Partagez | 
 

 Le lac de la réconciliation.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Le lac de la réconciliation.   Lun 21 Sep - 23:05

Le soleil brillait, les oiseaux chantaient et l’eau coulait. Bref une journée ensoleillée comme à son habitude à Konoha. Le temps était sec mais un petit courant d’air volait et caressait notre beau visage. Les rayons de ce beau soleil agressaient légèrement notre peau. Il fallait protéger les plus jeunes et les plus vieux de son petit caprice. Nora était comme à son habitude les pieds dans l’étang et un parchemin déroulé sur ses genoux. Mais un nouvel élément gênait le dessein que nous avions tant l’habitude à voir. Une tasse d’une boisson fraiche dont j’ignorais le nom était posé à côté de son flanc gauche. Sakeshi lui était partie à une réunion dont les secrets étaient encore cacher aux oreilles d’Hakai. Et Tina pendait le linge sous ce soleil.

Quand à Hakai… Lui il était dans sa chambre. Allongé sur son lit, les bras croisés en dessous de sa tête. Il était crevé de tout ces entrainements d’on il était la victime. Entre tous les profs qu’il avait eu, c’était bien Nora la plus dure. Chaque jour il devait s’entrainer à la maitrise de son sharingan plus son entrainement quotidien au taijutsu. Autant dire que le soir il dormait à point fermé. Aujourd’hui, Nora avait eu la bonté de lui laisser la journée. Il contait bien en profiter et c’est pour cette raison qu’il était encore dans son lit à deux heures de l’après midi.

Il était complètement vidé, tous ses muscles le faisaient souffrir sans parler de la migraine du à ka sur utilisation du sharingan. Il était vraiment mal. Tina passait de temps en temps pour prendre de ses nouvelles mais il répondait par de simple grognement. C’était la seul chose qu’il pouvait faire, rien que de réfléchir le faisait souffrir, rien que de se pencher de l’autre côté le faisait souffrir, bref il était martyr. Il arriva à fermer les yeux. La douleur disparue alors pour laisser place à une chaleur divine. Mais un étranger le sorti rapidement de son extase.

Hakai ouvra les yeux brusquement. Il avait senti une présence à ses côté. La porte était ouverte, Tina se trouvait de l’autre côté et regarder la scène. Un homme, Uchiha sans aucun doute se trouvait debout devant le lit. Il avait sans doute une déclaration à dire et à moi personnellement sinon Tina ne l’aurait jamais fait entrer dans la pièce ainsi.

[ ???] « Dame Mina vous convoque. Elle vous attendra dans une heure au lac se trouvant au sommet de la falaise interne de Konoha. C’est un lieu que très peu de gens connaisse et c’est pourquoi je vous donne ceci pour que vous puissiez arriver à temps. Inutile de vous dire que Dame Mina sera offensé si vous arrivez en retard. »

Oui cela Hakai le savait très bien mais se rendez vous ne pouvez pas plus mal tomber. Il n’était clairement pas prêt à se soumettre au caprice de la jeune femme que ça soit sur le point physique ou mental… enfin peut être plus mental car même si ses muscles le faisaient souffrir il sera toujours plus puissant que la demoiselle.

L’homme quitta sans attendre la demeure pour rejoindre son domaine. Hakai regarda l’horloge. Il n’avait donc qu’une petite heure pour se mettre à la découverte de ce lieu. Encore de l’eau il se dit. Déjà lors de leur première rencontre s’était entourer d’eau qu’il s’était…. Observé. C’est avec d’énorme effort qu’il arriva tant bien que mal à se lever. La douleur était sensiblement la même que celle ressenti lors de l’apparition du sharingan.

Il descendu dans la cour sous les regards curieux de Tina et Nora. Elles comprirent rapidement que celui-ci s’apprêtait à quitter le domaine pour quelque heure. Nora accouru donc pour le stopper.

[Nora] « Tu es inconscient ! Jamais tu ne pourras sortir dans cet état quelque en soit la raison ! »

[Hakai] « Je dois y aller. C’est important. »

[Nora] « Alors je t’accompagne. Je ne peux te laisser seul dans cet état. »

Hakai la remercia d’une tape amical sur le sommet du crane. Il montra alors le parchemin que lui avait confié l’homme. Par chance, Nora savait ou se trouver le lac. Elle y avait été souvent avec son autre grand frère, celui qui était…. Mort. C’est donc soutenu par une force qu’Hakai ignorait l’existence qu’il avança. Les signes de fatiguent ne tardèrent à apparaitre sur le doux visage de sa jeune sœur mais elle continuait. Elle tenait tant à lui faire plaisir qu’il ne trouva aucun mot pour la remercier. Il la fixa du coin de l’œil durant tout le trajet.

Ce n’est qu’après une heure qu’ils arrivèrent enfin à destination. Hakai fut tout d’abord ébloui par le reflet du soleil sur l’immense étendu d’eau. Ce n’est qu’après de longue seconde que les yeux fatigué du jeune homme pure s’habituer. Jamais il n’avait vu autant d’eau en dehors de l’océan. Qui aurait cru qu’un lac se trouvait en haut de l’une de ces falaises. Certainement pas Hakai. Une ombre était posait à quelque mètre du bord de l’eau. Elle était allongée sur l’herbe étrangement humide à cet endroit alors que partout dans le village l’herbe était roussie par la chaleur.

[Nora] « Oh… Je vois pourquoi cela était si important. »

[Hakai] « Merci Nora. Tu peux reprendre tes activités. Je me débrouillerais pour rentrer. »

Il fit un dernier signe à sa bienveillante sœur avant de s’apprêter à parcourir la centaine de mètre qui le s’éparait de sa destination à l’occurrence Mina. Il essaye de paraitre le plus naturel possible mais la douleur était trop forte, il était contraint de boiter et de se tenir une épaule. Il n’était pas beau à voir mais c’était le risque des entrainements. Il arriva finalement deux mètres d’arrière « sa belle » comme il disait.

[Hakai] « Coucou… Désolé je suis un peu… esquinté. »


Dernière édition par Hakai Uchiha le Ven 20 Nov - 0:30, édité 2 fois

MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Mar 6 Oct - 2:13

Longs rideaux, couleur écarlate, soie douce.
Telle est la première choses que mes yeux ébènes, moi, Déesse sempiternelle, voit lorsque je les ouvre.
Long bâillement, lasse.
Un jour nouveau dans cette existence indigne de ma supérieure personne.
Mais bon, ce n'est qu'une question de temps avant que je m'élève au même niveau que l'astre solaire lui-même, que je scintille et aveugle tous ses êtres inférieurs de ma beauté incandescente ... Je suis leur Guide, leur Reine, leur Déesse.
Pathétiques rats d'égouts, et je suis pourtant bien consciente de leur jalousie. Jalousie à l'égard de ma personne, de mon intellect, de mon simple nom. Ils ont peur de moi, et ainsi il doit être. Je suis leur Reine, et ceux qui ne se placent sous mon égide sont exécutés sans d'autre sommation.
Enfin, tout cela serait dans un monde parfait, là, je suis seulement enchaînée à cette terre par des fers si lourds, si gênants ...
Méprisables sous-êtres, qui m'empêchent de prendre mon envol.
Le jour de mon avènement approche, c'est un fait incontesté et incontestable, et sur le trône je me poserai pour tous les dominer, tous les asservir ...
Mais en attendant, en attendant ... Asseyons ma place dans ce nouveau monde, ce monde à mon image.

Mouvement du bras afin d'écarter mes fins draps, en soie comme mes rideaux, rouges comme le reste de mes appartements, écarter les rideaux de mon lit à baldaquins, dans lequel j'ai grandis, lit qui a vu mon ascension, lit qui verra mon élévation au rang de Déesse, pour enfin poser un pied sur cette terre infecte, bien que se soit celui de ma chambre, et que ma chambre et tous les lieux que je foule soient bénis par ma présence purifiante.
J'avise enfin de ma tenue des plus ... légères. Pour ne pas dire que je ne porte rien. Qu'importe, tant que je suis la seule à profiter de mon corps parfait, cela ne me dérange pas ... Sincèrement, corps mieux proportionné, plus beau, plus magnifique a-t-il déjà existé ? Non, non, sombre déchet, ne prend pas la peine de répondre car nulle réponse tienne serait satisfaisante : Je suis ce qu'il y a de plus parfait en ce monde, oui, même si cette réponse t'était venue à l'esprit, tes lèvres impures n'auraient pu que déformer cette réalité ô combien accablante, pour les êtres bien moins dotés que moi.
Je soupire. Que cela doit-il être difficile, que de ne pas être moi ...


-Demoiselle Mina ...

Je levais mon regard du liquide bouillant, thé en ébullition, dans une tasse de porcelaine aux armoiries du Domaine, pour le poser sur le serviteur, agenouillé dans une posture servile. Fin sourire qui éclaire mon visage de façon charmante.
Ils finiront tous dans la même position que lui ...
Je levais la tasse à mes lèvres, trempais mes lèvres dans le liquide ardent, avant de l'éloigner une fois le contact fait. Léger soupir, de la jeune adolescente qui semble navrée de devoir imposer une tâche à quelqu'un d'autre.
Une attitude qui plaît à tous ses abrutis, en fait.


-Ser messager, je suis navrée, si navrée de vous déranger à pareille heure ... Comprenez, c'est affaire capitale qui me fait vous quémander, affaire capitale telle que rarement l'on a vu, puis-je, je vous en conjure, avoir toute votre attention, et m'assurer la plus totale discrétion quant à ce qui va être dis, entre nous ?

-Ce qui ici est dit restera à jamais tait entre nous, demoiselle Mina.

Son air solennel, cette attitude respectueuse envers le rang qui était le mien, et du rang qui serait le mien, ne me trompe pas. Je sais qu'il travaille à la solde du décrépit. Je sais qu'il s'empressera de relater tout ce que j'ai dis, mon attitude, mon ton, il serait même capable de lui dire ce qu'il pense que je pense ! Tssk tssk, sous être, comme si nous pensions sur le même plan, je te suis supérieure, c'est un fait irrévocable et indéniable. Mais soit, jouons. Le décrépit l'enverra à l'échafaud, si jamais il ose lui conter ce qui suivra.

