Partagez | 
 

 Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Mer 8 Juil - 20:06

*Quel temps de chien!*

Le jeune garçon secoua la tête, faisant voler les gouttes qui parsemaient ses cheveux humides. Il expira lentement, les joues rougies par l'effort mais aussi, semble-t-il par la différence de température. Il faut avouer que cette journée de pluie avait bien rafraîchi le temps sur Konoha. Ses pieds s'enfonçaient dans le sol gorgé d'eau, éclaboussant son hakama gris d'une boue sale. Il avait failli s'étaler de tout son long dedans, quelques instants auparavant et n'avait dû son salut qu'à un banc auquel il s'était raccroché.

*Tout ça parce qu'il m'oblige à courir... Et aussi parce que Syara a piqué mon parapluie, jla retiens...*

Il? Valiran, le Quatrième Sage de son clan, celui qui dirige le Corps des Shinobis, les Lyushan devenus ninja. Ou en voie. Comme Kehydan. L'étudiant subissait depuis quelques temps des entraînements destinés à le "fortifier" parce qu'il n'était qu'un garçonnet maigrichon et surtout fainéant. Et il avait l'impression que l'homme voulait le pousser à bout pour le faire renoncer. Mais c'est sans compter l'obstination têtue du jeune Lyushan. Et puis, s'il abandonnait maintenant, que dirait sa famille? Elle lui en veut énormément d'avoir pris la décision d'aller à Konoha, fallait-il espérer qu'elle lui pardonne?

[Kehydan] Pff... Hors de question. Ils n'ont qu'à accepter, c'est ce que je veux faire, point...

Un peu égoïste, parfois, le gamin. On lui a tellement cédé auparavant, qu'il a du mal à accepter leur réaction. Ce qui le rend encore plus borné, au point de mettre son maître en colère. Son ventre gargouilla.

*Faiiiiiim.... Pommes! Je veuuux des pommeuuuh!*

*
* *


Un peu plus tôt dans la matinée, Kehydan s'était rendu au Dôjô que tenait son clan, par l'intermédiaire de Valiran. Celui-ci l'entraînant en lui faisant faire des exercices inintéressants et répétitifs dont il ne voyait pas l'intérêt. Enfin si. A priori, il faut travailler dur et trèèèè[...]èèèès longtemps pour devenir plus fort. À treize ans, on a envie de faire d'autres choses. Surtout quand on n'est pas passionné par ça quoi.

[Valiran] Bon, faudrait que tu te réveilles un peu, Kehydan. Il faut de bonnes conditions physiques si tu veux survivre. Tu as commencé à suivre des enseignements à l'académie?

Les traits figés dans une expression sévères n'impressionnèrent pas l'étudiant. Il n'avait pas mentionné son entraînement avec Kyuza et le cours qu'il avait suivi, ce qui lui donnait l'occasion d'apaiser le jounin.

[Kehydan] Waip, un peu. J'ai appris deux techniques!

Fier de lui, il lui lança un sourire éclatant. L'homme en face de lui fit la moue.

[Valiran] C'est tout? Ok, tu vois cet enfant qui entre dans le dôjô?

Enviant celui qui pouvait se mettre à l'abri de la pluie et des sermons, le jeune Lyushan hocha la tête.

[Valiran] Il est arrivé deux jours après toi. Il ne vient pas de Shenmuan, mais c'est un Lyushan, tu vois. Comme toi, il avait tout à apprendre et souhaite devenir eisei-nin. Il n'est pas exceptionnellement doué, cependant, il a la volonté, la motivation et il est capable de s'investir à fond. Il maîtrise déjà la grande majorité des bases, et passera très bientôt genin. Il a réussi plusieurs petites missions et peut soigner ses camarades. Peux-tu en dire autant?

Kehydan croisa les bras sur sa poitrine, avec une moue dubitative.

[Kehydan] Bof.. Je préfère prendre mon temps et avancer à mon rythme. Pas la peine de se tuer à la tâche, faut profiter un peu de la vie...

[Valiran] Tu n'as que ça en tête. Alors voilà. En tant que Quatrième Sage, si j'estime que tu n'es pas capable d'aller plus loin, je peux exiger que tu retournes à Shenmuan. Tu n'es qu'aspirant, ça ne posera pas trop de problème...

[Kehydan] Et si je ne cède pas à vos exigences?

Le menton levé dans une expression enjouée de défi, il toisa un bref instant son maître. Lequel lui rendit un sourire qui horrifia le jeune garçon.

[Kehydan] Non..?

[Valiran] Et si, tu seras expulsé du clan. Tu n'as qu'à me prouver que tu es capable. Je te laisse jusqu'à ce soir pour apprendre... Disons... Une technique à ton niveau quand même... Tiens, une qui peut te sauver la vie : Saisei. Elle te permet de te régénérer. Mais je ne crois pas que ce soit à l'enseignement du jour à l'académie, mieux vaut te pointer à l'hôpital, les enseignants d'eisei y traînent plus que dans la salle des profs...

Stupéfait, l'étudiant ne bouge pas d'un pouce, jusqu'à ce que Valiran lui aboie un "Qu'est-ce que tu attends?". Et le voilà donc, en fin de matinée, en train de courir d'un bout à l'autre de la ville sous la pluie pour trouver ce fichu hôpital.


*
* *


La silhouette longue et plate du bâtiment des soins se profila brusquement dans l'horizon raccourcie du jeune Lyushan. Il pénétra comme un boulet de canon dans le hall de l'hôpital, et s'immobilisa, la respiration sifflante. Au moins, il pouvait être reconnaissant à Valiran pour l'augmentation de son endurance : il n'aurait pas pu tenir sur une aussi longue distance avant son arrivée à Konoha.

splotch splotch

atchaaaa!

Deux pas et un éternuement, et voilà que tout le monde le regardait de travers... Il essuya consciencieusement ses chaussures sur le tapis tout en sentant les yeux des autres poser sur lui, et se secoua avant de se placer en fin de queue. Parce qu'il y avait pas mal de monde : cherchant la chambre d'un ami hospitalisé, venant consulter ou se renseigner. Quand ce fut son tour, il s'approcha de l'infirmière, en essorant ses cheveux qui firent couler de grosses gouttes d'eau sur son bureau.

[Kehydan] Bonjour. Chuis Kehydan Lyushan, aspirant à l'académie ninja, et j'aurai vraiment besoin d'un enseignant pour apprendre une technique d'eisei.

L'infirmière se tourna vers une collègue, lui murmura quelques mots et revint vers Kehydan tandis que l'autre disparaissait dans les couloirs. Elle lui demanda d'un ton pas vraiment aimable d'attendre qu'on vérifie son identité et qu'on vienne le chercher. Son ventre profita de ce qu'elle terminait sa phrase pour manifester bruyamment sa faim. Il se dirigea vers une de ces nombreux distributeurs et se prit un soda à la pomme avec une barre de céréale goût pommes-fraise. Il se laissa choir en salle d'attente, espérant qu'on viendrait rapidement le chercher.

*Pfff... Tu parles d'une histoire, il abuse Valiran... Faut vraiment que je réussisse, mais j'y connais vraiment rien en médecine, moi...*

Il frissonna, trempé, et renifla un peu.

