Partagez | 
 

 (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...   Mer 5 Aoû - 21:10

*** Chapitre 5 : In the Water Closet ***






Bienvenue à l'Académie de Kumo... Devant cette Académie, il y a un portail, et derrière ce portail, il y a un petit chemin de pierres. Et derrière ce petit chemin de pierres, il y a un grand bâtiment. Devant ce grand bâtiment, il y a une porte, puis derrière cette porte, un immense hall. Au fond de cet immense hall, il y a un couloir, puis des escaliers à droite, encore un long couloir un étage au sous-sol, et au fond de long couloir sombre et humide, une porte.



Qu'y a-t-il derrière cette porte ? Personne ne le savait depuis longtemps. On racontait qu'il y avait des sanitaires. De bien vieux sanitaires usés par le temps, les inondations, l'éco-système qui s'y était développé... Bref, rien de bien agréable, mais la sacro sainte administration n'allait pas laisser les choses ainsi bien longtemps. Sitôt dit, sitôt fait, bientôt une équipe de techniciens civils partit à l'assaut de l'infection honteuse qui se propageait dans les bas-fonds de l'Académie. Ils astiquèrent, polirent, lavèrent, brossèrent comme des fous. Puis vint le temps des carreleurs, plombiers, et autres électriciens.



Bientôt, les vieux sanitaires puants, nid à rats et autres créatures ragoûtantes, devint un lieu de propreté impeccable. Inutile, certes, mais impeccable... C'était sans compter les étranges évènements qui avaient lieu en ces profondeurs intestines.



Un beau matin, allant inspecter les travaux finis, le contremaître put apercevoir le résultat... tout sauf impeccable. De longues traînées vertes acides recouvraient les lieux, rongeant le carrelage, et avalant la lumière si claire autrefois. Bref, de bien étranges évènements, qui demandaient une réponse rapide, efficace, et armée...




Et qui fut désigné pour cette valeureuse tâche ? Hein, qui ? Ben moi... Je commençais vraiment à en avoir ras le bol de me taper des missions pourries. Surtout depuis que j'avais participé à celle de Sho-sensei. En l'espace de trois semaines, j'avais ramoné une cheminé, servi de modèle pour une création de robes d'une bourgeoise à deux balles des quartiers riches, fait la circulation sur les routes marchandes, attrapé un voleur à l'étalage, et balayé le palais du Raïkage... Là, j'allais nettoyer des chiottes...



Autant dire que ce matin, j'y allais molo. Sorti de bonne heure de ma hutte en taules ondulées, je regardais le soleil monter doucement au ciel, en faisant mes premiers étirements. La marche fut longue, et étrangement agréable. J'avais l'impression d'assister à la dernière marche du condamné... La vue du portail me provoqua une répulsion encore plus forte qu'à l'habitude. Selon l'ordre de mission, je devais attendre l'arrivé d'un autre coéquipier pour m'épauler durant cette dure tâche. J'avais vraiment l'impression qu'on se fouttait de moi.



Le regard vide, blasé, je contemplai le paysage du haut de la colline de l'Académie, attendant mon partenaire. Pourvu que la journée soit courte...


________________________________________
______________

Only Love Is All Maroon
Gluey Feathers On A Flume...

MessageSujet: Re: (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...   Jeu 6 Aoû - 20:20

Etsuko n'aimait pas les mission qu'on lui assignait, d'habitude. Il s'agissait presque toujours de tâches particulièrement ennuyeuses... Il faut dire qu'elle n'aimait ni se battre contre autrui, ni aller démarcher des subtilités diplomatiques avec les petits villages alentours. Quant au reste... Elle avait été vivement intéressée la première fois qu'elle avait du escorter un homme qu'elle ne connaissait pas, mais il avait fini par demander à ce qu'elle soit remplacée, ne supportant plus ses questions incessantes. Enfin, cela faisait longtemps qu'elle ne se présentait plus au bureau d'attribution des missions. Elle se baladait juste un peu dans le couloirs de l'académie tous les matins, histoire que les administrations aient l'impression qu'elle travaillait.

