Partagez | 
 

 Welcome in Hell... We have cookies !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Welcome in Hell... We have cookies !   Mer 2 Sep - 20:38

Je suis vivante !

...

Je te hais !

Comment tu fait ? Je suis bien, heureuse, contente, et tu plombe mon moral en une putain de phrase. Comment tu fait ?... Je jure sur mon sang qu'un jour je t'arracherais la colonne vertébrale avec mes dents !
Et j'imagine que tu va même pas me demander pourquoi je suis si contente, hein ? Je m'en doutais... Juste pour te faire chier, je vais te le dire... Et ouais, la prochaine fois tu fermeras ta gueule, hein ? Brave Guignol...

J'ai enfin été reçue à l'académie de Kiri !... Oui... Oui, c'est tout... Vu le temps d'attente que j'ai eut, je dirais pas ça et puis je m'en cogne de ton avis, je suis heureuse c'est tout ce qui compte !... Effecivement, j'avais pas vue ça comme ça... D'accord ! Je ment ! Content ?... Okay, je l'admet.
Non, me retrouver dans une pièce remplie de chiards à peine sortis des couches de leurs mères ne m'éclate pas du tout, mais je dois encaisser si je veux apprendre le combat façon "kunoichi", paraît qu'il y a des trucs trash... Que Kami protège Kiri si je dois faire de la broderie où des bouquets de fleurs...

Bravo, je t'applaudis de mes deux putains de mains, ta encore réussit en trente secondes, chrono en main, à plomber mon moral, alors va jouer avec les requins et fout çoi la paix pour le moment... Merci... Connard.

Je secoue la tête pendant que je rentre dans l'académie, c'est sombre et calme... C'est quoi ce bordel ? Il est auelle heure ? Ah d'accord... Je suis conne donc... Je suis juste venue avec deux heures d'avance... J'ai besoin d'un vere moi...
Je l'admet, j'ai pas fait gaffe, pour une fois qu'un truc cool m'arrivait j'ai pas fait attention aux détails... Donc mois je suis venue dès que je me suis réveillée, vers quatre heure du mat quoi... Ouais là je me rend compte que ça fait crétin.

Raaah ! Tant pis ! J'y suis, j'y reste !

Je grogne tandis que j'avance. Bordel on y vois rien ! Pas de lumière, les fenêtres aui eflètent aue la lumière de la lune, un brin insuffisant vu que j'ai qu'un seul oeil. En gros, je me cogne partout et ça commence à me courir !

Argh ! Bon, okay, j'ai compris, la prochaine salle de classe est la bonne, j'y rentre, j'y pose mon cul et j'y bouge plus !

Et ce sera celle-là, elles se ressemblent toutes de toute façon, donc bon... Les rangées des étudiants sont de ce coté donc je... MERDE !

Je me suis cassé la gueule... Mais sur quoi ? C'était pas dur, en fait c'est plutôt moux, raaah et j'y vois toujours que dalle, je dois m'habituer à cette luminosité avant de pouvoir bouger... Mais un truc est sur, ce sur quoi j'ai trébucher est vivant... Á priori...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Mer 2 Sep - 21:05

Sommeil, doux sommeil ...
Journée de cours, journée d'entraînement ... Routine, morne routine ... Repas seul, comme tous les autres. Routine, morne routine ... Sommeil sur un sol dur, inconfortable, mais auquel on s'y fait, après on s'y fait à tout, non ..? Bref, routine, morne ...

Qu'est ce que cela ?! Quelque chose qui trébuche et s'étale sur moi, comme si je n'étais qu'un vulgaire paillasson. La colère monte en moi. Et il faut dire que les quelques heures de sommeil que j'ai dormi cette nuit n'y sont pas pour rien. Je me relève prestement, déplaçant à un coté mes couvertures. J'essaye de dominer de ma taille l'intrus ... Qu'en fait, je n'aperçois même pas. La nuit oblige ... Je vois à peine une silhouette sombre se découpant à la lueur lunaire ... Mon esprit alerte finit par se retirer des brumes de la fatigue, pour arriver à un constat : Mais qui pourrait bien être ici si tôt ? Après tout, les cours ne commençaient que dans deux heures, aucun élève ni ... Non, pas ça ... Ce n'était pas prévu ! Aucun professeur ne devait être là ! A moins qu'ils ... se doutaient de ma présence ? Et qu'ils en profitent maintenant, ma garde baissée, afin de m'humilier et me jeter dehors sans nulle pitié ? Mais, si tel était le cas, pourquoi, pourquoi donc aurait il trébuché sur moi ? C'est absurde, tout simplement absurde ... Mais à part ça, qui donc pouvait savoir que j'étais là ..?

Un constat s'imposa à mon esprit : Eux.
Un doute glacial s'infiltra en moi, j'eus le souffle coupé l'espace d'une seconde, et je réagissais brutalement.
Je posais de nouveau ma main à ma ceinture. Mais tu es stupide ma pauvre Uzu ? Combien de fois faudra-t-il te répéter que tu n'as plus de sabre, plus rien ?! Qu'importe, je chargeais la silhouette étalée, et la plaquais au sol de toute ma force, la menace rendant mes gestes violents. Je la saisissais par les poignets, à l'en faire souffrir, tout du moins étais-ce mon intention.


-Vous ne me ramènerez pas, jamais ...
chuchotais-je, d'un ton tranchant comme le sabre que je portais auparavant à la ceinture.

Un rayon lunaire éclaira mon visage, puis le sien ... Mouvement de répulsion.
Non, non, elle, ici ?! Mais c'était vrai, si vrai ... Elle l'avait entendue, elle cherchait à rentrer à l'Académie ... Mais pourquoi, pourquoi était-elle arrivée si tôt ..? Pourquoi m'avait-elle découverte ..? Elle répèterait tout aux Professeurs, c'est certain ... Et où dormirai-je, à ce moment là ..?

Sans m'en rendre compte, mon dos heurta le mur. Mon visage exprimait une profonde angoisse. J'avais l'impression d'avoir de nouveau onze ans ... Envie de pleurer, snif ...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Mer 2 Sep - 21:39

Peu importe sur auoi je suis tombée, une vérité est là : c'est rapide, violent et semblerait que ça compte pas se laisser faire... Joie.

Ma situation : je suis étalée les quatres fers en l'air, encore dans les vappes de ma cuite et de mon réveil matinal, alors on va juste dire aue les reflexes sont plus proches de zéro que de cent, okay ? En face de moi jái un "truc" que j'entend se déplacer super vite, en tout cas plus viteque moi et à peine j'ai le temps d'ouvrir la bouche pour parler que je me fait sauter dessus et plaquée au sol. Au moins maintenant je sais que le "truc" en question est une fille, plutôt bien gatée par la nature si j'en crois ce qui est plaquée contre moi.

Bizarre... Cette scène me rappelle cette nuit au pays du thé. La différence c'est qu'il y avait des chaînes, des fouets, de la cire et qu'on était quatre... Putain, ça, ça a été une nuit douloureuse...

Mais c'est pas le moment pour la nostalgie, je suis actuellemen plaquée au sol et j'en profite même pas ! Bordel, si au moins je savais pourquoi j'était dans cett sitution... Nan, nan pas vraiment... Oui, je suis presque sure à cent pour cent que le karma à rien à foutre là-dedans...

Tiens, rebondissement dans l'affaire de "l'agression de la salle de classe numéro neuf". Alors, la voix me dis quelque chose mais je suis pas foutue de savoir où j'ai pu l'entendre et je sent que ça va m'énerver dans pas longtemps... Par contre, question plus importante : Ramenez qui ? Et où surtout ?
Une lueur de lune m'éclaire et éclaire aussi mon agresseur... Hey ! Je la connais elle !

Elle a reculée, plaquée contre le mur paniquée. Moi ? Je suis restée au sol, dams la position où elle m'a plaquée, je cherche c'est qui... Exact, Meloku, pas d'autres noms, mais que diable fout-elle là ?!
Je soupire pendant que je me relève et je la regarde droit dams les yeux... Et ma gorge s'étrangle... et merde...

