Partagez | 
 

 CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Ven 8 Mai - 16:56

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
-1-

Il régnait en cette matinée un silence apaisant sur toute la superficie du village. Le jour faisait peser ses premiers rayons sur les plus hautes toitures. Les bâtisses les plus basses étaient encore tapis dans l'ombre, attendant patiemment leur heure. Dans les rues encore vides, il résonnait comme un très léger bourdonnement provoqué par le passage des courants d'air descendus des montagnes. Par endroit, quelques volets claquaient contre les murs colorés, signe que le réveil avait déjà sonné pour les kuméens les plus matinaux.

Près des grandes portes, là où l'activité ne baissait jamais, deux silhouettes se trouvaient être perchés sur le toit du bâtiment bordant la grande place aménagée près du poste de surveillance. Poste qui était à cette heure tenue par deux chuunins des plus expérimentés. La première silhouette, installée sur la bordure même du toit, appartenait à une jeune femme aux cheveux blonds coupés en un carré plongeant dont le regard bleu océan s'amusait à regarder les deux chuunins en contrebas. Elle arborait un sourire décontracté et s'amusait à balancer ses jambes dans le vide tout en jetant, de temps à autres, quelques regards par-dessus son épaule vers la seconde silhouette. Celle-ci, adossée contre la paroi d'une cheminée, appartenait à un jeune homme aux cheveux fourchus dont les mèches hésitaient entre le rouge brique et un violet plus sombre que celui qui décorait habituellement les cérémonies officielles du village. Ses yeux de félins fixaient un point fixe de l'horizon tandis que sa longue veste assortie à la plus vive des deux couleurs présentes sur ses cheveux oscillait sensiblement à la moindre impulsion du vent.

SETSUKO ~ Tout parait si calme depuis quelques temps ... peut-être même trop calme.

La jeune femme, Setsuko Oïshi de son vrai nom, s'était exprimée en prenant un ton volontairement inquiet. Ses yeux bleus s'étaient eux aussi brusquement tournés vers l'horizon à la recherche de réponses. D'un certain point de vu, ses paroles soulevaient un mystère pourtant évident. Le jeune homme, Sho Nagoshi, l'avait tout de suite compris. Le calme auquel Setsuko faisait référence n'était autre que cette période de paix relative dans laquelle toutes les nations s'étaient encrées depuis les troubles de Konoha. Aucunes nouvelles n'étaient encore parvenues de l'Asahi depuis leur attaque surprise menée en plein coeur du village caché de la feuille. Le calme avant la tempête, comme le voulait le dicton ? Sho en était intimement persuadé même s'il n'avait aucun moyen en sa possession lui permettant de présager l'heure et la date de leur prochaine apparition.

SETSUKO ~ Crois-tu que nous serons mieux préparés la prochaine fois ?

La question pouvait paraître déroutante. Le regard interrogateur tourné vers Sho tout autant. Mais ce dernier se contenta de prendre une courte inspiration et de répondre dans la foulée.

SHO ~ Non.

A cet instant, Setsuko ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit comme si la réponse que lui avait offert son ami ne pouvait trouver de contradictions dans l'état actuel des choses. Apeurée, bien que consciente que c'était la plus pure vérité, elle abaissa momentanément son regard avant de reprendre son ancienne posture tournée vers le poste de surveillance des grandes portes. De son côté, Sho avait naturellement ressentit la frustration de son amie mais n'avait montré aucune compassion ni la moindre sensation pour tout dire. Il était plongé dans ses pensées, à l'abri de tout, même du danger que représentait l'Asahi. Kumo n'était clairement pas préparé à essuyer une attaque ou une invasion. Bien sûr, les Immortels veillaient et veilleraient toujours mais face à une horde aussi puissante que celle de cette organisation que pourraient-ils faire en nombre si réduit ? Rien.

C'est là qu'il entrait en jeu ou en tout cas qu'il était censé apporter une pierre de plus à l'édifice. Étant le chef d'une équipe, il avait le devoir de former les nouvelles générations de shinobis à trouver leur place et leur équilibre au sein de cette nation. L'avenir dépendant grandement de la qualité des effectifs présents et de la politique mené par le village. Si Kumo n'avait pas de quoi se plaindre en la personne de Shigeo Koyama, il y avait encore un travail colossal à mener du côté des équipes en action.

C'est donc dans une optique de progression constante que l'eisei-nin avait décidé d'apporter de l'expérience aux membres de son équipe via une mise en situation sur une mission de rang C somme toute assez simple. Un ninja devait bien évidemment garder à l'esprit que le danger pouvait surgir de partout mais dans la forme, la mission choisie n'avait pas une portée démesurée par rapport au niveau respectif de ses protégés. Il était question de retrouver une plante médicinale poussant en haute montagne pour un client spécialisé dans la vente d'armes et de poisons en tout genre. La récompense à la clé était plutôt bonne et la seule difficulté apparente ne semblait être que l'accès aux hauteurs. Sho avait toutefois mené un certain nombre de recherches avant de fixer le départ à cette matinée. Il avait notamment étudié tout ce qu'il pouvait y avoir à étudier sur une plante comme l'Akajiso. Il avait, à partir de là, pu entamer des recherches sur les lieux précis où le végétal pouvait pousser. Le nom d'une région s'était détaché du lot : Kamyo. Situé dans les montagnes du nord, Kamyo était une région de haute montagne où les passages étaient peu nombreux et la topographie peu avantageuse pour les expéditions. Mais qu'importe, l'équipe 2 de Kumo irait à sa rencontre quoi qu'il arrive.

Brusquement, comme si Setsuko était à même de lire dans ses pensées, elle se retourna et lui posa une autre question.

SETSUKO ~ Tout est prêt ?

Sho esquissa un sourire en croisant ses bras sur sa poitrine.

SHO ~ Tu me connais assez bien pour connaître la réponse.

La kunoichi laissa échapper un petit rire. Après avoir passé une main dans ses cheveux, elle poussa un profond soupire et poursuivit sur un ton partagé entre le rêve et la mélancolie.

SETSUKO~ J'aimerai tant revenir au temps où nous étions étudiants, tu te souviens ? A cette époque nous n'avions à nous préoccuper de rien, pas même de nous. Les journées étaient paisibles et aucunes nouvelles désastreuses ne parvenaient jusqu'à nos oreilles. Aujourd'hui, les choses ont changés. Nous devons veiller sur les autres tout en encaissant toutes les horreurs que ce monde peut porter en lui.

Il est vrai que le temps de l'insouciance s'était évanouit avec leur passage au rang de chuunin. Tous deux faisaient face à des responsabilités importantes tous les jours qui leur était permis de vivre. Les inconscients qu'ils étaient autrefois avaient laissés leur place à des réalistes. Ils avaient changés et le monde avec eux.

SHO ~ Vois le bon côté des choses.

SETSUKO ~ Lequel ?

SHO ~ Tu peux prétendre changer ce monde désormais.

Setsuko soutint son regard pendant une poignée de secondes, perdue qu'elle était après la réplique qu'il venait de prononcer. Puis, comme si elle venait soudainement de se rendre compte de quelque chose, elle laissa le plus beau des sourires se dessiner sur son visage avant d'hocher une fois de la tête pour lui dire qu'il avait raison. Sho sourit à son tour même si son sourire ne jouissait d'aucune comparaison possible avec celui de son amie.

Quelque chose en contrebas de leur position attira alors le regard de Setsuko. Son sourire laissa place à un petit rire amusé.

SETSUKO ~ Tiens ! Ils approchent, Sho.

Elle avait vu juste ... les membres de l'équipe n°2 approchaient bien...

¤,.°o°O ... O°o°.,¤


Dernière édition par Sho Nagoshi le Mar 2 Juin - 18:01, édité 1 fois

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Sam 9 Mai - 12:32

/)_ Convocation _(\
.Prologue.

Allongée dans l’herbe, installée sur une couverture, Seika observait les cimes des montagnes, les yeux à demi-fermés. La veille elle avait travaillé et accompli une mission de rang D, somme toute assez simple : garder des enfants. Du coup, cette journée-ci était accordée au repos, en prévision de sa prochaine convocation. Il n’était pas loin de quinze heures, vu qu’elle c’était réveillée presque à onze… Par flemmardise. En effet même si la jeune femme était très résistante à la fatigue causée par le manque de sommeil, cela lui prenait parfois, de rester lézarder dans son lit, dans le noir presque total, avec pour seules lumières les rayons du soleil filtrant à travers ses volets clos. En se levant, elle avait prit une rapide douche, l’histoire de se débarbouiller, et avait filé voir Ina et Aichi, pour les aider à préparer le déjeuner. Parfois elle mangeait seule, parfois dehors, et parfois elle se pointait tout simplement, et si elle le pouvait, elle aidait le vieux couple à préparer le déjeuner, puis déjeunait avec eux. Une vie simple, et sans prise de tête…

Après le repas qui fût des plus frugal, de la salade avec des boulettes de riz, toujours dans l’optique d’une journée de repos, Seika avait prit la direction des ruelles de Kumo, pour s’engager sur son petit trajet de promenade, après avoir récupéré chez elle sa petite couverture. Rien de spécial à signaler pour cette petite promenade, mise à part le fait que le temps c’était un peu rafraichi par rapport à la veille… Elle avait finalement posé le pied sur la verdure du versant nord, où elle c’était installé. Si un dieu avait porté son regard sur elle en cet instant, il aurait pu voir une magnifique jeune femme, tout de blanc vêtue, au regard mélancolique d’une époque qu’elle n’avait jamais vécue, attendant patiemment que le temps passe, et la rapproche de son destin. Si destin elle avait… La Fleur soupira… Peut être se faisait-elle des fausses idées ? Peut être que tous ces bruissements de feuille sans vent n’étaient dus qu’à son imagination ?

Foutaise. Elle n’était pas folle, et n’avait pas l’âge d’avoir des hallucinations d’optique. Un jour, quand elle serait prêtre, elle partirait à la poursuite de ce bruissement, qui devait être provoqué par quelqu’un. Et si jamais le destin voulait bien qu’elle rattrape cette personne, elle pourrait enfin savoir pourquoi elle était à Kumo, pourquoi elle avait dû quitter sa terre natale dont elle n’avait plus aucun souvenir, et pourquoi elle avait été surveillée toute sa vie, ou presque. Cette idée la fit frissonner : c’est pour ça qu’elle fermait souvent les rideaux ou les volets de son appartement, l’idée que quelqu’un soit en train de l’épier alors qu’elle se changeait ou qu’elle prenait une douche… Le voyeurisme en mission était une réalité, ne vous y trompez pas mesdames ! Perdue dans ses pensées, elle fût rappelée à cette réalité qu’elle détestait tant par le bruissement non pas des feuilles, mais des ailes d’un oiseau. Un bruissement très proche… Se redressant, elle vit un pigeon passer au-dessus d’elle à tire d’aile, puis faire demi-tour et lui foncer dessus. Elle se contenta de rester immobile, tandis que le pigeon venait s’installer sur son épaule. C’était l’un des nombreux pigeons voyageurs de Kumo, qui servait à transmettre certains messages à travers le village. Pour les longues distances, on utilisait plus souvent des aigles, qui ne risquaient pas de se faire tuer en cours de route. La jeune femme saisit le petit étui accroché à la patte du volatile et en fit glisser un petit parchemin enroulé. Le pigeon repartit juste après qu’elle ait refermée l’étui, ce qui voulait donc dire que le message ne nécessitait pas de réponse. Comme elle le pensait, il s’agissait de sa convocation… Demain à six heures, sac de voyage, mission… Ce Sho Nagoshi agissait comme d’autres instructeurs, en commençant par une mission de groupe : un bon moyen de juger les capacités et les personnalités des membres du groupe assez rapidement.