-J'ai une missive à faire parvenir, de la façon la plus prompte à votre disposition, au dénommé Uchiha Hakai du Domaine du Cygne. Je compte sur votre compréhension, cette missive ca-pi-tale. Vous êtes en disposition de la lire en chemin, afin de l'informer au plus tôt. Je ... compte sur vous.

Le regard intense que je lui pose semble le déstabiliser, au point où il détourne le regard et prend la missive, partant à reculons, manque de trébucher à mon plus grand regret, avant d'enfin exécuter une révérence tordue et disparaître dans le couloir.
Long soupir. Grotesque à quel point les sous-êtres sont pathétiquement prévisibles ...
En attendant que mon règne de Déesse Transcendante arrive, préparons nous à faire plaisir à "l'animal de compagnie".

Le soleil brille incandescent, mais moi Mina du clan Uchiha, fille du Feu, future reine éternelle ne le ressent point. Après tout, est-il connu un astre qui brûle ses semblables ? Non, cela serait tout simplement absurde, irréel.
Faut-il avouer que ces quelques brassées dans le lac y sont peut être pour quelque chose ... Qu'importe. Je ressens la brise légère sur ma peau, mes cheveux, et cela me complaît. Certaines choses ont été faites à l'image des Dieux, c'est certain désormais. Cette brise, moi, pour ne citer que les exemples les plus immédiats. Surtout moi en fait.
Sourire satisfait, je me permet de clore les yeux.

Enfin là ...
Avant même de l'entendre ou de le voir, que je sentais son chakra primitif s'approcher. Faisons mine qu'il me surprend, ça plaît toujours aux êtres inférieurs, je reste prélassée sur l'herbe humide, dans ma tenue sombre.
Juste derrière moi ...
Je me retourne à ses mots ... Et "esquinté" comme il semble le dire, c'est un faible mot. Ils ne l'auraient quand même pas rendu handicapé ? Se serait-il fait prendre par une bande et rouer de coups ? Je ne vois d'autres explications à son état, sinon. Quoi que, son visage est exempt de blessures, donc ce doit être autre chose ... Au moins, on m'aura prévenu de m'exposer avec un éclopé, Déesse soit louer, ou plutôt, comme je devrai m'habituer à le dire : Uchiha soit louée.


-Oooh, bel Uchiha ! Mais que t'ont-ils fait ?!

Je me lève rapidement, avant de me présenter juste devant lui, lueur paniquée dans le regard, interrogation pressante du regard.
Pas que cela m'intéresse réellement de savoir qui l'a mis dans cet état, quoi que je féliciterai bien l'auteur de tel forfait, mais ma solitude envers l'animal de compagnie ne fera que m'attirer sa dévotion la plus pieuse, après tout, ce genre de bêtes ne jure que par les grâces d'êtres divins, tels que moi ...
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Mer 7 Oct - 18:57

Si beau était le lac, si beau étaient les arbres et si belle était elle. Tout les éléments du paradis semblait s'être réuni ici. Seul Hakai semblait faire tache dans tout se décor. Il n'étais pas franchement bien habillé, peut être parce qu'il n'avait pas eu la force de le faire. Il tenait difficilement seul debout. Pour preuve, sa sœur avait du l'escorter jusqu'ici par peur qu'il ne tombe et ne se blesse. Ils étaient enfin parvenu jusqu'au sommet de cette falaise la ou dormait se lac magnifique.

Elle attendait et Hakai en fut désolé. Il avait fait aussi vite que son corps lui avait permit. Mina semblait être inquiète. Ses yeux parcoururent presque en intégralité de se pauvre Hakai. Il état gêné . Il aurait aimer la retrouver dans d'autre circonstance mais il ne pouvait refuser son invitation. Pas après le cinéma qu'il avait fait pour l'arracher. D'ailleurs il se demandait comment allait l'homme à qui il avait fracassé le nez. La jeune femme se leva et me fixa droit dans les yeux. Son regard exprimé toute l'inquiétude quelle ressentait. Hakai fut troublé, il lui semblait voir Nora.

-Oooh, bel Uchiha ! Mais que t'ont-ils fait ?!

Hakai fut surpris. Ainsi, elle pensait que c'était quelqu'un qui l'avait mit dans cet état? Il est vrai que l'état d'Hakai état plutôt préoccupent. Il avait plusieurs blessures ouvertes et pas mal de bleus et d'autres coups. Mais c'était les risques de l'entrainement. De plus il avait une sale migraine dû à l'activation incessante du sharingan ces derniers jours. Certains disent qu'il faut souffrir pour être beau. Hakai aurait plutôt tendance à dire qu'il faut souffrir pour être fort.

[Hakai] « Ne t'en fait pas ma chère Mina. Personne ne m'a frappé. C'est juste le fruit de mes entrainements draconien. »

Hakai avança tant bien que mal. Il voulait rejoindre le bord du lac. Il s'assit tant bien que mal. En faite, il s'était juste légèrement plié et s'était laissé tomber sur les fesses. Il regarda Mina, elle n'avait pas bougé. Il leva le bras et lui demanda d'approcher. Après tout c'était leur journée aujourd'hui. Elle vint donc s'installer à ses côtés. IL l'observa de longue minute. La dernière fois qu'ils avaient été si proche l'un de l'autre c'était dans le lit d'Hakai. Cette nuit c'était plus tôt mal terminé d'ailleurs. Il ne fera pas deux fois la même erreur. Il détacha son regard de sa belle pour scruter l'horizon. Le soleil brillait au dessus des deux tête blonde, ou plus tôt noir. Un petit vent frai agissait comme un écran pour limiter la monté de chaleur. Vraiment c'était un temps parfait.

Il se coucha de la même manière qu'était Mina avant son arrivait. IL se sentait bien dans cette endroit, avec cette personne. Il regardait le ciel et les oiseaux voler au dessus de lui. C'était un silence agréable mais il attendait un peu une réaction de Mina. C'était elle qui l'avait fait demander ici. D'ailleurs elle avait eu raison de choisir ce coin. Mais il était intrigué. Il ne savait pas si il pouvait l'enlacer ou si il devait rester à l'écart. Les sentiments de Mina à son égard lui était inconnue et cela l'inquiétait. Il décida tout de même d'ouvrir la bouche.

[Hakai] « Dit moi Mina... Je ne sais plus ou j'en suis. Ou nous en sommes. »

Il tourna la tête. Ses yeux demi noir regardais le tendre visage de la belle. Il était calme et serein. On voyait bien que qu'importe la réponse, il ne s'énerverait pas. IL était bien trop fatigué en plus. Non se qu'il désirait le plus en ce moment c'était un bon massage et dormir.

[Hakai] « Tu es si belle. Par moment je me demande ce qui te retient. »

MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Sam 17 Oct - 18:45

Cet animal de compagnie n'est que peu doué.
Si il l'était, un minable petit entraînement ne l'aurait laissé dans cet état, c'est certain.
Non, non, trois fois non pathétique sous-être, il n'y a pas d'excuses qu'il puisse avancer pour qualifier état si pitoyable. Il est pathétique, c'est tout. La preuve, moi-même, qui suis frêle et fragile, jamais au grand jamais, même après le plus épuisant des entraînements, ne me suis retrouvée ainsi.
Il faut dire que, pour sa défense, je suis un être divin, supérieur, incandescent de la perfection qui me caractérise, moi et tous ceux de mon engeance.
Je le pardonne, ce doit être si difficile, de ne pas être moi ...
Léger soupir, qui peut passer pour un soupir de soulagement. Faisons lui plaisir, un moment tout du moins, après tout, ce serait la dernière fois qu'il profiterait de ma présence mirifique ...
Sourire féroce, révélant légèrement mes crocs, que j'occulte habilement.
La dernière fois, que je devrai supporter sa dégoutante présence, sa voix désagréable au possible, son esprit primitif et stupide ...
La dernière fois, que je devrai sourire en sa présence ... Quoi que, non, mon visage se doit toujours d'être éclairé par magnifique sourire. Après tout, tout en moi est magnifique, et surtout mes lèvres douces et pulpeuses, qui s'étireront en un sourire ...
Carnassier, féroce, sadique, un sourire qui le hantera jusqu'à ce que mort s'en suive ...
Parfait, tout simplement parfait, je me réjouis tant de cet instant, à la fois si proche et si lointain, instant où je le rayerai de la surface du monde, que je l'écraserai comme le misérable insecte qu'il est, et encore ! C'est un honneur que je lui fais, d'étouffer moi-même la flamme de sa vie, de son âme ...
Son âme brillant aussi faiblement qu'une bougie, alors que la mienne resplendit comme l'astre solaire, et même un peu plus ...
Car tel était le but, pour lequel je l'avais mené là, à l'abri de tous et de toutes, où nul ne parviendrait à nous rejoindre avant le forfait accompli.
Ce n'était pas par choix, enfin, pas que par choix personnel, que je décidais de le faire disparaître, l'Ancien ...
L'Ancien ne veut pas qu'un sang impur rentre dans le clan, même si il n'est du domaine de la Vipère. Pire offense que l'on pourrait nous faire, qu'un sous-être hybride nous rejoigne ... Et je le comprend. Moi, déesse, transcendante, n'accepte et n'accepterai jamais les hybrides au sein du clan. Sang pur, sang noble, toujours. Et pourtant, nous en sommes déjà infectée, pomme pourrie dans l'arbre saint. Je couperai les fruits défectueux, et je commencerai aujourd'hui-même ...
Par celui-ci.

Je lui adresse un sourire bienveillant, sucré, doux, avant que d'un geste de la main, je lui demande de me suivre, l'attirant tout près de la rive, si près que je me permet de retirer mes sandales, et tremper mes pieds dans l'eau fraîche, douce, caressant ma peau d'ivoire, eau translucide qui me permet de contempler d'un air un peu trop intéressé ce qu'il y a sous la surface, poissons et algues, grande beauté pourtant ombrée par la mienne.
Soupir, je suis si divine ...
Il me demande ce qui me retient à lui ...
Je retiens un fou rire d'éclater. Oh, mais ça, il le saura bientôt ... Bien trop tôt pour lui, sûrement, mais après tout, je m'en moque de ce qu'il pense.
Je susurre de ma voix si douce, agréable.


