Partagez | 
 

 Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

MessageSujet: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Ven 24 Avr - 23:47

Rappel du premier message :

Apprentissage Pratique : Suimen - l’Art de Marcher sur l’Eau

¤~~~~~~~~~~~~~~~~~~¤

12:00. Site n°9, Lac Karas


Dans l’art de se donner des conditions « très » favorables, j’aimerais Zhao Hakai, Genin de Kumo Gakure no Sato. Certes pour le moment, vous ne l’aviez connu que joueur, légèrement sombre derrière son sourire, et un peu enfant gâté, mais si vous pensiez qu’il n’était que comme ça, vous aviez tort. Si le hasard truqué est sa vie, il n’en reste pas moins un Ninja, qui a réussi sa vie d’étudiant même si elle n’est pas encore terminé, et qui est donc capable d’assez d’intelligence et de rigueur physique pour prétendre au grade de Genin. De ce fait malgré les apparences, Zhao a déjà réussi deux missions pour Kumo, même s’il ne s’agissait que de rang D. Notez que ce genre de mission vise à aider la population, et que Zhao n’était pas réticent à le faire… Sa nonchalance était une apparence comme une autre qu’il prenait, car ce qu’il préférait par-dessus tout c’était les imprévus, les changements de dernière minute, les retournements de situation ! Et ce genre de chose, ça n’arrivait que dans les situations un peu extrême, ou désespéré. Un peu comme maintenant, dans le genre extrême…

Il était midi, midi pile, et l’Hakai, en plein soleil et les yeux fermés, luttait contre la chaleur, pour malaxer son Chakra. Il était près du Lac Karas, portant ce nom car la légende racontait qu’il était autrefois survolé par de nombreux corbeaux… Mais le jeune homme n’en avait pas vu l’ombre d’un seul. Ce lieu d’entrainement était propice aux entrainements sur le contrôle du Chakra principalement. Il se souvenait très bien y être souvent venu de ses années d’étudiants, pour y apprendre à marcher sur les arbres… C’était ici qu’il avait apprit ses plus grandes leçons pratique sur le Chakra, son fonctionnement, la façon de le malaxer et de s’en servir, par un exercice simple qu’il s’apprêtait à effectuer : marcher sur les arbres ! Oui, marcher, pas courir ou grimper mais bel et bien marcher, tranquillement, en prenant son temps… Le jeune homme concentra son Chakra dans la plante de ses pieds, malgré la chaleur et la douloureuse brulure du soleil sur son dos… Il se mit à marcher vers l’arbre, passant enfin sous sa coupe, et dans son ombre rafraichissante. On n’était pas en été mais à cette altitude on ressentait beaucoup plus l’effet du « midi ». Il tendit sa jambe droite vers l’arbre, et son pied droit à la verticale… Lorsqu’il le posa sur l’arbre, l’écorce de ce dernier n’en subit aucune variation : tout était stable malgré les conditions, sa dose de Chakra comme sa concentration. Zhao avait réussi la première étape… Prenant appui sur l’arbre lui-même, il tendit sa jambe gauche, et réitéra le prodige… Voilà, il tenait à l’horizontal, sans en ressentir trop intensément les effets de la gravité… Merci qui ? Merci Sani Sajuu ! Avec un sourire, le Genin fit le tour du tronc, puis monta encore plus haut, jusqu’à atteindre la cime des arbres… Zhao écarta les branches et les feuillages : d’ici, on voyait toute la vallée de Kumo, et ses nombreux lacs… Là-bas le lac Yamata, là-bas le Musée… Et le village tout entier. Pensez donc, à cette hauteur, que la montée n’avait vraiment pas été facile : si Zhao pestait en montant jusqu’au site n°5, il était limite en train de pleurer en arrivant au n°9. Pas que ce soit foncièrement dur, mais il se plaignait toujours des exercices physiques, même s’il ne rechignait pas à les faire… Finalement, malgré la vue, le jeune homme redescendit, de la même façon qu’il était monté, tout en continuant de maintenir l’apport de Chakra dans la plante de ses pieds. C’était un exercice ardu, mais qu’il avait apprit à maîtriser avec le temps, et qui était nécessaire à d’autres techniques qu’il maîtrisait aujourd’hui : la base du Ninjutsu de Kumo, le Raiton, et son utilité spécial, la Surcharge.

