Partagez | 
 

 [Mission D] - Hassaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Mission D] - Hassaki   Lun 11 Mai - 17:05

¤,.°o°O Spécial : Mission rang D O°o°.,¤
-1-

Les gouttes d'eau tombaient par milliers sur le toit de la petite bâtisse. Les tuiles suintaient à n'en plus pouvoir supporter davantage. Jaillissant de nul part, les litres d'eau trouvaient un chemin entre les plaquettes de terre cuite et se terminaient par de minces cascades se déversant dans des marres de boue au pied de la pelouse. L'endroit était désert. Tout du moins c'est ce qui semblait être le cas dans un rayon de cent mètres, car l'épais brouillard qui planait sur la région ne permettait pas d'en découvrir davantage. Bien que immense, le domaine n'offrait à la vue du voyageur que cette petite bâtisse en bois entourée d'un étroit perron couvert. Les pylônes qui soutenaient le prolongement du toit étaient assaillis par d'interminables plantes grimpantes aux fleurs blanches et mauves. Ce qui apportait un petit côté rustique à l'endroit bien que la pelouse et la construction étaient, elles, des mieux entretenues. Au travers des grandes baies vitrés au rendu opaque, une faible lueur jaunâtre allait et venait comme si quelqu'un s'amusait, de l'intérieur, à obstruer la principale source de lumière.

Ce détail attira l'attention d'un homme d'une vingtaine d'années aux yeux clairs dont la silhouette s'était arrêtée aux abords du petit chemin qui conduisait à la porte principale. Cet homme s'appelait Danjuro, Danjuro Sanô ; chuunin instructeur de son état. Par un étrange hasard, il était accompagné d'un enfant aux grands yeux bleus qui ne lui était pas totalement méconnu. Noriyori, c'est le prénom que lui avait donné son père, l'armurier du village. Tous deux avaient quittés le centre de mission une vingtaine de minutes plus tôt car il avait été convenu que quelqu'un devait prendre en charge cet enfant turbulent, quitte à en payer un prix honorable à celui qui s'en occuperait. Un nom avait été prononcé par l'armurier en personne. Un nom que Danjuro était venu chercher dans cette petite maison isolée, au pied des montagnes.

L'enfant s'était considérablement assagit à mesure qu'ils s'étaient rapprochés de l'épaisse barrière de brouillard. A tel point qu'une fois arrivé devant la maison, il n'avait même plus trouvé le courage de répondre aux phrases de son accompagnateur ; certainement trop apeuré qu'il était par l'endroit.

DANJURO ~ A ce que m'as dis ton père, tu as déjà rencontré l'homme que nous venons chercher. Tu dois donc savoir plus ou moins à quoi t'attendre avec lui.

Aucune réponse. Noriyori se contenta de lever son regard troublé vers l'instructeur. Ce dernier lui sourit puis lui attrapa la main avant de s'avancer vers le perron. Là-bas ils ôtèrent tous deux leurs sandales, comme le voulait la tradition, puis Danjuro s'annonça mais aucune réponse ne lui parvint en retour. Croyant qu'il ne s'était pas exprimé assez fort, l'instructeur recommença, cette fois-ci un ton plus haut. Mais toujours rien. Intrigué, il se décala et chercha à percer l'opacité de la fenêtre la plus proche, en vain. Car il était impossible de distinguer la moindre forme au-delà de ces vitres hormis cette lumière chaleureuse qui semblait danser au rythme de la pluie qui s'abattait dehors. Ne sachant trop comment s'y prendre, Danjuro se décida finalement à rentrer sans attendre l'autorisation du maître des lieux. Il découvrit en même temps que Noriyori, une grande pièce vide au bout de laquelle trônait une cheminé où un feu ardent avait été allumé. La seule pièce de mobilier présente était une table basse autour de laquelle étaient amoncelés plusieurs coussins blancs, à deux mètres du brasier.

Attiré par le bruit de la porte coulissante, une silhouette se détacha brusquement de la pénombre qui pesait dans la moitié inférieure de la salle.

SHO ~ Danjuro ? Que fais-tu ici ?

Sho Nagoshi apparut torse nu, une serviette noire posée sur son épaule gauche. Il portait exceptionnellement un hakama noir. Ses cheveux étaient si trempés qu'il fallait se demander s'il n'était pas sorti dehors quelques instants plus tôt ou bien s'il ne sortait pas d'une bonne douche bien chaude. La vapeur qui se dégagea bientôt de la pièce annexe, fit définitivement pencher Danjuro pour la seconde solution.

