Partagez | 
 

 [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Lun 14 Sep - 21:49

J'avance dans la rue, un sourire un peu niais aux lèvres que j'ai toujours pas réussit à me retirer du visage depuis hier. Pourtant hier j'ai rien fait de bien particulier, enfin, si un truc peut être, j'ai fait les magasins avec Uzu, et je pensais pas me marrer autant.
Je suis pas très "sortie entre filles" d'habitude avec achats de fringues et compagnies mais, je me suis bien amusée, et je crois que c'est en partie à cause du visage qu'avait Uzu, un visage heureux, insouciant, un visage de jeune fille normale, le visage qu'elle aurait dû avoir, le visage qu'elle auras, j'en ait fait le serment hier en le voyant.

J'en ai aussi profité pour acheter deux-trois trucs pour moi aussi : des vestes, pantalons et t-shirt; des trucs simples mais que j'avais besoin. Par contre, je suis tombée sur un truc que j'ai pas pu résister : une petite robe bleu azur qui ma fortement rappeler la couleur des yeux de Uzu... Oui j'ai des yeux de cette couleur aussi et alors ?... Non je suis pas chauvin voyons !
Bref, j'ai pas pu me retenir, je lui ait achetée, un "cadeau" quand je lui ai proposée. Pourquoi un cadeau ? Pour rien, j'avais juste envie de la voir dedans je pense...

... Ta gueule.

Mais bon, ce sera pas aujourd'hui, j'ai reçue une notice qui ma pas fait sourire, tous les étudiants génins sont obligés de participer à des missions de rang D afin de comprendre comment fonctionne le système de rang des missions et comprendre aussi ce qu'était la vie des ninjas.
Mais de ce que j'en sais, les rang D vont plus me faire chier qu'autre chose et je risque de tuer les clients.
Zeeen, pense à autre chose.. Uzu ?

Oula, je la vois partout en ce moment moi, bon, direction mon lieux de mission : une maison près des remparts, propriété d'un petit vieux, ancien professeur de taijutsu il paraît, ça va, il devrait pas être trop chiant alors, lui aussi il a du passer par là. Le but de la mission ? Repeindre cette dernière, truc simple, mais chiant.
J'arrive devant la bicoque, bon, ça va, pas trop gros, c'est jouable dans la journée si je m'autorise pas de déjeuner. Par contre je devais être avec quelqu'un, c'était pour au moins deux personnes cette mission, mais elle est où ? Boarf, arriveras quand doit arriver.

??? - Aaah, que puis-je pour vous ?

Putain ! Il ma fait peur le con, je l'ai pas du tout entendue !

Okay, premier constat, il est petit, rabougris, et semble qu'il a perdus quelque neurones depuis la dernière fois qu'il a croisé du monde si son regard bovin veut dire quelque chose.
Je secoue la tête, pas le temps.

Académie.

??? - L'académie à besoin de moi ?

Je grogne, évidement, il comprend pas mes monosyllabes, bordel.

Venir d'académie. Mission.

Il semble perplexe le con... Allez ! Fait moi bouger ces deux neurones qui se battent entre eux !

??? - Aaah, oui, oui, oui, en effet, j'avais posé une demande. Tu est seule ?

Non connard, tu le vois pas mon ami invisible.

Inconnue. Seule présente.

Me demande qui on va me coller, que Kami le protège si c'est un con, ou pire, un macho, je lui enfonce la maison dans un lieu pas prévue pour.

??? - Tu est sure de pouvoir t'en sortir seule ? Je hausse les épaule, on verra bien. Si tu le pense ainsi, on va commencer. Les pots de peintures sont là-bas, tu peut commencer par le toit, mais sache que le toit je veux que tu le fasse ce haut en bas puis de bas en haut, toujours.

Quoi ?

Quoi ?

??? - De haut en bas et de bas en haut, toujours, n'oublie pas, je surveille.

Un dingue, je suis tombée sur un dingue ! Pourquoi moi ? Le pire, c'est qu'il est sérieux ! Il fait même les mouvements pour bien que je comprenne ! Putain... J'en ait pour des heures...
Je me masse les tempes avant de prendre avec rage les pots de peintures et de m'avancer vers l'échelle, je sent que je vais en chier...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mar 15 Sep - 1:00

Tout sourire.
Juste heureuse, alors que je me balade dans les rues de Kiri no Sato. Paisible, c'est tout. Journée d'hier encore en tête, quand je suis allée avec Motoko-chan faire les courses ... Pas très à l'aise au début, mais elle a réussit à m'apaiser, c'était si naturel. Si naturel d'être avec elle, de faire ce genre d'activités que j'aimais si peu à l'époque ... Je me sens revivre, elle me fait revivre ...
Chaleur si agréable dans tout mon corps.
Et en plus, non seulement j'ai passé une superbe journée avec elle, mais en plus, elle m'a offert une si jolie robe ... Comme mes yeux, elle a dit qu'elle la trouvait. Et je l'avais serrée contre moi, très fort. Souvenirs d'hier qui repasse encore et encore, nuit passée dans son étreinte douce ... Par contre, en me levant, rien, partie, et j'ai sentie quelque chose se resserrer en moi. Un profond sentiment de solitude, de désarroi. Une grosse envie de pleurer et me cacher sous les draps. Je secouais la tête, et soupirais. Elle a un peu trop d'importance pour moi ... Et je sais pourtant si bien qu'un jour, tout cela cessera, et qu'à ce moment là ... Je me retrouverai comme avant, en un peu plus pire même, mais pas sûre de ça. Pas sûre de grand chose, en fait. Sauf qu'elle me manquera terriblement ...
Je soupire, lasse.
Alors que j'étais heureuse il y a quelques instants, j'ai un véritable don pour déprimer, c'est inné.

Bref, occupons nous plutôt de la requête de l'Académie : Une mission de rang D, à nouveau. Ils souhaitaient me voir travailler un peu plus, à ce qu'ils disaient. Mouarf ... Souvenirs de la dernière mission que j'avais accomplie. Pas de tout repos ... Mais celle-là risque de ne pas être du même genre. Non, je dois juste me contenter de peindre une maison, c'est tout. On m'a dit qu'il y aurait quelqu'un qui m'aiderait, sur place. Pas le propriétaire, un autre étudiant qu'ils ont précisés. Ca serait ennuyant, oui, je me retrouverais sûrement avec quelqu'un qui va soit me reluquer, soit me regarder de travers, oui ... Mais au bon, ça serait vite finis. On peut pas tout avoir dans la vie, bref.

Je lissais les plis de ma robe. J'avais décidée de la mettre, aujourd'hui, dans l'espoir qu'elle me voit avec, même si au vue des événements, ça atteindrait ce soir. J'avais prévue mon sac avec des affaires de rechange, heureusement d'ailleurs. Je m'en serais voulue d'avoir tâchée cette robe ... Son cadeau à elle ... Je la lissais d'un geste nerveux. Je refuse que cela arrive, c'est tout simplement impensable. Chemin vers les remparts qui se fait tout seul, je vois la maison en question, et quelqu'un qui travaille sur le toit ... Je vois pas qui c'est, de si loin ... Je verrai bien de toutes façons, une fois sur place. Je m'arrêtais à un endroit, à l'abri des regards, et me change vivement. Robe pliée et rangée dans mon sac, je le met sur mon épaule, d'un geste las. Vêtements pas confortables, mais au moins, pas de regrets à les salir et jeter. Je grimace. J'aime vraiment pas ce tact, mais je dois m'y faire au moins pour cet aprem' ... Allons-y, plus vite se sera fait, plus vite je pourrais partir ...

En face de la maison.
Je frappe à la porte, d'un mouvement las.
Aucune réponse, rien, néant. J'attends ? Je vais derrière ? Je fais quoi ? Je ...


-'V'nez de l'Académie vous aussi ?


Je sursaute, me retourne un peu trop rapidement, presque au point où j'allais le heurter. Je rougis comme une pivoine. Et fronce enfin les sourcils. C'est un petit vieux ... Comment ça se fait qu'il ait réussi à me prendre par surprise comme ça ..? Je n'ai pas compris, sur le coup ... Enfin, on m'avait un peu débriefé à l'Académie, mais je me souviens pas de grand chose, bref ... Il m'avait pris par surprise, voilà.

-Heu ... Oui ...
-Aaaah, je me disais qu'il manquait quelqu'un quand l'autre est arrivée, oui, oui ... Bah, elle t'attend, enfin, non, elle t'attend pas, mais bon, va la rejoindre.

Son regard me met mal à l'aise, je frissonne. Un regard un peu ... vide.

-D'accord, monsieur.
-Ah, aussi ! De haut en bas, de bas en haut.
-Pardon ..?
-Encore une ahurie, je disais : Tu dois peindre de haut en bas, de bas en haut, pas autrement.

Il fait le geste afin d'imager ses dires. Je me sentais un peu humiliée, sur le coup. Me faire traiter d'ahurie par quelqu'un dont le regard semble pas montrer beaucoup d'intellect ... J'ai vu mieux, on dira.
Soupir, allez ...
Je prend un pinceau, un pot de peinture, et vais à l'arrière de la maison, accompagnée par ses soins.
Je monte l'échelle sans beaucoup d'entrain, pour rejoindre mon "équipier de mission", sûrement un mec désagréable et méprisant, comme si je m'y attendais pas ...


-Motoko-chan ..?

Voix plus joyeuse que je le voulais, mais je m'en moque pas mal. C'est avec elle que je fais la "mission".
Et mine de rien, ça me rend vraiment, vraiment heureuse ...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mar 15 Sep - 13:17

Je ne tuerais pas le client.
Je ne tuerais pas le client.
Je ne tuerais pas le client.
Je n'éviscérerais pas le client.
Je ne disperserait pas aux quatre vents les organes du client.
...
...
Je vais tuer ce client !

Une heure, une saleté d'heure qu'il ne cesse de me répéter "de haut en bas, puis de bas en haut, tout le temps, toujours." sans s'arrêter, sans dire rien d'autres, sans dire si c'est bien ou quoi que ce soit d'autre.
Je vais finir par commettre un meurtre...
Vas y, ta raison, continue de parler vieil homme, ta vie arrive bientôt à sa fin, tu va périr, disparaître, devenir poussière, mouahahahahaha ! Tiens ? Il est passé où ? Et pourquoi ça m'intéresse ? Du calme ! Enfin !
Je soupire, je dois vraiment me calmer, maintenant, sinon je sais que je vais lui balancer mes pots de peintures au visage.
Allez, du calme, détend toi, pense à quelque chose de sympa, qui te rend heureuse... Uzu.

