Partagez | 
 

 La Flamme de l'Est

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: La Flamme de l'Est   Mar 21 Juil - 1:14

Soleil de plomb, soleil de fer, seigneur des cieux. Il règne sans partage sur ses terres océans et nargue les habitants d'en-bas. Pauvres fourmis enfermées dans leur routine quotidienne, il rit. Ses rayons projettent la lumière dont ils ont tant besoin pour vivre, survivre. Il ne le fait pas exprès car inconsciemment lui aussi est encadré dans certaines habitudes. Il bouge certes, mais toujours dans le même sens, sur un parcours pré-définis qu'il ne peut changer. Le roi aurait-il des limites ? La moquerie n'est plus qu'un mélange de paradoxe et de point de vue. Manque de sérieux ou vanité, seul les fous croyant entendre les divins pourraient nous dire ce que pense vraiment le soleil.

La matinée commençait à peine et ne disait rien sur la journée à venir. Routine habituelle, les habitants allaient et venaient enfermés dans leur quotidien qu'ils aimaient. Un réconfort de croire que l'on contrôle ce qui se passe et de savoir où aller, car la plus grande peur de l'homme n'est-elle pas l'inconnu tout simplement ? Une pièce en plein jour n'aura pas le même effet quand pleine obscurité sur un individu. C'est une loi inébranlable qui constitue chaque être sur cette terre. Le plus courageux d'entre eux dira qu'il ne voit aucune différence mais cela sera juste de la témérité. Il cachera au plus profond de lui toute l'appréhension qui culmine au plus au sommet de ses émotions durant cette épreuve.

Il aura bien des noms, certains parleront d'élu ou tout simplement de héros.

Mais cette époque est révolue. Plus personne ne base toute sa confiance dans un individu ayant accomplit une action par le passé. Car chaque homme est différent et apporte sa pièce à l'édifice. Konoha, le village, ne tiendrait pas debout si tout le monde se reposait uniquement sur une personne. Chacun y met du sien, que cela soit les jeunes élèves qui reçoivent la volonté du feu Konoharien jusqu'au simple marchand airant qui fait fonctionner l'économie et prospérer le village caché de la feuille.

Alors aujourd'hui ce n'est plus l'élu qui se promène dans les ruelles du village. Ce n'est plus l'enfant prodige quoi que cette histoire reste toujours dans un coin de sa tête. C'est un garçon, ou plutôt un jeune homme, qui avance sur le sentier de la vie avec assurance et détermination. Son orgueil est tout de même supérieur à la moyenne et ses rêves sont emplit de gloire pour les siens. Mai il s'est rendu compte d'une chose, il n'est pas, il n'est plus le héros dont on n'a tant voulu. Ce fardeau il préférait le laisser à d'autres qui auraient surement plus de chose à perdre que lui.

Une main coulissa avec souplesse à travers ses cheveux alors qu'il approchait inconsciemment des quartiers populaire du village. Une odeur différente vint flotter dans les airs, un mélange de peinture fraiche et de bois tout juste coupé. Un regard rapide sur sa droite lui montra un chantier de petite taille. Sur le bas côté il pouvait apercevoir la pancarte du futur magasin qui ouvrirait surement ses portes prochainement.

Il y arriva enfin.

Devant lui se dressait une grande bâtisse. Elle contenait de nombreux appartements dont la plupart étaient en très mauvaise état. Les marches du hall d'entré n'étaient plus stables et de nombreuses planches de bois craquèrent sous son passage. Il posa doucement une main contre les murs froids. La matière dans lequel cette immeuble était faite lui était inconnue mais tant de souvenir habitait ce bâtiment. C'était là où tout avait commencé, sa carrière de shinobi, ses premières rencontres et ses premières erreurs...

Son appartement.

[???] - Hey ! Il ne faut pas rester ici !

Kenji tourna la tête et vit un chef de chantier le regard sévère lui conseiller de revenir vers lui. Le poids des années de labeurs s'accumulaient sur ses épaules tandis que son visage exprimait sa lassitude d'un travail trop présent dans sa courte vie.

[Kenji] – Que se passe-t-il ?

[???] - Le bâtiment va être rasé, il n'est plus sûr pour personne.

Dans un long souffle d'exaspération le chef partit dans une direction qui lui était propre. Kenji rebroussa alors lui aussi chemin un petit air nostalgique flottant dans ses yeux. Son ventre grognant le ramena à la réalité et lorsqu'il leva la tête il crut tout d'abord à un vil tour de son esprit. Mais le restaurant qu'il avait devant lui était encore bien présent dans son passé.

« Flamme de l’Est »

Le restaurant où il avait passé le plus clair de son temps durant sa jeunesse. On n'y servait de bon repas malgré une qualité bien inférieur à un diner en centre-ville. Mais ici c'était le quartier populaire et il ne fallait pas trop en demander.

Sa main caressa doucement la poignée en bois d'une porte qu'il n'avait que trop souvent ouverte. Encore un fois le geste presque habituel revint, il poussa. Tel un amas de souvenir pénétrant son esprit dans un flot de pensée continu la clochette annonça son entrée. Le silence suivit, non pas que le propriétaire accoudé à son comptoir entrain d'essuyer des verres le reconnaissait, non pas que quelques clients plus vieux que le restaurant lui même se rappelait de lui, la seul chose qui amena le silence durant une longue seconde fut cet insigne sur sa manche. Un simple éventail fait de blanc et de rouge. Il savait qu'il n'aurait pas du se trouver ici...

Il n'était plus Kenji Geneki mais Kenji Uchiha quand il entrait dans ce lieu.

Les discussions reprirent de plus belle sans que personne ne s'aperçoivent vraiment que le silence fut complet durant cette longue seconde. Kenji vogua quelques instants jusqu'au comptoir avant finalement de s'assoir sur un tabouret face au patron.

[???] - Tu veux ?

Tutoiement...

Cela faisait longtemps que personne ne l'avait tutoyé. Dans le clan la plupart des adultes vouvoyaient Kenji lorsqu'ils ne le connaissaient pas. Seul ses proches se permettaient cela, il vit alors le faussé. Le faussé qui le séparait de son ancienne vie où les coutumes habituelles s'étaient perdue.

[Kenji] – Un thé.

Il était encore trop tôt le matin pour se permettre de boire de l'alcool. Sa main effleura doucement sa chevelure sombre alors que le patron du restaurant lui servait ce qu'il souhaitait boire. Une légère odeur de plante vint lui caresser les narines dans une atmosphère rural entourée de mobilier de bois très ancien.

C'était si étrange...

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Mar 21 Juil - 4:38

Derrière le reflet.


[Youso/Karen] La même chose mon petit.

Le serveur posa le verre sur la table à laquelle Karen était assise depuis hier soir. Elle prit délicatement la paille inclue dans le prix et sirota la boisson bien froide. La jeune femme eu une impression de chaleur au niveau de la gorge causée par l'alcool. Une grimace se dessina sur son visage, mais elle continua à boire jusqu'à ce que le verre soit vide. Karen reprit son souffle.

