shinzo] « Pour vous avoir eu toutes les deux comme élèves, je connais vos potentiels, qui sont à peu près égaux. Pour éviter tout de même de vous mettre en danger, j’ai donc calculé un certains nombres de ballons que je vais vous donner à chaque journée de l’entrainement : ils seront votre limite à ne pas dépasser. Si vous tentez de faire l’exercice qui va suivre plus de fois que de ballons, alors vous serez en danger. Bien, passons aux détails à présent : connaissez-vous le principe de rotation du Chakra ? »

[Sakura] « Oui. »

[Seika] « Oui. »

[Shinzo] « Et connaissez-vous vos propres sens de rotations du Chakra dans vos corps ? »

[Sakura] « Gauche pour moi. »

[Seika] « Droite pour moi. »

[Shinzo] « Très bien. Shinzo s’accroupit près du lac et remplie deux ballons d’eaux, de manière à former deux balles lisses, qu’il présenta aux deux jeunes femmes. Shijima-san tu utiliseras les ballons blancs, Hide-san tu utiliseras les rouges. La première partie de l’exercice consistera à concentrer votre Chakra dans le ballon d’eau, en le faisant tourbillonner, pour le faire éclater. Votre concentration doit être chronométrée, pour éviter d’user inutilement votre énergie. Nous allons donc poser la base à retenir dès à présent et pour tout le reste de l’entrainement : cinq minutes pour malaxer votre Chakra, cinq minutes pour le concentrer dans le ballon, et cinq minutes pour le faire tourner avec l’eau, jusqu’à faire exploser ou non le ballon. Si vous n’arrivez pas à exploser le ballon, faites une pause de cinq minutes, puis recommencez l’exercice, avec un nouveau ballon. Celui toujours plein, vous le déposerez dans deux caisses différentes que je vais aller chercher dans quelques minutes. Des questions ? Les deux Chuunin firent un « non » de la tête. Très bien, mettez-vous à l’aise, mettez vos affaires à l’abri des fois qu’il se mette à pleuvoir, car la météo ne nous empêchera pas de vous exercer ! Ceci est un entrainement intensif, vous allez y passer au maximum sept jours. Si au bout d’une semaine vous ne maitrisez pas un minimum la technique, c’est que vous ne serez tout simplement pas faites pour ça. Le minimum à atteindre pour toutes les deux sera la fin de la troisième partie de l’entrainement, la plus dur, avant la mise en pratique. Si vous êtes capables d’arriver jusque là, même si c’est approximatif, vous serez capable de créer le Rasengan et de le maintenir assez longtemps pour l’appliquer à votre adversaire. Les dégâts seront peut être moindre du fait que vous n’aurez pas atteint le bout de l’entrainement, mais ce sera mieux que rien, et à force de l’utiliser, vous arrivez à la maitriser. Je reviens, à tout de suite. »

Shinzo effectua quelques signes rapides et se téléporta pour aller chercher les caisses vides dont il avait parlé. En l’écoutant les préparer à l’entrainement, on ne pouvait qu’approuver le fait qu’il soit professeur : ce type connaissait son domaine à fond, même si Seika avait la pointe de rage refoulé lorsqu’il avait parlé des Rasengan élémentaires que personne à Kumo ne maîtrisaient, pas même lui donc. Quoiqu’il en soit, l’entrainement allait en effet être intensif. Shijima savait que son amie avait déjà connu de tels entrainements, depuis l’époque où elles étaient toutes les deux dans la même équipe. Si Seika était douée pour apprendre, et pas pour mettre en pratique, Sakura était aussi douée pour l’un que pour l’autre, et c’était pour cette raison qu’elle avait pu intégrer la difficile voie de l’Eisei. Souryo, dans un soupir un peu fatigué, alla s’installer en tailleur sur un rocher dont il faisait quasiment la taille et sortit sa gourde de saké. Pourvue qu’elle ne se fasse pas mal pendant l’entrainement : pas question de laisser cet hurluberlu l’ausculter ! La présence de Sakura à ses côtés la rassurait, et Seika lui fit un sourire joyeux et passablement excité : elle avait hâte de commencer. Shinzo était malin, il savait qu’outre leur amitié, les deux femmes étaient aussi des rivales.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Jeu 5 Nov - 0:16

-| Apprentissage : Rasengan |-
.3.

Bien sur le nombre limite de ballons ne pouvait aller qu’aller à reculons, aussi lorsque Shinzo revint avec ses deux caisses vides, pour y entreposer les ballons pleins d’eau ou leurs carcasses si elles arrivaient à les faire éclater, il les informa toutes les deux que le nombre de ballon pour cette première journée serait de trente : autrement dit la première partie de l’entrainement devait être faite à répétition, pour tenter de maîtriser le timing requis par la technique du mieux qu’elles le pouvaient. Evidement Seika n’était plus une novice, et le timing elle serait capable de l’appliquer : mais pourrait-elle mettre assez de puissance dans la rotation de son Chakra dans l’eau pour faire éclater le plastique du ballon ? Ca c’était une autre affaire, qu’elle allait avec Sakura, commencer à expérimenter dans quelques minutes. Concernant le timing, quinze minutes par essai, avec cinq minutes de pose entre chaque essai. Donc, en partant du fait qu’il était huit heures du matin, avec une pause annoncé de midi à quatorze heures pour déjeuner… Deux cents quarante minutes, divisé par vingt minutes accordé à chaque ballons, autrement dit un total de douze ballons pour la mâtinée. Oui Seika était capable de faire des mathématiques élémentaires, ça vous étonne ?

