Partagez | 
 

 Deux bouffons sur un fil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

MessageSujet: Deux bouffons sur un fil.   Dim 26 Juil - 1:28

Devant le reflet.


Il faisait beau cette journée-là. La météo annonçait quelques jours de soleil pour cette semaine. Cette nouvelle mit Youso dans un tout autre monde. Dans un monde différent des autres jours. Aujourd'hui, il désirait s'entraîner. C'était une envie qui ne lui était pas venue depuis des années. La dernière fois qu'il l'avait fait, c'était juste après l'examen Chuunin. L'examen qu'il avait lamentablement échoué. Or, ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait se plaindre. Aujourd'hui c'était une belle journée.

Il avait dormit près des sources chaudes cette nuit là, car il voulait un endroit pour se laver. Il avait payé sa douche, mais ce n'était pas grave. Il voulait prendre le tant de trouver un logis impeccable. Un appartement tranquille loin du centre-ville. Près de la forêt n'était pas de trop non plus. Il voulait trouver une place agréable, une place qui avait été fait pour lui. Youso avait cherché dans les petites annonces, il avait trouvé quelques offres intéressantes pas trop payantes près du parc Seibutsu. Là où il s'était confié à Nara.

Une fois sa douche prise, il remercia le vendeur et sortit de l'établissement. Il prit un journal qui traînait sur un banc public et tourna les pages avec soin pour retrouver l'adresse de l'offre qui lui intéressait. Le jeune garçon hocha la tête et marcha rapidement vers sa destination. Il était environ 7h du matin. C'est sûrement parce qu'il s'était levé tôt qu'il était ainsi de bonne humeur. Youso prit le temps de respirer et de profiter de cette belle journée. Celle-ci s'annonçait plus ou moins fantastique.

Après avoir parcouru un nombre incalculable de ruelle, tentant de faire des détours pour se rendre à sa cible moins rapidement, il atteignit finalement la place marchande. L'une des places les plus fréquentés de Konoha. Le nombre de boutiques et de restaurants était immense. Rare étaient ceux qui les avaient tous visités. Les marchands s'affairaient à leurs tâches habituelles. Ils semblaient tellement heureux... Les quelques jours de pluie de suite que dieu leur avait donné avait ménagé leur sourire.

Il reprit sa route puis débarqua finalement devant le par Seibutsu. Il n'était pas vide comme la dernière fois. Maintenant, de nombreux enfants jouaient. Des personnes âgées parlaient sur les bancs et certains marchands vendaient leurs babioles. Il chercha l'immeuble qu'il désirait visiter, mais son regard fût attiré par un regroupement de personne. Les hommes portaient les enfants sur leurs épaules tendis que les femmes se frayaient un chemin pour voir quelque chose. Youso ne pût s'en empêcher, il avança vers le groupe pour voir ce qu'il se passait. Il pénétrait ainsi dans le parc et parcouru les centaines de mètres qui le séparaient du groupe. Il ne pût voir tout de suite ce qu'il se passait. Il tenta de voir en étirant son cou, mais rien à faire, il devait avancer. Il contourna donc quelques familles pour enfin se faire un trou.

Puis, il aperçu un garçon de son âge, faisant quelques pirouettes sur un câble fait de façon artisanal... un truc bon marché. Ensuite, il jongla avec une douzaine de balle puis les fit passer sous ses jambes. Il les rattrapa avec un agilité hors du commun. Youso fût surprit de constater, après quelques secondes, que c'était son coéquipier Hakai. Ce dernier lui avait déjà parlé de ses tours, mais jamais il n'avait pensé qu'un mec comme lui pouvait faire ce genre de choses. Et encore moins qu'il ait les couilles pour le faire. Décidément, ce gars était plus incroyable qu'il ne le laissait paraître. Beaucoup plus qu'il ne le laissait paraître.

Lorsqu'il eut terminé ses acrobaties, que tous les gens aient applaudis et qu'un petit groupe vienne lui donner de l'argent, Youso dit.

[Youso] Super, c'était donc ça ce dont tu me parlais.

Hakai se tourna vers lui, il semblait intriguer. Il lui fallut quelques secondes pour reconnaître son coéquipier.

[Youso] C'était sympa, tu mérites bien une pièce.

Youso lança une pièce dans le pot qu'Hakai avait placé sur le sol.

[Youso] Je suppose que ce n'est pas ce genre de choses que tu fais quand tu utilises les techniques de ton école. Tu peux m'en montrer d'ailleurs, si ce n'est pas trop secret... ?

Il ne voulait pas s'imposer. Il ne voulait pas non plus l'obliger. C'est pour cela qu'il lui avait posé la question.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Dim 26 Juil - 3:25

Belle petite journée qui s'annonçait aujourd'hui. Comme d'habitude, j'étais debout à six heures du matin pour l'entrainement matinal. C'est qu'il est très important l'entrainement matinal, c'est lui qui met le tempo de la journée. Si j'ai du mal, je serais fatigué tout le reste de la journée, mais il faut dire que c'est plus tôt rare. C'est que je suis dans la fleur de l'âge. Partit pour un petit footing dans les rues de la ville. Il y faisait bon, les oiseaux commençaient tout doucement à émettre leur son. La petite bourrasque faisait que descendre la température pour ainsi permettre un temps radieux. Puis, pour je ne sais quelle raison, je repensais au course. Après la mort de Kaban j'avais tout dévoré à la maison, il ne restait plus rien. Je fouillais alors dans ma poche, en tâtant la bourse je pus me rendre compte quelle était pratiquement vide.

*Le salaire ne suffit plus...*

Mon regard traversa les rues marchandes du village. Les gens commençaient peu à peu à sortir de chez eux. L'une des techniques que j'avais appris lors de mon apprentissage avec maitre Nago était de donner le sourire aux gens tôt le matin et y te récompense généralement avec de l'argent.

*Les gens commencent à sortir. Je pourrais me faire un peu d'argent.*


D'un coup, je tournais vers la rue de gauche pour couper et me rendre au parc Seibutsu. Les gens passaient souvent par ce parc pour allez au travail. C'est donc l'endroit idéal pour faire ce que j'ai à faire. J'apercevais déjà les grands arbres du parc et plus haut le mont sur lequel Taka m'avait montré les horizons. Ahh... La charmante Taka. J'avais entendu dire qu'elle était devenue chef d'équipe à présent. Mais jamais je ne pourrais la vouvoyer comme je vouvoierais maitre Nago. Il faudrait que je l'invite un de ces jours pour prendre un peu de bon temps. Car que je pense qu'elle est de la même famille que Kenji... Cela me dépasse. J'observais le coin. Il me fallait un minimum de matérielle pour mettre en place un spectacle digne de ce nom. Il y avait deux bancs assez proches l'un de l'autre et un peu plus loin je pouvais voir un câble électrique pausais au sol. Certainement que l'équipe de réparation l'avez laissé la pour la nuit. Je saisis le câble et l'attachais aux deux bancs, puis pour le tendre, j'utilisais toute ma force et tirais dessus.

[Hakai]"Et voilà! Un fil d'équilibriste avec deux trois bricoles."

Il ne manquait plus qu'un récipient pour l'argent. Une nouvelle fois, je regardais autour et, je finis par trouver mon bonheur. Il y avait un mendiant en face de la route avec pour le moment un pot en verre vide. Je courais alors à sa rencontre.

[Hakai]"Salut! Dit j'ai quelque pièce sur moi. Je veux bien te les donner si tu me prêtes ton bocal quelque heure. Je serais juste en face donc tu n'as pas de crainte à avoir."

L'homme ne voyait aucune objection, j'avais donc à présent finis de construire mon petit chapiteau. Il ne manquait plus que la foule.

[Hakai]"Oyé! Oyé! Approchez brave gens et venait profiter du divertissement du cirque. Venait prendre une cure de plaisir! Oyé! Oyé!"


Le résultat fut presque immédiat. Il est vrai que les troupes de troubadour sont rare dans le village. Je devrais peut être demander à la troupe de faire un passage en ville. Quoi qu'il en soit, en une heure de temps j'avais plus qu'il m'en fallait pour allez faire mes courses. J'arrêtais donc ma petite ballade dans les étoiles au grand malheur des spectateurs. Mais généreux comme ils l'étaient dans ce bon soleil qui flottait à présent dans les nuages, ils donnèrent quelques pièces en plus. Alors que j'allais prendre le bocal pour verser l'argent dans ma bourse, une dernière pièce jaillie et vint se planter à l'intérieur. Mais pour une fois, un commentaire s'en suivi.

[Youso] Super, c'était donc ça ce dont tu me parlais.


Cette voix et ce visage... Il me disait quelque chose, mais pourtant je ne savais plus quel était son nom.

[Youso] Je suppose que ce n'est pas ce genre de choses que tu fais quand tu utilises les techniques de ton école. Tu peux m'en montrer d'ailleurs, si ce n'est pas trop secret... ?

École? Technique? J'avais semble-t-il parlé de l'école du renard avec lui. Ce n'est qu'après de longue seconde de pleines mémorisations que son nom sorts.

[Hakai]"Youso?! Comment sa va? Merci du compliment. Un artiste aime lorsque son travail est apprécié."

Je lui fis une tape dans le dos amical comme le font deux bons copains. Il m'avait demandé de lui faire une démonstration de mes talents et un vrai disciple du renard ne refuse jamais une démonstration. Je plaçais alors les bancs debout sur deux pieds.

[Hakai]"Peux tu me prêtais tes shurikens s'il te plait?"

Il le fit, conscient que je m'apprêtais à combler son souhait. Je faisais rebondir le shuriken sur ma main comme une vulgaire balle. Puis d'un geste bref, mais rapide, je le lançais en hauteur et je fis de même avec tous les autres. Jouant avec l'agilité de mes doigts, je faisais un par un planter les shurikens dans le bois dur du banc. Mais la démonstration n'était pas encore terminée. Je me propulsais en avant, tellement rapide que la moitié des spectateurs encore présent ne m'avaient vu partir. Je sautais pour bondir sur le banc qui n'avait subis la première attaque. Toujours d'un geste rapide et délicat, je passais des fils presque invisibles tout du long pour arriver sur le second. J'exécutais la même action pour enfin revenir à mon point de départ, face à face avec Youso, yeux dans les yeux.

[Hakai]"Le final."


D'un geste brusque est fort de la main, je tirais sur le fil et les bancs dans un clap qui fit trembler les gens, se collèrent à grande vitesse l'un à l'autre. Inutile de dire que si cela aurait été des ennemies, ils seraient probablement assommés.

[Hakai]"Alors? Qu'es que tu en penses?"


Dernière édition par Hakai Uchiha le Sam 12 Sep - 12:21, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Dim 26 Juil - 19:30

Devant le reflet.


Hakai le remercia du compliment puis lui donna une tape amicale dans le dos. Ce geste le surprit un peu. Ils se connaissaient si peu et Hakai agissait comme s'ils étaient de bons vieux copains. Il s'avança vers les bancs et les mit sur deux pieds. Youso était intrigué par ce qu'il faisait. Il se demandait si son coéquipier n'allait pas faire sortir un lapin de son chapeau ou s'il allait faire tourner quelques ballons sur un museau de phoque. Quelques passants intrigués s'arrêtèrent pour admirer le spectacle.

Puis, il lui demanda ses Shuriken. Le Genin hésita un moment puis fouilla dans ses poches pour en sortir quelques armes bien aiguisées. Youso lui donna, conscient qu'il allait en prendre soin. Il avait vécu tant de choses avec ces Shurikens. Il s'en était servi pour la première fois contre Oni, un débile qui se prenait pour dieu. D'ailleurs, c'était lui qui avait entraîné Kenji pour qu'il devienne le sale mec qu'il est aujourd'hui. L'élève dépasse toujours le maître un jour ou l'autre et ce, peu importe la matière. Le jeune garçon s'en était aussi servi lors du combat contre l'inconnu dans la forêt interdite. Là où Kenji et lui avait faillit terminer ses jours. Par chance, Nara était là pour les sauver, même si elle n'avait pas été d'une grande aide pendant le combat. On est toujours utile pour quelque chose, peu importe où, peu importe quand.

Hakai se mit en place. Il lança tous les Shuriken très rapidement, ils s'enfoncèrent dans les bancs. Youso n'eut presque pas le temps de le voir se déplacer, Hakai était déjà rendu sur un des bancs. Il entoura ce dernier de fils ninja puis fit de même pour l'autre. Puis, dans un geste vif et brusque, il tira sur le fil. Les deux bancs se cognèrent ensemble. Youso avait déjà vu plus impressionnant, mais ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait voir un garçon aussi rapide. Il ne blaguait pas lorsqu'il disait qu'il était sans doute le plus rapide de l'équipe.

Après quelques secondes de silence, son coéquipier lui dit, le sourire aux lèvres et sans doute très fier de lui :

[Hakai] Alors? Qu'es que tu en penses ?

Youso réfléchit. Il est vrai que si cela avait été des ennemis, ils auraient été amochés. Mais Youso n'était toujours pas convaincu que ce genre de choses puise fonctionner lors d'un vrai combat. C'est bien beau tout cela, mais combattre veut-il dire se foutre de ses ennemis ? Peut-être bien.

[Youso] C'était super. Maintenant il suffit de voir ce que ça pourrait donner lors d'un vrai combat. C'est-à-dire avec des vrais ennemis. Tu as déjà combattu avec ce genre de technique ?

Non pas que ça l'intéressait, mais il voulait savoir si ça fonctionnait vraiment. Il ne pouvait s'empêcher de douter. Pendant sa carrière de Shinobi, il avait vu de nombreux moyens de combattre. Mais jamais il n'avait vu ce genre de choses. Jamais il n'avait vu quelqu'un bouger comme Hakai le faisait. Il était intrigué par le secret de cette école. Il voulait en apprendre plus sur cette dernière. Et peut-être voulait-il même apprendre l'une de ses techniques secrètes. Et peut-être qu'Hakai était près à l'aider. Ils étaient coéquipier maintenant et il fallait s'entraider. Youso pourrait lui apprendre quelque chose d'autre en échange, même si sa panel de technique n'était pas immense. Il avait complètement arrêté l'apprentissage depuis un moment. Il devait s'y remettre. Il devait se prendre à main et ne pas se laisser marcher sur les pieds.

[Youso] Je me demandais si tu pouvais m'apprendre les bases. Les bases de ton école je veux dire...

Il attendit la réaction de son coéquipier. Il comptait bien faire tout ce qu'il pouvait pour se sortir du pétrin dans lequel il s'était embarqué.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Lun 27 Juil - 20:08

[Youso] C'était super. Maintenant il suffit de voir ce que ça pourrait donner lors d'un vrai combat. C'est-à-dire avec des vrais ennemis. Tu as déjà combattu avec ce genre de technique ?

La petite question anodine de Youso avait plus eu l'effet de légèrement me vexer. Je commençais à faire ma tête de bébé boudeur. C'est vrai quoi, comment pouvait-il croire que je me donnais tant de mal à réaliser ses mouvements spectaculaires pour des cacahuètes.C'est pas sympa.

[Youso] Je me demandais si tu pouvais m'apprendre les bases. Les bases de ton école je veux dire...


Oreille pointu, les petits yeux qui brillent, il ne manque plus que la queue pour me confondre avec un mignon petit clébard. J'avais toujours envie d'apprendre ce que je sais à qui me le demande, c'est dans ma nature, mais je ne savais pas si j'étais autorisé. Et puis zut, de toute façon je ne verrais plus maitre Nago avant pas mal de temps et puis cela fera un disciple en plus.

[Hakai]"Je suis d'accord pour t'apprendre ce que je sais, mais je veux apprendre des nouveaux jutsus également. De plus tu dois d'abord passer les tests de l'école pour espérer que je t'apprenne les bases."

Je riais dans mes moustaches, ren sa va, je sais que j'en ai pas, mais c'est une expressions! Savoir que je pourrais rire en regardant ce que j'ai enduré pendant de longues années, cela me rendait nostalgique.

[Youso] Ok pour ton test, peu importe ce que c'est. Par contre je ne connais pas beaucoup de choses. Je sais les bases du Ninjutsu. C'est à dire, Bunshin, Henge, l'art de Marcher sur l'eau... Je connais aussi les base du Taijutsu. Tornade de Konoha etc... À toi de voir.

Bien alors mon petit jeu va bien avoir lieu. Je me souviens que maitre Nago avait bien profité de moi lors de ce test en plusieurs parties. Autant en faire de même. Je sortis ma bourse et en sortis une pièce. Je la lançais à Youso qui l'attrapa, ce demanda pourquoi je lui donnais de l'argent.

[Hakai]"Mon test se divise en plusieurs parties et la première et le test de rapidité. Tu vois cette rue? Au bout il y a un marchand de beignet, c'est mon préféré. Pour y aller, acheter un beignet et revenir je mets environ trente secondes. Je veux que tu le réalises en moins de cinquante secondes."

[Youso]"Ok."

Top chrono! La course était partie! Qui du jocket blanc ou du rouge gagnera la course? Youso prend un excellent départ, mais se fait rapidement rattraper par son adversaire, le temps. Comment va-t-il réagir devant les trois obstacles qui se dressent devant lui? Ouh!! Il essaye de passer en douce et... sa passe! Quelle fantastique manoeuvre de Youso! Mais attendez, que fait il? Mesdames et messieurs, Youso ne semble vouloir utiliser la pièce et tente de voler pas un, mais deux beignets! Bouh!! Ce n'est pas bien de tricher. Ne copiait surtout pas ce que vous voyez ici les enfants. Contrairement au catch, si vous volez, c'est la réalité et vous risquez d'avoir des problèmes!

Et voici notre voleur qui revient. Il est vrai que je me fiche de qui vole ou qui paye, mais je lui avais demandé d'en acheter un et non d'en voler deux! Il ne respecte donc pas les règles et c'est mauvais pour lui.

[Hakai]"Tout d'abord, je te demanderais de me rendre la pièce que tu n'as pas utilisée."

Il le fit sans de réflexion, mais cela se voyait à son visage qu'il avait besoin de moi sinon il réagirait tout autrement. Je n'aime pas faire des sermons surtout quand il s'agit d'un coéquipier, mais je crois en être forcé.

[Hakai]"Il y a un point que j'ai aimé dans ce que j'ai vu et deux que j'aurais voulu voir. D'abord, le point positif, j'ai apprécié l'initiative de voler les beignets pour allez plus vite. Cà, c'était le point positif. Mais en revanche jamais je ne t'ai demandé de voler surtout à un honnête marchand qui a besoin de cet argent. Et de deux, j'ai demandé un seul beignet. Tu triches en m'en rendant deux."

Je mordillais dans chacun de et malheureusement... malheureusement...

[Hakai]"Et de trois, malgré ta tricherie tu n'as pas trouvé mon beignet préféré. Je te le dis au cas ou, il s'agit du beignet amande chocolat. Il manque les amandes dans celui-ci. Et d'ailleurs."

Je me mis à courir comme un beau diable dans la direction d'où revenait Youso et en trente secondes comme je l'avais dit, je revins avec un nouveau beignet dans les mains.

[Hakai]"Voici un beignet amande chocolat. J'en ai profité pour payer ce brave homme. A oui, ton temps. Tu as fait le test en cinquante-deux secondes, ça va pas. Il faut s'entraîner plus."

*Mais malgré tout, cinquante-deux secondes, ce n'est pas trop mal pour un gars comme lui.*

[Hakai]"Bon deuxième épreuve!"

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Lun 27 Juil - 23:25

Épreuve # 1
Rapidité



Dès sa phrase terminée, Youso inspecta les traits d'Hakai. Il semblait prêt à lui apprendre ce que Youso lui demandait. Mais en échange de quoi ? C'est alors qu'il affirma ce qu'il pensait. Il lui dit que Youso devrait passer quelques exercices avant de pouvoir apprendre l'art de l'école du renard et qu'il devrait, par la suite, enseigner une ou deux techniques à son compagnon. Que pouvait-il faire sauf accepter ? Ce n'était pas tous les jours que quelqu'un lui balançait aussi facilement les secrets d'une école secrète. Youso ne savait pas à quoi s'attendre. Il croyait qu'il devrait faire sauter un chien dans un cerceau ou donne un bisou à un dauphin. Mais il semblerait que ce soit tout le contraire. Hakai désirait que Youso court jusqu'au marchand de beignets. Il spécifia même que c'était son préféré. Mais ce n'est pas tout ! Il voulait que Youso lui apporte un beignet et qu'il revienne au point de départ en seulement cinquante secondes. Chose presque impossible puisque ce marchand était très loin et que la place était bondée de monde. Comment ferait-il pour aller chercher ce beignet ? De plus, une dizaine de gens faisaient la file au stand de beignets et il y avait environ trois minutes à attendre.

Hakai annonça le départ. Youso n'était pas encore prêt, mais il dût s'activer tout de suite. Il partit à la course, tout aller bien jusqu'à ce qu'au moins cinq enfants viennent se mettre au travers de son chemin. Il les évita tous avec succès. Puis, devant lui, se dressait deux grands gars assez costauds. Youso devrait passer entre. Il tenta d'être le plus maigre possible tout en étant rapide et essaya de passer entre les deux gros. Heureusement, il passa à un millimètre près sans les faire bouger. Je crois même qu'ils ne se sont même pas rendu compte que quelqu'un venait de se faufiler entre leur bras. Youso continua le plus vite possible. Il sortie enfin du parc après avoir évité un envoler de pigeon. Arriver à destination, il regarda s'il n'y avait pas possibilité d'avancer plus vite. Impossible, le marchand de beignets était beaucoup trop lent.

[Youso] Ha merde, avance toi ! Gamin.

Le petit garçon en avant lui fit une grimace puis se retourna.

[Youso] Ha, je vais le dire à ta mère !

Il lui fit une grimace aussi et se plaça sur le coter, là où il n'y avait personne. Il regarda les différentes sortes de beignets. Il y en avait tellement. Vanille, Nature, Amande, Chocolat, Double Chocolat, Triple Chocolat, Quadruple Chocolat et j'en passe.

[Youso] Merde…

Il se passa nerveusement la langue sur les lèvres. La file n'avançait toujours pas et le vendeur s'affairait sur quelque chose sans s'occuper de ses clients. Youso regarda intensément les beignets. Ils n'allaient pas gagner la bataille. Ces beignets allaient perdre ! Puis, lorsqu'il était certain que personne ne le regardait, il murmura, le souffle manquant :

[Youso] Ha, et puis merde... !

Il prit deux beignets au hasard croyant qu'Hakai serait heureux d'en manger plus que ce qu'il avait demandé, puis il repartit à toute vitesse. Le petit garçon de tout à l'heure tentât de lui faire un croche-pied, mais Youso sauta par-dessus, les beignets près du vide. Il entra dans le parc, évitant une seconde fois un envoler de pigeon, puis contourna les deux costauds. Il sauta par-dessus une racine puis arriva enfin là où le spectacle avait eu lieu quelques minutes plus tôt. Il déposa les beignets dans la main de son coéquipier puis reprit son souffle.

[Hakai] Tout d'abord, je te demanderais de me rendre la pièce que tu n'as pas utilisée.

Sans vraiment réfléchir Youso lui jeta la pièce. Hakai l'attrapa habilement. Il avait l'air déçu par les performances de Youso. Son retard devait être dû à ce gamin. Il allait lui faire la peau. Lorsqu'il fût capable de respirer normalement, Youso se remit droit puis attendit le verdict de son coéquipier en espérant qu'il ne soit pas trop dur. Cela faisait un baille qu'il n'avait pas couru comme il l'avait fait aujourd'hui et il n'était pas vraiment en forme ces temps-ci. Le Genin espérait ne pas avoir fait un score honteux.

[Hakai] Il y a un point que j'ai aimé dans ce que j'ai vu et deux que j'aurais voulu voir. D'abord, le point positif, j'ai apprécié l'initiative de voler les beignets pour allez plus vite. Cà, c'était le point positif. Mais en revanche jamais je ne t'ai demandé de voler surtout à un honnête marchand qui a besoin de cet argent. Et de deux, j'ai demandé un seul beignet. Tu triches en m'en rendant deux.