Et bien soit, demain à six heures elle serait prête. Seika émietta le message, et le laissa se disperser au vent, emporté dans les courants d’air des vallées de Kumo et du pays de la foudre. Elle n’avait pas encore croisé Sakura aujourd’hui… Si jamais elle apprenait qu’elle partait en mission avec Sho, elle allait sauter en l’air. Shijima se demandait toujours ce que son amie pouvait trouver à la gente masculine. Ce désir charnel qu’elle ne ressentait pas la laissait totalement indifférente. Et lorsqu’elle en faisait par à Hide, pour la calmer ou la rappeler à l’ordre, elle se mettait toujours à rire en lui disant que les anges n’avaient surement pas besoin d’aimer les humains… Sacrée Sakura… Peut être était-elle dans le vrai. Bref, elle se releva, replia sa couverture, et vérifia qu’il n’y avait pas de tâche sur sa robe blanche… Qu’allait-elle mettre pour la mission ? Vu que son sensei n’avait pas précisé quel genre de mission ils allaient faire, mieux valait qu’elle soit habillée de manière à parer à toutes les éventualités. Une tenue noire peut être… Tout en remontant la pente, pour retourner sur le chemin de ronde du village, Seika repensa à la géographie des montagnes… Mieux valait quelque chose de pratique pour la marche, quelque soit la mission. Au programme de l’après-midi, choix de garde robe, séance de relaxation et de méditation, l’histoire d’être la plus détendue possible, en prévision d’une bonne nuit de sommeil, et de la mission du lendemain…

_______________
/)_ Mission de Rang C : Les Herboristes _(\
.1.

Fiu, elle était plus du tout habituée à se lever avant l’aurore. Seika se frotta les yeux sous la douche froide qu’elle était en train de prendre. Frissonnante, mais détachée de sa condition physique, elle essayait de revenir totalement dans la réalité, aussi monstrueuse soit-elle. Entre elle et le monde des rêves et des cauchemars… Elle préférait la réalité, pour le moment. Malgré sa séance de relaxation, et de méditation, elle avait fait un cauchemar, où elle avait tout simplement revécue ce jour horrible, où ils étaient morts tous les deux. La mort pouvait frapper si simplement… L’eau fraiche ruisselait le long de ses courbes, caressant sensuellement son corps… Mais elle n’y faisait pas attention. Il devait être environ cinq heures du matin. Elle avait préféré se lever plus tôt qu’une demi-heure à l’avance, pour bien se préparer et se remettre à l’avance des mauvais rêves qu’elle ferait durant la nuit. La jeune femme fit rouler ses épaules, et s’étira, en secouant la tête : l’eau froide faisait son effet.

Après cette douche revigorante, la jeune femme prit le temps de sécher son corps, et ses longs cheveux noirs. Quelle mission allaient-ils bien pouvoir faire ? Et plus important, quels étaient les autres membres de l’équipe 2 ? Elle était impatiente de les rencontrer, mais moins impatiente de partir en mission avec eux. Ah non, voilà qu’elle recommençait ! Shijima secoua de nouveau la tête et ouvrit la fenêtre, dont les volets étaient clos, pour laisser entrer l’air frais. Elle devait tout de même faire attention à ne pas tomber malade non-plus… Juste avant de démarrer la mission ce n’était vraiment pas le bon moment. La jeune femme s’habilla avec les vêtements qu’elle avait prévus la veille : dessous blancs, short noir moulant, caché par une chemise blanche à manche longue, serrée autour de sa taille par son bandeau portant le sceau de Kumo, le tout accompagné d’une longue veste de cuir marron modèle féminin sans manche, serrée autour de la taille et descendant jusqu’à ses cuisses galbées, allant de paire avec ses bottes de cuir marron à semelles renforcées, pour la marche en montagne. S’observant dans la glace, elle se trouva plutôt simplement habillée… Il y avait plus sophistiqué comme tenue, mais ce n’était pas le genre de Seika d’être sophistiqué pour les missions. Sa veste comportait de nombreuses poches intérieures, comme son débardeur qui resterait à son appartement aujourd’hui. Avec ça, elle était habillée, de façon à bouger plus facilement en montagne. Elle prit aussi ses gants blancs renforcés de métal, qu’elle enfila avant de remplir quelques poches de petites choses : des bandages, une petite carte de la région au cas où, et d’autres petites choses… L’heure du rendez-vous approchait à grand pas, mais son sac était déjà prêt, rempli de vivre non-périssable et d’eau principalement. En effet la veille elle avait réfléchie au fait de donner un rendez-vous aux portes du village : ça voulait dire qu’ils allaient partir en mission à l’extérieur ça. Et vu qu’elle ne savait pas pour combien de temps, mieux valait avoir des vivres. La montagne n’était pas le lieu de prédilection de la cueillette…

Et voilà, elle était fin prête. Seika quitta son appartement à six heures moins quinze, et eu la surprise en descendant les escaliers, de voir une main se tendre, depuis la fenêtre ouverte de l’appartement des Watanabi. Souriante, la jeune femme lança sa clé qui atterrit dans la main tendue. Elle passa à côté d’Ina, qui lui fit un grand sourire avant de lui dire quelques mots d’encouragement.

[Watanabi Ina] « Bonne chance Seika, tout va bien se passer. »

Shijima ne répondit rien, se contentant d’hocher la tête. Elle espérait elle aussi que tout ce passe bien… Il n’y avait pas de raison que ça se passe mal de toute façon non ? Tout dépendrait de ses compagnons d’armes, et de Sho Nagoshi…

La jeune femme arriva cinq minutes avant l’heure prévue, visiblement la première à arriver. Le soleil rasait le village, plongea les habitations basses dans la pénombre, et Seika avec. Son sac sur son épaule, elle observa les toits aux alentours, et finit par repérer deux personnes. Aucune idée de qui il s’agissait. Seika était au lieu de rendez-vous, près de la grande porte, et elle attendrait ici que son sensei vienne. Déposant son sac sur le sol, contre le mur d’enceinte, elle s’adossa contre lui, les bras croisés dans le dos, attendant patiemment les autres membres de son équipe…

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Sam 9 Mai - 16:08

(désolé pour la longueur et le manque d'inspi. Je suis en pleine période de partiels, j'ai pas beaucoup de temps... ^^')


Courte nuit, pour autant d'évènements, en si peu de temps. La veille, j'étais Genin du village des nuages, voué à le rester pour des lustres et des lustres. Aujourd'hui, en me levant, je suis toujours Genin, certes, mais attaché à une équipe, et fin prêt à grandir. Ce genre de changement laisse rarement de marbre. Aussi, oui, la nuit fut courte. Extrêmement courte à vrai dire, ce qui semblait pour le moins logique. Des pensées, des réflexions, parfois bêtes, parfois profondes, sur les choses de la vie. Un point m'accaparait toutefois. Ou plutôt une rencontre.
Sho.

L'homme à la chevelure étrange.
L'homme qui m'a fait confiance.
L'homme qui m'a laissé ma chance.

Avant de l'avoir rencontré, je commençais à m'embourber dans mes propres convictions. Ma promotion à l'académie m'a toujours regardé de haut, moi l'enfant des taudis, celui qui ne vaut rien. Ceux qui sont parvenus à intégrer une équipe étaient rarement les meilleurs, et bien souvent les plus influents. Autrement dit, je n'avais qu'une infime chance de pouvoir intégrer quoi que ce soit, à part la section entretien et nettoyage de l'Académie. Destin peu enviable, pour un esprit à la recherche de grandeur. Mais non, cet homme croyait en moi. Impossible de gâcher ce lien. Si je voulais réaliser mon rêve, je devais prendre la balle au bond.

Et puis juste avant le coucher, il y avait eu ce message aéroporté. Un oiseau envoyé par Sho, au moment où je me tenais devant ma maison de taule ondulée. J'eus tout le mal du monde à lire. Mon incapacité notoire à comprendre certains idéogrammes, combinée à une luminosité en berne avec ce soleil couchant, et j'étais parti pour une demi-heure de déchiffrage intense. Un lieu, une heure, une carte. Jusqu'ici, rien de bien compliqué. Cette carte que j'avais déjà étudié des heures pour en tirer un maximum d'informations. Je commençais à bien la comprendre, et les chiffres présents n'avaient presque plus de secret pour moi. En fait, j'aurais très bien pu la déchirer. Elle était imprégnée dans ma mémoire aussi fort qu'une marque au fer rouge.


Ainsi, la nuit fut courte, et terriblement ennuyeuse. Je n'attendais que le moment où mon réveil sonnerait. Sur ma paillasse aménagée, mon corps se tordait dans tous les sens, à la recherche d'une quelconque position salvatrice... En vain. Il fallait s'y faire, je n'y arriverais pas.

Apercevoir les premiers rayons du soleil m'inspira une indicible joie. Requinqué comme si j'avais dormi trois jours, alors que mes yeux s'étaient fermés tout au plus trois minutes, je sortis, un grand sourire au visage, armé de ma carte et d'un baluchon. Dedans, bien peu de choses. De quoi se changer, le peu de nourriture qu'il me restait, et des choses essentielles comme un couteau, une corde d'une dizaine de mètres,et quelques alumettes.


Les ruelles défilèrent au rythme de mes foulées. Je serais pile à l'heure, finalement. Je détestais arriver en avance pour languir, et contempler les nuages. Pour autant, je ne tolérais pas le retard non plus. Il fallait donc doser l'effort pour arriver à peu près au bon moment, quand la majorité des personnes sont déjà présentes. Mon grand manteau rouge me cachait le visage jusqu'au nez, comme à son habitude, et mes longs cheveux aux reflets d'ébène ondulaient au vent. D'habitude, je ne prêtais pas attention à ce genre de détails. Je sentais que quelque chose avait changé en moi. Certainement un lien humain sincère. Je n'en avais pas eu depuis Aneko, et ça fait si longtemps déjà. La joie de vivre n'était pas encore au rendez-vous, mais l'enthousiasme était là. C'était déjà ça de gagné.


La Grande Porte se profilait enfin. De là où j'étais, personne à l'horizon. Je n'eus pas l'idée de regarder les toits aux alentours immédiatement. Ce n'est qu'après une dizaine de secondes que je remarquai deux silhouettes qui semblaient me regarder. Impossible pour moi de savoir qui elles étaient. De toute façon, j'étais à Kumo même, donc il n'y avait aucune raison de s'inquiéter.


Le mur d'enceinte passé, je trouvai une jeune demoiselle adossée, qui semblait attendre. Etant donné l'heure, il s'agissait certainement d'une de mes futures coéquipières. Mais je n'ai jamais été très doué pour les relations humaines, aussi, je me sentis bête, et évitai de lui adresser la parole. Je ne pouvais pas faire comme si je ne l'avais pas vue pourtant... Après tout, elle aussi m'avait vu. Si jamais elle voulait me saluer, elle viendrait d'elle-même. Oui, voilà, je venais de m'inventer une excuse en l'espace de deux microsecondes pour régler le dilemme interne d'un choix pourtant aussi simple que de dire bonjour ou non. Si seulement c'était possible de faire ça pour tout le reste de mes problèmes...


________________________________________
______________

Only Love Is All Maroon
Gluey Feathers On A Flume...


Dernière édition par Ananda le Dim 10 Mai - 12:04, édité 1 fois

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Sam 9 Mai - 21:34

Miiiiiaaaaaaaoooooouuuuuu !
Le miaulement aigu qui venait de retentir tira kamata hors des volutes brumeuses dans lesquelles Morphée l'avait déposé quelques heures plus tôt. L'étudiant assoupi roula au sein de son lit moelleux pour aller se fracasser face contre terre sur le plancher poussiéreux de son appartement du centre-ville. Le contact froid ajouté au choc de la chute eurent un effet surprenant sur le jeune homme qui fut instantanément réveillé !


[Kamata] – « Booorrrrddeeeelll ! Pourquoi faut que je me détruise le crâne pour commencer une journée prometteuse ? Murmura-t-il les dents serrées par ses mâchoires contractés par la surprise et l'agacement. Bon, c'est pas tout ça, reprit-il en s'asseyant rapidement, mais j'ai des choses plus importantes à faire que glander ! S'administrant quelques claques sur le visage pour finir de se secouer, il lança : Allez, c'est parti, préparation, action ! »

Un coup d'œil vers sa fenêtre et il s'aperçut que le soleil était encore couché derrière l'horizon. Le ninja se déshabilla et plongea dans sa salle de bain. Une fois ces ablutions terminées, il se couvrit le ventre ainsi que les avants bras d'épais bandages de tissus sombre et enfila la tenue qu'il avait choisi la veille : un pantalon baggy noir épais, un t-shirt gris et une veste couleur camouflage. Il glissa ensuite son shuriken dans sa poche, et vérifia son sac à dos. Grappin, nourriture, couverture, saké, livre, bandages, l'essentiel y était. Son esprit pourtant le titillait, lui donnant l'impression qu'il oubliait quelque chose d'important.

