Partagez | 
 

 [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   Dim 13 Sep - 18:35

Cette situation me laisse un arrière-goût de déjà vu, je me demande bien pourquoi ...
Devant le panneau d'affichage. Je regarde l'horaire de mon prochain cours, comme il y a quelques jours, en fait.
Sauf que là, je me retrouve en robe. Oui, je sais, en robe ... Ce n'est pas l'idéal, je sais, je ne me sens que peu à l'aise, je le sais aussi, après tout, je n'ai pas l'habitude de porter ce genre d'habillage. Mais c'est Motoko-chan qui me l'a offerte, quand nous étions allées chercher des fringues ... Une robe simple, sans manches, d'un bleu ciel. Elle la trouve si belle, et moi, j'aime tellement la voir sourire, c'est la moindre des choses que je peux faire pour elle, la porter, je ne peux rien lui refuser, et j'aimerai tant en faire plus ...
Devant le panneau d'affichage, toujours. Regard qui s'était perdu dans le néant. Je le regarde avec plus d'intérêt que je ne le devrai, afin de rattraper le temps perdu. A vrai dire, je cherche à savoir quel serait mon enseignant, espérant que Mr T. ne le soit pas ... Enfin, je n'ai aucune animosité envers lui, il est très agréable comme peluche pelucheuse, je n'ai rien à redire là dessus, mais depuis la dernière fois que je suis allée en cours ... Disons que j'ai cette angoisse d'être suivie par ses soins ... Étrange, non ? Ridicule, même.
J'éclate de rire assez discrètement, je ne tiens pas à ce que l'on me regarde bizarrement. Oui, je n'ai pas à m'inquiéter, ce n'est rien, juste le produit de mes folles lubies.
Ce n'est pas la peluche qui sera mon enseignant, selon mes lectures, mais un dénommé Gengoemon, Habaki Gengoemon ... Peut-on le qualifier de "normal" ? Quoique, après avoir suivi un cours magistral avec une peluche pour interlocutrice, tout ne peut paraître que normal ... A moins qu'il n'y ait des personnes encore plus tordues à l'Académie, ce qui ne m'étonnerai guère. Cela a bien changé, depuis mes quatorze ans.
Je soupire, si lasse.
Cours de Suiton, je grimace à la vue de ces mots.
La seule fois que j'en avais fait, c'était pour cracher de l'eau ... Bon, je réussissais à déverser plusieurs litres d'eau, certes, mais, il y avait des enfants de dix ans qui arrivaient à faire mieux ... plus d'eau, plus loin ... C'est depuis ce jour là que j'avais refusée de continuer les entraînements en rapport à cet art. J'étais capricieuse à l'époque ... Mais bon, au moins, je n'avais pas totalement perdue la pratique, enfin, pas totalement est un bien grand mot, pour la petite fille que je suis ... Je ne réussis plus qu'à faire la fontaine, un petit jet d'à peine une dizaine de centimètres ... Je passe ma main sur le visage, avec lassitude. Je ne dirai rien, vraiment, vraiment rien ...
Bon, l'amphi désormais, voyons voir quelle est la salle ...
... Pardon ?

Couchée sur l'herbe, regardant le ciel limpide.
Une impression tout sauf agréable qui m'envahit. L'impression que l'on s'est moqué de moi. Quinze minutes que j'attendais, et toujours personne à l'horizon et au-delà. Pourtant j'ai demandée au responsable des terrains, qui m'a confirmé, certifié que c'était bien ce terrain, que le Professeur Gengoemon avait réservé... Alors pourquoi, pourquoi, me retrouvais-je donc plus seule que l'astre lunaire lorsque les ténèbres profondes voilent ses sœurs cadettes, les étoiles ..? C'est insensé.
Lassitude, quand tu nous envahis ...
Je ferme les yeux, afin de jouir de la brise léchant mon corps, du clapotis des poissons dans leur élément, du bruissement des feuilles juste au-dessus de moi ... Feuille descendante, prenant place sur mon visage. Souffle qui l'en déloge, petit sourire en coin. Regard qui suit sa trajectoire, jusqu'à ce qu'elle frôle les flots et s'y enfonce ... La Déesse l'a décidé ainsi, je passerai la journée à me prélasser en ces lieux, puisqu'après tout, ce n'est pas comme si cela me déplaisait. Un lac juste en face, aux eaux assez claires, à même pas quelques mètres d'où je me trouve; un arbre à l'ombre imposante, sous lequel j'ai pris gîte, de l'herbe douce, au tact chatouilleux. J'aurais pu tomber plus mal, c'est un fait indéniable et approuvé par moi-même.
Léger sourire.