*Et en plus, je vais choper la crève...*

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Jeu 9 Juil - 23:14

Petite gouttelette qui vole, plane et se meurt dans un « splash » inaudible que seul les plus sensibles peuvent percevoir. Elle est accompagnée de ses sœurs possédant un même destin, déterminé, tracé sans pouvoir aller à l’encontre d’une épreuve si dure. Le vent souffle et change les courbes d’une descente inévitable. Elles ne meurent pas mais sont sources de vie. Gorgeant la nature de leur nourriture elle fait naître le plus précieux des éléments terrestres. Peu à peu ils forment un tout, et la vie continue. Elles ne meurent pas mais peuvent se perdre à travers les dédales urbains que l’homme construit jour après. On les vénère comme on peut les maudire. Dire que ces gouttes auraient connues un destin surement meilleur si ces monuments n’avaient pas était là. Dire que tout ce qui change dans la vie des hommes et du à leur faute. Mais certains édifices sont là pour sauver.

A travers la fenêtre recouverte de cette fine couverture d’eau une pièce vivement éclairée régnait en maître dans cet environnement si sombre. De la vapeur d’eau se mélangeait à l’oxygène qui permettait à chaque être vivant de continuer à avancer. Des fioles de toutes les couleurs ornaient une étagère de bois assez récente. D’une facture assez simple elle respirait la sobriété mais gardait un certain charme. D’ailleurs un ne voyait qu’elle lorsque l’on pénétrait dans la pièce par la grande porte blanche.

Au centre du sanctuaire, une jeune fille semblait profondément concentrée dans un travail minutieux. Ses petits doigts fins tenaient un petit scalpel qui longeait paisiblement l’échine d’un renard. Ce pauvre défunt, avait eu le malheur de rencontre la jeune fille qui était partie se balader en forêt. C’était peut être méchant et cruel mais cela pouvait sauver des vies. L’animal servait à de nombreuse expérience qui allaient aguerrir les connaissances de Saya. Telle une sainte elle tuait pour faire vivre. La dure loi de la vie, le serpent qui se mord la queue.

Elle écarta de ses doigts pure la peau du feu renard pour ne laissait à l’aire libre seul ses artères, ses muscles et autres organismes lui ayant permit de vivre. D’un revers de main elle remit une mèche rebelle de sa chevelure mauve en place et se redressa d’un geste lourd et difficile. Sa main partit alors dans une de ses poches pour en ressortir un petit paquet de cigarette. Malgré son corps frêle et quelque peu fragile elle aimait fumer un petit peu après quelques heures de travail. Elle alluma d’un geste souple le bout d’herbe qui embrasait l’instance de liberté.

Inspire. Expire.

Tout son corps se détendit comme si elle venait de s’écrouler sous le poids de ses vingt-deux années. Elle humecta l’aire tout autour d’elle qui flottait dans un mélange d’odeur de sang, de médicament et de cigarette. Elle tourna rapidement les pages d’un livre devant la tête du renard et s’arrêta sur un schéma compliqué de son organisme. Il détaillait surtout l’activité pulmonaire, ce petit labyrinthe de bronches et petits vaisseaux.

Un bruit sec la sortit de ses travaux. Ses yeux se posèrent sur une porte qu’on ouvrait rapidement ne laissant maintenant plus place qu’à une forme encore floue. Une blouse blanche déclinait son identité et l’homme s’approcha le pas soudain moins sur en voyant l’atmosphère qui provenait de la pièce normalement stérile. Saya jeta sa cigarette avec vitesse car elle ne voulait pas que l’on sache qu’elle fumait dans les locaux de travail. Elle adressa un doux sourire à l’arrivant.

[Médecin] – Nabara… Que faites-vous ici ?

La jeune fille croisa rapidement le regard du renard mord avant de répondre d’une voix mielleuse.

[Saya] – J’ai trouvé ce renard alors que j’étais dans la forêt et…

Soudainement elle se leva de sa chaise et se reprocha du jeune maître en médecine. Elle plongea ses yeux couleurs ambre dans ceux de ce dernier avant de changer complètement de sujet.

[Saya] – Pourquoi es-tu venu ?

Le jeune homme prit alors un petit calepin qu’il tenait calmement depuis son entrée dans la pièce entre ses mains. Il rajusta ses lunettes rondes avant de lire un petit paragraphe dédié au jeune professeur en eisei.

[Médecin] – Un certain Kehydan Lyushan demande un cours en médecine. Tu es médecin et professeur et je n’ais pas le temps de m’occuper de ces petits aspirants.

Saya acquiesça d’un signe de tête alors que le médecin rangeait son calepin. Elle prit une posture réfléchit durant quelques secondes avant de comprendre qu’elle allait vraiment devoir interrompre son opération sur le renard de ce matin. Au vue du temps de toute façon cela n’aurait surement rien donné de bien glorieux. Il fallait faire avec.

[Saya] – Très bien Riki, fais là venir ici.

Le jeune médecin se retira en faisant une moue de la tête et partit à travers les dédales de corridors de l’hôpital. Peu de gens pouvaient se glorifier de ne jamais s’être perdu dans cette entre sacré mais bon en général il valait mieux ne jamais s’aventurer dans le cœur de la bête. Les médecins étaient un peu des guides qui faisaient visiter leur musé à contre cœur car ils tous préféreraient voir cet édifice vide de toutes douleurs.

Le rêve de chaque eisei-nin.

Il arriva dans la salle d’attente où il aperçu un jeune garçon. Son nez était légèrement rouge à cause du temps bien maussade de cette journée Konoharienne si particulière. Il portait un étrange bandeau sur les yeux ce qui devait en faire un aveugle confirmé. Riki approcha alors doucement et se présenta.

[Riki] – Veuillez me suivre jeune homme, le professeur Nabara va vous recevoir.

***


Saya s’approcha doucement de la fenêtre du petit laboratoire et l’ouvrit d’un geste de félin. Ses coudes vinrent s’appuyer sur le rebord de celle-ci et elle s’initia à l’observation intensive de la plus sur le pays du feu. Tant de gens étaient entrain de mourir alors que la médecine pouvait les soigner, c’était si navrant. Mais elle ne pouvait rien faire elle n’était qu’un docteur parmi tant d’autre.

*Lyushan…*

Elle tourna la tête sur le côté comme si un effort de concentration suprême venait de se réaliser.

[Saya] – J’aime bien.

Elle sourit et attendit son élève de la journée.

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Dim 12 Juil - 0:14

Laissant son manteau blanc s'égoutter sur la chaise en plastique juste à côté de lui, Kehydan voyait le temps s'écouler. Ce n'est pas un garçon impatient en général. Il aime prendre le temps de faire chaque chose à sa manière, sans se presser. Rien ne sert de courir.

Une nouvelle fois, il se pencha sur le côté et serra entre ses doigts ses mèches de cheveux gorgées d'eau. Les gouttes tombèrent en petit paquets serrés et résonnèrent dans la pièce. Ignorant le regard réprobateur des infirmières qu'il sentait peser sur lui, il se replaça, le dos droit.

Valiran lui avait lancé un défi qu'il n'avait pas les moyens de refuser. Et l'échec n'était pas envisageable. Quitter son clan ou renoncer? Non. Et pourtant, de la médecine, il n'avait que de maigres connaissances. Quant aux arts ninjas, il ne se révélait guère doué. Plutôt en retard selon le Quatrième Sage.

Alors l'impatience le gagnait, doucement. L'horloge en face de lui, accrochée au mur, semblait égrener le temps au rythme de l'éternité. Le personnel hospitalier paraissait avancer au rythme d'une tortue asthmatique. Et ne parlons pas de ces fameuses "vieilles dames" qui aiment à claudiquer dans le dédale de ces étincelants couloirs. Kehydan ne se sentait pas lui-même dans cette situation. Ces scènes n'avaient aucune raison de l'énerver, et pourtant...


