Partagez | 
 

 Les Sombres Messagers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Les Sombres Messagers   Mar 29 Sep - 14:24

Inki Shisha
1


Une journée comme une autre. Le soleil était à son zénith, puissante boule d’énergie rayonnant sur tout un village. Il dominait depuis les cieux ces habitants qui cravachaient pour gagner leur solde de la journée. Il faisait en sorte que cela soit encore plus dur qu’à l’accoutumée grâce à une chaleur exacerbant dont il avait le secret. Sans aucun regret ou remord, il continuait inlassablement à martyriser ces pauvres enfants de la terre qui n’étaient que de simple jouet pour lui. C’était une réflexion à sens unique car ces Hommes étaient dépendant de cette lumière céleste. Chaque jour ils en avaient besoin pour réussir à ouvrir les yeux sur un monde inondé de lumière. Certains le maudissaient, mais tous savaient qu’il était essentiel et l’astre lui-même, dans sa prétention absolue, le reconnaissait.

Le ciel était vierge de nuage seul quelques oiseaux noirs volaient en direction du sud. Magnifique beauté noirâtre qui pouvait surprendre les plus naïfs. Il ne rejetait aucune peur mais plutôt un sentiment arrogant de liberté qu’ils exposaient aux yeux de simple mortel. Ils partaient en formation vers d’autres cieux qui leur conviendraient mieux.

Kenji les observait d’un œil vide s’envoler. Il était sur le petit terrain d’entrainement du Domaine du Cygne et faisait une courte pause durant son entrainement. Des gouttes de sueur coulaient sur son front comme des perles précieuses fondantes de beauté. Il avait entre les mains un magnifique katana dont la pointe était plantée dans le sol. Il y avait à peine quelques jours que Takeshi le lui avait offert. Il disait qu’il devait apprendre à le manier comme s’il était la continuité de son bras et savoir l’utiliser au bon moment. Kenji n’était malheureusement pas un grand partisan des armes de ninja et se battait essentiellement avec ses techniques. Mais pour le patriarche il avait fait une entorse à cette manière de pensée et avait accepté le présent. Depuis, il s’entrainait avec plus ou moins d’intensité pour bien maîtriser le maniement de cette arme. Ce n’était pas forcément une chose facile. La finesse de la lame s’opposait complètement avec sa résistance indestructible, l’acier semblait se fondre sous les rayons du soleil à chacun de ses coups. Mais il aimait cela, sentir la pointe taillader le vent sans contrainte, il devait se l’avouer.

Il caressa doucement le manche du sabre en le regardant d’un petit air mélancolique, c’était un magnifique présent dont lui avait fait par Takeshi. Il fallait qu’il se montre à la hauteur et il le serait. Il se passa doucement une main dans sa chevelure sombre et balança son regard sombre sur l’horizon. La peinture qui s’offrait à lui été comme figé à travers le temps. Les arbres ne bougeaient pas et leurs feuilles ne semblaient pas enclines à déroger à cette règle. Il aperçu rapidement une forme qu’il ne reconnu pas. L’ombre apparu quelques secondes et partit se fondre dans la masse d’arbre derrière elle. Il observait sans vie ce spectacle peu intéressant.

Une voix se fit entendre derrière lui. Il l’a reconnu sans même se retourner, grave et enjouée, fier mais aussi subtil, c’était Shiba garde du corps officiel de Takeshi. Ce dernier était aussi présent et ils approchaient tous les deux d’un pas souple et sans hésitation. Le patriarche portait un grand kimono aux couleurs du ciel et du clan, son regard perçant regardait Kenji et le katana qu’il tenait entre ses mains. Shiba affichait un sourire quotidien et fit un grand signe de main au jeune garçon. Le sempai souleva le sabre et le fit pivoter pour le ranger dans son fourreau. Ce dernier se trouvait presque à la verticale au bas de son dos, la lame glissa sur un rayon de soleil avant de partir dans l’ombre de sa poche de protection. L’étui longiligne surfa sur la ceinture du Kenji avant de trouver l’équilibre. Le jeune garçon patienta le temps que ses deux maîtres fassent le déplacement. Il baissa la tête en tant que salut ce que lui rendit Shiba mais pas Takeshi. Un homme de sa trempe ne baissait pas la tête devant un genin et qui plus est devant son élève.

[Takeshi] – Kenji, il est temps que nous t’ouvrions un peu plus au secret du clan.

Kenji leva son regard obscur vers le maître et plongea ses yeux à l’intérieur. Il connaissait déjà quelques uns des plus grands secrets du clan. La preuve de sa maturité grâce à la maîtrise de la boule de feu suprême. Un apprentissage long qu’il avait achevé il y a bien longtemps quand il n’était encore qu’un enfant. Mais aussi le feu du dragon signe fort des Uchiha. C’était Taka qui l’avait initié à cette capacité si spéciale qui permettait de devenir très puissant grâce à une maîtrise quasiment parfaite des flammes. Aujourd’hui, en tenant de tels propos, Takeshi accordait encore un peu plus sa confiance à Kenji et le lien toujours plus au clan. Certains diraient que c’est un cadeau empoisonné mais pas pour un homme qui chéri l’uniforme qu’il porte chaque matin. Il se passa alors doucement une main dans les cheveux et remercia l’homme à qu’il devait tout d’un regard sincère et fort. Takeshi comprit et laissa Shiba continuer l’explication. Ce dernier voyait très bien ce qui se passait et prit un ton bien plus sérieux qu’à l’accoutumée pour parler au jeune garçon.

[Shiba] – Les secrets du clan ne sont accordés qu’aux personnes en qui nous avons réellement confiance. Ceux sont les techniques des Uchiha et elles seront tiennes peu à peu.

[Takeshi] – En aucun cas tu devras transmettre ce savoir à une personne étrangère au clan.

[Shiba] – Et si cette personne fait partit du clan du devra être totalement sûr de ses intentions.

Une petite tension ambiante c’était créée. Ce qu’ils disaient semblait si important et solennel que Kenji ne savait pas quelle attitude adopter. Le respect, il en avait depuis sa naissance en tant qu’Uchiha dans le clan. Il faisait chaque jour tout son possible pour rendre à Takeshi ce dont il lui avait fait par. La joie, une émotion trop intense et futile pour que Kenji se perde dedans pour une simple nouvelle. La peur, non, il était sûr de lui et ne se laisserait pas impressionner par les responsabilités. Il garda alors une expression neutre sur le visage et continuait d’observer Takeshi.

[Takeshi] – Te sens-tu prêt Kenji ?

Doucement le jeune garçon se passa une main dans les cheveux. Il réfléchissait. Il était sûr d’être prêt à apprendre de nouvelles choses sur le clan mais ce qui l’embêter le plus c’était qu’il n’arrivait pas à savoir s’il en était heureux ou non. Des enfants auraient surement pleuré de joie à voir toute cette confiance donnée. Mais pour Kenji c’était quelque chose de naturel et il n’arrivait pas à se dire qu’il fallait qu’il saute de joie. Il regarda alors tour à tour Shiba et Takeshi avant de s’arrêter sur ce dernier.

[Kenji] – Oui, Takeshi sama.

Shiba posa alors vigoureusement une main sur l’épaule de Kenji et reprit le sourire qu’il affichait sur son visage par habitude. La situation le lui avait fait abandonner quelques minutes mais maintenant c’était du sérieux.

[Shiba] – Tu as la confiance des Uchiha avec toi Kenji !


Dernière édition par Kenji Uchiha le Jeu 1 Oct - 2:22, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Jeu 1 Oct - 2:20

Inki Shisha
2



La chaleur était douce, il n’y avait pourtant aucun vent pour permettre cela. Mais c’était une journée tranquille ou rien de spécial n’était censé se produire. Et pourtant, Takeshi et Shiba allaient apprendre à Kenji une technique secrète au clan. C’était un honneur et le jeune garçon le savait bien. Ce n’était pas pour cela qu’il se forçait à exprimer une quelconque émotion. Il se passa négligemment une main dans les cheveux tenant le regard de ses deux maîtres dans un jeu amusant mais sans intérêt. Il rapporta finalement toute son attention sur Shiba qui avait relâché sa prise sur son épaule. Il vit les bouclettes de la chevelure blonde du grand ninja rayonnait sous les doux rayons du soleil tandis que son visage s’illuminait naturellement. Il croisa les bras et attendit en silence que Takeshi continue l’explication.