Douze, et dix-huit l’après-midi, car elle serait plus longue. Vu comment Shinzo dépeignait la difficulté d’apprentissage du Rasengan, Seika s’attendait à avoir le bras en compote avant la fin des quatre premières heures, et l’avenir lui donna raison. Une fois les caisses installées près de l’eau, les deux femmes placés l’une en face de l’autre par le Chuunin Instructeur, l’homme à l’allure d’adolescent leur remit leurs ballons pour la journée, au nombre de trente : blancs pour Seika, rouges pour Sakura. Puis se fût le départ, comme on donne le départ d’une course. Même Souryo avait rangé sa gourde de saké et s’était installé plus près du duo féminin, pour observer ça, et aussi pour intervenir immédiatement en cas de problème. Shinzo leur transmit un dernier conseil.

[Shinzo] « N’oubliez pas le timing : malaxez, concentrez, explosez, reposez. Bonne chance mesdemoiselles. »

La blonde Sakura acquiesça en même temps que l’ébène Seika. Leurs regards se croisèrent, et elles y lurent la même envie d’en découdre par l’entrainement, retrouvant là leurs esprits de compétitions enfantins qui les caractérisaient si bien dans leurs jeunesses, lorsqu’elles s’étaient rencontrées en cours. Chacune des deux femmes voulaient réussir l’apprentissage du Rasengan aujourd’hui, car elles avaient été choisies, parmi bien d’autres Ninjas, pour y prétendre : c’était un privilège, autant qu’un honneur, et elles comptaient bien en profiter un maximum, et pas que pour faire un simple entrainement. La puissance de cette technique était un atout majeur dans l’arsenal d’un Shinobi, et concernant une Kunoichi aux atouts nombreux, c’était bien plus que ça. Pour une femme, le Rasengan était aussi un gage de sécurité et d’autodéfense. Bien que pour le cas d’Hide, son apprentissage de l’Eisei lui ait permis de développer une capacité musculaire et une force bien supérieur à celle d’une femme normale. Mais dans le cas de Seika, qui n’avait que très peu de techniques défensives, et dont les éclairs n’étaient encore que des pics de lumières dans la nuit, des étoiles filantes vu du ciel, cette technique de Rang A allait être d’une importance capitale pour la suite de ses projets.

Aussi, leurs regards se durcissant, les jambes s’arquant, leurs visages fermés et déterminés reflétant leurs forces mentales, les deux jeunes femmes commencèrent la première journée d’apprentissage du Rasengan.

Seika et Sakura avaient toutes les deux déjà remplis un ballon, et ces derniers étaient posés aux creux de leurs mains. Les yeux marrons-rouges de Seika se détachèrent de ceux de sa rivale, et fixèrent le ballon comme si par ce simple regard, elle pouvait le faire éclater. Mais elle allait un peu vite en besogne. Pendant cinq minutes initiales, la Kunoichi malaxa en elle son énergie spirituelle et physique, créant le flux que l’on nommait Chakra. Ce flux se mit à tourner en elle-même, parcourant son organisme comme le sang le parcours : on sait qu’il est là, mais on est tellement habitué à sa présence qu’on ne le sent pas. Pourtant cette fois, peut être à cause de l’excitation, Seika sentait presque le flux tourbillonner en elle. C’était comme si tout d’un coup, sous le coup de cet entrainement tourné à la façon d’une compétition avait réveillé en elle une vision plus approfondie d’elle-même. Shinzo lui avait bien demandé, et à Sakura aussi, d’oublier un peu ses acquis, et de repartir sur des bases nouvelles aujourd’hui pour maîtriser l’Orbe Tourbillonante.

Et c’est ce qui fit la Chuunin, tandis qu’elle passait enfin à la phase deux : la concentration. Et là, son sourire intérieur et confiant face à tout ceci se dissipa et fondit comme neige au soleil. Comme elle le savait d’elle-même, elle était bien plus doué pour apprendre la théorie que pour la mettre en pratique, et si sur le fond, elle comprenait bien ce que demandait le Chuunin aux cheveux aussi noirs que les siens, réussir à reproduire ce qu’il était capable de faire se révélait plus ardu. Shijima essaya de concentrer son Chakra, de le faire circuler en elle et dans son corps par son bras jusqu’à sa main dont la paume de laquelle reposait le ballon blanc. Elle ne l’avait pas entendu car elle était concentrée, mais Shinzo avait ponctué les cinq premières minutes dans un petit claquement de langue, un son qu’il aimait à utiliser pour entrainer ses élèves durant ses cours. Comme elle l’avait remarqué, lui et Souryo n’étaient pas là en spectateur : ils se tenaient prêt à tout arrêter si quelque chose se passait de travers. L’arrachant d’ailleurs à ses pensées, la jeune femme pas très concentrée sur l’exercice finalement entendit encore la langue de son professeur claquer.

Elle devait passer à la phase trois, mais elle avait déjà eu beaucoup de mal sur la phase deux. Pourtant elle sentit qu’un peu de son Chakra avait réussi à passer dans le ballon. Aussi s’attacha-t-elle à le faire tourbillonner, et à faire tourbillonner l’eau. Pourtant elle comprit bien vite que la difficulté reposait sur un pré-acquis physique de l’être humain : quand on a de l’eau dans une main, et qu’on veut la faire tourner, on bouge le bras. Là son bras était immobile, et l’eau, semblait plus lourde et difficile à faire bouger par la seule force de son esprit et de sa concentration. Aussi, même si elle réussit à faire tourner un peu d’eau dans le ballon, c’était loin d’être suffisant, et un claquement de langue l’arrêta. La jeune femme s’aperçu qu’elle avait d’elle-même contractée ses muscles pendant l’exercice. Lorsqu’elle regarda de nouveau Sakura, elle vit son amie déposée son ballon, intact, dans sa caisse. Seika l’imita, et écouta les paroles de leur professeur durant les cinq minutes d’intervalles entre chaque tentative.