J'ai beau essayer, j'arrive pas à me la sortir de la tête, m'enfin, c'est pas comme si j'essayais très fort aussi tu me diras.
J'aime bien penser à elle, ça me change d'avant, ça me change de penser à des choses heureuses. Mais ce n'est pas vraiment l'unique raison, j'admets que je suis aussi heureuse de voir que je peut toujours ressentir des émotions de ce genre. J'aime savoir que je suis toujours humaine.
Et voilà, je sourit de nouveau comme une idiote, bah, on s'en fiche, je suis seule sur ce toit et l'autre con risque pas de voir ce sourire donc tout va bien.

Je m'étire en faisant craquer mon dos d'un très audible "pop" et je gémit de plaisir, ça fait du bien. J'ai plus trop l'habitude des corvées de ce type, surtout à peindre comme l'autre veux qu'on peigne... Attend une seconde, il est partit là ? Je peut peindre comme je veux là ? Et il verra rien en plus hein ? Quoique... Insistant comme il l'est, me surprendrait même pas qu'il le remarque si je venait à peindre autrement.
Et de toute façon le revoilà je l'entends, enfin j'entends surtout les pas de mon collègue... Super, finit la tranquillité.
Bah, je m'en fiche, j'ai déjà décidée que j'allais l'ignorer et le laisser finir le travail, je commence plus tôt que lui, je part plus tôt, juste retour des choses.

Motoko-chan ? Je connais qu'une seule personne qui m'appelle comme ça dans le village !

Je me retourne, un peu trop rapidement peut-être vu que je balance les bras de chaque coté ! Meeeerde, je vais me casser la gueule ! S'accrocher à quelque chose, vite !
...
Évidement, Kami me hais.
Le seul truc à me rattraper sur ce foutu toit ce fut pas les tuiles, ou le rebords ou même faire une saleté de trou pour y planter mon bras.
Nan.
Y a fallut que je m'accroche à Uzu, assez férocement d'ailleurs, c'est limite si je lui arrache pas la peau avec ma prise là. Je détend la main avant de rougir comme une pivoine, super la ninja, franchement... J'ai les techniques mais l'attitude semblerait...
Bof.
Malgré tout, je suis content de la voir et j'empêche même pas mon sourire d'apparaître sur mon visage avant d me tourner vers Uzu.

Contente voir. Mission ?

Hum, c'est vrai que je pourrais la lâcher là nan ? Plus facile pour peindre. Je le fait donc, avec un soupir, et avec une infinie lenteur, j'avais pas envie.
Je reprend mon pinceau... Pour me rendre compte que je me suis foutue de la peinture partout, super, faudra nettoyer tout ça en rentrant...
Peu importe, je donne un nouveau sourire à Uzu avant de me remettre à travailler, sous l'œil limite pervers du vieux. de haut en bas, et de bas en haut, toujours...
Bordel.

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mar 15 Sep - 19:30

J'escomptais pas une telle réaction.
Et encore moins cette étreinte si forte ...
Je rougis, je ne sais comment réagir, mais, déjà, mes bras l'enlacent par la taille, de façon protectrice, presque jalouse. Je ne comprend pas pourquoi ce geste, comme si j'avais peur qu'on me l'enlève ... Que quelqu'un d'autre que moi y touche ... Pensée insupportable, que j'efface tout de suite. Je la serre d'autant plus fort contre moi, regard vague. Je me trouve assez ridicule, mais je me sens pourtant si bien ... Et si quelqu'un avait touchée à elle ..? Je ne le supporterai pas ... Elle est mienne, non ..?
Non, elle ne l'est pas, ne le sera jamais. Tu as déjà d'elle sa pitié, compassion, un semblant d'amitié ... C'est tout ce que tu peux attendre d'elle, et c'est bien plus que tu mérites, et tu le sais parfaitement ... Ne te lies pas à elle, tu en souffriras, c'est tout. Et pourtant, j'aime me faire cette douleur, déchirure latente, avoir envie de m'attacher à elle, de la supplier de rester avec moi ... En sachant l'humiliation qu'est le refus, la douleur presque mortelle qui en résulte, l'état de profondes ténèbres, dans lequel on se retrouve après, privée même de sa dignité et amour-propre ...
Cela en valait-il la peine ?

Elle se sépare de moi, et je ne peux m'empêcher d'avoir froid, alors que le soleil resplendit.
Je ne peux empêcher ce serrement ici, je ne peux m'empêcher d'être triste. En plus, si elle m'a étreint ainsi, c'était juste pour éviter la chute ... Douleur au niveau du dos, elle s'est accrochée avec vraiment beaucoup de force, ongles plantés. Je grimace. Je soupire. Je baisse la tête.
Elle m'adresse son sourire que je trouve si beau, qui m'apaise à chaque fois que je le vois, mais pourtant, là, je ne réussis pas à être totalement tranquille. Je lui souris d'un air un peu rigide, je me maudis intérieurement. Elle me demande si je suis là pour la mission, j'acquiesce avec fébrilité. Je rougis légèrement, avec un peu trop d'entrain, je crois que j'ai répondue ...
Oh, elle s'est mis de la peinture partout, même sur le visage ! Je souris, comme une enfant. Une envie de lui en mettre un peu plus, mais je n'ose pas. J'approche ma main de sa joue, et avec ma manche, je lui essuie une tâche, puis une autre sur le bout du nez, et sur le cou. Avec un désir malsain. Je sépare ma main avec trop de lenteur. Geste qui peut être mal interprété. Je me retourne, reprend le pot de peinture, me dirige vers l'autre extrême du toit, et, sans mot dire, visage écarlate, je me met au travail, de haut en bas, de bas en haut, comme arrête de le répéter le petit vieux ...
Long soupire, ça promet d'être loooong. Mais au moins, j'ai une source de motivation.

Une heure plus tard.
Je transpire à chaude gouttes, et on vient juste de finir le toit ... De haut en ba, de bas en haut, raaaah ! J'avais ces mots en tête, c'est insupportable, rien d'autre en tête.
Je m'assoit par terre, fatiguée. Si peu l'habitude ce genre de travaux ...
Cela aurait été si rapide, si il nous avait pas obligé à peindre comme ça ... Je soupire. Marre ...


-Il est taré ce vieux ... Nous faire peindre comme ça, il lui passe quoi par la tête ?

Je regarde bien autour de moi, au cas où il nous espionne. Ca m'étonnerai même pas ... Et j'avais soif, si soif. Je dessinais quelques signes en l'air, geste fluide, et faisais la fontaine, tête levée, fin jet d'eau s'élevant à quelques centimètres de ma bouche.
Je rougis. J'ai oublié qu'elle était juste à coté de moi.

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mar 15 Sep - 21:01

On se calme la dedans oui ? Je vais pas laisser une saleté de cœur faire sa petite rébellion tranquillement si ? Alors tu va diminuer ton rythme cardiaque immédiatement et je me fous de savoir que t'es comme ça parce qu'elle est là, tu obéis soldat... Raté.

Et merde, je fait comment moi ? Je pensais vraiment pas que ce serait Uzu qui serait là, pas que je suis pas contente, je suis même super ravie ! Juste que là c'est devenue trois fois plus dur de se concentrer sur la peinture du toit alors qu'elle est juste à coté de moi et... OooOoh... c'est agréable...
Je me suis mise de la peinture partout tu te souviens ? Ben Semblerait qu'elle ait décidée de tenter de nettoyer les traces les plus visibles... Sur mon visage et cou.
Elle ma surprise avec la joue mais ça ma fait plaisir de voir qu'elle prenait soin de moi, et j'ai pas pu empêcher le rouge de me monter au visage. Par contre j'ai ricané comme une gamine quand elle ma nettoyer le nez, je savais pas que j'étais chatouilleuse là moi !

Mais le cou... Ouille...

Je savais pas que le corps humains pouvait autant trembler de plaisir sans rien faire de sexuel !Sérieux ! J'ai presque faillit me plaindre quand elle à retirée sa main, mais je me suis mordue la langue avant, inutile de la faire fuir, elle sait pas que t'es une deviante, mieux vaut que ça continue comme ça.
Mais vraiment, je manque son contact... Raaah !
J'ai l'impression de me transformer en un truc très étrange... Mais j'ai aussi cette envie morbide de voir en quoi ça va me changer.

Je soupire, cette journée va définitivement être longue.

Marre... Une heure qu'on est sur ce toit et on viens tout juste de le finir, maintenant on dois se faire le reste de la baraque et je suis certaine qu'il a d'autres consignes à la con l'autre impotent !
Le seul point positif de cette histoire c'est que pendant une heure j'ai pu regarder Uzu en toute impunité, et pas sure que je fut discrète... Bof, détail.
Pas comme si je pouvais faire autrement : elle est juste devant moi, elle transpire de partout, à une partie de ses vêtements qui colle à sa peau. Je fait quoi moi ? Je me crève l'autre oeil pour pas regarder ?

Mais passons. On est toute les deux descendue et on prend un repos bien méritée. Je rigole devant ce que dis Uzu avant d'acquiescer la tête, tout sourire. taré ? Il l'est certainement. Chiant est juste un bonus je pense.
Je me met sur mes coudes, laissant le soleil me caresser de sa chaleur. Il y avait longtemps que je m'était pas retrouvé dans une situation aussi... Calme. Je jette un rapide regard à Uzu qui se trouve à coté et je m'arrête : elle joue à la fontaine, enfin, elle s'est transformée en fontaine, sûrement une technique de son répertoire de ninjutsu mais un peu modifier pour amuser.

Je peut pas empêcher mon regard et mon sourire de s'adoucir. Quand je la vois comme ça, je me dis que le monde des ninjas n'est pas fait pour elle. Pas à cause d'une quelconque faiblesse, mais plutôt à cause de l'innocence qui se dégage d'elle.
C'est comme proposer à un ange de sauvagement dévorer l'un des siens, c'est trop contraire à sa vraie nature pour qu'il puisse le faire. Et même si il venait à le faire il serait alors complètement écœuré, horrifié par son acte.
Mais est-ce que j'ai un moyen de la préserver ? Oui, j'en ait un, me charger, moi-même des taches les plus horribles, lui laissez le coté "public" des ninjas et prendre les boulots sales...

Je secoue la tête, elle me regarde en rougissant et je trouve ça adorable.

Jolie. Je sais, je parle pas que de la technique... Nouvelle technique ?

Je suis intéressée par la réponse, si c'est une nouvelle technique cela veut dire qu'elle s'est entraînée, ce qui est un plus, ça cela occupe son esprit, la laisse libre un instant sans penser à sa famille ou à son problème de confidence. Mais pour le régler il faudra sûrement une méthode "choc"... Je trouverais bien.