Ce dernier pointa les cieux d’un regard laissant celui de Kenji le suivre. Ils observèrent tous ce ciel bleu azur durant de longues secondes jusqu’à ce que Takeshi prenne enfin la parole. Il attrapa le regard sombre de son élève et ne le lâcha pas une minute pour le captiver. Telle une lionne ayant repéré la proie du diner de ses enfants il savait qu’il vivait dans les pensées du jeune garçon chaque jour. Le souffle doux il murmura quelques mots tout justes audibles pour les deux ninjas.

[Takeshi] – Que vois-tu Kenji ?

Kenji se laissa prendre au jeu et entreprit une petite réflexion. Il regarda souvent par de là son regard mais il ne s’était jamais vraiment posé de question sur ce qu’il voyait. C’était étrange, un ciel bleu sans fond ni forme. Juste du bleu avec un peu de blanc laiteux pour nuancer le tout. Une sorte de mix pas encore finit où le peintre tremperait son pinceau de temps à autres. Puis il y avait ce coin de jaune, un peu plus brillant que les autres il semblait à part. Comme une tache dont on ne voulait pas mais dont on n’arrivait pas à se débarrasser. Alors on la poussait peu à peu prés du bord pour qu’elle tombe dans l’oublie. C’était un raisonnement philosophique long et compliqué. Une simple interprétation d’une pensée personnelle qui ne regardait personne. Kenji ouvrit alors doucement la bouche laissant une douce mélodie sortir de ses lèvres pour venir caresser les oreilles de son auditoire.

[Kenji] – Le ciel.

Shiba sourit doucement avant de se passer une main dans sa chevelure d’or. Takeshi fit quelques pas en avant pour rejoindre Kenji. Ils étaient maintenant face à face. Les bras croisés sous son kimono aux couleurs du ciel, le patriarche lançait un regard froid à Kenji sans pour autant ouvrir la bouche. Il resta ainsi une longue minute puis il prit finalement la parole.

[Takeshi] – Cette technique sera parfaite pour toi.

Shiba s’approcha à son tour et rigola.

[Shiba] – T’es vraiment pas un sentimental Kenji !

Il lui fit un petit clin d’œil avant de se retourner vers Takeshi. Il prit une pause plus sérieuse et un ton plus grave. Les choses importantes allaient donc commencer. Kenji se tut et écouta avec attention, l’après-midi risquait d’être long. Enfin, c’était ce qu’il se disait à chaque fois qu’il allait apprendre une nouvelle technique. Mais au final, il n’en avait que pour quelques heures. Il ne fallait tout de même pas être prétentieux à ce point et rester modeste en toute situation. Il braqua son regard sur ses professeurs et patienta.

[Shiba] – Par quoi allons-nous commencer Takeshi sama ?

[Takeshi] – Il lui faut connaître les bases du Genjutsu avant d’apprendre la technique en elle-même.

[Shiba] – Sayuri doit-elle venir ?

[Takeshi] – Non.

Ils se tournèrent alors tous les deux vers un Kenji qui ne disait rien. Ce dernier se passa une main dans les cheveux avec nonchalance attendant le verdict des deux hommes. Il savait juste qu’il allait apprendre une technique de genjutsu, c’était une première. Il ne savait pas encore comment il allait devoir faire mais son sharingan aurait surement quelque chose à dire durant cet entrainement. Mais Kenji aimait se diversifier et ne pas se contenter d’une seule chose. Il avait eu la chance d’appartenir au clan qui pouvait réaliser ce souhait. Enfin, ce n’était pas une chance mais un don plutôt. Il était heureux mais ne le montrait pas. Il aimait les Uchiha.

[Shiba] – Tu as déjà du comprendre les bases du Genjutsu lors de ton entrainement avec Laly la dernière fois ?

[Kenji] – Oui.

[Shiba] – On va revoir ça rapidement tout de même. Tu maîtrises le Kai mais cette technique est différente des sorts d’illusions en eux-mêmes.

Takeshi hocha la tête et fit quelques pas en arrière. C’était à Shiba de jouer maintenant. Il continua son discours envers Kenji en gardant toujours un certain sérieux. Il était joyeux dans la vie courante mais savait quand il fallait être responsable et rationnel. L’entrainement n’était pas quelque chose que l’on pouvait prendre à la légère.

[Shiba] – Rappelle-moi les principes du Kai Kenji.

Kenji inspira doucement et se remémora rapidement l’horrible après-midi qu’il avait passé avec Laly. Faible et gentille à l’extérieur, forte et sadique à l’intérieur. Elle avait failli tuer Taki pour un simple exercice, il maudissait cette fille et pensait ne jamais la revoir. Mais l’avenir réserve bien des secrets. Il se souvenait parfaitement du moment où il avait du utiliser une nouvelle technique fraichement acquise pour contrer le sortilège de genjutsu et il en fit une description parfaite à Shiba.

[Kenji] – On concentre notre chakra dans notre abdomen, il en faut une quantité importante, puis on fait exploser le tout pour perturber nos méridiens et sortir du genjutsu. Tout cela à l’intérieur de notre organisme. C’est l’une des rares techniques dont on ne voit pas les effets réellement.

[Shiba] – C’est cela. Mais il faut que tu saches que pour lancer un genjutsu la méthode est sensiblement la même, sauf que l’explosion de chakra doit traverser ton corps et se retrouver dans l’air qui t’entour. C’est une expression un peu étrange, mais expliquer la maîtrise des illusions est très difficile. Tu comprends ?

[Kenji] – Oui.

Kenji se passa doucement une main dans les cheveux laissant quelques mèches sombres retomber sur son front. Il avait murmuré ses dernières paroles et n’attendait qu’une chose, passé à la pratique. Il posa ses mains sur ses hanches et vit que Takeshi se rapprochait doucement. Il possédait lui aussi cette chevelure sombre qui représentait la plus part des Uchiha. Et pourtant, son garde du corps, qui était l’un des plus puissants shinobi du quartier, avait des cheveux couleurs paille. Un petit paradoxe qui amusait les enfants.

[Takeshi] – Commençons.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Ven 2 Oct - 1:08, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Ven 2 Oct - 1:08

Inki Shisha
3


Kenji souriait intérieurement en voyant Shiba s’exécuter devant lui. L’envole des oiseaux était magnifique. Le corps du juunin se recouvrit de noir peu à peu, cette couleur se détacha pour laisser place à des formes de plus en plus précises. Elles s’élevaient vers les cieux dans un battement d’elle puissant et effrayant. La crainte qu’elles inspiraient été forte, un regard pouvait mystifier un individu. Il était grisant de voir le corps se décomposer à un tel point et chavirer dans un autre espace temps. Shiba n’aurait pu subir d’attaque alors qu’il s’envolait avec les dieux des cieux vers un autre lieu. Il disparaissait littéralement pour venir se poser autre part dans cette masse noire si terrifiante. Le plus choquant était le silence qui contre balançait cette nuée obscure. Aucun son n’en émanait si ce n’était celle de la petite brise qu’il s’était levé autour d’eux.

Puis il réapparut. Il n’avait fait que quelques mètres mais c’était assez pour comprendre l’effet de la technique. Kenji observait la venu de Shiba avec attention, ses pupilles n’étaient plus aussi sombre mais d’une couleur rouge rubis. Perçante et brillante sous un petit soleil journalier il ne perdait pas un geste qui pourrait l’aider à mieux assimiler le nouvel exercice. Takeshi s’approcha de son élève et se positionna à côté de lui. Il prit un ton neutre et ne regarda pas une seule fois Kenji. Tous les deux avaient les yeux fixés sûr l’ombre noir qui devenait de plus en plus claire.

[Takeshi] – Il n’y a pas forcément de signe à réaliser pour activer cette technique. Il faut que ton chakra émane tout autour de toi. Les oiseaux ne sont qu’une illusion dans laquelle seront prit les individus dont tu as décidé du sort. Qu’on vu tes yeux ?

