Partagez | 
 

 [ Mission de rang D ] Aide à domicile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: [ Mission de rang D ] Aide à domicile.   Dim 27 Sep - 5:13

[Rp situé chronologiquement avant l'event en cours]

Timidement, le soleil darda ses rayons sur la canopée, allumant feu lumineux dans les bois de Konoha. Réchauffant la fraîche atmosphère de la nuit, l’astre du jour réveillait le village de la feuille en apparaissant lentement à l‘horizon. La tente posée au sommet du mont des Hokage sembla remuer très légèrement, sa toile dégoulinante de rosée matinale. Un poing serré se fraya un chemin hors de l’abri, tremblant doucement. Puis, un bâillement sonore, accompagnant le chant des oiseaux qui s’éveillaient également. Il s’étirait. Les yeux à peine ouvert, il venait de retrouver le chemin de la réalité, après un sommeil léger. Enfin. Il était allongé sur le dos, les iris rivés sur le ciel, à travers le tissu. Enfin, elle ne m’a pas rattrapé... Il posa les doigts sur sa joue, y traçant arabesques, semblant surpris de n’y trouver que délicate peau. Je n’ai pas pleuré. Il eut un petit sourire, et, joyeusement, il se redressa. Enfilant rapidement un débardeur, et son pantalon, il écarta le pan de toile d’un bras et sortit à l’extérieur. Il écarta les bras, fermant les yeux et inspirant longuement l’air. Il allait faire beau. Il se tourna vers Konoha, se rapprochant de la falaise. Il regarda un instant l’horizon, puis baissa les yeux vers la roche. Il s’accroupit et posa une main sur le sol, le balayant de sa main. Puis, il observa l’endroit. Un petit rire franchit ses lèvres. Un souvenir agréable. Magique.

Il est temps que je prenne en main la suite des événements. Je ne peux plus subir. Allons chercher une mission. Ce poids m’est enlevé. Elle est toujours dans ma tête, mais elle existe réellement à présent. Et c’est aussi pour honorer sa mémoire que je me bats maintenant. Pour ne pas qu’elle soit... Morte en vain. Alice... Puisses-tu connaître le repos. Je suis désolé.

Aucune tristesse en son esprit maintenant libéré. Il embrassa la paume de sa main et la tendit vers le ciel, saluant d’un hommage silencieux la mémoire de cette jeune enfant. Puis, adressant un dernier regard à son campement, il se mit à descendre vers le village.

Ine, en entrant en lui, avait rendu à la petite fille une identité. Un nom, l’appel d’une mère. Pour Akizuchi, elle n’avait toujours été qu’un douloureux cauchemar. La marque de sa honte. La marque de sa peur, la marque de sa culpabilité. Mais la jeune femme avait ôté cette dernière. Et maintenant, il pourrait enfin aller de l’avant. Ne plus penser à ce qui aurait pu se passer, mais utiliser cette épreuve pour changer les choses. Les Hayasas se leurraient. Et ils comptaient sur lui pour reprendre un flambeau noir. Il n’en serait pas question. Il ferait changer la mentalité de son clan, que le Conseil le veuille ou non. Après tout, lorsqu’il reviendrait, dans de longues années, avec la force d’un chef, il ne tolérerait aucune folie pour les futurs enfants Hayasas. Aucune autre boucherie. Il chercherait un moyen d’éradiquer la malédiction. Les archives, la mémoire des anciens... Et on murmurait au sein du clan que Chipp Hayasa n’était pas mort. Une légende, sûrement... Mais si elle s’avérait réelle, et s’il le retrouvait ?...
Aucun autre enfant ne tuerait d’innocents... Et il l’avait promis...

Perdu dans ses pensées, il arriva bien vite au bâtiment administratif. Il s’inclina pour saluer le portier de l’établissement, y entrant ensuite, l’air neutre, chassant ses songes et ses aspirations. Il devait se concentrer. Ca allait être sa première mission. Il comptait la mener à bien avec efficacité. Il grimpa les escaliers lentement, en direction du bureau où était distribué lesdites missions. Toquant à la porte en bois portant la plaque métallique avec l’inscription qu’il cherchait, il attendit le “Entrez” féminin, avant d’ouvrir et de pénétrer la pièce. Il n’y avait ici qu’une seule personne, alors que le bureau était plutôt grand. Peu de travail ? Sûrement. Ou alors, ils avaient tous pris leurs pauses en même temps, laissant une pauvre hère malchanceuse garder les lieux.

