Partagez | 
 

 Naissance d'une vengeance... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Naissance d''une vengeance... [PV]   Dim 24 Mai - 1:29

Il faisait encore nuit sur le Pays de la Foudre, la lune était pleine dans le ciel, elle éclairait la longue route qui allait dans la direction du village caché de Kumo. Le vent soufflait paisiblement, des feuilles volaient doucement avec le vent. Un léger sifflement ce faisait entendre, un sifflement qui faisait danser les arbres de gauches à droite comme une valse entre ciel et terre. Au milieu de cette danse qui allait sans doute durée toute la nuit, une petite ombre avançait sur le chemin de terre, elle semblait avancer d’un pas hésitant.

L’ombre en question formait les courbes d’une femme, ou plutôt d’une jeune demoiselle. C’était bien sûr Kairi. Elle avait quitté sa maison après la scène qui venait de se passer entre son père et sa mère, tenant le collier de celle-ci qu’elle portait autour du coup depuis peu, elle fixait le sol pleurant en silence. Elle avait quitté la maison et ne savait même pas si sa mère était réellement morte, si son père avait prit soin de son corps et surtout, qu’allait-elle faire maintenant... Dans sa tête, elle n’arrivait pas à faire le trie de toutes les questions qui lui venaient en tête.

Kairi s’arrêta sur le chemin regardant le ciel étoiler qui s’offrait à elle. La lune était magnifique se soir et rien ne semblait pouvoir sortir la jeune demoiselle de ses pensées. Rien ? Non pas rien, un petit point noir qui se trouvait au loin derrière elle commençait à se diriger dans sa direction, un point noir qui avançait rapidement. Kairi mit un long moment avant de comprendre que c’était en réalité son père qui c’était lancer à sa poursuite, il ne semblait plus aussi ivre qu’il l’était il y a quelques heures. Elle entama une marche plus rapide et commença même à courir pour ne pas que celui-ci la rattrape.



Kairi - * Non Il ne faut pas… Non ! *


Bien que l’allure à la quelle elle allait soit très rapide, son père arrivait toujours à gagner un peu plus de terrain à chaque seconde qui passait. Rapidement, elle pouvait le distinguer dans la nuit, il approchait trop vite d’elle pour qu’elle puisse amorcer une sortie dans la petite forêt qui se trouvait sur sa droite, pas le choix il fallait faire face à ce monstre qu’était son père pour elle.

Elle s’arrêta et se retourna dans sa direction, elle avait pue voir au loin les grandes portes de Kumo qui n’était plus bien loin, mais elle savait aussi qu’elle n’aurait pas eue le temps de le de les atteindre car son père était déjà à quelques mètres devant elle, à la regarder avec un regard plein de tristesse qui cachait une terrible envie de cacher au monde entier ce qu’il venait de se passer cette nuit la, même si pour cela il devait tuer aussi sa propre fille.


Ryu – « Kairi, ma petite Kairi, où cours-tu comme ça ? »

Il le savait très bien, mais en disant ses paroles il s’approchait lentement de la jeune fille, d’un pas lent, il s’approchait toujours un peu. Kairi avait quelques mouvements de recule par moment pour ne pas qu’il puisse s’approcher trop près d’elle, après tout son père était un Ninja et elle ne connaissait rien de son savoir faire, elle ne l’avait jamais vue à l’œuvre et donc ne savait de quoi il était capable. Le regardant dans les yeux elle lui répondit avec un ton sec remplie de rage.


Kairi – « Tu as tué ma mère, tu voudrais en plus que je reste à t’es côté, pauvre fou ! »

Ryu – « Oh ! Ce n’ai pas très gentil de dire de tel choses et puis de toute façon tu ne vas pas dire grand choses bien longtemps croit moi… »

Kairi –« Que… »

Elle n’eu même pas le temps de finir sa phrase qu’elle vit son père sortir une étrange arme de derrière son dos, un Kunai ! Kairi commença à reculer de plus en plus rapidement ne voulant pas se trouver à porter de son père et cette arme, mais soudain elle s’arrêta doucement et commença à baisser la tête en regardant le sol, ses cheveux cachant son visage. Sur ses joues on voyait de petite larme couler et finir leur course sur le sol, son père arrêta lui aussi d’avancer.

Kairi serrait les poings en regardant le sol, elle avait tant de choses à lui faire payer, mais elle n’arrivait pas à oublié se lien qui était installer entre un père et sa fille, tous les souvenirs qu’elle avait eue avec lui passait dans sa tête comme des petits flashbacks. Lentement son père commença à avancer vers elle toujours son arme en main près à parer n’importe qu’elle coup qu’elle pourrait lui donner, mais Kairi ne bougeait pas d’un pouce, laissant son père se mettre juste devant elle
.