Kenji se passa doucement une main dans sa chevelure sombre et prit le temps de la réflexion. Il avait vu Shiba face à lui, souriant comme à l’accoutumé. Puis, il y avait eu cet effet négatif, comme si toutes sensations de bonheur n’étaient plus qu’un souvenir lointain. L’arrivée d’une chose si affreuse qu’elle empêchait d’être joyeux à jamais. C’était une émotion déprimante qui avait précédé la venue des oiseaux de mauvais augure. L’espace d’un instant le flou avait remplacé la vue réelle pour redevenir normal l’instant d’après. Il comprit ce qu’avait fait Shiba et ce dont lui parlait Takeshi.

[Kenji] – Etrangement tout a changé. L’ambiance fut d’un extrême à un autre en quelques secondes. Comme si j’étais emprisonné.

[Shiba] – C’est ça le genjutsu Kenji.

Kenji voyait Shiba arriver vers eux le pas sûr et bien plus joyeux qu’auparavant. Comme si tout ce qui c’était produit n’était plus qu’un vague souvenir. Il jeta son regard de bienheureux sur le jeune garçon puis se posta en silence prés de Takeshi. Ce dernier se tourna enfin vers son élève et prit la parole doucement.

[Takeshi] – L’Inki Shisha est une technique propre au clan. Lorsque tes yeux seront actifs tu concentres ton chakra dans ton abdomen et tu le fais ressortir doucement tout autour de toi.

[Shiba] – Tu as reconnu l’oiseau qui nous « découpe » ? Ceux sont des corbeaux, quand tu vois des corbeaux un sentiment négatif t’envahit. Ils sont repoussants et ignobles. Il faut qu’au travers de ton chakra tu fasses ressentir cela à ceux qui se trouvent prés de toi. Ils se prendront alors au jeu de l’illusion.

Kenji acquiesça d’un signe de tête. Il ne se fit pas prier, fermant les yeux il testa cette technique sur Shiba et Takeshi qui était tout proche de lui. Comme pour le Kai il commença à concentrer son énergie bleue dans son abdomen. Il sentit ses organes vitaux se compresser sur eux-mêmes car ils manquaient peu à peu d’espace. Mais tant qu’il respectait ses limites il pouvait continuer.

Une fois le chakra bien maîtrisé il le souffla par les ports de sa peau. L’air ambiant changea et devint un peu plus noir. Le vent se leva de nouveau alors qu’il s’était étrangement calmé lorsque Shiba était revenu vers eux. Son rythme cardiaque s’accéléra tandis qu’il sentait sa tête tourner dans tous les sens. Il faisait chaud et froid en même temps. Il sentait une goutte de sueur perler sur son front et qui se refroidit dans un frisson en coulant vers ses paupières clause. Cela devenait de plus en plus dur, ses forces le quittaient. Et le pire était ce poids qu’il ressentait sur ses épaules. Il était lourd et désagréable. Il tentait de le faire bouger alors que Kenji souffrait. Il jura et ouvrit doucement les yeux. Ils étaient à nouveaux sombres et vide.

[Shiba] – Kenji ! Il faut que tu expulses ton chakra plus loin, plus fort et plus régulièrement. Ce n’est pas une vague mais une onde régulière sans fin.

Le jeune garçon était toujours debout même s’il sentait que ses jambes pouvaient se dérober à tout moment. Il cligna plusieurs fois des yeux avant de réellement réagir et de comprendre les paroles de Shiba. Il se passa doucement une main dans ses cheveux qui étaient moite de sueur et il vit que son esprit était embrumé. Il n’arrivait plus très bien à réfléchir posément.

Il remarqua que Shiba articulait quelques mots qu’il ne comprit pas. Mais il vit la feuille d’herbe qu’il lui tendait. Inconsciemment il la mit dans la bouche et la mâcha. C’était ce qu’il fallait faire. Peu à peu la le nuage s’estompa et laissait son cerveau se remettre en marche tout doucement. Ses oreilles qui semblaient en plongée sous marine s’éveillèrent aux sons qui l’entouraient. La petite fièvre qui l’avait prit de cours disparu ne laissant que quelques mèches mouillées sur son front. Il se sentait comme revigoré d’une nouvelle force même s’il se savait pas encore prêt à courir à travers la forêt pour un petit jogging. Mais c’était assez puissant pour lui permettre de rester assidu et de continuer l’apprentissage.

Il entendit parfaitement la voix de Takeshi. Forte et neutre à la fois elle eu l’impact d’un vrai traumatisme sur le jeune garçon qui cessa de mâcher la feuille qu’il avait dans la bouche. Un frisson parcourra son échine durant une longue seconde et il n’était pas dût à sa tentative de genjutsu. Mais le patriarche avait raison et il mettait Kenji face à ses réalités.

[Takeshi] – Il en faudra plus que ça si tu veux réussir.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Ven 16 Oct - 11:03, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Mar 13 Oct - 2:10

Inki Shisha
4


Cette feuille verte laissait un goût amer. Elle lui avait asséchée la langue et irrité la gorge. Malgré les bienfaits de cette plante Kenji répugna à la garder plus longtemps dans son organisme. Il la cracha un peu plus loin mais sa bouche resta désespérément sèche. Il se passa la langue sur son palais rêche tentant de trouver un peu d’humidité par la salive mais ce ne fut qu’une suite affligeante d’échec. Il avala alors le peu d’eau qui lui restait au fond de la bouche mais elle lui arracha la moitié de la gorge en descendant le long de son sternum. Il faillit jurer se retenant de peu de par se noblesse. Il se passa alors doucement une main dans les cheveux essayant d’oublier ce désagrément assez dérangeant.

Takeshi recula de quelques pas. Sa longue robe au couleur du ciel s’éleva de court instant avant de retomber lorsqu’il interrompit le mouvement. Sa chevelure un peu plus claire que celle du genin, brillait sous un soleil d’été. Il posa ses petits points noirs sur son élève et en silence il observa. Le vieux cygne ne se laissait trahir par aucune émotion, sa froideur était légendaire tout comme son art de manipuler les autres. Mais il avait fait du clan quelque chose de grand et tout membre du domaine l’en remerciait. Il croisa les bras l’un dans l’autre comme un vieux sage et incita, d’un œil profond, Kenji à écouter Shiba.

Le sempai tourna alors la tête. Il sentit son esprit divaguer encore un peu. L’effet de la technique était puissant et s’il ne réussissait pas au prochain coup il devrait surement patienter encore une journée avant de pouvoir réessayer. Il prit alors du temps pour bien souffler, son corps rejetant toutes les mauvaises énergies accumulées l’heure précédente. Doucement, ses poumons s’emplir d’un air plus pur et vierge de toute agression. Il épuré son système organique tandis que Shiba reprenait les explications.

Le juunin croisait les bras tout en gardant un œil fixe sur Kenji. Sa chevelure dorée brillait sous la lumière jaune du dieu soleil. Son visage s’illuminait de son sourire habituel. Il prit un ton amical et beaucoup plus détendu qu’avant. C’était un cygne très particulier et si loin de tous les préjugés que l’on pouvait se faire des Uchiha. Il était fier et orgueilleux comme tout Homme mais il débordait surtout d’un altruisme sans limite. C’était quelque chose de rare que cela soit parmi les Uchiha ou les ninjas.

[Shiba] – Kenji tu vas activer ton sharingan.

L’ancien enfant prodige fit un signe de tête pour dire qu’il avait comprit et ferma les yeux lentement. Une seconde plus tard il les ouvra laissant apparaître le don qu’il chérissait le plus au monde. Ces pupilles divines qu’il aimait tant et pour lesquels il était prêt à tout. Il était fier d’être un Uchiha mais encore plus heureux d’arborer ses yeux uniques. Ce dojutsu envié par un grand nombre de shinobi mais maîtrisé à son paroxysme par de rare élu.

[Shiba] – Bien, maintenant écoute moi bien. Je veux que tu te concentres et que tu assimiles un certain sentiment de puissance sans l’extérioriser. Une force tranquille coule dans tes veines. Ferme les yeux Kenji.

Le jeune garçon marqua un temps d’arrêt. Son regard sombre observa un court instant Shiba puis il s’exécuta. Il laissa son esprit s’envoler pour ne penser plus qu’à une seule et unique chose, la voix de Shiba. Elle résonnait dans son esprit que le son d’une cloche dans une église. Le silence s’emparait de son âme ne cherchant plus qu’à communiquer avec cette mélodie qui le flattait à chaque instant. Les bras le long du corps et la tête légèrement tournée vers les cieux, le jeune cygne s’envolait.