Quinze minutes plus tard. L'ennui me guette, et rien pour le tromper. Personne n'a souhaité m'honorer de sa présence ... Sentiment de frustration qui m'envahit, vite remplacé par la conclusion à laquelle j'arrivais : Journée libre en perspective. Je souris malgré moi, enjouée. Retourner à l'appart' ? A l'Académie ? Se poser à la terrasse d'un café ? M'entraîner ? Oui, certes, la dernière proposition me tente que très peu, mais, d'un autre coté, j'y suis bien obligée ... Je ne peux, je ne dois relâcher mes efforts. Que faire ... J'aviserai de mes activités une fois au village, si rien d'imprévu se déroule entre temps.
Je me lève, époussète ma robe à laquelle je porte un regard tendre, et me dirige enfin vers la sortie, un dernier regard posé à l'intégralité du terrain, afin de m'assurer que je ne regrette pas tel départ.
Déjà l'entrée s'expose à moi, qu'une personne s'avance à l'intérieur. Une personne que je reconnais, de plus. C'était lui qui avait reçu un morceau de craie au cours de Mr T. Il affiche un air qui veut dire "ouf j'suis pas tout seul". Un petit sourire pour le soulager de toutes inquiétudes ... Il se dirige vers moi, avec ce qui ressemble à plus d'entrain.
Je reste où je suis, attendant qu'il vienne au contact. Trop lentement, à mon goût ... Il prend vraiment trop de temps ... J'ai presque envie de le presser, par des méthodes que je risquerai de regretter ... Je secoue la tête, quelques jours avant cette idée me serait même pas passée par la tête.


-Hey Meloku !
-Bonjour ... heu ...
-Appelles moi Kageno, bien ?
-On peut dire ça, oui, toi ..?
-Aussi ! Chouette robe, elle te va bien.


Petit sourire qui se dessine sur mon visage. Motoko-chan a du goût, c'est un fait avéré. Sentiment de bien être.

-Une amie qui me l'a offerte ... Mais tu m'expliques ça ?
-Ca ?
-Bah, ça ...
-La précision ça te tue pas, ça se voit direct.


Je fronce les sourcils, un peu véxée. Il me sourit en retour.

-Je plaisante héhé, sinon, c'est le cours de Gengoemon, ça, tu devras t'y faire.
-Je vois pas trop ce que tu veux dire ...
-Tu comprendras, tu comprendras ...
.

Il éclate de rire, avant de continuer la route.
Air perplexe. Je comprendrai ... Quoi donc ? Qui est ce Gengoemon ..? Pourquoi a-t-il rit face à mon incompréhension ? Etait-il une peluche lui aussi ? Un pot de fleurs ou similaire ?
Il coupe court à mes interrogations, me pressant de le rejoindre par le biais de grands mouvements du bras. Je trouvais cette situation ironique.
Il avait été bien plus lent que moi, à me rejoindre tout à l'heure. Sourire goguenard qui se dessine sur mes lèvres.
Vraiment, quelques jours avant, un tel sourire n'aurait jamais éclairé mon visage, jamais.

MessageSujet: Re: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   Lun 14 Sep - 17:29

C’était le matin, le soleil se levait doucement pour flirter avec le ciel dans cette valse si tendre. Majestueuse boule d’énergie qui était vénérée par certaines personnes. Mais nous étions à Kiri et les petits nuages du matin étaient aux aussi de la partie. Tels des voyeurs sans consciences ils observaient cette douce danse que les cieux se livraient et empêchaient égoïstement les simples être vivant d’en bas de voir ce qui pouvaient se dérouler. Quelques fois ils se moquaient d’eux en les mouillants de leur larme célestes. La petite rosée matinale s’estompait peu à peu sous l’effet d’une brise qui se levait à travers les ruelles. Les chevelures les plus souples s’élevaient dans les airs tels des petits ballots de paille traversant une rue.

Habaki se réveilla durement les yeux encore à moitiés clos. Il se retourna priant que ce bruit intense qui sortait de son réveil n’était qu’un rêve. Et lorsqu’il pensa à cela il cru entendre la voix de sa mère le traiter de rater. Il devait se lever, il devait aller travailler à l’académie. A quoi bon, il était le plus nul en classe et maintenant qu’il était devenu professeur par il ne savait quel miracle, cela n’avait pas changé.

Il souffla et se leva en ronchonnant. Fils d’une famille aristocratique du pays de l’eau il n’avait pas la demeure d’un pal shinobi. Il n’en avait pas non plus le talent. Il jura et s’habilla rapidement avant de s’étirer pour une journée encore aussi désolante que les autres. Il avait prévu un cours de rattrapage sur le suiton pour ceux n’ayant pas eu le temps de connaître les bases de l’art de Kiri. Mais il n’était même pas sûr de maîtriser lui-même ces bases. Il s’était déjà ridiculisé avant l’examen des chuunin en tentant de créer de l’eau. Mais aujourd’hui était un nouveau jour et il était motivé. Il se passa une main dans les cheveux puis se tint les hanches comme un super-héros débarquant devant un champ de bataille. Il sourit et se promit qu’aujourd’hui serait différent des autres jours.

[Habaki] – Habaki ! Aujourd’hui tu seras fort !

Comme chaque matin.

***


Le pas décidé et remplit de motivation il se dirigeait en courant vers le terrain d’entrainement qu’il avait réservé. Piètre professeur qu’il était, cela faisait au moins quinze minutes qu’il aurait du se trouver à l’endroit précisé sur la pancarte de l’accueil. Il se maudit mais ne laissa rien transparaître et préféra continuer à courir plutôt que de pleurer.