Ryu – « Tu aurais pus devenir une grande Ninja comme ton père, dommage que ton histoire doivent s’arrêter ici ma fille… J’aurais aimé te voir grandir d’avantage, mais rien de ce qui sait passer cette nuit ne doit quitter la maison… »

Dans la tête de Kairi tous était mélanger, elle n’arrivait plus à savoir ce qu’elle devait faire, elle était comme paralyser par se manque de confiance en elle qui, à cette instant précis allait lui couté plus qu’une simple gifle ou un coup de poing, cette fois c’était de sa vie qu’elle parlait. Lentement son père posa la pointe du Kunai sur le ventre de l’enfant en la regardant d’un air triste. Kairi attrapa l’arme et commença à appuyer sur son ventre doucement sans la faire traversé son vêtement, levant la tête vers son père elle le regarda dans les yeux. C’était lui qui l‘avait mis au monde avec sa mère, lui avec qui elle avait grandi et qu’elle avait tant de souvenir joyeux, lui qui avait enlevé la vie de sa mère dans un excès de colère, lui qui allait lui prendre sa vie dans un moment de folie…

Kairi regardait la lune derrière son père, elle était tellement jolie qu’elle commença à faire un vœu espèrent que celui-ci soit entendu, si quelqu’un pouvait venir en aide à cette petite fille, elle n’avait pas envie de mourir ici et maintenant, elle avait trop de choses à accomplir encore, elle voulait vivre… Soudain elle sentit comme un coup de vent, quelques choses venait de changer dans l’air, mais quoi ? Elle ouvrit doucement les yeux et regarda devant elle, plus rien. Son père n’était plus la, plus de trace de celui qui allait lui enlever sa petite vie, pourquoi ?

Regardant le ciel, elle commença à s’imaginer que tout ceci n’était qu’un rêve qu’elle avait fait, quelle aussi avait été prise de folie dans sa fuite de son foyer et qu’elle avait imaginé cette scène qui devait la hanter. Regardant sur le sol, elle vue un Kunai, c’était celui de son père elle le savait, alors elle n’avait pas rêvé… Pourquoi l’avoir laisser en vie alors qu’elle savait la vérité…


Kairi - * Je ne comprends plus rien… *

Regardant les portes de Kumo qui se trouvait devant elle, ses jambes ce mirent à courir toute seule. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle devait aller le plus vite là-bas, elle ne voulait plus être seule, elle voulait voir quelqu’un d’autre, l’image qu’elle avant dans la tête était insupportable.

Dans l’ombre quelqu’un la regardait, quelqu’un qui avait préféré se retirer que d’ôter la vie à sa propre fille. Il la regardait courir en direction de Kumo et lâcha un petit soupire comme s’il pensait ne pas avoir fait le bon choix, il savait qu’elle ne dirait rien toute suite et préférait voir comment allais se dérouler la suite des évènements.


Ryu - * Cette vengeance en toi grandira et tu deviendras forte, se jour la je serais la… *

Dans ces dernières pensées, Ryu disparue de la branche ou il c’était assit. Kairi elle courait toujours, la porte n’était plus cas quelques mètres que déjà elle voyait quelqu’un marcher devant celle-ci, un garde ? Un ennemi ? Elle s’en fichait complètement, ce qu’elle voulait pour le moment c’est oublier cette vision qui la hantait. Elle sauta dans les bras de cet inconnu les larmes aux yeux et cacha son visage dans les vêtements de celui-ci sans dire un seul mot.


[HS :Je ne sais pas si je peu mettre les codes de couleurs et d'écriture comme je l'ai fait, donc si je n'ai pas le droit je corrigerais ... ]

MessageSujet: Re: Naissance d'une vengeance... [PV]   Ven 29 Mai - 1:51

¤,.°o°O Chapitre 8 : L'Ombre Croissante O°o°.,¤
« La fille du Clair de Lune »
-1-

Les nuits de pleine lune avaient quelque chose de magique dans le Pays de la Foudre. Peut-être était-ce le fait que l'astre de la nuit trouvait toujours le meilleur moyen de faire étinceler ses rayons contre les flancs des montagnes ; ou bien que les journées voilées se comptaient en si grand nombre dans la région que les nuits parfaitement découvertes paraissaient tout de suite plus féeriques. Quoi qu'il en était réellement, Kumo dormait paisiblement sous l'oeil bienveillant d'une lune de nacre et d'une poignée de shinobis éparpillés tout le long de son mur d'enceinte.

Parmi eux, se trouvait un dénommé Arata. Le cheveu blond, le visage creusé, Arata comptait parmi les chuunin chargés de la surveillance des Grandes Portes du Village. Un poste extrêmement important qu'il ne prenait pourtant pas toujours au sérieux. Preuve en est, il avait été aperçu entrain de dormir contre le mur d'enceinte une semaine plus tôt, alors qu'il venait tout juste de prendre son poste pour la journée. Bien évidemment, un tel comportement n'avait pas tardé à échapper aux yeux et aux oreilles des hautes instances qui l'avaient immédiatement mit à l'épreuve et contraint aux rondes de nuit pour une durée de deux mois.

Comme Sho l'appréciait, cela malgré sa fainéantise flagrante, il avait décidé de lui tenir compagnie cette nuit-là. Habituellement, c'était Kakuzo qui tenait ce rôle mais le pauvre avait été envoyé sur les bancs de l'Académie pour enseigner aux plus jeunes têtes que pouvaient compter les rangs de cette gigantesque institution.