[Shiba] – Tu es Kenji Uchiha… Il faut que tu le prouves mais ne sois pas grossier. Fais le ressentir avec subtilité. Ton corps doit dégager cette aura de lui-même, sans se forcer. Ceux qui t’entourent, doivent la ressentir comme un doux parfum venant leur caresser les narines. C’est le printemps Kenji, les fleurs s’éveillent et une odeur suave flotte autour de chacun de nous. Ta force est comme cette odeur. Repend là dans une onde régulière et fragile. Les corbeaux s’envoleront d’eux même car ce n’est pas toi qui créera ces oiseaux mais ceux qui sont autour de toi. Une peur va les prendre au plus profond d’eux qu’ils n’arriveront pas à en connaitre l’origine. Mais toi Kenji, tu le sauras car ton esprit reste lucide…

Kenji gardait toujours les yeux fermés. Il sentait son chakra se mélanger doucement au battement de son cœur, les méridiens étaient si proche des artères. Mais pas seulement de celles-ci, il sentit ses poumons devenir plus lourd, plus imposant. Chaque inspiration était comme un aboutissement de semaine de travail et l’expiration une petite bise sans grande importance.

L’air quittait son corps par sa bouche mais aussi ses narines et les plus petits ports de son épiderme. Il continua ainsi durant tout le discours de Shiba ne bougeant pas ne serait-ce que d’un millimètre. Il resta concentré, les sens en émois.

[Shiba] – Maintenant Kenji… Ouvre les yeux et suis mes mains.

En silence, Kenji s’exécuta. Il baissa légèrement la tête pour laisser son regard fixer les grandes mains de son maître. Ses yeux rouges ne voyaient qu’elles, grandes et majestueuses, elles étaient comme détachées du monde qui les entourait. Flottantes dans l’esprit du jeune garçon il n’eu pas de mal à reprendre les mêmes mouvements grâce à ses pupilles.

Lorsque le dernier signe fut formé par ses doigts il se sentit étranger à son corps. Comme s’il n’était plus à sa place et qu’il devait bouger. Inconsciemment il se laissa porter par cette sensation agréable et nouvelle. Il était dans une confiance sans limite, comme s’il ne pouvait plus rien lui arriver. Un autre monde s’ouvrit à lui durant quelques secondes alors que son corps s’élevait dans une masse noir informe. Il ne ressentit aucune peur mais plutôt un bonheur étrange, la sensation que rien ne pouvait l’atteindre et qu’il vivrait à jamais. Son cœur battait dans un rythme lent et agréable tandis que tous ses mouvements étaient dignes des plus grands danseurs étoiles.

Puis, soudainement, tout se mit à reprendre de la vitesse. Son cœur s’emballa pour laisser place à toutes les émotions qu’il venait de quitter durant un court instant. Son corps reprenait forme peu à peu et il ressentait le soleil lui brûler la nuque comme au premier jour. Il expira un grand coup et tomba un genou à terre. Sa main passa doucement à travers sa chevelure sombre tandis que son regard se perdait entre les herbes sèches du terrain d’entrainement. Son esprit semblait ailleurs et vide de toute réflexion.

Quelque chose de lourd s’abattit sur son épaule. Il tourna la tête lentement avant de reconnaître ces mains qui lui avaient fait faire ce voyage inexplicable. Elles le relevèrent avec force et le stabilisèrent sur ses deux jambes. Son regard était toujours aussi vide ce dont s’aperçu rapidement Shiba.

[Shiba] – C’était parfait Kenji. C’était ta première technique de Genjutsu et il va te falloir beaucoup de repos maintenant.

Kenji ne réagissait pas. Shiba sortit alors de nouveau ces feuilles vertes étranges que le jeune garçon avait détesté et en mit quelques unes dans sa bouche. Il le fit mâcher avant de le prendre sous son épaule pour le ramener dans la villa du patriarche. Il y serait soigné avec la plus grande attention que pouvait recevoir un shinobi du clan. C’était sa première fois pour une technique d’illusion et c’était toujours quelque chose d’éprouvant. Maintenant, cela devrait mieux se passer.

Kenji tourna tout de même la tête à l’endroit où Takeshi se tenait avant qu’il ne ferme les yeux. Son maître n’était plus là.

MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Ven 16 Oct - 1:46

Inki Shisha
5


L’après-midi fut long et douloureux. Un mélange de rêve et de réalité sans limite. Il ne savait pas s’il se trouvait dans le présent, dans un futur proche ou vivant dans un passé oublié. C’était un amalgame d’émotion dans un flot continue. Les lamentations se mariaient à la joie si rare et si précieuse. Les diamants prenaient leur tour de danse avec de simple bout de charbon. L’instant magique dont on ne voulait se défaire et qui pourtant usait toutes les forces du combattant jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’une simple larve.

Le corps dort mais l’esprit reste vif.

Aussi puissant qu’une machine infernale, il éclatait dans toutes les directions possibles ne laissant que de rare répit au jeune garçon. Le teint sombre de sa chevelure semblait accentué en cette période néfaste de la journée. Les mèches encore moites de sueur entouraient un visage blanc et malade, tandis que ses yeux clos perdaient toute l’intensité qui faisait de lui le shinobi qu’il était. Allongé dans cette couche, dormant dans sa chambre, Kenji semblait mal en point.

La main d’une mère passa doucement sur son front encore chaud. Il ne la sentait pas, il ne ressentait rien. Il respirait par la force de l’habitude mais son âme n’était plus consciente de ce qui l’entourait. Il ne rêvait plus, il ne vivait plus. La chaleur semblait se concentrer dans son front pour s’évaporer peu à peu ne laissant qu’un corps froid. Ses bras le longs du corps ne bougeaient pas et le bout de ses doigts étaient frigorifiés.

La vieille femme leva alors un visage rongé par l’inquiétude. Son regard noir mais chaleureux n’exprimait plus qu’une émotion tragique et implorante. Ses traits étaient tirés et l’on pouvait apercevoir que par moment ses mains tremblaient. Ses yeux pétillants vinrent implorer les deux hommes qui se trouvaient en face d’elle. Fier, discipliné et aimant mais aussi froid et rude.

[Shiba] – On ne peut rien faire Shiori…Les oiseaux lui ont rendu visite… Il faut être patient, ce n’est pas un petit aspirant. Il va s’en remettre.

Le patriarche qui se tenait à côté de son garde du corps confirma les dires d’un geste de la tête. Il s’approcha du corps de son élève de toute sa hauteur sans prendre la peine de s’agenouiller dans la position parentale que sa femme prenait. Il jeta ses pupilles noirs le long d’un être qu’il manipulait à souhait. S’il ne s’était pas retenu peut-être qu’un petit sourire aurait naquit sur son visage dur. Mais la situation était importante pour les membres du clan qui l’entourait et il fallait qu’il garde une expression grave et intéressé.

Il inspira alors doucement et fit le tour du jeune garçon pour poser une main sur l’épaule de Shiori. Il l’incita à se relever doucement. Cette dernière n’offrit aucune résistance car en secret ses genoux la faisaient souffrir. Elle n’était plus toute jeune et ses enseignements en médecine étaient maintenant dépassés. Elle préférait laisser faire Shiba, jeune et dévoué, comme le garçon qui gisait sous ses yeux.

Ils partirent tous les deux laissant le juunin seul avec Kenji. Il s’avança doucement en direction du jeune cygne et l’observa quelques secondes le regard fuyant et songeur. Il voyait face à lui le résultat de longues années de travail. Il savait pourquoi l’Uchiha était resté genin, ce n’était un secret pour personne et cela arrivait à la plus part des membres du clan. Mais maintenant, il avait tout d’un grand ninja. Sa mentalité avait évolué et même si on pouvait lui reprocher un peu de fierté parfois cela ne ferait jamais échouer une mission. Il ferait un bon chef d’équipe, un shinobi neutre mais loyal. A l’écoute des autres même s’il laissait paraître une autre attitude. Takeshi et lui-même avait eu vent de l’aide qu’il avait apporté au jeune et fougueux Hakai Uchiha, Kenji ne s’en était pas vanté. Contre sa nature il l’avait poussé à assimiler plus rapidement les bases et mœurs de la famille.