Il se présentant sur l’herbe fraiche des lieux. Il n’y avait que deux élèves, deux seuls étudiants avaient réellement besoin de connaître un peu mieux le suiton. Deux élèves et un professeur, car une petite révision de ces notions ne lui ferait pas de mal non plus. Mais il ne fallait pas qu’ils voient qu’il possédait des lacunes. La journée s’annonçait très longue et difficile.

*Je suis prof bon dieu ! Je ne vais pas me laisser impressionner par mes élèves !*

Habaki sortit alors son katana et d’un geste qu’il voulait souples mais qui fut plus maladroit et chanceux, il le planta devant lui. L’herbe encore tendre du matin se laissa facilement dompter par le fourreau du grand katana. Fier, Habaki redressa les épaules et sourit à ses élèves. Son entrée était réussit et même s’il n’était pas un bon professeur, il savait en mettre plein les yeux. Une sorte de fond de teint qui cachait ses défauts. Il prit une voix roque et puissante pour continuer dans la lancée de son entrée.

[Habaki] – Aujourd’hui cours intensif sur le Suiton ! J’espère que vous avez mit vos maillots !

Il sourit et voyant l’air gêné qui régnait tout à coup entre eux. Il comprit que son humour n’avait pas eu l’effet escompté. Il rageait intérieurement et reprit son sabre en faisant quelque pirouette avant de le mettre sur son dos. Il fixa du regard les deux élèves et reprit un ton un peu plus fébrile.

[Habaki] – Aujourd’hui on va essayer… Hum… Vous allez créer de l’eau ! Ce n’est pas merveilleux ? Puis vous la modéliserez selon vos désirs ! Génial. Vraiment…

Il enchaina une rapide série de signe d’un air motivé et posa la main sur le sol avec conviction. Création d’eau, technique du niveau d’aspirant, tout le monde la maîtrise. Il n’y a pas plus facile comme technique que de créer de l’eau surtout pour un ninja appartenant au pays de l’eau et aussi au village de Kiri. Il suffit de se concentrer de sentir cette humidité dans l’air et la terre. Faire en sorte qu’elle parte dans une symbiose parfaite pour ne faire plus qu’un et devenir de l’eau.

Mais il échoua.

Il était accroupit sur le sol une main dans une terre fraiche et un visage complètement déchiré par la déception d’avoir échoué. Mais une idée surgit rapidement dans son esprit. Ils n’avaient peut-être pas remarqué son « petit problème ». Il ne leurs avait pas annoncé ce qu’il allait accomplir. Il pouvait s’en sortir, le roi de l’esbroufe se mettait en action. Il se releva dans de grand geste et sourit à ses élèves en tapant dans ses mains.

[Habaki] – Vous n’avez pas cru que j’allais faire tout le travail ? Allez essayez ! C’est une simple technique d’aspirant. Concentrez vous, ressentez l’humidité autour de vous, mélangeait la ajouté un peu de chakra et la recette sera bonne.

Il exagéra un rire un peu trop fort qui aurait pu faire peur aux deux élèves. Voyant qu’il ne faisait qu’ajouter au ridicule de la situation il obliqua un regard qui se voulait sévère pour leur dire de se dépêcher. Habaki n’était pourtant pas méchant. C’était juste que la vie ne l’avait pas gâté et qu’il était difficile pour lui de répondre aux attentes de ses parents. Il était le plus mauvais des enseignants et des shinobi existant à Kiri. Même ses élèves réussiraient surement du premier coup à créer de l’eau alors que lui se ratait lamentablement. Mais il ne laissa rien transparaître de ses inquiétudes et soucis, préférant se concentrer sur son cours.

MessageSujet: Re: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   Lun 14 Sep - 23:24

Tous deux, couchés face au lac. A l'affut un professeur qu'il fallait l'avouer, se faisait attendre. Impatience qui me tient. L'air un peu trop décontracté de mon compagnon n'arrange rien, je bouge nerveusement. Je pose mon regard sur Kageno, yeux fermés, cigarette à la bouche. Je me recentre mon attention sur le lac, je lisse ma robe, enlève les feuilles, tous les trucs un peu trop visibles et qui n'ont rien à faire dessus, je la lisse encore ... Je m'ennuie, terriblement. Je soupire.

-Meloku, 'stresses pas, avec Gengoemon tu risques d'avoir des ulcères s'non.