SHO ~ Qui est-ce ?

Demanda l'eisei-nin en désignant l'enfant du regard.

DANJURO ~ C'est Noriyori, l'enfant de l'armurier. Si je suis ici c'est à cause de lui. Son père nous l'a amené en réclamant qu'un shinobi lui apprenne les bonnes manières. Il s'est dit prêt à verser une petite somme pour cette mission. Le centre a tout de suite classé cette demande au rang D. Et comme l'armurier t'a vivement recommandé auprès du centre, me voici avec l'objet de la mission.

Sho fixa ses yeux perçant sur le garçon. Maintenant qu'il y repensait, il se souvenait de lui. La première fois qu'il l'avait croisé c'était justement dans le magasin de son père. Il lui avait paru bien calme pour un enfant aussi " perturbateur " que ne l'avait désigné son père. Mais peu importe, maintenant qu'il était là, il n'allait sûrement pas demander à Danjuro de le ramener chez lui. Question de politesse. Au lieu de ça, Sho se dirigea lentement vers la table basse où il saisit un verre en bois qu'il porta ensuite à ses lèvres.

Noriyori aussi bien que Danjuro parurent surpris, étonnés, par ce qu'ils découvrirent dès l'instant où Sho leur tourna le dos. Et pour cause, tout le long de sa colonne vertébrale était tatoué une série de losanges rouges comme ceux qui embellissaient son cou. Ils reliaient d'ailleurs son cou à sa nuque en un collier resserré à la boucle particulière, puisqu'il s'agissait d'un kanji tatoué à l'avant de son cou. Depuis sa nuque jusque dans le bas de son dos, les losanges ne formaient plus qu'une seule ligne droite empruntant le creux de la colonne et arrêtée à deux endroits distincts par des kanji différents de celui qui se trouvait sur son cou. Aux yeux de Danjuro, il apparut clairement que chaque losange était tatoué à l'emplacement d'une vertèbre et que le premier kanji marquait celui de la première vertèbre thoracique, et le second, celui de la première vertèbre lombaire. Mais aucun des deux ne lui parut déchiffrable. Il était clair qu'il n'en avait jamais croisé de pareil jusqu'à ce jour.

De son côté, Sho avait senti depuis le départ que les regards étaient figés sur son dos. Il n'y attacha aucune forme d'intérêt. Sa main droite reposa délicatement son verre sur la table puis il se tourna pour faire de nouveau face à ses invités. Ses premiers mots allèrent à Danjuro.

SHO ~ Je suppose que tu ne t'attarderas pas davantage ici ?

DANJURO ~ En effet, j'ai une pile de dossiers qui m'attend.

Un léger sourire glissa sur les lèvres du chuunin aux cheveux colorés, plein de compassion qu'il était pour son camarade. Ce dernier le lui rendit, inclina légèrement la tête, puis il quitta la maison sans rien ajouter, laissant seul Noriyori face à son collègue.

SHO ~ Approche.

Le garçon hésita puis sentant le poids du regard de son interlocuteur peser lourdement sur lui, il s'avança timidement, les yeux tournés vers le sol. Sho l'invita ensuite à s'assoire sur le tas de coussins avant de disparaître et de revenir, quelques instants plus tard, avec une théière et un verre dans les mains. Il servit un peu de thé dans le verre et le déposa sous le nez de l'enfant, ne sachant pourtant pas s'il aimait en boire ou non. Une fois assit face à lui, de l'autre côté de la table, Sho remarqua qu'à chaque fois que le regard de Noriyori se redressait fébrilement c'était pour fixer le symbole tatoué sur son cou. Amusé, l'eisei-nin fit couler un peu de thé dans son verre dans un bruit presque apaisant. Après une nouvelle gorgée, il prit une courte inspiration et demanda sur un ton parfaitement neutre :

SHO ~ Pourquoi es-tu ici ?

Au bout de quelques secondes d'un lourd silence, la langue du garçon se délia.

NORIYORI ~ Sanô-sempai vous l'a dit.

SHO ~ Je sais très bien ce qu'il a dit, aussi bien que ce que ton père a pu dire. Mais ce n'est pas ma question ... je veux savoir pourquoi tu penses être devant moi en ce moment.