Il ne faisait que parler de beignets et non de ses performances au niveau du temps qu'il avait mit pour réussir l'épreuve. Si ces beignets l'intéressaient autant, pourquoi n'était-il pas heureux d'en avoir deux ? Pensait-il vraiment que Youso allai faire la file d'attente pour rester civiliser ? C'est vrai qu'il aurait pût dépasser tout le monde et remettre l'argent au vendeur, mais dans le feu de l'action on ne pense pas à payer. Youso ne croyait pas avoir triché. Du moins, pas parce qu'il avait rendu deux beignets. Il avait apporté le double de ce que Hakai lui avait demandé, il devrait être content plutôt que de trouver des défauts inutiles. Et il parlait comme si son épreuve était un jeu.

[Hakai] Et de trois, malgré ta tricherie tu n'as pas trouvé mon beignet préféré. Je te le dis au cas où, il s'agit du beignet amande chocolat. Il manque les amandes dans celui-ci. Et d'ailleurs.

Hakai se mit à courir, pendant ce temps-là, Youso se demandait ce qu'il faisait ici. Ça devenait vraiment ridicule. Si Hakai l'avait mentionné, peut-être Youso aurait prit le temps de se demander quel était son beignet préféré. Mais son coéquipier n'avait même pas mentionné qu'il fallait un beignet précis. Lorsqu'il revint après environ trente secondes, il lui montra ce qu'était un beignet chocolat amandes. Youso le dévisagea puisqu'il savait très bien ce qu'était un beignet chocolat amande. Pas la peine de faire tout ce chemin pour le lui montrer.

[Hakai] J'en ai profité pour payer ce brave homme. A oui, ton temps. Tu as fait le test en cinquante-deux secondes, ça va pas. Il faut s'entraîner plus.

Pas mal comme score. Malgré le ''ça va pas'' Youso resta content de lui-même. Cinquante-deux secondes et éviter autant d'embûche ! Il se demandait comment il en éviterait en une heure. Puis, il s'assit par terre. Il n'eut même pas le temps de reprendre de la dernière épreuve que Hakai lui dit.

[Hakai] Bon deuxième épreuve!

[Youso] Attends, attends... Je voudrais savoir dans quel but tu fais ces épreuves. Est-ce que cela est sensé te prouver si je suis capable ou non d'apprendre l'art des renards ou si c'est seulement pour savoir si je suis capable de deviner quel est ton beignet préféré ? C'était un test de rapidité ou un test pour savoir si je payais ou non ce que l'on me demandait d'aller chercher ? Est-ce ça l'école du renard ? Cette école exige vraiment de savoir aller chercher un beignet, pas deux, mais un seul ? Je veux savoir si tricher comme je l'ai fait va me pénaliser.


Dernière édition par Youso Shi le Mar 28 Juil - 5:25, édité 3 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mar 28 Juil - 0:34

[Youso] Attends, attends... Je voudrais savoir dans quel but tu fais ces épreuves. Est-ce que cela est sensé te prouver si je suis capable ou non d'apprendre l'art des renards ou si c'est seulement pour savoir si je suis capable de deviner quel est ton beignet préféré ? C'était un test de rapidité ou un test pour savoir si je payais ou non ce que l'on me demandait d'aller chercher ? Est-ce ça l'école du renard ? Cette école exige vraiment de savoir aller chercher un beignet, pas deux, mais un seul ? Je veux savoir si tricher comme je l'ai fait va me pénaliser.

Hum... Je me grattais la tête. Il me semble bien avoir déjà entendu ces mots auparavant. Ah oui! C'est moi-même qui les avais prononcé. Que suis je bête. Mais bon, quand on regarde bien, à présent j'arrive à faire le test en trente secondes tendis que lui n'est qu'à cinquante-deux. Sur une distance d'un kilomètre environ, ça fait pas mal de retard. Serais-je vraiment capable d'apprendre des techniques de l'école du renard à cette tortue?

[Hakai]"Les questions que tu te poses en ce moment, je me les suis posés il y a plusieurs années. J'étais qu'un clodo des rues et pourtant je suis aujourd'hui le seul ninja à ma connaissance qui utilise ces techniques, sauf mon maitre bien évidemment. Ne t'inquiète pas va. Suis ce que je te dis et tout ira pour le mieux. Mais pour répondre à ta question. C'était bien un test de vitesse mais également de réflection. Pour te donner un conseil, tu as perdu trop de temps dans la rue à esquiver les oiseaux ou les piéton. A ta place je serais passé par là." Je pointais avec mon index le toit des bars restaurants ou autre commerce. "Tu aurais facilement gagné une dizaine de seconde. Et ensuite, la première règle que m'a appris l'école c'est la discipline. Mais cela je ne vais pas te l'apprendre parce que je ne suis pas ta mère ou ton prof. Je suis seulement ton coéquipier qui essaye de te rendre plus fort."

Je lui adressais un petit clin d'œil amical pour essayer de lui remonter le moral. C'est vrai qu'il souhaite apprendre les techniques du renard, mais il ne pourra jamais tout assimiler en une après midi. Et cela il faudrait qu'il 's'en rend compte.

[Hakai]"Bon alors, on commence le test suivant?"

Un peu refermé sur lui-même, mais il accepta tout de même. S'il veut apprendre les bases du renard c'est aujourd'hui, il n'aura plus d'autre occasion et cela il le savait. Cette fois si pour le deuxième test ça ne sera pas une course, mais un test de charisme.

[Hakai]"Pour la deuxième épreuve je vais faire appel à un de tes sens et à ton charisme. Un ninja du renard doit savoir convaincre, séduire et troquer." Je lui lançais alors les deux beignets qu'il avait volé. "Tu vas commencer par le troque. Je veux que tu échanges ces deux beignets contre une bouteille de soda. Tu vois le soleil commence à se lever et je n'ai toujours rien bu de la journée. Mais non je plaisante! Enfin seulement pour la fin. Trouve moi du soda."

[Youso]"Ok. Je mis rend."

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mar 28 Juil - 4:58

Épreuve # 2
Charisme


Hakai se grattait la tête pendant que Youso attendait sa réponse avec impatience. Il voulait savoir pourquoi il faisait ce qu'il faisait. Il voulait savoir pourquoi tout cela était nécessaire pour apprendre l'une des techniques du renard. Il voulait savoir pourquoi il avait été accusé de tricheries parce qu'il avait volé deux beignets plutôt qu'un. Tant de questions se bousculaient dans sa tête. Il dût se calmer un peu. C'est pourquoi il écouta la réponse d'Hakai la tête accoter sur un petit arbre à peine mature. Tout en reprenant son souffle, il tenta de ne laisser passer aucune information que son coéquipier lui donnait.

[Hakai] Les questions que tu te poses en ce moment, je me les suis posés il y a plusieurs années. J'étais qu'un clodo des rues et pourtant je suis aujourd'hui le seul ninja à ma connaissance qui utilise ces techniques…

Il se souvint qu'aux sources chaudes, Hakai lui avait parlé de sa vie. Il avait dit qu'il habitait une petite maison abandonnée. Mais jamais il ne lui avait parlé de ce qui lui était arrivé avant de rencontrer la compagnie du renard. Aujourd'hui, il venait de lui avouer qu'il était un mec comme Youso avant. Un gars vagabondant dans un quartier et dans un autre sans se méfier de ce qui grouillait à l'extérieur. Il lui dit qu'il se posait les mêmes questions que le Genin se posait aujourd'hui. Peut-être qu'un jour Youso deviendrait quelqu'un comme son coéquipier. C'est-à-dire quelqu'un qui croit en la compagnie du renard. Mais pour l'instant, il trouvait que leur façon de fonctionner tournait sans cesse au ridicule. Il faisait ce qu'Hakai lui demandait, car c'était le seul qu'il avait trouvé pour apprendre les techniques du renard.

[Hakai] Mais pour répondre à ta question. C'était bien un test de vitesse mais également de réflexion. Pour te donner un conseil, tu as perdu trop de temps dans la rue à esquiver les oiseaux ou les piétons. A ta place je serais passé par là. Tu aurais facilement gagné une dizaine de seconde.

Il aurait tout de même pût préciser qu'il fallait ramener le bon beignet s'il voulait que Youso mène son objectif à bien. Peut-être aurait-il pût mieux se concentrer et prendre le bon dessert plus rapidement et ainsi pouvoir terminer au moins deux secondes de moins que ce qu'il venait de faire. À quoi cela sert-il de dire que quelqu'un n'a pas respecté les règles alors qu'il ne les avait même pas dites ? Puis Hakai pointa un endroit qui lui aurait permis d'atteindre son objectif plus rapidement. Il avait effectivement raison. Si Youso avait passé par les toits, il aurait sans doute gagné une dizaine de seconde supplémentaire. Mais il est facile de savoir quel chemin est le plus rapide quand on traîne sans cesse au même endroit.

[Hakai] Et ensuite, la première règle que m'a appris l'école c'est la discipline. Mais cela je ne vais pas te l'apprendre parce que je ne suis pas ta mère ou ton prof. Je suis seulement ton coéquipier qui essaye de te rendre plus fort.

Il avait raison. Youso avait échoué et c'était ainsi. Il avait perdu à cause de deux secondes, mais il avait perdu. Il ne fallait pas en vouloir à Hakai puisque ce dernier ne faisait que l'aider. Il lui fît un clin d'oeil et lui expliqua la deuxième épreuve. Youso devrait prendre les deux beignets qu'Hakai lui remettait et les échanger contre un soda. Il n'y avait pas de limite de temps, mais le Genin savait qu'il devait faire vite. Il accepta la deuxième épreuve et cette dernière commença. Youso pris les beignets et marcha jusqu'au premier groupe de gens qu'il vit. Il décida de viser un public plus jeune puisque c'était les plus influençables. C'est pour cela qu'il rejoint les enfants de tout à l'heure. Il les arrêta dans leur course.

[Youso] Hey vous, vous voulez des beignets ?

Bien entendu, les enfants acceptèrent.

[Youso] Oui, vous en voulez ? En bien je vous les échange contre un soda !

Les enfants se regardèrent les uns après les autres. Aucun n'avait de soda. Alors, ils repartirent joyeusement en poursuivant leur jeu. Youso poursuivit le sien et chercha un autre enfant. Le garçon de tout à l'heure passa à coter de lui, un soda à la main.

[Youso] Hey toi, gamin, je t'échange ton soda contre un beignet ! Non... Deux beignets !

Il refusa lui aussi et lui fit une autre grimace avant de partir en courant rejoindre ses parents.

[Youso] Je déteste les enfants ! Ils puent et en plus ils ne savent pas à quel point j'ai besoin d'un soda.

Il maudissait la vie d'avoir créé les enfants. À quoi cela servait sauf à courir et à faire des grimaces ? De plus, ils n'avaient qu'à demander à leur parent s'il voulait un soda. Tendis que Youso avait besoin de faire du troc. Une femme qui passait par là entendit tout ce que Youso disait à propos des enfants. Elle était un peu grosse et elle le dévisageait. Youso se tourna vers elle. S'il n'était pas capable d'échanger son produit conte un soda grâce aux enfants, alors il inventerait des choses à propos des beignets.

[Youso] Vous savez, madame. Ces beignets que je tiens là ont zéro calories et en plus...

La dame, subitement intéressée, approcha son oreille pour écouter ce que le garçon avait à dire.

[Youso] Ils font maigrir.

[Dame 1] Ha oui !? Et où les avez-vous trouvés ?

Youso fit rouler un de ses beignets autour de son doigt. Puis, il prit une moue fatiguée pour rendre plus crédible et dit.

[Youso] Il n'y en a plus sur le marcher. Du moins, pas au prix que je propose. Je vous les échange contre un soda. Et en prime je vous offre 2 ryos, mais ça, c'est un secret.

Il lui fit un clin d'oeil et regarda derrière lui. Hakai était trop loin pour l'entendre. La femme sourit au jeune garçon et lui répondit.

[Dame 1] D'accord ! Mais je n'ai pas de soda sur moi. Y a-t-il autre chose que je puise vous...

[Youso] NON ! La coupa-t-il. C'est un soda ou rien. Si vous voulez, vous pouvez aller vous en acheter un. Il y a une distributrice là-bas !

La femme hocha la tête, puis s'avança vers la distributrice. Youso, heureux, la suivait de près. Elle inséra une pièce, puis une deuxième. L'argent y était. Elle appuya sur un bouton pour que la machine lui donne son soda, mais elle n'en fit rien. La dame tenta une nouvelle fois, mais la machine ne répondait pas. Donc, la femme appuya sur un second bouton pour que la distributrice lui remette son argent, mais elle n'en fit rien non plus. La dame, déçu de ne pouvoir aider le jeune homme, mais beaucoup plus déçu de ne pas avoir ses beignets se tourna.

[Dame 1] Désoler, la machine m'a voler 4 ryos et je n'ai plus d'autre pièce sur moi. Notre offre ne tient plus. Désolé...

Elle partit, Youso tenta de la retenir, mais elle lui dit qu'elle avait des courses à faire et lui assura qu'elle n'avait pas d'autre argent. Youso tenta mainte et mainte fois de peser sur le bouton pour avoir son soda, mais ça ne fonctionnait toujours pas. Le Genin tapa sur la machine, frustrer contre la vie, puis reprit son chemin. Il arrêta d'autres dames et tenta de les avoir avec les mêmes mensonges, mais étant beaucoup moins influençables, elles lui dirent non. Impossible de marchander dans ce parc puisque personne n'avait de boisson dans la main et qu'aucun ne voulait perdre son temps à aller chercher une boisson au distributeur. De plus, Youso ne pouvait payer avec son propre argent, puisque Hakai ne cessait pas de le regarder. Plus le temps passait, plus il se sentait intimider sous le regard de son compagnon d'équipe. Il se faisait humilier à chaque refus. Il lui fallait trouver un moyen pour le distraire. La seule faiblesse d'Hakai, hors combat, était les femmes. Si Youso réussissait à payer l'une d'entre elle pour qu'elle aille draguer son coéquipier, il pourrait aller s'acheter un soda en douce et se débarrasser des deux beignets.

Youso regarda autour de lui, à la recherche d'une jolie fille qui semblait prête à faire ce genre de choses. Une pauvre serait peut-être mieux, puisqu'elles ont plus facilement besoin d'argent. Il en repéra une. Elle était assise sur un banc, on ne voyait pas bien son visage, car elle portait un chapeau, mais elle avait des formes généreuses. Si Hakai ne tombait pas sous le charme, ce n'était pas un mec. Il s'avança vers la jeune femme et lui dit pour commencer, un peu gêné.

[Youso] Bonjour madame. Euh... Je me demandais si...

[Cathi] Youso ?!

Il pût reconnaître son ancienne amie, Cathi. Youso fût tellement surpris qu'il recula de quelques mètres. Cela faisait environ trois ans qu'il ne l'avait pas vu. Elle était partie en mission et elle n'avait jamais donné de nouvelles.

[Cathi] Mais c'est quoi tout ça, tu m'as dis que tu te mettais au régime la dernière fois. Tu ne te rappelles pas ?

Il jeta un regard derrière son épaule. Hakai le regardait toujours. Il fit semblant de ne pas la connaître. De toute façon Hakai ne pouvait l'entendre d'ici.

[Youso] Cathi... Euh... J'échange ces beignets contre un soda.

Cathi, un peu déconcerter le dévisagea puis lui dit.

[Cathi] Mais à quoi tu joues ? C'est vrai ? Tu échanges ces beignets ? Mais pourquoi tu fais ça ?

Il avait envie de prendre de ses nouvelles. Mais c'était impossible sous les yeux d'Hakai.

[Youso] Écoutes, si tu veux m'aider, va séduire ce gars là-bas le temps que j'aille acheter un soda en douce. Je t'expliquerais plus tard. Je te payerai. Dix ryos, ça marche ?

[Cathi] Mais comment oses-tu me demander ça ? Hein ? Youso je croyais que... vingt ryos !

[Youso] douze !

[Cathi] Quinze !

[Youso] D'accord.

Cathi ricana et prit l'argent. Elle marcha joyeusement vers la sortit du parc.

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mar 28 Juil - 5:00

[J'ai divisé en deux, c'était trop long]

Épreuve # 2
Charisme

[2]


Le fait de revoir son vieil ami lui avait fait beaucoup de bien. Après tout ce qui c'était passer en mission ça ne lui ferait pas de mal de rigoler un peu. Cathi avait les cheveux blonds et il faut dire qu'elle avait changé depuis ses douze ans. Sa poitrine avait généreusement grossit et sa figure s'était adoucit. Elle était devenue une femme maintenant. Âgé aujourd'hui de seize ans, elle revenait tout juste au village. Elle n'avait pas osé remettre les pieds chez sa mère depuis qu'elle était sortie du village sans la prévenir. Jamais elle n'aurait crue rester 3 ans là-bas. Ça jamais ! Mais les évènements qui s'étaient produits en dehors du pays l'avait tellement troublé qu'elle n'osait en parler. Seuls ses coéquipiers étaient au courant et elle leur avait fait jurer de garder le secret.

Elle comptait bien sûr aider son ami. Il fallait seulement quelques modifications. Elle traînait encore sa valise de retour et puisque ce mec l'avait vu avec Youso quelques secondes avant, il serait étrange d'arriver comme cela et de le draguer. Heureusement, elle portait son chapeau, il n'avait donc pas très bien vu son visage, et les chances qu'il la reconnaisse étaient très faibles. Elle sortit du parc puis entra dans un restaurant. Elle salua le boss qu'elle connaissait depuis longtemps. Ce dernier mit quelques temps avant de la reconnaître.

[Boss] Cathi ! Ça fait longtemps dit donc !

[Cathi] Heureuse de vous revoir aussi. Les toilettes sont par là si je me souviens bien ?

Il hocha la tête affirmativement. Cathi entra dans la salle de bain, ouvrit sa valise et en sortit une camisole moulante. Celle qu'elle utilisait tout le temps pour draguer les garçons qu'elle trouvait mignon. Elle prit ensuite une jupe assortie et détacha ses cheveux. Cathi pris un papier dans ses poches et un crayon. Les crayons étaient maintenant beaucoup plus rapides qu'une plume même si l'écriture était beaucoup moins stylisée. Elle écrivit une phrase brève et la mit dans sa poche pour l'utiliser plus tard. La jeune femme mit son chapeau dans sa valise puis sortit après s'être fait une beauté rapide.

[Cathi] Surveillez cette valise s'il vous plait, je reviens dans quelques minutes. Peut-être même des heures on ne sait jamais. Je vous fais confiance !

Elle adressa un clin d'oeil au serveur et confia sa valise au maître de la place.

[Boss] Compte sur moi ! Ha, et n'oublie pas de rendre visite à ton oncle, il est sortit avant que tu entres et il semblait ne pas être au courant de ta venue à Konoha.

[Cathi] J'y penserais, merci.

Elle reprit sa marche rapide vers le parc. Lorsqu'elle pénétra, Youso continuait à tenter de vendre ses beignets. S'il réussissait sans elle, tempi, elle garderait l'argent. Elle chercha rapidement le mec que Youso lui avait montré. Lorsqu'elle l'aperçue, elle fit une grimace. Il n'était pas vraiment de son genre. Mais bon, il fallait se sacrifier pour un peu d'argent. Surtout qu'elle allait bientôt emménager et qui lui faudrait de l'argent pour vivre seule. Elle alla à sa rencontre, prenant une démarche très féminine et sexy. Une fois arrivé à ses coter, elle lui fit un clin d'œil.

[Cathi] Salut beau gosse, quel est ton nom ?

Elle n'attendait pas vraiment de réponse, juste le silence.

[Cathi] Non, ne répond pas. Dit moi plutôt ce que tu fais ce soir, mes copines et moi craquons sur toi.

Cathi prit sa main et le tourna vers elle pour qu'il cesse de regarder vers les distributrices. Il était impossible pour lui de voir quelque chose. S'il tentait de se tourner, elle sortirait le grand jeu et l'embrasserait. Elle lui jetait pendant toute la discussion un regard qui semblait le dévorer de la tête au pied.

[Cati] Grrr... Tu m'excites toi et tes airs de tigre affamé.

***


Lorsque Youso vit Cathi sortir, il crût qu'elle l'avait abandonné. Il croyait qu'elle s'était tirée avec l'argent pour ne jamais revenir. Ça lui apprendra à refaire confiance à une ancienne amie. Une amie qui avait abandonné tous ceux qui l'aimaient. Une amie qui n'avait même pas jugé beau de faire des adieux à ses proches. Et dès son retour, elle profite de l'embarras de Youso pour jouer de lui et s'enfuir une seconde fois. C'était vraiment une lâche. L'envie de la poursuive ne lui vint même pas. Elle n'en valait pas la chandelle. Et s'il partait, Youso ne pourrait apprendre les techniques du renard et pourtant il en avait besoin. Il mourrait d'envie de réussir cette épreuve et de connaître quelques secrets que les autres ne connaissaient pas. Et seul Hakai pouvait le lui offrir. Il fallait donc jouer à ses jeux débiles.

Mais le jeu qu'il venait de lui proposer était impossible à réussir. Tout le monde se fichait bien des beignets. Même le coup des gâteries maigrissant ne fonctionnait pas. Cela avait fonctionné une seule fois et cette satanée distributrice avait bouffée toutes les pièces. Si elle ne l'aurait pas fait, il serait sûrement en train de faire la troisième épreuve. Youso reprit son calme. Aujourd'hui il se laissait emporter facilement malgré sa bonne humeur et le soleil de midi plombant sur le parc. Il devait mieux se contrôler. C'était la seule façon de réussir cet exercice sans tricher. Il reprit donc confiance et tenta de persuader plusieurs passants.

Après environ dix minutes, il aperçut une jeune fille pénétrer dans le parc. Il allait à sa rencontre pour lui proposer des beignets contre un soda, mais elle se rapprochait dangereusement d'Hakai. Youso ne voulait pas passer près de lui de peur que ce dernier lui dise des reproches. C'est au tout dernier moment qu'il remarqua Cathi complètement différente de la dernière fois. Elle était beaucoup plus sexy dans sa camisole moulante et sa jupe très courte. Ses cheveux d'un blond doré volaient au vent et ses yeux bleus perçant faisaient tourner toutes les têtes. Jamais Hakai ne pourrait se rendre compte de la différence entre la jeune demoiselle assit sur le banc et le grand top modèle se dirigeant vers lui. Ce gros cochon allait lui tomber dans les bras, le chanceux.
Youso souriait, il ne pouvait s'en empêcher. Il reprit conscience lorsque Cathi commença à parler à son compagnon. Lorsque ce dernier ne pouvait le voir, il courut jusqu'au distributeur et en sortit deux pièces de deux ryos. Il les entra nerveusement dans la machine fonctionnelle et pesa sur le bouton : Soda. La bouteille roula jusqu'à la sortie. Là où Youso pouvait la prendre. C'est ce qu'il fit. Maintenant il fallait se débarrasser des beignets. Il se tourna à la recherche de quelque chose qui pourrait les rendre invisible. Il vit une petite fillette marcher avec un ballon dans les mains. Il lui tira le poignet et lui dit joyeusement et rapidement.

[Youso] Tient c'est des beignets pour toi, c'est gratuit et en plus c'est comestible, bon appétit. Héhéhé.

Youso couru vers les deux amoureux. Il pût entendre la fillette en arrière lui crier merci, mais il n'y fit pas attention. Arriver à quelques mètres de Hakai il lui cria.

[Youso] Hey, j'ai emmené le soda, comme tu me l'avais demandé. Regarde !

Hakai et Cathi se tourna vers lui. Cette dernière lui fit de gros yeux et se tourna une autre fois vers Hakai pour lui adresser la parole.

