Partagez | 
 

 Temple du Guerrier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Temple du Guerrier   Mar 30 Juin - 19:08


La grande majorité des Kiréens appelait le temple du guerrier, un petit temple construit aux abords du centre-ville dont le dôme rouge brique était depuis longtemps inscrit dans la mémoire collective. Bordée par un petit mur d’enceinte en cercle, la propriété se voyait recouverte d’une épaisse couche d’herbe fraîche tout autour du temple situé en son centre. L’endroit était connu de tous les shinobis pour être le seul lieu, en dehors de l’académie, où ils pouvaient toujours trouver une oreille attentive en la personne de Naonori. Ce juunin aux multiples talents avait dirigé durant pas moins de six années l’académie du village avant de voyager aux quatre coins du pays de l’eau. A son retour, il avait bâti ce temple en l’honneur de ses nombreux amis tombés au combat - dont les noms étaient d’ailleurs inscrits sur les dalles de pierre qui taillaient un chemin étroit entre le portail d’entrée et les marches du temple - et s’était promis de perpétuer leurs connaissances à qui voudraient bien les entendre.

Quelques jours plus tôt, le directeur de l’académie en personne était venu le trouver sur les marches du temple pour lui proposer de reprendre une équipe sous son aile. Sachant pertinemment qu’un déplacement tel que celui-ci avait tout d’une requête personnelle, Naonori avait accepté sans omettre la moindre objection. Ayant été lui-même directeur de cette même académie, il en relevait, selon lui, de son honneur que de continuer à servir cette institution.

C’est donc avec un sérieux tout à fait prononcé qu’il avait décidé, le lendemain, d’étudier les trois dossiers qui lui avait été remis en main propre par le directeur. Chacun d’eux détaillait clairement l’état de service de chacun des membres qui allaient constituer sa future équipe. Il était en effet préférable qu’il eut été tenu au courant de tout ce qui avait pu jalonner la route de ses trois nouveaux protégés.

Au final, il fallut en tout et pour tout deux jours entiers à Naonori pour échafauder ses plans.

A l’aube du troisième jour, un ciel mitigé planait sur Kiri. Comme à son habitude, Naonori avait pris place sur les marches du temple, sa longue pipe noire comme le jais à la main. Devant lui, il disposait d’un plateau en bois sur lequel était posé trois feuillets, une plume et un encrier. De son regard noir, perçant, Naonori les regardaient en crachant de petits nuages de fumée à intervalle de temps régulier.

Figé dans la position du lotus, du haut de ses trente-sept hiver, Naonori ressemblait à un samouraï avec sa chevelure noire nouée en un chignon derrière sa tête, son regard perçant, son bouc, sa mâchoire carré, et cette longue veste noir dont les nuances laissaient entrevoir du rouge sang sous certains rayons de soleil. Malgré la fermeté de son visage, Naonori était quelqu’un dont la sympathie n’avait plus à faire ses preuves. Aimé, apprécié, il comptait certainement parmi les hommes les plus sollicités du village aussi bien pour son agréable compagnie que pour la quantité de connaissances qu’il avait accumulé tout au long de sa vie.

Au moment où la brise matinale vira de bord, il retira la pipe de sa bouche et de sa main libre exécuta un signe incantatoire.

Naonori ] Ichi ... ni ... san.

Une dizaine de secondes plus tard, trois points noirs se dessinèrent dans le carré de ciel qui lui était possible d’entrevoir. Progressivement, les trois points devinrent de plus en plus gros jusqu’à atteindre la taille d’une petite balle. A cet instant, Naonori plongea sa main libre dans la poche avant de sa veste et en sortit une petite besace en cuire. Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsque les trois points, qui s’avéraient être trois oiseaux au plumage cendré, atterrirent au bas des marches.

Sans attendre une minute de plus, il porta la pipe à ses lèvres, et s’afféra ensuite à ouvrir la besace qu’il savait rempli de pain émietté. Une seule poignée sembla suffire à calmer l’appétit des trois volatiles pendant trois bonnes minutes. Ce qui lui laissa bien assez de temps pour rédiger trois messages quasiment identiques les uns aux autres - seul le nom du destinataire différait en fait d’un feuillet à l’autre.