Shiba se mit alors à genoux devant la tête du disciple du cygne. Il mit ses mains en gravités prés de ses tempes tout en fermant les yeux. Ses mains se chargèrent de chakra et son visage souriait.

[Shiba] – Le destin Kenji… Le destin.

Oui. Oui, ce n’était pas un ninja qui finirait dans les classes moyennes. Il en était sûr, le cygne était destiné à de grandes choses.

***


Le soleil avait laissé place à une lune douce et soyeuse. Sa lumière rassurante pénétra à travers la grande baie vitrée de la demeure du chef du clan Uchiha. Elle illumina une pièce sobre et peut-être inquiétante. Un jeune garçon était allongé au milieu de l’endroit, les yeux fermés et le cœur lent. La mère des cieux qui traversait sur son cheval argenté le ciel de la nuit s’arrêta quelques instants au dessus du petit être qui semblait perdu. Elle leva une main étoilée sur son visage d’ange et lui montra le chemin. Doucement la chaleur pénétra avec paradoxe dans la chambre laissant le cocon de froid pour un nid douillet. Alors, comme au premier jour, le cygne cligna des yeux, plusieurs fois. Il grelottait malgré les couvertures qui l’entouraient. Son soufflé était lent et il se sentait faible, vidé de toute force. Il ferma alors les yeux et se rendormit.

Deux jours passèrent où l’Uchiha ne fit que dormir. Mais chaque minute qui passait été signe de joie. Il retrouvait la force et la vie. Son teint reprenait peu à peu des couleurs plus chatoyantes tandis que la chaleur regagnait son corps. Les flammes des Uchiha, le feu de Konoha brûlait de nouveau en lui comme s’il naissait à nouveau. Shiori resta de longue heure à changer la petite serviette sur son front tandis que Shiba passait de temps à autre pour connaître l’avancée du rétablissement. Takeshi ne fit qu’une brève apparition pour prendre un bout de parchemin dans les chambres de son élève. Il jeta un bref coup d’œil au jeune cygne allongé avant de repartir accomplir ce qu’il faisait de mieux. Le patriarche connaissait cette technique, il savait qu’il était difficile pour de nombreux shinobi de l’assimiler. Même s’il était fier de Kenji il ne le montrait pas, il ne pouvait pas l’afficher. S’il faisait cela, il risquait de perdre beaucoup, bien trop.

Et à l’aube du cinquième jour, les yeux de l’Uchiha s’ouvrirent à nouveau.

Kenji laissa son regard sombre gagner en vie en absorbant la lumière chaleureuse d’un lieu connu. Il contrôla doucement sa respiration et s’adonna à une émotion intense, la vie. Une longue minute passa tandis qu’il reprenait peu à peu connaissance. Il vit que rien n’avait changé, son bureau de bois était toujours prés du mur sur sa gauche, sa commode contenant ses vêtements où les armoiries du clan étaient brodées se tenait toujours sur sa droite. Devant lui le mur blanc brillait sous un soleil provenant de la baie vitrée dans son dos, mais une ombre empêchait un pan du mur d’être correctement éclairé.

Kenji toussota et la forme sur le mur bougea. Elle se mouvait avec grâce pour finalement venir dans le champ de vision du jeune garçon. Il ouvrit alors la bouche pour laisser un filet de voix passer au travers de ses lèvres après sa longue léthargie.

[Kenji] – Shi…

[Shiba] – Ne dis rien Kenji. Je suis désolé, j’ai fait une erreur. Les feuilles que je t’ais donné étaient bien trop puissantes pour un simple entrainement. Tu aurais pu rester bien plus longtemps inconscient…

Kenji regarda le juunin d’un œil vide. Son souffle était un râle lent mais qui gagnait en assurance à chaque seconde. Il cligna des yeux une ultime fois avant de tenter de se redresser. Les os de son dos craquèrent d’un commun accord tandis qu’il se massait doucement la nuque avec une main. Sa tête tournait comme s’il était sur un bateau. Il ressentait presque les remous des vagues afflués contre ses côtes. Sa voix si neutre prit un temps bien plus fatigué et évasif tandis que son regard se tournait vers le vide de ses pensées.

[Kenji] – J’ai dormi combien de temps ?

[Shiba] – Cinq jours… Shiori te veillait tous les après-midi et je venais la nuit te donner des soins.

[Kenji] – Et Takeshi sama ?

[Shiba] – Il sera content de ton rétablissement.

Kenji toussota encore un peu tout en se passant une main dans les cheveux. Il sentit l’humidité de ces derniers et laissa retomber mollement son bras sur son genou. Il prit appui avec son autre main sur ce dernier et se redressa complètement. Cinq jour sans manger avait rendu son corps un peu plus fin et les cernes entouraient son regard sombre. Il était comme un petit cygne sortant de son nid. Il tangua quelques secondes avant de s’accouder à son bureau. Il inspira profondément tout en fermant les yeux.

[Kenji] – J’aurais pu mourir ?

Shiba baissa la tête.

[Shiba] – Désolé Kenji…

Le regard du sempai fut attiré par l’encadrement de la porte. La forme majestueuse du plus grand maître cygne s’y dessina. Il croisa les bras et laissa le silence s’installer durant quelques secondes pesantes. Kenji le regardait sans vraiment savoir quoi éprouver à son égard tandis que Shiba c’était rapproché de la baie vitré pour l’ouvrir et laisser la fraicheur matinal remplir la pièce d’une aire nouvelle. Le jeune garçon frissonna lorsqu’il sentit la petite bise lui caresser le dos encore moite de sueur. Il remit en place rapidement ses cheveux tandis que Takeshi ouvrait la bouche d’une voix grave et sans appelle.

[Takeshi] – Kenji prépare toi, j’ai besoin de toi.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Dim 18 Oct - 17:09, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Dim 18 Oct - 17:09

Inki Shisha
6


Kenji ne dit rien, ses yeux observaient intensément Takeshi et n’arrivaient pas à le supplier de retirer cette dernière phrase. Il devait être fou de demander au jeune garçon de sortir dans son état. Et pourtant, son regard n’exprimait aucune inquiétude ou autre émotion pouvant rassurer Kenji. Ce dernier se passa une main dans les cheveux d’un geste inhabituellement nerveux. Il resserra sa main libre sur le dossier de sa chaise en bois puis il baissa la tête avec dépit. La situation devenait burlesque mais l’enfant prodige ne pouvait se rebeller et même s’il avait pu, il ne l’aurait pas fait. Alors, il se redressa, sans un regard vers son maître, il prit la direction de sa petite commode. Le pas lent et mal assuré, pour finalement ouvrir avec difficulté un tiroir et y prendre quelques affaires. Il inspira profondément et partit en direction de la salle de bain.

Une fois sorti de la pièce, Takeshi s’avança de quelques mètres dans la chambre du jeune garçon. Il était seul avec Shiba qui se tenait toujours devant la baie vitrée ouverte. Le patriarche déposa dans un geste mystérieux un parchemin sur le bureau de Kenji avant d’attendre en silence. Il ressentait l’envie de son jeune garde du corps de parler. Il n’allait pas priver ce dernier de son droit d’expression et ses conseils se révélaient bien souvent justes.

Shiba ne se tourna pas, son regard sombre regardait au loin les oiseaux s’envolaient vers d’autres cieux. Dans un bleu aux couleurs de l’azur parsemé de petites taches blanches qui donnaient du relief à cette peinture. Le dessin était délimité par un cadre naturel d’arbre et de vie qui rendait authenticité encore plus forte. Shiba laissa alors quelques paroles s’échapper de ses lèvres, des mots futiles mais qui pouvaient entamer la discussion avec Takeshi.

[Shiba] – Kenji n’est pas en état de sortir Takeshi sama.

[Takeshi] – Je le sais très bien.

Shiba se retourna alors d’un geste vif et posa un regard emplit d’interrogation sur le chef du clan.

[Shiba] – Alors pourquoi ?

[Takeshi] – On ne fait pas toujours ce que l’on souhaite dans la vie.

Sur ces mots, Takeshi se redressa et sortit de la pièce sans laisser la possibilité à Shiba de répondre. Ce dernier resta absent un petit moment, sans réaction et le visage fermé, comme désemparé face à la logique froide de l’individu qu’il protégeait. Il tira alors la chaise du bureau et s’assit là où le jeune sempai s’installait pour étudier la plus part du temps. Il tomba nez à nez avec le rouleau de parchemin qu’y avait déposé Takeshi quelques instants plutôt. Il prit l’objet en question entre ses mains et lut le titre avec un petit sourire sur le visage.