J'avais une réplique cinglante parfaite, une insulte parfaite pour ce moment et je suis obligée de la ravaler... Je suis garce, mais même moi je me sent pas d'humeur à enfoncer encore plus Meloku, pas quand elle affiche ce visage, pas quand elle a un tel regard... fait chier. On dirait une bête blessée, un animal prit en chasse finalement capturé, putain, on dirait moi y a trois ans. Fait chier.

Je m'épouste, je prend mon temps. Mon sourire habituel est étrangement absent ce matin, normal, c'est pas tous les jours que je vois ça. Je dois me concentrer, allez, vire moi ces images du passé, tu pourras tranquillement les regarder plus tards, avec une bouteille en main.
Je lève les yeux, et je serre le poing à en faire saigner ma paume. Qui ? C'est la seule question que j'ai besoin pour le moment, qui a réussit à la briser comme ça ? Si elle voulait pas être découverte elle aurait pu facilement me tuer, j'opposais pas des masses de résistances, mais un truc cloche chez elle.
Plus tard.
Je force un de mes sourires railleur, mieux vaut ça que mon visage normal.

"Avant "ça", payer verre."

Ouais, le coeur y est pas...

Je soupire, j'abandonne toute prétention de faux-sourires et compagnie et je me lance, je te jure, ce doit être le manque de sommeil qui me fait faire ça...

"Qui être "eux" ?"

Peu de chances qu'elle me réponde mais, hey, au moins ça m'aide à rassembler mes pensées...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Mer 2 Sep - 22:19

J'avais beau regardé autour de moi, je ne trouvais nul moyen de fuir, nulle part ... Pourquoi son regard me faisait-il peur, si peur .. C'est absurde ... Pourtant, je tremblais, j'avais les larmes aux yeux. Et pourtant, je ne pouvais pas détourner le regard. Je me perdais dans ses prunelles angoissantes, même si j'aurais pu faire cesser tout cela juste en fermant les yeux ... Mais même pour cela, je n'avais pas la force. J'avalais difficilement. Sa voix n'avait toujours pas raisonnée pour se moquer de moi ... Je ne savais comment l'interpréter, vraiment.

Sa voix résonna enfin. Que je l'invite à boire un ... verre ? J'eus l'impression d'avoir mal entendu. Mais pourtant, c'était bien cela, prendre un verre ... Tant que le théme de ma présence ici ne serait pas abordé, cela me convenait parfaitement, oui, parfaitement ... Je balbutiais un truc qui ressemblait à un oui. Ma voix flanchait ... Je devais me reprendre, oui me reprendre ... Je me relevais lentement, toujours appuyée contre le mur. Mon regard ne se sépara à aucun moment d'elle, guettant le moindre mouvement agressif. Après tout, ç'aurait été normal qu'elle souhaite se venger, de l'avoir plaquer au sol, comme ça ... Enfin debout, je ramassais ma couverture, et faisais un mouvement tremblant de la main, afin qu'elle me suive, que sa voix résonna de nouveau. Qui ils étaient, eux ..? Je fis mine de ne pas avoir entendu. Je me dirigeais d'un pas vif et sûr à travers les couloir que j'avais tant foulée, pour, enfin, sortir dans la fraîcheur nocturne. J'hûmais un moment la fragrance ... Et reprenais rapidement ma route, une présence silencieuse à mes talons.

Le chemin se fit en silence, je me dirigeais vers le bâtiment où j'avais l'habitude de prendre mes repas, et qui était ouvert même lorsque l'aube n'était pas posée ... Je savais qu'elle insisterait, mais ... je ne souhaitais pas me révéler ... Mais quelque chose en moi souhaitait ... le faire. Je n'avais parlé à personne depuis longtemps, si longtemps ... Entrailles qui se resserent.

-Je pensais que tu étais un homme engagé par ma famille, tu sais ... Je suis vraiment navrée, j'aurais du me douter que cela n'était pas possible ... Si ils avaient souhaité me ramener chez moi, ils l'auraient fait il y a longtemps, longtemps ...

Ma voix se brisa dans la pénombre. J'étais heureuse que les ténèbres ne révélent pas mon visage ...
Arrivées au bâtiment, j'ouvrais la porte et m'infiltrais silencieusement. Nous étions seules, il n'y avait personne sauf le gérant. Apaisée, je me dirigeais d'un pas paisible à ma place habituelle, au comptoir, et je m'assis sur le tabouret si famillier. Le gérant semblait occuper à ses besognes, qui semblaient être de rincer des verres. Il ne leva pas un regard vers moi, comme à son habitude. Il n'éprouvait aucune sympatie pour moi, et il fallait avouer que je n'avais rien fait pour l'attirer ... Triste ...
J'entendais un bruit mat, signe qu'elle s'était assis à mes cotés. J'attendais qu'elle commande, regard perdu dans le néant.

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Jeu 3 Sep - 13:05

J'en rigolerais si j'était pas ausi énervée... Je sais pas, je t'avoue que j'ai pas la moindre idée de pourquoi je me marre pas comme une grosse vache, me moquant de la grande perche, la pointant du doigt ou tout simplement rendre cette situation plus cauchemardesque encore pour elle... Je sais pas, je sais juste que c'est pas normal...
La première fois que j'ai vue la grande perche, son attitude glaiale m'avait açusée, pas tous les jours que tu croise une fille qui semblait encore plus atteinte psychologiquement que moi... Mais avec le temps y a deux ou trois détails qui sautent aux yeux : son manque de confiance, son attitude perdue et surtout cette peur qui semble la recouvrir: Soit elle a vue l'Enfer et en reviens, soit sa vie a été encore plus merdique que la mienne, et ça veut dire quelque chose ça...

Donc je préfére fermer ma gueule, j'avale mon coté garce et je laisse couler ce que je vois. J'avais penser, la première fois que je l'ai vu, qu'il faudrait la briser pour en faire quelque chose, me suis gourrée et comme une débutante en plus : elle est déjà brisée...

Je secoue la tête, il est trop tôt pour ça bordel... Tiens ? Semblerait que ma tentative pourrie pour apaiser l'atmosphère semble avoir fonctionné... Ou presque. Pensait vraiment as qu'elle accepterait de payer ce verre tiens... Hey, vais pas craher dessus hein, surtout si ça me permet d'avoir un verre gratis.
Elle me fais signe de la suivre, j'accepte, elle a un peu ignorée ma question, mais j'attendais pas de réponses de toute façon, donc tout a bien. Par contre, elle est térrorisée... De moi ? Peut-être... Mais pas sure que ce soit tout, pas avec la hargne qu'elle a montrée... Mais je la laisse tranquille, surprenant, hein ?... Ouais, je sais, j'aurais mes réponses, mais là me sent pas d'humeur.

Enfin bref, suivont là donc !

Je sourit doucement dans la nuit, elle me guide, le pas agile, confiant, une image bien différente de celle que j'ai pu voir il y a peine deux minutes.
Mais je préfère ne rien dire, et pourquoi pas ? Mieux vaut que je la laisse encore libre et maître d'elle-même... Hum, ouais, j'appelerais pas vraiment ça de la compassion tu sais ? C'est plus... Je sais pas, je sais pas comment l'appeler, mais c'est pa important, si ?... Comment ça j'ai changé ? Je suis la même folle qui est arrivée à Kiri il y a qutre mois, la différence c'est que j'ai plus besoin de toujours avoir un couteau planqué dans ma poitrine... Je refuse d'écouter ça... Oui j'en suis sure... Et laisse Kantei en dehors de ça ! Elle dira rien de toute façon, elle... Tss, va jouer avec les requins et fiche moi la paix.

Le trajet est pas particulièrement long, mais la nuit le rend d'autant plus étrange. Une grande perche détruite psychologiquement qui montre le chemin à une folle dont le cas est perdue, un signe à voir, encore heureuse qu'il fai trop noir et qu'il est trop tôt pour qu'on nous voie...
Bordel !
J'ai sursautée... Elle ma fait peur aussi à prendre la parole sans prévenir aussi... Mais j'écoute, en silence. Sa famille ? Elle fuit sa famille ? Et elle est aussi dangereuse que ça sa famille pour l'avoir rendue comme ça ? Putain, c'est pas une belle-famille que t'aimerais avoir tiens... Je note, oui.
Je soupire et je porte ma main droite sur le bandeau de mon oeil droit. Un passé, hein ? Mais c'est bizarre, dans un tel village, devrait être facile de se protéger d'une famille violente, nan ? J'en sais rien... Mais ça me fait remonter des souvenirs et pas tous joyeux, heureusement, on est arrivés...