Quand tous ses messages furent entièrement rédigés, Naonori reposa la plume sur le plateau et lança une nouvelle poignée de pain émietté sous les pattes de ces trois compagnons d’infortune. Mais ce n’est qu’après plusieurs minutes passées à les regarder picorer et à fumer qu’il se décida à conclure son affaire. Premièrement, il enroula soigneusement et séparément les trois feuillets avant de les ficeler à l’aide d’un ruban rouge. Ensuite, il attrapa un à un chaque oiseau et attacha à l’une de leur patte l’un des trois petits rouleaux. Finalement, il répliqua le même signe incantatoire qu’il avait formé quelques instants plus tôt et il regarda les trois oiseaux s’envoler, chacun dans une direction différente.

Chaque oiseau était porteur d’un message de ralliement ici même, au temple, pour chacun des trois shinobis qui avaient été placés sous sa tutelle.

Désormais, il ne lui restait plus qu’à attendre, patiemment, que chacun d’eux se présente au rendez-vous fixé.

Le juunin laissa échappé un nouveau nuage de fumée en levant ses yeux vers le ciel. Ciel mitigé, journée compliquée, pensa-t-il.


MessageSujet: Re: Temple du Guerrier   Jeu 2 Juil - 12:42

On cogne à la vitre. Faible rayon du soleil sur le visage. De nouveaux coups à la fenêtre. Findecano finit par ouvrir un œil, puis le second. Un bref regard vers l'ouverture close : il est temps de se lever. Il n'était ni trop tôt, ni trop tard. Le Kaisou, habillé simplement d'un sous-vêtement noir se dirigea vers la fenêtre et l'ouvrit. L'oiseau s'engouffra à l'intérieur et se posa sur la table de la cuisine, non loin de la dégénérescence d'algue contenue dans un gros bocal. Ce messager, Findecano ne l'avait jamais vu, et ce fut avec un haussement de sourcil interrogateur, qu'il détacha le rouleau de la patte de l'oiseau. Celui-ci finit par alors par piailler et le Genin comprit immédiatement ce qu'il voulait : à manger. Tenant toujours le message dans sa main gauche, Findecano ouvrit un boîte en métal contenant du pain qu'il avait acheté deux jours plus tôt, prit une poignée de miettes et les déposa sur la table, afin de calmer l'appétit de l'animal piailleur au plumage cendré. Le Genin tira à lui une chaise, s'assit et finit par ouvrir le curieux parchemin :

Citation :
Kaisou-kun,

Je vous invite à me rejoindre dans les plus brefs délais au Temple du Guerrier, quartier sud-ouest, aux abords du centre-ville. Si vous ne savez pas comment vous y rendre, demandez à un passant de vous indiquez le dôme rouge.

Je vous attends.

Votre chef d'équipe.


" Votre chef d'équipe "... Makeru-senseï ? Non, ce n'était pas son écriture... Peut-être une autre ruse de sa part pour tenter de faire cogiter son équipe ? Après tout, pourquoi pas...
L'oiseau était partit lorsque Findecano sortit de sa reflexion concernant l'auteur de ce message. Quoi qu'il en fut, il devait se diriger au Temple du Guerrier. En un peu moins d'un quart d'heure, il fut prêt aussi bien mentalement que physiquement, et armé de son wakisashi et de quelques zenbons ; il sortit de chez lui, en veillant à bien refermer derrière lui à clef, et se dirigea au pas de course vers le Temple du Guerrier...
C'était un beau temple, qu'il avait déjà croisé en visitant la ville, et dont il avait admiré plus d'une fois l'architecture et les couleurs. Cependant, jamais il n'avait osé passer les portes de ce lieu si réputé. Pourtant, aujourd'hui, il le fallait. Ce fut donc d'un pas assuré, après avoir salué le lieu, qu'il pénétra dans la propriété, marchant -à contre cœur, en tentant donc le moins possible de poser ses pieds sur les noms de défunts- sur les pierres de l'étroit chemin qui menait vers les marches. Un shinobi était là, assis, dévisageant de son regard profond le Genin qui venait d'entrer dans sa demeure. Findecano s'interrogea sur l'identité de ce charismatique guerrier et le nom de Naonori lui revint en tête. Etait-ce lui ? Le Kaisou n'en avait aucune idée -bien qu'il pensait être sur la bonne voie- et pour être certain il lui demanda aussi poliment que respectueusement, après s'être incliné bien bas :