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mar 15 Sep - 22:17

Je souris d'un air béat, regard tendre posé sur elle.
Je suis sotte, je sais, mais je ne peux m'empêcher de rougir d'autant plus, l'intensité de son regard, petits astres à l'échelle humaine, je finissais par détourner le regard, légèrement honteuse de ma faiblesse, mais trop, il faut pas abuser. Ça me plait vraiment de la contempler, qu'elle me contemple, qu'on se contemple. Ca me plait tellement que j'aimerai que cela ne cesse, en sachant parfaitement que ça cessera brutalement, au moment où je m'y attend le moins, au moment où elle jugera que je n'ai plus besoin d'elle, ou plutôt, au moment où elle se sera fatiguée de ma présence encombrante. Elle a promis, pourtant ... Mais je me sens pas de m'imposer à elle ... J'aimerai déprimé juste pour qu'elle reste avec moi, pour qu'elle continue à jamais à essayer de s'abjurer d'une promesse que je ferai en sorte qu'elle n'accomplirai jamais ... Et pourtant, je ne me sens pas à l'aise à cette idée, je ne veux pas la retenir contre son gré, mais je sais très bien qu'elle partira si je me montre pas assez ferme, si elle remarque quelque chose d'un peu plus anormal chez moi, si tout simplement, elle me trouve trop inutile, épuisante ... Mon regard est insondable. Je secoue la tête, et chuchote pour moi même "pas maintenant"

Douce voix qui résonne, comme issue de mes songes les plus fous ... Je secoue de nouveau la tête, regard un peu vague et surpris. Je la dévisage un moment, avant de comprendre sa question. Ooh, ça ... Je rougis un peu, alors que mon teint avait repris sa couleur albâtre. Elle a dit qu'elle trouvait ça jolie, elle apprécie ce que je fais ... Je me trémousse, sans vouloir trop montrer à quel point j'étais heureuse de son compliment. Il en faut vraiment peu pour me faire déprimer, oui, mais encore moins pour me rendre le sourire. J'affiche un sourire radieux, et répond d'une voix douce.


-Oui et non, Motoko-chan, je connais cette technique depuis quasiment que je suis rentrée à l'Académie ... Normalement, je devrai pouvoir cracher des litres d'eau, mais voilà ... A l'époque, j'ai refusée de continuer à m'entraîner, des étudiants plus jeunes faisaient mieux que moi avec moins d'efforts, j'étais assez capricieuse ...

Je m'interromps, gênée. Je trouve que j'en ai dis un peu trop ... Puis, je me demande si ça l'intéresse ou au contraire, ça l'ennuie plus qu'autre chose ... Silence lourd, je n'ose rien dire. Enfin, pas que j'ose pas, mais je trouve rien d'adapté à lui dire ... Mal à l'aise, vraiment envie de dire, faire quelque chose pour détendre l'atmosphère.
Puis, idée. Idée géniale, enfin, géniale à ce moment.
Je dessine discrètement les runes, en prenant bien soin à ce qu'elle ne remarque, petit sourire niais sur le visage, et ...
... Petit jet d'eau sur le visage.
J'ai pas eu envie de rire. Me rend compte qu'elle aurait pu le prendre mal, air angoissé, regard troublé, je me déplace vite à coté d'elle, et nettoie vite son visage ... Et je me rend compte, qu'au lieu de le nettoyer, je suis en train de le caresser .. Tact si agréable, peau si douce ... Arrêtes tout de suite ! Tout de suite !
Je recule précipitamment, tombe à la renverse, rougis violemment.


-D-désolée Mo-Motoko-chan ... balbutiais-je.

-La maison se peindra pas toutes seules les jouvencelles !

Je sursaute, me retourne, sursaute de nouveau en voyant le vieux à quelques centimètres derrière moi, m'éloigne presque en courant vers le pot de peinture et le pinceau, peins avec une vigueur pas très normale le mur.


-Ca fait plaisir de voir autant d'enthousiasme, de haut en bas, de bas en haut, de haut en bas ...

Mon visage est écarlate, je peint avec une frénésie particulière le mur.
Ne penses plus à elle, plus à elle, à son doux sourire, à sa peau douce, à ses lèvres ...
Raaah de haut en bas, de bas en haut, de haut en bas, de bas en haut, ses lèvres si appétissantes ...
Raaaaaaaaaaaaah !

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mer 16 Sep - 0:19

Ah tiens, la voilà partie dans "lalaland", j'espère qu'elle va me ramener un souvenir de là-bas.

Je ricane un petit peu, je peux pas m'en empêcher. Elle est là, perdue dans ses pensées, juste devant mes yeux, et tout semble aller bien. Elle, moi, notre situation... Quoique, il faudra vraiment que je trouve un hobby pour chasser toute ces pensées que j'ai d'elle.
C'est pas bon pour moi, pour elle, et pour ma tâche. J'ai promis de l'aider, pas de l'enfoncer encore plus en la rendant inconfortable car elle dois gérer, en plus, mes problèmes sentimental. Elle a pas demander ça, je vais donc tout garder pour moi. Égoïste ? En quoi ? Ce sont mes émotions, mes sentiments, mes envies. Je l'admet, elle en est la source et la solution, mais je me refuse à lui laisser ce choix à faire, ce ne serait que l'accabler encore plus.
Et de toute façon elle reviens.

Elle bafouille un peu, rougis - chose que je continue de trouver adorable - et finis par me répondre, se trémoussant comme une petite fille, mes yeux ne perdant rien des mouvements de son corps... Je sais.
Je secoue un peu la tête pour chasser ces pensées, mon père serait encore vivant qu'il m'en collerait une derrière la tête en hurlant "impure ! Impure !", mais bon, il était assez vieux jeu le vieux.
Bref.
Une vieille technique qu'elle arrivait pas à maîtrisé ? Abandonnée à cause de son manque de confiance ? J'empêche même pas le soupir de s'échapper de mes lèvres : c'est sur ça que je vais devoir bosser, et dur.
Mais pas aujourd'hui, pas maintenant, je refuse de casser ce moment entre nous, quel que soit ce moment.
Elle fabrique quoi ?

Aaaah ! C'est froid !

Je viens de me prendre une balle à eau version Uzumi en plein sur le visage et je suis tétanisée.
Je suis en colère ? Non, même pas.
Choquée ? un peu, je pensais pas qu'elle avait ça en elle.
Amusée ? Carrément, mais pour l'instant le choc prend le dessus sur l'amusement.
Elle en a plus dans le pantalon que prévue la petite, intéressant, ça promet des choses amusantes pour la suite.
Le problème, c'est que j'ai le temps de rien faire, rire, hurler, rendre la pareille, rien. Elle s'est jeter sur moi avec une vitesse qui fait peur à voir et à commencer à me "nettoyer". je tente bien de virer ses mains de mon visage - ces dernières ayant la facheuse idée de faire apparaître de la chair de poule sur ma peau - mais elle est têtue et cherche à nettoyer.
... Huuuum, c'est pas vraiment du nettoyage ça...

Ses mains sont passer de "sécher ma peau" à "caresser ma peau", et ça fait vraiment du bien. Ses mains sont vraiment douce, son toucher est léger, agréable, et ses mains son si chaude.
Je pousse un peu plus mes joues contre ses mains, immobile, je suis de la gelée entre ses mains, littéralement.
Je viens juste de lâcher un murmure de contentement quand la sensation disparaît et que j'ouvre mon œil. Elle a l'air choquée et... Elle s'excuse... De quoi ? J'ai vraiment appréciée ce qu'elle à fait, j'ai adorée, je tuerais pour ressentir de nouveau cette chaleur !
Alors de quoi elle s'excuse ?!
Hum, mes pensées redeviennent plus clair, ça va mieux et je comprends pourquoi elle a reculée. Si ça avait été moi, j'aurais sûrement fait pareil...

Je remarque même pas le vieux, mieux vaut pour lui, si je l'avait fait je l'aurais sûrement attaquer, il viens de déranger un moment important là ! Enfin pour moi... Rah, je suis irrécupérable.
Je cligne plusieurs fois de l'œil, l'esprit embrumé redeviens plus clair, et je soupire, de désespoir, si proche, si proche et pourtant si lointain, si lointain... Et voilà que je parle comme une de ces grognasses des pièces de tragédie, tch !
Je jette un regard noir vers le vieux qui continue de rabâcher sur le haut et le bas avant de porter un regard plus doux au dos de Uzumi, la sensation de ses caresses toujours présente sur mon visage, faisant frissonner mon corps de délicieuse sensation.
Je dois vraiment fait quelque chose à propos de ça, sinon je vais devenir folle.

Avec un ultime soupir je prend mes pinceaux et mes pots avant de me diriger vers un autre pans de mur, mieux vaut que je m'éloigne un peu d'elle un instant, sinon je sent que je vais faire un truc qu'elle va regretter toute sa vie...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mer 16 Sep - 1:42

Je commence à avoir vraiment mal aux bras ...
De haut en bas, de bas en haut ... Ça fatigue n'empêche, toujours ce même mouvement, pendant des minutes qui semblent être de longues heures ... Atroce. J'aurais jamais pensée qu'un travail aussi bête demanderait tellement d'efforts, tellement de temps ... Et même, ça durerait bien moins longtemps si on était pas obligé de faire ce stupide mouvement encore et encore ... J'ai l'impression d'être une machine !
Mon regard se tourne vers l'endroit où Motoko-chan travaille, elle a commencée plus tard que moi, mais, pourtant, elle avait peint plus de surface que moi ... Sentiment de frustration. Je me sens nulle ... Regard qui ne se détache pas d'elle. Jalousie, et désir. Sentiments contradictoires ... Je regrette parfois de ne pas avoir la capacité émotionnelle d'une cuillère à café ... Ça m'épargnerait beaucoup de complications, dans ma vie. Mais c'est comme ça, et pas autrement. A la fois jalouse et fascinée d'elle et par elle ... Regard songeur. Je secoue la tête, et me remet au travail, avec moins de vigueur qu'au début, mais avec plus que lorsque j'avais arrêté pour la contempler.
Soupir, je fais glisser le pinceau de haut en bas, de bas en haut, ainsi de suite, et bis repetita ... Plus jamais peindre, je m'en fais le serment, plus jamais, jamais ...

Deuxième pause.
Une heure de plus est passée, et le soleil m'accable encore plus qu'avant. Assoiffée, peau ardente, l'impression d'être fiévreuse, cheveux ardents ... Vraiment, vraiment parfait ...
Et le vieux, qui semble croire qu'il nous fait une faveur en nous accordant une pause ... Avec ou sans son accord, je l'aurais prise, mais ça m'énerve quand même ... Je suis assez énervée, en fait, pas réussir à faire mieux que Motoko-chan, pas faute d'avoir essayer, et je me retrouve à l'ombre d'un mur, alors qu'elle elle continue à peindre ... Et je la contemple d'un air jaloux, et je m'en veux. Regard exprimant ma souffrance, désirs contradictoires. impression que j'allais imploser si je continuais. Je soupire, ferme les yeux.
Je me sens si faible ... Pourtant, je me sens mieux à ses cotés, plus forte, moins immature, moins seule ... Je me sens si bien avec elle, alors, alors, pourquoi cherchais-je à me comparer à elle ? Elle m'apporte tant, moi si peu ... Pourquoi ne puis-je lui rendre ne serait-ce qu'un dixième de ce qu'elle représente pour moi ..? Je peux essayer, oui ... Arrêter d'être jalouse d'elle ... D'être jalouse de son amie ... Je ne l'aime vraiment pas ...
Regard venimeux, l'espace de quelques secondes.
Pensée malsaine qui traverse mon esprit : Elle est mienne ...
Je soupire, gémis, je me fais si mal toute seule ...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mer 16 Sep - 2:07

J'enfoncerais ces pinceaux dans une zone obscure du vieux tellement profonde que je le ferrais tousser de la peinture pendant des mois !