* Bon qu'est-ce qu'il manque ? *


Il fit un tour sur lui-même et chercha du regard tout ce qui lui serait utile, et, constat alarmant, il lui manquait bien quelques objets, telle la gourde qui dormait sur son bureau, ou encore la pierre a aiguiser et le matériel d'entretien de ses armes. Pire que tout, il avait failli partir sans ses clopes et son briquet ! Quel crétin il faisait.

Se servant un café suffisamment fort pour réveiller un mort, il s'agenouilla devant la table basse et en prenant son petit déjeuner, il repensa au message étrange ou du moins énigmatique que lui avait transporté le pigeon hier. En résumé ça donnait : Prends ton équipement et rendez-vous aux porte du village, on a un mission ! Satané message, il ne donnait absolument aucune information sur la nature de cette mission, mis à part le rang C de celle ci.

Enfin une occasion de prouver sa valeur ! Et en plus il allait rencontrer sa nouvelle équipe, des gens surement très intéressants parmi lesquels le fameux expéditeur du message, ce mystérieux Sho Nagoshi qu'il ne connaissait que de nom.

* Espérons qu'il soit pas trop cinglé ou encore pire, un tortionnaire, ou encore un bourreau de travail ! *

[Kamata] - OK c'est parti, a plus l'appart !

Lança-t-il en enfilant son sac à dos et en quittant le lieu de repos. L'aube commençait enfin et on voyait le ciel couverts des dégradés matinaux que ne connaissent que les leve-tôt. Partout du rouge, de l'orange, du violet, du rose ! De quoi agayer le coeur d'un homme partant accomplir sa besogne. Le shinobi se dirigea d'un pas sur au travers des rues pour finalement rejoindre les portes du village.

Face a lui se dressait les massives portes de Kumo, perçant le mur d'enceinte. Il remarqua une jolie brunette adossé à celui-ci, le regard en direction des toits. Curiosité oblige, Kamata observa lui aussi les toits pour apercevoir deux silhouettes assises au sommet. Un bruit de pas crissant sur le sol caillouteux attira l'attention de l'étudiant, il se tourna pour découvrir un étrange individu vêtu de rouge.


* Si c'est les membres de mon équipe, ça va le faire grave. Matte la brunette, mignonne et mystérieuse, et l'autre là, il doit cacher un paquet de truc sous ce déguisement. Quand aux deux la-haut, attendons de voir qui c'est ! Allez luia mes frères, ça va le faire ! Attendons le boss pour être sur ! *

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Mar 12 Mai - 21:11

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
-2-

Un seul regard en contrebas permit à Sho de remarquer la silhouette fine et élancée de Seika. De souvenir, il ne l'avait jamais croisé jusqu'à ce jour. La seule manière qu'il eut de la reconnaître fut à sa chevelure et à la forme de son visage car ces deux données étaient identiques à celles qu'il avait découvert en feuilletant son dossier. Il ne pouvait pas se tromper de toute manière, Seika était la seule femme de son équipe ; Ayu répondant aux abonnés absents pour des raisons qui ne regardaient qu'elle. Son dossier mentionnait qu'elle avait été promue chuunin récemment mais qu'il ne s'agissait pas là de la première équipe à laquelle elle était affectée en tant que shinobi. La première avait été décimée au cours d'une mission de rang C. Elle en était ressortit seule survivante. Autant dire que le traumatisme devait être profond et qu'il était peut-être même capable de resurgir au cours de cette mission. Sho sut qu'il devait agir avec la plus grande précaution sans pour autant éveiller les souvenirs de la jeune femme. Il devait la placer dans un contexte plus rassurant et l'aider à franchir cette nouvelle étape tout en veillant à rester le plus discret possible.

Quelques dizaines de secondes plus tard et se fut la silhouette d'Ananda qui fit son apparition. Son attitude réservée arracha un sourire à Sho. Il aurait été capable de parier que l'enfant des quartiers noirs de Kumo ne pouvait faire le premier pas vers ses futurs compagnons d'arme, bien avant que celui-ci n'entre en scène. L'observation qu'il avait faîte de lui quelques jours plus tôt était sans appel : Ananda manquait encore d'assurance pour tout ce qui avait attrait aux relations humaines. La raison d'un tel traumatisme – qui d'ailleurs devait être aussi profond que celui de Seika – était encore méconnue du chuunin instructeur. Peut-être en entendrait-il parler un jour du propre aveu d'Ananda. En attendant, il le traiterait en toute sympathie, au même titre que tous les ninjas placés sous sa responsabilité.

SETSUKO ~ Cette mission va leur faire du bien. Ils se montreront moins distants les uns envers les autres après ça.

La voix délicate de Setsuko le soutira brusquement de ses pensées. Ses yeux mielleux s'arrêtèrent un instant sur les grandes portes – ouvertes à toute heure sauf en cas de guerre. Il se souvint alors de son arrivée par ces mêmes portes quelques jours après avoir quitté sa vallée natale. Kumo lui avait paru alors plus grand que dans tous les rêves qu'il avait pu faire. Indomptable, le village lui était rapidement apparu comme un dédale de ruelles, de chemins, et d'avenues dont il ne serait jamais capable de déchiffrer les codes. Aujourd'hui pourtant, il se trouvait au même endroit, promu au rang de chuunin après un brillant examen sur les terres du Pays du Feu. Il connaissait tous les recoins du village, chaque rue, chaque pavée, chaque bâtiment. Ce village était le sien. Lui, l'étranger, était devenu kuméen.

SETSUKO ~ Tu es bien pensif ce matin ..

C'était juste. Sho ne chercha de toute façon pas à le nier.

SHO ~ Je me souviens de mes premiers pas ici, de mon entrée par ces portes.

Setsuko se leva et regarda son ami avec ce qui semblait être une profonde tendresse. Elle hésita puis finalement se rapprocha de lui jusqu'à se retrouver assez près pour caresser son épaule de sa main gauche. Un sourire amusé dessiné aux coins de ses lèvres, elle lui murmura :

SETSUKO ~ Que n'aurait pas perdu ce village si tu n'avais pas un jour franchit ses portes.

L'eisei-nin sourit puis il pivota sur ses talons pour fixer sa camarade. Celle-ci ne soutint son regard qu'un court instant avant de s'éloigner pas à pas. Elle ne s'arrêta que quelques mètres plus loin pour prononcer ces quelques mots :

SETSUKO ~ Bonne chance pour cette mission. Prend bien soin d'eux, et de toi surtout.

Une petite impulsion de chakra sur son point d'appuis et la kunoichi bondit sur la toiture la plus proche, avant de disparaître loin à l'ouest. Sho fixa cet horizon pendant encore quelques secondes tout en entendant résonner les paroles de Setsuko dans sa tête. Mais un bruit dans la rue adjacente l'obligea à ramener son regard vers les grandes portes où une troisième silhouette venait de s'arrêter. Elle appartenait à un nouvel étudiant de l'académie. Un certain Murai Kamata. Le dossier que Sho avait pu lire sur lui était des plus minces – ce qui était coutume d'être le cas pour tous les étudiants fraîchement arrivés. Il en avait toutefois assez apprit pour cerner la personnalité de ce garçon.

Setsuko partit, le temps était enfin venu pour lui de rejoindre les membres de son équipe. L'eisei-nin revint vers le centre de gravité du toit où il se saisit du sac de voyage qu'il amènerait avec lui. La lanière placée en diagonale, en appuis sur son épaule droite, le chuunin envoya une impulsion de chakra dans ses pieds puis il se propulsa au pied du bâtiment, de l'autre côté de la place, à l'abri des regards. Comme l'avait fait tous les membres de son équipe, il arriva par la rue principale, celle même qui se trouvait être en face des grandes portes du village. Sa longue veste rouge brique ouverte sur le haut de son torse offrait une vue imprenable sur son cou et le tatouage qui le décorait. Sa chevelure terminée par des mèches fourchues n'oscillait presque pas sous l'impulsion de ses pas. Aussi criardes pouvaient être les couleurs qu'il aimait arborer, l'eisei-nin ne s'en souciait pas autant que les ragots le colportaient. Et bien que ces couleurs ne le laissaient jamais passer inaperçu, n'appuyaient-elles pas davantage sur le mystère qu'était cet homme ?

En cet instant, Sho Nagoshi semblait aussi réel que irréel.

Ses pas le conduisirent jusqu'au centre de la place où il s'arrêta. Un bref regard à l'intention des chuunins chargés de la surveillance des portes, un hochement de tête pour les saluer, puis il s'arma d'un sourire léger qu'il adressa, à tour de rôle, à tous les membres de son équipe en présence. Qu'ils étaient amusants à se retrouver chacun dans leur coin. Timides ? Probablement un peu. Asociales ? Sho n'y croyait pas. Il pensait simplement que le premier contact était toujours une étape un peu délicate à appréhender et qu'il fallait toujours s'armer de beaucoup plus que d'un simple courage pour aborder un inconnu ou une inconnue. Dans ce genre de situation, le choix des mots justes était sans doute la donnée qui jouaient le rôle d'aimant répulsif entre les individus impliqués. Mais qu'importe, il était là pour rétablir le cours normal des choses.

A cet effet, Sho s'éclaircit la voix et s'exprima sur un ton plus fort qu'à l'accoutumée, de manière à se faire entendre des trois intéressés.

SHO ~ Rapprochez-vous, il n'est pas dans mes habitudes de devoir crier pour me faire entendre.

La phrase était prononcée sur le ton de l'ironie – le sourire que Sho arborait, suffisait à lui seul à le confirmer. Une fois ses trois protégés arrivés à ses côtés, il inclina subtilement la tête pour les saluer puis il leur parla en les regardant à tour de rôle.

SHO ~ Seika, Ananda, Murai, soyez les bienvenus dans l'équipe 2 de Kumo. Comme vous devez le savoir je suis Sho Nagoshi, votre chef d'équipe. Avant que vous ne puissiez vous présenter rapidement, je tiens à vous informer sur la suite des évènements. Sachez donc que nos pas nous mèneront aujourd'hui loin du village pour trouver de l'Akajiso, une plante rare qui ne pousse qu'en altitude. Nous nous dirigerons donc vers le nord en direction des montagnes. Votre camarade a en sa possession les plans de la région, c'est donc lui qui nous conduira jusqu'à elles.

En prononçant la dernière phrase Sho avait appuyé son regard sur Ananda pour que les deux autres comprennent de qui il parlait.

SHO ~ Bien, si vous avez la moindre question à me poser au cours de cette mission, n'hésitez surtout pas, il vaut mieux éclaircir vos points d'ombre que les abandonner davantage aux ténèbres. Pour ce qui est des présentations, je laisse à votre appréciation le soin de donner les informations qu'il vous plaira de donner à vos collègues ici présent. Pour ma part, je sais déjà tout ce qu'il y a à savoir sur chacun de vous.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Mar 12 Mai - 22:19

/)_ Mission de Rang C : Les Herboristes _(\\
.2.