Ca avait toujours fonctionné, jusqu'ici, et la jeune fille avait pu s'adonner à ses occupations, étudiant les papillons, les illusions, les humains ou tout autre sujet comme il lui convenait. Malheureusement, il semblait qu'elle ai été découverte.

En effet, ce matin là, alors qu'elle visitait comme à son habitude les couloirs de l'académie dont la peinture commençait à défraîchir sérieusement, elle se fit intercepter par une femme à l'air revêche, les cheveux gris attachés en chignon derrière la nuque. Celle-ci avait les doigts crispés sur une feuille de papier blanc recouvert d'une minuscule écriture qu'elle brandissait comme une arme.

« Hep, vous ! »

La voix était autoritaire et la femme lui barrait le chemin, aussi Etsuko s'arrêta et examina l'inconnue avec intérêt. Elle avait les lèvres serrées, quelques mèches de ses cheveux s'échappaient de sa coiffure sévère et ses yeux semblaient un peu bouffis. Quant à son attitude générale... Elle avait les épaules repliées, les jambes fragiles. La jeune fille en déduisit que cette personne était triste, en colère, et qu'elle cherchait à évacuer sa rage sur la première venue. C'est pourquoi elle se dit que ça serait une bonne expérience de nouer le contact et qu'elle avança :

« Je suis certaine que ça ira mieux bientôt. Tu verras, et mange un peu de chocolat, ça fait du bien. »

Le teint de la vieille femme devint écarlate. Son front se ferma, révélant quelques rides quelque peu disgracieuses. Sa voix retentit une fois de plus, plus ferme encore que la fois d'avant, pendant qu'elle faisait un pas en arrière, la mine méprisante :

« Poussez-vous. Vous êtes la chuunin qui ne fait rien, non ? Etsuko Kaori, c'est bien ça ? »

Un peu déstabilisée par le revirement de comportement de la vieille femme, l'illusionniste répondit avec calme :

« C'est moi. Mais ce n'est pas important, ça. Tu crois que les murs souffrent d'être aussi mal peints ? »

« Tu dois aller aux toilettes du fond du bâtiment. Maintenant. »

Etsuko ouvrit plus grand ses yeux.

« Mais non, pas maintenant, ce n'est pas nécessaire, je... »

La feuille claqua dans l'air pour suivre le geste vif de l'inconnue.

« Décision des autorités, mission de rang D. Je ne sais pas ce que vous leur avez fait mais ils ne devaient pas être bien contents pour vous avoir attribué celle là. Nettoyage des toilettes, votre partenaire vous attends déjà, dépêchez vous. »

En un instant, la vieille femme était de retour dans son bureau et la porte claque au nez de la chuunin. Cette dernière fit demi-tour, se dirigeant vers les toilettes nommées, se demandant si nettoyer des toilettes serait plus intéressant qu'une autre mission, ou si ça serait pareil. Toujours était -il qu'elle ne pourrait probablement pas travailler ses illusions pendant un certain temps. Enfin, tout dépendait de l'état des dites toilettes...

Elle poussa vite la porte des sanitaires. La première chose qui sautait aux yeux, c'était une coloration verte du plus mauvais goût. Elle recouvrait le carrelage mural comme celui du sol, les portes, les lavabos, et probablement les cuvettes, même si elle ne le voyait pas d'ici. Tout ceci dégageait une odeur supportable mais peu agréable. La jeune fille fronça le nez, puis remarqua une autre présence. Un jeune homme, qui semblait avoir envie d'être n'importe où mais pas au milieu de ces toilettes décorées. La chuunin lui balança un grand sourire :

« Bonjour, je m'appelle Etsuko. C'est amusant, je ne connaissais pas cet endroit. C'est joli, non ? Il manque quelques fleurs, mais j'aime bien. Je pense que de la lavande ferait l'affaire, elle sent suffisamment fort pour camoufler cette odeur. »


L'expression a des frontières, la pensée n'en a pas. (V. Hugo)

MessageSujet: Re: (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...   Jeu 6 Aoû - 23:06

Ma contemplation fut stoppée net par une voix féminine. Une voix qui parlait... parlait... parlait... pour ne rien dire. Moi qui aimais le silence, j'étais servi ! La mine toute aussi inexpressive, je tournai la tête lentement vers la demoiselle. Plutôt jolie, à vrai dire... J'attendis que son monologue se termine pour enchaîner :


Je m'appelle Ananda, enchanté...