Mais il n’était pas là pour travailler ces deux techniques, il venait en développer, ou redévelopper, une nouvelle : Suimen, l’Art de Marcher sur l’Eau. Il s’agissait de l’évolution de la technique du Kinobori, l’Art de Marcher sur les Arbres, qui n’était pas au sens propre une technique, mais seulement l’application concrète de la concentration du Chakra. Quand au Suimen, ma foi, il avait bien déjà fait des tentatives plusieurs mois auparavant en compagnie de son professeur et des autres élèves, mais sans grand succès… Ca lui paraissait déjà si loin… Maintenant de nouveau sur la terre forme, le Genin, vêtu simplement d’un short gris, et en sueur, attrapa une pièce dans la poche de sa veste blanche, posté en tas avec le reste de ses vêtements sur une pierre à l’ombre du vieux chêne qu’il venait d’escalader. Décidant finalement de s’assoir, Zhao, fit glisser la pièce entre ses doigts agiles. Oui, il se souvenait de ce jour où ils avaient tentés, par l’initiative de leur professeur, et un peu pour rire, d’apprendre à Marcher sur l’Eau… Le Parieur lança sa pièce dans les airs, et suivi sa course sphérique à travers le décor pittoresque de Kumo, son lac, ses montagnes, son ciel bleu et éclatant par ce midi ensoleillé, qui céderait peut à peu aux nuages de l’après-midi, et à la foudre du soir…


¤~~~~~~~~~~~~~~~~~~¤


Take a Chair and Listen... The Wind...


Dernière édition par Zhao Hakai le Dim 17 Mai - 17:23, édité 3 fois

AuteurMessage

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mer 18 Nov - 18:18

- 2 -

Les effets de la technique commencèrent à se faire sentir, autant autour d’eux que dans l’atmosphère. La température ambiante était montée d’un cran, et le Chuunin instructeur avait en conséquence déboutonné les boutons du haut de sa chemise noire, révélant un torse imberbe et surement maintenu minutieusement en état. Du moment qu’il ne voyait pas de poil blanc, qu’il ne voyait aucune marques de vieillesse, tout allait pour le mieux avec lui. Quand à Seika, elle était toujours immobile, les paupières closes, transpirant faiblement, concentrée sur le Jutsu qu’elle devait réaliser.

Dans le ciel, Shinzo sentait le Chakra de sa disciple s’entrechoquer de plus en plus rapidement, avec toujours plus de force. Elle avait bien comprit le principe, et le reproduisait certes, avec un petit temps d’adaptation, mais fort bien jusque là. Le fait était, que Seika était douée pour les projections de Chakra à grande échelle. Le Chuunin à l’allure d’adolescent ne s’en était rendu compte que trop tard, et le mal était déjà fait à cet instant. Heureusement que Souryo était là pour la soigner sur le moment, sinon elle aurait pu effectivement perdre son bras avec le Rasengan, faute de soins rapides et efficaces. Sakura elle…

Il préférait ne pas y penser. Seika était-elle au courant de ce qui était arrivé à son amie ? Surement pas, sinon elle n’aurait pas été dans cet état d’impatience de vouloir apprendre cette nouvelle technique sur les lieux mêmes de son échec dernier. Une étincelle provoqua un crépitement dans les airs, puis une autre. De l’électricité statique se formait autour d’eux. Shinzo n’aimait pas ça, et concentrait son Chakra sur son épiderme pour éviter de voir ses poils et ses cheveux se dresser.

Etant l’épicentre de la formation électrique, Seika n’était pas affectée par se phénomène et continuait inlassablement de projeter toujours plus de Chakra, le maintenant en l’air, jouant avec lui à faire s’entrechoquer les particules élémentaires entre elles. L’horizon disparaissait peu à peu sous la masse nuageuse toujours plus grosse qui venait de tous les côtés à la fois. Le vent soufflant de l’est vers l’ouest lui-même n’arrivait pas à endiguer le flot gris qui fonçait à toute allure au-dessus du lac Karas. Le pouvoir de changer la météo, ça ne plaisait pas forcément à tout le monde, mais bien souvent des Shinobis étaient recrutés juste pour ça. Quand l’été était trop sec, un petit éclair bien placé dans le ciel, un orage créé, et voilà qu’il pleuvait ! Les Shinobis de Kiri étaient d’ailleurs bien plus doué à ce petit jeu que ceux de Kumo, dont la technique n’était pas faite pour créer de l’eau, traitresse et dangereuse, mais juste pour favoriser la création de la foudre.

Le plafond gris couvrit bientôt tout leur champ de vision. Seika, les paupières toujours closes, respirait à nouveau normalement. Et lorsqu’elle ouvrit les yeux sur le ciel qu’elle avait créé, un sourire apparu sur ses lèvres. Shinzo la soupçonnait de prendre un grand plaisir à changer le temps. Il devrait faire attention à elle, à ne pas la laisser se faire séduire par ce pouvoir. Mais Shijima était une femme raisonnable par nature, et dans la vie de laquelle l’abus, n’était pas une chose courante. Elle abusait parfois des études, de la lecture, ou de la solitude, mais rarement d’autre chose. D’ailleurs il était plus facile de l’abuser elle, sur certains domaines, qu’elle d’abuser quelqu’un. Il n’y avait qu’à voir la façon comique dont Souryo cherchait continuellement à lui trouver du boulot. Seika, parfois énervée et à la limite de l’insolence, faisait cependant ce qu’on lui demandait, et avec attention.