[Findecano] Ohayo ! Je me présente, je me nomme Findecano du clan Kaisou. Mon chef d'équipe m'a donné rendez-vous ici, saurez vous où je pourrai le trouver, s'il vous plaît ?... Naonori-senseï ?

Le Genin regardait son interlocuteur dans les yeux, comme s'il souhaitait connaître la réponse avant même qu'elle ne fut prononcée par le shinobi assis sur les marches. L'élève était debout, et ses cheveux aussi noir de jais que la pipe de son futur professeur se levait sous une légère brise de vent agréable en cette saison estivale... Ils étaient tous les deux, seuls, mais un pressentiment avertit le Kaisou que très bientôt une ou deux autres personnes viendraient les rejoindre et que l'équipe serait au complet...





MessageSujet: Re: Temple du Guerrier   Mer 15 Juil - 16:20


Le regard de Naonori fixait le ciel dans une expression de profonde plénitude. Il sautait de nuage blanc en nuage blanc. Parfois, il s’arrêtait sur un nuage isolé, un peu plus gris que la normal. Il s’amusait alors à identifier sa forme puis à la comparer aux objets les plus improbables. Le léger sourire qui illuminait son visage ferme s’accentuait puis une nouvelle bouffée de fumée s’échappait de sa bouche et se dispersait ensuite dans l’air ambiant.

Naonori avait su rester simple malgré toutes les années qu’il avait pu passer à servir le village sur tous les fronts. Toutes les difficultés qu’il avait affrontées n’avaient pas réussi à l’endurcir au point de lui faire oublier qu’il fallait parfois se contenter de petits instants comme celui qu’il était entrain de vivre, pour se savoir vivant.

Mais alors qu’il découvrait un nuage gris en forme de tasse de thé, le majeur de sa main droite tressaillit et tapota machinalement son genou à trois reprises. Naonori sut dès lors que ses trois messagers étaient bien arrivés à destination. C’était comme une sorte de message codé, de lien établi grâce à une impulsion spécifique de chakra dans leur organisme. Il savait désormais que ses trois invités n’allaient certainement pas tarder à pointer le bout de leur nez derrière le portail d’entrée. Un pressentiment lui murmurait cependant que tout ne se passerait pas tout à fait comme il l’avait entendu. Était-ce son expérience qui parlait ou bien la partie inconsciente de son esprit ? Difficile à dire.

Quoi qu’il en soit, Naonori laissa échapper une longue série de nuages de fumée en portant son regard sur le portail d’entrée. Il se rappela - sans vraiment s’expliquer pourquoi - le jour où la première pierre du temple avait été posée. Ce jour là, un grand nombre de personnalités du village et du pays tout entier avaient assistés au commencement du chantier, comme s’il s’agissait là d’un futur grand monument aux yeux du monde entier. Aujourd’hui, le Temple du Guerrier était ce qu’il était ; à savoir un refuge pour quiconque cherchait une réponse à ses questions. En quelque sorte, il était bien un monument dans la conscience collective. Une sorte d’échappatoire pour les plus égarés.

Une lueur glissa soudainement dans le regard de Naonori. Une silhouette venait de faire irruption devant le portail. Immédiatement, il réduisit la fréquence de ses nuages de fumée pour n’en relâcher qu’un toutes les quarante secondes environ.

Le portail grinça et la silhouette entra dans le domaine avec une certaine lenteur. Les yeux plissés, Naonori remarqua la difficulté avec laquelle l’individu semblait évolué sur le chemin de pierres menant jusqu’à lui. Il comprit aisément que son invité rechignait à fouler le nom de ses illustres compagnons d’armes de peur, sans doute, de les déshonorer.

