Partagez | 
 

 L'Antre des Voyageurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: L'Antre des Voyageurs   Mer 13 Mai - 17:26

Le bruit lent et régulier de ses pas contraria la quiétude de la forêt.
Les brindilles craquaient, les cailloux roulaient, les arbustes se défeuillaient tandis qu'elle cheminait vers son refuge. Seule au milieu de ce nulle part, la jeune femme aurait pu sembler perdu. Mais à trois mètres se profila l'Arbre majestueux qui lui indiquait la voie. Elle commença à compter.
Un, deux, trois pas chassés sur la droite. Elle avança. Contourna (par la gauche) Le rocher clairsemé de mousse noire, puis enchaîna ses habituelles pirouettes en faisant vibrer les impulsions de chakra à travers son corps.

Encore quelques enjambée, un dernier saut, puis elle émergea dans la clairière. Le soleil qu'elle détestait depuis quelques temps, illumina sa silhouette.
C'était une jeune femme de taille moyenne, dont les cheveux trop sombres étaient médiocrement maintenus en arrière par de petites lianes et par de longues tiges de bois. La tunique de cuir marron qu'elle aimait porter, modelait à la perfection les formes appétissantes de son corps. Enfin, de son visage n'étaient pour l'instant visibles que ses yeux cernés de cils noirs, dont les pupilles rouges brillaient sous l'effet de la lumière. elle les plissa pour scruter les alentours avec une pointe d'anxiété et d'excitation.

A l'orée des arbres, la clairière s'étendait sur une trentaine de mètre. Au fond, se dressait un imposant massif montagneux auquel étaient accrochées des milliers de lianes marrons et vertes qui pendaient en s'entremêlant jusqu'au sol, créant un magnifique mur végétal.

Rien ne semblait suspect, pourtant...
Elle avança avec précaution, serrant dans sa main droite le cadavre encore tiède du gros lièvre qu'elle venait de débusquer. Un pas après l'autre...
Puis, elle sentit au niveau de son épaule le frôlement d'un fil léger, comme celui d'une toile d'araignée. Elle s'arrêta, n'osant plus respirer.. mais déjà, elle entendait un sifflement qui se dirigeait vers elle à toute allure. Aussitôt, elle plongea sur la gauche, se réceptionna puis.... senti le sol se dérober sous son poids.

Elle jura.

Sans attendre son reste, la kunoichi envoya valser le lièvre aussi loin que possible, puis positionna ses jambes en grand écart sur les parois du trou pour arrêter sa chute. Un coup d'œil vers le bas lui permit de voir trois énormes pieux acérés, ainsi que des poches fumigènes qui commençaient à libérer leur fumée toxique. Elle retint sa respiration, contente que ce masque encombrant puisse se révéler utile de temps à autres, attendit quelques secondes, puis se projeta hors du piège fumant.

Le lapin l'attendait pas trés loin. Elle fit quelques pas pour le ramasser et constata que les trois aiguilles qui transperçaient son corps, n'étaient pas là auparavant.

[…]
« Et bien, et bien, espérons qu'Il n'a pas eu l'idée de les empoisonner, sinon.. adieu dîner. »


Un peu contrariée par cette éventualité, elle s'avança finalement vers la paroi rocheuse, puis pivota sur la droite quelques instant plus tard, pour s'enfoncer... au milieu les lianes.

[…]
« Tadaima »

La kunoichi se trouvait dans une large grotte naturelle sommairement aménagée.
Au centre, se trouvait une table artisanale en bois, autour de laquelle étaient posés deux rondins qui tenaient lieux de tabouret. Elle y déposa le lapin, ainsi que les armes qu'elle trimballait, puis se dirigea vers la droite pour ramasser une bûche qu'elle jeta dans le feu pour raviver les braises. En abaissant son masque, elle avança enfin vers son compagnon.

[…]
« Tu n'as pas chaumé dis moi... j'ai ramené le repas, j'espère que tu pourras en tirer quelque chose il est dans un sale état... »

Lui tournant le dos, l'homme de grande taille se tenait devant un établi ou reposaient de nombreux pots, plus ou moins remplis, et quelques fioles. Il affutait consciencieusement ses lames.

[…]
« Au fait Sanbai... il va falloir faire le ménage dehors. Tu aurais du me prévenir.»

Drapé dans son long manteau, il se retourna et esquissa le sourire énigmatique qu'elle aimait tant.


