Partagez | 
 

 En route pour la fête foraine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: En route pour la fête foraine   Sam 5 Sep - 19:00

-On va se revoir n’est ce pas ?

J’étais bien obligé d’accepter avec un tel sourire… Elle savait vraiment y faire avec les hommes et cela me faisait frissonner par moment. J’imaginais toutes les magouilles que celle-ci pourrait faire en profitant de son don de séductrice. Rare son les hommes à pouvoir y réchapper. Pour ma part, j’étais lucide, bien sur j’aimais me faire draguer par une telle beauté mais je ne perdais pas toute ma tête…

Le rendez vous était fixé. Nous allions d’abord nous rejoindre dans l’une des rues accessible à tous les Uchiha et nous nous rendrons ensuite en ville. Une bonne journée donc, enfin il reste quelque zone d’ombre encore à explorer mais cela je le découvrirais avec le temps.

Les quelques jours d’attente passèrent. Nous étions le jour j. A la grande surprise de la famille, je me levais assez tôt, Neuf heures trente… C’est très tôt pour moi je vous assure. Donc j’entrepris le rituel quotidien, lavage, habillage et…parfum, on ne sait jamais… Je descendis ensuite dans la cuisine ou tous me regardèrent.

[Hakai] « Quoi ? »

[Naka] « Bah… C’est qu’il est rare de te voir debout à cette heure. »

Ils avaient malheureusement raison. Depuis que j’étais arrivé dans le quartier Uchiha je me laissais aller question horaire. Avant j’étais debout à six heures du matin… Changement de vie, changement d’horaire c’est normal.

[Nora] « sniff sniff… Tu as mis du parfum…. Tu sors ou ? »

[Hakai] « Je vais faire un tour en ville. »

[Nora] « Avec une fille je présume. »

[Hakai] « Tu vas pas faire ta jalouse ? »

Une tape amicale sur leurs crânes, je saisis un croissant et hop je sors dans les rues. Il ne fallait pas que j’arrive en retard… C’est impolie, même si elle s’en fou je crois.

Je marchais donc dans les rues du quartier, croissant dans la bouche. J’étais reste naturel, après tout je m’en fou un peu de me faire beau… J’étais bien à poil quand on c’est vu pour la première fois… Et d’ailleurs je n’étais pas au meilleur de moi-même.

C’est après plusieurs de minutes de marche que j’arrivais au carrefour ou nous nous étions donné rendez vous. Je la voyais, une fille parmi tant d’autre mais elle avait un certain charisme qui la rendait différente. Les mains dans les poches, j’allais à sa rencontre. J’étais à l’aise à présent. Le décor était beaucoup plus réservé et puis je commençais à la connaître un peu mieux… enfin je pense…

[Hakai] « Salut. Je t’ai vu de loin. Tu es une déesse parmi les autres. »

Quelque compliment histoire de se remettre dans l’ambiance… Je ne savais pas trop se que nous allions faire aujourd’hui, une balade en ville et nous finirons par le parc peut être, je ne sais pas… Peut être même nous nous séparerons avant. Aucune idée, nous allions vers l’inconnu. Nous marchions l’un à cote de l’autre, un mètre nous séparait. Elle était aussi belle que le jour où nous nous sommes quittait… Je me demande pourquoi une femme pareille allait au bain. Elle devait en avoir un dans son domaine… Et puis qu’es qu’elle foutait avec moi? Je n’ai pas la classe d’un don juan… Je suis plus le prince des voleurs… C’était même mon surnom à un moment. Enfin bon, certaine femme aime le danger et c’est qu’être voleur peu porter son lot de danger surtout dans le coin ou je vivais avant…

Bref…. Alors que nous arpentions les grandes routes du village, le bruit incessant de la foule attira notre curiosité… Tiens, une fête. Tout du long de la grande route se trouvait jongleur, danseur, cracheur de feu, éleveur de serpent…. J’en passe et des meilleurs. Tout ce grand monde me rappelait les nombreuses fêtes à laquelle j’ai participé alors que je continuais ma formation avec l’école du renard.

D’un simple regard, nous décidions de nous risquer à explorer la route. Il y avait de tellement d’attraction que je ne savais ou regarder. Nous nous arrêtions finalement devant un stand. Deux gosses, une fille et un garçon y jouait. Le garçon fier, essayait de gagner une peluche pour sa bien aimé… Il fallait qu’il arrive à faire tomber toutes les quilles… Dommage, il n’a remporte qu’une minuscule poupée… Enfin c’est le geste qui compte comme on dit.

[Forain] « Tiens donc… On a un jolie couple la bas. Est mon grand tu ne veux pas gagner une jolie peluche pour ta bien aimée ? Ce n’est que deux sous. »

Qui ? Moi ? Merde c’est chiant d’être aussi grand… A chaque fois c’est pour ma poire… Bon bah autant y aller même si on est pas en couple…

[Hakai] « Allez… Envoyez… »

[Forain] « Arriverez vous à tous les faire tomber ? »

Pfff… Il me prend pour qui lui ? Je suis un ninja quand même… Allez hop… Autant utiliser les techniques que j’ai apprise. Je faisais les trois boules au dessus de ma tête. Si Youso serait la, il serait parfaitement quelle technique j’utilisais… Avec une facilité déconcertante je balançais les boules sur les quilles qui finirent tous par s’écraser sur le sol…

[Hakai] « Allez Hop… Par ici la peluche géante… »

Le forain la céda avec un peu de difficulté. Pour deux sous il venait de perdre une peluche géante qui en coûtait au moins dix. Mais il faut savoir perdre par moment mon bonhomme. Bon en tout cas je vais en faire quoi moi de ça… Autant lui donner, ça fera un souvenir de notre rendez vous…

[Hakai] « Tiens c’est un cadeau. »


Dernière édition par Hakai Uchiha le Lun 21 Sep - 18:01, édité 2 fois

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Mar 8 Sep - 21:22

Misérable sous être, insecte pathétique, oser me faire attendre, moi ...
Tu l'auras deviner, infâme erreur de la nature, l'autre Ahuri, celui pour qui j'avais fait tant d'efforts cette dernière soirée, moi qui avais fait tant d'efforts pour supporter sa dégoutante présence, celle de l'autre morveux, de celle de tous les autres êtres inférieurs ... Alors qu'il n'était même pas un vrai Uchiha ! Juste ... un débris, une ordure. Ou quelque chose dans le genre, mais pas des plus élevés.
Soit, je suis dans une colère noire, qui devrait déformer mon visage ô combien parfait ... Joues si douces, lèvres si pulpeuses ... Doigt passé lentement sur ma lèvre inférieur, contact doux, je frissonne. Je suis parfaite, parfaite ... Ne laisse pas ce débris déformer ton visage ô combien parfait ... Oui, ne le laisse pas t'affecter. Bien que, ange de la colère que je suis, je suis certaine que je serais d'autant plus terrible, attirante ... Mais les sous-êtres, eux, eux qui ont peur de ce qu'il ne comprenne, et ne pourrons jamais comprendre, s'opposeraient à moi ! Et, vermine, fléau qu'ils sont, ils m'engloutiront sous des flots d'immondices, immondices qu'ils sont, quitte à mourir par centaines, milliers ! Car l'histoire appris que ceux qui révélaient leur statut divin se faisait renverser par le nombre, qui bien que pathétiquement faibles, sont innombrables. Tels les rats qui se cachent dans les entrailles de la Terre, moi, Uchiha Mina du Domaine de la Vipère, une fois au pouvoir arrivée, je les ferai s'occulter dans leurs misérables bâtisses, ils n'oseront sortir, même pas au seuil de leur porte, par peur d'attirer mon regard implacable. Oui, il en sera ainsi, mais en attendant ...

-Coucou, beau Uchiha. dis-je de mon ton le plus séduisant, de ma voix la plus langoureuse.

J'avais envie de gerber. Mais certains maux sont nécessaires ... Pour le plus grand bien. Je ne fais que sacrifier un peu de ma grande, parfaite personne, pour qu'il en découle un bien bien supérieur, bien plus grand que le mal supporté. Il en sera ... ainsi.
Au moins, devais-je avouer, il ne tentait aucun contact physique. Son toucher ô combien désagréable n'aurait en rien améliorer mon humeur déjà bien peu clémente ... Et, après tout, un accident est si vite arrivé ... Après tout, un feu qui chute par hasard sur lui, une lame acérée dans le dos, ou, plus osé, un second sourire, qui serait tellement plus charmant que celui à l'origine ... Même si trop salissant, et trop écarlate à mon goût. Même si le rouge est la couleur de mon clan, je préfère de loin le Noir, noir, la couleur du luxe, la couleur de mes cheveux si soyeux, de mes yeux si envoutants, la couleur de la perfection ... Je m'aime, mais ce n'est plus à prouver.

Puis bon, il n'est même pas vraiment Uchiha, il l'a dit lui même. Si je le fais disparaître, oui, personne ne m'en voudrait. Car bien que j'ai du mépris pour les autres domaines qui ne portent pas l'insigne de la Vipère, j'ai à défaut d'avoir du respect pour eux, de la pitié. De la pitié comme celle que j'ai pour ma soeur, car après tout, nous étions liées par les liens du sang. Tout le clan Uchiha est lié par les liens du sang. Sauf lui. Cela ne m'étonnerait même pas que l'on me récompense pour sa disparition non intentionnelle ... Heureuse, j'étais heureuse.

Il me souriait. Je lui rendais, si naturellement, comme si c'était mon reflet et non lui qui me l'adressait. Nous nous attardions trop ici, je souhaitais être dans un lieu plus privé ... Ces saltimbanques, en plus d'être des plus ennuyeux, sont des plus insistants. Je les méprise presque autant que les faibles, les enfants et les handicapés. Encore une engeance de plus à éliminer ... Mon travail sera grand, une fois au pouvoir, mais après tout ... De grands pouvoirs, entraîne de grandes responsabilités ... Être divin de pure lumière, je devais être à la hauteur du don qui m'avait été conféré. Je regardais d'un air las sa façon de renverser les quilles, d'un air las comment cet ahuri prenait la peluche géante ... Et qu'il me la mettait sous les yeux, semblant fier de lui.
Pour moi qu'il avait dit ... Je la prenais dans mes bras, puis, je la posais à terre, avant de m'élancer avec joie entre ses bras. Dégoutée ... Une seule envie, arracher la tête de cette affreuse peluche ... Et peut être la sienne aussi, mais plus tard, beaucoup plus tard pour lui ... Frustration qui s'accumule, quand je reviens au Domaine, j'exigerai à Père de me trouver des esclaves afin que je déverse ma haine sur eux ... Oui, Père ne pouvait refuser. Il savait ce qu'il en coûterait, d'attirer mon courroux divin.

Je frottais ma tête contre son torse, les yeux fermés, puis, je pris un air anormalement plus enjoué que d'habitude (plus que de normal, même si un sourire charmeur éclairé mon visage si beau, si fin ...), et je lui chuchotais malicieusement :


-Diiiis, tu ne voudrais pas qu'on aille dans un coin plus ... privé ..? Du genre, un bar où on pourrait boire ... Et peut être plus, si affinité ...

J'éclatais d'un petit rire tout ce qu'il y avait de plus agréable à l'oreille, semblable au carillon du cristal le plus pur. Je connais bien des façons de corrompre les hommes. Et l'alcool est celle qui à défaut d'être la plus efficace, et tout du moins ... celle où seuls mes mots interviennent.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Mer 9 Sep - 20:15

[Aller hop, j’essaye à la troisième personne.]