[Cathi] Ha et bien je vois que tu es occupé. Viens me voir plus tard, d'accord ?

Elle lui fit un autre clin d'oeil puis s'avança vers Youso. Elle accrocha son épaule et fit tomber le soda par terre. Youso et Cathi se penchèrent pour le ramasser.

[Cathi] Oups... Je suis désolée.

[Youso] Non c'est ma faute.

[Cathi] Non c'est moi qui suis maladroite.

Ils se regardèrent dans les yeux. Cathi prit le soda dans ses mains puis lui tendit. Youso la remercia et la regarda partir. Dans sa main, un soda. Un papier était camouflé. Hakai n'avait pût le voir. Le Genin cacha le morceau de papier dans sa poche et s'approcha de son compagnon en souriant.

[Youso] Dis donc, tu vises haut. Tu lui plais ?

Il dit cela tout en lui tendant le soda. Cathi avait fait du beau travail puisque Hakai semblait ne se douter de rien.


Dernière édition par Youso Shi le Mer 29 Juil - 8:09, édité 1 fois
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mar 28 Juil - 18:14

La deuxième épreuve. Probablement la plus dur si on ne réfléchi pas. Le troc est une affaire de bons sens. Trouver la bonne personne, la complimenter et lui proposer un marché ou elle est légèrement perdante. Bien souvent ce son des femmes les meilleures cibles. Il semblerait qu'il en est trouvé une et une grosse d'ailleurs! Manque de chance. Apparemment les baleines ne savent pas lire les pancartes "en panne" sur les distributeurs. Dommage il y était presque. Que va-t-il bien pouvoir faire à présent? Cela a du mettre son moral à zéro. Le voilà à présent à airer dans la rue, à demander à chaque passant de bien prendre ces misérables beignets contre une maudite bouteille de soda. Ahh... Comme j'adore ressentir ses ondes néfaste qui me vienne tout droit de ses pensées. Le voilà maintenant en train de fréquenter les pauvres. Croit-il vraiment que c'est cette fille sans sous qui va lui échanger ces beignets contre du soda? Il délire? Il veut se prostituer contre du soda peut être? Je lui en ai pas demandé autant, enfin cela prouve qu'il est dévoué à sa cause. Et? Non. Elle ne semble pas intéressé, dommage pour toi. Pourtant, tu n'es pas moche comme gars, tu dois avoir un minimum de succès quand même. Non, elle est peut-être lesbienne. Oui ça doit être cela.

Bon vu qu'il ne semblait motivé pour bouger ses fesses, moi je faisais un petit du coin ou semblait être réunie les plus belles filles de cette matinée. Il y en avait pas mal. Malheureusement, les plus belles perles du village devait certainement encore dormir comme des princesses dans leur lit divin. Comme j'aimerais être un prince et allez les réveiller par un baisé majestueux. J'oubliais, je suis un prince, le prince des rues. En tout cas c'est le seul titre que je puisse m'accorder.

Retour dans la réalité.

*Que faisait-il? Il attend quelque chose ou quoi? Je vais pas attendre toute la journée merde. Je vais aller le voir*


[Cathi] Salut beau gosse, quel est ton nom ?

Hein? Personne ne m'avais appelé comme cela et personne n'aurait voulu. Peut être à cause de mon odeur comme le pense Aya? Enfin, il n'y a quelle qui dit que je sens mauvais. Je me retournais pour voir le visage qui avait eu les "couilles" de dire cela. Je m'attendais à un boudin ou une harpie. Mais non... Là, elle se tenait devant moi, la princesse dont je rêve depuis des mois. Bon en faite depuis ma monter de testostérone.

[Hakai]"Euh... C'est... C'est à moi..."

[Cathi] Non, ne répond pas. Dit moi plutôt ce que tu fais ce soir, mes copines et moi craquons sur toi.


[Hakai]"Ce soir? Déja?..."


Moi qui pensais que c'était les hommes qui faisaient la cour aux femmes. Et me voici à présent en train de me faire draguer par une princesse les mains dans les mains, les yeux dans les yeux.

[Hakai]"Euh..."

[Cathi] Grrr... Tu m'excites toi et tes airs de tigre affamé.

Oui c'est bien beau l'amour mais j'étais légèrement occupé avec Youso moi. Il en est ou lui d'ailleur? Je tournais alors la tête, enlevant ainsi mes yeux de la beauté, ils soufrèrent, je peux vous le garantir. Mais avant même d'avoir fait un angle de quarante-cinq degrés, une force surhumaine m'agrippa la tête et je finis par avoir les lèvres humides. Comme je le pensais, les princesses embrassent merveilleusement bien. A présent rouge comme une tomate, bah ça fait de l'effet le premier baiser, j'étais comme une marionnette, sa chose. Les quelques secondes qui me semblaient être des heures passèrent. Je ne vis même pas l'arriver de Youso dans mon dos.

[Youso] Hey, j'ai emmené le soda, comme tu me l'avais demandé. Regarde !

[Hakai]"Gaaah...Gaah..."

[Cathi] Ha et bien je vois que tu es occupé. Viens me voir plus tard, d'accord.


[Hakai]"GaahQuoi?..."

J'assistais là à la scène la plus atroce de ma vie. La femme que j'aime et qui m'aime partant pour ne se retrouver que trop loin. Je ne fis même pas attention à la petite bousculade qui eu lieu devant moi. Tout était atroce dans ma tête. Je me saisis la tête et commençais à hurler. Je devenais fou. Ce fut simplement quand Youso me parlais que je redescendis sur terre.

[Youso] Dis donc, tu vises haut. Tu lui plais ?

[Hakai]"Elle... elle m'a embrassé..."

Une minute de silence pour cet hommage fut rapidement organisé. C'est un grand jour aujourd'hui, je deviens enfin un homme, un vrai. Un petit choc involontaire de Youso à mon bras me rappela que nous étions en plein test au moment de se merveilleux moment.

[Hakai]"Tu peux garder le soda. Petite récompense pour ta réussite à la première partie de l'épreuve. Voici la seconde partie. Tu as exactement vingt-quatre heures pour draguer une fille ou un homme comme tu veux, c'est selon ton gout et de revenir ici accompagné. Maintenant tu m'excuses, j'ai une demande en mariage à faire."


Je commençais alors à courir le plus rapidement possible vers la direction d'où venait de disparaitre ma chère et tendre lady. Puis quelque seconde après le début de ma course, je l'apercevais. Mon coeur se remplie d'une chaleur douce à l'approche de ses cheveux blonds qui eut l'effet d'un traitement de choc. Je courus le plus vite possible, je la doublais pour me tenir fermement devant elle.

[Hakai]"Je dois te rendre quelque chose."

Je saisis avec tendresse sa tête entre mes mains et lui posais un baiser rempli de tendresse sur ses lèvres.

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mer 29 Juil - 7:55

Épreuve # 2
Charisme

[3]


Hakai ne se contrôlait plus. Il était tombé complètement sous le charme de la jeune femme. Si Youso avait su qu'il était aussi dingue des filles, il en aurait choisi une plus laide. Même si c'était plutôt difficile de demander ce genre de choses à quelqu'un que l'on ne connait pas pour une somme d'argent si faible. Il avait eu une sacrée chance de tomber sur Cathi. Elle était si belle et à la fois si simple. Étant jeune, elle avait un sale caractère, mais peut-être s'était-elle adoucit avec le temps. Une chose était certaine, elle ferait tout pour de l'argent. La dernière fois qu'elle était venue lui parler avant de partir en mission, elle lui avait demandé de l'argent pour qu'elle puise s'acheter un Shuriken. Youso lui en avait bien entendu donné et elle repartit en panique. Voilà qu'elle revient trois ans plus tard. Youso la rencontre dans un parc et lui demande de séduire un mec qu'elle ne connait pas pour dix ryos. Elle en demande un peu plus et le Genin accepte. Tout ceci était trop bizarre pour être normal. Que c'était-il passer réellement avant son départ et pendant sa mission ? Il aurait sa réponse en lui demandant. Mais pour le moment, il désirait apprendre les techniques du renard.

Finalement, Hakai se mit à bégayer. Cathi en avait encore fait trop je suppose. Elle devait lui avoir fait le coup des copines et du tigre affamé. Elle utilisait cette technique sans cesse pour draguer les garçons qu'elle trouvait mignons pendant son enfance. Bien entendu, elle devait s'être améliorée depuis ce temps. Elle était certainement beaucoup plus convaincante dans sa petite jupe.

[Hakai] Elle... elle m'a embrassée...

Youso regarda la scène semi-amusé, semi-agacé. Comment Cathi avait-elle pût embrasser un mec comme lui. Il lui avait demandé de le séduire, pas de le baiser sous le soleil tapant. Youso était à la fois fâcher contre elle et un peu jaloux. Après tout ce qu'ils avaient vécu, elle devait embrasser le premier venu pour simplement quinze petits Ryos ?! Maintenant ils ne jouaient plus, c'était la guerre.

[Youso] Ha oui ?

Dit-il purement et simplement, comme s'il s'en foutait. Mais au fond, tout ce qu'il voulait, c'était apprendre ces foutus techniques et en finir une bonne fois pour tout avec ces épreuves ridicules. Cela ne prouvait rien du tout. Cela ne prouvait pas que Youso était apte à apprendre les techniques du renard, cela n'était pas amusant et encore moins passionnant. Cela était une perte de temps immense qui ne le mènerait nulle part. Qui ne le mènerait nullement à la gloire. Même si ce n'était pas vraiment ce que Youso recherchait... Mais on ne fait jamais rien pour rien. Hakai voulait jouer, ils allaient jouer. Et la tricherie serait de la partie. S'il croyait que Youso allait suivre ses règles de merde il se mettait le doigt dans l'oeil. Coûte que coûte, il allait apprendre les techniques qu'il désirait apprendre. Il allait jouer des autres, le charisme ne servait rien. Ces épreuves n'étaient que de la chance. Youso devait simplement tomber sur la bonne personne ou trouver le bon chemin en espérant qu'il n'y ait pas trop d'embûches. Cela n'avait rien à voir avec le charisme ou la rapidité. Ce n'était que de la chance, simplement de la chance.

Pourtant, Hakai y croyait. L'école du renard avait eu tellement d'influence dans sa vie qu'il s'était mit en tête que les spectacles de cirque c'était la vie. L'école lui avait mit dans la tête des débiliter baser sur des faits inexistants. Il croyait que ses petites acrobaties étaient de l'art, mais en fait ce n'était que divertissement pour les enfants de bas âge ! Si les gens lui donnaient de l'argent, c'est par pitié et non parce qu'il réussissait à faire passer douze balles en dessous de ses jambes et de les rattraper. Par contre, les techniques avaient quelque chose d'intéressant. Elles servaient réellement à quelque chose et étaient d'une manière ou d'une autre impressionnantes. Ce n'est pas pour rien que l'école et aussi connue tout en restant secrète.

Lorsque Hakai eut enfin terminé de bégayer, Youso pût comprendre ce qu'il disait. Il revenait au sujet de la seconde épreuve. Non seulement il disait qu'elle n'était pas terminée, mais aussi qu'il y avait une deuxième partie ! Youso en avait marre. Combien de temps faudra-t-il qu'il se démerde à arrêter tous les gens qu'il voyait pour une raison quelconque ? Il avait échangé des beignets contre un soda. Oui il avait triché, mais il avait réussi. Mais cela n'était-il pas suffisant pour prouver à Hakai qu'il avait du charisme et qu'il était prêt à commencer l'entraînement ? C'est vrai que son coéquipier l'avait prévenu que la seconde épreuve se divisait en trois parties, mais il serait peut-être mieux de les oublier et de passer directement à la troisième épreuve. Mais il n'en fît rien et lui expliqua ce qu'il devait faire.

[Hakai] Tu peux garder le soda. Petite récompense pour ta réussite à la première partie de l'épreuve. Voici la seconde partie. Tu as exactement vingt-quatre heures pour draguer une fille ou un homme comme tu veux, c'est selon ton gout et de revenir ici accompagné.

Youso n'avait pas mérité cette récompense, mais pour tout l'argent qu'il avait dépensé pour terminer la première partie il méritait bien de boire le soda qu'il avait payé de sa poche. Hakai le lui jeta et il l'attrapa. Youso s'assit par terre en écoutant la suite. Il posa délicatement le soda près de lui. Il voulait être certain de ne pas le perdre. Le soleil de midi était très fort et il se devait de se rafraichir correctement. Il souriait déjà à l'idée de boire son soda. Puis, Hakai lui dit qu'il avait 24h pour draguer une fille et la ramener ici. Fastoche ! 24h c'était beaucoup trop. Hakai devenait donc indulgent ? Et puis, avec l'irrésistible charme que Youso possédait, les filles allaient tomber comme des mouches. Hakai n'aura même pas le temps de regarder sa montre pour constater que Youso avait déjà terminé. Bien entendu, il comptait prendre le temps de boire son soda. C'était une récompense bien mérité si on regardait tout le mal qu'il s'était donné pour tricher. La moitié de cette récompense devrait revenir à Cathi pour avoir embrassée un mec comme son compagnon d'équipe, mais bon, elle avait son argent de toute façon. À peine quelques secondes de silence s'écoulèrent que Hakai ajouta :

[Hakai] Maintenant tu m'excuses, j'ai une demande en mariage à faire.

Youso perdit le sourire. Hakai l'abandonnait ? Il n'allait même pas le regarder pendant qu'il tenterait de lui en mettre plein la vue en remmenant une jeune fille en un temps record ? En même temps, c'était une bonne chose puisqu'il n'aura pas besoin de se cacher pour tricher. Si jamais il a à tricher. Non... Il n'aura pas à le faire. Cette épreuve était beaucoup trop facile. Les filles courront à sa rencontre pour l'embrasser comme Cathi l'avait fait avec Hakai. Youso en était certain. Ce n'était pas tous les jours qu'un beau garçon comme lui faisait son entrer dans le parc. De plus, il était complètement disponible et se laisserait prendre comme un enfant prend un bonbon à l'halloween. Mais le fait que Hakai l'abandonne pour Cathi le troubla. Comment allait-elle prendre sa venue ? La connaissant, elle n'allait pas se laisser faire. Du moins, pas pour quinze Ryos. Elle allait en demander plus. Mais combien ? Youso n'avait presque plus d'argent. Cathi ne se laissera pas embrasser encore longtemps. Il le savait puisqu'il avait vu les yeux qu'elle faisait quand il était arrivé, le soda à la main. Elle ne semblait pas vraiment enjouée d'avoir embrassé Hakai. Tant mieux pour lui ! Ça lui apprendra à voler ses copines.

Puis il s'enfuit à la recherche de sa bien-aimée. Il la poursuivit jusqu'en dehors du parc. Youso, frustrer et toujours assit par terre ouvrit sa bouteille de soda et bue une gorgée, puis deux, puis trois. Puis il n'y en avait plus. Encore plus frustrer d'avoir terminé sa bouteille en trois gorgées, il la jeta au bout de ses bras pour exprimer sa colère. Malheureusement, personne ne se tourna vers lui. Non, ils étaient trop occupés à s'amuser et à profiter de cette belle journée. Ils jouaient au frisbee et mangeaient de la crème glacée. Plein de familles heureuses... Pff... Youso n'avait pas besoin de ça.

Quelques minutes s'écoulèrent. Il resta tranquille et observa les passants passer. Et lorsqu'il en eut assez d'observer, il se leva pour passer à l'attaque. Youso ne savait pas dû tout comme il s'y prendrait. Il n'était pas expert en drague même si son charme n'était pas trop mauvais. À l'habitude, il préférait rester dans son coin et attendre qu'une occasion se présente. Maintenant Hakai le faisait interagir avec les autres et cela ne lui plaisait pas. C'est pour cela qu'il s'approcha, rageur, près d'une jeune fille. Il lui dit comme un barbare :

[Youso] Tu sais que t'es trop sexy dans ton T-shirt moulant, toi ?

[Dame 2] Gros pervers.

Elle continua son chemin sans même le regarder. C'est vrai qu'il ne s'était pas forcé pour utiliser la bonne manière. Mais il était tellement fâché. Son coéquipier l'avait abandonné, Cathi en avait fait trop et l'avait embrassé et son soda s'était vidé en trois gorgés. Tout cela pouvait gâcher une journée. Du moins, la journée de Youso. Il regarda autour de lui, essayant de trouver une fille timide et gentille. Il y avait une jeune fille aux cheveux noirs qui lisait sur un banc. Elle semblait très sympathique. C'est pourquoi Youso se força à sourire et s'avança vers la dame. Elle était âge d'environ dix-sept ans.

[Youso] Bonjour.

Elle lui adressa un petit regard, mais ne prit pas la peine de lui répondre. Aucune émotion ne se dessinait sur son visage sauf peut-être un peu d'agacement. Elle bougea ses lunettes qui s'étaient déplacées et laissa ses cheveux noirs frisés voler au vent. Youso s'approcha encore et tenta de voir la couverture du livre. Il allait lui demander ce qu'elle lisait. C'était une astuce pour sortir le nez des gens de leurs bouquins.

[Youso] Que lisez-vous ?

Elle se sentit obliger de répondre. Toutefois, son regard ne changea pas de direction. La jeune femme poursuivit sa lecture tout en parlant.

[Dame 3] L'histoire de Nishi Ohsawa.

Youso avait déjà entendu ce nom quelque part. Puis il se souvint d'un livre poussiéreux pourrissant dans la bibliothèque. Intrigué par les vieux manuscrits, Youso l'avait pris et ouvrit quelques pages. Il lit les premiers paragraphes, mais referma le livre quelques secondes plus tard tellement c'était ennuyeux.

[Youso] Ha oui, le philosophe ?

La dame referma son livre dans un nuage de poussière. Elle se tourna vers le jeune garçon étrange qu'elle venait de rencontrer. Cela l'avait surpris qu'il connaisse Ohsawa. La plupart des gens n'aimaient pas la philosophie. Certains en éprouvaient même un dédain lorsqu'ils entendaient ce mot. Peut-être avait-elle enfin trouvé quelqu'un comme elle qui passait ses journées dans la bibliothèque.

[Dame 3] Vous le connaissez ?

Youso décida de jouer le jeu. Bien entendu, il ne savait même pas ce que ce brave monsieur avait fait dans la vie. Son nom lui était venu en tête grâce à une chance inouïe. Car la philosophie n'était vraiment pas son domaine.

[Youso] Nishi Ohsawa ? Si je le connais ?! Mais bien sûr, qui ne le connait pas ? Enfin, je ne le connais pas personnellement mais j'ai lu plusieurs de ses livres. Moi et la philosophie on est comme les cinq doigts de la main. On se connait par cœur moi et elle !

[Dame 3] Ha bon ? Il a écrit plusieurs livres ? Êtes-vous certain ? J'ai cru entendre qu'il était mort après avoir écrit son premier livre.

Ha mince, il s'était encore enfoncé ! Tous ses mensonges finissaient par le rattraper. Mais bon, il ne pouvait reculer maintenant. Il devait ignorer la question.

[Youso] Peu importe, je lis tellement de livres qu'il m'arrive parfois d'oublier qui les a écrit. Mais ce livre par contre je n'ai jamais oublié l'auteur tellement il était intéressant !

La jeune femme sourit et hocha vivement la tête

[Dame 3] Ho oui, il est passionnant n'est-ce pas ? Je suis rendu au chapitre dix-huit et je ne me suis pas ennuyé une seconde. Parfois je lis la nuit et pas une fois j'ai voulu fermer l'oeil. Je voulais toujours savoir la suite. Quel a été votre chapitre préféré ?

Il tenta de répondre le plus rapidement possible, choisissant un chiffre inférieur à dix-huit pour s'assurer de mentionner un chapitre qui existait réellement.

[Youso] Euh... Le chapitre 4.

[Akio] Vraiment ? Haha ! Moi c'est pareil. Je m'appelle Akio.

Fier de lui il lui dit.

[Youso] Et moi Youso. Vous voulez que l'on marche jusqu'en haut de la colline pour discuter un peu des livres que nous avons lus ?

Elle accepta. Youso lui offrit sa main, elle l'accepta également. Youso comptait l'emmener à l'endroit indiquer par Hakai pour lui faire croire que cette fille avait succombé à son charme. De plus, s'ils se tenaient la main, son coéquipier le croirait beaucoup plus facilement. Ils parlèrent d'auteurs que Youso n'avait jamais entendu parler et de livres qu'il avait jetés après s'être ennuyé en lisant les premières lignes. Cette fille était vraiment ennuyante. Gentille, mais ennuyante. Elle allait lui parler de sa collection de timbre, mais Youso dévia ''légèrement'' le sujet pour parler des différentes saveurs de glace. Lorsqu'ils fussent presque arriver en haut de la petite colline et que Youso croyait finalement avoir gagné la seconde partie, Akio s'arrêta puis regarda sa montre, affolée.

[Akio] Ho mon dieu ! J'ai bien aimé les moments passés avec vous monsieur Youso, mais j'ai bien peur que nos moments de bonheur soient terminés. J'ai promis à mon père de rentrer à midi et cette heure est bientôt passée. Faites-moi promettre que nous nous reverrons un jour.

Il en avait marre. Plus que quelques mètres et il gagnait. Pourquoi devait-elle partir à ce moment précis ? Il voulait la traîner jusqu'en haut, mais elle se débattit.

[Akio] Faites-moi promettre !

[Youso] D'accord, promettez-le !

[Akio] Je vous le promets.

Et elle s'enfuit en courant. Youso se laissa tomber sur l'herbe sèche de cet après-midi étouffant. Il ne tenta même pas de la faire revenir pour qu'ils puissent, ensemble, monter sur la colline. Elle était partie, lui avait perdu. Il lui restait encore beaucoup de temps, mais tous ses espoirs s'étaient éteints. Le parc était maintenant quasiment vide, tout le monde était parti manger. C'est alors qu'il se rappela que Cathi lui avait donné un mot quelques heures plus tôt et il était curieux de savoir ce qu'il contenait. Il fouilla dans sa poche puis sortit la lettre. C'était le meilleur moment de la lire en paix. Avec Hakai à ses coter, il n'aurait jamais pût démarrer sa lecture sans se faire démasquer. Il la déplia avec empressement.


Dernière édition par Youso Shi le Mer 29 Juil - 16:56, édité 4 fois

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mer 29 Juil - 7:57

Épreuve # 2
Charisme

[4]


Citation :
Si tu as besoin de moi une seconde fois, je vais t'attendre sur le même banc. Il se peut que je me sois changé, donc fait attention à ce que je porte. Je resterai jusqu'à 14h. Bien entendu, mes services ne seront pas gratuits =P.

Ps : N'oublie pas de m'expliquer ce qui se trame.

---------------------------------x.X.x Cathi.

Il la chercha des yeux. Il ne lui restait pas beaucoup d'argent, mais ce n'était pas grave, il marchanderait. Il retrouva le même banc que tout à l'heure. Malheureusement pour lui, il était vide. Personne n'y était assi. La déception le gagnait. Cathi ne l'avait pas laissé tomber la dernière fois, elle n'allait sûrement pas le faire maintenant. Mais qu'est-ce qui pouvait bien la retenir ailleurs ? Hakai, bien sûr...

***


Elle ne se sentait pas bien dans cet accoutrement. Il faisait chaud et malgré sa mini-jupe, elle suait de partout. Par chance Hakai ne semblait pas avoir sentit une odeur nauséabonde. Youso était arrivé avant et heureusement, juste à temps avant que Cathi gerbe tout son déjeuner. Ce n'était pas vraiment amusant d'embrasser ce mec.

*Un autre gamin !*

Au moins elle s'était fait de l'argent facilement. Elle n'avait même pas eu besoin de sortir le grand jeu et Hakai était déjà partit au septième ciel. Elle espérait qu'il ne croyait pas que Le Grand Jeu était le petit bisou qu'elle lui avait donné pour le contenir. Par chance, il n'en avait pas demandé plus. Dans ce cas-là, c'est vrai qu'elle aurait tout gerbé.