C'est un endroit un peu miteux mais qui dois pas poser beaucoup de questions vu que la grande perche est rentrée, sa couverture en main et s'est posée, avec une aisance qui fait peur, sur une des chaises du comptoir et que le proprio a même pas lever les sourcils pour signaler qu'il l'avait vu. Pas mal tiens...
J'alterne mon regard entre elle et le proprio, ce con a toujours pas lever les yeux vers elle et pour une raison que j'ignore ça commence à doucement m'énerver cette histoire !
Respire... Cool... Bien...
Je m'assoit, juste à coté de la grande perche et le connard réagis enfin, par contre son regard me fait penser à celui d'un ours mal lécher... Oui j'ai de la thune pour payer mon verre et je suis majeure malgré ma taille ! Du calme ou tu va te faire un infarctus...

Je commande silencieusement un truc à boire, je parle même pas, je lui montre sur sa carte ce que je veux. Je tourne mon regard vers mon compagnon du moment, elle semble perdue dans ses pensées, j'ai encore milles questions à poser sur sa famille mais là c'est pas le bon moment. Un truc m'échappe dans cette histoire et ça m'inquiète, me manque des infos et je préfère les obtenir plus tard, si je veux comprendre je dois d'abord connaître la grande perche... Oui, Meloku, mieux vaut que je l'appel par son nom.
Posont lui une question simple.

"Pourquoi dormir dans salle ?"

C'est le mieux que je peut faire pour le moment, le mieux sans trop insister et si je veux la connaître, faut déjà que je comprenne pourquoi elle dort dans une salle de classe...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Jeu 3 Sep - 13:36

Il avait enfin daigné poser son regard sur moi, me demandait enfin si je souhaitais quelque chose. Je refusais d'un geste poli de la tête. L'impression qu'il marmonnait quelque chose. Sûrement mon imagination. Je ne me tournais pas vers Houjuu, oui, comme ça qu'elle se nommait, je m'en souvenais maintenant, que j'étais totalement éveillée. Bref, je n'osais pas me tourner vers elle, par peur de revoir ce regard ... J'avalais difficilement.
Les secondes passèrent lentement, très lentement. Mon regard restait rivé sur le comptoir. Je finirai bien par connaître chacun de ses défauts, chacune de ses irrégularités, à force ... J'étais seule avec elle. Enfin, seule et avec le gérant, mais il agissait désormais comme si nous n'existions pas, comme à son habitude. Je me demandais bien si un jour, il ne finirait pas par nous faire disparaître d'un simple regard ... Pensée absurde qui quitta rapidement mon esprit. Bref, elle était à coté de moi, et moi, tendue, mains appuyées sur mes hanches, j'attendais le moment où sa voix résonnerait ... Instant que je souhaitais ne jamais voir arriver, même si j'avais parfaitement conscience qu'il arriverait. Après tout, pourquoi m'aurait-t-elle demandé de l'inviter à une boisson ? Non, c'est certain, elle souhaitait m'interroger ... Et il fallait le dire, mon attitude et ma présence étaient des motifs bien suffisants.

Mon regard se posait maintenant sur une fleur, trempée dans un vase. Elle commençait à dépérir, il lui manquait la plupart des pétales ... Finirais-je ainsi, moi aussi ?

Enfin, moment fatidique : Sa voix résonna, mais, contrairement à ce que je m'attendais, il ne semblait n'y avoir aucune raillerie, aucune animosité. Je secouais la tête, tournais la tête vers sa direction. Oui bon ... Prévisible, si prévisible comme question, et je ne pouvais lui en vouloir ... Pourquoi lui en voudrais je d'ailleurs ? Sûrement pour beaucoup d'autres choses que celle-ci, c'est certain. Mon regard se posa sur le sien. Je le baissais aussitôt pour fixer ses genoux.


-C'était soit ça, soit la rue ... Et contrairement à l'Académie, la rue est humide par temps de pluie ... marmonnais-je.

Je sentais que je n'en disais pas assez, que j'attirerai plus de questions que de réponses, j'enchaînais.


-Enfin, tu sais, pour ce que je t'ai dis avant ... Mes parents sont pas méchants, ni rien hein ... Juste que ... j'ai pas envie de revenir à la maison, et qu'ils ont les moyens pour le faire, sauf qu'ils ont l'air de s'en moquer que je sois à la maison ou pas, la preuve : Me voilà ici, à tes côtés.


Un rire amer résonna malgré moi. Je baissais la tête. Mes bras se refermèrent autour de ma couverture, fort. Je ne souhaitais pas revenir, mais voir à quel point ma famille semblait s'en moquer ... Me blessait profondément.

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Jeu 3 Sep - 17:28

Tch, connard suffisant. Au moins je saurais qu'il faut pas que je vienne ici quand j'ai soif, pas avec ce type, antipathique au possible ce con... Mais passons, je sirote tramquille le verre qu'il ma apporté... Pas mauvais, pas top mais au moins ça se vomit pas.
Je soupire, ma question a été répondue et j'ai encore plus de questions que de réponses avec toute ces conneries mais j'ai même pas le temps de les poser que Meloku enchaîne déjà avec une nouvelle explication sur sa famille.
Mouais, dormir à l'académie pour être au sec est une bonne excuse, sauf quand on est une kunoichi de Kiri, doit y avoir des dortoirs communs ou des aides pour ceux ayant des difficultés financières, hè, même moi j'ai un appart, okay, Kantei pay plus de la çoitié, mais j'en ai un.

Un truc cloche, mais prenons les choses dans l'ordre.

J'inspire profondèment. Je sent que cette histoire va réclamer beaucoup de ma gorge mais une petite voix dans ma tête... Oui une autre que toi, connard. Une petite voix dans ma tête, donc, me dis que je devrais le faire. Pas la moindre idée de pourquoi mais bon, ce serait pas la première fois que je suis des conseils stupides...

"Pas aide Kiri ? Pas amis où dormir ? Pas hôtel ?"

Me rappelle... Le nain là, je suis sure qu'il serait content de l'héberger la Meloku, pourquoi elle lui a pas demandée ?... Pas faux, ce qu'il aurait demandé pour l'aide aurait été un peu trop cher à payer je pense... Surtout pour quelqu'un comme elle.
Et pourtantm j'arrive pas à me défaire de cette sensation d'illogisme, cette sensation qu'une pièce importante manque au puzzle qu'est cette fille.
Mais pour mon honneur, j'arriverais pas à savoir c'est quoi qui manque...

Je prend une gorgée de ma boisson, ça m'aide mine de rien, ça assemble mes pensées et j'en ait besoin pour la seconde partie.
Y a des élèments qui se contredisent plus violement qu'un eunuque cherchant à culbuter une vierge. Si sa famille est pas méchante, d'où viens cette terreur à rentrer chez elle ? Et cette raison ? "Les moyens de le faire" ? "ils ont l'air de s'en moquer que je sois à la maison ou pas" ? Et ce rire ? Comme si elle était déçue qu'on vienne pas la chercher ?

"Conneries."

Oups, il est partit tout seul celui-là...

"Famille pas dangereuse mais fuir ? Stupide. Affronter. Amis aider."

Je commence à tousser mais ça va, je commence à m'y faire, par contre ma voix deviens rauque là... Putain, on dirait un marin qui fume depuis dix ans...

"Si Seule, demander. Toujours trouver aide."

Je tourne mon oeil vers elle et je pointe mon bandeau, j'ai à moitié envie de relever ce bandeau mais je me dis que ce serait un peu beaucoup là...

"Passé être passé. Vie merde ? Dáutres avoir aussi. Avancer, affronter, pas reculer."

Je tousse encore, je me couvre la bouche, autant éviter de déguelasser le comptoir avec du sang un peu noir...

"Parler famille, qui être "eux" vraiment ? Peur de quoi ?"