Hakai ne savait pas quelle mouche l’avait piqué. Il venait d’offrir une peluche à une fille qu’il n’avait vue qu’une soirée. Peut être que le fait de l’avoir vu nue lui à fait de l’effet. Enfin quand même, qui n’aurait pas eu d’effet en voyant cette beauté ? Peut être les gay, oui… Bref… A peine eu telle la peluche dans les mains qu’elle sauta énergiquement sur ce pauvre Hakai. Et comme pour en rajouter une couche à son supplice, elle se frotta la tête contre son torse musclé. Le pauvre… Il luttait contre son propre corps pour que celui-ci n’affiche pas visuellement son état d’excitation. Il avait bie envie de répondre à cette invitation, mais les lois du clan lui interdisait toute action pouvant outrager la réputation du clan. Bien sur il en rageait…

Les quelques secondes qui passaient lui parurent longue très longue, des minutes même peut être des heures… Lorsqu’elle lâcha son étreinte, il eu comme un petit réflexe de la saisir entre ses mains. Il aurait bien voulu lui répondre de quelque manière mais une force invisible lui en empêchait. Un jeu de regard commence alors pendant quelque seconde. Bien sur le regard tendre et attendrissant de Mina prenait le dessus. Elle rompt finalement le silence pour faire une proposition pour le moins… entrainante.

-Diiiis, tu ne voudrais pas qu'on aille dans un coin plus ... privé ..? Du genre, un bar où on pourrait boire ... Et peut être plus, si affinité ...


Plus si affinité… Ces mots résonnaient dans la tête d’Hakai. Il pensait déjà à la scène. Eux, décident de rentrer après une excellente soirée et qui passaient la soirée ensemble chez Hakai… Rire, boire et puis le moment fatidique… Oui, Hakai en rêvait de ce moment. Mais il se calma un peu. Même si il en bavait déjà, il ne voulait pas outrer Mina ou paraitre impatient. Après tout il ne la connaissait pratiquement pas. A vrai dire, il avait même pensé à ce débarrasser d’elle après s’être fait plaisir, une aventure du soir quoi… Mais maintenant c’était un peu différent. Certes il restait un minimum sur ses gardes mais comment arriverait il à ne pas craquer devant telle beauté ? C’était carrément impossible et c’est bien pour cela qui lui répondit.

[Hakai] « Je te suis. Après tout nous avons décidé de passer la journée ensemble. »

Dans son élan de précipitation, Hakai saisit la main de Mina. Sa tête se transforma en véritable tomate géante. Il ne savait même pas pourquoi il avait fait cela. Peut être les hormones avaient prit contrôle de son corps ? Heureusement, Mina ne fut pas offensée, elle sourit même. Hakai avait réussi, il avait une touche ! Il fonda en larme intérieurement. C’était presque… pathétique…

Les deux zigotos partirent alors main dans la main à la recherche d’un endroit ou s’amuser. Ce pauvre Hakai était tellement con qu’il serrait trop fort la main de Misa, il avait peur qu’elle s’envole je crois…

[Hakai] « Désolé… »

Sombre idiot qu’il était. Toujours aussi bloqué avec les femmes. Lui qui est un si grand pervers… Pourtant il connaissait les femmes, bah oui les observer aussi longtemps, à force il commence à les cerner un minimum. Oui car jamais un homme ni arrivera complètement. Il reprit la main de sa compagne mais avec une si grande délicatesse qu’il s’étonna lui-même. La grosse brute avait réussi à contrôler son envie.

Plusieurs minutes passaient et finalement Hakai choisi un bâtiment. L’endroit lui semblait sympa avec toutes ces couleurs et c’est pancarte. De plus il y avait une jolie promotion pour les clients en couple. Ils pénétrèrent donc dans ce bar restaurent. L’accueil fut chaleureux et ils purent voir avec joie que le lieu avait un certain renom. Les hôtesses placèrent le jolie couple dans le coin à couvert de tout regard indiscret. C’était parfait pour Hakai. Il pourrait se lancer dans la bataille à cœur ouvert. Très vite la première commande fut servie, le premier apéro. En général le premier passait plus tôt bien, il était plus fait pour nous mettre en appétit. A la grande surprise d’Hakai, Mina commanda pour eux. Un alcool fort qui plus est…

[Hakai] « Doucement ma puce ou tu vas être bourré… Oups désolé, je ne voulais pas t’appeler comme ça… »

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Ven 11 Sep - 17:20

Je ne souris même pas, ce Uchiha est pathétiquement prévisible ...
Et il me fait mal, très mal ... J'avais envie de me débarrasser de sa sale patte, de la trancher avec ma dague ... Dague que j'ai calée sur ma poitrine. Si jamais il tentait quoi que se soit, si il tentait de me toucher ... Un ou deux doigts en moins, après tout, ça passe assez inaperçu. Et même, je lui rend service, ça lui épargnera du temps à les compter. Je suis si magnanime, je m'admire ... Sourire tendre. Même si sa main écrase la mienne, un mal pour un bien, c'est ainsi, ce fut toujours ainsi, même moi, ange, déesse, seigneur, je devais ployer l'échine devant cette loi universelle. Non, cela ne me dérange pas, même ! Je ne ressens presque plus sa poigne. J'imagine que c'est un Ange descendu du ciel qui me tient par la main, aux traits délicats et fins, transcendants et inhumains, presque aussi parfait que moi, en somme ... La poigne se desserra. Je secouais doucement la tête. C'était ce singe que j'avais à la place de mon incarnation masculine. Envie de vomir, de lui cracher dessus, de voir son air pathétiquement stupide se fondre en une expression terrifiée. Car mon pouvoir de Déesse s'exprime à travers mes yeux, ma voix, mon toucher. Mon pouvoir est celui des illusions. De ces illusions qui, vous voyez, peuvent vous plonger aussi bien au septième ciel, que dans les douze enfers. Aussi bien vous faire croire qu'un être divin comble tous vos fantasmes, qu'une centaine de lames vous transpercent des dizaines et des dizaines de fois, lentement, pour l'éternité. Bref, vous l'aurez compris, je suis une utilisatrice du Genjutsu, une manipulatrice des illusions, la dame aux milles visages et milles facettes. Ce statut choyé n'entraîne pas que des avantages, non. Peuple hypocrite et faible, ils nous méprisent, car ils disent nos méthodes immorales, hélàs trois fois hélàs ! Alors que nos illusions sont le meilleur moyen de tromper et briser l'ennemi. Mais non, eux, eux, ils n'ont que d'yeux pour les arcanes et autres tours de magiciens de seconde zone du Ninjutsu. Ooooh c'est beau ce lion de feu, ça brûle, ça brille ! Oooh, trop bien cette pluie ! Les enfants peuvent s'amuser avec et se mouiller hihi ! Abrutis qu'ils sont ... Mais soit, je respecte les utilisateurs du Ninjutsu, car leurs pouvoirs se rapprochent des miens. Enfin, respect est un grand mot. Je n'en ai déjà aucun pour ceux qui partagent tout comme moi le savoir du Genjutsu, alors, alors, pourquoi en adresserai-je plus à ceux qui utilisent juste une forme dérivée, simplifiée, impure de mon pouvoir ? Je m'égare. Je disais qu'au moins, pour eux, j'avais un sentiment, un quelque chose qui s'approchait du respect. Mais, mais ... Le peuple est stupide, ignare, et ne sait pas ce qui est bon et bien pour lui. C'est pour cela que moi, déesse à la beauté transcendante et à la psyché dépassant leur entendement, je me dois de les diriger de ma parole sage et éclairée. Ainsi, une fois au pouvoir, je proscrirai l'utilisation du Taijutsu. Sérieusement, avez vous vu un art plus rudimentaire, plus primitif que celui-ci ? Où est donc passée la grâce et la subtilité qui nous caractérise, Kunoichi ?! Et surtout, qui est l'être méprisable qui a osé élever ce rang au même rang que MON savoir ? Le jour où je serais au pouvoir, je briserai sa tombe, accrocherai son cadavre à un arbre, où l'accompagneront tous ses disciples, pour l'exemple. Il faut toujours des exemples, malheureusement ... Je suis navrée d'avance, vraiment.

Le chemin se continue, moi perdue dans mes pensées et réflexions dépassant l'entendement des simples d'esprit, l'ahuri m'accompagnant, profitant de ma présence et de mon charme, s'enivrant tout son saoul. Et je remarquais les regards appuyés des passants, des regards surpris voir choqués, je les comprenais. Je n'aurais agis pour le plus grand bien, mon attitude m'aurait dégoutée, et j'aurais envoyée dans la fosse commune cet être médiocre. Enfin, je le ferai, ce n'est qu'une question de temps, mais cela attendrait. Je devais accomplir mon devoir, avant. Uchiha Mina que je me nommais, Domaine de la Vipère auquel j'appartenais, je n'échouerai pas. Ainsi dit, ainsi soit-il.

Nous passâmes plusieurs bars aisés du Quartier. Je me serais mise en colère, normalement, mais là, non, tout simplement non. Pourquoi ? Ce Uchiha est juste un paria qui a été réintégré au Domaine du Cygne, domaine si méprisable soit-disant passant, et il n'avait pas reçu notre éducation raffinée, no goûts de luxe et faste. Le bar qu'il choisit ... N'était certes pas des plus miteux, comme je le craignais, mais on ne pouvait qualifier telle bâtisse de "chic". Bref, qu'importe, je n'avais pas besoin d'un lieu faste, même, ce genre d'endroit était plus adapté. Après tout, en restaurant luxueux, un mot plus haut que l'autre, un regard un peu trouble, et nous voilà à la porte sans sommation aucune. Non, je devais avouer qu'à son insu, ce lieu était parfait, pour mon ... dessein.


-Alors, beau Uchiha, tu m'as dis que tu ne t'es rattaché au domaine du Cygne qu'il y a peu ... Mais, que faisais-tu avant ? Tu étais à l'Académie, non ? Si oui, quel grade ? Chuunin j'espère bien, enfin, je crois bien ... Hihi, tu as l'air si fort ...

Je le regardais d'un air langoureux. Des compliments bien placés font toujours leur effet, je me révèle si douée dans cet art ... Je m'aime, pour ma perfection. La serveuse arrivait, avant même qu'elle ait le temps de dire quoi que se soit, je chantonnais d'une voix douce :

-Un tord-boyaux pour le mignon là ... Et pour moi, un cru du Treuilly, ancienneté 3 ans si possible ...
Oui, le Treuilly ... Mon pêché mignon, cet alcool si doux, si délicat, si digne de ma splendeur, beauté ... Il reflétait ce que j'étais, ce nectar aux reflets mordorés, au goût fruité, à la fragrance si envoutante ... Tout moi, je suis le Treuilly. Je restais quelques minutes à le regarder longuement, d'un regard qui laisse entrevoir bien des choses ... La serveuse revenait, et laissait ma commande sur la table. D'un geste fluide, je versais le liquide tant convoité dans une coupe en bois ... De l'être, alors que le bois de cerisier fait ressortir si bien le goût de raisins ... Je n'allais pas m'en plaindre, au moins, dans ce bâtiment "moyen", ils avaient la décence de servir le Treuilly dans des coupes en bois, et non en métal ... Arrière-goût oxydé très désagréable au palais, et certains restaurants de luxe osent le faire ... Mais bon, il y a toujours certains excentriques et autres incultes qui préfèrent le goût de l'argent ou de l'or, plutôt que celui du bois, quel qu'il soit. Je les pardonne, mais une fois au pouvoir, j'interdirai quiconque de boire ce liquide divin dans autre chose qu'une coupe en bois. Après tout, le Treuilly est aux vins, ce que moi je suis aux mortels. Il serait indigne donc qui quiconque ne puisse jouir de celui-ci dans les meilleurs conditions.
Je portais la coupe à mes lèvres, les y trempées ... Soupir d'extase. Sucré, doux, frais, parfait dans cette chaleur accablante ... Tout simplement parfait. Je ferme les yeux, profitant de ce goût divin, qui faisait contraste avec toute la médiocrité dans laquelle j'étais obligée de me déplacer. Je finissais ma coupe, profitant de chaque goutte, jusqu'à l'épurer complétement. D'un geste gracile, je déposais la coupe sur la table. Mon interlocuteur médiocre venait de finir son verre. Je lui adressais mon sourire le plus provoquant, et je remplissais son verre.