Elle s'avançait vers la sortie du parc pour se changer au même restaurant que tout à l'heure. Cathi espérait que le patron n'avait pas perdu sa précieuse valise. Elle en avait marre d'être dans ces vêtements de fille facile. Car ce n'est pas ce qu'elle était. Non... Elle était seulement en manque d'argent. La jeune femme avait vraiment de gros problèmes d'argent. Cathi se remémora tous les mauvais moments qu'elle avait passés en mission. Elle se souvenait de chaque détail et les larmes lui montèrent aux yeux. Ce qu'elle avait fait n'était vraiment pas bien et elle le savait parfaitement. La Genin allait commencer à pleurer, mais quelque chose la rattrapa et l'embrassa.

[Cathi] Non, pas deux baiser ! Mes copines seront jalouses si elles nous voient !

Cathi mit sa main sur la joue du jeune homme, puis la repoussa. Elle recula un peu, puis reprit son air de fille facile. Elle s'avança vers le garçon et ferma les poings sur le chandail d'Hakai. Elle n'allait pas le frapper, mais plutôt s'appuyer sur lui pour pencher sa tête en arrière. Quelqu'un lui avait dit que ce geste mettait ses seins en valeur.

[Cathi] Et tu es tout en sueur à cause de ce soleil, ça m'excite encore plus, tu me rends folle ! Quel est ton nom ?

Mais pourquoi l'avait-il suivi ? Pourquoi Youso ne l'avait-il pas retenu ? Ce n'était pas prévu au plan d'embrasser ce mec deux fois dans la même journée. Il était complètement fou et la seule explication à l'attachement que le garçon éprouvait pour Cathi c'est qu'elle était sa première copine. Ha non ! Mais pourquoi tombait-elle toujours sur des puceaux qui n'y connaissaient rien aux femmes. Elle aurait préféré tomber sur Brad Pitt, mais il y avait peu de chance que celui-ci soit dans un parc à Konoha. Aux dernières nouvelles il n'était ni marchand, ni ninja.

[Hakai] Je me fiche de tes copines. C'est toi que j'aime.

Ce n'était que la première heure et il lui faisait déjà une déclaration d'amour ? Ça allait mal ! Dans quoi c'était-elle embarquer encore ? Elle venait tout juste d'arriver à Konoha après une mission qui l'avait tué émotionnellement et déjà, un nouvel objectif lui était confié. C'est-à-dire : se débarrasser de ce rat minable qui se croyait pour Don Juan. Mais d'un certain côté, elle trouvait ce garçon mignon. Il ne voulait pas vraiment que les fausses copines de Cathi soient mêlées dans tout ça. C'était un jeune homme fidèle, elle pouvait le lire dans ses yeux. Mais peu importe, elle ne l'aimait pas !

[Cathi] Mais mes amies sont hystériques, si elles nous voient, elles ne me pardonneront ja...

[Hakai] Hakai. Mais tu peux m'appeler comme tu veux mon amour.

Il fallait trouver un moyen de se débarrasser de lui en douceur sans bousculer les choses. Si Youso ne l'avait pas retenue, c'était peut-être parce qu'il avait besoin d'une personne pour le distraire. Hakai était aveuglé par l'amour qu'il éprouvait envers elle. Il ne se rendait pas compte que son ami Youso était derrière tout cela et qu'il s'était bien foutu de lui.

[Cathi] D'accord mon beau, alors tu veux venir faire un tour dans le parc avec moi, main dans la main ? On va montrer aux gens comme on fait un beau couple toi et moi. Aller viens...

Sans attendre elle lui prit la main et l'entraîna de force vers l'entrer du parc. Tout en marchant, Hakai continuait de parler. Cathi n'adressait qu'une oreille discrète aux paroles du Genin.

[Hakai] Hmm... Le parc? D'accord. Mais au fait tu habites où? Tu sais, j'habite seul dans une grande maison alors si tu veux emménager...

Si seulement elle avait su que Hakai était prêt à s'engager aussi facilement, elle aurait arrêté tout dès le départ. Maintenant elle ne pouvait reculer sinon Youso se faisait pincer. De plus, elle avait marqué sur le papier qu'elle serait là pour lui jusqu'à 14h. Il lui restait 4h à passer son temps avec ce chien. D'ailleurs pourquoi Youso ne l'avait pas attaché ? Lorsqu'ils furent dans le parc, elle dit.

[Cathi] Bien... Je sais que nous sommes fous amoureux toi et moi. Mais peut-être qu'il y a QUELQU'UN QUI POURRAIS S'OCCUPER DE TOI si tu es seul. Moi j'ai ma famille. Mes parents ont besoin de moi, tu comprends ? Je ne peux laisser ma mère qui est malade sans surveillance. J'aimerais tellement t'accompagner, mais je ne peux pas. Ouff... Tu ne trouves pas qu'il fait chaud. Reste ici je vais chercher des glaces.

Elle avait vue Youso qui lui faisait signe près du stand à crème glacer. Elle courue jusqu'à lui puis le chercha du regard. En même temps, elle fit semblant de parler au marchant de glaces. Celui-ci le regardait bizarrement, mais elle n'y fît pas attention. Youso était caché derrière ce stand. Elle s'avança vers lui, se mit à quatre pattes, puis commença à lui jeter toutes les phrases qu'il lui passait par la tête. Il en fît de même. Ils se parlèrent tellement vite, qu'ils eurent de la difficulté à se comprendre. Toutefois, Youso et Cathi restèrent discrets. C'était une dispute entre vieil amis.

[Youso et Cathi] Tu te dois de venir faire quelques choses... Écoutes continu à l'occuper... maintenant il veut s'engager avec moi... Ça va prendre seulement quelques minutes... Ça devient sérieux Youso !... Je dois réussir cette épreuve, tu comprends ?... Il m'a embrassé deux fois... Il est en manque d'attention c'est tout... Je ne peux pas faire mieux maintenant... Tient bon j'ai presque terminé... Je ne peux pas attendre je suis désolé... Aller Cathi, ne me lâche pas... C'est terminé, on arrête tout... S'il te plait retournes-y, je te donnerai plus d'argent... 20 ryos ?... Non, 10 Ryos... 15 ?... Écoutes je suis faucher moi aussi... Bon d'accord j'y retourne... c'est ça vas-y !... J'y vais...

Elle sortit de sa cachette, puis se tourna vers Hakai. Cathi lui fit signe de la main, un peu gênée de marcher à quatre pattes. Elle se releva et marcha lentement vers son faux petit copain, l'air déçu. Elle lui dit comme excuse que le marchand de glace était fermé.

[Cathi] J'ai échappé l'une de mes boucles d'oreille par terre. Elle était très difficile à retrouver. Hu hu...

Après, il y eut quelques minutes de silence. Elle attendait avec impatience la venue de Youso qui viendrait la sortir de son calvaire. Ça lui faisait mal de devoir faire endurer tout cela au jeune garçon. Elle n'aimait pas jouer avec les sentiments des autres. Mais jamais elle n'aurait crue qu'il l'aimerait si facilement. Lorsqu'elle vit Youso se diriger vers eux, un immense soulagement gonfla son ventre. Elle expira.

***


Il attendit son amie pendant vingt minutes. Après quelques temps il pût entendre le signale. C'était un cri étouffé, mais suffisamment fort pour que Youso l'entende. Une seule phrase suffisait pour comprendre que Cathi avait besoin d'aider pour calmer Hakai. Youso l'imaginait, agenouiller aux pieds de la jeune femme qu'il venait de rencontrer, une bague à la main. Il l'entendait même lui faire une déclaration d'amour et la demander en mariage. Youso chassa ces mauvaises pensées puis tenta de les localiser. Le signal semblait venir de l'entrer du parc.

[Cathi] QUELQU'UN QUI POURRAIS S'OCCUPER DE TOI !

C'était ce qu'il avait entendu. Il tourna la tête vers les immenses grilles qui délimitaient le quartier marchand du parc Seibutsu. Il vit Hakai et Cathi main dans la main.

*Grrr... Il n'abandonnera jamais ce salopard !*

Il fallait trouver une solution avant que son compagnon se mette à câliner son amie. Cette dernière avait besoin d'aide pour la sauver des griffes empoisonnées de Hakai. Il fallait trouver quelque chose qui puise le faire gagner et stopper les deux amoureux. Son coéquipier voulait de la séduction, il allait en avoir ! Lorsque son plan était bien clair dans sa tête, Youso couru jusqu'au marchand de glace, puis se cacha derrière. Hakai ne pouvait le voir. Il marcha à quatre pattes jusqu'au coin du stand. De là, il pouvait voir Hakai, dos à lui et Cathi, face à lui. Quelle chance il avait d'être ainsi caché. Il fit signe à Cathi de venir le rejoindre. Heureusement, elle aperçue la main de son ami et s'avança vers lui. Lorsqu'elle fût suffisamment proche, elle se pencha elle aussi et le mitrailla de phrases rapides. Youso ne pouvait rien faire d'autre que d'ajouter quelques mots entre ces phrases. Lorsqu'elle eut enfin terminée et qu'elle accepta de continuer le jeu, la jeune femme retourna draguer son petit copain.

De son coter, Youso revint sur la colline, là où il s'était assit. Bien sûr, il prit soin de ne pas se faire voir par son compagnon. Il voulait la faire attendre un peu. Lorsqu'il en eut assez de jouer à ce petit jeu, il marcha fièrement vers ses compagnons.

[Youso] Bonjour, chère demoiselle !

Il adressa un clin d'oeil coquin à Hakai.

*Regarde bien le pro !*

[Cathi] Bonjour.

Lorsqu’il remarqua qu’il souriait bêtement, il cessa. Il prit un air gêné. Il ne savait pas trop quoi dire à la jeune fille puisqu’il ne voulait rien dire à propos de ce qu’il ressentait réellement pour elle. Mais il devait être séduisant.

[Youso] Euh… Vous savez… Enfin je veux dire…. Vous savez à quel point… Vos dents sont belles ?!

Cathi le dévisagea. Mais de quoi est-ce qu’il parlait. Tentait-il de la séduire ? Il s’y prenait mal, très mal.

[Cathi] Euh… Mais comme vous savez parler aux femmes vous et vos airs de grand étalon !

[Youso] Hein ? Euh, mais oui ! C’est de famille ! Enfin je crois…

[Cathi] Je vois… Et vous vous êtes… Très séduisant je dois dire.

L’ambiance devenait étrange. Youso avait prévu de la séduire pour gagner la deuxième partie, mais il n’avait pas vraiment pensé à ce qu’il allait lui dire pour y arriver. Maintenant les mots se bousculaient et il disait n’importe quoi. Pourquoi était-il autant stresser lorsqu’il devait dire des compliments à son amie ? Il se gratta la tête, à la recherche de quelque chose à dire. Puis il décida de passer directement aux choses sérieuses.

[Youso] Vous voulez marcher jusqu’en haut de la colline ? On pourrait en même temps… Essayer de faire un peu plus connaissance…

[Cathi] J’en serais ravi.

Ils marchèrent, sans parler, jusqu’en haut de la colline. Youso ne savait pas si Hakai les suivait, mais il s’en foutait. Il avait terminé la seconde partie avec succès. Il était revenu avant 24h au sommet de la colline comme Hakai le lui avait demandé. Mais il suffisait de se débarrasser de Cathi pour pouvoir continuer.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mer 29 Juil - 18:46

Des glaces? Bonne idée. C'est qu'il fait sacrément chaud aujourd'hui. Tant mieux, j'adore la voir dénudé ainsi. Quelques secondes passèrent et la revoilà les mains vides. Elle prétexta que le marchant était fermé. Bizarre, je le voyais bien pourtant. Aucune importance. La seule chose que je voulais, c'était d'être au prêt d'elle. Je ne vous dis pas ma réaction lorsqu'elle m'annonça qu'elle avait perdue une boucle d'oreille. J'étais prêt à déclarer l'affaire d'état, le couvre-feu et la guerre ouverte pour la retrouver. Mais je n'ai pas eu besoin de tout cela malheureusement, cela fait une occasion de moins de montrer la flamme qui est dans mon cœur. Toujours main dans la main, nous continuons notre balade dans le parc. J'étais un peu dessus qu'elle refuse poliment ma proposition d'emménager, mais si sa mère et malade... Je passerais chez elle voir ma belle-mère. Je reconnus l'endroit, là où normalement Youso devrait être dans quelque heure avec une fille. Mais qu'es que je vois? Que fait il déjà ici? Et seul en plus... Il s'approcha doucement.

*J'aime pas la façon dont il me regarde.*


Mon mauvais pressentiment se confirma. Il n'hésita pas une seconde à saisir les mains de Cathi et de lui faire la cour. Enfin si on peut appeler cela comme cela. Je ne comprends même pas comment cela peut fonctionner. Voici donc un nouveau couple bien comique qui s'avançait tendis que moi, choqué comme jamais, je restais derrière la bouche grande ouverte, incapable de réaliser ce que je venais de voir. Ce petit enfoiré venait de piquer ma copine seulement pour réussir son test. Une fois qu'ils étaient enfin arrivés quelques mètres plus loin qui prit l'éternité à se faire, il s'arrêta enfin et se tourna vers moi. La fierté se lisait sur son visage. Oui il avait bien réussi, mais à quel prix?

[Hakai]"Bravo tu as réussi la seconde manche mais..."


La rage qui bouillonnait depuis quelques minutes en moi ressortit et c'est les yeux remplis de larme que je bondissais dans les airs pour pratiquer la technique la plus simple de l'école du renard, le saut du baladin. Elle consistait simplement d'attaquer son adversaire par les airs tout en restant à distance après le coup. Mon coup visant Youso n'était pas destiné à lui faire mal, mais juste lui payer son manque d'éducation et son manque de respect vis-à-vis de Cathi. Il tomba à terre comme une vulgaire feuille de papier.

[Hakai]"Comment tu peux me faire ça?! Et tu attends que je t'apprenne mes techniques après? Tu rêves"

Je me retournais de honte d'avoir frappé sans prévenir. C'est vrai qu'après tout il ne pense qu'au test, mais il a la tricherie dans la peau.

[Hakai]"Vous deux... J'ai vu votre regard... Vous vous connaissez! Cela sent la tricherie!"

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Sam 1 Aoû - 3:54

Épreuve # 2
Charisme

[5]


[Cathi] Quelle belle balade n’est-ce…

Elle ne termina pas sa phrase pour une seule raison. Hakai. Lorsqu'ils se retournèrent après avoir escaladés la colline, ils virent le jeune garçon, les yeux pleins de larmes. Mais pourquoi pleurait-il comme une gonzesse celui-là ? Youso pouvait sentir la jalousie dans l'air tellement qu'elle était intense. Il savait que tout cela allait se terminer en boucherie, surtout si Cathi dans était dans les parages. Et c'est sans retenu que son coéquipier lui sauta dessus en chialant. Il lui fit la menace de ne pas lui apprendre les techniques pour finalement se relever. Cathi était en position de combat, craintive. Elle ne savait pas si elle devait lui sauter dessus ou attendre gentiment que sa colère passe. La jeune femme se sentait mal d'avoir jouée avec un garçon aussi gentil. Seulement, elle ne pouvait le laisser combattre avec Youso sans rien dire. Mais puisqu'il avait libéré ce dernier, elle se calma et reprit une position correcte.

[Hakai] Vous deux... J'ai vu votre regard... Vous vous connaissez ! Cela sent la tricherie !

En voilà un autre capable de lire dans les regards. C'est certain que Youso et Cathi n'avait pas été très subtile et il fallait s'attendre à ce que Hakai se rendre compte de quelque chose un jour ou l'autre. Mais ce n'était pas prévu qu'il le sache aussi tôt. Maintenant il suffisait de savoir comment il allait réagir.

De son coter, Cathi ressentit le besoin de dire toute la vérité. Elle ne pouvait mentir plus longtemps. Elle avait tellement besoin d'argent qu'elle n'avait pût refuser l'offre de Youso. Ce n'était pas dans ses habitudes de draguer quelqu'un qu'elle ne voulait pas draguer. Hakai était gentil, mais il ne l'attirait pas. Et ce point était très important pour Cathi. Elle devait aimer un homme qui lui plaisait.

Ne pouvant résister plus longtemps, elle décida de tout avouer.

[Cathi] Oui c'est vrai, nous nous connaissons...

Youso la coupa. Il avait bien l'intention de ne pas la laisser continuer à saccager son entraînement.

[Youso] Et qu'est-ce que ça change ? On se connait. Et puis ? J'ai gagné, je suis revenu avant 24h avec une fille là où tu me l'as demandé. C'est vrai, elle m'a un peu aidé, mais elle a accepté de m'accompagner. C'est ce que tu m'as demandé ? Tu ne m'as pas dit de choisir une femme que je ne connaissais pas, seulement d'en remmener une ici. Je ne vois pas pourquoi tu t'emportes et que tu me sautes dessus !

Youso grimaça, puis se tourna, les bras croisés, tel un enfant fâché. Il ne lui avait pas exactement dit la vérité, mais cela devrait suffire pour le calmer un bout de temps. Hakai n'avait pas besoin d'en savoir plus et il serait difficile pour lui de découvrir la supercherie qu'ils lui avaient fait subir pendant l'épreuve numéro deux. Youso devait trouver une excuse pour ne pas lui avouer qu'il avait payé une femme pour que celle-ci aille le séduire. Seulement le séduire, pas l'embrasser. C'était Cathi qui avait décidé d'aller aussi loin malgré la somme minime que Youso lui avait donné pour qu'elle fasse ce qu'il lui avait demandé. Il était un peu frustré qu'elle se soit ainsi laissé faire par son coéquipier. Elle aurait dû le repousser comme toutes les femmes font lorsqu'un inconnu les embrasse sans prévenir. Il croyait que c'était une règle écrite depuis longtemps.

[Youso] Pendant la première partie de l'épreuve numéro deux, j'ai parlé à Cathi et je lui ai expliqué ce que nous faisions. L'entraînement, les épreuves que tu me faisais faire et l'école du renard, tout ça, elle le sait. Cathi a tout de suite dit qu'elle te trouvait mignon donc je lui ai proposé d'aller te voir. Mais t'en as encore trop fait, hein Cathi ?!

Il jeta un regard plein de reproches à son amie. Elle rougissait, puis se tourna pour bouder. Elle avait honte d'être ainsi pointée. Mais pourquoi disait-il des choses pareilles ? Maintenant Hakai sera sûrement beaucoup plus collant qu'avant. Ou peut-être que ce mensonge ne sera pas suffisant pour baisser la garde du jeune homme. Ce n'était pas avec joie qu'elle dit cela, mais elle tenta de faire son mieux pour rester crédible. Elle l'avait beaucoup plus que la dernière fois.

[Cathi] Oui c'est vrai, j'en ai trop fait et si on en est arrivé là c'est par ma faute. Je ne voulais pas que vous vous battiez, je suis désolé je n'aurais peut-être pas dû aller aussi rapidement dans notre relation. Mais bon, si tu es prêt à tout oublier on pourrait peut-être aller au restaurant ensemble et repartir à zéro ? Peut-être pourrions-nous faire connaissance normalement comme tous les gens le font.

Peut-être que contrairement à ce qu'elle pensait, Hakai s'avérerait être plus mignon que ce qu'il laissait paraître. Peut-être même qu'une amitié se lierait entre eux. Ça ne dépendait que de lui. Il lui suffisait d'accepter l'invitation pour ensuite tout oublier et apprendre à Youso ce qu'il lui avait promis. Cathi était fier d'elle. S'il acceptait, tout irait pour le mieux. Les deux garçons pourraient reprendre leur entraînement et Cathi pourrait retourner chez elle. Si sa mère voulait toujours d'elle, bien sûr. Elle pourrait enfin reprendre sa vie là où elle l'avait laissé. Elle voulait tellement que les choses reprennent comme avant. Malheureusement, tout avait changé. Le village était en plein reconstruction suite à l'attaque d'Asashi. De nouvelles têtes avaient faites leur apparition. Le vent avait changé, les fleurs avaient poussé, même le chant des oiseaux ne semblait plus être le même. C'était comme si elle emménageait dans un nouveau village.

Youso restait impassible. Mais il fût très surpris de constater que Cathi l'avait invitée au restaurant. Elle ne faisait pas cela pour l'aider, c'était certain. Jamais elle n'avait fait ce genre de choses auparavant. Peut-être avait-elle une véritable attirance cachée au fond d'elle. Il fallait avouer que Hakai n'était pas si laid, même si, selon Aya, il puait. Le jeune garçon s'étira.

[Youso] Alors, on poursuit ou on arrête tout ? C'est à toi de décider Hakai.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Sam 1 Aoû - 18:13

J’avais jute… Pourquoi m’avait il caché qu’il se connaissait ? Cela aurait il pu nuire à notre relation ? Serait-il en couple ? Non, impossible. Youso ne réagirait pas ainsi et Cathi non plus d’ailleurs. Pourquoi alors ?

[Youso] Et qu'est-ce que ça change ? On se connait. Et puis ? J'ai gagné, je suis revenu avant 24h avec une fille là où tu me l'as demandé. C'est vrai, elle m'a un peu aidé, mais elle a accepté de m'accompagner. C'est ce que tu m'as demandé ? Tu ne m'as pas dit de choisir une femme que je ne connaissais pas, seulement d'en remmener une ici. Je ne vois pas pourquoi tu t'emportes et que tu me sautes dessus !

Il avait raison. D’un geste rapide du bras, j’essuyais le peu de liquide qui restait dans mes yeux. Youso me tournais le dos et faisait sa tête d’enfant gâté n’ayant pas eu son joujou préféré. Cela me faisait rire. Finalement ce n’était pas si terrible que cela comme rupture…

[Youso] Pendant la première partie de l'épreuve numéro deux, j'ai parlé à Cathi et je lui ai expliqué ce que nous faisions. L'entraînement, les épreuves que tu me faisais faire et l'école du renard, tout ça, elle le sait. Cathi a tout de suite dit qu'elle te trouvait mignon donc je lui ai proposé d'aller te voir. Mais t'en as encore trop fait, hein Cathi ?!

Mes deux yeux se posaient sur le gracieux visage de la jeune femme blonde. Les dernières paroles de Youso me redonnérent du baume au cœur. Se pourrait-il que tout ce cinéma était en faite la réalité? La jeune femme rougissait légèrement. C’est vrai que nous étions encore jeunes, le fait de parler de nos sentiments ainsi nous mettait à nue… Pas l’habitude de tous ces troubles dans nos cœurs. Je pouvais sentir des remords… Pourquoi ?

[Cathi] Oui c'est vrai, j'en ai trop fait et si on en est arrivé là c'est par ma faute. Je ne voulais pas que vous vous battiez, je suis désolé je n'aurais peut-être pas dû aller aussi rapidement dans notre relation. Mais bon, si tu es prêt à tout oublier on pourrait peut-être aller au restaurant ensemble et repartir à zéro ? Peut-être pourrions-nous faire connaissance normalement comme tous les gens le font.

Hahahaha…. Les oiseaux commençaient à siffler, les rayons du soleil brillaient de plus belle et une douce chaleur transperçait mon corps. Tout revenait pour le mieux. C’est avec un énorme sourire sur les lèvres incapable de le dissimuler que j’acceptais d’un rapide geste de tête.

[Hakai] « Mais c’est moi qui paye alors ! »

[Cathi] « D’accord ! »

Bon voila une bonne chose de faite. Je regardais rapidement l’heure, il était onze heures. Nous avions donc le temps de passer à la troisième et dernière épreuve. Inutile que Cathi reste plus d’une heure sans rien faire, et puis elle a sa mère malade à allez voir, enfin si ce n’est pas un autre mensonge. Je la regardais alors avec un air moitié sérieux moitié affectueux.