Je le contemple d'un air perplexe. Le mystère se fait grandissant, quand se révélerait-il ? Pourquoi était-il en retard ? Que présageaient ses paroles ? Etait-il un professeur provoquant, humiliant ..? Je commence à m'inquiéter, angoisse qui monte à la gorge, légère envie de vomir, je bouge un peu plus nerveusement. Il éclate de rire, je frissonne. Vivement qu'il arrive ...
Bruits de pas précipités, lui ne réagit pas, semble bien se moquer de savoir qui ou quoi s'approche, il me stresse vraiment ... Je me lève, lisse une dernière fois ma robe avec une infinie tendresse, et me retourne enfin afin de voir ce que j'espère être mon enseignant ... Pour pouvoir revenir à la maison. Heureuse à cette pensée, enfin je pouvais l'exprimer ... Avoir quelqu'un qui vous attend, ou attendre quelqu'un que vous appréciez tant ... Inestimable, tout simplement.
Surplombant les lieux, il ... A une certaine classe. Avec son katana, ses airs un peu méprisant ... Bon, il me déplait. Mais au moins, il ne vient pas en cours transformé en peluche, un bon point. Mais il ne doit pas être très agréable ... Cela se contrebalance, malheureusement. Enfin, qui sait, le façades sont parfois trompeuses ... Pensées à nouveau pour elle, ce n'est pas saint, même malsain (qui l'aurait cru ...), mais ça me rend si ... Comme ça. Je ne peux définir mon état, je suis tout simplement mieux. Et c'est le plus important, même si je sais que c'est qu'une question de temps avant ... Avant qu'elle ...
J'oublie tout de suite, je ne veux pas y penser encore, j'aurais tout mon temps pour pleurer une fois que tout cela se terminera ... Et je me montrerai forte, pour pas la décevoir, même si, à l'abri de tous, je laisserai libre court à mon désarroi latent. Je suis faible, mais heureuse, situation bien paradoxale ...

Une minute de silence.
Aucun mort, soyez rassurés, juste que sa tentative d'humour ... Fut un flop. Un échec. Tout ce que vous voulez, mais en fait, pas une réussite. Mon compagnon n'a toujours fait aucun geste pour venir à la rencontrer de notre enseignant. Moi, je reste debout, ne sachant comment réagir. Je ris ? Je souris ? Pourtant, je n'ai pas envie de m'y obliger ... Mais c'est de mauvais goût, quoi que sa plaisanterie n'est pas d'un niveau bien supérieur ... Bruissement de l'acier en mouvement qui coupe court à mes pensées. Regard qui se fixe sur la lame. Intensément. Toujours ce même réflexe en voyant telle arme ... Si gracieuse, si belle ... Regard dans le vide. Et il la rentre enfin dans le fourreau. Je secoue la tête, rougis un peu. J'espère qu'on ne m'a pas remarquée ... Cet air béat que je ne réserve qu'à deux choses. Bref.
Suiton, donc, comme prévu.
Il dessine les signes à grande vitesse, résultat de nombreuses heures d'entraînement, abat sa main sur le sol et ...
Et ...
... Et ..?
Rien, en fait. Rien, de rien ... Mon visage qui affichait une expression de grande concentration se fit perplexe. Une plaisanterie, j'espère. Un enseignant ne peut rater une technique de si bas niveau ... Même les étudiants savent la manipuler, pour vous dire ... Ce serait absurde, grotesque, qu'il ne puisse ... Petit rire qui résonne juste derrière moi. Je tourne la tête. Fronce les sourcils. Je ne l'ai pas entendu ... Il est rapide. Ou discret. Ou peut être les deux. Enfin, il a l'air de bien s'amuser, en tout cas. Bonne humeur contagieuse, je souris à mon tour.


-Hey m'sieur ! Pourquoi vous avez pas réussi ? Pas assez d'humidité dans l'air, sol trop sec ?

Le ton de la voix ne laisse aucun doute quant à l'interprétation : Il se moque de lui, sans aucune gêne ni faux semblant. Air de nouveau perplexe. Sa réponse n'a pas l'air vraiment convaincante ... Mais en tout cas, il a raison ! Il nous faut nous entraîner ! Entrain, quand tu nous tiens, je me dirige vers le lac, et commence à reformer les runes précédentes et ...
Petit jet d'eau qui vient s'écraser pitoyablement à quelques centimètres de mes pieds. C'est un peu raté, je crois ...

Deux heures plus tard d'entraînement.
C'est pas encore ça, mais bon, c'est plus ce que c'était avant ... Je peux remplir une bouteille facilement, de deux litres, pas plus, il ne faut pas abuser. J'étais assez fière de moi, et nous étions en plein cœur de l'après-midi, soleil resplendissant au-dessus de nous. Je commençais à comprendre ce que disait Kageno. Ce professeur est un incapable, et en plus, il réussit à se faire intimider par ses propres étudiants ... Mal à l'aise pour lui. Je me demandais si moi, à sa place, je réagirai pareil ... J'espère intérieurement que non, que je vaut mieux ... Tout en n'étant pas vraiment sûre de ce que j'avance.
Je soupire.
Mais en tout cas, il m'a permis de faire des progrès en peu de temps. Des conseils pour mieux dessiner les runes, pour mieux exécuter les gestes ... Il explique de façon simple, et va à l'essentiel. Même si je crois qu'il fait comme ça car il connais pas grand chose de plus. Je préfère ne pas savoir, en fait.
Bon, pendant ce temps, mon "cher compagnon" s'amuse à l'accabler par des questions très pointues.


-Vraiment, vous savez pas ce qui se passe dans un terrain désertique, avec pour seule source d'eau une oasis et un taux d'humidité approximant 2,7% lorsque l'on veut faire apparaître un dragon aqueux, sachant que pour un dragon aqueux de 3 mètres, il faut 23 mètres cube d'eau et que dans l'oasis il n'y en a que 18 ?