Assit sur une branche de chêne à cinq ou six mètres du sol, Sho contemplait d'un air songeur la voûte céleste et les innombrables étoiles qui la parsemaient. Au sol, appuyé contre le comptoir en bois aménagé aux abords des Grandes Portes, Arata semblait lutter contre le sommeil, son poing droit blottit contre sa mâchoire droite. Ses petits yeux vert semblaient définitivement déconnectés de la réalité. Ils fixaient le sol sans pourtant le voir. Sho, qui ne manquait jamais de jeter quelques regards en contrebas pour s'assurer que son ami ne s'abandonnait pas trop facilement aux bras de Morphée, laissa échapper un petit rire amusé lorsqu'il nota la manière avec laquelle le corps longiligne d'Arata avait tendance à se courber et à s'enfoncer toujours un peu plus contre le comptoir.

SHO ~ Plus le temps passe et plus je me demande si se sont tes jambes ou bien les planches de ce comptoir qui te soutiennent.

La voix ironique de Sho fit sursauter Arata qui se redressa brusquement. Avec un air profondément blasé, Arata glissa une main dans ses cheveux puis il s'appuya cette fois-ci de ses deux coudes sur le comptoir comme s'il n'avait pas entendu la remarque de Sho.

Ce dernier secoua légèrement la tête, un léger sourire guettant le coin de ses lèvres, avant de reporter son regard mielleux vers le ciel et son océan d'un bleu encre somptueux.

SHO ~ Kakuzo doit regretté de ne plus pouvoir assister à tel spectacle. Il m'a semblé épuisé la dernière fois que je l'ai vu.

ARATA ~ Complètement cuit plutôt ...

Rétorqua Arata en poussant un profond soupire.

ARATA ~ Il n'arrête pas de me dire que l'Académie est un enfer terrestre et que de notre temps les bancs n'étaient pas garnis d'enfants aussi turbulents que maintenant ...

Kakuzo était en effet devenu professeur pour le compte de l'Académie en remplacement de celle qui donnait habituellement les cours. Bien que l'affaire n'était supposée durer qu'une semaine, Kakuzo avait immédiatement accusé le coup dès la fin du premier jour. Ce qui n'avait pas manqué d'amuser tous ses plus proches amis, y compris Sho. Pour rien arranger, Kakuzo avait hérité des premières années. A savoir des enfants pour le moins incapables de distinguer le moindre danger et tout simplement dénué de plus petit sens moral qui soit. A tel point que Kakuzo s'était très rapidement constitué garde d'enfants plutôt que réel professeur.

Le sourire de Sho s'accentua encore un peu plus lorsqu'il tenta de s'imaginer le visage de Kakuzo en arrivant à l'Académie, le deuxième jour de sa mission. Mais son sourire s'évanouit aussitôt lorsque Arata tourna vers lui un regard étonnement profond et troublé.

ARATA ~ Que crois-tu que je serais capable de faire si l'Asahi décidait d'attaquer Kumo cette nuit ?

Sho ne répondit pas tout de suite. Il se contenta de garder une expression neutre. Bien que son regard perçant fixait de toute son intensité celui de son camarade.

La question demandait réflexion. Savoir si Arata était capable de lutter contre un quelconque membre de cette organisation, Sho savait pertinemment que cela était impossible à l'heure actuelle. S'il réfléchissait autant c'était donc surtout à la meilleure manière de lui répondre sans trop le bousculer.

Au terme de quelques dizaines de secondes de réflexion, il trouva une formule assez digne à son goût et l'offrit sur un plateau.

SHO ~ Aucun de nous n'est préparé à les affronter mais si un jour nous devons croiser leur route, croit bien que nous serons assez nombreux pour sauver les nombreuses vies qui sommeillent derrière ces portes.

Arata fixa Sho pendant une bonne minute sans rien dire. Finalement, il lui adressa un clin d'oeil puis il s'accouda de nouveau contre le comptoir comme s'il s'était satisfait de cette réponse. Sho, lui, continua de fixer les omoplates de son ami en se demandant quel genre de craintes avait pu l'amener à lui poser une telle question alors qu'il se savait parfaitement incapable de résister à une puissance comme celle qui avait embrasé Konoha quelques mois plus tôt. Peut-être était-ce la crainte de mourir tout simplement ? Ou celle de ne pas être armé d'assez de courage le moment venu ? Sho n'eut le temps de trouver un seul élément de réponse. Le wakizashi d'Arata venait de glisser hors de son fourreau.

En quelques secondes seulement, l'eisei-nin prit conscience de ce qui était entrain de se produire et trouva le temps de descendre de son perchoir presque sans un bruit. Une fois au sol, son regard se porta vers les Grandes Portes ou plutôt le chemin de terre qui s'en éloignait vers une horizon sombre où seules les montagnes se distinguaient comme de gigantesques crocs effilés. C'est sur ce chemin qu'il découvrit la silhouette qui venait sûrement de sortir Arata de sa léthargie. Par mesure de précaution, Sho porta sa main gauche sur la lame argentée du wakizashi et l'abaissa pour faire comprendre à Arata qu'il valait mieux ne pas se précipiter. Après tout, il s'agissait peut-être d'une équipe sur le retour, un éclaireur en tête ? Ou bien un jounin de sortie ?