-Allons, je refuse que votre verre soit vide en ma présence ! Lààà, un peu plus ... Parfait, voilà. Buvez, buvez ! Et si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour moi ... Voilà, parfait, j'atend votre réponse avec fébrilité vous savez ! Votre parcours a du être si éprouvant !

Je posais mon visage entre mes mains, coudes appuyés sur la table, regard pétillant.
Et là, ce fut le drame. Mon rire éclata, cristallin. Genin, genin, Genin ! Il n'était juste que Genin ! Juste un simple et pathétique Genin. J'en avais les larmes aux yeux, tellement c'était hilarant, j'étais Chuunin moi ! Même si les autorités du Domaine me disait régulièrement que je n'exploitais mon talent à sa pleine mesure ! Mais, voyez vous, car oui, vous verrez que vous le souhaitiez ou non, les instructeurs sont jaloux. Ils m'ont refusé encore et encore le grade de Juunin, même si moi je leur suis parfaitement supérieure en tout point, en commençant par la beauté tout d'abord. D'ailleurs, je leur avais fait remarqué gentiment, de ma voix si agréable à l'écoute. Et un combat inégal s'ensuivit ! Prise en traître, ces déchets m'avaient pris, et ils étaient deux contre moi, moi frêle créature si parfaite ... Et ils avaient eu le culot de dire que cela prouvait que je n'étais pas au niveau. Êtres médiocres et jaloux, une fois au pouvoir ... Mort, tous morts, comme les handicapés. Je sortais de me rêveries, et je lui adressais un sourire éclatant.


-Hilarant, tout simplement hilarant ... Vous blaguez j'espère ? Sérieusement, j'étais mor-te-de-ri-re ! Vous avez du talent, vous savez comment y faire, avec les filles ...

Ma voix se fit de plus en plus basse, mon regard de plus en plus suggestif. Je me resservais une coupe de Treuilly, et la vidais à une vitesse ahurissante, même pour moi. Mais il faisait si chaud, si soif ! C'était normal, je devais abreuver ma soif ! J'en étais à deux verres, lui à au moins quatre. Il ne tiendrait pas bien longtemps.

-Vous savez ... On dit beaucoup de mal de votre domaine, je vous assure ... Il est pas très très recommandable même, mais bon, j'suis sûre que toi, le sin ... le beau Uchiha, le très beau Uchiha ! Vous êtes pas parail ... parois ... Me comprend, c'est l'important.

Couleurs qui me montent au visage, chaleur encore de la chaleur ... Soif. Je me resservais une coupe. J'en mettais un peu à coté. Aucune importance. Un petit rire s'échappa de mes lèvres, malgré moi.

-Bref voilà ... Je me comprend, Takeshi ... L'est bien ? Il fait quoi en plus ? Et tu connais Kenji ? Très beau, vraiment ... Mais dit rien ... Et ça me rappelle Kiko qui disait ...

Je perdais le fil de la conversation, je ne savais plus trop ce que je disais. Je regardais la bouteille d'un air vague. Pourquoi il y en a deux, j'en ai commandée qu'une ... Ils seraient capables de me faire pai ... poi ... voilà, mouarf.
Je me levais, avais du mal à me tenir debout, je me soutenais à l'aide de la chaise, et un petit rire très charmant m'accompagna. Mes talons, ils avaient du s'entailler ... J'avais demandée de la qualité, moi, on ne se moque pas d'une déesse transcendante telle que moi ... Et pourquoi tout bouge autour de moi ! C'est absurde, je ne peux être victime d'un ... une ... Me comprend ...


-Ex ... cuse moi, toilettes, trucs de filles, tu comprends hein ? Enfin, je crois, vu la façon dont tu me regardes ...

Rire pas très net, pas très rassurant. Pour moi.

-Je sais à quoi tu penses, et bah non, tu y arriveras pas, je te laisserai pas faire, Je ne suis pas une fille facile moi ! Je ne couche pas le premier soir ... Quoi que, ça me rappelle ...

Nouveau rire, c'était si hilarant cette soirée ! Nous étions trois et ...

... Je glissais. Je levais le regard. J'étais dans ses bras. Un grand rire résonna.

Plus rien.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Ven 11 Sep - 20:01

Tout cela commençait à dégénérer. Les deux protagonistes buvaient beaucoup trop à la demande de la demoiselle. Son nectar était délicieux. On pouvait vraiment ressentir tout le mélange entre le fruit et l’alcool. Mais n’étais ce pas trop pour un si petit corps ? Le pauvre garçon ne savait pas quoi faire. En demandant à sa compagne de calmer un peu le jeu il risquait de la vexer et ainsi dire adieu à tout ses envies. Finalement il ne fit rien. Je vous jure les hommes…

Les verres s’enchaînaient et les rires également, enfin plus des rires feminin. Hakai subissait, surtout lorsqu’elle appris qu’il n’était encore qu’un simple genin. Il se sentit frustré, frustré de ne pas encore avoir été reconnu à sa juste valeur. Mais il ne pouvait en vouloir à la jeune femme. Après tout c’est normal, dix huit ans et encore genin… Hakai serra le poing en dessous de la table pour ne pas montrer sa colère à Mina. Il brûlait de désir, il voulait faire ses preuves mais il n’y avait aucune opportunité. Son équipe était en stand-by et aucun événement majeur n’avait lieu pour le moment. Alors il patientait, il s’entraînait à tout et n’importe quoi, il apprenait des enchaînements des techniques, parfois même il donnait son savoir à d’autre, il réalisait son rêve de devenir prof ou chef d’équipe. Mais jamais il ne pourrait l’atteindre si personne ne lui laissait une chance et cela avait le don de le foutre encore plus en colère. Si il aurait été chez lui, il aurait très certainement renversé la table de rage. Mais il était dans un bar et en compagnie, il ne pouvait libérer toute la rage qui brûlait en lui…enfin pour le moment.

C’est alors un monologue qui commença. Entre les rires, les sarcasmes, il y avait des paroles longuement pensées mais incapables de sortir entièrement, c’est ça quand on picole. Et puis le moment fatidique arrive. Une envie de pisser ? Ou de gerber peut être ? Mais Hakai savait parfaitement qu’elle ne tiendra pas debout jusque la. C’est sans doute pourquoi il s’était levé en même temps que la jeune femme. Et elle repartait dans son délire, non ce n’était pas pour te violer dans les toilettes qu’Hakai s’était levé mais bien pour te retenir lors de ta chute inévitable. D’ailleurs la voila dans ses bras.

Elle poussa un dernier rire comme une agonie avant de sombrer dans le sommeil.

*Décidemment cette fille.*

Qu’allait bien pouvoir faire Hakai ? Il avait déjà c’est problème et voila que maintenant il devait gérer cette poivrote. Il avait prévu de la raccompagner dans son domaine à la fin de cette journée qui s’annonçait pourtant brillante. Mais jamais il ne la ramènera au quartier Uchiha dans cet état. Sa réputation en prendrais un trop gros coup. Non, il n’avait plus qu’une idée. Il posa une main délicate sur sa tête et commença à caresser ses doux cheveux. Elle ne le savait pas mais il allait très certainement sauver sa réputation. Il resta un moment debout avec la jeune femme dans ses bras occupé de baver sur son T-shirt.

*Pas grave. Je le changerais en rentrant.*

Il finit par appeler la serveuse pour payer l’adition. Il y avait eu beaucoup trop d’alcool aujourd’hui. Il se jura qu’à l’avenir il surveillera la consommation de cette jeune femme. Il se posait déjà la question de comment elle avait pu s’enfiler quatre coupe de cet alcool. Certes il n’était pas bien fort mais tout de même pour un si petit bout de femme. Il donna un pour boire à la serveuse puis reprit son sac à patate dans les bras.

Il tenait gentiment la jeune femme dans ses bras. Après tout, Hakai faisait bien deux têtes de plus que Mina, il pouvait la porter dans ses mains presque comme un bébé. Et elle ressemblait bien à un bébé lorsqu’elle dormait. Il ne détachait pas son regard de la jeune femme et lorsqu’elle mit son pouce dans sa bouche il ne pu s’empêcher de hurler de rire dans la rue. Il arriva finalement dans son logis bien trop déserté en ce moment. Cela devait bien faire trois semaines qu’il ni avait plus mit les pieds. Il regrettait par certain moment la solitude mais étrangement à chaque fois qu’il y repensait, Nora ou Naka venait le chercher pour jouer ou s’entraîner. Non il n’avait plus rien à envier au autre à présent. Il avait une famille, une demeure et peut être même une copine.

Il déposa sa dulcinée sur le lit avant de se jeter à son tour sur une chaise en face. Il fixait le visage si doux de la jeune femme et repensa au doute qu’il avait en son encontre. Jamais il n’avait vu de femme aussi direct sans avoir d’arrière pensé. Même Cathi en avait eu. C’était pour aider son vieille ami Youso. Mais elle, il savait que ce n’était pas pour aider quelqu’un mais il en était sur, elle avait quelque chose derrière la tête. Il espérait de tout cœur que c’était des sentiments en son égard. Mais il en doutait fort. Elle semblait être une fille facile hors les Uchiha ont des régles beaucoup trop strict pour qu'un tel comportement subsiste. Non elle cachait son jeu ou elle avait eu le cou pde foudre.

Il se leva finalement de sa chaise. Il savait que la jeune femme dormirais pour de long moment alors il l’allez la mettre à l’aise. C’est pour une fois sans arrière pensée qu’il commença à la déshabiller. Une dague tomba alors sur le sol dans un éclat métallique. Hakai la ramassa nullement surprit. Il savait que les kunoichi cachaient des armes un peu partout autour de leur corps pour se protéger. Il s’en doutait que cette femme cachait quelque chose sur elle, c’était trop beau pour être vrai.

Après avoir déshabillé la Kunoichi et d’avoir posé c’est vêtement sur le côté il la borda. Il ne profita même pas de la situation pour regarder ou quoi que ce soit. Etrange lorsque l’on connaît Hakai… Il retourna finalement sur sa chaise. Toujours en fixant la belle qui dormait, il attendait son réveil. Il regardait rapidement la peluche qu’il lui avait offerte. Elle était posait à côté.