*Peut-être que je suis en train de vraiment stresser pour la première fois de ma vie!*

Cette idée l'amusa. Il voulait en faire part à son frère et, machinalement, il porta sa main à son cou. Ses doigts, introduits sous ses vêtements, se refermèrent sur le métal tenu au chaud par le contact de sa peau, de sa chair. Il se pencha et tendit l'autre main vers la petite table, devant lui, afin de se saisir d'un magazine au hasard. Observant la couverture, il constata quelques progrès depuis la première fois qu'il avait tenté de lire. Il ne voyait plus qu'une couverture de papier glacé vierge. Des lignes formant un démêlé inextricable couraient désormais tout le long. Un jour, s'il continue, il pourra distinguer parfaitement l'encre et ses composés pour reformer les images et les mots. S'il continue...

Cependant l'arrivée d'un homme interrompit ses pensées. Il hésita un instant et s'avança vers lui avec les douces précautions d'un médecin habitué à soigner de grands malades, même s'il ne considérait pas l'étudiant ainsi. Le jeune Lyushan relâcha son médaillon qui glissa sans bruit sous les tissus de coton, avant de pendre à nouveau au bout de sa chaîne. Sa main retomba avec le plus de naturel possible pour que son interlocuteur ne remarque rien.


[Riki] Bonjour, je suis le docteur Riki.

Kehydan lui renvoya un sourire charmeur. Son attente prenait-elle fin maintenant?

[Kehydan] Enchanté. Je suis Kehydan Lyushan, étudiant à l'académie.
[Riki] Veuillez me suivre, jeune homme. Le professeur Nabara va vous recevoir.
[Kehydan] Ah okay, super!

À vrai dire, il se sentait drôlement soulagé. Quelque part, il trouvait sa demande un peu culottée, bien qu'il ait suivi les conseils de son maître, ce qui le faisait craindre un rejet pur et dur. Il se leva et posa le magazine avec nonchalance avant de s'avancer vers le médecin, son manteau toujours humide sur le bras. Tout à sa joie, il n'avait pas conscience des interrogations qui traversaient l'homme. Cependant, comme le jeune garçon paraissait n'éprouver aucune gêne malgré son bandeau, il cessa de se poser des questions, et le conduisit à travers l'aile ouest de l'hôpital.

Comme dans tous les centres de soins, il régnait une odeur médicamenteuse. Seulement, Kehydan pénétrait pour la première fois dans ce genre de bâtiment. Chez lui, pas de "docteur", uniquement des guérisseurs travaillant sous l'égide de l'Omniscient. Les parfums des potions à base de plantes ou de champignons se répandaient lorsqu'ils pratiquaient leur art. Aussi humait-il pour la première fois ces émanations qui lui faisaient plisser le nez. Il pressa le pas, marchant presque sur les talons de Riki, espérant arriver plus vite et se sentir moins incommodé.

Et il ne fut pas déçu lorsque la porte s'ouvrit sur la pièce où se trouvait le professeur Nabara. Une effluve âcre et persistante de cigarette régnait en maître, réduisant les autres relents au silence d'une main de fer. L'étudiant connaissait mieux cette odeur qui exhalait lors des longues soirées emplies des contes de son clan.

La jeune femme lui tournait le dos, penchée sur sa table de travail. Il s'avança vers elle, à nouveau impatient de venir à bout de cette épreuve qui l'angoissait. Derrière lui, Riki s'effaça après avoir mentionné un bref "Le voilà", fermant la porte dans un grincement léger. La poignée s'immobilisa tandis que le Lyushan décortiquait les alentours. Un portemanteau croulant sous des blouses, de petits placards poussés contre le mur ou suspendus à celui-ci, contenant divers produits, linges stériles et autres matériels. La table d'opération au milieu, fortement éclairée par les lampes spécifiques à ce type d'opération, bien que ce ne soit pas le genre d'outils connus de Kehydan. De toute façon, lumière ou pas, son Oeil voyait toujours aussi bien.


[Kehydan] Bonjour, heu... Professeur Nabara. Je suis Kehydan Lyushan. J'étudie à l'académie de Konoha, et j'ai une requête à vous soumettre. Je souhaiterai que vous m'enseigniez la technique de régénération avant ce soir, s'il vous plaît!

Le jeune garçon s'inclina profondément et resta immobile, attendant une réponse. Ses cheveux tombèrent sur son visage, mouillant sa joue sans toutefois faire rouler de goutte. Bien, ils commençaient à sécher un peu. Ses mèches, perdues en avant, révélaient à l'arrière de son crâne le noeud extrêmement serré du bandeau noir qui couvrait ses yeux. Tendu comme un arc, les poings serrés contre ses cuisses, il espérait de tout coeur qu'elle accepte sa demande, bien que ça puisse paraître fort impoli.

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Dim 12 Juil - 20:35

Un petit bruit qui s'intensifie. On l'entend, on le reconnaît, une habitude presque. Il gratte, il traine, il se prélasse. Le parquet blanc de l'hôpital fait en sorte de prévenir les médecins. Ils vont être dérangé, ils ne seront plus seul dans quelques minutes, dans quelques secondes. Alors, tout ce moment de pure tranquillité si longuement souhaitait est fini. On maudit tout d'abord l'individu qui vient nous déranger, puis on comprend. On fait ce métier par altruisme, pour les autres car on aime est autre. On est à leur service et on souhaite seulement leur bien, un peu de bonheur dans leur petit quotidien.
Alors cela nous motive, on bombe le torse et un sourire sortant tout droit du plus profond de notre cœur naquit sur nos visages pour accueillir à bras ouvert un patient.

Saya avait délaissé sa posture contre la fenêtre pour revenir s'assoir devant la tale d'opération. Elle réfléchissait. Le nom Lyushan ne lui était pas inconnue, il semblait proche. Mais elle avait beau réfléchir ses souvenir restaient si vague. Elle rencontrait des dizaines et des dizaines de personne chaque jour. Même en ayant une mémoire hors du commun il était difficile, voirimpossible, de se rappeler de tout le monde. Alors elle oubli et désespère ne plus savoir le jour où elle voudrait temps connaître.

Elle vit un instant le pauvre renard. Il semblait bien triste de se trouver mort sur cette table d'opération.

*!*

Elle ne pouvait pas le laisser ici. Un élève allait arriver et elle ne voulait pas qu'il voit tout son travail. Et si c'était une âme sensible cela serait un désastre. Elle prit alors rapidement du fils et une aiguille. Passant à travers l'épiderme du défunt, elle répéta le geste plusieurs fois avec assurance. Ce n'était pas une novice. Aucune goutte de sang ne gicla à la recherche de liberté, un vrai travail de professionnel. Elle emballa rapidement le corps dans un linge pour le ranger dans un caisson froid. D'un geste de la main avec un chiffon elle donna un coup à la tale pour la rendre plus présentable et se rassit tranquillement.

Une sensation de travail fini l'envahit et elle avait envie de fumer une cigarette. Mais elle n'appréciait pas trop fumer en public et sachant que son élève allait arriver d'une minute à l'autre elle ne pouvait se permettre de sortir de son paquet ce diffuseur d'air saint. Elle se maudit alors durant quelques secondes d'avoir voulu faire professeur puis elle patienta.