Stressé comme jamais, Arata plongea sa main libre dans ses poches comme s'il essayait de se saisir de quelque chose d'extrêmement important. Pendant ce temps, Sho fit quelques pas vers les portes en fronçant légèrement ses sourcils à mesure que la silhouette se rapprochait et rapetissait étrangement.

En un instant, tout prit fin. Il eut à peine le temps de remarquer les traits d'une jeune fille aux cheveux rouge que celle-ci s'échoua littéralement dans ses bras. Secouée de mille et un sanglots, la jeune fille ne semblait pas vouloir desserrer son étreinte. Ce qui avait totalement surprit un Sho toujours aussi peu à l'aise lors de tel rapprochement. Plus que ça, il se demandait qui était cette fille, ce qu'elle faisait là, et pourquoi pleurait-elle à si chaudes larmes. Un rapide coup d'oeil vers Arata, qui lui aussi semblait fortement surprit par la scène, puis Sho se décida à glisser délicatement ses mains sur les épaules de la jeune fille pour la décoller très légèrement sans la brusquer.

Lorsque ses yeux ambrés croisèrent enfin ceux azur de la jeune fille, un sourire qui se voulait réconfortant s'illumina sur son visage.

SHO ~ Est-ce que je peux t'aider ?

La question était si simple, l'instant si complexe. Arata, lui, n'en revenait toujours pas ...

¤,.°o°O ... O°o°.,¤
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une vengeance... [PV]   Ven 29 Mai - 16:01

La lune était toujours aussi pleine dans le ciel remplie d’étoile, la lumière de celle-ci venait éclairer Kairi et l’homme qu’elle venait de prendre dans ses bras toujours avec de lourdes larmes qui tombait de ses yeux. Elle n’avait qu’une seule image en tête pour le moment c’était celle de sa mère étendu sur le sol et du regard meurtrier que son père avait eut pendant leurs petite discutions sur le chemin menant au village. Les larmes n’arrêtaient pas de tombé des yeux bleu azur de la jeune file, mais au lieu de coulé sur ses joues, elles se faisaient absorber par le tissu contre le quelle elle avait trouvé refuge comme pour se mettre à l’abri.

Une main vint doucement se poser sur son épaule, essayant lentement de l’écarter du torse ou elle avait trouvé refuge. Ses mains ne voulaient pas lâcher prise, mais son corps sans vraiment savoir comment, se mit a reculer pour ensuite voir le regard de la personne qu’elle serait contre elle. Deux yeux d’une couleur ambre fixaient les deux petits yeux azur de Kairi avec un air assez étonné. Elle remarqua aussi le petit sourire aux coins de ses lèvres. Ce fut d’ailleurs se sourire qui stoppa temporairement les larmes de tomber.

Kairi resta une longue minute à regarder le regard de cet étranger qu’elle entre ses bras, son regard beau soit-il avait étrangement quelque chose de rassurant qui fit même rougir légèrement la jeune fille qui lâcha doucement le vêtement qu’elle tenait. La question qu’il posa était assez simple et pourtant elle n’arrivait pas à trouver le sens de cette phrase. Encore sous le choc de ce début de soirée assez mouvementé elle ne dit rien pour le moment.


Kairi - * Ou suis-je…*

La jeune file commençait lentement à revenir sur terre, qu’est ce qui lavait mit dans cette état ? Quand ? Aillant lâcher complètement prise elle resta quand même assez proche du jeune homme comme si cette présence rapprocher la rassurait. Lentement elle ouvrit la bouche pour essayer de sortir quelques mots, mais rien ne se produit. Le vent soufflait légèrement et des feuilles tombaient un peu partout autour d’eux. Lentement elle tourna la tête vers l’autre homme qu’elle venait de remarquer puis baissa timidement les yeux vers le sol et la tête suivit le même chemin. Ouvrant enfin la bouche quelque son a peine plus fort que le vent lui-même sortir de celle-ci.

Kairi« Ma mère… Morte… Mon père… »

Même elle avait du mal a comprendre ce qu’elle disait, bien que cette phrase se répétait sans arrêt dans sa pauvre tête, elle avait beaucoup de mal à placer quelque mot aligné correctement. Kairi relever la tête vers le jeune homme qu’elle avait agrippé un peu plus tôt et lui attrapa la manche en le fixant à nouveau dans les yeux. Ses yeux était encore mouiller des larmes qu’elle avait versé se qui rendait le plus azur de sa rétine beaucoup plus clair qu’à l’origine. Elle avait sur son visage une expression à la fois apeurer et triste, puis doucement elle reprit la parole fixant toujours la même personne à savoir celui sur qui elle avait sauté.

Kairi« S’il me retrouve il me tuera… Comme il à tué ma mère… S’il vous plait protéger moi… »

Elle posa doucement le front sur le torse du jeune homme en agrippant son haut, mais cette fois devant et commençait à le serrer comme pour se retenir de pleurer, mais les larmes elles tombaient toutes seules sur le sol et rien n’aurait pue les arrêtés. Elle pleurait en silence cette fois, mais pas de peur. Dans sa tête elle avait enfin réalisé ce qu’il venait de se passer, sa mère, son père, tout ce qui c’était passer se soir était enfin claire pour elle. Sa mère morte était morte et son père voulait sans doute la tuer pour la faire taire, mais alors pourquoi aurait-il cette hésitation tout à l’heure et pourquoi ne l’aurait-il pas tué… Tant de question, mais aucune réponse ne vint pour le moment, sans doute que la suite des évènements allait l’aider à y répondre.