[Shinzo] « Je n’ai pas eu tort de vous choisir toutes les deux : vous semblez avoir déjà bien assimilé la théorie de l’exercice. Cependant votre puissance a été faible, surtout la tienne Seika : tu n’étais qu’à 5% de la puissance requise. Quand à toi Sakura c’était mieux et j’ai même vu une légère déformation du ballon : tu étais à 13%. »

En réponse à ça, Hide souffla, et planta son regard rieur dans celui de sa Chuunin de collègue, d’amie et de rivale aujourd’hui, l’air de dire « Et bien, on dirait que je suis plus avancée que toi, attention où tu vas finir dans les roses ». Bon c’était un peu exagéré, mais l’idée était là. Les deux jeunes femmes remplirent un nouveau ballon : la mâtinée ne faisait que commencer.

-|----------------------------------------|-

Et la première journée se déroula dans une ambiance très compétitive vraiment. Ambiance qu’entretenaient Shinzo, et un peu Souryo. Mais les deux supporters soutenaient eux aussi leurs élèves préférés, créant aussi une rivalité entre eux. Sauf que des deux, c’était Shinzo qui maîtrisait le Rasengan, pas Souryo. Ainsi le professeur de Ninjutsu soutenait Shijima, et le professeur de Médecine Hide. La pause de midi arriva bien plus vite qu’elle ne le pensait : les autres premières heures avaient filés comme le vent, sans qu’elle ne s’en rende compte.

Alors qu’elles prenaient place sur des pierres formant une sorte de cercle entre les quatre personnes du petit groupe, la Chuunin laissa échapper un petit cri de douleur, en voulant plier son bras. Souryo vint l’examiner, même si elle n’était vraiment chaude pour être approchée par cet ivrogne. Après avoir palpé son bras, le pratiquant de l’Eisei déclara.

[Souryo] « Comme m’en avait informé Shinzo-kun, ton bras et ses muscles ont mal supportés ta trop grande concentration de Chakra. Je suis aussi là pour soigner ses effets là. »

[Seika] « Je comprends… Et toi Sakura tu n’as pas mal ? »

[Sakura] « J’avais mal mais… »

[Souryo] « Sakura-chan est un élève très douée dans la réduction interne de la douleur : elle est naturellement capable de se soigner intérieurement, comme de nombreux Médecins. »

[Seika] « Impressionnant. »

Sakura eut un petit sourire gênée d’être le centre d’attention, même si Shijima savait que c’était hypocrite de sa part de rougir devant eux : elle savait très bien que son amie adorait être le centre de toutes les attentions. Et une fois qu’elle aurait vraiment pris les rennes de sa vie, Seika ne donnait pas cher de la peau de nombreux mâles du village, face à cette véritable séductrice. Et puis, qui sait ce qu’elle était capable de faire à son partenaire avec la médecine. Brrr… Seika secoua la tête, gênée à son tour sans aucune raison apparente pour le reste de l’assistance : elle devait arrêter de repenser à sa Mission avec la jeune Melissa. Mais… Son contact avait été doux, réconfortant. Est-ce aussi ce sentiment de réconfort qui étreint le cœur de deux amants ? Shinzo interrompit ses pensées, en dressant un bilan de la mâtinée, vu qu’il était capable comme tout bon maître de Ninjutsu, de sentir et même de voir les flux de Chakra, et donc de jauger précisément l’évolution de l’entrainement.

[Shinzo] « Sakura ta progression est régulière, je pense que tu as compris le fonctionnement : ton dernier essai a déjà dépassé la barre des 50% de puissance requise pour faire éclater le ballon. Il se tourna vers sa disciple. Quand à toi Seika, ton score était un peu plus irrégulier. Au début c’était en progression, puis passé le huitième ballon tu t’es mise à perdre de ton énergie, surement à cause de la douleur à laquelle tu devrais malheureusement t’habituer. Ton dernier ballon était à 38% de puissance, cependant le septième, comme tu as du le remarquer, ou le voir par hasard, était bien plus réussi que les autres : tu étais alors à 63% de puissance ! Et j’ai bien cru que tu avais miraculeusement compris comment réussir. Cependant ne désespère pas, tu progresses à ton rythme, et je suis sur que toutes les deux, vous arrivez au minimum jusqu’à la dernière phase de l’entrainement. Il se tourna vers son collègue professeur. Des pronostics Souryo-san ? »

[Souryo] « Hum. Je pense que Sakura arrivera à faire éclater son ballon dès aujourd’hui. Quand à Seika, je mise plus sur demain. »

[Shinzo] « C’est aussi mon avis. Si ta progression continue de façon aussi régulière Sakura, tu passeras à la deusième phase de l’entrainement dès demain. Tu as un peu d’avance au niveau de la gestion de ta puissance grâce à ton apprentissage de l’Eisei mais je suis sur que Seika va remonter la distance, pas vrai ? »

[Seika] « Je vais essayer… Souryo, pourrais-je te redemander dans l’après-midi si j’en ai besoin de me soigner de nouveau le bras ? »

[Souryo] « Bien sur. Je suis là pour ça. »

Le petit groupe acheva son repas, composé pour les deux femmes d’un sandwich au jambon et au fromage de soja et de deux fruits, et pour leurs professeurs de menu un peu plus personnels : salade de nouilles froide pour Souryo ; et un étrange croque-monsieur aux légumes pour Shinzo, décrit comme un raffermissant des cheveux par ce dernier. N’importe quoi lui des fois… Les deux femmes reprirent leurs positions, l’une en face de l’autre : Shinzo avait raison, elle allait remonter la distance ! Plus déterminée que jamais, Seika se remit à fond dans l’entrainement.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Dim 8 Nov - 13:05

-| Apprentissage : Rasengan |-
.4.

Bien sur les choses ne se passèrent pas aussi facilement que de simples pronostics. A la fin de la première journée d’entrainement, aucune des deux femmes ne maîtrisait la première phase du Rasengan. Souryo en était un peu déçu, même si ne connaissant pas la dite technique, il était incapable de réellement concevoir le temps et l’implication que cette dernière demandait. Shinzo lui non plus n’était pas tant surpris de ce résultat que ça : certes ses deux élèves étaient doués, c’était indéniable, mais elles n’étaient pas non plus ce qu’on nommait des « génies ». Des personnes capables de comprendre, d’assimiler, et d’apprendre à une vitesse formidable bien supérieure à la moyenne. A Kumo, de telles personnes n’existaient pas. Tous les Shinobis du village comptant parmi les meilleurs avaient gagné leurs titres à force de persévérance, en suivant la voie normale du Nindô.