Le temps d'attente fut très cours. Une longue minute et la porte coulissa. Riki apparut dans l'encadrement ne lui relatant qu'un bref « voilà » signifiant que l'élève devait se trouver derrière lui. Il partit et laissa le jeune Lyushan pénétrait dans la fameuse pièce d'hôpital. Il semblait un peu impressionné. Mais c'était l'attitude de tous les individus franchissant les portes d'un hôpital. Il y avait toujours cette petite monté d'adrénaline, ce petit coup de stress qui remettait tout en question. Cette univers bien souvent inconnu et mystérieux. Une belle habitude que Saya ne se lassait jamais de voir sur le visage des gens.

Le jeune garçon avait une belle chevelure blanche mouillée qui lui recouvrait le visage. D'ailleurs la plus part de ses vêtements étaient trempés. Pas étonnant au vue du temps détestable qui régnait en maître sur Konoha en cette journée. Il possédait aussi un étrange bandeau noir sur les yeux. Cela ne devait pas être pratique pour voir. Il espérait un cours dans de telles conditions. Saya était entrain de réfléchir au moyen d'expliquer la situation au jeune garçon sans trop le vexer. Il pouvait mal le prendre qui sait de nombreux individus étaient susceptibles. Mais le jeune garçon prit la parole.

[Kehydan] - Bonjour, heu... Professeur Nabara. Je suis Kehydan Lyushan. J'étudie à l'académie de Konoha, et j'ai une requête à vous soumettre. Je souhaiterai que vous m'enseigniez la technique de régénération avant ce soir, s'il vous plaît!

Il ne manquait pas de cran ce jeune garçon. Oser lui instaurer un délai de temps alors qu'elle était un professeur reconnue auprès de ses paires. Mais elle aimait ça car le jeune Lyushan savait ce qu'il voulait ce qui était une grande preuve de détermination. La volonté du feu de Konoha.

Saya de redressa de son siège et approcha doucement du jeune garçon.

[Saya] – Une technique de génération, le sasei sera parfait si nous n'avons qu'une journée mais...

Elle montra grossièrement du doigt le visage de Kehydan d'une façon assez vulgaire. Mais ce n'était pas méchant, juste de la curiosité.

[Saya] – Pourquoi tu portes un bandeau sur les yeux ? Ça va être dur d'apprendre une technique...

Elle se passa rapidement une main dans les cheveux pour remettre en place sa chevelure mauve. Puis elle revint s'assoir tranquillement vers la table d'opération. D'un geste elle invita le jeune Lyushan à faire de même pour qu'il puisse être côté à côte. Elle sortit un marqueur noir de sa poche et commença à dessiner le corps humain, ses méridiens et son système sanguin sur la table elle même. Elle exagéra bien les formes pour laisser de la place à Kehydan même si elle ne savait pas encore comment elle allait faire pour reconnaître son art pictural. Au pire elle changerait ses méthode de travail pour cette journée.

[Saya] – Tout d'abord dis moi ce que tu sais un peu sur l'auto-régénération.

Elle se pencha un peu plus prés de Kehydan examinant au passage encore et toujours cet étrange bandeau. Elle avait qu'une envie, lui enlever. Voir ses yeux et reconnaître peut être un aïeux à travers eux. Mais c'était surement quelque chose d'important pour lui et elle ne se permettait pas de le faire, tout du moins pour l'instant.

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Dim 12 Juil - 23:54

Immobile dans la même position, il attendait, comme si le temps était suspendu aux lèvres de la jeune femme. Elle se retourna et le dévisagea, sans doute inconsciente du fait qu'il faisait de même depuis sa perception si particulière des choses. Elle ne pouvait voir que sa nuque et ses cheveux d'un blanc immaculé, et lui, censé baisser les yeux devant elle, l'observait à son insu. Il avait la sensation de tricher, en quelque sorte. Finalement, prenant une décision, elle se rapprocha.

[Nabara] Une technique de régénération, le saisei sera parfait si nous n'avons qu'une journée...

Kehydan se redressa brutalement, une joie extrême peinte dans ses traits tandis qu'une légère exclamation s'échappait de ses lèvres. Le soulagement l'envahissait, d'autant que l'enseignante paraissait penser qu'apprendre cette technique dans ce court délai appartenait au domaine du possible. Au moins, Valiran ne lui avait pas lancé de défi absolument infaisable, même s'il ne doutait pas une seconde que cet exercice se révèlerait difficile.

[Kehydan] Vraiment! C'est super, merci beaucoup!

Il se sentait tellement content qu'il s'inclina une seconde fois. Quand il se remit bien droit, la jounin pointait sur lui un doigt insistant sur sa tête. Interloqué, il ne bougea pas d'un poil, se demandant ce qu'elle cherchait à faire. Puis, lentement, il recula d'un pas, histoire de caser une distance raisonnable entre eux sans se sentir "agresser" par cette intrusion brutale dans son périmètre.

[Nabara] Mais...

Son coeur s'arrêta de battre dans sa poitrine. Une condition à son entraînement? Intérieurement, il grimaça, car cela lui rappelait les ruses de son maître Valiran. Et ça n'était pas fait pour lui plaire. Il ne voulait pas se faire piéger une seconde fois dans la même journée. Avec qui encore se trouvait-il? Pourtant, elle semblait sympathique au premier abord.

[Nabara] Pourquoi tu portes un bandeau sur les yeux? Ça va être dur d'apprendre une technique.
[Kehydan] Oh ça...

Un soupir rassuré lui échappa, formulant un "ouf" dans sa tête. Au moins, il esquivera les idées tordues pour aujourd'hui, et se concentrera sur son apprentissage. Souvent les gens posaient des questions sur ce bandeau. Et lui, bien trop souvent, oubliait cette particularité. D'un ton détaché, il lui répondit en essayant d'être bref.

[Kehydan] Ce n'est pas tellement gênant, j'ai réussi à apprendre deux petites techniques avec... C'est une tradition dans notre clan, une question de dignité et de religion. Accessoirement, ça nous permet d'apprivoiser notre Oeil Intérieur, très utile pour nos techniques de clan.

Lorsque le professeur Nabara l'invita à s'asseoir, il la suivit sans mot dire. La chaise n'était guère confortable, mais il valait mieux pour lui rester parfaitement éveillé. Et il se connaissait sur le bout des doigts. Son attention pouvait s'évaporer en quelques instants sur des détails futiles, alors si en plus il était tenté de somnoler... De son Oeil sans paupière, il ne ratait rien de chacun des mouvements de son professeur. Mentalement, il parvenait à reconstituer grossièrement une image de ce qu'elle dessinait, une sorte de corps humain parcouru par plusieurs circuits, mais cela finissait par se mélanger. Ce qu'il voyait sur la table d'opération restait malheureusement flou, aussi crut-il bon de prévenir.

[Kehydan] Vous savez, j'ai beaucoup de mal à lire, mais avec de l'entraînement, il paraît que ça va venir. Mais d'ici quelques semaines quoi... Par contre, par chez moi, on est très doué pour comprendre et retenir les choses à l'oral, puisque c'est ainsi que sont transmises nos traditions.

Le fait de ne pas pouvoir comprendre le schéma pouvait être un handicap, mais si elle lui expliquait à voix haute et que lui-même se forçait à écouter et à emmagasiner ses paroles, il savait que tout se déroulerait bien. Il était content d'avoir pu préciser les choses au sujet de son manque de vision, sans toutefois fermer définitivement les possibilités pédagogiques. La jounin le surprit alors.