[Youso/Karen] La même chose mon petit.

Abe, le serveur, la dévisagea tendis que Karen lui jetait un regard impatient. Ce n'était pas tous les jours qu'Abe voyait ce genre de client. Il faut avouer que la clientèle n'était pas d'un jeune âge et que les vieux ne prenaient que du saké ou de la bière. Contrairement à ce jeune homme qui prenait ce qu'il y avait de plus fort sur le menu. Cela faisait environ trente ans qu'il travaillait dans la restauration et malgré les batailles entre vieux soûlons, les prostituer et les fêtards, jamais il n'avait vu un client comme celui-ci. Il n'avait pas bougé depuis environ 12h. Il ne s'était même pas lever pour aller aux toilettes ou pour mettre une pièce dans le bon vieux juke-box. Là où la plupart des amoureux avaient passé des heures à s'embrasser. Mais jamais ces derniers avaient passé autant de temps que Youso passait à embrasser son verre. Il parcouru les quelques mètres qui le séparait du bar en se disant que cette boisson serait la dernière pour ce jeune homme. Il fallut un seul regard pour permettre à celui qui préparait les commandes pour lui faire comprendre que le jeune homme en voulait un autre.

[Abe] Voilà, comme vous me l'avez demandé.

Karen le salua poliment et déposa ses pieds sur la petite table. Hypnotisé par les glaçons, elle n'osa pas toucher son verre immédiatement. Elle se posait plein de questions, comme si elle n'avait pas été trop dure avec Youso et comment s'était-elle retrouver dans un bar aussi minable. Tout n'était plus très claire dans sa tête. Cela devait être dû à la quantité d'alcool qu'elle avait avalée. En fait, elle cherchait un bar avec de l'ambiance pour danser un peu et faire de nouvelles rencontres. Même si ce n'est pas toujours facile avec le corps de Youso dans la jambes. Mais elle était tombée sur ce bar qui lui semblait très sympathique.

Flash Back


Elle regarda autour d'elle. Il n'y avait que des vieux dans ce trou ! Elle allait ressortir, mais le serveur l'arrêta.

[Abe] Bonjour monsieur. Vous voulez ?

Elle réfléchit quelques instants et regarda une seconde fois chaque visage présent dans la salle. Karen allait mettre un peu d'ambiance dans ce bar de vieux fous. La jeune femme alla s'asseoir sur un banc, devant le bar, puis balança ses pieds d'excitation. Elle prit le petit menu et après avoir regardé toutes les pages, elle annonça au barman.

[Youso/Karen] Je vais prendre ce que vous avez de plus fort.

Abe la regarda, dans le doute, puis lui dit.

[Abe] Vous avez quel âge ? Montrez-moi votre carte d'identité s'il vous plaît

Karen hésita quelques secondes, puis finalement, elle enfonça sa main dans sa poche et en sortie une petite carte. Elle sourit au serveur et la lui tendis.

[Abe] Bien, Monsieur Banana Kûdo. Je vous apporte ce que nous avons de plus fort.

Le vieux baissa ses lunettes, une sorte de tic lorsqu'il inspectait les personnes. Il doutait fort que ce jeune homme soit suffisamment vieux pour prendre ce qu'il avait demandé, mais que pouvait-il dire s'il avait des preuves ?

Tant qu'à Karen, elle se reteint pour ne pas rire. Elle avait non seulement trouver un nom rigolo, mais le vieux serveur avait tout cru ! Décidément, il n'y avait que des nases ici. Elle n'en avait peut-être pas l'air, mais elle n'était pas bête et savait très bien que Youso était trop jeune pour boire. Elle s'était donc fait faire, par un autre petit vieux ambulant, une fausse carte d'identité. Ça lui avait coûté les yeux de la tête, mais cela en valait la peine. De toute façon ce n'était pas son argent, mais celle de Youso, donc pourquoi s'en faire ?

Puis, elle prit son verre et alla s'asseoir à une table, près d'une fenêtre. Elle resta ainsi pendant des heures tout en demandant d'autres boissons au serveur. Hypnotisé par les glaçons, elle perdit notion du temps.

End


C'est comme cela qu'elle était entrée dans ce bar pour jamais en ressortir. C'est alors que la clochette d'entrer sonna. Karen vit entrer un Uchiha. Après quelques secondes, elle le reconnue. C'était Kenji. Le pire ennemi de Youso. Elle le regarda intensément. L'ancien membre de l'équipe quatre s'assit près du bar puis échangea quelques mots avec le serveur. Lorsqu'Abe passa près de Karen, elle lui fit signe.

[Abe] Mais vous n'avez encore rien bu ! Vous en voulez déjà un autre !?

Karen rigola puis lui dit.

[Youso/Karen] Bien sûr que non, pauvre idiot ! Je voulais seulement vous demander d'emmener un verre à lui là-bas. (Elle pointa Kenji) Il s'appel Kenjou.

[Abe] Et il a l'âge pour boire ?

La jeune femme réfléchit et pour rigoler un peu :

[Youso/Karen] Non, apporter lui un cola, c'est moi qui paye.

Abe alla au bar pour préparer la boisson. Il déposa le cola devant Kenji et lui dit.

[Abe] C'est vous Kenjou ? C'est de la part de Monsieur Banana Kûdo. Il est assit là-bas.

Karen, dans l'ombre, leva son verre lorsque Kenji la regarda. Elle allait peut-être s'amuser finalement...

[Youso/Karen] À la tienne !

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Mer 22 Juil - 0:56

Le liquide chaud tourne sur lui même, tel un tourbillon de souvenir perdu. Il passe, trépasse et repasse. Un cercle vertueux diront certains car il permet de revoir nos années passées. Une source de connaissance sans faille et sans limite que seul l'homme peut arrêter. Mais c'est aussi le mal, l'incertitude d'un jour sans fin. Les émotions s'enlacent dans un subtile mélange de tristesse et de nostalgie. Alors il ne reste plus qu'à pleurer dans une solitude certaine. Les larmes coulent le long de petite joue fine et viennent se perdre dans le néant de cette tasse en ébullition.

Mais Kenji n'était pas ce genre d'homme. Fier combattant, le passé avait une légère odeur de nostalgie en ces lieux. Il ne pleurait pas, il ne pleurerait jamais. Faible émotions que les hommes ne devaient pas posséder. Une marque d'affaiblissement de l'esprit.

L'homme doit mourir avec le sourire.

Ses lèvres se posèrent avec délicatesse sur le bord de la tasse. Le doux liquide chaud vint lui réchauffer le corps peu à peu, gorgée après gorgée. Il le sentait entrer dans son organisme, le parcourir dans un bain tiède de produit humain. Il reposa la tasse doucement et plia puis déplia plusieurs fois ses doigts comme s'il les découvrait pour la première fois.