[Shiba] - Shunshin no Jutsu… C’est un beau cadeau que tu as là Kenji.

***


Une vapeur chaude entourait une forme indistincte. Elle s’épaississait par moment ne laissant place qu’à l’imagination pour comprendre qui se trouvait derrière ce rideau de brume. Le bruit continu du liquide chaud entrant en contact avec la peau donnait quelques indications supplémentaires. Kenji se pencha légèrement en avant pour sentir l’eau couler le long de sa nuque et dénouer les muscles de ses épaules.

Il resta ainsi sans bouger durant de longues minutes, son esprit se perdant dans des pensées quelques fois futiles et d’autres fois importantes. Il voyait Takeshi et toutes les directives qu’il lui donnait mais aussi les cygnes dansant sur le lac avec souplesse. Mais surtout, son esprit se sentait vide et lasse de tout ce qui l’entourait. Il aurait dire non à Takeshi, rien qu’une fois, seulement pour aujourd’hui et ainsi pouvoir retourner dans sa couchette. Il voulait respirer l’air frais du dehors tout en rejoignant Morphée qui était le plus grand guérisseur des maux internes. Mais non, au lieu de cela il obéit.

Il attrapa une serviette et entama la fin de sa toilette.

***


Les deux ombres marchaient l’une à côté de l’autre en silence. Sans un mot il avançait vers un grand dôme de pierre. Kenji trainait la patte et résistait aux douleurs lancinantes qui percutaient son front chaque seconde qu’il vivait en plus sur cette terre. Son mal de tête n’avait pas cessé d’empirer depuis qu’ils avaient quitté la demeure du maître. La seul chose positive était qu’il arrivait à se tenir debout avec plus de dignité mais son visage était toujours aussi blanc et ses yeux entourés de cernes.

Takeshi n’avait que faire de cela et avançait sans jeter ne serait-ce que l’ombre d’un regard sur son élève. Ils marchèrent ensemble encore quelques mètres avant que le patriarche stop la marche devant le dôme de pierre. Magnifique édifice construit avec minutie et sérieux il représentait l’une des clés des secrets du clan. La cérémonie qui se déroulait à l’intérieur même de ce lieu était divine. On en ressortissait grandit, mature et bien plus sûr de soit.

Un shinobi pénétrait dans le dôme de pierre et quelques minutes plus tard un Uchiha en ressortait.

[Takeshi] – Kenji, il faut que tu ailles chez Megumi prendre la dague pour le rituel. Je veux que tu sois présent à cette cérémonie. C’est le grand jour d’un jeune talent qu’il faudra que tu apprennes à connaître rapidement.

Kenji acquiesça avant de se retourner pour mettre le plus de distance possible entre lui et Takeshi. Il voulait trouver un coin tranquille pour s’assoir quelques instants et respirer. Mais avec ce que venait de lui annoncer Takeshi, il serait difficile de garder un esprit équilibré et reposant plus de quelques secondes. Que souhaitait réellement le chef du clan avec son élève ? Que voulait-il faire de lui ?

Tant de question se dressaient devant lui comme un mur insondable et presque infranchissable. Il se fit alors une promesse, celle d’un jour nouveau. Il se jura qu’au retour ce soir, après avoir assisté à la cérémonie de ce nouveau talent du domaine, il prendra du temps pour discuter calmement avec Takeshi. Ce dernier n’était pas bête, loin de là. Son esprit était emplit de sagesse même froide et manipulatrice il comprendrait son élève.

Le soleil approchait doucement de son zénith, la boule d’énergie rayonnante luisait sur le visage pâle de Kenji. Il leva avec fatigue son regard sombre vers les cieux avant de baisser la tête par cet effort éreintant. Il se trouvait dans une petite ruelle entre deux commerces du quartier. Sur sa droite, le magasin d’arme du forgeron le plus connu du clan. Il possédait des armes de qualité sans égale pour les membres. Seul quelques artisans dans Konoha lui arrivaient à la cheville. Mais c’était ici que les Uchiha se garantissaient leur chance de survie en mission. A son opposé, un antagoniste, c’était un marchand de fleur. L’odeur des pétales se mélangeait quelques fois avec celle de l’acier en ébullition, c’était étrange mais pas déplaisant. L’air devenait lourd et gardait une certaine grâce, sous une chaleur relaxante, tout était paisible.

* ! *

Un éclair gris fendit l’air luisant sous un rayon solaire. Il pourfendait le vent comme la lame d’un couteau qui venait découper la chaire. Malgré de bon réflexe, le kunai vint déchirer l’épaule droite de Kenji qui refoula un petit cri. Il posa sa main opposée sur la blessure ensanglanté tout en se retournant. Devant lui trois jeunes shinobi plein d’arrogance et de fierté.

Kenji se mit à respirer lentement tout en fermant les yeux quelques secondes. Il ne comprenait pas très bien ce qui lui arrivait. Les individus qu’il avait devant lui étaient membres du clan, l’éventail des Uchiha régnait en maître sur leur vêtement. Kenji était des leurs alors pourquoi l’attaquer ? Il cligna des yeux avant d’observer avec intensité le ninja du milieu qui semblait être le chef. Droit et prétentieux, Kenji avait l’impression de se voir il y a quelques années plutôt. Ses cheveux sombres étaient cours tandis que son regard perçait les murailles de l’esprit de l’enfant prodige. On pouvait ressentir le feu qui brûlait en lui comme la lave d’un volcan prête à exploser.

[???] – Dunga ! Tu avais dit qu’on devait juste lui faire peur !

La voix provenait du jeune garçon à droite du dénommé Dunga qui semblait être le leader. L’Uchiha qui avait une allure frêle et renfermé tuait du regard son chef tout en lui posant une main sur l’épaule. Il avait ouvert grand les yeux en voyant Kenji se retourner avec un regard sans haine. Dunga se mit à rire avec force, une voix rauque qui résonna étrangement dans la petite ruelle du quartier Uchiha. Il ne se tourna pas vers celui qui posait la main sur son épaule mais il l’a retira d’un mouvement.

[Dunga] – C’n’est pas toi qui aurais peur là, Motori ? Anju couvre moi au cas où…

Motori recula de quelques pas dans l’ombre des deux autres. Celui qui s’appelait Anju avait le physique d’une brute. Tel un champion de lutte, sa musculature impressionnait. Kenji se rappela alors Iki et se dit que ce jeune garçon pourrait très bien lui ressemblait dans les années futures. S’il avait pu, il aurait esquissé un petit sourire mais la fatigue l’en empêchait.

Dunga s’approcha lentement du sempai convalescent. Une fois à porté de bras il décocha une droite puissante dans la mâchoire de Kenji qui partit s’éclater contre un mur. Sa tête lui faisait un mal fou et le coup qu’il venait de prendre n’arrangeait en rien la situation. Il se pencha contre le mur pour se ternir droit avant de se retourner à nouveau vers Dunga.

[Kenji] – Tu devrais arrêter, tu risques de le regretter rapidement.

Dunga rit.

[Dunga] – Tu es malade ! Je suis Dunga Uchiha du Domaine du Lion et tu commences à nous faire rager avec tes conneries d’enfant prodige. Tu n’arrives même pas à prévoir mes coups ! Vous avez vu les gars, j’vous avez dit que ce n’était qu’un chien de Cygne prétentieux et manipulateur. Il n’a aucun talent !

Dunga s’approcha de nouveau et fit exploser son poing dans le ventre de Kenji. Ce dernier se sentait vraiment mal. Des petites étoiles volaient autour de sa tête tandis que ses jambes menaçaient de le laisser tomber à chaque instant. Il n’avait pas récupéré de son entrainement et il ne savait même pas s’il avait une once de chakra dans son corps. Mais il était l’élève de Takeshi Uchiha, il n’allait pas se laisser faire.

[Kenji] – Dunga ! Réveilles toi ! Tu es ridicule, on est du même clan que fais-tu ?

[Dunga] – Je prouve au monde que tu n’es rien.

[Kenji] – La jalousie n’a pas lieu d’être ici.