MessageSujet: Re: Naissance d'une vengeance... [PV]   Jeu 4 Juin - 0:23

¤,.°o°O Chapitre 8 : L'Ombre Croissante O°o°.,¤
« La fille du Clair de Lune »
-2-

Sho comprit que des évènements particulièrement bouleversants avaient conduis cette pauvre jeune fille à atterrir ici, dans ses bras. Il ne savait bien évidemment pas quoi, mais une lueur terne, incroyablement vide, dans les yeux bleus qu'il fixait l'avait placé sur cette voie. A première vue, elle ne portait aucun bandeau, c'est donc qu'elle devait encore être étudiante ou bien qu'elle n'était tout simplement pas une kunoichi. Deuxièmement, l'état dans lequel elle se trouvait était récent car ses yeux n'étaient pas encore gonflés comme s'était très souvent le cas après une dizaine de minutes passées à pleurer. Bien que ces détails n'avaient pas plus d'importance que d'autres dans un tel climat, Sho cherchait les moindres petites nuances qui pouvaient lui permettre d'en apprendre davantage sur cette fille sans avoir à lui poser de questions directes. Elle semblait bien assez éprouvée comme ça.

Tout devint plus claire pour Sho lorsque son interlocutrice se résigna à prononcer quelques bribes de paroles. Mère ... morte ... père, les trois seuls mots qu'il y avait à retenir. Trois mots qui n'étaient en réalité que les pièces d'un casse-tête qu'il devait à présent résoudre. Le plus important d'entre eux était la mort, tout du moins à son sens. Il était certes délicat d'affirmer si oui ou non il représentait la cause première de toutes ces larmes, mais il était certain que la mort avait emporté l'un de ces deux parents : la mère, s'il suivait l'agencement des mots. Ce qui laissait donc le père seul.

Sho s'accorda quelques minutes de réflexion durant lesquelles ses yeux ne quittèrent pas ceux de la jeune fille. Le contact visuel était très important, il l'avait ressentit au moment où l'inconnue s'était subitement arrêtée de pleurer en croisant son regard. Sans doute le réconfort était-il entré en ligne de compte. Quoi qu'il en soit, Sho continua de la fixer tandis que son cerveau analysait toutes sortes d'hypothèses avec une simplicité étonnante.

La plus vraisemblable d'entre elles, bien qu'elle entrait quelque peu en contradiction avec ce que laissait penser les premiers mots de la jeune fille, était qu'elle venait de perdre ses deux parents et donc qu'elle se retrouvait seule sans personne sur qui compter. La seconde, qui allait davantage dans le sens de ses dires, était qu'elle avait perdu sa mère et qu'elle cherchait à présent son père qui vivait éventuellement au sein du village.

Étrangement, Sho ressentait bien des difficultés à pencher vers l'une ou l'autre des deux hypothèses. Il lui semblait faire face à de grandes zones d'ombre. Des zones qui faussaient toutes ses théories. Fort heureusement, la suite des évènements l'amena rapidement à recoller les morceaux.

Les mots firent place à des phrases entrecoupées. Des phrases qui malgré leur faible intonation, laissèrent une impression d'infime détresse, presque de supplice, à Sho. Maintenant que tout était dit, il pouvait comprendre ce qui c'était passé ou tout du moins essayer de se l'imaginer. Cette fille fuyait son père après que ce dernier ait vraisemblablement tué sa mère. Bouleversée, elle avait atterrit ici soit par hasard, soit parce qu'elle savait qu'elle y trouverait de l'aide. Une seule interrogation se dégageait de tout ça : que faire ? Sho devait-il dépêcher une équipe de chuunins pour se rendre sur le lieu du meurtre ? Ou bien devait-il attendre d'en apprendre davantage pour décider quoi faire exactement ? Sur le coup, aucune réponse ne lui venait.

La jeune fille en profita pour se ruer de nouveau contre lui et Sho laissa une nouvelle fois transparaître sa surprise. Peu à peu, il se radoucit et laissa glisser une main fébrile dans ses cheveux comme pour lui témoigner un peu de sa compassion à défaut de pouvoir en faire plus pour le moment. Elle demandait sa protection ... la protection de tout un village. Les choses avaient beau être compliquées, Sho ne pouvait pas se résoudre à abandonner cette pauvre fille ici, maintenant, sans aucune garantie.

Un bref coup d'oeil en direction du ciel et il sentit cette ombre inquiétante s'insinuer au fond de son âme lorsqu'il repensa au jour où il avait appris la mort de sa mère. Ce jour là, quelque chose en lui s'était effondré à tout jamais. Il s'était égaré pour ne peut-être jamais retrouver son chemin. Ce soir, c'était une inconnue qui pleurait la perte de sa mère et bien qu'il n'avait pu verser la moindre larme, il comprenait parfaitement qu'elle en versa et pouvait même percevoir à ce moment précis tout ce qu'elle pouvait ressentir.