Le patron du restaurant qui se trouvait devant Kenji stoppa son activité. Alors qu'il essuyait des dizaines de verres avec hardiesse il préféra observer avec intensité le jeune garçon au cheveux noir. Il savait qu'il faisait partit du clan Uchiha et qu'il était donc un ninja. Pour le patron tout cela était un monde à part. Bien sûr il connaissait les tenants et aboutissant de son village tout de même, mais quand il était petit il avait plus aspiré à une vie paisible. Il avait obtenue ce qu'il souhaitait et possédait maintenant son petit restaurant qui lui permettait de nourrir sa famille sans se faire trop de soucis pour le lendemain.

[???] - Ça n'a pas l'air d'aller jeune homme. Vous désirez un autre verre ?

Les yeux sombres du jeune Uchiha traversèrent une petite frange de cheveux pour se plonger dans ceux du vieil homme. Son regard était emplit de générosité et de douceur. Les traits de son visage légèrement rond coïncidaient parfaitement avec le caractère qui émanait de son attitude. Un homme respirant la vie et le gaité.

[Kenji] – Ça ira.

*Ça ira...*

Kenji essayait de s'en persuader. Revenir dans un quartier qu'il temps souhaitait quitter lui resserrait les entrailles un peu plus à chaque seconde. Une sensation de malaise. Comme s'il n'était pas à sa place, qu'il avait trahis ceux qui habitaient ici. Il baissa les yeux sur sa tasse vide où quelques morceaux de feuilles voguaient dans un semblait de fond.

Pourquoi était-il venu ici ? …

Quelle idée stupide que sa conscience avait eu. Il devrait plutôt être dans son quartier, avec sa famille entrain de s'entrainer durement. Au lieu de tout cela il flânait avec les souvenirs d'un passé inexistant dont il avait oublié volontairement la plupart des événements.

Un raclement de gorge lui fit lever de nouveau les yeux. Un serveur assez jeune lui tendait un verre. Voyant que Kenji ne le prenait pas il le déposa devant l'Uchiha et lui sourit. Ce que Kenji ne fit pas.

[???] - C'est vous Kenjou ? C'est de la part de Monsieur Banana Kûdo. Il est assit là-bas.

*Kenjou ?*

Il y a longtemps il aurait explosé le crâne du serveur sur le comptoir pour avoir osé erronée son nom. Mais aujourd'hui il était plutôt d'humeur lasse et il avait changé. Moins agressif mais toujours assez sûr de lui. Il se passa une main à travers les cheveux et répondit sur un ton neutre au serveur.

[Kenji] – Vraiment ?

Un signe de tête lui fit comprendre que oui. Il tourna alors le regard dans la salle et sentit ses entrailles se nouer. Cette journée nostalgique n'aurait pu être complète sans l'arrivée de cet être, ce ninja qu'il avait tant détesté. D'ailleurs c'était un sentiment mutuel que partageaient les deux shinobi. Il était là, assis un peu plus loin à une table sirotant quelque chose qui semblait d'un autre âge.

*Youso...*

Il se leva et partit à sa rencontre. Il n'y avait plus ce silence comme lorsqu'il était entré dans le restaurant, maintenant il faisait partit du paysage. Un simple client qui dépensait pour consommer. La dur loi de l'offre et de la demande, une fois servit on n'est plus rien.

Il arriva en face de son meilleur ennemi. Il avait bien grandit depuis, sa musculature s'était développé en tant que professionnel en taijutsu. Il semblait bien plus joyeux qu'avant et les traits de son visages étaient moins tirés.

[Kenji] – Youso.

Sa voix était neutre, il prit position devant son ancien coéquipier. Un léger silence amical s'installa entre eux durant quelques secondes alors qu'ils s'habituaient chacun à la présence de l'autre. Kenji se passa avec souplesse une main dans les cheveux et prit la parole toujours sur un ton assez neutre.

[Kenji] – Cela faisait longtemps... Nous ne sommes plus coéquipier maintenant...

*Peut être l'avons-nous jamais été...*

Il est vrai que leurs rapports avaient toujours étaient tendu et ça des le premiers jours. C'était comme ça, deux caractères forts qui ne voulait jamais laisser tomber ce qu'ils entreprenaient. Ils avaient beau se détester, une certaine confiance était née entre eux. Ils savaient que durant un combat ils pouvaient compter l'un sur l'autre dans un soutient sans faille. Des ennemies qui s'apprécient et se respectent.

Mais la vie continue...

[Kenji] – Tu as eu une nouvelle équipe ?

Non pas que cela l'intéressait mais quelque chose au plus profond de lui parlait. Elle voulait qu'il ne fasse pas de bêtise et se comporte en adulte. Il prenait alors des nouvelles de Youso comme tout bon habitant du pays du feu le connaissant auraient fait. La situation était tout de même bien étrange, car on sentait une légère tension dans l'air comme si une petite étincelle pouvait tout faire exploser au moindre moment.

C'était ça l'amitié entre Youso et Kenji, faite de feu et glace. Elle reposait sur des fondations qui leur étaient propres.

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Ven 24 Juil - 22:46

Derrière le reflet.


L'Uchiha se leva pour venir la rejoindre, le regard vide. On ne pouvait percevoir aucune émotion et aucune surprise sur ses traits. Karen n'avait pas plus de plaisir à le voir... Bon, peut-être un peu. Or, il avait changé. Un peu plus costaud et moins rabat-joie. Assez mignon, mais sans plus. Un Mec normal quoi, sauf bien sûr qu'il portait le nom d'Uchiha. Même si ce nom était signe de faiblesse pour Karen.

C'est vrai, ils étaient tous très fort et ce, grâce à qui ? À maman et à papa ! Les parents transmettaient leurs dons à leurs enfants, ce qui en faisait des êtres exceptionnels. C'est pour cela qu'elle trouvait que naître d'une grande famille comme les Uchiha étaient signe de faiblesse. Ils possédaient un pouvoir grâce à leurs parents.

Enfin, Karen connaissait à peine les Uchiha. D'ailleurs Kenji était le seul qu'elle connaissait. Lui ne la connaissait pas, mais bientôt si.

[Kenji] - Cela faisait longtemps... Nous ne sommes plus coéquipier maintenant...

Elle se souvenait maintenant que ce n'était pas toujours harmonieux dans l'ancienne équipe quatre. Youso s'accrochait aux cheveux de Kenji, Kenji griffait Youso...

* Quelle bande de merdeux !*

Pendant des mois, l'équipe n'avait cessé de se mettre des bâtons dans les roues. Ils auraient pût s'utiliser mutuellement pour gagner en puissance et arrêter de penser qu'à son petit nombril. C'était à cause de Kenji si Youso était si faible. C'était à cause de Nara si Youso était si faible. Et dieu seul sait c'est à cause de qui qu'elle est enfermée dans le corps de ce pauvre type.

Elle déposa son verre furieusement, mais reprit son calme quelques secondes plus tard. La fatigue commençait à prendre le dessus.

[Karen/Youso] C'est mieux ainsi...