Il s’approcha, tout sourire. S’inclinant une nouvelle fois, il prit la parole :

“- Bonjour ! Je viens pour une mission...
- Évidemment... Lui répondit-elle, d’un ton morose.”

Oh. La dérangeait-il ? Il fronça les sourcils. Elle leva les yeux vers lui, le visage n’affichant aucune expression, sinon une lassitude facilement discernable. Elle attrapa une tasse, la portant à ses lèvres et grimaça, avant de regarder l’intérieur pour s’apercevoir qu’elle était terminée. Elle soupira longuement. Elle fouilla ensuite dans ses papiers.

“- Vous êtes étudiant ?
- Oui. Akizuchi Hayasa... Je...
- Mission de rang D, donc. Elle l’avait coupé, sans vergogne. Il s’en trouva agacé, mais n’en montra rien, se contentant de se redresser en croisant les bras sur sa poitrine.”

Elle s’attaqua à une pile de feuilles, cherchant apparemment une chose précise. Son visage s’illumina, une seconde. Ou peut-être un peu moins, car il semblait que les mots “je m’ennuie ferme” étaient gravés sur son grand front. Elle sortit un feuillet et le tendit au jeune ninja.

“- Voilà qui devrait vous convenir. À effectuer dans l’urgence. Dès que vous sortez d’ici.

Il jeta un oeil à l’objet, attendant. Elle reprit rapidement la parole.

“- Vous irez chez cette dame... Hikari Ryôji. Son mari s’est suicidé il y a quelques jours...

Il écarquilla les yeux, tandis qu’elle lui annonçait cela avec une banalité déconcertante, étant donné la gravité de la nouvelle. Comme si elle avait l’habitude. Il attendit la suite, néanmoins, sans piper mot.

“- ... Votre mission sera de nettoyer la maison, tout en vous assurant que tout aille bien pour cette dame. Elle n’a plus toute sa tête, à l‘heure qu’il est... Je ne sais comment elle a fait, mais elle a dû profiter d’un moment de lucidité pour nous envoyer cette demande. J’ai aussi une recommandation : si par le plus grand des hasards vous deviez engager une conversation avec elle, ne parlez jamais d’enfants. Elle a perdu sa fille il y a quelques temps, et cela la mettrait dans tous ces états. Et j’imagine que vous ne voulez pas de complications.

Il hocha la tête, se demandant si elle avait fini de donner ses instructions. Mais ce n’était pas le cas, manifestement.

“- Une dernière chose. L’adresse est sur le papier que je vous ai donné. Si elle ne vous ouvre pas ou ne vous entends pas quand vous toquerez à sa porte, il y a une clé enfouie dans la terre du pot de fleurs à droite de la porte. Je crois que c’est tout... Elle sembla réfléchir et opina du chef. Faites briller la maison, prenez soin de cette femme et vous aurez accompli votre mission !

Elle lui sourit, et il tourna les talons, la remerciant et la saluant d’un signe de tête.
Il sortit du bâtiment sans tarder, observant le plan fourni par la secrétaire. Il plissa les yeux, releva la tête, et se dirigea vers les habitations les plus proches.

MessageSujet: Re: [ Mission de rang D ] Aide à domicile.   Mer 30 Sep - 18:23

Il se tenait devant la porte en bois fermée. Il inspira longuement, leva le poing, et frappa une fois. Attendit quelques secondes, puis afficha une moue désabusée. Pas de réponse. Il tapa une nouvelle fois, un peu plus fort. Toujours pas. Tant pis. Il posa les mains sur ses hanches, jaugeant la porte d’un coup d’oeil avant de chercher le fameux pot de fleurs dont la secrétaire lui avait parlé. Il plongea la main dans la terre, en retirant rapidement une petite clé. Il soupira et l'enfonça dans la serrure, tournant jusqu’à entendre le cliquetis sonore signifiant qu’il avait déverrouillé l’ouverture. Il poussa doucement la porte, passant la tête par l'entrebâillement. La maison était sombre, et il semblait n’y avoir personne. Il arqua un sourcil et entra en refermant derrière lui, glissant la clé dans sa poche.