Pas mon genre d'insister autant, mais je sais pas, j'ai cette envie de comprendre quie me fait presque mal et j'aime pas ça...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Jeu 3 Sep - 18:56

J'avais levée le regard vers elle.
Pourquoi ces questions ? Pourquoi s'intéressait-t-elle donc à moi ? C'était absurde, complétement absurde ! Elle ne pouvait pas ... ne devait pas ... Pourquoi cherchait-t-elle à briser l'image que je m'étais faite d'elle ? Elle, railleuse, narquoise, cherchant à m'enfoncer ... Pourquoi ..? Ma voix résonna plus forte, agressive que je le souhaitais.


-Pourquoi tu t'intéresses à moi hein ? La dernière fois qu'on s'est rencontré tu n'as pas arrêtée de te moquer de moi, de m'humilier avec l'autre petit ...

Ma voix se brisa. Je lui jetais un regard qui se voulait furibond, mais sans grand succès. Envie de pleurer ... Je me laissais aller, silencieuse,après tout ... que faire de son avis à elle, et de l'autre qui aurait préféré que je n'existe pas afin de ne pas le gêner ? Une éternité semblait être passée, quoi qu'en fait ça n'avait pris que quelques minutes, voir moins. Maintenant que c'était fait, je m'en voulais de ma faiblesse, je m'en voulais de l'avoir agresser verbalement, je m'en voulais d'exister, en fait ...


-J'avais des amis, oui ... Mais ils ont rompu tout contact ... Après tout, je les comprend, avoir comme amie un bloc de glace j'aurais pas supportée longtemps moi non plus ...


Je soupirais. Plus j'étais avec elle, plus je me sentais mal. Mais je me sentais aussi plus légère ... J'avais besoin de parler, tout ces mois à me faire passer pour quelque chose de vaguement humain ... Ne m'avaient fait aucun bien, contrairement à mon objectif fixé. Je soupirais de nouveau, regard rivé vers le comptoir. J'écoutais l'eau qui tombait dans l'évier. Les verres qui s'entrechoquent. Le bruit caractéristique du chiffon contre le verre. Et lui qui continuait son travail, comme si je n'existais pas, comme si nous n'existions pas ...
Ma voix reprit, plus paisible, détachée, comme si en fait j'étais la spectatrice d'une vie qui n'était pas la mienne, d'une vie très éloignée de la mienne, et qui ne me concernait pas.

-Ma famille ... Beaucoup auraient souhaités être à ma place. Mes parents ont ... des obligations. Ils dirigent ... Et je suis destinée à ... continuer, après eux. Je suis fille unique, tu sais ... Comme je dois ... hum, succéder, ils ... m'instruisent à mes ... devoirs. Voilà, c'est ça ... Ils sont très gentil, je t'assure ... Puis bon ...

Je levais un regard larmoyant vers Houjuu.


-J'ai pas à me plaindre, comparée à toi ... Je suis une gamine, pas vrai ?

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Jeu 3 Sep - 23:29

Marrant sa réaction mais pas complètement illogique, faut dire, j'ai pas fait une super bonne première impression, j'ai ç«marquée, c'est sur, mais pas dans le bon sens.
Et pourtant je commente même pas : inutile. Elle a raison après tout, j'ai exactement fait ce qu'elle a dis et peut être un peu plus même. Apr`s va savoir si c'+etait vrraiment de la méchanceté gratuite... Qui sait ? Je préfére que les gens se fassent leurs propres idés sur ce que je suis : Une pute, une garce, un monstre. M'en cogne, j'ai fait sûrement pire que ce que les histoires sur moi racontent et je suis sûrement encore plus trash que les légendes le disent.
Au moins je concentre la merde sur un point.

...

Oula, faut que je me remette à boire plus souvent si je raconte tout ça moi, allez, avale et coninue ma grande... Pas de commentaires !
Ses amis... Amis de circonstance ? Amis d'âge ? Ou bien des personnes payer à s'approcher d'elle ? Bof, aucune idée et je pourrais pas dire : j'ai pas eut un seul ami de ma vie sauf ma bouteille d'alcool et mon sabre, pas les meilleurs exemples donc...

"Si pas amis, camarades ?"

On est quand même dans un putain de village ninja et d'après ce que je sais on prend soin des siens, nan ?
La logique de ce monde m'échappe parfois... Mais évitons de me faire encore plus mal que ça au cerveau... T'est pas enore mort toi ?... Ça peut s'arranger tu sais ?... Brave garçon.

Je crois que l'expression est "un ange passe" le problème c'est "où ça" ? C'est clair qu'on peut pas confondre les deux épaves qu'on est pour des anges... Ta... Merci.
Crétin.
On se parle pas, on se regarde pas et le connard nous ignore, la clase. Cést pas trop mon truc ça, de rien dire, d'habitude je suis plutôt du genre à secouer les puces des autres mais pas là, c'est plus instense que prévu et je préfére pas brusquer les choses... JE sais, ironique, hein ?

Hum, étrange, depuis le début elle est super émotive on ressent plus qu'on entend sa voix et là... Putain, elle fais froid dans le dos, pire encore que ma voix rauque, ça ressemble à une voix qui a abandonnée, une voix de mort en marche. Et j'aime pas ça...
Je... Pige que dalle. C'est quoi sa famille ? Le groupe commercial le plus puissant du pays de l'eau ou quoi ?
Mais un truc est sur : Qui qu'ils soient ils impressionent, terrorisent et attirent Meloku.
Des mecs dangereux donc, mieux vaut que je m'y frotte pas... Directement en tout ca.

Hey ! Je décroche mon premier vrai sourire de la semaine ! Champagne !

Sa phrase me fait vraiment sourire, elle est tellement juste, mais j'ai appris un truc : aussi merdique aue soit ta vie, tu peut y parier ton honneur et tes testicules que quelqu'un a eut une vie encore plus merdique.

"Gamine ? Oui. Mais l'être car le vouloir. Vie de merde ? Comme toi. Morfondre ? Hé ! Trouver ta place. Ici ou avec famille. Si famille, courage. Si ici, alors aider."

Je propose mon aide. Et pourquoi pas ? Elle a bien besoin d'un coup de pompes et je suis sûrement l'une des mieux placée pour le faire...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Ven 4 Sep - 0:31

Mon regard restait rivé sur la fleur, aux pétales manquants. Et en voilà un qui tombe, doucement, légèrement, avant de rejoindre les autres sur le dur bois du comptoir, enfin, rejoindre est un grand mot. Plutôt tomber au même endroit que tous les autres, qui se sont fait balayés, soufflés, ou quelque chose du même style.
Pétale au grès du vent ...
Mon regard se posait de nouveau vers le gérant. Inlassable dans son travail, et dans cette attitude, à nous ignorer toute les deux. Il avait le don pour faire abstraction de tout ce qui l'entoure ... Je ne sais pas si c'est bien ou pas, et je me demande bien si il a dit ou fait, ou si d'autres on dit ou fait, des choses dignes d'être contées. Après tout, à un moment où un autre, soit il finirait par nous oublier complétement, soit se serions nous qui l'oublierons, même si il se trouve à peine quelques mètres. Est ce donc là notre finalité ? Disparaître comme si nous n'avions jamais existé ? Mais pourtant, le Premier, lui, reste dans nos mémoires, à nous. Même si d'autres ont oublié. Se souviendra-t-on de moi, ou, le jour venu, reposerai-je seule sous une lourde stèle de marbre noir ? Je ne souhaitais pas y penser, mais pourtant, cette pensée m'obsédait. Je ne souhaitais pas tomber dans l'oubli le plus complet, mais je ne souhaitais pas non plus marquer l'histoire avec du sang ... Et puis bon, même si j'essayais de le faire ... Je suis bien trop insignifiante pour y arriver. Ce serait plutôt quelqu'un d'autre qui marquera son histoire avec du sang. Et même à ce moment là, mon nom ne serait marqué nulle part, tellement je n'aurais opposée de résistance ...

La voix d'Houjuu raisonna, me sortant de ma torpeur. Si j'avais des camarades, à défaut d'avoir des amis ..? Je n'avais plus rien depuis quelques mois ... Tiens, cela coïncidait avec mon départ, et aussi à ma résolution. Comme quoi, je n'avais cessée d'empirer depuis jusqu'à devenir ... ça. Je me dégoûte. Je me hais. Je baisse la tête, et fixe ma couverture, qui commençait à avoir quelques entailles, qui s'effilochait par endroits. Ma voix résonna de nouveau paisible, détachée.