[Nabara] Tout d'abord dis moi ce que tu sais un peu sur l'auto-régénération.

Un long silence s'écoula. Le genre de silence gêné. Ah, parce qu'il fallait savoir quelque chose? s'interrogea le jeune garçon. Comme souvent dans ce genre de situation délicate, il se frotta le bout du nez avant de lisser une mèche de cheveux qui rendit ses doigts humides. Il hocha la tête.

[Kehydan] Honnêtement... Hum... Rien. En supposant, je peux imaginer qu'on doive faire appel à notre chakra pour guérir nos blessures... Par quel procédé? Je n'en sais trop rien, je suppose qu'on accélère le processus de régénération de notre corps, ou alors qu'on recrée carrément les cellules mortes. Par quel moyen? Là encore, j'ignore tout. En fait, je n'ai pas vraiment de connaissances en médecine. C'est un tort que j'espère améliorer, avec votre aide si possible.

L'humilité et la docilité est l'une des vertus que l'on inculque extrêmement tôt chez chacun des enfants Lyushan. Même si Kehydan préférait l'indiscipline pour aller faire ce qui lui passait par l'esprit, il était parfaitement capable de s'adapter. Et aujourd'hui, il n'avait pas vraiment le choix s'il voulait atteindre les objectifs fixés par le Quatrième Sage.

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Mar 14 Juil - 1:52

Le jeune garçon semblait jovial. Il était heureux que Saya lui permette de réaliser son objectif. Une chose est sur il mettrait de l'entrain au travail. C'était quelque chose que la jeune fille appréciait. Elle n'aimait pas les fainéant qui ternissait l'image de l'éducation. Il fallait que les choses avancent dans la vie, il fallait être curieux pour apprendre et découvrir. C'était ça l'art de l'enseignement. Elle aimait enseigner et voir l'engouement que possédait le jeune Lyushan le cours s'annoncer plutôt sympathique.

Seul problème ce bandeau sur ses yeux. Saya avait du mal à ne pas le regarder. C'était si étrange, être obligé de se rendre aveugle. Une bêtise de son clan ou une réelle envie d'être plus proche de leur « dieu » ? Elle était sur qu'elle pourrait débattre longtemps avec lui sur cet aspect de sa vie. Mais ce n'était pas le sujet du jour. Même si cela restait tout de même dans un coin de sa tête comme une interrogation bien curieuse.

[Kehydan] - Vous savez, j'ai beaucoup de mal à lire, mais avec de l'entraînement, il paraît que ça va venir. Mais d'ici quelques semaines quoi... Par contre, par chez moi, on est très doué pour comprendre et retenir les choses à l'oral, puisque c'est ainsi que sont transmises nos traditions.

Hum...

Le petit dessin que Saya venait de faire sur la table de travail était donc parfaitement inutile. Elle se sentit l'espace d'un instant très bête. Puis elle se leva de sa chaise et alla chercher un chiffon dans un tiroir pour effacer ce qu'elle avait produit. Elle se rassit en douceur et sourit au jeune garçon. Il semblait bien porter son handicape. C'était une bonne chose, il fallait un moral à tout épreuve pour avancer dans la vie.

[Kehydan] Honnêtement... Hum... Rien. En supposant, je peux imaginer qu'on doive faire appel à notre chakra pour guérir nos blessures... Par quel procédé? Je n'en sais trop rien, je suppose qu'on accélère le processus de régénération de notre corps, ou alors qu'on recrée carrément les cellules mortes. Par quel moyen? Là encore, j'ignore tout. En fait, je n'ai pas vraiment de connaissances en médecine. C'est un tort que j'espère améliorer, avec votre aide si possible.

[Saya] – Tu ne sais pas rien. Si déjà tu sais que l'on doit se servir de notre chakra.

Elle lui sourit mais inutilement. Il était aveugle. Ce bandeau la gênait. Elle hésitait à le lui arracher. Mais cela serait surement trop brutal et il pourrait ne pas le supporter. La lumière du jour le rendrait vraiment aveugle. Quel cours difficile devait-elle mener.

Elle sentit le paquet de cigarette voguer dans sa poche droite alors quelle se levait. Une petite, non, pas devant un élève, pas devant un public. Elle était discrète et ne voulait pas s'adonner à de tel spectacle. C'était si déplacé et inutile.

Il faisait maintenant très lourd dans la pièce. Elle alla ouvrir la fenêtre laissant entrer quelques gouttes d'eaux mais aussi un peu de fraicheur grâce au petit courant d'air d'un hôpital pas totalement hermétique.

[Saya] – La régénération cellulaire ne demande pas un grand entrainement. C'est juste un coup à prendre. Il faut juste bien réfléchir avant d'utiliser cette technique car les conséquences sont assez importantes.

Elle marqua une pose puis revint s'assoir prés du jeune garçon.

[Saya] – Tu utilises ton chakra pour modéliser de nouvelle cellule qui seront plus « puissante » que les anciennes. Tu guériras rapidement mais en contre partie ces cellules seront beaucoup plus fragile et te feront souffrir durant leur utilisation mais aussi après.

Elle prit alors une voit plus douce. Un peu moins sérieuse que le ton d'enseignante qu'elle venait de prendre avec Kehydan. Il fallait tout de même le rassurer un peu sur ce qu'il allait apprendre par la suite.

[Saya] – Il faudra utiliser la technique avec parcimonie et je suis sur que tu en sera capable.

Saya prit alors une mallette sur le côté de la table avec délicatesse. Elle l'ouvrit en grand et alors devant elle se présenta de multiple outils pour la chirurgie. Des scalpels, des ciseaux et autres accessoires dont l'utilisation étaient minutieuse lui faisaient face. Elle partit à la recherche d'un petit scalpel dont elle se servait généralement pour les petites blessures. La lame grise rayonna quelques instants sous la lueurs de l'unique néon surplombant la salle.

[Saya] – Quand tu te blesse tu ouvres ton corps, tu laisses une portes de sortie à ton sang. Tes cellules sont alors perdu car elles n'ont plus de globule rouge pour survivre. Qui plus est la blessure elle même peut endommager tes cellules. Mais comme tu dois le savoir nos méridiens qui contiennent le chakra sont fortement liés a système nerveux et sanguin. Si tu intensifie la poussée de chakra dans une partie de ton corps où les vaisseaux sanguins ne sont plus, le chakra reprendra leur rôle automatiquement.

Elle marqua une pose cherchant ses mots pour continuer sur sa lancée. Elle espérait garder son élève conscient, car derrière ce bandeau il pouvait très bien dormir qu'elle n'en saurait rien.

[Saya] – C'est un système automatique, car le méridien voudra expulsa le chakra en trop qu'il présente. On va essayer avec une petite entaille au début.

Saya prit la main du jeune homme. Elle sentit encore un peu l'eau de la plus Konoharienne sur ses phalange. Elle lui prit le pouce avec une certaine force et le déchira d'un coup de scalpel. L'entaille n'était pas très profonde mais il fallait bien commencer à un moment. Puis elle ne pouvait pas lui exploser trois côtes et un poumons alors qu'il n'était qu'un débutant dans l'art eisei. Il l'avait dit lui même, il ne connait quasiment aucune technique de shinobi.

Aujourd'hui Saya ferait en sorte d'étoffer son panel.

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Mar 14 Juil - 22:07

[Nabara] Tu ne sais pas rien. Si déjà tu sais que l'on doit se servir de son chakra.