Seika n’eut pas à attendre longtemps avant de voir arriver une seconde silhouette, par la rue principale. Personne de connut en tout cas. Un garçon qui devait bien avoir l’âge de l’adolescence, mais à la chevelure presque aussi impressionnante que la sienne. Bien que ce ne soit guère le mieux en mission, ce genre d’apanage, elle n’avait jamais désiré se les couper : et malgré certaines remarques de ses professeurs à l’époque, elle avait mit un point d’honneur à ce que jamais plus elle n’obéisse à ce genre de directive. Soit on la forcerait, soit elle ferait comme elle l’entendait. Voyant cette soudaine détermination, mise à l’époque sur le compte de l’adolescence et de l’esprit rebelle que cet âge réveil, on ne lui avait plus rien dit à ce sujet. Et à mesure qu’elle grandissait, prenant peu à peu ses formes de femme, on ne lui avait vraiment plus rien dit. Que de souvenirs… Mais l’heure n’était plus aux souvenirs. Le garçon qui portant un baluchon sembla hésiter un moment en la regardant, comme s’il ne savait pas quelle position adopter. Finalement il se place de l’autre côté du mur d’enceinte, et attendit, comme la jeune femme, l’arrivée de leur Sensei. N’ayant aucune raison elle-même de faire le premier pas pour le moment, et ne désirant pas précipiter une rencontre avant l’arrivée de Sho Nagoshi, Shijima resta donc adossé au mur, les bras croisés sur sa poitrine, emmitouflée dans sa longue veste sans manche de cuir marron. Il faisait un peu froid malgré tout…

Laissant échapper un bâillement, la Chunin regarda de nouveau les toits de la ville, où les deux personnes qu’elle avait aperçue étaient toujours là. Avec le soleil rasant elle avait un peu de mal à les distinguer, mais l’une des deux personnes portait un long manteau rouge, du style voyant et pas commun. Les minutes passèrent, et une des deux personnes salua la première avant de partir. Peut être simplement deux amis en train de discuter sur les toits, Sho n’était peut être pas l’un d’eux. Des bruits de pas dans la ruelle portèrent avec eux un autre garçon : celui-là portait une tenue… D’adolescent ? Elle était prête à penser que c’était un peu négligé comme tenue, mais tout le monde n’était pas obligé d’être sur son 31 pour une première rencontre. Elle-même ne l’était pas : elle était en tenue de mission, prête à traverser les montagnes puisqu’il y allait avoir une excursion à l’extérieur de Kumo. Ses bottes écrasèrent une poussière invisible sur le sol, tandis qu’elle observait toujours le nouveau venu, qui lui aussi l’observait. Un adolescent un peu foufou oui, c’était l’impression qu’il lui faisait, mais elle verrait bien ce que ça donnerait par la suite. A contrario son autre camarade, plus discret et un peu timide peut être, semblait déjà être d’une compagnie plus agréable : plus agréable par le simple fait d’être calme. Seika n’aimait pas vraiment les survoltés, paradoxe étrange au village de la foudre… Mais passons.

Lorsque Shijima reporta son attention sur les toits, elle observa que la seconde silhouette avait elle aussi disparue : surement comme elle le pensait, tout simplement deux Ninjas en train de discuter de bon matin rien de plus… La ville silencieuse laissa entendre de nouveaux bruits de pas sur la poussière des ruelles. La Kunoichi haussa un sourcil : il s’agissait de la personne qu’elle avait vue en sur le toit et qui portait une longue veste rouge. En fait le rouge semblait être sa couleur préférée à celui-là : veste rouge, un tatouage rouge au niveau du cou… Des cheveux pas rouge tape à l’œil mais sombre… Seika ayant passée une bonne partie de son temps dans le silence, cela ne l’avait pas empêché d’apprendre à déterminer un peu la nature des personnes rien qu’en les regardant. Il s’agissait d’une technique subjective et arbitraire, mais vu qu’elle n’aimait pas beaucoup parler, par habitude, elle s’en était remise à cette méthode pour déterminer un peu à qui elle avait à faire lorsqu’elle rencontrait quelqu’un. Et cette personne avait une attitude et un sourire qui la portait à penser qu’il s’agissait de Sho Nagoshi, leur Sensei et chef d’équipe. Vu qu’ils étaient maintenant quatre devant les portes, la jeune femme constata que toute son équipe était là : d’habitude les équipes sont de quatre Ninjas, Sensei comprit.

[Sho] « Rapprochez-vous, il n'est pas dans mes habitudes de devoir crier pour me faire entendre. »

Ah parfait ! Quelqu’un qui n’aime pas crier, exactement comme elle. Le fait de ne pas crier ne voulait bien sur pas dire qu’on manquait d’autorité, mais que plutôt de l’utiliser, on préférait que tout se passe dans le calme. Seika obtempéra donc et s’approcha de son Sensei, comme les deux garçons qui étaient là, en attrapant au passage son sac de montagne en cuir qu’elle garda à la main par sa lanière dorsale. Jetant un rapide coup d’œil à ses compagnons, elle constata que le foufou n’avait pas de bandeau… Un étudiant ?! Ou une tête en l’air qui avait oubliée son bandeau ? Son propre bandeau était bien visible à sa ceinture, preuve de son rang de Ninja, mais qui n’informait pas de son statut de Chunin. Sho, en tant que chef d’équipe, devait déjà savoir tous les détails sur ses disciples, ce qu’il confirma une fois qu’ils furent tous rassemblés autour de lui.

[Sho] « Seika, Ananda, Murai, soyez les bienvenus dans l'équipe 2 de Kumo. Comme vous devez le savoir je suis Sho Nagoshi, votre chef d'équipe. Avant que vous ne puissiez vous présenter rapidement, je tiens à vous informer sur la suite des évènements. Sachez donc que nos pas nous mèneront aujourd'hui loin du village pour trouver de l'Akajiso, une plante rare qui ne pousse qu'en altitude. Nous nous dirigerons donc vers le nord en direction des montagnes. Votre camarade a en sa possession les plans de la région, c'est donc lui qui nous conduira jusqu'à elles. »

En même temps qu’il avait prononcé leurs prénoms, Sho avait regardé chacun des membres de l’équipe à tour de rôle. Seika savait donc maintenant que le foufou se nommait Murai, nom de famille inconnu, et que le timide s’appelait Ananda, nom de famille aussi inconnu. Bon ce n’était pas le plus important le nom de famille, mais vu qu’ils allaient peut être se présenter à tour de rôle, elle allait peut être connaitre les noms de familles de chacun.

Ainsi donc, comme elle l’avait prévue, ils allaient partir tous les quatre dans les montagnes… Mais pas n’importe où : au nord du pays de la foudre, pour y trouver des plantes. L’Akajiso, qui ne poussait qu’en altitude… En altitude ?! Non mais attendez, il aurait pu le dire avant ça ! Malgré une soudaine envie de protester, la jeune femme se contenta d’hocher la tête : elle savait bien qu’une mission de rang C comportait des risques… Ananda avait avec lui une carte pour la dite mission, carte qui indiquait surement où poussait les plantes. Elle-même avait un plan de la région, mais rien de détaillé concernant les divers implantations d’Akajiso. Gardant le silence, car Nagoshi n’avait pas fini son discours d’introduction, Seika décida qu’elle serait la première à parler. Son côté froid, lors des missions qu’elle effectuait, reprenait un peu plus le dessus que d’habitude : les souvenirs, toujours les souvenirs… Mais elle n’avait rien d’agressif en tête, elle venait juste de décider qu’elle position elle adopterait vis-à-vis de ses compagnons d’équipe.

[Sho] « Bien, si vous avez la moindre question à me poser au cours de cette mission, n'hésitez surtout pas, il vaut mieux éclaircir vos points d'ombre que les abandonner davantage aux ténèbres. Pour ce qui est des présentations, je laisse à votre appréciation le soin de donner les informations qu'il vous plaira de donner à vos collègues ici présent. Pour ma part, je sais déjà tout ce qu'il y a à savoir sur chacun de vous. »

Il ne semblait plus avoir grand-chose à rajouter, la parole était à eux. Et à elle. Des questions ? Oui elle en avait quelques-unes. Une présentation à faire ? Aussi. La jeune femme eut un sourire lorsqu’il parla d’abandonner plus longtemps leurs questions aux ténèbres : n’était-il pas un peu poète sur les bords de Sho ? Quelque chose lui disait qu’une fois de retour, lorsqu’elle en parlerait avec Sakura, cette dernière allait fondre d’envie pour ce Chunin Instructeur au regard mystérieux et à l’allure singulière. Personne n’avait encore prit la parole, aussi s’éclaircit-elle la voix, avant de commencer à parler, l’histoire de faire comprendre qu’elle commencerait donc ce premier entretien de l’équipe 2.

[Seika] « Haem… Pour commencer, bonjour à vous Sensei, et à vous aussi Murai et Ananda. Je n’ai pas l’habitude des longs discours alors je vais être assez brève en ce qui concerne ma personne : je me nomme Shijima Seika, et je suis Chunin depuis peu. Le reste… On verra ça en chemin. »

Elle fit une petite pause et recroisa ses bras sur sa poitrine, rejetant sa longue chevelure en arrière par un petit mouvement du cou. Elle n’était pas sure de devoir poser toute les questions qu’elle avait en tête, mais puisqu’il les invitait à le faire, autant le faire maintenant en effet.

[Seika] « Pour les questions par contre, j’en ai deux Sho-sensei. Pour commencer, comme vous venez de nous l’annoncer, nous allons faire une mission en altitude… Ce genre de mission ne nécessite t’il pas un matériel adapté ? Si ces plantes sont difficiles d’accès, nous allons peut être nous mettre en danger inutilement sans ce matériel : le Chakra n’a pas toujours réponse à tout… Ca c’était pour ma première question. Pour la seconde… Seika jeta un regard en biais à Murai. Murai ne porte pas de bandeau. Est-ce que c’est juste parce qu’il est tête en l’air, ou bien parce que c’est un étudiant ? Je n’irais pas juger le choix de l’intégration d’un étudiant à une équipe Ninja Sensei, mais… Elle baissa un peu les yeux. Les missions en extérieur sont dangereuses… »

Oui, c’était dangereux. Très dangereux. Trop pour un étudiant à son avis. Même s’il avait peut être de très bonnes capacités, il n’en restait pas moins un étudiant, qui devrait faire ses preuves et passer Genin « avant » d’effectuer une telle mission, surtout qu’elle risquait bien d’être dangereuse… Surtout sans matériel. Seika avait peut être une tendance à trop s’inquiéter de tout, surement le stress. Elle était toujours comme ça en mission d’équipe, comme au bon vieux temps…

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Mer 13 Mai - 0:39

Un troisième individu arriva soudainement sur la place. Un gars à l'allure bizarre, au bandeau invisible, au pas assuré. Oui, c'était bien ça : un branleur... Je commençai déjà à me rassurer, me disant que non, un tel individu ne ferait pas partie de mon équipe, qu'il s'agissait juste d'un curieux, d'un négligeable, d'un paramètre. Pas l'un des premiers rôles en tout cas. L'avenir me réserverait le contraire...



Du côté des toits, une des silhouettes avait disparue, et je pus voir de mon mur, adossé sur la surface froide, la seconde s'approcher de nous. En quelques secondes, elle se posta au milieu de la place. Ce visage m'était familier, et j'éprouvai le sentiment inégalable de la joie de revoir un être cher. Un être cher ? Je n'avais rencontré Sho que la veille, mais j'avais tout de suite compris que cette personne faisait partie de ceux qui bouleversent les trajectoires, fédèrent les personnes, et dévient les chemins tortueux du destin. J'avais ainsi tout de suite senti que lui, chuunin de Kumo, sous son sourire angélique, saurait esquisser de nouveau une voie. Je ne lui avais pas donné ma confiance : il me l'avait conquise, au plus profond de moi. Ca m'arrachait le coeur de le dire, mais il avait réussi ce qu'aucun shinobi n'était parvenu à me dérober depuis mes débuts. Et le plus destabilisant dans tout ça, c'est que j'en étais heureux...


Suivant l'injective, nous nous raprochâmes du centre, afin d'écouter les instructions, et faire les présentations.



[Sho] «Seika, Ananda, Murai, soyez les bienvenus dans l'équipe 2 de Kumo. Comme vous devez le savoir je suis Sho Nagoshi, votre chef d'équipe. Avant que vous ne puissiez vous présenter rapidement, je tiens à vous informer sur la suite des évènements. Sachez donc que nos pas nous mèneront aujourd'hui loin du village pour trouver de l'Akajiso, une plante rare qui ne pousse qu'en altitude. Nous nous dirigerons donc vers le nord en direction des montagnes. Votre camarade a en sa possession les plans de la région, c'est donc lui qui nous conduira jusqu'à elles. »



Non, ce n'était donc pas une blague. Le gamin était bien de la partie. Sur le coup, je fus déçu. Un étudiant, à en croire l'absence de bandeau. Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire dans une mission de rang C ? A tous les coups, c'était un coup de papa/maman, encore une fois, les inégalités ressortaient. Je ne pus croire qu'il s'agissait du choix de Nagoshi-sama. Il s'agissait certainement d'une décision en haut lieu... Quoi qu'il en soit, le pauvre Murai, qui n'avait rien dit et rien demandé, n'avait déjà pas mes faveurs, alors que nous n'avions même pas commencé la mission. Le jeu du hasard, de l'histoire de chacun. Voilà quelques mois que j'errais dans l'Académie à la recherche d'une équipe. De quel droit un étudiant méritait-il sa place ici ? Il n'y avait déjà pas assez de place pour les Genins dans toutes les équipes, pourquoi un étudiant prenait-il cette position à laquelle tant de personnes autrement plus méritantes aspiraient ? Il avait intérêt d'être bon, très bon même. Je ne lui pardonerais aucun faux pas, que ce soit de sa faute ou non. Intolérant ? Intransigeant ? Profondément stupide ? Certainement. Je ne vous contredirai pas sur ce point. Mais en cet instant, voilà ce que j'avais en tête.