Brave garçon, pensa Naonori.

Arrivé au pied de l’escalier, ce dernier lui révéla un visage parfaitement impassible, des cheveux noirs ondulant sous l’effet du vent, et un regard perçant que Naonori identifia au premier coup d’oeil.

Son sourire bienveillant couché sur ses lèvres, Naonori écouta avec une grande attention la requête formulée par son invité qui se présenta sous le nom de Findecano, Findecano Kaisou. La requête était somme toute assez simple, puisqu’il s’agissait, pour le jeune Kaisou, de trouver son chef d’équipe. A ce stade là, il n’avait aucun moyen en sa possession pour savoir qu’il faisait face à la clé de sa requête. C’est pourquoi Naonori en profita pour réfléchir silencieusement, sans jamais quitter le regard de son jeune interlocuteur.

Kaisou ... un clan dont il n’avait plus entendu parler depuis longtemps. Il se remémora ce jour si particulier, il y a de ça plus d’une quinzaine d’années, où il était tombé, pour la première fois de sa vie, sur un membre du clan des algues, comme il le surnommait lui-même à l’époque. C’était un Nakayoku, soit un membre du clan ayant pour particularité d’avoir totalement fusionné avec les caractéristiques végétales de son organisme. Yatarô Kaisou, c’était son nom. Naonori se souvenait encore de la surprise qui avait été la sienne lorsque cet homme s’était présenté à lui comme le nouveau membre de son équipe à cette époque. Yatarô avait une peau bleuie qui attirait immédiatement tous les regards sur lui. Fort heureusement, il ne s’en était jamais accommodé.

De nombreuses missions ils avaient menés ensemble sans que Naonori ne découvre le moindre secret sur ce clan pour le moins énigmatique. Un soir pourtant, Yatarô, paniqué, était venu le trouver et lui avait expliqué qui il était et quelle était la raison pour laquelle sa peau avait cette teinte si particulière. Bien qu’il n’avait pas compris la raison de tels aveux - alors que Yatarô s’était pourtant gardé de tous commentaires concernant ses origines tout le long de leur coopération - Naonori jura de garder le secret. Le lendemain, il apprenait la disparition d’Yatarô.

Depuis, Naonori n’avait plus reçu de nouvelles de son ancien compagnon d’arme. Avait-il trouvé la mort ? S’était-il échappé du village ? L’affaire était un mystère.

Ce garçon ne lui ressemblait en tout cas pas du tout. Rien que la couleur de sa peau différait de celle d’Yatarô. Peut-être le clan Kaisou avait-il évolué ... lui en tout cas ne cherchait pas vraiment à comprendre la différence qui pouvait exister entre Findecano et Yatarô.

Naonori ] Findecano ? ... du clan Kaisou ? ... oui, je me souviens. Je crois savoir que ton chef d’équipe se trouve devant tes yeux.

Finit-il par répondre en souriant.

Un nouveau nuage de fumée s’éleva de sa bouche. Il forma un signe de sa main droite et immédiatement, un nuage de poussière blanche éclata au pied de l’escalier, laissant apparaître un coussin aux couleurs de la veste qu’il portait sur ses épaules. D’un geste de la main, il invita Findecano à s’y assoire.

Naonori ] Je t'en prie, assis-toi. Le temps que tes camarades nous rejoignent, je pense que nous aurons le temps de discuter un peu.

En prononçant ses paroles, Naonori ôta la pipe de sa bouche et la garda fermement prisonnière de sa main droite, qu’il ramena contre son genou droit.

Naonori ] J’ai cru remarquer que tu évitais de marcher sur les noms gravés dans la pierre, en entrant. Est-ce par respect, par embarras, que tu as agis de cette manière ?


MessageSujet: Re: Temple du Guerrier   Mer 28 Oct - 17:54

Naonori : +23 XP
Findecano : +7 XP

J'adooooore ce prof =D
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Temple du Guerrier   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Temple du Guerrier
» Thornac, le Nain guerrier
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Le Retour du Guerrier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-