La voix chaude de la jeune femme résonna dans la petite salle, et il eut un vague sourire. Il s'agissait là d'une façon de voir les choses, un peu simpliste, mais fortement positive. Du haut de ses treize ans, il avait déjà derrière lui une assez longue scolarité, et savait apprécier ce genre de professeur capable de pousser leurs élèves.

Sans prévenir, les souvenirs remontèrent à la surface et affleurèrent sa conscience. Il ne se rendit même pas compte qu'elle se levait et ouvrait la fenêtre. Il ne voyait que les enfants de son clan avec qui il étudiait autrefois. Avec qui il était bon ami, ou pas. S'il échouait aujourd'hui, il devrait y retourner. Serait-ce un bien ou un mal?

Au fond de lui, il devait bien se l'avouer : il souhaite de tout coeur retourner à cette existence. Cependant... Son frère et Syara avaient besoin de lui... Sa mère ne redeviendra jamais comme avant et sa vie se brisera définitivement. Son père était furieux contre lui. En revanche, ses soeurs l'accueilleraient probablement avec joie, après tout, il avait toujours été le chouchou de ses aînées... Dans le cas où il échouerai, il forma alors en son coeur la décision de retourner à Shenmuan, son petit village natal. Jamais il ne quitterai son clan.

Il résista alors à la tentation d'adresser une prière à son gardien : inutile de perdre du temps et de mettre mal à l'aise son professeur. Par la fenêtre ouverte, un air frais entrait, revigorant. Le jeune Lyushan sortit de ses pensées et se concentra une nouvelle fois sur les mots qui flottaient sur les lèvres de la jounin.


[Nabara] La régénération cellulaire ne demande pas un grand entraînement. C'ets juste un coup à prendre. Il faut juste bien réfléchir avant d'utiliser cette technique car les conséquences sont assez importantes. Tu utilises ton chakra pour modéliser de nouvelles cellules qui seront "plus puissantes" que les anciennes. Tu guériras rapidement, mais en contrepartie, ces cellules seront beaucoup plus fragiles et te feront souffrir durant leur utilisation mais aussi après. Il faudra utiliser la technique avec parcimonie, et je suis sûre que tu en es capable.

[Kehydan] Heu... J'essaierai en tout cas!

Elle avait visiblement rapidement confiance en ses élèves. Kehydan se savait plutôt tête en l'air, et donc capable d'oublier le contrecoup négatif de cette technique. Il se demanda brièvement à quoi pouvait servir une technique permettant de soigner pour infliger des douleurs à son utilisateur par la suite. Mais conscient du manque de temps, il voulait aller à l'essentiel et éviter de s'égarer dans le méandre des questions qui pouvaient jaillir dans sa tête. De toute façon, il devait apprendre cette technique, point. Et puis, il se doutait bien que les ninjas n'étaient pas stupides et qu'il aurait bientôt la réponse.

Il observa la mallette et les outils étranges qu'elle contenait avec une drôle de sensation. Ils lui étaient pour la plupart inconnus. Il ne s'attendait pas vraiment à autre chose, dans un sens, cependant, il se sentait plutôt mal à l'aise devant ces objets dont l'étrange vocation est de couper les chairs dans le but de sauver des vies. Il préférait les décoctions que préparaient l'Omniscient, aucun doute. Même si ses potions dégageaient une odeur désagréable, que la texture des mixtures donne envie de vomir et que leur goût n'est pas tellement mieux placé.


[Nabara] Quand tu te blesse tu ouvres ton corps, tu laisses une portes de sortie à ton sang. Tes cellules sont alors perdues car elles n'ont plus de globule rouge pour survivre. Qui plus est la blessure elle même peut endommager tes cellules. Mais comme tu dois le savoir nos méridiens qui contiennent le chakra sont fortement liés a système nerveux et sanguin.

Il essaya de toutes ses forces de se rappeler du petit carnet de Kyuza et de ses explications. Bon, le souvenir du carnet ne l'aidera pas beaucoup, puisqu'il était à l'poque incapable d'y distinguer quoi que ce soit, pas même un gribouillis. Néanmoins, le genin lui avait filé quelques explications qui lui revinrent vaguement en tête.

[Nabara] Si tu intensifie la poussée de chakra dans une partie de ton corps où les vaisseaux sanguins ne sont plus, le chakra reprendra leur rôle automatiquement. C'est un système automatique, car le méridien voudra expulsa le chakra en trop qu'il présente. On va essayer avec une petite entaille au début.

*HEIIIIIN?!!!*

[Kehydan] Vous... Vous êtes sûre?!

Sans l'écouter, elle saisit sa main et de son espèce de petit couteau de chirurgien, ouvrit une large plaie sur son pouce. Une douleur vive l'attaqua, tandis que son sang coulait sur sa peau, parcourant sa paume. Mentalement, il se dit qu'il avait bien fait de retirer ses gants avec sa veste. Le sang n'aurait pas été d'un très bon effet dessus. Maintenant... Quoi faire? Il avait les larmes aux yeux, et fort heureusement son bandeau cachait cela. Super l'entraînement... L'automutilation n'était pas vraiment du goût de Kehydan. Même si en l'occurrence, ce n'était pas lui qui avait provoqué la blessure. Il grimaça.

[Nabara] Concentre ton chakra et forme ces signes.

Elle les lui montra, et il hocha la tête pour signifier qu'il avait bien saisit. Réunissant ses mains malgré la souffrance lancinante, le jeune Lyushan malaxe son chakra et s'applique à le concentrer au niveau de sa blessure. Oui, le petit Kehydan est assez douillet, petite nature et a tendance à exagérer lorsqu'il a mal. Mais il est capable de faire des efforts et de surmonter cela. Peut-être... La vue du sang avait tendance à lui faire tourner la tête et tomber dans les pommes (Par Karthal, ce qu'il aimait cette expression... Non, couché l'estomac, couché! On cesse de rêvasser aux pommes...), mais avec son bandeau, il regardait les gouttes de son liquide vital d'un oeil plus technique...

Il sentait le chakra s'amasser doucement et forma les quelques signes - peu nombreux - de la technique en se concentrant sur le relâchement de l'énergie accumulée dans son... heu... méridien? Oui, c'est ça... La plaie ne réagit pas immédiatement, puis elle commença à se refermer avec lenteur.


*En fait, c'est un peu comme si on formait une poche de chakra, qu'on la crevait et qu'on laisser s'écouler... *

[Kehydan] C'est bizarre... On dirait que ça marche... Un peu lent, mais...

Il paraissait très étonné. Il ne s'attendait pas du tout à avoir une simili réussite. Peut-être qu'il était simplement parvenu à refermer la peau, pas ce qu'il y avait à l'intérieur. Il passa son doigt sur la plaie disparue et appuya dessus, d'abord avec précaution, puis avec force, jusqu'à faire apparaître une tâche rouge et persistante. Bon, soit. Il ne se passait rien de précis, tout semble en ordre. Mais difficile à savoir en fait.

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Mer 15 Juil - 19:44

Que se passait-il dans la tête du jeune garçon. Il semblait complètement désorienté à la ve de la moindre goutte de sang. Pourtant il avait choisis la voix de la médecine et si une chose était sur c'est qu'il verrait des litres de sang avant sa mort, sauf s'il mourrait cet après-midi auquel cas un destin bien funeste l'attendait. Mais pour le moment il devait surmonter cette peur, ce malêtre qui semblait le ronger. Sinon Saya ne pourrait l'aider à apprendre cette technique. C'était pourtant un jutsu des plus basiques pour les débutants dans l'art eisei. Ils ne devraient pas mettre plus d'une heure ou deux à l'assimiler. Comme elle l'avait dit c'était un coup à prendre, une petite habitude le plus dur n'était pas là. Il fallait savoir quand utiliser ce jutsu. C'était ici que se trouvait le choix le plus difficile pour un ninja. En effet, à trop utiliser le saisei on pouvait en mourir mais ne pas l'utiliser revenait peut être au même...