Sho désigna ensuite mon rôle. Je sortis aussitôt le rouleau de sous mon manteau, par l'interstice central. Il me semblait intéressant de la dérouler pour la montrer à tous, mais je n'en eus pas le temps. Cela aurait pu dissiper bien des quiproquos, mais tant pis, il fallait attendre de pouvoir reprendre la parole.



[Sho] « Bien, si vous avez la moindre question à me poser au cours de cette mission, n'hésitez surtout pas, il vaut mieux éclaircir vos points d'ombre que les abandonner davantage aux ténèbres. Pour ce qui est des présentations, je laisse à votre appréciation le soin de donner les informations qu'il vous plaira de donner à vos collègues ici présent. Pour ma part, je sais déjà tout ce qu'il y a à savoir sur chacun de vous. »



A cet instant précis, je voulus intervenir. Mais à nouveau, je fus stoppé. Il faut dire que niveau relations humaines, j'étais plutôt rouillé. Entre les railleries de l'Académie, les paroles intéressées des taudis de l'Est, et ma solitude dans mon refuge de fortune, je n'étais plus tellement habitué au simple usage de la parole. Aussi, il me fallait du temps pour trouver mes mots, et je n'étais pas assez rapide pour m'imposer.


[Seika] « Haem… Pour commencer, bonjour à vous Sensei, et à vous aussi Murai et Ananda. Je n’ai pas l’habitude des longs discours alors je vais être assez brève en ce qui concerne ma personne : je me nomme Shijima Seika, et je suis Chunin depuis peu. Le reste… On verra ça en chemin. »




Le ton était froid, presque calculateur. Je commençai à trésaillir. Une frigide, un opportuniste... Où étais-je tombé ? Je pensai soudain que je m'étais peut-être fait une idée un peu trop idyllique d'une équipe de shinobis, et me dis qu'on devait être protégés d'une bien étrange façon dans ce pays pourri. De ce côté, mon point de vue était toujours le même. Kumo était encore et toujours cette prison dorée dont j'étais heureux de sortir enfin. Les kuméens, n'en parlons pas, et les shinobis encore moins. Je savais que ça me poserait problème en équipe. De tout mon coeur, je n'avais envie qu'une chose : que la mission rate, que tous mes compagnons disparaissent, de la même manière que le souvenir d'Aneko s'effaçait en moi. Les ravages du temps.



Or, il me fallait aller plus haut. Atteindre les toits, puis les fondations, pour détruire le système à la base. Il était trop tôt, l'impact de mes actes, trop faible. Il semblait donc dans mon intérêt de réussir cette tâche, de gagner en confiance, quitte à trahir ceux qui me l'ont donnée. Voilà pourquoi j'étais si maladroit, et surtout aussi gêné avec Nagoshi-san. Je savais qu'un jour, je tranformerais toute cette amitié et cette sagesse en un tas de cendres, et ce malgré les liens qui nous unissaient. Dès aujourd'hui, j'avais envie de pleurer ma haine, de me fondre en excuses, mais je gardais facade. Oui, certainement, j'étais fou. Et le pire, c'est qu'une telle pensée ne m'étonnait pas le moins du monde. Perdu dans les méandres de mes pensées, j'en oubliai d'enchaîner, et ce fut la dénommée Seika qui reprit la parole, pour apostropher Sho.




[Seika] « Pour les questions par contre, j’en ai deux Sho-sensei. Pour commencer, comme vous venez de nous l’annoncer, nous allons faire une mission en altitude… Ce genre de mission ne nécessite t’il pas un matériel adapté ? Si ces plantes sont difficiles d’accès, nous allons peut être nous mettre en danger inutilement sans ce matériel : le Chakra n’a pas toujours réponse à tout… Ca c’était pour ma première question. Pour la seconde… Seika jeta un regard en biais à Murai. Murai ne porte pas de bandeau. Est-ce que c’est juste parce qu’il est tête en l’air, ou bien parce que c’est un étudiant ? Je n’irais pas juger le choix de l’intégration d’un étudiant à une équipe Ninja Sensei, mais… Elle baissa un peu les yeux. Les missions en extérieur sont dangereuses… »




En l'espace d'une trentaine de secondes, Seika avait réussi à contredire ou remettre en cause les choix de son sensei par deux fois. J'émis inconsciemment une moue de dépit. Je n'en pensai pas moins, mais jamais je n'aurai osé, par simple politesse, répondre ainsi. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il était presque sûr que Sho aimerait un tel tempérament, ce qui m'agaçait par avance au plus haut point... Je décidai de répondre avant lui.




Ananda : Concernant les compétences de Murai, je ne sais rien, mais pour les questions de terrain, je peux vous donner quelques détails. Selon les données récoltées sur la carte, l'altitude à laquelle nous allons devoir aller n'est pas extrême. Nous aurons au pire plusieurs degrés de moins, mais rien de semblable à de la neige. Par contre, le terrain sera escarpé et difficile d'accès. Cependant, rien d'insurmontable, même sans outils.


Je venais de créer un magnifique blanc dans la discussion... Que je décidai de remplir au mieux par ma présentation...


Et désolé d'avoir mis la charrue avant les boeufs. Je me nomme Ananda. Je suis Genin depuis quelques mois, et je viens des quartiers Est de la ville, ce qui peut expliquer que vous ne m'ayez jamais vu.


Cela expliquait beaucoup de choses, en effet. L'Est, le lieu des pestiférés. La plupart des shinobis venaient des clans à tradition militaire du centre-ville, ou de l'extérieur du village. Nous devions être trois ou quatre à venir du quartier des taudis. Et nous avions le droit à si peu de considérations que nous en devenions presque invisibles.



Ne sachant pas si mon intervention avait eu l'effet escompté, je ravalai ma langue, et baissai la tête. Timidité ?
Pas vraiment.

J'avais plutôt cette douce impression de ne pas être à ma place. De me croire plus fort que je ne le suis vraiment. Et pourtant, je savais. Je savais que les premières barrières que l'on a à franchir sont celles que l'on s'impose soi-même. Mais cette sensation avait assailli tout mon être, comme un appel au secours, une révulsion, un refus catégorique de devenir "normal". J'eus un mouvement de recul. Un simple pas en arrière, que Nagoshi-san remarqua aussitôt. A mon avis, je pense qu'il avait compris ce à quoi je pensais, et mon envie, en cet instant, de m'enfuir à toutes jambes pour retrouver la puanteur réconfortante d'où je venais. A force de l'entendre, j'avais certainement fini par le croire :

J'étais né le nez dans la fiente, je finirais ainsi, que je le veuille ou non...

Le second pas en arrière, synonyme d'abandon, était si proche... Ma main droite vint s'appuyer sur mon front. Je tentai de reprendre le contrôle, coûte que coûte, en m'accrochant à ce qui pouvait être aggripé. Peu de choses en somme, mais j'y tenais. J'y tenais à cette mission, à cette foutue carte, à tout ce qui m'a poussé à répondre à l'invitation.

Tel un funambule, la carte en guise de balancier, je faisais l'équilibre, les pieds sur le filin de mon choix, à cheval entre la fuite et le combat...


________________________________________
______________

Only Love Is All Maroon
Gluey Feathers On A Flume...

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Mer 13 Mai - 20:54

Le poids des regards suspicieux plein de mépris et d'incompréhension des deux ninjas présent pesait sur kamata, qui décida de s'en griller une, aussi sortit-il son paquet de clopes de sa poche et sortit un tube qu'il alluma avant d'inspirer la brulante fumée qui emplissait déjà ses poumons. Une vague envie de casser des gueules et botter des culs infiltrait le cœur du jeune shinobi. Heureusement avant de succomber à ses anciens instincts de voyou, une des deux silhouette qui stationnait sur les toits bondit pour les rejoindre sur le plancher des vaches. Un raclement de gorge et il lança suffisamment fort pour que chacun l'entende :

[SHO] - Rapprochez-vous, il n'est pas dans mes habitudes de devoir crier pour me faire entendre.


Kamata écrasa rapidement sa cigarette, saisit son sac à dos qui l'attendait sur le sol et marcha jusqu'à être a moins de cinq mètres de l'étrange ninja aux mouvements vifs et rapides d'un expert en arts martiaux, rejoignant ainsi le groupe.


[SHO] - " Seika, Ananda, Murai, soyez les bienvenus dans l'équipe 2 de Kumo. Comme vous devez le savoir je suis Sho Nagoshi, votre chef d'équipe."


Comme prévu, c'était bien son nouveau boss ! Et les deux autres devenait donc ses nouveaux coéquipiers. Ça promettait, il allait encore devoir faire ses preuves à juger d'après le comportement de ceux-ci envers lui. Mais bon, il fallait passer outre, car une mission les attendaient et au bout un salaire en rapport avec celle-ci.

[SHO] -" Avant que vous ne puissiez vous présenter rapidement, je tiens à vous informer sur la suite des évènements. Sachez donc que nos pas nous mèneront aujourd'hui loin du village pour trouver de l'Akajiso, une plante rare qui ne pousse qu'en altitude. Nous nous dirigerons donc vers le nord en direction des montagnes. Votre camarade a en sa possession les plans de la région, c'est donc lui qui nous conduira jusqu'à elles. "

Voilà donc l'objectif, aller ramasser une plante rare dans les montagnes ! Voilà une mission plutôt simple en apparence, mais une question titillait déjà l'esprit de Kamata : Pourquoi ce travail plutôt simple avait été classé en catégorie C ? Un instant de réflexion et il arriva à deux conclusions possibles, soit ils n'étaient pas les seuls à vouloir cette herbe, soit le terrain est vraiment difficile.


[SHO] -" Bien, si vous avez la moindre question à me poser au cours de cette mission, n'hésitez surtout pas, il vaut mieux éclaircir vos points d'ombre que les abandonner davantage aux ténèbres. Pour ce qui est des présentations, je laisse à votre appréciation le soin de donner les informations qu'il vous plaira de donner à vos collègues ici présent. Pour ma part, je sais déjà tout ce qu'il y a à savoir sur chacun de vous. "

Ce Sho savait manier le langage et les mots, et son invitation à se présenter tout en rappelant à chacun son statut de leader, voilà un chef comme kamata les appréciait. Il prit cependant la décision de laisser les deux autres se présenter en premier, histoire de voir comment ils réagissait à sa présence, lui le « Sans Bandeau » !
La première à prendre la parole fut la poupée.


[SEIKA] - " Haem… Pour commencer, bonjour à vous Sensei, et à vous aussi Murai et Ananda. Je n’ai pas l’habitude des longs discours alors je vais être assez brève en ce qui concerne ma personne : je me nomme Shijima Seika, et je suis Chunin depuis peu. Le reste… On verra ça en chemin. "

* Une invitation à la conversation, voila une douce entrée en matière pour une équipe. *


[SEIKA] - " Pour les questions par contre, j’en ai deux Sho-sensei. Pour commencer, comme vous venez de nous l’annoncer, nous allons faire une mission en altitude… Ce genre de mission ne nécessite t’il pas un matériel adapté ? Si ces plantes sont difficiles d’accès, nous allons peut être nous mettre en danger inutilement sans ce matériel : le Chakra n’a pas toujours réponse à tout… Ca c’était pour ma première question. Pour la seconde… Seika jeta un regard en biais à Murai. Murai ne porte pas de bandeau. Est-ce que c’est juste parce qu’il est tête en l’air, ou bien parce que c’est un étudiant ? Je n’irais pas juger le choix de l’intégration d’un étudiant à une équipe Ninja Sensei, mais… Elle baissa un peu les yeux. Les missions en extérieur sont dangereuses… "

* Vas-y poupée, libère toi ! Dis carrément que je sers à rien ! Kamata le nouveau boulet de l'équipe 2 ! Comme ça, on en parle une fois et après on pourra bosser correctement.*

Un légér sourire apparut inconsciemment sur le visage de kamata, réaction de son inconscient à une situation qu'il avait déjà connu de nombreuses fois dans le passé. Combien de fois l'avait-on à tort sous-estimé pour son apparence ou son comportement. Pourtant il réagissait autrement que la plupart qui se serait énervé, lui se motivait face à l'adversité.