La nuance était si évidente que Noriyori parut soudainement surprit qu'on lui demande pour la première fois son avis. Après tout, son père l'avait traîné de force au centre de missions et bien que son désir ait été d'être ailleurs, il était là désormais, même si c'était contre son gré. Sho savait bien de quoi il en retournait. Cela se lisait à son regard partagé entre l'étonnement, la peur, et un soupçon de colère.

NORIYORI ~ J'aime m'amuser et mon père n'aime pas ça. C'est pour ça qu'il m'a envoyé ici.

Envoyer, un terme qui fit sourire l'eisei-nin. Peut-être se croyait-il dans un centre de redressement ou quelque chose qui s'en approchait. Il ne se trouvait pourtant nul autre part que dans une maison banale que Sho avait emprunté au vieux Hondô pour ses entraînements au katana. L'endroit était détaché de tout, abandonné au calme et à la plénitude. Un endroit sans histoire où il pouvait se réfugier en toute situation pour trouver la paix.

SHO ~ Les grands oublient souvent qu'ils ont été enfant eux aussi.

Les paroles du chuunin avaient résonnés non pas comme une réponse mais comme un fait avéré. Il subsistait toutefois d'innombrables façons de s'amuser et il douta que les manières de Noriyori comptaient parmi les plus respectueuses. Il n'eut pourtant pas le temps d'y réfléchir que la voix fluette du jeune garçon brisa soudainement le silence qui s'était installé entre eux, en désignant son cou de son index tendu.

NORIYORI ~ Qu'est ce que c'est ?

Sho le fixa attentivement pendant quelques secondes. Il comprit que la question était beaucoup plus profonde qu'un simple " un tatouage ". Noriyori voulait en connaître la signification, savoir pourquoi il l'avait inscrit ici et pas ailleurs sur sa peau. Restait à savoir s'il pouvait vraiment lui expliquer. Il y réfléchit un temps assit avant de se lever et de prendre le chemin le plus court vers la fenêtre la plus proche. Tout lui expliquer en détails était impossible. Une partie de son âme était enfermé derrière ces symboles. Il les portait pour lui et lui seul et non pour éblouir ou intriguer les autres. Comment pouvait-il expliquer ça à un enfant ? Probablement d'aucune manière. Aussi se contenta-t-il de l'essentiel, voir d'un peu plus que le minimum vital.

SHO ~ C'est comme une marque ... pour me souvenir.

NORIYORI ~ Pour vous souvenir de quoi ?

SHO ~ D'une partie du passé.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [Mission D] - Hassaki   Mar 19 Mai - 15:13

¤,.°o°O Spécial : Mission rang D O°o°.,¤
-2-

Noriyori était presque incapable de détacher son regard du dos de Sho. Ses yeux allaient et venaient le long de sa colonne vertébrale et s'arrêtaient parfois sur l'un des kanji tatoué à l'encre rouge. Bien qu'il ne comprenait pas la raison première d'un tel tatouage – les paroles de Sho ne lui ayant pas réellement permis d'en savoir davantage – il le trouvait des plus réussi.

Un rapide coup d'oeil autour de lui, lui permit toutefois de fixer son attention sur un tout autre style d'oeuvre. Adossé au mur sur sa droite, gisait un katana à la lame éclatante, presque blanche, dont la garde représentait le corps d'un loup s'enroulant progressivement autour de la lame. Le manche était lui d'un rouge aussi vif que celui des flammes qui brûlaient au coeur de l'âtre. Il se souvenait de lui. Il se souvenait plus particulièrement du jour où son père avait terminé d'en forger la lame. C'était un jour de printemps, le soleil brillait de mille feux ...


°~-


NORIYORI ~ Elle est si belle !

ARMURIER ~ N'est-ce pas ? Je la trouve particulièrement réussite.

L'armurier faisait habilement tournoyer la lame dans sa main droite en l'analysant sous toutes les coutures. L'acier brillait d'une lueur si pâle qu'il rappelait celle de la peine lune. Assit sur un tabouret à seulement quelques petits mètres de son père, Noriyori fixait le tranchant du katana de ses yeux ronds.

NORIYORI ~ Un jour j'apprendrai à en forger d'aussi belles.

L'armurier adressa un regard où se notait un brin de fierté à son fils. Un sourire se dessina aux coins de ses lèvres puis il revint à l'analyse détaillée de la lame.