Soupire inaudible.

Sho dévia son regard vers Arata qui semblait totalement pétrifié derrière son comptoir. D'un geste lent de la main, il lui fit signe de s'approcher. Arata sembla hésité un moment mais il parcourut finalement la distance qui les séparait avec une bien étrange assurance.

ARATA ~ Qui est-ce ?

SHO ~ Je n'en ai pas la moindre idée.

Répondit Sho en toute sincérité.

SHO ~ Écoute, trouve-moi une couverture bien chaude et contact le vieux Hondô pour moi, dis-lui de me retrouver ici au plus vite.

Arata s'apprêtait à ouvrir la bouche quand Sho insista un peu plus sur son regard, les sourcils très légèrement froncés comme pour lui faire comprendre qu'il n'y avait de temps à perdre. Sans doute croyait-il qu'il était prudent de le mettre en garde sur le fait que cette fille pouvait très bien cacher son jeu et représenter une menace pour le village mais Sho était persuadé que non. Son regard avait parlé pour elle, même si elle avait voulu mentir, Sho l'aurait décelé car le fardeau était bien l'une des rares émotions que l'homme ne pouvait interpréter à sa guise.

SHO ~ Et si tu allais t'assoir un peu ?

Proposa-t-il ensuite à la jeune fille tandis qu'Arata disparaissait dans l'ombre de la rue principale. Son bras droit dirigé vers le comptoir, il lui désigna ainsi le pied de l'arbre sur lequel il s'était trouvé assit quelques instants plus tôt.

SHO ~ J'ai demandé à mon ami de te trouver une couverture et d'appeler un homme qui pourra t'héberger le temps que nous puissions démêler tout ça. Ne t'en fais pas, tu es en sécurité ici.

Dans un dernier flot de mots, il se permit d'ajouter ceci alors qu'il portait un premier pas en direction de l'arbre :

SHO ~ Au fait, je m'appelle Sho, Sho Nagoshi.

¤,.°o°O ... O°o°.,¤
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une vengeance... [PV]   Mar 9 Juin - 4:09

Kairi se tenait la contre lui sans vraiment avoir envie de bouger, c’était la première fois qu’elle se sentait bien dans les bras d‘un homme et ne voulais pas vraiment bouger. Elle n’avait même pas remarqué que derrière le jeune homme qu’elle serait contre elle, se trouvait un jeune homme qui semblait aussi surpris que l’autre homme. Un petit mouvement de tête de la part de son protecteur fit partir celui-ci rapidement avec une légère inquiétude au visage. Kairi ne voyait pas tout ce qui se passait autour d’elle, c’était la pauvre petite enfant qui pleurait dans les bras d’une personne qu’elle ne connaissait pas.

Doucement le jeune homme commença à lui adresser la parole. Il venait de lui proposer de s’assoir un peu, sans doute pour qu’elle se calme un peu. Il lui montrait le pied d’un arbre qui se trouvait non loin d’eux Kairi ne voulais pas partir des bras de son protecteur, mais ses jambes semblait décider pour elle, en effet elles se mirent toutes seules à marchés en direction de l’arbre doucement elle s’avança vers l’arbre pour aller s’asseoir, mais une drôle de voix commença à parler dans sa tête, une voix qui au premier abord ne lui voulais pas forcement du bien.


???* Tu es seule maintenant ! Seule avec toi-même, que vas-tu faire pauvre petite enfant ! *

Kairi venait de stopper net sa marche juste en face de l’arbre elle écoutait ce que cette petite voix lui disait, une petite larme commença a coulé sur sa joue droite, elle fixait devant elle, mais ses yeux eux semblait vide, comme si l’âme de l’enfant n’était plus dans le cœur de celle-ci. Kairi se retrouva comme téléporter dans un autre endroit, elle regardait autour d’elle et ne voyait absolument rien, tout était noir, tout ? Non une petite lumière venait d’apparaitre dans cette obscurité sans fin.

La petite voix qu’elle entendait semblait venir de cette lumière qui flottait autour d’elle, la suivant du regard elle ne savait pas quoi pensée à cette instant, elle regarda en face d’elle et la lumière se matérialisa en quelque chose ou plutôt en quelqu’un. Quelqu’un oui, mais pas n’importe qui elle venait de prendre l’apparence de sa mère qui la regardait avec les larmes aux yeux, les cheveux coller par le sang sécher et le visage couvert de sang, elle commença à lui parler.


??? - * Tu l’as laissé me tuer… Comment as-tu pus faire sa ?!? *

La lumière changea très rapidement d’apparence et prit celle de son père, à cette vision Kairi se figea presque sur place ne sachant pas quoi faire, c’était la même situation que tout à l’heure, un Kunai à la main, il voulait la tuer.

??? - * Tu seras la prochaine mon enfant hehehe… *

Kairi tremblait de peur en voyant cela, puis la lumière reprit sa forme de petite sphère avant de se changer à nouveau, mais cette fois c’était son apparence qu’elle avait prit. Le regard de la deuxième Kairi était rempli de haine, une haine causé par la perte d’un être chère. Doucement cette illusion d’elle-même s’approcha et se colla complètement à Kairi commençant à lui parler à voix basse dans le creux de son oreille.

