Partagez | 
 

 Retour d'une légende...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Retour d'une légende...   Mar 5 Mai - 18:59

[Début Flashback][/font]

L'hiver kuméen, ce n'était probablement pas la saison préférée du jeune pro-taijutsu, et depuis sa promotion en tant que Chuunin, il n'était assigné à aucune mission, si ce n'est qu'aider les éducateurs pendant les cours pour les aspirants... L'ennui le tuait de jour en jour, l'affaiblissant aussi bien physiquement que mentalement, pour son plus grand malheur. Mais, il n'y avait rien à faire, et il devait adopter la patience à présent. Il savait bien qu'un jour où l'autre il serait contacté par le Raikage pour une mission "intéressante". Et un jour, ce moment arriva enfin...

Un des anbus, qui travaillaient sous les ordres directs du Raikage, fît, un beau matin, une entrée furtive dans la demeure du Chuunin kuméen, une lettre dans une main, un kunaï dans l'autre. Avec une agilité et une rapidité digne d'un bon Taijutseur, Shikano s'élança sur l'anbu, couteau de cuisine en avant.

[Anbu]" C'est bien, tu ne baisses pas ta garde, même chez toi... Tiens ça. Dépêches-toi de le lire, de le mémoriser, et de brûler ce papier. "

Shikano se précipita pour ouvrir l'enveloppe qui gardait un papier soigneusement plié. Une fois le dépliage réalisé, il ne fallut que quelques secondes pour le Kuméen pour prendre connaissance du contenu de ce message. Une mission de rang B était assignée à Shikano, et à lui seul, ce qui n'était pas dans les habitudes du Taijutseur, mais lui qui voulait une mission en solo, on ne pouvait pas nier que son vœu était exaucé. Seulement, un petit détail le frappa dans sa lecture, et il n'hésita pas à demander des explications à l'anbu.

[Shikano]" Où est la signature du Kage ? A qui appartient cette signature ? "

La réaction de l'anbu face à cette question fût très nette : il attrapa le papier que tenait fermement Shikano, prît un briquet au passage, et se dépêcha de mettre feu à ce message, tout en prenant soin de rappeler au Chuunin qu'il devait suivre les ordres, et qu'il n'était pas en mesure de demander des explications à un haut-gradé, avant de quitter discrètement mais rapidement la maison...

* Je ne comprend plus rien... J'ai l'ordre de quitter le village le plus vite possible, et de surveiller les actes et les comportements d'un samouraï kuméen qui est lui même en mission de surveillance du seigneur du village de Taki, soupçonné de préparer un coup contre Kumo, avec l'aide possible de Kiri no kuni... Et tout cela sans la moindre signature du Kage. Je ne sais pas pourquoi, mais, on dirait que quelqu'un veut m'éloigner du village, sans que le Kage soit au courant de cette histoire... C'est trop compliqué pour moi, mais je n'ai pas le choix, je dois suivre les ordres... *

Le village de Taki n'était qu'à une trentaine de kilomètres de Kumo, mais Shikano devait rester sur les lieux pendant six semaines et faire un rapport toutes les semaines concernant l'état du samouraï en question.
Une fois à Taki, le Chuunin devait se rendre à la chambre d'hôtel qui lui a été réservé pour une durée indéterminée. Naturellement, sa chambre était à l'étage au dessus de celle de l'espion kuméen, pour faciliter la mission. Aucune initiative n'avait été laissé à Shikano, à part l'autorisation de tuer le samouraï s'il commettait un acte de trahison.
Enfin, dès ses premiers pas en dehors du village, il devait changer d'identité, et abandonner son bandeau kuméen sur la route. A Taki, il ne devait en aucun cas sortir de son auberge pour éviter d'être déchiffré.
Et, c'est ce qu'il fît : une fois installé dans sa chambre, il jeta un coup d'œil autour de lui pour se trouver un bon poste de surveillance, tout en évitant de s'attirer des ennuis avec d'autres clients de l'hôtel. Une fois les préparatifs accomplis, sa mission débuta.

[ LA SUITE PLUS TARD ]


Dernière édition par Shikano le Jeu 18 Fév - 23:26, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Retour d'une légende...   Mer 6 Mai - 19:38

Une heure, deux heures... un jour, deux jours... une semaine, deux semaines... Et toujours rien ! Rien d'intéressant, rien d'excitant, rien de compromettant ! Surveiller une tortue serait plus attractif pour Shikano...
Plus le temps passait, et plus le Chuunin se disait que cette mission n'avait aucune importance pour la situation du village, et il soupçonnait même les autorités de l'éloigner volontairement du village, malgré le fait qu'il ne trouvait pas de justification possible pour faire une chose aussi insensée... Prépaper un assassinat du Kage ? Où commencer la destruction du village de Kumo ? C'était pas possible, dû moins, ce n'était pas aussi simple. Assassiner Shikano ? Pourquoi pas, mais ce n'est qu'un Chuunin qui n'a pas officiellement une grande importance pour le village... Il fallait donc attendre, et le Taijutseur n'avait pas le choix.