Bien entendu, le coup était aussi un peu dur à avaler pour les deux femmes entrées en compétition pendant cette première journée de leur semaine d’entrainement. Dans leurs têtes ne résonnait que le décompte des jours d’entrainement dont le maximum atteignable était sept. Après une nuit seulement troublé par le souffle du vent dans les montagnes, durant laquelle les deux femmes épuisées vinrent tout de même dormir ensemble pour se tenir chaud, comme elles le faisaient étant plus jeunes. Ce fût un sommeil sans rêve, rapide et réparateur pour elles, car même si l’une subissait des soins, et que l’autre était spécialiste en médecine, leurs corps autant que leurs esprits avaient besoin de se recharger…

-|----------------------------------------|-

Peut être parce qu’elles s’y attendaient en s’endormant, les deux femmes se réveillèrent de bonne heure, pour éviter d’être réveiller à coup de flotte. Et lorsqu’elles se réveillèrent, émergèrent, sortirent de sous la petite tente qu’elles avaient installés, se glissant hors de leur sac de couchage, elles s’aperçurent tout simplement qu’elles étaient seules face au Lac Karas. Mais où diable étaient passés Souryo et Shinzo ?

Sans un mot, les deux Kunoichi allèrent vers le lac pour y recueillir de l’eau, et se débarbouiller le visage. Toutes les deux y pensaient sans en parler, et les regards interloqués qu’elles échangeaient suffisaient à leur faire comprendre la situation. Shinzo et Souryo n’étaient pas eux, en entrainement intensif : autrement dit, ils étaient retournés dormir dans leurs lits les bougres ! En même temps quand Shinzo avait parlé de camper là, Seika en avait poussé un hoquet de surprise : son Sensei si propre sur soi, couché à la bonne étoile ? Et bien ça n’avait pas manqué, il avait couché dans son lit.

Mais elles n’eurent pas à attendre longtemps pour le voir revenir en compagnie du gros Jounin. Entre-temps les deux femmes avaient pu se changer, passer des sous-vêtements frais, petit déjeuner, bref, elles étaient prête à renouveler l’expérience de la première partie de l’entrainement d’apprentissage du Rasengan. Avant de commencer, comme la veille à midi, Shinzo fit un petit débriefing de leur première journée.

[Shinzo] « Mesdemoiselles votre progression en une journée est remarquable. Bien que les pronostics auraient été en faveur de Sakura, aucune de vous deux n’a réussit la première phase de l’entrainement pour le moment. Non je ne dis pas ça pour vous rabaisser rassurez-vous, cela veut dire que la progression de mademoiselle Hide a subitement ralentit sur la fin, alors que celle de mademoiselle Shijima accélérait. Lors de votre dernier ballon, vous étiez toutes les deux sensiblement à plus de 80% de la puissance requise. Mais surement l’aviez-vous remarqué vous-même en observant vos ballons se déformer n’est-ce pas ? Je pense que ce matin, vous allez y arriver toutes les deux. Shinzo leur fit signe de le suivre et revint avec elles sur le lieu d’entrainement de la veille. Cette fois les ballons sont déjà prêts. Vous allez réutiliser les trente ballons de la veille, jusqu’à midi, en espérant qu’en cours de route vous réussissiez à les faire éclater ! Attention, en conséquence nous changeons le timing : deux minutes pour malaxer votre Chakra, deux minutes pour le concentrer, deux minutes pour exploser le ballon, et quatre minutes de repos. Vous y gagnez dix minutes et vous devriez pouvoir écouler tout le stock d’ici midi. »

Les deux femmes acquiescèrent. Toutes les deux avaient trouvé le rythme bien trop lent la veille, et surement parce qu’après une journée intensive, elles étaient capables de faire mieux et plus rapidement. En tout c’était ce que semblait vouloir le professeur de Ninjutsu, et Seika n’allait pas le décevoir !

[Sakura] « Bonne chance Seika. »

[Seika] « A toi aussi Sakura. »

Comme il était bon de retrouver son amie. Elles se remirent toutes les deux en position, et Shinzo donna finalement le départ, sous le regard fatigué du Jounin vêtu d’orange. Non vraiment à le voir comme ça, on ne lui confierait pour rien au monde ses soins, vraiment pas.

Le démarrage fût un peu long à venir pour la pratiquante du Ninjutsu, contrairement à sa rivale de l’Eisei qui elle semblait avoir bien comprit le truc. Sous les commentaires de Shinzo, ce dernier fit ce qu’il n’avait pas fait la veille : il commenta en direct les montées de puissance de chacune des deux femmes, de façon presque simultanée. Le professeur semblait apprécier tout ça, on aurait dit un gosse devant un match. Résultat du premier ballon : 47% pour Seika, 61% pour Sakura. Fichtre elle était bigrement rapide la donzelle ! Seika se mit à rire pendant les quelques minutes de pause.

[Seika] « Shinzo-san tu es vraiment irrécupérable ! »

[Shinzo] « Que-veux ma grande, j’adore les compétitions ! »

L’entrainement reprit, et le résultat suivant fût bien plus probant : 59% pour Seika, 62% pour Sakura. Il leur fallait à toutes les deux un temps de chauffe pour récupérer le bon rythme qu’elles avaient acquis pendant l’après-midi la veille. Seika serra les dents en sentant les muscles de son bras se contracter brusquement sous le coup de sa concentration : le troisième essai l’amena à 74%, laissant Sakura sur le carreau avec 65% de puissance. Soufflant, Souryo s’approcha d’elle et lui murmura discrètement à l’oreille pour que son élève ne l’entende pas.