ARMURIER ~ Parfait.

C'est le mot qui vint ponctuer la fin de l'analyse. Avec soin, l'armurier déposa la lame dans un bac adapté. Il ôta ensuite ses gants et s'avança vers son fils. Arrivé à sa hauteur, il glissa sa main gauche dans ses cheveux pour les ébouriffés. Il le regardait désormais d'un air faussement songeur.

ARMURIER ~ J'ose espérer qu'un jour tu seras capable de produire de plus belles lames que les miennes. Ce jour là il ne pourra exister de père plus fier que moi.

Noriyori dressa un sourire en croissant de lune et hocha de la tête comme pour promettre à son père qu'un beau jour, cela se produirait.


-~°


SHO ~ As-tu déjà tenu un katana entre tes mains ?

Ces mots ramenèrent brusquement Noriyori à la réalité. Ses yeux clignèrent frénétiquement avant de retrouver la silhouette de Sho penchée sur le katana figé à même pas deux mètres de là. Il se rappela alors soudainement de la question qui venait de lui être posé et bafouilla une réponse plus ou moins claire.

NORIYORI ~ Je ... j .... je .. n... non non ... heu non.

SHO ~ Dans ce cas, que dirais-tu de t'y essayer ?

L'enfant inclina positivement de la tête, bien qu'il eut été surpris par la proposition du chuunin. Sho attrapa le manche d'Akikaze, comme il l'avait surnommé, et le tendit à Noriyori. Ce dernier marqua un temps d'arrêt durant lequel il oscilla entre les yeux ambrés de Sho et le blanc de la lame. Finalement, il tendit ses bras et se saisit délicatement du manche à l'aide de sa main droite tandis que la gauche vint se glisser sous la lame pour la tenir à l'horizontale. Dès lors, il put ressentir tout le poids de l'arme peser sur ses avant-bras. Et il devait avouer que jamais il n'aurait imaginé qu'un katana fut si lourd.

Constatant les difficultés de Noriyori, Sho reporta sa main sur le katana pour l'aider. Il lui demanda ensuite de se lever, ce que l'enfant fit sans broncher. Une fois debout, Sho put lui apprendre tout ce qu'il y avait à apprendre sur la posture de base quand on tenait un katana. L'enfant assimila ainsi très vite que la tenue du katana n'avait que peu de rapport avec l'endurance brut de ses biceps mais constituait plus un rouage complexe entre l'appui de ses jambes et la droiture de ses épaules. Il lui fallut en tout et pour tout une dizaine de minutes pour tenir convenablement Akikaze en posture de combat. De son côté, Sho était resté attentif bien qu'en retrait, adossé qu'il était au mur.

SHO ~ Tu t'en sors très bien. A présent, essayes de donner un coup brusque dans l'air, pointe de la lame et bras tendus vers l'avant.

L'enfant s'essaya une nouvelle fois sans broncher mais sa tentative se solda par un échec cuisant. Le katana était redevenu trop lourd pour lui. Si bien qu'il le laissa tomber parterre pour appuyer ses mains sur ses cuisses et essayer de reprendre un semblant de souffle.

Sho fit quelques pas vers la table basse, s'empara du verre encore à moitié plein de thé qu'il avait servi quelques instants plus tôt, puis il revint vers Noriyori pour le lui offrir.

SHO ~ Bois et assis-toi. Je vais te montrer.

La voix du chuunin était si limpide et si rassurante qu'elle aurait été capable de faire s'assoire n'importe qui. D'une main délicate, il enleva la serviette noire de son épaule et la coinça entre sa ceinture de lin noir et sa taille. Il se pencha ensuite vers le sol et empoigna vigoureusement son katana. Commença alors une démonstration en bonne et due forme. Il commença par une succession de phases offensives entrecoupées ici et là de contres. Il enchaîna ensuite sur des parades toutes plus élaborés les unes que les autres pour finalement terminer par des postures d'attente suivies de contre-attaques éclaires. Noriyori le regarda faire avec de grands yeux écarquillés, surpris qu'il était par la précision des mouvements exécutés.

Au terme de sa démonstration, Sho se tourna vers lui.

SHO ~ Comme tu as pu le voir, la question n'est pas de savoir si mes bras peuvent supporter le poids de ce katana, mais plutôt si mon corps peut se déplacer comme si l'arme était un de ces prolongements.

Noriyori acquiesça.