MessageSujet: Re: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   Ven 18 Sep - 15:52

Douce plaisanterie de l’être humain. Habaki était cela, une blague. Celui dont on se demande comment il a put être créé avant de s’apercevoir qu’il est à côté de vous pour entendre vos mots, blessant. La vie lui a fait le pire de tous les cadeaux, un poison qui le ronge peu à peu et qui le tue. Il ne sera bientôt plus qu’une flaque de sang prés d’un caniveau où les chiens s’amuseront à pisser dans les égouts. Il ne manquerait à personne, lui le ninja lui plus mauvais, lui le pathétique, Habaki l’inutile qui ne fait rien pour son village. Quelle honte. Finalement cette journée était comme les autres. Il venait de rater une technique basique et même ses élèves réussissaient à le surpasser. Il était un peu le bout de bois qu’on hésite à prendre pour faire du feu durant l’hiver, celui que tout compte fait on laisse dehors. On cherche des excuses, trop lourds, les bras trop chargés. Non, il est tout simplement de trop.

Sa famille n’était que d’étrange personne trop loin de lui pour réussir à véritablement à les appeler parents, mis à part durant les diners du dimanche midi. Et à cause d’elle, la plus part des gens croyaient qu’il avait été pistonné. Coup de main des divins parents aristocrates à qui on ne peut rien refuser. Une réputation d’enfant gâté le suivait mais moins proche que celle de l’inutile de service.

Même ses élèves se moquaient de lui. Et que pouvait-il dire pour sa défense ? Il était faible, il était nul. Ils avaient tous raisons et il ne pouvait leur en vouloir. Alors le silence l’entour avec cette robe d’obscurité qui recouvre son cœur peu à peu. Se sentant toujours plus faible de jour en jour, il lui est impossible de se relever…

***


[???] – Hey !!! Regardez c’est Habaki !

Des petites têtes blondes se confondent avec d’autre plus foncé. Elles pointaient du doigt un autre élève dans la cours de récréation de l’académie. Ce dernier était assit sur les gradins qui donnaient la réplique au terrain de gym des professionnels en taijutsu. Des mèches déjà grisonnantes sur la tête pour un si jeune âge, un petit air soumit sur le visage et des yeux brillants d’une clarté enfantine. Il leva ses pupilles cristallines vers le groupe de garçon d’un air interrogateur.

[???] – Alors le nul ! Pas trop dur d’être mauvais ?

Le jeune Habaki baissa la tête et repartit dans le noir de ses pensées.

***


*Le nul… Le mauvais…*

Il tourna alors la tête vers ses deux élèves de la journée dont il ne savait rien. Une fille ninja qui avait eu l’intelligence suprême d’esprit de mettre une robe pour un entrainement. Et un gamin prétentieux qui s’amuser à s’opposer à son autorité d’enseignant. Mais les deux avaient réussit à maîtriser en quelques minutes seulement cette technique de création d’eau. Cela faisait des années qu’il la connaissait et il la maîtrisait toujours aussi mal. Mais il ne fallait pas montrer ses faiblesses à ces jeunes mouches. Ils en avaient déjà fait beaucoup sur l’égo du jeune professeur si en plus il leur donnait des arguments pour le couler plus vite il ne ferait que lui écraser leurs pieds sur la tête.

Lorsque le prétentieux vint lui parler de pourcentage selon la quantité d’eau présente il fut stupéfait. Stupéfait de la bêtise de ce gamin. Il demandait quelque chose de si superficiel et d’inutile qu’il en devenait ridicule. Sa seule motivation était de descendre l’enseignant mais en souhaitant uniquement cela il s’était perdu dans des raisonnements bien trop scientifiques pour un cerveau aussi petit que le sien.

[Habaki] – Ecoute petit.

Habaki fit un geste de la tête pour remettre ses cheveux en place et se donner un petit air classe face à cet enfant un peu trop mal polie à son avis. Il allait lui clouer le bec avec un argument de choque.

[Habaki] – Il te suffit… De faire un dragon aqueux plus petit ! Maintenant on passe à autre chose.

Habaki se retourna pour faire face directement aux deux étudiants. Il affichait un grand et beau sourire qui lui faisait naître de belle pommette en dessous de ses yeux cristallins. Il inspira un grand coup pour bomber le torse et leva les bras en l’air en signe d’excitation.
[Habaki] – Maintenant que vous avez créé de l’eau ! Je veux que vous lui donniez forme. N’importe laquelle du moment que cela ne soit pas une flaque. Sinon cela voudrait dire que vous n’avez rien comprit ou que vous savez imiter l’eau. Dans ce cas cela pourrait être intéressant mais pas ici, ni aujourd’hui… Donc une forme au hasard !

Il baissa enfin les bras mais continua à sourire comme si toute la farce de vie qu’il vivait n’était qu’une illusion qu’il pouvait balayer d’un trait sur son visage de jeune garçon encore trop attaché à sa mère.

[Habaki] – Il n’y a pas vraiment de truc particulier à faire, tout est dans la concentration durant le geste. Maîtrisez votre chakra, maîtrisez l’eau !