*Pourquoi je lui est offert ça moi ? Elle n’en a que faire.*

C’est pendant la nuit que la Kunoichi se réveilla finalement. Hakai n’avait pas bougé de sa chaise. Il l’avait surveillé pendant une demi journée sans boire ni même manger. Il avait réfléchi sur elle, lui et les zones d’ombre. Il y avait beaucoup trop d’inconnue dans cette histoire. Elle n’avait cessée de le questionner et cela lui avait mit la puce à l’oreille.

Il la regarder ouvrir les yeux et reprendre ses esprits. Elle se pencha en avant et c’est alors qui l’ouvrit la bouche.

[Hakai] « Il y à trop de zone d’ombre. Et je t’avoue que je n’ai pas envie de jouer au inspecteur. Alors maintenant je te laisse un choix. Soit tu es avec moi et tu me dis toute la vérité ou alors c’est dehors. »Il laissa quelque seconde à la jeune femme pour qu’elle puisse analyser. « Je m’en fou que tu sois une espionne, une rivale ou tout simplement une assassin.Moi ce qui compte c’est toi et la réponse que tu vas me dire. Ne me dis pas que tu ne comprends pas. Tu es une Uchiha, tu ne peux avoir ce comportement. Pas après l'éducation que tu as reçu. Si encore tu étais comme moi, avoir était élevé dans la rue... Alors ? »

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Dim 13 Sep - 15:56

Il y à trop de zone d’ombre. Et je t’avoue que je n’ai pas envie de jouer au inspecteur. Alors maintenant je te laisse un choix. Soit tu es avec moi et tu me dis toute la vérité ou alors c’est dehors. Je m’en fou que tu sois une espionne, une rivale ou tout simplement une assassin.Moi ce qui compte c’est toi et la réponse que tu vas me dire. Ne me dis pas que tu ne comprends pas. Tu es une Uchiha, tu ne peux avoir ce comportement. Pas après l'éducation que tu as reçu. Si encore tu étais comme moi, avoir était élevé dans la rue... Alors ?

Bon d'accord ... Comment en suis-je arrivée là, moi, Ange parmi les anges ..?
Récapitulons : Où suis je ? Un endroit piteux. Ça c'est fait. La maison de l'autre singe, sûrement ... Pourquoi serait-il en face de moi, sinon, me disant ça ..? Enfin, pas que ses paroles m'affectent, non, trois fois non ... Elles ne veulent rien dire ... Mais, ce qui m'affecte ...
C'est que je me retrouve nue.
Que m'a-t-il fait, cet être inférieur ..? Comment a-t-il osé m'enlever mes vêtements ..? Il m'a touché, souillé à jamais ... Et qui sait ce qu'il a bien pu faire ? Caresser mes courbes délicates, gouter mes lèvres pulpeuses ..? Abuser de moi, me violer ..? Non, je refusais, je ne pouvais l'accepter, non, non, trois fois non ! Je refusais qu'un déchet, qu'un tel être inférieur, rat dégoutant, n'est pu que penser ... Non, je refuse, non, c'était tellement dégradant pour moi, beauté divine, non, je refuse, je refuse ...
Mon regard était venimeux. Mes prunelles sombres étaient dardées sur sa méprisable personne. Je perdais le contrôle ... Envie dévorante de lui déchirer la gorge avec mes crocs. Je les révélais quelque peu.
Et pourtant, malgré tout cela, je me contrôlais. Oui, je me contrôlais. Si cela ne tenait qu'à moi, je le torturerai, mutilerai, estropierai, briserai chaque os et chaque organes, je lui créverai les yeux lenteemeeeent ... Intense plaisir sadique. Mais, je me répète, je me contrôlai à un tel point que je m'éveillai moi même ! Moi, déesse transcendante, avais un contrôle parfait sur mon âme, corps et esprit. Les Dieux ont fait le bon choix, en m'envoyant, moi, alter égo de leur mirifique être, incarnation angélique, en ce monde, afin de tous les diriger vers le Bien Supérieur ... Mon visage se détendit, mon regard si fit insondable. Contrôles toi, ô magnifique Mina, tu auras tout le temps une fois au pouvoir montée ... Tu auras l'éternité devant toi, juste cela ... Sourire de bien être, qui contrastait avec un regard ébène impénétrable.

Néanmoins, il fallait l'avouer : Quoi que j'ai fait cette nuit, il valait mieux qu'il l'oublie, et que moi je l'apprenne ... Et j'avais les moyens pour le faire. Je le contemplais un long moment, lui fit signe d'approcher ... Un signe provocateur, un signe qui laissait entrevoir qu'il pourrait, à défaut de retenter l'expérience, en jouir pour la première fois ... Je devais savoir ce qu'il savait, maintenant, tout de suite ... Et pas seulement ce qui c'était passé hier. Je veux tout savoir de lui, ses faiblesses, ses zones d'ombre, ses relations, son importance dans le Domaine, tout ... Et peut être, si ce que je vois n'est pas satisfaisant ... Le briser. Je me demandais bien ce que je briserai ... Sa volonté ? Non, non ... Je le rendrai aveugle, oui ... Je supprimerai son toucher, son odorat, son ouïe ... Et je le laisserai ici, seul, souvenirs détruits, et je partirai, le laisserai désemparer, le laissant ici, ne sachant même pas pourquoi il existait ... Je priais intérieurement qu'il ne sache rien, que je puisse jouir de sa souffrance ...

Il approchait, je continuais de le regarder de mon regard si irrésistible. Il n'était plus qu'à quelques centimètres de moi. Vive comme la vipère, mes bras se passèrent autour de son cou. Collais mes lèvres contre les siennes, enfonçais profondément ma langue dans sa bouche. Le plaquais contre le lit.
Piégé. Je clignais des yeux. Mon Sharingan était activé. Je plongeais mon regard dans le sien, et laissais mon pouvoir s'infiltrer dans son âme faible, que moi, Déesse à l'intellect supérieur, n'avais aucun mal à pourfendre, comme lame dans un frêle corps.


Révèle moi tous tes secrets, tes désirs inavoués, tes peurs inavouables, tout, tout ...
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Lun 14 Sep - 0:34

Douce étaient ses lèvres. Langoureuse était sa langue. Chaud était son corps. Hakai ne pu résister à l’étreinte du serpent. IL n’avait su résister au chant de la sirène et avait succombé au plaisir. Mais la tournure que prenaient les événements ne le déplaisait pas. Bien au contraire. Hakai rêvait d’un jour passer une nuit avec pareille déesse mais il n’aimait pour autant pas être prit ainsi au dépourvu. Que voulez vous ? Les hommes aiment garder le contrôle de la situation. Ils aiment que les choses se passent comme ils l’avaient prévu. Ils aiment prendre rendez vous au restaurent, choisir le vin, payer l’addition et bien sur, raccompagner sa compagne. Bref… Ah oui, ils aiment avoir raison aussi…

Le serpent resserra un peu plus son étreinte sur sa proie. Il la plaqua contre le lit et la dévora des yeux. Des yeux qui virèrent rapidement au rouge pourpre. Hakai connaissait ces yeux, il les avait maîtrisé depuis peu et s’entraînait sans relâche pour améliorer ce don offert sois disant par les dieux. Elle tentait d’impressionne, de montrer que malgré ce corps frileux elle était une vrai Kunoichi. Mais les gestes d’affection un peu plus tôt montrait bien qu’aucun acte agressif n’était à prévoir pour le moment.

-Révèle moi tous tes secrets, tes désirs inavoués, tes peurs inavouables, tout, tout ...

[Hakai] « … »

Hakai détestait cette position. Yeux dans les Yeux, lui en dessous, elle au dessus. Il devait remettre les choses à leurs places. Il activa son sharingan certes moins puissant que la déesse qu’il observait. Décidément, se montrer nue ne la dérangeait vraiment pas. Où peut être était ce seulement avec le jeune homme ? IL observa rapidement les formes parfaites de la jeune femme. Ses seins étaient collé contre la poitrine du jeune homme. Il arrivait même à sentir son cœur. Après quelque longue minute de regard, Hakai la pris délicatement mais avec tout de même assez de force et la retourna rapidement. Les rôles étaient à présent inversés. Le jeune homme regardait toujours les réactions de la jeune femme. Il voulait essayer de percevoir ses émotions dans ses yeux mais il n’y arrivait pas, il y avait toujours ce regard tendre et rempli d’amour pour le jeune homme. IL ne voulait pas la forcer et de plus elle lui avait demandé de se livrer. Chose qu’il avait lui aussi demandé. D’un geste extrêmement délicat, personne n’aurait pu le croire capable de tant de délicatesse, il abaissa la tête pour déposer un baiser sur le cou de la jeune femme. Puis il la regarda une nouvelle fois dans les yeux.

[Hakai] « Je n’ai rien à cacher. Mais peux tu en dire autant ? »

Il reposa quelque langoureux baisé sur le coup de sa bien aimée. Car oui, il commençait à ressentir quelque chose pour cette femme. Mais il ne s’engagerait pas à long terme avant de connaître tout sur elle. Son visage changea légèrement, plus terne, plus frustré. Hakai savait ce qu’elle voulait faire. Sa tentative loupé de pénétrer dans son esprit l’avait peut être frustrée. Il n’aimait la voir dans cet état, il tenta alors de l’apaiser. Il rapprocha son visage et colla son nez contre celui de la jeune femme et le caressa.

[Hakai] « Ne t’inquiète pas. Je te dirais tous ce que tu souhaites. »

Un baiser au départ timide mais ensuite bien plus gourmand vint se déposer sur les sublimes lèvres de Mina. La jeune femme changeait de couleur. Elle était surprise de tant de geste d’affection.

"Je ... Tu ..."

Un regard d’incompréhension. Mais pourtant ce n’est que des préparatifs. C’est elle qui a commencé pourtant. Peut être les deux tourtereaux avaient été trop vite ? Hakai était prêt, il le savait. Il ressentait quelque chose pour cette femme mais sa réaction l’inquiétait. Il se détacha alors un peu de sa compagne se glissant à ses côtés sur le lit. Il ne comptait pas s’excuser, pour lui c’était elle qui avait commencé. Après tout, le restaurant c’était elle qui l’avait voulu. Il ne regrettait pas d’avoir exprimé son attirance. Si elle est en colère sa sera une preuve de ses mensonges.