-Oh, mais, ce qui me retiens, c'est juste toi ...

Je l'allonge sur le dos, doucement, avant de m'installer à califourchon sur lui, alors que sa tête est proche, si proche de la surface aqueuse ...
Sourire innocent qui se dessine sur mon visage. Les flots, pourquoi pas, après tout dans les anciens temps, c'est avec cet élément ou le feu, qu'on purifiait la vermine ...
Un ordre silencieux, sharingan deux virgules qui s'active, couleur ébène remplacée par le rouge écarlate, sang, sang qui ne coulera pas malheureusement, deux virgules tracées dans chaque pupille.
Activation, infiltrons son ... Âme.
Tout ce qui est sien sera mien, c'est la moindre des choses ... Après tout, il serait regrettable que ses connaissances disparaissent avec lui, il y a peut être quelque chose d'utile, en lui, même si je n'ai grande conviction à ce sujet ... Sous être inutile, après tout et avant tout.

Bien ce que je pensais, rien, trois fois rien, rien qui me permette de devenir plus puissante que je le suis, plus sage que je l'étais, ou tout simplement occuper mon esprit ne serait-ce qu'une fraction de seconde ... Pathétique sous-être, inutile au possible, je me jure, je me promet, je lui accorderai une mort rapide, il ne vaut pas la peine que je m'attarde sur lui ...
... Cette image, ce qu'il ressent, je ...
Il ose me préférer à ça ..? Il ose me préférée moi, Divine Mina, à ... cette vulgaire, discordante fille de joie ..?

Je sens mes doigts se resserrer sur son cou, violemment, colère m'envahissant, se déversant en flots discontinus, volonté inébranlable de lui ôter la vie, à ce ... à ce ...
Nulle importance, nul besoin de le qualifier, juste plaisir sadique, réjouissance intense, poussée à son paroxysme, alors que je le sens se débattre violemment, que mes ongles se plantent dans la chair tendre du cou, qu'il tente sans succès de s'épargner de la sentence qui pèse sur lui ... Sourire qui s'étire sur mon visage, en un rictus qui révèle mes crocs ...
Enfin, je peux accomplir ce que je souhaitais accomplir, lorsque je l'ai rencontré, ce sous-être, cette ordure, ce rat d'égout ...

Et voilà que je perd l'équilibre, que mes mains lâchent prise sans que je ne puisse rien y faire, situation parfaitement prévue qui passe hors de contrôle de la Déesse incandescente que je suis, alors que mon front heurte avec un peu trop de violence le sol dur, le sol de roche si dur, froid ...
Pourquoi est-ce si rouge ? Pourquoi ma vision se brouille-t-elle comme elle se brouille, là ..?

... Divine que je suis, pourquoi commence-t-il à faire si noir, si sombre ...
... Pathétique sous-être qu'il est, aurait-il ... aurait-il o ... ser ...
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Sam 17 Oct - 19:44

-Oh, mais, ce qui me retiens, c'est juste toi ...

Juste ? Même pas le temps de penser que Hakai se faisait malmener. Son corps endolori ne lui permettait de bouger. Il se fit plaquer contre le sol. Ses longs cheveux noirs trempés dans l’eau alors que Mina le regarder avec un sourire sadique sur les lèvres. Hakai croyait voir un démon. Il lui déclarait son amour et elle comptait le…. Elle activa son sharingan. Ce fut le noir complet pour Hakai. Il se sentait manipulé. Ses souvenirs étaient comme fouillés puis jeté comme si on fouiller de fond en comble une chambre à la recherche d’indice. Hakai voyait tout se que Mina voyait. De son arrivée à Konoha, son arrivée au domaine, ses rencontres avec Kenji, Youso et même Taka. D’ailleurs elle bloqua. Qu’avait elle vu. C’était qu’une Uchiha parmi d’autre. Elle serra son étreinte. Ses ongles pénétrèrent la chair qui saigna en abondance.

Elle plongea la tête du jeune homme encore paralysé par le genjutsu. Malheureusement pour lui, il n’avait aucune capacité pour résister face à pareil sort. Il n’était qu’une poupée entre les mains de l’hystérique. Il se noyait l’air lui manquait. Il pouffa ses dernières bulles lorsque l’étreinte se rompt. Les effets du genjutsu disparurent et Hakai remonta dans un effort désespéré à la surface. Il toussait. Il ne croyait pas se qu’il venait de se produire. Cette…… espèce d’enflure l’avait trompé juste pour voir ses connaissance inexistante. Il se leva difficilement. IL chercha autour de lui la traître sans succès. C’est alors qu’il remarqua un filet de sang couler entre les galets. Le corps inerte de la femme en était la source. Probablement trop excitait par son crime elle avait du faire un mauvais geste et se fracasser le crâne.

Hakai alla prendre le pou de la jeune femme. Celle-ci respirait encore. Une envie de meurtre s’emparait de lui. Il saisis la nuque de la jeune femme. Personne ne lui en voudra de punir une traite se dit il. Mais le regard qu’il porta à la femme l’arrêta. Ce n’était pas à lui de faire justice. Il la prit alors sur son épaule et l’emmena à l’hôpital. L’état critique de la femme le forçait à accélérer. Il utilisa son chakra malgré les douleurs multiples. Mais il tenait à observer la femme dans les yeux lorsque sa sentence serait prononcée. Sa première impression avait été la bonne. Cette femme était une vraie cinglé. Un danger public. Il ne fallait pas la laisser en liberté.

Il arriva finalement à l’hôpital. Il avait presque épuisé ses réserves de chakra. Mais il y était arrivé. La plaie de Mina avait saigné tout le long. Elle était dans un état critique. Il gueula alors dans l’hôpital pour qu’un médecin vienne s’occuper de lui. Sans dire un mot sur les événements, il confia la jeune femme un médecin qu’il l’emmena directement au urgence. Hakai alla pour sa part au premier soin. Les blessures que lui avait faites Mina devaient être désinfecté et de plus il avait besoin de repos.

L’opération se déroula bien d’après le médecin. Il n’y avait que la perte de sang qui avait posé problème mais cela fut résolue. Hakai resta cette nuit aux urgences. Il ne pouvait ce permettre de rentrer et de laisser filer la traîtresse. Il n’avait encore parlé à personne de ça. Il voulait régler le problème par lui-même. Ce fut en plein milieu de la nuit qu’on vint le chercher. Il dormait mais lorsqu’il entendit le mot Mina il se leva et accouru le plus vite possible dans la chambre. Elle était bien la. Il avait eu peur qu’elle s’était enfuie. Elle était réveillée. Ses yeux suivaient Hakai. Il rentra dans la chambre, tira une chaise la retourna et s’assit devant elle. Il la fixait sans un mot attendant les aveux de la traîtresse.

MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Mer 21 Oct - 22:14

Les ténèbres sont amusantes.
Un moment, après c'est clairement lourd, pour moi, beauté divine ...
Mal à la tête, horrible ... Qu'est ce que j'ai bien pu faire pour me donner pareil maux ?
Je ne sais pas, je ne sais plus. Je suis dans le brouillard, la brume, ou autre truc qui gêne la visibilité.
Bref, et je suis couchée sur un lit aux couvertures blanches, aux murs blancs, aux meubles blancs, chambre immaculée qui me fait mal aux yeux ... Tant de pureté, que ça me rappellerai presque moi.
Enfin, je ne me suis pas encore vue à un miroir, mais ... Je le sens. Je le sais. C'est enfouis au plus profond de mon être, quelque chose qui me dit que je suis à la fois proche et lointaine de tous les mortels.
Que je suis un être incandescent de perfection.
Je penche la tête sur le coté.
Si je suis donc si transcendante, qu'est ce que je fais donc ici ?
Ne devrai-je être dans le ciel, à planer parmi les oiseaux, à danser parmi les astres, à festoyer parmi les Dieux ?
Je ne sais pas, je ne sais plus.
Et je ne connais même pas nom de pareil ange sublime.
Ange que je suis.
Que suis-je ? Qui suis-je ?
Pourquoi suis-je ..?
Tant de questions sans réponses, tant de réponses sans questions, rien qui se lie, tout qui s'éparpille.
Je me sens ... petite, perdue, égarée, dans l'immensité de cet univers qui s'offre à moi, afin de m'incarner.
Je ne peux m'empêcher de me sentir curieuse, de voir des gens différents de moi. je ne peux m'empêcher de me sentir un peu excitée, pour savoir ce qui m'attend dehors.
Mais tout cela devrait attendre, après tout, on m'a dit que j'étais blessée ... L'infirmière, enfin, je crois que ça s'appelle comme ça, ne me demandais pas comment je le sais, m'a dit que j'avais été violemment frappée au front.
Beaucoup de sang perdu, qu'on a dit. Mais personne a su me dire quelle en était la cause. Je ne peux que supposer, et mes suppositions se rapprochent d'un être de ténèbres, jaloux de mon éclat et lumière.
Ça ne peut être que cela, après tout, le commun des mortels s'incline et s'agenouille devant des êtres parfaits tels que moi. Alors que les êtres de ténèbres, démons des abysses, eux, perfides et jaloux, se nourrissant à l'ombre des honnêtes gens du malheur et désespoir, et s'attaquant à ceux qui ne veulent que leur bien, aux êtres cléments et miséricordieux, engeance à laquelle je ne peux qu'appartenir ...

Et voilà qu'une chose s'impose à mon esprit : Purger, purifier, éradiquer ce Fléau qui assaille notre monde. Notre village. Comment cela, village ? Un village ? Comment sais-je que je suis dans un village ? Ah oui ! Je reconnais l'insigne sur leur bandeau ... Konoha, que ce village se nomme ...
Je vois, je comprend.
Mais, d'où suis-je, moi ?
Question encore une fois sans réponse. Réponse sans question.
J'espère que quelqu'un arrivera rapidement, pour m'éclairer, être de lumière étouffé par les ombres ...
Frustration qui m'envahit, angoisse de même.
J'aime pas me sentir dans cet état ...
Et voilà que porte s'ouvre, pour laisser place à jeune homme aux cheveux ébènes, moins que les miens certes, à l'aspect plus rêche, certes, au visage sévère et fermé aussi, encore une fois, certes.
Pourquoi tire-t-il pareille mine ? Un malheur s'était-il produit pendant mon inconscience ?
Je le suivais du regard, l'interrogeant de celui-ci.