* C'est toujours mieux quand on te sous-estime, personne ne te sent venir.*

Le second type prit ensuite la parole d'une voix teintée de mystère, ou plutôt d'incertitude. D'après sa gestuelle inconsciente, il semblait en proie à un profond conflit interne.


[ANANDA] -" Concernant les compétences de Murai, je ne sais rien, mais pour les questions de terrain, je peux vous donner quelques détails. Selon les données récoltées sur la carte, l'altitude à laquelle nous allons devoir aller n'est pas extrême. Nous aurons au pire plusieurs degrés de moins, mais rien de semblable à de la neige. Par contre, le terrain sera escarpé et difficile d'accès. Cependant, rien d'insurmontable, même sans outils. "

* Terrain difficile, j'avais raison !! Et ouais mes poussins, pas besoin de bandeau pour utiliser mon cerveau ! Et en plus toi, t'es un roi de l'esquive vu ta façon d'esquiver la question sur ma présence! *

[ANANDA] -" Et désolé d'avoir mis la charrue avant les boeufs. Je me nomme Ananda. Je suis Genin depuis quelques mois, et je viens des quartiers Est de la ville, ce qui peut expliquer que vous ne m'ayez jamais vu. "

Enfin vint le tour de kamata de se présenter, de lever le doute sur ses compétences et son intégration dans l'équipe. Il se racla la gorge puis démarra :

[KAMATA] -" Salut à tous, Seika, Ananda, Sho-sensei ! il marqua chacun des noms d'un hochement de tête en direction des membres de sa nouvelle équipe. Mon nom est Kamata, et comme tu l'as si bien deviné poupée je ne suis rien d'autre qu'un étudiant ici. Mais je suis aussi ton coéquipier voilà pourquoi je vais te répondre simplement, il toucha du doigt le bandeau de la jeune femme, tu crois vraiment que ceci fait la valeur d'un être, qu'il est la source de ta force ou de ton intelligence ? Moi je ne le pense pas, et si tu as un doute sur mes compétences je serai plus que ravi de te prouver tes torts. "

Prenant un air amusé, sourire aux lèvres et le regard joueur, kamata repris ensuite :

[KAMATA] -" Si je suis étudiant, c'est parce que je viens d'arriver à Kumo et que j'ai pas encore ressenti le besoin de passer le test, après tout la vie d'étudiant est simple et calme et en plus on te paye pour apprendre! Concernant l'équipement, j'ai pris un grappin et de la corde. "

En finissant ces mots, l'esprit de kamata refit un inventaire du contenu de son sac à dos. Puis il regarda Sho-sensei avant de demander :

[KAMATA] -" Peut-on espérer combattre ou les chances de rencontrer un ennemi sont faibles? "

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Ven 15 Mai - 16:24

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
-3-

Il s'y était attendu, Seika fut la première à prendre la parole. Sa première réplique fut des plus brèves. La jeune femme se contenta en effet d'offrir son nom et son grade, rien de plus. Ce qui se résumait, en d'autres termes, à un menu bien maigre à avaler pour ses deux camarades. Mais peu importe, elle n'en raconterait de toute façon pas davantage pour le moment. Et bien que Sho ne portait que peu d'intérêt à cette présentation – vu qu'il avait déjà pris le soin de consulter son dossier – il inclina toutefois respectueusement la tête pour la remercier. La jeune femme ne s'arrêta pas à cela pour autant. Très rapidement, et de manière tout à fait naturelle, elle en vint aux questions d'ordre technique – la dernière de ses questions n'entrant cependant pas dans cette catégorie.

Il était évident qu'une mission en altitude nécessitait forcément un matériel adapté. Un matériel qu'il avait prit soin d'emprunter à l'un des amis du vieux Hondô, le temps de la mission. Ce matériel comprenait cordages, boucles, pics, et même une tente de secours si jamais le besoin s'en faisait ressentir. Bien évidemment, ils connaissaient tous à différentes échelles les rudiments de l'art ninja. Escalader une montagne grâce à quelques impulsions bien données ne ressemblait pas à un défi insurmontable pour eux. Mais Sho avait préféré prendre ses précautions. Aucune mission n'était à l'abri de la défaillance. Les possibilités de déroulement étaient si nombreuses que s'attarder sur les plus optimistes d'entre elles aurait été indigne de la part d'un chef d'équipe digne de ce nom. C'est donc avec la plus grande délicatesse qu'il attrapa la lanière de son sac et qu'il déposa ensuite ce dernier sur le sol, tout juste sous le nez de Seika. Quelques noeuds défaits plus tard, et il étira l'encolure du sac à son maximum, laissant ainsi à la vue de la jeune femme les cordages, les boucles en métal, et autre pics en acier entassés dans le compartiment droit. Dans celui de gauche, elle put voir également une étrange boîte en verre posée sur une pile de boîtes entièrement noires.

La seconde question de Seika le laissa en revanche de marbre. Aucune expression ne glissa sur son visage bien que cela fut le cas sur ceux d'Ananda et de Murai au moment de la dite question. Au fait de son dossier, Sho savait que la question de Seika était étroitement liée à son passé et plus particulièrement à la perte de son ancienne équipe. Elle avait en partie raison, Murai était bien un étudiant dénué d'expérience. Mais comment pouvait-on quantifier l'expérience d'un individu si on ne le laissait même pas aborder les situations qui justement demandaient un grand sens des responsabilités ? Sho n'était en tout cas pas adepte de la philosophie qui voulait que chaque chose soit réalisable en un temps bien précis. De son point de vu, chaque shinobi devait appréhender l'imprévu dès le départ, apprendre à réagir en conséquence, et surtout rester lui-même durant ces moments délicats. C'est ce que Murai allait goûter au cours de cette mission. Comme elle ou Ananda, il était là pour apprendre. Sho lui avait simplement offert la chance de progresser plus rapidement auprès d'un genin et d'une chuunin.

Ananda intervint le second, alors que Sho refermait soigneusement son sac en nouant fermement la corde qui entourait l'encolure. L'impartialité de son discourt accentua très légèrement la courbe de son sourire. Comme il l'avait espéré, Ananda avait prit sa tâche très à coeur. Il devait à présent connaître la carte dans ses moindres recoins et avait sans doute déjà préparer leur itinéraire.

Sho hissa à nouveau son sac sur son dos. Celui-ci était légèrement tourné à la diagonale, l'appuis de la lanière étant sur l'épaule droite du chuunin, de manière à ce qu'il puisse dégager à tout moment son katana placé, lui, à l'horizontal dans une poche cousue à même sa veste. Son regard ambré balaya les visages de ses compagnons puis s'abaissa momentanément sur le sol poussiéreux. L'espace d'un instant, il chercha à saisir la profondeur des propos de Murai, qui fut le dernier à s'exprimer. Plein de fougue, l'étudiant adressa une réponse toute faîte à sa détractrice. Sho était amusé bien qu'il n'en montra rien. Seika et Murai se ressemblaient sur le fond. Ils avaient tous deux des valeurs et des principes importants, n'avaient pas peur de dire tout haut ce qu'ils pensaient tout bas, bref de véritables ninjas engagés.

Ses yeux toujours dirigés vers le sol, Sho se permit de briser l'élan de la conversation sur un ton bienveillant.

SHO ~ Tu as raison Seika, les missions en extérieur sont dangereuses, parfois même très dangereuses. Si tu ne juges pas le choix de l'intégration d'un étudiant à cette équipe alors n'en dit pas davantage, je sais qu'en réfléchissant un temps soit peu tu comprendras pourquoi Murai est ici, et pourquoi tu te dois de le considérer, au-delà de son rang, comme un bon compagnon de route. Tu es intelligente et prévenante, je te confie donc la mission de veiller particulièrement à ce que Murai apprenne le plus rapidement possible les valeurs que tu as toi-même apprise avant de devenir ce que tu es aujourd'hui.

Au terme de sa tirade, Sho leva ses yeux vers Seika puis vers Murai. Ce dernier souleva la dernière question du groupe. A savoir si oui ou non ils risquaient de rencontrer un ennemi sur leur route. Qui pouvait répondre à cette question si ce n'est la personnification du Destin ? L'eisei-nin savait en tout cas pertinemment que tout était si imprévisible qu'il ne fallait jamais se fier aux certitudes. La mission devrait se dérouler dans la plus grande tranquillité selon toute vraisemblance mais aucun écart n'était à exclure. Si Sho savait comment Kumo avançait ses pions sur l'échiquier, il ne pouvait présager avec exactitude les mouvements de troupes adverses, sans compter la part d'inconnue que toute mission comportait en elle.

Après avoir tiré un peu plus sur son sourire, il répondit sur un ton des plus sages :

SHO ~ N'espère pas trop, Murai. Un combat réel n'a rien avoir avec une incartade de bar. Dans l'état actuel des choses, prie pour que nous n'ayons pas à rencontrer d'opposition.

En prononçant ces mots, les yeux de Sho s'étaient soudainement illuminés. Une brève lueur était passée sur son regard quand il avait parlé d'incartade de bar. Murai comprendrait certainement où il voulait en venir. L'eisei-nin l'avait pourtant clairement fait savoir quelques instants plus tôt : il savait tout ce qu'il y avait à savoir sur eux. Un petit rire s'échappa de ses lèvres pour lui faire comprendre qu'il n'avait aucun problème avec ça.

Un hochement de tête en direction de Murai, un autre vers Ananda, afin de les remercier tous deux pour leur présentation, puis il demanda au trio de l'attendre un moment. Il en profita pour se diriger vers les deux chuunins chargés de la surveillance des portes, question de protocole. Celui-ci était formel : les gardes devaient toujours être mis au courant de l'heure du départ en mission. Arrivé près d'eux, Sho s'adressa au plus grand des deux, un blond, la chevelure en bataille, et le regard totalement absent comme endormi.

SHO ~ Ne me dis pas que tu n'as pas encore dormi cette nuit Arata ?

Aucune réponse. L'eisei-nin eut beau agiter sa main devant les grands yeux bleus de l'endormi, rien à faire, il ne répondait pas. L'autre chuunin, cheveux bruns coupés court, l'oeil vif, presque espiègle, éclata d'un rire profond.

KAKUZO ~ Laisse tomber Sho, ça ne sert à rien avec lui. C'est à se demander, s'il n'a pas développé une technique de sommeil lui permettant d'apparaître éveiller devant les gens. Enfin, on m'a dit que tu partais en mission avec ton équipe, ce sont eux ?

Il désigna les trois shinobis par-dessus l'épaule de Sho. Ce dernier inclina la tête pour lui répondre positivement. Kakuzo sembla s'arrêter un moment sur la silhouette de Seika mais le regard perçant de Sho le rappela rapidement à la réalité. Cafouillant un peu, il finit par sortir un petit carnet de sa poche et une montre.

KAKUZO ~ Bien, bien. Je transmettrai l'heure de départ de ton équipe au centre de mission, compte sur moi.

SHO ~ Je te remercie.

Sur ces mots, l'eisei-nin revint auprès de son équipe. Il laissa sa main droite flirter avec la lanière de son sac à dos. Le sourire toujours aux lèvres, l'air ravi, il fit une dernière vérification.

SHO ~ Bien, vous n'avez plus de questions ? Si vous n’en avez pas alors vérifiez bien que vous n'avez rien oublié.

Le départ était désormais imminent.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Ven 15 Mai - 19:59

/)_ Mission de Rang C : Les Herboristes _(\
.3.