Un beau soir, quand le barbare se préparait à dormir, un des garçons de l'hôtel toqua à la porte de la chambre où il résidait depuis quelques semaines maintenant, et précisa en s'adressant hautement qu'il avait un courrier qui lui était destiné, avant de le glisser sous la porte. Étonné, et d'un air pressé, il sauta du lit et s'élança vers la porte d'entrée pour ramasser l'enveloppe que venait de lui remettre l'employé. Arrachant à moitié la lettre, il y jeta un petit coup d'oeil avant de rester figé sur place, comme s'il venait d'être paralysé.

* C'est quoi ce bordel... Et maintenant, on me demande de tuer le samouraï ? Et pourquoi ? Parce qu'il était probablement un traître ? Mais, ma mission n'était pas de le surveiller pour confirmer cela ?!?... Bande d'enfoirés... *

Tout en arrachant le papier qu'il venait de lire, Shikano attrapa son kunaï de son sac à dos, enfila sa tenue de ninja, et surgît en dehors de l'hôtel en s'élançant dans les airs à travers son balcon. Avec milles questions en tête, le Chuunin cherchait un moyen de retrouver rapidement le soi-disant traître. C'est à ce moment précis que, par chance, le samouraï en question entreprenait une balade non loin de Shikano avec un ninja de Taki à ses côtés. Le mieux à faire dans cette situation était de suivre le samouraï, et d'attendre qu'il se sépare du ninja de Taki, car un combat en un contre deux était risqué et difficile à emporter. Shikano ne tarda pas à se mettre en action.
Au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient, le samouraï semblait s'éloigner de plus en plus du centre ville de Taki, préférant entamer sa ballade dans les endroits où le silence et la pénombre régnaient, comme s'il voulait volontairement attirer le Taijutseur en dehors du village. Ce n'était probablement rien de plus qu'un piège...

[Samouraï]" Dis-moi, pourquoi ne pas nous rejoindre en sortant de ta cachette ? "

Shikano était repéré ! Malgré son côté furtif hors du commun, le traître l'avait repéré à travers les buissons où Shikano se camouflait. Ce dernier n'avait pas le choix : il fallait combattre ! Et pour cela, le Chuunin ne chercha pas à y aller par quatre chemins.
D'un mouvement aussi agile que rapide, il apparût derrière le samouraï qui n'eût que le temps de dégainer son sabre pour obliger Shikano à réculer. Puis, il ordonna au ninja de Taki de quitter les lieux, et lui précisa qu'il le rejoindrait dans peu de temps, avec une grande certitude dans ses paroles.

Le combat venait de commencer. Maintenant, c'était au tour du samouraï d'attaquer, et c'est ce qu'il fît : d'une rapidité digne d'un vrai ninja, il s'élança vers Shikano par les airs, avant de réapparaître comme par magie à terre, prêt à entailler les jambes du Kuméen. Mais, il se contenta de projeter à l'aide de sa lame le kunaï que tenait fermement Shikano, laissant à ce dernier le temps de reculer de quelques pas, assez pour ne pas être dans le champ d'attaque du katana.
Ce n'était pas un ennemi ordinaire, et Shikano le savait maintenant. Envoyer un simple Chuunin pour l'assassinat d'une personne aussi dangereuse, c'était comme le fait de signer son arrêt de mort...

[Samouraï]" Je peux t'en parler maintenant je pense, vue la différence de niveau entre nous deux... Je vais féliciter le gouvernement Kuméen et leurs stratèges... Quel plan brillantissime... Franchement, éloigner tous les serviteurs du Kage pour l'assassiner plus facilement, tout ça afin de faire tomber le gouvernement actuel du village, et de créer une empire en unifiant Kumo et Taki, ce n'était pas aussi évident que ça en a l'air... Enfin, tu en sais déjà trop... Meurs !! "