A quelques centimètres du lit, il se pose, sur une chaise tirée.
Je le contemple quelques secondes durant, timide il semblait, et il ne semblait pas non plus vouloir rompre ce silence qui se faisait pesant.
Bah, ça ne me dérange pas d'engager la conversation, même avec parfait inconnu. On ne peut que m'apprécier, pour ce que je suis.
Je ferme les yeux, lui adresse un sourire charmeur, avant de parler d'une voix pleine d'entrain :


-Hey, bonsoir ! Ou bonjour, je ne sais plus à vrai dire ... Comment allez vous ? Car moi, j'ai mal à la tête, quelque chose d'assez atroce, si si je vous assure ! Enfin, vous devez pas savoir, suis-je sotte ... Dites, où nous trouvons nous ? J'ai beau demandé, l'on ne me répond, l'on se contente de me regarder avec mine attristée ou grave. Ah, et aussi ! Vous sauriez pas qui m'a fait ça, à la tête ? Non ? Parce que, n'empêche, c'est pas très gentil, ni amical, même, je dirai que c'est assez hostile ... Faire ça à moi, être transcendant ...

Je soupire, et reprend mon souffle.
J'ouvre les yeux, le contemple de nouveau, tête penchée sur le coté, avant de lui adresser un nouveau sourire.


-J'en oublie même les manières, comment vous nommez vous, ser ..?
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Jeu 22 Oct - 20:59

Les murs blancs, les rideaux blancs, le sol blanc, les draps blancs, même les quelques centimètres de fin tissu qui servaient à la couvrir étaient blanc. Tout semblait fait pour que le lieu reste pur. Dommage qu’une entité maléfique est réussie à se glisser jusqu’ici. D’extérieur, cette entité semblait être tout à fait normal. Une jolie fille parmi tant d’autre. Mais il suffisait de la côtoyer quelque semaine pour que son vrai visage vous apparaisse au visage. Celui d’un vil démon, Balthazar. Un perfide diable cornue…

Hakai lui avait fait beaucoup trop confiance. C’était là son plus gros défaut. Surtout lorsque vous être shinobi. Il se savait fragile, Mina lui avait ouvert les yeux. A partir de maintenant il serait plus réservé. En tout cas avec les gens qu’il accoste. Après tout, il ne devait non plus se méfier de tout le monde. Il avait bien quelque personne de son entourage sur qui il pouvait être dépourvu de tout soupçon. Youso, Kenji et si on remonte à plus loin, il y a Taka.

Il fixait la jeune femme. Elle avait levait son buste lors de son entrée. Hakai lui aurait bien laissé un peu plus de repos mais il ne fallait pas oublier qu’elle avait tenté de le tuer. Jamais il ne pourrait laisser un assassin en paie, pas temps qu’il n’aura été condamné… La tension était palpable dans la pièce. On pourrait se croire à la fin d’un jugement et que tout le monde attendait que le juge fait tomber la peine de mort sur le condamné. C’est un peu ce qu’allait annoncer Hakai à la jeune femme. Après tout, il n’y avait d’autre peine possible pour un tel crime pour Hakai. Quelqu’un ayant commit un crime devait payer et si possible en subissant le même supplice que sa victime. Dans ce cas la meilleure mort pour Mina était… la noyade. Mais c’était une mort si cruel qu’Hakai ne la souhaitait à personne, même à elle… On sentait la mort petit à petit venir vous embrasser. Un long et agonisant baisé qui finissait par vous inspirer l’âme. Non c’était vraiment une mort cruel… Tout comme le feu… Non le mieux c’était encore la décapitation. Même si la vision pouvait faire protester plus d’un anti peine de mort, c’était la meilleure mort. Rapide et sans douleur… Hakai souhaitait cela pour Mina. Lui tout ce qui voulait c’était l’oublier elle et ses machinations.

Alors qu’Hakai gardait le silence et qu’il se contentait de fixer les yeux noirs de la jeune femme, celle-ci essaya une nouvelle fois son sourire charmeur sur Hakai. Loupé… Il ne se laissera pus prendre à présent. IL garda sa mine sévère. Il se serrait même jeté sur elle pour lui tordre le cou… Mais il était dans un hôpital.

-Hey, bonsoir ! Ou bonjour, je ne sais plus à vrai dire ... Comment allez vous ? Car moi, j'ai mal à la tête, quelque chose d'assez atroce, si si je vous assure ! Enfin, vous devez pas savoir, suis-je sotte ... Dites, où nous trouvons nous ? J'ai beau demandé, l'on ne me répond, l'on se contente de me regarder avec mine attristée ou grave. Ah, et aussi ! Vous sauriez pas qui m'a fait ça, à la tête ? Non ? Parce que, n'empêche, c'est pas très gentil, ni amical, même, je dirai que c'est assez hostile ... Faire ça à moi, être transcendant ...

Hakai écarquilla les yeux. Il était fou ou bien c’était le contraire ? Mais… Elle avait tout oublié ou quoi ? Non ce devait être un piège… Du moins c’est ce que Hakai pensait. Pas une seule seconde il ne pensait que Taka disait vrai. Elle était si bonne comédienne qu’elle aurait pu faire succès avec la troupe du renard. Comment elle l’avait roulé dans la farine… Il en gardait un arrière goût. Mais malgré ses pulsions, il resta assis.

J'en oublie même les manières, comment vous nommez vous, ser ..?

Là ça en était trop. Hakai se leva brusquement de sa chaise la faisant grincer sur le sol. Il sorti de la chambre en claquant la porte derrière lui. Il « était troublé. Mina se serait déjà débattu, elle l’aurait déjà menacé, traité et nargué. Une chose clochait chez cette fille et il devait savoir quoi. Il déambulait dans les couloirs. Il questionnait chaque blouse blanche au sujet de cette patiente un peu différente des autres. On le refoula plusieurs, lui demandant d’allez foutre la merde ailleurs mais celui-ci ne pouvait abandonner. Il prenait déjà un risque de la laisser seul deux minutes. IL était presque sur qu’il devrait chercher après la jeune femme dans tout l’hôpital si ce n’est pas dans tout le village mais qu’importe. Il devait savoir si c’était vraiment elle ou un imposteur. Il tomba enfin face à face avec le médecin responsable de Mina. »

[Hakai] « Docteur. Vous êtes sur que cette fille est la même que celle que je vous ai apporté ? »

[Docteur] « Il n’y a pas de clone dans cette hôpital jeune homme. Mais pourquoi cette question ? »

[Hakai] « Son comportement a totalement changé. Ce n’est plus la même femme et elle semble avoir tout oublié. »

[Docteur] « Hum… C’est fort possible. Elle a prit un sacré coup sur la tête. Maintenant il faut prier pour qu’elle retrouve la mémoire. »

[Hakai] « Non. Je dirais plutôt qu’il faut prier pour que jamais elle ne la retrouve. Merci Docteur je file. »

C’est en courant dans les couloirs qu’Hakai rejoins la chambre de la jeune femme. C’était donc vrai… Elle avait belle et bien perdu la mémoire et changé de comportement… enfin cela resté à voir. Il rentra donc dans la chambre, tira la chaise pour la ramener à sa position initiale et se rassit dessus. Il fit mine de repartir pour une minute de silence mais non. Il étira ses joues et afficha un grand sourire à la jeune femme. Sourire mensonger…

[Hakai] « Tu ne sais pas ou tu te trouve ni même qui tu es. Je ne me trompe pas n’est ce pas ? Je vais t’aider. »

Bien sur Hakai n’allait lui révéler que les parties blanches. La tentative de meurtre… Mieux valait l’oublier pour le moment.

[Hakai] « Tu te nommes Mina Uchiha. Tu es du domaine de la vipère. J’espère que tu te souviens des Uchiha. Enfin ce n’est pas grave… Nous sommes actuellement dans l’hôpital de Konoha. Ton crâne… Tu es tombé durement sur un rocher à un lac. Je t’ai ramené ici. Pour ma part, je suis Hakai Uchiha du domaine du cygne et … nous étions ensemble. »

Hakai avait jugé bon de lui dire cela. Même si aucun vrai sentiment ne les liait, elle saurait à présent que c’était vers lui qu’elle devait se tourner. D’ailleurs ainsi il pourrait garder un œil sur elle.

MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Dim 25 Oct - 15:59

Je lui fais autant d'effet que ça ?
Sans nul doute, pourquoi serait-il partis aussi vite, sinon ?
Oui, c'est la seule explication logique, rationnelle, ce jeune homme est un grand timide malgré physique si imposant. Je le pardonne, après tout, je me serais retrouvée dans son cas que ma réaction aurait été pareille ! Enfin, je ne sais point, déesse lorsqu'elle rencontre son engeance réagirait-elle de telle façon ? Une réflexion s'impose, en effet ...
Si parfaite, divine, je ne sais comment les autres font pour vivre sans être moi ...
Autre question à approfondir, oui.
Mais bon, je me retrouve seule, là, et ça me plaît pas, vraiment pas.
Tant de choses à savoir, et personne pour me répondre ... Absurde, tout simplement absurde. Mais j'ai espoir, il reviendra, car tous ceux qui m'ont vu ne serait-ce qu'une seule fois ne peuvent que désirer me revoir une deuxième, troisième, énième fois ! Une sorte d'aura qui m'entoure, une aura qui fait de moi quelqu'un à la fois différent et semblable à eux tous ...
Si divine, si parfaite, que cela en est presque gênant ...
Tête qui se penche sur le coté.
Ce jeune homme, le connaissais-je d'ailleurs ? Je n'avais pris le temps de me poser la question lorsqu'il était là, je l'avais peut être oublié ? Peut être était-il déçu que je ne me souvienne de lui ? Et si il était membre de ma famille ? C'est possible, très possible même ! Voilà pourquoi il serait là ! Ça se tient, c'est sûr, il ne peut en être autrement.
Attendons son retour, alors, il doit être sûrement en train de prendre un thé, un café, ou tout autre boisson du même type, il a sûrement dû veiller sur moi toute la nuit, inquiet que l'être immonde qui m'a causé telle blessure ne revienne ...
Mon intelligence m'étonne moi même, si divine ...