Il posa ses mains sur les épaules des deux élèves et les regarda avec intensité tour à tour. La fille semblait naïve et facilement influençable par les choses de la vie. Son visage exprimait cette innocence enfantine que de nombreuses personnes encore jeune possédaient avant de grandir. Habaki sourit.

Puis, il y a ce gamin qu’il n’aimait pas trop. Même si cette arrogance venait de l’âge il y avait aussi un problème d’éducation car la politesse n’était pas son fort. Il fallait lui pardonner, et Habaki avait trop peur de le disputer. Il ne savait pas ce qui allait lui tomber dessus après. Bien souvent ses étudiants étaient plus fort que lui alors il valait mieux ne pas les énerver s’il ne voulait pas se faire ridiculiser, encore une fois.

Il hocha la tête et relâcha son emprise sur leur épaule. Il était à leur disposition pour toutes les questions qu’ils pouvaient se poser du temps qu’elle n’était pas trop cornélienne. Sinon…

*J’improviserais !*

[Désolé du retard Uzu. Avec l’emménagement et le début des cours j’étais un peu overbooké et je savais plus où donner de la tête pour trouver le net. La semaine prochain ça ira mieux, je me serais organisé et je pourrais aller à la BU. =) Je n’ai pas encore relu mais si tu veux répondre tu peux. Je relierais ce soir.]


Dernière édition par Habaki Gengoemon le Ven 2 Oct - 23:23, édité 1 fois

MessageSujet: Re: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   Sam 19 Sep - 17:45

-Oui mais non. "Le corps humain a la tendance naturelle à exploiter 23 mètres cube d'eau pour former un dragon aqueux, car, plus léger, il se désagrègerait trop vite, plus lourd, il serait trop difficilement manipulable". C'est marqué dans le bouquin que vous avez écrit, enfin, plutôt pomper sur un autre j'devrai dire.

Éclat de rire narquois. Je fais comme si je n'ai rien entendu, mal à l'aise pour lui.
Pauvre Gengoemon ... Il est nul, c'est vrai, mais s'acharner sur lui comme ça, voilà ... C'est pas moral, il est très sympathique et tout et tout, même si c'est pas un vrai prof' ...
Malgré toute sa capacité à esquiver les questions, il venait de se faire piéger, n'empêche. Mal à l'aise.
Je me concentre sur la création d'eau, que je maîtrise un peu mieux qu'au début.
Runes qui se tracent rapidement, cette fois-ci correctement (Note : Jeter le livre à la poubelle ... Ah non, il est pas à moi bouhouhou ...), mouvement fluide, air inspiré, prête à cracher ...

... L'eau.
J'ai tout craché sur Kageno, crachats un peu partout, presque l'impression de suffoquer, horrible ...
Profonde inspiration, j'suis pas encore morte ... Pourquoi il a fait ça l'autre ..? Pourquoi il a posé comme ça sa main sur mon épaule ..? Et Kageno qui trouve ça tellement drôle que c'est limite si c'est pas lui qui va mourir étouffé ... Envie de le baffer, envie de revenir à la maison ... Regard torve. Je soupire, beaucoup de soupirs pour une seule journée ...
Gengoemon nous regarde tour à tour avec un drôle de regard, regard qui a l'air de briller comme si deux ampoules étaient à l'intérieur de ses yeux, regard perplexe en retour. Je comprend pas où il veut en venir, en nous regardant comme ça ...
Je toussote encore, avant de me mettre à distance prudente, pas vifs et sûrs, pas trop loin néanmoins, afin qu'il ne se fasse pas d'idées, telles que je serais effrayée par lui, ou tout autre chose absurde du même genre. Je suis juste prudente, prévenante, c'est tout. Je tiens à finir la journée, si possible, sans mort pas étouffement. Je sais, je suis vraiment, vraiment optimiste.
Soupir.
Et puis, je fais comment pour faire ce qu'il nous demande ? Changer l'eau de forme ? Maîtriser mon chakra ? Maîtriser l'eau ? Mais comment on fait quand on ne sait pas ? Parce que bon, transformer une flaque d'eau en flaque d'eau, je sais parfaitement le faire, mais autre chose ... C'est pas encore ça. Vraiment pas ça ... Je fais quoi, alors ? La concentration dans le geste ? Pourquoi pas ... Mais c'est trop vague, je ne comprend pas ...
Allez, ça ne coûte rien d'essayer ...
Je me dirige d'un pas peu convaincu, air maussade, vers le rivage du lac. Eaux limpides, claires et pures, eaux à l'éclat azur et translucide, eaux qui représentent notre village et nation. Fils de l'eau nous sommes, aussi étrange que cela puisse paraître. Je secoue la tête. Donner une forme ... Plus j'y pense, plus je trouve ça irréalisable ... Quelle forme en plus ? Un truc simple, non ? Une bulle ? Oui, une bulle, c'est simple facile à faire ! J'acquiesce, satisfaite. Allons y ... On visualise, on se concentre, geste ascendant, lent, fluide ... Et rien. Je sais même pas pourquoi ça m'étonne ... Je masse mes tempes, du bout des doigts, fatiguée ...
Je me retourne finalement, air un peu dépité sur le visage, et demande d'une voix pas trop assurée, pas certaine qu'il soit en mesure de m'aider.