“- Ryôji-san ?...

Toujours aucune réponse. Il avança d’un pas lent, parcourant l’appartement en cherchant une éventuelle présence. Il parvint finalement à la chambre, et glissa sa tête dans la pièce. Il aperçut le lit, recouvert d’une couverture légèrement surélevée. Il ferma les yeux, oubliant les bruits de la rue pour se concentrer sur la petite respiration qu’il captait. Elle avait l’air de dormir. Il sourit doucement, et se dirigea ensuite vers la cuisine. Il fouilla un instant, trouvant rapidement un balai dans un placard. Il allait avoir du pain sur la planche, l’endroit semblait ne pas avoir connu de ménage depuis quelques temps.

Il se mit donc à la tâche. Pendant une petite demi-heure, il passa le balai sur le sol, dans tout l’appartement, commençant par la cuisine, le salon, puis enfin la chambre d’ami et la salle de bain. Il évitait pour le moment la chambre principale où dormait son hôte. Il utilisa ensuite une brosse pour ôter les toiles d’araignées, au plafond. Après ça, il chercha pendant une dizaine de minutes un tissu efficace pour enlever la poussière, et se mit à dépoussiérer les meubles en bois, les meubles de cuisine, avant de passer l’éponge dans la baignoire et le lavabo. Il commençait à suer, le ménage n’ayant jamais été son fort. D’autant plus que vivant dans une tente, il n’avait pas besoin de faire attention à la propreté d’éventuels mobiliers. Il soupira longuement, et se mit ensuite en quête d’un linge mouillé, pour laver le sol.
Lorsqu’il eut terminé, il attrapa une petite poubelle déjà bien remplie, et fourra à l’intérieur toutes les saletés qu’il avait ramassé dans l’appartement.

Un papier blanc attira son attention. Il put lire quelques-uns des mots qui étaient écrits sur celui-ci : “Adieu, Hikari...”.

Il fronça les sourcils. Une écriture masculine, à n’en pas douter. Le mari suicidé ?...
Mu par une curiosité qu’il ne pouvait contenir, il tendit le bras vers le mot et déplia la feuille pour en lire le contenu :

Adieu, Hikari...

Et pardon.
Parce que je ne le supporte plus. Notre vie nous a été enlevé. Banni de notre village, obligés de venir s’installer à Konoha. Ils pensaient tous que nous avions attiré le mal sur eux... Mais nous avons juste perdu notre fille. Comment ont-ils pu nous punir pour cela ? Je n’ai même pas pu l‘enterrer... Elle était méconnaissable...
Est-ce que cela est juste ? Elle n’était qu’une enfant... Je ne peux plus me regarder en face, j’aurais dû être là pour la protéger. Ce démon nous a tout enlevé. Je ne supporte plus de vivre avec le poids de cette souffrance. Je suis un lâche, oui. Mais... Je veux rejoindre notre fille... Elle était si mignonne... Son sourire si innocent, si pur... Souillé par un seul homme... Comment ce monde peut-il être si injuste ?

Je ne le comprends plus. C’est pour cela que je disparais...
Comprends-moi.
Adieu, Hikari.


La lecture de ces mots avait provoqué un mouvement de recul de la part du jeune homme. La situation lui semblait étrange. Familière. Il avait les yeux écarquillés et fixait le papier comme si celui pouvait à tout moment lui sauter à la gorge. Il le tenait du bout des doigts, et il le lâcha pour le faire choir dans la corbeille. Un bruit se fit entendre derrière lui. Il se retourna, rapidement, comme pris en faute. Et il aperçut, debout, dans l’embrasure de la porte, la femme pour qui il travaillait.
C’était la femme la plus maigre qu’il n’ai jamais vu. Ses longs cheveux noirs, lisses, luisaient à la lumière de la cuisine qu’il avait allumée plus tôt. Ils tombaient devant son visage, glissant sur ses épaules. Elle avait la peau sur les os, et ceux-ci, visibles sous son épiderme, semblaient vraiment fragiles. Ce dernier était plissé, et son visage ressemblait à celui d’une sorcière de contes pour enfants. Ses yeux fixaient le vide, et Akizuchi fit un mouvement pour attirer son attention. Elle ne le remarqua pas.
Par contre, elle prit la parole, d’un toute petite voix. Comme une jeune enfant :

“- Alice, c’est toi ma chérie ?...