Il était temps de passer à la suite des événements.

Shinzo ¤ Très bien Seika-chan… Vraiment très bien. Mais prend garde : tu ne dois pas relâcher le lien que tu entretiens avec l’orage, sinon il se dispersera au gré des vents.

Seika ¤ J’avais compris Shinzo-kun.

Shinzo ¤ Dans ce cas on peut passer à la seconde phase.

Le Chuunin instructeur aux cheveux aussi noirs que ceux de son élève la fit se lever et marcha avec elle le long du lac jusqu’à arriver à la zone des arbres morts. Les corbeaux avaient fuis devant le temps changeant, et l’endroit était littéralement désert de toutes formes de vie. Les deux personnes s’arrêtèrent, et Shinzo reprit l’apprentissage.

Shinzo ¤ Je vois que tu arrives à maintenir le lien avec l’orage. Tu as fais des progrès Seika-chan.

Seika ¤ Merci.

Shinzo ¤ Maintenant tu vas devoir faire mieux encore. La seconde phase consiste à isoler un couloir électrique dans ton orage et à le commander par un principe de champ magnétique corporel.

Seika ¤ C'est-à-dire ?

Shinzo ¤ Disons qu’en pratique, il faut que l’orage, que tu l’ais créé par le Chakra ou non, réagisse à ta présence, et ne te prenne pas pour cible, sauf si tu lui demandes.

Seika ¤ Mais qui aurait envie de se faire foudroyer par sa propre attaque ?

Shinzo ¤ Tu verras vite qu’un pratiquant du Raiton peut avoir très envie de se faire foudroyer, dit-il avec un sourire espiègle. Quoiqu’il en soit, comme je te l’ai dis, tu dois faire réagir l’orage à ta présence, comme si tu entamais un dialogue avec lui.

Seika ¤ Mais comment puis-je modifier mon champ magnétique personnel ?

Shinzo ¤ Tout simplement en malaxant ton Chakra !

Seika ¤ Ah bon ?

Shinzo ¤ Bien sur, le simple fait de malaxer ton Chakra dans ton corps fait varier le courant électrique naturel qui le parcours et qui te permet de vivre. Il faut te servir de ce courant pour abattre au sol la puissance de la foudre. Je vais te montrer : pose ta main sur mon ventre.

La jeune femme s’exécuta et sentit immédiatement le flux de Chakra rapide qui parcourait le corps svelte autant que musclé de son professeur. Ce courant tournait de plus en plus vite. Et finalement, un coup de tonnerre retentit dans le ciel, puis un autre. Puis le flux ralentit, et le tonnerre se tu de lui-même. Incroyable que ce soit aussi simple : même pas besoin de brûler du Chakra pour activer la foudre. Ce qui pouvait s’avérer salvateur dans certaine situations où il était difficile d’effectuer un quelconque signe des mains.

Shinzo ¤ Je pense que tu as compris comment faire. Pour cette avant dernière phase de ton apprentissage, je veux juste que tu fasses réagir le ciel à toi-même. Ensuite on s’occupera de le faire tomber sur la tête d’une cible quelconque.

Par cible quelconque, il voulait surement parler de lui-même, comme il l’avait évoqué à l’académie lorsque Seika était venue le trouver pour lui demander de lui apprendre cette technique incroyable qu’était Raiu. La puissance du ciel entre les mains des Hommes…

Seika obéit donc aux instructions de son Sensei, se mit en position, les mains jointes. Mais comme Shinzo l’avait même pas eu besoin de se mettre particulière en position, Shijima rompit avec l’habituel posture du Ninja, et resta tout simplement debout, droite, magnifique, les yeux rivés sur le ciel. Ses cheveux flottaient à présent autour d’elle, et sa mèche blanche volait plus haut que les autres, comme si le Chakra la faisait s’agiter d’elle-même, comme une entité unique. La jeune femme malaxait son Chakra avec une puissance rare, comme le remarqua vite Shinzo. Elle en brûlait un peu au passage sans s’en rendre compte, mais elle arriverait vite à se contrôler et à corriger ce défaut dans l’utilisation de la foudre du Raiu.