-Heu ... Monsieur, pouvez vous expliquer plus en détail comment cela fonctionne ..?
-Si tu veux pas y passer dix ans, je te conseille d'pas lui demander. me chuchota Kageno, toujours aussi goguenard.

Regard agacé en sa direction, je suis pas énervée, mais, d'un autre coté, ça me plait pas tellement que ça, ses moqueries à répétition ...
Il m'adresse un sourire en coin, en réponse.
Mouvement fluide, il façonne l'eau en une fleur, puis un ballon, et enfin une lance. Surprise qui se dessine sur mon visage, il m'adresse un clin d'œil. Mais, il fait quoi ici ? Il maîtrise déjà tout parfaitement, il a pas besoin d'être là, non ... Alors, pourquoi est-il là ? C'est absurde ... Il me fait signe de venir avec lui, je tourne mon regard vers notre prof', au regard impénétrable, je me retourne de nouveau vers Kageno, me décide enfin à aller à ses cotés, en prenant bien soin de chuchoter un vif "Désolée m'sieur" avant d'y aller. Je suis à coté de lui, en face de la rive.

-Tu vois, ressentir l'eau, c'est mêlé de l'eau à son chakra. Ressentir l'humidité. Changer la forme de l'eau, donc, c'est changer la forme de l'eau à laquelle tu as associé ton chakra, donc, c'est changer la forme de ton chakra extérioriser, grâce aux gestes que tu entreprends, tu vois ?

Ça avait le mérite d'être clair, et comme si il jugeait qu'un exemple valait mieux que mille mots, il fit apparaître de l'eau, technique vue précédemment, et, il l'a façonna, figée dans l'air. Il allongea sa forme, pour lui donner l'apparence d'un javelot. Il concentra plus d'eau, écrasa la masse, façonna des contours sphériques, et c'est une grosse bulle d'eau qui apparut. Mais que faisait-il là ? Il avait largement le niveau pour être Chuunin, que faisait-il ici, à passer de simplistes cours de rattrapage pour Genin ratés ? La question brûla mes lèvres.

-Mais que fais-tu ici ..?
-Hum ? dit-il, jouant toujours avec sa sphère aqueuse.
-Que fais-tu, ici ? Tu sais déjà tout ce qu'il essaye de nous enseigne, tu le fais même mieux que lui, que fais-tu ici ?
-Ah, ça ! Bah, je m'ennuie.
-... Quoi ?
-C'est toujours marrant de voir Gengoemon se rater.

Petit clin d'œil. Je restais figée un moment. Pas que ma vie était passionnante, non, mais, n'empêches, je suis sûre que moi, je trouverai quelque chose de mieux à faire que d'être ici, si on m'en donnait l'occasion ...
Long regard perplexe, je ne le comprend vraiment pas ...

MessageSujet: Re: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   Ven 2 Oct - 23:24

Habaki se passa avec dépit une main dans les cheveux. Même si son visage était joyeux, même s’il était le maître de l’esbroufe pour ne pas trahit ses pensées il pleurait. Les larmes psychiques dégoulinaient le long de son âme pour venir se perdre dans son esprit. Il pleurait l’âge d’une vie où il n’avait rien fait. Il n’était pas le grand ninja de ses doux rêves lors de ses nuits agités. Il n’était pas non plus un exemple à suivre pour les autres. Toute une existence gâchée par sa nullité et sa maladresse. L’espoir des parents était trop lourd à porter, il n’en était pas digne. Il souffrait, ses entrailles se déchiraient à chaque parole d’un ninja qu’il savait plus fort que lui. Mais le plus dur, le plus désolant était ses élèves. Jeune, fort et vigoureux ils le surpassaient tous.

Il n’était pas très fort pour un Chuunin et chaque jour cela se ressentait. Ses élèves se jouaient de lui et se moquaient de lui. Insouciant de leur acte ils poussaient chaque jour un peu plus l’aristocrate à l’échafaud. Haute tour de bois qui se dessinait un peu plus pour devenir concrète. Une lame de fer brillant sous les rayons d’un soleil matinal et joyeux. Une foule heureuse et salvatrice qui souriait à cet homme qui avançait doucement vers l’objet de sa libération. Il était étrange de voir la notion que l’on redoutait le plus comme une source de jouissance absolue. On l’idéalisait jusqu’à ne voir qu’une douce éclosion de pétales de rose. Il marchait avec ces pensées en tête sa chevelure argenté éclairant l’estrade. Son regard semblait apeuré et sa bouche manquait de peu d’exploser dans des sanglots incontrôlables. Mais c’était pour son bien, depuis toujours on l’avait automatisé. Il était programmé et sa libération arrivée, sa naissance ou plutôt sa renaissance. Plus jamais il ne subirait la honte, le fracas et le déshonneur.