Dernière édition par Yami Seitan le Sam 30 Mai - 21:41, édité 1 fois

MessageSujet: Re: L'Antre des Voyageurs   Jeu 14 Mai - 16:38

La grotte était relativement sombre, même avec le feu qui brûlait près du centre de la cavité, mais cela ne dérangeait pas les deux locataires des lieux, ils préféraient de toute façon l’ombre à la lumière.

[…]
« Tadaima »

L’homme ne s’était pas retourné lorsqu’elle était entrée, tirant sur sa cigarette alors qu’il faisait l’inventaire des ingrédients qu’il lui restait, un parchemin à la main. Il l’entendit poser sa proie sur la table et quelques tintements lui indiquèrent qu’elle s’était aussi délestée de ses armes, mais il n’y prêta pas vraiment attention, absorbé qu’il était dans son travail.

[…]
« Tu n'as pas chaumé dis moi... j'ai ramené le repas, j'espère que tu pourras en tirer quelque chose il est dans un sale état... »

C’est seulement lorsqu’elle s’adresse à lui qu’il mit de côté sa tâche, déposa le parchemin sur lequel il était en train d’écrire et s’intéressa à sa « colocataire ».

[…]
« Au fait Sanbai... il va falloir faire le ménage dehors. Tu aurais du me prévenir.»

[???]
« On est jamais trop prudent tu le sais bien… Cela étant, je pensais que tu arriverais quand même à te débrouiller pour ne pas déclencher les pièges, maintenant il va falloir tout remettre en ordre. Tu me fileras un coup de main sinon je vais en avoir pour deux heures et j’ai pas encore fini l’inventaire des ingrédients. Les stocks diminuent, je pense qu’on va être obligé de faire une sortie pour les renflouer… Enfin je te dirais ça plus précisément quand j’aurais fini de faire les comptes. »

Il avait une voix grave, presque caverneuse. Cela étant, elle devenait toujours plus amicale lorsqu’il s’adressait à sa partenaire. Sur ces paroles, il s’avança jusqu’à la table, récupéra le lapin et le regarda.

[???]
« Mais en attendant, c’est toi qui va passer à la casserole… Je vois qu’il a goûté aux aiguilles que j’avais placées dehors… Bon, c’est pas bien grave elles n’étaient pas empoisonnées… Je me suis dis que si tu t’en prenais une, il vaudrait mieux qu’il n’y en ai pas… Je vois que j’ai bien fait au final. »

Il retira les aiguilles du corps du petit mammifère avant de les nettoyer et de les ranger dans son barda. Il retourna s’occuper du lièvre et, à l’aide d’un couteau, commença à le dépiauter d’un main experte.

[???]
« Tu pourrais aller nous chercher un peu d’eau je te prie ? »

[…]
« Pas de soucis, c’est comme si c’était fait »

La jeune femme se dirigea vers le fond de la grotte où se trouvait une grosse ouverture d’où s’échappait le bruit d’un rivière souterraine. A côté de l’ouverture se trouvait un seau attaché à une corde. Elle s’en saisit et jeta le seau sans ménagement par le trou avant de le remonter à l’aide de la corde puis revint dans la cavité principale de la caverne.
L’homme avait deja embroché le lapin et l’avait placé au dessus de feu.

[…]
« Hé hé hé, j’adore les barbecues. Je veut une patte arrière je te préviens. »

[???]
« Comme d’habitude ma chère, comme d’habitude… De toute façon il y en a deux, non ? »

Il s’installèrent donc à leur table de fortune et dégustèrent leur lièvre rôti et leur eau de source.
Une fois le repas finit, il décidèrent de remettre tous les pièges en place avant de continuer leurs affaires. Il sortirent donc à la lumière d’un début d’après-midi. L’homme regarda la clairière qui s’ouvrait devant lui. Des kunais et des aiguilles étaient plantés un peu aprtout, à divers endroit de la clairières et sur quelques arbres, un trou trônait au milieu de la clairière.

[???]
« Tu es discrète quand tu arrives quelque part toi, dis-moi…. Un troupeau d’éléphants aurait déclenché moins de pièges que toi…. Bon ben je crois qu’on va en avoir pour un peu plus longtemps que prévu. Fais quand même attention, y a peut-être encore 1 ou 2 pièges que tu n’as pas déclenché. »

La jeune femme le gratifia d’un « gna gna gna », ce sur quoi ils se mirent tous les deux à la tâche. Après s’être affairés une bonne partie de l’après-midi, la clairière avait retrouvé son aspect originel, les pièges étaient à nouveau cachés et opérationnels.