Le jeune ninja tomba sur les fesses. Ce prénom était trop rare pour que ce ne fut qu’une coïncidence. Il ferma les yeux, tremblant soudainement sans pouvoir le contrôler. Il essaya d’inspirer, sans succès. L’air lui manquait, et il sembla perdre pied avec la réalité, se perdant aussi dans ses souvenirs...

MessageSujet: Re: [ Mission de rang D ] Aide à domicile.   Jeu 1 Oct - 6:22

Il tremblait. Assis sur le sol, les yeux dans le vague. Son esprit n’était plus de ce monde. Perdu dans les méandres de sa douloureuse mémoire. Cette dernière cibla un événement précis. Un carnage. Un hurlement. La femme, dans la foule. Et le Démon aux yeux rouges, Akizuchi. C’était elle. La mère de l’enfant qu’il avait sauvagement assassinée. Il secoua la tête, mais le souvenir persistait. Se rejouant inlassablement en son âme troublée. Quelles étaient les chances qu’il retrouve cette famille ?... Qu’avait-il fait ?... Ine avait effacé la culpabilité de son coeur. Mais elle semblait revenir au galop. Une famille détruite par sa faute. Un père trop souffrant s’étant donné la mort, laissant une veuve éplorée par la perte de sa fille, perdant la raison, négligeant son corps et son esprit car elle ne pouvait plus supporter les affres de la vie. Il retrouva le chemin de la réalité sur cette pensée.

Il tremblait. Il papillonna des cils. Son regard était flou, trouble. Il secoua un peu la tête, inspirant pour reprendre conscience. Il se redressa, tentant de se relever avec difficulté. Ses jambes le portaient à peine, il dut se tenir au mur. Il darda ses yeux vers la femme, qui le regardait étrangement. Il lui semblait qu’elle voyait à travers lui, comme s’il n’existait pas. Elle tourna la tête, s’agenouillant à même le sol de la cuisine, se désintéressant totalement de lui-même. Elle souriait maintenant, comme une enfant. Elle se mit à parler.

“- Alice, mon coeur... Tu veux jouer ?

Elle observait l’espace vide devant elle, apparemment convaincue d’une présence. Elle tendit la main devant elle.

“- Un calin ?... Bien sûr !

Elle sourit plus largement, et serra ses épaules en chantonnant doucement, fermant les yeux. Akizuchi sentit les larmes lui monter aux yeux. Il eut un pincement au coeur. Cette scène était si... Triste. Empreinte d’une mélancolie difficilement supportable. Elle semblait heureuse. Un bonheur illusoire. Un bonheur qu’il lui avait retiré, quelques mois auparavant. Comment avait-il pu ?... Comment aurait-il pu se le pardonner, sans l’aide d’Ine ?...
Il détourna les yeux, un frisson lui parcourant l’échine. Il devait faire quelque chose. C’était aussi ça, sa mission. Il s’approcha lentement de la femme, qui chantonnait toujours en se balançant d’avant en arrière. Il s’accroupit à côté d’elle, et posa une main délicate sur son épaule. Elle ouvrit les yeux et sursauta. Elle se tourna vers lui, et croisa son regard rouge. Ses paupières s’écarquillèrent. Elle semblait paniquée, tout à coup. Elle hurla, un son strident qui vrilla les tympans du jeune homme. Il recula, alors qu’elle était en proie à une hystérie incontrôlable. Elle se mit à le frapper, de toute la force qu’elle pouvait malgré ses maigres aptitudes physiques. Il ne broncha pas, se contentant de subir, surpris dans un premier temps par l’assaut soudain, avant de penser qu’il le méritait. Et, de toute façon, il n’allait pas riposter.