La fatigue. Oui, cela devait être ça, car cette dernière phrase qui était sortie de la bouche du jeune garçon était une erreur surtout dans la posture dans laquelle il se trouvait. Il vit les traits du visage de Dunga se tirer dans une rage nouvelle. Une veine sur son front se mit à apparaître avec une intensité effrayante tandis que Kenji tentait en vint d’activer ses pupilles.

Le poing de Dunga arriva une nouvelle fois en direction du crâne du feu enfant prodige. Cette fois-ci il était encerclé de bleu, de cette énergie de ninja qui donnait force et puissance de manière impressionnante.

Kenji était désarmé.

MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Mar 20 Oct - 2:03

Inki Shisha
7


Le bruit crispant et grinçant de son crâne tapant le mur du marchand de fleur aurait été un son bien sordide pour des oreilles encore pures. Il n’en pouvait plus et subissait les assauts rageurs de son assaillant sans réussir à esquisser le moindre geste de défense ou d’attaque. Dunga le plaqua contre le mur par le cou et commença à serrer avec force. Kenji sentait le sang lui monter à la tête tandis que ses pieds ne touchaient plus le sol. Il réussit dans un effort titanesque à poser ses deux mains sur la poigne de fer de Dunga mais il n’avait plus assez de force pour entamer une quelconque résistance. Son regard sombre perdait à chaque instant de son intensité tandis que celui de son adversaire rayonnait d’une joie sadique.

Les cheveux noirs de Dunga se perdaient avec l’obscurité de son visage, la noirceur de son âme. Son visage affichait un sourire dérangeant et inquiétant qu’en temps normal Kenji aurait fait disparaître en quelques secondes. Mais aujourd’hui il était malade, on l’avait sortit de sa convalescence beaucoup trop tôt et il ne possédait plus assez de chakra.

Alors Dunga continua. Son poing meurtrit le visage de l’enfant prodige comme le marteau frappe un burin. Finalement, il déchaina sa fureur dans un coup entouré d’un halo de flamme qui envoya voler Kenji sur quelques mètres. L’Uchiha tomba lourdement sur le côté soulevant un petit nuage de poussière. Il se remit difficilement à quatre pattes tout en crachant du sang. Il se passa alors une main innocente sur le visage et sentit un liquide chaud recouvrir son épiderme.

Il jura. Il ne voulait pas se battre contre des membres du clan, il se refusait à une telle pratique. Et pourtant, ces membres du Domaine du Lion ne retenaient pas leur coup et y prenaient même un certain plaisir. Sadique. Il ressentait la rancœur qui emplissait leur cœur de jeune ninja et pourtant il n’arrivait pas à éprouver de la haine contre eux. Finalement, ce n’était pas de leur faute, il n’avait pas choisi d’être ce qu’il était. C’était Shinzei qui les avait formés ainsi, laissant libre cours à la colère et autres émotions peu orthodoxe. C’était un funeste destin qui les attendait à suivre cette voix avec un voile autour du visage. Aveugle avant même d’avoir pu réussir à voir l’ombre d’une vie.

Celui qui s’appelait Anju se permit même le plaisir de mettre un violent coup de pied dans la côte de Kenji. Ce dernier, s’envola contre le mur de pierre où il finit adossé. Son corps était couvert de blessure, il avait l’impression d’être une plaie géante à lui tout seul, une énorme plaie qui mettrait des jours à se soigner. Mais le plus grand maux dont il souffrait était sa tête, il avait l’impression que le son des cloches d’une église sonnaient sans s’interrompre.

Il cligna plusieurs fois des yeux sans réussir à faire disparaître le flou qui s’était installé autour de lui. Il vit la forme de Dunga s’approcher doucement de lui. Elle baissa ses genoux pour mettre son visage en face de celui de l’enfant prodige et sourit comme à son habitude. Mais ce n’était pas le même sourire que Shiba lors des entrainements, ce n’était pas ce fruit jaune qui donnait envie de se surpasser, mais plutôt cette plaie dans un visage trop dur, trop tôt.

[Dunga] – Alors Kenji… Tu crois vraiment mériter cette place d’élève dans le Cygne ? …

Kenji vit la forme se redresser devant lui et donner un coup de pied dans son genou. Il souffrait tellement qu’il ne ressentit presque pas cet amalgame en plus sur son corps. Il garda des yeux vides et un visage au teint ciré.

[Dunga] – Je crois que je comprends... Oui c’est ça, ils ne prennent que des ratés là-bas ! Motori tu aurais peut-être ta chance !

Le rire glauque de Dunga emplit la ruelle sombre avec insouciance. Anju vint se joindre à la joie de son chef durant de longues secondes. Ils semblaient si content, si heureux de faire subir de tels supplices à quelqu'un qui ne pouvait pas se défendre.

Kenji tenta alors une dernière action. Il espérait, il priait pour qu’il lui reste assez de chakra pour réaliser cette technique. Il ne pouvait pas activer ses pupilles divines et cela allait compliquer les choses, mais il ferait sans. Il rejoignit par la force du désespoir ses deux mains et entama une courte série de signe avec lenteur. Ses poignets se joignirent dans une danse particulière qu’ils avaient apprise quelques jours plutôt. L’air fût soudain bien plus lourd et la peau du blessé prit une teinte de plus en plus foncée.

Le cygne s’envolait.

[Dunga] – Tu restes ici Kenji !

Kenji cracha du sang alors que le poing de Dunga venait lui exploser les entrailles. Ses yeux s’ouvrirent d’un coup comme s’il le réveillait d’une illusion qu’il n’avait même pas terminé. Il eu un long râle avant de réussir à reprendre sa respiration. Il n’en pouvait plus et se laissa tomber sur le côté dans les rires rauques et dégradants de ses agresseurs. Sa vue se troublait et tout devenait de plus en plus sombre. Il ne ressentait plus rien, plus aucune douleur ne le faisait souffrir sans raison. Un sentiment de bien être étrange, comme une euphorie de douleur qui finissait par le rendre fou. Il ferma les yeux et sombra…

***


La nuit commençait à se lever doucement sur le village caché de la feuille. Les étoiles parsemaient le ciel peu à peu dans une peinture mélancolique et reposante. La lune entamait sa course céleste pour joindre les deux bouts d’une terre qui était sienne, tout du moins, lorsque l’obscurité régnait. L’air ambiant perdit quelques degrés tandis que les animaux sortaient faire leur chasse sous la cape de l’inconnue nocturne.

Shiori était sur le balcon de la demeure de Takeshi. Elle faisait les cents pas entre le lac où les cygnes dormaient et le petit terrain d’entrainement du domaine. De temps à autre, elle s’arrêtait le regard perdu dans ses pensées et l’esprit embrumée de nombreuses questions. Sa robe couleur rose pâle sonnait fausse dans cette atmosphère pesante et inquiétante. Elle lissait les plis de cette dernière avec nervosité à chaque bout de son itinéraire pour finalement partir en courant vers l’entrée de la demeure lorsqu’elle entendit une porte claqué. La silhouette était facilement reconnaissable et elle s’empressa de l’interpeller.

[Shiori] – Shiba ! Shiba !!!

Le juunin qui venait à peine de descendre les quelques marches du perron se retourna vers le son de cette voix inquiète et suppliante. Il posa un regard sombre et interrogateur sur la femme de Takeshi.

[Shiori] – Shiba, Kenji n’est toujours pas rentré ! Personne ne l’a vu depuis qu’il est parti avec Takeshi ce matin ! Je m’inquiète tu as bien vu dans quel état il était. Takeshi dit qu'il ne l'a pas revu depuis qu'il l'a envoyé chez Megumi chercher la dague du rituel !

[Shiba] – Ne bouge pas d’ici, s’il venait à revenir il faut que quelqu’un soit présent.