??? - * Cette haine qui est en toi, je suis née d’elle, tu n’es plus seul maintenant, nous sommes deux dans cette apparence charnel qu’ai ton corps. Tu ne peux pas me faire partir et je ne peu partir, nous vivrons et mourons ensemble, je te protégerais toi l’enfant qui … *

Quelque chose arrêta se rêve, elle venait de revenir brutalement dans le monde qu’elle avait quitté il y a peu. Dans son pseudo rêve, il c’était facilement dérouler plus de 25 minutes, mais en réalité seule quelques secondes venaient de s’écouler. Ce fut quand le jeune homme qu’elle avait enlacé l’avait prit dans ses bras pour la réconforter lui avait dit son nom. Sho Nagoshi… C’était un nom qu’elle aimait bien. Doucement elle s’adossa contre l’arbre et se laissa glisser sur le sol comme épuiser après un lourd effort.

Kairi regardait Sho, c’était quelqu’un de gentil au premier regard qui semblait avoir une profonde peine en lui qu’il cachait pour ne pas que celle-ci soit démasquer. Kairi se recroquevilla sur elle-même en ramenant ses genoux contre elle puis elle ouvrit doucement la bouche pour parler.


Kairi« Je m’appelle Kairi … Kairi… Kairi Itha… Je viens d’un petit village non loin d’ici que l’on nomme Ikatsu. »

Elle se sentait légèrement mieux depuis qu’elle avait arrêté de penser à ce qu’il c’était passer se soir, trop d’émotion d’un coup pour cette pauvre enfant qui avait vécue si peu d’histoire du même genre pour passer l’éponge rapidement, elle continua de parler avant qu’il ne la coupe pour demander quelque chose ou autre.

Kairi « Demain je devais rejoindre l’académie Ninja de se village pour devenir et rester loin des querelles de mes parents, mais tout ne sais pas dérouler comme je l’aurais imaginé… Ce soir mon père est rentré ivre de son tour de garde, après une vive dispute avec ma mère il la frapper, il n’a fallut qu’un seul coup pou qu’elle se cogne la tête contre le coint de la table. .. Je l’ai trouvé inconsciente sur le sol… »

Elle commença à serrer ses genoux un peu plus contre elle en essayant de retire quelques larmes qui semblaient vouloir couler à leurs tours. Elle cacha sa tête dans ses genoux pour ne pas montrer à Sho qu’elle commençait à pleurer, mais cette fois si c’était la colère qui l’avait fait craquer.

Kairi « Elle ne respirait plus et avait perdu beaucoup de sang, j’étais paniquer et ne savait plus quoi faire… Alors je me suis enfuie, mais mon père sur le chemin ma rattraper et a menacer de me … »


Elle se redressa vivement, sur son visage on pouvait voir de nombreuses larmes couler. Elle donna un violent coup dans l’arbre contre le quelle elle s’était adosser, sous le choc un petit cratère de la taille de son bras c’était former dans une explosion d’écorce. Soudain la tête de la jeune fille commença à tourner un peu et elle tomba à genoux en tenant son visage entre ses mains. Elle semblait bien épuiser par cette nuit agitée qu’elle venait de passer.

MessageSujet: Re: Naissance d'une vengeance... [PV]   Ven 12 Juin - 1:07

¤,.°o°O Chapitre 8 : L'Ombre Croissante O°o°.,¤
« La fille du Clair de Lune »
-3-

Sho se dirigea lentement vers l'arbre, suivant le rythme de la jeune inconnue. A chacun de ses pas, il tournait un regard soutenu vers elle pour tenter de lui arracher quelque chose. Mais elle semblait plus que jamais prisonnière de ses pensées et déconnectée de la réalité. Difficile dans ces conditions de lui soutirer le moindre détails sur sa mésaventure.

Brusquement, Sho s'arrêta en notant du coin de l'oeil qu'elle s'était figée sans raison apparente. Lorsqu'il se tourna vers elle il se surprit à découvrir un regard vide là où quelques instants plus tôt il avait lu toute la peine du monde. Elle semblait pétrifiée. Sho s'apprêtait à lui demander ce qui la mettait dans un tel état quand il remarqua les tremblements qui remontaient le long de ses bras. Pétrifié n'était pas le mot exact, elle était terrifiée !

L'eisei-nin jeta un coup d'oeil autour de lui d'en l'espoir de voir ressurgir Arata mais il réalisa rapidement qu'il ne pouvait pas compter sur l'aide de son ami pour le moment. L'esplanade était vide et plongée sous le bras obscur de la nuit. Seul quelques reflets de lune accrochaient un peu de lumière aux sombres façades qui s'élevaient autour de la place. Il était seul en compagnie de cette pauvre enfant, seul à pouvoir faire quelque chose pour elle. Il réfléchit un court instant, cherchant le meilleur moyen de la sortir de cette torpeur inquiétante, quand l'intéressée se faufila sous son nez et se laissa tomber près de l'arbre comme si le destin avait décidé d'alléger sa tâche.