[Hakai] « Je dois lui faire passer le dernier test. Nous pouvons nous retrouver après pour allez diner. Quand penses-tu ? »

[Cathi] Parfait, je t'attendrai au restaurant à l'entrer du parc.


D’un clin d’œil, je lui dis au revoir pour ensuite pouvoir mieux me concentrer sur l’apprentissage de notre petit tricheur. Malheureusement pour lui, il n’y a aucun moyen de tricher à la troisième et c’est surtout la plus importante. C’est maintenant que nous allions savoir si il pourra apprendre les grandes lignes de l’école du renard. Je dis les grandes lignes car il y à bien une ou deux technique que l’on peut maitriser sans réussir la troisième épreuve. Une fois que l’esprit était enfin calmé, je m’avançais pour retourner à mon cirque organisé. La troisième épreuve allez avoir lieu ici.

[Hakai] « Pour la troisième épreuve, qui est la plus importante, je vais tester ton équilibre. Sans équilibre tu ne pourras maitriser la plus part de mes techniques. »


Je lassais passer quelque seconde histoire qu’il se remette un peu en question mais j’en doute, il est d’un j'enfoutiste. Plus j’y pensais et plus je me disais qu’il avait certaine similitude avec Kenji. Mais heureusement il n’avait pas cette arrogance qui le rendait si détestable. Certain dise que c’est parce qu’il est uchiha mais tout cela est faux. Taka est une Uchiha également et elle est adorable. Non, c’est un con c’est tout. Youso aussi peut être con quand il le veut, enfin comme tout le monde… Pourrons-nous encore s’entendre après cet « accident » ? En tout cas il faut que je fasse tout pour ou sinon notre travail d’équipe en dépérira pouvant causer la perte de quelqu’un. Je pensais immédiatement au petit Hyuuga qui semblait être faible n’ayant rien fait lors du combat contre Aya. Heureusement que nous sommes des genins expérimenté, nous pourrons l’entrainer.

[Hakai] « Il est onze heures cinq. Les bureaux se vident bientôt. Il y aura donc de plus en plus de monde dans le parc. »

Peut être qu’en voyant le fil et en écoutant mes paroles avait il déjà comprit la troisième épreuve ? Mais c’est il quelle est extrêmement dur ? Pour certain faire le show sur un fil équivaux à faire l’andouille mais c’est tout une chose. Cela ne se fait pas en une heure d’entrainement. Mais Youso est un ninja de Konoha depuis quelque temps d’après se que je sais, cela devrait lui prendre moins de temps surtout que j’ai considérablement baissé la difficulté.

[Hakai] « Bon. Mon te sur le fil. »

Il s’exécuta, il put immédiatement se rendre compte que tenir droit sur fil aussi fin était déjà une véritable épreuve. Mais on si habitue très rapidement surtout lorsqu’on a un but précis comme Youso. Je lui laissais quelque minute pour se concentrer à se tenir droit. Une fois que la première partie de l’épreuve lui semblait un peu plus facile, je lui balançais deux balles en mousse.

[Hakai] « Jongle. »

Et ce sera comme cela tout le temps. Bien sur j’augmenterais la difficulté au fur et à mesure que l’épreuve avancera. Bientôt se sera avec trois balles qui jonglera avant de devoir marcher sur le fil avec. Et l’on montera jusqu'à huit balles et se sera ensuite le tour des cerceaux. Bon certes les cerceaux sont en faites des couvercles de poubelle que j’ai découpé mais on fait avec ce que l’on a. De plus en plus de monde arrivait dans le parc. Certain venait piqueniquer dans ce bon temps que nous offrais le soleil. D’autre passait simplement par la pour se rendre à leur domicile mais une chose était sur, ils voyaient tous les acrobaties de Youso. Il n’y avait rien de spectaculaire, seulement un bouffon sur un fil qui faisait tourner des baballes au dessus de sa tête, rien d’extraordinaire. Mais cela suffisait pour que certain verse une pièce ou deux dans le bocal.

[Hakai] « Bon arrête deux secondes. »

Il était temps de passer aux choses sérieuses. Il était certain qu’il chuterait mais c’était un peu le but. Je mis autour de son corps deux cerceaux et un autour de son coup.

[Hakai] « A présent tu dois toujours jongler mais en faisant également tourner les cerceaux. »

Une chute, deux chutes, trois chutes. Je m’en foutais de combien il en faudrait mais il tiendra sur se fil avec tout son accoutrement qui tournoyait autour de son corps. Le temps passait vite, très vite. Il était à présent midi vingt. L’heure du restaurent approchait. Il avait considérablement augmenté son équilibre mais il en faudrait bien plus pour apprendre les attaques les plus fantastiques et destructrice de l’école du renard. Enfin, je peux au moins lui apprendre les fondamentaux.

[Hakai] « C’est bon. Tu peux t’arrêter. Je vais manger, on se retrouve ici pour passer aux choses sérieuses. J’emmènerais avec moi le matériel qu’il faudra. Allez à plus. »

J’avais quelques minutes d’avance, autant ne pas se magner sinon elle serait que je suis pressé de la revoir. J’étais à présent devant le restaurent, celui à l’entrer de la route du parc. J’avais prévu de la conduire au restaurent que Taka m’avait fait connaitre. On y mangé très bien et c’était assez discret comme cela nous pourrions parler tranquillement, apprendre à nous connaitre car il semblerait que le peux de chose qu’elle m’ait dit soit faux. Après quelque minutes d’attentes je m’aperçu enfin qu’elle se trouvait à l’intérieure. Je pénétrais alors dans le restaurent ou plusieurs personne prenaient leurs repas. Je n’avais pas vraiment prévu de manger ici mais s’il elle le souhaite… Elle s’était changée. Finis les habits sexy et moulant. C’était peut être mieux ainsi, je pourrais apprendre à la connaitre à son naturel et pis elle attirera moins le regard des autres pervers…

[Hakai] « J’avais prévu de t’inviter dans un charmant petit restaurent qu’une collègue m’a fait découvrir mais si tu préfères res… »

[Cathi] « Allons-y alors. »

Cette fois ci, ce n’était pas main dans la main que nous nous promenions. J’avais bien compris qu’elle en avait rajouté et qu’elle devait d’abord apprendre à me connaitre. Idem pour moi. Je ne sais pas se qu’il m’avait pris, les effets de l’amour peut être… Nous arrivions très rapidement dans le petit restaurent. La charpente tenue par une poutre était toujours intact et très bien entretenu. Nous nous installons sur une table à l’extérieure pour profiter du bon temps. Le patron nous remarqua immédiatement et vint à notre rencontre après avoir prit la commande des autres clients.

[Patron] « Bonjour ! Que puis je vous offrir ? Ah mais je vous reconnais ! Vous êtes l’homme avec qui Taka est venu une fois. Merci grace à votre argent j’ai pu rénover la charpente. »

[Hakai] « Sa m’a fait plaisir. Et puis j’avais un peu abimé la poutre alors… »

[Patron] « C’est votre amie ? Vous venez toujours en très bonne compagnie à se que je vois ! » Me dit il avec un petit clin d’œil.


[Hakai] « Oui mais la dernière fois c’était plus pour le boulot. Ramenez nous donc un peu d’apéritif, je prendrais un cocktail spécial. Et pour mon amie se sera ? »

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Dim 2 Aoû - 5:38

Épreuve # 3
Équilibre


Soudain, Hakai semblait heureux. Lorsque Cathi l'invita au restaurant, un sourire apparût sur son visage comme s'il venait d'avoir ce qu'il avait toujours désiré. Plus les secondes passaient, plus son sourire s'agrandissait, plus Cathi espérait qu'il dise oui, plus Youso espérait reprendre l'entraînement. Ils attendaient tous les deux sa réponse avec impatience, même s'ils se doutaient de ce qu'il allait répondre en voyant ce magnifique sourire. Et c'est sans surprise qu'ils entendirent :

[Hakai] Mais c'est moi qui paye alors !

Cathi accepta. Elle n'avait jamais eu l'intention de payer puisque son portefeuille était complètement vide. Elle aurait simplement inventé une excuse pour que ce soit Hakai qui paye. Cathi l'avait invité, mais c'était lui qui avait accepté. C'est pour cela qu'elle n'eut aucune émotion lorsqu'il lui dit qu'il payait le dîner, mais au fond d'elle, une joie immense lui donna des frissons. Elle n'aura donc pas à lui mentir une nouvelle fois. Surtout après s'être inventé une mère malade. Hakai devait maintenant douter d'elle comme elle doutait de lui. Cathi désirait savoir s'il comptait lui faire payer ce qu'elle lui avait fait. C'est pour cela qu'elle ne baissa pas sa garde malgré le sourire chaleureux qu'il lui faisait partager.

[Hakai] Je dois lui faire passer le dernier test. Nous pouvons nous retrouver après pour allez diner. Quand penses-tu ?

Si tôt ? Cathi croyait y aller une autre journée, comme cela elle aurait le temps de dire bonjour à sa famille et, peut-être, tenter de trouver un appartement dans les annonces du journal. Mais Hakai semblait tellement heureux d'être invité qu'elle ne pouvait refuser. Elle choisit un lieu où ils pourraient se retrouver facilement. Le restaurant de tout à l'heure était parfait. Cathi pourrait l'attendre en buvant un thé et pourrait se changer puisqu'elle avait confié sa valise au patron de l'établissement. D'ailleurs elle espérait qu'il lui avait fait attention. C'était toute sa vie qui se trouvait là. Ses vêtements, ses produits de beauté et ses albums photo. Les photos qu'elle avait prises avant de sortir du village. Toute son équipe se trouvait dessus. C'étaient des images qu'elle avait prises. Elles venaient du passé, mais l'image étaient dans le présent, les pensées aussi d'ailleurs. Ils étaient tellement heureux avant de connaître ce qu'il se passait en dehors des murs de Konoha.

Elle sentait les larmes lui monter aux yeux, mais elle les retint avec succès. Hakai lui fit un clin d'œil et, surprise par sa réaction, marcha vers la sortie du parc, la tête baissée. Souvenirs, souvenirs...

De leur coter, Youso et Hakai étaient prêts à continuer les épreuves. Youso avait toujours hâte d'apprendre les techniques, mais il s'était calmé un peu. Il était conscient maintenant qu'il devait passer les épreuves sans tricher pour mériter les connaissances que Hakai voulait bien lui faire connaître. Ce n'était pas tous les jours qu'un mec comme lui avait la chance de tomber sur un garçon comme Hakai qui laissait filer les secrets de son école sans rien dire. Youso pouvait en profiter un peu, non ? Ce petit accrochage avec son coéquipier n'avait fait que raviver son désir d'apprendre. La colère des autres le faisait vibrer de plus en plus. Il avait adoré savourer ses pleures en se disant que tout cela était à cause de lui. Il faut avouer que Youso devenait un vrai salopard. C'est pour cela qu'il tenta de se calmer, surpris par sa propre attitude qui ne lui ressemblait pas. Il décroisa ses bras puis regarda Hakai dans le blanc des yeux, l'air innocent. Lorsqu'il constata que Hakai ne semblait plus lui en vouloir il s'approcha de lui, restant tout de même sur ses gardes. Peut-être allait-il profiter de l'absence de Cathi pour lui sauter dessus une seconde fois ? Mais il avait accepté l'invitation, il devait tout oublier.

Youso était, d'une certaine manière, reconnaissant envers sa vieille amie. Elle avait dit la vérité tout en calmant Hakai. C'était un exploit mémorable. Elle s'était sacrifiée pour lui et avait ajouté un rendez-vous de plus à son agenda. Le dîner avec Hakai serait sûrement désastreux si Cathi agissait comme elle le faisait avant. Youso rigola intérieurement puis se reprit.

[Hakai] Pour la troisième épreuve, qui est la plus importante, je vais tester ton équilibre. Sans équilibre tu ne pourras maitriser la plupart de mes techniques.

L'équilibre ? Mais pour qui Hakai le prenait-il ? Il disait que c'était la plus difficile, mais n'avait-il pas pensé que Youso était un ninja expert en Taijutsu et avait une grande agilité. Il n'avait pas pensé que Youso avait plusieurs années d'entraînement et qu'il avait acquis beaucoup de connaissance durant ce temps ? Il parlait comme s'il connaissait parfaitement tous les défauts de son coéquipier alors qu'ils s'étaient vus seulement quelques heures. Mais puisqu'il voulait une preuve de ses capacités, il allait la lui donner. Malheureusement pour lui, il était impossible de tricher. Mais cette fois, il n'en aurait pas besoin.

[Hakai] Il est onze heures cinq. Les bureaux se vident bientôt. Il y aura donc de plus en plus de monde dans le parc.

Ha mince, mais pourquoi voulait-il toujours que Youso travaille dans le public ? Ça devenait sérieusement agaçant. Il avait honte de lui-même et s'il devait montrer ses talents de clown à tout le parc, il aurait beaucoup plus honte. Hakai n'allait sûrement pas se contenter de le laisser monter sur le câble et de tenir en équilibre cinq minutes. Il allait certainement lui faire manipuler certain de ses jouets. Et Youso devrait faire tout ce cirque devant une vingtaine de gens. L'envie ne lui venait pas tellement, mais Hakai lui demanda de monter sur le câble. Il obéit et s'avança vers celui-ci. Il s'appuya sur un banc et grimpa avec agilité sur le fil. Youso ne s'attendait pas à ce qu'il soit aussi mince et il constata que ce n'était pas facile pour tout le monde de faire ce genre de choses. Heureusement, l'équilibre ça le connaissait suffisamment pour qu'il reste parfaitement droit. Il continua à marcher avec prudence jusque dans le milieu. Youso se tourna vers son coéquipier à la recherche d'une réaction, mais il ne parlait pas. Peut-être ressentait-il toujours un peu de rancœur envers son compagnon d'équipe ?

Youso n'osa pas poser de questions et tenta de se concentrer à garder l'équilibre le plus longtemps possible. Il réussissait la première partie sans trop de mal, mais qu'est-ce que Hakai lui réservait d'autre ? Comme pour répondre à sa question, le garçon lui tendit des balles et lui demanda de jongler. Youso n'avait jamais appris à jongler, donc c'est avec dégoût qu'il prit les balles dans ses mains. Il y en avait deux. Ça ne devrait pas être trop difficile. Il lança la première puis la deuxième et les rattrapa. C'était déjà un bon début, même si sa jonglerie n'était pas continu...

Le jeune garçon se demandait toujours comment ce genre d'épreuves pouvait l'aider à réaliser les techniques du renard. Hakai voyait bien que Youso avait de l'équilibre, certes, ce n'était pas la même chose lorsque l'on devait jongler. Et il ne croyait pas devoir utiliser des balles pour réaliser une technique. Mais que pouvait-il dire sauf qu'il était en désaccord ? Finalement, il décida de ne pas le dire. Hakai lui apprenait des techniques alors Youso devait se plier aux règles. Même si l'envie de tricher lui prenait.

Lorsqu'il fût suffisamment habile avec un balles, Hakai en ajouta une autre, puis une autre, puis un autre jusqu'à ce le total atteigne huit. Hakai lui demanda de marcher en même temps de jongler. C'était beaucoup plus difficile que ça ne le paraissait. Trente minutes après avoir débuté l'épreuve, plusieurs personnes vinrent regarder le spectacle. Certain laissèrent quelques pièces par pitié et d'autre grimaça avant de partir. Les enfants ne prenaient même pas le temps de le regarder et continuaient de jouer. Youso s'en moquait, car il ne faisait pas cela pour eux, mais pour lui. Il avait l'air d'une andouille, mais il fallait faire des sacrifices pour recevoir les bénéfices.

Une heure avait passé depuis le début. Youso laisser souvent tomber la balle, mais cela devait être normal puisqu'il n'avait jamais jonglé. Du moins, pas sur un fil avec huit balles dans les mains. C'était difficile de se concentrer sur l'équilibre et les balles en même temps. C'est pourquoi Youso n'était pas capable. Mais avec de la pratique, il y arriverait. Peut-être pas parfaitement, mais il serait capable de tenir une dizaine de minutes sans échapper quoi que ce soit. Il tomba sur l'herbe sèche. Hakai lui dit d'arrêter. Youso se releva et enleva la poussière collée sur son pantalon et dévisagea son compagnon d'équipe lorsqu'il mit autour de son corps deux cerceaux et un autour de son cou. Comment voulait-il que Youso reste concentré avec cala autour de lui ?

Le Genin ne dit rien sauf peut-être un long soupire qui démontrait sa fatigue. Il monta sur un banc et reprit son équilibre tout en tenant les cerceaux pour ne pas qu'ils tombent. Il lança les balles dans les airs, les rattrapa comme il le faisait depuis tout à l'heure et tenta de faire tourner les cerceaux. Il bougea son bassin, mais tout tomba par terre, y compris lui. Youso grogna de mécontentement puis se releva pour réessayer. Une fois sur le fil, il bougea son bassin et son cou puis il lança les balles tentant de les rattraper. Ce fut ainsi pendant plusieurs longues minutes jusqu'à ce que Hakai arrête tout. Depuis le début il semblait impatient de rejoindre sa petite copine. Il ne semblait plus intéresser de le faire progresser. Mais il avait promis.

[Hakai] C’est bon. Tu peux t’arrêter. Je vais manger, on se retrouve ici pour passer aux choses sérieuses. J’emmènerais avec moi le matériel qu’il faudra. Allez à plus.

Lui il allait manger et Youso allait faire quoi ? Peu importe, il ne pouvait continuer son entraînement le ventre vide. Il regarda son coéquipier partir en marche rapide, tout en essayant de garder un rythme correct. Il était nerveux, cela se voyait. C’est normal, Cathi était sa première. Lorsque Hakai ne fût plus dans son champ de vision, Youso remonta une dernière fois sur le fil. Il tenta de réussir l’exercice, mais tout tomba.

[???] Ce n’est pas comme cela qu’il faut faire. Tu dois faire, avec ton bassin, une rotation suffisamment ronde pour que tes cerceaux puissent tourner. Ensuite, tu donnes un petit coup sec avec ton cou pour faire tourner celui en dessous de ta tête tout en le bougeant de temps en autres…

***


Cathi entra dans le restaurant après avoir salué le patron qui lui remit sa valise. Elle entra dans les toilettes à toute vitesse et ferma la porte à clé. Elle sortit des vêtements plus confortables et les enfila. La jeune femme attacha ses cheveux. Il faisait beaucoup trop chaud pour les garder détachés. Elle reprit son petit chapeau et le mit sur sa tête. D'un geste brusque, elle tenta de prendre sa trousse de beauté, mais sa valise tomba par terre. Elle se pencha pour la ramasser, mais son regard resta figé sur les photos qu'elle avait prises à l'entrer du village. Cathi en prit une et la regarda en souriant. Son sensei avait les bras autour de leur cou et sa coéquipière était floue puisqu'elle bougeait trop au moment de la prise de photo. Ils souriaient tous. Ils étaient si jeunes.

Flash Back


[Etsu] Cathi, tu te dépêches oui ? Tu avais suffisamment de temps pour vérifier tes valises avant de partir.

[Cathi] Attendez, je veux juste prendre une photo. C'est un moment unique aujourd'hui. Je ne voudrais pas oublier ce souvenir.

Elle ouvrit sa valise et en sortit son appareil photo qu'elle avait acheté pour son voyage à travers le monde. Elle avait 12 ans cette journée là, donc sa figure n'avait pas cette même goûte de maturité qu'aujourd'hui. Elle souriait à pleines dents. C'était la première fois qu'elle sortait du village. Elle devait avoir un souvenir de ce moment. Elle pointa l'un des gardiens des portes et lui demanda d'appuyer sur le bouton. Ils se placèrent.

[Gaku] Tu viens Etsu ? Tu ne seras pas sur la photo !

Son coéquipier fit signe à sa coéquipière pour qu'elle vienne se placer avec eux. Malheureusement pour elle, la photo fût prise avant qu'elle n'arrête de bouger.

End


Dernière édition par Youso Shi le Dim 2 Aoû - 5:43, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Dim 2 Aoû - 5:38

Épreuve # 3
Équilibre

[2]


Cathi remit tout dans sa valise, elle ne pût retenir une larme. Elle reprit ses esprits et sortit de la salle, la tête baissée. Elle s'assit à une table et demanda au serveur de lui apporter un thé. C'est ce qu'il fit. Elle joua un peu avec sa cuillère. Cathi mourrait d'ennuis ici. Il n'y avait que des vieux. Ce n'était pas comme autrefois. La jeune femme s'endormit, la tête appuyer contre la table.

Lorsqu'elle se réveilla, elle regarda l'heure en vitesse. Hakai devait déjà être présent. Cathi étira sa tête et elle l'aperçue. Il venait tout juste d'entrer dans le restaurant. Elle le salua et il vint la rejoindre.

[Hakai] J'avais prévu de t'inviter dans un charmant petit restaurant qu'une collègue m'a fait découvrir, mais si tu préfères res...

Cathi accepta sans réfléchir. Elle mourrait d'ennuis ici et l'ambiance était vraiment nulle. Hakai l'entraîna dans plusieurs rues pour finalement s'arrêta devant un restaurant qui semblait sympathique. Ils s'assirent à l'extérieur pour profiter de cette chaleur. Le garçon échangea quelques mots avec ce qui lui semblait être le patron. Elle ne fit pas attention à ses compliments et continua d'ignorer la conversation.

[Hakai] Et pour mon amie se sera ?

Cathi, prise au dépourvu regarda l'homme qui attendait sa réponse. Elle hésita un moment puis dit :

[Cathi] Euh... un jus de... Tomate. Vous avez ?

Le patron hocha la tête affirmativement puis alla préparer les apéritifs. Cathi se tourna vers Hakai en souriant. Elle ne savait pas pourquoi elle avait choisis le jus de tomate. Peut-être parce qu'elle ne voulait pas que cela coûte trop cher au jeune garçon. Les deux protagonistes n'osaient pas parler. Le silence régnait à la table des deux Shinobis. Cathi attendait qu'il démarre la conversation puisqu'elle ne savait pas quoi dire ni de quoi parler. Elle était tout à coup intimider par ce mec qui avait pleuré pour elle.

[Hakai] Alors. Parle-moi de toi. C'est bien pour cela qu'on est venu non? Tu fais quoi? Tu es Kunoichi ?

Elle s'en doutait bien qu'il allait lui poser des questions sur sa vie personnelle, car comme il l'avait si bien dit, c'était pour cela qu'ils étaient venus. Elle allait débuter un récit qui n'en finissait pas, mais elle choisit de faire court pour ne pas l'ennuyer. Sa vie n'avait rien de très passionnant.

[Cathi] Oui je suis Kunoichi depuis quelque temps déjà. Je faisais partie d'une équipe, mais elle a été dissoute... Sinon moi personnellement j'ai seize ans et je m'appelle Cathimaru. Mais la plupart des personnes m'appellent Cathi. J'ai toujours habité à Konoha avec ma mère. Mon père est mort lors d'une mission, alors que ma mère était enceinte. À part cela, il n'y a rien à dire. Que veux-tu savoir exactement ?

Elle le regardait dans le fond des yeux. Mais cet examen se termina lorsque le serveur vint leur apporter leurs apéritifs. Elle prit son jus de tomate et sirota le liquide à l'aide d'une paille, ne lâchant pas Hakai du regard.

[Hakai] Je vois. Dissoute... Il doit bien y avoir une raison pour dissoudre une équipe. Mais ne parlons pas boulot, cela nous ennuierait je pense.

Il avait raison. De toute façon, Cathi ne se sentait pas suffisamment bien pour parler librement de ce qu'il s'était passé pendant ses trois dernières années à l'extérieur des murs. Le garçon la regardait avec un grand sourire et il poursuivit.

[Hakai] Youso semblait un peu en colère contre toi lorsqu'il sut que tu m'as embrassé. Y'a quoi entre vous ?