Voilà qu'il est revenu, tient, il a l'air essoufflé.
Comme si il était pressé de revenir à mes cotés. Naturellement, ça ne peut être que ça, il a dû trouver que son absence était trop longue, et il s'est inquiété de me laisser seule, il se languissait de ne pouvoir profiter de ma présence, c'est certain, et voilà que le besoin pressant son corps, il courait à ma rencontre. Oui, oui, trois fois oui ! J'ai raison, je ne peux qu'avoir raison !
Et j'aime ça, en fait.
Petit sourire qui se dessine, alors qu'il s'assoit juste à coté de moi, sur la chaise qu'il a tiré auparavant.
Essayons de ne pas l'intimider, ce jeune homme, je comprend sa gêne à être en ma présence.
Silence qui s'installe.
Je vais devoir l'encourager à parler, je pense ... Oh ? Un beau sourire ? Pour moi ? Je savais que je ne pouvais le laisser indifférent, qu'il se résistait à montrer à quel point être avec moi lui plaît. Ces hommes, qui se croient toujours obligés de cacher leurs sentiments ...
Je soupire, avant de sourire de nouveau, enjouée.
Hmm ... Il pose de bonnes bases, en tout cas. Sauf qu'il se trompe : Je sais très bien qui je suis. Je suis une déesse. Bon, d'accord, le reste, j'en sais rien, et c'est pas si important que ça ... Quoi que, ça pourrait être utile, je pense. Un nom est toujours sympa pour associer une image à quelqu'un.
Mina Uchiha, donc ? C'est jolie, doux, ça sonne bien, c'est un nom qui me correspond, en somme. Parfaite que je suis ne peux avoir que nom tout aussi parfait. Domaine de la Vipère ? Un bien désagréable et moche animal que celui là ... Il doit se tromper, je ne peux appartenir à ce domaine. Les Uchiha, par contre, gros blanc, ou noir, ou rose, qu'importe. Je ne sais ce que c'est, mais comme il en parle, ça doit être très connu ... Je serais donc très connue ?! Je le savais, aussi ! Quelqu'un avec mon charme, ma beauté ne peut être une inconnue !
Parfait, tout simplement parfait !
Par contre, là, il doit se tromper : Je ne peux être tombée d'un rocher ! Je ne suis maladroite à ce point, que le rocher soit abrupte ou recouvert de gel, je ne serais jamais tombée ! Jamais ! A moins que ... Il ait voulu dire que quelqu'un m'a fait tombé d'un rocher ! Oui, c'est ça, le perfide être responsable de mon amnésie a essayé de me tuer par une chute mortelle ! Enfin, non, pas mortelle, vu que je vis là ... Incapables qu'ils sont, néanmoins, je ne leur pardonne pas. Je partirai à la chasse bien assez tôt.
Enfin, lui, Hakai Uchiha du domaine du Cygne ... Un domaine au nom plus plaisant, gracieux que le mien. J'en serais presque jalouse, mais juste presque, pas trop quand même. Et comme je le pensais, nous sommes de la même famille. Logique, ça se tient, c'est pour ça qu'il se trouve avec moi, maintenant. Mais, je ne comprend pas ... Si c'est lui qui m'a ramenée, ici, il sait peut être qui est le responsable ? Demandons lui, tout de suite, il est la clé de tout.


-D'accord, j'ai tout compris ! Après, je suis parfaite, comment aurais-je pu ne pas comprendre ? Bref, voilà, mais vu que tu es là et que tu es à ma portée, c'est quoi cette histoire de domaine ? On est de la même famille, c'est pas ce qui importe ? Et aussi, vu que c'est toi qui m'a un peu trouvée, tu aurais pas vu qui m'a fait chuté ? Non ? Parce que c'est pas possible que je sois tombée de moi même, tu sais ...

Je reprenais mon souffle, affichais un grand sourire, et attendais la réponse, avec une impatience non dissimulée.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Dim 25 Oct - 17:58

Un sourire, un regard et tout était reparti. Une analyse plus approfondie s’imposait mais cela Hakai aura tout le temps de la faire. En faite il allait tout faire pour savoir si Mina avait encore cette part de folie meurtrière en elle. Certes elle avait changé de comportement mais qui dit qu’elle ne serait encore capable d’un tel acte ? Le temps nous le dira. Pour l’heure Hakai observait la jeune femme toujours le même sourire au visage. Lui-même ne savait pas pourquoi ce sourire apparaissait. Après tout c’était quand même la femme qui avait tenté de le tuer. Ou bien était elle différente ? Toujours le même problème. Devait il lui pardonner ou la punir ? Hakai n’était du genre à juger sur un coup de tête.

Non il allait observer, c’était probablement la meilleure chose à faire pour le moment. Il se contentait de fixer les yeux noirs de la jeune femme. Observant ses moindre fait et gestes. Il se demandait comment elle allait réagir. Cela devait être étrange. Se réveiller une nuit et ne plus rien savoir. Ni son nom, ni ses origines, plus rien. Et puis on voit un inconnu qui lui sait tout. Il vous dit que vous vous nommez ainsi, que vous venez de tel endroit et que vous sortez avec tel personne. Oui, cela doit donner quelque frisson.

Etrangement, elle ne semblait pas traumatisée plus que cela. Elle semblait plus inquiète pour son apparence et l’image qu’elle donnait que c’est origine. C’était presque ironique. Elle cherchait le démon qui lui a causé pareille blessure à elle, l’ange. Peut être ne sait elle pas que souvent derrière chaque age se cache leur infâme cousin ?

Hakai était presque déprimé. Il observait le corps de la jeune femme se rappelant les courbes qu’il avait eu le bonheur de contempler à mainte reprise. C’est vrai que son corps était parfait. Dommage que cet esprit dément l’habitait. A présent c’était trop tard. Hakai savait qu’il n’y avait pratiquement aucune chance qu’il retombe sous le charme de la jeune femme. Quelque chose le bloquera à jamais.

-D'accord, j'ai tout compris ! Après, je suis parfaite, comment aurais-je pu ne pas comprendre ? Bref, voilà, mais vu que tu es là et que tu es à ma portée, c'est quoi cette histoire de domaine ? On est de la même famille, c'est pas ce qui importe ? Et aussi, vu que c'est toi qui m’as un peu trouvée, tu n’aurais pas vu qui m'a fait chuté ? Non ? Parce que c'est pas possible que je sois tombée de moi même, tu sais ...

De la même famille ? Oui et non. Ils avaient les mêmes origines mais elles remontaient à si loin qu’on ne pouvait plus dire qu’ils étaient de la même famille. Pour tout dire Hakai ne savait même pas l’histoire passée du clan. Il s’était contentait du présent. De cette foutue direction qui n’était pas enclin à faire évoluer le clan. Après tout c’était un vieux le chef. Le maître de Kenji…. Bref, Hakai n’était qu’un nouvel arrivant. Personne ne l’écouterait et on ralentirait sa progression si il venait à se mêler de cela.

Et pourquoi ne serait elle pas tomber d’elle-même ? Malgré l’idée qu’elle avait, elle était humaine. Un visage, des cheveux, deux bras, deux jambes… Du sang… Elle était belle et bien humaine. Il faudrait qu’elle s’en perçoive un jour.

[Hakai] « Si tu as tout comprit…. Je peux tout te dire. Nous ne sommes pas de la même famille. Les origines du clan Uchiha sont trop vagues et trop lointaine pour dire ça. De plus je t’ai dit que nous sortions ensemble… Tu penses vraiment que je sortirais avec ma cousine ou tout autre personne de ma famille ? »

Elle avait rien écouté ou quoi ? Pourtant Hakai n’avait manqué de lui dire… Espérons qu’elle ne jette alors sur lui. Ce n’est pas que le contact avec le corps d’une femme le déplaise mais il ne serait réagir. Il pourrait se montrer brutal en repoussant la jeune femme. L’image de l’ancienne Mina était encore gravée dans l’esprit du jeune homme.

[Hakai] « Ta tête… Je t’ai dit que tu es tombé sur un rocher. J’étais présent. Nous étions au bord d’un lac. Tu as dérapé sur un rocher lisse. Je t’avouerais que nous y sommes pour quelque chose… Nous faisions un peu…enfin les trucs de couple quoi. »

Hakai se leva et tourna le dos à la jeune femme. Il avait le sourire au coin content de son mensonge. Enfin il valait mieux quelle croit à cette histoire. La vérité était plus sombre… Il fouilla dans les armoires et trouva enfin se qu’il cherchait. Il prit la pile de vêtement et les posa sur le lit de la patiente.

[Hakai] « Habille toi. Tu es autorisé à sortir avec assistante. Je vais t’attendre dehors. Je connais ton corps mais je pense que ce n’est pas encore le meilleur endroit ni le moment pour finir notre petit jeu. »

Il quitta la pièce, un dernier clin d’œil à la jeune femme comme pour rendre son mensonge un peu plus vrai. Sans doute l’emmènera t’il au bord du lac, lui montrait la scène pour qu’enfin elle arrête avec son malotru. Il lui expliquera les choses à savoir sur le clan également et répondra du mieux possible à ses questions. Hakai avait l’impression d’avoir une seconde sœur la…. Enfin… Avec sa vraie sœur les rôles étaient inversés.

MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Mer 4 Nov - 16:19

-Si tu as tout comprit…. Je peux tout te dire. Nous ne sommes pas de la même famille. Les origines du clan Uchiha sont trop vagues et trop lointaine pour dire ça. De plus je t’ai dit que nous sortions ensemble… Tu penses vraiment que je sortirais avec ma cousine ou tout autre personne de ma famille ?