Je passai les considérations esthétiques des sanitaires, aussi répondis-je aussitôt à la relative facilité proclamée par la kunoïchi.

... et ne crois pas que l'affaire va être aussi facile. La pièce a été nettoyée y a 2 semaines. Ca peut pas se salir naturellement comme ça aussi vite. Et l'ordre de mission indique qu'il faut éradiquer la source de la saleté...


Je balayai mon regard dans la pièce.


La traînée verte vient de forcément de quelque chose. Il faut le trouver, et ce sera réglé...

Aussitôt, je me mis à chercher... L'espace était plutôt large, pour des sanitaires. Environ 40 mètres carrés. Il y avait des douches, des toilettes, des lavabos... Mais peu d'endroits où se cacher. De toute évidence, si quelqu'un ou quelque chose venait salir les toilettes, il ne restait pas ici. A mon avis, mon équipière de mission en était arrivé à ce même stade de réflexion, à moins qu'elle en soit encore à l'étape de savoir si la violette ou la lavande s'accordait mieux avec les lieux...



En cet instant, je me dis que j'étais peut être trop catégorique. Je me plaignais souvent des personnes qui pensaent me connaître au premier coup d'oeil, alors qu'elles ne savaient rien de moi. Et j'étais en train de faire exactement la même chose qu'eux. Or, j'étais sûr de valoi bien mieux. Aussi, ravisant mon air blasé, et mes expressions grognardes, j'affichai soudain un visage plus serein, et tentai de m'exprimer de façon moins rude.


Dis-moi, Etsuko, de quel grade es-tu ?


Une chose m'intriguait depuis le départ. Etsuko ne pouvait pas être une simple Genin. Ou alors une Genin très douée, car je ne ressentais absolument aucun flux de chakra émaner d'elle. Je n'avais clairement pas le niveau pour distinguer des chakras aussi subtils que ceux entraînés par l'expérience. Aussi, soit Etsuko était tout à fait capable de contenir son chakra inconsciemment, ce qui signifiait qu'elle était d'un niveau bien supérieur au mien, soit elle était encore moins douée qu'une aspirante. Bref, la question me trottait dans la tête, et j'espérais avoir une réponse bientôt...


________________________________________
______________

Only Love Is All Maroon
Gluey Feathers On A Flume...

MessageSujet: Re: (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...   Dim 9 Aoû - 22:41

L'inconnu se présenta sommairement, sous les yeux attentifs de la jeune fille. Son visage était impassible. Était-il donc émotionnellement bloqué ? Hum, probablement. Un cas intéressant alors, sans aucun doute, bien qu'Etsuko ne ressente pas particulièrement d'affection pour les personnes qui bloquaient leurs sentiments. Il avait aussi l'air ennuyé. Oh non, alors elle était tombée sur une de ces personnes qui se blasent d'un rien et qui ne savent plus s'extasier ? Dommage. Mais elle ferait avec.

Mais Ananda, c'est ainsi qu'il s'appelait, ne s'arrêta pas là. Il évoqua leur mission. Ah oui tiens, elle avait oublié ce détail. Il était vrai que la nouvelle décoration des sanitaires ressemblait passablement à de la saleté, et d'autant plus avec cette odeur. Éradiquer la source de saleté ? Ah oui tiens, pourquoi pas... Sans aucun doute, à la vue des traînées, de leur taille et de leur consistance, on avait du emmener les troupeaux de chèvres jusque dans les locaux de l'académie. Ou alors une très grosse chèvre. Qui avait mal mangé, pas assez de fleurs apparemment. Oui, cela devait être ça ! Sur le ton de la confidence, la jeune fille confia son hypothèse à son partenaire :