Youso semblait fâcher ? Cathi ne l'avait pas remarqué. Ils se connaissaient depuis des années et jamais il n'avait été fâché pour une raison aussi futile. Peut-être ressentait-il quelque chose de fort envers la jeune femme.

[Cathi] Moi ? Avec Youso ? Non, bien sûr que non. Il n'y a rien entre nous. Nous nous connaissons depuis longtemps et nous avons été de très bon ami, moi et lui. Il peut s'avérer protecteur parfois. Pourquoi tu me poses cette question. Qu'est-ce que cela ferait si moi et Youso serions plus que de simples amis ?

Elle savait très bien ce qu'il allait répondre. Il allait dire que cela ne ferait rien si Youso et elle avait une aventure ensemble. Du moins, c'est ce qu'il devait dire. Hakai ne devrait ressentir aucune jalousie puisqu'ils se connaissaient depuis à peine quatre heures. Cathi avait fait une grave erreur en l'invitant au restaurant puisqu'elle lui avait mise des idées dans la tête.

[Hakai] Je vois. J'avoue que cela me pèserait sur le coeur, mais je l'accepterais. Donc vous êtes de simples amis. Vous vous êtes rencontré où ? À l'académie ?

Il n'avait pas bien répondu.

[Cathi] Euh... Ça c'est une longue histoire.

Elle ria un peu et joua avec sa paille avant de reprendre son sérieux.

[Cathi] Bon ! Et toi, tu fais quoi dans la vie ? À toi de me parler de toi.

Il se gratta la tête. Il semblait gêner d'avoir ainsi questionné la jeune femme. Ça ne lui déplaisait pas beaucoup, mais il est vrai que tout cela était un peu déplacé. Il ne fallait pas lui en vouloir.

[Hakai] Je suis également shinobi. Je fais partie de la même équipe que Youso depuis quel a été formée. Nous sommes assez forts. Nous avons même réussi à vaincre notre sensei.

Il rigola un peu et rougit légèrement. Ensuite, il poursuivit.

[Hakai] Youso est intrigué par mes techniques. Il m'a demandé de lui en apprendre quelques unes. Je lui faisais passer les tests pour savoir s'il était apte à les apprendre lorsque tu es apparu. Sinon pour ce qui est de ma vie... Y'a pas grand-chose à raconter. Ma vraie vie à commencer lorsque j'ai franchi les portes de ce merveilleux village. Mon passé n'est que synonyme de pauvreté et de lutte contre la survie. Mais je ne vais pas te raconter mon passé, il nous couperait l'appétit.

Au milieu de ces phrases, Hakai prit une mine triste, mais regagna très vite son sourire. Il est vrai que la vie n'était pas toujours facile. Surtout dans un monde où les Ninja sont les êtres les plus détester et les plus aimer du monde. Il y a des personnes qui luttent plus que d'autre. Mais c'était comme cela et on ne pouvait rien changer. La vie nous réservait le bonheur si on la vivait pleinement.

[Cathi] Ça n'a pas dû être facile pour toi. Je ne peux pas comprendre ta tristesse puisque j'ai toujours vécu avec tout ce que je voulais. Ma mère possède une grande maison suite à l'héritage de mon père. Il lui avait toujours caché sa richesse et lorsqu'il est mort, ma mère a tout reçu. C'était un miracle pour elle, car bientôt j'allais naître et elle n'aurait pas à travailler pour nourrir la famille. Mais maintenant que j'emménage seul, je me rends compte que l'argent ne se gagne pas aussi facilement que je le pensais. J'ai toujours été une belle grande conne qui prenait tout le monde de haut parce que j'étais riche. Mais maintenant j'ai changé.

Lorsqu'elle repensait à tout cela, elle avait envie de se frapper elle-même. Comment avait-elle pût être aussi naïve et croire qu'elle était supérieure seulement parce que sa mère possédait de l'argent ? Maintenant elle se rendait compte à quel point elle avait été stupide d'avoir rendu autant de gens malheureux inutilement. Le serveur arriva à la table. Cathi fouilla le menu rapidement tendis que Hakai savait déjà exactement quoi prendre.

[Hakai] Alors, pour la commande je vais prendre une cuisse de poulet rôti avec les légumes qui s'en suivent.

Cathi n'avait pas eu suffisamment de temps pour choisir, alors elle allait prendre la même chose que son compagnon. Mais Hakai semblait l'avoir remarqué donc il lui recommanda un met que son amie adorait.

[Hakai] D'après mon amie, leur plat de viande rouge son succulent. Alors, si tu aimes cela n'hésite surtout pas.

De toute façon elle n'avait pas le choix.

[Cathi] D'accord alors. Si elle aime cela alors je vais aimer aussi...

Elle sourit au serveur et lui redonna le menu. Elle prit une gorgée de son jus de tomate. Hakai reprit la discussion là où ils en étaient.

[Hakai] C'est vrai que nos passés sont totalement différents, mais tu sais, une peine et une peine. Lorsque tu as perdu ta peluche préférée quand tu étais gamine ou ton animal domestique. Je mets toutes les peines dans le même panier, c'est sans doute ce qui m'a fait tenir toutes ces années. Et ne soit pas trop dur avec toi. Il faut de tout pour faire un monde. Des bons, des méchants, des beaux, des laids, des riches et même des pauvres. Mais le principal c'est ce que tu es au fond de toi et ce que tu es maintenant. Regarde tout à l'heure, tu semblais désolé. D'après ce que tu m'as dit de ton passé, comment aurais tu réagis si tu n'avais changé? Tu n'en aurais rien à foutre, enfin je pense.

[Cathi] Je ne suis pas trop dure avec moi. Je sais ce que j'ai fais et je l'assume. Je sais que l'important c'est ce que l'on est maintenant, mais la partie de moi que je n'aimais pas est toujours là. Il ne suffit pas de l'oublier pour qu'elle disparaisse.

Elle reprit son souffle, puis prit une autre gorgée de son jus de tomate. Cette dernière le vida complètement. Elle posa le verre sur la table et avala le liquide encore froid.

[Cathi] Tu as dit que tu étais ninja. T'es un expert en quoi ? En Taijutsu je présume.

[Hakai] Oui, tu as raison. On ne peut oublier la mauvaise partie qui est en nous, mais il suffit d'être plus fort qu'elle. Je n'ai pas eu de problème de ce côté là, mais mon maitre m'a dit une chose.

Il prit une gorgée puis vida son verre. Il voulait créer, de cette manière, un suspens.

[Hakai] Il m'a dit; si tu ne vains pas la mauvaise partie qui est en toi alors tu n'as aucune chance contre ton ennemi qui tirera profit de cela. Il y a du vrai là dedans. Je suis bien expert en taijutsu et disciple de l'école du renard. Mais j'essaye de dépasser mes limites et d'apprendre du ninjutsu. C'est difficile et je respecte beaucoup les experts de cette branche. Et toi, tu pratiques quoi? Le ninjutsu? Genjutsu?

L'école du renard ? Cathi en avait entendu parler, mais plutôt vaguement. Elle se rappelait seulement que c'était une école de cirque qui possédait ses propres techniques Ninja. Elle savait aussi qu'elle ne se trouvait jamais au même endroit et qu'il était plutôt difficile de la trouver. Youso voulait donc connaître leur secret et apprendre une de leur technique ?

[Cathi] Moi ? J'ai commencé Taijutsu, mais j'ai tout de suite sut que ce n'était pas mon domaine. J'ai donc essayé le ninjutsu et je dois dire que je m'y débrouille plutôt bien.

Le serveur arriva avec les plats chauds. Hakai se frotta les mains puis dit :

[Hakai] Je vois. Alors, tu as tout mon respect !

Dit-il en rigolant. Cathi lui fit un petit sourire et commença à manger. Avec étonnement, elle trouva ce goûter délicieux. L'amie de Hakai avait bon goût, car elle se régala et termina son assiette en quelques minutes. Cathi et Hakai parlèrent du beau temps, de la vie et du dernier film sorti au cinéma que Cathi n'avait pas vu et qui semblait être de la bombe ! C'est ainsi qu'ils sortirent du restaurant, Cathi le salua, mais Hakai la retint. Il voulait qu'elle reste un peu plus longtemps avec eux. Elle accepta en souriant et ils repartirent en direction du parc.

***


[Youso] Eimi, mais tu fais quoi là ?

C'était la petite Eimi qui lui avait adressé la parole. Il l'avait rencontré lors d'une mission de rang D avec Hiyori. Les deux Ninja retrouvèrent son petit frère et ils le ramenèrent à leur parent. Cathi et Miyako étaient là eux aussi. Elle semblait se souvenir parfaitement de Youso.

Elle avait grandi et avait toujours les cheveux aussi roses. Aujourd'hui, elle avait douze ans. L'âge idéal pour commencer son métier de Ninja. Elle pratiquait la médecine et était un vrai petit génie en matière d'anatomie. Ça lui faisait du bien de la revoir. Malgré ses conseils, Youso tomba sous l'effet de la surprise.

[Eimi] C'est plutôt à moi de te demander ce que tu fais avec deux cerceaux autour du corps, un autour du cou et huit balles dans les mains sur un fil très mince !

Sa voix était douce et mélodieuse. Elle tenait une glace dans ses mains qu'elle lichait de temps en autre. Youso aurait bien aimé en avoir une lui aussi. De plus, il avait faim. C'est pourquoi il invita sa jeune amie à aller s'acheter une autre glace. Il en demanda une au chocolat et une à la vanille. Il donna cette dernière à Eimi pour manger celle qui restait. Youso la dévora en deux minutes et son cerveau eut un effet de gel. Lorsque la douleur s'estompa, il remonta la colline pour reprendre l'entraînement. Eimi la suivait toujours.

[Youso] Depuis quand une Eisei s'y connait en équilibre ?

Elle soupira. Youso ne la connaissait vraiment pas. Il devrait savoir depuis longtemps qu'elle était la meilleure à son école de gymnastique et qu'elle avait fait de nombreux spectacles. C'est pourquoi elle le gronda.

[Eimi] Je suis une experte en gymnastique ! Ce n'est pas du cirque comme tu le fais, mais je suis capable de tenir en équilibre sur un fil de ce genre. Et dans certains de mes spectacles, ils exigent parfois que j'exécute certaines acrobaties. Mais toi, dans quel but tu fais tout ça ?

Youso lui expliqua pourquoi il faisait cela et après la demande d'Eimi, il lui décrit toute sa journée depuis le début. C'était une longue histoire à raconter puisqu'il s'était passé tellement de choses aujourd'hui. Youso continuait son histoire tout en marchant habilement sur le câble. Il fît des allers retour pendant une bonne dizaine de minutes. La jeune fillette le regardait, ennuyer par le récit. Lorsque Youso allait lui expliquer en détail sa rencontre avec Akio, elle l'arrêta et le supplia d'arrêter.

[Eimi] Arrête de te plaindre gros lard ! Ton ami essai de t'apprendre une technique et toi tu triches lors de ses épreuves ?! Mais t'es vraiment qu'un lâche. Moi je vais te montrer c'est quoi avoir de l'équilibre !

Elle le poussa sur le côté et monta sur le câble. Elle prit les balles et jongla comme une experte. Eimi réussit sans mal à réussir l'épreuve numéro trois.

[Eimi] Tu vois, c'est facile ! Il suffit de bien se concentrer et de suivre les conseils que je t'ai donnés.

[Youso] D'accord... Alors :

Il monta sur le câble suite à la descente d'Eimi. Il mit les cerceaux autour de son corps et de son cou. Il fit tourner son bassin suffisamment bien pour que les cerceaux tournent correctement. Ensuite il donna un petit cou sec avec son cou pour donner un élan au cerceau qui commença à tourner. Il prit les balles et jongla avec les huit. La vitesse à laquelle tout cela se passait était incroyable. Youso perdit l'équilibre et tomba.

[Eimi] Et bien tu vois quand tu veux ! T'as réussis l'grand. Tu peux être fier de toi. Maintenant il te faut un peu plus de pratique. J'suis là pour te coacher l'gros!
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Dim 2 Aoû - 17:37

Le repas était à présent terminé. Cathi était totalement différente de la fille facile pour laquelle elle avait essayé de se faire passer. Elle était douce, attentionné et comme tout le monde, elle possédait c’est propre démon. Nous apprenons à nous connaitre à notre rythme, et cela ne me déplaisait pas. Au contraire, comment pouvait-on sortir avec quelqu’un sans la connaitre ? J’étais passé pour un idiot. Alors que nos chemins allez nous séparer, je sentis monter en moi n sentiment de solitude. Sans vraiment le vouloir je saisis le bras de Cathi alors que celle-ci s’était tournée pour partir.

[Hakai] « Heu… Es que… Es que tu voudrais bien passer le reste de la journée avec moi ? »


Pas vraiment persuasif comme demande mais c’était plus les sentiments qui émanaient de ma voix qui était touchant. Peut être est ce pour cette raison qu’elle accepta d’un mouvement de tête. Nous étions une nouvelle fois dans les rues du village sous un soleil radieux. L’envie de lui prendre la main comme il y a quelque heure me venait à l’esprit mais je dus me retenir. Il est certain qu’elle refuserait cette fois ci, je ne voulais donc pas empoisonner notre relation. Nous étions donc dans la rue, séparé par de trop nombreux centimètres en direction de mon domicile. Je devais prendre le peu de matérielle qui y était pour apprendre un minimum à Youso. Nous arrivons devant ma maiso, celle que je souhaitais partager avec Cathi si possible. Je pouvais voir dans son regard l’envie que lui donnait la maison.

[Hakai] « Une maison à cinq pièces. Un peu trop grande pour moi tout seul. Je n’en utilise réellement que trois. Il en à une vide et une autre que me sert plus de range tout que de pièce. »

Je l’invitais à entrer pour quelle patiente à l’intérieur le temps que je rassemble tout le matériel. Elle hésita quelle que seconde mais accepta tout de même. Par chance, j’avais fait le ménage quelque jour auparavant. Je lui fis signe de s’asseoir sur le grand lit, malgré la grande pièce principal, je n’avais pu trouver la place pour mettre des chaises et pis il en faut des chaises… Je la laissais faire son petit tour du regard pour allez prendre les deux pots de penture et un pinceau. Il n’en faudra pas plus pour apprendre à Youso se qu’il souhaitait.

[Hakai] « Tu vois pourquoi je t’ai proposé d’emménager ? » Lui dis-je avec un sourire d’enfant.

Direction le parc à présent. Il était deux heure de l’après midi. Youso avait certainement eu le temps de manger et de se perfectionner si le cœur lui disait. La présence de Cathi à mes cotés pendant son entrainement pourrait l’agacer mais avec le travaille que je vais lui donner, il n’aura pas le temps de se plaindre. Nous arrivions très vite dans le parc, nous parlions toujours de tout et de rien. C’était en ce moment de la nature et des plantes. Cathi est une fille, il est normal qu’elle aime les fleurs. Je lui en offrirais plus tard.

A ma surprise, nous retrouvions Youso sur le fils accompagné d’une gamine. Décidément, il connait tout le monde dans le parc ou quoi ? Je fis un signe de la main pour montrer que nous étions de retour et j’allais faire connaissance avec la nouvelle personne à cette charmante réunion.

[Hakai] « Salut. Je m’appelle Hakai. J’entraine Youso aujourd’hui. Enchanté. »


Je me tournais alors vers un des nombreux arbres du parc. Je trempais alors mon pinceau dans les bacs et en une ou deux minutes, une cible ornée le tronc d’arbre. Je partis alors vers un marchand de glace et avec le peux d’argent qu’il me restait, j’achetais quatre glace. Une au chocolat, une vanille et deux fraises pour les filles, ils adorent les fraises les filles. Je revins alors vers le petit groupe en tendant les glaces. Ils ne firent pas prier. Il est normal d’avoir chaud sous le soleil de plomb en ce début d’après midi. Tout en dégustant notre glace je commençais les expliquassions de la première technique à Youso.

[Hakai] « Je vais t’enseigner tout d’abord la compétence Jongleur. Il s’agit en faite d’utiliser sa vitesse plus tôt que son doigté pour tirer le plus de projectile possible. Il faut pour cela avoir un bon rythme pour ne pas riper et se trancher un doigt. Donne tes shurikens, je vais te montrer. »

Je plantais alors ma glace dans ma bouche. Le seul défaut c’est que je ne pouvais plus parler. Je commençais par faire rebondir un petit shuriken sur ma main comme tôt ce matin.

[Hakai] « Ha HEM… Comcradff… Tu vioutdd ?.... »


Oue bon… C’est plus le geste à voir qui comptait plus tôt que les explications… D’un geste du poignet, je fis voler haut le shuriken dans les airs. D’un mouvement bref mais terriblement rapide, je lui fis prendre une direction à grande vitesse. Il vint se planter au centre de la cible. C’est à présent un grand nombre de shuriken qui flottait dans l’air. Ils finissent tous dans l’arbre même si certain n’était pas dans la cible. J’enlevais alors la glace de ma bouche.

[Hakai] « Je pense que tu as compris. C’est un cycle. Tu dois faire ton geste toujours au même moment et au même endroit. C’est pourquoi il faut les lancer l’un au dessus de l’autre. Allez à toi. »

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mar 4 Aoû - 2:58

Entraînement
Jongleur


Ils marchaient vers le parc, mais étonnement, Hakai fit un détour. Sans poser de questions, Cathi le suivi. Ils étaient éloignés l'un de l'autre. Ils n'osaient pas se toucher, du moins, pas comme la dernière fois. La jeune femme n'en revenait toujours pas d'avoir embrassée quelqu'un pour seulement quinze ryos. Elle aurait dû en demander plus, beaucoup plus. Cathi en avait besoin pour se bâtir une nouvelle vie. Elle avait plusieurs projets tels qu'emménager en appartement, ouvrir un commerce ou reprendre les cours à l'académie pour apprendre de nouvelles techniques. Et pour cela, il lui fallait de l'argent. Elle gagnait seulement vingt ryos par semaine depuis qu'elle était Genin. Les missions lui apportaient un peu d'argent, mais elles demandaient une grande discipline. Sans compter le risque qu'elle prenait chaque fois qu'elle en faisait une. Même les missions de rang D pouvait tourner en mission de rang C selon la graviter de la situation. La dernière qu'elle avait fait s'était avérée être une vraie mine d'or, mais c'était trop peu pour ce qu'elle désirait faire.

Cathi avait tout dépensé ses économies qu'elle m'était de coter depuis bientôt sept ans pour s'armer. D'ailleurs elle avait dû demander à Youso de l'argent pour réussir à avoir toutes les armes qu'elle voulait. Sa mère avait refusé de lui en prêter. Cette dernière lui avait bien dit depuis le début qu'elle ne dépenserait pas un sou pour son apprentissage Ninja. Sa mère avait toujours éprouvé un dédain envers ceux qui pratiquaient cet art. Suite à la mort de son marie, sa haine envers les Shinobi s'agrandit. Elle avait essayé tant bien que mal de cacher à Cathi la véritable raison de la mort de son père, mais il fût un temps où elle ne pût lui cacher la vérité. La petite fille voulant suivre les pas de son père, décida de s'inscrire à l'académie en même temps que Youso. Elle avait elle-même payé ses livres d'apprentissage, son équipement et les armes grâce à son salaire d'étudiante et aussi grâce à la paye que sa mère lui remettait chaque semaine.

Cathi décida de choisir la voie de Taijutsu parce que Youso y était aussi. Elle ne lui avait jamais avoué. Elle préférait le Ninjutsu, mais elle souhaitait tellement être avec son ami qu'elle se risqua dans la voie du corps à corps. Ensuite tout s'enchaîna... Youso fût blessé par un garçon nommé Oni et il finit à l'hôpital. Elle alla le voir pour lui emmener des fruits, sachant que la nourriture qu'ils servaient là-bas n'était pas comestible. C'est à ce moment qu'elle se rendit compte qu'elle était amoureuse de lui. Le lendemain, ils eurent une mission de rang D avec un jeune garçon nommé Hiyori. Ses cheveux roses étaient très laids, mais il avait un certain charme. Ensuite Youso monta en grade, oubliant de plus en plus ses amis. Il était trop occupé à se quereller avec ses coéquipiers. C'est pourquoi Cathi demanda à un garçon qu'elle ne connaissait pas de l'accompagner dans la forêt pour rendre Youso jaloux. Mais lorsqu'elle arriva à destination et qu'elle vit Nara avec lui, elle ne pût s'empêcher de lui sauter dessus et de lui refaire le portrait. Cathi s'était promit cette journée de ne plus jamais reparler à Youso. Du moins, elle essaya. Mais lorsqu'elle sut qu'elle partait en mission bientôt, la jeune femme n'eut d'autre choix que de se tourner vers son ancien copain et lui demander de l'argent. Puis, elle partit trois ans en mission au pays de la foudre.

C'était la petite histoire de Cathi. L'amour puéril qu'elle ressentait à ce moment-là envers son ami n'était pas vrai. Elle s'en rendit compte lorsqu'elle Le rencontra et qu'elle Le tua.

Ils marchaient dans les rues étouffantes de Konoha. Elle avait bien fait de se changer, cette journée devenait de plus en plus chaude à chaque heure passer. Sa gorge était sèche et elle avait soif malgré le jus de tomate qu'elle avait bu quelques minutes plus tôt. De l'eau ne lui ferait pas trop de mal.

Enfin, la raison de son détour s'expliqua. Une grande maison se tenait devant eux. Cathi ne l'avait pas imaginé comme cela. Hakai avait dit qu'il était pauvre donc elle s'imaginait à un trou à rat ou une poubelle. Mais non, c'était bel et bien une maison. Cathi la contemplait. Elle n'était pas aussi grande que celle à sa mère, mais sa suffisait amplement pour quelque vivant seul. Hakai sembla remarquer sa surprise et il lui dit :

[Hakai] Une maison à cinq pièces. Un peu trop grande pour moi tout seul. Je n'en utilise réellement que trois. Il en à une vide et une autre que me sert plus de range tout que de pièce.

Celle semblait plus être une invitation qu'une description. Cathi fit semblant de ne rien avoir remarquée et hocha la tête, étonnée. Elle ne voulait pas emménager avec quelqu'un qu'elle connaissait à peine. Ils s'étaient bien amusés au restaurant, mais Hakai restait pour l'instant qu'un ami. Rien de plus, rien de moins. Ils s'avancèrent vers l'entrer. Cathi essuya ses souliers sur le paillasson sans attendre que son compagnon l'invite à entrer. Elle savait déjà qu'il allait le faire. Et c'est ce qu'il fit. Il lui ouvrit la porte et la jeune femme pût admirer la maison de l'intérieur. La pièce principale était sûrement la plus grande. Hakai l'invita à s'asseoir sur son lit, mais elle refusa. Qui sait ce qu'il pourrait lui faire ? Cathi était Ninja et pouvait se défendre, mais on n'est jamais trop prudent.

[Cathi] Je peux prendre quelque chose à boire ? Cette chaleur étouffante m'a complètement déshydraté.

Sans hésiter il répondit :

[Hakai] Bien sûr.

Elle s'avança dans la cuisine, inspectant chaque recoin des pièces. Elle fouilla dans une armoire pour trouver les verres et lorsqu'elle les trouva, elle en prit un et le remplit d'eau. Cathi bue le liquide incolore en moins de deux secondes. Elle déposa son verre dans l'évier puis retourna à l'entrer. Hakai la regardait.

[Hakai] Tu vois pourquoi je t'ai proposé d'emménager ?

Il souriait bêtement. Cathi rougit et regarda ce qu'il était venu chercher. Dans ses mains il y avait deux pots de peinture et un pinceau. Mais que voulait-il faire avec cela ? Il avait prévu de peindre dans le parc ? Peut-être que c'était un moyen de faire de l'argent en peignant le portrait des gens. C'était un beau passe-temps, mais pourquoi avoir demandé à Cathi de l'accompagner ? Tant pis, elle était là et n'allait pas reculer même si l'idée de revoir sa mère lui donnait envie de s'enfuir. La jeune femme ne posa pas de question et sortit de la demeure en marchant, Hakai lui emboîtait le pas. Ils continuaient de parler de tout et n'importe quoi jusqu'au parc. Ce Hakai n'était pas si méchant finalement.