Enfin, le tonnerre gronda de nouveau dans les airs. Seika était aussi merveilleuse que cette technique qu’elle utilisait. Shinzo ne put que se féliciter de l’avoir comme élève, coupait l’herbe sous le pied de cet abruti d’Hoshi qui le pompait grave avec ses histoires, et dont il savait l’envie qu’il avait d’avoir Shijima parmi ses admiratrices et ses élèves. Sans parler de l’autre playboy. Non vraiment, les génies n’avaient pas mieux que lui en tant que professeur. Mais Seika était-elle vraiment un génie comme certains ? Peut être pas au sens où certains l’entendait, mais elle était un génie de la volonté, de sa volonté puissante, capable de créer à présent un véritable orage au-dessus d’eux. On avait dépassé le stade du simple plafond nuageux là, et ce n’était pas de la faute de la jeune femme qui elle n’était concentré que sur la technique et son propre organisme : un véritable orage venait se greffer sur l’artificiel.

A tout hasard, et comme il n’était pas spécialement protégé contre ce type d’agression contrairement à la jeune femme actuellement, Shinzo active le Générateur, une technique que Seika n’aurait aucun mal à maîtriser, car elle ressemblait beaucoup à Choumanin. Elle rattrapait en un clin d’œil des années d’absences et d’inactivités, c’était aussi ça qui était incroyable chez cette jeune femme de vingt-trois ans. Hurlant presque par-dessus le vent, et le tonnerre dont les cris emplissaient l’espace par des intervalles de plus en plus courts, Shinzo acheva ses explications.

Shinzo ¤ Seika-chaaaan ! C’est le momeeeeeent à préseeeeeent !

La jeune femme n’eut rien à répondre de particulier à son Sensei qui lui-même s’était mit à courir pour s’écarter d’elle. Elle se sentait tellement bien à présent. Son énergie tourbillonnait comme un moteur du futur, et le tonnerre lui répondait, dialoguait avec elle, comme avait réussi à le faire son professeur. Shinzo se plaça enfin à une vingtaine de mètres d’elle, et lui cria quelque chose qu’elle n’entendit pas à cause de l’orage. Il était temps de tester la dernière phase de cette technique, à présent que les deux autres avaient été maîtrisées. Elle avait projeté son Chakra et avait réchauffé l’atmosphère, puis elle avait malaxé sont énergie pour faire parler le ciel. A présent, elle allait le faire agir.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mer 18 Nov - 19:09

- 3 -

Seika tendit les bras vers le ciel, comme si dans sa paume elle allait en recueillir la puissance primaire. Son regard brillait de milles feux, et pour cause ! Le ciel se déchainait avec une puissance rare au-dessus du lac Karas. L’eau était repoussé, les cailloux s’envolaient, comme si la jeune femme créait une véritable tornade. Et ce n’était pas loin d’être le cas, vu qu’elle créait un courant d’air chaud en continu vers l’orage, alors que celui-ci n’était même plus un produit artificiel du Chakra. Shijima le savait, mais ça ne l’empêchait pas continuer, toujours plus, à alimenter cette gigantesque créature difforme qui avait été attiré par la volonté d’une femme à la chevelure d’ébène.

Shinzo face à elle, attendait, les mains jointes que la foudre se déchaine, et il n’allait pas être déçu. De la sueur s’envolait de son front, mais elle provenait autant de la chaleur ambiante que d’une certaine appréhension de ce qui allait suivre, et du même coup d’une certaine peur. Shinzo avait-il peur pour lui-même ? Non du tout, il maniait à la perfection ses techniques, générateur comprit, et du coup c’était surtout Seika qu’il s’inquiétait. D’accord elle était à l’épicentre du Raiu de base, mais maintenant que la technique échappait à son contrôle total, devenant un peu du cinquante, cinquante avec la nature et elle, il était possible qu’elle soit elle-même foudroyée. Si ça devait être le cas, Shinzo ne pouvait rien faire, à part ramasser les morceaux.

Finalement Seika fit un drôle de geste, qu’il eut du mal à distinguer, de là où il était. Faisant quelques pas, il put enfin voir que la jeune femme ne tendait plus la main paume vers le ciel, mais qu’elle avait replié son majeur et ses inférieurs sur sa paume, ne gardant que l’index et le pouce de tendus vers le ciel. Qu’est-ce que c’était que ça ? Un code en langage des signes ? Shijima baissa enfin le bras tendu vers le Chuunin instructeur, qui reprit immédiatement sa position. Pourquoi faisait-elle ce geste, qui n’était même pas un signe de technique ? La technique ne nécessitait pas de faire de signes pour lancer la foudre à l’assaut d’un adversaire, juste de relâcher d’un seul coup sa concentration de Chakra, pour lancer la foudre vers son adversaire. Pourquoi l’éclair allait-il directement vers sa cible ? Justement parce que, coupant d’un seul coup sa rotation de Chakra, la jeune femme disparaissait momentanément aux yeux de l’orage, comme si elle n’avait plus de champ magnétique autour d’elle.