NORIYORI ~ Je comprends mieux. Je suis sûr que je forgerai des katanas encore plus efficaces que celui-là quand je serai plus grand, maintenant que je sais ça.

Sho laissa ses lèvres se courber en un sourire amusé. Il est vrai que les forgerons devaient apprendre à connaître les armes mieux que quiconque. Il était d'ailleurs vrai qu'il n'existait pas un seul armurier qui ne fut expert dans la manipulation des armes blanches. L'un ne semblait pas aller sans l'autre. Si ce garçon voulait suivre les traces de son père et qui sait, un beau jour, reprendre l'affaire familiale, alors il devait appréhender le maniement des armes et apprendre dès maintenant les meilleures bases possibles.

SHO ~ Tu ne forgeras pas de bons katana si tu n'apprends pas à t'en servir comme un vrai maître d'armes.

En entendant ces paroles, l'enfant se leva d'un seul geste, l'air plus déterminé que jamais. Ce qui ne manqua pas de froncer légèrement les sourcils de Sho. Il semblait évident qu'il venait de toucher une corde sensible ... si sensible qu'elle allait lui permettre de le recadrer dans la bonne voie. Celle sur laquelle son père voulait qu'il reste.

Habilement, il poursuivit sur un ton plus appuyé.

SHO ~ Je crois que tu as le potentiel pour apprendre mais te sens-tu prêt à appren ...

NORIYORI ~ Oui !

Sho n'avait même pas eu le temps de terminer sa phrase. Ce qui confirma aussitôt la conclusion qu'il avait eu. Noriyori voulait sincèrement suivre le chemin tracé par son père. Quelque chose lui disait même qu'il voulait le surpasser. Voila la motivation dont il fallait se servir ! L'eisei-nin fit faire un salto à son katana dans sa main droite de manière à se retrouver tenant la pointe. Il fit quelques pas vers Noriyori et lui présenta la garde.

SHO ~ ... alors en route.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: [Mission D] - Hassaki   Jeu 4 Juin - 18:57

¤,.°o°O Spécial : Mission rang D O°o°.,¤
-3-

Dehors, la pluie continuait de s'abattre sans répit. La terre était gorgée d'eau et voyait les marres de boues se multiplier à sa surface. Combien de temps encore l'averse allait-elle durée ? Personne ne pouvait le deviner. Ce qui était en revanche certain, c'est que Sho ne redoutait pas de suivre un entraînement poussé dans de telles conditions. Suivi de près par Noriyori, il franchit la porte de la petite demeure, le perron, puis il continua sa route, pieds nus, au beau milieu de l'herbe bien verte qui poussait tout autour du domaine. Après vingt bons mètres parcourus, il s'arrêta et se laissa submerger par les sensations qui suivaient toujours le contact d'une goutte de pluie avec sa peau.

Rapidement, Sho se retrouva trempé de la tête au pied. Mais encore une fois, cela ne semblait pas le déranger. Il se sentait au contraire plus vivant que jamais, comme si cette communion avec la nature et le silence avait le don de le revitaliser. Sur ses épaules, il pouvait également sentir le poids du regard de Noriyori, resté légèrement en retrait. Probablement le trouvait-il bizarre ou fou de se tenir torse nu sous la pluie battante alors qu'à quelques pas de là se tenait le chaleureux âtre de la cheminée. Pourtant, l'enfant se tenait près de lui dans l'attente d'en apprendre davantage sur l'art de tenir un katana et sur tout autre sujet que Sho voudrait bien lui communiquer. Cette seule idée fit sourire l'eisei-nin dont les mèches humides s'étalaient désormais de son front jusqu'à ses mâchoires en passant par son cou.

Pivotant de quelques degrés sur son pied d'appuis, Sho jeta ensuite un regard par-dessus son épaule à l'intention de Noriyori. Le temps de quelques brèves secondes, il le fixa avant d'abaisser son regard sur le katana qu'il tenait entre ses mains. Les gouttes d'eau perlaient à l'extrémité de la lame comme si cette dernière faisait partie d'un tout. Les éléments ne pouvaient pas l'affaiblir mais au contraire la renforcée.

SHO ~ Hassaki ...

Sa voix surprit Noriyori autant que le mot qu'il prononça. Hassaki, ce mot n'avait aucun sens pour le fils de l'armurier. Pour Sho en revanche, il signifiait beaucoup.

NORIYORI ~ Hassaki ??