[Souryo] « Tu vas trop vite Seika, et tu épuises trop vite tes muscles en conséquence. Sakura fait exprès de se retenir, pour garder ses forces pour le grand final, tu devrais en faire de même. »

C’est vrai, ça lui semblait bizarre que Sakura n’augmente pas plus vite sa puissance. La blonde exerçait un contrôle bien plus rigide sur sa puissance, contrairement à Seika qui avait tendance à laisser son énergie prendre le pas sur sa volonté, li faisant extraire de son corps une puissance qu’elle ne soupçonnait pas. L’entrainement se poursuivit, et lorsqu’elles arrivèrent au quinzième ballon, Shinzo s’excita tout seul.

[Shinzo] « C’est bien Sakura, oui, vas-y, accélère oui ! Vas-y !!! »

Seika releva ses yeux et observa son amie : des perles de sueur sur son front, le bras tendu et tremblant, Sakura semblait plus que concentrer sur ce qu’elle faisait. On aurait dit qu’elle était en transe ! Le ballon quand à lui, se déformait dans tous les sens, ce que n’avait pas remarqué Seika avant de la regarder. Les déformations donnaient l’impression qu’une créature dans le ballon se débattait, et finalement, arrivant au bout des deux minutes… Le ballon éclata ! Créant un courant d’air qui fit voler ses cheveux dans tous les sens. Immobile, elle écarta ces derniers de devant ses yeux, fit un sourire satisfait à Seika, et demanda à son professeur de venir l’examiner car son bras ne réagissait plus. Seika quand à elle, reposa son ballon intact dans la caisse. Shinzo lui jeta un regard en biais, et il n’eut pas besoin d’en dire plus pour que Shijima comprenne ce qu’il voulait dire.

Ainsi elle devait créer plusieurs flux de Chakra en même temps, pas un seul flux qui ne faisait que tourner dans le même sens... Mais cet exercice se révéla par la suite impossible à l’heure actuelle pour elle. Finalement, Seika arriva à faire éclater son ballon alors que l’heure d’arrêté approchait. Shinzo ne faisait que soupirer à chacune de ses tentatives depuis une bonne heure, et il laissa échapper un « Ah enfin » alors que Seika venait de faire exploser le vingt-sixième ballon. Sakura quand à elle les faisait tous exploser depuis le quinzième reprenant de l’avance sur sa rivale. Lorsque le dernier ballon fût achevé, Shinzo s’approcha d’elles et déclara.

[Shinzo] « Vous avez bien avancé toutes les deux, et la première partie de l’entrainement est un succès, enfin plus pour l’une que pour l’autre. Sakura, tu as déjà réussis ce qu’il faut pour réussir la seconde partie de l’entrainement cette après-midi, mais il te manque encore beaucoup de puissance pour y arriver. Je pense qu’il te faudra comme pour la première partie une journée et demie pour réussir. Quand à toi Seika, tu n’as pas compris le truc, mais tu as la puissance requise pour réussir la seconde partie. Autrement dit, vous allez toutes les deux vous y mettre cette après-midi, chacune avec ses atouts et ses faiblesses. Sachez tout de même que les deux premières parties ne sont rien comparées à la troisième. »

Ce qu’il pouvait être rassurant lui des fois. Mais au moins il était sérieux, et honnête dans ce qu’il enseignait à ses deux élèves. Ainsi l’une avait la puissance l’autre la maîtrise. Mais il fallait allier les deux pour réussir la seconde partie de l’entrainement, qui risquait d’être corsée. Le petit groupe se laissa tomber sur des pierres, déjeunant en silence de ce que le Jounin avait apporté pour elles, à savoir un régime strictement végétarien. On n’aurait pas pu avoir de la viande non, c’était trop demander ? Seika se sourit à elle-même, et déjeuna, reprenant des forces pour l’après-midi.

Qu’est-ce que Shinzo allait bien leur demander de faire cette fois ? Seika se massa un peu le bras, tandis que soleil pointait enfin son nez depuis le matin…

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mar 10 Nov - 4:32

-| Apprentissage : Rasengan |-
.5.

Malheureusement, tout ceci n’était qu’un doux rêve, comme elle le comprit vite. Certes, assimiler la théorie était dans ses cordes, mais elle n’appartenait pas à la catégorie de personne capable d’apprendre la technique de l’Orbe. Bien que Shinzo l’exhorta à garder son calme, à réfléchir, ou à se détendre pour se résonner, il n’y avait rien à faire : Seika était définitivement une ratée. Toute la sainte après-midi elle tenta en vain de maîtriser la seconde partie de l’entrainement du Rasengan, mais rien n’y faisait. Pire, elle se blessait continuellement, et ne sentait plus son bras après à peine une heure d’entrainement.

Sakura de son côté restait concentré sur sa technique, restait concentré sur cet apprentissage, et apparemment avançait. A petit pas certes, mais rien à voir avec la demoiselle aux cheveux noirs qui se détruisait le bras à chaque tentative. Une fois, totalement exaspérée de cette situation, elle avait relâché le contrôle qu’elle exerçait, et les muscles avaient subitement déformés sa peau, faisant éclater plusieurs de ses veines. Le voile noir n’avait pas tardé, et Seika avait du momentanément arrêté l’entrainement. Alors qu’ils la croyaient encore endormie, elle entendit les deux hommes murmurer à côté d’elle.

[Shinzo] « Qu’est-ce que tu en penses Souryo ? »

[Souryo] « C’est une entreprise insensée, voilà ce que j’en pense, Seika n’a pas du tout la force requise pour se contrôler, et tu le savais très bien lorsque tu lui as proposé Shinzo. »

[Shinzo] « Possible que je l’ai su, mais j’avais le droit d’espérer qu’elle arrive à se maîtriser pour l’occasion. »

[Souryo] « La preuve que non : encore un peu et c’était ses os qui éclataient sous la pression de son Chakra passant à trop vive allure par ses Tenketsu. »

Ainsi c’était donc ça. Les yeux clos, Shijima était restée ainsi, réfléchissant à ces paroles : dans le fond cela ne l’étonnait guère : devant la compétition, la comparaison, allié à la difficulté, Seika perdait ses moyens, perdait trop de son contrôle, et était capable de créer des attaques basiques d’une puissance incroyable, comme elle l’avait fait sur le toit de son appartement ce soir là. Mais cet exercice, ce contrôle requit pour maîtriser le Rasengan, c’était au-dessus de ses forces, et tout simplement de ses capacités physiques : son corps ne suivait pas, ne pouvait apparemment pas suivre.