Tien, il n’y lui avait pas dit comment faire ça. Mais Seika n’en eut pas besoin : loin d’être bête, elle avait comprit le fonctionnement du processus. L’index pointé vers Shinzo, le pouce pointé vers le ciel, elle lui fit un grand sourire, en plissant les yeux et en penchant la tête de côté. Elle dit quelque chose que Shinzo n’entendit pas, mais qui si l’on lisait sur ses lèvres, donnait un « bang ». Le Chuunin vit sa main se redresser comme si elle venait de subir un recul, et enfin la foudre se détacha du ciel.

Ok, ça en jette. Le professeur effectua un signe et cria quelque chose, non pas à Seika mais à la nature. Son cri ne l’empêcha pas d’être totalement englobé par l’attaque électrique. La Kunoichi, revenant un peu à elle après ce débordement de puissance, vit avec effroi son Sensei être auréolé de la puissante attaque électrique né de la nature et de sa puissance divine. Etait-elle allée trop loin ? N’avait-il pas eu le temps d’utiliser sa technique ? Elle pensait le voir s’enflammer d’une seconde à l’autre, mais il ne se passa rien de tel, et Shinzo fût bientôt tout ce qu’il y a de plus normal, souriant de son air sympathique de ses bons jours.

Il marcha vers la jeune femme mais s’arrêta à une dizaine de mètres. Au-dessus d’eux, il ne sentait plus le Chakra de Seika, qui avait définitivement rompu le contact avec son orage qui n’était à présent plus le sien. Shinzo était plein là, totalement chargé en énergie Raiton. Et il était peut être temps de voir si Seika pouvait en faire de même. Par jeu, autant que pour lui apprendre cette technique, le professeur déclara.

Shinzo ¤ Seika-chan, je dois t’avouer que tu continu de me surprendre, après tant d’année. Cela faisait un bon moment qu’une de mes élèves n’avait pas été calme de remplir ma puissance à un tel niveau d’énergie.

Seika ¤ Comment ça ? J’ai eu peur moi tu sais ! J’ai cru que tu n’avais pas utilisé ta technique !

Shinzo ¤ Et bien si, et le résultat est, incroyable. Cette technique se nomme Hasseiki, le Générateur, et j’aimerais que tu essayes de l’utiliser à ton tour, que tu vois ce que c’est de se faire « foudroyer » pour un pratiquant du Ninjutsu de Kumo !

Seika ¤ Je… Je ne suis pas sur de pouvoir là tu sais…

Shinzo ¤ Bien sur que si tu le peux, regarde ce que tu as réussi à créer, ce que tu as réussi à me donner comme puissance électrique ! Tu peux y arriver Seika-chan j’en suis certain.

Seika ¤ … D’accord…

Shinzo ¤ Bien. Je ne viens pas plus près parce que je risquerais de te blesser avec tout ce Raiton. Pour utiliser Hasseiki, tu dois utiliser le même principe que Choumanin : tu dois concentrer de l’énergie en toi. Mais pas la tienne ! Tu dois attendre d’être atteinte par la foudre, pour générer autour de toi l’équivalent d’un champ protecteur à travers lequel tu vas absorber la puissance de l’éclair et la charger en toi, pour la réutiliser.

Seika ¤ J’ai compris, mais, et si je n’arrive pas à tout absorber ?

Shinzo ¤ Tu subiras le reste de l’attaque tout simplement.

Seika ¤ Ah ouais, vachement bien étudié le truc.

La jeune femme n’était vraiment pas sur d’être capable d’aligner deux apprentissages à la suite, mais si Shinzo l’en croyait capable… En même temps il l’avait cru capable d’apprendre le Rasengan, regardez où ça l’avait mené quoi ! Mais pour le coup, vu sa description de la technique, Shijima ne l’aurait pas comparé à Choumanin mais à une technique d’absorption de Chakra qu’elle ne connaissait pas encore. Quoiqu’il en soit, vu la façon dont ses yeux brillaient, la sensation de puissance conféré par le générateur avait l’air d’être impressionnante. Surtout que l’éclair n’avait pas été d’une faible puissance : l’endroit où se tenait son professeur avant de marcher vers elle était noirci.

Son dit professeur recula une nouvelle fois, agitant ses doigts comme si ça le démangeait de lancer une technique. Mais oui du coup, si on emmagasinait cette énergie en soit, c’était aussi pour la rejeter ! Autrement dit, cette technique était autant une technique défensive qu’offensive, surprenant. Seika attendit le signal de son professeur qui lui indiqua le signe à faire avant de recevoir l’attaque. Elle le mémorisa simplement, vu qu’il ne s’agissait que d’un seul signe, et se prépara comme s’était préparé Shinzo cette fois, ne rechignant pas à prendre cette pause ridicule que prenaient les Shinobis en général.