En arrivant, Cathi pût apercevoir Youso sur un fil, tentant de jongler et de faire tourner trois cerceaux. Mais que faisait-il encore ? Peut-importait à présent. Après tout ce qu'il s'était passé aujourd'hui, la jeune femme ne voulait rien savoir. Elle ne voulait plus tricher et ne voulait plus jouer des autres. La dernière fois qu'elle le faisait était aujourd'hui. Du moins, pas pour aussi peu d'argent. Je le répète.

Son ancien ami était accompagné d'une jeune fille. Ça lui prit quelques secondes avant de la reconnaître. C'était Eimi, une petite fille qu'elle avait rencontré lors d'une mission de rang D. Cathi avait eu pour mission de retrouver son frère et ils réussirent à le trouver dans la forêt, derrière l'académie. Depuis ce jour, elle ne l'avait plus revu. Hakai se présenta et Cathi lui dit :

[Cathi] Salut ! Tu te rappelle de moi j'espère ?

[Eimi] Non... Mais ta face me dit quelque chose... Attend... Ah, mais oui ! T'aurais pas maigrit au fait ?

Cathi la dévisagea, puis reprit son sérieux. Elle avait passé l'âge pour ces gamineries. Son compagnon du dîner alla dessiner avec son pinceau et sa peinture une cible sur un arbre. Cette peinture était donc destinée à l'entraînement de Youso ! Voilà qui expliquait beaucoup de choses. Ensuite, il descendit la colline et alla chercher des glaces pour le groupe entier. Il lui donna une glace à la fraise. Cathi le remercia et commença à léché son dessert.

[Eimi] Hé bah moi je crois que je vais y aller ! T'as bien progressé Youso. Maintenant qu'ton prof est revenu, j'peux partir. Et merci pour la glace toi ! C'tai ben gentil.

La fillette partie en sautillant tel un lapin. C'était mieux comme cela. Cathi ne désirait pas avoir une gamine dans ses pattes pendant toute la journée. La jeune femme s'assit et regarda attentivement l'entraînement qui se déroulait devant elle. Elle tentait d'enregistrer le plus d'information possible, comme cela, elle pourrait peut-être maîtriser les techniques plus tard. C'était plutôt risqué de dévoiler ainsi les secrets de l'école du renard devant tous ces gens.

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mar 4 Aoû - 2:59

Entraînement
Jongleur

[2]


Youso s'était entraîné environ une heure avec Eimi. Et c'était peut-être l'heure la plus longue qu'il n'ait jamais vécu. La petite était très strique contrairement aux Sensei qu'il avait eus jusqu'à aujourd'hui. Une erreur de la part de Youso était suivie d'une insulte de la part de la fillette. Pour elle, c'était ainsi que ça fonctionnait. Un entraînement devait être sévère et si l'élève ne suit pas les consignes, il devait être punit. C'était comme cela qu'elle voyait les choses et on ne pouvait rien y changer.

Youso commençait à bien maîtriser les cerceaux et la jonglerie. Il croyait que tout cela serait suffisant pour commencer l'apprentissage. Eimi y était pour quelque chose. Le Genin ne savait pas ce qu'il aurait fait sans elle. Peut-être qu'il n'aurait pas eu l'équilibre nécessaire pour apprendre les techniques du renard.

Son équilibre n'était toujours pas parfait et il lui faudrait plusieurs semaines d'entraînement s'il voulait atteindre la perfection. Mais il croyait être capable d'apprendre les bases des techniques que Hakai voulait lui apprendre. Au pire, il irait dans son air d'entraînement pour finaliser le tout.

Après s'être fait insulter une dizaine de fois par la petite fille, Hakai arriva enfin. Il les salua et se présenta. La petite fille ne le regardait presque pas, beaucoup trop occuper à regarder Youso et ses performances. Alors qu'elle donnait des conseils à ''son'' élève, Hakai alla dessiner une cible sur un arbre près de là avec de la peinture. Lorsqu'il eut terminé, il alla chercher des glaces et lui donna celle au chocolat.

[Eimi] Hé bah moi je crois que je vais y aller ! T'as bien progressé Youso. Maintenant qu'ton prof est revenu, j'peux partir. Et merci pour la glace toi ! C'tai ben gentil.

[Youso] Salut et merci pour tout ! Je te revaudrais ça.

Il la salua d'un signe de la main. C'était peut-être mieux ainsi, elle alla s'ennuyer avec les grands. De toute façon elle devait avoir des tas de choses à faire. La vie d'un Eisei n'est pas toujours facile. De plus, elle devait être assignée à une équipe maintenant. La fillette s'était sûrement fait d'autres amis et rester avec les grands lui était inutile. Eimi avait voulu aider quelqu'un qui l'avait aidé à retrouver son frère.

Youso descendit de son fil tout en continuant de manger sa glace. Il se tourna vers Hakai, entendant la suite des événements.

[Hakai] Je vais t’enseigner tout d’abord la compétence Jongleur. Il s’agit en faite d’utiliser sa vitesse plus tôt que son doigté pour tirer le plus de projectile possible. Il faut pour cela avoir un bon rythme pour ne pas riper et se trancher un doigt. Donne tes shurikens, je vais te montrer.

Youso devint exciter. Enfin, ils y étaient. Il allait enfin pouvoir apprendre les techniques. Et il l'avait bien mérité après toutes ces épreuves. Tout cela allait lui être utile. La compétence nommée jongleur allait l'aider à lancer des Shuriken beaucoup plus rapidement qu'avant. C'est pourquoi il tendit ses armes à son coéquipier pour qu'il lui fasse une démonstration tout en mettant sa glace dans sa bouche pour ne pas avoir à la poser quelque part. Il faisait rebondir un Shuriken sur sa main et il dit, sûr de lui :

[Hakai] Ha HEM... Comcradff... Tu vioutdd ?....

[Youso] Bien sûr !

Il lui avait répondu au hasard juste pour faire comme s'il avait compris. Hakai lança l'arme hautement dans les airs puis, d'un geste sec, lui fit prendre une direction pour qu'il vienne se planter profondément dans le milieu de la cible. Une dizaine de Shuriken firent de même. Ils étaient tous très proche du centre. Youso fût surpris que Hakai soit capable de lancer aussi rapidement ses armes. Il le regardait, ébahit. Le jeune garçon avait de la difficulté à savoir comme il avait fait tout cela sans se blesser.

[Hakai] Je pense que tu as compris. C’est un cycle. Tu dois faire ton geste toujours au même moment et au même endroit. C’est pourquoi il faut les lancer l’un au dessus de l’autre. Allez à toi.

Youso craignait de ne pas réussir. Du moins, pas avec la main intacte. Il alla reprendre ses Shuriken. Ils étaient bien enfoncés dans le bois. Youso dû tirer fort pour les déloger. Il recula et tenta de se placer correctement pour être certain de ne pas manquer son coup. Comment allait-il faire pour lancer tous ces Shuriken les un à la suite de l'autre dans les airs ? Le premier essai fût désastreux. Il avait lancé deux armes et elles s'étaient touchées donc elles dévièrent de leur trajectoire et alla se planter dans l'herbe. C'est pour cela qu'il décida de commencer avec seulement une arme. Il alla déposer ses Shuriken pour être certain de ne pas se les faire voler. Youso en garda un et regarda Cathi qui lui fit un clin d'oeil. Le jeune garçon l'ignora et tenta de réussir une seconde fois. Il lança son arme dans les airs. Il allait lui donner un petit coup sec pour qu'elle puise se diriger vers la cible, mais la lame lui blessa le bras. Son sang coula jusqu'à son coude. Il ne prit pas la peine de regarder son Shuriken qui se planta dans l'herbe environ cinq mètres devant la cible et inspecta les dégâts. Ça ne semblait pas très grave.

Cathi qui regardait de loin s'approcha de son ami et lui demanda de lui montrer sa blessure. Elle devait lui mettre un bandage. Elle en sortit un de ses poches et l'entoura autour de la blessure. Elle n'avait pas les outils nécessaires sur elle pour désinfecter la coupure. Youso devrait donc se contenter des bandages qui empêcheraient le sang de couler. Elle fit une boucle et serra le plus fort qu'elle pouvait.

[Youso] Aie, tu veux couper la circulation de mon sang ou quoi ?

Elle le fixa d'un regard désapprobateur et retourna à l'ombre. Youso, de son coter, recommença l'entraînement. Il se disait maintenant qu'Eimi aurait été utile. Elle pratiquait la médecine et aurait très bien pût soigner cette vilaine blessure en une minute. Youso aurait dû se douter que la laisser partir était une mauvaise idée. Le temps passait. Youso n'était toujours pas capable de lancer un Shuriken sans se blesser. Sa main devait de plus en plus couverte de blessures et Cathi devenait de moins en moins patiente. Cela ne devait pas être de tout repos de venir le soigner sans arrêt.

Youso se plaça et lança son Shuriken dans les airs, lorsqu'il retomba il donna un coup suffisamment sec pour que celui-ci puise voler quelque temps dans les airs. Mais plutôt que de se planter dans la cible, il alla couper une mèche d'un passant. Furieux, il se tourna vers le garçon et le gronda en disant qu'il allait lui payer une autre coupe de cheveux. Bien entendu, Youso ne s'excusa pas et l'envoya balader en lui faisant des menaces. Non mais ! Il n'avait qu'à ne pas passer si proche d'une personne qui s'entraîne. C'était sa faute et non la sienne.

Le passant inconnu continua son chemin en énumérant tous les jurons existants sur terre. Youso le regardait partir avec des yeux méchants et lorsqu'il fût assez loin il dit.

[Youso] Les gens deviennent fous de nos jours. Non mais quand même ! Il croyait sérieusement que j'allais lui payer une coupe de cheveux ? Faut pas rêver !

Il se tourna en boudant. Il avait honte de s'être fait ridiculiser ainsi. De plus, il n'était même pas capable de bien viser. C'est ce qui le rendait furieux. Lorsqu'il fût enfin calme il pût reprendre l'entraînement. Il recommença avec un Shuriken. À chaque essai, il se rapprochait de plus en plus de la cible. Mais jamais il ne toucha le tronc de l'arbre. Parfois il se blessait, mais il ne désespérait pas et recommença. Cathi commençait à manquer de bandages et elle dû aller chercher sa valise au restaurant. Lorsqu'elle revint, elle prit le désinfectant et en mit sur les blessures du jeune Shinobi. Maintenant elle était certaine qu'il n'y aurait pas d'infections. Elle prit enleva les bandages rouges et les remplacèrent par des neufs. Elle lui donna un tape amicale dans le dos pour l'encourager et retourna s'asseoir en dessous de l'arbre.

Une heure s'écoula. Il était maintenant capable de lancer les Shuriken sans se blesser, mais ils ne touchaient jamais leur cible. Youso y mettait toute sa force, mais ça ne semblait pas être une technique qui demandait cette caractéristique. Youso devait être un peu plus rapide et agile pour réussir à bien lancer le Shuriken. Pourtant, Youso s'était bien entraîné au maniement de cette arme. Mais la façon dont Hakai voulait qu'il utilise était beaucoup plus difficile à maîtriser. Jamais il ne s'était entraîné pour connaître une technique aussi difficile jusqu'à maintenant. C'était sa première technique de rang B.

Pourtant, il n'était pas fier de lui. Il se sentait très inférieur à Hakai tout à coup.

Il se déconcentra et fit les mêmes gestes qu'il faisait depuis une heure. Avec grand étonnement, il constata que son Shuriken avait touché l'arbre. Par contre, il était très loin de la cible. Fier de lui, il se tourna vers les deux autres.

[Youso] Enfin ! Je suis loin de maîtriser cette technique, mais c'est un début.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Mar 4 Aoû - 18:22

Le regard vif et inquiet, je regardais les tentatives de Youso. A chaque nouvelle blessure, Cathi venait soigner Youso. Cela m'agaçait un peu mais me rassurait également, Cathi avait décidément bien changé, sans même sans rendre compte elle vainquait la mauvaise partie qui était en elle. Cet entrainement était donc un double bénéfice. Mais le doute s'installa en moi lorsque Youso se coupa une nouvelle à la main. Cathi n'avait plus de bandage et alla donc chercher une trousse de soin. Avais je été trop indulgent avec Youso? Aurais je du pousser un peu plus les tests? Ai je commençais par une technique trop compliqué pour lui? Finalement, au bout de cinq minute, Cathi était de retour avec un peu de bandage et du désinfectant. Quelle femme dévoué à ses amies est elle, il était normal que je sois tombé sous ses charmes. Youso reprit finalement l'entrainement, moi qui pensais pouvoir être à coté de Cathi pendant son entrainement, j'avais tout faux. Malgré qu'il était désagréable par moment, je me devais de surveiller Youso pour son bien. Cette technique semble peut être facile et sans danger mais j'avais failli y rester. Alors que je m'entrainais comme Youso, ma main tremblé de fatigue, le résultat fut catastrophique, ma main avez fait un angle trop grand qui amena le shuriken vers ma direction. J'avais finis avec la gorge tranché, si maitre Nago n'avait pas été la je serais certainement mort aujourd'hui. Je ne voulais pas que Youso subisse la même chose. J'allais donc voir rapidement Cathi.

[Hakai]«Il te reste encore des bandages?»

D'un geste de la tête elle répondit oui, mais il n'en restait que pour une seule intervention. Je préférais donc les garder au cas ou. Lorsque je dis cela à Cathi elle me regarda sévèrement, elle ne voulait pas laisser Youso perdre son sang.

[Cathi] Mais pourquoi veux-tu garder les bandages ?

[Hakai]«Écoute. Lorsque j'ai appris cet technique j'ai failli en mourir. Avec la fatigue les mouvements devienne moins rapide, moins précis. J'ai envoyé par mégarde un shuriken vers moi, j'ai eu la gorge tranché Cathi. Je ne veux pas que Youso est la même chose. Est si par malchance cela devrait lui arriver, il nous faudra se rouleau de bandage pour compresser la plaie tout en l'amenant à l'hôpital. Tu me comprends?»

Elle comprenait certainement ce que je voulais dire mais avait tout de même du mal à accepter de laisser Youso saigner. Elle accepta tout de même, je pouvais sentir la douleur qui l'accablait. Je posais alors ma main sur son épaule.

[Hakai] « Je suis désolé mais c'est pour son bien. »

[Cathi] Ok alors...

Une heure s'écoula, Youso n'avait plus eu besoin des bandages, il arrivait à ajuster le shuriken de façon à ne pas être blesser lors de sa descente mais pour le moment il n'avait encore jamais réussis à atteindre la cible, ni même l'arbre d'ailleurs. Je sentais la fatigue dans ses yeux, je m'approchais alors un peu de lui pour intervenir en cas de problème. Ces mouvements étaient moins fluide, je le laissais donc faire son lancé avant de lui demander de faire une pause. A ma grande surprise, il réussit enfin à atteindre l'arbre. Une sensation de soulagement pénétra dans mon corps quand celui ci décida par lui même de faire une pause. J'allais lui acheter une bouteille d'eau il l'avait bien mérité.

[Hakai] « Tiens. » Lui tendais je la bouteille. « C'est un bon début, tu arrives a sentir l'instant du geste avec un shuriken, c'est pas mal. Mais tu dois te reposer, travailler cette techniques avec un corps et un esprit fatigué est très dangereux. » Je regardais Cathi pour être sur qu'elle ne dirait rien. Inutile de l'affoler. « Après le repos tu continueras avec un seul shuriken jusqu'à que tu atteint la cible. »

Je lui laissais quelques minutes pour souffler. Puis il décida par lui même de recommencer. Il voulait à tout pris réussir à maitriser ce shuriken aujourd'hui et c'est vrai que se serait une bonne chose. Il continuait sans cesse, défiant de plus en plus ses limites. A présent qu'il arrivait à jeter le shuriken sans se blesser, je me permis de m'asseoir à côté de Cathi. Discutait avec elle pour le moment était difficile, elle n'était pas rassuré à l'idée que Youso puis se trancher la gorge.

[Hakai] « Rassure toi. Je n'avais que douze ans quand je me suis blessé. Et puis je suis la. » Lui dis je avec un grand sourire.


Une heure passait, Youso se rapprochait de plus en plus de la cible, par moment la pointe tapé même à l'extrémité du cercle rouge. Tout semblait allez pour le mieux et bientôt il pourrait passer à deux shuriken mais très vite toute ses pensées disparurent. Le sang venait de gicler, il semblait se l'être planté dans la cuisse gauche. Presque immédiatement, Cathi voulu allez le bander mais je la retins en saisissant son bras.

[Hakai] « Laisse, je vais y aller. Nous devons garder les bandages. »


Je pris la bouteille de désinfectant et je m'approchais alors de Youso, il souffrait, le shuriken avait un pique plantait dans sa cuisse. Alors qu'il était sur un genou et ses mains se tenant l'autre, je saisis le shuriken pour l'enlever d'un geste sec. Le sang coula un peu plus et Youso poussa un petit bruit mais s'était la seul solution sinon la plaie allez s'infecter. Je versais du désinfectant sur la plaie et manque de bandage, j'enlevais ma veste en jean, mon t-shirt et je le déchirais en plusieurs bande. Nous avions fait le plein de bandage mais je me retrouvais à torse nu en plein milieu du parc à présent, enfin qu'importe. Le plus important était que Youso soit soigné. Je glissais son bras autour de ma tête et le ramenais à l'endroit ou Cathi était.

[Hakai] « Repose toi, l'entrainement est fini pour toi aujourd'hui. »

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Lun 10 Aoû - 8:02

[Désolé du petit retard. Mais tu me pardonneras, je suis trop parfait ]

Entraînement
Jongleur

[3]


Il se sentait mal. Très mal. Une fatigue insupportable l’envahissait. Il n’avait ni besoin d’équilibre et ni de charisme pour réussir cette technique. Youso devait faire usage de rapidité et d’agilité. Le jeune garçon devait bien maîtriser la technique qu’on lui avait enseignée. Il devait lancer ses Shuriken comme Hakai le lui avait montré. Mais malgré toute cette détermination, il était incapable d’atteindre la cible. Elle était beaucoup trop loin et peut-être un peu trop petite. De plus, ses blessures le faisaient souffrir. Elles montaient jusqu’à son épaule et il y en avait un peu sur son corps et ses jambes. Parfois, les armes glissaient et prenait une direction très différente de celle qu’il voulait. Par contre, la plupart tombait sur ses mains et sur l’herbe. Il arrivait même que Youso, envahit par une chance incroyable, atteigne le tronc d’arbre. Bien entendu, le résultat restait très moche malgré tous les efforts qu’il fournissait. C’était sans aucun doute la technique la plus difficile qu’il avait eut la malchance d’apprendre.

Il prenait cela pour de la malchance seulement parce qu’il se sentait obliger de maîtriser des techniques. Il avait cru pendant un moment que les techniques du renard l’aiderait grandement, mais il devait avouer qu’il commençait à perdre tout espoir. Cela faisait environ une heure qu’il s’entraînait et il était encore loin d’un résultat correct.

De son côté, Cathi s'inquiétait terriblement pour son ami. Elle n'avait qu'à regarder ses blessures pour savoir que cette technique ne devait pas être très facile à apprendre. La jeune femme savait parfaitement qu'il n'allait pas s'en sortir indemne. Elle tentait tant bien que mal d'économiser les bandages précieux que Cathi avait gardé depuis sa mission, mais les blessures de Youso n'étaient pas suffisamment superficielles pour les laisser sans pansement. Elle se devait d'être là pour lui et de guérir le mal que cette technique lui apportait. C'est pour cela qu'elle avait cessé toute parlotte pour se concentrer sur l'apprentissage de son ami d'enfance. Hakai était très gentil et franchement bien intéressant. Elle percevait la vie d'une différente manière maintenant et ce garçon y était pour quelque chose. Il lui avait montré que malgré les côtés noirs qui habitaient chaque être se cache un meilleur côté. Celui que certain gens néglige en pensant qu'il n'est pas important d'y prêter attention. Cathi avait maintenant que ce qu'elle avait fait était mal, mais qu'elle devait poursuivre sa vie.

Les gens autour d'elle lui avait toujours appris à ne pas faire une croix sur le passer. Ils disaient que malgré les moments de crise se cache toujours de beaux moments qu'on ne veut pas oublier. Si la jeune femme oubliait complètement ce qu'elle avait fait, elle oublierait les bons côtés, ceux qu'elle voudrait se rappeler toute sa vie.

Bref, parler un peu avec Hakai lui avait fait du bien. Il était tellement sympa et était si attentionné envers ses amis. C'était un mec bien même s'il était un peu jaloux.

Cathi l'épiait de loin. Lui aussi semblait captivé par l'apprentissage de Youso. Soudain, il se tourna vers elle et s'avança rapidement en sa direction.

[Hakai] Il te reste encore des bandages ?

Elle examina son ami pour voir s'il ne s'était pas blessé. Hakai voulait peut-être lui installer de nouveaux bandages. Cathi baissa sa tête pour regarder s'il lui en restait. Elle prit le rouleau et le lui montra. Il n'en resta pas beaucoup, mais c'était suffisent pour une dernière intervention. La jeune femme hocha la tête vivement, prête à agir si un accident devait surgir. Hakai tendit les mains comme s'il voulait prendre les bandages. C'est pourquoi elle les cacha derrière son dos et lui demanda une explication.

[Cathi] Mais pourquoi veux-tu garder les bandages ?

Elle le fixait d'un regard interrogateur. Cathi voulait être certaine que ses gestes étaient utiles.

[Hakai] Écoutes. Lorsque j'ai appris cette technique j'ai failli en mourir. Avec la fatigue les mouvements deviennent moins rapides, moins précis. J'ai envoyé par mégarde un Shuriken vers moi, j'ai eu la gorge tranchée Cathi. Je ne veux pas que Youso ait la même chose. Est si par malchance cela devrait lui arriver, il nous faudra se rouleau de bandage pour compresser la plaie tout en l'amenant à l'hôpital. Tu me comprends ? Je suis désolé mais c'est pour son bien.

Il posa sa main sur son épaule. La jeune femme leva les yeux pour croiser ceux du garçon. C'était une bonne excuse. Il est vrai que Youso pouvait se blesser à des endroits dangereux n'importe quand. Et si cela arrivait, ils devaient avoir les bandages pour arrêter les saignements. L'histoire d'Hakai lui donna des frissons. Elle n'osait imaginer son ami, un Shuriken dans planter dans la gorge. La jeune femme eu une subite envie de demander d'arrêter l'entraînement, mais elle n'en fit rien. Après une longue hésitation, elle dit au garçon :

[Cathi] Ok alors...

Elle donna les bandages camouflés derrière son dos à Hakai et retourna regarder l'entraînement de Youso. Il avançait de plus en plus de la cible. C'était long, mais il progressait à son rythme. Cathi croisa les doigts pour que les blessures de Youso cessent de saigner. La partie de rigolade était terminée. Maintenant ils devaient travailler sur l'entraînement de Youso.

Après une heure d'entraînement, Youso décida de faire une pause. Il l'avait mérité de toute manière. Sa gorge était sèche et de grosse goûte perlaient sur son front. Il passa sa manche sur sa figure pour enlever le plus possible de sueur et s'écrasa au sol. Hakai ne lui parla pas et déboula la colline en quelques secondes pour revenir, une bouteille d'eau à la main, une minute plus tard. Youso la prit et le remercia. Il prit trois grosse gorgé avant de reprendre son souffle. Cathi s'approcha de lui pour vérifier ses blessures. Tout semblait correct pour continuer l'entraînement quelque temps. Mais Youso devait être prudent sinon il pouvait se blesser une autre fois. Dans ce cas, ils n'auraient plus de bandage pour le soigner.