Car le lendemain elle recommença, retenta sa chance toute la mâtinée, sous l’œil vigilant de Souryo qui intervenait régulièrement pour soigner son bras meurtri. Sakura elle, commençait bien à comprendre aux regards inquiets que jetaient ses professeurs à son amie, que quelque chose n’allait pas. Et cela n’y manquait pas : un incident encore plus impressionnant cette fois, se déroula vers la fin de la matinée, alors que le ciel se couvrait, chargé en électricité et en électrons libres.

Seika fit de nouveau éclater les veines de son bras, ainsi que le ballon, comme elle l’avait fait bien d’autres fois, provoquant à chaque tentative des séquelles importantes dans son métabolisme. Mais lorsque le Rasengan apparut, l’espace d’une seconde, on pouvait remarquer que les trois autres personnes composant ce petit groupe avaient les yeux rivés sur sa main. Car pendant quelques secondes, Seika réussit à créer une sorte de boule électrique. Mais lorsque sa concentration disparut, la boule éclata, projetant des décharges électriques dans tous les sens. Les arcs frappant les pierres les faisaient s’effondrer, ou creusaient des sillons noirs sur leurs flancs. L’un frappa même Souryo, et pour la première fois depuis longtemps, le Chuunin Instructeur vit sur le visage de celui-ci, qu’il avait mal. Mais ce ne fût que passager, et le gros Jounin se reprit et soigna son corps des effets néfastes de la décharge électrique.

Quand à Sakura, elle en restait bouche-bé, tellement ce qui venait d’arrivé la surprenait : certes elle avait déjà vu Seika capable de créer des attaques de Ninjutsu puissantes, même si elles l’étaient moins que celles de ses professeurs, mais là c’était un niveau encore jamais atteint pour elle.

Jamais atteint, et dangereux il fallait bien le dire. Lorsque Sakura s’approcha de son amie, que les deux hommes avaient de nouveaux portés jusqu’à la tente et couché sur une couverture à l’extérieur, elle pu voir du sang continuer de couler de ses ongles, et de sa peau au niveau des muscles, comme s’ils avaient possédé des trous permettant au sang de s’échapper. Pour la jeune femme complètement dans le vague, ses longs cheveux noirs éparpillés dans son dos, c’était le signe du destin ce qui se passait là : elle ne pouvait apprendre cette technique.

Quel était le problème de Seika en fin de compte ? Et bien comme l’avait dit Shinzo, en les comparant, Seika avait ses forces et ses faiblesses, ou plutôt avec LA force et LA faiblesse qui allait avec : une grande puissance énergétique qu’elle ne cessait de développer, mais en contrepartie de ça, un corps fragile, incapable de résister à une trop grande pression de son Chakra. Son bras ne pourrait pas continuer et supporter ce travail tous les jours : cela revenait presque à s’en amputer ! Et ce n’était vraiment pas le but recherché lors de cet entrainement.

Souryo, ayant bien évidement attentivement étudié son bras ainsi que ses liaisons de Tenketsu, constata que ces derniers étaient contractés, laissant passer moins de Chakra depuis qu’elle avait presque éclaté coup sur coup son membre. Malgré cela, et les mises en garde, l’après-midi même du troisième jour, la Kunoichi retenta l’expérience. Lorsqu’elle le fit, tout le monde s’arrêta et retint son souffle : est-ce que cette fois allait être la bonne ? Allait-elle réussir à maîtriser sa trop grande puissance qui circulait en elle comme un poison lent ? C’était peu probable. Et tandis qu’elle concentrait de nouveau son énergie dans son bras, elle sentit encore une fois un voile passer devant ses yeux. Finalement ce fût Sakura qui la rattrapa avant qu’elle ne tombe en arrière…

Lorsqu’elle revint à elle, Seika se trouvait à l’hôpital de Kumo, dans une salle de repos. Son bras était froid, tandis que son esprit émergeait. Et quand elle voulue le bouger, elle sentit qu’il était retenu par quelque chose. Quelque chose l’entourant de froid. Le regard d’une nurse sur un appareil bordant son lit attira aussi le regard de la Chuunin, qui vit que son bras était immergé dans de l’eau, ou quelque chose qui y ressemblait. On aurait dit une capsule, c’était étrange…

Elle apprit qu’il s’agissait d’un appareil permettant de traiter ses données physiques au niveau du bras, tout en donnant une vue d’ensemble de celui-ci. Bien évidement ce n’était pas joyeux, mais au moins ce n’était pas irréversible. L’avantage avec la médecine Ninja, c’était que ça pouvait aller très vite : et en effet, le docteur lui annonça à dans trois jours, le temps qu’ils se chargent de son membre, immobilisé pour le moment… Lorsqu’elle pencha la tête de côté, faisant saillir les muscles de son cou, elle sentit celui de gauche lui faire mal, tirant sur les muscles du bras et de l’épaule.