En l'espace de quelques secondes, il réapparût à proximité de son adversaire, et transperça la main gauche du barbare. Il gardait toujours le sourire, pensant que la victoire l'appartenait depuis le début de ce combat. D'un mouvement de son bras droit, il voulût retirer sa lame, mais en vain : le Chuunin avait attrapé la lame, et était décidé à ne pas lâcher l'emprise. C'était une idée de génie, car un samouraï sans katana n'est pas un samouraï. Le traître était surpris, et conscient qu'il était immobilisé. Lâchant sa lame, il frappait de toutes ses forces vers les abdominaux et les côtes du Taijutseur, toujours sans issue.
Le combat venait de prendre un autre tournant à présent. Shikano s'était volontairement blessé, mais tout cela dans le but de reprendre l'avantage face à son adversaire. D'un saut en arrière, il prît de la distance avec son adversaire, et retira lentement la lame, avant de la projeter le plus loin possible.
Shikano perdait du sang, et il devait vite en finir s'il voulait rester en vie. Son côté barbare avait déjà envahi son âme, et ses actes étaient à présent déterminés par la rage et la haine. Tout en hurlant comme un ours, il courût en direction de son ennemi, avant de lui placer un coup en plein dans la gorge. Puis, il continua en enchaînant dans l'ordre un coup de genoux en plein dans l'estomac, un coup de coude dans la nuque, et enfin une savate, envoyant le samouraï s'écraser contre un arbre. Et, ce n'était pas fini : Shikano s'élança avec tout son corps vers le buste de son adversaire. Ce dernier passa à travers une demi-douzaine d'arbres, avant de finir au sol inerte. Mais, la situation n'était au top du côté du Chuunin également : après son dernier assaut, il s'écroula également à terre... Ses forces le quittaient lentement, puis, ses yeux commencèrent à se refermer... Shikano semblait s'endormir pour un sommeil éternel...

[ Suspens, suspens Very Happy ]

MessageSujet: Re: Retour d'une légende...   Ven 29 Mai - 13:52

Petite interlude XP en attendant que tu reprennes un jour =)

Shikano : +17 XP

MessageSujet: Re: Retour d'une légende...   Jeu 18 Fév - 23:41

[Shikano] - Non, non, NON !!!

Le taijutseur se réveilla en sursaut, et retomba de suite dans le lit sur lequel il était allongé. Il était sur le point de s'évanouir quand une infirmière s'empressa de rentrer dans la chambre afin d'injecter au Kuméen une nouvelle dose de morphine, probablement pour apaiser les douleurs de ses atroces blessures. Shikano n'avait pas assez de force pour parler, et il se contenta de guetter d'un regard froid les gestes de l'infirmière. Cette dernière ne fît qu'observer les plaies du Taijutseur avant de regagner les couloirs de la clinique.

* Où suis-je ? Qu'est-ce qui m'arrive ?.... *

Quelques secondes s'écoulèrent, et un ninja, probablement Kuméen, entra discrètement dans la chambre du Taijutseur, tout en prenant soin de refermer entièrement la porte. Posant le sac qu'il portait sur son dos, il prît rapidement la parole :

[Ninja kuméen] - Je vois que tu t'es enfin réveillé camarade... Alors ? Comment était ton séjour dans les ténèbres ?

Shikano resta indifférent face à ces propos, ne faisant que fixer attentivement le visage de ce shinobi.

[Ninja kuméen] - Enfin bref, tu es de retour parmi nous, et c'est l'essentiel. Je t'ai ramené un uniforme et un bandeau dans le sac, le docteur a dit que tu pouvais quitter l'hôpital, à condition de ne pas faire d'effort au minimum pendant deux semaines. Je te rappelle que tu dois faire ton rapport encore, même si ta mission est un échec. Bref, reposes-toi bien, camarade.

C'était bien beau de le dire, mais Shikano n'avait même pas la force de lever le petit doigt : il ne pouvait pas quitter l'hôpital dans cet état, enfin c'est ce que Shikano pensait.
Le lendemain, l'infirmière fît encore un tour dans la chambre du Chuunin, injectant une nouvelle fois une certaine dose de morphine tout en relevant le ryhtme cardiaque de Shikano sur une fiche de soin. Avant de quitter la salle, elle prît soin d'enlever les bandages qui recouvraient le corps musculeux du Taijutseur, car toutes les plaies avaient bel et bien cicatrisé.
En l'espace de quelques heures, Shikano reprît ses forces : en effet, la morphine injectée était mélangée à quelques drogues et stimulants efficaces pour accélérer le processus de régénération du corps humain. Il s'empressa de s'habiller, et enroula le bandeau autour de son bras droit. Shikano était pressé de faire son rapport, et par la même occasion, en apprendre un peu plus sur la situation actuelle du village. Tout en ouvrant la fenêtre, il jeta un coup d'œil au calendrier : c'est à ce moment qu'il apprît qu'il sombrait dans l’inconscience depuis une dizaine de mois. Il l'avait en fait ressenti de lui-même, car son corps était très engourdi.