Oui, mais en fait non.
On est de la même famille si on porte le même nom, je suis désolée, c'est comme ça, pas autrement.
Et puis bon, divine que je suis, si je dis que c'est comme ça, c'est comme ça, pas autrement, d'abord.
Je le sonde un long moment, de mon regard ébène, essayant de percevoir une quelconque trace de moquerie ou de mensonge.
En vain, il a l'air trop sérieux, là ... Il est peut être attardé, en fait ? Oui, c'est ça ! Attardé, oui ! Cela expliquerait tout ! Intelligence céleste que je possède, que me permet de saisir des concepts que de simples mortels ne peuvent, ne pourraient saisir ...
Divinement parfaite, tout simplement.
Je lui adresse un grand sourire, un sourire qui se veut maternel, dévoilant un peu mes crocs (Beuh ! Détail que je viens juste de remarquer, ça me donne froid dans le dos ...), et, du ton avec lequel on s'adresse aux enfants en bas âge, aux personnes surexcitées, ou, tout simplement, aux déments, je commence d'une voix mielleuse.


-Oui mais non, c'est pas possible, tu comprends ? On est de la même famille si on a le même nom, c'est obligé, c'est tout, c'est comme ça et pas autrement ! Mais, tu sais, si tu veux sortir avec ta cousine, je ne suis personne pour te juger ! Personne ! Il faut laisser les sentiments s'exprimer, il faut que tu sois heureux Kakai !

Je lui adressais un grand sourire, comme pour l'encourager. Déesse bienveillante que je suis doit protéger les adorateurs sous son égide, s'assurer de leur bien-être, c'est mon devoir.

-Ta tête… Je t’ai dit que tu es tombé sur un rocher. J’étais présent. Nous étions au bord d’un lac. Tu as dérapé sur un rocher lisse. Je t’avouerais que nous y sommes pour quelque chose… Nous faisions un peu…enfin les trucs de couple quoi.

Ah.
En couple, avec lui ?
Donc, en fait, il sort vraiment avec sa cousine, sa sœur, ou je ne sais quoi ! C'est pas très très bien tout ça, même c'est pas moral, c'est même incestueux ! Je le regarde d'un air désapprobateur, un regard qui veut dire "Pas bieeeeeeeeen !", un regard un peu menaçant et tout, mais pas trop, je ne saurais être menaçante ! Moi, être dévoué au bien de tous ...
Étrangement, apprendre que je suis sa compagne, ne m'affecte pas plus que ça. Enfin, un peu, ça se fait pas de sortir entre membres d'une même famille, mais, bon, si je suis en couple avec lui, ça voudra dire qu'il me protège ! Et donc, si il me protège, bah ... Je n'ai rien à craindre, du tout, je pourrais accomplir la tâche pour laquelle on m'a envoyée sur Terre !
Donc, être sa compagne, c'est pas si mal que ça.


-Ah bah fallait le dire plutôt ! N'empêche, ça me dérange pas, mais c'est pas bien, tu le sais ça ? Oui, non ? Bon, je prend ça pour un oui, je te pardonne, clémente que je suis, mais recommence pas trop souvent d'accord ? Bon, je prend ça encore pour un oui, donc tout va pour le mieux ! La vie est belle, tu trouves pas ? Moi oui, même si j'aimerai sortir d'ici, fait sec, pas bon pour mes cheveux ... Je voudrais bien prendre un bain, tu pourras me ramener à la maison ?

J'avais enchaîné rapidement, sans reprendre mon souffle, donc, en fait, là, j'en avais plus.
Logique implacable, je le reprend, longues respirations, alors que mes yeux pétillants ne se détachent pas de lui.
D'ailleurs, ma maison, elle est où ? Au domaine de la Vipère ou du Cygne ? Je préférai celui du Cygne, je parie qu'il y a des cygnes là bas, et c'est beau un cygne, presque aussi beau que moi, faut quand même pas abuser, rien ne peut égaler ma beauté, c'est tout.


-Habille toi. Tu es autorisé à sortir avec assistante. Je vais t’attendre dehors. Je connais ton corps mais je pense que ce n’est pas encore le meilleur endroit ni le moment pour finir notre petit jeu.

Et il est parti, en refermant la porte doucement, me laissant seule avec mes interrogations ô combien nombreuses.
C'était pas possible, quoi qu'il dise, que je sois tombée toute seule ! C'est pas possible, c'est tout, non, non, et non ! C'est quelqu'un qui m'a fait tomber, c'est obligé, comment ça pourrait être autrement ? Dites le moi !
Bref, il y a quelque chose de pas claire, de sombre même dans tout ça, mais en cherchant, je l'apprendrai tôt ou tard ... Mais si possible tôt, j'ai pas que ça à faire non mais.
Révélation : Il a parlé de ... jeux ? Jeux de couple ? Voilà, j'ai tout compris, c'est la clé !
Divine, brillante comme l'astre solaire, qu'il doit être difficile de n'avoir mes qualités intellectuelles ...

Toute de noir habillée, je pousse devant la porte, avec Kakai m'attendant.
Je ne lui souris pas, pour une fois, j'ai un air étrangement sérieux, un regard qui se veut pénétrant.
Il faut que tout soit mis au clair, maintenant, tout de suite. Cela ne peut plus attendre.


-Kakai, tu sais ... Tu peux tout me dire, hein ... Je t'en voudrais pas ...

Ma voix se fit presque imperceptible.

-Tu peux avouer que je t'ai battue aux cartes, et que sans faire exprès, dans un moment de colère, tu m'as poussée ! Cela peut arriver à tout le monde tu le sais ? Non ? Bah maintenant oui ! Ne t'inquiète pas, je ne t'en tiens pas rigueur, après tout, on est en couple, non ? Bah si c'est le cas, pour te faire pardonner (même si je t'ai déjà tout pardonné, je suis trop gentille, je sais), tu m'amènes manger quelque chose ? Et tu me montres un endroit où je peux me baigneeeer ? Steuplé, steuplé, steupléééééé !


Je lui tire doucement la manche, levant le regard pour le contempler.
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Mer 4 Nov - 17:53

Euh… C’était Hakai ou elle ne comprenait rien ? Enfin passons. Après son coup sur le crâne, la pauvre ne se souvenait plus de rien, même pas de ses origines. Il est normal qu’elle ne comprenne que malgré leurs noms identiques ils n’avaient rien en commun. Elle réapprendrait cela en retournant au sein de sa famille. La seule chose qu’Hakai souhaitait, c’est qu’ils ne l’entraînent pas une nouvelle fois dans la folie. C’est qu’Hakai ne voulait frôler la mort une nouvelle fois à cause de… comment il la considérait en faite ? Sa compagne ? Non après ce qu’elle avait fait c’était peu probable qu’il ressente de l’amour. Peut simplement de la pitié… Sa protégé, voila comment il allait l’appeler. Il espérait simplement que ne se jetterais pas sur lui pensant effectivement sortir avec le gaillard qu’était Hakai.

Après quelques minutes de patience derrière la porte, enfin elle s’ouvrit laissant place à une Mina resplendissante. On ne voyait même qu’elle sortait d’une délicate intervention et qu’elle aurait pu y rester. Contre tout attente, elle fixait Hakai d’un regard sérieux qui ne manqua pas de le faire frémir. Même si c’était un petit bout de femme, elle savait se montrer autoritaire et persuasif.

-Kakai, tu sais ... Tu peux tout me dire, hein ... Je t'en voudrais pas ...

-Tu peux avouer que je t'ai battue aux cartes, et que sans faire exprès, dans un moment de colère, tu m'as poussée ! Cela peut arriver à tout le monde tu le sais ? Non ? Bah maintenant oui ! Ne t'inquiète pas, je ne t'en tiens pas rigueur, après tout, on est en couple, non ? Bah si c'est le cas, pour te faire pardonner (même si je t'ai déjà tout pardonné, je suis trop gentille, je sais), tu m'amènes manger quelque chose ? Et tu me montres un endroit où je peux me baigneeeer ? Steuplé, steuplé, steupléééééé !


Mais qu’est qu’elle… Jamais Hakai n’aurait fait une chose pareille. Enfin peut être lorsqu’elle était occupée de le noyer mais il n’avait rien fait. De plus c’était quoi ce surnom qu’elle lui donnait ? Il était… Ridicule. Bon on l’appelait par moment Haki mais ça s’arrêtait la. Enfin qu’importe. Le mieux était qu’elle aille bien et qu’il puisse garder un œil sur elle. Et voila qu’elle se mit à tirer sur le corset d’Hakai comme une petite fille. Hakai laissa un sourire se dessiner sur ses lèvres avant d’abattre délicatement sa main sur la tête de la jeune femme.

[Hakai] « Bien sur. Allons y. »

Elle éclata de joie. Décidemment Hakai aura tout vécu avec cette fille. Mais était elle vraiment la même ? Hum… Possible, elle avait gardé ses traits fiers et supérieur mais tout en faisant preuve de compassion et d’écoute. Hakai espérait que se changement dur. Malgré la haine qu’il avait eu vis-à-vis de ce démon, la personne en face de lui semblait si différente, si pure… Il ne souhaitait la condamner à un futur rempli de souffrance.

Ils marchaient à présent dans les couloirs lumineux de l’hôpital se dirigeant vers la douce lumière du soleil qui se reflétait à travers les carreaux. Il était bon de retrouver enfin la lumière naturelle. Cela faisait presque une journée entière qu’Hakai était enfermé dans se bâtiment à se soigner et surveiller la jeune femme aujourd’hui resplendissante de douceur et de gaîté. Hakai fit un rapide signe de la main au médecin qui s’était chargé de mina au passage. Cette homme avait semble t’il fait un boulot exemplaire. Ils sortirent enfin de ce bâtiment qui de l’extérieur pouvait donner la chair de poule.

En marchant dans les rues, Hakai eu une idée sur le repas que pouvais prendre les deux jeunes gens. Il espérait que Mina n’avait pas une faim de loup, au pire il l’inviterait au restaurent ce soir avant de la raccompagner chez elle. Il s’arrêta devant un marchand de friandise et acheta deux barbes à papa. Il en tendit une à la jeune femme tout en lui souriant.