Elle détourna le regard vers la fenêtre. Le soleil éclatait aujourd'hui. Cela était différent des quelques jours de plus que le ciel leur avait donné. La jeune femme se demanda rapidement quelle heure il pouvait bien être. Elle était entrée ici la nuit et dès qu'elle regarda dehors, le soleil lui piqua les yeux. Sa tête tourna et elle fût prise de nausée, mais elle se ressaisit.

*C'EST DU POISON !*

Elle poussa son verre vers le bout de la table et le fit tomber par terre. Les glaçons s'éparpillèrent un peu partout sur le plancher, mais elle continua à regarder par la vitre. Cette boisson l'avait rendu malade. Le serveur l'avait empoissonné !

*Je le savais bien que sous ses airs d'ange se cachait un psychopathe !*

Abe s'avança et se pencha pour nettoyer les dégâts.

[Karen/Youso] Haha, mais regarder le ! Haha... Hum...

Elle ferma les yeux, mit ses mains derrière sa tête et sourit. Elle reprit la parole.

[Karen/Youso] Oui je suis bien dans une nouvelle équipe si c'est ce que tu veux savoir. Deux grands bizarres à peu près hauts comme ça ! Il y a aussi une femme, mais elle je ne sais pas comment elle s'appelle.

Karen mit un doigt sur sa bouche pour tenter de se souvenir du nom de son Sensei.

[Karen/Youso] Ça doit être Aba, Ania ou Ata. Ça commence par ''a'' ! Aeva, Alla... Mince, je l'ai sur le bout de la langue... Adan... Il faut toujours que j'oubli le nom de ceux dont j'ai arraché les vêtements ! C'est fou, ça n'arrive qu'à moi ce genre de choses.

Elle regarda sérieusement Kenji dans les yeux. Il ne bougeait toujours pas.

[Youso/Karen] Aie, Ho ! Monsieur. La même chose... Mon petit... Hey ! La même chose veux-tu ?

Karen salua le serveur et lui tendit son verre. Elle le remercia rapidement puis se tourna vers Kenji.

[Youso/Karen] Et toi t'as grandit ! C'est fou. T'as dû manger beaucoup de légumes verts. Paraît que ça fait grandir ce genre de chose. Je l'ai lu quelque part. Sinon toi tu vas bien ?

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Sam 25 Juil - 1:57

Une petite odeur d'alcool berçait les sens des individus se trouvant dans le restaurant. L'heure du déjeuner approchait et les apéritif étaient maintenant de sortie. Chacun y allaient avec retenue au début puis se laissaient aller dans les déboire de ce poison industriel qui n'avait pour but que de perdre l'homme dans les méandres de son esprit qui était déjà aussi clair qu'un labyrinthe.

Le jeune homme qu'il avait en face de lui ne ressemblait plus du tout à celui qu'il avait connu. Le caractère lunatique du Youso Shi qu'il connaissait avait disparu. Il avait maintenant devant lui une tout autre personne. Mais que c'était-il passé ? Elle semblait bien plus extravertie que le jeune garçon l'avait été autre fois. Pourtant cela ne faisait que trois ans qu'ils ne s'étaient pas vu. Une chose si bouleversante avait du traumatisé le pauvre enfant, c'était la seule solution, il n'y avait pas d'autre échappatoire.

[Youso] – C'est mieux ainsi...

Trois mots... Trois petits mots qui voulaient dire tant de chose. Youso avait parfaitement bien résumé la situation. Il n'y avait jamais eu une entente cordiale dans l'équipe quatre, les rivalités les avaient tué peu à peu. Nara était une Hyûuga un peu trop sûr d'elle, Youso un jeune garçon paumé tout comme Kenji. Seul Yosuke avait réussis à faire quelque chose d'eux malgré toutes les difficultés.

Mais il était partit et cela bien trop tôt.

Soudainement dans un éclaire de folie il poussa son verre sur le sol où il vint se briser. Kenji regarda la scène étrangement, son ancien ami était devenu fou. Il poussa alors des cris incompréhensible et sans logique.

[Kenji] – Qu'est-ce...

Il ne pu terminer sa phrase tellement Youso était excité. Tout semblait se perdre dans son esprit, il menaçait son verre, il menaçait le serveur et paradoxalement il lui redemandait la même chose. Des choses étranges se produisaient en ces lieux. Kenji ne reconnaissait plus rien et se demandait ce qu'il faisait ici. Plus jeune il aurait profité de l'occasion pour se battre contre Youso et lui montrer qui était le plus fort, mais maintenant il avait changé et il n'était plus intéressé par ces « gaminerie ».

Sa main flirta doucement dans sa chevelure et il voulut prendre la parole mais encore dans un cri de fou Youso le coupa. Quelqu'un avait-il exercé un genjutsu sur sa personne ? Tout était si bizarre et de plus en plus d'individu tourna leur regard interrogateur en direction de leur table. Il voyait un fou furieux et un Uchiha, chose encore plus rare. On prédisposait en général les Uchiha avec des aptitudes supérieur, les gens ne comprenaient pas pourquoi Kenji restait avec le fou.

[Youso] – Aie, Ho ! Monsieur. La même chose... Mon petit... Hey ! La même chose veux-tu ?

Kenji murmura quelques mots à peine audible. Il espérait inconsciemment que son jeune ami les ait entendu mais tout cela ne fut qu'une vaine entreprise.

[Kenji] – Tu es sûr...

Youso remercia le serveur et reprit en direction du jeune Uchiha. Son visage semblait déjà avoir oublié ce qui c'était passé. Un bien étrange garçon se dressait face à Kenji et une chose était sûr, ce n'était pas Youso.

Un vil imposteur hantait ce corps.

[Youso] – Et toi t'as grandit ! C'est fou. T'as dû manger beaucoup de légumes verts. Paraît que ça fait grandir ce genre de chose. Je l'ai lu quelque part. Sinon toi tu vas bien ?

[Kenji] – Je vais bien...

Kenji se passa doucement une main dans les cheveux et bu avec délicatesse sa douce boisson pétillante.

[Kenji] – C'est ça, beaucoup de légume vert...

Il inspira profondément. Il devait y aller avec délicatesse, même si ce Youso avait beaucoup changé, il fallait s'y prendre doucement. Il plongea dans ses yeux noirs dans ceux de son vis à vis et eu l'impression de ne pas les reconnaître. Il n'y avait plus cette familiarité du fait qu'il se connaissait depuis toujours. Il manquait quelque chose pour que leur rencontre soit de véritable retrouvailles.

[Kenji] – Je ne suis pas le seul à avoir changé.

Il reposa doucement son verre sur la table de bois et mesura ses propos avec soin.

[Kenji] – Je ne te reconnais que très peu Youso, tu sembles si loin de l'image que tu m'avais laissé. Il t'est arrivé quelque chose ?

Alors que le serveur arrivait pour servir le jeune garçon un petit silence s'installa entre les deux protagonistes. Kenji tourna la tête au dehors et ne vit que de nombreux commerçants habillant leu échoppe de la plus belle manière pour réussir à faire venir les clients. C'était une belle entreprise et une bataille sans sang que se livraient chaque individus. Même si les intentions n'étaient pas toujours louable.