* Euh... je crois que je vais éviter de sauter de toit en toit, on ne sait jamais... *

Une fois à l'accueil, il remarqua la présence d'un Anbu qui ne tarda pas à se diriger vers le Taijutseur. Il fît signe à Shikano de le suivre, ce dernier ayant compris que l'Anbu était chargé de l'escorter jusqu'au temple du Raikage. Dans tous les cas, Shikano ne pouvait pas refuser cette escorte, n'étant pas en mesure de combattre ou de se défendre.
Une fois sorti de la clinique, les deux Kuméens entamèrent une discussion tout au long du trajet.

[Shikano] - Je suppose que tu n’as pas de cigarettes ?

[Anbu] - Un Taijutseur comme toi doit éviter de fumer, cela ne ferait que baisser ton niveau et écourter ta vie. Mais, si tu insistes… Je suppose que tu n’as pas de briquet ?

[Shikano] - Exact... Merci ! Hupmfff… Pffffff… Ca fait du bien.

[Anbu] - On voit que t’es un vrai fumeur.

* C’est bizarre… Tous les ninjas de Kumo me connaissent plus ou moins, et se doutent qu’un Taijutseur comme moi ne fumerait jamais. Cet Anbu doit donc être un nouveau, et à priori, il ne me connaît pas. *

[Shikano] - Comment va Kempachi-sama en fait ?

[Anbu] - Il doit bien se porter… dans l’Au-delà. Tu n’es pas au courant ? Non ? Je te résume rapidement alors : peu avant le tournoi Chuunin, Kempachi-sama a été attaqué par l’Asahi et des nuke-nins, certains disent qu’il a disparu et qu’il est peut-être en vie, mais entre nous, je n’y crois pas trop… Enfin bref, un nouveau Raikage n’est toujours pas nommé, même s’il y a un intendant du nom de Shigeo Koyama. Tu as déjà entendu ce nom ?

[Shikano] - Ca ne me dit rien, peut-être que je le connais de vue. Kempachi…

Le Chuunin s’arrêta pendant un moment en prenant soin de tirer sur sa cigarette. Malgré l’intimité qui existait entre Shikano et Kempachi, le Taijutseur garda son sang-froid : Kempachi ne pouvait pas être vaincu aussi facilement, même si son adversaire est l’Asahi.

[Anbu] - Ca ne va pas ?

[Shikano] - Vous avez identifiés le ninja de l’Asahi qui a attaqué Kempachi-sama ?

[Anbu] - Je suis désolé, je ne peux pas en dire d’avantage, ce sont les ordres. Je vais être franc avec toi : on te soupçonne d’être dans le coup, enfin, je pense que tu t’en doutes un peu. C’est pour ça qu’on m’a envoyé pour t’escorter, au cas où… En même temps, je t’avoue que ce n’est pas logique, car si le gouvernement n’avait pas envoyé une équipe pour te ramener au village, tu serais déjà mort avec toutes ces blessures. Mais les ordres sont les ordres. Ah oui, je pense qu’on te l’a déjà dit, mais ta mission est considérée comme un échec.

[Shikano] - Je me fous de ça pour le moment. Je dois parler à cet intendant le plus vite possible.

[Anbu] - Je suis désolé, tu n’as pas l’autorisation de le rencontrer pour le moment. Je ne sais pas si tu es conscient, mais tu vas passer par un interrogatoire mon gars ! Et je pense que ca ne va pas être une partie de plaisir. Estimes toi heureux, on a volontairement décidé de ne pas te menotter. Bref, savoures ta cigarette.

Shikano était conscient que dans son état, fuir n’était absolument pas envisageable, et l’Anbu ne ferait qu’une bouchée de lui s’il décidait de l’attaquer. Il n’avait pas le choix, il était contraint de subir l’interrogatoire. De toute façon, il n’avait rien à se reprocher, si ce n’est que sa mission fût soldée par un échec.
D’un autre côté, le Chuunin se remémorait les dernières paroles du Samouraï qu’il avait tué, et en y pensant, il se disait que tout ce qu’il avait dit s’était peut-être réalisé : le Samouraï, sûr de lui et de sa victoire, avait fait part à son adversaire Shikano du plan qu’avait mis en place le gouvernement kuméen. Ce plan consistait en fait à éloigner tous les subordonnés du Raikage afin de l’éliminer sans aucune difficulté. Au final, Kempachi était « mort », et puisque Shikano venait de découvrir quelques instants auparavant que cet Anbu était un nouveau, le gouvernement s’était vite dépêché de remplacer toutes les « victimes » comme Shikano.
Il ne fallait pas être un génie pour comprendre que l’interrogatoire de Shikano était en fait une sorte de vérification, car le gouvernement voulait éviter les fuites pour ne pas faire face à une rébellion de la part des ninjas et des habitants. Dans tous les cas, si Shikano avouait ce qu’il savait sur le gouvernement, il était un homme mort. Heureusement pour lui, c’était un habitué des interrogatoires, et il connaissait plus ou moins les procédés utilisés par les interrogateurs.