-Plus d'amis, de "camarades" comme tu les appelles ... Bref, seule de seule, et après tout, à quoi servent les amis,vraiment ? A rien, ils vous trahissent et abandonnent à la première occasion, dés que cela est dans leur intérêt. Non, vraiment, on ne peut faire confiance qu'à l'acier ...

Ma voix résonna fausse, superficielle. Comme une phrase toute faite qu'on répétait en boucle pour finir par y croire, en sachant pertinemment que c'est un mensonge des plus creux ... J'étais déçue par la sonorité de mes intonations. Je flanchais. Inacceptable je me serais dis avant, là ... Je trouvais que c'était dans la suite des choses. Ni plus, ni moins. Mon regard se posait sur elle, et ma voix chuchota, tristement.

-Mais même cela, je ne l'ai plus ... Brisé, brisé qu'il est ... Et je n'ai même pas les fonds pour le reforger ... C'est un cadeau de Seigneur mon Père ... Si il l'apprend ...

Et je me rendais compte de l'absurdité de mes propos. Je parlais à regret de mon père, alors que j'affirmais depuis tout à l'heure que je cherchais à fuir ma famille ? Tu perds l'esprit, ce n'est plus à confirmer ... Je ferai mieux de taire, oui, voilà, me taire ... Ce serait tellement mieux, me taire ...

Je replongeais dans ce silence angoissant. De mon propre grès, de plus. Pourquoi aimais-je tant me faire du mal ? Alors qu'il aurait été plus simple de parler, parler encore, de ma vie inintéressante, à une parfaite inconnue qui m'avait mis plus bas que sol à sa première rencontre ... Oui, ce serait tellement, tellement plus apaisant ... Mais mon orgueil, enfin, le peu qu'il me restait me l'interdisait. Je me refusais à être moins qu'un sous être ...
Donc, me voici, attendant dans un silence volontaire, que sa voix m'en retire, pour, oui, pour pouvoir continuer à me confier à elle, elle qui avait sûrement mieux à faire, mieux à faire que d'écouter une gamine perdue et insignifiante .. Mais pourtant, que je souhaitais qu'elle m'accorde son attention, une attention qui ne se porterait qu'à moi, à moi seule ... Et lorsqu'enfin, elle raisonna. Elle raisonna au-delà de mes espérances. Elle me proposait de m'aider, même ... Pourtant, qu'avais-je fait pour le mériter ? Je la regardais avec suspicion. Même si tout en moi souhaitait la regarder avec soulagement, bonheur. Ma mine se fit sceptique, ma voix, prit une sonorité suraigüe, tremblante.


-Pourquoi ferais-tu ça ? Tu me connais pas, et même en me connaissant tu n'aurais pas envie de le faire. Je t'ai pas dis grand chose mais les gens normaux auraient fuis juste avec la moitié ... Pourquoi ? Pourquoi alors ?

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Ven 4 Sep - 13:06

J'hausse les épaules. Tout ce que dis cette fille est pas toujours très clair pour moi, déjà que je comprend pas grand chose si en plus je tombe sur une sorte de tarée mystico-silencieuse alors je risque pas d'aller loin.
Et pourtant, ça me plait cette fois-ci.
C'est vrai, je comprend que dalle. Son histoire d'acier brisé appartenant à son père, encore un truc bizarre ça, si on fuit sa famille, on s'en cogne un peu de savoir qu'on a cassé le sabre tout beau, tout neuf du papa, pas elle, elle me fait tourner en bourrique je crois...
Bref.
Je disais, son histoire d'acier brisé qui la protège mieux que des amis je peut comprendre, hey, après tout, mes "camarades" m'ont bien laissés me faire "utiliser" par l'ennemis tandis qu'ils tentaient de jouer les héros et ils m'ont bien accusés de l'échec de la mission quand c'était moi la victime, don bon, je peut comprendre la traîtise.
Et pourtant, je sais aussi que j'ai besoin de camarades si je veux survivre, surtout dans ce monde.

Reste plus qu'à ce qu'elle le comprenne elle aussi et j'ai pluieurs idès pour lui faire comprendre, quitte à ce qu'elle l'apprenne à la dure...

"Vrai. Acier protéger."

Amusons la un peu...

"Acier protéger avant. Mais qui protège arrière ?"

J'ai apprise cette leçon à mes dépens...

Je dois admettre... C'est vachement plus intéressant d'être là que de poireauter dans une salle de classe vide que les chiards arrivent afin que les cours commencent. Au moins, ici, je me sent plus à l'aise, plus dans mon élément.
Le probl`me, c'st que j'ai l'impression de... C'est comment le mot déjà ?... Non, pas celui-la... Non plus... Ferme la... Ah oui. Assagir.
C'est étrange, c'est très léger mais c'est lè, je suis plus calme depuis quelques semaines, invisible pour ceux qui me connaissent pas, et vu que personne me connais je suis tranquille.
Je sais pas si c'est le village, le fait d'avoir enfin trouvé un nouvel endroit où vivre, avoir retrouver un but ou tout simplement parce que je n'ai plus besoin d'être tout le temps sur mes gardes vingt-quatre heures sur vingt-quatre, mais c'est un fait.
Et je le prouve en restant tranquillement assise près de Meloku, cherhant à la conprendre au lieu de le prendre par le bras et de la jeter dans une arène remplie de mecs en rut histoire de la briser une bonne fois pour toute avant de la remodeler.
Il y a toujours le temps pour ça...

Je commence à ricaner, doucement, puis de plus en plus fort et j'explose de rire.

Vraiment ! Elle a le chic pour poser les questions que je veux entendre. Pourquoi ? C'est la question, en effet. Pourquoi je me ferrait chier à l'aider alors qu'il serait plus facile de l'achever ? Pourquoi je m'associerais avec ce qui semble être pire qu'une paria ? Pourquoi je sauverais quelqu'un alors que je peut même pas me sauver moi ?
Toutes ces questions sont justes, mais complètement inutiles.
Parceque tout simplement parcequ'on est pareille, toutes les deux, c'est tout.

"Toi. Moi. Identiques. Brisées. Moi survivre. Toi non."

Je sourit de toutes mes dents, la lueur de folie présente dans mon oeil. Yeah baby ! I'm Back !

"Toi faible là. Je tape mon crâne. Moi aussi, avant. Comprendre et peut aider."

Je sourit encore plus, si c'est possible, et je me tourne complètement vers elle.

"Pas être gentille. Toi souffrir si aider. Mais perdre ta faiblesse au moins. Gagner ? Rien. Juste briser."

C'était vrai. Je ggne rien à l'aider, juste le "plaisir" de la briser et un autre truc, que j'avouerais sûrement jamais à voix haute.
Je l'empêche comme ça de devenir une deuxième moi, je l'évite de faire les mêmes conneries que moi, je lui évite les risques de vouloir se suicider à longueur de journées. Mon aide sera pas jolie, mais comparé à ce qu'elle risque sans, je me dis que c'est un moindre mal...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Ven 4 Sep - 16:11

Mon regard restait rivé sur elle, tendu.
Comme je m'y attendais ... Et tu t'attendais à quoi, vraiment ? Elle me regardait d'un air à se dire "Elle est demeurée ?" "Elle se moque de moi ?" ... A quoi m'attendre d'autre, en sortant ce thème de conversation ..? Après tout, quand on fuit quelqu'un, on ne se préoccupe pas trop de ces affaires ...


-Nulle méprise .. Je ... C'est sorti tout seul ... Mon acier ... Brisé par mégarde ... Je m'en veux, plus rien maintenant, plus rien ...

Raah ... Pourquoi n'arrivais-je donc pas à aligner quelques mots d'affilé ? Je n'avais pas son excuse, à elle ... Pourquoi ai-je tant de mal à aligner quelques mots ... Désir de revenir à la maison ? Manque de réconfort ? Possible, possible, trois fois possible ... Je suis pathétique.
Oh, voici qu'elle me remet en question. Quoi que cela n'est pas difficile, vraiment pas. Qui protège mes arrières ? Je ne m'étais jamais posée la question ... Personne, ou bien des "camarades" de circonstance ? Je la regardais, de ce regard qui souhaite plus de réponses. Même, j'étais sûre qu'elle avait autre chose à dire. J'en étais convaincue, même. Pourquoi aurait-t-elle dis ça, sinon ? Je m'étais tournée complétement vers elle.