[Hakai] « Petit encas. Je t’invite au restaurent ce soir. »

Il souriait tout en saisissant une boule de mousse. Cette journée n’allait peut être pas être si mauvaise. Hakai allait une nouvelle fois exaucer les souhaits de la jeune. Malheureusement les sources chaudes étaient un peu trop loin d’ici. Hakai décida donc de remmener la jeune femme au lac. En espérant que le lieu ne lui rappelle des souvenirs. C’est après plus de dix minutes de marches qui arrivèrent enfin au sommet de la falaise. L’étendu bleuté s’étendait au loin. Tout en finissant sa barbe à papa, il regarda la jeune femme, avala la dernière bouché et enfin il parla.

[Hakai] « Voici le fameux lac. Je pense que l’eau doit être bonne en cette période. Bon je présume que tu veux être seul pour te baigner ? Je vais te laisser… »

MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Ven 13 Nov - 0:51

Long regard pénétrant.
Grand sourire, en réponse.
Et voilà que le mien se dessine sur mes lèvres, j'suis sûre que son sourire ça veut dire qu'il est d'accord ! D'accord pour m'amener dîner, m'amener prendre un bain, m'amener faire une balade, m'offrir un diadème en or ! Enfin, pour le dernier, il l'a pas dit clairement, mais je le sais, je le sens, sa voix, ses gestes, tout en lui crie qu'il veut me l'offrir, offrande à la déesse parfaite que je suis, à l'être divin qui éclaire sa morne journée, à sa copine, tout simplement.
Que ça doit être fantastique, qu'être en couple avec une entité céleste ... Je serais presque jalouse, de ne pouvoir me trouver à la place de Kakai, mais juste presque en fait, après tout, l'entité céleste à la beauté ravageuse c'est moi.
Que je suis clémente, que je fais preuve de bonté en étant à ses cotés, avec lui, juste avec lui, avec personne d'autre ...
Je plains, toutes ses personnes, si loin de mon éclat chatoyant ...
Je soupire malgré moi, plutôt triste, mais trop.
Après tout, mon copain va me faire plein de cadeaux !
Je sens un doux contact sur les cheveux, un contact chaleureux, regard étonné qui se léve pour voir ce qui s'est posé sur ma tête, avant qu'un cri de joie éclate ! Il a posé sa main sur ma tête ! Si c'est pas un signe de dévotion ça ! Bah je sais pas ce que c'est ! Mais comme ça l'est, ça sert à rien de chercher plus loin.
Éclat de rire, yeux clos, large sourire qui révèle mes crocs disgracieux ... Note pour moi même, faire ce que je peux pour les limer ... ou moins les cacher, qu'ils soient moins visibles quoi ... C'est pas beau, j'ai l'air d'un vampire ! Un vampire qui boit du sang ! Tiens, et si j'étais un vampire, en fait ?!
Regard sur son cou, intense.
Pourquoi j'essayerai pas de le mordre ? Après tout, c'est mon compagnon, non ? Il peut bien me laisser faire ça ! Quoi que ...
Non, c'est pas possible ! Moi, déesse à la beauté incandescente, juste une pathétique créature de la nuit ? Je refuse, c'est pas possible, ça se peut pas, donc pas possible !
Je sais, je me répète, mais mon indignation est à son comble, moi, avoir imaginer à un seul instant être une créature des enfers et de l'ombre ! Alors qu'il fait si chaud et ... noir, dans ces deux endroits !
C'est décidé, dés que j'en ai l'occasion, je lime ces crocs.
Puis, aussi vite qu'elle est venue, mon indignation disparaît, pour laisser place à une joie de vivre pétillante, alors qu'avec mon amoureux, enfin, je sens rien pour lui, mais je l'aime bien, et comme amour et amoureux c'est pareil, ban je l'aime, on se dirige vers un endroit où je peux faire taire mon ventre qui se plaint un peu trop à mon goût.
Bref, en plus, j'ai mal aux pieds ... Envie de me reposer, mais je sais que si je m'arrête pour me reposer, bah je mettrais encore plus de temps à atteindre un endroit où je pourrais manger, donc faut pas que je m'arrête, même si j'ai mal aux pieds que je vais en saigner !
Et en plus, j'ai un cailloux dans ma chaussure.
Regard qui se pose sur mon compagnon, qui est pas très bavard, un grand timide, mais moi, les grands timides, je sais les faire parler !
Et bon, en plus, ça va me permettre de me reposer, vu qu'il doit avoir ... Deux têtes de plus que moi, facile ? Bah ! De toutes façons, il s'en plaindra pas, ma présence divine doit le réjouir tant que tout le reste doit avoir perdu toute importance !
Voilà que je met une main à son épaule, que je m'impulse, avant de me retrouver un peu trop rapidement perchée sur son épaule, bras passé autour de ses épaules, main posée sur l'épaule opposée, alors qu'il me regarde d'un air surpris, un air qui me fait rire, carillon de cristal le plus pur, regard tendre.


- Mais qu'est-ce que tu fais là ?


- Moi ?! Rien ! On y va, diiiiis ?

Grand sourire innocent, yeux clos, alors que mes jambes se balancent, comme le ferait une étudiante.

- Bon ... C'est la première fois que tu me fais ce coup la toi. Petite Ange.

Ange ! Ange ! Il l'a dit, il l'a avoué ! Je suis un ange, une créature céleste ailée, à la grace inhumaine, de beauté si vaste, à la destinée solitaire pourtant accompagnée par lui ...
Mais bon, c'est pas tellement vrai ce qu'il dit. Il est loin de la vérité, même. Je suis plus belle qu'un ange, plus divine, plus mieux, plus tout !
Mais n'empêche ça me fait tellement plaisir, que mon rire résonne encore et encore, au point où je commence à ne plus avoir d'air dans les poumons, que je me balance en arrière au point où ...
Je sens que quelque chose m'entraîne en arrière, quelque chose m'entraînant dans une ...
Chute !
Yeux qui se ferment d'eux mêmes.


- Au meurtreeeeeeeee !

Petit bruit mas, chute qui est arrivée plus tôt que prévu, je sens un contact ferme mais doux.
Yeux qui s'ouvrent. Je suis dans ses bras, comme la princesse que je suis, alors qu'il me regarde avec une attention particulière ... Après tout, comment pourrait-il être attentif à autre chose ? Je suis là, moi, déesse, dans ses bras ! Ce serait un crime que de faire autrement ! D'abord.
Je me blottis contre lui, à l'aise, heureuse de sentir la chaleur qui émane de son corps.


- Il n'y aura pas de meurtre aujourd'hui. Bien au contraire.

- Ouaaah trop la classe la réplique !

Nouveau rire, avant qu'un regard intense vienne se poser sur lui.
Un regard qui veut pas dire grand chose, mais intense quand même, juste pour la forme.
Puis, il me soulève, comme si j'étais juste une poupée, une poupée de porcelaine parce que c'est beau et fragile, et que je suis belle et fragile aussi, donc c'est pareil, sauf que je suis mieux.
Et qu'une poupée, ça parle pas.
Bref, on atteint des rues animées, et, je pourrais l'affirmer, même que je l'affirme en fait, que tout le monde me regarde, perché sur Kakai !
Présence incandescente, attirante, je fais des petits signes de la main à tout le monde, pour bien leur montrer que mon attention leur est aussi portée, même si c'est surtout à Kakai que je l'apporte ! Mais bon, j'aurais tout mon temps pour m'occuper d'eux après !
Mais pour l'instant, diner puis repas, nah.
Achat de barbe à papa, friandise que je dévore sur le chemin qu'on suit vers une destination inconnue, alors qu'il m'a promis qu'on irait au restaurant ensemble ...
Toute contente, alors que je me balance joyeusement sur son épaule, comme si j'étais sur une balançoire, alors que j'ai dévoré en moins de temps qu'il ne faut pour le dire la sucrerie, que je lèche mes doigts lentement, ma langue passant sur mes lèvres, pour essayer de sauvegarder le plus longtemps possible le goût sucré ... Avant que mon regard capte un détail essentiel, à la périphérie de celui-ci, alors que mes mains tirent sur ses cheveux, qu'il stoppe tout de suite, alors que je pousse un grand cri de joie, et que je lui crie dans les oreilles, d'une voix surexcitée :


-Kakaiiii ! Arrête toi, tout de suite !

Petit gémissement de douleur.

- C'est pas sympa... Qu'as tu vu ?

- Çaaaaaaaa !

Mon doigt se pointe en direction de l'artefact ...
Un poteau. Tombé. En mauvais état. Comme si on l'avait martyrisé.
Et surtout, il est tout seul, même que je me sens un peu triste pour lui, mais pas trop quand même. Même que comme je suis divine, il faut qu'on le ramène avec nous !


- Ca ? Un poteau, rien d'autre.

- Il est abandonné ! On l'adopte ? Dis oui dis oui dis ouiiiii !

- Adopter un poteau? Mina tu es sérieuse là ?

Il m'a fait descendre doucement de son épaule, avant de mettre juste devant lui, mains posées doucement sur mes épaules, regard à la fois sérieux et incrédule.
Je rougis de colère, avant de m'exclamer sur un ton un peu agressif :

- Tu vois pas qu'il va mourir si on le laisse tout seul ?! Et il est tout triste là, tu vois pas les larmes qui coulent ?!

Je me défais doucement de ses mains, avant de foncer près du panneau d'affichage, et de dessiner à l'aide d'une craie blanche (tiens, elle sort d'où d'ailleurs ?) un sourire triste, et deux petites taches blanches qui sont sensées être des larmes.
Bon, je suis pas très douée en dessin, mais tout le reste compense ! Ma présence, ma beauté, mon intelligence, mon charme, mon sens de l'humour, toussah et plus encore !
Bref, j'me retourne vers lui, regard implorant.


- Il va me falloir plus qu'un beau sourire et deux belles perles pour me convaincre. De plus c'est un délit de prendre ce poteau.

- Han ! Tueur de poteaux ! Monstre ! J'te parle plus !

Je me retourne, croise les bras, lève le menton haut, air digne et autoritaire.
Et je boude.
Mais bon, tout de suite après, je sens des bras se glisser le long de mon corps, avant de m'enlacer.
Je me blottis contre lui, soupir de soulagement, oubliant complétement le poteau.

- Pourquoi tuerai-je quelque chose qui n'existe pas ?

- Ah oui, ça se tient ... On peut pas tuer ce qui existe pas ...