[Hakai] « Je... Tu…. A ton avis ? Je t’aime. Je ne vais pas coucher avec une femme rien que pour le sexe. Je ne suis pas comme ça. »

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Mer 16 Sep - 22:43

Pourquoi ... Pourquoi ?!
Être inférieur qui résiste pathétiquement à mon incommensurable puissance, il croit, il espère, il prie même sûrement pour que mon esprit n'assaille pas le sien, pour que mon regard le transperce comme une dague ... Et il résiste. Il résiste à mes tentatives de rentrer dans son esprit. Anormal. J'aurais du briser ses barrières comme bélier une porte en bois pourri. Il résiste, et ça me met hors de moi. Il résiste, alors qu'il ne maîtrise que l'incarnation la plus faible de notre pouvoir divin ... Un sous être pareil, qui me résiste ... Envies de meurtre sauvages. Envie de lui déchirer la peau de mes ongles et crocs, sentir l'odeur et jouir du goût de son sang ... Mes ongles se plantent dans son dos. Je me retiens pour ne pas aller plus loin, pour pas que moi, beauté divine et brillante, ne fasse pas quelque chose qu'à défaut de regretter, les autres me feraient regretter. Je sentais un mouvement de sa part, je me retrouvais sous lui, haut le cœur, envie de vomir au sens littéraire du terme, envie de fuir, pour la première fois ... Je sens la situation échapper à mon contrôle. Moi, Déesse, ne réussit plus à savoir ce qui arrivera ... Comment avais-je pu en arriver là ? Alors que j'aurais pu reculer à tout moment, là, je sens que ... Je ne peux décemment le faire, sans souiller mon honneur et ma dignité d'être supérieur. Mais, l'honneur ne s'applique qu'entre être de même statu, non ? Alors, je pouvais bien partir, l'abandonner, sans que rien ne se ternisse en moi ... Oui, voilà, ce serait parfait ainsi. Telle vermine, rat dégoûtant ne serait, et ne sera jamais comparable à moi. Et puis, si il résiste à mes agressions, c'est par manque de conviction. Je ne le trouve pas assez intéressant pour faire des efforts. Puis bon, je sens encore l'alcool dans mes veines, je me sens un peu mal ... Oui, tout s'explique, ce n'est pas que je suis incapable de m'introduire en lui, non, c'est juste que des facteurs extérieurs m'en empêchaient, voilà ! Et moi, qui avait douté un instant, juste quelques secondes -je vous l'accorde, c'est très peu- de ma supériorité indéniable et avérée par moi même et tous les autres esclaves ... Je suis parfois ridicule, même si je ne manque jamais de grâce et d'élégance.

Bon, maintenant, partir ...
Ce serait très simple, attaquons nous à son orgueil ... Je le poussais sur le coté, dans son lit qui bien qu'horriblement inconfortable, et aux draps poussiéreux (aucune éducation, vulgaire chien de rue ...), était sûrement plus confortable que le sol (même si ce n'était pas la tentation qui manquait), pour mettre pied à terre, je grimaçais, tact du sol froid et râpeux, pour me diriger vers là où étaient mes vêtements.
Quelques minutes de lourd silence, où j'enfile mes vêtements, l'ignorant complétement, nul regard posé sur lui, sentant parfaitement qu'il se dirigeait la porte pour la bloquer, m'empêcher de partir ... Il a peur, peur de moi, de la raison pour laquelle j'agis ainsi ... Et je jouis, intérieurement, de lui faire ressentir telle angoisse. Je boutonne le dernier bouton de ma chemise, me dirige d'un pas lent, feutré vers la porte qu'il bloque. Lève mon regard insondable vers le sien, où je lis la crainte. Sentiment de puissance.


-Tiens donc, pourquoi te trouves tu là, devant la porte ..? Tu ne serais pas mieux, assis à une chaise ? dis-je sur un ton langoureux, où l'ironie suintait.

Sa réponse ne me fit même pas sourire, alors que c'était le but recherché. Il essaye de m'imiter ? Soit, soit, mais j'étais meilleure à ce jeu. Et, de plus, il réagit juste comme je lui ai ordonné de le faire. Continuons ...


-Pas vraiment, non, j'ai besoin d'une balade ... Seule, cela va de soit. Ne le prend pas mal, j'ai besoin de me reprendre, tu sais ... répondis-je, yeux mi-clos, ton suggestif.

J'entend ce qu'il dit, et j'ai comme un blocage. Regard flamboyant, puis, peu à peu, baisse en intensité, jusqu'à devenir aussi venimeux que l'embléme qui représente son domaine.


-Vulgaire paysan, violeur, tu as osé me toucher, me souiller, toi qui te dit Uchiha, toi qui est sensé être tout comme moi engeance supérieure ... Je suis déçue, juste ... déçue ...

Je l'écarte d'un geste de la main théâtral.

-Laisse moi partir, si tu ne veux pas que le Domaine l'apprenne ...

Et là, je sais que j'ai gagnée. Sentiment de bonheur extrême, envie de sourire folle. Sentiments disproportionnés, mais, pourtant, je suis si heureuse, tellement ... Je l'ai brisé, et je le sais très bien ... Je le manipule comme un pantin, lui, comme tous les autres ... A croire qu'ils sont tous formatés pour être aussi stupides, insignifiants, tous formatés pour être sous mon égide et ressentir du plaisir quand je les fais souffrir ... Sadisme qui m'envahit. Le coup de grâce, maintenant ...

Toi, qui m'a dit il y a à peine quelques secondes qu'en échange de ma ... ma virtue, tu m'informerai des intrigues de ton domaine ..? Pour qui me prends tu ? Une catin ? Pire encore, pour une traîtresse ? Ma vie est vouée au Clan, quelqu'en soit le domaine ... Tu ... me dégoûtes ...

Les larmes commencent à couler sur mes joues, je l'écarte violemment, jouissant de ce contact violent, et part, sans même écouter ce qu'il a à me dire, sans même me retourner, des gémissements s'échappaient de mes lèvres, pour donner un sens tragique à ce départ, jusqu'à être sûre de ne plus être en vue. J'essuie mes larmes. Je dois revenir à la maison pour enlever cette dégoutante odeur d'alcool, et maquiller ses traces. Si le domaine vient à l'apprend, toute Déesse, toute perfection que je suis, le courroux des êtres inférieurs qui infeste même mon Domaine se lèveront contre moi.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Jeu 17 Sep - 0:25

Les filles. Elles sont un véritable mystère. Elles semblent faire quelque chose mais en faites pense tout le contraire. Elles embrassent un garçon mais n’ont aucun sentiment. L’ont dit que ce sont les hommes les plus cruels mais il n’en est rien. C’est bien les femmes les pires démon du monde. Rien qu’avec une parole, un geste, elles peuvent détruire le cœur, l’âme et parfois même le corps de l’homme. Mais étrangement, l’homme ne pouvait se passer d’elle. Leurs présences réchauffaient le cœur des hommes, leurs instauraient du courage et leurs procuraient le plus grand plaisir qui existe en ce monde. C’est pour toutes ces raisons que les Hommes aiment les femmes. C’est pour cette raison que Hakai aimait Mina.

Il était seul à présent. Assis sur son lit à fixer les rues à travers la porte toujours ouverte. Il regardait ce coin de rue par lequel la femme qu’il pensait aimer était partie. Pourquoi il y avait il eu dispute ? N’avait elle pas essayait de le manipuler ? De lui soutirer des informations ? Mais lui… Il avait eu besoin d’elle, de ses sentiments, de son odeur, de ses lèvres et de son corps. Mais rien… Il n’avait rien eu à son grand malheur.

Et tout cela pourquoi ? Une dispute, une rupture. Hakai ne voulait y croire. Non pas qu’il venait de foutre dehors une jeune femme mais qu’il avait pu tomber amoureux de quelqu’un d’aussi… ignoble, diabolique et égoïste. Elle l’avait chauffé pour ensuite le repousser comme une sale chaussette. Il se sentait outragé mais en même temps il s’en voulait de l’avoir traité.

La porte se ferma d’elle-même avec le vent de la tempête qui s’annonçait. Hakai enleva ses vêtements et se coucha sur son lit. Les mains en dessous de la tête les yeux fixant le plafond. Il le savait déjà, il passerait cette nuit à penser à ce qu’il aurait du faire, ne pas faire, dire et ne pas dire. Mais aurait il vraiment pu changer les choses ? Il n’allait quand même pas ce laisser manipuler pour obtenir une once de sentiment ? Non….

La nuit était sombre, seul les éclairs éclairaient la pièce ou Hakai fixait toujours le plafond. Il tournait légèrement de l’œil pour enfin sombrer dans le sommeil. Mais à quoi bon dormir si c’est pour revivre la scène ? C’est rempli de sueurs qu’Hakai se leva. Il était dix heures du matin.

Il se traînait, plus aucune envie de vivre aujourd’hui. Il buvait son lait le renverser sur le sol. Aucune envie de ramasser. Non… Aujourd’hui Hakai ne fera rien ou presque. Il enfila sa veste et sorti dans la rue. Il avait déjà eu sa petite déprime et il s’était enfermé chez lui pendant quelque journée mais la il fallait qu’il sorte, qu’il respire l’air frai, entendre les oiseaux chanter et voir… voir Mina se faire draguer par un autre.

Une rage intenable montait en lui, il n’arrivait plus à se contrôler et seul dieu savait qu’il voulait courir, rentrer chez lui et essayer d’oublier cette vue et cette femme. Mais non, la colère s’était emparée de lui. IL marchait vite, très vite vers la table. Il se trouvait derrière Mina à présent, elle n’avait pu le sentir ou même le voir.

[Hakai] « Toi. Dégage. »

[ ???] « Comment ? Pour qui tu te pr… »

Il l’avait pourtant prévenu. Pourquoi fallait il qu’il le cherche ? Il n’avait pas vu qu’il était en pétard ? Maintenant il venait de se prendre son poing dans son nez et gisait inconscient sur le sol quelque mètre derrière. Hakai s’en foutait de lui. Vu son costume il devait s’agir d’un bouffon travaillant dans des bureaux, aucune importance. Il tournait autour de la table en fixant Mina dans les yeux. On pouvait le comparer à un guépard tournant autour de sa proie à l’agonie mais la, c’était lui qui était à l’agonie. Finalement, il se jeta sur le banc et s’allongea tout en continuant de fixer Mina dans les yeux.

[Hakai] « Tu n’as pas traînée. C’est une proie à ta hauteur ? Tu pouvais en tirer quoi de lui ? Du pognon ? Des renseignements ? »

Il se leva brusquement et posa sa tête sur sa main à quelque centimètre de celle de Mina.

[Hakai] «Je m’en fou. J’ai qu’une seul chose à te demander. Pourquoi ? C’est quoi que tu veux ? Tu m’avais, moi, mes informations, mon cœur, tout. Et pourtant tu es partie. Pourquoi ? »

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Jeu 17 Sep - 15:41

Bâillement.
Divine beauté que je suis, une fois au pouvoir, je déléguerai ces tâches ô combien ennuyantes ...
Car oui, me voilà à entendre ces discours ô combien ennuyeux sur les dépenses et gestion du Domaine, oui, moi, j'écoute d'un air qui ne le cache pas, tout en moi suinte l'ennui, alors que j'écoute ce bien dynamique jeune homme, qui me fait son rapport.
Je baille de nouveau.
Oui, normalement, ce n'est pas moi, transcendant éclat de lumière qui éclaire la morne journée de ses être abjectes, mais, car l'Ancien est occupé, et que comme il le dit si bien "Tu reprendras un jour le Domaine, donc il faut te tenir au courant des tâches qui seront les tiennes le moment venu", il faut que je m'y tienne, pour lui faire plaisir, pour éclairer sa journée pathétiquement semblable à toutes celles qu'il a vécu ce dernier demi-siècle, bref, que je joue les poupées bien obéissante, pour l'instant tout du moins.
Chiffres et mots compliqués qui s'emmêlent entre eux dans mon esprit, au moins, la seule chose dont je peux me réjouir, est que c'est moi qui ait fixé le lieu de rencontre, un lieu qui correspond à ma classe et élégance, cela va de soit. Un café terrasse des Hauts Quartiers de Konoha, des plus charmants, bien que rien ne sera jamais à ma hauteur, même pas à la moitié de celle-ci ... Mais au moins, je m'y sens plus à l'aise que dans un vulgaire bar.
Je porte la tasse, où un thé bouillant luit d'une couleur miel agréable, à mes lèvres délicates, que je retirais aussitôt le liquide touchée. Trop chaud. Petite grimace.
En plus par cette chaleur ... Mais je me suis jurée l'alcool, tout du moins pendant un moment. Je n'escompte pas reproduire la scène qui s'est déroulée avec l'autre sous-être, sous-être dont je ne me souviens plus ni du nom, ni du visage. Bref, il était redevenu un simple inconnu de plus, dans cette masse grouillante d'insectes dégoutants.
Je soupire, je m'ennuie, seule avec mes pensées, face à un comptable un peu trop enthousiaste à mon goût. Quoi que je le comprend, moi aussi si j'étais face à beauté si transcendante, je ne pourrais que me trémousser, chercher à lui plaire, à captiver son attention. Mais, moi, vu que je me retrouve parfaitement dans cette description, je ne peux que me sentir éreinté de retrouver tel comportement, à chaque fois que je rencontre un être inférieur. Mes pensées vagabondèrent vers celui qui se nomme Kenji Uchiha. Lui, a de la prestance, on voit qu'à défaut d'être mon égal, il s'en rapproche plus que tous les autres ...