Bien qu'étonné par ce comportement, Sho s'accroupit juste en face de la jeune fille. Très rapidement, elle lui confia son nom et son prénom. Elle lui communiqua ensuite le nom de son village et se lança dans le récit de cette interminable nuit. A partir de là, tout devint beaucoup plus clair pour Sho. La dénommée Kairi avait vu son père entrer dans une colère excessive et s'en prendre ensuite à sa mère. Au terme de l'altercation, elle avait découvert le corps de sa mère laissée pour morte et s'était immédiatement enfuie en espérant échapper au même sort. Mais d'après ses dires, son père avait réussi à la rattraper mais s'était simplement contenté de la menacer. Plusieurs questions commencèrent à se bousculer dans l'esprit de Sho. Pourquoi son père n'avait-il pas saisit l'occasion de la tuer elle aussi ? Était-ce le poids du remord qui l'en avait empêché ? Pourquoi lui avait-il laissé la vie sauve, sachant tout ce qu'elle avait vu ?

Pourquoi ?

Kairi se leva brusquement et frappa le tronc de l'arbre si fort que l'écorce se fendit en plusieurs endroits. Les pensées de Sho se dissipèrent sous l'effet de surprise tandis que la jeune fille tombait à genoux, désemparée. La bienveillance naturelle de Sho l'amena à poser une main sur son épaule pour tenter de lui apporter un peu de réconfort ; ses soupçons, à jeter un coup d'oeil par dessus son épaule pour s'assurer qu'aucune silhouette masculine n'avait franchi les grandes portes. Mais se fut des bruits de pas en provenance de la rue principale qui retinrent son attention. En tournant la tête vers elle, Sho vit deux silhouettes se dessiner de plus en plus précisément dans une faible lueur mêlant la lumière grisâtre projetée par la lune et un halo jaune orangé jaillissant de nul part. La première, longiligne, appartenait à Arata et la seconde, plus râblée, plus courte sur pattes, à Kôsuke Hondô. Avec eux, les deux hommes avaient amenés une de ces lanternes dont la flamme rappelait étrangement la couleur du soleil à l'approche du crépuscule.

Sho marcha à leur rencontre mais Arata le devança dans ses projets. Le sourire aux lèvres, celui-ci continua sa route et ne s'arrêta qu'une fois le pied de l'arbre atteint. Sho le vit alors glisser la couverture qu'il lui avait demandé de ramener sur les frêles épaules de Kairi et lui tapoter le dos.

{ Arata } Nous sommes là, tu n'as rien à craindre.

Le vieux Hondô, qui arborait un pyjama bleu marin sous un peignoir beige, observa la scène avec attention avant de lever ses yeux vers Sho. Un sourire naissant aux coins de ses lèvres, il lui dit à voix basse :

{ Kôsuke } Il faut croire que tu ne respectes même plus le repos d'un vieillard pour demander à ton ami de venir me trouver si tard.

Toutes ces heures passées en sa compagnie avaient appris à Sho que le vieux Hondô n'était pas homme à se plaindre, encore moins quand il lui était demandé son aide. C'est donc avec le même soupçon d'ironie qu'il rétorqua :

{ Sho } Je suis désolé, j'avais oublié que vous étiez victime de fortes somnolences.

Le sourire du vieil homme s'accentua mais il disparut bien vite lorsque ses petits yeux s'arrêtèrent sur la silhouette recroquevillée de Kairi.

{ Kôsuke } Que lui est-il arrivé ?

{ Sho } D'après ce qu'elle a bien voulu me raconter, elle a découvert le corps inanimé de sa mère dans une marre de sang. Elle accuse son père de l'avoir tué. Ensuite, elle a vraisemblablement tenté de s'enfuir mais son père l'aurait rattrapé et l'aurait menacé de mort ... sa course s'est terminé ici.

{ Kôsuke } Mmmmh. C'est étrange ...

Marmonna le vieux Hondô en se raclant le gorge.

{ Sho } ... il avait l'opportunité de la faire taire mais il ne l'a pas fait.

Continua Sho en tournant son regard songeur vers les grandes portes et la route qui s'en éloignait dans l'obscurité la plus profonde.

A la fin de sa phrase, Sho vit Arata revenir vers eux, le visage inquiet.

{ Arata } Est-ce qu'elle a dit quelque chose ?

Sho lança un regard au vieux Hondô qui s'empressa aussitôt de raconter le peu qu'il avait apprit tandis qu'il revenait auprès de Kairi, toujours sujette à de violents torrents de larmes.

{ Sho } Kairi, un vieil ami nous a rejoint, il va te trouver une chambre où tu pourras loger le temps que nous réglions cette histoire. Que dirais-tu que je t'y accompagne et que demain je revienne te chercher pour te conduire à l'Académie ?

Lui demanda-t-il en fléchissant sur ses genoux pour se mettre à sa hauteur.

Le vieux Hondô et Arata l'avaient rejoint. Debout derrière lui, ils regardaient la petite Kairi avec compassion.

{ Sho } Kairi ?

¤,.°o°O ... O°o°.,¤

MessageSujet: Re: Naissance d'une vengeance... [PV]   Dim 21 Juin - 12:20

Petite interlude XP en attendant que tu reviennes =)

Kairi : +23 XP
Sho : +35 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Naissance d'une vengeance... [PV]   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Portes de Kumo-