Certaines choses méritent parfois d’être dite, d’autres devraient rester au fond de notre conscience plutôt que d’être émises à voix haute. Certes elle avait entre parenthèse remise en question l’idée de l’intégration d’un étudiant à une équipe, mais c’était légitime en tant que classe moyenne de se soucier des personnes qui nous entouraient non ? Une mission de recherche, qui plus est en montagne, n’avait rien d’une partie de plaisir : un faux pas et la mort pouvait frapper plus vite que de raison. Malgré cela, elle avait dit clairement qu’il s’agissait d’une question et non d’une remise en cause, aussi avait elle acceptée à l’avance cet aléa de la vie. Alors qu’elle posait sa question, Sho posa son sac au sol, et l’ouvrit pour dévoiler le dit matériel dont elle avait évoqué l’absence quelques secondes plus tôt : au moins il était là c’était une bonne chose. Ce Sensei n’était peut être pas si aussi peu prévenant qu’elle le pensait en fin de compte…

Ananda intervint juste après la fin de ses questions. Il était évident que le jeune homme avait désiré parler le premier lorsque Seika avait prise la parole, et il se rattrapait en parlant le second, la carte évoqué par Sho à la main pour appuyer son intervention.

[Ananda] « Concernant les compétences de Murai, je ne sais rien, mais pour les questions de terrain, je peux vous donner quelques détails. Selon les données récoltées sur la carte, l'altitude à laquelle nous allons devoir aller n'est pas extrême. Nous aurons au pire plusieurs degrés de moins, mais rien de semblable à de la neige. Par contre, le terrain sera escarpé et difficile d'accès. Cependant, rien d'insurmontable, même sans outils. Il laissa un petit temps de battement et conclu son intervention. Et désolé d'avoir mis la charrue avant les bœufs. Je me nomme Ananda. Je suis Genin depuis quelques mois, et je viens des quartiers Est de la ville, ce qui peut expliquer que vous ne m'ayez jamais vu. »

Bon, une réponse de plus apportée de la part d’un Genin. Rien d’anormal là-dedans. Ananda semblait déjà connaitre Sho, surement avaient-ils travaillés tous les deux à la bibliothèque de l’académie pour trouver la carte de la mission. Après tout l’équipe deux existait depuis un moment, Seika n’avait été qu’intégré à elle. Ananda devait donc faire partie de l’équipe depuis un peu plus de temps qu’elle. Il eut quelques mouvements étranges après avoir parlé : on aurait dit qu’il reculait. Quelque chose ne tournait pas rond chez ce garçon qui venait comme il venait de le dire du quartier Est… Le quartier pauvre de Kumo. Shijima n’y était jamais allée : pas parce qu’on le lui avait déconseillée, juste parce qu’elle n’avait jamais eu de raison d’y aller. Malgré ce côté étrange dans son comportement, Seika se sentait déjà plus confiante avec lui et Sho qu’avec l’autre foufou… Hochant la tête après avoir écoutée la déclaration d’Ananda, la jeune femme jeta un regard à Murai : vu qu’elle et Ananda avaient parlés, c’était son tour, et rien qu’à son regard, elle sentit qu’il n’allait pas se priver de l’ouvrir. Après s’être raclé la gorge, il prit donc la parole… Après quoi Seika eut pour une fois envie de se mettre en colère, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps.

[Murai] « Salut à tous, Seika, Ananda, Sho-sensei ! Mon nom est Kamata, et comme tu l'as si bien deviné poupée je ne suis rien d'autre qu'un étudiant ici. Mais je suis aussi ton coéquipier voilà pourquoi je vais te répondre simplement. Il toucha du doigt son bandeau à sa ceinture. Tu crois vraiment que ceci fait la valeur d'un être, qu'il est la source de ta force ou de ton intelligence ? Moi je ne le pense pas, et si tu as un doute sur mes compétences je serai plus que ravi de te prouver tes torts. Il prit un air amusé. Si je suis étudiant, c'est parce que je viens d'arriver à Kumo et que j'ai pas encore ressenti le besoin de passer le test, après tout la vie d'étudiant est simple et calme et en plus on te paye pour apprendre! Concernant l'équipement, j'ai pris un grappin et de la corde. »

Un peu comme le regard qu’elle avait surprit sur le visage d’Ananda quand il avait entendu la question de Seika à propos de l’étudiant ici présent, la Fleur eut un moment de déroute. Pas provoqué par les paroles du garçon, mais par son attitude. Elle avait l’impression d’en avoir déjà vu un comme ça, des années auparavant… Son corps avait nourri les verres, et son âme s’en était allé depuis des lunes. S’ils n’avaient pas été à la veille d’une mission, elle lui aurait fait mordre la poussière pour lui faire comprendre clairement qu’il n’avait absolument pas le niveau pour sortir en dehors du village. Seika savait aussi s’énerver quoi… Mais elle ne le fit pas, se contentant de serrer les dents, de plus en plus froide à mesure que les secondes passaient. En voilà un qu’elle remettrait bien à sa place une fois la mission terminée, équipe ou pas. Mais comme si ça ne suffisait pas, leur Sensei intervint. Sho avait l’œil neutre depuis qu’elle avait posée sa question à propos de Murai, et elle eut la traduction littérale de son regard dans ses paroles.

[Sho] « Tu as raison Seika, les missions en extérieur sont dangereuses, parfois même très dangereuses. Si tu ne juges pas le choix de l'intégration d'un étudiant à cette équipe alors n'en dit pas davantage, je sais qu'en réfléchissant un temps soit peu tu comprendras pourquoi Murai est ici, et pourquoi tu te dois de le considérer, au-delà de son rang, comme un bon compagnon de route. Tu es intelligente et prévenante, je te confie donc la mission de veiller particulièrement à ce que Murai apprenne le plus rapidement possible les valeurs que tu as toi-même apprise avant de devenir ce que tu es aujourd'hui. »

Première pensée de la dite Chunin : Hein ?! Deuxième pensée : Non mais il plaisante là j’espère ?! Troisième pensée : Ben on ne dirait pas… Alors là c’était la tuile, la guigne ! Elle ? S’occuper de lui inculquer des valeurs à ce crétin ? Il avait déjà commis trois erreurs : Un, il avait osé l’appeler « poupée » ; deux, il l’avait approché, et avait osé la toucher, même si ce n’était que son bandeau c’était déjà bien trop près à son goût ; de trois, il avait une attitude décontractée qui lui donnait envie de lui filer des baffes pour qu’il mette enfin les pieds sur terre. Le monde ne se résumait pas qu’à ce qu’il voyait à travers ses yeux, il y avait des centaines de paramètre à prendre en compte, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur d’un village ! Et elle devait inculquer des valeurs à ce gringalet blond ? Elle allait lui inculquer le respect de ses ainés pour commencer oui, et malgré tout le respect du grade : dans cette équipe ils étaient peut être compagnons de route, mais sur le plan strictement hiérarchique elle était presque au même niveau que leur Sensei.

Un bruissement de feuille, au bout de la route. Seika détacha brusquement son attention de Sho pour regarder au-delà de lui, au-delà de la ruelle et des vitrines, un arbre, au bout du chemin, dans le coin d’un petit carrefour. Ce bruissement, qu’elle avait entendu si souvent, était caractéristique de ses doutes toujours plus prononcés : pourquoi était elle surveillée ? Si Sho avait eut accès à tout son dossier, savait il aussi d’où elle venait ? Parce qu’elle-même à sa grande honte, l’avait oublié… Résultat du pseudo surentrainement qu’elle avait subi pendant son enfance à Kumo. Quoiqu’il en soit, le bruissement s’arrêta, alors que Murai posait une dernière question. Elle était calmée pour le compte, mais toujours aussi glaciale malgré tout…

[Murai] « Peut-on espérer combattre ou les chances de rencontrer un ennemi sont faibles ? »

Encore une preuve qu’il n’avait pas sa place ici : un gringalet qui ne pensait qu’à combattre ? Un peu de diplomatie en ce bas monde que diable ! Elle pouvait bien penser ça, elle qui était à deux doigts de le foudroyer sur place… Sho répondit donc après un sourire à Murai.

[Sho] « N'espère pas trop, Murai. Un combat réel n'a rien avoir avec une incartade de bar. Dans l'état actuel des choses, prie pour que nous n'ayons pas à rencontrer d'opposition. »

Qu’est ce que c’était encore que cette histoire de bar ? On aurait dit une plaisanterie, connue d’eux seuls, ce qui fait d’ailleurs rire le Sensei. Ils étaient tous les quatre étranges, sur le fond, elle comprise. Après quoi Sho leur demanda de l’attendre, tendit qu’il allait régler la paperasserie. La jeune femme passa sa main dans ses cheveux : tout ceci prenait une drôle de tournure. Se baissant sur son sac, elle s’accroupie et vérifia qu’elle avait prise assez de vivre, du moins ce qu’elle savait préparer quoi. Elle n’avait pas trop idée de combien de temps cette recherche durerait, mais il fallait s’attendre à trouver des difficultés à se nourrir en altitude, où les plantes et la viande était plus rare. Tout était là… Se relevant, elle plaça son sac sur ses épaules et recula de quelques pas, tournant le dos à ses deux compagnons de route : entre Murai et cette sensation d’être épiée, elle n’avait vraiment plus envie de parler pour le moment. Vu qu’Ananda avait la carte, ce serait surement à lui d’ouvrir la marche. Si Seika devait veiller sur Murai, ce qu’avait sous-entendu Sho en parlant de valeur à lui inculquer, elle serait surement en troisième position et le singe en deuxième. Sho fermerait surement la marche, ou resterait à ses côtés pour avoir aussi un œil sur ses deux jeunes subalternes. En même temps le singe semblait plus vieux qu’il n’y paraissait sous ses airs de gamin. Bref… Elle verrait bien ce qu’en dirait Sho au moment de se mettre en route. Visiblement il avait l’air de bien s’entendre avec les gardes de la porte. L’un deux tourna son regard vers eux et fixa quelques instants Seika : encore un esprit pervers à tous les coups… A ces hommes.

La Fleur croisa de nouveau les bras, les yeux levés vers les montagnes : belle et silencieuse, elle semblait aussi individualiste que de mystérieuse, malgré un comportement décrit par Sho comme prévenant. Prévenant oui… Mais plus pour longtemps à ce rythme. Si l’autre babouin l’appelait encore poupée, elle l’enverrait elle-même mourir au fond d’un ravin. L’homme à la veste rouge revint vers eux, les préparatifs administratifs accomplis.

[Sho] « Bien, vous n'avez plus de questions ? Si vous n’en avez pas alors vérifiez bien que vous n'avez rien oublié. »

Vérification déjà effectué, Seika se contenta de tourner la tête vers le ciel : elle ne semblait plus avoir envie de parler, et elle laissa planer sur le groupe ce silence qu’elle allait surement opposer quotidiennement au cours de cette mission. Décroisant les bras, elle vérifia que ses gants étaient bien en place, et que ses vêtements tenaient tous : sa longue veste de cuir sans manche se referma sur sa poitrine aux formes rondes, ne laissant plus apparaitre de son buste que sa taille et son bandeau, elle referma les boutons des poignets de sa chemise blanche, et finalement vérifia une dernière fois que les lacets de ses bottes à semelle renforcée étaient bien fais. Une fois cette dernière vérification d’usage effectuée, la Chunin se contenta de se redresser et d’hocher la tête à l’adresse de son Sensei, lui faisant ainsi comprendre qu’elle était prête à partir…

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Sam 16 Mai - 2:46

L'ambiance aurait pu être plus joyeuse, mais bon. Seika semblait fulminer sous son regard froid, si fort que ses pensées déteignaient sur l'atmosphère générale. On sentit une froideur, une tension s'installer... J'espérai en cet instant que tous les deux arriveraient à s'entendre. Quoique, cela ne me regardait pas. La seule chose qui m'importait, c'était qu'on en finisse vite. Je ravisai mon pas en arrière d'un simple basculement de corps. Réflexion intense ? Dilemme mélodramatique pendant lequel je vais vous raconter mes névroses du temps du stade du miroir ? Et bien non. Ce qui changea ma première tendance, ce fut tout simplement un regard. Celui de Sho, un simple regard, sans fioriture, tout simple, mais terriblement efficace. Ce genre de regards qui en disent plus long que n'importe quel chapitre que je pourrai vous narrer tout au long de mon histoire.