Et j'ai sursauté. Son rire venait de raisonner au moment où je m'y attendais le moins. Pas un rire doux, agréable, non ... Un rire railleur, rauque, de mauvais augure ... Je frémissais. Que me réservait-t-elle ? Pourquoi cette répulsion soudaine ? Relents de notre dernière rencontre ... Envie de fuir, maintenant, tout de suite, avant qu'elle commence ... Pourtant, quelque chose me retenait, moi. Serait-t-elle sadique au point de m'avoir écouté, de m'avoir fait entrevoir de l'espoir juste pour mieux m'humilier ..? Non, non, trois fois non, je ne pouvais y croire, non ... Regard trouble, j'avale difficilement.

Identiques ... Brisées ... Mots qui résonnent en moi encore et encore. Moi, brisée ? Faux trois fois faux ! Enfin, comparée à elle, non. Je doutais même d'être à un dixième de ce qu'elle l'est, elle. Si tant soit peu que je le sois, moi. Mais, alors, pourquoi te répétais encore et encore à quel point tu es faible, pathétique, si ce n'est pas le cas ..? Pourquoi refuser la réalité lorsqu'elle s'impose à toi ..? Brisée, donc, c'est ce que je suis. Soit. Et elle m'aiderait, mais je risque de souffrir ..? Souffrir à quel point, comment, dans quel but ..? Stupide question, pour me reforger sûrement, comme l'acier de ma lame ... Sauf que moi, je serais plutôt du bronze ... jolie mais pas résistant. Père est du vrai acier, lui. Mais, et si grâce à elle je pourrais le devenir, pourquoi pas ... essayer ..? Que cela me coûterait-il ? Rien, je n'ai plus rien ...

-D'accord. Cela me va, je n'ai pas peur de souffrir.

J'espérais que ma voix ne me trahissait pas. Ni mes mains qui tremblaient, bien que je ne sache même pas pourquoi. Sûrement à cause de la lueur dans son œil. Et de ce que cela présageait.

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Ven 4 Sep - 17:23

Je ricane de nouveau, pas très rassurant,mais t'inauiète, ça empire. Mon ricanement deviens un fou rire de démente, plus besoin de le retenir, plus maintenant, elle a accéptée.
Bofm c'est pas tant pour lui foutre la trouille que je rigole comme une baleine mais plutôt parceque je sais ce par quoi elle est passée et que je vais pas la laisser s'apitoyer sur elle-même. Pas question que la vois se rompre au milieu d'une discussion, pas question de la voir reculer de peur. On la menace ? Elle va apprendre à se tenir droite et à encaisser avec un sourire et en redemander !
En fait, je vais lui faire voir un aperçue de ma vie, mon enfer, ça va être d'Enfer !

Mon rire dois pas plaire au patron vu le regard noir qu'il me lance. Mais qu'il se fasse plaisir ! Je lui fait un doigt, tout sourire et fait même un mouvement de "viens si tu l'ose" de l'autre main.
Je me sent de bonne humeur là...
J'observe le patron encore un moment, ce con risque pas de faire quoi que ce soit, sauf peut être tenter de m'étouffer sous son imposante bedaine.
Finalement je tourne l tête, mon sourire toujours accroché, et je me tourne vers ma futur compagne d'infortune.

J'ignore ses messages physique, je me cogne de savoir si elle tremble, si elle fait une salsa ou si tout simplement elle est droite comme un "i", pas intéresser.
Ce qui m'intéresse, c'est ses yeux, c'est eux qui vont tout me dire.
Des yeux bleux exprimant et la froideur et la confusion avec, j'oserais le dire, une pointe de peur dans le fond. De bons yeux, un bon regard. Je sent que je vais m'éclater.

"Pas peur ? Ah ! Avoir peur, promesse. La combattre, l'accepter."

Je sourit doucement, je laisse un peu de Folie s'en aller, je pourrais toujours la récupérer plus tard, après tout c'est en moi et ce sera peut être en elle aussi.

"Mais pas maintenant. Logement. Trouver un pour toi."

C'était la priorité, elle pouvait pas rester à l'acdémie et c'est trop risqué de l'y retrouver. Mieux vaut lui trouver un appart et, au pire, j'ai un endroit où elle peut aller, c'est juste un peu crade... Boarf, elle s'y habitueras.

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Ven 4 Sep - 19:07

Je bougeais sur ma chaise, nerveuse. Son rire n'était pas agréable à la sonorité, il semblait, émissaire funeste, présageait de ce qui m'attendait en sa présence. Ne devrais-je pas me lever, fuir aussi loin que possible de cet être dépravé ? Même si, je devais l'avouer : Nous étions semblables. Semblables mais à la fois si différentes ... Je la contemplais, perdue. Mais, pouvait-elle m'aider, elle, alors qu'elle semblait déjà avoir le plus grand mal à s'aider, elle ? J'avais nombre de questions à lui poser. Comment ? Quand ? Pourquoi ? Toujours cette même question, pourquoi ..? Ces réponses n'étaient pas satisfaisantes, si peu satisfaisantes ... Je l'interrogeais du regard. Je n'avais plus peur d'elle. Mais j'avais peur de ce qu'elle me réservait, situation ironique, passer d'une peur à une autre, soulagement éphémère ... Je décide de me reprendre, la regarder avec défiance. Croyait-t-elle vraiment pouvoir m'intimider, moi ? Stupide question, encore une fois ... Bien sur qu'elle le croyait, moi aussi je le croyais ... Comment intimider quelqu'un si soit même on en avait pas la conviction ? Pff ...

Je soupirais. Puis, je ne pouvais m'empêcher de sourire. Voilà que le gérant semblait en proie à un dilemme ! Ma nouvelle compagne, enfin, si on pouvait l'appeler ainsi venait de lui faire un doigt d'honneur, et de l'inviter à réagir. Hilarant de voir son teint passer du rouge au pourpre ... Hilarant, mais je ne pouvais m'empêcher de ressentir un goût de cendres froides dans la bouche. Cela ne me faisait même pas rire, ça m'attristait même. Et je ne comprenais même pas pourquoi ... Sourire qui s'évanouit aussi vite qu'il est apparu. Je prenais un air solennel, qui n'avait rien de convaincant. Je devrai arrêter de tenter d'imiter seigneur mon Père c'est décidé ... Mais peut être qu'après ce qu'elle me fera voir, je serais en mesure ..?

Je le verrai bien de toutes façons. J'étais pas très convaincue, mais bon ... Qu'avais je à perdre ? Beaucoup me disait une voix dans ma tête, rien me disait une autre ... J'en avais marre d'être tout le temps en désaccord avec moi même ... Nouveau soupir.
Et là, elle me parlait de logement ... Pourquoi m'en trouver un ? J'étais bien à l'Académie ... Pieux mensonge dont j'essayais de me convaincre. Il était vrai que tôt ou tard, les professeurs me trouveraient et me demanderaient les raisons de ma présence ... Et je ne pourrais mentir. Et je me retrouverai bien malgré moi dehors. Ce qu'elle disait avait du sens ...


-J'ai trois fois rien en fonds ... Et si je demande de l'aide au village, on en référera à ... Non, je ne peux pas ...

Je haussais les épaules.

-Puis bon, l'Académie c'est pas si mal, tu sais ...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Ven 4 Sep - 23:05

Et... Boum, une claque dérrière la tête... Je te l'avais dis que je la laisserais pas s'apitoyer sur elle-même... D'accord, j'aurais peut-être pu utiliser une autre méthode, mais je trouve que la claque dérrière la tête suivit d'un regard noir reste une technique très efficace...
Pourquoi je l'ai claquée ? Elle commençait à s'apitoyer sur elle-même avec l'histoire de l'académie. Je suis pas une partisante de "pour vivre heureux vivons avec pleins de pognons", mais un minimum est quand même demandé, surtout si on veux faire quelque chose d'autre dans sa vie que "squateuse d'école"...
Bof.

"Tch. Idiote. Peu importe bien ou mal. Inadapté. Pas de logement ? En avoir un. Venir. Refus inaceptable."