Kenji se retourna vers Youso. Non ce n'était pas Youso, mais alors qu'il est-ce ?

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Sam 25 Juil - 22:23

Derrière le reflet.


Lorsque Kenji lui annonça qu'il allait bien, elle sourit puis tira sur le pot de bretzelle pour les engloutir. C'était gratuit ! Elle se licha les doigts un par un puis s'essuya sur son T-shirt. Ça lui faisait du bien de voir une moue familière. Le même petit Kenji boudeur et grognon comme elle l'avait connu. Peut-être n'avait-il pas changer finalement. Peut-être était-il le même sadique comme elle l'adorait. Karen n'allait pas le pousser à bout, c'était un Uchiha, tout de même. Même si ces-derniers étaient un peu névrosés... Personne ne pouvait savoir pourquoi ça faisait autant de flammèches lorsque Youso et Kenji étaient dans le coin. Ils ne pouvaient tout simplement pas se sentir tous les deux. Mais aujourd'hui ils avaient vieilli. Peut-être qu'ils seraient capables de s'entendre et à la limite de se voir. Mais comme d'habitude, Karen devait faire les premiers pas. Elle tentait d'être gentille avec lui, elle voulait voir de l'émotion sur son visage. Mais il ne voulait rien laisser paraître. Elle savait très bien que Kenji n'était pas un sans coeur comme Youso le pensait. Il était simplement renfermer sur lui-même. Comme Youso.

Au fond, ils se ressemblaient. Ils s'agaçaient pour rien, ils semblaient se foutre de tout, ils étaient seuls... Mais bon, trois ans s'étaient écoulés. Kenji avait peut-être changé. Peut-être s'était-il fait une copine ou retrouver ses parents. l'Uchiha n'avait jamais parlé de lui à l'équipe quatre. Karen ne savait donc pas quelle sorte de passer il avait eu. Si seulement il savait tous les moments qu'ils avaient passés ensemble. Si seulement il savait à quel point elle était présente. Elle les suivait comme la poisse et voilà qu'ils faisaient un face-à-face dans un bar, alors que Karen était complètement soule. Et c'était aujourd'hui qu'il semblait comprendre que Youso n'était pas présent. L'alcool lui faisait baisser sa garde et Karen croyait qu'elle était dans son propre corps.

Cela faisait seize ans qu'elle était coincée. Qu'elle ne pouvait pas sortir du reflet. Quelques mois plus tard elle trouva le moyen de pouvoir prendre pendant un court instant le contrôle de Youso. Elle était certaine à ce moment qu'elle pourrait enfin sortir et retourne à sa vie d'avant, mais se rend compte aujourd'hui qu'elle n'avait pas de vie avant. Elle ne se souvenait pas de ses parents. Elle était persuadée d'en avoir. Mais aujourd'hui...

[Kenji] - C'est ça, beaucoup de légume vert...

[Karen/Youso] J'en étais sûr.

Kenji ne cessait de la fixer. Elle se sentit obliger, au bout d'un moment, de regarder ailleurs. Son regard noir l'intimidait, il exerçait sur elle une sorte de pression. Lorsqu'il la regardait, elle le sentait. Et c'était lourd. Kenji semblait se douter de quelque chose. Elle n'en demandait pas moins de la part d'un Uchiha. Les Uchiha, ça regarde dans les pensées et ça lit dans l'âme. Elle avait toujours vu les choses comme cela.

C'est avec dégoût qu'elle se rendit compte que la boisson qu'elle buvait depuis des heures avaient mauvais goût. Elle cessa de la boire et la poussa plus loin. Elle regarda autour d'elle à la recherche d'une horloge. Lorsqu'elle la trouva, elle pût lire 11h45. Il était tôt, pourtant, elle avait faim. Les gens autour d'elle commençait à manger et l'odeur des mets chauds lui mire l'eau à la bouche. Karen regarda intensément un vieux qui mangeait, les yeux ronds. Et puis finalement, elle détacha son regard vers Kenji.

[Kenji] - Je ne te reconnais que très peu Youso, tu sembles si loin de l'image que tu m'avais laissé. Il t'est arrivé quelque chose ?

Elle remit ses mains derrière sa tête et tenta d'être le plus confortable possible. La jeune femme ferma les yeux pour se détendre et cesser les nausées. Elle était fatiguée, mais ne voulait pas se l'avouer. Elle voulait rester et boire encore plein plein plein de boisson étrange ! Mais ça sentait le vieux ici et elle commençait à se faire remarquer.

[Youso/Karen] Un verre d'eau je vous prie !

Elle salua le serveur encore une fois. Elle voulait faire dissiper l'effet de l'alcool. Karen reprit une posture qui ressemblait à celle de Youso et tenta de faire la même moue agacer.

[Youso/Karen] Sinon, qu'est-ce que t'es devenu, parle-moi de toi quoi !

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Dim 2 Aoû - 2:59

L'amitié. Un mot si simple qui amène tant de notions complexes. On ne peut savoir comment elle va se présenter. Chacun a sa manière de l'extérioriser, de la montrer. Cela peut passer par la violence ou tout simplement la joie. Mais elle ressortira toujours... Toujours car elle ne peut être contenue. Malgré tous les efforts que fera l'individu souhaitant cacher ses sentiments un sage pourra reconnaître une forme d'amitié. Il donnera alors quelque chose, concret ou émotionnel, à un autre individu. C'est un instant unique et si spécial qu'on ne s'y attend pas forcément. On cache ses sentiments mais ils finissent toujours, à un instant ou un autre par nous trahir. Des loups dans une bergerie attaquent sans répits les pauvres moutons faibles et solidaires.

Malgré la saine rivalité qui était née entre Youso et Kenji, au plus profond d'eux mêmes ils s'appréciaient. C'était dur à expliquer mais une suite logique d'évènement venait faire preuve de ces dires. Ils avaient formés, à eux deux, les prémices de l'équipe quatre et se connaissaient depuis tout petit. Une équipe peu soudée mais qui comprit au fur et à mesure que le travail d'équipe payait bien plus que l'égoïsme. Chacun, tout en maudissant l'autre, s'écoutait et se respectait.

Kenji avait porté Youso à travers la forêt interne de Konoha après qu'ils aient été empoisonné. Pourquoi l'avait-il fait ? Il détestait son coéquipier et souhaitait au plus profond de lui le combattre pour tester sa force. Au lieu de le laisser gentiment mourir dans les bras monstrueux de mère nature il l'avait ramené avec difficulté vers son sensei pour qu'il... Vive.

D'un autre côté, Youso, durant l'examen Chuunin, avait attendu Kenji lorsqu'il avait eu un léger contre temps. L'Uchiha maudissait toujours cette larve sans nom qui lui était tombé dessus. Mais il avait été surpris que l'équipe quatre, que Youso reste à ses côtés.

C'était ça la solidarité dans cette faction. Bien étrange...