Il vouait ses nuits à de douce chanson mélancolique, ses yeux exprimaient les joies mais pour la voir il fallait prendre du temps avec lui. Il fallait oser rester quelques minutes avec le jeune shinobi et comprendre. Rare étaient ceux qui le faisaient car en extérieur Habaki affichait toujours une attitude sans faille. Un cœur brisé que l’on avait rangé soigneusement dans une boité éclatante de couleur. Des larmes enfermées dans une bulle lisse de toutes questions. Cette petite bulle sphérique qui ne demandait qu’à éclater pour se libérer. Mais au lieu de cela, il rentrait chez lui le soir, seul, sans un mot. Son regard observait ses chaussures tout au long du trajet, certain qui le connaissait le pointait du doigt dans un petit rire étouffé. C’était ses élèves, ses jeunes prodiges qui n’avaient que faire du pauvre Habaki. Il était nul et dans un monde où seuls les meilleurs réussissaient c’était la plus basse des tars.

Aujourd’hui n’était qu’un éternel recommencement.

Il vivait. Deux élèves différents lui faisaient face. Une jeune fille un peu perdue qui ne semblait pas voir tout l’intérêt qu’il y avait à être shinobi. Elle venait en robe et ressentait de la pitié pour le chunnin. Elle n’avait pas du assister à d’autre cours que celui-ci où il était l’enseignant. C’était une habitude de se faire humilié pour le professeur.

L’autre n’était qu’une pâle imitation de la centaine d’élève qu’il y avait dans un amphi. Il usait des mêmes stratégies que tous ces aspirants qui se croyaient surpuissant en sortant de leur premier cours. Il était vrai que la plus part étaient plus fort qu’Habaki en ressortant de leur leçon mais le jeune enseignant n’était pas une référence. Il ne fallait pas se fier à lui, le mauvais ne pouvait aider. Il n’arrivait même pas à s’aider lui-même. Il fallait plutôt faire confiance à un Homme de la trempe de Satoshi, grand, massif et puissant il pouvait détruire des montagnes d’un regard. Tel un lion il foudroyait l’âme de ses adverses grâces à ses yeux rouges et son aura dévastatrice. Lorsqu’Habaki regardait quelqu’un dans les yeux ce dernier se mettait plus à rigolait qu’à trembler. Pourtant c’était lui qui était né dans une famille de noble mais le destin ne semblait pas prendre en compte ce facteur pour former de bon shinobi.

Les deux élèves finirent par contrôler à la perfection les deux techniques que leur avait apprit Habaki. Il avait au moins réussi quelque chose durant cette longue journée. Il n’était peut être pas aussi nul qu’il se le laissait entendre. Mais en voyant le jeune garçon se moquer de lui et réussir avec une étonnante facilité ce qu’il entreprenait, Habaki perdait espoir. Il leva un regard vide vers des nuages blancs tout aussi nu. Le ciel bleu se reflétait sur ses pupilles alors qu’il inspirait doucement. Il murmura quelques mots que lui seul pu entendre avant de baisser les yeux de nouveau vers les deux étudiants. Ils étaient tous les deux tranquilles et n’avaient plus besoin de lui, si seulement ils avaient vraiment eu besoin de lui un jour.

[Habaki] – Le cours est fini pour aujourd’hui. Et toi petit homme si t’es si intelligent ne reviens pas à un cours de soutient.

Habaki sortit son katana avec le fourreau dans un sourire narquois. Il le posa doucement sur son épaule. Il toisa quelques instants le jeune élève avant de tourner son regard vers la fille qui semblait naïve. Il fallait qu’il lui donne un bon conseil et qu’il prêche la bonne parole. C’était son rôle de professeur et il se devait de les guider. Il en avait remis un en place et pour la petite fille il fallait quelque chose de plus encourageant. Le problème était qu’il était un mauvais enseignant et les grands discours n’étaient pas forcément son fort.

Il fit alors des gestes maladroits qu’il voulait sûr. Il pointa son arme sur la fille et parla d’une voix un peu trop rauque.

[Habaki] – La prochaine fois que tu t’entraines tâche de mettre des vêtements plus convenables pour une kunoichi.

Il remit l’arme à sa place sur son épaule et leur adressa un dernier regard avant de leur tourner le dos. Quelques pas plus tard il finissait sa sortie théâtrale et reposait sur sa hanche le katana. Il soupira en se massant le cou. Etre un bon professeur était déjà difficile et en plus on lui donnait des élèves qui n’avaient pas encore acquis une once de respect. Mais il était Habaki Gengoemon, redressant fièrement les épaules il lança un regard de conquérant à l’horizon et entreprit une marche motivé dont il ne connaissait pas l’objectif.

MessageSujet: Re: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   Dim 25 Oct - 16:32

Habaki (as Kenji) : +27 XP
Uzumi : +23 XP - Techniques Validées

Sympathique session =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Séance de rattrapage] Le Suiton selon Habaki Gengoemon   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le PM JEA, l'homme de l'annee selon Haiti En Marche
» Bilan de l'annee 1 de Preval II selon les medias
» Qui va gagner la coupe selon vous
» Selon ce qui se dit...
» Le parti Fanmi Lavalas vit du crime organise selon Stanley Lucas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-