Après une longue marche d’une demi-heure, les deux kuméens arrivèrent enfin devant les portes du Tribunal où se postaient deux gardes. Avant de rentrer dans le bâtiment accompagné de Shikano, l’Anbu fît un signe aux deux gardes qui acquiescèrent d’un salut militaire.
Une fois à l’intérieur, Shikano fût accueilli dans une salle assez sombre, où se trouvait une chaise assez rouillée, placée au centre de la pièce qui était en fait l’archétype d’une salle d’interrogatoire.
Une fois le Chuunin installé, trois Anbus entrèrent à leur tour dans la salle. L’un d’eux, qui avait l’air d’être leur chef, fît signe de commencer la procédure : au signal, un Anbu ferma la porte de deux tours de clé, tandis que l’autre lança un Genjutsu, plongeant la totalité de la pièce dans un néant. Bizarrement, Shikano avait perdu de vue les trois Anbus. Le silence total règnait dans la salle. L’interrogatoire venait de commencer.

[Anbu 1] - Shikano, pourquoi as-tu trahi le village ?

[Shikano] - Entrez vite dans le vif du sujet, ce n’est pas comme ça que vous allez aboutir à quelque chose, surtout avec moi… Qu’est-ce que… ARGHHHHHHHHHHHHH !!

A ce moment précis, un Katana sorti de nulle part transperça Shikano. A peine avait-il eu le temps de respirer qu’un Kunaï vînt se planter sur une de ses blessures.

* Merde !! Respires, respires profondément, ce n’est rien, ça va passer… Ce n’est qu’un Genjutsu !!!... Je suppose qu’ils sont en train d’examiner mon rythme cardiaque et les fluctuations de mon chakra. Je n’ai pas le droit à l’erreur si je veux rester en vie, je n’ai pas le droit d’enterrer cette vérité maintenant ! *

[Shikano] - C’est tout ? Et bien, vous ne me connaissez pas assez alors, bande de…. JE SUIS LE BARBARE DE KUMOOOOO !!!!

L’interrogatoire dura exactement 72 heures : la loi interdisait de dépasser cette limite, considérant qu’au-delà de cette période, la vie de l’interrogé était mise en danger. De toute façon, 48 heures étaient théoriquement suffisantes pour connaître la vérité sur l’individu en question. Pendant tout l’interrogatoire, les cris de Shikano ne cessèrent de retentir dans les couloirs du bâtiment où se déroulaient les enquêtes et interrogatoires.

[Anbu 2] - Quelle force d’esprit ! Il a quand même réussi à rester conscient pendant tout ce temps.

[Anbu 3] - Il m’épate. Enfin, je suis content qu’un shinobi comme lui reste dans les rangs de l’armée Kuméenne. Ne tardons pas, il faut l’emmener à l’infirmerie la plus proche, qu’on lui donne un peu de morphine pour calmer ses douleurs. Avoues, tu n’as pas fait dans la dentelle cette fois-ci, d’autant plus qu’il n’a presque aucune résistance face aux illusions. De toute façon, un mec aussi déterminé que lui ne peut pas être un traître.

* Ouai, c’est ce que vous croyez… Je vais tous vous exterminer, bande de vermines… Maintenant, je suis sûr que le conseil Kuméen a décidé d’éliminer Kempachi… Ce village est corrompu, Kumo est corrompu, et moi je ne peux rien faire face à cela ! Je préfère mourir plutôt que de servir un gouvernement corrompu.*

Après un repos de 7 jours, Shikano n’avait qu’une idée en tête : quittez le village, quitte à devenir déserteur ! A son départ, une seule question lui restait dans la tête : Qui tire les ficelles ?

[ Comme vous vous en doutes maintenant, j'ai pris la décision de reprendre Ryoma tant bien que mal, et de quitter Kumo pour devenir un nuke-nin. Je reste à disposition par MP. ]

MessageSujet: Re: Retour d'une légende...   Ven 19 Fév - 16:49

Shikano +9 XP

Passage officiel au Rang de Nuke-Nin du village de Kumo. Un admin modifiera ton bandeau. Bonne continuation.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour d'une légende...   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]
» La forteresse du Val sans Retour
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes de Kumo-