Elle se prépara, comme pour lancer une technique surchargée, sauf qu’elle n’avait surchargé aucune énergie en elle : au contraire ce « réservoir » était vide. Mais vu ce qu’elle avait donné à Shinzo, nulle doute qu’il allait être à nouveau rempli ! Son Sensei leva les yeux vers le ciel et l’orage qui a faiblit mais qui continuait de murmurer au-dessus d’eux, comme s’il attendait une réponse de la part des êtres humains qui l’avaient appelé. Son professeur allait utiliser la même technique que la jeune femme, ce qui montrait aussi à cette dernière que la création d’un orage n’était pas forcément une chose profitable à elle seule : si on adversaire se mettait à se servir de ça, elle aurait du mal à garder un avantage sur lui.

Le tonnerre gronda à nouveau, juste au-dessus d’elle. Inconsciemment, et heureusement qu’elle pouvait acquérir assez vite des habitudes techniques fort utiles, Seika fit le signe requit pour le générateur, et se concentra de toute ses forces. Comme elle s’en doutait à la façon dont Shinzo avait réalisé cette technique, ce dernier l’avait surestimé : Seika n’arriva pas à dresser un réel bouclier autour d’elle, pour absorber l’énergie de la foudre. Aussi reçut-elle l’attaque à même le corps…

C’était comme se trouver au centre de la lumière même, dans un éclair du paradis céleste. Cette puissance, qui jouait sur son corps, lui faisait mal c’était vrai, mais en même temps elle sentait son énergie être transformé par le Chakra de son corps, et être absorbé par tout les pores de sa peau blanche. L’exercice la mit à genoux, tandis que son corps absorbait jusqu’à la dernière parcelle d’énergie qu’il était possible d’absorber. Durant tout le processus, qui dura bien une bonne minute, au cours de laquelle Seika ne put réprimer ses cris de douleurs, la jeune femme fût totalement enveloppée d’un drap bleuté de lumière. Ses yeux, qui criaient au ciel sa douleur, étaient illuminés de l’intérieur par cette énergie qui l’emplissait toute entière.

Shinzo croisait les doigts, pour qu’elle ne succombe pas à l’inconscience, qu’elle réussisse cette fois, à accomplir ce qu’il la croyait capable de faire. Et cette fois enfin, il ne fût pas déçu. D’autant plus que Souryo n’était pas là alors si Seika avait vraiment prit l’éclair de plein fouet… Il n’en resterait surement rien à l’heure actuelle. Le Chuunin instructeur s’était vidé de son énergie à travers un nouvel éclair, vers lequel il avait concentré tout le Chakra qu’il avait accumulé de la première technique de la jeune femme. Autant dire que le résultat avait été violent : Seika, à terre, pleurait à chaudes larmes.

L’homme bardé de métaux et de noir voulu s’avancer vers elle, mais il savait que son corps chargé en électricité lui ferait mal. Aussi fit-il quelques pas avant de lui demander d’un ton d’excuse inquiet.

Shinzo ¤ Seika-chan… Ca va ?

La jeune femme releva son visage vers le meilleur professeur de Ninjutsu du village caché du pays de la Foudre. Le meilleur… Tu parles, le plus fou oui ! Balancer une telle décharge à son élève, il y avait de quoi lui filer des baffes toute la journée ! Mais elle n’était plus une étudiante, elle était une Chuunin, elle était capable de serrer les dents. Reprenant contenance, Seika se redressa, les fesses sur ses chevilles, puis se releva en s’aidant de ses mains. Titubant quelque peu une fois de bout, la jeune femme fit face à son Sensei, une lueur né du Chakra faisant briller et ressortir comme jamais le rouge de ses yeux… Où transparaissait une colère sourde, qu’elle avait faire se déchainer, comme l’orage s’était déchainé.

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Mer 18 Nov - 20:03

- 4 -

Seika ¤ … Ca… Ca va ? Tu veux savoir si ça va ?

Entre les larmes qui maintenant cessaient de couler, la jeune femme sentit en elle toute la puissance qu’elle avait réussi à retirer de la foudre qui lui était tombée sur le coin de la tête. Elle se passa la main sur la joue pour en effacer la trace de ses larmes, et sentit un court-jus dans sa main : tout son corps était chargé d’électricité à présent. Elle aurait voulu avancer vers lui, et lui donner une belle baffe électrique, mais son esprit pratique la rappela à l’ordre. La Kunoichi se contenta de fermer les yeux, bien campés sur ses deux guiboles, et d’inspirer profondément.

Elle comprenait parfaitement Shinzo, qui avait semblé si bien dans sa peau après avoir reçu l’attaque : malgré la douleur qu’elle avait ressentie en ne pouvant pas absorber toute l’énergie Raiton, celle qu’elle avait emmagasiné était, plus qu’impressionnante. C’était comme si elle avait utilisé Choumanin pendant une heure ou plus, en malaxant et en stockant son Chakra au faire et à mesure. Là, non seulement ses réserves étaient pleines, mais ça débordait presque, à chaque mouvement de son corps, à chaque frôlement du tissu blanc de sa robe avec sa peau.