SHO ~ Le mot Hassaki désigne le tranchant de la lame sur un katana. Autant dire l'une des parties les plus importantes de cette arme.

Sho suivit le regard de Noriyori qui se tourna, au moment de l'explication, vers la lame argentée d'Akikaze. Dans ses yeux, il lui sembla découvrir une lueur pleine d'interrogations. Quoi que pouvait en dire son père, cet enfant était curieux ; il voulait savoir, il voulait comprendre. Ces qualités étaient indéniables chez un shinobi mais parfois plus rares chez un enfant de cet age. Tout compte fait, peut-être Noriyori était-il capable de devenir un ninja lui aussi, même si pour le moment ses désirs le poussaient à surpasser son père dans l'art de la fonte des armes. C'était d'ailleurs en soit très étrange qu'un enfant de son age puisse avoir ce genre de désir là où la grande majorité d'entre eux ne se souciaient pas de l'avenir tant la notion même d'avenir leur était méconnu.

Quoi que son père en dise, Noriyori était spécial. Cela, Sho l'avait immédiatement compris.

Le pas lent, il s'avança vers l'enfant. Arrivé près de lui, il fléchit sur ses genoux pour s'accroupir. Les doigts de sa main droite se mirent alors à glisser le long de la lame, au bord de son tranchant. Ses yeux de couleur ambre suivirent le mouvement de sa main jusqu'à ce qu'elle atteigne la pointe du katana. Là, il ramena son bras le long de son corps et tourna ses yeux vers Noriyori.

SHO ~ C'est le tranchant de la lame qui permet à son porteur d'affaiblir son ennemi. Mais elle n'est rien sans le reste.

Noriyori resta songeur pendant près d'une minute. Quand il retrouva enfin ses esprits, il leva ses yeux vers Sho et s'apprêta à lui poser une question quand ce dernier l'interrompit dans son élan comme s'il s'était attendu à sa question avant même qu'il ne la pense.

SHO ~ La poignée et la garde constituent le reste.

Il tapota la garde en forme de loup entortillé autour de la lame.

SHO ~ Tsuba : la garde.

Puis il désigna ensuite les doigts de Noriyori puisque ceux-ci étaient refermés sur la poignée.

SHO ~ Tsuka : la poignée.

Après quoi, Sho se redressa tout en gardant ses yeux fixés sur Noriyori.

SHO ~ Ces trois éléments sont indissociables. Tu ne peux donc en négliger aucun au profit d'un autre. Si tu veux que ton katana devienne une arme redoutée, tu te dois de faire en sorte que ces trois éléments se complètent. Tu comprends ?

Noriyori acquiesça d'un air intimidé. Sho commença alors à s'éloigner. Le jeune garçon aurait voulu le suivre mais Sho lui demanda de rester à sa place. Après quelques pas, il fit volte-face et lui demanda de l'attaquer avec le katana. Noriyori n'en crut pas ses oreilles. Mais Sho était catégorique, il voulait qu'il attaque, arme en main alors qu'il ne portait aucune protection sur lui ni ne tenait aucune arme pour se défendre. Bien que l'hésitation le retenait, Noriyori comprit rapidement que l'eisei-nin qui lui servait aujourd'hui de professeur ne lui avait pas ordonné un tel acte sans que cela n'ait un sens caché.

Ce n'est qu'après une nouvelle sollicitation que Noriyori se décida à porter son offensive. La suite l'amena très rapidement à comprendre qu'il n'était absolument pas de taille. Chaque coup qu'il donnait, Sho l'esquivait sans le moindre mal. Plus il ratait ses coups et plus la hargne bouillonnait en lui, l'entraînant dans une sorte de furie que Sho était toujours à même d'esquiver comme si tous les mouvements de Noriyori étaient gravés quelque part dans un coin de son esprit. Au final, l'enfant s'effondra à genoux sur le sol, épuisé, au terme de cinq bonnes minutes d'effort soutenu.

NORIYORI ~ Je n'y arriverai jamais, je me fatigue trop vite.

Sho laissa ses lèvres se fendre d'un léger sourire. Il se rapprocha de nouveau de l'enfant et se pencha cette fois-ci pour ramasser son katana, dont la lame était à présent tachée par quelques éclats de boue.

SHO ~ Ne désespères pas. Relèves-toi, je vais te montrer comment faire.