- Je suis prêt à sauver ce poteau... mais dis moi une chose. Que ressens-tu pour moi ? Parle en toute franchise.

- Bah heu ... Tu es super sympa, tu m'invites à diner, tu me balades, tu vas m'offrir un diadème en or ... Je t'aime bien, quoi ...

- Tu m'aimes bien? C'est très vague. Ton coup sur la tête t'a fait oublier certaines choses. Si tu ne m'aimes pas dis le. Je ne t'en voudrais pas.

- Bah je t'aime, et tu arrêtes de me prendre la tête avec ça ! Je suis divine, parfaite, tu devrai déjà être assez contente avec ça !

Je lui tire la langue, regard provocateur.
Avant de sans crier gare, le prendre par la main, et l'entraîner dans le dédale des rues, labyrinthiques, éclat de rire suivant mes pas, main tenant fermement la sienne.

Je me sèche au soleil, à plat ventre, profitant de la douce brise, de la caresse tendre des rayons solaires. Après qu'il nous ait perdu dans les bas quartiers du village, car oui, c'est lui qui nous a perdu ! Si il avait voulu me retenir, pour me dire que c'était pas le bon chemin, il aurait pu parfaitement, je l'obligeais pas à me suivre hein ! Bah on se serait pas perdu.
Mais bon, tout compte fait, grâce à mon génie, on a retrouvé la route, et me voilà maintenant en train de bronzer, après une baignade très agréable.
Presque aussi agréables que moi.
Je tourne le regard vers Kakai, qui me dévisage depuis tout à l'heure, avant de lui adresser un grand sourire, et criait :


-On fait quoi maintenant, Kakai ?!
Hakai Toshiya
Aspirant de Konoha
Aspirant de Konoha
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Ven 13 Nov - 22:44

[Hakai] « Je suis prêt à sauver ce poteau... mais dis moi une chose. Que ressens-tu pour moi ? Parle en toute franchise. »

Voila qu’Hakai exécutait des plan machiavélique pou réparer son erreur. L’erreur d’avoir raconter des conneries au démon devenu ange. A présent elle croyait vraiment qu’ils étaient ensemble et pourtant rien de tel n’avait eu lieu. Hakai ne ressentait cette flamme qui réchauffait le cœur. Certes la beauté que reflétait Mina était tout simplement mystique. Le jeune homme le savait, il ne faudrait pas grand-chose pour qu’il succombe une nouvelle fois aux charmes de la jeune Uchiha. Mais en avait il envie ? La était la question… Mina, le démon miséricordieux c’était subitement transformé en princesse digne des contes. Elle était resplendissante d’énergie et de gaîté, elle avait regagné cette touche enfantine qui se collait si bien à son visage de fée. Hakai restait émerveillé par tel beauté. S’il était hésitant à s’engager, il savait que quoi qu’il arrive il garderait Mina à l’œil. C’est que la jeune femme avait des responsabilités. Elle faisait partie de l’élite et en tant que tel une discipline était importante. Elle semblait avoir tout perdu de ce côté la…

-Bah je t'aime, et tu arrêtes de me prendre la tête avec ça ! Je suis divine, parfaite, tu devrais déjà être assez contente avec ça !

Cet amour qu’elle disait ressentir, Hakai ne le sentait franc. Savait elle se qu’était l’amour au moins ? Ce n’était pas juste offrir des cadeaux, passer du temps ensemble ou même céder au caprice. L’amour c’était quelque chose de plus profond. On ne peut l’expliquer clairement tellement ce sentiment est étrange. Certaine personnes ne peuvent ou on des difficultés à vivre sans, alors que d’autre le répugne et font des massacres pour décimer le peu d’humanité qui reste en eux.

Hakai avait vécu longtemps sans penser aux femmes. Traverser le pays du feu, de village en village, s’arrêtant que quelques jours histoire de gagner quelques piécettes et de réapprovisionner la caravane. Ce n’est pas en vivant une telle vie que l’on peut penser au sexe opposé. De plus Hakai à cette époque était un peu trop jeune. Douze ans… A cet age on pense que cela ne sert qu’à pisser. A moins d’avoir un entourage disposer à vous charrier et à vous expliquer le reste… Mais ce n’était pas le cas d’Hakai. Maître Nago était un homme raffiné malgré les rumeurs qui planent au dessus de l’école.

Penseur, Hakai fut surprit de ressentir une chaleur empoigner sa main et le tirer en avant. Il n’avait même pas eu le temps de ramasser ce poteau. Peut être que la jeune femme avait réalisé la connerie que c’était ? Ou juste c’était tel lassé de ce bout de métal couché sur le sol. Hakai rougit quelques secondes observant le doux sourire de Mina. Décidemment cette jeune femme était remplie de surprise. Lorsqu’elle vous fait la tête, elle vous pardonne aussi tôt. C’était presque une petite fille dans un corps de femme. Mais le monde des shinobi était dangereux. Elle devra suivre une éducation qui lui permettra de survivre.Ou sinon c’était retour à la case civile mais le clan n’acceptera jamais qu’un chuunin, élément prometteur abandonne pour une raison totalement débile qui n’existait même pas auparavant. Non il fallait qu’Hakai la pousse au clan, suivre les cours qu’elle avait apprit dans un passé aujourd’hui bien loin. Mais aujourd’hui c’était repos, ils sortaient tout deux de l’hôpital, pas vraiment le moment pour se prendre la tête. Il y avait plus important. Je parle de combler la princesse et d’observer les choix d’Hakai. Alors ? Sortira ? Sortira pas ?

La main entraînante de la jeune femme les conduisaient à l’endroit même ou Hakai avait voulu l’emmener. Le lac, lieu de tranquillité mais aussi lieu qui pouvait rappeler des mauvais souvenirs. Hakai frissonna quelque seconde mais la main réchauffante qui le tenait lui fit vite oublier cet épisode de sa vie qu’il espérait oublier à présent. Il regardait les yeux ébahis de Mina avec un sourire au coin des lèvres. C’était elle qui l’avait demandé de venir ici mais elle semblait avoir oublier également ce lieu. En faite elle semblait avoir out oublier sauf son idée de supériorité. Nous étions juste des hommes et femmes avec des yeux divins mais nous ne l’étions nullement.

[Hakai] « Tu peux te baigner. Tu veux être seul ? »

Une immense expression de joie anima son visage. L’hystérique fonça tête baissée dans l’eau tiède. Se foutant complètement des habits raffiné qu’elle portait. C’est toute collante qu’elle se débattait dans l’eau comme une petite fille. Hakai pouffa de rire mais ne la rejoint pas. Il avait d’autre chose à faire pour le moment.

Il profita de la soudaine distraction de la jeune femme pour s’éclipser quelque instant. En faite il marchait le long de l’eau suivant la rive. Il cherchait un détail qui n’existait peut être plus. Mais très vite ses yeux captèrent se qu’il recherchait. Un petit filet de sang séché. Hakai se rappelait brièvement de ce qu’il s’était passé. Il se souvenait juste avoir était plongé dans l’eau et d’avoir presque brisé la nuque de Mina. Heureusement qu’il s’était retenu. Il regardait la silhouette sombre dans l’eau l’air sérieux.

*Ca aurait été du gâchis.*

Pour être sur que Mina ne tombe pas sur le coin. Il balla quelque roché sur le sang apparent, la nature ferait le reste. Se frottant les mains, il retourna à son point de départ. Les mains dans les poches, il regardait Mina faire bronzette sur la surface de l’eau. Il aurait peut être aimé la rejoindre mais la baignade habillé n’était pas vraiment son truc. Finalement après vingt minutes de baignade, c’est le sourire aux lèvres que la jeune femme sortit de l’eau totalement trempée. C’est presque si son kimono ne collait pas à ses formes. Hakai ne manqua de le repérer et lança un regard assez moqueur à la jeune femme. Elle se coucha au soleil sous le regard du jeune homme qu’elle ne manqua pas d’apercevoir.

-On fait quoi maintenant, Kakai ?!

Il sourit et commença sa route. Son esprit était encore flou. Il sentait qu’il exprimait des sentiments pour cette jeune femme mais il n’osait s’engager avec elle. Elle avait tout à refaire et cela lui prendrait plusieurs année. Il savait que lorsqu’il la laissera au domaine de la vipère, il ne la reverra pas avant un bon bout de temps. Il ressentait déjà la tristesse de voir partir un être chère. Mais c’était la vie. La jeune femme c’était transformé en un petit ange. Jamais plus elle ne sera corrompue mais elle devait retrouver sa noblesse et son honneur d’Uchiha.

Hakai était devant Mina prélassait devant lui. Il lui tendit une main et l’aida à la relever. C’est vêtement encore humide laissèrent couler quelque goûte d’eau mais Hakai n’en teint compte et la serra contre lui. Sa main délicate s’était posée avec tendresse sur le crâne de la jeune femme tandis que l’autre la serrait contre lui. Aujourd’hui était probablement le dernier jour qu’il se voyait avant pas mal de temps. Aucun doute que la vipère contrôlera le moindre de ses gestes. Voir un membre du domaine du cygne lui sera probablement interdit avant très longtemps…

L’étreinte se voulait forte, longue et émouvante. Hakai n’aimait les séparations surtout lorsqu’il s’agissait d’une fille pour laquelle il ressentait quelque chose. Il n’en était sur, il lui faudrait probablement plus de temps pour le savoir mais il n’avait le temps alors il ferait tout comme aujourd’hui. La jeune Uchiha se laissa faire, elle se blottit contre son torse. Hakai croisa son regard et dans un mouvement de tête vint déposer ses lèvres sur celle de la jeune femme. Le contact humide passa comme un courant électrique mais ce n’était douloureux, bien au contraire. Doucement, sans mouvement brusque, il décolla ses lèvres. Un regard pétillant s’était posé sur la jeune femme. Il n’était plus question de doute, aujourd’hui ils étaient ensemble. Demain était un autre jour.

[RP terminé ^^]
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   Dim 15 Nov - 22:35

Hakai : +42 | Bonus Genin compris
Mina (as Uzumi) : +46 | Bonus MJ compris

J'aime pas le retour à la ligne comme ça :p
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le lac de la réconciliation.   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Autres Lieux-