-Demoiselle Mina ..?

Il interrompt mes rêveries, je porte un regard las sur lui, bien qu'empreint d'un certain charme.

-Oui, sieur Arahi ?
-Je croyais que je vous avais perdu, vous préférez que nous finissions plus tard ?
-Oh non, je ne voudrais vous déranger ... Continuez. dis-je, petit sourire en coin.
-Je m'en voudrais terriblement de vous déplaire, vous savez ...
-Oh, sieur Arahi comment pourriez vous me déplaire ?

J'éclate d'un petit rire cristallin, si charmant à l'oreille, et posais mon coude sur la table, appuyant ma joue contre ma main.

-Continuez, j'insiste.
-Bien, alors, comme je disais, les dépenses ...
-Toi dégages.

Cette voix désagréable, familière ...
Le singe.
Que fait-il, ici ? Ce n'est pas son domaine, il devrait être dans la fange dans laquelle il se roule habituellement. Petit air de surprise imprimé sur mon visage. Je reste dans la même position, le suivant du regard. Le comptable se lève, et s'interpose.


-Comment, pour qui te ...

Il faut avouer que ce coup de poing a eu le don de me faire sourire. Même, j'aurais ris à gorge déployée, si cela n'aurait pas été mal vu. Je me rattraperai, chez moi, à mes appartements. J'aurais tout le temps pour remémorer cette scène ô combien hilarante, poing qui s'abat sur son visage, chute sur la table voisine, regards indignés, presque effrayés des porcs assis à celle-ci ... Tellement grotesque.
Je porte ma tasse aux lèvres, sorbe un peu du liquide ardent. La température est toujours la même. D'un geste las, je la repose. Et porte mon attention sur le singe ... Hakai qu'il se nommait, si je me souviens bien. Il devrait considérer cela comme un honneur, que je me souvienne de sa personne insignifiante, mais, tout arrogant qu'il est, il ne pourra jamais l'avouer. Alors qu'il le sait parfaitement.
Regard las, alors qu'il tourne autour de ma table. A quoi joue-t-il ? Il n'essayerait quand même pas de m'intimider, non ? Quoi qu'en s'intéressant un temps soit peu à leur comportement, cela ne serait même pas étonnant, un comportement aussi stupide. Comme si on pouvait m'intimider, moi. Pff, pathétique sous-être.
Sa voix résonne. J'éclaterai de rire, mais je devais garder une attitude digne et mesurée. Tout son contraire, en somme. Je me contente de le regarder d'un air las, avant de reporter mon attention à ma tasse. Je sens le regard de toute l'assemblée porté sur nous, et ça ne déplait pas, ça montre à quel point je suis belle, importante, puissante.
Puis, il approche violemment son visage du mien, s'arrêtant à quelques centimètres du mien. Envie de lui déchirer le visage. Il parle, et moi je me contente de le regarder d'un air tout simplement épuisé, comme si son comportement était semblable à celui d'un enfant surexcité, à qui il ne fallait pas porter beaucoup d'attention.


-Tout simplement parce que je ne souhaitais rien de tout ça, pourquoi tu t'entêtes à croire que ce que tu sais à tant d'importance ?

Je laisse mes paroles s'insinuer dans son esprit, plaisir sauvage, avant de me lever.

-Si je puis prendre congé, je dois aller expliquer à Seigneur l'Ancien pourquoi son maître-comptable se trouve indisposé. Passez une douce journée, sieur Uchiha.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Jeu 17 Sep - 23:28

-Tout simplement parce que je ne souhaitais rien de tout ça, pourquoi tu t'entêtes à croire que ce que tu sais à tant d'importance ?

Hakai n’en croyait pas un mot. Il repensait à sa tentative manquée de pénétrer mon esprit avec le pouvoir de son sharingan. Elle était spécialiste en genjutsu et elle avait tenté d’en profiter. Si Hakai n’avait pas réagi immédiatement il aurait tombé dans son piége et seul dieu savait se qui lui aurait arrivé. Mais il n’était pas venu la voir pour se disputer une nouvelle fois. La dernière fois l’avait…atteint. Il avait frappé l’autre tarré juste par pure jalousie et provocation.

-Si je puis prendre congé, je dois aller expliquer à Seigneur l'Ancien pourquoi son maître-comptable se trouve indisposé. Passez une douce journée, sieur Uchiha.

Sieur Uchiha était un peu déçu, il regrettait l’époque ou c’était le beau Uchiha. Mais il l’avait cherché, il avait osé la traiter, lui manquer de respect et pire, la faire pleurer. Jamais Hakai n’aurait croire un jour faire pleurer une femme. C’était tellement traumatisant pour lui qu’il lui faudra pas mal de temps pour qu’il se pardonne. Mais pour le moment il voulait se faire pardonner. C’est pour cela qu’il saisis gentiment le poignet de Mina alors que celle-ci s’apprêtait à partir.

[Hakai] « Je voudrais…. Je voudrais que l’on parle un peu. »

Hakai était gêné mais arborai un visage si coupable que la jeune femme ne pouvait refuser. Elle se laissa alors entraînais dans le sens inverse. Ils reprirent le chemin de la fête foraine. C’était la que les vrais sentiments d’Hakai étaient nés. Il espérait que leur retour en ce lieu ferait remettre les choses en ordre. Ils marchaient l’un à côté de l’ordre sans dire un mot. Mais il devait ce lancer, elle avait probablement autre chose à faire et ce balader avec lui devait la mettre en rogne.

[Hakai] « Je…Je veux m’excuser pour l’autre jour. Je me suis emporté. C’est de ma faute désolée. »

Il ne savait pas si il devait aimer ou détester son regard mais elle le fixait sans cligner des yeux. Elle semblait boire mais parole. Oui, Hakai était entrain de s’avouer vaincu mais comme je l’ai dit auparavant, un homme ne peut vivre sans une femme. Hakai devait mettre leur histoire au clair. Soit ils se quitteraient pour toujours aujourd’hui ou alors ils recommenceraient leur petit jeu de flirt. Ils étaient une nouvelle fois arrivaient devant le jeu de quille ou Hakai avait gagné une peluche mais il était trop tôt pour que les foraines ouvrent leur attraction.

[Hakai] « Dans ta hâte tu as oublié ta peluche chez moi. J’espère que tu en veux encore. »

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Lun 21 Sep - 0:42

Encore une fois, dans cette rue, avec cette troupe de saltimbanques et autres déchets de la société ...
Pourquoi ai-je donc acceptée de suivre l'autre inutile ? Pourquoi ?
Je ne sais pas vraiment, par ennui pure sûrement, je ne vois d'autre explication rationnelle. Sinon, pourquoi, moi, une fois à la porte de sortie, prête à voir l'Ancien pour lui faire part avec une joie mal-dissimulée ce qui est arrivé à son fonctionnaire, qu'il était arrivé, plus vite que je ne l'aurais imaginé, à mes cotés, m'avait saisi le poignet à m'en faire mal, même si je ne doutais à aucun moment que, brute stupide qu'il est, cela devait ressembler plutôt à de la douceur ... Ange magnifique, étincelant que je suis, j'ai un tel don pour comprendre ces sous-êtres si différents de ma personne divine ... Je m'admire, tellement.
Bref, j'ai senti qu'il allait craquer, je souhaitais donc, dans ma plus grande miséricorde, être là pour assister au moment fatidique. Pour porter le coup qui l'achèverait à coup sûr, bien entendu. A quoi d'autre vous attendiez vous, sérieusement ?
Vous comprenez maintenant pourquoi, après avoir acceptée de le suivre, je me retrouve en ce lieu hautement détestable.

Je regarde un étang d'un air un peu absent, me demandant quelle folie m'avait poussée à l'accompagner ici ...
De plus, le temps coule, coule, et s'écoule, comme l'eau qui s'échappe de cette surface aqueuse vers un petit ruisseau en contre-bas, et l'Ancien est sûrement déjà au courant de la "petite scène" au restaurant ... Et à l'heure actuelle, qui me dit qu'il n'y a personne qui me guette, espion à son service ? Je dois redoubler de vigilance ... Surveiller mes mots d'autant plus ... Si il me surveille en ce moment même, il faut que ... que je lui montre que ça n'a pas été inutile. Je ne peux prendre de risque, moi reine parmi les reines, beauté transcendante et sans égal ... Oui, je vais ... agir ainsi.
Pendant mes réflexions, sa voix s'est élevée pour se répandre en excuses, voix tellement insignifiante qu'elle n'a même pas coupée court à ma préparation ... Il est pathétiquement si prévisible, mais, malheureusement, j'allais devoir me le coltiner encore un moment. Mais bon, un animal de compagnie, pourquoi pas après tout ? Si son entretien n'était pas coûteux ...

Bon, la façon avec laquelle j'allais organiser ça ... M'assurer a loyauté indéfectible de cette pauvre bête abandonnée des Dieux. Mais que moi, clémente et magnifique ange, allait recueillir. Regard insondable, je le contemple pendant de longues, très longues minutes. Avant de me retourner vers l'étang, un sourire étrange se dessinant sur mes traits, crocs se dévoilant légèrement.


-Cela me va. dis-je tout simplement, voix voilée.

Il est juste à coté de moi, en face de l'étang. Je passe mon bras autour de sa taille, dans un geste qui aurait pu paraître amoureux ... Si je ne l'avais pas poussé impitoyablement à l'eau, gerbes liquides me mouillant légèrement le visage. Éclat de rire enjoué, regard malicieux, je me met à distance prudente, pour pas qu'il riposte, par exemple, en m'entraînant dans la fange dans laquelle il se trouve, et, dans laquelle imperceptiblement il se roule dans son quotidien.
Petit clin d'œil suggestif, nouveau rire cristallin, carillon du verre le plus pur.


-Nous sommes quittes maintenant, je reprendrai contact avec toi, ô bel Uchiha !

Et je m'enfuis en courant, comme une petite fille qui ne souhaite être punie pour sa bêtise accomplie.
Je me dégoute quand je suis obligée de me comporter ainsi, mais, je sais que ce n'est que provisoire, que moi, nouvelle Déesse qui prendra bientôt place au Panthéon, les supprimera tous, tous ceux qui m'ont obligé à ne pas être celle que je devrai être ...
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Sam 10 Oct - 16:05

Mina (Uzumi) : +45 XP
Hakai : +30 XP
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Lun 26 Oct - 16:45

C’était un de ces jours ou tout allez bien. La guetté planait sur le village et sur Hakai. Il marchait tranquillement dans la rue en sifflotant. Ce matin là, il avait prit le temps de correctement se fringuer. Il avait serré son bandeau frontal de façon que ses cheveux tombe en pique. Il avait poli sa ceinture ou un magnifique « Free » était gravé. Son bandeau ninja était serré autour de son imposant biceps. Bref, la classe.