« A mon avis, on doit chercher une chèvre géante dans les environs... Et lui trouver de meilleurs pâturages. »

Quoique... Non, bien sûr. Ce qu'elle venait de dire était absurde. Elle se reprit avec autant vivacité que de sérieux :

« Non en fait, ce que j'ai dit est stupide. »

Bien entendu. Elle aurait du réfléchir davantage. Au cas où Ananda en aurait encore été à la conjecture de la chèvre géante, Etsuko enchaina pour expliquer d'une voix assurée :

« On aurait pas conduit une chèvre ici, il n'y a pas d'herbe... »

Et puis s'il y avait une chèvre géante en ville, elle en aurait entendu parler, il n'y avait aucun doute. Ce n'était donc pas ça. La chuunin secoua la tête, pensive, puis se souvient des paroles de son interlocuteur. Il avait posé des questions. Et la bienséance voulait que l'on réponde aux questions, du moins lorsque l'on connaissait la réponse. C'est pourquoi elle reprit la parole avec amabilité :

« Je m'appelle Etsuko. Et... »

Pourquoi donc son grade l'intéressait-il ? Elle ne comprendrait probablement jamais où pouvait bien se trouver l'importance de cette épreuve dont elle était sortie vivante. D'ailleurs, elle en gardait un bien mauvais souvenir, alors à quoi bon ? Pourtant, elle n'aimait pas mentir, et avança tranquillement, en haussant les épaules :

« Je suis chuunin. »

Etsuko ne lui renvoya pas l'interrogation. Elle n'en avait pas grand chose à faire, en fait, du grade d'Ananda. Par contre, d'autres détails pouvaient la passionner. Son regard parcourut rapidement les portes des douches, le carrelage immaculé sous les traînées vertes, les miroirs qui ne reflétaient plus grand chose, puis les robinets autrefois propres. Elle fronça les sourcils :

« Tu crois qu'il y a quelqu'un derrière le miroir, qui te ressemble et qui essaie de faire les mêmes gestes que toi ? »

Ou alors c'était eux qui, sans le vouloir, exécutaient les mêmes mouvements que ceux qui se cacher derrière les glaces...


L'expression a des frontières, la pensée n'en a pas. (V. Hugo)

MessageSujet: Re: (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...   Lun 10 Aoû - 22:55

« A mon avis, on doit chercher une chèvre géante dans les environs... Et lui trouver de meilleurs pâturages. »

J'eus du mal à comprendre ce qu'elle venait de dire... Etait-elle en train de se payer ma tête, ou pensait-elle ce qu'elle disait à l'instant ?

« Non en fait, ce que j'ai dit est stupide. On aurait pas conduit une chèvre ici, il n'y a pas d'herbe... »


Un grand et long silence s'installa... En l'espace de trois mots, l'ambiance était parti dans le délire le plus improbable auquel j'aurais pu m'attendre. Je la regardai quelques instants, bouche bée, le temps que le cerveau capte les informations, et tente en vain de décrypter un sens derrière tout cela. Quand l'inexorable Fatal Error tomba, je ne pus m'empêcher de sourire. Je me retins de rire, mais le coeur y était.

Après tout, Etsuko avait raison. Il fallait prendre la tâche avec humour et bonne humeur. J'avais eu tord de paraître si froid. Apparemment, Etsuko n'avait pas l'air d'y avoir prêté attention. Tant mieux, cela me laissait une chance de changer d'attitude.

J'appris quelques secondes plus tard que la demoiselle était déjà chuunin. C'était donc mon inexpérience qui était la cause de mon incapacité à ressentir son flux. J'avais encore beaucoup à apprendre. Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas entraîné. Les missions s'étaient enchaînés rapidement, et surtout sans interruption. Il fallait à tout prix que je m'y remette, si jamais je voulais éviter de croupir comme sous fifre ramasseur de bave verte... Ces quelques secondes de réflexion laissèrent à Etsuko l'occasion de commencer une courte observation. J'allais reprendre le fil, mais je n'en eus pas le temps.

Ananda : Bon...