[???]
« Je suppose qu’on a mérité quelques minutes de détente et un petit rafraîchissement ».

Ils retrouvèrent tous deux l’ombre et la fraîcheur salvatrice de la grotte. L’homme alla ouvrir une caisse et en sorti une bouteille de Saké accompagnée de deux petits gobelets. Il alla s’asseoir à la table où avait déjà pris place la jeune femme et rempli copieusement les deux verres.

[???]
« Bon, ce n’est pas tout ça, mais il faudrait que je finisse l’inventaire des ingrédients. J’ai pas envie de m’apercevoir qu’il m’en manque un le jour où j’en aurait besoin. »

[…]
« Besoin d’un coup de main ? »

[???]
« Après tout pourquoi pas, on en aura fini plus vite comme ça. »

Les deux acolytes reprirent donc le comptage des différentes fioles et pots.
La jeune femme ouvrit un pot et en approcha son nez.

[…]
« Pouaaah !!… Je crois que les fleurs d’Hanakazura sont pourries… »

[???]
« Ok… Rajoute le sur la liste… »

Au bout d’une heure, ils avaient fait le tour de ce qu’il leur manquait.
L’homme saisit le parchemin où était notée la liste des ingrédients en pénurie.
Après un moment de réfléxion il reprit la parole en indiquant un des noms sur la liste.

[???]
« Bon, il me semble que c’est l’époque de floraison pour cette plante-là… On ferait bien de se mettre en route dès ce soir. Il y a bien deux ou trois jours de voyage jusqu’à la région où elle pousse. Alors plus vite on sera parti, plus vite on sera revenu. »

La jeune femme sembla satisfaite des propos tenu par son partenaire.

[…]
« Aaah, enfin un peu de mouvement, je commençais presque à m’ennuyer. »

Puis elle ajouta avec une petite lueur dans les yeux

« Avec un peu de chance, on croisera même quelques marchands en chemin. »

Ils firent leur sac et le crépuscule venu, sortirent de la grotte pour se mettre en chemin.
Ils disparurent alors dans l’ombre de la forêt, la cime des arbres touffus empêchant la lumière de la lune de les atteindre.

MessageSujet: Re: L'Antre des Voyageurs   Ven 15 Mai - 13:11

Pour de nombreuses raisons, les deux voyageurs préféraient se déplacer la nuit tombée. Les chemins étaient moins fréquentés, la fraîcheur stimulait leur muscles, et tendre les embuscades était plus aisé. Hors de leur « domaine » il était quasiment impossible de les repérer, leur sens étaient aiguisés, aussi silencieux que des ombres ils se fondaient dans le paysage.

Ainsi, par cette nuit de pleine lune, ils avançaient tout deux à travers la foret, se délectant d'entendre parfois le battement des ailes des chauves souris environnantes.

Le Namae Nashi Nagaremono, ou le vagabond sans nom comme certains l'avaient nommé, ouvrait le chemin. La jeune femme préférait de son coté, l'appeler 3N ou Sanbai. Depuis le départ, il avait été le meilleur pour s'orienter, trouver les sentiers rapides, ceux qui seraient le moins coûteux en d'énergie. Elle le suivait donc par habitude, en adaptant son pas au sien, et fixant la longue cape noire qui virevoltait au grès de ses mouvements amples.

Son esprit s'égara...

Ils se connaissait depuis maintenant un an. Enfin, cette demi vérité convenait parfaitement à la jeune femme. D'ailleurs, elle était prête à tout pour s'en persuader et (par la même occasion) en convaincre les autres.
Avant cela, elle n'existait pas! Non, elle avait été enfermé et dominé par la lumière, ne pouvant s'exprimer que dans ses rêves les plus sombres. A présent, elle était affranchie, et savourait chaque instant donné. Qu'il était doux de laisser libre cours à ses pulsions! D'autant que son partenaire la laissait faire la plupart du temps, et l'encourageait même parfois.

Libérée de ses chaînes, elle était enfin... vivante.

Un sourire, une secousse, et elle ajusta son sac sur ses épaules. Avant de partir, elle avait prit la peine de tirer l'eau du puits pour les outres, et d'emballer (entre autres) les restes du repas qu'elle avait mis à l'intérieur. Cela ne suffirait sûrement pas pour atteindre leur objectif mais ils seraient au moins tranquille pour une journée ou deux.