En effet, trois jours ce n’était pas cher payé pour tout ce qu’il aurait fallu faire pour elle si elle y avait vraiment perdue son bras dans cette histoire… Seika espérait que son amie ait continué l’entrainement, mais la connaissant, Shijima se doutait qu’elle réussirait, si elle s’en donnait les moyens. Elle avait le truc, elle, contrairement à Seika. Un trait philosophique eut été de dire que chacun avec son « truc »…

L’idée de renouveler une telle expérience ne germa plus dans l’esprit de la jeune femme, en tout cas pour le moment. Qui savait ce que l’avenir réservait hein ? Peut être achèverait-elle son entrainement un jour, si elle en était capable oui…

.Fin.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mar 10 Nov - 16:56



    Seika : + 58 XP ( bonus chuunin inclus )


MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mer 18 Nov - 1:09

( Apprentissage : Raiu )
- 1 -

Il était temps de passer aux choses sérieuses à présent. Seika fit glisser le dernier bouton de son corset de cuir, sa Tenue de Combat, et observa son reflet dans la glace. Aujourd’hui était un grand jour. Oui, car aujourd’hui, elle allait tenter de maîtriser une technique qu’elle avait réussi par hasard à employer dans la forêt bordant les Montagnes d’Ossa. Shijima allait tenter d’utiliser véritablement la technique de Ninjutsu de Kumo, Raiu, l’Orage.

Une technique en apparence simple, et qui finalement ne l’était pas que d’apparence. Son usage simpliste ne faisait que confirmer l’idée selon laquelle, les choses les plus simples sont encore les meilleurs ! Et en pratique, le résultat pouvait s’avérer mortel. Seika était-elle heureuse, impatiente d’apprendre cette technique aujourd’hui ? Bien sur ! Car elle était un gage de puissance supplémentaire, qui pouvait donner lieu à tant de possibilités…

Maîtriser la puissance des cieux, ce n’était pas seulement approcher le domaine du Divin : c’était toucher à son pouvoir ! La foudre est décrite comme l’arme des dieux. Si les Shinobis ont appris à l’apprivoiser, c’était parce que la foudre les fascinait, autant qu’elle les effrayait. Comme l’homme domestiqua un jour le feu, il domestiqua par la suite ce par quoi tout avait commencé : un éclair sur un arbre de bois mort. Seika allait entrer, poser un pied, sur cette route, dans cette histoire, et entrerait elle aussi dans la légende des fous qui se croyaient des dieux, capables de déchainer les puissances des feux du ciel.

Vrai, était le fait que cela ne ressemble pas à la Kunoichi. Mais elle s’en était elle-même aperçu, lorsque Shinzo l’avait convoqué pour tenter d’apprendre le Rasengan : Seika prenait goût à la puissance qu’on plaçait entre ses mains. Une puissance qu’elle désirait utiliser, pour des raisons qui lui étaient propre avant tout. De l’égoïsme ? Oui, en quelque sorte. Mais qui ne l’était pas ? Oh oui, on pouvait dire qu’il y avait aussi des altruistes en ce monde, mais même ces personnes-là, recherchaient une récompense morale. Tout était affaire de désirs, d’envies, de rêves et de peurs.

Bien sur Seika aussi avait peur d’échouer à nouveau, dans cette nouvelle expérience qui pouvait passablement être dangereuse pour elle aussi : maîtriser la foudre, ça ne se faisait pas en claquant des doigts ! Et elle était égoïste de désirer ce pouvoir pour augmenter son arsenal de guerre. En un mot elle était humaine. Le reflet de la jeune femme disparue du miroir, tandis qu’elle sortait, avec le projet de se rendre au Lac Karas pour y retrouver Shinzo. Son professeur avait été d’accord pour voir avec elle l’apprentissage de cette technique, et servir de « cobaye » à celle-ci. En effet son professeur allait utiliser une autre technique qui ferait office de bouclier sur lui-même. Seika ignorait de quoi il s’agissait, mais d’après son professeur, une fois Raiu maîtrisé, cela voudrait définitivement dire qu’elle était faite pour cette voie-ci.

C’était donc l’esprit léger, vide de toutes formes parasites de pensées, que Shijima Seika, Chuunin de Kumo, arpenta les rues du village, désertes ou peu s’en faut de si bon matin. Peut être le fait de se plonger dans de nouveaux apprentissages, avec toujours plus de force, lui était bénéfique. Elle en oubliait le passé, ne craignait plus l’avenir, ne se contentait que de vivre le moment présent de l’apprentissage, le moment présent de la puissance, le moment présent d’un certain accomplissement de ce pour quoi elle existait au final : être une Kunoichi du village caché du pays de la Foudre.

Les gens lui souriaient, certains franchement, d’autres timidement. La belle Kunoichi répondait à chacun de ces sourires, mais son esprit était ailleurs, déjà dans les nuages. Ou plutôt, remarqua-t-elle, dans le ciel gris et vide de toutes masses nuageuses. Il faisait encore beau aujourd’hui, comme la journée passée, durant laquelle elle avait apprise la technique de la Rupture, le Kai, lui permettant de se protéger des techniques de Genjutsu. Elle passa devant des grilles de magasins fermées, des volets baissés, et finalement, sortit par le nord du village, empruntant un grand sentier de montagne, se divisant en bien des endroits pour atteindre différents lieux d’entrainements environnants Kumo. Elle-même ne sortit du sentier que vers la fin de celui-ci, se mettant brusquement à monter vers les hauteurs, à rythme réguliers.

Elle arriva donc aux abords du Lac Karas, site d’entrainement n°9. Un des sites les plus éloignés du village, mais aussi un des plus calmes, où l’on était rarement dérangé, surtout à cette époque de l’année où le froid frappait de plus en plus souvent. Si pécheurs il y avait, c’était surtout en été qu’ils étaient là. Et quand l’endroit n’était plus calme, Seika en trouvait un autre, et ainsi de suite, pour être tranquille et travailler son Ninjutsu en paix. En tout cas c’était ce qu’elle faisait depuis qu’elle avait décidé de s’y mettre, lorsqu’elle n’était encore qu’une jeune orpheline Aspirante Ninja rébarbative. Shinzo n’était pas encore arrivé, mais la jeune femme savait qu’il ne tarderait pas : le meilleur professeur de Ninjutsu avait certes des tares, mais il avait de la discipline, et de l’ordre dans sa vie. Il se levait toujours à la même heure, se couchait presque toujours à la même heure, allait chez le coiffeur à la même heure…

Shijima s’installa sur un rocher, parmi tous ceux qui jonchaient la place de rocailles du lac des montagnes. Au nord de celui-ci, de l’autre côté de l’eau, un arbre mort habité par les volatiles nécrophages se tenait, immobile. Ce décor était macabre il fallait bien l’avouer, mais au moins, il y régnait la plupart du temps un silence quasi religieux, à peine troublé par les cris déchirant des corbeaux, qui, pourtant nombreux, auraient pu faire un tapage de tous les diables. La jeune femme n’eut pas longtemps à attendre son professeur, qui apparut dans une petite explosion de fumée blanche. Le vent se leva presque au même instant, faisant voler de concert les cheveux noirs des deux personnes.