Je me calme, mieux vaut pour le vieux, je m'en vais te lui en mettre des hauts et des bas moi, il va pas être déçu du voyage...
Du calme !
Je vais finir par avoir un ulcère à force de m'énerver. Mais au moins la colère à quelque chose de bon dans tout ça : j'ai presque finis ma partie. C'est bon la colère quand bien utilisé...
Par contre je voudrais bien savoir où en est Uzumi ? Petit regard rapide et je grimace. Elle a pas beaucoup avancée, mais pour une fois j'ai pas grand chose à dire sur ça.
Le soleil cogne dur aujourd'hui, plus que d'habitude, le travail est éreintant vu la consigne de merde du client et la maison reste quand même plus imposante que prévue.
Et la seule raison pour laquelle j'ai plus d'avance, c'est parce que j'ai plus l'habitude de taches physique qu'elle, et semblerait que j'ai plus d'endurance aussi.
C'est pour ça que je dis rien.

Je reprend mon travail, mécaniquement, maintenant que mon corps à pris le mouvement, plus besoin d'y penser, mais je vais avoir mal au bras après ça, va falloir faire masser ce bras après.
Je me sourit à moi-même, ça me surprend même pas que mes pensées sur le massage m'ont tout de suite tournés vers Uzumi.
Je l'avoue désormais, elle me plait, beaucoup, physiquement et, aussi surprenant que cela puisse paraître, mentalement aussi.
Physiquement je pense pas avoir besoin de m'expliquer mais mentalement ? Hé, ce doit être son coté "honnête" ou plutôt "innocent" qui m'attire je pense, tellement en contraste avec ce que je suis vraiment, tellement à l'opposé de qui je suis.
Je l'envie.
Elle a conserver son âme avec tout ça, j'ai vendue la mienne pour une bouteille d'alcool frelatée.
Je grogne et me concentre de nouveau sur ma tache.

Une pause ? Pourrait servir ouais, mais j'ai presque finit, pas envie de me reposer le bras pour reprendre, je vais finir maintenant.
Je sent le regard de Uzumi qui est poser sur moi mais je refuse de regarder dans sa direction, si je le fais, je sais que je pourrait pas finir et que je vais aller la rejoindre pour me reposer.
Mais c'est étrange, je sent quelque chose de particulier dans son regard, il est plus perçant qu'avant et cela me donne des frissons.
Pas une sensation désagréable je dirait.
Allez concentre toi il te reste rien.
Pensée fugace de ses doigts sur mon visage et je soupire.
Tant pis pour ce qui reste.
Je me retourne et pose mon regard sur Uzumi et mes sourcils froncent. Elle semble si triste, si seule.
Je grogne avant de poser les yeux sur mon pinceau... c'est une idée ça tiens.

Je prend le pinceau est le cache derrière mon dos avant de m'approcher doucement d'Uzumi.
Une fois devant elle, je sourit de toute mes dents, un sourire un peu intimidant avec le bandeau mais il est pas inquiétant, enfin je tente de ne pas le rendre inquiétant.
Je hausse les sourcils et j'applique ma vengeance.
Je prend mon pinceau et lui applique deux belle plâtré de couleur sur chacune de ses joues avant de finir par poser une délicate couche sur son nez avant de poser mon pinceau.
Je sourit en prenant un air de celle qui réfléchit avant de hocher la tête, approuvant ce que je vois.

Mieux. Moins triste avec couleurs.

Elle ne le prendras pas mal, je pense, mais dans le doute je m'assoit à ses cotés, nos hanches se touchent, je l'ai fait exprès, j'avais envie.

Problème Uzumi ? En parler ? Vouloir changer coté peindre ?

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mer 16 Sep - 21:02

Je la regarde, alors qu'elle s'approche de moi, doucement, lentement.
Peux pas m'empêcher de remarquer qu'elle a l'air beaucoup moins fatiguée que moi, moins en sueurs. Ça me frustre ... Je soupire. Elle est plus endurante que moi, je devrai m'y faire. Enfin, ça devrait me déranger ? Je ne pense pas, non ... Pourquoi je me sens jalouse alors ? "La jalousie est le premier pas vers la haine ..." C'est ce que n'arrêtait pas de me dire dame ma mère. Nouveau soupir. Envie de fraîcheur ... Le soleil en pleine tête, c'est tout sauf bon pour moi. Je ferme les yeux, priant pour une fraîcheur qui n'arriverait pas ... Bah oui, j'aurais connue quelques Suiton, j'aurais pu, mais non, après tout, j'étais trop flemmarde, trop capricieuse à l'époque pour daigner porter mon attention à ces jutsus ... Mais n'empêche, que si j'avais travaillée à l'époque, là, je profiterai d'une douce pluie, d'eau fraîche, de ...

...Peinture.
Quoi ? Enfin, c'est frais, et ça a le même tact et odeur. J'ouvre les yeux, intriguée. Large sourire qui se dessine sur mes lèvres, elle me barbouille le visage avec son pinceau, et moi, je me laisse faire, regard pétillant, ni choquée ni en colère, prête à rire à gorge déployée, mais me retenant par peur d'en recevoir sur les yeux, je ne tiens pas à devenir aveugle avant l'heure. Enfin, je ne tiens pas à être aveugle tout court ... Bref, j'attends patiemment, avec pourtant bien trop d'impatience, qu'elle finisse de me barbouiller, pour pouvoir me venger à mon tour. Enfin, on ne peut pas appeler cela décemment de la vengeance, j'ai aucune animosité, au contraire, j'ai envie de m'amuser, de lui dessiner quelque chose sur les joues, le nez, le front ... Je frémis. Envie de caresser de nouveau sa peau, même si ce n'est que par ce biais. C'est mal, je sais, mais pourtant, l'idée que je m'en fout pas mal s'impose peu à peu à mon esprit. Dame ma Mère ne m'a jamais dit si cela était bien ou mal ... Mais, que je sache, il y a pas beaucoup de personnes qui ressentent ce que je ressens, non ? Ou c'est juste qu'elles n'en parlent pas en public ? Mais si c'est le cas, c'est bien parce que c'est mal, mal vu, non ?

J'éclate de rire, laissant à plus tard mes réflexions.
Oui, c'est vrai, c'est beaucoup moins triste, avec des couleurs ... Je me calme, la regarde intensément. Envie de lui rendre la pareille, mais je me retiens. Elle s'assoit juste à coté de moi, et je me sens bien mieux malgré tout. Ses hanches touchent les miennes, frisson le long de l'échine, impression que la température a encore augmenté. Je pose ma tête contre son épaule, pose l'air de rien une main sur sa hanche, jouit de ce contact interdit, petite fille heureuse lorsqu'elle transgresse un interdit parental, et ferme les yeux, brise légère dans les cheveux, température corporelle diminuant peu à peu : L'après-midi approche de sa fin. La maison ... Bah, la maison est pas peinte en entier, on le remarque bien, entre les murs dont la peinture semble fuir, verts, et les murs rouges, qui eux, brillent encore de la cape de couleur récemment posée. Soupir. On aurait pas finis avant la nuit tombée. Nouveau soupir. J'étais si bien, là ... Ma main se resserre sur son hanche. Je l'enléve, très vite, puis, tout aussi rapidement, l'y repose, avec une douceur particulière, espérant qu'elle n'ait rien remarquée, sans beaucoup d'espoir, mais m'en moquant un peu. Je me sens si bien, dans cette position ... Elle me réprimanderai plus tard, si elle doit le faire, si ça ne lui a pas plu, si, tout simplement, elle l'a pris comme le geste qu'il est.
J'ouvre les yeux, lorsque sa voix résonne. Elle demande si je me sens bien, si ça va bien ... J'apprécie qu'elle s'inquiète pour moi, comme elle le fait. L'impression qu'elle se préoccupe pour moi, vraiment, l'impression qu'elle ne le fait pas par hypocrisie ... Je surprend ma main caressant sa hanche, lentement, délicatement ...
Soupir de bien-être.
J'enlève ma main de son hanche, ma tête de son épaule, me lève lentement, pas volontairement en plus, pose un regard plein de haine à cette maudite maison, à ces maudits murs, à ce maudit vieux ... Plus là, qui plus est. Bref ... Geste rapide, je saisis son pinceau et, lentement, délibérément, je l'approche de son visage, et, peint de fines lignes sur ses joues, des pois sur son nez, sourire qui s'élargit sur le visage.


-On est quittes maintenant, Motoko-chan.

Petit rire, clin d'œil, et je m'élance ver la maison, pour reprendre le travail, vigueur retrouvée, et, de moindre façon, éviter sa vengeance. Quoi que ça ne me dérangerait pas ... Éclat de rire. L'impression d'être de nouveau une petite fille, et, ça ne me dérange pas du tout, vraiment pas du tout ...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mer 16 Sep - 22:19

Je... J'ai fait une erreur, une terrible erreur, quelque chose qui me causeras à ma perte...
Quand je me suis assise, c'était pour sentir Uzumi, je l'admet, je voulais sentir un peu sa chaleur. Je voulais juste la sentir elle; Je m'était préparée à ce que cela allait me faire, je suis pas débile et je commence à comprendre comment mon corps réagis face à tout ça.
Donc je pensais pouvoir rester relativement calme face à toutes ces sensations.
Sauf que je m'attendais pas à ce qu'elle augmente la difficulté du jeu.
Elle a posé sa tête contre mon épaule, j'ai rien dis, mais mon souffle s'est arrêter une seconde. Mais ce fut pas le pire, nan, le pire ce fut quand elle a poser sa main contre moi, contre ma hanche, sa main si chaude, si grande.
Et là c'est plus d'une seconde que j'ai oubliée de respirer.

Je dois récupérer, je dois me retenir, je refuse de céder à mes passions, je refuse de le faire, je refuse de la perturber, je refuse, je refuse, je refuse !