[Youso] C'est un bon début, tu arrives à sentir l'instant du geste avec un Shuriken, c'est pas mal. Mais tu dois te reposer, travailler cette technique avec un corps et un esprit fatigué est très dangereux. Après le repos tu continueras avec un seul Shuriken jusqu'à que tu atteignes la cible.

Pour une fois, le garçon était d'accord avec son compagnon. Il hocha la tête et ferme les yeux. Le soleil ne lui tapait pas sur la tête puisqu'il était sous le feuillage de ce grand arbre. Cathi était à ses côtés. Son odeur le réconfortait. Elle n'avait pas changé dû tout. Il cala sa bouteille d'eau et se remit sur pied avec difficulté. Il suffisait de bouger pour que toutes ses blessures le fassent souffrir en même temps. Il grimaça et s'avança vers l'arbre en boitant un peu. Youso allait reprendre l'entraînement.

Il retira d'un geste brusque le Shuriken sur tronc et se plaça suffisamment loin de la cible. Il se concentra, visualisant un point, un seul. C'est-à-dire, le milieu du cercle. Il ferma les yeux pour tenter de mieux se concentrer. Il ne savait pas exactement si cela avait fonctionné, mais il s'élança tout de même. Le Shuriken vola dans les airs, il fit quelques tours sur lui-même avant d'aller se planter un peu plus haut dans le tronc. Youso sauta de joie. Ce qui eut pour effet de lui faire rappeller son mal. Il grimaça de douleur une seconde fois et alla à la rencontre de son arme pour recommencer.

Il n'y avait pas de trucs pour réaliser cette technique. Il suffisait de bien se concentrer et de toucher le Shuriken au bon moment pour réussir. Cela semblait tellement simple, mais se révélait être un vrai défi lors de l'apprentissage.

Il refit la même opération. Il ferma fixa un point, ferma les yeux et lança le Shuriken dans les airs et le fit coller jusqu'au tronc d'arbre. Cette fois, l'arme ne se planta pas dans l'écorce. La force que Youso avait exercée n'était pas assez puissante. Le jeune garçon devait frapper plus fort. Il recommença la routine habituel et, par chance, réussit à atteindre l'écorce. L'arme n'atterrit pas dans la cible, mais c'était un bon début. Il sourit malgré la douleur avant de recommencer.

Il ne cessa pas de lancer les Shuriken pendant environ une heure. Il était maintenant plus qu'exténuer. Mais plus Youso lançait, plus il se rapprochait de la cible. Parfois, le Shuriken touchait le rond rouge, mais ne se plantait pas totalement dans la cible. C'était une bonne chose, mais face à un ennemi, il serait surprenant que cela ait un effet.

Enfin, il réussit à atteindre la cible. Mais le Shuriken n’était toujours pas au milieu de cette-dernière. Youso, heureux et plein de détermination, se concentra et lança le shuriken dans les airs. Mais malheureusement, le pire arriva et l’arme se planta dans sa cuisse gauche. Le Garçon tomba sous le choc. Le premier réflex qu’il eut était de se mettre la main sur la plaie. Il se tortilla de douleur. Sa vue s’embrouilla, il ne pouvait donc pas discerner ce qu’il se passait autour de lui. Mais ce qui était certain, c’était que quelqu’un lui avait enlevé le Shuriken. Il sentit un liquide chaud couler le long de sa jambe.

Après quelques minutes de douleurs, sa vue revint. Hakai venait de lui mettre un morceau de tissu sur sa plaie. Il semblait avoir déchiré son t-shirt de manière à faire de longs bandages. Manquaient-ils de bandages ? Pourquoi ne lui avaient-ils rien dit ? Youso aurait pût faire plus faire attention ou arrêter l’entraînement s’il l’aurait sut. Hakai passa son bras autour de son cou et l’emmena près de Cathi. On pouvait lire sur ses traits qu’elle s’inquiétait. Elle se pencha sur lui pour examiner la blessure. Youso grimaçait de douleur.

[Cathi] Ça n’a pas l’air très grave. Je ne crois pas que cela nécessite une opération quelconque…

Elle fixait Hakai, comme pour se faire approuver. Youso aussi le fixait, mais il ne sembla pas avoir remarqué l’interrogation sur le visage de la jeune femme. Il annonça sans attendre :

[Hakai] Repose-toi, l'entrainement est fini pour toi aujourd'hui.

Youso le savait très bien. Il ne savait même pas s’il était capable de tenir debout. Sa jambe lui faisait atrocement mal et tout autour de lui était flou. Il ne savait pas si cette sensation était due à la douleur. Le silence reprit le dessus. Youso ne savait pas s’il devait parler. Il ne savait rien.

Hakai lui avait parlé d'une technique qu'il désirait apprendre. C'était le meilleur moment pour lui faire connaître les bases du Bunshin. C'était une technique simple, mais la personne désirant l'apprendre devait avoir des explications claires. Youso était là pour les lui donner. De plus, le garçon avait appris cette technique à Ying quelques jours avant. Il sera donc facile de lui apprendre.

Youso reprit ses esprits et se redressa un peu pour fixer son coéquipier.

[Youso] Tu disais vouloir apprendre une technique en échange de celle du renard ? Je vais t'apprendre le Bunshin

Cathi s'interposa entre les deux garçons.

[Cathi] Non, non et non. Youso, repose-toi ! Tu lui as promis de lui apprendre le bunshin ? C'est parfait. Je connais cette technique. Je vais le faire.

Youso ne répondit pas. C'est certain qu'il voulait se reposer plutôt que d'examiner les faits et gestes de Hakai. Cathi était capable de prendre la relève facilement.

Cathi s'avança vers Hakai et le regarda dans les yeux. Il allait comprendre, c'est certain. Youso était blessé et n'était pas en état de partager ses connaissances. C'était au tour à Cathi de travailler.

[Cathi] Bon, commençons par les bases ! Tu dois connaître le bunshin, non ? Un clone permet de te protéger lors des combats. Il est utile pour cela. Il peut aussi t'aider lors des missions. C'est une arme qu'il ne faut pas négliger même si parfois elle peut paraître simple. Alors, pour commencer, tu dois te concentrer et visualiser une image de toi-même dans ta tête. Ensuite tu dois séparer ton chakra de manière à en donner une petite partie à ton clone. Tu dois, évidemment, n'en donner qu'une partie. Ça ne sert à rien d'en donner trop. Alors vas-y, tu peux commencer. Si tu as des questions, poses-les moi !
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Jeu 13 Aoû - 14:55

C'était plus tôt amusant de voir Youso se faire sermonner ainsi. Lui qui ne voulait paraître faible..... Bon moi que ce soit Cathi ou Youso je m'en fou, du moment que j'obtiens ma technique. Le Bunshin? Oui c'est bien l'une des techniques que je voulais maitriser. Elle était certe simple et pas très efficace en combat mais elle pouvait tout de même nous sortir d'un mauvais pas en mission ou autre...

[Cathi] Bon, commençons par les bases ! Tu dois connaître le bunshin, non ? Un clone permet de te protéger lors des combats. Il est utile pour cela. Il peut aussi t'aider lors des missions. C'est une arme qu'il ne faut pas négliger même si parfois elle peut paraître simple. Alors, pour commencer, tu dois te concentrer et visualiser une image de toi-même dans ta tête. Ensuite tu dois séparer ton chakra de manière à en donner une petite partie à ton clone. Tu dois, évidemment, n'en donner qu'une partie. Ça ne sert à rien d'en donner trop. Alors vas-y, tu peux commencer. Si tu as des questions, poses-les moi !


C'est tout? Simplement s'imaginer son image et diviser son chakra en deux avant de l'expulser? C'est vraiment beaucoup trop facile. Je lui demandais tout de même une démonstration au cas ou une difficulté quelconque apparaitrait. Elle accepta évidemment, un peu contente de pouvoir faire autre chose que regarder pour une fois. Avant toute autre chose, il fallait malaxer son chakra et en diviser une petite partie. Lorsque cela était fait, un signe vint se former et un voile de fumer se forma avec à son centre une Cathi.... La ressemblance était parfaite.

[Hakai] « La plus grande difficulté est de malaxer correctement son chakra et d'avoir son image dans la tête. »

Elle confirmait d'un geste de la tête. Je pensais à ce moment à toutes ces personnes avec leur ego incommensurable. S'imaginer était pour eux un exercice tellement facile... Surtout pour Kenji.... Cet être ne vivait que pour lui et ses proches rien que pour lui.... Cela faisait trois ans que notre combat était terminé mais j'avais toujours l'impression que c'était hier. C'est sans doute pour le rattraper que je revois mon entrainement depuis le début...

A présent c'était mon tour. J'étais loin d'être le meilleur pour contrôler correctement mon chakra mais ce jutsu est basique, il ne m'opposera aucune résistance. Le flux de vie se réchauffait dans mon corps sous la pression que j'exerçais. Bientôt, une petite partie de cette substance si importante mais si mystérieuse se séparait de la source. Il ne restait plus qu'à réaliser le jutsu.... Comme un pal imitateur, je recopiais les signes précédemment effectués par Cathi. Une petite originalité tiens.... le clone était belle est bien la mais pas pour longtemps. Plus les secondes passaient et plus il grossissait et finit par exploser dans un nouveau voile de fumer. Il me semble avoir dit que ce jutsu ne m'opposerait aucune résistance non? Comme pour me prouver que le premier bunshin n'était qu'un raté, je recommençais une nouvelle fois mais ici encore, le même résultat. Un peu énervé par ce maudit jutsu, je tentais de comprendre ou était l'erreur. C'est donc les yeux en l'air que je restais de longue minute sans même faire attention au quelconque remarque de Cathi ou de e Youso.

La façon que mon bunshin avait éclaté me rappelait beaucoup un ballon. Il avait trop gonflé jusqu'à en exploser.... Il y avait donc trop de pression.... Mais un bunshin n'était malheureusement pas un ballon. Quelle était l'élément qui remplaçait l'air dans un bunshin? Il n'y avait d'autre solution que le chakra. Le problème venait donc de la façon que je malaxe mon chakra. Elle était trop forte, trop direct. Je prendrais mon temps cette fois ci. Je quittais la bleuté du ciel pour revenir sur terre. Je recroisais les mains pour refaire chauffer la bouilloire. Mais cette fois c'était sur petit feu que la cuisson allait se faire, il ne fallait pas que cela déborde. Certes cela prenait un peu plus de temps mais un maitre cuistot devait bien patienter pour servir son copieux repas. C'est donc de longue, très longue seconde plus tard que j'effectuais enfin le signe du bunshin et qu'un clone parfait se matérialisa à mes côtés. Le résultat était bon mais j'étais tout de même dessus. Il m'avait fallu de trop longue seconde pour réaliser ce jutsu. C'est donc avec amertume que je rejoignais les autres.

[Hakai] « C'est nul. Ma fallu plus d'une minute pour réaliser le bunshin. Je recommencerais plus tard. »

Je regardais Youso. C'est blessure n'était certes pas grave mais elles l'empêchaient de bouger. Et de plus il fallait tout de même l'emmener à l'hôpital soigner tout cela. On dirait une momie avec tous ces bandelettes. Inutile donc de retenir Cathi plus longtemps sauf si vraiment elle voulait rester jusqu'au bout.

[Hakai] « J'emmène Youso à l'hopital pour soigner ces blessures, il aura probablement des points de souture. Tu peux retourner chez toi si tu veux Cathi. »

C'est sur que j'aurais préféré qu'elle reste mais elle avait une vie... Elle ne pouvait rester ici.

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Lun 24 Aoû - 5:25

[C'est moi où la manière de poster est complètement bousiller ? On ne peut même plus changer la police et je crois que le HTML est activé xD. Ça m'a prit 10 minute avant de réussir à avoir la taille de police normal !!]

Entraînement
Jongleur

[4]

Les heures passaient lentement. Cathi avait l'impression qu'elle tournait en rond depuis des jours. Elle ne s'ennuyait pas, bien au contrairement. Mais elle souhaitait revoir sa mère. La jeune femme voulait la revoir le plus vite possible, mais en même temps, elle ne savait pas trop si elle allait accepter son retour. Cathi savait que son départ l'avait affecté et la fin de sa mission allait sûrement tout chambouler dans sa famille. Par contre, elle ne pouvait rester plus longtemps dans l'ombre. Elle se devait de retrouver ceux qu'elle aimait.

Hakai lui demanda une démonstration. Évidemment, elle accepta à coeur joie. Elle fit les signes incantatoire nécessaire pour effectuer la technique et c'est avec faciliter qu'elle réalisa un Bunshin parfait. Cathi avait utilisé peu de temps pour se concentrer, car elle était très habituée. Les clones étaient la base du Ninja et la technique était peu difficile à apprendre. Deux heures suffiraient pour que le jeune garçon la maîtrise parfaitement.

La jeune femme tourna la tête vers son ami. Il était blessé et il lui fallait des soins. Elle considérait avoir fait un bon choix en se portant volontaire pour apprendre à Hakai ce que Youso lui devait. Si son ami l'avait fait, qui sait comment son corps aurait réagi. Il ne pourrait plus s'entraîner de la journée dans cet état et ses blessures risquaient de s'infecter malgré le désinfectant. Mais ce qui l'inquiétait le plus, c'était ce que le Shuriken lui avait fait au niveau de sa cuisse. C'était sans doute la blessure la plus grave et qui nécessiterait le plus d'attention. Si seulement Eimi était restée, Youso aurait pût continuer son apprentissage. Cette fillette était une experte en médecine et elle ne manquait pas de talent. Ces petites blessures n'auraient pas fait le poids face à son jutsu médical.


Elle gardait un oeil sur son ami tout en maintenant ses clones intactes. La jeune femme s'intéressait plus ou moins à l'apprentissage de Hakai. Elle préférait se focaliser sur les blessures de Youso qui semblait beaucoup plus importantes que l'apprentissage d'une technique aussi banale. Plus le temps passait, plus elle se demandait s'il n'était pas mieux de l'emmener à l'hôpital. Cathi faisait entièrement confiance au compagnon d'équipe de son ami. S'il disait que Youso n'avait pas besoin de soin supplémentaire, elle ne dirait rien. Elle sortit enfin de sa sorte de transe lorsque Hakai lui posa une question. C'était normal de se questionner. Il n'y avait aucun mal à cela.

[Hakai] « La plus grande difficulté est de malaxer correctement son chakra et d'avoir son image dans la tête. »

En fait ce n'était pas vraiment une question. Le jeune garçon avait seulement besoin d'une confirmation. C'est pour cela qu'elle hocha vivement la tête pour approuver sa réflexion.

[Cathi] Effectivement, c'est une difficulté que les ninja de classe inférieure ont du mal à contrôler. Cela et le dosage de chakra. Dans cette technique, si tu utilises trop de chakra, ton clone pourrait tout simplement exploser. C'est la même chose si tu n'utilises pas suffisamment de chakra. Ton clone sera faible et aura de la difficulté à tenir debout. C'est pour cela que tu dois te concentrer pour utiliser la dose exacte de chakra nécessaire à la réalisation d'un Bunshin. Bien entendu, cela varie dépendant de l'individu. Moi je pourrais utiliser un peu plus d'énergie que toi pour arriver à réaliser un clone. Tout cela dépend de la personne et de sa maîtrise de l'art ninja.


Les mains en l'air, elle se laissa tomber par terre et regarda les nuages défiler et les feuilles bouger. Cathi essuya d'un revers de la main un peu de sueur qui perlait sur son front. La jeune fille se mit en position d'Indien et détacha ses cheveux pour les laisser voler au vent pour profiter de cette journée. Elle en avait marre de toujours s'inquiéter pour les autres. Cathi devait se détendre. Le stress la tuait peu à peu.

Elle se concentra sur la progression d'Hakai. Il semblait très déterminé à apprendre. Même si pour lui, cette technique était du gâteau. Il ne serait pas étonnant qu'il la réussisse du premier coup. Mais effectivement, une bonne concentration était la clé pour réaliser cette technique de rang D. Par contre, Hakai était un spécialiste Taijutsu. Il était clairement beaucoup plus difficile pour lui de contrôler son chakra qu'un expert en Ninjutsu. Cathi ne pouvait pas le blâmer sur ce point. Il apprendra en apprenant. C'est alors que se dressa devant elle un clone complètement difforme. Quelques secondes passèrent avant que ce dernier n'explose en laissant derrière lui une légère fumer. C'était tout ce qu'il restait de lui. Hakai avait expulsé beaucoup trop de chakra. À ce rythme, il allait être complètement épuisé. Décidément, sa maîtrise de dosage n'était pas top top...

[Cathi] Tu utilises trop de Chakra. Diminue la dose !

Le jeune garçon ne prit pas la peine d'écouter ses conseils. Ses yeux étaient en l'air et il réfléchissait. La jeune femme ne pût s'empêcher de faire une légère grimace pour souligner son mécontentement. Elle se coucha une seconde fois dans l'herbe et regarda avec lui le ciel. S'il ne voulait pas écouter, il découvrira de lui-même que ses actions ne sont pas efficaces.


Après une longue minute de détente total, la jeune femme s'intéressa au bunshin que Hakai venait de réaliser. Il était parfait physiquement. L'amie de Youso n'était pas vraiment étonnée. C'était une technique facile à apprendre. Même pour un apprenti ninja pratiquant le Taijutsu. C'était une base fondamentale et elle était surprise qu'à son grade il n'ait pas encore appris cette technique simple et utile. Par contre, ce clone était-il rapide ? Pouvait-il tenir sur ses jambes longtemps ? Hakai était-il capable de maintenir la technique plus de cinq minutes ? C'était de petits détails, mais ils étaient très importants. Hakai devra donc tenter de comprendre lui-même tous les secrets du bunshin

Le jeune revint vers les deux protagonistes. Il déclara, déçu de sa performance.

[Hakai] C'est nul. M'a fallu plus d'une minute pour réaliser le bunshin. Je recommencerais plus tard. J'emmène Youso à l'hôpital pour soigner ses blessures, il aura probablement des points de suture. Tu peux retourner chez toi si tu veux Cathi.

Le Genin souleva son compagnon. Cathi regarda, inquiète, les deux jeunes hommes. Voilà une belle initiative. On pouvait voir à quel point Hakai était attentionné envers ses coéquipiers. Le temps passer avec lui ne faisait qu'affirmer que ce dernier était quelqu'un de bien. Elle ne voulait pas partir. Elle voulait rester. Elle se sentait bien.

Son regard se dirigea vers le sol et ses poings se serrèrent. Cathi se leva subitement et fût surprise de constater que ses joues changeaient légèrement de couleur.

[Cathi] Non!...

Elle hésita un moment, puis sans s'en rendre compte elle haussa la voix.

[Cathi] Je veux rester avec toi. Je... Je ne veux pas te laisser seul avec Youso. Je ne veux pas que tu sois le seul à t'en occuper. Je veux... Je vais t'aider !

Elle s'avança vers lui, le frôla légèrement et souleva Youso. Ils prirent donc la route vers l'hôpital de Konoha.


Le soleil était toujours aussi étouffant et les rues bondées de monde. C'est pourquoi ils empruntèrent un chemin sans population qui semblait se rendre directement vers l'hôpital. Elle jeta quelques regards timides vers son nouvel ami, puis en jeta un autre vers son vieil ami. Ses yeux étaient fermés et il semblait profiter de ces instants de confort. À moins qu'il soit endormit ? Enfin, peu importe.

[Cathi] Ne t'inquiète pas pour ton entraînement. Tu as tout de même réussit à faire un clone presque parfait après seulement deux essais. Tu sais, on n'arrive pas à la perfection dès le premier coup. Tu as utilisé une minute de concentration pour réaliser un Bunshin parfait. C'est déjà bien pour un garçon qui n'a jamais utilisé cette technique. Avec de la pratique tu vas peut-être... Non, j'en suis sûr, tu serras un très bon ninja.

Elle retira une mèche qui volait devant ses yeux et la plaça derrière son oreille tout en jetant des regards timides vers Hakai. La route paraissait longue et la chaleur semblait être plus pesante.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Jeu 27 Aoû - 20:25

[Cathi] Non!...

Quoi non? C'est pas toi qui voulait rentrer voir ta mère il y a cinq minutes? Les filles savent vraiment pas quoi faire, sa craint. Le pire c'est qu'elle semble hésiter. Alors, tu viens ou pas?

[Cathi] Je veux rester avec toi. Je... Je ne veux pas te laisser seul avec Youso. Je ne veux pas que tu sois le seul à t'en occuper. Je veux... Je vais t'aider !

Hein??? Rester avec moi??? A oue, Youso..... Elle est trop soucieuse, surtout avec Youso. Y faudrait arrêter de temps faire tout le temps. Vie ta vie... Je lui aurais bien dit mais.... L'envie de l'avoir à mes côtés m'enchantait également. Je la laissais donc m'aider à porter Youso, elle prit soin de ne pas trop le bouger pour ne pas le faire souffrir. Je vous jure..... Et comme pour changer de sujet, elle reparle de l'entrainement.

[Cathi] Ne t'inquiète pas pour ton entraînement. Tu as tout de même réussit à faire un clone presque parfait après seulement deux essais. Tu sais, on n'arrive pas à la perfection dès le premier coup. Tu as utilisé une minute de concentration pour réaliser un Bunshin parfait. C'est déjà bien pour un garçon qui n'a jamais utilisé cette technique. Avec de la pratique tu vas peut-être... Non, j'en suis sûr, tu serras un très bon ninja.

Cette petite réflexion me fit sourire. Je pensais déjà être un très bon ninja mais pourquoi s'en vanter. Après tout je révisais bien les bases.... Mon regard croisa celui de Cathi quelque instant. Ça se voyait, ce n'était pas qu'une simple amitié que nous ressentions mais tout cela avait été beaucoup trop loin en si peu de temps. J'appréciais énormément Cathi mais est ce que je l'aimais vraiment? Je n'en sais rien. Après tout, il est possible que dans quelque temps nous nous détestions. Mais ne portons pas malheur, je suis heureux d'être son ami pour le moment.

[Hakai] « Merci du compliment. Je m'efforce de faire de mon mieux. Mais ce n'était qu'une technique banal. Je serais bientôt forcé d'apprendre des techniques beaucoup plus ardu. Qui pourront m'apporter la victoire. »

Nous parcourions les petites rues sans trop de difficulté, les passants ne passaient jamais par ici, seul les petits branleur trainait dans le coin. Mais il n'oserais toucher à un ninja de Konoha. C'est donc au bout de dix longues minutes que nous pénétrâmes dans l'hôpital. Youso fut traité en priorité vu l'état lamentable dont il paraissait. Il n'eut aucune grosse intervention, des point de suture comme prévu. Il était donc out pour le reste de la semaine. De toute façon il n'avait plus besoin de moi pour m'aitriser cette technique à présent. C'est donc après deux heures d'intervention sur les différentes plaies que je pus parler à Youso. Il était allongé sur un lit. Les médecins lui avaient demandé de se reposer une heure ou deux avant de quitter l'hôpital.

[Hakai] « Je suis contant que tu ailles mieux. J'ai réussi à maitriser le bunshin. Je vais te laisser te reposer maintenant. De toute façon tu n'as plus besoin de moi pour finir d'apprendre la technique. Nous nous retrouverons bientôt. J'y vais donc. »

Je fis un signe du bras à Youso et un petit clin d'œil a Cathi avant de pénétrais le couloir de l'hôpital. Il ne faisait aucun doute que la prochaine fois que nous nous retrouverons Youso sera devenu un disciple du renard.


[Désolé de la longueur... C'est mon dernier post pour le moment. Tu peux apprendre la technique en un gros post à présent.]

MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   Ven 28 Aoû - 0:48

Je continurai l'apprentissage de la technique ailleur.

Session Rp terminé
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Deux bouffons sur un fil.   

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Tragédie-comédie des bouffons de la politique en Haiti
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0-