Shinzo ¤ Salut Seika-chan !

Seika ¤ Bonjour Shinzo-kun.

Shinzo ¤ Toujours partante pour essayer d’apprendre cette technique ?

Seika ¤ Toujours, il me faut un potentiel offensif plus fourni si je veux avoir une chance de survivre à l’extérieur de ces murs.

Shinzo ¤ Ah ? T’as des sorties de prévu ?

Seika ¤ Non pas exactement, j’attends des nouvelles de Nagoshi-sama, mon partenaire et responsable de notre binôme. Jusque là il faut que je me prépare, que je m’entraine sérieusement, et surtout que je sois capable de me défendre seule !

Shinzo ¤ Je comprends, il faut dire qu’avec ta seule technique du Raiton Daishino, tu n’iras vraiment pas loin.

La jeune femme ne répondit rien, car il n’y avait rien à répondre : Shinzo avait parfaitement raison, et c’était pour ça qu’elle se trouvait ici aujourd’hui. Après l’échec de l’apprentissage du Rasengan, il était temps d’avoir tout de même quelque chose d’autre pour se battre que l’éclair fendu. Certes cette technique avait sa puissance, ses particularités, mais regardons la vérité en face : une seule technique pour se battre, c’était loin d’être suffisant. Le combat à l’arène lui avait d’ailleurs bien montré qu’elle ne pouvait se contenter de ça pour affronter n’importe qui. En plus cette peste de Machi avait réussi à l’atteindre avec un Genjutsu agissant sur la mémoire, comme l’expert en interrogatoire la veille, et du coup elle n’avait même plus pu utiliser cette technique. Il était normal que ce match se soit terminé par son abandon pur et simple. Incapable de manier un sabre, incapable de se servir de ses poings ou de ses pieds, incapable de lancer des Ninjutsus offensifs… Seika n’était qu’une incapable en matière de combat, voilà tout.

Shinzo lui fit signer de bouger et d’aller s’installer dans une zone plus rocailleuse encore, où elle s’était tenue il y a de cela une semaine à peu près, et où elle avait essayé de maîtriser le Rasengan, sans succès. Le lieu était parsemé de plus de débris que dans ses souvenirs. Seika n’avait pas revu son amie depuis ce jour là, mais elle avait été tellement plongée dans ses apprentissages et ses missions, qu’elle n’avait guère eu de temps pour elle. Ou plutôt, ne s’était elle pas donnée de temps pour ça en vérité. Assise en tailleur sur un rocher plat, Shinzo resta quand à lui debout, marchant de long en large, faisant parfois le tour de son élève.

Shinzo ¤ Il te faut savoir Seika-chan, que cette technique n’est pas qu’une étape vers d’autres utilisations que tu pourras par la suite faire de la foudre venue du ciel : la puisse du Raiu est réelle. La technique en elle-même peut être utilisée de deux façons. Soit, tu peux créer un orage à partir de ton propre Chakra et le maintenir en forme, soit tu peux utiliser un orage préexistant pour te servir de sa puissance. On va donc commencer par la base de la technique : la création de l’orage. Pas question de tricher en te servant d’un Changeur de Temps, dont je vois le pendentif autour du cou. Tu dois vraiment créer l’orage à partir de ton Chakra. Mais n’ai pas peur, c’est plus simple qu’il n’y parait, et tu maîtrises l’amplification ce qui devrait te mettre un peu sur la voie de la façon dont tu vas devoir y arriver.

Seika ¤ Je vais devoir projeter mon Chakra dans le ciel ?

Shinzo ¤ Précisément, mais pas n’importe comment. Tu dois créer des électrons de Chakra libre, et le faire s’entrechoquer les uns les autres, pour produire de la chaleur. Ce frottement, en accéléré et continu, attirera les cumulonimbus, et formera rapidement un véritable plafond de nuage dont le Chakra contenu facilitera la création d’éclairs.

La Kunoichi acquiesça, puis inspira profondément pour détendre son corps et son esprit. L’entrainement n’allait pas être facile, l’apprentissage d’une technique n’était jamais chose aisée, même quand on avait des prédispositions. La jeune femme commença à malaxer son Chakra, de manière habituelle, comme pour lancer la technique de Zofuku, qui permettait l’amplification électrique des techniques de l’élément de la foudre, le Raiton. Elle entendait les bruits de pas de Megane autour d’elle, et finit par déclarer, agacée.

Seika ¤ S’il te plait Shinzo-kun tu peux arrêter de faire du bruit tu me déconcentres.

Avec un petit « pardon » absent et discret, les bruits de pas s’arrêtèrent enfin. La jeune femme à la chevelure d’ébène l’entendit s’installer sur un rocher lui aussi. S’ennuyait-il de cette séance ? Non ce n’était pas vraiment ça, le Chuunin instructeur semblait plus « nerveux » qu’ennuyé. Seika chassa une nouvelle fois ces pensées parasites et se concentra sur la technique, qui demandait malgré son principe simple, de la concentration.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika
» Appartement de Shijima Seika
» Yon diskisyon nan Site Solèy.
» Fanmi Lavalas veut occuper le terrain, en attendant Obama...
» Projet de Site: Kontre-Kulture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-