[Namae Nashi Nagaremono]
« Yami..tu es bien silencieuse, cela ne te ressemble pas. »

Elle leva la tête et remonta le masque glissant sur son nez.

[Yami]
« Oui... Je réfléchissais à notre prochaine partie de chasse. Ça fait longtemps qu'on a pas traqué du gros gibier ensemble. Mais bon, ce n'est certainement pas le moment pour nous encombrer d'un ours ou d'un puma. Au fait Sanbai, j'y pense de plus en plus... »

[Namae Nashi Nagaremono]
« Hum quoi? »

Il ralenti légèrement la cadence de ses pas pour que la jeune femme arrive à sa hauteur.

[Yami]
« Je crois qu'il nous faudra bientôt aller dans un village. J'ai besoin de rafistoler mon armure.. ya des trous partout. Et pour avoir de la qualité, ce n'est pas le genre de chose qu'on déleste à un simple marchand itinérant, si tu vois ce que je veux dire... »

[Namae Nashi Nagaremono]
« Je vois... Dommage que la kunoichi qu'on a détroussé la dernière fois était plus grande que toi. (Il détailla la tenue de la jeune femme) Mais en effet, cela semble nécessaire. Puis, certains éléments qui figure sur ma liste ne poussent pas en foret de toute façon. »

Yami plissa les yeux d'un air espiègle. Les villages, la foule, lui rappelaient les mauvais souvenirs du temps où « elle n'était rien ». Elle avait du mal à cohabiter avec le genre humain, et de ce fait, beaucoup de difficulté à se retenir et rester civilisée. Le Namae Nashi Nagaremono s'en sortait mieux qu'elle, il ne perdait jamais son objectif de vue. C'est pour ce genre de chose qu'elle le respectait.
Depuis toujours.

[Yami]
« Nous verrons cela en temps voulu. »

Yami reprit sa position et chemina en silence jusqu'à ce que l'aube pointe son nez à l'horizon. Finalement ils avaient bien avancé, car la foret se faisait de moins en moins dense et les montagnes semblaient trois fois plus grosses qu'à leur départ.
Ils profitèrent des premiers rayons du soleil pour ramasser quelques plantes utiles, et se reposèrent quelques heures prés d'un buisson touffu en alternant les tours de garde.

En début d'après midi, l'homme émergea de son sommeil agité. Les sacs étaient fait, et à ses pieds se trouvait un petit tas de fraises sauvages. La kunoichi était assise à quelques mètres, en position de méditation, sur un rocher plat. Elle n'eut pas a ouvrir les yeux pour savoir que son compagnon ne dormait plus.

[yami]
*Ses cauchemars ne finiront donc jamais? Je ne peux rien faire contre ca... Cette journée le pourchasse jour après jour.*

Le vagabond englouti son petit déjeuner en marmonnant un merci, puis se leva, ajusta son équipement, sa capuche, et vient se positionner devant sa partenaire en lui tendant son sac.

[ Namae Nashi Nagaremono]
« Si nous avançons au même rythme, nous serons au pied des montagnes demain matin. Ne traînons pas, surtout que nous devrons reposer nos muscles quelques heures avant d'entamer l'escalade. Ce n'est pas difficile mais la moindre erreur peut être ennuyante... n'est ce pas petit éléphant? »

Yami ouvrit brusquement les yeux et le transperça d'un regard noir (ce qui sembla l'amuser). Puis elle se leva, et mis son sac sur les épaules en grognant dans sa barbe.

[yami]
«Alors en route!»

Ainsi, ils reprirent leur voyage, échangeant quelques mots de temps en temps sur leurs projets, la manière d'améliorer les techniques qu'ils avaient, et sur la façon de récupérer celles qu'ils convoitaient.

Peu à peu, le jour fit place à la nuit. A l'aise dans leur élément, les deux ombres avançaient sur une pente abrupte, qui les menait toujours plus près des étoiles, au pied de la falaise.


Dernière édition par Yami Seitan le Sam 30 Mai - 21:39, édité 1 fois

MessageSujet: Re: L'Antre des Voyageurs   Mer 27 Mai - 17:15

La lune peinait à faire passer sa lumière sous les frondaisons. Les deux vagabonds marchaient en silence, l'un d'eux faisant parfois une remarque sur tel ou tel sujet... Les deux partenaires ne ressentaient pas le besoin de parler sans arrêt. Avancer sans rien dire leur convenait également très bien, ils n'étaient pas exactement du genre sociable.