Elle s’arrêta d’un seul coup. Le fixant de ses grands yeux gris. Puis, quelque chose sembla se briser en elle, et elle éclata en sanglots. Le coeur d’Akizuchi loupa un battement, et une larme coula le long de sa joue. Mu par une impulsion soudaine, il s’approcha et saisit Hikari entre ses bras. Il l’enlaça doucement, la berçant tendrement. C’était peut-être juste de cela qu’elle avait besoin. Un peu de contact humain. Un peu d’amour...
Il l’aida à se relever, tandis qu’elle ne cessait de pleurer. Il lui murmura :

“- Hikari-san... Je vais vous conduire à votre chambre...

Elle s’agrippa à lui comme à une bouée de sauvetage en plein océan. Il la souleva délicatement entre ses bras. Il nota qu’elle était vraiment légère, puis soupira longuement, se focalisant sur elle et non sur la peine qui broyait son âme en cet instant. Il la mena jusqu’à son lit, l’allongeant sous les couvertures. Il s’assit à côté d’elle. Elle semblait s’être un peu calmée, et il lui sourit. Elle parla.

“- Je sais qui vous êtes...
- Hikari-san ?... Il avait murmuré, étonné qu’elle parle avec autant de... Raison. Son esprit avait apparemment retrouvé le chemin de la réalité.”

Elle le regardait à présent. Il baissa les yeux, détourna la tête. Et continua de murmurer.

“- Je suis désolé... Pour votre fille... Et votre mari...
- Je vous hais. Elle avait parlé calmement, malgré un ton assez froid.”

Il prit le coup comme si elle l’avait porté physiquement. Mais c’était normal, après tout. Il avait anéanti sa vie. Et sa famille. Alors, il était légitime qu’elle exècre sa présence. Il frissonna.

“- Je regrette... Chaque jour...
- Continuez à le faire. N’oubliez jamais. Ma haine vous suivra. Vous ne méritez que cela. Dit-elle, en le fixant toujours. Vous mériteriez même la mort...
- Non. Il fronça les sourcils. Vous avez tort. Personne ne mérite de mourir. Et j’ai trop à faire... Je...
- Alice ? Où es-tu, ma petite fille ?...

Elle recommençait à délirer. Il posa une main sur son front, voulant l’apaiser. Elle se détendit, cessant de parler, et ferma les yeux. Le sommeil ne tarda pas à l’emporter. Il se leva, sortit de la pièce, lui adressant un dernier regard. Il rangea les produits nettoyants, puis sortit de l’appartement, fermant derrière lui et remettant la clé dans le pot de fleur. Il posa deux doigts sur le bois de la porte. Et soupira.

Je ne veux plus regretter. Votre épreuve est aussi la mienne. Alice ne méritait pas la mort. Et votre famille non plus. Vous avez droit de me haïr. Mais pas de me souhaiter de disparaître... Dorénavant, c’est aussi pour votre mémoire que je me battrais... Ce sera mon fardeau... Le poids de mon péché...

<-> Épilogue <->

Il sortait de l’hôpital de Konoha. Posant une main sur son front, il fixa le ciel ensoleillé. Il avait donné l’adresse de l’appartement. Ils prendraient soin d’elle. Elle irait mieux. Et quand elle serait en mesure de l’écouter, il s’excuserait vraiment. Mais pour le moment, il devait aller de l’avant. Toujours. Passer Genin, devenir fort... Et tenir ses promesses. Celles faites à son clan, celles faites à son père, et... Celles faites à son coeur...
Il venait d’accomplir sa mission. Pas avec brio, certes... Mais c’était mieux que rien...

[FIN]

Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [ Mission de rang D ] Aide à domicile.   Mer 28 Oct - 13:29



Akizuchi : +20 XP - RP | +10 XP - Mission | +25 Ryos


N'oublie pas d'éditer ta réputation. Bonne petite mission, continue c'est agréable =)
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [ Mission de rang D ] Aide à domicile.   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Mission de rang D: Examen Chuunin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-