Regard noir ? Okay.
Lèvre supérieur légerement retroussée ? Okay
Comptoir fermement tenu ? Okay
Bon bah tout est là pour lui faire passer le message... J'éspère pour son crâne qu'elle ne va pas tenter de m'argumenter sur ça car elle va vite découvrir qu'en plus de taré, horrible à regarder et petite je suis aussi tétue qu'un cochon... Va mourir, lentement, sur de l'huile bouillante.

Je secoue la tête et commande unnouveau verre au barman, un truc plus costaud, hitoire de commencer doucement la journée. Il me jette un regard de la mort mais me sert quand même, pas con le garçon, surtout si il veut de l'argent...
Je sirrote ma boisson, perdue dans mes pensées. Je cherche le meilleur moyen pour "l'aider". Son problèm est évident, c'est le manque de confiance, et en elle et dans les autres. Elle crois en rien ni personne, elle attend tranquillement la mort, enfin "tranquillement"... Sous la peur de sa famille. C'est un autre problème ça aussi, faudra que je m'en occupe d'ailleurs, mais pas avant qu'elle puisse tenir sur ses deux jambes.

"Pas autres solutions, hein ?"

Merde, voilà que je prle à voix haute maintenant. Bof, pas trop grave, de toute façon il n'y a effectivement pas d'autres solutions. Quelque chose me dis que, quelque part dans som enfance, elle a été "formatée" comme ça. L'académie ? Fort possible... Sa famille ? Pas complètement à exclure mais ils auraient fait un meilleur boulot je pense et elle voudrait rentrer plus qu'elle chercherait à fuir de toute façon... Reste l'élément inconnu, toujours possible, mais me semble gros là.
Hey, ça va être marrant tiens, surtout quand on y sera...
Mais ce sera plus tard, beaucoup plus tard, quand elle commencera à me faire "confiance", hé, c'est marrant ça aussi...

"Kunoichi depuis quand ?"

Ouaip, je saute du coq à l'âne... Nan je saute pas le coq et l'âne, retourne dormir !
Grmbl. Si je veux l'aider, autant la connaître elle en entier, et pas jute ses problèmes, qui sait, je trouverais peut-être un moyen pour l'aider dans ce qu'elle me dira.

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Sam 5 Sep - 0:37

-Hééé !
Je la regardais avec confusion. Pourquoi cette tape derrière la tête ? Enfin, elle n'était pas agressive, enfin, je crois, et elle ne m'avait pas fait mal, mais c'était l'intention qui m'échappait. Pourquoi ? Je sais que cette question se pose et se repose encore et encore ... Trop de fois, et surtout pour rien, mais je ne comprenais pas, encore une fois ...
Je l'écoute attentivement. Je penche la tête sur le coté, confuse. C'est moi, ou elle essaye de me prendre en main ..?
Un logement qu'elle dit avoir ? Pour moi ? Et que je ne peux même pas refuser ?
La confusion se lisait d'autant plus sur mon visage. Je la dévisageais ... Je ne comprenais pas ses efforts ... Vraiment, vraiment pas ... Pourtant son attitude semblait montrer qu'elle ne souhaitait aucun refus. Je la fixais du regard, plongeais dans sa prunelle au regard noir ... Et m'en retirais aussitôt, je baissais la tête, et rougissais. Son regard m'intimide ... Et, une impulsion morbide me prenait. J'aimerai bien voir ce qu'il y a sous son bandeau. Uzu, stupide Uzu ... Pourquoi tu penses à ça maintenant ? Tu perds l'esprit ?

J'avais honte de moi.
Je serrais les poings. Pourquoi avais-je ce genre de pensées, dans ce type de circonstance ? Je l'ignorais, vraiment. Je ne devais pas être normale ... Il n'y avait pas d'autres possibilités.
Je relevais le regard, et la contemplais. Elle commande un autre verre au gérant, qui semble hésitant à lui donner, ou à le fracasser sur le visage ... Je devrai penser à trouver un autre endroit où me restaurer, je note. Bref, mon regard suit la bouteille au liquide sombre, liquide qui semble se verser au ralenti dans le verre, verre au ralenti lui aussi, soulevé au ralenti, donné au ralenti avec une brusquerie ralentie. Je secoue la tête. Oùlah ...

Pas d'autres solutions ? Je ne comprend pas ... Je tourne de nouveau mon visage vers le sien. Qu'avait elle voulue dire par là ? Vraiment ? Cela m'échappait.


-Pardon ..?

Je fronçais un peu les sourcils. J'avais toujours cet air de perdue dans le regard. Je secouais la tête, pour dissiper la fatigue qui m'accablait. Trois heures de sommeil cette nuit ... Le tonnerre m'avait empêchée de fermer l'oeil ... Son fracassant se répercutant sur les murs de l'Académie ... Déjà que le moindre bruit me faisait sursauter ... Bref. J'étais sûre d'avoir des cernes, super ... Cela ne faisait qu'embellir un peu plus cette morne journée. Moi, sarcastique ? Jamais ...
Bref, je restais en silence, alors que ma compagne sirotait son verre. Je ne me préoccupais pas de la somme que je devrai débourser ... Étrange comme des choses terre-à-terre n'occupe pas mon esprit, alors que des absurdités sans nom, si ... Je secouais de nouveau la tête.

Kunoichi depuis quand ? Était-ce bien elle qui me l'avait demandé ? Qui d'autre sinon d'ailleurs ... Pas que j'avais du mal à y croire, juste que je n'avais pas vu ses lèvres bougeaient ... Enfin, juste que je ne la regardais pas, à ce moment là. Bref, je me demandais si je n'allais pas sécher les cours aujourd'hui ...


-Depuis que j'ai onze ans, si je me souviens bien ...

Je baillais, et la regardais à mon tour.

-Et toi, tu faisais quoi avant ..? Enfin, si je puis demander ... Ces blessures ... Liori-sama avait dit que tu étais un ninja d'élite renié ... C'est vrai ..?


La curiosité perçait mon regard trouble, contre-coup des rares heures dormis ces dernières nuits ...J'aimerai vraiment me coucher de nouveau, fermer les yeux, dormir, dormir ...
Dormir ...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Sam 5 Sep - 1:13

J'hoche la tête, presque distraitement... Hey ! Je te ferrais remarquer que je l'écoute attentivement ! J'aime juste porter mon attention dans mon verre pour voir ce qu'il me reste et si j'ai besoin d'une recharge... Va crever s'il te plait... Je m'en doutait un peu va...
Kunoichi depuis ses onze ans ? P'tain ça fait long, enfin je crois. Elle a quelle âge d'ailleurs ? 18 ans ? Plus ou moins ? Aucune idée, c'est pas comme si c'était important en plus.
Par contre j'ai bien aimé sa réponse, évasive au possible je sais juste depuis combien de temps elle est kunoichi, pas mal, elle a vraiment répondue à ma question pure, sans rajout, sans rien. Bonne attitude à avoir dans ce métier je dirais... Tch.

Elle baille, la nuit à été courte pour nous deux, effectivement, et je dois dire que désormais, l'académie me fait chier. Il m'ont fait poireauter deux semaines je pourrais bien les faire poireauter un peu aussi nan ?
Hein ? Merde... Ouais, je m'y attendais pas à celle-là.
Moi ? Un ninja d'élite retiré ? Je sais pas ce que Pisse-le-Sang fume, mais soit c'est pas frais, soit c'est trop chargé, dans un cas comme dans l'autre faut qu'il diminue les doses là. Tous les médocs sont pas bons à prendre hein ?

Mais remarque, c'est marrant maintenant que j'y pense.
Et voilà je me remet à rire. Moi, shinobi d'élite à la retraite.
Risible...
Je plonge mon oeil dans ses yeux reflétant la curiosité. Ça m'amuse, elle veut une réponse, elle en aura pour son argent.

"Shinobi Élite ? Non. Samourai. Ancienne. Trahie."

Je continue de sourire tandis que je pose ma main d'abord sur ma gorge ensuite sur le bamdeau de mon oeil droit.

"Souvenirs passé."