Se calmant, légèrement, elle finit par déclarer à son professeur.

Seika ¤ Oui, ça va… Je n’ai pas réussi à tout absorber, mais ce que j’ai est largement suffisant.

Shinzo ¤ Suffisant pour quoi faire ? Demanda-t-il, un peu sur la défensive.

Seika ¤ Pour utiliser Chitaisongai.

Shinzo ¤ Ah ! Je reconnais bien là mon élève toujours soucieuse d’apprendre et d’expérimenter de nouvelles techniques ! En effet avec autant de puissance en toi, tu devrais sans problème couvrir une large zone de dégât avec ta technique…

Ne désirant surement pas être le sujet d’une nouvelle expérience, le maître en Ninjutsu chercha du regard quelque chose à prendre pour cible, et finit par le trouver. Son regard se posa sur un bosquet de trois arbres, séparé les uns des autres par un peu moins d’un mètre chacun. Leurs branches mortes s’entremêlaient librement, donnant l’impression d’une forteresse macabre à l’ensemble. Seika suivit son regard et observa le dit bosquet, comprenant ce qu’elle devait faire.

Shinzo ¤ Essaye donc d’utiliser ta nouvelle puissance sur le bosquet là-bas, ajouta-t-il pour bien être sur d’être sur la même longueur d’onde que la jeune femme.

Seika ¤ C’est ce que je m’apprêtais à faire.

Shinzo ¤ Pour relâcher ta technique avec Hasseiki, tu dois créer un lien de Chakra vers l’attaque, et lancer comme une flèche toute la puissance concentré du générateur vers l’éclair pour le grossir durant sa course. Lorsqu’il atteindra sa cible, effectue le signe d’utilisation du Chitaisongai, en serrant le poing, puis tend les doigts pour éclater l’éclair en trois, comme pour un Raiton Daishino.

Seika ¤ Comme quoi, ma seule technique offensive était vraiment bien choisie hein ?

Shinzo ¤ On peut dire ça oui. Dépêche toi tu n’as plus beaucoup de temps !

Seika ¤ Pourquoi ?

Shinzo ¤ Au bout de quelques minutes, ton organisme commence à s’habituer à la présence de toute cette énergie en toi, et la laisse s’échapper par les pores de ta peau par laquelle elle est entrée. Si tu attends trop ton générateur va s’évaporer.

Ce qui aurait été dommage, après avoir tant souffert pour l’utiliser. La Kunoichi s’exécuta donc rapidement, et reprit sa position, le bras tendu vers le ciel. Cette fois-ci, comme le tonnerre ne grondait plus avec autant d’intensité, le Chuunin instructeur demanda.

Shinzo ¤ Que représente ce geste Seika-chan ?

Seika ¤ Aucune idée, il m’ait venu naturellement.

La réponse était sans appel, et Shinzo ne voyait aucune raison de l’empêcher de le faire. Au contraire l’adversaire, comme lui, pouvait se demander ce que ça pouvait bien être que cet étrange signe qu’elle faisait avec la main. D’accord ça lui montrait aussi qu’elle préparait quelque chose, mais l’attention de la personne se retrouvait donc focaliser sur elle, et non pas sur le ciel, d’où venait l’attaque.

L’orage reprit un peu de vigueur, mais il ne s’agissait que de derniers soubresauts avant de disparaitre. Toute l’énergie qui y avait été emmagasiné allait être totalement utilisée par Seika, ôtant du même coup au plafond gris toute trace d’électricité.

La jeune femme à la chevelure d’ébène laissa son bras redescendre, pointant le bosquet d’arbre. Et comme semblait l’avoir vu Shinzo, et que cette fois il entendit distinctement, Seika émit un petit bruit.

Seika ¤ Bang !

En réponse à ce son, et comme si ce dernier avait été l’ordre qu’attendait le ciel pour assouvir les désirs de sa belle, la foudre descendit du plafond nuageux une dernière fois. Rapidement, Seika joignit les mains, et projeta d’une seule traite tout son Chakra, à travers le lien qu’elle avait créé durant les secondes qui avaient précédés son « bang ». L’éclair, comme s’il passait à travers de l’eau, ou un miroir, ralentit sa course un dixième de seconde, assez pour que Shinzo et Seika puisse l’admirer dans toute sa splendeur.

Puis Seika serra le poing, effectua un signe de sa main libre, et détendit brusquement ses doigts, au moment où l’éclair arrivait sur les arbres morts. Si un éclair basique aurait auréolé un homme adulte de grande taille, ce coup de foudre là, c’était quelque chose à voir. A la diagonale, comme s’il passait pendant un dixième de seconde à travers un nouveau miroir, la foudre se fendit en trois entités, et frappa simultanément les trois arbres de plein fouet.