Le jeune coéquipier semblait soudainement s'être assagit. Il posa le verre remplit d'un liquide peu appréciable et se mit en quête d'un peu de nourriture. C'était une bonne chose, en général cela dissipait quelque peu les effets de l'alcool. Mais, Kenji, ne se souvenait vraiment pas de Youso dans un état comme celui-ci. Ce n'était pas lui, ce n'était pas son partenaire de mission.

[Youso] - Sinon, qu'est-ce que t'es devenu, parle-moi de toi quoi !

Une main passa doucement dans la chevelure sombre du jeune Uchiha. Il n'aimait pas parler de lui et il parlait peu. Sa vie ne regardait personne, non pas qu'elle était inintéressante mais juste qu'il préférait attirer l'attention sur des faits. Il aimait que les choses se sachent implicitement au lieu de se vanter. C'était l'ancien Kenji qui se vantait, des erreurs d'un gamin un peu trop arrogant. Maintenant il fallait laisser l'orgueil s'exprimer avec une certaine maîtrise.

Mais aujourd'hui dans son esprit tout était devenu clair. Il savait à qui il avait affaire et n'en comprenait pas forcément tout les tenants et aboutissants. Il ne savait pas s'il ressentait de la déception ou une interrogation certaine.

Il ferait comme avec Taki c'était décidé.

[Kenji] – Je ne parles pas de cela avec des inconnus.

Ses yeux virèrent dans un rouge profond. La puissance tranquille de tout un clan raisonnait à l'intérieur de cette couleur pour finir par s'étaler autour de trois petits traits dessinés grossièrement mais qui avaient tant d'importances.

[Kenji] – Où est-il ?

Il avait soufflé cette phrase dans un murmure. Une légère tension était monté entre eux. Mais personne dans le restaurant ne semblait l'avoir remarqué. En silence, Kenji rester de marbre, son regard couleur rubis plongé dans celui de son opposant et imposteur. Il laissait cette pression les envahir tout en la maîtrisant, il était sûr de lui et de ce qu'il pensait. Cette personne n'était pas Youso.

Sans attendre de réponse il fit ce qu'il avait fait avec Taki et pénétra l'esprit de celui qui se trouvait en face de lui. Il ne pouvait plus bouger et se perdait avec lui à travers le néant de l'esprit de son coéquipier. Perdu dans le labyrinthe des pensées du jeune Shi il fallait faire vite. Mais durant de longues minutes il dut parcourir des couloirs cachant d'immenses portes colorés. Ouvrant avec prudence chacune des portes il ne prenait pas garde à l'ombre grandissante qui le suivait. Tout ce qu'il cherchait c'était son... Ami ?

[Kenji] – Youso...

Un petit cri qui se perdit dans sa gorge alors qu'il s'asseyait en tailleur au centre d'un carrefour de corridor. Sa main flirta avec sa chevelure sombre alors qu'il fermait les yeux. Il ne faisait plus cas de rien tout en se concentrant. Chaque seconde passait comme une éternité mais elles n'étaient pas futile, car à chaque fois il se rapprochait un peu plus de Youso.

Il ouvrit soudainement les yeux et se mit à partir en courant dans un couloir si semblable aux autres. Il s'arrêta devant une ultime porte et la poussa en douceur. Un léger grincement se perdit sans résonance dans les travers du labyrinthe avant qu'il ne fasse un pas et pénètre dans une pièce qui n'était pas très sombre mais tout juste éclairée.

Devant lui se dressait, de dos, Youso Shi, membre officiel de l'ancienne équipe quatre de Konoha et partenaire de l'Uchiha. Il ressemblait trait pour trait à celui qui se trouvait dans le restaurant mais là il en était sûr c'était le bon.

[Kenji] – Youso ? …

Aussi puissant qu'un murmure. Il s'avança de quelques pas et s'arrêta ne souhaitant pas trop s'approcher du jeune garçon sans avoir plus d'information.

[Kenji] – Que se passe-t-il ?

L'esprit était un vaste chantier où il était facile de se perdre. Mais pas Youso, il avait beau être lunatique, rebelle et grincheux, il possédait tout de même une force de caractère qui jalouserait des ninjas gradés. Alors que s'était-il passé ? Kenji voulait des réponses et inconsciemment souhaitait savoir si Youso allait bien. Il n'osait pas se l'avouer et n'y pensait pourtant pas, mais au plus profond de lui, son cœur, lui murmurait des paroles qui l'obligeait à avancer et qui l'avait obligé à pousser chacune de ces portes pour venir à sa rencontre.

Kenji était maintenant prés de lui pour l'aider.

[Je n'ai pas trop décrit ton esprit pour te laisser le faire. L'ombre qui suit Kenji est Karen. Je savais pas trop comment la représenter. Très peu de détail pour te laisser faire comme tu le sens =). Si tu veux que je change quelque chose dis le moi. Sinon on continue ^^]

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Lun 3 Aoû - 19:15

Une rencontre de choc ça l'aurait été. Il aurait été dommage que ce petit bar très ennuyeux selon moi soit à jamais détruit. Les Katon auraient volé dans le ciel ne laissant derrière lui qu'un gros et chaud bûcher. Les plaintes de Youso l'aurait attisé et étendu. Heureusement que Karen était intervenu. Que ce serait-il passer si Kenji aurait réellement rencontré son coéquipier ? Depuis le temps qu'ils veulent se défier. Peut-être auraient-ils trouvé un lieu où ils pourraient combattre tranquille, mais on ne sait jamais ce qu'il peut arriver dépendamment de la tournure des évènements. Et à l'habitude, les évènements ne tournent jamais bien lorsque Kenji et Youso sont là. Karen était là pour amortir. Youso pouvait voir tout ce qu'il se passait à l'extérieur. Ce n'était pas comme si elle le privait de sa vie. Malheureusement pour lui, elle aussi avait une vie et elle voulait la vivre.

Karen ne savait pas quoi lui dire. Kenji était tellement antisocial qu'elle souhaitait partir en courant et lui laisser la note. Ce qui l'aurait ruiné avec tous les verres qu'elle avait commandés. Bref, Karen s'était donc informée sur sa vie. Ce qui n'était pas une bonne idée apparemment, car Kenji sembla un peu agacé. Mais ce qui était le plus agaçant chez le jeune garçon, c'était ce tic incessant. L'Uchiha se passait sans cesse la main dans les cheveux. Karen ne savait pas dans quel but il faisait cela. Peut-être une manière héréditaire de se sentir supérieur ? Enfin, peu importe. Ce qui importait c'était de ne pas se faire remarquer. Elle aurait peut-être dû l'ignorer dès le début, peut-être qu'ils n'en seraient pas là maintenant.

Elle continuait à manger des bretzels tout en attendant la réponse de son ancien coéquipier. Puis, toutes ses craintes s'avérèrent être vrais. Kenji savait que ce n'était pas Youso. Il savait qu'il y avait quelqu'un d'autre qui prenait le contrôle de son corps.

[Kenji] - Je ne parle pas de cela avec des inconnus.