De plus, elle se demandait comment la vue du sang pouvait le gênait lui qui portait en permanence un étrange bandeau noir sur les yeux. Ne valait-il pas mieux pour lui d'affronter ses peur ? EN tant que professeur elle devrait peut être lui retirer de force cet étrange handicap. Cela la démangeait, car c'était un interdit. Elle n'en avait pas le droit et se retint alors.

Le jeune Kehydan semblait si frêle et fragile pour son age. L'opposé type du ninja que se faisait les habitants. Mais il avait l'excuse de la jeunesse pour, des parents surement trop possessif ou un grand frère tyrannique. Les enfants de nos jours étaient un peu trop assisté. Mais Saya était loin de toutes ces pensées. Pour le moment elle voyait un médecin qui n'appréciait pas le sang et cela la gênait tout de même.

Mais le Lyushan, dont la consonance du nom de famille plaisait à l'enseignante, se reprit et tenta d'exécuter la technique. Malgré ses yeux d'aveugles, la concentration se lisait sur son visage à moins que cela soit de la peur. Celle de finir étendue par terre sans plus aucune goutte de sang. Cela fit penser à Saya à un clan Kirièen qu'elle connaissait assez bien car elle rêvait de les étudier. Les Stsubatsu, une légende disait que pour les tuer il fallait les vider de leur sang jusqu'à la dernière goutte. Cette phrase avait attisé la curiosité de l'enseignante qui rêvait de lever les voiles de ces mystères.

Tout commençait alors. Elle sentit le flux du chakra de Kehydan s'intensifier. Il entrait en action. Il était temps, après une longue réflexion il exécuta enfin la série de signe que lui avait montré précédemment Nabara. Il n'avait pas l'air mauvais car malgré son handicape il réalisa une série parfaite sans interruption. Mais il était vrai qu'elle ne contenait que très peu de Tao, échouer était une honte. Il n'était qu'un aspirant mais tout de même, certaine base s'apprenait à la naissance même du shinobi.

*Bien, on va pouvoir faire quelque chose.*

La progression fut lente mais certaine. Il y arrivait, quoi de plus normal. Elle ne connaissait pas grand chose des Lyushan mais il était rare de voir des membres de clans mauvais. Les ninjas avec le plus de difficulté était généralement sans don héréditaire et sans une famille de sang noble. Les castres familiale étaient très répandu entre Uchiha, Hyûuga ou encore Satsubatsu. Les mauvais étaient sois châtiés, aidés ou reniés.

Tandis que malheureusement certains restaient seul, sans aide, ni pouvoir. Il fallait alors cravacher, tout donner pour s'en sortir sans talent particulier. Et c'était eux qui formaient la force brut d'un village. A Konoha on parlait de la volonté du feu de ses habitants. Car ceux qui étaient seul ne possédaient que l'honneur de leur village et la joie de le voir se développer. De vrai patriote qui pouvait devenir des armes puissantes au service d'un modèle qu'ils chérissaient alors plus que tout.

[Kehydan] - C'est bizarre... On dirait que ça marche... Un peu lent, mais...

Saya se permit un énième sourire pour lui faire comprendre que cette fois-ci c'était gagné. Elle posa une main sur l'épaule du jeune garçon en signe de félicitation.

Voilà.

Il avait apprit sa technique en moins de temps qu'il fallait pour la prononcer. A vrai dire son maître qui ne lui avait laissé qu'une seul journée n'avait pas choisit un jutsu très difficile. Cela devait plus être une mise à l'épreuve psychique. Sinon cela n'avait aucun intérêt.

[Saya] – Bien Kehydan, je suis fier de toi. Mais ne va pas te croire surpuissant car ce n'est qu'une technique des plus basiques.

Oui. Oui elle avait raison. Elle ne devait pas faire trop d'éloge à un élève sinon elle risquerait de le perdre dans les méandre de l'orgueil et de la prétention. Elle avait déjà vécu cela par le passé et elle ne recommencerait plus. Une promesse que l'on se fait et qui dur souvent de longues années.

[Saya] – Bien maintenant essayons de voir les choses en plus grand !

Elle reprit son petit scalpel et commença à l'avancer vers le jeune garçon. Il était tout proche et allait lui déchirer le bras avec une entaille phénoménal. C'était comme cela qu'il apprendrait le mieux les bases de la technique. Mais au dernier moment elle se ravisa.

*Trop petit*

Elle reposa l'arme des médecins dans la mallette mais ce n'était pas fini. Kehydan ne s'en sortirait pas si facilement. Elle ressortit un couteau cette fois-ci bien plus gros. Le bout pointu était digne des plus grand film d'horreur qu'ait pu voir le Lyushan.

Elle avança alors inexorablement vers sa cible. Elle ne pouvait lire à travers son bandeau s'il ressentait de la peur, de l'appréhension. Qu'il était bon d'avoir tout pouvoir su un élève. Il ne pouvait rien dire, qui plus est c'était lui qui était venu la demander.

Mais il était jeune, elle ne pouvait pas faire cela. Elle se ravisa alors au dernier moment et rangea le tout dans sa mallette. Elle la referma et sourit au jeune garçon.

[Saya] – Tu n'as pas cru que j'allai t'embrocher avec ça tout de même.

Elle lui tira la langue avec un sourire de petite jouant la carte de la gentillesse. On ne pouvait rien lui refuser quand elle était comme ça.

[Saya] – Si tu as des questions ou que tu souhaites faire une autre tentative je reste à ta disposition, sinon tu peux partir, félicitation.

Elle prit quelques secondes pour ranger les affaires trônant sur sa table de travail et pensait déjà au renard dont elle n'avait pas encore finit l'analyse. Il fallait qu'elle le fasse, cette petite curiosité médical avait fait d'elle un junin spécialisé dans l'eisei reconnu. Car le plus important de tout, elle aimait ce qu'elle faisait. C'était ça la clef du succès, faire quelque chose que l'on aime. Sinon il n'y a pas cette petite pointe d'on ne sait quoi qui fait toute la différence.

Elle ne savait pas encore si Kehydan possédait ce talent, ce don. Elle espérait car à Konoha, les médecins qualifiés manquaient cruellement à l'appelle. Aujourd'hui elle avait peut être participé à l'éducation d'un grand shinobi...
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Sam 18 Juil - 12:26

Kehydan : +26 XP - Technique validée
Saya (as Kenji) : +38 XP

MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Jeu 30 Juil - 17:20

En vérité, dans cet hôpital de Konoha, la vue du sang ne dérangeait pas Kehydan. Il trouvait seulement étrange de ne pas éprouver son habituel malaise, uniquement parce qu’il observait ce liquide chaud sous un aspect plus technique, grâce à son Œil Interne. De toute façon, le sang ne l’embêtait que lorsqu’il s’écoulait de son propre corps. Sur toute autre personne, cela ne l’affectait guère. Une nouvelle trace de son égocentrisme profond ? Peut-être. Mais il s’était aussi vu mourir, se vidant de ce fluide vital, et se sentait craintif en de pareilles occasions. Ses sœurs l’avaient toujours chouchouté depuis, tellement compréhensives. Trop, sans doute. Forgeant ce caractère tourné vers lui-même en priorité, dépendant des autres malgré tout. L’enseignante le félicita et eut quelques mots qui le firent sourire.