Je porte les doigts sous le bandeau. Je vais aller aussi loin pour une question ? Un regard dans l'expression curieuse de Meloku et j'ai ma réponse. J'ai besoin qu'elle me fasse confiance et j'ai pas vraiment honte de ça, c'est juste moche, comme les trois quart de mes cicatrices.
Je lui sourit une dernière fois avant de soulever mon bandeau, et je ferme mon oeil gauche, me plongeant dans les Ténèbres.

Là où devrais se trouve un oeil, même blesser se trouve... rien du tout. Lors de mon ultime "combat" je me suis fait tellement explosée qu'à la fin mon oeil droit sortait de mon orbite. Le médecin, sûrement un ancien boucher, a décider que ce serait mieux pour moi de virer carrèment l'oeil, me laissant borgne à vie vu que ce dernier à fait un travail de porc et e complètement détruit les terminaisons nerveuses, donc pas de transplantation pour bibi !
C'est donc un orbite vide, aussi noir que la nuit que je plonge dans les yeux de Meloku, je peut pas voir sa réaction. Inutile, c'est toujous la même : le dégoût.
Et je décide de garder mon oeil gauche fermer pour la peine, na.

"Sacrifice. Aider devenir ce que je suis. Jamais oublier, jamais renier."

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Sam 5 Sep - 2:42

Elle se met à rire de nouveau ... Le Satsubatsu nous avait menti à tous les deux donc ... Enfin, pourquoi pas après tout, si ça lui avait fait plaisir, hein, je ne pouvais lui en vouloir ... Puis bon, je suis certaine que c'était pour impressionner le nain de jardin, il est pas très "fute-fute" comme on le dit dans le coin ... Et moi, je m'indigne même pas qu'il m'ait menti ... Comme quoi, la fatigue n'avait pas que de mauvais cotés, hi ... hi ...
Je dodelinais de la tête. Je trouvais ça complétement anormal, cette envie de dormir soudaine, soudaine, soudaine ... Alors qu'avant je ne ressentais rien ... L'adrénaline m'aurait permis de résister à cette envie irrépressible de sommeil ..? Je ne sais pas, je ne sais plus, mais la façon que j'avais de réfléchir n'était pas celle habituelle ...

Je secouais de nouveau la tête. Je me massais les tempes lentement, les yeux fermés. Bref, je remettais mes pensées en place tant bien que mal : Samouraï, pas ninja, alors ... Bien compris. Elle m'adressa un sourire, que je lui rendais naturellement. La fatigue sûrement, normalement, je l'aurais regardée, amorphe. Elle porte les doigts sous son bandeau. Mon obsession revient. Le ferait elle vraiment, le soulevait pour me dévoiler sa profonde blessure ..? Je ne sais pas, je ne sais plus ... Moi je ne le ferai sûrement pas, mais elle, elle est ... elle. Je la regardais, hypnotisée. J'aurais du détourner le regard, normalement ... Et pourtant, je ne le faisais pas, non ... Et voilà qu'elle le retirait, comme si elle avait lu dans mon regard ce désir inavoué pourtant bien avoué. Trou béant, noir comme les ténèbres les plus profondes ... Plus rien, il ne restait plus rien dans cette orbite morte ...

J'aurais du être dégoutée, si j'avais été normale, pourtant, non, trois fois non, je ne l'étais pas, j'étais fascinée ... Fascinée, fascinée, fascinée ...
Et voilà que les larmes coulent sur mon visage, sans que je puisse rien n'y faire. Triste, si triste pour elle ... De tout ce qu'elle avait endurée ... Je me sens si faible, si insignifiante ... Mais après tout, je le suis bien, ici, à me morfondre sur mon sort ...

-Dé-désolée ...

Je suis pathétique ...
Je ne peux pas m'empêcher de sangloter, de renifler comme si je n'avais pas encore dépassé les dix ans ... Et voilà que je posais ma tête sur le comptoir, dur comptoir en dur bois de dure couleur sombre ... Et que je fermais les yeux, comme pour empêcher que mes larmes coulent, en sachant pertinemment qu'elles continueront que je le veuille ou non, que je marmonnais un vague "Je dors pas, je repose les yeux", que les ténèbres m'emprisonnaient dans leur giron apaisant ... Que .. je ...

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Sam 5 Sep - 17:46

Je grogne. Je peut pas m'en empêcher, elle pleure. Merde, trop tôt. Vu sa réaction je dirais que quelque part dans son esprit elle se sent, pas responsable, mais concernée par ma blessure.
Crotte.
C'était as mon but, promis ! Je voulais juste lui montrer une partie de mon enfer, pas la rendre encore plus misérable. Tch... Je soupire tandis que je rement mon bandeau, par force de l'habitude je place ce dernier parfaitement, sans tremler, et sans gène pour moi. Un peu monstrueux de voir ce que trois ans suffisent à donner comme habitude. Hé, j'en souris d'un sourire sans humour. Au moins ça c'était fait et on pourra passer à la suite. Y avait toujours le risque qu'elle jette des regards furtifs vers mon oeil, mais ça, j'en ait l'habitude.

Je fait craquer ma nuque, bordel je commence aussi à fatiguée. Je finis mon verre et je tourne mon regard vers ma compagne d'infortune de cette matinée. Bordel, j'en ait rien à faire de ses excuses, ou de sa pitié, c'est pas pour ça que je lui ait montré et je vais lui faire comprendre moi, tu va voir!
Je me tourne vers elle et... Elle dors ? Okay, pas prévue ça, je fait quoi ?
Oh et puis merde, je vais quand même lui dire le fond de ma pensée !
J'approche ma main histoire de lui coller une pichenette sur le front et je m'arrêtte, comme glacé... Merde...
Tch, je peut pas, j'ai ma main à un millimètre de son front et je peut pas, son visage est trop calme trop détendue pour que je la réveille. Bordel de merde ! Qu'est-ce qui m'arrive ?!

Grah, je sais ce qu'il m'arrive, je veux juste pas me l'avouer, bordel !... Je sais, okay ?! Je sais qu'elle me ressemble, je sais qu'elle souffre et je sais que je... Hurm... Non, rien... Insiste pas, inutile, tch, je suis juste stupide et un peu conne là.

Je soupire donc, jettant un regard mi-noir, mi-amusée à Blanche-Neige. Dommage pour elle, pas de Prince Charmant pour la réveiller d'un baiser.
Je ricane toute seule, le géant me jette de nouveau un sale regard que je répond par un doigt d'honneur avant de sortir de l'argent et de le déposer sur le comptoir.

"Garde monnaie."

J'ai du trop lui filer mais m'en cogne, pas envie de rester plus que nécessaire ici.
Je me lève de mon tabouret avant de faire craquer mon dos d'un audible "crac"... Putain ça fait du bien. Je m'étire encore deux ou trois minutes avant de me diriger vers Meloku. Tch, elle dors bien la grande peche et je sent que ça va être épique pour la porter, mais pas le choix, nfin si j'ai le choix, mais je sais pas, je veux la laisser dormir... Ouais, je le fait pour les mêmes raisons que je te dis pas et non, insiste pas.
Je peut voir ses larmes qui coulent encore. Me surprend encore qu'elle puisse pleurer, mais mieux vaut ça que moi... Oulà, d'où ça viens ça ? Tch, peu importe.

Je prend son bras, celui qui sert pas d'oreiller et je le pose sur mon épaule, ja la soulève un peu, en faisant attention à pas trop la brusquer pour pas la réveiller, puis je dépose sa poitrine sur mon dos... Putain ? Elle est vraiment avantagée par la nature celle-là... Bordel je crois que je suis jalouse...
Bref, laissons ça de coté, pour le moment.
Je tente de la mettre sur mon os mais c'est pas pratique, elle est vraiment plus grande que moi et pèse vraiment plus lourd que moi, mais je perd pas espoir. J'arrive, avec plus de mal que de bien, à la mettre sur mos dos. Je passe mes mains sous son fessier afin de la soutenir et éviter que ses pieds traînent au sol.
Si on m'avait dis que j'en ferrait autant je me serais marer avant d'égorger celui qui m'aurait dis ça...

Je soupire, encore, et je commence à me diriger vers la sortie, vers un endroit où elle pourras se reposer.

La suite

MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   Dim 6 Sep - 20:02

Motoko : +35xp
Uzumi : +38xp (bonus genin inclus).
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Welcome in Hell... We have cookies !   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Académie de Kiri-