Je ferme un instant mon œil avant de prendre une profonde inspiration. Je dois concentrer presque tout mon système nerveux sur le fait de pas trembler de plaisir juste à cause de sa main, fait chier d'être faible.
J'ouvre de nouveau mon œil pour le poser sur Uzumi. Étrange, je me sent bien, je me sent normale, je me sent capable de m'amuser normalement, comme devrait le faire les personnes de mon âge. Mais j'ai mal.
Mal à la poitrine, là où se trouve mon cœur, mal au ventre, une sensation de déchirure se faisant sentir.
Je peut comprendre le cœur, j'ai cesser de l'utiliser il y a très longtemps, mais l'estomac ?
Je crois pas à la "douleur de l'âme" que parle les vieux. Et de toute façon, même si c'était le cas, j'ai déjà dis que je l'avais vendue pour de l'alcool de mauvaise qualité alors...

Je tremble de plaisir, mes lèvres s'entrouvrent pour émettre un gémissement de plaisir mais je me mord la langue suffisamment fort pour l'empêcher... chier, je me suis coupé, tant pis.

Je jette un regard à la fois amusé et plaintif en direction de Uzumi, regard qu'elle vois pas, évidement. Je pensais pas qu'elle répondrait à ma question en me caressant la hanche.
Ça deviens de plus en plus difficile de réussir à se retenir, ça deviens de plus en plus difficile d'accepter de ne rien faire, ça deviens de plus en plus difficile de juste me contenter de la regarder...
Je fer me mon œil et abandonne, elle gagne, je profite pleinement de la sensation, rejetant ma tête en arrière, la bouche légèrement entrouverte, de silencieux gémissements s'échappant de cette dernière.
Puis tout aussi rapidement que ça avait commencé, ça c'est arrêter.

J'ouvre mon œil, l'esprit embrumé. Je suis où ? Je fait quoi ? Pourquoi elle s'est arrêter ? Qui je dois tuer pour qu'elle recommence ?

Je remarque même pas quand elle me prend mon pinceau et commence à peindre des moustaches sur mon visage, je fait pas attention, je fait attention qu'à elle, le regard un peu embrumé, l'esprit ailleurs, mais rivé sur une seule chose : ses lèvres.
Ma concentration sur ces deux petits morceaux de chairs pourrait être qualifier de malsaine mais... J'y peut rien, je contrôle plus rien là, je suis plus que spectatrice de mon corps.
Elle finit de peindre, puis elle s'éloigne, en riant, avec un clin d'œil.
Et j'ai toujours l'esprit aussi perdu. Mais je sais ce que je vais faire, je l'ai sentit, et je pourrait pas l'empêcher... Pas comme si je le voulais d'ailleurs.

Je me lève, lentement, l'œil un peu morne, perdu dans le vague, puis je m'approche de l'endroit où se trouve Uzumi.
Elle a recommencée à peindre et, sûrement à cause du mouvement bis repetita, elle ne ma pas encore remarquée.
Je sourit, tant mieux.
Je pose ma main gauche sur son épaule avant de la force à se retourner, puis je pose ma deuxième main sur son épaule pour l'empêcher de fuir avant de la plaquer fermement, mais avec gentillesse quand même, contre une des partie pas encore peinte.
Je plonge mon regard perdu, vide, mais à la fois remplis de passion et de peur.
Ouais, j'ai la trouille, c'est un quitte ou double là, soit elle continue de m'accepter après ça, soit je peut dire bye bye à toute chance de socialiser...
Advienne que pourra.

Je colle mon corps au plus près d'elle suffisamment pour sentir sa chaleur, mais pas assez pour qu'ils se touchent vraiment et j'approche on visage du sien, mes lèvres à quelques millimètres des siennes.
J'ai envie de l'embrasser, ça y est, je l'ai dis.
J'ai envie de goûter ses lèvres, sentir ses lèvres, découvrir leur texture, leur forme, leur douceur...
Mais je ne le fait pas, et je me retiens avec violence, en me mordant la lèvre inférieure.
Et pourtant c'est dur, son souffle chaud est contre mon visage et cela embrume encore plus mon esprit. Mais je me retiens, par je ne sais quel miracle.
Je baisse un peu la tête, la respiration haletante, le souffle court, je déssère un peu ma prise sur elle, la laissant libre. J'évite son regard, je veut pas voir ce que je pourrais y lire, mais je me contente de poser un dernier regard sur ses lèvres avant de soupirer.
Autant pour le self-control tiens...

Excuser. Expliquer plus tard.

J'espère que ça lui conviendra, qu'elle me demanderas pas d'explication tout de suite.

Je la lâche complètement et me retourne avant de prendre un nouveau pinceau et un peu de peinture pour reprendre mon travail devenu d'un coup super important.
de haut en bas et de bas en haut, de haut en bas et de bas en haut, allez !

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Jeu 17 Sep - 0:10

De haut en bas, de bas en haut, même mouvement que j'ai fait toute la journée, encore et encore.
Pourtant, là, je me sens plus légère, moins épuisée, comme animée par une force extérieure, qui dirige mes bras dans ce mouvement répétitif, monocorde ... Je me sens bien, comme ça ... Même si je préférerais autre chose, désir inavouable pourtant bien avoué, retourner auprès d'elle, reposer ma tête sur son épaule, ma main sur son hanche ... Sourire niais. Frisson le long du dos, je me laisse aller dans ce mouvement, de haut en bas, de bas en haut ...
Pensées qui vagabondent un peu partout sauf où elles le devraient, au point où je me rend compte, après quelques mouvements, que je peins un pan de mur déjà peint ... Je me pince la lèvre inférieure, avant de me déplacer vers un autre endroit.
Je sens une main se poser sur mon épaule gauche. Pas le temps de demander à Motoko-chan, car oui, je savais que c'était elle sans même avoir besoin de la voir (son toucher j'aimerai dire, mais, ça serait pas vrai ...), pas le temps de lui demander qu'est ce qu'il se passait, qu'avec force elle me retourne de force vers elle. Air de surprise imprimé sur mon visage. Qu'est ce qu'il se passe ? Pourquoi elle m'oblige à lui faire face comme ça ? J'ai fais quelque chose de mal ? C'est sur, certain, elle a pas aimé, elle veut me réprimander, si ça se trouve, elle va me demander de partir, de la laisser tranquille, de revenir d'où je n'aurais jamais du partir. Sentiment de panique qui m'envahit, j'allais ouvrir ma bouche pour me justifier, que cette fois je sens qu'elle me pousse en avant. Tact de la pierre contre le dos. Surprise qui s'accentue. Seconde main qui s'appuie sur l'épaule opposée où repose sa jumelle. Souffle coupé. Pupilles qui rétrécissent ... Difficulté à avaler la salive, presque l'impression que je vais suffoquer devant cette proximité que j'avais tant souhaité, et qui pourtant, maintenant, m'effraie plus qu'autre chose. Je n'ai pas prévu ça ... Mais est ce que cela veut dire que je ne le souhaite pas ? Non, non, trois fois non, au contraire, je le souhaite plus que tout ... Et elle est proche si proche ... Et ses lèvres, qui avancent lentement mais inexorablement ... Impression que mon cœur veut fuir ma poitrine. Gros effort pour l'en empêcher, même si il est emballé. La couleur me monte lentement au visage, la chaleur de même, l'impression que je suis pas dehors, contre un mur, mais dans un four à pâtisseries ... Et ses lèvres, proches, si proches ... Larmes aux yeux, je finis par les fermer. Prête à m'abandonner à elle. Désir, souhait avoué. M'abandonner à elle, ressentir son tact, sa fragrance, son goût, ne serait-ce qu'un instant éphémère, pas plus, je n'en demanderai ...

Pas plus ...
Pourquoi je ne ressens plus rien ? Pourquoi, quand j'ai rouvert les yeux elle n'était plus contre moi ? Pourquoi j'ai ce sentiment accablant de solitude ? Pourquoi n'a-t-elle pas fait ce que j'aurais souhaitée tant qu'elle fasse ..?
J'ai froid, très froid tout à coup.
Elle a dit quelque chose, j'ai pas entendu, pas compris, pas saisi, je m'en fout, je vois juste qu'elle s'éloigne, et que moi, j'ai froid. Très froid. Et mal.
Regard vide, vague, qui la suit alors qu'elle se remet à peindre, à un mur éloigné de celui où on était. Pourquoi elle a fait ça ..? Pourquoi elle me laisse comme ça, après ce qu'elle a fait ..? Châtiment pour mes actes précédents ? Si c'est le cas ...
Je préfère ne pas y penser.
Mais si c'était pour autre chose ..?
Je préfère ne pas y penser non plus.
Je me sens blessé d'une façon que je ne peux me l'expliquer, comme si une dague m'avait pourfendue le dos, comme ... trahie ... L'impression qu'elle a brisée une promesse à laquelle j'accordais une importance capitale. Alors que c'est complétement absurde. Elle n'a aucun engagement envers moi ... Mais moi, j'en avais contracté un envers elle.
Pour ça que j'ai si mal, maintenant ...
Et pourtant, je ne souhaite pas en rester là. Je veux des explications. Non, je veux achever le geste qu'elle a commencée, je le veux, je le dois, sinon, je m'en voudrais ... J'aurais ce doute persistant, insidieux, aussi longtemps que je ne l'aurais mis au clair ... Ce soir, maintenant, tout de suite.
Je me dirige d'un pas décidé vers elle.
Et si c'était juste pour me faire souffrir ? Ou même si c'était pas du tout pour ce que je pense qu'elle l'a fait ? Et si elle me rejette une fois l'acte accompli, je ferai quoi ..?
Moitié du chemin parcouru, ma volonté commence à s'émietter, comme sable en pleine tempête.
Je ferai quoi sans elle ? Sans sa présence, sa chaleur, sans le réconfort qu'elle m'apporte ..? Je fais quoi sans tout ça, moi ..?
Juste derrière elle, je fais comme elle, juste avant, main sur son épaule gauche, je la retourne avec un peu trop de force.
Larmes qui coulent sur mes joues. Toute rouge. Respiration saccadée. Elle le prendra comment, de me voir comme ça ? Et je fais quoi maintenant ? Je me sens plus de le faire, mais elle va me demander des explications, pourquoi c'est si difficile de faire un si petit geste, un simple geste, ce n'est rien ... Et pourtant tellement ...

Fais le maintenant, avant que tu ne le regrettes à jamais.
Je ferme les yeux, l'enlace, et approche mes lèvres des siennes, lentement, cœur serré, sachant parfaitement, avec une conviction particulière, que ça serait la dernière fois que je pourrais me permettre tel geste, avant qu'elle ne disparaisse de ma vie ...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Jeu 17 Sep - 1:33

Passionnant ce mur... Très passionnant. de haut en bas, de bas en haut, de haut en bas, de bas en haut, les lèvres de Uzumi, les hanches de Uzumi... Merde.
Je soupire. Mes pensées me ramène tout le temps vers elle, tout le temps. Je pourrais être en train d'éviscérer un goret et je suis sure que je trouverais un truc pour me ramener vers elle... bon, peut être pas sur le goret même, mais tu vois ce que je veux dire ? Non ? Fais comme si.
Je vais pas arriver à la sortir de ma tête, sauf si je l'embrasse et puisse la garder avec moi, ou si je peut la garder avec moi indéfiniment... Je sais que c'est mièvre !
Y a aussi une autre méthode, en parler avec elle, lui expliquer mes actions, et surtout ce que je suis vraiment, espérer qu'elle ne soit pas écœurée, dégoutée à vie, et qu'elle me parle encore après ça.