*Moi ? Surpuissant ? Quelle drôle d’idée !*

Son rire remonta même dans sa gorge à cette pensée terriblement amusante. La quête de la puissance lui était totalement inconnue. Il s’agissait là de sentiments inexplorés pour ce jeune garçon qui ne cherchait qu’à progresser, afin de s’intégrer dans un village et trouver les informations dont il avait besoin. Que faire après ? Il n’en avait aucune idée, y parvenir sera déjà fort difficile. Et là, tout de suite, qu’il puisse s’imaginer surpuissant… Lui paraissait totalement incongru. Il ne serait même pas capable de frapper un adversaire.

Son rire s’étrangla dans sa gorge lorsque la jounin se retourna avec son scalpel. La surprise s’imprima sur ses traits, mais pourquoi pas. Réussir une fois une technique ne signifie pas la maîtriser. Surtout quand il avait autant la sensation de se trouver sur un pont branlant, manquant d’appui, de connaissances. Cela lui parut raisonnable. Jusqu’à ce qu’elle change d’avis et brandisse finalement un énorme couteau dans sa direction. Là, non. Découpé en petit morceau ? Merci bien, mais l’aspirant ninja avait autre chose à faire de sa journée, et accessoirement de sa vie.


[Kehydan] Ooooh… ! Je crois que c’est bon, vous en faites pas ça ira !

Il se releva d’un bond, comme piqué au derrière par une quelconque bestiole ou assis sur des orties, et soudainement beaucoup plus sûr de lui en ce qui concerne son degré d’apprentissage de la technique. Le professeur Nabara tenait toujours aussi fermement la lame aiguisée avec soin.

[Kehydan] Vous savez, ce n’est peut-être pas nécessaire. Vous pourriez réessayer avec un truc plus petit avant de… d’en venir à ce gros machin… Non ?
[Saya] Tu n'as pas cru que j'allai t'embrocher avec ça tout de même.

Il soupira de soulagement en la voyant à nouveau souriante et toute arme rangée dans sa mallette bien fermée. Des frissons avaient parcourus son échine à vitesse grand V durant quelques instants. Elle le félicita en lui proposant de réessayer, proposition qu’il déclina poliment. Pas envie de la contrarier. Ni de finir dépecer. Il s’éclipsa en douceur après l’avoir saluée, et reprit le chemin du dôjô de son maître. La pluie avait cessé de tomber, mais la terre demeurerait salissante et glissante jusqu’à demain au moins. Un cycle fascinant, pensa brusquement Kehydan qui courait. Et tout aussi brutalement, il s’arrêta, portant une main à son estomac.

L’heure du repas était passée sans qu’il ne s’en rende compte. Il se dirigea vers un petit bar de restauration rapide où il passa commande de nouilles et d’une compote. Aux pommes, évidemment, mais est-il besoin de le préciser pour ce grand amoureux de ce fruit ? Autrefois, il se serait installé contre les vitres, profitant de la vue pour observer, sans vraiment y prêter attention, les passants. Quelques fois, il commentait en son for intérieur leurs apparences surprenantes. Cependant, l’idée d’être observé, sans savoir par qui, ni comment, à cause de cette vitre qui bloquait sa vision interne lui déplaisait. Il se réfugia dans un coin de la pièce, et mangea en silence. Des bribes de conversation lui parvenaient, mais elles étaient peu nombreuses à cette heure avancée de l’après midi, ce qui lui donna l’occasion de réfléchir.

Valiran attendait sans aucun doute une démonstration de sa nouvelle technique. Il déplora ses connaissances limitées en connaissances anatomiques, ce qui l’empêchait de visualiser correctement les effets de la technique. Et cela nuisait grandement à son efficacité, il n’aimait pas agir dans le noir. Peut-être aurait-il dû demander plus d’informations à l’enseignante… Machinalement, il caressa du bout des doigts une légère fissure sur son verre.

Soudain pris d’une inspiration, il saisit le couteau de table et avant de se laisser le temps de renoncer, il fit glisser la lame dans sa paume fermée et étouffa une exclamation de douleur. La coupure était plus profonde que celle causée par Saya. Plus de sang coulait et il eût la sensation que quelqu’un s’amusait à faire des nœuds avec ses intestins. Il détestait la douleur. Les blessures. Le sang. Il tenta de se concentrer pour surmonter ces faiblesses et réaliser sa technique.

Son chakra se diffusa plus rapidement et il effectua les quelques signes. Rien ne se passa. Son malaise était plus fort. Sa main, trop blessée l’empêchait de former correctement le petit enchaînement. Il se força à entreprendre un exercice simpliste de respiration enseigné par Valiran afin de retrouver son calme, reprendre le contrôle de lui-même et prendre sur lui pour avancer. Il recommença une nouvelle fois, et pour son plus grand soulagement, la douleur s’évanouit bien qu’il se sentit toujours encore un peu affaibli. Il continua alors son repas. Il s’était surmonté dans ce cas, il avait droit à son petit repos.




[Kehydan] Valiran-sama !

L’homme ne bougea pas d’un cil, et relâcha subitement la pression exercée par la tige en bois contre le la corde de l’arc gigantesque aux yeux de l’enfant. Lui aussi avait donc besoin de perfectionner son art… La pointe métallique se ficha avec un bruit sourd dans la cible, loin de là. Kehydan peinait à distinguer avec précision celle-ci et devina toute la difficulté qu’un Lyushan portant son bandeau pouvait éprouver à utiliser des armes à distance.

[Valiran] Oui ?
[Kehydan] J’ai réussi. J’ai appris la technique. Je peux donc continuer comme ça, je ne rentrerai pas à Shenmuan. Je peux vous montrer !

De sa voix douce mais persuasive, le jeune garçon espérait arranger les choses et ne pas contrarier Valiran. Il ne répondit pas tout de suite, et secoua finalement la tête.

[Valiran] Inutile, je te crois. Pour le moment, tu es autorisé à rester. Tu devrais commencer bientôt à travailler ta visée, car tu seras un jour amené à lancer kunais et shurikens.

Les épaules du jeune Lyushan s’affaissèrent légèrement. Il avait l’impression de devoir gravir une montagne au sommet caché par les nuages. Plus il avançait, plus il voyait le sentier devenir plus raide et plus il prenait conscience du fait qu’il se trouvait à des milliers de mètres de la pointe. Mais cet instant d’abattement ne dura pas. Son éternel optimisme reprit le dessus, il tira sur une mèche de cheveux et prit congé de son maître.

*Eh bah, ce sera sûrement difficile, mais j’ai le temps… Pour le moment, comme il dit. En attendant, il ne faut pas oublier de se détendre, j’ai déjà suffisamment travaillé pour aujourd’hui. Surtout qu’il m’a fait stresser, pff…*
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   Lun 10 Aoû - 13:18

Kehydan : +8 XP

Je t'avais oubliée <3
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Aile ouest : Département des Sciences de l'Anatomie   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dans l'aile Ouest
» kiwi bichon frisé male de 2 ans ( sud ouest)
» Chaire d'anatomie
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase
» Installation d'un comite de gestion des risques pour l'Ouest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Hôpital-