Le vent nocturne passait sous la capuche de 3N et lui caressait le visage. Il avança en fermant les yeux quelques secondes pour en profiter pleinement. Vraiment, il préférait la nuit au jour. Tout était si tranquille. La chose la plus insignifiante prennait une dimension auguste, solennel et intangible. Dans cette noirceur environnante, marcher dans cette nature équivalait à entrer dans un temple. On se retrouvait seul avec soi-même.

Alors que 3N était perdu dans ses pensées les yeux fermés, un bruit et un mouvement approchant le firent réagir. Dans un réflexe, il saisit une de ses aiguilles et la jeta dans la direction d'où venait le mouvement sans vraiment trop réfléchir. Il s'ensuivit le bruit de quelque chose qui heurte le sol. 3N se retourna vers Yami qui ne semblait pas en savoir plus que lui. Il se dirigèrent donc vers l'endroit d'où était provenu le bruit et trouvèrent au sol une chauve-souris. Elle était visiblement morte sur le coup, l'aiguille enfoncée de plusieurs centimètres dans le crâne.

3N fut effaré par son propre geste. Combattre voir tuer des êtres humains ne lui posait pas spécialement de problème, l'Homme était d'après lui une créature vile et n'avait pas grande utilité dans ce monde et en tuer quelques uns ne posait pas de problème. Mais il venait de tuer une chauve-souris, créature qu'il avait toujours considéré comme un peu sacré à ses yeux. C'était l'animal qui régnait sur son monde ainsi que celui de Yami, le monde de la nuit et des ténèbres, et il avait toujours eu un profond respect pour ces créatures. Il venait d'en tuer une et il avait du mal à l'accepter.

[3N]
"Et merde! Non, non, non! C'est pas vrai. Comment j'ai pu faire une erreur comme ça? Je réfléchis toujours avant de tirer d'habitude..."

Yami s'était approché dans le dos de 3N, à présent à genoux devant le corps sans vie de l'animal. Elle connaissait le sentiment de 3N vis à vis des chauve-souris et comprenait la douleur qu'il ressentait. 3N s'était toujours senti plus près du monde des bêtes que de celui des humains. Ce n'était pas pour rien qu'ils avaient aménagé une grotte plutôt que de louer un appartement dans un village.
La jeune femme posa une main sur l'épaule de son compagnon.

[Yami]
"Hum... Je sais que ça ne changera pas grand chose mais bon, tu ne pouvais pas vraiment savoir. Tu as joué la prudence, ça aurait pu être n'importe quoi au moment où tu as tiré."

Au moment où elle dit cela, des petits cris perçants arrivèrent aux oreilles des deux voyageurs. 3N retourna le corps de l'animal avec précaution pour découvrir 2 bébés encore accrochés au pelage de ce qui devait être leur mère. Le sentiment de culpabilité de 3N grossit encore plus à cette vision.
Les bébés n'avait même pas encore de poils et étaient, on ne sait comment, toujours indemnes après la chute de leur mère.

Yami les prit dans ses mains.

[Yami]
"Hé bien je crois que voilà un moyen de nous faire pardonner auprès de dame nature..." dit-elle avec un sourire en tendant les mains près du visage de 3N toujours à genoux.

3N fixait les 2 petites chauve-souris chétives. C'était bien la moindre des choses qu'il pouvait faire, et il le ferait bien.

[3N]
"Oui, tu as raison. Même si ça ne rattrapera jamais totalement ce que je viens de faire, on peut au moins s'en occuper."

Il prit un des rejetons dans sa main et le regarda.
Yami essaya de remettre du baume au coeur du grand gaillard et reprit la paroles de manière enjouée.

[Yami]
"Allez! Maintenant qu'on a résolu ce problème, on enterre la chauve-souris et on repart de plus belle! Je te rappelle qu'on a des plantes à cueillir..."

3N s'exécuta donc, enterra la dépouille de l'animal et se remit sur ses pieds. Ils reprirent leur marche, l'homme gardant toujours un goût amer dans la bouche après ce qu'il avait fait. Mais Yami s'évertua pendant une partie du trajet à lui insuffler de la bonne humeur et elle eut finalement raison de lui. Elle l'empêchait toujours d'avoir les idées trop noires et c'était une des raisons pour lesquelles il l'appréciait.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'Antre des Voyageurs   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A FOS NOU GOUMEN ANTRE NOU
» L'antre de la Bande dessinée
» L'antre du démon {pv Zarathos}
» (-18)( Mission de classe D ) Dans l'antre du diable...
» Un antre de paix. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-