Dans un bruissement de feuille, le juunin s’envola.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Mer 21 Oct - 19:03, édité 1 fois

MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Mer 21 Oct - 11:32

Inki Shisha
8


L’atmosphère était froide, aussi froide que l’hiver. Les cols étaient relevés pour ne laisser aucune chance à un vent glacer de venir contrarier l’organisme. Le métal était frigorifié pour une nuit de fraicheur et de froid. Le bleu de la nuit semblait bien moins protecteur, c’était un agresseur venant d’une autre planète. Neutre, froid et solitaire, il dominait le monde pour quelques instants et entrainait les cauchemars les plus intenses. La lune n’avait plus cet aspect maternel d’autre fois, elle n’était qu’une immense boule de glace, peu appétissante et froide. Les étoiles ressemblaient à des yeux guettant chaque mouvement des individus d’en bas. Elles jugeaient chaque action comme un défaut et prenaient soins de mettre en valeur les problèmes. Elles violaient l’intimité dans une joie sadique et suprême, là où personne ne pouvait les atteindre. Quelques fois, une lueur jaune un peu plus longue indiquait que l’une d’entre elle avait fini son travail et partait vers d’autres cieux pour accomplir son sort funeste. Les belles étoiles n’existaient plus en cette soirée, les beaux discours avaient le poids d’une plume se battant contre une enclume.

***


Shiba courrait comme un félin, par-dessus les toits des habitations du quartier Uchiha. Son corps élançait gagné en vitesse à chaque pas sur le sol. Il se propulsait comme un léopard n’ayant qu’une seul idée en tête, retrouver sa proie. Son visage n’était plus aussi souriant et sa chevelure d’or semblait bien plus terne et sombre que par le passé. Il n’était plus le même durant cet instant de tension et d’inquiétude. Il revoyait le visage de Shiori et ses traits déformés par le souci qu’elle se faisait. Il repensait à la disparition de Kenji et le cherchait sans un mot depuis maintenant une longue heure.

Une voix déchira alors le silence pesant qui s’était installé autour de lui. Il se stoppa net au dessus d’une demeure des plus banales dont il ne connaissait pas le propriétaire. Il porta une main à son cou pour mieux écouter la voix de Taki qui ressortait du petit émetteur qu’il lui avait confié quelques minutes plutôt.

[Taki] – J’ai fait une petite entrée dans le Domaine du Lion et je n’ais rien trouvé d’anormal. Mais je n’ais pas pu aller trop loin, surtout de nuit. Je vais voir si je trouve quelque chose au Tigre. Terminé.

[Shiba] – Bien. Je continue les recherches dans le Cygne, je vais me rendre une seconde fois devant la demeure de Megumi. Terminé.

Shiba expira lentement tout en se passant une main dans les cheveux. Après les paroles de Shiori il était allé chez Taki pour le prévenir et requérir son aide. Le jeune garçon était l’espoir du domaine qui ressemblait le plus au juunin et il savait que dans toutes les circonstances il viendrait en aide à Kenji. Ils se connaissaient depuis longtemps tous les deux et même si leur relation n’était pas fraternelle, il y avait tout de même un petit quelque chose entre eux. C’était pour cela que Taki était partit directement avec Shiba sans poser de question.

Le garde du corps de Takeshi reprit alors son sprint sur les toits. Il arriva rapidement devant la demeure de Megumi et dans un petit saut se posta au seuil de l’entrée. Tout était éteint, le vieux maître devait dormir. Il n’y avait aucun bruit suspect à l’intérieur et Shiba se doutait bien que le vieil homme ne pouvait avoir fait du mal à Kenji. Alors il décida de prendre le chemin inverse que le jeune garçon avait du emprunter pour arriver ici.

Il marcha doucement, le pas furtif et restant à l’ombre de cette lune puissante. Personne ne pouvait le voir mais lui voyait tout. Il arriva finalement dans une ruelle sombre et sans vie. Il y faisait encore plus noir que dans une grotte et une odeur acre de sang se faisait sentir. Shiba s’arrêta un instant sondant ce qu’il avait devant lui mais même ses yeux de faucon n’arrivaient pas à percer ce lieu si commun la journée. La nuit tout prenait une autre dimension et devenait plus alarmant. Il fit alors un pas en avant et décida d’avancer doucement espérant ne pas tomber sur une funeste nouvelle.

Quelques mètres plus loin son pied vint percuter violement une masse informe étendu sur le sol. Sans se poser plus de question, Shiba comprit la situation. Une ruelle sombre, un individu allongé par terre et cette odeur de sang si puissante et dérangeante. Il s’accroupit devant le corps qui était face contre terre et le retourna avec un regard inquiet et triste à la fois. Il vit la pire vision de toute sa vie, il avait vu des horreurs sur les champs de batailles. Il avait ressentit la souffrance de perdre un ami au combat et chaque jour il se souvenait de ce qui se produisait lorsqu’il devait tuer un adversaire. Le sang, la torture faisait parti de sa vie de shinobi, mais aujourd’hui, en cette soirée tout était différent.

Il vit l’enfant prodige le visage ensanglanté et gonflé. Son corps était aussi froid qu’un glaçon tandis que ses bras étaient aussi rigides que du métal. Shiba prit alors son courage à deux mains et tendit des doigts presque tremblant en direction du cou du jeune garçon. Il les posa avec douceur et patienta tout en fermant les yeux.

Il jura.

[Shiba] – Kenji ! Non !

Sa voix était un déchirement au travers de cette brume nocturne si silencieuse. Des larmes coulèrent le long de son visage alors qui soulevait doucement l’enfant prodige. Il n’en croyait pas ses yeux, il refusait de voir la vérité. Il se jurait que tout cela était faux et que rien ne pouvait attendre l’Uchiha de renom qu’était ce garçon. Il ne voulait pas admettre la fatalité et se mit alors en colère, il ne cessa de jurer alors qu’il avançait lentement avec le garçon sur ses épaules. Puis, il tomba à genou saisit de sanglot qu’il étouffait tant bien que mal. Il déposa le corps froid devant lui avec un regard froid et sans vie.

Il essuya son visage d’un revers de manche et leva ses pupilles sombres vers les cieux divins.

Tout était fini.

***


La lune, déesse infâme et cruelle qui pourtant pouvait quelque fois accorder son pardon et promettre un futur meilleur à ses disciplines. Ce soir, elle était froide, dédaigneuse et hautaine, car elle allait aider quelqu’un dont elle ne connaissait rien. Elle ne prenait pas le temps d’apprendre à connaître ses sujets. La souveraine régnait avec l’accord du soleil sans prendre le temps de tisser de réelles relations.

C’était la nuit et il faisait froid.

Kenji n’ouvrit pas les yeux, il se sentait bien dans ce cocon chaud qu’on lui avait concocté. Il ne voulait pas bouger et laissait chaque sensation proche l’envahir comme un tsunami dévorant les terres de l’île qu’il avait décidé de ravager. Il avait chaud et sentait des mains chaleureuses et encore plus chaude se poser sur son front à tour de rôle. Un petit jeu étrange, à croire que le haut de son visage était aussi précieux qu’une idole.

Il sourit intérieurement. Il avait l’impression de se trouvait dans la chaleur d’un ventre. Il était protégeait et grandissait doucement. Sa force revenait peu à peu et il le regrettait presque. Ce sentiment d’impuissance lié à un certain confort était agréable.

Il ferma les yeux psychologiquement sur les quelques paroles qu’il entendit au dessus de sa tête. Il connaissait cette voix, il l’avait entendu tant de fois que cela en devenait presque une habitude. Il était chez lui au chaud, protégé du froid et l’on s’occupait de lui.

[Shiba] – Le destin Kenji… Le destin.

Tout cela n’avait été qu’un mauvais rêve, qu’une histoire à raconter une fois réveillé. L’emprise des sortilèges sur l’esprit était immense et le jeune garçon avait reçu la visite des sombres messagers. Il n’y avait pas que les oiseaux de malheurs qui portaient un tel nom, il n’y avait pas que les mauvaises nouvelles qui pouvaient être obscure. Durant ces longues nuits et journées de sommeil il l’avait vécu l’enfer. Mais cet abîme était si puissant et grisant qu’il avait comprit une chose.

L’individu n’est pas forcément ce qu’il montre à l’extérieur.

Mais est-ce que cette conclusion pouvait vraiment être sincère ? Car au final…

Tout n’avait été qu’illusion.


Dernière édition par Kenji Uchiha le Ven 30 Oct - 23:03, édité 1 fois
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   Dim 25 Oct - 16:26

Kenji : +83 XP - Technique Validée

T'en veux hein :p
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Sombres Messagers   

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» Les messagers
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» [upotobox ] Windtalkers, les messagers du vent [DVDRiP]
» Aux sombres héros de l'amer [Rang A versus Kurohime]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ryoma - Le forum des Shinobi :: Ryoma 1.0 :: Centre du Village-