Il avait décidé de se rendre à la fête foraine. De prendre du bon temps. Hormis une après midi avec Taka, il n’avait pas vraiment eu de temps à lui. Devant sans cesse s’entraîner pour progresser au sein du clan. Cela commençait même à lui monter à la tête. Il en avait presque fait une priorité alors que ce connaissant Hakai saurait qu’il s’en foutait royalement de l’avis d’un domaine. Du moment qu’il avait de quoi vivre, de quoi aimer et de quoi se battre. Mais que voulez vous, le bourrage de crâne fait parfois son effet. Heureusement il y avait Taka qui l’attachait à autre chose que le domaine du cygne. Avec cette relation, il avait la possibilité de bâtir un pont entre les domaines. Ces deux personnes voulaient réunir les domaines sous l’éventail. Hakai ni avait pas pensé lors de leur rencontre mais un mariage entre deux membres de chaque domaine ne pouvait que les rapprocher un peu plus. Après tout, combien de fois dans l’histoire avons-nous entendu que tel contré à fusionné avec tel pays grâce au mariage ?

Hakai changea de penser. Il ne voulait pas que Taka devienne une véritable obsession. Elle l’était déjà assez comme cela. De plus celle-ci était en mission, loin du village. Inutile que le jeune homme se torture avec cela. Il se concentra plus sur les nombreuses attractions qui s’offraient à lui. Il y avait de nombreux stand. Hakai semblait retomber en enfance. Lorsqu’il voyageait avec l’école du renard. A l’époque il était libre de faire ce qu’il voulait. Il ne s’en était privé d’ailleurs faisant chaque stand, chaque boutique qu’il croisait. Aujourd’hui c’était fini. Il passerait pour un attardé. De plus malgré lui, il avait la réputation d’un domaine à préserver.

Cependant malgré toute son envie de résister à la tentation, il ne pu s’empêcher de rejoindre un stand ou la détresse d’un gamin l’avait interpellé. Le pauvre… Il chialait juste parce qu’il n’arrivait à lancer sa balle assez fort sur les boites de conserves. Le gamin faisait peine avoir et c’est sûrement la raison pour laquelle Hakai intervint.

[Hakai] « Du calme. Pas la peine de chialer. Ce n’est qu’un jeu petit. »

Le gosse le regardait les larmes aux yeux, un visage si ébouriffé qu’il était méconnaissable. Hakai ne pouvait rester neutre à un tel supplice.

[Hakai] « Je présume qu’un lot t’intéresse. Je vais t’aider alors. »

Hakai glissa sa main sous celle du gamin. Celui-ci ne le savait pas mais la balle qui venait à l’instant de percuter les boites de conserves les faisant tomber l’une après l’autre sur le sol avait été tiré grâce à Hakai. La main du gosse avait simplement était le support.

[Hakai] « Tu vois avec un peu plus de confiance, on arrive à tout. »

Un clin d’œil et il reprenait son chemin. Ce n’était pas la première fois qu’il venait à cette fête foraine mais à chaque fois c’était un moment de pure merveille. Il était ébloui par la guetter que le peuple montrait en ce lieu. C’était toujours formidable pour Hakai de se trouver dans pareil endroit. Il pouvait ainsi se sentir mieux car il était souvent infecté par son environnement. Bien souvent, il faisait le show pour divertir le monde mais aujourd’hui il ne semblait en avoir besoin.


Dernière édition par Hakai Uchiha le Sam 14 Nov - 14:27, édité 2 fois

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Mar 27 Oct - 1:05

Pour une fois il ne faisait ni trop froid, ni trop chaud et il ne pleuvait pas. On aurait dit un après-midi d'été. Au fait, c'est l'été ou l'hiver ? Ying n'avait pas vraiment l'habitude de regarder le calendrier ou les saisons alors, elle ne savait pas quel jour et quelle saison il était. De plus, l'étudiante avait oublié de regarder l'heure avant de partir... Mais c'était une excellente journée pour se rendre à l'académie.

*je vais faire semblant de me perdre...*

Ying n'avait pas la moindre envie d'aller à l'académie... Un peu comme toujours. De toute façon, elle n'avait pas l'intention de gâcher une aussi belle journée. Lorsqu'elle était partie de chez elle, Loraz était en train de se battre contre un rat affamé qui était sortie du salon. Donc, Ying avait pu partir sans que celui-ci s'en rendre compte et se mettre à crier. Loraz avait souvent tendance à croire qu'il est toujours un humain ou parfois on avait l'impression qu'il croyait être le dieu des dieux. Mais malheureusement pour lui il n'était qu'un rongeur comme les autres. La seule différence c'est qu'il pouvait parler. Mais cela était dû au fait qu'il avait déjà été humain et qu'à sa mort il avait « ressuscité » en rongeur.

Lorsque Ying pu apercevoir l'académie elle changea presque instantanément de direction. Elle avança sur une rue, sur une autre, tourna à gauche, à droit... Jusqu'à ce qu'elle vit une espèce de fête ou un truc du genre. Sa ressemblait à une fête foraine. Depuis quand y a-t-il des fêtes foraines à Konocha ? Surement depuis un bon moment à n'en voir les gens qui connaissent son existence.

Ying regardait les stands, il en avait tellement. Il y avait des enfants qui couraient un peu partout. Il avait l'air de bien s'amuser, mais leurs parents ne devaient pas être des plus heureux... Voir leurs argents s'envoler pour des trucs inutiles que leurs gamins vont se servir seulement un jour ou deux. Après, ils vont le laisser pourrir dans un coin ou le jeter... C'est souvent ce qui arrive au grenouille verte des stands, mais jamais au petit chiot. Ils sont bien trop mignon.

Après avoir marché au moins cinq minutes à regarder un peu partout elle s'arrêta. Elle avait l'impression de ne pas exister, personne ne lui parlait ou la regardait. Alors, elle décida d'y aller en premier. Derrière elle il y avait que des enfants donc, ça ne valait pas vraiment la peine d'aller par là. Un peu plus loin il y avait un gars au cheveux noir, un bandeau sur le front... Oui, il avait la classe.

Ying se dirigea vers lui faisant comme si elle allait au stand juste derrière, pour ne pas qu'il remarque qu'elle venait vers lui. Mais elle savait déjà qu'elle était pour faire sa "perdu" pour engendrer une conversation.

* J'vais avoir l'air d'un dingue... Et puis tempi ! Il faut faire des sacrifices dans la vie.*

[Ying] Hey salut, toi ! Je suis perdu tu peux m'aider ? S'il te plaît.

Ying avait un peu peur de la réaction de l'inconnu, mais elle ne le laissa pas paraître en le regardant avec un joli sourire.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Sam 31 Oct - 19:03

Avait il vraiment envie de faire le guide aujourd’hui ? Cette fille, il ne la connaissait et il faut dire ce qui est, elle ne l’attirait pas. Hakai voulait se faire plaisir en cette belle journée. Faire le guide pour une jeune fille sortie de nulle part ne lui apporterait pas grand-chose. Mais refuser ne lui apporterait que des emmerdes. De plus il n’était du genre à envoyer paître les gens juste parce qu’il voulait prendre du bon temps.

Mais en ce moment il avait le domaine sur le dos. Trop sanguin, trop rebelle… Peut être bien. Mais Hakai faisait des efforts. Il voulait être reconnu, enfin avoir tous les droits qui devaient lui être acquis. Et pour cela, il devait passer par un entraînement draconien. Plus de place pour les balades ou toutes autre activités reposante. Après tout, en avait il vraiment envie ? La vie d’un shinobi tournait exclusivement autour d’une seule chose, le pouvoir. Qu’il souhaitait le pouvoir pour ses ambitions personnel ou bien pour un village, sans cela, il ne pouvait rien. Dans son cas c’était plus le pouvoir pour quelqu’un…

Mais finit de rêvasser. Elle était la. Il la regardait de ses yeux grisâtres comme pour prouver sa différence par rapport au autre Uchiha. Il se massa la nuque puis il afficha un sourire. Il voulait détendre l’atmosphère. Certes il appartenait à un clan dont la réputation n’était plus à refaire mais il n’en était pas moins un homme courtois.

[Hakai] « Voila une requête que je ne peux refuser. »

Il tendit respectueusement la main comme pour se présenter. Puis il se baissa devant la jeune fille. Et bin… L’éducation commence à faire effet.

[Hakai] « Je suis Hakai Uchiha. J’accepte d’être ton guide. »

Par ou pouvait il commencer ? C’est la fête foraine n’était pas si grande. Et puis malgré son air sympa, Hakai ne venait pas si souvent ici. Il préférait passer de temps à autre, regarder les gens joyeux se divertir avec quelques pièces. Hakai avait passé se cap lorsqu’il était rentré au domaine. La vie d’Uchiha avait également ces mauvais côtés. Mais on vivait avec. Apres tout, les avantages étaient également intéressants.

Pour l’heure il lui demanda de le suivre. Lui faire voir les merveilles de cette fête ne devait lui être bien compliqué. Elle semblait être encore dans un age ou on s’amusait encore et non la où on ne pense qu’au pouvoir. Quand on y pense, les moments de détente comme ce jour la au parc était plutôt rare. Autant profiter de cette journée avec cette inconnue. D’ailleurs Hakai ne lui avait demandé son nom, qu’importe. De toute manière la visite ne durerait longtemps.

A leur gauche se trouvaient les différents vendeurs de bonbon et de viennoiserie en tout genre. Il était inutile de décrire cela, elle n’était point aveugle ni folle, enfin il espérait. Il continuée donc en regardant à leurs droite.

[Hakai] « Je ne suis venu que quelque fois mais on a vite fait de faire le tour. Ici c’est principalement les jeux pour enfant de bas age. Le genre de pêche au canard, de tire ficelle. Bref je ne te vois pas trop traîner par ici. A moins que tu es un petit frère ou petite sœur. »

Au fur et a mesure qu’ils s’enfonçaient dans la foire, plus les attractions proposé étaient plus chère mais plus amusante. Hakai s’était une fois risquée au jeu de balle pour Mina. Mais depuis rien, il n’en avait l’envie de toute façon.

[Hakai] « Ici tu peux trouver des jeux qui devraient te plaire, enfin je pense. Tu as des questions ? Où tu veux aller dans un endroit en particulier ? »

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Dim 1 Nov - 20:31

Après quelques secondes, Ying commença réellement à se demander si faire sa perdu était une bonne idée. À bien regarder personne ne pourrait se perdre dans un endroit pareil. Sauf peut-être les petits enfants, mais la plupart sont accompagnées de leurs parents. Donc, même à ça, c'est rare dans voir qui sont perdus.

L'étudiante s'apprêta à changer de sujet en lui disant que c'était vraiment bien comme endroit ou un truc du genre... Mais juste avant qu'elle ne commence à parler celui-ci afficha un sourire avant de lui répondre.

[Hakai] « Voila une requête que je ne peux refuser. »

[Ying] Euh... Bien sûr que tu peux refuser...

C'est tout ce qu'elle trouva à dire. Ying était surprise de voir qu'elle n'avait pas été ignorée ou rejetée. Ce gars n'avait aucune raison d'accepter, mais il l'avait fait. Il devait vraiment être quelqu'un de bien.