Tout son corps se raidit. Elle cessa immédiatement de se goinfrer et posa le pot sur la table. Elle avait des frissons, mais elle souriait. Elle souriait parce qu'elle ne savait quoi faire d'autre. Il le savait, Karen ne pouvait le nier. Kenji n'était pas aussi con qu'elle le pensait. C'était le seul jusqu'à ce jour à s'être rendu compte de sa véritable identité. Enfin, il y avait Ying qui se doutait de quelque chose, mais elle était folle donc ça ne prouvait rien. Mais Kenji était si brillant qu'un tel détail ne pouvait lui échapper. Elle aurait dû se douter que frôler un Uchiha n'était pas bon.

Ses yeux devinrent rouges. Le Sharingan apparemment. Que pouvait-elle faire contre une chose pareille ? Rien, bien sûr. Youso était beaucoup trop faible pour rivaliser avec un mec comme Kenji.

Puis, dans un murmure il ajouta :

[Kenji] - Où est-il ?

Et c'est avec un léger sourire qu'elle répondit :

[Youso/Karen] Loin...

---------


La conversation s'arrêta subitement. Sa vue se brouilla et il se retrouva rapidement dans pénombre. Où était-il encore tombé ? C'est alors qu'il aperçut une petite lueur et il constata que de l'autre côté de cette porte se trouvait une lumière. Il n'osait pas l'ouvrir, il avait peur. Peur de retourner dans la mélodie empoisonner de la vie. Peur de revoir ceux qu'il aimait. Peur de revoir ceux qu'il détestait. Peur de devoir continuer ainsi sans rien dire. Peur de sa propre existence. Peur d'Elle...

Il avait assisté, quelques secondes plus tôt, à une chose épouvantable. Une conversation atroce. Kenji et Karen, tous les deux dans un bar. Il n'avait su prendre le contrôle de soit même. Tout ce qu'il pouvait faire, c'était entendre, voir et sentir. Rien d'autre. C'était comme s'il regardait un film. Un film sans fin qui résumait sa propre vie et les bêtises qu'Elle osait faire. Il était prisonnier et il devait attendre qu'Elle décide de le laisser reprendre le contrôle.

Jamais il n'avait vu ce genre de pièce. Jamais il n'était entré dans celle-ci.

*Où suis-je ?*

C'est alors qu'une lumière intense l'aveugla. Lorsqu'il s'habitua à cette-dernière, il pût apercevoir sa source. Un écran géant se dressait devant lui. Youso revoyait son passer. Un moment qu'il avait oublié jusqu'à ce jour. Il regarda attentivement les images qui défilaient devant lui à très grande vitesse. Il distingua les traits de sa mère. Derrière elle se trouvait une balançoire. Ils étaient au parc. Le parc dans lequel Youso avait passé ses journées entières lorsqu'il était petit. Il pouvait voir sa main, pointant les balançoires complètement vide.

[Youso] Je peux aller jouer avec la petite fille là-bas ?

[Rose] Mais mon amour, il n'y a personne.

Plus le film avançait, plus l'image devenait claire. Plus on pouvait apercevoir une petite fille qui se balançait. Plus on pouvait distinguer les traits tristes de Karen.

[Kenji] - Youso ? ... Que se passe-t-il ?

Le film s'arrêta dès que l'Uchiha entra. La porte se referma derrière lui, mais la noirceur avait disparu. Youso sera les poings. Elle avait toujours été là. Depuis qu'il était tout petit. Karen le suivait partout, mais personne d'autre que lui ne pouvait la voir. Combien de fois avait-elle prit possession de son corps sans qu'il s'en aperçoive ?

Il comprit immédiatement qu'il se trouvait maintenant dans son propre esprit. Kenji et son Sharingan l'avait emmené ici.

[Youso] Que fais-tu ici, Kenji ?!

Il se tourna vers son ancien compagnon.

[Youso] Ça t'amuse, alors ? D'entrer dans l'esprit des gens ? De faire comme si tu y étais invité ? Dis-moi, ça t'amuse ?

Youso était beaucoup plus fâché par ce qu'il venait de voir dans cet écran que par l'intrusion de son ami. Il pouvait sentir une autre personne à l'intérieur de lui. Mais ce n'était pas nouveau, Elle avait toujours été là. Mais maintenant, Elle s'approchait. Rapidement. La lueur en dessous de la porte fût très vite dissipée. Quelqu'un se tenait derrière elle. Elle savait qu'ils étaient là. Elles allaient profiter de la puissance qu'elle possédait ici pour lui faire du mal. Kenji l'avait tout simplement entraîné Youso au seuil de la mort. La poignée de la porte tourna et dans un grincement qui sembla durer aussi longtemps qu'il avait vécu, la porte s'ouvrit. Tout doucement. Jusqu'à ce qu'ils puissent contempler la jeune femme qui se tenait derrière.

[Karen] Bouhh !

Elle sourit et entra dans la pièce en courant.

[Karen] Trop bien ici, non ? Un peu de poussière, mais avec un peu de ménage ça devrait être super.

MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Mer 5 Aoû - 1:33

Tout était si obscure et si clair en même temps. La vraisemblance d'un monde engloutis dans les songes les plus intimes d'une personne. Un univers parallèle que l'on garde pour soi comme un jardin d'Enden. Un petit coin de verdure où une légère brise vint faire s'harmoniser tout une atmosphère. Agréable, suave, des sensations si connues qui s'oublient si facilement. On découvre, on redécouvre ce que l'on sait déjà dans un cadre idyllique que l'on s'est créé soi même. Une image de ce que l'on aime associé à la virginité d'un lieu encore pur. Personne n'est venu le profaner même l'esprit le plus mal avisé hésite à deux fois avant de franchir le pas et y pénétrer avec ses propres pensées. La relaxation n'est alors plus possible dans un lieu qui sombre dans un conflit d'intérêt certain.

Choisir la pensée de l'un ou de l'autre. Autrui n'aurait-il pas raison ? Ne faut-il pas évoluer ? Non. Non, car les bases de la fondation ont étés choisis par celui qui vit tous les jours dans ce jardin. Mais le flou accompagné à la réflexion entraine un cercle vicieux d'où il est impossible de s'extirper.

Kenji faisait partit de ceux qui pouvait s'insinuer dans l'esprit des gens. Son sharingan lui conférait ce don, ou cette capacité. Il était difficile de savoir si c'était une bénédiction ou une malédiction, car un grand pouvoir demande de grande responsabilité pour son utilisateur. Le mental des individus est leur dernière barrière intime et la franchir signifie avoir un certain contrôle sur eux. Les manipuler devient alors aisés.

Lorsqu'il était pénétrait dans les pensées de Taki, ce dernier l'avait remercié. En effet, il l'avait libéré de l'illusion dans laquelle Laly l'avait laissé. C'était sa première fois et cela avait été bien étrange. Le fait de quitter son corps pour perdre toutes sensations, un bain glacé recouvre notre épiderme durant un laps de temps très court qui semble durer tout une vie.