Je soupire encore une fois avant de sentir une main se poser contre mon épaule, et j'écarquille mon oeil avant de le fermer, attendant la gifle à venir.
Une seconde.
Dix secondes.
Vingt secondes.
Toujours rien ?
J'ouvre mon œil et je peut entendre mon cœur se briser dans mes oreilles.
Elle pleure, elle pleure, elle pleure, je l'ai fait pleurer. Je suis vraiment un monstre en fait... Je le savait, je savait qu'elle avait des émotions dans un shaker, je savait qu'elle était fragile, et pourtant, pourtant, j'ai encore appuyée dessus, enfoncer encore un peu plus une zone déjà bien amochée.
Je ferme un instant mon œil, retenant mes larmes, je suis désolée, Uzumi, je suis si désolée... Je ferrais n'importe quoi pour... Que fait elle ?

Elle m'enlace ? Elle s'approche de moi ? Elle ferme les yeux ? Ses lèvres s'approchent ? Ses lèvres ? Ses lèvres...
J'ai la bouche sèche, elle arrive. Je tremble, elle est plus prêt déjà. Son odeur m'envahit, je peut sentir son souffle chaud sur moi.
Je laisse tomber, j'abandonne, elle me haïras, tant pis pour ma tronche.
Je sourit un peu avant de fermer mon œil, un sourire un peu triste, un peu "d'abandonnée", je sais ce que je fais, et elle ? J'en doute, elle agis comme ça par ma faute, elle se réveilleras par ma faute aussi donc, et, tout sera finit, mais tant pis.
Je me met sur la pointe des pieds, obligée, je suis plus petite qu'elle, et de beaucoup, et je fait rencontrer mes lèvres avec les siennes.

Ce n'est pas un baiser, on ne peut pas appeler ça un baiser, c'est juste une pression entre deux paires de lèvres, c'est tout.
Et pourtant j'ai l'impression d'être morte et que mon dossier se soit perdue dans les méandres de l'administration céleste, m'ouvrant alors les portes du Paradis.
Je me fait violence, je ne veut pas forcer le baiser, je ne veut rien force, je ne veut pas la faire fuir, je veut, je veut juste continuer comme ça, rester dans ses bras, presser mes lèvres aux siennes.
Et je sourit contre ses lèvres, par accident, mais je ne le regrette pas.

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Jeu 17 Sep - 14:57

Je fais quoi, maintenant ..?
Maintenant qu'elle est dans mes bras, que nos lèvres se sont rencontrées, et ne semblent plus vouloir se séparer, je fais quoi, moi ..?
J'ai un blocage, tout à coup, et pourtant, je ne porte pas de bouclier que je sache ... Je reste immobile, dans cette position, n'osant même pas faire un seul mouvement, ni de recul, ni pour continuer. Je tremble de tous les membres, et pourtant, je fais autant d'efforts que possible pour ne pas le montrer. Je me rend compte que je ne la tiens pas fermement, que ma poigne risque de lâcher à n'importe quel moment, mais je ne fais rien ni pour la resserrer, ni pour la défaire. Mes lèvres ardentes sont contre les siennes, mais je n'ose pas me séparer, ni forcer un baiser.
C'est le statut quo.
Je fais quoi, maintenant ..?
J'ai attendu ce moment avec impatience ... Et maintenant qu'il est arrivé, je n'ose pas aller plus loin. Mais je n'ose pas non plus me rétracter, non, je ne le pourrais décemment ... Pourquoi je ne resserre pas mon étreinte ? Pourquoi, je ne la plaque pas contre le mur, et je déchaîne ma passion latente dans un langoureux baiser ? C'est bien ce que je veux, non ..? Oui, je le veux, je le souhaite, je le désire ... Mais je ne le fais pas, pourtant.
Je devrai peut être la séparer de moi, reculer, implorer son pardon, en espérant qu'elle daigne un jour me parler de nouveau ... Mais pourtant, je ne ressens aucun regret, aucun remord. C'est ce que j'avais à faire, non ..?
Je fais quoi, maintenant ..?
Ça ne me rappelle que trop quand je lui ai demandée de me serrer dans ses bras ... Que j'étais partie dehors ... Et qu'elle était revenue me chercher ... Balancée entre cette envie d'en avoir plus, mais aussi avec cette frayeur irrationnelle pourtant bien trop rationnelle qu'elle me rejetterai ... Pourtant, elle était bien revenue, mais, cette fois, reviendra-t-elle vers moi ? J'ai peur, tout simplement peur.
Entrailles qui se tordent, j'ai ce sentiment de vide, de manque, que ce simulacre de baiser n'a pas comblé. Je n'ose pas, pourtant, continuer dans l'espoir de le soulager, même si je sais ce que cela m'en coûtera. Et ça m'étonne que, malgré le temps qui se soit passé, elle ne se soit pas retirée de mes bras, ne m'ait pas baffée, insultée ... Mais ça n'a pas d'importance, pas maintenant, j'aurais tout le temps pour y penser ... Envie dévorante de déposer un vrai baiser sur ses lèvres, égoïste que je suis, ne cherchant que mon salut, ne serait qu'un instant éphémère, en sachant que je me damnerai à coup sûr.
Je reste là, et je me demande si je ne devrai pas dire quelque chose, une prière pour implorer sa clémence à genoux, comme à une Déesse meurtrière, ou, des paroles tendres, laissant entrevoir, même, révélant tout ce que j'avais en moi ... Réflexe : J'ouvre la bouche pour me répandre en excuses, mais je ne trouve rien à dire. Air qui manque, gorge sèche. Je la regarde de mes prunelles, où se reflète une souffrance, causée par une indécision maladive.
Je fais quoi, maintenant ..?

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Jeu 17 Sep - 17:00

Elle ne répond pas au baiser, je le savait. Elle ne resserre pas son étreinte, je le savait. Elle ne fait rien.
Je le savait.
Je sourit tristement en séparant mes lèvres des siennes, je savait que cela allait se passer ainsi, sa réaction n'était dû qu'à la mienne. Il n'y avait aucune raison pour elle de pouvoir m'aimer, aucune raison pour elle de pouvoir retourner ce baiser, aucune raison pour elle de l'initier déjà.
J'ai créer moi-même ma propre destruction mais étrangement je m'en moque. J'ai déjà détruit mon cœur une fois, le refaire sera possible, par contre cela risque d'être la dernière fois.
Je soupire, le sourire un peu triste toujours présent sur mon visage et je lève mes yeux.
Et mon souffle s'arrête.

Je peut pas tout déchiffrer, mais de ce que je lis dans son regard, c'est la peur, de moi ? Très certainement... Et la tristesse, tant de tristesse...

Je suis la cause de tout ceci, c'est un fait indéniable. Et le pire, c'est que je veux accepter la culpabilité d'un tel acte et je veux subir ma punition.
Pourquoi ? Il y deux mois à peine je l'aurais sûrement embrasser de force, et avec un sourire, alors qu'est-ce qui a changer depuis ?
Facile, moi.
J'ai changée. Certains diraient pour le meilleur, d'autres pour le pire. certains diraient que je suis redevenu humaine, d'autre que je faisait que prenne l'apparence d'une humaine.
Mais quoi qu'il en soit, quoi qu'il m'en coûte, ce changement m'interdis, m'empêche et me fait me révolter dans l'idée que quelque chose puisse lui arriver à elle, juste elle, Uzumi Meloku.

Elle n'a pourtant rien d'autre que sa beauté pour elle.
Et pourtant.
Il existe chez elle quelque chose, quelque chose qui me force à vouloir la connaître, vouloir la sauver, vouloir l'embrasser. Si innocence ? Son passé ? je l'ignore, j'aime à croire qu'il s'agit des deux, cela me donne l'air moins superficielle.
Quoi qu'il en soit, c'est un fait, je suis prête à aller vers de terribles conséquences juste pour la protéger, du monde, de sa famille, des ninjas, de moi...
Et pourtant je suis celle qui la blesse au final.
Je ne mérite pas de rester à ses cotés, hein ?... Elle souhaite parler, inutile, je sais, je comprend.

Je secoue la tête avant de poser un de mes doigts sur ses lèvres, frémissant du contact.

Je comprend. Excuser. Avoir envie, besoin. Comprendre.

Je baisse la tête et, pour la première fois en des années, je laisse une larme s'échapper de mon oeil, larme qui coule doucement, gentiment le long de ma joue, me surprenant, n'étant plus habituée à la sensation.
Je m'extirpe de ses bras, doucement, gentiment, et je lui offre un petit sourire avant de prendre mon pinceau pour me remettre au travail, essuyant frénétiquement la larme ayant couler.

Je le savait.

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Jeu 17 Sep - 22:22

Pourquoi, pourquoi je ne ressens plus cette chaleur, ce tact ...
Pourquoi s'est-elle séparée de moi, et pose-t-elle son doigt sur mes lèvres ?
Qu'ai-je donc fait ? Tristesse, cynisme, désarroi, froid, souffrance, tout cela à la fois. Ténèbres, c'est tout. Je me sens accablée par les ténèbres, la solitude, maintenant qu'elle s'est séparée de moi, qu'elle est partie en pleurant. Qu'ai-je fait ..? Pourquoi suis-je méprisable au point de l'avoir fait pleurer ..? Pourquoi suis-je égoïste au point où j'ai envie de fermer les yeux, partir, juste pour m'épargner cette vision qui me pourfend ? Déchirure latente, je pose ma main à la poitrine. Si mal ... Mon regard rivé sur elle ne peut s'en séparer, je la regarde pourtant sans la voir.