[Hakai] « Je suis Hakai Uchiha. J’accepte d’être ton guide. »

Il l'avait vraiment prit au sérieux ? Ying resta sans mot. De plus, c'était un Uchiha. Elle ne savait pas exactement qui était les Uchiha, mais elle avait déjà entendu leurs noms quelque part donc, ils devaient être un clan assez important dans Konoha. Plus important qu'une simple famille comme les Niwa c'est certain.

Lorsque Hakai lui demanda de le suivre celle-ci n'hésita pas et le suivi sans rien. De toutes façons, qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui dire ? Il allait surement la prendre pour une folle lorsqu'il apprendra que Ying lui avait dit ça seulement pour avoir une défaite pour lui parler.

D'un coter Ying put apercevoir des boutiques de sucreries et de bonbons. Les amis des caries, quoi. Elle se retourna alors, lorsque Hakai commença à lui expliquer ce qui se trouvait de l'autre coter. Ying voyait bien que cet endroit était remplit de gamin énerver qu'y pense qu'a s'amuser. La plupart devait avoir environ six, sept ou huit ans.

[Hakai] « Je ne suis venu que quelque fois mais on a vite fait de faire le tour. Ici c’est principalement les jeux pour enfant de bas age. Le genre de pêche au canard, de tire ficelle. Bref je ne te vois pas trop traîner par ici. A moins que tu es un petit frère ou petite sœur. »

Ying fit un signe positif de la tête avant qu'il ne reparte continuer la visite. Elle affichait un air angoissé. En marchant Ying remarqua que les jeux plus loin avait l'air moins enfantin que les tous premier.

Il y avait même une vieille dame tout ridé qui jouait dans un stand. Le jeu consistait à donner un coup de marteau en caoutchouc sur un rond pour déterminer sa force. Malgré son âge avancer, cette femme avait de la force ! En tout cas, cela enlevait le gout de l'attaquer.

[Hakai] « Ici tu peux trouver des jeux qui devraient te plaire, enfin je pense. Tu as des questions ? Où tu veux aller dans un endroit en particulier ? »

Ying hésita un moment puis se gratta la tête, perplexe de ce qu'elle allait dire. Après quelque seconde réflexion elle finit par répondre :

[Ying] je ne sais pas... Mais.. Euh... Tu ne me croiras jamais parce que, En fait, je ne suis pas réellement perdu. C'était seulement pour avoir une raison de t'adresser la parole... Alors, désolé. J'espère que tu ne m'en veux pas trop... Mais bon, je m'appelle Ying Niwa.

Ying regarda un peu autour d'elle, avant d'essayer de changer de sujet :

[Ying] Belle journée, hein ? J’ai entendu dire que... Que... Dans les journées comme cela c’était exactement comme les autres jours...

* Je ferais mieux de me taire là parce que je suis entrain me caler, j'ai l'impression. J'vais passer pour une folle avec tout ça. Bon alors, quoi dire dans un moment pareil ? J'en sais rien ! *

Ying lui sourit en espérant qu'il ne soit pas fâché et avec de la chance il n'est pas dû genre à en vouloir aux gens pour si peu.

[Ying] tu as un bandeau ninja ? Alors, ça veut dire que tu es ninja. Tu es quel grade ? Moi je suis aspirante.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Sam 7 Nov - 18:38

Le temps commençait vraiment à faire long ici. Hakai avait du boulot qui l’attendait. Des enchaînements à apprendre. Accroître sa puissance pour ses rêves, pour ses envies et pour les autres. Toute sa vie, Hakai s’était battu pour les autres. Il avait volé pour les autres et il mourra probablement pour les autres. Par moment il s’imaginait mourir bêtement en mission prit dans une embuscade de brigand et dans d’autre cas il s’imaginait s’interposer entre l’ennemie et l’un de ses élèves recevant le coup mortel. Mais le pire était de mourir sous les yeux de sa belle… Ce devait être une image terrifiante. Cette image…Taka l’avait vu et elle avait eu tant de mal à s’en remettre. Il ne souhaitait vivre la même chose ou refaire vivre cela.

Mais il se concentra sur la fille à ses côtés. La visite était terminée à présent. Ils avaient du faire cent mètre à pied environ. Comme il avait dit, la fête foraine n’était immense. Elle était plutôt minuscule à côté des véritables fêtes qu’avait pu assister Hakai. Ayant fait le tour du pays du feu, celui-ci avait eu la chance de découvrir tant de chose. Il avait aimé cette vie et il aimait le présent. Il n’avait certes encore rien accomplit mais depuis la découverte de ses origines il y a de cela deux ans, il avait appris des jutsu qu’il n’aurait jamais pensé maîtriser, des enchaînement qu’il ne pensait exister. Bref, après s’être rebellé contre l’autorité du clan, il se rendait bien compte qu’il avait un besoin vital de ce clan et qu’il lui devait bien cela.

La foule continuait à bouger alors que les deux acolytes eux étaient immobiles. On aurait pu croire deux poteaux se fixant. Mais il fallait bien que l’un d’eux parle. Hakai n’avait plus beaucoup de temps à consacrer à cette fille. Même si il aimait faire de nouvelle rencontre celle-ci tombait plutôt mal.

[Ying] je ne sais pas... Mais.. Euh... Tu ne me croiras jamais parce que, En fait, je ne suis pas réellement perdu. C'était seulement pour avoir une raison de t'adresser la parole... Alors, désolé. J'espère que tu ne m'en veux pas trop... Mais bon, je m'appelle Ying Niwa.

Pour aborder ? Oui, c’est vrai que ce faire passer pour une perdue pour aborder quelqu’un relevait de la folie mais Hakai n’en tint compte. Après tout si elle avait agi ainsi c’était certainement par timidité. Pour dire vrai. Hakai l’était un peu également. Mais sa grande carrure, ses muscles développé et son appartenance au clan l’avait toujours permit de parler comme bon lui semblait. Mais rare étaient les timides à avoir autant de chance. Certain pouvait le rester pour toujours et d’autre avait la chance de faire les bonnes rencontres.

[Ying] Belle journée, hein ? J’ai entendu dire que... Que... Dans les journées comme cela c’était exactement comme les autres jours...

Hum ?? Bon elle s’enfonçait la. Dans ce cas il fallait mieux rester silencieux ma fille. N’essaye pas d’enchaîner un sujet, c’est le meilleur moyen de t’emballer. Hakai affichait un sourie en regardant la fille s’emballer seul. Mais enfin elle reprit son souffle. Allez profite s’en pour aérer ton cerveau, remet tout cela en place et ressaisi toi. A enfin elle débuta un sujet de conversation intéressant. Hakai sourit et posa d’un geste amical sa main sur la tête de la jeune fille. C’était un geste qu’il ne faisait qu’avec les gens qu’il aimait. Sa sœur, son frère ou même Taka. D’un certain côté il se sentait un peu proche de la cette fille aillant le même problème de timidité. Mais lui avait s’eu y remédier en parti.

[Hakai] « Ying… Jolie nom d’ailleurs. Je suis genin. »

Il sourit une nouvelle fois et enleva sa main du sommet du crâne.

[Hakai] « Ecoute ne te laisse pas déstabilisé par ton opposant. Je suis certes un Uchiha mais pas moins un homme comme les autres et pour couronner le tout je suis également un grand timide. Bref simplement pour te dire de ne pas avoir peur. Je vais devoir te laisser par contre. Enfin si tu n’as pas autre chose à demander ou dire ? »

MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Lun 9 Nov - 1:14

À la plus grande surprise de Ying, Hakai lui sourit et mit une main chaleureuse sur sa tête. Il avait l'air d'être protecteur envers les plus faibles. Un peu comme elle avec Azumi, la fillette qu'elle avait rencontré hier au source chaude. Mais une voix bizarre l'avait déconcentré durant qu'elle apprenait l'art de marcher sur l'eau à son amie. C'est énervant de constater que des voix imaginaires se donnait le droit d'insulter. Ce n'était peut-être pas une insulte comme tel, mais le fait de dire qu'elle ne serait jamais une Niwa à par entière est tout de même offensant. Non, mais ! Comme si les non-existants avait droit critiquer. Si Ying l'aurait vu elle lui aurait donné un bon coup de pied dans l'air ! Mais puisque qu'il est fait en air ça n'aurait rien donné...

Ying lui souriait aussi, mais n'osait pas commencer à parler en s'emballer encore plus que tout à l'heure. Le mieux était de rien dire et attendre pour ne pas dire n'importe quoi. Il est vrai que Ying est un peu timide, mais ça dépend des jours. Enfaîte avant elle ne l'était presque pas et quand elle l'était ça paraissait peu. Mais depuis quelques temps Ying ce préoccupe beaucoup plus du jugement des autres à son égard. Certainement parce qu'elle avait constaté que son enfance était terminée et que maintenant il fallait qu'elle devienne forte. Donc, Pour cela elle devait s'entraîner et s'amuser n'était plus dans ses projets.

[Hakai] « Ying… Jolie nom d’ailleurs. Je suis genin. »

Les yeux de la jeune fille s'illumina. Il était genin ! Depuis tout à l'heure elle était avec un vrai ninja, un vrai de vrai. Qui faisait partie d'un clan comme les hyuuga. Surement une sorte de cousin éloigné pensa-elle. Mais en fait ce que Ying ignore c'est que c'est deux clan ne son pas de famille du tout. Mais bon elle sans fiche pas mal pour elle, qui soit uchiha ou hyuuga ne change pas grand-chose... T'en qu'elle n'a pas à l'affronter.

[Hakai] « Ecoute ne te laisse pas déstabilisé par ton opposant. Je suis certes un Uchiha mais pas moins un homme comme les autres et pour couronner le tout je suis également un grand timide. Bref simplement pour te dire de ne pas avoir peur. Je vais devoir te laisser par contre. Enfin si tu n’as pas autre chose à demander ou dire ? »

[Ying] Non, mais j’aimerais te remercier pour tout. Tu es vraiment quelqu’un de bien et j’ai bien aimé avoir la chance de te rencontrer.

Ying avait envie de lui demander qu'est-ce que c'était un Uchiha exactement, mais c'était un peu indiscret et cela ne la regardait pas le moindrement. De plus, il devait partir alors, L'étudiante préférait ne pas le déranger plus longtemps. Elle se sentait déjà mal de lui avoir fait perdre son temps...

[Ying] Alors, je vais y aller. Mais est-ce qu'on se reverra un jour ? [elle prit une pause de quelques secondes.] En tout cas je l'espère... Bon et bien passe une bonne journée, Hakai.

Ying lui sourit une dernière fois avant de partir tranquillement vers la sortie de la fête forain. L'après-midi était sans doute bientôt terminé. La rencontre avec Hakai n'avait pas duré très longtemps, mais normal puisque une visite guidée d'une fête forain, de cette grandeur, ne dure jamais bien longtemps et le genin avait d'autre chose à faire. Il avait déjà été bien assez généreux de lui consacrer tout ce temps.
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   Dim 15 Nov - 22:38

Hakai : +11 XP | Bonus Genin compris
Ying : +9 Xp |
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En route pour la fête foraine   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Allez hop, en route pour l'aventure ! ♪
» En route pour la fête foraine
» Le 09 juin... En route pour les plaquettes...
» En route pour les havres gris ...
» En route pour la gloire (sujet fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-