Avec l'aide de Sho, Noriyori se remit debout. L'eisei-nin lui expliqua ensuite une série d'enchaînements basiques qu'il exécuta au ralentit afin qu'il puisse séparer les mouvements. Une fois ces mouvements séparés, il lui était ainsi plus simple de distinguer les éléments que Sho utilisait pour porter le coup final. Chaque geste demandait forcément l'utilisation de la poignée, de la garde ou bien de la lame mais ce qui restait certainement le plus étonnant, c'est qu'aucun coup n'était porté sans que deux des trois éléments ne soient utilisés. Dès lors, il fut plus simple pour Noriyori d'assimiler ce que Sho lui avait expliqué depuis le début. La pluie avait beau continué à tomber comme des cordes, la perspective de réussir enfin à manipuler un katana correctement le faisait oublier toutes notions d'espace ou de temps. D'une main ferme, il attrapa la poignée d'Akikaze, tel que la lui présenta Sho. Et de nouveau il chercha à attaquer l'eisei-nin fort, cette fois-ci, de connaissances techniques plus abouties.

Le miracle se produisit lorsque par un heureux retournement de situation, Noriyori réussit à effleurer le poignet droit de Sho du bout de la lame. Le sang coula. A la fois partagé entre le bonheur et l'horreur de ce qu'il venait de faire, Noriyori lâcha le katana et s'agenouilla en implorant son professeur de l'excuser pour ce qu'il venait de faire. Sho le fixa un long moment, étonné par sa réaction, avant de s'abandonner à un petit rire qui ne manqua pas de figer Noriyori dans une expression d'incrédulité.

NORIYORI ~ Pourqu ...

SHO ~ Allons, relève-toi, tu n'as pas à t'excuser pour quelque chose que je t'ai demandé de faire.

Noriyori semblait toujours autant décontenancé.

Sho dut s'approcher de nouveau de lui pour l'aider à se relever pour qu'enfin il comprenne que la blessure qu'il avait infligé n'était pas importante. Sho en profita même pour exécuter sous ses yeux ébahis une technique du répertoire Eisei qui mit immédiatement fin au saignement et referma aussitôt la légère blessure pour ne laisser qu'un trait diagonal de chair rose à hauteur de son poignet.

SHO ~ Tu vois, ce n'est rien.

Bien qu'étonné, Noriyori acquiesça timidement, toujours marqué par ce qu'il avait osé faire.

Soudainement, la pluie s'arrêta de tomber. Sho leva aussitôt son regard vers le ciel grisâtre, à la recherche d'une éclaircie. Quand celle-ci se peaufina quelques minutes plus tard, loin en direction de l'ouest, Sho et Noriyori étaient déjà retournés dans la maisonnette, près du feu. Le regard songeur, Sho soufflait sur son verre de thé pour le refroidir légèrement, assit derrière la table basse. Noriyori venait de terminer le sien et fixait son professeur.

NORIYORI ~ Nagoshi-sensei ...

Sho arrêta immédiatement de souffler sur son thé, son attention toute fixée sur l'enfant dont il avait la garde.

SHO ~ Oui ?

NORIYORI ~ Vous avez fait exprès n'est-ce pas ?

Sho lui adressa un regard interrogateur.

NORIYORI ~ Toute à l'heure, vous m'avez laissé vous blesser ... n'est-ce pas ?

Il ne répondit pas. Pendant plusieurs dizaines de secondes, il se contenta de le fixer. Finalement, ses lèvres se tordirent en un sourire affirmé qui se reproduisit à l'identique sur le visage de Noriyori. Il avait vu juste. Tous deux éclatèrent de rire et ainsi se termina leur première entrevue. Une heure plus tard, Sho le ramena à son père, persuadé que ce dernier ne se plaindrait plus jamais.

L'élève n'avait pas blessé le professeur mais il avait appris une leçon : celle qui dit qu'il ne suffit pas de tenir un katana pour prétendre le manipuler, mais qu'il suffit d'un peu de bon sens pour en comprendre les subtilités.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

[ FIN ]

MessageSujet: Re: [Mission D] - Hassaki   Ven 5 Juin - 14:17

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Mission de rang D - Hassaki : Accomplie

Sho :
+ 60 XP (bonus chuunin et mission inclus)
+ 25 £

Je crois que ce texte peut amplement se passer de mes commentaires ^^
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission D] - Hassaki   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission D] - Hassaki
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-