Ses yeux s'immiscèrent dans les miens, cela me suffit. Décidé, je rangeai la carte dans mon manteau avant que le chuunin qui nous servait de senseï aille prévenir de notre départ. Sitôt revenu, je décidai de prendre les devants. Quelques pas, puis je pris de nouveau la parole. Quelque chose avait changé, c'était sûr. Peut-être l'ampleur de la tâche qu'on me demandait d'accomplir... Peut-être aussi, et tout simplement, l'envie d'être normal, pour une fois, et de montrer ma valeur.



La première partie du chemin est on ne peut plus classique. Il nous suffit de suivre la route principale qui traverse le pays pendant quelques heures de marche, avant de bifurquer vers un chemin annexe.

Le programme dévoilé, je n'avançai cependant pas. En fait, j'attendais que Sho-senseï confirme ou infirme mes informations, et surtout qu'il me prévienne que l'on soit prêts à partir. Mon baluchon sur l'épaule, je décidai alors de tourner ma tête vers le ciel. Des nuages cotonneux s'y promenaient paisiblement. La tête dans les nuages, c'était le cas de le dire, j'analysai également la force du vent, ce qui conforta ma première idée.


Le temps est incertain. Il y a des chances qu'il pleuve en tout cas.

D'où pouvais-je tirer de telles informations ? D'une seule personne, à vrai dire. Une certaine Aneko, qui m'avait servi de soeur pendant quelques années, avant de disparaître pour une connerie de plus. Avant ce gâchis immense, elle avait eu le temps de m'inculquer trois choses : l'art des chiffres, l'art de la parole, et l'art de la survie. Depuis sa mort, j'avais surtout mis en pratique la dernière étape, au jour le jour. Aussi, lors du voyage, je pensais avoir quelques connaissances à faire valoir. Les plantes comestibles, la façon d'épurer une eau souillée, attraper de petits animaux, et encore quelques petits savoir-faire que je pourrai mettre à contribution. Mais ce n'était pas encore du tout le moment. Là, les mains dans les poches, le regard vers le ciel, je tentais tout simplement de faire fondre les quelques secondes avant départ comme neige au soleil.

Rien de moins, rien de plus.

(Et surtout pas le temps XD
J'ai encore pas mal de trucs en ce moment, je suis désolé encore une fois pour la nullité de la chose, mais je veux pas ralentir le groupe... Promis, je me rattraperai aux posts suivants =) )


________________________________________
______________

Only Love Is All Maroon
Gluey Feathers On A Flume...

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Mar 2 Juin - 17:59

¤,.°o°O Spécial : Mission rang C O°o°.,¤
-4-

Sho n'était pas dupe, il avait noté le changement de comportement de Seika dès l'instant où il lui avait confié la surveillance de Murai. Bien que cela n'indiquait rien de bon en général, Sho savait bien qu'il ne s'agissait là que d'un simple contentieux qui terminerait tôt ou tard par s'arranger. Seika n'était pas le genre de femmes à se laisser marcher sur les pieds, certes, encore moins par un homme bien inférieur à son grade, mais il était persuadé qu'elle saurait faire l'impasse avec le temps. Murai s'était certainement aventuré trop loin dans l'irrespect mais Sho voulait qu'il prenne seul les décisions les plus importantes pour lui. Il n'y avait donc plus qu'à attendre pour savoir s'il se déciderait un jour à s'excuser de lui-même ou non. De l'autre côté, Ananda avait également perdu son calme mais d'une manière tout à fait différente.

Ce qui attira l'oeil de Sho, se fut tout d'abord ce pas en arrière, presque inconscient, qu'Ananda tenta de placer discrètement. A cet instant précis, Sho aurait juré que son protégé s'apprêtait à rebrousser chemin, à abandonner la mission, et à fuir dans une de ces ruelles sombres comme il en existait des centaines dans le village. Pourtant, Ananda resta figé ; probablement tiraillé par le doute. Que s'était-il passé dans sa tête pour qu'il eut été surpris par une peur si subite ? Il était difficile de le dire.

Sho n'avait pas cherché à comprendre sur le moment. Il avait simplement plongé son regard dans le sien pour lui faire comprendre qu'il devait rester pour lui et pour le bien de l'équipe. Cela avait amplement suffit : Ananda était resté.

L'inspection des sacs se fit très rapidement. Personne ne semblait avoir rien oublié, tout était donc fin prêt. Les Grandes Portes de Kumo se tenaient à quelques petits mètres devant eux, ils ne leur manquaient plus que de les franchir pour se lancer dans leur mission de recherche.

Au comptoir de surveillance, Arata s'était brusquement réveillé. Après quelques regards à droite et à gauche, d'un air quelque peu démentiel, il avait terminé par figé son regard sur le groupe de Sho en fronçant les sourcils. Il lui semblait n'avoir jamais vu cette équipe auparavant. Il avait même du mal à reconnaître Sho. Il lui fallut attendre l'intervention de Kakuzo pour que les pièces du puzzle s'assemblent dans son cerveau embué. Ce n'est qu'après ces brèves explications qu'il comprit qu'il avait affaire à l'équipe n°2 de Kumo. La seule équipe du jour qui s'apprêtait à partir en mission de rang C, d'après Kakuzo. Sans trop savoir pourquoi, Arata se mit à agiter son bras droit en l'air pour saluer Sho et ses compagnons.

Ce dernier remarqua immédiatement le long bras maigrichon d'Arata se balancer dans les airs comme une tige de bambou. Son sourire s'accentua à la limite du rire mais il inclina poliment la tête pour le saluer à sa manière. Arata était sérieusement atteint, pensa-t-il.

Mais son attention se reporta très rapidement sur son trio et plus particulièrement sur Ananda qui avait prit l'initiative d'expliquer aux autres le chemin qu'il avait lui-même décidé d'emprunter pour cette mission. Comme Sho connaissait le moindre mètre carré de terres dans les environs, il n'eut besoin de jeter un oeil à la carte pour visualiser le tracée qu'Ananda avait choisi de suivre. La route principale continuait sur plusieurs kilomètres en ligne droite depuis le petit carrefour qui se trouvait à peine à soixante mètres de leur position. L'utilisé semblait une bonne idée pour un gain non négligeable de temps mais aussi d'énergie. Bien évidemment, une telle route exposait davantage l'équipe à des voleurs et pilleurs de passage mais les probabilités d'en croiser étaient très faibles. Cette première voie était donc tout à fait adaptée à leur objectif. Là où les choses l'étaient peut-être un peu moins, c'était pour ce chemin " annexe ". Un chemin qu'ils étaient censés prendre après quelques heures de route, d'après Ananda. Quel genre de chemin s'agissait-il ? Sho n'en avait aucune idée. Il y avait bien un chemin de terre qui s'éloignait de la route principale lorsque celle-ci tournait subitement vers l'est, mais était-ce bien le chemin dont Ananda parlait ?

Après tout, peut-être le genin pensait-il à une route tracée dans son esprit comme une sorte de trajectoire approximative coupant à travers la plaine et la forêt. A défaut d'en savoir davantage, Sho appuya le choix d'Ananda par un hochement de tête.

SHO ~ Très bien Ananda, nous suivrons donc cet itinéraire.

L'affaire aurait pu paraître ironique car Sho n'était intérieurement pas tout à fait convaincu que la route choisie par Ananda était la meilleure. Pourtant, l'eisei-nin l'accepta car tel était la mission d'Ananda. Juste ou fausse, la route qu'il avait choisie serait la route que le groupe prendrait. Tout ça parce que Sho souhaitait que ses protégés se montrent capables de répondre à des responsabilités importantes ; des responsabilités qui pouvaient entraîner l'équipe sur une pente facile comme sur une pente terriblement glissante. Après tout, la vie était faîtes d'erreurs et de réussites. S'ils n'apprenaient pas maintenant à risquer de pencher vers ou vers l'autre, ils ne deviendraient jamais des ninjas accomplis.

La dernière remarque d'Ananda eut pour principal effet de dévier le regard de Sho qui jeta un simple coup d'oeil en direction du ciel. Plusieurs nuages blancs commençaient en effet à se regrouper en conglomérat. Aussi loin qu'il était possible de voir au-delà des Grandes Portes, une importante masse de nuages gris semblait stagner autour des montagnes. Ananda risquait donc très fortement d'avoir raison : la pluie serait au rendez-vous.

Cela ne compliquait pas forcément les choses – à moins qu'Ananda décide de s'aventurer sur des terrains engorgés – mais leur champ de vision risquait d'être considérablement réduit avec de telles conditions météorologiques. Une donnée de plus qui pourrait avoir son importance au terme de cette aventure.

Pour l'heure, il n'était pas encore question de s'y intéresser. Aussi, Sho s'empressa-t-il de compléter les instructions de route en abaissant son regard sur chacun d'eux.

SHO ~ Tout au long de notre route, nous avancerons en formation flèche. En pointe, Ananda ouvrira la marche. Seika tu couvriras son flanc gauche en retrait, Murai son flanc droit. Quant à moi, je couvrirai vos arrières à tous les trois. Ne brisez cette formation que si je vous l'ordonne, compris ?

Sho n'attendait pas vraiment de réponse de leur part. Il tira un peu plus sur sa bandoulière et adressa un dernier regard en direction de Kakuzo et d'Arata avant de reporter ses pupilles ambrées vers la longue route de terre qui s'ouvrait devant ses pas.

SHO ~ En route.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

Suite de la mission Arrow cliquez-ici

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Ven 5 Juin - 14:25

Sho : + 49 XP (bonus chuunin inclus)
Seika : + 34 XP (bonus genin inclus - parce que l'on est pas à un jour près Smile)
Murai : + 13 XP
Ananda : + 25 XP (bonus genin inclus)

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Sam 1 Aoû - 22:54

La formation en flèche me plaça à l'avant du convoi. Pas évident, mais je m'habituai bien vite à cette position. Les deux derniers mots de notre supérieur symbolisa le début de la marche. Encore hésitant, je plaçai mon premier pas vers l'avant. Le chemin était plutôt escarpé, boisé sur les côtés, mais ne présentait à première, et à dernière vue, aucun danger. Nous étions encore tout près du village caché, si bien qu'aucun individu aux mauvaises intentions ne serait assez stupide pour s'aventurer par ici. Le temps était maussade et ne s'arrangeait pas. D'un coup d'oeil, j'aperçus quelques oiseaux voler bas. Des bourrasques de vent secouaient mes cheveux de temps à autre. Il faisait plutôt frais : j'avais eu raison de mettre mon manteau.

Les gravillons crissaient sous nos pas réguliers, puis ce fut le tour de la terre, molle et humide, de prendre le relais. Jusqu'ici, rien de particulier. Mon stress du départ avait disparu par la force de l'ennui... De temps à autre, je jettais un coup d'oeil sur la carte, et à chaque fois, je me demandais le pourquoi de mon acte. Je la connaissais sur le bout des doigts, distances, coordonnées, noms des lieux, et repères.

Une bonne heure de marche plus tard, le premier jalon apparut à nos yeux. Sous le ciel gris, je stoppai la marche, expliquant la suite.

Ananda : Nous devons prendre le chemin à droite normalement, juste avant cette petite auberge. Si vous souhaitez faire une petite pause ou quoi que ce soit, c'est le moment, car ensuite, il n'y aura plus rien que de la végétation, et la montagne...

Tout en finissant ma phrase, je montrai le pic rocheux visible depuis notre position, juste derrière la maison et la cime des arbres. C'était notre direction finale, un plateau haut perché, sur lequel reposait la cible tant convoitée. J'envisageai le terrain que nous devions traverser sur quelques kilomètres. Un peu boueux, il n'en était pas moins praticable. Toutefois, la visibilité devenait alors réduite. Le souci, c'est que continuer sur la route principale équivalait à un immense détour, peu judicieux non plus.

De toute façon, j'attendais une réaction des participants. Je ne savais pas encore si nous continuions le chemin, ou si nous nous arrêtions...



(Me voilà de retour, désolé pour ce si grand retard ... :/)


________________________________________
______________

Only Love Is All Maroon
Gluey Feathers On A Flume...

MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   Dim 2 Aoû - 1:33

Tu iras lire tes MP Ananda, il y a un message qui t'y attends ^^

Ananda : +4 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]
» | CK002 | Plein les poches
» CK005 : Tournoi Chuunin, partie de Kumo
» Armurerie de Kumo
» Au Sud de Kumo - La Demeure des Toshiya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes de Kumo-