Etsuko : « Tu crois qu'il y a quelqu'un derrière le miroir, qui te ressemble et qui essaie de faire les mêmes gestes que toi ? »

Le fou rire sortit pour de bon. Un rire comme je n'en avais pas eu depuis bien longtemps. Un de ces rires salvateurs, si agréables, que j'avais souvent avec Aneko. Depuis sa mort, je ne me rappelle pas avoir rit. J'avais déjà du mal à sourire, alors rire... Je ne sus pas immédiatement si Etsuko l'avait fait exprès, mais je commençais à me douter qu'elle était sincère. Une véritable innocence se dégageait de cette fille, qu'inconsciemment, j'appréciais de plus en plus. Nous ne nous connaissions que depuis 10 minutes à peine, mais je pensai aussitôt que j'avais devant moi quelqu'un qu'il ne fallait surtout pas glisser entre ses doigts, le genre de personne avec qui je pouvais m'entendre. Une amie, en somme.

Comme je ne voulais pas la vexer à cause de mon attitude, j'essayai d'apporter une réponse.

Je sais pas... Un jour, quelqu'un m'a dit que les images, ça ne compte pas.

Mon coeur s'enserra soudain. Un flot de gestes, de paroles, de sourires, de chansons... s'immisça dans ma mémoire.

Au fond, ce qui compte, c'est les images qu'on a dans la tête.

Nos souvenirs... Il ne m'en restait pas beaucoup, mais ils étaient plus précieux que n'importe quoi au monde. C'est toi, Aneko, qui m'a dit ça quand j'étais petit. Tu venais de t'habiller pour travailler, si "vendre son corps" peut être interprété comme du travail. Je t'avais demandé pourquoi tu mettais toutes ces couleurs sur ton visage. Et tu m'avais répondu ça. Je n'avais pas compris à l'époque. Aujourd'hui, je le comprends mieux que personne.

Mon visage traversa la glace. Je souriais, à travers la couche verte translucide. Sans le savoir, Etsuko venait de changer ma journée, et peut être ma vie.

J'ai une idée. Il nous suffirait de nettoyer à nouveau, puis de faire une planque dans les sanitaires pour voir d'où ça vient. Ca te tente comme idée ?


________________________________________
______________

Only Love Is All Maroon
Gluey Feathers On A Flume...

MessageSujet: Re: (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...   Ven 21 Aoû - 19:00

[ Mes excuses pour le retard... ]

Ananda avait éclaté de rire. La jeune fille ne comprit pas, d'abord, les raisons exactes de sa joie, mais elle se dit que comme il avait semblé la contenir quelques secondes avant de la laisser éclater, elle devait être causée par une réflexion intérieure. A coup sûr, son interlocuteur était une personne de nature enthousiaste et prête à s'amuser à la moindre occasion. Tant mieux, puisqu'elle aimait ceux qui savaient profiter de leur existence.
Donc non, il ne bloquait pas ses émotions, puisqu'il était enclin à rire sans raison. Peut-être avait-il été un clown dans une autre vie, ou alors un de ces oiseaux qui chantent tout le temps. Oui, ça devait être ça.

La chuunin attendit patiemment qu'il parvienne à se calmer, avec un intérêt renouvelé pour le jeune shinobi. Peut être les miroirs l'amusaient-ils plus que de raison ? Oh, pourquoi pas, après tout elle adorait les papillons, pourquoi n'adulerait-il pas les miroirs ? Ou alors il avait la réponse à sa question ?

En fait, il ne répondit pas très clairement. Quelqu'un lui avait signalé que les images ne comptaient pas. Là dessus, Etsuko était d'accord... En partie. Les images étaient importantes, parce qu'elles permettaient de passer des messages. Ces messages étaient parfois erronés, déformés, mal interprétés, mais elles étaient primordiales pour instaurer un semblant de contact humain.

Les images qu'on a dans la tête ? L'idée était intéressante. La demoiselle avait-elle des images dans la tête ? Aucune idée. Si elle avait longuement cherché à analyser le contenu de ses pensées et de celles des autres, elle n'avait jamais, oh grand jamais, songé à leur nature. L'idée était plus que surprenante... Oui, ça lui plaisait. Mais de quelle matière était alors faite la pensée ?