Après il y avait les poiles qui s'hérissaient, les yeux qui scrutaient les environs et cet inconnu, cette peur de l'inconnue qui nous entour. Cela dure une longue minute durant laquelle on n'est à l'affut de n'importe quel signe, qu'il soit de bon ou mauvaise augure. On épi, on décrypte puis finalement on se détend en ce disant que ce n'est qu'une pâle copie du monde réel. Mais c'est faux ! Des choses dorment à l'intérieur de chacun de nous, des choses qu'il ne vaut mieux pas réveiller car on ne sait jamais sur quoi l'on va tomber.

Certains parlent de respect, d'autres y voient leur intérêt...

Un chambre blanche, les remparts d'une intimité matérialisée. Les meubles les plus utiles pour que tout reste sobre et sommaire. Quelques armes sur les murs et une lumière inondant la pièce à travers une baie vitré fermée.

[???] - Hmm...

Une main assez faible se referme sur une petite couverture. La blancheur de la peau du malade est inquiétante. Kenji était proche de lui, l'observant avec attention même s'il ne faisait rien. Accroupi devant Taki il y avait aussi Shiori. Elle changeait de temps à autre la petite serviette qui trônait malheureusement sur son front.

[Shiori] – Reposes toi encore un peu Taki.

Ce dernier ouvrit finalement de petits yeux qui ne possédaient plus ces petites étincelles de vie. Enjouées et joueuses, il n'était plus que l'ombre de lui-même. Kenji, adossé contre un mur, maudissait silencieusement Laly. Mais ce n'était pas à lui de venger son rival... Taki devrait le faire seul et avec ses propres capacités. Dans le cas contraire la honte s'abattrait sur lui. Alors, mise à part se passer sa main dans les cheveux, Kenji ne fit rien et ne dit rien.

[Taki] – J'ai... Tu as...

Il réussit à tourner ses yeux sombres dans la direction du garçon contre le mur dans un effort de volonté exceptionnel. Kenji le visa sans plus d'émotion qu'une carpe voyant un humain. Il venait de pénétrer au plus profond de l'esprit de son jeune ami et ne pouvait rien dire pour le moment. Cependant, Taki prit la parole d'un ton qu'il essayait convaincant mais qui perdait tout sérieux face à la maladie qui le rongeait.

[Taki] – Kenji... Merci.

[Kenji] –

L'Uchiha malade repartit au pays des songes tandis que Shiori changeait pour la énième fois le gant de toilette sur son front. Puis elle se remit avec difficulté sur ses jambes, l'âge commençait à avoir raison d'elle peu à peu. Elle sourit un instant à Taki et murmura.

[Shiori] – Qu'à tu fais ?

Kenji inspira doucement et se glissa hors de la chambre en silence. Il ne pouvait pas, non ce n'était pas le moment, de révéler cela. Peut être qu'un jour Taki leur apprendrait à tous. Mais pas aujourd'hui...


L'esprit de Youso entourait l'atmosphère pesante qui s'était créé peu à peu. Les dédales de couloirs laissaient maintenant place à une pièce des plus étranges. Une porte fait d'or et de couleur possédait d'étrange gravure en son centre permettait d'y accéder.

Youso était devant Kenji, il ne voyait que son dos et pourtant le jeune Uchiha sentait déjà que tout ne se déroulerait pas comme prévu. La dureté des émotions vibrait autour d'eux. Comme un élastique qui se tend et se détend tout au long des minutes qui passent durant lesquels on ne peut rien faire si ce n'est regarder.

Puis finalement il daigna se retourner. Mais son visage exprimait une certaine colère. Que se passait-il ? Une chose était sûr, c'était bien Youso qu'il avait en face de lui. Ce petit rebelle, lunatique et colérique. C'était d'ailleurs là, la seul bonne nouvelle. Car le regard qui jaillit lorsque Youso se retourna vers Kenji n'annonçait rien de bon, le visage déformé par la colère. L'Uchiha regretta d'être venu.

[Youso] – Que fais-tu ici, Kenji ?! Ça t'amuse, alors ? D'entrer dans l'esprit des gens ? De faire comme si tu y étais invité ? Dis-moi, ça t'amuse ?

Kenji était venu avec de bonnes intentions. Il voulait renouer le contact avec Youso et par de là tout ça il souhaitait l'aider. Mais au lieu de la bonne aventure qu'il espérait il n'avait en retour que des jets de poisons fétides et blessant. Pourquoi changer et essayer d'aider les gens si en retour tout n'est que misère.

Ce qui gênait le plus le jeune garçon était que son partenaire avait raison. Mais il avait cru bien faire, il croyait qu'un problème était intervenu. C'était Youso, il n'aurait pas du chercher aussi loin que la raison le laissait paraître. Il se prenait alors une belle leçon de moral par un être qu'il appréciait de moins en moins et pourtant ce n'était pas faute d'avoir essayé.

[Kenji] – M'amuser ? ...

Kenji se passa doucement une main dans les cheveux révélant un intense regard rouge enfoui dans les yeux de son vis à vis.

[Kenji] – Jouer une partie d'échec c'est s'amuser, se divertir est un amusement.

Il éleva le ton.

[Kenji] – Tu me connais Youso ! Tu crois vraiment que je serais venu pour m'amuser ?!

Mais avant que le jeune professionnel en taijutsu n'ait pu répliquer quelqu'un interrompit la conversation. Un « Bouhh » annonciateur de son arrivée. Kenji tourna alors la tête et la vit.

Une jeune fille, surement du même âge que Youso, avec les mêmes traits de caractères. Un visage enjoué, des yeux pétillants de malices et un petit air de jeune fille faussement timide. Sans savoir pourquoi, dans un simple regard, Kenji sut qu'il détestait déjà cette personne.

[???] - Trop bien ici, non ? Un peu de poussière, mais avec un peu de ménage ça devrait être super.

Kenji plongea son sharingan dans les yeux de cette fille tout en la refroidissant du regard. Même si son visage était neutre on pouvait lire ses intentions dans ses yeux couleurs rubis.

[Kenji] – Qui es-tu ?

Il se passa une main dans les cheveux et avança en direction de la porte. Mais la fille lui bloquait le passage.

[Kenji] – Laisse tomber je veux pas savoir, dégages.

Elle était sur son chemin et maintenant tout ce que souhaitait Kenji s'était rentrer. Il voyait, jour après jour, que côtoyer du monde était une véritable source d'ennui. Mieux valait être seul que mal accompagné. Il avait voulu aider Youso mais au final tout se retournait contre lui, misère à cette idée de fou que d'apprécier autrui. On ne pouvait compter que sur soi-même dans la vie. Enfin, cette pensée quitterait surement ses esprits une fois qu'il aurait parlé avec Taka. Mais la déception et la honte lui tenaillaient les entrailles et il ne pouvait faire autrement.

Trop orgueilleux pour reculer et demander pardon.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   Lun 10 Aoû - 13:13

Kenji : +42 XP
Youso : +32 XP
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La Flamme de l'Est   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» La flamme jaune
» La chasse de la Flamme Noire
» Flamme Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Quartier Populaire-