L’éclair de lumière les aveugla, autant que le son de l’impact les assourdit. Ca c’était de l’impact vraiment. Shinzo siffla, en rouvrant les yeux avant Seika, qui elle-même ne le fit qu’en réponse à un nouveau son qui s’élevait maintenant face à elle.

Shinzo ¤ Et bien Seika-chan, je te félicite, tu es surement la meilleur pratiquante de Ninjutsu à qui j’ai eu la chance de donner mon savoir. Mais pour la suite de ton apprentissage, tu devrais voir à contacter Shayou Tasogare. Je sais qu’il est chiant avec sa manie de draguer toutes les filles qui passent, mais il est bien meilleur pratiquant du Raiton que moi.

Seika ¤ Mais pourtant vous êtes le meilleur !

Shinzo ¤ Le meilleur pour enseigner. Et comme je te le monterais un jour si tu veux, le meilleur pour soutenir mes camarades au combat. Je connais et maîtrise le Raiton jusqu’à ce domaine de base que tu viens d’atteindre. Après, ce n’est plus de mes compétences.

La jeune femme hocha gravement la tête. Elle n’aimait pas spécialement Shayou, il était toujours « trop » charmeur avec elle. Surement parce qu’elle était une des seules filles à qui il ne faisait aucun effet. Il était beau garçon mais cela ne suffisait pas pour elle. Sur son visage, et celui de son professeur, les flammes se reflétaient. La foudre avait fendu chacun des arbres, et presque explosé complètement le dernier. Le bois mort avait réagit, et à présent le bosquet tout entier brûlait. Les arbres étant à l’écart les uns des autres, et le vent de l’orage étant retombé avec cette dernière attaque, il n’y avait aucun risque que le feu se propage.

Seika se laissa tomber sur les fesses, les bras derrière son dos posés sur le sol. Elle était vannée pour la journée. D’ailleurs quelle heure était-il avec tout ça ? Le plafond gris se dissipa, de minute en minute, et elle put enfin voir de nouveau le soleil pointer. Avec ce temps noir qu’elle avait créé, on ce serait cru en pleine nuit, au plus fort de l’orage. Mais en réalité on se rapprochait juste de midi.

Et bien elle allait rentrer voilà tout, et se reposer. Le vide laissé par le générateur se résorbait en elle, et elle profita de ces minutes de paix, observant le bosquet en feu, vide de toutes pensées mise à part celle-ci : qui d’autre était capable de faire ça dans le village ? Shinzo l’invitait maintenant à prendre ses cours de Raiton avec l’autre playboy de service, mais à part lui, qui étaient les meilleurs pratiquants du Ninjutsu du village ? C’était auprès d’eux qu’elle devait s’adresser…

Oh elle verrait bien ça plus tard.

Shinzo debout à ses côtés, lui fit un grand sourire en baissant les yeux sur elle, et s’accroupit pour être à hauteur de son doux visage.

Shinzo ¤ Non mais regarde-toi tu es toute sale ma pauvre ! Tu devrais rentrer et pioncer après avoir prise une bonne douche !

Seika ¤ C’est ce que je comptais faire Shinzo-kun.

Shinzo ¤ Tu sais, rien ne t’empêche de continuer de venir me demander des conseils. J’aurais toujours du temps de libre pour toi Seika-chan.

La jeune femme eut un petit rire, puis elle se redressa et se releva. Son dos s’inclina en avant, tandis qu’elle joignait les mains le long de son corps.

Seika ¤ Merci, Megane-sama.

Puis elle se redressa, et partit en courant, tandis que Shinzo criait brusquement.

Shinzo ¤ Je t’ai déjà dit cent fois d’arrêter de m’appeler comme ça, ça me donne l’air d’un vieux crouton !

Il y avait des choses dans la vie, qu’il valait mieux ne pas changer, car c’étaient elles qui la faisait vivre. Des personnes, qu’elle avait envie de protéger, de côtoyer, même de temps en temps. Shinzo Megane était l’une de ces personnes, et la jeune femme se promit de continuer de venir le voir, car avec le temps, il était devenu un peu plus qu’un simple professeur pour elle : c’était devenu un ami.

- Fin -

MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   Ven 4 Déc - 16:41



    Seika : + 41 XP ( bonus chuunin inclus, technique validée )

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika   

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Site n°9, Lac Karas - Terrain de Shijima Seika
» Appartement de Shijima Seika
» Yon diskisyon nan Site Solèy.
» Fanmi Lavalas veut occuper le terrain, en attendant Obama...
» Projet de Site: Kontre-Kulture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-