La chuunin secoua la tête, reportant son attention sur Ananda. Il semblait pensif, comme s'il réfléchissait. Son regard était vague, jusqu'à ce qu'il esquisse un sourire. Oui, ça devait être quelqu'un de joyeux. Le genre qui balade des enfants sur ses épaules les journées de beau temps, se fichant éperdument de remplir la mission que lui a assigné un grincheux de l'académie. Ah, ils risquaient de bien s'entendre, aucun doute, surtout s'il avait en réserve d'amusantes anecdotes à lui raconter.

Son interlocuteur proposait de nettoyer, puis de surveiller les sanitaires, afin de tendre une embuscade à ce qui salissait les lieux. Oh, pourquoi pas, mais qu'est-ce qui lui disait que le décorateur allait revenir ? Rien ne le prouvait, après tout... Mais, ayant envie de partager un peu de temps avec lui, elle ne le contredit pas, choisissant plutôt une autre option.

« Ou si nous attentions celui qui a fait ça, pour lui demander de nettoyer ? Comme ça, on pourra en profiter pour lui demander pourquoi il a fait ça, et lui proposer d'autres lieux pour s'amuser ! »

Quoique, peut être pas, non. Si l'animal était un esprit malfaisant remonté des égouts, ils se feraient peut être transformer en rats, et elle n'était pas certaine que ses illusions soient très efficaces contre les entités non humaines.
Il faut dire qu'Etusko, en dépit de ses immenses et nombreux talents (comme celui de parler aux abeilles), n'avait pas hérité de la fibre « ménage ». Pas qu'elle y mette de la mauvaise volonté, non, mais elle n'était pas particulièrement douée, et elle en avait en conscience.

Elle attendait une objection ou une confirmation d'Ananda. Mais, alors qu'elle se demandait si les gens derrière les miroirs pouvaient aussi les entendre, il lui vint à l'esprit qu'ils ne pouvaient pas surveiller les lieux au milieu d'une telle odeur. Ils suffoqueraient peut être bien avant que le décorateur ne revienne. Ou la chose qui décorait. Ou la décoration, si elle venait d'elle même. Aucune idée, mais pas d'importance pour le moment, le jeune homme avait eu une bonne idée, il fallait qu'ils nettoient d'abord. Bon.

« Je crois qu'il y a des balais dans un placard. Enfin, en général, on les range dans un placard. »

Ce qui faisait qu'on appelait souvent les placards des « placards à balais ». Logique. D'ailleurs, justement, il y avait une petite porte au fond. La jeune fille s'y dirigea pour l'ouvrir, et après avoir un peu forcé sur la poignée, elle réussi à en sortir une panoplie de seaux et de balais brosses. Une petite pierre grisatre qui ressemblait à un savon siégeait à côté. Tant mieux, elle adorait faire des bulles avec ce type de produit... D'un ton docte, elle expliqua à Ananda, supposant que lui non plus n'était pas un grand habitué du nettoyage :

« Il faut mettre le plus possible d'eau par terre, pour laver le sol. On fera le reste au balai, non ? »


Il ne restait qu'à découper des copeaux de savon et à les laisser s'affairer tout seul. La jeune fille était certaine que le savon était constitué de minuscules entités qui dévoraient littéralement la saleté. Autant leur laisser faire leur travail tranquillement...
Ayant soudainement hâte de s'y mettre, l'illusioniste ouvrit tous les robinets, laissant l'eau rebondir contre les lavabos et la masse verte, déborder doucement, puis commencer à s'écouler sur le carrelage sali...

Quelques coups de couteau dans le savon, les copeaux étaient prêts à prendre leur repas. Déjà ses pieds étaient trempés... Satisfaite, Etsuko adressa un sourire à son partenaire.


L'expression a des frontières, la pensée n'en a pas. (V. Hugo)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Mission de rang D : Ananda/Etsuko) In the Water Closet...   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: L'Académie de Kumo-