Partie.
Brisée.
Il fait froid, si froid ...
Et l'impression de ne plus rien voir, sauf elle.
Comme si, comme si un météore incandescent, flamboyant, rayonnant plus que l'astre solaire lui même, traversait la voute stellaire, et que sa beauté éclipsait celle des étoiles. Fascination. Juste une envie, que ça ne s'arrête jamais, de pouvoir le regarder jusqu'à la fin des temps et au-delà, pouvoir le faire sien ... Car, on le sait très bien, on ne se fait aucune illusions, lorsque cet astre fugace aura traversé les cieux, et continué son voyage ... On ne saurait apprécier la beauté du ciel comme avant. On trouverait leur éclat terne, morne, insignifiant. Et on aurait toujours ce désir fou, qu'un jour, on en profiterait à nouveau, juste une fraction de seconde. Et que notre vie ne sera plus jamais complète jusqu'à cette date.
Elle est mon météore. Je ne peux la laisser partir, non, je ne peux, je ne dois ...
Mais comment faire ..? Comment faire pour qu'elle comprenne ce que je ressent pour elle ..?
Esprit torturé, je ne sais pas, je ne vois pas, et cette maudite maison qui ...
... N'ait pas fini d'être peintre.
Cette chanson ... Oui, c'est ça, et ... Regard qui se pose sur le pinceau.
Quitte ou double, Déesse, faites que cela fonctionne ...
Je m'approche lentement, pinceau en main, regard éteint, tremblant de tous mes membres, plus proche de la crise de larmes, que celle de joie, et la retourne, cette fois avec douceur, délicatesse.
Face à moi, qu'elle est belle ... Malgré qu'elle soit borgne, son visage est toujours aussi beau ... Je souris tristement, et, sur un ton mélancolique, lèvres à coté de son oreille, presque les effleurant.


Peintre dans l'abstraction, poète dans la perfection
Paysage en noir et blanc, sans éclat ni scintillement
Une couleur de neige, pour ta peau qui semble dire : Attend
Sauvages et luxuriants, un toucher de vert pour tes yeux émeraudes
Un éclair ébène pour tes soyeuses boucles
Passage d'azur pour les cieux qui chantent ton ode
Or et argent qui te rendent si noble
Pureté et souillure, à jamais bannis dans l'abîme


Je trace deux traits fins, sur chacune de ses joues. Je trace deux traits sur les miennes. J'espére qu'elle comprenne le geste ... Mais qu'importe, si ce n'était assez clair ...
Je l'enlace avec force, la plaque au mur, approche mes lèvres des siennes, à à peine quelques centimètres, regard embrumé, couleur écarlate au visage, larmes coulant malgré moi sur mes joues, escomptant avant que ses lèvres ne s'ouvrent sa réaction, ses paroles.


-Tu ne peux pas me refuser ça, non ...

Je ferme les yeux.
Me voilà condamnée.

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Sam 19 Sep - 15:00

De haut en bas, de bas en haut. Je soupire. Mouvements répétitifs, lassants, mais bon, au moins ils occupent mon esprit, ils m'empêchent de penser, ils me permettent de m'échapper.

Je ne regarde pas derrière moi, je refuse, j'ai réellement besoin de me concentrer devant moi, j'ai vraiment besoin de faire en sorte que cette maison soit enfin finit.
Pas que cela m'intéresse beaucoup, ce vieux pourrait crever dans un hospice que je lèverais sûrement pas le petit doigt, mais c'est une mission que je dois accomplir, la première depuis que je suis arrivée, et j'aimerais éviter que ma toute première mission se termine par un échec, ça fait sale dans un dossier, et je doute que ça aiderait à ce que l'on me fasse confiance à l'avenir.
...
Je sais, la ferme.

J'évite de penser à ce qui viens de se passer, mais, je te rassure, c'est impossible, c'est présent dans mon esprit, devant mes yeux, sur le bout de mes doigts, sur mes lèvres... Je ne peut l'ignorer.
Mais j'essaye...
Pourquoi... Tu ose demander pourquoi... Je vais te donner la réponse : je suis un monstre. Pendant plus de trois ans j'ai souillée toute les partie de mon corps, de mon cœur, et de ce qui devait rester de mon âme. Pendant plus de trois ans je me suis entraînée, seule, dans un gouffre que j'avais moi-même creusée, un puits sans fond, symbole de mes ténèbres. Pendant trois ans, j'ai abandonnée mon humanité, regardant l'horreur de ce monde avec des yeux las. Pendant trois ans, j'ai détruit ce qui faisait moi, "moi", pour me recréer, plus horrible qu'avant, plus dure, plus glaciale, plus en accord avec le monde dans lequel je vivait.
Et ce n'est pas ces quelques mois dans ce village qui vont changer cela... Rien ne le peut en fait.

Je me berce d'illusions seule, j'ai des sentiments pour Uzumi, c'est un fait, un fait établis, mais je reste un monstre, une créature qui n'a nullement sa place dans la lumière, et elle... Elle est trop pure pour que je puisse la toucher. Un ange.
Et je suis un démon.
Je me répète, je sais. Mais je veux que tu comprenne, je ne peut l'aimer, pas de la façon dont on l'entend normalement, je ne sais pas aimer normalement, pas sans faire souffrir, pas sans souffrir. Et je me refuse à créer un gouffre dans son âme.
Encore un soupir. Je suis folle, vraiment. Pourquoi est-ce que je lui ait proposé de l'aider alors que je n'arrive déjà pas à m'aider moi même ? Comment faire pour éviter qu'elle ne s'empêtre dans mes ténèbres ? Comment... Qu'est-ce qui se passe ?

Elle est devant moi, encore une fois, elle ma retournée avec gentillesse, délicatesse, comme si elle avait peur de me faire du mal. Elle est devant moi, je lève les yeux vers elle... Et mon cœur se serre.
Il y a quelque chose en elle, ses yeux... Ses yeux semblent si chaotique, laissant planer tant d'émotions. Peur, peine, joie, désir, indécision, hésitation... Tant d'émotions, tant que je ne peut déchiffrer, tant que je ne souhaite déchiffrer.
Je devrais me retourner, m'échapper de sa poigne ferme mais gentille, la laisser enfin tranquille, l'aider des ombres, sortir de sa vie. Et pourtant je reste devant elle, une expression de curiosité se lisant sur mon visage, désireuse de voir où tout cela va me mener.
Masochiste ? Oui, sûrement...
Elle s'approche de moi, elle s'approche...

J'entrouvre légèrement mes lèvres, la respiration un peu courte, et la voilà qui s'approche de mon oreille avant de, chanter ?
Je ferme mon œil, me laissant bercer par cette chanson, abandonnant l'idée de retenir les larmes coulant de mon œil clos.
C'est si beau, mais aussi si triste, comptine d'enfant ou poème d'adulte ? Je l'ignore, mais je me moque de la réponse, c'est si beau, si juste, si... Adapté à notre situation je dirais que j'en pleure de plus belle, moi, qui ne verse jamais de larmes, je me retrouve à l'état d'enfant devant ce que je considère un ange.
Je sent quelque chose de frais contre mes joue, j'ouvre mon œil, elle a tracée deux traits fins de chaque coté de mes joues avant de faire la même chose pour elle. Et j'écarquille mon regard.
Cela ? Elle est sérieuse ? Je veut dire... Pourquoi ?
Je suis plaquer au mur peint, elle m'enlaçant, proche, trop proche ? Non, pas assez proche. Nos lèvres à quelques millimètres de chacune, et elle me dis que je ne peut pas lui refuser ça... Je ris.

Un petit rire amusée, un petit rire humide dû à mes larmes, un petit ris joyeux.
J'ai compris.
Puis-je lui refuser ça ? Oui. Le devrais-je ? Oui. Est-ce que je le ferrais ? Non.
Même les monstres peuvent être aimer alors ? Ironique que ce soit un ange qui me le montre.
Je sourit doucement avant de porter une de mes mains contre sa joue, caressant avec tendresse cette dernière, faisant glisser, de temps en temps, mon pouce le long de ses lèvres.

Rien refuser. Pas pouvoir le faire.

Ma voix est un murmure, un soupir, mais même moi je peut entendre la joie dedans, l'espoir qui s'y trouve. J'ai l'air étrange comme ça, non ?
Je peut sentir son souffle chaud contre ma peau, je peut sentir la chaleur irradier de sa peau... Mais je ferrait rien, une vieille partie de "moi" viens de refaire surface il semblerait, le coté joueuse.

Avec un petit sourire je dépose un rapide baiser contre les coins de ses lèvres, une simple pression, rien de plus... Avant de la pousser, sourire aux lèvres.

Allez. Travailler. Plaisir après.

Je finit avec un petit clin d'œil, un sourire malicieux aux lèvres, promesse ou simple vérité ? Elle devras attendre plus tard pour sa réponse.
sans un mot de plus, tirer la langue de façon amusée ne compte pas comme parler, je me retourne, prenant mon pinceau, et je me remet au travail, sourire aux lèvres, essuyant les larmes de mon œil.
Par contre, impossible de m'empêcher de regarder par dessus mon épaule pour voir sa réaction à cette promesse, irrécupérable, je sais.

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Dim 20 Sep - 5:24

Des larmes ...
Encore, et encore des larmes ... Mais que suis-je ? Qui suis-je ? Si ce n'est un être méprisable, dégoutant, que serais-je d'autre sinon, pour continuer de la faire pleurer ..?
Et elle pleure, et pourtant, je me refuse à la laisser seule, à me répandre en excuses, moi, être égoïste au point de souhaiter mon salut au détriment de son bien être ... Puis-je donc avoir réellement des sentiments envers elle ? Je ne puis, ce n'est possible, car, si c'était réellement le cas, continuerai-je à la tourmenter ainsi, juste, juste par intérêt personnel, apaiser cette souffrance, ce vide, trou béant qui semble aspirer toute lumière, condition partagée par nous tous ou tout du moins je l'espère, pour me persuader que ce que je fais est juste normal, que c'est juste mon statut qui m'y contraint, tout en trouvant cette excuse creuse, que je trouve toutes les excuses creuses, qu'en fait je ne souhaite que le repos même si cela est au détriment des autres, même au détriment de celle à qui mon cœur et âmes crient leur passion ...
Je me hais.
Mais pourtant, je ne peux que me sentir plus légère.
Vouée à la souffrance pour mon propre bien ? Pensée qui s'impose peu à peu à ma psyché instable ... Mais cherchant toutes les raisons du monde pour me persuader, convaincre du contraire. Refus total de ce qui me semble être une réalité indéniable, une réalité que je n'admettrai même si on me la gravait sur le bras, l'impression de m'enfoncer peu à peu dans les abysses ...
Et la caresse, chaleur de son souffle contre ma peau, le tact réconfortant de l'étreinte que je force n'y peuvent rien.
Besoin d'elle ... Ce qui n'est aucunement réciproque. Indifférent désir ardent, de ses lèvres contre les miennes, elle n'a pourtant aucune raison de le faire, et ce n'est pas mon injonction qui y changera quoi que se soit ...
Je ferme les yeux, et, peut être, me réveillerai-je dans le corps d'une autre, dans une autre vie, dans une vie où je ne suis pas moi, et où elle n'est pas elle ...

... J'ai mal, si mal ...

Sur le point de reculer, desserrer mon étreinte, partir en courant, plus revenir, me terrer dans un trou et ne jamais en sortir, que son rire sonne à mes oreilles, semblable à un hymne d'espoir, son cristallin à mon sens, rire qui m'apaise d'une façon que je ne saurais expliquer. Alerte au moindre de ses mouvements, anxieuse, prête à réagir à quoi qu'elle dise, quoi qu'elle fasse, préparée à tout, prévenante à tout même à ce qui ne peut être prévenu, préparée à tout en somme ...
Sauf à ça ...
Un tact chaleureux sur la joue, un tact doux et attentionné, délectable et ô combien agréable, regard émerveillé devant telle attention, presque l'impression que je vais mourir même en sachant très bien qu'il en faut beaucoup plus, que la Déesse a décider que je devais vivre pour tromper son ennui, et je frémis au contact de son pouce sur mes lèvres, souffrant de ne pouvoir profiter de plus, de tant encore ... Regard embrumé, perdu dans la profondeur de son œil unique, paupières mi-closes, j'escompte plus encore, ce contact presque divin n'attisant que les braises de ma passion dévorante, malsaine, hérétique.
Et voilà que l'attention tant attendue est enfin comblée, instant éphémère, lèvres qui effleurent les miennes, frisson le long de l'échine, envie pressante de ressentir de nouveau ce toucher électrique, alors qu'elle me repousse gentiment, regard joueur, malicieux, regard qui me plaît tant.
Oui, nous aurions tout le temps après ... On nous avait commandité une tâche, après tout. Et plus vite elle serait finie ... Excitée à la perspective du retour chez nous. Enfin, je peux affirmer que c'est nous, sans appréhension aucune. Chez elle, chez moi, tout simplement chez nous ... Et j'en suis d'autant plus enjouée. Chez nous ...


-D'accord, Motoko-chan.

J'acquiesçais vivement de la tête, prenais peinture et pinceau, m'attelais à la tâche avec une énergie et un enthousiasme sans bornes, même si je savais que la fatigue me guettait au tournant. Mais, qu'importe ?

Être transcendant qui a accepté de se lier à moi, paradoxes du noir et du blanc, du feu et de la glace, de l'ombre et de la lumière, contrastes réunis, paradoxes résolus.
Elle est importante, pour moi ...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Lun 21 Sep - 0:26

Je sourit, je pouvait l'entendre travailler juste sur le mur à coté, avec une vitesse renouveler, une motivation exceptionnelle.
Et je me sent fière pour ça.
Ben quoi ? Pourquoi je le serait pas ? C'est un peu grâce à moi qu'elle est si heureuse non ? Bon, d'accord, j'exagère un peu mais je peut pas m'en empêcher je me sent, c'est quoi le mot déjà ? Ah, ouais, "guillerette".
Pour preuve, je peint ce qui reste de ma saleté de mur avec un grand sourire.

Et c'est un exploit compte tenu que cette saleté de vieux semblait carrément chanter sa règle : de haut en bas et de bas en haut.
Un meurtre serait si bon là maintenant, tout de suite...
Mais bon, je m'en moque, je préfère penser ce qui va se passer ensuite, plus tard... Et je ne peut pas m'empêcher de sourire comme une idiote.
Promesses, promesses...

Je donne un dernier coup de peinture, j'ai enfin finit mon mur, ouf. J'essuie la sueur se trouvant sur mon front avant de jeter un rapide coup d'œil au travail de Uzu. Huum, c'est déjà mieux mais encore loin d'être finit.
Je sourit avec malice.

Je m'approche du coté de Uzu avant de la pousser légèrement avec mes hanches pour attirer son attention.
Je lui sourit de toute mes dents, contente, avant de plisser mes yeux sarcastiquement, commençant à peindre, la mettant au challenge de finir avant moi d'un regard, sourire toujours aux lèvres.
Cette mission fut particulièrement... Intéressante. Je crois avoir bien assumer le concept de "travail d'équipe" que les profs de l'académie ne cessent de rabâcher sans cesse. Car là, si je suis pas plus proche d'Uzu... Bof, je pourrais l'être plus...

Je rougis en secouant la tête, vraiment, je pense à quoi moi ? concentrons nous sur ce mur... Et sur le challenge que j'ai lancée à Uzu... Uzu-chan.
Que la meilleure gagne ma chère !

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Lun 21 Sep - 2:00

Enjouée, gestes automatiques, légère, mouvement ascendant, descendant, et inversement, grand sourire qui refuse de quitter mon visage enfin détendu, même si j'ai les yeux rougis ... Rien m'importe désormais, sauf finir de peindre cette maudite maison, que je trouve de plus en plus agréable et belle, et surtout, Elle. Et la première chose, risque de rapidement disparaître pour laisser à mon âme et esprit, tout loisir pour focaliser leur attention sur Elle ... Frisson de plaisir. Sourire béat sur le visage, que je n'essaye ni d'occulter, ni d'enlever, après tout, quelle importance ?
Bref, concentrons nous sur ce mur ... Pour de vrai cette fois, je plaisante pas ! Mouvements frénétiques du bras, ascendants, descendants, ascendants, descendants ... Mal à la tête ...
Je ralentis la cadence, reprend mon souffle. Calmer mes ardeurs ne serait peut être pas à mettre de coté tout compte fait ... Soupir.
Je reprend, plus lentement cette fois, mouvement continu, sans interruption, animée par le désir d'en finir au plus vite, de ne plus jamais revoir de peinture ni de murs à peindre de sa vie, de pouvoir enfin me reposer ...
Je ferme les yeux, me laisse aller dans ce mouvement, impression d'être légère, détaché de moi même, comme dans un rêve ...

Petit impact, enfin, on me pousse quoi, gentiment, doucement.
Je secoue la tête, tourne la tête vers d'où ça vient.
Sourire qui éclaire mon visage, elle, elle pour qui je veux finir si vite la peinture en fait. Je rougis légèrement, ayant presque oubliée mon but principal, et je me remet au travail avec plus d'entrain, air béat renouvelé, fatigué disparue.
Regard qui se perd vers elle. Elle s'est remise au travail, sur mon mur ..? Et son regard, pétillant ? Un défi ? A moi ? Air perplexe rapidement remplacé par un air enjoué. Mes mouvements prirent en vitesse, petit rire germant de mes lèvres.

Je le sais pourtant, qu'elle est plus endurante que moi.
Le mur est peint entièrement, au moins, j'ai cette satisfaction.
Mais moi, je me retrouve au sol, morte de fatigue, et sans nulle envie de me relever. Et la dernière partie du mur, c'est Motoko-chan qui l'a achevée sans moi ...
Soupir, entrecoupé par une respiration haletante.
Je la regarde, frustrée.
Impression d'être une petite fille, tout du moins dans ce domaine.
Grimace, je suis jalouse.
'Fin bref, je me relève comme je peux, jambes tremblantes, m'appuie sur le premier truc à portée, rien en fait, donc je m'appuie sur ... rien.
Regard intense, un peu frustré en sa direction, avant qu'il tourne au tendre, doux. Sa promesse, elle ne peut y échapper.


-On rentre, Motoko-chan ..?

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Lun 21 Sep - 2:19

Elle est rapide quand elle veut !

Et voilà que je suis obligée d'accélérer la cadence aussi, faisant quand même attention à comment je peint, ce sale vieux refusant de nous laisser tranquille... Et je suis persuadée qu'il serait capable de tout nous faire refaire si c'était pas à son goût...
Bref.
Elle accélère, elle à pris mon défi, parfait ! En garde !

Je suis tout sourire alors que je peint le mur, me moquant de savoir si je m'en met sur moi, je pourrais toujours me laver plus tard, je veut juste... Être une femme normale, s'amusant avec quelqu'un qui lui est précieux. C'est tout, c'est pas beaucoup.
Et là, j'obtiens ce que je veux, je m'amuse, je sourit, je retiens à grand peine mon rire.
J'aurais presque envie de continuer à peindre cette maison.

Heureusement cette stupide idée est vite écrasée par mon bon sens. Franchement, continuer à peindre... Je perd les pédales moi en ce moment.
Dommage, elle a trop forcée trop vite, et la voilà fatiguée, pas grave, je finit pour elle, dans un rythme plus lent, mon bras me criant d'arrêter un instant, mais arrêter si près de la fin serait vraiment idiot...
Je fait craquer ma nuque, soupirant de plaisir, et je donne les derniers coups de pinceaux avant de soupirer de soulagement : enfin finit. Uzu-chan, derrière moi, est épuisée, semblerait que je vais devoir l'aider.

Oula, elle a faillit tomber, hum... Je sourit, j'aime l'entendre prononcer mon nom comme ça, ça me donne tant de frissons, tant de bonheur, c'est con, c'est juste un suffixe, mais il tellement puissant entre ses lèvres.
Ses lèvres...
Oula ! Debout ! Finir travail, fantasmer après !
J'hoche la tête en direction de Uzu-chan avant de lui signaler d'attendre deux minutes, et ce pour une bonne raison, annoncer la fin de notre travail à notre client.
Je m'approche de lui, l'enfoiré, il s'est endormis sur sa chaise... Je soupire avant d'éclaircir ma gorge, ce qui le réveil.

??? - Oui ?

Travail finit. Partir.

??? - Ah, bien, bien, bien, de haut en bas et de bas en haut ? J'hoche la tête. Parfait, je vérifie et annoncerais à vos supérieurs ce que vous avez fait; Merci et au revoir, et n'oubliez pas ! De haut en bas et de bas en haut !

Je m'écarte de lui, doucement, il me fait peur ce type !
Je secoue la tête avant de revenir aux cotés de Uzu, sourire aux lèvres, et je passe son bras par dessus mon épaule, la soutenant pour marcher, collant nos deux corps ensemble.
Je rougis mais sourit en même temps.
Comme je suis plus petite, cela n'est pas trop bizarre, c'est un peu intime mais, hé, après ce qui viens de ce passer... Bref.

Rentrer maison.

J'ai une promesse à tenir après tout...

MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   Mer 7 Oct - 14:48




Mission de rang D - De Haut en Bas, puis de Gauche à Droite : Accomplie

Motoko
- + 62 XP (bonus Mission inclus)

Uzumi - + 60 XP (bonus Mission et Genin inclus)

RP intéressant pour votre liaison et mission de rang D assez "chiante" pour les pauvres personnages Razz
J'ai bien aimé le clin d'oeil à Karaté Kid. Motoko fait attention à la différence entre "ma" et "m'a" (faute assez récurrente dans tes textes). Le premier est un pronom possessif de la première personne (ma voiture, ma maison) et le deuxième est le verbe "avoir" conjugé (il m'a demandé, il m'a parlé).

En tout cas continuer ainsi, c'est nickel =)


Edit : Et vous remarquerez qu'une fois que Iba a terminé son petit cours de moral, il fait lui-même une faute. Eh oui mon Babouille d'amour, on écrit "continuez comme ça", et non "continuer". Je me devais de rectifier cette horriiiiiible faute et qui fait de toi quelque de plus crédible du tout konoha

Mais je t'aime quand même =D
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission rang D] De haut en bas, puis de gauche à droite...
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo]
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Coeur du Village-